24/03/2018

L'EUROPE EN MARCHE

1. Europe is fixed.jpg

 

L’EUROPE EN MARCHE

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Ne nous dites pas que 68 recommence !

 

Grève à Montpellier : Philippe Pétel, doyen de la fac, a-t-il fait ratonner les étudiants ?

 

RAPHAËL "JAHRAPH" BERLAND  Cercle des Volontaires

  23 mars 2018 /

 

3. philippe-petel-fac-montpellier.jpg

Philippe Pétel, doyen de la fac de Montpellier, se lave les mains des événements qui ont ensanglanté son université

(photo de Philippe Pétel : © Yves Topol HJE 2017)

 

Nous relayons plusieurs témoignages à propos des échauffourées qui ont eu lieu cette nuit à l’université de Montpellier. En effet, des individus cagoulés ont fait irruption dans un amphithéâtre occupé par des étudiants grévistes, et les ont agressés à l’aide de bâtons, sous le regard visiblement complaisant de Philippe Pétel, le doyen de la fac. Qui étaient exactement ces individus cagoulés ? Quel était la nature de leur relation avec Philippe Pétel ? Voici quelques éléments qui vous permettront sans doute d’aboutir à vos propres conclusions…

Raphaël Berland

 

« Tout ce que je raconte, je l’ai vu. La fac de droit de Montpellier, l’UM3, était occupée par les étudiants. On était encore une cinquantaine dedans.

Des hommes, une dizaine, en noir, masqués, avec des bâtons, des bouts de palettes sont entrés. Ils n’ont pas parlé. Ils ont sorti tout le monde, en les frappant, en les matraquant au sol, en les traînant par terre. En les fracassant au sol, bordel de merde. C’est moi qui ai filmé. Ils ont poussé tout le monde dehors, en les frappant.

Le Doyen de la Fac de Droit était présent. Je l’ai vu ouvrir la porte à ces hommes. J’ai vu les portes de la fac se refermer, avec ces hommes à l’intérieur. J’ai vu le directeur d’une institution publique s’enfermer avec un groupuscule extra violent. J’ai vu une amie au sol, en sang, avec le portail qui se referme sur ses jambes. En arrière-plan, j’ai vu l’administration qui était présente sur les lieux applaudir. Applaudir face au sang d’étudiants en lutte pour leurs droits. J’ai vu ces hommes qui voulaient casser des  « gauchos », j’ai senti leurs coups sur mon corps.

Trois étudiants sont partis avec les pompiers. La police n’est pas entrée dans la fac, elle n’en avait pas le droit sans l’accord du doyen. La police n’a pas arrêté ces hommes. Ils sont sortis par la sortie de secours, et les policiers les entouraient, comme une escorte de ministre. Le doyen n’a pas autorisé la police à entrer dans la faculté, pour arrêter les hommes qui ont envoyé trois étudiants à l’hôpital. Le doyen de la fac de droit, je l’affirme parce que je l’ai vu, a montré à ces hommes, dont il n’avait pas peur, les  « cibles ». Des étudiants, des jeunes comme vous.

C’est ce que j’ai vu.

Ce n’est plus une question de lutte sociale, ça va au-delà de l’antifascisme. Je vous demande de ne pas laisser ces personnes, ce doyen, ce groupuscule ultra violent agir en toute impunité. Je vous demande de relayer ce témoignage, je vous demande de demander des comptes à nos côtés.

Parce que le sol de la fac de droit est tâché du sang de jeunes qui voulaient juste continuer leurs études, et qui s’engageaient en ce sens. Parce que la police n’a rien fait. Parce que j’ai peur, si c’est ça l’éducation nationale, si c’est ça, la police qui est censée nous protéger, si c’est ça, mon pays. »

Source : Léna Rsd

 


 

Dans la nuit du 22 mars, après une importante journée de mobilisation contre la sélection étudiante et les attaques sociales de Macron, une milice cagoulée et armée a attaqué les étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la fac de Montpellier. Coups de poing, de bâtons, électrocution à coups de taser : un déchainement de violence gratuite. Plusieurs étudiants ont été blessés, et parfois hospitalisés. Le sang a coulé au sein du campus universitaire !

Une étudiante présente sur les lieux raconte :

« La fac de droit de Montpellier, l’UM3, était occupée par les étudiants. On était encore une cinquantaine dedans. Des hommes, une dizaine, en noir, masqué, avec des batons, des bouts de palettes sont entrés. Ils n’ont pas parlé. Ils ont sorti tout le monde, en les frappant, en les matraquant au sol, en les traînant par terre. […] Le Doyen de la Fac de Droit était présent. Je l’ai vu ouvrir la porte à ces hommes. J’ai vu les portes de la fac se refermer, avec ces hommes à l’intérieur. […] J’ai vu une amie au sol, en sang, avec le portail qui se referme sur ses jambes. […] Le doyen de la fac de droit, je l’affirme parce que je l’ai vu, a montré à ces hommes, dont il n’avait pas peur, les  »cibles ». Des étudiants, des jeunes comme vous. »

Ce groupuscule armé a donc reçu le soutien logistique de l’administration universitaire. Après avoir envoyé la police réprimer avec une extrême violence les manifestations de la jeunesse, une nouvelle forme de répression se dessine : le recours à des milices para-étatiques pour terroriser les luttes.

Sources : Nantes Révoltée – Révolution Permanente

 


 

Voici la réponse très ambigüe de Philippe Pétel, doyen de la faculté de Droit, accusé par les étudiants d’avoir pour le moins facilité l’accès de l’université aux hommes armés et cagoulés.

Source : France 3

 

  

 

Actuellement, plusieurs centaines de personnes sont rassemblées devant la faculté de droit et de science politique de Montpellier pour dénoncer « l’attaque fasciste de Philippe Pétel contre des étudiants » et réclamer sa démission.

Source : Montpellier Poing Info.

 


 

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2018/03/23/greve-montp...

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Affaire Skripal : Vienne reste sourd à l’appel de May

Sputnik International – 23 mars 2018

 

4. SKRIPAL 1.jpg

 

Arrivé au sommet de l’UE à Bruxelles, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a fait comprendre qu’il n’allait pas rejoindre Theresa May dans sa décision d’expulser des diplomates russes dans le cadre de l’affaire Skripal.

Vienne n'envisage pas d'expulser des diplomates russes sur fond d'affaire Skripal, a annoncé vendredi le chancelier autrichien Sebastian Kurz, arrivé au sommet de l'UE à Bruxelles. Cette déclaration fait suite à une publication de l'agence Bloomberg, selon laquelle Londres cherchait à convaincre ses partenaires européens d'expulser des diplomates russes de leurs pays.

 

5. SKRIPAL 2.jpg

 

Intervenant depuis Bruxelles, le chef de l'État autrichien a également ajouté que les Vingt-Huit avaient exprimé leur solidarité avec Londres et avaient condamné l'attaque au gaz innervant contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, perpétrée à Salisbury.

Les accusations d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia ont été portées contre Moscou par Londres il y a une semaine. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé que Moscou était impliqué dans cette affaire, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Moscou a qualifié ces accusations gratuites de « cirque » avant d'expulser à son tour 23 diplomates britanniques.

 

6. SKRIPAL 3.jpg

 

Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Ils sont toujours à l'hôpital dans un état critique. Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M. Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/2018032310356210...

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Les diplomates expulsés quittent l'ambassade britannique à Moscou (vidéo)

Maxim Blinov – Sputnik International 23 mars 2018

 

7 SKRIPAL 4.jpg

 

Les 23 diplomates britanniques expulsés de Russie dans le cadre de l’affaire Skripal ont quitté ce vendredi leur ambassade à Moscou.

 


 

Les  23 diplomates russes quittant leur ambassade au Royaume-Uni.

 

 

 

 

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201803231035620526-skripal-diplomates-britanniques-expulsion/ 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Pour les Anglophones only…

 

Georges Galloway explore l’affaire de la prétendue attaque de Moscou contre l’ex-espion russe

« Seul quelqu’un ayant accès à la demeure du colonel Skripal peut avoir empoisonné les habitants de la maison ».

Posté par ICH le 20 mars 2018

 

Et pendant qu’il y est, il parle un peu de la Corée du Nord


 

Source : http://www.informationclearinghouse.info/49033.htm

 

Depuis, George Galloway a continué de s’exprimer par radio (« La mère de tous les talk shows ») sur cette affaire. Ici interviewant Craig Murray :

 


  

 

Ici interviewé par RT :

 

 

Pendant qu’on y est : Peter Hitchens

 

 

À quoi bon lésiner…

L’ambassadeur russe à Londres : « Il n’y a pas de preuve que Skripal soit malade dans un hôpital » :

 


 

À suivre…

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

« Révolution » ukrainienne quatre ans plus tard

 

Un événement sans précédent au Parlement européen

Communiqué

de Janusz Niedzwiecki  – ECDHR

à Bruno Drweski – 24 mars 2018

 

8 EU - 1 IMG_20180323_124537_901.jpg

 

En marge du sommet européen en cours, de nouveaux documents d'enquête concernant les incidents tragiques survenus à Maidan en 2014 ont été présentés au cours d’une conférence intitulée « Révolution de Maïdan : 4 ans plus tard ». Organisée par l'eurodéputé Bill Etheridge (UKIP - Groupe ELDD), elle a rassemblé des représentants de nombreuses organisations des droits de l'homme, des médias, ainsi que des parlementaires européens faisant fî du prêt à penser habituel sur cette question, comme le député écossais David Coburn  et le député letton Miroslav Mitrofanov.

Au cours des quatre dernières années, les autorités ukrainiennes ont diffusé avec persévérance ce que l’on appelle désormais le Roman de Maidan. Un pouvoir honni aurait ouvert le feu sur une foule pacifique et désarmée, motivée par la seule volonté de vivre démocratiquement sous la protection de l’Union européenne… Une légende est née à Maïdan, où le sang des « combattants pour la démocratie » se serait intimement mêlé aux étoiles du drapeau de l'Union européenne, une légende si forte qu’elle a permis aux autorités européennes de fermer les yeux sur la corruption systémique du gouvernement ukrainien actuel et sa radicalité.

La vérité est tout autre, et salit durablement les autorités encore au pouvoir à Kiev. En effet, les documents présentés au Parlement européen lors de cette conférence attestent sans équivoque que la centaine de personnes mortes lors de évènements de Maïdan en février 2014 ont été les victimes d’une manipulation monstrueuse de la part des leaders de Maïdan, aujourd’hui aux postes clefs de l’état ukrainien.

 

9. EU - 2 IMG_20180323_124550_226.jpg

 

Pour la première fois, au cœur même des institutions de l'Union européenne, les films choquants de la journaliste israélienne Anna Stephan  et du reporter italien Gian Micalessina ont pû être présentés aux Parlementaires et aux médias. Ces documents indiquent clairement que les tirs ayant tué les manifestants de la place Maïdan provenaient des rangs des émeutiers, et plus particulièrement de mercenaires géorgiens engagés expressément pour provoquer la chute du pouvoir et entrainer l’Ukraine dans une guerre civile qui a fait plus de 10.000 morts dans le Donbass.

Les pièces présentées ont fait une telle impression sur l’assistance, que la discussion s’est, au final, portée sur la possibilité de créer une commission d’enquête spéciale de l’Union européenne, qui serait chargée de superviser et de coordonner une enquête impartiale et neutre sur les meurtre de Maïdan.

Les avocats ukrainiens Alexander Goroshinsky et Olga Prosasyuk ont également pris part à la conférence, pour relater des faits de persécution et de pressions exercées sur les avocats par les autorités ukrainiennes dans ces affaires.

 

10. EU - 3 IMG_20180323_124606_210.jpg

 

Cinq députés, issus des différents groupes politiques présents au Parlement européen ont apporté leur soutien à un projet de résolution qui pourrait inciter les institutions européennes à opérer un changement radical vis-à-vis des autorités ukrainiennes, qui ont été incapables de clore l'enquête en cours ou de punir les responsables, au point d’apparaître comme les complices de ce crime. 

Aujourd'hui, après plus de quatre ans, la vérité se révèle à l’Europe, qui ne peut plus ignorer les violations manifestes des Droits de l’Homme qui s’exercent à ses frontières.

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

La France a-t-elle vraiment « commencé à comprendre » ?

 

2. titre_manuel xx.GIF

3 bis. Manuel de Diéguez.JPG

 

Un animal frappé par un besoin de grandeur

 

Mme Theresa May, chef du gouvernement britannique aurait prononcé ces paroles ailées: « Les Russes sont débiles ». On comprend tout de suite qu’aussi longtemps que les historiens de demain n’auront pas acquis une connaissance de la différence qui existe entre les anecdotes et les faits porteurs d’une signification anthropologique profonde, il sera impossible de seulement tenter de comprendre l’histoire. En l’espèce, il s’agit de savoir si une histoire compréhensible des relations entre les grandes civilisations est possible à partir du point de rupture géopolitique qu’exprime la formule : « Les Russes sont débiles ».

 

11. Place de la laicité.jpg

 

Les historiens de notre tête observeront qu’à partir du mois de mars 2018, la République laïque française a enfin commencé de se poser sérieusement – c’est-à-dire à la lumière d’une anthropologie inspirée par un esprit réellement critique – la question de savoir comment elle allait gérer les conflits entre les deux principales religions étrangères qui occupent son territoire – le judaïsme et l’islam – alors qu’aujourd’hui aucun de nos dirigeants ne dispose d’une véritable science de l’humain capable d’expliquer comment et pourquoi l’animal censé avoir basculé hors de la zoologie se forge des personnages fantastiques qu’il appelle des dieux dont les siècles démontreront immanquablement qu’ils n’ont jamais existé ailleurs que dans les têtes. Il était déjà devenu évident qu’il fallait apprendre à porter un regard d’anthropologue, donc un regard scientifique et de l’extérieur, sur les mythes sacrés de type monothéiste.

A partir de mars 2018, il semble que la France ait commencé de comprendre comment le pouvoir religieux s’y prend pour exercer la puissance proprement politique qui lui appartient. Car en proclamant que la France a vocation à protéger le judaïsme des méfaits de l’antisémitisme et, dans le même temps, vocation à honnir à jamais, donc à condamner définitivement sur le plan religieux, le rêve théologique d’Israël d’arracher Jérusalem des mains des musulmans et d’élever cette cité au rang de capitale des juifs, et cela en application des volontés expresses de leur Jahvé, la République laïque affichait, pour la première fois, et en tant que telle, sa vocation naturelle et innée d’exercer un pouvoir politico-théologique, donc d’afficher ses compétences et sa juridiction dans l’ordre proprement religieux.

À la stupéfaction générale, le Président Macron semble avoir tout subitement découvert les compétences politico-religieuses souveraines, nécessairement attachées aux prérogatives de tous les États réels, y compris des États laïcs et donc consubstantielles à l’existence strictement politique de la France laïque sur son propre territoire.

Cette situation d’un État démocratique et républicain depuis 1793 se manifestait d’autant plus crûment que, pour la première fois depuis les apôtres Jean et Paul, Israël se voyait cloué au pilori d’une conscience universelle. En effet, seuls les États-Unis, Israël, le Guatemala, le Honduras, le Togo, la Micronésie, Nauru, Palaos et les îles Marshall. avaient suivi les USA et Israël dans leur ultime exploit théologique en faveur de Jahvé.

La légitimation absolue, tantôt du Coran, tantôt de l’Ancien Testament, donc de la « révélation » musulmane ou de la « révélation » juive sur le territoire français délégitimeraient radicalement la « démocratie laïque », qui avait déjà délégitimé en son temps la « démocratie dite chrétienne » et cela pour la simple raison qu’aucune démocratie ne se fonde sur les droits d’une divinité, mais exclusivement sur la capacité du genre humain de penser par lui-même, c’est-à-dire de piloter seul sa propre tête.

Comment la France allait-elle tenter d’acquérir les instruments de la pensée qui lui donneraient la compétence de dire aux Français à quel moment Israël ou l’islam auraient raison tour à tour sur le sol de la France ? Aucun État rationnel ne pouvait accepter ce triomphe d’un coup de force, ni d’Israël contre l’islam et son Coran, ni des États musulmans contre Jahvé et ses écrits. L’essentiel du pouvoir politico-religieux d’un État laïc et souverain revient donc à tenir d’une main ferme le sceptre de l’arbitrage entre des divinités. C’est pourquoi la France contemporaine se verra dans l’obligation de reconnaître que l’État laïc, lui, est athée par nature et par définition. Depuis 1793, nous nous voilons la face devant cette évidence, et cela bien que la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905 l’ait confirmé avec une clarté insurpassable : la République française déclare expressément qu’elle ne « reconnaît aucun culte » et qu’elle « n’en subventionne aucun » , parce que l’État laïc ne cautionne aucun grigri.

Mais, dans le même temps, on voit qu’une République laïque se trouve placée de force sur les chemins des progrès continus et mondiaux du savoir rationnel. Or, ce champ de bataille-là se trouvait livré à un bouleversement irrémédiable depuis la Révolution copernicienne. Jusqu’alors c’était dès le berceau qu’on enseignait aux enfants les fondements d’une connaissance censée rationnelle et scientifique du ciel et de la terre à partir des mythes religieux. Puis, de génération en génération, on affinait l’éducation des cerveaux sur les chemins de la pensée méthodique.

Et aujourd’hui, le pont biblique et coranique s’est définitivement effondré. Non seulement le soleil ne tourne pas autour de la terre, mais l’espace et le temps n’occupent pas un univers réduit à sa longueur, largeur et profondeur. Nous en sommes à une vingtaine ou davantage de « dimensions ». À chaque génération il appartient désormais de réfuter ou de compléter les connaissances de la précédente.

De nos jours, c’est avec le verbe comprendre que nous nous colletons désespérément, puisque nous commençons de découvrir comment nous forgeons « l’intelligible » sur les établis où, à l’instar des animaux, c’est l’utile qui pilote en sous-main les concepts mêmes de vérité et d’erreur.

Telles sont les grandes lignes d’un univers dans lequel nous ne nous grandissons plus qu’à entrer dans les secrets de notre petitesse et à décrypter la petitesse des divinités que nous avions fatalement construites à notre image. Que va-t-il advenir du besoin de grandeur d’un animal évadé de la zoologie pour dénoncer l’animalité de ses dieux?

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

Image piquée à :  https://reseauinternational.net/un-animal-frappe-par-un-b...

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

En un temps où les chanteurs populaires s’illustrent surtout dans la chronique des faits divers en mourant, en provoquant des guerres d’Atrides chez leurs héritiers, voire en commettant des homicides et en se faisant interdire de concerts par des foules qui désapprouvent de choses jugées, on peut regretter celui où ils ne tuaient ni ne déshéritaient personne et se contentaient d’abonder dans le sens de Manuel de Diéguez…

 

Mouloudji : « Athée, oh grâce à dieu »

 


 

Catholique par ma mère
Musulman par mon père
Un peu juif par mon fils
Bouddhiste par principe

Alcoolique par mon oncle
Dépravé par grand-père
Sans classe par vieille honte
Névrosé par grand-mère

Royaliste par ma mère
Fataliste par mon frère
Communiste par mon père
Marxiste par mimétisme

Hépatique par la guerre
Ruiné par les soeurs-âmes
Vieilli par la bonne chère
Abruti par ces dames

Athée, oh, grâce à Dieu {x4}

Fripon comme un matou
Vertueux comme un principe
Coureur comme un toutou
Foutu comme l’as de pique

Sensuel comme un caniche
Modeste comme personne
Dépravé comme un homme
Cabot comme un ministre

Double comme un notaire
Jouisseur comme un avare
Dur comme un militaire
Tendre comme un buvard

Ivrogne comme une vasque
Coureur comme un baryton
Con comme un ténor
Et beau comme le Veau d'Or

Athée, oh, grâce à Dieu {x4}

Cocu par ma moitié
Brimé par ma concierge
Haï par mes voisins
Détesté par les chiens

Raté pour les affaires
Ruiné par bonté d'âme
Malheureux comme un âne
Gâteux comme un fils-père

Catholique par ma mère
Musulman par mon père
Un peu juif par mon fils
Bouddhiste par principe

Royaliste par ma mère
Communiste par mon père
Raté par mes aïeux
Athée, oh, grâce à Dieu

Athée, oh, grâce à Dieu {x4}

 

12 Notes + grandes.gif

 

Georges Brassens    « Le Mécréant »

 


 

Est-il en notre temps rien de plus odieux
De plus désespérant, que de n'pas croire en Dieu ?

J'voudrais avoir la foi, la foi d'mon charbonnier
Qui est heureux comme un pape et con comme un panier

Mon voisin du dessus, un certain Blais' Pascal
M'a gentiment donné ce conseil amical

" Mettez-vous à genoux, priez et implorez
Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez "

J'me mis à débiter, les rotules à terr'
Tous les Ave Maria, tous les Pater Noster

Dans les rues, les cafés, les trains, les autobus
Tous les de profundis, tous les morpionibus

Sur ces entrefait's-là, trouvant dans les orties
Un' soutane à ma taill', je m'en suis travesti

Et, tonsuré de frais, ma guitare à la main
Vers la foi salvatric' je me mis en chemin

J'tombai sur un boisseau d'punais's de sacristie
Me prenant pour un autre, en chœur, elles m'ont dit

" Mon pèr', chantez-nous donc quelque refrain sacré
Quelque sainte chanson dont vous avez l'secret "

Grattant avec ferveur les cordes sous mes doigts
J'entonnai "le Gorille" avec "Putain de toi"

Criant à l'imposteur, au traître, au papelard
Ell's veul'nt me fair' subir le supplic' d'Abélard

Je vais grossir les rangs des muets du sérail
Les bell's ne viendront plus se pendre à mon poitrail

Grâce à ma voix coupée j'aurai la plac' de choix
Au milieu des petits chanteurs à la croix d'bois

Attirée par le bruit, un' dam' de Charité
Leur dit : " Que faites-vous ? Malheureus's arrêtez

Y a tant d'homm's aujourd'hui qui ont un penchant pervers
A prendre obstinément Cupidon à l'envers

Tant d'hommes dépourvus de leurs virils appas
A ceux qu'en ont encor' ne les enlevons pas "

Ces arguments massue firent un' grosse impression
On me laissa partir avec des ovations

Mais, su'l'chemin du ciel, je n'ferai plus un pas
La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas

Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus

Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit
Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi

 

 

12 Notes + grandes.gif

 

Pierre Perret – « Au nom de Dieu »

 


 

Depuis la nuit des temps,
On s'étripe gaiement
Au nom de Dieu.
On continue pourtant
En faisant toujours mieux.
Il est jamais content.
On lui a fait des églises
Pour calmer son courroux,
Couroucoucou,
Des temples et des Mecques
Ou des femmes et des mecs
L'honorent à genoux.

Parmi tous ces mordus,
Ces millions de fanas,
Toutes ces brebis,
Y a ceux qui adore Jésus,
Ceux qui préfèrent Allah,
D'autres leur canari.
Si t'es athée, sais-tu,
Pour ces gars, t'est foutu.
Turlututu.
Ils disent que tu te gourres
Et que Dieu est amour
Et après, ils te tuent.

On brûla les sorciers,
Les homos, sans-papiers,
Les francs-maçons
Et, même, on fit becqueter
A de pauvres lions
Blandine et les Garçons.
Le Bon roi Saint-Louis
Massacra les harkis
Jusqu'à Tunis
Puis revint sous le gui
Mettre l'étoile aux Juifs
Et rendre l'injustice.

Charles-Neuf, le catho,
Offrit aux parpaillots,
Au nom de Dieu,
La Saint-Barthélémy.
Les Irlandais, depuis,
N'ont pas fait beaucoup mieux.
Monsieur Christophe Colomb
Qui, le vendredi, n'aimait
Que le poisson,
Grilla au chalumeau
Le grand Géronimo
Qui mangeait du bison.

« Pas de préservatif »,
Dit le souverain Pontife
Au nom de Dieu,
Et cette manière sage
De réduire le chômage
En fit un homme heureux.
Pis y a ces fous de Dieu
Qui, au nom de la vertu,
Chapeau pointu,
Égorgent bravement
Des femmes et des enfants
En lisant le Coran.

Depuis la nuit des temps,
On s'étripe gaiement
Au nom de Dieu.
On continue pourtant
En faisant toujours mieux.
Il est jamais content.
Si ce Dieu juste et bon
N'envoie ses oraisons
Qu'à des tueurs,
Doit-on penser qu'alors
L'oraison du plus fort
Est toujours la meilleure ?
Doit-on penser qu'alors
L'oraison du plus fort
Est toujours la meilleure ?

 

12 Notes + grandes.gif

 

Jean Ferrat – « Le sabre et le goupillon »

 


 

Comme cul et chemise comme larrons en foire

J’ai vu se constituer tant d’associations

Mais il n’en reste qu’une au travers de l’histoire

Qui ait su nous donner toute satisfaction

Le sabre et le goupillon

L’un brandissant le glaive et l’autre le ciboire

Les peuples n’avaient plus à se poser de questions

Et quand ils s’en posaient c’était déjà trop tard

On se sert aussi bien pour tondre le mouton

Du sabre que du goupillon

Quand un abbé de cour poussait une bergère

Vers des chemins tremblants d’ardente déraison

La belle ne savait pas quand elle se laissait faire

Qu’ils condamnaient l’usage de la contraception

Le sabre et le goupillon

Et maintes éminences et maints beaux capitaines

Reposaient le guerrier de la même façon

Dans le salon chinois où Madame Germaine

Grâce à ses pensionnaires réalisait l’union

Du sabre et du goupillon

C’était le temps rêvé de tous les militaires

On leur offrait des guerres et des expéditions

Que de manants joyeux sont partis chez Saint-Pierre

Le coeur plein de mitraille et de bénédictions

Du sabre et du goupillon

Quand ils s’en revenaient et d’Asie et d’Afrique

Ils faisaient régner l’ordre au sein de la nation

Les uns possédaient l’art d’utiliser la trique

Les autres sans le dire pensaient qu’elle a du bon

Le sabre et le goupillon

On ne sait plus aujourd’hui à qui faire la guerre

Ça brise le moral de la génération

C’est pourquoi les crédits que la paix nous libère

Il est juste qu’il aillent comme consolation

Au sabre et au goupillon

L’un jouant du clairon l’autre de l’harmonium

Ils instruiront ainsi selon la tradition

Des cracks en Sambre et Meuse des forts en Te Deum

Qui nous donneront encore bien des satisfactions

Du sabre et du goupillon

 

12 Notes + grandes.gif

 

Brigitte Fontaine – « Les dieux sont dingues »

 


 

Les dieux sont dingues
Pass'-moi mon flingue
Les dieux sont moches
J'ai la pétoche
Les dieux sont braques

Pass'-moi l'cognac

Les dieux sont vaches
Pass'-moi la hache
Il nous auront
Moi j'ai les j'tons
Les dieux sont chiens
Pass'-moi l'rouquin

Les dieux ont faim
Pass'-moi l'surin
Les dieux sont bêtes
Ça s'ra ta fête
Les dieux sont trop
Passez-moi l'mot

Les dieux sont couards
Pass'-moi l'poignard
Les dieux sont rosses
Planquez les gosses

C'est des faux j'tons
Pass'moi l'canon

Les dieux sont saouls
Lâchez les loups
Ils sont injustes
Qu'est-ce qu'on déguste
Les dieux se couchent
Lâchez les mouches

Les dieux ont faim
Pass'-moi l'surin
Les dieux sont bêtes
Ça s'ra ta fête
Les dieux sont trop
Passez-moi l'mot

Les dieux sont dingues
Pass'-moi mon flingue
Les dieux sont moches
J'ai la pétoche
Les dieux sont braques
Pass'-moi l'cognac

Les dieux s'en fichent
Passe'moi l'hachich
Les dieux sont myopes
Dansons l'be-bop
Les dieux sont sourds
Faisons l'amour

 

 

12 Notes + grandes.gif

 

Jacques Debronckart – « La religion »

 

 

Il m’a fallu des années et c’est long
Pour ôter de moi toute religion
Ce que c’est quand même que les habitudes et la trouille
Peur de déplaire à sa famille
Peur déjà de supporter sa dernière heure
Sans qu’aucun espoir d’un monde meilleur ne gazouille

Enfin j’en suis sorti et c’est tant mieux mais voilà que mon fils
Ouvre les yeux ne demandant qu’à croire aux merveilleux Évangiles
Qu’il me pardonne de lui dégonfler son Superman pour bande dessinée
Faudra vivre sans lui, tant pis si c’est moins facile

Des Jésus depuis le début des temps
Il y en eut plus d’un heureusement
A vouloir nous sortir de notre banc de galère
A prêcher l’amour à prêcher la foi
Par des miracles épater le bourgeois
Et alors, je ne vois là rien d’extraordinaire

Il guérissait les malades et puis quoi
Des guérisseurs j’en connais deux ou trois
Dont la mère n’était pourtant pas immaculée
Ton Jésus range le chez les héros
Admire-le sans chanter de credo
Et des Églises ne va pas croire aux contes de fée

Et puis quand tu seras sorti de là
Ne tombe pas de Charybde en Sylla
Tu sais tous les prêtres ne donnent pas le baptême
Il y en a qui hurlent garde à vous
D’autres prolétaires unissez-vous
Mais regarde-les de près ce sont tous les mêmes

Des gens qui veulent t’apprendre à penser
Rien que par réflexe conditionné
A marcher au pas en brandissant des emblèmes
Méfie-toi des rouges des blancs et des noirs
Ne cotise pas chez les marchands d’espoir
Vis ta vie tout seul écris ton histoire toi-même

 

12 Notes + grandes.gif

 

Notre préférée, mais nous ne sommes pas sectaires…

 

 


 

 

12 Notes + grandes.gif

 

Et ça, c’est pour ne pas qu’on croie que nous censurons les autres

Oldelaf et Monsieur D  –  « Nathalie, mon amour des JMJ »

 


 

Tu étais venue en car, au coeur du mois d'aout - Hou hou !
Pour chercher un peu d'espoir dans ce monde fou
Au détour d'une prière, dans un amour immense - Hou hou !
Nos deux mains se rencontrèrent - Chantons à l'abondance : 

Nathalie, mon amour des JMJ, seras-tu cette année
Au pèlerinage de Chartres ?


Nathalie, ne dis pas non au Messie
Grâce à qui nos deux vies se déta-a-artrent

Dans la halle 127, au stand sur le partage - Hou hou !
Je t'avais conté fleurette mais ton coeur était en cage.
Comme le père de la paroisse nous avait donné carte blanche - Hou hou !
Nous, on en a profité pour prier comme un dimanche.

Nathalie, mon amour des JMJ, seras-tu cette année
Au pèlerinage de Chartres ?
Nathalie, ne dis pas non au Messie
Grâce à qui nos deux vies se déta-a-artrent

 

12 Notes + grandes.gif

 

Quant à la jeune génération, on la connaît mal…

 

King Kong Blues – « Je suis athée »

 


 

Et, sorry, on n’a pas les paroles.

 

 

12 Notes + grandes.gif

 

 

 

Mis en ligne le 24 mars 2018

 

 

 

 

 

 

22:13 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2018

LIBYE

1. Ships Libya.jpg

Libye

 

Nicolas Sarkozy placé en garde à vue dans l’affaire du financement libyen de la campagne de 2007

Réseau International – 20 mars 2018

 

3. Flash-logo-2-1728x800_c-1728x800_c.jpg

 

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Brice Hortefeux est également entendu.

 

4.  Sarkozy Kadhafi.jpg

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi sur le perron de l’Elysée le 12 décembre 2007.
© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP

 

L’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, selon une source proche du dossier. L’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux est également entendu ce même jour, en audition libre.

 

5. Moadab 1.jpg

6. Moadab 2.jpg

 

#Sarkozy actuellement en garde à vue ici à #Nanterre, suspecté d'avoir reçu de l'argent de la #Libye pour sa campagne de 2007 - Jonathan Moadab‏ @Jonathan_RTfr

 

Après une enquête du site d’investigation Mediapart en mai 2012, faisant état de soupçons de participation financière présumée de l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi à la campagne victorieuse du candidat de l’UMP, des magistrats français ont été chargés de l’enquête. L’ancien chef de l’Etat français (2007-2012) a de son côté toujours nié ces accusations.

 

>

En France les journalistes en attente des suites du placement en garde à vue de Sarkozy

 

Nicolas Sarkozy est entendu pour la première fois dans ce dossier depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013 confiée à plusieurs juges d’instruction du pôle financier de Paris. La durée maximale de cette garde à vue est de 48 heures. A son issue, Nicolas Sarkozy pourrait être présenté aux magistrats en vue d’une mise en examen.

« La première chose que l’on demande à ce clown est de rendre l’argent »

Le 19 mars 2011, la France intervenait militairement en Libye avec ses alliés de l’OTAN, alors en proie à une guerre civile.

Cette intervention s’est soldée par la mort du président libyen le 20 octobre 2011, date à laquelle il est capturé dans les environs de Syrte par les rebelles libyens, puis lynché et tué. Trois jours avant le début de l’intervention française, le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, accusait Nicolas Sarkozy d’avoir reçu de l’argent de la Libye pour financer sa campagne présidentielle en 2007. « Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen », avait-il affirmé.

 

7. Moadab 3.jpg

 

Depuis, plusieurs personnalités françaises et libyennes sont soupçonnées d’avoir joué les intermédiaires entre Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy. L’ex-secrétaire général de l’Élysée puis ministre de l’Intérieur Claude Guéant, un proche de Nicolas Sarkozy, a notamment été accusé par le « porteur de valises », l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, d’avoir réceptionné cinq millions d’euros en provenance de Mouammar Kadhafi entre novembre 2006 et début 2007.

Des personnalités françaises et libyennes au cœur de l’enquête

L’ancien Premier ministre libyen puis ministre du Pétrole Choukri Ghanem a lui été retrouvé mort noyé dans le Danube en 2012. Dans un carnet supposé lui appartenir et révélé par Médiapart, il retraçait au moins trois versements différents en provenance de trois personnalités libyennes, pour un total de 6,7 millions d’euros. Le carnet fait aussi état d’une réunion s’étant tenue le 29 avril 2007, soit pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle, au cours de laquelle l’équipe de Nicolas Sarkozy aurait fait état d’une impatience toute particulière concernant le versement des fonds.

L’homme d’affaires français Alexandre Djouhri a été interpellé le 7 janvier 2018 à Londres. Intermédiaire financier, familier des réseaux de la droite française et proche de Nicolas Sarkozy, il est au cœur de l’enquête ouverte à Paris en 2013, mais il ne répondait pas jusqu’alors aux convocations des enquêteurs.

Source : https://francais.rt.com/france/48958-financement-libyen-c...

Via : https://reseauinternational.net/urgent-le-pilote-qui-a-pr...

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

Lire aussi :

8.  Moadab 4.jpg

 

Mort de Kadhafi : Sarkozy visé par une plainte pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité

0. freccia nera piccola xx.GIF

https://francais.rt.com/international/44366-mort-kadhafi-...

 

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

 

Exclusif - Saïf al-Islam Kadhafi : « j'ai encore des preuves solides contre Sarkozy »

Carole Kouassy – Africa News20 mars 2018

 

9. Saif.jpg

 

Saïf al-Islam Kadhafi n’a pas attendu longtemps pour rebondir à la garde à vue de Nicolas Sarkozy, soupçonné d’avoir utilisé de l’argent libyen pour le financement de sa campagne victorieuse à la présidentielle de 2007.

Une réponse tardive, mais digne d‘être saluée, s’est réjoui ce mardi Saïf al-Islam Kadhafi dans une réaction exclusive à Africanews. Le fils de l’ancien guide libyen Mouammar Kadhafi a notamment “félicité la justice française pour l’arrestation de Nicolas Sarkozy” au cours d’un entretien téléphonique avec notre correspondante à Tripoli.

L’ancien président français (2007-2012) a été placé en garde à vue ce mardi dans le cadre d’une enquête notamment pour détournements de fonds publics et corruption active et passive. En janvier, l’instruction a été élargie à des faits présumés de “financement illégal de campagne électorale” pour une affaire ouverte depuis 2013 par la justice française.

Lire la suite…

 

 

Source : http://fr.africanews.com/2018/03/20/exclusif-saif-al-isla...

 

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

Conférence de presse de Saïf al-Islam Kaddafi en Tunisie : Plusieurs initiatives pour la Libye

 

Le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al Islam, organise une conférence de presse en Tunisie, ce lundi 19 mars 2018, pour annoncer plusieurs initiatives sur son pays, rapporte le portail Afrique Presse.

Aymen Bouras, chargé du programme politique de Saif al Islam sera en Tunisie pour exposer un vaste programme à même de sortir la Libye de la crise.

L’avocat Khaled Ghouil, qui sera présent lors de cette conférence, a indiqué que l’objectif de Saïf al Islam est de rétablir la paix à nouveau en Libye. Me Ghouil ajoute qu’il n’est pas nécessaire de juger Saïf al Islam par des tribunaux internationaux, étant donné que ce dernier a purgé sa peine en Libye.

Durant la conférence de presse, Aymen Bouras présentera la vision de Saïf al Islam pour la Libye pour une réconciliation nationale avec les différents partis politiques.

Source : https://directinfo.webmanagercenter.com/2018/03/19/libye-...

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

Sombre anniversaire

 

L’art de la guerre

Libye, sept ans de malheur OTAN

Manlio Dinucci – il manifesto 20 mars 2018

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

10. sarkozy-cameron-libye.jpg

Sarkozy et Cameron célébrant leur victoire. La binette du criminel du milieu ne nous dit rien. Et à vous ?

 

Il y a sept ans, le 19 mars 2011, commençait la guerre contre la Libye, dirigée par les États-Unis d’abord, par l’intermédiaire du Commandement Africa, puis par l’OTAN sous commandement USA. En sept mois, étaient effectuées environ 10.000 missions d’attaque aérienne avec des dizaines de milliers de bombes et missiles.

À cette guerre participait l’Italie avec des chasseurs-bombardiers et des bases aériennes, déchirant le Traité d’amitié et de coopération entre les deux pays.

Avant l’attaque aéronavale déjà, avaient été financés et armés en Libye des secteurs tribaux et groupes islamistes hostiles au gouvernement, et infiltrées des forces spéciales, notamment qataries. Ainsi était démoli cet État qui, sur la rive sud de la Méditerranée, enregistrait « de hauts niveaux de croissance économique et des indicateurs élevés de développement humain » (comme documentait en 2010 la Banque Mondiale même). Environ deux millions d’immigrés, le plus souvent africains, y trouvaient du travail.

En même temps la Libye rendait possible avec ses fonds souverains la naissance d’organismes économiques indépendants dans l’Union africaine : le Fonds monétaire africain, la Banque centrale africaine, la Banque africaine d’investissement.

USA et France – comme le prouvent les emails de la secrétaire d’état Hillary Clinton – se mirent d’accord pour bloquer tout d’abord le plan de Kadhafi de créer une monnaie africaine, alternative au dollar et au franc CFA imposé par la France à 14 ex colonies africaines.

L’État démoli et Kadhafi assassiné, le butin à partager en Libye est énorme : les réserves pétrolières, les plus grandes d’Afrique, et de gaz naturel ; l’immense nappe phréatique nubienne d’eau fossile, or blanc en perspective plus précieux que l’or noir ; le territoire même de la Libye, de première importance géostratégique ; les fonds souverains, environ 150 milliards de dollars investis à l’étranger par l’État libyen, « gelés » en 2011 par mandat du Conseil de sécurité de l’ONU.    

Des 16 milliards d’euros de fonds libyens, bloqués à la Euroclear Bank en Belgique, 10 ont déjà disparu sans aucune autorisation de prélèvement. La même grande rapine advient dans les autres banques européennes et étasuniennes.

En Libye les recettes fiscales de l’export énergétique, descendus de 47 milliards de dollars en 2010 à 14 en 2017, se trouvent partagés entre groupes de pouvoir et multinationales ; le dinar, qui auparavant valait 3 dollars, est aujourd’hui changé à un taux de 9 dinars par dollar, tandis que les biens de consommation courante doivent être importés en les payant en dollars, avec une inflation annuelle consécutive de 30%.

Le niveau de vie de la majorité de la population s’est écroulé, par manque d’argent et de services essentiels. Il n’existe plus de sécurité ni de réel système judiciaire. La pire condition revient aux immigrés africains : sous la fausse accusation (alimentée par les médias occidentaux) d’être des « mercenaires de Kadhafi » ils ont été emprisonnés par les milices islamistes jusque dans des cages de zoo, torturés et assassinés.

La Libye est devenue la principale voie de transit, aux mains de trafiquants d’êtres humains, d’un chaotique flux migratoire vers l’Europe qui, lors de la traversée de la Méditerranée, provoque chaque année plus de victimes que les bombardements OTAN de 2011.

Sont aussi persécutés les Libyens accusés d’avoir soutenu Kadhafi. Dans la ville de Tawergha les milices islamistes de Misrata soutenues par l’OTAN (celles qui ont assassiné Kadhafi) ont perpétré une véritable purification ethnique, en exterminant, torturant et violant. Les survivants, terrorisés, ont dû abandonner la ville.

Aujourd’hui ils sont environ 40.000 à vivre dans des conditions inhumaines, ne pouvant pas retourner à Tawergha. Pourquoi gardent-ils le silence ces représentants de la gauche qui il y a sept ans réclamaient à cor et à cri l’intervention italienne en Libye au nom des droits humains violés ?

Edition de mardi 20 mars 2018 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/libia-sette-anni-di-sventura-nato/

 

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

Libye – France

 

Rassemblement pour le soutien des habitants de Tawargha

Devant la Plaque des Droits de l’Homme, Place du Trocadero

Samedi le 17 mars 2018 à 14 heures

DOC MetaTV19 mars 2018

 

11. Manif - 1.jpg

 

12. Manif 2.jpg

 

À cause de l’effondrement total de l’État libyen par l’agression internationale et la guerre mondiale menée par 42 pays en 2011, et à cause aussi de la soi-disant « Protection des civils » décidée par les Nations Unies et mise en œuvre par la Œuvres et d’autres pays, des milliers de Libyens vivent aujourd’hui, déplacés en dehors de leurs maisons et de leurs villes, sont harcelés par les milices djihadistes, habitent dans des tentes et ne survivent que grâce aux aides d’organisations humanitaires et onusiennes.

Les droits des libyens sont bafoués et ces populations peuvent difficilement se retrouver en tant qu’êtres humains ayant vécu dans la sécurité, la stabilité et la satisfaction de leurs besoins nécessaires, à cause de la répression exercée par les milices, les extrémistes, les bandes criminelles et leur domination sur toutes sortes de pouvoirs et de richesses.

La tragédie de Tawargha est l’un des résultats du prétendu programme de protection des civils mené en 2011 qui a abouti à la destruction de l’État libyen. En raison des mensonges et des allégations des agresseurs, les habitants de Tawargha sont illégalement punis pour des actes dont ils n’ont pas été l’auteur, par le déplacement, l’exil et la torture. Parce qu’ils refusent de trahir leur patrie, refusent d’obéir aux milices qui veulent tout contrôler et qu’ils refusent la soumission et  de vendre le pays à l’extrémisme, à la tyrannie et au racisme, qu’ils sont maintenant sanctionnés.

Le fait que les milices de Misrata, empêchent les propriétaires de la terre et des maisons d’exercer leur droit de retour, est un crime international sanctionné par les normes juridiques internationales les plus claires et les plus reconnues par la communauté internationale.

Lire/voir  la suite…

 

13. Manif 3.jpg

Hommage à Elgiabu Ramadan

 

Source : https://meta.tv/rassemblement-soutien-aux-habitants-de-ta...

 

2. Frapeau Libyen.gif

Russie

La police britannique a trouvé le passeport de Poutine sur les lieux d’un empoisonnement à Salisbury

 

14. Passeport poutine.jpg

 

Salisbury – Les derniers doutes sur la culpabilité de la Russie dans l’empoisonnement de l’ancien espion Sergueï Skripal ont été éliminés. Comme l’a annoncé le gouvernement britannique aujourd’hui, le passeport du président russe Vladimir Poutine a été retrouvé sur les lieux à Salisbury.

Selon le Premier ministre Theresa May, le passeport n’a été retrouvé que maintenant, après une autre fouille de la scène de crime, car il était resté caché sous une feuille morte, tombée là.

 « La Russie a 24 heures pour extrader Vladimir Poutine pour qu’il puisse être interrogé à Londres, selon un communiqué publié par le gouvernement britannique. Tout refus sera considéré comme un aveu de culpabilité. »

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Source : http://lesakerfrancophone.fr/la-police-britannique-a-trou...

Source d’origine ; http://www.the-postillon.com/2018/03/salisbury-putin.html

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

 Malgré les très lourdes présomptions qui pèsent sur lui et la courageuse ingérence anglaise...

 

Présidentielle 2018

 

[L’affreux Vladimir Poutine est réélu au 1er tour avec 76,69% des voix]

 

15. Poutine 19 mars.jpg

 

99,98% des bulletins de vote dépouillés (13:29 20.03.2018 heure de Moscou)

Le taux de participation est de 67,98%

En tête Vladimir Poutine avec 76,69% des voix

Bulletins dépouillés à l’heure actuelle. Un carré représente 0,1% des suffrages exprimés

La somme des % des voix accordées aux candidats peut être inférieure à 100%, le dépouillement prenant en compte les bulletins non valables

 

L’écrasante majorité des Russes ayant voté à l’étranger ont soutenu la candidature du Président sortant, Vladimir Poutine. La Commission électorale centrale (CEC) vient de rendre publics les résultats du vote à l’étranger.

Le score des Russes ayant voté à l’étranger dépasse le résultat général. Près de 85% des votants ont donné leur voix à Vladimir Poutine comme en témoignent les données publiées ce mardi par la Commission électorale centrale.

Retrouvez plus d'articles sur l'élection présidentielle en Russie dans notre dossier spécial

«C’est ainsi qu’ont voté nos compatriotes à l’étranger: Vladimir Poutine a recueilli 84,99% des voix», soit 403.942 personnes, a appris Sputnik auprès de Vassili Likhatchev, membre de la CEC.

Vient ensuite le candidat du Parti communiste (KPRF) Pavel Groudinine avec 5,04%, puis la candidate «contre tous» Ksénia Sobtchak créditée de 4,07% des voix, a-t-il précisé.

 

16. Vote france.jpg

 

Les Russes installés en France créent la surprise en plébiscitant largement Poutine

Ces résultats divergent avec ceux enregistrés à l’échelle nationale. À l’issue du dépouillement de 99,94% des votes, Vladimir Poutine a été réélu avec 76,69% des voix. Pavel Groudinine se classe deuxième avec 11,77% des suffrages et Ksénia Sobtchak arrive quatrième avec uniquement 1,68%, devancée par son principal « adversaire » lors des débats, Vladimir Jirinovski (5,65%).

La présidentielle russe s'est tenue le 18 mars 2018 dans les 85 régions du pays et dans 401 bureaux de vote à l'étranger. Plus de 100 millions de personnes ont pu voter. Cette année, les deux nouvelles régions du pays, la Crimée et Sébastopol, rattachées à la Russie suite à un référendum en 2014, ont également participé à l'élection. Le taux de participation est de 67,47%.

Voir l’intégralité :

https://fr.sputniknews.com/russia-elections-2018/20180316...

 

17 Poutine & Medvedev. Poutine et Medvedev.jpg

Des électeurs russes (inconscients !) célèbrent la victoire de Vladimir Poutine avec des drapeaux à l’effigie du Président et du Premier ministre.

 

2. Frapeau Libyen.gif

 

 

 

Mis en ligne le 20 mars 2018

 

 

 

23:21 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2018

LA CALOMNIE, MONSIEUR ?

1. SYRIAscreenshot.jpg

 

 

« La calomnie, Monsieur ? Vous ne savez pas ce que vous dédaignez ! »

 

À propos de la dernière invention du camp des nains pour tenter, telle la femme de Putiphar, de salir un pays qui ne les attaque même pas… (Nous on n’a pas de temps à perdre, mais vous pouvez voir ça par exemple ici, où l’essentiel de ce qu’il faut savoir est dit : )

 

2. couteau-sanglant x.GIF

À petits pas vers la 3ème grande guerre anglaise : le loup sort enfin du bois

AVIC –  Réseau International 16 mars 2018

0. freccia nera piccola xx.GIF

Source : https://reseauinternational.net/a-petits-pas-vers-la-3eme...

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Trump, May, Merkel et Macron publient une déclaration commune accusant la Russie d’avoir empoisonné Sergei Skripal

Adam Bienkov – Business Insider15 mars 2018

0. freccia nera piccola xx.GIF

Source : https://reseauinternational.net/trump-may-merkel-et-macro...

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Toute la cour des néocons va-t-en-guerre est là

Tom Luongo – Gold, Goats ‘n Guns 14 mars 2018

0. freccia nera piccola xx.GIF

Source :  https://reseauinternational.net/toute-la-cour-des-neocons...

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Il nous semble important, cependant, de vous mettre sous les lunettes ce que vient de publier le Cercle des Volontaires. Démarche exemplaire, et merci à Mme Fighiera, qui s’est donné le mal de décaviarder !

 

Interview de Poutine par NBC : voici les propos coupés

Raphaël Berland – Cercle des Volontaires 16 mars 2018

Traduction : Claire Fighiera

 

3. Poutine.jpg

Vladimir Poutine interviewé par Megyn Kelly pour NBC News à Kaliningrad le 10 mars 2018
(© AP / Alexei Druzhinin)

 

Alors que les médias mainstream (comme Le Monde) faisaient leurs gros titres sur l’interview tronquée (truquée ?) de Vladimir Poutine par la chaîne de télé américaine NBC, égratignant bien sûr au passage le président russe, nous vous proposons une traduction des propos coupés tels que diffusés par le média In The Now. En effet, comme le rapporte Sputnik News, le caviardage de l’interview par la chaîne américaine n’était pas passé inaperçu des internautes. Mais, sauf erreur de notre part, les fameux propos n’étaient pas disponible sous-titrés en français ; c’est maintenant chose faite !

 

 

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2018/03/16/interview-poutine-nbc-propos-coupes/

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Eh bien, nous ne nous trompions pas dans le préambule de notre dernier post. C’est ce que dit clairement Israël Shamir dans l’article qui suit, publié comme celui du Saker par The Unz Review et traduit en français par Entre la plume et l’enclume :

 

Les missiles de Poutine, arme de dissuasion ?

Israël Adam Shamir – The Unz Review   11 mars 2018

Traduction : Maria Poumier

pour Entre la plume et l’enclume13 mars 2018

 

4. TRUMP-POUIUTINE.jpg

 

La présentation par Poutine, le 1er mars, des nouvelles armes russes a été interprétée à tort comme une déclaration de parité stratégique ou une expression de triomphalisme. C’était en fait nécessaire, de toute urgence, pour prévenir une frappe stratégique. Ce danger n’est pas encore écarté, puisqu’une semaine plus tard, le 7 mars, le président Poutine a réaffirmé qu’il était prêt à utiliser ses armes nucléaires comme outils de rétorsion,  même si cela risquait d’en finir avec le monde.

« Certes, ce serait un désastre pour l’humanité, un désastre pour le monde entier », a dit Poutine, mais, en tant que citoyen de Russie et à la tête de l’Etat russe, je me  dois de poser la question : pourquoi voudrions-nous d’un monde sans la Russie ?

La réponse a été tranchante. Un homme moins solide aurait probablement répondu en toute hypocrisie, pour éviter une phrase brutale du genre « oui, je vais  détruire le monde ». Cela signifie que le danger reste imminent, et par ces mots pleins de franchise, le président Poutine veut dissuader tous ceux qui pourraient le chercher un peu trop.

Pourquoi donc, soudainement, le président russe a-t-il décidé à ce moment précis, d’informer le monde sur ces nouvelles armes ? Ce n’est pas que les Russes, ou les Américains (en phase dans ce domaine) aient coutume de se répandre urbi et orbi sur leur créativité dernier cri en la matière. 2002, l’année où les US se sont retirés du traité ABM, est resté gravée au  nombre des dates dramatiques. Quelle raison, ou du moins quel déclencheur, était donc à l’œuvre ? Certains observateurs estiment que c’était une ruse préélectorale, à usage interne. Mais le principal opposant à Poutine, le candidat communiste Grudinine, n’a pas contesté la politique étrangère de Poutine ou ses dépenses pour la défense ; les électeurs approuvent la politique étrangère de Poutine, de toute façon. La révélation de Poutine a rempli les Russes de fierté, mais ils auraient voté pour Poutine de toute façon.

Or de fait il y avait une raison différente et plus urgente : un terrible crescendo dans les menaces avait amené la Russie à se sentir très vulnérable. On peut supposer que leurs services de renseignement ont convaincu le président russe que les menaces étaient tout à fait réelles.

Lire la suite…

 

Source : http://plumenclume.org/blog/329-les-missiles-de-poutine-a...

Source d’origine : http://www.unz.com/ishamir/putins-weapons/

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

L’Alliance atlantique écrit au journal il manifesto

(Autrement dit l’OTAN répond à Manlio Dinucci… qui répond à son tour)

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

17 mars 2018

 

L’OTAN écrit au manifesto après la rubrique « L’Italie sous l’emprise USA/OTAN » (Dinucci, 12 mars 2018). C’est la première fois en Italie que l’Alliance atlantique intervient directement pour contester un article. Manlio Dinucci utilise les 30 lignes de son droit de réponse dans le journal (16 mars).

m-a

Publié sur la version en ligne de il manifesto le 16 mars 2018 : https://ilmanifesto.it/litalia-nella-morsa-usanato/

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Nous reprenons la mise en page du Réseau Voltaire :

 

Droit de réponse de l’Otan, réplique de Manlio Dinucci et commentaire du Réseau Voltaire

Réseau Voltaire | 17 mars 2018

 

Le service de relations publiques du commandement joint de l’Otan à Naples a écris au quotidien Il Manifesto, à propos de l’article de Manlio Dinucci, « Sous l’emprise des USA et de l’Otan ». Il ne nous a pas adressé de copie de cette lettre, bien qu’elle relève également une erreur de notre traducteur anglais. Par le passé, le département d’État des États-Unis avait directement contacté les journaux dont nous diffusions les articles en plusieurs langues afin qu’ils cessent toute collaboration avec nous. Cependant cette démarche semblait impossible avec une publication communiste. Nous publions cette lettre, la réponse qu’y apporte le géographe italien et notre commentaire.

 

5. Amiral Foggo.jpg

L’amiral James Foggo

 

À Madame Rangeri,
(directrice de la publication d’Il Manifesto, ndt)

Je vous prie de noter que l’article intitulé « Sous l’emprise des USA et de l’Otan », publié le 13 mars 2018, sous la signature de Manlio Dinucci, contient des informations imprécises et trompeuses.

Paragraphe 3 :

Il est faux d’écrire que : « L’exercice soit dirigé par le Commandement Otan de Lago Patria (Jfc Naples), aux ordres de l’amiral états-unien James Foggo ».

Il est vrai que : Le Commandement Maritime de l’Otan (MARCOM), dont le siège est à Northwood, en Grande-Bretagne, détienne le commandement et contrôle de l’exercice guidé par l’Amiral Clive Johnstone.

Paragraphe 4 :

 Il est faux d’écrire ce qui suit : « C’est l’amiral Foggo lui-même qui explique à quoi sert le Dynamic Manta 2018 : la "Quatrième bataille de l’Atlantique" a commencé, après celles des deux Guerres Mondiales et de la Guerre froide ».

Il est au contraire vrai que : Dans son article intitulé « La quatrième bataille de l’Atlantique », publié en 2016, l”Amiral Foggo avait fourni des indications concernant la vision de l’OTAN et des États-Unis. Cette même vision, cependant, ne peut pas être utilisée pour « expliquer » le Dynamic Manta de 2018. Je vous renvoie à ce qui a été publié par MARCOM au sujet du Dynamic Manta 2018 sur son site web mc.nato.int.

Paragraphe 6 :

Il est faux de dire que : « Avec sa casquette de Commandant de l’Otan il prépare en Italie les forces navales alliées contre la Russie, avec celle de Commandant des Forces navales US en Europe, l’amiral Foggo envoie depuis l’Italie la sixième flotte au Juniper Cobra 2018, exercice conjoint des USA et d’Israël dirigé principalement contre l’Iran »

Il est vrai que : L’Amiral Foggo conduit le JFC Naples dans la « préparation, planification et conduite d’opérations militaires visant à préserver la paix, la sécurité et l’intégrité territoriale des États membres de l’Alliance… ». Pour de plus amples détails, vous pouvez consulter le site web de l’Allied Joint Force Command Naples, à la rubrique « Mission statement ». En outre, dans la version anglaise de l’article utiliser le mot « Captain » est inapproprié. Par contre, est appropriée l’utilisation du mot « Commander ». Sur les compétences nationales de l’Amiral on consultera avec profit le site web www.c6f.navy.mil.

Je voulais soumettre aussi à votre attention une autre imprécision dans l’article en question à propos du dernier paragraphe où l’auteur dit que « Comme Scaparrotti est aussi Commandant suprême allié en Europe (charge qui revient toujours à un général US), le plan prévoit une participation de l’Otan, notamment à travers l’Italie, en soutien à Israël dans une guerre à grande échelle au Moyen-Orient ».

Le vrai concept est que : Le Juniper Cobra est un exercice bilatéral israélo-états-unien. En outre, toute intervention de l’Otan nécessite l’approbation inconditionnelle du Conseil Atlantique. C’est un aspect important que l’auteur laisse complètement de côté.

Tout en appréciant, dans l’ensemble, l’article publié, je vous prie de rectifier votre version en ligne avec les modifications ci-dessus et j’espère vivement que notre collaboration réciproque dure dans le temps.

Cordiales salutations,

Richard W. Haupt

Capitaine de la Marine étasunienne, chef de service Relations publiques du commandement de l’Otan du JFC Naples basé à Lago Patria, Naples.

 

Réponse de Manlio Dinucci

 

Nous apprécions l’attention que l’OTAN prête à notre journal. Il Manifesto et moi-même prenons acte de la rectification — la seule juste, mais franchement un détail — sur le commandement spécifique du Dynamic Manta 2018.

Pour le reste, en tous cas le rôle du JFC-Naples de Lago Patria, un des deux commandements permanents de la Force conjointe OTAN au niveau opérationnel, demeure central sous les ordres de l’amiral états-unien James Foggo.

Ce dernier commande en même temps les Forces navales US pour l’Europe et l’Afrique, ainsi que la sixième flotte US, dont l’aire de responsabilité couvre la moitié de l’océan Atlantique et des mers adjacentes, Méditerranée comprise.

À un séminaire en Norvège le 26 février, l’amiral a parlé de « Quatrième bataille de l’Atlantique » contre « des sous-marins russes de plus en plus sophistiqués qui menacent les lignes de communication maritime entre États-Unis et Europe » [1].

Comme ces lignes passent aussi en Méditerranée, le Dynamic Manta 2018 entre dans cette « vision OTAN/USA ». Vision fausse : quelles preuves y-a-t-il que des sous-marins russes soient en embuscade, prêts à couler les navires sur les lignes maritimes entre l’Europe et les États-Unis ?

Il est faux en outre que le JFC-Naples ait comme mission la « préparation, la planification et la conduite d’opérations militaires visant à préserver la paix, la sécurité et l’intégrité territoriale des États membres de l’Alliance ». Il suffit de rappeler les guerres par lesquelles l’OTAN a démoli deux États, la Yougoslavie et la Libye, d’où ne provenait aucune menace contre les membres de l’Alliance.

Concernant la présence du général Scaparrotti à l’exercice conjoint d’Israël et des États-Unis (auquel Foggo a envoyé l’amirale de la Sixième Flotte), il serait ingénu d’ignorer qu’il n’est pas seulement le commandant du Commandement Européen des États-Unis, mais en même temps Commandant suprême allié en Europe.

Par curiosité : sur la base de quelle norme cela doit-il toujours être « traditionnellement un commandant USA » ?

Merci encore de votre attention pour notre travail.

Manlio Dinucci

 

Remarque du Réseau Voltaire

 

Il est absolument faux d’écrire : « Toute intervention de l’Otan nécessite l’approbation inconditionnelle du Conseil Atlantique. C’est un aspect important que l’auteur laisse complètement de côté ».

En effet, et c’est un point très important : le bombardement de Tripoli (Libye) par l’OTAN ne violait pas uniquement la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui donnait mandat pour protéger la population civile, mais aussi les statuts de l’Organisation.

Jamais, absolument jamais, le Conseil de l’Atlantique-Nord n’a donné son approbation pour ce massacre qui coûta la vie à environ 40.000 personnes, massivement des civils.

Le fait que les États-Unis et certains de leurs alliés aient ainsi bafoué les droits de leurs autres alliés au sein de l’Organisation en dit long sur la réalité de cette pseudo-alliance.

Thierry Meyssan

____________________

[1] “The Fourth Battle, he argued, wages primarily beneath the waves, as increasingly sophisticated Russian submarines threaten the ability of NATO to exercise sea control in the North Atlantic, and consequently the sea lines of communication between the United States and Europe. Russian military activity is also becoming more aggressive, Admiral Foggo asserted. Russian aircraft flying very close to US vessels at high speed are examples of such behaviour”. Source : “Admiral Foggo to Norway ahead of Trident Juncture”, Institutt for Forsvarsstudier, 2. mars 2018.

Source de l’emprunt : http://www.voltairenet.org/article200181.html

[On admirera la formulation de l’amiral : « …comme des sous-marins russes de plus en plus sophistiqués menacent la possibilité de l’OTAN d’exercer le contrôle des mers dans l’Atlantique Nord… », ndGO].

6. OTAN-POUBELLE xx.gif

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

 

Et puisqu’on parle de calomnie…

 

C’est en russe. Sous-titré en anglais. La belle Zakharova ne tape pas du poing sur la table, parce qu’il n’y a pas de table et qu’on voit même sous ses pieds, mais si on était les Anglais, on n’en mènerait pas large aujourd’hui.

Ce n’est pas pour la ramener, mais la France a découvert et dit tout cela avant elle… entre 1789 et 1794. Et, ah, comme l’histoire se répète !…

 


 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Pas de panique : Observatus Geopoliticus raconte une partie de ces amusantes péripéties en français et avec un grain de sel attique parce qu’on n’est pas russes. Certes on peut s’indigner des couillonnades en train, mais on peut aussi en rire, et même on doit. Pour rester sains d’esprit. On observera cependant avec un peu d’étonnement que Mme Thereza May (sur sa bicyclette ou pas, Maria) a quand même évité de dire que votre président avait vendu sa grand-mère à d’obscurs Chinois, non sans l’avoir au préalable découpée en rondelles, parce qu’en une seule pièce elle lui eût rapporté beaucoup moins, et que votre patron à vous – oui, oui, M. Lavrov – mange les enfants en bas âge de ses moujiks au petit-déjeuner : à la coque, brouillés, en omelette ou cuits durs, selon son humeur du moment. Il fallait que cela fût dit ! Et le droit à l’information des Occidentaux, vous en faites quoi, chérie ?

 

Psychodrame impérial

Observatus Geopoliticus – Chroniques du Grand jeu

18 mars 2018

 

7. Deep State.jpg

 

Si 2016 fut l'année du détricotage du système impérial, la cuvée 2018 voit ce qu'il en reste - le noyau dur : Deep State et ses affidés - se compresser afin de résister au vent inévitable de la multipolarité. Sans surprise, c'est contre la Russie, Heartland eurasien, que se portent tous les efforts.

Depuis plusieurs jours, la presstituée européenne noyautée par la CIA - comme le rappelait le regretté Udo Ulfkotte - se lâche comme à ses plus grands jours sur l'affaire Skripal. Le méchant Poutine égorge empoisonne nos femmes et nos enfants jusque dans nos sillons... Péril russe... Aux armes...

Sur l'affaire elle-même, il est beaucoup trop tôt pour en parler. Un agent double liquidé (chose courante dans le milieu du renseignement) ou une provocation d'une tierce partie afin de faire porter le chapeau aux Russes (pratique également courante ces dernières années). Il n'y a guère que les dirigeants occidentaux pour accuser d'abord, enquêter ensuite. A ce titre, la givrée du 10 Downing Street est dans la droite ligne des toutous européens de Barack à frites - Cameron, Flamby & Co -, ce qui n'a pas eu l'heur de plaire au chef de l'opposition britannique qui a appelé à un peu plus de responsabilité.

Pourquoi cette sortie aussi soudaine que brusque de Londres ? Elle est sans doute à mettre en parallèle avec certaines frayeurs bien actuelles de l'empire. Notons d'abord, ô douce coïncidence, que cette affaire amplifiée par le tam tam médiatique éclate au moment même où une enquête du Congrès US, à dominante républicaine il est vrai et dont la conclusion a été réfutée par les Démocrates, conclut à l'absence d'ingérence russe dans les élections de 2016. De cela, notre presse éminemment libre n'en a évidemment pipé mot...

Autre coïncidence troublante, le présent psychodrame sort opportunément alors que l'hystérie des officines grimpe à mesure que la Ghouta "rebelle" se noie. Un prochain false flag chimique ne serait d'ailleurs pas impossible. Dans ces conditions, préparer le terrain et travailler l'opinion publique avec la rocambolesque affaire Skripal peut avoir son utilité. Une antienne du genre : Regardez, les Russes sont un danger chimique ambulant, à Londres comme en Syrie...

Mais il s'agit peut-être et surtout de gaz. Alors que Gazprom vient de battre dix jours de suite son record d'exportation quotidienne vers l'Europe, l'affaire tombe à point nommé afin de barrer la route au Nord Stream II. Est-ce bien un hasard si mère Theresa de Londres a, immédiatement et pour le plus grand bonheur de Washington DC, embrayé sur le "danger du gaz russe" (lol) et la "nécessité de trouver des sources d'approvisionnement alternatives" ?

Le message n'est pas tant à destination domestique - même si le Royaume-Uni manque cruellement de gaz et que le GNL russe commence à arriver sur le marché britannique, les importations d'or bleu en provenance de Russie restent minimes - qu'extérieure. Les atlantistes de Bruxelles, Varsovie ou Vilnius pourront éventuellement se sentir encouragés dans leur opposition au gazoduc baltique face à Berlin et aux réalités économiques lourdes. Il sera en tout cas intéressant de voir le prochain round de discussions des euronouilles à propos du Nord Stream II...

 

8. Merkel Pipes.jpg

 

De l'autre côté de l'Atlantique, la névrose du système impérial atteint des sommets. Comme nous l'avons expliqué plusieurs fois, ayant perdu la Maison Blanche avec l'élection du Donald, c'est au Sénat que le Deep State s'est réfugié.

Or c'est de l'auguste assemblée que vient de nous parvenir une information qui laisse rêveur. Un groupe de sénateurs a, sous des prétextes spécieux, menacé la Russie de sanctions supplémentaires si celle-ci s'entête à vendre... ses S-400 ! Et pour bien faire, les éventuels acheteurs également. Vous avez bien lu : cela doit être la première fois dans l'histoire qu'un pays serait sanctionné pour avoir vendu ou acheté des armes défensives...

Si ces sénateurs n'ont pas reçu leurs ordres directement du Pentagone, ça y ressemble comme deux gouttes d'eau. Car derrière cette invraisemblable tentative d'intimidation, qui fera évidemment rire de Moscou à Vladivostok, c'est toute la panique de l'appareil militaire américain qui ressort.

Nous avions expliqué le désarroi otanien il y a deux ans :

Lire la suite…

Source : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2018/03/psychodrame-i...

 

 

2. couteau-sanglant x.GIF

 

Ceci expliquant sans doute cela…

 

Ghouta orientale : des dizaines de milliers de civils fuient vers les lignes loyalistes

Strategika5117 mars 2018

 

9. Corridor humanitaire.jpg

Gardes de l’AAS à l’entrée d’un des deux couloirs humanitaires par lesquels passent actuellement des tonnes d’aide aux civils.

 

Des dizaines de milliers de civils syriens fuient les enclaves tenus par les terroristes dans la Ghouta orientale vers les lignes de l’Armée syrienne. 

En dépit des tirs de snipers et des mitrailleuses, une vague humaine a réussi à joindre les lignes militaires syriennes.

L’aviation syrienne mène des raids à très basse altitude sur les positions terroristes désertées par les civils ou ouvrant le feu en direction des fuyards. 

Cette évolution extraordinaire confirme que des dizaines de milliers de personnes subissaient par la violence et la terreur  le diktat des groupes rebelles. 

Douma demeure une exception. Les groupes terroristes y sont solidement retranchés sous terre et les abords de la localités sont piégés par d’immenses charges explosives variant de l’assemblage d’obus d’artillerie (152, 155 mm) aux camions citerne piégés (20 tonnes d’explosifs) que les militaires syriens tentent de localiser et détruire par des raids aérien et des tirs d’artillerie. 

Les groupes d’assaut de l’Armée syrienne ont utilisé de nouvelles tactiques d’enveloppement en évitant les défenses frontales ennemies, privilégiant les coups de main à l’arrière des positions terroristes, provoquant la panique des pays occidentaux et arabes maintenant des officiers de liaison et des « conseillers militaires » au sein des groupes terroristes assiégés. 

L’avancée rapide des troupes syriennes, soutenues par des combattants libanais du Hezbollah et des volontaires palestiniens du FDLP a surpris un très grand nombre d’experts mais il est certain que la participation active d’unités Spetsnaz russes est derrière cet exploit tactique. 

La guerre au Levant entame sa huitième année sans que les objectifs initiaux de la guerre n’aient été atteint par les États-Unis et leurs alliés.

Cette guerre a également profondément changé les fondements de l’ordre géostratégique mondial post-guerre froide.     

Source : https://strategika51.wordpress.com/2018/03/17/20160/

 

2. couteau-sanglant x.GIF

Mis en ligne le 18 mars 2018

 

 

 

 

18:35 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

QUAND L'HEXAGONE RESSEMBLE À CE QU'IL ÉTAIT

1. Brahim Bouarram.jpg

 

 

Quand l’Hexagone ressemble à ce qu’il était

 

Il se fait aussi, dans Landerneau, beaucoup de bruit autour de Bertrand Cantat. Difficile, quand on aime aveuglément Haendel, de s’habituer, mais, bon, si vous n’aimez pas ça n’en dégoutez pas les autres (une chanson aussi…).

Est-ce Oscar Wilde (notre mémoire flanche) qui disait que, dans un crime, il y a toujours deux coupables : l’assassin et sa victime ? Mais il a payé cher, Oscar, ce genre de propos.  Laissons-lui ses lauriers.

Nadine Trintignant est une femme qui n’a jamais pu faire le deuil d’une fille dont elle n’avait jamais non plus su mettre en question les choix et comportements. Son deuil interminable est une affaire de médecins, pas de juristes. Les autres… sont les mêmes qui s’engouffrent dans tout ce qu’ils ne connaissent ni ne comprennent pour donner des avis que personne ne leur demande. On ne dira jamais assez le mal qu’a fait, à nos latins tempéraments, l’hypocrite morale « protestante » (déjà !) anglo-saxonne.

M. Régis de Castelnau vient, très à propos, de remettre les choses au point. Il le fait de façon si exemplaire qu’on est sûrs qu’elle pourra resservir dans beaucoup d’autres foirades à la mode.

 

2. Justice xx.GIF

 

À garder sous le coude pour plus tard. Pour ça qu’on vous le met en entier.

 

Cantat : le droit est le même pour tout le monde.

Réponse à Anne-Marie Frison-Roche

Régis de Castelnau – Réseau international16 mars 2018

 

3. Manif-cantat-1728x800_c.jpg

 

À l’occasion de l’étonnante polémique qui entoure « l’affaire Cantat » deux camps se sont dessinés. D’une part ceux qui considèrent que le chanteur symbolise les violences faites aux femmes et que par conséquent le fait qu’il puisse à nouveau user de sa liberté de citoyen et de son talent pour exercer son métier est un scandale insupportable. Qu’il convient donc de l’en empêcher et de le réduire au silence. D’autre part ceux qui considèrent que Bertrand Cantat ou pas, dans une démocratie, il est des principes juridiques supérieurs et que protéger la liberté d’expression de Bertrand Cantat aussi déplaisant puisse être pour certains le personnage, c’est défendre la liberté de tous les citoyens.

Madame Frison-Roche juriste de qualité a senti la fragilité de la position des anti-Cantat et a publié un texte qui se veut une défense et illustration juridique de la volonté exprimée de le faire taire. Partant du communiqué publié par le chanteur dans lequel on utilise une expression passée dans le langage courant disant « qu’il a payé sa dette à la justice » l’auteur de l’article avec une mauvaise foi surprenante prétend que Cantat voudrait en fait avoir acheté la mort de Marie Trintignant contre quatre ans de prison. Car nous dit-elle, «la justice pénale prononce des peines et non pas des prix ». En oubliant que la peine est justement le prix payé à la société par l’intermédiaire de l’État et sa violence légitime. On ne s’étendra pas ici sur les développements de la théorie de la pénologie mais on rappellera cependant qu’un des premiers fondements théoriques de la peine était bien « la théorie de la rétribution » d’Emmanuel Kant. Historiquement, pour passer de la justice privée (œil pour œil dent pour dent) à la justice publique il a fallu transférer à l’État devenu titulaire de la violence légitime sur les corps, la créance que possédaient les victimes. En lui donnant les deux compétences, de la vengeance et de la réparation. La vengeance c’est la peine, au profit de l’ensemble de la société avec la justice pénale. La réparation ce sont les indemnisations uniquement matérielles données aux victimes de la faute, avec la justice civile. Depuis le XIXe siècle les choses ont évolué et il faut aujourd’hui compléter la rétribution par la dissuasion (C. Beccaria ; J. Bentham) et plus récemment par la correction.

Donc quand Cantat dit qu’il a payé sa dette, il veut dire qu’il a subi sa punition telle qu’elle avait été fixée par le juge. Dans tous ses aspects. Il est redevenu un citoyen comme les autres avec les mêmes droits et devoirs. Pas plus pas moins. L’exposé de la différence entre droits et libertés pour essayer de le faire apparaître comme un citoyen amoindri est ridicule. Car Cantat demande simplement à user de sa liberté de citoyen ayant accompli sa peine.

Pour présenter cette volonté, l’article prétend qu’il invoquerait (évoquerait) « un droit à l’oubli ». Une lecture attentive du texte de celui-ci montre bien que c’est simplement un mensonge. Il y en a hélas d’autres et en particulier ceux qui résultent d’une construction qui consiste à dire que Bertrand Cantat qualifié de « meurtrier » aurait été condamné à quatre ans de prison pour la mort de Marie Trintignant. Il convient de rappeler que celui-ci a été condamné à huit ans de réclusion par une juridiction lituanienne, en application des lois de ce pays pour une qualification équivalant à ce que le code pénal français appelle : « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » prévues et réprimées par l’article 222–7 du code pénal. Quand on est juriste, revendiquée comme telle, on devrait éviter d’oublier que la qualité de « meurtrier » ne peut être appliquée qu’à ceux condamnés sur la base de l’article 221-1 du code pénal qui dispose : « Le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre. ». Au plan juridique Bertrand Cantat n’est pas un meurtrier au regard du droit français. Au contraire, par exemple de Jacqueline Sauvage condamnée à 10 ans de réclusion criminelle par deux cours d’assises successives pour le meurtre de son mari.

En application des accords existants entre la France et la Lituanie il a été autorisé à exécuter sa peine en France. Comme tous les autres condamnés, compte tenu de sa conduite il a bénéficié des mesures prévues par la loi permettant de l’aménager. Qui a donc continué à s’exécuter sous des formes différentes. Contrôle judiciaire strict, pointages, bracelet électronique, obligations très contraignantes dont il fallait justifier l’accomplissement, sous le contrôle d’un juge de l’application des peines et d’agents de probation. C’est donc une modalité qui fait que durant cette période Cantat n’était pas libre et absolument pas un citoyen comme les autres. Il faut donc comprendre que la détention est une modalité de la « réclusion criminelle », pas la seule.  IL A DONC EFFECTUÉ LA TOTALITÉ DE LA PEINE FIXÉE. Et prétendre le contraire en insistant sur ces « quatre ans de prison » témoigne d’une désinvolture juridique et d’un populisme judiciaire particulièrement déplaisants.

On trouve d’autres approximations pour contester à Bertrand Cantat l’exercice de ses prérogatives de citoyen en particulier celles de la liberté d’expression, de création et de travail. Le texte contient à propos des manifestations qui entourent les concerts et les pressions sur les organisateurs une sentence comme celle-ci : « Et contre cette liberté d’expression Bertrand Cantat ne peut rien, car les personnes qui s’expriment ainsi ne sont en rien ses débiteurs. »

Eh bien si, comme tous les citoyens de ce pays elles sont débitrices vis-à-vis des autres de la possibilité d’exercer leurs libertés. Soit en ne les entravant ni ne les empêchant, soit en s’en remettant à l’État démocratique qui est le nôtre pour en garantir l’exercice.

Parce que précisément Madame Frison-Roche tout à ses leçons de maintien oublie opportunément l’article 431–1 du code pénal qui dit précisément que : « Le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de menaces, l’exercice de la liberté d’expression, du travail, d’association, de réunion ou de manifestation est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende. ». Ce qui veut dire que les manifestations et les pressions sur les organisateurs, et sur les spectateurs pour aboutir à l’annulation des activités professionnelles de Bertrand Cantat sont des infractions pénales. C’est comme ça. Lorsque Nadine Trintignant relayée par des manifestations furieuses dit qu’il faut que les organisateurs de concerts les annulent, elle appelle à une violation du code pénal. À elle on n’en fera pas grief, mais aux excités qui descendent sur le pavé pour cracher en hurlant sur les spectateurs c’est une autre histoire. Alors, critiquer Bertrand Cantat, déplorer l’usage qu’il fait de sa liberté voire l’insulter c’est une chose, et personnellement je ne me suis jamais gêné. Mais le code pénal nous explique qu’il y a façon et façon.

Alors, il faut répéter en ces temps où l’appel à l’interdiction et la censure sont quotidiens, où notre liberté d’expression se trouve menacée tous les jours, que quelle que soit la personnalité de Bertrand Cantat, défendre ses libertés de citoyen c’est défendre celle de nous tous. En se servant des armes du droit sans le solliciter ni de déformer. Car s’il est souvent pénible il présente l’avantage d’être le même pour tout le monde

Quant à la morale je m’en remettrai à ce que disait Léo ferré : « n’oubliez jamais que ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres ».

Régis de Castelnau

Source : https://reseauinternational.net/cantat-le-droit-est-le-me...

 

 

2. Justice xx.GIF

 

 

ET LE DROIT NATUREL,  Z ‘AVEZ ENTENDU PARLER ?

 

C’est pour ceci qu’on a fait ce post, parce qu’il faut bien revenir aux sources (ou aux racines, au choix). Oui, c’est long, mais la justice, c’est long à venir aussi !

 

À propos du livre de l’historien Yannick Bosc, La terreur des droits de l’homme

A.-M. Coustou-MirallesLe Canard républicain

14 mars 2018

4. BOSC - TERREUR.gif

Yannick BOSC

La terreur des droits de l’homme

Éd. Kimé - 2016

Collection : L'esprit des Lumières et la Révolution

298 pages – 26 €

Sur le site de l’éditeur : https://www.editionskime.fr/publications/la-terreur-des-d...

 

Depuis le bicentenaire de la Révolution française en 1989, le discours dominant tente d’accréditer l’idée selon laquelle Thermidor marquerait un retour aux Droits de l’homme, après la Terreur qui en serait la négation. L’historiographie récente en témoigne, comme c’est le cas par exemple de Loris Chavanette, qui a publié récemment Quatre-vingt-quinze, la Terreur en procès  [1], ouvrage pour lequel il a reçu le prix de thèse de l’Assemblée nationale le 22 mai 2013. Les thèses développées dans cet ouvrage sont celles de son maître à penser François Furet. Il postule en effet que Thermidor a permis « un retour, certes ambigu, aux idéaux de justice et de liberté de 1789 », « l’avènement de la liberté moderne », mais aussi que cet événement représente « une fontaine de jouvence philosophique pour les révolutionnaires » et que Thermidor « met fin à l’absolutisme des Jacobins comme 1789 avait mis fin à l’absolutisme monarchique ».

Aux antipodes de cette version de l’histoire de la Révolution, le livre de Yannick Bosc démontre tout au contraire la rupture avec le droit naturel qui s’est produite avec l’élimination de Robespierre et de ses amis le 9 thermidor an II-27 juillet 1794, rupture qui a entraîné la sortie d’une Déclaration des droits naturels, hors du droit constitutionnel français. Dans cet ouvrage, il met en lumière les arguments que les Thermidoriens, acteurs de cette expulsion, puis à leur suite Jérémy Bentham, qui séjourna en France aux débuts de la Révolution, et son ami Jean-Baptiste Say, ont construits pour rompre avec le droit naturel. 

Dans le sillage des travaux menés par Florence Gauthier  [2] sur ce sujet central qu’est la place du droit naturel dans la Révolution française, de son triomphe puis de son élimination, l’auteur nous incite à une interprétation du moment thermidorien, très éloignée de celle que tente d’accréditer l’historiographie dominante.

 

Le droit naturel au cœur des conflits politiques

La philosophie du droit naturel moderne s’est construite dans un effort cosmopolitique du XVIe au XVIIIe siècle [3]. Cette philosophie n’entend pas en rester aux droits historiquement acquis : elle prétend à la restauration du droit naturel que tout homme a de naissance. En effet, la maxime suprême du droit naturel est qu’il existe un droit qui passe avant toute puissance humaine ou divine, et qui en est indépendant car, selon l’idée de la politique, le droit ne peut se fonder sur la force. La philosophie du droit naturel renvoie à la nature humaine, postulant que l’homme est fait pour vivre libre et non esclave. Dans cette optique, les droits naturels ne sont pas seulement individuels mais également universels, car ils impliquent la réciprocité, autrement dit l’égalité entre les citoyens. 

Au moment de la Révolution anglaise de 1688, John Locke synthétisa une théorie politique du droit naturel. Faisant la critique du despotisme absolutiste et de la tyrannie de type cromwellien, Locke affirme la nécessité de déclarer le droit naturel et de subordonner l’exercice de tous les pouvoirs (ceux de l’individu, ceux de la société, ceux du gouvernement) aux principes déclarés. Contre le despotisme, la tyrannie et le droit de conquête, il réaffirme le principe de la souveraineté populaire, conjuguant les droits de l’homme avec les droits des peuples : la souveraineté réside exclusivement dans le peuple, dans la collectivité des individus qui décident de former une société politique au sens étymologique du terme. La constitution de cette société politique est fondée sur l’acte initial d’association, sorte de contrat social qui a pour objectif de réaliser les droits naturels des hommes. Celui ou ceux qui s’en emparent et la transforment en propriété particulière dépossèdent le peuple de son bien légitime. Depuis longtemps déjà, la théorie du droit naturel sépare et hiérarchise l’exercice des pouvoirs : le législatif qui fait les lois est supérieure à l’exécutif qui doit se limiter à les mettre en application. De plus, les députés élus sont mandatés par leurs électeurs et donc responsables devant eux. Ils sont donc révocables, s’ils ne remplissent pas leurs fonctions. 

C’est cette philosophie qui constitue le socle de la doctrine des droits de l’homme et du citoyen à l’œuvre pendant la Révolution de 1789 à 1795. C’est pourquoi le premier acte qui suivit la révolution populaire de juillet 1789, et son corollaire l’abolition des privilèges, fut de déclarer les droits naturels, afin de rappeler constamment aux citoyens, aux élus, et surtout aux pouvoirs législatif et exécutif, l’éthique à laquelle est subordonné le politique. Le préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 rappelle cette subordination de l’exercice de tous les pouvoirs au primat du droit naturel déclaré. Les droits naturels y sont d’ailleurs qualifiés d’inaliénables, sacrés et imprescriptibles dans l’Article 2. L’Article 4 de la Déclaration rappelle la réciprocité du droit individuel/universel en précisant qu’il n’est pas illimité, mais borné par la réciprocité des droits d’autrui. Le préambule prévoit que les citoyens puissent exercer des réclamations si ces principes sont violés. Mieux, l’Article 2 affirme le droit de résistance à l’oppression, mais qui prévalut aussi longtemps que l’élan révolutionnaire et la mobilisation populaire l’emportèrent. 

Bernard Grœthuysen a mis en lumière la dynamique interne à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Il y a dans la Déclaration des droits, dans les principes fondamentaux qu’elle établit une fois pour toutes, en quelque sorte, une logique immanente qui mène à des conséquences de plus en plus révolutionnaires » [4].

La Déclaration des droits de 1789 contient cependant une contradiction entre les droits naturels imprescriptibles, attachés à la personne, comme la liberté, la sûreté et la résistance à l’oppression, et le droit de propriété qui, lui, est attaché aux biens matériels : ces quatre droits sont proclamés naturels dans l’Article 2. Cette tension, déjà apparente dès les débuts de la Révolution, sera le point d’achoppement permanent entre le « côté droit » et le mouvement populaire, et surtout en 1793 lorsque sera décrété le maximum des prix et la réforme agraire. C’est cette même contradiction qui conduit l’Assemblée constituante à instaurer un suffrage censitaire, dans la Constitution de 1791, partant du principe que seuls les possédants peuvent exercer convenablement la fonction de « citoyen actif ». 

L’enjeu de la période de 1792 jusqu’au 9 thermidor-27 juillet 1794, est celui de la lutte pour défendre le suffrage universel, mais aussi pour déclarer le droit à l’existence, combat dont Robespierre se fit l’un des principaux défenseurs, en théorisant l’« économie politique populaire », dans son discours du 10 mai 1793 sur la Constitution. 

Françoise Brunel fait remarquer que l’échec final de cette lutte permit à la Convention thermidorienne de réaliser ce « coup d’État parlementaire » que fut la substitution de la Constitution votée le 22 août 1795 à celle de 1793 [5]. La Constitution de l’An III-1795 mit fin à la révolution des droits naturels de l’homme et du citoyen, commencée en 1789. La Déclaration des droits et des devoirs de l’homme et du citoyen, qui la précède, a remplacé la théorie du « droit naturel » par celle des « droits de l’homme en société », élaborée par les Girondins. La disparition du préambule entraîne celle de l’imprescriptibilité des droits naturels, attachés à la personne. C’est cette disparition que conteste Thomas Paine dans la période thermidorienne.

 

Un héros controversé

Le héros du livre de Yannick Bosc, Thomas Paine, est généralement présenté par les historiens comme un libéral très consensuel. Toute sa vie témoigne pourtant dans un sens diamétralement opposé. En 1789, il est obligé de quitter l’Angleterre pour la France, car il est accusé de saper les fondements de la monarchie et de propager des principes anarchiques dans son livre Les Droits de l’homme  [6]. De même aux États-Unis, où il vécut à partir de 1775, l’historiographie états-unienne naissante du début du XIXe siècle l’a discrédité et marginalisé, lui reprochant également des idées qui auraient généré la Terreur. La Réaction thermidorienne de 1795 avait déjà établi ce diagnostic. De son vivant et longtemps après sa mort, les possédants reprochèrent à Paine d’avoir placé le peuple et la souveraineté populaire au centre de son action et de sa réflexion politique. Et pourtant de 1789 à 1794, il jouissait en France d’un grand prestige. Célébré en 1792, il a reçu la citoyenneté française et a été élu député à la Convention, pour ces mêmes principes qui, en 1795, lui valurent l’opprobre de ses collègues. Que s’est-il donc passé entre ces deux dates ?

 

Thermidor ou le renversement des principes

Entre 1792 et 1795, le gouvernement révolutionnaire a été institué puis condamné. Après l’élimination de la Montagne, la Convention évolua rapidement vers une politique réactionnaire qui aboutit au Directoire. Pour mieux comprendre cette évolution qui sert de toile de fond à ces événements, laissons à un témoin direct de cette période de grands bouleversements politiques, le révolutionnaire René Levasseur, le soin de retracer pour nous les étapes de ce renversement politique que constitue Thermidor : 

« D’abord placée dans les mains des hommes de Thermidor, elle (la réaction) fut dirigée par eux contre quelques ennemis personnels ; mais le caractère du gouvernement resta évidemment républicain. Bientôt le char de l’État fut dirigé par l’alliance semi-girondine, semi-thermidorienne, et alors le passé fut renié, on fit le procès à l’ère dite de la Terreur, c’est-à-dire, l’ère de la résistance nationale. Plus tard, enfin, tombée entre les mains des partisans déguisés de l’Ancien Régime, la réaction se teignit du sang des patriotes : la destruction de la République en devint le but, l’assassinat en fut le moyen actif … » [7].

Effectivement, au cours du moment thermidorien, les valeurs incarnées par Paine, auxquelles la Révolution s’était identifiée depuis 1789, sont remises en cause par la Convention nationale elle-même. Une fois les Montagnards du Comité de salut public éliminés, une fois les derniers mouvements populaires réprimés en Germinal et Prairial, avril-mai 1795, on assiste à une réaction sans précédent dans les domaines politique, économique, social et institutionnel. En 1795, les élites se rassemblent dans le rejet de la réalisation de principes qu’elles jugent subversifs de l’ordre des possédants. 

C’est pourquoi le problème de la révision de la Constitution de 1793 s’impose très rapidement dans les débats. Puis, ce projet change radicalement : il ne s’agit plus de réviser le texte de 1793, mais bel et bien de l’annuler et de le remplacer par une nouvelle constitution. Soucieux d’affirmer les principes qui figeraient définitivement la domination sans partage des possédants sur la société, et notamment celui de la propriété privée inviolable et sacrée, les Thermidoriens veulent s’attaquer à la rédaction d’une nouvelle constitution pour faire oublier celle de 1793, indissolublement liée à leurs yeux à ce « système d’anarchie » qu’ils réprouvent. La Commission des Onze est instituée pour étudier un nouveau projet de constitution. Epurée de ses membres les plus radicaux, la Convention se met à dénoncer le suffrage universel, dont elle est pourtant issue, et cherche à confisquer la souveraineté afin de constituer la République sur une aristocratie du savoir et de la richesse. On assiste à un renversement des principes : les droits de l’homme ne constituent plus désormais le fondement de la liberté, ils deviennent la terreur des possédants. C’est à ce stade des débats que se déroule l’intervention de Thomas Paine, qui proteste contre cette dérive de la Convention. Il est lui-même accusé d’anarchisme et de terrorisme, de vouloir livrer le pouvoir à la multitude.

Quels sont les arguments de Thomas Paine ? Quels sont ceux avancés par les Thermidoriens pour imprimer à la constitution la tournure anti-démocratique indéniable qui la caractérise et par quelles étapes successives le texte est-il remanié et révisé sans cesse jusqu’à sa mouture finale ? C’est ce que Yannick Bosc entreprend de nous raconter dans ce livre et il le fait avec une grande maîtrise. Il entraîne le lecteur dans un récit passionnant, qui le transporte au cœur de ces débats qui aboutissent, après maints rebondissements, à transformer radicalement la société française postrévolutionnaire. Les arguments sont analysés avec finesse, le contexte, les acteurs et les conséquences sont présentés avec une clarté et un souci de pédagogie impressionnants. 

Le récit s’ouvre sur la séance de la Convention nationale du 19 messidor an III-7 juillet 1795. Thomas Paine monte à la tribune afin de dénoncer la rupture avec les principes fondateurs de la Révolution, qu’il constate dans le projet de Constitution, préparé par la Commission des Onze.

 

Thomas Paine ou la défense des principes

Paine intervient parce qu’il juge le projet de constitution soumis à l’assemblée par Boissy d’Anglas « rétrograde des véritables principes de la liberté ». En effet, il sépare les Français en deux catégories : les possédants et les autres. Il proteste contre cette dérive anti-démocratique, qui met la Constitution en contradiction avec la Déclaration des droits. Paine explique que la question de la représentation politique est une affaire de principe et non d’opinion, car elle concerne le droit. Il rappelle que l’état social a pour fonction de garantir les droits naturels des hommes. La Déclaration qui précède le texte de la Constitution doit donc servir à rappeler et à mettre en visibilité le fait que la société a pour devoir de protéger ces droits et que la seule base possible du gouvernement représentatif est l’égalité des droits.

Exclure les pauvres du droit de vote n’est pas seulement un acte de violence, c’est aussi un vol. En effet, comme Robespierre, Paine considère que les droits personnels sont des propriétés imprescriptibles de chaque individu, contrairement aux Thermidoriens et aux possédants en général, qui réduisent l’idée de propriété aux biens matériels et en font le fondement de l’organisation de la société. Lorsque les puissants confisquent le pouvoir législatif, il s’agit d’une appropriation illégitime, ayant pour but d’organiser ce pouvoir en fonction d’intérêts privés. 

De plus, toujours selon Paine, qui rejoint sur ce point Robespierre, une constitution censitaire remettrait en cause les fondements mêmes de la République, qui sont les principes de la souveraineté populaire et de la Déclaration des droits. L’établissement d’une constitution censitaire risquerait, en éteignant l’enthousiasme civique du peuple, de perpétuer les désordres et les violences, que les législateurs dénoncent par ailleurs, et même de provoquer une guerre civile. 

Un autre grand intérêt de cet ouvrage est de nous faire pénétrer plus profondément dans la pensée de ce révolutionnaire trop méconnu qu’est Thomas Paine, notamment sur les thèses qu’il développe dans La justice agraire  [8], l’ouvrage qu’il rédige pendant l’hiver 1795-1796. Même si ce détour sur ce livre de Paine présente peut-être l’inconvénient de rompre un peu le fil conducteur du récit, il n’en est pas moins indispensable à la compréhension de l’argumentation car les thèses qu’il y développe prolongent et concluent les prises de position de leur auteur contre la Constitution censitaire. 

 

Les Thermidoriens et le récit de l’expérience

L’intervention de Paine parasite le récit édifiant que les fossoyeurs de la république démocratique s’efforcent de construire à grand peine. Les réactions, tant à la Convention que dans la presse, sont négatives : Paine est considéré comme un démagogue qui veut livrer le pouvoir à la multitude. 

Les arguments utilisés par les Thermidoriens sont révélateurs de la position inconfortable qui est la leur, écartelés entre un « côté droit » royaliste qui guette le moment de restaurer la monarchie pour reprendre le pouvoir et un « côté gauche » laminé par la répression. Un pas de trop vers la réaction pouvait favoriser les projets de l’opposition royaliste, ce qui signifierait l’élimination des Thermidoriens qui ne veulent pas d’un retour à l’Ancien régime. Cette tension est perceptible dans les débats et c’est Boissy d’Anglas qui joue le rôle d’initiateur, d’arbitre et d’éclaireur de la conscience de classe de cette assemblée, bientôt relayé par Daunou, ex-girondin et rapporteur de la Commission des Onze, qui entretient habilement l’ambiguïté pour désamorcer les polémiques.

Il est reproché à Paine de ne pas tenir compte de l’expérience de la Révolution, dont il a pourtant été une victime, et qui aurait dû lui apprendre que, derrière la démocratie, se cache l’anarchie. Paine est lui-même accusé d’anarchie et de terrorisme, car le suffrage universel qu’il défend est une imposture qui, selon les Thermidoriens, génère la Terreur. Comment un tel renversement des valeurs est-il justifié par Boissy d’Anglas ? Celui-ci mobilise le récit de l’expérience. Il reprend l’idée commune selon laquelle la Révolution française s’est déroulée en deux phases : d’abord la conquête de la liberté, puis sa conservation. Selon lui, la première phase a permis de démasquer les fauteurs de troubles, dont Robespierre, troubles qu’il qualifie d’anarchie et de terrorisme. Robespierre, qualifié de tyran sanguinaire, est accusé d’avoir voulu restaurer la monarchie à son profit. Le 9 thermidor devient donc un nouveau Dix août. Si l’on a eu besoin de l’intervention du peuple pour faire tomber le trône, celle-ci n’est plus indispensable maintenant dans la vie politique, elle est même carrément indésirable car elle entretient une agitation dangereuse. Boissy critique la Constitution de 1793 et surtout le principe qu’elle met en avant du droit de résistance à l’oppression, car il consacre le droit à l’insurrection, critique qui lui permet de revivifier sans cesse le souvenir des émeutes de Prairial. 

Gracchus Babeuf, qui perpétue la tradition démocratique, après Thermidor, et reprend le flambeau des Droits de l’homme, est parfaitement conscient de cette manipulation. Après avoir hésité sur la signification du 9 Thermidor, il se reprend très rapidement. Dans son journal Le Tribun du peuple, Défenseur des droits de l’homme, il écrit un article essentiel le 18 décembre 1794, dans lequel il critique la destruction des institutions démocratiques par les Thermidoriens [9]. Il commente ainsi les raisons du discrédit que ces derniers ont jeté sur Robespierre et sur les grandes journées révolutionnaires : « Pour détruire de fond en comble la démocratie, il faut nécessairement commencer par détruire la vénération pour ceux de ses apôtres qui ont le plus activement contribué à la fonder ; il faut ensuite jeter la défaveur sur les journées que la nation a reconnues et célébrées comme rédemptrices et glorieuses, et qui l’ont heureusement délivrée d’une tyrannie de tant de siècles. Cette double marche a été positivement suivie dans ces derniers temps. »

Boissy dénonce également une assemblée impuissante et despotique et une armée tout aussi impuissante, car dépouillée du droit de réprimer les révoltes populaires. Mais, après avoir éliminé les terroristes et jugulé les émeutes, on peut maintenant tirer profit de cette expérience pour fonder des institutions « sages ». En clair, il suggère d’interdire toute insurrection : les articles 365 et 366 de la nouvelle constitution rétablissent la loi martiale qui avait été instaurée par l’Assemblée constituante en 1789, maintenue par les Girondins sous la législative, mais abrogée par les Montagnards en 1793, et de museler la délibération et l’opposition. En conséquence, il propose un renforcement du pouvoir exécutif plus concentré entre quelques mains.

Le second droit de la Constitution de 1793, que critique Boissy, est celui qui accorde un rôle aux assemblées primaires communales dans la formation des lois, car il favorise, selon lui, l’anarchie en donnant du pouvoir au peuple « constamment délibérant ». En effet, dans la constitution de 1793, le peuple souverain disposait d’une part du pouvoir législatif, puisqu’il délibérait sur la loi comme sur le choix de ses mandataires. En fait, les Thermidoriens redoutent surtout l’expérience du Gouvernement révolutionnaire qui avait confié l’exécution des lois aux communes. Là où Paine parle de démocratie et d’égalité, Boissy d’Anglas force le trait en parlant de « démocratie absolue et d’égalité sans limites ». Il caricature ces conceptions pour leur assigner le rôle de repoussoir et introduire le principe d’une délégation de pouvoir aux « meilleurs » et aux plus instruits, qui sont pour lui les propriétaires. Boissy opte en fait pour une nouvelle forme d’aristocratie des riches. Il réintroduit l’idée de suffrage censitaire, déjà défendue avant lui par la Constitution de 1791, mais aussi par Condorcet et les Girondins, pour qui les sociétés ont pour principale fonction de garantir le droit de propriété, au sens matériel du terme. Quant à Boissy, à cette première condition d’éligibilité basée sur la fortune, il ajoute l’expérience comme seconde condition d’accès aux magistratures, préconisant ainsi une sorte de cursus honorum hiérarchisé.

 

Le récit d’une imposture

La Déclaration des droits doit énoncer les principes sur lesquels repose la nouvelle constitution, ce qui signifie que l’ancienne Déclaration doit être complètement modifiée. L’article le plus débattu est celui sur l’égalité en droits dans les versions des Déclarations de 1789 et de 1793, cette égalité que beaucoup, comme Daunou, qualifient de « chimère » et aimeraient voir reléguée au rang d’abstraction métaphysique qu’il convient d’abandonner aux philosophes. Certains députés aimeraient aller jusqu’à supprimer la Déclaration des droits, ce qui relance le débat, car ce texte constitue malgré tout le marqueur politique essentiel qui rassemble les Républicains face à la menace royaliste. Supprimer la Déclaration des droits présenterait le risque d’offrir aux « anarchistes » l’occasion d’apparaître aux yeux de tous comme les seuls défenseurs de la Déclaration des droits.

Les débats aboutissent au remplacement de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen par une Déclaration des droits et des devoirs de l’homme et du citoyen, expurgée de toute référence aux droits naturels imprescriptibles, qui perdent leur fonction normative [10]. Cette déclaration ne mentionne ni les buts de la société ni la fonction du gouvernement. L’égalité, qui se limite désormais à l’égalité devant la loi, n’est plus un droit naturel imprescriptible, mais un droit de l’homme en société qui dépend donc du bon vouloir des gouvernants. Et bien sûr le droit de résistance à l’oppression a été supprimé. Cet effacement des droits naturels dans la déclaration était la condition nécessaire et préalable pour permettre aux Thermidoriens de rédiger une constitution qui retirerait les droits politiques aux non possédants. Mais comment s’y prendre pour escamoter le principe d’égalité et donc de liberté, tout en ayant l’air de les sauvegarder ? C’est dans cette perspective que commence le travail d’ajustement des textes fondamentaux de la Révolution.

Yannick Bosc déroule sous nos yeux les différentes étapes de ce débat, avec ses contradictions internes et sa logique, qui conduisent inéluctablement les protagonistes vers une réaction sans précédent et l’instauration d’une oligarchie despotique. Le récit est conçu comme une pièce de théâtre, avec son unité de lieu et de temps, ses acteurs avec qui le lecteur se familiarise progressivement, mais aussi ses tirades et ses rebondissements. Il met le projecteur sur chaque détail instructif du débat, détails qui prêteraient à rire sans les enjeux dramatiques qu’ils impliquent, comme par exemple les astuces de Garran-Coulon pour gommer toute incompatibilité entre suffrage censitaire et égalité des droits, mais aussi détails riches d’enseignements, comme les tentatives de Siéyès pour faire accepter son projet de « jury d’équité naturelle », conçu pour juger certains cas. Il s’agit là bien sûr d’une habile manœuvre pour résoudre les conflits par une commission d’experts ; mais ce projet, qui permettrait de préserver les intérêts des possédants, fut rejeté car il inspirait la crainte d’un éventuel « juré philosophe » qui rallumerait les lueurs de l’incendie, en plaidant pour le droit naturel. Les petites terreurs et les mesquineries de ces députés qui ne représentent qu’eux-mêmes et leurs intérêts de classe sont mises en lumière d’une manière intelligente et pertinente.

Ce récit passionnant apporte au lecteur un éclairage précieux sur la nature réelle de la République thermidorienne en mettant en évidence les méthodes et les arguments utilisés par les Thermidoriens pour évincer les droits naturels de la Déclaration des Droits et forger une constitution oligarchique et autoritaire. Clairement la République thermidorienne ne s’inscrit pas dans la continuité de 1789 et de la République montagnarde, mais représente au contraire une véritable rupture avec les principes de la Révolution. 

La Terreur des droits de l’Homme est un ouvrage essentiel pour la compréhension de cette fin tragique de la Révolution, que constitue la Réaction thermidorienne. Sa lecture est incontournable pour tous les citoyens, soucieux de ne pas se contenter du récit standard de l’historiographie en vogue, d’autant plus qu’il est agréable à lire, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.

Anne-Marie Coustou-Miralles

___________________ 

NOTES

­­­­­­­­­­­1] Loris Chavanette, Quatre-vingt quinze, la Terreur en procès, Ed. du CNRS, 2017. Sa thèse, sous la direction de Patrice Gueniffey, intitulée Repenser le pouvoir après la Terreur : justice, répression et réparation dans la France thermidorienne, 1795-1797, a été soutenue en juin 2013, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, et a reçu le prix spécial de thèse de l’Assemblée nationale, le 22 mai 2013.

[2] Florence Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en révolution, 1789-1795-1802, (Paris, 1992) rééd. Syllepse, 2014.

[3] Dans les paragraphes qui suivent, je résume le chapitre de Fl. Gauthier sur le droit naturel dans Triomphe et mort…, op. cit., 1è Partie, 1, p. 27 et s.

[4] Bernard Grœthuysen, Philosophie de la Révolution française, (1956) Paris, Gonthier-Médiations, 1966, p. 171, cité dans Fl. Gauthier, Op.cit., p. 68.

[5] Françoise Brunel, « Aux origines d’un parti de l’ordre : les propositions de constitution de l’an III », in Jean Nicolas éd., Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, 1985, p. 687-696 ; Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 128.

[6] Thomas Paine, Les Droits de l’Homme, (1791-1792) trad. de l’anglais, Paris, Belin, 1987. Dans ce livre, Paine répondait à Burke qui venait de publier une sévère critique dans ses Réflexions sur la Révolution de France, (1790) Pluriel, 1989.

[7] René Levasseur, Mémoires de R. Levasseur de la Sarthe, Paris, Messidor, 1989, p. 572.

[8] Thomas Paine, La Justice agraire opposée à la loi et monopole agraire ou plan d’amélioration du sort des hommes, Paris, 1797.

[9] Gracchus Babeuf, Le Tribun du Peuple. Défenseur des droits de l’homme, n° 28, 18 XII 1794.

[10] Voir Fl. Gauthier, Op. cit., 4è Partie. La défaite des droits de l’homme en France, p. 295 et s.

 

 

2. Justice xx.GIF

 

 


 

 

2. Justice xx.GIF

 

LE CANARD RÉPUBLICAIN

 

5. LOGO CANARD REPUBLICAIN.gif

 

Allez-y, c’est un site où on dialogue vraiment avec les lecteurs, et où on ne raisonne pas avec ses pieds.

 

0. freccia nera piccola xx.GIF

http://www.lecanardrépublicain.net/

 

2. Justice xx.GIF

 

Pendant qu’on y est… On va se gêner, tiens !

 


 

 

 

2. Justice xx.GIF

 

 

 

Mis en ligne le 18 mars 2018

 

 

18:34 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/03/2018

OBSOLÈTE, OUI, MAIS...

1. Obsolète - 2.jpg

 

Obsolète, oui, mais…

 

Sans vouloir jouer à Nostradamus, on peut supposer que les services de renseignement russes avaient de bonnes raisons de croire que les galonnés, au Pentagone, qui crèvent d’envie (piaffent, trépignent) de se payer une « première frappe au nucléaire » sur la Russie, étaient près d‘obtenir le feu vert de MM. Pence, Mattis et consorts par-dessus la tête du POTUS toujours pas dégommé mais impuissant, pour que M. Poutine juge opportun de les calmer en leur mettant le nez dans leur chandelle verte. C’est en tout cas ce qui nous semble ressortir de la réflexion du Saker.

 

3. Saker is.PNG

 

Systèmes d’armements russes nouvellement révélés : implications politiques

Le Saker – The Vineyard of the Saker 9 mars 2018

[Cette analyse a été écrite pour The Unz Review]

 

Les deux premiers des cinq stades du deuil : déni et colère.

En ce moment même, les Anglo-Sionistes son en train d’endurer quelque chose de très similaire aux deux premiers des Cinq Stades du deuil selon le modèle Kübler-Ross : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. Dans la plupart des cas, cela se manifeste par des critiques sur la qualité des vidéos présentées par Poutine et par de simples incantations selon lesquelles « ces armes n’existent que sur le papier ». C’est absolument normal et ne durera pas trop longtemps. Cette sorte de refus est un mécanisme normal d’adaptation, dont la fonction primordiale est d’« amortir le coup, mais ce n’est pas quelque chose sur quoi on puisse baser une politique ou une stratégie. Cependant, il vaut la peine d’examiner pourquoi exactement ces révélations ont déclenché une réaction aussi forte, parce que les choses sont un peu plus complexes qu’elles n’en ont l’air à première vue.

Lire la suite…

 

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2018/03/15/obsolete-oui-mais-ii-8811238.html  

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Mais Israël a le droit de se défendre, non ?

 

Lart de la guerre

LItalie sous lemprise USA/OTAN

Manlio Dinucci – il manifesto 13 mars 2018

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

4. Oncle Sam Italie.jpg

 

Dans la première moitié du mars, sont simultanément en cours deux grands exercices de guerre  – l’un en Méditerranée devant les côtes siciliennes, l’autre en Israël – tous deux dirigés et soutenus par les commandements et par les bases USA/OTAN en Italie.

Au Dynamic Manta 2018 – exercice de guerre sous-marin, appuyé par les bases de Sigonella et Augusta et par le port de Catane – participent des forces navales des États-Unis, Canada, Italie, France, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Grèce et Turquie, avec 5000 soldats, navires de surface, sous-marins, avions et hélicoptères. L’exercice est dirigé par le Commandement OTAN de Lago Patria (JFC Naples), aux ordres de l’amiral étasunien James Foggo. Nommé par le Pentagone comme ses prédécesseurs, il commande en même temps les Forces navales USA en Europe et les Forces navales USA pour l’Afrique, dont le quartier général est à Naples Capodichino. 

C’est l’amiral Foggo lui-même qui explique à quoi sert le Dynamic Manta 2018 : la « Quatrième bataille de l’Atlantique » a commencé, après celles des deux guerres mondiales et de la guerre froide. Elle est menée contre « des sous-marins russes de plus en plus sophistiqués qui menacent les lignes de communication maritime entre les États-Unis et l’Europe de l’Atlantique Nord ». L’amiral accuse la Russie de conduire « une activité militaire de plus en plus agressive », en citant comme exemple des chasseurs russes qui survolent à basse altitude des navires USA. Mais il ne dit pas que ces navires de guerre croisent dans la Baltique et en Mer Noire tout près du territoire russe. Même chose pour les drones-espions USA Global Hawk qui, décollant de Sigonella, volent deux ou trois fois par semaine le long des côtes russes au-dessus de la Mer Noire.

L’amiral Foggo, tandis qu’avec sa casquette de commandant OTAN il prépare en Italie les forces navales alliées contre la Russie, avec celle de commandant des Forces navales USA en Europe envoie depuis l’Italie la Sixième Flotte au Juniper Cobra 2018, exercice conjoint USA-Israël dirigé principalement contre l’Iran.

Partant de la base de Gaeta, est arrivé à Haifa le Mount Whitney, navire amiral de la Sixième Flotte, accompagné du navire d’assaut amphibie Iwo Jima. Le Mount Whitney est un quartier général flottant, relié au réseau mondial de commandement et de contrôle du Pentagone, y compris à travers la station MUOS de Niscemi (Sicile).

