06/07/2016

CE QU'ON A ENGRANGÉ POUR VOUS PENDANT LA PAUSE

1. Brexit-sinking-ship-606x372-672x372.jpg

 

Ce qu’on a engrangé pour vous pendant la pause

 

Les articles qui suivent ne sont pas tous du jour mais ils sont loin d’être obsolètes. Il n’est jamais trop tard pour les lire.

 

*

Bruxelles agenouillé devant Washington

Observations sur l’appel de vingt intellectuels eurocritiques pour un nouveau traité européen

Annie Lacroix-Riz – Le Grand Soir4 juillet 2016

 

2.  CHaînes Lacroix Riz.jpg

 

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/06/30/31002-2016063...

La vision économique de long terme de l’union européenne rend dérisoire l’espoir de renégocier les traités européens affiché par « vingt intellectuels eurocritiques ».

Car ce processus a démontré ses objectifs non pas « depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit « TSCG » de 2012) », mais depuis les origines. Il s’est agi, en effet d’assurer la tutelle maximale sur cette partie du monde de l’impérialisme le plus puissant, états-unien, escorté du second, l’impérialisme allemand, que les rivalités inter-impérialistes opposent cependant, à l’occasion des crises systémiques, jusqu’à la guerre générale. Le phénomène a débouché, entre autres, sur ce que Georges Gastaud qualifie « de protectionnisme » rigoureux au bénéfice exclusif de l’Allemagne et des États-Unis. Il est sans rapport aucun avec l’idéologie, la Guerre froide, le rêve de « démocratie », etc., et ne laisse aucune chance à la « réforme » à laquelle semblent croire les « vingt intellectuels eurosceptiques » qui ont signé ce manifeste.

La critique est portée ici du strict point de vue historique qui relève de ma compétence.

1° Je suis stupéfaite que certains de ces signataires, que je croyais très bien informés de l’histoire vraie de l’union européenne, érigent en modèle la renégociation de « la conférence de Messine » de 1955 qui, après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED), a[urait] permis de remettre la construction européenne sur les rails ».

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/observations-sur-l-appel-de-v...

 

*

Modeste contribution des Grosses Orchades à l’avancement du schmilblic :

 

3. brexit-ue-elites.jpg

 

*

Citons, parmi les autres réactions françaises qui comptent, celles qui ont retenu notre attention.

 

Sapir, Onfray, Chevènement, tigres de papier du souverainisme

Bruno Guigue – Arrêt sur Info 1er juillet 2016

 

4.FREXIT.jpg

 

« Brexit: vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité »(*), tel est le titre d’une tribune publiée par « Le Figaro » du 30 juin. Ce texte signé par Jacques Sapir, Michel Onfray et Jean-Pierre Chevènement rend un hommage appuyé au « peuple britannique » qui a « exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. » Car « ce vote courageux et massif » est « une claque pour la dérive technocratique dans laquelle l’Union européenne actuelle s’est laissé enfermer ». Et « tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité ».

Fort bien, mais lisons plutôt la suite. « Le vote britannique peut être une chance : il doit être l’occasion de réorienter la construction européenne, en articulant la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire ».

Et nos intellectuels, pour finir, demandent la réunion d’une conférence  qui aurait pour objet « la renégociation des traités sur les trois questions cruciales dont la méconnaissance a conduit à l’affaissement de l’actuelle construction européenne : la souveraineté, c’est-à-dire la démocratie et l’indépendance stratégique. »

En somme, les signataires saluent ostensiblement le courage du peuple britannique, mais ils ne manifestent nullement l’intention de suivre son exemple. Ils tressent des couronnes au « Brexit », mais ils suggèrent à nos dirigeants l’artifice permettant de faire l’économie d’un « Frexit ». Au lieu d’inviter les Français à la même intrépidité, ces héros par procuration laissent aux Britanniques le privilège d’avoir ouvert une brèche qu’ils rêvent de refermer. Coïncidence troublante, cette tribune est parue le jour même où Alain Juppé déclare sur Bfm/Tv : « On peut craindre un Frexit, et c’est pourquoi je suis hostile à un référendum ».

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/sapir-onfray-chevenement-tigres-de...

 

*

Demain, une nouvelle manif’…

 

Après le vote pour le Brexit en Grande-Bretagne, il faut préparer la bataille de France…

Jean Levy – Comité Valmy 5 juillet 2016

 

5. brisons_les_chaines_ue.jpg

 

On les cherche vainement dans les manifestations contre la loi El Khomri, aussi bien à Paris que dans les villes de province : pas la moindre banderole, pas la plus petite pancarte évoquant l’Union Européenne pour dénoncer son rôle moteur dans l’offensive tout azimut visant les droits sociaux des peuples et imposant à ceux-ci l’austérité la plus noire.

L’exemple qui nous vient d’outre-manche devrait faire réfléchir.

Le 23 juin en Grande-Bretagne, les couches les plus pauvres de l’Angleterre et du Pays de Galles se sont rebellées, et leur vote massif a permis le Brexit, la sortie de leur pays de la prison européenne.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7338

 

*

Ça n’a pas de rapport ? Mais bien sûr que si !

 

La double politique belge face à la Syrie

Réseau Voltaire28 juin 2016

 

6. Belgique Syrie.jpg

 

L’armée belge a pris la relève des Pays-Bas au sein de la coalition US anti-Daesh. Six de ses F-16 participeront aux bombardements en Syrie.

Cependant, aucun des membres de la coalition anti-Daesh n’a d’autorisation de la Syrie pour intervenir militairement sur son territoire. Damas tient un relevé des destructions opérées par les armées étrangères qu’il envoie régulièrement au Conseil de sécurité de l’ONU en vue de dommages de guerre ultérieurs.

Depuis plusieurs mois, la Belgique a acquis une connaissance sans équivalent en Occident des réseaux jihadistes. Elle a pu arrêter et démanteler sur son sol quantité de filières et de cellules terroristes. Elle est devenue la principale source d’information pour les autres polices occidentales.

Force est de constater la contradiction fondamentale entre l’approche de la police belge et celle de son ministère des Affaires étrangères. Il n’est pas certain que Bruxelles puisse continuer ces deux politiques simultanément.

Source : http://www.voltairenet.org/article192597.html

En d’autres termes :

Contribuables belges, un jour ou l’autre il vous faudra payer des dédommagements à l’État syrien pour les déprédations perpétrées sur son sol par votre armée de mercenaires sans mandat. Il ne faudra pas venir pleurer que vous ne le saviez pas.

 

*

 

7. ELIE_WIESEL_EST_MORT_antisemite-b438d-d1371.png

Michel Rocard aussi. On vous en aura certainement parlé ici et là.

Voir ici : http://www.collectif-communiste-polex.org/bulletin/bullet...

 

*

On a un faible pour l’histoire, ici russe :

 

La vérité oubliée à propos de Lénine

Ilia Belous – Fort-Russ5 juillet 2016

Traduction AVIC pour Réseau International

(Oubliée… oubliée… il en a de bonnes, Belous !)

 

8. Lénine Belous.jpg

 

Qui avait besoin de l’exécution de la famille royale ? Qui a renversé le tsar ? Qui a détruit l’armée russe ? La génération actuelle, nourrie des livres de George Soros et d’Igor Tchoubaïs, n’a jamais su la vérité sur ces événements.

Je vais essayer de les expliquer très brièvement, succinctement, et point par point.

1) L’intérêt de l’Empire russe dans la Première Guerre Mondiale consistait à solutionner la question d’Orient, c’est-à-dire avoir le contrôle sur le détroit du Bosphore et les Dardanelles, ce qui représentait pour le pays un besoin géopolitique depuis fort longtemps.

2) L’Angleterre et la France avaient promis à l’Empire russe de résoudre la question avec l’ouverture du front de l’Est (contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie).

 

9. 1914-1.jpg

France – Russie – Angleterre

 

3) La Russie ayant rempli son rôle d’allié, l’Angleterre s’est rendu compte qu’elle devrait tenir sa promesse, alors que les « services » apportés par la Russie ne lui étaient plus nécessaires.

4) Elle (l’Angleterre) a donc décidé de retirer la Russie de la guerre, créant artificiellement le chaos à Petrograd (nom bolchevik de Saint-Pétersbourg), avec pour résultat la chute de l’autocratie en moins d’une semaine comme un château de cartes.

5) La cinquième colonne de la Douma d’État, constituée d’oligarques et de l’intelligentsia, a alors conclu une alliance avec l’Angleterre et conduit à la révolution bourgeoise de Février, forçant Nicholas à signer son abdication.

 

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/la-verite-oubliee-a-propos...

 

*

 

Avant, pendant et après le BREXIT

 

Boris, Hitler et l’Union Européenne

Adam LeBor – Daily Mail 18 mai 2016

 

ADAM LEBOR dit que si quelqu’un souffre d’« amnésie politique », ce sont les caciques de l’U.E. et leurs alliés dans l’establishment britannique

 

10. Boris 1.jpg

 

De Belgravia à Bruxelles, les hurlements d’indignation sont à leur comble, parce que Boris Johnson a fait remarquer qu’Hitler, avant l’Union Européenne, avait essayé d’unifier l’Europe sous une seule autorité.

Lord Heseltine a qualifié la remarque de Johnson de « ridicule » et d’« obscène ». Donald Tusk, président du Conseil de l’Europe, a déclaré que Johnson souffrait d’« amnésie politique ».

Si quelqu’un souffre d’« amnésie politique », ce sont les caciques de l’U.E. et leurs alliés dans l’establishment britannique.

En ma qualité de journaliste et d’auteur qui a étudié en détail tant la fondation de l’Union Européenne que les plans nazis pour une domination économique d’après guerre, et qui a transmis pendant vingt ans des reportages de tous les coins d’Europe, je crois que la référence de Johnson à Hitler n’était pas seulement juste mais absolument nécessaire.

Les nazis, tout comme Napoléon auquel Johnson fait aussi allusion, font partie d’un continuum historique de construction impériale européenne.

C’est une histoire qui remonte à l’Empire Romain des origines, en passant par le Saint Empire Romain de Charlemagne au IXe siècle, l’Empire austro-hongrois, son rival ottoman, le Troisième Reich, le bloc soviétique à l’est du continent et l’Union Européenne d’aujourd’hui.

Et Johnson se fait traîner dans la boue. Alors qu’il n’a délibérément PAS fait de parallèle entre les méthodes et les buts de l’U. E. et ceux des nazis.

Bien sûr, l’U.E. ne livre pas une guerre raciale et n’organise pas d’extermination massive [ ? NdT]. Il n’y a pas de parallèle à établir entre la manière dont Bruxelles mène ses affaires et la démarche des nazis, à Berlin, pendant la guerre.

Ce qu’a fait Johnson, c’est une remarque historique, justifiée et opportune, sur les diverses tentatives d’unifier l’Europe qui ont été faites au cours des siècles.

Au moment où la Grande Bretagne est occupée à débattre des questions qui regardent sa future souveraineté et où une Allemagne plus que jamais puissante domine l’économie européenne, il n’est pas seulement légitime mais VITAL de creuser aussi profondément que possible dans les origines d’une Europe unie, où qu’elles se trouvent.

L’Allemagne nazie, loin d’être un sujet sur lequel il faille glisser dans tout débat sur l’U.E., est un sujet qui doit au contraire être scruté de près.

Car plusieurs personnalités importantes du Troisième Reich ont voulu l’union économique de l’Europe et il nous incombe d’examiner dans quelle mesure leurs aspirations se sont réalisées.

 

11. Lord Heseltine.jpg

Lord Heseltine

12. Boris Johnson 2.jpg

Boris Johnson

 

Le fait est que les nazis ont dressé des plans détaillés pour s’assurer que, même s’ils étaient militairement défaits, l’Allemagne continuerait à diriger l’Europe, mais par des moyens économiques plutôt que par la force des armes.

On peut en trouver les preuves dans des documents qui sont en possession des services secrets américains et de la Banque pour les Règlements Internationaux (BRI), la très secrète « banque des banques centrales » fondée en 1930 et toujours située à Bâle, en Suisse.

Un rapport des servi ces secrets US, connu sous le nom de « Rapport de Maison-Rouge » raconte en détail une rencontre entre industriels nazis de pointe et hauts responsables du régime à l’hôtel Maison Rouge, à Strasbourg, en France, le 10 août 1944.

Des gardes avaient été postés autour de l’hôtel et la pièce où eut lieu la rencontre avait été passée au peigne fin pour détecter d’éventuels micros cachés. Estampillé « SECRET », le document de trois pages a été écrit par un espion français qui était présent. Il a été jugé assez crédible pour être envoyé par la valise diplomatique aérienne à Cordell Hull, le Secrétaire d’État US.

La rencontre était présidée par le SS Obergruppenfuhrer Scheid. Le Dr. Scheid a dit aux industriels qu’il leur fallait se rendre compte « que la guerre ne pouvait être gagnée » et qu’ils devaient, par conséquent, prendre toutes les mesures nécessaires « pour préparer la campagne commerciale d’après-guerre ».

Les hommes d’affaires nazis - qui comprenaient des représentants officiels de Messerschmitt, de Krupp et de Volkswagen – aussi bien que les responsables de la Marine et du Ministère de l’Armement, sont tombés d’accord qu’avec la guerre aussi bien que perdue, le nouveau Reich serait un Reich économique.

Scheid a retenu alors un plus petit groupe et lui a expliqué comment le parti nazi entendait entrer dans la clandestinité. Le gouvernement allemand allait transférer de vastes sommes d’argent à l’étranger par le biais des industriels, de façon à ce qu’« un empire allemand puisse être créé après la défaite ».

Le document, dactylographié serré, se lit comme un thriller (et, de fait, m’en a inspiré un, que j’ai intitulé Le protocole de Budapest).

Un autre document-clé, « Réorganisation économique de l’Europe » est beaucoup plus sec, mais d’une lecture encore plus dérangeante.

Le mémo de 8 pages écrit par Walther Funk – président de la Reichsbank, la banque nationale allemande – en 1940, est conservé dans les archives de la Banque pour les Règlements Internationaux (BRI).

Funk allait être condamné pour crimes de guerre par le Tribunal de Nuremberg ; il avait été ministre nazi de l’Économie et membre du conseil d’administration de la Banque pour les Règlements Internationaux.

Boris Johnson vient de découvrir que faire simplement allusion à toute similitude entre les plans nazis pour l’après-guerre et l’U.E. d’aujourd’hui, suffit à faire de vous un  objet de risée et de mépris.

Pour être juste, il faut reconnaître que le projet d’intégration européenne pour l’après-guerre a contribué à ouvrir une partie de l’Europe à la liberté du commerce, à stabiliser un continent dévasté par la guerre après 1945 et à susciter une mentalité pan-européenne dans les générations plus jeunes.

Mais la vérité inconfortable – et généralement occultée – c’est que les parallèles entre les plans de leadership nazi pour l’économie européenne d’après-guerre et le processus d’intégration économico-monétaire qui en est résulté sont bien réels.

 

13 bis FUNK bitmap.JPG

Walther Funk

 

La différence est que les plans ont été imposés en sous-main plutôt que par la guerre et le génocide.

La nouvelle « économie de vaste unité européenne» (European large-unit economy) écrivait Funk « doit avoir une croissance organique » et résulter d’« une collaboration économique étroite entre l’Allemagne et les pays européens ».

Le Reichsmark serait la monnaie dominante de cette économie, mais c’était d’une importance secondaire dans la question du leadership économique. Les taux de conversion devaient rester sous contrôle et stables, pour éviter les fluctuations des cours, jusqu’à ce que le but ultime de l’union monétaire soit atteint.

Dans l’intervalle, l’aire de suprématie du Reichsmark « continuerait de s’élargir » écrivait-il encore. Il y aurait un processus progressif d’abolition du contrôle des changes et d’un tas de règlements qui ralentissent le marché et le commerce.

 

15. Docu FUNK.jpg

 

« La notion d’intérêt commun dans le champ économique doit être renforcée entre les peuples européens, par la collaboration dans toutes les sphères de la politique économique (monnaies, crédit, production, échanges commerciaux, etc.).. Cette Europe unie n’acceptera pas l’imposition de conditions, qu’elles soient de nature politique ou économique, de la part d’aucun pays extra-européen. »

Le facteur décisif, dans les relations commerciales, serait la qualité des produits allemands à l’exportation, « et à cet égard, nous n’avons aucun  souci à nous faire ».

Le pilier central de l’économie d’après-guerre serait constitué par les besoins allemands. Les autres pays planifieraient leur production en fonction des marchés allemands.

Les prédictions de Funk se sont en grande partie réalisées. Le Reichsmark est devenu le Deutschmark, qui est devenu la monnaie la plus forte d’Europe.

Dans les coulisses, à la Banque pour les Règlements Internationaux, des technocrates ont œuvré en secret, pendant des décennies, pour harmoniser les cours du change des différentes monnaies et préparer le terrain pour le lancement de l’euro.

La réglementation du cours des changes et le contrôle des capitaux ont été abolis.

Et, alors que nous avons plutôt tendance à associer l’U.E. à une masse de bureaucratie, le Marché Unique Européen a aboli ce que Funk appelait « une masse de paperasse » jusque là nécessaire au traitement des affaires, de façon à ce que le travail et les capitaux puissent circuler sans entraves entre les pays.

Entretemps, la Bundesbank, qui a succédé à la Reichsbank, est devenue la banque centrale la plus puissante d’Europe, faisant de l’Allemagne la puissance économique dominante du continent.

Funk a vécu assez longtemps pour voir se réaliser deux des étapes les plus importantes de l’unité européenne : l’établissement, en 1951, de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (la CECA), première institution supra-nationale, et la signature du Traité de Rome en 1957, l’année même où il fut relâché de prison pour mauvaise santé.

 

16. Hitler & C°.jpg

Juste derrière Hitler : Walther Funk

 

Il est mort en 1960, mais il aurait applaudi au lancement du Marché Unique Européen en 1993, point culminant de son rêve d’un continent uni sous domination germanique.

« L’économie de vaste unité européenne » de Funk est sans doute mieux connue aujourd’hui sous le nom d’Eurozone. Sa prédiction, selon laquelle il n’y avait aucun souci à se faire pour les exportations allemandes s’est aussi avérée exacte : un euro sur deux, en Allemagne, vient de l’exportation.

Hélas, pour beaucoup de petits pays, la domination économique allemande a été un désastre.

La manie allemande du faible taux d’inflation (générée à n’en pas douter par la traumatique hyper-inflation dans la république de Weimar d’après la Première Guerre mondiale) a imposé de force une austérité excessive à des pays plus faibles de l’Eurozone, et les résultats ont été catastrophiques.

Aujourd’hui, de grandes parties de l’Europe sont au bord de l’effondrement économique. La Bundesbank et la Banque Centrale Européenne (BCE), toutes deux basées à Francfort, ont poussé la manie de l’austérité, qui a déjà mis la Grèce au bord du gouffre, jusqu’à déstabiliser aussi ses voisins.

D’Oslo à Athènes, l’Extrême-Droite est en pleine résurrection, alimentée en grande partie par la misère et le chômage. L’euro peut encore s’effondrer, et ceux qui ne veulent pas perdre leurs richesses cherchent leur salut dans l’or et dans l’immobilier. Dans le bassin méditerranéen, une génération entière a été jetée à la décharge.

La réponse à la crise, disent les euro-fédéralistes, est avant tout : plus d’intégration, davantage de contrôle sur une monnaie centrale et toujours plus de règlements édictés par des technocrates qui n’ont de comptes à rendre à personne, alors qu'ils sont responsables de la crise au premier chef.

En d’autres terme : laissons la Bundesbank et ses alliés de la Banque Centrale Européenne à Francfort prendre encore plus le contrôle des nations de l’Eurozone.

L’union monétaire est chose faite... au prix d’un terrible coût social et économique.

Et la longue marche vers une union fiscale et politique va bon train. Exactement comme Walther Funk a rêvé qu’elle le ferait, à Berlin, en 1940.

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

Source : http://www.dailymail.co.uk/debate/article-3597410/Boris-H...

 

La tour de Bâle, enquête historique d’Adam LeBor sur la Banque pour les Règlements internationaux a paru (en anglais) chez Public Affairs. Aline de Diéguez vous en parle en détail dans la IIIe Partie de son Veau d’Or à paraître sous peu.

 

*

 

17. Adam-LeBor.jpgAdam LeBor est un écrivain et journaliste britannique, né à Londres en 1961.

À partir de 1991, il a été le correspondant à l’étranger de divers journaux de plus de trente pays, pour lesquels il a couvert notamment la chute de l’URSS et les guerres de Yougoslavie.

Il travaille actuellement, en Grande Bretagne, pour The Economist, Monocle et Newsweek, et, aux États-Unis, pour le New York Times et The Daily Beast. Il tient également une chronique des livres pour The Economist, le New York Times et Literary Review.

Il est l’auteur de plusieurs livres – essais et romans - traduits dans une vingtaine de langues, ainsi que de séries télévisées.

Son roman Le protocole de Budapest s’inspire du fameux « Rapport de Maison Rouge » US dont il est question dans l’article ci-dessus.

Dans la série télévisée Yaël Azoulay (il en est au quatrième volet), il met en scène un ancien agent (féminin) du Mossad, qui travaille secrètement pour le Secrétaire des Nations Unies, aidant à faciliter les accords secrets qui permettent aux rouages diplomatiques de la superpuissance et à ceux des grands groupes globalistes de tourner sans accrocs. Elle dérive d’un de ses essais, Complicité avec le mal : les Nations Unies à l’âge des génocides modernes, enquête sur l’impuissance de l’ONU à intervenir dans les massacres contemporains (Bosnie, Rwanda, Darfour, etc.).

Le nom de son agent spécial vient de la Bible : c’est celui de la Yaël qui tua le chef canaanite Sisera en lui enfonçant un clou dans la tempe.

Tiens, pendant qu’on y est :

 

18. artemisia-Yael-et-Sisera-1620-Budapest.jpg

Yaël tuant Sisera, peinture d’Artemisia Gentileschi – 1620 – Musée de Budapest

 

On trouvera aussi l’histoire de Yaël et Sisera, sur un 33 tours enregistré dans les années 1960 par Sir Laurence Olivier « version autorisée par le Révérend Billy Graham ».

 

*

On peut se demander pourquoi nos valeureux éditeurs francophones de grands chemins font obstinément silence sur un auteur aussi intrigant et aussi reconnu tant Outre-Manche qu’ailleurs. Question idiote.

 

*

Pour les curieux :

Essais 

  • A Heart Turned East examine la vie des minorités musulmanes en Europe et aux États-Unis.
  • Hitler's Secret Bankers traite de la complicité de la Suisse avec l'Allemagne nazie (nominé au Orwell Prize).
  • Seduced By Hitler sur la vie quotidienne sous le IIIe Reich.
  • Milosevic : A Biography raconte la vie de l'ancien président serbe.
  • City of Oranges : Arabs and Jews in Jaffa dresse le portrait de familles arabes et juives à Jaffa, en Israël (nominé au Jewish Quarterly Wingate Prize).
  • Complicity with Evil : The United Nations in the Age of Modern Genocide traite de l'échec des Nations Unies à stopper le génocide en Bosnie, au Rwanda et au Darfour, en se focalisant sur le rôle des officiels de l'O.N.U.
  • The Believers : How America fell for Bernard Madoff's $65 billion Investment Scam, sur la psychologie de la fraude orchestrée par Madoff.
  • Tower of Basel : The Shadowy History of the Secret Bank that Runs the World est la première enqête historique sur la Banque des Règlements Internationaux .
  • LeBor a co-écrit et présente Jaffa Stories, un documentaire pour la BBC basé sur son ouvrage City of Oranges.

Pour les curieux anglophones :

Adam LeBor’s homepage : http://www.adamlebor.com/

 

*

Dernière minute !

Otan/Exit, objectif vital

Manlio DinucciRéseau Voltaire - Rome 

Traduction Marie-Ange Patrizio

Les réactions de l’Otan au Brexit doivent être comprises en fonction de la vision états-unienne de l’Alliance. Alors qu’au départ elle avait pour fonction de tenir l’URSS à distance, elle n’a plus pour fonction de faire la guerre, la Russie ayant désormais la supériorité en matière conventionnelle. Le seul objectif de l’Otan est de maintenir l’occupation militaire de l’Europe occidentale et centrale par les États-Unis ; un projet qui a besoin pour se justifier d’une hystérie anti-Russe.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article192590.html

 

19.  signe anti-Otan petit.JPG

 

Sommet de l’OTAN à Varsovie

 

20. Bonnet phrygien petit.GIF

Manifestation devant l’Ambassade de Pologne

Vendredi 8 juillet à 18 heures

Esplanade des Invalides face à la rue Talleyrand

RETRAIT UNILATÉRAL DE LA FRANCE !

 

20. Bonnet phrygien petit.GIF

 

[FLASH] Vladimir Poutine annule ses déplacements

Par Иван Михайлович Фраков

6 juillet - 23h00

 

0. POUTINE.jpg

 

Vladimir Poutine a annulé l'ensemble de ses déplacements en régions (Altaï et Yakutie) cette semaine. Aucun commentaire officiel du Kremlin, mais cela serait en rapport avec la réunion de l'OTAN prévue à Varsovie en fin de semaine, réunion où, selon le secrétaire général de l'OTAN, de très importantes décisions seront prises sur fond de mouvements de troupes ukrainiennes "très importantes" laissant s'attendre à une offensive en Novorossya, et des placements de troupes OTAN aux frontières Ouest de la Russie.

Source : http://wp.me/p6Fgs6-10L

 

 

Mis en ligne le 6 juillet 2016

 

 

 

 

21:51 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2016

EN GUISE D'APRÈS-PAUSE

1. golden-ship-move-final-GIF.gif

 

En guise d’après-pause

 

Après une pause involontaire pour raisons de santé humaines et matérielles (le matos aussi, ça vieillit), et avant de reprendre cahin-caha le fil de l’actualité, on aimerait vous offrir deux réflexions sur l’Argent et sur l’Art, qu’on avait mises de côté pour vous.

L’Argent d’abord, ici l’or, parce que celle qui en parle est une dame et que préséance au dames. L’Art ensuite, qui voudrait bien s’en dégager, justement, de l’argent et de tout ce qui va avec.

 

2. Veau-d-or de Damien Hirst.jpg

 

Aline de Diéguez

AUX SOURCES DU CHAOS MONDIAL ACTUEL

 

Le culte du Veau d'Or et la Mondialisation

 

" Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse et l'histoire secrète, où sont les véritables causes des événements."
Honoré de Balzac

*

La religion du Veau d'Or - que l'on appelle aujourd'hui Globalisation ou Mondialisation - est vieille comme le monde, même si les formes de son pouvoir et ses manifestations ont varié au cours des siècles avec les conditions politiques et surtout avec les moyens techniques de son exercice.

*

Préhistoire du culte du Veau d'Or

1 - " Fais-nous un dieu qui marche devant nous
2 - Le Bouddha de Bangkok
3 - Le temple du roi Salomon
4 - L'Eglise romaine

Le Veau d'Or des temps modernes

5 - D'un dieu à l'autre...
6 - La guerre des dieux
7 - Petit résumé des trois épreuves surmontées par le nouveau dieu
8 - Le stade politico-militaire de l'expansion du Dieu-dollar
9 - Le stade monétaire
10 - La mort des frontières
11 - Les ruses sémantiques du Veau d'Or
12 - Main-mise sur la planète
13 - La cavalerie financière internationale
14 - Dans les coulisses de l'empire
15 - Le poulailler de la Mondialisation
16 - Le rêve d' un gouvernement mondial

 

 (à suivre)

II - Mort et tentative de résurrection du veau d'or : le DTS

III - Où se cachent les centres de décision ?

 

*

1 - Préhistoire du culte du Veau d'Or

 

1 - " Fais-nous un dieu qui marche devant nous …"

Lorsque, dixit le mythe biblique, Moïse revint parmi les siens après avoir passé quarante jours et quarante nuits suspendu à un rocher, sans boire ni manger, à écouter son dieu dicter, puis inscrire sur des morceaux de rocher, les commandements destinés à régir le plus harmonieusement possible la vie de la tribu dont il était le guide, il eut la désagréable surprise de débarquer au milieu d'une fête.

 

3. moise.jpg

Moïse brisant les tables de la loi

 

On célébrait dans la plaine le nouveau dieu que des nomades fuyant le royaume de Pharaon et lassés d'attendre le retour de leur chef, avaient fabriqué de leurs mains. Ils avaient en effet sacrifié leurs bijoux, et notamment leurs anneaux d'or, symboles de l'écoute du divin, que tous, hommes, femmes et enfants portaient aux oreilles et ils les avaient fait fondre.

Dans les mythes, comme dans les contes de fée, la parole crée la réalité et nul ne se soucie des conditions concrètes de la mise en oeuvre.

 

3 bis. veau_or.jpg

Danse autour de la statue

 

Ainsi donc Aaron, leur chef en second, avait pris les choses en main en l'absence de Moïse et avait réussi le tour de force, particulièrement remarquable au vu des conditions matérielles dans lesquelles se déroulait l'opération, de conduire le projet à son terme. La statue du nouveau dieu a surgi, telle Athéna du cerveau de Zeus et étincelait des mille feux de sa perfection symbolique.

"Aaron leur dit: Otez les anneaux d'or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles, et apportez-les-moi. Et tous ôtèrent les anneaux d'or qui étaient à leurs oreilles, et ils les apportèrent à Aaron. Il les reçut de leurs mains, jeta l'or dans un moule, et fit un veau en métal fondu. " (Exode 32)

La solitude est lourde à tous les hommes et plus encore à un groupe de fuyards perdus dans un désert et orphelins de leur guide. Apeurés, ils en appellent à un protecteur bien visible. "Fais-nous un dieu qui marche devant nous…" auraient dit les fugitifs à leur nouveau guide!

La petite troupe s'était spontanément tournée vers le dieu qu'elle venait de quitter, le dieu solaire égyptien, le grand taureau fécondateur Apis, symbole de la richesse, coiffé du disque d'or qui rayonne entre ses cornes.

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/chaos...

 

2. Veau-d-or de Damien Hirst.jpg

 

L’Art contemporain : Spinoza et Frédéric Lordon…

Serge Uleski – Sur son  blog 3 juillet 2016

 

 

Frédéric Lordon à propos de l'art contemporain convoque Spinoza pour lequel « Il n'y a pas de valeur. Il n'y a que des processus de valorisation ; les affects seuls sont les opérateurs de cette valorisation ».

Et Lordon de valider (et de valoriser) ce qui, dans les faits, n'est qu'un parti pris Spinoziste qui a sans doute à voir avec les origines culturelles du philosophe, brillant au demeurant, et l'expérience de cette origine : une culture juive iconoclaste dans un siècle pictural par excellence (arrivée et triomphe de la perspective, peintures italienne et flamande à son apogée) avec le bannissement délibéré de représentations religieuses de type figuratif car l'interdit de la représentation est bel et bien présent dans le Judaïsme.

Qu’est-ce que l’Art ? Quelle importance accordée à cette œuvre, quelle valeur ?

C’est sûr : se tenir loin de l’Art n’aide certainement pas à se forger un jugement sûr, informé et avisé sur les œuvres et les artistes.

 

« Il n'y a pas de valeur. Il n'y a que des processus de valorisation ; les affects seuls sont les opérateurs de cette valorisation

 

Il serait vraiment temps car salvateur, que des universitaires comme Lordon soient capables de se dire et de nous dire : « Et si Spinoza se trompait ? » Car, pour tout philosophe valorisé à la hauteur d'un Spinoza, pourquoi ne pourrait-on pas poser la question suivante : « Là, Spinoza aurait-il atteint son niveau d'incompétence ? » En d’autres termes, pourquoi un philosophe ne serait-il pas condamné, tout comme le commun des mortels, à s'élever à son niveau d'incompétence selon un principe bien connu ; celui de Peter ?

A charge pour des universitaires comme Lordon de nous alerter, nous pauvres lecteurs non-philologues, lorsqu’ils rencontrent une telle éventualité : celle de l’erreur qui aurait pour fondement l’ignorance et par voie de conséquence : l’incompétence.

Aussi, à propos de l’Art, osons la question : « Et si Spinoza était incompétent ?

Comment l’en blâmer : qui peut tout savoir, sur tout à tout moment ?

Personne. »

 Lire la suite…

Source : http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2...

 

2. Veau-d-or de Damien Hirst.jpg

 

En cours de lecture, des liens vous renverront à des prolongements que voici :

L’art contemporain fossoyeur de l’Art moderne

Serge Uleski – Sur son blog 22 octobre 2015

ou

FIAC 2015 : comment en finir avec l'art contemporain ?

 

4. fiac-2015.jpg

        

            Combien de temps encore devra-t-on supporter cet art sans Art, cet art contemporain fossoyeur de l'Art moderne ?

Il est vraiment temps de se révolter !

Billet rédigé en octobre 2011.

5 Logo Fiac.gif

 

Que peut-on raisonnablement attendre d’une société dont les élites culturelles ont fait le choix de troquer, entre autres sculpteurs… Rodin, Lambeaux et Meunier, contre des patrons de casses-autos-compresseurs (César ; Arman) ; et ce sans demander l’avis à qui que ce soit ?

Comment ignorer aujourd'hui le fait que nombre de professionnels de l'Art contemporain - directeurs de musée et/ou de centres d'Art (financés et rémunérés par le contribuable), commissaires d'expositions, critiques d'art, les DRAC et les journalistes ont lamentablement échoué dans leur mission…

Car, à défaut d'être des passeurs de culture, nombreux sont ceux qui se sont contentés d'être les relais serviles d'agences de relations publiques, de créations d'événements, de publicité, de marketing qui sont à la production artistique ce que le film publicitaire, le clip, le design, Disneyland et le parc Astérix sont à l'Art et qui ont pour mission première, sinon unique, de fabriquer, d'entretenir et de promouvoir l'image de camelots, de bonimenteurs, de montreurs de foires, gesticulateurs puérils, immatures, fumistes, anecdotiques, infantiles, égoïstiques... abusivement appelés : artistes...

On pourra aussi et sans risques, les accuser d'être, jour après jour, les complices de la dé-culturation et de l'abrutissement des masses laissées sans repères, et auprès desquelles on aura déconsidéré pour longtemps l'Art contemporain (qui vraiment, n'en avait pas besoin !!!), avec de soi-disant artistes cotés à plusieurs millions de dollars et à ce prix, de confondre l'Art avec l'industrie du divertissement... et du luxe, en l'occurrence.

On parlera de leur culot, depuis plus de quarante ans, quand sans honte et sans rire, ils nous affirment qu'ils ont le devoir de nous faire connaître des productions reflets de notre époque - époque qui sera toujours, tout comme son Art, beaucoup plus que ce que l'on croit avoir compris d'elle, qui n'est, le plus souvent, que ce qu'on souhaite nous donner à comprendre, ou bien, seulement ce que l'on est capable de saisir d'elle...

Et puis enfin, on ne manquera pas de garder à l'esprit qu'il se pourrait bien qu'ils aient été les saboteurs, les avorteurs de jeunes ambitions intimidées ou bien découragées - sinon dissuadées -, face à l'incurie des codes de la représentation et de la communication dite artistique et contemporaine et de leur maîtrise sans laquelle tout espoir d'être ne serait-ce que diffusé ou exposé, s'évanouit à jamais.

Alors...

Pour tout ce gâchis humain et artistique... réclamons une minute de silence...

Sinon, l'éternité.

 

6. John Houck.jpeg

John Houck - Untitled 

 ????????????????????????

 

    Confrontés à toutes ces figures d’une scène prétendument artistique, créateurs aux installations dont les concepts feraient hurler de rire un cheval, énergumènes bavards comme il n'est pas permis, et alors que l'Art est l'incarnation même d'une pensée tacite...

A quand donc une critique et une histoire de l'Art qui relèveraient de l’invective, de l’insulte et du crachat face à l'affront (quand ce n'est pas l'outrage) qui nous est fait, saison après saison, exposition après exposition, installation après installation, toutes plus indigentes les unes que les autres, foutoirs indescriptibles dans lesquels l'infantilisme côtoie le plus souvent le trivial qui côtoie le puéril qui, à son tour, embrasse l'anecdotique, le tout noyé dans un océan d’intentions aussi immatures qu’incompétentes et/ou jean-foutres...

Mille événements - en veux-tu, en voilà ! - proposés par des commissaires, dans le meilleur des cas, carriéristes, et dans le pire, tragiquement incultes, bardés de diplômes d’universités-dépotoirs et d‘Écoles nationales dans l'impossibilité de refuser quiconque se présente avec en poche un sésame qui a pour nom : Bac

Lire la suite…

Source : http://penseraupluriel.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/0...

 

 

2. Veau-d-or de Damien Hirst.jpg

 

Et un petit coup de Vaneigem pour la route :

Dada et surréalisme : l’échec d’un dépassement – par Raoul Vaneigem

Serge Uleski – Sur son blog1er mars 2016

7. Rose Sélavy - Duchamp - Man Ray.jpg

Rose Sélavy alias Marcel Duchamp – Photo Man Ray

 

   Extrait de l’ouvrage Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations - 1967

         « Le mouvement Dada a poussé la conscience du pourrissement à son plus haut degré. Dada contenait vraiment les germes du dépassement du nihilisme, mais il les a laissés pourrir à leur tour. Toute l’équivoque surréaliste vient d’une juste critique émise inopportunément. Qu’est-ce à dire ? Ceci : le surréalisme critique à bon droit le dépassement raté par Dada mais lorsqu’il entreprend, lui, de dépasser Dada, il le fait sans repartir du nihilisme originel, sans prendre appui sur Dada-anti-Dada, sans l’accrocher à l’histoire. Et comme l’histoire a été le cauchemar dont ne s’éveillèrent jamais les surréalistes, désarmés devant le parti communiste, pris de court par la guerre d’Espagne, grognant toujours mais suivant la gauche en chiens fidèles !

Lire la suite…

Source : http://penseraupluriel.blogs.nouvelobs.com/litterature-au...

 

 

2. Veau-d-or de Damien Hirst.jpg

 

 

 

Mis en ligne le 5 juillet 2016

 

 

 

 

 

16:06 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/06/2016

LIVRES, tiens, pour une fois.

1. book Ships.JPG

LIVRES,

tiens, pour une fois…

par Théroigne

 

« Chaque jour vers l’Enfer nous descendons d’un pas,

Sans horreur, à travers les ténèbres qui puent. »

Baudelaire.

Notre calendrier n’étant pas celui du commerce, ceux dont il va être question ne viennent pas nécessairement de sortir, parfois loin de là, et certains en revanche ne sont pas encore publiés en français. Juste pour partager avec vous ce qui nous paraît en valoir la peine de nos récentes lectures.

LIVRES… aussi, on vous l’avoue, pour essayer de penser à autre chose qu’à l’embrasement imminent de tout le continent sud-américain, la chose ayant été soigneusement programmée et se déroulant comme prévu. C’est un Irak à la Xème puissance qui se prépare.

Si les populations d’Europe, au lieu de se réfugier dans l’autisme, étaient capables d’un minimum de courage civil, ce chaos planifié n’aurait pas lieu, comme n’auraient pas eu lieu ceux qui ont détruit la Yougoslavie, l’Irak, la Syrie, le Libye, le Yemen et tant d’autres. On ne mentionne la Palestine que pour mémoire : depuis 68 ans qu’on s’acharne à ne rien voir, à ne rien dire et à ne rien faire, on s’y est bien habitués.

Les planificateurs ont pour eux deux atouts imparables : le premier est, répétons-le, outre l’ignorance nord-américaine en général, la lâcheté européenne, qui a oublié que « le péché d’indifférence est le péché cardinal », le second est qu’ils s’engraissent de la vente d’armes. Semer le chaos est la condition de leur prospérité. Quel que soit le vainqueur, il aura utilisé leurs armes. Le vaincu aussi. Si vous voulez les combattre, il vous faudra leur en acheter. Mais, eux, avec le produit de vos tirelires, auront pu se procurer tous les mercenaires qu’il faut pour vous tenir à distance et rester en avance sur vous d’une génération d’armes ou deux. Après avoir pris la précaution de faire dissoudre vos armées nationales.

La situation est désespérée. Certes, « ils » finiront par plonger – c’est écrit – mais pas tout de suite. Beaucoup vont souffrir et mourir d’abord. Nous, Européens, ne serons pas là pour le voir parce que nous n’aurons pas mérité d’y être.

Pour toutes ces raisons et quelques autres… aujourd’hui : littérature.

 

2. Little cat writing.gif

 

Anatole Atlas

Berlue d’Hurluberlu

Jean-Louis Lippert

Mamiwata

 

Petite mise au point pour commencer : Anatole Atlas s’appelle de son vrai nom Jean-Louis Lippert. Anatole Atlas est le nom d’un grand-père grec et communiste, en l’honneur de qui il écrit certains de ses livres. À vue de nez, il a publié 9 ouvrages sous son nom d’état-civil et 11 sous celui de son grand-père, plus un 21e sous le pseudonyme de Juan Luis de Loyola, car à quoi bon lésiner.

Si Lippert n’a pas eu, il y a vingt ans, le Prix Rossel, qui est – ben, oui - « le Goncourt belge », c’est parce que des importants ont décidé qu’il valait mieux qu’il ne l’eût pas. Car, voyez-vous, que ce soit sous n’importe lequel de ses noms Lippert-Atlas-Loyola est cet animal devenu assez rare : un auteur maudit.

Il faut dire qu’il s’occupe de politique, chose très mal vue quand elle vous mène en dehors des rails du pouvoir. Et il vaut mieux savoir qu’en Belgique, si vous vous flanquez, de fureur ou de désespoir, la tête aux murs, vous ne vous ferez pas le moindre mal : ils sont en beurre. Et vous mourrez fort bien, étouffé par cette onctueuse élasticité, sans qu’on vous ait entendu crier.

Jean-Louis Lippert est né à Stanleyville, aujourd’hui Kisangani, en 1951, de parents belges, donc colons. En dépit de quoi il est l’auteur du seul grand roman belge sur le Congo qui parle de Patrice Lumumba autrement qu’en le traitant de « sinistre guignol » (Pierre Mertens). C’est une des raisons principales pour lesquelles l’establishment s’est donné beaucoup de mal pour balayer ce fichu bouquin sous le tapis et qu’il y reste. On y revient plus loin.

En Belgique, où l’air beurré est si rare, on fout le camp ou on s’adapte en prenant soin que rien ne dépasse. Ou alors on adopte profil bas en essayant de se faire oublier jusqu’à ce que vos tableaux vaillent des millions. On devient alors une « célébrité nationale ».

Dédaignant ces trois options, à 20 ans, Lippert a foncé tête baissée dans le situationnisme et mis ses actes en accord avec ses principes, pour s’apercevoir un beau jour que le situationnisme était non seulement récupérable mais qu’il avait été récupéré. (C’est bien Sarkozy ou je me trompe qui a décrété que les œuvres de Guy Debord étaient patrimoine national ?). Qu’a fait Lippert ? Il a décidé de continuer seul, plus loin, pour voir, devenant ainsi une espèce d’Internationale ex-Situationniste d’un seul homme et un obstiné happening casse-couilles à lui seul aussi. Sa trajectoire, en fait, ressemble plus à celle de Zo d’Axa qu’à n’importe quoi d’autre. Mais qui sait encore qui fut Zo d’Axa ?

En ce moment, il vit chez des Berbères. Oui, bien sûr, dans l’Atlas.

J’ai atrocement résumé. Mes plates excuses à tout le monde.   

 

4. Berlue.JPG

 

 

Anatole ATLAS

Berlue d’Hurluberlu

Bruxelles, Miroir sphérique, 2016

116 pages

 

 

 Les Grosses Orchades vous ont parlé de ce livre au moment de sa sortie, pour vous le signaler Je vous en reparle aujourd’hui parce qu’entretemps je l’ai lu.

Il y a des choses qu’on survole sans les lire, en se promettant parfois d’y revenir et en y revenant rarement parce qu’il y en a tant, parce que pas le temps, et parce qu’un clou chasse l’autre. Impossible avec celui-ci : pour peu que vous jetiez les yeux sur son premier paragraphe, vous ne pourrez qu’aller jusqu’au bout. L’objet n’est pourtant pas séduisant. Ouvert n’importe où, il ressemble à ça  :

 

0. Deux pages 1058_001.jpg

 

Auto-édité à la spartiate. Pratiquement pas de marges, pas de chapitres, même pas le moindre saut de ligne pour aérer, de la page 5 à la page 111, rien. Que du texte ininterrompu. 

En même temps constat d’horreur et œuvre d’art, ce drôle de livre est aussi une curiosité en ceci que l’auteur, aujourd’hui grand-père, l’a écrit avec la fougue, l’énergie et la véhémence de ses vingt ans. Dieuseulsait où il va chercher toute cette adrénaline !

John Cowper Powys avait pour devise « Endurer ou s’échapper ». Et il affirmait aussi que 2 et 2 font 5, « parce que l’imagination est un fait ». Anatole Atlas est parti à la recherche du 5.

Vous souvenez-vous de la ville de Guernica, au pays basque espagnol, détruite le 26 avril 1937 par les aviations allemande et italienne ? Si son nom vous dit quelque chose, c’est surtout, je pense, parce qu’elle a inspiré à Picasso un de ses tableaux les plus célèbres.

 

5. GUERNICA.jpg

Mais, après Guernica, il y a eu Dresde, Stalingrad, Hiroshima, Nagasaki, Belgrade, Bagdad, Gaza, Falluja, Tripoli et aujourd’hui, simultanément, Homs et Sana’a. Entre autres.

 

6. Bienvenue dans l'interventionnisme humanitaire occidental.jpg

Bienvenue dans l’interventionnisme humanitaire occidental

La ville de Guernica est devenue la planète. Quel peintre, quel sculpteur pourrait aujourd’hui un tant soit peu transcender ce qui dépasse tout ce que l’esprit humain peut supporter, ce qui défie toutes les images ? Même les photographes ne peuvent plus qu’appuyer à l’aveugle sur leurs robots numériques. La littérature, elle, peut encore. : la Berlue d’Anatole Atlas est une espèce de Guernica littéraire.

Et ça raconte quoi ? De l’inracontable :

Nous sommes en 2022, au soir de la fête nationale – belge, donc le 21 juillet - et pour une fois il ne pleut pas. Des baraques foraines attendent le badaud dans un parc, face au Palais du roi, à la façade duquel pend un immense drap qui annonce en arabe : KAN ÏA MA KAN FI QADIM AL ZEMEN (« Il y avait et il n’y avait pas, dans les temps anciens… »).

Les 107 pages écrites d’un seul souffle – il vous en faudra pour les lire – font l’état de nos lieux physiques, mentaux, géographiques, politiques, moraux, micro et macrocosmiques, auscultent notre enfer d’humains, d’animaux et de végétaux (mais même les pierres, si vous saviez…). « Comment sortir de cette boîte à rats de Laborit ? » se demande, ululant d’horreur et néanmoins jubilant, l’aède.

Il faut le suivre dans son délire onirique et accepter – dépourvus d’imagination s’abstenir – la rencontre de Thomas More, tout juste débarqué d’entre les morts, sa tête sur un plateau, à la recherche des vestiges de son Utopie ; celle de Maigret (les spectres ne sont pas des gens mais des idées) un peu perdu si loin de son cher canal Saint-Martin mais plein de sa légendaire obstination, bien décidé à débusquer le crime omnipotent qui s’est emparé de la planète ; celle de la grande déesse Isis – voilée comme il se doit, donc en délicatesse avec la loi – diseuse de mauvaise aventure, qui convoque Socrate, entre autres vivants et morts, par nécrophone portable, et promet des choses… qu’elle tiendra peut-être. Vous en rencontrerez bien d’autres… Freud prétendant que Yahvé dérive de Jovis, Shéhérazade et le Phénix, Kapitotal et sa Tour Panoptic  (ô Bentham) vêtus des oripeaux d’Athéna, d’Héra et d’Aphrodite au bal masqué de la République… Vous rencontrerez même Philippe Sollers, c’est dire !

L’auteur se réclame de Jérome Bosch. Si on voulait pinailler, on lui dirait que Bosch a au moins pu imaginer le Paradis et qu’on ne voit pas comment il se propose de le faire, mais ne soyons pas défaitistes.

3. Chatencrier renversé.GIF

 

Manifeste quasi terminal en guise d’extrait :

7. pompe à finances.gif

 

Pour une V ème Internationale du Quint-Monde

C’est une chance de pouvoir s’exprimer publiquement un 11 septembre, jour anniversaire du dernier incendie du Reichstag. Une citation d’Albert Camus, souvent répétée ces derniers temps, s’impose ici : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Je propose d’appeler pseudocosme l’actuel ordre des choses où plus aucun signifiant ne correspond à une réalité privée de sens, dirigée par des robots devenus maîtres du cerveau de la Cité, qu’en conséquence il conviendrait de nommer Acéphalopolis. N’y voit-on pas, avec le triomphe sur les valeurs d’usage et même d’échange, de la valeur d’usure, l’ancien logiciel biblique supplanter le logiciel grec, pour substituer à l’idéal socratique une scission de l’humanité entre élus et damnés ? C’est ainsi qu’il convient de nommer les choses dès lors que la société tend à n’être plus qu’enfer ou paradis. Le principe même à l’origine d’une telle schize du corps social entre cancer des winners et gangrène des losers, accélérée depuis la fin de l’Union soviétique, ne peut-il pas être nommé Sionisme salafiste ? Ces mots, bien-sûr, sont interdits d’espace public, où ne peuvent être désignés ni Kapitotal ni la tour Panoptic – avatars contemporains de la Pompe à Phynance et de la machine à décerveler dont Alfred Jarry attribuait l’invention à son Ubu.

C’est alors sans grande surprise que, depuis la marge des marges, on découvre un numéro de la revue Marginales consacré aux « raisons de la colère » (titre générique pour toute littérature depuis Homère), où se manifeste principalement le prurit ordinaire d’élites nanties se grattant les croûtes pour trouver quelque trace de blessure à signaler, quand le mouvement profond d’un système d’exploitation, de domination, d’aliénation condamne à l’état d’objets surnuméraires la majorité de ses membres. N’est-ce pas que l’instance aédique y fut assassinée par l’unique loi transcendante : celle du marché ?

 Partout la communication entre les hommes par la Parole (supposant une altérité) n’a-t-elle pas été remplacée par leur soumission à la Valeur (postulant le règne de cet Équivalent  Général Abstrait qu’est l’argent) ? La tyrannie libertaire qui soumet le globe à son joug ne va pas sans l’usage d’une immédiateté médiatique exacerbant la crise de l’esthétique, niant toute éthique et ruinant ce qu’il reste du politique. Quant à l’au-delà (métaphysique ou historique), il n’est plus même pensable.

À l’appui du dernier éditorial de Jacques De Decker, j’appelle donc ici de mes vœux l’émergence d’une science nouvelle que j’appellerais la métagnostique.

Pour la constitution d’un Quint-État des artistes et des intellectuels !

Pour une Vème Internationale du Quint-Monde 

 

3. Chatencrier renversé.GIF

8. mami wata.jpg

(Pas de couverture visible)

Jean-Louis LIPPERT

Mamiwata

Mons, Talus d’approche – 1994 - 1998

442 pages

L’éditeur a fait faillite et vous ne pourrez pas le trouver, à moins que quelqu’un le réédite.

Mamiwata, c’est le nom d’une déesse-sirène des fleuves et des lacs, en Afrique noire, qui personnifie aussi la forêt vierge.

L’auteur, fils de Blancs mais élevé par des Noirs au bord du fleuve Congo, jusqu’à ce que l’Indépendance l’arrache au seul milieu qu’il connaissait, a été longtemps déchiré entre les deux mondes antagoniques auxquels il appartient.

À le lire, on ne peut pas s’empêcher d’admirer la sagacité de Mikhaïl Bakhtine qui, dans son  Rabelais, a si justement déploré que Jean-Jacques Rousseau, en poussant les femmes du beau monde à allaiter leurs petits elles-mêmes, ait opéré une cassure irrémédiable entre les classes dominantes et celles d’en-bas. Car, en effet, où seraient et que seraient Jean de La Fontaine et les autres, s’ils n’avaient eu pour nourrices des femmes du peuple ?

Lippert a eu pour nourrice une femme du peuple africaine.

 

9. A.A.-Rosalie.jpg

A.A. et Rosalie

 

Ce qu’il a à dire de l’Afrique est donc intéressant au plus haut point. Mais comme on ne parle pas d’un livre derrière Vaneigem et Wellens, je vais leur céder la plume. (Mieux vaut que vous le sachiez : dans ce qui suit, « le Satan de Stan », c’est Patrice Lumumba, « Charles Van Den Woestijn », c’est Paul-Henri Spaak, et ainsi de suite.)

 

Raoul Vaneigem à propos de Mamiwata

10. Raoul-Vaneigem.jpg

Je ne ferai pas l’éloge de Jean-Louis Lippert. D’abord parce qu’il n’aimerait pas cela et, ensuite, parce que ce qu’il écrit parle de soi, je veux dire, est une construction qui a ses assises et se soutient toute seule.

      Quand est-ce qu’une œuvre se soutient toute seule ?  Eh bien, je pourrais dire qu’il y a là un secret et que, pourtant, ce secret n’est pas impénétrable. Une œuvre a des assises solides et se construit — je ne dis pas avec perfection mais avec conviction — lorsqu’il existe un accord entre un auteur et ce qu’il écrit.

      D'aussi loin que remonte notre rencontre, j’ai toujours trouvé chez Jean-Louis une façon de subvertir le monde qui se traduisait à la fois dans son comportement quotidien et dans ses textes. Ce n’est pas pour rien qu’il a signé plusieurs de ses brûlots du nom d’Anatole Atlas. Atlas, c’est celui qui porte le monde, et Anatole, c’est celui qui fait de son mieux pour le tourner dans le bon sens. Il n’y arrive pas toujours mais il essaie, et il essaie sans relâche.

      Nous portons tous notre monde sur la tête et dans la tête. La plupart des gens ne le savent même pas, et font comme si le monde les portait. Et du coup, ils se portent mal et le monde défaille. Il y en a d’autres, beaucoup moins nombreux, qui le savent. Et le monde pèse sur eux, et cela leur fait mal à la tête, et parfois, cela les écrase et les tue. C’est comme si la lucidité était plus forte qu’eux, et qu’elle les aveuglait. Mais ce n’est pas la lucidité qui tue, c’est l’absence de vie et le manque de conscience de cette banalité paradoxalement insolite : à savoir que la vraie vie est possible.

      Dans les romans de Jean-Louis, il y a des personnages qui vivent d’une vie sauvage et qui posent la question : pourquoi passons-nous la plupart du temps à nous détruire au lieu de tenter sans relâche de vivre mieux ?  Il y a des personnages qu’une vie sauvage emporte dans un tourbillon sans qu’ils aient le temps d’harmoniser le chaos. De sorte que l’exubérance les submerge au point de les noyer.

      D’autres, en revanche, s’emploient à incliner les circonstances en faveur de la vie. Ils disent les êtres et les choses de la vie, et ce qu’ils veulent. C’est une telle volonté que Jean-Louis perçoit chez un homme qui a été l’un des premiers à s’être dressé contre l’univers des multinationales de son temps, un homme qui a été un précurseur dans le combat mené aujourd’hui contre le capitalisme financier qui s’emploie à ruiner la planète. Cet homme, c'est Patrice Emery Lumumba.

      Bien avant qu’une commission parlementaire belge souhaite mettre en lumière le rôle joué par la Belgique dans l’assassinat d’un des rares porte-parole d’un peuple en voie d’émancipation qui ait refusé toute compromission avec le monde de la marchandise, Jean-Louis écrit :

Lire la suite…

Source : http://www.spherisme.be/Texte/Vaneigem.htm

 

3. Chatencrier renversé.GIF

 

Yves Wellens  à propos de Mamiwata

11. Yves Wellens.jpg

Mamiwata, Ouvrir le chant

« C’est plus fort que moi, je m’ordonne. Je rapproche des faits qui furent, mais séparés. Je crois me souvenir, je m’invente »   Aragon

« Le roman est un genre faux, parce qu’il décrit les passions pour elles-mêmes : la conclusion morale est absente. Décrire les passions n’est rien ; il suffit de naître un peu chacal, un peu vautour, un peu panthère »   Lautréamont

« L’on doit toujours éprouver quelque peine pour ces personnes qu’écrase le char triomphant du progrès »   (A. Cahill, membre des services civils en Inde, cité par Hannah Arendt, dans Sur l’impérialisme).

(...)

Cette après-midi-là, dans le jardin des premiers temps, Ulysse Lévine n’avait-il pas usé d’un miroir de poche de sa femme Bianca pour tenter de capter au mieux, jouant de divers angles, l’intensité plastique du tableau vivant qui s’offrait sous la pergola ?  Pourquoi se contenter d’un seul point de vue quand il en va de la vie ?

 (...)

Extrait de  Mamiwata

La présente lecture est une manière de prendre au mot cette projection de Jacques De Decker, lors de la parution du Mamiwata de Jean-Louis Lippert, à l’automne 1994 : « On le lira dans très longtemps encore, on le sondera, on l’analysera, on reconstituera son étrange chronologie, on détaillera ses références historiques, on débusquera les modèles de ses protagonistes » (1). En même temps, en dégager les lignes directrices et le cours principal (sans parler des méandres) dans le cadre restreint de cette postface équivaut à décrire le tumulte d’un fleuve depuis les eaux tranquilles d’un canal. Je veillerai donc à ce que les mots, ici, pèsent lourds et soient aussi chargés de sens qu’il le faudra.

Lire la suite…

Source : http://www.spherisme.be/Texte/YWellens.htm

 

3. Chatencrier renversé.GIF

Bibliographie : http://www.spherisme.be/biblio.htm

Ce qu’en dit la MPLF (Maison de la poésie).

On la cite car les jugements sont rares, rien ne valant, pour se débarrasser des enquiquineurs, la mise sous le boisseau.

3. Chatencrier renversé.GIF

 

Et, allez, ne soyons pas pingres, une vidéo pour la route :

 

Hymne pour une ville sans fleuve
Icône à la mémoire de l'Union soviétique

 

 

Site de la Sphère Convulsiviste.

http://www.spherisme.be/

 

2. Little cat writing.gif

Marc-Édouard Nabe

L’homme qui arrêta d’écrire

L’Enculé

 

Dante, banni de Florence, écrivit La Divine comédie, où il régla quelques comptes. Nabe, viré des éditions du Rocher, ne vit pas pourquoi il ne ferait pas pareil. Et ce fut L’Homme qui arrêta d’écrire édité à compte d’auteur. Vous avez dû entendre plutôt dix fois qu’une qu’à partir de dorénavant, Nabe est son propre éditeur-distributeur-diffuseur et que, si on ne trouve plus ses livres dans les librairies, on peut, en cherchant bien, les trouver chez des bouchers, des coiffeurs ou des crémiers.

 

0. Nabe_Boucherie_inside.jpg

Première à Paris - Le livre de Nabe affiché sur le comptoir d’une boucherie, rue du Marché Saint-Honoré (1er arrt.).

 

Nabe est un cas. Écrivain d’une part. Grand habitué des merdias par ailleurs. Double activité pas nécessairement incompatible mais pas non plus garantie de profondeur, encore moins d’intégrité.

Annonçons par honnêteté la couleur : je n’ai jamais vu ni entendu Nabe à la télévision ou à la radio, et je ne l’ai jamais lu dans les journaux, parce que je les fuis tous, et la surdité me rend inaccessible ce que je pourrais en apprendre des vidéos du net. Mais il est impossible d’ignorer tout à fait les opinions, choix et croyances de quelqu’un qui n’en laisse rien ignorer, qui veut qu’on les sache, qu’on en débatte et qui en fait la substance de ses écrits. Restent donc les livres.

Sans les avoir tous lus, loin de là, il me semble que rien de ce qu’il a fait jusqu’ici n’a dépassé L’âme de Billie Holiday, mais c’est subjectif. Quand même, je ne serais pas surprise qu’il y ait plus que du mimétisme entre lui et son maître Rebatet, imbuvable, imbitable, insupportable éternel adolescent fils de bourges ergotant avec suffisance sur des réalités dont il ignorait tout, la maîtrise de la langue n’y faisant rien, qui n’avait qu’à écrire deux lignes sur Debussy pour que vous tombiez sous le charme.

Je devrais dire, avant d’aller plus loin, les réserves qui m’ont toujours paru s’imposer chez cet auteur, parce que ce livre-ci ne m’a pas fait changer d’avis, mais je m’en tiendrai au jugement de Serge Uleski, que je partage, et qui l’a exprimé bien mieux que je ne saurais le faire : sentiment d’un homme qui aime les livres et leurs auteurs et n’appartient à aucune chapelle. Tout ce qu’il en a dit mérite d’être pesé.

 

Marc-Édouard Nabe : le « no-mén » de la littérature 

Serge Uleski – Sur son blog 13.9.2013

12. Nabe.jpg

Celui qui toujours nie

A la lecture de Marc-Edouard Nabe (MÉN), difficile de trouver une pensée un tant soit peu cohérente, mais bien plutôt des humeurs souvent mauvaises ainsi que la tentation toujours renouvelée de se saborder.

Nabe semble tout sacrifier au style, le sens passant le plus souvent à la trappe. Or, en littérature, tous les grands stylistes ont aussi une tête bien faite.

Certes, ce qui importe ce n’est pas ce qui est écrit mais bien… comment c’est écrit… mais lorsque Nabe abandonne ce comment, très vite on se rend compte que le fond de sa « pensée » reste très peu structuré, et relève plus de l’humeur que d’une opinion avisée et informée, fruit d’un vrai travail de réflexion, la fréquentation prolongée de Choron et de Harakiri n'ayant sans doute rien arrangé.

Il suffit simplement de revoir sa prestation de 1985 à l'émission « Apostrophe » de Bernard Pivot, pour s'en convaincre ; Nabe était venu présenter son premier ouvrage publié Au Régal des vermines; et d'aucuns ajouteront : « Nabe était aussi venu parfaire, ce soir-là, en direct, une crise d'adolescence qui n'en finit pas » - il a alors 25 ans -.

Lire la suite…

Source : http://penseraupluriel.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/0...

3. Chatencrier renversé.GIF

 

14. L'homme - Nabe.jpg

 

 

 

Marc-Édouard NABE

L’Homme qui arrêta d’écrire

Nabe – Janvier 2010

695 pages

 

 

Ces réserves faites, qu’en est-il, à mes yeux du moins, de la Divine comédie version Nabe ?

Que son auteur a la même qualité qu’Atlas-Lippert : quand on y met le nez, on va jusqu’au bout. Nabe sait empoigner et retenir son lecteur, pour ne le lâcher qu’à la dernière page, même s’il arrive au lecteur de grincer des dents en cours de route. Soit dit en passant, le fait que deux auteurs brillants, arrivés tous deux dans la cinquantaine avec un nombre à peu près équivalent de livres à leur actif en soient réduits à s’auto-éditer suffirait à juger une époque et sa « civilisation » prétendue.  Le parallèle s’arrête là Nabe et Lippert sont politiquement aux antipodes, et si l’un en a presque trop à dire et l’autre pas assez, ce n’est pas ici qu’on va entreprendre de les comparer.

Donc, L’Homme qui arrêta d’écrire c’est Nabe lui-même qui, lourdé par son éditeur, se dit qu’il ne s’est jamais, pendant vingt ans, arrêté d’écrire et voyez le résultat, eh bien, maintenant, il va le faire.

Et se met à écrire, par le menu, ses sensations et sentiments d’homme qui n’écrit plus.

Sorti de chez lui pour acheter un beefsteack, il est reconnu et accosté par quelqu’un qui l’a vu à la télé. Bien sûr, Divine comédie oblige, c’est Virgile. Qui s’appelle en réalité Jean-Phi mais qui s’est trouvé ce pseudo sur Internet, sans savoir le moins du monde qui « Virgile » peut être et qui s’en fout mais qui trouve que ça sonne bien. Et qui entraîne l’esclave auto-affranchi des éditions du Rocher dans un périple aussi divin qu’éprouvant : les neuf cercles de l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis. Tout ça dans Paris intra-muros. Pas un pied dehors. Mais aussi dans Internet : c’est sans doute un des tout premiers romans sur le Web considéré comme un avatar de l’Enfer. Enfer mais caverne d’Ali Baba d’archives dit Nabe, qui précise non sans pertinence : « La virtualité ne remplace pas la réalité comme les réacs le prétendent, elle est là pour remplacer l’imaginaire ». Oui, et pas que sur le Web, allez voir chez Michele Serra (c’est plus bas).

Incidemment, on sera un peu surpris qu’un anti-sioniste aussi convaincu entame son périple par une virée chez H & M. Peut-être est-ce pour qu’on soit bien sûrs d’être en Enfer ? N’empêche qu’il s’y achète un caban. Framboise.

Virgile, blogueur quasi analphabète s’avère quand même être en possession temporaire du manuscrit original du Voyage au bout de la nuit, que son acquéreur milliardaire l’a chargé de numériser. Et il déambule dans Paris avec ça au bout du bras. On nage en plein conte de fées virtuel.

On ne pourra pas reprocher à Nabe de ne pas connaître ce qu’il y a de pire dans l’ex-Ville Lumière ou d’en parler par ouï-dire. On sent le familier des lieux. Tout y passe : La Baron, Chez Colette, le Train bleu, le Palais de Tokyo, l’Hôtel Amour… Et si tout n’est pas vrai, beaucoup des damnés qu’on croise sont des vrais, sous leur vrai nom avec une lettre espièglement remplacée par une autre. Philippe Soller, Bernard-Henri Levit, Dan Frank, Frédéric Begbedé, Raphael Sorrin et Pierre Asouline, Éric Nauleau, Laurence Bocolini et Philippe Candelerot, etc. etc. Pas un roman à clé, plutôt à têtes de pipes. Je ne balance pas sur vous, je ne diffame pas, j’invente à partir de vous, et le bon con de public se demandera si vous êtes comme ça ou pas, nani nana.

Les neuf cercles ? Vernissages d’art moderne, premières théâtrales, fermetures de cinémathèques pour toujours, restaurants tendance où on se retrouve entre soi (l’Enfer, c’est les autres), publicitaires, clubs échangistes, conférences de presse qui tournent à la catastrophe, sauvées par une paëlla, brain stormings de patrons de presse, télévision… il avait l’embarras du choix. Mais il ne les compte pas - pas de chapitres  -, il sautille d’un fléau à l’autre, en habitué.

Parfois, le commensal des damnés pointe le nez. Aux Abesses, Nabe et Jean-Phi croisent un clochard qui sent la fleur d’oranger : « J’en veux pas à ton oseille, fils ! lui répond le clodo. Je suis riche, je suis le gardien de la mémoire des martyrs de la Butte… » [C’est vrai qu’ils sont sur la Butte rouge] «… Patachou, Mouloudji, Brasseur ! Tout le quartier m’appartient. » . Dante muscadin.

Mais parfois, la star-et-plaie des talk shows s’arrête de crachoter sur ce qu’il ne comprend pas et se rappelle qu’il a été autre chose :

 « Moi quand j’avais dix-huit ans, je n’avais pas Internet, lui objecté-je. J’étais obligé de prendre le train de ma banlieue, puis de faire la queue devant la bibliothèque de Beaubourg, pour y passer des heures à farfouiller. Je ressortais avec quelques photocopies rayées de poèmes, de textes, je partais frustré de ne pas avoir réussi à trouver ce que je voulais. J’étais obligé de faire des pieds et des mains pour obtenir une cassette pourrie, un bout de vidéo, un morceau de revue... Évidemment je suis conscient que c’est beaucoup mieux de l’avoir tout de suite, mais uniquement pour ceux qui savent s’en servir et qui en ont vraiment, non seulement besoin, mais envie. J’espère que Google n’enlève pas l’amour énorme qu’il faut à un jeune homme pour chercher tout ce qu’il rêve de trouver. C’est juste que je crains que la facilité annule l’amour, car pour savoir bien utiliser une connaissance, il faut qu’il y ait de la passion prise dedans comme du chocolat dans un BN. »

Des passages où l’indignation est sincère et contagieuse. La cinémathèque de Chaillot va fermer. C’est la dernière séance puis la « fête » :

« Ce soir, Langlois et Rouch feraient un carnage, au milieu de cette surboum de post-pubères ineptes, ignorants du cinéma qui ne palpitent pour rien, ne voient des films que comme des films, sans aucune magie. Ils les auraient maudits comme ils le méritent. »

Et ils auraient vomi sur Philip Catherine, qui donne un coup de pied dans un chat. Nabe n’est pas assez vipérin pour inventer ça.

Mais il n’y a pas, dans ces Mystères de Paris new look que les pantins à la mode. Il y a les personnages inventés par l’auteur : Adam X, ancienne star du porno, qui a la nostalgie de cette époque révolue (on ne savait pas), Pat, le styliste noir et gay, admirateur d’un des Besson, Magali, la prostituée ivoirienne, qui économise pour échapper à son mac et rentrer au pays. Côté jeunes filles, il y a Zoé, la jeune arabe et sa sœur Kahina, Liza, qui finit toutes ses phrases par « je rigole », surtout quand il n’y a pas lieu de rigoler, et bien entendu Béatrice, qui s’appelle Emma. Toutes ces femmes ont en commun de vouer aux écrivains en général et à Marc-Édouard Nabe en particulier une admiration qui confine à l’idolâtrie. N’hésitez jamais à dire du bien de vous-même, parce que si vous comptez sur les autres… Et n’écoutez pas ceux qui vous traitent de narcissiste infantile, ce sont des jaloux.

Deux mots en passant sur le Paradis. Je l’ai trouvé bien inférieur à l’Enfer. Est-ce l’idée que s’en fait Nabe ? Est-ce l’endroit où il le situe ou les deux mon général ? Ce n’est pas parce que les Champs-Élysées s’appellent ainsi qu’il y pousse des asphodèles. Ni qu’ils ne sont pas un des endroits les plus sinistres de Paris. On peut avoir vécu heureux sur la rive droite et ne point partager la prévention idéologique de Nabe contre la rive gauche. Bref, son Paradis autour de l’Étoile… grand bien lui fasse ! Mais si on peut choisir une fois morts, on va ailleurs. « Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoutez pas les autres », chantait Maurice Chevalier. Très juste. Au fait, le Père Éternel tiendra-t-il compte des préférences de chacun ?

Quelques passages du livre qui me restent plus que les autres en mémoire, pour finir :

Celui de la rencontre avec Alain Delon dans le parc du Marigny. Là, l’énorme cabot devenu vieux et l’énorme cabot vieillissant posent, pour un moment, masques et cymbales, pour jeter un coup d’oeil en arrière qui ne manque pas de profondeur - assez touchant même, par moments - sur les acteurs, l’art et le temps qui passe. Vous rappelez-vous Alain Delon et Gérard Depardieu regardant, ébahis, Vladimir Poutine chanter Blueberry Hill ? C’est un peu pareil. On se dit que tout n’est pas si nul après tout quand les cabots sont capables de redevenir pour un instant les petits garçons qu’ils ont été « avant ».

Une tranche de franche gaîté : quand Willem entraîne Nabe dans une assemblée où tout le gratin de la presse nationale s’est réuni pour essayer d’arrêter l’hémorragie de lecteurs que lui vaut Internet… croit-il. Ils sont venus, ils sont tous là : Val, July, Joffrin, Plenel, Kahn, Demorand, Giesbert, dont les canards font faillite et qui décident d’aller à la pêche aux lecteurs à coups de cadeaux bonux risibles, sans voir un seul instant que leur médiocrité est la cause de leur déconfiture. Et, bien entendu, leur servilité à toute épreuve. C’est un grand moment. Ponctué des gesticulations de Willem, qui essaie de refiler à Nabe le dessin de couverture qu’il lui a promis pour le livre qui ne paraîtra pas.

 

15. L'antique et prestigieuse société secrète de Ceux qui tirent les ficelles xx.JPG

Le passage enfin auquel j’ai trouvé le plus de brio, même si les fourchettes et les couteaux des Veda m’ont laissé un plus grand souvenir, est celui où Nabe « se paie » Salim Laïbi, « complotiste ». Là, sa verve s’en donne à cœur joie. Et c’est vrai qu’il est agaçant de voir les humiliés et les offensés faire des fixettes sur la forme transitoire que prennent à un moment donné (le nôtre) les sempiternelles associations de malfaiteurs, se focaliser comme des maniaques sur les francs-macs, les Bilderberg et autres Illuminati. C’est vrai que la CIA et tout ça… mais les églises aussi, et la FIFA, et les syndicats, voire les associations de commerçants ou d’agriculteurs. Ce n’est pas la forme qui fait la malfaisance, ni le secret, qui est de polichinelle. Et c’est vrai qu’ils devraient méditer le conseil d’Oscar Wilde (chercher la racine des maux et laisser tomber les symptômes). Cela dit, pour brillant que soit le passage, c’est quand même un peu l’hôpital brocardant la charité.

16. Ben Laden Pour Nabe.jpg

Car Nabe, de son côté, croit que c’est Ben Laden qui a fait sauter trois tours avec deux avions et deux cutters pour montrer aux Zuniens de quel bois il se chauffait. Geste cocoriquesque à la française s’il en fut et aussi éloigné de la mentalité arabe que possible. (Si c’était faisable et utile, Nasrallah l’aurait fait.) Mais, que voulez-vous, il les aime… et les croit assez bêtes pour n’avoir pas prévu les conséquences d’un tel acte, ou assez crapuleux pour, les prévoyant, l’avoir fait quand même. L’amour est aveugle.

Quoi qu’il en soit, sa tête de Turc (arabe) a du répondant et sur le vrai site du vrai Laïbi, Nabe est « le nabot » et se fait traiter à son tour de « jet setteur christique », ce qui est assez méchant parce qu’assez bien vu.

Et nous qui nous plaignons de n’avoir pas vécu au temps où Voltaire et Fréron s’envoyaient des vannes !

13. Dostoievski Nabe.jpeg

Dostoïevski vu par Nabe

En résumé, et pour abréger un débat qui n’en finit pas. Qu’est-ce qui, malgré son talent et même ses talents multiples, empêche Nabe d’avoir du génie ?

D’abord, tout ce qu’a dit Uleski, vous n’aviez qu’à lire. J’y ajouterai une chose : le manque d’ambition.

Pour son malheur, le gamin précoce et gâté monté de Marseille à Paris sa guitare sous le bras, est tombé la tête la première dans un nid de faux-bourdons : L’Idiot international. Et ne s’en est jamais remis. Tel un Perceval le Gallois échappé à sa mère voyant surgir au coin d’un bois des reîtres en armure et les prenant pour des anges. Nabe n’a rien su imaginer au-dessus de ce qu’il voyait. C’est pourquoi il est un petit-maître post-hussardien et pas Louis-Ferdinand Céline.

Céline lui-même a eu des handicaps terribles : marque paternelle, reçue à un âge trop tendre, de petit-bourgeois râleur aux œillères sur les côtés et par devant ; manque du savoir historique et politique resté inaccessible à ceux de sa classe et de sa génération ; ambition pathétique de se faire accepter par la grande bourgeoisie qui n’accepte jamais ceux qui n’y sont pas nés, mais qui les veut bien comme boucs-émissaires.

Nabe est d’une ignorance crasse en histoire et d’une bêtise abyssale en politique. Par choix ou par paresse. Sans les circonstances atténuantes de Bardamu. Il a pris pour modèle un dandysme égoïste de bourgeois « nés » refermés sur leurs privilèges et s’est donné un mal de chien pour s’en faire accepter. Tant pis pour lui. Imagine-t-on Céline membre d'une coterie ? Ou Marcel Aymé ? Sans la Geôle de Reading et la catastrophe attirée par lui-même sur sa tête, Oscar Wilde n’aurait jamais été qu’un dandy adroit de sa plume. Comme Dantzig, Murray, Hallier, etc. Le creuset d’où sort le génie n’a que faire de l’égoïsme ni de l’égocentrisme.

3. Chatencrier renversé.GIF

17. L'ENCULÉ.JPG

 

 

 

Marc-Édouard NABE

L’Enculé

Nabe – septembre 2011

250 pages

 

 

L’Enculé est une pièce de circonstance, un billet d’humeur de 250 pages. On peut dire aussi un pamphlet (sûr d’être traité d’antisémite, vu la personnalité de l’auteur et les réflexes pavloviens de ceux qui ne l’aiment pas).

Je l’ai lu parce que je me demandais ce qu’on pouvait encore bien trouver à écrire sur DSK qui n’ait été dit mille fois. Mais, avec Nabe, on n’est jamais déçu.

Sa trouvaille est d’avoir fait raconter l’histoire par DSK lui-même, à la première personne, sans sauter aucun fait. Et de le rendre plus avenant qu’il n’est dans la réalité. Le queutard atteint de priapisme capable de pousser des milliers de gens au suicide avant de se laver les dents ou en attendant son tour chez le coiffeur devient, dans l’Enculé, un gros frère de Nabe. Qui va jusqu’à discuter le bout de gras dans la rue avec la gamine de Nafissatou Diallo.

Mais aussi, la cible de Nabe dans ce livre n’est-elle pas DSK lui-même, c’est Madame. Elle qu’il se farcit, sur elle qu’il déchaîne sa verve antisioniste, et, croyez-moi, elle a du souffle. Quelle jubilation supplémentaire de pouvoir mettre les verges, si on ose dire, dans la bouche de l’époux. Sioniste aussi, certes, mais beaucoup moins, parce que, d’abord, né en Afrique du Nord. Et puis, quand on est au PS, que voulez-vous qu’on fasse d’autre ? Toutes les circonstances atténuantes.

Ne débordant pas moi-même de sympathie pour Anne Sinclair, qui exsude physiquement la dureté et la rapacité (on se demande ce qu’ont regardé tant d’hommes à la télévision… ses yeux ?) et estimant qu’elle est assez grande, assez puissante et assez épaulée, sans avoir besoin de solidarité féminine, je ne cracherai pas sur le pamphlétaire et la laisserai se débrouiller toute seule.

Pour sa part, le personnel politique de tous bords prend dans l’aventure quelque coups amplement mérités pour ses capacités ès retournements de vestes et son art de laisser tomber les copains dans la débine.

J’ai apprécié L’Enculé parce que j’ai un faible pour les gens qui savent manier l’invective. Je continue à préférer les maîtres incontestés du genre que furent Marat et Debord, mais Nabe fait des efforts.

3. Chatencrier renversé.GIF

Genre d’Arabes que Nabe devrait lire, au lieu de s’ébaubir devant les Ben Laden que lui refilent les merdias de grands chemins chez qui il se laisse inviter.

19. Ziad Fadel.jpg

Ziad Fadel – Syrian Perspective

http://syrianperspective.com/2016/06/british-supported-te...

20. Jonathan.jpg

Jonathan Azaziah - Mouqawamahmusic

http://mouqawamahmusic.net/refugees-of-rap-french-funded-...

 

2. Little cat writing.gif

Yannick Bosc

La terreur des droits de l'homme.

Le républicanisme de Thomas Paine et le moment thermidorien.

 

21. couverture-du-livre-de-Yannick-Bosc.jpg

 

 

 

Yannick Bosc

La terreur des droits de l'homme. Le républicanisme de Thomas Paine et le moment thermidorien.

Paris, Kimé, 2016.

297 p.

 

 

[Ceci aurait dû suivre un article consacré à Mme Lacroix-Riz, qui a déménagé dans un autre post et servi en quelque sorte et comme souvent d’avant-garde.]

Puisque nous sommes chez les historiens, restons-y. Celui-là non plus, je ne l’ai pas encore lu. Mais je vais le faire, avec d’autant plus de curiosité que je n’ai jamais su quoi penser au juste de Thomas Paine : avoir survécu à Thermidor n’est pas vraiment un brevet d’intégrité, même si certains, parmi les moins soupçonnables, ont réussi à « passer outre ». Mais tant d’étrangers élus à la Convention n’ont été, alors, que des instruments de la contre-révolution… Et puis j’avais en tête un Paine ambigu de Harvey Keitel dans la superbe Nuit de Varennes, d’Ettore Scola. Ou ma mémoire me jouait-elle des tours ?

 

 

3. Chatencrier renversé.GIF

 

22. Yannick-Bosc.jpg

Yanik Bosc anime, avec quelques-uns de ses confrères, le remarquable site http://revolution-francaise.net/ : rien de ce qui concerne cette période cruciale de notre histoire ne leur est étranger, et leur science est de meilleur aloi que la réserve d’or de Fort Knox, à supposer que Wall Street y ait laissé quelque chose. C’est là, chez les spécialistes de « la Gueuse », que je suis allée chercher la présentation du livre.

3. Chatencrier renversé.GIF

« C'est en s'entraînant à modifier le regard
qu'on obtiendra de nouvelles vues des choses. »
Jean Dubuffet, Bâtons rompus, 1986

Thomas Paine est le personnage principal de cette histoire qui se déroule pendant la Convention thermidorienne, au cours du débat constitutionnel de l'été 1795, à un moment stratégique de la Révolution française. Pourtant, ni le principal protagoniste, ni la Constitution de 1795 ne semblent de prime abord nous placer au cœur de l'épopée révolutionnaire telle que nous avons l'habitude de l'entendre racontée. Rares sont en effet les historiens qui ont étudié le rôle de Thomas Paine dans la Révolution française. Ils sont encore moins nombreux à s'y être intéressé dans le moment thermidorien, cette période d'entre-deux qui suit l'exécution des robespierristes après le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) et engendre le Directoire. Outre le fait que cette étude se focalise sur un acteur certes célèbre mais apparemment périphérique et une période qui le semble également, elle perturbe encore le récit classique en associant ce qui est ordinairement dissocié : la Terreur et les Droits de l'homme. Pour comprendre ces paradoxes penchons-nous d'abord sur Paine qui en est un à lui seul.

Lire la suite…

Source : http://revolution-francaise.net/2016/03/12/646-la-terreur...

 

2. Little cat writing.gif

 

Henri Guillemin sur Georges Simenon

Articles parus dans La Bourse égyptienne

en 1938

Oui, on a ici un faible pour les historiens. Mais là, je vais vous parler d’un livre qui non seulement n’existe pas encore mais n’est pas non plus un travail d’historien, puisqu’il s’agit d’un recueil d’articles écrits, avant la guerre, par un historien qui fut aussi prof de lettres.

En 1938, Henri Guillemin a enseigné la littérature française à l’Université du Caire, comme son homologue britannique Robert Graves avait enseigné l’anglaise en 1926 à l’Open University. Mais pendant qu’il était là, Guillemin a donné, tous les samedis, à un journal cairote, une chronique de l’actualité littéraire française. Elle devait plaire, car elle a continué à paraître pendant plusieurs mois après son retour en France. En tout : 98 articles, qui dormaient dans les archives de la BNF, où le Pr. Patrick Berthier est allé les copier dans l’idée d’en faire un livre. Qui paraîtra, dieuseulsaitquand, chez Utovie.

C’est avec un rétrospectif effarement (surtout vu d’ici) qu’on se rend compte qu’en cette seule année 1938, Sartre a donné La Nausée, Malraux L’Espoir, Bernanos Les grands cimetières sous la lune, Queneau Les enfants du limon et Céline Bagatelles. Et c’est sans compter Simenon, qui, lui, n’a pas donné moins de dix romans, au rythme d’un par mois.

L’association « Les Amis d’Henri Guillemin » a obtenu la permission de reproduire quelques extraits de ces Chroniques du Caire et commence précisément par les trois articles consacrés à Simenon.

Mais cédons-lui la plume, en la personne de M. Patrick Berthier lui-même :

 

23. HG Simenon - 1.JPG

« Après l’obtention de son titre de docteur ès-lettres, Henri Guillemin, jusqu’alors enseignant dans le secondaire, est nommé à l’automne 1936 professeur de littérature française à l’Université du Caire. L’Égypte est un royaume indépendant depuis 1922 mais l’influence britannique y demeure très forte en politique ; du côté français, c’est plutôt une présence culturelle : les Égyptiens cultivés parlent souvent français et/ou sont francophiles. L’élite économique du pays lit notamment un quotidien entièrement publié en français, La Bourse égyptienne (son titre dit qu’il n’est pas de gauche).

Au bout d’un an d’enseignement, et déjà connu d’un plus vaste public que celui de ses étudiants par quelques conférences, Guillemin se voit proposer en octobre 1937 une tribune de critique littéraire dans ce journal. Même si, élu à la faculté des lettres de Bordeaux, il quitte son poste du Caire dès l’été 1938, il continue pendant encore un an d’envoyer ses articles, et ce sont finalement 98 chroniques du samedi qui paraissent dans La Bourse égyptienne, du 7 novembre 1937 au 22 octobre 1939. Considérées une par une, elles ne sont pas toutes pour nous, aujourd’hui, du même intérêt, mais leur ensemble est souvent passionnant. Guillemin lit et commente ainsi, dès leur sortie de l’imprimerie, L’Espoir de Malraux ou La Nausée de Sartre, Bagatelles pour un massacre de Céline ou tout ce que publient alors un Mauriac ou un Bernanos.

Les ami(e)s d’Henri Guillemin ont décidé de faire profiter leurs lecteurs de la fleur de ces articles, en proposant à intervalles réguliers des présentations sélectives propres à donner une idée fidèle des sujets abordés, du ton et du style de Guillemin, de ses idées de cette époque face à la littérature et aux idées contemporaines. Et nous commençons par Georges Simenon, qu’alors Guillemin ne connaît pas personnellement, mais dont il deviendra plus tard l’ami et l’admirateur.

 

24. La-Bourse égyptienne.jpg 

Trois fois dans sa chronique égyptienne, Guillemin parle de romans de Simenon récemment publiés : L’Assassin le 2 janvier 1938, Chemin sans issue le 26 juin 1938, et Le Coup de vague le 3 septembre 1939. Il les aborde tous les trois de la même façon : une longue entrée en matière générale (à peu près la moitié de l’article), suivie d’une analyse de l’intrigue réduite à ses éléments nécessaires, surtout dans le troisième cas où deux colonnes seulement, sur les cinq de l’article, sont consacrées à Simenon (les trois autres concernent Nous autres Français de Bernanos, voisinage qui, soit dit en passant, donne la mesure de l’estime de Guillemin pour Simenon, ainsi placé à égalité avec un romancier et polémiste reconnu).

Lire la suite… 

Source : http://www.henriguillemin.org/evenements/quand-guillemin-...                 

Les trois articles sont ICI en pdf.

 

2. Little cat writing.gif 

Deux livres italiens pas encore traduits.

Guettez-les, ils en valent la peine !

 

Michele Serra

Ognuno potrebbe

En écho à la formule obamaesque « we can », Michele Serra répond « Tout le monde pourrait » mais constate que personne ne fait. Et le déplore. C’est le sujet de son livre, celui de la faillite d’une génération – deux sans doute – et d’un déclin aussi irréversible qu’accepté. C’est aussi une satire féroce du narcissisme digital endémique, symptôme et non racine du mal.

 

25. Serra Ognuno potrebbe.jpg 

 

 

Michele SERRA

Ognuno potrebbe

Feltrinelli – Octobre 2015

152 pages

 

 

 

 Jules, ébéniste, 60 ans et Marie, ménagère ex-actricette, 40 ans, n’ont jamais eu d’enfant. Et voilà que la cigogne leur en apporte un sur le tard. Ce sera Jules-Marie, enfant de vieux, dans une région qui fut belle, active et prospère (la vallée du Pô), et qui n’est plus aujourd’hui qu’une étendue sinistrée couverte de capannoni à l’abandon et de ronds-points.

 

25 bis.capannone.jpg

 

Un « capannone » est un hangar industriel ou semi-industriel, une construction cubique utilitaire sans relation avec la nature environnante, posé arbitrairement dans un paysage qu’il sert à ruiner. Les agrégats de capannoni sont, en Belgique, appelés « zonings ».

2015. Jules est mort à son établi, d’infarctus foudroyant. Son, voisin et ami, Squarzoni, fraiseur-tourneur, continue à faire miauler son tour et à limer des pièces qu’on ne lui commande plus, par habitude. Jules-Marie a fait des études, va sur ses 36 ans et vit toujours avec sa mère bien qu’il soit en puissance de petite amie « belle, noire et blanche comme une actrice du muet » nommée Agnès, qui travaille au bar des « Trois pins » (un capannone flanqué de deux cyprès), qu’elle fait tourner avec une collègue sibérienne.

Jules-Marie aurait pu être ébéniste comme son père, mais l’idée ne lui en est jamais venue. Étiqueté chercheur-anthropologue, il se rend chaque jour à l’université où, en équipe avec Ricky, il étudie, minute et classe par catégories, l’exultation des footballeurs après le goal, CDD hautement scientifique et productif censé justifier une allocation de survie de 700 € par mois. Ricky, incurable optimiste, est très satisfait du cours des choses, Jules-Marie beaucoup moins, mais il ne voit pas comment le changer.

Un jour, rentrant chez lui par l’autoroute à bord de sa vieille Ford en ruines, il tombe sur un  barrage qui l’expulse vers une route secondaire, où il s’égare au premier rond-point. « Perdu, à quelques kilomètres de chez moi, sur des routes où je circule depuis toujours. » Mais d’où les ont-ils sortis ces ronds-points ? Des ronds-points et des cubes, voilà ce qu’est devenu son pays (qu’il appelle Capannonia). Son GPS – une voix de jeune fille dans une guimbarde hors d’âge ! – n’arrête pas de lui dire de tourner en U. Malin ! Après une demi-heure d’errance, il décide de remonter sur l’autoroute et d’aller voir ce qui a provoqué le détournement. Un accident sans doute. Mais… pas de police, pas de pompiers, pas d’ambulance au bout de tout ce temps ? Il tombe sur un attroupement. L’« accident », c’est un sanglier mort. Fauché par une voiture, à des kilomètres du moindre bosquet ! Et pourquoi ne l’a-t-on pas déplacé ? Parce que tout le monde est occupé à téléphoner et à demander leur avis à des interlocuteurs lointains sans un regard pour ses voisins. Les nécrophones d’Atlas sont devenus, chez Serra, des égophones, traduction littérale d’IPhone. Chacun dans sa bulle, chacun mort au reste du monde à moins qu’il soit lointain, se livrant à des supputations insensées sur la présence du sanglier.

Jules-Marie est effaré. Lequel de ces zombies va pouvoir lui indiquer par où il doit passer pour rentrer chez lui ?  Déjà, la veille, il a dû foncer aux urgences, où Agnès avait été transportée. Occupée à téléphoner en marchant, les yeux sur son bidule ou sur ses pieds comme ils font tous, elle a traversé droit dans un cycliste. « On en a plusieurs par semaine » dit l’infirmière. « Heureusement, ce n’était pas un camion ».

Serra-Jules-Marie n’aime pas les GSM. Il n’aime pas non plus les selfies, mais on est anthropologue ou on ne l’est pas. Il a cherché à savoir d’où vient ce mot et il a trouvé : de l’argot des adolescents US pour qui un selfie est une branlette. En effet.

La trame du livre est ultra-mince. Il s’agit de vendre l’atelier de Jules car les fonds familiaux baissent, vente qui ne va pas de soi parce qu’il abrite une encombrante réserve de bois d’essences diverses dont on ne sait pas quoi faire. Au fil du temps, Squarzoni lui a appris à les reconnaître, à l’aspect et à l’odeur. « Sais-tu que tu as encore du macassar et que c’est une rareté ? » « Ah ? ». « Sais-tu que plus on s’approche de l’Équateur plus les bois deviennent sombres, et que plus on s’approche du Pôle, plus ils sont clairs ? À un bout l’ébène, à l’autre le bouleau. » « Ah ? »

Les personnages sont de petites eaux-fortes. L’agente immobilière lettonne, que Squarzoni appelle « la Russe ». Le couple de vieux-jeunes quasi clones de Jules-Marie, qui « organisent des événements » et voudraient louer pour un jour. « Je m’occupe de food » dit-il. « Nous faisons des démonstrations de cuisine naturelle » dit-elle. L’acquéreur potentiel genre Tapie du pauvre, qui dit « Pas de problème. On va bazarder tout ça », à un Jules-Marie surpris de découvrir qu’il aimerait mieux mettre le feu au hangar de son père que le vendre à ce sagouin. Et pour finir, le Chinois. Ce n’est pas qu’on soit racistes, mais un Chinois dans une voiture allemande hors de prix, qui sent l’argent traditionnel à plein nez, porte avec aisance un costume bien coupé et parle italien sans accent, c’est incongru. Pas vraiment ce à quoi on s’attend… « Tiens, vous avez encore du macassar ! », et d’expliquer que, oui, il s’y connaît en essences de bois. Le bois, c’est une tradition dans sa famille. Problème : il le lui faudrait d’une surface double, le hangar. « Il y a celui du voisin » glisse la Lettonne. « Squarzoni ne vendra pas » dit Jules-Marie. « J’irai le voir demain pour lui expliquer » promet le Chinois.

Dernière page du livre : Jules-Marie entend, dans sa tête, miauler pour la dernière fois puis s’arrêter le tour de Squarzoni. Ils ont l’un et l’autre vendu au Chinois.

Constat de la faillite d’une génération. Recherche des causes (on est anthropologue ou on ne l’est pas).

Tous, tant que nous sommes, on pourrait. Mais on ne fait pas et rien ne se passera. Il n’y a pas de mystères ni de causes secrètes.

Déclin de l’Occident.

Demain la Chine.

3. Chatencrier renversé.GIF

Extrait

Le sanglier gît, sombre dans l’obscurité. Pour bien le voir, il faut s’en approcher à quelque pas. Il me semble énorme, surtout la tête, dont l’unique œil visible, minuscule et grand ouvert, reflète la lumière des lampes-torche comme une étincelle inexplicable dans tout ce noir. Sur la croupe, le poil hérissé laisse deviner la force de l’impact, mais l’ensemble est incroyablement composé. Il n’y a pas de sang. Les pattes sont étendues et droites. La voiture doit l’avoir pris de plein fouet, le tuant pour ainsi dire dans sa totalité, sans le massacrer. Les défenses aussi sont intactes. Je touche les soies, elles sont dures comme de la brosse. De près, le museau est vraiment démesuré, presque aussi grand que le corps. C’est la monstrueuse disproportion entre la tête armée de défenses et le reste du corps qui donne son aspect menaçant au sanglier et surtout à sa course : la charge d’une tête énorme presque suspendue dans le vide. Une silhouette incongrue, comme celle des bêtes de la mythologie, faites de plusieurs créatures différentes : sur un corps nerveux, véloce, presque de chien, une tête lourde et pesante de porc.

Une bête d’ailleurs, quelle qu’elle soit, est étrange dans un lieu pareil, tant n’importe quelle apparition de la nature y est désormais incompréhensible.

Je demande à un homme âgé ce qui se passe. Sans même me regarder, il répond « vous le voyez bien », explication typique par ici, réfractaire à la rhétorique, à la confidence, à l’affabilité et, en somme, à toutes les sottises futilement sentimentales qui font inutilement traîner les conversations. Je me sens donc chez moi, au milieu des miens, dans un certain sens rassuré, parce que l’impolitesse, chez nous, n’est pas une manifestation d’hostilité : c’est une espèce de signe de reconnaissance entre malgracieux. Presque un lien identitaire. Tu es malpoli ? Ben, alors, tu es des nôtres. Ça signifie que tu n’as pas de temps à perdre.

Pendant un instant, grâce à ce vieux, la scène absurde d’un sanglier mort qui interrompt la circulation de la moitié d’une région me paraît plus ou moins admissible. Il suffit d’un « vous le voyez bien », au fond, pour la justifier. Il y a un sanglier mort. Tôt ou tard, quelqu’un va l’enlever, et nous serons à la maison à temps pour souper. C’est tout. Mais la sagesse à deux sous qui fut un temps la marque de notre peuple laborieux est un préambule trompeur. Parce que, aussitôt après, les autres membres de l’assistance prennent la parole et voilà qu’entre en scène, bien  plus prolixe, bien plus communicative, la nouvelle Capannonia. La nouvelle humanité qui l’habite et qui, de rond-point en rond-point, l’innerve de sa nouvelle science inquiète.

Un type plus ou moins de mon âge, les mains enfoncées dans un coupe-vent noir, dit que ce sont les militants défenseurs des animaux. « Ils lancent des sangliers de leurs camions et des sacs pleins de vipères de leurs hélicoptères. »

Sans lever les yeux de son égophone, une fille blonde et nerveuse réplique (si le verbe répliquer a un sens, s'agissant d'assertions auto-suffisantes, sourdes à ce qui les précède comme à ce qui les suit) que le sanglier a dû s’enfuir d’un laboratoire qui pratique la vivisection, ou alors d’un cirque.

Un troisième, dans la cinquantaine, ricane, sarcastique, qu’on ne nous dira de toute façon rien de clair, parce qu’« on » a bien soin de tout nous cacher.

Un quatrième homme, corpulent et d’âge indéfinissable, rendu mystérieux par un bonnet de laine enfoncé jusqu’aux sourcils, dit que les sangliers perdent le sens de l’orientation, à cause des chemtrails que lâchent les avions militaires.

Un cinquième homme parle avec concentration dans son égpophone, faisant signe aux autres, de sa main  libre, de ne pas s’approcher du sanglier et de se taire ; il leur fait comprendre qu’il est en train de se renseigner auprès de ses sources super-fiables pour savoir ce qu’il faut faire, au cas où l’animal serait contagieux.

Une dame, enfin, la mise en plis toute fraîche et paradoxalement joyeuse, continue à demander ou peut-être à se demander à mi-voix « mais c’est quoi comme bête ? », comme si le mot sanglier n’avait pas résonné à tous les échos depuis un bon bout de temps, comme si le seul élément d’accord conciliant entre les présents n’était pas justement que cette bête est un sanglier, était un sanglier avant de mourir et reste un sanglier maintenant qu’il gît, énorme et sombre, à nos pieds. Il est évident qu’à cette dame, échappe complètement jusqu’au fil ténu de la conversation (si on peut dire), cette dame représente la forme la plus aboutie de l’autisme sublime qui annule, alentour, presque tout lien entre le monde matériel et sa perception, entre la réalité des choses et l’expérience des personnes. Le « mais c’est quoi comme bête ? » de la dame se situe à l’extrême opposé du sec « vous le voyez bien » que j’ai entendu prononcer, il n’y a qu’un  moment, par le premier orateur de la soirée. C’en est le démenti définitif, l’antithèse parfaite. Non, elle ne le voit pas que c’est un sanglier, même si on lui mettait sous le nez une pancarte avec SANGLIER écrit en majuscules, même si le sanglier en personne, se réveillant pour l’occasion, lui disait « Madame, croyez-moi, je suis un sanglier ».

Du fait que presque tous ont une oreillette et qu’en parlant, ils gardent les yeux soit sur leur égophone soit sur le sanglier, rarement sur le visage des autres, il est difficile de dire, de la moindre phrase, si elle s’adresse aux présents ou à quelque interlocuteur lointain. C’est comme si la totalité des mots jetés au vent l’était en direction du premier auditeur disponible pour la recevoir, que ce soit la soeur restée à la maison ou le type en chair et en os qui se trouve à cinq mètres. Est-ce parce que nous sommes agglutinés en rond, mais il me vient l’idée que la dizaine fortuite que nous formons est aussi une espèce de rond-point fait de chair et d’os, avec nos hypothèses diverses sur la présence du sanglier en guise de sorties, aucune vraiment bien indiquée et toutes sûres de nous fourvoyer. Les mots aussi sont devenus désorientants, ici, en Capannonie, comme tout le reste.

Il ne manque plus que la thèse du suicide du sanglier. Soit à cause d’un chagrin d’amour. Soit pour protester contre la nouvelle législation sur la chasse. Mais si notre groupe devait rester ici encore un peu, quelqu’un le suggérerait sûrement. De même que les autres hypothèses hasardées jusqu’à présent, il n’importerait pas que celle-ci soit juste ou même vraisemblble, parce que la fonction de ces paroles n’est pas de trouver une explication rationnelle à l’événement, autrement dit la présence du sanglier dans cette plaine, à on ne sait combien de kilomètres de la moindre broussaille. La fonction de ces paroles est de se montrer à la hauteur des circonstances, pas surpris, pas impréparés, mais informés, valeureux membres du cercle des «à moi, on ne me la fait pas ».

Je ne pourrais pas dire quand elle a commencé au juste, par ici, cette affaire du « à moi, on ne me la fait pas ». Elle courait peut-être déjà clandestinement, comme une bactérie latente, enkystée dans les sujets les plus suspicieux, les plus sensibles, pour s’insinuer ensuite dans tous les autres. Quoi qu’il en soit, tout à coup, comme par contagion, presque tout le monde a commencé à se sentir quelqu’un à qui on ne la fait pas et à découvrir des vérités occultes et des trames sordides, des choses que quelqu’un d’autre avait jusque là tenues cachée pour en retirer lucre et pouvoir.

Le problème est que le dévoilement de la trame en question émerge rarement du baragouin diffus, chose qui permettrait au moins à beaucoup, sinon à tous, de faire alliance contre le Mal, non, c’est une prolifération de trames, presque jamais compatibles, un grouillement de révélations, toutes plus mystérieuses et fastes l’une que l’autre ; en tapotant sur son égophone, n’importe qui est capable d’en faire sortir une vérité plus grave et plus insidieuse que celle que vient de découvrir le voisin.

C’est comme si tout le monde scrutait toujours au fond de son propre puits, tout le monde aux prises avec ses ténèbres intérieures, ses rumeurs suintantes personnelles émergeant des profondeurs, ses effluves caverneux. Imaginez-vous une plaine, grande comme l’est celle-ci, avec des millions de puits, et à chaque puits, une seule bonne femme ou un seul bonhomme qui regarde au fond, en marmonnant et en jurant. S’il ou elle relève la tête, c’est seulement pour annoncer aux autre que, dans son puits, on voit des choses que les autres ne s’imaginent même pas, et pour leur reprocher de ne pas être capables de les voir.

Preuve : dans cette assemblée improvisée autour de la bête morte et en dépit du fait que les différentes lectures de l’événement soient incompatibles (entre elles et avec l’évidence des choses), personne ne se dispute, personne ne discute même vraiment. Ainsi, ni le garçon qui accuse les militants de la défense animale ni la fille qui accuse un cirque, n’ont même considéré que leurs paroles, si approximativement que ce soit, auraient pu, mises ensemble, donner lieu à une discussion. Personne ne parle véritablement à personne et personne ne répond à personne.

Je remarque, mais seulement au bout d’un moment, un gamin silencieux. Quinze ou seize ans, vêtu d’une combinaison de mécanicien tachée de graisse. Grand, maigre, brun, les yeux très noirs fixés sur le sanglier, qui émettent le même lueur de torche électrique réfléchie. Il est juste à côté de moi et je lui demande à voix basse pourquoi il ne dit rien. Il me répond timidement : parce que je ne sais pas quoi dire. C’est à lui que je demande s’il connaît une autre route pour rentrer chez moi. Il me dit que oui et il me l’explique.

(pp. 34 – 39)

3. Chatencrier renversé.GIF

25 ter. Michele Serra.jpeg

Né à Rome en 1954, Michele Serra Errante, qui vit à Milan, est un écrivain, journaliste, scénariste de télévision et humoriste italien. Athée. Membre du PCI de 1974 à 1991, il a collaboré pendant de nombreuses années à l’Unità. S’étant inscrit en 1990, alors qu’il était encore membre du PCI, au Partito Radicale, aux Antiprohibitionnistes et aux Verts arc-en-ciel, alors que le PCI interdit à ses membres d’appartenir à d’autres formations, il en sort très vite, déçu, et redevient proche de la gauche communiste classique. C’est en 1990 aussi qu’il écrit, avec Beppe Grillo, le spectacle « Bonnes nouvelles » qui marquera les débuts du comique gênois.

En 1996, il entre au quotidien La Republicca, auquel il collabore toujours, ainsi qu’à l’Europeo, magazine appartenant au même groupe, jusqu’à sa disparition en 2013.

En 2000, lorsque l’Unità cesse de paraître, Serra écrit (dans les colonnes de La Repubblica) : « […] la mort de l’Unita pourrait rester dans les annales comme un exemple de crime parfait. Car crime il y a, et c’est la gauche dans son ensemble, du premier dirigeant au dernier des lecteurs, qui l’a commis en renonçant progressivement au fil des ans à croire en un journal qui fut intensément le sien et en cessant de l’acheter. » (« Il delitto perfetto », La Repubblica, 28 luglio 2000, pag.1)

Michele Serra a été candidat du PCI aux élections européennes de 1989, mais n’a pas été élu.

Ses activités tant politiques qu’artistiques, littéraires ou journalistiques sont si nombreuses qu’il est impossible de les résumer ici. Il n’a malheureusement pas de fiche Wikipedia en français, donc ni biographie ni bibliographie. Voir celles en italien ou en anglais.

 

2. Little cat writing.gif

Carlo Lucarelli

PPP

Pasolini, un segreto italiano

 

« Je sais. Mais je n’ai pas de preuve. Ni même d’indice. Je crois qu’il est impossible que mon « projet de roman » soit faux, qu’il n’ait pas de rapport avec la réalité et que ses références à des faits et à des personnes réels soient inexactes. Je crois, d’autre part, que de nombreux intellectuels et romanciers savent ce que je sais en ma qualité d’intellectuel et de romancier ; parce que la reconstitution de la vérité sur ce qui s’est passé en Italie après 1968 n’est après tout pas si difficile à effectuer. »

PIER PAOLO PASOLINI

C’est cette phrase qui a coûté la vie à Pasolini, alors qu’il terminait son « roman en projet » : Petrolio.

« En Italie, quand on ne sait pas quoi écrire, on fait un livre sur Pasolini », dit Carlo Lucarelli, auteur bien connu de romans policiers qui, lui, sait généralement quoi écrire. Et vous pouvez me croire, PPP – Pasolini, un segreto italiano  n’est pas juste un autre livre sur Pasolini.

Par sa forme, déjà : écrit comme un journal, à la première personne et comme au jour le jour mais sans dates, il pourrait s’appeler « Pasolini et moi », et même si ce n’est ni un polar ni un livre d’histoire, il relève quand même des deux genres. Or l’histoire, ici, est celle, obscure et violente des années de plomb, des attentats terroristes où l’Islam n’entrait pour rien mais si semblables à ceux d’aujourd’hui, des meurtres en masses et en détail jamais expliqués, des jambisés, des magistrats exécutés, des ministres enlevés dont on retrouvait le cadavre en plein midi dans un coffre de voiture et des banquiers découverts pendus à un pont de Londres. Cadavres exquis…

 

26. ppp_lucarelli.jpg

 

 

 

Carlo LUCARELLI

PPP – Pasolini, un segreto italiano

Rizzoli  - Octobre 2015

219 pages

 

 

 

Le livre commence en 1973. L’auteur a 13 ans. Couché à plat ventre et le menton dans les mains, il dévore de vieux magazines qu’il a trouvés dans le grenier où les rangent des parents qui ne jettent jamais rien. Au mileu d’un fouillis d’images (qui m’ont rappelé personnellement tant de choses), il tombe sur des phrases impénétrables, rageuses, attirantes : des phrases de Pasolini.

Le temps passe et, sans qu’il s’en rende bien compte, se dépose en lui et décante quelque chose de profond qui n’est pas seulement la passion des mots mais l’instinct d’un métier : « Suivre ce qui se passe, imaginer ce qu’on ne sait pas ou qui est tu, assembler des fragments épars, rétablir la logique là où régnaient l’arbitraire, la folie et le mystère ». Le Pasolini qui nous parle dans les pages de ce livre n’est pas le poète ni l’érudit, c’est celui de l’histoire civile, celui qui a dit qu’il savait et qui a été assassiné.

L’auteur, comme une espèce de Maigret humant l’air, tourne autour de ce Pasolini intellectuel, pris au filet de tant de haines. Il s’en imbibe. Et, petit à petit, à coups d’impressions intimes, d’analyses politiques et de reconstitutions historiques, il en arrive à cette nuit de septembre 1975 où fut consommé un crime politique.

 

29. Un delitto italiano.jpg

Un delitto italiano

Carlo Lucarelli, homme aux multiples talents, a animé pendant quelque temps une émission de télévision qui s’intitulait « Mystères italiens ». Jusqu’à ce qu’un confrère lui fasse remarquer qu’il n’y a pas de mystères en Italie, seulement des secrets. D’abord surpris, il a reconnu que c’était vrai, d’où son abandon  définitif du mot « mystères » et le sous-titre de son livre « Pasolini, un segreto italiano ».

Car, en effet, quand toutes les pièces du puzzle sont tombées en place, c’est-à-dire une fois la version officielle mise en lambeaux et les faits remis en ordre, la mort de Pasolini a cessé d’être un mystère. 

Lucarelli raconte l’exécution d’Ostie comme Lippert celle de Lubumbashi : dans ses détails les plus insoutenables. Et on ne peut s’empêcher d’être frappé par l’identité des deux mises à mort. Le parallèle est absolu. « Secret italien » dans un cas, « secret belge » dans l’autre. Identique aussi l’acharnement post mortem sur ces deux empêcheurs de dominer en rond : « sinistre guignol », « pédé racoleur ».

Ordonnateurs ? Chhuuut !...  

Ce qui différencie aussi le livre de Lucarelli des autres est sa conclusion brève et sombre : Pasolini est mort pour avoir dit « Je sais ». Maintenant, tout le monde sait. Et quoi ? Et rien. Tout le monde s’est habitué. Tout le monde a accepté.

Baudelaire ne l’avait-il pas dit ? « Sans horreur ».                     

3. Chatencrier renversé.GIF

Au moment où il fut attiré dans un piège et sauvagement supplicié, Pasolini mettait la dernière main à son œuvre ultime, un roman intitulé Petrolio.

28. Petrolio.jpeg

 

 

 


Pier Paolo PASOLINI

Petrolio

Mondadori 2005

656 pages

 

 

 Ce roman inachevé a paru, en fac similé, chez Mondadori, en 2005. Et quelqu’un a fait remarquer que l’éditeur avait supprimé – donc censuré – certaines des notes griffonnées par Pasolini, dans les marges de son tapuscrit.

 

30. NERO-PETROLIO-2.jpg

Trois victimes italiennes des « Sept sœurs »

 

N.B.  Wikipédia a des effarouchements que pourraient lui envier les rosières. Ainsi, son « Cartel des sept sœurs » est-il pudiquement devenu « Géopolitique du pétrole ». N’est-ce pas mieux ainsi ?

 

3. Chatencrier renversé.GIF

 

27 ter. Lucarelli.jpeg

Carlo Lucarelli, né à Parme en 1960, est un écrivain, scénariste, journaliste et animateur de télévision italien. Il est, avec son commissaire De Luca et son inspecteur Coliandro (entre autres !) une des têtes de file du roman policier italien, ses plus connus en français étant Nikita jolies jambes, Phalange armée et Le jour du loup, ou encore le policier historique La huitième vibration.

Il est aussi l’auteur d’un roman policier écrit à quatre mains avec le justement célèbre Andrea Camilleri : Acqua in bocca (« L’eau à la bouche », paru en français sous le titre Meurtre aux poissons rouges), et d’un livre d’histoire co-écrit avec le même Camilleri et Giancarlo De Cataldo : Giudici (En français Les juges. Trois histoires italiennes).

Il est le fondateur de Gruppo 13, une association d’écrivains de romans policiers d’Émilie Romagne et, sur Internet, de la revue Incubatoio 16 (« Incubateur 16 »). Il enseigne l’écriture créative à l’école Holden de Turin et à la prison Due Palazzi de Padoue. Il vit près de Bologne, dont il a fait un des personnages principaux de ses livres.

Sa bibliographie en français, sur Wikipedia, est incomplète.

 

2. Little cat writing.gif

Matthieu Dhennin

Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie mises en scène

 

31. Matthieu Dhennin].jpg

 

 

Matthieu DHENNIN

Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie

mises en scènes

Espaces & Signes – mai 2016

96 pages

 

 

Matthieu Dhennin vient de faire paraître l’avis qui suit sur son site http://www.kustu.com/. On ne l’a donc pas encore lu non plus, c’est tout chaud.

 

32. Matthieu Dhennin.jpg

« Pour patienter avant la sortie de L’Amour et la paix sur lequel Emir Kusturica continue de travailler, je vous propose un peu de lecture : il s’agit de mon dernier livre, paru chez Espaces & Signes, dans la collection Ciné-Voyage : Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie mises en scènes. Cette collection propose d’aller à la découverte des lieux du cinéma, sous forme de parcours-guides dans les Balkans, avec pour fil rouge le cinéma – comme reflet de la vie d’un quartier, d’une ville, d’une région, d’un pays, mais aussi comme témoin de leur passé. Tout en couleur, le livre évoque aussi bien les westerns tournés en Croatie, les films de Partisans tournés en Bosnie, qu’un zoom sur les films d’Emir Kusturica. Sorti la semaine dernière, il peut d’ores et déjà être commandé sur amazon.fr. Pour les Parisiens, je serai les 26 et 27 mai au salon du Livre des Balkans et en dédicace à l’Ecume des Pages jeudi 2 juin à 19h ! »

 

Présentation de l’éditeur

L’âme slave, le souffle de l’Orient, l’humour balkanique, la musique tzigane ont, entre autres richesses, contribué à donner au cinéma de ces trois pays issus de l’ex-Yougoslavie une diversité et une densité inimitables. Aleksandar Petrović (J’ai même rencontré des Tziganes heureux), Danis Tanović (No Man’s Land) et, bien sûr, Emir Kusturica, deux fois Palme d’or au Festival de Cannes, en sont les meilleurs exemples. La Croatie, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie ont également attiré de nombreux réalisateurs venus du monde entier : Orson Welles, Terence Young, Jackie Chan, Jean-Luc Godard, Volker Schlöndorff, etc. Partir sur les traces de ces cinéastes : c’est ce que propose ce nouveau livre de la collection Ciné-Voyage, enrichi de nombreuses cartes et de plusieurs index.

Biographie de l’auteur

Matthieu Dhennin est l’auteur du Lexique subjectif d’Emir Kusturica paru aux éditions L’Âge d’Homme et de romans historiques.

Source : http ://www.kustu.com/fr :croatie_bosnie-herzeg...

 

2. Little cat writing.gif

Un autre qui écrit sur le cinéma :

Quand Serge Uleski rhabille Yvan Attal pour l’hiver

L’antisémitisme, concept mis à la portée d’un acteur-réalisateur : Yvan Attal

Serge Uleski – Sur son blog 1er juin 2016

 

33. Ils sont partout.jpg

  

                Avec « Ils sont partout », l’acteur-réalisateur de cinéma Yvan Attal se propose de dénoncer les « clichés » censés être antisémites.

                 A la suite de ce film à sketchs, après avoir entendu son réalisateur chez Ruquier (ONPC), comment ne pas se consoler en pensant que la seule justification pour un acteur-réalisateur comme Yvan Attal de s’attaquer à un sujet tel que l’antisémitisme, c’est le fait qu’il est juif ! Ce qui, soit dit en passant, ne fait pas de lui un intellectuel, ni un philosophe ni un scientifique ni un artiste...

Mais... au fait, autre cliché antisémite l'idée que tous les Juifs seraient brillants ? Oui ? Non ?

                 La réponse est dans ce film sans auteur, sans écriture digne de ce nom (alors que dans ce type de projet... tout est dans l'écriture et la mise en scène) comme la preuve dans le pudding mais c’est contraints et forcés qu’on le mange, et sans l’ombre d’une évidence.

Lire la suite…

Source : http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2...

 

 

2. Little cat writing.gif

 

Mis en ligne le 6 juin 2016

 

 

 

 

18:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2016

S.O.S. GUERRE

1. nef des fous - marat statues.JPG

 

S.O.S. GUERRE

 

Sans vouloir jouer les Cassandre…

Ceci est un appel à briser le mur du son de la propagande officielle, un triple appel « russe » lancé des États-Unis.

Imaginez-vous à la place de Jean Jaurès, au café du Croissant le 31 juillet 1914 à 21h et des poussières…

Que faire pour n’être pas flingué par un sinistre con ? Que faire, si vous l’êtes, pour que votre propre parti ne force pas les foules moutonnières à acclamer leur propre départ vers l’abattoir ?

Il n’y aura pas de tranchées meurtrières, cette fois, où se faire tuer par grappes, mais – du moins en ce qui nous concerne – un seul éclair, plus définitif que celui d’Hiroshima.

Vous pouvez toujours vous leurrer, vous dire que, non, bien sûr, on n’y arrivera pas, ils ne sont pas fous. Mais si, ils le sont.

Et vos propres élites prétendues en sont au point d’incommunicabilité avec vous que, seule, une guerre peut encore les sauver. De vous. Du moins le croient-elles. Comme en 1870. Comme en 1914. Comme en 1940.
 

2. . bombe homme attaché.GIF

 

Ceci est peut-être un « mail » historique :

 

mercredi 1 juin 2016 5:10

Dear friends,

I am writing to you to draw your attention to what I consider a critically important appeal which I, along with my friends Dmitri Orlov and Eugenia Gurevich, have authored and signed.  Here it is : http://thesaker.is/a-russian-warning/

We did our part and we now appeal to you : please circulate it as widely as you can, post in on your blogs, send it to your friends, post it on the social media (FB/Twitter/etc/) and help us raise the alarm.  Help us break the “sound barrier” of the official propaganda machine.  If we all do our part we can probably still avoid the folly the Neocons are trying to force on us.

Please help !

Kind regards to all,

The Saker 

2. . bombe homme attaché.GIF

 

Alors, Claude l’a traduit dare dare et le voilà :

3. Saker is.JPG

Une alerte russe

Le Saker – Dmitry Orlov – Eugenia Gurevich

The Saker.is – 31 mai 2016

 

3 bis. Bombe A.jpg

Nous, soussignés, sommes des Russes qui vivons et travaillons aux États-Unis.

Nous avons suivi avec une inquiétude croissante les politiques actuelles des États-Unis et de l'OTAN qui nous ont placés sur une trajectoire de collision extrêmement dangereuse avec la Fédération de Russie, ainsi qu'avec la Chine. Beaucoup d’Américains patriotes respectés, tels que Paul Craig Roberts, Stephen Cohen, Philip Giraldi, Ray McGovern et beaucoup d'autres ont fait part de leur crainte d'une troisième guerre mondiale. Mais leurs voix ont été totalement étouffées par le vacarme des médias de masse qui sont pleins d'histoires trompeuses et inexactes sur l'économie russe « qui est en ruines » et sur l'armée russe « qui est faible » - tout ceci sans aucune preuve. Mais nous, qui connaissons à la fois l'histoire russe et l'état actuel de la société russe et de l'armée russe, ne pouvons pas avaler ces mensonges. Et nous ressentons très fort, maintenant, le devoir, en tant que Russes vivant aux États-Unis, d’avertir le peuple américain qu'on lui ment, et de lui dire la vérité. La vérité est tout simplement ceci :

S'il y a une guerre avec la Russie, les États-Unis sont sûrs d’être détruits, et la plupart d'entre nous y perdrons la vie.

Prenons un peu de recul et plaçons ce qui se passe dans un contexte historique. La Russie a énormément souffert aux mains d’envahisseurs étrangers et perdu 22 millions de personnes dans la Seconde Guerre mondiale. La plupart des morts étaient des civils, parce que le pays a été envahi, et les Russes ont juré de ne jamais laisser une telle catastrophe se reproduire. Chaque fois que la Russie a été envahie, elle en est sortie victorieuse. En 1812, Napoléon a envahi la Russie; en 1814 la cavalerie russe entrait dans Paris. Le 22 Juillet 1941, la Luftwaffe de Hitler a bombardé Kiev; le 8 mai 1945, les troupes soviétiques roulaient dans Berlin.

Mais, depuis, certaines  choses ont changé. Si Hitler attaquait aujourd'hui la Russie, il mourrait 20 à 30 minutes plus tard, son bunker réduit en cendres par un missile de croisière supersonique Kalibr lancé d'un petit navire de la marine russe, quelque part dans la mer Baltique. Les capacités opérationnelles de la nouvelle armée russe ont été démontrées de façon éclatante lors des actions récentes contre ISIS, Al Nusra et autres groupes terroristes financés par l’étranger, qui opèrent en Syrie. Autrefois, la Russie devait répondre aux provocations en livrant les batailles terrestres sur son propre territoire, puis en lançant une contre-invasion; mais aujourd’hui ce n’est plus nécessaire. Les nouvelles armes de la Russie rendent ses représailles immédiates, indétectables, imparables et parfaitement mortelles.

Ainsi donc, si demain une guerre devait éclater entre les États-Unis et la Russie, il est garanti que les États-Unis seraient effacés de la carte. Au minimum, il n'y aurait plus de réseaux électriques, plus d'internet, plus de pipelines de pétrole et de gaz, plus d'autoroutes, plus de transport aérien ou de navigation par GPS. Les centres financiers se retrouveraient en ruines. Le gouvernement, à tous les niveaux, cesserait de fonctionner. Les forces armées américaines stationnées tout autour du globe ne seraient plus réapprovisionnées. Au pire, l'ensemble du territoire des États-Unis serait recouvert d’une couche de cendres radioactives. Nous vous disons ceci non pas pour jouer les alarmistes, mais parce que, nous fondant sur tout ce que nous savons, nous sommes nous-mêmes alarmés. En cas d'attaque, la Russie ne reculera pas; elle répliquera, et elle anéantira complètement les États-Unis. Elle en a les moyens.

Le leadership américain a tout fait pour amener la situation au bord de la catastrophe. Tout d'abord, ses politiques obstinément anti-russes ont fini par convaincre les dirigeants russes qu’il est futile de faire des concessions ou de vouloir à tout prix négocier avec l'Occident. Il est devenu évident que l'Occident soutiendra toujours tout individu, mouvement ou gouvernement qui sera anti-russe, que ce soient des oligarques russes fraudeurs du fisc, des Ukrainiens reconnus coupables de crimes de guerre, des terroristes wahhabites soutenus par les Saoudiens en Tchétchénie ou des punks profanateurs de cathédrale à Moscou. Maintenant que l'OTAN, en violation de ses promesses antérieures, s’est étendu jusqu'à la frontière russe, avec des forces américaines déployées dans les États baltes mettant à portée d'artillerie Saint-Pétersbourg la deuxième plus grande ville de Russie, les Russes n’ont plus de place laissée à la retraite. Ils ne vont pas attaquer ni, non plus, reculer ou se rendre. La direction russe bénéficie à plus de 80% du soutien populaire; les 20% restants semblent penser qu'elle s’oppose trop mollement à l’empiètement occidental. Mais la Russie ripostera, et une provocation ou une simple erreur pourrait déclencher une séquence d'événements qui aurait pour résultat des millions d'Américains morts et les États-Unis en ruines.

Contrairement à de nombreux Américains, qui voient la guerre comme une aventure étrangère, victorieuse et passionnante, les Russes connaissent, donc détestent et craignent la guerre. Mais ils y sont prêts aussi, et ils s’y préparent même, à toutes fins utiles, depuis plusieurs années. Leurs préparatifs ont été des plus efficaces. Contrairement aux États-Unis, qui dilapident un nombre inconnu de milliards sur des programmes d'armes douteux et hors de prix tels que l’avion de combat interarmées F-35, les Russes sont extrêmement avares de leurs roubles de défense, faisant jusqu'à 10 fois mieux par dollar que l’industrie de défense des États-Unis. Il est vrai que l'économie russe a souffert de la baisse programmée du prix de l'énergie, mais elle est très loin d'être en ruines, et un retour à la croissance est attendu dès l'année prochaine. Le sénateur John McCain a un jour qualifié la Russie de « station de gaz se faisant passer pour un pays». Eh bien, il a menti. Oui, la Russie est le plus grand producteur de pétrole du monde et le deuxième plus grand exportateur de pétrole, mais c’est aussi le plus grand exportateur mondial de céréales et de technologie de l'énergie nucléaire. C’est une société aussi avancée et sophistiquée que celle des États-Unis. Les forces armées russes, à la fois classiques et nucléaires, sont maintenant prêtes à se battre, et elles sont plus qu'un challenger pour les États-Unis et l'OTAN, en particulier si une guerre éclate n’importe où au voisinage de la frontière russe.

Mais un tel combat serait suicidaire pour toutes les parties. Or, nous croyons sérieusement qu'une guerre conventionnelle en Europe court grand risque de devenir très rapidement nucléaire, et que toute frappe nucléaire US / OTAN sur les forces ou le territoire russe déclenchera automatiquement une frappe nucléaire russe de rétorsion, non seulement sur l’Europe mais sur le continent américain. Contrairement aux déclarations irresponsables faites par certains propagandistes US, les systèmes de missiles antibalistiques américains sont incapables de protéger le peuple américain d'une frappe nucléaire russe. La Russie a les moyens de frapper des cibles aux États-Unis avec des armes nucléaires à longue portée aussi bien qu’avec des armes conventionnelles.

La seule raison pour laquelle les États-Unis et la Russie se sont retrouvés sur une trajectoire de collision, au lieu de désamorcer de concert les tensions éventuelles et de coopérer sur un large éventail de problèmes internationaux, vient du refus obstiné des dirigeants US d'accepter la Russie comme un partenaire égal : Washington veut mordicus être le « leader mondial » et la « nation indispensable », alors même que son influence n’en finit pas de décliner, dans le sillage d'une chaîne de désastres politiques et militaires tels que l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Yémen et l'Ukraine. Un leadership américain absolu est une chose que ni la Russie, ni la Chine, ni la plupart des autres pays ne sont prêts à accepter. Cette perte graduelle mais visible de pouvoir et d'influence a rendu la direction des États-Unis hystérique, et de là aux aventures suicidaires, il n’y a qu’un pas. Les dirigeants politiques de l'Amérique doivent être placés sous surveillance médicale pour tendance pathologique au suicide.

Avant tout, nous appelons d'abord les commandants des forces armées américaines à suivre l'exemple de l'amiral William Fallon, qui, lorsqu'on l’a pressenti pour faire une guerre à l'Iran, aurait répondu « pas sur mon temps de travail ».  Nous savons que vous n'êtes pas suicidaires, et que vous ne voulez pas mourir pour cause d’hybris impériale inconsidérée. Si possible, dites, s’il vous plaît, à vos employés, à vos collègues et surtout, à vos supérieurs civils que la guerre avec la Russie ne se fera pas sur votre temps de travail. À tout le moins, prenez cet engagement envers vous-mêmes et, si jamais le jour venait où cet ordre suicidaire vous était donné, refusez tout simplement de l'exécuter parce qu'il ferait de vous des criminels. Rappelez-vous que, selon le Tribunal de Nuremberg, « lancer une guerre d'agression ... est non seulement un crime international; c’est le crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que parce qu'il contient en lui-même le mal accumulé de tous les autres ». Depuis Nuremberg, « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres » n’est plus un moyen de défense valable. S'il vous plaît ne soyez pas des criminels de guerre.

Nous faisons également appel au peuple américain pour qu’il s’oppose pacifiquement mais avec force à tout politicien ou parti qui provoque la Russie de façon irresponsable et autorise ou encourage une politique de confrontation inutile avec une superpuissance capable de détruire les États-Unis en un peu moins d’une heure. Parlez, brisez la barrière de la propagande massive des médias, et rendez vos compatriotes américains conscients de l'immense danger d'une confrontation entre la Russie et leur pays.

Il n'y a aucune raison objective pour que les États-Unis et la Russie soient des adversaires. La confrontation actuelle est entièrement le résultat des vues extrémistes du mouvement néo-conservateur, dont les membres ont infiltré le gouvernement fédéral américain, et qui considèrent tout pays qui refuse d'obéir à leurs diktats comme un ennemi à broyer. Par leurs efforts inlassables, plus d'un million de personnes innocentes ont déjà péri dans l'ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Pakistan, en Ukraine, au Yémen, en Somalie et dans de nombreux autres pays, tout cela à cause de leur insistance maniaque pour que les États-Unis soient un empire mondial, pas un pays normal comme les autres, et pour que chaque dirigeant de n’importe où se prosterne devant eux ou soit renversé. En Russie, la force apparemment irrésistible qu’est le mouvement néo-conservateur a finalement buté sur un os. Il faut qu’il soit contraint de reculer avant de nous avoir détruits tous.

Nous sommes absolument et catégoriquement certains que la Russie n’attaquera jamais les États-Unis, ni aucun État membre de l'UE, que la Russie n’est pas du tout intéressée à recréer l'URSS, et qu'il n'y a pas de « menace russe » ou « d'agression russe » en dehors des fantasmes néo-conservateurs. La majeure partie de la récente réussite économique russe est due à l’abandon des anciennes dépendances soviétiques. Elle lui a permis de poursuivre une politique de « Russie d’abord ». Mais nous sommes tout aussi certains que si la Russie est attaquée, ou simplement menacée d'attaque, elle ne reculera pas, et que les dirigeants russes ne faibliront pas. Avec une grande tristesse et le coeur lourd mais sans hésiter, ils feront le devoir auquel ils se sont engagés par serment et lâcheront un barrage nucléaire dont les États-Unis ne se remettront jamais. Même si l'ensemble de la direction russe doit être tuée dans une première frappe US, le système Dead Hand (« Périmètre ») lancera automatiquement assez de bombes nucléaires pour effacer les États-Unis de la carte géopolitique. Nous estimons qu'il est de notre devoir de faire tout notre possible pour éviter une telle catastrophe.

Eugenia V Gurevich, PhD
http://thesaker.ru/

Dmitri Orlov
http://cluborlov.blogspot.com/

The Saker (A. Raevsky)
http://thesaker.is/

Traduit par le Saker Francophone - Revu par c.l. pour Les Grosses Orchades

Source : http://thesaker.is/a-russian-warning/

 

2. . bombe homme attaché.GIF

 

D’une guerre l’autre…

Supposons qu’il nous reste assez de temps pour lire

4. chat lisant.gif

Annie Lacroix-Riz

Les élites françaises entre 1940 et 1944

De la collaboration allemande à l’alliance américaine.

 

Il vient de sortir. Et il faut vous précipiter pour le lire. C’est toujours le moment de lire un livre d’histoire. Mais « maintenant » est, pour celui-ci, le moment qui s’impose.

 

 5. La croix riz.jpg

 

 

Annie LACROIX-RIZ

Les élites françaises entre 1940 et 1944 – De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine

Armand Colin – 27 avril 2016

496 pages

 

 

 

 Couverture spartiate, les temps sont durs, mais la richesse est intérieure. Parce qu’on ne l’a pas encore lu mais qu’on voulait vous en parler tout de suite, on emprunte sa réaction à Jacques-Marie Bourget.

 

L’Europe façon Wall Sreet exige la « Loi Travail » : corrosif rappel d’une historienne.

Jacques-Marie Bourget – LGS 30 mai 2016

 

6. Bourget - Wall Street.JPG

 

L'historienne Annie Lacroix-Riz consacre toute sa carrière à mettre au jour les actions de ce que l'on n'appelle plus « le grand capital »... Dommage car il demeure tout puissant. Voulue telle qu'elle est aujourd'hui par les États-Unis (un marché qui obéit et une puissance supplétive au plan militaire), l'Europe, dopée par Washington à partir de 1945, vit maintenant son apothéose ultra libérale. Son dernier avatar : écrire puis imposer la « Loi Travail ».

C’est sûrement faire injure au lecteur que d’étaler sous ses yeux une vérité trop première. Si le terrible virus social qu’est la « Loi Travail » nous tombe dessus, ce n’est pas pour, comme le bégaie Valls, « réformer la France en la modernisant ». Bien sûr que non. Ou alors expliquez-nous par quel miracle un gouvernement de droite en Belgique et un supposé de gauche en France, promulguent en même temps des règles identiques qui étranglent au mieux les travailleurs ? C’est tout simple, la consigne unique et mortifère vient de la Commission européenne, un machin livré à tous les lobbies. À Bruxelles, 40.000 personnes sont employées par ces officines « d’influence » qui soumettent au Parlement européen la version des lois qui convient le mieux à Wall Sreet. Ainsi soulagés d’une assommante besogne, avant de foncer à la buvette, les députés européens n’ont plus qu’à dire oui à ces lobbies qui s’activent à notre bonheur. Pendant ce temps, alors qu’ils devraient faire du tapage, peu de ceux dont le métier est de penser et de dire viennent nous mettre sous le nez l’extrait de naissance d’une Europe naguère fécondée par les États-Unis.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/l-europe-facon-wall-sreet-exige-la-loi-travail-corrosif-rappel-d-une-historienne.html

2. . bombe homme attaché.GIF

 

Et puisque M. Bourget en parle :

 

7. Le choix de la défaite.jpg

 

 

 

Annie Lacroix-Riz

Le choix de la défaite – Les élites françaises dans les années 1930

Paris, Armand Colin – 2010

679 pages

 

 

 

 

2. . bombe homme attaché.GIF

 

 

 

Mis en ligne le 2 juin 2016.

 

 

 

 

 

 

11:43 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/05/2016

MARCHE OU GRÈVE

1. Marins en grève.jpg

 

Marche ou grève…

80 ans, ça se fête !

2. carriere °°°.gif

80 ans ?...

 

En Belgique, la Loi El Khomri s’appelle la loi Peeters.

Grève générale en Belgique aussi : contre l’euro-destruction du droit du travail manifestation nationale et grève générale

JBC – Le Grand Soir 26 mai 2016

3. greve 1960.jpg

C’était en 1960…

 

4. Kroll Rentrée sociale.gif

 

Même cause : les directives européenne de précarisation, de flexibilisation et de casse du droit du travail de l’Union Européenne. Il s’agit comme en France de mettre en place une soit disant « réforme structurelle » pour faire baisser les salaires. Faire travailler plus les salariés pour moins les payer et ainsi remplir les poches de l’oligarchie capitaliste.

Loi El Khomri, loi Kris Peeters ces deux loi répondent aux directives de « flexibilisation du marché du travail » édictées par la Commission Européenne et réclamées par le grand patronat. Illustrant le caractère de classe de l’Union Européenne, instrument du pouvoir dictatorial et totalitaire des multinationales, des banques, de l’oligarchie capitaliste contre les peuples. On y retrouve ainsi également l’inversion de hiérarchie des normes avec l’individualisation des négociations avec l’employeur pour contourner le fort contrôle syndical en place en Belgique. La loi Peeters prévoit l’annualisation généralisée du temps de travail et l’imposition de 100 heures supplémentaires non-récupérables et sans négociations préalables. Ces mesures feraient bondir la semaine travaillée de 38 heures aujourd’hui, à 45 heures demain. Cela ne vous rappelle rien si ce n’est la loi travail ? Le ministre Kris Peeters – ex dirigeant d’un syndicat patronal – veut également la mise en place de contrat de travail zéro heure comme en Grande Bretagne avec l’instauration de contrats à temps partiel sans indications d’horaires de travail, pour des salariés « à la demande » ; un contrat intérimaire à durée indéterminé, pour une précarité à vie. Très logiquement la réponse de la classe des travailleurs en Belgique est la mobilisation.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/greve-generale-en-belgique-au...

5. greve-nationale-Belgique.gif

10 000 manifestants à Bruxelles le 31 mai pour les services publics, perturbations prévues (La RTB)

 

6. SNCB. Perturbation sociale.jpg

 

7. En grève.gif

 

8. Logo TEC xxx.gif

Manifestation des Services Publics du mardi 31 mai 2016
Risque de paralysie du réseau

 

Le réseau du TEC Liège-Verviers devrait être à l’arrêt ce mardi 31 mai 2016, en raison de la forte participation du personnel à la manifestation des Services Publics organisée à Bruxelles, contre les mesures gouvernementales.

Les véhicules du TEC Liège-Verviers ne devraient pas être en mesure de sortir des dépôts. Il est possible que les lignes assurées par des sociétés privées pour le compte du TEC Liège-Verviers circulent. Toutefois, des perturbations ne sont pas à exclure.

Dès lors, nous invitons notre clientèle à prendre ses dispositions pour tout déplacement prévu ce mardi 31 mai.

 

9. Gare TEC en grève.jpg

Il y a plus d’un mois que les TEC sont en grève une fois par semaine. Chaque syndicat a son jour.

 

 

7. En grève.gif

 

Grève des magistrats de Bruxelles et Nivelles en juin

 

10. Magistrats en grève.jpg

 

7. En grève.gif

11. Rich-poor.gif

Le pauvre trouve toujours quelque chose dans sa poche : la main du riche. (Louis Scutenaire)

 

7. En grève.gif

 

Ah ha aha ! Hi hi hi !

Reynders: « Le PS instrumentalise les actions sociales à des fins politiques »

7. En grève.gif

Tiens, pendant qu’on y est :

Éloge du populisme

(dont deux vidéos de Laurent Louis au moment de sa mise à mort)

Serge Uleski – sur son blog 28 mai 2016

 

12. Constitution.jpg

             

Le populiste, c'est l'autre, toujours ! L'adversaire en l’occurrence. Sa dénonciation n'explique rien mais révèle tout : un parti pris de classe dans le style : « Si c'était différent, ce serait pire encore ! » ... tendance bourgeois des centre-villes, pétés de tunes et morts de trouille – classe politique, universitaires et journalistes-chroniqueurs des grands médias.

Même à sciences-Po, on sait que ce vocable n'a qu'une fonction : discréditer auprès d'un électorat bien ordonné et propre sur lui, un adversaire politique ; un véritable attrape nigauds pour des gogos de l'anti-populisme qui se retrouvent tous immanquablement à se tirer une balle dans le pied en votant pour une politique de la soumission du plus fort sur le dos des plus faibles.

Lire la suite…

Source : http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2...

 

13. Je suis chomeur.jpg

 

 

14. Big-red-banner.gif

 

De quoi Philippe Martinez est-il le nom?

Bruno Guigue – Arrêt sur Info 26 mai 2016

 

15. Philippe-Martinez.jpg

 

Prétendre que la classe ouvrière organisée prend en otage le peuple français quand elle défend ses droits menacés, comme le répète la presse, restera sans doute dans les annales. Comme si ces travailleurs en lutte, hier chauffeurs-routiers, aujourd’hui salariés des raffineries, représentaient une minorité de nantis prêts à immoler l’intérêt général sur l’autel de leurs revendications catégorielles ; comme si une grève qui leur impose des sacrifices personnels était pour eux une partie de plaisir ; comme si leur combat n’était pas un combat pour tous, y compris pour ceux qui ont fait vœu de soumission à leurs maîtres et crachent sans vergogne sur leurs défenseurs.

Il faut croire que le capital soumet le prolétariat médiatique à des exigences de rentabilité aussi impératives que celles qu’il impose au prolétariat ouvrier. Car, à l’évidence, il lui ordonne de jeter le discrédit sur la mobilisation populaire ; il lui extorque cet invraisemblable tissu de mensonges comme une vulgaire plus-value ; il met les médias en concurrence, comme si chacun devait emporter la palme de la haine contre la CGT, ce syndicat honni parce qu’il est à la fois le plus ouvrier et le plus combatif. Cette résistance syndicale parfaitement légitime, le capital réclame à cor et à cri qu’on la couvre de calomnies. La presse quasi unanime s’y emploie.

16. CodeDuTravail-cf314.gif

Contrairement à la classe ouvrière, la cohorte de plumitifs dont le capital s’est attaché les services, il est vrai, ne risque pas de s’insurger contre un système dont elle a pour vocation de chanter les louanges. Comment cette presse française soumise aux sept milliardaires qui en détiennent la propriété et déterminent sa ligne éditoriale, de BFM/TV à « Libération », du « Monde » à « L’Express » et de TF1 au « Figaro », pourrait-elle se comporter autrement que sur le mode d’une servilité à toute épreuve ?

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/de-quoi-philippe-martinez-est-il-l...

 

7. En grève.gif

 

Retrait de la loi Travail : « Ce scénario est impossible », estime le député PS Carlos Da Silva, proche de Manuel Valls, qui ajoute qu’un recul signerait « la fin du quinquennat de François Hollande »

 Hé, hé…

 

7. En grève.gif

 

Loi Travail – SUD-RATP appelle à la grève illimitée dès le 10 juin, à l’ouverture de l’Euro-2016

 

17. RATP.jpg

 

7. En grève.gif

La SNCF aussi ?

 

18. Train tournée Euro 2016.jpeg

 

7. En grève.gif

 

Valls-MEDEF et Hollande-Maastricht cassent nos acquis et notre pays : BLOQUONS LEURS PROFITS !

19.  prcf_logo-.gif

L’heure est venue d’une contre-offensive de classe et de masse des travailleurs, de la jeunesse et du camp progressiste !

 

20. je-suis-au-chomage bis.jpg

 

Provoqué par la volonté de Valls-MEDEF, de la droite thatchérienne et de l’UE de briser le droit du travail et les statuts, l’affrontement de classes s’étend et s’aiguise dans notre pays. Malgré l’énorme battage médiatique destiné à discréditer le mouvement et à intimider les travailleurs, des secteurs du monde du travail, classe ouvrière en tête, entrent dans l’action les uns après les autres. Nombre de travailleurs qui hésitent et « font grève par délégation » peuvent basculer dans l’action et dans ce cas, le mouvement sera irrésistible.

Honneur et soutien total aux syndicalistes de classe et de lutte, notamment aux ouvriers CGT, qui forment l’avant-garde d’un mouvement massif qu’a précédé la lutte résolue contre la répression à Air-France et chez Goodyear ! Appel aux communistes, notamment à ceux du PRCF et des JRCF, à être présents et actifs dans ce mouvement en apportant la solidarité, les explications et les perspectives politiques nécessaires. Adressons-nous aussi à la population désinformée par les média-menteurs.

Honte à Valls-MEDEF, triste émule de Jules Moch et parjure au socialisme de Jaurès, matraqueur des travailleurs, violateur de ce qui subsiste de la démocratie parlementaire, ainsi qu’à Hollande dont le « pacte présidentiel » ne disait rien de la casse du Code du travail hérité du 1936 et du CNR. Oui, les travailleurs ont raison de clamer dans les manifs et sur les piquets de lutte ce mot d’ordre lancé à Lille en 2003 par des syndicalistes du PRCF en réponse aux rodomontades de Raffarin (qui prétendait alors que « la rue ne fera pas la loi ») : « C’est pas au patronat de faire la loi / La vraie démocratie, elle est i-ci ! ».

A Marseille, en matraquant les travailleurs de Fos, Valls crée les conditions d’un soulèvement populaire. Les travailleurs se souviennent que la première Constitution de la République française proposée par Robespierre, proclamait : « quand le gouvernement piétine les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Lire la suite…

Source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/valls-m...

20 bis. Bloquons tout.jpeg

Journal mensuel du PRCF

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capit...

 

7. En grève.gif

Petit rappel en passant

21. En 2 ans 6.000 SDF sont morts.jpg

En deux ans, 6.000 SDF sont morts en France. L’égoïsme au pouvoir tue plus que les attentats

 

7. En grève.gif

 

Loi Travail - 27 mai 2016 - Martinez et la CGT veulent nous faire perdre !

http://mai68.org/spip/spip.php?article10862...

Pas d'Euro de foot sans retrait de la Loi Travail !

 

22. EURO 2016 ---.JPG

 

    Bonjour à toutes et à tous,

Les syndicats ont fixé la prochaine manifestation au 14 juin 2016 ! et pourquoi pas dans 14 ans, tant qu'ils y sont ! ? ! 

Si, en 1995, on a gagné contre Juppé qui voulait détruire la Sécurité sociale, c'est parce qu'il y avait une manif tous les jours ! PAS tous les quinze jours !

Les syndicats ont fixé la prochaine manifestation au 14 juin 2016 de façon à ne pas gêner l'ouverture de l'Euro de foot qui a lieu de 10 juin 2016, alors que c'est pourtant pour nous un excellent moyen de pression ! Pas d'Euro de foot sans retrait de la Loi Travail ! 

Le pouvoir s'enorgueillit d'avoir débloqué tous les dépôts de carburants sauf un ; mais, qui empêche les salariés de les rebloquer aussitôt ? Pourquoi Martinez et la CGT ne les font-ils pas rebloquer tout de suite ?

Les directions syndicales font parti du pouvoir et sont nos ennemis autant que les patrons ! 

Pour gagner, la grève doit être générale, c'est-à-dire toucher tous les secteurs publics et privés. Qu'attendent les profs pour faire grève, et pour expliquer la grève à leurs élèves ? 

Pour gagner, la grève doit être totale et illimitée jusqu'à la victoire ! 

Si nous voulons gagner, on ne peut pas faire confiance aux directions syndicales. Nous devons auto-organiser notre mouvement en une coordination qui réunira ensemble tous les salariés, étudiants, paysans et chômeurs en lutte. 

Le gros avantage d'une coordination par rapport à une intersyndicale, c'est qu'elle réunit en son sein non seulement tous les syndiqués, mais aussi tous les non-syndiqués. Or ceux-ci sont les plus nombreux et sans eux, il est impossible de gagner ! 

Bien à vous,
do

http://mai68.org/spip 
 

7. En grève.gif

QU'EST-CE QU'UNE COORDINATION ? 

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

7. En grève.gif

Là on cale !

Loi Travail - En mai 68, il y eut 99% de reçus aux examens !

En mai 68, il y eut 99% de reçus aux examens ! par conséquent, les étudiants et les lycéens ne doivent jamais avoir peur de faire de vraies grèves, même quand la période des examens s'approche.

C'est un excellent argument à utiliser en AG étudiante ou lycéenne pour faire voter la grève parce qu'il est parfaitement véridique. Cet article scientifique intitulé « Vive la Révolution ! Les bénéfices de long terme de 1968 » vous montrera à quel point les examens obtenus en 1968 ont profité à l'ensemble des contestataires de cette heureuse époque et à leur descendance. Celles et ceux qui ont fait mai 68 ont eu des avantages énormes ! Faisons comme eux : 

http://mai68.org/spip/spip.php?article10833

Oui, mais, ça, Do, ce n’était pas une preuve de succès. C’était juste le démantèlement des systèmes d’éducation européens par les États-Unis qui se poursuivait. [N.des vieux soixante-huitards baisés en levrette des GO]  

7. En grève.gif

Contestation en France - le 26 mai 2016 - La police lui a tiré en pleine tête une grenade offensive en tir tendu parce qu'il filmait : 

http://mai68.org/spip/spip.php?article10854 

7. En grève.gif

Halte à la répression ! Solidarité ! Grève générale sauvage totale et illimitée !

 

23. Siné Ça va péter.png

 

Et pourquoi pas un peu d’histoire ?

DALTON TRUMBO : un film sur le totalitarisme capitaliste et la répression anti-communiste à Hollywood

 

24. dalton trumbo.jpg

 

Hollywood, le Mac Carthysme bat son plein. La chasse aux communistes et sympathisants communistes est ouverte aux États-Unis.

Alors qu’il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d’être communiste.

Avec d’autres artistes, il devient très vite infréquentable, puis est emprisonné et placé sur la Liste Noire : il lui est désormais impossible de travailler.

Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, il va contourner cette interdiction.

En menant dans l’ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende.

 

 

Source : http ://www.initiative-communiste.fr/articles/cultur...

 

7. En grève.gif

 

Un autre rescapé du Mac Carthysme

L’opéra-comique inspiré par Voltaire à Lilian Hellman, qui fut quand même un peu censuré par Léonard Bernstein soi-même

Candide

V.O. américaine

Sous-titrée en anglais…

 

 

7. En grève.gif

 

 

 

Mis en ligne le 29 mai 2016.

 

 

 

 

 

13:47 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/05/2016

POURQUOI ?

1. freedom_05.jpg

Pourquoi ?

Oui, pourquoi cette recrudescence de la guerre des USA (and C°) contre l’Amérique Latine ?

Oh, pour des tas de raisons, mais les deux primordiales sont évidemment :

1) La découverte récente d’énormes gisements de pétrole au large du Brésil – indiscutablement dans les eaux brésiliennes à condition que le Brésil soit en état de le garder pour lui;

2) La construction en cours du canal du Nicaragua par la Chine.

Et plus si affinités.

Sauf que… ce n’est pas juste une guerre continentale qui est en c ours, c’est une guerre mondiale. On compte sur MM. Poutine et Jinping pour réussir à l’empêcher de devenir nucléaire. Parce que s’il faut compter sur nous…

 

2. EXPLOSION.gif

 

« Ah, si les Florentins étaient des hommes ! »

Musset, Lorenzaccio

Temps des contre-coups d’États en Amérique Latine ?... et en Europe ?

Peter Koenig – ICH 18 mai 2016

 

3. Santiago aujourd'hui.jpg

Santiago du Chili, 23 mai 2016.

 

Qu’est-ce qui arrive quand ceux qui crient au terrorisme sont les terroristes ? Je veux parler des grands groupes d’affaires supra-nationaux et les oligarques financiers qui n’agissent que dans leur propre intérêt exclusivement axé sur le profit, sous la direction de Washington et la protection des tueurs de l’OTAN. Ce qui arrive, c’est de la peur et du déboussolement. La peur est l’arme de choix des vrais terroristes, de ceux qui veulent nous faire croire qu’ils propagent et défendent la démocratie. Par la peur, ils soumettent le monde qui leur lèche les bottes, et parfois pire. Mais les peuples pourraient être en train  de se réveiller. Dans le monde entier. Les plans soigneusement dressés par les anglo-sionistes comme le PNAC (« plan pour un nouveau siècle américain ») sont en train d’exploser et leurs débris de se trabnsformer en une masse mobile qui fonce ttrout droit sur la tyrannie néo-libérale du Monde Globalisé ou Nouvel Ordre Mondial.

Des manifestants descendent, par dizaines de millions dans les rues de tout ce qu’il est convenu d’appeler « l’Occident », où les populations sont opprimées et réduites en esclavage par leurs propres « élites », frai des infâmes colonialistes passés et présents.

Lire la suite…

Voir le texte complet

3. freccia nera.GIF

 tout à la fin de ce post.

 

2. EXPLOSION.gif

 

Mais si papa est un ogre ?...

 

Debout les filles !

Slobodan Despot – ANTIPRESSE 22 mai 2016

 

4. Petit Poucet.gif

 

On regrette, on n’a pas de lien ! C’était… très différent mais sur le même sujet.

Après tout, vous n’avez qu’à vous abonner.

C’est ici.

http://www.antipresse.net/

 

2. EXPLOSION.gif

 

Dans le même ordre d’idées, il faut lire :

 

La stratégie du coup d’État global

Manlio DinucciRéseau Voltaire 24 mai 2016

Traduction Marie-Ange Patrizio

 

Si les États-Unis sont devenus économes de leurs moyens militaires sous la présidence de Barack Obama, ils n’ont pas pour autant cessé d’agir militairement dans le monde. Ils disposent d’un vaste système, à la fois ouvert et secret, leur permettant d’intervenir presque n’importe où dans le monde ; un système qu’ils mettent en mouvement à la moindre occasion.

 

4 bis. Dinucci.jpg

 

Quelle liaison y a-t-il entre des sociétés géographiquement, historiquement et culturellement éloignées, du Kosovo à la Libye et à la Syrie, de l’Irak à l’Afghanistan, de l’Ukraine au Brésil et au Venezuela ? Celle d’être emportées dans la stratégie globale des États-Unis, exemplifiée par la « géographie » du Pentagone. Le monde entier s’y trouve divisé en « aires de responsabilité », chacune confiée à un des six « commandements combattants unifiés » des États-Unis :

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article191929.html

 

2. EXPLOSION.gif

Merdias

 

Un article difficile à digérer si on en juge par les commentaires qu’il suscite.

 

La dénonciation du coup d’État au Brésil par les médias dominants internationaux est-elle vraiment une bonne nouvelle ?

 

5. PIPE xxx.gif

Le 12 mai dernier, un coup d'État institutionnel a écarté du pouvoir la Présidente Dilma Rousseff pour une durée de 180 jours, suite au vote du Sénat validant le procès de sa destitution. Durant cette période de six mois, le Sénat rendra sa décision quant à la destitution définitive de la Présidente, suivant le vote à la majorité des deux tiers de ses membres.

Toute la procédure de l’impeachment de la Présidente Dilma Rousseff, soit les votes à la Chambre des Députes Fédéraux le 17 avril dernier, soit au Sénat Fédéral le 12 mai dernier, soit toutes les décisions juridictionnelles du Supremo Tribunal Federal (Cour Suprême) de ces six derniers mois, fut éminemment arbitraire, illégale, inconstitutionnelle, illégitime, portant un préjudice incalculable, dilapidant la République (espace où la chose publique est un concept qui se réfère à un état gouverné en fonction du bien du peuple, par opposition à un état gouverné en fonction du bien privé des membres d’une classe ou d’une personne unique ; n’oublions pas que le Président par intérim Michel Temer veut « privatiser tout ce qui est privatisable » au Brésil), et le système démocratique souverainement constitué par le peuple brésilien.

Pour qui s’intéresse au sujet, les médias alternatifs du monde entier, y compris francophones, ont assez bien rendu compte de la situation.

Mais un fait nouveau est intervenu, et de taille.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/la-denonciation-du-coup-d-eta...

 

Bon, l’auteur a l’air d’être léniniste. Il reproche aux gens du PT brésilien leur trotskisme, d’après lui source de leurs malheurs. La question, c’est : a-t-il tort ?

 

2. EXPLOSION.gif

 

Avec du retard… pas notre faute !

 

La 4e Flotte et l’hypothèse du retour de l’impérialisme de l’approvisionnement

Marcelo Gullo – Katehon 10 mai 2016

 

6. navy_usa.JPG

 

Le 1er juillet 2008, après 58 ans d’inactivité, la 4e Flotte de la Marine états-unienne est revenue patrouiller dans les eaux d’Amérique Latine. La 4e Flotte était venue vers 1943, combattre les sous-marins nazis et protéger la navigation durant la Seconde Guerre mondiale. Elle fut démobilisée en 1950 car elle n’était plus nécessaire, mais il faut relever le fait qu’elle a repris du service, de facto, durant quelques semaines en 1964, au cours du coup d’État militaire contre le président brésilien João Goulart.

C’est à cette occasion que plusieurs navires de la marine de guerre états-unienne se sont positionnés dans la Baie de Santos  (État de Sao Paulo), pour agir contre un possible front de résistance à la destitution du Président Goulart. Il importe de souligner qu’avec le rétablissement de la 4e Flotte, le Commandement Sud a atteint le même niveau d’importance que le Commandement Central qui gère la 4e Flotte dans le Golfe Persique [Probable lapsus, dans le Golfe persique, c’est la 5e flotte qui opère, NdT].

Quelles pourraient bien être les raisons des États-Unis, d’envoyer une force navale aussi puissante au cœur d’une région qui se trouve être relativement en paix, sans conflit ethnique ou religieux explosif, sans puissance nucléaire ni véritable menace militaire ? Quel est donc l’objectif de la 4e Flotte ? Officiellement, ses objectifs principaux sont de combattre le terrorisme et les activités illégales telles que le trafic de drogue. Néanmoins, l’Histoire montre qu’aucune puissance mondiale ne prend une décision de dimension stratégique, si elle n’est pas motivée par un mobile important. Le déploiement militaire d’une entité aussi colossale semble être, pour le moins, mal calibré. L’objectif déclaré dénote une nette asymétrie par rapport à l’ampleur de la force déployée. Plus encore si l’on examine et évalue sérieusement la puissance réelle des forces qui se présentent officiellement pour le combat. Cette asymétrie nous autorise à questionner la véracité des objectifs déclarés.

Il est logique de déduire que la décision de remobiliser la 4e Flotte est prise à des fins stratégiques, en prévision de la crise du trafic maritime[1]. Dans ce contexte, au nombre considérable de matières premières existantes dans la région, se sont récemment ajoutées de gigantesques découvertes de pétrole dans les eaux brésiliennes, ce qui constitue un élément difficile à laisser hors d’atteinte d’une décision étasunienne.

En juillet 2008, le président brésilien Luiz Inacio da Silva a exprimé ses doutes concernant le véritable objectif de la 4e Flotte récemment remise en service : « Maintenant que nous avons découvert du pétrole à 300 km de nos côtes, nous aimerions que les États-Unis daignent nous expliquer quelle est la logique de cette Flotte, dans une région aussi pacifique que celle-ci. »

Quelques jours plus tôt, le président brésilien, un homme peu enclin à l’emploi d’un ton arrogant – conformément à la tradition établie par Itamaraty – avait laissé de côté ses manières habituelles pour dénoncer publiquement le fait que les grandes puissances mondiales aspiraient au contrôle de l’aquifère Guarani, l’une des plus vastes réserves d’eau douce au monde, qui s’étend du Mato Grosso au Brésil jusqu’aux plaines d’Argentine: « Ils disent que nous devons internationaliser l’aquifère parce que nous sommes incapables de le préserver. »

Le président brésilien avait réagi avant lesdites déclarations à Tokyo, avec l’ex-premier ministre britannique Tony Blair, devant les parlements du G8 ainsi que des cinq nations émergentes, au sein desquelles figure le Brésil. A cette occasion, Blair soutint que le président brésilien avait besoin d’une « aide internationale pour maîtriser la dévastation de l’État d’Amazonie ».

L’objectif des campagnes écologiques, démarrées par de grands noms du monde de la politique, de la culture et du divertissement qui se trouvent, à de multiples reprises,  mis à contribution, est de créer dans l’opinion publique des pays centraux, l’idée qu’il est nécessaire de transformer des territoires comme les forêts amazoniennes et leurs ressources stratégiques, en biens supra-nationaux ou en héritage mondial, une catégorie juridique qu’utilise la Banque mondiale, précisément, pour l’aquifère de Guarani, depuis qu’en 2000 les pays intéressés lui ont confié la tâche du projet d’étude et de protection de l’aquifère.

A l’occasion de cette campagne, une loi de « règlement de dette en nature » est proposée, qui est déjà légale, en Amérique du Sud, au Pérou ainsi qu’en Colombie, et constitue la première étape légale vers la perte de souveraineté d’un État sur de larges parts de son territoire qui sont dès lors gérées par des institutions privées, des ONG telles que le Fonds mondial pour la nature (WWF), The Nature Conservancy, Conservation International, entre autres.

_______________  

[1] Voir le projet chinois de canal au Nicaragua pour doubler le canal de Panama.

Traduit par François, relu par Nadine pour le Saker Francophone

Source : http://katehon.com/es/article/la-cuarta-flota-y-la-hipote...

Via : http://lesakerfrancophone.fr/la-4eme-flotte-et-lhypothese...

2. EXPLOSION.gif

Katehon est un « think tank » international indépendant regroupant des collaborateurs venus d’horizons et de disciplines différentes. On y préconise la multipolarité. Les articles y sont publiés dans plusieurs langues y compris le français, et on y affiche les saints du jour du calendrier orthodoxe.

7. marcelo gullo.jpg

Marcelo Gullo Omodeo est un politologue, analyste et écrivain argentin, docteur en sciences politiques de l’Université du Salvador et d’autres lieux (voir plus bas). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui se trouvent – certains même à télécharger – sur son propre blog : http://www.marcelogullo.com/

Ses articles sur Katehon sont en espagnol et en anglais.

8. Gullo - Le temps couverture.jpg

 

 Marcelo GULLO

Le temps des États continentaux.

Les nations face à la mondialisation. Situation des pays latino-américains

Pierre TEQUI éditeur 2010

256 pages

 

 

 Présentation sur le blog de l’auteur : http://www.marcelogullo.com/le-temps-des-etats-continenta...

Note de l’éditeur 

Né en Argentine en 1963, diplômé de l'École de diplomatie de Madrid, et de l'Institut Universitaire des Hautes Études internationales de Genève, Marcelo Gullo est Docteur en Science politique et en Relations internationales. Il est également professeur de Sciences Politiques et de Relations internationales à Lima et à Buenos Aires, et conseiller de la Fédération latino américaine de Travailleurs en Éducation et Culture (FLATEC). Le préfacier : Bernard Seillier est sénateur honoraire et ancien président du groupe de spiritualité des assemblées parlementaires.

Comme l’éditeur ne publie que des ouvrages religieux, nous devons probablement la parution de celui-ci à M. le Sénateur honoraire. [NdGO]

 

 

2. EXPLOSION.gif

Verdun

(Pour l’Eurovision de l’an prochain à Kiev ?)

[On s’est laissé dire que l’Irlande se donne prudemment du mal pour ne jamais gagner l’Eurovision, se souciant fort peu d’avoir à débourser des sommes folles pour organiser le bastringue. Pour l’Ukraine, pas de problème, comme d’hab, les poches de l’UE suppléeront.]

 

C’est à Craonne

Auteur inconnu (peut-être fauché justement là)

C’est Marc Ogeret qui chante

 


Quand au bout d´huit jours, le r´pos terminé,
On va r´prendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c´est bien fini, on en a assez,
Personn´ ne veut plus marcher,
Et le cœur bien gros, comm´ dans un sanglot
On dit adieu aux civ´lots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s´en va là haut en baissant la tête.

Adieu la vie, adieu l´amour,
Adieu toutes les femmes.
C´est pas fini, c´est pour toujours,
De cette guerre infâme.

C´est à Craonne, sur le plateau,
Qu´on doit laisser notre peau
Car nous sommes tous condamnés
C´est nous les sacrifiés !

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l´espérance
Que ce soir viendra la r´lève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain, dans la nuit et dans le silence,
On voit quelqu´un qui s´avance,
C´est un officier de chasseurs à pied,
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l´ombre, sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Adieu la vie, adieu l´amour,
Adieu toutes les femmes.
C´est pas fini, c´est pour toujours,

De cette guerre infâme.

C´est à Craonne, sur le plateau,
Qu´on doit laisser notre peau
Car nous sommes tous condamnés
C´est nous les sacrifiés !

C´est malheureux d´voir sur les grands boul´vards
Tous ces gros qui font leur foire ;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c´est pas la mêm´ chose.
Au lieu de s´cacher, tous ces embusqués,
F´raient mieux d´monter aux tranchées
Pour défendr´ leurs biens, car nous n´avons rien,
Nous autr´s, les pauvr´s purotins.
Tous les camarades sont enterrés là,
Pour défendr´ les biens de ces messieurs-là.

Adieu la vie, adieu l´amour,
Adieu toutes les femmes.
C´est pas fini, c´est pour toujours,
De cette guerre infâme.

C´est à Craonne, sur le plateau,
Qu´on doit laisser notre peau
Car nous sommes tous condamnés
C´est nous les sacrifiés !

Ceux qu´ont l´pognon, ceux-là r´viendront,
Car c´est pour eux qu´on crève.
Mais c´est fini, car les troufions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s´ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l´plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau !

 

Quand on aura le temps, on pourrait parler des fusillés pour l’exemple… (« Vingt » qu’il dit, le petit jeune).

 

2. EXPLOSION.gif

 

GENRE

Études sur le genre : être ou ne pas être… qui et quoi… et avec qui ?

Serge Uleski – sur son blog22 mai 2016

 

9. Drag Queen.jpg

 

S’il existe un champ de recherches qu’on appelle « études sur le genre » (gender studies), travaillant notamment sur la construction sociale des stéréotypes associés au genre, ces études doivent sans doute quelque chose à Simone de Beauvoir et à son « On ne naît pas femme, on le devient » ; affirmation péremptoire, insolente et dogmatique qui cachait à l’époque certainement un sentiment de culpabilité très fort : n’oublions pas que nous sommes en 1949 ; issue d’un milieu aristocratique et bourgeois (elle est née Simone-Lucie-Ernestine-Marie Bertrand de Beauvoir), elle-même bourgeoise - comme quoi, et pour le coup … on naît bourgeoise et on le demeure ! -, Simone est lesbienne ; de plus, on lui connaît un penchant certain pour les jeunes filles bien plus jeunes ou bien moins âgées qu’elle ; un peu comme son compagnon de fortune… Jean-Paul Sartre qui, s’il était hétéro, avait la réputation d’être un « queutard » d’étudiantes qui buvaient, bouche bée, entre autres breuvages, ses paroles quasi bibliques à l’époque.

Avec Simone de Beauvoir, il sera aussi question d’un deuxième sexe : le sien en l’occurrence même si… bien des années plus tard, des copines et des lectrices de Simone affirmeront que l’on n’est finalement sûr de rien en la matière : un sexe, deux, trois, voire quatre, peut-être cinq...

On y reviendra plus tard.

Pour l’heure… en voiture Simone !

Lire la suite…

Source : http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2...

 

2. EXPLOSION.gif

 

Pour une fois qu’on a l’occasion de sourire un  peu…

« En ce qui concerne la bisexualité, allez demander à une famille (une mère épouse et ses enfants) de gérer la bisexualité d’un père descendu dans le parking de son immeuble retrouver un amant ou un prostitué mâle avant de remonter partager le repas du soir avec toute sa belle petite famille ; ou bien encore, une épouse et mère descendue dans ce même parking pour se faire godemicher par une copine avant de… (vous connaissez la suite)… »

Il ne croit pas si bien dire, Uleski. C’est sans doute pourquoi Facebook (aux USA en tout cas) oblige ses abonnés à afficher leur identité véritable. Ce qui peut être gênant dans certains cas.

En San Franciscain dans le texte : 

« Et cela inclut résident de San Francisco Mike Woolson, des spectacles de travesti locale et dessinateur, dont la femme est un membre aspirant des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence. »

2. EXPLOSION.gif

On pourra lire aussi, sur ce sujet et sur les choses beaucoup moins drôles qui en découlent :

 

Entre la plume et l’enclume

3. freccia nera.GIF

http://plumenclume.org/blog/121-condamnation-de-farida-be...

3. freccia nera.GIF

http://plumenclume.org/blog/119-autour-de-la-gpa-de-chary...

 

2. EXPLOSION.gif

SOTCHI

Au sommet de l’ASEAN, Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères russe et politique très sérieuse, divertit ses hôtes

 

 

2. EXPLOSION.gif

Dernière minute !

Le joli mai de COMAGUER sur RADIO GALERE continue

Après l’entretien  (en français) avec le philosophe italien DOMENICO LOSURDO sur son livre « Nietzsche, le rebelle aristocratique »

(disponible dans les archives sonores de Comaguer – voir le blog de comaguer)

*****************

Mercredi 25 Mai de 20h à 21h30

Annie Lacroix-Riz parle de son dernier livre

« LES ELITES FRANCAISES DE 1940 A 1944 »

******************

Chaque mardi de 15h à 16h les  Carnets de Comaguer, chroniques de l’actualité internationale sous le regard de l’histoire longue.

*******************

Et Mercredi 25 Mai à 11h dans l’émission « Livres et amies » on parle du livre de Gauz « Debout payé »

*******************

www.radiogalere.org

 

2. EXPLOSION.gif

Temps des contre-coups d’États en Amérique Latine ?... et en Europe ?

Peter Koenig – ICH 18 mai 2016

 

3. Santiago aujourd'hui.jpg

Santiago du Chili, 23 mai 2016.

 

Qu’est-ce qui arrive quand ceux qui crient au terrorisme sont les terroristes ? Je veux parler des grands groupes d’affaires supra-nationaux et les oligarques financiers qui n’agissent que dans leur propre intérêt, exclusivement axé sur le profit, sous la direction de Washington et la protection des tueurs de l’OTAN. Ce qui arrive, c’est de la peur et du déboussolement. La peur est l’arme de choix des vrais terroristes, de ceux qui veulent nous faire croire qu’ils propagent et défendent la démocratie. Par la peur, ils soumettent le monde qui leur lèche les bottes, et parfois pire. Mais les peuples sont peut-être en train  de se réveiller. Dans le monde entier. Les plans soigneusement ourdis par les Anglo-sionistes, comme le PNAC (« plan pour un nouveau siècle américain »), sont en train d’exploser et leurs débris de se transformer en une masse mobile qui fonce tout droit sur la tyrannie néo-libérale du Monde Globalisé ou Nouvel Ordre Mondial.

Des manifestants descendent, par dizaines de millions dans les rues de tout ce qu’il est convenu d’appeler « l’Occident », où les populations sont opprimées et réduites en esclavage par leurs propres « élites », frai des infâmes colonialistes passés et présents.

 

AMÉRIQUE LATINE

Dans les villes du Brésil, ils sont des millions dans les rues à protester contre la prise de contrôle illégale de la présidence, au mépris de la volonté de 54 millions d’électeurs, par un Parlement corrompu, et même pire que cela, et un vice-président, Michel Temer, qui, lui-même, est accusé de corruption et devrait être inéligible à n’importe quelle fonction publique pour les huit ans à venir ; et c’est même pire puisque Michel Temer, comme vient de le révéler Wikileaks, a pendant des années espionné son pays pour le compte de la CIA. Selon les règles partout admises, c’est un crime de haute trahison. La procédure de destitution de Dilma Roussef a été diligentée par un autre membre corrompu du Parlement, son propre président Eduardo Cuñha, accusé, lui, d’être impliqué dans une affaire de corruption impliquant Petrobras et portant sur 40 millions de dollars US. Il vient d’être lui-même démis de ses fonctions.

Temer est prêt à vendre le Brésil aux vautours financiers de Wall Street, de la FED, du FMI et de la Banque Mondiale, et il a « promis » de privatiser des services sociaux et publics d’importance vitale, de façon que les oligarques puissent devenir encore plus riches et que les Brésiliens soient forcés de recommencer à se battre pour leur survie. Il a déjà nommé M. Goldfein nouveau président de la Banque Centrale du Brésil. Goldfein était le Chef économiste d’Itaú, la plus grande banque privée du Brésil ; il a été vice-gouverneur du Banco do Brazil, la plus grande banque d’Amérique Latine, privée elle aussi, bien sûr, quoique majoritairement contrôlée par le gouvernement. Il a également travaillé pour le FMI et pour la Banque Mondiale. Il constitue une excellente indication de la politique monétaire que le Brésil va suivre pendant 180 jours.

Cette crasseuse et criminelle manœuvre pour déposer une Dilma Roussef  élue démocratiquement était en préparation depuis bien des années - avant même que Dilma remporte sa première irrésistible victoire électorale de 2010 – par l’oligarchie financière et d’affaires du Brésil dirigée par les longs doigts sanglants de Washington, comme cela a été le cas dans toute l’Amérique Latine, au long du siècle écoulé, encore, toujours et partout par installation forcée de dictateurs militaires d’extrême droite qui écrasaient impitoyablement toute forme de résistance au pillage éhonté du continent par les riches : « Les veines ouvertes de l’Amérique Latine », comme l’a si bien décrit Eduardo Galeano dans son chef d’œuvre. Après une brève rémission d’une trentaine d’années, au cours desquelles l’Amérique du Sud devint l’avant-garde de la démocratie pour le reste du monde, le jeu traditionnel de Washington dans son « arrière-cour » reprend de plus belle. Regardons seulement ce qui se passe en Argentine, au Vénézuéla, au Honduras et au Pérou. Voyons les mêmes ingérences se produire en Équateur et en Bolivie.

En Argentine, des centaines de milliers de gens manifestent dans les rues pour dénoncer l’agression néo-libérale du président néo-fasciste imposé Mauricio Macri contre le peuple. Moins de six mois après avoir été catapulté au pouvoir par les mêmes « parrains » de l’étranger qu’au Brésil, il a réussi à faire reculer l’économie argentine jusqu’à ses niveaux de 2004/2005, avec un taux de pauvreté qui est passé de 12% en novembre à 35% en avril 2016. Le chômage et l’inflation explosent tandis que Macri  supprime plus de 125.000 postes de fonctionnaires d’État, enjoignant à l’industrie privée d’en faire autant. Il a augmenté le prix du gaz de plus de 500% et a doublé le prix des transports publics. Il a aussi averti que ce n’était pas fini. Le jour même où il est entré en fonctions, le 10 décembre dernier, il a déclaré le peso flottant, déclenchant une dévaluation de plus de 60%. La monnaie a un petit peu remonté depuis et fluctue maintenant autour de la parité de 14 pesos pour 1 dollar, ce qui représente une diminution de valeur de 30% par rapport au mois de novembre. L’inflation qui en résulte est énorme et a fait tomber des pans entiers de la population argentine dans la misère. Et ceci n’est qu’un début.

Au Pérou, quelques semaines avant le 1er tour des élections nationales et présidentielles du 10 avril 2016, un Comité Électoral de 5 membres a disqualifié deux candidats à la présidence : l’économiste centriste Julio Guzman et le riche ex-gouverneur Cesar Acuña, qui étaient en deuxième et troisième position dans les son,dages, derrière Keiko Fujimori (la fille de l’ex-président Alberto Fujimori, qui purge une peine de prison pour corruption massive et crimes contre l’humanité). Ils ont été disqualifiés sur des prétextes bénins, le premier parce qu’il n’était pas en r ègle avec la procédure électorale, le second pour un cas mineur de favoritisme dans un marché. Les deux prétextes à disqualification sont ridicules, comparés à la colossale corruption de la famille Fujimori, y compris celle pour laquelle Keiko elle-même est connue.

Ceux qui ont bénéficié directement de la double disqualification sont les candidats qui venaient en 4e et 5e positions : Veronica Mendoza, une parlementaire de gauche de Cuzco âgée de 35 ans et le chéri du Big Business, Pedro Pablo Kuczynski (dit aussi PKK), âgé de 77 ans, qui détient un passeport US et a été ministre de l’Énergie et Premier ministre dans des gouvernements précédents. Son palmarès de corruption – abyssal – comprend un pot de vin de 140 millions de dollars US, qu’il a touché de la US Hunt Oil Corporation. Après l’éviction de Guzman et d’Acuña, Mme Mendoza est rapidement montée à la 2e place avant le premier tour de scrutin du 10 avril, laissant Kuczynski assez loin derrière elle. Ce n’était pas tolérable pour l’« élite » péruvienne ni, bien sûr, pour Washington.

Après une massive campagne de calomnies contre Veronica, accusée d’être – devinez quoi – « communiste » par les riches familles qui contrôlent le Pérou et par Washington, PKK est passé en second, battant Veronica de très peu au 1er tour. L’élection est très fortement contestée et pas seulement par la gauche. Restent donc en lice, pour le 2e tour du 5 juin prochain, Keiko et PKK. L’« élite » péruvienne et Washington peuvent respirer. Pour eux, tout va bien. Du moins en théorie. Cependant, un fort mécontentement fermente dans la population. Les Péruviens d’à peu près toutes les appartenances politiques se rendent compte que les résultats du 1er tour ont été acquis par fraude, comme d’ailleurs toutes les autres élections des 40 dernières années. Et ils commencent à s’organiser, à descendre dans les rues par centaines de milliers, pour exiger l’annulation du scrutin et la nomination d’un  président par intérim et qu’une nouvelle élection ait lieu au plus tard dans un an. Certains, cependant, craignent un coup d’État militaire…

Au Venezuela, la droite, « coachée » et financée par Washington n’éprouve aucun scrupule à détruire le pays, son tissu social et son système de santé publique modèle. Tout tombe en pièces : pénurie organisée de nourriture et d’eau, coupures d’électricité, impossibilité de se procurer des médicaments et des équipements médicaux. Résultat : les hôpitaux ferment, les nouveau-nés meurent et des patients sans nombre attendent en vain de recevoir des soins. L’inflation grimpe en flèche.

Cette décomposition sociale est un classique. Dû au boycott et à la rupture délibérée de la chaîne d’approvisionnement alimentaire et de services de base dirigée par Washington et exécutée par les droites locales. C’est une resucée de la manière dont la CIA avait lancé le coup d’État militaire de 1973, qui a valu aux Chiliens 17 ans d’horreurs et d’assassinats. La variété vénézuélienne a gagné en sophistication grâce à l’inestimable expérience acquise par Washington dans tous les « regime change » fabriqués de par le monde au cours des 40 dernières années.

Le président Maduro se bat. Mais il n’y a pas moyen d’arrêter l’attaque venue du Nord sans expulser manu militari les médias étrangers, qui répandent à l’envi mensonges et calomnies, de manière à dresser la population contre son gouvernement. Je ne suis pas en train de prêcher la violence armée, mais la violence d’extrême-droite financée par l’étranger doit être stoppée. Si la seule manière de sauver la révolution bolivarienne est de déclarer la loi martiale, de mettre des tanks dans les rues et d’employer les grands moyens pour arrêter la violente campagne occidentale d’anéantissement du pays, il faut le faire.

Au Honduras, le président Juan Orlando Hernandez a été placé au pouvoir en 2009 par un coup d’État organisé par Washington (aujourd’hui reconnu par Killary elle-même) contre le président élu Manuel Zelaya, dont la victoire aux élections imminentes était à peu près sûre. Sous la tyrannie d’Orlando Hernandez, protégé de Washington, le taux de crimes et d’assassinants, déjà le plus haut d’Amérique Centrale, ne cesse d’augmenter. La répression de toute liberté de pensée et d’expression y est endémique. L’environnement et les ressources naturelles telles que les forêts (déboisement sauvage), l’eau (privatisation), l’or et les autres minerais sont pillés de façon rabique. Les militants pour la protection de l’environnement qui ont le courage de manifester sont pourchassés et abattus. Le meurtre ignoble, en mars dernier, de la militante des droits indigènes Berta Cáceres a provoqué de violents affrontements dans tout le pays. Au Honduras, la répression a fait un pas de trop. Les protestations populaires ne se calmeront pas.

En Équateur et en Bolivie, des groupes entraînés à la déstabilisation par la CIA, et des « ONGs », tous dirigés et financés par Washington, sont à l’œuvre, occupés entre autres choses à soudoyer les populations indigènes pour obtenir leur soutien. En Bolivie, ils recrutent (c’et-à-dire achètent) des gosses de rues, pour les former en groupes de protestataires anti-gouvernementaux et les infiltrer au cœur cet état plurinational qui compte 36 cultures et autant de langues indigènes. [36 Vendées… le pied ! NdT].

Dans le cas de l’Équateur, les gens qu’ont chagriné les concessions de Rafaël Correa aux géants du pétrole (concessions qu’il a été contraint de faire sous la pression des États-Unis) sont aujourd’hui mobilisés par les bénéficiaires mêmes de ses concessions pour déstabiliser son gouvernement. Là, c’est la CIA et ses mercenaires locaux qui opèrent. Le président Correa avait pris ses décisions les mains liées. Ne pas céder aux pressions aurait signifié la mort, non seulement pour lui mais pour sa famille. Car c’est ce qui est arrivé à Jaime Roldos, un de ses prédécesseurs, assassiné en 1981 dans un « accident » d’avion, qui n’était pas un accident du tout, comme l’ont révélé des documents officiels récemment tombés dans le domaine public, mais bien une partie de l’Opération Condor lancée par la CIA contre les dirigeants sud-américains « de gauche ». De même, la tentative de coup d’État policier et militaire du 30 septembre 2010 contre le président Correa a fait savoir clairement que l’option de l’assassinat était toujours sur la table. Bien entendu, tout cela n’est pas estimé suffisant et le « regime change », tant en Bolivie qu’en Équateur, reste évidemment au programme de l’« État exceptionnel ». Bref, tout indique que l’Amérique Latine est la cible d’une nouvelle « Opération Condor ».

Il est intéressant de noter que le vice-ministre des Affaires étrangères de Russie, Sergei Ryabkov, a mis Washington en  garde contre une intrusion abusive dans les affaires intérieures de l’Amérique Latine, insistant sur l’Argentine, le Brésil et le Venezuela comme exemples particulièrement flagrants.

 

EUROPE

En Europe, les vrais et indiscutables terroristes, les États-du-Crime-de-Guerre-Unis et leur vassale l’Union Européenne, avec ses sous-couches opaques d’institutions hautement corrompues telles que la soi-disant mais mal nommée Banque Centrale Européenne (BCE), la Commission Européenne (CE, sous-couche non-élue, malhonnête et secrète de l’UE) et le FMI ont semé un chaos économique dans les états européens les plus vulnérables, qu’ils ont dédaigneusement baptisés, car c’est si amusant d’humilier, PIGS (« porcs ») : pour le Portugal , l’Irlande, la Grèce et l’Espagne (« Spain »). Des manifestations de masses contre l’empire ont lieu tous les jours un peu partout et la France pourrait se révéler un disciple-surprise de la manifestation radicale.

Le peuple de France n’est, depuis longtemps, pas vraiment un ami de son président, François Hollande, dont la popularité, en mars dernier, était tombée à 17% et a peut-être rétréci jusqu’à moins de 10%, maintenant qu’il vient d’imposer, par décret, une loi sur le travail massivement controversée, après avoir anti-démocratiquement refusé tout débat parlementaire. À présent, il veut faire approuver son oukase par le Parlement, tout en jurant qu’il ne l’abrogera pas quoi qu’il advienne.

Dans toute la France les gens descendent dans les rues par centaines de milliers, peut-être par millions. Les syndicats ont annoncé une grève générale illimitée, aussi longue qu’il le faudra pour venir à bout de cette loi destructrice des droits du travail qui donne aux multinationales le droit d’embauche et de licenciement sans limite et sans contrôle et qui supprime presque toute protection sociale. Ces mesures néo-libérales contre le travail ont naturellement pour but de complaire aux euro-oligarques de l’industrie et des finances. Elles provoquent déjà de très forts sentiments anti-UE qui, combinés avec le mécontentement contre l’UE et l’euro qui monte chez les peuples des autres pays membres, pourrait amener un effondrement de cette soi-disant « Union » Européenne inhumaine, égoïste et corrompue.

En Grèce, les habitants sont en train de succomber à la famine, au manque de soins médicaux les plus élémentaires et à l’interminable pillage des biens et des services publics. Pillage de leur capital de vie. Les gens meurent par milliers de malnutrition, d’absence de soins et de famine pure et simple provoqués par les non moins interminables et impitoyables programmes d’austérité imposés par la sanguinaire « troïka » (CE-BCE-FMI), apparemment sans soulever d’objection du parti soi-disant de gauche au pouvoir Syriza, tout cela étant comme il se doit dirigé par la FED, elle-même aux mains des Anglo-sionistes et de Wall Street. Il est effarant de voir les autres pays d’une Union Européenne pourrie jusqu’aux moëlles se contenter de regarder ce qui se passe dans cette Grèce malheureuse et affaiblie, en s’arrangeant pour rêver que cela ne leur arrivera jamais. Les vassaux européens ne sont littéralement qu’un ramassis d’égocentriques lécheurs de bottes.

Mais les Grecs se réveillent du choc. Après que le référendum contre le « plan de sauvetage » du 5 juillet 2015 ait obtenu 61% des voix, le gouvernement, celui-là même qui l’avait organisé, a retourné sa veste et accepté toutes les mesures d’austérité exigées par la troïka, plus une quantité dautres encore pire. Le traumatisme fut indescriptible. Au jour d’aujourd’hui, les Grecs ne comprennent toujours pas ce qui s’est passé. Il est probable qu’il y ait eu (et qu’il y ait encore) jeu inavouable, menaces de mort à la clé sans doute, comme celles qui doivent avoir poussé le Premier ministre Georges Papandréou, après une rencontre en urgence, à Cannes, en novembre 2011, avec Mme Merkel et M. Sarkozy, à rentrer dare-dare à Athènes, à décommander le (premier) référendum prévu et à donner sa démission. Aujourd’hui, la Grèce est en proie à des grèves qui paralysent et achèvent de détruire ce qui restait de son économie, ce qui finira par conduire, espérons-le, au GREXIT, seul faible promesse de lumière au bout du tunnel.

En Espagne, le Mouvement 15 (M15 – mouvement consolidé des indignados ou « indignés », qui a débuté à Madrid le 15 mai 2011) vient de célébrer son 5e anniversaire en appelant des millions d’indignés à manifester dans 500 villes du monde, dans un effort coordonné et solidaire de combattre l’agression du néo-libéralisme contre l’humanité, agression qui utilise trois sortes d’armes : les tanks et les bombes, la propagande et la calomnie aux soins des médias, l’asphyxie financière et la subordination par l’endettement.

L’Espagne se prépare aussi à un 2e tour de scrutin électoral le 26 juin, élections qui ont été convoquées par le roi Felipe VI parce que la gauche, sous la conduite du Parti Socialiste (PSOE) était incapable de former un gouvernement. La nouvelle coalition de gauche, qui regroupe PODEMOS (« Nous pouvons ») et la Gauche Unie, soit PODEMOS-UNIDOS a de bonnes chances de l’emporter sur le 2e plus grand parti du pays (le PSOE). Mais il reste la droite, c’est-à-dire le Partido Popular (PP) du néolibéral Mariano Rajoy, à battre, chose rendue difficile par une intense propagande notoirement sous influence étrangère (Washington et l’UE) à laquelle s’ajoute la manipulation des électeurs et des urnes.

En fait, les derniers sondages indiquent que le PP est en tête avec 28,2%, suivi par PODEMOS-UNIDOS avec 26,2%, par les socialistes du PSOE avec 18,9% et, finalement, par le nouveau parti du centre-droit CIUDADANOS (« Citoyens »), qui obtiendrait 13,2%.

Si ces élections ne permettent pas de résoudre le problème, ce qui paraît probable au vu des sondages (principe du diviser pour régner), le roi Felipe se tournera sans doute alors vers le PP de Rajoy pour qu’il tente de former un gouvernement. Mais un autre gouvernement de droite de type Rajoy pourrait bien amener l’Espagne au bord de la révolution.

Le Royaume-Uni  est dans une classe à part avec un très fort mouvement populaire en faveur du BREXIT. C’est là le reflet d’un mécontentement général envers l’UE et la soumission du Premier ministre David Cameron aux directives opaques de l’UE et à sa Commission Européenne non-élue. Cette vidéo

http://subterrnews.blogspot.com/2016/05/brexit-movie-full... 

illustre assez bien ce que l’UE avait promis et est effectivement en train d’infliger au Royaume-Uni, ce qui n’est pas très différent de ce que la technocratie de Bruxelles inflige au reste de l’Europe.

Si les Brits réussissent, contre la volonté des maîtres de Washington et de Bruxelles, à voter pour la sortie de l’Union Européenne – et si leur vote est accepté – alors, la dynamique du mécontentement européen pourrait bien amener l’effondrement de l’Union et de sa monnaie truquée, non garantie et impossible à soutenir.

Ce serait un coup terrible porté à l’empire US, un coup auquel il pourrait ne pas survivre. Au nombre des conséquences prévisibles, une désintégration de l’OTAN n’est pas à exclure, ce qui pourrait sonner – espérons-le du moins – le glas de l’hégémonie US.

 

MOYEN ORIENT, AFRIQUE DU NORD et « RESTE DU MONDE »

Cette criminelle offensive globale des USA et de l’OTAN est également dirigée contre le Moyen Orient, l’Afrique du Nord et l’Europe de l’Est, au moyen de guerres fomentées de l’étranger ou par procuration responsables, dans ces régions, du déplacement de millions et de millions de réfugiés, qui en sont réduits à chercher asile dans les pays de leurs bourreaux : en Europe. Et l’Europe – plus que jamais le continent colonialiste qu’il fut naguère – les rejette misérablement, érige des murs, oui des murs, pour les empêcher d’entrer  – vous vous rappelez le Mur de Berlin ? – s’entoure de barbelés et les chasse à coups de grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc, y compris les mères avec des bébés et des petits enfants. Il y a des blessés et des morts, dont les médias se gardent bien de faire état. Une fois réfugiés, on oublie qu’ils ont des âmes.

Quelle honteuse abjection est devenue l’Europe ! À peu près 1,3 million de personnes sont entrées, depuis le début de 2015, sur le territoire de 28 états membres et de deux non-membres (la Norvège et la Suisse), un territoire de 4.5 millions kms2 pour 500 millions d’habitants. Le niveau moral de l’Europe est si bas que « aller détruire leurs pays et leurs foyers, OUI, mais les laisser entrer chez nous, NON ! ». Par comparaison, le Liban, qui a une population de 4,5 millions de personnes pour un territoire de 10.500 kms2, a accueilli et offert l’asile à 1.5 million de réfugiés du Moyen Orient et d’Afrique du Nord. Cette Europe, cette Union Européenne, ne mérite pas de survivre. L’inhumanité à une pareille échelle n’est pas supportable, Dieu merci !

L’OTAN, armé jusqu’aux dents au mépris des sacro-saintes promesses faites lors de la chute du Mur de Berlin, continue sa rapide expansion verse l’Est et mène bon train l’encerclement de la Russie, allant jusqu’à occuper militairement l’Ukraine. L’Ukraine fait, depuis des siècles, partie intégrante de la Russie, mais elle représente, pour l’Occident, tant stratégiquement qu’économiquement, un territoire d’une importance cruciale. C’est pourquoi les USA et l’OTAN y ont perpétré, en février 2014, un coup d’État sanglant et installé à Kiev un gouvernement nazi, qui commet des crimes de guerre et contre l’humanité dans la région du Donbass (Ukraine Orientale), y déchaînant une guerre civile à coups d’atrocités dont l’Occident n’a pas honte de rendre la Russie responsable. Ces accusations, vous l’aurez deviné, étant fabriquées et répandues par les médias de la pressetituée.

L’agression ne s’arrête pas là. L’Empire du Chaos et de la Tuerie est maintenant occupé à « pivoter » vers l’Est, c’est-à-dire vers la Chine, autour de laquelle Washington a déjà déployé près de 60% de sa flotte, qui croise actuellement en Mer de Chine méridionale. Simultanément et de manière provocatrice, l’aviation US n’en finit pas de survoler l’espace maritime et territorial de la Russie et de la Chine, tandis que des navires de guerre US patrouillent dans la Baltique, a proximité et parfois dans les eaux russes, tout en accusant les Russes de les « menacer » avec leurs jets de combat. Ce qui n’empêche pas les génies du jeu d’échec Poutine et Jinping de maîtriser l’échiquier géopolitique, non seulement pour protéger leurs pays respectifs, mais aussi pour sauvegarder l’humanité d’un Troisième Bain de Sang et d’une très possible extinction.

Pour un observateur extérieur, tout cela ressemble furieusement à une fin de partie. Pas, il faut l’espérer, à une fin de partie pour le monde tel que nous le connaissons, mais pour le tyran occidental. On dirait une bête féroce acculée, fouettant l’air en tous sens avec une force d’autant plus aveugle et meurtrière qu’elle sait qu’elle va mourir, s’acharnant follement à détruire et à dévorer tout ce qu’elle peut encore saisir avant de sombrer dans l’oubli.

Tout ce que « Nous le Peuple », qui sommes pillés depuis un siècle par cette clique de prédateurs, avons à faire, c’est d’éviter une guerre nucléaire qui pourrait signifier la fin de l’espèce humaine. C’est « Tout ». Mais c’est Beaucoup.

Nous avons peu d’options. Une d’entre elles, peut-être la plus viable et la moins sanglante, est de mettre en échec la globalisation ou Nouvel Ordre Mondial, en brisant l’hypocrite et frauduleuse Union Européenne, c’est-à-dire en revenant à, ou plutôt non, en progressant le plus rapidement possible vers un concept de production nationale, pour des marchés nationaux avec des monnaies nationales et des banques publiques réellement mises au service du public et travaillant pour les peuples et pour l’économie des peuples.

Cela seul aiderait énormément à vaincre l’économie-poison du monstre et ses systèmes monétaires de pacotille croulant sous les dettes et enchaînés au dollar. Pour le commerce international des nouveaux pays souverains, Russie et Chine, se libérer de la domination d’un dollar détaché de l’euro et de son actuel système de transfert international ne paraît pas une perspective éloignée. Que le reste du monde les suive dans cet effort est essentiel.

 

10. Peter Koenig.JPGPeter Koenig est un analyste économique et géopolitique. Pendant presque toute sa carrière (trente ans) il a travaillé pour la Banque Mondiale en qualité d’économiste et de spécialiste des ressources en eau. À ce titre, il a voyagé dans toutes les parties du monde. La plupart des scènes de son roman Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed  proviennent de sa propre expérience. Il est aussi un des auteurs de The World Order and Revolution ! – Essays from the Resistance

Il écrit pour Global Research, ICH, RT, Press TV, Chinese 4th Media, Telesur, Le Saker US et d’autres sites Internet.

Son épouse et lui vivent en Europe et en Amérique du Sud. Leurs deux filles et leur fils vivent en Suisse.

On peut le joindre à l’adresse implosion.pk@rcn.com

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44692.htm

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

On ne sait pas si Peter Koenig y croit vraiment ou s’il emploie la méhode Coué... Si, après le Petit Poucet, on a droit à Perrette. Time will tell.

 

 

2. EXPLOSION.gif

 

Mis en ligne le 24 mai 2016.

 

 

22:28 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2016

70e ANNIVERSAIRE DU DÉBUT DE LA GUERRE FROIDE

1. Cuba Russian Ship.jpg

 

70e anniversaire du début de la guerre froide

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Staline et Marianne sont aux prises avec des gens qui ne les comprennent pas. Mais il y en a quand même qui font des efforts (au moins pour Staline, pour Marianne, on verra plus tard).

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Réponse de Joseph Staline
au discours du Rideau de Fer de Churchill

Interview de Staline accordée à la Pravda le 14 mars 1946

Comité Valmy - mercredi 18 mai 2016.

 

Voir en ligne : Le discours du Rideau de Fer : Le nerf de la Paix par Winston CHURCHILL

 

13. Postdam_Conference_Bundesarchiv.jpg

Conférence de Potsdam du 17 juillet au 2 août 1945 – Bundesarchiv

 

À la mi-mars 1946, un correspondant de la Pravda a demandé à Staline de clarifier certaines questions soulevées dans le discours prononcé par Winston Churchill à Fulton, États-Unis. Voici les réponses aux questions.

 

Question : Comment jugez-vous le dernier discours prononcé par M. Churchill aux États-Unis ?

Réponse : J’estime que ce discours est un acte dangereux, qui vise à semer des germes de discorde entre les Etats alliés et à rendre plus difficile leur collaboration.

Question : Peut-on estimer que le discours de M. Churchill compromet la paix et la sécurité mondiale ?

Réponse : Sans contredit, oui. En fait, M. Churchill se trouve actuellement dans la position d’un fauteur de guerre. Et il ne s’y trouve pas seul. Il a des amis, non seulement en Angleterre, mais également aux États-Unis. Il est à remarquer que, sous ce rapport, M. Churchill et ses amis rappellent d’une façon étonnante Hitler et ses amis. Hitler a commencé la préparation à la guerre par sa proclamation d’une théorie raciale, où il déclarait que seules les personnes de langue allemande représentaient une nation « véritable » au sens complet du mot.

M. Churchill, également, commence la préparation à la guerre par une théorie raciale, en affirmant que seules les nations de langue anglaise sont des nations dans toute l’acceptation du mot appelées à diriger les destinées du monde entier.

La théorie raciale allemande amena Hitler et ses amis à conclure que les Allemands, en tant qu’unique nation « véritable », devaient commander aux autres nations. La théorie raciale anglaise amène M. Churchill et ses amis à cette conclusion que les nations de langue anglaise, en tant que seules « véritables », doivent régner sur les autres nations du monde.

En fait, M. Churchill et ses amis, en Angleterre et aux États-Unis, présentent aux nations ne parlant pas anglais quelque chose comme un ultimatum : « Reconnaissez de bon gré notre domination, et tout alors ira bien ; dans le cas contraire, la guerre est inévitable. »

Mais si les nations ont versé leur sang au cours de cinq années d’une terrible guerre, c’est pour la liberté et l’indépendance de leur pays et non pas pour remplacer la domination des Hitler par celle des Churchill.

Il est donc tout à fait probable que les nations qui ne parlent pas l’anglais, et qui représentent l’énorme majorité de la population du globe, n’accepteront pas de retourner à un nouvel esclavage. La tragédie de M. Churchill consiste dans le fait qu’il ne comprend pas, en « tory » endurci, cette vérité simple et évidente.

Il n’y a aucun doute que la position prise par M. Churchill est une position qui mène à la guerre, un appel à la guerre contre l’URSS. Il est clair aussi que cette position de M. Churchill est incompatible avec le traité d’alliance qui existe actuellement entre l’Angleterre et l’URSS. Il est vrai que, pour embrouiller ses auditeurs, il déclare en passant que le traité anglo-soviétique d’aide mutuelle et de coopération pourrait être facilement prolongé pour une période de cinquante ans. Mais comment peut-on concilier une telle déclaration de M. Churchill avec sa position qui mène à la guerre contre l’URSS, avec son prêche en faveur de la guerre contre l’URSS ? Il est clair que ces faits sont absolument inconciliables. Et si M. Churchill, invitant à la guerre contre l’URSS, estime cependant que le traité anglo-soviétique peut être prolongé et voir sa durée portée jusqu’à cinquante ans, cela montre qu’il considère ce traité comme un papier sans importance, qui ne lui sert qu’à couvrir et masquer sa position antisoviétique. C’est pourquoi l’on ne peut pas considérer sérieusement les fausses déclarations des amis de M. Churchill en Grande-Bretagne relatives à une prolongation du traité anglo-soviétique jusqu’à cinquante ans et plus. La prolongation du traité ne répond à rien si l’une des parties viole le traité et le transforme en un papier vide de sens.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7162

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

14. banner_iceland.jpg

 

Quand le Saker remet en question ses idées reçues sur le petit père des peuples.

La controverse sur Staline – un « panier » de considérations préliminaires

Le Saker – saker.is 11 avril 2016

 

15. staline lenine et Kalinine.jpg

 

Cet article est exceptionnellement long. On rappelle à ceux qui l’ignorent que le template de ce blog nous oblige à afficher in extenso les textes que nous traduisons nous-mêmes. Un blog gratuit est tout ce que nous pouvons nous permettre. À vos roulettes ! L.G.O.

 

En présentant la série de Jimmie Moglia sur Staline [Voir ici : http://thesaker.is/the-life-of-stalin-by-jimmie-moglia/ NdT], j’avais promis de partager avec vous mes propres impressions sur cette personnalité si controversée. Permettez-moi de vous dire tout de suite que ce que je vais écrire n’est en aucune façon une analyse de la vie et de la personne de Staline, mais plutôt quelques pensées plus ou moins décousues sur un sujet que j’ai toujours conscience de ne pas comprendre.

La figure de Staline a toujours été controversée. Il y en a qui le voyaient comme « le plus grand dirigeant de tous les pays et de tous les temps » (“вождь всех времен и народов”), alors que, pour d’autres, il était l’épitomé du mal, un maniaque génocidaire coupable d’avoir tué plus de gens que n’importe quel individu dans l’Histoire. En réalité, cette espèce de polarisation montre clairement que la question est très complexe et qu’il est improbable qu’une réponse simple, en blanc et noir, puisse évaluer correctement la personne de Staline et ce qu’il a laissé en héritage. Le fait qu’il ait fait l’objet d’un véritable culte de la personnalité pendant sa vie et ensuite d’une dénonciation émotionnelle par Khrouchtchev n’a fait qu’empirer les choses. Staline est sans aucun doute une figure polarisante et j’ai moi-même été soumis à cette polarisation depuis ma petite enfance.

Je tiens un blog anonyme et je dis toujours que ce qui compte n’est pas qui sont ou qui ont été les gens mais ce qu’ils ont ou ont eu à dire, leurs idées. Toutefois, dans  ce cas-ci, mes propres points de vue ont été si fortement polarisés, que je dois à tout le moins l’admettre et l’expliquer avant d’aller plus loin.

Je suis né dans une famille de réfugiés russes qui ont quitté la Russie à la fin de la guerre civile. En jargon soviétique, nous étions des « недобитые белобандиты », terme que je pourrais traduire par « bandits blancs fugitifs ». Quelle qu’en soit la traduction exacte, il ne s’agissait pas d’un terme affectueux. Et le sentiment était réciproque. Non seulement ma famille était pleine de gardes blancs, mais mon propre grand-père avait rejoint le Schutzkorps russe en Serbie. Après la guerre, ma famille a émigré en Argentine où, à mon avis, s’est regroupée la partie la plus anti-communiste de l’émigration russe. Alors que, moi, je suis né en Suisse, où mes parents s’étaient installés (la Swissair engageait des pilotes au début des années 60). J’ai été élevé en anti-communiste rabique et j’ai pris part à tellement d’activités anti-soviétiques qu’un jour, un officier du KGB en Espagne en est venu à me menacer de mort (il n’avait pas la permission de le faire et il en a d’ailleurs été sévèrement puni par ses supérieurs, mais je ne l’ai su que bien plus tard). Bref, pendant la plus grande partie de ma vie, mes sentiments envers Staline ont été très semblables à ceux que beaucoup de Juifs d’aujourd’hui éprouvent pour Hitler : une haine absolue et totale, du dégoût et du rejet.

Les lecteurs de ce blog savent que, pour employer un euphémisme, j’ai dû reconsidérer la majeure partie de ce que j’ai cru pendant des années et, dans une certaine mesure, cela concerne aussi mes opinions (quelque incertaines et informes qu’elles aient été) sur Staline. Bref, je suis fondamentalement déchiré entre deux courants de pensée qui s’excluent mutuellement.

16. Stalin_Solzhenitsyn.jpg

Soljénitsyne au goulag.

 

Le premier est celui qui est le mieux représenté par Alexandre Soljénitsyne, que je considère comme l’écrivain et philosophe russe le plus important du XXe siècle et qui a eu une influence énorme non seulement sur ma vision du monde mais aussi sur toute ma vie. Alors qu’aujourd’hui, des auteurs pro-Staline se plaisent à le diffamer et à le discréditer, j’en sais simplement trop sur cet homme et sur l’immense corpus de ses écrits (que j’ai lus en totalité au moins deux fois) pour accepter de tels jugements. Pour moi, Soljénitsyne reste l’incarnation vivante de l’esprit russe et un véritable « géant », dont la voix puissante est l’expression ultime de la Russie pré-soviétique qui a formellement disparu en 1917. Cela dit, Soljénitsyne n’était pas infaillible, et si j’accepte encore la majeure partie de ce qu’il a dit, certaines de ses conclusions sont à mon avis assurément fausses (comme son opinion sur le socialisme et la gauche en général). Voici ce qu’il a effectivement écrit, dans son fameux Archipel du goulag, sur la terreur soviétique :

« Selon les estimations du professeur de statistiques en exil Kourganov (1917-1959), la destruction terroriste - si on excepte les morts de la guerre et si on ne prend en compte que les exécutions, la faim, la mortalité élevée et le faible taux de natalité dans les camps – nous a coûté 66,7 millions de personnes. »  (L’Archipel du goulag, 3e partie, chapitre 1.)

Et dans une interview de 1976, Soljenitsyne a dit :

« Le professeur Kourganov a calculé indirectement que, de 1917 à 1959, rien que par la guerre intestine de l’Union Soviétique contre son peuple, c’est-à-dire par la famine, la collectivisation, la déportation des paysans dans les camps et dans les prisons et par exécutions pures et simples, rien que par ces causes et par la guerre civile, nous avons perdu 66 millions de personnes. »

Ces chiffres COMPRENNENT la sanglante guerre civile, ce qu’on a appelé le « communisme de guerre », les nombreuses insurrections anti-bolcheviques (comme par exemple celle de Tambov), les morts causées par la « collectivisation » et la « dékoulakisation », la répression politique « pure » sous l’infâme Article 58 du Code pénal de la RSFSR et jusqu’au faible taux de natalité qui en est résulté. Nous parlons donc là d’une estimation « au grand maximum ». Mais il y a quelques problèmes avec ces chiffres. Je n’en citerai qu’un, véritablement flagrant :

Il y a, chez les historiens pro ou anti-soviétiques, un consensus général sur le fait que certaines des répressions politiques les plus féroces et les plus horribles en URSS se sont produites entre 1934 et 1937, alors que la police secrète (politique) avait à sa tête deux figures véritablement démoniaques : Guenrikh Iagoda et Nikolaï Iejov. Cependant, ce qu’on a appelé les « grandes purges  » (1936-1938) couvrent aussi l’époque où le célèbre Lavrenti Beria est devenu le chef de la police secrète (politique). Mais posez-vous la question : s’il s’est vraiment agi de « purges », qui a été « purgé » au juste ? Les paysans ? Le clergé ? Les petit-bourgeois ou peut-être la noblesse ? Eh bien, pas du tout ! Ce sont en réalité des membres du Parti et avant tout des membres de la police secrète (politique), autrement dit, exactement ceux qui s’étaient rendus coupables des atrocités commises entre 1934 et 1937. De fait, beaucoup d’entre eux ont été condamnés précisément pour trahison, abus de pouvoir, exécutions illégales, etc. Dès lors, comment les chiffres concernant ceux qui ont été condamnés par l’état soviétique pendant les années 1934-1937 peuvent-ils être ajoutés à ceux qui ont été condamnés justement pour les avoir tués ? Ce serait aussi illogique que de compter les pendaisons du Tribunal de Nuremberg au nombre des atrocités nazies.

En outre, il nous faut mentionner ici au moins un facteur crucial : les trotskistes. J’ai déjà écrit là-dessus (voir ici) et je ne vais pas me répéter, mais contentons-nous de résumer tout ça en rappelant qu’il y a eu au moins deux factions principales en lutte l’une contre l’autre à l’intérieur du régime bolchevique : les trotskistes, qui étaient principalement juifs  et qui nourrissaient une haine rabique presque raciste pour le peuple russe et le christianisme orthodoxe, mais qui avaient le soutien complet de l’Occident, notamment celui des cercles financiers (de banquiers juifs) et qui ont pratiquement gouverné la Russie soviétique de 1917 à 1938, moment où Staline et Béria ont déclenché une campagne de terreur, dans le but de débarrasser le Parti des nombreux trotskistes qui le truffaient encore (même si Trotski avait perdu le pouvoir en 1927 et quitté le pays en 1929). Pour réussir cette purge du Parti, Staline y avait fait entrer ses Géorgiens de confiance (comme, justement, Béria) et, ensemble, ils ont déclenché une brutale campagne de répression contre ceux qui faisaient encore régner la terreur quelques mois plus tôt.

Soit dit en passant, cette sanglante épuration n’était pas la première conduite par Staline. Avant d’écraser la « vieille » police secrète (politique) Staline avait dirigé une épuration extrêmement violente et sanglante des forces armées soviétiques, où furent compris sa personnalité la plus célèbre, le maréchal Mikhaïl Toukhachevski, et sa famille. Je ne vais pas entrer dans le détail de ces purges ou épurations, qu’il me suffise de dire que je suis entièrement d’accord avec Victor Souvorov (alias Vladimir Rezun) lorsqu’il prétend, dans son livre extraordinaire Очищение  (« La purge »), que Staline a eu absolument raison d’éliminer ces généraux et ces officiers avant la IIe Guerre Mondiale (ceux qui lisent le russe peuvent le trouver en ligne ici : http://tululu.org/b54600/ )

Donc, voilà ce qu’a fait Staline : il a déchaîné la « vieille garde » bolchevique (c’est-à-dire les trotskistes) contre les militaires, et une fois que l’armée a été purgée, il a déchaîné sa « nouvelle garde » (les stalinistes) contre les trotskistes et a purgé le Parti de la plupart d’entre eux. Méthode impitoyable il est vrai, mais pour être honnête, sacrément intelligente. Voyez les choses ainsi : Staline a hérité d’un Parti plein d’éléments enragés, traîtres ou juste fous incontrôlables, et encore plein de trotskistes (ce qui avait un sens, puisqu’on peut dire que Lev Trotski avait créé l’Armée Rouge, gagné la guerre civile et anéanti toute opposition interne dans une énorme campagne de terreur russophobe). Staline a fait de ce Parti un instrument dirigé par un seul homme, lui-même, un Parti purgé de ses agents étrangers trotskistes et doté de la flexibilité idéologique nécessaire pour pouvoir effectivement faire appel au peuple russe quand il s’est agi de combattre et finalement de battre les envahisseurs nazis pendant la IIe Guerre Mondiale. Je pense qu’on ne doit pas nécessairement « aimer » Staline pour voir que, si ses méthodes furent sans conteste impitoyables, les résultats qu’il a obtenus sont plutôt impressionnants :  non seulement il a gagné la guerre, mais en dépit du coût terrible en vies humaines et en destructions, il a transformé une Union Soviétique saignée à blanc et sévèrement abîmée en une puissance mondiale dotée d’une imposante économie, d’une communauté scientifique de tout premier ordre et d‘un  standard de vie remarquablement élevé au cours des années de récupération.

La grande question ici est celle des coûts, particulièrement en vies humaines. À vrai dire, quels que soient les chiffres réels, je suis persuadé qu’ils ont dû être énormes. Les stalinistes peuvent dire aujourd’hui ce qu’ils veulent et tenter de rationaliser ces horreurs de façon ou d’autre, je suis intimement persuadé que Staline n’a pas hésité à sacrifier des millions de personnes pour faire avancer ce qu’il estimait être le plus grand bien. La façon dont lui-même et le maréchal Joukov ont envoyé des millions de gens mourir dans des tentatives désespérées et souvent futiles d’écraser la Wehrmacht est une chose qu’on peut rationaliser mais pas nier. Pourtant, les stalinistes ont un solide contre-argument : un homme bon et doux comme le tsar martyr Nicolas II aurait-il pu l’emporter sur Hitler ? Je n’ai pas de réponse, mais je reconnais que l’argument est convaincant.

Un  autre argument fort qu’invoquent aujourd’hui les stalinistes se base sur les chiffres soviétiques internes quant au nombre de personnes effectivement condamnées par Staline. Ici, ça devient intéressant.

Wikipedia en russe affiche un long article intitulé « Les répressions de Staline » (https://ru.wikipedia.org/wiki/Сталинские_репрессии...) qui n’a pas été traduit dans l’article Wikipedia en anglais, lequel n’offre qu’un texte superficiel et franchement partial sur les personnes condamnées pendant les purges. Voici ce que dit l’article Wikipedia russe (traduction google automatique légèrement corrigée par moi) :

En février 1954 a été préparé un document de référence, certifié correct et signé par le procureur général de l’URSS R. Rodenko, par le ministre de l’Intérieur Kruglovym et par le ministre de la Justice Gorcheninym, ainsi que par N.S. Krouchtchev. Ce document affirme que le nombre des condamnés pour crimes contre-révolutionnaires, pendant la période allant de 1921 au 1er février 1954, condamnés sur rapport du Conseil de la OGPU, de la « troïka » du NKVD, des tribunaux spéciaux, du Collège militaire, des tribunaux pénaux et militaires, s’élève à 3.777.380 personnes, dont 642.980 ont été condamnés à mort, 2.369.220 condamnés à l’emprisonnement dans des camps et des prisons pour des périodes pouvant aller jusqu’à 25 ans, 765.180 condamnés au bannissement et à l’expulsion et 215.942 à « d’autres peines ». Selon ce document, tous ont été arrêtés pendant la période 1921-1938. Sur 4.835.9347 personnes (3.341.989 pour délits politiques et 1.493.948 pour d’autres crimes), 2.944.879 ont été condamnées, dont 745.220 à la peine capitale. De 1939 à 1953, 1.115.247 personnes ont été poursuivies sur charges politiques, dont 54.235 ont été condamnées (23.278 en 1942). Selon différents chercheurs, dans la seule période qui va de 1930 à 1953, ont été arrêtées 3.6 à 3.8 millions de personnes, dont 748.000 à 786.000 ont été condamnées [149] [155] [156]. Le pic principal des exécutions s’est produit pendant les années de la « grande terreur » où 682 à 684.000 personnes ont été exécutées. Au total, de 1918 à 1953 gg. Selon les analyses statistiques des départements régionaux du KGB de l’URSS réalisées en 1988, par l’action des Tchéka-GPU-NKVD-NKGB-MGB, 4.308.487 personnes ont été arrêtées, dont 835.194 ont été condamnées.

Je tiens à dire tout de suite que ce qui importe ici, ce ne sont pas les chiffres exacts mais l’ordre de grandeur : moins de 5 millions de personnes exécutées signifient moins d’1/10 des 66 millions allégués par le professeur Kourganov que cite Soljénitsyne. C’est un cas typique de comparaison de choses non comparables où, d’une part, Kourganov parle de « morts » (en comptant même ceux qui ne sont pas nés) de 1917 à 1959, alors que le chiffre cité ci-dessus ne prend en compte que les personnes officiellement et légalement exécutées et incarcérées entre 1921 et 1938/51/54. Et, encore une fois,  aucun de ces chiffres ne fait de différence entre ceux qui étaient innocents des crimes pour lesquels ils ont été punis et ceux qui avaient mérité leur condamnation par les atrocités qu’ils avaient commises.

Au point de l’Histoire où nous en sommes, je ne crois pas qu’il y ait grand sens à nous arrêter trop sur ces chiffres. Personnellement, j’en suis arrivé à la conclusion que je ne tiens pas à tomber dans le même piège que celui où sont tombés tant de Juifs, avec leur insistance ridicule sur les « six millions » de Juifs tués par les nazis et sur le fait qu’ils l’aient été dans des chambres à gaz. Il existe un risque réel pour les Russes comme moi, élevés dans des familles qui haïssaient Staline de tout leur cœur et de toute leur âme, de sacraliser ce chiffre de 66 millions, et c’est un piège dans lequel je veux éviter de tomber. Pourtant, il y a là un autre danger, qui est celui de minimiser le nombre de personnes tuées sur ordre de Staline (ou de Hitler d’ailleurs). Il serait erroné, ou au moins prématuré, de conclure que, puisque le chiffre de 66 millions (ou celui de 6 millions) est faux, Staline (ou Hitler) n’a pas fait tuer un grand nombre de gens. Comme j’ai personnellement connu des gens qui avaient vécu des atrocités dans les camps de Staline (et dans ceux d’Hitler), il n’y a pour moi aucun doute qu’un nombre énorme de personnes ont terriblement souffert sous la domination  de ces deux dictateurs.

Nous nous retrouvons donc avec des questions désagréables du genre « trop, c’est combien ? », « le résultat justifiait-il le prix qu’il a coûté ? », « faut-il accuser l’homme ou le système dont il a hérité ? » et, plus important encore « que dire de tous les autres ? ». Et ce n’est pas d’Hitler que je parle ici, mais de criminels de guerre génocidaires tels que Winston Churchill ou Harry Truman, ou, pour être plus précis, des États-Unis d’Amérique et de la Grande Bretagne, dont le palmarès, en matière d’atrocités génocidaires, fait paraître les bolcheviques presque raisonnables. Tout comme Ivan IV dit « Le Terrible » devrait être comparé à des « braves » gens comme Henry VIII d’Angleterre (qui, pour une raison qui m’échappe, n’est pas qualifié de « Terrible ») ou comme Catherine de Médicis (qui a déchaîné le massacre de la Saint-Barthélemy). L’affreuse vérité est qu’au procès de Nuremberg, les accusés avaient beaucoup moins de sang sur les mains que leurs juges (si on veut être honnête, il faut reconnaître qu’ils avaient eu beaucoup moins de temps à leur disposition pour le verser). Je n’invoque rien de tout cela pour disculper Staline, évidemment, mais pour que nous ne perdions pas de vue dans quel abominable contexte la vie et le règne de Staline s’insèrent.

Une chose est absolument claire à mes yeux : il n’y a jamais eu de « stalinisme », du moins au sens d’une période spéciale d’atrocités, d’une période malfaisante de façon univoque ou massive. Tout au plus les idées de Staline peuvent-elles être appelées du « stalinisme », surtout si on les compare à celles de Trotski, et je dirais, ayant lu les deux, que Staline m’a paru beaucoup moins brillant mais beaucoup plus pragmatique et raisonnable. Quoi qu’il en soit, le « stalinisme » est utilisé de nos jours, du moins en Occident, comme métaphore de « mal absolu », et cela est tout simplement et très clairement contraire aux faits et fallacieux.

En Russie, il se passe en revanche quelque chose de très différent. Dans certains milieux, Staline est même en train de devenir très populaire. En fait, je soutiendrais volontiers qu’en Union Soviétique, et même après les soi-disant « révélations » du XXe Congrès du Parti et du « rapport secret » (pas si secret que ça) de Khrouchtchev, Staline est toujours resté populaire.

[ Parenthèse : je n’ai ni le temps ni la place pour m’étaler maintenant sur cette histoire sordide, mais je m’en vais juste la résumer en disant que Staline a été assassiné par son entourage et que, pour pouvoir prendre le contrôle d’une Union Soviétique sous le choc, Khrouchtchev s’est embarqué dans une massive campagne de calomnies contre Staline, en se gardant bien de dire qu’il avait été lui-même un des pires exécuteurs de la période stalinienne. Khrouchtchev était un personnage fantastiquement immoral et méprisable, et un des dirigeants soviétiques les plus incompétents de l’Histoire. Il est, non moins que Gorbatchev, responsable de l’effondrement d’un système qu’il a tout fait pour débiliter.]

En dépit de toute la propagande anti-staliniste des années Khrouchtchev et de toute la propagande anti-staliniste des années 90, les Russes sont restés profondément conscients des succès indiscutables de l’ère soviétique en général et de la prospérité dont l’Union Soviétique est redevable à Staline en personne, quelque énormes qu’aient été les pertes infligées à l’URSS par la IIe Guerre Mondiale. Mais ici aussi il y a un  piège.

L’esprit humain a tendance à faire fi de tout ce que dit un menteur ou un escroc avéré, de même que nous ne prêtons guère attention à ce que raconte quelqu’un pour qui nous éprouvons de l’antipathie ou du mépris. Le problème, c’est que, bien que Khrouchtchev et Eltsine aient tous les deux trahi leur propre Parti et aient tous les deux été malhonnêtes, les arguments qu’ils ont soulevés n’étaient pas tous faux. De même, ceux qui voient la fausseté de la propagande à propos des « 6 millions » de Juifs et des « chambres à gaz » risquent d’en conclure que tout ce qui concerne les atrocités de Hitler est un mythe et qu’il n’est pas vrai que des millions d’innocents aient été massacrés par le régime nazi. Parfois, je me retrouve pris d’une profonde antipathie pour les deux côtés d’un débat (celui sur l’avortement, par exemple) et, si je considère que Staline provoque les vociférations concurrentes des capitalistes, des trotskistes, des néocons, des Russes de la Ve colonne, des Russes nationalistes rabiques et de beaucoup d’autres catégories que je vomis intensément, je trouve parfois difficile de faire une distinction entre les arguments invoqués et les personnes qui les invoquent.

 

17. Staline icône.jpg

Icône de « saint » Staline

 

Certains groupes, en Russie sont de véritables psychopathes. Les pires sont les nationalistes rabiques, qui se voient en chrétiens orthodoxes et qui pensent vraiment – non, non, je ne me fiche pas de vous ! – que Staline est un saint chrétien !! Je vous épargne la totalité de la fable dont ils ont fini par accoucher, mais leur délire se fonde sur le fantasme qu’à un certain point de son parcours, Staline se serait souvenu de ses premières études dans un séminaire orthodoxe et qu’il se serait alors mis à « ressusciter » la Russie, moment auquel – vous l’aurez deviné – « les Juifs l’ont tué ». Ils l’appellent « святой мученик Иосиф жидами убиенный », ou « saint Joseph martyr tué par les Juifs ». [Ah, Robespierre mystique ! Pardon. NdT]

Cela dit, il existe bien une autre frange de psychopathes pour lesquels Ivan le Terrible est un saint aussi. Et Raspoutine, pourquoi pas ? Franchement, leur théologie est d’une simplicité pathétique : les Russes sont les meilleurs, tous les dirigeants russes sont grands, et toute figure de l’Histoire susceptible d’être perçue comme négative fait l’objet de campagnes de diffamation, principalement de la part des Juifs, chose qui fait d’elle ipso facto un « saint ». Ce type de chauvinisme n’est évidemment qu’une forme rudimentaire d’égocentrisme et d’idolâtrie, antithèse absolue du vrai christianisme.

Je ne prêterais pas trop d’attention à ces groupes de gens marginaux quoique folkloriques et, pour tout dire, dérangés. Ils ne représentent en réalité qu’une très faible minorité, encore plus faible que l’opposition pro-occidentale « hors système ».

Celui qui l’emporte de très loin est ce que j’appelle le mouvement de « réconciliation ». Ces gens-là pensent plus ou moins comme ceci :

Nous avons besoin de guérir les divisions qui ont résulté de la période soviétique, parce qu’aussi bien les Blancs que les Rouges étaient des patriotes. Nous devons en finir avec cette tendance que nous avons de rejeter des pans entiers de notre histoire, nous débarrasser de ce qui a été mauvais et conserver ce qui a été bon. Les forces anti-russes ont, pendant des siècles, usé de mensonges, de tromperies et de propagande pour calomnier notre histoire. Nous devons la revendiquer. Si vous y regardez d’un peu près, vous vous apercevrez que l’anti-soviétique militant est presque toujours russophobe.

Laissez-moi vous dire clairement pour commencer que la dernière phrase est complètement fausse et qu’elle contredit la première. J’ai personnellement connu des centaines de Russes qui étaient violemment anti-soviétiques et dont la très grande majorité était à 100% patriote. Si vous lisez ce qu’ont écrit les généraux blancs, ceux qui ont participé à la guerre civile et ceux qui ont émigré, vous verrez que tous ont aimé leur pays, leur peuple, leur histoire et leur culture. De même, Alexandre Soljénitsyne, l’épitomé de l’anti-soviétisme, a toujours été un patriote russe, au point, en fait, d’être considéré comme un « nationaliste grand-russe » et un « antisémite » par les libéraux russes.

De plus, la notion de « réconciliation » entre les Blancs, qui ont représenté la Russie orthodoxe traditionnelle, monarchiste, et les Rouges, qui étaient des athées rabiques, pour la plupart ethniquement Juifs, et qui haïssaient tout ce qui est russe, est absolument privée de sens. La vérité, c’est que les « principes » rouges et blancs de l’histoire russe s’excluent mutuellement et que leur relation ontologique ressemble à celle d’un tissu sain et d’une tumeur maligne : ils ont le même code génétique, mais l’un finira toujours par tuer l’autre.

Et pourtant.

Et pourtant, il y a une certaine sagesse quand même dans ces mots, peut-être pas tant dans les mots d’ailleurs que dans l’intention qu’ils transmettent. [« Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi » ? Pardon pour l’intrusion. NdT] Si, pour certains, cette « réconciliation » n’est qu’une façon pieuse de couvrir les atrocités commises par leur camp, par leur pays ou par leur famille, pour d’autres il s’agit de l’expression légitime d’un refus de démoniser complètement des personnalités complexes, dont l’héritage reste à inventorier par des générations d’historiens plutôt que de le laisser aux mains de propagandistes professionnels. Et pour cela, il est impératif de proclamer et d’accepter un principe simple mais fondamental :

La recherche de la vérité historique n’est jamais un manque de respect pour les horreurs subies par des victimes.

Cela, je le crois sincèrement, est ce qui devrait guider les historiens futurs, qui devront toujours revisiter et réévaluer les événements du passé. La triste réalité est qu’il est extrêmement difficile d’enquêter sur le passé, même sur le passé récent (ne pensez qu’aux événements du 11 septembre, au « massacre de Timisoara » ou au « génocide de Srebrenica » !). Pour empirer encore les choses, c’est aussi une triste réalité que l’Histoire est en grande partie écrite par les vainqueurs, et surtout, comme l’explique si brillamment Michael Parenti, par les riches et les puissants. C’est précisément pour cette raison que l’historiographie doit toujours être révisionniste, d’autant qu’un livre d’histoire non révisionniste n’est tout simplement pas intéressant à lire.

Je crois qu’après la IIe Guerre Mondiale, les vainqueurs se sont lancés dans une éhontée campagne de démonisation de leurs ennemis. Ceci ne veut pas dire que ces ennemis n’ont pas été de vrais démons – ils l’étaient peut-être vraiment – mais simplement que, si pour les journalistes et les systèmes soi-disant « éducatifs », les cas de Staline et de Hitler sont considérés comme une affaire réglée, pour les historiens sérieux, le verdict est encore très loin d’être prononcé. Il y a trop de choses en jeu et le climat politique n’est tout simplement pas propice du tout à une évaluation définitive d’aucune sorte, si honnête et loyale soit-elle.

Personnellement, je reste sur l’impression de ne pas en savoir assez. C’est pourquoi, tout ce que je peux partager avec vous est mon sentiment instinctif, mon estimation au pif si vous voulez, de ce que Staline et l’ère soviétique ont représenté pour la Russie. Voici donc les conclusions, très subjectives et personnelles, que je vous soumets plutôt comme base de départ à une discussion que comme une Vérité Totale et Finale sur la question.

1) La Russie historique a été tuée et complètement détruite par le régime bolchevique/soviétique. Il n’y a aucune sorte de continuité entre le gouvernement du tsar Nicolas II et celui du duo Lénine-Trotski. Par conséquent, il n’y a aucune continuité entre ce qui s’est passé avant et après ces deux leaders bolcheviques. La « Russie » post-soviétique d’après 1991 n’avait rien en commun avec la vraie Russie d’avant 1917. Pour ce qui est de la Russie de Poutine, celle d’après 2000, c’est une nouvelle Russie, une Russie qui n’est ni celle d’avant 1917 ni la « Russie pseudo-démocratique » d’Eltsine, mais une nouvelle Russie dont je dois encore comprendre la vraie nature et qui me stupéfie absolument. Dans mes rêves les plus fous au cours des horribles années 90, surtout en 1993, je n’aurais jamais imaginé voir ce que je vois en Russie aujourd’hui et ceci me donne beaucoup d’espoir. Cette nouvelle Russie plonge des racines beaucoup plus profondes dans l’ère soviétique que dans la lointaine Russie d’avant 1917, mais ce qu’elle a finalement vraiment abandonné est la russophobie non moins sauvage des années 1990. Et c’est réellement intéressant, parce qu’aujourd’hui vous trouverez des monarchistes comme Alexandre Routskoï et des stalinistes comme Nikolaï Starikov qui sont généralement d’accord sur le présent, même s’ils ne le sont pas sur le passé. Si je parle pour moi, en tant que « monarchiste populaire » (une sorte de monarchisme de gauche exclusivement russe, embrasssé par des gens comme Fiodor Dostoïevski, Lev Tikhomirov ou, en particulier, Ivan Solonevitch) moi aussi je suis d’accord avec beaucoup de ce qu’écrit Starikov. Exception faite de son livre sur Staline, que je trouve absolument non-convaincant, pour user d’un euphémisme. Il y a donc là quelque chose de nouveau, me semble-t-il. Je ne crois pas que les « Rouges » ou Bolcheviks aient été d’aucune manière des patriotes russes, je crois que c’est un mythe absolu, mais je crois que ceux qui, aujourd’hui, croient à ce mythe, sont, eux, des patriotes sincères et réels. Ainsi, alors que je ne crois pas qu’il soit possible de trouver un terrain de « réconciliation » entre les principes blanc et rouge, je crois sérieusement qu’il existe une possibilité réelle d’arriver à une position commune entre les patriotes russes d’aujourd’hui, contre l’ennemi réel de la Russie : l’empire Anglo-Sioniste.

Jetez un coup d’œil à cette photo surprenante : l’ex-prisonnier du goulag serrant la main de l’ex-officier du KGB. C’est vrai, Poutine n’a été qu’un officier des services secrets  à l’étranger, du Premier Directorat (PGU) du KGB, qui n’avait rien à voir avec les purges, les dissidents ou le goulag, mais il a porté le même uniforme que les officiers du KGB qui surveillaient (généralement avec incompétence) le peuple russe (Cinquième Directorat). Donc, cette poignée de mains est hautement symbolique. Soljénitzyne n’a pas seulement reçu Poutine chez lui, il l’a visiblement fait avec un visage rayonnant (comme, d’ailleurs, celui de Poutine). C’étaient l’un et l’autre des hommes suffisamment éduqués et intelligents pour se rendre compte  de la nature symbolique de ce moment, mais pour se rendre compte aussi de ce que cela signifiait pour la Russie : que de vrais Russes (au sens civilisationnel bien sûr, ethniquement ce mot n’a pas de sens) avaient finalement repris le contrôle de leur pays. Soljénitzyne a vécu assez longtemps pour voir son pays libéré (du moins en majeure partie) de l’occupation de dirigeants russophobes à la solde d’intérêts étrangers, et pour voir aussi qu’un frère d’armes (Soljénitzyne a été lieutenant décoré de l’Armée Rouge avant son arrestation en 1945) est aujourd’hui à la tête du pays.

 

18. Stalin_Solzhenitsyn_e_Putin.jpg

Moment hautement symbolique : un Soljénitsyne rayonnant et Vladimir Poutine se serrent la main.

 

Je crois que Poutine incarne un équilibre exact et correct. Il n’a jamais renié la période soviétique in toto, et il ne l’a jamais idéalisée.  Il a fait allusion en de nombreuses occasions au massacre horrible et insensé d’une multitude d’innocents citoyens russes par un régime soviétique rendu fou par la russophobie et la haine de classe. Et cependant, il a aussi exprimé son respect sincère et son admiration pour les gens de l’ère soviétique et leurs immenses conquêtes.

2) Il existe aujourd’hui une tentation malavisée de blanchir complètement Staline et la période soviétique dans son ensemble. Ce n’est pas étonnant en soi. Dans leur grande majorité, les élites russes d’aujourd’hui ont des liens familiaux directs avec les élites soviétiques et avec l’infâme nomenklatura soviétique. Il est naturel que ces gens veuillent justifier les actions des leurs. Alors qu’il y a des millions de Russes dont les familles ont terriblement souffert à l’époque soviétique, une proportion beaucoup plus faible de ces familles a réussi à faire partie des élites soviétiques et, par conséquent, des nouvelles élites post-soviétiques qui dirigent aujourd’hui la Russie. Il y a des exceptions, bien sûr, principalement dans les familles de membres du Parti réhabilitées qui, après la réhabilitation, ont conservé de la loyauté ou au moins du respect pour le PCUS. Enfin, les millions de personnes qui ont été assassinées ont rarement laissé derrière elles des descendants, et quand elles en ont laissé, ces descendants ont presque toujours fait l’objet de répression comme « ennemis de classe » ou comme « familles anti-soviétiques », et leur voix a été presque entièrement noyée dans le chœur tapageur de la « réhabilitation des victimes ». Encore une fois, cette sorte de rétro-oscillation du balancier de l’historiographie est normale et elle sera inévitablement suivie d’une autre en sens inverse, qui produira des résultats encore plus critiques. Si Dieu le veut, avec le temps, une évaluation correcte sera faite. Mais peut-être ne le sera-t-elle jamais. Il est  trop tôt pour le dire. 

3) Je crois pouvoir dire avec certitude que Staline n’a pas été pire que ses prédécesseurs et que, de bien des façons, la nature et la politique du régime soviétique ont changé en mieux sous sa direction. Pourtant, je reste convaincu qu’il a été un dirigeant impitoyable qui a conduit le pays d’une main de fer, par un soigneux mélange de terreur et d’inspiration, et qu’il n’a pas hésité à sacrifier des millions de gens quand il l’a fallu pour atteindre les buts qu’il s’était assignés. Je suis également convaincu que c’est sous Staline que les premiers patriotes russes ont pu faire leur entrée dans les structures du pouvoir et que cette lente et progressive re-pénétration a continué sous Khrouchtchev, sous Brejnev et les autres dirigeants soviétiques, jusqu’en 1991. Et si les années 1990 ont été une horreur absolue, c’est à ces patriotes nés de l’ère soviétique (après Dieu, bien sûr) que la Russie moderne doit son étonnante résurrection. Certes, comme nous le savons tous, de bonnes choses peuvent pousser dans de mauvais lieux, mais je dois croire qu’il faut bien qu’il y ait eu quelque chose de bon dans la société soviétique pour qu’elle ait produit le genre de dirigeants qui occupent aujourd’hui le Kremlin.

La Russie moderne n’a rien de commun  avec la Russie d’entre 1917 et 1953. Parler d’un  retour au « stalinisme » n’est donc pas seulement faux, c’est absurde. Cela signifie aussi que les politiques suivies par Staline, qu’on les considère comme bonnes ou mauvaises, ne sont pas transférables à la Russie moderne. Et cela signifie aussi que la controverse sur le passé historique, la nature et l’héritage du règne de Staline n’aura pas grand impact sur le processus décisionnel des gens actuellement au pouvoir. Et c’est très positif, parce que cela rend la discussion tout entière plutôt abstraite et par conséquent sans danger. Starikov et Jirinovski (un anti-communiste radical qui méprise Staline) peuvent bien disputer jusqu’à en tomber raides de Staline ou de la monarchie (que l’autoproclamé staliniste Starikov respecte et chérit), mais face au conflit en Ukraine ou en Syrie, ces débats auront peu d’incidence sur les décisions du Kremlin.

Donc, alors que je reste extrêmement critique sur Staline et sur la période soviétique, je pense que le courant de dédiabolisation de Staline est une excellente chose, et j’espère de tout cœur qu’elle donnera aux historiens la liberté intellectuelle et idéologique dont ils ont besoin pour accomplir leur travail. Dans l’immédiat, je préfère me tenir en retrait du débat et attendre le résultat de leurs travaux.

À vous à présent ! Dites-moi ce que vous pensez de Staline et de son rôle dans l’histoire.

Le Saker.

P.S. Ce papier a été long et difficile à écrire. Et je cours désespérément contre la montre : rien qu’aujourd’hui, je dois répondre à 36 e-mails et j’en ai 3 très importants à écrire. Donc, s’il vous plaît excusez-moi de vous présenter ce texte dans sa version « au brouillon ». Je ne tiens pas à différer plus longtemps sa mise en ligne alors que je l’avais déjà promis pour la semaine dernière. Je pense que plus vite il paraît après les vidéos de Jimmie, mieux ça vaut pour notre discussion. J’essayerai de trouver le temps de le relire et de le corriger d’ici un jour ou deux (peut-être mercredi, parce que, demain, je serai parti toute la journée). Maintenant, je me sauve. Encore une tonne de travail à faire aujourd’hui.

Source : http://thesaker.is/the-controversy-about-stalin-a-basket-...

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Ceci se passait le 11 avril, c’est donc nous qui sommes à la bourre ! Depuis, ce texte a généré 351 commentaires de lecteurs de tous les horizons, certains fort longs.

Au risque d’allonger encore (à quoi bon lésiner ?) …

Modeste et tardif grain de sel des Grosses Orchades

On peut n’être pas d’accord avec le Saker. En fait, ici, on ne l’est pas sur bien des points : sur des points de détail et sur des points essentiels. Quiconque connaît un tant soit peu l’histoire de France et fait, entre les deux révolutions, les comparaisons qui s’imposent, ne peut que ne pas l’être. Ce n’est pas pour savoir ce qu’il convient de penser de Staline que nous tenions à le publier, mais pour le Saker lui-même.

Quelles que soient ses opinions, ses croyances ou ses fantasmes, sa sincérité et son honnêteté ne nous paraissent pas faire de doute. Ni la bravoure dont il fait généralement preuve pour s’attaquer aux tabous et aux questions qui fâchent. À le lire, on voit littéralement tourner les rouages de sa conscience, et il semble bien que ce soit précisément cela que recherchent, sur son blog, les nombreux lecteurs qu’il compte à présent sur plusieurs continents. Assez joli résultat pour un blog anonyme tenu par un seul homme sans position sociale particulière. Mais c’est le blog d’un honnête homme, capable d’apprendre et de revenir sur ses erreurs ou ses préjugés, et il semble vraiment qu’il faille voir là la raison principale de son succès. L’audience qu’il s’est acquise démontre que, sous quelque latitude que ce soit, les gens se tournent d’instinct vers la même chose, prouvant par là s’il en était besoin que leurs conceptions de l’honnêteté et de la bonne foi coïncident.

Dernier mot : l’auteur maîtrise parfaitement le français. Il vous est loisible de lui envoyer directement vos commentaires si vous en avez envie.

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Parenthèse 

Russie : Les communistes ont l’intention de se servir de la photo de Staline dans la campagne pour les prochaines élections parlementaires

RT 18 mai 2016

 

19. Parti Communiste russe.jpg

Et de déclarer 2016 « Année Staline »…

Ils sont sûrs que cela leur fera gagner des voix.

Source (en anglais) : https://www.rt.com/politics/343410-communists-to-use-stal...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Puisqu’on est chez le Saker, signalons encore ceci, hélas en anglais aussi (à quoi sert le Saker francophone ?)

 

Tell Eurovision in 1944 Stalin deported Crimean Tatars to protect them from punishment for Nazi war crimes, by Scott

 

20. Saker.PNG

 

(Dites à l’Eurovision qu’en 1944 Staline a déporté les Tatars de Crimée pour les protéger d’un lynchage collectif mérité par leurs crimes de guerre nazis)

Scott – The Saker.is 10 mai 2016

21. Tatars nazis.gif

On Saturday, May 14, in Stockholm’s Globe Arena an event called the 2016 Eurovision Song Contest final will take place.

According to the Eurovision Official Rules 2016 posted on eurovision.tv :

1.2) Criteria of eligibility

1.2.1) Songs

« The lyrics and/or performance of the songs shall not bring the Shows, the ESC as such or the EBU into disrepute. No lyrics, speeches, gestures of a political or similar nature shall be permitted during the ESC. No  swearing  or  other  unacceptable  language  shall be allowed in the lyrics or in the performances of the songs.  No  messages promoting  any  organization, institution, political cause or other, company, brand, products or services shall be  allowed in  the  Shows and  within any official  ESC  premises (i.e. at the venue,  the  Eurovision  village,  the  Press  Centre, etc.).  A   breach   of   this   rule   may   result   in disqualification. »

However, rules are made to be broken.

 

22. Tatars Crimée2.jpg

Oui, bien sûr, ce sont des os humains.

 

Read more...

Source : http://thesaker.is/tell-eurovision-in-1944-stalin-deporte...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Dernière minute.

On devait vous offrir ici, à propos de Staline, une belle histoire d’espionnage, car il n’y a pas que les dirigeants latinos qu’on trucide pire que chez les Borgia. Mais, actualité oblige, ce sera pour dans quelques jours, les Tatars de Crimée ayant inspiré aussi Karine Bechet-Lovo

 

Au fait, pourquoi les Tatars de Crimée ont-ils été déportés?

Karine Bechet-Lovo – Russie Politics 19 mai 2016

 

23. Tatars Crimée - 3.jpg

 

À l'occasion de la victoire à l'Eurovision de la chanson de Jamala « 1944 » officiellement consacrée à la déportation des Tatars de Crimée par le pouvoir soviétique, j'ai trouvé surprenant de voir de longs passages consacrés à leurs souffrances, mais rien sur les raisons de cet acte. Comme s'il ne s'agissait que d'un pur caprice de Staline. Dont l'évocation du seul nom est suffisante en Occident pour se passer de « pourquoi ».

Et lorsque l'on regarde ce « pourquoi » de plus près, ce n'est pas forcément une bonne chose que l'Ukraine noire-brune lève le voile que le pouvoir soviétique de toutes ses forces avait déposé sur les crimes ignobles commis massivement par les Tatars de Crimée lors de la Seconde Guerre Mondiale. Si beaucoup ont péri lors de leur déportation, ils auraient tous été massacrés par la population locale après le départ des nazis. 

Lire la suite…

 

Source : http://russiepolitics.blogspot.be/2016/05/au-fait-pourquo...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Juste parce qu’on aime aussi les images et les contes de fées.

 

Une artiste russe de la génération Internet illustre des contes de fées

Elle s’appelle Lia SelinaSputnik 17 mai 2016

 

24. Le Renard.jpg

Voir les images ici :

https://fr.sputniknews.com/photos/201605171025064800-cont...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Pour Marianne, ils en sont là…

 

Manifestation du 18 mai place de la République : le peuple et la police dans une convergence révolutionnaire ?

Galil Agar – Cercle des Volontaires 17 mai 2016

 

25. Manif Polie 18 mai.gif

 

Deux syndicats de Police, de gauche (CGT Police) et de droite (Alliance), ont dénoncé la manipulation de certains groupes de casseurs par le gouvernement, et la stratégie de pourrissement et de montée des tensions orchestrée par le ministère de l’Intérieur et le préfet de police de Paris. Le syndicat de police Alliance a lancé un appel à tous les policiers à venir manifester « contre la haine anti-flics » sur la place de la République, place de réunion quotidienne des acteurs de la Nuit debout (rebaptisée « place de la Commune » par leurs soins), le mercredi 18 mai à midi. Pour certains manifestants, il ne s’agit que d’une provocation. Mais d’autres participants à Nuit Debout y voient une occasion de dialogue historique et inespérée avec les forces de l’ordre. Vers une convergence des luttes inattendue et pourquoi pas, réellement révolutionnaire ?

Au vu des violences générées des deux cotés de la matraque par les conditions de contestation et de répression de la « Loi Travail », rien ne semblerait plus impromptu à certains manifestants et à certains policiers, qu’une convergence des luttes entre ces deux forces sociales a priori  antagonistes.

Lire la suite…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/05/17/26632-repub...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

La police

Do - Vive la Révolution 14 mai 2016

26. T-Shirt flics = porcs.gif

Salut à toutes et à tous,

Ce n'est pas un certain nombre de policiers qui sont mauvais au sein d'une police bonne en soi ; mais la police elle-même, en tant qu'institution, qui est mauvaise.

Dénoncer qu'un certain nombre de policiers sont mauvais, c'est sous-entendre que la police est bonne ; et que les mauvais flics sont des cas particuliers que la police elle-même finira par éliminer ; alors que c'est la police qu'il faut éliminer, la police en tant qu'institution.

De la même façon, ce n'est pas la police qui est mauvaise au sein d'une société qui est bonne ; c'est la société qui est mauvaise. C'est cette société, cette forme sociale, qu'il faut éliminer, et pas la police au sein d'une société considérée comme bonne. La police n'est qu'un symptôme de ce qu'est cette société.

La société actuelle ne peut se passer de police pour se maintenir telle qu'elle est. Sans la police, cela fait bien longtemps que les manifestants et leur bras armé, les "casseurs", auraient fait la révolution qui supprime la division de la société en classes (*). On ne peut éliminer la police qu'en éliminant cette société ; c'est-à-dire en faisant la révolution.

C'est la police qui est mauvaise ; et, même si de braves gens, trompés par la propagande policière que l'on voit sans arrêt à la télévision, rentrent dans la police, cette institution les pousse à devenir méchants. Un certain nombre parviennent à résister, mais pas tous.

Lire la suite…

Source : http://mai68.org/spip/spip.php?article10796

 

 

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Quand la police vole le sac de la vieille dame.

Théophraste R. – Le Grand Soir 18 mai 2016

 

27. Police vieille dame.jpg

 

Sur une moto qui roule sur le trottoir, deux voyous casqués frôlent la vieille dame, tentent de lui arracher son sac à main dont elle a passé la bride autour de son épaule, ce qui occasionne une résistance imprévue. Tous trois tombent. Elle crie et se cramponne à son Code du travail sac à main.

Les policiers voyous la tabassent à coups de gourdin. La foule s’amasse et hurle « Laissez-la ! » et «  Tout le monde déteste la police Appelons la police ».
Les deux policiers voyous déguerpissent en attendant du renfort.

La vieille dame est relevée et soignée par un lycéen borgne, aidé par une dame aux empreintes de rangers dans le ventre, des garçons au nez cassé, au crâne suturé ou au corps zébré de coups de tonfas. Tous se réfugient dans une pharmacie en voyant revenir les motards escortés d’une escouade de la Guardia civil déguisée en CRS.

Bernard Cazeneuve est furieux qu’on n’aime pas la police, laquelle s’émeut de susciter des haines.

Savent-ils que le prénom de la vieille dame est Marianne ?

Théophraste R.

P.S. Au premier tour des dernières élections régionales, dans les bureaux de vote proches des casernes des gendarmes mobiles (souvent confondus dans la rue avec les CRS), le FN cartonne (jusqu’à 62 % des voix). Les CRS ne vivent pas en caserne ; on attend (pour les aimer) leur communiqué républicain et leur modération dans les matraquages et gazages.


Source : http://www.legrandsoir.info/quand-la-police-vole-le-sac-de-la-vieille-dame.html

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Festival de Cannes

Munich 1972 : qui a tué les athlètes israéliens ?

 

28. municholympics-1972-.jpg

 

Munich 1972, selon la presse israélienne et l’avocat des familles des athlètes : les balles qui les ont tués n’étaient pas palestiniennes mais celles de la police allemande.

29. policiers-allemaands-Munich.jpgHuit questions énervantes posées aux falsificateurs qui ont censuré Munich : A Palestinian Story, auxquelles ils ne sauront pas répondre !

Munich : A Palestinian Story, de Nasri Hajjaj, réalisateur libanais d’origine palestinienne, devait être projeté ce 16 mai au Palais des Congrès de Cannes. À la suite d’un courrier du Conseil français des institutions juives de France (CRIF), il a été annulé.

Alors que la version donnée par ce film est pourtant confirmée par deux des principaux titres de la presse israélienne. En effet le 16 juillet 1992 dans le Jérusalem Post et le 23 juillet 1992 dans le Yédiot Aharonot, selon un rapport des médecins légistes allemands en date du 6 septembre 1972, auquel l’avocat des familles des victimes avait eu accès, on a appris ce que certains disaient depuis 1972, à savoir : les balles qui ont tué les Israéliens étaient bien des balles de la police allemande tirées pendant l’assaut et non celles des Palestiniens.

Lire la suite…

 

Source : http://www.reperes-antiracistes.org/2016/05/munich-1972-q...

Via : http://reseauinternational.net/munich-1972-qui-a-tue-les-...

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

Sur le tapis rouge

Les artistes Brésiliens annoncent qu’ils résisteront

 

30. Cannes Brésil.jpg

 

« Arrêtez le coup d'État » : l'équipe du seul film brésilien en compétition à Cannes, Aquarius, a créé l'événement mardi en brandissant une banderole sur les marches pour protester contre la destitution de la présidente Dilma Rousseff.

« Le Brésil n'est plus une démocratie », « Nous résisterons », proclamaient d'autres slogans écrits sur des feuilles de papier brandies par l'équipe du film réalisé par Kleber Mendonça Filho.

Chronique captivante de la société brésilienne, Aquarius est le treizième film en compétition au Festival de Cannes. Le cinéaste brésilien s'y interroge sur les excès du capitalisme à travers le portrait d'une femme rebelle et libre incarnée par la star brésilienne Sonia Braga, en guerre contre une société immobilière qui veut la déloger, rapporte l`AFP.

Lire la suite…

 

 

Source : https://fr.sputniknews.com/international/2016051810250933...

 

 

2. 70 - Ruban.GIF

 

 

Mis en ligne le 21 mai 2016.

 

 

18:56 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |