22/07/2016

C'EST L'ÉTÉ

1. C'est l'étébitmap.gif

C’est l’été…

 Chacun soit se met en sommeil, soit ressort ses fonds de tiroir, histoire de ne pas laisser le terrain inoccupé pendant les sacro-saintes « vacances ». D’autres remettent sur le métier pour la centième fois leur ouvrage parce que l’ouvrage n’est jamais fini et que, vacances, congés-de-moins-en-moins-payés ou pas, le grand soir se fait toujours désespérément attendre mais on n’en démord pas.

Aujourd’hui, un peu des uns et des autres. Glanes d’été donc, mais pas à survoler d’un oeil distrait. Elles méritent votre attention comme si elles étaient d’hiver.

2. C'est l'été xxx.gif

3. Les 7 du Québac banner.gif

Question nationale et révolution prolétarienne

Robert Bibeau – 13 juillet 2016

4. plantu-hamelin.gif

Nation et État-nation deux étendards des thuriféraires de la gauche d’affaires

Nation et État-nation sont des formes singulières de rapports de production générés par le mode de production capitaliste (MPC). Quand ce mode de production eut atteint son apogée et que la contradiction fondamentale régissant ce système eut commencé à entraver la valorisation du capital ; quand les rapports de production nationaux bourgeois apparurent trop étroits pour permettre la reproduction élargie du capital et le développement des forces productives sociales (prolétariennes), nation et État-nation devinrent des entraves dont le MPC chercha à se délester, espérant ainsi générer une nouvelle Ère de prospérité globalisée. En 1971, les entraves monétaires nationales furent abolies devant l’impérieuse urgence de libéraliser et de globaliser les échanges internationaux par l’abrogation des accords de Bretton Woods (1).

Les efforts catastrophiques pour transformer le dollar national américain en devise du commerce international, de même que les malversations pour faire émerger l’euro comme devise alternative du commerce mondial, ou encore les manigances présentes pour y substituer le yuan national chinois ou les Droits de tirage spéciaux (DTS), ont démontré la futilité de ces billevesées (2).

Lire la suite…

Source : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/question-nationale...

2. C'est l'été xxx.gif

La finalité du mode de production capitaliste

Robert Bibeau – 20 juillet 2016

5. Grève générale.jpg

Il peut paraitre superfétatoire de polémiquer à propos de la finalité du mode de production capitaliste et des motifs de son développement inconséquent. Pourtant, cette question est au cœur de la contradiction fondamentale qui, tel un cancer, ronge ce mode de production moribond. Se basant sur une lecture superficielle des classiques marxistes un clan d’exégètes soutient que la finalité du capitalisme – y compris à son stade ultime, impérialiste – c’est de thésauriser, d’accumuler autant de capital que possible. En d’autres termes, ce qui ferait courir les milliardaires ce serait l’accumulation d’une immense fortune. Selon ces coryphées, l’application de cette loi d’airain entrainerait la concentration des capitaux entre les mains de ces privilégiés et serait la source de toutes les calamités sociales. D’où la panacée proposée par la gauche embourgeoisée, privilégions une répartition équitable de la richesse sociale.

Lire la suite…

 Source : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/217913/

2. C'est l'été xxx.gif

Puisqu’on est au Québec, restons au Canada, d’où nous parvient cette mise à jour de la sombre affaire de génocide des Amérindiens. Qu’est-ce que Trump, Hillary et les Chinois viennent y faire ? Lisez.

 

6. eye bigbrother1.jpg

 Peuples premiers

AU N.O.M. DU COLONIALISME 2.0

Pour des siècles et des siècles…

Aucun nouveau paradigme ne germera sur des terres volées, encore rouges du sang des Natifs…

Et pourtant l’Empire faussaire pousse un peu plus avant l’abjection et alors que nous n’avions plus guère de doute après la lecture du Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » Le Crime du Génocide au Canada publié par le Tribunal International pour les Disparus du Canada en conjonction avec des Commissions Citoyennes d’Enquête préalables.

Pour tout ceux qui doutent ; Ici, , encore ici, et toujours plus probant, ceci.

Les États faussaires , après le vol, proposent le recel, et avec l’aide du Yuan :

Le colonialisme nouveau est arrivé… La vente des terres volées canadiennes par les colons et leurs sbires à leurs remplaçants chinois…

Canada Caïman

 Mohawk Nation News  |   14 juillet 2016  | Source : Mohawk Nation News

 

Le Canada est en train de remettre des ports sis sur des terres autochtones à des entreprises/corporations étrangères qu’il met en place lui-même. Ils garderont nos droits d’exemption de taxes pour le bénéfice de leurs étrangers. Les corporations vont échouer et les banquiers vont saisir tous les ports du Canada. Les Chinois ont déjà essayé d’acheter des îles kanion’ke :haka/Mohawk sur le fleuve St Laurent pour des centres de fabrication et de distribution et pour héberger leur population. Cette invasion a été stoppée par les Onkwe’honweh (autochtones) d’Akwesasne.

Lire la suite…

Source : https ://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/19/au-n-o...

2. C'est l'été xxx.gif

On ne présente plus Serge Uleski. S’il ressort ce commentaire sur Michel Foucault, c’est qu’il estime que celui-ci mérite toujours notre attention. Il tombe à pic : nous l’avion s raté la première fois !

 

Pourquoi Michel Foucault est-il partout ?

Serge Uleski – Sur son blog 18 juillet 2016

 

7. Foucault.jpg

 

En 2013, la revue littéraire en ligne du Nouvelobs « Bibliobs » posait la question suivante : « Pourquoi Michel Foucault est-il partout ? »

Et une réponse ne tarda pas à pointer le bout de son nez ; ma réponse, en l’occurrence :

                  Eh bien, Michel Foucault est partout car la production philosophico-sociologico-historique de cet intellectuel affable mais un peu austère, ne dérange personne. Et puis, avec Michel Foucault, ce qui est commode c’est qu’on peut être de gauche, rouler en grosse berline allemande et passer ses vacances au Maroc pour y chercher et y trouver de la chair fraîche à bon marché, mineure dans le meilleur des cas. Faut dire que là-bas, ça ne compte pas. D’ailleurs, rien ne compte ou si peu.

 

                 Pourquoi Michel Foucault est-il partout demandez-vous ?

                 Même s’il est loin de faire l’unanimité chez les historiens – ce que les médias se gardent bien de préciser à son sujet -, Michel Foucault est un « penseur » de la marginalité : délinquance, homosexualité et folie – ou si l’on préfère : prison, backroom gay et asile psychiatrique -, car Michel Foucault était surtout concerné par Foucault.

Un penseur en marge Foucault et à la marge de tout ce qui nous permet de trouver des réponses au questionnement suivant : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour(-)quoi et pour le compte de qui. De plus, chez Foucault, on ne nomme personne ; ce qui arrange bien des gens et le système en particulier. C’est la raison pour laquelle tous ceux qui aspirent à une longue et riche carrière lui sont reconnaissants de laisser ses lecteurs dans cette ignorance-là (qui fait quoi, à qui, où, comment, pour(-)quoi et pour le compte de qui).

Reconnaissants, on le serait à moins quand on connaît ce qui est aujourd’hui en jeu dans ce questionnement aux multiples entrées et sorties !

Tenez ! L’Amérique elle non plus, ne s’y est pas trompée comme avec Deleuze et d’autres encore ; dans la subversion des mœurs et de toutes les conventions du quotidien après l’échec de mai 68 chez les ouvriers – pas de révolution politique à l’horizon mais libération sexuelle il y aura ! On jouira sans entrave -, Foucault deviendra très vite et très tôt une « pop star des campus universitaires ».

Lire la suite…

Source : http ://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/arc...

 

2. C'est l'été xxx.gif

 

Si les El Komristes fossoyeurs de Code du travail comptent sur l’été pour qu’on les oublie, il se mettent le doigt dans l’œil. Les complotistes-et-fiers-de-l’être reviennent, eux aussi, sur ce qu’ils ont déjà dit. Notamment que « Paris-Bruxelles même combat ».

 

Depuis que nous contestons efficacement la Loi Travail, ils nous remettent du spectacle terroriste partout !

3. freccia nera piccola x.GIF

http://mai68.org/spip/spip.php?article10549

 

8. Bruxelles Ville-fantôme.jpg

Notez-le bien, vous qui êtes des anti-complotistes primaires : grâce au spectacle terroriste, ils ont réussi à imposer leur état d'urgence permanent juste avant de chercher à nous imposer leurs diverses lois scélérates, Loi Renseignement, Loi Travail, etc. Il s'agit d'un plan soit-disant "antiterroriste", mais visant en réalité à protéger la bourgeoisie contre la révolte du prolétariat.

Un plan antiterroriste visant à protéger la bourgeoisie contre le prolétariat :

3. freccia nera piccola x.GIF

http://mai68.org/spip/spip.php?article10430

 

2. C'est l'été xxx.gif

 

Mis en ligne le 22 juillet 2016

 

 

 

 

 

 

 

20:04 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/07/2016

TELS QU'ON LES A REÇUS

1. turkey-nato-ship.jpg

 

Tels qu’on les a reçus

 

Les événements récents ont généré et génèrent encore une grande quantité de commentaires, d’analyses, voire de prédictions. Nous avons réuni ici pour vous quelques-uns de ceux qui nous ont semblé les plus dignes d’attention.

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

L’OTAN et le « putsch » turc

Manlio Dinucci – Il Manifesto 18 juillet 2016

 

3. Latuff - Fact or fiction.gif

 

Erdogan en fuite volant vers l’Europe à la recherche d’un gouvernement qui lui concède l’asile politique, les putschistes désormais au pouvoir parce qu’ils occupent la télévision et les ponts sur le Bosphore, Washington et les capitales européennes, jusque l’Otan, prises  au dépourvu par le coup d’État : ce sont les premières « nouvelles » venant de Turquie. Toutes plus fausses l’une que l’autre.

Ce qui émerge avant tout c’est que, y compris dans sa tragicité (des centaines de morts et milliers d’arrestations), ce qui s’est passé en Turquie se présente comme la mise en scène d’un coup d’État.

Les putschistes n’essaient pas de capturer Erdogan, officiellement en vacances sur la Mer Égée, mais lui laissent tout le temps de se déplacer. Ils occupent symboliquement la télévision d’Etat, mais ne brouillent pas les émetteurs privés pro-gouvernementaux et Internet, permettant à Erdogan de les utiliser pour son « appel au peuple ». Ils bombardent symboliquement le parlement d’Ankara, quand il est vide. Ils occupent les ponts sur le Bosphore non pas en pleine nuit, mais de façon ostentatoire le soir quand la ville est pleine de monde, en se mettant ainsi dans un piège. Ils n’occupent pas par contre les principales artères, laissant le champ libre aux forces gouvernementales.

L’action, même destinée à l’échec, a nécessité la préparation et mobilisation de milliers d’hommes, de véhicules blindés et d’avions. Impossible que l’Otan ne fût pas au courant de ce qui se préparait. En Turquie il y a un réseau d’importantes bases Otan sous commandement étasunien, chacune dotée de son propre appareil de renseignements.

Dans la gigantesque base d’Incirlik, d’où opère l’aviation étasunienne et alliée, sont déposées au moins 50 bombes nucléaires étasuniennes B-61, destinées à être remplacées par les nouvelles B61-12. À Izmir se trouve le Commandement terrestre allié (Landcom), c’est-à-dire le commandement affecté à la préparation et à la coordination de toutes les forces terrestres de l’Otan, aux ordres du général étasunien Darryl Williams, ancien commandant de l’US Army Africa à Vicence (Vénétie). Le quartier général d’Izmir a été visité à la fin du mois de juin par le nouveau Commandant suprême allié en Europe, le général Curtis Scaparrotti.

Outre les commandements et bases officiels, les USA et l’Otan ont en Turquie un réseau « couvert » de commandements et bases constitué pour la guerre contre la Syrie et d’autres opérations. Comme l’a documenté même une enquête du New York Times, dans le cadre d’un réseau international organisé par la CIA, depuis 2012 est arrivé dans la base turque d’Esenboga un flux incessant d’armes, achetées avec des milliards de dollars fournis par l’Arabie Saoudite et d’autres monarchies du Golfe, qui ont été fournies à travers la frontière turque aux « rebelles » en Syrie, et aussi à l’Isis/Daesh.

Avec de faux passeports (spécialité CIA), des milliers de combattants islamiques ont afflué dans les provinces turques d’Adana et du Hatay, frontalière avec la Syrie, où la CIA a ouvert des centres de formation militaire. 

Tout à fait fausse, donc, la « nouvelle », diffusée ces jours-ci, que Washington n’apprécie pas un allié comme Erdogan parce que celui-ci soutient en sous-main l’Isis/Daesh. Il n’existe pas encore d’éléments fondés pour comprendre s’il y a, et dans quelle mesure, une fissure dans les rapports entre Ankara et Washington et surtout quels en sont les motifs réels. 

 En accusant Fetullah Gulen, résidant aux USA depuis 1999 et allié d’Erdogan jusqu’en 2013, d’avoir inspiré le putsch, et en réclamant son extradition, Erdogan joue à la hausse, pour obtenir des USA et de ses alliés européens de plus grosses contreparties pour le « précieux rôle » (comme l’a qualifié Stoltenberg le 16 juillet) de la Turquie dans l’Otan.

En attendant Erdogan fait place nette de ses opposants, pendant que Mogherini prévient que, s’il utilise la peine de mort, la Turquie ne peut pas entrer dans l’UE, parce qu’elle a signé la Convention sur les droits de l’homme.

Edition de mardi 19 juillet 2016 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Trois questions à Bahar Kimyongür sur la tentative de putsch en Turquie

Grégoire Lalieu – Investig’action 18 juillet 2016

 

4. BAHAR.gif

 

Dans la soirée du vendredi 15 juillet, des putschistes de l’armée turque ont tenté de renverser le gouvernement d’Erdogan. Après une nuit de chaos marquée par des affrontements entre les conjurés et les forces loyalistes, le président a repris la main. Depuis, 6.000 personnes ont déjà été arrêtées, Erdogan promettant « d’éliminer le virus de toutes les institutions étatiques ». Bahar Kimyongür nous éclaire sur cette mystérieuse tentative de coup d’État et ses possibles répercussions.

Qui sont ces putschistes et quelles étaient leurs motivations ?

Sur les putschistes, nous avons eu très peu d’informations, dont certaines contradictoires. La confrérie Gülen a été accusée. Ce mouvement d’inspiration soufie est très influent dans le monde musulman. Son fondateur, Fetuhllah Gülen, a notamment financé grâce à de riches donateurs la construction d’écoles un peu partout. Il a soutenu la montée au pouvoir de l’AKP, le parti d’Erdogan. Mais un conflit a ensuite éclaté entre les deux hommes forts. En 2014, un scandale d’écoutes téléphoniques a mis en lumière des affaires de corruption au sein de l’AKP. Gülen qui dispose de nombreux relais au sein de la police et de la magistrature était déjà pointé du doigt. Depuis 2014, 1800 personnes soupçonnées d’appartenir à la confrérie ont été arrêtées. En janvier, un procès retentissant a condamné Gülen pour haute trahison. Mais ce dernier est exilé aux États-Unis. C’est depuis la Pennsylvanie qu’il a réfuté les accusations sur le coup d’État ce week-end.

Lire la suite…

Source : http ://www.investigaction.net/3-questions-a-bahar-k...  

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Leçons de Turquie : c'est le peuple qui décide

Israel Adam Shamir – 20 juillet 2016

Traduction Maria Poumier Entre la plume et l’enclume

 

5. des-stambouliotes-sur-un-pont-du-bosphore-le-16-juillet-2016-a-istanbul-apres-le-coup-d-etat-manque-en-turquie_5638529.jpg

Le coup d’État en Turquie 

Le plus frappant, dans le coup d’État raté en Turquie, c’est la réponse du peuple. Les comploteurs avaient suivi la procédure classique : s’emparer de la station émettrice, envoyer un commando tuer le président, stationner des troupes en divers points cruciaux, sortir les tanks. Ils avaient tout calculé, sauf la réponse populaire. Dès que le président a survécu à l’attentat il a lancé un message de son téléphone portable à la nation, invitant la population à sortir dans les rues et à décider de son avenir par elle-même.

D’abord, des milliers, puis des dizaines de milliers, et même des centaines de milliers de gens ordinaires, hommes et femmes, ont défié l’armée, se sont emparés des rues et des places, en écho à l’appel de leur président rescapé. Ils l’avaient élu il y a juste quelques mois, et ils n’allaient pas laisser l’armée leur voler leur vote. Ce soulèvement massif pour soutenir le gouvernement a brisé la volonté des conjurés. L’histoire vient de se faire, en Turquie, par l’action directe du peuple.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/141-lecons-de-turquie-c-est-l...

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Manipulation en Turquie

Thierry Meyssan – Al Watan 19 juillet 2016

 

Le président Erdoğan est issu de la Millî Görüş, une milice islamiste qui soutenait les jihadistes en Russie dans les années 90 et ourdit un coup d’État en 1999.

En 2003, Recep Tayyip Erdoğan est devenu Premier ministre d’un État membre de l’Otan.

 

6. Nous avons le droit de nous défendre.jpg

 

En 2011, le gouvernement Erdoğan a signé un traité secret avec la France l’impliquant dans les guerres contre la Libye et la Syrie en échange du « droit » d’expulser sa population kurde vers un État qui serait créé pour l’occasion.

En 2012, le président Erdoğan a pris la succession du prince Bandar bin Sultan dans la coordination des réseaux jihadistes.

En 2013, le président Erdoğan a pris la succession de l’émir Hamad du Qatar dans le parrainage des Frères musulmans. Puis, il a installé à Izmir le Commandement joint des forces terrestres de l’Otan, le LandCom, qui coordonne la guerre contre la Syrie.

En 2014, le gouvernement Erdoğan a participé à la transformation de l’Émirat islamique en Irak en lui apportant les 80 000 combattants de la confrérie irakienne des Naqchbandis —qui avait créé la Millî Görüş turque—.

Aussi, la tentative de le renverser est-elle apparue comme la fin de la guerre contre la Syrie. Pourtant, elle aurait simplement désorganisé la coalition internationale le temps nécessaire à ce que les différentes fonctions du président Erdoğan soient attribuées à d’autres leaders.

Les militaires du 16 juillet ont été trahis de l’intérieur : aucune des personnalités du régime n’a été arrêtée, ni Hakan Fidan, ni Recep Tayyip Erdoğan. Ceux qui ont pris les locaux de la télévision nationale, la TRT, ont eu beau annoncer qu’ils contrôlaient le pays, aucun des objectifs stratégiques n’avait été visé. Il y a eu beaucoup de rumeurs, mais aucune trace de coup, sinon ceux de l’attaque contre les bâtiments vides de la Grande Assemblée nationale ; des traces qui apparaissent désormais comme une mise en garde des députés.

Aucun leader du putsch n’a pris contact avec l’opposition pour l’associer au nouveau régime, si bien que celle-ci, effrayée à l’idée du retour possible d’une dictature militaire, s’est rangée au côté de son ennemi, l’AKP.

Avant même la fin de la tentative, les hommes du président Erdoğan arrêtaient les officiers de la gendarmerie qui s’étaient opposés à lui et qui n’étaient aucunement impliqués dans le coup. Une fois celui-ci terminé, ils ont non seulement arrêté les putschistes, mais aussi plus de 7 000 autres personnes, limogé plus de 8 000 fonctionnaires, suspendu 2 700 magistrats et le vice-président de la Cour constitutionnelle dont les noms attendaient depuis longtemps au Palais blanc. La grande purge des disciples de Fethullah Gülen se poursuit.

Les États-Unis semblent les plus surpris par cette trahison. Après avoir sollicité l’ancien président Abdullah Gül, puis un magistrat, comme possibles successeurs du président, ils ont soutenu le Parti démocratique des Peuples (HDP) lors des élections truquées de novembre 2015, et récemment un magistrat. À l’évidence, ils étaient informés à l’avance du coup et s’en réjouissaient. La France, également au courant, avait fermé son ambassade et son consulat le 13 juillet au soir.

Ayant désormais anéanti ses oppositions, le président Erdoğan peut continuer sans encombre à conduire son pays dans la voie du sultan Abdühamid II et des Jeunes Turcs : le nettoyage ethnique.

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Ni Islam, ni folie, la terreur est politique.

Bruno Guigue – Arrêt sur Info 18 juillet 2016

 

7. Camion.jpg

Des premiers éléments de l’enquête, il ressort que l’auteur de l’ignoble tuerie de Nice se moquait de la religion comme d’une guigne, ne faisait pas la prière, ne respectait pas le jeûne du ramadan, collectionnait les conquêtes masculines et féminines, menait une vie dissolue, affectionnait les sites internet violents et avait une fâcheuse tendance à régler ses différends au pistolet automatique. Il est temps, me semble-t-il, de tirer quelques enseignements d’un tel portrait, qui est désormais de l’ordre des faits, et d’analyser les dommages collatéraux qu’il ne peut manquer d’exercer quant à leur interprétation.

A des années-lumière de la pratique islamique la plus courante, ce portrait de l’auteur de la tuerie du 14 juillet en jouisseur compulsif, irascible et sans tabou, en effet, n’est pas sans intérêt. Il couvre de ridicule, c’est le moins qu’on puisse dire, la meute des télé-experts prompts à dénicher la quête du frisson apocalyptique chez n’importe quelle petite frappe du djihad global. Pour ceux qui ne veulent voir dans le terrorisme que le stade suprême du fanatisme religieux, le démenti est catégorique et sans appel. Difficile, désormais, de soutenir la thèse de la responsabilité immémoriale de l’islam, quand on sait que le meurtrier était musulman comme les Borgia étaient catholiques et que 10 des 84 victimes du massacre de Nice, en revanche, étaient bien de confession musulmane.

Lire la suite…

Source : http ://arretsurinfo.ch/ni-islam-ni-folie-la-terreur...

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Attention ! Ce qui suit est politiquement très incorrect

William Blum – (Mail reçu de) 18 juillet 2016

 

8. Political correctness xxx.gif

 

Est-ce que Nice a été pour vous la goutte qui a fait déborder le vase ? Est-ce que ces victimes-là ont été les dernières avant que vous vous décidiez à appeler les choses par leur nom : terrorisme islamique radical ? Le président français, Hollande, a battu des records de rapidité pour déclarer que c’était « un attentat terroriste », mais il n’a pas dit qu’il s’agissait d’une « attaque islamique radicale ». Oh ? Quand l’auteur de l’attentat est un musulman appelé Mohammed, comme c’est ici le cas, et quand les victimes sont justement en train de célébrer une fête nationale iconique, pourquoi tant de répugnance à utiliser les mots justes ? Le président Obama, pour sa part, raffole de l’expression « extrémistes violents »…

La gauche est vraiment championne, quand il s’agit de se draper dans le politiquement correct. Voyez par exemple la très progressiste FAIR (Fairness and Accurancy in  Reporting, « Impartialité et exactitude dans le reportage »), qui critique le New York Times pour avoir qualifié de « terroriste » l’attaque au camion de Nice « tout en admettant qu’il ne savait rien des motivations réelles de l’assassin présumé ».

Dans un article récent, j’ai, moi, critiqué le président Obama pour avoir dit qu’ISIS « n’avait rien à voir avec l’Islam ». Ceci, disais-je, est du politiquement correct de base, qui veut ignorer le rôle indiscutable joué par l’Islam lorsqu’il inspire les massacres d’Orlando, de Long Beach, de Paris, d’Ankara [Istanboul, NdT] et d’ailleurs ; c’est à dire par la religion qui enseigne la beauté et la piété du djihad et qui promet les célestes récompenses aux auteurs d’attentats-suicides.

À la suite de cet article, j’ai reçu plusieurs lettres d’engueulade, qui argumentaient principalement sur les deux points suivants :

- Vous n’avez pas le droit de condamner une religion entière ou toute autre idéologie, pour les actes et les déclarations de « quelques individus psychologiquement dérangés ».

- L’Occident se comporte aussi de manière terroriste, mais aucune religion occidentale n’est condamnée de la même manière.

Les enseignements islamiques auxquels je fais allusion ne sont pas nécessairement, de façon explicite, mentionnées dans le Coran ou dans d’autres textes sacrés. Et ils ne sont pas non plus reliés « dans les faits » à des événements historiques de n'importe quand, des 7e au 21e siècles, mais ils font en revanche partie intégrante de l’atmosphère dans laquelle baigne toute personne jeune qui grandit dans une culture et un environnement musulmans. Cette atmosphère, cette éducation, cette culture, dans l'état qu'elles ont atteint, doivent être sévèrement corrigées. L’Occident a le devoir de surveiller ce qui se passe dans les classes des écoles islamiques en France, au Royaume Uni, aux USA et ailleurs, plus spécialement encore au Pakistan si la chose est faisable. Quand bien même cela signifierait envoyer des espions dans les classes avec du matériel enregistreur. Ceux qui enseignent dans ces classes, s’il se trouve qu’ils aient la moindre relation avec quoi que ce soit qui touche à l’Islam radical, ne devraient pas être engagés à ces postes et, s’ils le sont déjà, devraient être limogés*.

La même règle devrait s’appliquer aux imams et au personnel des mosquées. On nous dit parfois que celui qui a commis quelque terrible acte terroriste « n’était même pas religieux et ne fréquentait aucune mosquée ». C’est une objection hors de propos si la personne qui a commis l’acte a été élevée dans la sorte d’atmosphère dont je parle.

Si ceux qui défendent l’Islam croient que les terroristes sont « juste un petit groupe d’individus psychologiquement dérangés », ils ne devraient pas s’opposer à ce que la société s’en épure. Ils devraient être aussi heureux d’en être débarrassés – et débarrassés de l’ignominie et de la honte qu’ils jettent sur l’Islam ! – que l’Occident devrait l’être de purger le monde de leur influence.

Pour ce qui est de l’Occident « qui s’est conduit de façon aussi terrible et aussi terroriste sans qu’aucune religion occidentale ait été semblablement condamnée », je suis au courant. Je le suis même tellement que j’ai écrit un livre là-dessus – cinq livres, en fait -  et que j’ai réclamé la condamnation de nombreux assassins en masse, bourreaux et criminels de guerre américains, de Harry Truman à Richard Nixon et de George W. Bush à Barack Obama.

Chaque culture, c’est évident, endoctrine ses jeunes, et je voudrais que soit interdit l’enseignement de la religion d’État américaine, qui pousse des jeunes hommes et des jeunes femmes à parcourir la moitié du globe pour aller torturer et tuer de parfaits étrangers qui ne leur ont fait aucun mal, religion qui s’appelle « exceptionnalisme américain ».

La politique étrangère des États-Unis et de la France fournissent d’amples raisons de haïr leurs gouvernements, mais, aussi horribles que soient ces gouvernements, ils n’ont jamais essayé de détruire la civilisation moderne [? NdT]. Ils ne se sont pas mis, par manière de routine, à couper des têtes et à s'en servir comme ballons de foot, à découper des gens à la machette et autres délicatesses, tout en interdisant l’alcool, la musique, les gays, le sexe et la vue du visage des femmes, tout en détruisant les monuments anciens [Les Irakiens et les Syriens ne seraient sans doute pas aussi affirmatifs. NdT], en imposant par la force une loi religieuse et ce qui s'ensuit, y compris la pire de leurs spécialités : les attentats-suicides répétés, comme celui qui vient de se produire à Nice.

La grande majorité des victimes du terrorisme islamique radical sont des civils qui n’ont rien à voir avec la politique étrangère des États-Unis ou de la France.

La semaine dernière encore, à une remise de diplômes dans un collège allemand, un étudiant musulman a refusé de serrer la main du professeur qui lui tendait son diplôme. Pourquoi ? Parce que ce professeur était une femme. (The Independent, Londres, 13 juillet 2016).

On devrait aussi se rappeler que, contrairement à l’État Islamique, les puissants de l’Occident peuvent se trouver, et se sont trouvés en maintes occasions, gênés aux entournures, ne fût-ce que parce qu’ils doivent répondre de leurs actes à ceux qui les mandatent. ISIS ne fait pas partie des Nations Unies, n’est  pas  un groupe de défense des droits humains et ses membres ne se présentent à aucune élection. Ils se conduisent comme des créatures venues de l’espace et sont persuadés que Dieu/Allah est de leur côté. Certains dirigeants américains comme George Bush ont fait preuve à l'occasion d'une pareille outrecuidance, mais ils n’ont jamais réellement agi dans ce sens de manière significative ni durable, et ils ne s’en tireraient pas s’ils essayaient.

Oui, bien sûr, je sais tout ce qu’il faut savoir sur Hiroshima, l’Indochine et l’Irak. Le fait qu’aucun dirigeant américain n’ait été puni pour ces crimes ne diminue en rien la nécessité de détruire l’ISIS**.

Faute de quoi on en arrivera à ceci : une vidéo mise en circulation par ISIS à la suite de ses récentes attaques terroristes au Bangladesh est assez claire là-dessus : « Ce que vous venez de voir au Bangladesh n’est qu’un aperçu de ce qui vous attend. Ceci se répètera, se répètera et se répètera encore jusqu’à ce que vous soyez vaincus, que nous soyons vainqueurs et que la chari’a règne sur le monde. » (Washington Post, 8 juillet 2016). En combattant une force à ce point obsédée et démente, l’Occident n'a pas le droit de se laisser paralyser par le souci du politiquement correct.

_________________  

* On sait que la France a abandonné l’éducation de millions de ses enfants à (l’endoctrinement de) l’Arabie Saoudite, mais est-ce bien par souci de correction politique ? NdT.

** Aux dernières nouvelles, des « rebelles modérés » se seraient filmés en train de décapiter un enfant à Alep. Voir ICI. Par ailleurs, le commandant du « rebelle – cannibale – modéré » syrien se serait vu accorder l’asile en France. Voir ICI. NdT.

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Perseverare...

9. If you dont sin Jesus died for nothing.jpg

On ne va pas dépiauter les endroits où on pourrait faire des réserves ou apporter des corrections à ce que dit William Blum – faut-il qu’il ait été secoué par les événements de Nice pour perdre ainsi son sang-froid ! – ni rappeler que les victimes du « terrorisme islamique radical » sont très majoritairement musulmanes. Si quelqu’un a le droit de dire ce qu'il pense, c’est bien lui, et les précisions complémentaires se trouvent déjà dans le texte de Bruno Guigue.

Car la réflexion de l’un et celle de celle de l’autre vont, en fin de compte, curieusement dans le même sens. Elles ne nous font pas changer d’avis quant à la responsabilité absolue des parasites qui nous gouvernent et à leur complète égalité dans le crime avec les monstres qu’ils ont fait sortir de leur boîte de Pandore, mais il serait irresponsable de sous-estimer le danger que représente l’instrumentalisation, désormais irréversible, de l’Islam-religion, aux fins de terrorisme. Que ce soit par les uns ou par les autres.

Ce qu’il faut bien appeler le cri d’alarme de William Blum est à méditer par tous, à commencer par ceux, de confession musulmane, qui ne se sentent en rien proches des « djihadistes », manipulés ou non.

Que ce qu’il dit soit politiquement correct ou incorrect, nous le publions pour deux raisons essentielles :

1) Ce que pense et dit William Blum est toujours, selon nous, à prendre très au sérieux.

2) Ce qu’il redoute de l’Islam s’est déjà produit dans l’Histoire et est en grand danger de se reproduire. 

Peu importe que les musulmans soient un milliard et demi, dont l’immense majorité est faite de gens qui ne sont dévorés ni de volonté de puissance ni de rapacité et encore moins de sadisme.

Peu importe que les chrétiens soient à peu près aussi nombreux et que leur religion n’ait pas apporté au genre humain que du mal, loin de là.

Mais quiconque s’est un peu penché sur l’histoire ancienne ne peut ignorer par quels moyens ceux qui n’étaient à l’origine qu’une minorité déterminée ont réussi à peser pendant près de deux millénaires d’un poids intolérable sur le sort des hommes, des bêtes et des plantes, jusqu’à reproduire aujourd’hui – en cent fois pire – le fléau impérial qu’ils avaient vaincu.

Le danger de répétition est très réel. S’il y a une recette pour l’éviter, nous ne la connaissons pas. Mais si les humains de bonne volonté ne la trouvent pas - et vite ! -, nous serons tous derechef mis planétairement dans les fers par cette nouvelle minorité déterminée.

Peu de gens s’imaginent qu’il est possible de voir un jour les mégères Clinton, Rice et Power en babouches et les Powell, Cheney, Rumsfeld & C° portant barbe décréter l’Islam religion d’État et la Chari’a loi unique. C’est pourtant exactement ce qu’a fait l’empereur Constantin au troisième siècle de l’ère chrétienne. Avec les résultats qu’on se permet de vous rappeler : pas loin de vingt siècles d’horreurs sans nom et sans nombre, de fleuves de sang intarissables, de bûchers qui empilés dépasseraient l’Annapurna, de Croisades dévastatrices, de continents entiers colonisés par le fer et par le feu, d’esclaves torturés avec une imagination jamais en repos, de guerres de l’opium, au nucléaire, de l'agent orange et on en passe.

Oui, le christianisme a fait progresser ce qu’on peut appeler la conscience humaine et c’est sans doute à lui qu’on doit de voir aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire du monde, deux pays (le Vénézuéla et la Russie pour ne pas les nommer) dirigés par des militaires, en fonction d’une morale civile. Oui, il y a eu des chrétiens qui ont puisé dans leur foi le courage d’aller vivre au milieu des lépreux pour les soigner et d’en mourir s’il le fallait, de partager en frères la condition et les souffrances des humiliés et des offensés : l’histoire récente de l’Amérique Latine nous le rappellerait s’il en était besoin. Mais le prix payé a été disproportionné. Exorbitant. William Blum n’a pas envie de voir l’Histoire se répéter à ce point-là et le Coran succéder aux Évangiles dans la lignée des alibis. Nous non plus.

 

La laïcité seule issue ?

En signant, à Beyrouth, le 6 février 2006 le « Document d’Entente Mutuelle entre le Hezbollah et le Courant patriotique libre »(1), Hassan Nasrallah et Michel Aoun ont réinventé la laïcité à laquelle avaient eu recours  les représentants du peuple français en décrétant, en 1793, la liberté – et l’égalité - des cultes, et en 1905, la séparation des églises et de l’État. Ils l’ont fait pour les mêmes raisons et poussés par les mêmes nécessités : mettre fin à la spirale sans fin de violences innommables et arrêter l'hémorragie de sang de leurs compatriotes.

 

10. AOUN NASRALLAH.jpg

 

Avoir la force d’âme de décréter non le pardon mais l’effacement des crimes et des offenses, pour rendre à son pays un équilibre perdu, n’est pas donné à n’importe qui. Car il ne suffit pas de proclamer, il faut mettre en œuvre, et cela ne se peut que si l’on a derrière soi des combattants certes aguerris, mais en même temps capables de comprendre et d’accepter le bien-fondé de décisions si difficiles.

 

Parfois par de curieux détours…

Introduire un pape dans un éloge de la laïcité peut avoir l'air d'une gageure, mais il nous paraît évident qu’en prenant officiellement position contre le sionisme chrétien et en faisant signer, le 22 août de cette même année 2006, par les patriarches des différentes églises chrétiennes de Jérusalem (catholique, orthodoxe, luthérienne, etc.) la « Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien »(2), le pape Benoît XVI a signé son arrêt de mort.

 

11. Pape Benoît.jpeg

 

Le courage civil est la denrée la plus rare et la plus précieuse du monde.

___________________ 

(1) Thierry Meyssan, L’effroyable imposture II - 2007 – pp. 304-313

(2ibid, pp. 350-353.

L.G.O. 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Merveilleux Hollande

La France « venge » le massacre de Nice… en massacrant 120 civils Syriens

Daniel Mcadams – The Ron Paul Institute 19 juillet 2016.

 

12. Hollande Syrie.jpg

3. freccia nera piccola x.GIF

http://russia-insider.com/en/france-avenges-nice-massacre...

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

 

 

Mis en ligne le 20 juillet 2016.

Aux amateurs d’hortensias : demain, Fête Nationale belge, théoriquement, il devrait pleuvoir.

 

 

 

 

 

23:43 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2016

REMOUS À L'EST

1. Remous à l'Est.JPG

 

Remous à l’Est

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

TURQUIE : Deux points de vue différents qui pourraient bien être complémentaires

 

KADYROV : Les généraux pro-occidentaux veulent se débarrasser d’Erdogan à cause de son changement de politique.

Fort-Russ 16 juillet 2016

 

3. kadyrov-erdogana-mogli.jpg

 

« En dépit de toutes les ambigüités de son comportement, Erdogan a quand même, dans une certaine mesure, poursuivi une politique indépendante de l’Occident, à mesure qu’il évaluait le processus en cours dans la région. Il est possible que les généraux pro-occidentaux n’aiment pas ça », pense M. Kadyrov.

Le président tchétchène a rappelé à quel point les généraux turcs ont, depuis toujours, l’habitude de se mêler des affaires publiques, au point de dicter aux gouvernements du pays leur politique intérieure et extérieure.

« Toutes les tentatives de coup d’État »,  a-t-il ajouté, « y ont toujours été le fait de militaires inféodés à l’Occident. »

Ramzan Kadyrov a fait aussi remarquer que les relations russo-turques ont commencé à se normaliser.

« La Turquie est notre plus proche voisin. C’est un pays avec lequel nous avons des liens étroits : économiques, culturels et humanitaires. Récemment, grâce à la politique cohérente, solide et bien calibrée du président de Russie Vladimir Poutine, cette tendance à la normalisation des relations avec la Turquie se renforce de jour en jour. »

« Nous avons traversé bien des révolutions. Nous savons d’expérience que tout soulèvement militaire entraîne de sérieuses conséquences. Nous souhaitons au peuple frère de Turquie une restauration rapide de la paix et de la stabilité » a conclu le président tchétchène.

Source : http://politrussia.com/news/kadyrov-erdogana-mogli-661/

Via : http://www.fort-russ.com/2016/07/kadyrov-pro-western-gene...

Traduction du russe : J. Arnoldski

Traduction de l’anglais : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Soulèvement le plus stupide de tous les temps ou plan machiavélique d’Erdogan ?

Fort-Russ – Newsfront - 17 juillet 2016

 

4. Soulèvement stupide.jpeg

 

En tant que Turc, je ne sais pas ce qui doit me faire le plus peur : que cet incendie du Reichstag ait été organisé par Erdogan lui-même ou qu’on le doive au soulèvement militaire le plus imbécile de l’histoire.

J’ai vécu toute l’affaire du début à la fin et je mettrais ma main au feu qu’il s’est agi d’une provocation du gouvernement, parce que, dans notre pays, les putschs se sont toujours déroulés avec une précision d’horlogerie. La direction de l’Armée impliquée dans le coup d’État de 1980 y a survécu parce qu’elle avait compris que tirer au grand jour n’était d’aucune utilité. Personne n’a même su qu’il y avait un coup d’État jusqu’à ce qu’on fasse savoir à l’armée qu’il avait réussi. Car, à ce moment-là, tous les membres du gouvernement avaient été arrêtés et toutes les rues bloquées pour éviter des émeutes. L’affaire avait marché comme sur des roulettes. Mais ce qui vient de se passer est du pur non-sens.

Cette fois, chaque événement si petit soit-il a été mastiqué et remastiqué par Internet et par la TV. Une tentative de coup d’État et les mass médias ne la camouflent pas ? Une tentative de coup d’État qui a duré 10 heures ?! Qui a commencé juste à temps pour le journal du soir ? Désolé, mais on ne me fera pas croire que l’armée a mis sur pied une pareille pantalonnade dans un  pays qui se paie un coup d’État réussi tous les vingt ans.

On ne peut pas non plus parler de révolution, n’est-ce pas ? Après tout, ils n’ont pas essayé d’arrêter les membres du gouvernement. Ils sont même allés jusqu’à laisser Erdogan appeler le peuple à descendre dans les rues (dans un pays normal, le gouvernement recommande aux gens de rester chez eux, pas de sortir affronter des tanks et des avions à mains nues pour maintenir un tyran sur le trône). Un coup d’État qui ne neutralise pas le gouvernement et qui organise un bain de sang dans les rues ?

Tout ce qui vient d’arriver ne profite qu’à Erdogan.  Croyez-le ou non mais, maintenant, il dispose d’un pouvoir incroyable et l’islamisation radicale de la Turquie est en marche avec l’implacable sûreté mécanique d’une bombe à retardement.

Le gouvernement a appelé les « croyants » à combattre les « rebelles ». Oui, c’est pathétique à ce point-là, mais les gens croient qu’ils combattent des croisés infidèles ! Les mosquées, poussées à l’hystérie, ont incité les gens à aller se battre pour Erdogan. Mais où a-t-on jamais vu des civils désarmés arrêter des chars ? Je n’ai d’ailleurs rien vu de tel en vrai, mais Internet grouille d’images.

Peu de victimes… et ça aussi, c’est suspect. Imaginez des milliers de gens s’attaquant à des chars avec des couteaux et des pierres.  Un seul coup tiré dans la foule aurait fait des milliers de morts. Un hélicoptère a été abattu, c’est vrai, et des soldats au sol ont été arrêtés par la foule. Je ne veux même pas penser à ce qui se serait produit si LES tanks avaient ouvert le feu.

La plupart des soldats sont des jeunes gens de 20 à 24 ans, et selon beaucoup d’entre eux, on leur avait dit qu’ils allaient prendre part « à un exercice », si bien qu’ils n’ont absolument pas su quoi faire quand ils ont vu qu’ils participaient à un soulèvement.

« Excusez-nous, mais nous avons reçu l’ordre d’occuper les studios de TV ». Ils ont même demandé aux présentateurs de débrancher eux-mêmes l’équipement. Tout ceci s’est passé dans la réalité, j’en ai été le témoin. S’emparer de CNN et ne même pas savoir comment débrancher les appareils !

Et d’ailleurs, après qu’ils aient eu demandé aux reporters d’arrêter d’émettre, les émissions ont continué toute la nuit.

Quelle misère que ces soldats, qui n’ont fait qu’obéir aux ordres qu’ils avaient reçus et qui n’ont pas tiré dans la foule alors qu’ils auraient pu le faire, aient été tués par cette même foule qu’ils venaient d’épargner. Merde ! Un des soldats s’est même fait couper la tête, dans la plus pure tradition de l’ISIS. Qu’il se soit trouvé des gens pour lyncher les soldats dépasse l’entendement. Rappel qui fait froid dans le dos d’à quel point une foule, quelle qu’elle soit, peut devenir féroce et inhumaine, quand on sait quoi lui dire pour la fanatiser.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en Turquie, l’Armée est l’organisation la plus respectée de toutes. Elle est la véritable colonne vertébrale du pays. Quand un Turc reçoit sa feuille d’appel pour rejoindre l’armée, sa famille et ses amis donnent une grande fête en son honneur. Faire partie de l’armée a toujours été considéré comme le choix de carrière le plus gratifiant. Pour les Turcs, l’armée, c’est sacré. On ne trouve aucune attitude équivalente en Occident. Et maintenant, tous ceux qui font partie de l’armée sont assimilés à ces personnages.

La réputation de l’armée est aujourd'hui tombée si bas que – j’en suis sûr ! – la Turquie est en route pour devenir chaque jour davantage un état policier totalitaire. Son armée a été supprimée, beaucoup iront en prison, certains seront exécutés même si la peine de mort est illégale. Le nombre des policiers, en revanche, va augmenter de façon exponentielle, parce qu’ils seront les « défenseurs de la liberté et de la démocratie ».

Je ne sais pas comment dire ça, mais l’armée était une partie si intégrante de la Turquie que je n’avais même jamais imaginé qu’on puisse en arriver là.

Source : Newsfront http://news-front.info/2016/07/17/samyj-bestolkovyj-myate...

Via : http://www.fort-russ.com/2016/07/the-most-stupid-rebellio...

Traduction du russse : Ollie Richardson pour Fort-Russ

Traduction de l’anglais : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Faut-il comprendre...

Que l’armée turque (on parle de ses chefs) a toujours été massivement pro-occidentale ?

Que R.T. Erdogan a compris qu’ils ne s’en tireraient pas, ni lui ni la Turquie, sans corriger bien des trajectoires et que ce sera désormais « avec la Russie ou rien » ?

Que l’armée (on parle toujours des chefs) ne s’y résigne pas et que…

- soit elle a décidé de jouer son va-tout et s’est plantée,

- soit le sultan a manipulé tout le monde, y compris les trouffions de base et la masse des musulmans via leurs mosquées, contre le reste du pays ?

Qu’il vient peut-être de réussir à instaurer son fameux califat sous forme de dictature policière en jouant la carte de la guerre civile ?

Qu’il appartient désormais aux croyants lucides de desserrer cet étau et de se rapprocher de leurs compatriotes d’autres obédiences pour empêcher le bateau commun de couler ?

Que la police aura pour tâches principales de les empêcher de réussir ?

Questions à l’infini pour les Béotiens si mal informés que nous sommes.

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

5. bannière Secours Rouge.png

 

Turquie : Islamistes et policiers attaquent la gauche à Istanboul

 

La tentative de coup d’état a déclenché une immense offensive de la part de l’AKP contre toute l’opposition. Mises à part les purges géantes qui ont lieu dans l’armée et le système judiciaire et les manifestations pro-Erdogan qui défilent en scandant « Allah Akbar », des affrontements ont éclaté dans plusieurs villes du pays entre pro et anti-AKP.

Dans cette vidéo, on peut voir les habitants d’Armutlu (Province de Yalova) qui mettent en fuite les militants islamistes :

 

Voir les deux vidéos en cliquant sur le lien-source.

 

 

A Gazi, le quartier rouge d’Istanbul, massivement habité par des Alévis et des Kurdes, les militants d’AKP ont été escortés par la police, ses blindés et ses autopompes, lors d’une manifestation pro-Erdogan. Les manifestants islamistes ont rapidement été chassés par les habitants et des émeutes ont suivi durant la nuit.

 

6. Gazi -.jpg

L’auto-défense armée à Gazi

 

Source : http://www.secoursrouge.org/Turquie-Islamistes-et-policie...

 

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

La RUSSIE à la veille de Thermidor ?

 

POPOV : Poutine est en train d’épurer la classe politique russe pour éviter un scénario à l’ukrainienne

Eduard Popov – Fort-Russ 11 juillet 2016

 

5. Poutine purges.JPG

 

Au cours des dernières semaines, des événements politiques majeurs se sont produits à l’intérieur de la Russie, où on a assisté à l’arrestation de plusieurs fonctionnaires accusés de corruption. La plus sensationnelle de ces arrestations a été, dans la région de Kirov (nord de la Russie), du gouverneur Nikita Belykh. L’arrestation s’est produite au moment où il recevait un pot-de-vin de 400.000 €.

De fait, tout au long des six derniers mois, il y a eu, en Russie, plusieurs arrestations de fonctionnaires de haut rang (gouverneur, maire de centre régional, sous-ministre). Le 1er juin, le maire de Vladivostok (centre régional de la côte pacifique), Igor Pouchkarev, a été arrêté. Avant Pouchkarev, le gouverneur de la région de Sakhaline, Alexandre Khorochavine, et le sous-ministre de la Culture Grigory Piroumov, avaient aussi été arrêtés. Et c’est là loin d’être une liste exhaustive des arrestations et des mises en détention de hauts fonctionnaires pendant le semestre écoulé. Dans tous ces cas, les chefs d’accusation sont les mêmes : corruption et abus de pouvoir. Mais ceux-ci ne sont que les plus haut placés des poursuivis. S’il faut en croire les informations données par la presse, les hauts fonctionnaires arrêtés et détenus depuis le début de l’année se compteraient par douzaines (mais plus vraisemblablement par centaines).

Des primaires ont commencé en Russie et des élections à la Douma (Parlement) doivent se dérouler au mois de septembre. C’est dans ce contexte que s’est ouvert, le 27 juin, le congrès du parti de gouvernement Russie Unie, et que le président Poutine s’en occupe. La majorité du parti est composée de membres de la classe dirigeante. Comme on pouvait s’y attendre, Poutine prend ses distances vis-à-vis du parti alors que son président, Dmitry Medvedev, voit sa popularité décroître, non seulement dans la société russe en général mais chez les professionnels de la politique. L’arrestation de plusieurs dirigeants régionaux écorne l’image de Russie Unie, raison pour laquelle d’ailleurs ce parti, pour la première fois de son histoire, organise des primaires, dans l’espoir évident de restaurer cette image et d’assainir ses rangs.

Désormais, appartenir au « parti au pouvoir » et jouir d’un statut élevé dans la hiérarchie politique ne sont plus des talismans qui suffisent à préserver des enquêtes anti-corruption. Comme nous l’ont appris nos sources dans les milieux d’affaires de Russie, les fonctionnaires ont réellement peur. N’importe quel membre corrompu de l’establishment peut se retrouver du jour au lendemain passible d’une enquête judiciaire. La lutte contre la corruption, ce fléau de la Russie post-soviétique, est en train de devenir réalité.

L’arrestation de Belykh soulève d’autres questions. Des articles ont paru dans la presse l’accusant d’entretenir des liens corrompus avec le leader de l’opposition pro-américaine Alexeï Navalny et avec les forces anti-Poutine dans les états baltes. Belykh est un protégé d’Anatoli Tchoubaïs, et Anatoli Tchoubaïs est à l’origine de la vague de privatisations qui a créé en Russie la classe des oligarques. Des employés de la CIA ont travaillé comme conseillers de Tchoubaïs, et lui-même est considéré comme LE représentant du lobby US à Moscou. Tchoubaïs est la personne la plus détestée en Russie, où on le qualifie ouvertement de « lobbyiste-en-chef des intérêts américains ». On ne peut donc pas exclure que l’arrestation de Belykh soit quelque chose de plus qu’une simple poursuite pour corruption. Nikita Belykh est connu pour son incompétence professionnelle, pour n’avoir dû son ascension au poste de gouverneur qu’au patronage de Tchoubaïs et pour avoir en un temps record plongé la région de Kirov dans une situation calamiteuse. C’est sous le gouvernorat de Belykh qu’elle est devenue une des régions les plus corrompues de toute la Russie. Il allait de soi que Nikita Belykh ait d'abord été un des leaders du parti Union des Forces de Droite. Mais plus tard, une fois que ce parti eut perdu toutes les élections possibles et qu’il fut devenu la risée de l’électorat, Belykh a rejoint les rangs de Russie Unie, ce qui a porté grand préjudice à cette formation. Il en a été de même avec plusieurs des autres fonctionnaires corrompus mis sous mandat d’arrêt.

Le gouvernement russe, en arrêtant et en emprisonnant des fonctionnaires corrompus tels que Belykh et Piroumov, ne fait rien d’autre que corriger ses propres erreurs. Mais, en même temps, ses enquêtes anti-corruption sont un programme anti-crise : leur but réel est d’empêcher une fracture de la classe dirigeante. Moscou semble avoir retenu la leçon des erreurs du président ukrainien Viktor Yanoukovitch, causes de la facture qui a amené les oligarques ukrainiens et les chefs de l’administration présidentielle du pays (!) à organiser l’Euromaidan, un coup d’État et une guerre civile dans le Donbass. L’establishment ukrainien, maintenant totalement inféodé aux USA, a plongé le pays entier dans la guerre civile.

Il est clair que le président Poutine n’a pas observé en vain les erreurs de son collègue ukrainien et qu’il a, en conséquence, commencé à nettoyer les écuries d’Augias de la classe politique et de l’establishment russe. C’est là une mesure préventive destinée à préserver l’unité de la classe dirigeante et celle du pays.

Source : http://www.fort-russ.com/2016/07/popov-putin-is-purging-r...

Traduction du russe : J. Arnoldski, pour Fort-Russ

Traduction de l’anglais : c.l. pour Les grosses Orchades

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

Ah, si Robespierre !... Snif, snif…

Pour rappel :

- Marat, dans des circonstances identiques, préconisait l’élimination préventive des 600 (ou 6.000, on ne sait pas au juste) malfaiteurs les plus dangereux, pour donner au peuple le temps de respirer et de comprendre ce qu’on lui faisait ;

- Robespierre souhaitait qu’on frappe seulement « à la tête », pour donner à ceux « qui n’étaient qu’égarés » une chance de se reprendre et de changer de comportement (exemple : les 72 dantonistes épargnés sur sa recommandation lors de l’exécution de leur chef) ;

- Saint-Just était d’avis de frapper « comme Dieu, au hasard », choix qui aurait selon lui le don de terrifier suffisamment les autres pour les faire se tenir tranquilles…  au moins temporairement.

Ne commettant pas l’erreur historique d’accuser les corrompus en bloc, sans les nommer, devant une assemblée où ils pullulent, le beau Volodia est en train d’en ramener benoîtement « des centaines » dans ses filets.

Retenons notre souffle, car…

... ils sont sûrement des milliers ;

… l’Amérique a encore assez de l’argent qu’elle nous vole pour acheter des consciences presque à l’infini. La partie n’est pas égale et ne l’a jamais été.

 

 

2. These are Dangerous Times.gif

 

 

Mis en ligne le 18 juillet 2016

 

 

 

 

 

19:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2016

QUE D'ÉVÉNEMENTS EN SI PEU DE JOURS !

1. BATEAU VIERGE.JPG

 

Que d’événements en si peu de jours !

 

Mais d’abord :

 

2. AVIS.JPG

 

3. deux chouettes.GIF

 

Procession promise à crucifixion en Ukraine…

Massacre de 14 juillet en France…

Putsch (raté ?) en Turquie…

On en oublierait presque la vingtaine de guerres qui font rage sur plusieurs continents et les ruisseaux de sang qui « engraissent » la terre de leur charge en uranium enrichi et appauvri pour des millénaires.

4. colombe double 3.gif

Sur la procession qui se dirige vers Kiev pour y réclamer la paix, nos valeureux merdias occidentaux font le plus scrupuleux silence. On n’en attendait pas moins d’eux. S’ils trouvent le moyen d’en blâmer Poutine, ils se feront un plaisir de vous en tenir informés.

Ce qui est plus étonnant, c’est le silence des principaux médias russes à audience internationale tels que RT et SPUTNIK

Seuls Russia Insider et Fort-Russ se sont fait – en anglais - l’écho des premiers développements.

Le premier, pour signaler que l’Ukraine est prête à déclarer la guerre à ses citoyens orthodoxes, que le Secteur Droit s’est singularisé en organisant, sur plusieurs kilomètres, une « procession parallèle » d’accompagnement, assortie de vociférations et de provocations diverses, auxquelles les processionnaires n’ont pas répondu. Russia Insider signale aussi des déclarations de figures de proue du gouvernement putschiste et de ses affidés, telles que Zoryan Shkiryak, conseiller en chef du ministère de l’Intérieur, qui a qualifié la procession de « provocation du FSB » (Service Fédéral de Sécurité de la Fédération du Russie) et a promis de faire l’impossible pour « ruiner les infâmes projets du Kremlin » et le politologue ukrainien Yury Romanenko, qui a conseillé de dresser des croix le long du chemin suivi par la procession et d’y crucifier les participants.

Une néo-nazie ukrainienne bien connue, Viktoria Reznichenko a déclaré sur sa page FB : « Il faut arrêter ces ordures. Nous devons nous préparer et unir nos efforts. Offrir des idées concrètes : comment allons-nous les tuer, les brûler, les flinguer ? ».

4. colombe double 3.gif

Ukraine is About to Start War Against Orthodox Believers (Video)

Is there any problem in the world that cannot be blamed on Russia?

Daniel Reynolds – Russia Insider – 14 juillet 2016

 

5. Ukraine.jpg

 

Ajoutons que la «Procession de la Croix », convoquée par toutes les églises orthodoxes d’Ukraine, a fixé son rassemblement à Kiev pour le 27 juillet, qui est le jour anniversaire du Baptême de la Russie, et l’a mis sous le patronage de la Vierge dont l’icône accompagne les pèlerins.

Lire ici l’article en VO…

 

Source : http://russia-insider.com/en/politics/ukraine-about-start...

 

La vidéo hélas est sous-titrée en anglais

 


4. colombe double 3.gif

 

Fort-Russ, de son côté, rapporte la provocation ratée de Pravvy Sektor :

Le Secteur Droit tente de perturber une procession religieuse pour la paix au Donbass

Traduit par Ollie Richardson pour Fort Russ

13th July, 2016

6. pravyy_sektor_.jpeg

 

Une douzaine d’extrémistes du Secteur Droit, accompagnés de militants d’occasion (mercenaires) ont organisé une provocation pour tenter de perturber la procession et les prières pour la paix des orthodoxes qui marchent sur Kiev.

La procession devait passer par la route de Valky-Chutove, pour arriver ensuite à Poltava. À la limite entre les régions de Kharkov et de Poltava, les fidèles sont tombés sur un groupe d’extrémistes violents, accompagnés de huit véhicules et d'une douzaine de représentants du bataillon « Azov » en battle dress, qui se sont mis à marcher en parallèle avec les pèlerins, en criant des slogans menaçants et insultants, en se livrant à toutes sortes de manœuvres d’intimidation et en filmant leur agression avec des caméras.

Les croyants n’ont pas réagi à la provocation et, arrivés à la limite entre les deux régions, se sont arrêtés pour attendre l’arrivée du Métropolite Philippe de Poltava et Mirgorod. À l’arrivée à Chutovo, ils se sont arrêtés pour entendre une messe dans une église locale et y recevoir un repas, tandis que les provocateurs continuaient impunément à brailler leurs insultes et leurs slogans. Au bout de quelque temps, cependant, ils se sont fatigués, ont replié leurs banderoles et sont partis avec tout leur attirail.

Les participants à la procession ont été très surpris de découvrir que les « militants » locaux qui s’étaient joints à l'offensive, recevaient, à la fin de leur prestation, de l’argent du Secteur Droit. Couronnement d’une si intéressante journée : après avoir perçu leur dû, les provocateurs d'occasion sont venus s'asseoir à côté des fidèles pour recevoir leur part du repas.

La prochaine étape des marcheurs est Poltava.

 

7. pravyy_sekor 2.jpg

8. Pravvt s 3.jpg

9. Pravvt Sekt 4.jpg

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades


Source : http://www.fort-russ.com/2016/07/right-sector-attempt-to-...

4. colombe double 3.gif

On trouvera aussi, mais toujours en anglais, davantage de détails concernant le pèlerinage lui-même, son déroulement, quelles hautes autorités religieuses ukrainiennes l’organisent, les automobilistes qui le croisent et sortent de leurs voitures pour se faire bénir, etc., sur le blog d’un chrétien orthodoxe nommé Steve Hayes :

Pilgrimage for Peace in Ukraine

Steve - Khanya - 16 July 2016

3. freccia nera.GIF

https://khanya.wordpress.com/2016/07/16/pilgrimage-for-pe...

4. colombe double 3.gif

 

Quant aux tueries de par chez nous, derniers développements ou…

Ariane Walter, le retour :

Hollande et la classe politique à poil

Ariane Walter – Le Grand Soir 16 juillet 2016

 

10. Hollande à poil.JPG

 

Oui, ils sont nus dans la révélation de ce qu’ils sont.

Des menteurs.

Des opportunistes.

Prêts à dire n’importe quoi pour se maintenir au pouvoir. De la crapule haut de gamme. La pire. La plus dangereuse.

Ainsi donc un horrible fait divers, la folie d’un homme en instance de divorce qui a déboulé sur la promenade des Anglais en essayant de tuer un maximum de personnes, a été aussitôt qualifié d’attentat terroriste.

Quelle occase !!

Hollande et sa clique n’ont pas dû y croire ! Non mais quel bol ! Ils n’y étaient pour rien et ce joli lot leur tombait dessus au moment où ils étaient au plus bas. Hollande avec son brushing, Valls avec son Macron, quel cadeau du hasard !

Allaient-ils attendre les conclusions de l’enquête ?

Surtout pas !

Cette perte de temps, c’était aux temps jadis. Là, il fallait dire tout de suite que c’était « sûrement terroriste » !

Et vite de prolonger, de trois mois, l’état d’urgence. Décision d’autant plus stupide qu’on est en état d’urgence, ce qui prouve l’efficacité de la chose.

Et de lâcher les chiens de garde des médias qui ont pour mission de prononcer le mot « terroriste » au moins une fois par minute.

Et vas-y avec les petites pancartes, les condoléances de la classe politique internationale ce qui prouve qu’ils habitent tous la même poubelle.

Avec des décisions d’une logique aberrante : c’est un Tunisien, donc on allait bombarder l’Irak et la Syrie !

Manque de bol, il semblerait que les médias les plus pourris ne soient quand même pas assez pourris pour cacher l’évolution de l’enquête.

C’est ainsi qu’au cours de la journée, le « franco-tunisien », (chic, on allait reparler de la déchéance de nationalité) n’était qu’un Tunisien lambda. Bon un arabe quand même. Ouf. Donc un islamiste. Donc un terroriste. Quand même ! « Terroriste, terroriste, terroriste, attentat, terreur », « on en a pour vingt ans », Valls dixit, c’est le nœud de son rosaire et notre crucifix !

On apprenait ensuite que ce Tunisien était marié à une Française, qu’il avait trois enfants et qu’il n’avait aucun rapport avec l’islamisme. Aucun signe de radicalisation.

Houla !

Il fallait vite intervenir.

C’est alors qu’un média mystérieux, donna des renseignements destinés à convaincre qu’Hollande avait du nez !

« Il s’appellait Mohamed Lahouaiej Bouhlel et il est originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985. Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken. Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familiale (sic) favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle famille. »

Manque de bol, l’homme dont on montrait la photo s’est exprimé quelques heures après sur une video disant qu’il allait porter plainte car il n’avait rien à voir avec l’assassin !

Aïe !

Pourtant, pendant ce temps, Gominette, notre cover-boy de l’Oréal, continuait à répandre sa mine catastrophée qui, doit-il penser, lui donne de la profondeur. Il attendait, en salivant, que ses copains sortent ce fameux sondage : « Hollande en hausse. »

Que toutes ces magouilles viennent fleurir des cadavres atrocement mutilés, des vies broyées, des enfants perdus, on s’en fout. C’est le métier. Comme le disait Madeleine Allbright, « la victoire des États-Unis en Irak valait bien la mort de 500 000 enfants ». C’est l’héroïsme du politique. La mort n’est que l’échelle de sa gloire. Et celui qui parvient au sommet oublie le sang pour ne penser qu’à sa victoire. (C’est ce qu’on appelle la psychopathie des sommets.)

Mais il faut convaincre le petit peuple.

Et c’est là que nous avons assisté, hier soir, en suivant la propagande des médias, à un spectacle insensé, un jeu d’équilibre inimaginable. Comment dire, d’un côté, que ce mec n’était pas un terroriste et, de l’autre, que sa chevauchée criminelle était quand même un attentat terroriste et qu’il fallait se prémunir contre les attentats terroristes des hommes en instance de divorce...

Un premier témoignage balayait d’un scud les déclarations de Hollande.

L’Algérie patriotique a appris de sources concordantes que l’auteur du carnage perpétré hier soir à Nice n’a aucun lien avec les réseaux terroristes. Nos sources indiquent qu’il s’agit d’une personne résidant au boulevard Henri Sappia, à Nice-Nord, un quartier communément appelé « Bateco ». Nos sources ajoutent que l’auteur du massacre n’était pas pratiquant. « Il ne faisait même pas carême et il passait son temps à faire de la musculation », révèlent nos sources qui parlent d’un personnage « psychologiquement instable » et dont l’épouse « s’apprêtait à le quitter », d’où son état de démence.

Plus encore.  Le très introduit Express, qui n’est pas à proprement parler un journal complotiste, se faisait l’écho du témoignage suivant qui serait même repris sur i télé !!!

Bref, le mec est un dingue.

« Un habitant de son ancienne barre d’immeuble “Le Bretagne”, où le tueur vivait au 12e étage avec son épouse mais en était parti depuis environ 18 mois, dresse pour sa part un profil d’homme déséquilibré. “Je ne crois pas du tout à un problème de radicalisation, je pense plutôt que ça relève de la psychiatrie” a-t-il commenté.
“Il faisait des crises. Quand il s’est séparé de sa femme il a déféqué partout, trucidé le nounours de sa fille à coup de poignard et lacéré les matelas”, détaille-t-il. “Son épouse avait demandé le divorce suite à une altercation violente”, raconte-t-il.
"Un jour, il était venu chercher les voisins pour qu’on constate qu’elle n’avait pas fait la vaisselle", se souvient-il à propos de cet homme “fermé” qui ne décrochait pas un mot dans l’ascenseur.

(Un homme qui se plaint de ce que sa femme ne fait pas la vaisselle est-il un terroriste ? Qu’en pensent les féministes ??)

Une conclusion suit, assez gênante :

« Le président français s’est empressé de qualifier le carnage qui a eu lieu sur la Promenade des Anglais, à Nice, d’acte “terroriste” “Le caractère terroriste de cet acte ne peut être nié ”, a, en effet, déclaré François Hollande qui a ajouté que “c’est toute la France qui est sous la menace terroriste ”. Toute la classe politique française et tous les médias ont évoqué un acte terroriste sans même attendre que les conclusions de l’enquête qui a suivi ce carnage qui a fait 84 morts soient connues. »

L’enquête se poursuit et on apprend que cet homme a tout de même un casier chargé. François Molins, procureur de Paris, déclare : « En revanche, il a été condamné le 24 mars dernier à six mois de prison avec sursis pour des faits de violence volontaire avec arme, commis en janvier 2016 ». M. Molins a l’honnêteté d’ajouter : « Précisons qu’il s’agit d’une engueulade avec un autre conducteur lors d’un accrochage et l’envoi d’une cagette à la tête... » !!! 

Bien.

Il faut donc poser la conclusion qui s’impose.

Nous sommes dirigés par des baudruches gonflées par des puissances étrangères qui veulent se mettre toutes les richesses du monde dans leur poche. Et, nous, les petits Français, avec nos richesses et nos lois sociales, nous faisons partie des Indiens à scalper.

Pourquoi cet homme a-t-il pensé à ce scénario effroyable ? Nous vivons dans un monde d’une violence hystérique. Violence des médias, des films, des jeux, des images, du quotidien. Le chaos et la peur sont des stratégies pour diriger les foules.
Et à voir la clique au pouvoir qui se roule dans la folie de l’un pour détruire la raison des autres on ne peut que sentir qu’on a atteint un point de non-retour.

Hollande est mort lui aussi, et tous ceux qui tirent ses ficelles, sous les roues de ce camion. Les médias se rebifferaient-ils ? La pression des réseaux sociaux les oblige-t-elle à être plus circonspects ?

Bon. J’attends demain et la lecture de l’ordinateur de l’assassin.
Faisons confiance à la police pour trouver une visite sur un site islamiste qui conseille les balades en camion...

Tiens... Dernière nouvelle... Coup d’État en Turquie ?

L’actualité va vite en ce moment.

Comment ne pas devenir fou ?

Mille pensées d’amour aux anges de la baie des anges !


Source : http://www.legrandsoir.info/hollande-et-la-classe-politiq...

 

3. deux chouettes.GIF

 

Notre propre grain de sel :

Notre sentiment d’hier n’a pas changé. Que cet homme ait tué pour des raisons personnelles ou parce qu’il ferait partie d’une quelconque mouvance djihadiste comme le prétendait la fausse information évoquée par Ariane Walter, n’y change rien.

Dans le premier cas, on ne peut rien contre un cinglé qui pète les plombs, cela peut arriver partout et à n’importe quelle époque, mais il ne les péterait pas ainsi et pas dans ces proportions s’il n’avait subi la contagion d’une hystérie savamment tisonnée par les vrais terroristes.

Dans le second cas, Al Qaeda et ISIS étant des créatures de Washington et ne servant à rien d’autre qu’à satisfaire les appétits de Washington, la responsabilité des TOUTES les tueries – celles prétendues djihadistes et les officiellement bellicistes -  revient directement et à 100% à Washington et à ceux qui ont fait choix de miser sur ce cheval taré.

 

3. deux chouettes.GIF

Pour les anglophones :

Nice – 14th July Massacre – Another False Flag in France ?

Peter Koenig – ICH July 15, 2016

11. CNN Nice.jpg

 

Another terror event in France. On Bastille Day; 14th of July, the day commemorating the French Revolution of 1789, the most important French National Holiday. This time in Nice, killing at least 84 people, many children – and leaving scores injured.

President Hollande will eventually achieve his objective - being the first country in Europe with permanent Martial Law. He has already declared to extend the current State of Emergency for another three months, when it expires on 26 July. Such a temporary extension is in his power. He will have plenty of time to force it through Parliament – thereby prompting other EU countries to do likewise.

Why France? - Naturally, Hollande follows Washington’s orders. He is the most spineless puppet in Europe, making France the foremost EU vassal of America. And that in a post-Brexit ambiance, where according to several polls 70% - 80% of the French people are anti-EU and would vote for a Frexit, if they were given the chance to vote. This is a considerable increase since the Brexit referendum.

Washington needs a militarized Europe to be controlled by force, to impose its neo-fascist corporate and finance rules, to push the TTIP down the throat of the Europeans, to make Europe the new and effective low-cost high-tech colony of the empire – and an unfailing buffer zone to Russia; Cold War all over again. This time not so cold any more. WWIII is an imminent possibility, thanks to the EU vassals in Brussels giving NATO free reign to advance ruthlessly towards Moscow.

Read more…

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article45106.htm

 

3. deux chouettes.GIF

Pour lire cet article en français, voir ici

3. freccia nera.GIF

http://reseauinternational.net/nice-massacre-du-14-juille...

 

ET MERCI à RÉSEAU INTERNATIONAL !

 

3. deux chouettes.GIF

 

Quant au coup d’État en Turquie…

Nous n’en savons pas assez. Certains disent qu’il a raté. D’autres qu’il est trop important pour pouvoir rater. La situation est certainement instable et explosive.

À suivre.

 

Mis en ligne le 16 juillet 2016

 

 

 

 

 

 

23:43 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/07/2016

LETTRE OUVERTE DE BRUNO GUIGUE À FRANÇOIS HOLLANDE-FRANKENSTEIN

1. Charon's boat.JPG

 

Lettre ouverte à François Hollande, le Frankenstein de la République

 

Bruno Guigue  - Arrêt sur Info - 15 juillet 2016

 

2. hollande-otan.JPG

 

Après ce nouvel attentat terroriste qui frappe cruellement notre pays, vous avez exprimé au nom de la nation tout entière, avec émotion et dignité, votre compassion pour ses victimes. Désignant aussitôt le coupable, et nous vous supposons bien informé, vous avez appelé les Français à faire preuve d’unité et de solidarité face au « terrorisme islamiste ». Vous nous avez conviés à serrer les rangs et à faire face, en mobilisant toutes nos énergies contre cette terrible menace.

Mais cet appel légitime à la cohésion nationale en ce moment où le pays entier se sent meurtri ne saurait interdire aux citoyens d’interroger la politique qui est la vôtre. Depuis votre élection, vous prétendez lutter sans ménagement contre les organisations terroristes. Mais, en réalité, tout donne à penser que vous avez fait exactement le contraire. Car au lieu de combattre le mal, vous avez concentré vos efforts contre ceux qui tentaient de le terrasser. Vous nous disiez que vous combattiez le terrorisme, mais vous n’aviez de cesse de diaboliser et de combattre la Syrie de Bachar Al-Assad.

Cet État souverain, détesté de vos amis américano-sionistes parce qu’il refuse de se plier à leur diktat, vous l’avez sciemment désigné à la vindicte des mêmes criminels que ceux qui mitraillent les terrasses de nos cafés. Les mercenaires du djihad cherchaient une cible, et vous avez cyniquement désigné Damas. Oui, des milliers de jeunes ont été encouragés, par votre propagande de guerre, à aller se battre contre cet État honni que vous rêviez d’anéantir sous les bombes. Et c’est votre ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui donna le signal de cette curée, lorsqu’il déclara que Bachar Al-Assad « ne méritait pas de vivre » et que la branche syrienne d’Al-Qaida faisait du « bon boulot » en Syrie.

Vous aurez beau tenter d’occulter vos responsabilités, chacun voit que les attentats commis en France sont le résultat de votre politique. Pourquoi n’y a-t-il aucun attentat en Italie, en Argentine, au Japon ? Les Français ont-ils pris la mesure de votre refus de coopérer avec les services syriens afin d’identifier les djihadistes français susceptibles de revenir en France ? Nos compatriotes savent-ils que vous interdisez tout transfert de fonds au profit de cette majorité de Syriens vivant dans les régions sous contrôle gouvernemental ? Réalisent-ils que vous n’avez jamais eu un mot de compassion pour les nombreuses victimes syriennes des attentats d’Al-Qaida, et que vous persistez à infliger des sanctions économiques à ce peuple victime du terrorisme de masse ?

Vous étiez décidé à prendre parti dans le conflit syrien, et vous l’avez fait sous des prétextes humanitaires qui se sont effondrés comme un château de cartes, exhalant surtout un âcre parfum d’hydrocarbures. Vous embourbant, et nous avec, dans cette ornière qu’il eût fallu éviter avec prudence, vous avez exposé les Français à un effet boomerang dont on mesure à peine le potentiel destructeur. Cette violence que vous avez déchaînée chez les autres par votre politique néo-coloniale, vous l’avez ramenée à domicile !

Je doute que les Français vous en remercient, surtout lorsqu’ils auront renoué les fils de cette dramatique affaire. Au lendemain de ce drame, M. Hollande, passé le moment de la compassion devant les caméras et de la célébration de l’unanimité patriotique, allez-vous remettre de nouvelles médailles aux banquiers de la terreur ? Condamnant le crime terroriste côté cour, irez-vous encore dîner, côté jardin, avec ses sponsors saoudiens ? Avec George W. Bush, les USA ont eu leur Dr Frankenstein, l’apprenti-sorcier de la géopolitique du chaos. Avec vous, c’est match nul. Les Français ont désormais le leur.

En rangeant la France du côté d’une rébellion sectaire, mafieuse et manipulée, en vous croyant habile alors que vous n’êtes qu’un semi-habile, vous avez nourri le monstre qui nous frappe aujourd’hui de ses tentacules. Allié objectif de Daech tant qu’il combattait Assad, vous avez juré sa perte après les premiers assassinats d’Occidentaux en Irak, nourrissant alors le ressentiment de cette mouvance criminelle dont vous attendiez sans doute davantage de compréhension !

Conseillé par de pseudo-experts dont l’indépendance intellectuelle est proportionnelle au chèque que vous leur versez, vous êtes désormais condamné à persévérer dans l’erreur faute de pouvoir vous déjuger. Vous allez continuer à nous jeter de la poudre aux yeux avec l’état d’urgence et à faire des moulins avec vos petits bras. Mais, à neuf mois d’une élection présidentielle où vous allez faire de la figuration, vous nous léguez surtout les fruits pourris de votre politique de gribouille, les manifestations d’incompétence d’un ministre qui confond Saddam Hussein et Bachar Al-Assad ne parvenant même plus à nous faire rire en ce jour de malheur.

 

4. guigue.jpgBruno Guigue, ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’ENA, Haut fonctionnaire d’État français, essayiste et politologue, professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire, chargé de cours en relations internationales à l’Université de La Réunion, est l’auteur de cinq ouvrages, dont « Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002 », et de centaines d’articles.

 

 

Source : http://arretsurinfo.ch/lettre-ouverte-a-francois-hollande-le-frankenstein-de-la-republique/

 

3. Ruban noir.GIF

 

Monsieur Bruno Guigue n’a pas l’air de croire que c’est son gouvernement qui organise les attentats qui massacrent ses compatriotes. Est-il naïf ou sont-ce là des choses qu’il est de mauvais ton de dire et même de penser à moins d’être belge ?

Quoi qu’il en soit, juste au moment (quel timing !) où il allait falloir suspendre l’« état d’urgence », voilà qu’un quidam pète les plombs en laissant – comme il est de règle depuis le 11 septembre 2001 - son passeport bien en évidence sur le siège du passager, pour qu’on soit sûr de l’y trouver à temps.

Et voilà qu’« on » s’acharne une fois de plus à nous faire avaler qu’il n’existe pas, en France, un seul policier capable d’assez de sang-froid et de compétence pour neutraliser un forcené sans le tuer.

Et ne voilà-t-il pas qu’avec le mauvais esprit qui nous caractérise, nous nous persuadons que, s’il en est ainsi, c’est qu’il est interdit, à tous les policiers de France sans exception, de faire preuve de sang-froid et de compétence.

Les Grosses Orchades

 

 

3. Ruban noir.GIF

 

Retrouvez Bruno Guigue interviewé par le Cercle des Volontaires, sur le récent référendum anglais :

BREXIT et maintenant ?

http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/06/27/brexit-et-m...

 

 

 

Mis en ligne le 15 juillet 2016.

 

 

 

 

 

21:42 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/07/2016

LE PEUPLE UKRAINIEN S'EST MIS EN MARCHE

1. Kievan Rus.JPG

 

Le peuple ukrainien  s’est mis en marche pour la paix

 

L'information vient du site allemand QUER-DENKEN.TV

Nous reproduisons une traduction-résumé de l’article telle que nous l’avons reçue avec la vidéo et les photos qui l’accompagnaient.

Les germanophones trouveront le texte complet en cliquant sur le lien-source.

 

2. Ukraine-Friedensmarsch.jpg

 

En Ukraine, la troisième croisade pour la paix a commencé. 

Parties de l’Ouest du pays, 200.000 personnes se sont mises en marche et, à chaque ville, à chaque village qu’elles traversent, de nouveaux participants se joignent à elles. Les « croisés » pourraient être un million à l’arrivée.

Les putschistes de Kiev et les fascistes du Maidan exigent qu’on tire sur les manifestants et qu’on les empêche d’arriver jusqu’à la capitale. Les mass media les traitent de séparatistes et de terroristes excités par la Russie dans le but de déstabiliser l’Ukraine. 

 

3. friedenskreuzzug-Ukraine-1.jpg

4. friedenskreuzzug-Ukraine-2.jpg

Odessa. Une foule de croyants se rassemble et se met en marche

 

Il n’est pourtant pas étonnant que l’Ouest de l’Ukraine se soulève comme l’a fait l’Est. Il suffit, pour le comprendre, de savoir que les dernières augmentations du prix de l’énergie sont telles que le gaz, pour maintenir un appartement hors-gel, coûte trois à quatre fois le salaire mensuel d’un ouvrier. On ne saurait démontrer plus clairement que le gouvernement mis en place par l’Occident ne peut plus faire autre chose qu’exploiter le peuple Ukrainien sans aucune mesure.

Et espérer qu'il se laissera faire ?

 

5. friedenskreuzzug-Ukraine-3.jpg

 

La situation au Donbass passe ainsi à l’arrière-plan.

Si le gouvernement de Kiev fait effectivement tirer sur cette foule [la police ? l’armée ? NdGO] et si une partie seulement de cette foule arrive à Kiev sans que les dirigeants politiques y aient fait assez rapidement leurs valises, il est difficile d’imaginer ce qui se passera.

On peut néanmoins essayer : QUER-DENKEN.TV pense que l’armée ukrainienne ne voudra pas tirer sur le peuple et se rangera de son côté. Mais si ce sont les bandes nazies ?

 



C’est la panique au sein du gouvernement.

Car, par ailleurs, une foule de 20.000 Ukrainiens, de l’Est ceux-là, orthodoxes et russophones, avec femmes, enfants, bref en familles, et eux aussi croisés pour la paix, sont partis de Kharkov et se dirigent également vers Kiev, distante de 150 km, en passant par Poltava. Combien de jours faut-il pour faire 150 kms à pied avec des enfants ? On dit que lundi soir, ils étaient déjà 50.000. 

 

6. Ukraine marche.jpg

 

L’arrivée du gros des marcheurs à Kiev est prévue pour le 27 juillet. 

Est-ce qu'on les laissera arriver jusque là ?

Les milices nazies promettent un bain de sang, mais cela ne semble pas impressionner les marcheurs. Pourtant, elles en sont capables…

Des troupes ont été rappelées du Donbass.

 

 

Étrange : ni RT ni Sputnik n’en ont rien dit. Et il ne faut pas compter sur les merdias occidentaux pour informer sans malhonnêteté sur un événement de cette importance. Ils feront l’impossible au contraire, pour organiser à leur habitude le ni vu ni connu ou, à défaut, pour enfumer par des mensonges.

Vont-ils oser dire que ces foules sont manipulées par Poutine ? Évidemment oui.

Osera-t-on les noyer dans le sang ? Oui, si on laisse faire.

Seule une énorme mobilisation de l’opinion publique occidentale et le regard du reste du monde peuvent forcer l’OTAN à l’inaction et la contraindre à museler ses tueurs.

 

7. Ukraine marche.jpg

 

Seul Internet peut y aider. Il suffit que nous le voulions en assez grand nombre.

Au diable les vacances et le Tour de France ! Le temps presse.  À VOS SOURIS !

 

Source : http://quer-denken.tv/ukrainer-stehen-auf-zigtausende-auf...

Via : Orwell

 

 

Mis en ligne le 13 juillet 2016 par Théroigne.

 

 

 

 

22:45 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

10/07/2016

LA TURQUIE DANS LES CORDES

1. sea-eagle-in-water-3.GIF

 

Nos lecteurs savent, désormais, que lorsqu’ils voient, en tête d’un de nos posts, cet aigle de mer (à défaut de faucon saqr) repêché par un bateau, c’est qu’ils vont avoir droit à un article du Saker.

Lequel  se penche aujourd’hui sur le sort de Recep Tayyip ERDOGAN et de son pays, jouets inattendus de la capricieuse fortune.

Les choses paraissaient si bien emmanchées pourtant…

 

2. EUROPE-ERDOGAN.JPG 

 

Et voilà que tout à coup :

 

La Turquie dans les cordes

 

The Saker - thesaker.is 2 juillet 2016

 

3. Erdoganistan - Latuff 000.GIF

 

C’est une semaine stupéfiante que celle que nous venons de vivre, puisqu’elle a vu le premier signe clair de l’effondrement de l’Union Européenne et le président turc Erdogan présenter ses excuses à la Russie pour l’attentat contre le chasseur russe SU-24, abattu au-dessus de la Syrie il y a sept mois. Alors que ce dernier événement vient d'être largement éclipsé par le précédent, il pourrait bien être pourtant le signe de quelque chose d’encore plus dramatique : l’effondrement en cours de la Turquie.

Est-ce que ceci ressemble à une hyperbole ?

Regardons-y de plus près.

La présidence d’Erdogan aura été rien moins que cataclysmique pour la Turquie, avec pour résultat un véritable tsunami de crises, toutes plus sérieuses les unes que les autres.

1) Crise en Syrie : la politique turque consistant à soutenir Daesh pour renverser Assad a échoué. Lamentablement. Non seulement Assad est toujours au pouvoir, mais le dernier attentat qui vient de se produire en Turquie semble indiquer que Daesh est en train de se retourner contre la Turquie (en supposant que l’explication officielle soit vraie, ce qui pourrait ne pas être le cas, comme nous allons le voir). Quoi qu’il en soit, toute la politique syrienne d’Erdogan est en miettes.

2) Crise avec l’UE : la dernière chose que les Brits ont fait avant de Brexiter a été de dire à la Turquie qu’elle pourrait rejoindre l’UE dans 3 000 ans. D’autres membres de l’UE n’ont pas été aussi directs, mais tout le monde sait que c’est vrai. En outre, la grandiose alliance Erdogan-Merkel a fait long feu.

 

4. Erdogan-Merkel.png

 

3) Crise avec les Arméniens : quand le Parlement allemand a reconnu le génocide des Arméniens et que, tout de suite après, le pape en a fait autant, il était sacrément clair que les puissants de ce monde en Occident, envoyaient à la Turquie un message très simple sous la forme d’un doigt d’honneur. Histoire d’amour terminée, va te faire foutre !

4) Crise avec les USA : les forces spéciales US en Irak se sont fait repérer bardées d’insignes kurdes. Quoique mineur, cet incident en dit long et a fait très fort enrager les Turcs. Décryptons : l’Empire a besoin des Kurdes en Irak et en Syrie, et la Turquie passe au second plan.

5) Crise avec l’Iran : en soutenant Daesh, en faisant de son mieux pour saboter le « pipeline musulman » et en essayant de renverser Assad, la Turquie s’est mis Téhéran complètement à dos.

6) Crise avec les Kurdes : en s’engageant dans une violence anti-kurde de plus en plus brutale, les Turcs ont en fait rallumé une guerre civile à grande échelle et les Kurdes n’ont pas du tout l’air de prendre le dessous. Ils sont même plus puissants que jamais, grâce à l’invasion américaine de l’Irak.

7) Crise avec l’OTAN : après qu’il ait abattu l’avion russe SU-24, l’OTAN a fait clairement savoir à Erdogan que c’était son problème et que l’OTAN ne se mêlerait pas d’une guerre déclenchée par la Turquie.

8) Crise avec la Russie : l’attaque du SU-24 n’a pas réussi à provoquer la réaction militaire russe escomptée, mais a réussi en revanche à valoir à la Turquie sept mois de sanctions économiques paralysantes de la part de la Russie et une énorme perte de prestige dans la foulée. La suite ci-après.

On peut donc résumer tout ceci en disant que la Turquie, sous Erdogan, a fait preuve d’un niveau d’incompétence, d’arrogance et d’aveuglement digne de l’Ukraine.

C’est dans ce contexte véritablement dramatique, qu’Erdogan a dû écrire sa lettre d’excuses.

La première chose qu’il faut remarquer à ce propos est qu’Erdogan a pris un risque politique majeur : après des mois passés à bomber le torse et à déclarer urbi et orbi que la Turquie ne ferait jamais – jamais – d’excuses tout simplement parce qu’elle avait raison, ce virage abrupt le met dans une position très difficile. D’où les premières rumeurs selon lesquelles la lettre disait qu’il était « désolé » mais qu’il ne s’y « excusait » pas, ou, variante, que les excuses n’étaient destinées qu’à la famille du pilote russe assassiné mais pas à la Russie. Cela n’a pas duré très longtemps et, assez vite, pour ne pas trop perdre la face, les Turcs embarrassés ont dû se résigner à remodeler un peu leurs excuses. En en faisant ce que tout le monde avait déjà compris qu’elles étaient : de vraies excuses, pleines, entières et humiliantes.

Ensuite est venue la déclaration du ministre turc des Affaires étrangères, niant catégoriquement qu’aucune compensation serait jamais payée. Cela aussi a duré quelques heures, jusqu’à ce qu’il soit admis que non seulement la Turquie payerait, mais qu’elle payerait ce qu’on lui réclamerait.

Et pour finir, il est très possible que l’attentat terroriste qui a frappé l’aéroport d’Istanboul soit un message direct envoyé à Erdogan : « Si vous essayez de vous rabibocher avec les Russes, attendez-vous à ce que nous déchaînions l’enfer chez vous. » Et même si Daesh est le premier candidat qui vienne à l’esprit comme auteur de ce genre de message, il peut y en avoir d’autres : les États-Unis d’abord, et l’« État profond » turc par exemple. Pour rendre les choses encore plus compliquées, nous ne devrions considérer aucun scénario comme impossible, y compris la possibilité qu’Erdogan lui-même, et ses suppôts, se soient embarqués dans un attentat sous faux drapeau pour justifier 1) leur coopération avec la Russie contre le terrorisme et 2) leur retournement contre Daesh.

Pour l’instant, la version officielle – c’est Daesh qui l’a fait ! – me paraît logique, mais pas au point de me faire écarter les autres possibilités.

Ce qui est certain, c’est que les enjeux, en Turquie, sont aujourd’hui excessivement élevés et qu’Erdogan se bat pour son avenir, peut-être même pour l’avenir de la Turquie en tant qu’État. Son ouverture vers la Russie et, en même temps vers Israël, est un signe éclatant de désespoir. Ne fût-ce que parce qu’il est peu probable que la Russie offre grand chose en termes de récompense, et pour les raisons suivantes :

Tout d’abord, les Russes sont désormais très méfiants à l’égard d’Erdogan et le considèrent comme un danger public, peut-être même un fou, à qui on ne peut pas faire confiance, capable de n’importe quel zag après chaque zig.

Deuxièmement, la lettre d’excuses était un premier pas, nécessaire à la réouverture de négociations, mais les négociations elles-mêmes seront très longues. Les ministres des Affaires étrangères Lavrov et Cavusoglu vont commencer à négocier cette semaine, mais le nombre des questions à discuter est très grand. Plus important encore, les Russes exigeront de la Turquie des mesures concrètes et significatives, particulièrement en Syrie et sur le terrorisme - que parraine la Turquie - en Russie et en Ukraine. Je ne suis pas persuadé du tout qu’Erdogan soit prêt à faire des concessions de cette ampleur. Officiellement, il y aura beaucoup de sourires et de déclarations optimistes, mais derrière les portes closes, les Russes exprimeront des exigences très dures. Je ne suis pas sûr qu’Ergodan puisse céder aux exigences, même s’il en a envie.

Erdogan semble vraiment s’être persuadé qu’il était un acteur important sur le plan international, et il est en train de découvrir qu’il ne l’est pas. Pire encore, il est probablement en train de se rendre compte qu’il a beaucoup d’ennemis dangereux et pas d’amis du tout.

Potentiellement, la Russie peut offrir beaucoup à la Turquie, beaucoup plus qu’un simple retour à de meilleures relations, des touristes et un marché pour les légumes turcs. Mais mon sentiment est qu’Erdogan se tourne vers la Russie en désespoir de cause et pour améliorer sa position vis-à-vis de tous les autres ennemis qu’il s’est fait. Le problème c’est que les Russes s’en rendent compte aussi et qu’ils vont être terriblement prudents, même s’ils cachent leurs arrière-pensées derrière les belles manières du langage diplomatique.

Je puis me tromper, mais je pense que les Russes veulent le départ d’Erdogan, ne serait-ce que parce que la Turquie est un pays extrêmement important, stratégiquement situé, et que la Russie ne peut pas se permettre d’avoir un fou délirant à sa tête. Dans leur esprit, ils l’ont déjà Saakachvilizé. Pour faire bonne mesure, les Turcs ont un autre gros problème sur le dos, en ce qu’ils représentent eux-mêmes un cas sévère de personnalité multiple. Autrement dit, il leur faut décider s’ils veulent être des Européens laïcs, des Jeunes Turcs nationalistes néo-fascisants, des islamistes radicaux, ou des partisans de la laïcité kémaliste. Veulent-ils une Turquie mono-ethnique impossible ou sont-ils capables non seulement d’accepter que d’autres y vivent aussi, mais d’admettre que ces « autres » vivaient sur ces terres bien avant que des nomades turcs ne les envahissent ? À l’heure actuelle, la Turquie est anti-européenne, anti-russe, anti-américaine, anti-kurde, anti-arménienne, anti-chrétienne, anti-arabe, anti-perse, anti-grecque, etc. Cela fait d’elle un gros baril de poudre que n’importe quelle étincelle pourrait faire exploser. Et le problème, pour la Russie, est que cette poudrière est inconfortablement proche en même temps que profondément impliquée en Ukraine, en Crimée, dans le Caucase et en Asie centrale.

Cela veut dire qu’il est dans l’intérêt stratégique de la Russie d’avoir un partenaire responsable et digne de confiance avec qui traiter. Hélas, cela ne me paraît pas probable parce que, comme c’est le cas pour l’Ukraine et pour Israël, le problème de la Turquie est d’être un pays artificiel, illégitime et par essence pas fait pour durer.

Israël, l’Ukraine et la Turquie sont des pays construits sur un nationalisme rabique et une vision raciste du monde, n’offrant aucun espoir à quiconque n’est pas d’accord avec leur idée fixe. Voilà pourquoi, aux yeux des Turcs, les Kurdes sont soit des « Turcs des montagnes », soit des « terroristes » qui méritent d’être fusillés. Il serait naïf à l’extrême de penser que l’état d’esprit qui a rendu possible le génocide des Arméniens et de nombreuses autres minorités – Assyriens chrétiens, Syriens, Chaldéens et Grecs – aurait en quelque sorte disparu, surtout si nous gardons présent à l’esprit que 1) les Turcs nient toujours la réalité de ce génocide, et que 2) ce génocide n’a jamais cessé, mais seulement ralenti. Lisez ceci :

Le génocide, outre détruire physiquement les membres du groupe ciblé, vise également à effacer toute trace d’identité dudit groupe, au moyen de l’assimilation forcée. Dans le cas arménien, ce sont surtout les femmes et les enfants qui ont été forcés de se convertir à l’islam en adoptant des noms turcs ou kurdes et qui ont ainsi perdu leur identité arménienne au fil du temps. Une autre mesure propre au processus génocidaire est de supprimer toute trace de la population qui a été soit massacrée soit chassée par ces déportations. Ce processus comprend en outre la destruction de tous les bâtiments et de tous les monuments, le changement de noms des villages, des villes, des rivières et de toutes les autres choses susceptibles d’attester la présence d’Arméniens dans la région. En 1914, le Patriarche arménien de Constantinople a présenté la liste des lieux sacrés arméniens qui relevaient de son autorité. Cette liste contenait 2.549 sites religieux dont 200 étaient des monastères et 1.600 des églises. Une étude de 1974 a montré que seulement 916 églises arméniennes avaient pu être identifiées à l’intérieur des frontières de la Turquie, dont la moitié étaient presque complètement détruites, et qu’il ne subsistait, de tout le reste, que 252 églises complètement en ruines. Les autorités ont également renommé presque tous les villages, villes, montagnes et rivières de l’Arménie et ont « turquifié » leurs noms arméniens historiques. Cette politique s’est poursuivie de nos jours quand, par exemple, le ministère de l’Intérieur turc a annoncé en 2005 qu’il allait turquifier le nom latin de certains animaux, parce qu’ils avaient « des tendances séparatistes ». Armeniana Ovis (moutons) serait renommé Ovis orientalis anatolicus, tandis que Capreolus Capreolus Armenus (cerf) serait appelé Capreolus Capreolus. Même le Vulpes vulpes kurdistanica (renard roux) serait renommé Vulpes Vulpes. La proposition a été rejetée par l’UNESCO, l’agence des Nations Unies en charge de ces données, qui a déclaré non fondées les raisons avancées par la Turquie pour justifier ses changements (source).*

Et enfin il y a Chypre, que les Turcs occupent toujours illégalement. Encore une fois, de tels niveaux de violence dans et autour de pays aussi artificiels qu’illégitimes sont quelque chose de normal et ne relèvent nullement d’un hasard temporaire – voir l’Ukraine et Israël.

Ce que tout cela signifie pour la Russie, c’est que, malgré l’accueil chaleureux réservé par le Kremlin au dernier « zag » d’Erdogan et tous les efforts qui seront faits pour en revenir à une situation plus ou moins normale, le seul objectif envisageable à long terme pour la Russie est soit l’éclatement, soit la fédéralisation de la Turquie en une sorte de pays plus ou moins civilisé. La bonne nouvelle pour la Russie est qu’elle n’a vraiment pas d’efforts particuliers à faire pour atteindre ce but, dans la mesure où les Turcs, comme d’ailleurs les Israéliens et les Ukrainiens, font eux-mêmes splendidement de leur mieux pour que leur projet politique ne devienne jamais viable. La seule chose que la Russie puisse faire, au point où elle en est maintenant, c’est de se préparer à une probable poussée de violence en Turquie et d’essayer de se protéger, et ses allié avec elle, des retombées inévitables.

Pour la Turquie – l’avenir paraît sinistre. La récente tentative de courtiser la Russie et Israël n’améliorera pas significativement sa situation stratégique. Au mieux, cela « aura l’air » d’une pseudo-détente régionale. Mais rien d’autre ne changera, à moins que l’État turc lui-même ne change, ce qui est quelque chose que le peuple turc ne semble pas près d’accepter, du moins pas dans un avenir prévisible.

Le Saker

___________________ 

* La Belgique a connu ce genre de choses avec Tournai devenant Doornik, etc. Maladie du siècle ?

Source : http://thesaker.is/turkey-on-the-ropes/

 

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

Mis en ligne le 10 juillet 2016

 

 

 

 

18:57 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |