15/03/2015

ON NE POURRA PAS LES TONDRE TOUS

1. bateau-serge-bloch.gif

 

On ne pourra pas les tondre tous, ils sont trop nombreux !

(Longuissime post, à consommer en tranches)

 

2. coiffeur.jpg

 

Le Patriot Act, ça vient…

(Et s’il vient en France, il vient ailleurs aussi !)

 

Ce que cache le discours contre les « conspirationnistes »

L’État contre la République

par Thierry Meyssan

À la demande du président François Hollande, le Parti socialiste français vient de publier une Note sur le mouvement international « conspirationniste ». Son but : préparer une nouvelle législation lui interdisant de s’exprimer.

Aux États-Unis, le coup d’État du 11 septembre 2001 a permis d’établir un « état d’urgence permanent » (Patriot Act) et de lancer une série de guerres impériales. Progressivement, les élites européennes se sont alignées sur leurs homologues d’Outre-Atlantique. Partout, les citoyens s’inquiètent d’être abandonnés par leurs États et remettent en question leurs institutions. Cherchant à se maintenir au pouvoir, les élites sont désormais prêtes à utiliser la force pour bâillonner leurs oppositions.

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 9 mars 2015

 

3. Hollande contre la République.jpg

Le 27 janvier 2015, le président François Hollande rendait les « complotistes » d’aujourd’hui responsables des crimes commis hier par les nazis contre les juifs d’Europe. Il appelait à leur interdiction d’expression.

 

Le président de la République française, François Hollande, a assimilé ce qu’il nomme les « théories du complot » au nazisme, puis a appelé à empêcher leur diffusion sur internet et les réseaux sociaux.

Ainsi a-t-il déclaré le 27 janvier 2015 au Mémorial de la Shoah :

« [L’antisémitisme] entretient les théories du complot qui se diffusent sans limite. Théories du complot qui ont, dans le passé, conduit déjà au pire » (…) « [La] réponse, c’est de prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par Internet et les réseaux sociaux. Or, nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination. Nous devons agir au niveau européen, et même international, pour qu’un cadre juridique puisse être défini, et que les plateformes Internet qui gèrent les réseaux sociaux soient mises devant leurs responsabilités, et que des sanctions soient prononcées en cas de manquement » [1].

Plusieurs ministres ont également conspué ce qu’ils appellent les théories du complot comme autant de « ferments de haine et de désintégration de la société ».

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article186986.html

4. perruque-bleu-blanc-rouge.gif

Ce que vos merdias ne vous diront pas :

 

Thomas Cluzel ou l’interdiction d’informer sur France Culture

Thierry Deronne – LGS12 mars 2015

5. Voix de son maître.jpg

 

 

 

Cet article de Thierry Deronne est une implacable démonstration, étayée, datée, chiffrée des enfumages médiatiques des Français, dès lors que les intérêts des USA sont en cause.

A beau mentir qui vient de loin. Mais, à l’heure d’Internet, l’Amérique latine est éloignée de quelques centièmes de secondes ; chacun peut lire Libération et le Monde des années passées, voir un JT de 2009 avec Pujadas, écouter en replay France Culture et s’attrister de voir cette radio se transformer en soldat d’un monde unipolaire et belliqueux, découvrir pourquoi la presse d’opposition vénézuélienne serait interdite en France… et aux USA.

Cet article magistral mérite d’être mis dans des bibliothèques d’écoles de journalisme, comme l’est le livre « La face cachée de Reporters sans frontières », ouvrage préfacé par Thierry Deronne.

 Le Grand Soir est honoré d’être un des médias choisis par l’auteur pour faire connaître ce décorticage, cette oeuvre de salubrité journalistique.

L.G.S.

 

Tariq Ali, l'écrivain et historien pakistanais/britannique, co-scénariste du documentaire South of the border, le réalisateur Oliver Stone et le président Hugo Chavez arrivant au Festival de la Mostra de Venise, le 7 septembre 2009. Septembre 2009. Le cinéaste Oliver Stone présente à la Mostra de Venise son documentaire South of the border (1). Les premières secondes offrent un bêtisier des JTs étasuniens sur le « dictateur Chavez » : Le réalisateur enchaîne en off : « Nuit et jour, sur toutes les chaînes, voici ce que voient les États-uniens. Le croient-ils ? J’espère que non. Mais même les plus sérieux des médias écrits aux États-Unis ou en Europe suivent la même ligne ». Lors de sa conférence de presse, Stone précise : « Le manque de liberté d’expression que dénoncent les médias et l´opposition de droite vénézuélienne est un mensonge. Celui qui va au Venezuela se rend compte que 80, 90 % des médias sont contre Chavez. Ils disent des choses très dures sur lui et il le tolère. Il ne punit pas ces personnes, elles (...) »

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/thomas-cluzel-ou-l-interdicti... 

(Ne ratez pas les commentaires ! Notre titre d’aujourd’hui vient de l’un d’eux.)

 

6. coiffeur-avec-les-ciseaux-et-la-bande-dessinée-de-peigne-27958259.gif

 

L’Amérique Latine défend le Venezuela face au décret du président Obama. Rapprochement de Caracas avec Athènes.

Thierry Deronne – LGS11 mars 2015

7. Correa-Morales.jpg

 

Après la décision du président Barack Obama, le 9 mars 2015, de décréter « l’urgence nationale aux États-Unis » face à la « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et notre politique extérieure qu’est le Venezuela » (sic), le président de Bolivie Evo Morales a demandé une réunion d’urgence de l’UNASUR (organisme regroupant la totalité des nations sud-américaines) et de la CELAC (Communauté élargie des États Latino-américains et des Caraïbes) « pour nous déclarer en état d’urgence et défendre le Venezuela face à l’agression de Barack Obama. Nous allons défendre le Venezuela » Il a souligné l’importance de l’unité des peuples face à l’Empire qui tentent de « nous diviser, pour nous dominer politiquement et nous spolier sur le plan économique ».

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/l-amerique-latine-defend-le-v...

 

8. Schnell Indianerfriseure.gif

Renforcement du pouvoir citoyen et des droits sociaux, sanctions envers les États-Unis : le Venezuela répond à la tentative de coup d’État

Thierry Deronne – LGS 2 mars 2015

 

Oui, trois du même et au même endroit. C’est le minimum de contrepoison pour se mettre à jour !

9. Maduro.jpg

Alors qu’en 1973 il restait des médias occidentaux pour s’émouvoir du coup d’État perpétré au Chili, ceux d’aujourd’hui scandent à l’unisson : “Président du Venezuela, laisse-toi renverser ! C’est pour ton bien ! Renonce à défendre le choix des électeurs ! Renonce à la loi, à la Constitution. Si tu arrêtes un putschiste, nous dénoncerons la répression au Venezuela !”. Le bulldozer des news, déjà bien rodé pour créer le personnage Chavez, a été réactivé pour fabriquer le tyran Maduro qui agite au loin un poing brutal pour mieux écraser des foules fanatisées alors que la voix feutrée de l’opposition de droite ou du porte-parole de la Maison Blanche, de face, en plan proche, s’étonne de tant de violence.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/renforcement-du-pouvoir-citoy...

 

10. Tondus xxx.gif

 

Venezuela toujours, et toujours LGS :

 

Vous me bombardez cette télé, les Français ne le sauront pas.

11. breveon4558-4c17d.jpg

Malgré des aveux d’officiers et la découverte de plans, d’armes et de documents, nos médias font silence sur l’échec d’un projet de coup d’État « à la Chilienne » au Venezuela.

Parmi les cibles des avions de chasse : le palais présidentiel, les ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, le Conseil national électoral, la Direction du contre-espionnage militaire (1).

Y ajouter le bombardement, prévu pour le 12 février, du siège de TeleSur, la chaîne de télévision publique latino-américaine basée à Caracas, où travaillent 800 personnes dont la plupart auraient ainsi cessé de vivre.

Inspirés par le badge porté un peu partout dans le monde occidental après l‘affaire Charlie Hebdo, ces trompe-la-mort ont bricolé une pancarte : « Somos Telesur » dont vous entendez parler, bien que vous soyez Européens, parce que vous lisez LGS.

Et pour en savoir plus, ne ratez pas cet article de notre « une » : « Thomas Cluzel ou l’interdiction d’informer sur France Culture »

 

Théophraste R. (Companero Salvador Allende ! Presente !).

_________________________  

(1) In la note 8 de l’article ci-contre de Thierry Deronne « La tentative de coup d’Etat contre le Venezuela », par Ignacio Ramonet, 7 mars 2015,

Source : https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/03/07/la-tentat......

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Sergueï Choïgou à Caracas

 

13. Choïgou.jpg

Le général Sergeï Choïgu, ministre de la Défense de la Fédération de Russie

 

La Russie répond à l’appel du Venezuela

Blog d’Oscar Fortinvia Réseau International - 12 mars 2015

 

14. Venezuela-rusia-maniobras-militares-conjuntas-301257_595_396_1-1728x800_c.jpg

 

Le président Obama doit se mordre les doigts d’avoir ouvert toutes grandes les portes à la présence militaire russe en Amérique latine et dans  les Antilles. Par son décret, véritable déclaration de guerre contre le Venezuela, il aura incité ce dernier à faire appel aux bons offices de la Russie et de sa technologie militaire pour assurer sa défense. S’il s’agit pour le Venezuela d’un appui de grande importance, c’est pour la Russie, à n’en pas douter, une opportunité tout à fait inattendue. Une occasion en or pour Poutine de rendre la pareille à Washington qui se fait si présent politiquement et militairement en Ukraine, dans les Balkans, la Mer noire et la Méditerranée.

Lire la suite…

Sources : http://reseauinternational.net/la-russie-repond-a-lappel-...

Article original : http://humanisme.blogspot.be/2015/03/la-russie-repond-lap...

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Les merdias US cousins des nôtres…

 

15. haircut.jpg

 

C’est en anglais, on vous résume après :

The « Snowden is Ready to Come Home ! » Story : a Case Study in Typical Media Deceit

Par Glenn Greenwald – The//Intercept4 mars 2015   

                                                                                   

16. edward-snowden-article-display-b.jpg

 

Most sentient people rationally accept that the U.S. media routinely disseminates misleading stories and outright falsehoods in the most authoritative tones. But it’s nonetheless valuable to examine particularly egregious case studies to see how that works. In that spirit, let’s take yesterday’s numerous, breathless reports trumpeting theBREAKING” news that “Edward Snowden now wants to come home!” and is “now negotiating the terms of his return!”

Ever since Snowden revealed himself to the public 20 months ago, he has repeatedly said the same exact thing when asked about his returning to the U.S.: I would love to come home, and would do so if I could get a fair trial, but right now, I can’t.

Read more…

Source : https://firstlook.org/theintercept/2015/03/04/snowden-wan...

En gros, voici ce que dit Glenn Greenwald :

L’histoire de Snowden « qui veut rentrer aux États-Unis » : Du pipeau inventé de toutes pièces par les médias.

Note préalable des Grosses Orchades :

Sur le site d’Allain Jules, avant-hier, et sous le titre « RUSSIE. Ces lanceurs d’alertes, traîtres ou héros ? L’errance d’Edward Snowden », un article rapporte que Snowden ne trouve pas la Russie vivable, et qu’il préférerait encore tirer 25 ans de prison aux États-Unis, pourvu qu’il puisse y rentrer. Article d’un incertain Raymond Saint-Pierre, correspondant à Moscou de ici.radio-canada.cainconnu à notre bataillon, mais qui doit exister, on a bien nos Pujadas pourquoi les Canadiens n’en auraient-ils pas, et tout le monde internautique de discutailler gravement du cas Snowden, « enfant gâté » pour les uns, noire andouille pour les autres « s’il veut ses 25 ans de prison, qu’il les fasse ! », sans que personne se pose un seul instant la question de la véracité de l’information, ni même se demande qui est au juste cet envoyé spécial canadien si bien renseigné sur les états d’âme de Snowden. Autrement dit, si les merdias sont pourris, ceux qui les gobent avec une si docile avidité les méritent.

 Question subsidiaire : pourquoi Allain Jules met-il des trucs pareils en ligne ?

  Venons-en au fait :

 Dans l’article ci-dessus, Greenwald grimpe aux rideaux, suite à une véritable avalanche de canulars de cette espèce dans la presse US, trompettant à l’envi (et avec une simultanéité remarquable) qu’Edward Snowden « veut maintenant rentrer à la maison ! » et « est en train de négocier les conditions de son retour ».

 Bullshit ! s’écrie Greenwald, dans sa langue :

« Depuis que Snowden s’est révélé au public il y a 20 mois, il a toujours dit et répété la même chose, quand on lui parlait de son retour aux États-Unis : “Oui, j’aimerais beaucoup rentrer chez moi, et je le ferais si j’avais la certitude d’obtenir un procès équitable, mais pour l’instant, il n’en est pas question”. »

 Le fait est que, en vertu de l’Espionage Act, il n’aurait même pas la possibilité d’adopter, pour ligne de défense, que ce qu’il a révélé n’aurait jamais dû être caché au public et qu’il n’a fait que son devoir en le révélant. L’Espionage Act lui interdit de soutenir que ce n’est pas lui qui a trahi son pays mais ceux qu’il a dénoncés. Procès faussé d’avance par baîllonnage absolu de la défense. Procès dépendant du bon plaisir de ceux qu’il a dénoncés.

 Il y a pire et plus vicieux, on vous l’épargne.

 Le fait est que Snowden n’a – et n’a jamais eu depuis 20 mois – aucune intention de rentrer aux États-Unis, où tout ce qu’on veut obtenir de lui est qu’il se livre et qu’il meure ou croupisse des décennies en prison, sans la moindre possibilité de se défendre. C’est si vrai qu’au tout début de son aventure, Daniel Ellsberg, autre célèbre lanceur d’alerte, a écrit dans le Washington Post, qu’il avait fait la chose qui s’imposait en quittant les États-Unis, et qu’il ne fallait pas qu’il y rentre, puisqu’il n’avait aucune chance d’y obtenir un procès honnête.

En mai 2014, dans une interview accordée à Brian Williams, de NBC News, Snowden a répondu « Bien sûr, que j’aimerais rentrer chez moi » (mais…). Ce qui a déchaîné, à l’époque, une bordée de gros titres, comme celui-ci de CBS (Edward Snowden : « Je veux rentrer chez moi ! »)

17. Snowden - 1.png

C’était il y a plus de 9 mois. Au cours de ces 9 mois, la presse US n’a cessé de rapporter (mensongèrement) que des négociations étaient en cours entre le Département de la Justice et les avocats de Snowden, sur les conditions de son retour, dont rien – et pour cause – n’est jamais sorti.

Ben Wizner, un avocat du Syndicat Américain des Libertés Civiles, qui se dit (selon la presse) commissionné par Snowden pour défendre ses intérêts, a déclaré qu’il « était toujours intéressé par un retour de Moscou », ajoutant « Il est et a toujours été du côté de l’Amérique. Il coopérerait de façon extraordinaire si les circonstances le permettaient, mais il ne croit pas que la qualification de “ félon ” soit méritée par quelqu’un qui n’a agi qu’en fonction de sa conscience… », etc. etc.

18. Snowden - 2.png

Hier, à Moscou, l’avocat russe de Snowden, Anatoli Koutcherena a donné une conférence de presse, pour faire la promotion de son dernier livre. Comme on lui demandait ce qu’il en était du cas Snowden, il a répondu ce que tout le monde sait depuis deux ans : « Bien sûr, il aimerait rentrer chez lui, et nous faisons tout notre possible pour que cela arrive un jour ». Koucherena a même ajouté qu’il y avait des avocats occupés, dans plusieurs pays, à travailler pour essayer d’obtenir que Snowden ait un procès équitable. Du coup, une flopée de médias s’est jetée sur cette information anodine pour bombarder derechef le public de gros titres sensationnalistes. Comme si Snowden avait effectivement fait un appel du pied aux USA pour qu’ils le laissent rentrer.

Le premier à ouvrir le feu a été Blake Hounshell, rédacteur en chef du canard digital Politico, anxieux comme toujours de générer un maximum de clics sur son site-poubelle en faisant du battage autour de son ramassis d’inventions sans consistance.

19. Snowden - 3.png

Réaction en chaîne de tous les suivistes du net : « Snowden veut rentrer à la maison » claironne, en première page, le New York Times, dont l’article tend à faire croire que c’est un désir nouveau et urgent chez Snowden, et que ce désir iumpérieux vient de la vie qu’il est forcé de mener à Moscou (« après pas loin de deux ans d’exil en Russie »). Et ce ne sont pas seulement les agences liées à la NSA qui s’y collent, mais aussi ABC, Reuters, etc. Ce qu’ils partagent tous – en plus de la fausse nouvelle – c’est leur analyse. Car, pourquoi Snowden souhaite-til si désespérément rentrer chez lui ? Mais parce que la vie en Russie est insupportable, voyons. 

« Le commentaire le plus hilarant d’insanité a été celui de CNN, où Wolf Blitzer (CNN) et ses bons à rien de panellistes, “l’analyste en contre-terrorisme” de CNN, Philip Mudd (ex-fonctionnaire en contre-terrorisme de la CIA), David Ignatius du Washington Post et le néo-con bien connu Newt Gingrich, ont péroré à n’en plus finir sur cette nouvelle-bidon. »

Exemples :

 MUDD - ne voit pas pourquoi Snowden a dû fuir à l’étranger et discuter avec le Département de la Justice. “Reviens et affronte tes 30 ans de prison comme un homme, mon gars ! Il est cuit.”

 IGNATIUS – “Il doit être très difficile de vivre dans la Moscou de Vladimir Poutine, au moment où l’opposition à Vladimir Poutine est assassinée dans les rues. Je comprends qu’il veuille revenir et que maintenant il le dise, ce qu’il n’avait jamais fait avant.”

Ces ineffables discutent alors des années de prison qu’on pourrait lui infliger pour son « offense ». Gingrich - avant toute espèce de procès, cela va de soi - vote pour dix ans – zou ! – sans s’attarder inutilement sur le cas de membres de l’establishment, tel le général Petraeus, coupables de délits bien pires que ceux reprochés à Snowden, qui s’en tirent avec des broutilles et n’iront jamais en prison car ils sont du côté du manche.

Conclusion : que la nouvelle concernant Snowden soit fausse, archi-fausse, ils le savent tous, mais il leur fallait une excuse pou pouvoir se vautrer une fois de plus dans l’imbécile propagande anti-russe qu’ils ressassent depuis 60 ans. David Ignatius a, bien sûr, tout fabriqué pour en arriver là. Il fallait, pour les besoins de cette cause, que Snowden soit « désespérément malheureux ». Et de revenir avec délices, à son sujet, sur tous les « malheureux » transfuges de l’Ouest, à commencer par l’histoire apocryphe du dissident britannique Kim Philby, « détruit par une vie obscure, misérable et solitaire, achevée dans l’alcoolisme qui a fini par le tuer », sort qui ne peut manquer d’attendre le « félon renégat ». Que Snowden  (qui ne boit pas) se sente bien à Moscou, où sa compagne de toujours l’a rejoint… que des millions et des millions de gens dans le monde l’admirent… qu’il reçoive des prix et de récompenses d’un peu partout et qu’il rencontre des tas de personnalités internationales venues exprès pour le voir, bref qu’il puisse être content et fier de ce qu’il a fait, et heureux de sa vie actuelle » n’atteint pas le cerveau reptilien de ces pompeux et criminels dindons.

Greenwald :

 « Cette fable ”tout le monde est malheureux en Russie” a été le gadget n°1 de la propagande occidentale depuis la fin de la IIe Guerre mondiale. Donc, on invente que Snowden n’en peut plus et veut rentrer (faux) et on explique cette fausse nouvelle par de la fiction propagandiste. Je ne me rappelle plus combien de fois j’ai entendu dire que Snowden devait être vraiment malheureux à Moscou ”où il fait si froid l’hiver”.

 Oui, il y a des gens qui sont politiquement réprimés en Russie, où vivent 140 millions de personnes, dont beaucoup – vraiment beaucoup – mènent des vies pleines et satisfaisantes. Ne parlons pas, ce serait de mauvais goût, des gens qui sont malheureux et réprimés aux États-Unis…

Quant au climat hivernal en Russie, imagine-t-on les Russes se préoccuper du climat hivernal au Canada, au Nord Dakota, en Suède, à Boston  et plaignant les gens qui sont forcés d’y vivre ? »

Et il conclut :

« Ceci est un bon exemple de ce que les médias US sont non seulement capables mais ardemment désireux de faire : inventer une fausse nouvelle, et ensuite passer des dizaines d’éditoriaux et des jours de télévision à fabriquer de la propagande, à partir de leur invention initiale. Comment une personne normale  pourrait-elle considérer ce qu’ils dégoisent autrement qu’avec une méfiance extrême et un mépris total ? »

Résumé et traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Incidemment :

 

21. whithle-blower-21.jpg

Gilad Atzmon donnera un concert à Paris prochainement, accompagné de son quartet, The Orient House Ensemble.

Le concert se tiendra au Théâtre de la Main d’Or le samedi 28 mars 2015 à 19h30.

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Et que se passe-t-il dans le reste du monde :

Athènes : Manifestation de soutien aux Espagnols arrêtés pour être allés se battre au Donbass

Les autorités de Madrid ont inculpé les huit brigadistes pour « mise en danger de la neutralité espagnole » !

 

22. Basque_fighters.jpg

Combattants basques du Donbass

 

11 mars 2015The New Cold War-Ukraine and beyond

Le 7 mars, une manifestation s’est déroulée à Athènes, devant l’ambassade d’Espagne, pour protester contre l’arrestation et l’inculpation de huit volontaires, poursuivis pour leur solidarité antifasciste avec la population du Donbass.

 

 

 

La manifestation était organisée par l’association Campagne Antifasciste pour l’Ukraine. Y ont pris part de nombreuses personnes venues d’horizons politiques grecs très divers.

Les huit hommes ont été arrêtés le 27 février par la police espagnole et sont accusés d’« activités criminelles » pour avoir « violé la loi qui interdit aux citoyens espagnols de participer à des conflits armés à l’étranger ».

Il est à noter qu’aucun des activistes d’extrême-droite partis soutenir la junte de Kiev n’a été inquiété jusqu’ici, non plus que les mercenaires espagnols engagés dans des conflits divers, en Ukraine et ailleurs.

Les huit inculpés ont été remis en liberté provisoire 24 heures après leur arrestation.

Source : http://russia-insider.com/en/2015/03/11/4362

Source originale : http://newcoldwar.org/in-greece-solidarity-with-spanish-a...

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Le dollar n’arrête pas de perdre du terrain dans la Guerre des monnaies

par Mark O’Byrne – Gold Core (Irl.)10 mars 2015

 

Il est toujours N°1, mais son poids est en déclin.

-         Il constitue encore 61% des réserves mondiales, contre 70% il y a dix ans.

-         Le directeur-adjoint du FMI appelle à une dé-dollarisation des marchés émergents…

-         … ce que de nombreux pays sont, en fait, déjà en train de faire.

23. Dolllars.jpg

Bon parcours tant qu’il a duré

La guerre des monnaies et la tendance qui va vers un déclin de la domination du dollar dans la finance internationale, en particulier dans les marchés émergents, vient d’être soulignée dans un article intéressant de CNBC, intitulé « Le Dollar perd-il de son poids par rapport aux monnaies du monde ? »

Il fait référence à la politique délibérée et déclarée de « dé-dollarisation » dans le monde, au déclin de l’utilisation du dollar dans les transactions internationales et comme monnaie de réserve, ainsi qu’à l’apparition de la nouvelle banque des BRICS.

L’article cite notamment l’initié du Pentagone et auteur à succès Jim Rickards. Rickards dit que le statut du dollar comme monnaie de réserve est toujours solide, en dépit de son déclin au cours de la décennie passée et malgré l’ascension d’autres monnaies dans les transactions internationales.

« Le dollar est en déclin comme monnaie de transactions, mais il est toujours solide comme monnaie de réserve. En ce moment, il représente 61% des réserves mondiales, par rapport aux 70% d’il y a dix ans », dit-il.

Cependant, les chiffres de BIS et de SWIFT montrent que le yuan, fait maintenant partie des dix premières monnaies utilisées dans les transactions mondiales. Ceci est significatif, mais il faut tenir compte du contexte, à savoir que 80% des transactions globales se font encore en dollars.

Quoi qu’il en soit, les ambitions chinoises dans ce domaine sont claires : la Chine négocie ses contrats en yuans avec de plus en plus de ses partenaires en affaires. Zero Hedge a publié, la semaine dernière, un article où il est question d’un grand panneau publicitaire, à Bangkok, où la Banque de Chine déclare que le RMB (yuan) est « la monnaie mondiale ».

« Et c’est vrai, », ont-ils ajouté, « l’importance du renminbi dans le commerce planétaire et en tant que monnaie de réserve augmente de façon exponentielle, avec des centre d’échanges en renminbi qui surgissent partout dans le monde, de Singapour à Londres, et de Luxembourg, à Francfort ou à Toronto ».

Le mois dernier, le directeur-adjoint du FMI, le Japonais Naoyuki Shinohara, a ouvertement déclaré que les marchés émergents d’Asie devraient entamer sans tarder un processus de dé-dollarisation « pour atténuer les chocs en provenance de l’extérieur et les limitations qu’ils imposeraient aux banques centrales, dans leur capacité de prêteur en dernier ressort. »

Ceci est d’autant plus intéressant que le FMI a été, historiquement, un des principaux agents de l’hégémonie du dollar. Que le FMI conseille maintenant une prise de distance à l’égard du dollar, peut-être vers des Droits de Tirage Spéciaux (DTS), nous paraît démontrer le niveau de risque existant désormais.

La Chine et la Russie ont négocié des arrangements monétaires excluant le dollar ces dernières années. Le Kazakhstan a aussi, explicitement, annoncé un processus de dé-dollarisation, dans le but de renforcer sa monnaie nationale, le tenge.

 

24. goldcore_bloomberg_chart1_09-03-15.png

 

La Russie est en train de négocier avec l’Inde et l’Égypte, pour que toutes leurs transactions commerciales s’effectuent dorénavant dans les monnaies locales.

La banque de développement des BRICS est maintenant opérationnelle, ce qui amènera probablement les pays qui en font partie à rembourser les emprunts en yuans, puisque la Chine la finance à plus de 40%. Elle sera ainsi en rivalité avec le FMI, ce qui explique l’approche nouvelle de celui-ci vis-à-vis de la monnaie de réserve.

25. Putin-on-US-100-Dollar-Bill-112414.jpg

Et ça les fait rire !

 

La guerre des monnaies va s’intensifier et les dévaluations compétitives entre monnaies vont s’accélérer. Quand cela arrivera, l’or redeviendra un atout monétaire et géopolitique de première importance pour les banques centrales et un havre sûr – vital -pour les investisseurs et les épargnants.

Source : http://russia-insider.com/en/2015/03/10/4308

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Après les Allemands et les Haïtiens, des vétérans US écrivent à Vladimir Poutine

26. vt-logo2015b.jpg

27. Gordon Duff.jpeg

 

Demande pressante au président Vladimir Poutine d’autoriser la diffusion de documents vitaux pour la paix mondiale

 

28. candidates Mc Cain.jpg

À droite, John McCain avant sa capture par le Vietcong

 

A Monsieur Vladimir Poutine

Président de la Fédération de Russie

23, Rue Ilyinkat,

Moscou, 103132,

Russie

 

Monsieur le président:

Des divisions politiques au sein des États-Unis mêmes sont clairement en train de menacer la paix mondiale. Des factions pro-israéliennes au sein de la nation travaillent non seulement au sabotage d’un accord sur le nucléaire avec l’Iran, mais bien au-delà. De récents manques de jugement et de decorum de la part du général de l’OTAN Breedlove, l’aide secrète des États-Unis à l’EIIL/EI et des actions de certaines factions américaines en soutien aux factions terroristes en Libye et en Afrique ont particulièrement fait monter les enchères.

Nous, à Veterans Today, en consultation avec des membres employés et associés non listés, quelques-uns étant des officiels des services de renseignement soviétiques et russes que vous connaissez, sommes au courant que les services de renseignement de la Fédération de Russie ont des dossiers en leur possession, certains gardés depuis bien des années et qui devraient être rendus publics. De par cette requête initiale, nous vous demandons de bien vouloir faire diffuser les documents suivants que nous savons être en possession des services russes :

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/demande-au-president-vladi...

Source originale : http://www.veteranstoday.com/2015/03/10/we-demand-preside...

 

Comme nous l’avons déjà signalé, Veterans Today est l’organe de défense des intérêts des anciens militaires US. L’auteur de l’article est son rédacteur en chef, Gordon Duff, un ancien combattant invalide de la Guerre du Vietnam, qu’il a faite dans les rangs des marines. Il se consacre depuis des décennies au sort des vétérans et des prisonniers de guerre.

 

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

Et pour finir, on vient de le recevoir :

Très important discours de Hassan Nasrallah

 

qui ne s’adresse pas seulement aux musulmans de toutes obédiences, mais aussi aux autres : chrétiens, juifs, bouddhistes et mécréants. Ce discours religieux est un grand discours politique. À des années-lumière des torchons fauteurs de guerre et incitateurs au lynchage.

N’étaient la gratuité que permet Internet et le désintéressement d’internautes sans carte de presse, nous n’en entendrions jamais parler.

 

 

Source (avec transcription) : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/03/hassan-nasrallah-le...

 

12. Colombe dans un cercle.gif

 

 

 

 

Mis en ligne le 15 mars 2015.

 

 

 

 

 

23:16 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2015

JOURNÉE DE LA FEMME 2015

­­­­­­­­­­­

1. Monet - En norvégienne 1887.jpg

 

Journée de la femme

 

2. Féminisme.jpeg

et prix de beauté…

Un concours comme tant d’autres s’est tenu à Donetsk.

 

Malgré la guerre ? Oui.

C’était le 9 mars. Concours normal. Et, bon, on le sait que les Ukrainiennes  sont souvent très belles (à l’exception des femen). La preuve :

 

3. konkurs-krasoty.jpg

 

Mais le 8, il y en avait eu un autre :

Le concours de Miss DPS des combattantes

Les concurrentes : des miliciennes des bataillons Oplost et Vostok arrivées en uniformes, qui ont ensuite défilé dans des robes du soir créées pour elles par la styliste Yunona Tsereva, de Donetsk.

Évidemment, ce n’est pas sophistiqué, Gaultier-Chanel-Saint-Laurent ni transgenres...

Vous ne trouvez pas que ça change agréablement ? Qu’on a envie de les connaître ?

 

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

Irlande

Deux femmes dans un bateau et des oiseaux

 

 

« Murmuration »

C’est ainsi qu’ils appellent, par là, les nuages d’étourneaux

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

Peut-on jouer au foot avec un voile sur la tête ?

Fastoche !

 

5. femmes-voilees-football.jpg

Avouez que c’est plus gracieux que ces gros machos à crête ! Mais ne décourageons personne…

6. les-femmes-pourront-jouer-voilees-342756.jpg

Algérie

 

7. 1369407422-drizzling-brings-respite-for-irans-women-footballers_2082091.jpg

Iran

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

8._FOOTBALLERS-WIVES_LR2.jpg

Évidemment, « femme de footballer », c’est bien aussi… Spécial.

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

Au Québec, Martine Birobent

fait des poupées qu’elle dit « muselées », au tricot.

Elles sont souvent en train ou sur le point d’accoucher et, paraît-il, autobiographiques.

 

9 - Déesse au tricot.jpg

 

Découvrez-les ici :

http://decovermag.com/artistes/martine-birobent/

Et ici :

http://www.birobent.com/les-poupees-muselees-en-turquie/

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

Rien à voir avec l’actualité, simple homonymie :

 

10. sarah nemtsov.jpeg

Sarah Nemtsov

 

Est une compositrice allemande, née Reuter, épouse du pianiste et musicologue Jascha Nemtsov. Elle vit à Berlin.

On lui doit deux opéras : Herzland et L’Absence.

Site officiel (en allemand) : http://www.sarah-nemtsov.de/home_e.htm

Fiche Wikipédia (en anglais) :  http://en.wikipedia.org/wiki/Sarah_Nemtsov

 

Pour les amateurs de musique moderne

 

« Zimmer I – III »

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

Rappel I 

Journée de la femme (et de la petite fille) à Gaza

16. Gaza.jpg

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

Rappel II

 

11. angela-davis-wanted.jpg

 

Militante des droits civiques pour les Noirs américains, communiste, proche du mouvement des Black Panthers et soupçonnée d’avoir trempé dans une prise d’otages, Angela Davis se retrouve sur la liste des femmes les plus recherchées par le FBI.

Lire la suite…

Source : http://notachocolatecake.com/2013/04/30/angela-davis-symb...

 

L’avez-vous lue ?

12. Angela ADEN.jpg

 

 

 

Angela Davis

Autobiographie

Bruxelles, Aden – 2013

464 pages

 

 

 

13. angela-davis_femmes-race-et-classe.jpg

 

 

 

Angela Davis

Femmes, race et classe

Éditions des femmes – 2e éd. 2007

189 pages

 

 

 

14. Angela - Goulags.jpg

 

 

 

Angela Davis

Les goulags de la démocratie

Au diable vauvert – 2006

156 pages

 

 

 

Et entendue ?

 

15. angela-georges-abdallah-cpc.jpg

 

 

4. Sorcieres du Jonckeu.gif

 

 

 

 

Mis en ligne le vendredi 13 mars 2015

 

 

 

 

 

17:00 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/03/2015

L'EUROPE QUI RÉSISTE

1. charybde-percy-jackson-mer-des-monstres-1.jpg

L’Europe qui résiste

 

« En assassinant Trotski, les États-Unis faisaient coup double. »

Louis Scutenaire, Mes inscriptions

 

0. russep.GIF

 

Italie

Pour les jeunes à qui on cache tout :

Giulietto Chiesa est un journaliste et homme politique italien né en 1940. Il a dirigé la Fédération de Gênes du PCI de 1970 à 1979. Il a été, pendant des années, correspondant à Moscou de L’Unità et de La Stampa, et parle donc couramment le russe.

En 2005, à Bruxelles, il a participé à la conférence anti-impérialiste Axis for Peace, organisée par le Réseau Voltaire. Comme Thierry Meyssan, il a très tôt remis en cause la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 et leur a consacré unfilm, intitulé Zéro. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le carcere segrete della CIA in Europa, Edizioni Piemme, 2007 (« Les prisons secrètes de la CIA en Europe », inédit en français, vous m’étonnez).

Après avoir été député européen pour l’Italie, il a été candidat à la même fonction pour représenter la minorité russophone de Lettonie, mais n’a pas été élu.

En décembre dernier, à Talinn, Estonie, Giulietto Chiesa a été arrêté par la police et expulsé du pays pour avoir évoqué le rôle des Américains dans ce qu’il est convenu d’appeler l’Euromaidan.

Les jeunes gens du Saker-Italia sont allés l’interroger.

 

0. russep.GIF

 

2. Banner_Italiano_Draft_1-1.jpg

 

Questions à Giulietto Chiesa

Comme nous l’avions annoncé, Giulietto Chiesa a répondu à la demande de notre communauté. Nous ne voulons pas occuper trop de place dans cette interview, que nous estimons très importante par le nombre de thèmes abordés, par la précision de Giulietto Chiesa et la profondeur de ses réponses. Nous nous limiterons à attribuer à cet événement choral trois motifs : participation, générosité, sérieux. La participation est la vôtre. Nous sommes une publication jeune, mais nous avons déjà une équipe solide et en expansion, de personnes qui s’y consacrent avec intelligence et passion. Merci à vous tous, lecteurs. La générosité et le sérieux sont ceux de Giulietto Chiesa. Porter sur ses épaules presque entièrement le poids de la bataille pour la paix en Italie et dans une bonne partie de l’Europe demande un sacrifice personnel qui est le signe d’une grande générosité humaine, qui se manifeste aussi au moment où une personnalité connue du grand public décide de se priver d’une partie de son temps libre et d’en faire cadeau à la curiosité des lecteurs d’un blog comme le nôtre. Répondre avec le soin et l’attention que vous trouverez certainement dans les lignes que vous allez lire est preuve de son sérieux. Il n’y a rien d’autre à dire. Merci Giulietto Chiesa, merci Communauté Saker. Et bonne lecture. (Marco Bordoni)

 

3. Giulietto_Chiesa_Berlusconi_ENI_GAS-858x350_c-1.jpg

 

À la fin des années 20 du siècle écoulé, l’opposition trotskiste appelait la Russie « un état travailliste dégénéré », en dénonçait l’absolutisme, le « bureaucratisme », et appelait les travailleurs à une révolution mondiale non seulement contre la bourgeoisie, mais aussi contre les « bureaucrates » des partis, qu’elle assimilait à la bourgeoisie. Aujourd’hui, beaucoup de voix, à gauche, accusent la Russie d’être un pays fasciste et absolutiste, en dénoncent la structure économique libérale, accusent de  « rougebrunisme » ses amis, et soutiennent qu’on ne changera pas le monde en rééquilibrant les rapports de force entre les puissances et au moyen des organisations politiques, mais par des révolutions, organisées par des mouvements improvisés, à travers lesquels on devrait imposer universellement la conception atlantique des droits civils. Voyez-vous quelque similitude ?

Non. La gauche, en Italie et en Europe, a raté le train. À retourner en arrière lire les catéchismes du passé, on risque de ne rien comprendre à ce qui arrive aujourd’hui. Il n’y a aucune similitude. Faire ce genre de parallèle ne sert à rien. La situation est tellement différente… Elle a tellement changé. Par conséquent, les mots dont on se sert là sont inadaptés. Avec le temps leur signification a changé, c’est pourquoi je trouve qu’utiliser le vocabulaire du marxisme-léninisme-trotskisme pour expliquer la situation actuelle est inadéquat. Je ne saurais même pas par où commencer pour réfuter une approche aussi datée. En second lieu, toujours pour être très synthétique, je ne crois pas qu’il soit approprié de parler d’« affrontement entre impérialismes » mais d’un affrontement entre l’impérialisme américain et le reste du monde, dont la Russie et la Chine sont les deux principaux représentants. Mais pas parce qu’elles sont impérialistes : simplement parce que, tant la Russie que la Chine sont en train de résister à une offensive déchaînée contre elles par l’Empire entré en décadence. C’est sûr qu’elles sont aussi deux pays capitalistes, mais s’en tenir à cette constatation n’explique rien. Quant au « rougebrunisme » de la Russie, ce n’est à mes yeux qu’une imbécilité. C’est mon opinion : je l’ai déjà écrit des dizaines de fois et, en cela, je me démarque de ces positions, qu’elles soient de gauche ou pas. Quant à la révolution à faire, j’inviterais au réalisme. Ce seront les peuples russe, chinois, indien qui la feront. Nous, Européens, somme marginaux et sans influence.

 

4. Barricade_line_separating_interior_troops_and_protesters._Clashes_in_4. Kyiv_Ukraine._Events_of_February_18_2014-2-1.jpg

Euromaidan. Pour Chiesa, cataloguer « trotskistes » les révolutions colorées n’a aucun sens. «C’est tout à fait inadéquat. Je ne saurais même pas par où commencer pour réfuter une approche aussi datée. »

 

Dans le cadre que j’ai décrit, on voit se former des convergences inédites. Des partis post-communistes se retrouvent souvent sur des positions euro-sceptiques et pro-russes, au coude à coude avec les nouvelles droites souverainistes comme celles de la Le Pen en France et de la Lega en Italie. Les partis dits réformistes défendent les agressions des USA, la discipline financière, les régimes fiondamentalistes et les néo-nazis installés par les révolutions colorées. Croyez-vous que ces convergences soient seulement occasionnelles ou qu’elles sont destinées à évoluer vers un scénario politique tout à fait nouveau, polarisé sur la dialectique souverainisme-globalisme ?

Le scénario, s’il y en a un, je ne crois pas qu’il sera défini par cette antinomie. Encore une fois, il me semble que nous nous faisons des illusions quand nous avons même l’idée de dicter leur programme aux 7 autres milliards d’individus. C’est tout simplement ridicule. Le programme de l’avenir est celui-ci : guerre mondiale, oui ou non ?

J’ai lu, lorsqu’il est sorti il y a sept ans, le livre de Maurizio BlondetStare con Putin ? (Effedieffe, 2007. NdT)  Partagez-vous plus ou moins son point de vue ? 

Je n’ai pas lu le livre, je ne puis donc pas porter un jugement. Ma position est la suivante : la Russie d’aujourd’hui constitue le premier et plus important rempart susceptible d’arrêter les États-Unis. Qui s’en vont en guerre. Si la résistance de la Russie s’effondre, le conflit armé entre la Chine et les États-Unis deviendra inévitable.

J’aimerais que vous estimiez la valeur géopolitique du mouvement de Beppe Grillo. Ne vous semble-t-il pas que quelques-uns de ses traits distinctifs (rhétorique anti-corruption, philosophie politique du minimum d’état, absence d’idéologie de rechange explicite, merchandising sur Internet, etc.) rappellent ceux de certains mouvements « colorés » ? Je m’explique : Croyez-vous que les États-Unis pourraient s’intéresser au mouvement Cinq Étoiles, si la dynamique de la politique internationale rendait à l’Italie un rôle-clé et si des tensions surgissaient entre les deux rives de l’Atlantique ?

Le mouvement Cinq Étoiles n’a jamais été et ne sera jamais une alternative  de système. Il est l’expression de la crise politique et de la crise de la politique. Sa poussée populaire est d’ailleurs en voie d’exhaustion et il court le risque d’un émiettement. Dire s’il sera utilisé par les États-Unis et si oui, comment, me semble une question prématurée. Ce qui est sûr, c’est qu’il se trouve dans un état de paralysie grave.

Entre Poutine et Berlusconi, y a-t-il une véritable amitié ? (Roberto Santi)

De la part de Berlusconi, certainement. Poutine est plus subtil. Mais au-delà de l’amitié, il y a les intérêts. Et ceux-là ont coïncidé et coïncident.

Quels sont les dangers pour les pays européens qui ne s’alignent pas, comme la Serbie, la Hongrie et, demain peut-être, la Grèce ? (Stefano Orsi)

La Hongrie est en Europe, et, donc, pour l’instant, encore alignée.Assurément, les régimes de ces pays sont dans le collimateur. Il y aura des pressions très fortes, qui pourront aller d’un discrédit de leurs dirigeants aux sanctions économiques et jusqu’à la liquidation physiques des directions politiques de ces pays. Je crois donc que chacun de ces chefs d’État dezvra tenir compte du fait qu’aux États-Unis, il y a une direction qui est prête à tout pour éliminer les récalcitrants. De fait, pour ces dirigeants, les choses seront difficiles, comme elles le sont en ce moment pour tous les dirigeants européens.

 

5. Victor Orban in Moscow-1.jpeg

Victor Orban et Vladimir Poutine à Moscou. Pour Chiesa, les dirigeants européens qui oseront défier les États-Unis devront affronter des risques graves « du discrédit aux sanctions, et jusqu’à la liquidation physique ».

 

Un de nos lecteurs propose un scénario complexe, qui suppose, au préalable, l’effondrement économique, politique et social de l’Union européenne. Au cas où cette hypothèse se vérifierait, le lecteur se demande si la Russie pourrait résister à la tentation d’intervenir directement comme facteur stabilisateur en Europe occidentale. (Luigiza)

Je ne crois pas que la Russie actuelle envisage ce genre de scénario, qui me paraît très abstrait et irréaliste.

Qu’est-ce que les USA ont sous-évalué de la renaissance russe au cours des quinze dernières années ? (Roberto Santi)

Obama et les néo-cons ont pensé que Poutine céderait,  si on l’attaquait en Ukraine. Ils se sont trompés.En outre, l’offensive occidentale a provoqué une très forte prise de conscience chez des dizaines de millions de Russes. Poutine les représente remarquablement.

Ces derniers mois, nous avons assisté à des ouvertures surprenantes de la part de la présidence Obama : Cuba, l’Iran, et, dans une moindre mesure, la Biélorussie et la Corée du Nord. C’est une stratégie cohérente ou une improvisation ? L’objectif est-il d’enlever des alliés potentiels à la Russie et à la Chine ? Ou de déstabiliser ces pays après avoir normalisé les relations avec eux, comme l’enseignent le précédent libyen et la remarque de Kissinger, selon qui les États-Unis sont des ennemis dangereux et des amis mortels ? (Stefano Orsi)

Il me semble qu’il n’y a aucune possibilité de normaliser les relations avec tous ces interlocuteurs, moins que jamais avec la Corée du Nord et la Biélorussie. Non, je ne crois pas. Ce sont là des opérations tactiques d’Obama, qui s’apprête à remplir la dernière période de sa présidence – l’ultime phase de son second mandat – en tentant de laisser quelque chose qui ait un peu à voir avec ses programmes initiaux. Obama est un canard boiteux. Il peut juste essayer de modifier le jugement de l’Histoire sur ses deux mandats. Je doute qu’il y réussisse. Avec Cuba, quelque chose de bon pourrait en sortir… si les Républicains le laissent faire. Avec Téhéran, ce ne sera pas Obama qui décidera. Tout ce qu’il peut faire, c’est rafraîchir son maquillage.

Le rédacteur d’une revue d’études stratégiques émet l’hypothèse d’un scénario qui voit une normalisation des rapports USA-Iran dans une optique anti-russe (à l’exemple du précédent cubain), une distanciation vis-à-vis des États-Unis de la part d’Israël, assortie d’un rapprochement avec la Russie, qui pourrait avoir la faveur du russophone Lieberman. Une telle évolution vous paraît-elle possible ?

Il est certain qu’un repositionnement anti-russe de l’Iran serait très avantageux pour les États-Unis. Je doute que ce soit un scénario réaliste. Israël se cherchera d’autres protecteurs, dans le cas où les États-Unis deviendraient trop faibles. Seulement dans ce cas.

Une de nos lectrices se souvient de quelques indiscrétions qui ont circulé en mars dernier, à propos de tractations supposées entre la Russie et la Pologne pour une partition de l’Ukraine. En substance, on parlait d’assigner à la Pologne le Nord-Ouest et à la Russie le Sud de ce pays. Chiara se demande si ce scénario a encore une chance de se réaliser pacifiquement et si, dans le cas contraire, la guerre est une option probable. (Chiara)

Ce scénario est irréaliste, et, quoi qu’il en soit, je ne crois pas qu’il soit réalisable pacifiquement. Avant tout, la Russie n’est pas intéressée par ce genre d’échange, si tant est que la Pologne le soit, mais je doute qu’on puisse réaliser quelque scénario de ce genre de manière pacifique. Il n’est possible de le faire que par une guerre.

 

6. zhirinov-pro_20140325082933810-1.jpg

Partition de l’Ukraine. Selon Chiesa, c’est une proposition irréalisable, sans compter que la Russie « n’est pas intéressée ».

 

La guerre est-elle terminée ou y a-t-il un risque qu’elle reprenne ? (Stefano Orsi)

La guerre en Ukraine n’est pas terminée du tout. Si et comment elle reprendra dépend des États-Unis. Et dépend de la docilité des dirigeants européens.

Un de nos lecteurs, qui vit en Ukraine, considère que la question de la Crimée est une pomme de discorde potentielle qui pourrait provoquer un conflit général entre l’Ukraine et la Russie. Il se réfère au fait que la majorité des personnalités politiques ukrainiennes insistent pour inscrire la reconquête de la péninsule dans les priorités du pays. Il serait facile au gouvernement de Kiev d’organiser une provocation pour entraîner la Russie dans un conflit à vaste échelle. Notre lecteur pense qu’une reconnaissance du retour de la Crimée à la Russie par les autres pays des BRICS pourrait décourager l’Ukraine, et se demande pourquoi ces pays, en particulier la Chine, n’ont pas encore agi dans ce sens. (Matteo Cam).

Naturellement, si les pays des BRICS reconnaissaient la nouvelle physionomie d’état de la Russie et l’adhésion de la Crimée, ce serait utile à la Russie, c’est évident. Mais je ne le prévois pas à brève échéance. Sans compter le fait que mettre ensemble tous ces pays n’a pas beaucoup de sens, parce que la Chine, par exemple, ne reconnaîtra pas le nouvel état de fait, bien qu’elle n’ait en rien l’intention de nuire à la Russie. Elle ne le reconnaîtra pas parce qu’elle a ses propres problèmes à propos de Taïwan et du Tibet. Elle s’abstiendra donc de prendre position. La position du Brésil et d’autres états est différente. Mais je crois qu’aucun ne fera un geste dans cette direction. Ceci, pour la partie qui fait référence à la position des BRICS. Je suis en revanche en complet désaccord avec l’hypothèse qu’il puisse y avoir une quelconque possibilité de retour de la Crimée à l’Ukraine. C’est tout à fait hors de question. Cette hypothèse n’existe pas : elle ne pourrait exister qu’en cas de guerre mondiale. Oui, bien sûr, s’il y a une guerre mondiale, quelqu’un pourra rouvrir la question, mais penser que la Russie, dans l’état actuel des choses, puisse renoncer à la Crimée, équivaut à penser que la lune puisse quitter l’orbite de la terre et se mettre à tourner autour de Sirius.

Pourquoi la Russie a-t-elle arrêté si tôt l’offensive novorossienne ? Si les miliciens avaient pu s’éloigner de Donetsk et de Lougansk d’une cinquantaine de kilomètres et libérer aussi Marioupol, la phase de négociations qui s’en est suivie aurait été beaucoup plus simple, parce qu’elle n’aurait pas été troublée par les massacres de civils, provoqués par les bombardements continuels des gouvernementaux, campés à peu de kilomètres du centre de Donetsk. (Elisabeta Gavilina)

Je ne crois pas que la Russie ait arrêté grand-chose. La Russie a exercé une influence sur la situation, mais seulement de façon relative. C’est sur le terrain  que se sont décidées beaucoup de choses. Et beaucoup de choses n’avaient été prévues par personne. La Russie a agi en tenant compte du cadre mondial, pas seulement du cadre local. La crise ukrainienne est une crise qui a une caractéristique locale précise, mais c’est en même temps une partie importantissime de la crise mondiale. Je crois, par conséquent, que Poutine a dû tenir compte de tous ces facteurs, et tous ces facteurs ont contraint la Russie à tenir compte de l’opinion publique européenne. Si la Russie s’était présentée comme un pays expansionniste, cela aurait été bien pire. Poutine a voulu montrer à tous que la Russie n’était pas intéressée par un élargissement de ses frontières. Elle l’a fait en Crimée parce qu’elle ne pouvait rien faire d’autre dans ces circonstances. Mais aller au-delà n’entre pas dans les plans de Poutine. Nous verrons bien, mais Poutine n’a pas l’intention de s’approprier une autre partie de l’Ukraine.

 

7. Offensive novorossienne-1.jpg

Entre fin août et début septembre, l’armée novorossienne a lancé une offensive qui a infligé des pertes épouvantables aux troupes de Kiev. Pour Giulietto Chiesa, l’issue du conflit s’est décidée principalement « sur le terrain ». (Source de l’image : Colonel Cassad)

 

Quelles peuvent être les possibilités réelles de l’extension à d’autres Oblast de la révolte qui a caractérisé la naissance de la Novorossia ? (Stefano Orsi)

Si Kiev ne change pas sa ligne anti-russe, tôt ou tard éclateront des révoltes dans les parties « russes » restées en dehors du Donbass, désormais indépendant du reste de l’Ukraine.

L’engagement russe dans l’aide au Donbass va-t-il se poursuivre ? Croyez-vous possible que la Russie abandonne le Donbass, dans l’éventualité d’une nouvelle offensive ukrainienne ? (Stefano Orsi)

Non, je ne crois pas que, dans le cas d’une offensive militaire (qui se transformerait en massacre) la Russie puisse rester les bras croisés. Je ne le crois vraiment pas. Parce que Poutine doit aussi tenir compte de l’opinion publique russe, et que l’opinion publique russe est en ce moment très mobilisée, psychologiquement, sur l’aide à apporter au peuple russe d’Ukraine. Par conséquent, un retrait russe et une renonciation complète à la défense des intérêts des Russes d’Ukraine ma paraît improbable. La Russie essayera de trouver une solution, disons pacificatrice, avec une indépendance de fait des régions du Donbass, qui, cependant, ne seront pas incorporées à la Russie. C’est certainement la solution que la Russie préférerait : l’indépendance ou une très large autonomie, pour une longue phase historique de ces deux régions, et après, on verra. C’est la position que je vois à Moscou. Après quoi, si l’Ukraine (qu’il soit clair que, quand je dis « l’Ukraine », je veux dire « les États-Unis d’Amérique ») a l’intention d’aller à l’offensive, je ne crois pas que Poutine laissera faire. Qu’il puisse laisser faire dans une situation de ce genre, je n’y crois absolument pas.

Peut-il exister des risques, en conséquence des accords intervenus entre les États-Unis et l’Ukraine dans le but d’alimenter en combustible américain les centrales nucléaires du pays ? Dans l’affirmative, on se demande pour quelle raison l’Union européenne ne soulève pas d’objections. (Stefano Orsi)

L’Union européenne n’en finit pas d’être enjambée par les décisions américaines en Ukraine. C’est là le problème principal des Européens.

« Récemment, la Russie a commencé à vendre à l’Ukraine de l’énergie électrique et du charbon. Cette action a laissé pantois beaucoup de ceux qui soutiennent la Novorossia. Pensez-vous que cela puisse être lié à la crainte d’un accident nucléaire du genre Fukushima, par interruption de l’alimentation électrique et fusion consécutive du noyau dans un des réacteurs ukrainiens ? » (Fabio Santoni)

La décision russe est dans la tradition : considérer dans tous les cas l’Ukraine comme un pays frère. Ce sont là des gestes politiquement importants pour désamorcer la russophobie de la partie occidentale de l’Ukraine.  En ce qui concerne les risques d’accident, je pense que la situation intérieure de l’Ukraine, son désastre économique, la corruption, le désordre social et technologique, bref, que tous ces facteurs augmentent les risques d’accident, comme cela s’est produit à Tchernobyl. Mais je pense aussi que les États-Unis feront attention à ne pas laisser se produire ce genre de chose. Si jamais cela arrive, ce sera une catastrophe aussi pour l’Europe. C’est pourquoi j’ai l’impression que, sur ce point, le contrôle américain sera très attentif.

 

L’Occident a deux options : lent déclin ou guerre mondiale

 

De 2004 à aujourd’hui, vous aurez pu noter les évidentes incohérences politiques, dans les actions entreprises par la direction de Bruxelles : quelles seront, d’après vous, les conséquences d’une austérité qui ne donne aucun signe de vouloir diminuer, tandis que ces mêmes dirigeants européens pillent les caisses d’une nation après l’autre ? Beaucoup de conspirations, en ce siècle, se sont avérées véritables et risquent très fort d’offrir un tableau plus complet de la vérité que les médias n’arrivent à le faire. Vers quoi nous dirigeons-nous, mondialement et localement ? Y a-t-il une lueur à la fin du tunnel ? (Sascha Picciotto).

Vers quoi nous dirigeons-nous ? Il n’y a pas d’équivoque. Nous nous dirigeons vers la IIIe Guerre mondiale. C’est ma conviction. L’Europe sera entraînée bon gré mal gré dans l’orbite américaine, parce que, désormais, tous les Européens sont soumis au chantage des Américains et ne réussiront pas à s’en libérer, ce qui veut dire que les Américains réussiront très probablement, grâce au Traité Transatlantique (TTIP), à transformer de fait l’Europe en un de leurs appendices, c’est-à-dire l’angliciseront. C’est ainsi que je vois les choses. Car je ne vois pas de forces adéquates susceptibles de s’y opposer. L’Europe verra croître les forces de droite et nationalistes qui finiront par l’affaiblir du point de vue de sa capacité d’agir comme entité supranationale. C’est pourquoi je prévois une crise dramatique de l’Union européenne en tant que telle dans l’immédiat. La perspective n’est donc liée qu’à deux acteurs fondamentaux. Premièrement, la Russie et sa capacité de résister à l’attaque dont elle est l’objet financièrement, politiquement, et ainsi de suite. Je crois que la Russie résistera. Deuxièmement la Chine. La Chine est l’alliée de la Russie et la Russie résistera avec l’aide de la Chine. On se trouvera ainsi dans une situation orwellienne d’affrontement entre l’Asie et l’Occident (Russie et Chine unies). Cette situation peut déboucher sur la guerre. Il est possible qu’elle débouche sur la guerre. Il se peut aussi qu’elle se résolve par une lente et inexorable agonie de l’Occident. Ce sont les deux variantes possibles. Pour l’Occident, vaincre dans cet affrontement est exclu, parce que les perspectives de croissance mondiale qui l’ont soutenu tout ce XXe siècle n’existent plus.

 

8. Nixon_Mao_1972-02-29-1.JPG

1972 : Nixon rencontre Mao. Aujourd’hui, les USA et la Chine sont sur une trajectoire de collision. Selon Giulietto Chiesa « la Chine est l’alliée de la Russie et la Russie résistera avec l’aide de la Chine. On se trouvera ainsi dans une situation  orwellienne d’affrontement entre l’Asie et l’Occident (Chine et Russie unies) »

 

Le fait que vous soyez « à contre-courant » est archi-connu, et maintenant, votre expulsion d’un pays démocratique – mais la démocratie existe-t-elle aujourd’hui ? – le confirme de manière éclatante. Devons-nous nous attendre à un accroissement du nombre des personnes déclarées non grata dans cette Europe soi-disant unie et démocratique ? (Kingeagle)

L’épisode qui m’a concerné n’est que le test réactif d’une situation intolérable, où on trouve des pays membres de l’Union européenne qui bafouent impunément les règles européennes en matière de droits humains. Contre les minorités russes.

Après les attentats qui ont eu lieu à Paris et ce qui vous est arrivé à Tallin, les personnes qui se mêlent de contre-information doivent-elles craindre pour leur sécurité ou même simplement d’être victimes de contretemps très désagréables dans leur vie quotidienne ?

Ben… si les choses continuent ainsi, j’imagine que oui. De la rencontre à Bruxelles des ministres des Affaire étrangères européennes, je crois que vont sortir les premières décisions comparables à un coup d’état, parce que c’est dans cette direction qu’on va : réduction des libertés démocratiques dans les pays occidentaux, forte augmentation des pouvoirs arbitraires des polices et des magistratures. Il s’agira d’une évidente prise en main autoritaire, qui est en préparation. Par conséquent, tous ceux qui voudront être libres de critiquer se trouveront certainement dans des conditions plus mauvaises.

 

9. Pandora TV-1.jpg

Le lancement de Pandora TV : une réalité qui fournit une information alternative à des centaines de milliers d’Italiens. Ceux qui veulent aider Giulietto Chiesa peuvent le contacter.

 

Une dernière chose : les gens qui, éventuellement, voudraient aider votre cause ou faire quelque chose pour tenter de conjurer l’hypothèse la plus pessimiste vous ayez énoncée peuvent-ils vous contacter ? De quelle manière peuvent-ils entrer en relation avec votre groupe ?

Ils peuvent me contacter en écrivant à Alternativa, dont le site est

www.alternativa-politica.it

Nous répondons à tous ceux qui s’adressent à nous. Ou bien qu’ils me contactent sur Facebook (tant que cela dure). Premier point, je vous annonce que mon intention est de promouvoir… seul ou avec d’autres, on verra qui sera d’accord, une campagne internationale pour la dissolution de l’OTAN et pour la sortie de l’Italie de l’OTAN. C’est la forme d’activité qui est la plus efficace. Non que je croie cet objectif accessible dans l’immédiat, ni qu’on puisse sortir de l’OTAN du jour au lendemain. Tout le monde est bien conscient que le rapport des forces actuel rend cette tâche extrêmement difficile. Mais je pense que si le peuple italien donnait un signal fort dans cette direction, en même temps que le peuple grec, que le peuple espagnol et d’autres peuples européens, cela mettrait en place un solide élément de modification du tableau politique. Je voudrais que des millions d’Italiens, qui ont peur de ce qui est en train de se produire, comprennent que c’est une façon essentielle d’endiguer le péril qui nous menace tous et qu’ils fassent entendre leur voix. Nous avons un allié qui nous mène à la guerre. Tous ceux qui ne croient pas que cette guerre est juste, qu’elle n’est au contraire que de la démence, doivent le faire savoir. Faire cela signifie se battre pour que l’Italie sorte de l’OTAN et pour que déferle une forte vague d’exigences dans ce sens. Deuxième point : si quelqu’un veut m’aider, il doit savoir que je fais PANDORA TV, qui est désormais un point de référence pour 200.000 – 300.000 personnes en Italie. J’ajoute que ma page Facebook a enregistré hier 498.000 contacts. Ce qui signifie qu’autour de moi, en ce moment même, est en train de se rassembler un fort mouvement politique, pour la première fois depuis que le mouvement Cinq Étoiles a frappé. Mes excuses, mais c’est ainsi. Il faut préparer l’alternative à la grande déception que cette régression du M5S va provoquer. Je ne me fais pas d’illusions, et je ne me prends pas pour l’héritier de ce mouvement. Je raisonne et j’agis dans l’intérêt national. Tant mieux si le M5S se secoue et arrête de rater le train de la crise européenne et mondiale. Le M5S n’a pas été capable de comprendre ce qui se passait en Ukraine. Il semble incapable de comprendre ce qui s’est passé à Paris. Il n’a aucune interprétation de la crise mondiale. C’est dommage pour lui et pour nous tous. Je peux offrir mes connaissances. Si on les refuse ou si on ne les comprend pas, il ne me reste qu’à continuer quand même.

Traduction de c.l. pour Les Grosses Orchades

Source : http://sakeritalia.it/interviste/intervista-giulietto-chi...

 

10. christo_europe-pandora-1.gif

______________________ 

* Maurizio Blondet,auteur et conférencier, qui anime la revue de réflexion catholique Certamen. Il dirige, depuis 2003, le blog http://www.effedieffe.com/ (NdT)

 

0. russep.GIF

 

Giulietto Chiesa, à la télévision italienne, sur les événements de Paris

Vidéo (ss-t.fr.)

http://ilfattoquotidiano.fr/charlie-hebdo-intervention-detonnante-de-giulietto-chiesa-a-la-tv-italienne/

 

0. russep.GIF

 

Grèce

 

11. 11. Greek butterfly xxx.GIF

 

Dans notre rubrique « Les “élites” vivent d’expédients et ces expédients sont minables »…

Pas un mot à Berlin !  Plan révolutionnaire de l’homme de fer Varoufakis pour l’Europe.

par Mike Whitney – Counterpunch19 Février 2015

(Vu des États-Unis)

12. Yanis_Varoufakis_Superman.jpg

 

« Le bras de fer en cours entre les gouvernements allemand et grec n’est rien de moins qu’une révolution démocratique contre l’hégémonie allemande et la volonté des Allemands et de leurs paladins de l’U.E. de dicter à la Grèce sa politique intérieure. »

Mathew D. Rose, C’est une révolution, idiot ! (Naked Capitalism)

 

« L’Allemagne est en train de se manger elle-même sur la Grèce. Elle érode son autorité morale et semble prête à détruire la zone euro, rien que pour avoir le dernier mot. »

Paul Mason, Entre l’Allemagne et la Grèce, c’est une lutte à mort, un choc des volontés à la fois culturel et économique. (Guardian)

 

Si vous n’avez pas suivi les récents développements de l’affaire Grèce-U.E., vous avez raté quelque chose. C’est sans doute la meilleure histoire de l’année, et ce qui la rend si passionnante, c’est que personne n’aurait cru que la minuscule Grèce pourrait défier les puissants dirigeants de l’U.E. et les faire caner. Et pourtant, c’est ce qui vient de se passer. Lundi (le 16 février, c’est nous qui sommes à la bourre. NdT), des membres de l’Eurogroupe devaient rencontrer le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis pour décider s’ils accepteraient les conditions posées par la Grèce à une extension de son actuel emprunt. Il n’y avait pas de réels changements au contrat. La seule différence était sémantique, à savoir que le prolongement du prêt ne serait pas un « renflouement » mais un « stade de transition vers un nouveau contrat n’entravant pas la croissance de la Grèce ». Autrement dit un pont jeté vers un programme de remboursement totalement différent. 

La stratégie de Varoufakis ? Du pur génie, quand on y pense, puisqu’elle a réussi à déstabiliser les ministres des Finances de l’U.E. et jeté la pagaille dans leur politique. Après tout, comment pouvaient-ils voter « pouces en bas » contre un accord de prêt qu’ils avaient approuvé auparavant, rien que parce que sa formulation avait été un peu modifiée ? Mais s’ils votaient « pouces en  haut », qu’allait-il se passer ?

Il allait se passer qu’ils accepteraient (donc approuveraient tacitement) la détermination de la Grèce de rendre son programme de remboursement moins punitif. Il allait se passer qu’ils ouvriraient ainsi la voie à la fin de l’austérité obligatoire et à une révision du programme de remboursement. Il allait se passer qu’ils reconnaîtraient ainsi, au gouvernement démocratiquement élu de la Grèce, le droit de changer la politique de l’Eurogroupe. Comment avaient-ils pu laisser se produire une chose pareille ?

Mais, encore une fois, comment pouvaient-ils voter contre ? Après tout, c’était essentiellement le même deal. Comme Varoufakis l’a souligné dans une conférence de presse de lundi :

« Nous acceptons les termes de notre contrat d’emprunt. Nous l’acceptons envers tous nos créanciers. » Et nous avons « accepté de ne rien faire qui puisse mettre en échec le cadre budgétaire existant pendant la période d’intérim. »

Voyez ? C’est le même deal.

C’est le petit problème qu’avait à résoudre l’Eurogroupe ce lundi, mais, au lieu de foncer comme l’aurait fait n’importe quel adulte rationnel, ils ont esquivé. Ils ont repoussé leur décision d’un jour et en sont restés là. C’était peut-être la chose intelligente à faire, mais pas la plus glorieuse. C’était comme si Varoufakis, en les regardant droit dans les yeux, les avait fait se débander comme des gamins apeurés.

Rappelez-vous que lundi était l’absolue dernière date-butoir pour décider si on approuvait ou si on  rejetait les conditions de la Grèce pour un prolongement de son emprunt. Leur tâche n’aurait pas pu être plus simple. Tout ce qu’ils avaient à faire, c’était voter oui ou non.

Eh bien, ils ont dit que le temps du match était écoulé et ils sont partis shooter dans les canettes en espérant que le problème se résoudrait tout seul. Nous l’avons dit : pas vraiment glorieux pour l’U.E. Mais ce qui est encore pire, c’est le subterfuge qui a précédé ces rencontres. Voici le scoop : à peu près 15 minutes avant que les derniers conciliabules commencent, ils ont remis à Varoufakis un brouillon de communiqué commun énumérant les conditions revues de l’extension du prêt. Il fut agréablement surpris de constater que toutes ses demandes avaient été prises en compte et se préparait donc à signer le mémo définitif. Le hic, c’est qu’entre sa lecture et sa signature, le document qu’il avait lu avait été subrepticement remplacé par un autre, qui revenait aux positions antérieures sur tous les points cruciaux.

Je n’invente rien.  Les tarés de l’Eurogroupe ont bien essayé de jouer à Varoufakis le très vieux tour des joueurs de bonneteau, en essayant de lui faire signer un document différent de celui qu’on lui avait soumis. Pouvez-vous imaginer ça ? Et c’est seulement parce que Varoufakis a scrupuleusement repassé le document final au peigne fin, qu’il s’est aperçu de la supercherie. On venait de lui refiler, purement et simplement le document d’origine – d’avant les discussions – en tablant sur sa confiance (sa naïveté ? son aveuglement ? rayez les mentions inutiles).

C’est là ce que font les gens qui n’ont aucun principe moral, qui se fichent pas mal de l’intégrité et de la crédibilité pourvu qu’ils arrivent à leurs fins. Ils ne jouent qu’à des jeux dont ils peuvent changer les règles au fur et à mesure.

 

13. chicken.jpg

 

Mais leur entourloupe arrogante n’a pas marché. Principalement parce que Varoufakis est trop fort pour eux. Il est aussi trop charismatique et talentueux, au grand dam des pompeux gros bonnets de l’U.E., qui ne supportent pas que ce jeunot d’universitaire marxiste ait conquis, en deux coups de cuillère à pot, l’admiration de la planète en renversant leurs petits plans si soigneusement mis au point pour que se perpétuent ad infinitum les six mortelles années de dépression de la Grèce. Ils n’ont jamais imaginé que l’opinion publique mondiale pourrait se retourner si dramatiquement contre eux et que les minables machinations de l’Eurogroupe allaient se retrouver scrutées au laser par l’Europe. Ce n’est pas du tout ce qu’ils voulaient. Ce qu’ils voulaient, c’était carte blanche pour imposer leur politique moyenâgeuse à ces paniers percés de Grecs, comme au bon vieux temps d’après la culbute de Lehman Brothers. Après tout, c’est ainsi qu’un projet impérialiste anti-démocratique comme l’U.E. doit fonctionner, non ?

Si. Sauf que Varoufakis et sa cavalerie marxiste ont jeté un bâton dans la roue du plan de l’Eurogroupe et remis son avenir en question. La marée a tourné de façon abrupte et le flux monte maintenant vers la raison, la solidarité et la compassion, au lieu de descendre vers la répression, l’exploitation et la cruauté. En quelques semaines,  le jeu a changé, et il semble que ce soit la Grèce qui détienne les bonnes cartes.

Si vous regardez attentivement comment Varoufakis a joué contre l’Eurogroupe, vous devrez admirer la subtilité – et pourtant l’efficacité -  de sa stratégie. Il n’y a pas que les tares et les défauts de ceux qui ont tort dans une joute, il y a aussi la vertu et les qualités de ceux qui sont dans leur droit. L’incident de lundi a fait clairement apparaître les deux. Si David n’a pas tué Goliath, il l’a certainement mis en déroute. C’est beaucoup plus que ce à quoi on s’attendait.

La « cause » n’a pas besoin d’être défendue, elle parle d’elle-même. Le renflouement des Grecs n’a jamais été une entreprise raisonnable, parce que le plan élaboré n’avait pas pour but d’aider la Grèce à sortir de sa dette et de la déflation, ni de retrouver une quelconque croissance. Ce n’était, fondamentalement, qu’en opération de relations publiques, rien d’autre qu’un rideau de fumée destiné à masquer ce qui se passait réellement dans les coulisses : un bradage massif du pays aux banques et aux actionnaires. Tout le monde sait cela. Allez voir chez Naked Capitalism :            

« Selon Jubilee Debt Campaign, 92% des 240 milliards d’euros « prêtés » à la Grèce depuis 2010 sont allés aux institutions financières grecques et européennes. » Naked Capitalism.

Ouaip. Ce n’était qu’une (plutôt grosse) allocation d’assistance publique à la classe parasite. Les Grecs n’en ont jamais vu la couleur. Mais ce sont eux qui doivent « rembourser ». Et l’Eurogroupe veut qu’ils le fassent le petit doigt sur la couture du pantalon, en suivant leur « programme d’austérité » à la lettre.

Non, merci.

(…)

Tout le monde sait que « si vous êtes déjà au fond du trou, arrêtez de creuser ». C’est la logique du remède que veut appliquer Varoufakis : au moins arrêter de creuser. Et il est impossible d’y arriver en imposant des mesures inhumaines qui ne réussissent qu’à augmenter le chômage et à plomber l’économie. Cela ne peut être fait qu’en réduisant la dette et en mettant en route un programme qui aide l’économie à croître, jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé la santé. Ce n’est pas sorcier, mais c’est anathème pour l’idéologie rétrograde de l’U.E., par moitié faite d’une économie pour crétins et par moitié de cafardise germanique. Mettez les deux moitiés ensemble, et vous vous retrouvez avec une dystopie pré-keynesienne, où une des régions les plus riches du monde s’enfonce de plus en plus dans l’anarchie, à seule fin de prouver que la solution des problèmes par l’austérité exponentielle, ça marche. Devinez quoi ? Ça ne marche pas. Nous avons six ans d’horreur en Grèce pour le prouver.

On notera que, dans cette affaire, l’Eurogroupe ne s’est pas un seul instant écarté si peu que ce soit de sa position originale. En d’autres termes, il n’y a jamais eu de négociations du tout. Ce qu’il y a eu, c’est une poignée de prétentieux arrogants, qui se sont contentés de rabâcher à l’infini leurs mantras discrédités, et peu leur importe que leur sacro-sainte austérité ait été condamnée par tous les économistes dignes de ce nom de la planète. C’est sûr que les escrocs ex-Goldman de la BCE n’en ont rien à f…, ni leurs compères adeptes du cilice pour les autres de Berlin. Ce qu’ils veulent, c’est tirer jusqu’à la dernière goutte de sang de leurs victimes grecques. Mais il vaut mieux savoir aussi que la dette exorbitante des Grecs n’est pour eux qu’un moyen vers une fin, vers le but qu’ils poursuivent en réalité : annihiler totalement le système social de l’U.E., écraser les syndicats, éviscérer les retraites, les salaires et les soins de santé, et privatiser tout ce sur quoi ils peuvent mettre leurs mains graisseuses.

N’oubliez cependant pas ceci : l’U.E. vient à peine d’échapper à une récession en trois poussées successives au cours du troisième trimestre, ce qui eût été son troisième plongeon en moins de six ans. Qu’est-ce que vous pensez d’un tel parcours ? Il ne fait qu’illustrer l’effarante mauvaise gestion économique de l’Union et l’incompétence de ses bureaucrates. En dépit de quoi, ils n’ont aucun scrupule à exiger de la Grèce qu’elle obéisse au doigt et à l’œil. Peut-on imaginer pareille outrecuidance ?

Heureusement, les Grecs ont pris leurs distances avec le troupeau et se sont cherché un sentier moins battu. Ils ont commencé par se débarrasser de leurs politiciens vendus et ont porté au pouvoir une équipe de cracks. Ah, mes amis, ce qu’ils s’en félicitent ! Le taux de popularité de Syriza crève le plafond et Varoufakis est devenu l’homme le plus admiré d’Europe. La question est maintenant de savoir si ces gauchos déterminés seront capables de répondre aux espoirs qu’ils ont fait lever. Il y a des raisons d’espérer, du moins si nous sommes d’accord avec la stratégie de Varoufakis.

Dans un de ses écrits antérieurs, il avait dit qu’il voulait « un New Deal » pour la Grèce :

« À moins que nous n'ayons un New Deal pour l’Europe, la Grèce n’aura aucune chance de s’en sortir… Que l’Eurozone se dote d’un plan rationnel est une condition sine qua non… Jusqu’à ce que (et à condition que) la zone Euro adopte un plan rigoureux pour empêcher que le train déraille, la Grèce n’aura aucune chance. » Naked capitalism

Okay, donc Varoufakis veut rester dans l’U.E., mais il y veut un changement de politique (réduction des dettes nationales, fin de l’austérité, relance de la fiscalité). Mais il a aussi d’autres plans plus ambitieux, dont personne, à Bruxelles, à Francfort et à Berlin, ne semble être conscient. Il veut changer la culture qui prévaut en Europe, petit à petit, progressivement, mais avec persévérance. Il veut une Europe plus réellement démocratique et plus sensible aux besoins de ses états membres, il veut aussi qu’elle soit plus unie ; qu’elle soit unie par des institutions et des programmes qui renforcent cette union. Il croit qu’il n’y aura de chance de succès que si des mesures concrètes sont prises « pour unifier le système bancaire », pour mutualiser la dette (« le gouvernement fédéral est lui-même endetté, en plus des états et par-dessus eux »)… « Et troisièmement, nous avons besoin d’une politique d’investissement qui recouvre toute la zone Euro… d’un mécanisme de recyclage général… À moins que nous ne  nous dotions de tout cela, je crains qu’il n’y ait absolument rien à faire pour empêcher son lent mais inexorable déraillement. » Naked capitalism.

Voilà. Vous avez le topo : nationaliser le système bancaire, créer un marché obligataire à l’échelle de la zone Euro ; établir des mécanismes de transferts fiscaux vers les états plus faibles, comme nous le faisons aux États-Unis via l’aide sociale, les timbres de rationnement alimentaire, les contrats gouvernementaux, etc, pour créer une sorte d’équilibre entre les états très riches et productifs comme la Californie et New York et les états pauvres comme le Dakota du Sud ou l’Oklahoma. (Euh… NdT). C’est ce qu’il faudra pour créer des États-Unis d’Europe viables et leur éviter ces frustrantes crises à répétition. Varoufakis le sait. Bien sûr, il ne pousse pas à cela dans l’immédiat. Du moins pas encore.

Il a décidé d’y aller lentement, pas à pas. Des changements progressifs, voilà l’idée. Continuer à creuser son sillon et à se rallier des partisans, jusqu’à ce que le vieil édifice craque et que la démocratie apparaisse.

C’est là le plan de Varoufakis résumé. La révolution par le dedans.

Pas un mot à Berlin !

Traduction c.l. pour Les grosses Orchades

Source http://www.counterpunch.org/2015/02/19/ironman-varoufakis...

14. mike-whitney.jpg

Mike Whitney vit dans l’état de Washington. Il est un des auteurs de Hopeless : Barack Obama and the Politics of Illusion  (AK Press). Ce livre est également disponible en édition Kindle. On peut le joindre à fergiewhitney@msn.com.

 

0. russep.GIF

 

En dépit de la presse d’Outre-Rhin…

15. Russe oder Grieche -^Florian Schmitt.JPG

 

… et des braves Américains qui sont loin, nous sommes ici persuadés que la révolution en question ne se fera ni sans ni contre les Allemands, lesquels sont en assez grand nombre capables de comprendre les vrais enjeux et d’y adhérer, malgré – et contre – les Pegida de tous ordres, qu’on leur flanque dans les pattes pour tenter de détourner leur juste sévérité vers le bouc-émissaire musulman, vieux truc qui ne trompe plus que les irrémédiables zozos. Et la presse(tituée) qui gagne sa croûte d’intoxicatrice à gages.

 

15 bis.  JFG-DieLInke.png

Die Linke

 

0. russep.GIF

Pendant qu’on y est :

Comment je suis devenu un Marxiste inconstant

Yanis Varoufakis – Arrêt sur Info – 7 mars 2015

Avant d’entrer en politique, Yanis Varoufakis, l’iconoclaste ministre grec des Finances, qui joue un rôle de premier plan en cette nouvelle période troublée de la zone euro, avait rédigé cette critique virulente du capitalisme européen, tout en indiquant les leçons que la Gauche pouvait tirer des erreurs de Marx.

En 2008, le capitalisme mondial fut pris de spasmes, pour la deuxième fois. La crise financière déclencha une réaction en chaine, qui entraîna l’Europe dans une spirale récessive, dont les effets continuent à se faire sentir, aujourd’hui encore. La situation actuelle de l’Europe ne constitue pas seulement une menace pour les travailleurs, les déshérités, les banquiers, les classes sociales ou, en fait, les nations. Non: l’attitude actuelle de l’Europe représente une menace pour la civilisation, telle que nous la connaissons.

Si mon pronostic se vérifie, et si nous n’avons pas simplement affaire à une crise cyclique de plus, qui sera surmontée sous peu, les radicaux se retrouvent face à la question suivante: devrions-nous nous réjouir de cette crise du capitalisme européen, voir en elle la possibilité de son remplacement par un système meilleur? Ou bien, devrait-elle nous inquiéter, au point de justifier notre engagement dans une campagne de stabilisation du capitalisme européen?

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/yanis-varoufakis-comment-je-suis-d...

0. russep.GIF

Et pourquoi Yanis Varoufakis ne s’adresserait-il pas aux Français ? Si on le lui demande gentiment :

Nous avons interviewé le ministre des Finances grec

16. Yanis texte.jpg

Charles Sannat : Vous vous définissez vous-même comme un «contrarien». Pouvez-vous nous en dire plus ?

Yanis Varoufakis : Dans un monde où le paradigme dominant fait obstacle au partage de la prospérité, à la justice et à la liberté, il incombe à ceux qui tiennent ces principes pour fondamentaux de s’opposer au prêt-à-penser. S’opposer aux opinions et aux règles juste pour le principe de s’opposer ne rime à rien et est dangereux. Mais s’opposer à ce qui sape systématiquement les valeurs sur lesquelles repose une société civilisée est un devoir moral.

CS : Vu de France, on a l’impression que dans les négociations en cours entre l’Europe et la Grèce on n’est d’accord sur rien et que les institutions européennes sont intraitables. Est-ce une impression ou la réalité ?

YF : Il y a forcément des points sur lesquels nous sommes d’accord. En effet, il est dans l’intérêt de tous en Europe, y compris de celui de nos créanciers, que la Grèce retrouve une croissance nette. A mes yeux, le problème semble être que l’inflexibilité de l’Europe quant à la politique qu’elle mène vient de ce qu’elle est résolue, ce que l’on peut comprendre, sans pour autant trouver cela judicieux, à ne pas admettre que le «remède » appliqué depuis cinq ans n’a fait qu’aggraver une situation déjà très mauvaise.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/nous-avons-interviewe-le-ministre-...

 

17. Sannat.jpeg

Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires. Il est actuellement le directeur des études économiques d'Aucoffre.com et rédacteur du ContrarienMatin, ‘Décryptage quotidien sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique’.

 

0. russep.GIF

Choses à lire :

18. COUV_recto-Minotaure-planétaire.jpg

 

 

Yanis VAROUFAKIS

Le Minotaure planétaire: L'ogre américain, la désunion européenne et le chaos mondial

Enquêtes et perpectives – Déc. 2014

318 pages

 

Sur le blog de Yanis Varoufakis « Pensées pour le monde post-2008 » :

L’Europe a besoin d’une Allemagne hégémonique

http://yanisvaroufakis.eu/2013/02/22/europe-needs-a-hegemonic-germany/

Mais aussi :

http://questionscritiques.free.fr/edito/Varoufakis_Michel...

 

0. russep.GIF

Mais il ne faudrait pas croire qu’il n’y en a que pour les Finances ! Et puisqu’il existe un blog Syriza en France, nous l’avons pillé :

 

Discours d’Alexis Tsipras au Comité Central de SYRIZA

19. tsipras-alexis-660-fosphotos.png

Camarades,

Nous sommes au début d’un long et difficile combat, unis non seulement par le programme sur lequel le peuple grec nous a accordé sa confiance, mais aussi par les principes, les valeurs fondamentales, les idées et l’histoire de la gauche, par notre volonté de servir le peuple et le pays, par nos relations franches et ouvertes avec les travailleurs, avec ceux qui créent et inventent l’avenir par notre attachement à la démocratie et à la justice sociale, par la mobilisation solidaire du peuple autour de revendications mûres, qui donnent son vrai sens au mot progrès.

Et pour qu’il n’y ait pas de confusion – je tiens à dire clairement que :

Si nous représentons le nouveau, le « sans précédent », l’espoir de changement, cela ne signifie pas pour autant que nous sommes nés de la dernière pluie.

Lire la suite…

Source : http://syriza-fr.org/2015/03/04/discours-d-a-tsipras-au-c... Traduction : Vassiliki Papadaki

 

0. russep.GIF

 

20. pas de cravates.gif

0. russep.GIF

Mieux vaut tard que jamais (on parle pour nous aussi) :

Manifestations de soutien à la Grèce un peu partout en France

Présent au rassemblement en soutien au peuple grec place du Palais Royal à Paris le 11 février 2015, Jacques Cheminade appelle à résister avec la Grèce et les BRICS, face à la finance criminelle qui nous mène à la guerre. A l'image du Conseil National de la Résistance en France en 1944, les pays du monde doivent aujourd'hui se rassembler sur l'essentiel : arrêter d'appliquer le garrot de la dette et créer un futur vivable pour les peuples.

 

 

0. russep.GIF

Au milieu de toute cette excitation, on ne parle pas beaucoup des prisonniers de Grèce. Politiques. Qui se souvient de leur longue grève de la faim pour protester contre les conditions inhumaines de détention dans les nouvelles prisons haute sécurité qui venaient d’être construites ? Il semble que les conditions inhumaines ne leur soient pas appliquées par le nouveau gouvernement, mais ils y sont toujours.

 

21. prison haute sécurité.JPG

Nous avons reçu ceci du Secours Rouge de Belgique

 

22. Secours Rouge bannière.jpg

Secours Rouge/APAPC

Auberge espagnole pour soutenir une action de solidarité en Grèce

Chèr(e)s amis, chèr(e)s camarades

Sous la pression de la Troïka et en réponse aux résistances contre les plans d'austérité, l'ancienne coalition au pouvoir en Grèce avait fait voter une série de lois répressives.

Un loi élargissant la définition du « terrorisme », qui a permis l'emprisonnement de communistes turcs réfugiés en Grèce, une loi privant les prisonniers révolutionnaires du bénéfice des congés pénitentiaires et des réductions de peine et une loi plaçant les prisonniers révolutionnaires dans un prison spéciale d'isolement (à Domokos).

L'arrivée au pouvoir de la nouvelle coalition a suspendu certaine de ces mesures : les prisonniers ont biens été transférés dans la prison spéciale de Domokos mais le régime d'isolement n'a pas été mis en application).

L'abolition des nouvelles lois spéciales de répression figurait parmi les promesses électorales de Syriza, mais rien n'a été fait en ce sens.

Ce 2 mars, les prisonniers ont entamé un mouvement de lutte pour l'abolition des lois spéciales, notamment par une grève de la faim.

Trois journées de mobilisations internationales sont prévues à Athènes les 26, 27 et 28 mars. Les organisateurs ont appelé à une présence majeure du Secours Rouge International.

Le Secours Rouge de Belgique va envoyer une délégation importante (au moins 9 personnes partiront à Athènes).

Pour aider au financement de cette délégation, nous invitons nos plus proches amis et sympathisants à une petite fête chez Nathalie (33 rue du Métal, 1060 -Saint-Gilles).

La fête est informelle (verre de l'amitié, auberge espagnole et discussions) et en comité relativement réduit.

Merci donc de nous réserver votre vendredi 13 mars en soirée (et/ou de verser une contribution au compte BE09 0016 1210 6957 avec mention « Grèce »).

Salutations solidaires

Le Secours Rouge

0. russep.GIF

Actualité de la répression et de la résistance à la répression

Ce dimanche 8 mars 2015

Grèce : Les anarchistes occupent le siège de Syriza en ce moment

Depuis environ midi, quelques dizaines d’anarchistes occupent le siège de Syriza, ils ont accroché des banderoles sur le bâtiment et jeté des flyers par les fenêtres. Voici leur communiqué :

« "Aujourd’hui, dimanche 8 mars, nous faisons une occupation. Nous exigeons la satisfaction immédiate des revendications des combattants prisonniers en grève de la faim : le retrait des législations spéciales anti-terroristes, et en particulier les lois sur les "organisations criminelles" (lois 187 et 187A). Le retrait des lois répressives spéciales (loi anti-masques), et le retrait des prisons de type-C qui sont le symbole de l’exemption des prisonniers politiques. Le retrait de l’utilisation et du traitement de l’ADN comme preuve. Nous appuyons également la demande pour la libération immédiate de S. (NdT : Savvas Xiros). qui est exterminé depuis 13 ans par la vengeance de l’état. Et nous appuyons la demande des membres de la Conspiration des Cellules de Feu pour la libération de leurs parents". »

Aux dernières nouvelles, peu de policiers sont présents sur place.

 

23. occupation syriza.jpg

Les anarchistes grecs occupent Syriza

Source : http://www.secoursrouge.org/Grece-Les-anarchistes-occupen...

0. russep.GIF

Solidarité populaire :

Les syndicats grecs offrent des vacances aux enfants de la République Populaire de Lougansk

5 mars 2015

24. enfants Donetsk.jpg

Hier, mercredi 4 mars, le chef des syndicats de la République Populaire de Lougansk, Oleg Akimov a annoncé à la presse que les syndicats grecs avaient  proposé d’organiser des vacances d’été dans leur pays, pour les enfants de la RPL.

Selon Akimov, les autorités de la RPL ont entamé des négociations pour organiser ces vacances d’été au bénéfice des enfants de familles privées de protection sociale, en mettant néanmoins tout en œuvre pour que les fermes de santé de leur propre pays soient en état de recevoir autant d’enfants que possible, dans les conditions de sécurité nécessaires.

Traduit (librement) par cl. pour Les Grosses Orchades

Source : http://novorossia.today/greek-trade-unions-suggested-prov...

 

0. russep.GIF

Espagne

 

25. No-pasaran-brigadistes-donbass.jpg

 

Le Fantôme du Caudillo frappe encore

ou

l’Espagne serait-elle restée franquiste sans que personne ne nous en ait rien dit?

Huit jeunes brigadistes espagnols (communistes) de retour du Donbass, où ils se sont battus aux côtés des Ukrainiens du Sud contre l’armée nazie de Kiev, ont été arrêtés à leur retour en Espagne. En vertu de quelles lois ?

Lire ici…

Source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/internationa...

Grain de sel des Grosses Orchades :

« Le Parti Communiste Espagnol demande »…  « Demande » ? Vous allez dire qu’on pinaille... Il ne pourrait pas exiger ?

 

0. russep.GIF

 

Qui a peur de l’Incorruptible ? Pablo Iglesias et la Révolution française.

par Olivier Tonneau, Homerton College, Cambridge

 

26. Pablo-Iglesias_EDIIMA20130920_0396_4.jpg

Pablo Iglesias

 

Cet article est paru en anglais dans le journal The Guardian du 18 février 2015.

Pablo Iglesias, le dirigeant du parti espagnol Podemos, est un homme traqué par l’Histoire – et particulièrement par l’histoire de la Révolution française. Ses références à la guillotine font en effet couler beaucoup d’encre dans les médias espagnols. En juin 2012, en réaction aux coupes budgétaires imposées par le gouvernement, Pablo Iglesias tweetait : « Des coupes, d’accord… mais avec la guillotine » . Un an plus tard, il publiait une tribune intitulée « Une Guillotine à la Puerta Del Sol » . La même année, dans une interview télévisée, Iglesias demandait : « Savez-vous quel acte symbolise l’avènement historique de la démocratie ? C’est l’exécution d’un roi, Louis XVI, décapité par la guillotine. »

« Les Espagnols se seraient épargnés bien des horreurs s’ils avaient fait usage de l’outil de la justice démocratique » déplorait Iglesias, avant de citer Robespierre : « Punir les oppresseurs de l'humanité, c'est clémence ; leur pardonner, c'est barbarie. » Il ne se passe pas une semaine sans qu’il soit fait référence à ces propos dans le débat public. La semaine passée, Eduardo Garcia Serrano, fondateur du journal de centre-droit El Mundo, surnommait ironiquement Iglesias « El incorruptible Senor X ».

Lire la suite…

Source : http://revolution-francaise.net/2015/02/23/610-qui-a-peur...

 

0. russep.GIF

 

Le parti Podemos (Podem en catalan, Ahal Dugu en basque), de M. Pablo Iglesias Turrión a fait plus : il a demandé à Madame Florence Gauthier, historienne de la Révolution, la permission de traduire et de diffuser ses écrits en Espagne. Permission accordée avec joie.

Les Français n’auront pas cette chance, à moins qu’ils connaissent le chemin du site-mère (ou père ?) : http://revolution-francaise.net/ et celui du Canard Républicain : http://www.lecanardrépublicain.net/

Les autres devront se contenter de l’ineffable Marion Sigaut, historienne-maison du mouvement Inégalité&Division, qui vient d’épouser celui des royalistes vendéens. Soucieuse de satisfaire ses sponsors du bocage, dame Sigaut part en guerre pour la monarchie et contre la République (la vraie, la Première), et réclame, avec ses maîtres, le retour du catholicisme comme religion d’État. Meuh, non, ce n’est pas de l’islamo-judéophobie, qu’allez-vous chercher là ? Et de s’en prendre au Plan d’Éducation Nationale de Lepeletier de Saint-Fargeau, par elle décrété, pâle hîlote, « totalitaire ». Pauvre Lepeletier, déjà assassiné de son vivant, si on ose dire…

Côté royalisme de pointe : « La monarchie est démocratique, si le peuple choisit le système » (Soral). À cœurs vaillants, rien d’impossible…  Ils ont même deux vrais prétendants : Louis XX et Henri V (Bourbon, les deux). Qui les départagera ? Une petite guerre dynastique ?

Excusez-nous, on n’a pas de Tsipras, ni de Varoufakis ni d’Iglesias sous la main. On fait avec ce qu’on trouve.

 

0. russep.GIF

 

Russie

Qui a tué Nemtsov ?

Par Israël Adam SHAMIREntre la plume et l’enclume8 mars 2015

 

27. Nemtsvo murder.jpg

 

C’est fait, les assassins présumés de Nemstov sont sous les verrous et il s’agit (prière de marquer une pause étranglée) de musulmans de Tchéchénie qui avaient nous dit-on une furieuse envie de punir l’homme politique ardemment Je-Suis-Charlie. On ne dispose pas encore de rapport officiel, mais c’est la version peu plausible que l’on répand à Moscou.
Alors, notre 11 septembre à l’échelle d’un pauvre type ? Certes, l’assassinat de l’homme politique russe a tout l’air de sortir des mêmes studios hollywoodiens à gros moyens, qui nous ont servi le 11 septembre et le marathon de Boston, et Charlie’s tuerie. Ces crimes à New York, Boston, Paris et maintenant Moscou ont deux points communs : les musulmans, dans le rôle d’accusés, et le fait que personne n’y croit vraiment ; la défiance s’est répandue comme la poudre, et s’étend aux détails du récit tels qu’ils sont publiés

Lire la suite…

Source : http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1694

Nous avons, dans notre précédent post publié l’analyse d’Alexander Sobyanin, parce que, dans ses grandes lignes, nous pensions qu’elle était juste. Nous publions aujourd’hui celle d’Israël Shamir, parce que nous pensons de même. Nous contredisons-nous ? Pas du tout.

Et cette occasion est aussi bonne qu’une autre pour répondre à plusieurs mails que nous avons reçus hors commentaires. Notre conviction à nous est qu’indépendamment de tous les autres facteurs (pressions sur Merkel-Hollande, rapprochement avec l’Occident aux frais des Tchétchènes), Boris Nemtsov a été « sacrifié » pour permettre à ces Messieurs-Dames (car il y a des dames !) de la CIA, de l’OTAN, du MOSSAD et autres espèces létales de SAUVER LA FACE. Car, à quoi avons-nous assisté, depuis des mois ? À des fanfaronnades (on peut dire aussi de l’intoxe), comme quoi on allait voir ce qu’on allait voir, le « printemps russe » était imminent, l’« Euromaidan » moscovite programmé (pour le 1er mars) et l’inévitable chute de Vladimir Poutine assurée les doigts dans le nez. Or, qu’aurait-on vu, en réalité, si Nemtsov n’était pas si opportunément mort ? Rien du tout. La montagne n’aurait même pas accouché d’une souris. Les sinistres drilles qui nous emmènent à l’abîme s’étant juste contentés de pratiquer, comme de plus en plus souvent, la méthode Coué. Avec cette mort si opportune, le FIASCO TOTAL du regime change annoncé en fanfare est passé muscade. Et quoi de plus normal, de leur point de vue d’honnêtes tueurs en séries, que d’accuser de ce pis-aller celui qui aurait dû en être la victime, si les dieux n’étaient pas si récalcitrants aux injonctions « démocratiques » ?

C’est assez dire que nous ne croyons pas une seconde à la fable tchétchène ! Quels impératifs de real politik poussent les Russes à coller ce meurtre (qui a peut-être été physiquement exécuté par un musulman, la question n’est pas là) sur le dos de quelques lampistes barbus ? Nous l’ignorons et nous n’avons pas le droit de les juger. Ils se battent pour nous, dans une guerre à mort où nous leur laissons prendre tous les risques sans les aider. Nous nous posons quand même la question suivante :

Dans un cas semblable, Robespierre aurait-il, par réalisme politique, fait porter le chapeau d’un crime à un bouc-émissaire quel qu’il soit ? La réponse est NON. Quoi qu’il lui en eût coûté.

Il y a des circonstances où les principes prennent le pas sur n’importe quel réalisme. Parce que leur action est primordiale et son effet à beaucoup plus longue échéance. Encore une fois, nous ne jugeons pas. Nous nous accrochons à ce qui nous sert de boussole.

Et, pour rappel :

« Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement, et révoquer ses mandataires »

Maximilien Robespierre

 

0. russep.GIF

 

28. LIVRES.JPG


Homère et Michel-Ange n’ont jamais eu le téléphone. Et ce n’est pas de cela qu’ils sont morts.

 

Dans cet ordre d’idées, Jean-Pierre OTTE nous envoie une brève réflexion que viennent de lui inspirer les Dernières Nouvelles de l’Homme.

Nous ne les connaissions pas. Belle occasion de faire connaissance. Les voici l’un derrière l’autre : 

La porte personnelle

Sonnez à votre propre porte à un moment où vous ne vous y attendez pas, recommande le chroniqueur des Dernières nouvelles de l’Homme. Venez vous ouvrir et pénétrez à l’improviste en vous-même. Allez à votre rencontre ou restez pour un temps un passager clandestin réfugié dans les soutes, puis se glissant par les écoutilles. En un mot comme en cent : visitez-vous ! Voyagez en vous-même : le marcheur évolue dans sa propre géographie, des racines des cheveux à la plante des pieds, de la chambre alvéolée de la mémoire à celle, contiguë, de l’imaginaire.

A l’échelle de l’univers nous sommes un grain de poussière impossible même à distinguer à l’œil nu, et pourtant, ce grain de poussière, capable d’humeur et de mouvement, contient tout un monde. Unité du nombre, le détail résume l’ensemble et l’infini intérieur vaut l’infini des galaxies alors que le monde se modifiant nous modifie en retour.

L’aventure est de descendre en soi-même, à l’intérieur de son puits aux images, au bout de sa galerie de prospection, au fond de son village mongol, où ce qu’il y a en nous de plus audacieux et de libre rencontre des déesses fluides, la figure énigmatique du hasard, des visages dévoilés pour d’invraisemblables liaisons. Un pays intérieur, intime et tangible, qui a ses mythologies, ses trouvères, sa loi morale et son ciel étoilé, dans le goût de l’impossible et du vrai, dans le plaisir de l’inexplicable et de l’évidence tout à coup révélée.

Tout au fond, au plus obscur, comme on le ferait d’une racine entre les doigts, dégagez un désir, le vôtre ; saisissez-le au vif, aiguisez-le au-delà de toute espérance. A partir de ce désir de vie qui est le vôtre, tout, de toutes parts, est ouvert, offert à vos pas. Il n’y a plus d’obstacle, et il n’y en a peut-être jamais eu. Vous retournant par acquit de conscience, vous constatez même qu’il n’y avait pas de porte.

Dans cette aventure personnelle, ce n’est pas d’instruments de chirurgie meilleurs dont nous avons le plus besoin. Ni de pouvoir d’achat, de primes à l’emploi et de sécurité sociale. Pas davantage de conférences au sommet, de téléphonie sans fil et d’informations intempestives qui nous occultent en définitive la réalité vraie du monde sous la taie d’un malheur indifférent. Mais de l’expérience immédiate de s'éprouver en vie, de se sentir respirer ici et maintenant. Respiration et en même temps perspiration, percolation par tous les pores. Soyons buveurs de vent, ivrognes de la fluidité, partisans inconditionnels du prodige ordinaire qui avive et revivifie le sang, aiguise les sens, délie et affine les pensées dans un luxe d’évidence, l’idée et le désir même d’une manière plus exaltante de se conjuguer au présent.

Il faut restituer à chacun la certitude d’exister à titre d’exception au rythme même, métronomique, de sa respiration.

Jean-Pierre Otte

Pour rappel :

29. embden-goose-cut-out.gif

http://plaisir.d-exister.pagesperso-orange.fr/

 

0. russep.GIF

 

Ce qui suit serait tout à fait à sa place dans notre post fantôme sur la Chine, mais puisque la Chine n’en finit pas d’être remise, depuis Noël, aux calendes, inversons l’ordre.

0. russep.GIF

Les Dernières Nouvelles de l’Homme

Au gai savoir – Les miscellanées du Joueb de Joël

Diversité

6 mars 2015

Un beau texte sur l'enrichissement qu’entraîne la diversité, texte extrait de la poésie du gérondif de Jean-Pierre Minaudier.

Chomskyens : Noam Chomsky est un linguiste américain qui a pris la grosse tête depuis qu'on l'a gratifié du titre pompeux de « plus grand intellectuel vivant ». Il est un défenseur de l'idée d'une grammaire universelle des langues et en bon américain il ne comprend même pas la mentalité française, il l'a prouvé plusieurs fois.

Lire la suite…

(Il faut descendre dans le blog et chercher "Diversité")

Source : http://perinet.blogspirit.com

(Lire « occidentalocentrisme » et « une tradition “classique” »)

Voilà qui ne va pas nous faire que des amis chez les Chomskyens. À vos plumes, si vous n’êtes pas d’accord. La section « Commentaires » est faite pour cela.

Et… ah, la lettre de Diderot à Voltaire ! Deux cent cinquante ans et plus que toutes ses dents : d’une fraîcheur d’œuf du jour. Même si on lui fait faire une faute de français impardonnable. Ne pas se relire… ne pas se relire… c’est bien beau, mais c’est mal élevé.

En attendant :

 30. Diversité.jpg

 

Jean-Pierre MINAUDIER

Poésie du gérondif

Le Tripode Éditions – 2014

157 pages

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Jean-Pierre Minaudier n'est pas un homme ordinaire. Cet amateur de mots est victime d'une terrible addiction : il possède une des plus grandes bibliothèques personnelles au monde de grammaires et s'en nourrit comme d'autres lisent des poèmes et des BD (qu'il lit aussi). Dans Poésie du gérondif, armé de ses quelque 1163 grammaires, concernant plus de 800 langues, il nous raconte avec humour et quantité d'exemples pourquoi chaque langue véhicule une vision particulière de l'univers...

Note biographique sur l’auteur

Diplômé de l'École normale supérieure et historien de formation, Jean-Pierre Minaudier s'est découvert sur le tard un amour pour les langues rares. Depuis, il enseigne le basque et l'estonien (qu'il traduit aussi, on lui doit notamment la version française de L'Homme qui savait la langue des serpents, d'Andrus Kivirähk) et jongle compulsivement avec les centaines d'autres idiomes qui nichent dans sa bibliothèque.

Pendant qu’on y est :

31. lhomme-qui-savait-la-langue-des-serpents_1.pagespeed.ic.jfC4NX5EPn.jpg

 

Andrus Kivirähk

L’homme qui savait la langue des serpents

Traduit par Jean-Pierre Minaudier

Illustré par Denis Dubois

Le Tripode Éditions – 2013

440 pages

 

 

Prix de l'Imaginaire 2014 du roman étranger

Voici l'histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa sœur qui tomba amoureuse d’un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, d’une paysanne qui rêvait d’un loup-garou, d’un vieil homme qui chassait les vents, d’une salamandre qui volait dans les airs, d’australopithèques qui élevaient des poux géants, d’un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons épouvantés par tout ce qui précède... Peuplé de personnages étonnants, empreint de réalisme magique et d’un souffle inspiré des sagas scandinaves, un roman à l’humour et à l’imagination délirants.

L’Auteur

Andrus Kivirähk est un écrivain estonien né en 1970 à Tallinn. Phénomène littéraire dans son pays, journaliste et essayiste, son œuvre importante suscite l’enthousiasme d’un très large public qui raffole de ses histoires. Il écrit des romans et des nouvelles, des pièces de théâtres, des textes et des scénarios de films d’animation pour enfants.

Le Traducteur

Jean-Pierre Minaudier est né en 1961 à Lyon. Ancien élève de l'École Normale Supérieure, professeur d’histoire en hypokhâgne et khâgne, traducteur, il est également chargé de cours d’histoire estonienne et de traduction littéraire depuis l’estonien à l’INALCO et enseigne le basque à la Maison Basque de Paris. Son temps libre est assez compté.

Le Dessinateur

Reprenant à son compte la tradition des collages surréalistes, Denis Dubois manipule les gravures en laissant parler son imaginaire. Il se présente lui-même comme un manufactureur d’images, avoue pour lecture de prédilection le bottin et fait de L’Attaque de la moussaka géante son film préféré.

En savoir plus :

http://www.le-tripode.net/livre/andrus-kivirahk/lhomme-qu...

 

0. russep.GIF

 

 

Mis en ligne le 9 mars 2015

 

 

00:35 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/03/2015

MEURTRE UTILITAIRE DE LA SEMAINE

1. condoleezzarice-ship-bow.JPG

 

Meurtre utilitaire de la semaine

ou

Charlie Hebdo en Russie

 

Donc, « ils » (remplissez les blancs si vous savez qui) ont occis Nemtsov.

Pour le cas où vous ne sauriez (légitimement) pas de qui il s’agissait, voilà :

Boris Efikmovitch Nemtsov, né à Sotchi en 1959, mort le 27 février 2015, de quatre balles dans le dos, sur le pont Moskvoretskyà Moscou, soit à deux pas du Kremlin.

 

2. cnn-boris-nemtsov.jpg

« How do you know it’s a false flag? When John McCain surfaces to express his ‘heartfelt’ condolences to his friend Boris Nemtsov… » -redpilltimes.

 

Physicien de formation, il était entré en politique après la catastrophe de Tchernobyl, jusqu’à devenir, dans les années 1990, un ministre de l’Énergie de Boris Eltsine très apprécié de Margaret Thatcher. Comme le rappelle Moon of Alabama, « il fut au moins partiellement responsable de la dégénérescence de l’économie russe en système mafieux », puisque, lié aux oligarques, il a présidé à la vague des privatisations de la décennie 1990.Pour sa part, le site polonais Wolna Polska publie, entre autres documents relatifs au défunt, la liste des vingt journalistes – hommes et femmes - assassinés sous sa mandature de Vice-Premier ministre.

Son protecteur, l’autre Boris, lui avait promis qu’il lui succéderait à la présidence de la Fédération de Russie. Comme on sait, il n’en fut rien, puisque c’est Vlad l’Abominable qu’il finit par adouber. Boris II prit alors la tête de l’opposition pro-occidentale et fonda le parti libéral SPS (Union des Forces de Droite) qui, en 2007, obtint 0,97% des voix aux élections législatives et aujourd’hui n’existe plus. Nemtsov et le champion d’échecs Garry Kasparov, avec quelques autres, dont Navalny et Yashin, l’ont remplacé par Solidarnos, probablement sorti du même think tank que S.S. Jean-Paul II et Lech Walesa. On se souviendra que Kasparov, candidat de ce parti à l’élection présidentielle de 2008, se retira de la course avant le scrutin qui devait élire Dmitry Medvedev.

Outre ses « activités » politiques toutes relatives, le beau Boris menait une vie de bâton de chaise, en compagnie, loin de ses épouses, de prix de beauté, de mannequins et/ou de professionnelles de plus en plus jeunes, comme celle, arrivée de Kiev le jour même, qui l’accompagnait sur le pont fatidique. La photo « hot » que publie Wolna Polska fut prise lors d’un séjour qu’il fit à Dubai en compagnie d’une call girl à 1.500 $ la nuit, aux frais de ses électeurs, séjour pendant lequel il fut photographié (par qui ?) dans toutes les attitudes possibles et jusque sur les toilettes. Bref, pas tout à fait le Carlton, mais pas loin.

En deux mots comme en cent, l’opposition pro-occidentale au gouvernement Poutine représente aujourd’hui quelque chose comme 1% des électeurs russes. C’est pourtant sur elle que comptait (car, sinon, qui d’autre ?) l’administration Obama pour susciter « un printemps russe », autrement dit provoquer un changement de régime en faisant tomber Vladimir Poutine. Oufti !

Boris Nemtsov était sur écoutes, cela va de soi. C’est ainsi que la manière dont il organisait, la veille de sa mort, un Maidan-bis par téléphone, fait aujourd’hui les beaux jours du Net. Conversations transcrites en anglais :

http://fortruss.blogspot.be/2015/02/nemtsov-wire-taps-how-to-organize.html 

http://fortruss.blogspot.be/2015/03/nemtsov-wire-taps-russian-maidan-part-2.html

Bref, quelle menace représentaient Nemtsov et les siens pour le gouvernement actuel ? Aucune. Quelle raison pouvait avoir le dit gouvernement d’éliminer ce pathétique DSK russe ? Aucune. Au contraire…

Mais alors, qui avait intérêt à sa mort ? C’est là que les hypothèses partent dans tous les sens. Pratiquement personne, d’ailleurs, hormis la presse occidentale salariée, ne perd son temps à même essayer de coller le meurtre sur le dos de Vladimir Poutine, ce dont se réjouit le Saker, dans un des articles qui suivent.

Nous ne passerons pas en revue toutes les possibilités ; les enquêteurs n’en excluent paraît-t-il aucune. Mais… cui bono ?

Pour Ramzan Kadyrov, président de la République de Tchétchénie, le doute n’est pas permis : ce sont les USA.

 

Kadyrov accuse les services de renseignements occidentaux du meurtre de Boris Nemtsov

AVIC – Réseau International

 

3. Kadyrov.jpg

 

Le président de la République tchétchène, a rappelé que toute atteinte à la vie d’un citoyen de la Russie devra être punie et a exprimé ses condoléances à la famille du politicien assassiné.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/kadyrov-accuse-les-service...

*

Mais il ya quelqu’un – une dame - qui les accuse, elle, d’avoir découvert que Nemtsov était en réalité une taupe du Kremlin et de l’avoir occis pour faire savoir à Poutine qu’on ne les prend pas impunément pour des andouilles (si ce n’est pas vrai c’est bien trouvé, mais c’est en anglais) :

 

Was Nemtsov killed because his cover as a Kremlin asset was blown?
March 1, 2015

4. nemtsov et...jpg

Yulia Brazhnikova - Cont
Translated by Kristina Rus

Political senselessness ofNemtsov's murder is obvious. It will not cause a wave of popular anger, nor attempts to change the state order. Criticisms by Boris Nemtsov looked so naive, that played into the hands of the authorities, putting down the opposition in the eyes of citizens. He was not only harmless, but in this sense, even useful. With such enemies, as they say, there is no need for friends.

Read more…

Source : http://fortruss.blogspot.be/2015/03/was-nemtsov-killed-be...

*

Ce genre de spéculation, peut-être seulement d’une midinette impressionnée par la prestance du personnage, fait penser, non plus à DSK mais à Gilles de Rais, sur le compte de qui ne cessent de surgir, de temps à autre, depuis des siècles, des « explications » nouvelles. Comme la version si ingénieuse qui veut qu’il ait été victime d’une machination de l’évêque Machin, à qui il allait rendre les sommes folles qu’il lui avait empruntées mais qui préférait garder les terres et les châteaux reçus en garantie.

-         Oui, mais, il a avoué…

-         Oui, mais, sous la torture…

-         Etc, etc.

Pour Boris Nemtsov, nous n’en avons retenu qu’une seule, non seulement parce qu’elle est émise par une importante personnalité politique russe, mais parce qu’elle s’impose comme une évidence. Seul, un déroulement très différent des événements en cours pourrait nous persuader qu’elle est fausse.

N.B. Les notes de bas de page sont de nous.

 

Le sacrifice de Nemtsov et la prise de contrôle par les USA de L’UE (TTIP1) et du Japon (TTP2)

5. Le Pont.jpg

par Alexander Sobyanin – 2 mars 2015

 

6. Sobyanin.jpg

 

 

 

Alexander Sobyanin est le chef des services de planning stratégique de l’Association de Coopération Transfrontalière de la CEI.

 

1. L’offrande de Nemtsov a été sacrificielle, c’est certain. Ce qui ne veut pas dire que Nemtsov ait été un agneau ni qu’il ait représenté rien de sacré par sa vie. Cela signifie juste que le sacrifice a eu lieu pour qu’il ne vienne pas à l’idée aux Yashins, aux Kasyanovs et aux Navalnys, de sauter du train militaire en marche (Kasyanov a déjà essayé de s’échapper, parce qu’il a été Premier ministre et qu’il sait mieux que Navalny avec quelle facilité il peut être balayé de la table de jeu de l’existence).

2. Le meurtre a été perpétré à proximité immédiate du Kremlin, de la Place Rouge et de la Cathédrale St. Basile :

 

7. -le-corps-de-l-opposant-russe-boris-nemtsov-est-allonge-sur-le-pont-moskvoretsky-en-plein-centre-de-m.jpg

 

Tout ce qu’une ménagère du Texas connaît de la Russie se trouve ainsi réuni dans une seule image. S’appuyant sur ce paquet vidéo-photo bien ficelé « Vue du Kremlin avec meurtre d’un opposant à Poutine », les Américains vont pouvoir forcer à rentrer dans le rang les Allemands et les Français qui, après les accords de Minsk, s’étaient un peu trop relâchés, se mettant même en tête de restaurer les relations de l’Europe avec la Russie. Pas question, chers démocrates ! Nous n’en voulons pas. Les Allemands, les Français et les autres Européens vont être, du coup, obligés de renforcer de manière drastique les sanctions contre la Russie, c’est-à-dire de se poignarder eux-mêmes dans le dos.

3. Un analyste qui signe Brzezin Zbignievski a bien démontré pourquoi les USA sont derrière le meurtre de Nemtsov. [ L’analyste qui écrit sous ce nom publie des textes en anglais qui se disent traduits du russe. Son pseudo a bien sûr été choisi pour attirer l’attention, mais, s’il ne fait pas très sérieux, ses analyses, en revanche ne manquent ni de profondeur ni de sagacité. Voici, par exemple, une prédiction sur l’Ukraine (la page en anglais est « actuellement indisponible », NdGO), qui a paru avant les jeux de Sotchi. NdKR]

4. Les États-Unis savent qu’il est impossible, en 2015, de renverser Poutine sur une place publique. Cela dit, que veulent-ils au minimum et au maximum ? Au minimum, ils veulent que l’infanterie « créative » de Kasyanov se fasse matraquer par les soldats de la Division Dzerzhinsky (dans le pire des cas ; dans le meilleur des cas, la police aura le temps de la fourrer dans ses paniers à salade), à condition, bien entendu, qu’elle se débrouille pour mobiliser 50 à 70.000 personnes à Moscou (ce qui est très peu probable). Kasyanov, Sobchak, Yashin et leurs compères ont pleurniché, mais ils n’ont pas le choix ; ils auront beau pleurer, il leur faudra grimper sur le cactus des forces de sécurité russes. Trop tard pour se défiler. J’ai rencontré plusieurs fois Kasyanov dans les couloirs des bureaux du gouvernement et dans des forums publics, et je suis sûr qu’il est si débrouillard que, contrairement à la jeunesse libérale, il trouvera le moyen d’y grimper comme un hérisson et d’atterrir à temps dans les buissons, même si c’est avec la diarrhée. Sobchak, elle, ne risque rien, parce qu’elle est odieuse et qu’elle a, pour parapluie, l’ancien subordonné de son père. À l’abri aussi est Kudrin : il jouit d’une niche spéciale dans le dialogue de l’argent US avec les Russes. Les autres libéraux n’ont aucun parapluie sous lequel s’abriter de la pluie de plomb.

5. Il n’est pas nécessaire de creuser très profond dans la mort de Boris Nemtsov : il n’y a pas de secrets. Nemtsov était un libéral pro-occidental. Le voilà parti. Pour ce qui est des libéraux, si on n’arrive pas à les pousser de force sous les matraques, il n’en restera rien au bout des six mois qui viennent. Il n’y a qu’à voir avec quelle énergie de limaces ils ont manifesté en 2013 et en 2014. Un meurtre sacrificiel « pour cause de siège du Kremlin par des libéraux » n’est qu’un rideau de fumée informationnel à l’usage des foules jobardes. Le canard à gagner, c’est le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, c’est-à-dire la mise en esclavage de l’économie européenne par les grands groupes US. Le sacrifice de Nemtsov était une opération secrète. Les États-Unis, dans le cas de mise de l’Europe sous le joug du TTIP, recevront comme gros lot, non pas le canard boîteux Khodorkovski (pas assez fiable de toute façon) mais une excuse assez bonne pour contraindre les Allemands et les autres Européens à revenir sur le champ de bataille et à renforcer les sanctions occidentales, c’est-à-dire pour obliger les économies de l’Allemagne et de la France à agresser davantage encore la Russie. En tout état de cause, et il n’y a pas le moindre doute là-dessus, la Russie survivra sans les voitures allemandes, mais l’Union européenne… sans les ressources russes… Bonne chance !

6. Le retour du Deutschland dans la ronde des sanctions contre la Russie est le vrai motif qui a présidé à l’exécution, et ce retour sera un grand premier pas vers sa transformation en un état nazi et sa préparation à un « neue Drang nach Osten ». Après la signature des accords de Minsk-2,  les Allemands et les Français ont nourri l’illusion qu’il était possible d’éviter ce fichu Pacte Transatlantique et d’adoucir les sanctions à l’encontre de la Russie. Ils se trompaient : il n’y a pas de forces d’occupation en Russie, mais en Allemagne et en France, il y en a. Les manœuvres préparatoires des Anglo-Saxons, pour que l’Europe s’engage, sous le fouet, dans des opérations militaires – non, ce n’est pas l’Ukraine ! – ont débuté en 2012, et n’ont donc rien à voir avec Nemtsov. Le but réel qu’ils poursuivent est de prolonger la vie des États-Unis en dévorant l’économie de l’Union européenne et celle du Japon.

 The Telegraph – 17.2.2012 : le ministère de la Défense envisage d’envoyer 6.000 tanks et véhicules militaires en Allemagne

7. Ce qu’il y a de merveilleux, avec le Pacte Transatlantique, c’est que, de leur côté, toutes les instances du gouvernement US, la FED, les banques et les grands trusts sont engagés et présents dans les négociations, mais que, du côté de l’Europe occupée, seuls le sont (et encore !) les bureaucrates non élus de la Commission Européenne, et ce, exclusivement de manière non publique. C’est-à-dire que les banques et les sociétés allemandes ne sont pratiquement pas autorisées à participer aux discussions où se planifie leur asservissement.

2e Partie :

8. Si on  ajoute à cela que l’argent du Quatrième Reich est revenu et continue à revenir (expulsé de force par la Finintern !) des États-Unis vers l’Allemagne, l’image de la nazification accélérée du Deutschland commence à se dessiner. Pour commencer, les Allemands seront forcés de se précipiter, tête la première, sur le poing russe ; ensuite, tout leur argent sera aspiré par les États-Unis via le Pacte Transatlantique et, enfin, l’économie allemande sera saturée – pour des milliards de dollars - de valeurs toxiques américaines.

Les Allemands seront alors poussés, par les nazis, vers un revanchisme anti-banques, anti-oligarchique (et, bien sûr, anti-russe). Mais ces nazis-là ne seront pas les tondus aux vestes de cuir des années 1960-1990. Le futur NSDAP, financé par les Anglo-Saxons et les grandes sociétés allemandes qui pavent ainsi sa route vers le pouvoir, est déjà une réalité : c’est le parti AfD (Alternative für Deutschland). Si bien que la seule chose que Poutine et les siens puissent faire (et que, d’ailleurs, ils font), c’est financer les partis d’extrême-droite en Allemagne, en Italie, en France, en Grèce et en Grande-Bretagne :

 

8. Tableau 1.jpg

Le schéma du financement des partis d’extrême-droiteprovient d’ici :

http://sobiainnen.livejournal.com/81756.html

« Poutine infiltre la scène politique européenne avec une scandaleuse efficacité. Tableau : Les partis d’extrême-droite qui font du lobbying pour les intérêts de la Russie en Europe sont l’UKIP en Grande Bretagne, le Front National en France, le NPD en Allemagne, le JOBBIK en Hongrie, l’Aube dorée en Grèce et l’ATAKA en Bulgarie.»Business insider – 9.1.2015

Dmitry Dobrov : « PEGIDA est en train de changer la carte politique de l’Allemagne. AfD : Angela Merkel les estampille xénophobes sans même écouter leurs arguments » // InoSMI. 23.1.2015

« Planning stratégique aux USA : pouvoir militaire, technologies révolutionnaires et dollar. Rapport analytique. » Alexander Sobyanin, Marat Sibutu // REGNUM. 25.5.2012

Alexander Sobyanin – « Une guerre mondiale débutera au cours des trois années qui viennent. » Vyacheslav Shemansky // Radio S.C. 8.12.2014

 

8. Le même  scénario est en préparation pour le Japon (Fukushima n’est pas un accident) :

 

 

 

« Les Républicains, au Congrès, sont impatients de travailler avec l’administration Obama afin d’accélérer le passage au TPP. Si vous n’avez jamais entendu parler de ce TPP, sachez que c’est précisément là qu’est le problème. Ce sera le traité commercial le plus important de l’Histoire. Il concernera des pays allant du Chili au Japon, représentant 792 millions d’individus et 40% de l’économie mondiale. Il a été conçu en grand secret. Des lobbyistes des plus grands groupes d’affaires américains et des plus grandes banques de Wall Street en sont parties prenantes, mais pas le public américain.

L’industrie pharmaceutique, par exemple, en obtiendra des brevets plus juteux et le report aux calendes de quantité de médicaments génériques moins coûteux. Les grandes sociétés et Wall Street se dotent d’un tribunal international, constitué d’avocats privés opérant en dehors de tout système légal des nations concernées. Ce tribunal peut ordonner que soient payées, à ces sociétés, des compensations, pour tout manque à gagner qui résulterait de règlements ou de lois propres à n’importe quelle nation liée par ce traité. Cela signifie que des sociétés US pourront poursuivre le gouvernement des États-Unis lui-même, si elles estiment que ses lois sont responsables d’une baisse, par elles estimée injuste, de leurs profits. Comme, par exemple, les lois qui protègent les consommateurs US des effets nocifs de produits impropres à la consommation ou dangereux pour la santé ; celles qui protègent les travailleurs ; celles qui régulent les émissions toxiques ou celles qui tentent de s’opposer à un nouveau renflouement de Wall Street aux frais des contribuables.

L’administration Obama dit que ce traité de commerce va stimuler les exportations US, mais il permettra aussi, bien sûr, aux grands groupes, de délocaliser encore plus d’emplois à l’étranger.

En d’autres termes, il s’agit d’un cheval de Troie et d’une descente mondiale à l’abîme, qui permettra aux plus grandes sociétés et à Wall Street d’éliminer toute forme de législation ou de réglementation faisant obstacle à leur profit maximal

En ce moment même, ils sont en train de mettre sur pied ce qu’ils appellent une “fast track authority” ou “procédure législative rapide”de façon que ce bradage en masse de tous droits puisse passer sans délibération publique d’aucune sorte et sans qu’il existe aucune possibilité de le remettre en cause. C’est pourquoi nous devons dire haut et clair : NON à la procédure accélérée et NON au Partenariat Transpacifique ! »

Pour mieux comprendre les événements imminents destinés à entraîner le Japon dans le TTP :

« Oubliez la Grèce. Huit autres pays sont endettés à hauteur de plus de 300% de leur PIB »// EconMatters. 24.2.2015.Par Tyler Durden, sur Zero hedge

« Au cas où quelqu’un aimerait savoir pourquoi les Banques Centrales mondiales sont si pressées de créer de l’inflation (mais seulement de l’inflation contrôlée, pas de l’hyperinflation galopante… évidemment, quand la partie « contrôlée » leur échappera, le crash financier ne sera plus qu’une question de temps) depuis cinq ans et ont imprimé plus de 12 trillions de dollars [un trillion égale mille milliards. NdT] d’argent à crédit depuis Lehman, dont le plus gros a fini sur le marché financier et qui, pour la première fois dans l’Histoire, va monétiser l’émission de la dette souveraine mondiale en 2015, la réponse est simple : on peut la voir sur le tableau ci-dessous. Il montre aussi en quoi consiste le plus gros problème qui se pose au monde aujourd’hui, à savoir que 9 pays sont endettés pour plus de 300% de leur PIB et que 39 autres le sont pour plus de 100% de leurs PIB respectifs.

Nous avons d’innombrables fois traité de ce sujet, nous serons donc brefs : soit la FED se débarrasse de cette dette par l’inflation, soit nous pouvons dire adieu sans retour à tout espoir de croissance économique, même si cela signifie encore plus de baisse des taux de la part de la banque centrale, plus d’assouplissements quantitatifs partout, et des marchés boursiers échangeant à +( ?), tandis que la classe moyenne disparaît d’un  bout de la planète à l’autre et que, seul, 0,001% reste debout.

Finalement, pour ceux qui sont curieux de savoir comment au juste le monde en est arrivé à cet état triste et sans précédent, la ventilation complète, gracieuseté de McKinsey, devrait répondre à toutes les questions. »

 

9. Tableau 2..jpg

 

10. Tableau 3..jpg

 

9. La fille du propriétaire de la Nezavisimaya Gazeta a écrit un article intéressant sur le TTP.

Varvara Remchukova : « Partenariat Trans-Pacifique : ses buts, ses défis et ses perspectives. L’impasse entre les USA et la Chine donne naissance à un nouveau monstre intégrationnel ».

10. L’asservissement du Japon, projeté sur le même modèle (il n’y a pas, en Chine, de forces d’occupation, mais il y en a au Japon) se produira un peu plus tard, et, partiellement, en parallèle avec la mise sous le joug de l’Allemagne. Le but est identique : d’abord piller les Japonais, ensuite les rationner (alors que leur croissance est déjà de zero) et enfin les pousser à la militarisation et au revanchisme.

_______________   

1 Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI ; TTIP en anglais), également connu sous le nom de traité de libre-échange transatlantique (TAFTA en anglais), est un accord commercial en cours de négociation entre l’Union Européenne et les États-Unis, prévoyant la création, en 2015, d’une zone de libre-échange transatlantique souvent appelée grand marché transatlantique.

2 L’accord de partenariat transpacifique, aussi connu sous le nom de Partenariat Trans-Pacifique ou sous son nom anglais Trans-Pacific Partnership Agreement ou simplement Trans-Pacific Partnership (TPP), est un traité multilatéral de libre-échange en cours de négociation, qui vise à intégrer les économies des régions Asie et Pacifique.

Source : http ://fortruss.blogspot.be/2015/03/sacrifice-of-ne...

Source originale : http ://k2-3300.livejournal.com/207266.html

Traduction en anglais de Kristina Rus

Mise vaille que vaille en français par c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

*

Parenthèse

On ne peut évoquer PEGIDA et la xénophobie allemande, sans se référer à l’article remarquablement documenté que lui a consacré Karel Vereycken, sur le site Solidarité et Progrès de Jacques Cheminade :

 

De Bernard Lewis à Pegida : qui tire les ficelles du choc des civilisations ?

 

11. pegida-8ca98.jpg


Pas un lundi ne passe, depuis quelques mois, sans que se déroule dans une grande ville allemande une manifestation de citoyens furieux clamant « nous sommes le peuple ! »

Si bon nombre des manifestants « battent le pavé » pour exprimer leur rejet d’une politique d’affrontement avec la Russie et les politiques d’austérité qu’on lui impose, force est de constater que l’oligarchie financière cherche à se mettre à l’abri de la colère populaire, en la détournant vers les victimes de la crise, notamment les immigrés.

Lire la suite…

Source : http://www.solidariteetprogres.org/bernard-lewis-choc-des...

 

*

Retour à feu Nemtsov :

Bonnes nouvelles en provenance de Russie : Même l’opposition libérale pro-US refuse d’incriminer le Kremlin

par Le Saker

 

12. manif libérale.jpg

 

Honnêtement, je n’aurais jamais pensé que le jour viendrait où j’aurais à dire du bien de l’opposition libérale ou non-système russe, mais apparemment, ce jour est venu, c’est aujourd’hui. À ma grande surprise, tous les chefs de cette opposition ont fait jusqu’à maintenant des déclarations très modérées et raisonnables, et tous ceux que j’ai entendus ont apparemment rejeté l’idée que le Kremlin puisse être derrière le meurtre. Ceci va peut-être de soi pour la plupart d’entre nous, mais pour l’opposition libérale ou démocratique russe, c’est un vrai changement de ton. Beaucoup d’entre eux ont même dit que ce meurtre était une provocation (ce qui, dans ce contexte, ceut dire un coup monté !) pour déstabiliser la Russie et provoquer une crise. Même Irina Khakamada, habituellement une vraie cinglée, a dit que c’était soit une provocation soit l’action d’un petit groupe d’extrémistes.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/bonnes-nouvelles-de-russie...

Source originale : saker.is via lesaker francophone.

 
 

*

L’organisateur du massacre d’Odessa vient à Moscou « se recueillir » sur le cercueil de Nemtsov et se fait arrêter.

1er mars 2015 - Fortrus

 

 

13. Goncharenko 1..jpg

Un conseiller de Porochenko arrêté avant la Marche de Moscou.

À la veille de la marche prévue pour rendre hommage au politicien assassiné, la police a arrêté le député à la Verkhovna Rada, Aleksey Goncharenko. C’est RIA Novosti qui l’annonce. Goncharenko pourrait être inculpé, dans le cadre des investigations entreprises par le Comité d’Enquête de Russie, en rapport avec les événements d’Odessa, du 2 mai 2014.

Le MVD moscovite a confirmé l’arrestation de Goncharenko. Il sera mis à la disposition des autorités compétentes. Selon Interfax, la cause exacte de cette arrestation n’a pas été rendue publique.

On se rappellera que, le 2 mai 2014, les nationalistes du Secteur droit et leurs partisans ont attaqué le camp anti-Maidan situé sur le Kulikovo Polé, et qu’ils ont ensuite mis le feu à la Maison des syndicats où les manifestants s’étaient réfugiés. Quarante-huit personnes ont péri, plus de deux cent ont été blessées; ceux qui ont réussi à échapper au feu ont été cruellement battus par les nationalistes. L’enquête ukrainienne n’a pas identifié les coupables, même si elle a reconnu que le massacre avait été planifié. Aucun des nationalistes n’a été arrêté.

 

14. Goncharenko 2..jpg

Goncharenko à Moscou, peu avant son arrestation

Commentaire de J. Hawk : Ce n’est pas la première fois qu’un député de la Rada est détenu en Russie dans le cadre d’une enquête criminelle – Nadiya Savchenko est également sous les barreaux pour des faits du même ordre à l’encontre de citoyens russes et il ne semble pas que sa remise en liberté soit à l’ordre du jour. Nous verrons bientôt si Goncharenko aura le privilège de bénéficier d’un séjour prolongé en Russie.

Source : http://fortruss.blogspot.fr/2015/03/normal-0-false-false-false-en-us-x-none.html

Traduit en anglais par J. Hawk pour Fortruss

Mis en français par cl. pour Les Grosses Orchades

 

*

4 mars 2015

Au temps pour nous et pour J. Hawk : ils l’ont relâché. (Ses victimes étaient ukrainiennes, celles de Savchenko étaient russes.)

Et la levée d’écrou – filmée - s’est faite dans les règles : pas un dollar, pas un euro, pas un rouble qui manque. Il n’y a pas à dire, l’Ukraine peut être au fond du trou… ses députés sont bien payés.

 

 

 

*

 

Le meurtre de Nemtsov a-t-il été vain ? Le « Maidan russe » tourne à la manifestation patriotique.

par Sergey Zheleznyak – Fort Rus -1er mars 2015

 

15. moskova.jpg

Sergey Zheleznyak  est vice-président de la Douma, parlement de la Fédération de Russie.

« Merci à tous ceux qui ont participé à la cérémonie organisée en souvenir de Boris Nemtsov, qui ont exprimé leur chagrin et qui n’ont pas permis que cette tragédie soit utilisée pour radicaliser la manifestation, comme en avaient l’intention les organisateurs de cet assassinat. Les exécutants et les commanditaires du meurtre de Boris Nemtsov, tout comme les auteurs d’autres crimes, doivent être identifiés par les enquêteurs et répondre de leurs actes devant une cour de justice. Toutes les possibilités seront envisagées et toutes les preuves seront examinées dans le but d’établir la vérité. Aucun crime ne doit rester impuni.

Notre objectif commun est de ne pas laisser les responsables de la mort de Boris Nemtsov mettre en œuvre leurs projets destructeurs contre la Russie

Commentaire de Kristina Rus : Poutine a-t-il une fois de plus retourné à l’envoyeur les machinations de l’Ouest ? Peu importe qui en a eu l’idée, c’était une idée géniale : ceux qui souhaitaient saluer Nemtsov assassiné mais ne voulaient pas être comptés au nombre des manifestants de l’opposition anti-Poutine et anti-gouvernementale, sont venus avec un drapeau russe et ont ainsi transformé ce qui devait être un « Maïdan moscovite » en rassemblement patriotique.

Traduit en anglais par Kristina Rus

En français par cl pour Les Grosses Orchades 

Source : http ://fortruss.blogspot.fr/2015/03/was-nemtsovs-mu...

 

*

 

 

Mis en ligne le 4 mars 2015

 

 

 

13:17 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2015

GUERRE & PAIX - IMBÉCILES ET VASSAUX - ROMANCIERS MERCENAIRES

1. Combat naval.JPG

Guerre & Paix

Imbéciles et vassaux

Romanciers mercenaires

 

*

Le problème de Moscou ? Traiter avec des imbéciles et des vassaux

Finian Cunningham – Strategic Culture Foundation- Sakeritalia

 

2. Jheronimus Bosch.jpg

10 février 2015

La Russie se trouve face à un dilemme. Comment arriver à un accord de paix – en évitant l’extension d’un terrible conflit – quand on doit, pour ce faire,  communiquer avec des imbéciles et des vassaux? Nous entendons par là, respectivement, les dirigeants américains et européens.

Le problème quand on essaie de dialoguer avec des imbéciles, c’est qu’ils sont tout simplement incapables d’envisager autre chose que ce qui leur sert d’obtuse réalité. Ils sont atteints de dissonance cognitive et ils en sont fiers. De fait, plus sa  dissonance cognitive est grande, plus l’imbécile se voit louer pour sa fermeté. On ne peut pas réveiller les imbéciles : leur stupide vision du monde est imperméable à toute autre espèce de perspective que la leur, quand bien même elle serait cent fois plus juste que la leur. Ils souffrent d’ailleurs d’une aversion viscérale pour toute correction susceptible de remédier à leur imbécilité.

L’autre problème, quand il s’agit de traiter avec des vassaux, c’est qu’ils n’ont pas le pouvoir de peser sur les événements – même lorsqu’il leur reste quelque minuscule velléité de penser indépendamment et quelque capacité à reconnaître une alternative plus intéressante,  si on leur en propose une.

C’est là le double problème que doit affronter la Russie, lorsqu’elle négocie avec Washington et ses alliés européens sur le conflit ukrainien.

Dans son discours de Munich, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déploré l’absence, chez les Européens, de la moindre tentative d’opposition à la vandalisation systématique de l’ordre international par Washington. Lavrov a été durement attaqué et ridiculisé pour avoir osé dire ce qui crève les yeux, et plus encore pour avoir étayé son propos d’arguments logiques et de preuves historiques.

Pour les imbéciles américains, les affirmations impudentes et les accusations à l’emporte-pièce sont des arguments rationnels. Ils suivent les mots d’ordre de leur propagande comme si on leur avait mis un anneau dans le nez. L’idée d’en douter ne les effleure jamais. Ils en sont même fiers.… Dieu bénisse l’Amérique !

Le président américain Barack Obama, qui devrait être l’un des hommes politiques les plus avisés de son pays ne réussit à rien concevoir au-delà de la camisole de force imposée par la « narrative » selon laquelle, et ce sans la moindre bribe de preuve, dans le conflit ukrainien, « tout est de la faute des Russes ».

À la Maison Blanche, cette semaine, avec la chancelière allemande à ses côtés, Obama a déclaré qu’il envisageait d’envoyer des armes létales au régime de Kiev pour « soutenir la défense de l’Ukraine contre l’agression séparatiste ».  Il a aussi accusé la Russie d’alimenter le conflit et de vouloir violer l’intégrité territoriale de l’Ukraine à la pointe du fusil.

Voyons maintenant la vérité. Les Ukrainiens d’origine ethnique russe sont massacrés dans leurs maisons, leurs caves, leurs écoles et leurs rues par le régime pro-occidental de Kiev. Ce régime, avec le soutien de l’Occident, a déclenché, il y a dix mois, dans l’est de l’Ukraine, une guerre insensée qui a déjà fait plus de 5.500 morts et plus d’un million de réfugiés. Et Obama, qu’aucune effronterie n’arrête, dénonce ces violences comme « agressions des séparatistes » et  envoie des armes plus meurtrières encore aux vrais agresseurs.

Si, d’Obama, on descend l’échelle politique, cela ne fait qu’empirer. Le vice-président Joe Biden a déclaré, à la conférence sur la sécurité de Munich la semaine dernière, que « les Ukrainiens ont le droit de se défendre »* et que, donc, les États-Unis doivent leur fournir une aide militaire afin qu’ils puissent « faire face à l’agression russe ».

Qu’en est-il, Monsieur Biden, du droit des Ukrainiens d’ethnie russe à se défendre ? En sont-ils exclus ? Ne sont-ils pas des Ukrainiens, eux aussi ? À moins qu’étant ethniquement russes, ils ne soient, à vos yeux, des Untermensch qui ne comptent pas ? 

Le diplomate de plus haut grade aux États-unis, John Kerry, une personne qui devrait être instruite, polyglotte et cosmopolite, s’en va clabaudant les mêmes accusations infondées et irrationnelles à l’encontre de la Russie. Il n’a pas honte d’affirmer qu’elle est « la plus grande menace qui soit pour l’Ukraine ». Et il veut, lui aussi, envoyer des armes à l’Ukraine, pour « donner une leçon à la Russie ».

Il en va de même pour Ashton Carter, le nouveau secrétaire à la Défense. Idem pour Michèle Flournoy, qui devrait devenir secrétaire à la Défense après lui, si Hillary Clinton gagne l’élection de 2016. Idem pour Bobby Jindal, un des candidats républicains favoris à la présidentielle. Idem pour le responsable de la politique extérieure des Républicains, Bob Corker. Idem pour le général Martin Dempsey, chef d’état-major interarmes des États-Unis. Idem pour les membres de l’establishment de la politique étrangère US, notamment à l’Institut Brookings et au Conseil de l’Atlantique. Idem pour les comités de rédaction des grands médias américains dont le New York Times et le Washington Post. Tous répètent à l’infini, infatigablement, leur mantra : le conflit ukrainien est dû à l’agression russe et fournir des armes au régime de Kiev est la meilleure idée qu’on puisse avoir pour promouvoir la paix. Tous régurgitent la même banale parodie d’histoire, qui peint le président russe Vladimir Poutine en « dictateur du milieu du XXe siècle », affligé de la même pulsion « expansionniste » qu’Adolf Hitler ou Benito Mussolini. (Sans le moindre signe qu’ils aient jamais compris ou même su que le fascisme du milieu du XXe siècle ne fut rien d’autre qu’une stratégie secrète élaborée par les puissances capitalistes occidentales pour attaquer l’Union soviétique, et que cette stratégie s’est soldée, rien qu’en Russie, par 30 millions de morts. Politique, faut-il le dire, qui ne fait que se poursuivre aujourd’hui sous les espèces du soutien américain au régime néo-nazi de Kiev, dans le but évident de déstabiliser la Russie.)

La chose la plus effrayante à propos des imbéciles américains, c’est qu’il ne leur vient même pas à l’idée qu’on pourrait leur avoir bourré le crâne. Ce sont des clones orwelliens qui croient que la guerre, c’est la paix, que l’esclavage, c’est la liberté, et qu’il n’y a de vérité que celle qu’on vous a matraquée.

Les politiciens américains qui ont participé à la Conférence sur la sécurité de Munich ont traité de « conneries » les efforts de la chancelière Merkel et du président Hollande, pour amener Poutine à discuter de la crise en Ukraine.

Les trois dirigeants se proposent de poursuivre cette semaine les longues discussions qu’ils ont entreprises à Moscou le week-end dernier, par une seconde réunion à Minsk, la capitale biélorusse. Il n’est pas sûr du tout que Poutine, Merkel et Hollande parviennent à obtenir du régime de Kiev qu’il s’assoie à la table de négociations avec les séparatistes d’Ukraine orientale. Les brutes américaines feront certainement de leur mieux pour faire capoter le dialogue avant même qu’il ait quelque chance d’avoir lieu.

À l’opposé de l’enthousiasme américain pour la guerre, il y a de plus en plus, chez les dirigeants européens, le sentiment commun qu’introduire davantage d’armes en Ukraine n’est vraiment pas la solution, qu’il faut au contraire l’éviter à tout prix, et que les aspirations à l’autonomie des séparatistes sont raisonnables et méritent d’être prises en compte.

Les dirigeants Européens, au moins publiquement, peuvent encore faire semblant de soutenir la « narrative » éculée selon laquelle c’est la Russie qui déstabilise l’Ukraine, avec ses propres troupes et son soutien militaire clandestin aux séparatistes. Moscou rejette évidemment ces allégations avec force. Mais, les Européens semblent quand même avoir conservé assez de subtilité intellectuelle pour comprendre que s’obstiner à montrer Poutine du doigt pourrait s’avérer contre-productif.

Il faut mettre à son crédit qu’Angela Merkel est restée ferme dans son opposition aux exigences américaines d’une plus grande implication militaire de l’Europe en Ukraine. À Washington, cette semaine, elle a catégoriquement exclu la possibilité d’envoyer davantage d’armes dans le pays. Cette opposition de Merkel aux propositions américaines a été furieusement dénoncée par les principaux sénateurs républicains, qui l’ont accusée de vouloir propitier Poutine, en comparant malignement sa position à la politique dite « d’apaisement » de Chamberlain envers Hitler à la conférence de Munich de 1938.

Traiter avec les imbéciles américains est donc impossible. Ils vivent dans un univers mental différent de celui de la plupart des gens. Leur monde est constitué de propagande ahistorique et d’une attitude rustaude qui fait du dialogue, de la réciprocité ou de l’élucidation socratique un ténébreux mystère. Leur arrogance et leur inepte vanité font obstacle à toute vraie communication et à toute espèce de compréhension mutuelle. Inutile de dire que le catastrophique résultat de leur « politique » est, bien entendu, « la faute à Poutine et à ses hordes russes » et que c’est, bien sûr, « l’affreux empire soviétique du mal » qui rapplique. Quoi, une opération illégale soutenue par les États-Unis contre un gouvernement élu ? Quoi, un régime soutenu par les Américains qui fait la guerre à la population des ethniques russes d’Ukraine Orientale ? Bande de pédés apologistes de Poutine !

Comment peut-on avoir quoi que ce soit à faire avec des gens pareils ? On ne peut pas, tout simplement.

Quoi qu’il en soit, le problème additionnel, c’est que les Européens ne sont pas vraiment libres d’agir en fonction d’une ligne indépendante. Il est clair que Merkel, Hollande et de nombreux autres dirigeants européens savent que le projet états-unien d’inonder l’Ukraine d’armes encore plus meurtrières est une idée insane, susceptible de déclencher une Troisième Guerre mondiale. Il est clair que de nombreux Européens pensent que les « sanctions » ordonnées par les USA à l’encontre de la Russie ne sont pas seulement contre-productives, mais que cette politique inutilement hostile est surtout néfaste aux travailleurs, aux agriculteurs et aux économies de l’Europe autant qu’à ceux de la Russie.

Mais le fait est que les États européens sont des vassaux de l’Amérique et qu’ils ne sont pas libres d’agir en dehors des diktats de Washington, si grotesques soient-ils. L’Allemagne est considérée comme le moteur de l’Europe et c’est la quatrième économie mondiale. En dépit de quoi, ainsi que nous en fait souvenir le politologue allemand Christof Lehmann, elle n’a jamais joui d’une véritable indépendance politique depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Elle n’a pas de constitution digne d’un État moderne, et elle continue d’être occupée par les forces militaires « victorieuses » des alliés américains et britanniques. «L’Allemagne est de facto une colonie des États-Unis ». dit Lehmann. « À tout moment, en fonction des lois de l’après-guerre, les troupes américaines ont le pouvoir de renverser le gouvernement de l’Allemagne, qui est techniquement et juridiquement, un état occupé, un état vassal.»

L’espionnage, par les services secrets américain (NSA) de la chancelière Merkel, révélé en 2013 par Edward Snowden, en est un exemple révélateur. Plus éloquent encore est le fait que Merkel n’ait pas répondu à cette violation grave de la souveraineté allemande avec la force que cette violation américaine méritait. Elle a docilement accepté l’intrusion comme une manifestation de l’hégémonie américaine d’après-guerre. Lehmann souligne que, quelles qu’aient été, dans le passé, les velléités allemandes de se créer une politique étrangère indépendante, et notamment celles qui impliquaient un rapprochement avec la Russie, elles se sont invariablement heurtées au veto des États-Unis et de leur allié britannique. «Nous avons été témoins de ce que tous les efforts déployés par les gouvernements de Willy Brandt et de Gerhard Schroeder en vue améliorer les relations de l’Allemagne avec la Russie, ont été sabotés, pied à pied, par Washington et par Londres», ajoute Lehmann.

C’est pourquoi Merkel mérite beaucoup de respect pour s’être courageusement affirmée, la semaine dernière, contre l’aventure militaire. Ce qu’elle est en train de faire, c’est franchir une ligne rouge indépassable imposée par Washington, à savoir que les États européens en général et l’Allemagne en particulier ne peuvent - et ne doivent même pas oser - remettre en cause l’hégémonie américaine et sa politique traditionnelle d’hostilité envers la Russie.

Peut-être qu’à la fin, Merkel et Hollande finiront par recevoir le message des millions de citoyens de l’UE qui ne cessent de protester contre la politique belliciste des États-Unis à l’encontre de la Russie, politique dont il est prévu que l’Europe fera les frais. Mais en vertu de la tradition européenne de vassalité envers les imbéciles américains, la possibilité d’un tournant positif vers des relations plus pacifiques reste incertaine. La direction de l’Europe est encore sous le contrôle de Washington. Mais les masses populaires européennes sont si dégoûtées qu’elles pourraient bien rompre par la force leurs chaînes imbéciles.

_________________ 

*Air connu.

Traduit de l’italien par c.l. pour Les Grosses Orchades

Source : http://sakeritalia.it/europa/ucraina/il-problema-di-mosca...

Source originale : http://www.strategic-culture.org/news/2015/02/10/moscow-p...

 

*

Poutine préfère une mauvaise paix

par Israël Shamir

 

3. Putin prefers.jpg

 

Le présent article est basé sur une longue conversation privée que j'ai eue avec un des principaux officiels russes. C'est la réponse à la question sur laquelle tout le monde bute: que veut vraiment Poutine en Ukraine ? Eh bien voilà, en deux mots : il veut la fédéralisation de l’Ukraine entière plutôt que l’annexion de ses provinces orientales par la Russie. Il préfère un peu d'influence dans la totalité de l’Ukraine à beaucoup d’influence dans une de ses parties. Les dramatiques accords de Minsk-2 sont tout à fait logiques, si on sait cela. Alors que Kiev combattaient pour éliminer les rebelles et rien d’autre,  les rebelles se battaient, eux, pour forcer Kiev à accepter le fédéralisme. Minsk-2 a établi que les gens au pouvoir à Kiev n’obtiendraient ce qu’ils veulent (des frontières, etc.) qu’après avoir mis en application les réformes constitutionnelles prévues par les précédents accords, mais il est certain que la junte évitera le fédéralisme aussi longtemps qu’elle n’y sera pas forcée par les armes. La guerre continuera donc, jusqu’à ce que ce point constitutionnel soit réglé d’une manière ou d’une autre, avec ou sans cessez-le-feu.

Israël Adam Shamir, le 16 février 2015

« En février, on est encore loin du printemps », déplorait Joseph Brodsky, le poète. De fait, la neige tombe toujours lourdement sur Moscou et sur Kiev, tout comme sur les steppes vallonnées qui forment la frontière entre la Russie et l’Ukraine, mais là, elle est teintée de rouge. Les soldats ne sont guère disposés à combattre en hiver, quand simplement vivre est déjà si difficile sous ces latitudes, mais les combats se sont remis à flamber dans le Donbass ravagé par la guerre, et les États-Unis y préparent une autre escalade en fournissant davantage encore de matériel sophistiqué à Kiev. Fatigués du siège et des bombardements intermittents, les rebelles ont fait fi de la neige et pris l’aéroport stratégique de Donetsk. Cet aéroport, avec ses tunnels construits sous Staline, symbole des solides travaux de défense soviétiques, représentait un énorme défi pour une milice sous-équipée. Ses multiples étages d’installations en sous-sol avaient été conçus pour résister à une attaque nucléaire ; et pourtant, après des mois de durs combats, les rebelles ont réussi à en déloger l’ennemi et à s’en emparer.

Au cours d’une offensive encore plus importante, ils ont réussi à prendre au piège les troupes de Kiev dans la poche de Debaltsevo, et Kiev a aussitôt demandé un cessez-le-feu. Les rebelles espèrent déloger complètement l’ennemi de leur territoire, dont il n’occupe plus qu’un tiers, mais le président de Russie continue à tripoter les freins. Il préfère une mauvaise paix à une bonne guerre. Pour lui, l’Ukraine est importante mais elle n’est pas un sine qua non et le seul problème qu’il y ait au monde. Cette façon de voir est partagée par le président US, mais il existe, entre les deux, une grande différence : la Russie préfère une Ukraine en paix, les USA veulent une Ukraine en guerre.

La Russie préférerait voir l’Ukraine unie, fédérale, paisible et prospère. L’alternative consistant à en détacher le Donbass n’est pas très engageante : le Donbass est très fortement connecté au reste de l’Ukraine et il n’est pas facile de rompre les liens qui les attachent. La guerre a déjà envoyé des millions de réfugiés du Donbass et du moignon restant d’Ukraine en Russie, surchargé ses infrastructures sociales. Poutine ne peut pas s’affranchir du problème en se désintéressant du Donbass. Son peuple ne le lui permettrait pas. Homme prudent, il ne veut pas aller à la guerre ouverte. Il doit donc louvoyer ver l’une ou l’autre forme de paix.

J’ai pu rencontrer récemment une importante personnalité russe bien informée, qui a accepté de partager avec moi, à votre profit et sous couvert d’anonymat, quelques-unes de ses réflexions. Alors que l’Occident se dit sûr  que Poutine veut restaurer l’Union Soviétique, le Président russe a véritablement fait tout ce qu’il a pu pour sauver l’Ukraine de la désintégration. Voici, selon mon interlocuteur, ce que la Russie a fait pour sauvegarder la paix dans ce pays :

-         La Russie a soutenu l’accord du 21 février 2014 négocié par les Occidentaux, mais les USA ont, simultanément, continué à pousser au coup d’état qui s’est produit le jour suivant (2 février 2014), c’est-à-dire ont « mis en place un pouvoir de transition en Ukraine », selon les propres mots d’Obama.

-         Après le coup d’état, le Sud-est de l’Ukraine ne s’est pas soumis aux putschistes de Kiev et a fait sécession. Pourtant, Moscou a demandé aux rebelles du Donbass de renoncer à leur référendum du mois de mai. (Ils n’ont pas tenu compte de l’appel de Poutine.)

-         Moscou a accepté les résultats des élections-bidon organisées par Kiev après le coup d’état et reconnu Porochenko comme président de toute l’Ukraine, bien qu’il n’y ait pas eu d’élections dans le Sud-est et que les partis d’opposition n’aient pas été autorisés à participer au scrutin.

-         Moscou n’a pas reconnu la légitimité des élections de novembre 2014 dans le Donbass, au grand chagrin de beaucoup de nationalistes russes.

Ces mesures ont été très impopulaires dans la société russe, mais Poutine les avait prises pour promouvoir une solution pacifique en Ukraine. Certains dirigeants militaires du Donbass ont même pu être persuadés de se retirer. En vain : Les États-Unis et l’Union Européenne ont traité par le mépris les actes et les intentions de Poutine. À Kiev, ils ont sans cesse encouragé le « parti de la guerre ». « Ils n’ont jamais rien trouvé de répréhensible chez les gens de Kiev, quoi qu’ils aient fait ou fassent » a commenté mon interlocuteur.

« La paix en Ukraine est possible par le fédéralisme », estime-t-il. C’est pourquoi les deux paramètres les plus importants des accords de Minsk (entre Kiev et le Dontesk) sont ceux dont on n’entend jamais parler : ceux sur les réformes constitutionnelles et socio-économiques. La Russie tient à assurer la sécurité territoriale de l’Ukraine (moins la Crimée), mais cela ne peut s’accomplir que par la fédéralisation de l’Ukraine, un certain degré d’autonomie étant accordé à ses différentes régions. Ses parties occidentale et orientale parlent des langues différentes, vénèrent des héros différents, ont des aspirations différentes. Elles pourraient quand même cohabiter - tout juste – si l’Ukraine était un état fédéral comme les États-Unis, la Suisse ou l’Inde.

À Minsk, les participants s’étaient mis d’accord pour désigner une commission commune chargée de réformer les institutions. Mais le régime de Kiev est revenu sur sa parole. À la place, il a créé unilatéralement un petit comité constitutionnel secret de la RADA (Parlement). Ceci a été condamné par la Commission de Venise, organe consultatif européen qui fait autorité sur les matières constitutionnelles. Le peuple du Donbass ne l’a pas accepté non plus, car ce n’est en rien ce qui avait été accepté de part et d’autre à Minsk.

Pour ce qui est de l’intégration, il avait été décidé à Minsk de réintégrer le Donbass dans l’Ukraine, ce qui avait fortement déçu les populations qui préféreraient s’intégrer à la Russie, mais cela avait été accepté, alors même que Kiev assiégeait militairement la région, suspendait les banques, cessait d’acheter le charbon du Donbass et cessait de payer les retraites de ses habitants. Les troupes de Kiev bombardent quotidiennement Donetsk, une ville d’un million d’habitants (en temps de paix !). Au lieu de l’amnistie pour les rebelles prévue par les accords de Minsk, on voit de plus en plus de troupes gouvernementales affluer vers l’Est.

Les Russes n’ont pas renoncé aux accords de Minsk. Ces accords pourraient apporter la paix, à condition d’être mis en application. Peut-être le président Porochenko de Kiev le voudrait-il, mais le parti de la guerre et ses soutiens occidentaux renverseront Porochenko s’il va trop loin. Paradoxalement, le seul moyen de le forcer à faire la paix est de lui faire la guerre, même si les Russes préféreraient que ce soit l’Occident qui fasse pression sur ses clients de Kiev. Les rebelles et leurs soutiens russes se sont servis de la guerre pour forcer Porochenko à signer les accords de Minsk. Leur offensive en direction de Mariupol sur la Mer Noire a été un énorme succès, et Porochenko est allé à Minsk pour pouvoir garder Mariupol. Depuis lors, il y a eu quelques cessez-le-feu entre Kiev et le Donetsk, il y a aussi eu échange de prisonniers de guerre, mais Kiev refuse toujours de mettre en œuvre les réformes constitutionnelles et socio-économiques ratifiées parles accords de Mins.

Or, un cessez-le-feu n’a pas de sens, si Kiev s’en sert juste pour regrouper ses forces et repartir à l’attaque. Mon interlocuteur insite sur le fait qu’un cessez-le-feu n’a de sens que s’il conduit à une réforme constitutionnelle négociée par un dialogue transparent entre les gens de Kiev et ceux des régions. S’il n’y a pas de réformes, le Donbass (ou la Novorossia) fera la guerre. C’est pourquoi l’opération Debaltsevo peut être considérée comme un moyen de forcer Porochenko à faire la paix.

« La Russie n’a pas l’intention de participer à la guerre ni aux négociations de paix » a précisé ma source. Les Russes tiennent absolument à rester en dehors du coup, tandis que les États-Unis, en revanche, tiennent par-dessus tout à présenter la Russie comme partie prenante dans le conflit.

Entretemps, les relations russo-américaines sont revenues quarante ans en arrière, c’est-à-dire à l’amendement Jackson-Vanik de 1974, grâce au décret de « Soutien à la liberté de l’Ukraine » de 2014. Le Secrétaire d’État John Kerry considère ce décret comme un développement malheureux mais temporaire. Les Russes ne partagent pas son optimisme : pour eux, ce décret entérine des « sanctions » anti-russes. Les USA font tous leurs efforts pour qu’un maximum de pays se retournent contre la Russie et le font avec un certain succès. D’un seul revers de manche, la chancelière allemande Angela Merkel a éliminé toutes les organisations, toutes les structures et tous les liens tissés entre l’Allemagne et la Russie pendant de longues années. Chaque visite de Joe Bidden provoque une conflagration.

Par ailleurs, les Russes sont très mécontents de l’histoire du Boeing malaisien. À chacune des rencontres au plus haut niveau avec des officiels US, ils rappellent la campagne d’accusations hystériques dont ils ont été l’objet pour l’avoir prétendument laissé abattre par les rebelles du Donbass utilisant « des missiles russes ». Six mois ont passé depuis la tragédie et les Américains n’ont toujours pas présenté la moindre preuve d’une implication soit russe soit des rebelles. Ils n’ont toujours présenté aucune des photos prises par leurs satellites, ni aucun rapport de leurs avions SDCA (Système de détection et de commandement aéroporté, NdT) qui patrouillent en permanence au-dessus de l’Europe de l’Est. Selon mon interlocuteur, les officiels de haut rang US ont cessé de faire allusion aux Russes et aux rebelles, mais refusent obstinément de s’excuser pour leurs accusations infondées. « Ces gens-là ne s’excusent jamais».

Et les Américains tiennent toujours à conduire le bal. Ils répètent avec insistance qu’ils ne veulent pas obtenir la « reddition » des Russes, qu’ils trouvent la confrontation coûteuse et malvenue, au moment où les USA ont besoin de la  Russie pour négocier avec l’Iran sur son programme nucléaire, pour mener à bien le retrait des armes chimiques syriennes et pour affronter le problème palestinien. Les Russes répondent qu’ils ont déjà entendu tout cela à propos de la Libye et que cela ne les impressionne pas.

Les différences d’opinion entre la Russie et les USA sont énormes dans presque tous les domaines. Il existe un point commun à toutes les affaires - de la Syrie au Donbass – la Russie préconise partout la paix, les Américains poussent partout à la guerre. Les Russes ont invité à Moscou des représentants de l’opposition et des représentants du gouvernement syrien, pour qu’ils y discutent. Ils sont venus, se sont parlé, et reviendront. Ils pourraient très bien arriver à un accord, mais les représentants des États-Unis disent que, pour leur part, ils n’accepteront jamais la présidence de Bachar al-Assad et qu’ils poursuivront la guerre jusqu’au dernier Syrien s’il le faut, pour obtenir sa démission.  Ce n’est pas que les Américains soient des sanguinaires, c’est que la guerre a pour eux un sens : chaque guerre de la planète aide le dollar à se soutenir et fait remonter l’indice du Dow Jones, tandis que le capital apatride cherche un havre sûr et le trouve aux États-Unis.

Ils ne pensent pas une seule seconde aux Syriens qui fuient vers la Jordanie ni aux Ukrainiens qui cherchent asile en Russie en nombres de plus en plus grands. Quel malheur pour deux pays merveilleux ! La Syrie était paisible et prospère, la perle du Moyen Orient, jusqu’à ce qu’elle soit détruite par les islamistes qu’avaient armés les USA ; l’Ukraine a été la partie la plus riche de l’ancienne URSS, jusqu’à ce qu’elle soit ruinée par l’extrême-droite néo-nazie et les oligarques de Kiev. Joseph Brodsky a prédit avec amertume, en 1994, au moment où l’Ukraine a proclamé son indépendance vis-à-vis de la Russie, que les transfuges ukrainiens évoqueraient la poésie russe à l’heure de leur mort. Cette prophétie est en cours de réalisation.

On peut joindre Israël Shamir à l’adresse e-mail : adam@israelshamir.net

Traduit par c.l. pour Les Grosses Orchades

Source : http://www.israelshamir.net/English/UkrFeb.htm

 

*

4. Orient-Occident.jpeg

 

*

Soumission de Houellebecq

ou

La peur de l’islam au service de la soumission à l’Empire.

par Rosa Llorens

 

5. houellebecq 2.jpg

 

Le13 février 2015.

Les livres de Houellebecq se lisent toujours aussi facilement, grâce à son écriture blanche hypnotique et à ses incursions dans le réel quotidien : ses mini-reportages (ici, à Rocamadour) et les adresses réelles et précises attribuées à ses personnages (rue des Arènes, avenue du Cardinal Mercier) offrent le charme de la maquette, on retrouve en petit, au format livres, des lieux proches. Mais ces dehors rassurants cachent (à peine) un pamphlet anti-musulman, à l’unisson de la déferlante médiatique.

Le style du candidat musulman aux présidentielles de 2022, Mohammed ben Abbes, s’applique parfaitement à celui de Houellebecq : les journalistes, comme les lecteurs, sont comme hypnotisés, ramollis; il les conduit à une sorte de doute généralisé où se dissolvent toutes les valeurs. Et l’instrument le plus évident de cette hypnotisation est le héros, ici François : il est si fatigué, désabusé, démuni, terne, absent, naïf, qu’on le suit sans se méfier, et on finit par se retrouver dans les situations les plus inacceptables : dans Les Particules élémentaires, c’était le remplacement de l’humanité par une race post-humaine, sur le modèle de la nouvelle race bovine mise au point par le narrateur, Michel; ici, le remplacement de nos institutions et valeurs par un gouvernement islamique.

Car Houellebecq, tout en pratiquant la politique du pire, affecte de présenter la victoire de Mohammed ben Abbes et de sa Fraternité musulmane comme la solution la plus raisonnable aux problèmes de la France et de l’Europe. La politique du pire, c’est le climat de guerre civile où, d’emblée, il nous installe : des agressions, des explosions inexpliquées, des incendies, des scènes de meurtres et de dévastation, décrites comme si c’était notre quotidien : les musulmans, selon le narrateur, envisagent  [la] destruction de notre système sans frayeur particulière; il ne manque même pas la comparaison avec Hitler détruisant le système de la République de Weimar. Ce livre se situe clairement dans la ligne des intellectuels médiatiques qui propagent les schémas du conflit des civilisations, et préparent ainsi ce conflit, et sur une position d’extrême-droite indépassable, puisqu’il proteste en même temps contre les médias qui organisent le black-out sur les violences de la racaille : même lorsque les bureaux de vote, pendant le deuxième tour, sont pris d’assaut, et que les morts s’accumulent, on n’entend aucune information sur aucune chaîne ni radio; pourquoi ? Cela ferait le jeu du FN.

On voit comment Houellebecq nous entraîne dans une vision totalement faussée, à contre-sens de la réalité, en partant d’observations lucides, ainsi : qu’est-ce que l’alternance démocratique ? le partage du pouvoir entre deux gangs rivaux. Mais de telles critiques n’aboutissent jamais à un désir de lutte contre le système : Houellebecq, sautant par-dessus l’action politique, nous conduit à la destruction du système et à son remplacement par un pire, qui conserve néanmoins l’essentiel du précédent. L’Europe, nous dit-il, est en panne de valeurs, les Européens n’ont même plus envie de se reproduire, ce qui conduit au zemmourien remplacement de population : que faire ? Porter au pouvoir un Mohammed ben Abbes qui, lui, a des valeurs et un grand projet : une grande Europe qui se prolongerait sur la rive Sud de la Méditerranée, conformément à l’idée de la sarkozienne Union pour la Méditerranée. Les peuples en ont assez de l’Europe des 27 ? Qu’à cela ne tienne, on fera l’Europe des 35, encore plus autoritaire, sur le modèle de l’Empire Romain !

On pense à la stratégie de la tension, bien étudiée et documentée maintenant, en Italie : la DC [Démocratie Chrétienne, NdT] et le PSI [Parti Socialiste Italien, Ndt] ne sont pas assez démocratiques. Ils sont compromis avec la mafia ? Qu’à cela ne tienne, on les supprime et on les remplace par Berlusconi ou le gouvernement direct des banquiers.

Car la politique de ben Abbes n’apporte aucun changement économique ni social : c’est en fait une sorte de poujadisme (le distributivisme), qui prend acte de la disparition de la grande industrie en France et prône la petite entreprise familiale ou l’auto-entreprenariat, ou plutôt même un simple avatar néo-libéral, puisqu’on réduit drastiquement le budget de l’Éducation et les prestations sociales.

Mais alors, Houellebecq prônerait-il sérieusement un gouvernement islamico-néo-libéral en France? En fait, l’invention d’une Fraternité musulmane au pouvoir semble obéir à deux finalités en même temps : nous persuader de l’indépassabilité du modèle libéral (sur l’air de : Voyez, même les Frères musulmans ne pensent nullement à réduire les inégalités sociales) ; et provoquer l’indignation et la rage  contre ce que ben Abbes apporte de nouveau : l’islamisation morale et religieuse de la France. Pour cela, Houellebecq fait semblant d’approuver les principes islamiques : la disparition du patriarcat a des conséquences funestes (plus de famille, une natalité en berne), rien ne vaut une femme soumise, que ce soit dans le domaine culinaire ou sexuel. En fait, l’outrance de ses positions montre son intention réelle, tout à fait pratique, qui fait sortir son livre du domaine littéraire pour le placer dans celui de la propagande : c’est un argumentaire anti-musulman, qui n’oublie aucun cliché, adressé à toutes les catégories qui, aujourd’hui encore, hésiteraient à voter FN contre le péril musulman :

– tout d’abord les femmes (et en particulier le mouvement féministe) : l’arrivée au pouvoir de ben Abbes les raye tout simplement du paysage socio-professionnel. Elles deviennent femmes au foyer (ce qui fait baisser en flèche le chômage), et femmes-pot-au-feu, pour leur plus grand plaisir d’ailleurs. Mais, même là, elles seront menacées, puisque la polygamie est instaurée et que les beurettes sont plus excitantes, et en même temps, mieux formées aux activités ménagères !

– tout le corps enseignant, le seul qui n’ait jamais abandonné le Parti socialiste, qui avait continué à le soutenir jusqu’au bord du gouffre. Toutes les mesures de ben Abbes dans ce domaine sont autant de chiffons rouges agités sous le nez des profs : réduction du budget de l’Éducation Nationale, scolarité obligatoire ramenée à 12 ans, suppression de la mixité en classe, et obligation pour tous les enseignants (la catégorie la plus laïcarde de la population !) de se convertir à l’islam !

– les professeurs d’université tout particulièrement, qui, appuyés sur leurs règles de fonctionnement, se croient à l’abri de tous les aléas de la politique : ils sont pourtant soumis à la loi commune et, en cas de refus de conversion, envoyés à la retraite. S’ils acceptent de travailler dans une université islamisée, ils pourront continuer à enseigner en toute liberté ; mais, ajoute perfidement le narrateur, la conversion finale de Rimbaud à l’islam était présentée comme une certitude.

– enfin les autres grandes religions monothéistes : l’ennemi des musulmans, ce n’est pas les catholiques, c’est la laïcité, explique Alain Tanneur, qui travaille à la DGSI [direction générale de la Sécurité intérieure]. Mais il ajoute aussitôt que le vrai but des musulmans, c’est d’obtenir la conversion des catholiques. Et le nouveau président de la Sorbonne, converti à l’islam, suggère que l’islam avait pour mission de purifier le monde en le débarrassant de la doctrine délétère de l’incarnation (oubliant que les musulmans sont beaucoup moins hostiles au Christ que les juifs).

A l’égard des Juifs, Houellebecq se joint à l’opération médiatique en cours (Être Juif en France, titre une revue) visant à faire croire qu’ils vivent dans un pays hostile : « il va se passer quelque chose de grave en France pour les Juifs » , « Quand un parti musulman arrive au pouvoir, c’est jamais bon pour les juifs » (on sait bien en fait que les juifs ont toujours vécu paisiblement dans les pays musulmans). Du reste, tout le livre est présenté du point de vue des Juif : Myriam, dont le héros se déclare inopinément amoureux, suit ses parents en Israël ; d’abord rétive (J’aime la France), elle s’adapte très vite à son nouveau pays; contrairement au marasme français, l’atmosphère, en Israël, est extraordinairement dynamique et joyeuse, mais toujours avec un fond de tragédie sous-jacente, car tous les jours ou presque, des kamikazes bardés d’explosifs se font sauter, dans les autobus ou ailleurs : il ne viendra pas à l’idée du narrateur de remonter un peu en arrière pour chercher les raisons que peuvent avoir les Palestiniens d’en vouloir aux Israéliens, ni de s’intéresser aux conditions de vie des Palestiniens en territoire occupé. Il semble même qu’il pense moins aux intérêts des Français en général qu’à ceux des Juifs : dès la mise en œuvre du front républicain élargi anti-FN, François n’a qu’un cri : Et les Juifs? Heureusement, le rassure-t-on, ben Abbes a toujours travaillé à entretenir de bonnes relations avec le grand rabbin de France, et ne compromettra pas son projet politique pour les beaux yeux du peuple palestinien.

Résumons donc l’affaire Fraternité musulmane : les classes travailleuses, les classes moyennes menacées par la mondialisation libérale n’ont rien à attendre d’elle sur le plan socio-économique, ni les Palestiniens sur le plan diplomatique. Par contre, femmes, enseignants, catholiques voient leurs valeurs battues en brèche par les musulmans, et se retrouvent dans le même camp que les juifs : voilà le front républicain élargi anti-musulman que Houellebecq préconise pour la France, et qui s’est trouvé réalisé, par une curieuse coïncidence, à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo, survenu quelques heures après la sortie en librairie de Soumission. La manifestation convoquée, dans le roman, par Marine Le Pen, après le premier tour des élections, et qui réunit deux millions de personnes au cri de : « Nous sommes le peuple de France, Nous sommes chez nous », évoque étrangement la manifestation du 11 janvier et son slogan « Nous sommes Charlie », gros de significations inquiétantes.

Mais il y a dans le livre un aspect particulièrement répugnant, c’est le rôle joué par le sexe. Passons sur les scènes de sexe porno, Houellebecq a beaucoup de mal à se renouveler, on dirait même qu’il s’en acquitte comme d’un pensum. Ce qui est nouveau, c’est l’association constante du sexe à la montée du parti musulman. Le narrateur feint d’abord de s’inquiéter de son avenir sexuel (il constate une généralisation du pantalon, peu favorable à ses fantasmes, contrairement à la jupe courte). Mais, en suivant les progrès de l’islamisation dans le milieu universitaire, il se rend compte que le nouveau gouvernement a pris en main même ce domaine, organisant un véritable communisme sexuel islamique : son principal argument à l’égard des professeurs, c’est la mise à disposition de jeunes épouses de 15 ans, périodiquement renouvelables, puisque la charia, informe le narrateur, permet d’avoir jusqu’à quatre femmes (c’est le fameux paradis des houris transposé sur terre !). Cet argument emporte la décision de François : il accepte de réintégrer Paris III et, pour cela, de se convertir. Ainsi s’ouvrent de nouveau de beaux jours pour lui et sa bite, dans la plus agréable des soumissions.
Le dernier chapitre décrit cette conversion, dans un double jeu fort déplaisant, opposant la benoîterie des énoncés à un ton d’une ironie insultante. La profession de foi, transposée phonétiquement, dans une orthographe barbare, qui massacre volontairement l’arabe liturgique : Ach-Hadou ane lâ ilâha illa lahou…, résonne comme un blasphème. Et Houellebecq fait comprendre que cette soumission sera catastrophique en adoptant, simplement (pourquoi se fatiguer, l’aspect littéraire n’est pas l’essentiel du livre) le procédé de Perec dans le dernier chapitre de son « roman sociologique », Les Choses : récit du dénouement, pour l’un, au futur, pour l’autre, au conditionnel-futur dans le passé, qui annonce un destin sinistre : « Le voyage sera longtemps agréable […]. Mais le repas qu’on leur servira sera franchement insipide. » (Perec) « Le cocktail serait gai, et se prolongerait fort tard […]. Je n’aurais rien à regretter. » (Houellebecq)

Soumission est donc un livre tordu, comme son auteur, qui nous mène, comme dans Les Particules…, du diagnostic d’une crise indéniable à une fausse solution inacceptable : en faisant semblant de préconiser une solution islamique, Houellebecq fait au contraire un livre de propagande anti-musulmane, qui s’intègre à la campagne médiatique sur le péril musulman, où les musulmans sont présentés comme nos futurs maîtres, alors qu’ils sont devenus le bouc émissaire des désastres de la mondialisation libérale. Mais inutile d’insister lourdement : le terme de soumission, choisi pour désigner l’islam, est par lui-même une sorte de code, qui résume les arguments utilisés pour dénigrer l’islam, présenté comme une religion d’esclaves, incompatible avec la démocratie; ce qui montre bien la profondeur de la déchristianisation dans notre pays : dans toute religion monothéiste, christianisme ou islam, monde humain et monde divin relèvent de deux dimensions radicalement différentes, et tout croyant, chrétien, juif ou musulman, ne peut que se soumettre à la volonté de Dieu, c’est pourquoi la résignation a toujours été une vertu chrétienne.

Mais, contrairement au christianisme, l’islam, depuis la Révolution iranienne, était devenu, sur le plan de l’action humaine, politique, le drapeau des opposants à l’ordre libéral. C’est pourquoi il convient de le discréditer : Houellebecq apporte ici sa pierre à cette entreprise de démoralisation.

Rosa Llorens

Rosa Llorens est normalienne, agrégée de lettres classiques et professeur de lettres en classe préparatoire.

Source : http://lesakerfrancophone.net/soumission-de-houellebecq-l...

6. bouquin houellebecq.jpg

 

Michel Houellebecq

SOUMISSION

Flammarion – 2015 – 320 pages

 

 

 

*

Enfants à vendre

 

La Cour Européenne des Droits de l’Homme valide l’achat d’enfant sur Internet

7. location_ventre_vente_bebe1-600x360.JPG

 

La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a condamné l’Italie pour avoir retiré la garde d’un enfant à un couple qui l’avait commandé avant conception et acheté sur Internet, montrant ainsi que la marche programmée vers un monde où les bébés seront commercialisés comme des smartphones est en route; et d’autre part, que les états membres de l’union européenne qui voudraient s’y opposer n’en ont déjà plus les moyens…

En 2011, un couple d’Italiens a acheté un bébé auprès d’une entreprise spécialisée dans la GPA (mères porteuses). Le prix de cette « commande » particulière : 49.000 euros. La société a ensuite acheté des gamètes sur internet et loué le ventre d’une mère porteuse pour faire grossir le foetus…

De retour en Italie, les services sociaux et la justice ont compris qu’il s’agissait d’un enfant issu de mère porteuse et l’ont retiré à ses « propriétaires », afin de le confier à une famille d’accueil qui ne considère pas les enfants comme des biens de consommation.

La CEDH a été alors saisie par l’avocat du couple et la cour de Strasbourg a tranché par 5 voix contre 2 : le retrait du bébé à ceux qui l’ont commandé sur Internet a « porté atteinte à la vie privée et familiale du couple » (sic), et l’Italie a eu tort.

La « mère » de 55 ans sera donc dédommagée par l’état italien et a bien sûr récupéré la garde de l’objet enfant…

Ce jugement abject a été rendu le 27 janvier 2015 dans l’affaire Paradiso et Campanelli contre l’Italie, par la CEDH. Le pays devra reverser 30.000 euros à ce couple.

Il s’agit malheureusement de bien pire qu’une simple anecdote sordide, puisque c’est une jurisprudence qui va désormais interdire aux pays membres de prohiber les mères porteuses, comme l’ont expliqué les deux juges qui ont voté contre : il réduit à néant la liberté des États de ne pas reconnaître d’effets juridiques à la gestation pour autrui, et même la légitimité du choix de l’État en ce sens.

Cerise sur le gâteau et nouvel exemple que le libéralisme économique et le libertarisme sociétal sont les deux faces d’une même pièce : l’avocat du couple n’est autre que le gérant de l’entreprise de fabrication de bébés, « Rosjurconsulting ».

L’Europe-Taubira, où les enfants sont des objets et les nations soumises à quelques idéologues bureaucrates, c’est maintenant !

Source : http://reseauinternational.net/la-cour-europeenne-des-dro...

 

8. Deux bébés achetés.jpg

 

P.S. des Grosses Orchades :

Le « Manager-et-avocat » de cette intéressante société est russe. Qu’en est-il de ses activités en Russie ?

 

*

 

Mis en ligne le 16 février 2015.

 

 

 

 

15:59 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2015

ENFANTS EN DANGER

1. children playing paper boats.JPG

 

Enfants en danger !

La police et les services sociaux retirent cinq enfants dont un bébé de trois mois à un couple « soupçonné de radicalisme »

Du Cercle des Volontaires –Le 3 février 2015

0. Aisha xxx.jpg

Nous n’avons pas eu le temps matériel de vérifier les faits relatés dans ce communiqué de presse du CRIFRANCE, diffusé par le site islametinfo.fr. Mais les points essentiels de cette histoire sont si graves qu’il nous a paru indispensable de la relayer, ne serait-ce que pour que toute la lumière soit faite. En effet, nous avons là tous les éléments révélateurs d’une dérive générale inquiétante.

Pourquoi enlever leurs cinq enfants à ce couple musulman ? Y compris un bébé de trois mois, encore allaité au sein par sa mère ? Pourquoi, si le motif de retrait des enfants est le soupçon de la « radicalisation » du couple, les parents ne sont-ils pas arrêtés par la police ?

Raphaël Berland

Communiqué de la Coordination contre le Racisme et l’islamophobie (CRI)

Quand l’islamophobie d’état organise des enlèvements d’enfants

CRI dénonce avec la plus grande fermeté les enlèvements des cinq enfants de la famille M….. de Bourgoin Jallieu dans l’Isère, par la police, la justice et les services sociaux le jeudi 29 janvier 2015.

Alors que leur père se trouvait en Tunisie pour préparer leur déménagement dans son pays d’origine, afin de fuir le climat islamophobe étouffant de ces derniers temps, la mère a reçu la visite de la police et des services sociaux (cinq policiers et quatre fonctionnaires) qui ont décidé sur ordre des autorités judiciaires d’enlever les enfants à leur mère paniquée et en pleurs, les suppliant de lui laisser le dernier, âgé de trois mois et qu’elle allaitait. Avec une cruauté et une violence inimaginables, les trois enfants (âgés de trois mois, un an et demi et quatre ans) ont été emmenés vers une destination inconnue et les deux autres, âgés de cinq et six ans ont été enlevés à l’école avec les conséquences désastreuses qu’on imagine, sur leur état psycho-affectif, et sans qu’ils puissent voir leur mère.

Lire la suite…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/02/03/la-police-et-les-services-sociaux-retirent-cinq-enfants-dont-un-bebe-de-trois-mois-un-couple-soupconne-de-radicalisme/  

http://www.crifrance.com/

 

*

Gouverne mental
Genèse d’un sein musulman qui sauvera la France

Agathe Bay – Cercle des Volontaires6 février 2015

 

Mardi 3 février, comme chaque jour au lever, je fais un tour sur le site du Cercle des Volontaires pour y découvrir un article posté à 8H12 ce jour. Raphaël Berland, journaliste et co-fondateur du Cercle relaye un communiqué de presse émanant de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobe (CRI) titré :

« Quand l’islamophobie d’état organise des enlèvements d’enfants. »

Paragraphe choisi :

« Alors que leur père se trouvait en Tunisie pour préparer leur déménagement dans son pays d’origine pour fuir le climat islamophobe étouffant de ces derniers temps, la mère a reçu la visite de la police et des services sociaux (cinq policiers et quatre fonctionnaires) qui ont décidé sur ordre des autorités judiciaires d’enlever les enfants à leur mère paniquée et en pleurs, les suppliant de lui laisser le dernier, âgé de trois mois et allaité. Avec une cruauté et une violence inimaginables, les trois enfants (âgés de trois mois, un an et demi et quatre ans), ont été emmenés vers une destination inconnue. Les deux autres, âgés de cinq et six ans, ont été pris à l’école avec les conséquences désastreuses sur leur état psycho-affectif, sans qu’ils ne puissent voir leur mère. »

L’article lu, je me rends sur le site du CRI, compose un numéro en 06, et me trouve en communication directe avec Monsieur Abdelaziz C, Président fondateur du CRI. Ce Monsieur m’aiguille sur les membres actifs de la coordination.

Mercredi 4 février, rendez-vous à 10H dans l’enceinte de l’Apple Store Part Dieu à Lyon, (ville où se trouve le siège du CRI), avec Hasnae, référente du pôle juridique du CRI, et Safia, secrétaire du CRI, psychologue de formation. Nous nous rendons dans un café, sortons nos MacBook, respectifs, échangeons quelques mots essentiels puis visionnons une vidéo réalisée par le CRI.

 

 

Trois minutes de vérité

L’histoire relatée par les deux parents (sur la vidéo) me porte à croire que la famille incriminée se trouve être victime d’un plan « gouverne-mental » visant à faire passer le musulman des rues pour la pire des créatures. Comme je souhaite avoir le cœur net sur mon intuition première, je réponds à l’invitation du CRI à aller soutenir la famille en question. Nous faisons du co-voiturage, Abdelaziz est au volant. Direction Bourgoin-Jallieu. Rassemblement devant l’Hôtel de ville à 15 heures. Environ cent cinquante personnes sont réunies. Les blancos de mon espèce ne dépassent pas les deux pour cent. Pourtant il s’agit bien de venir défendre une mère dont on a enlevé les enfants dont un encore allaité.

 

Cruauté à l’état pur, inconscience poussée à son paroxysme

Rien de concret. Chacun rentre chez soi.

Jeudi 5 février. Nouveau rassemblement devant l’Hôtel de ville de Bourgoin-Jallieu. Voyant que rien ne bouge, la coordination décide de se rendre au Conseil Général d’Isère qui se trouve à deux pas. Tout est allumé à l’intérieur, une affiche annonce pourtant que le Conseil est exceptionnellement fermé cette après-midi là. La providence divine veut qu’une blanca (comme moi) a un rendez-vous dans les mêmes locaux. Les portes lui sont ouvertes. La coordination en profite pour rentrer tranquillement. Abdelaziz, doté de son micro haut-parleur, insiste une nouvelle fois sur le fait que la priorité du jour, c’est que le nourrisson arraché du sein de sa mère soit rendu à sa mère. Nous apprenons que son mari, le père des enfants qui vient de subir diffamations sur diffamations vient d’être libéré après quarante huit heures de garde-à-vue. Il arrive au Conseil Général. Un accueil emprunt de dignité lui est réservé. Cet homme n’a rien d’un terroriste. Juste, il a une barbe et fait la prière cinq fois par jour. Personne ne sait où sont les enfants.

Après moult tergiversations, il est annoncé à la maman qu’elle pourra voir son nourrisson « demain matin ». Le CRI est satisfait. Abdelaziz invite toute la coordination à quitter le Conseil Général.

Satisfaite, moi ? Non. À peine sortie du Conseil Général, je rentre à nouveau à l’intérieur des locaux en signalant aux policiers en fonction que je ne suis pas du tout satisfaite de cette décision. Je demande que le nourrisson soit rendu dès aujourd’hui à sa maman. Nous nous retrouvons à l’extérieur à nouveau. J’invite les bonnes âmes présentes sur les lieux à me filmer si possible (de dos) en train de redire aux policiers que je ne suis pas du tout satisfaite et que je réclame que le nourrisson allaité soit rendu à sa mère allaitante. Voilà huit jours que l’enfant a été enlevé…

Un chef habillé en civil, les mains dans les poches, se met en avant, et m’explique qu’une décision de justice, c’est une décision de justice ; l’horrifiante décision vient du Procureur de la République. Je lui rétorque à mon interlocuteur que la justice du gouverne-mental n’est pas la justice et que je souhaite que l’on m’explique pourquoi le nourrisson de trois mois n’est pas rendu à sa maman. Je signale que je n’appartiens ni au CRI ni a aucune religion sinon celle du Aimons-nous les uns les autres et que je n’ai pas l’intention d’aller faire le djihad en Syrie, mais que je suis simplement venue soutenir le CRI, Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie qui elle soutient une maman, cinq enfants et un père victimes de la cruauté institutionnelle.

Un flop. L’enfant ne sera pas rendu à sa maman. Le chef m’assure qu’il fera rapport.

Vendredi 6 février. Il avait été promis à la maman, Aïsha, qu’elle verrait son nourrisson ce matin. J’apprends qu’elle ne le verra qu’à 13 heures. L’enfant va-t-il lui être restitué ? 13H30, comme tous ceux qui soutiennent cette famille, victime comme tant d’autre de la vague d’Islamophobie bouleversant des centaines d’innocents depuis le 7 janvier, je reçois un sms écrit par Aïsha annonçant qu’elle va bientôt avoir le droit de voir son nourrisson. Il semble être à Grenoble.

J’appelle le Ministère de l’Ecologie et je demande à parler à Madame Ségolène Royal. Pourquoi ? Parce que Madame se targua souvent d’avoir allaité ses enfants dont un, si je me souviens bien, très intolérant au lait de vache. On me promène de standards en palabres. Ma dernière interlocutrice raccroche précipitamment.

L’enfant, s’il n’est pas restitué à sa maman ce soir, reste en danger sur tous les plans, et physiologique et psychologique. L’enfant n’est pas fait pour ingurgiter du lait de substitution, sauf s’il n’y a pas d’autre solution. L’enfant n’est pas fait pour être séparé de sa maman quand sa maman est une maman aimante.

Heureusement, le CRI pousse un cri d’alarme.

Non à l’infamille, oui à la Vie, vive le CRI !

Agathe Bay

Auteur de son état

NB : le CRI, Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie a besoin de soutien. (crifrance.com)


 

1 commentaire

  1. Sylvie Haie

7 février 2015 à 0 h 53 min

Toutes les mères devraient manifester en France ! Je suis horrifiée en tant que mère. On n’enlève pas un bébé à sa maman qui l’allaite, elle n’a commis aucun crime, son bébé et les quatre autres petits non plus, on n’enlève pas des enfants à leurs parents alors qu’ils ne sont pas en danger. C’est quoi ces conneries ? Que devient la France, le soi-disant pays des droits de l’homme ?
Cette famille souhaite, apparemment, retourner dans son pays d’origine. Où est le délit ? On soupçonne le papa d’être un « islamiste radical », expression qui par ailleurs ne veut rien dire sauf qu’elle est dans l’air du temps. Des soupçons ne sont pas des preuves. Qu’on interroge le papa, mais qu’on ne prenne pas les enfants en otage ! C’est tout simplement monstrueux ! La police et les assistantes sociales feraient mieux de s’inquiéter du nombre croissant de disparitions d’enfants et de l’augmentation de la pédocriminalité au lieu de priver un bébé du sein de sa maman.

*

3. uncle-sam-terrorist.jpg

 

*

Kidnapping « légal » (suite)

Nouveau témoignage de la mère de famille qui s’est fait enlever ses cinq enfants par les gangsters en Prada et les « mégères de l’Apocalypse » à la française qui président aux destinées de ce qui fut un grand pays.

 


 

Depuis l’exécution des « Charlie Hebdo » et de quelques victimes collatérales, tous les prétextes sont bons pour alimenter la haine et adopter des mesures exceptionnelles contre la Communauté musulmane. Après les dénonciations d’enfants, la volonté de licenciement abusif d’un syndicaliste gênant pour sa hiérarchie ou encore la stigmatisation des étudiantes voilées en université, c’est au tour d’Aïsha Msakni de vivre un véritable cauchemar, ses cinq enfants lui ayant été retirés.

Dans la vidéo ci-dessus, cette mère éplorée et désespérée fait le tour de son appartement dans lequel vivaient heureux ses enfants. Jouets, matériel créatif et multimédia sont présents. On découvre un univers propice à la tranquillité, à l’innocent amusement, au bonheur… Loin, très loin, des accusations qui pèsent sur la famille. Et qui peut être assez taré pour imaginer qu’un père de cinq enfants en bas âge puisse aller risquer sa vie pour en tuer d’autres (de la même religion que les siens qui plus est) ? Il est vrai que des mères de famille américaines l’ont fait en Irak. Mais c’étaient des Américaines et, ici, c’est (c’était) la France.

 

*

Modeste avis

aux parents catholiques français,

aux parents protestants français,

aux parents juifs français, et

aux parents incroyants français

 

Aujourd’hui, la famille Msakni et ses enfants, parce qu’ils sont musulmans…

Demain, vous-mêmes et les vôtres…

Parce que vous n’aurez pas voulu laisser l’école de la pédocriminalité empêcher qu’ils se construisent…

Parce que vous aurez tenté de les protéger des perversions obligatoires…

Parce que vous n’aurez pas voulu qu’ils courent les risques d’une vaccination non moins obligatoire quoique dangereuse mais si profitable à certains…

Pour n’importe quelle raison et sans autre raison que le bon plaisir des « « élites » » au pouvoir, qui n’y sont que parce qu’on les y laisse.

Il ne s’agit pas, dans cette affaire (et dans toutes les autres qui s’annoncent) de convictions religieuses différentes, de croyance ou d’incroyance, et il ne s’agit pas non plus de civilisations incompatibles…

Il s’agit de totalitarisme.

D’un totalitarisme qui a entrepris de détruire les familles parce que son but est d’atomiser le tissu social du continent européen après celui de la Yougoslavie, des pays du Moyen Orient, du Sud de la Méditerranée, de l'Ukraine et de quantité d’autres dans le monde. Le maintien de son pouvoir illégitime est à ce prix.

La cause de la famille Msakni est la vôtre.

C’est celle de tous les parents.

L’union fait la force.

Aidez-la, ne la laissez pas se battre seule.

 

4. Pas-d-affiche-contre-l-islamophobie-dans-le-metro-parisien_bon.JPG

 

*

Au commissariat à 8 ans pour « apologie du terrorisme ». Faisons toute la lumière sur l’affaire #Ahmed

Elsa RAYCCIF6 février 2015

 

2. harcelement-garcon-ecole-300.jpg

 

Ceci est une lettre ouverte et une pétition à Mmes :

Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche 

Christiane Taubira, Ministre de la justice 

 

Mesdames les Ministres,

Il y a quelques semaines, un enfant de 8 ans s'est retrouvé au commissariat pour « apologie d'actes de terrorisme » parce qu'il a dit en classe qu'il n'était pas Charlie et qu'il était «du côté des terroristes». Cet enfant relate des violences physiques et morales qu'il a subi de la part du corps enseignant de son école. Pourtant, personne d'autre que lui et son papa n'a été entendu au commissariat.

Comment en est-on arrivé là ? 

Partout dans les médias, on entend que le père aurait été agressif envers l'équipe pédagogique et que tout cela se justifiait. La Ministre de l'Éducation elle-même a pris la défense des enseignants, alors qu'aucune enquête n'a été lancée. Elle a même déclaré que seul le père avait été entendu par la police et non l'enfant. Par ailleurs, la plainte déposée par le père pour violence à l'encontre de son enfant n'a pour l'instant pas abouti. 

Je milite depuis deux ans avec le Collectif contre l'islamophobie en France, dont je suis la porte-parole, et cette affaire nous a interpellés. Avec les membres de mon association, nous avons voulu comprendre et surtout donner la parole à Ahmed et son père qui jusque-là ont été salis plutôt qu'entendus. Nous avons donc décidé de rencontrer la famille et leur avocat pour recueillir leur version. 

Elle est édifiante : dans une vidéo que nous avons tournée, l'enfant, son père et leur avocat témoignent : Ahmed aurait été malmené par le directeur de son école et les déclarations selon lesquelles la plainte n’avait pas été portée contre l’enfant mais contre son père s’avèrent fausses. L'opposé de tout ce qu'on entend dans les médias ces dernières semaines.

Au-delà du fait qu'il me semble inacceptable qu'un élève de CE2 se retrouve au coeur d'une affaire de cet ordre, je pense que toute la lumière doit être faite sur cet événement et sur les responsabilités ou manquements de chacun. Il en va du bon fonctionnement de notre école républicaine, qui doit transmettre les valeurs de tolérance et de respect à nos enfants.

Je demande à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, la mise en place d'une enquête administrative et à Christiane Taubira, ministre de la Justice, le lancement d'une enquête judiciaire qui établira les responsabilités de chacun.

Alors que les interprétations s'affrontent, Ahmed se retrouve pendant ce temps plongé dans une situation qui le dépasse. Ces enquêtes doivent être diligentées dans les plus brefs délais afin de faire la lumière sur cette affaire et permettre au jeune garçon et à ses camarades de classe de reprendre une scolarité normale.

 

Pour la pétition à signer, c’est ici :  http://www.islamophobie.net/articles/2015/02/07/ahmed-8-ans-petition-ccif

 

*

Dans cette vidéo,

Ahmed, son père et l’avocat de la famille parlent

 


 

*

La prise en otage des enseignants ou l’instrumentalisation de l’école publique

Saïd Bouamama – Alterinfo31 janvier 2015

 

5. école.jpg

 

Il est fréquent d’imputer à l’école publique la réparation des dégâts que les politiques économiques libérales produisent. Plus de trois décennies de paupérisation, de précarisation, de destruction des services publics, ont eu des effets catastrophiques sur la vie quotidienne des classes populaires (et plus récemment sur celui des couches moyennes). Et l’on voudrait dans ce contexte que l’école puisse être un « sanctuaire » protégé des bruits et nuisances d’un environnement social en crise multiforme.

Lire la suite…

Source :http://www.alterinfo.net/La-prise-en-otage-des-enseignants-ou-l-instrumentalisation-de-l-ecole-publique_a110337.html

 

*

Cela va sans dire, mais cela va mieux encore en le disant : il faut lire Manuel de Dieguez ! Aujourd’hui plus que jamais.

 

6. Manuel de Dieguez.jpg

Le combat de la raison

En cinq parties

 

http://www.alterinfo.net/LE-COMBAT-DE-LA-RAISON-I-Les-met...

http://www.alterinfo.net/LE-COMBAT-DE-LA-RAISON-2-Le-sacr...

http://www.alterinfo.net/LE-COMBAT-DE-LA-RAISON-3-Les-eta...

http://www.alterinfo.net/LE-COMBAT-DE-LA-RAISON-4-Le-Dieu...

http://www.alterinfo.net/LE-COMBAT-DE-LA-RAISON-5-Le-Dieu-Liberte-en-majeste-L-ombre-geante-de-la-Grece_a110550.html

Source : http://www.dieguez-philosophe.com/

 

*

D’accord, on n’a plus envie d’en parler. Mais, hélas, il y a des suites… Et puis, ce n’est pas tous les jours que Christophe Oberlin parle. Ici, avec Badia Benjelloun et Karel Vereycken.

(l’intervieweur est Raphaël Berland)

« Attentats de Charlie Hebdo, terrorisme : pourquoi ? »

Voici le sommaire de ce débat :

1. Après les attentats : votre première réaction ? (03'30)
2. Terrorisme, Islamisme, Djihadisme : définition des termes (13'25)
3. Djihadistes français, qui sont-ils ? (38'15)
4. Quelques rappels historiques (01h02)
5. Terroristes : qui les finance, les arme, les entraîne, les médiatise (01h15)
6. A qui profite le crime ? (01h39)

 

 

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/02/03/attentats-d...

 

*

Serbie

 

En Serbie aussi, il y a des enfants. Il y naît de plus en plus de bébés malformés, conséquence des 78 jours de bombardements ininterrompus à l’uranium appauvri et enrichi. Comme en Irak. Comme à Gaza. Comme à… Comme à… Comme à…

Le 24 mars prochain, il y aura seize ans qu’a commencé ce qui restera, pour des générations, la honte de l’Europe. Le prétexte ? Un génocide commis par les Serbes en Croatie. Et voici que la CPI vient de rendre son verdict, car mieux vaut tard que jamais : il n’y a pas eu de massacre commis par les Serbes en Croatie.

Oui, bon, il n’y a pas eu d’armes de destruction massive en Irak non plus, et « ils » y sont toujours. Mais les foules lobotomisées ne vont pas se formaliser pour si peu.

 

La Serbie n'a pas commis de génocide contre les Croates lors de la guerre qui les opposa au début des années 90, a jugé aujourd'hui la Cour internationale de justice (CIJ). « La Croatie n'a pas réussi à prouver ses allégations selon lesquelles un génocide a été commis », a déclaré le juge président Peter Tomka lors d'une audience publique à La Haye, où siège la CIJ. (figaro.fr)

 

Pas de génocide en Croatie ? Ne le dites pas deux fois !

Slobodan Despot – Despotica4 février 2015

Les Serbes n'ont pas commis de génocide en Croatie, décrète la CPI, classant du même coup la plainte de l'Etat croate. Cela nous remet en mémoire l'une des farces les plus hypocrites de ces dernières années. Assurée du soutien aveugle de ses protecteurs occidentaux, la Croatie a déposé une série de plaintes pour crimes de guerre et génocide, totalement dénuées de fondement, mais qui ont servi à masquer ses propres actes dans les années 1990.

Celui qui a l'initiative a toujours davantage de chances d'être entendu que celui qui subit. La tactique du «crier au loup» est judicieuse et logique, pour autant qu'on puisse se la permettre. Or la Croatie, pendant très longtemps, a pu tout se permettre. Dès avant sa sécession en 1991, elle a opiniâtrement et intelligemment promu ses intérêts et son image, soutenue et conseillée il est vrai par des sponsors de poids: l'Allemagne et les Etats-Unis. Elle a l'avantage d'une idéologie nationale simpliste et carrée, d'une politique d'Etat accordée à cette idéologie, mais aussi d'une habitude bien rodée de quérulence juridique et d'une totale absence de pudeur (deux caractéristiques relevées au fil du temps par nombre d'observateurs, et pas seulement hostiles). En face: une Serbie, reléguée, conspuée, bombardée, assumant seule — par défaut — l'héritage compromettant de la Yougoslavie communiste et devant prendre en compte une population dispersée entre plusieurs nouveaux États, une Serbie oscillant sans cesse entre son instinct souverainiste et sa diplomatie brouillonne, entre l'Est et l'Ouest, entre sa pugnacité traditionnelle et la couardise de ses élites.

Lire/voir la suite…

 

Source : http://blog.despot.ch/pas-de-genocide-en-croatie-ne-le-dites-pas-deux-fois

 

*

Et pendant qu’on est chez les Serbes :

 

La construction de l’UE est responsable des deux drames utiles aux USA

Emir Kusturica : « L’Ukraine, un remake de la Yougoslavie »

Emir Kusturica – Le Grand Soir8 février 2015

7. Emir.jpg

« L'Humanité Dimanche » publie un entretien réalisé par Vadim Kamenka et Michaël Mélinard avec le cinéaste et musicien franco-serbe Emir Kusturica, le lauréat de deux palmes d’or pour « Papa est en voyage d’affaires » (1985) et « Underground » (1995). Extrait : ce qu'il dit sur l'Ukraine. M.D.

 

« L’Ukraine marque un tournant. La Russie n’accepte plus son encerclement avec l’élargissement continu de L’OTAN. »

 

HD. - Que vous inspirent les événements en Ukraine ?

E. K. - La guerre humanitaire est en fait une légalisation de la guerre. Wall Street dépend de la guerre. La valeur psychologique d’une action dépend de la manière dont vous êtes agressif dans certaines parties du monde. Plusieurs guerres, de tailles réduites, se déroulent un peu partout à travers la planète. Désormais, l’option des conflits de basse intensité apparaît épuisée. Et l’Ukraine marque un tournant. La Russie n’accepte plus son encerclement avec l’élargissement continu de l’OTAN. L’idéologue américain Zbigniew Brzezinski a largement écrit sur « l’enjeu eurasien », capital à ses yeux, à savoir la maîtrise et la colonisation de la Russie et de l’espace ex-soviétique. L’Ukraine est donc une première étape vers ce démantèlement imaginé par Brzezinski.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/emir-kusturica-l-ukraine-un-r...

 

*

À Munich, hier, des milliers de personnes ont manifesté contre l’OTAN

 

 

*

 

Mis en ligne le 8.2.2015 par Phil.

 

 

 

 

 

22:37 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2015

LE COUP DU LAPIN

1. Amiral Panteleyev.JPG

Oui, on reste chez les Russes (et chez quelques autres). La Chine est reportée à « un peu plus tard », qu’elle veuille bien ne pas s’en formaliser.

 

Le coup du lapin

par Dmitry Orlov – Club Orlov 20 janvier 2015

2. Whiplash-Injury-Lawyer.jpg

Au cours de l’année 2014, les prix que paie le monde pour le pétrole brut ont dégringolé de 125 $ le baril à 45 $ aujourd’hui et pourraient facilement tomber encore plus bas avant de remonter très haut, de redégringoler et de reflamber ensuite à leur niveau maximum. Vous voyez l’idée.  À la fin, le marché de surenchère sauvage du pétrole et l’évolution encore plus sauvage et en dents de scie des marchés financiers et de ceux du cours des monnaies, en entraînant un déroulement de faillites de compagnies pétrolières suivies de celles des organismes qui les financent puis de celles des états qui soutenaient ces organismes, finiront, quand le temps sera venu, par provoquer l’effondrement des économies industrielles. Et sans économie industrielle en état de fonctionner, le pétrole brut sera reclassé déchet toxique. Mais ceci n’est à prévoir que pour dans deux ou trois décennies.

Entretemps, les prix beaucoup plus bas du pétrole brut auront expulsé du marché les producteurs de pétrole non conventionnel. Rappelez-vous que la production de pétrole conventionnel (celui, peu cher à produire, qui jaillit des puits verticaux forés pas trop bas dans la croûte terrestre) a atteint son apogée en 2005 et n’a pas cessé de décliner depuis. La production de pétrole non conventionnel (celui obtenu par des forages off-shore, des sables bitumineux ou la fracturation hydraulique du schiste et autres coûteuses techniques) a été financée avec prodigalité pour compenser la raréfaction en cours. Mais, actuellement, tous les pétroles non conventionnels coûtent plus cher à produire qu’ils ne peuvent se vendre. Cela signifie que des pays entiers – y compris le Venezuela, (dont le pétrole lourd doit être traité pour le rendre fluide), le Mexique et les USA (production off-shore du Golfe du Mexique), la Norvège et le Nigeria, celle à partir des sables bitumineux canadiens et, bien entendu, le pétrole de schiste US – sont en train de brûler de l’argent en même temps que le pétrole qu’ils produisent, et que, si la baisse du vrai pétrole persiste, ils devront fermer boutique.

Un problème additionnel est le taux d’épuisement très élevé des puits de pétrole par fracturation hydraulique des États–Unis. Actuellement les producteurs pompent à plein régime et battent sans cesse de nouveaux records de production, mais le taux de forage est, lui, en train de s’effondrer rapidement. Les puits de pétrole de schiste s’assèchent très vite. Le débit d’écoulement a diminué de moitié en quelques mois à peine et sera négligeable au bout de deux ans. La production ne peut se maintenir qu’à coups de forages intensifs, et ces forages intensifs viennent de s’arrêter. Il ne nous reste donc que quelques mois de surabondance. Après cela, toute la révolution du pétrole de schiste, dont des poupées de plage arrière à tête branlante pensaient qu’elle allait faire des USA une sorte de nouvelle Arabie Saoudite, sera finie. Le fait que la plupart des producteurs de pétrole de schiste, qui ont spéculé sauvagement sur les concessions de forage, vont faire faillite, ne fera rien pour améliorer les choses. Bien sûr, feront faillite aussi les compagnies d’exploration, de production et de services. Toute l’économie qui a surgi en quelques années comme un diable d’une boîte autour du pétrole de schiste, et qui a été à l’origine de la création d’emplois à hauts salaires, s’effondrera et provoquera en tombant une explosion du chômage.

Il vaut la peine de souligner que la marge excédentaire de pétrole qui a précipité cet effondrement des prix n’est pas grande. Tout a commencé quand l’Arabie Saoudite et les USA ont eu l’idée de pratiquer le dumping du pétrole brut sur le marché international pour en faire baisser le prix. La classe dirigeante US sait parfaitement que ses jours de plus grand producteur du monde sont comptés… en jours, peut-être en mois, pas en années. Elle se rend compte aussi de la gueule de bois économique qui résultera de l’effondrement de la production du pétrole de schiste. Les Canadiens, qui se rendent compte que l’aventure de leurs sables bitumineux touche à sa fin, veulent entrer dans le jeu.

Le jeu auquel ils jouent est un jeu d’à qui tiendra le coup*. Si tout le monde continue à pomper du pétrole sans s’occuper du prix, il se produira l’une de ces deux choses : soit le marché des producteurs de pétrole de schiste s’effondrera, soit les autres producteurs tomberont à court d’argent et leur production s’effondrera. La question est de savoir lequel de ces deux événements se produira en premier. Les États-Unis font le pari que la baisse des prix détruira les gouvernements des trois pays producteurs de pétrole qui ne sont pas sous leur contrôle politique ou militaire. Ces trois pays sont le Venezuela, l’Iran et, bien sûr, la Russie. Ce pari est risqué, mais les USA sont dans une situation désespérée : ils n’ont plus d’autre carte à jouer que celle-là. La conquête du Venezuela vaut-elle la chandelle ? Les tentatives précédentes d’y provoquer un changement de régime se sont soldées par un échec. Pourquoi celle-ci devrait-elle réussir ? L’Iran a appris à survivre en dépit des « sanctions » occidentales et maintient des relations commerciales avec la Chine, la Russie et un nombre non négligeable d’autres pays dans la foulée. Dans le cas de la Russie, on ne sait pas très bien encore quels fruits – s’il y en a – vont donner les politiques occidentales. Si, par exemple, la Grèce décidait de sortir de l’Union Européenne pour échapper aux contre-sanctions russes, il deviendrait de plus en plus difficile de savoir qui a sanctionné qui.

Bien entendu, renverser les gouvernements de ces trois pétro-états, les détruire économiquement en « privatisant » leurs ressources et pomper gratuitement leur pétrole en se servant d’une main d’œuvre étrangère sous-payée est exactement l’injection dans le bras dont les USA ont besoin pour se renflouer. Mais, si vous avez suivi l’histoire récente, vous savez que les États-Unis n’arrivent pas toujours à obtenir ce qu’ils veulent, et même, depuis quelque temps, n'obtiennent rien du tout. Quel gambit récent leur a rapporté ce qu’il était censé produire ? Hmm…

Ainsi donc, les jours passent et tous les producteurs de pétrole continuent de pomper à plein régime. Certains producteurs ont un « coussin » financier suffisant pour produire à perte, et ils le feront pour protéger leur part de marché. D’autres producteurs, qui ont englouti tous leurs fonds dans le forage des puits et pu rembourser leurs emprunts pendant que les prix du pétrole étaient assez hauts, peuvent continuer à pomper avec un certain bénéfice même aux prix les plus bas. Enfin, un certain nombre de producteurs (Russie en tête) pourront encore retirer un petit bénéfice de leur pétrole, même si le prix du baril descend jusqu’à 25-30 $ (moins les taxes et les droits de douane, cependant).

Chaque producteur a une raison légèrement différente de continuer à pomper à plein régime. On a beaucoup glosé sur la collusion entre les USA et l’Arabie Saoudite pour faire baisser le prix du brut. Mais le fait est que la théorie de la collusion peut être débitée en rondelles avec le rasoir d’Ockham puisqu’il fallait s’attendre à ce qu’ils fassent exactement ce qu’ils font, quand bien même ils ne se seraient pas concertés.

Les USA tentent un coup de poker désespéré contre un état producteur ou deux, ou trois, avant que leur pétrole de schiste ne soit à sec, avec les Canadiens, dont les sables bitumineux ne peuvent plus rien leur rapporter, attachés à leurs basques. Pour peu que ce coup ne réussisse pas, c’est l’extinction des feux pour l’Empire. Or, aucun de ses gambits récents n’a marché. « Donc, voici l’hiver de notre (impérial) déplaisir », et l’Empire en est réduit à se livrer à quelques pathétiques acrobaties, qui seraient très drôles si elles n’étaient sinistres. Prenez par exemple la récente déclaration, à Berlin, de la marionnette téléguidée depuis Washington qui sert de Premier ministre à l’Ukraine, Iatseniouk. Il résulte de ses propos que c’est l’URSS qui a envahi l’Allemagne nazie et non l’inverse. Nous arrivons au 70e anniversaire de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie. Il n’y a donc pas de meilleur moment pour faire… quoi exactement ? Les Russes en sont restés abasourdis. Mais les Allemands ont approuvé l’énormité sans battre un cil. Un point pour l’Empire.

Ou prenez la psy-ops de Charlie Hebdo à Paris, qui, pour quiconque est un peu attentif, rappelle sinistrement l’attentat à la bombe du marathon de Boston, il y a presque deux ans. Boston ne s’est pas encore débarrassée de tous ses grotesques stickers « Boston est forte » (non, Boston n’a pas été détruite par quelques pétards et quelques poches de faux sang pressées par des amputés de comédie jouant à avoir perdu une jambe). Et maintenant, voilà Paris festonnée de stickers « Je suis Charlie ». Tuer une poignée d’innocents fait évidemment partie du processus standard : un peu d’atrocités réelles aident à rendre la version « théorie du complot » impensable aux yeux de quiconque a le cerveau sous contrôle impérial, parce que, voyez-vous, « ce sont les bons » et « les bons » ne font pas ce genre de choses. Mais ce contrôle des cerveaux est en train de leur glisser entre les doigts, et il s’est même trouvé des chefs d’État – le Turc Erdogan, par exemple – pour déclarer publiquement que l’affaire était un coup monté. De façon similaire encore, les supposés auteurs de l’attentat ont été sommairement exécutés par la police, avant que quiconque ait pu savoir d’eux la moindre chose. Il est désormais tout à fait clair que les événements de ce genre sont concoctés par la même bande de troisièmes couteaux pas-si-créatifs-que-ça, dont on dirait qu’ils recyclent des Power-Points : delete Boston – insert Paris. Mais les Français ont défendu leur droit d’insulter les musulmans (et les chrétiens) avec impunité - avec la certitude cependant que ces droits leur seront ravis sous peu avec pas mal d’autres quand personne ne regardera – cependant, curieusement, pas les juifs ni les homosexuels qui comptent, parce que, là, c’est puni de peines de prison ferme. Encore un point pour l’Empire.

Prenez, tiens, l’avion malaisien MH17 abattu au-dessus de l’Ukraine orientale il y a quelques mois. Les officiels occidentaux et leur presse lige on aussitôt accusé « les rebelles soutenus par Poutine ». Quand les résultats de l’enquête ont pointé dans une tout autre direction, on en a fait des top-secrets d’État. Mais voilà maintenant que les Russes ont un déserteur ukrainien qui, témoignant sous protection, a révélé l’identité du pilote ukrainien qui a abattu l’avion de ligne avec un missile air-air tiré d’un jet de combat. Comme les rebelles n’ont pas d’aviation, un missile air-air était un projectile inhabituel pour l’aviation ukrainienne et n’a donc pu être chargé à bord du jet que pour cette unique mission. Ainsi, nous savons donc qui, comment et pourquoi, la seule question qui reste étant : pour qui. Les paris vont dans le sens d’un coup ordonné par Washington. Cette nouvelle a fait les gros titres en Russie, mais les médias occidentaux l’ont purement et simplement passée à l’as : pas un mot. Et quand l’histoire est évoquée, ils continuent à répéter leur mantra : « Poutine l’a fait ». Troisième point pour l’Empire.

Cependant, une poignée d’auto-aveuglés qui se grommellent des choses dans un coin sombre, pendant que le reste du monde les montre du doigt et se moque d’eux, ne font pas un empire. À ce niveau de prestation, je m’aventurerais à parier que rien de ce que l’empire va faire, désormais, ne lui donnera satisfaction.

L’Arabie Saoudite est, d’une manière générale, mécontente des USA, parce que les USA ont manqué à leur tâche d’assurer la police dans la région et de maintenir un couvercle solide sur la marmite. L’Afghanistan est devenu un Talibanistan ; l’Irak a cédé du territoire à l’ISIS et ne contrôle plus que les anciens royaumes de l’âge du bronze, Akkad et Sumer. La Libye est en état de guerre civile et l’Égypte a été « démocratisée » en dictature militaire. La Turquie (membre de l’OTAN et candidate à l’Union Européenne) commerce maintenant principalement avec la Russie ; la tentative de renversement d’Assad est en miettes ; les « partenaires » des USA au Yemen viennent juste d’être renversés par les milices chi’ites, et maintenant, il y a l’ISIS, initialement organisée et entraînée par les USA, qui menace de détruire la maison des Saoud. Ajoutez à cela que l’entreprise conjointe US-Saoudienne, qui visait à déstabiliser la Russie en fomentant le terrorisme dans le Caucase, a fait long feu. Elle n’a même pas été capable d’organiser le moindre attentat aux Jeux olympiques de Sotchi (le prince Bandar ben Sultan a perdu son poste, à la suite à ce fiasco). Et, donc, les Saoudiens sont en train de pomper à plein régime et pas tant pour aider les USA que pour d’autres raisons évidentes : pour éliminer les producteurs de pétroles à haut prix (dont les USA) et conserver leur part de marché. Ils sont aussi, bien sûr, assis sur une imposante réserve de dollars, dont ils veulent faire bon usage tant qu’ils valent encore quelque chose.

La Russie pompe à sa capacité habituelle, parce qu’elle n’a vraiment aucune raison d’arrêter et des tas de raisons de continuer. La Russie est un producteur de pétrole à bas prix et peut attendre que les USA soient hors jeu. Elle est, elle aussi, assise sur un épais matelas de dollars, dont elle a également intérêt à se servir tant qu’ils valent encore quelque chose. Le capital le plus important de la Russie n’est pas son pétrole, c’est la patience de son peuple. Les Russes comprennent qu’il va leur falloir passer par des moments difficiles et s’efforcer de remplacer leurs importations en provenance de l’Ouest par de la production intérieure ou provenant d’autre sources. Ils peuvent se permettre de subir une perte. Ils la récupéreront quand les prix du pétrole remonteront.

Parce qu’ils remonteront. Le remède aux bas prix du pétrole est… le prix bas du pétrole. Passé un certain point, les producteurs de pétrole à haut prix arrêteront naturellement de produire, la production excédentaire sera brûlée et les prix remonteront. Non seulement ils remonteront, mais ils culmineront probablement, parce qu’un pays jonché de cadavres de compagnies pétrolières faillies ne va pas sauter sur ses pieds et se remettre à produire des quantités de pétrole, tandis que, par ailleurs, mis à part quelques usages de pétrole qui sont discrétionnaires, la demande n’est pas du tout élastique. Et une autre flambée des prix provoquera une autre série d’exigences de destruction, parce que les consommateurs, anéantis par les faillites et les pertes d’emplois consécutives à l’effondrement des champs pétrolifères, feront rapidement faillite à leur tour par suite de la hausse des prix. Ce qui provoquera une nouvelle dégringolade.

Et ainsi de suite, jusqu’à ce que meure le dernier industriel. La cause de sa mort sera diagnostiquée comme un « coup du lapin » : le « syndrome de l’industriel secoué » si vous voulez. Les prix du pétrole trop hauts puis trop bas en succession rapide lui auront brisé le cou. Quelques artisans récolteront un petit peu de pétrole de quelques vieux puits encore un peu suintants, le raffineront en se servant de pots d’argile chauffés au bois et s’en serviront pour faire rouler un très ancien corbillard, qui emmènera le dernier industriel de la planète au cimetière des industriels.

Dmitry Orlov est en train d’écrire un nouveau livre qui devrait sortir cette année. Ce livre traite de communautés et de ce qui les rend résistantes aux événements fâcheux tels que les krachs financiers. Il estime que « les États-Unis en tant qu’ensemble ne sont pas résistants aux chocs, mais certaines parties de l’Amérique le sont ».

On le trouve sur http://cluborlov.blogspot.com/ en anglais

et sur http://www.orbite.info/traductions/dmitry_orlov/  en français.

______________________  

* a game of chicken est le jeu où deux automobilistes lancés à fond de train sur une corniche étroite vers la collision frontale escomptent chacun que l’autre déviera à l’ultime seconde.

Source : http://cluborlov.blogspot.be/2015/01/whiplash.html

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades :

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....

 

*

Scandale d’Auschwitz

ou

Nazisme, le retour ! Numérotez vos abattis.

Nous ne mettons pas en ligne, pour une fois, le dernier texte d’Israël Shamir, parce qu’il contient des inexactitudes. En effet, ce n’est pas Vladimir Poutine qui a décidé de ne pas être présent aux célébrations du 70e anniversaire de la libération du camp, ce sont les Polonais qui ont omis de l’y inviter, en dépit du fait que non seulement ce camp a été libéré par les soldats de l’Armée Rouge, mais qu’en outre la Russie d’aujourd’hui continue de participer généreusement à l’entretien du lieu de culte qu’il est devenu. Le gouvernement polonais n’a même pas la reconnaissance du ventre.

Où Israël Shamir a-t-il pris ses informations et surtout à quel stade du développement de la honteuse pantalonnade en train de se jouer a-t-il écrit son papier ? On ne le sait pas. Autre son de cloche :

 

Oh, comme ces Polonais haïssent la Russie !

s’écrie le Saker, à la suite de la sinistre comédie d’Auschwitz (décidément, vivants et morts, on leur aura tout fait à ce pauvres gens !)

par The Saker21 janvier 2015

Incroyable ! Tout le monde sait que Yatseniouk est un menteur congénital et qu’il représente, au bout de sa laisse, un régime de fous furieux. Mais il me semblait que la Pologne était un pays civilisé dirigé par des personnes saines d’esprit, quoi qu’un rien soumises aux intérêts US. Et, tout à coup, la bombe !

Une radio polonaise ayant demandé au ministre des Affaires étrangères polonais, Grzegorz Schetyna, pourquoi Poutine n’était pas invité à la commémoration de la libération d’Auschwitz, Schetyna lui a répondu : « C’est le 1er front ukrainien et ce sont des Ukrainiens qui ont libéré (le camp); ce sont donc des soldats ukrainiens qui, ce fameux jour de janvier, en ont ouvert les portes. »

Ainsi, suite à la déclaration allemande selon laquelle « quand “Yats ” a déclaré que l’Union soviétique avait envahi l’Allemagne et non pas l’inverse, il faisait usage de sa “liberté d’expression” », voilà maintenant la Pologne qui nous dit que ce sont les Ukrainiens qui ont libéré Auschwitz et non pas les Russes, ou plus exactement les Soviétiques multi-ethniques. 

Et pas la moindre réaction de colère ou d’indignation nulle part ! Décidément, il y a des révisionnismes moins révisionnistes que d’autres [1].

Maintenant nous savons pourquoi ils ont invité Porochenko : c’est parce que ses Ukrainiens ont libéré Auschwitz. Je me demande s’il aura l’audace d’y clamer le slogan banderiste « gloire à l’Ukraine, gloire aux héros ![2», comme il le fait chez lui.

 

3. Des libérateurs.jpg

Des libérateurs ukrainiens ?

 

Mais savez-vous ce qu’il y a de pire ?

Ce qu’il y a de plus répugnant et de plus honteux, c’est que les organisations juives – qui devraient le savoir qui a libéré Auschwitz et ce qu’a été à leur égard le « nationalisme » ukrainien pendant la seconde guerre mondiale – n’ont pas pipé mot. Et pas que cela : elles devraient le savoir que l’Union Soviétique a fourni à elle seule rien de moins que 80% de l’effort de guerre mondial pour vaincre Hitler, et que les Russes ont fourni plus ou moins 80% de l’effort de guerre soviétique. Autrement dit, les juifs européens qui ont survécu à la Deuxième guerre mondiale doivent la vie à la Russie. Et certainement pas à l’Ukraine, qui a accueilli Hitler avec des fleurs et a produit dans la foulée un des deux pires mouvements nazis d’Europe (l’autre étant l’Oustachi d’Ante Pavelic).

Mais là encore, puisque les Européens occidentaux ne célèbrent pas la libération le même jour que les Russes, et puisqu’ils vont même jusqu’à organiser des cérémonies commémoratives qui ne mentionnent ni la Russie ni l’URSS, de quoi devrait-on encore s’étonner ?

 

4. Lanziger_Hitler_knight.jpg

Le chevalier blanc, défenseur de l’Occident !

(Contre les Bolchos au couteau entre les dents)

 

Je ne mentionne même pas lOpération Unthinkable, où il a été déclaré que « la Russie était une menace pour la civilisation occidentale », ni le financement d’Hitler par les grandes banques et les grandes entreprises américaines et anglaises tout au long de sa carrière [3]. En dépit de la propagande anti-nazie officielle et de la diabolisation d’Hitler à l’usage des foules, ce dernier a toujours été « notre homme », même quand il était un « vilain garçon » : le chevalier blanc, défenseur de l’Occident ! Il n’a fait, en somme, que marcher sur les traces des autres paladins occidentaux, qui tous avaient, avant lui, tenté de soumettre la Russie.

En ce moment de sévères tensions entre l’Union européenne et la Russie, il est normal que nous assistions à une réhabilitation rampante, sinon d’Hitler lui-même, en tout cas des aspects essentiels de la propagande nazie.

Allons, nous y voilà ! C’est la Russie qui a occupé l’Allemagne. C’est l’Ukraine qui a libéré Auschwitz. Et, bientôt, on va nous dire que c’est Staline qui a ordonné l’Holocauste, rasé Dresde et largué des bombes atomiques sur le Japon. Il ne restera plus qu’à révéler qu’en fait, Poutine est le nouveau Staline, et voilà ! [4] Retour à la bonne vieille « civilisation occidentale » assaillie par les « hordes mongoles asiatiques de Russie »

Il y a des choses qui ne changent jamais. Et, bien entendu, la Russie ne pourra que les vaincre, cette fois encore !

______________________ 

[1]  Ou pas poursuivis, ceux-là, par la loi Gayssot.

[2]  Nazis, bien sûr.

[3]  Pour les françaises, voir Mme Lacroix-Riz.

[4]  En français dans le texte.

 

Source : http://vineyardsaker.blogspot.be/2015/01/oh-how-much-thes...

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades : http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....

 

*

Un libérateur d’Auschwitz (91 ans) se souvient

Ivan Martynouchkine, 91 ans, partage ses souvenirs de guerre chez lui à Moscou, le 23 janvier 2015, près de 70 ans après la libération d'Auschwitz

Ce qui frappa Ivan Martynouchkine, c’est le silence, une odeur de cendres et cet immense camp de plusieurs kilomètres de long, comme il n’en avait jamais vu. Mais jusqu’aux derniers instants, ce soldat soviétique ne se doutait pas de l’horreur qu’il découvrirait derrière les barbelés d’Auschwitz.

Lire la suite…

Source : http://nouvellesduprogres.skynetblogs.be/archive/2015/01/...

 

*

Puisqu’il n’y en a, en ce moment, que pour les Ukrainiens, donnons donc la parole à l’un d’eux. Nos excuses, il n’est pas nazi, personne n’est parfait.

Entretien avec Sergei Kirichuk (Borotba) : « L’Ukraine est tenue en otage par les nazis et l’OTAN »

Mardi 25 novembre 2014

5. Sergei Kirichuk.jpg

Nous publions ci-dessous un entretien avec Sergei Kirichuk, militant de l’organisation marxiste ukrainienne Borotba (« la Lutte »), réalisé par Marco Santopadre pour le site contropiano.org et publié par nos camarades italiens de la TMI, du journal marxiste FalceMartello. Sergei était en Italie début novembre, dans le cadre d’une série de réunions publiques dans de nombreuses villes italiennes. Cette tournée militante était organisée dans le cadre de la campagne de « Solidarité avec la résistance antifasciste en Ukraine » de la Tendance Marxiste Internationale (animée en France par Révolution, voir ici). Ce fut un succès notable en termes de participation, de qualité de débats et de soutien financier à la résistance antifasciste ukrainienne.

____________________________________________________________________________

Dans cet entretien, Sergei aborde en détail une série de sujets fondamentaux pour illustrer la situation en Ukraine. Le renversement de Ianoukovitch par le mouvement d’Euromaïdan, l’alliance entre les oligarques et les partis néo-nazis, la révolte des régions orientales et l’intervention de l’armée ukrainienne sont en effet les épisodes principaux d’une guerre civile devenue un tournant majeur dans la situation politique mondiale.

Nous avons demandé tout d’abord à Sergei d’expliquer ce qu’est Borotba.

Lire la suite…

 

Source : http://www.lariposte.com/Entretien-avec-Sergei-Kirichuk-2188.html

 

*

Sergei Glazyev. Les nazis d’Ukraine

6. Nazis-Ukraine.jpg

(Crédit photo : www.resistances.be)

 

Personne encore n’a pu s’entendre avec les nazis.

Entretien publié le 14 janvier 2015 sur le site russophone d’informations News Front et accordé par Serguei Iourievich Glaziev, ancien ministre, ancien membre de la Douma, cofondateur du parti Rodina, membre de l’Académie des Sciences de Russie, économiste, conseiller du Président Poutine et membre permanent du Club d’Izborsk.

L’invitation de Nursultan Nazerbaiev de mener demain des négociations visant au règlement de la crise ukrainienne a été ignorée par les dirigeants occidentaux. Ceci souligne la futilité des tentatives de conciliation avec la junte de nazis à Kiev, qui avec son artillerie continue à assassiner quotidiennement des habitants du Donbass. La tentative a échoué pour les raisons suivantes.

Lire la suite…

Source : http://www.russiesujetgeopolitique.ru/serguei-glaziev-les...

 

*

Les guerres de Staline

 

7. guerres de staline.jpg

 

 

 

Geoffrey Roberts

Les guerres de Staline : De la guerre mondiale à la guerre froide

Editions DELGA – Septembre 2014

Nombre de pages inconnu.

 

 

 

En ces temps de révisionnisme triomphant – pourvu qu’il soit anti-soviétique – le livre de Geoffrey Roberts (historien irlandais) tombe à pic. D’abord, parce qu’il est plutôt rare de voir publier la traduction d’un ouvrage portant sur ces matières qu’il est convenu de déclarer dépassées. Ensuite, parce que cela nous donne l’occasion d’évoquer, en passant, la censure qui frappe non seulement celle-là mais des tas d’autres matières ou d’auteurs, en amont ou en aval et sous diverses formes : censure idéologique, pratiquement toujours, mais ne s’avouant pas telle. Censure économique , bien entendu. La plus implacable qui soit.

Mme Lacroix-Riz, qui a préfacé l’ouvrage, en a parlé, dans une conférence qu’elle a donnée, le 15 septembre 2014, à l’Amphi Roussy (campus des Cordeliers), ne nous demandez pas où c’est.  Elle parle aussi – autre lien -  de la politique d’acquisitions aussi peu éclairée ou neutre que possible des bibliothèques françaises, y compris universitaires.

 

Résumé A. Lacroix-Riz – G. Roberts

http://www.historiographie.info/debats.html

Échanges divers sur la censure régnant à la bibliothèque Pierre Mendès-France (PMF) - Paris et dans les autres bibliothèques universitaires, 16-22 janvier 2015

http://www.historiographie.info/debats.html

 

*

Vos merdias favoris n’ont rien dû vous laisser ignorer de PEGIDA. On ne vous en parlera donc pas. Idem pour la bande à Frau Merkel. En revanche, ils sont tellement muets sur les autres Allemands que, par simple esprit de contradiction, nous nous sentons obligés de remplir les blancs. L’autre jour, on vous a transmis le message d’Eugen Drewermann. Aujourd’hui, c’est au tour d’Oskar Lafontaine.

21 janvier 2015

Allemagne : Oskar Lafontaine contre les tentations belliqueuses de la gauche et pour la sortie de l’OTAN

8. Oskar-Lafontaine_Die_Linke.jpg

Nous reproduisons ici le commentaire apparu sur le blog d’Oskar Lafontaine, ex-dirigeant et ministre social-démocrate allemand (Spd) et auteur, par sa scission, de ce qui est devenu ensuite le parti de gauche en Allemagne, Die Linke. Lafontaine, malade, a conduit ces dernières années une dure bataille interne au parti dont il est le « père fondateur », d’abord en soutenant la sortie de l’Euro et la rupture avec l’Union européenne, et aujourd’hui en abordant le thème de la guerre, thème sur lequel même dans la gauche allemande et européenne commence à enfler la logique humanitaire et interventionniste « démocratique », avec sans doute des accents anti-russes.

Cette prise de position de Lafontaine est particulièrement importante et intéressante, car depuis la « marche de Paris », l’impression désagréable qui se dégage est que le front interventionniste en Europe est davantage inspiré par la « gauche » que par la droite, comme ce fut le cas avec la Yougoslavie en 1999. En effet, l’agression contre la Yougoslavie fut soutenue par le centre gauche mondial – Blair, Clinton, D’Alema, Shroeder, Jospin –, ce qui amena à un rude affrontement avec la gauche alternative et les mouvements pacifistes qui s’opposaient à l’intervention militaire, laquelle – en bombardant Belgrade et les villes serbes – apporta la guerre au coeur de l’Europe, 45 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Voici la brève déclaration d’Oskar Lafontaine :

« Si le terrorisme consiste à utiliser illégalement la violence pour atteindre des objectifs politiques, alors Bush, Blair et tous ceux qui ont été favorables à cette guerre sont des terroristes. Si l’on condamne un homicide, il faut le faire, où que soit la victime, et indépendamment de qui dit quoi. Et cette conscience est précisément ce qui manque dans nos sociétés occidentales. Les guerres interventionnistes, les guerres [anti-]terroristes sont à la base de la terreur qui se répand dans le monde entier. On peut discuter encore et encore, mais il y a une chose sur laquelle nous ne devons pas transiger : si d’aventure – et j’évoque là une simple hypothèse – devait se présenter la possibilité pour Die Linke de participer à un gouvernement fédéral, nous devrions alors poser très clairement une condition, à savoir, que ce gouvernement ne devra sous aucun prétexte participer à une quelconque guerre interventionniste. Jamais. Cette condition serait pour nous fondamentale. Que pensent ceux qui, à l’inverse, acceptent ces guerres ? Qu’ont-ils en tête ? S’ils devaient souffrir dans leur propre chair de la guerre, ils prendraient certainement la même décision.

On essaie de nous refiler ces vieilles histoires de la Guerre froide, et de nous faire croire que la Russie nous menace.

C’est pour cela que nous avons besoin que l’OTAN soit dissoute. »

Sergio Cararo

Source : Contropiano, mardi 20 janvier 2015

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr

 

*

De la Russie, dont il vient d’être tant question, au Proche-Orient, il n’y a qu’un pas, surtout quand on est aéroporté par l’OTAN

 

D’« anciens » militaires français parmi les jihadistes de Daesh

Réseau Voltaire International | 21 janvier 2015 

______________________________________________________________________________

 

9. Réseau Voltaire.jpg

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a confirmé les informations de Radio France International selon qui une dizaine d’« anciens » militaires français combat actuellement aux côtés des jihadistes. Il a en outre précisé qu’il s’agissait là de cas extrêmement rares.

Dans ce cas comme dans les précédents, tous les « anciens » militaires français impliqués aux côtés des jihadistes étant soit des légionnaires, soit des membres de la DGSE, le ministre aurait pu diligenter une enquête administrative sur le recrutement de jihadistes au sein de ces deux unités. Il n’en a rien fait.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article186490.html

 

*

Où il est aussi parlé de censure…

« Lettre ouverte à la jeunesse d’Europe et d’Amérique du Nord », par Ali Khamenei, Guide Suprême d’Iran

 

10. ali-khamenei-signature-600-600x338.jpg

Allocution de l’Ayatollah Sayyad Ali Khamenei, dirigeant de la République Islamique d’Iran

Au nom de Dieu, le Bienveillant le Miséricordieux

À la jeunesse d’Europe et d’Amérique du Nord,

Les récents événements en France et ceux qui leur sont similaires dans certains autres pays occidentaux m’ont persuadé de vous en parler directement. Je m’adresse à vous, [la jeunesse], non pas parce que j’outrepasse vos parents, mais plutôt parce que l’avenir de vos nations et pays sera entre vos mains ; et je trouve également que le sens de la quête de la vérité est plus vigoureux et éveillé dans vos cœurs.

Je ne m’adresse pas non plus à vos politiciens et hommes d’état dans ce texte parce que je crois qu’ils ont sciemment séparé la route de la politique du chemin de la rectitude et de la vérité.

Lire la suite…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/01/23/lettre-ouve...

 

*

La schlague, y’a que ça d’vrai !

ou

La chevauchée fantastique de Bibi Netanyahu chez les pleutres d’Occident

 

Tout a commencé à Paris, où l’Hérode en chef est venu, passant outre les prières de ses féaux, défiler en tête d’une foule que la guillotine n’eût pu décapiter (car il eût fallu qu’elle en eût, des têtes), pour pleurer – hou...ou... - des « journalistes »-z-assassinés et clamer sa liberté fondamentale d’insulter ce qui n’est pas elle.

 

11. Netanyahou quenelle.jpg

                                                     Quenelle (de deuil) inversée.

 

C’est le journal Maariv (מַעֲרִיב‎,) qui raconte et M. Richard Silverstein, citoyen US, qui commente. Nous, on résume et on vous met les liens après.

Or donc, le jour où s’est tenu un service religieux à la mémoire de victimes d’un attentat, à la Grande Synagogue de Paris où se sont rendus un Président de la République et un Premier ministre qui oncques n’eurent de temps à perdre avec les victimes non cashères et, donc, pas de mosquée ni d’église, on ne peut pas être partout s’pas, un incident s’est produit. 

« Quiconque lit ce blog, dit M. Silverstein parlant du sien, est accoutumé aux récits d’exploits des brutes du Shin Beth, mais ceux-ci sont généralement réservés aux Palestiniens, aux journalistes arabes et aux voyageurs un peu trop basanés pour être honnêtes qui descendent des avions. Jamais on n’aurait imaginé qu’ils s’en prendraient un jour à un Premier ministre en exercice. Chez lui ! » Il n’a jamais entendu parler de Jacques Chirac, M. Silverstein, mais c’est vrai qu’il n’était pas « chez lui » le jour où il lui a fallu les affronter à coups de poings. Il était quand même Président en exercice…

Mais que s’est-il donc passé ? En un mot comme en cent, les gorilles de la garde prétorienne de Bibi, au moment où Valls pénétrait dans la Synagogue, l’ont empoigné par les bras sans ménagements et refoulé comme un vulgaire perturbateur de l’ordre public, jusqu’à ce que le vrai P.M. soit arrivé, ait passé devant lui sans le regarder et se soit assis, après quoi ils ont poussé Manu en avant d’une bourrade pour qu’il aille s’asseoir à son tour, ignorant impérialement ses protestations de rage espagnole proférées en anglais et en français. « You don’t make the rules, here ! You provide security for the Prime minister of Israel, that is all. » Oh, qu’il se trompait ! Mais si, ce sont eux qui font les règles. Et à qui la faute ?

 

12. Valls & C°.jpeg

Netanyahu, Hollande et Valls, juste après l’incident

 

L’ambassadeur d’Israël a eu beau présenter postérieurement des excuses… « Il est certain, dit M. Silverstein, qu’il s’agit d’un affront délibéré fait au gouvernement de la France », et il a bien raison de ne pas dire « des Français ». 

Là-dessus, il ajoute : « Cela me paraît un jeu dangereux. C’est aussi un jeu de gens très désespérés » Et ces gens, pense-t-il, se fichent éperdument du sort à long terme du pays qu’ils représentent. (On résume).

Non content de faire humilier Valls en public – et en présence d’un Président-plus-poire-que-jamais qui n’a pas osé piper mot –, le représentant (élu, on le rappelle) du « peuple juif », s’en est pris aux juifs eux-mêmes car à quoi bon lésiner. On ne connaît pas les détails de l’algarade, mais la Communauté Juive de France s’est déclarée « profondément insultée » qu’il ait comparé ses membres aux juifs d’Espagne qui, en 1492, « s’y sentaient si bien qu’ils n’ont pas voulu s’en aller quand ils en avaient l’occasion ». Pour aller où ? Faire leur aliya peut-être… Préemptivement…

Là, c’est à nouveau le journal Maariv qui parle. Il faut vous rappeler que le père Netanyahu, Ben Zion, était érudit en histoire médiévale juive et que l’ineffable s’est servi de l’autorité paternelle pour traîner les juifs de France d’aujourd’hui plus bas que terre au nom des juifs d’Espagne du XVe siècle.

« J’ai déjà dit ici, reprend M. Silverstein, que Bibi Netanyahou n’avait rien de la supposée érudition de son père en matière d’histoire juive. » Historien, on ne savait pas. Secrétaire de Vladimir Jabotinsky, on savait. Et, en effet, ce n’est pas une garantie de rigueur historique.

Il semble résulter de tout cela que les représentants de la Communauté des juifs de France ne sont pas vraiment persuadés que la Ve République soit sur le point de se transformer en monarchie espagnole de la Reconquista et que, par conséquent, ils n’ont pas dû exprimer un enthousiasme excessif à l’idée de voir leurs compatriotes partir en masse « terminer le travail » de l’extermination des Palestiniens. Ils n’étaient cependant pas au bout de leurs peines puisqu’ils ont eu droit, en prime, à une autre comparaison, avec les juifs russes et polonais de l’Holocauste cette fois, qui, s’ils s’en étaient allés à temps… (voir plus haut).

Bref, ce sont les victimes qui sont coupables. Axiome que, depuis quelque temps, on avait compris, merci.

Ils y ont pensé à Tel Aviv, à l’installer dans une cellule capitonnée pour éviter qu’il se blesse ?

Mais ce n’est pas tout !

Et, à vrai dire, la mésaventure de Valls pâlit en comparaison : Benjamin Netanyahu s’apprête, le 15 février prochain, à prendre la parole devant les deux chambres du Congrès US. Pour leur dire quoi ? Ce qu’il pense de la lamentable politique extérieure de Barack Obama et ce qu’ils doivent faire à la place, surtout à l’égard de l’Islam en général et de l’Iran en particulier.

À l’invitation d’un néo-con nommé John Boehner, président de la Chambre des représentants, mais surtout « à l’insu de la Maison-Blanche et en violation de toutes les règles institutionnelles ».

Vous avez bien compris ? Il va aller inciter tout le personnel politique US (et le Pentagone avec ?) à trahir son pays en bloc. Si ce pays – cet ensemble de pays – se laisse faire, c’est, comme le dit Orlov, l’extinction des feux pour l’Empire.

 

Liens

 En anglais :

Shin Bet Manhandled French Prime Minister in Grand Synagogue, Bibi Insulted French Jewish Leadership, by Richard Silverstein

http://www.informationclearinghouse.info/article40761.htm

Congress Seeks Netanyahu’s Direction, by Robert Parry Showing

http://www.informationclearinghouse.info/article40780.htm

En français :

Netanyahu au Congrès US sur l’Iran et sur l’Islam, par Réseau Voltaire

http://www.voltairenet.org/article186491.html

Washington se révolte contre Obama, par Thierry Meyssan

http://www.voltairenet.org/article186508.html

 

*

Apostille musulmane

 

Trois jours après la cavalcade bibiesque à Paris, nous trouvions, sur le site du Saker US, sous le titre :

Message from Sheikh Imran Hosein to the French People

une vidéo effarante s’adressant aux musulmans de France. Et que dit-il, Imran Hosein ? Exactement la même chose que Benjamin Netanyahu aux juifs, mais cette fois aux Arabes : « Rentrez chez vous (dans vos pays d’origine), quittez la France ». Et tout ça sur le site du Saker !

 

 

Les bras nous en sont tombés. Mais qu’est-ce qu’ils lui ont donné à boire ou à fumer à celui-là aussi ?

Certes, on avait bien compris qu’il vient de se produire non pas un mais plusieurs attentats sous faux drapeau. Et nous sommes même sûrs que cela va continuer, puisque, comme le dit Orlov, « ils n’ont plus que cette carte-là à jouer ».

Mais est-ce une raison pour détaler comme des rats qu’on dérange ? Est-ce que l’immense majorité des musulmans de France ne sont pas des citoyens français ? Et où va-t-on renvoyer, après, les Celtes, les Gaulois, les Francs, les Cimbres et les Teutons ? Dans leur pays d’origine ? Et ces pays, si tant est qu’on les connaisse, ils ne sont pas occupés peut-être ? Ils iront où ceux qui s’y trouvent ? Dans la bande de Gaza s’il reste encore un peu de place ?

Il ne le sait pas, le Cheick, que ce sont ceux qui sont dans les batailles qui les gagnent ?

Il nous semble qu’il est temps que les jeunes Français de n’importe quelle origine  y compris de souche - et qu’ils soient juifs, musulmans ou d’autres confessions ou convictions - s’expriment une bonne fois pour toutes et remettent à leur place les donneurs de conseils empoisonnés.

Dans son adresse aux jeunes d’Occident, l’ayatollah Khamenei dit une chose d’une importance extrême à nos yeux : « Ma seconde requête est qu’en réaction au torrent de préjugés et de campagnes de désinformation, vous tâchiez d’obtenir une connaissance directe et personnelle (…) »

Cette nécessité de connaissance directe et personnelle ne s’applique pas qu’à l’Islam, mais à TOUT. « Penser par soi-même » était la devise du grand écrivain gallois John Cowper Powys, qui a répété cette injonction tout au long de son œuvre immense, dans ses romans, ses essais, ses écrits philosophiques, sa correspondance, son Journal… Il avait pris cette notion d’on ne sait plus quel philosophe de l’Antiquité (Socrate ? Antisthène ? Notre mémoire flanche). Rabelais, sommet absolu de la culture française pour ceux qui l’ignorent et disciple de Diogène, a, pour sa part, inventé (c’est dans le Tiers Livre) un personnage appelé Ouy-Dire, roi d’un pays dont les habitants croyaient tout et n’importe quoi pourvu qu’ils l’eussent entendu dire, au lieu de penser tout seuls. Un pays de calamités. Pas très différent de la France d’aujourd’hui, finalement.

Quel rapport entre un écrivain anglais, des philosophes de l’Antiquité grecque, un médecin français du XVIe siècle et l’Iran d’aujourd’hui ? Cette préoccupation-là, justement : penser par soi-même, développer son sens critique et refuser de se laisser mener par le bout du nez, c’est-à-dire devenir adulte et responsable, n’est plus seulement une nécessité, c’est une urgence. Mieux vaut se tromper seul qu’avoir raison derrière une multitude sans savoir pourquoi.

Source : http://vineyardsaker.blogspot.be/2015/01/message-from-she...

 

*

 

On en avait oublié un, de saint homme, et on espérait ne plus entendre parler de « l’affaire Charlie ». Malheureusement, quand quelqu’un jette bêtement une pierre dans l’eau, on ne sait jamais pendant combien de temps elle va y faire des ronds…

La semaine dernière, le pape François s’en allait visiter les catholiques de Goa, y canoniser un saint Sri Lankais prénommé Joseph et rencontrer ses ouailles du lieu.

 

Diapo

http://rt.com/in-vision/pope-francis-sri-lanka/

 

Le croira-t-on, des « journalistes » sont descendus jusqu’à Rome, et sont montés dans son avion, pour lui demander… ce qu’il pensait de l’assassinat des « Charlie ».

Un pape de la Renaissance les aurait fait jeter par le hublot. Celui-ci a répondu avec urbanité, sans même soulever un sourcil devant l’inconvenance.

Il est vrai qu’à l’annonce de la fusillade, il avait laissé transparaître un sentiment pour lequel la police française ne pourra pas l’incarcérer, il a de la chance d’être pape, à savoir que les dessinateurs refroidis étaient des provocateurs, qui auraient dû s’attendre tôt ou tard à un retour de bâton violent, ajoutant qu’il y avait des limites à la liberté d’expression et que qui vit par l’insulte doit s’attendre à périr par la rafale (non, là, on brode, mais pas beaucoup).

À ces propos pleins de bon sens, également tenus (sur ce blog) par le Saker, le pape François a bien voulu ajouter que dire ce que l’on pensait était un devoir exigé par le bien commun, mais que quiconque insultait sa mère devait s’attendre à prendre son poing sur le nez. Il a même joint le geste à la parole.

 

13. Pape poing.jpg

 

*

 

« Nous n’avons pas le droit de scandaliser les croyants »

Marat

 

Un autre homme qui a du punch est M. George Galloway, représentant de Bradford Ouest au Parlement anglais et chef du parti Respect.

M. Galloway ayant eu vent d’une manifestation « pour la liberté d’expression » qui allait se tenir devant le City Hall de Bradford, s’y est pointé, a grimpé bien en vue sur les marches du perron et a balancé aux manifestants « Je ne suis pas Charlie ! ». Pendant qu’il y était, il leur a expliqué pourquoi.

14. GEORGE-GALLOWAY.jpg

« Personne ne devrait être soumis à de la violence, moins encore à la mort, pour avoir dit, écrit ou dessiné des choses. »

« Nous condamnons par conséquent le meurtre de 17 personnes. Mais nous ne permettrons pas que ce magazine Charlie Hebdo soit décrit comme un recueil d’aimables dessins humoristiques anarchistes et marrants. »

« Ce qu’il contient, ce ne sont pas des dessins humoristiques du Prophète, ce sont des insultes obscènes et pornographiques au Prophète et, par extension, à 1.7 milliards d’êtres humains sur cette terre et il y a des limites. »

« Il y a des limites. Il y a des limites à la liberté d’expression, particulièrement en France. »

 

 

 « Le vrai travail d’un satiriste, le vrai travail d’un dessinateur humoristique, le vrai travail d’un journaliste est de réclamer des comptes aux puissants et aux riches. Le seul but réel poursuivi par Charlie-Hebdo – et depuis des années ! – a été de marginaliser davantage, d’aliéner davantage et de mettre davantage encore en danger précisément ces parties de la population qui sont déjà marginalisées, déjà aliénées, déjà en danger. C’est un torchon raciste, islamophobe et hypocrite. Je ne suis pas Charlie-Hebdo ! Nous disons qu’on ne peut pas laisser l’honneur des peuples qui ont de la religion, leur prophètes et leurs croyances servir ainsi de proies autorisées, parce qu’il y a déjà des limites à la liberté d’expression. Je ne peux pas diffamer, ni par écrit ni autrement, quiconque se trouve dans votre foule, sous peine d’être poursuivi en justice et condamné. De là où je vous parle, je ne peux pas vous inciter au racisme et c’est heureux. Je ne peux pas inciter à la haine sous aucune forme. Je ne peux pas vous dire des choses qui soient susceptible de provoquer des agressions ou des crimes contre n’importe quel groupe de la société. Personne n’a le droit de crier « au feu ! » dans un cinéma qui n’est pas éclairé, parce que le droit à la liberté de crier « au feu ! » est éclipsé par le droit des gens qui se trouvent dans le cinéma de n’être pas piétinés à mort dans une panique. Quand vous vous livrez à une provocation obscène, obscène comme celles que cet hebdo a commises chaque semaine pendant des années et qu’il vient de refaire à des millions d’exemplaires, vous poussez au crime. Vous faites la même chose que le dangereux individu qui crie « au feu ! » dans un cinéma sans lumière. C’est pourquoi, au nom de la paix sociale, au nom de l’unité dans la société, nous devons exiger de notre gouvernement la protection des prophètes, qu’il les protège des provocations obscènes et pornographiques, et c’est exactement ce que j’ai l’intention de faire au parlement. As Salaam Alaikum. »

George Galloway, Membre du Parlement pour Bradford Ouest, à une manifestation devant le City Hall de Bradford, le 17 janvier 2015.

 

 Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2015/01/26/le-coup-du-lapin-8372295.html

 

*

26 janvier 2015

Message de Vladimir Poutine à l’occasion de la commémoration du 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz

 

Pour la première fois, Vladimir Poutine n’a pas assisté à ces commémorations, signe éloquent des tensions entre la Russie et l’Occident, dues à la renaissance du nazisme, que nous appellerons, faute de mieux, « néonazisme », même si on ne voit pas qui, en Occident, aurait la carrure d’Arturo Ui pour en assurer l’irrésistible ascension : ni Porochenko ni Iatseniouk – soyons sérieux – ni personne en Pologne, ni personne non plus en Europe occidentale. Nous nous retrouvons donc face à une menace nazie réelle mais sans fuehrer.

 

15. Poutine milit..jpeg

Gravement offensé mais tirant les conséquences de cette situation, le Président de la Fédération de Russie vient d’adresser un message à tous les participants à la cérémonie de commémoration du 70e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz par l’Armée Rouge et à l’occasion de la Journée Internationale de commémoration de l’Holocauste. Par-dessus les têtes de ces participants, il s’adresse aux peuples qui se laissent par eux gouverner. (Salut aux Grecs !)

Voici son message :

 

« L’Holocauste a été l’une des pages les plus tragiques et les plus honteuses de l’histoire humaine. Des millions de personnes innocentes ont été victimes des nazis, ont vécu l’enfer des camps de la mort et ont été fusillés, torturés, et sont morts de faim et de maladie. L’Armée Rouge a mis un terme à ces atrocités et à cette barbarie impitoyable et a sauvé non seulement le peuple juif, mais également les autres peuples d’Europe et du monde.

Nous devons toujours garder fermement à l’esprit que toute tentative de réécrire l’histoire et la contribution de notre pays à la grande victoire reviendrait à justifier les crimes du nazisme et ouvrirait la porte à la réémergence de cette idéologie meurtrière. Oublier les leçons de notre passé commun pourrait conduire à une répétition de ces terribles tragédies. Il est donc de notre devoir de défendre la vérité sur les événements de la Seconde Guerre mondiale et de défendre les réalisations, la dignité et la réputation de ceux qui vivent et de ceux qui ne sont plus.

C’est notre devoir et c’est une question d’honneur auprès des générations à venir. » 

Source : http://eng.news.kremlin.ru/news/23524

Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

 

*

Aggravons notre cas, aux yeux des honnêtes gens :

16. donbass+mimi.jpeg

Trois terroristes du Donbass

 

*

Revenons donc – ce post sera interminable – à ce qui n’a pas été qu’un événement parisien un peu plus sanglant que d’habitude. Parce que l’hystérie collective n’aime pas qu’on ne s’occupe pas d’elle, ne souffre pas les indifférents ou les simplement raisonnables. Et parce qu’on a des amis très chers qui ont cru retrouver, dans la foule du 11 janvier, le peuple de 68, et qui se sont demandé « suis-je Charlie ? », alors que nous n’y avons vu, nous, qu’une foule décérébrée.

Il va nous falloir pédantiser un peu.

Quelle est la différence entre un peuple et une foule ? Elle est abyssale. Le peuple, c’est quand chaque individu pris séparément, possédant un cerveau et une conscience, exerce son sens critique, trouve des choses à soutenir ou à combattre dans la société où il se trouve, retrousse ses manches et va rejoindre ceux qui ont fait pareil pour tenter de peser, ensemble, sur le cours des choses. La foule, c’est un agglomérat, généralement temporaire, d’individus sans conscience, passifs par définition, abandonnés aux deux pulsions égoïstes de l’infantilisme : la volonté de puissance et l’avidité, en même temps que la soumission volontaire et même enthousiaste aux manipulations. « L’abject enthousiasme » disait le XVIIIe siècle.

Frédéric, ces gens que tu crois animés d’une peine et d’une indignation sincères n’ont pas eu un frémissement de compassion devant le massacre de plus d’un million de Rwandais. En as-tu vu un seul dans la rue, alors ? Passons sur le fait que ce massacre et la tuerie au petit pied d’il y a trois semaines ont été machinés par les mêmes. On ne parle ici que des réactions et de ce qu’elles démontrent.

L’avant-dernière fois que nous avons vu le Peuple dans la rue, en France, c’était à l’occasion de la dernière grande manif contre la guerre du Vietnam. On n’était qu’un million, pas trois, mais Sartre en tête, pas Netanyahu. Avec Signoret-Montand, Ferrat, etc. Nous, au coude à coude avec Georges Ullmer, un chanteur danois que vous ne connaissez pas. Il était question de remettre une pétition « de la part du peuple de France » à l’ambassadeur US. Bastille-Concorde. Le PCF assurait le service d’ordre.

Arrivée au bout des Tuileries : des rangées de CRS, l’arme au poing, et des paniers à salade ici et là. L’ambassade, on la voyait, à même pas cent mètres. Sartre était prêt à se faire trouer la peau, sa lettre à la main, pour les parcourir ou du moins essayer – il y a des moments comme ça – et personne ne l’aurait laissé y aller seul, ni célébrités ni piétaille. Le PC a donné l’ordre de dislocation. Ils y militaient, pas tous mais en grand nombre. La discipline a prévalu sur le courage. On ne critique pas, on se rappelle.

En remontant la manif en désarroi pas encore écœurée pour rentrer chez nous, au bout de la rue Royale, en tournant le coin, on a vu le boulevard des Capucines, couvert de petits faucons rouges assis par terre, qui refusaient de bouger, et les cheftaines du parti remontant les rangs : « Rentrez chez vous, Camarades, vous avez montré votre force », à des gamins qui crachaient par terre, enlevaient leurs foulards et les jetaient dans le caniveau. C’est là, c’est ce jour-là que le PCF a commencé de perdre son sang, comme un tonneau dont on a arraché la bonde perd son vin.

La toute dernière fois qu’on a vu le peuple dans la rue, c’était à la Manif pour tous, où ils n’étaient « que » 500.000 (70.000 selon la police) et pour la plupart cathos de droite, mais c’était le peuple quand même en vertu de sa définition (voir plus haut). Ce qu’on y a vu aussi, c’étaient des musulmans et des juifs. Manifestation viscéralement parentale, plus parentale qu’idéologique partout, y compris chez les majoritaires. On n’osait pas y croire, on a retenu son souffle, on s’est dit qu’il allait peut-être se passer quelque chose après tout, qui savait ? Et puis, bien sûr, alors que chacun s’en retournait chez soi à l’issue d’une manifestation où il n’y avait pas eu la moindre fausse note ni le plus petit accrochage, les valeureux escadrons du GUD, casque en tête et barres de fer au poing ont violemment attaqué les forces de l’ordre et saccagé quelques commerces de luxe. Juste de quoi permettre au pouvoir de réprimer brutalement toute velléité d’opposition civile. Leur motif ? Avoir voulu « radicaliser » la droite catholique, au-delà de « juste leurs enfants ».

17. GUD.JPG

Les troupes parisiennes du GUD

18. Logan Djian Dieudo.JPG

 Leur chef Logan Djian, avec, hélas, Dieudonné

Et, oui, Frédéric,  c’est vrai qu’il s’est passé des choses en 68 et que le peuple, parfois, y a remplacé la foule, même si on s’y est fait, reconnaissons-le, baiser en levrette. Vrai aussi qu’on s’est parlé, dans la rue, entre parfaits inconnus, comme si on avait élevé les cochons ensemble et comme si les avenues d’Haussmann étaient des places de villages. Vrai encore que les automobilistes qui avaient un peu d’essence, s’arrêtaient spontanément pour charger ceux qui allaient dans leur direction. Et on n’est pas près d’oublier la petite montagne de mobylettes, contre l’École de Médecine, laissées à la disposition de qui en avait besoin, que leurs propriétaires ont retrouvées intactes à la fin de ces semaines mémorables.

Et puis, un jour, tout s’est arrêté.

Les CRS ?

Le Général ?

Le PCF ?

Non. Les vacances.

Quand la foule, devenue le peuple, renoncera à partir en vacances pour finir une révolution (ou soutenir une république espagnole… ou grecque…) on pourra recommencer à y croire.

La foule du 11 janvier dernier, sortie s’exciter sur quatre caricaturistes indignes, en se foutant éperdument des autres victimes, pour réclamer son droit imprescriptible d’insulter ce qui n’est pas elle avec impunité – car c’était là, que tu l’acceptes ou non, le véritable et seul moteur de cette « manifestation républicaine » – n’était pas n’importe quelle foule un peu nase de Tour de France ou de Coupe du Monde. Celle-là était – est – infiniment dangereuse.

19. Sang impur.jpeg

Ah, le sang-k-impur !

 

Si « républicaine » d’ailleurs, que même les Grands-Bretons, s’y sont mis :

 

20. Trafalgar Square.jpg

Trafalgar Square aux couleurs de La Gueuze (en signe de deuil)

 

21. Tower Bridge.jpeg

Et Tower Bridge (si, si, de deuil fraternel, même)

 

Quelle différence entre la foule allemande de Nuremberg-1938…

 

22. Nuremberg-1938.jpg

 

 …et la foule française de Paris-2015 ?

23. manif-place-republique-charlie-hebdo.jpg

AUCUNE

Qu’est-ce qui sépare « Je suis Charlie » de « Sieg Heil ! » ?

RIEN

Qu’est-ce que les deux événements ont d'autre en commun ?

ÇA :

24. Bottes.jpg

 

Déjà huit Tchétchènes arrêtés. Qui sont-ils ? Qu'ont-ils fait ? Vous ne le saurez pas. On vous dit « Tchétchènes ». Contentez-vous-en.

Déjà un gamin (16 ans) arrêté et puni de prison ferme pour avoir posté, sur son compte Facebook ou Twitter un dessin de Charlie-Hebdo détourné dont il n’était pas l’auteur (mis en ligne par Norman Finkelstein qu’on n’osera pas poursuivre. Pas encore…) :

 

25 bis. huit-tchetchenes-600.jpg

 

Soyons clairs, hein : le gamin en taule, pas les Charlie ! Liberté d’expression pour eux, pas pour lui ! Apologie du terrorisme pour lui, pas pour eux !

 

25. Finkelstein.jpg

 

*

 

Et pour répondre à d’autres critiques reçues hors commentaires :

 

« On peut cogner, chef ? »

 

On a connu Charlie-Hebdo avant qu’il s’appelle comme ça (oui, ça fait anciens combattants, on n’y peut rien). Il s’appelait Hara-Kiri. Le taulier s’appelait Choron (de son vrai nom Georges Bernier)

26. Choron.jpg

 

L’hebdo-ou-mensuel selon les circonstances se disait « Bête et méchant ». Il était « Méchant et de mauvais goût ». Mais bête, assurément pas. Et il frondait les puissants, les racistes. Pas toujours avec le petit doigt en l’air.

27. Reiser baguette xxx.gif

Un jour, une boîte de nuit appelée le 5-7 (mobilier en papier mâché et polystyrène expansé, pas d’issues de secours, un truc pour la plèbe) a pris feu. Ils étaient environ 180 jeunes du voisinage, occupés à guincher. Une trentaine a survécu. Gros titres dans la presse : « Bal tragique à Saint-Laurent du Pont : 146 morts ».

Huit jours plus tard (le 9) meurt le général De Gaulle. Hara-Kiri sort sa plus célèbre couverture :

28. Bal tragique.jpeg

Et est aussitôt interdit. Il y avait longtemps que le pouvoir n’attendait qu’une occasion. Celle-là était en or.

Choron, qui n’était pas du genre à adopter profil bas, fonde aussitôt un autre canard. À l’identique. Avec, pour titre : Charlie-Hebdo.

« Charlie » était le nom de code que les pilotes d’hélicoptères de l’OTAN avaient donné au Vietcong (Forrest Gump : « On cherchait sans arrêt un type qui s’appelait Charlie »). En adoptant ce nom, Choron avait annoncé la couleur : pas question qu’on s’écrase. Et la fronde des puissants, surtout les armés, avait continué. Et puis, un jour, Choron est mort et sa gazette a fait faillite, ou l’inverse. Fournier, Reiser et Gébé étaient morts avant, dans cet ordre. Mais il y avait eu Sylvie Caster, Manchette, Berroyer, Arthur, Nicoulaud, Soulas, Carali et autres, puis Coluche, Desproges… et on en passe.

C’est là que Val, ex-chansonnier pour MJC, s’est pointé pour le racheter. L’argent de la CIA ? Ses économies ? Va savoir. Le tournant en épingle à cheveux a été immédiat (Delfeil de Ton a tenu trois mois). Certains se sont fait virer (Mona Chollet), d’autres sont partis en claquant la porte (Cyran). Et le tout à l’avenant. C’est ce qu’on a appelé « La véritable scission de l’Internationale satirique ».  Pourquoi ce sont surtout les écrivains qui sont partis et les dessinateurs qui sont restés ? On ne sait pas non plus. Beau sujet d’étude pour un  sociologue de la presse.

Val a pondu des éditos imbuvables tant dans la forme que sur le fond. Les dessins – hideux à regarder, sauf ceux de Cabu, qui ne l’étaient que de l’intérieur – se sont mis à faire ce pour quoi ils étaient payés : ridiculiser les victimes de l’Empire et de l’OTAN, taper sur les gens à terre, s’attaquer à ceux qui les défendaient. Finie la fronde des puissants. Profession : lyncheurs d’humiliés et d’offensés.

On peut cogner, chef ?

Non seulement on peut, mais on doit, sinon pas de caviar ni de caisses de rouge à la fin du mois.

Les caricatures du Prophète : de la poudre aux yeux, l’écran de fumée destiné à faire passer la vénalité pour de la fronde anarcho-philosophique.

Bouffeurs de curés, c’est plus reluisant qu’assistants de bourreau, non ?

Mais, objecteront les naïfs, ils s’en sont pris aussi aux autres religions, pas qu’à l’Islam… Faux. Ce n’est pas une histoire de religion-pas religion, c’est une histoire de puissants-pas puissants :

Sœur Emmanuelle, oui, des caricatures d’évêques, à la rigueur Benoît XVI, Jésus même, à l’occasion. Pas Jean-Paul II. Jamais (Quand on briffe à la même mangeoire…)

Des juifs, oui. Des sionistes, jamais.

Castro, Chavez, Poutine, oui. Jamais Bush, ni Blair, ni McCain, ni Abou Ghraib, ni Guantanamo.

Des « prêtres pédophiles », oui. Jamais des couturiers, des cinéastes, des écrivains familiers des bordels d’enfants. Jamais ceux qui font mettre en prison les parents qui ne veulent pas que leurs gosses apprennent à se masturber à la maternelle.

Nous l’avons déjà dit, répétons-le : l’Empire Otanazi se sert toujours deux fois des créatures qu’il achète, et la seconde fois, c’est en les tuant et en se servant de leur mort. Il n’y a pas encore eu d’exception à cette règle.

Lee Harvey Oswald…

Jack Ruby…

Saddam Hussein…

Oussama Ben Laden…

Les frères Tsarnaev…

Les djihadistes mercenaires de plusieurs obédiences…

Les sinistres pieds nickelés de Paris… qui ne seront pas les derniers.

 

ET ON N’Y REVIENT PLUS, PAR PITIÉ.

 

*

« Vous pétez, Panurge ? »

 

Notre aparté sur les souffles, les vents et cœtera, à propos de Rois Mages, nous a valu de recevoir d’un collagiste de génie qui nous fait l’honneur de nous lire, une infime partie de sa collection – immense, assurément – d’images. Sur le sujet. Pas de bande-son. Que de l’iconographie.

Si nous avons été ravis de revoir des photos de films que nous avons aimés pour des raisons très variées, nous n’avons pas toujours compris le rapport qu’ils avaient, pour la plupart, avec l’objet de la collection lui-même. On sèche. Vous le découvrirez peut-être…

 

29. Prout.gif

 

http://organodeon.chez.com/galerie_photo.htm

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

 

*

 Le 26 janvier 2015.

 

21:01 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2015

ENSAUVAGEMENT DE L'EUROPE (SUITE)

1. amiral panteleyev.JPG

Ensauvagement de l’Europe (suite)

 

000. russep.gif

On  ferme

2. Essai  XXX.JPG

 

3. Aubrey Beardsley - Cul-de-lampe.gif

 

000. russep.gif

On rouvre

5. paralipomènes.JPG

 

vendredi 16 janvier 2015

Poutine, plébiscité en Ukraine

Poutine a gagné dans les sondages des Médias à la question « quel président veulent les Ukrainiens ? »

11 janvier 2015

Même les Ukrainiens préfèrent Vladimir Poutine. C’est un des hommes les plus remarquables de ce siècle. Il restera dans l’Histoire, il n’y a pas à en douter. Qu’on l’apprécie ou pas, rien à faire, on ne peut que lui reconnaître un brio dans la subtilité diplomatique, dans la connaissance des adversaires, une manière sans pareille de mener à bien son idée, le bien du peuple de Russie !

0. Poutine à la messe de Noël.jpg

Le journal « Nedelya.ua » a proposé de répondre à la question : « A quel homme politique voudriez-vous confier le gouvernement de votre pays ? » en fournissant la liste des hommes politiques composée de : Barack Obama, Viktor Iouchtchenko, Viktor Ianoukovitch, Vladimir Jirinovsky et Vladimir Poutine. Toutefois, les lecteurs avaient le droit d’ajouter à la liste les noms de ceux qu’ils considéraient comme étant le plus approprié pour l’Ukraine.

Les résultats dans les deux cas étaient choquants pour la ressource ukrainienne. En première place, de loin, a été placé le président russe Vladimir Poutine, pour qui actuellement 85 % des lecteurs du média ukrainien ont voté. La deuxième place a été prise par le président de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, avec % des voix. La troisième place est partagée entre Vladimir Jirinovski et le président chinois Xi Jinping (2 % des voix). Porochenko a eu % des voix (presque autant que la chancelière allemande Angela Merkel). Par ailleurs, les principaux « patriotes » ukrainiens ont été placés, par leurs propres concitoyens, parmi les loosers et outsiders. Iatseniouk, Kolomoïsky, Liachko, Timochenko et autres n’ont reçu dans le sondage que 0,5 %... Et le principal « démocrate du monde » Barack Obama n’a même pas pu dépasser le seuil de 0,1 %.

Rappelons que Vladimir Poutine est placé en tête de liste des personnalités les plus influentes de l’année écoulée, dressée par l’agence d’information France-Presse. Plus tôt, le président russe Vladimir Poutine était inclus dans la short-list des candidats pour le titre « l’Homme de l’année » du magazine Time, et a obtenu la troisième place. En 2014, le président russe, pour la deuxième année consécutive, a été nommé par le magazine Forbes la personne la plus influente de l’année. Selon le centre russe des sondages de l’opinion publique, plus de 71 % des Russes ont appelé Poutine l’homme de l’année 2014 – une fois et demie plus que l’année dernière (44 %).

Source : novorossia.su : Путин победил по результатам

7. larroseur-arrose.jpg

000. russep.gif

Mais on n’est pas encore à la fin du mois et on avait d’autres vœux à vous transmettre : ceux de Georges Stanechy.

Vous aurez trouvé, dans le post précédent, ses réflexions sur « l’affaire ».

Ceci, c’était avant, et on s’était promis de vous en faire profiter. Parce qu’ils étaient musicaux, en plus. Ils le sont toujours…

8. lioness-Telegraph.jpg

À contre-courant

Bonne Année 2015 !...

Mes Meilleurs Vœux à Tous

et

Mes Amitiés à Chacun !...

J’aime bien accompagner mes vœux d'une musique. Pour ceux de l’année 2014, c’était un de mes trompettistes préférés :Chet Baker.

Pour cette nouvelle année, je vous propose un grand maître d’un instrument parmi les plus beaux et les plus anciens de l'histoire musicale : le luth.

Occasion d'exprimer, dans ces vœux, une affection particulière pour nos frères et sœurs en humanité du Moyen-Orient... Ravagé par les bombardements et les hordes de mercenaires, dans le chaos et les massacres, organisés par les prédateurs venus de l'étranger. 

Cet éminent artiste et compositeur est l'Irakien, Naseer Shamma. Fondateur en 1999 au Caire d'un institut, réputé internationalement, dédié à l’enseignement de cet instrument prestigieux. Lui-même a reconstitué le luth à huit cordes, disparu dans les oubliettes de l’Histoire, d’après un manuscrit du philosophe, savant et musicien Persan, du 9° siècle, Al-Fârâbi.

Avec Naseer Shamma, nous sommes au sommet d’un art. Qui n’est pas une simple virtuosité technique, mais l’expression d’une sensibilité, d’une émotion, maîtrisées par une pensée et un engagement dans son siècle. Ardente obligation de tout « Humaniste »... 

Magnifié dans une de ses œuvres emblématiques, interprétée à la fin d’un de ses concerts : l’art porteur de sens. Ici : l’Espérance dans un monde meilleur

Plus qu’une espérance même, une certitude : « La Barbarie », quel que soit son niveau de violence, ne peut annihiler la Civilisation, éradiquer des siècles d’Histoire...

Son titre :

C’est arrivé à Al-Amiriya

 

« Barbarie ». Mot galvaudé… Peut-être

Mais pour Naseer Shamma, « La Barbarie » n’est pas une figure de rhétorique, un cliché, pour « journaliste-propagandiste » européen ou américain…

Il l’a rencontrée, confrontée. Pris à la gorge, désespéré, désarmé. 

En 1989, Saddam Hussein, lui avait infligé six mois en prison pour l’avoir critiqué publiquement lors d’un de ses déplacements en Jordanie. Le dictateur était encore un protégé obéissant des Occidentaux. Apprécié pour avoir imposé, sur leur injonction, une guerre de 8 ans à l’Iran. Et, leur avoir acheté des milliards de dollars d’armements.

Deux ans après sa sortie de prison, il assistait au commencement de la destruction méthodique de son pays par ses anciens protecteurs, culminant avec l'invasion des armées occidentales en 2003.

Toutes ses infrastructures : routes, ponts, ports, aéroports, universités, hôpitaux, centrales électriques, stations d'épuration d’eau, silos à grains, troupeaux, etc. L’Irak réduit en poussière. Des centaines de milliers de morts, de blessés, de traumatisés...

Seul bâtiment officiel épargné : le ministère du pétrole ! 

Pour « délivrer le pays de la dictature et apporter la Démocratie »…

Témoin horrifié d’un des pires crimes de guerre : le bombardement d’un abri pour civils où étaient entassés des centaines d’enfants, que les familles du quartier de Bagdad "Al-Amiriya" voulaient mettre à l’abri.

A 4h30 du matin, le 13 février 1991, deux bombardiers F-117 surgissent. Chacun porteur d’une bombe à guidage laser d’une tonne (GBU-27) conçue pour percer les abris bétonnés. Tous les occupants de l’abri furent carbonisés. Seuls 408 corps seront difficilement identifiés.

Naseer Shamma fut parmi ceux qui aidèrent à sortir les « restes calcinés », rappelant que ce sont au moins 800 enfants qui périrent dans cet atroce four crématoire, que notre IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation) n’évoque jamais… 

C’est ce qu’il explique, avec dignité et retenue dans la douleur, en introduction à l’interprétation de cette mélodie... Composée en se recueillant dans ce qui est devenu un des  nombreux musées des atrocités de l'Occident en Irak. Dont le premier gardien des lieux, où sont affichées des dizaines de photos des martyrs, fut une mère de famille qui perdit en un éclair ses huit enfants qu’elle avait confiés à cet abri. 

Vous reconnaitrez à la minute 8:30 de cette vidéo, sortant de son luth, l’appel des sirènes avant la chute des bombes… 

Les états-majors des forces armées de l'invasion savaient qu’il n’y avait que des civils dans cet abri. Mais, les enfants du Moyen-Orient représentent des objectifs militaires de premier plan. Il convient, d’après les stratèges occidentaux, de casser à tout prix la croissance démographique des pays de la région, tout en entravant leur développement actuel et futur… Souvenons-nous des cyniques propos de Madeleine Albright, ministre des affaires étrangères des Etats-Unis…

Au regard de l’Histoire, nous ne pouvons pas dire que nous ne savions pas.

Tristes, lugubres, premiers pas, pour entamer une année 2015 ?... 

Non, au contraire, puisqu’il s’agit d’espoir et de certitude !

Naseer Shamma rappelle que l’Irak, l’ancienne Mésopotamie, entre les deux fleuves mythiques Tigre et Euphrate, est le berceau des plus anciennes et brillantes civilisations de cette planète. Aux textes légendaires et fondateurs de la pensée humaine, comme l’Epopée de Gilgamesh. Antérieurs à La Bible, qui en reprend plusieurs des épisodes, notamment celui du Déluge, à la mythologie grecque et aux récits d'Homère…

Cette Nation renaîtra de ses cendres, comme toute la région.

Se comparant à un « résistant », avec pour seule arme son luth. Acte symbolique : il a interprété pour la première fois « C’est arrivé à Al-Amiriya » dans un musée qui avait été muré, après avoir été méticuleusement pillé par les troupes d’occupation. Brisant les briques obturant portes et fenêtres, avec son public, installant des tapis dans les salles vides, jonchées de débris, en guise de sièges… 

Pour chanter La Renaissance

Georges Stanechy

Source : http://stanechy.over-blog.com/2015/01/bonne-annee-2015.ht...

 

000. russep.gif

9. Latuff_Charlie_Hebdo_tuerie.gif

 

000. russep.gif

 

On avait aussi fauché ceci pour vous à Silvia Cattori, avant que « l’Europe s’ensauvage ». C’est vieux de quinze jours mais c’est « à suivre ».

 

Les Allemands se mobilisent contre la guerre et contre l’OTAN

Eugen Drewerman

Les mouvements anti-guerre sont muets, on se demande même s’ils existent encore. On compte sur les doigts d’une main le nombre des intellectuels ou responsables politiques européens se hasardant, ô combien prudemment d’ailleurs, à critiquer les initiatives américaines à l’Est. Aucun appel, non plus, à manifester dans la rue, comme ce fut encore le cas lors de la guerre en Irak, en 2002. A quoi cela tient-il? [Eric Werner]

10. drewermann-Berlin.JPG

 

Mesdames et Messieurs, chères amies et chers amis de la paix,

Nous sommes rassemblés, en ces jours avant Noël, pour exprimer ce que chacun de nous ressent: nous voulons la paix, nous ne voulons pas la guerre!

En tant que théologien, j’aimerais rappeler à Monsieur Gauck [Joachim Gauck, le président de la République fédérale allemande] une chose importante : lorsqu’il exerçait encore son ministère de pasteur, il n’a pas expliqué à ses ouailles comment les anges dans les campagnes de Bethléem appelaient à soutenir la politique de paix de l’empereur romain Auguste. En fait, les anges promouvaient l’exact contraire de l’armement: « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre.»

Heureusement, dit Jésus dans son Sermon sur la montagne, j’ose nommer les hommes qui, dans ce monde, ont le courage de déposer les armes. Mais vous, vous pervertissez les valeurs chrétiennes que vous prétendez défendre : vous nous expliquez qu’être prêts à la guerre – dans le monde entier – est une question de responsabilité. Nous n’y sommes pas prêts, nous y sommes opposés !

 

11. drewerman 13 dec.jpg

Eugen Drewermann, le 13 décembre 2014, à Berlin devant le Château de Bellevue, lors d’une manifestation pour la paix

 

C’est vrai: en tant qu’État le plus puissant économiquement en Europe, nous avons une responsabilité mondiale. Sous Madame Merkel, cette responsabilité a même grandi au point que nous siégeons maintenant à la troisième place des pays exportateurs d’armement. Et cela, la majorité des gens en Allemagne ne veut plus le tolérer – et NOUS, en tout cas pas ! Lorsque Monsieur Sigmar Gabriel trouve que la vente de tanks à l’Arabie saoudite sous contrôle parlementaire pose problème, les glapissements et les hurlements à la mort de l’industrie de l’armement EADS, MBB, Heckler & Koch et de tous leurs semblables, viennent immédiatement freiner son ardeur.

Depuis quand les affaires et les profits sont-ils plus importants que les vies humaines?

Oh oui, nous aurions des responsabilités! Au sein d’un monde dans lequel 50 millions d’être humains meurent de faim, nous aurions la responsabilité de mettre fin à la pénurie alimentaire, au manque d’eau potable, la responsabilité de limiter la surpopulation, de réduire la destruction de l’environnement, de faire enfin cesser la migration économique de millions d’êtres humains plongés dans la misère.

Au lieu de quoi, nous voyons la Méditerranée se transformer en fosse commune, les migrants rejetés manu militari par Frontex. Payée à Berlin, siégeant à Varsovie, cette organisation militarisée protège les frontières méridionales de cet espace de prospérité économique qu’est le continent européen.

Ce n’est pas de la responsabilité, Monsieur Gauck, c’est le contraire: un cynisme impitoyable qui regarde ailleurs.

Lire la suite…

(et voir la vidéo en allemand)

Eugen Drewermann, né le 20 juin 1940 à Bergkamen, est un théologien et psychanalyste jungien allemand en rupture de ban avec l’Église catholique. Il est né d’une mère catholique et d’un père luthérien. Après son Abitur, il étudie la philosophie à Münster, la théologie à Paderborn, la psychanalyse à Göttingen. En 1956, à la création de la conscription, il entre pour la première fois en conflit avec l’Église catholique romaine, du fait de ses convictions pacifistes : il se déclare objecteur de conscience. Or, l’Église catholique défend le point de vue qu’un catholique n’a pas le droit de refuser le service militaire.

Source : http://arretsurinfo.ch/les-allemands-se-mobilisent-contre...


000. russep.gif

http://lesakerfrancophone.net/

 

12. Saint George Ribbon.gif

Le « Saker » français, ancienne manière, a disparu. Il vient de rouvrir sous une autre forme – spartiate mais claire – et il a fait très fort dès le début en traduisant sans tarder des textes d’importance.

1°)  celui du Saker US (« I am NOT Charlie ») qui lui a valu tant de « hate mails » et que voilà :

 

http://lesakerfrancophone.net/i-am-not-charlie/

 

2°) un remarquable article de fond de Dmitry Orlov, qui a paru récemment sur son site Club Orlov : « Comprendre la Russie ». Et comme il n’est pas de Russie sans accordéon, il y en a. Que demande le peuple ?

 

COMPRENDRE LA RUSSIE

Par Dmitry Orlov – 13 janvier 2015

aspects particuliers du caractère russe

 

13. Zimnik.JPGL’ancien dieu slave Zimnik :  un homme trapu, les cheveux longs couleur de neige, vêtu d’un manteau blanc, toujours pieds nus. Il porte un bâton de fer, avec lequel qui il peut geler instantanément tout être solide. Peut invoquer les tempêtes de neige, les tempêtes de verglas et les blizzards. Vagabondant partout, prenant tout ce qu’il aime, en particulier les enfants qui se conduisent mal.

De récents événements comme le renversement du gouvernement de l’Ukraine, la sécession de la Crimée et sa décision de rejoindre la Fédération de Russie, la campagne militaire qui en a résulté contre les civils d’Ukraine de l’Est, les sanctions occidentales contre la Russie, et plus récemment l’attaque contre le rouble, ont provoqué une phase de transition au sein de la société Russe, qui est à mon avis très peu comprise, voire tout à fait incomprise en Occident. Ce manque de compréhension induit pour l’Europe un net désavantage en ce qui concerne sa capacité à négocier efficacement pour résoudre cette crise.

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.net/comprendre-la-russie/

 

3°) Une illustration in progress du récit d’Orlov

« Dompter » l’Europe ou le nouveau compromis de Poutine

Lire ici…

Source : http://lesakerfrancophone.net/dompter-leurope-ou-le-nouve... 

Source d’origine : http://www.informationclearinghouse.info/article40406.htm

 

000. russep.gif

13 bis. VERVIERS.jpg

 

Verviers, ville de 75.000 habitants, tombée à 56.000 en y ajoutant les immigrés et toutes les communes environnantes, doit son nom à un petit dieu païen ithyphallique nommé Virvir (d’où sa devise « Vert et vieux ») qui est aussi à l’origine des villes ardennaises de Virton (Vir tonans) et Saint-Vit. Par sa situation géographique – à faible distance des frontières hollandaise, allemande, luxembourgeoise et  française - elle a été, pendant des siècles, un endroit idéal où perpétrer des coups tordus. À la fin du XVIIIe siècle, il était courant que des mercenaires des diverses armées en campagne vinssent y « holduper » les impôts locaux, revêtus d’uniformes pris à des morts ou à des prisonniers, voire empruntés aux ennemis à charge de revanche. Sauter à cheval par-dessus un ruisseau vous emmenait en terre étrangère.

Haut-lieu du travail de la laine, la lutte des classes y a fait rage bien avant l’industrialisation. On y a pendu, vers 1720, les ouvriers tondeurs de draps qui inventaient la Sécurité Sociale. On y a donné deux généraux à la Première République. Ses ouvriers tisserands ont reçu un jour la visite de Michel Bakounine et du prince Kropotkine, venus discuter le bout de gras. Francisco Ferrer n’a eu nulle part de plus chauds partisans. Jusqu’à ce que la bourgeoisie invente le Parti Ouvrier Belge - plus tard le PS - et que tout rentre dans le désordre établi.

Au fronton de sa maison communale, on peut lire, depuis le dernier quart du XVIIIe siècle :

Publicité sauvegarde du Peuple

Et l’endroit où, selon les merdias, on a préventivement découvert un arsenal censé vouloir attenter « à la police », se trouverait « à proximité du Palais de Justice », un palais fier de soi et de sa prospérité industrielle du XIXe siècle, avec statues de tous les anciens magistrats en façade, etc, dans un quartier où ne se trouvent plus qu’une Académie des Beaux Arts et des petits commerces de proximité (tous belges à l’exception d’un minuscule épicier pakistanais). Plus un immeuble de garages en construction. Le ghetto se trouve à l’autre extrémité de la ville et c’est son quartier le plus sûr.

À un jet de pierre du présumé nid de djihadistes, face à l’Hôtel de Ville mentionné plus haut, se trouve la bibliothèque communale, une des meilleures de Belgique. Elle abrite le Centre de Documentation Raymond Queneau, ce qui lui vaut de recevoir des universitaires du monde entier. Adossée à cette bibliothèque : une école primaire communale, fréquentée par des enfants de dix-sept nationalités, dont les parents, parfois, ne savent pas un mot de français. Tous les ans, l’école organise une grande bouffe, avec la collaboration bénévole des mères d’élèves, qui y contribuent par un plat traditionnel de leur pays. C’est un repas « portes ouvertes ». N’importe qui peut s’y inviter, même les non-parents. Tous les petits élèves y parlent au moins deux langues. On y a connu de jeunes Marocains à qui on faisait sauter une classe ou deux, parce qu’ils étaient en avance sur leur classe d’âge.

Il y a aussi des écoles confessionnelles (catholiques) : une quinzaine, qui ont été « achetées » il y a quelques années par « une société ». Le Banco Ambrosiano ? La loge P2 ? D’autres ? On ne sait pas. Ce qui est sûr, c’est que tout le personnel religieux – jésuites, maristes, clarisses – a été viré et remplacé par du personnel séculier. Et qu’en vertu de la traditionnelle guéguerre entre socialos et cathos, dans les écoles des premiers le voile est interdit aux filles et il est autorisé chez les autres. On n’y en voit cependant pas un seul : les gamines musulmanes, mises ainsi en contact avec les gosses de riches des beaux quartiers s’orientent plutôt vers le style fashion victim… et la dégringolade dans leurs études, ce qui désespère des parents qui avaient cru bien faire.

La police n’y est pas non plus un ramassis de Rambos. Il n’y a pas lieu. Certes, il y a de la délinquance juvénile, chez les immigrés comme chez les autres, et certes, il y a du racisme chez les Belges. Où n’y en a-t-il pas ? Mais la délinquance organisée, quand il y en a eu, était albano-kosovare et de droit commun, pas politique. Une jeune policière abattue lors d’un hold up lié à la drogue. Tout ça ne fait pas des nids de terroristes où la police déboule kalach au poing.

Il est vrai qu’un jour, on a vu des femmes que l’on connaissait depuis toujours se mettre à porter le voile. C’est le moment où (voyez Elsässer), venus de pétromonarchies diverses – nos alliées… - de bons apôtres se sont mis à démarcher l’immigration maghrébine, et offrir une rente mensuelle à qui se laisserait pousser la barbe et ferait porter le voile à son épouse. Tous les pères de famille au chômage n’ont pas eu l’héroïsme de refuser. Mais ce ne sont pas eux qui ont délocalisé à mort toutes les industries dès 1949.

À Bruxelles, pourtant haut lieu de la délinquance en col blanc, même topo. Et même si la police y est moins bonhomme qu’en province… La cohabitation y est du même ordre. On a connu un quartier où tous les commerces de proximité sont arabes, turcs, pakis ou portugais. Un jour, au bord d’une place où les mères voilées viennent surveiller leurs enfants qui jouent, s’est garée une camionnette, qui annonçait la vente et l’installation d’équipement contre le vol et les effractions. En hébreu et en français. La provocation était patente. Trois jours plus tard, elle est repartie comme elle était venue, sans avoir eu l’honneur de la moindre égratignure. Les vrais commerces juifs, qui existent, ne s’affichent pas en hébreu : les trois langues nationales et celle de l’occupant leur suffisent.

Le chanteur Arno a pu dire (avec raison) : « La Belgique, c’est le seul pays arabe ousqu’y a pas de guerre ».

C’était compter sans l’OTANAZIE.

Et les élites qui se vendent.

Qui a planté ces armes pour qu’on les y trouve ?

Pour quoi faire ?

Une dictature terroriste « anti-terroriste » ?

Théroigne.

 

000. russep.gif

 

Enfin, parce qu’il faut quand même rire un peu… Certes, c’est du 21 décembre, mais assurément « à suivre » aussi.

 

Cuba va-il enfin cesser

le blocus des États-Unis ? 

par Jean LEVY

14. keep-calm-ima-triple-threat-i-m-thick-cuban-have-tattoos.JPG

Gardez votre calme.

Je suis une triple menace : gros, cubain et tatoué

 

Le Monde n’a de cesse de se réjouir de la « défaite » de Cuba, suite à la décision du Président Obama de reprendre avec ce pays des relations diplomatiques.

Dans son édition datée du 19 décembre, le quotidien du soir voit, dans cet événement, le « revirement du régime castriste ».

Il note avec perspicacité  en début d’article : 

« La clé du revirement de La Havane à l’égard de Washington se trouve à   Caracas ».

Et d’ajouter ce jugement lumineux :

« Seul le rétablissement des relations avec le États-Unis peut sortir Cuba de    l’ornière où l’a enfoncé un demi-siècle de castrisme ».

Merci Obama !

Et pour qu’on comprenne bien l’étendue du recul opéré par Cuba, Le Monde cite les propos du président progressiste sortant d’Uruguay, José Mujica, concernant  l’annonce de la reprise du dialogue US-Cuba :

«Pour l’Amérique latine (l’évènement) c’est l’équivalent de la chute du mur de Berlin ».

Car chacun sait que l’isolement diplomatique de Cuba résulte d’une décision de Fidel Castro…

Pour justifier ce que considère Le Monde comme une initiative émanant de Cuba, le quotidien français, dit de « référence », poursuit son analyse dans son édition du lendemain. Il précise que ce geste résulte du « lâchage » de La Havane par le régime chaviste de Caracas… Jugement d’une clarté évidente…

Mais pourquoi Le Monde s’arrête-il en si bon chemin ?

Pourquoi, au-delà des relations diplomatiques, le quotidien n’intime-t-il pas l’ordre à Raùl Castro de cesser immédiatement le blocus des État-Unis, entrepris à l’encontre du droit international depuis cinquante ans ?

Pourquoi ne pas exiger le procès de Fidel qui, en 1962 avait tenté, avec le soutien du KGB, un débarquement en Floride, dans la baie des Cochons, pour détruire le gouvernement US de Kennedy ?

Pourquoi – l’opération dure encore – ne pas rompre l’encerclement de la base US de Guantanamo, cité paisible étasunienne, cernée par les militaires cubains ?

Pourquoi Le Monde et son spécialiste Paulo Paranagua, basé en Colombie, (qui ne cesse de nous raconter les horreurs des régimes chaviste et castriste), ne dénonce-il pas les meurtres répétés de ressortissants noirs par la police totalitaire et raciste de La Havane et de Caracas, et cela, sans jamais traduire les meurtriers en justice ?

Pourquoi ce journaliste ne s’élève-il pas contre la menace que font courir à l’égard du Monde libre, les dirigeants de Cuba, ceux-ci  ayant délibérément placé leur île à 100 kms des États-Unis ?

Paulo Paranagua ne serait-il pas un agent infiltré  des « services » cubains et vénézuéliens ?

Le Monde doit s’expliquer sur ces silences

15. u.s.-cuba-relations-cartoon-sack.gif

 

Source : http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-cuba-va-il-enfin-cesser-le-blocus-des-etats-unis-par-jean-levy-125252839.html

 

000. russep.gif


 

Mis en ligne le 18 janvier 2014.

 

 

 

 

19:19 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2015

AUX LARMES CITOYENS

1. paper boat 2.gif

Aux larmes, citoyens !

 

Marche ou crève !

11 janvier

3. Je suis Charlie-1.jpeg

 

Mue par un immense élan héroïque, semblable à celui qui poussa les masses humaines à descendre dans la rue pour acclamer des joueurs de ballon, ou le maréchal Pétain à Paris en avril 1940, ou le général De Gaulle dans le même Paris en août 1944, la foule, la foule gigantesque des je ne suis pas moi défile sous un radieux soleil qui ne s’est levé que pour la bénir, elle défile contre le Mal et pour le Bien.

Et qu’est le Mal, qu’est le Bien?

Le Mal, ce sont les Méchants, le Bien ce sont les Bons.

Dans le cœur vaste et généreux (et « républicain ») de la foule se mêlent des sentiments puisés dans les actualités télévisées et les réseaux sociaux, sentiments de tristesse, car il faut déplorer des victimes, sentiments de joie, car elle se voit et voit qu’elle est légion, sentiments d’espoir car elle sait enfin dans quel camp se ranger, et que lorsque l’ennemi est, par une fine analyse, identifié, il est déjà vaincu (ou presque).

Et le soir, épuisée par sa vaillance, la foule s’endort du sommeil du Juste, elle a triomphé de l’horreur, et tout est bien qui finit bien.

Demain, il faudra penser aux vacances d’hiver, et s’inquiéter de la hauteur de la neige dans les montagnes — encore un souci, et un combat à mener.

http://reseauinternational.net/marcheoucreve/

(Et comme ce site est inaccessible pour cause d’embouteillage, on n’a plus le lien du site (réactionnaire mais on n’est pas sectaires) d’origine. Quand on le récupère, on vous le met ici. http://iconoreac.blogspot.fr/2015/01/marche-ou-creve.html (20 janvier 2015)

[ Les guillemets à « républicain » sont de nous]

 

4. goat's head.gif

1. vraie photo.jpg

Une bande de 40 (voleurs ?) terroristes lâchée en plein Paris sous la protection de la police ?

4. goat's head.gif

Pendant qu’à convenable distance – et sans protection d’aucune sorte – près de 3 millons de chèvres (pardon les vraies biquettes) s’en allaient gaiement à l’abattoir.


Mais, dites…

 

« Près de 3 millions ont marché »

Il s’ensuit donc que près de 63 millions ne l’ont pas fait…

Cela veut-il dire qu’ils auraient préféré crever ? À suivre.

 

4. goat's head.gif

 

Du Réseau Voltaire :

(Et on se demande bien pourquoi Fredéric Hallier a collé Meyssan dans sa « Conjuration des Imbéciles »)

Charlie Hebdo a bon dos

http://www.voltairenet.org/article186440.html

 

De Georges Stanechy – À contre-courant

L’Ensauvagement de l’Europe

http://stanechy.over-blog.com/2015/01/l-ensauvagement-de-l-europe.html

 

De Frédéric Lordon – Le Monde diplomatique

Charlie à tout prix ?

http://blog.mondediplo.net/2015-01-13-Charlie-a-tout-prix

 

De David North - Arrêt sur Info - Comaguer

 

 

 

 

Le discours hypocrite de la « liberté d’expression » au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo

http://arretsurinfo.ch/le-discours-hypocrite-de-la-libert...

 

De Robert Bibeau -  Québec :

À Paris un camp a pris sa mesure

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/a-paris-un-c...

 

De Paul Craig Roberts - USA

L’affaire du Charlie Hebdo sent l’entourloupe à plein nez http://www.alterinfo.net/L-affaire-du-Charlie-Hebdo-sent-...

 

4. goat's head.gif

 

Les agences d’information US non-alignées grouillent d’articles qui se résument par « Orgie d’hypocrisie à Paris ».

 

An orgy of democratic hypocrisy

http://www.informationclearinghouse.info/article40670.htm

 

Truly massive display of hypocrisy by Western Leaders

http://www.lewrockwell.com/lrc-blog/truly-massive-display...

 

March of the hypocrites

http://original.antiwar.com/justin/2015/01/11/march-of-th...

 

Was the CIA behind the Paris attack ?

http://www.informationclearinghouse.info/article40692.htm 

 

4. goat's head.gif

 

Ces réactions-ci sont en français et d’une importance extrême :

Norman Finkelstein réagit à l’affaire « Charlie Hebdo » : « Je suis… Gaza ».

« Je suis Der Sturmer ? »

« Désolé, Charlie. »

http://sayed7asan.blogspot.be/2015/01/je-suis-gaza-norman...

 

Shlomo Sand : « Je ne suis pas Charlie »

http://www.legrandsoir.info/je-ne-suis-pas-charlie-27791....

 

Noam Chomsky : « Nous sommes tous [ Remplir ici ] »

http://www.legrandsoir.info/nous-sommes-tous-remplir-ici....

 

Que les grands intellectuels juifs dignes de ce nom soient des tout premiers à gueuler au charron ne devrait surprendre que les imbéciles.

  • Ils n’ont pas la mémoire aussi courte que les Français.
  • Ils savent mieux que personne reconnaître le visage du racisme militant dans ses œuvres. Ils le savent d’expérience.

L’étroite parenté du Charlie Hebdo d’après Choron avec Der Sturmer nous avait frappés depuis longtemps. Il est bon que ce soit l’un d’eux qui le dise.

 

4. goat's head.gif

Saker(s)

5. Ukraine ruban de sT georges.jpg

On ne sait pas si c’est une conséquence de « l’affaire Charlie », mais le Saker français a disparu des écrans-radar.

On n’était pas vraiment heureux de ce qu’on y trouvait, de plus en plus en contradiction avec le Saker d’origine (US). On allait aux nouvelles sur le Saker italien, bien mieux fichu à nos yeux et surtout moins douteux.

Et puis, il y a eu un carré noir, en signe de deuil on suppose. Alors que le vraie Saker prenait la même position que des millions de citoyens français et quelques juifs qui comptent, et qu’en plus, il proposait que soit décerné aux quatre défunts tant pleurés le « Prix Darwin ».

Là-dessus, le Saker français a commencé à se vider de son contenu. N’est plus resté que le carré noir. Et puis plus rien : plus d’accès.

C’est quoi ce binns ?

Sabordage de la Flotte de Toulon ?

 

4. goat's head.gif

 

C’est reparti mon kiki… comme en 14, la fleur au fusil :

Qu’est-ce qu’il croyait celui-là ? Avoir droit à sa liberté d’expression ? Eh bien, ça lui apprendra. On n’a pas idée d’être aussi naïf.

6. Dieudonné arrêté.jpg

Ça ne vous intéressait pas les check points ? Vous allez apprendre ce que c’est malgré vous, et bientôt vous serez imbattables.

                                                                          Lire ici…

http://allainjules.com/2015/01/14/terrorisme-detat-dieudonne-en-garde-a-vue-ou-la-violence-et-le-mensonge/

  

7. handcuffs.gif

 

Liberté d’expression ? Et ZEP en procès mardi prochain ? Tous au tribunal !

Cela a l’air d’une grosse blague mais cela n’en est pas une : comme nous l’avons publié le 7 janvier dernier (mais c’est sans doute passé inaperçu avec les attentats survenus juste après), Saidou du groupe musical ZEP et Said Bouamama vont comparaître en justice mardi prochain pour « injure publique » et « incitation à la haine », en raison de leur album « Nique la France. Devoir d’insolence » !

Lire la suite…

http://www.alterinfo.net/Liberte-d-expression-Et-ZEP-en-proces-mardi-prochain-Tous-au-tribunal-_a109727.html?TOKEN_RETURN

 

7. handcuffs.gif

 

Liberté d’expression

Souvenirs, souvenirs…

 

8. Dans_ton_cul_Charlie_Choron.jpg

 

Mais comme on ne se laisse pas sponsoriser par n’importe qui, on ne tire qu’à un exemplaire.

 

7. handcuffs.gif

 

L’un des abonnés à notre « lettre » fait circuler ces jours-ci les articles sur lesquels il tombe, qui lui paraissent importants ou dont il aimerait qu’on discute. À un cercle de personnes connues de lui, dont nous sommes, évidemment. Un des destinataires n’a pas aimé le dernier envoi qu’il a reçu et l’a fait savoir. Rien de plus normal. Nous faisons de même lorsque nous recevons des choses par exemple ouvertement racistes, en demandant qu’on ne nous les envoie plus.

Celui-là, ne pouvant souffrir qu’on ne sente pas comme lui (penser serait trop dire) est allé un peu plus loin. Il a dénoncé l’expéditeur à la police :

 

« Comme tout bon citoyen français et comme le Président HOLLANDE et le Premier MINISTRE l'ont demandé je transmets ce mail aux services intéressés afin qu'ils en recherchent l'origine, qui pour moi, ne fait aucun doute. »

 

Voilà qui nous rajeunit d’une soixante-cinquaine d’années. Ah, que les vieilles habitudes ont la vie dure !

Ne serait-ce pas le moment de se repasser les films de Jean Yanne ? Les Chinois à Paris, tiens, par exemple…

 

7. handcuffs.gif

 

On reçoit ça. C’est en cours pendant que nous mettons en ligne :

 

Belgique : plusieurs morts lors d'une opération antiterroriste

 

Verviers, on connaît, c’est notre bled, même si on n’y est plus.

Des boulangeries, il doit en rester trois. Cinq si on compte celles des faubourgs. Ils sont allés les chercher où pour les amener là les djihadistes ? À Boston ?

Profitons-en pour dire ce que nous pensons (liberté d’expression, hein) de la liquidation des Charlie.

9. Krapo_carte_d_identite_tuerie_Charlie_Hebdo.jpg

Nous croirons que des Arabes « ont fait le coup » quand on nous montrera des preuves. Pour l’instant, il n’y en a pas l’ombre de la queue d’une.

 

C’que c’est que de lire tant de polars… on ne croit plus à rien.

Lire l’histoire ici…

http://actu.orange.fr/une/belgique-plusieurs-victimes-lors-d-une-operation-anti-terroriste-afp_CNT0000006ZbHS.html

 

7. handcuffs.gif

 

Retour au camp anti-guerre et à notre post du Nouvel An resté en plan

 

Notre intention avait été de vous offrir, pour la Fête des Rois, les vœux de trois chefs d’état : deux pour de vrai et un pour de rire. Mais celui-là a définitivement cessé de nous amuser et, si vous avez la télévision, vous avez dû les recevoir en direct de toute façon. Il ne nous en reste donc plus que deux.

Certes, on est déjà le 15, mais on croit avoir entendu dire qu’on avait jusqu’à la fin du mois pour le faire.

 

Vladimir Poutine : Adresse aux citoyens russes à l’occasion du Nouvel An (VOSTFR)


Article original (russe) : http://kremlin.ru/news/47446

Version anglaise : http://eng.news.kremlin.ru/news/23464

Traduction en français & vidéo : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Transcription : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/01/vladimir-poutine-ad...

 

10. Etoile Rouge.GIF

 

11. syrie_comites_populaires.jpg

Bachar al-Asad célèbre le Nouvel An sur le Front disputé de Jobar (VOSTFR)

 

Dans cette vidéo, on voit le Président syrien fêter le Nouvel An avec l'Armée Arabe Syrienne sur le Front disputé de Jobar, au Nord-Est de Damas. Depuis le début de la crise syrienne, les apparitions publiques de Bachar al-Asad sont très rares.

Au moment où les soutiens internationaux au terrorisme (et les terroristes eux-mêmes) manifestent hypocritement contre l'État Islamique, il peut être bon de rappeler qui en sont les principales victimes et qui sont ceux qui le combattent véritablement et en première ligne, et de leur rendre hommage.

 

 

Traduction & sous-titres : Sayed 7asan
Vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=y7aWBUOYoyk

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/01/bachar-al-asad-celebre-le-nouvel-sur-le.html

 

12. Hommage-aux-martyrs-du-Croissant-rouge-syrien.gif

 

Fête des Rois

13. NY 2015 Juli Sanchis - Nadal 2014 III.gif

On le sait, c’était le 6 et on est à la bourre, mais pour les Russes et autres byzantins c’est le 19, et là, on est dans les temps. Bonne fête des Rois, bonne galette. Faites attention à ne pas vous casser une dent sur la fève si elle est en porcelaine. Faut bien que tout le monde vive.

 

[ Et pourquoi la fève, hein ? Vous le savez ? En l’honneur de Carmenta, Déesse-Mère des Romains et Reine des fantômes, Car-la-Sage, qui a inventé l’alphabet latin. Parce que les fèves font péter et que les pets sont des vents, c. à d. des souffles, c. à d. des âmes, mortes ou pas encore nées, on vous l’a déjà dit. Et ne méprisez pas vos ancêtres s’il vous plaît. C’étaient des poètes, et vous êtes des pieds-plats dont l’aridité fait peine à voir. ]

 

 

4. goat's head.gif

 

On avait plein d’autres rubriques. Elles devront attendre une autre occasion. Mais il est des sujets qu’il serait honteux d’ignorer sous prétexte d’actualité.

 

14. Boko Haram.jpg

Le 10 janvier, à Baga, Nigéria, pendant l’abominable tuerie à Charlie Hebdo qui endeuille toute la planète, Boko Haram a un peu éliminé 2000 personnes. Principalement des femmes, des enfants et des vieillards. Banal. Qu’est-ce qu’ils faisaient là ? Ils ne pouvaient pas essayer d'arriver en Espagne comme tout le monde ?

 15. larmes.gif       

En France. C’est une vieille histoire qui n’en finit pas. Une histoire de temps de paix, donc. On n’y trouve pas non plus trace de barbus au couteau entre les dents. C’est une histoire civile. D’hôpital. Certes la victime était noire de peau, cela n’a pas dû l’aider. Mais il n’est pas à 100% sûr qu’une peau blanche, pourvu qu’elle fût suffisamment pauvre et oubliée des dieux et des hommes n’eût pas subi le même sort. C’était au CHU de Gonesse.

Où est passé le cadavre d’Eliane Kabile ?

16. Eliane Kabile.jpg

Cadavres disparus. Autopsies fantômes. Trafic d’organes ?

Eux, ils ont enduré. Vous, il vous suffit de lire.

http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1640

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/12/15/25924...

http://copwatch.fr.over-blog.com/article-premiere-affaire...

On vous prévient : il y a des images à faire frémir. Eux aussi, ils ont dû regarder. Et même sentir…

Et c’est bien entendu contre eux qu’on dépose plainte. Pour harcèlement ?

15. larmes.gif

Canada : Des bancs pensés pour les sans-abri

17. banc Canada.jpg

 

Vous me direz que par – 30° et avec deux mètres de neige, ça ne leur fait pas un palace. Mais bon, c’est mieux que rien.

Mieux qu’à Angoulême en tout cas, où l’on va bientôt décerner un « Prix Charlie de la liberté d’expression », mais où les bancs publics, à la veille de Noël, ont été mis en cage, pour que les sans abri ne puissent les transformer en chambres à coucher. Merde, enfin, ça fait désordre !

 

18. Angoulême bancs en cage.jpg

 

Voir l’article de Wikistrike ici :

http://www.wikistrike.com/2014/12/canada-contrairement-a-angouleme-des-bancs-penses-pour-les-sans-abris.html

15. larmes.gif

 

19. ange-triste.jpg

Même les anges pleurent

  

 

Mis en ligne le 15 janvier 2015

 

 

 

 

22:43 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/01/2015

Toujours la même qui continue...

1. radeau_de_la_meduse_3.jpg

Toujours le même qui continue.

 

Ils sont venus, ils sont tous là. Elle va mourir, la Mamma…

 

0. Texte bitmap xxx.JPG

 

Ne vous y trompez pas,

c’est Marianne qu’ils sont venus voir crever,

bien s’assurer qu’ils ne l‘ont pas ratée, qu’elle ne bougera plus, que le drap de lit ne se soulèvera plus, que la pierre tombale ne laissera pas échapper le moindre fantôme.

 

2. Pistolinhand xxx.gif

Il y a quelques mois, nous pensions assister à une course de vitesse entre une guerre planétaire au nucléaire et une guerre civile aux États-Unis, et, avouons-le, nous espérions que cette dernière l’emporterait, tout en pensant avec angoisse aux plus malheureux, qui, comme toujours, en payeraient le prix.

Et voilà que nos prévisions étaient justes, sauf qu’« ils » se sont débrouillés pour que cela se passe en France. Une proxy civil war en somme. Bravo ! Bien joué. Marianne va donc se transformer en Ukraine bis. Mission accomplished. Non que cela changera rien au sort de l’Empire, sinon différer quelque peu l’échéance… Mais entretemps, beaucoup de gens mourront, principalement des Arabes, qui seront stigmatisés musulmans comme naguère les juifs furent stigmatisés youpins – ah, que les Français ont la mémoire courte ! Pas qu’eux, d’ailleurs, soyons justes.

2. Pistolinhand xxx.gif

Répétons ici ce que nous nous escrimons à dire en privé :

Les musulmans – Arabes ou non -  sont un milliard trois cent millions, dont quelques douzaines, mettons quelques centaines, de psychopathes, choisis, entraînés, surarmés et manipulés (éventuellement drogués) par d’autres psychopathes infiniment plus dangereux, le costume trois-pièces ne change rien à ce qu’il y a dessous.

Croit-on que les cinglés de Daesh aient inventé quelque chose ? Fait-on exprès (mais oui, bien sûr !) d’oublier qu’il fut un temps où les protestants, quand ils n’avaient pas de foies catholiques à se mettre sous la dent, se contentaient de ceux des leurs ? Et vice-versa. La religion servant comme toujours d’alibi à la volonté de puissance et à la rapacité infantile des hommes.

La Première République, pour mettre fin aux rivières de sang et aux monceaux d’horreur, essayer de restaurer une paix civile durable, avait inventé que l’État serait laïc – c’est-à-dire neutre – et que les cultes seraient libres, sous sa protection. À la seule condition qu’aucune religion, si sainte ou majoritaire soit-elle, ne se mêlerait de vouloir gouverner les affaires publiques.

Aujourd’hui, nous voyons cette laïcité, déformée, trahie, servir de masque à une hideuse islamophobie. Si les os de Robespierre n’avaient été dissous dans la chaux vive, ils feraient aujourd’hui des bonds de deux mètres sous l’avenue Monceau. Si ceux de Voltaire et de Rousseau n’avaient été jetés, ensemble, au fond d’un puits, ils reviendraient clamer leur indignation. Oui, même ceux de Voltaire, n’en déplaise aux néo-fachos d’aujourd’hui !

2. Pistolinhand xxx.gif

Lorsqu’il fut question, même pour les Montagnards, de refuser le droit de vote aux protestants, aux juifs, aux acteurs et au bourreau,  Robespierre, encore et toujours lui, s’y opposa. Qu’ils se passent de théâtres et abolissent la peine de mort, ou que les acteurs et le bourreau soient leurs égaux. Pour les autres, il dit exactement ceci : « Traitez-les en citoyens, et ils se conduiront comme tels ». Nous avons laissé passer l’occasion de suivre ce sage conseil. Le prix à payer va être astronomique, et ce seront une fois de plus les vulnérables et les innocents qui payeront d’abord.

2. Pistolinhand xxx.gif

Quoi, il y a des Kanaks en Belgique ?

Non seulement il y en a, mais il y en a même qui ont des blogs. De celui-là on est jaloux. On voudrait l’avoir fait. D’ailleurs, on lui a piqué une partie de son post d’hier. Si vous le ratez, ce sera de votre faute :

 

Je suis fatiguÉ de voir les bisounours français chialer

3. Bisounours_bandeau_.jpg

 

2. Pistolinhand xxx.gif

 

Puisqu’aujourd’hui on déplore des morts, déplorons.

 

4. children-killed.jpg

En fond d’écran une photo célèbre : le petit Muhammad al-Durra et son père, essayant d’échapper aux tirs israéliens. Le petit garçon mourra peu d’instants après que cette photo aura été prise

 

Nous avons publié naguère la liste des petits Pakistanais tués par drones. Elle était longue. Qu’en est-il aujourd’hui ? On n’ose même pas y aller voir. Et tous les autres ? Sur tous les continents. Combien ? Innocents, contrairement à nos champions du crayon.

 

2. Pistolinhand xxx.gif

Quand les visites de chefs d’états étrangers sont des insultes à la France

 

Lorsqu’Adolf Hitler visita Paris, le 28 juin 1940, pour se rendre où il voulait aller, il lui fallait passer devant la statue du général Mangin. Or, ce général n’avait pas seulement vaincu son pays en 1918, il l’avait fait à la tête de troupes africaines. Des soldats noirs le flanquaient sur sa statue. Hitler exigea qu’elle fût dynamitée avant son passage. Elle le fut. Les Hollande et les Sarkozy de l’époque n’avaient rien à refuser au maître. De l’époque.

5. mangin.jpg

La visite de Benjamin Netanyahou à Paris aujourd’hui est du même ordre. Exactement. Visite d’un vainqueur venu mettre son pied sur la tête du gibier à terre.

6.hitler visite paris.jpg

Il n’est pas le seul vainqueur ? C’est vrai. Il n’est pas venu seul non plus, n’est-ce pas ?

2. Pistolinhand xxx.gif

 

Le Festival de la BD d’Angoulême, qui se tiendra du 29 janvier au 1er février prochains annonce son intention d’instaurer un « prix Charlie de la liberté d’expression ».

7. Handala arbre.gif

Nous suggérons qu’il soit décerné – question d’antériorité -au dessinateur palestinien Naji Al-Ali, créateur du petit Handala, assassiné à Londres, le 22 juillet 1987, d’une balle dans la tête, par un djihadiste israélien.

L’idée du stylo brandi, c’est à lui qu’ils l’ont fauchée :

 

8. Handala et Pen.jpg

 

Et ce dessin-là (Handala avec Vittorio Arrigoni, autre  assassiné), c’est de Latuff 

9. -Vittorio_Arrigoni xxx.gif

Liens pour en savoir plus :

http://www.handala.org/about/

http://www.lesclesdumoyenorient.com/Handala-l-icone-de-la...

 

 

Et un livre, préfacé par Plantu, postfacé par Alain Gresh :

10. couv1-handala-site.jpg

 

2. Pistolinhand xxx.gif

The new Saker Blog is now online.

http://thesaker.net

also, check out the
French Saker: http://www.vineyardsaker.fr/
Russian Saker: http://www.vineyardsaker.ru/
German Saker: http://www.vineyardsaker.de/
Oceania Saker: http://www.vineyardsaker.co.nz/
Italian Saker: http://www.vineyardsaker.it/
Serbian Saker: http://www.thesakersrpski.rs/

Latin American Saker: http://www.vineyardsaker.es/

 

Le Saker US, dans un remarquable article que nous n’avons pas le temps de vous traduire, propose d’adjuger aux Charlie liquidés le prix Darwin. Il s’est attiré, par cette idée pourtant rigoureusement argumentée, « des tonnes de hate mails »(y compris du Saker français ?...). C’est la rançon de la lucidité et du courage.

Voici l’article, dans sa langue d’origine :

I am NOT Charlie

Et le prix Darwin, c’est ça (quand même deux Belges sur douze qui l’ont eu !) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Darwin_Awards

 

2. Pistolinhand xxx.gif

Deux grandes plumes de Charlie Hebdo

L’une virée, l’autre parti, pour cause d’allergie au racisme.

Mona Chollet et Olivier Cyran

*

Montée de l’islamophobie et banalisation du fémonationalisme

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal »

par Mona Chollet – Le Grand Soir19 août 2013

11. Marianna.jpgRelayer l’information de la énième agression d’une femme voilée, ou les propos haineux tenus sur l’islam par la représentante d’une organisation pseudo-féministe, revient immanquablement à emboucher l’appeau à trolls religiophobes. Que des femmes soient insultées et tabassées, que le féminisme serve de leurre pour répandre et banaliser le racisme le plus crasse, tout cela, le/la religiophobe s’en moque : dans un pays où médias et politiques, de façon plus ou moins insidieuse, désignent à longueur de temps les musulmans comme la cause de tous les maux de la société, son seul sujet d’anxiété est que son droit à « critiquer la religion » soit garanti.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/oui-mais-quand-meme-la-religi...

Mona Chollet exerce aujourd’hui des fonctions importantes au sein de la rédaction du Monde diplomatique.

Ses articles sur Le Grand Soir :

 http://www.legrandsoir.info/_CHOLLET-Mona_.html

 

*

L’excellent site les-crises.fr a eu l’idée de ressortir un texte d’Olivier Cyran, autre transfuge de l’ex-gazette à Choron. C’était en décembre de la même année. Le Monde venait d’ouvrir ses colonnes à Charb et à Nicolino, qui se prétendaient pas racistes la main sur le coeur… L’article débute par ce plaidoyer pro domo. Vous pouvez le lire si vous voulez. Ou le sauter. La lettre de Cyran, c’est juste après, caricatures en cause à l’appui.

Charlie Hebdo pas raciste ? Si vous le dites…

par Olivier Cyran – 5 décembre 2013

12. Charlie couv..jpg

Cher Charb, cher Fabrice Nicolino,

« Et que ceux qui prétendent et prétendront demain que “Charlie” est raciste aient au moins le courage de le dire à voix haute, et sous leur nom. Nous saurons quoi leur répondre. » En lisant cette rodomontade à la fin de votre tribune dans Le Monde1, façon « viens nous le dire en face si t’es un homme », j’ai senti monter comme une envie de rejoindre mon poste de combat dans la cour de récré. La sommation ne m’était pourtant pas destinée. Quelles bonnes âmes vous espérez convaincre, d’ailleurs, mystère. Cela fait belle lurette que quantité de gens disent à « voix haute » et « sous leur nom » ce qu’ils pensent de votre journal et du fonds de sauce qui s’en écoule, sans que personne chez vous ne se soit soucié de leur répondre ou d’agiter ses petits poings.

Lire ici…

Source : http://www.les-crises.fr/charlie-hebdo-pas-raciste-si-vou...

 

. 

2. Pistolinhand xxx.gif

Mais qu’est-ce que Sergueï Lavrov est venu faire dans cette galère ? Ça doit faire des choses comme ça un diplomate ?

 

2. Pistolinhand xxx.gif

Dernière minute

Un appel du BRussels Tribunal

 

Irak : M. Uday Al-Zaidi – Un appel d'extrême urgence.

Ceci est un appel pour la mobilisation immédiate et urgente de vos agences afin d'obtenir la libération de l’éminent défenseur des droits de l'homme, M. Uday Al-Zaidi.

M. Al-Zaidi a été arrêté par les forces de sécurité irakiennes à 18 heures le 9 janvier dans la ville d'Al Shatrah, au sud de l'Irak. Uday Al-Zaidi a une renommée internationale pour son plaidoyer courageux et véhément contre l’épuration sectaire en Irak qui a commencé par la mise en place de la politique « diviser pour régner » de l'invasion britannique et nord-américaine, continué sous l'occupation par leur Premier-ministre Nouri Al-Maliki et, à présent, par son remplaçant d'août 2014, Haider Al-Abadi.

Lire la suite…

Source : http://www.brussellstribunal.org/article_view.asp?id=2045...

 

 

 

 

Mis en ligne le 11 janvier 2015.