Le Juniper Cobra 2018 – auquel participent 2500 militaires USA et autant d’Israéliens – a commencé le 4 mars, alors que le premier ministre Netanyahou, dans sa rencontre avec le président Trump, soutenait que l’Iran « n’a pas renoncé à ses ambitions nucléaires » (sans dire qu’Israël est l’unique puissance nucléaire au Moyen-Orient) et concluait : « l’Iran doit être stoppé, c’est là notre devoir commun ».

L’exercice simule la riposte israélienne au lancement simultané de missiles depuis le Liban, l’Iran, la Syrie et Gaza. Le scénario réel peut au contraire être celui d’un lancement de missiles faussement attribué au Hezbollah libanais allié de l’Iran, comme prétexte pour attaquer le Liban en visant l’Iran. Au maximum 72 heures plus tard, déclarent des officiers étasuniens et israéliens, arriveraient d’Europe (en particulier des bases en Italie) des forces étasuniennes pour épauler Israël dans la guerre.

La présence au Juniper Cobra du général Scaparrotti, chef du Commandement Européen des États-Unis, confirme ce plan, qu’il a défini dans une rencontre avec l’état-major israélien le 11 mars. Comme Scaparrotti est aussi Commandant suprême allié en Europe (charge qui revient toujours à un général USA), le plan prévoit une participation OTAN, surtout italienne, en soutien à Israël, dans une guerre à grande échelle au Moyen-Orient.

Édition de mardi 13 mars 2018 de il manifesto

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

 

Et ces agresseurs du Hezbollah qui font semblant de s’occuper de petites filles !

 

Hassan Nasrallah rend hommage à Ahed Tamimi

Sayed7asan – 10 mars 2018

 

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2018, à l'occasion de la commémoration des dirigeants martyrs du Hezbollah (Cheikh Ragheb Harb, Sayed Abbas Mousawi, Hajj Imad Moghniyeh)

 

sayed7asan.blogspot.fr/

 

Transcription :

[...] En Palestine, le blocus américain contre le peuple palestinien se poursuit. Le financement (américain) de l'UNRWA est bloqué, les aides accordées à l'Autorité palestinienne, qui assume diverses responsabilités sociales, financières, pour la vie courante, etc., sont coupées, des mouvements de Résistance palestiniens et leurs dirigeants sont placés sur la liste des organisations terroristes, de nouvelles sanctions sont prises par le Congrès américain contre des mouvements palestiniens, et toujours davantage de pressions, mais ce qui continue à donner espoir, et que nous devons souligner et soutenir avec force, c'est l'unanimité palestinienne pour refuser la décision de Trump et l'unanimité palestinienne (pour refuser) la soumission (au prétendu) accord du siècle (parrainé par Trump), telles sont les positions annoncées. 

Et le peuple palestinien a proposé, durant les dernières semaines, des modèles (de Résistance). Je vais me contenter de 3 noms.

Le martyr, fils de martyr, Ahmad Jarrar. Il constitue un modèle particulièrement éminent et digne que non seulement le peuple palestinien mais toute la Communauté (islamique) doit suivre. Un seul jeune, cadre (de la Résistance), face à l'armée israélienne, à son arrogance et à ses services de sécurité, ce combattant a trouvé le martyre.

Deuxièmement, une jeune femme. Les médias la présentent comme une enfant, mais elle a 17 ans, c'est une jeune femme. La jeune femme Ahed Tamimi, avec sa position audacieuse et courageuse, elle et sa famille (ainsi que le martyr Ahmad bien sûr), la logique (de Résistance) de son père, que nous avons tous entendu dans les médias. Cette jeune fille qui gifle les soldats israéliens et leur fait face, et qui fait face au tribunal, avec ses parents qui l'encouragent à continuer, à rester forte, à être courageuse et persévérante.

Troisièmement, Omar al-Abd, qui a été condamné hier à 4 peines de prison à perpétuité, et à l'interdiction de l'inclure dans toute opération (future) d'échanges de prisonniers. Comment a-t-il accueilli les 4 peines de prison à perpétuité ? Avec le sourire. Et cela a mis en colère (le ministre de la défense israélien) Lieberman. C'est surtout la colère de Lieberman que j'ai relevée. Voyez cela : on le condamne à 4 peines de perpétuité, on refuse de négocier sa libération, et il accueille cela avec le sourire.

Tel est le peuple palestinien. Pourquoi est-ce que nous parlons toujours avec espoir de l'avenir et de l'horizon de ce conflit ? Parce que nous plaçons nos espoirs en ces gens-là. Ces trois (Résistants) sont les enfants de leurs communautés, ils n'en sont pas isolés mais leur ressemblent.  [...]

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr/

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2018/03/hassan-nasrallah-re...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

SRI LANKA

 

Sri Lanka, tension alarmante, les États-Unis à la manœuvre !

[Vous êtes sûrs que le Hezbollah et l’Iran n’y sont pour rien ? Et la Corée du Nord ? [ndGO]

Jean-Pierre PAGE – Le Grand Soir 12 mars 2018

 

5. carte-sri-lanka.gif

 

Les événements tragiques intervenus ces derniers jours à Ampara dans le sud-est du pays et surtout à Kandy, l’ancienne capitale historique de Ceylan, devenu en 1972 une République, puis la République Socialiste et Démocratique du Sri Lanka, sont alarmants à plus d’un titre.

Ils ont été marqués par des manifestations violentes anti musulmanes. Des magasins et des habitations ont été incendiés, on compte plusieurs morts, des blessés, des centaines d’arrestations, le pays est de nouveau sous tension.

 

6. SRI LANKA - 2.jpg

 

Dans ces conditions le Président Sirisena et son gouvernement conservateur dirigé par Ranil Wickramasinghe un premier ministre discrédité, ultra libéral et aux ordres de Washington, ont décidé l’instauration de l’état d’urgence sur l’ensemble du pays, le couvre-feu dans de nombreuses villes. Les forces spéciales de l’armée et les réserves de la police sont mobilisées en force sur le terrain, l’usage des réseaux sociaux sur internet a depuis été bloqué, la censure de la presse rétabli, tous les rassemblements sociaux ou politiques sont interdits.

C’est la première fois que de telles décisions sont prises depuis presque 10 ans et la fin d’une guerre de 30 ans contre le mouvement séparatiste des Tigres Tamouls, le LTTE. Il n’est pas inutile de rappeler que cette organisation terroriste longtemps considérée comme la mieux organisé et la plus dangereuse internationalement a bénéficié jusqu’au bout du soutien des puissances occidentales et dans une certaine mesure des dirigeants de l’Inde, dont l’alliance stratégique avec les États-Unis a toujours pour objectif de contenir et refouler l’influence grandissante de la Chine dans la région et dans une certaine mesure celle également de la Russie.

Comme ce fut le cas dans le passé, les médias occidentaux relayent complaisamment les déclarations alarmantes sur le retour des conflits inter- ethniques au Sri Lanka. Cette fois, ce ne sont plus les Cingalais contre les Tamouls mais les Cingalais contre les Musulmans, le Bouddhisme contre l’Islam.

 

7. Sri Lanka émeutes.jpg

 

Les ambassades de l’Union Européenne et des États-Unis sont mobilisées en permanence et à la manœuvre. Elles donnent leurs instructions et recommandations au gouvernement avec une condescendance toute néo- coloniale. Des organisations comme le « Crisis Group, HRW, Amnesty » et de très nombreuses ONG grassement financées par la « NED (National Endowment for Democracy) » et des fondations européenne ou américaines comme l’« Open Society » de Georges Soros accusent déjà et sans preuves l’ancien régime du Président Mahinda Rajapaksa d’être l’instigateur de cette violence.
La réalité, les causes, les responsabilités sont tout autres :

Le contexte Sri Lankais depuis les élections de 2015 est marqué par la mise en place d’un gouvernement de droite et l’élection d’un nouveau Président issu de l’ancien parti au pouvoir qu’il a trahi sans vergogne.

L’action du gouvernement est dorénavant marquée par une libéralisation accélérée du pays ! Ce changement radical s’opère sous le contrôle du FMI, des institutions financières internationales et bien sûr par l’Ambassade des États- Unis qui a complètement investi les services du gouvernement. L’Ambassadeur US joue au Vice-Roi comme au meilleur temps de la colonisation britannique. Il manœuvre et décide depuis son « bunker », comme on appelle à Colombo les locaux gigantesques de l’Ambassade US, plantés avec arrogance en face des bureaux du Premier ministre

En termes de progrès de la croissance, le Sri Lanka qui était le second pays en Asie après la Chine, est passé en trois ans dans le peloton de queue. Ce bouleversement a provoqué une énorme crise économique et sociale, un surendettement spectaculaire, l’effondrement de la roupie, la mise à l’encan du pays.

Le Sri Lanka, hier exportateur de riz est aujourd’hui importateur, de même pour la noix de coco, les épices, et même le thé qui sont l’alimentation de base de la population. Les instructions et les conditionnalités du FMI ont entraîné de nouvelles privatisations, la diminution drastique des budgets pour l’éducation et la santé, la destruction du service public.

Le pays est par ailleurs littéralement mis en vente pour le compte d’investisseurs internationaux avec l’abandon des anciennes restrictions sur la propriété vis-à-vis des étrangers. Les néo-conservateurs US et les Chicago boys appliquent ici les mêmes recettes que partout avec les résultats que l’on connaît. 25% de la population Sri Lankaise ne mange pas à sa faim selon le rapport annuel de l’auditeur Général.

Sous la pression de Delhi et pour faire contrepoids à la part prise dans le développement du pays par la Chine, l’Inde a imposé un traité de libre-échange qui se traduit entre autres par une mise en concurrence effrénée des travailleurs indiens et sri-lankais, en particulier dans le domaine de la santé. L’exportation de la main d’œuvre bon marché exploitable et corvéable à merci en Arabie Saoudite et dans les pays du Golfe a été développée. Elle est devenue la principale ressource d’entrée de devises du pays.

Le Sri Lanka est devenu l’une des premières places dans le monde pour les trafics en tout genre, drogues et armes, mais surtout pour le blanchiment de l’argent sale ; la criminalisation de l’économie s’opère en particulier dans le domaine de l’immobilier.

Par ailleurs, sur le plan international, le gouvernement de Colombo a rompu avec ses anciens alliés, renoncé au non alignement, et, de manière sans précédent dans les annales, accepté de co-sponsoriser avec les États-Unis une résolution au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève contre ses propres intérêts nationaux et la souveraineté du pays. Cette résolution préconise entre autres la mise en place de tribunaux hybrides avec la participation de magistrats étrangers pour juger de supposés crimes de guerre de l’armée Sri Lankaise et des responsables politiques de l’époque. Elle exige également la rédaction d’une nouvelle constitution pour laquelle les Américains ont proposé leurs services.

Les émissaires de haut niveau de Washington, du Département d’État, de l’armée américaine, multiplient les visites et les tournées d’inspection. Après avoir été chassé du Sri Lanka par la gauche dans les années 70 comme dans d’autres pays du Tiers monde comme la Bolivie, le Pérou, l’Indonésie, les « Peace Corps » sont de retour à travers un contrat d’assistance léonin signé en grande pompe en présence du Premier ministre et de l’Ambassadeur des États-Unis. Les « Peace Corps », « US Aid », sont comme on le sait, avec des budgets colossaux de centaines de millions de dollars, les paravents des actions de la CIA.

 

8. Peace corps.jpg

Sheila Crowley, directeur intérimaire de  l’ U.S. Peace Corps, et le ministre des Affaires étrangères du Sri Lanka Tilak Marapana ont signé le 24 février dernier un nouvel accord bilatéral pour rétablir un programme du Peace Corps au Sri Lanka. 

 

Ajoutons à ce triste bilan la mise au pas et le contrôle tatillon des médias comme des réseaux sociaux.

La corruption à la tête de l’État atteint des sommets. Elle est marquée par le scandale financier de la Banque Centrale, dans lequel sont impliqués son Président, un Sri Lankais de nationalité singapourienne aujourd’hui en fuite, son gendre sous les verrous, le Premier ministre et son ancien ministre des Finances, lequel a été contraint de démissionner. Cette affaire a fait perdre plusieurs dizaines de milliards de dollars au pays.

Enfin pendant plus de deux ans le pouvoir, sentant la situation lui échapper progressivement, a multiplié les arguties pour reculer la date des échéances électorales, qui finalement ont pu avoir lieu sous la pression de l’opinion publique.

Avec l’aggravation de la crise économique, sociale, et politique, les résistances se multiplient, en particulier dans la jeunesse. Elles ont pour toute réponse la répression policière, ce qui a entrainé morts, blessés, arrestations massives. On a même fait matraquer d’anciens soldats blessés et handicapés revendiquant leurs droits, alors que le pays les considère comme des héros pour l’avoir libéré du terrorisme.

Comment s’étonner, dans ces conditions et dans un laps de temps aussi court, de l’exaspération du peuple, d’une colère qui n’a cessé de grandir au point de se traduire ces dernières semaines par de nombreuses manifestations sociales, mais surtout, début février, par un raz-de-marée électoral historique en faveur de l’opposition, conduite par le nouveau parti SLPP de l’ancien Président Mahinda Rajapksa.

 

 

9. Mahinda_Rajapakse_400x400.jpg

Mahinda Rajapaksa

 

Les gens sont à bout, ils veulent le départ du gouvernement de droite, d’un Premier ministre haï, y compris dans son propre camp comme par ses alliés de circonstance. Le peuple exige des élections générales et un nouveau gouvernement de centre-gauche comme le précédent et la mise en cause de la résolution contraignante patronnée par les États-Unis entrainant de nouveaux abandons de souveraineté au bénéfice des Américains et des Indiens. Le peuple a des attentes, des exigences sociales fortes, la jeunesse est en quête d’avenir mais ne trouve de réponses illusoires que dans le départ à l’étranger en quittant le pays, la famille, les attaches.

 

10. gothabaya 2.jpg

Gothabaya Rajapaksa

 

Des prétendants politiques au changement une figure émerge de manière indiscutable, celle de Gotabaya Rajapaksa, ancien secrétaire d’état à la Défense et artisan principal de la victoire contre les Tigres du LTTE, frère de l’ancien Président. De larges secteurs de l’opinion soutiennent cette alternative crédible. Malgré les campagnes incessantes du gouvernement, et les pressions internationales de toutes sortes contre lui et son frère, leur influence et leur popularité déjà très importante n’a cessé de grandir au point de devenir irrésistible. Le charisme indiscutable de Mahinda Rajapaksa a pesé lourd dans le résultat des récentes élections.

Pour les États-Unis et l’Inde, la perspective probable et concrète de perdre de nouveau le Sri Lanka est insupportable, compte tenu de l’importance stratégique du pays, avec le plus grand port en eau profonde de l’Asie à Trincomalee, pour lequel la 7e flotte des États-Unis et le gouvernement de Delhi ont des projets ambitieux ! Par ailleurs, les initiatives de la Chine, qui se distingue entre autres par l’immense projet de Nouvelle Route de la Soie et ses succès économiques et politiques, les placent sur la défensive. Cette situation en évolution permanente illustre le nouveau rapport des forces, mais, en renforçant les contradictions, aiguise un peu plus les conflits dans la région.

La partie d’échecs est d’importance ! Pour les Américains, une défaite peut remettre en cause leurs ambitions géopolitiques contenues dans le trop fameux rapport stratégique de Barack Obama « Pivot Asia ». Cette doctrine considère dorénavant l’Asie comme une priorité décisive dans leurs ambitions de domination mondiale, au besoin par la force militaire, et même en prenant le risque d’un troisième conflit mondial.

C’est pourquoi les États-Unis n’entendent pas lâcher leur proie si aisément.

Par conséquent, le retour des Rajapksa au pouvoir serait une catastrophe politique pour la droite et, bien sûr, pour l’impérialisme, dont les intérêts sont d’une tout autre dimension. Il leur faut donc l’empêcher à n’importe quel prix !

Bien sûr, le gouvernement de droite n’a nullement l’intention de remettre en cause sa politique : ce serait commettre un véritable suicide. L’urgence, pour lui, c’est de détourner, de dévoyer le mécontentement populaire, lui faire craindre le pire, lui trouver d’autres adversaires à mettre en cause, des boucs-émissaires, le faire renoncer à ses exigences sociales légitimes en matière de pouvoir d’achat, d’emplois non discriminés, de santé, d’indépendance nationale, d’en finir avec l’impunité des hommes au pouvoir, les passe-droits et la corruption de masse.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier et analyser des événements qui se précipitent, On annonce ces dernières heures de nouvelles violences, des morts par balle et la tentative d’assassinat d’un parlementaire dans le sud du pays.

Pour un grand nombre de gens dont la mémoire des heures les plus sombres du Sri Lanka reste très vivace, ce à quoi nous assistons n’est autre que le « modus operandi » identique à ce que l’on a connu en 1983, connu ici comme « les pogromes du Black July ».

À l’époque, le Président anti-communiste Jawardana, agent des États-Unis, devant faire face à une impopularité sociale et politique croissante dans le pays, avait multiplié les provocations vis à vis des Tamouls pour s’en servir comme boucs émissaires.

Cela avait donné lieu entre autres à l’incendie de la fameuse bibliothèque de Jaffna, trésor culturel de première importance et de réputation internationale ! Cette provocation avait entraîné des réactions violentes qui, à leur tour, avaient entraîné une escalade dans la violence.

Les pogroms anti-Tamouls s’étaient multipliés, méthodiquement organisés, planifiés et légitimés par Jawardana lui-même et son équipe, dans laquelle on trouvait l’actuel premier ministre Ranil Wrickamasinghe et les dirigeants du parti UNP au pouvoir.

Prenant prétexte à l’époque des événements et de l’agitation sociale, Jawardana avait préventivement mis en place le « Prevention Terrorism Act (PTA) » qui allait lui permettre de frapper ses opposants politiques de la gauche cingalaise et tamoule, de procéder à la révocation de plus de 100.000 fonctionnaires, à l’interdiction des partis de gauche et des syndicats, et à l’arrestation de leurs dirigeants, à l’institutionnalisation de la torture et des enlèvements, à l’assassinat d’intellectuels, à l’interdiction des manifestations, à la mise sous tutelle du Parlement, au report sine die des élections, à l’interdiction des droits civiques de l’ancienne présidente de gauche Mme Bandanaraike, première femme chef d’État au monde, une des dirigeante et fondatrice du Mouvement des non-alignés, amie de Nerhu, de Chou en Lai et de Fidel Castro.

Jawardana a disparu et son successeur Premadassa a été assassiné, mais ce sont toujours les dirigeants de la même UNP qui sont au pouvoir, aussi corrompus, incompétents et arrogants que jamais.

Cette situation, en 1983, avait précipité la guerre et l’émergence des séparatistes du LTTE, qui a coïncidé avec la liquidation du parti d’extrême gauche JVP, qui avait fait le choix de la clandestinité puis de l’insurrection. Elle s’est soldée, au final, par près de 50.000 morts.

Les événements tragiques et les provocations de ces derniers jours rappellent 1983, le parti au pouvoir est prêt, avec l’aide des États-Unis et dans un contexte international diffèrent, à pratiquer la politique du pire pour sauver un pouvoir déjà en lambeaux.

La situation est donc des plus sérieuses et peut déboucher sur la répétition de ce que furent les pages les plus noires de l’histoire du Sri Lanka.

Toutes les communautés, au Sri Lanka, ont besoin de vivre en harmonie : 30 ans de guerre, des dizaines de milliers de morts et de destructions ont fait place à un fort désir de paix et à l’exigence simple de vivre mieux dans le respect de la dignité de tous et contre toutes formes d’ingérence étrangère.

Les Sri Lankais veulent régler leurs problèmes par eux-mêmes, ce sentiment est très fort. Les dirigeants actuels du pays, en place avec l’aide des États Unis, ont perdu toute crédibilité, le peuple Sri Lankais a décidé de leur dire : « Assez, dégagez, ou nous vous y obligerons ! »

Jean-Pierre PAGE

Colombo, le 9 mars 2018

Source : https://www.legrandsoir.info/sri-lanka-tension-alarmante-...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

À la suite de quoi on a reçu ceci de l’auteur :

 

Chers amis et camarades, 

Vous trouverez ci joint l'intervention de Tamara Kunanayakam à la très importante conférence de presse qu'elle a tenu ce jour après plus d'une semaine d'état de siège dans le pays. Toute la presse nationale sans exception – écrite, radio, TV – était présente, et nous savons déjà que son intervention aura un écho important.

La situation politique est toujours aussi confuse avec les restrictions des droits d'expression et de réunion que j'ai exposées dans mon article voici quelques jours [v. ci-dessus, nde]

Jeffrey Feltman, ancien secrétaire-adjoint au Département d'État [US, nde] et actuel secrétaire-général adjoint de l'ONU en charge des Affaires politiques, est très actif sur le terrain, ce qui illustre les inquiétudes de Washington. C’est un expert pour ce genre de situation où il s'est illustré en particulier au Europe de l'Est, avant et après 1989/1991, et surtout au Proche Orient : Israel, Gaza, volontaire en Irak, ambassadeur au Liban, bref partout où il y a la m.....

 

« Le nouveau secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a procédé aux nominations de son équipe.

Le directeur des Affaires politiques, Jeffrey Feltman, a été prorogé dans ses fonctions pour une année. Durant le mandat de Ban Ki-moon, il s’agissait de la plus haute fonction diplomatique au monde.

M. Feltman représente les intérêts de l’État profond US. Diplomate de carrière, il a d’abord servi en Israël, puis pour le compte de l’Autorité provisoire de la Coalition en Irak (un organisme privé qui ne dépendait pas de la Coalition, mais concentrait les membres du « gouvernement de continuité » US). Ambassadeur au Liban, il organisa l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, la Commission d’enquête de l’Onu et le Tribunal spécial contre les présidents Émile Lahoud et Bachar al-Assad. Par la suite, il devint l’assistant d’Hillary Clinton au Département d’État, puis entra comme numéro 2 à l’Onu. Il est l’auteur du plan de capitulation totale et inconditionnelle de la Syrie (techniquement rédigé par l’Allemand Volker Perthes). »

« Feltman prorogé à l’ONU » (Réseau Voltaire 16.2.2017 - LGO)

 

12. Feltman - 1.jpg

Jeffrey Feltman

 

Dans son intervention, quand Tamara parle du Yapalana government, il faut traduire par gouvernement de « bonne gouvernance ». C'est en effet avec ce qualificatif que le nouveau pouvoir s'est baptisé depuis 2015. Ceci  est devenu un sujet de plaisanterie dans le pays et fait rire tout le monde, même si la situation est si instable que tout, absolument tout, est possible.

Amitiés à tous et toutes, 

Jean-Pierre Page

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Communiqué à la presse

Tamara Kunanayakam – 13 mars 2018

 

11. Tamara Kunanayakam 2016.jpg2.jpg

 

Parce que nous nous trouvons aujourd’hui à une croisée des Chemins dans l’histoire de notre nation, je voudrais commencer et terminer en adressant un appel au peuple Sri Lankais, quelle que soit sa communauté d’appartenance, pour qu’il ne se laisse pas ébranler par les événements qui leur sont imposés de l’extérieur, mais pour qu’au contraire il continue à se concentrer sur les questions qui le concernent au premier chef, les vraies questions, celles qui affectent sa vie quotidienne, ses conditions de travail et d’existence, les questions qui ont déterminé son vote et ses choix politiques lors des récentes élections provinciales.

Le peuple n’a pas voté pour ou contre les musulmans ou pour ou contre les Tamouls, ou pour ou contre les Cinghalais. Son vote a été un vote majoritaire contre le gouvernement Yahapalana et sa politique pro-occidnetale anti-populaire qu’il a correctement identifié comme responsable du déclin rapide de ses conditions de vie et de travail, et de la perte de sa souveraineté.

C’est la deuxième fois dans notre histoire récente que nous nous trouvons confrontés à un moment décisif, où nous sommes appelés à faire un choix. Je dis deuxième parce que  la situation, aujourd’hui, ressemble de beaucoup de façons à celle de 1983, qui a vu des attaques imbéciles à motivation politique être organisées pour provoquer des divisions ethniques entre les Sri Lankais, pour détourner leur attention des questions réelles et pour les empêcher de s’unir contre le statu quo établi.

Les choix qui furent faits par les dirigeants d’alors (juillet 1983) nous ont plongé dans un des âges les plus sombres de notre histoire récente, qui a vu plus de deux décennies et demie de conflits et de guerre, la montée de l’extrémisme, du terrorisme et du séparatisme, un état d’urgence permanent et une peur endémique, la limitation des libertés fondamentales, des droits démocratiques et humains, l’institutionnalisation de l’impunité, une détérioration des conditions de vie et de travail des masses populaires, l’élimination physique des forces progressistes et des futurs dirigeants, le démantèlement des services et des entreprises publics, la destruction du tissu social du pays et la perte de ses valeurs, le tout assorti d’interventions extérieures dans les affaires de notre pays, y compris sous forme de soutien au terrorisme et d’interventions militaires directes.

La situation d’aujourd’hui est sinistrement comparable à celle de juillet 1983, la seule différence étant que la communauté prise pour cible alors était celle des Tamouls, maintenant, c’est celle des musulmans.

 

Alors comme maintenant, l’UNP était au pouvoir.

Alors comme maintenant les événements tragiques se produisirent dans un contexte de terribles crises économiques et politique et de bouleversement social.

Alors comme maintenant, le « peuple » a été tenu pour responsable.

Alors cpomme maintenant le gouvernement avait perdu sa légitimité.

Alors comme maintenant, les choix unilatéraux faits par les dirigeants politiques ont affecté, comme ils affecteront, l’avenir du pays, son indépendance, sa souveraineté et le droit de notre peuple à déterminer son destin économique, social ;, culturel et politique.

 

Les événements récents doivent être placés dans leur contexte propre pour être compris.

 

13. Présdent et Premier ministre.jpg

Le Président Maithipala Sirisena (dr) et le Premier ministre Ranil Wickrelesinghe (g) aujourd’hui divorcés.

 

En seulement trois ans du régime Yahapalana, les conditions socio-économiques des masses de nos compatriotes se sont rapidement détériorées. Ce sont les gens ordinaires qui ont eu à supporter le poids de plus en plus lourd de la dette, d’un modèle de développement commandé de l’extérieur, et des conditions pro-banques/anti-peuple qui nous ont été imposées par les FMI/Banque Mondiale. L’austérité, les privatisations et la libéralisation sans frein du commerce et de la finance en faveur du capital étranger ont sérieusement sapé notre économie réelle, dont dépendent en majorité les gens  pour leur survie, en affectant sévèrement leur sécurité alimentaire, en augmentant le coût de la vie et en altérant négativement leurs salaires réels. Le fait que plus de 25% de la population sri lankaise n’a pas suffisamment de nourriture pour mener une vie saine selon la FAO est scandaleux et inacceptable. En Asie du Sud, la prévalence de la sous-alimentation au Sri Lanka ne vient en second que derrière l’Afghanistan.

Sur le front politique, la coalition Yahapalana est confrontée à une débâcle politique résultant de son rejet massif des élections provinciales trop longtemps différées. Il en résulte une crise de cohésion sans précédent : à l’intérieur de l’UNP, entre l’UNP et la faction SLFP présente au gouvernement, et entre le Président et le Premier ministre, la direction du Premier ministre étant mise en question de dedans son propre parti et du dehors, à quoi il faut ajouter une motion de censure qui menace et des élections – générales présidentielles – en vue..

Comme le Président J.T. Jayawadane avant lui, le Premier ministre Ranil Wickramasinghe se trouve dans la situation impossible d’avoir à remplir les engagements que son gouvernement a pris envers Washington, face à une opposition massivement coalisée. Comme Jayawadane, Wickramasinghe a besoin d’une majorité parlementaire pour accélérer les réformes pro-occidentales qu’il a entamées, en ce compris la nouvelle constitution exigée par Washington.

C’est là le contexte dans lequel les récentes attaques anti-musulmanes se sont produites.

 

La question qui se pose immédiatement est, bien sûr : Qui profite du crime ?

Les Sri-Lankais, je veux dire le peuple dans son ensemble, indépendamment de ses origines, retirent-t-ils un quelconque bénéfice des attaques contre les musulmans

Je répondrai à cette question par plusieurs autres.

Est-il possible qu’un peuple retire quelque bénéfice d’avoir son attention détournée des questions très réelles qui l’ont mobilisé à propos des élections provinciales récentes et en ont amené beaucoup à revenir sur la position qu’ils avaient prise lors de l’élection présidentielle de 2015 ? Est-il possible que des gens qui ont été victimes d’une guerre de plus de 20 ans puissent vouloir en subir une autre ?

Est-il possible que le people retire un bénéfice de l’état d’urgence qui permet au régime de réduire sa liberté d’expression et d’opinion, la liberté de la presse, le droit à l’information, la liberté de communiquer, de s’assembler, y compris par la grève, les manifestations, etc. ? Est-il possible que le peuple veuille vivre dans la peur : peur des arrestations arbitraires, peur des détentions au secret, peur de la torture, peur des exécutions sommaires, etc. ? Un prolongement de l’état d’urgence peut avoir pour résultat que les élections au Conseil Provincial soient reportées une fois de plus. Et, peut-être, que les Élections Générales soient remplacées par un référendum sous état d’urgence, comme J.R. Jayawardane l’a obtenu en 1982.

Si les attaques ne profitent pas au people, pouvons-nous alors nous demander si elles bénéficient à l’opposition politique

Déjà, une campagne internationale est en cours contre Mahinda Rapajaksa, prétendant qu’il est derrière les attaques contre les musulmans. Alors qu’il vient de remporter une impressionnante victoire politique, comment pourrait-il bénéficier d’un état d’urgence qui va l’empêcher de mobiliser les masses populaires pour les batailles encore plus grandes à venir : les élections au Conseil provincial, les élections générales et l’élection présidentielle ?

En fait, l’effet des attaques anti-musulmanes a déjà été de mettre l’opposition sur la défensive. Déjà, un silence assourdissant a accueilli la proposition de motion de censure contre le Premier ministre (jusqu’à aujourd’hui), sur l’arnaque des obligations, sur le projet controversé de nouvelle constitution, sur la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays, etc.

Si ni le people ni l’opposition ne retirent un bénéfice des attaques contre les musulmans, se pourrait-il qu’elles bénéficient à Washington ?Peut-on le demander ?

Objectivement parlant, se produisant à un moment où son allié gouvernemental est en sérieuses difficultés, les attaques qui prennent pour cible un groupe particulier, ethnique ou religieux, ne peuvent que justifier l’exigence de Washington qu’une juridiction non nationale, voire une intervention extérieure, soient appliquées au Sri Lanka, via la mise en œuvre de son Conseil des Droits Humains de 2015, impliquant un remplacement complet de son système de gouvernement.

Washington a été très inquiet que sa résolution ait été si largement contestée par le peuple sri-lankais, y compris au plus haut niveau de l’État. Le retour du très controversé Peace Corps US, cette arme du « soft power » dans l’arsenal de Washington, jadis expulsé par le gouvernement de Sirimavo Bandaranaike au motif qu’il avait espionné pour le compte de la CIA, reflète les peurs de Washington, à la perspective des prochaines élections générales et présidentielles. Le Peace Corps US a été expulsé d’un certain nombre de pays, qu’il espionnait de même pour le compte de la CIA et où il se livrait à des activités secrètes, se mêlant de leur politique intérieure et y pratiquant le trafic de drogues. Aussi récemment que septembre 2017, le Premier ministre du Cambodge a exigé le retrait du Peace Corps US pour avoir conspiré avec le leader de l’opposition Kem Sokha et tenté de renverser son gouvernement.

Les résultats des élections locales ont accentué l’urgence, pour Washington, de renforcer le pouvoir de ses allies au gouvernement. Le comportement de l’ambassadeur US – celui d’un véritable Vice-roi – se précipitant chez le Président, avant même que les résultats des élections locales soient connus,  pour lui « dire » de ne pas remplacer son Premier ministre, montre bien jusqu’où Washington est décidé à aller pour maintenir le statu quo.

Les attaques contre les musulmans ont fourni exactement ce genre d’occasion.

La planification des attaques, pour qu’elles coïncident avec les séances du Conseil des Droits Humains, avec l’arrivée du Peace Corps US, et avec celle du sous-secrétaire général des Nations Unies aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman, ancien sous-secrétaire d’État US, n’est pas fortuit.

Ces attaques ont donné au haut-commissaire l’occasion de menacer le Sri Lanka d’une juridiction mondialisée, si jamais il échouait à améliorer ses progrès en redevabilité et en justice transitionnelle. Le langage qu’il emploie a pour but de ne mettre en cause que le gouvernement précédent de Mahinda Rajapaksa, de renforcer les alliés de Washington au sein du régime actuel et de faire avancer le projet de Washington de s’assurer une légitimité internationale pour ses interventions unilatérales dans les affaires internes des autres États.

Les attaques ont aussi fait avancer l’agenda de Feltman, qui est inséparable de celui de Washintgton [et de celui d’Israël…ndt]. Feltman est un faucon néoconservateur qui a fomenté la violence dans des états souverains et leur désintégration en enclaves ethniques. À l’intérieur des Nations Unies, il est également à la tête d’une équipe dont la principale occupation est de « poposer » des arrangements constitutionnels prônant le fédéralisme en réponse aux doléances des minorités ethniques.

Décrire les émeutes anti-musulmanes comme un conflit entre bouddhistes et musulmans ou entre Cinghalais et musulmans ne sert que ce genre d’agenda, un agenda dont le but est de diviser les peuples sur des lignes de démarcation ethno-religieuses, de fomenter des conflits entre eux, de les maintenir en état de division, donc de faiblesse, permanent, pour finir par obtenir la partition de leur

 

En conclusion

Ma conclusion est que les attaques contre les musulmans ne servent que l’agenda de Washington en soutenant ses alliés dans un gouvernement Yahapalana chancelant, en réduisant l’opposition au silence, tant à l’intérieur qu’au dehors du gouvernement, en divisant le peuple, en détournant son attention des problèmes réels et en faisant avancer l’objectif de Washington de faire du Sri Lanka un état vassal qui puisse être utilisé dans la stratégie d’endiguement et de refoulement de la Chine.

Les attaques anti-musulmanes n’ont rien à voir avec l’intérêt du peuple. C’est la raison pour laquelle je voudrais conclure en réitérant mon appel aux Sri Lankais, pour qu’ils ne se laissent pas influencer par des événements qui leur sont imposés par d’autres, mais qu’ils gardent au contraire leur attention concentrée sur les questions véritables et continuent à poursuivre les buts qui les concernent directement, eux et  leur vie de tous les jours, qu’ils s’en tiennent à ce qui a déterminé leurs votes et leurs choix politiques lors des récentes élections locales.

Tamara Kunanayakam

Ex-ambassadeur et Représentant Permanent auprès des Nations Unies à Genève.

Colombo, 13 March 2018

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Commentaire de Bruno Drweski :

 

14. Tamara ambassadrice au Vatican.jpg

Tamara Kunanayakam quand elle était ambassadrice au Vatican

 

Tamara Kunanayakam est une ex-diplomate Sri Lankaise très connue. Elle est prête à donner des interviews – en anglais, en français, en espagnol ou en allemand – pour expliquer pourquoi la crise actuelle et les émeutes « musulmans/bouddhistes » au Sri Lanka sont si importants pour la situation politique générale dans la zone stratégique de l’Océan Indien.

 

On va voir se précipiter les merdias.

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

 

Tillerson l’a appris par Twitter…

 

Donald Trump limoge son chef de la diplomatie, Rex Tillerson et le remplace par l'ex-chef de la CIA

 RT en français  - 13 mars 2018

 

15. Trump et Machin.jpg

 

À quelques semaines d'une rencontre avec le chef de l'État nord-coréen Kim Jong-un, le président américain Donald Trump a mis son secrétaire d'État, Rex Tillerson, sur la touche. Le patron de la CIA, Mike Pompeo, lui succède.

Le 13 mars, Donald Trump a annoncé sur Twitter le limogeage de son secrétaire d'État, Rex Tillerson.

Pour prendre la tête de la diplomatie américaine, le président a choisi l'ancien directeur de la CIA, Mike Pompeo. « [Mike Pompeo] fera un travail fantastique ! », a-t-il écrit sur le réseau social, tout en remerciant Rex Tillerson pour les « services » qu'il a rendus à la nation.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/48664-donald-trump-...  

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Nomination de Mike Pompeo à la tête de la diplomatie US : vers une ligne encore plus offensive ?

RT en français14 mars 2018

 

16. POMPEO.jpg

Mike Pompeo

 

Donald Trump s'est séparé de Rex Tillerson pour le remplacer à la tête de la diplomatie américaine par Mike Pompeo, ex-directeur de la CIA. Sur tous les

grands dossiers, ce dernier a pris des positions qui augurent d'une attitude intransigeante.

Alors que leurs relations étaient notoirement tendues, le président américain Donald Trump a congédié son secrétaire d'État Rex Tillerson au profit de Mike Pompeo, jusqu'alors directeur de la CIA. Selon plusieurs médias, Rex Tillerson aurait appris son limogeage sur Twitter.

Au vu de certaines de ses déclarations passées, le nouveau chef de la diplomatie américaine semble augurer d'un durcissement de la politique étrangère des États-Unis. Et la Russie n'est pas la seule visée.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/48676-nomination-mi...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Pourquoi Trump a changé de secrétaire d’État

Gazeta.ru – Sputnik.fr –14 mars 2018

 

17. Trump et Machin - 2.jpg

 

Le président américain Donald Trump explique qu'il a appris à connaître Mike Pompeo pendant leur travail conjoint et souligne qu'à ses yeux « il est l'homme qui convient pour ce travail à un tel moment critique ».

Cela fait longtemps que les rumeurs circulaient à Washington sur l'éventuel remplacement de Rex Tillerson par le directeur de la CIA Mike Pompeo au poste de secrétaire d'État. En effet, Trump et Tillerson nourrissaient de plus en plus de différends.

Donald Trump a justement expliqué le départ de Rex Tillerson par cette divergence de positions.

Lire la suite…

Source : https://fr.sputniknews.com/presse/201803141035493927-trum...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Snowden : la directrice de la CIA « a joué un rôle clé » dans le programme de tortures

Sputnik International.fr13 mars 2018

 

18. HASPEL.jpg

Gina Haspel

 

Le lanceur d’alerte Edward Snowden a révélé mardi des détails sur la carrière secrète de l’espionne controversée Gina Haspel qui a remplacé mardi Mike Pompeo au poste de directeur de l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) des États-Unis.

Gina Haspel, nommée mardi directrice de la CIA par Donald Trump, a joué un grand rôle dans le programme américain de techniques d’interrogatoire renforcées (tortures), a déclaré mardi Edward Snowden, ancien employé de l'Agence Nationale de Sécurité (NSA) américaine réfugié en Russie.

« Le nouveau directeur de la CIA a joué un rôle clé dans le programme de tortures et sa couverture illégale. Son nom figure dans une ordonnance top secrète sur la destruction d’enregistrements [des tortures, ndlr] afin d’éviter qu’ils se retrouvent au Congrès. Incroyable », a écrit M. Snowden sur Twitter, publiant le lien d’un article du journal The New York Times consacré à cette affaire.

Lire la suite…

Source : https://fr.sputniknews.com/international/2018031310354859...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Heureusement que l’Europe reste la mère du progrès, des arts et de la conscience politique !

 

Union Européenne : La nouvelle norme sur les WC

 

19. WC.gif - 1.gif

 

Après trois ans de travaux, la Commission Européenne vient de livrer, dans un rapport de 122 pages le résultat des recherches sur son dernier projet : normaliser la contenance des cuvettes de WC dans l’Union

 

Ce sera 5 litres pour l'évacuation dans les toilettes et 1 litre pour les urinoirs

(on pense bien sûr à « la grosse/petite COMMISSION »…)

 

C’est ainsi qu’on découvre que les Français sont les Européens qui partagent le plus leurs toilettes (0,65 WC/hab), alors qu'Allemands et Espagnols sont les plus individualistes à cet égard (0,94 et 1,04).

Et foin des problèmes du chômage, de la guerre nucléaire qui plane sur nos têtes et … et ... On rit mais ce genre de tâche ingrate mérite bien 10.000 € par mois et par tâcheron.

Sachons que ce sont les mêmes valeureux qui se réunissent pour définir le calibre des bananes, décider que les moins de 18 ans ne peuvent pas effectuer de travaux sur un escabeau de 3 marches (adieu le ramassage des fruits pour se faire un peu de tunes) etc. etc.

Mais que ferait-on sans eux ?!

20 Bis. WC - 2 xxxx.gif

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Chantons les choses qui n’existent plus

 

C’est un 13 mars qu’il nous a quittés… On n’est en retard que de deux jours pour le saluer.

 

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

 

Mis en ligne le 15 mars 2018

 

 

 

14 bis. freccia nera grande x.GIF

 

 

00:00 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/03/2018

OBSOLÈTE, OUI, MAIS... - II

1. Obsolète - 2.jpg

 

Obsolète, oui, mais…

 

3. Saker is.PNG

Systèmes d’armements russes nouvellement révélés : implications politiques

Le Saker – The Vineyard of the Saker 9 mars 2018

[Cette analyse a été écrite pour The Unz Review]

 

Les deux premiers des cinq stades du deuil : déni et colère.

En ce moment même, les Anglo-Sionistes son en train d’endurer quelque chose de très similaire aux deux premiers des Cinq Stades du deuil selon le modèle Kübler-Ross : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. Dans la plupart des cas, cela se manifeste par des critiques sur la qualité des vidéos présentées par Poutine et par de simples incantations selon lesquelles « ces armes n’existent que sur le papier ». C’est absolument normal et ne durera pas trop longtemps. Cette sorte de refus est un mécanisme normal d’adaptation, dont la fonction primordiale est d’« amortir le coup, mais ce n’est pas quelque chose sur quoi on puisse baser une politique ou une stratégie. Cependant, il vaut la peine d’examiner pourquoi exactement ces révélations ont déclenché une réaction aussi forte, parce que les choses sont un peu plus complexes qu’elles n’en ont l’air à première vue.

Premièrement, une révélation étonnante en soi : le déploiement de ces systèmes d’armement ne change pas fondamentalement l’équilibre nucléaire entre la Russie et les USA, du moins pas dans la stabilité de l’équilibre en matière de première frappe (pour une discussion détaillée, voir ici). Oui, c’est vrai que l’arsenal nucléaire US devient de plus en plus désuet, surtout comparé au russe, et, oui, c’est vrai que, dans toute une famille de technologies, les Russes ont désormais, c’est clair, beaucoup d’années d’avances sur les USA. Mais, non, cela ne veut pas dire que la Russie pourrait s’en tirer avec une première frappe contre les USA (non plus que les USA d’ailleurs ne pourraient s’en tirer avec une première frappe contre la Russie). Les deux pays possèdent plus qu’assez de capacités de largage d’ogives nucléaires, même si leurs forces devaient être réduites de 90% par toute frappe éventuelle de désarmement (contre-force). Le but de la mise en garde de Poutine  n’était pas du tout de menacer l’Occident ou de suggérer que la Russie pourrait poursuivre une guerre nucléaire victorieuse, loin de là ! D’abord et avant tout, son discours a été un indispensable exercice de psychothérapie publique. On pourrait dire que son intention était de forcer l’empire à passer enfin aux trois stades, plus constructifs, du deuil : le marchandage, la dépression et l’acceptation.

 

Où il est question d’apporter un certain sens des réalités à un empire profondément délirant

Les dirigeants de l’empire tout comme leurs drones idéologiques au cerveau lave vivent dans un monde complètement déconnecté des réalités. C’est pourquoi Martynov écrit que les USA  « continuent à se prélasser dans la bulle qui les isole de toutes voix extérieures susceptibles de leur parler de raison et de paix » et que le discours de Poutine avait pour but de  « contraindre les “élites” de l’Amérique, sinon à la paix, du moins à une espèce de santé mentale, étant donné qu’elles sont aujourd’hui complètement détachées des réalités géopolitiques, militaires et économiques d’un monde en train d’émerger »

 « Les élites du pouvoir américain, dont la majorité n’a jamais servi un seul jour sous les drapeaux, n’a jamais fréquenté aucune académie militaire sérieuse et dont l’expertise, en matière de technologies militaires et de questions géopolitiques s’est limitée à un ou deux séminaires sur l’armement nucléaire, et dans le meilleur des cas de figure, sur les efforts du Service de la Recherche du Congrès, ne sont tout simplement pas qualifiés pour saisir la complexité, la nature et l’application de la force militaire. Ils n’ont tout simplement aucun point de référence. Cependant, étant le produit de la culture pop-militaire, autrement connue sous les noms de porno-militaire et de propagande, ces gens – cette collection d’avocats, de « politologues », de sociologues et de journalistes, qui dominent la cuisine stratégique où cuisent en non-stop des doctrines géopolitiques et militaires délirantes – ne peuvent comprendre avec certitude qu’une seule chose : quand leurs pauvres chéris prennent un coup de pied aux fesses ou entre les deux yeux. »

Que, dans le monde réel, ces élites prennent des coups de pied aux fesses depuis des décennies ne change pas le fait qu’elles se sont débrouillées pour se convaincre qu’elles pouvaient les effacer en se retirant du traité ABM et en encerclant la Russie d’anti-missiles lance-missiles. Le fait que certains (beaucoup ? la plupart ?) politiciens US se sont rendu compte, au moins dans leur subconscient, que leur système d’ABM ne protégerait jamais les USA d’une contre-frappe russe, n’a joué absolument aucun rôle, parce qu’il y avait des facteurs psychologiques propres aux USA qui rendaient la notion de système d’ABM irrésistiblement séduisante.

(1) Un système d’ABM promettait aux USA l’impunité : l’impunité est, avec la supériorité militaire, un des grands mythes américains (voir discussions là-dessus ici). De Reagan et ses « armes qui tuent les armes » à l’actuelle crise avec la Corée, les Américains US ont toujours aspiré à l’impunité pour les actes qu’ils commettaient à l’étranger : que tous les pays sombrent dans des océans de feu, de meurtres et de chaos, pourvu que notre « chez nous » reste une sacrosainte citadelle intouchable. Depuis la IIe guerre mondiale, les Américains US ont tué des millions de gens à l’étranger, mais quand le 11 septembre leur est arrivé dessus (et peu importe que ç’ait été un faux drapeau) tout le pays est tombé dans une espèce de choc clinique pour la perte de 3.000 civils innocents. Les armes nucléaires soviétiques puis russes ont promis des dizaines de millions de morts, si l’URSS/Russie était attaquée, et c’est pourquoi dévider le conte de fées d’un « bouclier » ABM offrait tant d’attraits, même si c’était, technologiquement parlant, une chimère (la « Star Wars » de Reagan) ou un système extrêmement limité capable d’arrêter –peut-être ! – tout au plus quelques missiles (le système ABM actuel en Europe). Encore une fois, les faits ne comptent pas du tout, en tout cas pas en politique américaine ou dans la psyché collective des USA.

 (2) Un système ABM promettait un énorme pactole financier au Complexe Militaire Industriel US (CMI US) fantastiquement corrompu, pour lequel travaillent des millions d’Américains et qui a rendu certains d’entre eux fantastiquement riches. Franchement, je soupçonne que beaucoup (la plupart ?) des gens impliqués dans le programme ABM se rendaient parfaitement compte que tout ça était une perte de temps et d’efforts mais qu’aussi longtemps qu’ils voyaient se remplir leurs comptes en banque, ils s’en fichaient tout simplement : hé, ils me paient, je prends !

 (3) La culture militaire US n’a jamais beaucoup mis l’accent sur le courage personnel ni sur le sacrifice de soi (et pour des raisons évidentes). Les diverses variations dans le conte de fées ABM ont rendu possible, pour les Américains, de croire que la guerre suivante serait livrée en appuyant sur des boutons et en s’en remettant aux ordinateurs. Et si jamais des bombes devaient commencer à tomber, qu’elles tombent ailleurs, de préférence sur de lointains basanés qui, bon, ne sont quand même pas aussi précieux aux yeux de Dieu et de l’humanité que nous, la blanche « nation indispensable ».

Ajoutez à tout ça une croyance quasi religieuse (un dogme, en réalité) dans le mythe de la supériorité technologique américaine, et vous comprendrez que les dirigeants russes ont commencé à se rendre compte que leurs homologues US étaient petit à petit en train d’oublier qu’ils avaient des marques de coups de pieds aux fesses. Donc, ce que Poutine a fait, c’est tout simplement en rajouter quelques-uns, un peu plus nets, juste pour que les dirigeants US redescendent sur terre.

Le but du discours de Poutine était aussi de prouver qu’à la fois Obama (« l’économie russe est en miettes ») et MacCain (« la Russie, c’est une station-service déguisée en pays ») s’étaient fourré le doigt dans l’oeil. Le message russe aux élites américaines était simple : « Eh bien non. Non seulement nous ne sommes pas technologiquement à la traîne, mais, de toutes sortes de façons, nous avons des dizaines d’années d’avance sur vous, malgré vos “sanctions” et vos efforts pour nous isoler, malgré la baisse dramatique des prix de l’énergie et vos efforts pour limiter notre accès aux marchés. » (Le développement réussi de cette nouvelle génération de systèmes d’armement montre clairement l’état réel de la recherche fondamentale en Russie dans des domaines comme celui des alliages avancés, de la nano-technologie, de la superinformatique, etc.)

Pour les fauteurs de guerre du pentagone, le message était également clair et dur à encaisser : « Nous dépensons moins de 10% de ce que vous dépensez en matière de défense agression planétaire, nous dépasserons votre avantage quantitatif par notre supériorité qualitative. Pour vous le dire platement, vous vous battez à coups de dollars, nous vous combattrons à coups de cerveaux. »  Les propagandistes US qui adorent gloser sur la Russie qui « se sert d’énormes quantités de soldats non qualifiés et d ‘armes stupides mais brutales »  auront maintenant affaire à un paradigme auquel ils ne sont pas habitués : un soldat russe est beaucoup mieux entraîné, mieux équipé, beaucoup mieux commandé, et son moral, comme sa volonté, est presque infiniment plus haut que celui du militaire américain typique. Pour une culture militaire qui n’en finit pas de répéter le mantra que tout, chez elle est « le meilleur au monde » ou même « le meilleur dans l’histoire », cette sorte de nouvelle réalité va faire l’effet d’un choc très douloureux et beaucoup y réagiront en plongeant dans un profond état de refus. À ceux qui croyaient que l’histoire (historiquement complètement fausse) sur les USA et Reagan bras-dessus bras-dessous réduisant l’URSS à la faillite au moyen d’une course aux armements victorieuse, il doit sembler très étrange d’avoir, en quelque sorte « changé de place » avec la bonne vieille (c. à d. mauvaise) URSS et de se retrouver eux-mêmes face à une banqueroute générale provoquée par une course aux armements.

 

Rien ne va changer dans l’Empire des Illusion (du moins pas dans un future prévisible).

Puisqu’on parle de banqueroute. Ces récentes révélations ont confirmé ce dont les Russes avaient averti depuis des années : toutes les himalayennes sommes d’argent dépensées par les USA pour leurs systèmes de « défense » ABM, ont été un complet gaspillage. La Russie a vraiment trouvé et déployé une réponse asymétrique, qui rend tout le système ABM US complètement inutile et obsolète. En outre, comme Martyanov le fait remarquer encore, toute la structure militaire représentée par la flotte US de surface a aussi également été rendue fondamentalement inutile et obsolète, du moins contre la Russie (mais on peut être sûrs que la Chine n’est pas loin derrière). Potentiellement, cet état de choses devrait avoir des répercussions immenses, tectoniques : d’incalculables quantités d’argent des contribuables ont été complètement gaspillées, les stratégies nucléaires et navales US ont été complètement fourvoyées, les services secrets se sont plantés (que ce soit au plan des acquisitions ou de l’analyse), les politiciens US ont pris des décisions désastreuses, et de tout cela résulte un affreux pastis qui devrait déclencher Dieu sait combien d’enquêtes, de démissions, et de  nombreuses sanctions disciplinaires ou carrément criminelles. Mais vous pouvez être sûrs que rien du tout ne se produira : pas une seule tête ne tombera…

Dans « L’Empire de l’illusion », les faits ne comptent tout simplement pas. En vérité, je prédis même que le programme ABM si évidemment inutile continuera comme si de rien ne s’était produit. Et, dans un certain sens, c’est vrai. Le public américain zombifié n’apprendra pas ce qui est en train de se passer ; ceux qui comprendront seront marginalisés et mis dans l’impuissance d’apporter le moindre changement ; quant aux parasites corrompus qui se sont fait des millions et des milliards grâce à ce gaspillage absolu d’argent public, ils ont bien trop à perdre pour jeter l’éponge. En réalité, les USA étant  aujourd’hui dirigés par les néocons, on peut prédire à coup sûr ce qu’ils feront. Ils feront ce que les néocons font toujours : doubler la mise. Et, donc, après la révélation que tout le programme de déploiement des ABM est inutile et dépassé, attendez-vous à une nouvelle injection de cash dans le bidule, par des « congressistes » « patriotes » (<<== ma tentative désespérée de rester politiquement correct) entourés de champions de nos couleurs qui expliqueront au public lobotomisé qu’ils ont l’intention d’adopter une attitude ferme contre « le dictateur russe » et que les fiers US d’Amérique ne céderont pas au « chantage nucléaire russe ». Ces couleurs ne couleront pas ! Nous resterons unis ! Etc. etc. etc.

Quant aux US News, ce  ne sera même pas un sujet. Et alors ? Un type russe (c’est de Martyanov que je parle) a écrit quelque chose dans la Unz Review ? On s’en fout, non ? Ce n’est que de la « propagande russe » comme d’hab bien sûr. Son article sera rejeté avant même d’être analysé et la conclusion rassurante sera comme toujours « Nous sommes N°1 » « Britannia America rules the waves » (« domine les mers ») et toutes les habituelles conneries chauvines que les amiraux US servent au public depuis des décennies. N’oubliez pas non plus que les petits malins des US News, et il y en a beaucoup, savaient parfaitement ce qui se passait, mais soit n’avaient aucune influence soit fermaient leur clapet pour d’évidentes raisons carriéristes..

La réalité, c’est que ce que Martyanov appelle « le mythe américain de la supériorité technologique US » est si enraciné dans la psyché collective du pays que c’est devenu  une partie de l’identité nationale et que cela ne pourra jamais être mis en question. Même si Poutine décidait que les discours et les vidéos ne suffisent pas et décidait de faire une démonstration de feu en vrai, les zombies agitateurs de petits drapeaux dans les médias, au gouvernement et dans le public trouveraient un moyen de tout nier, prétendraient que ce n’est jamais arrivé, ou afficheraient un sourire mystérieux et répondraient quelque chose comme « ouais, d’accord, mais si vous saviez quelles super-armes nous ne vous montrons pas ! » (ou comme un drone l’a vraiment écrit : « il faut qu’il y ait quelque sorte d’arme dans la manche des USA, qui serait utilisée en cas d’attaque ». Donc, pour le futur prévisible, attendez-vous à ce que le déni continue.

 

« Quand vous avez la tête dans le sable, votre cul est en l’air »

Et pourtant la réalité existe. Les propagandistes US ont eu beau essayer de la masquer, de la nier, de l’affabuler ou de l’écarter, quelque chose de très fondamental a changé pour les États-Unis. Un de ces éléments de réalité qui finira bien, avec le temps, par pénétrer doucement dans les esprits des gens aux USA, c’est que leur bien-aimé « chez nous » et eux-mêmes sont maintenant personnellement et directement  exposés au risque. En effet, pour la première fois dans l’histoire, les États-Unis sont désormais dans la ligne de mire de puissantes armes conventionnelles, qui sont capables d’atteindre n’importe quelle cible à l’intérieur des États-Unis. Et pas seulement cela, mais, contrairement aux ICBM, les tirs des systèmes d’armements qui peuvent aujourd’hui frapper n’importe quel point des États-Unis, les missiles de croisière, sont extrêmement difficiles à détecter, et ne laissent aux USA que très peu ou pas du tout de temps pour se retourner. On connaissait déja les missiles  de croisière russes 3M-54 Kalibr et les KH-101/102  qui ont une portée de 2.600 et de 5.500 kms (ou davantage). Vladimir Poutine vient d’annoncer que la Russie possède aussi des missiles de croisière à propulsion nucléaire d’une portée quasiment infinie. N’oubliez pas que ces missiles sont très difficiles à détecter, puisque leur lancement ne génère pas de signal thermique important, qu’ils volent la plus grande partie de leur trajectoire à des vitesses subsoniques (n’accélérant qu’à la fin), ce pourquoi leur signature thermique est très basse, que leur forme offre peu de prise aux radars et qu’ils peuvent aussi voler très bas (au ras du sol). Mieux encore que tout, cependant, c’est qu’ils peuvent être lancés depuis ce qui peut avoir l’air, extérieurement, d’un container commercial ordinaire. S’il vous plaît, jetez un coup d’oeil à cette vidéo de propagande, qui montre comment ces missiles peuvent être camouflés, déployés et tirés.

 


 

Ce que Poutine  vient donc d’ajouter officiellement à l’arsenal existant, ce sont des missiles de croisière à portée infinie qui peuvent théoriquement détruire u n poste de commandement dans, mettons, le Midwest, en ayant été tiré de l’Océan Indien Méridional ou de la Mer de Tasmanie. Mieux même : la plateforme de lancement n’a pas besoin d’être un navire de la Marine Russe du tout, mais pourrait être n’importe quel bateau de commerce (cargo, bâtiment de pêche, etc.) ou même un bateau de croisière. Les gros avions de transport russes pourraient aussi décharger des « containers » de ce genre dans n’importe quel endroit, par exemple en Afrique ou dans l’Antarctique, et, de là, frapper le centre-ville d’Omaha avec des ogives soit conventionnelles soit  nucléaires. Cela aussi change fondamentalement la donne.

Par ailleurs, on peut penser à la nouvelle torpille à propulsion nucléaire comme à une espèce de missile de croisière sous-marin, avec les mêmes capacités contre les navires de surface ou les installations côtières. Sauf que ces « missiles de croisière sous-marins » sont capables de « voler » sous la calotte polaire. Inutile de dire que tous ces missiles de croisière peuvent, en cas de besoin, éttre équipés de têtes nucléaires..

Mais ce n’est pas que le territoire US qui est aujourd’hui devenu une cible. Toutes les installations militaires US dans le monde peuvent maintenant être attaquées, ne laissant aux USA que très peu voire pas du tout de temps pour réagir.

Il n’est pas du tout exagéré de dire que c’est là un changement radical, pour ne pas dire une révolution dans la guerre moderne. Je le reconnais avec la plus grande répugnance, mais c’est aussi un développement indésirable du point de vue de la stabilité de l’équilibre de première frappe, puisque cela place en grand danger un bon segment de la triade nucléaire US, en même temps que presque tous les sites vitaux US, militaires ou conventionnels. Cela dit, c’est l’arrogante et irresponsable politique des USA qui est entièrement à blâmer, depuis leur désastreux retrait unilatéral du Traité ABM en 2002. Je suis persuadé, en outre que  les Russes s’assoiront volontiers avec les Américains pour explorer tous les moyens raisonnables d’arriver à un accord mutuel pour restaurer la stabilité de l’équilibre des premières frappes entre les deux pays. Personne, en dehors des dirigeants corrompus du CMI US, n’a besoin d’une course aux armements entre la Russie et les USA ni des dépenses immenses impliquées par une telle entreprise. Mais puisque cette course aux armements va probablement contgi nuer (comme je l’ai dit ci-dessus, les néocons doublent toujours la mise), la Russie a un énorme avantage dans cette course, pour deux raisons-clés.

(1) Contrairement à la Russie, les USA refuseront catégoriquement, pour d’imbéciles raisons de prestige, de réduire leurs ABM inutiles et leurs programmes d’approvisionnement nuls centrés sur les porte-avions, et tout l’argent qui sera consacré à essayer de contrer véritablement ces capacités russes sera dépensé en plus, pas à la place de ces programmes inutiles et obsolètes. La Russie, au contraire, dépensera son argent sur des programmes qui font une vraie différence.

(2) Les USA sont dramatiquement en retard dans beaucoup de domaines-clés, qui ont tous des cycles de développement longs. Franchement, je ne peux même pas commencer à imaginer comment les USA vont se dépêtrer de désastres programmés tels que le littoral combat-ship (LCS = navire de combat en littoral) ou même le pire de tous, le F-35. Exactement comme la Russie dans les années 1990, les USA sont aujourd’hui gouvernés par des lâches corrompus et incompétents, qui n’ont tout simplement pas ce qu’il faut pour se lancer dans une vraie et significative réforme militaire, et, par voie de conséquence, les forces armées US souffrent de problèmes qui vont devenir encore pires avant de commencer à s’arranger. À l’heure actuelle, la différence entre la Russie de Poutine et les USA de Trump est aussi simple qu’elle est extrême : la Russie dépense son argent pour se défendre, les USA dépendent leur argent à enrichir des politiciens et des hommes d’affaires corrompus. Avec ce jeu de paramètres, les USA n’ont pas une chance dans une course aux armements, quel que soit le talent et le patriotisme des ingénieurs et des soldats US.

 

La Russie et les USA sont déjà en guerre, et c’est la Russie qui gagne.

La Russie et les USA son ten guerre au moins depuis 2014 (j’ai averti de cela année après année, après année). Jusqu’ici, cette guerre a été à 80% informationnelle, à 15% économique et à 5% cinétique. Mais ceci pourrait très bien changer et très soudainement. La Russie s’est, par conséquent, embarquée dans un effort immense pour se préparer à faire face à  une attaque à la fois conventionnelle et nucléaire de l’empire anglo-sioniste. Voici quelques-unes des mesures qui ont été prises dans ce contexte (liste partielle non-exhaustive !)

En réponse à la menace OTAN conventionnelle de l’Occident :

  • Poutine a ordonné la re-création de la Première Armée des Gardes de Tanks. Cette armée de tanks comprendra deux divisions de tanks (les meilleures dans l’Armée russe : 2me division motorisées de fusiliers Gardes Tamanskay et la 4me division de tanks des Gardes Kantemirovskaya et un total de plus de 500 tanks Armata T14. Cette armée de tanks sera soutenue par  la 20e Armées des Gardes d’armes combinées (en formation). Cela deviendra ce qui était appelé « Armée de choc » pendant la IIe guerre mondiale et la guerre froide.
  • Le déploiement des systèmes de missiles opérationnels-tactiques Iskander-M (complété)
  • Le doublement du nombre des troupes russes aéroportées, qui passent de 36.000 à 72.000 hommes (en cours)
  • La Création d’une Garde Nationale : qui comprendra : les troupes du ministère de l’Intérieur (approx. 170.000 soldats), du personnel du ministère des Situations d’urgence, de la police anti-émeute OMON (à peu près 40.000 soldats), des forces de réactgkion rapide SOBR (plus de 5.000 soldats), du Centre de Désignation spécial des Forces de Réaction Opérationnelle et Aviation du ministère des Affaires internes, comprenant les forces spéciales « Zubr », « Rys » et « Iastreb » (plus de 700 opérateurs), pour un total de 250.000 soldats qui deviendra probablement 300.000 dans un proche avenir.
  • L’approvisionnement et le déploiement d’avions avancés multi-rôles et d’avions de combat et intercepteurs (MiG-31BM, Su-30SM, Su-35S et, bientôt, les MiG-35 et Su-57).
  • Le déploiement de systèmes de défense  anti-aérienne S-400 et S-500, de pair avec des radars à très longue portée.
  • L’adoption de ± 70% de nouveaux systèmes et d’équipements modernes dans toutes les forces armées.

En réponse à l’encerclement de la Russie par les ABM des USA :

  • Le déploiement des ICBM Sarmat RS-28 avec véhicules manoeuvrables de rentrée.
  • Le déploiement de missiles de croisière à très longue portée conventionnellement armés.
  • Le déploiement de missiles de croisière à propulsion nucléaire et à portée pratiquement illimitée.
  • Le déploiement d’un sous-marin téléguidé (sans équipage) à portée intercontinentale, atteignant très grandes vitesses, à propulsion silencieuse et capable de se déplacer à de très grandes profondeurs.
  • Le déploiement du missile hypersonique (Mach 10) Kinzhal, d’une portée de 2.000 kms.
  • Le déploiement d’un nouveau missile stratégique Avangard, capable de monter à Mach 20..

Cette liste est loin d’être exhaustive, il y manqué encore beaucoup de choses, y compris de nouveaux sous-marins anaérobie (propulsion air-libre, moteurs conventionnels diesel-électrique, attaque nucléaire et SSBN), des bombardiers, de nouveaux véhicules blindés de divers types, un nouvel équipement individuel avancé high-tech pour les soldats, de nouveaux systèmes d’artillerie, etc. etc. etc. Mais, à ce stade, l’élément le plus important dans la préparation de la Russie à affronter et, si nécessaire, à repousser toute agression occidentale, est le moral, la discipline, l’entraînement et la détermination des soldats russes (si puissamment illustrés par divers exemples récents en Syrie). Contentons-nous de dire qu’en comparaison, les militaires US et UE (ou leurs commandants, d’ailleurs) ne sont pas spécialement impressionnants et restons-en là.

 

Si vis pacem, para bellum

La réalité, c’est, bien sûr, que personne, en Russie, ne se prépare à une guerre ni ne veut la guerre. En fait, la Russie, en tant que pays, a besoin d’encore beaucoup d’années de paix (même relative). Premièrement, parce que le temps est du côté de la Russie et que l’équilibre militaire avec les USA penche de plus en plus rapidement en faveur de la Russie. Mais non moins important est le fait que, contrairement aux USA, qui n’aspirent qu’aux conflits, aux guerres et au chaos, la Russie a sévèrement besoin de paix pour venir à bout de ses toujours très nombreux problème intérieurs, qui n’ont été que depuis trop longtemps négligés. Le problème, c’est que tout le système politique et l’économie US sont complètement dépendants d’un état de guerre permanent. Cela, combiné à une hybris impériale gonflée par une russophobie au verbe haut, forme un mélange puissant et potentiellement dangereux, qui ne laisse à la Russie d’autre option que de « montrer les dents » et de s’engager dans quelque traînage de sabre de son cru. Donc, le discours de Poutine sera-t-il suffisant pour tirer les élites dirigeantes de l’empire de leur sommeil délirant ?

Probablement pas. En fait, à court terme, il pourrait même avoir l’effet contraire.

Vous rappelez-vous quand les Russes ont fait avorter l’attaque planifiée d’Obama sur la Syrie ? La réponse US a été de déclencher la coup d’État du Maidan. Hélas, je m’attends à ce que quelque chose de très similaire se produise bientôt, le plus probable  sous forme d’une attaque ukro-nazie sur le Donbass ce printemps ou pendant la Coupe du Monde cet été. Bien sûr, quelle que soit l’issue réelle d’une telle attaque (déjà discutée ici), elle n’affectera en aucun cas la véritable corrélation des forces entre la Russie et l’empire. Mais ils se seront fauit plaisir (les néocons adorent la revanche sous toutes ses formes). Nous pouvons aussi nous attendre à d’autres provocations en Syrie (déjà discuté ici). D’où, et dans un avenir prévisible, les Russes devront tenir leur cap actuel, si pénible et frustrant qu’il soit, et conserver une attitude relativement passive et même évasive, que l’empire et ses sycophantes ne manqueront pas d’interpréter comme un signe de faiblesse. Qu’ils le fassent ! Du moment que dans le monde réel, le véritable pouvoir (doux ou dur) de l’empire continue à décliner, du moment que le Complexe Militaro Industriel US continue à produire en série des systèmes d’armement inutiles et fantastiquement coûteux, du moment que les politiciens US  passent leur temps à tout mettre sur le dos des « interférences russes » en ne faisant rien pour réformer leur propre économie et leurs infrastructures en plein effondrement, du moment que les USA continuent à faire marcher la planche à billets en guise de substitut à la richesse réelle et du moment que les tensions socio-politiques internes continuent à s’échauffer aux États-Unis, alors, le plan de Poutine fonctionne.

La Russie doit marcher sur un sentier très étroit : agir d’une manière suffisamment évasive pour éviter de provoquer une confrontation militaire directe avec les USA, tout en envoyant simultanément des signaux assez clairs pour empêcher les Américains US d’interpréter son flou voulu comme une marque de faiblesse et de faire alors quelque chose de vraiment stupide. Le but final de la Russie est évident : réussir une progressive et pacifique désintégration de l’empire anglo-suioniste. Combiné au remplacement progressif et pacifique d’un monde unipolaire sous domination d’un hégémon par un monde multipolaire administré de concert par des nations souveraines respectueuses des lois internationales. Par conséquent, toutes les issues catastrophiques ou violentes sont hautement indésirables et doivent être évitées si possible. La patience et la constance dans la poursuite ferme d’un but clair sont beaucoup plus importants dans cette guerre pour le futur de notre planète, que des réactions à l’emporte-pièce et du battage. Le « patient » a besoin d’être ramené pas à pas à la réalité. Le discours du 1er mars de Poutine restera dans l’histoire  comme un de ces pas, mais il faudra encore beaucoup de pas de ce genre, avant que le patient, finalement, se réveille.

Le Saker

Source : http://thesaker.is/newly-revealed-russian-weapons-systems...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

 

 

Mis en ligne le 15 mars 2018

 

 

 

 

23:48 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/03/2018

KINZHAL

1. Obsolete.jpg

 

KINZHAL

Un discours qui fait des vagues dont on ne sait pas où elles s’arrêteront.

 

Le discours prononcé le 1er mars par Vladimir Poutine devant l’Assemblée Fédérale de Russie a fait l’effet d’une bombe ou d’un coup de pied dans une fourmilière. On peut varier la métaphore et dire qu’il a commencé à faire des vagues et que c’est très loin d’être fini.

Son premier effet spectaculaire est d’avoir poussé des sénateurs démocrates US à réclamer d’urgence à leur gouvernement « un dialogue stratégique avec la Russie » (voir plus bas), puisque la donne – du moins sur le plan militaire – vient d’être aussi spectaculairement renversée. Car il s’agit bien, en effet d’un tournant historique indubitable et irréversible.

C’est pourquoi il nous a semblé utile de vous proposer ici, en plus du discours lui-même, l’explication remarquable – signalée par le Saker – qu’en fait Andrei Martyanov pour The Unz Review.

Non sans avoir, cependant, laissé d’abord Ziad Fadel faire le point sur les événements de la Ghouta Orientale, dont il prévoit la conclusion victorieuse dans les cinq jours qui viennent.

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

LES CANNIBALES NÉGOCIENT LEUR REDDITION – SARAAB 2 A ÉCRASÉ TOUS LES ESPOIRS DES TERRORISTES – LES FORCES DU TIGRE SE PRÉPARENT À TERMINER LE TRAVAIL DANS LES CINQ JOURS

Ziad Fadel – Syrian Perspective – 9 mars 2018

 

4. foreign-backed-terrorists.jpg

 

Les Forces du Tigre, soutenues par celles du Hezbollah et d’autres milices approuvées par le gouvernement syrien, se préparent à terminer leur tâche dans la Ghouta Orientale dans tout au plus cinq jours. Mohammed « Allouche », le chef-gangster de Jaych al-Islam voit l’annonce fatidique s’écrire sur le mur. Il est déjà assez dur de maintenir le moral de ces sauvages dans une Ghouta coupée en deux, mais dazvantage encore quand l’argent saoudien n’arrive plus, que les tunnels sont tous détruits, que les civils sont en révolte ouverte et que le système anti-anti-tanks de Saraab 2 fonctionne aussi superbement. Rien, dans l’arsenal des terroristes, n’est efficace contre le Saraab, une fois qu’il est installé sur un tank T-72. Ils pourraient aussi bien cracher dessus.

“Allouche”, dit-on, a été noyé sous les demandes pour qu’il mette fin aux tortures en négociant une retraite de la Ghouta. Une source à Damas m’informe que le gouvernement russe a une équipe de négociateurs de terrain dans la capitale, qui a pour mission de débarrasser la région de ces parasites. Leur offre est la même que toutes les autres : les terroristes peuvent monter dans des bus fournis par le gouvernement syrien, et la sauvegarde de ceux qui se retirent avec leur famille est garantie par Moscou. Cela a marché splendidement dans le passé. Ils seront redirigés sur Idlib, où ils pourront baigner dans la gloire et la splendeur d’Abdullah al-Muhaysini.

MISE À JOUR : Treize terroristes ont quitté Damas ce matin dans des bus verts, avec leurs familles et ne transportant que des armées légères. Ils devraient d’abord passer par le checkpoint d’Al-Waafideen, en route pour Idlib.

5. Photo 1.jpg

6. Photo 2.jpg

7. Photo 3.jpg

8. Photo 4.jpg

 

Nous pouvons aussi confirmer le total épouillage de Bayt Sawwaa.

Une fois que la Ghouta a été coupée en deux par les Forces du Tigre, les terroristes n’ont plus eu aucune possibilité de communiquer les uns avec les autres. Ils n’ont plus été capables non plus de recevoir des renforts. En outre, la férocité de l’attaque par des soldats aguerris hérissés d’armes nouvelles a réduit à néant tous les espoirs que ces cannibales pouvaient encore nourrir d’amortir l’opération. Oubliez les bombardements incessants. C’est l’apparition de la défaite inévitable qui a fait s’effondrer les rangs des terroristes. Si certains de ces cancrelats croyaient que Dieu était de leur côté, ils ont vite été désabusés par la réalité des faits et par l’irrésistible élan du  Bulldozer des Forces du Tigre.

Les politiciens allemands de droite comptent déjà les jours les séparant du retour des réfugiés syriens dans leur pays. Une délégation d’AfD [« Alternative pour l’Allemagne », ndt] est arrivée à Damas et en est repartie après y avoir rencontré des hauts fonctionnaires syriens. Inutile de dire qu’ils ont été copieusement vilipendés par les rats de Merkel, supporters de terroristes, mais il semble que le peuple allemand voie du bon dans ce voyage et dans ses résultats. Le monde, aujourd’hui, est différent de ce qu’il était il y a sept ans.

Malgré tout, les médiamenteurs occidentaux s’obstinent à répéter les mêmes mantras sur le gouvernement syrien. Et le public, à l’Ouest, continue à rejeter les fables émises par Washington, Berlin, Paris, Londres et Tel Aviv. En dépit de l’écrasante hostilité des citoyens occidentaux ordinaires envers les bobards manifestement propagandistes des MM [« médias mainstream », ndt], les rédactions du New York Times, du Washington Post, d’ABC, de NBC, de la BBC, de CBS, de Der Spiegel, et consorts, continuent à dégoiser leurs mensonges programmés sur l’Armée Syrienne. Mais ça ne marche simplement plus.

L’invasion turque, qui a pris les merdias par surprise, est un défi pour ces pourvoyeurs de reportages* jaunes. Ils ne savent tout bonnement pas quoi faire de cette Turquie, membre de l’OTAN, qui attaque les « héroïques » forces kurdes. Hélas pour eux, les Turcs ne s’en tirent pas très bien. Il leur a fallu acheter de l’équipement – on vous le donne en mille ! – à l’Ukraine, pour protéger leurs véhicules blindés. Selon Wael (qui se base sur des preuves anecdotiques) les forces kurdes ont frappé très durement les unités blindées turques, causant beaucoup de dommages à leurs principaux chars de combat. Ce qui a ralenti l’offensive turque, ce ne sont ni les soins ni la préoccupation d’Ankara pour les civils, ce sont les renseignements inquiétants qui ne cessent d’arriver et qui prédisent une bataille finale dans laquelle les Turcs pourraient perdre jusqu’à 50% de leur armement. Et, avec les renforts proches de 2.000 hommes qui arrivent de Syrie Orientale, ils doivent savoir qu’il y a encore beaucoup d’autres pertes en perspective.

Dans la bataille septentrionale près d’Afrin, les forces kurdes et syriennes ont tué un des principaux leaders des Casques Blancs, un certain Jamaal Haafizh, membre en réalité de l’organisation criminelle Al-Nosra. Il a été abattu à Dayr Sawwaan, alors qu’il combattait pour la Turquie contre les forces kurdes et syriennes. Puisse-t-il griller dans les flammes éternelles de l’Enfer !

Quoi qu’il en soit, les voix « officielles » de l’Occident deviennent de plus en plus stridentes. Sans aucune possibilité de changer le cours des événements désormais, le malfaisant régime britannique et la nullissime administration Trump se voient tout simplement obligés d’envisager un futur du Moyen Orient exempt de leur influence et de leur pouvoir. Et tout cela a commencé quand Vlad a décidé d’y envoyer des troupes, en septembre 2015, moment d’une importance capitale dans l'histoire du monde.

______________ 

*en français dans le texte.

 8 bis. Ziad Fadel.jpg

 

 

 

 

Ziad Fadel est avocat depuis 35 ans, traducteur-juré et interprète (arabe-anglais) pour la Cour Suprême des États-Unis. Il est le rédacteur en chef de Syrian Perspective (The Real Syrian Free Press)

 

Source : https://www.syrianperspective.com/2018/03/cannibals-negot...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Les treize militants d’al-Nosra mentionnés par Ziad quittent la Ghouta avec leurs familles (Vidéo)

 


 

La situation dans la Ghouta Orientale reste tendue, en dépit de la résolution du 24 février des Nations Unies, demandant à toutes les parties d’accepter un cessez-le-feu humanitaire prolongé, pour permettre la livraison d’aide humanitaire et une évacuation médicale des blessés

Le premier groupe d’évacués, qui comprend 13 terroristes, membres du Front al-Nosra, a quitté la Ghouta Orientale un jour après que les autorités syriennes aient ouvert un second corridor humanitaire.

Ces militants, qui avaient été emprisonnés par le groupe terroriste rival Jaych al-Islam, sera réinstallé dans la province d’Idlib, au nord-est de la Syrie.

Selon l’agence Sanaa, les militants continuent à bombarder les passages d’évacuation d’al-Wafideen et de Jisreen, empêchant les civils de quitter la zone tenue par les terroristes

La vidéo ci-dessus montre les services de sécurité syriens fouillant les militants et leurs bagages, avant de les escorter vers un bus spécial mis à leur disposition.

READ MORE : Anti-Militant Protests Erupt in Syria's East Ghouta in Support of Syrian Army

La Ghouta Orientale est sous contrôle terroriste depuis 2012, avec une force de 10 à 12.000 militants pour occuper la région, selon les estimations de l’Armée Syrienne.

La situation, dans cette zone tenue par les terroristes, s‘est envenimée le mois dernier, après que le gouvernement ait lancé une opération appelée « Acier de Damas » dans une tentative de débarrasser la région des terroristes.

La semaine dernière, le Centre Russe pour la Réconciliation Syrienne a fait savoir, citant l’Armée Syrienne, que les terroristes de la Ghouta Orientale avaient promis de relâcher les civils qu’ils détiennent en otages, en échange d’aide humanitaire.

Cette annonce a été faite peu après l’arrivée de 45 camions d’aide humanitaire et d’un hôpital mobile au checkpoint du camp de Muhaym al-Wafedin, où commence le corridor humanitaire vers la Ghouta Orientale. Cette aide comprenait 247 tonnes de vivres, de médicaments et d’équipement de première nécessité.

Source : https://sputniknews.com/middleeast/201803101062391824-mil...

Extraits traduits par  c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Vladimir Poutine répond à la doctrine nucléaire de Trump et dévoile les nouveaux armements russes

 

Adresse de Vladimir Poutine à lAssemblée Fédérale, 1er mars 2018

La Russie surclasse les États-Unis et devient la première puissance militaire mondiale.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

 

Vladimir Poutine répond à la doctrine nucléaire de Trump from Sayed Hasan on Vimeo.

 

 

Vladimir Poutine présente les nouvelles armes russes face à l'OTAN : 'Ecoutez-nous maintenant !' from Sayed Hasan on Vimeo.

 

Poutine dévoile les nouvelles armes laser russes from Sayed Hasan on Vimeo.

 

Poutine dévoile le système nucléaire hypersonique 'Avangard' from Sayed Hasan on Vimeo.

 

 

Poutine dévoile le missile nucléaire hypersonique 'Kinzhal' from Sayed Hasan on Vimeo.

 

Poutine dévoile un drone sous-marin nucléaire ultrarapide from Sayed Hasan on Vimeo.

 

Transcription :


[...] Chers collègues,


L’opération en Syrie a prouvé les capacités accrues des forces armées russes. Au cours des dernières années, beaucoup a été fait pour optimiser l’armée et la marine. Les forces armées ont maintenant 3,7 fois plus d’armes modernes. Plus de 300 nouvelles unités d’équipement ont été mises en service. Les troupes de missiles stratégiques ont reçu 80 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, 102 missiles balistiques lancés par sous-marins et trois sous-marins nucléaires Borei à missiles balistiques. Douze régiments de missiles ont reçu le nouveau missile balistique intercontinental Yars. Le nombre de transporteurs d’armes de haute précision à longue portée a été multiplié par 12, tandis que le nombre de missiles de croisière guidés a augmenté de plus de 30 fois. L’armée, les forces aérospatiales et la marine se sont aussi considérablement renforcées. [Applaudissements]

La Russie et le monde entier connaissent les noms de nos derniers avions, sous-marins et armes antiaériennes, ainsi que de nos systèmes de missiles guidés terrestres, aériens et maritimes. Tous sont des armes de pointe et de haute technologie. Un champ radar solide visant à avertir d’une attaque de missile a été créé le long du périmètre de la Russie – c’est très important. D’énormes failles sont apparues après la désintégration de l’URSS. Toutes ont été réparées.

Un bond en avant a été fait dans le développement d’avions sans pilote; le centre de contrôle de la défense nationale a été établi; et le commandement opérationnel de la zone maritime lointaine a été formé. Le nombre de membres des services professionnels a augmenté de 2,4 fois et la disponibilité de l’équipement dans les forces armées est passée de 70% à 95-100%. L’attente pluriannuelle pour l’obtention d’un logement permanent a été éliminée, la période d’attente ayant été réduite de 83%. [Applaudissements]

Maintenant, sur le problème le plus important de la défense.

Je vais parler des plus récents systèmes d’armes stratégiques russes que nous sommes en train de développer en réponse au retrait unilatéral des États-Unis du Traité sur les missiles anti-balistiques (ABM) et au déploiement sur le terrain de leurs systèmes de défense antimissile, à la fois aux États-Unis et au-delà de leurs frontières nationales.

Je voudrais commencer par un bref rappel du passé récent.

En 2000, les États-Unis ont annoncé leur retrait du Traité sur les missiles anti-balistiques. La Russie y était catégoriquement opposée. Nous considérions le Traité ABM américano-soviétique signé en 1972 comme la pierre angulaire du système de sécurité international. En vertu de ce traité, les parties avaient le droit de déployer des systèmes de défense antimissile balistique dans une seule de leurs régions. La Russie a déployé ces systèmes autour de Moscou, et les États-Unis autour de leur base ICBM basée à Grand Forks [Dakota du Nord].

Avec le Traité de réduction des armements stratégiques, le Traité ABM créait non seulement un climat de confiance, mais empêchait également l’une ou l’autre des parties d’utiliser inconsidérément des armes nucléaires, ce qui aurait mis en danger l’humanité, car le nombre limité de systèmes de défense balistique rendait l’agresseur potentiel vulnérable à une frappe de riposte.

Nous avons fait de notre mieux pour dissuader les Américains de se retirer du Traité et préserver l’équilibre stratégique. Tous nos efforts ont été vains. Les États-Unis se sont retirés du Traité en 2002. Même après cela, nous avons essayé de développer un dialogue constructif avec eux. Nous avons proposé de travailler ensemble dans ce domaine pour apaiser les inquiétudes et maintenir l’atmosphère de confiance. À un moment donné, j’ai pensé qu’un compromis était possible, mais ce n’était pas le cas. Toutes nos propositions, absolument toutes, ont été rejetées. Alors, nous avons dit que nous allions devoir améliorer nos systèmes de frappe modernes pour protéger notre sécurité. En réponse, les États-Unis ont déclaré qu’ils ne créaient pas de système de défense balistique mondial contre la Russie, qui était libre de faire ce qu’elle veut, et que les États-Unis présumeront que nos actions ne sont pas dirigées contre eux.

Les raisons de cette position sont évidentes. Après l’effondrement de l’URSS, la Russie, connue sous le nom d’URSS ou de Russie soviétique à l’étranger, a perdu 23,8% de son territoire national, 48,5% de sa population, 41% de son PIB, 39,4% de son potentiel industriel (presque la moitié de notre potentiel, je tiens à le souligner), ainsi que 44,6% de sa capacité militaire en raison de la division des forces armées soviétiques entre les anciennes Républiques soviétiques. L’équipement militaire de l’armée russe devenait obsolète et les forces armées étaient dans un état pitoyable. Une guerre civile faisait rage dans le Caucase, et des inspecteurs américains supervisaient l’exploitation de nos principales usines d’enrichissement d’uranium.

Pendant un certain temps, la question n’était pas de savoir si nous serions en mesure de développer un système d’armes stratégiques – certains se demandaient même si notre pays serait capable de stocker et de conserver en toute sécurité les armes nucléaires dont nous avons hérité après l’effondrement de l’URSS. La Russie avait des dettes considérables, son économie ne pouvait pas fonctionner sans des prêts du FMI et de la Banque mondiale, et il était impossible de soutenir la sphère sociale.

Apparemment, nos partenaires ont eu l’impression que dans le futur prévisible, il serait impossible pour notre pays de relancer son économie, son industrie, son industrie de défense et ses forces armées à des niveaux soutenant le potentiel stratégique nécessaire. Et si tel était le cas, [se disaient les Etats-Unis], il ne servait à rien de compter avec l’opinion de la Russie, et il était nécessaire de rechercher davantage l’ultime suprématie militaire unilatérale afin de dicter ses termes dans toutes les sphères à l’avenir.

Fondamentalement, cette position, cette logique, à en juger par les réalités de cette période, est compréhensible, et nous sommes nous-mêmes à blâmer. Pendant toutes ces années, les 15 années écoulées depuis le retrait des États-Unis du Traité sur les missiles anti-balistiques, nous avons constamment essayé de réengager les Etats-Unis dans des discussions sérieuses pour parvenir à des accords dans le domaine de la stabilité stratégique.

Nous avons réussi à atteindre certains de ces objectifs. En 2010, la Russie et les États-Unis ont signé le nouveau traité START, contenant des mesures pour poursuivre la réduction et la limitation des armes offensives stratégiques. Cependant, à la lumière des projets de construction d’un système mondial de missiles anti-balistiques, qui sont toujours en cours aujourd’hui, tous les accords signés dans le cadre du nouveau START commencent à devenir obsolètes, car tandis que le nombre de porteurs et d’armes est en train d’être réduit, l’une des parties, à savoir les États-Unis, permet une croissance constante et incontrôlée du nombre de missiles anti-balistiques, améliore leur qualité et crée de nouvelles zones de lancement de missiles. Si nous ne faisons rien, cela aboutira finalement à la rétrogradation complète du potentiel nucléaire de la Russie. Cela signifie que tous nos missiles pourraient simplement être interceptés.

Malgré nos nombreuses protestations et plaidoyers, la machine américaine a été mise en mouvement, et la bande transporteuse a avancé. De nouveaux systèmes de défense antimissile ont été installés en Alaska et en Californie. A la suite de l’expansion de l’OTAN à l’Est, deux nouvelles zones de défense antimissile ont été créées en Europe occidentale : une a déjà été créée en Roumanie, tandis que le déploiement du système en Pologne est maintenant presque achevé. Leur portée continuera à augmenter. De nouvelles zones de lancement doivent être créées au Japon et en Corée du Sud. Le système de défense antimissile américain mondial comprend également cinq croiseurs et trente destroyers qui, à notre connaissance, ont été déployés dans des régions proches des frontières de la Russie. Je n’exagère pas le moins du monde. Et ce processus s’accélère rapidement.

Qu’avons-nous donc fait, en plus de protester et d’avertir ? Comment la Russie répondra-t-elle à ce défi ? Voilà notre réponse.

Pendant toutes ces années, depuis le retrait unilatéral des États-Unis du Traité ABM, nous avons travaillé intensivement sur des équipements et des armes avancés, ce qui nous a permis de faire une percée dans le développement de nouveaux modèles d’armes stratégiques.

Permettez-moi de rappeler que les États-Unis sont en train de créer un système mondial de défense antimissile principalement pour contrer les armes stratégiques qui suivent des trajectoires balistiques. Ces armes forment la colonne vertébrale de nos forces de dissuasion nucléaire, tout comme pour les autres membres du club nucléaire.

En tant que tel, la Russie a développé, et travaille continuellement à perfectionner, des systèmes très efficaces mais à prix raisonnable pour vaincre la défense antimissile. Ils sont installés sur tous nos complexes de missiles balistiques intercontinentaux.

En outre, nous nous sommes lancés dans le développement de la prochaine génération de missiles. Par exemple, le ministère de la Défense et les entreprises de l’industrie des missiles et de l’aérospatiale sont en phase active de mise à l’essai d’un nouveau système de missiles doté d’un lourd missile intercontinental. Nous l’avons appelé Sarmat.

Sarmat remplacera le système Voevoda fabriqué en URSS. Son immense pouvoir était universellement reconnu. Nos collègues étrangers lui ont même donné un nom assez menaçant [Satan].

Cela dit, les capacités du missile Sarmat sont beaucoup plus élevées. Pesant plus de 200 tonnes, il a une phase de lancement courte, ce qui le rend plus difficile à intercepter pour les systèmes de défense antimissile. La portée du nouveau missile lourd, le nombre et la puissance de ses blocs de combat sont plus importants que ceux de Voevoda. Sarmat sera équipé d’un large éventail de têtes nucléaires puissantes, y compris hypersoniques, et des moyens les plus modernes d’échapper à la défense antimissile. Le haut degré de protection des lanceurs de missiles et les importantes capacités énergétiques offertes par le système permettront de l’utiliser dans toutes les conditions.

Pourriez-vous s’il vous plaît projeter la vidéo [voir ci-dessous à partir de 2,00]. [Applaudissements]

Lire la suite…

 

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/56957

Via : sayed7asan.blogspot.fr/2018/03/vladimir-poutine-sur-les-n...
Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

3. Saker is.PNG

 

Pour ceux qu’intéressent les implications des récentes révélations de Vladimir Poutine sur les nouveaux systèmes d’armement russes, je recommande de lire l’excellent article intitulé “The Implications of Russia’s New Weapon Systems[« Implications des nouveaux systèmes d’armement russes », voir ci-dessous] d’Andrei Martyanov, qui offre une superbe analyse de ce que ces nouveaux armements signifient pour les USA et, particulièrement, pour l’US Navy. Ce que je veux faire ici [v À suivre] est quelque chose d’un peu différent, à savoir jeter un regard sur les conséquences plus particulièrement politiques de ces révélations.

Le Saker

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Implications des nouveaux systèmes d’armements russes

Andrei Martyanov – The Unz Review5 mars 2018

 

9. Andrei......jpg

 

Pendant la guerre russo-géorgienne d’août 2008, les opérations de la 58e armée russe ont été qualifiées de « contrainte à la paix ». Le terme est approprié, si on se rappelle ce qui était réellement en jeu. Les Russes ont gagné cette guerre et, de fait, contraint la Géorgie à adopter une humeur beaucoup plus paisible. En termes Clausewitziens, les Russes ont atteint l’objectif principal de la guerre en forçant l’ennemi à faire la volonté de la Russie. Les Russes, comme l’ont montré les événements des 19 dernières années, n’ont plus aucune illusion quant à la possibilité de quelque conduite civilisée que ce soit de la part de l’Occident en général, et moins encore de la part des États-Unis en particulier, qui continuent à se prélasser dans la bulle qui les isole de toutes les voix extérieures pouvant parler raison ou paix. Le bilan global américain pour les quelques dernières décennies ne requiert aucune espèce d’élaboration : c’est un record de désastres militaires et humanitaires.

Le discours du 1er mars 2018 de Vladimir Poutine à l’Assemblée Fédérale de Russie n’a pas traité des élections présidentielles russes qui arrivent, comme beaucoup le voudraient dans l’Occident obsédé par ces choses. Le discours de Poutine a eu pour sujet la contrainte des « élites » de l’Amérique, sinon à la paix, du moins à une espèce de santé mentale, étant donné qu’elles sont aujourd’hui complètement détachées des réalités géopolitiques, militaires et économiques d’un monde en train d’émerger. Comme ce fut le cas en Géorgie en 2008, la contrainte est fondée sur la puissance militaire. L’armée russe pré-Choigou, malgré toutes ses carences réelles ou supposées, a eu raison de l’armée géorgienne – entraînée et partiellement armée par les USA – en à peine 5 jours : la technologie, les troupes et l’art opérationnel de l’Armée russe étaient tout simplement meilleurs. À l’évidence, un tel scénario n’est pas possible entre la Russie et les États-Unis ; c’est-à-dire, à moins que le mythe de la supériorité technologique US vole en éclats.

Les élites du pouvoir américain, dont la majorité n’a jamais servi un seul jour sous les drapeaux, n’a jamais fréquenté aucune académie militaire sérieuse et dont l’expertise, en matière de technologies militaires et de questions géopolitiques s’est limitée à un ou deux séminaires sur l’armement nucléaire, et dans le meilleur des cas de figure, sur les efforts du Service de la Recherche du Congrès, ne sont tout simplement pas qualifiés pour saisir la complexité, la nature et l’application de la force militaire. Ils n’ont tout simplement aucun point de référence. Cependant, étant le produit de la culture pop-militaire, autrement connue sous les noms de porno-militaire et de propagande, ces gens – cette collection d’avocats, de « politologues », de sociologues et de journalistes, qui dominent la cuisine stratégique où cuisent en non-stop des doctrines géopolitiques et militaires délirantes – ne peuvent comprendre avec certitude qu’une seule chose : quand leurs pauvres chéris prennent un coup de pied aux fesses ou entre les deux yeux.

Le message de Poutine aux États-Unis a été extrêmement simple : il leur a rappelé le refus condescendant des USA de seulement prendre en considération la position de la Russie sur le traité ABM [« Traité sur les Missiles Anti-Balistiques »]. Comme l’a dit Jeffrey Lewis dans un moment de surprenante sobriété pour Foreign Policy Magazine :

 

La genèse réelle de la nouvelle génération de bizarre armement nucléaire de la Russie ne se trouve pas dans la toute récente Nuclear Posture Review, mais dans la décision de l’administration de George W. Bush en 2001 de se retirer unilatéralement du Traité sur les Missiles Anti-Balistiques, et dans léchec bipartite des administrations Bush et Obama de s’engager de manière significative  envers les Russes sur leur préoccupation quant aux « missiles de défense » américains. Poutine l’a clairement dit dans ses remarques : « Pendant toutes ces années, depuis le retrait unilatéral US du traité ABM, nous avons travaillé intensivement sur les équipements et les armes avancées qui nous ont permis d’opérer une percée en développant de nouveaux modèles d’armes stratégiques ». Ces percées technologiques sont là aujourd’hui. Hélas, nous n’avons jamais opéré les percées diplomatiques dont nous avions besoin.

 

Le message de Poutine a été clair : « Vous ne nous avez pas écouté alors, vous allez nous écouter maintenant ». Après quoi, il a poursuivi par ce qui ne peut être décrit que par « un Pearl Harbour militaro-technologique bute sur Stalingrad ». Les ramifications stratégiques des derniers systèmes d’armement présentés par Poutine sont immenses. En fait, elles sont historiques par nature. Bien entendu, beaucoup des « spécialistes » américains, comme il fallait s’y attendre, n’y ont vu que des fanfaronnades et les ont écartées avec dédain. C’est ce à quoi il fallait s’attendre de la part de la communauté des « experts » militaires US. D’autres n’ont pas été aussi dédaigneux et certains, même, ont subi un choc profond. L’impression générale, aujourd’hui, un jour après la présentation de Poutine, peut être décrite en termes simples de la façon suivante : le fossé entre les missiles des deux puissances est réel, et, en fait, il ne s’agit pas d’un fossé mais d’un véritable abîme technologique. Paradoxalement, cet abîme ne se situe pas là où beaucoup l’admettent – tels que le missile balistique Sarmat RS28 par exemple, dont l’existence et les principales caractéristiques sont plus ou moins connus depuis des années. C’est indéniablement une réussite technologique impressionnante qu’un missile balistique d’une portée pratiquement illimitée, également capable de trajectoires qui rendent inutile toute espèce de Défense Anti-Missile. Quand tout est dit, être attaqués du Pôle Sud via l’Amérique du Sud n’est pas une éventualité que l’armée US est capable d’affronter. Probablement pas pendant de très nombreuses années.

Le système russe d’armement planeur hypersonique M = 20+ appelé Avangard, qui est déjà produit en série, n’est pas non plus un développement inattendu – les USA ont leur propre programme, quoique pas encore performant, pour ce type d’armement, et ces idées étaient envisagées  aux USA depuis la mi-2000, sous l’égide du PGS (= Prompt Global Strike « Frappe Rapide Globale »). Oui, ce sont là des réussites technologiques étonnantes de la part de la Russie –le terme « bizarre » qu’emploie Jeffrey Lewis servant d’euphémisme à « nous n’avons rien de comparable » – mais ce n’est même pas là que devrait être le choc réel. Plusieurs de mes articles sur cette ressource se sont focalisés précisément sur le secteur où les États-Unis sont lanterne rouge : les missiles de croisière, de toutes sortes. J’ai prédit, il y a bien des années, que le déclin militaire américain réel viendrait de là. Aujourd’hui, il est manifestement évident que la Russie détient un avantage militaro-technologique écrasant en matière de missiles de croisière et aéro-balistiques, et qu’elle a des décennies d’avance sur les USA dans ce champ d’action crucial.

Pendant que tous les pontes de l’« expertise » occidentale discutaient ces systèmes d’armement exotiques et indubitablement impressionnants destinés au largage d’armes nucléaires avec la plus grande précision sur n’importe quel point du globe, beaucoup de vrais professionnels ont tout à coup manqué d’air quand a été dévoilé le Poignard (Kinshal). Celui-là change véritablement la donne : géopolitiquement, stratégiquement, opérationnellement, tactiquement, et psychologiquement. On savait déjà depuis un certain temps que la Marine russe déployait un missile anti-navires 3M22 Zircon capable d’atteindre M=8+. Comparé à l’impressionnant Zirkon virtuellement non-interceptable par quelque défense aérienne que ce soit, le Kinzhal ne choque que par ses capacités. Celui-ci, qui est un missile anti-balistique conçu d’après le modèle des Iskander, pouvant atteindre M=10+, hautement manoeuvrable, d’une portée de 2000 kms et transporté par des MiG-31BM, vient de ré-écrire le manuel de la guerre navale. Il rend les grandes flottes de surface et leurs nombreux combattants parfaitement obsolètes. Non, vous n’avez pas mal lu : aucun système de défense anti-aérienne ou anti-missiles dans le monde, aujourd’hui (peut-être à l’exception du M-500 qui arrive, spécifiquement destiné à l’interception de cibles super-soniques) n’est capable de rien y faire, et il y a gros à parier qu’il faudra des décennies pour trouver l’antidote. Pour être très précis : aucun système de défense moderne ou envisageable, déployé aujourd’hui par aucune flotte de l’OTAN, ne peut intercepter ne fût-ce qu’un seul missile doté de ces caractéristiques. Une salve de 5 ou 6 de ces missiles garantit la destruction de tout CBG (carriers battle group, « groupe d’intervention porte-avions ») ou tout autre groupe de surface d’ailleurs, et tout cela sans même faire usage de munitions nucléaires.

L’utilisation d’une telle arme, surtout depuis que nous savons qu’elle est déjà déployée dans la Région Militaire Méridionale de Russie, est très simple : le point de largage le plus probable de missiles par les MiG-31 se trouvera dans les eaux internationales de la Mer Noire, fermant ainsi toute la Méditerranée Orientale aux navires ou groupes de navires de surface. La Russie est également en mesure de fermer complètement le Golfe Persique. Cette utilisation peut également créer une vaste zone d’exclusion dans le Pacifique, où les MiG-31BM de Yelizovo, au Kamtchatka, ou de la Base aérienne Centralnaya Uglovaya à Primorski Krai, seront capables de patrouiller à de très grandes distances sur l’océan. C’est remarquable, cependant, que la plateforme actuelle de lancement du Kinzhal soit le MiG31, indéniablement le meilleur intercepteur dans l’histoire. Il est évident que la capacité du MiG31 à atteindre de très grandes vitesses supersoniques (très au-delà de M=2) est un facteur-clé dans le lancement. Mais laissons de côté les processus de lancement de cette arme terrifiante. Les conséquences stratégiques du déploiement opérationnel de Kinzhal sont les suivantes :

 

– Il renvoie définitivement les porte-avions à une niche de simples projecteurs de puissance contre des adversaires faibles et sans défense et très éloignés de la zone maritime de la Russie, que ce soit en Méditerranée, dans le Pacifique ou l’Atlantique Nord. Cela signifie aussi une zone d’exclusion complète pour tous les 33 destroyers et croiseurs US équipés d’Aegis, qui ont une importance cruciale dans le Ballistic Missile Defense américain.

 – Il rend les CBG classiques, considérés comme force de frappe contre un pair ou un quasi-pair, complètement obsolètes et inutiles; il rend également tout navire de combat de surface sans défense, indépendamment de ses capacités en défense anti-aérienne ou anti-missiles. Il annule complètement des centaines de milliards de dollars d’investissements dans ces plateformes et armements, qui ne sont plus rien d’autre, tout à coup, que des cibles sans défense. Toute la conception de la guerre air-mer, alias Joint Concept for Access and Maneuver in the Global Commons (JAM-GC), qui est la pierre angulaire de la domination mondiale américaine, devient simplement inutile, catastrophe à la fois doctrinale et financière

Le contrôle des mers et l’interdiction maritime changent de nature et fusionnent. Ceux qui possèdent de telles armes possèdent littéralement de vastes espaces maritimes, qui ne sont limités que par la portée du Kinzhal et de ses transporteurs. Il enlève aussi tout soutien de surface aux sous-marins dans les régions concernées, les exposant ainsi aux patrouilles aériennes de l’ASW [Anti-Submarine Warfare, « guerre anti-sous-marine »] et aux navires de surface. L’effet est multiplicatif et profond.

 

La Russie a beaucoup de ces transporteurs : le programme de modernisation des MiG-31 en BM tourne à plein régime depuis plusieurs années déjà, les unités de l’Armée de l’Air de première ligne voyant arriver un nombre considérable de ces avions. On comprend très bien maintenant pourquoi cette modernisation a été entreprise : elle a fait des MiG31-BM des plateformes de lancement pour le Kinzhal. Comme le major-général de la Navy James L. Jones l’a exprimé en 1991, après la première guerre du Golfe : « Tout ce qu’il faut pour paniquer un groupe de bataille, c’est que quelqu’un jette un ou deux tonneaux de 50 gallons dans l’eau. » Le Kinzhal supprime efficacement toute force de surface non-suicidaire à des milliers de miles des côtes de la Russie et ôte toute signification à ses capacités. En langage profane, cela ne signifie qu’une chose : toute la composante de surface de l‘US Navy devient une force complètement creuse, tout juste bonne pour les défilés et les manifestations d’intimidation, proches ou dans les eaux de nations  faibles ou sous-développées. Et cela peut être fait pour une infime fraction du prix astronomique des plateformes et armements US.

Il est très difficile, à ce stade de prédire entièrement les retombées politiques qu’aura, aux États-Unis, le discours de Poutine. Ce qui est facile à prédire cependant, c’est l’utilisation qui sera faite du cliché rebattu de l’asymétrie. L’utilisation de ce cliché ne correspondra pas à la réalité. Ce qui s’est produit le 1er mars de cette année, avec l’annonce et la démonstration des nouvelles armes russes, n’est pas asymétrique, c’était la prise en compte de l’arrivée définitive d’un paradigme complètement nouveau dans la guerre, dans la technologie militaire et, par voie de conséquence dans l’art stratégique et opérationnel. Vieilles règles et ancien savoir ont cessé d’être d’application. Les États-Unis n’étaient pas et ne sont toujours pas préparés à cela, en dépit du fait que de nombreux professionnels, y compris aux USA, avaient avertis des nouveaux paradigmes militaro-technologiques et mis en garde contre la complète myopie et l’hybris de l’Amérique dans tout ce qui touche au militaire. Comme le colonel Daniel Davies a été forcé de l’admettre :

 

 « Quelque justifiée qu’ait été la fierté à une certaine époque, elle s’est rapidement transformée en déplaisante arrogance. Maintenant, c’est un véritable danger pour la Nation. Il n’y a peut-être pas de meilleur exemple de ceci que le système d’acquisitions dysfonctionnel du Pentagone. »

 

On peut prédire aujourd’hui, dans le contexte actuel de la démarche américaine en matière de guerre, qu’il n’y aura pas de réponse technologique sensée de l’Amérique à la Russie dans un futur prévisible. Les Américains n’ont tout simplement pas les ressources qu’il faut, mise à part la planche à billets, et feraient complètement faillite s’ils essayaient de s’y atteler. Mais le fait est, et les Russes le savent, que le discours de Poutine n’avait pas pour but de menacer directement les États-Unis qui, qu’on le veuille ou non, sont simplement sans défense contre la pléthore des armes hypersoniques russes. La Russie ne s'est pas donné pour but de détruire les États-Unis. Les actes de la Russie sont dictés par une seule nécessité : celle de pointer un fusil sur une brute épaisse, alcoolique et braillarde, qui joue du couteau dans un bar, pour la forcer à écouter ce que les autres ont à lui dire. En d’autres termes, la Russie amène le fusil dans une rixe à l’arme blanche, et il semble que ce soit la seule façon possible d’en user avec les États-Unis aujourd’hui.

Dans le cas hautement souhaitable où les mises en garde et la démonstration de la supériorité mililitaro-technologique russe auraient un effet, comme c’est l’intention russe depuis le début, quelque conversation de bon sens sur le nouvel ordre du monde pourrait enfin commencer entre des acteurs géopolitiques-clé. Le monde ne peut plus se permettre de laisser le champ libre à un état-voyou, plein de vide et mégalomane, qui ne sait pas ce qu’il fait et menace la stabilité et la paix du monde. L’hégémonie auto-proclamée de l’Amérique a pris fin là où les choses comptent pour tout hégémon réel ou supposé : dans le domaine militaire. Elle a pris fin depuis quelque temps déjà, il a juste fallu le discours de Poutine pour démontrer la pertinence du bon vieux truisme d’Al Capone, qu’on va plus loin avec une bonne parole et un fusil qu’avec une bonne parole toute seule. Après tout, la Russie a vraiment essayé de la bonne parole toute seule. Cela n’a pas marché et les États-Unis n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour cela.

Source : http://www.unz.com/article/the-implications-of-russias-ne...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

  

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

À suivre :

Les commentaires politiques du Saker sur ce qui précède.

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Pour ceux qui – en Europe surtout – n’auraient pas compris, Manlio Dinucci enfonce le clou :

 

L’art de la guerre

L’avertissement nucléaire de Poutine

 

Manlio Dinucci – il manifesto – 9 mars 2018

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

Le discours du président russe Poutine sur l’état de la nation, dédié aux questions internes et internationales, a suscité en Italie un faible intérêt politico-médiatique et quelques commentaires ironiques. Pourtant il devrait être écouté avec une extrême attention. 

Évitant les périphrases diplomatiques, Poutine joue cartes sur table. Il dénonce le fait que dans les 15 dernières années les États-Unis ont alimenté la course aux armements nucléaires, en essayant d’acquérir un net avantage stratégique sur la Russie. Cela est confirmé même par la Fédération des scientifiques américains : grâce à des techniques révolutionnaires, les USA ont triplé la capacité destructrice de leurs missiles balistiques d’attaque nucléaire. En même temps –souligne Poutine – les USA, sortant du Traité ABM, ont déployé un système mondial de « défense anti-missiles » pour neutraliser la capacité russe de répondre à une première attaque nucléaire. Dans le sillage de l’expansion de l’OTAN à l’Est, ils ont installé des sites de missiles en Roumanie et en Pologne, tandis que d’autres systèmes de lancement (de missiles non seulement intercepteurs mais aussi d’attaque nucléaire) se trouvent sur 18 navires de guerre déployés dans des aires proches du territoire russe.

Plusieurs fois la Russie a averti les États-Unis et les états européens membres de l’OTAN que, en riposte à ce déploiement, elle allait adopter des contre-mesures. « Mais personne ne nous écoutait, donc maintenant écoutez-nous », prévient Poutine. Il passe ainsi au langage de la force, le seul à l’évidence qu’on comprend à Washington.

Après avoir rappelé qu’à la suite de l’écroulement de l’URSS la Russie avait perdu 44,6% de son potentiel militaire et que les USA et leurs alliés étaient persuadés qu’elle n’aurait plus pu le reconstruire, Poutine montre sur deux grands écrans les nouveaux types d’armes stratégiques développés par la Russie.

Un missile de croisière lancé depuis les airs armé de tête nucléaire, avec rayon d’action pratiquement illimité car alimenté à l’énergie nucléaire, une trajectoire imprévisible et la capacité de pénétrer à travers n’importe quelle défense anti-missile.

Les missiles Kinzhal (Poignard) et Avangard, à vitesse hypersonique (plus de 10 fois celle du son).

Le missile balistique intercontinental Sarmat de 200 tonnes sur plate-forme mobile, avec  une portée de 18.000 Km, armé de plus de 10 têtes nucléaires qui manoeuvrent à la vitesse hypersonique pour échapper aux missiles intercepteurs. 

Un drone sous-marin plus rapide qu’une torpille qui, alimenté à l’énergie nucléaire, parcourt des distances intercontinentales à grande profondeur pour atteindre des ports et fortifications côtières avec une tête nucléaire de grande puissance. 

Poutine révèle les caractéristiques de ces armes car il sait que les États-Unis sont en train de développer des armes analogues et qu’il veut les avertir que la Russie est désormais à leur niveau ou à un niveau supérieur.

Cela confirme que la course aux armements nucléaires se joue non pas sur la quantité mais, de plus en plus, sur la qualité des armes, c’est-à-dire sur le type de vecteurs et sur les capacités offensives des têtes nucléaires. Cela confirme en même temps le péril croissant que nous courons en ayant sur notre sol des armes nucléaires et des installations stratégiques étasuniennes, comme le MUOS et le JTAGS en Sicile.

Le ministre des Affaires étrangères russe Lavrov dénonce : « Les États européens non-nucléaires membres de l’OTAN, violant le Traité de non-prolifération, se trouvent entraînés par les USA à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques contre la Russie ». L’avertissement est clair, y compris pour l’Italie. Mais aucun des principaux partis n’en a pris acte, en effaçant de la campagne électorale, avec une sorte d’accord tacite, toute référence à l’OTAN et aux armes nucléaires. Comme si cela n’avait rien à voir avec notre avenir et avec notre vie même.

Édition de vendredi 9 mars 2018 de il manifesto

[Pour  des raisons éditoriales, la rubrique de mardi 6 mars de Manlio Dinucci est publiée dans il manifesto ce vendredi 9 mars ]

.


Nous empruntons cet échantillon au Saker

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

États-Unis : des sénateurs démocrates réclament d'urgence un dialogue stratégique avec la Russie

RT en français – 9 mars 2018

 

10. SARMAT capture d'écran.jpg

 

La description de l'arsenal militaire russe faite par Vladimir Poutine début mars a poussé un groupe de sénateurs démocrates à militer pour l'ouverture d'un dialogue stratégique entre Washington et Moscou, en vue d'éviter tout conflit.

Dans une lettre publiée le 8 mars, les sénateurs démocrates américains Edward Markey, Jeff Merkley, Dianne Feinstein et l'indépendant Bernie Sanders ont appelé le secrétaire d'État américain Rex Tillerson à nouer d'urgence « un dialogue stratégique » avec la Russie.

Une prise de position à rebours des habituelles sorties du parti démocrate, que les sénateurs justifient par l'évocation du président russe de « plusieurs nouvelles armes nucléaires », notamment des missiles à longue portée et des drones sous-marins, lors de son discours devant le Parlement le 1er mars.

Sans revenir sur le discours désormais bien rodé des démocrates – qui accusent, toujours sans l'ombre d'une preuve, la Russie d'ingérence lors des élections américaines de 2016 – les sénateurs souhaitent que Washington et Moscou se rassemblent à la table des négociations pour discuter et éviter ainsi tout conflit potentiel. « C'est en raison de ces divergences politiques, et non malgré elles, que les États-Unis devraient d'urgence s'engager avec la Russie pour éviter les erreurs de calcul et réduire la probabilité d'un conflit », écrivent ainsi les sénateurs.

Ces derniers s'inquiètent notamment du fait que certaines des armes nucléaires russes présentées par Vladimir Poutine ne soient pas couvertes par le Traité sur la réduction des armes stratégiques, communément appelé le New START (pour Strategic Arms Reduction Treaty), et souhaitent donc élargir cet accord pour les y inclure.

Dans son discours du 1er mars, le président russe Vladimir Poutine avait justifié le développement de ces nouvelles armes comme une réponse au retrait des États-Unis du traité de réduction des armements stratégiques en 2002 et au déploiement de systèmes antimissiles en Europe de l'Est et en Corée du Sud. Pour Moscou, le développement du bouclier antimissile américain dans différentes régions du monde est à même de violer la parité stratégique et nucléaire entre les deux puissances. Ces nouvelles armes russes viendraient donc rétablir un équilibre brisé par Washington.

Lire aussi : Drones sous-marins, missiles : quelles sont les armes dernier cri dévoilées par Poutine ? (VIDEOS)

Source : https://francais.rt.com/international/48593-etats-unis-se...

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

On vous avait promis des vagues. En voici déjà une médiatique.

 

Russie-OTAN : la fin du temps de latence

Fernand Le Pic – ANTIPRESSE – 10 mars 2018

 

La Russie a annoncé au monde qu’elle disposait d’armes qu’aucune armée du monde ne pouvait contrer. Face à cette information qui signifie un tournant géostratégique considérable, nos responsables politiques et médiatiques se taisent ou se gaussent. Est-ce bien raisonnable ?

Lors de son allocution annuelle devant le parlement fédéral russe du 1er mars dernier, le Président Vladimir Poutine a donc présenté de nouveaux types d’armements stratégiques, produits par les ingénieurs de son pays. Qu’ils soient destinés à se mouvoir dans l’atmosphère, à travers l’espace ou sous les mers, leurs performances sont hors normes: vitesse hypersonique, allant pour certaines jusqu’à 20 fois la vitesse du son, portée illimitée grâce à des propulseurs nucléaires miniaturisés, hypermaniabilité, furtivité, etc. De quoi rendre inopérants tous les systèmes de défense antimissiles en fonction à ce jour, en particulier américains. Le message est très clair : non seulement les Russes ont pris une longueur d’avance technologique sur les États-Unis, mais leurs armes ont des capacités offensives qui ne permettront pas à Washington de les parer en cas de guerre. Et pour bien marquer les esprits, Vladimir Poutine a fait projeter une animation dans laquelle une volée de ses missiles s’abat sur la Floride, et pas n’importe où. La cible qu’on y distingue très clairement se situe dans la région de Tampa, où sont installés plusieurs centres névralgiques vitaux du complexe militaire américain, tous regroupés sur la base aérienne de MacDill. Il s’agit en particulier du quartier général du CENTCOM (Commandement de la « région Centre »), c’est-à-dire l’état-major interarmes conduisant à distance les opérations militaires du grand Moyen-Orient. La zone en question s’étend, au sud, de l’Égypte au Kenya, et remonte en diagonale vers le nord jusqu’au Kazakhstan, c’est-à-dire aux frontières de la Russie. Elle inclut les théâtres des guerres ouvertes du moment au Yémen, en Syrie, en Irak et en Afghanistan, outre l’Iran et le Pakistan. Plus de 510 millions de personnes y vivent, réparties dans 20 pays, à la merci d’un ordre létal donné, demain, par le général quatre étoiles Joseph Votel, grand chef de ce CENTCOM. Celui-là même que le président turc Erdoğan avait accusé d’avoir soutenu le putsch avorté contre lui en 2016.

MacDill abrite aussi le quartier général du Commandement des opérations spéciales des États-Unis (SOCOM) ainsi que le commandement central du Corps des Marines (COMUSMARCENT), outre une vingtaine d’autres unités allant de la cyberguerre aux prestations médicales, en passant par le génie civil et la gestion mondiale des carburants de l’US Air Force.

 

11. Le Pic - 1.png

 

Un chakra militaire anéanti

Si ce véritable chakra militaire est présenté aussi ouvertement comme une cible acquise, il y a fort à parier que ce n’est pas du bluff. D’autant que Vladimir Poutine l’a dit mot pour mot, s’adressant directement aux États-Unis et à tous ses affidés : « Ce que je dis n’est pas du bluff, croyez-le, réfléchissez bien maintenant, cessez de perdre votre temps ». Lui qui est si peu disert, surtout en matière militaire, ne mériterait-il pas d’être pris au mot ? En ce 1er mars 2018, non seulement il expose mais il tance : « Personne ne voulait nous parler sur le fond, personne ne voulait nous écouter. Maintenant, vous allez nous écouter ! »

S’il dit vrai, si véritablement son armement de nouvelle génération est « unique au monde et n’est égalé par nul autre », son discours ne marquerait-il pas un tournant historique dans les rapports de forces géostratégiques ? N’est-ce pas l’annonce officielle de la fin du temps de latence postsoviétique ?

Si tel est le cas, comment peut-on s’expliquer le silence assourdissant des chefs d’État occidentaux? Angela Merkel est la seule à s’être fendue d’un communiqué laconique, relatant sa brève conversation téléphonique (sur écoute de la NSA) avec Donald Trump, au cours de laquelle ils se seraient simplement dits « inquiets ».

Inquiets de quoi ? D’une attaque des Russes ? Poutine a répété des centaines de fois et encore dans ce discours, qu’il ne prendrait aucune initiative offensive. Inquiets d’une contre-attaque des Russes alors ? Mais dans ce cas, qui les aurait attaqués en premier ? Les Américains seuls ou accompagnés d’une nouvelle grande armada de la « Communauté internationale » ? Mais quel résidu d’information tronquée le peuple aurait-il encore le droit de glaner à partir de cette énigmatique « inquiétude » N’est-ce pas le rôle de la presse d’aider le bon peuple à en demander des comptes précis à ses princes ?

 

12. Le Pic - 2.png

 

Quant à Emmanuel Macron, on aura beau chercher dans les communiqués officiels de l’Élysée : nada, rien, walou ! Pas une ligne sur le discours de Moscou. Certes, Macron a bien eu, lui aussi, sa conversation téléphonique sur écoute avec Trump, mais pour évoquer la Syrie et le sort des Casques blancs, pas officiellement pour parler du discours de Poutine. Évoquer une telle « inquiétude » de la bouche de son président, serait-il déjà trop risqué pour la France ? Serait-elle en passe de glisser en chambre de réveil, cette France depuis trop longtemps comateuse ? Quant aux autres chefs d’État européens, idem : silence radio absolu. Pourtant, ils ne se privent pas d’entraîner leurs pilotes d’élite à des attaques nucléaires aériennes tactiques contre la Russie. Nom de code de ces exercices de fin du monde : « Steadfast Noon ». Le dernier a eu lieu en octobre 2017. Y batifolèrent les forces aériennes stratégiques belges (depuis la base de Kleine Brogel), allemandes (depuis la base de Büchel, où sont justement stockées les bombes nucléaires tactiques américaines B61), italiennes, hollandaises et bien sûr américaines. On y a même aperçu des Gripen tchèques et des F-16 polonais.

 

L’indice d’une guerre nucléaire de basse intensité

Et si c’était justement cela, l’immonde cachotterie : une attaque nucléaire tactique de faible puissance, histoire de contaminer un no-man’s land, de débiter de fines cicatrices radioactives et bien infranchissables pour quelques siècles, dans le Donbass ou mieux, en Syrie ? Tiens donc ! C’est justement contre cela que Poutine a le plus sérieusement mis en garde l’Occident : si une attaque nucléaire, même de très faible intensité, devait se produire contre un allié de la Russie, cela équivaudrait à une attaque nucléaire de pleine capacité contre la Russie elle-même et se traduirait par une riposte nucléaire immédiate. Voilà qui n’est pas rien, au moment même où le président de la Russie affirme que ses armes atteindront leur cible, ce qu’en fait on savait déjà.

Eh oui, la Russie dispose de missiles hypersoniques opérationnels depuis 1997, les Topol-M. Leur dernière version trace déjà à 26’400 km/h ! Les États-Unis ont bien tenté de développer des systèmes d’interception, comme le Ground-Based Midcourse Defense (GMD), censé intercepter ces missiles à mi-parcours depuis l’Alaska et la Californie. Mais ce joujou à plus de 40 milliards de dollars est loin d’être efficace. Il n’est équipé à ce jour que d’une quarantaine d’intercepteurs et leur taux de réussite est de 25 %. Autrement dit, il faut quatre intercepteurs pour un missile balistique russe (ou chinois). Par conséquent, la capacité réelle d’interception du GMD se limite à 11 missiles balistiques tirés sur les États-Unis. Or la Russie en possède plus de mille. Les États-Unis ne résisteraient donc pas à un tir de barrage. Et voici à présent que Poutine leur assène qu’avec un seul de ses nouveaux engins, par exemple le RS-28 Sarmat, il peut atteindre le même résultat : passer et toucher.

De tout cela n’a émergé aucun débat public, aucune interpellation parlementaire, aucune demande de reddition de comptes sur les projets morbides des généraux américains et otaniens, tous plus étoilés les uns que les autres. Quant à accepter l’invitation de Poutine à négocier d’une nouvelle configuration sécuritaire, économique et culturelle pour l’humanité : vous n’y pensez pas, ma bonne dame !

On se contente de persifler, de réduire cette allocution d’une importance capitale à de la propagande électorale en vue du scrutin présidentiel russe du 18 mars prochain, pourtant joué d’avance. On badine avec des analyses sémantiques d’entomologistes pour y trouver le sédiment d’un fond nostalgique soviétisant. Et si nécessaire, on organisera des effets de contre-annonce du type longueur de jupe de Madame Macron®, héritage de Johnny ou promenade à dos d’éléphant au pays des Maharajas. Au pire, une catastrophe naturelle, un attentat ou une chute boursière feront l’affaire.

 

13. Fernand Le Pic.jpgArticle de Fernand Le Pic paru dans la rubrique « Angle mort » de l’Antipresse n° 119 du 11/03/2018.

Fernand Le Pic

 

Arpenteur d’Angles morts à l’ANTIPRESSE. Suivez mes trouvailles sur antipresse.net.

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF

 

Pendant qu’on y est.

 

L’ANTIPRESSE a besoin de 500 abonnés pour pouvoir lancer la version papier de son Drone nouveau-né.

C’est là :

0. freccia nera piccola xx.GIF

https://antipresse.net/drone/abonnement/?mc_cid=da5b5c923...

 

 

2 . bombe homme attaché xx.GIF


 

Mis en ligne le 11 mars 2018.

 

 

 

23:56 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/03/2018

QUELLE ESPÈCE D'ANIMAL SOMMES-NOUS ?

1. Bateau GAZ Méditerranée.jpg

 

2. titre_manuel xx.GIF

3 bis. Manuel de Diéguez.JPG

 

Quelle espèce d'animal sommes-nous ?

 

L'anthropologie scientifique, donc philosophique, se trouve à une croisée crucifiante de son chemin. Le Président Vladimir Poutine en a pris date le 27 février 2018. C'est à ce titre, en réalité, qu'il s'est demandé dans quelles conditions la bombe atomique serait utilisable par la Russie. Premièrement, dit-il, dans le cas où la Russie serait la victime d'une attaque nucléaire, secondement, dans le cas où une attaque avec des armes conventionnelles mettrait son existence même en péril.

En vérité la première de ces deux menaces ne ferait qu'illustrer le schéma actuel de la dissuasion actuellement conforme à tous les schémas prévus par tous les états-majors en droit international actuel. Si la bombe avait existé en 1940, la France du six juin aurait été mise dans ce type d'inexistence juridique.

La seconde hypothèse renvoie la réflexion à un fondement beaucoup plus originel, car, dans ce cas, la question réellement posée en profondeur est de savoir si l'homme est un animal guerrier au sens où le lion a des griffes et une mâchoire, le rhinocéros une corne et l'éléphant des défenses d'ivoire. Les éléphantologues viennent de découvrir avec une intense stupéfaction, qu'il nait désormais des éléphants privés des défenses redoutables de leurs ancêtres, comme si, dans la profondeur de ses mystères, la nature et la vie avaient déjà pris leurs dispositions afin de faire face à cette situation. Pour l'instant, les faits contredisent une telle hypothèse.

L'heure a sonné pour la philosophie de se demander si l'homme appartient à une espèce guerrière à titre psychobiologique ou seulement au gré des circonstances. Car enfin, la bombe d'Hiroshima remonte à soixante-treize ans. Elle a paru seulement aux yeux de quelques esprits d'avant-garde illustrer la fin de toute guerre, du moins entre les continents et les civilisations. Puis ce verdict a semblé confirmé par l'invention de la bombe thermonucléaire que la France a mis plusieurs années à redécouvrir, parce que son déclencheur était trop simple pour les élèves de nos grandes écoles : il suffisait de lui donner une bombe d'Hiroshima miniaturisée pour déclic.

Tout le monde admet que la bombe thermonucléaire ne fait reposer la guerre que sur un seul ressort - la dissuasion - c'est-à-dire sur l'art d'éviter une catastrophe mondiale sans remède. Car enfin, l'arrière-plan mythique de l'arme thermonucléaire fait entrer la terreur militaire dans son aura le plus primitif, l'aura théologique d'une fin apocalyptique du monde.

Et pourtant, le Général de Gaulle lui-même n'a cru que fort tardivement que la guerre atomique était impossible - il croyait en l'imminence d'une guerre de ce type entre les États-Unis et l'URSS. Puis il a cru que l'arme française qualifiée de « tous azimuts » serait utilisable solitairement et serait miraculeusement immunitaire au profit de la seule France. Et que se passe-t-il sous nos yeux ? Les États-Unis mettent en scène sur tous les océans une armada impavide de douze porte-avions à propulsion nucléaire dont la plupart à rayon d'action illimité et ils viennent d'inscrire dans leur programmation la possibilité, qu'ils revendiquent désormais, d'utiliser l'arme atomique les premiers, donc en solitaires.

Or, tous les stratèges de grande envergure d'aujourd'hui savent que porte-avions sont des iles flottantes vulnérables à souhait, tous les vrais connaisseurs de la guerre navale moderne savent que quelques centaines de missiles lancés à partir des rivages et enfouis à des dizaines de mètres sous terre, en auraient raison en quelques secondes. C'est à cette réalité nouvelle que Vladimir Poutine a clairement fait allusion le 27 février.

Or le monde entier fait semblant d'ignorer ce qui se trouve actuellement théorisé, donc actualisé dans quelques cerveaux d'avant-garde. C'est donc bel et bien que le besoin de croire en une volonté guerrière immanente à la psychophysiologue du simianthrope est intouchable et d'origine quasiment sacrée. C'est donc bel et bien que cette bête est née et mourra belliqueuse, c'est donc bel et bien que ce bipède se croirait hors jeu et définitivement émasculé s'il perdait sa passion d'anéantir son voisin et lui-même en retour.

De même des milliers de bombardiers lourds se font de leur cargaison de terreur un glorieux holocauste potentiel, de même, sans encore oser l'avouer, toutes les nations dites civilisées ont amplifié et perfectionné leurs armes chimiques et biologiques. Mais elles se révèlent inégales dans l'art d'affiner leur stockage et leur protocole d'utilisation; et tous les océans du monde emplissent leurs vastes flancs de sous-marins branchés à leur tour sur l'apocalypse atomique.

Que va-t-il donc immanquablement arriver sur la planète des guerriers aveugles ? J'ai déjà raconté sur ce site comment en 1962, Raymond Aron, l'illustre auteur de l'Introduction à la philosophie de l'histoire et éditorialiste au Figaro, avait tenu à me rencontrer à la suite d'un article sur la dissuasion nucléaire que j'avais publié dans la revue Esprit, à une époque où le premier ministre du Général de Gaulle, M. Michel Debré, s'ingéniait à inspirer des pseudo-stratèges de la guerre nucléaire française dans les colonnes de la Revue de défense nationale: « Naturellement, me dit l'illustre Pic de la Mirandole de la géopolitique de l'époque, à la première attaque nucléaire russe, on capitule. » Et, comme je lui demandais pourquoi il n'osait pas l'écrire noir sur blanc dans un éditorial du Figaro, sa seule réponse confirma ses vues : « Cela ne servirait à rien ».

Mais aujourd'hui, il est clair que la seule connaissance humaine qui puisse se qualifier de scientifique est philosophique, parce qu'elle se révèle une anthropologie abyssale depuis Socrate et Platon. C'est elle qui, seule dans le parc d'attraction du monde moderne qu'on appelle les sciences humaines, aille plus loin dans le défrichage de l'inconscient de la bête onirique que nos psychanalystes qui se révèlent bien incapables d'entrer dans le gouffre de l'avenir riche en vertiges de Socrate.

Or, une paralysie nouvelle du cerveau simiohumain se profile à l'horizon: nous commençons de savoir qu'une guerre thermonucléaire n'est pas menable sur un champ de bataille réel. Nous commençons également de savoir qu'il sera impossible de feindre longtemps de nous menacer de l'apocalypse les uns les autres sur un astéroïde minuscule. Nous commençons de savoir que l'ère des rodomontades est nécessairement d'une durée limitée et que nos croiseurs nucléaires voient l'opulence de leurs pavanes sur les ondes menacée d'un prompt engloutissement ; car si le ridicule dure dans la minusculité qui le cache à tous les regards, le ridicule porté au titanesque tombe dans le grotesque et fait appel au grand rire des Rabelais et des Aristophane, des Cervantès et des Shakespeare , des Swift et des Voltaire.

8 mars 2018

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

AFRIQUE

4. logo comaguer  x.gif

http://comaguer.over-blog.com

 

AU FIL DES JOURS ET DES LECTURES N° 213

4 mars 2018

 

5. Afrique du Sud.jpg

 

L’arrivée à la présidence de l’Afrique du Sud du milliardaire et ancien syndicaliste Cyril Raphamosa vient de rappeler assez cruellement que la direction politique du pays par l’ANC depuis 1994 n’a pas modifié profondément les rapports de classe dans ce pays et que les revendications de transformation sociale portées par les combattants de la lutte anti-apartheid sont restées lettre morte .

Il nous a paru, à cette occasion, intéressant de traduire le texte d’un discours du  grand journaliste australien JOHN PILGER prononcé en 2014 en Afrique du Sud. Il a prononcé en Novembre 2017 un discours très semblable avec les mêmes précisions sur l’histoire interne de l’ANC mais dont le texte n’a pas été transcrit (pour les anglophones la vidéo de la conférence de 2017  est disponible sur :

https://cdnapisec.kaltura.com/index.php/extwidget/preview...

 

JOHN PILGER s’y exprime très clairement et très posément).

PILGER décrit bien le moment historique précis – les années 85 – où l’apartheid devient un obstacle au développement du capitalisme sud-africain, qui a été protégé sans relâche par le grand capital étasunien, et à son insertion dans le mouvement général de néo-libéralisation de l’économie mondiale (années REAGAN THATCHER) qui sera matérialisé par la chute de l’URSS.

Le Parti communiste sud-africain, allié historique de l’ANC, ne s’opposera pas à l’évolution de l’ANC. Il est vrai qu’à l’époque le mouvement communiste international est dans un très grand état de faiblesse. Malgré ce, à l’inverse de Mandela et de Ramaphosa, Chris Hani le dirigeant du PC sud-africain sera assassiné dès sa sortie de prison.

George Soros, plus tard, affirmera que l’ANC au pouvoir a fait rentrer l’Afrique du Sud dans l’économie de marché, « elle est maintenant entre les mains du capital international ».

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Afrique du Sud : 20 ans d'apartheid sous un autre nom

John PILGER – 13 avril 2014

 

6. APARTHEID.jpg

 

Sur mon mur à Londres est ma photo préférée de l'Afrique du Sud. Toujours fascinante à voir, cette image de Paul Weinberg où une femme seule debout entre deux véhicules blindés, les infâmes « hippos », qui roulaient dans Soweto. Ses bras sont levés, poings serrés, son corps mince attirant à la fois l’attention et défiant l'ennemi.

C'était le premier mai 1985, le dernier grand soulèvement contre l'apartheid avait  commencé. Douze ans plus tard, mes trente ans d'interdiction d’Afrique du Sud enfin levés, j’eus un pincement de cœur au moment de débarquer à l’aéroport Jan Smuts quand je tendis mon passeport à l'agent de l'immigration noire. « Bienvenue dans notre pays », dit-elle.

J'ai rapidement découvert qu'une grande partie de l'esprit de la résistance incarné  dans cette femme courageuse de Soweto avait survécu, avec un ubuntu* qui a appelé l'ensemble de l'humanité africaine, la générosité et l'ingéniosité politique - par exemple, dans la résolution digne de ceux que je regardais former un mur humain autour de la maison d'une veuve menacée d’être privée d’électricité, et leur refus des « maisons RDP » qu'ils ont appelées « cages » ; et dans les manifestations de masse palpitantes des mouvements sociaux qui sont parmi les plus sophistiqués et dynamiques dans le monde.

Au vingtième anniversaire du premier vote démocratique le 27 avril 1994, c'est cette résistance, cette force de la justice et du vrai progrès démocratique, qui devrait être célébrée, alors que sa trahison et son gaspillage devraient être compris et susciter une réaction.

Le 11 février 1990, Nelson Mandela est sorti sur le balcon de l'Hôtel de Ville du Cap avec le leader des mineurs Cyril Ramaphosa qui le soutenait. Enfin libre, il a parlé à des millions de personnes en Afrique du Sud et dans le monde. C'était le moment, une fraction de seconde aussi rare et puissante que n'importe quelle autre dans le combat universel pour la liberté. Il semblait que la Puissance morale et la puissance de la justice pouvaient triompher de tout, de toute orthodoxie. « C'est le moment d'intensifier la lutte », a déclaré Mandela dans un discours fier et mordant, peut-être son meilleur, ou le dernier de ses meilleurs discours.

Le jour suivant, il apparut comme se corrigeant lui-même. La règle de la majorité ne ferait pas des noirs des « dominants ». Le recul s'est accéléré. Il n'y aurait pas de propriété publique ni des mines ni des banques ni des monopoles industriels rapaces, pas de démocratie économique, comme il l'avait promis avec les mots : « un changement ou modification de notre point de vue à cet égard est inconcevable ».

Rassurant l'establishment blanc et ses alliés étrangers dans les affaires, la véritable orthodoxie et le copinage qui avaient construit, entretenu et renforcé l'apartheid fasciste, sont devenus le programme  politique de la « nouvelle » Afrique du Sud.

Des accords secrets ont facilité cette évolution. En 1985, l'apartheid avait subi deux catastrophes : la bourse de Johannesburg s'était effondrée et le régime ne pouvait plus rembourser  sa  dette étrangère. En septembre de la même année, un groupe dirigé par Gavin Relly, président de l'Anglo-American Corporation, a rencontré Oliver Tambo, président de l'ANC, et d'autres agents de la guerre de  libération dans la région de Mfuwe en  Zambie.

Le message de Relly était qu'une « transition » de l'apartheid à une démocratie électorale noire n'était possible que si « l’ordre » et « la stabilité » étaient garantis. C'était le code libéral pour un État capitaliste dans lequel la démocratie sociale et économique ne serait jamais une priorité. L'objectif était de diviser l'ANC entre les « modérés » avec qui ils pouvaient « faire affaire » (Tambo, Mandela et Thabo Mbeki) et la majorité qui composait l'United Democratic Front (Front Uni Démocratique-FUD) et se battait dans les rues.

La trahison du FUD et de ses composantes les plus efficaces, telles que l'Organisation Civique Nationale, est aujourd'hui une histoire secrète poignante.

Entre 1987 et 1990, l'ANC dirigé par Mbeki a rencontré une vingtaine de membres éminents de l'élite afrikaner à un château près de Bath, en Angleterre. Autour de la cheminée à Mells Park House, ils buvaient du vin millésimé et du whisky de malt. Ils blaguaient en mangeant du raisin « illégal », d'Afrique du Sud, alors soumis à un boycott mondial, « c'est un monde civilisé », se rappelle Terreblanche Mof agent de change, et ami de F.W. De Klerk. « Si vous prenez un verre avec quelqu'un... et encore un autre… cela apporte de la compréhension. Vraiment, nous sommes devenus amis. »

Ces réunions conviviales ont été si secrètes que personne à l’exception d’un petit nombre de dirigeants de l'ANC n’en connaissait l'existence. Les premiers à évoluer furent ceux qui ont profité de l’apartheid, comme le géant minier britannique Consolidated Goldfields, qui régla l’addition à Mells Park House. Le point le plus important discuté autour de la cheminée était de savoir qui contrôlerait le système économique derrière la façade de la « démocratie ».

Dans le même temps, Mandela menait ses propres négociations secrètes dans la prison de Pollsmoor. Son principal contact était Neil Barnard, un vrai apôtre de  l'apartheid qui a dirigé le Service national de renseignement. Des confidences furent échangées, des garanties recherchées. Mandela a téléphoné à P.W. Botha pour son anniversaire ; le Groot Krokodil l’a invité à prendre le thé et, comme Mandela l’a noté, il a lui-même servi le thé à son prisonnier. « Je suis sorti » a déclaré Mandela, « avec le sentiment que j'avais rencontré un créatif, un chef d’état chaleureux qui m'a traité avec tout le respect et la dignité que je pouvais attendre. »

C'était cet homme qui, comme Verwoerd et Vorster avant lui, avait envoyé toute une nation africaine dans un goulag vicieux qui était caché du reste du monde. La plupart des victimes ont été privées de justice et de reconnaissance pour cet énorme crime d'apartheid. Presque tous les verkramptes - comme les extrémistes, « créatifs et chaleureux » comme Botha – ont échappé à la justice.

Quelle ironie que ce soit Botha dans les années 80 – bien avant l'ANC une décennie plus tard – qui ait démantelé l'échafaudage de l’apartheid racial et, surtout, ait organisé la promotion d'un classe de noirs riches qui jouent le rôle sur lequel  Frantz Fanon avait mis en garde comme une « ligne de transmission entre la nation et un capitalisme rampant bien camouflé ».

Dans les années 1980, des magazines comme EBONY, TRIBUTE et ENTERPRISE ont célébré les « aspirations » d'une bourgeoisie noire dont les deux maisons de Soweto ont été incluses dans les visites pour les étrangers que le régime visait à impressionner. « C'est notre classe moyenne noire, » disaient les guides ; mais il n'y a pas de classe moyenne : simplement une classe tampon en cours de préparation, comme Fanon a écrit, pour « sa mission historique ». C'est la même aujourd'hui.

Le régime Botha a même offert aux hommes d'affaires noirs de généreux prêts de la Société de développement industriel. Ceci leur a permis de créer des sociétés en dehors des « bantoustans ». De cette façon, une société noire, tels que NEW AFRICA INVESTMENTS a pu acheter une partie de METROPOLITAN LIFE. En une décennie, Cyril Ramaphosa a été vice-président de ce qui était en fait une création de l'apartheid. Il est aujourd'hui un des hommes les plus riches du monde.

La transition a été, en un sens, sans couture. « Vous pouvez mettre là-dessus l’étiquette qui vous plait, » m’a dit le président Mandela à Groote Schur. « Vous pouvez appeler ça thatchérisme, mais pour ce pays, la privatisation est la politique fondamentale. »

« C'est le contraire de ce que vous avez dit avant les premières élections, en 1994, » dis-je.

« Il y a un processus, » fut sa réponse incertaine « et chaque processus intègre du changement. »

Mandela reflétait simplement l’opinion de l'ANC – qui ressemblait à un culte obsessionnel. Il y avait tous ces pèlerinages de l'ANC à la Banque mondiale et au FMI à Washington, toutes les « présentations » à Davos, toutes ces invitations au G-8, tous les conseillers et consultants étrangers qui vont et viennent, tous ces pseudo-rapports universitaires avec leur jargon « néolibéral » et leurs acronymes. Pour reprendre l’expression de l'écrivain comique Larry David, « un flot de babillage trompeur » a englouti les premiers gouvernements de l'ANC, et en particulier ses ministères des finances.

En mettant de côté pour un moment l'enrichissement bien connu des notables de l'ANC et les profits des trafics d'armes, l'analyste de l'Afrique Peter Robbins avait un point de vue intéressant sur ce sujet. « Je pense que la direction de l'ANC avait honte que la plupart des membres de leur peuple vivent dans le tiers-monde, » écrit-il. « Ils n'aiment pas se penser eux-mêmes comme étant essentiellement une économie de style africain. Ainsi l'apartheid économique a remplacé l'apartheid juridique avec les mêmes conséquences pour les mêmes personnes, mais il est accueilli comme l'une des plus grandes réussites de l'histoire du monde. »

La Commission Vérité et Réconciliation de Desmond Tutu a masqué cette réalité, en un temps très court lorsque les sociétés par actions ont été appelées au confessionnal. Ces audiences des « institutions » ont été parmi les plus importantes, mais aucune ne fut condamnée. Représentant les membres les plus voraces, les plus impitoyables, les plus rentables et les plus meurtriers de l'industrie mondiale, la Chambre de commerce des mines sud-africaines (South African Chamber of Mines) a résumé un siècle d'exploitation en six pages et demi dérisoires. Il n'y eut  pas d'excuses pour les territoires de l'Afrique du Sud transformés en l'équivalent de Tchernobyl. Il n'y eut aucune promesse de compensation pour les innombrables hommes et leurs familles touchés par les maladies professionnelles comme la silicose et le mésothéliome. Beaucoup ne pouvaient pas se payer une bouteille d'oxygène ; beaucoup de familles ne pouvaient pas payer un enterrement.

Dans un accent digne de l'époque du casque à pointe, Julien Ogilvie-Thompson, l'ancien président de l’ANGLO AMERICAN a déclaré : « Bien sûr, personne ne veut pénaliser le succès. » Ceux qui l'écoutaient étaient d'anciens mineurs qui pouvaient à peine respirer.

Les gouvernements de la libération peuvent montrer des réalisations vraies et durables depuis 1994. Mais la plus élémentaire liberté, celle de survivre et de survivre décemment, n’a pas été accordée à la majorité des Sud-Africains, qui sont conscients que si l'ANC avait investi en eux et dans leur « économie informelle », ils auraient pu effectivement transformer la vie de millions d’entre eux. La terre pourrait avoir été achetée et remise en état par des dépossédés pour une agriculture à petite échelle, exécutée dans l'esprit de collaboration de l'agriculture africaine. Des millions de logements auraient pu être construits, un meilleur système de santé et une meilleure éducation auraient été possibles. Un système de crédit à petite échelle aurait pu ouvrir la voie à des biens et services abordables pour la majorité. Rien de cela n'aurait nécessité l'importation d'équipements ou de matières premières, et l'investissement aurait créé des millions d'emplois. En devenant plus prospères, les collectivités auraient développé leurs propres industries et une économie nationale indépendante.

Un rêve ? L'inégalité brutale qui aujourd’hui caractérise l'Afrique du Sud n'est pas un rêve. C'est Mandela, après tout, qui a dit, « si l’ANC ne fournit pas les biens, le peuple doit faire ce qu'il a fait au régime de l'apartheid. »

* Le mot ubuntu, issu de langues bantoues du sud de l’Afrique, désigne une notion proche des concepts d’humanité et de fraternité. En Afrique du Sud, ce terme a été employé, notamment par les prix Nobel de la paix Nelson Mandela et Desmond Tutu, pour dépeindre un idéal de société opposé à la ségrégation durant l’Apartheid, puis pour promouvoir la réconciliation nationale. Source wikipedia.

Pour mémoire :

7.  PILGER_HUGO.jpgJohn Pilger, né le 9 octobre 1939 à Sydney, en Australie, est un journaliste, scénariste et réalisateur australien.

Pilger a été correspondant de guerre au Viêt-nam, au Cambodge, en Égypte, en Inde, au Bangladesh et au Biafra. L'un de ses premiers films, Year Zero (Année Zéro) a attiré l'attention de la communauté internationale sur les violations des droits de l'Homme commises par les Khmers rouges au Cambodge.

Pilger a obtenu de nombreux prix de journalisme et d'associations des droits de l'Homme (le Prix Sophie en 2003), dont, deux fois, le prix britannique du Journalist of the Year.

Cet activiste anti-guerre n'a de cesse de rappeler la responsabilité de ceux qui savent, des « intellectuels », aux misères et aux violences du monde :

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune. »

En outre, John Pilger possède son propre site web, où il communique ses idées et ses craintes. Conspiracywatch, le dit « controversé » parce qu’il n’a pas hésité à accuser l'administration américaine de financer un coup d'état en Ukraine lors de la crise ukrainienne débutée en 2013 : « the Obama administration splashed out $5 billion on a coup against the elected government » .

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

 

MÉDITERRANÉE

 

Puisqu’on est chez Comaguer, autant y rester :

 

4. logo comaguer  x.gif

http://comaguer.over-blog.com

 Bulletin n° 368 semaine 9 – 2018

 

SUN TZU

Gaz naturel en Méditerranée Orientale

L’Égypte maître du jeu

 

8. Projet EasternMediterranean_FSRU-projects. JPG.jpg

 

Une intense campagne de presse vient d’être lancée pour faire accroire qu’Israël, producteur de gaz naturel (champs TAMAR et LEVIATHAN), s’installait comme le grand collecteur du gaz sous-marin régional et comme futur fournisseur privilégié de l’Union  Européenne grande assoiffée de gaz. Cette politique fortement appuyée par un certain Emmanuel Macron du temps où la Banque Rothschild l’avait détaché au Ministère des Finances à Paris s’est concrétisée par des déclarations tapageuses déclarant que le projet israélien avait reçu l’appui des gouvernements chypriote, grec et italien pour construire un gazoduc sous-marin reliant les eaux israéliennes à la péninsule italienne.

Le gouvernement chypriote, en l’attente d’élections présidentielles qui l’incitaient à la prudence, s’est prêté au jeu espérant ainsi trouver un débouché pour sa future production gazière confirmée par les résultats positifs des derniers forages, et le gouvernement grec, bien qu’il ne puisse pour l’instant que nourrir des espoirs de forages positifs, s’est laissé comme à son habitude convaincre et par Bruxelles et par Tel Aviv – avec qui il entretient d’étroites et confiantes relations – de laisser passer, moyennant redevances,  le futur gazoduc dans les eaux grecques.

Ah, le beau projet ! Ne manquent plus à sa concrétisation que quelques dizaines de milliards d’Euros et quelques années.  Notons au passage que les techniques de pose de gazoducs sous-marins ont beaucoup progressé ces dernières années, mais que la traversée d’Est en Ouest de la moitié de la Méditerranée pourrait se révéler un peu plus complexe et onéreuse que la traversée de la Mer Baltique mer peu profonde (gazoduc Nord Stream) ou de la mer Noire (gazoduc Blue Stream).

C’est alors que ZOHR est arrivé (voir notre bulletin n° 346 sur le blog de COMAGUER). Ce gisement de très grande capacité a été découvert dans les eaux égyptiennes et mis en exploitation avec une rapidité exceptionnelle. L’industrie du gaz naturel est une activité dans laquelle l’Égypte a des acquis technologiques et industriels d’importance. En effet à la fin des années 1990 l’Égypte a mis en exploitation de petits gisements dans la zone du delta du Nil, s’est dotée d’installations de liquéfaction de gaz naturel et a été pendant quelques temps un petit exportateur de GNL y compris vers la France. .Elle n’a donc pas à attendre la réalisation de nouveaux gazoducs sous-marins pour reprendre sa place de grand exportateur. 

Restait la question de la part du gaz de Zohr à réserver à l’exportation sachant que l’Égypte doit fournir un très important marché intérieur. La réponse vient d’être fournie et constitue un véritable coup de maître du gouvernement égyptien. Le nouveau ministre égyptien du pétrole,  TAREK EL MOLLA, cadre de très haut niveau de l’industrie pétrolière internationale – il a été Directeur Afrique de CHEVRON – a mené deux négociations.

La première avec le gouvernement chypriote, une fois réélu le Président Anastasiades, pour garantir à ce dernier l’évacuation vers l’étranger du gaz du nouveau gisement Aphrodite voisin de celui de Zohr. Chypre n’a donc plus  à attendre la construction du  grand gazoduc sous-marin israélo-européen. La seconde, avec le gouvernement israélien, auquel l’Egypte va acheter sans tarder une partie de la production  de TAMAR et LEVIATHAN  qui sera acheminée vers l’Égypte par un gazoduc terrestre existant et, de là, pourra atteindre soit l’énorme marché intérieur égyptien soit les marchés internationaux via les installations de liquéfaction égyptiennes existantes.

Double coup de maître. Israël a beau, à travers une « com » triomphante, clamer qu’il s’apprête à vendre du gaz à l’Égypte, en réalité il passe un accord avec la nouvelle puissance gazière régionale. Ce coup pourrait en annoncer un autre, car l’Égypte pourrait également prêter la main au gouvernement libanais dans l’exploitation et la commercialisation des probables futurs gisements sous- marins du pays du Cèdre.

Un seul acteur régional prend ombrage de cette nouvelle donne : la Turquie, qui voit Chypre pendre place sur le marché international du gaz et prétend toujours au mépris du droit,  c’est-à-dire au nom de l’occupation illégale depuis 1974 de Chypre Nord, prendre sa part dans la future production sous-marine chypriote,  et qui manifeste par des actes militaires belliqueux son opposition aux projets de  collaboration de Chypre et de l’Égypte. L’UE va-t-elle une nouvelle fois laisser Chypre, état membre, être maltraitée par la Turquie dominatrice ?

De son côté, l’Égypte – qui ne se laisse pas impressionner par les rodomontades d’Erdogan – et sa marine, avec à sa tête son navire amiral le fameux BPC MISTRAL construit à Saint-Nazaire pour la Russie, qu’elle a racheté dans d’excellentes conditions, a pris position autour des installations de surface de Zohr.

Dernier changement sur la scène énergétique régionale : l’Irak et l’Égypte viennent de signer un accord qui prévoit la construction d’un oléoduc permettant,  via la Jordanie, la fourniture régulière de pétrole irakien à l’Égypte, avec, là encore, la possibilité pour ce pétrole d’accéder également au marché international, directement par un port égyptien sur la Méditerranée. Il s’agit donc d’un véritable désenclavement de l’Irak et d’un basculement de la géopolitique énergétique régionale au profit des pays arabes riverains de la Méditerranée, au détriment des monarchies réactionnaires du Golfe.

 

9. SUN TZU - Copie JPG.jpg

Ce document  montre l’emplacement des différents gisements et des deux stations de liquéfaction de gaz existantes en Égypte  (carte à gauche) et le passage (graphique de droite) de l’Égypte de la position d’exportateur de GNL en 2014 à la position d’importateur dont elle va à nouveau sortir en 2018.

 

Voir aussi (en anglais) :  http://tekmormonitor.blogspot.be/

Oil and Gas Developments in the Eastern Mediterranean

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

 

Par ailleurs :

Montée des tensions autour du gaz en Méditerranée

Joe Macaron – Réseau International5 mars 2018

 

10. Montée des tensions.jpg

 

Israël face au Liban, la Turquie face à Chypre

La découverte d’importants gisements de gaz en Méditerranée orientale aurait pu être une chance pour le développement de la région. Au contraire, elle se transforme en nouveau sujet de conflits, entre Israël et le Liban, entre la Turquie et Chypre.

Depuis quelques semaines, le gaz naturel est source de nombreuses tensions en Méditerranée orientale : le bloc 9 de gaz naturel disputé entre Israël et le Liban est devenu l’objet de menaces entre les deux pays. Et la Turquie a bloqué un navire italien lançant des opérations de forage dans le bloc 3 disputé entre les Grecs et les Turcs chypriotes. Ces tensions illustrent l’évolution du paysage stratégique de la Méditerranée orientale depuis 2009. Les calculs géopolitiques et économiques causés par la découverte du gaz façonnent de nouvelles alliances et raniment les vieilles inimitiés. Les acteurs impliqués dans ces calculs rivalisent pour régler leurs différends maritimes et identifier la meilleure route pour exporter leur gaz vers l’Europe. Avec moins de 2 % des réserves mondiales, le bassin du Levant ne figure pas parmi les grands groupes d’exportateurs de gaz naturel. Cependant, la découverte de gaz en Méditerranée constitue un facteur de changement dans la géopolitique mondiale en raison de son emplacement stratégique. Les compagnies gazières françaises, italiennes, américaines et russes figurent parmi les principaux investisseurs dans les trois principales étapes de l’exploration, de la production et de l’exportation du gaz méditerranéen. Ce parapluie international permet d’assurer une certaine stabilité en Méditerranée, mais il est loin de garantir une exploration pacifique et ordonnée.

L’Autorité palestinienne privée de ses ressources offshore

 

Lire la suite…

Source : https://reseauinternational.net/montee-des-tensions-autou...

2. DangerousTimes x.GIF

 

LIBAN

 

Hassan Nasrallah sur la guerre du pétrole et du gaz qui fait rage

 

Hassan Nasrallah : comme la Syrie, le Liban doit riposter aux violations israéliennes

 

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2018, à l'occasion de la commémoration des dirigeants martyrs du Hezbollah (Cheikh Ragheb Harb, Sayed Abbas Mousawi, Hajj Imad Moghniyeh)

 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/

 

 

Transcription :

[..] En ce qui concerne les violations quotidiennes de l'espace aérien libanais (par Israël), n'est-ce pas à l'État libanais (d'y faire face) ? Il n'est pas convenable, comme je l'ai remarqué durant les 2 ou 3 dernières semaines, que les déclarations libanaises officielles ne parlent que (des violations israéliennes) sur le territoire et la mer. En tant qu'État libanais, n'avons-nous pas un espace aérien ? Nous n'avons pas d'espace aérien ? Avons-nous renoncé à notre espace aérien et signé une reddition complète sur notre souveraineté là-haut, notre souveraineté aérienne, pour ne pas dire notre souveraineté céleste ? Eh bien, qu'en est-il de cette question ?

Notre espace aérien est continuellement violé, sans aucune gêne, chaque jour, chaque heure, et des attaques sont menées contre la Syrie et d'autres pays voisins depuis notre espace aérien. Que doit-on faire face à cela ? Nous ne disons pas là qu'il faut... Pour que personne ne dise que le Sayed [Nasrallah] veut nous embourber dans la guerre en Syrie. Vous voyez bien que la Syrie se défend, elle. 

Je vais dire deux mots sur ce qui s'est passé la semaine dernière. La Syrie est capable de se défendre (toute seule). Ce qui s'est passé la semaine dernière est bien sûr un très grand exploit militaire (presque) inédit. Et en toute certitude, l'après ne sera pas comme l'avant (l'équation a changé radicalement). Et en toute certitude, à tout le moins, si on considère l'importance de cet événement de la manière la plus modeste, en ce qui concerne Israël, il ne peut plus tout se permettre sans inquiétude, exactement comme pour ce qui s'est passé (pour sa flotte) le jour où nous avons frappé (la corvette israélienne) durant la (guerre de) juillet (2006). Depuis ce jour, Israël fait très attention, et calcule au mètre près où ses navires peuvent s'approcher, où ils doivent s'éloigner, par où ils doivent passer dans leurs allées et venues, etc.

En ce qui concerne les mouvements aériens, en toute certitude, cela aura une influence très importante sur les déplacements de la force aérienne israélienne. Les Israéliens eux-mêmes le reconnaissent. Ce n'est pas là mon propos. Je ne vais pas m'étendre sur les causes de cet événement, ses conséquences pour la Résistance et l'Axe de la Résistance, pour les luttes dans la région, etc. Non. Dans le sillage de mon propos initial, je veux dire que les dirigeants syriens, et ce depuis longtemps, depuis qu'ils sont largement rassurés quant à la situation interne, ils ont pris une décision : tout avion de guerre israélien qui pénètre dans l'espace aérien syrien doit être (systématiquement) pris pour cible par les défenses anti-aériennes. Il n'y a (lieu à) aucune discussion. Et même si des missiles sont lancés sur le territoire syrien (depuis Israël ou le Liban), les défenses anti-aériennes doivent riposter. Et cette décision est appliquée depuis plusieurs mois, mais ce qui s'est passé la semaine dernière, c'est que la confrontation était (particulièrement) âpre, et que Dieu le Très-Haut et l'Exalté a affermi et accordé le succès aux tirs (anti-aériens). « Lorsque tu as lancé [une poignée de sable en direction de tes ennemis, ô Prophète], ce n'était pas toi mais Dieu qui lançait. » [Coran, 8, 17]

Eh bien, ce que je veux dire ici, après les falsifications qu'on a pu entendre depuis une semaine,– car vous savez que depuis des années, il y a un processus de dénigrement visant à rabaisser tout ce qui est syrien –, (falsifications selon lesquelles) la cause de cet affrontement et de cette escalade ayant mené à abattre l'avion israélien serait une décision iranienne, (ou) une décision russe : mais ce sont des propos vides de sens. La décision de riposter aux avions et aux missiles israéliens dans le ciel syrien est une décision syrienne, une décision des dirigeants syriens, une décision de Son Eminence le Président Bachar al-Assad, et personne d'autre. Les alliés de la Syrie (Iran, Russie, Hezbollah) ont seulement été informés de cette décision générale (sur tout le territoire syrien). Eh bien, (voilà pour) cette décision.

Quant à sa mise en œuvre, du fait de la campagne de discrédit lancée contre l'armée syrienne, les armées arabes, les Arabes eux-mêmes, et que sais-je encore, qui aurait abattu l'avion (à en croire ces propagandistes) ? Qui se serait tenu aux commandes des défenses anti-aériennes et aurait abattu l'avion ? Les Iraniens ! Non, les Russes ! Puis (ces falsifications) se sont amoindries, et (on a prétendu que) c'est le Hezbollah. Non, mes chers. Ceux qui ont abattu l'avion et qui se tenaient aux commandes des défenses anti-aériennes en Syrie sont des officiers et des soldats de l'Armée Arabe Syrienne héroïque. 

Et durant ces 7 dernières années, nous nous sommes mêlés à eux bien plus que lorsqu'ils étaient au Liban (1976-2005). Lorsqu'ils étaient au Liban, nous n'étions pas très amis... Nous nous sommes mêlés davantage à eux, et nous avons trouvé chez les officiers et les soldats de l'Armée Arabe Syrienne un niveau de connaissance, de savoir-faire, d'expertise, d'intelligence, de courage et de précision qui les place à un très haut niveau. Pourquoi ce dénigrement, pourquoi ces calomnies dans la description d'une vérité dont nous devons tous être fiers, qu'on soit en accord ou en désaccord avec le régime syrien ? Partout dans le monde arabe et musulman, tous doivent être fiers de cet acte héroïque accompli par l'Armée Arabe Syrienne et ses défenses anti-aériennes après une décision de ses (propres) dirigeants. Cela doit être un objet de fierté. Bien sûr, nous adressons nos félicitations (à la Syrie) et nous exprimons notre fierté et notre joie face à cette intelligence, cet exploit et cet acte héroïque.

Revenons à nous (le Liban) : ces violations (israéliennes) permanentes, jusqu'à quand vont-elles durer ? Lorsque (le Secrétaire d'État américain Rex) Tillerson est venu il y a quelques jours, ou plutôt hier, et avant lui (son adjoint David) Satterfield, peut-être que certains – pas nous, évidemment, jamais de la vie – s'attendaient ou supposaient que les Américains venaient dire aux responsables libanais qu'ils étaient avec eux et à leurs côtés, qu'ils empêcheraient Israël de mettre à feu et à sang la situation sécuritaire au Liban, et ne permettraient pas à Israël de violer notre souveraineté, qu'ils accorderaient au Liban ses droits sur les eaux (territoriales libanaises), etc. Mais voyez donc ce que fait réellement le Pentagone. Combien a-t-il (récemment) demandé pour Israël ? Je ne sais pas si cela a été octroyé ou pas encore. Ils ont demandé une aide – militaire, car il s'agit du Pentagone – de 3,3 milliards de dollars pour Israël. Je peux me tromper sur les 300 millions de dollars (3 milliards 300 millions), disons donc seulement 3 milliards de dollars, sans les 300 millions, en aide militaire pour Israël.

Quant à l'armée libanaise, les États-Unis l'aident, la soutiennent et la soutiendront (censément) à hauteur de combien ? 40 millions de dollars. 50 millions de dollars. O mon frère, disons même 100 millions de dollars. 150 millions de dollars. De qui se moque-ton ? Les États-Unis donnent à Israël leur plus important avion militaire stratégique (le F-35), et quant au Liban, ce n'est pas qu'on ne lui donne pas d'avions, on ne lui donne même pas de défense anti-aérienne pour se défendre et protéger sa souveraineté.

Quoi qu'il en soit, ce que je dis ici est qu'à ce stade, en ce qui concerne Israël, je ne pense pas que quiconque au Liban se dispute (encore). En 1982, entre le Hezbollah, le mouvement Amal, les mouvements politiques, les partis nationalistes et islamistes, beaucoup de voix s'élevaient et se disputaient sur la question de savoir si Israël était un ennemi ou non, avait des ambitions (territoriales) au Liban ou non. Mais aujourd'hui, c'est terminé. Aujourd'hui, après ce qui s'est passé et se passe encore (Israël prétend s'accaparer des gisements de pétrole et de gaz dans les eaux territoriales libanaises), y a-t-il un Libanais qui dispute les ambitions israéliennes au Liban ? Non. Je ne pense pas que quiconque remette cela en cause. Y a-t-il quelqu'un qui dispute le fait que sur la base de ces ambitions, il y a des menaces israéliennes contre le Liban ? Je considère que personne ne le remet en cause. Par Dieu, cela n'a rien à voir avec les armes du Hezbollah (dénoncées par l'alliance libanaise du 14 mars, opposée à l'alliance du 8 mars dont fait partie le Hezbollah). Au lieu de remédier aux causes, les États-Unis prétendent remédier aux conséquences. Eh bien, pour faire face à ces ambitions et à ces menaces, nous avons un point de force (le Hezbollah), et ils s'efforcent d'en priver le Liban.

Quoi qu'il en soit, sur cette question, de manière générale, nous devons rester vigilants et attentifs. Je ne dis pas que nous nous dirigeons vers une guerre comme le prétendent certains médias, analystes et déclarations. Pour ce qui est de (la possibilité d'une) guerre, je répète ce que j'ai toujours dit dans mes précédents discours : elle dépend de facteurs multiples. Bien sûr, cela ne veut pas dire que si Israël affirme ne pas vouloir la guerre, il faille nécessairement le croire sur parole. Peut-être qu'il veut la guerre, peut-être qu'il ne la veut pas. La seule chose qui empêche Israël d'entrer en guerre est son absence de certitude de la gagner. Et c'est là l'équation que nous ont léguée nos dirigeants martyrs (commémorés aujourd'hui). [...]

 

Intégralité du discours en anglais :

1re Partie : http://sayed7asan.blogspot.be/2018/03/hassan-nasrallah-ab...

2e Partie : http://sayed7asan.blogspot.fr/2018/03/hassan-nasrallah-ab...

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Cela allait sans dire, mais mieux encore en le disant :

 

SYRIE

 

Nouvelle donne stratégique totale sur fond de désastre militaire israélien

 

1re Partie


 

2me Partie :


 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Damas déterminé à en finir avec la Ghouta orientale pour faire face à l’invasion de forces étrangères 

Strategika51 4 mars 2018

 

Le sort de la Ghouta orientale semble scellé. 

Outre la percée réalisée par l’Armée syrienne à l’est et au Sud-est, les redoutables renseignements de l’Armée de l’air syrienne ont réussi à noyauter des groupes armés à Douma, la localité la plus mal famée de la Ghouta et fief historique de la pègre syrienne. 

Les combats au sol sont acharnés et pour l’instant les chars syriens semblent avoir adopté une nouvelle tactique pour échapper aux missiles antichar Tow des rebelles. 

Le président Assad est déterminé à en finir avec le cauchemar que constituait cette poche rebelle près de la capitale pour passer à des choses « sérieuses » : faire face à l’invasion des forces  turques et américaines au Nord et se tenir prêt à croiser le fer avec Israël au Liban. 

Source : https://strategika51.wordpress.com/2018/03/04/damas-deter...

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Entre cécité européenne, acharnement US, rage russe, détermination syrienne, le Grand Jeu bat son plein

Strategika51 – 5 mars 2018 

 

10 bis. Grand jeu.jpeg

 

L’incapacité des dirigeants Européens comme la chancelière d’Allemagne, Angela Merkel, ou le président français Emmanuel Macron, à comprendre les réalités du Proche et Moyen-Orient laisse parfois pantois. 

En demandant aux Russes et aux Iraniens d’user de leurs influence pour faire fléchir Damas, ces deux dirigeants trahissent non seulement leur vassalité affichée à l’empire (l’Allemagne suite à une défaite militaire cataclysmique ; la France par soumission volontaire) mais démontrent leur méconnaissance de la réalité des affinités entre des pays aussi divers que la Fédération de Russie, la République Islamique d’Iran et la République Arabe de Syrie.  

Autant l’énoncer tout de suite : l’influence de Moscou et de Téhéran sur Damas est limitée car le pouvoir National & Socialiste Arabe spécifique à Damas est animé d’une idéologie et d’un agenda politique propres dont les objectifs ne coïncident ni avec ceux de Moscou ni encore avec ceux de Téhéran, pays avec lesquels la Syrie a noué une solide alliance stratégique. 

Ce qui unit Damas à Moscou et Téhéran est la nécessité absolue de mettre en échec l’hégémonie US au Moyen-Orient et, par ce fait, de démanteler le monde unipolaire apparu au lendemain de la chute de l’ex-URSS. 

Les dirigeants des plus grands pays d’Europe (Allemagne, France, Royaume-Uni) sont prompts à mépriser le pouvoir syrien mais force est de constater que ce dernier dispose de stratèges capables et d’une redoutable capacité à riposter. 

Demandez donc aux hommes politiques libanais, toutes tendances confondues ce qu’il en coûtait de s’aliéner Damas durant la guerre civile libanaise de 1975-1990 ou encore sur les coups terribles infligés par les renseignements syriens aux services spéciaux US et français dans la région entre 1982 et 1994.  

Le fond du problème est qu’après la terreur quasi-religieuse qu’inspirait Hafez Al-Assad à ses innombrables ennemis (Arabie Saoudite et ses alliés, États-Unis, France, Israël, Irak, Jordanie, Royaume-Uni, Turquie), l’avènement de son fils jeune et inexpérimenté fut interprété comme une occasion unique et inespérée pour détruire par tous les moyens possibles le régime syrien. 

Bush junior avait sérieusement tenté de diriger le feu des corps expéditionnaires US qui venaient de renverser le régime irakien à Baghdad en avril 2003 vers Damas mais des calculs géostratégiques incertains mettant en péril la Maison des Saouds et les enfants de Rothschild à Tel-Aviv avaient sinon annulé du moins reporté ce projet insensé. 

En 2004, la Syrie fournit une assistance logistique à des factions de la résistance irakienne à l’occupation US en Irak. Les affrontements entre militaires US et Syriens aux confins syro-irakiens n’étaient pas rares. L’une de ses confrontations est survenue après la fuite de combattants irakiens en territoire syrien. Poursuivi par des unités des Marines, les miliciens irakiens avaient cherché refuge chez les militaires syriens. Un combat d’une extrême violence entre forces syriennes et US s’en était suivi. Plus de 58 soldats syriens y perdirent la vie mais, depuis lors, plus aucun militaire US n’osa franchir la frontière.  

Bachar Al-Assad a été gravement sous-estimé. Il n’est pas le seul qui gouverne la Syrie mais représente un collège militaro-politique disposant d’un noyau dur très déterminé, dont l’idéologie est profondément anti-sioniste et anti-impérialiste. C’est la raison pour laquelle les ennemis occidentaux et arabes veulent se débarrasser de ce régime, quel que soit le prix à payer. La survie du pouvoir syrien signifie qu’il rendra ce que ses ennemis lui ont infligé, coup pour coup. Les syriens sont réputés pour leur capacité à infliger des représailles longuement étalées dans le temps. 

Moscou et Téhéran poursuivent chacun des objectifs stratégiques distincts mais convergents. 

Le ciblage de la Syrie est le prélude à un assaut sur l’Iran. Une fois l’Iran détruit, c’est toute l’Asie centrale qui s’embrasera pour préparer le démembrement de la Russie et de la Chine, étape sine qua non avant la destruction programmée de ces puissances pour assurer une hégémonie universelle totalitaire à l’empire. 

Cependant, le plan a commencé à s’enrayer en Libye avant de foirer en Syrie. Entretemps, on a fourni à la Corée du Nord la technologie militaire dont elle avait besoin pour se défendre dans une tentative de déplacer la pression militaire US vers le Pacifique. Ce qui fut accompli avec brio, en dépit d’une guerre économique et monétaire globale visant à abattre sinon ralentir les économies des puissances dites révisionnistes. 

Le monde est en guerre. Les dirigeants de certains pays européens et arabes sont déjà en dehors de l’histoire. 

Le Grand Jeu fait rage !   

 

Source : https://strategika51.wordpress.com/2018/03/05/entre-cecite-europeenne-acharnement-us-rage-russe-determination-syrienne-le-grand-jeu-bat-son-plein/

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Turquie en Belgique

2018 : N’ayant pu le capturer par la voie du droit…

Le régime turc passe aux méthodes illégales et veut maintenant la tête de Bahar Kimyongür

Le Clea – mars 2018

 

La tête de Bahar Kimyongür est mise à prix !

(214.000 €)

 

11. BAHAR 2.jpg

 


Bahar Kimyongür figure désormais sur la liste des « terroristes les plus recherchés » par la Turquie. Plus de 200.000 euros sont promis pour toute information menant à sa capture.

 

*
Voir ici l’article du quotidien Le Soir

(avec la liste des signataires de l’Appel aux Autorités)

« L’ignoble mise à prix de Bahar Kimyongur par la Turquie »

0. freccia nera piccola xx.GIF

http://plus.lesoir.be/143824/article/2018-03-07/lignoble-...

 

*

12 La-tete-de-bahar.jpg

Depuis près de 20 ans, avec le concours des autorités belges, l’État turc harcèle Bahar ; une chasse aux sorcières qui l’a déjà conduit en prison durant de longs mois.

Pourquoi un tel acharnement ?

BK, rien que les faits :

Bahar est belge. Il est né le 28 avril 1974 à Berchem-Sainte-Agathe.
Il n’est pas membre du DHKP-C.

Il n’appartient pas à une organisation terroriste, comme l’a confirmé la Justice belge en 2009.

En 2014, Interpol a également retiré la « notice rouge » le visant, liée à un mandat d’arrêt international délivré par la Turquie.

Le « crime » de Kimyongür ? Chaque jour, il use de sa liberté d’expression pour critiquer le régime d’Ankara...

Bahar porte plainte

En réaction à la chasse à l’homme dont il fait l’objet, Bahar a porté plainte le mardi 13… contre Erdogan.

Face à cette situation inacceptable, le CLEA a pris l'initiative de faire circuler un appel qui est désormais signé par des parlementaires belges et européens, des professeurs de différentes universités du pays, des responsables syndicaux et associatifs, des ouvriers, des artistes, des avocats, des citoyens de toutes conditions. Par ce biais, un riche panel de la société civile demande solennellement au gouvernement belge de protéger Bahar Kimyongür et d'être le garant de sa liberté d'expression.

Il va sans dire que cet appel constitue notre pièce maîtresse pour presser le gouvernement à se positionner dans cette affaire. Mais son impact, son succès ne dépend, en réalité, que de chacune et de chacun d'entre nous.

 Dès lors, lorsque, très prochainement, cet appel sera rendu public, et afin de créer un climat propice à une réaction du gouvernement, le CLEA vous encourage vivement à le répercuter de chez vous jusqu'à la rue de la Loi. De la sorte, vous poserez un geste concret en faveur de la liberté d'expression.

Ainsi, vous pouvez notamment :

- diffuser à vos connaissances et à vos amis l'e-mail qu'enverra dans les jours qui viennent le CLEA à propos de l'appel (ce courriel sera, très certainement, le plus important de l'année pour notre comité).

- Envoyer l'appel personnellement (en le signant à votre tour) à :

 

a) Didier Reynders, le ministre des affaires étrangères,

via e-mail à contact.reynders@diplobel.fed.be,

via son Facebook ( https://fr-fr.facebook.com/Didier-Reynders-66985740526/ )
et son compte Twitter (
https://twitter.com/dreynders )

 

b) Koen Geens, le ministre de la justice,

via e-mail à info.cabinet@just.fgov.be,

via son compte Facebook ( https://www.facebook.com/KoenGeensCDenV )

et Twitter ( https://twitter.com/koen_geens1?lang=fr )

 

c) Charles Michel, le Premier ministre,

via e-mail à charles.michel@premier.fed.be,

via Facebook ( https://fr-fr.facebook.com/CharlesMichel/ )

et via Twitter ( https://twitter.com/charlesmichel?lang=fr ).

 

Source : Le CLEA (Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association)

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Et Ali AARRASS ?

 

0. aliaarrasslatuf.jpg

Quand ces Messieurs-Dames les politiciens professionnels et prétendus représentants du peuple en auront fini avec Bahar, ils pourront peut-être se rappeler qu’Ali AARRASS pourrit toujours dans sa geôle marocaine (où Erdogan n’a rien à voir) et s’en occuper même, qui sait...

L.G .O.

Si vous ne savez pas qui est Ali AARRASS, cliquez ici :

0. freccia nera piccola xx.GIF

https://latuffcartoons.wordpress.com/2012/06/28/liberez-a...

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Allemagne en Turquie

 

Fringues sympas, boîte immonde : sponsor de foot se débarrasse des syndiqués

 

 

13. industriall.gifEn partenariat avec IndustriALL, représentant 50 millions de travailleurs dans 140 pays dans les secteurs de l'énergie, des mines et de l'industrie, une force de solidarité internationale en lutte pour de meilleurs droits et conditions de travail et d'emploi dans le monde entier.

 

L'entreprise allemande de vêtements Roy Robson a licencié onze adhérents syndicaux à son usine à Izmir, en Turquie.

La société est l'un des principaux sponsors des équipes de football de la Bundesliga, Werder Bremen et de VfL Wolfsburg. L'usine d'Izmir compte 600 ouvriers et ouvrières.

 

14. Roy Robson.jpg

 

Le syndicat du textile, Teksif, tente d'organiser depuis un certain temps mais dès que l’un d’entre eux se syndique, l’entreprise le licencie. Au total, onze syndicalistes ont été licenciés cette année. Le directeur refuse toute rencontre, sur le principe que l'entreprise ne discute jamais avec les syndicats.

Cette attitude antisyndicale est ironique, les fans de St Pauli se vantent de leur soutien aux politiques progressistes. St Pauli est célèbre dans toute l'Europe pour son sens de la responsabilité sociale.

IndustriALL lance une campagne en ligne demandant à Roy Robson de cesser ses tentatives d’empêcher ses employés de se syndiquer et d’engager un dialogue social avec leur syndicat.

Merci de prendre quelques secondes pour montrer votre solidarité en cliquant ce lien.

Source : https://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=...

 

 Roy Robson… que voilà un nom bien allemand !

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

 

LIVRE

 

15. POUTINE TROLLS.jpg

 

On ne peut pas dire qu’ils se sont cassés pour lui trouver une couverture originale, mais c’est le contenu qui compte…

 

Les éditions Apopsix viennent de publier la version française du dernier livre de Phil Butler : Les Prétoriens de Poutine

 

…sous un titre différent, suivant l’exquise habitude de l’édition française. Bien sûr, vous l’aurez compris, il s’agit des fameux « Trolls du Kremlin » dont il fut question ici en décembre dernier, sous la signature du Saker.

 

16. Agents de Poutine couv..jpg

 

 

Phil BUTLER

« Agents » de Poutine

Apopsix, 2018

292 pages

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

 Les agents du Kremlin ou, comme le dit aussi l'auteur, les « Trolls du Kremlin » présentés dans ce livre, sont des gens très différents les uns des autres, différents par leurs origines, leurs expériences professionnelles, leurs nationalités, leurs tempéraments et leurs motivations. Je suis sûr qu'aucun d'entre eux n'a décidé de devenir un « Trolls du Kremlin » ou même de se mêler de politique. Et pourtant, un jour, quelque chose de caché profondément en eux a craqué et ils se sont retrouvés au milieu d'un combat avec le plus puissant Empire de l'histoire du monde. Plus que l'amour de la Russie, ce que ces individus ont en commun, c'est l'amour de la vérité. Ils ont fait face un jour au « mensonge de trop » et c'est cela qui a provoqué ce mouvement de rébellion qui les anime tous. Vous découvrirez dans ce livre des choses que les médias français vous ont cachées... Ce livre est beaucoup plus grand que la Russie. C'est un livre à propos de ce qui fait de nous des êtres humains au meilleur sens du terme, une implacable détermination à résister au Mal et au Mensonge dans toutes leurs manifestations.

 

Présentation de Wayan, du Saker francophone :

Phil Butler est un auteur que nous connaissons bien au Saker Francophone puisque nous avons déjà traduit quatorze de ses articles.

Dans ce livre au titre provocateur, Butler nous propose de faire connaissance avec les fameux « trolls du Kremlin » ; « agents de Poutine » ou autres « rouges/bruns pro-russes » qui deviennent de plus en plus la bête noire des journalistes ou autres « experts » médiatiques politiquement corrects, mais moralement incorrects, des médias grand public.

Et la meilleure façon de bien connaître ces « empêcheurs de mentir en rond » est de leur laisser la parole. Ce livre est donc un recueil de textes de présentation autobiographique de typiques « trolls du Kremlin » déjà bien connus ou restés complètement dans l’ombre de l’anonymat, mais particulièrement actifs dans la sphère des réseaux sociaux, twitter en particulier, ou des blogs de contre-information. L’auteur commence donc par se présenter lui-même, puis va nous présenter l’un des plus réputés analystes ouvertement pro-russes, puisque russe lui-même, Andrei « The Saker », et continuer avec des acteurs plus ou moins connus mais non moins actifs comme Marcel Sardo, Patrick Armstrong, Graham Phillips, Marilyn Justice, Holger Eekhof, Chris Doyle, CODP Astronaute, Carmen Renieri ou Vanessa Beeley…

L’unité qui ressort de ce grand mélange de personnalités, de destinées et de situations personnelles est la lutte pour la vérité et la justice, face aux mensonges, à la propagande et à l’iniquité de pays qui ont, en plus, le culot de s’autoproclamer grands défenseurs des droits de l’homme, de la loi et de la liberté de la presse. Bien sûr, mais ça va mieux en le disant haut et fort, la majorité d’entre eux n’ont jamais mis les pieds à Saint-Pétersbourg, et encore moins dans « l’usine à trolls de Poutine » ni même reçu le moindre rouble de leur vie.

C’est donc un livre à lire pour se nourrir de l’expérience de ces résistants du XXIe siècle, balayer les derniers doutes à ce sujet, même si nos lecteurs n’en ont plus guère je pense, et surtout un livre à offrir à ceux qui ont encore du mal à ouvrir les yeux sur la triste réalité qu’est devenue la « démocratie occidentale ». Son titre, un brin provocateur, devrait attirer le genre de personnes ayant encore au fond d’eux la pensée racine que, décidément, on ne pourra jamais faire confiance à ces sales « Russkofs » ou que Poutine est un salaud de dictateur. Écouter parler ces fameux « pro-Poutine » pourrait bien leur ouvrir l’esprit sur un monde qu’ils ne soupçonnent même pas.

Traditionnellement, nous offrons à nos lecteurs une interview de l’auteur des livres que nous vous présentons. Mais ce livre n’étant qu’une série d’interviews, nous allons donc plutôt vous présenter une série d’extraits de ces interviews.

Et pour commencer, la virulente préface de Pepe Escobar  qui vous mettra tout de suite dans l’ambiance :

« J’ai toujours eu du mal à supporter les idiots, les simplets et les débiles légers. Quand vous avez roulé votre bosse dans le monde entier comme correspondant étranger pendant plus de trente ans, vous pensez que vous avez traversé tous les marécages possibles. Mais non, vous n’avez pas vu ce marais hystérique dans lequel on vous accuse vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept d’être un agent de Poutine. Donc, me voilà… J’étais un agent de Poutine avant même que la Russie ne sorte du permafrost et oui, je resterai un agent de Poutine même après être retombé en poussière.

Allez, vous faire voir ! »

Plus calme, Phil Butler, dans son auto-présentation :

Lire la suite…

Source : https://reseauinternational.net/phil-butler-agents-de-pou...

Source d’origine : http://lesakerfrancophone.fr/phil-butler-agents-de-poutine

 

17. Trolls.jpg

 

Plus d’excuses pour ne pas l’acheter !

Il coûte 20 €.

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

 

Mis en ligne le 7 mars 2018

 

17. freccia nera grande.gif

 

 

19:35 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

QUELLE ESPÈCE D'ANIMAL SOMMES-NOUS ? - II

1. Bateau GAZ Méditerranée.jpg

18. freccia nera grande x.GIF

Dernière minute

Sur

Le blog de La Pensée Libre

Trois textes qui viennent de paraître - avec nos excuses pour les erreurs et/ou coquilles éventuelles

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

N° 140 : Une Pologne rouge - A partir de la lecture de l'organe du Comité Révolutionnaire provisoire de Pologne d'Août 1920

Il y a une centaine d’année, en février 1919, commençait la guerre polono-soviétique qui allait constituer un des moments fondateurs à la fois de l’État polonais de l’entre-deux-guerres, de l’État soviétique multinational et de la Russie soviétique renouant avec une partie de son héritage russe. Affrontements donc de l’internationalisme et du nationalisme, et affrontement du patriotisme russe avec le nationalisme polonais, tous deux galvanisés par la conquête de Kiev par l’armée polonaise en juin 1920 puis la contre-attaque soviétique vers Varsovie. Affrontements à remettre dans leur contexte international d’une guerre d’intervention directe ou par Etats nationaux interposés de la part des puissances capitalistes occidentales opposées à la jeune démocratie des soviets.

Cette guerre fut donc aussi pour les Polonais une guerre civile entre partisans d’une Pologne rouge recrutant tant en Pologne même que parmi la masse des déportés polonais de 1915 en Russie et partisans d’une Pologne se voulant totalement indépendante mais traditionnelle pour les uns ou socialisante pour d’autres mais en rupture avec le monde russe pour s’allier avec des puissances démocratiques bourgeoises de l’Ouest victorieuses en 1918 et qui allaient la laisser tomber en septembre 1939. Une guerre oubliée en Occident et qui mérite d’être rappelée en ces années de centenaire des dix jours qui ébranlèrent le monde.

La Rédaction

Une Pologne rouge

À partir de la lecture de l’organe du Comité révolutionnaire provisoire de Pologne d’août 1920

Bruno Drweski  – 4 Mars 2018

 

19. Pologne socialiste.jpg

 

Alors qu’un mur d’hostilité a régné de 1918 à 1921 entre l’État polonais renaissant et les Russes blancs pro-tsaristes ainsi qu’avec la Lituanie ethnique indépendante et les nationalistes ukrainiens de Galicie orientale, l’essentiel des combats de cette période se déroula cependant entre l’Armée rouge et l’Armée polonaise appelée par les bolcheviks « Armée polonaise blanche » car on trouvait des partisans polonais de la révolution d’Octobre luttant également aux côtés des bolcheviks. Nous allons décrire dans cet article la participation de Polonais à l’institution mise en place par les bolcheviks en Pologne en 1920 au travers de l’analyse des articles du quotidien « le Courrier rouge » (Goniec Czerwony) numérisé par la Bibliothèque numérique de Podlachie (Podlaska biblioteka Cyfrowa) de Bialystok 1 et qui parut comme organe du Comité révolutionnaire provisoire de Pologne (TKRP) du 7 août 1920 au 19 août 1920, soit 12 numéros édités pendant la courte période où l’on tenta d’instaurer en Pologne le pouvoir des conseils dans la foulée de l’entrée dans le pays de l’Armée rouge. Le TKRP a siégé à Bialystok au moment de l’offensive de l’armée rouge sur Varsovie qui se termina par un échec militaire.

Je n’aborderai pas ici la question des Polonais intégrés dans l’Armée rouge à titre individuel ou dans le cadre du « Régiment rouge révolutionnaire varsovien » intégré à la 1ère brigade de la Division occidentale des tirailleurs de l’Armée rouge et commandé par Stefan Zbikowski. Ni les activités clandestines du Parti communiste ouvrier de Pologne dans les territoires restés aux mains de la Seconde République polonaise née en novembre 1918, pas plus que celles des communistes polonais restés à ce moment-là en Russie, dans d’autres républiques soviétiques à l’époque ou à l’étranger. Je me concentrerai sur les articles du Goniec Czerwony qui était donc l’organe d’une institution ayant une mission provisoire : mettre en place une administration polonaise communiste dans les territoires reconnus comme polonais par la Russie soviétique, dans l’attente de l’élection de conseils ouvriers, paysans et soldats polonais aptes à proclamer une République polonaise des conseils. Chose qui évidemment ne vit jamais le jour tant la période soviétique fut de courte durée en Pologne, ce qui n’enlève rien à l’intérêt que l’on doit porter sur les articles du Goniec Czerwony qui nous permettent de percevoir l’état d’esprit, les espoirs mais aussi parfois les contradictions qui semblent s’être développées au sein de la petite élite de ce qu’aurait été une Pologne rouge si la bataille sur la Vistule s’était déroulée autrement. Et qui différait fortement des autres Polognes rouges qui allaient voir le jour plus tard, celle des deux régions autonomes polonaises dans la Biélorussie et l’Ukraine soviétiques des années 1920, puis la Pologne populaire qui allait naître en 19442. On peut d’ailleurs considérer que les échecs des bolcheviks et du TKRP en Pologne au cours de l’été 1920 expliquent en partie pourquoi les autres tentatives communistes polonaises seront différentes de la première, ce qui rend la lecture du Goniec Czerwony utile.

J’ai sélectionné ici plusieurs questions qui apparaissent au fil des pages et qui aident à comprendre qui a agi, pourquoi et comment on voulait voir une Pologne associée à la Russie soviétique et surtout partie prenante d’une Europe rouge que les communistes polonais croyaient alors à portée de mains. On peut déceler chez ces communistes polonais d’alors à la fois quelques tendances patriotiques plus autonomes par rapport au modèle russe, et aussi des convergences avec une révolution allemande fortement attendue. Par exemple, lorsqu’il mentionne l’ancienne capitale des tsars, le Goniec Czerwony n’utilise étonnamment pas le terme officiel de l’époque depuis 1914 de Piotrogrod (Petrograd en russe) mais toujours et encore celui, allemand, de Petersburg. Ce qui est étonnant et pourrait témoigner de ce qu’on pourrait appeler un marxisme « occidentaliste » persistant au sein des Polonais qui se sentaient certes solidaires de la révolution bolchevique mais qui pouvaient se considérer néanmoins comme plus « occidentaux » que les Russes, bolcheviks ou pas, pour ne pas dire plus « civilisés ». Chose que Lénine avait lui-même remarqué à plusieurs reprises et envers quoi il manifestait plutôt une certaine sympathie tant il critiquait le caractère parfois « retardataire » de la société et des mentalités en Russie. La suite des événements allaient toutefois prouver que les communistes polonais furent rarement à la hauteur de leurs ambitions.

Avant d’analyser les différents sujets abordés dans le journal, mentionnons que, hormis son nom, son en-tête est marqué par la devise habituelle « Prolétaires de tous les pays, Unissez vous ! » mais aussi par un appel répété allant du numéro 1 au numéro 8 : « Vive la République socialiste des conseils de Pologne ! Vive l’héroïque Armée rouge ! », remplacé à partir du numéro 9 jusqu’au dernier numéro 12 par un appel visiblement plus pressant : « Aux Armes, ouvriers polonais ! Rejoignez les détachements de l’Armée rouge ! »

La question de la légitimité du Comité Révolutionnaire provisoire de Pologne (TKRP)

Nous ne poserons pas ici la question de la légalité du TKRP dans la mesure où, se proclamant lui-même comme une institution révolutionnaire, il rejetait ipso facto tout légalisme et ne justifiait son existence uniquement que sur la base d’une légitimité révolutionnaire s’appuyant par principe sur la représentation décrétée et l’adhésion éventuelle des travailleurs salariés, ouvriers et ouvriers agricoles associés aux paysans et aux petits artisans, commerçants, professions libérales et fonctionnaires dans la mesure où ces derniers n’employaient pas eux-mêmes de salariés. Les autres catégories sociales étaient par principe à cette époque de la révolution bolchevique exclues de la vie politique soviétique. On remarquera néanmoins qu’une attitude ambiguë transparait au regard des articles concernant les dignitaires religieux dont on accepte en principe l’existence, dans la mesure où les croyants acceptent de financer « leurs devoirs religieux », terme qui sonne bizarrement de la part de marxistes.

1 – Les causes de la guerre selon le Goniec Czerwony

Le TKRP sous la présidence de Julian Marchlewski et ayant pour membres Feliks Dzierzynski, Jakub Harecki (vice-président), Edward Prochniak (secrétaire), Feliks Kon (éducation), Jozef Unszlicht (question du Parti et de la sécurité), Bernard Zaks (industrie), Stanislaw Bobinski (agriculture), Tadeusz Radwanski (agitation et propagande), se proclama représentation du peuple polonais travailleur des villes et des campagnes en rébellion contre le gouvernement polonais de Varsovie dirigé par Jozef Pilsudski et dénoncé comme un « traitre au socialisme » dans les pages du quotidien, passé du service aux Allemands aux ordres de la Grande-Bretagne et de la France. L’État polonais y est présenté comme le « gendarme du capitalisme » dirigeant une « armée d’agression polonaise » opposée à une Armée rouge « libérant la Pologne du joug franco-anglais ». Tous les dirigeants polonais de l’époque sans exception, Pilsudski, Witos, Grabski, Paderewski, Daszynski, etc y sont désignés sous le terme de bande d’escrocs, « Zgraja szajchrajow ». Dans l’article « Qui est responsable » (« Kto Winien ? »), paru dans le n°2 et portant sur les responsabilités dans cette guerre, on accuse Varsovie d’avoir attaqué la Lituanie et la Biélorussie qui ne sont pas des terres polonaises dans le but d’y maintenir la domination de la noblesse polonaise, pays que les Soviétiques n’ont pu défendre en 1919 à cause des attaques les visant sur d’autres fronts. A cette époque, la Russie soviétique avait offert, selon l’auteur de l’article, la paix à la Pologne à de bonnes conditions mais Varsovie avait refusé et même fait le silence sur ces propositions auprès de l’opinion polonaise. Ce n’est que quand la Russie a conclu la paix avec l’Estonie que cela aurait forcé Varsovie à accepter des négociations, en mars 1920, interrompues ensuite par l’agression polonaise visant Kiev dont les conséquences ont, en réaction, amené à la guerre actuelle sur le territoire polonais. Le journal mentionnait d’ailleurs que la Lettonie alliée de la Pologne dans la première phase de la guerre venait de conclure la paix avec la Russie soviétique, ce qui prouvait selon les auteurs la bonne volonté de Moscou. L’Entente de son côté, se déclare neutre mais les auteurs du journal considèrent que le gouvernement anglais joue avec le feu et a même fait à la Pologne depuis l’offensive soviétique vers Varsovie des propositions moins bonnes que ce qu’offrent les Bolcheviks, puisque même la ville et le territoire de Chelm auraient été proposés à la Russie par Londres3.

2 - Révolution en Pologne et révolution internationale

Les articles du journal abordent de façon récurrente la question de « la Pologne révolutionnaire et de la révolution européenne », de très nombreux pays où se déroulent des manifestations, des grèves ou des rébellions sont cités, France, Allemagne, Japon, Estonie, Italie, Angleterre, Bulgarie, Chili. La Turquie kémaliste également est citée comme alliée de la Russie soviétique. La paix signée entre la Russie et l’Autriche est censée démontrer que le gouvernement de Varsovie est de plus en plus isolé en même temps que des désertions, des grèves et des manifestations antigouvernementales se déroulent à Lodz et à Varsovie. Hormis Pilsudski, les mots les plus durs dans les pages du journal visent le paysan Witos « fricoteur du parlement viennois », (« Macher Wiedenskiego parlamentu »), et le socialiste Daszynski accusé d’avoir été le promoteur de l’expédition de Kiev, ce qui démontre que les communistes polonais visaient surtout à conquérir l’opinion de gauche en délégitimant leurs concurrents directs, plutôt que les partis polonais de droite qui sont rarement mentionnés.

Au fil des pages, on énumère les tentatives de création de nouvelles institutions dont les fonctions sont parfois définies peu clairement, comités révolutionnaires, cercles du Parti communiste, comités d’usines, « komitety parobczanskie » (comités de serviteurs de domaine). Aucun conseil ouvrier n’eut le temps d’être élu dans les territoires aux mains de l’armée rouge pendant le bref épisode de parution du journal. Peu d’informations en revanche sur le système installé en Russie si l’on compare avec la place occupée par les activités révolutionnaires décrites ailleurs dans le monde, ce qui pourrait laisser penser que les communistes polonais n’éprouvaient peut-être pas forcément beaucoup d’admiration pour les activités de leurs camarades en Russie, chose a priori peu étonnante quand on a en tête les nombreuses critiques émises par Lénine lui-même sur le retard de la société russe et de beaucoup de militants communistes russes4. Les communistes polonais comme leurs camarades russes d’ailleurs semblent surtout miser sur les communistes et syndicalistes allemands qui empêchent l’approvisionnement de l’armée de Varsovie et qui auraient même bloqué en Silésie des troupes de tchéco-slovaques devant se rendre en Pologne après leur retour de la guerre civile russe où elles avaient été commandées par l’amiral Koltchak annonce le journal.

3 – Organisation des structures révolutionnaires

L’organisation du KPRP concentre, comme on pouvait s’y attendre, l’attention des dirigeants du TKRP, la réunion des membres du Parti de Bialystok qui allait être présidée par Feliks Kon est annoncée avec présence obligatoire de tous ses membres. Plus tard, il est annoncé dans le journal que les communistes devront obligatoirement participer à toutes les manifestations, réunions et rencontres, et se faire enregistrer à cet effet.

Simultanément à l’organisation du Parti, des comités révolutionnaires sont mis en place dans les différentes localités prises par l’armée rouge, c’est ainsi qu’on note la participation comme un des membres du Comité révolutionnaire de Wysokie Mazowieckie de Marceli Nowotko qu’on retrouvera plus tard à la tête des communistes polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, après la fondation du Parti ouvrier polonais (PPR) en 1942 sur les ruines du Parti communiste de Pologne (KPP) dissous par le Komintern en 1938. Notons toutefois que ce comité compte parmi ses membres des personnes dont les noms ne semblent pas d’origine locale mais plutôt russes comme Pietrow ou Filipow. Le comité révolutionnaire de la ville de Lomza annonce de son côté une série de mesures : remise en marche des usines, création de comités d’usine, mobilisation pour le combat et le travail, pour faire face au manque de réserves de nourritures détruites selon le journal par l’armée polonaise en fuite. Pour contrer les effets de la destruction des ponts par cette armée et le manque d’approvisionnement, l’armée rouge va moudre du blé. Le journal annonce qu’il faut construire le pouvoir ouvrier et paysan sans attendre l’arrivée de camarades expérimentés et qu’il faut aussi communiquer la liste de tous les membres des syndicats. Il donne également des instructions comment créer des conseils et comment ceux-ci devront fonctionner. Dans le 11e numéro, il est annoncé que, sans attendre les décisions sur les frontières, l’Obwod (arrondissement) de Bialystok prend en main la gestion des districts de Suwalki, Bialystok, Bielsk, Sokolka et Wysokie mazowieckie avec comme président Waclaw Bogucki. Les limites de l’arrondissement, des districts (« powiat ») et des communes resteront les mêmes qu’auparavant mais le nom polonais traditionnel de Voïévodie jugé trop nobiliaire est remplacé par le terme d’Obwod (arrondissement). Pour les zones proches du front, le journal annonce la création de comités militaires révolutionnaires de l’armée rouge qui vont gérer les territoires jusqu’à la formation de comités révolutionnaires qui devront procéder aux élections des conseils de délégués ouvriers et ruraux (« wloscianskie »). Feliks Dzierzynski, le chef de la Tchéka en Russie mais plus tard aussi commissaire du peuple au transports, fut alors nommé membre du Conseil militaire révolutionnaire du front occidental.

Toutes les associations existantes reçoivent la consigne de s’enregistrer auprès des comités révolutionnaires locaux et les syndicats doivent procéder à l’enregistrement de tous leurs membres tandis que les enseignants de musique et les instruments de musique doivent aussi être enregistrés. Pour ce qui est des futures élections, le journal conseille bien sûr de voter pour des communistes mais de ne pas faire son choix en fonction de la nationalité des candidats. Le journal annonce enfin que le 31 juillet, le Comité régional de Bialystok du PPS (Parti socialiste polonais) a voté sa dissolution et que tous ses membres ont adhéré au Parti communiste ouvrier de Pologne (KPRP), son président Biernacki, son secrétaire Noskiewicz et les 19 membres du comité dont les noms sont tous cités. Cette information reste à vérifier mais elle vise en tous cas à démontrer que les concurrents à gauche du KPRP tendent à se déliter à partir de la base. D’ailleurs, le journal annonce aussi que des membres du PPS de Varsovie se rebellent contre la direction de leur Parti, à commencer par le secrétaire de son organisation municipale, tandis que des soldats polonais désertent. Parmi les slogans « Courre à cent mille lieux du pouvoirs ouvriers des patriotes du soit-disant Parti socialiste polonais! » (« Pedz o sto mil od wladzy robotniczej patrjotow z tak zwanej Polskiej partii socjalistycznej ! »), car à ce moment là, face à l’offensive soviétique sur Varsovie, le pouvoir polonais avait formé un gouvernement d’union nationale plus à gauche, sous l’égide du dirigeant paysan Wincenty Witos et avec une forte participation des socialistes. Il s’agissait pour les conservateurs polonais de concessions faites dans le but d’éloigner des communistes la masse des paysans et des ouvriers qui pouvaient être tentés par une révolution radicale dirigée par les partisans du pouvoir des soviets. Dans les conseils ouvriers qui avaient été créés auparavant spontanément sur le territoire polonais en 1918, les communistes avaient occupé une position importante quoique généralement minoritaire face aux militants du PPS, et la « République de Tarnobrzeg » qui avait été proclamée en 1918 par des paysans de cette région de Galicie fut férocement réprimée en 1919. Tout cela avait démontré la force initiale du sentiment révolutionnaire en Pologne, ce que les grandes manifestations de masse pour la paix du printemps 1920 avaient encore confirmé, avant toutefois l’euphorie nationaliste créée dans la foulée de l’entrée de l’armée polonaise à Kiev en juin 1920 et qui avait semblé laver 120 ans d’humiliation nationale. Au moment de l’entrée de l’armée rouge en Pologne en août 1920 donc, les sentiments qui régnaient en Pologne étaient particulièrement contradictoires, ce que les bolcheviks allaient mal analyser, selon les dires même de Lénine plus tard.

4 – Mobilisations des masses

Dans les premiers jours suivant l’arrivée de l’armée rouge à Bialystok, on perçoit une grande improvisation, le journal reconnaissant que le nouveau gouvernement n’est pas encore au complet, il lance donc la campagne « Prenez le pouvoir dans vos mains, formez des tribunaux » (« bierzcie wladze w swe rece, czyncie sady »), en encourageant des ouvriers à participer au pouvoir, « sans distinction de nationalité, d’origine et de sexe » et en mobilisant sous le slogan « mort aux bourreaux des ouvriers, des paysans et des soldats polonais ! ». Le journal diffuse des chants de victoire et anti-Pilsudski, il annonce la durée de travail de 8 à 10 heures, l’organisation de meetings dans les usines et les villages, appelle à créer une armée rouge polonaise et à enregistrer les volontaires uniquement à partir des ouvriers et des paysans n’utilisant pas de main-d’oeuvre salariée. Il appelle aussi à la reconstruction des usines et surtout à celle des voies de chemin de fer. Plusieurs manifestations de masses sont organisées avec chants, étendards syndicaux, drapeaux communistes. A Bialystok, le journal décrit une manifestation de plusieurs milliers de participants devant le « Palais du travail anciennement Branicki » où Marchlewski a pris la parole et d’autres dirigeants dont les noms sonnent souvent juifs, ce qui tendrait à démontrer que la base sociale locale du TKRP au départ s’appuyait plus sur cette minorité que sur les Polonais et les Biélorussiens locaux, et ce qui allait dans le sens de la propagande xénophobe souvent entonnée alors à Varsovie. L’Internationale y fut chantée en plusieurs langues, les cheminots étant absents de cette manifestation car ils étaient censés la célébrer en travaillant d’arrache pied à reconstruire le réseau ferré. Lors de cette manifestation, Feliks Kon, le rédacteur en chef du Goniec Czerwony, déclara avec une note de tristesse « La joie est ternie par la conscience que nous n’avons pas nous-mêmes rompu les chaines de l’oppression ...Alors que nous étions autrefois à l’avant-garde de la révolution, nous avons dû attendre l’aide des frères russes pour planter en Pologne l’étendard de la révolution »5, la cause de cette situation qui entrait effectivement en contradiction avec le rôle d’avant-garde joué par la Pologne lors de la Révolution de 1905, ne pouvait toutefois selon lui être due à la faute du prolétariat polonais mais provenait des emprisonnements, des tortures et des déportations de par le monde des travailleurs polonais expérimentés par la faute du tsar puis du kaiser. Effectivement, les déportations massives d’ouvriers polonais vers la Russie centrale opérées par les armées du tsar en 1915 avaient certes contribué à renforcer le potentiel rouge en Russie même mais avait contribué à affaiblir son impact sur les bords de la Vistule ...Mais peut-être, lança Kon, que Varsovie allait encore pouvoir se libérer par elle-même avant l’arrivée de l’armée rouge. Phrases qui témoignent des rêves qui semblaient toucher les communistes polonais mais aussi d’une certaine forme de sentiment national, même si la manifestation se termina par des vivats concentrés en l’honneur de Lénine et Trotsky ainsi qu’à des héros rouges du travail.

D’autres rencontres furent organisées dans la ville, le Goniec Czerwony annonçant 500 participants à la réunion syndicale des ouvriers de l’industrie de la peau de Bialystok et une réunion de tous les syndicats de Bialystok rassembla semble-t-il environ 600 personnes, en se terminant par une résolution adoptée par acclamation en faveur du TKRP. Le journal annonça aussi la réunion des garçons de café et des cuisiniers de la ville ainsi qu’une réunion avec présence obligatoire de la « section polonaise » des enseignants. « Manifestation gigantesque » annonçait-il aussi à Bielsk en faveur du TKRP qui adopta la résolution « Nous, citoyens, soldats de l’armée rouge et prisonniers de l’armée de Pilsudski, nous envoyons des milliers d’injures à la bourgeoisie mondiale qui essaie de toutes ses forces d’appuyer les bandes contre-révolutionnaires visant à étouffer le prolétariat russe et polonais »6 et il lançait l’appel « Défendez votre patrie révolutionnaire contre la bande d’exploiteur capitalistes internationaux ! »7. La multiplication des termes « kraj », le pays, ou « ojczyzna », la patrie, dans les pages du journal témoigne du fait que les communistes polonais avaient conscience de l’ambiguïté de leur position eu égard aux sentiments nationaux polonais. Des membres du KPRP allèrent à la rencontre des prisonniers polonais qui adoptèrent, annonce le journal, une résolution des « prisonniers-légionnaires » dénonçant le gouvernement de Varsovie. Le journal annonçait par ailleurs qu’une fois la Pologne libérée d’un pouvoir agresseur qui avait rendu la guerre inévitable, l’armée rouge russe quitterait le pays pour remettre le pouvoir aux masses polonaises.

Le journal ne tait pas les grandes difficultés auxquelles se heurtait la population nouvellement conquise mais soulignait que c’était de la faute de l’armée polonaise qui avait tout détruit en Pologne comme en Biélorussie avant d’évacuer le territoire, d’où les difficultés d’approvisionnement et de communication pour les civils et pour l’armée rouge, d’où le slogan : « Il faut sauver le pays, il faut s’engager dans le combat contre la famine et la destruction ! »8. A chaque numéro, on constate que le soucis économique principal se résumait à trois questions centrales : reconstruire les voies ferrées, participer aux moissons, moudre le blé, tandis que la guerre faisait rage et que le journal annonçait la défaite imminente du gouvernement de Varsovie en s’appuyant entre autre sur un article du correspondant à Varsovie du journal allemand Kölnische Zeitung dont on peut supposer que la lecture était assez rapidement faite pour être communiquée à Bialystok via la Russie. Efficacité donc des services de propagande bolcheviks.

On doit remarquer que la propagande du TKRP tentait de répondre aux questions difficiles comme celle de la légitimité nationale qui devait incontestablement poser des problèmes aux autorités mises en place dans la foulée de l’arrivée d’une armée étrangère. C’est ainsi que le gouvernement de Varsovie était accusé non seulement d’être aux ordres de puissances étrangères mais constituait quasiment un gouvernement de trahison nationale. Dans l’article « Le crime national des patriotes polonais » (« Zbrodnia narodowa patrjotow polskich »), il est écrit que « ...Ce patriotisme a amené à renoncer aux intérêts polonais dans l’ancienne Pologne prussienne »9. En particulier, il donne comme exemple le plébiscite qui vient d’être perdu par la Pologne en Mazurie où la population a voté contre la Pologne à cause, selon le Goniec Czerwony :

- du fait qu’elle est protestante et que la nouvelle Pologne a été réservée aux catholiques,

- qu’elle a mené une politique agressive contre la Russie qui a fait que les Mazuriens ne veulent pas appartenir à une telle Pologne.

Le journal fait des analyses comparables pour la Haute-Silésie et la Silésie de Cieszyn, alors en mains allemandes et tchèques. Il accusa même Pilsudski d’avoir voulu donner la Poznanie aux Allemands qui l’ont toutefois refusée non pas par manque de désir impérialiste mais parce que le prolétariat allemand ne l’aurait pas permis. Grabski de son côté aurait proposé des territoires polonais aux Tchèques en échange de leur aide mais le gouvernement tchécoslovaque a finalement préféré la paix avec la Russie, le gouvernement polonais en étant dès lors réduit à chercher comme allié des pays comme la Hongrie et la Roumanie (qui ne voulait toutefois pas selon le journal s’engager dans la guerre malgré la pression française et qui se limitait à permettre à des formations de volontaires de se constituer pour aller en Pologne). Le journal rappelle aussi que le général Haller revenu du front français où il avait combattu aux côtés de l’armée française après avoir quitté la Russie où il était entré en opposition avec les bolcheviks en 1918 avait autrefois trahi Pilsudski à l’époque de leurs alliances avec les empires centraux, laissant ainsi entendre que l’armée polonaise constituait un amalgame fragile et un panier de crabes d’ambitieux.

Contre Pilsudski, Goniec Czerwony annonce des arrestations de masse à Varsovie et la répressions des syndicats en n’hésitant pas à lancer comme slogan la création d’un tribunal pour les responsables de la défaite annoncée de leurs adversaires. Il annonce également que des policiers polonais de Bialystok évacués par l’armée polonaise sous prétexte d’aller toucher leurs salaires qu’ils n’ont finalement pas reçu auraient fui les zones aux mains des troupes polonaises pour rejoindre Bialystok. De même, il annonce la préparation de la construction d’un monument à Lapy pour célébrer Bronislaw Wesolowski et les autres membres de la délégation de la croix rouge russe envoyés en Pologne, et assassinés selon le journal par les autorités de Varsovie. Il appelle dans ce contexte les soldats de l’armée polonaise à créer des conseils de soldats.

5 – Vols et réquisitions

Un sujet délicat pour le TKRP, les violences commises par des militaires de l’armée rouge qui semblent impossibles à nier. Le Goniec Czerwony souligne à plusieurs reprises que cette armée doit se nourrir, qu’elle a aussi du réquisitionner des chevaux car il n’y avait plus de chemins de fer détruits par les armées de Pilsudski et que quand l’approvisionnement arrivera les réquisitions cesseront. Dans un article, il pose ainsi la question : « Est-ce que le soldat révolutionnaire saignant de ses blessures, infecté de saleté n’a pas le droit de prendre du pain quand il a faim, de prendre des bottes quand il est sans chaussures, a-t-on le droit de le laisser sous la menace de faire perdre la question de la liberté parce que des seigneurs polonais ont voulu couper les communications, l’approvisionnement, l’intendance. Il ne peut y avoir de liberté sans sacrifice ! » Le journal annonce que plusieurs villages donnent de la nourriture à l’armée, le village de Bagnowka par exemple a donné 100 pouds de blé et 200 pouds de pommes de terre, mais il admet aussi que des choses inadmissibles ont eu lieu à Lomza de la part d’un détachement de l’armée rouge qui volait et se comportait de façon barbare, et qu’il a fallu envoyer un autre détachement pour restaurer l’ordre. Il demande que de tels actes soient signalés aux comités révolutionnaires.

Les villes sont sollicitées pour envoyer des travailleurs pour faire les moissons, les cheminots sont appelés à combattre « armja jasniepanska », « l’armée des ci-devants », les établissements de commerce de Bialystok sont d’abord fermés pour inventaire pour se voir ensuite sommés de rouvrir.

6 – Les répressions

Le journal annonce que selon la propagande de Pilsudski, il y aurait eu des vagues d’arrestations massives à Bialystok, des exécutions, des pillages mais il donne comme exemple le cas d’un dirigeant local, Siemiaszko, dont on a annoncé l’exécution à Varsovie alors qu’on sait bien à Bialystok que pas un cheveu n’est tombé de sa tête. Le journal annonce en revanche la peine de mort pour les vols et les viols, l’inviolabilité de la propriété paysanne, l’obligation pour toute manifestation d’obtenir l’autorisation du comité révolutionnaire local, de remettre aux archives les affiches et tracts émis après l’arrivée de l’armée rouge, l’obligation pour les propriétaires de moulins d’être présents sur les lieux, l’interdiction d’utiliser des camions sans l’autorisation du département des transports, l’autorisation nécessaire pour mener des activités commerciales, toutes mesures qui peuvent se comprendre dans une situation de pénurie et de guerre. Le journal n’annonce en revanche aucune mesure concrète visant les opposants à son régime même s’il décrit en détail les lois adoptées les visant. C’est ainsi qu’il annonce que les tribunaux militaires révolutionnaires peuvent juger partout là où a été décrété l’état de guerre ou de siège :

 

- les affaires contre-révolutionnaires

- les grosses affaires de spéculation

- les questions de corruption et de crimes

- les activités visant à discréditer malicieusement le pouvoir des conseils

- la protection des déserteurs de l’armée rouge

- le banditisme

 

Les jugements de ces tribunaux sont sans appel et cassation, et doivent être exécutés dans les 24 heures suivant le jugement, décret qui leur laisse, il faut bien le dire, une marge de manœuvre quasiment sans limite.

La politique dans le domaine agraire a occupé une place importante et récurrente dans le journal. Dans le numéro 1 du Goniec Czerwony, on appelait à la création de comités d’employés de domaines (« komitety parobczanskie »), en soulignant que l’armée rouge avait l’ordre de ne pas toucher au blé. Dans cet article, on demandait l’arrestation sans commettre violence envers eux des grands propriétaires terriens pour les remettre au comité révolutionnaire local. Le journal soulignait qu’il ne fallait pas détruire les manoirs ou châteaux qui allaient être utiles comme écoles, hôpitaux, salles de réunion ou pour loger ceux qui avaient des logements trop petits. Il ne fallait pas non plus détruire les « folwark », les domaines seigneuriaux, ni les morceler en distribuant la terre aux paysans car ils allaient devenir propriété de toute la nation : « il ne faut pas s’attaquer aux grands domaines mais garder l’exploitation en totalité car il n’y a pas assez de terre en Pologne pour tous »10. On semblait donc s’orienter vers la création de fermes collectives sans procéder à une réforme foncière en faveur de la petite paysannerie. Mais dans le numéro 2, donc dès le lendemain, un article déclarait que la propriété paysanne était intouchable et annonçait que les petits paysans allaient recevoir une partie des terres prises aux grands propriétaires, et que les comités d’employés de grands domaines11 allaient procéder à un inventaire et fournir une aide aux paysans lors des moissons. On annonçait aussi la nationalisation des forêts, l’annulation des impôts et des dettes ainsi que des intérêts bancaires. Et la création de comités révolutionnaires dans les campagnes devant préparer les élections pour les conseils de délégués des communes et districts donnant le droit de vote aux ouvriers agricoles et aux seuls paysans exploitant eux-mêmes leurs exploitations sans employés. Cet accent mis sur la préservation des grands domaines fonciers dans le numéro un du Goniec Czerwony semble entrer en contradiction avec l’accent mis sur la petite paysannerie propriétaire dans le numéro deux où l’on envisageait au moins partiellement une distribution de terres en sa faveur, ce qui pourrait témoigner de divergences existant chez les communistes polonais quant à la politique agraire à suivre. Dans le numéro cinq, on allait d’ailleurs souligner que la nourriture paysanne ne pouvait être réquisitionnée ou confisquée, et Marchlewski proclamait que seuls les surplus devaient être enregistrés.

Dans le numéro 7, un long article commençait par citer l’exemple russe mais en soulignant immédiatement les différences existant avec la Pologne où les ouvriers agricoles travaillaient directement pour le propriétaire et non pas, comme en Russie, où ils lui remettaient une grosse partie de ce qu’ils avaient produit eux-mêmes sur la terre qui était sa propriété. Il fallait donc selon cet article maintenir les domaines fonciers (« folwark »), sans toucher pour autant à la propriété paysanne, et remettre aux paysans ayant peu de terres, là où c’était possible, une partie de la terre des domaines en planifiant « intelligemment » ces changements. Distribuer aussi les prairies et pâturages des domaines et les réserves de foin et d’engrais. Les comités d’employés de domaines devaient aider les paysans en leur prêtant leurs machines ou leurs chevaux.

Il est intéressant aussi de noter que, après avoir utilisé le terme de comités d’employés de domaines, dans le dernier numéro du journal qui put paraître avant le retour de l’armée polonaise, Stanislaw Bobinski lança un nouveau slogan « Vive la République polonaise des conseils des ouvriers des villes et des campagnes ! »12, ce qui semble dénoter une volonté de « prolétariser » la paysannerie sans terre.

8 – politiques religieuses

La question religieuse ressort plusieurs fois elle-aussi dans les pages du Goniec Czerwony. Dans le n° 2, on soulignait que le TKRP n’allait pas se mêler des affaires religieuses et qu’il fallait respecter les églises et les prêtres à condition qu’eux acceptent de leur côté le principe « Éloignez-vous des affaires laïques ! »13. On annonça rapidement en revanche la nationalisation de toutes les écoles de toutes confessions ainsi que des bibliothèques, librairies, théâtres, cinémas, imprimeries, maisons d’édition et entrepôts d’instruments de musique. Le nouveau pouvoir décréta la liberté de conscience, le droit de croire ou de ne pas croire, la séparation des Églises et de l’État et l’interdiction aux religieux de se mêler des affaires de l’État. La liberté d’aller participer aux activités religieuses fut en principe reconnue mais les religieux n’avaient pas le droit de se mêler de l’enseignement, et l’enseignement de la religion en parallèle était laissé à la décision des parents. Seuls les croyants devaient financer les fonctions religieuses. Dans le n°6, un long article revenait sur la question de la religion en mentionnant que les Églises et les religions avaient toujours été utilisées comme instrument de domination des classes privilégiées qui promettaient « une justice dans l’au-delà » et utilisaient un climat de « peur superstitieuse ». L’intolérance était considérée comme répandue dans toutes les Églises et religions citées explicitement à cette occasion, dans cet ordre et sous cette forme, pas intégralement alphabétique : « catholicisme, orthodoxie, luthéranisme, calvinisme, presbytérianisme, mahométanisme, judaïsme ». On notera que dans ces articles l’équilibre était cependant maintenu entre les critiques visant les prêtres et les rabbins. On rappelait que la liberté de conscience n’existait que depuis la Révolution française, et uniquement en fait en France, en Suisse et aux États-Unis d’Amérique du Nord. En Pologne, les grands propriétaires et la bourgeoisie s’appuient sur l’Église tandis que le puissant pouvoir des kahal (conseils religieux juifs) tendait à « maintenir ses fidèles dans l’antagonisme envers la population chrétienne ».

Dans un autre article, le journal soulignait que la propagande ennemie prétendait que les communistes détruisaient les églises et opprimaient la croyance, ce qui n’est pas à leur programme mais il n’y aura plus à l’avenir en revanche de croyance privilégiée. Il annonçait aussi que les prélats religieux seront punis s’ils cherchent à imposer la participation à des activités religieuses, en particulier par le biais de dénonciations publiques ou d’excommunications, chose qui semblait viser dans ces articles particulièrement les rabbins.

9 – Questions de nationalités

Si la question religieuse a été amplement abordée par le journal, on ne trouve pratiquement rien sur la question des nationalités ce qui doit étonner dans cette région pluriethnique. Hormis une mention sur l’égalité des nationalités et sur le fait de devoir voter sans tenir compte de la nationalité du candidat, rien sur le sujet. Notons toutefois que le journal annonçait dans son premier numéro une réunion du Bund communiste et de Poaleï-sion, et pas d’action équivalente pour le PPS socialiste polonais ou le SL agrarien polonais visiblement considérés comme des ennemis plus irréductibles. On ne trouve absolument rien dans le journal sur les Biélorussiens, si ce n’est une mention dans un article consacré au général Bulak-Balachowicz qui combattait aux côtés de l’armée polonaise et que l’on dénonçait comme un trublion violent se prétendant biélorussien mais rassemblant un ramassis de pilleurs de toutes nationalités. On notera aussi l’annonce d’un concert-meeting consacré à la culture prolétarienne organisé par des militants portant tous les trois des noms polonais alors que l’ensemble de l’orchestre portait des noms juifs.

On doit aussi remarquer que tout au long des pages du journal, le nom d’Unszlicht, visiblement juif, n’apparait qu’une seule fois lors de la formation du TKRP, mais celui de Kon, tout aussi juif, apparait plusieurs fois. Les noms de dirigeants ou activistes politiques cités dans le journal, à l’exception de ceux-là, sont en fait presque tous polonais, parfois ils peuvent sembler russes mais jamais juifs, alors qu’on sait que de nombreux juifs d’origine avaient adhéré au KPRP, ce qui laisse penser que le TKRP préférait passer cet aspect sous silence pour apparaître plus polonais qu’il ne l’était. En fait, la question des rapports entre nationalités n’est jamais abordée dans les pages du Goniec Czerwony, seule la question juive dans le cadre de la dénonciation de la religion, mais pas sous l’angle de la nationalité. On peut s’étonner aussi que, alors qu’une grande partie des partis de la droite nationaliste polonaise entonnaient à Varsovie des slogans sur le « judéo-bolchevisme » qui légitimaient les comportements antisémites, rien la question n’est pas abordée dans le Goniec Czerwony pas plus que celle des droits de la minorité biélorussienne traditionnellement défavorisée. Ce qui laisse penser que les communistes polonais de toutes origines préféraient ignorer ces sentiments qui les gênaient dans leur propagande et qui restaient répandus dans la société. Des Polonais de toutes tendances estimant que les Juifs étaient trop fortement représentés au sein des pouvoirs bolchéviks et des communistes juifs estimant que les rabbins portaient une part de responsabilité dans le développement d’un « tribalisme juif » provoquant à l’égard des autres populations.

10 – Les voisins orientaux de la Pologne

Le Goniec Czerwony salua au même moment la formation du Comité révolutionnaire provisoire de Galicie orientale, il mentionna bien sûr la signature de la paix entre la Russie soviétique et la Lettonie. Lorsque la Russie soviétique attribua la région de Wilno/Vilnius à la « Lituanie bourgeoise », le journal souligna que la question de la révolution en Lituanie devra être tranchée par les Lituaniens eux-mêmes, mais on trouve aussi un article relatant les tortures des militants ouvriers dans les prisons de Kaunas.

11 – la vie quotidienne

La vie quotidienne occupe une place régulière dans le journal même si les articles relatant ces questions sont souvent plus courts que les autres. Entre certains appels répétés à la « la reconstruction du pays », on trouve une série d’informations brèves sur la création de cuisines pour les pauvres, l’aide médicale gratuite, la distribution des cartes de rationnement, l’ouverture obligatoire des commerces, la nomination d’un plénipotentiaire pour le reconstruction des chemins de fer, les ventes de pains, l’obligation faite aux propriétaires des coffres bancaires de se rendre à la banque pour qu’on ouvre les coffres en leur présence, l’enregistrement obligatoire des membres des comités d’usine, une demande d’embauche de correcteurs et de traducteurs pour le journal, les activités de choristes, la création de syndicats, le lancement de cours sur les maladies contagieuses dans les villages, le lancement de cours pour les analphabètes, les mesures pour préparer l’hiver en rassemblant le bois et le charbon, l’enregistrement des agronomes et des gardes forestiers, l’enregistrement des coopératives existantes, la distribution de billets gratuits pour le cinéma, le redémarrage de l’industrie textile, la nécessité pour les commerçants de procéder à des inventaires exacts, l’enregistrement des anciens fonctionnaires de l’administration au chômage, la lutte contre l’alcoolisme dans l’armée rouge et dans la population qui imposait de mettre la vodka sous contrôle strict, et si cela s’avérait impossible, de la jeter dans le fumier.

Le journal annonçait aussi que l’armée polonaise en s’enfuyant avait laissé les prostituées soignées dans un établissement sanitaire de la région se disperser et qu’elles devaient être rattrapées pour être soignées car elles transmettaient des maladies. Le journal note les difficultés d’approvisionnement, le manque de papier, le ramassage de peaux, la nécessité d’aider les campagnes et de moissonner les champs laissés à l’abandon avec l’aide de travailleurs et des chômeurs des villes. Bref, ces informations tendent à donner une image des problèmes quotidiens auxquels se heurtaient les habitants en voulant montrer la bonne volonté des autorités. On doit reconnaître que vu la très courte période pendant laquelle celles-ci ont exercé le pouvoir, elles ont fait montre d’une grande énergie et aussi d’une grande fermeté, avec la certitude qu’elles étaient là pour y rester et sans vraiment connaître toujours les réalités ambiantes. Les erreurs et violences auxquelles cette courte période a donné lieu sont mentionnées lorsqu’il s’agit de cas de violences spontanées, mais on notera que tout en niant les accusations de répressions venant de Varsovie et en annonçant la formation de tribunaux jouissant de pouvoirs extraordinaires et expéditifs, rien n’est dit sur la façon dont les répressions concrètes des partisans du gouvernement polonais de Varsovie étaient menées. Il semble y avoir eu aussi des divergences sur la politique agraire à mener. On doit également noter que le fonctionnement de la Russie soviétique n’est quasiment pas décrit et tout l’espoir des communistes polonais semble résider dans la victoire de la révolution à l’échelle européenne. Notons également que, si les pays étrangers sont mentionnés en passant, l’horizon du journal s’étend au monde entier et pas seulement à l’Europe, même si l’on note par ailleurs un fort eurocentrisme des auteurs qui semblent croire qu’ils ont quitté la Russie définitivement. Ce qui peut expliquer les déboires ultérieurs de beaucoup de ces communistes polonais revenus en Russie après l’échec de l’armée rouge devant Varsovie. Les relations entre communistes russes et polonais allaient en effet, malgré les proclamation de fraternité exemplaire, s’exacerber entre la période de la guerre polono-soviétique et la dissolution du Parti communiste polonais par le Komintern en 1938.

La lecture des quelques numéros du journal des communistes polonais arrivés de Russie et tentant de bâtir avec l’aide de communistes locaux une nouvelle réalité démontre l’improvisation dont ils durent faire preuve, une énergie tenace, des hésitations sur la manière de mener la politique agraire ou religieuse, la conscience de devoir se trouver une légitimité patriotique polonaise en abordant la question des territoires frontaliers polono-allemands, la crainte d’aborder la question des tensions interethniques et l’espoir que les graves problèmes économiques seraient résolus grâce à une révolution universelle permettant de moderniser le pays et de rattraper son retard économique. On n’a pas l’impression à la lecture de ce journal que les communistes polonais étaient particulièrement enthousiastes envers la façon dont la Russie soviétique était gouvernée puisque, hormis des déclarations d’appui très générales, il n’y est presque pas fait état sur ce qui se passe dans ce pays et on a en finale plus d’informations sur l’Allemagne ou d’autres pays que sur la vie en Russie. Cela laisse penser que les communistes polonais étaient solidaires de la Russie soviétique dans son combat contre le capitalisme mais qu’ils n’étaient pas vraiment persuadés de la capacité des Russes de bâtir un système socialiste développé et correspondant aux espoirs des Polonais. Il faut rappeler que le Parti communiste polonais allait encenser « les trois L », Lénine, Liebknecht, Luksemburg, en lieu et place du léninisme adopté par le PC soviétique à partir de la mort du fondateur de l’État soviétique. Ce qui explique les critiques pour « luxembourgisme », et parfois quasiment de trotskysme malgré l’exclusion des partisans de l’ancien chef de l’Armée rouge, dont il allait être l’objet à Moscou dans les années 1930.

Il est difficile aussi de savoir à la lecture du Goniec Polski quel fut l’écho réel de leur propagande auprès des populations, les espoirs mis par Feliks Kon dans la possibilité d’une révolte des Varsoviens contre le gouvernement polonais avant l’arrivée de l’armée rouge démontrent toutefois une méconnaissance réelle de l’état d’esprit des Polonais à ce moment là.

Pour terminer, rappelons que le rédacteur en chef du journal, Feliks Kon, après avoir du quitter la Pologne face à la contre-offensive de l’armée polonaise, occupa plusieurs fonctions politiques en République socialiste soviétique d’Ukraine, qu’il allait ensuite travailler à la radiophonie soviétique et occuper la fonction de rédacteur en chef de « Trybuna Radziecka » (La Tribune soviétique), journal destiné à la population polonophone habitant l’URSS. Début 1941, il entrait dans l’équipe de « Nowe Widnokregi » (Horizons nouveaux), sous l’égide de Wanda Wasilewska14, journal intellectuel polonais créé dans la ville encore très majoritairement polonaise à l’époque de Lwow. Au moment de l’attaque allemande contre l’Union soviétique en juin 1941, il fut nommé directeur de la section polonaise de radio Moscou mais il mourut dès juillet 1941 lors de son évacuation vers la ville de Kouïbichev où étaient réfugiés alors, à l’abri de l’atteinte des troupes allemandes, tous les services de l’État qui n’étaient pas indispensables à Moscou. Des autres membres de la rédaction, Julian Marchlewski est décédé en 1925, Feliks Dzierzynski est décédé en 1926 tandis que Edward Prochniak allait être condamné à mort et exécuté en juillet 1937 pendant la « iejovchtchina », les grandes purges de la période Iéjov15 qui se termina en décembre 1938 avec son licenciement du NKVD. Prochniak allait être réhabilité en 1955, de même que Jozef Unszlicht qui allait être condamné à mort et exécuté en juillet 1938 puis réhabilité en 1956.

_____________________ 

Notes

(1) http://pbc.biaman.pl/dlibra/publication?id=22245 >, consulté le 21-XI-2017.

(2) Il faut rappeler que le Parti communiste ouvrier de Pologne (KPRP plus tard KPP) fut fondé en janvier 1918 à partir de la fusion de deux partis existant depuis les années 1890, la Social-Démocratie du Royaume de Pologne et de Lituanie fondée par Roza Luksemburg et Feliks Dzierzynski et le PPS-lewica, ou Parti socialiste polonais – de gauche issue de la fraction de gauche internationaliste du Parti socialiste polonais formée au cours de la Révolution de 1905. A l’époque, la moitié des mouvements de grève qui ont agité l’empire des tsars s’étaient produits en Pologne. Le KPRP n’était donc pas issu comme la plupart des partis communistes d’une scission de gauche de partis sociaux-démocrates provoquée par la Révolution bolchevique. Les communistes polonais réussirent à faire élire beaucoup d’entre eux dans les Conseils ouvriers qui virent le jour en Pologne à partir de novembre 1918, en particulier dans les villes « rouges » depuis 1905 de Lodz, du bassin minier de Dabrowa Gornicza, des faubourgs et banlieues de Varsovie, de Lublin et de Bialystok. Une Garde rouge vit même le jour à Dabrowa Gornicza en même temps que des paysans ayant à leur tête un militant agrarien et un prêtre catholique proclamaient dans le centre de la Galicie une « République de Tarnobrzeg » porteuse de réformes sociales radicales. Ces tentatives visant à créer des embryons de pouvoirs révolutionnaires furent réprimées par les forces plus conservatrices, y compris celles du Parti socialiste polonais PPS qui avait pourtant proclamé avec des agrariens de gauche le 7 novembre 1918 à Lublin un « Gouvernement populaire de la République de Pologne » qui accepta toutefois de se saborder le 11 novembre 1918 au profit de Jozef Pilsudski et d’un gouvernement d’ « Union nationale » plus conservateur. L’ex-socialiste Pilsudski revenait alors de son internement en Allemagne d’où il avait été libéré grâce à la Révolution allemande. La guerre polono-soviétique allait servir aussi à réprimer les tendances révolutionnaires dans tout le pays et qui s’étaient même manifestées le 11 novembre 1918 dans le centre de Varsovie lorsque l’insurrection visant l’armée d’occupation allemande et qui bénéficiait de la sympathie des conseils de soldats allemands présents dans la capitale polonaise plantèrent le drapeau rouge au sommet du château royal de Varsovie comme symbole d’une Pologne renaissante qui devait rompre avec celle qui avait disparu au XVIIIe siècle à cause de la trahison de ses élites aristocratiques. Lune grande partie des ouvriers polonais héritiers de la Révolution de 1905 avait de son côté été déportée en Russie centrale avec les machines de leurs usines au moment de la défaite russe de 1915. Ils ont joué un rôle essentiel dans les révolutions russes de février puis d’octobre 1917 et se virent pour la plupart plus tard interdits de retour dans leur patrie malgré le traité de Riga signé entre la Pologne, la Russie et l’Ukraine soviétiques en mars 1921 et qui garantissait en principe le droit aux rapatriements des citoyens des ces trois entités déplacés chez le voisin au cours du conflit mondial.

(3) Ce territoire avait déjà été formellement détaché de la Pologne par le tsar en 1912.

(4) Voir par exemple l’article : http://www.lapenseelibre.org/article-marx-lenine-les-bolcheviks-et-l-islam-n-60-104736418.html

(5) « ...radosc maci jedna swiadomosc, iz nie sami zerwalismy petla niewoli ...niegdys przednia straz rewolucji, musielismy czekac pomocy braci rosyjskich by sztandar rewolucji nad Polske natknac », GC n°3.

(6) « My obywatele, Zolnierze armji czerwonej i jency z armji Pilsudskiego, zsylamy tysiace przeklestw na burzuazje swiatowa ktora wszelkimi silami stara sie popierac bandy kontrrewolucyjne by zdusic proletarjat rosyjski i polski » , GC n°11.

(7) « Broncie Waszej Ojczyzny Rewolucyjnej przeciwko miedzynarodowej szajce wyzyskiwaczy kapitalistycznych ! », GC n°9.

(8)  « trzeba ratowac kraj, trzeba stanac do walki z glodem i zniszczeniem ! », GC, n°11.

(9) « ...ten patrjotyzm doprowadzil do zaprzepaszczenia spraw polskich w dawnym zaborze pruskim », GC n°12.

(10) « nie nalezy szarpac folwarkow tylko gospodarstw zachowac w calosci bo w Polsce ziemi nie starczy dla wszystkich », GC, n°1.

(11) « komitety folwarczno-parobczanskie »

(12) « Niech zyje Polska Republika Rad robotnikow miast i wsi !» , GC, n°12

(13) « wara od spraw swieckich ! », GC n°2.

(14) Enseignante et fille d’un des proches de Jozef Pilsudski qui fut son parrain, elle évolua vers des positions d’abord socialistes de gauche avant de passer au communisme et de se réfugier en Union soviétique en 1939. Elle n’allait pas rentrer en Pologne en 1945 car, épouse d’un écrivain ukrainien, elle s’installa à Kiev auprès de son mari qui y occupait des positions dirigeantes.

(15) Nikolaï Iéjov dirigea le NKVD de septembre 1936 à novembre 1938, après avoir succédé à Guenrikh Yagoda qui le dirigea de juillet 1934 à septembre 1936. Iagoda et Iéjov organisèrent les grandes purges avant d’être eux-mêmes tous deux accusés, jugés et exécutés pour avoir mené des activités fractionnelles et criminelles, entre autre d’avoir empoisonné Wiaczeslaw Mienzynski, leur prédécesseur mort en 1934, un noble « rouge » polonais placé à la tête du NKVD à la mort de Feliks Dzierzynski, lui-aussi polonais et noble d’origine.

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

N°139 : Tordre le cou à la réforme de l'islam à l’européenne

Alors que la crise sociale et économique continue à se développer et que les autorités n'arrivent pas à imaginer des perspectives d'avenir pour les masses, le mécontentement se répand en même temps que les phénomènes de désagrégation sociale se multiplient. Le repli sur des solidarités traditionnelles devient souvent la seule solution de survie pour des populations laissées à l'abandon. Dans une situation internationale marquée par des guerres sans fin entretenues par un complexe militaro-industriel mondialisé qui y trouve son intérêt. L'industrie de la guerre, l'énergie et l'économie de la drogue semblent les seuls secteurs  économiques encore dynamiques de nos jours. Guerres qu'il faut justifier au nom de la lutte contre un terrorisme entretenu ici et combattu là par les puissances dominantes.

Pour garder les populations sous contrôle, les diviser et camoufler la question sociale, les questions identitaires sont mises de l'avant et la religion est réinterprétée pour empêcher l'émergence de théologies de la libération qui contribueraient à remettre la question sociale sur le tapis. Problématique qui concerne en Europe en particulier l'islam car les couches populaires sont pour une part importante liées à cette religion. Sous prétexte de réformer une religion qu'on a laissé être prise en main par des monarchies rétrogrades et alliées, il s'agit de garantir la poursuite de sa domestication. La réflexion sur l'islam a été engagée par les citadelles du conservatisme et du néo-conservatisme et il serait temps que les forces attachées au progrès social et à l'internationalisme formulent leurs propres réflexions sur la question.

La Rédaction

 

Tordre le cou à la réforme de l'islam à l’européenne

Badiaa Benjelloun  – Mars 2018

 

20. bateau-mosquée fond rouge.jpg



De toutes parts se pressent les prédicateurs.

De toutes parts surgissent des réformateurs.

Sommés qu’ils sont de répondre à des injonctions médiatiques pour un phénomène néo-fondamentaliste sinon créé du moins mis en exergue par ces mêmes médias alors qu’il est minoritaire. Ils ne sont savants en aucune science et parfaitement ignorants dans celle qui, dans les sciences humaines, devrait être reine, l’histoire. Même si celle-ci subit les inévitables violences de ses falsificateurs et révisionnistes dont l’essentiel du travail consiste en l’occultation de certaines données et la déforment.

Les musulmans ont de tout temps vécu leur foi et ont pratiqué leur culte dans les conditions historiques qu’ils ont trouvées et qu’ils ont parfois transformées. La dimension à la fois initiatique et purificatrice du pèlerinage à la Mecque n’est plus du tout vécue aujourd’hui de la même manière par les fidèles qui se rendaient sur les lieux saints en plusieurs mois de voyage parfois périlleux. Le facteur limitant de cette obligation n’est plus tant la disponibilité ou le budget à y consacrer que le contingentement imposé par leurs actuels gardiens qui régulent le flux de millions de pèlerins et en tirent un grand bénéfice pécuniaire. L’essaimage d’adeptes de l’Islam dans des contrées proches des pôles terrestres obligent à adapter les horaires des prières et les périodes du jeûne quand les journées ne durent qu’une heure ou au contraire s’allongent sur près de 24 heures.

Dès la mort du Prophète (sws), des voix dissidentes par rapport à l’orthodoxie dite par le pouvoir centralisé du califat ont frayé un chemin vers des interprétations alternatives en matière politique et normatives. Les écoles de théologie ont rarement été indépendantes et ont toujours entériné la vision et les intérêts califaux. De 809 à 847, l’empire a adopté le mo’tazalisme sous le règne de trois califes abbassides, doctrine rationaliste, pour des raisons sans doute dictées en partie par la nécessité de se rallier des chiites modérés, alors que l’agitation sociale battait son plein et menaçait la stabilité du régime. Al Motawakil est ensuite revenu à la version sunnite traditionnelle sous la pression des clercs soutenus par la majorité des administrés. Cet épisode illustre ce que l’on peut appeler une loi sociale, observée ailleurs. Le pouvoir politique et militaire est allié aux théologiens pour énoncer une forme de canon religieux qui ne peut être totalement arbitraire car il tient compte des croyances qui imprègnent la population. C’est donc bien la règle sauf dans des situations de révolution idéologique, mais alors la situation sociale est prête à accueillir une transformation radicale du système en vigueur.

Toute réforme et toute retouche importantes apportées à une pratique ne réussit qu’à cette exigence, disposer d’un soubassement populaire pour aboutir à une transformation du statut ou du sort de la base qui les appuie.

La Réforme en Occident a été précédée par l’évolution de l’Eglise catholique en un corps qui a structuré toute la vie publique et privée, captant des ressources économiques considérables par le biais de taxes et d’impôts. Le mode de vie de ses membres, quel que fût leur rang dans la hiérarchie, apparaissait contradictoire avec les principes du christianisme qui recommandaient fraternité et justice. Les bouleversements qui ont accompagné les débuts du capitalisme, en particulier la suppression des biens communaux et la monétisation des travaux dus par la classe servile aux seigneurs et au clergé, ont été le ferment à l’origine du calvinisme et du protestantisme. Les prémisses des révoltes paysannes ont eu lieu dès le 14ème siècle1. Mais les premiers mouvements contestataires organisés sont nés en Grande-Bretagne quand se sont constitués toute une série de mouvements millénaristes et spiritualistes qui recommandaient le retour à la lecture de la Bible sans médiation d’un ministre nommé par une autorité extérieure. Les assemblées de culte des Quakers, sans prêtres et souvent silencieuses, ont pu fédérer près de 10% de la population à la fin du 17 ème siècle2. Typiquement, la révolte menée par le théologien Müntzer a embrasé une bonne partie de l’Empire romain germanique et a coalisé paysans et artisans des villes de plus en plus appauvris et fortement frappés par la domination des nobles et du clergé3. Elle a duré deux ans, de 1524 à 1526, précédée de nombre de soulèvements ponctuels qui ont éclos dès 1483 en Alsace. Ils ne réclamaient pas moins que l’abolition du servage et de la dîme ainsi que la sécularisation des biens de l’Eglise, se référant au droit divin promu par les Evangiles qui recommandait un ordre naturel, celui de l’égalitarisme. Luther qui inspira les insurgés condamna le mouvement qui fut écrasé dans le sang.

L’Islam, tout au long de sa présence sur les 14 siècles qui se sont écoulés, a connu des réformes et des penseurs réformateurs* . Aucun penseur à lui seul ne peut induire par ses péroraisons, démonstrations, arguments et rhétoriques plus ou moins savantes et fondées une Réforme.

De multiples prêcheurs qui se succèdent sur les scènes médiatiques, et ils sont  foule à vouloir s’y présenter avec plus ou moins de succès et de charisme, prétendent détenir la solution qui ferait évoluer la masse vers l'interprétation qu'ils donnent aux Ecritures. Cette ambition est d’autant plus dérisoire que la religion de l’Islam n’a jamais été structurée autour d’un Clergé qui dicterait une doxa à appliquer en tous lieux. Le rapport à Dieu est direct. Prétention est d’autant plus impraticable et injustifiable également que les pratiques furent d’emblée multiples. Dès les premiers temps, naquirent les Khaouarij (kharijites) et les Chiites. Une certaine version du kharijisme fut adoptée en Afrique du Nord, véhiculée par des dissidents qui fuyaient la répression des Omeyyades. Il convenait à l’organisation tribale qui avait cours car il prônait  une forme d’égalitarisme et de refus de l’autorité califale. Cette réticence à tout absolutisme exercé par un souverain lointain a imposé une forme politique d’équilibre politique entre un Sultan qui ne dispose que d’un pouvoir administratif et des tribus qui manifestaient leur désapprobation en faisant émerger de nouvelles dynasties ou en organisant des séditions de façon presque rituelle (bled Siba et bled Makhzen). Il faut noter qu’une Réforme en Islam a eu lieu au cours du 18ème siècle, l’une des dernières moutures sectaires médiévales. Elle a été le fruit de la rencontre entre la maigre pensée d’un homme assez peu instruit en sciences religieuses, Mohamed Ibn Abdel Wahab (1702-1792) qui fut considéré comme un hérétique et traité de tel, y compris par son propre frère Sulayman ibn Abdel Wahhab, avec un chef de tribu résidant dans une région peu favorisée par la nature en Arabie, le Nadjd. Le corps de sa doctrine est que le Tahwid, ‘le principe de l’unicité divine’, se décline en un triptyque. Le credo de l’unitarisme wahhabite consiste en la reconnaissance de l’unicité seigneuriale d’un Dieu unique. Aucune autre entité n’est associée à Son œuvre. L’unicité d’adoration est l’action d’obéissance et de soumission à Dieu. Il ne suffit pas de croire, il faut en plus obéir. L’unicité des noms et des attributs est peu développée par le fondateur de la secte, assez mal équipé pour s’engager dans des débats théologiques médiévaux longuement discutés. L’essence divine est d’une altérité absolue avec le monde, thèse admise par les mo’tazalites ou bien  Dieu a aussi des attributs. Sur le plan de la pratique, il l’assimile à l’associationnisme (« shirk »), le recours à l’intercession d’hommes saints et à un paganisme anté-islamique, la visite de tombeaux qui ne doivent plus être signalés ni par des coupoles ni par un édifice quelconque. La vaste descendance du Sheikh Mohamed ibn Abd el Wahhab qui va composer l’essentiel des Oulémas (savants religieux) cautionnant la monarchie et agréés par elle s’est occupée de perfectionner le dogme en l’enrichisssant de la définition des alliés et des désavoués (« al wala oua al baraa »).

Mohamed Ibn Séoud, fondateur de la dynastie et du premier royaume saoudien (1745-1818), ambitionnait grâce au pacte passé avec le réformateur de conquérir un territoire en réactivant la tradition bédouine des razzias. Il ne contrôlait en effet qu’un mince chapelet de petits bourgs. La zone je hauts plateaux est coincée entre les Beni Khaled qui régnaient sur l’Ahsa, riche région agricole qui tenait sous son contrôle le commerce avec l’Orient, et le Hidjaz aux mains des Chérifs de la Mecque, commerçants aisés qui tiraient des revenus du pèlerinage prescrit. Attaques éclairs et pillages menés par des bandes motivées plus par le butin que par une foi ardente furent au menu des conquêtes saoudiennes. Le troisième royaume, de 1932 à nos jours, s’est appuyé sur une organisation militaire conçue comme une superposition de trois forces, les Bédouins, les citadins et les Ikhwan. Ces derniers, les ‘Frères’, sorte de moines soldats vivaient de manière ascétique dans des sites qui leur étaient dédiés, organisés comme des phalanstères. Mais quand les Séoud ont utilisé la diplomatie pour se faire reconnaître à l’international, ils ont réprimé cette force austère et contestatrice. La résurgence inattendue des Ikhwan s’est concrétisée en 1979 lors de l’occupation de la grande mosquée de La Mecque par près de 400 compagnons de Juhayman Uttaybi, petit-fils d’un Ikhwan, membre de la Jami’a Salafyaa Mouhtassiba, groupe fonéd par des néosalafistes en 1970 à Médine. Juhayman croit que l’islam se régénérera à l’arrivée d’un nouveau Mahdi. L’assaut fut donné au bout de 13 jours par des commandos français. Une ‘fatwa’ approuvée par 36 oulémas (savants religieux) a naturalisé la présence de soldats mécréants au sein d’un lieu sacré, La Mecque où les armes et les combats sont traditionnellement prohibés. Cet acte impie a ouvert la voie au sacrilège suivant, également validé par une fatwa du grand Mufti, la collaboration avec la Coalition américaine contre les musulmans irakiens en 1990 puis lors des guerres du Golfe successives.

Ultérieurement, l’idéologie des Séoud qui a transformé le wahhabisme en religion d’État puis en nouvelle orthodoxie se révélera appuyée sur un trépied : la relative stagnation idéologique de l’islam favorisant sa colonisabilité, la fascination devant le clinquant du modèle capitaliste occidental, la tentative de refuge impossible dans une nouvelle tribalité mondialisée. Les Séoud alors devenus agents de l'impérialisme profitant des miettes qu’il leur concède tirées des revenus des hydrocarbures. C'est dans ce contexte que la masse des musulmans déracinés dans les périphéries des villes champignons du monde musulman puis du monde développé ont été atteints par ce sous-produit, artefact attestant d’une forme nouvelle de l’impérialisme anglo-saxon passé aux mains des USA.


Qu’en est-il d’une réforme de l’Islam dans les pays européens ?

La dernière estimation faite en 2007 donne le chiffre de 53 millions de musulmans en Europe, y compris la Russie avec 25 millions et la Turquie européenne avec 5,7 millions sur un total 730 millions d'habitants, soit 7% environ. Une étude de 2010 consacrée par le Pew Research Center4 évalue pour la France à 4,704 millions le nombre de musulmans, soit 7,5% de la population et une projection pour 2030 à 6,86 millions, soit 10,3% de la population totale. Ce travail tient compte des fertilités relatives des groupes humains, des phénomènes migratoires, de l’allongement de la durée de vie ainsi que de la répartition des groupes en classes d’âges. Ainsi 10% de musulmans avec une bonne part ayant moins de 15 ans a un autre poids qu’avec une pyramide moins évasée vers le bas. Nous sommes objectivement loin de "l’invasion des barbares" imaginée par des romanciers dispensateurs de sensations fortes à un auditoire blasé et repu de confort et de consommation en tous genre.

Il n’empêche. L’Islam est plus visible et on ne parle plus que de lui entre deux mondiaux de foot, des jeux olympiques frustrants, deux attentats terroristes réussis et dix déjoués, deux opérations de police par l’entité sioniste à l’égard d’un peuple palestinien prisonnier ou expulsé de sa terre et toutes ces guerres déclarées d’emblée interminables dans l’Orient arabe. Il y a à cela au moins quatre causes convergentes et certaines d’entre elles ne sont pas indépendantes l’une de l’autre et entrent en synergie.

Aux sources du scandale islamique

Tout d’abord, il y a une platitude mille fois ressassée par les ‘racialistes’ qui se disent racisés qu’il faut remiser dans les catégories des tautologies qui ne sont ni explicatrices ni émancipatrices. Non, cette islamophobie, désignons ainsi par commodité le rejet par les autochtones des musulmans quand leur religion est manifeste dans le champ public, n’a pas son origine dans la continuité directe du mépris ou de la haine de l’Arabe colonisé et ex-colonisé.

Ilôts de foi dans un océan athée et surtout anticlérical

Cet Islam, ces musulmans affichant leur foi sous forme de fichu sur la tête ou de barbe mal taillée, survient dans un paysage acquis sinon à l’athéisme du moins déchristianisé en profondeur depuis des siècles. Les guerres de religion en Europe ont été en réalité des affrontements entre une paysannerie en voie de transformation en citadins dépendant d’une offre de travail salariée, une classe bourgeoise ascendante, une caste nobiliaire de plus en plus parasitaire et un clergé propriétaire terrien et percepteur d’impôts. Elles ont fortement marqué le paysage et les traditions. En France particulièrement, le peuple, un peu moins affamé et un peu plus instruit, s’est détaché de la religion de son Roi, condition impérative pour assumer la révolution en faveur de la bourgeoisie. 1905 a été un point presque final pour arracher la fonction de l’enseignement, l’instruction autrefois dite publique, au clergé honni. Honni car le curé de campagne, même après le démantèlement des biens de l’Eglise, savait tout sur vous, la confession est un mode de surveillance plus efficace que Facebook. Il savait tout, usait et abusait de chacun et chacune, de l’enfant de chœur jusqu’à la fille-mère qui commettra l’infanticide dans un coin isolé. Le quadrillage, hérité de Rome, depuis le diocèse jusqu’à la petite paroisse était impitoyable. 1789, le récit qui en a été fait par Michelet, fondateur de la mythologie ‘républicaine’, c’est le triomphe de la chose publique, avec le cortège de jeunes filles allant déposer leur gerbes de fleurs et de blé au pied de la nouvelle divinité laïque, une fois décapité le seizième Louis sacré à Reims.

Des anticolonialistes sincères, d’abord médusés par tant de têtes avec couvre-chef ou cache-cheveux, se sont mobilisés contre cette ‘ostentation’ de la soumission à un Dieu qui les a désertés. Les guerres entre les puissances impériales essentiellement européennes ont fini par incorporer les femmes dans les armées du salariat et cet enrôlement massif fut nommé ‘libération de la femme’. Femmes et hommes, à salaire inégal, se font exploiter pareillement dans le système capitaliste, effaçant progressivement les rôles sociaux des deux sexes. Cette conquête, sortir les femmes du foyer, aggravera leurs conditions réelles car elle surajoute à l’enfantement et l’élevage des enfants l’obligation d’apporter un complément de salaire. Avoir sous les yeux un signe qui marque aussi nettement la différence sexuelle est une réelle offense pour toutes celles embrigadées dans les cohortes assujetties à une mode, prescrite par des hommes, qui les transforme en objets consommables et leur intime soit l’androgynie soit l’excessive suggestion érotique. Société de consommation et de convoitise oblige. Le fichu sur la tête n’est pas formellement prescrit dans le dogme islamique qui n‘énonce que la recommandation en faveur de la pudeur pour l’homme et la femme, mais il est inscrit très largement dans une tradition pratiquée sur tout le pourtour méditerranéen. Seul Saint Paul dans une de ses épîtres aux « Corinthiens » va émettre la formulation que la dissimulation des cheveux est synonyme de la sujétion du féminin au masculin. Dans la religion juive, port de la kippa et port d’un voile, comme en islam, le sens en est la soumission à Dieu. De plus en plus, le salafiste masculin arbore de son côté un calot ou un large keffieh en signe de piété, de soumission à Dieu, voire de pudeur.

Oui, la religion musulmane est sans doute scandaleuse car elle affirme une distinction sociale nette entre les deux sexes. A l'origine, l’homme doit subvenir aux besoins de son épouse et de sa famille. Il ne lui est pas supérieur, il doit assurer gîte, couvert et autres biens matériels en toute équité, l'épouse étant par ailleurs la maîtresse incontestée de la maisonnée. C’est pourquoi l'homme hérite deux fois plus que la femme. Au 7ème siècle déjà, et contrairement à ce qui se passait dans le monde chrétien, la femme héritait, et tous les frères à égalité. Dès l’instant que le rôle de pourvoyeur aux besoins matériels n’est plus dévolu à l’homme, cette répartition devient caduque. Ce que nombre de traditionalistes musulmans ne (veulent) peuvent pas comprendre.

Au Maroc, plus de 55% des chefs de famille sont des femmes. L’homme est soit absent, soit ne travaille pas. C’est ainsi que le retour à l’islam des origines fantasmé par les néo-fondamentalistes est voué à l’échec s’il se contente de recommander une réforme de l’individu sans s’attaquer aux conditions de vie matérielle dégradées qui en sont le limon.

Le fichu et la barbe choquent une société devenue areligieuse par anticléricalisme et qui n’est pas près de comprendre que la dernière religion monothéiste, du moins dans sa version sunnite majoritaire en Europe, fonctionne sans clergé. L’imam n’est pas un prêtre. Il est choisi parmi les personnes qui fréquentent la même mosquée pour diriger la prière. Il n’a pas d’autre fonction, il n’est ni prêcheur, ni confesseur et n’est pas rémunéré pour cette distinction. A côté de cela, il a toujours existé un corps de savants théologiens qui conservent le dogme et l’arrangent selon les circonstances politiques. Ils énoncent des ‘avis’ juridiques, qui ne sont pas forcément observés par les croyants ni entérinés par le pouvoir politique. Car, en dernière analyse, chaque musulman a appris dès ses premières leçons de religion qu'il n'a aucun intermédiaire entre lui et son Dieu et que les avis juridiques ne sont jamais obligatoires au niveau individuel, et que, s'ils le sont au niveau social, il faut qu'il y ait unanimité de tous sur la question (ijma’a). Car l'islam tend vers une société du consensus qui devrait normalement fonctionner selon les règles de la shoura, de la consultation. Chose qui peut expliquer pourquoi les sociétés musulmanes tanguent en permanence entre rébellions récurrentes et pouvoirs despotiques. Ces derniers cherchant coûte que coûte à maîtriser le discours religieux.

 

Crise(s) du capitalisme et révolution islamique

Deux événements distants de quelques années, la crise pétrolière de 1973 et la révolution islamique en Iran en 1979, vont concourir à transformer la pratique de l’islam partout dans le monde et donc aussi en Europe.

Un des fils qui va conduire à tisser une fausse bataille autour de l’Islam est à retrouver là, dans ce mouvement en ‘double hélice’ né de la hausse du prix du pétrole, lui-même décidé quand en 1971 fut mis fin par Nixon la convertibilité du dollar en or, l’un des déterminants qui avait imposé à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le dollar comme monnaie d’échange et de réserve universelle. Ce moment de crise du capitalisme, constitué ontologiquement de crises de surproduction sur fonds de guerres destructrices de biens et d’hommes, va imposer au monde le poids de la dette du Trésor américain. Toute activité humaine d’une manière ou d’une autre va contribuer à soutenir une économie du Centre et sa monnaie qui finira par devenir la source principale d’elle-même par le biais de l’ingénierie financière. Le triomphe de cette économie d'usure mondialisée entre en contradiction frontale avec le principe islamique irréductible qui fait de l'usure le second péché en ordre d'importance après le polythéisme. Les théologiens au service des pouvoirs néocoloniaux allaient tenter de le faire oublier.

L’hélice avec ses deux brins complémentaires s’est construite autour des activités régionales et au delà de la République islamique d’Iran et de l’Arabie aux mains de la famille des Séoud.

Le premier brin de l’hélice résulte de l’installation d’un régime ‘islamiste’ en Iran. Le clergé chiite iranien, fortement structuré et doué d’une autonomie financière, dispose d’un véritable maillage de la société. Le régime de la terreur de la monarchie imposée par le Foreign Office n’a pu tarir, malgré sa répression féroce, l’irrigation de tout un peuple par ce réseau. Le clergé chiite, contestataire d’un régime autoritaire, répressif et d’un laïcisme frisant l’athéisme, allait être sinon encouragé du moins n’a pas été contrarié dans sa volonté de renverser le shah et sa dictature par l’Occident. L’ayatollah Khomeiny après avoir quitté l’Irak a trouvé refuge en France tout en poursuivant (ouvertement) ses buts politiques.

Le shah d’Iran a été le troisième homme à côté de Boumedienne et de Fayçal d’Arabie à avoir décidé de la hausse du prix du baril en 1973. Cette énergie fossile, de quasi-gratuite l’est devenue un peu moins. Les Britanniques avaient mis en orbite le colonel Pahlavi dans les années vingt pour créer un glacis dans les franges méridionales de la Russie devenue URSS mais aussi pour avoir un accès illimité au pétrole qui est devenu le carburant de la flotte impériale. Une fois cette petite affirmation nationale promulguée par un obligé de l’Occident, son remplacement a été encouragé.

A la surprise, un peu ahurie et abrutie des services de renseignements occidentaux, il a dès sa prise du pouvoir en 1979 affirmé d’une part sa nature ‘tiers-mondiste’ et résolument anti-américaine ainsi que son ambition d’établir des réformes sociales, but du renversement et du peuple qui s’est insurgé. Le parti communiste iranien, Tudeh, ainsi que d'autres groupes marxistes ont fortement mobilisé leurs troupes importantes et contribué à la réussite de l’insurrection. Mais le facteur primordial de masse est resté l'islam, pour des raisons de maillage social, de traditions rebelles locales et d'affirmation identitaire. La révolution islamique, une fois accomplie, s’est révélée être une révolution nationaliste opposée à la prédation occidentale et destinée à réduire les injustices sociales devenues vraiment insupportables sinon à programme socialiste. L’Iran, d’allié vassal de l’Occident, allait devenir le pays ennemi par excellence. Il défiait l’ordre mondial de la Pax americana. L’idéologie prônée par Khomeiny, pas toujours approuvée par les représentants du haut clergé, est universaliste. La révolution devait gagner du terrain et contaminer les pays musulmans.

Dès lors, la décision fut prise d’endiguer la flamme insurrectionnelle qui risquait de gagner par contigüité autour d’elle. L’instrument en fut Saddam Hussein qui a assuré sa mission avec l’une des guerres les plus longues du 20ème siècle, près de dix ans, et les plus meurtrières entre pays frontaliers. Les armes furent fournies par l’Occident, gaz neurotoxiques délivrés avec cynisme, y compris par la France et l’Allemagne de sinistre mémoire, l’argent par les pétromonarchies.

Tous les mouvements de gauche en Occident avaient au même moment amorcé un reflux dans lequel les manœuvres de la CIA, faites d’offensive culturelle et de machinations policières sordides et meurtrières, ont très largement contribué. Dans le tiers-monde, ils allaient être écrasés dans le sang des contre-révolutions organisées par la CIA en Amérique latine et dans les prisons les disparitions d’opposants comme dans les régimes du type de celui de Hassan II. La révolution islamique a alors, par ses succès, fasciné une partie de la jeunesse arabe et/ou musulmane. D’aucuns ont appelé cette période les années de plomb, ce furent des années de terreur qui ont marqué une césure dans l’histoire de ces pays. Les forces de gauche s’étaient naturellement développées dans les pays récemment indépendants dans le sillage des mouvements de libération nationale, vite confisquée par une bourgeoisie compradore. Leur élimination a créé une discontinuité générationnelle et un évidemment de la mémoire des luttes. Les cerveaux allaient être facilement disponibles et offerts à toute propagande efficace et bien financée.

Cette même’ crise’ pétrolière, une augmentation des prix légitimée suite à l’effondrement du cours du dollar, a bouleversé les habitudes de consommation et de production en Europe occidentale et a enrichi considérablement les pétromonarchies, et le première d’entre elles, celles des Ibn Séoud. Le wahhabisme fut déversé par tombereaux entiers de dollars partout dans le monde. Des fondations, des mosquées, des institutions religieuses furent financées en Afrique sub-sahélienne, en Asie, en Amérique et en Europe. Voici construit le second brin qui allait répondre à la révolution islamiste, offerte comme modèle quand les nationalismes teintés de socialisme s’effondraient comme en Algérie. Le pétrodollar allait orienter, par sa prolifération dont les Bédouins du Najd n’ont su que faire, la politique et l’économie mondiale. Les Séoud allaient soutenir les Usa en investissant dans une frénésie d’achat d’armements aberrante au vu de son non emploi localement. Le pacte du Quincy trouvait ainsi l’une des expressions de son prolongement. La protection de la dynastie du Nadjd se fera avec les moyens extraits du sous-sol arabe. Renforçant l’hégémonie militaire étasunienne, et s’en remettant à elle seule, ils en sont de plus en plus dépendants.

Ils vont déposer les excédants dans les banques britanniques et étasuniennes, amplifiant la vocation de l’argent à produire de l’argent par la dette. Usure parmi l'usure de l'Etat familial se proclamant le gardien des lieux saints de la religion qui proclame la guerre totale à l'usure ! Les pays du Sud ont été invités par le FMI et la Banque Mondiale à plonger dans les affreux délices de l’endettement permanant, au prétexte d’un développement impossible car de toutes les façons mis hors de portée par l’écrasante concurrence de vieux pays industrialisés plus compétitifs. Le libre-échange institué de plus en plus par des traités contraignant ne peut profiter qu’aux pays les  plus ‘développés’.

La longue guerre civile libanaise entreprise en 1975, initiée par une droite alliée au sionisme et marquée par ses revendications d’appartenance au fascisme mussolinien, allait contribuer par ses effets immédiats et lointains dans le monde arabe à disséminer la présence des ressortissants des pétromonarchies bien au-delà de Beyrouth qui était leur casino et leur boîte de nuit de prédilection et de proximité. Leur richesse insultante va s’afficher désormais de manière ostentatoire de Casablanca au Caire et faire s’assimiler pour une partie du peuple de plus en plus illettré le rigorisme des fausses origines de l’Islam et l’opulence, censés être la marque de la faveur divine. L’assassinat de Anouar Sadate par un Frère musulman en 1981 en réponse à sa trahison de l’unité arabe en faveur de la Palestine est là pour rappeler que des organisations politiques musulmanes, inspirées de nationalisme et de ‘renouveau de l’Islam’ confronté à la domination occidentale, oeuvrent depuis des décennies. Elles sont plus ou moins ‘salafistes’, retour à la pratique des pieux prédécesseurs. Elles ont impulsé de façon décisive nombre de mouvements d’indépendance et ont été contraintes soit à la clandestinité soit à la collaboration, perdant de leur tranchant révolutionnaire ou au moins réformateur, avec les régimes issus de la fin du colonialisme direct.

L'Afghanistan comme incubateur des politiques de dévoiement de l'islam

Une autre guerre, celle dans laquelle a été engagée l’URSS en Afghanistan à partir de 1979, contemporaine de toute cette recomposition géopolitique, a été plus que décisive dans la création d’un nouvel Islam, celui du dit Djihad. Lequel va prévaloir et être promu comme le nouvel Islam authentique. Les Bédouins du Nadjd y ont pris une part maîtresse. De tous les pays musulmans, Afrique du Nord et Palestine y compris, ont afflué des combattants pour servir ce qu'ils croyaient être la cause de l’Islam contre le communisme "athée". Alors qu'ils se mettaient ainsi au service de l'économie impérialiste usuraire mondialisée. Les Séoud, s’ils n’ont pas conçu le projet, ce fut le travail d’un idéologue néo-conservateur avant la lettre, Brzezinski 5 l’ont  réalisé. L’Islam allait être recruté comme agent de l’anticommunisme, voire de l’antisocialisme. Alors que tout dans le dogme musulman recommande le combat (le djihad) contre l’injustice et on peut inclure dans celle-ci l’exploitation des hommes dans le capitalisme, le wahhabisme va confondre athéisme et analyse des conditions matérielles de vie. En qammis et calotte, arborant une barbe fournie, les ‘Afghans’ vont revenir dans leurs pays d’origine, vecteur d’un intégrisme politique sans programme économique sous-jacent. Ils vont ‘convertir’ et donner naissance à des FIS, des Nahdha et PJD. Les femmes abandonnent les jupes occidentales, mal adaptées à un environnement suburbain qui prolifère au gré de l’exode rural. Le déclassement de toute une jeunesse alphabétisée mais sans emploi, les logements exigus et inconfortables des bidonvilles et autres lieux de relégation procure des clients en nombre à l’islamisme abusivement désigné comme politique car réduit à la seule exhortation pour la pratique d’un islam rigoureux au plan individuel.

 

Mosquées saoudites

Les prédicateurs formés dans l’Arabie des Séoud prêchent dans des mosquées édifiées par leurs fonds. De pratique considérée comme hérétique par l’immense majorité des savants musulmans pendant deux siècles, le wahhabisme s’est progressivement imposé comme une ‘tradition orthodoxe’. L’expansion de l’unitarisme tautologique, réforme née au 18ème siècle dans une région à l’écart des circuits économiques en Arabie, doit son succès à l’insertion de celle-ci dans le circuit de l’économie mondialisée. Recyclage permanent de la rente pétrolière dans le système bancaire et renforcement continu de la domination militaire étasunienne dans le monde. Ceci figure le deuxième brin hélicoïdal de la trame du nouvel Islam. Ces éléments viennent en complémentarité, contradictoire, presque point par point, de l’Islam révolutionnaire des débuts de la République islamique d’Iran.

L’Europe n’a pas échappé au retour de ses 'Afghans' locaux recrutés selon le même procédé, mosquées et prêcheurs wahhabites, vivier de relégués ayant eu un accès à l’école de la République devenue sans issue. Après le ravage des banlieues par un marché facilité de la drogue, stratégie copiée de celle appliquée aux Usa pour réduire la rébellion des ghettos noirs, "l’islamisation" de la deuxième ou troisième génération issues des ouvriers immigrés dans une Europe désindustrialisée allait bon train. Les marcheurs Beurs en 1983 réclamaient l’égalité « économique » réelle. Vingt ans plus tard, les manifestations les plus spectaculaires seront consacrées à la défense d’une liberté vestimentaire. L’un des participants historiques à cette Marche pour l’égalité, Abdelaziz Chaambi 6, musulman assumé, orchestrée en sourdine par un Parti socialiste qui allait la récupérer sous la forme d’un antiracisme qui ne sera plus que le seul alibi d’une gauche sociétale, interprète cette évolution comme une régression de la lutte politique. L’islamophobie en Europe est certes une arme de discrimination, mais elle est surtout une arme de diversion et de division sociale, emplissant le champ médiatique de ses clameurs, détruisant les outils pour une véritable transformation sociale.

Population ultra-périphérique, néoconservatisme made in USA et conservatismes français

La population urbaine et suburbaine défavorisée en Europe, celle des quartiers populaires, est encore vécue comme ‘descendante’ de l’immigration coloniale.

Elle est coincée entre droite décomplexée (l’ancienne gauche socialisante), laïque et anticléricale. Cette fausse gauche ne défend la femme de l’oppression masculine qu’à l’occasion du port du fichu qu’elle s’obstine à considérer comme un signe de soumission au mâle et non à Dieu comme c’est le cas pour la kippa. Dans la réalité concrète de l’inégalité des salaires ou de la molestation des femmes par leur conjoint qui aboutit à la mort une fois tous les trois jours, cette fausse gauche féministe est absente. L’autre partie de l’étau est figuré par une droite imprégnée encore vaguement d’un christianisme zombie, haineux ou méprisant à l’égard du Mahométan venu investir un Occident décadent aux Eglises vides sans autre spiritualité que la religion de la consommation. Les deux droites se trompent. La première, incarcérée dans un logiciel anticlérical et dont le seul programme est libertaire sociétal, manque par son hostilité à l’Islam les troupes qui lui seraient essentielles pour conserver le pouvoir. La deuxième ne veut pas voir que la poussée démographique des musulmans est liée aussi au déficit de la natalité. Dans son aveuglement, elle veut aussi ignorer que la composante musulmane est présente de façon irréversible et qu’elle est même nécessaire. Sans elle, la pyramide des âges s’inverserait, tiendrait sur une base étroite, très large et de plus en plus à son sommet.

Plus que tout, ces deux droites sont prisonnières d’un carcan idéologique fabriqué par les néoconservateurs étasuniens à l’usage de toute la planète. Les néoconservateurs sont néolibéraux,sionistes et bellicistes. Ils ont comme alliés d’abord la monstruosité séoudienne wahhabite. Lors de la première guerre du Golfe, quand il a fallu remettre 'à sa place' Saddam Hussein qui avait l’arrogance de réclamer son dû de fossoyeur de la Révolution iranienne, ils ont mobilisé la gauche sociétale figurée par Mitterrand en France. Sous la houlette du Parti socialiste français, les guerres impérialistes sont devenues des guerres 'pour la Liberté et contre les dictatures'. Détruire pays et sociétés équivaut à libérer et même au devoir de libérer. Jusqu’à présent, les pays attaqués et détruits sont des pays musulmans et à forte orientation antisioniste car victimes immédiates et proches de l’expansionnisme israélien. La liste des pays à libérer de leurs dictatures par des bombardements humanitaires est susceptible d’être rallongée, les nouveaux candidates la Corée et peut-être à nouveau l'Amérique latine avec le Vénézuéla.

La même cinétique de reflux des mouvements nationalistes laïcs a rogné également la résistance palestinienne au terme de processus complexes où interviennent les négociations sans fin après Oslo, né des pertes de bases arrières de l’OLP, et une fatigue de la vieille garde révolutionnaire décimée par les assassinats ciblés. Celle-ci est donc devenue islamiste. L’anticolonialisme palestinien a été stérilisé dans le piège d’une Autorité qui joue les supplétifs de l’armée d’occupation. Il a été canalisé dans le chenal idéal de sociétés de bienfaisance religieuses qui furent criminalisées dès qu‘elles se sont naturellement transformées en forces politiques et militaires résistantes. Puisqu’elle se battait contre un Etat, complexe militaro-ethnique, qui se proclame lui-même juif, la résistance islamique est alors présentée comme antisémite.
 

Néolibéralisme, sionisme, islam et terrorismes

A grands renforts des grands médias majoritairement acquis au sionisme et aux intérêts économiques produits par le néolibéralisme, petit à petit est née la relation qui fait équivaloir Islam et Terrorisme.

L’accouplement contre nature entre les Usa et Les Séoud a donné naissance à Al Qaïda, plus personne ne peut le contester dès lors que le mystère de sa naissance a été proclamé publiquement par Clinton Hillary. Les formes successives empruntées par la matrice initiale sont actuellement observées en Afrique sub-sahélienne, en Afrique du Nord, au Yémen, en Libye, en Irak et Syrie. Daesh a été reconnue comme une nouvelle armée de l’OTAN, ravitaillée et aidée par Israël. Le ministre de l’armée d’occupation israélienne préfère voir la Syrie livrée à Daech 7. Des combattants contre le gouvernement syrien sont ouvertement soignés dans les hôpitaux israéliens 8.

L’islamophobie – telle qu’elle est actuellement agencée - résulte des changements cruciaux survenus après les chocs pétroliers, la naissance d’un antagonisme nouveau entre la République islamique d’Iran et les pétromonarchies du Golfe, l’effondrement des gauches qui a anticipé chronologiquement de la disparition de l’URSS. Le quatrième facteur (annoncé plus haut) déterminant son émergence est le creuset néoconservateur sioniste. Plusieurs ingrédients mis dans le mortier ont produit le pharmakon. L’islamophobie le plus récent ennemi planétaire, un nouvel objet fabriqué par un Système capitaliste dont la force de propulsion essentielle est la guerre, sous toutes ses formes. Elle ne résulte certainement pas d’une subite conversion de la haine ou de l’exploitation du bougnoule ou du bicot, attirail remisé depuis que les Usa ont sifflé la fin des empires coloniaux britanniques et français. 

Après 1962, le reflux des pieds noirs a laissé la France indifférente à leur sort. Ils se sont recroquevillés comme ils ont pu, ressassant pour certains leur âge d’or perdu. En attendant, certains furent recrutés d’abord contre les communismes européens, singulièrement l’italien, puis comme formateurs des escadrons de la mort en Amérique latine. Quelques éléments résiduels, nostalgiques inguérissables de la perte de leur position dominante, même ridiculement dérisoire par rapport à l’indigène restaient à l’affût d’une reconnaissance de leur tragédie. Ils ont aidé à l’élection Mitterrand, personnage florentin avec une trajectoire avérée dans la collaboration avec l’Allemagne nazie puis un des principaux acteurs du colonialisme meurtrier.

La France et toute l’Europe étaient embarquées dans les équipements ménagers, la voiture, le rock & roll et n’avait que faire de ces ruminations indigestes. C’est le Parti socialiste français, après son OPA sur le Parti communiste français dans le cadre du Programme commun, qui a désigné comme des agents des Ayatollah les meneurs de grèves assez dures dans l’automobile et les mines où l’ouvrier maghrébin fortement syndicalisé a été en pointe des revendications contre les fermetures d’usines et de mines et pour une revalorisation des salaires. Ce glissement sémantique inaugural est symptomatique de la suite donnée à la chasse au musulman. L'islamisme a donc été désigné en France comme ennemi par les pouvoirs « de ‘gauche’, agents objectifs de la contre-révolution culturelle au sens gramscien du terme » avant même qu'il n'existe ! Cette fausse interprétation a eu un grand succès car elle a été étayée par des moyens considérables construits à l’échelle internationale. L'islamisme "mondial" étant, lui, le produit de la manipulation de la CIA organisée en Afghanistan.

Cette élaboration qui dépasse de beaucoup l’idéologie raciste, finalement assez provinciale d’une France aux prises avec ses (anciennes ?) colonies musulmanes, peut être illustrée par les "Caricatures de Mahomet". Le circuit en est saisissant. A l’automne 2004, Flemming Rose, un rédacteur des pages culturelles d’un ournal danois situé à l’extrême droite et xénophobe, dotée d’une filiation nazie ténue mais certaine, est dépêché aux Usa 9. Il recueille l’avis de Daniel Pipes, un néoconservateur sioniste revenu d’un passé gauchiste, engagé dans un unique combat, la destruction physique totale des Palestiniens par la voie militaire, publie à son tour le 29 octobre 2004 un article qui fait la part belle à la pensée de Daniel Pipes, ‘La menace de l’islamisme’. Les deux hommes se seraient revus à l’été 2005, il en est résulté un concours et une série de dessins furent publiés le 30 septembre 2005. La représentation d’un homme musulman avec une bombe disposée sur sa tête en guise de turban n’était pas une critique. L’islam, elle dit clairement et sans ambiguïté que tout musulman est un terroriste. Elle cherchait à appuyer cette identification faite par les grands médias d’obédience. Cela aurait pu rester de l’ordre d’un message local et circonscrit aux seuls lecteurs, fort se Jyllands Posten. Il a fallu que la Société islamique du Danemark alerte l’Organisation de la Conférence islamique et que quelques diplomates agitent fortement le papier sous le nez de leurs gouvernements pour que les dessins soient vus et condamnés par des théologiens, que soit sonnée l’alarme et que le monde musulman s’embrase. Le coup de Pipes a réussi à enfermer les musulmans outragés dans le cercle de la violence qu’il a enduit et démontrer les prémisses par le résultat. Le Musulman est terroriste. Pour que la bombe de la réaction explose avec les effets escomptés, il a été convenu secondairement que l’homme au turban figurait le Prophète (SAW) de l’islam. Pour la bonne gouverne des libertaires sociétaux français, la liberté d’expression au Danemark s’arrête au seuil du blasphème, punissable d’emprisonnement selon la loi de ce pays européen.

Organisation internationale de l’islamophobie

Ainsi, le musulman est de plus non démocratique car il ne tolère pas la critique. Quand le FBI infiltre des organisations musulmanes pour encourager, inciter et parfois payer des musulmans étasuniens à organiser des attentats terroristes, la dimension internationale et méthodique de l’organisation de l’islamophobie est démontrée10.

Or l’Islam à son origine, tel qu’il s’est développé comme organisation sociale à Médine, a donné lieu à une société pluriconfessionnelle et laïque. Il n’y a nulle trace d’indication coranique ou prophétique pour une forme politique précise que doive adopter la ou les communautés musulmanes. Mohamed, Ibn Abdallah Ibn Abutalib, (sws) a été Prophète de l’Islam mais aussi chef politique. Il n’a pas laissé de testament pour sa succession. Il n’a pas pu, pas voulu, ou encore a-t-il été empêché de le faire ? Le califat, ou régime politique sous la direction d’un calife, terme polysémique désignant imparfaitement un substitut, un remplaçant-représentant ou encore un successeur constitue une mission impossible car Mohamed (SWS) a terminé le cycle des prophéties. Il est une interprétation (invention?) libre de ses compagnons.Les principes généraux recommandés canoniquement, obligation de consultation entre les membres de la communauté pour les affaires qui les concernent, excluent le système autocratique, le plus répandu actuellement dans le monde musulman. Contrairement au monde chrétien occidental qui a toujours éradiqué dans le sang le moindre écart à la doxa religieuse du prince régnant, l’Islam pendant très longtemps, tant qu’il n’a pas été menacé et mis au défi sérieusement par le colonialisme, a su cohabiter avec ses minorités religieuses qu’il protégeait (sens du mot maintenant mal compris de dhimmi). On doit par exemple à cette tolérance inconnue en Europe, la survivance des Nestoriens, des Syriaques et des Coptes. Où est la trace des Cathares ou des Albigeois sinon dans les récits de massacres? Où est celle des Musulmans d’Andalousie et de Sicile, sinon dans diverses villes du Maghreb et de l’Empire ottoman où ils ont été contraints de s’exiler pour ne pas se convertir ? Pourquoi 90% des juifs européens ont-ils dû se réfugier en Pologne qui, bien que catholique, a adopté à la fin du Moyen-âge, le système musulman de traitement des minorités religieuses ?

Le Maghrébin et l’Africain (et maintenant le Moyen-Oriental ou l’Afghan) est repoussé vers son identité religieuse, identité largement manipulée par les flux financiers internationaux qui ont défini pour lui une tradition inventée et bricolée. Au nom de cet attribut qui est son refuge ultime dans un système social inégalitaire socialement et ethniquement où il n'a plus sa place à cause du chômage institué structurellement, il est disqualifié pour l’égalité dans la citoyenneté républicaine. On compte sur lui pour figurer la classe dangereuse, irrémédiablement non intégrable dans la douillette classe moyenne qui perd elle progressivement ses petits avantages et ses illusions d’accéder à la bourgeoisie. Et se trouve donc dans une position de frustration grandissante l'amenant à chercher des bouc-émissaires. C’est à lui, le paria qui n’a rien à perdre, que revient le devoir de transformer l’ordre social de plus en plus inique et sans avenir. Il ne le pourra tant qu’il ne se verra et sera vu que comme discriminé en raison de sa foi religieuse et non de son appartenance de classe. Jusque là, il oscillera entre le quiétisme et un combat désespéré, le pire. Quand il choisit l’exil à la recherche d’une patrie musulmane mythique, il fait la douloureuse expérience de l’autocratie et de l’iniquité revendiquée comme système social.

On sait maintenant que la peur du péril rouge a été une opération construite grâce aux divers services de renseignement - en réalité des officines efficaces de propagande et de manipulation d’opinion. La peur de l’Islam depuis une trentaine d’années est elle aussi est une fabrication par à peu près mêmes organes.

Le macronisme, forme générique pour une absence de pensée politique, laquelle est confiée au vrai pouvoir, celui des transnationales, est exemplaire d’une velléité ‘réformatrice’ de l’Islam dans les frontières françaises. Elle n’est pas la première tentative qui échouera dans cette illusion post-jacobine de réguler ce qui par essence ne peut qu’échapper au cadre des institutions de la République. Le prochain réformateur, ou le prochain révolutionnaire, convaincra ses coreligionnaires à s’engager avec lui pour transformer non l’Islam mais les conditions de vie des musulmans, et donc aussi de tous leurs compatriotes de toutes origines et appartenances religieuses mais de même appartenances sociales.

Badia BENJELLOUN

* Le terme « islah » se traduirait plutôt par « réparation » car celui de réforme contient la notion de « bid’ah » ou innovation, refusée par l'islam.

** À la différence du sunnisme, le chiisme s’est construit autour d’un clergé censé avoir été bâti au départ autour de la famille du Prophète (sws).

________________________ 

Notes:

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Révolte_des_paysans

(2) http://www.maison-quaker-congenies.org/fr/qui-sont-les-quakers

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Paysans_allemands

(4) http://www.pewforum.org/files/2011/01/FutureGlobalMuslimPopulation-WebPDF-Feb10.pdf

(5) http://globe.blogs.nouvelobs.com/tag/brzezinski

(6) https://www.youtube.com/watch?v=ssvfUIwTM7k

(7) https://francais.rt.com/international/14215-moshe-yaalon-prefere-daesh-en-syrie-que-iran

(8) http://www.lefigaro.fr/international/2016/12/21/01003-20161221ARTFIG00275-plus-de-2600-blesses-syriens-accueillis-dans-des-hopitaux-israeliens.php

(9) http://fr.danielpipes.org/10500/interview-de-flemming-rose

(10) http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/07/21/le-fbi-a-pousse-des-americains-musulmans-a-commettre-des-attentats_4460774_3222.html

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

N°138 : Brèves remarques sur l’antipolitique en Roumanie : à propos des manifestations de janvier

Tous les pays de l’ancienne Europe socialiste amarrés aujourd’hui au bloc euro-atlantique semblent traversés par un choix binaire, néolibéralisme et néoconservatisme le plus cru ou discours nationaux-populistes rarement conséquent. La gauche sociale n’y est plus réduite qu’à une forme groupusculaire tandis que la « gauche morale » semble conquise au mondialisme capitaliste le plus caricatural et le plus affairiste. Le communisme semblant réduit chez les uns à l’état de nostalgie devenue irréelle à cause de la trahison de ses élites et chez les autres à l’état de père fouettard agité aussi bien par les chantres du néolibéralisme que par les proclamations national-populistes.

Dans ce contexte, la Roumanie occupe pour le moment la position de « bon élève » sous surveillance de l’ordre mondial si l’on compare avec la Hongrie, la Pologne ou même la Bulgarie. Mais les très rares mesures sociales prises par son gouvernement déclaré social-démocrate juste après son arrivée au pouvoir ont éveillé les soucis de ses protecteurs occidentaux, et donc des organisations « non » gouvernementales financées par les institutions publiques et privées occidentales. D’où sans doute la « guerrilla » contre ce gouvernement pour maintenir la pression en utilisant la couche des clients appauvris mais fidélisés de la mondialisation et en jouant sur des oppositions somme toutes factices entre clientèles politiques toutes nourries à la même mangeoire.

La Rédaction

 

Brèves remarques sur l’antipolitique en Roumanie :

À propos des manifestations de janvier

Claude Karnoouh  – 21 février 2018

0.ROUMANIE GIF.gif

Elles arrivent avec une régularité quasi mécanique pendant le mois de janvier de chaque année, les manifestations de rue contre tout gouvernement issu du Parti social-démocrate (PSD). Est-ce parce que des lois ou décrets votés fin décembre choquent une partie des salariés qui laissent passer les joyeusetés des fêtes de fin d’années pour agir ? Est-ce parce que les rancœurs accumulées tout au long de l’année peuvent s’exprimer plus librement après les agapes des réveillons ? Je ne saurais le dire précisément, mais le fait est là, régulier comme un métronome, janvier arrive, le temps des manifestations est alors venu.

Cette année n’y a pas échappé, et on a vu le samedi 19 janvier au soir à Bucarest une masse de plus de 50 000 personnes occuper la Place de l’Université puis la place de la Constitution. Devant eux, un double cordon de gendarmes plutôt bon enfant malgré quelques dérapages ici et là, mais rien de comparable à la violence de la police française, allemande ou italienne quand elles sont confrontées à de semblables événements. Faut-il le dire au risque de choquer les bons sentiments de certains en Roumanie, la gendarmerie roumaine fait preuve d’une retenue démocratique que nous aimerions rencontrer en France ou en Italie lors de manifestations autorisées !

Quel est l’enjeu du mouvement Rezist monté sur les réseaux de socialisation par des anonymes sans aucune direction politique apparente ? Il s’agirait de la lutte contre la corruption dont le PSD serait le seul représentant et bénéficiaire avec son allié ALDE. A priori, cela se confirmerait si l’on regarde dans un temps très court, depuis l’an passé, depuis que les gouvernements se succèdent après l’ordonnance n° 13 sur l’amnistie des représentants politiques coupables de corruption, puis aujourd’hui avec les nouvelles impositions en baisse pour les voitures de grosses cylindrée et en hausse pour les voitures de petites cylindrée, le nouveau code des impôts pour les professions libérales (qui touche nombre d’acteurs culturels free lance dont beaucoup vivent à la limite de la pauvreté), l’amnistie pour les entrepreneurs immobiliers en tant que personne physique qui n’auraient pas payer leurs impôts sur les constructions nouvelles. Mais l’opposition, le PNL et l’USR, sur certains points importants, comme le dernier, ont voté avec le PSD ! De plus, la corruption politique en Roumanie est une plaie récurrente aussi vieille que la naissance de la Roumanie moderne (sauf peut-être pendant la période authentiquement stalinienne de Gheorghiu Dej) déjà dénoncée par le poète-journaliste Mihai Eminescu à la fin du XIXe siècle et, au début du XXe siècle par le plus important homme de théâtre, le très génial Caragiale, sans compter les nombreux reportages de journalistes étrangers pendant l’Entre-deux-guerres. Toutefois, parmi les « bonnes âmes » qui dénoncent la corruption et hurlent pour une société pure, combien sont-elles qui n’ont pas pratiqué à leur échelle la corruption pour des avantages ? Combien sont-elles qui emploient une bonne ou une femme de ménage en la déclarant officiellement ? Combien sont-elles celles qui font travailler au noir nombre d’artisans ? Combien parmi les professeurs qui donnent des leçons particulières aux enfants et aux adolescents déclarent-ils aux impôts ces revenus supplémentaires ? Combien parmi les manifestants sont-ils à n’avoir jamais donné un bakchich à un médecin, une infirmière, un employé quelconque ?

 

La culture de la corruption

« Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre » (Jean 8,7). Car les gouvernements et les types de pouvoir ont quelque chose à voir avec la culture socio-politique d’un peuple, parce que ce sont les comparaisons superficielles et les schémas de politologie qui unifient les cultures oubliant justement cette caractéristique de l’espèce humaine dans sa diversité linguistique, la différence culturelle, c’est-à-dire la diversité des rapports au monde parmi les peuples, y compris au monde politique. On ne peut par exemple pas comparer une administration centralisée comme celle de la France que l’on peut dater de la naissance de la monarchie absolue (et donc de la transcendance étatique supplantant le pouvoir religieux et qui mit quelques siècles à s’imposer), lorsque pour mettre fin aux guerres de religions le bon roi Henri le quatrième jeta à ses fidèles réformés sidérés, « Paris vaut bien une messe », justifiant ainsi son retour au catholicisme et, à la clef, la couronne de France, avec un pays dont l’accession à la modernité mimétique des élites, sans révolution populaire massive, date de 150 ans. C’est un fait avéré que les pays du Sud de l’Europe récemment modernes et unitaires sont tous marqués d’une corruption à tous les niveaux de la vie politique et administrative ! De ce point de vue l’opposition italienne entre le Mezzogiorno maffieux et le Nord germanisé en est l’exemple parfait. Aussi, aucune manifestation de rue ne pourra-t-elle transformer cette culture de la corruption politique, sociale et administrative sans la discipline d’un enseignement dur et d’une éducation familiale qui malheureusement n’existe presque pas.

Mais ce n’est pas tout, ce qui me frappe c’est, hormis le slogan affiché par Mihai Bumbes contre la politique néolibérale du PSD, tous les slogans qui dénoncent le PSD comme la « peste rouge ». Ces cris de « peste rouge » sont la preuve du délire de ces masse qui tient à la fois du déni de réalité pour les naïfs (et ils sont des milliers) et d’une manipulation sémantique évidente de la part des orchestrateurs de ces mobilisations. Quelle « peste rouge » dites-moi ? Seraient-ils des communistes ? Mais le programme du PSD est tout, sauf un programme politico-économique communiste, à preuve, il veut présentement privatiser l’Hidrolectrica, l’un des derniers fleurons de l’industrie roumaine ! Le PSD serait-il de la même matière que le socialiste Corbin, le travailliste anglais ? Non, certes non. Ce parti est un mélange de mafieux du business local, les « barons », et de gens des services agissant dans le cadre d’un système de clientélisme dans les provinces appauvries par les thérapies de choc (les trois-quarts du pays) qui s’assurent leur réélection grâce aux prébendes et aux aides diverses qu’ils redistribuent quelque peu aux pauvres et qui contribuent à donner un peu de quoi survivre à des gens qui sans cela mourraient littéralement de faim. Dans un pays devenu un quasi désert industriel, dans un pays où plus une seule banque n’est propriété roumaine, privée ou d’État, dans un pays où les remontrances de l’ambassadeur des États-Unis et du représentant de l’UE, véritables proconsuls, décident de la politique intérieure et étrangère, parler de « peste rouge » relève du fantasme d’intellectuels en mal de renom ou des délires de gens qui aurait fumé trop d’herbe.

Un clivage droite/gauche évanoui

En Roumanie, il n’y a pas à proprement parler de gauche politique hormis de minuscules groupes d’intellectuels sans influence au-delà du centre où se trouvent les institutions universitaires des quelques grandes villes et dont la pratique critique ne dépasse jamais (sauf exceptions notables) l’étroite ligne rouge qui leur ferait perdre tout espoir de bourses venues de l’étranger ou de l’État. Majoritairement, le pays politique est de droite sans que cela ait un véritable sens, car la Roumanie est un excellent exemple de l’effacement postmoderne du clivage politique droite/gauche mis en place sous la Révolution française et qui a perduré à peine plus de deux siècles. Aujourd’hui, droite et gauche se recouvrent ou se divisent selon les problèmes les plus prégnants comme les modes de développement économiques et écologiques, ou le rapport à la souveraineté nationale, le rapport aux ONG, à l’UE, à l’OTAN, au Tiers-monde, bref à la politique étrangère, où l’on voit s’unir des opinions naguères divergentes et désunir des opinions naguère convergentes.

Les manifestations de Bucarest exemplifient cette mutation. Ainsi, lorsque d’un côté la majorité des bobos en général, cadres salariés de multinationales, de banques et une partie des nouvelles générations universitaires nourris de l’humanisme de pacotille des fondations occidentales, du droit-de-l’hommisme des guerres humanitaires, de néo-féminisme bourgeois, de sociologie et de politologie du prêt-à-penser capitaliste planétaire, hurle à la « peste rouge », une petite minorité exhibe des slogans comme « A bas le néolibéralisme ». Néolibéralisme réel de cette prétendue « peste rouge ». Or ces anti-libéraux n’ont rien à faire avec ces bobos ! Et pourtant ils sont là tous ensemble, comme si cela allez-de-soi. C’est là la preuve d’une errance politique, idéologique, d’une inconsistance qui ne doit pas beaucoup déranger ce type de pouvoir. Dans la Roumanie d’aujourd’hui, tant à Bucarest qu’à Cluj, il y a un micro-groupement politique, Demos, qui se veut une sorte de social-démocratie de gauche comme le labouriste Corbin (sans sa détermination anti-impérialiste en politique étrangère), il rassemble quelques dizaines d`intellectuels sympathiques dont l’influence dans les masses ne dépasse pas les quelques dizaines d’universitaires ou membres de professions libérales artistiques. Il y a encore un parti socialiste de tendance communiste, le PSR, mais là encore, ses maigres troupes, certes un peu plus diverses que celles de Demos n’ont, elles aussi, aucune implantation dans les masses. Demos et PSR sont des partis déclamatifs, car aucun de leurs membres ne sont prêts à sacrifier leur carrière, leur vie privée, leurs vacances pour un militantisme actif, celui qui caractérisait jadis les partis communistes occidentaux… Je regrette profondément de le dire, mais c’est la réalité, et un marxiste se doit d’affronter la dure et triste réalité sans faire de ses espoirs l’état concret du monde.

Le fait que le PSD et ses gros bras ont fait main basse sur les campagnes, les bourgs et les petites villes de province rendrait en effet le militantisme de gauche quelque peu athlétique et donc dangereux. Or la violence sous toutes ses formes est une activité dont tout le monde lors des manifestations, de droite, de gauche, du centre, redoute plus que tout. Aussi faut-il louer le gouvernement de ne jamais commander à sa gendarmerie anti-émeute la violence furieuse qui caractérise les diverses forces de police occidentale lors de manifestations autorisées ou non-autorisée. Il est donc vraisemblable qu’une intrusion des partis Demos et PSR dans les campagnes pour recruter des votants entraînerait au moins de fortes bagarres.

 

Mondialisme et traditionalismes

Il faut le reconnaître, l’atmosphère politique européenne n’est guère à la gauche, ni véritablement à une droite musclée, elle est essentiellement conservatrice (les politiciens et les intellectuels de service commis aux écritures appellent cela à tort « populiste »), souvent animée d’une religiosité bigote à l’Est. C’est là le résultat des trahisons de la social-démocratie qui est passée avec armes et bagages dans le camp des banquiers, dans la défense d’une mondialisation sans limite aucune, dans une course aux prébendes et donc à la corruption qui a dévalorisé dans l’esprit du peuple, des gens de peu, la notion de socialisme.

Ainsi d’année en année, les manifestations de rues plus ou moins spontanées, plus ou moins manipulées, avec des politiciens qui se cachent derrière les manifestants, les juges et les services ont détruit dans l’esprit du public la notion même de lutte politique. « A bas la corruption », mais tous les partis politiques en charge du pouvoir ou de l’opposition en Roumanie ont baigné, sauf exceptions individuelles, dans la corruption. C’est l’hôpital qui se moque de la charité !!! Présentement, nous sommes comme parfois dans l’histoire, à l’étiage du politique face aux pièges que nous tend le capital international et sa gestion au travers de ce que l’on appelle l’État profond, lorsqu’il nous vend de la moraline pseudo-humanitaire et pseudo-démocratique en lieu et place d’affrontements politiques, c’est-à-dire de programmes socio-économiques différents, opposés, tranchés. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire moderne que ce genre de situation se présente à la conscience. Il est là une sorte de moment en suspension qui attend ce que je nommerais non pas comme les marxistes naïfs les conditions objectives, lesquelles sont présentes depuis toujours, mais les conditions subjectives d’un Kairos où un groupement décidé serait capable de saisir dans la révolte des masses la Fortuná et la Virtú. Or ce moment serait-il en attente de longue date, il ne se peut manifester que dans le déploiement de la seule tragédie humaine, celle de la politique quand elle se fait guerre.

Claude Karnoouh, Aéroport Charles de Gaulle vers Bucarest 1er Février 2018…

 

 

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Un mois comme un autre en Palestine

 

22. Le lobby.jpg

 

Un mois sous occupation...

Roland RICHA – France – 7 mars 2018

 

23. Palestine.jpg

 

Le bilan du mois de février 2018 est établi. Il est particulièrement meurtrier et criminel.

  • Huit citoyens sont tombés sous les balles de l'occupant.
  • Trois cents cinquante ont été blessés.
  • Trois cents ont été asphyxiés par des tirs de grenades au gaz lacrymogène
  • Quatre cents vingt ont été arrêtés et détenus.
  • Cinquante quatre maisons ou appartements ont été démolis.
  • Cinquante deux mille mètres carrés de terrains agricoles ont été endommagés.
  • Trois cents oliviers ou amandiers ont été déracinés.
  • Quatorze raids aériens ont été effectués sur Gaza et cinq incursions terrestres ayant entrainer la mort de trois citoyens dont deux enfants.
  • Trente sept opérations militaires ont été menées contre les pêcheurs ayant entrainer la destruction totale de trois barques et l'arrestation de six pêcheurs.

La pétition initiée par Assawra exigeant la remise en liberté d'Ahed Tamimi a rassemblé à ce jour trente huit milles six cents signataires.
Elle est encore en ligne.

Al Faraby,
Dimanche, 04 mars 2018

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Sur le chemin du lycée

Al Faraby –7 mars 2018

 

24. Israel devrait rendre.jpg


Pour les jeunes du village d'Allaben, au sud-est de Naplouse, le chemin le plus court pour aller au lycée est d'emprunter la route principale reliant Ramallah à Naplouse.

Ils en ont pour quelques minutes de marche.

Depuis dix jours, des soldats de la force d'occupation leur barrent la route et les obligent à prendre des chemins de traverse, ce qui allonge leur trajet de trois kilomètres.

Pour les lycéens d'Allaben, aller au lycée, accéder donc au savoir, est aussi un acte de résistance. Les enseignants en ont pleinement conscience et ont adapté les horaires des cours.

C'est loin d'être simple.

Les enseignants sont obligés de revoir tout leur emploi du temps de travail mais aussi de leur vie courante.

Comme leurs élèves, les enseignants empruntent la route principale Ramallah-Naplouse.

Al Faraby

Mercredi, 07 mars 2018

Source : https://assawra.blogspot.be/2018/03/sur-le-chemin-du-lyce...

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

Gennevilliers annule son arrêté de reconnaissance de la Palestine

Malgré l'annulation sur demande du préfet des Hauts-de-Seine, l'élu communiste estime que « l'objectif est atteint »

AFP et Times of Israel Staff   -  4 mars 2018

 

0. Gennevilliers.png

Patrice Leclerc, maire de la banlieue parisienne de Gennevilliers. (Capture d'écran : YouTube)

 

En janvier dernier, la ville communiste de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) avait symboliquement reconnu l’Etat de Palestine et appelé d’autres communes en France à faire de même.

Aujourd’hui le maire, Patrice Leclerc, annonce avoir annulé cet arrêté. Il s’en explique dans Le Parisien : « Le préfet des Hauts-de-Seine m’a demandé de le retirer car il estimait que ça ne relevait pas des compétences d’une commune ». En cas de refus, la municipalité s’exposait également à une amende importante.

 « Je ne visais pas un acte réglementaire, l’objectif était autre et il est rempli : c’était de faire parler de la cause palestinienne, à l’heure où le peuple palestinien est bien seul, » explique l’édile qui inscrit cet arrêté éphémère dans une « volonté de faire la paix ».

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) s’est réjoui de cette décision dans un communiqué dans lequel il estime que « cette reculade ridiculise ceux qui pensent outrepasser impunément leurs prérogatives pour tenter d’imposer leur propagande ».

« La France, par la voix de son précédent ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, avait déclaré la possibilité d’une reconnaissance de la Palestine en cas de blocage du processus à la fin de l’année 2016. Or, rien n’a été fait », avait regretté le maire de Gennevilliers en janvier, dans un communiqué.

« Le président Macron refuse d’engager la France dans cette voie, mais si des milliers de parcelles de la France prennent cet arrêté officiel, cette prise de position des communes françaises conduira de fait à une reconnaissance », voulait alors croire l’élu communiste.

 

2. DangerousTimes x.GIF

 

 

 

 Mis en ligne le 7 mars 2018

 

 

 

 

 

18:54 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/03/2018

JOURNÉE DES FEMMES ET...

1. us-missile-strike-syria-feature.jpg

 

 

LA SYRIE, ENCORE ET TOUJOURS,

qui peut se vanter d’avoir un très grand ambassadeur à l’ONU. Contrairement à d’autres.

 

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

Ce document d’une importance extrême,  que vous ne verrez nulle part dans votre pressetituée habituelle, aurait dû accompagner – ou précéder – notre article de Ziad Fadel d’hier. Nous étions en retard de lectures. Culpa ! Culpa !

 

ONU / Vous finirez par avoir votre « ligne rouge »… Trois camions turcs chargés de chlore viennent d’entrer en Syrie

Mouna Alno-NakhalRéseau International 2 février 2018

 

3. Al Jaz'faari.png

 

Ce 28 février, nous apprenons du site de presse de l’ONU que deux responsables de cette Organisation avaient déploré devant le Conseil de sécurité la non application de la résolution 2401 (2018), adoptée à l’unanimité par ce même Conseil 4 jours auparavant, après trois jours de débats [1].

Une résolution demandant pour certains, exigeant pour d’autres, une cessation sans délai des hostilités d’au moins 30 jours consécutifs pour l’instauration d’une pause humanitaire durable, dans toute la Syrie pour certains, dans la Ghouta orientale pour d’autres.

Nous notons un passage de ce compte-rendu dit non officiel, mais néanmoins destiné aux organes d’information, d’autant plus qu’il traduit la pensée de l’un des deux responsables en question, en l’occurrence, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman : « Les efforts antiterroristes ne l’emportent pas sur les obligations en vertu du droit international… L’étendue des attaques militaires aveugles contre la Ghouta orientale ne peut se justifier au prétexte de s’en prendre aux combattants du Front el-Nosra ».

Et puis, plus loin, dans le paragraphe de la déclaration de M. Feltman : « Par ailleurs, a-t-il poursuivi, l’ONU n’a pas encore vu de confirmation par le Gouvernement syrien de son engagement à mettre en œuvre la résolution 2401 (2018), cependant que le représentant syrien, après l’adoption de samedi, a déclaré: « Nous assumons la responsabilité en tant qu’État vis-à-vis de nos citoyens, et avons le droit de lutter contre le terrorisme ».»

Un rappel de la déclaration du « représentant syrien », ajouté probablement par le rédacteur de ce compte-rendu, qu’il faudrait remettre dans son contexte du 24 février dernier [2], mais cela prend du temps, beaucoup de temps…

Pour mémoire, voici la traduction de l’intervention du Dr Bachar al-Jaafari, suite à cette 48ème session du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie. [NdT].

__________________________________________

Le Gouvernement de mon pays a pris connaissance du 48ème rapport mensuel émis par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et, comme d’habitude, nous avons adressé, ce matin, une lettre officielle au Secrétaire général et au Président du Conseil de sécurité exposant notre point de vue sur son contenu.

Monsieur le Président,

Nous sommes réalistes. Nous savons que l’ONU n’est pas une association caritative du fait de son incapacité à mettre en œuvre les dispositions de la Charte et les principes du droit international depuis sa création. La situation palestinienne est le meilleur exemple de son échec, auquel il faudrait ajouter d’autres exemples, tels l’Irak, la Libye, la Yougoslavie, la Grenade pour ceux qui l’auraient oubliée, le Nicaragua, etc. Mais, puisqu’il ne s’agit pas de charité, gardons-la au moins en tant qu’Organisation.

J’aimerais souligner les points suivants :

  • Premièrement : Le Gouvernement de mon pays réaffirme son engagement à respecter les principes du droit international et du droit humanitaire international, tout autant que les lois nationales et la Constitution syriennes ; l’ensemble ayant incontestablement mis à sa charge la responsabilité d’assurer la paix et la sécurité de ses citoyens face aux groupes terroristes.
  • Deuxièmement : Le rapport d’aujourd’hui, comme le précédent, est toujours entaché d’un grave défaut, vu que ses concepteurs s’appuient sur des sources politisées et des chiffres peu fiables, ignorant les sources documentées du gouvernement syrien et, même, les rapports reçus des représentants des Nations Unies travaillant en Syrie ; lesquels reconnaissent ses efforts, sa coopération dans le domaine humanitaire ainsi que les facilités mises à leur disposition pour l’exercice de leur mission. Des éléments positifs qui s’évanouissent sous l’effet d’une puissance irrésistible une fois arrivés au siège des Nations Unies à New York.
  • Troisièmement : Le gouvernement de mon pays déplore le silence des auteurs de ce rapport, ainsi que le silence du Conseil des droits de l’homme et du Bureau de la coordination des affaires humanitaires [OCHA], notamment depuis l’adoption de la Résolution 2401, quant au suivi et à la mise en évidence des conséquences de l’agression barbare turque sur la ville syrienne de Afrin dont un grand nombre de victimes décédées ou blessées, notamment parmi les femmes et les enfants ; la destruction des propriétés privées et publiques ; une importante exode de la population ; une grave pénurie en besoins élémentaires… Mais Afrin n’est ni la Ghouta orientale, ni l’Est d’Alep, ni Kefraya, ni Al-Foua !
  • Quatrièmement : Le gouvernement syrien refuse catégoriquement que les auteurs de ce rapport continuent de se taire sur les conséquences désastreuses des opérations de ladite « Coalition internationale » et de ses membres. Laquelle coalition a assassiné des centaines de civils et de militaires syriens qui combattent Daech ; ses deux derniers et récents massacres ayant fait, hier, 29 morts et nombre de blessures graves parmi les civils, notamment des femmes et des enfants habitant à Al-Chaf’aa et Zahrat. Alouni, deux villages à l’est de Deir ez-Zor… La coalition américaine est, en effet, plus particulièrement spécialisée dans le bombardement de cette région orientale de la campagne de Deir ez-Zor, car les résidents civils ne sont pas des incubateurs du terrorisme de Daech et d’Al-Nosra. Ceci, sans parler de la destruction massive commise par ses forces à Raqqa, comme vient de le dire mon cher collègue délégué de la Fédération de Russie.

Par conséquent, le Gouvernement syrien renouvelle sa demande de dissolution de cette alliance illégitime d’agresseurs avec arrêt immédiat de ses crimes contre les Syriens. D’ailleurs, ce matin, un communiqué de l’État-major russe soulignait que la situation humanitaire en zones contrôlées par les alliés et les agents des USA était la pire comparativement au reste du pays ; des zones devenues des trous noirs comparables à ceux de l’espace intersidéral.

Monsieur le président,

Concernant la Ghouta orientale, le Gouvernement syrien affirme que l’embrasement de la situation, observé ces derniers temps, est dû aux attaques lancées contre les zones résidentielles et les positions militaires par les terroristes largement déployés dans cette région : plus de 2180 obus et roquettes sur Damas, jusque hier ; ce qui a causé la mort de plus de 66 civils et 474 blessures graves chez d’autres.

Comme j’ai commencé par vous le dire, les forces gouvernementales ont été amenées à riposter en vertu de leurs devoirs constitutionnels d’assurer la paix et la sécurité des citoyens.

C’est dans un tel contexte que le Gouvernement de mon pays désapprouve l’usage répété de l’expression « zones assiégées » par les auteurs de ce rapport en parlant de la situation qui prévaut dans la Ghouta orientale, alors qu’ils continuent à délibérément ignorer - sous la pression d’États influents au sein et en dehors de ce Conseil - la vérité qui veut qu’elles sont assiégées de l’intérieur par les diverses organisations terroristes ; lesquels, comme cela s’est déjà produit à Alep, utilisent les civils comme boucliers humains, saisissent et monopolisent l’aide humanitaire en la distribuant à leurs partisans ou en la vendant à ceux qui sont dans le besoin, à des prix exorbitants.

Et le Gouvernement syrien déplore aussi que les auteurs de ce rapport ignorent les souffrances de milliers de personnes enlevées et séquestrées dans les prisons des terroristes sévissant dans la Ghouta orientale ou d’autres régions, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, arrachés de leurs foyers ou de leurs lieux de travail et soumis aux pires formes de torture. Certains de ces civils croupissent dans ces prisons depuis qu’ils les ont enlevés dans la ville ouvrière d’Adra et la campagne de Lattaquié, il y a cinq ans.

Dans ce même contexte, le Gouvernement de mon pays s’élève contre les allégations du Secrétariat général et les rapports du Secrétaire général ; lesquels persistent, jusqu’à cet instant précis, à ignorer ce qu’endurent huit millions de civils résidant dans la capitale, Damas, sous les centaines de roquettes et d’obus lancés, quotidiennement, par les groupes terroristes à partir de la Ghouta orientale.

Le gouvernement de mon pays souligne que les allégations des auteurs du rapport, et les allégations des États occidentaux - qui les influencent - à propos du prétendu siège de la Ghouta sont constamment réfutées. En effet, les dernières preuves de leur manque de crédibilité émanent de leurs propres rapports concernant les aides accordées à la Ghouta orientale, par le régime saoudien, en ce mois de Février.

Ce qui, en réalité, prouve deux choses : premièrement, que la Ghouta orientale n’est pas assiégée ; deuxièmement, qu’il est possible d’y accéder, vu que les livraisons d’armes et de munitions en provenance de gouvernements soutenant le terrorisme sont ininterrompues jusqu’ici, y compris les prétendues aides humanitaires saoudiennes… (humanitaires ) entre parenthèses !

Mesdames et Messieurs,

Nul n’est plus soucieux de la vie et de la protection de ses citoyens, sur chaque pouce du territoire national, que le Gouvernement syrien. C’est dans ce sens que mon gouvernement a pris toutes les mesures nécessaires pour les protéger en ripostant aux terroristes de la Ghouta orientale et en tentant de les en éloigner, via un passage de sortie sécurisé.

Ce même passage annoncé et ouvert quelques heures après l’adoption de la Résolution 2401… quelques heures ! Ceci, pour garantir la sécurité des civils, en coopération avec nos amis et alliés russes, et répondre à tous leurs besoins aux frais du gouvernement syrien, soit dit en passant, non aux frais de l’OCHA. En même temps, le Gouvernement syrien a invité les membres des divers groupes terroristes à déposer les armes, à cesser de terroriser les civils par des attaques lancées à partir des quartiers peuplés et à rejoindre les initiatives du processus de réconciliation nationale.

Mais ce qui s’est passé, Mesdames et Messieurs, est que les groupes terroristes armés avec à leur tête le Front al-Nosra, Jaïch al-Islam et Faylak al-Rahmane ont interdit, par la force des armes, l’accès des civils au passage sécurisé, comme vous le savez, ou non ; ceci, en procédant au lancement de leurs obus de mortiers sur le passage, dès l’annonce de son ouverture.

Quant au message qui vous a été adressé par le terroriste Mohammad Allouche [chef du bureau politique de Jaïch al-Islam soutenu par les Saoudiens, tandis que Faylak al-Rahmane serait soutenu par les Qataris ; NdT] ; franchement, il signifiait son refus de laisser sortir toute personne civile de la Ghouta. C’est lui qui l’a dit et son but est évident : il veut utiliser les civils comme otages et boucliers.

Dieu soit loué, nous avons aujourd’hui une nouvelle mode aux Nations Unies : un message arrive d’un groupe terroriste et, son contenu est distribué comme document officiel. C’est la dernière invention caritative des Nations Unies. Il n’y a ni résolutions de lutte contre le terrorisme, ni respect de l’intelligence des délégués des États Membres.

Toute personne qui a suivi le processus d’adoption de la résolution 2401, ainsi que certaines notes d’information et déclarations entendues aujourd’hui, arrive à une vérité indubitable qui se résume à dire que l’objectif réel de l’adoption de cette résolution n’était pas de parvenir à une véritable trêve, comme certains le prétendent, ni de protéger les civils et de répondre à leurs besoins. L’objectif était d’utiliser, encore une fois, le Conseil de sécurité pour empêcher l’avancée de l’Armée syrienne et de ses alliés combattant les groupes terroristes armés qui menacent la capitale, Damas. Nous le disons pour la millième fois : ils menacent la capitale, Damas !

Sinon, qui pourrait nous expliquer l’absence de référence à toutes les résolutions du Conseil de sécurité relatives à la lutte antiterroriste dans le texte de la Résolution 2401 ? Votre Résolution, Mesdames et Messieurs, n’a mentionné aucune de vos propres résolutions en rapport avec la lutte antiterroriste.

Et qui pourrait nous expliquer la forte résistance de certains États, pendant les négociations sur le projet de cette résolution, à tout énoncé excluant de la prétendue trêve, Daech, le Front al-Nosra et les groupes apparentés ? Vous avez négocié pendant trois jours sur : devons-nous mentionner Daech ou ne pas mentionner Daech… devons-nous mentionner Al-Nosra ou ne pas mentionner Al-Nosra ?

Monsieur le Président,

La campagne prétendument humanitaire en rapport avec le fait terroriste dans la Ghouta orientale a coïncidé avec une autre campagne, organisée sous des auspices occidento-américains, faisant de nouveau la promotion de l’utilisation d’armes chimiques dans certaines régions de Syrie ; régions où s’activent exclusivement des terroristes… veuillez m’excuser, je voulais dire les « Casques blancs » !

Et pour compléter le tableau, le New York Times [NYT] a publié, aujourd’hui même, un éditorial, façon Tintin, selon lequel il y aurait une coopération entre la République populaire démocratique de Corée [RPDC] et mon pays, en matière d’armes chimiques.

Ce qui est risible dans cette affaire est que l’article calomnie les gouvernements des deux pays sur toute une page à l’intérieur du journal, mais dit que selon les experts qui l’ont examiné, le rapport n’est pas probant… Je cite en anglais : « Though experts who viewed the report said the evidence it cited did not prove definitively that there was current, continuing collaboration between North Korea and Syria on chemical weapons…» [3]. Et voilà que nous nous mettons à vous lire le NYT !

Monsieur le Président,

Chez nous, l’adage populaire dirait : « Que Dieu accorde le Hadj au NYT alors que les gens en reviennent ». Car, il a échappé au NYT que c’est le navire américain « Cape Ray » qui a détruit le stock de produits chimiques, remis volontairement par les autorités syriennes, après adhésion de mon pays à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques [CIAC], puis à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques [OIAC] dont il est devenu membre à part entière.

Autrement dit, ces informations sont vieilles, du « déjà vu » comme diraient les Français mais, bizarrement, le NYT s’est senti investi de l’enthousiasme d’en reparler.

En fait, ce n’est pas si bizarre. Je vais vous lire une dépêche reçue il y a quelques minutes. Des informations que vous pourrez prendre en considération au cas où certains États Membres réactiveraient le sujet des armes chimiques au sein de ce Conseil. Nous, nous vous disons dès à présent : prochainement, il y aura utilisation du chimique par les terroristes en Syrie. Et maintenant, voici les informations :

  • Dans la matinée du 20 février, trois camions turcs transportant du chlore sont entrés dans le Gouvernorat d’Idlib par le passage de Bab al-Hawa. Laissons le NYT vérifier ces informations. Il pourrait, peut-être, publier un article allant dans le sens contraire.
  • Deux de ces camions se sont arrêtés au village Al-Lozé, dans la campagne d’Idlib, et sont actuellement stationnés dans son école, accompagnés de plusieurs voitures et d’un certain nombre de terroristes. Vous évoquez sans cesse les écoles et les hôpitaux… Ils ont transformé l’école du village en dépôt d’armes chimiques.
  • Le troisième camion a continué jusqu’au village Al-Habet, situé dans la campagne nord de Idlib, et se trouve actuellement au siège de ladite Ha’yat Tahrir al-Cham [Organisation de libération du Levant] -des agents de la Turquie- où il est en train d’être déchargé, côté nord-est, en présence d’un grand nombre de terroristes.
  • Les informations en possession du gouvernement syrien indiquent que les terroristes préparent une action terroriste avec usage de chlore à grande échelle, pour ensuite en accuser l’Armée arabe syrienne. Lesquels terroristes ont reçu des instructions fermes de la part de services secrets occidentaux et turcs pour mener une attaque chimique avant le 13 mars. Pourquoi le 13 mars ? Parce que c’est la date de la tenue de la 87ème session du Conseil exécutif de l’OIAC.

Nous vous confions ces informations en vous répétant que ces terroristes, par ordres de leurs employeurs, comptent utiliser le chimique avant le 13 mars prochain.

Monsieur le Président,

La vraie responsabilité de faire cesser les hostilités incombe aux États ayant le pouvoir d’influer effectivement sur les groupes terroristes armés sévissant dans la Ghouta et autres régions syriennes, afin qu’ils arrêtent leurs actions terroristes et autorisent les civils, pris pour boucliers humains, à sortir librement et en sécurité de ces régions qu’ils exploitent comme bases de lancement de leurs attaques terroristes.

Monsieur le Président,

Un groupe d’États Membres fait mine de pleurer sur la situation humanitaire en Syrie, cinq États dont certains sont, à notre grand regret, membres de ce Conseil et qui ont invité, deux jours après [l’adoption de la résolution 2401 ?], d’autres États Membres de cette Organisation à assister à un film sur Jabhat al-Nosra… pardon, sur lesdits « Casques blancs »… dans la salle du Conseil économique et social au sein des Nations Unies. Il y a des membres de ce Conseil qui font la promotion d’une organisation terroriste figurant sur sa liste en tant qu’entités terroristes !

Nous vous confions également cette affaire. Peut-être sera-t-elle traitée de la manière qui convient.

Merci.

Docteur Bachar al-Jaafari

Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies

Transcription et traduction par Mouna Alno-Nakhal

Source : Video / The Syrian Mission to the United Nations

https://www.youtube.com/watch?v=KzFddTaxZjQ

____________________   

Notes :

[1] Deux responsables de l’ONU déplorent, devant le Conseil de sécurité, la non-application de la trêve de trente jours qu’il avait demandée en Syrie

https://www.un.org/press/fr/2018/cs13231.doc.htm

[2] Bachar al-Jaafari : Ce que nous avons compris de la Résolution 2401(2018)…

https://reseauinternational.net/author/mouna-alno-nakhal/

[3] U.N. Links North Korea to Syria’s Chemical Weapons Program

https://www.nytimes.com/2018/02/27/world/asia/north-korea...

Source : https://reseauinternational.net/onu-vous-finirez-par-avoi...

 

 

5. SYRIE bannière.jpg

 

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

Ni Shamir ni Poutine n'oublient CARLOS.

Entre la Plume et l’Enclume – 3 février 2018

Le Comité de soutien au Commandant Carlos Ilich Ramirez Sanchez (présidé par Dieudonné M bala Mbala) annonce :

 

4. CARLOS xxx.jpg

 

Du 5 au 16 mars 2018. se tiendront les audiences du nouveau procès « Carlos ».

CARLOS fait appel de sa nouvelle condamnation à perpétuité pour l'attentat de 1974 au Drugstore de Saint Germain des Prés. Depuis sa capture au Soudan en 1994, l'État n'a pas cessé d'accumuler les violations du droit à son encontre. Il est jugé par une Cour d'assises « spéciale », c'est à dire aux ordres du pouvoir, de par ses statuts, et spécialement conçue pour pouvoir condamner des actes de nature politique, sans avoir à respecter les règles du droit pénal  en vigueur en France.

 

Les audiences sont publiques, et se tiennent à la cour d'appel au

Palais de Justice, 4 rue de la Cité, 75001, Paris. 

C’est à la Cour d’assises n° 2 (salle Victor Hugo) et pas une cour d’appel comme en correctionnelle !

Rendez-vous lundi 5 mars à 9h; à la Cour d’assises on fait au fur et à mesure...

 

 

Rappelons qu'il avait profité de son procès en première instance pour rappeler que la France est un pays occupé par Israël, et que ce n'est pas un pays démocratique, puisque le premier parti l'année dernière (Front National) n'était représenté que par quelques députés à peine au Parlement.

Il sera défendu par Me. Coutant-Peyre. 

Pour connaître les commentaires de Carlos sur l'actualité internationale, voir http://carlosreveal.com (entretiens téléphoniques en anglais).

 

5. Bras croisés.jpg

 

Ci-dessous, un texte d'Israël Shamir suivi d’une interview de Carlos par Shamir, inclus dans le volume Carlos, un combattant contre l'empire, éd. Kontrekulture.

 

Poutine et « CARLOS »

par Israël Adam Shamir

 

Le Vénézuélien José A. Ramirez avait eu trois fils. Le premier, il l’a nommé Ilich, le second, Lénine, et le troisième, Vladimir. Vladimir et Lénine vivent heureux pour toujours au Venezuela, soutenus par le Parti communiste et par la société, amicale avec la Russie. 

Et Ilich, supérieurement intelligent, supérieurement courageux, soutient également le Parti communiste, défend également Poutine, mais tout cela du fond d’une prison française - depuis plus de vingt ans.

Ilich avait étudié à Moscou, à l'Université  pour l’amitié entre les peuples Patrice Lumumba; il voulait vivre et étudier dans le pays du prolétariat victorieux. Imaginez l’ensemble prodigieux de vraies croyances et d’idéaux pour les frères Ramirez, et plus que tout pour Ilich : il voulait sauver le monde. Il a pris un flingue, et il est parti défendre les opprimés. Le plus opprimés à l'époque étaient les Palestiniens et la cause palestinienne attirait les idéalistes avec des flingues. Dans les camps de réfugiés palestiniens et parmi les combattants   de l'Armée Rouge allemande il y avait Andreas Baader, Ulrike Meinhof et Horst Mahler, et la beauté palestinienne Leila Khaled. 

Révolutionnaire professionnel, frère du Che Guevara en esprit, Ilich a combattu dans les rangs du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) contre les envahisseurs sionistes, il a fait sauter des banques, enlevé des banquiers, pris en otage onze ministres des pays producteurs de pétrole (OPEP) à Vienne en 1975, bâti sous terre des réseaux en Europe et au Moyen-Orient : il était l’espérance révolutionnaire en personne. Il est devenu légendaire sous le nom de guerre "CARLOS"[1] , et les ennemis lui ont donné le surnom de « Le Chacal » - en l'honneur du héros du livre de politique fiction Les jours du Chacal, avec qui il avait peu en commun. Le Jackal de Forsyth tuait pour l'argent, CARLOS - pour la révolution et pour la liberté.

Il n'a pas été un agent du KGB, bien que, selon certains, il ait eu des liens étroits avec les services de renseignement soviétique, des actions coordonnées ayant été menées à l’occasion, quand c’était nécessaire, pour le plus grand profit du Kremlin. C’était un franc-tireur, mais un franc-tireur du côté soviétique.

Après la chute de l'Union soviétique, le réseau mondial du KGB et de ses amis s’est retrouvé laminé. Les uns ont été trahis par les chefs, d’autres ont été capturés par l’ennemi, la situation était tendue pour tous les révolutionnaires. 

En 1993, Ilich avait fui au Soudan, mais c’est alors qu’il a atteint les sommets. En 1994, il a été enlevé par les services secrets français, exporté vers la France, et il a été jugé et condamné à la prison à perpétuité, parce que, alors qu’il résistait à une arrestation,  deux  inspecteurs de la DST avaient trouvé la mort.

Depuis lors, plus de vingt ans sont passés. La moitié Ilich les a passés à l’isolement, les autorités françaises tentaient de le rendre fou. Mais il a survécu, plus lucide et solide que jamais. Ilich n'assume aucune des accusations qui le visent, il a toujours tout nié ; impossible de dire avec certitude quel genre de choses il a faites lui-même, et quels autres faits lui sont simplement attribués, parce que ça arrange les médias et les autorités.

Voici quelques questions auxquelles il a pu répondre brièvement :


- Êtes-vous un terroriste? 

- Je suis un révolutionnaire dans le sens léniniste, je suis un combattant de la résistance palestinienne. C’était mon destin de  devenir un révolutionnaire professionnel, et j’ai essayé d’être le meilleur dans mon secteur d’activités.

- Est-ce que vous êtes fier de votre travail? 

- Je suis fier de tout ce que j’ai fait. Mais symboliquement l’opération pour capturer les ministres de l'OPEP à Vienne a été la plus importante. Ils pensaient qu'ils étaient les maîtres du monde, mais je leur ai montré qu'ils étaient vulnérables.

- Quel avenir pour la Palestine? 

- En lieu et place de l’Etat des sionistes, il y aura un Etat palestinien démocratique et laïque, ouvert à tous, juifs et Palestiniens.

Que pensez-vous de Le Pen?

- Pour moi, communiste, Le Pen est un fasciste de l’ancien temps, mais j’ai de la sympathie pour lui, parce qu'il est le seul homme politique français qui sait trancher, et que c’est un patriote. Jadis c’étaient les communistes, les vrais …

Que pensez-vous de Poutine? 

- J’en pense du bien, comment pourrait-il en être autrement? Il a été formé au KGB, qui était la pépinière de l'élite soviétique. C’est une bonne  chose qu'il ait été porté au sommet du pouvoir en Russie. Je souhaite que son projet politique réussisse parce que le monde a besoin d'une Russie forte, d’une Troisième Rome slave, sur la base de l'orthodoxie et du communisme ...

 

« CARLOS » Ilich reste en captivité, ses derniers combats de soldat soviétique sont oubliés. Il a longtemps été livré à la volonté de la CIA, du MI-5, du Mossad, qui a tout fait pour avoir sa peau. Après vingt ans dans une geôle française, il regarde avec espoir du côté de Moscou. Il espère qu'il y aura des camarades pour se souvenir de lui. On m'a dit que les autorités françaises pourraient accepter d'expédier Ilich en Russie, si celle-ci le réclame. Il n’a pas été un agent soviétique dans le sens strict du terme, mais Poutine pensait certainement à lui quand il a dit, à propos des « soldats oubliés » :

 « Nous ne sommes pas des lâcheurs »...

 (Article publié dans Izvestia le 5 novembre 2015)

_____________________

[1]  En fait ; c’est Libération qui lui a attribué ce nom [vous m’étonnez, René ! ndGO]. Son nom de combattant est Salem Salim Mohammed.

 

5. Carlos.jpgComité de soutien au Commandant Carlos Ilich Ramirez Sanchez

 

 

Source : http://plumenclume.org/blog/323-ni-shamir-ni-poutine-n-ou...

 

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

Et un autre…

 

Procès de l’inexistant lobby contre Olivia Zemor

 

6. Zemor BDS.jpg

 

Chère amies, Chers amis,

Nous venons d’apprendre qu’à la demande du lobby israélien un nouveau procès nous est intenté le 19 mars prochain, pour avoir appelé la chanteuse Vanessa Paradis, il y a 7 ans, à ne pas aller donner un concert à Tel Aviv et à ne pas y rencontrer le président de l’Etat d’Israël Shimon Peres.

Les plaignants : « L’Union des communautés juives d’Ile de France », présidée par le colon franco-israélien Sammy Ghozlan, nous accusent de « provocation à la haine ou à la violence »  et de « provocation à la discrimination nationale, raciale, religieuse », en se référant à une vidéo, publiée sur notre site en janvier 2011, qui nous montre en train d’expliquer, chants et danses à l’appui, qu’il serait immoral d’aller cautionner les colonies, l’occupation, les massacres et le blocus de Gaza, ainsi que la torture des enfants palestiniens.

Lors de cette soirée, nous avions distribué au public la lettre des opposants israéliens appelant Vanessa Paradis et Johnny Depp à ne pas se rendre en Israël et à ne pas « permettre à l’Etat d’Israël de se servir de votre réputation pour blanchir ses crimes ! » (texte intégral sur http://www.europalestine.com/spip.php?article5752 )

Vanessa Paradis et Johnny Depp avaient choisi d’annuler leur concert. Tant mieux.

Des centaines d’artistes dans le monde, de Ken Loach à Roger Waters, en passant par MassiveAttack, Brian Eno ou Lorde, refusent de cautionner l’occupation et la colonisation israéliennes, et nous leur en savons gré.

Sont-ils antisémites ? Non ! Pas plus que nous, ni les opposants israéliens, ni le peuple palestinien qui nous appelle à faire comme pour l’Afrique du Sud de l’Apartheid, et à boycotter Israël tant que durent l’occupation, la colonisation, et leur cortège d’atrocités.

Mais une fois de plus, le lobby israélien essaie de créer la confusion entre judaïsme et condamnation de l’apartheid israélien, et d’inverser les rôles en osant parler de « discrimination » à l’encontre d'un État qui boycotte en permanence tout un peuple, le privant de l’ensemble de ses droits les plus fondamentaux. 

Netanyahou et ses supporters ne se contentent pas d’amplifier la colonisation, comme les violations des droits de l’homme et du droit international. Ils exigent que la France interdise le boycott d’Israël, interdisant par là même aux artistes, aux universitaires, aux sportifs, de refuser d’aller se produire dans ce pays !

On pourrait ainsi réclamer des sanctions contre la Chine, la Russie, la Syrie ou l’Iran, mais pas contre Israël, qui s’estime au-dessus des lois, comme vient de le proclamer sans complexe la ministre israélienne de la justice Ayelet Shaked (http://www.europalestine.com/spip.php?article13956).

C’est énorme ! Nous devons, par un soutien et une présence massive au procès d’Olivia Zémor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, montrer que la France n’est pas une colonie israélienne.

C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous le lundi 19 Mars, à partir de 12 H 30, au Tribunal de Versailles, 5 Place André Mignot, 78011 (le procès se déroulera à 14 H à la 8ème Chambre, Section 3).

Nous vous demandons de faire tout votre possible pour être présent(e)s ce jour-là  (dans 3 semaines précisément), afin que le gouvernement français, qui se proclame contre la colonisation et pour le respect du droit international, ne puisse faire ses coups bas en catimini.

Nous en appelons au soutien de tous les défenseurs du droit et de la justice, en France comme à l’étranger.

7 Tamimi.jpg

LE 8 MARS PROCHAIN (Ah, oui, c’est la journée des femmes !), DÉFILONS ENSEMBLE POUR LA LIBÉRATION DE TOUTES LES FEMMES ET JEUNES FILLES PALESTINIENNES EMPRISONNÉES PAR L’OCCUPANT ISRAÉLIEN !

À l’occasion de la journée internationale des femmes, nous vous attendons nombreuses et nombreux, pour participer au cortège qui défilera le jeudi 8 mars à 17 H 30 À PARIS, de la place de la République à la place de l’Opéra, avec les photos et les noms de toutes les femmes et adolescentes palestiniennes (la plus jeune a 13 ans) enfermées dans les geôles de l’occupant israélien, comme Ahed Tamimi !

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine

www.europalestine.com

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

À propos de « la beauté palestinienne Leïla Khaled ». C’était en septembre dernier :

 

8. MUR - leila-khaled-heidi-naguib.jpg

 

Un accueil chaleureux et combattif à Leila Khaled, Sahar Francis et Ahed Tamimi au Parlement européen (photos)

0. freccia nera piccola xx.GIF

http://www.pourlapalestine.be/un-accueil-chaleureux-et-co...

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

Tiens, pendant qu’on y est : rappel de notre post du 6 janvier 2014…

 

In Memoriam Dalal al Mughrabi

Cinquième anniversaire du carnage israélien dans le camp de Gaza
(27 décembre 2008 - 21 janvier 2009)

Aline de Dieguez

 

9. Dalai al Mughrabi.jpg

0. freccia nera piccola xx.GIF

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

Et on sait bien qu’on perd son temps, mais on ne se lassera jamais de le répéter…

 

10. GIA-Bandeau-web8-1.jpg

0. freccia nera piccola xx.GIF

http://liberonsgeorges.samizdat.net/ 

 

Grouillez-vous les mecs, il risque de mourir de vieillesse avant.

 

2. Syrian Armed Fortces.GIF

 

 

Mis en ligne le 3 mars 2018

 

 

 

22:01 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |