12/08/2014

Feliz 88 cumpleaños Comandante !

1. borgarfjordur eystri fidel castro.jpg

 

Feliz 88 cumpleaños Comandante !

 

2. Vendredi 11 juillet.jpeg

 

Et durez le plus longtemps possible. Ce serait si dommage de rater la fin.

 

(Le bateau est celui d’un pêcheur d’Islande. Si vous ne nous croyez pas, c’est là : http://www.regeafaitunbeauvoyage.fr/jour9-03juillet08.html. La photo, c’est la dernière en date : vendredi 11 juillet 2014. Juste avant que les Yankees ratent Vladimir comme ils ont raté Fidel plus de six cents fois)

 

*

Chers internautes, pour le cas où Le Monde aurait oublié de vous en parler…

 

Comment les Cubains ont converti leur île au bio

par Frédérique Basset

 

0. Cuba bio.jpg

 

Les écologistes du monde entier en parlent, les Cubains l’ont fait. Parce que l’embargo leur a imposé une pénurie totale de pétrole, ils ont converti leur île à l’agriculture biologique. Cela dure depuis vingt ans.

 

3. Cuba Bio-1.jpg

 

1989. Chute du Mur de Berlin. Deux ans plus tard, effondrement du bloc soviétique. Cuba perd alors son principal fournisseur de pétrole, de matériel agricole, d’engrais chimiques et autres pesticides. Avec la disparition de l’URSS et des anciens pays de l’Est, qui achetaient ses produits à prix constants, l’île perd aussi des marchés juteux, notamment celui du sucre, dont elle exportait 85% de sa production. Tous les ingrédients sont réunis pour que le pays plonge dans le chaos. D’autant que le blocus américain se resserre.

Pour Cuba, c’est le début d’une nouvelle ère, de cette « période spéciale en temps de paix » annoncée en 1992 par Fidel Castro et qui durera cinq ans, autrement dit une période de grave crise économique : le produit intérieur brut (PIB) chute de 35 %, le commerce extérieur de 75%, le pouvoir d’achat de 50% et la population souffre de malnutrition.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » (Marc Twain)

Nécessité fait loi. Afin de satisfaire ses besoins alimentaires, la population se lance dans la culture de fruits et légumes.

« Les Cubains avaient faim, explique Nils Aguilar, réalisateur du film Cultures en transition.

 

 

Ce sont eux qui ont fait les premiers pas en occupant les terres dans un mouvement spontané ». Des milliers de jardins, « organoponicos », fleurissent sur des petits lopins de terre, sur les terrasses, entre les maisons, sur d’anciennes décharges, au milieu des terrains vagues, bref dans le moindre interstice laissé vacant. Outre la culture, on y pratique souvent l’élevage de petits animaux : poules, lapins, canards, cochons. « Les principaux acteurs du mouvement agro-écologique, ce sont les paysans eux-mêmes, affirme Dorian Felix, agronome, spécialisé dans l’agroécologie tropicale, en mission à Cuba pour l’association Terre et Humanisme. Ils ont expérimenté ces pratiques, les ont validées et diffusées. Leur mobilisation et celle de la société civile tout entière a été, et reste, très importante. »

 

4. Cuba bio-1.jpg

 

Le boom de l’agriculture urbaine

Dans la foulée, le gouvernement entame une transition forcée. Produire de la nourriture devient une question de sécurité nationale. A partir des années 1990, l’accent est mis sur la production locale, à partir de ressources locales, pour la consommation locale. L’État distribue des terrains à qui veut les cultiver et développe une agriculture vivrière et biologique de proximité : sans pétrole pour faire fonctionner les tracteurs, on recourt à la traction animale ; sans engrais chimiques ni pesticides, on redécouvre le compost, les insecticides naturels et la lutte biologique.

 

5. Cuba bio-1.jpg

 

« C’est une véritable révolution verte, confirme Nils Aguilar. Dans ce pays, tout le monde est impliqué, j’ai eu la surprise d’entendre un chauffeur de taxi me vanter les prouesses de l’agroécologie ! Cuba développe une agriculture post-industrielle et prouve que ces techniques peuvent nourrir les populations ». Aujourd’hui, la main-d’œuvre agricole a été multipliée par dix. D’anciens militaires, fonctionnaires et employés se sont convertis ou reconvertis à l’agriculture, car nombre d’entre eux avaient été paysans auparavant. Chaque école cultive son potager, les administrations ont leur propre jardin, fournissant les légumes aux cantines des employés.

Phénomène sans précédent, l’agriculture urbaine s’est développée comme nulle part ailleurs dans le monde. L’île compte près de 400.000 exploitations agricoles urbaines, qui couvrent quelque 70.000 hectares de terres jusqu’alors inutilisées et produisent plus de 1,5 millions de tonnes de légumes. La Havane est à même de fournir 50% de fruits et légumes bios à ses 2.200.000 habitants, le reste étant assuré par les coopératives de la périphérie.

 

6. Cuba bio-1.jpg

 

Révolution verte à la cubaine

En 1994, les fermes d’Etat productivistes sont progressivement transformées en coopératives pour fournir en aliments les hôpitaux, écoles, jardins d’enfants. Quant au reliquat de la production, il est vendu librement sur les marchés. Universitaires, chercheurs, agronomes sont mis à contribution pour diffuser les techniques de l’agroécologie. Un réseau de boutiques vend semences et outils de jardinage à bas prix, prodiguant également aux clients des conseils d’experts. Et dans toutes les villes du pays, on enseigne l’agriculture biologique par la pratique, sur le terrain. Bien plus qu’un simple transfert de connaissances technologiques, il s’agit de « produire en apprenant, d’enseigner en produisant et d’apprendre en enseignant. »

L’impact de cette révolution verte est multiple : réduction de la contamination des sols, de l’air et de l’eau, recyclage des déchets, augmentation de la biodiversité, diversification des productions, amélioration de la sécurité alimentaire, du niveau de vie et de la santé, création d’emplois – notamment pour les femmes, les jeunes et les retraités. C’est aussi une politique moins centralisée qui s’est mise en place, donnant davantage de marge de manœuvre aux initiatives individuelles et collectives autogérées. Le mot d’ordre dominant : « Décentraliser sans perdre le contrôle, centraliser sans tuer l’initiative ».

Dans les villes, ce principe a permis de promouvoir la production dans le quartier, par le quartier, pour le quartier, en encourageant la participation de milliers de personnes désireuses de rejoindre l’initiative.

 

7. Cuba bio-1.jpg

 

Aujourd’hui, Cuba produit pour sa consommation plus de 70% de fruits et légumes, ce qui ne lui garantit pas une totale autonomie alimentaire, dans la mesure où elle dépend encore des importations de riz et de viande, notamment. Mais, selon les critères de l’ONU, « le pays a un indice de développement humain élevé et une faible empreinte écologique sur la planète ». Si demain les importations de nourriture devaient s’arrêter, les habitants seraient beaucoup moins en péril que ceux d’un pays comme la France, qui dispose seulement de quelques jours de réserves dans ses supermarchés (d’après le CESER – Conseil économique, social et environnemental Ile-de-France -, la région dispose de quatre jours de réserves alimentaires).

 

8. Cuba bio-1.jpg

 

Il aura fallu une crise pour que Cuba découvre les vertus de l’agroécologie, de la permaculture, de l’agroforesterie ou encore du sylvopastoralisme. L’île a-t-elle réussi pour autant sa transition énergétique ? En partie seulement. La consommation de pétrole a redémarré en 1993 grâce à (ou à cause de ?) la production nationale et à l’aide du Venezuela qui lui fournit près de 110 000 barils de pétrole par jour. Mais on peut parier que le pays ne pourra plus faire machine arrière. Car au-delà de la révolution agricole, les initiatives individuelles et collectives ont prouvé que les Cubains pouvaient prendre en main leur destin. Une véritable révolution culturelle !

Sources :

http://www.kaizen-magazine.com/comment-les-cubains-ont-co...

http://au-bout-de-la-route.blogspot.be/2014/07/comment-le...

Photos  : https://nacla.org/news/2012/10/18/urban-agriculture-cuba-...

 

* 

Ce n’est pas à Cuba, mais c’est le même principe, et c’est tellement beau

 

9. Tree-for-web-rect-1414x1000 (1)-1.jpg

Quelqu’un s’est amusé à greffer 40 espèces d’arbres fruitiers sur un seul tronc. Résultat : 40 espèces de fruits, de juin  à octobre.

Bémol, c’est cher : 30.000 $ (Oui, c’est aux États-Unis)

http://chasseursdecool.fr/un-arbre-pouvant-produire-40-fr...

 

*

Ah, la médecine préventive ! Déjà Rabelais ne jurait que par elle. Mais s’il n’y avait pas les Cubains…

Cuba, un modèle selon l’Organisation mondiale de la santé

Salim Lamrani – Le Grand Soir

6 août 2014

10. ecole latinoaméricain ELAM.jpg

L’École latino-américaine de médecine (ELAM)

 

Selon l’organisme onusien, le système de santé à Cuba a valeur d’exemple pour tous les pays du monde.

Le système de santé cubain est mondialement reconnu pour son excellence et son efficacité. Malgré des ressources extrêmement limitées et l’impact dramatique causé par les sanctions économiques imposées par les États-Unis depuis plus d’un demi-siècle, Cuba a réussi à universaliser l’accès aux soins à toutes les catégories de la population et à obtenir des résultats similaires à ceux des nations les plus développées.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/cuba-un-modele-selon-l-organi...

 

* 

Nos hommes à La Havane :  Comment les USA ont utilisé de jeunes Latino-Américains pour tenter de fomenter des troubles à Cuba

 

11. usaid.jpg

 

4 août 2014Russia Today

Les États-Unis ont secrètement envoyé des jeunes Latinos à Cuba pour tenter d’y déclencher des troubles. C’est ce qu’il ressort d’un rapport qu’une « fuite » vient de divulguer. Les « espions voyageurs », qui étaient infiltrés sous le prétexte de travailler pour des programmes de santé et d’autres activités civiles, étaient ainsi délibérément mis en sérieux danger, car il n’existait pas de filet de sécurité pour leur sauver la mise s’ils étaient découverts.

Une enquête d’AP (Associated Press) révèle que le projet « voyageurs » a été lancé sur Cuba en octobre 2009 par l’Agence US pour le Développement International (USAID), officiellement connue pour gérer des millions de dollars dans ce qu’il est convenu d’appeler l’aide humanitaire. En réalité, elle envoyait en secret des jeunes vénézuéliens, costa-ricains et péruviens se mêler aux Cubains. Les autorités américaines espéraient que ces agents secrets les aideraient à provoquer une « révolution » dans le pays sur leur modèle habituel

Les jeunes Latinos devaient se faire passer pour des touristes, circuler dans tout le pays, et recruter des gens susceptibles de devenir des activistes politiques opposés aux autorités cubaines.

Un atelier de prévention contre le SIDA, que des mémos obtenus par AP appellent « la parfaite excuse » a également été utilisé par l’espionnage US pour tenter de mener à bien son programme d’intervention politique.

AP a également réussi à mettre la main sur des documents qui révèlent comment communiquaient entre eux ceux qui participaient à ce programme. Ils utilisaient des clés USB cryptées pour camoufler leurs données et envoyer des messages codés.

Les « voyageurs » ne saisissaient que des choses innocentes dans leurs ordinateurs portables, de manière à ne pas être suspectés par les autorités cubaines.

Quand ils écrivaient « j’ai mal à la tête », cela voulait dire qu’ils soupçonnaient le gouvernement cubain de les surveiller. « Votre sœur est malade » voulait dire qu’ils souhaitaient mettre un terme à leur voyage.

« Nous nous arrangions pour que le gouvernement, ici (au Venezuela), ne sache pas que nous nous rendions à Cuba et que nous aidions ces groupes, » a déclaré à l’AP Yajaira Andrade, ex-administrateur de l’antenne vénézuélienne, « parce que c’était quand Chavez était au pouvoir, et que s’il avait su que des Vénézuéliens travaillaient à fomenter une révolte à Cuba, nous aurions été jetés en prison. »

12. usaid-1.jpg

Rajiv Shah, administrateur de l’Agence US pour le Développement International (USAID

Toutefois, d’après l’enquête d’AP, les travailleurs humanitaires-espions ont échoué dans leur chasse aux « acteurs potentiels susceptibles d’œuvrer à un changement social ». D’après un des agents latino-américains, la formation qu’ils recevaient consistait en un séminaire de 30 minutes, censé leur apprendre comment échapper au contre-espionnage cubain. Il n’y avait, a-t-il dit, aucun filet de sécurité pour le cas où les autorités cubaines les auraient repérés.

 « Bien que rien ne soit jamais totalement sûr, soyez persuadés que les autorités n’essayeront pas de vous maltraiter physiquement, mais seulement de vous effrayer, » explique un mémo tombé dans les mains d’AP. « Rappelez-vous que le gouvernement cubain préfère éviter les articles négatifs dans les médias internationaux et qu’un étranger battu ne servirait pas leur image. »

Ce programme d’espionnage a continué, même après l’arrestation, qui a fait scandale, d’Alan Gross, un professionnel du « développement international » US. Il a été arrêté alors qu’il travaillait comme contractant pour l’USAID, en décembre 2009, et il purge actuellement une peine de quinze ans dans une prison cubaine.

 « Nous attachons de l’importance à votre sécurité, » dit un haut fonctionnaire de l’USAID dans un e-mail.

« Nos recommandations et nos conseils s’adressent à TOUS les voyageurs vers l’île, pas seulement aux citoyens américains. »

Selon AP toujours, un contractant* a commenté l’arrestation d’Alan Gross.

« Ils ont arrêté un contractant d’une autre agence. Ça pourrait être dangereux, » dit le message Skype cité par AP, « Dieu merci, ce n’est pas un  des nôtres. »

13. usaid-2.jpg

Le secrétaire d’État US John Kerry faisant un discours pendant sa tournée d’inspection des dommages causés par le super-typhon Haiyan, à Tacloban (Philippines), le 18 décembre 2013.

 

Creative Associates refusant de commenter, l’USAID a affirmé que les organismes US aidaient les Cubains à « déterminer leur avenir ».

« L’USAID et l’administration Obama se se sont engagés à soutenir le désir du peuple cubain de déterminer librement son avenir, » a déclaré l’agence à AP. « L’USAID travaille à Cuba, avec des groupes indépendants de jeunes, à des projets d’intérêt général, dans les domaines de la santé publique, des arts et d’autres champs d’actrion, en accord avec les programmes démocratiques mondiaux. »

Un autre programme d’atelier - sur le SIDA - avait un double but, a ajouté l’USAID.

Il « apportait son soutien à la société civile cubaine, tout en offrant l’avantage secondaire de répondre au désir exprimé par les Cubains d’être formés à la prévention du SIDA. »

L’espionnage US ne semble pas s’être préoccupé non plus de rémunérer fastueusement les espions qui travaillaient dans de telles conditions. D’après les informations obtenues par AP, une douzaine de Latino-Américains étaient payés moins de 5.41 $ l’heure.

 

14. usaid-3.jpg

Le secrétaire d’État John Kerry (c.) prend la parole au côté de Dolores Nembunzu (g.) administratrice de l’Hôpital Saint Joseph, de Kinshasa, dont la clinique Fistula est financée par l’USAID, et de sœur Mary Joseph (d), le 4 mai 2014.

 

Les données montrent que la firme Creative Associates International, agissant pour le compte de l’USAID, a même utilisé les parents des jeunes espions pour transporter des fonds qui devaient leur être remis. Cependant, les familles ne se doutaient pas que ces fonds provenaient des autorités US.

Ces révélations sur le programme d’espionnage US surviennent après un autre scandale : celui du « Twitter cubain », le réseau social lancé par les USA à Cuba, qui avait pour but de renverser le gouvernement du pays. Le Twitter cubain et le programme des espions voyageurs ont tous deux été financés par l’USAID.

Le scandale du Twitter cubain a éclaté le 3 avril dernier, lorsque AP a rendu publics des documents prouvant que les États-Unis avaient mis sur pied un réseau de messagerie à Cuba pour essayer de fomenter et de faire se répandre des troubles dans le pays. Plus de 40.000 personnes, sans se douter que le réseau était un instrument du gouvernement US, s’en servaient sans méfiance pour échanger des nouvelles et des opinions.

Le plan initial était d’appâter un maximum d’utilisateurs en offrant un accès facile à des informations et à des sujets inoffensifs, du genre résultats de matches de foot, programmes musicaux, prévisions météo, etc. Mais, lorsqu’un nombre suffisant d’utilisateurs aurait été atteint, les opérateurs y auraient introduit des histoires politiques destinées à salir la réputation du gouvernement, dans le but de suciter un « Printemps cubain ».

________________   

* peut se dire aussi « mercenaire ».

 

Source : http://rt.com/news/177756-us-spy-cuba-recruits/

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

*

Le Costa Rica réclame des explications sur le « Twitter cubain » machiné par les USA

RT

Ceci date de fin avril, mais c’est frais comme un œuf du jour. Et tellement récurrent.

15. Twitter 1.jpg

Le ministre des Affaires étrangères du Costa Rica, Enrique Castillo Barrantes

Le 24 avril dernier, des officiels costa-ricains, indignés, ont exigé que la Maison Blanche explique pourquoi le projet appelé « Twitter cubain », qui venait d’être découvert, avait été mis sur pied par l’ambassade US à San José, capitale du Costa Rica.

Quand l’Associated Press (AP) a révélé au début du mois (d’avril) que le Département d’État avait implanté une plateforme de réseau social à Cuba dans l’intention d’y provoquer des troubles, l’administration Obama, aussitôt critiquée, s’est empressée de dénoncer les allégations qui l’accusaient d’avoir secrètement comploté pour perturber la politique cubaine. Les semaines passant, cependant, les condamations continuent à fuser, cette fois de la capitale costa-ricaine où la plateforme « ZunZuneo » aurait été  développée en catimini par des fonctionnaires US.

Enrique Castillo, ministre des Affaires étrangères du Costa Rica a déclaré à AP que non seulement il trouve qu’il était « déplacé » de la part des États-Unis d’utiliser son pays pour se livrer à une telle machination, mais qu’il avait mis en garde les fonctionnaires US contre toute initiative utilisant son territoire pour créer des tensions entre le Costa Rica et Cuba.

 « Je trouve qu’il est déplacé d’utiliser une ambassade au Costa Rica pour un type d’opération destiné à causer du dommage à un pays tiers, » a dit Castillo à AP. « Nous ne déposons pas une plainte. Il se trouve que les ambassades accréditées au Costa Rica n’ont pas à soumettre leurs projets au gouvernement du Costa Rica. »

Quelques jours plus tôt, le quotidien costa-ricain La Nacion avait révélé que l’USAID avait lancé ses opérations contre Cuba à partir de l’ambassade US à San José.

« Le ministère des Affaires étrangères ne trouve pas correct que des ambassades lancent, du Costa Rica, des opérations qui affectent un autre pays. Nous ne pouvons approuver cela en aucune façon. Ce n’est pas bien. » avait déclaré Castillo à ce journal.

En réponse, l’attaché à l’information de l’ambassade US, Eric Turner prétend, lui, que les officiels costa-ricains étaient parfaitement au courant de ce qui se passait.

« Nous avons des communications internes qui prouvent que les membres de l’ambassade ont informé le ministère du programme, avant même l’échange de messages diplomatiques. Nous n’avons pas souvenance qu’il y ait eu des objections, »  a déclaré Turner à La Nacion.

« Le gouvernement du Costa Rica a été informé du programme en plus d’une occasion, » a prétendu à son tour, sur un blog, Matt Herrick, porte-parole d’USAID.

La porte-parole du Département d’État Jen Psaki [celle qui croit que la région d’Astrakhan touche à l’Ukraine, NdT] a reconnu ensuite que le bureau de Castillo avait en effet  pris contact avec des fonctionnaires US et que les conversations se poursuivaient. Le ministère des Affaires étrangères du Costa Rica leur aurait dit, admet-elle, que les États-Unis auraient pu conduire cette affaire plus clairement.

« Jusqu’à présent [avril, N.d.T] le gouvernement cubain ne s’est pas plaint à nous de cette affaire. » a protesté Castillo auprè de l’ambassade. « Si des illégalités ont été commises dans l’exécution de ce programme, elles sot de la seule responsabilité du gouvernement US. »  (AP)

Source : http://rt.com/usa/154624-costa-rica-cuban-twitter/

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

Les porte-parole US disent ce qu’ils disent. C’est comme pour le flingage du vol HM17 : on les croit si on veut. Mais, bon sang, que ne font-ils contre mauvaise fortune bon cœur ? Certes, ils n’ont pas réussi à déclencher une guerre civile à Cuba ni à en faire un califat, mais ils ont quand même réussi à mettre de l’eau dans le gaz entre deux pays d’Amérique Centrale. Ils ne peuvent pas remercier leur dieu pour ses petites grâces et se contenter de leurs dix-huit guerres en cours ?

 

16. twitter revolution.JPG

*

À propos, pendant qu’on y est… pour ceux qui ne l’ont jamais vu :

La révolution ne sera pas télévisée

est un documentaire où l’on voit se dérouler le coup d’état du 11 avril 2002, qui déposa pendant 48 heures le président Hugo Chavez.

Deux cinéastes, Kim Bartley et Donnacha O'Briain, de la chaîne nationale irlandaise RTÉ, se trouvaient à Caracas pour y tourner un documentaire sur Chavez, lorsque le coup survint. Changeant d’objectif, elles s’adaptèrent aux événements, au fur et à mesure qu’ils se produisaient. Elles ont ainsi filmé des images qui contredisent les explications données par l’opposition, par les médias privés, par le Département d’État et par le secrétaire de presse de la Maison Blanche Ari Fleischer. Le documentaire dit et montre que le coup d’état fut le résultat d’une conspiration entre diverses factions de le vieille garde anti-Chavez au Venezuela, en collusion avec les États-Unis, l’Espagne, la Colombie et le Salvador.

Les deux réalisatrices semblent avoir été partout à la fois. Difficile d’oublier le moment où une poignée de jeunes soldats de la garde d’Hugo Chavez décident de jouer le tout pour le tout et de pénétrer, par les caves, dans le Palais Miraflores où les vainqueurs sont en train de sabler le champagne ; difficile d’oublier Fidel Castro au bout du fil pendant ces deux longs jours, ne cessant de recommander que, surtout  « il ne signe pas sa destitution ! », alors que personne ne savait s’il était mort ou vif.

Ce film a obtenu plusieurs prix internationaux richement mérités.

V.O. sous-titrée en français, 1h04’

 

*

Will they EVER leave Cuba alone ? No.

The latest exposed plot to overthrow the Cuban government … Oh, pardon me, I mean the latest exposed plot to bring democracy to Cuba

 

17. blum.jpg

Dans son dernier « Rapport Anti-Empire », du 11 août 2014, William Blum dit ce qu’il pense des deux derniers complots en date, ceux que, précisément, nous évoquons ci-dessus.

À propos de la phrase « Bien que rien ne soit jamais totalement sûr, soyez persuadés que les autorités n’essayeront pas de vous maltraiter physiquement, mais seulement de vous effrayer. Rappelez-vous que le gouvernement cubain préfère éviter les articles négatifs dans les médias internationaux et qu’un étranger battu ne servirait pas leur image », il commente :

« Ironique, non ? Le gouvernement US ne pourrait pas en dire autant de la plupart de ses alliés, qui ont recours si fréquemment aux pires sévices physiques. De fait, on ne pourrait pas non plus en dire autant d’aucune force de police américaine, mais ce sont ces Cubains, qui ne battent ni ne torturent leurs détenus, qui sont les ennemis à réformer et à punir sans merci… et il y a plus de 55 ans que cela dure ! »

Rappelons que William Blum, qui a quitté le Département d’État pendant la guerre du Vietnam pour indignation rédhibitoire, est invité à Cuba depuis plus de trente ans et ne peut – ne pourra jamais, vu son âge – s’y rendre, le visa de sortie lui étant systématiquement refusé par son pays. Mais c’est Poutine, le tyran, c’est Maduro, ce sont les Castro, pas la bande des pitres sanglants de Washington !

 

18. cuba-embargo .jpg

 

*

Mais si aujourd’hui c’est l’anniversaire de Fidel, après-demain, c’est la fête de Maria Poumier

Bonne fête, Maria !

 

19. psy.jpeg

La vie exaltante des psys

*

Humanitaire : Une fois de plus, Moscou déjoue les plans de Washington

Avic – Réseau International

12 août 2014

20. AMBASSADEUR RUSSE.jpg

L’ambassadeur Vitaly Churkin, à l’ONU

 

Ils l’avaient pourtant bien mijoté, leur plan. Ils avaient été jusqu’à reconnaitre, par la voix de leur ambassadrice à l’ONU Samantha Power, la réalité de la catastrophe humanitaire à l’est de l’Ukraine, et ce, malgré le déni persistant de Porochenko. Cette reconnaissance entraînait évidemment la nécessité d’agir au plus vite, et c’est sur cela sans doute que comptaient les États-Unis.

Porochenko, avec son attitude de déni et de tergiversation devait tout faire pour entraver l’aide internationale, alors que la Russie, devant l’ampleur de la catastrophe, était fin prête. Et ne pouvait pas ne pas agir. Les États-Unis n’avaient donc plus qu’à asséner haut et fort, afin que cela soit entendu par tous, leur avertissement, presque sous forme d’ultimatum.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/humanitaire-une-fois-de-pl...

  

*

Dernière minute :

 

Rassemblement de soutien à la population civile du Donbass:

Vendredi 15 Août 16H 

Place Saint-Michel

Organisé par le Collectif France-Donbass

Avec le soutien de:

Comité anti-impérialiste, Collectif France-Russie, La voix de la Libye, Rassemblement pour la Syrie, Réseau Voltaire, Unité Continentale

 

21. Save donbass.jpg

 

*

Mis en ligne le 13 août 2014

 

 

 

 

22:13 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2014

Les loups-ouh-ouh-ouh !

1. us-submarine-russian-waters.jpg

Les loups-ouh-ouh-ouh !

 

Les Palestiniens n’ont-ils pas demandé à faire partie de la Fédération de Russie ? Eh bien, ils font déjà partie de la Fédération des états-écrabouillés-sans-que-personne-s’en-émeuve avec l’Ukraine, mais aussi avec la Libye, l’Irak, l’Afghanistan et d’autres plus lointains, sur d’autres continents. C’est pourquoi, aujourd’hui, ici, on mélange tout : Ukraine et Palestine. Mais aussi Russie et, pour rire un brin, Union Européenne.

 

Aline de Diéguez 

Chroniques de la Palestine occupée

 

2. wolf.jpeg

 

Les loups sont entrés dans Gaza

juillet - août 2014

            Lorsque Serge Reggiani a chanté que les loups avaient quitté Paris, il croyait peut-être que l'espèce s'éteindrait.

         Hélas, elle a non seulement prospéré dans l'ombre, mais ses moyens et sa cruauté se sont accrus de manière exponentielle. L'impunité universelle dont elle jouit depuis des décennies a engraissé sa férocité et son arrogance. Elle a rendu la meute beaucoup plus dévastatrice que celle qui était entrée dans Paris en son temps.

             Gueule béante, crocs aiguisés, yeux habités d'images de meurtre, suant la peur et la haine, la horde s'est ruée sur Gaza pour la troisième fois en moins de six ans. Elle s'y est livrée, à son habitude, et même plus sauvagement encore que lors de ses sorties précédentes, à un carnage et à une orgie de destructions qui ont transformé le petit territoire le plus densément peuplé de la planète en une morgue et un champ de ruines.

 

3. destruction.jpg

Là était leur foyer

                Et c'est ainsi que Jahvé est grand !

Lire la suite ici…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/pales... 

4. Wolf petit.JPG

 

 
 

4. Wolf petit.JPG

 

Pour ne pas insulter les bêtes

Conversation d’un (vrai) loup avec un humain qui a appris sa langue

 

Et quand une meute de (vrais) loups d’Europe se prend d’affection pour un photographe

 

4. Wolf petit.JPG

 

La très-moche (pardon, mais c’est vrai) et « très atteinte » (Pepe Escobar) Samantha Power n’en finit pas de monter aux créneaux (ceux qui restent). En matière d’aide humanitaire, elle est plutôt pour l’ingérence, voyez-vous, et ses candidats sont plutôt les Blackwater, Kouchner et BHL. Que les Russkofs se le disent ! C’est nous qui les massacrons. Si quelqu’un doit leur apporter de l’aide humanitaire et se faire photographier avec nos victimes, c’est nous ! Compris ? 

Aide humanitaire en Ukraine : les États-Unis s’opposent à l’initiative russe.

9 août 2014-08-09

5. Power.jpg

Les États-Unis considéreront comme une invasion directe l'acheminement unilatéral par la Russie d'une aide humanitaire en Ukraine, a déclaré vendredi l'ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies Samantha Power à la réunion du Conseil de sécurité.

« Toute intervention unilatérale de la Russie en Ukraine même sous le prétexte d'octroyer une aide humanitaire sera absolument inadmissible et suscitera une vive préoccupation. Elle sera considérée comme une invasion en Ukraine », a-t-elle fait savoir, citée par ITAR-TASS.

Lire la suite…

Source : http://french.ruvr.ru/news/2014_08_09/Aide-humanitaire-en...

via : http://www.alterinfo.net/notes/Aide-humanitaire-en-Ukrain... 

 

4. Wolf petit.JPG

 

Brève :

La ville de Stains – Seine-Saint-Denis – débaptise son Collège Maurice Thorez et le rebaptise « Collège Barbara ».

Bof ! La ville de Paris a bien sa « Place Dalida ». La mode est aux chanteuses. Un amphi Line Renaud à la Sorbonne, c'est sûrement pour bientôt.

6. Thorez.jpg

On ne va pas dire que la Restauration bat son plein. Car « restauration » de quoi, hein ?

 

4. Wolf petit.JPG

 

Et dire que je croyais que tous ces dégâts à Gaza étaient provoqués par les bombes israéliennes

Mark Steel – The Independent

8 août 2014

7. grille-pain du Hamas.jpg

 

Alors que c’étaient les grille-pains explosifs.

Au cours des dernières années, une bonne partie de l’humanité est devenue plus tolérante envers un groupe qui autrefois était rejeté par la société. Jusqu’à récemment, il était encore de bon ton d’être offusqué par une minorité : la communauté des tueurs d’enfants. Il semble que les mentalités changent et que nous commençons enfin à écouter leur point de vue.

Voici l’exemple d’un de ces braves types, qui ne demande qu’à s’exprimer, le porte-parole Uri Dromi, qui a expliqué hier sur Radio 4 que bien que le gouvernement israélien ait bombardé une école où plusieurs enfants sont morts, les décès sont clairement de la faute des gens qui vivent dans les zones bombardées.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/et-dire-que-je-croyais-que-to...

 

8. Mark_Steel.jpgMark STEEL, né en 1960, est un auteur, journaliste et acteur comique (« stand-up comedian ») anglais, dont les prises de position politiques se sont radicalisées quand il a vu comment étaient traités les patients dans un hôpital psychiatrique où son père adoptif a été admis pour une dépression nerveuse.

Il a été longtemps un membre actif du Socialist Workers Party, jusqu’à sa  démission en 2007.

Professionnellement, il a tenu une chronique régulière dans le Guardian de 1996 à 1999, soit jusqu’à ce que ce quotidien le licencie pour se rapprocher de Tony Blair. Il a présenté et présente des émissions de radio et de télévision à la BBC, dont les plus connues sont « Les conférences de Mark Steel », « La révolution de Mark Steel », « La solution de Mark Steel » et « Mark Steel est en ville ».

Il s’est même présenté aux élections (à Londres) et y a obtenu 1,5% des voix.

Il écrit régulièrement dans The Independent

Enfin, il est l’auteur d’une demi-douzaine d’ouvrages, dont What’s Going On ? The Meanderings of a Comic Mind in Confusion (2008) et Vive la Révolution (2003), une histoire de la Révolution française. Tous ses livres sont inédits en français.

Son site : http://marksteelinfo.com/


4. Wolf petit.JPG

 

 

Rectificatif : Saleem al-Saqqa déclare maintenir la plainte palestinienne devant la CPI

 

9. Saleem al-Saqqa.jpg

 

Le ministre palestinien de la Justice, Saleem al-Saqqa, a déclaré au journal palestinien Al-Resalah s’être opposé au retrait de la plainte de l’Autorité palestinienne devant la Cour pénale internationale.

Rappelant qu’il est la seule personne à avoir le pouvoir de retirer cette plainte, il a souligné ne pas l’avoir fait et a martelé : « Je ne la retirerai pas ».

Nous avions annoncé que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait donné ordre de retirer la plainte.

Nous avions cru, à tort, que son ordre avait été exécuté.

Source : http://www.voltairenet.org/article185036.html

Et nous, nous ne redirons pas ce que nous pensons de la CPI. Espérons quand même que la volonté de M. al-Saqqa prévaudra sur celle de M. Mahmoud Abbas.

 

4. Wolf petit.JPG

 

Sanctions

Elles font des vagues… dans tous les sens.

 

10. SAKER big.jpg

Le Saker donne son avis deux fois de suite.

 

II.

 

L’onde de douleur de l’Union Européenne est en train  de se transformer tout doucement en un tsunami de problèmes qui vont se renforcer les uns les autres.

8 août 2014 – The Vineyard of the Saker

 

C’est du grandiose ! Russia Today rapporte que :

« L’Ukraine est prête à imposer des sanctions contre tout transit par son territoire, y compris des vols aériens et des livraisons de gaz vers l’Europe », a déclaré vendredi le Premier ministre Arseni Iatseniouk. Le Parlement de l’Ukraine se prononcera sur les sanctions mardi. Kiev a également préparé une liste de 172 citoyens russes et de 65 entités juridiques susceptibles d’être frappés de sanctions pour « soutien au terrorisme, soutien à l’annexion de la Crimée, et violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine», a encore déclaré Iatseniouk lors d’une conférence de presse qu’il a tenue ce vendredi. Les sanctions envisagées comprennent le gel d’avoirs, l’interdiction de certaines entreprises, la levée d’interdiction de privatiser des biens d’État, le refus d’accorder des licences, et une interdiction totale ou partielle de traverser le territoire de l’Ukraine, pour les avions et le gaz.

Voyons si j’ai bien tout compris : les USA/UE imposent des sanctions à la Russie, parce que la Russie ne met pas fin à la Résistance Novorossienne. En guise de représailles, la Russie impose des sanctions à l’UE et une interdiction de l’espace aérien russe aux avions Ukies. En réponse à quoi, les Ukies empêchent le gaz, dont l’UE a salement besoin et qu’elle a payé, d’atteindre l’Europe. A qui ce coup va-t-il faire mal ? À l’UE, bien sûr. Ce qui veut dire qu’en fait, ces crétins de Kiev, sans doute encore sous ordres des USA, sont en train de renforcer les sanctions russes contre l’UE ! Nous pouvons aussi interpréter ce coup comme « la Russie en train de couper le gaz à l’Europe sans que personne puisse l’en blâmer »

Pas beau, ça ?

 

11. fanjianping eu sanctions-04-2014.JPG

 

L’onde de douleur de l’UE se transforme en effet lentement en un tsunami de problèmes qui vont de plus en plus se renforcer les uns les autres.

Eh bien, ils le méritent ! Comme je l’ai dit hier : vous voulez être la pute de l’Oncle Sam ? Payez-en le prix !

Le Saker

Source : http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/08/the-wave-pain-fo...

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

I.

 

Vous voulez être la pute de l’Oncle Sam ? Payez-en le prix !

 

(bitch = chienne, pute, salope, garce… au choix)

8 août 2014

12. clock.jpg

«Horloge» par Josetxo Ezcurra

 

Chers amis,

Je fais juste une courte pause, depuis ma vie dans le « monde-des-gens-en-chair-et-en-os », afin de commenter les nouvelles du jour, qui sont d’importance : la Russie lance un embargo total de 12 mois sur l’importation de bœuf, porc, fruits et légumes, volaille, poisson, fromage, lait et produits laitiers en provenance de l’Union européenne, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et du Royaume de Norvège. La Russie met également en place une interdiction de survol de son espace aérien aux compagnies aériennes européennes et américaines qui se rendent en Asie orientale, c’est-à-dire dans la Région Asie-Pacifique, et envisage de modifier ce que l’on appelle les points d’entrée et de sortie de l’espace aérien russe pour les vols réguliers et les charters européens. En outre, la Russie s’apprête à revoir les règles d’utilisation des routes transsibériennes, et va mettre fin aux discussions en cours avec les autorités aériennes américaines sur l’utilisation des routes transsibériennes. Enfin, à partir de cet hiver, il se peut que soient révoqués les droits supplémentaires accordés par les autorités aériennes russes au-delà de ce que prévoyaient les accords précédents. C’est un développement tellement intéressant et important qu’il nécessite une analyse beaucoup plus subtile que le simple calcul brut de ce que cela pourrait coûter à l’Union Européenne ou aux États-Unis. Je ne vais pas me lancer dans ce genre de calcul, mais en revanche, je voudrais souligner les points suivants :

Premièrement, il s’agit d’une réponse typiquement russe. Il y a une règle de base que chaque mouflet russe apprend à l’école, dans les bagarres de rue, à l’armée ou ailleurs : ne jamais promettre, ne jamais menacer : agir, et c‘est tout. Contrairement aux politiciens occidentaux qui ont passé des mois à brandir des menaces de sanctions, tout ce que les Russes ont fait a été d’annoncer, de façon plutôt vague, qu’ils se réservaient le droit de répondre. Et maintenant, BANG !, voilà cet embargo large et d’une portée considérable qui, contrairement aux sanctions occidentales, aura des effets très forts en Occident, et des effets plus forts encore en Russie (je reviens là-dessus dans un instant). Cette tactique du « pas de mots, des actes » est conçue pour maximaliser la force de dissuasion envers d’éventuels actes hostiles, les Russes se gardant bien, en outre, de révéler quelles sont exactement les mesures de représailles qu’ils comptent prendre. Dieu seul sait ce qu’ils vont inventer, n’est-ce pas ! Par-dessus le marché, afin d’augmenter le sentiment d’insécurité ainsi provoqué, les Russes se sont contentés de dire que c’étaient là les mesures sur lesquelles ils s’étaient mis d’accord, mais ils n’ont pas précisé quand elles entreraient en vigueur, ni si ce serait partiellement ou totalement, ni contre qui. Ils ont aussi fortement laissé entendre que d’autres mesures étaient à l’étude.

Deuxièmement, les sanctions sont merveilleusement calculées en fonction de leurs cibles. Les Européens se sont conduits comme des marie-couche-toi-là sans épine dorsale et sans cervelle dans cette affaire : ils étaient opposés à des sanctions contre la Russie depuis le premier jour, mais ils n’ont pas eu le courage de le dire à l’oncle Sam, si bien qu’à tous les coups, ils se sont couchés. Le message russe à la communauté européenne est simple : vous voulez vraiment être la radasse de l’Oncle Sam ? Alors, payez le prix ! Cet embargo va faire particulièrement mal à l’Europe du Sud (l’Espagne, la France, l’Italie, la Grèce), dont la production agricole souffrira cruellement. Ces pays se trouvent être les plus faibles, dans l’Union Européenne. En les atteignant, la Russie va accroître considérablement les frictions déjà inévitables dans l’UE, au sujet des sanctions contre la Russie.

Troisièmement, non seulement les transporteurs de l’Union Européenne ressentiront durement les coûts et les temps de vol bien plus élevés sur le très important trafic Europe-Asie, mais les transporteurs asiatiques, eux, ne ressentiront rien de ce genre ce qui leur donnera un double avantage concurrentiel. Que dites-vous de cette façon de favoriser l’un en frappant l’autre ? L’Union Européenne a causé des problèmes à une compagnie aérienne russe pour ses vols à destination de la Crimée (Dobrolet) et pour cela, c’est toute la communauté des compagnies aériennes de l’UE qui risque de se retrouver énormément désavantagée vis-à-vis de ses concurrents asiatiques.

Quatrièmement, la Russie s’est servie de ces sanctions pour faire quelque chose de vital en faveur de l’économie russe. Je m’explique : après l’effondrement de l’URSS, l’agriculture russe était en pleine déroute, et la période Eltsine n’a fait qu’empirer les choses. Les agriculteurs russes ne pouvaient tout simplement pas rivaliser avec les grosses entreprises du secteur agro-industriel avancé de l’Ouest, qui ont bénéficié d’énormes économies d’échelle, d’une recherche coûteuse et de haute technologie en matière de produits chimiques et biologiques, qui avaient aussi l’avantage d’une chaîne complète de production (souvent au sein de grandes entreprises) et une capacité de commercialisation d’un niveau supérieur. Le secteur agricole russe avait gravement, désespérément besoin des barrières douanières et des tarifs qui l’eussent protégé des géants capitalistes occidentaux ; au lieu de quoi la Russie s’est astreinte à respecter les diktats de l’OMC et finalement, s’en est même fait membre. Aujourd’hui, la Russie se sert de cet embargo total pour offrir à l’agriculture russe le temps dont elle a crucialement besoin pour pouvoir investir et s’emparer d’une part beaucoup plus grande du marché russe. N’oubliez pas non plus que les produits russes sont sans OGM, et qu’ils contiennent beaucoup moins de conservateurs, d’antibiotiques, de colorants, d’exhausteurs de goût ou encore de pesticides que ceux de la concurrence occidentale. Comme de surcroit ils sont indigènes, ils n’ont pas besoin, avant d’arriver sur le marché, d’être soumis  aux techniques de réfrigération/conservation qui donnent généralement aux aliments un goût de carton. En d’autres termes, les produits agricoles russes ont bien meilleur goût, même si ce n’est pas suffisant pour les rendre compétitifs. Cet embargo leur donne enfin l’élan qui leur est nécessaire pour investir, se développer et conquérir des parts de marché.

Cinquièmement, il y a 100 pays qui ne se sont pas alignés sur les États-Unis lors du vote relatif à la Crimée. Les Russes ont déjà fait savoir que ces pays sont ceux avec lesquels la Russie entend commercer pour se procurer ce qu’elle ne peut produire elle-même. Un joli renvoi d’ascenseur pour avoir tenu tête à l’Oncle Sam.

Sixièmement, petite mais délectable joie : avez-vous remarqué que les sanctions adoptées par l’Union Européenne ont été mises en place pour trois mois seulement, et qu’« elles doivent être réexaminées » plus tard ? En introduisant un embargo de 12 mois, la Russie envoie également un message clair : qui, à votre avis, va bénéficier de ce gâchis ?

Septièmement, il est complètement faux de calculer que, du fait que tel pays X de l’UE exportait pou Y millions de dollars en Russie, l’embargo russe va coûter Y millions de dollars à ce pays. Pourquoi est-ce faux ? Parce que la non-vente de ces produits va entraîner la création d’un surplus qui, à son tour, va affecter la demande ou, si la production doit être réduite, affectera les coûts de production (économies d’échelle). En revanche, pour un pays Z non-membre de l’UE, un contrat avec la Russie pourrait signifier assez d’argent pour investir, moderniser et devenir plus compétitif, non seulement en Russie, mais sur le marché mondial, en ce comprise l’Union Européenne.

Huitièmement, les pays baltes ont joué un rôle particulièrement déplaisant dans toute l’affaire ukrainienne, et maintenant, bien sûr, certaines de leurs industries les plus rentables (comme les pêcheries), qui dépendaient à 90 % de la Russie, vont devoir fermer. Ces pays étaient déjà dans le pétrin, ils vont l’être davantage encore. Là aussi, le message de la Russie est simple : vous voulez être la paillasse de l’Oncle Sam ? Payez le prix !

Neuvièmement, et ceci est le plus important, ce qui se passe est un divorce progressif de la Russie d’avec les économies occidentales. C’est l’Ouest qui a tranché certains des liens militaires, aérospatiaux et financiers, la Russie tranche les liens monétaires, agricoles et industriels. Ne perdez pas de vue que le marché US/UE est en train de couler, touché par des problèmes systémiques profonds et d’énormes questions sociales. En un sens, la comparaison qui s’impose est celle du Titanic, dont l’orchestre continuait à jouer pendant que le bateau sombrait. Eh bien, la Russie est comme un passager à qui l’on aurait dit à la dernière escale que les autorités du Titanic avaient décidé de le débarquer. Bon, ben… tant pis, n’est-ce pas ?

Dernier point, mais loin d’être le moindre : cette guerre commerciale, combinée avec la russophobie hystérique de l’Occident, représente pour Poutine une campagne de relations publiques bien meilleure que tout ce dont le Kremlin aurait pu rêver. Tout ce que ceux qui sont chargés de cette tâche ont besoin de dire aux Russes, c’est la vérité : « nous avons fait les choses comme il fallait, nous avons scrupuleusement suivi les règles, nous avons fait l’impossible pour désamorcer cette crise, et tout ce que nous avons demandé c’est que, de grâce, on ne permette pas le génocide de notre peuple en Novorossia ; et quelle a été la réponse de l’Ouest ? Une démentielle campagne de haine, des sanctions contre nous et un soutien inconditionnel aux nazis génocidaires de Kiev ». Plus encore : suivant attentivement les médias russes, je peux vous dire que ce qui se passe aujourd’hui ressemble beaucoup, pour paraphraser Clausewitz, à la « poursuite de la Seconde Guerre mondiale par d’autres moyens » ; autrement dit, à une lutte au finish de deux régimes, de deux civilisations qui ne peuvent coexister sur la même planète, de deux adversaires irréconciliables qui sont enlacés dans une étreinte mortelle. Dans ces circonstances, attendez-vous à ce que le peuple russe soutienne de plus en plus Poutine.

Pour dire les choses autrement, Poutine, dans une prise de judo typique, a utilisé à son avantage, et dans tous les domaines, l’impulsion donnée par l’Occident à sa campagne de dénigrement de la Russie en général et de Poutine en particulier : la Russie va en bénéficier économiquement et politiquement. Et loin d’être menacé par une sorte de « Maidan nationaliste » cet hiver, le régime de Poutine sort renforcé de cette crise qu’il a su gérer (voir les sondages de popularité, plus élevés que jamais, du Président).

Oui, bien sûr, les États-Unis ont montré qu’ils disposaient d’un très large éventail de possibilités pour nuire à la Russie, en particulier grâce à un système de tribunaux (aux USA et dans l’UE) qui est aussi subordonné à l’état profond des États-Unis que les tribunaux de la République populaire démocratique de Corée le sont à leur propre « Cher Leader » de Pyongyang. Et, bien sûr, la perte totale du marché ukrainien (à l’importation et à l’exportation) fera du mal à la Russie. Temporairement. Mais à long terme, cette situation lui sera immensément profitable.

 

13. Maidan.jpg

Pendant ce temps-là, le Maidan brûle à nouveau, Andriy Parubiy a démissionné, les Ukies pilonnent les hôpitaux et les églises de Novorossia. Quoi de neuf ?

Quant à l’Europe, elle est abasourdie et furieuse. Franchement, ce matin, ma propre Schadenfreude [« jubilation sadique » NdT] est sans bornes. Que les rien-du-tout arrogants que sont Van Rompuy, Ashton, Merkel et Barroso se débrouillent avec la tempête de merde que leur imbécilité et leur veulerie ont déclenchée !

Aux États-Unis, Jen Psaki semble convaincue que la région d’Astrakhan est à la frontière ukrainienne, tandis que, de son côté, le ministère de la Défense russe annonce son intention « d’ouvrir des comptes spéciaux sur les réseaux sociaux et les ressources d’hébergement vidéo, afin que le Département d’État américain et le Pentagone soient en mesure de recevoir des informations impartiales sur les actions de l’armée russe ».

Tout cela sera-t-il suffisant pour faire comprendre aux dirigeants de l’Union Européenne qu’ils ont misé sur le mauvais cheval ?

Le Saker

Source : http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/08/you-wanna-be-unc...

 Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

 

4. Wolf petit.JPG

 

 

Exxon Mobil et Rosneft

ont entamé leurs forages dans l’Arctique, au mépris des sanctions.

14. ExxonMobil, Rosneft.jpeg

 
 

4. Wolf petit.JPG

 

La guerre qui vient

 

1. us-submarine-russian-waters.jpg

La Marine russe a chassé un sous-marin US de ses eaux territoriales en Mer de Barents

 

 

Un sous-marin supposé US (que pourrait-il être d’autre ? Uruguayen ? NdT) a été détecté puis chassé par la Marine russe des eaux territoriales de la Fédération de Russie dans l’Arctique. C’est ce qu’a annoncé un officier de haut rang du Q.G. de la Marine

« Le 7 août, un sous-marin étranger, de classe Virginia, que nous présumons appartenir à l’U.S. Navy a été détecté dans la mer de Barents par les forces de la Flotte du Nord » a-t-il déclaré aux médias russes.

Toujours selon cette source, un groupe de vaisseaux anti-sous-marins et un avion Iliouchine-38 anti-sous-marin ont été envoyés dans le secteur, en mission de reconnaissance.

« L’action décidée et vigoureuse des forces anti-sous-marines de la Flotte du Nord ont contraint le maraudeur à sortir des eaux territoriales de la Fédération de Russie. Le contact a duré 27 minutes, après quoi le sous-marin US a quitté le secteur » a encore ajouté la même source, qui a rappelé que ce n’était pas là le premier sous-marin étranger venu s’égarer en mer de Barents.

Des actions de ce genre de la part de la flotte sous-marine de l’OTAN, dans l’Arctique, ont déjà provoqué un certain nombre d’incidents.

« Une collision avec le sous-marin US Toledo a été une des causes principales de la tragédie du sous-marin Koursk, en 2000 » a précisé cet officier.

On se rappelle que les 118 membres de l’équipage sont morts après le naufrage du sous-marin nucléaire Koursk en mer de Barents, le 12 août 2000.

En 1992 déjà, l’USS Baton Rouge était entré en collision avec le sous-marin russe K-276, et en 1986, c’était l’HMS Splendid, de la Royal Navy, qui avait percuté le vaisseau soviétique Taifun.

Source : http://rt.com/news/179216-us-submarine-russian-waters/

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

4. Wolf petit.JPG

 

Deux bombardiers russes à capacité nucléaire seraient entrés dans des zones d’identification de la défense aérienne US (AZIDs)

 

15. Russian nuclear bombers.jpg

Pour y quoi faire ?

Extraits :

Des bombardiers stratégiques russes à capacité nucléaire et d’autres appareils ont pénétré au moins 16 fois dans les zones d’identification de la défense aérienne US (ADIZs) au cours des 10 derniers jours, ont confirmé des officiers de la Défense US, ce jeudi.

 « La semaine dernière, NORAD a visuellement identifié des avions russes volant à l’intérieur et autour des zones d’identification de la défense aérienne US » a dit le Maj. Beth Smith, porte-parole du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).

Le major Smith a tenu à minimiser l’incursion, qu’elle a appelé « une pointe d’activité », expliquant à Bill Gertz, du Washington Free Beacon que ces vols étaient considérés comme des missions d’entraînement de routine.

Mais un officier non identifié, familier des rapports d’incursion, est en désaccord avec l’interprétation de Smith. « Non, ce ne sont pas juste des missions d’entraînement » a-t-il déclaré à Gertz, estimant que des forces stratégiques nucléaires russes paraissent occupées à « tester les réactions de notre défense aérienne, ou nos systèmes de commandement et de contrôle. »

NORAD a plusieurs fois fait décoller en alerte des chasseurs à réaction, alors que les avions stratégiques russes longeaient l’ADIZ US. Au nombre de ces appareils, il y avait des bombardiers lourds Tu-95 Bear H et des avions de reconnaissance maritime Tu-142 Bear F, ainsi qu’un Il-20 collecteur de renseignements. .

Les vols de bombardiers se sont déroulés principalement le long de la zone d’identification de défense qui couvre les îles Aléoutiennes et la partie continentale de l’état, et il y a eu une incursion dans la zone de défense aérienne du Canada, a précisé le major Smith. 

16. us adiz boundaries.jpg

Frontières ADIZ des Etats-Unis, 11 février 2010 (Département de la Défense/Agence géospatiale de renseignements)

 

« Ce genre de bravade aérienne était devenue rare depuis la chute de l’Union Soviétique, » a écrit News.com.au. « Jusqu’à présent. »

« Et tout cela paraît être le résultat direct du refroidissement des relations entre l’Ouest et la Russie, à propos de l’invasion de la Crimée et de la destruction en vol du MH17 » écrit encore le site aligné d’informations australien.

(…)

Les États-Unis, de leur côté, n’ont pas été en reste d’espionnage aérien. Le week-end dernier, des officiels US ont confirmé le rapport des médias suédois, selon lesquels un avion-espion américain avait envahi l’espace suédois à la mi-juillet. L’avion franc-tireur survolait la Russie en mission d’espionnage lorsqu’il a été intercepté, et il fuyait un chasseur à réaction russe lorsqu’il est entré sans autorisation dans l’espace aérien suédois. En fait, le contrôle du trafic aérien suédois avait refusé cette autorisation au Boeing RC-135 Rivet Joint, a écrit le Svenska Dagbladet (SvD). L’incident s’est produit le 18 juillet, lendemain du jour où le MH17 a été abattu.

Source : http://rt.com/usa/178820-russia-military-flights-us-airsp...

 Traduction des extraits : C.L. pour Les Grosses Orchades

 

4. Wolf petit.JPG

 

 

Ce qui est certain, c’est que :

L’Otan souhaite désespérément la guerre

[Nous aurions dit « veut » - N.d.GO]

par Pepe ESCOBAR – Asia Times Online

17. NATO WAR.jpg

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) se désespère. C’est qu’elle veut à tout prix une guerre sur le champ de bataille de l’Ukraine.

Commençons par le Général suprême du Pentagone, le Secrétaire à la Défense étatsunien Chuck Hagel qui, dans une envolée lyrique, a parlé de la « menace » de l’ours russe. «Lorsque vous observez le déploiement des troupes russes, la sophistication de ces troupes, la formation de ces troupes, l’équipement militaire lourd étalé le long de la frontière, c’est bien sûr une réalité, c’est une menace, c’est une possibilité, carrément. »

La porte-parole de l’Otan, Oana Lungescu, peine à expliquer s’il s’agit, carrément ou non, d’une « menace » ou d’une « réalité », mais elle a tout vu : « Nous n’allons pas tenter de deviner ce que fomentent les Russes, mais nous pouvons voir ce qu’ils font sur le terrain, ce qui est très inquiétant. La Russie a massé environ 20 000 soldats prêts au combat à la frontière orientale de l’Ukraine. »

Lire la suite…

Source : http://www.atimes.com/atimes/Central_Asia/CEN-01-080814.h...

Via : http://www.vineyardsaker.fr/2014/08/09/loeil-itinerant-lo...

 

4. Wolf petit.JPG

 

 

18. EBOLA.jpeg

 

Combien de divisions ?

 

4. Wolf petit.JPG

 

 

Mis en ligne le 10 août 2014.

 

21:44 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/08/2014

PAS TANT DE PAROLES, BORDELDEDIEU, DES ACTES !

1. thermidor.JPG

Pas tant de paroles, bordeldedieu,  des actes !

 

« Quelquefois mon refuge est le mutisme de Saint-Just à la séance de la convention du 9 thermidor. Je comprends, ô combien, la procédure de ce silence, les volets de cristal à jamais tirés sur la communication. »

René CHAR

On ne parle que d’elle. Nous l’avions lue, la lettre d’Edwy Plenel à François Hollande. Elle nous avait passablement énervés dans la mesure où les parlotes – celle-là un peu moins pire que d’autres - nous scandalisent. Oripeaux bavards dans lesquels nous drapons chafouinesquement notre impuissance volontaire, autrement dit notre indifférence.

Nous ne savons plus qui, au siècle dernier - un ouvrier, un anar ou les deux à la fois ? – s’est écrié  « On ne discute plus, on tue ! » (Que ne l’ont-il fait !)

Le Saint-Just cher à René Char, l’avait dit autrement mais non moins clairement : « La République n’a rien à échanger avec ses ennemis, que du plomb. »

La cause nous paraissait entendue. Tant qu’on n’en vient pas là, il est inutile et surtout honteux de continuer à se gargariser.

Mais voilà qu’Éric Cantona y va de son « Monsieur le Président, cher François Hollande », pour lui recommander de lire la lettre de Plenel. Au lieu d’en faire ce que l’on fait d’habitude de ces choses, Monsieur le Président. C’est fait ? Tant pis. Qu’il vous envoie un double.

 

 

*

[ Soit dit en passant…

Qui veut savoir ce que c’est que « les merdias » peut lire ce qu’en rapporte, dans le Nouvel’Obs un incertain Bruno Roger-Petit, « chroniqueur invité » en même temps que « politique ». Tout le monde sait qu’un journaliste, aujourd’hui, « c’est une pute ou un chômeur ». Celui-là cachetonne. Mi-pute mi-chômeur ? 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1228896-eric-can...  ]

 

*

Or donc, puisque Cantona y tient, la voilà, la lettre d’Edwy Plenel à François Hollande :

2. plenel.jpeg

Palestine : Monsieur le Président, vous égarez la France

par Edwy Plenel – Mediapart

23 juillet 2014

De l’alignement préalable sur la droite extrême israélienne à l’interdiction de manifestations de solidarité avec le peuple palestinien, sans compter l’assimilation de cette solidarité à de l’antisémitisme maquillé en antisionisme, François Hollande s’est engagé dans une impasse. Politiquement, il n’y gagnera rien, sauf le déshonneur. Mais, à coup sûr, il y perd la France.

Monsieur le Président, cher François Hollande, je n’aurais jamais pensé que vous puissiez rester, un jour, dans l’histoire du socialisme français, comme un nouveau Guy Mollet. Et, à vrai dire, je n’arrive pas à m’y résoudre tant je vous croyais averti de ce danger d’une rechute socialiste dans l’aveuglement national et l’alignement international, cette prétention de civilisations qui se croient supérieures au point de s’en servir d’alibi pour justifier les injustices qu’elles commettent.

Lire la suite…

Source : http://www.mediapart.fr/journal/international/230714/pale...

 

*

Mais puisque tout le monde écrit à tout le monde au lieu d’aller faire sauter des repaires de brigands, pourquoi pas nous ?

 

Lettre des Grosses Orchades

A Edwy Plenel

Monsieur,

Votre démarche vous honore, mais soyons sérieux. Passons d’abord sur le fait qu’elle vienne beaucoup trop tard pour des dizaines, non, des centaines de milliers de morts (pas qu’à Gaza, n’est-ce pas ?).

Considérons l’état où se trouve votre pays. Qui est aussi un peu le nôtre ou plutôt qui le fut, puisque nous votâmes jadis à 95% des voix le rattachement de notre principauté épiscopale à la France - celle de Robespierre, il est vrai – pour nous retrouver colonisés pieds et poings liés le jour même de sa mort. Cela donne des droits.

Considérons en premier, si vous voulez bien, l’état où se trouvait votre pays au début de l’An II. Contrairement à d’autres qui osent tripoter du politique, vous n’ignorez rien de la France envahie sur ses six faces par des puissances étrangères coalisées, en même temps que déchirée dans son sein par l’hydre d’une guerre civile à plusieurs têtes. Vous savez qu’elle se battait pour sa survie et qu’elle allait tous les vaincre. Ensanglantée, ruinée, en lambeaux, mais souveraine, une et indivisible.

Comparons cet état avec ce qu’il fut entre 1940 et 1944. Vous admettrez qu’il fut alors bien pire, car qu’y a-t-il de pire que vivre sous la botte étrangère, une botte pillarde, violeuse et sadique : nazie, c’est tout dire. L’honnêteté vous forcera, nous en sommes sûrs, à reconnaître qu’il est pire encore aujourd’hui. Sous la botte étrangère, vous l’êtes, votre république monarchisée, votre souveraineté perdue, votre nation désintégrée, votre sol et vos compatriotes bientôt pulvérisés dans une guerre que vous allez faire pour le compte de vos maîtres, contre un adversaire qui n’est pas, cette fois, plus faible que vous mais plus fort ou en tout cas plus déterminé à vous vaincre, parce qu’animé d’un sentiment qui fut celui de vos aïeux de l’An II, et cela non pour la première fois – Bérézina, Bérézina…

Ayant fait comme nous ce simple constat, allez-vous continuer à écrire des lettres de remontrances à des gens non seulement corrompus jusqu’aux moelles, mais coupables de haute trahison ? Car qu’est-ce que vendre son pays à l’étranger ? Depuis quand ce crime n’est-il plus sanctionné ?

Pour ceux-là mêmes que commettent vos commis infidèles d’aujourd’hui, il y eut, après la IIe Guerre mondiale, entre 7 et 800 condamnations à mort. Par des tribunaux qui n’eurent pourtant rien de révolutionnaire.

Pour mettre hors d’état de nuire (ce qui n’était pas vraiment la même chose) les traîtres de l’An II, il y a eu la loi du 22 Prairial, que les parasites au pouvoir – la meilleure défense étant l’attaque – s’appliquent à vilipender depuis deux siècles. Pour le cas où vous ne l’auriez pas en mémoire, la voilà. Nous nous sommes permis de fluoriser les articles qui caractérisent absolument ceux à qui, aujourd’hui, on écrit des lettres, au lieu de les guillotiner.

 

 

Loi du 22 prairial

Décret du 22 Prairial an 2 - 10 Juin 1794
concernant le tribunal révolutionnaire.
Organisation et compétence

Art. 1er Il y aura au tribunal révolutionnaire un président et quatre vice-présidents, un accusateur public, quatre substituts de l'accusateur public et douze juges.

2. Les jurés seront au nombre de cinquante.

3. Les diverses fonctions seront exercées- par les citoyens dont les noms suivent - Le Tribunal révolutionnaire se divisera par sections, composées de douze membres, savoir : trois juges et neuf jurés, lesquels jurés ne pourront juger en moindre nombre que celui de sept.

4. Le Tribunal révolutionnaire est institué pour punir les ennemis du peuple.

5. Les ennemis du peuple sont ceux qui cherchent à anéantir la liberté publique, soit par la force, soit par la ruse.

6. Sont réputés ennemis du peuple ceux qui auront provoqué le rétablissement de la royauté, ou cherché à avilir ou à dissoudre la Convention nationale et le gouvernement révolutionnaire et républicain dont elle est le centre ;

- Ceux qui auront trahi la république dans le commandement des places et des armées, ou dans toute autre fonction militaire ; entretenu des intelligences avec les ennemis de la république, travaillé à faire manquer les approvisionnements ou le service des armées;

- Ceux qui auront cherché à empêcher les approvisionnements de Paris, ou à causer la disette dans la république ;

- Ceux qui auront secondé les projets des ennemis de la France, soit en favorisant la retraite et l'impunité des conspirateurs et de l'aristocratie, soit en persécutant et calomniant le patriotisme, soit en corrompant les mandataires du peuple, soit en abusant des principes de la révolution, des lois ou des mesures du gouvernement, par des applications fausses et perfides ;

- Ceux qui auront trompé le peuple, ou les représentants du peuple, pour les induire à des démarches contraires aux intérêts de la liberté ;

- Ceux qui auront cherché à inspirer le découragement pour favoriser les entreprises des tyrans ligués contre la république ;

- Ceux qui auront répandu de fausses nouvelles pour diviser ou pour troubler le peuple ;

- Ceux qui auront cherché à égarer l'opinion et à empêcher l'instruction du peuple, à dépraver les mœurs et à corrompre la conscience publique, à altérer l'énergie et la pureté des principes révolutionnaires et républicains, ou à en arrêter les progrès, soit par des écrits contre-révolutionnaires ou insidieux, soit par toute autre machination ;

- Les fournisseurs de mauvaise foi qui compromettent le salut de la république, et les dilapidateurs de la fortune publique autres que ceux compris dans les dispositions de la loi du 7 frimaire ;

- Ceux qui, étant chargés de fonctions publiques, en abusent pour servir les ennemis de la révolution, pour vexer les patriotes, pour opprimer le peuple ;

- Enfin, tous ceux qui sont désignés dans les lois précédentes, relatives à la punition des conspirateurs et contre-révolutionnaires, et qui, par quelques moyens que ce soit et de quelques dehors qu'ils se couvrent, auront attenté à la liberté, à l’unité, à la sûreté de la république, ou travaillé à en empêcher l'affermissement.

7. La peine portée contre tous les délits dont la connaissance appartient au tribunal révolutionnaire, est la mort.

8. La preuve nécessaire pour condamner les ennemis du peuple est, toute espèce de documents, soit matérielle, suit morale, suit verbale, soit écrite, qui peut naturellement obtenir l'assentiment de tout esprit juste et raisonnable ; la règle des jugements est la conscience des jurés éclairés par l'amour de la patrie ; leur but, le triomphe de la république et la ruine de ses ennemis ; la procédure, les moyens simples que le bon sens indique pour parvenir à la connaissance de la vérité, dans les formes que la loi détermine.

Elle se borne aux points suivants.

9. Tout citoyen a le droit de saisir et de traduire devant les magistrats les conspirateurs et les contre-révolutionnaires. Il est tenu de les dénoncer dès qu'il les connaît.

10. Nul ne pourra traduire, personne au tribunal révolutionnaire, si ce n'est la Convention nationale, le comité de salut public, le comité de sûreté générale, les représentants du peuple commissaires de la Convention, et l'accusateur public du tribunal révolutionnaire.

11. Les autorités constituées en général ne pourront exercer ce droit sans en avoir prévenu le comité de salut public et le comité de sûreté générale, et obtenu leur autorisation.

12. L'accusé sera interrogé à l'audience et en public: la formalité de l'interrogatoire secret qui précède, est supprimée connue superflue ; elle ne pourra avoir lieu que dans les circonstances particulières ou elle serait jugée utile à la connaissance de la vérité.

15. S'il existe des preuves, soit matérielles, soit morales, indépendamment le la preuve testimoniale, il ne sera point entendu de témoins, à moins que cette formalité, ne paraisse nécessaire, soit pour découvrir des complices, soit pour d'autres considérations majeures d'intérêt public.

14. Dans le cas où il y aurait lieu à cette preuve, l'accusateur public fera appeler les témoins qui peuvent éclairer la justice, sans distinction de témoins à charge ou à décharge.

15. Toutes les dépositions seront faites en public, et aucune déposition écrite ne sera reçue, à moins que les témoins ne soient dans l'impossibilité de se transporter au tribunal ; et dans ce cas, il sera nécessaire d’une autorisation expresse des comités de salut public et de sûreté générale.

16. La loi donne pour défenseur aux patriotes calomniés des jurés patriotes ; elle n'en accorde point aux conspirateurs.

17. Les débats finis, les jurés formeront leurs déclarations,et les juges prononceront la peine de la manière déterminée par les lois.

Le président posera la question avec clarté, précision el simplicité. Si elle était présentée d'une manière équivoque, ou inexacte, le jury pourrait demander qu'elle fût posée d'une autre manière.

18. L'accusateur public ne pourra, de sa propre autorité, renvoyer un prévenu adressé au tribunal, ou qu'il y aurait fait traduire lui- même ; dans le cas où il n'y aurait pas matière à urne accusation devant le tribunal, il en fera un rapport écrit et motivé à la chambre du conseil, qui prononcera. Mais aucun prévenu ne pourra être mis hors de jugement, avant que la décision de la chambre ait été communiquée aux comités de salut public et de sûreté générale, qui l'examineront.

19. Il sera fait un registre double des personnes traduites au tribunal révolutionnaire, l'un pour l'accusateur publie, et l'autre au tribunal, sur lequel seront inscrits tous les prévenus, à mesure qu'ils seront traduits.

20. La Convention déroge à toutes celles des dispositions des lois précédentes qui ne concorderaient point avec la présente loi, et n'entend pas que les lois concernant l'organisation des tribunaux ordinaires s'appliquent aux crimes de contre-révolution et à l'action du tribunal révolutionnaire.

 

 

Comme l’a fort justement dit Georges Couthon, auteur de ce texte :

« Le délai pour punir les ennemis de la patrie ne doit être que le temps de les reconnaître ; il s’agit moins de les punir que de les anéantir... Il n’est pas question de donner quelques exemples, mais d’exterminer les implacables satellites de la tyrannie ou de périr avec la République ».

3. Couthon.jpg

Monsieur Plenel, voulez-vous débarrasser la République de ses implacables ennemis ou préférez-vous la laisser périr en leur disant que ce n’est pas bien de la tuer ?

Le temps n’est plus aux remontrances courtoises ni au respect humain, il est à la remise en vigueur, par plébiscite si nécessaire, et entre autres choses, de la loi de Georges Couthon, plus vitale que jamais.

Il faut agir ou se taire.

En France, des gens sont honteusement déférés devant les tribunaux pour oser boycotter les produits dégoulinants de sang d’un état nazi  (et toute la nation ne se lève pas pour se solidariser avec eux !).

À New York, il y a quelques jours, M. Norman Finkelstein a agi dans la mesure de ses moyens. Il a même persuadé cent personnes de l’imiter.

En Ukraine, des civils ont agi en prenant les armes pour combattre le nazisme, sachant qu’écrire des lettres à des monstres pour leur demander d’être moins méchants n’a jamais servi à rien.

À Tel Aviv, une cinquantaine de jeunes gens ont agi en refusant de servir, comme le font chaque jour des soldats ukrainiens qui passent du côté des civils quoi qu’il leur en coûte. Il reste aux militaires US, britanniques, français et autres encore dotés d’un embryon de conscience à les imiter avant qu’il soit trop tard.

D’ici là, quand on n’est pas militaire et même si on l’est, faire en sorte que la loi républicaine du 22 prairial - qui a déjà sauvé la France une fois - soit remise en vigueur est une entreprise qui mérite que l’on risque quelque chose pour l’accomplir. Et foin des « cours pénales internationales» mafieuses fabriquées par des brigands et financées par des Soros !

Chers MM. Plenel et Cantona, encore un effort pour être vraiment républicains !

 

4. Book-Tree-Fountain 37c58e31-1.gif

 

Un livre

Le 10 Thermidor An II, l’Armée du Nord entrait à Liège, les Liégeois s’y battant en première ligne comme il était naturel, puisqu’ils venaient libérer leur pays dans les rangs des Républicains de leur pays d’adoption.

Un Tribunal Révolutionnaire y fut mis en place et le décret (« terroriste ») de prairial, y fut appliqué pendant les treize mois qui suivirent. Comme partout ailleurs en France, bien entendu, n’en déplaise aux historiens convenables, pour qui la tuerie de Thermidor n’aurait eu d’autre but que de « mettre fin à la Terreur » et à « l’atroce loi de prairial ».

À la fin de la IIe Guerre mondiale, M. Georges de Froidcourt, premier avocat général près la cour d'appel de Liège, eut l’idée d’occuper ses loisirs à dépouiller les minutes des procès de ce Tribunal Révolutionnaire, justement, dont les archives, sous le Consulat, avaient été reléguées en vrac dans un grenier. Il les fit chercher, s’y plongea, les étudia et en tira un livre :

5. Froidcourt.JPG

Dont l’Épilogue dit :

Et voilà racontée avec simplicité et avec sincérité, l’histoire du Tribunal criminel révolutionnaire liégeois.

Son activité est retracée dans tous ses détails.

Est-ce là un tribunal institué pour « terroriser » les Liégeois ? Ses membres étaient-ils des « hommes de sang » ? A-t-il rendu une « justice atroce », comme l’a écrit Joseph Demarteau ?

Regnier, l’accusateur public, s’est-il montré le « sans-culotte » arrivé » de son pays avec « toute la passion sectaire et la violence qui avaient caractérisé la Terreur » et qui « pendant longtemps a déployé ses emportements, même sa rage sanguinaire et anti-religieuse », comme l’a dit Paul Verhaegen ?

Soyons justes et reportons-nous à l’époque difficile de l’institution du tribunal ; n’insistons pas sur de petites mesquineries de personnes, sur les maladresses, et les malhonnêtetés mêmes de certains fonctionnaires français, sur des hésitations administratives ; oublions toutes les vexations qui dénotent chez l’occupant ami une certaine incompréhension de la mentalité liégeoise…

Ne voyons que la grande œuvre de la Révolution française appliquée à la Justice de notre pays de Liège, œuvre qui reste et qui restera, et dont aujourd’hui plus qu’hier, après le danger qu’elle a couru pendant ces dernières années, nous apprécierons mieux que jamais les bienfaits incontestables et incontestés.

Deux choses ont fait « hurler » certains historiens : l’application de la loi sur le cours forcé des assignats et celle sur les prix maxima des denrées alimentaires de première nécessité.

Pendant ces deux guerres où les troupes allemandes ont occupé notre pays, pour ma part je ne connais personne qui ait osé se rebeller publiquement contre le cours forcé des marks-papier, ou qui ait établi une différence entre cette monnaie et les francs belges.

A-t-il existé quelqu’un, dans les consommateurs tout au moins, qui ait protesté contre les prix fixés par les services du ravitaillement pour les denrées de première nécessité ?

Mais pour donner notre appréciation sur la justice de l’époque et sur la façon dont elle fut rendue, il ne faut à aucun moment perdre de vue que nous assistons aux premiers pas de la nouvelle organisation judiciaire.

Les membres du Tribunal révolutionnaire de Liège, on a pu s’en rendre compte, étaient certainement des juristes, on le sent bien ; mais c’étaient surtout des citoyens droits, honnêtes, justes.

Nous avons pu voir toute la compréhension de ces hommes qui, penchés sur les difficultés et les misères du moment, ont appliqué les lois nouvelles avec modération et avec bonté.

Scrupuleux à l’extrême, ils ont fort souvent acquitté et ils n’ont condamné que lorsqu’ils n’ont pas eu le moindre doute sur la culpabilité et la responsabilité des prévenus, et dans leurs jugements, ils font montre de sentiments véritablement humains, quelquefois un peu naïfs, si nous les jugeons avec notre mentalité d’aujourd’hui, mais admirables si nous les jugeons simplement, avec  notre cœur qui est le même que celui des hommes d’alors.

Ils ont appliqué des principes nouveaux en matière de justice, une procédure jeune, rapide, publique, comprise facilement et aisément suivie ; des lois simples, claires, humaines ; ils les ont appliquées avec compréhension de la nature humaine, de ses tares, de ses faiblesses, de ses misères, de ses exigences ; nous pouvons dire qu’ils les ont appliquées avec bonne volonté, en philosophes, pleins de droiture, d’honnêteté et d’humanité.

Après avoir relu mon texte et revécu l’activité du Tribunal criminel révolutionnaire liégeois pendant treize mois, je fais mienne l’exclamation d’Ambroise Janson, ancien chasseur à cheval au 6e régiment de l’armée de Sambre-et-Meuse, à l’époque agent national près le Tribunal civil de Liège, ancêtre direct des grands citoyens et des grands juristes que furent et que sont les Janson, dans une lettre qu’il écrit à sa Mère :

« VIVE LA RÉPUBLIQUE, C’EST-À-DIRE LA VERTU, LA PROBITÉ, L’HUMANITÉ ! »

 

*

En somme, comme toutes les lois, celle de prairial voulait être appliquée dans l’esprit où elle avait été conçue et non pas utilisée à des fins scélérates comme elle le fut par les Thermidoriens, avant et après Thermidor.

Les justiciables de Liège ont eu la chance qu’elle leur fût appliquée par des Républicains sincères, par des révolutionnaires venus verser leur sang pour les libérer et non pas les soumettre, quoique le pouvoir ait, entretemps, tragiquement changé de mains à Paris.

La tragédie d’aujourd’hui est que ce pouvoir est resté dans les mêmes mains et que c’est cela qu’il faut combattre ou bientôt périr d’une Bérézina qu’on aura fait sortir de son lit et geler jusqu’à l’Atlantique.

« Ah, si les Florentins étaient des hommes ! »

 

*

 

Mis en ligne le 7 août 2014.

 

 

22:30 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ET L'ACTUALITÉ À PART ÇA ? TOUJOURS PIRE.

1. pirates.JPG

 

Et l’actualité, à part ça ?

Toujours pire.

(Pas notre faute, on glane)

 

*

Ô surprise !

L’autorité palestinienne retire sa plainte contre Israël 

 

2. Mahmoud Abbas.jpg

L’Autorité palestinienne a fait annuler par Mad. Fatou Bensouda, procureur de la Cour pénale internationale, la plainte déposée le 25 juillet 2014 par Saleem al-Saqqa, ministre palestinien de la Justice, et Ismaeel Jaber, procureur général de Gaza pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article185009.html

 

*

Pour ce qu’il faut penser de Mahmoud Abbas, on ne relira jamais assez « La métamorphose d’un humain en vermine » d’Aline de Diéguez, hélas toujours d’actualité !

C’est ici : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/pales...

 

*

Ce qu’en pense Christophe Oberlin

Dernier crime à Gaza : celui de haute trahison

 

3. oberlin_-Gaza-trahison-1728x800_c.jpg

Aujourd’hui est un jour de deuil supplémentaire pour les Palestiniens.

Hier 5 août 2014 Mr Riad Al MALIKI,  ministre des Affaires Etrangères de Palestine a obtenu de Mme Fatou BENSOUDA procureure de la Cour Pénale Internationale l’annulation de la plainte déposée le 25 juillet 2014 par Mr Saleem Al SAQQA ministre palestinien de la Justice et Mr Ismaeel JABER procureur général de Gaza pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne.

Cette plainte, élaborée par les meilleurs spécialistes du Droit International, avait reçu l’appui de 130 professeurs de Droit de par le monde qui avaient affirmé sa complète recevabilité au regard des statuts de la Cour Pénale Internationale.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/dernier-crime-gaza-crime-h...

 

*

Chez les Grands-Bretons

Une démission et un  peu d’agitation

 

4. Baroness_Warsi_Official.jpgOn sait que, le 5 août, la ministre des Affaires étrangères de Grande Bretagne, du Commonwealth et du reste, Mme Sayeeda, baronne Warsi, a démissionné de ses fonctions, pour dénoncer la politique du cabinet de David Cameron à l’égard des bombardements israéliens sur Gaza.

On ne voudrait pas faire de mauvais esprit, mais avec un nom pareil, à quoi voulait-on s’attendre ? Et une femme, en plus. Voilà qui leur apprendra à donner dans le multiculturalisme et l’anti-sexisme pour faire joli.

 Sale temps pour David Cameron cependant, car un certain nombre de parlementaires du parti Conservateur (le sien) viennent de joindre leurs voix à celle de la ministre démissionnaire et des foules protestataires pour lui réclamer des comptes sur son soutien à Israël dans cette affaire, qu’ils jugent eux aussi immoral. Mais où va-t-on ?

5. Elbit arms.jpg

Pendant ce temps, une dizaine de personnes solidaires des Palestiniens ont pris d’assaut, à Londres, Elbit Systems, une usine d’armements israélienne, qui a une filiale à Shenstone, près de Birmingham, pour en réclamer la fermeture.

Anticipant les commandes supplémentaires à venir suite aux bombardements les plus moraux du monde, l’action d’Elbit a grimpé de 59,16 $ à 64,40 $. Et les dix anti-guerre ont été arrêtés. On est « contre », mais il ne faut pas pousser : les affaires sont les affaires.

 

*

Il faut beaucoup de patience, mais des fois on y arrive…

Une leçon de morale publique par téléphone

George Galloway vs Alex

« De quel droit la Grande Bretagne peut-elle te donner un pays qui ne lui appartient pas ? »

 

*

Un peu de philosophie statistique Théophrastienne pour finir :

Parlons (Inter) Net

Israël et l’armée la plus morale de l’univers.

 

6. pied de bitch.jpgSelon le quotidien « Haaretz », la police militaire israélienne enquête sur un soldat suspecté d’avoir volé de l’argent liquide dans une maison de Gaza.

Quant aux pilotes qui ont bombardé 4.686 fois la Palestine et qui, avec les tankistes, ont tué 1.900 Palestiniens (dont environ 400 enfants), en ont blessé 9.470 (dont plus de 2.700 enfants), détruit ou rendu inhabitables 10.500 maisons, touché 142 écoles, etc., ils seront probablement décorés en vertu d’une loi d’airain de toute guerre coloniale qui stipule que tuer des civils (femmes, enfants, vieillards) est le droit, voire le devoir des héros.

Théophraste R.

PS. Merci au sage de 88 ans qui constate « qu’une nouvelle et répugnante forme de fascisme est en train de surgir avec une force notable dans cette période de l’histoire humaine…[un] macabre génocide commis aujourd’hui contre le peuple palestinien » (Fidel Castro).

[ Si même Fidel Castro se met à confondre fascisme et nazisme, on n’est pas sortis de l’auberge. N.d.GO ]

 

*

Post Scriptum

 

L’Arabie Saoudite vient enfin – enfin ! – d’envoyer de l’aide à Gaza.

 

7. Linceuls saoudiens.jpg

Des linceuls. Mais, attention : modernes ! Le dernier cri en matière de linceuls.

(Source : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/335642-l%E2%... )

 

*

On avait aussi des choses à vous dire sur l’Ukraine. Patience. À chaque jour suffit sa joie.

 

 

 

Mis en, ligne le 7 août 2014

 

 

 

 

22:02 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/08/2014

ET COMMENT VA LE MONDE, MONSIEUR ?

1. navy day vladivostock 25 juillet.jpg

Grande parade navale pour le « Jour de la Marine » en Russie.

1. navy parade.jpg

0. Navy parade.jpg

00. navy parade.jpg

 

000. navy parade.jpg

 

 

Et comment va le monde, Monsieur ?

Il tourne, Monsieur. Mal ! En doutiez-vous ?

 

Les choses vont si vite, les événements se multiplient à une cadence telle, qu’il est devenu presque impossible de prendre simplement connaissance de tout ce qui se publie d’important. Il y faudrait 48 heures par jour.

Plutôt que baisser les bras en plongeant sous la couette, nous rassemblons ici ce qu’il nous a semblé essentiel de relayer. À raison d’un par jour si nécessaire, il est possible de ne pas rater des analyses de premier ordre ou des mises à plat irréfutables. Les dates de parution ne font pas grand chose à l’affaire.

 

 

Le Donbass vendu à la Hollande, clés sur porte.

2. Hollanda.jpg

C’est ce que révèle cette information, que vous ne trouverez pas, nous en sommes sûrs, dans vos gazettes, radios ou télés « mainstream ».

21-07-2014

Le 30 avril 2013, la reine des Pays-Bas, Beatrix (Beatrix Wilhelmina Armgard), abdiqua en faveur de son fils, après avoir régné sur le pays pendant 33 ans.

3. Beatrix-abdication.jpeg

Sur le trône est monté son fils âgé de 46 ans, le Prince d'Orange Willem-Alexander, héritier du capital dont les principaux actifs de la dynastie sont la compagnie « Phillips », « KLM » et « Royal Dutch Shell ».

« Royal Dutch Shell » est une multinationale néerlando-britannique, englobant les entreprises énergétiques pétrochimiques, et mène ses activités dans plus de 90 pays à travers le monde. Le siège social de « Shell » est situé à La Haye (Pays-Bas).

Lire la suite…

Source :

http://bendeko.blogspot.fr/2014/07/ukraine-le-donbass-ven...

Outre de la première de quatre abdications en seize mois (cinq avec celle d’Abdallah des Saoud), de quoi est-il question dans cette affaire ? De la vente d’un pays entier à des intérêts privés, certes, mais encore ? De faire subir au Donbass ce qu’on essaie aussi - vous en souvenez-vous ? - de faire subir à l’Angleterre et contre quoi les Anglais se battent. Vous verrez qu’on y viendra partout.

Ajoutons ce qui n’est pas dit ici, à savoir que les autorités de Kiev, estimant que, sur 4 millions d’habitants du Donbass, il y en a 1,5 million de trop, il convient de les éliminer, sinon cet endroit n’est pas rentable et les Hollandais pourraient s’en formaliser.

Comme à Gaza, alors ? À peu près, oui. C’est la même bande, n’est-ce pas.

 

GUERRE

Vous savez ce que nous pensons du Saker, notamment qu’il s’agit avant tout d’un honnête homme qui essaie d’appliquer la fameuse maxime si chère à John Cowper Powys : « penser par soi-même ! », deuxièmement, que cet honnête homme, sans doute d’origine russe ou ukrainienne, est citoyen U.S. et a officié pendant des années comme analyste militaire au service des forces armées U.S., pour le compte desquelles il a suivi plusieurs guerres sur le terrain, notamment celles de Yougoslavie et du Kosovo.

Vous savez aussi qu’il a récemment suscité plusieurs initiatives bénévoles, dont les sites Vineyard of the Saker en français et en allemand ne sont pas les moindres.

En principe, il n’est donc pas nécessaire que nous continuions à relayer ses articles et/ou ceux de ses correspondants sur le théâtre des conflits en cours, puisque vous pouvez les consulter directement si vous en avez envie. Néanmoins nous recommandons à votre particulière attention celui-ci, où le Saker revient sur des réflexions passées.

Il avait démontré, preuves à l’appui, qu’un conflit frontal Russie-USA était impensable, impossible même, parce que c’était un conflit QUE PERSONNE NE POUVAIT GAGNER. Équilibre de la terreur oblige, etc. etc.

Quand - la menace d’une guerre déclenchée par les USA et l’U.E. se précisant néanmoins de plus en plus - il a demandé à ses lecteurs « croyez-vous qu’ils seraient assez fous pour faire une chose pareille ? », nous sommes de ceux qui lui ont répondu « oui, bien sûr, ne vous faites pas d’illusions ». (L’article récent de Paul Craig Roberts « La guerre arrive » n’a en réalité rien dit d’autre.)

C’est un homme « de l’art » qui parle ici, un militaire conscient de toutes les réalités d’une guerre, au fait de toutes les données qui entrent en jeu quand on envisage d’ouvrir des hostilités « chaudes » - radioactives même - et non plus « froides ».

[N. B. - Il est, dans ce texte, question une ou deux fois de « Mons ». Mons est, pour ceux qui l’ignoreraient, la ville de Belgique où siège le Quartier Général de l’OTAN. Nous l’avons déjà dit, répétons-le : si, un jour, les Russes sont forcés, pour défendre leur pays, de faire usage de leurs missiles au nucléaire, il est évident que Mons sera une des toutes premières cibles de ces armes DE DÉFENSE. Ce jour-là, la Belgique cessera d’exister. Et ne l’aura pas volé.]

 

4. saker50x50.jpg

 

Penser l’impensable

 

Introduction

Cela fait très longtemps que je remets à plus tard d’écrire sur ce sujet. En fait, j’ai écrit déjà plusieurs articles pour essayer d’expliquer cette évidence, et même ce truisme, que les États-Unis/l’OTAN/l’UE ne disposent pas d’une véritable option militaire dans la guerre ukrainienne. Tout d’abord, dans un article intitulé « Rappelons-nous les leçons importantes de la guerre froide » [1], j’ai tâché d’expliquer que la raison pour laquelle la guerre froide ne s’était pas transformée en guerre chaude, avec tirs réels et le reste : c’est que les deux parties avaient compris qu’elles ne pouvaient tout simplement pas gagner, et que toute escalade dans les frappes et les contre-frappes pourrait très rapidement conduire à une guerre nucléaire intercontinentale, chose qu’aucun des deux camps n’était prêt à risquer. Dans un autre article intitulé « Comprendre le marteau à un milliard de dollars d’Obama » [2], j’ai ensuite essayé de montrer que tout l’argent que les États-Unis déverseront en faveur de la « sécurité européenne » n’est qu’un grandiose pot de vin destiné à certaines élites européennes, et qu’il n’a eu ni n’aura aucun effet réel sur le terrain. Quelques jours plus tard, j’ai posté un article intitulé « Pourquoi l’équilibre nucléaire américano-russe est aussi solide que jamais » [3], dans lequel je me suis efforcé de dissiper le mythe répandu en occident d’un état supposé de délabrement de l’armée russe en général, et des forces nucléaires russes en particulier. Enfin, dans un texte intitulé « Bref rappel au sujet des armes nucléaires américaines et russes » [4], j’ai cherché à montrer qu’en réalité, c’était les forces nucléaires américaines qui se trouvaient dans un état de délabrement. A de multiples reprises, dans de nombreux commentaires, je me suis efforcé d’exposer les raisons pour lesquelles je ne croyais tout simplement pas que les États-Unis/l’OTAN/l’UE oseraient attaquer la Russie. En résumé, je dirai ceci : les États-Unis ne sont de loin pas aussi puissants que le proclame leur propagande. Sans entrer dans de longues discussions sur ce que signifient « victoire » et « défaite », je dirai simplement, et c’est là mon opinion personnelle, que la dernière fois que l’armée américaine s’est bien battue, c’était en Corée, et que même là-bas, elle a dû accepter un match nul. Après cela, la dégringolade. Cela dit, ce n’est pas la faute du soldat américain, mais c’est dû au fait que d’énormes paquets de fric et la politique se sont si fortement immiscés dans l’armée américaine qu’ils ont tout corrompu. C’est dans l’US Air Force que cela est le plus évident : celle-ci a encore de superbes pilotes, mais qui se voient offrir ce choix terrible d’avoir à voler, soit sur de bons avions déjà anciens, soit sur de nouveaux avions, récents mais horribles (je crois qu’au vu d’un tel choix, la plupart choisiraient la première solution). Pour ce qui est des alliés européens de l’OTAN, ils relèvent tellement de la plaisanterie qu’ils méritent à peine qu’on en fasse mention. Même lorsqu’ils défilent, on voit qu’ils ne sont pas bons.

Lire la suite…

Source : http://www.vineyardsaker.fr/2014/08/02/penser-limpensable/

 

 

Rentré de vacances juste à temps pour entendre huer François Hollande, Georges Stanechy nous a gratifiés, presque coup sur coup, de quatre articles, dont voici le plus récent :

L’éthique du président Ogaza

Le président Ogaza, lauréat du prestigieux et très envié « Prix Trucmuche de La Paix », scrutant, à la loupe de sa srupuleuse conscience, l'injustice et la violence sur notre planète...

Indentifiant le Bien et le Mal, la Spoliation et la Misère, le Crime et la Victime, la Torture et la Dignité Humaine, l'Agression et la Légitime Défense, la Réalité et la Fiction...

 

5. OGAZA empereur.jpg

 

Pour, tel Jupiter, édicter son jugement devant ses vassaux et fidèles prosternés.

Sans appel.

Dans la silencieuse dévotion des « Laïcards »...

Ces fanatiques prêtres et inquisiteurs de la « Laïcité », tartufesque nouvelle religion imposée par l'oligarchie, dont l'hystérique credo pour la « séparation du religieux et de l'Etat » s'arrête face aux dogmes gravés sur les portes du Temple de Wall Street...

Et, aux pieds de la divinité qu'ils idôlatrent...

Jupiter Ogaza.

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/08/l-ethique-du-president-ogaza.html

 

Ne ratez pas non plus – c’est juste en-dessous :

A : Abjection, Abomination, Apartheid, Atrocités…

« Les mouvements qui imposent leurs révolutions au monde sont nés des rêves et des visions d'un coeur de paysan sur une colline.

Pour eux, la terre n'est pas un sol exploitable, mais leur mère nourricière. »

James Joyce

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/07/a-abjection-abomina...


L’État psychopathe

« Deux doctrines, deux systèmes se disputent aujourd’hui l’empire du monde, la doctrine de la liberté et la doctrine de l’absolutisme ; le système qui donne à la société le droit pour fondement et celui qui la livre à la force brutale. »

Lamennais

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/07/l-etat-psychopathe....


Gaza : L’abjection…

« Indignez-vous !», disait Stéphane Hessel ! (1)

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/07/gaza-l-abjection.html

 

Mais aussi, sur un sujet qu’il connaît bien :

Iran, modèle de résilience

 N.B.  Ce texte a été publié pour la première fois, le 9 juillet 2014, sur le blog :
Iran : Analyses et Perspectives

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/07/iran-modele-de-resi...

 

Thierry Meyssan, qui vit présentement en Syrie, nous parle de Bachar el-Assad, témoignage qui complète très opportunément le discours d’investiture du Président nouvellement réélu.

 

Réseau Voltaire

La métamorphose de Bachar el-Assad

par Thierry Meyssan

Damas, 28 juillet 2014

 

6. Bachar-Chavez.jpg

Depuis la retraite de Fidel Castro, la mort d’Hugo Chávez et l’interdiction faite à Mahmoud Ahmadinejad de présenter un candidat à l’élection présidentielle iranienne, le mouvement révolutionnaire n’a plus de leader mondial. Ou plutôt, n’en avait plus. Cependant, l’incroyable ténacité et sang-froid de Bachar el-Assad a fait de lui le seul chef d’Exécutif au monde qui ait survécu à une attaque concertée d’une vaste coalition coloniale conduite par Washington et qui ait été largement réélu par son peuple.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article184852.html 

 

Restons sur le Réseau Voltaire. La parole est à son Vice-président :

Laissez vivre les chrétiens en Orient.

par André Chamy

31 juillet 2014-08-02

 

7. chrétiens orient.jpg

 

Alors que les chrétiens sont persécutés à Mossoul (Irak), la France a proposé de les accueillir. Ce faisant, elle renonce à les défendre et participe au plan des États-Unis et d’Israël de les anéantir. Historiquement, les chrétiens d’Orient n’ont jamais pu compter sur ceux d’Occident qui tentèrent d’occuper leurs pays durant les croisades, puis la colonisation. André Chamy revient sur les plans occidentaux du dernier siècle visant à les chasser pour que la région devienne le théâtre d’un affrontement entre juifs et musulmans.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article184954.html

 


SANCTIONS

Au cas où on aurait oublié de vous parler de celles-là…

La Douma planche sur un projet de loi qui définirait et sanctionnerait les « pays agresseurs ».

8. Douma.jpg

RIA Novosti / Vladimir Fedorenko

29 juillet 2014

Les législateurs du parti au pouvoir proposent de modifier la législation, pour permettre l’adoption de sanctions automatiques à l’encontre des pays étrangers que le gouvernement inclurait dans une liste de « pays agresseurs ».

 

9. Fyodorov.jpg

Evgeny Fyodorov

La proposition de loi, préparée par les représentants de Russie Unie Evgeny Fyodorov et Anton Romanov, en accord avec le groupe « Souveraineté Parlementaire », qui réunit des membres de tous les partis représentés à la Douma, a pour but d’amender plusieurs textes existants, tels que, par exemple, la Loi sur les Contrats et la Loi sur les Audits.

Les législateurs veulent donner au gouvernement russe le pouvoir d’établir et d’approuver une liste de « pays agresseurs », à savoir, ceux dont les autorités ont décrété des sanctions contre la Russie, ses citoyens ou ses compagnies.

Dès qu’un tel pays serait repris sur la liste, tous ses citoyens, résidents permanents et/ou sociétés enregistrées sur le territoire russe perdraient automatiquement le droit d’y prester des services légaux, d’y donner des consultations d’affaires et d’y effectuer des audits financiers. Le gouvernement russe devrait aussi pouvoir lever certaines de ces sanctions ou introduire au contraire des restrictions additionnelles aux activités commerciales de ces personnes ou de ces sociétés si cela s’avérait nécessaire.

Fyodorov a déclaré au quotidien à grand tirage Izvestia, que cette liste inclurait certainement les six principales firmes d’audit et de consultance qui travaillent actuellement en Russie : Deloitte, KPMG, Ernst and Young, Price Waterhouse Coopers, Boston Consulting et McKinsey. Il a ajouté qu’à son avis, certaines restrictions concernant ces sociétés pourraient être adoptées immédiatement, vu que la Douma ne discutera la proposition de loi qu’en automne et que certains contrats gouvernementaux doivent être signés avant cela.

On sait que le même représentant avait déjà fait des propositions similaires au début de l’année. En juin, il a annoncé que la Chambre Basse préparait une proposition de loi qui vise à interdire complètement aux sociétés appartenant à l’État d’utiliser les services de firmes de consultance US et ceux de leurs filiales ou subsidiaires. Auparavant, il avait aussi réclamé que soient mises hors la loi les firmes d’experts-comptables US en ce qui concernait les audits financiers des sociétés d’État.

Evgeny Fyodorov estime que les consultants étrangers font secrètement du lobbying en faveur des intérêts de leurs propres États et que cette situation est responsable de la lenteur de croissance de l’économie russe. Il a également fait remarquer que les consultants n’ont jamais rien fait pour aider les banques russes à mettre sur pied leurs propres plans de gestion mais nomment eux-mêmes les directions, ce qui a pour résultat de rendre les banques dépendantes des interventions extérieures.

Cette dernière initiative des législateurs a été accueillie favorablement par le chef de l’Institut Russe pour les Problèmes de Mondialisation, Mikhaïl Delyagin, qui a déclaré que toute société, si grande soit-elle, doit faire preuve de loyauté envers le pays où elle est enregistrée et où elle peut avoir à exécuter des ordres secrets du gouvernement, sans devoir reconnaître publiquement ce fait.

« Des pays comme les États-Unis pratiquent couramment la rotation des spécialistes. Autrement dit, les spécialistes peuvent quitter les postes qu'ils occupent dans le privé pour remplir des fonctions gouvernementales et vice-versa. Tout dirigeant de rang élevé d’une firme de consultants peut donc, du jour au lendemain, se voir confier un poste non moins importante au sein de la CIA par exemple, et retourner plus tard dans le privé comme si de rien n’était» a expliqué Delyagin aux Izvestia.

Il estime cependant qu’il serait souhaitable que la notion de « pays agresseur » soit définie par la loi avec un maximum d’exactitude, de même que les sanctions envisagées, de manière à soulager l’exécutif du poids de ce travail.

Source   http://rt.com/politics/176348-russia-sanctions-aggressor-...

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

mirely gifted.gif

Ainsi donc des entreprises d’État russes sont cornaquées par des consultants US comme celles des états vassaux ? Les bras vous en tombent ! 


Si vous comprenez le russe ou lisez l’anglais, ceci est pour vous :

Evgeny Fyodorov sur l’Ukraine

 

 

 

Si, au moins, ça pouvait sauver la vie à quelques pauvres cochons :

La Belgique perd 40 millions d’€, suite à l’embargo russe sur le porc.

Les pertes des producteurs de viande belges, en raison de l’embargo russe sur le porc en provenance de l’UE, ont atteint 40 millions d’euros au premier semestre.

 

10. porcelet.JPG

 

« Le secteur de la viande belge a déjà perdu ces six derniers mois 40 millions d’euros. Si une solution n’est pas rapidement trouvée, de nombreux emplois disparaîtront en Belgique », stipule le communiqué.

« Après 6 mois, une solution n’est toujours pas en vue. Au contraire, d’autres secteurs de l’agro-alimentaire belge et européen risquent d’être frappés à court terme par les embargos russes. Ni la Commission européenne, ni le gouvernement russe ne veulent  perdre la face », poursuit la FEBEV.

La Russie a décrété en janvier 2014 un embargo sur le porc européen après la découverte de cas de fièvre porcine africaine en Lituanie. Un autre cas a été détecté en Pologne à la mi-février.

L’UE a décidé en avril de porter le conflit devant l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). La Russie a refusé la première demande de l’UE sur la création d’un panel, un tribunald’arbitrage chargé de trancher.

Source : http://croah.fr/revue-de-presse/sanctions-la-belgique-per...

 

Russes, encore un effort pour prendre définitivement la tête d’un monde vraiment civilisé : devenez végétariens !

Belges, remettez-vous à l’agriculture !


Des images pillées chez RT

 

« Oradour sur Glane x 1000 » a dit quelqu’un

Un moment – même pas un jour – de la destruction de Gaza

Diapo :   http://rt.com/in-vision/israel-gaza-strike-rubble/

 

Cisjordanie

20.000 Palestiniens ont voulu marcher contre la guerre, de Ramallah à Jérusalem. Arrêtée en route par l’armée israélienne, la manifestation pacifique est devenue incontrôlable. Tsahal a tiré dans la foule à balles réelles. Les blessés ont été transportés à l’hôpital d’état de Ramallah, où  elles sont arrivées vers 1 h du matin. On en ignore le nombre.

Diapo : http://rt.com/in-vision/palestine-israel-gaza-march/

 

Manifestations moins dramatiques dans le reste du monde

Ici à Marseille, Sydney, Vienne (x2) Los Angeles (Wilshire boulevard), Nazareth (Israéliens arabes) Valence (x3)

Diapo : http://rt.com/in-vision/gaza-global-protests-israel/

Mexico

Vidéo : http://rt.com/in-motion/176672-mexico-protest-israel-gaza/

Bruxelles

Vidéo : http://rt.com/in-motion/176092-belgium-pro-palestine-prot...

Berlin

Vidéo : http://rt.com/in-motion/176968-gaza-israel-germany-protest/

Londres

PSC  Flag parliament.jpg

 

http://rt.com/uk/177320-palestine-flag-parliament-protest/

 

Israel – 51 soldats IDF refusent de servir en protestation contre la destruction de Gaza

 

 

Un déluge de fin  du monde en Roumanie :

Qand même, dans leur malheur, ils ont pensé à emmener le chat !

Vidéo : http://rt.com/in-motion/176748-flood-romania-rescue/

 

Et une histoire vénézuélienne :

Une « Tour de David », construite pour abriter des bureaux, jamais terminée  et laissée à l’abandon, était devenue un taudis. Des squatters  s’y étaient installés. Le gouvernement de Nicolas Maduro vient de les transplanter – avec leur accord – dans un autre bâtiment de Caracas construit à leur intention. Le déménagement collectif s’est fait en une fois.

Diapo : http://rt.com/in-vision/caracas-tower-david-squat/

 

 

Zut, avec tout ça, on allait l’oublier !

Louis de Funès aurait eu 100 ans jeudi dernier. 

11. De Funès.jpg

A cette occasion, RIA NOVOSTI lui a rendu hommage.

Diapo : http://fr.ria.ru/photolents/20140731/201996998_11.html

 

Pour la nostalgie, un  petit coup de Folie des grandeurs

Avec les compliments de Don Salluste aux « Grands d’Espagne » de Washington :

 


 

Et si jamais vous vouliez le revoir en entier avant d’aller dormir :

http://www.filmiz.ws/la-folie-des-grandeurs-streaming/

 

 

 

Mis en ligne le 3 août 2014

 

 

 

 

18:05 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/07/2014

LA GUERRE ARRIVE

1. prawda-czy-falsz-wystrzal.jpg

Quand on a rêvé de jouer Cassandre et que personne ne vous l’a jamais laissé faire, on ne va pas rater une occasion pareille…

 

La guerre arrive

 

par Paul Craig Roberts – I.C.H.

28 juillet 2014

 

L’extraordinaire propagande que déchaînent, contre la Russie, les gouvernements des États-Unis et de la Grande Bretagne et leurs ministères de la Propagande, alias les « médias occidentaux », a pour but de conduire le monde à une guerre que personne ne peut gagner. Il est urgent que les gouvernements européens s’arrachent à leur insouciance, parce que, dans cette guerre, l’Europe sera la première à être vaporisée, en raison des multiples bases US de lancement de missiles dont elle a été truffée pour assurer sa « sécurité ».

Comme vient de le rapporter Tyler Durden dans Zero Hedge, la réponse russe à la sentence extra-légale rendue par une cour corrompue de Hollande, sans compétence en la matière, attribuant 50 milliards de dollars, propriété du gouvernement russe, aux actionnaires de Yukos, une entité corrompue qui a pillé la Russie et cyniquement fraudé son fisc, en dit long. Comme on lui demandait ce que la Russie allait faire eu égard à ce jugement scandaleux, un conseiller du président Poutine a répondu : « Il y a une guerre qui arrive en Europe. Croyez-vous vraiment que cette sentence a de l’importance ? »

L’Occident s’est ligué contre la Russie parce que l’Occident est totalement corrompu. La richesse des élites occidentales ne repose pas que sur le pillage des pays plus faibles dont il est facile d’acheter les dirigeants (il faut lire Les Confessions d'un assassin financier* de John Perkins, pour apprendre comment le pillage fonctionne), elle repose aussi sur le pillage de leurs propres compatriotes. Les élites américaines excellent à piller leurs compatriotes. En ce début de XXIe siècle, elles ont rayé de la carte la presque totalité de la classe moyenne américaine.

En contraste frappant, la Russie s’est sortie de la tyrannie et d’un gouvernement qui se fondait sur des mensonges, alors même que les USA et le Royaume Uni sombraient dans la tyrannie, en s’abritant derrière un bouclier de mensonges. Les élites occidentales meurent d’envie de piller la Russie - prise juteuse ! - et voilà que Poutine est dans leur chemin. La solution est de se débarrasser de lui comme on l’a fait du président Ianoukovitch en Ukraine.

Les élites pillardes et les hégémonistes néo-conservateurs poursuivent le même but : faire de la Russie un état vassal. Ce but unit les impérialistes financiers de l’Occident et ses impérialistes politiques.

Je suis habitué à relever, pour les lecteurs, la propagande utilisée pour diaboliser Poutine et la Russie. Mais, même moi, j’ai été abasourdi par les effarants et odieux mensonges auxquels s’est livrée la publication anglaise The Economist de ce 26 juillet. La couverture montre le visage de Poutine, au milieu d’une toile d’araignée et le titre dit, vous l’avez deviné, « Un tissu de mensonges ». http://www.economist.com/news/leaders/21608645-vladimir-p...

Il faut lire cette prose, pour constater à la fois de quel caniveau sort la propagande occidentale et l’évidente volonté qu’on y a de porter la guerre en Russie. Il n’y a pas l’ombre d’une preuve pour étayer les calomnies de l’Economist, ni pour justifier qu’il exige la fin de l’« apaisement »** occidental à l’égard de la Russie et réclame les actions les plus dures possibles à l’encontre de Poutine.

La sorte d’audacieux mensonges et de propagande manifeste qu’emploie l’Economist n’a pour seul but que de conduire le monde à la guerre.

Les élites occidentales et les gouvernements occidentaux ne sont pas seulement corrompus jusqu’à l’os, ils sont atteints de démence. Je l’ai écrit déjà, je le répète : ne vous attendez pas à vivre encore longtemps. Dans la vidéo que voici, un des conseillers de Poutine et des journalistes s’entretiennent ouvertement des plans US pour frapper pré-emptivement la Russie.***

http://www.youtube.com/watch?v=NePChnsuMNs

 ___________  

* (Confession of an economic hitman), éditions alterre, 2005.

** « apaisement » fait référence au premier ministre anglais Neville Chamberlain, dont la politique étrangère d’apaisement, qui lui a été reprochée après coup, s’est notamment traduite par la signature des accords de Munich en 1938 ;  allusion venimeuse qui revient à dire :  « Poutine = Hitler ».

***Au nucléaire évidemment (N.d.GO)

Le Dr. Paul Craig Roberts a été sous-secrétaire d’État au Trésor pour la Politique Économique U.S. et rédacteur-associé du Wall Street Journal. Il a collaboré comme chroniqueur à  Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a aussi rempli de nombreuses charges universitaires. Ses articles sur Internet lui ont valu un lectorat mondial. Ils sont repris dans Counterpunch. Ses derniers livres The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West et How America Was Lost, sont inédits en français, comme la demi-douzaine d’autres.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article39254.htm

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

2. pantoufle-copie.jpg

 

*

Ces merdias qui ont du sang sur les mains jusqu’aux clavicules

 

Le Saker commence à collectionner leurs couvertures anti-Poutine.

On reconnaîtra, au passage, celle dont parle, dans son article, Paul Craig Roberts.

3. French Saker.jpg

L’art pas si subtil de la propagande russophobe

The French Saker 9 commentaires

J’ai sérieusement le sentiment que la ploutocratie occidentale a décidé de déclencher une guerre avec la Russie. Quoi d’autre pourrait expliquer ce genre de propagande du type « notre semaine de la haine » ?

4. Poutine 1.jpg

Guerre froide II : l’Ouest est en train de perdre au jeu dangereux de Poutine

(« Aaaah, je compreeeends ! dit la vache en voyant le fromage. » N.dGO)

5. Poutine 2.jpg

Le paria : à l’intérieur de la bulle à l’épreuve des balles de l’ennemi public numéro 1 de l’Occident

6. Poutine 3.jpg

Un tissu de mensonges

 

Merci à Cu Chulainn de m’avoir envoyé celui-ci :

7. Poutine 4.jpg

Il faut stopper Poutine maintenant !

 

Merci à LeDahu qui m’a envoyé celui-là :

8. Poutine 5.jpg

 

Et merci à Anonymous pour ces deux derniers :

9. Poutine 6.jpg

Le meurtrier s'en tire.

 

10. Poutine 7.jpg

La culpabilité de Poutine

 

Source : http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/07/the-not-so-subtl...

Ajoutons-y un autre qui n’est pas mal non plus :

 

11. Putin's missile.jpg

Le missile de Poutine

 

Car à quoi bon lésiner.

Vous pouvez envoyer ceux que vous rencontrez au Saker (pas besoin du torchon entier : juste un scan de couverture).

 

*

Pendant qu’on y est, quelqu’un nous a envoyé ça, trouvé dans Le Monde du 28. Ciel ! Le Monde qui salue la mémoire de Robespierre ?… Meuh non, c’est juste un lecteur, qui a fait paraître une petite annonce payante dans les nécros.

 

 

Maximilien ROBESPIERRE,
 I'Incorruptible.
Saint-Just, I'archange de la Révolution


Aux Justes de la Révolution.
In aeternum.


 

Ah, cet argent qui n’a pas d’odeur !

 

*

GAZA

Suite et pas fin, hélas

À New York, Norman Finkelstein se fait arrêter  exprès, avec une centaine de personnes venues le soutenir.

 

14. Finkelstein NY.jpg

15. Finkelstein NY.jpg

 

IL EST TEMPS ! ISRAËL DOIT ÊTRE STOPPÉ !

Ceci est un message de Norman G. Finkelstein.

Nous sommes Lundi, il est midi.

Je suis prêt à commettre de la désobéissance civile demain, Mardi 29 juillet, à la Mission israélienne à l’ONU. 

Mais je ne crois pas aux actes individuels de martyre. 

Cela doit être une action collective.

Si cent personnes s’inscrivent pour être arrêtées ou être présents, j’y serai également.

Adressez-moi simplement votre nom et un moyen de vous joindre pour confirmer votre participation (normfinkelstein@gmail.com)

Si nous pouvons dresser une liste de 100 personnes d’ici demain matin à 10h, on se retrouvera à la Mission.

Faisons-le !

Le peuple de Gaza a besoin de nous !

Lire la suite…

Source :  http://sayed7asan.blogspot.be/2014/07/norman-finkelstein-...

 

*

Ce mardi 29 juillet, à Téhéran, l’ayatollah Ali Khamenei, à l’occasion d’une fête religieuse dont nous, mécréants, ne savons rien (l’Aïd-el-Fitr ?), s’est adressé à une foule énorme et lui a parlé de Gaza :

 

 

Faut-il rappeler que l’Iran est, avec la Syrie, un des deux – à peu près seuls – peuples qui n’ont jamais abandonné les Palestiniens. Du moins sur ce continent. L’Amérique latine a, heureusement pour elle, une autre histoire, comme nous venons de le voir avec le Chili. Et bien sûr, le Hezbollah, à l’intérieur du Liban.

Sur 197 états et bientôt 7 milliards d’habitants !… Cela en dit plus long qu’un long discours sur l’espèce à laquelle nous appartenons. Essayons de croire qu'il s'agit d'une maladie infantile.

Pour le présent, voulons-nous parier que les « organes d’information » illustrés plus haut vont faire de ces citoyens iraniens des hordes fanatiques au couteau entre les dents, affreusement barbues et lapideuses de femmes voilées ? Ce serait parier à coup trop sûr.

Source (et discours complet en anglais) : http://sayed7asan.blogspot.be/2014/07/sayed-ali-khamenei-sur-gaza-le-monde.html

 

*

jeudi, 31 juillet 2014

Pas d'alibi pour la Lybie

Il y quelques jours, la Cour de justice internationale a refusé la requête de l'ancien chef des services secrets lybiens de ne pas être extradé vers la Lybie pour y être jugé. La Cour à La Haye a estimé que RIEN ne permettait de douter de l'existence d'un Etat de droit et d'une justice sereine en Lybie. Depuis, les diplomates occidentaux sont en fuite. Le gouvernement lybien aussi. Mais plusieurs régimes démocratiques européens voulaient absolument éviter des procès contre d'anciens dignitaires lybiens à La Haye. D'anciens ministres ou présidents auraient alors été convoqués à titre de témoins (assistés). La Cour internationale de justice est un Tribunal politique qui obéit aux injonctions de ceux qui nomment ses juges. 

0. Justice piétinée.jpeg

Source : http://leblogdefredericcavallier.skynetblogs.be/archive/2...

 

* 

Dernière minute :

 

UKRAINE

 

Rassemblement pour la PAIX le 2 août à Paris
Collectif citoyen pour la paix en Ukraine

 

jeudi 31 juillet 2014, par Comité Valmy

 

0. colombe_paix-2.jpg

 

Ukraine Rassemblement pour la Paix

La guerre en Ukraine de l’Est continue. La population civile en paie le principal tribut. Les morts se comptent désormais par centaines, des dizaines de milliers de personnes ont été contraintes à quitter leurs maisons, les infrastructures des villes assiégées sont systématiquement détruites lors des combats par les tirs d’artillerie et les frappes aériennes. La tragédie de l’avion de ligne abattu au-dessus de la région de Donetsk a rajouté 298 victimes civiles au nombre de morts qui n’arrête pas de grandir.

Devant ce drame, nous considérons que les peuples d’Ukraine, de Russie et des autres pays d’Europe doivent se prononcer pour une sortie de la crise privilégiant le dialogue et non pas les armes.

Telle est la motivation principale de notre rassemblement du 2 août 2014.

 

(place de la République, Paris, début à 15.00 h).

 

Lire la suite…

 

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4845

 

 *

 

 

Mis en ligne le 30 juillet 2014

 

 

 

00:08 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2014

IL FAUT MOURIR PUISQUE LES GREDINS TRIOMPHENT

 

1. Gaza_israel-1b0ab-20824.jpg

« Il faut mourir, puisque les gredins triomphent »

Maximilien Robespierre, 9 Thermidor An II.

 

Aujourd’hui 10 Thermidor An 222 de la République,

220e anniversaire de l’assassinat de

116 jacobins à Paris et de beaucoup d’autres dans les provinces.     

 

Souvenons-nous d'eux :

Jean-Jacques ARTHUR

Le Liégeois Servais BOULANGER, ouvrier orfèvre et général sans-culotte ;

Le grand législateur Georges COUTHON

Jean-Baptiste Fleuriot-Lescot, maire de Paris quoique Belge ;

GOBEAU

François HANRIOT, commandant de la Garde Nationale ;

LAVALLETTE

Philippe LE BAS (guillotiné mort)

Claude-François PAYAN, agent national de la Commune

Augustin ROBESPIERRE

Maximilien ROBESPIERRE

Louis-Antoine SAINT-JUST

VIVIER

et de leurs compagnons, gens du petit peuple, dont l’histoire ne s’est pas souciée de retenir les noms.

 

À Paris, la tuerie sans procès dura trois jours. Les suppliciés furent enterrés dans une fosse commune emplie de chaux vive, « pour que le peuple n’en fasse pas un lieu de pèlerinage », au cimetière des Errancis, qui fut ensuite désaffecté. 

On construisit, par-dessus le charnier, une guinguette, où l’on dansa jusqu’à ce que, par la grâce du baron Haussmann, le prolongement de la rue Miromesnil et le percement du boulevard Malesherbes viennent morceler le terrain.

Les os brûlés des vaincus de Thermidor se trouvent pratiquement à l’angle de la rue Monceau, sous le boulevard. On ne danse plus sur eux, on roule.

Les squelettes des autres guillotinés, dont Madame Elisabeth, sœur du roi, ont été transportés dans les catacombes.

 

2. Errancis_carte_1_.jpg

 

*

Il faut mourir, puisque les gredins triomphent 

  

3. Gaza 28 juillet 2014000_ts-nic6354500.pd.jpg

Gaza – 28 juillet 2014

 

À ce jour, du fait de cet assaut, on compte 1032 morts palestiniens, en grande majorité des civils et des enfants.

Du fait de l’invasion à pied proprement dite (et pour la première fois) du territoire de Gaza, 43 soldats israéliens ont été tués par les défenseurs, et 3 civils.

Le nombre des blessés palestiniens est vertigineux, on ne le connaît pas avec certitude ; les sauveteurs n’ont pas le temps d’aller les retirer de sous les décombres sans se faire eux-mêmes tuer.

Une école de l’ONU a été bombardée: 15 morts. Que fera l’ONU ? Rien. Veto US. 

5. GA_irreductibles_gaza-d430a-90810.png

Le siège de Gaza dure depuis huit ans.

 

*

Quand on n'est pas génocidé soi-même, le courage civil, c'est ça :

 

  

 

*

Avignon

Le Festival est fini, mais pas les tribulations des intermittents. 

Quoiqu’avec les carabiniers, on relaie bien volontiers.

 

6. Avignon .jpg

Communiqué des intermittents du spectacle d’Avignon

Nous venons de nous faire sortir très violemment de L'Hôtel de Ville d'Avignon par la Police Municipale, sur ordre de la maire socialiste d'Avignon, Cécile Helle.

Nous, membres de la Coordination des Intermittents et Précaires, étions venus, ce jeudi 24 juillet, dès 10H30, pour obtenir un rendez-vous lui demandant d'affirmer et d'afficher clairement sa position quant à son soutien au mouvement de lutte unitaire.

Après une attente de 4 heures, nous avons décidé de bloquer l'entrée de la mairie, pour enfin obtenir cet entretien.

La seule réponse a été l'arrivée de policiers municipaux qui nous ont enfermés dans la mairie et expulsés manu militari avec une violence incontrôlée.

La façon dont elle nous a été renvoyée est à la hauteur du mépris et du dédain avec lequel ce gouvernement et les partenaires sociaux signataires de l'accord d'assurance chômage nous traite depuis ces 4 derniers mois.

Nous allons autour des tables, nous rencontrons les politiques, nous proposons, nous patientons. Au final, nous recevons des coups.
Il n'y a qu'en haussant le ton et les actions que nous serons entendus.

Aujourd'hui, en Avignon des compagnies sont en grève, à Chalon dans la rue 2000 personnes manifestent, bloquent le Medef, les Pôle Emploi, la préfecture, et 50% des compagnies sont en grève ce soir.
Il y a des actions sur tout le territoire, l'été est loin d'être fini.

Il est temps que le gouvernement prenne ses responsabilités car ce dialogue de sourd, ne fait qu'accroître notre colère.

La réaction de la mairie d'Avignon en ce 24 juillet est une grave erreur et une rupture

Aujourd'hui, en Avignon, ce "festival militant"a un goût amer et exaspéré.

Nous demandons à toutes et tous, ici et ailleurs, de relayer ce grave événement.

Nous demandons à toutes et tous, de ne pas se satisfaire de « soutiens » qui n'en sont pas.

Nous demandons à toutes et tous d'être plus forts, plus nombreux, plus déterminés encore et de réagir fermement à ce nouvel acte de trahison.

 (s)

Coordination des Intermittents et Précaires

 

*

Après ses visites à Cuba, au Nicaragua, en Argentine et au Brésil,

Vladimir Poutine a répondu à des questions que lui posaient des journalistes russes. 

(Il ne se doutait pas encore qu’il allait être accusé d’avoir descendu un avion civil plein de passagers… N’oublions pas la règle d’or du nazisme : Toujours accuser l’autre de ce qu’on est en train de lui faire.)

Merci à Salah pour la vidéo, la traduction et les sous-titres

 

 

Retranscription :

VLADIMIR POUTINE : Bonjour, ou bonsoir. Quel fuseau horaire suivons-nous 

JOURNALISTES : Bonsoir ! 

QUESTION : La première question concerne des nouvelles récentes. Les Etats-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à la Russie...

VLADIMIR POUTINE : Vraiment ?

QUESTION : Vous avez déjà déclaré plus tôt que la Russie mettrait peut-être en place des mesures de rétorsion. Quelle sera la réponse cette fois ?

VLADIMIR POUTINE : Nous devons d'abord voir ce que ces sanctions entraînent; nous devrons examiner cela calmement, sans agitation. En général, je tiens à dire que malheureusement, ceux qui planifient les actions de politique étrangère des États-Unis – ce n'est pas une observation récente mais concernant les 10-15 dernières années – mènent une politique étrangère agressive et, à mon avis, qui manque de professionnalisme, parce que quoi qu'ils fassent, il y a des problèmes partout.


Il suffit de regarder: il y a des problèmes en Afghanistan; l'Irak est en train de s'effondrer; la Libye est en train de s'effondrer. Si le général el-Sisi n'avait pas pris le contrôle de l'Egypte, l'Egypte serait probablement elle aussi dans la tourmente à présent. En Afrique, il y a des problèmes dans de nombreux pays. Ils se sont impliqués en Ukraine, et il y a des problèmes là-bas aussi.


Il serait bon que tout le monde comprenne que nous devons nous appuyer sur les principes fondamentaux du droit international et du droit local, et traiter les Etats et la constitutionnalité avec beaucoup de soin, en particulier dans les pays qui viennent tout juste de se redresser, où le système politique est encore assez jeune et immature, et où l'économie est encore en voie de développement.

Nous devons traiter les institutions étatiques avec le plus grand soin. Quand elles sont traitées avec mépris, cela entraîne des conséquences graves: désintégration et conflits internes, comme nous l'observons actuellement en Ukraine.

Ceux qui poussent les autres pays vers de tels développements ne devraient jamais oublier que le sang des soldats de l'armée régulière, le sang des combattants de la résistance, et celui des civils, en premier lieu, est sur leurs mains, de même que les larmes des mères, des veuves et des orphelins – ils sont sur leur conscience, et ils n'ont moralement pas le droit de rejeter cette responsabilité sur les épaules de quiconque.

Voici ce qui devrait être fait conjointement: appeler toutes les parties du conflit en Ukraine à cesser immédiatement les hostilités et à commencer les pourparlers. Mais malheureusement, nous ne voyons pas cela de la part de nos partenaires, d'abord et avant tout nos partenaires américains qui, au contraire, il me semble, poussent les autorités actuelles de l'Ukraine vers la poursuite d'une guerre fratricide et la poursuite des opérations punitives. Cette politique n'a aucune perspective.

Quant aux diverses sanctions, j'ai déjà dit qu'elles ont généralement un effet boomerang, et, sans aucun doute, dans ce cas, conduisent les relations russo-américaines dans une impasse et les endommagent gravement. Je suis certain que cela est nocif pour les intérêts stratégiques à long terme de l'administration américaine et du peuple américain.

Il est très regrettable que nos partenaires suivent cette voie, mais la porte menant au processus de négociation pour surmonter et dépasser cette situation reste ouverte. J'espère que la raison et le désir de régler tous les problèmes par des moyens pacifiques et diplomatiques prévaudront. 


[...]

QUESTION : M. Poutine, la délégation du FMI est en train de finaliser sa décision sur le montant de son aide financière pour l'Ukraine. Que pensez-vous de ce type d'assistance pour ce pays ?

VLADIMIR POUTINE : Je voudrais commencer par dire que la Russie est extrêmement désireuse – elle a pour cela un intérêt vital – de parvenir à la cessation la plus rapide possible du conflit en Ukraine, pour un certain nombre de raisons.

Je ne sais pas s'il y a un autre pays, à l'exception de la Russie – et de l'Ukraine elle-même, bien sûr – qui aurait autant d'intérêt à arrêter l'effusion de sang et à parvenir à la résolution de la situation dans cet Etat voisin. Cela parce que nous avons beaucoup d'amis là-bas, parce que nos relations ont historiquement toujours été spéciales (il y a beaucoup de gens Russes, de russophones là-bas, etc.), et pour d'autres raisons, économiques par exemple.

Il est impératif de mettre un terme au conflit armé là, comme je l'ai déjà dit, de mettre fin à la confrontation militaire, d'établir un cessez-le feu des deux côtés – c'est quelque chose que je tiens à souligner – et d'amener les deux côtés et toutes les parties en conflit à s'asseoir à la table des négociations.

Eu égard à cela, nous sommes a priori favorables à toute assistance économique fournie à l'Ukraine, y compris l'aide fournie par le FMI. Dans le même temps, je tiens à souligner que les règles du Fonds Monétaire International stipulent qu'il ne doit pas fournir d'aide financière à pays en guerre. J'estime que c'est une mesure juste, et je pense qu'elle devrait être appliquée dans le cas de l'Ukraine. Pourquoi ? Parce que généralement, dans un pays en guerre, l'argent est donné à un pays pour un certain but, mais il est finalement utilisé pour d'autres choses. L'argent est alloué pour soutenir l'économie et la sphère sociale, mais en réalité, il est dépensé dans des opérations militaires et ainsi détourné.

C'est, je crois, exactement ce qui se passe en Ukraine avec le premier versement du FMI. Par exemple, une grande partie de ce financement devait être utilisée pour soutenir le secteur bancaire et financier. Mais d'après mes informations, la plupart de ces fonds ont été transférés aux banques privées des oligarques ukrainiens. Où est cet argent maintenant ? A quoi a-t-il servi ? Dans quelles poches a-t-il fini – c'est quelque chose que le FMI et le grand public en Ukraine, ainsi que les pays qui lui apportent de l'aide doivent savoir. Par conséquent, nous devons d'abord mettre fin aux hostilités et ensuite donner de l'argent.

En plus de tout le reste, une partie du premier versement était censée être utilisée pour honorer les engagements de l'Ukraine dans des contrats de commerce extérieur, en particulier le paiement des dettes pour les livraisons de ressources énergétiques russes. Nous n'avons rien vu de cet argent non plus.

Ce qui se passe avec le financement du FMI est exactement la même chose que ce qui s'est passé avec le crédit que nous avons accordé à l'Ukraine, dont trois milliards de dollars qu'elle a reçus de la Russie à la fin de l'année dernière: il n'y a pas eu de remboursement de la dette, aucun paiement n'est en cours. Nous aimerions beaucoup savoir où est notre argent, à quoi il a été dépensé.


Si tout ce dont je viens de parler est mis en œuvre, alors bien sûr nous sommes favorables à une assistance financière pour l'Ukraine, mais pas pour les oligarques ukrainiens et les voleurs, non, pour le peuple ukrainien. C'est une question extrêmement importante. Le plan et les instruments proposés pour le suivi de sa mise en œuvre doivent être présentés d'une manière qui ne laisserait aucun doute sur l'objectif des financements et la façon dont ils sont utilisés. 

[...]

QUESTION : Vladimir Vladimirovitch, je souhaiterais vous demander des précisions sur les sanctions (américaines), si vous me le permettez.

VLADIMIR POUTINE : Qu'y a-t-il à préciser ? Ce n'est pas nous qui introduisons des sanctions. Pourquoi ne posez-vous pas la question à ceux qui nous les imposent ?

QUESTION : Néanmoins, il y a quelques mois, vous avez dit ceci (peut-être que la citation n'est pas tout à fait exacte): s'il y a de nouvelles sanctions, si cela continue, la Russie portera peut-être un regard particulièrement attentif sur les sociétés étrangères opérant dans son secteur énergétique. Pensez-vous que le temps est venu de le faire ?

VLADIMIR POUTINE : Vous faites référence à ce que j'ai dit à propos de l'effet boomerang. J'ai dit que les mesures prises par l'administration américaine contre la Russie pourraient aller à l'encontre des intérêts des États-Unis. Qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que certaines entreprises étrangères pourraient vouloir travailler en Russie, mais qu'à cause de certaines restrictions, elles pourraient perdre leur compétitivité par rapport à certaines autres entreprises internationales du secteur énergétique. Nous avons permis à une importante société américaine de travailler sur notre territoire. Les États-Unis ne veulent-ils pas qu'elle y travaille ?

Ils nuisent à leurs plus grandes entreprises du domaine de l'énergie. Dans quel but ? Pour commettre obstinément une nouvelle erreur après avoir commis l'erreur précédente ? Je trouve que cette approche manque beaucoup de professionnalisme, à tout le moins. Tôt ou tard, ces méthodes de résolution des problèmes internationaux devront changer, mais ceux qui y recourent seront responsables des dégâts occasionnés.

QUESTION : Une question sur le métro de Moscou, s'il vous plaît ?

VLADIMIR POUTINE : Allez-y – dernière question.

QUESTION : Je suis désolé, vous avez déjà offert vos condoléances, et une enquête a été lancée. Pensez-vous que les autorités de Moscou devraient être tenues pour responsables [du grave accident du 15 juillet, 23 morts, 161 blessés], car ils poussent à une transformation des transports en commun ?

VLADIMIR POUTINE : La responsabilité doit toujours être personnelle. Il y a un exemple classique du droit pénal appelé la « tragédie de la chasse », lorsque deux chasseurs tirent sur un buisson pensant que du gibier s'y cache, et tuent accidentellement une personne. Etant donné que les experts ne peuvent pas établir qui a tué cette personne, ils sont tous deux exonérés de toute responsabilité. La responsabilité doit toujours être personnalisée.

Si une ou certaines personnes sont reconnues coupables, s'il est établi que l'accident est survenu par leur faute – et il s'agit d'un terrible accident, et je tiens à exprimer une fois encore mes condoléances aux familles des victimes et ma solidarité avec les blessés ; nous allons tout faire pour les aider –, les enquêteurs devraient démontrer cette culpabilité (je me suis entretenu sur ce point avec M. Bastrykin hier) et les traduire en justice comme responsables, mais seules les personnes spécifiques dont c'était la faute.

Nous ne devrions pas faire de déclarations générales dans ce contexte ou utiliser la tragédie comme une opportunité de relations publiques (communication). Dans une telle situation, nous avons besoin des actions et des conclusions professionnelles des autorités compétentes chargées de ce travail, de son organisation et de son contrôle.

Bonne journée.

 

Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Interview complète : http://eng.news.kremlin.ru/transcripts/22683

 

 

*

Histoire belge 

7. ClickHandler.ashx.jpeg

 

À une fenêtre du HLM qui fait face au nôtre a pendouillé, pendant des semaines - Mundial oblige – un drapeau belge, comme autrefois les draps de lit le jour de la Fête-Dieu. Il y est resté crânement – qu’est-ce que vous croyez ? -  même après que les Diables Rouges aient été battus et soient rentrés au pays, la queue fourchue entre les jambes.

Dimanche 20 juillet dernier, veille de fête nationale, nous avons machinalement levé les yeux : le drapeau n’y était plus.

Le foot a remplacé la Patrie. 

*

Mis en ligne le 28 juillet 2014

 

 

20:30 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |