05/10/2017

D'ABORD, ILS SONT VENUS POUR LES NAZIS ET LES PEDOPHILES... - I.

1. Bateau Saker.jpg

 

Sapir viré de Russeurope

 

Suspension de la publication sur ce carnet

Marin Dacos – Russeurope 28 septembre 2017

 

Chères lectrices,
Chers lecteurs,

Le carnet que vous consultez est désormais une archive et ne sera plus alimenté. Les droits d’accès en écriture ont été retirés à son auteur par l’équipe d’OpenEdition.

À de nombreuses reprises, l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme.

L’équipe d’OpenEdition a informé l’auteur que des billets de ce type n’avaient pas leur place sur la plateforme, en précisant que des mesures seraient prises en cas de poursuite de ce type d’usage du carnet de recherche..

Suite à la publication de nouveaux contenus dépassant le périmètre éditorial de la plateforme, l’équipe d’OpenEdition a procédé à la suspension des droits en écriture de l’auteur. Aucun contenu n’a été supprimé. Aucun nouveau contenu ne pourra être publié. Une archive de l’ensemble des billets a été transmise à l’auteur.

Marin Dacos
Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte

Lire le communiqué des Conseils scientifiques d’OpenEdition et d’Hypothèses

Source : http://russeurope.hypotheses.org/6303

 

2. François Demassieux.GIF

 

Lettre de Claude et François Roddier au représentant d’Hypothèses et OpenEdition

 

Monsieur le Directeur,

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance de votre texte et de celui des conseils scientifiques d’Hypothèses et OpenEdition suspendant la publication de contenus sur le carnet Russeurope alimenté par Jacques Sapir.

Nous sommes un couple d’astronomes ayant travaillé 16 ans aux États Unis, revenus en France pour notre retraite. En tant qu’universitaires scientifiques nous n’arrivons pas à comprendre comment vous pouvez affirmer que les billets de Jacques Sapir sont déconnectés d’un contexte académique et scientifique. Nous soutenons, au contraire, que l’ensemble des textes du carnet de Jacques Sapir sont parfaitement à leur place dans un portail d’édition académique.

Les textes des carnets sont le plus souvent des textes mettant l’économie à la portée de non-économistes, ce qui est notre cas. Nous avons découverts le carnet il y a plusieurs années, en avons été des lecteurs réguliers et avons beaucoup appris en le lisant.

Jacques Sapir prend ouvertement position sur quelques sujets-clés pour lui : l’euro, la laïcité, la souveraineté et explique très clairement les enjeux liés aux choix faits dans ces domaines.

Pour Jacques Sapir, fils de l’un des responsables de la Résistance dans les Alpes-Maritimes, la laïcité et la souveraineté de la France sont des piliers pour lesquels il a décidé de se battre. C’est cette position qu’il défend systématiquement depuis le commencement de son carnet. Pourquoi donc les conseils scientifiques d’Hypothèses et OpenEdition n’ont-ils pas suspendu la publication de contenu depuis cinq ans maintenant ?

Est ce parce que notre président désire remplacer la souveraineté française par la souveraineté européenne et trouve naturel de brader Alstom-Energie à l’américain General Electric et Alstom-Transport à Siemens que votre portail d’édition s’inquiète brusquement de «démarche «démarche de tribune politique partisane» ? Votre démarche n’est-elle pas simplement de bloquer une voix dissidente ? N’avons nous pas affaire à un procès d’opinion ?

En tant que citoyens français attachés aux valeurs fondamentales de notre République, nous vous demandons, Monsieur le Directeur, d’annuler la mesure de suspension de publication de contenus sur le carnet Russeurope.

 

Claude et François Roddier,

Professeurs retraités des universités de Aix-Marseille, Nice, Institute for Astronomy de l’Université de Hawaii (USA).

 

 

2. François Demassieux.GIF

 

 

Cette prise de position leur a valu la lettre suivante de Jacques Sapir :

 

Chers amis,

Chers collègues,

Ce courriel pour vous informer que le mouvement de protestation contre la suspension de mon carnet de recherches est en train de s'amplifier.

M. Dacos, sur Twitter, a eu le front de se plaindre et de se dire "fatigué" des 600 messages (!) qu'il aurait reçus concernant mon carnet.

C'est ce que l'on appelle un magnifique "effet Streisand". J'ai reçu le soutien de la communauté scientifique, que ce soit en France, mais aussi en Italie, en Allemagne, en Espagne, en Grande-Bretagne et en Russie.

Une note de protestation a été mise sur le blog de la World Economic Association.

Je remercie de tout mon coeur ceux qui se sont joints à ce mouvement.

Je me suis "exilé" provisoirement chez Olivier Berruyer, d'où j'ai repris mon travail.

Avec toutes mes amitiés,

Jacques Sapir

2. François Demassieux.GIF

 

Nous y ajoutons la mise au point générale de l’intéressé, publiée ce-jour par Les Crises :

 

[Invité] – Russeurope en exil (forcé), par Jacques Sapir

 

10. sapir_russeurope-296.jpg

 

Mon carnet scientifique, ouvert en septembre 2012 sur Hypotheses.org vient d’être suspendu. Je ne puis plus installer de notes ni faire des modifications sur les textes publiés. Le communiqué, signé par Marin Dacos, directeur d’OpenEdition dit :

 

« Le carnet que vous consultez est désormais une archive et ne sera plus alimenté. Les droits d’accès en écriture ont été retirés à son auteur par l’équipe d’OpenEdition.

À de nombreuses reprises, l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme ».

 

Je conteste formellement cette affirmation et cette procédure, dont on peut s’étonner qu’elle survienne maintenant alors que je publie tout type de textes depuis l’ouverture du carnet, fin septembre 2012. Mais, tous les textes publiés sont en relation avec mes recherches, qu’il s’agisse d’articles scientifiques, de notes de travail, ou d’articles de réaction à l’actualité. Tous ces textes s’inscrivent dans le contexte de mes recherches. De plus, et il faut l’ajouter, de nombreux carnets réagissent eux-aussi à l’actualité.

Parme les textes qui me sont reprochés il y a les textes suivants qui servent de prétextes à ce blocage sont les suivants :

Lire la suite…

Source : https://www.les-crises.fr/invite-russeurope-en-exil-force...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Félicitons-nous au passage de cette solidarité entre résistants « alternatifs », et souhaitons qu’elle se généralise.

Si serrer les rangs face à l’ennemi est la seule arme qui nous reste, qu’au moins il soit bien sûr qu’il lui faudra l’affronter à ses risques et périls.

2. François Demassieux.GIF

 

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un se fait bâillonner pour ses idées par un site privé. On se rappelle ici, par exemple, les démêlés de Serge Uleski avec L’Obs, mais il y en a eu bien d’autres avant l’inénarrable offensive de l’imMonde et de son « Décodex ». Il semble que les droits du commerce passent de plus en plus les droits des sociétés civiles : celles des citoyens et des États, que garantissent pourtant les lois.

En août dernier, un (très long) article du Saker sur ce sujet nous avait frappés et nous avions commencé à le traduire, pour finir par jeter l’éponge par manque de temps et d’énergie. Cette affaire-ci nous pousse à le reprendre avec quelque retard. Comme toujours, le Saker réfléchit à voix haute et va jusqu’au tréfonds d’une question de principe, en finissant, comme toujours, par y chercher des solutions pratiques. Il faut le lire, fût-ce en plusieurs jours.

Grand merci à Anna S. pour les corrections !

 

2. François Demassieux.GIF

 

« D’abord, ils sont venus pour les nazis et les pédophiles »

Le Saker – The Unz Review30 août 2017

 

11. saker-falcon-drawing-small.jpg


D’abord, ils sont venus pour les communistes

Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas communiste.

Après, ils sont venus pour les socialistes.

Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas socialiste.

Ensuite, ils sont venus pour les syndicalistes

Je n’ai rien dit : je n’étais pas syndicaliste.

Après, ils sont venus pour les Juifs.

Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus pour moi,

Il n’y avait plus personne pour dire quelque chose.

Martin Niemöller (1892–1984)

 

Je dois commencer cette analyse en vous demandant votre compréhension pour le fait qu’elle inclura beaucoup de citations. Dans des circonstances normales, je me serais contenté de donner des liens, mais, étant donné le sujet dont je veux discuter et la manière dont les choses « disparaissent » brusquement sur Internet, vous donner les citations en entier est probablement une meilleure idée. Le sujet que je veux traiter aujourd’hui est la répression brutale de la liberté d’expression par l’empire anglo-sioniste, au moyen de ses « loyales sociétés » [corporations].

 

D’abord ils sont venus pour le Daily Stormer

Je commencerai cette discussion par un résumé de ce qui est arrivé récemment au site web nazi The Daily Stormer tel qu’il est décrit par Wikipedia. La raison pour laquelle je m’en sers est que Wikipedia est clairement hostile au Daily Stormer et ne peut donc être accusé de sympathie ou de rapporter avec exagération ce qui est arrivé. Voici ce compte-rendu (c’est moi qui souligne) :

 

« Le Daily Stormer a aidé à organiser « Unissez les droites », une manifestation d’extrême-droite qui s’est déroulée à Charlotteville, Virginie, les 11 et 12 août 2017, au cours de laquelle une contre-manifestante Heather Heyer, a été tuée par un véhicule entré dans la foule. Weev a aussi appelé les lecteurs du Daily Stormer à localiser l’endroit où allaient se tenir les funérailles de Heyer et à y assister en la traitant de “grosse pouffiasse”.

Le 13 août, le site a été avisé par son enregistreur de domaines GoDaddy qu’il avait violé les conditions du service en se moquant de Heyer, et a donné à Anglin [l’éditeur du Daily Stormer, ndt] 24 heures pour se trouver un autre enregistreur pour son site. Le jour suivant, celui-ci a déménagé chez Google, qui a presque immédiatement annulé son enregistrement pour violation des termes du contrat, mettant également fin au compte Youtube du site web. Le jour suivant, le site s’est enregistré chez Tucows, qui a annulé le contrat quelques heures plus tard pour incitation régulière à la violence. Le 15 août, il a été annoncé par Weev que le site avait déménagé dans le « dark web », et qu’il était désormais accessible via Tor, tandis que Facebook censurait les liens conduisant au site et que Discord interdisait son canal. Le 16 août, Cloudflare, le fournisseur de DNS [Domain Name System] et de services par procuration, qui protégeait habituellement le Daily Stormer, mettait également fin à ses services. Cloudflare avait eu pour règle dans le passé de refuser de mettre fin à des sites sur base de leur contenu, mais son PDG, Matthew Prince, a fait une exception en postant une annonce et explication publique sur le blog de sa société. Le 17 août, après qu’il se soit délocalisé en dailystormer.ru, le chien de garde russe des médias Roskomnadzor a exigé la fermeture du domaine.

Le Daily Stormer est revenu brièvement sur le clearnet avec un .lol gTLD, dailystormer.lol, administré par Namecheap, mais, au bout de deux jours, Namecheap a annulé le domaine. Le PDG de la compagnie, Richard Kirkendall, a fait savoir que “la qualité et le contexte du matériel, en plus d’un soutien à des groupes et à des causes violents, le faisaient passer du statut de liberté d’expression protégée à celui d’incitateur” en citant spécifiquement une déclaration publiée par le Daily Stormer : “Il n’y a pas besoin d’avoir un doctorat en mathématiques pour comprendre que Blancs + fierté + organisation = Juifs fourrés dans des fours”. Le site a réapparu sur le net sous le nom de punishedstormer.com le 24 août, hébergé par DreamHost, dont les autres clients d’extrême-droite comprennent National Vanguard et le North-West Front. Dreamhost déclarait agir pour “défendre la liberté et la démocratie” ; des dénis de service d’Anonymous ont provoqué la disparition de tous ses sites du net . »

 

Ensuite, et plus consternant encore, c’est le fournisseur suisse d’e-mails cryptés ProtonMail (oui, celui que j’ai récemment recommandé à notre communauté) qui a fermé le compte du Daily Stormer. Voici comment Lee Rogers, membre du Daily Stormer, a décrit ce qui s’est passé :

 

Je viens d’être viré de ProtonMail
Lee Rogers
Daily Stormer
August 23, 2017

 

3. DisabledAccount.jpg

 

ProtonMail vient de m’interdire l’accès à son service e-mail en m’accusant de fraude et de pratiques abusives.

Effacez ProtonMail de la liste des sociétés avec lesquelles faire des affaires.

J’ai signé avec eux pour un service d’e-mails quand l’ostracisme a commencé. J’avais besoin d’un mécanisme pour que les gens puissent me contacter. Quelques personnes ont suggéré ProtonMail, donc j’ai décidé de tenter le coup.

« Avance rapide » : quelques jours plus tard, je me suis retrouvé verrouillé hors du compte, au prétexte qu’il y avait eu pratiques abusives ou fraude. Comment peut-on établir une chose pareille au bout de si peu de jours ? Il est évident qu’ils m’ont jeté parce qu’une bande de gens haineux sont allés se plaindre chez eux.

Comme beaucoup de gens le savent déjà, j’aime bien poster des photos de chatons et des blagues marrantes sur Internet. En même temps, je trouve grand plaisir à apporter mon soutien financier aux enfants juifs d’Israël qui meurent de faim. C’est quelque chose qui me passionne. Maintenant qu’ils m’ont viré de leur service mail, j’aurai beaucoup plus de mal à aider ces pauvres enfants juifs. J’en suis très contrarié, parce que je ne pourrai plus envoyer d’e-mails à tous les chrétiens charitables susceptibles d’apporter leur soutien à cette cause méritoire dont j’avais dressé la liste.

En m’interdisant leur service e-mails, les gens de ProtonMail ont prouvé que leurs cœurs sont pleins de haine envers les enfants juifs. À eux de s’en expliquer ! Qu’est-ce que je vais dire, moi, à ces pauvres petits enfants juifs qui vont aller se coucher tous les jours l’estomac vide ?

Curieusement, ils ont posté ce tweet au moment où mon compte était interdit. J’ignore si ça signifie quelque chose, mais je n’ai jamais appelé à la violence contre personne. Je suis tout à fait opposé à ce genre de choses.

Mis à part Andrew Anglin, je crois avoir été interdit par plus de services Internet que n’importe qui dans l’Histoire. La seule chose que ces sociétés technologiques ne m’ont pas encore faite est de refuser de me servir sur mes noms de domaine enregistrés. Mais je suis sûr que c’est le stade suivant.

 

Avant de continuer, débarrassons-nous tout de suite de quelque chose : je n’ai rien à faire des nazis (ni d’aucune autre espèce de racistes ou de racialistes) et je ne m’intéresse absolument pas à ce que le Daily Stormer peut bien publier ou pas. À vrai dire, jusqu’à tout récemment, je n’avais jamais entendu parler de ces gens ni de leur site web.

 

Trois questions qui doivent être posées sur les nazis

Cela étant, il y a de très bonnes raisons d’être horrifié par ce qui est en train de se passer :

Premièrement, pourquoi le Daily Stormer a-t-il été sélectionné entre tous pour faire l’objet de ces persécutions démentes ? Okay-okay, ils sont racistes et nazis. Bon. Et alors ? Cela fait-il d’eux des gens à ce point pires que les autres ? La dernière fois que j’ai vérifié, aucune des personnes impliquées ou travaillant pour le Daily Stormer n’avait commis le moindre délit personnel. D’ailleurs, s’ils avaient commis de tels crimes, pourquoi ne pas les poursuivre personnellement au lieu de s’en prendre à leur site web ? Pourquoi les « loyales corporations » essaient-elles de faire interdire la libre expression de certains individus ? Parce qu’ils « incitent » à la violence ? Quelle foutaise. Le corps tout entier de l’idéologie marxiste est une interminable incitation à la violence (révolutionnaire). Et personne n’a jamais essayé de fermer tous les sites marxistes ! Mince ! L’hymne national français est une incitation à la violence. Depuis quand la liberté d’expression exclut-elle l’incitation à la violence ? Tous les présidents US ont fait d’innombrables appels à la violence (Trump tout récemment encore contre la RPDC), pourtant, personne ne les censure ! Se pourrait-il que la seule raison pour laquelle le Daily Stormer ait été choisi à cet effet soit sa relative faiblesse (et sa relative incapacité à se défendre) ?

Bon. Maintenant, voyons la notion idiote selon laquelle les nazis allemands auraient été « l’horreur des horreurs », quelque phénomène superlativement mauvais dans l’Histoire humaine et que, pour cette raison, ils méritent une forme unique et spéciale de persécution politique. Ici aussi, permettez-moi tout de suite de me débarrasser de quelque chose : je considère que les nazis ont été une affreuse bande de racistes arrogants, génocidaires et maniaques. Oui, je trouve vraiment. Je n’ai « rien » de bon à dire à leur propos. Mais ce que je rejette catégoriquement, c’est la notion qu’ils aient été en quelque manière pires que tous les autres participants à la IIe guerre mondiale. Pensez-y. Les Soviétiques ? Pllîîîze ! Lisez Terrorisme et communisme de Trotsky ou Les enseignements de l’insurrection de Moscou, de Lénine, s’il vous reste des doutes sur le fait que les bolcheviques étaient des maniaques génocidaires. Les Anglais ? Dois-je rappeler à tout le monde que les Anglais ont commis une boucherie unique dans l’Histoire du monde : l’extermination génocidaire des groupes ethniques d’un continent entier (j’appelle ça un « pan-génocide ») ? Et Hiroshima, Nagasaki ou les bombardements génocidaires des civils allemands ? Ouais, je sais, le génocide allemand n’a pas seulement un nom spécial – l’Holocauste – en l’occurrence un terme impropre, mais leur génocide est le seul qui se soit vu attacher un chiffre de morts obligatoire : 6 millions (connaissez-vous UN SEUL autre génocide qui soit toujours mentionné avec un nombre des morts obligatoire ? que dire de tous les autres génocides – n’importe lesquels – dont le nombre de victimes ne puisse être légalement discuté ?). Depuis sept décennies désormais (moins, en fait, mais n’importe) on nous répète ce mantra « Holocauste 6 millions. Holocauste 6 millions. Holocauste 6 millions ». Pourquoi ? Se pourrait-il que le vrai crime des nazis n’ait pas été d’être de vrais maniaques génocidaires mais d’avoir perdu la IIe guerre mondiale ? Et que ce soient leurs (non moins génocidaires) ennemis qui aient écrit l’histoire de cette guerre ?

Alors, c’est vrai qu’aujourd’hui tout le monde hait les nazis. Certains pour les bonnes raisons (ce furent de malfaisants maniaques génocidaires), d’autres pour les mauvaises (parce qu’ils avalent la propagande anti-nazie des Ziomédias). Mais que ce soit pour les bonnes ou les mauvaises raisons, maintenant, tout le monde hait les nazis. Et pas seulement ça, mais la simple utilisation du mot « nazi » ou « Hitler » suffit à déconnecter la déjà très pauvre capacité d’analyse de la vaste majorité des gens, et elle fait des nazis le « traître de mélodrame » idéal. Se pourrait-il que les nazis aient été choisis entre tous pour exercer sa répression, par l’empire anglo-sioniste, parce qu’ils sont le scélérat idéal, le « scélérat consensuel » si vous préférez ?

Je tiens à ajouter ici que, même si nous concluons que le Daily Stormer a été choisi parce qu’il était faible et incapable de se défendre, et si nous concluons de même que le crime principal des nazis est d’avoir perdu la IIe guerre mondiale, et même si nous concluons que les nazis représentent le parfait « scélérat consensuel », cela ne veut en aucun cas dire que les nazis n’ont pas été tout ce que la propagande impériale leur reproche d’avoir été. Si je dis qu’un assassin n’est pas un violeur, je ne veux pas dire que cet assassin est un brave citoyen, puisque c’est quand même un assassin. Dans le cas des nazis, cet exemple est parfaitement d’application. Par exemple, même si les nazis n’ont pas tué 6 millions de juifs dans des chambres à gaz, il est établi au-delà de tout doute raisonnable, et pas seulement par les propagandistes, que les Einzatsguppen nazis ont assassiné un nombre considérable de civils. En fait, Raul Hillberg, qui est probablement le principal expert sur les atrocités nazies, estime que ces unités ont tué plus de 2 millions de gens. Si bien que, même si quelqu’un pouvait prouver que les chambres à gaz et les fours crématoires n’ont jamais servi à tuer personne, cela ne blanchirait pas les nazis de leurs atrocités..

 

[Parenthèse : il y a ici un paradoxe. Les propagandistes juifs ont très inconsidérément utilisé le chiffre de 6 millions et les chambres à gaz et les fours crématoires pour montrer que les nazis étaient des monstres. Maintenant, les propagandistes nazis retournent l’argument et disent que, puisqu’il y a des preuves sérieuses que 6 millions de personnes ne sont pas mortes et que les chambres à gaz et les fours crématoires n’ont jamais été utilisés pour tuer les gens en masse, les nazis étaient de blanches colombes qui n’ont jamais commis d’atrocités d’aucune sorte. Les uns et les autres mentent, naturellement. Il n’y a en réalité pas besoin de s’accrocher obstinément à la fable des 6 millions, des chambres à gaz et des fours crématoires, qui est une histoire très douteuse, pour établir que les nazis ont été des monstres génocidaires. Après tout, même si les nazis n’ont tué « que » 2 à 3 millions de civils, par balles, maladies, famine et tortures, cela les placerait encore au même rang que Pol Pot. Mais c’est quelque chose que ni les juifs ni les nazis ne veulent même envisager, et ils se cramponnent à leurs mythes en dépit de toutes les preuves matérielles.]

 

Je voudrais noter qu’il y a un autre « scélérat consensuel » que l’empire adore sélectionner pour provoquer la peur et la haine : les pédophiles. Okay. Avant que quelqu’un ne pète une artère coronaire, je m’empresse de dire tout de suite que je n’éprouve que du dégoût pour la pédophilie. La question n’est pas là.

La question, c’est que l’empire anglo-sioniste désigne, à l’exécration de tous, des « scélérats consensuels », pour pouvoir développer les instruments d’une répression judiciaire, technologique, politique et sociale, qui puissent être utilisés contre tout le monde et n’importe qui.

 

Création de « scélérats consensuels »

Regardez le petit collage que j’ai fait pour représenter un « pédophile nazi ».

 

4. Nazi-Pedophiles-768x310.jpg

Le nazi pédophile, « scélérat consensuel » idéal.

 

Ce que j’essaie de montrer avec cette image, c’est la puissance des réactions émotionnelles chez chacun de nous, devant une image qui combine un enfant en détresse et des svastikas nazies. Ce que fait cette image, c’est créer un tsunami émotionnel qui n’a aucun mal à démolir toute barrière critique rationnelle, sceptique ou analytique, dans le cerveau de la personne qui y est exposée. Quoi qu’une image soit probablement plus forte, les mots « nazis » et « pédophiles » ont souvent le même effet : nous faire arrêter de penser et accepter n’importe quoi qui soit susceptible d’arrêter les supposés nazis et/ou pédophiles. Tout ce qu’il reste à faire, c’est donner à la chose un nom comme « Loi protégeant nos enfants des nazis et des pédophiles », et vous pouvez ainsi faire passer n’importe quoi, même des lois justifiant la torture, les arrestations arbitraires ou des fouilles quotidiennes au corps et à l’intérieur du corps pour la population tout entière.

Vous doutez toujours ? Okay.

Posez-vous alors les questions suivantes : comment se fait-il que, dans une société saturée de pornographie et dans laquelle l’homosexualité est tranquillement en train de s’acquérir ce qui ne peut être appelé qu’un statut héroïque, comment il se fait que tout le monde soit SI préoccupé par la pornographie enfantine ? Sérieusement, croyez-vous « réellement » que quelqu’un, dans nos élites, se préoccupe des enfants ? Si oui, j’ai une collection de ponts à vous vendre à des prix imbattables !

C’est évident que nos dirigeants se fichent éperdument de nos gosses : la seule utilisation qu’ils envisagent pour nos gosses, c’est de les faire entrer dans leurs réseaux sexuels pédophiles (oh oui, alors que la pédophilie est un crime pour le citoyen lambda, c’est un symbole universel de statut social pour nos maîtres et seigneurs ; quelqu’un reveut du Pizzagate ?). Idem pour la pornographie (l’industrie du porno US est bien plus importante que Hollywood) ou la morale (nous vivons dans une société post-chrétienne du « Dieu est mort » n’est-ce pas ?).

Non, le pédophile a été sélectionné pour les mêmes raisons que le nazi : pas parce qu’ils sont malfaisants (ce qu’ils sont, évidemment !) mais parce qu’ils sont des cibles faciles, presque sans défense, des « scélérats consensuels » parfaits. Laissez-moi répéter ceci : pour les anglo-sionistes, la fonction des pédophiles et des nazis est de fournir un scélérat idéal sans défense et leur utilité est qu’ils permettent de créer les outils qui doivent servir à nous opprimer tous.

 

[Parenthèse : Pour comprendre à quel point les nazis ont été démonisés, jetez juste un coup d’œil à cette liste Wikipedia d’organisations qui font du lobbying pour la pédophilie (cette fois, j’ai laissé les notes de bas de page, pour que vous puissiez vérifier les sources).

 

International

  • Ipce (ex-International Pedophile and Child Emancipation, qui a changé son nom en 1998 pour se dissocier de l’appellation entière). Fondée au début des années 1990; en 2005, elle avait 79 membres dans 20 pays. [1][2][3] L’organisation a des sites web en anglais [4] français [5] allemand [6] et espagnol[7] .

 

Australie

  • Australian Man/Boy Love Association (AMBLA).[8]
  • Australian Paedophile Support Group (APSG). Fondée en 1980 ou 1983 suivant d’autres sources. Lui ont succédé les Boy Lovers and Zucchini Eaters (BLAZE), un autre groupe démantelé par la police.[9]

 

Belgique

  • Dokumentatiedienst Pedofilie.[10]
  • Centre de recherche et d’information sur l’enfance et la sexualité (fr), 1982–1986. Fondée par Philippe Charpentier. Ce groupe publie le magazine L’Espoir.[11]
  • Fach Und Selbsthilfegruppe Paedophilie. Fondée au début des années 1970..[10]
  • Stiekum.[10]
  • Studiegroep Pedofilie.[10] Défunte.

 

Canada

  • Coalition Pédophile Québécoise.[8]
  • Fondation Nouvelle. Defunte.[1]

 

Danemark

 

France

  • Groupe de Recherche pour une Enfance Différente (GRED), 1979–1987. Ce groupe publiait le bulletin Le Petit Gredin.[10]

 

Allemagne

Voir aussi : 1970s and 1980s pedophilia debate (in German)

  • AG-Pädo. Fondée en 1991 par l’association Arbeitsgruppe des Bundesverbandes Homosexualität.[8][13]
  • Aktion Freis Leben (AFL).[8]
  • Arbeitskreis Päderastie-Pädophilie (APF). Active au début des années 1980s.[10]
  • Arbeitsgemeinschaft Humane Sexualität (de) (AHS).
  • Arbeitsgemeinschaft “Schwule, Päderasten und Transsexuelle” (“groupe de travail ‘gays, péderastes et transsexuels’”). Faction du German Green Party (Parti des Verts) impliqué dans l’activisme pro-pédophile.[14][15][16][17] Voir de:Pädophilie-Debatte (Bündnis 90/Die Grünen) (“Débat pédophilie - Alliance ’90/Les Verts”)
  • Deutsche Studien- und Arbeitsgemeinschaft Pädophilie (DSAP). 1979–1983.[8]
  • Fach und Selbsthilfegruppe Paedophilie.[8]
  • Indianerkommune. Active des années 1970 jusque dans la moitié des année 1980.[10] Autodéfinie “commune de libération des enfants”, s’identifiant fortement comme pédophile, active de la fin des années 1970 à la fin des années 1980; selon les mêmes auteurs, il y a plusieurs groupes locaux indépendants actifs en Allemagne aujourd’hui.[18]
  • Kanalratten. Rejeton de l’Indianerkommune mais pour les pédophiles femelles.[19]
  • Kinderfrühling.[20]
  • Krumme 13 (K13), 1993– aktuell bis heute und im Internet präsent.[21][22]
  • Pädoguppe, Rat und Tat-Zentrum.[8]
  • Pädophile Selbsthilfe- und Emanzipationsgruppe München (SHG).[23] Fondée en 1979.[24] A partir de 2003, la police a commencé à faire des descentes chez ses membres, qui se sont soldées par la saisie de plus d’un demi million de pièces de pornographie enfantine et de multiples arrestations.[25]
  • Verein für sexuelle Gleichberechtigung. Fondée à Munich. 1973–1988[26]
  • Werkgruppe Pedophilie.[27]

 

Italie

  • Gruppo P. Foundé en 1989 par Francesco Vallini.[28] Malgré son statut légal, Vallini a passé trois ans en prison pour association criminelle. En dépit de quoi le magazine bien connu Babilonia continue d’employer Vallini et de soutenir ses idées, même si le groupe P en tant que tel n’existe plus. Le groupe publiait le bulletin Corriere dei pedofili.[29]

 

Hollande

  • Enclave Kring. Fondée dans les années 1950s par le psychologue Frits Bernard.[30]
  • Jon. Fondée en 1979 par la Dutch Society for Sexual Reform.[8]
  • Party for Neighbourly Love, Freedom, and Diversity, 2006–2008. Parti politique néerlandais qui milite pour l’abaissement de l’âge légal du “consentement” à 12 ans et pour la légalisation de la pornographie infantile.[31]
  • Vereniging Martijn. Fondée en 1982. L’association pédophile la plus importante en Europe. Le 27 juin 2012, une cour néerlandaise a déclaré le groupe illégal et ordonné sa dissolution immédiate.[32] Cependant, cette décision a été annulée par une cour d’appel en avril 2013, le ou la juge ayant motivé sa décision en disant que le groupe ne commettait pas de crimes et devait bénéficier du droit d’association.[33]. Cette décision fut elle-même annulée par la Cour Suprême de Hollande le 18 Avril 2014, qui interdit définitivement l’association. L’association a fait appel de cette sentence auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, mais son appel a été rejeté. Le groupe publiait le bulletin OK Magazine.[34]

 

Norvège

  • Norwegian Pedophile Group.[27]
  • Amnesty for Child Sexuality.[27]

 

Suisse

  • Schweizerische Arbeitsgemeinschaft Pädophile.[10]

 

Royaume-Uni

 

USA

  • Childhood Sensuality Circle (CSC). Fondée en 1971 à San Diego (Californie) par un étudiant de Wilhelm Reich.[10]
  • North American Man/Boy Love Association (NAMBLA). Active de 1978 à aujourd’hui. Considérée comme largement éteinte.[37][38]
  • Pedophile Information Society.[39]
  • Project Truth. Une des organisations expulsées de l’ILGA in 1994 comme organisation pédophile.[3]; éteinte.
  • René Guyon Society. Peut-être fictive. Son slogan était “sexe avant 8 ans; après c’est trop tard”.[27]

     

    Vous avez remarqué quelque chose d’intéressant ? Toutes ces organisations pédophiles, TOUTES, ont leur site web. Et pourtant, personne, dans la communauté des archibienpensants n’a même essayé de les faire fermer, moins encore de les persécuter systématiquement comme le Daily Stormer. Et pourquoi ça ? Est-ce que les nazis sont pires que même les pédophiles ?]

 

Il y a aussi un autre effet secondaire particulièrement toxique généré par cette création de « scélérats consensuels » : il permet aux scélérats non-consensuels de se dissimuler très facilement. Prenons un exemple très simple. Le soi-disant «Holocauste». On entend souvent dire qu’il est absolument nécessaire qu’il y ait (je ne vous mens pas) une «éducation à l’Holocauste», pour bien s’assurer «qu’une telle abomination ne puisse plus se produire». Plus se produire ? Mais ça n’a jamais arrêté ! La décolonisation de l’Afrique a été un bain de sang. Les guerres US en Corée et au Vietnam ont tué des millions de gens, tout comme la guerre civile patronnée par les USA en Indonésie. Le génocide cambodgien, la guerre d’indépendance du Bangladesh, la guerre civile du Mozambique – toutes ont vu des millions de personnes assassinées. Plus récemment, l’invasion soviétique en Afghanistan, le génocide au Rwanda, l’occupation US de l’Irak, la deuxième guerre du Congo, toutes ont tué plusieurs millions de personnes. Il est obscène, grotesque et scandaleux de dire «plus jamais ça», alors qu’en réalité, ça n’a jamais arrêté. Ou prenons l’exemple de la pédophilie. Je suis absolument convaincu que l’empire ne persécute publiquement les pédophiles que parce qu’il refuse de voir les horreurs que génère l’industrie de la pornographie, pas seulement parmi ceux qui y tiennent un rôle actif mais chez les millions d’individus et de familles qu’elle affecte (et si vous pensez que ce ne sont là que les divagations paranoïaques d’un chrétien fondamentaliste bégueule, lisez donc cet article et réveillez-vous au monde réel qui vous entoure ! Je recommande aussi très fortement la lecture du 2e chapitre de  « L’illusion de l’amour », dans le merveilleux livre de Chris Hedges Empire de l’illusion : La mort de la culture et le triomphe du spectacle que je considère comme incontournable si on veut comprendre la société des États-Unis).

L’horrible vérité est que ni les nazis ni les pédophiles ne sont en aucune manière exceptionnels. Ils ne sont que le produit-type d’un monde devenu fou d’arrogance, de haine et de perversité maniaque. On ne se débarrasse pas ainsi de toutes les formes de spiritualité, non plus que de tout sens du sacré et de l’absolu, sans payer les conséquences de cette sorte de folie. La condamnation des nazis et des pédophiles n’est qu’une forme particulièrement hypocrite d’affectation ostentatoire de vertu par des forces et des individus qui ne sont en rien moins pervers et malfaisants que les nazis et les pédophiles qu’ils dénoncent et condamnent avec tant de véhémence. Nous ne devons pas laisser l’arbre nous cacher la forêt et ne devrions pas non plus permettre à un seul fils de pute de nous cacher une multitude d’autres fils de putes.

 

Comment on sous-traite la répression de la liberté de s’exprimer à des entreprises privées.

Ce qui est en train de se passer sous nos yeux, c’est que les néocons ont trouvé un truc très malin pour contourner les garanties assurées aux citoyens par la Constitution (dans son 1er Amendement par exemple) en privatisant la répression de la liberté de s’exprimer. Ceci n’est en réalité pas nouveau : le Pentagone livre des guerres illégales en se servant d’« entrepreneurs privés » tout comme les agences à « 3 lettres » nous espionnent en se servant elles aussi de sociétés privées spécialisées dans l’espionnage.. Maintenant, les néocons se servent du secteur privé pour réprimer nos libertés : c’est pas merveilleux le capitalisme ?!

Reprenons l’exemple du Daily Stormer : si le gouvernement US avait interdit au Daily Stormer d’avoir un site web à lui ou d’échanger des e-mails, l’ACLU [American Civil Liberties Union = Union Américaine pour les Libertés Civiles »] se serait levée en armes. Mais, puisque c’est fait par le secteur privé et non par le gouvernement, l’ACLU n’y trouve absolument rien à redire. Pourquoi ? Parce que les « conditions d’utilisation » en petits caractères que personne ne lit jamais, donnent aux sociétés d’IT [identité informatique, ndt] le pouvoir pratiquement illimité de faire ce qu’elles veulent de vos données et le pouvoir de vous refuser n’importe lequel de leurs services. Utiliser les services de Google (ou de n’importe quelle autre société de services) n’est pas un droit. C’est aussi simple que ça.

Le problème-clé, ici, c’est que, pour prendre une fois encore l’exemple du Daily Stormer, GoDaddy + Google + Youtube + Facebook, C’EST pratiquement tout l’Internet. Oh, oui, bon, en ce moment, le Daily Stormer se cache dans le « dark web » (à l’adresse http://dstormer6em3i4km.onion/ ) et n’est accessible qu’en passant par un routeur Tor, où il n’est pas indexé par des moteurs de recherche (au moment où j’écris, il est aussi localisé ici : https://dailystormer.al/ mais Dieu seul sait pour combien de temps). Mais tout cela n’a rien à voir. L’empire se fout impérialement de ce qui se passe dans quelques recoins d’Internet, tout ce qu’il veut, c’est être en mesure de contrôler tout ce qui se passe sur les 90% de l’Internet, et que ces 90% soient contrôlés par une liste relativement courte de sociétés loyales, qui soient susceptibles de faire ce que veut l’empire sans avoir à s’embarrasser de mandats de justice.

Il apparaît aussi à présent que, si l’on en croit l’article Wikipedia ci-dessus, Anonymous est partant pour servir d’exécuteur à l’empire. Bien entendu, ce pourrait juste être la NSA se faisant passer pour Anonymous. Nous ne le saurons jamais.

Puis-je ajouter que ceci était inévitable ? Les Pères Fondateurs ont fabriqué la Constitution US (et d’autres instruments juridiques) pour protéger le peuple des abus du gouvernement. Ils ne pouvaient imaginer que les classes dirigeantes démantèleraient autant que possible du gouvernement (surtout ses parties les plus utiles) et les remplaceraient par des sociétés privées. Les leaders des mouvements des droits civiques étaient si obsédés par l’Oncle Sam qu’ils n’ont même jamais remarqué comment le monde des « corporates » les a tranquillement et légalement réduits en esclavage pour le plus grand bénéfice du « Deep State », essentiellement composé aujourd’hui de néocons.

Que pouvons-nous y faire ?

 

Libérer nos esprits et nous affranchir des technologies que nous utilisons.

Je pense que nous devons accepter le défi conceptuel des néocons : ils nous mettent littéralement au défi de nous opposer à la persécution des nazis et des pédophiles. Nous, par conséquent, devons faire exactement ça : tout ce que nous pouvons pour qu’il soit impossible aux néocons de persécuter les nazis et les pédophiles. Pas pour leurs beaux yeux, pour les nôtres. Parce que si on laisse l’empire faire ça aux nazis, il pourra le faire ensuite à n’importe qui. En vérité « D’abord ils sont venus pour les nazis et les pédophiles ».

 

[Parenthèse : Soixante-douze ans après la fin de la IIe guerre mondiale, la situation a été complètement retournée et, aujourd’hui, les vers célèbres du pasteur Niemöller devraient commencer par « D’abord, ils sont venus pour les nazis et les pédophiles ». Je peux imaginer à quel point le pasteur Niemöller serait consterné de voir que ses fameux vers anti-nazis sont aujourd’hui utilisés pour défendre la liberté des nazis et des pédophiles. Il serait consterné, oui, et affreusement triste, mais je suis sûr qu’il comprendrait et qu’il serait d’accord.]

 

Je soumets qu’il est grand temps pour nous tous de refuser d’être traités comme des rats de laboratoire, conditionnés à vénérer X (Barack Obama) et à vomir Y (les nazis). Les nazis et les pédophiles méritent amplement notre dégoût et notre rejet, non pas parce que nous avons été dressés à les haïr, et non parce qu’ils représentent un « super mal », mais tout simplement parce qu’ils sont odieux. Ceux qui veulent nous laver le cerveau pour nous les faire haïr ne nous font pas confiance pour arriver à cette conclusion sans leur aide manipulatrice, et c’est cela, selon moi, qui est particulièrement offensant et dégradant à notre égard. Nous devons dire à ceux qui nous voudraient incurablement subjugués que nous sommes capables de tirer nos propres conclusions, merci bien, et qu’ils peuvent se garder leurs endoctrinements.

Outre la nécessité de nous débarrasser du joug idéologique de la machine de propagande impériale, il est également nécessaire que nous nous intéressions d’un peu près à certaines questions technologiques, comme, par exemple, avoir un site web et pouvoir utiliser des e-mails cryptés. C’est quelque chose dont nous avons tous besoin, non ? Sauf qu’aujourd’hui, c’est devenu quelque chose de très difficile à trouver. Imaginons une société qui déclarerait ouvertement que ses services ne peuvent en aucun cas être refusés à quiconque pour quelque raison que ce soit… Si une telle société déclarait par exemple que les comptes des nazis, des pédophiles et des terroristes ne seront jamais fermés ou lésés d’aucune façon… Ne serait-ce pas là le genre de société où vous aimeriez ouvrir un compte ?

Pour commencer, soyons réalistes et ne demandons pas à un fournisseur de services d’ignorer un mandat judiciaire. Dans l’abstrait, ce pourrait être très noble, mais pas très réaliste. Toutefois, notre première condition pourrait être que le fournisseur de services s’engagerait à ne fermer notre compte ou à le limiter que pour obéir à un mandat judiciaire. Des conditions contractuelles de services qui incluraient cette disposition feraient, en théorie, des États-Unis, une juridiction raisonnablement sûre. La Suisse ou l’Islande seraient encore mieux.

Je ne sais pas si ceci est techniquement faisable, mais ce serait encore mieux si le fournisseur de services rendait techniquement impossible pour lui-même de fermer ses comptes. Des mesures ont été prises dans ce sens. Par exemple, ProtonMail crypte la boîte entrante de ses utilisateurs de façon telle que, même si un tribunal suisse ordonnait à ProtonMail de lui livrer le contenu de la boîte entrante d’un de ses utilisateurs, ProtonMail ne serait capable de lui livrer que des fichiers hautement cryptés, mais pas le texte en clair. Du coup, je me demande s’il serait possible qu’il y ait une autorité (le fournisseur de services) capable de créer un compte, mais que ce compte, une fois créé, soit techniquement impossible à fermer par le dit fournisseur de services. Si ce compte, par exemple, était hébergé sur un réseau P2P [Peer to Peer] ou si les références nécessaires pour créer ce compte étaient insuffisantes pour pouvoir le fermer ? Je ne sais pas, je suis juste en train de réfléchir à haute voix. Quelqu’un a une opinion ?

Deuxièmement, le siège social de la société, ses avoirs financiers et ses serveurs devraient être localisés dans une juridiction raisonnablement sûre. ProtonMail a son siège social et ses comptes bancaires en Suisse (ses serveurs sont répartis un peu partout, certains sont même en Israël, soupir…). Peut-être vaudrait-il mieux les répartir dans plusieurs juridictions ? Des juridictions éparpillées peut-être ?

 

[Parenthèse : Ici, je dois admettre à mon grand regret et à ma grande honte que la Russie de Poutine ne vaut pas mieux que les USA et, franchement, que la Russie est même pire à certains points de vue. La triste réalité est que le gouvernement russe, sous le pieux prétexte d’anti-terrorisme, a passé pas mal de lois terribles contre la liberté et la vie privée, et que les garanties légales de liberté d’expression en Russie avoisinent le zéro. Ouais ! Pour l’instant, il y a un brave gars au pouvoir, mais si, demain, à Dieu ne plaise, une espèce d’« Eltsinoïde » y arrive, au pouvoir, il n’y a rien qui pourra empêcher le gouvernement russe d’interdire totalement le cryptage, de fermer les sites « politiquement incorrects », etc. Incidemment, c’est la même chose en Iran et en Chine. J’ai personnellement la chance que mon blog ne soit pas interdit en Iran – oui, je l’ai fait vérifier – mais beaucoup d’autres le sont. La Chine pourrait bien être le pire des contrevenants : on y a maintenant rendu obligatoire l’introduction des données de leur passeport aux utilisateurs de médias sociaux ! C’est paradoxal, mais les pays qui sont en première ligne de la résistance à l’empire anglo-sioniste ont encore moins de culture de la liberté – du moins sur Internet – que les USA ou la plupart des pays de l’Union Européenne. Très mauvaise nouvelle pour nous, parce que nous avons probablement plus de chance de trouver une solution à nos problèmes en Occident que dans des pays comme la Russie, l’Iran ou la Chine. C’est tout à fait révélateur (voir plus haut) que Roskomnadzor, au lieu d’offrir un havre en Russie au Daily Stormer, ait effectivement demandé (et obtenu) que son domaine russe soit fermé. Honte à la Russie ! C’est tout ce que je peux dire.]

 

Un tel fournisseur de services sera-t-il jamais créé ? Je veux espérer que oui. J’ai été formidablement encouragé par la réaction de l’Electronic Frontier Foundation (EFF = Fondation pour la Frontière Électronique, voir le texte complet ici), qui a fortement condamné les actions des « loyales corporations » et qui a dit clairement que :

 

« Protéger la liberté d’expression n’est pas quelque chose que nous faisons parce que nous sommes d’accord avec l’expression que nous protégeons. Nous le faisons parce que nous croyons que personne – ni les gouvernements ni les entreprises privées – ne doit décider de qui a le droit de parler et de qui ne l’a pas. »

.

Que Dieu les bénisse ! Je suis fier d’être membre de l’EFF.

La Free Software Foundation (FSF = Fondation pour le Logiciel Libre), dont je suis membre aussi, pourrait avoir à se creuser les méninges pour trouver la technologie qui garantirait que personne, y compris les « scélérats consensuels » ne puisse être dépouillé de son droit à exposer des idées ou à communiquer en toute sécurité.

J’entends d’ici l’objection : « et les terroristes, alors ? ». À ceci, je répondrais deux choses :

 

1°) Pour autant que je sache, tous les terroristes sont patronnés par des états.

2°) Les terroristes peuvent très facilement esquiver toute forme de contrôle étatique (principalement en ne révélant pas de quel compte mail ils se servent).

 

Ainsi ce « nous allons donner aux terroristes les moyens de communiquer » est un canard de la plus belle eau.

Comme outil de liberté, l’Internet a été véritablement fantastique. Mais il nous faut aussi reconnaître qu’il a ses points faibles, qui sont surtout ses « points d’accès » (les Network Access Points ou NAPs) et son mécanisme d’enregistrement des noms de domaines (via ICANN). Les gouvernements ne peuvent pas fermer l’Internet. Mais les gouvernements et le secteur privé, ensemble, le peuvent probablement.

Et enfin, il y a le problème des moteurs de recherche. À l’heure qu’il est, Google règne sans partage, l’autre finaliste (Yandex) se focalise surtout sur l’Internet russe. Il y a beaucoup d’autres moteurs de recherche, mais aucun d’entre eux n’offre des garanties quant à son a-politisme. Encore une fois, ceci est un défi à relever par la communauté du logiciel libre, qui devra s’amener avec une solution, mais ça prendra du temps.

 

En prévision de quelques accusations inévitables

Avez-vous remarqué combien de fois, au cours de cet article, j’ai dû sortir de mon chemin pour prévenir l’accusation de sympathie envers les nazis ? Je suis bien sûr que l’une ou l’autre andouille va essayer de poster un commentaire [voir les commentaires à l’article d’origine, ndt] qui m’accusera d’en être un moi-même. Quand ça se produira, je vous prie de considérer que c’est un exemple de la facilité avec laquelle le mot « nazisme » transforme certains cerveaux en bouillie. D’autres m’accuseront certainement d’être un cryptonazi (ou quelque chose du même genre), non parce qu’ils le croiront réellement mais parce qu’ils n’auront pas un seul argument logique basé sur des faits à m’opposer. Ils espèreront que l’étiquette « nazi » suffira à empêcher mes arguments d’atteindre les lecteurs « bien conditionnés ». Enfin, ne manqueront pas non plus les inévitables « nazis offensés », qui seront absolument scandalisés qu’un type qui ose remettre en question les 6 millions + les chambres à gaz + les fours crématoires traite AUSSI les nazis de racistes malfaisants et de génocidaires maniaques (ils ne détestent pas moins entendre parler d’Ukronazis – car, apparemment, le fait qu’il y ait de tas de juifs dans la direction ukrainienne est pour eux la preuve que les ukronazis ne sont pas des nazis). Je me demande si ces zigotos réalisent à quel point les nazis et les sionistes sont pareils, ou s’ils ne comprennent pas que le gouvernement israélien n’est autre, idéologiquement parlant, qu’une version juive des idées national-socialistes. Ce genre d’interventions commence généralement par « on dirait que… » ou « en d’autres termes… » ou « donc, ce que vous êtes en train de dire… », etc. Ma réponse est simple : j’ai écrit ce que j’ai écrit. Si j’avais voulu écrire autre chose, je l’aurais fait. Par conséquent, soyez gentils de m’épargner les « paraphrases créatives » de ce que j’ai vraiment voulu dire.

 

Conclusion : les derniers groupes de résistance

L’hystérie actuelle autour de l’Alt Right, du Daily Stormer ou de Trump «candidat du KKK» ne résulte pas seulement du fait que les medias de masses sont contrôlés par des crétins sensationnalistes. Ceci est une campagne de psy-op [= guerre psychologique] stratégique délibérée dont le but est de renverser Trump et de réprimer brutalement les aspirations légitimes de millions d’Américains qui veulent seulement récupérer leur pays. Tout a commencé par une révolution colorée contre Trump, suivie d’un coup d’État réussi, et maintenant, c’est sur nous que se porte l’attention des néocons. Dans leurs esprits malades, si nous ne sommes pas des Clintonbots [marionnettes robotisées des Clintons] au cerveau lavé, nous sommes tous des variétés de néo-nazis. Pour eux, le Daily Stormer ou l’Alt Right sont juste la preuve et le prétexte dont ils ont besoin pour pouvoir abattre leur brutale répression sur nos libertés civiles et nos droits humains. Pour rendre les choses pires encore, la soi-disant gauche (je dis « soi-disant » parce que permettez-moi de vous le dire, il n’y a pas de gauche réelle aux USA, seuls des crétins de naissance prétendraient qu’Obama est socialiste) a été totalement incapable de comprendre que « D’abord, ils sont venus pour l’Alt Right ». Mieux même : elle a participé à la campagne « Trump est raciste ». Franchement, je trouve les libéraux US au-delà de toute forme d'espoir, encéphalogramme incurablement plat, et politiquement, ce ne sont que des idiots au service des néo-cons. Nous savons tous où les néocons se placent. Cela nous laisse avec seulement deux groupes encore capables de penser : les paléoconservateurs et les libertariens. Ils ne sont pas vraiment ma tasse de thé avec leurs idées économiques et leurs mythes, mais c’est réellement sans importance à ce stade. Ce qui compte, c’est qu’ils sont les seuls à défendre les principes de base suivants :

 

1°) Soutien aux libertés et aux droits civiques constitutionnels

2°) Opposition à l’empire et aux guerres étrangères.

3°) Résistance au programme social et politique de la « coalition des minorités ».

 

Je pense qu’au point où nous en sommes, la plupart des paléoconservateurs et des libertariens ont compris que « la présidence Trump a vécu », comme l’a dit Bannon. Trump est un nain intellectuel complètement neutralisé. Mais ce que Trump a défendu pendant sa campagne électorale mérite toujours qu’on se batte pour l’obtenir. Oubliez l’homme, mais rappelez-vous les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. Ces valeurs sont tout ce qui reste debout entre nous et une vie entière de servitude sous les néo-cons et leur empire anglo-sioniste. C’est aussi tout ce qui reste entre l’humanité et une guerre planétaire.

 

[Parenthèse : à mes amis (vraiment) de gauche : non, je ne suis pas en train d’adopter les idées politiques des paléoconservateurs et des libertariens. Mais je dis que dans le contexte US, ce sont les deux seules forces politiques qui soient encore mentalement capables de résistance. Comme je l’ai déjà dit, il n’y a pas de gauche réellement organisée au nord du Rio Grande, désolé. Et avant que vous posiez la question, les Antifas ne sont rien d’autre qu’un outil imbécile entre les mains des néocons. Oui, il reste quelques individus réellement de gauche aux USA, et même, ô surprise, il en reste pas mal, mais rien d’organisé, pas de mouvement. C’est un désastre et une tragédie, mais c’est la triste réalité.]

 

Ce que la machine à propagande des néocons essaie de faire, c’est ranger les paléoconservateurs et les libertariens soit dans la catégorie « agents de Poutine » (Ron Paul) soit dans « nazis » (Pat Buchanan). S’ils y arrivent, alors ce sera vraiment la fin, bonnes gens. Mais ils n’y réussiront probablement pas parce que, en réponse dialectique au défi des néocons, les paléocons et les libertariens sont en train de se transformer lentement en une espèce de mouvement (par opposition à « parti ») dont les vues sont partagées par la plupart de ceux qui avaient nourri l’espoir que Trump allait « assécher le marais ». Ce n’est pas là le but des néocons ni de la minuscule minorité des néonazis US ou des pédophiles fondamentalement sans pertinence. Une fois que leurs capacités juridiques, techniques et organisationnelles auront été développées au maximum, les néocons « viendront pour les patriotes US » parce que ce sera la dernière chose qui se dressera entre eux et leur contrôle total des États-Unis.

Source : http://thesaker.is/first-they-came-for-the-nazis-and-pedo...

Via : http://www.unz.com/tsaker/first-they-came-for-the-nazis-a...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2. François Demassieux.GIF

 

 

Mis en ligne le 5 octobre 2017.

 

0. freccia nera grande.gif

 

 

20:21 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire