13/05/2013

Ce n'est pas parce qu'on se rapproche de la guerre...

1. BLOG - CHOMSKY - libya2011-misrata.jpg

 

Ce n’est pas parce qu’on se rapproche de la guerre qu’il faut s’arrêter de cogiter.

L’actualité de ces jours-ci est – principalement – juive, mais loin cependant d’être univoque. Ceux qui la font se situent parfois même aux antipodes.

Nous comptions consacrer ce post à un texte important de Noam Chomsky, qu’on ne lit et qu’on n’écoute jamais trop. Mais voilà que quelques autres, tout à coup, réclament une attention particulière – Gilad Atzmon et Jacob Cohen d’abord, ensemble, Dustin Hoffman, un jeune homme du nom d’André Pshenichnikov – sans parler, évidemment, mais parlons-en au contraire, du bombardement de la Syrie par l’aviation israélienne, et, pendant qu’on y est, de la trahison, des Palestiniens par le Hamas, toute honte bue. Avons-nous dit antipodes ? Oh, oui, chez les Arabes aussi !

 

*

Dix stratégies de manipulation des masses

Noam Chomsky

2. chomsky_chavez 3 .jpg

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les médias. Nous la reproduisons ici.

Elle en détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation, jusqu’au maintien du public dans l’ignorance et la médiocrité.

[ Qu’on ne s’y trompe pas : ces stratégies débusquées par Noam Chomsky sont enseignées à nos futurs « représentants » et largement appliquées par les aigles qui nous gouvernent, concommitament au Prince de Machiavel, que Voltaire appelait « un appel au régicide », mais c’était il y a si longtemps…]


1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les « élites » politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie et de la cybernétique.

« Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles » 

(Le foot, les jeux olympiques, Depardieu, etc.) [Panem et circenses = Donnez leur du pain et des jeux !].


2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

 Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté.

(Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.)

 

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

(Baisse des retraites et allongement de la durée du travail.)

 

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

(Augmentation importante de la pression fiscale.)


5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas âge

La plupart des publicités destinées au grand public utilisent un discours, des arguments, des personnages et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

(Les Français sont trop gros, trop gros, trop gros,.. Les boissons sucrées sont surtaxées : nous les paierons plus cher.)

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements.

 (La terre se réchauffe dangereusement du fait des seules activités humaines (sic), ce sera terrible pour nos enfants : les carburants sont encore plus taxés.)

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre possible, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

(80 % des élèves des universités ou des grandes écoles sont issus des classes moyenne ou supérieure.)

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte.

 (Facile, voir certaines émissions de TV particulièrement populaires.) 

2 bis. tele_manipulation Serre .jpg

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !...

(Vous êtes au chômage par manque de formation, suivez un stage et tout ira mieux.)

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les « élites » dirigeantes. Grâce à la biologie, à la neurobiologie et à la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus n’en détiennent sur eux-mêmes.

 (Pourquoi croyez-vous que les grands politiques utilisent et payent largement des instituts importants des sciences humaines ou des grandes sociétés de publicité ce qui revient au même ?)

 

*

Celui qui dit la vérité 1/2


Celui qui dit la vérité 2/2


3. chavez_chomsky.jpg

Hugo Chavez à l’ONU, recommandant aux Américains de lire leur savant compatriote.

 

*

Un autre savant de génie à qui rien d’humain n’est étranger


Stephen Hawking et le Big Bang du boycott, un tournant pour l’image de l’entité sioniste

3. benedict_hawking.jpg

L’info tourne en boucle sur les réseaux sociaux en ce moment : le physicien britannique Stephen Hawking vient de s’associer au boycott académique de l’entité sioniste. En conséquence il a renoncé à participer à une conférence organisée par Shimon Peres, prévue pour le mois de juin.

Il va de soi que M. Hawking est maintenant voué aux gémonies par les tenants du sionisme ainsi qu’en témoigne le tombereau d’insultes dont il est victime sur les réseaux sociaux.

Lire la suite…

Source :

http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/5626-stephen-ha...

 

 

Entretien entre Jacob Cohen et Gilad Atzmon


Il y a quatre jours, Jacob Cohen, juif français d’origine marocaine et Gilad Atzmon, juif israélien devenu citoyen britannique, se sont rencontrés à Paris.

La discussion, rendue parfois laborieuse par l’usage obligé de l’anglais, qui n’est la langue d’aucun des deux hommes, tente néanmoins de vider une question très complexe. Pourquoi a-t-on l’impression qu’ils ont raison tous les deux, alors qu’ils ne sont pas d’accord ? Passionnant débat, qui remet en cause pas mal d’idées reçues. - Dommage que Jacob Cohen n’ait pas été assisté d’un(e) traducteur(trice) simultané(e) ! Problème politique ardu posé par Atzmon (et qui ne concerne pas que les seuls juifs !), auquel on ne voit comme solution que les principes de Robespierre dont nous parlions il y a moins d’une semaine (pardon, c’est notre marotte). Robespierre, qui, soit dit en passant, a défendu en son temps les juifs et défendrait aujourd’hui les Arabes, sans changer son discours d’un seul mot : “Traitez-les en citoyens, et ils se conduiront comme tels”.

Cliquer en bas de la video à droite pour activer les sous-titres en français.

 

Source : Cercle des Volontaires 

http://www.youtube.com/watch?v=St8IfqruFhQ

 

*

USA : les sionistes s’en prennent au « sale juif » Dustin Hoffman

vendredi 10 mai 2013

Les attaques les plus ordurières du lobby israélien contre leurs opposants se multiplient aux États-Unis, avec une prédilection pour ceux d’entre eux qui sont d’origine juive, rapporte, quelque peu épouvanté, le journaliste du Haaretz Bradley Burston.

5. Dustin- Hoffman.jpg

C’est aujourd’hui le célèbre acteur Dustin Hoffman qui est la cible de leurs attaques, dans des termes qui n’ont rien à envier aux gazettes hitlériennes.

Le crime de Dustin Hoffman ? Avoir accepté de participer à une cérémonie de remise de prix aux réalisateurs du film israélo-palestinien Five broken cameras (« Cinq caméras brisées »), qui relate la résistance des villageois de Bil’in au vol de leurs terres par la colonisation.

Lire la suite…

Source :  http://www.europalestine.com/spip.php?article8283


*

 

André Pshenichnikov, téméraire combattant contre l'apartheid israélien

par Israël Adam Shamir

 

6. AndreArest.jpeg

Le téméraire André Pshenichnikov, 24 ans, se bat contre l'apartheid israélien. C'est un cas, un cas si peu commun qu'il se retrouve dans une prison égyptienne pour avoir franchi la frontière sans papiers. Son histoire vient de loin. J'avais d'abord entendu parler de lui en tant que jeune programmeur, d'une banlieue de Tel-Aviv, installé dans le camp de Deheishe, près de Bethléem, en Cisjordanie occupée. Il n'y était pas pour faire un reportage sur le mode de vie des Palestiniens, ni pour un journal, ni pour se faire connaître, il ne cachait ni ne soulignait son identité israélienne. En fait, il ne se conduisait pas en militant, on ne le voyait pas dans les manifs, il ne goûtait pas aux joies de la popularité. Il avait simplement loué une chambré, il travaillait dans le bâtiment ou faisait le service dans un restaurant pour touristes, comme n'importe quel Palestinien de son âge à Deheishe, il vivait de son salaire avec des gens ordinaires. Mais il avait franchi la plus blindée des frontières. Imaginez un jeune blanc de Philadelphie cueillant le coton dans les champs et vivant avec les noirs dans une case sur une plantation du Mississippi, à l'époque de Jim Crow. Personne n'est allé aussi loin. Il brisait un tabou important, parce que les Israéliens croient dur comme fer que les Palestiniens leur tireraient dessus à la première occasion. Son exemple est une réfutation de ce fantasme. Il avait renoncé dans sa chair à l'apartheid, en vivant comme les Palestiniens.

Lire la suite…

Source :

http://www.israelshamir.net/French/Andre-Fr.htm

Joindre l’auteur: adam@israelshamir.net

 

*

9. trahison-3.jpg

Vous avez dit «  trahisons » ?



lundi 6 mai 2013

Israël-ASL, même combat (vidéos)

par Bahar Kimyongür

 7. Latuff - Syrie-Israël.jpg

Un chef rebelle syrien se réjouit de voir son pays bombardé par l'ennemi israélien.
Ce dimanche, un leader de l'opposition « syrienne » dénommé Hassan Rastanaoui est apparu en direct depuis Homs sur la deuxième chaîne israélienne.

Il était l'invité-surprise du journaliste israélien Yaari Ehud.

Rastanaoui a été présenté sur le site Internet de la chaîne israélienne comme un leader de la rébellion « syrienne ».

Lire la suite…

Source :

http://www.sergeadam.net/2013/05/israel-asl-meme-combat-v...

 

*

Une patrie de substitution pour les Palestiniens : qu'en est-il du rôle du Qatar?

42. mossad-234.jpg

8 mai 2013

IRIB

Décidément, le Qatar se veut le bras exécuteur de la stratégie de l’Occident et du régime sioniste, au Moyen-Orient.

Toujours infatigable, lorsqu’il s’agit de ses projets, le Qatar s’est, cette fois-ci, investi, de plain pied, dans le plan de la «patrie de substitution», pour les réfugiés palestiniens. « Les responsables qataris ont eu des contacts confidentiels, dans ce sens, avec les autorités d’un certain nombre de pays », a indiqué le journal Al-Manar, qui paraît, à Qods [Jérusalem], dans son édition du mardi 7 mai, citant des sources bien informées, dans les pays du littoral du golfe Persique. Conformément à ce plan, les réfugiés seront sédentarisés dans les pays où ils résident, d’autres seront transférés en Australie, au Canada, dans les zones bédouines de l’Arabie et d’Irak, tandis que d’autres seront envoyés, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le Qatar figure parmi ces pays arabes qui entretiennent ouvertement des relations politiques et économiques avec le régime occupant Qods. Des relations qui, selon Doha, s’inscrivent dans le cadre d’une diplomatie pragmatique. Un pragmatisme qui constitue la stratégie de la diplomatie qatarie au Moyen-Orient, tout en évitant les tensions avec les voisins. Au tournant de l’éveil islamique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le gouvernement qatari s’est quelque peu éloigné des principes de sa politique étrangère ; cela ne suffisant pas, il s’est transformé en bras exécuteur de la stratégie américaine dans la région. Il a même oublié sa politique de détente, pour foncer dans le sens inverse, en engendrant plutôt de la tension avec ses voisins. Le plan américano-sioniste de patrie de substitution, dont le Qatar est l’exécuteur par procuration, en est l’exemple flagrant : il suscite de la tension entre le Qatar et la Palestine, tout en déstabilisant le Moyen-Orient tout entier. Les responsables qataris ont lancé des fonds de milliards de dollars pour rendre ce plan opérationnel, alors qu’on sait que cela n’aurait pur résultat que de priver les Palestiniens de leur droit au rapatriement. Ceci étant, un point digne d’intérêt s’impose : ce plan est proposé pour régler le dossier palestinien, à un moment où le monde entier a les yeux rivés sur la Syrie ! Une telle coïncidence serait-elle de pur hasard ? Ne montre-t-elle pas comment Washington et Tel-Aviv exploitent la crise syrienne, voire, la déstabilisation du Moyen-Orient, pour concocter un autre complot, dans cette région hautement névralgique ?

Source :

http://french.irib.ir/component/k2/item/256011-une-patrie...

 

*

Le Hamas offre à Qaradaoui la nationalité et le passeport palestinien.

10. qardaouiGaza.jpg

8 mai 2013

Al Manar

Le Gouvernement palestinien a accordé au mufti qatariote d’origine égyptienne, Youssef Qaradaoui un passeport et une nationalité palestinienne.

« Le Premier ministre Ismaïl Haniyeh a donné un passeport et une carte d'identité nationale à l'Imam Qaradaoui à la fin de la réunion, qui s'est tenue au siège du Conseil des ministres à Gaza, et lui a aussi donné une médaille de fidélité pour son rôle dans la défense de la cause palestinienne », a rapporté le centre palestinien d’information.

Lire la suite…

Source :

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=111359&...

 

*

C’est qui ou quoi au juste, ce Qatar qui pourrait dire, à l’instar d’autres, “Je suis partout” ?

37. Qatar.jpg

 

Le Qatar, champion du mensonge et de la dissimulation.

Une interview de Paul-Marie Bourget, auteur avec Nicolas Beau de l’ouvrage qui vient de paraître, Le Vilain Petit Qatar – Cet ami qui nous veut du mal.

Propos recueillis par Majed Nehmé, pour Afrique-Asie.


Sans sponsors et en toute indépendance, à contre-courant des livres de commande publiés récemment en France sur le Qatar, Nicolas Beau et Jacques-Marie Bourget* ont enquêté sur ce minuscule État tribal, obscurantiste et richissime qui, à coup de millions de dollars et de fausses promesses de démocratie, veut jouer dans la cour des grands en imposant partout dans le monde sa lecture intégriste du Coran. Un travail rigoureux et passionnant sur cette dictature molle, dont nous parle Jacques-Marie Bourget.

39. sarko emir Qatar.jpeg

40. François Hollande Emir of Qatar.jpg

*Écrivain et ancien grand reporter dans les plus grands titres de la presse française, Jacques-Marie Bourget a couvert de nombreuses guerres : le Vietnam, le Liban, le Salvador, la guerre du Golfe, la Serbie et le Kosovo, la Palestine… C’est à Ramallah qu’une balle israélienne le blessera grièvement. Grand connaisseur du monde arabe et des milieux occultes, il publiait en septembre dernier avec le photographe Marc Simon, Sabra et Chatila, au cœur du massacre (Éditions Érick Bonnier, voir Afrique Asie d’octobre 2012)

Nicolas Beau a longtemps été journaliste d’investigation à Libération, au Monde et au Canard Enchainé avant de fonder et diriger le site d’information satirique français, Bakchich. Info. Il a notamment écrit des livres d’enquêtes sur le Maroc et la Tunisie et sur Bernard-Henri Lévy.

41. Elysée plus à vendre.jpg

Qu’est-ce qui vous a amenés à consacrer un livre au Qatar? 

Le hasard puis la nécessité. J’ai plusieurs fois visité ce pays et en suis revenu frappé par la vacuité qui se dégage à Doha. L’on y a l’impression de séjourner dans un pays virtuel, une sorte de console vidéo planétaire. Il devenait intéressant de comprendre comment un État aussi minuscule et artificiel pouvait prendre, grâce aux dollars et à la religion, une telle place dans l’histoire que nous vivons. D’autre part, à l’autre bout de la chaîne, l’enquête dans les banlieues françaises faite par mon coauteur Nicolas Beau nous a immédiatement convaincus qu’il y avait une stratégie de la part du Qatar enfin de maîtriser l’islam aussi bien en France que dans tout le Moyen-Orient et en Afrique. D’imposer sa lecture du Coran qui est le wahhabisme, donc d’essence salafiste, une interprétation intégriste des écrits du Prophète. Cette sous-traitance de l’enseignement religieux des musulmans de France à des imams adoubés par le Qatar nous a semblé incompatible avec l’idée et les principes de la République. Imaginez que le Vatican, devenant soudain producteur de gaz, profite de ses milliards pour figer le monde catholique dans les idées intégristes de Monseigneur Lefebvre, celles des groupuscules intégristes qui manifestent violement en France contre le « mariage pour tous ». Notre société deviendrait invivable, l’obscurantisme et l’intégrisme sont les meilleurs ennemis de la liberté.

Lire la suite…

Source :

http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/70-points-chaud...


*

12. BLOG - CHOMSKY - chat lisant à l'envers .jpg

 

LIVRES

 

12 bis. chomsky 3 - .jpg

13. Chomky - De la guerre .jpg



Noam Chomsky

De la guerre comme politique étrangère des États-Unis,

Agone, 2004.

279 pages

 


14. Chomsky - Fabrication - .jpg


Noam Chomsky

La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie

avec Edward Herman,

Agone – 2008

Coll. Contrefeux, 653 pages

 


15. Chomsky - Raison - Agone1083061-gf.jpg


Noam Chomsky

Raison & liberté. Sur la nature humaine, l’éducation & le rôle des intellectuels

Préface de Jacques Bouveresse

Agone, 2010

444 pages

 


16. Occupy-NC.jpg



Noam Chomsky

Occupy

L'Herne, coll. « Essais », 2013

114 pages

 



Pour les nombreux autres ouvrages de N. Chomsky, voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noam_Chomsky

Voir aussi le blog consacré à Chomsky, en français : http://www.noam-chomsky.fr/

16 bis. stephen-hawking_1387959c.jpg

17. StephenHawking sur les épaules des géants-1.jpg


Stephen Hawking

Sur les épaules des géants : Les plus grands textes de physique et d’astronomie

Dunod, 2003 (nouvelle éd.)

960 pages

 


18. PETITE-HISTOIRE.jpg



Stephen Hawking

Petite histoire de l’univers – Du big bang à la fin du monde

City éditions, 2008

174 pages.

 


19. une-breve-histoire-du-temps-du-big-bang-aux.jpg



Stephen Hawking

Une brève histoire du temps – Du big bang aux trous noirs

Flammarion, 2008

Coll. Champs – 254 pages

 


20. Une belle histoire Hawking .jpg



Stephen Hawking

Une belle histoire du temps

Flammarion, 2009

Coll. Champs – Sciences Poche – 272 pages

 


21. Y a-t-il un grand architecte .gif



Stephen Hawking

Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ?

Odile Jacob, 2011

237 pages.

 

21 bis. Gilad.jpg

 Un livre, deux traductions, deux éditions :

22. quel-juif-errant.jpg


Gilad Atzmon

Quel juif errant ?

KontreKulture, 2013

259 pages

 


23. La parabole d'esther .jpg


Gilad Atzmon

La parabole d’Esther – Anatomie du peuple élu

Préface de Jean Bricmont

Traduction de Marcel Charbonnier

Demi-Lune 2012

Coll. Résistances - 300 pages


 23 bis. jacob-cohen-270112.png

24. Cohen-le-printemps-des-sayanims-1,bWF4LTY1NXgw.jpg




Jacob Cohen

 Le printemps des Sayanim

L’Harmattan, 2010

 



25. Cohen - Espionne - 580x580.jpg



Jacob Cohen

L’espionne et le journaliste – Le Mossad mène le jeu

L’Harmattan, 2008

174 pages

 

25 bis. bernard lazare - 1162_image_mahj_7257_1-2.jpg

 Un livre, trois éditions :

26. Lazare Différence 1982 - .jpg



Bernard Lazare

L’antisémitisme : Son histoire et ses causes

La Différence, 1982

199 pages

 


27. Lazare - L'Harmattan - .jpg


Bernard Lazare

L’antisémitisme : Son histoire et ses causes

L’Harmattan, 2010

Coll. Archives Karéline

420 pages

 


28. Lazare - Hachette.jpg


Bernard Lazare

L’antisémitisme : Son histoire et ses causes

(Édition de 1894)

Hachette livre BNF, 2012

Coll. Scences sociales, 432 pages

 

 

29. israel_shahak1.jpg

30. Shahak .jpg


Israël Shahak

 Histoire juive. Religion juive. Le poids de trois millénaires.

Préface de Gore Vidal

Avant-propos de Edward E. Saïd

La vieille taupe, 1996  -  228 pages

 

 

31. Shamir & Poumier.jpg

32. La bataille du discours .jpg

Israël Shamir

La bataille du discours

Avec illustrations et index

Book Surge, 2008

493 pages


 

Extrait de l'Avant-propos illustré :

Sur ce tank, photographié sur la terre irakienne, on peut lire le slogan : « Aujourd hui à Bagdad, demain à Paris ! ». Durant la guerre en Irak, aux jours de l'opposition de Jacques Chirac à l'agression des États-Unis, cette animosité était très répandue parmi les Yankees : en la France, ils voyaient leur pire ennemi. Mais le pire qu'ils aient pu commettre, c'était de rebaptiser les « French Fries » (les frites) en « Freedom Sticks » (bâtonnets de la Liberté), ce qui a beaucoup fait s'esclaffer les gens intelligents. Toutefois, quelques années plus tard, ce slogan est devenu la réalité : après la prise de Bagdad, Paris aussi est tombé aux mains des forces américaines. Pour installer un fantoche américain à Bagdad, les Américains avaient dû se battre durant plusieurs semaines. Mais le fantoche américain du Palais de l'Élysée y a été installé sans qu'on ait eu à tirer la moindre balle. En dépit de son look de Panthère Rose, Sarkozy restera comme un des personnages les plus sinistres de l'histoire de France. La France avait été le seul pays au monde qui eût réussi à se débarrasser de l'occupation yankee ; c'est désormais du passé. Le Président Sarkozy a décidé de détricoter le grand oeuvre de Charles de Gaulle... --Avant-propos de La Bataille du Discours.

L’auteur :

Originaire de Novossibirsk en Sibérie, Israël Shamir s’établit en Israël en 1969 ; il a participé aux combats de la guerre de 1973 ; mais en parcourant la Palestine en tant que journaliste, il a découvert l'absurdité criminelle du projet d’un État Juif. Converti au christianisme orthodoxe, il choisit Adam pour nom de baptême. Traducteur de Joyce, d'Homère, du prix Nobel israélien S.Y. Agnon, et du géographe du XVème siècle Abraham Zacuto, il a également publié en français une monumentale et très personnelle histoire de la Palestine, des origines jusqu'à nos jours, sous le titre :

 33. Le_Pin et l'olivier.jpg


Israël Shamir

Le pin et l’olivier. Les charmes discrets de la Terre Sainte

Oser dire. 2010

404 pages

 

Il a été le pionnier du projet d'un seul État pour tous en Palestine-Israël.

34. bahar_kimyongur2.jpg

35. Syriana la conquête continue - Investig'action.jpg

 

Bahar Kimyongür

Syriana. La conquête continue.

Préface de Michel Collon

InvestigAction, 2011

Coll. Couleurs livres – 188 pages

 

 

*

 

36. La Belgique ferme son ambassade en Syrie.jpg

La Belgique ferme son ambassade en Syrie.

 

 


Mis en ligne par Théroigne, le 13 mai 2013

12:37 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/05/2013

6 mai 2013 - 255e Anniversaire de Maximilien Robespierre

1. Le vengeur 13 prairial.jpg

6 mai 2013

*

255e Anniversaire

de

Maximilien ROBESPIERRE

2. BLOG - ANNIV.ROB. - 2008 B.jpg

«Citoyens, vouliez-vous une Révolution sans révolution ?»

 

 

« Je suis du peuple. Je n'ai jamais été que de là. Je ne veux être que cela. Je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus. »

*

 « Je regarde l'opulence non seulement comme le prix du crime, mais encore comme la punition du crime, et je veux être pauvre pour n'être point malheureux. »

 

*

« Nous sommes les sans-culottes et la canaille ! »

 

*

« Quels sont les obstacles à l'instruction du peuple ? Les écrivains mercenaires qui l'égarent par des impostures... »

 

*

« Une révolution qui n'a pas pour but d'améliorer profondément le sort du peuple est un crime remplaçant un autre crime. »

 

*

« Je n'aime point cette science nouvelle qu'on appelle la tactique des grandes assemblées : elle ressemble trop à l'intrigue. »

 

*

« D'où vient le mal ? Des bourgeois. »

 

*

« La sensibilité qui gémit presque exclusivement sur les ennemis de la liberté, m'est suspecte. »

 

*

« Nous qui sommes intraitables comme la vérité, inflexibles, uniformes, j'ai presque dit insuppor­tables, comme les principes. »

 

*

«Peuple souviens toi que si la justice ne règne pas la liberté n'est qu'un vain mot.»

*

«Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé à côté de son voisin qui meurt de faim.»

*

«Gardez-vous de penser que les destinées du peuple soient attachées à quelques hommes.»


*

«Ce n'est pas être souverain que d'élire de temps en temps quelques représentants.»

*

«N'oubliez pas que la source de l'ordre c'est la justice.»

*

« Je ne connais d'autre ingratitude de la part du peuple que celle qui pèse sur le peuple lui-même. »

 

3. oeillets rouges.JPG


Jugements suspendus...

 

« On ne sait si l'on doit rire ou pleurer de pitié en voyant ce concert universel de malédictions vomies par des vociférateurs à gages sur le cadavre d'un homme, dont ils font à leur manière et sans s'en douter, le plus bel éloge en le déchirant. Le plus plat gredin croit s'honorer aujourd'hui en lui donnant un coup de pied. Je connais tel de ces misérables qu'un regard seul de Robespierre vivant aurait replongé dans son élément : c'est-à-dire dans la boue... En général, c'est l'usage à Paris. Dès qu'on y tue un homme... on le calomnie après l'avoir assassiné.

Louis-François CASSAT

Tableau de la dernière quinzaine.

Lausanne, 16 août 1794.

 

De tous les terroristes, Robespierre fut le plus humain, le plus ennemi par nature et par conviction des apparentes nécessités de la Terreur. Cela est assez prouvé aujourd'hui, et on ne peut pas récuser à cet égard le témoignage de M. de Lamartine. La réaction thermidorienne est une des plus lâches que l'histoire ait produites. A quelques exceptions près, les thermidoriens n'obéirent à aucune conviction, à aucun cri de la conscience, en immolant Robespierre. La plupart d'entre eux le trouvaient trop faible et trop miséricordieux. La veille de sa mort et le lendemain, ils lui attribuèrent leurs propres forfaits pour se rendre populaires. Soyons justes enfin, Robesppierre est le plus grand homme de la Révolution et un des plus grands hommes de l'histoire.

Georges SAND

Histoire de ma vie.

 

C'est une erreur de croire que Robespierre était une sorte de rhéteur épris d'idées générales et capable seulement de phrases et de théories. La forme de ses discours où il procède souvent par allusion, où il enveloppe volontiers de formules générales un exposé très substantiel et des indications ou des accusations très précises, a contribué à ce malentendu. En fait, il se tenait au courant de tous les détails de l'action révolutionnaire dans le pays tout entier et aux armées ; et avec une tension d'esprit incroyable, avec un souci minutieux du réel, il essayait de se représenter l'exacte valeur des hommes que la Révolution employait. Toujours aux Jacobins, il est prêt à redresser, par les renseignements les plus précis, les vagues allégations et accusations d'une démagogie querelleuse... Quelle âpre et dure vie d'aller presque tous les soirs, dans une assemblée populaire souvent houleuse et défiante, rendre compte du travail de la journée, dissiper les préventions, animer les courages, calmer les impatiences, désarmer les calomnies...

Jean Jaurès

Histoire socialistede la Révolution Française.

 

Ils l'ont noyé dans le sang qu'ils avaient tiré pour le perdre.

Lamartine

Histoire des Girondins.

 

Rien n'est humain comme la fermeté. C'est Richelieu qui est humain – et c'est Robespierre qui est humain... Je ne mets rien au-dessus de Robespierre dans l'ancien régime.

Charles PEGUY

Cahiers.

 

Le plus grand homme de la Révolution n'a pas encore en France sa statue : c'est un monument expiatoire qu'il faudrait ! Il ne s'est pas trouvé un seul gouvernement républicain pour oser revendiquer sa mémoire. Plus clairvoyante, la haine des ennemis de la République n'a jamais désarmé. J'ai toujours pensé que la grandeur exceptionnelle est désignée à l'avenir par le flair acharné de l'ennemi, bien avant que les amis ne l'aient reconnue.

Romain ROLLAND

Robespierre.

3 bis. BLOG - ANNIV.ROB. - 2008 C .jpg

Buste de Robespierre par Houdon

scandaleusement caché au public depuis 1905

(caves du Musée de l'Histoire de France, Versailles)

 

Rappel

à ceux qui prétendent fonder une VIe République

 

« Mais, chose qui pèsera d'une honte éternelle sur la mémoire des législateurs montagnards de 1793, aucun des cinq articles de Robespierre qui avaient proclamé la solidarité internationale des peuples de la terre n'a été jugé digne de figurer dans leur Déclaration des droits de l'homme. »

Gérard WALTER

Robespierre.

 

La plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d'un politique est de croire qu'il suffise à un peuple d'entrer à main armée chez un peuple étranger, pour lui faire adopter ses lois et sa constitution. Personne n'aime les missionnaires armés; et le premier conseil que donnent la nature et la prudence, c'est de les repousser comme des ennemis.


Les hommes de tous les pays sont frères, et les différents peuples doivent s'entraider selon leur pouvoir comme les citoyens du même état.


Celui qui opprime une seule nation se déclare l'ennemi de toutes.


Ceux qui font la guerre à un peuple pour arrêter les progrès de la liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des brigands rebelles.


Les rois, les aristocrates , les tyrans, quels qu'ils soient, sont des esclaves révoltés contre le souverain de la terre qui est le genre humain, et contre le législateur de l'univers qui est la nature.

 

A ce jour, seuls MM. Castro, Chavez, Correa, Moralès, Nasrallah et leurs compatriotes ont appliqué avec rigueur ces principes.

La VIe République les appliquera ou ne sera pas.

 

*

 « L'Homme est né pour le bonheur et pour la liberté et partout il est esclave et malheureux ! La société a pour but la conservation de ses droits et la perfection de son être; et partout la société le dégrade et l'opprime ! Le temps est venu de le rappeler à ses véritables destinées »

 

Et 180.000 voix entonnèrent la Marseillaise

 

 

*

9. BLOG - ANNIV.ROB. - France prête aiux réductions - antoine-helbert2.jpg

 

On est très très loin de compte, à la tête comme à la base, mais... « Ça ira » ?



Mis en ligne par Catherioe le 6 mai 2013

23:12 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/05/2013

Interlude & Mur des cons

 1. Bateau-oiseau volant.jpg

 

Aline de Diéguez

Interlude n°4

Le paradis perdu et retrouvé

 

Je me revis fuyant dans une nuit épouvantable, tandis qu'un vent furieux s'engouffrait dans mes ailes d'ange et m'empêchait d'avancer.

2. vent.jpg

Tempête nocturne

Toute la nuit j'avais lutté contre le démon de la tempête. Malgré les rafales et les hurlements du vent, j'essayais de courir tout en maintenant en équilibre une grosse citrouille posée sur ma tête.

Alors que les bourrasques me repoussaient, me repoussaient en arrière de plus en plus violemment, m'oppressaient, me coupaient le souffle, je trébuchai sur une racine. La citrouille chut, éclata et se dispersa autour de moi dans un geyser de bouillie orangée. Les pépins et la chair molle du cucurbitacée théologique m'éclaboussèrent de la tête aux pieds.

Comme par enchantement, la tempête s'était calmée et je m'étais rendormie, soulagée d'être débarrassée du potiron des rites, des règles, des injonctions, des lois et des interdits que sécrètent toutes les religions de la terre. Légère comme une bulle, je courais maintenant si vite que mes pieds ne touchaient plus terre.

 

*

 

Mais un second rêve était venu me hanter. La tempête soufflait de nouveau. De nouveau, je n'arrivais pas à avancer.

J'avais alors déployé mes ailes d'ange dans l'espoir de parvenir à m'envoler. Mais vu l'endroit saugrenu où celles-ci sont fixées, il ne faut pas être un grand ingénieur en aérodynamique pour se rendre compte qu'aucun aéronef ne peut s'élever dans l'air avec cette répartition-là des masses.

J'avais donc fait quelques bonds maladroits et j'étais retombée brutalement à plat ventre, le nez dans l'herbette.

Alors que je prenais conscience que loin d'être un avantage, cet attribut ailé n'était qu'une décoration inutile, une parure avantageuse , j'entrepris de me débarrasser du meuble vaniteux de la bonne conscience morale de celui qui croyant faire l'ange, fait la bête.

Mais impossible d'atteindre la base de la fixation située au milieu du dos! Je m'étais résignée au minutieux labeur de m'arracher les plumes une à une et j'avais déjà enlevé toutes les grandes rémiges du bout des ailes quand une sonnerie grelottante interrompit mon bricolage artisanal et me laissa à moitié déplumée et toute dépitée.

Je me rendormis.

*

 

Alors un troisième rêve, cette fois d'une douceur ineffable, me transporta hors de moi-même.

Je plane, je flotte dans l'éther, je glisse dans la nue comme un poisson. Un noir compact mais soyeux, piqueté de-ci, de-là des lucioles clignotantes d'étoiles lointaines m'enveloppe et un froid silencieux me coupe le souffle. Je me mets à voguer doucement, doucement dans le firmament, serrant très fort dans mes bras un miraculeux oiseau d'or venu comme par enchantement se blottir dans mes bras.

3. L-Oiseau-d-Or.jpg

Soudain, nous sommes happés par un tourbillon qui nous aspire, plus haut, toujours plus haut, là où l'air est si rare et si pur que j'entends distinctement la musique des sphères.

Lorsque je reprends conscience, mon oiseau n'est plus dans mes bras. Mais deux grandes ailes dorées enveloppent mon corps devenu la chose envolée fuyant vers d'autres cieux. Elles remplacent les piteux attributs angéliques que j'avais vainement tenté d'arracher.

Et maintenant, je suis corps et je suis oiseau. Je suis corps et oiseau confondus.

Habitée par mon oiseau et parée de ses ailes d'or, j'ai poursuivi mon voyage dans l'azur.

 

*

 

Dans une nuit plus accueillante qu'une aurore, j'ai croisé le sillage lumineux d'un sage. Je l'ai entendu murmurer suavement que nul n'a jamais vu le Paradis ou l'Enfer, ô mon cœur! Nul ici qui de là-bas soit revenu, ô mon cœur! Nos peurs, nos espérances ne reposent que sur des mots, une chose au loin, et rien de plus, c'est sûr, ô mon cœur.

Surprise, j'ai protesté: tu te trompes, poète, le paradis existe puisque j'y suis entrée et que j'en suis sortie.

Alors, devant mes yeux éblouis, il a tiré le lourd rideau rouge du langage et j'ai contemplé en longueur, largeur et profondeur tous les théâtres de la galaxie. En une fraction de seconde, j'ai vu mille et une représentations se déroulant simultanément sur mille et un théâtres à mille et une années-lumière les uns des autres. Mais toutes les scènes et toutes les intrigues étaient bercées par la même mélopée envoûtante et mélancolique. Toutes scandaient l'ordre, la loi et l'obéissance.

Le poète, mon ami, s'est fait insistant. Avec une douce et tendre éloquence il m'a livré les secrets des alchimistes infernaux qui ont réussi la funeste opération de la transmutation de l'or des symboles en plomb des croyances assurées, des dogmes et des lourdes certitudes.

Leurs paradis, murmura-t-il, sont un nuage de mots, un mirage de consonnes et de voyelles, une poussière de lettres chevauchant les rayons du soleil. C'est la proportion entre le plomb de la peur et les paillettes d'or du symbole qui détermine la place de chaque temple du langage sur le plan de l'écliptique, l'orbite sur laquelle il gire et la distance qui le sépare du soleil du sens.

4. arabesques.jpg

Il sourit doucement de mon étonnement et poursuivit ses révélations. Il chanta pour moi la puissance de nos désirs et de nos expériences. Un démiurge talentueux et inspiré s'empare un jour de la poussière des lettres. Il malaxe ce matériau et en fait une pâte muable comme la cire mais plus résistante que le béton le plus dur. Puis il le sculpte à notre image et ressemblance. Une colossale statue du verbe surgit alors sous nos yeux éblouis. Fascinés, nous finissons par nous persuader qu'elle est née du souffle d'un ange véhiculé par les irisations d'un rayon de lumière.

Je n'en croyais pas mes oreilles. Etions-nous vraiment de si habiles artisans et de si naïfs spectateurs? Mais pourquoi avions-nous accepté de vénérer des tyrans terrifiants et orgueilleux? Etions-nous, nous aussi, des malades?

Le poète, mon doux ami, me rassura. Il me chuchota que nous préférons nous placer sous la coupe d'un schizophrène, qui tantôt menace, tantôt câline, plutôt que d'accepter qu'il n'y ait au-dessus de notre tête ni père, ni chef, ni maître. La liberté nous terrifie, avoua-t-il tristement. Nous aimons et recherchons la soumission rassurante.

Il continuait de me souffler à l'oreille qu'un chien ne quitte pas un maître même cruel et violent, parce que son instinct le pousse à vénérer un chef de meute. Il ajouta que notre instinct de meute sublimé, mais toujours vivant dans les souterrains de nos cervelles, se trouve activé en permanence par la peur de la solitude et par la terreur d'être livrés au hasard et aux inexplicables cyclones qui bouleversent nos destinées.

Mon ami le poète me parla de myriades de paradis, il en existe davantage, me dit-il, que d'étoiles dans la Voie lactée. Il conclut ses confidences par un panorama de l'infinie variété des sculptures que des artistes de génie avaient taillées. Aucun musée dans la galaxie ne serait assez vaste pour les exposer toutes en même temps.

5. voie-lactee.jpg

Voie lactée (entre 200 et 400 milliards d'étoiles, notre soleil en est l'une des plus banales)

Le tyran capricieux que j'avais rencontré dans un paradis précédent était, ajouta-t-il tristement, l'un des avatars, l'une des métaphores possibles par lesquelles nous avions répondu aux tempêtes qui secouent nos carcasses à tel moment et en tel lieu microscopique de l'une des galaxies les plus banales et les plus petites parmi les milliards d'ensembles stellaires qui tournoient et galopent imperturbablement dans l'éther. Il ajouta mezzo voce - mais j'ai l'oreille fine - que seules la nostalgie d'une filiation cosmique porteuse d'un sens extérieur à eux-mêmes et une incommensurable bouffisure des cirons qui peuplent cette infime particule du cosmos les fait rêver à un créateur extra-terrestre.

Il est, conclut-il dans un souffle, des paradis gris plus sinistres qu'un enfer et des Eden plus soyeux que le délicat velours d'un pétale de rose.

Puis, mon ami s'était éclipsé discrètement dans la nuit étoilée, après avoir revêtu toutes choses de sa lumière.

Alors mon oiseau et moi, mon oiseau en moi et moi en lui, nous avons repris notre envol vers le pays des rêves.

 

*

Exultate

Allegro animato

Il était une fois un paradis au centre duquel croissait un arbre féérique. Chacune de ses branches portait fièrement une pomme d'or.

Je me suis assise à l'ombre de l'arbre du sens et j'ai cueilli le fruit défendu.

6. arbre.jpg

J'ai savouré la chair des mots et recraché les pépins des lourdes certitudes. Mes yeux se sont délectés de la palette des harmonies et le grain moelleux des cadences a réjoui mes papilles.

J'ai contemplé les soleils noirs et les aurores incendiées, j'ai rêvé la belle Sulamite, j'ai vu la grenouille bleue et je sais que sa voix est douce et perlée, j'ai senti couler entre mes doigts la poussière des étoiles et saisi la lame de l'éclair, j'ai chanté la liesse et le désir des grands vents sur toutes les faces de la terre. Répondant à l'appel des aventuriers de haute mer, j'ai chevauché la vague bleue avant de succomber au doux chant des Sirènes.

O poète, mon doux ami, le paradis existe, je l'ai rencontré.

Était-ce en mon corps, était-ce hors de mon corps?

1er mai 2013

 

*

Mur des cons

7. Mur-des-cons-Syndicat-de-la-magistrature.jpg

Personne ne peut plus ignorer le fameux « Mur des cons » du Syndicat français de la Magistrature, qui mobilise Outre-Quiévrain le ban et l'arrière-ban des bien-pensants et fait couler des fleuves d'encre et de digits.

Il se trouve même une ministre (celle du mariage et de l'adoption tous azimuts) pour vouloir déposer une plainte... Auprès de qui ?... Contre qui ?... Pour quoi ?... Juste ciel et grands dieux !... que fera-t-elle aux carabins, quand un photographe du Figaro se glissera dans un de leurs amphithéâtres, pour y vertueusement photographier une de ces plaisanteries de bon goût pour lesquelles ils sont réputés, histoire de re-jouer les petits rapporteurs ? Des siècles de tradition gauloise à la flotte, alors ?

Sébastien Fontenelle, qui officie sur Politis et sur Bakchich, s'est fendu, à cette occasion, d'un des sardoniques billets dont il a le secret.


Quand Les «Cons» Ne Sont Pas Musulmans : Une Étonnante Aventure De La Liberté D’Expression

Par

Sébastien Fontenelle    

Mardi, 30. Avril 2013 - 13:15

8. mur_des_cons_2.jpg

Le 8 février 2006 – je suis bien certain que tu n’as pas oublié ce ravissant moment de créativité -, l’hebdomadaire néocon(servateur) Charlie Hebdo a publié, dans un grand renfort de publicité (les mecs s’étaient même filmés, durant qu’ils préparaient leur coup, puis sont ensuite allés vendre à Cannes leur[s] petite[s] bobine[s]), des «caricatures de Mahomet».

L’une d’elles, qui représentait un prophète consterné – car il trouvait accablant d’être «aimé par des cons» -, fut mise, plein cadre, en couverture de cet odoriférant numéro : cette une, visible partout dans les kiosques et (presque) partout reproduite par de consciencieux journaleux qu’émerveillait toute cette hardiesse, était en somme une espèce de grand «mur des cons» mahométans.

Elle délivrait donc un message d’une grande simplicité, qui présentait l’avantage certain de ne pas solliciter plus d’un demi-neurone, et qui pouvait se résumer comme suit : les musulman(e)s sont des crétin(e)s, merci, bonsoir.

Et de fait : le procédé fut longuement ovationné – jusque dans les recoins péniques de la société (où l’on avait, de vrai, pris déjà le pli de considérer que dans ces matières particulières, Charlie Hebdo ne disait pas du tout que des sottises, mon bon monsieur Mégret).

0. Numéro spécial.jpg

Et certes : il se trouva, aussi, quelques commentateurs pour considérer qu’il était un peu répugnant.

Mais ces mauvais sujets furent (très promptement) ensevelis sous l’opprobre des avocat(e)s de médias (liste non exhaustive) de « la liberté d’expression », qu’outrait qu’on pût s’offusquer d’une excrétion islamophobe - et qui, retanchés sous les mânes de l’excellent M. Arouet, promirent (et jurèrent, et crachèrent, à qui mieux mieux) que jamais ils ne laisseraient museler Valtaire.

Ivan Rioufol, prédicateur vendredique chez Le Figaro (de Serge Dassault, de l’UMP), conscient peut-être qu’il tenait là une occasion de se coudre à (très) peu de frais un déguisement d’anticonformiste, fut par exemple, et avec d’autres, à la pointe de ce combat pour les valeurs : on devina, à le lire, que non content qu’il défendrait jusqu’à l’aube (rouge) – et durant que nous dormions, inconscient(e)s du péril (vert) – notre liberté de penser, il projetait, de surcroît, de protéger Poitiers contre les Sarrasins.

Et ce fut, disons-le, rassérénant : car nous sûmes alors que de vigilantes sentinelles veillaient au chevet de la démocratie, qui n’hésiteraient jamais (après les sommations d’usage) à tirer à vue sur les sommitaux salauds qui faisaient qu’à fomenter qu’on puisse plus rien dire, mâme Dupont – et pan dans la gueule de la boboterie bien-pensante made in canal Saint-Martin (75010, Paris).

Mais voilà que, la semaine dernière, un journaliste (pointu professionnel, connu de longue date pour son très constant souci de ne jamais se laisser aller à de trop marqués partis-pris) a volé, dans les locaux (privés) du Syndicat de la magistrature (SM), quelques images d’un «mur des cons» où de facétieux juges avaient accroché, pour se défouler (p*****, que ça fait du bien), quelques élégantes éminences des médias et de la politique.

Et voilà que ces images (par l’effet, probablement, de l’un des prodigieux miracles qui font dire à madame Boutin que la vie est décidément pleine de surprises divines) sont tombées dans les mains de naunautes réactionnaires…

...Qui ont aussitôt battu le rappel de leurs indigné(e)s de compagnie…

...Qui se sont, il va de soi, empressé(e)s d’hurler au scandale et d’exiger que des têtes tombent, dans un chœur où chacun(e) voulut rivaliser de fine intelligence...

...Et dans lequel, par exemple, le toujours pétillant Laurent Wauquiez (1) a très sérieusement demandé si le mur des cons du SM était un « mur des condamnés » - et s’il convenait, par conséquent, que ses accroché(e)s prennent le chemin de l’émigration, avant que les tuniques écarlates ne les envoient au goulag ?

Ce qu’oyant, je me suis dit que ça allait – si tu veux me bien me passer l’expression - chier velu dans la mal-pensance.

Je me suis dit que ces glapissements allaient mettre la bande à Val (et à Rioufol) dans un très grave état de colère – parce qu’ils trahissent, à l'évidence, que la leçon de 2006 n’a pas été du tout retenue, et qu’il y a encore, dans nos proches parages, des gros bâillonneurs de compète (façon police de la pensée de la tyrannie du conformisme) qui brûlent d’empêcher qu’on puisse librement exprimer l'hypothèse selon laquelle des con(ne)s continuent de voler en escadrille.

J’aimerais pas être à ta place, Laurent Wauquiez, j’ai pensé : tu vas prendre cher.

Tu vas manger long comme le bras des leçons de maintien sévères – et ça sera pas complètement immérité, parce que bon, c’est quand même un peu inquiétant (2) qu’à l’UMP vous en soyez encore à préconiser des réductions au silence.

Bref : j’attendais quelque chose d’un peu mouvementeux, du style grande levée de boucliers finkielkrautiens (et à l’arme, citoyen[ne]s, c’est Voltaire qu’on réassassine)  - comme après que des rabat-joie avaient osé abuser de leur liberté d’expression pour protester, en 2006, contre la publication des caricatures de Mahomet.

Or : non.

Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé.

Mais alors : pas du tout.

Comprenons-nous bien : il serait faux de prétendre que les – mêmes - fougueux défenseurs de ladite liberté qui avaient il y a sept ans bondi au secours de Charlie Hebdo se sont cette fois-ci tenus cois.

Bien au contraire : ils ont, de nouveau, donné de la voix – dans un chœur où la Pen a bien sûr mis son cri.

Et d’ailleurs, en même temps qu’on se parle : ils continuent de vociférer.

Mais, surprise (de taille) : c’est pour dénoncer l’incorrection du SM, et pour exiger qu’il soit promptement châtié.

Ivan Rioufol, par exemple, a semble-t-il rangé son costume de libre penseur, et exige désormais qu’on « juge » les impudents magistrats qui se sont permis d’user de la liberté qu’il réclamait naguère pour Philippe Val, car ce comportement, assure-t-il,« doit être sanctionné ».

Et bien sûr, ça m’a étonné - alors ce matin, en touillant mon café, j’ai pris une petite minute, pour examiner ce curieux changement de ton.

Et à la fin de cette exigeante méditation, je vois deux explications possibles à la volte-face de « nos » (3) voltairien(ne)s d’entour.

La première est que ces pointilleux intellectuel(le)s ont finalement décidé, avec sept années de retard (ou après sept ans de réflexion), mais mieux vaut tard que jamais, que c’était pas bien (et pas urbain) du tout, Raymond, de traiter son prochain de con…

Et qu’ils s’apprêtent, si ça se trouve, et par conséquent, à pétitionner pour que l’État prenne contre Philippe Val et sa clique des sanctions rétroactives, avec effet immédiat : dis au revoir à France Inter, Phil, et estime-toi heureux que nous ne te demandions pas de rendre tes émoluments.

Mais à vrai dire : je n’y crois que peu.

La seconde possibilité, selon moi plus crédible, est que ces gens n’ont strictement rien à foutre de la liberté d’expression (comme le montre la fureur qui vient de les emparer), et qu’elle n’est que le (dernier) camouflage (en date) sous lequel ils planquent leurs (très) anciennes (xéno)phobies – de sorte qu’ils trouvent absolument nécessaire (et furieusement chic, et têêêllement iconoclâââste) qu’on puisse dégueuler tous les matins sur les musulmans, mais totalement insupportable qu’on puisse aussi trouver, qui sait, d’assez conséquents cons ailleurs que dans l’islam.

À ton avis ?

_________________________  

  1. Ne ris pas, je te prie, ce n’est pas très gentil pour M. Wauquiez.
  1. Je reconnais cependant que vous auriez tort de vous gêner – et de ne pas profiter de l’empressement de madame Taubira, qui a tout de suite obtempéré, quand vous l’avez sommée de rappeler à l’ordre les marxistes du SM.
  2. Façon de parler, hein ?

 

*

 

Comme nous l'avons déjà dit ici-même, il y a murs et murs. Celui des cons en a déjà suscité quelques-uns d'inédits :

9. mur_des_cons_blog_2.jpg

Trombinoscons.jpg

 

10. La_decouverte_d_un_mur_des_cons.jpg

 

11. Mur des Fédérés .jpg

Celui des Fédérés

12. Mur des cons assassins 2.png

13. mur-des-cons-palestine.jpg

 

*

Trafic d'organes au Kosovo

14. kosovo-carte.gif 

Trafic d'organes au Kosovo : l'Union Européenne entrave l'enquête – VIDEO rappel.

Ria Novosti MOSCOU, 23 janvier

L’enquête sur le trafic d’organes au Kosovo piétine en raison de l’approche « non constructive » adoptée par l’Union européenne dans ce dossier, a déclaré mercredi à Moscou le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

« Nous nous heurtons à la position non constructive de l’UE qui a usurpé l’enquête et empêche son bon déroulement », a indiqué M. Lavrov.

Un scandale a éclaté en décembre 2010 après la publication d’un rapport dénonçant un trafic d’organes humains au Kosovo. Le rapport a été rédigé pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) par le rapporteur suisse Dick Marty.

La préparation de ce document avait débuté en 2008, suite à la parution du livre de Carla del Ponte, ancien procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), intitulé La traque, les criminels de guerre et moi . L’ouvrage évoquait le sort d’environ 300 Serbes kosovars enlevés en 1999 et transportés en Albanie pour y subir des prélèvements d’organes.

Le rapport de Dick Marty accusait des personnes proches du premier ministre kosovar Hashim Thaçi d’être impliquées dans des meurtres commandités, des enlèvements et le trafic d’organes humains.

Ces crimes font actuellement l’objet d’enquêtes menées par les autorités serbes et la Mission de l’Union européenne au Kosovo.

Retour en arrière… en 2010

2010 – Plusieurs médias serbes ont accusés Bernard Kouchner d’avoir couvert le scandale des trafics d’organes. L’affaire de la Maison jaune, par référence à la couleur de la clinique clandestine, a révélé que des organes ont été prélevés sur plus de 300 prisonniers civils serbes avant leur exécution. Ces faits ont été attestés par l’ancienne procureur du TPI Carla del Ponte dans son livre  La Traque, les criminels de guerre et moi. Quatre ans après les faits, les enquêteurs de Mme Del Ponte ont localisé la Maison jaune à Burrell (Albanie) mais n’ont pu y trouver d’indices permettant de reconstituer la filière. Le Conseil de l’Europe a fait ouvrir une nouvelle enquête. En répondant à la presse, Bernard Kouchner ne manifeste aucune compassion pour les victimes et leurs familles. Il ricane  et nie l’existence du crime et les accusations dont il est l’objet. Il essaie même d’inverser les rôles en traitant ceux qui dénoncent l’ignoble trafic de « salauds et d’assassins » !!!

Ci-après une vidéo « devoir de mémoire » :

 

Source :

http://fr.rian.ru/world/20130123/197310981.html

 

 

*

Kosovo : cinq condamnations pour trafic d’organes

 

Egalité et réconciliation

mardi 30 avril

Un tribunal européen a condamné lundi cinq médecins kosovars à des peines allant jusqu’à huit ans de prison pour trafic d’organes au Kosovo, une affaire remontant à 2008 et dont les ramifications se sont étendues à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et jusqu’au Proche-Orient.

D’après le jugement rendu par le tribunal, la peine la plus lourde, soit huit ans de prison, a été prononcée contre l’urologue Lutfi Dervishi, tandis que son fils Arban, également médecin, s’est vu infliger une peine de sept ans et trois mois de prison.

Trois autres médecins ont été condamnés à des peines allant d’un an avec sursis à trois ans de prison.

Les deux derniers inculpés, dont un ancien haut responsable du ministère kosovar de la Santé, Ilir Rrecaj, ont été acquittés dans ce procès ouvert en 2011.

Le verdict « représente une décision importante de la justice en faveur des victimes du trafic d’êtres humains », a déclaré aux journalistes le procureur européen Jonathan Ratel à la sortie du tribunal.

Pendant le procès, M. Rrecaj avait admis que les transplantations illégales avaient eu lieu dans la clinique, niant toutefois y avoir été impliqué. Toutes ces personnes avaient été inculpées de « criminalité organisée » et d’« exercice illégal d’activités médicales », d’après l’acte d’accusation dressé par M. Ratel.

Selon la même source, plus de 30 prélèvements de reins et transplantations ont été faits illégalement dans la clinique Medicus qui a été fermée en 2008, lorsque le scandale a éclaté.

Les donneurs, recrutés en Europe ou en Asie centrale, se voyaient promettre chacun quelque 15 000 euros tandis que les receveurs d’organes étaient prêts à débourser chacun jusqu’à 100 000 euros pour une telle intervention chirurgicale.

L’acte de l’accusation désigne le ressortissant israélien Moshe Harel comme étant le cerveau d’un réseau de recrutement de donneurs et de receveurs d’organes, cependant que le médecin turc Yusuf Ercin Sonmez est soupçonné d’avoir effectué les greffes d’organes dans la clinique Medicus. Ces deux hommes ne figurent pas parmi les inculpés dans ce procès, car ils n’ont pas été mis à la disposition du tribunal européen.

Yusuf Ercin Sonmez a déjà comparu devant un tribunal turc sur la base des accusations contenues dans le dossier « Medicus ». Membre du tribunal, le juge américain Dean Pineles, a déclaré lors de l’énoncé du verdict que ce médecin, surnommé « Dr Frankenstein » par la presse de son pays, était le chirurgien principal dans la plupart, voire même dans toutes les greffes de reins illégales effectuées à la clinique Medicus.

Quelque 80 témoins – dont des donneurs et des receveurs d’organes –, ont témoigné devant le panel présidé par le juge polonais Arkadiusz Sedek. Le procureur a affirmé pendant le procès qu’il s’agissait d’un « réseau international de trafic d’organes ».

L’anesthésiste Sokol Hajdini, qui a été condamné à trois ans de prison, avait reconnu avoir assisté le médecin turc dans des opérations de mars à octobre 2008, tout en assurant n’avoir pas su qu’il s’agissait de transplantations illégales. Le procès s’est déroulé devant un tribunal de l’Eulex, mission entamée par l’UE après la proclamation de l’indépendance du Kosovo en 2008, dont le mandat est de se charger des dossiers jugés trop sensibles pour la justice locale.

Le procureur Ratel avait demandé la comparution en qualité de témoin du rapporteur du Conseil de l’Europe Dick Marty, qui a publié en 2010 un rapport sur un trafic d’organes présumé organisé par la guérilla indépendantiste kosovare – cette dernière les aurait prélevés sur des prisonniers serbes pendant la guerre au Kosovo (1998-99), mais sa demande a été rejetée. Dans son rapport, M. Marty évoque un lien entre ce trafic d’organes au cours du conflit et le « cas contemporain » de la clinique Medicus.

Dans cette affaire de trafic pendant la guerre, M. Marty a mis en cause l’ex-chef de la guérilla Hashim Thaçi, actuellement Premier ministre du Kosovo, ce que l’intéressé a vivement démenti.

Une enquête internationale sur les faits énoncés dans le rapport de M. Marty sera terminée en 2014, a récemment déclaré le procureur américain chargé du dossier, Clint Williamson.

Source :

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Kosovo-cinq-condamn...

 

Trafic d'organes au Kosovo. Arrestations en Israël


Israël et le trafic d'organes de jeunes Palestiniens


Israël et le trafic d'organes israéliens ? Arrestations dans le New Jersey.

 

Trafic d'organes américano-israélien en Haïti – Alex Jones



Trafic d'organes d'enfants – Partout ?


 

*

Belgikistan unter alles

 

15. ULB.jpg

La semaine dernière, l'ULB (Université Libre de Bruxelles) avait invité Mgr. Léonard, primat de Belgique, à débattre sur le blasphème, avec un certain M. Haarscher, philosophe.

En plein milieu de la discussion, que croyez-vous qu'il arriva ? Une demi-douzaine de Femen firent irruption côté cour, des photographes sur les talons, criaillèrent des choses peu compréhensibles (en anglais comme d'habitude ?... nous ne savons) et arrosèrent d'eau l'ecclésiastique, puis s'en allèrent côté jardin, toujours suivies de « la presse ».

 

Voir photos et vidéo

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/811637/haarscher-mgr-leonard-s-est-mis-l-auditoire-de-l-ulb-en-poche.html

 

Mgr Léonard n'est pas notre tasse de lait. Il a la réputation d'un vieux monsieur très très réactionnaire. Les débats sur le blasphème ne font pas non plus partie de nos priorités. Mais...

16. ULB 1 .jpg

A quoi joue l'U.L.B. ? De qui se moquent ceux qui feignent de prendre quelques petites putes en service commandé pour des féministes ? Le temple de la libre pensée serait-il devenu celui de la connivence avec le Nouvel Ordre Mondial ? A quoi cela ressemble-t-il d'inviter des gens – peu importe lesquels, des invités sont des invités – pour les exposer intra muros à se faire agresser par une douzaine de prostitués des deux sexes, à qui on permet d'entrer et de ressortir sans entraves leur coup fait, les unes dépoitraillées, les autres empoitraillés de leurs caméras et appareils photos ? En français, s'ils n'ont pas tout à fait oublié leur langue, cela s'appelle un guet-apens. Grandiose ! Glorieux !

Et que dire de La Libre (voir plus haut), qui rend compte de l'événement par une pirouette (« Mgr Léonard a mis le public dans sa poche », ah, bon); qui ouvre, certes, ses colonnes aux commentaires de ses lecteurs à condition qu'ils soient anodins, et qui « sucre» (censure) les autres. Dont ces quelques lignes envoyées d'ici même :


Question :  Ce genre d'incident s'est-il produit lors de la visite de M. Shimon Perez à l'ULB ?

Pourquoi M. Poutine, les Patriarches orthodoxes, Mgr Léonard, etc.,  et jamais les rabbins ultra-intégristes de Jérusalem ? Pourquoi pas non plus le Dalaï-Lama ni les pasteurs de la Bible Belt néo-conservatrice US ?

Des féministes ces femmes ? Soyons sérieux. Ces prostituées, recrutées pour attaquer le tissu social de l'Europe, sont des malheureuses, du lumpen prolétariat, des « damnées de la terre » si on veut, et, à ce titre, dignes d'une certaine compassion. Comme leur état l'exige, elles font dans la rue ce que le client réclame au lieu de le faire au bordel.

2e Question : Qui est le client ?

Il me semble que mes questions contiennent leur réponse. Votre avis ?


Bref, La Libre fait-elle partie de ce que M. Ali Khamenei appelle la presse stipendiée, M. Fidel Castro la presse publicitaire, d'autres la pressetituée et nous les merdias ? Euh...

 

*

 

17.  livre-chat.gif

 

LIVRES

 

des Sébastien Fontenelle (& C°) :

17 bis. Sebastien-Fontenelle_5538.jpeg

18. Vive la crise .jpg
 


Sébastien Fontenelle

Vive la crise !

Ou l'art de répéter (inlassablemebnt) dans les médias qu'il est urgent de réformer (enfin) ce...

192 pages

Seuil, 2012

 

 

19. les_editocrates.1262814878.jpg



Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Mathias Reymond

Les Editocrates

Ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi.

196 pages

La découverte, 2009

 


20. Vive le feu ! _.jpg



Sébastien Fontenelle

Vive le feu !

Affable chronique des temps sarkozystes

170 pages

Le chien rouge, 2009

 




21.  la position du penseur couché .jpg



Sébastien Fontenelle

La position du penseur couché

Répliques à Alain Finkielkraut

190 pages

Privé, 2007

 



21 bis. la position du penseur .jpg




Idem

édition revue et corrigée

192 pages

Libertalia

 




22. Impunités françaises.jpg




Sébastien Fontenelle

Impunités françaises

75 pages

Privé, 2006

 



23. La face cachée de Charlie Hebdo.jpg


Sébastien Fontenelle et Olivier Cyran

La face cachée de Charlie Hebdo

272 pages

Ramsay – Sciences humaines

date de sortie : novembre 2008 - épuisé - date de parution 31.12.12 - 2020 - actuellement indisponible, etc... Ce livre est une énigme :

 


http://www.nonfiction.fr/article-1904-la_face_cachee_de_charlie_hebdo_le_restera_t_elle_.htm+

 

 24. Kosovo - Péan .jpg




Sébastien Fontenelle et Pierre Péan

KOSOVO

Fayard – sortie le 15 mai

 



M'enfin, pourquoi tant chipoter, les voilà tous :

http://www.1auteur.com/sebastien_fontenelle.html

24 bis. Pierre Péan.jpg

un de Pierre Péan :

 25.  Péan Le monde selon K.jpg


Pierre Péan

Le monde selon K

323 pages

Fayard 2009

Ce livre sur Bernard Kouchner a été boycotté partout

 

  1. http://perewenceslas.centerblog.net/6582360-043-Comment-Bernard-Kouchner-se-prepare-a-contre-attaquer


 


 et un tout frais sorti de Beau et Bourget :

26. Vilain petit qatar.JPG


Nicolas Beau et Jacques-Marie Bourget

Le vilain petit Qatar

Cet ami qui nous veut du mal.

300 pages

Fayard -2013

Pour en savoir plus :

http://www.sergeadam.net/2013/04/le-qatar-champion-du-mensonge-et-de-la.html

 


 *

 

27. muguet 3.jpg

Joyeux 2 mai à tous !


 Paroles : http://en.lyrics-copy.com/hubert-felix-thiefaine/joli-mai...


Mais n'oubliez surtout pas le 5...

28. affiche-marche pour tous.jpg


*

Mis en ligne par Marie, le 1er mai 2013.

 

23:01 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2013

Le printemps français

1. BLOG - Printemps français .jpg

           

« Le mariage pour tous »...

 

Nous, qui sommes adeptes du mariage pour personne, persuadés qu'on ne fera pas sauter le verrou du patriarcat tant que son arme de coercition majeure ne sera pas remplacée par la responsabilité de tous envers tous, in-di-vi-du-el-le-ment, car qui contrôle la sexualité contrôle la société - qui en doute ? - nous étions bien décidés à ne jamais nous occuper de cette pantalonnade. Mais, vue par Israël Shamir, elle prend des dimensions qui la sortent de son inintérêt. Laissons donc pour quelques instants les événements gravissimes, si lourds de conséquences, qui sont en train de se dérouler un peu partout, y compris, désormais, de l'autre côté de l'Atlantique, et voyons ce que sa promenade récente dans l'hexagone lui inspire.

 

Le printemps français

 

2. BLOG - bout_de_la_route.jpg

 

Israël Adam Shamir et Maria Poumier

 

le 17 avril 2013

Cette année, le printemps est bizarrement froid et pluvieux, après un hiver long et glacial, en France. C'est seulement dimanche dernier que le soleil est parvenu à repousser les nuages. Brusquement, la température est remontée, les arbres ont changé de couleur. Les Français se sont sentis soutenus par la nature après une longue morosité, et les voilà qui manifestent contre la politique de leur gouvernement outrageusement socialiste, style Tony Blair, bien sûr. Le bouquet, c'est l'effort désespéré du gouvernement pour faire adopter sa loi sur le mariage homo et ce qui s'en suit en matière de filiation, malgré le rejet populaire de la chose. La police, avec sa brutalité coutumière, a sorti les matraques, les gaz lacrymogènes, et a arrêté une soixantaine de manifestants après la manif monstre du 24 mars. Et les journaux parlent maintenant de Printemps français, dans la foulée du printemps arabe.

Le président Hollande est franchement honni. Depuis 1981, c'est à dire depuis que les sondages rendent compte de la popularité des présidents, on n'avait jamais connu pire impopularité. Et cela pour une bonne raison : son parti socialiste poursuit la même politique néo-libérale que le gouvernement précédent, cette fois-ci avec l'assentiment des syndicats domestiqués. La méchante sorcière de l'Ouest du Pays d'Oz est morte, mais son esprit s'accroche. Les ministres ont des comptes en banque dans des paradis offshore, alors qu'ils avaient juré le contraire; le nouveau « Pacte pour l'emploi » permettra aux patrons d'allonger le temps de travail,  de réduire les salaires au maximum, et de pousser à la « mobilité » en envoyant les salariés dans des coins impossibles; s'ils renâclent, ce sera la porte sans indemnisation. Les allocations familiales rétrécissent, les pensions de retraite stagnent et ne seront plus indexées sur l'inflation, le tout, alors que les familles ouvrières ont des fins de mois impossibles. La France, comme nous tous, s'est fait dépouiller par les banquiers, et c'est aux travailleurs de payer les factures.

Voilà comment on en vient à considérer le mariage homo et les assauts contre la filiation naturelle comme faisant partie du paquet des attaques néo-libérales contre les familles, et c'est ainsi que la résistance contre la nouvelle loi a fait l'unité dans la France des travailleurs. « Qu'ils soient tous obsédés par les homos et qu'ils ne parlent surtout pas de l'emploi ! », telle était la logique du gouvernement en mettant le mariage homo sur le tapis. Mais la ruse n'a pas marché le 24 mars, les manifestants portaient aussi des pancartes contre la politique économique.

Plusieurs grilles du jardin du Luxembourg, au cœur de Paris, sont condamnées maintenant, et les autres sont gardées par la police anti-émeutes, parce que c'est là que siège le Sénat. La loi devait être entérinée par les sénateurs, et la résistance a planté ses tentes en face, pendant les débats. L'archevêque de Lyon, Mgr Barbarin, primat des Gaules et second dans la hiérarchie française, est la star. Ce qui n'a pas empêché le Sénat de voter le projet par deux voix d'écart, provenant de déserteurs du parti gaulliste représentant les Français de l'étranger. Maintenant, les tentes ont refleuri devant l'Assemblée nationale, et la police s'attend à de nouveaux heurts d'ici le 23 avril, date imposée par le gouvernement pour précipiter le dénouement.

Le parti socialiste et ses alliés, les communistes mous et les verts pâle, y tiennent, à leur loi impopulaire. Ils sont plus attachés à leurs sponsors, les riches gays qui vont pouvoir s'acheter des gosses ou en passer commande à des mères de location aux frais de l'État, qu'au bien des familles françaises normales, qui ont du mal à nourrir leurs propres enfants, disent les opposants. De fait, la gauche a ici une solide tradition anti-cléricale : les socialistes d'avant-guerre ont été pires que Staline avec l'église nationale. C'est la même rancune qui les anime encore aujourd'hui, et qui les fait se mobiliser contre les familles ouvrières. L'Église, de son côté, a compris la leçon, depuis lors, et elle soutient la cause du peuple; mais elle n'est pas seule.

La manifestation géante du 24 mars a rassemblé plus d'un million de personnes. La police a prétendu qu'ils n'étaient que 300 000. Comme pour la répression contre le mouvement américain des Indignés « Occupy Wall Street », la police a fourni des photos truquées. Sur le site «C'est pas normal » on peut constater les retouches : pour que les images correspondent à ses chiffres, elle a fait gommer, non seulement des centaines de milliers de manifestants, mais aussi le marquage au sol et les arbres de l'Avenue de la Grande Armée, qui débouche sur l'Arc de Triomphe !

Les Français sont furieux. Traditionnellement, il n'y a pas plus tolérant pour tous les penchants sexuels, mais ils ont raison de ne pas voir là-dedans la moindre « bataille pour les droits des homosexuels ». Pour eux, c'est juste une attaque frontale contre les valeurs familiales, une nouvelle étape vers le « Meilleur des Mondes » où les bébés seront fabriqués en usine, où le capitalisme inhumain fait de tout don de la nature l'objet d'un trafic, et où les gens du commun se voient privés de tout : de travail sûr, de respect, de famille, de logement, et au final, de leurs enfants.

Les chauds partisans de la loi, quant à eux, font avancer le projet standard de la douce gauche anti-stalinienne qui consiste à se soucier du bonheur de tout le monde, gays, lesbiennes, juifs, immigrants, de tout sauf de la majorité qui travaille et qui se voit traitée de ramassis de bigots, homophobes et antisémites.

En fait ils ont essayé d'agir comme les gens qui défendent Israël, qui n'oublient jamais d'étayer leurs positions intenables en hurlant à l'antisémitisme, et ils brandissent contre les résistants l'homophobie. Ils ont glapi qu'un gay avait été malmené quelque part, et que les manifestants étaient coupables d'incitation à la haine. Mais il y a une mouvance consistante et bien relayée de « plus gay sans mariage » (voir http://www.homovox.com/). Et ils se battent contre la loi avec les autres Français.

La nouvelle mascotte du gouvernement devait être la Guyanaise et Garde des sceaux Christiane Taubira, qui défend férocement la loi. Mais elle n'a pas réussi du tout à entraîner les communautés immigrées derrière elle. « Elle est devenue folle », disent les Antillais, car c'était une honnête bagarreuse pour la défense des humbles avant de sauter dans le train aux rouages bien graissés des homo-droits. Tandis que la manifestation de janvier était une affaire franco-française, dans celle de mars, des milliers de musulmans étaient là. Même s'ils étaient minoritaires, ils se sont déplacés, depuis Rennes, Lille, Lyon, Marseille, Montreuil, Saint-Denis, Aubervilliers ou Mantes, selon Le Figaro. Une jeune musulmane née en France, immigrée de deuxième génération, a manifesté en disant qu'elle « ne s'était jamais sentie aussi française que ce jour-là ». De nombreuses associations musulmanes ont rejoint le mouvement : Enfants de France, Union des Organisations Islamiques de Saint-Denis; même chose avec les associations correspondantes en Yvelines, à Versailles, à Rennes, à Lille et d'autres encore, officiellement présentes, ratifie Le Figaro.

Les défenseurs de la loi ne sont pas ceux qui vont bénéficier de la nouvelle loi. Les homos ne vont pas se précipiter, car depuis plus de dix ans, ils ont le PACS qui fait l'affaire de tous, et ouvre les mêmes droits que le mariage légal. Seuls 0,6% des couples français enregistrés sont homosexuels. Même les couples hétéros se marient bien moins de nos jours, parce que c'est cher et compliqué de divorcer. Les homo-libertins avec leurs mignonnes cours ne vont pas se jeter sur la chose, selon toute vraisemblance. Les associations les plus en vue sont maigrelettes, ACt-Up ne fait que 150 adhérents, et LGBT, 1300 membres.

Le sexe entre homos est tout à fait accepté en France, mais c'est plutôt à titre de divertissement ou dans la cachotterie buissonnière; on prend cela bien moins au sérieux que dans d'autres pays occidentaux. Personnellement [dixit Israël Adam Shamir], j'aurais tendance à expliquer le phénomène par le charme légendaire des Françaises. Elles sont implacables, imparables. Le grand écrivain voyageur écossais  William Dalrymple a attribué l'homosexualité générale parmi les Turcs au faible attrait de leurs femmes trapues et moustachues. Les Anglais, fort réputés aussi, peuvent invoquer Margaret Thatcher comme excuse, si « les tantes ne sont pas des gentlemen » du roman de P. G. Wodehouse ne suffisent pas. Les dames américaines se sont retrouvées dégendérisées (en français classique: dé-générées) par leur révolution féministe, et vous font un procès pour harcèlement, à la moindre tentative de flirt. Les Françaises seraient-elles devenues moins exquises? Non et non, à Dieu ne plaise !

3. BLOG - Printemps - gone with the wind 2.jpg

Quoi qu'il en soit, la nouvelle loi ne laissera pas de profiter à d'aucuns : les jeunes immigrants qui ont besoin d'un titre de séjour. Jusqu'à maintenant, il leur fallait trouver une Française volontaire pour faire un mariage blanc, estimé à 5000 euros, et pouvant coûter jusqu'à 20 000 euros. Maintenant ils vont pouvoir « épouser » des Français, et espèrent bien que le tarif va baisser. Les homos gaulois n'ont pas particulièrement envie de se marier entre eux, mais ils comptent bien pouvoir plus facilement importer du gibier jeune de Tanger, l'homo-capitale d'Afrique du Nord, en tant que légitimes épouses.

Les agences d'adoption se frottent les mains aussi. Chaque enfant adopté leur rapporte des dizaines de milliers de dollars, et ils vont voir affluer les clients, puisque la loi prévoit explicitement que les couples homos puissent en adopter. Les bonnes guerres du Moyen Orient, comme aujourd'hui en Syrie, la guerre civile vivement encouragée par la France, sont des viviers d'orphelins désirables. Pas forcément orphelins, d'ailleurs : on a eu un formidable scandale étouffé par la famille Sarkozy lorsque les agences importaient gaiement des enfants du Darfour dévasté. Les enfants avaient été volés ou achetés à leurs parents. Il est hautement probable que certains aient fini dans les cliniques spécialisés dans la greffe d'organes.

La nouvelle loi va enchanter les intermédiaires qui écument les anciennes colonies et les pays pauvres du Tiers-monde à la recherche d'utérus à louer; les tribunaux les encouragent, puisqu'ils forcent les femmes à donner leurs nouveau-nés, qu'elles en aient envie ou non, sous prétexte de contrat commercial à respecter. Eh oui, les nouvelles lois néo-libérales ont rétabli l'esclavage à sa place parfaitement légale de jadis. Et avec l'essor des greffes d'organes, un néo-cannibalisme est en train de s'instaurer légalement aussi.

La gauche accepte gaiement tout cela. Les trotskistes ont exprimé leur soutien au nom de « l'entière propriété de la femme sur son corps, au nom de laquelle elles devraient être libres d'avorter, de se prostituer ou de se louer » à tout bout de champ. Si l'on s'en tient à cette acception de la liberté, il n'y a guère à hésiter entre trotskistes et disciples de Milton Friedman. Normal, ce n'est pas la peine de choisir, la droite et la gauche ont trahi leurs électeurs dans un même élan.

L'Europe va très mal. Cette année, j'ai surfé sur les vagues printanières en traversant plusieurs bourgs et villages de France, d'Italie et d'Espagne; le vieux continent se meurt. Les maisonnettes sont vides, volets clos; seuls les touristes et les immigrants prospèrent. Les grandes villes sont surpeuplées, le reste est mort, comme si la sinistre prophétie d'Ilya Ehrenbourg (détaillée dans son roman des années 1920 Le Trust) qui annonçait que les gros profits dévasteraient l'Europe, se vérifiait. La bonne vieille Europe a été détruite par la connivence entre politiques de gauche et de droite. La Thatcher et ses pairs dans chaque pays d'Europe ont éliminé la classe ouvrière, rasé l'industrie et vidé l'éducation de contenu; ils ont siphonné les économies des pauvres dans la poche des riches, puis Blair est arrivé avec ses comparses dans chaque pays, et ce sont eux qui ont fini la besogne, en détruisant la famille et implantant des caméras de surveillance dans tous les coins. La droite a créé l'endettement, la gauche est arrivée pour faire la moisson et payer les banquiers.

4. BLOG - Printemps - Blair-Bush.jpeg

Pour le mariage gay !

Maintenant en France la gauche est en train de perdre les derniers vestiges de sa gloire passée en apportant son renfort à la loi néo-libérale en faveur de l'adoption par les homos, qui est révoltante pour le peuple, encore plus que le mariage sodomique. Deux droits entrent en conflit, celui des homos à s'entre-épouser, et celui des enfants à vivre avec leurs vrais père et mère. En donnant la préférence aux « droits » des uns contre ceux des enfants et de leurs parents, la gauche creuse sa tombe politique.

Staline et Thatcher

La gauche a commencé à glisser sur cette pente avec la dé-stalinisation. Il faut le dire clairement : Staline était un rustre et un dur, qui a su faire face à Hitler, Churchill et Truman; il gouvernait en des temps difficiles, et on ne saurait le prendre pour modèle dans le cadre d'une politique moderne. Pourtant, lui et son parti stalinien, avaient le souci des travailleurs. De son temps, le salaire d'un ouvrier qualifié était à égalité avec celui d'un professeur; les media appartenaient à l'État des ouvriers et paysans; les travailleurs avaient droit aux congés payés entièrement gratuits au bord de la mer; les enfants avaient de magnifiques colonies de vacances et recevaient une éducation sans frais. On ne connaissait pas le chômage. Le loyer, le chauffage, l'électricité et le téléphone, tout était gratuit. L'avortement était puni par la loi, les familles consolidées. Staline avait même restauré l'autorité de l'Église, après les excès de la période trotskiste.

Les génies de la finance, les charlatans avorteurs, les militants gays et les dirigeants sionistes (y compris feu mon père) étaient libres de se décrire les uns les autres comme des persécutés, selon la logique du pinkwashing, dans d'aimables camps de travail de la Sibérie hospitalière. Ce n'est pas par hasard si le souvenir de Staline revient en force dans sa chère Russie, son nom est le cri de ralliement contre le néo-libéralisme. Le peuple, dans les villes dévastées et sinistrées par les réformes néo-libérales, rêve de fusiller toute la racaille dorée qui hante les paradis fiscaux, à la mode stalinienne, sans concession.

5. BLOG - Printemps - .jpg

Staline était aussi intraitable avec la bourgeoisie que Thatcher l'a été avec les ouvriers. Si Forbes, le magazine en tête de liste pour les riches disait : « nous avons désespérément besoin de nombreux dirigeants de sa trempe », et si The Economist, l'organe des banquiers britanniques a osé écrire : « ce qui manque dans le monde maintenant, c'est plus de thatcherisme, et non pas moins », peut-être est-il temps de ranimer l'héritage stalinien. Il avait nationalisé, elle a privatisé; il protégeait la famille, elle l'a démantelée, elle a tout donné aux riches, il avait tout donné au peuple laborieux.

En France (comme en Italie) le parti communiste stalinien était le deuxième grand parti, et avait un soutien massif. Depuis que Khrouchtchev a forcé le parti à la déstalinisation, il dépérit, jusqu'à aujourd'hui.

Il fallait absolument réformer et mettre à jour le mouvement communiste, mais la dé-stalinisation était une purge trop violente. La gauche a perdu son mordant, elle a avalé tout rond chaque appât que lui ont jeté les Maîtres du Discours, et elle est allée dans le mur.

6. BLOG - Printemps Vladimir-Lenin-and-Clara-Zetkin.jpg

L'un de ces appâts, c'était la question féminine. Lénine avait été radical à ce sujet, c'est bien connu. Il avait été scandalisé quand Clara Zetkine, la dirigeante communiste allemande, lui avait raconté que les communistes allemands discutaient sexe et mariage avec leurs camarades femmes. « Arrêtez, c'est absurde », lui avait-il répondu, dans leur correspondance « Est-ce que c'est le moment de distraire les femmes prolétaires avec des débats sur les façons d'aimer et d'être aimée, de se marier et de rester mariée ? En ce moment, toutes les pensées de nos camarades femmes, des femmes de la classe ouvrière, doivent se concentrer sur la révolution prolétarienne, sur le chômage, les salaires qui s'effondrent, les impôts, et bien d'autres choses encore. » Il est facile d'imaginer comment il répondrait aujourd'hui au brouhaha homo-matrimonial.

Il reste des mises à jour à faire dans le marxisme, et tout d'abord, en ce qui concerne le rapport à l'Église. Maintenant, tandis que l'Église soutient ouvertement les familles modestes, il est temps pour la gauche de reconsidérer ses rapports avec celle-ci, et de coopérer avec l'Église, comme l'écrivait déjà Roger Garaudy il y a bien longtemps; « le marxisme s'appauvrira terriblement s'il devait oublier saint Paul, saint Jean-Baptiste ou Pascal; et le christianisme sera bien pauvre s'il tourne le dos au marxisme ». L'ennemi est si puissant, et ses projets sont si diaboliques; nous avons besoin de toutes les forces qui intègrent l'humanisme marxiste et l'humanisme chrétien, pour sauver l'humanité. Les communistes russes ont déjà fait un pas en ce sens; ils agissent de concert avec l'Église, et ensemble ils sont en train de fracasser les manœuvres néolibérales pour s'emparer des objectifs couramment appelés « de genre ». Les Français n'ont qu'à suivre leur exemple.

Traduit de l'anglais par Maria Poumier

Joindre les auteurs : adam@israelshamir.net

7. BLOG Printemps - Banksters.jpg

P.S. Nous ne partageons pas la confiance d'Israël Shamir en la bénignité de l'Eglise à l'égard des pauvres, mais c'est peut-être nous qui avons mauvais esprit. Nous ne croyons d'ailleurs pas non plus au réel anti-cléricalisme de la gauche officielle française, sinon, pourquoi les écoles confessionnelles seraient-elles mieux loties que celles de la République, et ce, malgré la loi de séparation (toute théorique à notre avis) de l'Eglise et de l'Etat ? Mais, chut, ne désespérons pas Moscou. (N.d.M.)


*

Fabius a encore frappé !

Ou alors qui ?

Aminata Traoré interdite de visa dans l'espace Schengen.

8. BLOG Printemps AminataTraore-26559.jpg

kakadoundiaye, sur mediapart

22 avril 2013

Docteur en psychosociologie, enseignante à l’Institut d’ethnopsychologie d’Abidjan, Ministre de la culture du Mali entre 1997 et 2000, démissionnaire, écrivain prolifique et intellectuelle écoutée, grande voix de l’Afrique, féministe, auteur de L’étau et surtout du Viol de l’imaginaire, dont l'analyse des rapports entre l'Afrque et l'Occident connut un succès mondial, Aminata Traoré est une de ces grandes voix incontournables du discours politique africain, une des meilleures analystes de la réalité africaine et de façon certaine un des piliers sur lequel se construira l’Afrique de demain.

Invitée par une revue allemande, elle vient de se voir refuser son visa d’entrée dans l’Espace Schengen sous le prétexte, invraisemblable, que son analyse de la situation au Mali ne convient pas au gouvernement français !!! Je n’arrive pas à calmer ma colère. Je n’arrive pas à calmer mon chagrin. Je n’ose y croire. Croire que mon pays, la France, interdit de séjour une des plus grandes voix francophones, celle d’Aminata Traoré.

Comment peut-on penser qu’un consul à Bamako puisse de sa propre autorité, petit fonctionnaire chef d’une gare de campagne, ne pas accorder un visa à Aminata ? C'est si invraisemblable, tellement invraisemblable qu’il y a tout lieu de croire qu’il n’a pu le faire sans l’aval et l’accord de son ambassadeur, lequel rencontrait Fabius à Bamako il y a moins d’une semaine. Tout porte à croire que Fabius était au courant et a donné son aval sinon l’ordre pour qu’Aminata soit interdite de visite en Europe !

Oh, ministres, députés, sénateurs, vous dormez

D’autant que le discours d’Aminata nous le connaisssons et tout le monde un tant soit peu au courant de ce qui se passe en Afrique est d’accord avec lui qui dit qu’en trois mois - d’ici la fin Juillet - il est impossible d’organiser des élections crédibles, faute de listes électorales, en raison de la guerre non terminée, de l’existence de zones qui seront encore, en juillet, sous le contrôle des armes, en raison des milliers de réfugiés qui ne seront pas encore rentrés au pays etc. Et qu’en en maintenant la date, on court le risque d’avoir une assemblée et un Président qui seront l’exacte reproduction de ceux qui ont amené le pays à la ruine. Rien que du bon sens. Et contre ce bon sens, une interdiction de parole ! Comment peut-on supporter cela ?

Fabius doit s’expliquer. D’URGENCE.

 

Source :

blogs.mediapart.fr

 

*

Puisque la Cour ne veut pas que les manants l'écoutent,

mangeons de la brioche : lisons-la !

9.  BLOG Printemps -.jpg

Livres d'Aminata Traoré

 

10. BLOG Printemps Traoré - L'étau.jpg 



L'Étau

Actes Sud, 1999

185 pages

 


10 bis L'étau.jpg


L'Étau

Actes Sud, coll. Babel

Réédition 2001

 



11. BLOG Traoré viol imaginaire.jpg


Le viol de l'imaginaire

Fayard, 2002

208 pages

réédition coll. Pluriel, 2012

 



12. BLOG Traoré - Lettre au.jpg


Lettre au président des Français à propos de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique en général

Fayard, 2005

185 pages

 



13. Traoré - Afrique humiliée.jpg


L'Afrique humiliée

Fayard, 2008

294 pages

 




13bis Traoré L'Afrique humiliée .jpg


L'Afrique humiliée

Fayard

réédition coll. Pluriel, 2011

304 pages

 


14. Traoré L'Afrique mutilée.jpg



L'Afrique mutilée

Taama éditions

s.l., 2912

64 pages

 


15. Les forcenés de l'humanitaire.jpg


Les forcenés de l'humanitaire : les leçons de l'Arche de Zoé ( en collaboration avec Christian Troubé et Régis Debray)

Editions Autrement, 2008

108 pages

 

« Ainsi nos oeuvres d'art ont droit de cité, là où nous sommes,dans l'ensemble, interdits de séjour. »

Article en ligne.


 

*

Pendant qu'on y est :

 

Agenda belgo-palestinien

des prochains jours

 

26 avril, 20h

1440 Braine-le-Château, Salle Fun-en-bulles (Rue de Nivelles 21)

Les groupes « Paix Juste au Proche-Orient » du Brabant Wallon

Stolen Dreams (rêves volés), représentation théâtrale du « Freedom Theatre » de Jénine (Palestine).
   (voir descriptif à la date du 24 avril)
   PAF
 : 8€ / 3€ (étudiants et allocataires sociaux)

27 avril, 10h - 12h30

1060 Saint-Gilles, Pianofabriek
(Rue du Fort 35)

Association Belgo-Palestinienne

Cycle de formation en six matinées « Vous avez dit ‘Palestine’? »
6/6 : Le Tribunal Russell sur la Palestine.

Une présentation générale du TRP et de l’originalité de la démarche sera suivie de l’analyse des conclusions de ses différentes sessions et du suivi de ses travaux.
Formateur : Eric David

   PAF
 : 5 € / 3 € (membres, étudiants, demandeurs d’emploi)
   Inscription obligatoire
 : abp.eccp@skynet.be ou 02 223 07 56 (au minimum le jeudi précédant la formation)
   www.association-belgo-palestinienne.be/agenda/cycle-de-fo...

28 avril, 14h30











                    NOUVEAU

1080 Molenbeek-Saint-Jean, De Vaartkapoen (Rue de l’Ecole 76)

Brussels to Gaza

Gaza veut vivre – 5h pour la Palestine.
Grande après-midi de solidarité avec la Palestine à l’occasion du retour du Dr. Hanne après quatre mois de travail au Centre Al-Quds de Beit Hanoun (Gaza).
Débat avec Hanne Bosselaers
(Médecine pour le Peuple, Molenbeek) et Hamdan Al Damiri (président de la communauté palestinienne de Belgique), animé par Marianne Blume (ABP, auteure de « Gaza dans mes yeux »).
Concert de oud, avec Ibrahim Bazzi chantant Mahmoud Darwich, expo photo « Les pêcheurs de Gaza » par Asmaa Seba, défilé de robes traditionnelles, lecture de poésies palestiniennes, projection de courts-métrages sur Gaza, projet de correspondance de jeunes d’ici avec de jeunes Palestiniens de Gaza, activités pour les enfants (dessin, théâtre...), tatouage au henné, tombola, petite restauration palestinienne, bar et pâtisseries à prix modique.
   PAF
 : 2€ au profit du Centre Al-Quds
   http://abpliege.domainepublic.net

29 avril, 19h30











                    NOUVEAU

1140 Evere, locaux de l’église Notre-Dame (Avenue Henri Conscience 158)

Marion, Caroline, Maud, Maïa et Charlotte

Soirée au profit de l’Alternative Information Center (AIC ; co-fondateur : Michel Warschawski), une association israélo-palestinienne dont le but est de promouvoir l’information par rapport au conflit israélo-palestinien, notamment en organisant des camps internationaux, en publiant de nombreux articles et en organisant des conférences et soirées d’information ouvertes à tous. Nous y avons participé à un camp politique en juillet 2012.
Aujourd’hui, avec la crise, les subsides européens de l’AIC ont été réduits de 50%, ce qui les place dans une situation de « presque faillite » et pourrait causer leur fermeture à terme. Nous désirons nous mobiliser pour récolter des fonds afin de les soutenir dans leur cause !
Pour cela, nous organisons la projection du documentaire « Five broken cameras » (2011), de Emad Burnat (Palestinien) et Guy Davidi (Israélien), qui parle d’un village palestinien qui proteste, de manière non violente, contre la construction du mur.
Cette soirée est une invitation à faire un don à l’AIC via notre intermédiaire. Pour un transfert bancaire direct :
   Account name : Alternative Information Centercaro
   IBAN : IL460310150000000183598

30 avril, 19h30






     NOUVEAU / NIEUW

1000 Bruxelles, ULB, Auditoire H2215 (Avenue Paul Héger)

Comac + Intal + BDS-ULB + les JAC

Conférence d’Omar Barghouti sur la campagne « Boycott, Désinvestissement, Sanctions ».
Omar Barghouti, académicien palestinien vivant à Ramallah, est une figure mondialement connue de la résistance civile palestinienne. Il est aussi et surtout un des membres fondateurs de la campagne contre l’occupation et l’apartheid israélien, la campagne BDS. Une attention particulière sera portée à la question du boycott académique.
Conférence animée par Michel Collon
, écrivain et journaliste indépendant.
   En anglais – Traduction simultanée possible mais nombre de casques limité.

   www.intal.be/fr/conference-avec-domar-barhouti

30 april, 19u30 - 21u30


                          NIEUW

9000 Gent, Vredeshuis (Sint-Margrietstraat 9)

Broederlijk Delen + Pax Christi Vlaanderen

Info-avond over het Israëlisch-Palestijns conflict: deelnemers aan de Vredestocht getuigen.
   (meer info op datum van 24 april)
   www.paxchristi.be/2013/04/info-avonden-over-het-israelisc...

 Mis en ligne par Marie, le 24 avril 2013



 

22:52 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/04/2013

L'empire serait-il en train de péter les plombs ?

1. BLOG - L'empire est-il en train de péter les plombs ?.jpg

L'empire serait-il en train de péter les plombs ?

 

Et Le Monde s'est-il rendu coupable de crime de guerre ?

 

« Il faut que les lois soient respectées »

François Hollande

« Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l'homme est essentielle­ment injuste et tyrannique ; elle n'est point une loi. »

« Le peuple est le souverain ; le gouvernement est son ouvrage et sa propriété ; les fonctionnaires publics sont ses commis.

« Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement et révoquer ses mandataires. »

Maximilien Robespierre

 

Commençons par les caniches vassaux.

La France, euh... plus précisément MM. Laurent Fabius, François Hollande et consorts ne cessent de tirailler par la manche le reste de l'Europe et leur suzerain US pour qu'on leur permette de continuer légalement et à plus grande échelle le viol de l'embargo sur les armes auquel ils se livrent en Syrie.

Le journaliste irlandais résidant à Paris, Gearóid Ó Colmáin vient de publier, à ce propos, sur Global Research.ca, un article que nous avons traduit pour vous parce qu'il nous paraît faire intelligemment le point sur la question.

Par ailleurs, le récent attentat survenu au Marathon de Boston soulève, aux Etats-Unis, toutes sortes d'hypothèses qui méritent quelque attention. Certaines mettent en garde contre une entreprise « sous fausse bannière » destinée à justifier une intervention armée des USA en Syrie. Un attentat syrien à Boston ? En attendant d'en savoir plus, nous reprenons, ci-dessous l'appel à témoins du FBI, suivi de quelques opinions de journalistes et commentaires de lecteurs US. Le tout, suivi d'un article de fond de M. Peter Dale Scott.

Bref, l'empire pète-t-il les plombs ou se prend-il pour Le Prince de Machiavel ? Ou les deux mon général ?

 

*

Les médias français reconnaissent que l'« opposition » syrienne, c'est Al Qaeda. Ensuite, ils justifient le sou­tien du gouvernement français aux terroristes.

Gearóid Ó Colmáin

Global Research, le 14 avril 2013

Dans un article publié le 11 avril, le quotidien français Le Monde reconnaît que les prétendus rebelles qui combattent le gouvernement de la République Arabe de Syrie sont dominés par Japhat Al Nosra, un groupe terroriste lié à Al Qaeda. Il l'admet après deux ans de désinformation non-stop, dispensée à son de trompe par tous les médias français dominants, de la droite officielle à la gauche officielle, désinformation dont le but a été de faire croire au public français que des démocrates révolutionnaires s'étaient engagés dans une guerre pour les droits humains et la liberté, contre un dictateur tyrannique et brutal qui « tuait son propre peuple ».

Cette fable [maintenant on dit « narrative » NdCL] infantile et malhonnête est désormais complètement discréditée, dès lors que les faits prouvant la na­ture terroriste des « rebelles syriens » sont devenus trop évidents pour être ignorés. Dans un article intitulé « Le nouveau visage du jihadisme français », on apprend que des jihadistes français quittent la France par centaines pour se joindre à la guerre sainte contre la République Arabe de Syrie, tandis que de nombreux autres vont rejoindre les groupes jihadistes au Mali.

Sur la même page , dans un article intitulé « Al Qaeda étend son territoire et unit ses forces d'Irak et de Syrie », Christope Ayad, du Monde, rapporte :

« La tête de l'Etat Islamique d'Irak, la branche irakienne d'Al Qaeda, a annon­cé, dans un message enregistré le 9 avril, que son groupe allait fusionner avec (le Front) Japhat Al Nosra, principale organisation jihadiste armée en Syrie. Le nouveau groupe s'appellera Al Qaeda en Irak et au Levant. Cette annonce a été faite deux jours après qu'Ayman Al-Zawarhiri, successeur d'Osama Ben la­den à la tête d'Al Qaeda, ait appelé à l'établissement d'un état islamique en Sy­rie, après la chute du régime de Bachar al-Assad, qui se bat depuis deux ans contre l'insurrection déclenchée par la majorité sunnite . »(1)

Ainsi donc, voici la presse de l'establishment français, qui fait des heures sup­plémentaires depuis deux ans pour nous persuader que ceux qui combattent Assad sont des démocrates, en train d'admettre à présent que ces « démo­crates », c'est Al Qaeda. Selon une information de FOX NEWS datant d'oc­tobre 2010, le sus-mentionné leader d'Al Qaeda, Al-Zawarhiri, dînait au Pentagone quelques mois à peine avant les attentats du 11 septembre. La jour­naliste de FOX NEWS, Catherine Herridge se disait en possession de docu­ments qui le prouvaient. Evidemment, FOX NEWS étant un organe de propa­gande des multinationales au pouvoir, cette histoire n'a pas eu de suite et n'a pas été reprise non plus par un seul des autres medias internationaux. Dans la guerre à la terreur, l'ignorance est force et poser des questions est stupide. (2) La journaliste de FOX NEWS gagne 900.000 $ par an. (3)

Pour amortir le coup et rassurer les lecteurs français – non, non, le soutien du Quai d'Orsay aux « rebelles » ne contredit pas l'engagement français envers les droits de l'homme ! - le même Christophe Ayad du Monde nous dit que :

« Contrairement à l'Etat islamique en Irak, le Front Al-Nosra prend garde à [sic] ne pas cibler systématiquement les civils. Il a évité pour l'instant d'im­poser un ordre islamique trop strict dans les zones passées sous son contrôle et conclut même des accords ponctuels avec la rébellion kurde, comme à Ras Al-Aïn et plus récemment à Alep. »

Ces rebelles que Le Monde s'efforce de blanchir ont pris systématiquement les civils pour cibles depuis le tout début de ce conflit. Ils ont posé des bombes dans des voitures, dans des marchés surpeuplés. Ils ont bombardé des univer­sités, massacrant et estropiant des centaines de civils innocents. Ils ont torturé et décapité civils et militaires sans distinction(5), forçant même des enfants à participer à la décapitation de certaines de leurs victimes. Ils ont utilisé des enfants comme soldats.(6)

Ils ont forcé des femmes à porter le tchador das les parties « libérées » de ce qui fut la belle ville d'Alep.(7) Ils ont profané et ruiné le patrimoine religieux et culturel du pays. Ils ont fait exploser ses pipelines et saccagé ses infrastruc­tures. Ils ont détruit des centaines d'écoles, de bibliothèques et de bâtiments de services publics. Ils se sont servis d'armes chimiques. Ils ont tranché la gorge à des petits enfants pour pouvoir en accuser le gouvernement syrien. Ces terroristes sont, en ce moment même, en train de se faire photographier avec les têtes décapitées de leurs victimes(8). Rien de tout cela n'est secret. Ils n'ont pas cessé de poster sur Internet des vidéos où ils se vantent de leurs crimes.

Et pourtant Le Monde veut nous faire croire que Japhat Al Nosra est une bonne version – plus civilisée – d'Al Qaeda, qui vaut la peine d'être aidée mili­tairement par l'Occident ! Le Monde, bien sûr, nous répondra qu'il ne soutient pas Japhat Al Nosra, qu'il soutient les rebelles laïques. Mais où sont les re­belles laïques ? L'article 20 de la Convention Internationale sur les Droits Ci­vils et Politiques spécifie clairement que « toute incitation à la guerre est in­terdite »(9). La tentative, par les journalistes occidentaux de faire passer des groupes terroristes pour des combattants de la liberté et leur utilisation de sources d'information émanant exclusivement de ces groupes, pour justifier une agression étrangère contre un pays souverain reconnu par les Nations Unies, constitue un crime de guerre. [C'est nous, LGO, qui soulignons.]

L'« envoyé spécial » français semble déplorer le fait que l'annonce de cette fu­sion des deux groupes terroristes risque de discréditer les efforts du gouver­nement français pour convaincre ses partenaires de l'Union Européenne d'ar­mer officiellement la « rébellion ».

Tout en reconnaissant que l'opposition armée au gouvernement syrien est très majoritairement constituée d'Al Qaeda, la presse française persiste à essayer de faire croire que cette opposition armée est en réalité laïque et libérale. Il n'y a toutefois pas l'ombre du commencement d'une preuve qu'il en soit ainsi, alors qu'abondent les preuves indiscutables du contraire.

Dans un autre article publié le 5 mars et intitulé « Les rebelles syriens prennent le contrôle de la ville de Raqqa dans le nord du pays », le reporter Khalid Sid Mohand nous dit exactement qui sont ces « rebelles » :

« C'est une coalition de groupes armés dont certains affiliés aux djihadistes de Japhat Al-Nosra qui serait à l'origine de la chute de Rakka. »(10)

Charmant, non ? Al Qaeda a capturé une ville syrienne et les médias français sont tout excités de voir des barbares armés prendre le contrôle de l'Etat du Levant. D'après le titre de l'article, ont est amené à croire que les « rebelles sy­riens » ont pris la ville, les rebelles syriens étant, bien entendu, pour les medias français, ces braves types du Printemps Arabe. Ainsi, quoique la nouvelle soit très mauvaise, le gros titre la fait passer pour bonne. La réalité est mise cul par dessus tête.

La technique éditoriale qui consiste à faire passer des terroristes pour des rebelles tout en admettant que ce sont des terroristes a pour effet d'embrouiller le public et d'empêcher que le lecteur critique comprenne quelles sont les vraies forces en présence dans le conflit syrien. Cette technique a été utilisée à répétition dans le conflit russo-tchétchène, où les terroristes islamistes ont également été dé­crits comme des « rebelles » se battant pour la liberté. L'emploi sysétmatique du deux poids-deux mesures, du double langage et de la duplicité de pensée est désormais devenu indissociable du journalisme professionnel.

Bien qu'un comportement aussi crapuleux et schizophrène puisse apparaître aux yeux de certains comme une conspiration diabolique, la réalité est plus complexe. Cette façon schizoïde de penser et de parler est simplement le reflet d'un système économique gobal en train de s'effondrer sous ses contradictions internes. L'extraction de la plus-value du travail et la globalisation capitaliste de ce mode de production ont rendu une minuscule partie de la population du globe extrêmement riche et puissante.

Ceux qui sont riches et puissants non seulement possèdent les moyens de pro­duction mais possèdent aussi les moyens de communication et, comme une oligarchie financière est, par définition, objectivement opposée aux principes démocratiques, un double-langage et une duplicité de pensée lui sont néces­saires pour faire croire aux autres (l'énorme majorité) que 2 + 2 = 5 . C'est pourquoi des groupes armés qui servent les intérêts de l'oligarchie financière seront médiatisés en « combattants de la liberté » et en « militants des droits de l'homme ». Cependant, comme les journalistes qu'elle emploie ne peuvent pas toujours contrôler ou ignorer complètement les réalités dont ils sont cen­sés rendre compte, la vérité se fraie un passage entre les lignes, dans les marges et les interstices de leur discours. A l'évidence, le travail d'analyse ra­tionnelle et d'interprétation de l'information n'est plus assuré aujourd'hui que par ceux des médias alternatifs qui se sont donné pour tâche de servir le bien public et de dire la vérité.

A l'évidence aussi, des articles annonçant la « bonne nouvelle » de la prise d'une ville par les « rebelles syriens » devront aussi admettre que ces rebelles ne sont autres qu'Al Qaeda. Mais cette duplicité de pensée fait partie si inté­grante de la culture occidentale que les contradictions contenues dans ces  comptes-rendus sont rarement remarquées et analysées. La tâche de modeler l'esprit public, afin qu'il accepte et soutienne les « cruelles mais nécessaires » straté­gies géopolitiques de l'élite financière globale, échoit aux médias de masse qui orientent et falsifient l'information de manière qu'elle convienne aux desseins impériaux et aux intérêts des grands groupes propriétaires de ces medias.

Dans un article paru dans le Guardian en 2002, la politique absolument hy­pocrite de l'establishment occidental a été très éloquemment exprimée par le stratège en chef de l'ex-Premier Ministre Tony Blair, Robert Cooper, qui écri­vit :

« Le défi que doit relever le monde post-moderne consiste à s'habituer à l'idée du deux poids-deux mesures. Entre nous, nous respectons les lois et nous co­opérons franchement en toute sécurité. Mais quand nous avons affaire à des espèces d'états vieux jeu, hors du continent européen postmoderne, nous de­vons recourir aux méthodes plus rudes d'une période antérieure – la force, l'attaque préemptive, la tromperie, tout ce qui est nécessaire pour traiter avec ceux qui vivent encore au XIXe siècle, où c'était chaque état pour soi-même. Entre nous, nous nous en tenons aux lois, mais quand nous opérons dans la jungle, nous devons suivre les lois de la jungle. » (11)*

Depuis que des snipers inconnus ont ouvert le feu à la fois sur des manifes­tants et sur la police dans la ville de Daraa**, le 25 mars 2011, le peuple sy­rien a été agressé par des escadrons de la mort armés et entraînés par les émi­rats du Golfe et l'OTAN . Il en est résulté des milliers de morts et la destruc­tion d'une nation. C'est une répétition trait pour trait de l'Arc de Crise créé en Afghanistan en 1979, quand le Conseiller à la Sécurité U.S. Zbigniew Brze­zinski a organisé l'armement et l'entraînement des terroristes moudjahidines, dans le but de renverser la République Démocratique d'Afghanistan. Le résul­tat fut la création d'Al Qaeda, un dispositif de moyens militaires et d'espion­nage qui, a, dès ses débuts, toujours servi les intérêts géopolitiques de l'OTAN. La même technique est utilisée aujourd'hui contre la Syrie.

2. Guerre - Coh, Bendit - .jpg150493_4957212442704_1040724000_n.jpg

3. Guerre - Fabius - .jpg 1629_4950539835893_370190628_n.jpg

Il est très possible que le gouvernement français, qui admet aujourd'hui qu'Al Qaeda s'est emparé de plusieurs régions de Syrie, se serve précisément de cela, dans les semaines, les mois ou les années qui viennent, pour justifier une intervention militaire directe, afin de « délivrer » la Syrie d'Al Qaeda bien en­tendu, exactement comme les jihadistes introduits par l'espionnage français en Libye et leur transfert consécutif au Mali ont servi de prétexte à l'inter­vention militaire contre ce pays. Pendant ce temps, la démonisation de Ba­char al-Assad continuera, mais c'est la présence d'Al Qaeda en Syrie qui pour­rait en fin de compte justifier une intervention : si les terroristes réussissent à suffisamment affaiblir l'état syrien par exemple, et si la Russie se laisse per­suader d'acquiescer à la perte de son état-client en Méditerranée.

Les dupes de l'empire médiatique de l'OTAN peuvent continuer à se rassurer à bon compte en se faisant croire que leurs gouvernements combattent des terroristes dans certains pays et aident des « démocrates rebelles » à com­battre des « régimes brutaux » dans d'autres, mais à mesure que l'austérité sauvage frappe et que la militarisation de l'espace urbain accable les villes d'Europe, la réalité du fait que ce sont les « élites » euro-atlantiques dégéné­rées qui fomentent le terrorisme jihadiste, la réalité cauchemardesque que c'est là que sont les « régimes brutaux » et le réseau terroriste opaque et sans contours qui veulent nous arracher nos libertés et détruire la civilisation, cette réalité va devenir impossible à ignorer. Car, à la vérité, la « guerre au terrorisme » n'est en fin de compte que la guerre à l'humanité.

____________

Notes :

[1] http://www.lemonde.fr/international/article/2013/04/10/al...

[2] http://www.foxnews.com/us/2010/10/20/al-qaeda-terror-lead...

[3] http://www.mediabistro.com/fishbowldc/fox-news-discrimina...

[4] http://www.lemonde.fr/international/article/2013/04/10/al...

 [5] https://www.youtube.com/watch?v=4QhicJPzG9[4

[6] https://www.youtube.com/watch?v=YToIyvA1N6Y

[7]http://www.globalresearch.ca/syria-womens-rights-and-isla...

[8]http://allainjules.com/2013/04/14/photo-syrie-les-amis-de...

[9] http://www.ohchr.org/EN/ProfessionalInterest/Pages/CCPR.a...

[10] http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/03/05/les-rebelles-syriens-prennent-le-controle-de-la-ville-de-raqqa-dans-le-nord-du-pays_1842837_3218.html

 [11] http://www.guardian.co.uk/world/2002/apr/07/1

*On n'a jamais rien proféré de plus cyniquement crapuleux. (NdCL)

** Comme à Caracas en 2002 (NdCL)

Traduction : Catherine L.

pour Les Grosses Orchades

Source :

http://www.globalresearch.ca/frances-media-admits-that-the-syrian-opposition-is-al-qaida-then-justifies-french-government-support-to-the-terrorists/5331289

 

*

Puisqu'il est vrai que tout a commencé en Afghanistan, il est impossible de passer ceci sous silence :

De l’Afghanistan à la Syrie : Droits des femmes, propagande de guerre et CIA

Julie Levesque,

Mondialisation.ca – 14 avril 2013

4. burqa-3.jpg

Les droits des femmes sont de plus en plus utilisés comme instrument de propagande favorisant des desseins impériaux.

Les chefs d’État occidentaux, les représentants de l’ONU et les porte-paroles militaires font invariablement l’éloge de la dimension humanitaire de l’invasion de l’Afghanistan d’octobre 2001, menée par les États-Unis et l’OTAN, laquelle aurait eu pour but de combattre les fondamentalistes religieux, d’aider les petites filles à aller à l’école et de libérer les femmes soumises au joug des talibans.

La logique d’une telle dimension humanitaire de la guerre d’Afghanistan est contestable. N’oublions pas qu’Al-Qaïda et les talibans ont été appuyés par les États-Unis dès le début de la guerre soviéto-afghane, et ce dans le cadre d’une opération clandestine de la CIA.

Voici comment l’Association Révolutionnaire des Femmes en Afghanistan (RAWA) a décrit la situation :

Lire la suite...

Source :

http://www.mondialisation.ca/de-lafghanistan-a-la-syrie-droits-des-femmes-propagande-de-guerre-et-cia/5331097

 

*

Trafic mondial de drogue : en Afghanistan, la production d'héroïne a été multipliée par quarante depuis l'intervention de l'OTAN.

Capitaine Martin,

Résistance.fr

5. Soldier poppies field .jpg - 2068593404.jpg

http://www.communcommune.com/article-trafic-mondial-de-drogue-en-af...117034678.html

*

BELGIQUE

6. allah_akbar_buzzards.jpg

Des militants de Sharia4Belgium combattent en Syrie

 

Belga

18 avril 2013

Environ soixante-dix jeunes Belges sont partis pour la Syrie. La plupart d'entre eux proviendraient de l'entourage de l'organisation démantelée Sharia4Belgium.

Plusieurs anciens membres et sympathisants de Sharia4Belgium combattent en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad, rapporte De Standaard ce lundi, sur base d'informations des services de renseignements belges.

Comme le révélait La Libre Belgique, les jeunes Belges partis pour la Syrie proviendraient principalement de l'entourage de l'organisation démantelée Sharia4Belgium, selon les informations d'une enquête judiciaire pour terrorisme, en cours contre l'organisation. L'enquête aurait démarré en 2012, lorsqu'il est apparu que des sympathisants du mouvement étaient actifs au Yémen et en Tchétchénie.

Selon les services de renseignements ces jeunes gens ne combattent pas aux côtés de l'ASL (Armée Syrienne Libre) mais avec les islamistes radicaux et les rebelles salafistes [c'est-à-dire l'ASL, NdCL] Ils seraient originaires pour la plupart d'Anvers, de Vilvorde, de Bruxelles et de Malines. Les services de renseignements craignent le retour au pays de ces jeunes après un entraînement militaire.

Le député Denis Ducarme (MR) a demandé à la ministre de la Justice Anemie Turtelboom de prendre un arrêté royal interdisant aux ressortissants belges de se battre en Syrie. « Oui, on peut sanctionner », a-t-il affirmé à La Libre Belgique. « Mon équipe a fait une recherche. La loi du 1er août 1979 prévoit des sanctions pénales de 3 mois à deux ans de prison. Le cas syrien s’applique. Il suffit de prendre un arrêté royal. Je requiers simplement l’application de la loi ».

Même source, dernière minute.

La législation anti-terroriste ne sera pas renforcée.

Le comité ministériel restreint a jugé vendredi suffisant l'arsenal législatif an­titerroriste – renforcé, on s'en souvient, il y a un mois et demi -, dans le cadre de la problématique des jeunes Belges allant combattre en Syrie. Le comité s'est saisi d'une note d'une vingtaine de pages de la ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des chances Joëlle Milquet envisageant un programme de préven­tion de la « radicalisation violente » à développer avec tous les niveaux de pouvoir du pays.

Sanctionner ? Après avoir voté la participation de la Belgique à toutes les guerres d'agression en cours ? Ils ne manquent pas d'air nos ministres ! Et que font d'autre ces jeunes gens que suivre leur exemple ? En payant, eux, de leur personne.

Nos représentants sont coupables non seulement de crimes de guerre mais aussi de non-assistance à jeunes cons en danger !

« Les service de renseignements craignent le retour au pays de ces jeunes après un entraînement militaire. »

Admirable ! Non seulement ils reviendront – du moins ceux qui auront survécu - entraînés militairement, mais ils reviendront armés. Aux frais des contribuables. Comme déjà l'on sait que des soldats français tombent au Mali, tués par des armes françaises, obligeamment fournies par leur gouvernement aux organisations terroristes qu'il les envoie combattre.

 

20:42 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'empire serait-il en train de péter les plombs ? (suite)

U.S.A.

Ces photos montrent-elles le tueur à la bombe de Boston ?

Information Clearing House

18 avril 2013

 

Photos FBI des suspects de l'attentat

 

Le FBI a publié ces photos de surveillance de deux suspects de l'attentat. Les deux hommes semblent transporter des sacs à dos similaires à ceux retrouvés après l'attentat.

0. clipwalk530a__1366332293_7485.gif

Remarques de l'agent spécial en charge, Richard DesLauriers à la conférence de presse relative à l'enquête sur l'attentat, le 18 avril :

Nous demandons l'aide du public pour identifier les deux suspects.

Après une analyse très approfondie des preuves photographiques, vidéos et autres, nous publions les photos de deux suspects. Ils sont identifiés comme « Suspect 1 » et « Suspect 2 ». Ils paraissent être associés.

8. clipwalk530b__1366332295_3265.gif

 Le suspect 1 porte une casquette noire.

Le suspect 2 porte une casquette blanche.

Le suspect 2 a déposé un paquet noir sur le site de la seconde explosion, juste devant le Restaurant Forum.

9. clipwalk530c__1366332297_6773.gif

Nous encourageons vivement ceux qui se trouvaient au restaurant Forum et qui ne nous ont pas encore contactés à le faire.

Comme vous pouvez le voir d'après les images, les suspects 1 et 2 ont l'air de marcher ensemble dans la foule qui assiste au marathon à Boylston Street, en direction de la ligne d'arrivée. L'image a été prise dans Boulston Street, à l'endroit où elle coupe Gloucester Street.

[ Les sacs à dos portés par les deux hommes ressemblent à ceux qui ont explosé. On voit ensuite l'un d'eux avec son sac au dos et ensuite sans sac. Mais les documents du FBI semblent ensuite se focaliser sur un 3e homme dont on ne dit rien (un homme barbichu et vêtu de bleu), et ensuite sur un 4e, vêtu d'une veste claire à capuchon. NdGO Y aurait-il du désordre dans les pièces à conviction du FBI ? ]


Voir la suite...

[Les indications « bag » se rapportent aux sacs à dos de ces quatre (et non deux) suspects. Les indications « sag » font remarquer que ces sacs pendent, comme sous le poids de quelque chose de lourd. Les enquêteurs pensent que les bombes étaient contenues dans des marmites à pression dont on aurait enlevé la poignée. ]

 

Source :

http://www.informationclearinghouse.info/article34645.htm

 

*

Des mercenaires d'une entreprise militaire privée suspects dans l'attentat de Boston

 

Activist Post

18 avril 2013

Hier, infowars.com a posté des images de ce qu'on pense être des Navy SEALS en civil, rôdant autour de la ligne d'arrivée du Marathon de Boston, où deux bombes ont tué trois personnes et ont blessé des centaines d'autres.

Il s'avère que ces deux hommes sont des mercenaires du genre Blackwater, qui, d'après le journaliste d'investigation Anthony Gucciardi, de StoryLeaks.com, appartiennent à l'entreprise CRAFT International.

Les deux mercenaires étaient revêtus d'un équipement de campagne type - pantalons « tactiques » khaki, boots de combat, vestes noires -, et ils transportaient des sacs à dos suspects ! Mais ce qui les trahit comme mercenaires de CRAFT, ce sont leurs casquettes, sur lesquelles se voient les têtes de mort symboles de châtiment qui sont le logo de l'entreprise.

 

10. craft international image collage (550 x 550).jpg

En haut à gauche, celles des suspects de l'attentat de Boston. En haut à droite, celle que CRAFT met en vente dans sa boutique. En-dessous : le fondateur de CRAFT, l'ex-Navy SEAL Chris Kyle (décédé) portant cette même casquette.

Gucciardi écrit :

On a beaucoup discuté des deux individus en équipement militaire et portant des écouteurs repérés au Marathon de Boston, mais il s'avère qu'ils sont probablement des employés de la firme militaire privée de style Blackwater, CRAFT International.

CRAFT International est une organisation privée d'entraînement militaire modelée sur Blackwater, qui a été fondée par le sniper ex-NavySEAL Chris Kyle.

 

Ou bien ces deux types à l'aspect sérieux sont de grands fans des contractuels militaires et ils font preuve d'émulation au point de les imiter de très près, ou bien ce sont des vrais. Dans un cas comme dans l'autre, leur présence, en équipement de mission civile aussi complet sur le lieu de l'attentat les rend fortement suspects.

11. craft1 .jpg.png

12. craft_1a (550 x 430).jpg

13. craft_hat .jpg.png

 14. chris_kyle_4.jpg

 CRAFT décrit ainsi la raison d'être de la tête de mort comme logo :

« L'histoire de la tête de mort choisie comme logo combine plusieurs parties de la vie de Chris Kyle et des services qu'il a rendus à cette grande nation, mais il honore particulièrement ses camarades morts. Quand ils faisaient partie de la Colonne 3 des SEALS, Chris et ses camarades portaient ce symbole un peu partout sur eux pour frapper leurs ennemis de terreur. Le viseur sur l'oeil droit symbolise le temps qu'il a passé à opérer comme sniper, mais le viseur a aussi la forme de la croix templière pour symboliser sa foi. Enfin, c'est sur l'oeil droit qu'il a été placé, pour honorer le SO2 Ryan Job, USN (Navy SEAL) qui fut blessé d'une balle dans l'oeil droit en 2006, alors qu'il participait au déploiement en Irak.

« A la suite de la mission de sauvetage par les Navy SEALS du capitaine de cargo Richard Phillips, le matin de Pâques 2009, un reporter local demanda à Ryan Job si utiliser les Navy SEALS contre les pirates somaliens ce n'était pas un peu beaucoup. Sa réponse fut : « en dépit de ce que vous a raconté votre maman, la violence résoud vraiment les problèmes». Ryan Job est mort en septembre de la même année, des suites d'une intervention chirurgicale réparatrice.

« La tête de mort est là pour rappeler tous les sacrifices consentis par ces braves guerriers et ce qu'il en coûte pour triompher du mal. »

15. craft_2 (550 x 562).jpg

De gauche à droite : Logo des SEAL 3 – Logo des SEAL 5 – Logo de Blackwater

 

[Pour mémoire, Blackwater est une entreprise de mercenariat militaire qui s'est rendue sinistrement célèbre en Irak. Ces véritable escadrons de la mort ne peuvent, quoi qu'ils fassent, être inquiétés : leurs contrats stipulent qu'ils ne peuvent être ni poursuivis ni condamnés par aucune instance nationale ou internationale. Ils sont allés jusqu'à mettre en ligne – à titre de CV pour séduire d'éventuels employeurs ou pour obtenir des primes ? – des vidéos les montrant en train de trancher la gorge à des Irakiens endormis, déguisés en musulmans sunnites chez les chiites et en chiites chez les sunnites. Le scandale a été si grand, même aux Etats-Unis, que la firme Blackwater a été officiellement dissoute, mais il est de notoriété publique qu'elle continue à sévir sous un nouveau nom - Academi - et sans doute sous quelques autres. Ces tueurs professionnels sont actuellement au moins six mille en Syrie.]

En outre, on peut voir un troisième personnage, habillé exactement de la même façon, passer sur la ligne d'arrivée en tenant ce qui ressemble fort à une commande à distance


Qu'est-ce que ce type tient à la main ?

 

Quelqu'un, dans les medias, aura-t-il le courage de demander aux autorités si ces individus pour le moins inquiétants sont considérés comme des suspects potentiels ?

Source :

http://www.activistpost.com/2013/04/private-military-contractors-under.html

Traduction Catherine L.

pour Les Grosses Orchades

 

*

D’autres photos des mercenaires de Boston

Activist Post

19 avril 2013

Suite à notre mise en ligne d'hier de ce qui semble être des photos de plusieurs mercenaires de CRAFT International sur le lieu de l'attentat de Boston, des journalistes indépendants ont identifié beaucoup d'autres images de cette équipe. (Au même endroit, NdCL)

16. craft3a (550 x 327).jpg

Mike Adams, de Natural News, a fait la découverte intéressante qu'un des membres de cette équipe se baladait avec un détecteur de radiations en mains. Adams pose quelques questions très importantes au sujet de ces types :

17. craft collage 2 (550 x 550).jpg

Pour commencer, débarrassons-nous des attaques des trolls abrutis, des gens qui diront que ces photos sont « une théorie du complot ».

Comment les photos d'individus réels, présents sur les lieux, pourraient-elles être une théorie du complot ?

Elles n'en sont pas. En langage de police, ce sont des pièces à conviction, et les personnages photographiés doivent être considérés comme présentant un intérêt.

Mais ils n'en présentent pas : la totalité des médias dominants et l'appareil d'application des lois prétendent que ces hommes n'existent pas. (C'est ça leur théorie du complot!)

Nous savons tous, cependant, que le personnel de CRAFT ne travaille pas gratuitement. Ce ne sont pas des bénévoles. Et cela signifie que quelqu'un les a payés pour être présents sur les lieux.

Qui a payé les CRAFT et quelle était leur mission ?

Pourquoi leur présence au Marathon est-elle black-outée ? Pourquoi ne sont-ils pas des « personnes présentant un intérêt pour l'enquête » ?

Pourquoi se trimballaient-ils avec des détecteurs de radiations ? Que transportaient-ils dans leurs sacs à dos ? (Un sandwich au jambon ?).

Le fait que les médias refusent de même reconnaître l'existence de ces militaires privés est en soi très révélateur.

18. craft3c (550 x 468).jpg

19. craft3f (550 x 452).jpg

 20. craft1 (550 x 527).jpg

21. craft3 (550 x 486).jpg

22. craft3b (550 x 463).jpg

23. craft3e (550 x 538).jpg

Source :

http://www.activistpost.com/2013/04/more-photos-surface-o...

Traduction Catherine L.

pour Les Grosses Orchades

 

*

Parmi les commentaires des trois forums (celui d'ICH et les deux d'Activist), nous avons sélectionné cet échange entre deux internautes, qui nous semble mettre le doigt sur quelque chose d'intéressant :

Anonyme 118.4.2013 – 10h14' - Bon Dieu, où est-ce qu'on va avec ces crétins en train de parader avec leurs logos stupides. On dirait qu'ils ne peuvent vraiment rien faire sans leurs grigris d'idolâtres, même quand ils sont « en mission » ! Je suppose qu'on ne devrait pas être surpris, quand on sait pour qui et pour quoi ces gens travaillent...

Anonyme 2 18.4.2013 – 11h16' - Je sais, c'est ridicule et ça a l'air de compromettre potentiellement la « mission ». Mais je pense qu'exhiber des indices criants, jusque sous notre nez, sert en réalité à quelque chose : faire tourner la tête aux gens, les maintenir psychologiquement dans un état de stupeur, les déboussoler. Pendant que les moutons bêlants meurent de peur des terroristes poseurs de bombes (c. à d. de notre gouvernement), les gens un peu plus éveillés voient ces inconsistances et se demandent comment LE GROS MENSONGE n'est pas évident pour tout le monde. Psy-op [opération psychologique, NdGO] à niveaux multiples. Et je suis persuadé que les psychopathes qui l'exécutent s'amusent probablement beaucoup à semer des indices impossibles à ne pas voir, pour bien démontrer à quel point la foule est prête à tout avaler.

En effet, que ce soit dans les attentats précédents (JFK, Oklahoma City, l'explosion des trois tours de Manhattan, le meurtre des petits écoliers de Newtown, qu'on attribue à un gamin armé d'un pistolet mitrailleur, quand tous les enfants ont été tués par deux fusils à pompe et qu'on a vu deux hommes s'enfuir aussitôt après la tuerie) ou enfin ici, à Boston, on dirait que les responsables ont toujours laissé des indices contredisant la version officielle des faits, ce qui est faire preuve d'un bien grand amateurisme à répétition ou d'une volonté de laisser des traces. C'est à la question non formulée « pourquoi ? » que l'Anonyme 2 propose une réponse qui pourrait être la bonne, le but recherché étant chaque fois double : 1. obtenir le bénéfice de l'acte (et pour cela, une seule question : cui bono ?) 2. semer le chaos, lâcher comme le poulpe son encre et agiter tous ses bras, car il est bien plus aisé d'anéantir ses proies en eau trouble qu'en eau claire. Les « proies » étant au premier chef le peuple américain. Mais pas seulement sans doute. Stratégie de la tension à l'italienne globalisée ? Hé hé...

 

*

« Dans quel but »... cela finira bien par se voir, mais qui a commis ce double attentat de Boston ? La CIA ? Le Mossad ? (Les deux hypothèses ont été émises.) Un (ou des) électron(s) libre(s) ?

Nos lecteurs anglophones pourront encore consulter les deux articles qui suivent. L'auteur du premier y voit la main... du FBI, dont il rappelle quelques hauts faits.

The Boston Bombings in Context : How the FBI Fosters, Funds and Equips American Terrorists.

James Corbett

Global Research, 17 avril 2013

http://www.globalresearch.ca/the-boston-bombings-in-context-how-the-fbi-fosters-funds-and-equips-american-terrorists/5331872

[ Un article à peu près équivalent, de Russia Today, du 9 septembre 2011, traduit en français :

Le FBI organise presque tous les complots terroristes aux États-Unis

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-FBI-organise-pre... ]

L'autre se demande, comme beaucoup, ce que faisaient là ces nombreux merce­naires, et surtout ce qu'ils fricotaient avec le FBI, alors que toutes les autorités nient leur présence, voire leur existence.

Contractors” at Boston Marathon Stood Near Bomb, Left Before Detonation

Toni Cartalucci

Global Research, 19 avtil 2013

http://www.globalresearch.ca/contractors-at-boston-marathon-stood-near-bomb-left-before-detonation/5332069

 

*

D'accord, pendant que nous mettions la dernière main à ce post, les deux frères « auteurs de l'attentat », du moins on le présume, ont été identifiés, l'un est mort, l'autre va mal, ce sont des Tchéchènes. La police de Boston dit qu'ils avaient plein d'armes – chez eux ? sur eux ? - Pffft... Ils avaient même avec eux (dans la course-poursuite à pied ?) une marmite à pression (une 3e ?) qui « a explosé pendant la fusillade ». Et : « L'aîné, ex-étudiant ingénieur devenu boxeur, avait une page Youtube à son nom, créée en août 2012, il avait marqué plusieurs vidéos comme favorites dans les catégories "islam" et "terrorisme" » (L'Express) Ciel !

Boston Police Dept

CAPTURED!!! The hunt is over. The search is done. The terror is over. And justice has won. Suspect in custody.

2:58 AM - 20 Avr 2013

Soit : «Capturé !!! La chasse est finie. Les recherches sont terminées. La terreur est derrière nous. Et la justice a triomphé. Le suspect a été arrêté. »

Il a avoué le suspect ?

Il paraît qu'il « n'aura pas droit à l'amendement Miranda » (la présence d'un avocat quand on l'interrogera). Aah...

Ah, Marinus Van der Lubbe !...

Ah, Lee Harvey Oswald !...

Ah, Adam Lanza !...

Ah, les deux agents US, Saoudiens au cutter, dont on a retrouvé les passeports intacts dans les mégatonnes de gravats des deux tours jumelles !...

 

*

Leur mère :

http://www.informationclearinghouse.info/article34674.htm

[ C'est un coup monté. Le FBI les a suivis et contrôlés pendant des années (le survivant a 19 ans). Ils se sont servis d'eux. Mes fils sont innocents. ]

Pepe Escobar

http://www.informationclearinghouse.info/article34682.htm

[Coup monté par le FBI – Le but : poursuivre sans entraves la militarisation de la vie civile à l'intérieur des USA en prétextant une nécessaire protection de la population contre des actions terroristes. ]

Coleen Rowley

http://www.informationclearinghouse.info/article34685.htm

[ Selon Obama, nous ne sommes pas des terroristes. Les terroristes, ce sont « les autres ». Parce qu'ils sont d'origine tchétchène, on fait automatique­ment des deux frères des jihadistes musulmans. C'est drôle que personne ne parle du soutien apporté depuis des décennies par les néo-cons US aux vrais terroristes de Tchétchénie dans le seul but de causer des difficulté à la Russie. ]

Glenn Greenwald

http://www.informationclearinghouse.info/article34684.htm

[Quels vont être les droits de Dzhokhar Tsarnaev et pourquoi est-ce important ? C'est quand même bizarre de voir les Démocrates se conduire comme si les théories de Graham étaient exotiques ou répugnantes. Après tout, c'est la même faction qui insiste pour qu'Obama ait le pouvoir de prendre n'importe qui pour cible, y compris des citoyens US, et de les exécuter sans charges, sans avocats et sans procès. ]

Toni Cartalucci

http://www.informationclearinghouse.info/article34676.htm

«  Le FBI avait interrogé Tamerlan (l'aîné) en 2011 à la demande de la Russie, n'avait rien trouvé à lui reprocher et avait fermé le dossier » dit un officiel.

Anthony Gregory

http://www.informationclearinghouse.info/article34681.htm

[Etat policier. A quel seuil la loi martiale ? J'ai peur que ceci ne soit qu'un faible échantillon de ce qui est à venir. ]

Julian Pecquet

http://www.informationclearinghouse.info/article34679.htm

[Un législateur du Parti Républicain appelle à une « surveillance accrue » des musulmans, suite à l'attentat.]

Sheldon Richman

http://www.informationclearinghouse.info/article34680.htm

[Le gouvernement devrait commencer par mettre un terme à sa propre violence. ]

Gil Scott-Heron

http://www.informationclearinghouse.info/article33379.htm

Vidéo – Les Américains ne se battent plus pour assurer la sécurité de leurs frontières. Juste pour garder leurs jobs dans la fabrication et le commerce des armes. Après, ils se prétendent saisis d'un réflexe politique. Tout ce qu'ils font, c'est payer leur tribut au Complexe Militaro-Industriel.

24. Boston - US Flags.jpg

Boston : après l'enlèvement du corps inconscient de Dzhokhar Tsarnaev, la foule salue le départ des policiers, pompiers, mercenaires et autres.

Un internaute : « Tous les Américains possèdent-ils des drapeaux flambants neufs ? Il serait intéressant de demander à la boutique de drapeaux combien et quand le FBI lui en a achetés. »

« Home of the brave » ?

Le terrorisme comme sport spectateur

Est-ce juste une impression que j'ai, ou ceci montre-t-il que nous, Américains, ne sommes plus que des chiens de Pavlov conditionnés au « patriotisme » ?

 

*

Nous en venons à l'article annoncé de M. Peter Dale Scott, qui est antérieur à l'attentat de Boston, mais qui s'y rapporte forcément :

 

LA DÉSTABILISATION SYSTÉMIQUE

La stratégie de la tension à travers le 11-Septembre, l’assassinat de JFK et l’attentat d’Oklahoma City

par Peter Dale Scott

0 Peter D S .jpg

Chercheur et ancien diplomate, Peter Dale Scott compare les événements du 11-Septembre, l’assassinat de JFK et l’attentat d’Oklahoma City. Il montre la permanence d’un Etat profond au delà des apparences.

RÉSEAU VOLTAIRE | LOS ANGELES (ÉTATS-UNIS) | 8 AVRIL 2013

_____________________________________________________

 

Les événements profonds structurels et la stratégie de la tension en Italie

Depuis les États-Unis, il n’est pas difficile d’observer comment l’Histoire italienne, dans la seconde moitié du vingtième siècle, a été clairement déstabilisée par une série de ce que j’ai appelé les « événements profonds structurels ». Je les ai définis comme étant « des événements […], (tels que l’assassinat de JFK, l’effraction du Watergate ou le 11-Septembre), qui affectent brutalement la structure sociale [et qui] ont un impact majeur sur la société […]. Par ailleurs, ils impliquent constamment des actes criminels ou violents. Enfin, bien souvent, ils sont perpétrés par une force obscure inconnue. » Peter Dale Scott, « Le ‘Projet Jugement dernier’ et les événements profonds : JFK, le Watergate, l’Irangate et le 11-Septembre », Réseau Voltaire, 4 janvier 2012.

Lire la suite...

 

Source :

http://www.voltairenet.org/article178058.html

 

*

Et puisqu'il est question, dans cet article, du juge Imposimato, en voici des nouvelles :

En Italie, le Mouvement 5 Stelle vient d’organiser sur le Net un vote interne pour déterminer qui parmi les 10 personnalités proposées par ses membres est le meilleur candidat pour le poste de Président de la République. C’est la célèbre journaliste d’investigation Milena Gabanellli qui a remporté le plus de suffrages devant Gino Strada, le fondateur de l’ONG Emergency.

Il est à noter qu’arrive en 5e position, le juge antimafia Ferdinando Imposimato, président honoraire de la Cour de Cassation, connu en Italie comme le « juge courage », qui a récemment mis en cause le groupe Bilderberg dans l’organisation des attentats des années « de plomb » entre 1969 (Piazza Fontana) et 1992 (assassinat du juge Falcone), et qui s’était également fait remarquer l’an dernier en faisant part de son projet de dénoncer l’administration Bush et la CIA pour « participation à la tragédie » du 11-Septembre devant la Cour pénale internationale de La Haye.

 

Il persiste et signe, le Dottore Imposimato :

 

 

Le juge antimafia Imposimato, réputé en Italie pour son intégrité et sa pugnacité, vient de publier un livre intitulé «La république des carnages impunis  » dans lequel il établit, documents à l’appui, la connivence entre pouvoir politique de l’époque (démocratie chrétienne), services secrets militaires, mafia, et aussi, les réseaux Gladio, surnom donné aux armées secrètes de l’OTAN.

Gageons que Ferdinando Imposimato, malgré ses compétences juridiques et constitutionnelles et son intégrité reconnues par la plupart des Italiens, ne deviendra pas président de la République. Outre le fait qu’il n’est qu’en 5e position dans l’ordre de préférence du Mouvement 5 Stelle, sa profonde connaissance des mécanismes obscurs du terrorisme d’État en font très certainement un ennemi juré de l’establishment transalpin.

Mais Milena Gabanelli serait elle aussi un adversaire redoutable pour l’actuelle classe politique italienne. Son émission d’investigation hebdomadaire « Report » sur Rai3 collectionne depuis plusieurs années les dénonciations des dysfonctionnements et de la corruption au sein de l’administration et des politiques italiens. Gianni Alemanno, l'actuel maire de Rome envisageait encore hier de porter plainte contre elle et son équipe de Report suite à l’émission de dimanche dernier dans laquelle Milena Gabanelli mettait en cause l’attribution abusive du marché des bus de Rome.

Notons enfin que figurait également dans cette liste de 10 candidats du Mouvement de Beppe Grilllo le Prix Nobel de littérature Dario Fo, qui avait publiquement pris parti pour une nouvelle enquête sur le 11-Septembre en participant à l’aventure du film Zéro – Enquête sur le 11/9 avec l’ex-parlementaire européen Giulietto Chiesa.

Ce soir, après le choix des personnalités préférées du Mouvement 5 Stelle, la balle est dans le camp de Pier Luigi Bersani, le leader du Partito Democratico. En effet, Grillo a déclaré sur son Blog que le nom de Milena Gabanelli pouvait représenter un « point d’accord » avec le parti de Bersani, et a invité ce dernier à voter pour la journaliste lors du vote solennel qui doit réunir sénateurs et députés dans les tout prochains jours.

IlFattoQuotidiano.fr, le 16 avril 2013.

 

*

En attendant la Nouvelle République Italienne « Cinq étoiles » et la VIe en France, voici une petite vidéo mise en ligne par des citoyens US qui voudraient bien, eux aussi, changer de République.

 

Les trois étapes avant une révolution, c’est maintenant ou jamais.

 

 

*

 

Nous avons reçu, pendant la nuit, ce post de Georges Stanechy, en voyage à Séoul :

 

Sac à dos et cocotte minute...

http://stanechy.over-blog.com/article-sac-a-dos-cocotte-m...

Ce serait drôle s'il n'y avait pas un mort et demi.

 

 

*

 

Mis en ligne par Theroigne le 21 avril 2013

 

17:48 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2013

BRICS

1. bateau-durban-vague_galleryphoto_paysage_std.jpg

On croyait s’arrêter pour quinze jours au moins… vous laisser souffler un peu… Mais l’Histoire s’emballe et ne veut pas s’arrêter.


2. BRICS 2013 LOGO.jpg

 

Qu’est-ce que le BRICS ?

BRICS est un acronyme anglais pour désigner une organisation regroupant cinq pays : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, précédemment appelé BRIC avant l'ajout de ce dernier pays en 2011.

Ce terme est apparu pour la première fois en 2001 dans une note de Jim O'Neill, économiste de la banque d'investissement Goldman Sachs et a été repris en 2003 dans un rapport publié par deux économistes de la même banque. Ce rapport tendait à montrer que l’économie des pays du groupe BRIC allait rapidement se développer. Contrairement aux pays du bloc BAO (Bloc Américano-Occidental), qui auraient plutôt tendance à se rabougrir.

Les quatre précédents sommets du BRICS se sont tenus, dans l’ordre, à Iekaterinbourg, Brasilia, Sanya (Hunan) et New Delhi. Le cinquième vient de se tenir à Durban. Et notre bateau d’aujourd’hui s’y est trouvé, il y a peu, presque submergé par une puissante vague. Les participants, d’ailleurs, sont tous descendus de leurs avions respectifs en brandissant des parapluies, car il pleuvait.

3. Poutine arrivée à Durban.jpg

Mais laissons Georges Stanechy, qui le fait si bien, nous expliquer cette institution nouvelle, dont on n’a pas fini d’entendre parler.

 

Le BRICS à Durban

Georges Stanechy

« À contre courant » - 9 avril 2013

 

«  Il est tout à fait impossible aux hommes d’Etat de prévoir, sauf à très court terme, les résultats de n’importe quelle action politique à grande échelle. »

Aldous Huxley (1)

                                                                                                                                                                                                                  

Le Roi Shaka

Durban…

Aéroport international King Shaka. Embouteillage aérien, sympathiques bousculades et files d’attente.

Le monde entier semble s’être donné rendez-vous. Avions déversant de tous horizons et continents : délégations officielles, observateurs avec, dans leur sillage, inévitables “hommes d’affaires” ou affairistes… Amplifiant le flot des touristes habituels. Les plus euphoriques, ceux en provenance des pays de l’hémisphère nord, couverts de neige ou noyés sous les eaux.

Douceur idéale : 24° / 26 °. Immenses plages bordées d'hôtels aux gigantesques animations aquatiques, sous le soleil d’un climat subtropical alternant avec des averses rafraîchissantes. De mi-novembre à fin avril, c’est la saison des pluies (rainy season). La saison dite “sèche” n’intervenant que de juin à août.

4. DURBAN-SA.jpg

Agitation avec pour toile de fond la tenue, pour la première fois en Afrique du sud, du sommet annuel des chefs d’Etat du BRICS, 26 & 27 mars 2013. Elle y avait été cooptée lors du sommet tenu en Chine, à Sanya dans l’île de Hainan, en 2011.

Evidemment, grand silence dans les médias d’Occident et de ses colonies.

Normal : le BRICS y est détesté par les oligarchies (2). Nos “spécialistes du décryptage de l’information” ont donc consigne de ne pas en parler. Si ce n’est dans la condescendance, la dérision, voire le mépris.

King Shaka ?... Non, ce n’est pas la marque d’un hamburger local comme ironisent certains visiteurs à leur arrivée. Nous sommes au cœur de la nation Zouloue. Shaka, contemporain de Napoléon, fut son chef le plus prestigieux, son plus grand roi.

Guerrier exceptionnel d'endurance et d’audace, chef de guerre et tacticien hors du commun, il avait forgé, dans une discipline de fer, une armée permanente de 100.000 guerriers, d’une mobilité et d’une combativité sidérantes. Unifiant les différents clans Zoulous dans une puissante fédération sur un territoire équivalent à celui de la France.

Il sera assassiné, en 1828, par ses proches, dans une révolution de palais, à l’âge de 41 ans. Diabolisé, caricaturé, après sa mort, par les historiens de l’Empire britannique, et dans les guides touristiques édités de nos jours en Europe…

Les Zoulous, groupe ethnique le plus important et le mieux organisé du pays, ont longtemps, courageusement, héroïquement, résisté à la colonisation hollandaise puis britannique. Schéma habituel des conquêtes coloniales de l’époque : fusils à tir rapide, artillerie, cavalerie, destructions systématiques des villages, troupeaux et récoltes, avec massacres des civils, feront la différence. Les britanniques et leurs supplétifs réussirent à briser leur résistance.

Parmi eux des Français… Dont le plus connu est Louis Napoléon, fils de Napoléon III exilé en Grande-Bretagne. Engagé volontaire dans les troupes britanniques, il fut tué au cours d’une patrouille à cheval, le 1er Juin 1879. Surpris avec son groupe, il reçut 17 coups de lance, après avoir vidé son pistolet sur les guerriers du commando Zoulou. Il avait 23 ans.

Nation Zouloue, qui sera à la pointe du combat contre le régime raciste d’apartheid imposé par les colons européens, avec la complicité des grandes puissances coloniales. Jusqu’en 1994 !...

Lutte acharnée, sanglante, atroce, si bien chantée, accompagnée, partagée, par le “Zoulou Blanc” Johnny Clegg, ou d’autres grands artistes et intellectuels. (3) Notamment, la chanteuse, Miriam Makeba, personnifiant la magnifique résistance des femmes sud-africaines. Contrainte de passer la plus grande partie de sa vie en exil, errant de pays en pays d’accueil avec sa famille, sous les constantes menaces de mort des colons et de leurs alliés…

 

Durban ou notre planète en devenir

Durban… Emblématique de l’histoire du pays…

A l’origine, la localité fut baptisée en 1835 : D’Urban. Par les 35 citoyens britanniques habitant la baie, en l’honneur du gouverneur du Cap, Benjamin d’Urban. Général très populaire auprès des colons dont il encourageait les prédations par ses excès de violence et d’humiliations infligés aux africains.

Un missionnaire protestant, John Philip, remarquable militant anticolonialiste pour l’époque, à force de ténacité, réussira à mobiliser l’opinion publique et provoquer la création d’une commission parlementaire pour enquêter sur ces comportements criminels. Obligeant le ministère britannique des Colonies à le destituer de son poste civil, le 1er mai 1837. Lui conservant, toutefois, ses fonctions militaires afin de ménager la haute hiérarchie de l’armée.

Lent, trop lent, mais inexorable cheminement de l’Histoire… En 1999, même si l’appellation Durban est conservée, la municipalité a adopté officiellement le nom de : eThekwini Metropolitan Municipality. Formé à partir de la racine du mot Zoulou désignant la “baie” ou le “lagon” : itheku. (4)

A présent, capitale économique de la province du KwaZulu-Natal, la troisième ville du pays regroupe 3, 5 millions d’habitants. (5) Si 60% de ses concitoyens parlent anglais, la langue Zouloue, avec ses propres médias, est pratiquée au quotidien par 30% d’entre eux. S’ajoute à cette mixité linguistique, la plus grande communauté indienne hors d’Inde ; elle-même, mosaïque de pratiques religieuses et dialectes régionaux indiens.

Particularité de leur système colonial et de leur puissance navale, les britanniques procédaient à des transferts massifs de populations entre colonies pour empêcher l’accès à l’emploi, rémunéré et surtout qualifié, en conséquence au développement des “nations autochtones”, difficiles à exterminer du fait de leur nombre, considérées comme “réfractaires” ou “rebelles” à leurs spoliations.

Le cas le plus extrême est celui de la Malaisie, où les Malais furent systématiquement écartés de l’exploitation de leurs principales richesses de l’époque : caoutchouc et mines d’étain. Les britanniques leur substituèrent, par convois maritimes, des travailleurs Chinois en majorité, mais aussi Indiens. Tant et si bien, que le pays recense actuellement 25 % de sa population d’origine chinoise et 10 % d’origine indienne. (6)

En Afrique du sud, décidant de lancer à grande échelle la culture du sucre à partir de 1860, ils “importèrent” les ouvriers agricoles nécessaires depuis l’Inde. Aujourd’hui, Durban est classé premier “port sucrier” mondial et la communauté indienne représente 10% de la population de l’Afrique du sud.

Rappelons que Gandhi séjourna de 1893 à 1915 en Afrique du sud en tant qu’avocat au service de cette communauté. Il y forgea son militantisme, confronté aux humiliations et violences du racisme. (7) Malgré le statut supérieur des Indiens par rapport aux populations noires quasiment considérées, à l’exemple des peaux-rouges d’Amérique du nord, comme “animaux doués d’intelligence humaine”

De ces mixages de populations, migrations volontaires ou forcées, l’Afrique du sud se retrouve avec 11 langues officielles…

Mais, en ce XXI° siècle, n’est-ce pas une illustration du devenir de notre planète ?... Une mixité de populations, quelles que soient origines ancestrales, couleurs de peau, croyances religieuses ou philosophiques, dans le respect réciproque, le partage de valeurs de solidarité et de paix ?...


Miriam Makeba avec sa petite-fille Zenzi venue danser sur scène…

 

eThekwini Declaration and Action Plan

Monde de demain se télescopant avec la réalité d’aujourd’hui : la prospérité apparente de Durban ne doit pas faire illusion avec ses 10 millions de visiteurs annuels, ses paysages et plages, parcs naturels et sites historiques, hôtels, casinos et discothèques. Ecarts, gouffres, ne cessant de croître, séparant riches et pauvres, et même groupes ethniques, érodent l’Afrique du sud.

Eprouvant malgré son indépendance politique, comme de nombreux pays sortant d’une longue colonisation, les pires difficultés pour s’affranchir du despotisme économique de la "mondialisation". Qui n’est, nous le savons, que la dictature d’une poignée de groupes internationaux, avec leurs seconds couteaux et leur domesticité politicienne corrompue : finance, mines et hydrocarbures, marchands de canons, chimie-pharmacie, agro-industrie, alcooliers-cigarettiers, grande distribution.

Les meilleures terres agricoles appartiennent pour 80% à des "blancs", représentant moins de 10% de la population, à titre personnel ou dans le cadre de sociétés d’exploitation et de commercialisation. Son patrimoine minier d’une richesse inouïe par ses colossaux gisements de diamants, d’or, de charbon, d’uranium, de fer, de cuivre, de nickel, de platine et autres métaux rares, détenu en majorité par des sociétés étrangères, rend d’autant plus choquant l’extrême pauvreté du ¼ de sa population, provoquant une situation de violente délinquance.

Malgré l’émergence d’une "classe moyenne", l’Afrique du sud, considérée comme la première économie du continent, est à l’image des autres Etats du BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine. Mais aussi, du reste du monde. Y compris, mais dans une évolution inverse, les pays dits "développés" où la paupérisation des populations s’accentue au fil des jours, en Amérique du nord ou en Europe.

Que peut apporter le BRICS dans la réflexion et l’action, face à l’urgence des solutions à trouver aux problèmes d’organisation et de développement, de survie même, de l’Humanité ?...

Le scepticisme des commentateurs à l’égard du BRICS s’exprime dans des termes dévalorisants. Le moins négatif étant celui de "disparate". (8) Comme si les autres "sommets" étaient des modèles de cohésion, d’harmonie, d’efficacité… Le mépris, toujours… Dès lors qu’une initiative d’ampleur mondiale n’a pas pour origine les "penseurs", "Think Tanks" et "stratèges" d’Occident.

 

5. Brics 2013 Photo.jpg

Vous avez dit « multipolarité » ?

Il l’a dit et il le prouve.

 

Rares sont les témoignages positifs. Ils n’en sont que plus surprenants. Tel celui de l’analyste financier Jim O’Neill (9). Responsable de  la gestion d’actifs [placements & investissements pour le compte de tiers : environ US$ 800 milliards] de Goldman Sachs, créateur de l’acronyme BRIC, en 2001, avant l’inclusion de l’Afrique du sud.

S’exprimant dans la presse allemande, une semaine avant la tenue du sommet de Durban, Jim O’Neill estime que le BRICS, non seulement progresse rapidement, mais qu’il dépasse toutes les attentes !... Une communauté de près de 3 milliards d’habitants, quadruplant en 10 ans son PIB, sortant de la misère des dizaines de millions de personnes. La Chine, d’après les statistiques de la Banque Mondiale, réussissant en 20 ans à en extraire plus de 450 millions. Le BRICS détenant, point le plus fondamental :

« … le potentiel de prévenir une récession globale, de croître plus vite que le reste du monde et de devenir un moteur de la croissance mondiale ». (10)

Recoupant ainsi toutes les études prospectives des organismes internationaux, même ceux les moins bien disposés à l’égard du BRICS. A l’exemple du PNUD, qui dans son « Rapport sur le Développement Humain 2013 – L’Essor du Sud : Le Progrès Humain dans un Monde Diversifié», pages 15-16 illustrées d’un graphique [figure 3], section intitulée « Rééquilibrage Mondial », ne peut que constater (11) :

« … en 2050, selon les prévisions du présent Rapport, la Chine, l’Inde et le Brésil, représenteront ensemble près de 40 % de la production mondiale…

[…] le Brésil, la Chine et l’Inde, ont réduit de manière drastique la proportion des personnes à faibles revenus – le Brésil de 17,2 % en 1990 à 6,9 % en 2009, la Chine de 60,2 % en 1990 à 13, 1 % en 2008 et l’Inde de 49,4 % en 1983 à 32,7 % en 2010. »

Traiter le BRICS dans l’indifférence, ou la condescendance, n’est effectivement qu’une dérisoire posture de déni. Ce qu’ont compris les plus lucides. (12)

S’affirmant progressivement comme un pôle moteur de développement et de rénovation des transactions internationales, économiques et financières, le BRICS, il convient de le souligner, représente surtout un ancrage de stabilité, de pondération, dans les relations entre pays et continents. Devenus si volatils, agressifs, tant les pulsions paranoïaques ont supplanté le traitement logique et apaisé des inévitables conflits d’intérêts.

Un sommet "productif", ou "réussi", repose sur l’interaction de quatre rouages :

=> En amont, l’aboutissement d’un intense travail préparatoire, accompli par de multiples commissions spécialisées

=> A l’issue du sommet, un consensus sur l’architecture des accords et décisions liés au thème proclamé. En l’occurrence :

"BRICS and Africa: Partnership for Development, Integration and Industrialisation”

=> Les discussions, négociations et accords bilatéraux entre partenaires en dehors, ou en accompagnement, des décisions collectives.

=>  Les rencontres formelles et informelles entre responsables des délégations. Dans le cas du BRICS, les chefs d’Etat respectifs.

Cette dynamique a étonnamment bien fonctionné au cours de ce sommet. Eclatant succès, marquant une avancée spectaculaire de l’importance géopolitique du BRICS.  Majeure, actuellement. Dont le poids, l’impact, dans la rénovation inéluctable des systèmes de gestion économique et politique, vont se révéler déterminants dans les prochaines décennies.

Ainsi qu’en témoigne sa Déclaration finale : “eThekwini Declaration and Action Plan”, reprenant dans son titre le nom de la ville hôte. Celui en langue Zouloue de Durban : eThekwini. Ses 47 articles, suivis du Plan d’Action, méritent une lecture attentive pour qui souhaite percevoir, mesurer, le basculement irréversible du centre de gravité des enjeux, forces et pouvoirs de la planète. (13)

Loin d’être une révolution, une rupture brutale par rapport au "libéralisme sauvage", une confrontation téméraire avec l’hystérie belliciste d’un Empire agonisant (14), ils traduisent, dans un contournement ou un enveloppement analogues à ceux de la stratégie du jeu de GO, la patiente, méthodique, solide, mise au point d’un nouveau mécanisme de gestion et de relations, dans et entre nos différentes collectivités et continents.

L’Amérique latine apporte à ce mouvement une vigoureuse réflexion novatrice, confortée par l’expérience, avec ses réussites et ses immanquables blocages ou sabotages. Une des plus stimulantes étant celle de l’intellectuel Alvaro Garcia Linera, vice-président actuel de la Bolivie. Car, changer un système finissant, construire une renaissance sur les décombres d’un “capitalisme mû par la pulsion de mort” (15), exige pour préalable, ou concomitance, la libération des esprits du carcan de l’idéologie coloniale ou impériale

Cette « bouffée d’air frais oxygène le monde stagnant de l’impérialisme néolibéral » ["breath of fresh air to oxygenate the stagnant world of neoliberal imperialism"], pour reprendre l’expression de Vijay Prashad. (16)

Et, les 47 articles de la Déclaration du sommet du BRICS…

6. Jeu de go .jpg

Le Jeu de GO

 

Le rouleau compresseur et la gifle

Les médias, traitant quelque peu de ce sommet, se sont focalisés sur la création imminente, par le BRICS, d’une Banque de Développement aux compétences élargies qui concurrencerait le FMI. Ce n’était, même si l’idée a été retenue dans une perspective à moyen-long terme (article 11 de la Déclaration), ni le sujet du sommet, ni sa priorité !

Chinois et Russes, particulièrement, se méfiant des "zinzins institutionnels", aussi coûteux qu’inefficaces, générant trop souvent une caste de technocrates, échappant à tout contrôle, en cheville avec des lobbies corrupteurs. La bureaucratie bruxelloise de l’UE représentant un pathétique et permanent exemple, multipliant désastres économiques, sociaux et politiques… Préférant privilégier une approche pragmatique fondée sur un maillage étroit, resserré, entre membres du BRICS (17), laissant à chacun libre choix des moyens d’intervention dès lors qu’ils s’alignent sur un cap identique fixé d’un commun accord.

C’était surtout perdre de vue le thème de ce sommet, plus qu’important et novateur :

« Le BRICS et l’Afrique : Partenariat pour le Développement, l’Intégration et l’Industrialisation »

[ "BRICS and Africa : Partnership for Development, Integration and Industrialisation” ]

S’il y a deux points à retenir à la lecture de la Déclaration finale du sommet, ce sont deux affirmations, interactives, impressionnantes de lucidité et de calme détermination :

=> L’affirmation du décollage de l’Afrique

=> L’affirmation du cadre des relations internationales

 

i)  L’Afrique

L’Afrique est considérée par le BRICS comme le continent promis aux plus spectaculaires développements, dans une “relation sud-sud” à privilégier. Du fait de ses immenses richesses naturelles, de ses titanesques besoins en équipements et infrastructures, et du stupéfiant dynamisme de son marché intérieur. Le retard infligé par les anciennes puissances européennes, dans un féroce pillage néocolonial tant de son sous-sol que de ses privatisations-spoliations, va fatalement se terminer par la reprise en mains progressive des Africains de leur propre destin.

Le terme "Intégration" s’entend au sens "régional" par l’édification graduelle de regroupement d’Etats Africains, mais aussi par le tissage de liens spécifiques intercontinentaux "sud-sud" (18) :

« Le BRICS et l’Afrique devraient étroitement s’intégrer afin de promouvoir l’Afrique en tant que nouvelle locomotive de l’économie de la planète. »

["The BRICS and Africa should be closely integrated and promote Africa as the new highlight in the global economy." ]

En écho au dernier rapport du PNUD (19) :

« L’une des réussites les plus frappantes a été celle de l’Afrique subsaharienne. De 2003 à 2008 (les cinq années antérieures à la crise financière mondiale), le revenu par habitant dans la région a augmenté de 5 % par an, plus du double qu’au cours des années 1990 […] grâce à la forte demande provenant des pays du Sud, la Chine en tête. »

Ou encore, dans le même document du PNUD, cocasse démenti des clichés médiatiques de la propagande antichinoise (20) :

« La Chine a encouragé ses industries plus développées telles que le cuir à se délocaliser de façon à se rapprocher de la chaîne d’approvisionnement en Afrique, et ses sociétés modernes spécialisées dans les télécommunications, les produits pharmaceutiques, l’électronique et la construction à former des coentreprises avec des entreprises africaines. »

La Chine, donnant effectivement l’exemple, accueille actuellement des milliers d’Africains, majoritairement entrepreneurs et commerçants. Mais aussi des milliers d’étudiants, dans ses universités d’excellent niveau. Ce mouvement en marche, véritable rouleau compresseur libérateur des anciens clivages et blocages, est amplifié par l’Inde, la Russie et le Brésil qui multiplient les accords de partenariats avec de nombreux Etats Africains. A commencer par l’Afrique du sud, avec qui la Russie vient, ainsi, de signer, d’importants accords dans le domaine spatial, aéronautique, nucléaire et militaire. (21)

Le sommet était d’ailleurs suivi d’un séminaire auquel participaient de nombreux chefs d’Etat et responsables, non membres du BRICS, tout particulièrement de l’Afrique dite "anglophone", intitulé (Art. 3) :

« Débloquer le potentiel de l’Afrique : Le BRICS et la Coopération Africaine sur l’Infrastructure » ["Unlocking Africa’s potential: BRICS and Africa Cooperation on Infrastructure” ]

Occasion de réaffirmer le soutien du BRICS au développement durable de l’Afrique dans une vision d’intégration régionale, tout en finançant une économie respectueuse de l’environnement (green economy), afin d’éradiquer la pauvreté et l’injustice sociale du Continent (Art. 4 & 38).

D’où le rappel à la "communauté internationale" de reconnaître et respecter le rôle éminent de l’organisation de l’Union Africaine, regroupant l'ensemble des Etats Africains, pour résoudre les conflits sur le continent afin d’assurer la Paix (Art 24) :

« We commend the efforts of the international community and acknowledge the central role of the African Union (AU) and its Peace and Security Council in conflict resolution in Africa. »

Cet article est une allusion directe à l’accord auquel était parvenu l’Union Africaine, organisant une transition pacifique pour un nouveau modèle de gouvernement, entre Kadhafi et les différentes factions en conflit, en Libye. Les occidentaux avaient refusé cette médiation réussie, préférant détruire le pays par leurs forces armées sous bannière de l’OTAN…

Le BRICS est conscient de la crispation des anciennes puissances coloniales, britannique et française en premier lieu, sur leurs chasses gardées rongées jusqu’à l’os. Enfermées dans leur doctrine belliciste, fondée sur l’intervention ou l’occupation armées suivant les vieux schémas coloniaux, afin d’empêcher toute émancipation non seulement politique, mais encore plus économique. Protégeant des dictatures corrompues, avec des contingents détachés d’Europe pour servir de garde prétorienne.

D’où trois articles de la Déclaration à prendre au sérieux :

=> Art. 30, sur le Mali : demandant de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays afin qu’il puisse assurer son développement économique et social dans la paix…

=> Art. 31, sur la République Centre Africaine : condamnant les interventions armées dans le pays, où bizarrement des “rebelles”, après avoir fomenté un coup d’Etat, se sont précipités pour tuer des assistants techniques sud-africains (13 morts et 27 blessés graves) ainsi que des ressortissants indiens. Mais, aucun des coopérants français pourtant fort nombreux

=> Art. 32, sur la République Démocratique du Congo (Kinshasa), le BRICS employant les mêmes termes que dans l’article précédant, diplomatiquement très forts : « gravely concerned ». Les membres du BRICS sont "gravement", extrêmement, "préoccupés", par le pillage armé du pays à partir d’Etats frontaliers pour le compte de multinationales étrangères…


ii)  Les relations internationales

L’Empire, pris dans la spirale d’une entropie immaîtrisable, plonge le monde dans des conflits et actes de violence permanents : guerres, civiles, de conquête, de destruction, de massacres quotidiens, d’assassinats et tortures à l’échelle industrielle… Comment mettre un terme aux incessants discours, provocations, sanctions, embargos, menaces de conflits armés, exacerbés par une propagande délirante ?...

Comment brider « la pulsion de mort » ?...

Le BRICS exprime dans toute une série d’articles (Art. 1 & 21, notamment) sa vision d’un monde à édifier, consolider, perfectionner, dans le respect mutuel, la coopération, le partage des problèmes et des solutions. Le plus explicite étant l’article 22, dont l’introduction :

« Nous sommes déterminés à construire un monde harmonieux de paix durable et de prospérité partagée, et réaffirmons que le 21° siècle doit être marqué par la paix, la sécurité, le développement et la coopération. »

L’effet majeur de cette volonté se produit au sein même du BRICS : désamorcer les tentatives permanentes des USA pour dresser l’Inde contre la Chine !... Les relations ne cessant, au contraire, de se renforcer entre ces deux géants, avec la médiation permanente de la Russie qui entretient des liens de confiance avec chacun d’entre eux, sur le plan diplomatique, économique et militaire.

Cette réaffirmation de la multipolarité, avec référence à la nécessité de réformer les grandes instances internationales (du Conseil de Sécurité au mode de fonctionnement du FMI), et de la primauté de la diplomatie, du dialogue, pour la résolution des conflits d’intérêts, est illustrée par les références répétées dans la Déclaration finale du sommet au respect des souverainetés nationales et au refus des propagations des luttes armées et des guerres civiles.

7. Noirs-blancs jaune.jpg

Sept noirs, deux blancs, un jaune et un Indien.

Ne comptons pas sur nos merdias pour nous dire qui sont les six noirs surnuméraires : des Sudafricains ? d’autres Africains ? Ce n'est pas pour nous informer qu'ils sont payés.


Son soutien à la paix, au dialogue, à la condamnation des interventions militaires, à la nécessité de penser d'urgence aux souffrances actuelles et à la préservation des générations futures, à la reconstruction, s’affichent dans les articles soutenant la Syrie (Art. 26) et l’Afghanistan (Art. 29). Se préoccupant du blocage permanent de toute négociation de paix en Palestine, dénonçant les implantations illégales de colonies sur son territoire et souhaitant l’admission de cette nation à l’ONU (Art. 27).

Quant à l’Iran, et la crise artificiellement entretenue par les pays occidentaux, la position du BRICS est sans équivoque et sans appel (Art. 28) :

« Nous estimons qu’il n’y a aucune alternative à une solution négociée au problème du nucléaire Iranien.

Nous reconnaissons à l’Iran le droit d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques en conformité avec ses engagements internationaux, et soutenons la résolution des problèmes en cours par des moyens politiques et diplomatiques, et par le dialogue…»

Encore plus important, dans cet article, l’alinéa :

« Nous condamnons les menaces militaires aussi bien que les sanctions unilatérales… »

En anglais :

“We are concerned about threats of military action as well as unilateral sanctions.”

Précisons qu’en langage diplomatique, la litote "we are concerned" (littéralement : "nous sommes préoccupés") veut dire en clair :

 « Nous condamnons »…

La gifle, pour ceux qui rêvent de « guerre préventive », et autres options du même calibre « sur la table »…

Elargissement du BRICS à d’autres partenariats ?...

Depuis 2011, aucun nouvel adhérent n’a été coopté. Un des critères d’admission étant de démontrer un minimum de stabilité politique, de développement économique. Mais, avant tout : de souveraineté nationale.

8. Assad aide Brics.jpg

Le président Bachar al-Assad a demandé au BRICS d’agir pour arrêter la violence dans son pays et mettre un terme à la souffrance de son peuple causée par les sanctions internationales.


Le BRICS aurait souhaité intégrer un pays du Moyen-Orient en mesure de représenter préoccupations et intérêts spécifiques de la région et du monde musulman. Ses membres comptent, parmi leurs populations, de fortes communautés de cette religion. La Turquie était bien placée, jusqu’à son "naufrage syrien" : diplomatiquement, elle n’existe plus. (22) Régressant vers son statut de colonie de l’OTAN des longues années de la Guerre Froide.

L’Indonésie est, à présent, le pays le mieux placé sur la liste des futurs membres, avec ses 245 millions d'habitants, ses 86% de musulmans (recensement 2011), ses richesses énergétiques et minières, sa rapide progression économique (+ 6 % annuel du PIB)... Encore faut-il, qu’elle s’affranchisse davantage de la tutelle impériale…

A l’an prochain au Brésil, pour le prochain sommet, nous verrons bien !...

_______________   

Notes

1.  Aldous Huxley,  L’éminence grise – Essai biographique sur les rapports de la politique et de la religion,  La Table Ronde, 2001, p. 308

ii)   BRICS & Bombes, 22 avril 2011,

http ://stanechy.over-blog.com/article-brics-bombes-72281017.html

ii)   Johnny Clegg : le « Zoulou Blanc », 1er juin 2007,

http ://stanechy.over-blog.com/article-10675405.html

4.  D’où le titre de la déclaration finale du 5° sommet du BRICS, du 27 mars 2013 : “eThekwini Declaration and Action Plan”, http ://pib.nic.in/newsite/erelease.aspx?relid=94317

5.  Sur 12 millions d’habitants de cette province la plus peuplée, avec celle de Gauteng (Johannesbourg),  des 9 que compte l’Afrique du sud. La capitale administrative du KwaZulu-Natal se situe à 60 km à l’intérieur : Pietermaritzburg.

6.  A Singapour (après sécession avec la fédération de Malaisie en 1965, organisée par Londres), longtemps principale base navale, commerciale et financière britannique en Asie, à l’extrémité de la péninsule Malaise, les Chinois représentent 77% des 5 millions d’habitants de cette “Cité-Etat”. Les Indiens : 8% ; les Malais n’étant plus que 14%.

7.  Il existe une passionnante correspondance échangée durant ce séjour entre Gandhi et Tolstoï sur la violence de la colonisation et les moyens de la combattre : élaboration du concept de “désobéissance civile”.

8.  Pierre-Olivier Rouaud, BRICS : quand 5 géants se rencontrent à Durban, Usine Nouvelle, 26 mars 2013,

http ://www.usinenouvelle.com/article/brics-quand-5-geants-se-rencontrent-a-durban.N193956

9.  Fonction actuelle (il est sur le départ) : Chairman of Goldman Sachs Assets Management.

10.  Erich Follath, Goldman Sachs’ Jim O’Neill : BRICS ‘Have Exceeded all Expectations’, Spiegel, 21 mars 2013,

http ://www.spiegel.de/international/business/departing-goldman-sachs-exec-still-sees-bright-future-for-bric-nations-a-890194.html

11.  PNUD, Rapport sur le Développement Humain 2013 – L’Essor du Sud : Le Progrès Humain dans un Monde Diversifié, pp. 15 – 16, http ://hdr.undp.org/fr/rapports/mondial/rdh2013/telecharger/

ii)   Pepe Escobar, BRICS go over the wall, Asia Times, 26 mars 2013,

http ://www.atimes.com/atimes/World/WOR-01-260313.html

13.  Op. Cit., http ://pib.nic.in/newsite/erelease.aspx?relid=94317

14.  Sam Sacks, Condemned to Endless War : The Sisyphean US terror policy [ Condamnés à une Guerre Sans Fin : Le Rocher de Sisyphe de la politique de terreur des USA ] , RT, 27 mars 2013,  http ://rt.com/op-edge/war-sisyphean-us-terror-931/

15.  Gilles Dostaler & Bernard Maris, Capitalisme et Pulsion de Mort, Albin Michel, 2009.

16.  Pepe Escobar, The South also rises [Le Sud émerge aussi], à propos du livre de Vijay Prashad – The Poorer Nations : A possible History of the Global South, Asia Times, 5 avril 2013,  http ://www.atimes.com/atimes/World/WOR-01-050413.ht

ii)    Les important accords monétaires entre Chine et Brésil (accord de 30 milliards de dollars de swap de devises) sont une éclatante démonstration de ce type de démarche : « China and Brazil sign $30 bn currency swap deal », RT, 27 mars 2013,

http ://rt.com/business/china-brazil-currency-swap-deal-brics-918/

18.  BRICS ‘set to be global force’, China Daily, 27 mars 2013, http ://europe.chinadaily.com.cn/china/2013-03/27/content_16351114.htm

19.  PNUD, section : Revenu et Développement Humain, Op. Cit., p. 28.

20.  PNUD, section : Aider les autres pays à rattraper leur retard, Op. Cit., p. 55.

21.  Exemples d’accords :

i)Maxim Bogodvid, GLONASS : un système optique sera installé en Afrique du Sud, RIA Novosti, 26 mars 2013, http ://fr.rian.ru/science/20130326/197909285.html

ii) Grigoriy Sisoev, Russie-Afrique du sud : coopérer dans l’aéronautique, 26 mars 2013, RIA Novosti, http ://fr.rian.ru/world/20130326/197909068.html

22. Deux articles résument parfaitement l’abandon de la souveraineté de la Turquie, suite à la trahison de ses dirigeants actuels :

i)Hédi Dhoukar, La Turquie c’est fini, 27 décembre 2012, http ://hedidh.blogspot.fr/2012/12/la-turquie-cest-fini.html

ii)Ramzy Baroud, How Turkey’s regional ambitions crumbled, Asia Times, 4 avril 2013,

http ://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-01-040413.html

Source :

http://stanechy.over-blog.com/article-le-brics-a-durban-1...

 

 

*


Et pendant ce temps-là…

18:36 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |