09/07/2014

IL Y A LONGTEMPS...

1. pieuvre israelienne.jpeg

Il y a longtemps qu’on ne vous avait plus parlé d’Israël

Eh bien, on vous en reparle, en vrac, dans le désordre.

Sur le terrain :

 

2. business as usual.jpg

Business as usual

 

*

Dans les autres bacs à sable :

Abou Bakr Al-Bagdadi, l'agent du Mossad.

IRIB – 19 juin 2014

3. Abou Bakr.jpg

Abou Bakr al-Bagdadi a reçu, pendant deux ans et sous la supervision du Mossad, une formation militaire et de renseignement, ont révélé des sources militaires dignes de foi dans la région, en allusion aux relations étroites entre Abou Bakr al-Bagdadi, le chef de Daesh, et les services secrets américains.

En donnant naissance à Daesh, l’objectif du duo CIA/Mossad consiste à créer le chaos et à semer la terreur et la discorde entre les musulmans chiites et sunnites, a déclaré une autorité bien informée avant d’ajouter : « Des mains s’activent pour diffuser les images de Daesh sur les réseaux virtuels ». Daesh a été créé par les États-Unis et Israël et est financé par l’Arabie saoudite, a-t-il précisé avant d’ajouter : « Daesh porte un regard particulier sur les écoles islamiques. Pour lui, sa mission consiste à ternir l’image du sunnisme et à anéantir le chiisme. Son deuxième objectif est aussi de donner une image violente de l’islam. La présence de Daesh en Irak et celle de Boko Haram en Afrique aide Israël à faire imposer l’idée de la création d’un grand État juif s’étendant du Nil à l’Euphrate, à ressusciter les plans rangés depuis des années dans les placards des sionistes ».

Lire la suite…

Source : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/329424-lien-...

Via : http://croah.fr/revue-de-presse/abou-bakr-al-baghdadi-lag...

 

*

Les belles affaires africaines d’Israël

Nico Ramirez – Diktacratie

7 juillet 2014

4. Israel-Afrique.jpg

Agronomie, irrigation, ingénierie, et surtout des armes, plein d’armes : c’est dingue le nombre de trucs qu’Israël peut avoir à vendre aux Africains. Régulièrement, l’Etat hébreu signe de très juteux contrat, comme récemment avec la Côte d’Ivoire pour la construction d’une centrale thermique, que le groupe israélien Telemania a facturé 500 millions d’euros.

Si l’Afrique du Sud, le Togo, le Nigeria, l’Egypte et le Kenya comptent parmi les principaux partenaires commerciaux d’Israël en Afrique, c’est bien le vieux pote sud-africain qui fait les meilleures affaires avec Jérusalem. Ce n’est plus le temps béni de l’apartheid où les Israéliens avaient cette drôle de sensation de se sentir comme à la maison en Afrique du Sud… Mais en 2013, Pretoria a vendu pour plus de 700 millions de dollars de minerais et métaux précieux aux diamantaires de Tel-Aviv, dont 283 millions de dollars rien que pour les diamants. Les Sud-Africains s’en tirent plutôt bien : avoisinant les 425 millions de dollars, le montant de leurs importations en provenance d’Israël reste légèrement inférieur à ce qu’ils vendent aux Israéliens.

Lire la suite…

Source : http://diktacratie.com/les-belles-affaires-africaines-dis...

 

*

Là, ce n’est plus Israël, juste Botul, mais toujours l’Afrique :

L’homme qui exploitait la forêt africaine mais qui ne voulait pas que cela se sache 

Nico Ramirez – Diktacratie

9 juillet 2014

5. BOTUL.jpg

Dans la famille Lévy, on connaissait déjà Justine, la fille, auteur à bobos quand papa œuvre pour les gogos, et puis Arielle, la deuxième épouse, dont le point de carrière le plus culminant n’a d’égal que la hauteur de son cul offert en levrette à Klaus Kinski, alors au sommet de son art et de son dard, dans le film « Les fruits de la passion », en 1981.

Lire la suite…

Source : http://diktacratie.com/lhomme-qui-exploitait-la-foret-afr...

 

*

Affaire du « kidnapping » des trois jeunes gens

L’article d’AVIC, que nous avons mis en ligne le 2 crt., reflète ce que – à tort ou à raison - nous pensons nous-mêmes, à savoir qu’il y a énormément de chances pour que toute l’affaire ait été montée et exécutée par les autorités israéliennes elles-mêmes, sacrifice de leurs propres enfants inclus, pour pouvoir déchaîner tout ce qui a suivi et qui se poursuit avec un maximum de sauvagerie et d’impunité, car présenté une fois de plus comme une conséquence, comme une réplique à un mal subi.

Noam Sheizaf est israélien et journaliste. Il n’envisage pas la même horreur que nous, mais quelque chose, dans cette affaire, est à ses yeux impardonnable :

 

Comment le public (israélien) a été poussé à croire que les trois adolescents étaient vivants

Noam Sheizaf – ICH – 972Mag

4 juillet 2014

Les détails, en dépit du silence obligatoire par ordre de justice, auraient pu révéler bien plus tôt que les jeunes gens enlevés avaient été assassinés. La campagne menée par le gouvernement pour demander qu’ils soient relâchés a aidé à légitimer l’opération militaire en Cisjordanie. Les medias israéliens mais aussi internationaux se sont prêtés à ce jeu.

Ce dont il va être question n’est pas l’affaire du kidnapping en soi, ni l’opération militaire ou ses conséquences – mais on y trouvera, peut-être une leçon importante, en particulier pour les journalistes. Le résultat des courses est que le public israélien a été manipulé.

Les détails sur l’appel au « 100 » (équivalent local du 112 en France, du 101 en Belgique) et sur ce que les enquêteurs ont découvert dans la voiture utilisée pour le kidnapping des trois adolescents ont été connus des services de sécurité, des ministres  – et même des journalistes – très tôt dans l’affaire ; mais pas par le public, parce qu’ils ont été tenus sous le boisseau par une stricte consigne de silence. Le sang trouvé dans la voiture, les détonations entendues lors de l’appel au secours téléphonique, les balles réelles trouvées sur le lieu, et le fait qu’il n’y ait pas eu un seul cas où deux personnes ou plus aient été gardés en otages en Cisjordanie depuis des décennies – tout cela conduisait à une seule conclusion possible : les gamins n’étaient plus en vie. Pourtant, simultanément, on a dit au public israélien qu’ils étaient otages du Hamas, et une campagne publique a été lancée pour réclamer leur libération.

Le résultat fut le choc éprouvé par la plupart des Israéliens, une fois que les corps ont été découverts, déception terrible qu’auraient pu leur éviter ceux qui étaient au courant des détails mais qui ont obéi aux consignes de silence.

Au moins un jour sur deux, des officiers supérieurs donnaient des instructions aux médias et répétaient que l’hypothèse de travail de l’armée était que les jeunes étaient encore vivants, ajoutant parfois qu’il n’y avait aucune preuve pouvant suggérer le contraire. C’était une tromperie. À une de ces occasions, le ministre des Finances, Yair Lapid est passé en direct à la télévision et a dit que l’appel au « 100 » était « impossible à déchiffrer ». C’était une tromperie aussi. Comble de l’absurdité : alors même qu’elles étaient en train de bourrer le crâne au public avec des mensonges, ces mêmes autorités multipliaient les mises en garde contre le colportage de fausses rumeurs sur les réseaux sociaux. Eh bien, j’ai une nouvelle à leur apprendre : au prochain événement tragique, il y aura infiniment plus de ces rumeurs que d’habitude, parce que le public partira du principe qu’on lui cache des choses et que certains secrets pourraient l’éclairer… comme si on n’avait pas déjà assez de théories du complot comme cela.

Je ne dis pas que l’appel au secours lui-même aurait dû être rendu public ou que l’armée aurait dû travailler sur l’hypothèse que les jeunes gens étaient morts. L’effort pour les retrouver devait être fait avec autant d’urgence que si on les croyait vivants. Mais il y a une grande différence entre « une hypothèse de travail » et « une conclusion logique » ; la limite entre les deux a été délibérément et témérairement franchie.

Le gouvernement est même allé plus loin en lançant la campagne « Rendez-nous nos garçons ». Dans toutes les écoles du pays, y compris celle d’à côté de chez moi, on a affiché des panneaux avec les noms des trois garçons et des slogans du genre « On vous attend », « On espère votre retour ». Si les profs avaient été au courant du sang dans la voiture, des impacts de balles et du bruit des détonations, auraient-ils laissé leurs jeunes élèves peindre ces placards ? Se seraient-ils laissé photographier devant avec eux et leur auraient-ils permis d’afficher les photos sur Internet ?

Quant aux médias, si vous lisez l’hébreu, je vous invite à jeter un coup d’œil aux premières pages ci-dessous, pleines de citations bouleversées des parents, anxieux de serrer leurs enfants retrouvés dans leurs bras. Les journalistes et les rédacteurs en chef savaient la vérité, et pourtant ils n’ont pas hésité à les imprimer comme si de rien n’était. Pire encore est la manière dont certains médias internationaux se sont fait l’écho de ces histoires, alors qu’ils n’étaient pas, comme les médias israéliens soumis à la censure et liés par une consigne du secret. (La censure s’applique aux médias étrangers en Israël, mais l’état a beaucoup moins de moyens de les y contraindre. La couverture dépend largement de la volonté des organisations médiatiques de jouer le jeu ou non.)

 

6. Manips à la une.jpg

Manipulations à la une

 

Qu’y a-t-il derrière cette manipulation du public à grande échelle ? Les lecteurs peuvent essayer de deviner.  Peut-être quelqu’un a-t-il cru que cacher ces faits aiderait l’enquête. Mais c’est vraiment très improbable, surtout lorsque, à un certain moment, des détails ont commencé à émerger dans des médias indépendants, à l’étranger. Peut-être le gouvernement a-t-il cru que maintenir l’impression que les victimes étaient encore en vie légitimerait son opération militaire. Peut-être des officiers de sécurité ont-ils voulu s’éviter la gêne que les détails soient révélés à présent – non seulement l’appel au 100é des jeunes kidnappés, mais des douzaines d’autres appels, de parents angoissé, aux numéros d’urgence de l’armée, qui ont été ignorés. Ou peut-être est-ce juste la façon dont les forces de sécurité israéliennes opèrent : ne révéler au public que les faits qui servent les intérêts du système.

Le public israélien, il faut le dire, a une confiance totale dans les services militaires et de sécurité. Ces institutions n’en finissent pas de le tromper. Ce cas-ci est particulièrement grotesque en ce qu’il reproduit, point par point, l’enlèvement des trois soldats israéliens en 2006 par le Hezbollah. Le gouvernement savait bien qu’en tout état de cause, les soldats n’auraient pas pu survivre à l’attaque de leur jeep de patrouille, mais cela ne l’a pas empêché de déclencher la seconde guerre du Liban en promettant de « ramener les gars à la maison ». On ne peut qu’en conclure que dans la prochaine affaire, mentir sera une option trop facile pour que les décideurs la laissent passer.

Mon seul espoir est que les juges de district qui approuvent sans réfléchir les consignes de silence – qu’elles concernent les mises eu secret d’arrêtés, les détails d’une enquête en cours ou les faits susceptibles d’embarrasser un officier supérieur – apprendront quelque chose de cette affaire. J’espère qu’à l’avenir les journalistes nationaux et internationaux y réfléchiront à deux fois avant de servir aveuglément les intérêts de ceux qui sont au pouvoir contre les intérêts de leurs propres lecteurs. (Une exception, dans cette affaire : Amos Harel, de Haaretz, qui a essayé de faire allusion, sans violer la consigne de silence, aux faux espoirs que le gouvernement faisait naître dans le public. MISE À JOUR : un autre bon papier - celui de de Mitch Ginsburg, de TIO)

7. noam-sheizaf.jpg

Noam Sheizaf est un journaliste free lance qui a travaillé pour Ha’Ir (un hebdomadaire de Tel Aviv publié par le groupe Shocken), pour Ynet et pour Maariv.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article38979.htm

Traduction : C.L. pour Les Grosses Orchades.

 

Ah, mais c’est que l’appel au n°100 et les coups de feu entendus au bout du fil, c’est comme le petit Jésus et l’apôtre Paul… est-on sûr qu’ils aient existé ?

 

*

Le Bellicisme d’Israël a fait l’objet d’un débat entre Gilad ATZMON, à Londres et Richard HELLMAN (chrétien sioniste US employé par Israël) à Washington. La télévision iranienne, qui organisait le débat, a ensuite interviewé Gilad ATZMON sur la réaction violente du Premier ministre et des colons israéliens à l’annonce de la mort des trois jeunes gens.

ICH met la video du débat en ligne et publie le verbatim de l’interview de Gilad.

 

Une démocratie juive ? Dans la pratique, c’est un état terroriste.

 

 

« Pour vous, mentir, tuer vos propres gens si cela sert vos intérêts tribaux est exactement ce en quoi vous croyez » - Gilad Atzmon

 

4 juillet 2014.

PressTV : Quelle est votre sentiment sur la manière dont les choses se sont déroulées, maintenant qu’au bout de trois semaines, les trois jeunes colons ont été retrouvés morts et qu’une réaction se fait jour – pas encore prouvée – mais tenue pour vraie par de plus en plus de monde, que ce sont des colons extrémistes qui en sont les responsables ?

Un porte-parole de la police israélienne vient quand même de déclarer que celle-ci oriente ses recherches vers une piste soit criminelle soit nationaliste.

Atzmon : Oui, j’imagine que c’est ce que les Israéliens font  - je veux dire quand un Palestinien est assassiné par les Israéliens - , il l'est soit par les forces militaires soit juste par des colons.

Mais ils essaient toujours de trouver une cause extérieure, qui détourne l’attention de la nature meurtrière, génocidaire et pillarde de l’état juif.

Je n’aime pas parler de particularités – je pense que la situation sur le terrain est réellement grave – j’aimerais comprendre comment il est possible que l’état juif, qui était supposé lancer un beau retour au bercail pour célébrer l’israélite nouveau et résoudre la question juive, n’a réussi qu’à déplacer la question juive ou le problème juif dans un nouvel endroit et c’est un désastre.

Je n’arrive pas à décider si ça m’a fait rire ou si j’ai été très triste d’entendre Richard Hellman, il y a une seconde, essayer de détourner notre attention vers l’Irak et la Syrie. Je pense que la situation en Irak et en Syrie est très grave, mais rappelons-nous qu’il y a un an, c’est le lobby juif, en Amérique et en Israël, qui a poussé à ce qu’on envoie des armes et des munitions pour soutenir ISIS et toutes ces organisations effrayantes.

Et je pense aussi que nous devons avoir une vision d’ensemble très large de cette question et comprendre qu’Israël est la plus grande menace pour la paix, et que des gens comme Richard et le lobby juif en Amérique, en Angleterre et en France constituent de graves dangers pour leur nation et pour les peuples qui les entourent, comme pour la planète.

PressTV : Votre réaction à la description de Richard Hellman disant qu’Israël est la seule démocratie au Moyen Orient et un bienfait pour le monde, si seulement ses voisins voulaient cesser de vouloir le détruire ?

Atzmon : Je pense qu’appeler Israël une démocratie est assez pathétique. Je l’ai entendu dire souvent. J’aimerais rappeler à vos téléspectateurs que, dans cette « démocratie israélienne », la moitié des gens qui vivent dans des territoires contrôlés par Israël, vivent en réalité dans des prisons à ciel ouvert. Gaza est une prison à ciel ouvert. Ce n’est pas un état. C’est, comme nous le savons, un territoire sous contrôle israélien. La Cisjordanie est une prison à ciel ouvert et, quand Israël en a envie – comme la semaine dernière – il entre en Cisjordanie, il tue, il arrête. Ce n’est pas une démocratie, c’est une démocratie juive et, dans la pratique, c’est un état terroriste.

Le fait qu’un juif américain, un porte-parole sioniste, nous dise ce qu’il faudrait faire en Irak et en Syrie, c’est ça que j’appelle assez pathétique ! Mais nous devrions y être habitués… C’est un juif américain...

9. apocalypse.jpg.png

PressTV : Votre réaction aux commentaires de Richard Hellman sur le Hamas et l’Autorité palestinienne qui gouvernent les territoires occupés et qui sont, selon lui, parties prenantes dans les brutalités de tout le monde arabe et musulman, pour reprendre ses paroles.

Atzmon : Permettez-moi de rectifier. Le fait que Mahmoud Abbas siège à Ramallah ne veut pas dire qu’il gouverne. On lui permet de servir… on essaie d’en faire… le type qui tient les Palestiniens sous contrôle pour le compte d’Israël. L’Autorité Palestinienne [n’a pas de pouvoir] et la Cisjordanie n’est pas un territoire souverain. Ceci est valable aussi pour Gaza, en tout cas jusqu’ qu’à présent.

Le fait que les Arabes israéliens aient le droit de voter est exact, mais ils ne peuvent pas voter pour ou contre l’entrée d’Israël dans leurs territoires, et c’est précisément ce qu’Israël a fait la semaine dernière pour s’y livrer à une agression capitale, arrêter 600 personnes, tuer 12 Palestiniens – dont on ne sait même pas les noms. C’est ça qui est en question.

PressTV : Richard Hellman parle d’un pouvoir judiciaire indépendant et d’un système de tribunaux, qui, après enquête, pourra déterminer qui est coupable du meurtre des trois adolescents israéliens et de celui du jeune Arabe apparemment assassiné en guise de vengeance par des colons à la suite du discours belliciste de M. Netanyahou. Votre commentaire ?

Atzmon : Il est très important de comprendre que le meurtre des trois Israéliens et les représailles d’Israël sont juste l’histoire qu’on raconte.

Ce qui est en cause ici, ce sont des terres qui ont été dérobées par un mouvement nationaliste israélien, qui est un mouvement pillard. Ces histoires de démocratie sont complètement fallacieuses.

Des millions de Palestiniens sont des réfugiés, dans les pays voisins et au-delà des mers et le fait que trois jeunes gens aient été assassinés il y a une semaine – incidemment, nous ne savons pas qui les a tués –… Il est plus que possible que tout ceci soit une opération israélienne sous faux drapeau.

La devise du MOSSAD est « Par la tromperie… »*. Pour vous (Richard Hellman) et pour le MOSSAD, mentir est une stratégie.

Hellman : Dans le Coran comme dans la Bible, tuer une seule personne est aussi mal que tuer 100.000 ou des millions de personnes, mais il y aura une enquête en Israël…

Atzmon : Ceci n’a rien à voir avec le Coran ou la Bible, c’est la manière dont votre gouvernement favori, votre « démocratie juive démocratique » interprète la Bible et a fait choisir par son MOSSAD la devise « Par la tromperie… ».

Pour vous, mentir, tuer vos propres gens si cela sert vos intérêts tribaux, est exactement ce en quoi vous croyez. C’est votre credo et nous en sommes constamment les témoins.

_________________      

* « Par la tromperie, la guerre mèneras ».

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article38986.htm

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

*  

10. latuff aparatheid week.jpg


Noam Chomsky s’exprime beaucoup ces temps-ci et dieusait qu’il y a matière ! Nous avons choisi de vous traduire ce papier plutôt que d’autres, même s’ils mériteraient tous de l’être, car son propos, qui passe du singulier au général, nous semble d’une particulière importance par la conclusion qu’il en tire et qu’on ne rappellera jamais assez.

 

Sur Israël, la Palestine et les BDS

Noam Chomsky – ICH

4 juillet 2014

« Ceux qui se dévouent à la cause palestinienne feraient bien de réfléchir soigneusement aux tactiques qu’ils choisissent »

 

0. israel_settlements_ap_img.jpg

Les misères causées par les actions d’Israël dans les territoires occupés préoccupent sérieusement au moins quelques Israéliens. Un des plus véhéments, depuis des années, est Gideon Levy, journaliste à Haaretz, qui écrit que « Israël devrait être condamné et puni pour avoir rendu la vie insupportable sous son occupation, (et) pour le fait que, tout en prétendant faire partie des nations éclairées, il continue à maltraiter un peuple entier jour et nuit ».

Il a assurément raison, et nous devrions même ajouter : les États-Unis devraient aussi être  condamnés et punis pour fournir un soutien décisif tant militaire qu’économique, diplomatique et même idéologique à ces crimes. Aussi longtemps qu’ils continueront à le faire,  il y a peu de raisons d’espérer qu’Israël infléchisse la brutalité de sa politique.

Le brillant érudit israélien Zeev Sternhell, écrit, à propos de la vague nationaliste réactionnaire qui balaie son pays, que « l’occupation continuera, des terres seront confisquées à leurs propriétaires pour étendre la colonisation, la vallée du Jourdain sera nettoyée de ses Arabes, la Jérusalem arabe sera étranglée par les quartiers juifs et tous les actes de violence, de banditisme et autres imbécilités qui servent à l’expansion juive dans la ville seront accueillies avec la plus grande bienveillance par la Haute Cour de Justice. La route vers l’Afrique du Sud a été pavée et rien ne l’encombrera tant que le monde occidental ne mettra pas Israël devant un choix sans équivoque : “arrêtez les annexions et démantelez la plupart des colonies et l’état-colon ou soyez un état paria” ».

Une question cruciale est de savoir si les États-Unis vont arrêter de se mettre en travers du consensus international qui préconise un règlement à deux états suivant la frontière internationalement reconnue (la Ligne Verte établie par les accords du cessez-le-feu de 1949), garantissant « la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de tous les états de la région, et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues ». C’était la formulation d’une résolution présentée aux Nations Unies par l’Égypte, la Syrie et la Jordanie et soutenue par les états arabes… à laquelle les États-Unis ont opposé leur veto.

Ce n’était pas la première fois que les États-Unis faisaient obstacle à un règlement de paix diplomatique. Le pompon en revient à Henry Kissinger, qui a soutenu, en 1971, la décision d’Israël de rejeter le règlement proposé par le président égyptien Anouar el-Sadate, choisissant l’expansion au détriment de la sécurité, ligne de conduite qu’Israël n’a cessé de suivre depuis lors avec le soutien des USA. Parfois, il arrive que la position de Washington devienne presque comique, comme en février 2011, quand l’administration Obama a opposé son veto à une résolution de l’ONU qui soutenait la politique américaine officielle d’opposition à l’expansion coloniale israélienne qui se poursuit (toujours avec le soutien US) malgré quelques murmures de désapprobation pour la forme.

Ce n’est pas l’expansion des énormes colonies et du programme d’infrastructure (en ce compris le mur de séparation) qui est en cause, c’est leur existence même – illégale dans sa totalité, comme l’ont décidé le Conseil de Sécurité de l’ONU et la Cour Internationale de Justice, décision approuvée pratiquement par le monde entier, à l’exception d’Israël et des États-Unis depuis la présidence de Ronald Reagan, qui  a minimisé l’« illégale » en « obstacle à la paix ».

Une manière de punir Israël de ses crimes insignes a été imaginée en 1997 par le groupe israélien pour la paix Gush Shalom : boycotter les produits des colonies. Ce genre d’initiative a connu, depuis, des développements considérables. En juin, l’Église Presbytérienne a décidé de se débarrasser des actions qu'elle détenait dans trois multinationales US impliquées dans la colonisation israélienne. Le succès le plus considérable revient à la directive politique de l’Union Européenne, qui interdit le financement, la coopération, l’attribution de prix à la recherche ou relations similaires avec toute entité israélienne ayant des liens directs ou indirects avec les territoires occupés, dont toutes les colonies sont illégales, comme le rappelle la déclaration de l’UE. La Grande Bretagne avait déjà, de son côté, donné ordre aux détaillants de « faire la différence entre les marchandises provenant de producteurs palestiniens et celles provenant des colonies israéliennes illégales ».

Il y a quatre ans, Human Rights Watch a invité Israël à respecter « ses obligations légales internationales », à démanteler ses colonies et à mettre un terme à « ses pratiques manifestement discriminatoires » dans les territoires occupés. HRW a également invité les États-Unis à suspendre son financement d’Israël «à hauteur d’un montant équivalant à ce qu’Israël dépense pour soutenir ses colonies » et à vérifier que les exonérations d’impôts consenties à des organismes apportant leur soutien financier à Israël « soient compatibles avec l’obligation US de respecter les lois internationales, y compris celles interdisant la discrimination ».

Il y a eu beaucoup d’autres initiatives de boycott et de désengagement au cours de la dernière décennie, touchant occasionnellement - mais pas suffisamment – la question critique du soutien US aux crimes israéliens. Dans le même temps, un mouvement BDS (appelant aux « boycott-désinvestissement-sanctions ») a été lancé, citant souvent l’Afrique du Sud comme modèle. Pour être plus exacte, l’abréviation  devrait être « BD », puisque des sanctions - qui ne pourraient être prises que par des états - ne pointent pas à l’horizon, ce qui constitue, soit dit en passant, une des nombreuses différences entre ce cas-ci et celui de l’Afrique du Sud.

L’appel initial du mouvement BDS a été lancé en 2005 par un groupe d’intellectuels palestiniens, qui exigeaient qu’Israël respecte les lois internationales « 1°) en mettant fin à l’occupation et à la colonisation de toutes les terres arabes occupées en juin 1967, et en démantelant le mur de séparation ; 2°) en reconnaissant les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à une complète égalité ; et 3°) en respectant, protégeant et promouvant les droits des réfugiés palestiniens à rentrer dans leurs foyers et à retrouver leurs propriétés, ainsi que le stipule la Résolution 194 de l’ONU. »

Cet appel a reçu une attention considérable, et à juste raison. Mais si  nous nous préoccupons vraiment du sort des victimes, il faut bien réfléchir à ces BD et autres tactiques, et les évaluer en fonction de leurs conséquences probables. La poursuite du 1° de la liste ci-dessus est logique et sensé ; son objectif est clair et facile à comprendre par le public occidental visé, raison pour laquelle les nombreuses initiatives découlant de ce 1° ont réussi , non seulement à « punir » Israël mais à susciter d’autres formes d’opposition aux occupations et au soutien que leur apportent les États-Unis.

Ce n’est cependant pas le cas du 3°. Alors que le 1° obtient un soutient international presque universel, il n’en va pas de même pour le 3° en dehors du mouvement BDS lui-même. Le 3° n’est pas non plus dicté par les lois internationales. Le texte de la Résolution 194 de l’Assemblée Générale de l’ONU est conditionnel, et c’est, en tout état de cause, une recommandation, sans la force légale des résolutions du Conseil de Sécurité, qu’Israël viole avec régularité. Insister sur ce 3° est pratiquement une garantie d’échec.

Le seul faible espoir de le voir se réaliser autrement que de manière symbolique ne résiderait que dans des développements à long terme conduisant hypothétiquement à l’érosion des frontières imposées par la France et la Grande Bretagne après la Première guerre mondiale, qui, comme toutes les frontières de ce type, n’ont pas de légitimité. Cela pourrait conduire à une « solution sans état », la meilleure à mon avis, et, dans le monde réel, non moins plausible que la « solution à un état » communément mais erronément proposée comme alternative au consensus international.

Le cas du 2° est plus ambigu. Il y a des « interdits contre la discrimination » dans les lois internationales, comme HRW l’a fait observer. Mais la poursuite immédiate du 2° ouvre la porte à l’inévitable réaction « maison de verre » : par exemple, si on boycotte l’université de Tel Aviv parce qu’Israël viole les droits de l’homme en Palestine, pourquoi ne pas boycotter Harvard parce que les États-Unis se livrent à de bien plus grandes violations encore ? D’une manière prévisible, les initiatives qui se sont focalisées sur le 2° ont été des échecs quasi assurés et continueront d’en être, à moins que des efforts d’éducation aient préparé le public à les comprendre, comme ce fut le cas pour l’Afrique du Sud.

Les initiatives ratées font doublement tort aux victimes – d’abord en déplaçant l’attention due à leur situation critique vers des questions sans rapport (l’antisémitisme à Harvard, la liberté universitaire, etc.), et ensuite en gâchant de vraies occasions de faire quelque chose de significatif.

Notre préoccupation pour les victimes exige qu’en envisageant des tactiques, nous déterminions scrupuleusement ce qui a marché et ce qui a raté, et pourquoi. Ce n’a pas toujours été le cas (Michael Neumann discute un de ces nombreux exemples d’échec dans le n° d’Hiver 2014 du Journal des Études Palestiniennes). La même préoccupation exige que nous soyons aussi scrupuleux sur les faits. Prenez l’analogie sud-africaine, constamment citée dans ce contexte. Elle est très douteuse. Il y a eu une raison pour laquelle la tactique des BDS a été utilisée pendant des décennies contre l’Afrique du Sud, alors que la campagne actuelle contre Israël s’en tient aux BD : dans le premier cas, le militantisme avait créé une opposition internationale à l’apartheid si écrasante, que des états individuels et l’ONU avaient déjà imposé des sanctions des décennies avant les années 1980, époque où les tactiques BD commencèrent à être employées de manière extensive aux États-Unis. À ce moment-là, le Congrès était en train de légiférer sur les sanctions et de passer outre les vetos de Reagan sur la question.

Des années auparavant – en 1960 – les investisseurs mondiaux avaient déjà abandonné l’Afrique du Sud à un point tel que ses réserves financières s’étaient réduites de moitié ; bien qu’il y eût ensuite un certain rétablissement, les jeux étaient faits. Aujourd’hui, au contraire, les investissements US coulent à flots vers Israël. Quand Warren Buffet a acheté une fabrique d’outils israélienne pour 2 milliards l’an dernier, il a décrit Israël comme le pays le plus prometteur y compris pour les investisseurs autres que les États-Unis.

Alors qu’il y a, finalement, à l’intérieur des États-Unis, une opposition grandissante aux crimes d’Israël, elle ne peut en aucun cas être comparée à celle qu’il y eut contre l’Afrique du Sud. Le travail d’éducation nécessaire n’a pas été fait. Des porte-paroles du mouvement BDS peuvent croire qu’ils ont atteint leur « moment sud-africain », mais c’est loin d’être le cas. Or, si on veut que des tactiques soient efficaces, il faut qu’elles se basent sur une évaluation exacte des circonstances réelles.

Cela vaut aussi en grande partie pour le reproche d’apartheid. À l’intérieur d’Israël, la discrimination envers les non-juifs est sévère ; les lois sur la terre en sont l’exemple le plus extrême. Mais ce n’est pas de l’apartheid à la manière sud-africaine. Dans les territoires occupés, la situation est infiniment pire qu’elle n’était en Afrique du Sud, où les nationalistes blancs avaient besoin de la population  noire : c’était la main d'oeuvre du pays, et si grotesques qu’aient pu être les bantoustans, le gouvernement nationaliste a consacré des ressources à les soutenir et à rechercher pour eux une reconnaissance internationale. En contraste absolu, Israël veut se débarrasser du fardeau palestinien. On ne va pas vers une situation à la sud africaine, on va vers quelque chose de bien pire.

Vers quoi on se dirige est clairement visible sous nos yeux. Comme Sternhell le fait observer, Israël va poursuivre sa politique actuelle. Il va maintenir le siège violent de Gaza et continuera d’en séparer le territoire de la Cisjordanie, comme les États-Unis et Israël l’ont fait depuis qu’ils ont accepté les accords d’Oslo en 1993. Bien qu’Oslo ait déclaré que la Palestine était « une seule unité territoriale », dans la jargon officiel israélien, la Cisjordanie et Gaza sont devenus « deux régions distinctes et séparées ». Comme d’habitude, les prétextes de sécurité invoqués s’effondrent au moindre examen.

En Cisjordanie, Israël va continuer de s’emparer de tout ce qui lui paraîtra en valoir la peine – terres - eau – ressources – et de disperser la population palestinienne limitée tout en intégrant ces « acquisitions » dans son Grand Israël. Ce qui comprend la « Jérusalem » considérablement étendue, qu’Israël a annexé en violation des ordres du Conseil de Sécurité, tout ce qui est du côté israélien du mur de séparation illégal, des couloirs vers l’est créant des cantons  invivables pour les Palestiniens, la vallée du Jourdain, d'où les Palestiniens sont systématiquement expulsés et les colonies israéliennes systématiquement établies, plus d’énormes projets d’infrastructures destinées à relier toutes ces acquisitions à Israël proprement dit.

11. endoccupation002.JPG

« Pourquoi nous attaquent-ils ? Juste parce que nous les tuons et que nous occupons leur pays ? »

« J’allais te demander la même chose ! »

On ne se dirige pas vers l’Afrique du Sud, mais bien plutôt vers un accroissement de la proportion de Juifs dans le Grand Israël en cours de construction. La seule alternative réaliste à une solution « à deux états », c'est celle-là. Il n’y a aucune raison de s’attendre à ce qu’Israël accepte une population palestinienne dont il ne veut pas.

John Kerry a été aigrement condamné, quand il a répété la complainte – courante en Israël – selon laquelle si les Israéliens n’acceptent pas la solution à deux états, leur pays va devenir un état à véritable apartheid, à la tête d’un territoire habité par une majorité palestinienne opprimée, avec la perspective du si redouté « problème démographique » : trop de non-juifs dans un état juif. L’analyse correcte est que cette idée reçue est un mirage. Tant que les États-Unis soutiendront la politique expansionniste d’Israël, il n’y a pas de raison d’espérer que celle-ci s’arrête. Les tactiques doivent se décider en tenant compte de cela.

12. Whitewashing War Crimes.jpg

Pourtant, il y a une comparaison avec l’Afrique du Sud qui est réaliste – et significative. En 1958, le ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud a fait savoir à l’ambassadeur US que ce n’était pas grave si l’Afrique du Sud devenait un état paria. Les Nations Unies peuvent durement condamner l’Afrique du Sud, dit-il, mais, comme l’a formulé l’ambassadeur : « ce qui comptait en définitive plus que tous les autres votes mis ensemble, c’était celui des USA, vu leur position dominante dans le monde occidental ». Depuis quarante ans qu’il a choisi l’expansion plutôt que la sécurité, Israël a porté essentiellement le même jugement.

Pour l’Afrique du Sud, le calcul s’est avéré payant pendant assez longtemps. En 1970, faisant pour la toute première fois usage de leur droit de veto au Conseil de Sécurité, les États-Unis se sont joints à la Grande Bretagne pour bloquer toute action contre le régime raciste de Rhodésie  du Sud, coup qu’ils allaient refaire en 1973. Au bout du compte, Washington est devenu, et de loin, le champion du nombre de vétos à l’ONU, principalement en défense des crimes d’Israël. Cependant, dès les années 1980, la stratégie de l’Afrique du Sud avait commencé à perdre de son efficacité. En 1987, même Israël – peut-être le seul pays, alors, à violer l’embargo sur les armes à destination de l’Afrique du Sud – a accepté de « réduire ses liens avec ce pays pour éviter de compromettre ses relations avec le Congrès U.S.», ainsi que l’exprima le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères. La crainte était que le Congrès punisse Israël pour avoir violé une récente loi US. En privé, les fonctionnaires israéliens assurèrent leurs amis sud-africains que les nouvelles sanctions ne seraient que « de façade ». Quelques années plus tard, les derniers soutiens de l’Afrique du Sud à Washington se joignirent au consensus mondial et le système d’apartheid ne tarda pas à s’effondrer.

En Afrique du Sud, on aboutit à un compromis qui fut trouvé satisfaisant à la fois pour les élites du pays et pour les intérêts commerciaux US : on mit fin à l’apartheid, mais le système socio-économique persista. En fait, il allait bien y avoir quelques visages noirs dans les limousines, m ais les privilèges et les profits n’en seraient pas très affectés. En Palestine, il n’y a rien de semblable en perspective.

Un autre facteur décisif en Afrique du Sud, fut Cuba. Comme Piero Gleijeses l’a démontré dans sa magistrale étude*, l’internationalisme cubain, qui n’a pas d’équivalent aujourd’hui, a joué un rôle de tout premier plan dans la suppression de l’apartheid et dans la libération de l’Afrique noire en général. Ce n’est pas sans de fortes raisons que Nelson Mandela a rendu visite à Cuba aussitôt après sa sortie de prison et qu’il a déclaré : « Nous venons ici avec le sentiment d’une grande dette envers le peuple cubain. Quel autre pays peut se targuer d’un record de désintéressement tel que celui dont a fait preuve Cuba dans ses relations avec l’Afrique ? »

Il avait parfaitement raison.Ce sont les forces cubaines qui ont chassé les agresseurs sud-africains d’Angola ; ce sont elles le facteur déterminant qui a libéré la Namibie de leur brutale emprise, ce sont elles encore qui ont signifié clairement au régime d’apartheid que son rêve de continuer à imposer sa loi à l’Afrique du Sud et à la région environnante allait tourner au cauchemar. Selon les mots de Mandela, les forces cubaines « ont anéanti le mythe de l’invincibilité de l’oppresseur blanc », ce qui, a-t-il dit encore « fut le tournant décisif dans la libération de notre continent – et de mon peuple – du fléau de l’apartheid »

13. photo-humour-chaton (6).gif

La « puissance douce » de Cuba ne fut pas moins efficace, avec ses 70.000 travailleurs humanitaires et ses bourses d’études à Cuba pour des milliers d’Africains. Tout à l’opposé, Washington ne fut pas seulement le dernier protecteur invétéré de l’Afrique du Sud, mais continua, après cela, à soutenir les meurtrières forces terroristes angolaises de Jonas Savimbi, « un monstre dont la soif de pouvoir a causé d’épouvantables misères à son peuple », comme l’a dit Marrack Goulding, l’ambassadeur britannique en Angola, jugement soussigné par la CIA.

Les Palestiniens ne peuvent pas compter sur un tel sauveur. Raison de plus pour que ceux qui se préoccupent sincèrement de la cause palestinienne évitent les illusions et les mythes, et réfléchissent sérieusement aux tactiques qu’ils adoptent et aux voies qu’ils empruntent.

Cet article a paru dans The Nation , des 21-28 juillet 2014.

________________________    

 * Tous les livres de Piero Gleijeses (historien vénitien Johns Hopkins University) sont inédits en français : The Cuban Drumbeat , Conflicting Missions : Havana, Washington and Africa 1959-1976 , The Dominican Crisis : The 1956 Constitutional Revolt and American Intervention , Shattered Hope : The Guatemalan Revolution and the United States 1944-1954

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article38980.htm

 

14. Gaza MASSACRE by Latuff.jpg

*

 

Mis en ligne le 9 juillet 2014.

22:10 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2014

L'ÉTÉ DE TOUS LES CHANGEMENTS

1. bateau à ailes-1.JPG

L’été de tous les changements

 

2. Dollar sinking-1.JPG

 

Dollar KO par encerclement ? Les Chinois champions du monde du jeu de GO

 

3. jeu de go-1.jpg

Gagner la Guerre sans combattre (SUN TSU)

Depuis le début du mois de Juillet, les annonces en provenance de la Chine s’enchaînent inexorablement… et elles sont toutes primordiales. Tout d’abord, sur la Chine elle même

1°) La  Banque Centrale de Chine vient de ratifier un accord avec Londres pour une conversion Yuan/Livre Britannique

Le London Stock Exchange Group (LSEG) a signé mardi des accords avec deux banques publiques chinoises pour stimuler le commerce offshore du yuan au Royaume-Uni.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/dollar-ko-encerclement-les...

Accord de la Chine et de la Corée du Sud sur la suppression du dollar

Ou quand la Corée du Sud mord la main qui l’a faite.

4. Chine-Corée diu Sud-1.jpg

Dans le but d’augmenter leurs échanges commerciaux et réduire l’impact des fluctuations du taux de change du dollar sur le commerce entre les deux pays, la Chine et la Corée du Sud sont parvenues à un accord d’utiliser les devises nationales dans leur commerce bilatéral.

Lire la suite…

Source : french.irib.ir

Via : http://reseauinternational.net/accord-chine-coree-du-sud-...

« Mais pourquoi donc Poutine laisse-t-il faire sans réagir ? » se demandent en chœur tous les cafés du Commerce, qui depuis soixante ans ne font rien nulle part. Si les cafés du Commerce lisaient Réseau International, ils sauraient depuis le 19 juin que…

La stratégie de guerre de Moscou sera sans morts mais sera fatale aux États-Unis

L’aide de Poutine propose une alliance anti-dollar pour forcer les États-Unis à mettre fin à la guerre civile en Ukraine

Traduit par Avic – Réseau International

19 juin 2014

5. Sergey-Glazyev-1728x800_c-1.jpg

Sergey Glazyev, le conseiller économique de Vladimir Poutine, a publié un article décrivant un plan pour «saper la puissance économique des États-Unis » afin de forcer Washington à arrêter la guerre civile en Ukraine. Glazyev croit que la seule façon d’obliger les États-Unis à renoncer à ses plans pour le démarrage d’une nouvelle guerre froide est de planter le système du dollar.

Lire la suite...

Source : voiceofrussia.com

Via : http://reseauinternational.net/strategie-guerre-moscou-se...


Ne quittons pas la Russie tout de suite, parce que « sans morts » c’est vite dit. Il y en a qui en veulent… Et le président de Russie n’a-t-il pas assuré celui d’Irak de son soutien ?

 

Irak/Sukhoï : le coup de maître anti-US de Vladimir Poutine !

6. Sukhoï Irak-1.jpg

 

Alors que les Etats Unis ont très clairement affirmé ne pas avoir l’intention de stopper l’avancée des terroristes de l’EIIL vers Bagdad, la Russie s’invite au jeu en livrant le premier lot de ses chasseurs « sukhoï 25″ à l’armée irakienne. Il s’agirait de neuf appareils qui viennent de débarquer dans un aéroport militaire de Bagdad, attendant de partir en mission sous peu.

Lire la suite…

Source : french.irib.ir
Via : http://reseauinternational.net/iraksukhoi-coup-maitre-ant...
 

 

Mais on était partis dans la finance. Or, M. Georges Stanechy, avant de s'en aller en vacances, recommandait à ses lecteurs un livre consacré au capitalisme. Ne reculant devant aucun sacrifice, nous allons non seulement vous mettre son billet sous les yeux, mais en outre, la réponse que lui fait, du Canada, M. Robert Bibeau, qui n’est pas d’accord, ou alors pas sur tout. Bref, à vous de voir.

 

Un Piketty, sinon : Rien

Georges Stanechy – À contre-courant

1er juillet 2014

7. Capital-1.png

« Le monde social n'est pas simplement le monde de la non-raison, il est celui de la déraison, c'est-à-dire d'une activité de la volonté pervertie, possédée par la passion de l'inégalité. »
Jacques Rancière (*)

Le temps  des vacances…

Que je souhaite excellentes pour tous…
Occasion de "recharger ses batteries", retrouver familles et amis. Ou, se retrouver soi-même, loin de la machine à vapeur quotidienne. Dans le silence ou la solitude. Avec pour compagnons, quelques livres.

Certains m’ont demandé un conseil de lecture. Quel livre ne pas oublier dans son sac à dos ?...

Choix difficile.

8. T_Piketty.jpg

Au hasard, je vais en recommander un, à lire et relire, qui m’a captivé ces derniers mois. Il devrait vous faire vivre quelques heures de passionnantes lectures et discussions avec vos proches. Celui de Thomas Piketty, intitulé :
« Le Capital au XXI° siècle ». (1)

Ce sont 692 pages d’un régal intellectuel rare.

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/07/un-piketty-sinon-ri...

 

 

POUR EN FINIR AVEC PIKETTY ET SES HÉRÉSIES

Robert Bibeau – Les 7 du Quebec

4 juillet 2014

9. piketty2-1.jpg

Défi redoutable que de faire à la fois la critique de l’économiste et la critique de ses critiques. Nous faisons face ici à un économiste défenseur d’un capitalisme bridé et réformé, lui-même critiqué par des parangons d’un capitalisme débridé et néo libéré. Les deux formant le chœur d’une communauté désespérée. La mission du premier est de tout mélanger pour contenter ses amis réformistes, et la mission des seconds est de tout mystifier afin de tout justifier, le crime et le châtiment. Notre mission à nous sera de tout expliquer nous préparant à résister au moment de l’implosion de ce mode de production en fort mauvaise position.

Merci, cher lecteur, de nous indiquer les théorèmes qui ne seraient pas prolégomènes ou de nous signaler une mésinterprétation des lois de l’économie politique capitaliste, selon la théorie marxiste évidemment.

Lire la suite…

10. Das neues kapital-1.jpg

Source :

http://www.les7duquebec.com/wp-content/uploads/2014/06/pi...

 

Bon, d’accord. Et maintenant… pratiquement… Qui fait quelque chose ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ?

 

 

 

 

Changements ? Pas en Israël en tout cas. L'interminable chapelet de crimes continue à s'égrener dans l'impunité la plus totale, pendant que Sainte Communauté Internationale roupille comme d'hab sur toutes ses oreilles.

 

Mis en ligne le 6 juillet 2014.

 

 

 

 

 

 


 

13:35 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/07/2014

UN 2 JUILLET ORDINAIRE

1. euro-dollatr boats sinking.jpg

 

Un 2 juillet ordinaire

 

Nicolas Sarkozy mis en examen

AVIC – Réseau International

2 juillet 2014

2. Sarkozy mis en examen.jpg

Après environ 15 heures de garde à vue dans les locaux de l’office anti-corruption (Oclciff) où il était arrivé un peu après 8 h mardi, Nicolas Sarkozy a été conduit au pôle financier du TGI de Paris pour y être présenté aux juges qui lui ont notifié sa mise en examen pour recel de violation du secret professionnel, corruption et trafic d’influence actifs. Il n’a, cependant, pas été soumis à un contrôle judiciaire. S’il est reconnu coupable il peut écoper d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/nicolas-sarkozy-mis-en-exa...

 

Commentaire d’Arno Klarsfeld sur Twitter

3. klarsfeld.jpg

Théoriquement, Me Klarsfeld (qui est avocat !) devrait être poursuivi pour outrage à magistrats. Voulons-nous parier qu’il n’en sera rien ?

Proche-Orient : trois nouveaux jeunes martyrs. Ils sont israéliens cette fois.

AVIC – Réseau International

2 juillet 2014

4. threeboys.jpg

Les trois adolescents « enlevés » dont on a retrouvé les cadavres vont avoir les honneurs et tous les égards dus à des martyrs. Ils seront célébrés comme des symboles par ceux-là mêmes qui les ont sacrifiés. De l’extérieur, on peut juger que leur sacrifice est le résultat d’un plan machiavélique, mais il ne l’est pas aux yeux du gouvernement israélien. Ils seraient juste morts au service de leur pays en permettant à celui-ci de mener à bien sa politique, au même titre que ces nombreux soldats que l’on envoie mourir au service de la politique de leurs pays et que l’on décore à titre posthume.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/proche-orient-trois-nouvea...

Voir aussi :http://croah.fr/corbeau-dechaine/la-prophetie-du-chef-du-mossad-les-ados-israeliens-enleves-sont-un-false-flag/  Traduit de l’article de VeteransToday.com par Fabio Coelho de Ficientis pour Croah.fr


N’est-ce pas dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes ? Nous ne reviendrons pas sur les attentats de Buenos Aires, aussitôt attribués sans preuves par Tel Aviv à l’Iran, et attribués, après vingt ans d’enquête, par la justice argentine, aux Israéliens eux-mêmes.

Pour ce qui est d’annoncer les morts à l’avance, rappelons que les « six millions » de victimes du nazisme avaient été annoncées, dans le New York Times, le 8 septembre 1919.

Autre annonce, d’un an plus tard (même gazette). Manière originale autant qu’éprouvée de faire du fund raising. La collecte de fonds, c’est bien, mais les faux drapeaux, c’est bien aussi.

 5. Six-Million-Jews-New-York-Times-May-1-1920-P-8 .jpg.gif

New York Times, May 1, 1920, p.8

Là, ça n’allait pas se passer en Allemagne mais en Russie :

6. Six-Million-Jews-Chicago-Tribune-July-20-1921-300.gif

 Chicago Tribune -  juillet 1921

Quelqu’un a eu la curiosité de recenser le nombre de fois (140) où ces six millions ont été utilisés « avant »… moins souvent, certes, qu’ils ne le seraient « après ». Alors que « pendant », personne n’a eu trop l’air de se préoccuper de ces pauvres morts, quel qu’en soit le nombre. Pas assez en tout cas pour leur porter secours.

Voir ici : http://balder.org/judea/Six-Million-140-Occurrences-Of-Th...

 

 

Ukraine : c’est l’horreur.

Irak : c’est l’horreur.

Palestine : c’est toujours l’horreur et ça va être pire.

2 juillet 2014

Le Dr Christophe Oberlin témoigne depuis Gaza (*)

7. Oberlin 2.jpeg

Gaza se prépare à la guerre

par Christophe OBERLIN

Plusieurs bombes israéliennes sont tombées ces jours-ci sur Gaza. Cette nuit-même la dernière a creusé un cratère de plusieurs mètres de diamètre en plein centre-ville. Pour beaucoup, comme le Dr Sobhi Eskaik chef du service de chirurgie générale à l’hôpital Shifa, Israël va attaquer : « C’est comme ça qu’ils préparent le terrain. Nous avons malheureusement l’habitude ».

Lire la suite…

Source : http://www.silviacattori.net/spip.php?article5748

 

Pendant qu’on y est :  

 

8. book-banner-61.JPG

 

 9. La vallée des fleurs.jpg

 

 

La vallée des fleurs

Eric Bonnier, 2013 – 202 pages

 

 

 

10. Chroniques de Gaza.jpg

 

 

 

Chroniques de Gaza 2001 - 2011

Demi-Lune – 2011 – 224 pages

 

 

 

 

11. SurvivreGaza.jpg

 

 

 

Survivre à Gaza

Avec Mohamed Al-Rantissi et Jacques-Marie Bourget

Koutoubia – 2009 – 197 pages

 

 

 

 

12. Précis d'anatomie.jpg

 

 

Précis d'anatomie en 2 volumes : Texte et Atlas : Tome 2, Système nerveux central, Organe des sens, Splanchnologie : thorax, abdomen et bassin

Avec Christian Vacher et Jean-Louis Berthelot

Tec & Doc Lavoisier - 11e édition (1 octobre 2004) – 812 pages

 

 

 

2 juillet - Arrivée en France des marins russes venant s’entraîner sur les porte-hélicoptères Mistral

 

 

 

Pour les musulmans, le jeûne du Ramadan a commencé le 28 juin – soit le premier jour du neuvième mois du calendrier lunaire.

Images

http://fr.ria.ru/photolents/20140702/201683743.html

 

Pauvres Égyptiens…

Tony Blair devient conseiller économique d’Al-Sissi

Ça va être Ramadan toute l’année, et pas d’Iftar qui tienne !

 

blair&gaddafi.jpg

Voir l’article …

Source : http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/egypte-...

 

Et la routine :

À Paris, le nombre de SDF a augmenté de 84% en dix ans

 (Et quand on dit « SDF », on ne parle pas de « sans domicile fixe » mais de « sans domicile du tout », de « sans abri  par tous les temps»). Ah, les doux euphémismes des merdias…)

13. sans abri Paris.jpeg

 

ÉTUDE – L’Insee et l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) ont publié ce jeudi le résultat de leur étude complète sur le profil des sans-domicile fixe dans l’agglomération parisienne. Si on voit que leur nombre a explosé en dix ans, on apprend également que leur profil a beaucoup changé. De plus en plus de jeunes, de femmes et de familles se retrouvent à la rue.

Lire la suite…

Source : http://www.wikistrike.com/2014/06/a-paris-le-nombre-de-sd...

 

 

Le travailleur grec serf du Moyen Age… ou galérien de l’Antiquité…

 

14. rich-poor-greeks.jpg

Les travailleurs grecs vivent dans des conditions choquantes et leur situation peut être comparée à celle des serfs au Moyen Age, conclut-on après avoir lu une étude de l’Institut du travail de la Confédération des syndicats du Travail (GSEE), dont le blog KeepTalkingGreece a eu connaissance.

Voici certains de ses points les plus saillants :

Lire la suite…

Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-travailleur-grec...

La source d’E&R est http://www.express.be/business/fr/economy/nous-sommes-en-...

C’est dire si la situation doit être bien pire.

Et la solidarité, entre exploités européens, c’est du pipi de sansonnet ? Quelqu’un pourrait-il nous expliquer à quoi servent les syndicats ? À quoi ils ont servi depuis soixante ans, pour ne pas remonter plus haut ?

Okeanews s’arrête !

C’est le moment de lui emprunter quelques titres, pour voir ce qu’on perd.

 

www.okeanews.fr/

15. PrisonniersGrèveDeLaFaim-390x267.jpg

Ouf !

 

16. bahar&enfants.jpg

Sans commentaires. Mais vous pouvez les lire ici :

http://leclea.be/clea/communiques/02-07-2014_bahar-innoce...

 

 

Si vous n’êtes ni Ukrainiens, ni Irakiens, ni Palestiniens, ni Syriens, ni Grecs, ni SDF, ni chats écrasés par des tarés fans de foot… Bonnes vacances à tous !

 

 

Mis en ligne le 3 juillet 2014

 

 

 

 

18:47 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2014

TO FRACK OR NOT TO FRACK

1. barge-web.jpg

To frack or not to frack ?

Notre bateau d’aujourd’hui… est une péniche : Aux USA, l’industrie du gaz de schiste (i.e. Big Oil) veut transporter ses eaux toxiques de fracturation par péniches - cela lui revenant beaucoup moins cher - sur les 12.000 miles de voies fluviales du pays. Mais les garde-côtes doivent d’abord décider si c’est sans danger. Le 1er novembre dernier, « on » a donné un mois au public pour faire connaître ses commentaires… sans fournir d’informations à personne. Même aux garde-côtes ? Surtout aux garde-côtes.

2. brain_weed.jpg

Mais qu’est-ce qu’ils fument à l’OTAN ?

Le secrétaire-général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen prétend qu’il existe un complot russe contre l’exploitation de gaz de schiste par fraturation des roches, dans le but de favoriser la dépendance de l’Europe à son propre gaz.

 

Vidéo en anglais :

http://rt.com/news/167260-greenpeace-russian-fracking-plot/

Chez Greenpeace, où on s’étrangle de rire, on nie formellement que l’espionnage russe finance en sous-main les groupes environnementalistes européens pour tenter d’empêcher l’exploitation de gaz de schiste par ce fameux « fracking ».

« J’ai rencontré des alliés qui m’ont rapporté que la Russie, dans le cadre de ses opérations sophistiquées d’information/désinformation s’est activement associée avec ce qu’on appelle des organisations non-gouvernementales – des organisations environnementalistes, en fait – qui travaillent contre le gaz de schiste pour que l’Europe reste dépendante du gaz qu’elle importe de Russie » a déclaré Rasmussen à Chatham House, une cellule de réflexion sur les affaires internationales.

M. Rasmussen n’a cependant pas présenté la moindre preuve pour étayer ses assertions.

Greenpeace a tourné en ridicule l’idée que le gouvernement russe soit en train de manipuler l’opinion publique pour qu’elle s’oppose à la fracturation du schiste. « L’idée que nous soyons des marionnettes de Poutine est si absurde qu’on se demande ce qu’ils peuvent bien fumer au QG de l’OTAN » s’est exclamé le porte-parole de la célèbre organisation. « M. Rasmussen devrait passer un peu moins de temps à élaborer des théories du complot et un peu plus à se tenir au courant des faits. »

 

4. Desolated North.JPG

 

De son côté, un représentant du groupe environnemental Rising Tide (« Marée montante »), Tony Cottee, a déclaré à l’Independent que M. Rasmussen n’a visiblement aucune idée de ce qui est en train de se passer sur le terrain. « Cela montre à quel point ces gens sont sourds et aveugles aux réalités. À l’évidence, ils ne se doutent même pas de qui sont les gens qui manifestent. »

La pratique de la fracturation consiste à faire exploser de l’eau et des produits chimiques à très forte puissance dans des fissures de roches schisteuses situées à des milliers de mètres de profondeur, pour en extraire du gaz ou du pétrole. Il existe une opposition publique importante à cette pratique, à cause des effets collatéraux importants qu’elle a provoqués dans le passé. Les scientifiques disent qu’elle peut contaminer les nappes phréatiques et provoquer de petits tremblements de terre.

Au Royaume Uni, le gouvernement s’est fait le champion du fracking, dans l’espoir qu’il ferait baisser les coûts énergétiques et créerait des emplois. Le British Geographical Survey a estimé qu’il pourrait y avoir une réserve de 1.300 trillions de m3 de gaz sous les roches de schiste du nord de l’Angleterre, et que le sud pourrait en contenir 2.2 milliards et 8.6 milliards de barils de pétrole.

5. forced_pooling_cartoon.jpeg

Toutefois,  l’exploitation des réserves par fracturation a fait naître une très forte opposition des habitants qui seront concernés par ce processus. Le gouvernement, en effet, a déclenché une réaction très âpre des « fracktivists », lorsqu’il a annoncé au début de l’année son intention de modifier la loi sur le respect de la propriété privée pour permettre la fracturation sous terrains privés même habités.

En réponse à cette annonce, les militants de Greenpeace ont bloqué l’accès à la résidence du Premier ministre David Cameron, dans les Costwolds, par des barrières métalliques sur lesquelles on pouvait lire : « Nous vous prions d’excuser le désagrément que nous pourrions vous causer en fracturant sous votre maison. »

Les militants de l’environnement ont également distribué des faux chèques de 50 £ (62 €), équivalant au montant que les ministres ont décidé d’accorder, à titre de compensation, aux résidents sous la propriété desquels s’effectueraient les explosions.

 

6 bis. Halliburton.jpg

 

Source : http://rt.com/news/167260-greenpeace-russian-fracking-plot/

 Traduction  C.L. pour Les Grosses Orchades

 


 

Georges Stanechy, toujours admirablement documenté, consacre un article de fond au problème… qui est avant tout d’enfumage, dans de très grandes largeurs.

 

Gaz de schiste – la Bulle à Gogos

Georges Stanechy – À contre-courant

23 juin 2014

« Cette pensée, moins faible qu’elle n’est débile, capitule en réalité devant le scientisme et son compère le (libéralisme de) Marché. »
Augustin Berque  (1)

Les digues de la censure craquent de toutes parts…

Une à une, maintenant par paquets, les informations, surnageant, se répandent. Dans tous les sens.

Oui, le mirage du "Gaz de Schiste" que les pétroliers, avec leur colossal appareil de "désinformation-intoxication", nous présentaient comme la pierre philosophale, la révolution de "l’Indépendance Energétique", se révèle pour ce qu’il est : une arnaque à la crédulité. Une escroquerie pour "gogos" béats, anesthésiés, imperméables à tout esprit critique.

Malgré les mises en garde répétées de nombreux spécialistes, observateurs et analystes.

 

6. Peanuts.jpg

 

L’un des géants du métier ExxonMobil, dans son rapport 2013, nous assurait qu’à partir de 2025, grâce aux gaz de schiste, les Etats-Unis deviendraient exportateurs nets d’hydrocarbures !...

Prévisions confortées auparavant par l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), dans son rapport 2012, annonçant qu’à partir de 2017, l’Arabie saoudite perdrait sa place de premier producteur mondial de pétrole au profit des Etats-Unis… (3)

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2014/06/gaz-de-schiste-la-b...

 

Le Colorado arrête la fracturation par injection d’eaux usées, à la suite de tremblements de terre

27 juin 2014

7. cartoon.jpg

 

Suite à la détection d’un petit tremblement de terre, les régulateurs d’état du Colorado ont mis fin au traitement des eaux usées pour fracturation dans un puits d’injection du Comté de Weld.

Selon Reuters, l’annonce en a été faite par la Commission de Conservation du Gaz et du Pétrole du Colorado (COGCC), qui a donné ordre aux services des eaux de la High Sierra d’observer un arrêt de 20 jours, après qu’un tremblement de terre de magnitude 2.6 ait été enregistré lundi (23/6), les géologistes pensant qu’il est lié à l’opération de fracturation en cours à proximité.

C’était la deuxième fois en moins d’un mois qu’un tremblement de terre frappait la région. Le 31 mai, une secousse de magnitude 3.4 avait été enregistrée dans la même zone, suscitant la théorie que la faute en incombait aux explorations liées au gaz et au pétrole de schiste dans la High Sierra.

« Au vu des découvertes faites par l’équipe de l’Université du Colorado, nous croyons important de recueillir des données supplémentaires, d’approfondir l’expertise et de revoir de très près l’histoire des injections sur ce site, de manière à mieux comprendre tout lien potentiel entre les séismes et l’exploitation du puits d’eau usée » a déclaré en début de semaine l’Administrateur de COGCC, Matt Lepore, au Colorado Independent.

Ce n’est pas la première fois que le procédé controversé de la fracturation – par injection à haute pression d’eau, de sable et de produits chimiques dans des strates de roche à grande profondeur dans l’espoir d’y récolter du pétrole et du gaz – a été lié à des tremblements de terre. La responsabilité en a été attribuée principalement au processus d’élimination des déchets, qui comprend le stockage d’eaux usées toxiques à de très grandes profondeurs, les puits étant souvent situés à proximité de lignes de faille.

Bien que l’Inspection Géologique US fasse remarquer que les failles sont généralement fracturées à de grandes profondeurs, elle déclare aussi que « les eaux injectées vont à l’encontre des forces de friction qui s’exercent sur les failles et ont pour effet de les “forcer à s’écarter”, facilitant ainsi le glissement qui conduit au séisme ».

 

8. epicentre- hypocentre.jpeg

Tandis que des études précédentes ont donné à penser qu’il y a un lien entre la fracturation et les tremblements de terre, a dit un porte-parole de la COGCC, « Nous croyons que c’est probablement la première fois qu’un tel rapprochement a été fait au Colorado, qui est célèbre pour ses tremblements de terre résultant de l’exploitation des mines de charbon ».

Déjà en Oklahoma, qui, comme l’a rapporté RT en février, a connu une flambée massive de séismes au cours des cinq dernières années, les sismologues ont relié l’augmentation de l’activité sismique à la fracturation. Les recherches conduites au Texas ont abouti à des conclusions identiques.

Commentant pour Mint Press News la récente décision du Colorado, le militant environnemental Gary Wockner l’a accueillie avec satisfaction.

« Mieux vaut prévenir que guérir : l’injection d’eaux toxiques a incontestablement provoqué des tremblements de terre dans d’autres états et elle pourrait en provoquer dans celui-ci aussi ; il est donc avisé de la part de la COGCC de stopper cette activité » a-t-il conclu.

9. Kos-Fracked.jpg« Tu te rappelles comme tous ces forages, ces fouilles et ces fracturations étaient censés assurer notre indépendance énergétique ? »

 

Source : http://rt.com/usa/168972-colorado-halts-fracking-wastewat...

Traduction C.L.pour .Les Grosses Orchades

 

 

10. banner  secours rouge.jpgAccueil du site > Dossiers > Amérique du Nord >

USA : Concentration dans le secteur de la sécurité

29 juin 2014 – Secours Rouge

C’est certainement l’une des fusions les plus remarquables de ces derniers mois dans le monde des entreprises privées d’activités sécuritaires et paramilitaires (en jargon juridico-économique : ESSD Entreprise de services de sécurité et de défense) : les sociétés américaines Academi [ ex-Blackwater, NdGO ] et Triple Canopy se sont alliés et ont formé le Constellis Group (qui dépend de Constellis Holdings).

Les deux célèbres ESSD ne sont pas seules dans cette fusion qui englobe 5 autres entreprises (actives dans les domaines du conseil, de la logistique, de la sécurité, du développement international) et des filiales comme Pontaris (transport routier en Afghanistan). Au total, ce sont donc 7 sociétés qui ont fusionné : Triple Canopy ; Constellis Ltd. ; Strategic Social ; Tidewater Global Services ; National Strategic Protective Services (une co-entreprise avec Triple Canopy et Securiguard) ; ACADEMI Training Center et International Development Solutions. Les 6 000 employés de la nouvelle structure seront dirigés par Craig Nixon (ex-général et ex-CEO d’Academi), et le conseil d’administration va rassembler Red McCombs, John Ashcroft, l’amiral Inman (ex directeur de la NSA), etc.

voir le site de Constellis Group

 

0. constellis-group-8fc2b.png

 

Voir le dossier: Amérique du Nord avec les tags: Etats-Unis - Nos sources

Source : http://www.secoursrouge.org/USA-Concentration-dans-le-sec...

 

Bahar convoqué ce mardi 1er juillet devant la justice espagnole
Dernier chapitre dans l'affaire Kimyongür ?

Communiqué du Clea - lundi 30 juin 2014

Souvenez-vous. Le lundi 17 juin 2013, Bahar Kimyongür était arrêté avec son épouse et ses deux enfants par des policiers en civil dans la Cathédrale de Cordoue en Espagne.

 

11. bahar-palais-justice-bxl.jpg

Lire la suite…

Source : http://leclea.be/clea/communiques/30-06-2014_bahar_dernie...

 

 

Là-bas si j’y suis s’arrête ou Là-bas si j’y suite ?

12. Daniel Mermet.jpg

On croyait que Daniel Mermet (71 ans aux prunes) en avait marre. Qu’il avait décidé de s’arrêter. Mais non, ce n’est pas lui. Ah les eunuques du sérail !

Si vous voulez qu’il continue, vous pouvez pétitionner.

C’est ici…

Source : http://www.la-bas.org/spip.php?article2394

 

13. Daniel-Mermet-300.jpg

Rassemblement de soutien samedi 5 juillet 2014 à 14 heures – Maison de la Radio – 116, Av. du Président Kennedy – 75016 Paris – RER C Station KENNEDY

Voir l’article …

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/06/30/rassembleme...

 

 

Ah, ce qu’on est bien chez les bêtes !

Des phoques rendus à la mer près de Saint-Pétersbourg

Dix phoques de la Baltique ont été relâchés avec succès dans la mer ce mercredi (25/6) après avoir été soignés dans un centre de la vie sauvage à Saint-Pétersbourg. L’équipe du ministère des Urgences et le Centre de réhabilitation Pinnipedia ont relâché les animaux dans le golfe de Finlande de la mer Baltique. Des phoques mal en point ont été recueillis presque quotidiennement, en mars et en avril, sur les rives du golfe de Finlande et à proximité de Saint-Pétersbourg. Les principales causes pour lesquelles les animaux se trouvaient en difficulté sont le pétrole, la pollution et le changement climatique.

 

 

 

Une baleine blanche à bosse mâle, appelée Migaloo, repérée au large des côtes australiennes

 


 

Une brève de comptoir pour finir

Juste avant sa mort, Obama choisit de se faire cryogéniser…

14. Obama cryo.jpg

Obama est en phase terminale, et avant de mourir choisit de se faire cryogéniser. On le congèle.

Dix ans après, on trouve le remède à la maladie dont il était atteint. On le décongèle donc, et le revoici en vie.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/humour-juste-mort-obama-ch...

 

 

 

 

Mis en ligne le 30 juin 2014.
 

 

 

 

22:48 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/06/2014

Khazarland – Yiddishland – Sionistan

1. iran-persia-jewish-judaica-ship-symbol-of-israel-zabulun-tribe-name-in-hebrew-hand-painted-pottery-glazed-ceramic-tile.jpg

Bateau juif symbolisant la tribu de Zebulon – Céramique peinte iranienne

 

On trouvera ici la dernière livraison en date d’Aline de Dieguez. Profitons–en pour redire à quel point l’édition française, qui s’en désintéresse, est en-dessous de tout.

Aline de Dieguez fait partie de ces auteurs aussi rares que nécessaires, dont l’accès est systématiquement dénié aux foules francophones par les illettrés de l’« élite » au pouvoir. Se faire snober par les marchands de papier imprimé semble être devenu un label de qualité exceptionnelle. On pense, entre autres, aux travaux de l’Anglaise Jane Ellen Harrison (Prolegomena to the Study of Greek Religion, Heresy and Humanity, Alpha and Omega, Themis, etc.), toujours pas traduits au bout d’un siècle ; à ceux de Jan Przyluski, auteur pourtant français, mort en 1944 (Les migrations eurasiatiques, toujours inédit, L’évolution humaine et La grande déesse, mal imprimés à la fin de la guerre et depuis longtemps introuvables) ; à la thèse de doctorat (en Sorbonne !) d’Abdellah Hammoudi, Maîtres et disciples, qui n’a eu les honneurs de l’impression hexagonale que cinq ans après sa parution en anglais (et assurément parce qu’elle avait paru aux USA), pendant que les serpillières peu ragoûtantes à la Da Vinci Code e tutte quante squattent les têtes de gondoles de toutes les épiceries en gros sans jamais disparaître !

Aussi, bénissons Internet.

 

Aux sources du chaos mondial actuel

Khazarland – Yiddishland – Sionistan

 

« La violence ne vit pas seule, elle est incapable de vivre seule : elle est intimement associée par le plus étroit des liens naturels au mensonge. La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence. »

Alexandre Soljenitsyne

Final du discours de remerciement rédigé à l'occasion de la cérémonie au cours de laquelle devait lui être remis le prix Nobel.

 

Les évènements miraculeux ne sont pas des matériaux historiques. Et pourtant il arrive que certains façonnent directement l'histoire. Il en est ainsi du mythe d'une "terre promise" à certains hommes par leur divinité privée.

Le mythe est un théâtre. Il ne vit pas dans l'histoire. Il est l'histoire. Il est hors du temps ordinaire car il est le temps universel et la vérité qu'il dévoile est une vérité universelle.

Peut-on voler le feu du soleil? Non, répond la raison, et pourtant le sens spirituel du récit nous atteint comme une évidence. Nous admettons sans difficulté que Prométhée n'est pas le voleur d'un feu véritable, qu'Icare n'avait pas de vraies ailes de cire qui auraient fondu parce qu'il s'est imprudemment approché du soleil, que Sisyphe n'a pas passé sa vie à tenter de hisser un vrai rocher au sommet d'une montagne et qu'une femme nommée Sara, vieille épouse d'un très vieil homme appelé "Père de la multitude" n'a pas enfanté à l'âge de cent ans.

C'est pourquoi le mythe ne recherche pas la vraisemblance et le récit qui en est le support matériel de circonstance est une allégorie destinée à véhiculer une vérité hors du temps quotidien.

Il existe une hiérarchie des mythes parce qu'il existe une hiérarchie des esprits qui les ont conçus.

Que dire lorsqu'un petit groupe d'alchimistes grossiers fait main basse sur la transcendance et transforme en plomb l'or de la métaphore? A ce compte, Prométhée aurait allumé le feu du soleil avec un briquet, Sisyphe s'aiderait d'une brouette pour hisser sa pierre, un Adam allégé d'une côte aurait batifolé dans un vrai verger et, tel un notaire de village, un "dieu" aurait signé un acte foncier au bénéfice exclusif d'un petit groupe d'humains et y aurait même joint le codicille selon lequel les bénéficiaires de ses largesses jouiront éternellement de l'autorisation de piller et d'assassiner les véritables propriétaires du terrain qu'ils se sont appropriés.

A ce niveau de rusticité religieuse…

 

Lire la suite de l’article, avec cartes, illustrations, photos rares et remarquable bibliographie, sur le site de l’auteur … ICI

 

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/chaos...

 

*

 

Mis en ligne le 29 juin 2014

 

 

 

 

 

15:26 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/06/2014

ABDICATIONS (ET SUITES D')

1. Combat naval vitrail eglise de Villequier.jpg

Combat naval entre le bateau dieppois La Salamandre et deux navires espagnols revenant des Amériques, près des Açores – 1523 – Église de Villequier

 

Abdications (et suites d’)

Deux abdications récentes auront – ont déjà – des suites politiques. Importante planétairement pour l’une, au moins localement pour l’autre. Il va être ici question des deux. Nous commençons par la plus ancienne, celle de S.S. Benoît XVI, à qui a succédé l’actuel pape François I. Quoiqu’il s’agisse d’une abdication « spirituelle », le Vatican ne pourrait pas, même s’il le voulait, s’exclure du politique.

Mécréants au point de penser que le petit Jésus et saint Paul ont été inventés par le lucumonat étrusque, nous rapportons ici la prise de position tranchée d’une croyante, parce qu’elle est politique et qu’à ce titre nous la partageons.

À nos yeux, les infantiles qui veulent faire passer l’actuel pape pour vendu aux sionistes sont les mêmes qui jettent l’anathème sur Vladimir Poutine parce qu’il n’envoie pas l’Armée russe envahir l’Ukraine. Or, la politique n’est pas affaire d’enfants en bas âge, ni de décérébrés…

Adonc, nous avons reçu, de Maria Poumier (Entre la Plume et l’Enclume), la communication suivante :

 

« Je viens de publier un article destiné à provoquer des réactions vives de tous les côtés, c'est voulu. Certains me répondent déjà, vexés de se sentir visés par l'expression « antisémites stupides ». Excellente occasion de préciser : c'est nous tous qui devons surmonter nos réflexes primaires, dont les sionistes jouent comme sur du velours !!!! Il faut toujours faire attention à ce qu'on nous cache, et non pas à ce que les sites juifs nous servent sur un plateau.

L'article LE PAPE FRANCOIS, UN AMI DES JUIFS D’ARGENTINE, publié par http://saint-denis.catholique.fr/services-et-mouvements/t...  précise l'origine du dossier « Jorge Mario Bergoglio, le cardinal argentin qui a été élu pape et prendra le nom de François, est proche de la communauté juive ». Article paru le 13 mars 2013 sur le site JTA (The Global News Service of Jewish People), site américain d’informations juives. Original, en anglais : http://www.jta.org/2013/03/13/news-opinion/world/new-pope-jorge-mario-bergoglio-of-argentina-has-jewish-connections

Voici mon article à moi :  »

 

Le pape « juif », encore une imposture de la propagande israélienne

 

[ Réponse à Zeinab Abdelaziz, auteur d'un article intitulé « Le pape François est-il un ex-juif ?! », publié sur le site alterinfo.net ]

Les services de la propagande israélienne ont décidé de ruiner l'image du pape en le faisant apparaître comme un soutien zélé du sionisme. Pour y réussir, ils ont besoin de faire passer le message par d'autres, par des antisionistes titrés, officiels. NOUS NE  NOUS LAISSERONS PAS PIÉGER !

Zeinab, je suis étonnée qu'une Égyptienne comme vous s'exprime avec l'aplomb typique -et bien souvent injustifié, faut-il le préciser - des intellectuels français, sur une facette du pape François, qui vous semble très soumise à Israël, lorsque vous omettez ses gestes bien réels, au Mur de la Honte, et en forçant Simon Peres à s'abaisser à une prière avec Abbas au Vatican le dimanche de la Pentecôte; parmi d'autres gestes extrêmement désagréables pour le pouvoir sioniste, cela l'ancre dans la vénération populaire, à raison. Le peuple ressent la vérité de ces gestes, et les révérences aux pouvoirs en place, il les oublie généreusement, comme palinodies obligatoires dont chacun a l'expérience. Tout pape qu'il est, il baisse bien culotte au moins une fois par jour, normalement, non ?

Vous devriez pouvoir imaginer, en tant qu’Égyptienne, que le pape est immergé dans un contexte sans rapport réel avec les schémas abstraits, typiquement français, dont vous vous faites le vecteur docile. Le contexte de saint Paul n'est plus le même, et vous le savez. Les juifs qui se convertissent au christianisme sont légion, et ce ne sont pas des déserteurs, lorsqu'il faut défendre le Christ, alors que tant de chrétiens par héritage familial se laissent dévorer par les tentations de la société de consommation. Les intégristes qui accablent le pape (vous n'êtes pas la première) raisonnent en pharisiens, en docteurs de la loi; les commentaires publiés par alterinfo à la suite de votre article sont des kyrielles de citations de textes canoniques; on voit bien la tentative des gens qui veulent aller dans votre sens de se raccrocher à ce qu'ils estiment être un dogme ayant force de loi jusque dans un contexte bien différent comme le nôtre, par rapport au contexte originel. Leur antisionisme est juste, leur myopie pour déchiffrer la réalité vivante des gens qui ne sont pas les « gardiens du temple » est bien regrettable.

Non, Bergoglio ne rentre pas dans la case où vous voulez le déshonorer en le traitant d'ex-juif (titre fallacieux et sournois, d'ailleurs, puisqu'en fait vous l'accusez de faire tout simplement le jeu des sionistes).

Sachez, par exemple, que le pape connaît les horreurs cachées derrière les attentats censément antisémites de Buenos Aires, en 1992 et 1994, qui firent une centaine de morts. Si vous ne connaissez pas ce dossier, jetez donc un coup d’œil au documentaire AMIA REPETITA, qui fait des ravages sur youtube (sous-titré en français). Vous y découvrirez que l'infamie sioniste pèse TRÈS lourdement en Argentine. Les présidents argentins successifs n'ont pas été dupes des ingérences israéliennes dans la souveraineté de leur pays, et les journalistes juifs eux-même en sont scandalisés, à commencer par le prestigieux Horacio Verbitzky, suivi peu ou prou par Hugo Presman ou Raul Kolman. Pourtant, seule la présidente actuelle, Cristina Fernandez, a osé défier Israël sur ce sujet tabou, avec 20 ans de retard.... en signant un accord avec l'Iran pour une enquête conjointe, ce qui ruine toutes les manigances d'Israël visant à faire apparaître l'Iran comme un État terroriste.

Qu'est-ce qui peut bien vous faire imaginer que le pape serait libre, tel un papillon frivole, empressé de faire notre admiration avec ses ailes éblouissantes, de déblatérer en toute irresponsabilité, au risque de mettre en péril tout l'héritage de saint Pierre, contre la rhétorique sioniste, qui est lourdement armée, vous ne l'ignorez pas ? Cette rhétorique, plus personne n'y croit, tout le monde sait ce qu'elle cache, y compris les chefs d'État, surtout les chefs d'État, constamment victimes de chantages maffieux. Ne faites pas semblant de la prendre au sérieux...

Vous semblez regretter que Jean XXIII ait aboli la malédiction des juifs en tant que peuple déicide. C'est grave ! Les sayanim qui passent leur temps à souffler sur les braises de l'antisémitisme vont applaudir. C'est inquiétant, c'est très inquiétant ! A croire que quelque sayan ou catholique imbécile vous souffle tout cela, vous manipule, pour ne pas apparaître à visage découvert, et néanmoins pousser autant que possible les non-juifs en colère contre Israël à s'en prendre au pape. Cela rappelle étrangement la rumeur naguère lancée par Israël dans le but de désarmer tout soutien à Kadhafi : il aurait signé des accords avec des marchands d'armes et d'autres choses au profit d'Israël. C'était un bobard, mais cela a permis d'isoler Kadhafi, avant sa mise à mort et le démembrement de la Libye, si intensément souhaité par BHL, notre véritable pape juif sioniste...

Peut-être que vous faites partie des musulmans qui souhaitent couler les catholiques ? Je ne fais pas partie de ceux qui souhaitent l'éradication de l'islam. Au moment où tellement de juifs, dans le monde entier, cherchent désespérément à s'extirper de l'étouffoir génocidaire israélien, nous avons mieux à faire qu'à raviver nos guerres de religion, au dehors et au dedans. C'est trop facile, et ça fait trop plaisir à l'Israël, qui, s'il détient encore bien des moyens de nuire, a bel et bien perdu la bataille spirituelle, pris trop souvent la main dans le sac du mensonge délibéré et du crime de masse.

N'oublions pas que la rancœur des juifs, et surtout de ceux qui sont d'obédience sioniste, contre le Vatican, date de saint Pierre et de saint Paul. Saint Étienne fut martyrisé à Jérusalem le jour de la Pâque juive, afin que le message fût clair. Les sionistes ne se satisfont pas des gestes d'apparente soumission, ils visent l'éradication du christianisme en Terre sainte et autour, comme ils veulent la destruction de la mosquée Al Aqsa.

Le pape est certes d'une grande bienveillance et magnanimité envers les juifs en général, et il lui est bien difficile de résister au lobby israélien en particulier (voir un bon résumé sur ses relations perso avec des personnalités juives sionistes ici). Il a exprimé sa solidarité avec les victimes de l'attentat contre l'AMIA. Vous auriez voulu qu'il leur crache à la figure, à ces pauvres morts dont on sait pertinemment qu'il n'y avait aucun dirigeant juif parmi eux ? Savez-vous, Zeinab, qu'il a reçu la première représentation des FAMILLES DES MORTS NON JUIFS victimes de cet attentat, qui étaient la majorité ? Jusqu'à son accession à la papauté, jamais ces familles n'avaient obtenu d'être prises en compte !!!!! C'était discret, mais n'est pas passé inaperçu parmi ceux qui connaissent le dossier, et c'est d'une immense portée, précisément comme geste de résistance face à la prétention sioniste de faire interpréter cet attentat comme « le troisième Holocauste », (après l'inquisition et le nazisme, voulu et perpétré par le gouvernement iranien, d'après l'industrie du mensonge israélien).

Le pape François a surpris et désarçonné le dit lobby avec ses gestes spectaculaires lors de son voyage en Terre sainte. S'il a rendu hommage à Theodor Herzl, cela n'a pas soulevé l'enthousiasme de ses hôtes. Vous êtes-vous demandé pourquoi ? C'est parce que cela signifiait une reconnaissance du fait POLITIQUE de l'État d'Israël, nullement de l'hégémonie religieuse juive à qui Dieu aurait, selon la phraséologie sioniste, réservé la Terre sainte de toute éternité. Le pape est bien décidé à jouer un rôle politique, il l'a montré dès les premiers jours de son mandat, en se joignant aux autorités orthodoxes pour condamner toute intervention US en Syrie. Il a pour responsable de la communication un catholique américain, Greg Burke (qui n'a certes pas la tâche facile !). Non ce n'est pas un pape paumé qu'on roule facilement dans la farine...

Coïncidences bizarres : Tamir Pardo, haut responsable du Mossad, avait annoncé  l’« enlèvement » de trois jeunes Israéliens une semaine à l'avance. Et c'est Haaretz qui le publie !!!!!! Cela ne saurait tomber mieux alors que les autorités palestiniennes se réconcilient et que la paix pourrait devenir possible. Le gouvernement israélien torpille toujours les rapprochements positifs, et il sait monter des opérations sous faux-drapeau.

L'ONU elle-même vient de déclarer qu'il n'y a pas de preuve que les 3 jeunes Israéliens aient été enlevés !!! Voir l'article d’Alya Express :

http://alyaexpress-news.com/2014/06/onu-il-n-y-a-actuelle...+

A Boko Haram, ce sont des jeunes filles CHRÉTIENNES qui ont été torturées.

En 2003, les israéliens attaquaient eux-mêmes, ouvertement, la basilique la Nativité

Non, décidément, le pape ne fait pas le jeu d'Israël. C'est notre devoir à nous de l'aider à aller plus loin. Et tout d'abord, démantelons l'opération de propagande israélienne pour le dénigrer en tant que « larbin des juifs ». C'est cousu de fil blanc. Seuls les antisémites les plus stupides peuvent foncer dans ce panneau. Les autres auront compris : Israël veut se débarrasser de ce pape qui est à la manœuvre et qui n'est pas un demeuré comme ils le voudraient.

Source : http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1604

 

Voyage du pape en Palestine

2. Pape en Palestine.jpg

3. Pape à Bethléem.jpg

4. Pape et Bartholomée.jpg

 Avec Bartholomée I primat de Constantinople : l’Église d’Occident et l’Église d’Orient

5. Manif palestinienne.jpg

6. pape welcome.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7. Pape mur des lamentations.jpeg

Au mur des Lamentations

8. Mur de la Honte.jpg

Au mur de la Honte

9.  Pape autorité palestinienne Bethléem.jpg

À Bethléem…

10. A Bethleem, rencontre avec l'autorité palestinienne.jpg

… rencontre avec l’Autorité Palestinienne

Deux interprétations populaires

11. papepalestine.jpg

12. Peace in the Middle East.jpg

 

Sur le même site :

 

Dossier (actualisé) de l’AMIA

Le terrorisme israélien en Amérique latine.

Buenos Aires 1994: Un attentat terroriste vise l'AMIA, centre communautaire juif, faisant 85 morts. Israël et le Sionistan international accusent immédiatement l'Iran d'en être responsable. Le film passe en revue les pistes iranienne, syrienne, argentine, israélienne. Avec 15 interviews à des personnalités argentines, à Thierry Meyssan (France), sheikh Rabbani (Iran), Jim Fetzer (USA).

Voir la suite…

Source : http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1591

 

AMIA REPETITA

 

*

Et puisque nous sommes chez Maria Poumier, restons-y, car elle vient de traduire, comme elle le fait depuis longtemps, le dernier article d’Israël Shamir (où il est aussi question des juifs et des chrétiens, sinon du pape). Rappelons qu’Israël Shamir, né juif en Russie, devenu israélien puis redevenu russe, s’est converti au christianisme orthodoxe.

 

Le triangle fatidique : la Russie, l'Ukraine et les juifs

par Israël Adam Shamir


Les bas-reliefs érotiques des temples hindous, avec leurs positions qui défient la gravité et les lois de l'anatomie ont désormais de la concurrence, avec la crise ukrainienne. Chaque partie veut avoir les juifs de son côté, tout en prétendant que l'autre bord est anti-juif et néanmoins téléguidé par les juifs tout à la fois. Cette position intenable et kamasoutresque est le résultat d'une série d'alliances extrêmement confondantes. Le régime actuel de Kiev comporte des juifs tout dévoués et des antisémites sauvages aux places capitales. Les figures de proue du régime (y compris le président élu) sont d'origine juive; l'homme fort et le financier en chef Igor Kolomoysky est une éminence publique parmi les juifs, édificateur de nombreuses synagogues et fervent d'Israël. Mais la force la plus décidée et agissante du régime, les ultra-nationalistes du parti Svoboda et le Secteur Droit, admirent Hitler et son quisling ukrainien, Stepan Bandera, ces « libérateurs de l'Ukraine qui ont su rejeter le joug judéo-moscovite », comme ils disent. Les juifs sont ambivalents, et les deux bords aussi sont ambivalents chez eux, si bien qu'on est au cœur d'une intrigue très divertissante.

Lire la suite…

Sources :

http://www.israelshamir.net/French/Le_triangle.htm

http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1603

 

*

Ah, l'Ukraine ! Peut-être que le pape devrait y aller faire un tour

Reçu à l'instant, du Saker

 

 

Réveillez-vous, réveillez-vous ! C'est vide dit. Avec le pourcentage de mongoliens qu'on a... (pardon aux vrais).

belgium.png

 

*

1 bis. stanbrook.jpg

Le Stanbrook, bateau mythique

Du port d’Alicante, le Stanbrook a réussi à lever l’ancre, le 29 mars 1939, avec 3028 républicains à son bord, dont beaucoup se sont retrouvés en Algérie, dans un camp de concentration français, et ont ensuite combattu pour la libération de la France dans la Division Leclerc.

 

*

L’autre abdication, la plus récente, est celle du roi d’Espagne. Mais connaît-on bien, avant cette descente du trône, sa trajectoire ? Salim Lamrani a trouvé intéressant de dresser un état des lieux.

50 vérités sur le roi d’Espagne Juan Carlos I de Bourbon

par Salim LAMRANI

22 juin 2014

Après 38 ans de règne, Juan Carlos I de Bourbon a décidé d’abdiquer le 2 juin 2014 à l’âge de 76 ans et de céder le trône d’Espagne à son fils Felipe, Prince des Asturies.

13. Juan-Carlos Franco.jpg

1.      Juan Carlos Alfonso Víctor María de Borbón y Borbón-Dos Sicilias, ou Juan Carlos I, est né le 5 janvier 1938 à Rome de l’union de Don Juan, Comte de Barcelone, et de Doña María de las Mercedes de Borbón, princesse des deux Siciles, lesquels ont eu quatre enfants : Pilar (1936), Juan Carlos, Margarita (1939) et Alfonso (1941).

2.      Juan Carlos est le petit-fils d’Alphonse XIII par la branche paternelle et membre de la dynastie capétienne des Bourbons, dont sont issus les rois de Espagne depuis Henri IV.

3.      Le jeune Juan Carlos passe les quatre premières années de son enfance à Rome où la famille royale réside en exil depuis la proclamation de la deuxième République le 14 avril 1931. En 1942, Don Juan, déchu du trône, décide de s’installer à Lausanne, en Suisse.

4.      Le général Francisco Franco, qui règne sans partage depuis 1939, s’intéresse très tôt au jeune Juan Carlos. Le 25 août 1948, le dictateur et le Comte de Barcelone – qui avait soutenu les fascistes durant la Guerre civile – se réunissent secrètement dans le golfe de Biscaye et décident ensemble que Juan Carlos s’installera en Espagne afin d’y recevoir une éducation franquiste. Le but du Généralissime est de réinstaller à terme la Maison Bourbon sur le trône. Le 8 novembre 1948, le jeune prince se rend pour la première fois dans la péninsule ibérique et y passe un an.

Lire la suite…

Source : http ://www.michelcollon.info/50-verites-sur-le-roi-...

 

*

Au passif :

Plus de six millions de chômeurs – ¼ de la population

13 bis. Le-chomage-en-Espagne-touche-plus-de-six-millions-de-personnes.jpg

Source : http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Ec...

 

*

D’avant et de pendant le règne :

Espagne: les enfants volés du franquisme

Par Cécile Thibaud, 03/12/2011

C'est un terrible secret, exhumé du passé: des années 1950 à la fin des années 1980, des bébés ont été volés dans des maternités pour être vendus à des familles bourgeoises. Des médecins et des religieuses organisaient le trafic. Devenus adultes, ces enfants demandent réparation. 

14. espagne enfants volés-1.jpg

Lire la suite…

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/espagne-les...

 

*

L’Église y fut-elle pour quelque chose ? Ou le pape d’alors ? Ou l’Espagne ?

Ah, les J.O. !

On sait que Pierre de Coubertin(« Comment voudriez-vous que je répudie la célébration de la XIe Olympiade ? Puisque aussi bien cette glorification du régime nazi a été le choc émotionnel qui a permis le développement qu’ils ont connu ») avait été l’élève des Jésuites. Comme une infinité d’autres dont le compañero Fidel. Mais, indépendamment de son appartenance au catholicisme (de droite extrême), on sait qu’il a partagé avec le chancelier Hitler bien plus que des mondanités de circonstance. Quelque chose comme une idéologie.

15. de Coubertin-Hitler.jpeg

Le baron de Coubertin et Adolf Hitler, août 1936

On sait moins que son successeur, Juan Antonio Samaranch, homme de l’Opus Dei, comme son roi et un des nôtres, qui a reçu en 1991, de Juan Carlos, le titre de marquis pour son implication dans le mouvement olympique et l'attribution des JO 1992 à Barcelone, a été de son côté un ardent franquiste.

Fils d’un riche entrepreneur du textile, Samaranch fut tour à tour adjoint au maire de Barcelone, chef des sports de la délégation provinciale de la Phalange et des Jeunesses phalangistes, responsable de la Délégation nationale aux sports et président de la province de Catalogne sous le régime de Franco avant de présider le CIO de 1980 à 2001. 

16. samaranch salut fasciste.jpg

C’est peu dire qu’il fut un franquiste zélé et qu’il existe nombre de preuves de ses sympathies fascistes. Ainsi en 1956, écrivait-il par exemple une lettre au ministre franquiste Antonio Elola-Olaso, paraphée : « Toujours à tes ordres, je te salue le bras tendu. ». En 1967, il fut nommé ministre des Sports par Franco lui-même. Au lendemain de la mort du Caudillo, en novembre 1975, celui qui était alors président de la province de Catalogne eut ces paroles : « Tout est fini et tout continue, car l’exemple de Franco accompagnera toujours notre effort ».

17. samaranch  kneeling franco1967.jpg

Samaranch prêtant serment à Franco – 1967

 

J.O. et gros sous mais pas que

Le CIO s’est structuré, sous sa houlette, en véritable multinationale, avec ses banquiers, ses juristes et ses experts en marketing. Divisé en 15 départements, il emploie plusieurs centaines de personnes. Depuis Los Angeles, on sait en effet que l’organisation des JO peut devenir très rentable. Le CIO a su parfaitement profiler ses intérêts dans ce contexte. Il est propriétaire de la marque « Jeux Olympiques » et de tous les symboles qui s’y attachent (drapeau, devise, hymne…). Il perçoit le tiers des colossaux droits de télévision. Il faut savoir que rien que pour les droits de retransmission aux États-Unis des JO de Pékin 2008, NBC a déboursé 894 millions de dollars et que ceux des jeux d’hiver de 2010 à Vancouver et d’été de 2012 à Londres lui couteront la somme athlétique de 2,201 milliards de dollars (1,880 millions d’euros), soit une progression de 32,6% par rapport au dernier contrat.

18. samaranch dollars.JPG

Les JO sont l’expression la plus parfaite de l’instrumentalisation du sport à des fins réactionnaires et de colonisation idéologique. Ainsi que le note Jean-Marie Brohm  : dans son apparition, et tout au long de son processus d’institutionnalisation, le sport - improprement qualifié de « moderne » par ceux qui voudraient faire croire à une continuité, à une unité avec des sports dits antiques, médiévaux, traditionnels ou encore exotiques - est « consubstantiellement intégré au mode de production capitaliste et à l’appareil d’État bourgeois ». Le sport de compétition est en effet porteur de toutes les « valeurs » capitalistes qu’il contribue à plébisciter en les présentant comme « naturelles » : lutte de tous contre tous, sélection des « meilleurs » et éviction des « moins bons », transformation du corps en une force essentiellement productive, recherche du rendement maximum et de son exploitation optimale (la performance). Les principes constituants du sport comme sa terminologie (compétition, rendement, performance, record) reflètent d’ailleurs les catégories dominantes du capitalisme industriel.

Dans le même temps, le sport sert à l’occultation des conflits politiques et sociaux, au contrôle social des populations et à la justification des inégalités sociales en diffusant l’idée qu’efforts et sacrifices permettent de facto d’accéder à l’élite. Poison parmi les poisons, il sert également à l’édification d’une identité nationale basée sur l’affrontement, l’opposition à l’autre. Pour le sociologue Jacques Ellul, ce n’est dès lors pas non plus un hasard si le sport a toujours été l’enfant chéri des gouvernements dictatoriaux, fascistes et nazis, mais aussi du socialisme (dit) réalisé, « au point de devenir un élément constitutif indispensable de ces régimes ».

Tout ceci trouve sa traduction limpide lorsque l’on regarde crument la liste de celles et ceux qui aujourd’hui encore organisent - contrôlent – les JO (et partant instrumentalisent le sport « moderne » tout entier). On y retrouve un mélange fait d’aristocratie, d’élite politique droitière (parfois extrême) et de représentants de la sphère économique (médias, construction, finance, armement,…).

La mutation du CIO et de l’esprit des jeux peut être mise en parallèle avec l’œuvre de Samaranch et de l’Espagne en ce temps-là. Pour sortir de la crise économique apparue en 1956, Franco s’entoure progressivement de ministres appartenant à l’Opus. Lorsqu’il songe à rétablir la monarchie, l’Opus Dei mise sur le fil du comte de Barcelone, Juan Carlos, qui est entre les mains d’un précepteur de l’Œuvre, Anael Lopez Amo. En 1969, Franco proclame Juan Carlos héritier de la Couronne. Quelques mois plus tard, le triomphe de l’Opus est complet : sur 19 ministres du neuvième gouvernement du général Franco, 12 sont membres de l’Opus Dei. Le tournant politique de l’Œuvre est engagé. Cette conquête du pouvoir se poursuivra avec la nomination de Jean Paul II et la chute du communisme. Mais ceci n’est plus l’histoire de l’Espagne…

 

*

I.V.G. - L’Espagne à la pointe de la régression en Europe ?

La polémique redouble sur l'avortement en Espagne

29/07/12

19. Abortar.jpg

Victoire du droit à la vie pour les anti-avortement, retour à l'ère franquiste pour les autres, le gouvernement Espagnol de droite a amplifié la polémique sur l'avortement, en envisageant d'interdire l'IVG dans les cas de malformation.

Une manifestation pro-avortement était prévue dimanche à Madrid, à l'initiative d'un collectif d'associations pour le droit des femmes. Le gouvernement de droite a confirmé vendredi vouloir modifier à la rentrée la loi votée en 2010 sous le pouvoir socialiste (2004-2011) qui autorise toute femme à avorter jusqu'à 14 semaines.

Lire la suite…

Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1523/Famille/article/detail/14...

 

*

La loi espagnole sur l'avortement « va s'étendre en Europe »

27/12/13

20. GALLARDON ABORTO.jpg

Le ministre espagnol de la Justice, Alberto Ruiz Gallardón, a défendu vendredi son projet très controversé de loi qui supprime quasiment le droit à l'avortement en Espagne, affirmant être « convaincu que cette initiative aura une suite » ailleurs en Europe.

Lire la suite…

Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1523/Famille/article/detail/17...

*

Et comment évoquer l’Espagne sans parler de corridas ?

 

CRAC

(Comité Radicalement Anti-Corrida)

Manifestation pour l’abolition de la corrida

Alès – 31 mai 2014

 

Samedi 31 mai 2014 s’est tenue une nouvelle manifestation unitaire à Alès pour demander l’abolition de la corrida en France. C’est à l’appel de l’association CRAC Europe, qu’une multitude d’associations et organisations de la Protection Animale se sont mobilisées, venues de France et de l’étranger. Parmi elles la Fondation Brigitte Bardot, Animaux en péril, L214, ALF, Animalisti Italiani.

Environ 5 000 personnes ont convergé dans les rues d’Alès, une ville placée sous plan Vigipirate, probablement par le ministre de l’intérieur qui est le seul en France à en avoir l’autorité.

Rappelons que Manuel Valls ne se cache pas pour défendre « la culture de sa famille ».

Lire la suite…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/06/09/manifestati...

 

http://www.anticorrida.com/

 

El rock del torero

 

Quand le taureau...



 

Olé ! 

21. Olé.jpg

 

 

*

 

 

Mis en ligne le 26 juin 2014.

 

 

 

 

14:44 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2014

QUE SAVONS-NOUS DU MOYEN-ORIENT ?

1. Shrek 3.jpg

Que savons-nous du Moyen-Orient ?

Il y a 70 ans que la guerre y fait rage sans discontinuer, partout importée d’Occident, de la Nakba palestinienne à la 3e invasion de l’Irak, en passant par l’Afghanistan, le Liban, les drones au Pakistan, la Libye, la Syrie : cent fois pire que toutes les Croisades. Sans oublier la terrible guerre Iran-Irak. Partie du globe que le feu n’en finit jamais de dévorer en même temps que bouteille à l’encre.

Comment s’y retrouver ?

Continuons à voir au moins, petit bout par petit bout, ce qu’en  disent ceux que nous tenons pour honnêtes. Sans prétendre à l’exhaustivité, loin de là.

2. lioness Telegraph.jpg

On ne présente plus Georges Stanechy et son blog À contre-courant. Ce qu’on peut faire, en revanche, c’est annoncer qu’il en a créé un autre - Iran : Analyses et Perspectives - réservé aux affaires d’Iran, comme il l’explique lui-même ci-dessous. Lecteurs gâtés, vous pouvez lire ce nouvel article soit sur l’un soit sur l’autre.

Koramchar : un Verdun iranien

N.B.  Ce texte a été publié pour la première fois le 3 juin 2014, sur le blog : Iran : Analyses et Perspectives. Blog « annexe » créé suite à une demande d'Amis-Lecteurs pour faciliter la recherche, consultation, reproduction, transmission, des articles ou billets consacrés à l'Iran. Occultés par les moteurs de recherches s'ils sont « noyés » dans les catégories du présent blog...

***

« L’élégance de ta silhouette est celle du cyprès de Kahsmar
La douceur de tes lèvres celle du sucre du Khuzestân »

Nizari Kohistani  (1)

 
Commémorations…

Mai et Juin en regorgent… « Ras-le-bol », pestent certains…

Désolé, mais je vais en rajouter une autre ! 

Pour deux raisons "géopolitiquement" cardinales : personne n’en parle sous nos latitudes ; alors qu’elle est essentielle, si l’on souhaite comprendre l’Iran d’aujourd’hui. Surtout, son inébranlable détermination dans la défense de sa souveraineté nationale, au cours des négociations en cours à Genève.

Aucune allusion dans nos médias, spécialisés dans le « décryptage de l’information ». Encore moins dans ceux prospérant du commerce lucratif de la diabolisation continue de ce pays.

Rions de ce zèle méticuleux dans la désinformation. Appareil de bourrage de crâne si asphyxiant qu’il ne cesse de multiplier ses pseudopodes iranophobes dans de multiples directions. Avec, inévitablement, ses petits « dealers de l’intox », « cocaïnés » de propagande jusqu’aux oreilles, qui champignonnent dans les ruelles du Web. 

La "Guerre Imposée" 

Le 24 Mai dernier, comme chaque année, l’Iran a célébré l’anniversaire de la reprise de la ville de Khorramchahr occupée par les troupes Irakiennes de Saddam Hussein, financées et assistées par l’Occident et ses pétromonarchies sous tutelle. Le 32e… 

Lire la suite…

Sources :

http://stanechy.over-blog.com/2014/06/khorramchahr-le-ver...

http://stanechiran.over-blog.com/2014/06/khorramchahr-le-...

 

*

3 bis img_logo_lgs_transparent.jpg.png

Parlons (inter)Net

Irak : Obama hésite avec détermination.

19 juin 2014

3. Obama pensant.jpg

- Alors, Mister President ?
- J’hésite.
- Les djihadistes sont aux portes de Bagdad...
- Je sais, mais j’hésite.
Mister President ????
- Le président actuel de l’Irak, machin-chose là, c’est bien celui qui a refusé d’attaquer la Syrie ?
- Affirmatif.
- Les djihadistes là, ce sont bien les mêmes qui attaquent la Syrie pour nous ?
- Affirmatif.
- Alors, j’hésite.

Théophraste R.

Source : http://www.legrandsoir.info/irak-obama-hesite-avec-determ...

 

*

Réseau Voltaire

« l’art de la guerre »

La balkanisation de l’Irak

par Manlio Dinucci

 

L’ÉIIL n’a pas surpris les États-Unis en Irak, simplement parce que ses commandants historiques étaient officiellement les alliés de l’Otan en Libye. Malgré les gesticulations rhétoriques de Washington, l’offensive de l’État islamique en Irak et au Levant se situe dans sa stratégie de démantèlement de l’Irak, adoptée par le Sénat US en 2007, sur proposition de… Joe Biden.

 

réseau voltaire| 17 juin 2014

_____________________________________________________________________________ 

 

4. Dinucci.jpg

Si ce qu’on est en train de raconter à Washington était vrai, que les USA ont été pris par surprise par l’offensive irakienne de l’État islamique en Irak et au Levant (ÉIIL), le président Obama devrait immédiatement destituer les dirigeants de la Communauté du Renseignement, formée par la CIA et par de nombreuses autres agences fédérales qui espionnent et conduisent des opérations étasuniennes secrètes à l’échelle mondiale.

Sans aucun doute, au contraire, ont-ils été félicités, en privé, par le président. L’ÉIIL est en fait un outil de la stratégie étasunienne de démolition des États à travers des guerres secrètes. Plusieurs de ses chefs proviennent des formations islamiques libyennes qui, d’abord classifiées comme terroristes, ont été armées, entraînées et financées par les services secrets US pour renverser Mouammar el-Kadhafi.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article184325.html

Manlio Dinucci est géographe et géopolitologue. Il écrit dans Il Manifesto. Ses articles sont très régulièrement repris par Réseau Voltaire et Le Grand Soir.

 

*

Manlio Dinucci nous rappelle le sens de cette invasion dans sa perspective longue. (Réseau Voltaire).

 

Irak, les pages d’histoire effacées

par Manlio Dinucci

 

L’invasion ce mois-ci d’une partie de l’Irak par une armée privée, l’Émirat islamique d’Irak et du Levant (ÉIIL), encadrée par les États-Unis, la France et l’Arabie saoudite n’est que la troisième guerre livrée par Washington à l’Irak. Ou plutôt, c’est la continuation d’une guerre qui a débuté en 1990 et n’est pas terminée, malgré le retrait des forces états-uniennes le 15 décembre 2011. Manlio Dinucci nous rappelle le sens de cette invasion dans sa perspective longue.

réseau voltaire – 18 juin 2014

_______________________________________________________________________ 

 

5. Pacification Irak.jpg

Depuis 24 ans, Washington « pacifie » l’Irak

Comme dans le roman d’Orwell, 1984, le Grand Frère politico-médiatique réécrit continuellement l’histoire, en effaçant des pages comme celles des deux guerres contre l’Irak, essentielles pour comprendre les événements actuels. Il est donc important de les reconstruire dans leurs termes essentiels.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article184347.html

 

*

Russia Today

 

Tout ce qu’il faut savoir sur ISIS et ce qui se passe en Irak

RT – 20 juin 2014

6. RT 1.jpg

Des militants de l’État islamique en Irak et au Levant (en français EIIL, en anglais ISIS ou ISIL, en arabe DAECH) se déplaçant dans un véhicule abandonné par les forces de sécurité irakiennes qu’ils ont capturé dans un endroit non précisé de la province de Salaheddin.

Tandis qu’ISIS, un groupe qu’on pense être composé de seulement quelques milliers de membres, dirigés par un obscur chef de file, vient de battre des forces de plusieurs fois sa taille et de s’emparer d’un grand morceau de l’Irak, RT essaie de comprendre qui est ISIS et comment il a pu obtenir ses terrifiants triomphes.

 

Alors, c’est quoi ISIS ? Et est-ce même ISIS ou ISIL ?

Le groupe extrémiste le plus fanatique du monde n’a acquis que tout récemment son nom actuel, après que l’« État Islamique en Irak et Al-Sham » (ISIS), non reconnu, ait été proclamé en avril de l’an dernier. Al-Sham a été traduit de l’arabe par «Levant », d’où ISIL. Il était auparavant connu sous le nom de Jama’at al-Tawhid wal-Jihad, c’est-à-dire « Al-Qaïda dans l’État Islamique d’Irak »

7. RT 2.jpg

Les fréquents changements d’appellation ne sont pas superficiels, mais le résultat direct de circonstances péremptoires, qui ont permis à ISIS de prospérer rapidement. Visant initialement la domination de l’Irak, il a pu être maintenu sous contrôle pendant la période de calme relatif qui a succédé au conflit sectaire déclenché par l’invasion US de 2003 et le redéclenchement des hostilités qui a suivi le retrait américain de 2011.

Depuis lors, il est devenu un acteur de tout premier plan, bénéficiant d’un stimulant crucial de plus, quand la guerre civile en Syrie a été transformée en conflit sectaire, grâce à des millions de dollars de subventions et des milliers de recrues arrivées de tous les coins du globe.

8. RT 3.jpg

Cette image téléchargée le 14 juin 2014 sur le site web Welayat Salahuddin dit montrer des militants de l’EIIL/ISIS/ISIL progressant sur une route non connue de la province de Salaheddin.

En ce moment, les bastions tenus par ISIS vont de Raqqa, au nord-est de la Syrie, jusqu’aux abords de Bagdad, couvrant un territoire de plus de 500 kms, même si le groupe ne contrôle pas la totalité des routes et des places-fortes qui le jalonnent.

 

Carte animée

 

 

La rapidité à laquelle le groupe islamiste se rapproche de Bagdad peut être comparée – si elle ne l’excède pas – à celle de l’invasion de 2003. Pourtant, contrairement aux USA et à leurs alliés, ISIS ne dispose pas de la capacité de lancer des attaques destructrices aéroportées, quoique le groupe, au cours de ses dernières offensives, ait réussi à accroître significativement sa puissance militaire en capturant des douzaines de véhicules blindés made in USA et toute sorte d’autre armement lourd abandonné par l’armée irakienne en déroute.

9 RT 4.jpg

 

Mais ISIS fait partie d’Al-Qaïda,  donc lui ressemble, non ?

Non. ISIS est bien pire. Aux yeux des Occidentaux, Al-Qaïda a été, depuis le 11-Septembre, la pierre de touche du terrorisme, mais ISIS s’en différencie philosophiquement, organisationellement et même officiellement, puisqu’il revendique sa totale autonomie. On pourrait même dire que les deux organisations, bien que toutes deux d’obédience sunnite, sont aujourd’hui davantage des rivales que des alliées.

Alors qu’Al-Qaïda, sous ses formes les plus connues, est une organisation terroriste, avec des cellules dormantes, des camps d’entraînement et des attaques terroristes à son actif, ISIS, actuellement, est plutôt une milice et un territoire hors-la-loi, avec une infrastructure propre, plus semblable à Boko Haram et à d’autres fiefs locaux qu’on a vu éclore dans les états africains hors-la-loi ou faillis.

10 RT 5.jpg

Cette image, téléchargée sur le site djihadiste Welayat Salahuddin dit montrer des militants de l’EIIL/ISIS/ISIL en train d’exécuter des douzaines de membres des forces de sécurité irakiennes, capturées dans un endroit inconnu de la province de Salaheddin

 

Al Qaïda, s’étant rendu compte qu’ils étaient contre-productifs, s’est appliqué à éviter les actes de brutalité aveugles depuis la mort de Ben Laden, mais ISIS s’y complaît, brandissant une attitude religieuse d’une intransigeance qui l’apparente au nihilisme.

Il garde le contrôle des régions dont il s’est emparé en y semant une traînée sans fin de flagellations, de mutilations, de décapitations et de crucifixions. Ses cibles peuvent être très sélectionnées ou prises au hasard, mais aucune n’est épargnée : opposants chi’ites, rivaux sunnites, soldats prisonniers ou femmes « immorales », tout y passe.

Chose peu surprenante, bien que le premier chef de l’ISIS, feu Abu Musab, ait juré fidélité à Al Qaïda au début des années 2000, les deux organisations sont maintenant brouillées.

 

ISIS se rapproche de Bagdad, tandis que les villes tombent comme des dominos.   Vidéo RT (en anglais).

Le point de rupture déterminant a été la lutte fratricide qui a opposé ISIS au groupe Al-Nusra, soutenu par Al-Qaïda, en Syrie. La demande d’Al Qaïda de se partager les sphères d’influence a été refusée net par Abou Bakr, le leader d’ISIS, qui a passé quatre ans dans les geôles US, d’où il a été relâché en 2009.*

Les relations entre les deux groupes étant devenues de plus en plusgrinçantes, Al Qaïda a désavoué ISIS au début de cette année, à quoi ISIS a répliqué en qualifiant Al Qaïda de « traître » et de « plaisanterie ».

Avec l’ascension d’ISIS, beaucoup disent que c’est maintenant le chef d’Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, qui devrait faire allégeance au quadra (43 ans) Abou Bakr.

 

Comment le groupe ISIS est-il financé ?

ISIS fonctionne pour moitié comme une entreprise commerciale de type mafieux et pour moitié comme une institution religieuse caritative internationale, qui se cherche de riches donateurs dans les états du Golfe et un peu partout dans le monde.

Le groupe ne manque assurément pas d’opportunisme pour commercialiser ses activités militaires. En 2012, ISIS – ou ISI comme il s’appelait alors – s’est emparé des champs pétroliers syriens et a engrangé de faciles bénéfices en vendant le pétrole à prix discount à quiconque voulait en acheter. Il a aussi fait le commerce des matières premières pillées dans les régions dont il s’était rendu maître et a même tâté dutrafic d’œuvres d’arts en vendant les antiquités nationales syriennes arrachées aux monuments qu’il contrôlait.

11. RT 6.png

#ISIS annual report “al-Naba” – Report – includes infographic of 2013 attacks 4"stakeholders" #Iraq pic.twitter.com/VeHtsZQnMQ MT @WilliamsJon

Il n’a pas toujours besoin, d’ailleurs, de se lancer dans des opérations aussi élaborées. Ainsi, son plus grand succès a été le pillage de la chambre forte du gouvernement (c’est-à-dire le trésor public) à Mossoul, qui contenait, a-t-on estimé, 425 millions de dollars US. Si on y ajoute le butin pillé au cours de ses récentes avancées, le trésor de guerre de l’ISIL dépasse à présent les 2 millions de dollars.

Mais tout aussi importante est la subvention qu’ISIS reçoit de ses bailleurs de fonds « inconnus » – mais faciles à identifier – de la péninsule Aarabique. En sa qualité de défenseur le plus important du wahhabisme de style saoudien,, ISIS bénéficie, selon les officiels irakiens, d’un afflux régulier de fonds ainsi que du soutien de gens  politiquement engagés, qui opèrent à l’abri des frontières de l’Arabie saoudite et du Qatar, sous la protection des USA.

Comme cela se passe pour n’importe quelle entreprise qui a le vent en poupe, il est plus que probable que la récente publicité dont il jouit et sa réputation en plein essor, par l’effet d’un « cercle vertueux », vaille à ISIS de plus en plus de fonds lui permettant de se livrer à des actes de destruction de plus en plus impressionnants, qui ne manqueront pas de ravir ses généreux donateurs.

 

Comment ISIS s’est-il débrouillé pour s’emparer d’autant de territoire ?

Le 10 juin, moins de mille militants d’ISIS, se déplaçant dans des pick-ups bâchés, a occupé, au nord de l’Irak, la ville de Mossoul, qui compte 1,8 million d’habitants.

La ville était supposée être placée sous la protection d’une force militaire de 30.000 hommes entraînés par les USA et stationnés dans la région.. Cette force était équipée d’un armement US des plus sophistiqués, c’est-à-dire d’une partie de l’équipement et des armes fournies à Bagdad par Washington, dont le coût a été évalué à des milliards de dollars. US.

12. RT 7.jpg

Cette image, mise en ligne par le compte Twitter djihadiste Al-Baraka, dit montrer des militants d’EIIL/ISIS/ISIL lors d’un affrontement avec des soldats irakiens, dans un endroit non révélé de la frontière irako-syrienne dans la province de Sinjar (nord-ouest de l’Irak).

Et pourtant, Mossoul est tombée, apparemment sans opposer de résistance. Les militaires irakiens se sont enfuis en masse, abandonnant leurs uniformes et leur précieux armement derrière eux. Les militants d’ISIS ont paradé dans les Humvees et les tanks de fabrication américaine, dont certains ont été aussitôt acheminés vers la Syrie, pour y être utilisés contre les forces gouvernementales syriennes**. Ils ont même annoncé avoir capturé un hélicoptère Black Hawk.

On a allégué le mauvais moral et le manque de cohésion au sein de l’armée irakienne pour expliquer la perte humiliante de Mossoul et de plusieurs autres villes, y compris celle – stratégique – de Tal Afar, proche de la frontière syrienne, et la ville de naissance de Saddam Hussein, Tikrit.

On a aussi fait état, pour expliquer cette véritable avalanche de victoires de l’ISIS, de la prétendue vague irrésistible de soutien des populations sunnites locales, qui avaient naguère soutenu le régime sunnite (ah, bon ?! NdT) de Saddam Hussein, renversé par l’invasion US.

On a invoqué encore des facteurs sectaires, comme aussi la manière dont le gouvernement du Premier ministre Nouri al-Maliki aurait traité les conflits religieux et serait ainsi responsable de l’impopularité de l’armée dans les régions actuellement occupées par l’ISIS. On fait observer que remplacer des commandants sunnites par des chi’ites dans certains endroits n’a pas dû aider et que la manière dont l’ISIS a gagné le soutien des tribus locales par la négociation montre combien le gouvernement central est peu apprécié dans le nord rural de l’Irak.

 

13. Bring back humvees.jpg

 

Qu’on ne s’y trompe pas : ISIS n’est pas une bande de voyous mal formés. Outre ses années d’expérience sur le champde bataille syrien, le groupe peut se targuer de ses camps d’entraînement, qui lui fournissent régulièrement des combattants bien préparés, auxquels il faut ajouter les flopées de mercenaires professionnels qui lui sont envoyés d’outremer.

Le porte-parole d’ISIS, Cheikh Abou Mohammed Al-Adnani, a expliqué les succès actuels du groupe par la volonté de Dieu. Disant que « l’État (islamique) n’a pas vaincu par le nombre, ni l’équipemen, ni les armes, ni la richesse, il a vaincu par la seule générosité d’Allah, à travers son credo » (déclaration récente postée sur Youtube).

On, ne peut savoir jusqu’à quand la politique brutale et répressive d’ISIS lui garantira, sur le terrain, le soutien des populations irakiennes, qu’il essaie de se concilier par la propagande religieuse et en lui vendant le rêve d’un immense califat supranational.

14. RT 8.jpg

Il est ironique de constater que le noyau dur de l’islamisme intégriste, qui va utiliser l’équipement fourni par Washington à Bagdad pour soutenir l’insurrection promue par l’Occident en Syrie, s’en servira en même temps pour affronter l’Occident en Irak, où les militants réclament d’ores et déjà le plus grand des champs de pétrole.

15. RT 9.jpg

Ayant dépensé des milliards en Irak et dans la « guerre contre le terrorisme » pour servir leurs propres intérêts dans la région, les USA et leurs alliés sont peu disposés à admettre que l’invasion dévastatrice de 2003 a déclenché la plus sanglante des violences sectaires qu’ait connu l’Irak en cinq ans, violence si commodément ignorée par la « communauté internationale ». Récemment, l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair a choisi d’en faire porter le blâme par « un mauvais système politique asorti d’un abus de religion », qui seraient, selon lui, à l’origine de tous les problèmes du Moyen –Orient.

__________________________   

*Abou Bakr était connu comme un dangereux fanatique du vivant de Saddam Hussein, bien avant l’invasion de 2003. Il n’est pas imaginable que l’ayant capturé et gardé quatre ans au frais, les États-uniens aient pu le relâcher par erreur ou naïveté ! (NdT)

** « Je compreeeends ! », dit la vache en voyant le fromage. (NdT)

Source : http://rt.com/news/166836-isis-isil-al-qaeda-iraq/

Traduction C.L. pour Les Grosses Orchades

 

Grain de sel des Grosses Orchades (on ne compte pas en faire une habitude)

Est-ce que le sémillant époux de Michelle « Bringback » croit vraiment qu’avec des tours de passe-passe d’un infantilisme aussi grossier il va réussir à sauter par-dessus la tête de Vlad l’Empaleur, même occupé en Ukraine et encerclé d’un tas de machins nucléaires ? Est-ce qu’il a oublié les 1,7 milliard de jaunes aux yeux bridés qui ont le droit de veto eux aussi et des machins nucléaires itou ? Est-ce qu’il a oublié les Iraniens qui lui ont descendu son meilleur drone sans même l’égratigner ? C’est pathétique et on aurait presque pitié, s’il n’y avait pas ce nouveau monceau de cadavres majoritairement militaires par-dessus les 2 millions de morts civils dont sainte Communauté Internationale continue de se foutre. Ce n’est plus un pays, l’Irak, c’est une charcuterie !

Trouve-t-on étonnant que le Président de la Fédération de Russie ait assuré le Premier ministre irakien de son soutien ?

Et puisque nous y sommes, nous nous permettons de rappeler que George Galloway fera un bien meilleur usage de nos 5 € que nos gouvernements n’en font de nos impôts. Ne le laissons pas se battre seul.

 

*

Un défilé de l’armée Mahdi de Muqtada al-Sadr

 

Ce samedi 21 juin, la milice de l’armée Mahdi a défilé dans les rues de Sadr City à Bagdad, en réponse au chef religieux chi’ite Muqtada al-Sadr qui a appelé à défendre les lieux saints. De nombreux religieux chi’ites ont également participé à ce défilé. L’armée Mahdi d’Al Sadr a combattu les Américains dans au moins deux campagnes de guerre de rues, au cours de leurs huit ans de présence en Irak. D’autres membres de la même armée ont également défilé à Kirkouk.

Le gouvernement irakien s’efforce de repousser les extrémistes et leurs alliés mercenaires, qui se sont emparés de larges pans du pays, y compris sa deuxième plus grande ville Mossul, et ont annoncé leur intention de marcher sur Bagdad.

 

***

 

L’armée irakienne (chi’ite) défile à Bagdad, avant d’affronter l’EIIL/ISIS/ISIL/DAESH

http://rt.com/in-vision/iraq-shiite-fighters-parade/

 

*

L’Orient LE JOUR

 

L’ayatollah Ali Al-Sistani appelle à chasser les insurgés sunnites d’Irak

 

16. ayatollah_sistani.jpg

 

Le leader chiite prône la formation d'un « gouvernement efficace » qui « évite les erreurs du passé ».

OLJ /AFP - 20/06/2014

 Le principal chef religieux chiite d'Irak, le très influent grand ayatollah Ali Al-Sistani, a appelé vendredi à chasser rapidement les insurgés sunnites du pays, au moment où les Etats-Unis accentuent la pression sur le Premier ministre Nouri al-Maliki pour surmonter les divisions confessionnelles. Après avoir appelé la semaine dernière les citoyens irakiens de toutes confessions à prendre les armes contre l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, Daech), l'ayatollah Sistani a insisté: si Daech n'est pas « combattu et chassé d'Irak, tout le monde le regrettera demain, quand les regrets n'auront plus de sens ».

Lire la suite…

Sources :

http://www.lorientlejour.com/article/872778/layatollah-si...

http://www.alterinfo.net/notes/L-ayatollah-Sistani-appell...

 

*

17. IRIB - 1.JPG

Hollande prépare une attaque contre la Syrie et l'Irak....

IRIB21 juin 2014

18. Hollande.jpeg

Hollande - allié d'Obama - n'a pas abandonné l'idée d'envoyer des troupes françaises bombarder la Syrie

Maintenant, le prétexte, ce sont les attaques des extrémistes islamiques du groupe ISIS (Islamic State in Iraq and Syria) en Irak. L'ISIS est une création de la CIA et d’autres services secrets étrangers dont les Français, entraînée par ces derniers, financée par l'Arabie Saoudite pour renverser le gouvernement de Bashar Al Assad et aussi provoquer la partition de l'Irak.

Hollande a réuni en secret, jeudi, plusieurs ministres, dont celui de la défense et le chef des services secrets, pour définir un plan d'attaque aérienne sur le Nord-Ouest de l'Irak et le Nord-Est de la Syrie, là où sont concentrés les mercenaires islamistes de l'ISIS.

En attendant, comme d'habitude la PPP (presse pourrie propagandiste) nous ressert l'histoire éculée de la pseudo utilisation d'armes chimiques par l'armée nationale syrienne de Bashar al Assad, pour tenter de justifier cette attaque. Qui croient-ils convaincre ?

Source d’IRIB : http://www.planetenonviolence.org/notes/HOLLANDE-PREPARE-...

 

***

Des chefs militaires de Daesh fuient Mossoul !!

IRIB- selon Al Mayadin,

70% des commandants militaires de l'EIIL-Daesh ont fui la ville de Mossoul 11 jours après l’avoir prise, et ce, par crainte de l'offensive de l'armée irakienne. Aidée par les volontaires et surtout par les gens des tribus, l'armée nationale irakienne a su enrayer l'avancée des Daeshistes et resserrer l'étau autour d'eux, ce qui a poussé ses commandants à prendre la poudre d'escampette ces derniers jours. L'aviation irakienne a lancé ses premiers raids contre les positions de Daesh à Falloujah ce samedi, bien que les États- Unis aient refusé de prêter main forte à l'Irak.

Al Mayadeen TV est une chaine de télévision d'information par satellite basé à Beyrouth pour la télévision panarabe publique, elle a été lancée le 11 Juin 2012 . Elle est accessible principalement sur le satellite, l’ADSL TV, la télévision mobile et en lecture continue sur Internet. Visitez son site officiel : http://www.almayadeen.net/

Source :  http://french.irib.ir/info

 

*

19. Cattori.JPG

La prophétie d’Oded Yinon : Les États-Unis détruisent le Moyen-Orient au profit d’Israël

par Linda S. Heard

 

Nous republions cet article paru pour la première fois en 2006. Il apparaît malheureusement plus que jamais d’actualité. Il permet de comprendre que ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient est le fruit d’un plan à long terme au bénéfice d’Israël. [Silvia Cattori]

20. oded_yinon_1_1982.jpg

21. oded_yinon_2_1982.jpg

 

Énormément de gens, dans l’ensemble du monde musulman, et aussi ailleurs, se posent cette question : « Quelles sont les raisons réelles, derrière l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis et aussi, derrière leur désir de renverser les gouvernements de la Syrie et de l’Iran ? »

En dépit de leurs gesticulations grandioses, en réalité, l’Irak, la Syrie et l’Iran n’ont jamais représenté une menace directe pour les États-Unis proprement dits.

Tout simplement : ces pays sont trop loin de l’Amérique !

Alors : pourquoi les États-Unis insistent-ils comme ils le font à sacrifier autant de vies humaines et tant d’argent à seule fin de changer dans ces pays des régimes politiques qui n’ont pas l’heur de leur plaire ?

Lire la suite…

Source : http://silviacattori.net/spip.php?article5736

 

*

Groupe libanais d’informations

AL Manar Infos

 

Pourquoi l’EIIL va-t-il échouer plus rapidement en Irak qu’en Syrie?

22. Eiil Ninive.jpg

Le site panarabe Panorama al Charq al-Awssat prévoit la défaite cuisante de l’EIIL (Daesh) en Irak, « défaite qui se produira beaucoup plus rapidement que celle de cette milice en Syrie »

« L'échec des complots du Qatar et de l'Arabie saoudite, de la Turquie et des États-Unis en Syrie ont poussé ces derniers à s'engager en Irak or la défaite en Mésopotamie sera encore plus cuisante, voire plus rapide ».

Lire la suite…

Source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&a...

 

*

23. saker.jpg

 

La Vigne du Saker

 

est devenue, en quelques mois, LE site de référence en ce qui concerne les événements d’Ukraine et assimilés.

Il est en train d’ouvrir un volet consacré à l’Irak, avec, dans la mesure du possible, comme pour l’Ukraine, le concours de collaborateurs bénévoles sur le terrain.

Par ailleurs :

Un blog tentant de regrouper les articles du Saker en français et d’en coordonner les traductions est en cours d’élaboration. Nous vous en communiquerons le lien et tout ce qu’il faut en savoir dès que nous en saurons nous-mêmes davantage.

Oups !

Le voilà et il marche déjà tout seul, comme Pantagruel, avec son berceau sur l’échine.

 

http://www.vineyardsaker.fr/

 

*

 

Mis en ligne le 22 juin 2014.

 

 

 

 

 

 

 

18:23 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |