07/02/2013

AVEC LES CARABINIERS

1. Carabiniers napolitains .jpg

AVEC LES CARABINIERS

Notre matos nous joue quelquefois des tours. Le dernier en date : nous n’avions plus de son. Disparu. De façon abrupte et inexplicable. Nous voyions circuler partout une video « belge » : intervention du député fédéral Laurent Louis sur le Mali. Fichtre. Que racontait-il ? Nous n’en savions rien. Et voilà que, simultanément, le Réseau Voltaire publie sur son site non seulement la vidéo, mais aussi le texte intégral de l’intervention en français, en espagnol et en anglais, et que le site d’information U.S. Information Clearing House prend le relais. Nous ne pouvions pas faire moins que la mettre, nous aussi, en ligne. (Et voilà que- ô comble de bonheur - notre son est revenu, aussi inexplicablement qu’il était parti !)

Avec les carabiniers, donc :


Condamnation de la guerre au Mali et dénonciation du complot néocolonial de l’Occident

2. Laurent Louis - portrait .jpg

Réseau Voltaire –

Bruxelles, Belgique – 3 février 2013

Le 11 janvier 2013, la France déclenche une intervention militaire au Mali, pays africain où près de la moitié de la population vit avec moins de 1,25 dollars par jour. Les raisons que Paris invoque pour justifier cette opération reprennent en fait la rhétorique de la « guerre au terrorisme », chère à l’administration de Bush Jr. Le 17 janvier, le député indépendant Laurent Louis dénonce devant le Parlement belge les véritables objectifs de l’intervention. Seul député belge à s’opposer au soutien de la France à l’opération française, Laurent Louis rappelle aussi que les pays occidentaux – y compris la France – ont soutenu en Libye et soutiennent toujours, en Syrie, les djihadistes que Paris affirme vouloir combattre aujourd’hui au Mali.

Lire la suite…

 

 

Version US :

 

Information Clearing House

Preventive War Has Become The Rule

Belgian MP Laurent Louis stands against war in Mali and exposes the international neo-colonial plot :

« Preventative war has become the rule. And today in the name of democracy and the fight against terrorism, our states grant themselves the right to violate the sovereignty of independent countries and to overthrow legitimate leaders »



Video



On January the 17th, Belgian MP Laurent Louis, explained why he voted against the Belgian support for war in Mali. He expressed his disgust and wrath against the criminal foreign policies of the Belgian elite and its submission to foreign financial and interests groups.

Posted January 27, 2013

Click on the CC icon for english translation

Scroll down to add / read comments

Un des commentaires : « Here is one decent Western politician saying what needs to be said ! »

Source :

http://www.informationclearinghouse.info/article33733.htm

 

*

Allons-y de notre propre commentaire.

Premièrement, il importe de dire à quel point nous sommes d’accord avec chacun des termes employés par le député Louis, ainsi qu’avec leur sens général.

Deuxièmement, nous n’avons pas remarqué sans dégoût les efforts faits par quelques zozos (dont une femme) pour tenter, par diverses gesticulations, de désamorcer des paroles qu’ils auraient bien fait d’écouter avec respect. Nous avons espéré voir exploser l’apoplectique grimaçant dans le dos de l’orateur. Hélas…

Troisièmement, vous aurez apprécié comme nous le silence de mort qui a accueilli cette péroraison. Pas un seul qui ait eu le courage de se déclarer à haute voix pour ou contre. La meute, accoutumée à ramper sous la schlague, a de ces silences-là.

Quatrièmement, il est toujours bon de savoir par quoi on est « représentés » : on a les représentations qu’on mérite, et, depuis les honteuses sorties en masse des assemblées de l’ONU, à chaque fois que le Président Ahmadinejad y a pris la parole, nous sommes fixés.

Cinquièmement, la seule conclusion à tirer de tout ceci est qu’il y a en Belgique au moins un homme et qu’il fait de la politique. Si un trop grand nombre de Belges faisaient savoir de façon indiscutable qu’ils partagent ses vues (nous ne nous faisons aucune illusion là-dessus), le député Louis aurait vite un accident. Nous ne le lui souhaitons pas. Tant pis pour les Belges.

 

*

ARCELOR-MITTAL arrête les hauts-fourneaux liégeois, licencie tout le monde : la routine depuis 40 ans.

 

3. caricature-arcelormittal-bis.jpg

 

LAKHSMI MITTAL BELGIUM ou la pierre philosophale

Patrick LEDENT

Liège, 5 février 2013

J’aime bien les chiffres. Ceux qui suivent sont glanés sur le net et constituent une moyenne des différents sites consultés, de gauche comme de droite, y compris le très modéré « Trends », c’est vous dire ! Nos politiques ne contestent pas ces chiffres.

Entre 2008 et 2011, ARCELORMITTAL a réalisé en Belgique 5,8 milliards d’euros de profit, soit 1,45 milliard d’euros par an. Grâce aux intérêts notionnels et à diverses entourloupes fiscales, le groupe a été imposé à hauteur de 1,4%. Il a donc acquitté, pour l’exercice 2012, un impôt d’environ deux millions d’euros (1,45 milliard x 0,014).

4. mittal - portrait - _5534772.jpg

Si l’entrepreneur avait été imposé équitablement, c’est-à-dire à hauteur du taux moyen d’imposition des travailleurs et entreprises belges, soit +/- 35%, il aurait acquitté un impôt de plus de 507 millions d’euros (1,45 milliard x 0,35). Réduisons à 502 millions, par facilité.

Un rapide calcul (502 M€ - 2 M€) nous apprend que l’Etat belge a accordé à M. Lakhsmi MITTAL, pour l’exercice 2012, une réduction d’impôt d’un demi-milliard. Ce qui correspond, grosso modo, à 50 euros par habitant, soit près de 150 par travailleur.

MITTAL compte environ 12.000 travailleurs en Belgique. Accordons à chacun d’entre eux un salaire moyen confortable de 2.000 à 2.500 euros net par mois, ce qui représente une charge brute pour l’employeur de 5.000 € par travailleur et par mois, soit une masse salariale annuelle de 720 millions d’euros (12.000 travailleurs x 5.000€ x 12 mois).

Notre État a donc pris en charge, par le biais des intérêts notionnels, septante pourcent de cette masse salariale (500/720)*100. Ce qui revient à dire que Lakhsmi MITTAL a bénéficié, pour faire tourner sa boîte, de 8.400 (12.000*0,7) esclaves (c’est ainsi qu’il convient d’appeler les travailleurs non rémunérés par leur patron).

Décompte tenu des esclaves, le groupe MITTAL a constaté qu’il avait rémunéré, contre toute attente, 3.600 profiteurs ! Voilà qui dépassait l’entendement ! Payer la main d’œuvre, et puis quoi encore ? Il convenait de mettre un terme à l’hémorragie. Dont acte : 800 suppressions d’emplois voici quelques mois pour la phase à chaud, 1.300 aujourd’hui pour la phase à froid, et 1.500 demain pour la phase tempérée, attendez voir ! Objectif fin 2013 : masse salariale = zéro.

Voilà pour la comptabilité. Pour les modalités d’application, c’est à peine plus compliqué. Il s’agit de jongler avec les diverses niches fiscales, à les détourner de leur esprit et à contourner les éventuels garde-fous : rien qui soit sorcier. Quand on a laissé sa conscience au vestiaire, l’issue du match ne fait pas un pli.

Aujourd’hui, devant l’énormité du camouflet, nos politiques font mine de s’étonner : « Ah ben ça alors, on ne l’aurait jamais cru ! Notre montage financier reposait sur une confiance mutuelle, et voici que cette confiance est rompue. On nous avait promis de nombreux investissements en échange de notre flexibilité, et voici que l’on se rétracte ! Pire, que l’on sabote notre travail ! Pouvions-nous imaginer un seul instant que nous avions affaire à un escroc ? « Non, peut-être ! », répondrons nous pour affirmer, en bons surréalistes que nous sommes : « Oui, absolument ! ».

Placez un marmot dans une cuisine, posez un pot de confiture en haut d’une armoire et donnez la consigne : « Pas touche ! ». Là-dessus, abandonnez sur place deux tabourets, une table, quatre chaises, une échelle, un élévateur hydraulique et huit mille quatre cents assistants. Revenez vingt minutes plus tard. Vous attendez-vous à trouver le pot de confiture intact ? La réponse semble évidente. Sauf pour notre gouvernement qui s’exclame, mains sur les hanches : « Ah ben, ça alors ! »

Il ne vous reste plus qu’à pleurer et à gronder le gosse pour n’avoir pas respecté vos injonctions. Le gronder mais pas trop, parce que, réflexion faite, vous aviez un peu tenté le diable, non ? Simplement, à l’avenir, vous serez plus circonspect : l’élévateur hydraulique, pas question, trop facile !

C’est ce qu’il va se passer, c’est déjà ce qu’il se passe ! Déjà ce qu’il se dit : « Bien sûr, on peut nationaliser, mais sur le long terme, c’est intenable. Il ne faut pas se voiler la face, MITTAL est incontournable. Si on ne fait pas de concession, tel qu’on le connaît maintenant, il est capable de mettre la clé sous le paillasson sans même passer la serpillière. Alors, le carottage en profondeur et la décontamination des sols et sous-sols, je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais ce n’est pas dans la poche. On marche sur des œufs, messieurs. Faut faire gaffe, drôlement gaffe, agir avec prudence, plus que jamais ! Donc, voilà ce que je propose : on retire l’élévateur hydraulique, faut pas exagérer, mais en contrepartie et en gage de notre bonne volonté, on indemnise nous-mêmes les travailleurs licenciés. Après tout, c’est de notre faute, s’ils sont sur le carreau. Si nous les avions payés tout de suite, comme les autres, nous n’en serions pas là. Alors ? Ça marche ? Il est adopté, mon plan ?»

Il le sera. On parie ?

 5. kroll-arcelor.jpg

« …on indemnise nous-mêmes les travailleurs licenciés : il en a de bonnes, Patrick Ledent ! « On », c’est qui ? Les contribuables, non ? Donc, les travailleurs licenciés… Nous sommes bien d’accord ?

Et si on enfermait nos gouvernants avec Arundhati Roy jusqu’à ce qu’elle en ait fait du dal ou qu’ils sachent au moins épeler leur nom ?

 

*

Dans le même ordre d’idées que l’article de Philippe Grasset sur la Grande Muraille Souterraine de Chine,  les valeureux du Cercle des Volontaires viennent de mettre en ligne une interview, qui nous avait échappé lorsque Center Blog, Alterinfo et Le Grand Soir l’avaient publiée en septembre dernier, honte sur nous et notre frivolité ! 

Cette interview est si importante à nos yeux qu’au lieu de vous y envoyer par un lien, nous nous sentons obligés de vous la balancer in extenso. La démonstration du Pr. Fursov est si magistrale et si limpide qu’un enfant de quatorze ans la comprendrait. Et on se fourrerait le doigt dans l’œil jusqu’aux clavicules si on pensait qu’elle ne nous concerne pas directement. Amis lecteurs, ne la zappez pas, sous peine de mourir idiots !

 

6. Trust me .jpg

Frappe contre la Syrie – cible : la Russie

Cercle des volontaires – 5 février 2013

L’interview de Andrej Iljitsch Fursov ci-après a été publiée le 9 août 2012 sur le site KP.ru et traduit par le site Horizons et Débats.

« Il n’y a qu’une chose qui puisse être pire que l’hostilité avec les Anglo-Saxons : c’est l’amitié avec eux » (Alexej Jedrichin-Wandam)

7. Andrej-Fursov-280.jpg

Andrej Fursov est directeur du Centre d’études russes à l’Université des sciences humaines de Moscou et membre de l’Académie internationale des sciences (Munich). Compte tenu de l’orientation des questions au départ, il embrasse un large spectre imprévu de sujets abordés. Partant de la situation actuelle en Syrie et du «Printemps arabe», l’historien russe tente des prévisions et des réflexions sur les développements à venir, allant du concret au global. Dernière remarque liminaire: en russe, le terme de «régime» n’a pas forcément de connotation négative.

KP.ru : Pourquoi l’Occident est-il si pressé d’enfoncer les clous dans le cercueil du régime d’Assad ?

Andrej Fursov : Ce pays de taille moyenne au Proche-Orient est tout à coup devenu le point le plus névralgique de la planète. L’ONU siège en permanence à son sujet. La Russie et la Chine y adoptent une attitude inflexible. Une flotte russe de bâtiments de guerre avec de l’infanterie de marine à bord a mis le cap sur la Méditerranée et fera aussi escale en Syrie. Les USA mettent 15 millions de dollars supplémentaires à disposition des «rebelles». Est-il possible que ça sente la grande guerre ?

KP : En quoi la petite Syrie a-t-elle gâché la soupe au puissant Occident ?

A.F. : En tout, simplement. Procédons par ordre – allant du plus petit au plus grand, du régional au global. Dans les constellations proche-orientales et en général dans le conflit des Américains et des monarchies sunnites (Arabie saoudite et Qatar) contre l’Iran chiite, ce pays n’est pas seulement un allié de Téhéran, mais le membre d’une chaîne qui relie celui-ci avec les groupements chiites du monde arabe. Sans cet intermédiaire, l’influence de l’Iran dans le monde arabe serait passablement moins importante. Je ne veux même pas parler de l’oléoduc qui, provenant de l’Iran, traverse la Syrie. Sans solution de la question syrienne, les Anglo-Saxons, c’est-à-dire les Britanniques et les Américains, ne pourront pas prendre le risque de s’attaquer à l’Iran.

Le régime syrien est de fait le seul régime fort et laïc du monde arabe. Le fait qu’il soit fort dérange les Atlantistes dans leurs plans de transformation du Proche-Orient et du monde entier. Qu’il soit laïc et en même temps économiquement couronné de succès dérange les dirigeants de l’Arabie saoudite et du Qatar.

KP : Bien des gens disent qu’il s’agit de la première guerre pour le gaz naturel.

A.F. : On a détecté des gisements de gaz naturel dans le Sud de la Méditerranée – autant en mer que sur terre en Syrie (Kara). C’est difficile de connaître leur dimension, mais ils existent. Le Qatar exporte du gaz naturel liquéfié à l’aide d’une flotte de tankers. Si le régime d’Assad s’effondre, le Qatar aura la possibilité de transporter directement le « combustible bleu » via le territoire syrien sur la côte de la Méditerranée. Cela doublerait au moins son volume d’exportations et gênerait simultanément les exportations de l’Iran. Le renforcement du Qatar sur le marché du gaz naturel affaiblit la position de la Russie. Si les Américains réussissent simultanément à prendre le contrôle du gaz naturel algérien, cela ressemblera bien à un blocage des exportations de gaz naturel pour la Russie. Ce qui signifie que les intérêts économiques du Qatar sont identiques aux intérêts géopolitiques des Etats-Unis, et à leurs efforts d’affaiblir la Russie autant que possible, car la Russie ne doit pas de nouveau se renforcer.

KP : Cela signifie au fond qu’en Syrie, les Yankees attaquent indirectement le Gazprom aimé des Russes ?

A.F. : Les Anglo-Saxons sont des joueurs de billard au niveau mondial, ils travaillent selon le principe de tirer simultanément plusieurs balles d’un coup (ce qu’on devrait apprendre d’eux). Le chaos orchestré se déroulant au grand Proche-Orient sépare la Chine des sources de pétrole et de gaz naturel dont elle a besoin, ce qui entraîne en même temps une rupture entre la partie chinoise de l’Eurasie et celle de l’Europe occidentale. Le contrôle du pétrole et du gaz provenant du Proche-Orient signifie en première ligne le contrôle des Etats-Unis sur l’Europe, notamment sur l’Europe occidentale, ce qui serait favorable à un affaiblissement de la Russie et de ses positions. Et si un jour cela devait déplaire à l’Europe, on pourrait là aussi provoquer pour un oui pour un non quelques troubles arabo-africains – de telle manière que les citoyens rassasiés désireraient que ça prenne fin.

Cette logique (bien que ce ne soit pas la seule chose) détermine la poussée vers l’Est des élites de l’Atlantique nord à travers le monde arabe : la Tunisie, l’Egypte, la Libye. Actuellement, ils sont arrivés en Syrie. Cependant, les Atlantistes se voient confrontés dans ce coin de terre syrienne à une autre puissance mondiale, qui peut se mesurer à eux du point de vue économique et même militaire, mais qui représente une civilisation totalement différente. C’est la Chine avec sa poussée vers l’Ouest. La poussée de la Chine est une espèce de croisade pour gagner des ressources. Le Pakistan se trouve déjà sous l’influence de la Chine. Les Chinois ont depuis longtemps des relations avec les talibans d’Afghanistan. L’Iran est aussi un allié, bien que très spécial. Le sud de l’Irak est déjà de facto contrôlé par les alliés chiites d’Iran. Du point de vue géostratégique et géoéconomique, la Chine parvient ici pas seulement jusqu’à la côte de l’océan Indien, mais, vu sous cet angle, jusqu’à l’Atlantique (à savoir jusqu’à la côte syrienne de la Méditerranée). Pour le dire objectivement, en Syrie, les croisés occidentaux sont parvenus à la Grande Muraille de Chine.

Pour la première fois, l’élite anglo-américano-juive, qui s’était formée au cours des derniers siècles et est devenue une conquête organisationnelle historique de l’Occident, a été confrontée ici à un adversaire mondial d’un genre non-occidental (car la direction de l’URSS était la transposition d’un projet de gauche de l’Occident, d’un jacobinisme de l’époque moderne). Par ailleurs, le segment européen de l’élite occidentale se trouve en face d’un segment chinois pas moins ancien et peut-être même plus ancien, d’où il reçoit aussi l’expérience historique. Orienté tout autant vers les valeurs matérielles, le commerce et l’argent. Mais ayant encore l’esprit très aventureux, car à l’évidence les Chinois ont leur propre système criminel mondial.

KP : La mafia chinoise est probablement encore un peu plus violente que l’italienne…

A.F. : Oui, et ne parlons même pas des réserves d’or chinoises comme arme financière menaçante.

Pékin a très bien compris que la Syrie n’est qu’une étape de la poussée principale des Atlantistes du Nord – et le but est de voir tomber la Chine, de la renvoyer à l’intérieur de ses frontières nationales, de la séparer des sources d’approvisionnement en matières premières et de l’étouffer technologiquement. C’est ce qui explique la position si dure de la Chine à l’ONU en ce qui concerne la Syrie.

KP : Qu’en est-il de la position de Moscou ? Pourquoi est-elle si différente que dans le cas de la Libye ?

A.F. : Premièrement, nous avons à présent un autre président. Deuxièmement, je pense que l’affaire avec Kadhafi a appris pas mal de choses aux dirigeants russes. Troisièmement, la Russie entretient une base navale en Syrie. Quatrièmement, l’industrie d’armement russe a des intérêts importants en Syrie, et les intérêts économiques sont une chose sacrée pour les dirigeants russes. Cinquièmement, la Syrie est bien plus proche des frontières de la Russie et de l’espace postsoviétique que la Libye. Tout ceci détermine la position de Moscou, une position qui par son potentiel nucléaire et diplomatique renforce la position chinoise. Ni la Russie ni la Chine ne parviendraient à affronter seuls la communauté internationale.

Les Anglo-Saxons peuvent sûrement se ficher du veto de la Russie et de la Chine, de l’ONU et du droit international en général, qu’ils ont de toute façon l’intention d’abroger. Mais jusqu’ici, ce ne sont que des intentions. Car comme Staline a dit une fois, la logique des circonstances est toujours plus forte que la logique des intentions. Ces circonstances sont la Russie et la Chine qui provoquent une furieuse rage chez les Atlantistes du Nord – il n’y qu’à écouter quelques fois Madame Clinton et observer sa mimique.

KP : En dépit des positions intransigeantes de Moscou et de Pékin, l’Occident ne se retire pas. Pourquoi donc?

A.F. : Premièrement, cela ne fait pas partie des traditions des Anglo-Saxons de lâcher prise après avoir planté leurs crocs dans une proie comme un pitbull. Ils feront pression à fond jusqu’à ce qu’ils aient imposé leur projet ou jusqu’à ce que l’adversaire leur brise les reins. Deuxièmement, au cours des 25 à 30 dernières années, après avoir vaincu l’élite soviétique (il s’agit exactement de l’élite soviétique – elle a capitulé), ils sont simplement devenus arrogants. Ils se sont habitués à ce que la Russie abandonne tout et ils comptent sur le fait qu’ils peuvent faire pression sur l’élite russe, déjà rien que parce celle-ci a déposé son argent dans des banques occidentales. Troisièmement, et c’est la raison principale qui l’emporte sur toutes les autres : les mises sont beaucoup trop élevées, c’est le destin des élites de l’Atlantique nord elles-mêmes qui est en jeu, il ne s’agit pas du tout seulement de réserves d’hydrocarbures ou du Proche-Orient. L’Occident n’a pas d’autre possibilité que de foncer en avant. L’affaire se présente ainsi : en dépit de l’énorme potentiel matériel et d’information de cette machinerie gigantesque qui est dirigée par des géo-constructeurs et géo-ingénieurs supranationaux extrêmement expérimentés, les Etats-Unis font actuellement l’expérience d’une surtension des forces. « Nihil dat fortuna mancipio » – le destin n’accorde rien pour l’éternité ! Le temps de l’Amérique est en train de passer. Afin de retarder la chute définitive ou même de l’éviter, l’Amérique a besoin de faire une pause pour souffler.

Ce n’est pas un hasard si dans la nouvelle doctrine militaire qu’Obama a proclamée le 5 janvier 2012, il ne s’agit plus maintenant que les USA – comme jusqu’ici – soient armés pour mener deux guerres parallèles, mais plus que pour une, plus des actions indirectes dans plusieurs régions. Il faut par ailleurs tenir compte du fait que les Américains regroupent jusqu’à 60% de leur puissance militaire dans l’océan Pacifique, l’espace du Pacifique oriental, et qu’ils se préparent ainsi à des confrontations avec la Chine. Ce n’est pas un hasard si la revue Foreign Affairs, une publication du Council on Foreign Relations (CFO) – une des structures américaines les plus influentes en matière de relations internationales – ne cesse de publier depuis peu des articles qui disent ouvertement : les Etats-Unis ont besoin de faire une pause « pour se concentrer sur la reconstruction des bases de la prospérité nationale ». Aujourd’hui, l’Amérique rappelle l’Empire romain du temps de l’empereur Trajan (début du IIe siècle de notre ère). A cette époque, Rome a passé des offensives stratégiques à la défense stratégique ; Rome a commencé à bâtir le limes et à abandonner quelques régions conquises, avant tout au Proche Orient.

KP : C’est une analogie directe. Les Etats-Unis ont l’intention de quitter l’Afghanistan, et ils se sont déjà retirés de l’Irak…

A.F. : Les résultats du Sommet de l’OTAN de Chicago, les 20 et 21 mai 2012, en ont apporté la démonstration : ni les États-Unis ni l’OTAN ne quitteront réellement le Proche-Orient et l’Afghanistan. Ce n’est pas pour cela qu’ils s’y étaient rendus. Il est toutefois vrai qu’ils doivent en « sortir » mais avant tout pour y installer un nouveau modèle de commandement. Et cela, tout simplement pour éviter que la place ne soit prise par les concurrents, c’est-à-dire par l’UE et surtout par la Chine. Voilà la vraie raison de ce nouveau modèle de domination de la région : un chaos orchestré. On ne peut imaginer de meilleur candidat pour installer ce modèle et le maintenir que les Islamistes, « les chiens de garde de la mondialisation à la mode américaine ».

On voit donc au Proche-Orient – notamment dans le pays-clé qu’est l’Égypte – que le « Printemps arabe » a porté au pouvoir les Islamistes. En réalité, on leur a aplani le chemin. Mais, les Anglo-Saxons ont buté sur deux pays dans leur marche en avant, dans lesquels les Islamistes étaient faibles ou inactifs. Il s’agit de la Libye et de la Syrie. La Libye a déjà été écrasée par l’atroce attaque de l’OTAN, la Syrie est actuellement assiégée. L’armée syrienne se bat contre le terrorisme international, qui est, comme il se doit, dirigé par les manipulateurs des dirigeants anglo-américains.

KP : Permettez, Andrej Iljitsch ! Les médias occidentaux prétendent que le peuple s’est révolté contre le régime d’Assad. Les insurgés sont des Syriens qui ont déserté l’armée.

A.F. : En sont responsables les médias occidentaux, ou autrement dit : les moyens de propagande de masse, d’agitation et de désinformation. Leur tâche est purement militaire, soit de mener une campagne de désinformation et de guerre psychologique. Les « rebelles syriens » sont dotés d’armes de précision, de canons antichars, d’appareils de détection à infrarouge, d’excellents fusils pour tireurs d’élite, et de bien des autres armes, de production turque pour l’essentiel. N’est-ce pas un peu beaucoup pour des déserteurs et des réfugiés ? L’essentiel est, toutefois, l’organisation de ces combats. Depuis juin, la situation en Syrie a complètement changé. Assad se heurte à une culture d’état-major hautement qualifiée, de ceux qui planifient les diversions militaires dont seraient bien incapables les déserteurs, même au rang de capitaine ou de major. Les « insurgés » ont passé de la tactique d’usure et de harassement de l’armée syrienne à celle d’attaques massives, soutenues par des contingents comportant 25 000 à 30 000 hommes. Ces hommes armés viennent de Libye, de Tunisie, d’Afghanistan et d’autres pays islamiques. De les envoyer en Syrie permet aux Occidentaux et aux monarchies sunnites de résoudre un problème crucial. Car ces énergies meurtrières doivent être occupées quelque part. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’elles se mettent à travailler sérieusement, et un chien enragé peut aussi mordre son maître.

Une partie des clans criminels syriens combattent avec les mercenaires professionnels et les terroristes internationaux contre les troupes gouvernementales ; ils assassinent leurs propres voisins et accusent le régime Assad d’avoir commis ces horreurs. La situation en Syrie a mis au jour une réalité : Le terrorisme international, contre lequel les États-Unis prétendent lutter, est en réalité leur arme, créée par eux-mêmes. En Libye, c’est Al-Qaïda qui a accompli la tâche ordonnée par les Atlantistes. En Syrie, on a introduit les hommes d’armes de l’Islamiste Abd al-Hakim Balhadsch, qui fut commandant des « insurgés » libyens. Il est le militaire le plus influent de Tripoli et lié à Al-Qaïda depuis longtemps. Cette organisation est un instrument parfaitement adapté pour les services secrets américains et britanniques. En cas de besoin, on peut les utiliser pour faire exploser ses propres Twin-Towers, puis rendre responsable l’organisation de Ben Laden. Et, si le besoin s’en fait sentir, on peut s’allier à cette organisation pour se lancer contre Kadhafi ou contre Assad. Al-Qaïda peut reprendre du service ; comme le déclara en son temps notre patriarche Avvakoum « hier encore fils de pute, aujourd’hui déjà un prêtre ».

Il doivent cesser de nous raconter des stupidités : les Syriens ne se battent pas contre les Syriens, mais contre l’élite anglo-saxonne qui mène sa guerre au travers des terroristes internationaux. Leur façon d’agir ressemble fort à celle des escadrons de la mort de John Negroponte au Guatemala. Les « amis de la Syrie » (qui furent auparavant les « amis de la Yougoslavie, de l’Irak, de la Libye ») voudraient, de leur point de vue, aussi devenir les « amis de la Russie », alors qu’ils sont le principal pouvoir terroriste international. J’espère bien qu’ils se retrouveront un jour, avec leurs complices (y compris ceux de La Haye), à « leur Nuremberg ». Nombreux sont ceux, à l’ouest aussi, qui comparent l’invasion de l’Irak par Bush jr. à celle de la Pologne, des Pays-Bas et de la France par Hitler. La question qui se pose est de savoir si la Syrie sera la dernière ligne avant une nouvelle guerre, non seulement mondiale, mais globale ? La criminalisation de la politique par les dirigeants occidentaux y conduira finalement, tôt ou tard.

KP : Les États-Unis ont de fait justifié les derniers actes terroristes à Damas qui ont coûté la vie à plusieurs membres du gouvernement syrien.

A.F. : Oui, parmi les victimes se trouvent le ministre de la Défense Daud Radschha, le chef des services secrets militaires Assef Schawkat et le chef du comité anticrise Hassan Turkmani. Des personnes très proches d’Assad, ses soutiens. Il fallait s’attendre à une pareille action, et je ne pense pas qu’elle ait été possible sans l’aide de services secrets occidentaux. Mais Bachar el-Assad tient bon, on n’a pas pu le briser au cours des 15 derniers mois, c’est pourquoi on vise maintenant à l’éliminer physiquement, lui et ses proches. On espère qu’une fois disparu, son régime s’effondrera. Y arrivera-t-on ? C’est une autre question. Mais dans ce contexte, il y a autre chose qui est important : l’élite occidentale s’est, après l’assassinat de Kadhafi, engagée ouvertement et sans scrupule sur la voie de l’assassinat de ces dirigeants, qui s’opposent à leurs projets, c’est-à-dire : sur la voie du terrorisme. Alors qu’avec Milosevic et Saddam Hussein on s’était donné la peine d’ouvrir un procès bidon, on a assassiné Kadhafi d’après des méthodes « concrètes » de grand banditisme et on n’a pas même caché sa satisfaction. Qu’on se souvienne de la scène présentant les dirigeants américains réunis à la Maison-Blanche devant le téléviseur pour assister à la mise à mort de « Ben Laden ». Quand on tombe pareillement dans l’abrutissement et dans la dégénérescence morale on se retrouve au niveau de la populace moyenâgeuse qui trouvait plaisir à assister aux exécutions. Les dirigeants occidentaux se comportent comme une organisation mondiale de criminels et ne s’en cache même pas. Selon le principe : « Tu es déclaré coupable uniquement parce que j’ai faim ! »

Ainsi, l’ancien président français pro-américain, Sarkozy, avait directement menacé les chrétiens syriens (environ 10% de la population syrienne) que, s’ils continuaient à soutenir Assad, ils pourraient se trouver victimes d’attentats. Et c’est bien ce qui se passe actuellement. Mais on ne se contente pas d’assassiner des chrétiens, mais aussi des Druzes, des Alaouites, des membres du parti Baath au pouvoir depuis 1963. Mais les grands massacres commenceront, dans la mesure où l’Occident réussira à faire tomber le régime d’Assad. Ce qui ne sera possible que par une intervention militaire venant de l’extérieur.

KP : Pensez-vous que l’Occident ira aussi loin ?

A.F. : Il vaut mieux poser cette question à cette organisation criminelle qui a ses « actions » à Washington, New York, Londres et Bruxelles. Nous ne pouvons qu’imaginer des variantes. La seule puissance militaire sur laquelle s’appuie l’OTAN est la Turquie, laquelle rêve de voir la Syrie divisée en quatre ou six parties, d’obtenir le contrôle de la moitié, ce qui commencerait à lui donner l’image de ce que nous avons connu comme l’Empire ottoman. Toutefois, une telle guerre serait un vrai risque pour la Turquie, du fait des positions de la Russie, de la Chine et de l’Iran, sans compter la question kurde, cela même avec l’aide de la technique militaire de l’OTAN. Et la Syrie elle-même n’est pas dénuée de force. On peut donc plutôt s’imaginer que la guerre actuelle continuera de la même manière, l’Occident s’efforçant d’écraser la Syrie au moyen des mercenaires, en combinant la tactique de désorganisation et d’attaques massives, tout en cherchant à liquider physiquement Assad. Les États-Unis et la Grande Bretagne ont déjà trop investi pour la destruction du régime syrien et ne reculeront que si le prix d’une victoire est trop élevé.

KP : Ont-ils vraiment autant investi ?

A.F. : Oui. Tant en ce qui concerne la finance que l’organisation. Déjà en 2006, on a mis en place le programme « Démocratie en Syrie », avec un financement prévu de 5 millions de dollars. En 2009, le « Conseil pour la démocratie », qui répartissait cet argent entre les acteurs qui voulaient « démocratiser » de l’intérieur les pays qui devaient être affaiblis par les États-Unis, reçut du Département d’Etat la somme de 6,3 millions de dollars pour le programme, lié à la Syrie, intitulé « Initiative pour le renforcement de la société civile » (il faut croire que les Anglo-Saxons s’imaginent qu’on met en place une société civile en faisant assassiner des femmes et des enfants par des mercenaires).

Le « Syrian Business Forum » administre actuellement un budget d’au moins 300 millions de dollars. La moitié de ce montant sert à financer l’« Armée syrienne libre ». L’Arabie saoudite et le Qatar, qui ont signé un accord secret à ce sujet, jouent un rôle important dans le financement des forces anti-Assad. Les positions des Saoudiens et du Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Dschassem Al Thani, démontrent parfaitement la collusion entre l’Occident et les Salafistes. C’est au Qatar que furent tournés des films sur de prétendus combats à Tripoli et à Damas, alors que ces combats n’avaient pas encore commencé. L’émir finança l’assaut de Tripoli et y envoya une troupe arabe de 6000 hommes qui portaient l’uniforme militaire du Qatar. D’ailleurs, c’était aussi Ben Dschassem qui ordonna l’attaque contre le diplomate russe Titorenko au Qatar.

KP : Certains politiciens occidentaux pensent que la Russie accueillera Assad et sa famille. Partant de l’idée que le peuple syrien en sera reconnaissant à la Russie. Quelles peuvent être les répercussions pour la Russie de la chute du régime Assad ?

A.F. : La Syrie est notre seul allié dans le monde arabe. S’il chute, nous perdrions nos dernières positions dans la région. Mais il ne s’agit pas seulement du monde arabe. La Russie peut facilement disparaître de la carte. Après la Syrie et l’Iran (car il est plus que probable qu’après la Syrie, les Atlantistes envahiront l’Iran – les analystes émettent déjà le nom de cette opération militaire « La grande tempête », qui devrait commencer par une attaque américano-israélienne contre le Hizbollah) ce sera probablement notre tour. On peut donc affirmer qu’on vainc la Syrie (et l’Iran), mais ce qu’on vise finalement c’est la Russie. Les préparatifs sont déjà en route dans toutes les directions : la situation au Proche-Orient, le « bouclier anti-missiles », l’élargissement de l’OTAN vers l’Est, etc.

KP : Les affaires concernant le bouclier anti-missiles et l’extension vers l’Est de l’OTAN sont claires. Mais quels sont les liens entre la Syrie et l’Iran et notre sécurité ?

A.F. : Ils sont très proches de nos frontières et de nos zones d’influence – la Transcaucasie et l’Asie centrale. Si les régimes actuels de Damas et de Téhéran tombent, alors la zone du « chaos orchestré » par les Atlantistes s’étendra de la Mauritanie et du Maghreb, jusqu’en Kirghizie et au Cachemire. L’arc d’instabilité s’enfoncera comme un coin dans l’Eurasie centrale, d’où les Atlantistes menacent déjà directement la Russie et la Chine. Mais avant tout la Russie.

Tout cela pour la folie du pouvoir – au lieu d’acheter les matières premières.

KP : Pourquoi avant tout la Russie ?

A.F. : La crise du système mondial attendue augmente l’importance du contrôle des ressources de manière incommensurable. L’importance est encore potentialisée en prenant en compte les conditions de la catastrophe géo-climatique et géophysique pronostiquée. Je ne parle pas ici du « réchauffement global » mythique. Mais du recul prosaïque du courant du Golfe, du changement de la chaîne alimentaire dans les océans mondiaux (cela arrive une fois tous les 11 millénaires et demi à douze millénaires et demi) – ce sont là des bouleversements d’une dimension planétaire qui ont commencé environ au début du XXe siècle et se termineront environ dans le premier tiers du XXIIe siècle. Dans de telles conditions de crise et après une telle crise, la seule région stable avec suffisamment de ressources dans le monde est l’Eurasie du Nord, donc principalement le territoire géographique de la Russie. C’est pourquoi notre territoire devient l’une des plus importantes proies géo-historique du XXIe siècle et des siècles suivants. Les russophobes célèbres Brzezinski, Albright et d’autres Occidentaux ont déclaré à plusieurs reprises, qu’il était injuste que la Russie dispose d’un tel territoire et de telles ressources. Cela devrait appartenir à la communauté mondiale – c’est-à-dire aux élites atlantistes, qui sont organisées en loges, clubs, commissions, ordres et autres structures exceptionnelles.

Toutefois, pour cela, il est nécessaire d’obtenir le contrôle sur l’Eurasie du Nord, et le territoire pour déployer ses troupes est – l’Asie centrale. Les Américains sont déjà sur place. Bien qu’ils contrôlent déjà le Proche-Orient, ils sont néanmoins encore séparés de l’Asie centrale par la Syrie et l’Iran. Ici, la mèche qu’on a allumée en Afrique du Nord, reste jusqu’à présent interrompue et s’est éteinte. Sans la destruction de ces deux pays, les Atlantistes ne peuvent pas entamer leur combat pour l’Eurasie du Nord. Ils considèrent la Russie comme source de matières premières, la Chine comme source de main-d’œuvre, c’est-à-dire comme quelque chose de secondaire. Et si cette entité secondaire contrarie leurs plans, cela les rend fou. La solution pour la question russe et chinoise est abordée par l’Occident justement avec l’aide de l’Islam, des Arabes. Peu importe si cela se passe sous la forme d’un chaos orchestré, d’une nouvelle conquête arabe ou d’une guerre entre le Califat et les incroyants.

Fidèles à leur tradition, les Anglo-Saxons s’efforceront de monter de grands Etats et des peuples les uns contre les autres, de les affaiblir, voire de les exterminer (deux fois au cours du XXe siècle, la Russie et l’Allemagne ont été montés l’une contre l’autre), toutefois, ils s’efforceront aussi d’éliminer l’Islam. Cela se fait par sa radicalisation maximale avec le wahhabisme, le sevrage de sa force économique interne et démographique au cours des guerres eurasiennes, après quoi le monde islamique sera transformé plus tard en une sorte de Ghetto d’une nouvelle tradition, qui ne possèdera pas de propres ressources et technologies. Ceux qui ont joué dans leur enfance à « Donjons et Dragons » [un des tous premiers jeux de rôle médiéval-fantastique créé aux Etats-Unis dans les années 1970, ndt.], se souviennent probablement d’une variante d’un « Monde du soleil noir ». Les mondialistes tenteront de briser le monde islamique en une quantité de petites unités, avec lesquelles des entreprises militaires privées ou des mercenaires de multinationales arriveront facilement à extraire de ceux-ci les restes de ressources pour ensuite s’en débarrasser sur la décharge de l’histoire. L’Occident n’exercera son contrôle que ponctuellement dans des endroits avec grande concentration de ressources (par exemple, aujourd’hui déjà, le contrôle de la côte méditerranéenne de la Libye longue de presque 1800 km); le reste, on le met à libre disposition de tribus, de clans et de syndicats criminels, parmi lesquels chacun contrôlera son petit morceau. Des parties de l’Arabie saoudite, du Pakistan (séparé du Béloutchistan), de l’Iran pourront aussi devenir de tels « morceaux » – une véritable mosaïque islamique. En même temps, l’Occident a besoin de surveillants dans la région et ce rôle peut aller au Grand Kurdistan. Un seul Etat, à qui il sera permis d’être grand.

KP : Pourquoi ?

A.F. : Sur le territoire du Grand Kurdistan, si celui-ci est créé un jour, se situeront les sources de tous les grands fleuves de la région. Cela veut dire que l’époque prochaine, pauvre en eau, et suite à cela, époque de guerres pour l’eau en tant que ressource, les plus importants leviers de l’influence dans la région – comme au temps de l’Empire assyrien – seront dans les mains du peuple séculaire des Kurdes. Le Kurdistan pourrait devenir le chien de garde le plus important de la région et remplacer Israël dans ce rôle.

KP : Pourriez-vous être plus explicite concernant Israël ?

A.F. : Les perspectives d’Israël sont, dans un Proche-Orient changeant, assez diffuses. Très probablement, l’Occident démontera Israël, parce que Israël ne sera plus nécessaire, comme l’a prédit Arnold J. Toynbee encore en 1957. Certes seulement après l’évacuation du «tiers supérieur» de la po pulation. La variante de la création d’un Grand Kurdistan et du démantèlement d’Israël n’est pas certaine à 100%, mais très probable. C’est sûr que ce n’est pas l’affaire des prochaines années.

KP : Que doit donc entreprendre la Russie dans la situation dramatique, qui se développe autour de la Syrie ?

A.F. : Ce que fait la Russie actuellement – c’est-à-dire soutenir la Syrie jusqu’à l’extrême, ne pas permettre qu’on l’écrase. Nous avons déjà envoyé des unités de marine de guerre, pas de grands contingents, mais mieux que rien. Si l’on doit conduire une guerre, alors on ne doit pas le faire par la quantité, mais par la qualité. De plus, le 7 juin, il y a eu des tests sur deux missiles balistiques intercontinentaux : un « Topol » (nous l’avons confirmé) et un « Bulawa » (nous ne l’avons pas confirmé, mais les Américains insistent du moins sur le fait qu’il y a eu un tel lancement). C’est un certain signe. Car la Russie est malgré toutes les réformes encore une puissance nucléaire et c’est nous, pas trop les Chinois, qui sommes considérés comme le principal adversaire par les Américains, et ils continuent et continueront à nous considérer comme tel. Nos diplomates font leur travail. La manière dont Vitali Tschurkin a parlé avec l’ambassadeur du Qatar m’a plu, je constate avec un certain plaisir l’impuissance dans la méchanceté de Madame Clinton et de quelques personnes officielles de rang inférieur du Département d’Etat, impuissance démontrée à l’égard de nos dirigeants. Il faut saluer le fait que la défense aérienne syrienne a déjà obtenu 18 unités de nos systèmes de missiles « Buk-M2 » et 36 unités de nos systèmes de missiles anti-aériens du type « Pantsir S-1 »; bientôt, il y aura encore des livraisons de systèmes S-300 et d’hélicoptères Mi-25.

Je compte beaucoup sur l’impulsion de survie des dirigeants russes et sur le fait qu’on ait tiré les vraies conséquences des destins tragiques de Milosevic, Saddam Hussein et Kadhafi. Ceux-ci ont fait d’abord confiance à l’Occident et l’ont payé de leur vie. Hamlet de Shakespeare dit à propos de « Rosencrantz et Guildenstern », «… les deux, auxquels je fais confiance comme aux vipères.» On ne doit pas faire confiance aux vipères – elles mordent mortellement, dans le sens littéral du mot. Ou elles tentent de mordre et utilisent pour cela des problèmes internes ; la Russie en a à revendre. Est-ce donc un hasard que les attroupements des « Boucles blanches » fin 2011/début 2012 coïncident avec la déclaration des dirigeants russes relative à l’affaire syrienne, de poursuivre une position dure ? Certainement pas. Ici, surgit de pleine force le problème de la « cinquième colonne » qui s’est formée chez nous au cours du dernier quart de siècle. Nous vivons dans une époque de guerre, qui a commencé avec l’attaque de l’OTAN contre la Yougoslavie et qui maintenant donne des coups de pieds à la porte de la Syrie avec les mêmes bottes de l’OTAN. Dans des temps pareils, il faut agir selon les directives des temps de guerre. Jamais personne n’a réussi à vaincre un adversaire extérieur ou à s’y opposer sans en même temps ou auparavant avoir mis sous contrôle la « cinquième colonne » ; bien entendu avec des moyens légaux, uniquement légaux. Finalement, une alliance politique et militaire internationale est nécessaire, qui est capable de maîtriser l’agresseur et de créer de la sécurité ou du moins une pause pour respirer de huit à dix ans. Pendant ce temps, la Russie peut arriver à remonter la pente et à se préparer pour la grande guerre du XXIe siècle – à la dernière grande chasse de l’époque du capitalisme, qui malheureusement est presque inévitable. A s’y préparer et à la surmonter.

Pour l’instant, il s’agit de tenir l’adversaire potentiel à l’écart et de soutenir les faibles, pour qu’ils repoussent cet adversaire qui vient de loin – ce n’est pas seulement stratégiquement, mais aussi moralement juste.

KP : Quelles sont les leçons à tirer de la Libye et de la Syrie pour la Russie ?

A.F. : Tout d’abord : n’aie jamais confiance, en aucun cas, en les dirigeants occidentaux. Ils nous considéreront toujours comme leur adversaire principal et au moment de notre faiblesse maximale, qu’ils essaient eux-mêmes de produire, ils frapperont de toute leur force et tenteront de régler la « question russe ». Un jour, Leonid Schebarschin s’est exprimé ainsi : « L’Occident ne veut qu’une chose de la Russie : qu’elle disparaisse. » La manière dont on supprime les faibles, on l’a vu à l’exemple de la Libye. La manière dont on se casse les dents sur les plus forts, on le voit à l’exemple de la Syrie.

Deuxièmement : les variantes libyenne et syrienne de l’attaque de l’OTAN montrent, comment les évènements se développeront chez nous dans le cas d’actions militaires : la guerre est menée par des mercenaires, avant tout des Arabes, mais aussi par des entreprises militaires privées. Selon le modèle syrien, on tentera de déstabiliser le Caucase et la région de la Volga : on occupe une ville ou une partie de celle-ci, on perpètre des massacres, on en appelle à l’« opinion mondiale », qui exigera des sanctions, des contrôles, des bases militaires, (nous en avons déjà une dans l’arrière pays, c’est-à-dire la base de renfort de l’OTAN à Uljanovsk).

Troisièmement : Malgré tout le rôle décisif du facteur extérieur, l’état de l’« objet », que vise ce facteur, joue dans la situation en Syrie un rôle extrêmement significatif : un système de gouvernement inefficient, la corruption etc., tout cela agrandit la cible. De ce point de vue, la Russie est aussi très vulnérable. Nous avons des dirigeants tout aussi inefficaces, de la corruption, une économie criminalisée, une étroite imbrication entre nos dirigeants économiques et l’économie mondiale, par conséquent aussi une couche de Compradores pro-occidentaux, en même temps une couche supérieure de niveau professionnel et moral très bas, la prédominance des intérêts de certains clans avant l’intérêt du pays. Sans parler de la décadence de l’armée, de la crise intellectuelle et morale, ainsi que de l’« usure » du potentiel humain d’une partie importante de la population.

Il est certainement vrai qu’une menace extérieure peut souder et mobiliser la population, car il en a toujours été ainsi avec la Russie, que ce soit en 1612, 1812 ou 1941. L’adversaire ne le sait que trop bien. Dans ce sens, l’article de Henry Kissinger sur la situation de la Syrie paru récemment est très intéressant : Contrairement à ses habitudes de tout exprimer clairement, il existe là une quantité d’explications diffuses, y compris des allusions au Saint Empire romain et à la manière dont il a finalement été détruit. Pourtant, si l’on suit uniquement la pure logique de ce texte et qu’on exprime exactement ce que l’un des plus grands « instigateurs » de ce monde a insinué, on obtient ceci : Le « vieil Henry » met en garde l’Occident d’exercer trop de pression sur la Syrie, car cela pourrait avoir comme conséquence une position intransigeante de la Russie qui la pousserait à une confrontation avec l’Occident. Et cela cache le risque de perdre tout ce qu’on a récolté au cours des vingt dernières années à la suite de l’affaiblissement de la Russie. Ces résultats sont plus importants que la Syrie.

En effet, une confrontation avec l’Occident peut modifier fondamentalement la situation de la Russie et ceci dans toutes les couches sociales, mais avant tout dans la couche supérieure, qui non seulement comprendra mais aussi éprouvera à ses dépens que l’élite occidentale ne l’accueillera jamais dans son milieu, mais qu’au contraire tôt ou tard celle-ci la mangera. S’il en est ainsi, alors un changement de cours radical est nécessaire, au moins pour préserver les richesses, son statut et la vie. Les exemples de dirigeants arabes pro-occidentaux comme Ben Ali ou Moubarak montre donc la teneur en vérité de la thèse de l’excellent géopoliticien russe Alexej Jedrichin-Wandam qu’« il n’y a qu’une chose qui puisse être pire que l’hostilité avec les Anglo-Saxons : c’est l’amitié avec eux ». L’Occident, en particulier les Anglo-Saxons, ne garantissent jamais rien à personne et encore moins à quelqu’un qui a trahi son pays et son peuple. Les anciens aimaient à dire : « Roma traditoribus non premia » (Rome ne paie pas les traîtres). A vrai dire, elle les payait bien, mais seulement jusqu’à un certain moment. Ensuite, on prend des chemins différents. Cela aussi, c’est une leçon à tirer du Proche-Orient par Moscou.

KP : Quand pourra-t-on, à votre avis, s’attendre à des changements significatifs de la situation ?

A.F. : Suis-je donc un prophète ? C’est difficile dans le monde actuel, qui se situe à la croisée des chemins, d’émettre quelques pronostics. Mais si l’on part de l’état de l’économie des États-Unis, dont la rémission (dans le sens médical) sera terminée selon certaines prévisions au printemps 2013, et si l’on pense qu’on ne peut probablement pas s’attendre à des actions de grande envergure avant les élections présidentielles américaines, alors on arrive à la période entre environ décembre 2012 et février 2013.

KP : Ciel, vous nommez des dates véritablement mystiques : la fin du monde selon le calendrier des Mayas, la venue du meurtrier céleste Nibiru…

A.F. : Ce n’est pas du mysticisme, mais de la manipulation de la conscience publique, dont le détachement des problèmes réels et l’effarement jusqu’à un état dans lequel l’être humain appelle lui-même : « Je suis pour un gouvernement mondial, lui seul peut me sauver de la catastrophe, du gigantesque astéroïde, des extraterrestres …! » Encore bien plus dangereux que les extraterrestres sont ces « boys », qui vivent au-delà du Bien et du Mal et emportent l’humanité avec la cruauté impitoyable des reptiles. Ce sont eux qui s’attaquent à la Syrie et ce sont eux qu’il faut stopper maintenant à la « frontière de la Syrie ». Comme le disait Voltaire : « Ecraser les vipères » !

(Traduction : Horizons et Débats)

KP.ru, c’est La Pravda (Komsomolskaia Pravda). Pas la peine de ricaner d’un air entendu. Achetons un miroir et regardons-nous.

Horizons et Débats est un quotidien suisse de réflexion et d’analyse dont on n’a plus à vanter la probité morale.

Notre source :

http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/02/05/frappe-cont...

*

La télévision française s’éclate !


france5

Lettre ouverte du Réseau Voltaire France au Directeur Général de France Télévisions

par Alain Benajam

Caroline Fourest 
ou le discrédit par diffamation 
au service de la politique des Etats-Unis

Lettre ouverte à M. Rémy Pflimlin, Directeur Général de France Télévisions

Saint Denis, le 3 février 2013

M. Le Directeur Général,

Je vous rappelle que juridiquement une diffamation est une imputation erronée visant à porter atteinte à l’honneur et à la considération.

Lire la suite...

 

FR3

« Robespierre, bourreau de la Vendée ? » : une splendide leçon d’anti-méthode historique

Marc Belissa, Yannick Bosc

3 février 2013

Alors que sévit une crise engendrée par la cupidité et le délitement des valeurs républicaines, la mobilisation de milliers de personnes pour l’achat des manuscrits de Robespierre au printemps 2011 a surpris. Elle a surpris à gauche ceux qui ont laissé l’héritage républicain en déshérence et à droite le ban et l’arrière-ban des dénonciateurs du « totalitarisme » robespierriste. Des décennies de « communication » n’ayant donc pas suffi il fallait dans l’urgence faire face au retour de « l’incorruptible ». En septembre dernier, la revue Historia a donc consacré un dossier à « Robespierre le psychopathe légaliste ». Le service public conscient de sa mission ne pouvant être en reste, France 3 a diffusé le mercredi 7 mars 2012 un documentaire « réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand » intitulé « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Lire la suite…

 

*


STALINGRAD : CE N’ETAIT PAS FINI

Je ne les nommerai ni martyrs ni héros

Jacques Richaud

http://www.legrandsoir.info/stalingrad-je-ne-les-nommerai...

Nouveau chant d’amour à Stalingrad

Poème composé après la victoire soviétique à Stalingrad, le 2 février 1943

Pablo Neruda

http://www.communcommune.com/article-nouveau-chant-d-amou...

De Stalingrad A Damas…

Blog de

SUN TZU - COMAGUER

Il y a 70 ans l’URSS infligeait à l’Allemagne nazie à Stalingrad une défaite magistrale qui allait changer le cours de la guerre et allait la conduire deux ans plus tard à terrasser et à faire capituler le régime hitlérien à Berlin.

Cette liquidation d’un régime raciste ouvertement barbare dont le programme écrit et proclamé visait à l’extermination : des slaves, des tziganes, des juifs, et autres  « sous-hommes », au nom d’une « race supérieure » a changé le cours de l’histoire mondiale.

Elle le fut au prix d’un effort collectif gigantesque : plus de 25 millions de morts, une économie dévastée, des destructions estimées à 100 milliards de dollars de l’époque,

Cet effort se fit sous la conduite d’un homme : Joseph Staline qui a été depuis systématiquement diabolisé par tous ceux qui ne veulent pas admettre que ce rapport étroit entre un dirigeant (et son équipe) et un peuple entier sont le fruit d’une situation politique exceptionnelle, d’une adhésion de masse à un combat et à un projet. La traduction française, attendue pour cette année, de l’ouvrage fondamental de l’historien irlandais Geoffrey Roberts  « STALIN’S WARS » devrait permettre à une opinion publique française, souvent privée par les éditeurs nationaux de l’accès à de grands travaux d’historiens étrangers, de resituer l’homme à sa juste place.

Lire la suite…

 

*

Petites nouvelles sans importance…

8. CERVEAUX .jpg

 

Le Canada, les Etats-Unis et les îles Marshall refusent de condamner la glorification du nazisme.

Publié le 1 février 2013 

par le Comité pour une Nouvelle Résistance

Vers la fin de 2012, un événement assez important s’est produit à l’ONU, sans que nous en soyons informés d’une quelconque manière par notre « presse libre » occidentale autoproclamée.

En effet, je viens tout juste d’apprendre que vers la fin de l’année dernière, soit le 27 novembre dernier, pour être plus précis, une certaine résolution a été adoptée à l’ONU.

Cette résolution, présentée par la Russie, consistait à réaffirmer l’importance de la lutte contre le racisme, l’intolérance et la xénophobie, ainsi qu’à condamner la glorification du nazisme.

La raison pour laquelle j’évoque cela à la fin de janvier 2013, mis à part le fait que je viens tout juste de l’apprendre, est le fait que trois pays ont osé voter contre cette résolution : les États-Unis, le Canada et les Îles Marshall. Vous avez bien lu. La raison invoquée par les États-Unis pour justifier l’indéfendable ? «La liberté d’expression et l’esprit démocratique».

Lire la suite…


Le Comité pour une Nouvelle Résistance oublie le Qatar. Du moins si nous en croyons le site http://justice.be où on se réclame pourtant de quelqu’un qui n’était pas contre le IIIe Reich.

 

*

TUNISIE : Assassinat de Chokri Belaïd, l'un des responsables de l'opposition communiste laïque en Tunisie

9. ChokriBelaid-1.jpg

Tunis, 6 février 2013

Chokri Belaïd, a été assassiné par balles ce mercredi matin, a indiqué son frère à l'AFP, alors que les violences politiques s'aggravent deux ans après la révolution.

Selon l’épouse de l’opposant, s’exprimant à la radio Mosaïque, il a été touché par plusieurs balles alors qu’il sortait de chez lui, à El Menzah 6 à Tunis, pour rejoindre son lieu de travail. Selon la radio tunisienne Shems, Chokri Belaïd a été atteint au niveau du cou et de la tête. Il a été transféré à une clinique à Ennasr, où il a succombé à ses blessures. «Chokri Belaïd a été assassiné de quatre balles tirées dans la tête et dans la poitrine devant son domicile», a pour sa part déclaré à Reuters Ziad Lakhder, l’un des responsables du Front populaire. «C’est un triste jour pour la Tunisie», a-t-il ajouté.

Son frère accuse le parti islamiste Ennahda d’être responsable du meurtre.

Lire la suite…


*

 

10. CINEMA -salles-de-cinema-le-film-prend-son-envol-a-partir-de-l-39-ecran-rendu-3d-vue-sur-l-39-ecran.jpg

CINEMA

Rosa Llorens est normalienne, agrégée de lettres classiques et professeur de lettres en classe préparatoire. Fille d’immigrés espagnols républicains, Elle a la double nationalité française et espagnole. Elle est aussi, elle est surtout, un des meilleurs critiques de cinéma qu’il nous ait été donné de lire depuis longtemps.

Que ses articles sur le cinématographe soient aussi des leçons en science politique n’a rien que de légitime. Oserions-nous dire que de nécessaire ?

Amis lecteurs des Grosses Orchades, jugez-en par vous-mêmes.

 

Blanche-Neige et les six millions de chômeurs

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/blanche-neige-et-les-6-millions-de-chomeurs.html

 

Comme un lion : quand les lions du Sénégal rencontrent le lion de Peugeot

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/comme-un-lion-quand-les-lions-du-senegal-rencontrent-le-lion-de-peugeot.html

 

Paradis amour : les ex-soixante-huitardes font du tourisme sexuel

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/paradis-amour-ou-les-ex-soixante-huitardes-font-du-tourisme-sexuel.html

 

Royal affair : un film en costumes, reflet fidèle de l'Europe du XXIe siècle.

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/royal-affair-un-film-en-costumes-reflet-fidele-de-l-039-europe-du-xxie-siecle.html

 

La meilleure et la pire Italie.

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/la-meilleure-et-la-pire-italie.html

 

Zindeeq, de Michel Khleifi, ou : L'Etranger.

(Un film palestinien collabo)

Rosa Llorens

http://www.alterinfo.net/un-film-palestinien-collabo_a82459.html

 

Mais quand elle parle peinture, ce n’est pas mal non plus. La preuve  :

Edward Hopper ou l’inhabitable capital.

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/edward-hopper-ou-l-inhabitable-capital.html

 

Et parce que Leonardo Sciascia est un de nos écrivains préférés, nous vous offrons aussi Rosa Llorens critique littéraire :

Sciascia et les techniques de la manipulation

Rosa Llorens

http://www.legrandsoir.info/sciascia-et-les-techniques-de-la-manipulation.html

 

Experte ès-manifs enfin : on peut être critique de cinoche, savoir lire entre les lignes et avoir les yeux assez en face des trous pour dépister les manipulations in vivo d’où qu’elles viennent.

Palestiniens massacrés là-bas, Palestiniens manipulés ici.

Rosa Llorens

http://www.voxnr.com/cc/etranger/EFVuEZkuluKSoQDkwc.shtml

 

 

11. CINEMA - 5 - .jpg


 

Mis en ligne par Marie Mouillé, le 7 février 2013

12:02 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2013

STALINGRAD - 2 Février 1943

1. BLOG Stallingrad flotte russe.jpg

STALINGRAD

2 février 1943

 

Lorsqu'il y a un an nous rappelions le Bicentenaire de la Berezina, en souhaitant que ceux qu'elle attire la trouvent, nous ne doutions pas que les Russes, dans un avenir plus ou moins proche, ne dussent une fois de plus faire face à une invasion de leur territoire, car il y a des gens qui n'apprennent jamais rien.

Si l'invasion est toujours, pour l'instant, feutrée (Ô les inventions sémantiques ! Ô les « soft power » et autres dénominations new look !), elle est, d'intention et de fait, aussi réelle qu'était en puissance celle d'Adolf Hitler, quand il signa avec Joseph Staline un pacte de non-agression qui n'allait pas tarder à voler en éclats. Aujourd'hui, MM. Obama et Poutine en sont au même point. Signeront ? Signeront pas ? Respecteront ? L'histoire a une fâcheuse propension à se répéter.

La Berezina d'Hitler, c'est-à-dire la mort assurée du Reich, s'appela Stalingrad, même si, après cette défaite décisive, la Wehrmacht allait poursuivre le siège de Leningrad pendant un an encore, à un prix démentiel en vies humaines. Il y a 70 ans aujourd'hui que ce qui restait d'Allemands en vie autour de Stalingrad se rendait aux Russes, 130 ans après que la Grande Armée eût repassé la célèbre rivière. La Russie est un vagin denté.

Comment s'appellera et où se passera la défaite de « Tout l'Occident » d'aujourd'hui ? Difficile à dire. Car l'invasion projetée de la Russie par les USA, l'U.E., l'Australie, la Nouvelle Zélande, les Canadas, Israël, les pétromonarchies du Golfe et peut-être la Turquie et le Japon, s'arrondit aujourd'hui de l'invasion projetée, pour l'instant appelée « contention », de la Chine. A quoi bon lésiner ?

Les jeunes générations – sabotage des éducations nationales obligeant – ignorent sans doute même le nom de cette « mère des batailles », la plus légendaire depuis celle de Troie. Les Troyens vaincus furent immortalisé  par Homère. Les Soviétiques (Russes et autres) vainqueurs ont eu droit, du moins sous nos latitudes, à la mise sous le boisseau, au black out occidental.

Pour l'épopée de la ville qu'on s'est donné l'immense ridicule – et la bassesse – de débaptiser, nous n'allons pas raconter ici le déroulement des opérations militaires. D'autres beaucoup plus qualifiés que nous l'ont fait, avec cartes à l'appui, vers lesquels nous vous donnerons plus loin quelques liens. Pour ce modeste blog, nous nous contenterons d'emprunter à Madame Annie Lacroix-Riz son résumé (très résumé) des causes et des effets historiques.

2. Victoire Stalingrad  -Kourgane Marmaev.jpg

 « L'appel de la Mère Patrie »

statue de 82 mètres de haut, oeuvre d'Evgueni Koutchetich,

symbolisant la Victoire de Stalingrad,

érigée au sommet du Kourgane Mamaïev

 

Un kourgane est une colline artificielle abritant des tombeaux préhistoriques (équivalent septentrional des pyramides d'Egypte). Celui-ci fut un enjeu terriblement disputé pendant la bataille de Stalingrad. À la fin, le sol gorgé de sang contenait entre cinq cents et mille deux cent cinquante éclats métalliques au mètre carré. La colline était restée noire tout l'hiver, la neige fondant sous les explosions et les feux. Au printemps suivant, elle le resta, car aucune végétation ne put repousser sur le sol dévasté.

Vassili Tchouikov, qui a commandé les troupes russes pendant toute la bataille, y est inhumé par-dessus ses ancêtres scythes. C'est le premier maréchal de l'URSS à n'être pas enterré à Moscou, au pied des murs du Kremlin.

 

70e Anniversaire de la victoire soviétique de Stalingrad – 2 février 1943 :

un article d'Annie Lacroix-Riz
 

La capitulation de l’armée de von Paulus à Stalingrad, le 2 février 1943, marqua, pour l’opinion publique mondiale, un tournant militaire décisif, mais qui ne fut pas le premier. Cette victoire trouve son origine dans les préparatifs de l’URSS à la guerre allemande jugée inévitable : le dernier attaché militaire français en URSS, Palasse les estima à leur juste valeur. Contre son ministère (de la Guerre), acharné à faire barrage aux alliances francosoviétique et tripartite (Moscou, Paris, Londres) qui eussent contraint le Reich à une guerre sur deux fronts, cet observateur de l’économie de guerre soviétique, de l’armée rouge et de l’état d’esprit de la population affirma dès 1938 que l’URSS, dotée d’« une confiance inébranlable dans sa force défensive », infligerait une sévère défaite à tout agresseur. Les revers japonais dans les affrontements à la frontière URSS-Chine-Corée en 1938-1939 (où Joukov se fit déjà remarquer) confirmèrent Palasse dans son avis : ils expliquent que Tokyo ait prudemment signé à Moscou le 13 avril 1941 le « pacte de neutralité » qui épargna à l’URSS la guerre sur deux fronts.

Après l’attaque allemande du 22 juin 1941, le premier tournant militaire de la guerre fut la mort immédiate du Blitzkrieg. Le général Paul Doyen, délégué de Vichy à la commission d’armistice, l’annonça ainsi à Pétain le 16 juillet 1941 : « Si le IIIème Reich remporte en Russie des succès stratégiques certains, le tour pris par les opérations ne répond pas néanmoins à l’idée que s’étaient faite ses dirigeants. Ceux-ci n’avaient pas prévu une résistance aussi farouche du soldat russe, un fanatisme aussi passionné de la population, une guérilla aussi épuisante sur les arrières, des pertes aussi sérieuses, un vide aussi complet devant l’envahisseur, des difficultés aussi considérables de ravitaillement et de communications. Sans souci de sa nourriture de demain, le Russe incendie au lance-flamme ses récoltes, fait sauter ses villages, détruit son matériel roulant, sabote ses exploitations ». 

Ce général vichyste jugea la guerre allemande si gravement compromise qu’il prôna ce jour-là une transition de la France du tuteur allemand (jugé encore nécessaire) au tuteur américain, puisque, écrivit-il, « quoi qu’il arrive, le monde devra, dans les prochaines décades, se soumettre à la volonté des États-Unis. » Le Vatican, meilleure agence de renseignement du monde, s’alarma début septembre 1941 des difficultés « des Allemands » et d’une issue « telle que Staline serait appelé à organiser la paix de concert avec Churchill et Roosevelt ».

Le second tournant militaire de la guerre fut l’arrêt de la Wehrmacht devant Moscou, en novembre-décembre 1941, qui consacra la capacité politique et militaire de l’URSS, symbolisée par Staline et Joukov. Les États-Unis n’étaient pas encore officiellement entrés en guerre. Le Reich mena contre l’URSS une guerre d’extermination, inexpiable jusqu’à sa retraite générale à l’Est, mais l’armée rouge se montra capable de faire échouer les offensives de la Wehrmacht, en particulier celle de l’été 1942 qui prétendait gagner le pétrole (caucasien). Les historiens militaires sérieux, anglo-américains notamment, jamais traduits et donc ignorés en France, travaillent plus que jamais aujourd’hui sur ce qui a conduit à la victoire soviétique, au terme de l’affrontement commencé en juillet 1942, entre « deux armées de plus d’un million d’hommes ». Contre la Wehrmacht, l’Armée rouge gagna cette « bataille acharnée », suivie au jour le jour par les peuples de l’Europe occupée et du monde, qui « dépassa en violence toutes celles de la Première Guerre mondiale, pour chaque maison, chaque château d’eau, chaque cave, chaque morceau de ruine ». Cette victoire qui, a écrit l’historien britannique John Erickson, « mit l’URSS sur la voie de la puissance mondiale », comme celle « de Poltava en 1709 [contre la Suède] avait transformé la Russie en puissance européenne ».

La victoire soviétique de Stalingrad, troisième tournant militaire soviétique, fut comprise par les populations comme le tournant de la guerre, si flagrant que la propagande nazie ne parvint plus à le dissimuler. L’événement posa surtout directement la question de l’après-guerre, préparé par les États-Unis enrichis par le conflit, contre l’URSS dont les pertes furent considérables jusqu’au 8 mai 1945. La statistique générale des morts de la Deuxième Guerre mondiale témoigne de sa contribution à l’effort militaire général et de la part qu’elle représenta dans les souffrances de cette guerre d’attrition : de 26 à 28 millions de morts soviétiques (les chiffres ne cessent d’être réévalués) sur environ 50, dont plus de la moitié de civils. Il y eut moins de 300 000 morts américains, tous militaires, sur les fronts japonais et européen. Ce n’est pas faire injure à l’histoire que de noter que les États-Unis, riches et puissants, maîtres des lendemains de guerre, ne purent vaincre l’Allemagne et gagner la paix que parce que l’URSS avait infligé une défaite écrasante à la Wehrmacht. Ce n’est pas « le général Hiver » qui l’avait vaincue, lui qui n’avait pas empêché la Reichswehr de rester en 1917-1918 victorieuse à l’Est.

La France a confirmé la russophobie, obsessionnelle depuis 1917, qui lui a valu, entre autres, la Débâcle de mai-juin 1940, en omettant d’honorer la Russie lors du 60e anniversaire du débarquement en Normandie du 6 juin 1944. Le thème du sauvetage américain de « l’Europe » s’est imposé au fil des années de célébration dudit débarquement. Les plus vieux d’entre nous savent, même quand ils ne sont pas historiens, que Stalingrad a donné aux peuples l’espoir de sortir de la barbarie hitlérienne. À compter de cette victoire, « l’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. » Ce n’est qu’en raison d’un matraquage idéologique obsédant que les jeunes générations l’ignorent.

Annie Lacroix-Riz - professeur émérite, université Paris

 

Bibliographie :

- John Erickson, 2 vol., The Road to Stalingrad: Stalin’s War with Germany; The Road to Berlin: Stalin’ War with Germany, 1e édition 1983, Londres; réédition, New Haven & London, Yale University Press, 1999 ;

- Geoffrey Roberts, Stalin’s Wars: From World War to Cold War, 1939-1953. NewHaven & London,Yale University Press, 2006 (qui devrait être traduit dans la période à venir);

Stalin’s general : the life of Georgy Zhukov, London, Icon Books, 2012 ;-

- David Glantz et Jonathan M. House, Armageddon in Stalingrad: September-November 1942 (The Stalingrad Trilogy, vol. 2, Modern War Studies, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, 2009 ;

- Alexander Werth, La Russie en guerre, Paris, Stock, 1964, reste fondamental.

3. bombardement de  stalingrad - ru.jpg

4. sPanzers dans talingrad .jpg

5. soldats allemands dans ruines stalingrad.jpg

7. Stalingrad chars allemands.jpg

bataille_stalingrad_octobre_rouge.jpg

8. stalingrad.jpg

9. bataille-stalingrad .jpg

10 - Soldats soviétiques. - Russia-Stalingrad-Russes-1942-1.jpg

11. Russie-Stalingrad-Soldats-Russes-1942-3.jpg

12. Soldat soviétique soignat un camarade blessé .jpg

13. C'est la fin - .jpg

14. Le carnage .jpg

15. Russia-Stalingrad-Prisonniers-Allemands-1.jpg

La bataille de Stalingrad – URSS

La guerre du millénaire

http://www.histoire-pour-tous.fr/batailles/729-la-bataille-de-stalingrad.html

La bataille de Stalingrad (août 1942 – janvier 1943)

Histoire pour tous

http://www.histoire-pour-tous.fr/batailles/729-la-bataille-de-stalingrad.html

Bataille de Stalingrad

Une brochure de 60 pages en pdf, bourrée d'images et de citations.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/32/46/53/textes02/Stalingrad-brochure.pdf

Un site que nous n'avons pas eu le temps d'explorer avant vous :

Les mensonges sur l'URSS du temps de Staline (1924-1953)

http://www.communisme

-bolchevisme.net/joseph_staline_et_les_mensonges_de_la_bo...

Un autre, consacré à l'Armée Rouge :

Blog Tchapaiev – Honneur à l'Armée Rouge

http://honneur-a-l-armee-rouge.over-blog.com/article-frec...

 


*

Discours radiodiffusé de Staline

du 3 juillet 1941

16. Staline en 1940 - .jpg

 

Camarades ! Citoyens ! Frères et Soeurs ! Combattants de notre armée et de notre flotte !

Je m’adresse a vous, mes amis !

La perfide agression militaire de l’Allemagne hitlérienne, commencée le 22 juin, se poursuit contre notre Patrie.

Malgré la résistance héroïque de l’Armée rouge, et bien que les meilleures divisions de l’ennemi et les unités les meilleures de son aviation aient déjà été défaites et aient trouvé la mort sur les champs de bataille, l’ennemi continue a se ruer en avant, jetant sur le front des forces nouvelles.

Les troupes hitlériennes ont pu s’emparer de la Lituanie, d’une grande partie de la Lettonie, de la partie ouest de la Biélorussie, d’une partie de l’Ukraine occidentale.

L’aviation fasciste étend l’action de ses bombardiers, en soumettant au bombardement Mourmansk, Orcha, Moguilev, Smolensk, Kiev, Odessa, Sebastopol.

Un grave danger pèse sur notre Patrie.

Comment a-t-il pu se faire que notre glorieuse Armée rouge ait abandonné aux troupes fascistes une série de nos villes et régions ?

Les troupes fascistes allemandes sont-elles vraiment invincibles comme le proclament sans cesse a cor et a cri les propagandistes fascistes fanfarons ? Non, bien sûr.

L’histoire montre qu’il n’a jamais existé et qu’il n’existe pas d’armées invincibles.

On estimait que l’armée de Napoléon était invincible.

Mais elle a été battue successivement par les troupes russes, anglaises, allemandes.

L’armée allemande de Guillaume, au cours de la première guerre impérialiste, était également considérée comme une armée invincible ; mais elle s’est vu infliger mainte défaite par les troupes russes et anglo-françaises, et elle a été finalement battue par les troupes anglo-françaises.

Il faut en dire autant de l’actuelle armée allemande fasciste de Hitler.

Elle n’avait pas encore rencontré de sérieuse résistance sur le continent européen.

C’est seulement sur notre territoire qu’elle a rencontré une résistance sérieuse.

Et si a la suite de cette résistance les meilleures divisions de l’armée fasciste allemande ont été battues par notre Armée rouge, c’est que l’armée fasciste hitlérienne peut également être battue et le sera comme le furent les armées de Napoléon et de Guillaume.

Qu’une partie de notre territoire se soit néanmoins trouvée envahie par les troupes fascistes allemandes, cela s’explique surtout par le fait que la guerre de l’Allemagne fasciste contre l’URSS a été déclenchée dans des conditions avantageuses pour les troupes allemandes et désavantageuses pour les troupes soviétiques.

En effet, les troupes de l’Allemagne, comme pays menant la guerre, avaient été entièrement mobilisées.

170 divisions lancées par l’Allemagne contre l’UPSS et amenées aux frontières de ce pays se tenaient entièrement prêtes, n’attendant que le signal pour se mettre en marche.

Tandis que, pour les troupes soviétiques, il fallait encore les mobiliser et les amener aux frontières.

Chose très importante encore, c’est que l’Allemagne fasciste a violé perfidement et inopinément le pacte de non-agression conclu, en 1939, entre elle et l’URSS sans vouloir tenir compte qu’elle serait regardée par le monde entier comme l’agresseur.

On conçoit que notre pays pacifique, qui ne voulait pas assumer l’initiative de la violation du pacte, ne pouvait s’engager sur ce chemin de la félonie.

On peut nous demander : comment a-t-il pu se faire que le Gouvernement soviétique ait accepté de conclure un pacte de non-agression avec des félons de cette espèce et des monstres tels que Hitler en Ribbentrop ?

Le Gouvernement soviétique n’a-t-il pas en l’occurrence commis une erreur ?

Non, bien sûr.

Le pacte de non-agression est un pacte de paix entre deux Etats.

Et c’est un pacte de ce genre que l’Allemagne nous avait proposé en 1939.

Le Gouvernement soviétique pouvait-il repousser cette proposition ?

Je pense qu’aucun Etat pacifique ne peut refuser un accord de paix avec une Puissance voisine, même si a la tête de cette dernière se trouvent des monstres et des cannibales comme Hitler et Ribbentrop.

Cela, bien entendu, a une condition expresse : que l’accord de paix ne porte atteinte, ni directement ni indirectement, a l’intégrité territoriale, a l’indépendance et a l’honneur de l’Etat pacifique.

On sait que le pacte de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS était justement un pacte de ce genre.

Qu’avons-nous gagné en concluant avec l’Allemagne un pacte de non-agression ?

Nous avons assuré a notre pays la paix pendant un an et demi et la possibilité de préparer nos forces a la riposte au cas où l’Allemagne fasciste se serait hasardée a attaquer notre pays en dépit du pacte.

C’est la un gain certain pour nous et une perte pour l’Allemagne fasciste.

Qu’est-ce que l’Allemagne fasciste a gagné et qu’est-ce qu’elle a perdu, en rompant perfidement le pacte et en attaquant l’URSS ?

Elle a obtenu ainsi un certain avantage pour ses troupes pendant un court laps de temps, mais elle a perdu au point de vue politique, en se démasquant aux yeux du monde comme un agresseur sanglant.

Il est hors de doute que cet avantage militaire de courte durée n’est pour l’Allemagne qu’un épisode, tandis que l’immense avantage politique de l’URSS est un facteur sérieux et durable, appelé a favoriser les succès militaires décisifs de l’Armée rouge dans la guerre contre l’Allemagne fasciste.

Voila pourquoi toute notre vaillante armée, toute notre vaillante flotte navale, tous nos aviateurs intrépides, tous les peuples de notre pays, tous les meilleurs hommes d’Europe, d’Amérique et d’Asie, enfin tous les meilleurs hommes de l’Allemagne flétrissent l’action perfide des fascistes allemands et sympathisent avec le Gouvernement soviétique, approuvent la conduite du Gouvernement soviétique et se rendent compte que notre cause est juste, que l’ennemi sera écrasé, et que nous vaincrons.

La guerre nous ayant été imposée, notre pays est entré dans un combat a mort avec son pire et perfide ennemi, le fascisme allemand. Nos troupes se battent héroïquement contre un ennemi abondamment pourvu de chars et d’aviation.

L’Armée et la Flotte rouges, surmontant de nombreuses difficultés, se battent avec abnégation pour chaque pouce de terre soviétique.

Les forces principales de l’Armée rouge, pourvues de milliers de chars et d’avions, entrent en action. La vaillance des guerriers de l’Armée rouge est sans exemple. La riposte que nous infligeons a l’ennemi s’accentue et se développe. Aux côtés de l’Armée rouge le peuple soviétique tout entier se dresse pour la défense de la Patrie.

Que faut-il pour supprimer le danger qui pèse sur notre Patrie et quelles mesures faut-il prendre pour écraser l’ennemi ?

Il faut tout d’abord que nos hommes, les hommes soviétiques, comprennent toute la gravité du danger qui menace notre pays et renoncent a la quiétude et a l’insouciance, a l’état d’esprit qui est celui du temps de la construction pacifique, état d’esprit parfaitement compréhensible avant la guerre, mais funeste aujourd’hui que la guerre a radicalement changé la situation.

L’ennemi est cruel, inexorable.

Il s’assigne pour but de s’emparer de nos terres arrosées de notre sueur, de s’emparer de notre blé et de notre pétrole, fruits de notre labeur.

Il s’assigne pour but de rétablir le pouvoir des grands propriétaires fonciers, de restaurer le tsarisme, d’anéantir la culture et l’indépendance nationales des Russes, Ukrainiens, Bièlorussiens, Lituaniens, Lettons, Estoniens, Ouzbeks, Tatars, Moldaves, Géorgiens, Arméniens, Azerbaidjans et autres peuples libres de l’Union soviétique ; de les germaniser, d’en faire les esclaves des princes et des barons allemands.

Il s’agit ainsi de la vie ou de la mort de l’Etat soviétique, de la vie ou de la mort des peuples de l’URSS ; il s’agit de la liberté ou de la servitude des peuples de l’Union soviétique.

Il faut que les hommes soviétiques le comprennent et cessent d’être insouciants ; qu’ils se mobilisent et réorganisent tout leur travail selon un mode nouveau, le mode militaire, qui ne ferait pas quartier a l’ennemi.

Il faut aussi qu’il n’y ait point de place dans nos rangs pour les pleurnicheurs et les poltrons, les semeurs de panique et les déserteurs ; que nos hommes soient exempts de peur dans la lutte et marchent avec abnégation dans notre guerre libératrice pour le salut de la Patrie, contre les asservisseurs fascistes.

Le grand Lénine, qui a créé notre Etat, a dit que la qualité essentielle des hommes soviétiques doit être le courage, la vaillance, l’intrépidité dans la lutte, la volonté de se battre aux côtés du peuple contre les ennemis de notre Patrie.

Il faut que cette excellente qualité bolchevique devienne celle des millions et des millions d’hommes de l’Armée rouge, de notre Flotte rouge et de tous les peuples de l’Union soviétique.

Il faut immédiatement réorganiser tout notre travail sur le pied de guerre, en subordonnant toutes choses aux intérêts du front et a l’organisation de l’écrasement de l’ennemi.

Les peuples de l’Union soviétique voient maintenant que le fascisme allemand est inexorable dans sa rage furieuse et dans sa haine contre notre Patrie qui assure a tous les travailleurs le travail libre et le bien-être.

Les peuples de l’Union soviétique doivent se dresser pour la défense de leurs droits, de leur terre, contre l’ennemi.

L’Armée et la Flotte rouges ainsi que tous les citoyens de l’Union soviétique doivent défendre chaque pouce de la terre soviétique, se battre jusqu’à la dernière goutte de leur sang pour nos villes et nos villages, faire preuve de courage, d’initiative et de présence d’esprit, - toutes qualités propres a notre peuple.

Il nous faut organiser une aide multiple a l’Armée rouge, pourvoir a son recrutement intense, lui assurer le ravitaillement nécessaire, organiser le transport rapide des troupes et des matériels de guerre, prêter un large secours aux blessés.

Il nous faut affermir l’arrière de l’Armée rouge, en subordonnant a cette oeuvre tout notre travail ; assurer l’intense fonctionnement de toutes les entreprises ; fabriquer en plus grand nombre fusils, mitrailleuses, canons, cartouches, obus, avions ; organiser la protection des usines, des centrales électriques, des communications téléphoniques et télégraphiques ; organiser sur place la défense antiaérienne.

II nous faut organiser une lutte implacable contre les desorganisateurs de I’arrière, les déserteurs, les semeurs de panique, les propagateurs de bruits de toutes sortes, anéantir les espions, les agents de diversion, les parachutistes ennemis en apportant ainsi un concours rapide a nos bataillons de chasse.

Il ne faut pas oublier que l’ennemi est perfide, rusé, expert en l’art de tromper et de répandre de faux bruits.

De tout cela il faut tenir compte et ne pas se laisser prendre a la provocation.

Il faut immédiatement traduire devant le Tribunal militaire, sans égard aux personnalités, tous ceux qui, semant la panique et faisant preuve de poltronnerie, entravent l’oeuvre de la défense.

En cas de retraite forcée des unités de l’Armée rouge, il faut emmener tout le matériel roulant des chemins de fer, ne pas laisser a l’ennemi une seule locomotive ni un seul wagon ; ne pas laisser a l’ennemi un seul kilogramme de blé, ni un litre de carburant.

Les kolkhoziens doivent emmener tout leur bétail, verser leur blé en dépôt aux organismes d’Etat qui l’achemineront vers les régions de l’arrière.

Toutes les matières de valeur, y compris les métaux non ferreux, le blé et le carburant qui ne peuvent être évacués doivent être absolument détruites.

Dans les régions occupées par l’ennemi il faut former des détachements de partisans a cheval et a pied, des groupes de destruction pour lutter contre les unités de l’armée ennemie, pour attiser la guérilla en tous lieux, pour faire sauter les ponts et les routes, détériorer les communications téléphoniques et télégraphiques, incendier les forêts, les dépôts, les convois.

Dans les régions envahies il faut créer des conditions insupportables pour l’ennemi et tous ses auxiliaires, les poursuivre et les détruire a chaque pas, faire échouer toutes les mesures prises par l’ennemi.

On ne peut considérer la guerre contre l’Allemagne fasciste comme une guerre ordinaire.

Ce n’est pas seulement une guerre qui se livre entre deux armées. C’est aussi la grande guerre du peuple soviétique tout entier contre les troupes fascistes allemandes.

Cette guerre du peuple pour le salut de la Patrie, contre les oppresseurs fascistes, n’a pas seulement pour objet de supprimer le danger qui pèse sur notre pays, mais encore d’aider tous les peuples d’Europe qui gémissent sous le joug du fascisme allemand.

Nous ne serons pas seuls dans cette guerre libératrice.

Nos fidèles alliés dans cette grande guerre, ce sont les peuples de l’Europe et de l’Amérique y compris le peuple allemand qui est asservi par les meneurs hitlériens.

Notre guerre pour la liberté de notre Patrie se confondra avec la lutte des peuples d’Europe et d’Amérique pour leur indépendance, pour les libertés démocratiques.

Ce sera le front unique des peuples qui s’affirment pour la liberté contre l’asservissement et la menace d’asservissement de la part des armées fascistes de Hitler.

Ceci étant, le discours historique prononcé par le Premier ministre de Grande-Bretagne, Monsieur Churchill, sur l’aide a prêter a l’Union soviétique et la déclaration du gouvernement des Etats-Unis se disant prêt a accorder toute assistance a notre pays ne peuvent susciter qu’un sentiment de reconnaissance dans le coeur des peuples de l’Union soviétique ; ce discours et cette déclaration sont parfaitement compréhensibles et significatifs.

Camarades, nos forces sont incalculables.

L’ennemi présomptueux s’en convaincra bientôt.

Aux côtés de l’Armée rouge se lèvent des milliers d’ouvriers, de kolkhoziens et d’intellectuels pour la guerre contre l’agresseur.

On verra se lever les masses innombrables de notre peuple.

Déjà les travailleurs de Moscou et de Leningrad, pour appuyer l’Armée rouge, ont entrepris d’organiser une milice populaire forte de milliers et de milliers d’hommes.

Cette milice populaire, il faut la créer dans chaque ville que menace le danger d’une invasion ennemie ; il faut dresser pour la lutte tous les travailleurs qui offriront leurs poitrines pour défendre leur liberté, leur honneur, leur pays, dans notre guerre contre le fascisme allemand, pour le salut de la Patrie.

Afin de mobiliser rapidement toutes les forces des peuples de l’URSS, en vue d’organiser la riposte a l’ennemi qui a attaqué perfidement notre Patrie, il a été formé un Comité d’Etat pour la Défense, qui détient maintenant la plénitude du pouvoir dans le pays.

Le Comité d’Etat pour la Défense a commencé son travail, il appelle le peuple entier a se rallier autour du Parti de Lénine et de Staline, autour du Gouvernement soviétique, pour soutenir avec abnégation l’Armée et la Flotte rouges, pour écraser l’ennemi, pour remporter la victoire.

Toutes nos forces pour le soutien de notre héroïque Armée rouge, de notre glorieuse Flotte rouge !

Toutes les forces du peuple pour écraser l’ennemi !

En avant vers notre victoire !

*

Discours obligé d’un homme d’état, qui, dans ce genre de circonstances, ne pouvait pas dire autre chose. Nous avons choisi de le reproduire néanmoins pour deux raisons :

Parce que c’est un document d’archives qui ne courra jamais les merdias dominants.

Pour le passage où il est question de « Monsieur Churchill », appréciant l’ironie qui veut qu’au moment où ces paroles étaient prononcées, « Monsieur Churchill », que personne n’a jamais songé à qualifier de « dictateur » ni de sanguinaire,  n’avait déjà qu’une idée en tête : l’écraser comme un pou et son peuple avec lui.

Parce que la naïveté (la bonne foi qui sait ?) est une facette qui manquait à la personnalité du Petit Père des Peuples.

 

Le STALINE d’Henri Guillemin


*

17. Medvedev-Putin-Victory-Day.jpg

8 mai 2010 – 65e Anniversaire de la Victoire sur le Reich

Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine fleurissent la tombe de Staline au pied des murs du Kremlin

 

18. 131e anniversaire naissance .jpg

18 décembre 2010 – 131e anniversaire de la naissance de Staline

4000 œillets rouges sont déposés sur sa tombe

 

19. tombe-a-moscou-le-5-mars-2011.jpg

5 mars 2011 –58e anniversaire de la mort de Staline


*

Quand on a été battu à plate couture par des Vietnamiens à bicyclette, on pourrait y regarder à deux fois avant de s'en prendre à la Russie et à la Chine ensemble, non ? Mais ceux que Zeus veut perdre...

Sur les Stalingrad du futur – au nucléaire, évidemment – nous vous transcrivons/résumons ci-dessous le long mais essentiel article de M. Philippe Grasset, dont vous pouvez trouver la version intégrale sur son site DeDefensa.org. (Traduction des citations en anglais par Catherine. L. pour Les grosses orchades.)

 

 

e

 

«John, si nous lançons une attaque nucléaire contre la Chine, nous en liquiderons plusieurs centaines de millions, pas un seul million ! »

 

eee

 

« Grande Muraille Souterraine » en Chine et Red Scare(peur bleue ou péril rouge, au choix)U.S.

Philippe GRASSET

DeDefensa - 16 janvier 2013

La grande annonce faite d’un « transfert » important de la capacité et de la vigilance stratégiques des USA de la sphère Europe/Atlantique vers la sphère Asie/Pacifique s’accompagne d’une mobilisation de la communication stratégique vers (contre) la Chine. On a vu (le 28 décembre 2012) que, du point de vue de la réalité stratégique (la réalité des forces stratégiques), ce « transfert » est une illusion destinée à dissimuler le fait que les forces armées US ne sont plus capables de mener simultanément deux grandes guerres conventionnelle, et qu’au contraire ce « transfert» mrettra en évidence ce fait. Mais la communication, elle, la communication des milieux stratégiques et du complexe militaro-industriel autour du Pentagone, a de tout autres ambitions et entend d’abord substantiver une alarme considérable.

Un point très précis retient l’attention, mentionné dans la dernière loi de programme (budgétaire) du Pentagone, année fiscale 2013 (National Defense Authorization Act, ou NDAA). Il s’agit de l’instruction donnée au STRATCOM (Strategic Command, ou commandement opérationnel des forces stratégiques) d’évaluer la « Grande Muraille Souterraine » de la Chine, d’après le titre d’un rapport de la Georgetown University du 11 septembre 2011 (date prémonitoire), dirigé par Philip A. Karber et intitulé « Strategic Implications of China’s Underground Great Wall » (Implications stratégiques de la Grande Muraille Souterraine de la Chine).

D’une façon générale, experts, chercheurs, bureaucrates et idéologues washingtoniens observent qu’une grande unité chinoise chargée des missions spéciales du domaine, le Deuxième Corps d’Artillerie qui a la charge de l’entretien et de la protection des forces de missiles stratégiques nucléaires chinois, a construit un gigantesque réseau de tunnels souterrains, d’une longueur générale évaluée à 3.000 miles (près de 5.000 kilomètres) ; nombre des mêmes (experts, etc.), constatant que ce réseau permet le stockage d’au moins 3.000 têtes nucléaires, estiment que ce serait effectivement réalisé… Cela revient à affirmer que les forces nucléaires chinoises disposent d’un ensemble de têtes nucléaires dix fois supérieur à l’évaluation que donnent les services de renseignement US.

STRATCOM a donc pour mission d’évaluer tout cela, de considérer si cela peut être détruit par forces conventionnelles ou nucléaires au cas où il deviendrait urgent de détruire la chose, de faire un rapport et de le communiquer dans le courant de l’année 2013. Le point de l’« urgence de la destruction » serait considéré, si l’analyse des diverses caractéristiques de la « Grande Muraille Souterraine » et de l’arsenal nucléaire chinois selon la tendance Karber impliquaient que la Chine développe et dispose d’une capacité de « première frappe stratégique » (malgré l’affirmation constante d’une politique nucléaire de non-emploi en premier de la Chine).

Russia Today a interviewé (le 14 janvier 2013) l’expert James Corbett, qui réside au Japon où il édite un site, le Corbett Report. James Corbett est notamment excellent connaisseur des affaires asiatiques et des relations entre le Japon et la Chine, aussi bien que de la stratégiue US dans la région.

Russia Today : « Le gouvernement U.S. opère d'après la supposition qu'un réseau de 3.000 kms de tunnels quadrille la Chine. Est-ce là quelque chose que vous croyez possible ? »

James Corbett : « En fait, je ne suis même pas sûr que le gouvernement U.S. le croit vraiment. On trouve ceci, en réalité, au verso d'une étude qui a été commandée  l'an dernier ou l'année précédente à l'Université de Georgetown, qui a trouvé que dans ce réseau de tunnels, que nous savons réels et pouvons voir par télémétrie satellitaire... et ce qui s'y trouve pour l'instant n'est que spéculation pure. L'espionnage U.S. évalue cet arsenal nucléaire à 300 têtes, mais l'étude de Georgetown de 2011 estime que les tunnels pourraient en abriter 3.000. Si bien que, selon le NDAA (National Defense Authorization Act) pour 2013, ils disent en substance que le STRATCOM (Commandement Opérationnel des Forces Stratégiques) va devoir pondre un rapport pour identifier les problèmes potentiels qu'implique cette possibilité et dire si oui ou non ils seront capables d'y faire face avec des forces conventionnelles ou nucléaires, au cas où ils seraient amenés à passer à l'action. »

Russia Today : « Voyons... nous avons la plupart des sous-marins balistiques U.S.... nous avons aussi beaucoup d'autres bâtiments US en route vers le Pacifique et le Pentagone entrain de parler de « contenir » la Chine et se préparant maintenant à une éventuelle frappe nucléaire. Tout ça ne va certainement pas améliorer des relations déjà tendues, n'est-ce pas ? »

James Corbett : « Bien sûr que non. Je ne crois pas que nous devions considérer ce rapport dans le contexte d'une frappe nucléaire à court terme. Il faut le voir comme une extension de la politique nucléaire U.S., qui se poursuit depuis de décennies, et qui s'amène ici avec des explications pour justifier l'existence de l'arsenal nucléaire existant et par la même occasion, la création de nouvelles armes. Ainsi, par exemple, nous avons les bombes à charge pénétrante (bunker buster) B 61-11, avec un rendement de 400 kilotonnes, dont ils font tout un plat depuis près d'une décennie à propos de l'Iran et qu'ils rêvent d'enfoncer dans les installations nucléaires souterraines iraniennes supposées. Ce qu'ils sont en train de faire, c'est déplacer cette rhétorique vers l'Asie et le Pacifique. Je pense que, dans une certaine mesure, c'est uniquement pour justifier l'arsenal nucléaire U.S. Et pour s'assurer que des choses comme le nouveau START (Strategic Arms Reduction Treaty ou « Traité sur la Réduction des Armes Stratégiques ») échoue pour l'essentiel avant même de décoller. Et il y a beaucoup de choses, dans ce nouveau NDAA qui s'efforce de saboter les efforts du Président, si jamais il lui venait l'idée de vouloir réduire vraiment le stock nucléaire. Je crois donc que le Congrès est véritablement en train de mettre son pied dans la porte, pour empêcher toute espèce de réduction des armes avant qu'elle puisse être effectivement mise en oeuvre. »

Russia Today : « Il y en a qui disent, assurément, que le président américain est impuissant, face au complexe industriel militaire. Nous avons reçu des rapports disant qu'il y a eu quelques curieuses incursions de jets en haute altitude entre la Chine et le Japon, certains jets japonais poursuivant des jets chinois, jouant en quelque corte au chat et à la souris à haute altitude, qui réallument peut-être une quelconque dispute territoriale. Est-il possible que ces deux-là puissent en arriver à des affrontements plus sérieux ? »

James Corbett : « Ce l'est certainement, et, bien sûr, plus les U.S. deviennent belliqueux à l'égard de la Chine, plus le Japon sentira qu'il peut, en toute sécurité, menacer la Chine ou répondre à ces agressions. C'est pourquoi j'estime que cela ne sert en fait qu'à mettre une allumette à côté du baril de poudre qu'est la région Asie-Pacifique, surtout maintenant que tout s'échauffe et que l'Américain s'amène, nous allons voir surgir de plus en plus de ces situations susceptibles de justifier une intervention militaire. Il nous faut donc regarder la rhétorique nucléaire actuelle pas nécessairement comme une intention de frapper dans l'immédiat, mais comme une menace que nous ne devons pas perdre de vue tant qu'elle continue d'enfler. »

Si on comprend bien, – et que peut-on comprendre d’autre, en vérité ? – on retrouve l’une de ces grandioses échappées alarmistes du complexe militaro-industriel, et des myriades d’experts et de commentateurs qui satellisent autour de lui (l’étude de la très prestigieuse université Georgetown, comme exemple-phare de notre propos). On voit aussitôt l’hypothèse Kraber retranscrite en processus bureaucratique, dont la finalité extrême, en cas de conclusion extrême et d’appréciations à mesure, devrait être la planification d’une attaque nucléaire de première frappe à partir du constat que « la Grande Muraille Souterraine » aurait été évaluée comme un dispositif impliquant une possible intention de première frappe, côté chinois… C’est en effet bien ceci qui est in fine dans l’esprit de ceux qui réclament une planification de STRATCOM : mettre en évidence, s’il le faut, les intentions de « première frappe stratégique » des Chinois, à l’aide d’un arsenal secret et dissimulé. (Même si l’intention est de protéger ou renforcer le programme nucléaire stratégique US, bloquer les prétendues intentions de réduction du président Obama, etc., on n’en aboutit pas moins à une évaluation présentée comme fondée. On ne manquera pas de l'apprécier comme telle.)

Cette occurrence, qui pourrait aisément se transformer en une « Red Scare, modèle 2013 », nous rappelle ce que nous qualifiions, dans notre Lettre d’analyse (papier) dd&e du 10 mai 2001, de « Red Scare, modèle 2001 ». (En langage codé, pavlovien, langage-Système par excellence, la Chine reste toujours « rouge » dans ces cas-là.) Cela se passait à la suite d’une mission d’espionnage d’un EP-3E de l’U.S. Navy, qui avait pénétré dans l’espace aérien chinois, puis avait été obligé de se poser sur l’île chinoise de Hainan. (L’incident eut lieu le 1er avril 2001 ; après quelques semaines de négociations et de montée de la tension, l’équipage, puis l’avion furent rendus aux USA.) Le déchaînement fut, à Washington, absolument extraordinaire, – contre la Chine, bien entendu, qui semblait refuser de se laisser espionner sans broncher, – signe indubitable qu'elle avait quelque chose à cacher et qu'elle devait être punie pour cela. Le 19 avril 2001, John Laughland, du Spectator de Londres, assistait à un séminaire sur la Chine au cours duquel il entendit, de la part d’un expert de haut niveau, directeur d’un des instituts les plus fameux de Washington et notoirement impliqué dans des équipes de planification travaillant en consultance du Pentagone, une plaidoirie pour une attaque préventive en première frappe (first strike) de la Chine. Laughland qui l'entretenait en tête-à-tête après son intervention, faisant remarquer qu’une telle attaque serait risquée et disant, en matière de plaisanterie qu’il voulait lugubre : «…Elle pourrait perdre un, deux millions d’hommes avec votre attaque, il lui en resterait toujours 998 ou 999», s’était attiré cette réponse : «John, si nous lançons une attaque nucléaire contre la Chine, nous en liquiderons plusieurs centaines de millions, pas un seul million». Puis il y eut le 9/11 et l’on rangea la Chine sur une étagère intitulée « Red Scare de réserve ».

Tout de même, il y eut une piqure de rappel… Cette fois, à destination des Russes, mais l’on sent bien que c’est le même tableau, la même Red Scare qui resurgit. On veut parler d’un article de Foreign Affairs de mars 2006 qui plaidait pour une supériorité nucléaire des USA, dont on devinait in fine qu’elle permettrait une attaque de première frappe (de la Russie cette fois), – et bon débarras. Cela nous valut un échange rapide mais très vif (voir le 31 mars 2006). Puis l’on oublia l’affaire et l’on rangea la Russie… etc.

Il semble tout de même que ni la Chine ni la Russie n’aient oublié ces rapides passes d’arme, et que l’affaire de l’étude de « la Grande Muraille Souterraine » confiée aux bons soins de la planification de STRATCOM ne soit passé inaperçue ni de l’une ni de l’autre. Même si cette affaire précise ne concerne que la Chine, la Russie, elle aussi, se sent absolument concernée. Le constat est d’autant plus évident qu’existe toujours cette crise de la défense stratégique antimissile développée par les USA, qui touche de plus en plus à l’équilibre stratégique nucléaire général en favorisant les hypothèses de première frappe stratégique dans le chef des planificateurs US. Ainsi Chine et Russie resserrent-elles leurs liens stratégiques au plus haut niveau de danger, qui est une éventuelle position commune face à la puissance militaire US. On le voit à l’occasion de la huitième réunion Chine-Russie sur les relations stratégiques entre les deux pays, dont Russia Today rapporte ceci, ce 9 janvier 2013 :

« Au moment où les deux pays voisins commencent à sentir sur leur cou le souffle de l'armée U.S., il n'est que trop naturel que Moscou et Pékin commencent à semer les graines d'une relation stratégique à long terme. Xi Jinping, le secrétaire général du Parti Communiste chinois a soulignél'engagement de son pays envers la Russie, quand il a noté que le président russe Vladimir Poutine et lui-même “étaient arrivés unanimement à la conclusion” qu'une “alliance stratégique globale” entre Moscou et Pékin, reste “la priorité absolue de leur politique étrangère”.

Ces commentaires ont été faits mardi, au cours d'une visite à Pékin du secrétaire du Conseil de Sécurité russe, M. Nikolay Patruchev, qui participait au 8e tour des consultations russo-chinoises en matière de sécurité stratégique. Xi Jinping, 59 ans, élu au poste le plus élevé de la hiérarchie communiste chinoise en novembre, faisait écho aux sentiments du président russe, qui avait répondu, au cours d'une récente rencontre avec les médias internationaux, que les relations russo-chinoises “sont devenues un des facteurs les plus importants dans le domaine des affaires internationales”. »

Les deux termes de l’alternative catastrophique.

Le même article qui présente cette rencontre observe que ces commentaires chinois sont inhabituels, sinon assez exceptionnels, si l’on tient compte de l’isolationnisme traditionnel de la Chine, de sa position en retrait des engagements stratégiques fondamentaux, etc. Russes et Chinois sont, de ce point de vue fondamental de l’équilibre stratégique (nucléaire), et de l’appréciation autant psychologique qu’opérationnelle de l’attitude et des intentions des USA, notamment en cette matière, d’un avis similaire et dans le sentiment de l’urgence de la situation. Pour ces deux pays, les USA sont devenus un véritable « danger international », et ce, d’autant plus qu’ils n’ont plus une direction politique assurée. Une remarque contenue dans l’une des questions posées à Corbett reflète sans aucun doute une préoccupation qui n’a cessé de grandir, particulièrement chez les Russes, et tenant à l’autonomie de décision du président des USA : «Il y en a qui disent, assurément, que le président américain est impuissant, face au complexe industriel militaire..» (On sait, d’une façon générale, que les Russes ont une perception aigüe de l’irrationalité profonde de la politique US, de son éclatement en divers pouvoirs, de sa paralysie dans l’extrémisme, – bref, de tout ce qui la rapproche jusqu’à l’identité de la politique-Système. Bien entendu, la Chine partage cette analyse d’une façon de plus en plus évidente.)

La question de la « Grande Muraille Souterraine » a déjà été débattue par divers experts, depuis la publication du rapport. On pouvait lire une argumentation à ce propos, il y a un an exactement (le 16 janvier 2012) dans The Bulletin of Atomics Scientists, écrite par le scientifique (physicien) Hui Zhang. (Cet expert et universitaire d’origine chinoise conduit, aux USA, des études sur les programmes et la force nucléaire chinoises. Il travaillait à l’université de Harvard au moment de la publication de son article.) Son appréciation est que la « Grande Muraille Souterraine » et notamment l’importance du réseau de tunnels souterrains, constituent une mesure purement défensive, justement contre des attaques surprises et « préventives » de première frappe. («… L'argument-clé de Karber se focalise sur la croissance du système des tunnels chinois ; il soutient que davantage de tunnels signifient davantage de têtes nucléaires [...]. Mais il y a une autre explication, infiniment plus plausible, à la taille de la Grande Muraille Souterraine. D'après les principaux médias chinois et d'autres publications en langue chinoise, la Grande Muraille Souterraine n'est pas un endroit spécialement destiné à entreposer des armes. La Chine a déplacé ses missiles sous terre pour les protéger d'une frappe nucléaire préemptive... ») Cette évaluation est complètement en accord avec la politique et la doctrine de la direction politique chinoise, autant que par l’historique de l’état d’esprit général et de l’attitude chinoises vis-à-vis de l’armement nucléaire, depuis que la Chine est une puissance nucléaire (1964). Cela conduit à renforcer la perception que le véritable problème se trouve du côté américaniste, et du côté de la forme qu’a prise le développement de la politique US, notamment et essentiellement son identification sans cesse grandissante avec la politique-Système.

La Russie et la Chine sont d’accord pour apprécier que le développement du réseau antimissile stratégique (BMD et BMDE)* est désormais quasiment hors du contrôle des autorités politiques. Les relations entre les Russes et Obama, et même les relations personnelles entre Poutine et Obama, ont largement montré l’impuissance d’Obama, même s’il lui est fait crédit (dans le chef de Poutine, notamment) d’intentions honnêtes pour tenter de faire évoluer la situation vers l’apaisement. Les prochaines semaines seront absolument décisives à cet égard, notamment avec la visite probable à Moscou du conseiller de sécurité nationale du président Obama, Tom Donilon, à la fin du mois (voir Robert Bridge, de Russia Today, le 11 janvier 2013). Si cette visite n’apporte aucune initiative concrète d’Obama sur les antimissiles, la conclusion sur son incapacité d’effectivement agir (notamment) sur cette question sera inévitable, puisqu’on se trouve dans des conditions idéales pour une action éventuelle. Rien, absolument rien ne laisse penser que Donilon apportera des éléments décisifs, et c’est plutôt le contraire qu’on peut attendre.

C’est dans ce cadre qu’intervient l’affaire de « la Grande Muraille Souterraine » à ce stade actuel, en faisant coïncider peut-être décisivement les appréciations stratégiques chinoise et russe. Même si, comme l’affirme sans doute assez justement Corbett, le gouvernement US ne croit pas à la thèse de Karber (« En fait, je ne suis même pas sûr que le gouvernement U.S. le croit vraiment... »), la position de ce même gouvernement, illustrée par la remarque de l’intervieweur signalée plus haut sur les pressions du complexe militaro-industriel, n’a pas une importance décisive. Le fait fondamental est bien qu’Obama a signé la loi de programme et budgétaire du Pentagone le 1er janvier 2013, et que cette loi confie à STRATCOM le dossier de la « Grande Muraille Souterraine », dans les termes polémiques et déstabilisants de l’étude Karber. Cela signifie que ce dossier, comme celui du réseau antimissile stratégique, est complètement dans les mécanismes de la bureaucratie militaire (militaro-industrielle), et notamment dans les processus de sa planification, – toutes choses qui échappent non seulement au pouvoir politique, mais même au jugement stratégique des chefs militaires et à l’évaluation qu’on peut espérer parfois pondérée par des facteurs politiques des services de renseignement.

Il s’agit d’une intégration directe de cette question dans un processus technique de guerre. Selon notre interprétation, on peut juger que la question de la désignation de la « Grande Muraille Souterraine » comme une menace directe de la Chine contre les USA, toute infondée qu’elle soit et toute absurde qu’elle puisse politiquement sembler, est complètement dans les mains de ce que nous nommons la politique-Système : une « politique » quasiment autonome, hors de tout contrôle réel du pouvoir politique, dont le dessein avéré est la déstructuration et la dissolution. Dans ce cadre, et selon ce qui sera fait du rapport STRATCOM notamment au niveau de la communication (avec les « fuites » éventuelles et très probables commentaires collatéraux qu’on peut attendre), selon la très possible sinon probable relance, ou tentative de relance, d’une « Red Scare » à l’image de celle que nous rappelions du printemps 2001, dans un climat infiniment plus détérioré dans le sens de l’idéologie extrémiste, enfin dans un cadre stratégique où la programmation autant que l’état d’esprit de la communauté de sécurité nationale US implique l’idée sans mesure développée après 9/11 de l’emploi « préventif » de toutes les catégories de forces US, on imagine facilement sur quels extrêmes pourrait déboucher la situation.

Il nous paraît évident que c’est cette sorte de problème que réalisent pleinement aujourd’hui les directions russe et chinoise, devant des faits tels que l’attribution du dossier « Grande Muraille Souterraine » à STRATCOM. Les perspectives sont celles de tensions extrêmes et de dangers d’attaques préventives, dans le climat général en détérioration rapide, particulièrement aux USA… Dans ce dernier cas, qui est le pivot de notre réflexion, cette détérioration est de deux ordres : détérioration de la situation « objective » du pays (économique, sociale, infrastructurelle, etc.), détérioration de la situation institutionnelle de la direction du pays (blocage du gouvernement et de la direction, éclatement des pouvoirs, radicalisation policière de tous les types par les autorités, etc.). Cette détérioration aux USA est accentuée par un état catastrophique de la psychologie profonde, avec une atmosphère de guerre civile régnant au niveau de la communication, et qui n’attend qu’un point de concrétisation pour se développer (par exemple, aujourd’hui, la querelle sur le contrôle des ventes et de la propriété d’armes par les citoyens). Cette situation elle-même, vue de Chine et de Russie, constitue un sujet supplémentaire de préoccupation urgente, jusqu’à ce niveau de la possibilité d’une menace de conflit nucléaire dans des conditions d’agression.

La réalité de cette situation catastrophique revient, selon nous, à estimer une fois de plus que l’affaissement, ou plutôt l’effondrement de la puissance US, ne peut pas et ne pourra pas se faire dans des conditions autres, effectivement, que catastrophiques. L’idée effrayante d’une attaque nucléaire préventive impliquée par l’affaire « Grande Muraille Souterraine »/SRATCOM illustre l’un des termes, porté au plus haut niveau de la spéculation, de l’alternative de cette perspective catastrophique. L’autre terme de l’alternative est que l’aspect intérieur (le climat de « guerre civile ») prenne le dessus, par son éventuelle rapidité rendue possible par son aspect psychologique volatile, et mobilise toute l’attention de tous les pouvoirs, imposant par son désordre une sorte de paralysie par manque d’« opportunité » des processus de planification militaire (lesquels sont déjà naturellement lents, comme tous les processus bureaucratiques). Dans ce dernier cas, même la mobilisation de la communication, type « Red Scare », serait impossible, puisque la tension intérieure mobiliserait tous les processus de mobilisation de la communication. Quoi qu'il en soit, le tableau reste catastrophique mais il va sans dire qu'on peut préférer un aspect catastrophique (le second, certes) à l'autre.

____________

* Qui encercle la Russie sous prétexte de protéger l'Europe Occidentale d'une hypothétique attaque iranienne. (NdCL)

 

 

e

 

 

 

La honte absolue

 

20. BLOG - STALINGRAD - GEORGES  .jpg

Georges Ibrahim Abdallah reste au trou.

Enfoncé, le cardinal de La Balue !

Il a suffi qu'une pétasse employée par une des factions au pouvoir chez les U.S. claque des doigts, et la France, queue entre les jambes et ventre par terre, s'est précipitée en couinant de soumission enthousiaste.

Valls ? Mais non. Toute la clique. Et qui le savait d'avance : société du spectacle oblige. La torture par l'espoir et la déception alternés est vieille comme le monde, ou au moins comme les mémoires de Casanova. Si on permettait que cet homme de 62 ans, qui vient d'en passer 29 enfermé, aille mourir dans son pays, il pourrait « recommencer à nuire », osent-ils dire. Ces nuisibles professionnels le savent bien, n'est-ce pas, que les exécutions de leurs deux collègues en nuisances – extrémité à laquelle les peuples ne se résolvent que lorsque ceux dont c'était le devoir ont failli – ce n'est pas lui qui les a commises. Tout le monde le sait, et que son enterrement vivant jusqu'à ce que mort s'ensuive n'est pas une rétribution ni même une vengeance, mais une sordide manoeuvre d'intimidation maffieuse. Et pourquoi s'en priveraient les maffieux, puisque ça marche ? Certes, à côté de cette bande de tueurs drôadelommistes démocrasseux nobels, Tartufe vous a des airs de premier communiant à brassard blanc, raie sur le côté, épi bien aplati et tout. Et après ?

Bien sûr, le peuple est censé n'être pas content. On pouvait même - mais il fallait être très naïf - penser qu'il allait réagir. Vous savez « Liberté, Egalité, Fraternité », ce genre de choses. De fait, il y a même eu une manif à Lille. De deux pelés et trois tondus, en comptant les beurettes pro-Palestine et les Belges venus de Bruxelles en voisins.

On le sait pourtant, qu'à une grève générale nationale au finish, rien ne résiste... A défaut de ce remède radical, une grève corporatiste de la magistrature, histoire de rappeler les chiens de garde au respect des institutions et à la séparation des pouvoirs eût quelque peu sauvé l'honneur... Mais non, RIEN. Nada de nada.

L'histoire des Liégeois nous apprend que dès le tout début du XIVe siècle (1316 exactement) les délégués des métiers (« corporations ») savaient déjà comment se vendre aux banquiers lombards, au prix d'hectolitres de sang de leurs affiliés, tirés par les soudards soldés par lesdits hommes de banque. « Corporations », aujourd'hui, se dit « syndicats ». Quant à « la gôôôche »... R.I.P.

Georges, on a honte. Honte de manger le matin devant la fenêtre ouverte comme si de rien n'était, honte de sortir vaquer à des choses – boulot, même, pour certains – pendant que tu croupis, honte de rentrer remanger, baiser, aller au cinoche, boire un coup avant de se coucher, bref vivre, pendant qu'on te vole ta vie avec notre complicité. Tu vois, on descend bien de ceux qui, en 1936, au lieu de courir au secours des frères d'Espagne sont partis en vacances.

En revanche, ce que les Libanais doivent être fiers d'avoir deux héros à la fois : toi et Nasrallah, un communiste et un musulman pour faire bon poids. C'est peut-être qu'ils vous méritent.

Il y a quatre siècles et demi, alors que la France avait déjà une des premières civilisations au monde, un jeune homme de dix-huit ans écrivait :

« Il n'est pas croyable de voir à quel point le peuple, dès lors qu'il est assujetti, tombe si soudain en un si profond oubli de la liberté, qu'il n'est pas possible qu'il se réveille pour la ravoir : servant si librement et si volontiers qu'on dirait à le voir qu'il a non pas perdu sa liberté, mais gagné sa servitude. »

Deux siècles et demi plus tard, alors que cette civilisation était à son apogée, un jeune homme de même pas vingt-six ans et qui ne les aurait jamais, écrivait :

« Un État qui fut libre d’abord, comme la Grèce avant Philippe de Macédoine, qui perd ensuite sa liberté, comme la Grèce la perdit sous ce prince, fera de vains efforts pour la reconquérir ; le principe n’est plus ; la lui rendît-on même comme la politique romaine la rendit aux Grecs, l’offrit à Cappadoce pour affaiblir Mithridate, et comme la politique de Sylla la voulut rendre à Rome elle-même, c’est inutilement ; les âmes ont perdu leur moelle, si je puis ainsi parler, et ne sont plus assez vigoureuses pour se nourrir de liberté ; elles en aiment encore le nom, la souhaitent comme l’aisance et l’impunité, et n’en connaissent plus la vertu.

« Au contraire, un peuple esclave qui sort soudain de la tyrannie n’y rentre point de longtemps ; parce que la liberté a trouvé des âmes neuves, incultes, violentes, qu’elle les élève par des maximes qu’elles n’ont jamais senties, qui les transportent, et qui, quand on en a perdu l’aiguillon, laissent le cœur lâche, orgueilleux, indifférent, au lieu que l’esclavage le rendait seulement timide.

« Le calme est l’âme de la tyrannie, la passion est l’âme de la liberté ; le premier est un feu qui couve, le second un feu qui se consume, l’un s’échappe au moindre mouvement, l’autre ne s’affaiblit qu’à la longue et s’éteint pour toujours ; on n’est vertueux qu’une fois. »

On lui a coupé la tête pour lui prouver à quel point il avait raison.

Bon. Mais ce n'est pas tout ça. « First things first », comme disent nos vertueux occupants. On nous attend à la manif pour ou contre le mariage gay.

Ciào, Georges.

 

*

 

21. BLOG - STALINGRAD - Base drones Afrique- .jpg

Les USA envisagent l'installation d'une nouvelle base de drones en Afrique

 

Liste des enfants tués par drones au Pakistan et au Yemen

(Le terroriste Georges Ibrahim Abdallah a un alibi)

Liste établie au 20 janvier 2013 , d'après les rapports du Bureau of Investigative Journalism

Par Jadaliyya Reports

 

PAKISTAN



Nom |  Age  |  Sexe

Noor Aziz | 8 | masc


Abdul Wasit | 17 | masc.


Noor Syed | 8 | masc.


Wajid Noor | 9 | masc.


Syed Wali Shah | 7 | masc.


Ayeesha | 3 | fem.


Qari Alamzeb | 14| masc.


Shoaib | 8 | masc.


Hayatullah KhaMohammad | 16 | masc.


Tariq Aziz | 16 | masc.


Sanaullah Jan | 17 | masc.


Maezol Khan | 8 | fem.


Nasir Khan | masc.


Naeem Khan | masc.


Naeemullah | masc.


Mohammad Tahir | 16 | masc.


Azizul Wahab | 15 | masc.


Fazal Wahab | 16 | masc.


Ziauddin | 16 | masc.


Mohammad Yunus | 16 | masc.


Fazal Hakim | 19 | masc.


Ilyas | 13 | masc.


Sohail | 7 | masc.


Asadullah | 9 | masc.


Khalilullah | 9 | masc.


Noor Mohammad | 8 | masc.


Khalid | 12 | masc.


Saifullah | 9 | masc.


Mashooq Jan | 15 | masc.


Nawab | 17 | masc.


Sultanat Khan | 16 | masc.


Ziaur Rahman | 13 | masc.


Noor Mohammad | 15 | masc.


Mohammad Yaas Khan | 16 | masc.


Qari Alamzeb | 14 | masc.


Ziaur Rahman | 17 | masc.


Abdullah | 18 | masc.


Ikramullah Zada | 17 | masc.


Inayatur Rehman | 16 | masc.


Shahbuddin | 15 | masc.


Yahya Khan | 16 |masc.


Rahatullah |17 | masc.


Mohammad Salim | 11 | masc.


Shahjehan | 15 | masc.


Gul Sher Khan | 15 | masc.


Bakht Muneer | 14 | masc.


Numair | 14 | masc.


Mashooq Khan | 16 | masc.


Ihsanullah | 16 | masc.


Luqman | 12 | masc.


Jannatullah | 13 | masc.


Ismail | 12 | masc.

Taseel Khan | 18 | masc.


Zaheeruddin | 16 | masc.


Qari Ishaq | 19 | masc.


Jamshed Khan | 14 | masc.


Alam Nabi | 11 | masc.


Qari Abdul Karim | 19 | masc.


Rahmatullah | 14 | masc.


Abdus Samad | 17 | masc.


Siraj | 16 | masc.


Saeedullah | 17 | masc.


Abdul Waris | 16 | masc.


Darvesh | 13 | masc.


Ameer Said | 15 | masc.


Shaukat | 14 | masc.


Inayatur Rahman | 17 | masc.


Salman | 12 | masc.


Fazal Wahab | 18 | masc.


Baacha Rahman | 13 | masc.


Wali-ur-Rahman | 17 | masc.


Iftikhar | 17 | masc.


Inayatullah | 15 | masc.


Mashooq Khan | 16 | masc.


Ihsanullah | 16 | masc.

Luqman | 12 | masc.

Jannatullah | 13 | masc.


Ismail | 12 | masc.


Abdul Waris | 16 | masc.


Darvesh | 13 | masc.


Ameer Said | 15 | masc.


Shaukat | 14 | masc.

Inayatur Rahman | 17 | masc.


Adnan | 16 | masc.


Najibullah | 13 | masc.


Naeemullah | 17 | masc.


Hizbullah | 10 | masc.


Kitab Gul | 12 | masc.

Wilayat Khan | 11 | masc.


Zabihullah | 16 | masc.


Shehzad Gul | 11 | masc.


Shabir | 15 | masc.


Qari Sharifullah | 17 | masc.


Shafiullah | 16 | masc.


Nimatullah | 14 | masc.


Shakirullah | 16 | masc.


Talha | 8 | masc.


 

YEMEN


 

Afrah Ali Mohammed Nasser | 9 | fem.


Zayda Ali Mohammed Nasser | 7 | fem.


Hoda Ali Mohammed Nasser | 5 | fem.


Sheikha Ali Mohammed Nasser | 4 | fem.


Ibrahim Abdullah Mokbel Salem Louqye | 13 | masc.


Asmaa Abdullah Mokbel Salem Louqye | 9 | masc.


Salma Abdullah Mokbel Salem Louqye | 4 | fem.


Fatima Abdullah Mokbel Salem Louqye | 3 | fem.


Khadije Ali Mokbel Louqye | 1 | fem.


Hanaa Ali Mokbel Louqye | 6 | fem.


Mohammed Ali Mokbel Salem Louqye | 4 | masc.


Jawass Mokbel Salem Louqye | 15 | fem.


Maryam Hussein Abdullah Awad | 2 | fem.


Shafiq Hussein Abdullah Awad | 1 | fem.


Sheikha Nasser Mahdi Ahmad Bouh | 3 | fem.


Maha Mohammed Saleh Mohammed | 12 | masc.


Soumaya Mohammed Saleh Mohammed | 9 | fem.


Shafika Mohammed Saleh Mohammed | 4 | fem.

Shafiq Mohammed Saleh Mohammed | 2 | masc.


Mabrook Mouqbal Al Qadari | 13 | masc.


Daolah Nasser 10 years | 10 | fem.


AbedalGhani Mohammed Mabkhout | 12 | masc.


Abdel- Rahman Anwar al Awlaki | 16 | msc.


Abdel-Rahman al-Awlaki | 17 | masc.


Nasser Salim | 19
 masc.

Source :

http://www.informationclearinghouse.info/article33706.htm

 

22. BLOG - STALINGRAD - dreamdrone .jpg


*

LIVRES

 

23. Servitude - la Boetie - Folio -9782070357710.jpg 




Etienne de La Boëtie

DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE

Paris, Gallimard, 2008

Coll. FolioPlus Philosophie

 





Edition en ligne pdf :

http://philo-online.com/TEXTES/TEXTES%20ETAT/LA%20BOETIE%20-%20Le%20discours%20de%20la%20servitude%20volontaire.pdf

 

 24. Esprit de la Rév.jpg

 




Saint-Just

L'ESPRIT DE LA REVOLUTION

suivi de FRAGMENTS SUR LES

INSTITUTIONS REVOLUTIONNAIRES

Paris, 10/18, 2003

 

 



Editions en ligne 

Saint-Just – L'esprit de la Révolution

http://fr.wikisource.org/wiki/L’Esprit_de_la_Révolution_et_de_la_Constitution_de_France

Saint Just –Fragments sur les institutions

http://classiques.uqac.ca/classiques/saint_just/fragments/fragments_institu_republ.pdf

 

 25. saint-just champ libre - 31SFEPP9XJL._SL500_AA300_.jpg

 

 



Saint-Just

OEUVRES COMPLETES

1017 pages

Paris, Champ Libre (réédition) 2003

 

 




26. Saint-Just Oeuvres complètes - 757637_9241710.jpg






Saint-Just

OEUVRES COMPLETES

1248 pages

Paris, Gallimard, 2004

Coll. Folio-Histoire

 

 

 


*

 

 Mis en ligne le 2 février 2013 par Catherine

 


 

 

17:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2013

France - La déglingue

1. bateau-en-papier-Pour-8x8.jpg

France : La déglingue

 

(La Belgique se sent moins seule)

 

Le plus important d’abord :

 

Les dindons se rebiffent.

Et ils ont bien raison.

 

Après tant d’autres, mettant et remettant sur le métier la destruction systématique de l’Education Nationale entamée (pas qu’en France) dans les années 50, le ministre Vincent Peillon vient d’y aller de sa Xième réforme, lucidement baptisée PET. Les enseignants en ont marre. Qu’ils considèrent cependant, si cela peut les consoler, qu’on ne massacre pas encore leurs élèves par 82 à la fois et que peu d’entre eux se sont, jusqu’à présent, retrouvés sur des tas d’ordures, éventrés à la perceuse électrique, comme l’ont été presque tous leurs collègues irakiens et, la semaine dernière, des douzaines d’étudiants syriens. Le but est strictement le même. La méthode, pour l’instant, diffère.

 

Lettre d’une enseignante en colère au ministre Vincent Peillon.

Cher Monsieur Peillon,

L’illettrisme ? C’est ma faute. Ma méthode de lecture était sans doute trop globale. Le décrochage scolaire ? C’est ma faute. Je ne suis pas capable d’intéresser mes élèves et rendre l’école attrayante. J’assume. La délinquance juvénile ? C’est ma faute. Je n’insiste pas suffisamment sur l’Instruction civique et morale. J’assume. L’obésité ? C’est ma faute. A cause du biscuit à la récré. J’assume. Les caries ? C’est ma faute. Je devrais fournir le matériel nécessaire à mes élèves afin qu’ils puissent se brosser les dents sur le temps de classe. J’assume. Théo a 12 ans et porte encore des baskets à scratch ? C’est ma faute. J’aurais dû lui apprendre à faire ses lacets. J’assume. Arthur s’est fait renverser par une voiture ? C’est ma faute. Je ne lui ai pas fait passer son permis piéton. J’assume. Zoé ne connait ni ses tables de multiplication, ni sa poésie, ni Jules César, ni Vercingétorix, ni les départements français, ni…. Encore ma faute. J’aurais dû lui faire apprendre ses leçons pendant qu’elle se brossait les dents d’une main et nouait ses lacets de l’autre, avant de traverser la rue en courant pour éliminer les calories du biscuit que je l’avais forcée à ingurgiter à 10 heures ! Bref, j’assume tout. Même la crise économique. Il faut bien avouer que l’Etat me paie grassement pour finir mes journées à 16 h 30 et passer le plus clair de mon temps en vacances…. Et j’allais oublier la sécurité de l’emploi…

Alors vous avez raison, Monsieur le Ministre. Il est grand temps de réformer tout ça.

Le changement, c’est maintenant ! Vous avez enfin dévoilé votre plan pour une grande Refondation de l’École. Grandiose ! Magnifique ! Courageux ! Audacieux ! Mes collègues et moi-même sommes enfin investis d’une véritable mission d’intérêt général : supporter et soulager tous les maux de notre société. Alors, méprisez-nous, insultez-nous, frappez- nous, instrumentalisez les familles au nom du bien être et de l’avenir de leurs enfants… C’est tout ce que nous méritons ! En plus, la FCPE se gausse et certains de nos syndicats applaudissent. Franchement, vous auriez tort de vous en priver.

Toutefois, bien qu’irresponsable, paresseuse, incompétente et quelque peu limitée intellectuellement comparée aux cols blancs de la rue de Grenelle, j’ose vous dire, Monsieur le Ministre, que votre projet est une hérésie voire même une involution.

1) Bon nombre d’enseignants ne veulent pas de votre semaine de 4 jours et demi. Quel salarié accepterait de travailler plus pour gagner moins ? Sarkozy en a rêvé, vous l’avez fait !

2) Vous brandissez l’étendard des rythmes de l’enfant. Il est en effet d’une logique implacable qu’ils seront moins fatigués en travaillant une demi-journée supplémentaire. Vous êtes le Ministre de l’Éducation nationale et vous ne vous adressez qu’aux enseignants. Pourquoi n’expliqueriez-vous pas à moult parents qu’il est déraisonnable de coucher son enfant à 23h ?...

3) La journée d’école écourtée, bonne idée ! Expliquez à nos concitoyens que leurs impôts vont financer l’accueil périscolaire (par ailleurs totalement inégalitaire sur le territoire) et que leurs frais de garde vont augmenter. Je suis sûre qu’ils apprécieront! Les maires qui doivent supporter le coût de votre réforme aussi !

4) Savez-vous que le mercredi est une journée de coupure nécessaire à la santé mentale des enseignants qui gèrent une trentaine d’enfants chaque jour ?! Ignorez-vous que nous consacrons déjà la majeure partie de notre mercredi à l’école (formation, corrections, préparations…) ? Savez-vous que beaucoup de parents apprécient de travailler à 80 % pour passer le mercredi avec leurs enfants ? Ah oui ! Suis-je bête ! C’est vrai qu’ils sont mieux à l’école que chez eux …

5) Pensez-vous sérieusement qu’en supprimant les devoirs vous lutterez contre les inégalités sociales ? Venez dans nos classes et montrez-nous comment faire apprendre une leçon à 30 élèves en même temps ! Les parents investis continueront le suivi de leur enfant à la maison. Pour les autres, vous cautionnez leur manque d’intérêt pour l’école et les encouragez à se déresponsabiliser encore un peu plus. Les enseignants ne sont pas omnipotents et ne pourront jamais se substituer aux familles ! Leur faire croire le contraire est un mensonge éhonté et dangereux ! Dans notre métier, le temps consacré à l’éducation tend déjà à prendre le pas sur celui consacré à l’instruction (tant pis pour l’orthographe, Vercingétorix et Jules César !). Il est donc grand temps de redéfinir les missions de chacun !

6) Après les MDPH, les PPRE, les PPMS, les DUERP nouvelle révolution : vous tentez de nous enfumer avec vos PET ! Jamais un sigle n’aura aussi bien porté son nom !

7) Et les enfants dans tout ça ? On continue de les asphyxier sous le poids de programmes surchargés et inadaptés. A quand un vrai retour aux fondamentaux ? On continue de les accabler sous le poids d’évaluations toujours plus normatives et dévorantes. Quand va-t-on leur rendre le temps d’apprendre ? On continue le bricolage avec les élèves en difficulté. Quid des RASED dans votre réforme. A quand une véritable égalité sur le territoire des prises en charge en orthophonie, psychomotricité, psychothérapie…. ? (Jusqu’à un an d’attente dans le Cher !) On continue d’intégrer les enfants handicapés dans des classes surchargées avec, dans le meilleur des cas, la présence d’AVS sous- payés, plein de bonne volonté mais pas formés ! La négligence confine parfois à la maltraitance ! Et les collégiens qui décrochent ? On continue de briser des talents sous prétexte qu’on a raté sa vie si on ne finit pas col blanc ? Pas de manuels, pas de pâtissiers, pas de boulangers, pas de plombiers... Au nom de l’égalité, tous bacheliers ! Et tant pis pour ceux qui craquent avant : ils ne pourront plus être orientés à temps !

Je pourrais continuer ainsi bien longtemps. Vous l’aurez compris, Monsieur le Ministre, il va falloir réviser votre copie ! Les enseignants ne sont pas hostiles à toute réforme. Au contraire, nous voulons redresser notre école. La refondation doit se faire avec nous. Nous sommes les premiers acteurs du système éducatif. Qui peut prétendre mieux le connaître que nous ? Nous débordons d’idées, de suggestions alors écoutez-nous ! Je n’appartiens plus à aucun syndicat, je ne suis membre d’aucun parti politique, mes propos ne feront sans doute pas l’unanimité, c’est pourquoi je vous invite à consulter le blog du collectif des Dindons. Vous constaterez alors qu’il y a au moins deux points sur lesquels nous sommes tous d’accord : votre projet en l’état actuel des choses est inacceptable (aussi bien pour les élèves que leurs enseignants) et nous ne nous laisserons pas déplumer !

J’appelle maintenant les deux premiers syndicats enseignants de France à ne plus rester sourds aux glouglous de leur base. J’appelle tous les enseignants dépités, découragés, résignés à rester en colère. J’appelle tous les parents qui veulent pour leurs enfants une école publique, républicaine et laïque digne de ce nom à nous rejoindre. J’appelle tous les maires de France qui refusent d’assumer le poids de cette réforme à faire entendre leur voix. J’appelle tous ceux qui se considèrent comme les dindons de cette farce à la mobilisation ! Soyons la nouvelle grippe aviaire de cet hiver !

Aucun virus trouvé dans ce message.

Analyse effectuée par AVG - www.avg.fr

Version: 2013.0.2890 / Base de données virale: 2638/6036 - Date: 15/01/2013


Afin de faciliter les choses au ministre, qui doit être exténué d’un tel effort, voici le lien du blog collectif Les Dindons :

 

2. BLOG - dindons-affiche-300x273.png

 

http://paroleauxdindons.canalblog.com/

 

 *

La France, le Qatar et le Nouveau Désordre Mondial

Par Gearóid Ó Colmáin

Dissident Voice & Information Clearing House – 26 janvier 2013

Selon la journalitse d’investigation Silvia Cattori, le barbare bombardement de l’université d’Alep, le 15 janvier, a été officiellement revendiqué par le groupe terroriste Front Al-Nousra. Cette confirmation ne sera pas une surprise pour ceux qui ont suivi de près les événements du Levant depuis le 17 mars 2011, lorsque des snipers inconnus ont ouvert le feu, dans la ville de Deraa, en Syrie du Sud, tuant plusieurs policiers et d’innocents manifestants.

Depuis lors, snipers et escadrons de la mort jihadistes venus de Libye, de Tchétchénie, du Bangladesh, d’Indonésie, de Turquie, d’Arabie Saoudite, du Qatar, de Jordanie et même de France et du Royaume Uni, entre autres, soutenus par les services de « renseignements militaires » de l’OTAN et financés par les pétromonarchies du Golfe, font au peuple syrien une guerre non conventionnelle génocidaire, massivement appuyée par une campagne de désinformation internationale sophistiquée de la presse sous contrôle des grands groupes supranationaux, dont le rôle est d’attribuer systématiquement au gouvernement syrien tous les crimes commis par les terroristes.

Quatre-vingt deux étudiants de l’Université d’Alep ont été massacrés, mardi 15 janvier, par un missile lancé par les bien-aimés « rebelles » des médias occidentaux, ces gangs d’évadés du bagne, de trafiquants de drogue, de violeurs, d’abuseurs d’enfants et de bandits de tous ordres, présentés au crédule public occidental comme des « révolutionnaires ».

3.  BLOG  - Dindons - Alep.jpg

Depuis 2011, plus de 2000 écoles et centres d’éducation en Syrie ont été détruits par les jihadistes à la solde de l’Occident, cet Occident qui veut anéantir l’Etat syrien pour mettre sur pied un Nouveau Moyen-Orient conforme aux objectifs géopolitiques de l’OTAN et des monarchies du Golfe. Quand ce cauchemar de terrorisme prendra-t-il fin ?

Silence de glace à Paris, à Londres et à Washington : pas un mot pour condamner l’atrocité d’Alep de la semaine dernière.

Contrairement à ce qui s’était passé lors du massacre de Houla, commis par les « rebelles » mais imputé au gouvernement syrien, il n’y a pas eu d’appels de Paris, de Londres et de Washington pour réclamer une expertise internationale sur le bombardement d’Alep. Tout le monde sait qui sont les coupables : donc, silence. Les lâches, cela se cache. Les lâches, cela s’attaque aux faibles et aux sans défense. Cela dissimule et cela tue indirectement, par procuration. Les services de renseignements militaires occidentaux sont de méprisables lâches. Ils se cachent derrière leur pompeuse novlangue à base de droits de l’homme et de démocratie, tout en commettant les crimes les plus odieux et les plus atroces connus du genre humain. En appuyant sur des boutons ou des touches d’ordinateurs, ils bombardent des pays situés à des milliers de kilomètres de distance. Ils y envoient des psychopathes drogués pour tuer, voler et détruire les peuples qui ont le malheur d’être dans leur chemin.

Le silence calleux des gouvernements occidentaux devant le massacre d’Alep offre un contraste tranchant avec les condamnations sans équivoque exprimées par le Brésil, le Venezuela, la Russie et la Chine. Les puissances émergentes du monde portent témoignage de l’autodestruction de la civilisation occidentale, par excès de hubris, de rapacité et de mégalomanie.

Il n’y a pas de mots, dans aucune langue, pour décrire les atrocités que les contras de l’OTAN commettent contre le peuple syrien. Mais le reste du monde est là, qui regarde, plein d’horreur et d’indignation. De grandes parties de l’Amérique Latine savent ce qui se passe. De grandes parties de l’Asie et de la Russie aussi savent qui est derrière la violence déchaînée en Syrie. La vérité finira par sortir du puits.

4. BLOG - DINDONS - MALI - bis .jpg

Laurent Fabius et François Hollande accueillant la « Coalition syrienne » dans l’espoir de « relancer l’opposition ».

L’équilibre des pouvoirs est en train de changer dans le monde et, tôt ou tard, les criminels responsables de ces guerres néo-coloniales et leur vaste réseau d’affidés seront traînés devant la justice. Il y a des signes indiquant que la Jordanie pourrait se réaligner sur l’Irak, l’Iran et la Syrie, à la faveur d’un nouveau contrat énergétique signé ce mois-ci avec l’Irak. Cela pourrait être fatal aux terroristes de l’Ouest de la Syrie, qui ont, jusqu’ici, utilisé la Jordanie comme base de lancement de leurs campagnes de terreur. L’état syrien est assez fort pour survivre. L’esprit du peuple syrien est indomptable. Les illusions du printemps Arabe se sont évanouies. Personne ne peut plus prétendre aujourd’hui que le Printemps Arabe avait quelque chose à voir avec les droits de l’homme et la démocratie. Les Frères Musulmans ont pris le pouvoir en Tunisie, en Egypte et en Lybie, grâce au soutien de l’Occident. Personne ne peut plus prétendre que le conflit qui ravage la Syrie a quelque chose à voir avec la démocratie.

Le complexe militaro-industrialo-médiatique français bourdonne d’une joie orgiaque au spectacle des troupes françaises en train de reconquérir le Mali si riche en gaz et en minerais, sous le prétexte d’y combattre le terrorisme, dans le même instant que les Forces Spéciales Françaises entraînent et aident les terroristes d’Al Qaeda en Syrie – théâtre de l’absurde digne d’Ionesco !

La France a une des civilisations culturellement et politiquement les plus avancées au monde, et elle a une longue et militante tradition de gauche. Et pourtant, la seule cause qui rallie aujourd’hui l’intelligentsia officielle « de gauche » à Paris est le mariage gay :  la « gauche » française prépare une grande manifestation dans les rues de la capitale, en faveur d’une loi qui devrait autoriser les mariages homosexuels. Le gouvernement français a bombardé et détruit deux pays d’Afrique en 2011. La France est engagée dans une guerre coloniale sans fin en Afghanistan, la « patrie des droits de l’homme »* fait une guerre indirecte à la Syrie depuis l’an dernier et est présentement occupée à s’emparer du Mali, dans le but de détruire l’Algérie. Le Niger riche en uranium sera sa proie suivante. Pour abréger, les agressions néo-coloniales du gouvernement français ont causé la mort de milliers d’innocents et ruiné la vie de millions d’autres, il est complice de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et fait tout pour nous rapprocher d’une guerre mondiale, et la « gauche » française n’est préoccupée, à l’unanimité, que du droit au mariage des gays ! Par ailleurs, la répression sur le plan intérieur est en augmentation, avec de plus en plus de troupes dans les rues de Paris, pour « protéger » la population des « islamistes » potentiels, que financent les monarques du Golfe, grands amis du gouvernement français, pendant que les minorités immigrées, africaines et maghrébines, ne cessent de se faire arrêter et harceler sans raison par la police. Mais qui s’en soucie, du moment que les homosexuels ont le droit de se marier !

De manière un peu plus positive, on note quelques signes encourageants de contestation politique, émanant des officiels les plus modérés de l’impérialisme français. Il semble que la stratégie du chaos U.S. et la politique nihiliste consistant à soutenir des terroristes islamistes pour détruire un état en prétendant les combattre dans un autre soient devenues impossible à ignorer. L’ancien ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, a déclaré le 18 janvier à France Inter, que la guerre faite par l’OTAN à la Libye en 2011 était la cause de la déstabilisation du Mali aujourd’hui. De Villepin a reconnu aussi que la Libye était à présent complètement au pouvoir des milices jihadistes.

Répondant à la question d’un auditeur qui l’interrogeait sur le financement de groupes islamistes par le Qatar, De Villepin semble avoir répondu qu’il était possible que « certains états du Golfe » financent des groupes extrémistes au Mali et en Syrie. Malheureusement, France Inter a supprimé ce passage de sa version podcast. La station a également supprimé le passage hautement significatif où Dominique de Villepin disait que la France devrait entamer des négociations avec la Russie pour tâcher de résoudre l’impasse géopolitique en Syrie. Bref, les trois passages les plus importants de l’intervention de l’ex-ministre des Affaires étrangères sur leur antenne ont été censurés par les propagandistes à la tête de France Inter. Dans ces étranges temps bellicistes, même les voix de l’impérialisme modéré sont anathèmes pour les aboyants chiens de guerre.

Le financement par le Qatar de la terreur islamiste au Mali, en Libye, en Syrie et ailleurs, et la relation incestueuse entre l’émirat absolutiste du Golfe et le Quai d’Orsay ne sont plus un secret pour la partie la plus informée du public français. Marine Le Pen, présidente du parti d’extrême-droite Front National a dit à France Info le 18 janvier : « Je voudrais souligner ici une incohérence. Nous sommes alliés au Qatar, un pays qui arme des terroristes dans le monde entier. » Comme je l’ai fait remarquer dans de précédents articles, l’absence d’une vraie gauche anti-impérialiste en France y ouvre la porte à l’opportunisme de l’extrême-droite. Marine Le Pen est une manipulatrice habile. Elle a compris qu’une partie non négligeable du public français est déconcertée par la lune de miel du Quai d’Orsay et des despotes du Golfe. Elle relève le fait mais se garde bien d’en expliquer les raisons. Or; les vraies raisons de l’histoire d’amour des « élites » françaises avec le despotisme du Golfe sont à chercher dans la convergence de leurs intérêts de classe. Les despotes du Golfe soutiennent le capitalisme néo-libéral. Ils sont autoritaires et néo-féodaux. Il n’y a rien que les capitalistes occidentaux aiment davantage que les régimes autoritaires, qui respectent les intérêts économiques occidentaux et broient, écrasent, étouffent toute velléité de contestation. Par exemple : le poète Qatari Mohammed Al-Ajami, qui vient d’être condamné à la prison à vie pour avoir osé critiquer l’émir du Qatar.

L’extrême droite n’expliquera jamais la base de classe de l’alliance des Occidentaux avec le terrorisme wahhabite. Et ceci, parce que l’extrême droite représente la même classe que ses adversaires de la droite modérée et du centre  « gauche ». Pour cette raison, Le Pen utilise son accès aux médias de masse dominants pour faire des clins d’yeux aguicheurs aux citoyens français mécontents, afin d’obtenir qu’ils soutiennent sa candidature à la prochaine élection présidentielle. D’ici là, le chaos provoqué par le gouvernement Hollande au Moyen-Orient et dans la plupart des pays d’Afrique aura préparé la scène pour que le programme fasciste de Le Pen vienne y « restaurer l’ordre ». Une fois au pouvoir, la vraie nature de la tyrannie du front National pourra se déchaîner sans entraves sur ce qui restera d’opposants de gauche en France.

Comme dans les années 30, une démocratie sociale faible aplanit la route à la droite extrême. La différence est que, cette fois, il n’y a pas de parti communiste pour la combattre.

A la place, il y a des personnages burlesques tels que Jean-Luc Mélenchon, leader de la coalition « de gauche » connue sous le nom de Front de Gauche. Mélenchon s’est lui aussi exprimé au micro de France Inter le 18 janvier, formulant de simples réserves sur la légitimité de l’intervention française. Cependant, interrogé sur le point de savoir s’il était d’accord avec le commentaire de l’ultra-conservateur Giscard d’Estaing, selon qui l’intervention est du néo-colonialisme, Mélenchon a répondu que, pour sa part, il n’utiliserait pas ce terme. N’oublions pas que Mélenchon a soutenu le bombardement du peuple libyen par la France en 2011 et soutient la guerre par procuration que fait la France à la Syrie. Et c’est là un homme qui se dit « de gauche » et prétend admirer les authentiques leaders anti-impérialistes comme Hugo Chavez, du Venezuela ! Cherchez l’erreur.*

Ce n’est pas la première fois que les medias français aux ordres admettent le financement du terrorisme islamiste par le Qatar. Le très lu journal satirique Le Canard enchaîné a publié, en juin 2012, un article confirmant le fait, déjà largement rendu public par les medias alternatifs, que le « partenaire » le plus proche de la France au Moyen-Orient était un état-sponsor du terrorisme islamiste. Alain Chouet, ancien chef du bureau de coordination des recherches et opérations anti-terroristes, a également confirmé le rôle joué par le Qatar dans le financement du terrorisme islamiste en Syrie et au Mali. Il est devenu impossible d’ignorer l’horrible réalité qui se cache derrière les guerres de la France, à mesure que des officiels et même des journalistes « mainstream » dévoilent la complicité du gouvernement avec le terrorisme.

L’Etat français se sert de ses Forces Spéciales et des groupes terroristes des pétro-monarchies pour déstabiliser l’une après l’autre les nations riches en ressources naturelles, pour atteindre ses objectifs géopolitiques. Seuls des imbéciles de mauvaise foi ou des niais peuvent ne pas voir la réalité dévastatrice de cette course insane à l’hégémonie globale.

Après l’écrasement de la Commune de Paris, en 1871, le gouvernement réactionnaire d’Adolphe Thiers a prôné la religion catholique dans l’enseignement, comme moyen de faire dévier les désirs de la classe ouvrière française de ses aspirations à la justice sociale vers la piété et l’obéissance à l’ordre bourgeois. Une politique similaire avait été adoptée en Irlande par l’état impérial britannique après l’écrasement du soulèvement Young Irelander de 1848. Les séminaires catholiques s’étaient mis à proliférer et les ouvriers irlandais s’étaient vus conseiller de se résigner à leur sort dans cette vie, afin d’assurer leur délivrance dans l’autre. C’est la politique actuelle de beaucoup de gouvernements européens, qui permettent aux monarchies du Golfe de prendre le contrôle de leurs banlieues peuplées de prolétaires musulmans. Ainsi, le Qatar est maintenant le principal investisseur dans les banlieues populaires françaises, où les jeunes musulmans ignorants sont endoctrinés par son obscurantisme néo-féodal, qui les détourne du chemin de la lutte des classes et de leur libération sociale.

L’absurdité de la politique étrangère française actuelle crève d’autant plus les yeux, si on considère le fait que la Syrie baasiste a, plus que n’importe quel autre pays du Moyen Orient, des liens culturels avec la France. Jusqu’à l’année dernière, les touristes français y affluaient en masse pour admirer des centaines de sites historiques et archéologiques à couper le souffle. Le gouvernement syrien a toujours fait grand cas de la culture française. La Syrie est un des très rares pays arabes où des livres d’auteurs athées sont lus par un large public. La laïcité est aussi fondamentale à la Syrie qu’elle l’est à la France.

En ce sens, la Syrie de Bachar Al-Assad est, ironiquement, le pays le plus pro-occidental du Moyen Orient, et la France ne saurait avoir de plus grand allié contre le terrorisme islamiste que la République Arabe de Syrie. Pourtant, Paris soutient les islamistes. Le président syrien et l’ambassadeur de Syrie aux Nations-Unies, le Dr. Bachar Ja’afari, parlent tous deux le français. En dépit de cela, jamais le Dr. Ja’afari n’a été invité à s’exprimer à la télévision ou à la radio françaises. Pas une seule fois le gouvernement syrien n’a été autorisé à présenter sa version des faits au public français. Les élites parisiennes corrompues ne s’intéressent qu’aux bandits quasi-illettrés des états du Golfe, qui maintiennent leurs populations dans l’ignorance en se faisant les hérauts de la forme la plus barbare d’anti-islam qu’il y ait au monde. Après tout, l’état d’asservissement qu’endurent les sujets de ces pays représente une société modèle pour les dégénérés oligarques transatlantiques.

En dépit des efforts de certains des arabisants les plus autorisés de France - comme, par exemple,  l’érudit franco-syrien renommé dans le monde entier Bassam Tahhan -, qui font tous leurs efforts pour informer le public français sur la vraie nature des événements de Syrie, la classe dominante française continue à maquiller ses crimes d’une bouillie de « droits de l’homme » et de « démocratie » à soulever le coeur. Le blogueur Allain Jules l’exprime à merveille quand il écrit :

« Mais derrière cette façade triturée du bien se cache en fait le bruit et la fureur. Le refus permanent de tendre la main, le diktat, la violence et le perpétuel logos morbide et mortifère. »

Décrivant la scène politique française dans les années 30, Micheal Jabara Carley l'a rappelé : « C’était "la République des copains’’ où "des hommes rigoureusement honnêtes" étaient en bons termes avec des gens plus ou moins honnêtes, qui étaient en bons termes avec des gens louches, qui l’étaient, eux, avec des escrocs méprisables’’»(1).

Les escrocs méprisables dirigent toujours ce monde, et, comme Malcolm X l’a si bien compris, leurs domestiques médiatiques, dans toutes les langues, font des heures supplémentaires pour nous faire aimer les escrocs et haïr leurs victimes.

_______________   

* En français dans le texte.                                           

(1) Carley, Micheal Jabara, 1939, the alliance that never was and the coming of world war II, Chicago, Ivan R. Dee, 1999, p. 15

 Traduit par Catherine L. pour

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

Sources :

http://dissidentvoice.org/2013/01/france-qatar-and-the-new-world-disorder/

http://www.informationclearinghouse.info/article33716.htm

 

*

5. BLOG - Dindons, Mali.jpg

Légionnaire français au Mali – Le masque à tête de mort, c’est pourquoi ? Bof ! Pour faire peur aux bougnoules, tiens !

 

*

 Sur la situation réelle de la France et de ses victimes, l’essentiel avait bien sûr été dit, comme d’habitude, par Thierry Meyssan qui, rappelons-le, se trouve à Damas. Ceux qui ont déjà lu ce qu’il annonce à la fin de son premier billet peuvent le relire. C’est pour maintenant ou pour dans pas longtemps. L’arroseur arrosé, L’apprenti-sorcier, tout ça… ce sont des classiques, non ?

 

MALI : une guerre peut en cacher une autre

Thierry Meyssan

Réseau Voltaire – 21 janvier 2013

Préparée de longue date et annoncée par François Hollande six mois à l’avance, l’intervention française au Mali a été présentée comme une décision prise en urgence en réponse à des développements dramatiques. Cette mise en scène ne vise pas seulement à s’emparer de l’or et de l’uranium maliens, elle ouvre surtout la voie à une déstabilisation de l’Algérie.

« L’appétit vient en mangeant », dit le proverbe. Après avoir recolonisé la Côte d’Ivoire et la Libye, puis tenté de s’emparer de la Syrie, la France lorgne à nouveau sur le Mali pour prendre l’Algérie à revers.

Lire la suite…

 

 

Hollande a peur de ses armées

Thierry Meyssan

Réseau Voltaire – 27 janvier 2013

Nicolas Sarkozy et François Hollande utilisent les armées françaises pour satisfaire des intérêts privés ou étrangers. Ils ont envoyé des hommes à la mort pour voler le cacao de Côte d’Ivoire, les réserves d’or de Libye, le gaz de Syrie, et l’uranium du Mali. La confiance est brisée entre le chef des armées et des soldats qui se sont engagés pour défendre la patrie.

Les aventures militaires de Nicolas Sarkozy et François Hollande en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Libye, en Syrie et maintenant au Mali sont très vivement discutées au sein des armées françaises. Et l’opposition qu’elles rencontrent est arrivée à un point critique. Quelques exemples 

Lire la suite…

 

6. BLOG - DINDONS - Mali - .jpg.gif

Mis en ligne par Théroigne le 28 janvier 2013

 

 



16:49 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2013

Il est temps que nous fassions notre coming out !

1 - BLOG - C. O. BATEAU .jpg

 

Il est temps que nous fassions notre coming out !


Tant pis pour ceux à qui cela ne plaira pas. Nous sommes croyants. Adeptes de l’Eglise du Monstre Spaghetti Volant (MSV).

Notre religion s’appelle le pastafarisme et même, parfois, le pastafarianisme*, parce que pasta est le nom de famille de notre Créateur et parce que les spaghettis c’est bien, mais Bob Marley aussi.

Chose qu’il est important de rappeler aux potentiels hérétiques : le Monstre Spaghetti ne se manifeste jamais sans ses deux boulettes, et ce n’est pas parce qu’en anglais « boulettes » se dit balls, c’est-à-dire « couilles », qu’il faut en profiter pour prétendre que c’est une divinité mâle. Personne n’en sait rien.

Ce n’est pas à nous que le Monstre Spaghetti Volant a choisi de se révéler. Sans doute n’en étions-nous pas dignes. Mais il n’y a pas non plus de raison pour que les révélations se produisent toujours dans un passé lointain et de préférence dans un pays exotique, généralement oriental, c’est donc à son prophète, Bobby Henderson, qu’Il est apparu (oui, Bobby ne fait pas très sérieux, comparé à Moïse, Saül-Paul, Mohammed ou Confucius, mais, cette fois, cela s’est passé aux USA, et dans ce pays, ils ont des noms comme ça).

D’abord, il y avait eu ceci ,

En 2005, George W. Bush, le président en exercice des Etats-Unis d'Amérique avait déclaré souhaiter que les théories créationnistes soient enseignées à l'école aux côtés de la théorie de Darwin. Selon lui« parmi toutes les explications traditionnelles de l'origine de la vie, les professeurs de biologie doivent enseigner cette théorie de l'intervention d'une intelligence supérieure, qui soutient que les mutations aléatoires de la théorie de l'évolution sont en fait guidées par la main de Dieu » .

Donc, Bobby Henderson, diplômé en physique de l’Université d’Oregon et ingénieur de distributeur électronique au chômage, a été, un jour de 2005, très perturbé d’apprendre qu’à la suite de l’injonction présidentielle, le Comité d’Education de l’Etat du Kansas, où il habite, avait décidé que serait désormais enseigné dans les cours de science, au même titre que les fariboles de Darwin (évolutionnisme, etc.) la théorie du Dessein Intelligent, aussi appelée « créationnisme » (vous savez, Dieu a fait le monde en six jours plus un, il y a 5.638 ans, Adam et Eve, etc.). C’était un vendredi, jour traditionnel des pâtes dans le Kansas (ici aussi, quoique ce soit aussi souvent celui des pizzas). Bref, il en avait mangé, accompagnées de chianti peut-être, nous ne savons pas. Toujours est-il que c’est cette nuit-là que son Créateur, le Monstre Spaghetti Volant, généralement invisible et indétectable, lui est apparu et lui a transmis (révélé, dicté, comme vous voudrez) ce qui allait devenir son Evangile, et qui est devenu le nôtre.

