14/07/2017

ON VOULAIT S'ARRÊTER QUELQUES JOURS...

1. bateaux du luxembourg.JPG

 

On voulait s’arrêter quelques jours…

 

Mais l’actualité ne s’arrête pas et il y a des choses qu’on ne peut laisser passer sans au moins les relayer… En voici quelques unes, dans le désordre, comme on les a reçues.

 

NON À LA VENUE DU CRIMINEL NETANYAHOU EN FRANCE !

CAPJPO – EuroPalestine3 juillet 2017

 

Nous nous élevons contre la venue en France de Benjamin Netanyahou, premier ministre du gouvernement colonial israélien. L’invitation qui lui est faite par Emmanuel Macron de venir commémorer la rafle du Vel d’Hiv est indigne.

 

3. enfant_menace_par_soldat_cagoule.jpg

 

Il est indécent pour les victimes de la Rafle du Vel d’Hiv – 13.000 Juifs dont une moitié d’enfants arrêtés à Paris et en banlieue entre le 16 et le 17 juillet 1942 par 7.000 policiers français pour être livrées aux nazis et déportées dans des camps dont moins d’une centaine reviendront – d’être représentées par un raciste à la tête d’un État terroriste qui persécute tout un peuple depuis des décennies.

Confier cette commémoration à celui qui s’est spécialisé dans l’enfermement du peuple palestinien, le massacre de populations civiles, la torture des enfants, et qui maintient hermétiquement fermé le ghetto de Gaza, est scandaleux.

D’autant que cette rafle de 1942 concerna essentiellement les Juifs étrangers réfugiés en France, et on sait comment le gouvernement israélien traite les étrangers et les réfugiés, qu’il s’agisse des demandeurs d’asile africains, qualifiés de « cancer » par la ministre de la « culture », ou des réfugiés palestiniens parqués dans des camps, privés de liberté de circulation, ou encore expulsés et bannis illégalement de leur propre pays.

Netanyahou, qui a remis à l’honneur le concept de races, qui pratique l’apartheid sur des bases ethniques et religieuses, n’a rien à faire dans un pays qui se présente comme un défenseur des droits humains et du droit international.

On ne peut pas dire « Plus jamais cela » en déroulant le tapis rouge aux responsables d’un terrible nettoyage ethnique.

C’est pourquoi nous appelons à une manifestation de protestation la plus large possible le samedi 15 juillet, veille de sa réception par le président de la République,

Rendez-vous à 15 H Place de la République à Paris le 15 juillet.

Premiers signataires : EuroPalestine, Droits Devant, Enfants de Palestine, Christine Delphy, Jacques-Marie Bourget, Mgr Jacques Gaillot, Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, Nanterre Palestine, PIR, Marie-Jeanne Manuellan, Odile Tobner, Fethi Chouder, Les Désobéissants, Comité Israël Chateaubriant, Samidoun, Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien, Alain Brossat, Paul Aries, Attac Paris Centre, Martine Sevegrand, Collectif Ni Guerre Ni Etat de Guerre, Union Française des Consommateurs Musulmans (UFCM), Mohamed Ben Yakhlef, Les Amis d’Al-Rowwad, Elisabeth Bourgain-Masse, Michel Bourgain, Mohamed Gnabaly (maire de l’Ile Saint-Denis), Alima Boumediene, Gilles Monsillon, Association Femmes Plurielles, ISM France, Comité Montreuil Palestine, Sylvette AMESTOY, le collectif Urgence Palestine Cergy, Dominique Lesparre, Maire de Bezons, Christian Leduey, président de l’association Bezons-West Bani Zaïd, Collectif Palestine Nord Essonne, Joanna Díaz-Feyder, FUIQP 42, Campagne Europénne pour la Levée du Blocus de Gaza...

(voir tous les signataires de cet appel sur http://www.europalestine.com/spip.php?article13166)

 

URGENCE : LEVÉE DU BLOCUS DE GAZA !

 

On ne peut plus attendre ! Vous avez vu les nouvelles qui nous parviennent de Gaza ? 321 malades souffrant de mucoviscidose, dont une majorité d’enfants, sont en train de mourir l’un après l’autre en ce moment, parce que les frontières sont hermétiquement fermées et le médicament dont ils ont besoin pour survivre rendu inaccessible depuis un mois !  http://www.europalestine.com/spip.php?article13197

 

4. gaza_enfant_mucoviscidose_lit_d_ho_pital-39c87.jpg

Muhammad al-Yaqoubi, père d’un enfant de 6 ans atteint de mucoviscidose indique que son état s’est gravement détérioré depuis qu’il ne reçoit plus les comprimés Cryon.

 

Jusqu’à quand allons accepter l’existence de cette prise d’otages de 2 millions de femmes, d’hommes et d’enfants par l’occupant israélien, et le martyre qui leur est imposé, sans eau potable, sans électricité et sans médicaments ?

Nous devons tous concourir à la levée de ce siège immoral et illégal, en interpellant nos députés, nos élus et tous ceux qui disent nous représenter.

Merci de signer cette pétition importante : président de la république: Urgence humanitaire à GAZA : levée du BLOCUS ! de la relayer autour de vous, et de demander à vos élus de la signer également, afin que le gouvernement français ne puisse plus faire semblant de ne pas être au courant de ces crimes.

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine

www.europalestine.com

 

2. voilier 1.gif

 

La Judée déclare la guerre à Roger Waters

Gilad Atzmon ­– Arrêt sur Info 13 juillet 2017

Traduit par Sylvie Jolivet pour Arret sur info

 

5. Roger Waters.jpeg

 

Je ne suis pas le seul musicien dont ils ont tenté de briser la carrière.

Rogers Waters est également la cible d’une infâme et calomnieuse campagne sioniste. La presse juive annonce que le documentaire de Ian Halperin intitulé Wish You Weren’t Here (Puisses tu ne pas exister !)(1) est actuellement en passe de crever les écrans dans tous les shtetle (villages juifs) de la planète.

Si l’on en croit la bande annonce de Wish You Weren’t Here, Waters serait responsable de la montée de l’anti-sémitisme, du déclin d’Israël et, dans une grande mesure, des autres problèmes que rencontrent actuellement les juifs. Remarquable palmarès, je l’admets !

Halperin affirme : « Pour moi, s’attaquer à Israël revient à s’attaquer au peuple juif. » J’en déduis qu’Halperin place Israël et le peuple juif au-dessus de toute critique. Nous savons au moins ce que peuple élu signifie aujourd’hui. La question qui reste ouverte est de savoir si les goyims (non-juifs) sont prêts à gober ces inepties.

Halperin dit avoir rencontré des psychologues qui ont travaillé auprès de  survivants de l’Holocauste et de leurs familles. Au terme de ces entretiens il a pu établir l’effet « impardonnable » que « le porc flottant de Waters arborant l’étoile de David » a produit sur les  survivants. Pour une fois d’accord avec Halperin, j’admets, en tant qu’ex Juif mangeant exclusivement Kascher, avoir été quelque peu perturbé (offensé) par la tentative de Waters de labelliser le porc kascher.

Le documentaire use de ficelles cinématographiques archi-connues  pour diffamer Waters, entrecoupant la souffrance juive avec des images de Waters « sympathisant avec les terroristes » et prenant fait et cause en faveur des Arabes et des musulmans. Halperin met toute son imagination au service d’une  incitation à la xénophobie et au racisme. Bon, je suppose que Waters survivra facilement à cette campagne sioniste au style ampoulé, pour les mêmes raisons que Corbyn a survécu aux calomnies qui ont été répandues à propos de son prétendu antisémitisme. Les gens ne sont pas aussi idiots que l’imagine le Hasbara Book (la communication juive).

L’opposition de Waters au sionisme et à Israël est anti-autoritaire et conforme  au message de paix et de réconciliation qu’il a toujours délivré.

Le lobby juif britannique n’a pas su saisir que plus il attaquait Corbyn et sa sympathie pour le Hamas et le Hezbollah, plus ce dernier gagnait en  popularité. Il s’est passé la même chose avec Donald Trump : plus sa détestation des juifs et ses discours subliminaux étaient voués aux gémonies, et plus nombreux étaient les Américains qui le voyaient comme un sauveur.

Conçu dans le but de dénoncer le fanatisme de Waters, Wish You Weren’t Here, ouvre plutôt la voie à une vindicte d’ordre tribal. Faire défiler une cohorte de sionistes d’extrême droite pour leur faire dire qu’une personne engagée en faveur de la paix est fanatique et antisémite parce qu’elle critique l’apartheid d’Israël est un jeu dangereux qui pourrait se retourner facilement contre les juifs eux-mêmes.

Pour comprendre comment ils nous ont tous fait devenir pro-Palestiniens, Being on Time est le livre qu’il vous faut lire (2).

Gilad Atzmon – 10 juillet 2017

 

6. Gilad.jpg

 

(1)  Une manière de détourner le titre original de la chanson de Roger Waters : Wish you were here

(2)  Amazon.com et  gilad.co.uk      

Source : http://arretsurinfo.ch/la-judee-declare-la-guerre-a-roger...

Tous les articles de Gilad Atzmon sur Arrêt sur Info

 

2. voilier 1.gif

 

7. logo-2-jours.gif

 

Un comité de soutien pour Saïf al-Islam Kadhafi à Niamey

Niamey et les 2 jours12 juillet 2017

 

8. Saif Al Islam.jpg

 

Un comité de soutien au fils de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été créé hier à Niamey. Il fustige la volonté de la Cour pénale internationale qui demande l’arrestation de Saïf al-Islam Kadhafi.

De jeunes Libyens résidant au Niger, des étudiants et d’autres acteurs de la société civile nigérienne le composent.

Pour ce comité, le fils de l’ancien chef de la Jamahiriya libyenne reste un « espoir ».

« Nous soutenons Saïf al-Islam parce qu'en tant que fils de Mouammar Kadhafi, il connaît mieux les grands projets de son père et nous soutenons les projets africains de son père », a confié à Rfi, un acteur de la société civile nigérienne.

Le regroupement qui vient de naître, annonce sa volonté de se déployer dans les régions nigériennes proches de la Libye.

Pour rappel, Saïf al-Islam Kadhafi a été libéré puis blanchi par le Parlement libyen en juin dernier. À sa libération, la procureur de la CPI, Fatou Bensouda a demandé son arrestation, avançant un mandat d’arrêt international lancé en 2011.

Source : http://www.niameyetles2jours.com/la-gestion-publique/poli...

 

Qui, en Europe, va se décider à faire autre chose que pétitionner pour réclamer des comptes à la « CPI » sur 1) son origine, sa composition, ses statuts et ses buts réels, 2) ses œuvres ?

 

2. voilier 1.gif

 

S’opposer aux sanctions contre la Russie?

Eberhard HamerA.S.I.13 juillet 2017

 

9. crimee-manifestation-2014.jpg

 

Le Congrès américain a décidé de renforcer les sanctions contre la Russie. La seule explication offerte au monde est celle-ci : la Russie aurait occupé la Crimée. Cependant, pour la première fois, Sigmar Gabriel et Angela Merkel se sont exprimés contre les mesures américaines, car elles auraient uniquement le but d’empêcher la construction du gazoduc North-Stream II. C’est par cette conduite que davantage de gaz russe devrait parvenir en Europe par la mer Baltique. Les Américains, cependant, veulent amener leur propre gaz liquéfié en Europe, pour conquérir le marché européen et couper court aux livraisons russes. M. Gabriel a affirmé cela ouvertement. Sans doute ne pouvons-nous guère échapper aux sanctions, car toutes les entreprises participant à la construction ou au financement de North-Stream sont menacées de boycott ou d’une demande en dommages et intérêts par les États-Unis. Il ne s’agit donc pas seulement du fait que les entreprises américaines veulent conquérir le marché du gaz européen mais aussi que nos entreprises sont soumises à d’énormes pressions américaines.

Maintenant, la raison pour laquelle la demande des pays de la zone euro et des politiciens européens d’abandonner les sanctions contre la Russie n’a pas porté ses fruits est devenue très claire. Il ne s’agit ici pas du tout de reproches quelconques qu’on aurait à faire à la Russie, mais d’une tentative pure et simple d’évincer la Russie du marché européen et de réserver celui-ci aux entreprises américaines. Le fait que l’Europe et les entreprises européennes encourent des dommages énormes ne peut que réjouir les entreprises américaines. Les USA qui les représentent se servent brutalement de leur pouvoir pour faire chanter les entreprises européennes si elles sont actives sur le marché américain ou traitent leurs affaires en dollars (cela suffit pour être soumis au droit américain, selon les décisions des tribunaux américains).

Le prolongement des sanctions concerne donc au premier chef le marché du gaz naturel, que les Américains veulent s’assurer en Europe. Et en ce qui concerne les pénalités de plus de 70 milliards imposées par les États-Unis aux multinationales européennes sous diverses justifications (atteinte aux sanctions, violation des taux américains d’émissions polluantes, etc.), il ne s’agit pas non plus de justice ou d’injustice, mais de pur impérialisme économique : dégradation brutale d’entreprises européennes pour débarrasser les entreprises américaines de toute concurrence.

Eberhard Hamer est professeur d’économie.

Source : http://arretsurinfo.ch/sopposer-aux-sanctions-contre-la-r...

Source d’origine :  Horizons et débats http://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2017/nr-16-4-juli-2017/widerstand-gegen-russland-sanktionen.html

 

10. les-russes-arrivent-1728x800_c.jpg

 

2. voilier 1.gif

 

Festivités du 14 juillet chez les grands de ce monde

 

11.  tour Eiffel.jpg

Madame JupiterPan, ambassadrice de la légendaire élégance française.

(La dame en visite a eu la délicate attention de se mettre en tricolore) 0. Dessin_macron_gare_je_suis_rien-85773-67022.gif

Oups ! Pas très bien élevé, mais on aime son écriture.

 

2. voilier 1.gif

 

Histoire belge.

Longtemps qu’il n’y avait pas eu.

 

Gouvernance wallonne : toujours plus bas

Philippe Huysmans – Investig’Action13 juillet 2017

 

12. Pigeon.Statue1-640x480.jpg

 

Des mandataires PS et MR ont été emmenés tous frais payés par EDF Luminus pour voir un match des Diables Rouges. Une peccadille au regard de Publifin ou du Kazakhgate ? Certes, mais ce petit cadeau aurait pu être sanctionné pour conflit d’intérêts par le code de déontologie des élus wallons. Hélas, le projet a été mis au frigo malgré les belles promesses. (IGA)

Ce matin, on apprenait par l’Écho que Luminus avait emmenés, tous frais payés, l’ex-ministre de l’Énergie, Paul Furlan (PS) et les élus wallons Jeholet (MR), Fourny (cdH) et Crucke (MR) pour aller voir les Diables Rouges en France, lors de l’Euro 2016. Jean-Luc Crucke ayant, pour sa part, été invité deux fois par EDF Luminus.

Prix estimé du voyage : 860 EUR par personne.  Transport, hébergement, frais de bouche, entrée comprise pour les matchs des Diables rouges.

Interrogé sur  La Première, Jean Luc Crucke botte en touche… et contre-attaque.  Il voit dans ces révélations une « fuite » organisée « pour déstabiliser la commission d’enquête parlementaire sur Publifin ».  Ben tiens.

Lire la suite…

Source : http://www.investigaction.net/fr/gouvernance-wallonne-tou...

 

Au moins sont-ils œcuméniques pour communier dans le football. Amis d’Outre-Quiévrain, vous portez vos croix, nous portons les nôtres.

 

2. voilier 1.gif

 

Il paraît que le pape a peur…

Un article de RT repris par l’excellent site Réseau International a provoqué pas mal de commentaires, dont la plupart expriment une indignation estomaquée.

Un des commentateurs dit qu’il est difficile de se faire une idée sur une phrase prise hors contexte. C’est vrai. Sauf qu’il n’y avait pas, à proprement parler, de « contexte ». La preuve :

 

Voilà l’article d’origine en entier :

http://www.repubblica.it/vaticano/2017/07/08/news/scalfar...

 

Et le voici à peu près totalement traduit par nous (nous n’avons sauté que ce qui concernait personnellement l’auteur) :

 

Scalfari interviouve François : « Mon cri au G20 sur les migrants »

La Repubblica8 juillet 2017

 

13 bis. Scalfaroi papa.jpeg

 

[Eugenio Scalfari est un député socialiste italien et un journaliste. Il a fondé le quotidien La Repubblica en 1976 et l’a dirigé jusqu’en 1996. Il y assure encore une chronique dominicale. Il a 93 ans. Il se dit non-croyant. C’est sans doute pourquoi il appelle le pape Votre Sainteté ou Sainteté tout court, et non Saint Père comme font les Italiens en général.]

__________________

Conversation avec le pape à Santa Marta : « Je crains le péril des alliances dangereuses entre puissances. Nous avons, vous le savez bien, comme problème principal et hélas croissant dans le monde d’aujourd’hui, celui des pauvres, des faibles des exclus ».

Par Eugenio Scalfari

JEUDI dernier, avant-hier, j’ai reçu un coup de téléphone du pape François. C’était aux environs de midi et j’étais au journal quand mon téléphone a sonné et une voix m’a salué : c’était celle de Sa Sainteté. Je l’ai reconnue tout de suite et j’ai répondu : « Pape François, je suis heureux de vous entendre. » « Je voulais des nouvelles de votre santé. Vous allez bien ? Vous vous sentez bien ? On m’a dit qu’il y a quelques semaines vous n’aviez pas fait votre article dominical, mais je vois que vous avez repris. »

Votre Sainteté, j’ai treize ans de plus que vous. « Oui, je sais. Vous devez boire deux litres d’eau par jour et manger salé ». Oui, je le fais. D’autres conseils ont suivi, mais je l’ai interrompu en disant : ça fait un bout de temps que nous ne nous sommes plus parlé, j’aimerais venir vous saluer, je pars en vacances dans quelques jours et il y a longtemps que nous ne nous soyons vus. « Vous avez raison, je le souhaite moi aussi. Vous pourriez venir aujourd’hui ? À 4 heures ? » J’y serai certainement.

[…]

Le pape François m’a dit être très préoccupé par le sommet du G20. « Je crains qu’il y ait des alliances assez dangereuses entre puissances qui ont une vision faussée (déformée – distorta) du monde : l’Amérique et la Russie, la Chine et la Corée du Nord, Poutine et Assad dans la guerre de Syrie ».

Quel est le danger de ces alliances, Votre Sainteté ?

« Le danger concerne l’immigration. Nous avons, vous le savez bien, comme problème principal et hélas croissant dans le monde d’aujourd’hui, celui des pauvres, des faibles, des exclus, dont les émigrants font partie. D’autre part, il y a des pays où la majorité des pauvres ne proviennent pas des courants migratoires mais des calamités sociales, d’autres en revanche ont peu de pauvres locaux mais craignent l’invasion des migrants. Voilà pourquoi le G20 me préoccupe : il frappe [?] surtout les immigrants des pays du Tiers Monde et les frappe encore plus avec le passage du temps. »

Votre Sainteté, vous pensez que dans la société globale comme celle où nous vivons la mobilité des peuples est en augmentation, qu’ils soient pauvres ou pas pauvres ?

« Ne vous faites pas d’illusions : les peuples pauvres sont attirés par les continents et les pays d’antique richesse. Surtout par l’Europe. Le colonialisme est parti d’Europe. Il y a eu des aspects positifs dans le colonialisme, mais aussi des négatifs.tongue-out Quoi qu’il en soit l’Europe est devenue plus riche, la plus riche du monde. C’est donc elle qui sera l’objectif principal des peuples migrants. »

Moi aussi j’ai pensé plusieurs fois à ce problème et je suis arrivé à la conclusion que, pas seulement mais aussi pour cette raison, l’Europe doit assumer au plus vite une structure fédérale. Les lois et les comportements politiques qui en dérivent sont décidés par le gouvernement fédéral et par le Parlement fédéral, pas individuellement par les pays confédérés. Vous avez du reste plusieurs fois soulevé ce thème, y compris quand vous avez pris la parole au Parlement européen.

« C’est vrai, je l’ai soulevée plusieurs fois. » Et vous en avez été très applaudi et même ovationné. « Oui, c’est ainsi, mais malheureusement, ça signifie bien peu. Les pays se mettront en branle quand ils se rendront compte d’une vérité : ou l’Europe devient une communauté fédérale ou elle ne comptera plus dans le monde. Mais, maintenant, je voudrais vous poser une question : quels sont les qualités et les défauts des journalistes ? »

Vous, Votre Sainteté, devriez le savoir mieux que moi, parce que vous faites très couramment l’objet de leurs articles.

« Oui, mais ça m’intéresse de l’apprendre de vous. »

Eh bien, laissons de côté les qualités, mais il y en a aussi et parfois de très importantes. Les défauts : rapporter un fait sans savoir à quel point il est vrai ou non ; calomnier, interpréter la vérité en faisant valoir ses propres idées. Et même faire état des idées d’une personne plus sage et plus experte en se les attribuant. « Cette dernière chose, je ne l’avais jamais remarquée. Que le journaliste ait ses propres idées et les applique à la réalité n’est pas un défaut, mais qu’il s’attribue les idées d’un autre pour en retirer plus de prestige, ça, c’est certainement un défaut grave. »

Votre Sainteté, si vous y consentez, je voudrais vous poser deux questions. J’y ai déjà fait allusion une ou deux fois dans mes récents articles, mais je ne sais pas ce que vous en pensez : « J’ai compris, vous parlez de Spinoza et de Pascal. Vous voulez reproposer ces deux thèmes ? »

Merci, je commence par l’Éthique de Spinoza. Vous savez qu’il était juif de naissance mais qu’il ne pratiquait pas cette religion. Il est arrivé aux Pays-Bas en provenance de la synagogue de Lisbonne. Mais au bout d’un certain nombre de mois, après qu’il ait publié quelques essais, la synagogue d’Amsterdam a émis, à son encontre un édit très dur. L’Église catholique, pendant quelque temps, a cherché à l’attirer vers sa foi. Lui n’y répondait pas et avait pris des dispositions pour que ses livres ne soient publiés qu’après sa mort. Entretemps, cependant, certains de ses amis recevaient des copies des livres qu’il écrivait. L’Éthique, en particulier, est arrivée à la connaissance de l’Église, qui, immédiatement, l’a excommunié. Le motif en est connu : Spinoza soutenait que Dieu est dans toutes les créatures vivantes : végétales, animales, humaines. Il y a partout une étincelle du divin. Donc, Dieu est immanent, pas transcendant. Pour cette raison, il a été excommunié.

« Et à vous ça ne vous paraît pas juste. Pourquoi ? Dieu unique est transcendant. Nous aussi, nous disons qu’il y a partout une étincelle du divin, mais la transcendance reste intouchée, et voilà pourquoi il a été excommunié ». Et à moi il me semble, si je me rappelle bien moi aussi, qu’il l’a été sur sollicitation de l’Ordre des Jésuites. « À l’époque dont nous parlons, les Jésuites avaient été expulsés de l’Église, puis ils y ont été réintégrés. Quoi qu’il en soit, vous ne m’avez pas dit pourquoi cette excommunication devrait être révoquée ».

Pour la raison suivante : Vous m’avez dit, dans un de nos précédents entretiens, que dans quelques millénaires notre espèce s’éteindra. Dans ce cas, les âmes qui aujourd’hui ont le bonheur de contempler Dieu mais restent distinctes de Lui, ne feront plus qu’un avec Lui [se fondront en Lui]. À ce moment-là, la distinction entre transcendant et immanent n’existera plus. Et par conséquent, en prévision de cet événement, l’excommunication peut déjà être déclarée vidée de son sens. Il ne vous semble pas, Sainteté ?

« Disons qu’il y a une logique dans ce que vous proposez, mais la motivation s’appuie sur une hypothèse à moi, qui n’est pas une certitude et que notre théologie, en effet ne prévoit pas. La disparition de notre espèce est une pure hypothèse et, donc, ne peut motiver [la levée, sans doute, d’] une excommunication émise pour censurer l’immanence et confirmer la transcendance ».

Si vous le faisiez, Votre Sainteté, auriez-vous contre vous la majorité de l’Église ?

« Je crois que oui , mais s’il s’agissait seulement de cela et si j’étais certain de ce que je dis sur ce thème, je n’aurais aucun doute, seulement je n’en suis pas certain et, par conséquent, je ne vais pas affronter une bataille sur une motivations douteuse et perdue d’avance. Parlons maintenant, si vous voulez bien de la seconde question que vous vouliez me poser. »

Elle concerne Pascal. Après une jeunesse quelque peu libertine, Pascal a été, comme à l’improviste, saisi par la foi religieuse. Il était déjà très cultivé, il avait lu et relu Montaigne et aussi Spinoza, Jansénius, les mémoires du cardinal Carlo Borromeo. En somme, une culture à la fois laïque et religieuse. La foi, tout à coup, l’a frappé de plein fouet. Il a adhéré à la Communauté de Port Royal des Champs puis s’en est détaché. Il a écrit quelques oeuvres parmi lesquelles les Pensées, un livre à mon avis splendide et, d’un point de vue religieux, de grand intérêt. Mais ensuite il y a sa mort. Il était pratiquement moribond et sa sœur l’avait fait porter dans sa maison pour pouvoir l’assister. Lui voulait mourir à l’hôpital des pauvres mais son médecins n’en a pas donné la permission, il ne lui restait que quelques jours à vivre et le transporter n’était plus possible. Il a demandé alors qu’un pauvre, pris dans un hôpital qui s’occupait très mal des pauvres, lui aussi en fin de vie, soit transporté dans la maison où il se trouvait et dans un lit semblable au sien. Sa sœur a essayé de le contenter mais la mort a été plus rapide. Personnellement, je pense que quelqu’un comme Pascal devrait être béatifié.

« Vous, cher ami, vous avez là-dessus parfaitement raison, moi aussi je pense qu’il mérite la béatification. Je me réserve de faire instruire le dossier nécessaire et de demander l’avis des organes du Vatican préposés à ces questions, et de le joindre à ma conviction personnelle qui est positive. » Votre Sainteté, avez-vous jamais pensé à mettre par écrit une image de l’Église synodale ? « Non, pourquoi le devrais-je ? ». Parce que vous en verriez un résultat assez frappant, vous voulez que je vous le dessine ? Mais certainement, j’aime bien les dessins ». Le pape fait apporter du papier et une plume et je dessine. Je trace une ligne horizontale et je dis ceci, ce sont tous les évêques que vous réunissez en synode, ils ont tous un titre égal et une foinction égale qui est celle de prendre soin des âmes du diocèse dont ils ont la charge. Je trace cette ligne horizontale puis je dis : mais Vous, Saint Père, êtes évêque de Rome et, comme tel, vous avez la primauté dans le Synode parce que c’est à vous qu’il incombe d’en tirer les conclusions et d’en tracer la ligne générale de l’évêché [du vescovat ?]. Ainsi l’évêque de Rome se tient sur la ligne horizontale, et il y a une ligne verticale qui monte jusqu’à votre nom et votre charge. D’autre part, les prélats qui sont sur la ligne horizontale administrent, éduquent, aident le peuple des fidèles et, donc, il y a une ligne qui, de l’horizontale, descend à ce qui représente le peuple. Voyez-vous le dessin ? Il représente une croix.

« Elle est très belle cette idée. A moi, il ne m’était jamais venu à l’esprit de faire un dessin de l’Église synodale, vous l’avez fait et elle me plaît beaucoup. »

Il s’est fait tard, François a apporté avec lui deux livres qui racontent son histoire en Argentine jusqu’au conclave et contiennent aussi ses écrits qui sont nombreux, un volume de centaines de pages. Nous nous embrassons de nouveau. Les livres pèsent et il veut les porter. Nous arrivons par l’ascenseur au portail de Santa Marta surveillé par les gardes suisses et ses plus proches collaborateurs.

Ma voiture est devant le portail. Mon chauffeur descend pour saluer le pape (ils se serrent la main) et veut m’aider à entrer dans la voiture ; Le pape lui dit de se remettre au volant et de lancer le moteur. « Je l’aiderai » dit François. Et il arrive une chose qui, d’après moi, n’est jamais arrivée : le pape me soutient et m’aide à monter en voiture en me tenant la portière ouverte. Quand je suis à l’intérieur, il me demande si je suis bien installé. Je lui dis que oui, il referme la portière et se recule d’un pas pendant que la voiture s’ébranle, me saluant jusqu’à la fin en agitant le bras et la main pendant que moi, je l’avoue, j’ai le visage baigné de larmes d’émotion.

J’ai écrit souvent que François est un révolutionnaire. Il pense à béatifier Pascal, il pense aux pauvres et aux immigrants, il souhaite une Europe fédérée et – last mais pas least – il me met en voiture de ses propres mains.

Un homme comme celui-là, nous n’en avons jamais eu.

Source : http://www.repubblica.it/vaticano/2017/07/08/news/scalfar...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

Dieu reconnaîtra peut-être les siens, mais Il aura du mal. En tout cas, un qui va être content, c’est Blaise Pascal.

Résumons :

Soit le pape a téléphoné à un vieux monsieur qui venait d’être malade pour prendre de ses nouvelles et la conversation qu’ils ont eue était privée, soit il avait des choses à dire à la presse et cette entrée en matière était aussi bonne qu’une autre. La conversation a été publiée, et le Vatican n’a rien démenti.

Qu’en penser ?

Sa Sainteté, qui se préoccupe beaucoup des malheurs du monde, n’a pas l’air de s’inquiéter beaucoup de l’Amérique Latine. Pas un mot de Michel Temer du Brésil, de Mauricio Macri d’Argentine, de Juan Orlando Hernández du Honduras, pas un mot des mafias de la drogue qui ont fait de la Colombie et du Mexique, des Syrie sous une autre forme, pas un mot non plus de l’extrême violence actuellement exercée sur le Venezuela. Bizarre. Serait-ce que le Saint Père ne voit dans son continent de naissance nul sujet d’inquiétude ?

Nous sommes de ceux qui pensent qu’il est l’instrument du Deep State autant que le fut Jean-Paul II et que, si Benoît XVI a sauvé sa peau, contrairement à Jean-Paul Ier, c’est que deux meurtres coup sur coup eussent été un peu voyants. Mais nous ne croyons pas François I assez bête pour s’exprimer de la sorte.

Une brève recherche sur internet s’avère instructive : Eugenio Scalfari est connu en Italie comme « l’ami athée du pape », de la variété des athées plus catholiques que le pape. Les Italiens cependant semblent divisés sur le point de savoir s’il est devenu gâteux avec l’âge ou s’il était depuis toujours une andouille de compétition. Car c’est un récidiviste, qui publie régulièrement de longs articles sur ce que lui confie le pape François, relativement surtout aux points de doctrine les plus délicats. Les incroyants se marrent. Les croyants ne se marrent pas du tout. On peut même dire que certains grincent très fort des dents et ne comprennent pas bien pourquoi le Vatican laisse faire et dire. Comme ici par exemple : http://www.antoniosocci.com/ora-il-vaticano-deve-smentire...

Sur la toile, les humoristes s’en donnent à cœur-joie :

 

14. L'omelia di don eugenio.jpeg

 

15. eugenio-scalfari-papa.jpg

Papa Eugenio

 

16. eugenio.jpg

Sua Santitá Eugenio I.

 

17. papa-scalfari-tuttacronaca.jpg

Papa Scalfari Tuttacronaca

 

Quand même, quand le Pape a « confié » à Don Eugenio que les divorcés remariés allaient être reçus comme des enfants prodigues dans le sein de leur Sainte Mère l’Église, des Anglais (du Catholic National Register) sont allés poser des questions au porte-parole du Vatican, le père jésuite Federico Lombardi, qui leur a répondu sans ambages :

“As has already occurred in the past, Scalfari refers in quotes what the Pope supposedly told him, but many times it does not correspond to reality, since he does not record nor transcribe the exact words of the Pope, as he himself has said many times.

“So it is clear that what is being reported by him in the latest article about the divorced and remarried is in no way a reliable and cannot be considered as the Pope’s thinking.”

He added that those who have “followed the preceding events and work in Italy know the way Scalfari writes and know these things well” ». (https://onepeterfive.com/fool-me-twice-francis-scalfari-a... )

Ce qui, en bon français signifie :

« “Comme cela s’est déjà produit dans le passé, Scalfari met entre guillemets ce que le Pape est supposé lui avoir dit, mais souvent cela ne correspond pas à la réalité, puisqu’il n’enregistre ni ne transcrit les mots exacts du Pape, comme il l’a dit lui-même plusieurs fois.

“Il est donc clair que ce qu’il rapporte dans son dernier article sur les divorcés remariés n’est en aucune façon fiable et ne peut pas être considéré comme ce que pense le Pape.”

Il a ajouté que ceux qui ont “suivi les événements antérieurs et travaillé en Italie savent comment Scalfari écrit et connaissent tout cela très bien.”

 

Les graphistes anglais n’ont pas voulu être en reste :

 

18. scalfari-mose.jpg

Scalfari-Moses

 

Des Italiens qui ont leurs entrées dans les cours de Saint Pierre ont remis ça :

 

19. Cintura xxx.jpg

« Io e il Papa in R4 contromano
Non avevamo nemmeno la cintura »

Don Renzo Zocca, curé de Santa Lucia di Pescantina

 

Et si vous ne le croyez pas, c’est ici : http://www.liberoquotidiano.it/news/personaggi/1308899/Pa...

 

Pour ce qui est de la politique, Scalfari (élu du PSI on le rappelle) a aussi ses idées, qui ne peuvent qu’être partagées par le Pape

 

20. Scalfari et le troika.JPG

« L’Italie devrait se soumettre au contrôle de la troïka internationale formée par la Commission de Bruxelles, la BCE et le Fond Monétaire International. »

 

21. scalfari L'uni(té italienne.JPG

« Les Italiens détestent l’État parce que les Piémontais les ont envahis. Le Royaume des Deux Siciles était beaucoup plus riche et puissant que le Piémont. L’unité a été faite par des personnes qui parlaient français. C’est le Royaume de Naples qui aurait dû faire l’unité. »

 

La triple question qui s’impose est la suivante :

- À quoi joue RT ?

- Quel comité de rédaction choisit de livrer des inepties avérées au public ? Dans quel but ?

- Qui y détient le pouvoir ? Autrement dit : Qui sont ses actionnaires ?

 

2. voilier 1.gif

 

 

Mais notre incursion dans le monde fascinant de la presse laïque et socialiste italienne nous a fait tomber sur quelque chose d’intéressant chez le même blogueur catholique que ci-dessus :

 

Müller confirme une fois encore que les papes sont deux et sont tous les deux en charge. Combien de temps pourra-t-on encore faire semblant de ne pas comprendre ? Et pourquoi ne pas dire clairement ce qu’il en est ?

 

Dans mon article du 28 octobre (que vous pouvez lire ICI) je signalais la retentissante interview du cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, sur Radio Vatican en langue allemande. Un vaticaniste (quoique très feutré et pas très fougueux), devant interviewer le même cardinal Müller (ICI), est parti des mêmes conclusions que moi. Il a écrit : « Il me semble donc comprendre que, pour le cardinal Müller aussi, nous sommes face à – pour utiliser les catégories auxquelles a eu recours il y a quelque temps Mgr Georg Gänswein  à une sorte de “ministère commun”, “collégial” ou “synodal”, à l’intérieur duquel chacun apporte une contribution spécifique. »

Sa première question au cardinal revient à ses deux déclarations (que j’avais signalées et relancées).

Et le cardinal Müller répond : « En effet, nous vivons une phase très spéciale de l’histoire de l’Église : nous avons le pape, mais aussi le pape émérite ».

En outre, dans sa dernière réponse, il ajoute : « Benoît et François (…) se consacrent pleinement à la mission du successeur de Pierre, et c’est une grande richesse pour l’Église ».

Source : http://www.antoniosocci.com/muller-conferma-ancora-volta-...

Traduction : c.l. pour les Grosses Orchades

 

Ce dont il était question, dans les articles précédents, trop longs pour que nous puissions vous les traduire, c’était de

 

« Déclarations retentissantes du cardinal Müller. Grandes manœuvres pour éviter de nouveaux déraillements de Bergoglio et conjurer le schisme »

 

Articles où il était dit entre autres choses, ceci :

« Beaucoup plus passionnants que la fiction sont les mystères du véritable Vatican. Où, pour la première fois dans l’histoire de l’Église, un pape – après des mois de lourdes attaques – s’est “démis” (pour des raisons obscures), mais en réalité en restant pape.

Un schisme à quel propos ? Différends spirituels ? Politiques ? Les deux ? Nous ne sommes pas devins.

Source : http://www.antoniosocci.com/muller-conferma-ancora-volta-...

 

22. benoit.jpg

 

2. voilier 1.gif

 

Puisqu’on est à Rome, tiens… petit cadeau des Grosses Orchades aux RIEN qui ne partent pas en vacances :

 

23. Néron.jpg

Lucius Domitius Ahenobarbus « Nero »

 

La Maison Dorée (Domus Aurea) de Néron

 Théroigne

 

24. Domus 2.jpg

 

Qualis artifex pereo : « Quel artiste meurt en moi », aurait dit Néron en se perçant la gorge sur ordre. Était-il fou ? Peut-être. Mais artiste, assurément.

La maison qu’il s’est fait construire après l’incendie de Rome dont il n’est sans doute pas responsable, couvrait 80 hectares (= 800.000 m2) : taille de la Rome intra muros des origines. Outre tous les bâtiments, galeries et terrasses qui la composaient, elle était entourée de jardins, de vignes et de bois, où s’ébattaient animaux domestiques et sauvages, de bassins et même d’un lac artificiel, navigable. Les sols des pièces étaient en mosaïque, les murs recouverts de marbres de toutes couleurs et provenances, de feuilles d’or et de pierres précieuses ou de peintures non moins précieuses (son peintre, Fabullo, ne consentait à peindre qu’en toge, y compris sur les échafaudages, chose très incommode). Le « clou » de la Maison Dorée était une salle à manger ronde éclairée par des ouvertures ingénieuses et surmontée d’une coupole qui tournait sans jamais s’arrêter, pour imiter le mouvement perpétuel des astres dans le ciel (actionnée par des esclaves ou un par un système hydraulique, on ne sait pas). Et pour surpasser le Colosse de Rhodes, merveille de l’Antiquité, Néron s’était fait représenter en Apollon solaire, en or bien sûr et colossal aussi. Dans la fameuse salle à manger, pleuvaient sur les invités pétales de roses et parfums.

Et avec tout cela, Néron était populaire. C’est que s’il avait pris leurs sols aux victimes de l’incendie qui avaient déjà tout perdu (on dit exproprier) il a donné du travail à des milliers d’esclaves et d’hommes libres. (Pas de chômage sous Néron). Pendant quatre ans. Car cette incroyable merveille a été construite en quatre années. Par un jeune homme qui a pu l’habiter avant de mourir à moins de 31 ans.

Les empereurs suivants (Flaviens pour les dames) ont enterré la merveille (l’ont littéralement ensevelie sous des mégatonnes de terre). Sur le lac comblé, ils ont fait construire un amphithéâtre à leur gloire : l’Amphithéâtre Flavien, autrement dit le Colisée, et ils ont, selon la formule consacrée : rendu la terre au peuple, entendez vendu le reste à des promoteurs.

Au XVe siècle, à cause d’un éboulement, un jeune homme tomba dans un trou et se retrouva dans une sorte de grotte aux murs couverts de peintures, extraordinaires de fraîcheur. Tous les peintres de l’époque voulurent les voir, les copièrent et accouchèrent ainsi du style grotesque (qui vient de « grotte »). Hélas, le contact avec l’air et l’humidité les condamnait à la dégradation : on en voit s’effacer à vue d’œil dans un film de Fellini.

La maison de Néron est aujourd’hui classée par l’UNESCO patrimoine de l’humanité, et les Italiens ont entrepris d’exhumer ce qu'il en reste.

Certes, on ne peut financer des entreprises de cette envergure qu’au prix de l’écrasement de nombreux peuples et on dirait que le jeune homme n'a eu qu'à puiser. Mais nos « empereurs »  d’aujourd’hui en écrasent bien davantage et quand on voit de quoi ils accouchent ! Vous avez vu leurs sinistres tours aveugles et leur siège de l’OTAN ? Quels sont les fous qui voudraient les exhumer dans deux mille ans ?

 

La Domus Aurea

digitalement reconstituée en 3 D par la fée Technologie

Des photos et deux vidéos

Sorry, c’est en anglais : rien en français, et même pas de sous-titres !

0. freccia nera piccola x.GIF

https://www.realmofhistory.com/2016/03/21/animation-shows...

 

2. voilier 1.gif

 

Et à quoi bon lésiner, voici de quoi passer une paire d’heures de vos non-vacances à faire connaissance avec l’artiste :

 

Néron – Plaidoyer pour un monstre 1/2

 


 

 

Néron – Plaidoyer pour un monstre 2/2

 


 

Post Scriptum romain

Les doctes Germains responsables de ce documentaire ne sont pas sûrs que saint Pierre ait jamais mis les pieds à Rome, ni, à fortiori, qu’il y ait été supplicié. Ils ne sont sans doute pas sûrs non plus de son existence, même s’ils préfèrent ne pas en parler. Mais l’Église, elle, existe. Pour le bien ou pour le mal, les deux sans doute, elle est une réalité. Et maintenant, elle se déchire. Quand tout se partage en deux, c’est que les temps révolutionnaires sont venus. Savoir où tout finira…

 

2. voilier 1.gif

 

 

Mis en ligne le 14 juillet 2017.

 

 

 

 

 

21:14 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La guerre des deux papes!
Les grosses Orchades ont eu la générosité de traduire le texte sur les délires - réels ou feints - du pape François et de son interlocuteur, grand dessinateur devant l'éternel de l'organigramme politico-théologique de l'Eglise romaine: la tête du pouvoir,en dessous et en largeur, le ventre mou de l'assemblée des évêques , et tout en bas, les mille pattes du peuple chrétien en un bloc indistinct . Schématisé, cela forme une croix qui évoque la potence-crucifix sur laquelle est représenté le fils de Dieu - et Dieu lui-même - agonisant. Quelle coïncidence! Quels artistes!

Mais , ô rage, ô désespoir, il nous manque le deuxième épisode de la saga des deux papes, qui semble particulièrement succulent - il n'est qu'esquissé, ce qui laisse sur leur faim, les pauvres mortels qui ne n'entendent pas l'italien.

Écrit par : Sémimi | 15/07/2017

Écrire un commentaire