17/09/2017

À QUOI JOUENT LES KURDES ?

1. Assyrian Coracle.jpg

 

À quoi jouent les Kurdes ?

 

Cela fait un bout de temps que nous nous posons la question. Nous en étions restés au PKK « marxiste-léniniste » luttant contre des dictateurs divers…

Ce qui est sûr, aujourd’hui, c’est qu’ils sont marxistes-léninistes comme on est, nous, Jean XXIII.

Notre science toute fraîche vient entièrement du Réseau Voltaire. Il conviendra de s’informer aussi ailleurs, mais c’est un début. La géopolitique n’en finit pas de redistribuer les cartes.

Ci-dessous donc, et sous bénéfice d’inventaire, un article « général » de Thierry Meyssan et un dossier plus pointu, en trois articles, de Sarah Abed.

 

2. Flag Assyria.gif

 

Les Brigades anarchistes de l’Otan

Thierry Meyssan

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 12 septembre 2017

 

Présenté en Occident comme la réalisation d’une sympathique utopie, le tout nouveau « Rojava » est en réalité un État colonial, voulu et organisé dans le sang par Washington. Il s’agit cette fois de chasser les populations du Nord de la Syrie et de les remplacer par des gens qui n’y sont pas nés. Pour réaliser ce nettoyage ethnique, le Pentagone et la CIA ont mobilisé des combattants dans les cercles d’extrême-gauche européens. Thierry Meyssan

 

3. Kurdes 1.jpg

En février 2016, le « Tsar anti-terroriste » de la Maison-Blanche, Brett McGurk, a été envoyé par le président Obama superviser la bataille d’Aïn al-Arab (Kobané). À cette occasion, il a été décoré par le YPG, dont la maison-mère —le PKK turc— est pourtant considérée par Washington comme « terroriste ».

 

« La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force ».
George Orwell, 1984
.

Dans les années 1980-90, la société kurde était extrêmement féodale et patriarcale. Elle était maintenue dans un fort sous-développement, ce qui poussa des kurdes à se soulever contre les dictatures militaires qui se succédèrent à Ankara [1].

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) était une organisation marxisme-léniniste, soutenue par l’Union soviétique, luttant contre les dictatures de généraux kémalistes, membres de l’Otan. Il libéra les femmes et rejoignit les combats progressistes. Avec l’aide d’Hafez el-Assad, il installa un camp de formation militaire dans la plaine libanaise de Bekaa, sous la protection de la Force de paix syrienne, jouxtant celui du FPLP palestinien.

Durant cette période, le PKK n’avait pas de mots assez durs contre « l’impérialisme américain ».

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197821.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

1/3

Les Kurdes, arme de déstabilisation  massive de Washington au Moyen-Orient

Sarah AbedRéseau Voltaire  – 1er septembre 2017

 

À l’instar du peuple palestinien, les Kurdes souhaitent accéder à leur autonomie. Cependant, depuis la dislocation de l’Empire ottoman, certains de leurs chefs ont préféré s’allier aux puissances impérialistes plutôt qu’aux États limitrophes. Ils ont — ainsi que leurs proches — trahi leur peuple en se mettant au service des puissances impérialistes, afin de déstabiliser le Moyen-Orient. Ils ont tenté de créer des États fantoches successivement en Iran, Iran et Syrie, c’est-à-dire dans des contrées où ils ont été auparavant accueillis et protégés. Sarah Abed nous raconte leur histoire.

 

4. Kurdes 2..jpg

En 1917, la création du Kurdistan, de l’Arménie et d’Israël a été l’un des objectifs de guerre du président états-unien Woodrow Wilson. Après avoir envoyé la Commission King-Craine pour vérifier l’emplacement exact des populations, il a proclamé le Kurdistan par la Conférence de Sèvres (1920), ici en rose sur la carte. La conférence a également reconnu la possibilité que la zone hachurée (actuellement en Irak) se joigne volontairement au Kurdistan par référendum. Cependant, cet État n’a jamais vu le jour et a été abrogé par la Conférence de Lausanne (1923). Seul ce territoire, et seulement celui-ci, peut être légitimement exigé par les Kurdes.

 

L’histoire du peuple kurde a longtemps suscité mystère et perplexité ; et l’on commence à trouver, seulement depuis peu, des articles qui abordent ce sujet dans les médias dominants. Depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis, et le conflit actuel en Syrie, le récit kurde a été « romancé » par les médias dominants et les politiciens états-uniens afin de cautionner leur politique interventionniste. Depuis l’invasion de la Syrie par les E.U, ces derniers et Israël ont soutenu un Kurdistan semi-autonome : Israël leur versant la somme de 3,84 milliards de dollars contre du pétrole, ce qui va dans l’intérêt, à la fois géopolitique et économique, des deux parties  [1].

En 2015, le Financial Times a rapporté que pas moins de 77 % de l’approvisionnement d’Israël en pétrole, dans les derniers mois, provenait du Kurdistan irakien, ce qui représente 19 millions de barils entre le début du mois de mai et le 11 août. Au cours de cette période, plus d’un tiers des exportations nord-irakiennes ont transité par voie maritime via le port turc de Ceyhan jusqu’en Israël, avec des transactions atteignant quasiment le milliard de dollars. Cet article s’appuyait sur, je cite, « des informations concernant les transactions commerciales, le trafic maritime notamment celui des pétroliers au moyen de satellites ».

Ces ventes, symbolisent la volonté d’émancipation de l’Irak du Nord ainsi que l’effilochement des liens entre Erbil et Bagdad ce qui ne fait que renforcer les craintes relatives à la volonté d’indépendance totale des Kurdes vis-à-vis de l’Irak.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197628.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

2/3

La « Kurdish Connection » : Les efforts d’Israël, de Daesh et des USA pour déstabiliser l’Iran

Sarah AbedRéseau Voltaire 3 septembre 2017

 

Sarah Abed poursuit son analyse du rôle de certaines organisations kurdes, abusivement mises en avant comme représentatives de la totalité des kurdes syriens, dans la guerre au Moyen-Orient élargi.

 

5. Kurdes 3.jpg

Pendant la Guerre Froide, le mollah Moustafa Barzani (le père de Massoud Barzani) s’est rapproché de Washington et du Shah d’Iran. Il est devenu un officier du Mossad. On le voit ici en Israël avec Abba Eban (ministre des Affaires étrangères) et le général Meir Amit (directeur du Mossad).

 

Les liens des Kurdes avec Israël

Les relations kurdo-israéliennes ont significativement mûri. Depuis les années 1960 au moins, Israël a épisodiquement fourni aux Kurdes une assistance sécuritaire et un entraînement militaire. Cela a principalement servi de diversion contre Saddam – en le gardant occupé alors qu’Israël menait deux guerres contre une coalition de ses voisins arabes – mais la compréhension mutuelle de leurs difficultés respectives a aussi nourri des affinités israélo-kurdes. Tout semble indiquer que cette coopération sécuritaire continue encore aujourd’hui. L’approvisionnement d’Israël en pétrole kurde bon marché ne montre pas seulement le renforcement des liens économiques mais aussi une main tendue à Erbil, à son budget famélique, laquelle suggère un pari stratégique sur les Kurdes dans une région en mutation.

D’après une étude récente de l’Université hébraïque [1], la population la plus proche des juifs d’un point de vue génétique pourrait être les Kurdes.

Les Kurdes sont alliés avec le pire ennemi de la Syrie – Israël – pour qui, incidemment, l’aspiration au Grand Israël s’accorde presque parfaitement avec les projets des Kurdes pour le « Kurdistan » [2]. Le plan pour un « Grand Israël » d’Oded Yinon, établit qu’il est impératif d’utiliser les Kurdes pour mieux diviser les pays voisins et ainsi contribuer à un plan de domination élargie [3]. Il est assez intéressant de voir que les Kurdes minimisent cette alliance en la considérant juste comme un pas supplémentaire vers la réalisation de leur but ultime, la création d’un Kurdistan autonome.

Tous les principaux groupes politiques kurdes dans la région ont des liens de longue date avec Israël. Tout cela est lié à de graves violences ethniques contre les Arabes, les Turkmènes et les Assyriens. Depuis le PKK en Turquie jusqu’au PYD et au YPG en Syrie, du PJAK en Iran au plus célèbre de tous, le régime mafieux Barzani-Talabani (GRK/Peshmerga) au nord de l’Iraq. Ainsi, on ne devrait pas être surpris qu’Erbil fournisse Daesh (l’Émirat islamique ou État islamique) en armes pour affaiblir le gouvernement iraquien à Bagdad [4]. Et quand on comprend qu’Erbil n’est rien de plus qu’un faux nez de Tel-Aviv en Iraq, le stratagème devient clair.

Israël a apparemment fourni au GRK des armes et de l’entraînement militaire avant même ses affrontements armés avec Daesh [5]. Côté stratégie économique, Israël a accordé un soutien vital au GRK en achetant du pétrole kurde en 2015, alors qu’aucun autre pays ne voulait le faire car Bagdad les menaçait de poursuites judiciaires. Le ministre des Ressources Naturelles du GRK, Ashti Hawrami, a même reconnu cet arrangement en disant que le pétrole kurde était souvent écoulé par Israël par souci de discrétion.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197676.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

3/3

Le mythe du « rebelle modéré » kurde

Sarah AbedRéseau Voltaire 9 septembre 2017

 

6. Kurdes 4.jpg

 

Dans cette troisième et dernière partie de son enquête consacrée au projet de création d’un État kurde en dehors du Kurdistan historique et au détriment des populations arabes et chrétiennes, Sarah Abed dresse un constat terrible. Cet article pourra sembler partial à certains de nos lecteurs. Cependant, tous les faits qui y sont rapportés sont authentiques et peuvent être facilement vérifiés.

 

Kurdes et Assyriens : des tensions anciennes toujours d’actualité

Une bonne partie de ce que les kurdes revendiquent comme étant spécifique à leur propre culture est en fait emprunté à des cultures plus anciennes, comme celle des Assyriens, des Arméniens et des Chaldéens. En fait, une grande partie, si ce n’est la totalité, du territoire à l’est de la Turquie que les kurdes revendiquent comme leur, a appartenu autrefois aux Arméniens. On comprend aisément, qu’ensuite, les Kurdes aient pu participer au génocide turc des Assyriens [1] et à celui des Arméniens en 1915 [2].

 

7. Kurdes 5.jpg

Un groupe d’hommes déterre les restes de victimes du génocide arménien de 1915, Deir ez-Zor, Syrie, 1938.

© Musée-Institut du Génocide Arménien

 

Également connu sous le nom de « Shato d’sayfo » ou l’« année de l’Épée », ce génocide a eu pour cible les chrétiens de l’Empire Ottoman au cours de la Première Guerre mondiale, principalement en 1915 [3], entraînant une réduction de la population assyrienne de 75%.

Sur la plaine de Ninive, au nord de l’Iraq, les Kurdes habitent dans des villes, comme Dohuk (anciennement appelée Nohadra par les Assyriens) mais ces villes ne sont devenues les « leurs » que depuis qu’ils s’y sont récemment installés.

Si l’on se base uniquement sur le critère de l’identité culturelle et une authenticité historique vieille de plusieurs milliers d’années, ces terres sont, et ont toujours été, uniquement assyriennes. Ces terres ont été essentiellement « offertes » aux kurdes au début des années 70, dans le but de détourner leur attention de la ville iraquienne de Kirkuk et ses alentours, terres riches en pétrole. À cette fin, il y a eu une migration massive kurde vers Dohu qui a entrainé le déplacement, parfois forcé, d’Assyriens dont les revendications semblaient bien plus légitimes, à la fois sur le plan juridique et historique.

C’est une tactique communément employé par les kurdes afin de tenter de légitimer leur « quête sacrée » à savoir la création d’un État — chose qui n’a jamais eu lieu dans l’histoire —. En définissant comme « Kurdistan » tout endroit où les kurdes ont été amenés à vivre à un moment donné, il semble suivre la maxime « La propriété : c’est neuf-dixième de la loi » qui peut être pertinente pour aider à déterminer une responsabilité juridique, mais pas pour l’attribution d’un territoire.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197800.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

8. Assyrian_Monarch_1882.jpg

En haut : Coracle assyrien, ± 700 av. n. ère – Ci-dessus : l’Assyrian Monarch, 1882.

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

 

Tout arrive !... en Suisse.

 

JoeyStarr dévore Robespierre

 

Pour sa première expérience théâtrale, le comédien récite les grands textes de l’Assemblée. À découvrir jeudi à Pully.

 

10. Robespierre  Anniv.JPG

 

JoeyStarr récitant Victor Hugo ! S’il fallait une preuve que tout arrive, elle sera sur scène jeudi à l’Octogone de Pully, où Éloquence à l’Assemblée dépose le rappeur et comédien derrière son pupitre de tribun. Jérémie Lippmann a monté à Paris cette pièce qui a séduit la critique et secoué le public. Il s’en explique.

 

Le choix de ce thème ambitieux était-il lié à celui de l’orateur ?

Non, l’idée de départ était de faire revivre l’éloquence de quelques grands hommes et grandes femmes qui ont fait la France et l’Europe. A partir de là, on a cherché la personne pour interpréter ces textes. Et le nom de Didier (ndlr: Morville, le nom civil de JoeyStarr) nous a sauté à la figure.

Vous le connaissiez personnellement avant de lui demander ?

Pas du tout. Mais il était à mes yeux le genre d’artiste qui ne triche pas et joue dans la sincérité, la spontanéité, l’animalité. Et je pense que le jour où Victor Hugo ou Robespierre sont montés à la tribune, ils partageaient cette manière «physique» de s’exprimer. Ce n’était plus seulement une affaire de jolis mots.

Comment avez-vous convaincu JoeyStarr ?

J’espérais que le projet le titillerait. Je savais aussi qu’il voulait se lancer dans le théâtre mais qu’il avait refusé plusieurs projets. Il a accepté après avoir découvert les textes.

Le bad boy en rhéteur citoyen : vous savouriez d’avance le «coup» promo d’un contre-emploi.

Je n’ai évidemment pas pensé comme cela. Au contraire, produire cette pièce a été une belle galère car les gens me regardaient comme un fou. Mais bosser avec Didier fut un vrai bonheur d’écoute et d’échange. C’est un artiste — je pèse mes mots — et les artistes ne sont heureusement pas tous lisses. J’espère que cette aventure lui a donné envie de continuer. La scène, c’est sa vie, en musique ou en théâtre, il a le même incroyable charisme.

Comment avez-vous choisi parmi les milliers de textes prononcés à l’Assemblée ?

Nous avions en effet énormément de matériau. De nombreux discours ont été éliminés lors des répétitions, d’autres sont devenus une évidence. Je ne voulais pas monter une pièce «politique», mais avant tout faire revivre les mémoires, faire résonner à nouveau ces superbes textes. Avec Didier et Pierre Grillet, le coauteur, on a bossé en artisans, en élaguant parfois pour plus de fluidité.

Qu’avez-vous appris de cette plongée dans le verbe national ?

Je me suis surtout rendu compte à quel point le personnel politique actuel a perdu en qualité de discours. Tout ça manque de panache, et je ne vous parle même pas des fautes de syntaxe… Le dernier grand orateur était pour moi Robert Badinter. Aujourd’hui, on écrit des tweets. En réaction, se plonger dans un discours de Tocqueville ou de Lamartine est un régal.

En quoi un discours de Robespierre peut-il être accolé à celui de Simone Veil, deux cents ans plus tard ?

Ce qui les réunit, c’est la nécessité d’être dit ! On ne saute pas deux siècles, on reste sur la même énergie, la même implication vitale de s’engager au risque de son intégrité physique. Au lendemain de son discours à l’Assemblée, Robespierre était exécuté !

Quel fut votre challenge (grrr !) de mise en scène, dans un format si sobre ?

Mon boulot était justement que les gens ne voient pas la mise en scène et se sentent en proximité directe avec l’orateur et son texte. Du brut. À Paris, on a constaté des mouvements parmi les spectateurs : la force d’expression de Didier et la puissance des mots doivent déranger, créer de la tension.

Source : https://www.24heures.ch/culture/joeystarr-devore-robespie...

 

Le spectacle

 

9. Joey Starr.jpg

 

JoeyStarr félicité par Le Figaro : qui l’eût cru ? Le barbare des banlieues craint par la France bourgeoise, qui heurta le politiquement correct par le seul nom de son groupe de rap, Suprême NTM (pour Nique Ta Mère), qui chanta Paris sous les bombes avant de devenir un héros des pages faits divers pour drogues et violences domestiques, poursuit sa réhabilitation de comédien doué avec Éloquence à l’Assemblée, créé à Paris.

Au cœur de la République, pas moins! Lors de rares interviews, Didier Morville au civil, décrit comme un acte citoyen cette façon de plonger dans les grands discours du patrimoine politique et moral de la France, récitant seul en scène, avec sa voix d’ogre, des textes de Victor Hugo, de Simone Veil, de l’abbé Grégoire, d’Aimé Césaire, de Malraux ou de Robespierre.
Le « bad boy » avait déjà joué les flics dans l’excellent Polisse : le voilà qu’il se fait tribun, pour l’amour de malaxer la belle langue.

Victor Hugo (« L’époque où vous êtes est une époque riche et féconde; ce ne sont pas, Messieurs, les intelligences qui manquent, ce ne sont pas les grandes aptitudes; ce qui manque, c’est l’impulsion sympathique ») ou JoeyStarr (« Ce soir faut que ça brille, faut qu’on enquille, je veux du freestyle, je veux que tu stimules mon côté bestial »), deux manières d’appeler à l’action !

Pully, Octogone

jeudi 21 septembre (20h30)
Tél.: 021 721 36 20
Loc.: Fnac et aux guichets du théâtre  

www.theatre-octogone.ch

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

 

Mis en ligne le 17 septembre 2017.

 

 

 

 

18:46 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Puisque vous conseillez, à raison, de se renseigner par ailleurs, car Meyssan livre de très nombreuses approximation, je me permets de vous tirer l'œil vers l'analyse de Résistance71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/16/que-se-passe-til-au-rojava-le-confederalisme-democratique-y-est-il-trahi/
C'est leur analyse, et pour avoir réalisé la mise en PDF du Manifeste du Confédéralisme Démocratique écrit par Abdullah Ocalan, que Meyssan accuse d'avoir conclu un accord secret avec la CIA (on s'attend presque à ce qu'il fasse de même avec Bookchin) je trouve que là y va très loin dans l'approximation et l'affirmation gratuite qui ne fait que dénigrer l'expérience menée au Rojava par une portion de Kurde syrien. R71 ayant déjà expliqué que le peuple avait été trahi par quelques "leaders" ivre de pouvoir et de tout ce qui va avec. C'est d'ailleurs exactement ce qu'écrit R71 en com de son article : le CD a été trahi, le système politique du Rojava est passé sous contrôle de l’empire depuis 2016.
Je me permets de mettre le lien vers le PDF du Manifeste du Confédéralisme Démocratique qui reste un texte politique fondateur, comme la 6ème déclaration zapatiste de la forêt de Lacandon, de 2005, et la Grande Loi de la Paix ou la Constitution de la Confédération Iroquoise du 12ème siècle qui attestent qu'il y a bien un lien entre Amérindiens/Aborigènes/Autochtones et Palestiniens/Kurdes syriens.
https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/03/pdfcdaor71mars2016.pdf PDF de 18 pages, illustrations parfois inédites fournies par R71.
Dernière analyse sur la trahison des leaders kurdes ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/09/les-kurdes-vont-devoir-faire-face-a-larmee-turque-en-syrie-mano-a-mano-source-veterans-today/
Et à partir du moment où les leaders avaient accepté la main Zunienne, on avait compris qu'ils allaient se la reprendre dans la tronche, car comme on le dit, l'Amérique n'a jamais, JAMAIS, respecté un seul de ces traités, et il y en a 400 avec les Natifs, et Nations premières...
JBL

Écrit par : JBL1960 | 18/09/2017

Écrire un commentaire