A savoir :

2 - C.O. - Sixtine .jpg

Que c’est Lui, Pastafari, issu d’une nouille primitive appelée Pasta**, qui, en un seul jour mais « après avoir beaucoup bu » a créé l’univers. Cette ivresse initiale est même la raison pour laquelle la Terre n’est pas parfaite (un peu aplatie en haut et en bas). En fait, Il a d’abord créé les arbres, une montagne et un nain. Ensuite, Il s’est occupé du reste.

Que ce que nous appelons « la science » ou « les vérités scientifiquement démontrées » n’est qu’un leurre créé par Lui pour nous éprouver, qu’Il déforme selon Son bon plaisir. Ainsi, lorsque nous effectuons des mesures, comme la datation au carbone 14, les résultats que nous obtenons sont faux, parce que le Monstre Spaghetti Volant a touché l’objet à dater de Son « Appendice Nouillesque »

Qu’Il a aussi créé un Paradis et un Enfer. Le Paradis abrite des usines high tech, des volcans de bière et une usine de strip-teaseuses (ou de stri-teasers selon les goûts de chacun). L’Enfer est absolument identique, sauf que la bière y est éventée et que les strip-teaseurs/seuses ont la vérole.

Que le vendredi est Son jour saint, celui où on mange des pâtes et où on ne doit pas travailler. Si un employeur mécréant insiste pour faire travailler un de Ses dévots, les autres doivent aller exhorter l’infidèle à se mieux conduire, au besoin en insistant très fort.

Que les pastafariens doivent se reconnaître et se saluer par les mots « Puisse Son Appendice Nouillicque vous toucher » ou « Que la Pâte soit avec vous » et leurs prières se terminer par « Ramen ! » (parce que amen veut dire amen et que ramen signifie « nouilles » en japonais).

Que le « peuple élu » du pastafarisme, ce sont les pirates, « êtres absolument divins » et premiers pastafariens historiques. La réputation de voleurs et de hors la loi qu’on a faite aux pirates n’est que de la désinformation répandue par les anti-pirates. C’est l’évidence même et nous, pastafariens, sommes absolument sûrs que le réchauffement climatique, les tremblements de terre, les cyclones, les famines, les guerres, etc., sont la conséquence directe de la diminution du nombre des pirates depuis plus ou moins 1800. L’accroissement récent de la piraterie dans le golfe d’Aden en fournit une preuve éclatante : la Somalie est le pays qui a le plus grand nombre de pirates et le plus bas niveau d’émission de gaz à effet de serre au monde. Enfin, beaucoup d’entre nous croient que les pirates fantômes sont la cause des mystérieuses disparitions de navires et d’avions dans le Triangle des Bermudes.

Que, par conséquent, Sa Vénérable Sainteté le Monstre Spaghetti Volant attend de nous que nous nous conduisions et que nous nous vêtions en pirates, avec un bandeau sur l’œil et si possible un crochet. En fait, rien ne pourrait Lui être plus agréable.

3 - C. O. Pirate moise .png

Le pirate Moïse recevant la

Liste des choses que j’aimerais autant que vous fassiez pas.


Le jour suivant, conscient de ses responsabilités d’élu en chef, le prophète a écrit au Comité d’Education de l’Etat du Kansas, une lettre où il professait sa foi en un Dieu créateur surnaturel (le MSV) et demandait que soit consacré au pastafarisme la même durée d’enseignement officiel des sciences qu’au Dessein Intelligent et à la Théorie de l’Evolution.

D’ailleurs, la voici :

 ____________________     

* Ce qui n’est pas une excuse pour mettre sur son répondeur des messages du genre : « Ici Adolf Hitler. Je suis en déplacement à l’étranger. Si vous êtes aryen, laissez votre numéro. Dès que je reviens au pouvoir, je vous appelle», parce que quelqu’un l’a déjà fait (dans Un parfum de jitterbug).

** D’où on voit bien que les deux boules ne veulent rien dire quant au genre de la divinité première.

 

Lettre ouverte de Bobby Henderson au comité d’état à l’éducation du Kansas

 

Je suis très préoccupé à l’heure où je vous écris car je viens d’apprendre que vous organisez des audiences pour décider si la théorie alternative du dessein intelligent devrait être enseignée aux côtés de la théorie de l’Évolution. Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire qu’il est important que les élèves entendent des points de vue multiples afin de choisir par eux-mêmes la théorie qui leur semble la plus cohérente. J’ai toutefois peur que les élèves n’entendent qu’une seule des théories du dessein intelligent. Rappelons-nous bien qu’il existe plusieurs théories du dessein intelligent. Moi-même et beaucoup d’autres personnes dans le monde croyons profondément que l’univers a été créé par un Monstre Spaghetti Volant. C’est Lui qui a créé tout ce que nous voyons et sentons. Nous avons la certitude que les preuves irréfutables des processus d’évolution des espèces ne sont qu’une coïncidence, qu’Il a mise en place.

C’est pour cette raison que je vous écris aujourd’hui afin de demander officiellement que cette théorie alternative soit enseignée dans vos écoles au même titre que les deux autres. Je dois souligner que si vous n’acceptez pas de le faire, nous serons forcés d’intenter une action en justice. Je suis certain que vous comprenez nos motivations. Si la théorie du dessein intelligent n’est pas basée sur la foi, mais qu’elle soit, en fait, également une théorie scientifique, alors vous devez autoriser l’enseignement de notre théorie, car elle se fonde elle aussi sur la science et non sur la foi.

Certaines personnes ont du mal à croire à tout ceci, il peut donc être utile que je vous en dise un peu plus sur nos croyances. Nous avons des preuves qu’un Monstre Spaghetti Volant a créé l’univers. Bien entendu, aucun d’entre nous n’était présent à l’époque pour le voir de nos propres yeux, mais nous avons des témoignages écrits qui relatent ce moment. Nous détenons plusieurs volumes épais dans lesquels Ses pouvoirs sont expliqués en détail. Par ailleurs vous serez peut-être étonnés d’apprendre que nous sommes 10 millions et que nos fidèles sont chaque jour plus nombreux. Nous avons tendance à être discrets car beaucoup de gens prétendent que nos croyances ne reposent pas sur des preuves observables. Ce que ces gens ne comprennent pas c’est qu’Il a construit le monde pour nous donner l’impression que la terre est plus vieille qu’elle ne l’est en réalité. Un scientifique peut par exemple dater un artefact au carbone 14. Il trouvera qu’approximativement 75% du Carbone 14 s’est désintégré en Azote 14 par l’émission d’électrons et déduira que l’artefact est vieux d’à peu près 10.000 ans, puisque la demi-vie du Carbone 14 semble être de 5730 ans. Mais ce dont notre scientifique ne se rend pas compte c’est qu’à chaque fois qu’il procède à une datation, le Monstre Spaghetti Volant est là, qui change les résultats avec Son Appendice Nouilleux. Nous avons de nombreux textes qui décrivent en détail comment cela est possible et les raisons pour lesquelles Il le fait. Il est bien sûr invisible et peut traverser la matière sans peine.

Je suis certain que vous comprenez à présent à quel point il est important que cette théorie soit enseignée à vos élèves. Il est absolument impératif qu’ils prennent conscience du fait que toutes les preuves scientifiques observables dont nous disposons sont en fait présentes à la discrétion du Monstre Spaghetti Volant. De plus, il est irrespectueux d’enseigner nos croyances sans porter la tenue qu’Il a choisie, qui est, bien entendu un costume complet de pirate. Je n’insisterai que trop peu sur ce point et je ne peux malheureusement pas décrire en détail les raisons pour lesquelles il doit en être ainsi car j’ai peur que cette lettre soit déjà trop longue. L’explication concise est qu’Il se fâche si nous ne nous habillons pas de la sorte.

Vous serez peut-être intéressés d’apprendre que le réchauffement planétaire, les tremblements de terre, les cyclones et les autres désastres naturels sont une conséquence directe du nombre décroissant de pirates depuis les années 1800. A titre indicatif, j’inclus ici un graphique d’un nombre estimé de pirates sur terre mis en parallèle avec la température mondiale moyenne au cours des 200 dernières années. Comme vous pouvez le constater, il y a un lien de causalité significatif entre la baisse du nombre de pirates et l’augmentation de la température mondiale.

 

4 -  C. O. - PiratesVsTemp.png


Pour finir, je vous remercie d’avoir accordé votre attention à nos points de vue et à nos croyances. J’espère que je suis parvenu à vous convaincre de l’importance de l’enseignement de cette théorie à vos élèves. Nous sommes bien sûr tout à fait disponibles pour former les enseignants à cette théorie alternative. J’attends votre réponse avec impatience et j’espère vivement qu’une action en justice ne sera pas nécessaire. Je pense que nous pouvons nous réjouir à l’idée qu’un jour ces trois théories jouiront d'une tranche de temps égale dans l'enseignement des sciences de notre pays mais aussi du monde entier, soit un tiers du temps pour le Dessein Intelligent, un tiers du temps pour le Monstre Spaghetti Volant, et un tiers du temps pour une conjecture logique fondée sur une masse écrasante de preuves irréfutables et observables.

Très sincères salutations,

Bobby Henderson, citoyen préoccupé.

PS : Je joins à cette lettre un dessin artistique de Lui créant une montagne, des arbres et un nain. Souvenez-vous que nous sommes tous Ses créatures.


5 - C. O. - Dessin de Lui créant une montagne .jpg

 

Le texte original en anglais est disponible sur le site Church of the Flying Spaghetti Monster.

Traduction française par l’Église Québécoise du Monstre de Spaghetti Volant assistée de la Sainte Église du Monstre en Spaghettis Volant Branche Francophone

 

6 - C. O. - Kansas_Board_-of_Education_decision.jpg


Il est regrettable et assez scandaleux que l’Etat du Kansas n’ait pas donné suite à cette lettre, au prétexte qu’elle serait « un canular ».

On était alors en mai 2005. De plus en plus préoccupé, notre prophète Bobby l’a mise en ligne, prenant les internautes à témoin de sa perplexité et de son légitime sentiment de subir une injustice.

Le résultat a été une augmentation exponentielle du nombre de conversions et leur dissémination rapide sur tous les continents. (La preuve :

http://pastafarisme.canalblog.com/archives/2008/07/30/18913551.html )

Ce que voyant, le Comité d’Education du Kansas s’est enfin décidé à réagir. Trois membres se sont exprimés plus ou moins favorablement, mais un quatrième a dit « C’est une offense grave de railler Dieu ». Le prophète a bien sûr également reçu des messages de haine et quelques menaces de mort. Mais, en résumé, début 2006, il avait trouvé dans sa boîte, une soixantaine de milliers d’émiles, dont 95% étaient enthousiastes, surtout ceux envoyés par des scientifiques. Les 5 autres % l’assuraient qu’il irait en enfer.

Le 13 février 2007, le Comité d’Education de l’Etat du Kansas a fini par voter, par 6 voix contre 4, l’annulation des décisions de 2005. C’était la cinquième fois en huit ans qu’il modifiait l’enseignement de la théorie de l’évolution par décret.


Les difficiles étapes d’une reconnaissance :

En mars 2007, Bryan Killian, un étudiant du comté de Buncombe (Caroline du Nord) fut suspendu pour avoir, au nom de sa foi pastafarienne, assisté aux cours vêtu en pirate. Il protesta contre cette mesure discriminatoire, en faisant observer que la suspension violait le premier amendement de la Constitution, qui protège la liberté de religion (si pas tout à fait celle de conscience) et d’expression. L’école, prétendant « ne pas croire » à sa foi, a invoqué les délits de perturbation de la classe et d’insolence, pour maintenir sa décision.

En décembre de la même année, cinq des sept membres du Comité d’Education de Polk (Floride) déclarèrent leur croyance en un Dessein Intelligent et réclamèrent l’adoption de nouveaux standards d’enseignement de la Théorie de l’Evolution. L’Eglise du M.S.V. intervint alors pour demander que soit accordé un tiers du temps d’enseignement des sciences  au pastafarisme. Margaret Lofton, au nom du Comité, rejeta cette demande, qu’elle jugea ridicule et insultante, ajoutant bêtement : « Ils ont fait de nous la risée du monde ». La controverse enfla. Les scientifiques s’en mêlèrent et exprimèrent leur opposition aux projets du Comité. La construction imminente d’un nouveau campus à l’Université de Floride du Sud fut remise en question. Le vice-président de l’université, Marshall Goodman, se déclara personnellement hostile à l’enseignement du Dessein intelligent, au motif que « ce n’est pas de la science ». En conséquence, la réforme de l’enseignement de la Théorie de l’Evolution fut abandonnée.

En mars 2008, les pastafariens de Cronville dans le Tennessee furent autorisés à ériger une statue du Monstre Spaghetti Volant dans la zone d’expression libre d’un jardin public. Une photo de la statue fit le tour du Net et parut même dans le magazine Rolling Stone. Les partisans du Dessein Intelligent, principalement des fondamentalistes chrétiens, s’émurent et firent tant de tapage que les autorités durent faire enlever la statue… et toutes les autres, pour en finir.

En gros, plusieurs états de l’Union, qui envisageaient de modifier l’enseignement de la Théorie de Darwin et/ou de lui adjoindre celle du Dessein Intelligent, ont dû revoir leurs ambitions à la baisse, suite aux interventions des fidèles pastafariens.

 

7 - C. O. - Niko Alm passoire .jpg

En juillet 2011, après trois ans de démarches, le citoyen autrichien Niko Alm, chauffeur de taxi, a obtenu le droit de porter une passoire en guise de couvre-chef sur la photo d’identité de son permis de conduire.

8 - C. O. - carte Niko Alm .jpg

Cette coiffure est évidemment liée à sa pratique du pastafarisme. Il est, depuis, entré en campagne pour que l’Eglise du Monstre Spaghetti Volant soit officiellement reconnue en Autriche.

 

De vives critiques avaient été lancées contre nous par plusieurs mouvemnts religieux (auxquels nous n’allons pas faire de la pub en les nommant), Elles reprochaient notamment au pastafarisme de n’être pas une vraie religion, parce que nous n’avions pas de livre saint. Eh bien, maintenant, nous en avons un, depuis qu’en décembre 2005, l’éditeur Villard (UK) a offert au prophète Bobby une avance de 80.000 £ pour écrire l’ « Evangile du Monstre Spaghetti Volant », qui a paru en mars 2006. Nous sommes donc, à présent, nous aussi, une « Religion du livre ».

9 - C. O. - Gospel_of_the_Flying_Spaghetti_Monster.jpg

Avec son nombre toujours croissant de fidèles de par le monde, l’Eglise du Monstre Spaghetti Volant est désormais considérée comme amplement légitime, au point que même ses opposants, pour la plupart chrétiens fondamentalistes, ont dû reconnaître que son Dieu a des boules plus grosses que les leurs.

Dernier point et non des moindres, : le Monstre Spaghetti Volant n’est pas anthropocentriste. Certes, lesdites boules ne sont pas en tofu, mais les animaux, y compris ceux qui se mangent les uns les autres, sont accueillis  comme des égaux dans la Sainte Eglise pastafarienne.

10 - C. O. - Chat rastafarien .jpg

La chatte Al Dente, exemplaire pastafarienne


 

*

Ne pas confondre « Monstre Spaghetti Volant »

et «  Théière de Russell » !


Il est désormais avéré que Bertrand Russell, le fameux mathématicien, logicien et philosophe, a moqué ouvertement notre religion à travers sa fameuse satire analogique de la théière. En d'autres temps, sous le règne de religions moins permissives que la nôtre, il ne fait aucun doute qu'il aurait été passé par le fer et par le feu. Mais le Monstre Spaghetti Volant, dans son incommensurable mansuétude, a laissé Russell jouer avec ses fadaises comme on laisse Semimi jouer avec une ficelle.


L'analogie de Bertrand Russell


21 - C.O. - Théière de Russel .jpg


« Si je suggérais qu'entre la Terre et Mars se trouve une théière de porcelaine en orbite elliptique autour du soleil, personne ne serait capable de prouver le contraire pour peu que j'aie pris la précaution de préciser que la théière est trop petite pour être détectée par nos plus puissants télescopes. Mais si j'affirmais que, comme ma proposition ne peut être réfutée, il n'est pas tolérable pour la raison humaine d'en douter, on me considérerait aussitôt comme un illuminé. Cependant, si l'existence de cette théière était décrite dans d'anciens livres, enseignée comme une vérité sacrée tous les dimanches et inculquée aux enfants à l'école, alors toute hésitation à croire en son existence deviendrait un signe d'excentricité et vaudrait au sceptique les soins d'un psychiatre à une époque éclairée ou de l'Inquisition en des temps plus anciens. »

On voit bien où veut en venir le philosophe… En utilisant la dérision pour moquer le divin, il laisse entendre que certaines doctrines qui pourraient passer pour illuminées utiliseraient elles-mêmes le subterfuge. D'aucuns ont d'ailleurs franchi le pas en affirmant la chose.

Il est inutile pour les vrais croyants de tenter de contredire ce type de propos, l'auteur s'étant à plusieurs reprises rendu ridicule de lui-même, notamment lorsqu'il invente la proposition atomique (comme si une phrase pouvait exploser), ou en posant la question idiote : l'ensemble des ensembles n'appartenant pas à eux-mêmes appartient-il à lui-même ?, voire en posant le paradoxe du barbier de la façon suivante : ¬ ∃y ∀x (y R x ⇔ ¬ x R x)… On a vu plus clair…

Le thème de la théière repris par Richard Dawkins

Nul besoin de présenter Richard Dawkins, le célèbre éthologiste britannique, vulgarisateur et théoricien de l'évolution, critique du Dessein Intelligent et tenant de l'athéisme. Celui que l'on appelle le rottweiler de Darwin prend pour cible tous les dieux et le surnaturel en général, notamment dans son ouvrage Pour en finir avec Dieu.

Comme il nous semble important pour les Pastafaris d'identifier les thèses de leurs ennemis, nous vous livrons ci-dessous le développement que Dawkins fait sur la théière de Russell :

« La religion organisée mérite la plus vive hostilité car, contrairement à la croyance en la théière de Russell, la religion organisée est puissante, influente, exemptée de taxes et systématiquement transmise à des enfants trop jeunes pour pouvoir s'en défendre. On ne force pas les enfants à passer leurs années de formation en mémorisant des livres farfelus sur les théières. Les écoles publiques n'excluent pas les enfants dont les parents préfèrent la mauvaise forme de théière. Les fidèles de la théière ne lapident pas les non-croyants en la théière, les apostats de la théière, les hérétiques de la théière ou les blasphémateurs de la théière. Les mères n'empêchent pas leurs fils d'épouser des shiksas de la théière sous prétexte que leurs parents croient en trois théières plutôt qu'une seule. Ceux qui versent le lait en premier ne mutilent pas ceux qui préfèrent commencer par verser le thé. » 

Tout et n'importe quoi ! À quand un livre intitulé Pour en finir avec Richard Dawkins ?

Nous rappelons ici que le Monstre Spaghetti Volant est amour, lui qui nous attend pour l'éternité au pied du volcan de la bière, près de l'usine de strip-teasers(seuses). Cette vision eschatologique est de très loin supérieure aux visions amèrement matérialistes des deux tristes sires mentionnés ci-dessus.


 

*

Quelques témoignages

(surtout n’hésitez pas à nous envoyer les vôtres)

 

f  Le chanteur mexicain Juanito Palves affirme que le Monstre Spaghetti Volant lui est apparu alors qu’il préparait des tacos pour l’anniversaire de sa femme. « J’étais là, et soudain, il est apparu, là, juste là, et ça m’a vraiment surpris » a-t-il ajouté.

(Source : Eduardo Palves.)

f Brandon Lustucru, assistant personnel de Sa Vénérable Sainteté Le Monstre Spaghetti Volant, affirme que le Monstre a rencontré le pape Benoît XVI. Ils auraient passé deux heures ensemble à faire une partie de poker, que le Monstre aurait gagnée. Comme d’habitude, le porte-parole du Vatican a démenti cette information.

(Source : Giovanna Rana.)

11 - C. O. - PIRATE fulminant .jpg

12- C. O. - Benoît fulminant - .jpg

(Le Monstre s’était déguisé en pirate ? N.d.LGO)

f  Dans un message adressé par SMS à l’humanité, Le Monstre Spaghetti Volant a déclaré : « Oui, c’est vrai, je suis actuellement en train de créer un nouveau monde, à des années-lumière de votre terre peuplée d’hommes-vaches et de femmes-moutons. Toutefois, soyez certains que vous demeurerez toujours mes chouchous. Bisous et bonne année ! »

(Source : Andrea Bicha.)

f  Le Monstre aurait été aperçu à Caracas en (très) bonne compagnie, le 14 février dernier (2012). Interpellé par des passants, il aurait répondu : « Eh ben quoi, on n’a plus le droit de s’amuser à la Saint Valentin ? »

(Source : Peter Jacksonne.)

f  Dans un mail très encourageant adressé au webmestre de la branche francophone de l Eglise, Le Monstre Spaghetti Volant a déclaré : « Merci d’avoir fait un site sur moi, c’est cool. »

(Source : http://sainteglisedumonstreenspaghettivolant.blogspot.be/ )

f  Le magazine Dubrovnik Gazeta a révélé, dans un reportage exclusif, que l’acteur Mociek Lori serait pastafarien. Les agents de l’acteur n’ont pas voulu répondre aux questions des journalistes.

(Source : http://site.lesdoigtsbleus.free.fr/ )

f D’après une étude du Massachussetts Institude for Food Science, les personnes qui mangent des spaghettis deux fois par semaine ont une espérance de vie de 20% supérieure à la moyenne.

(Source : http://ajcn.nutrition.org/content/22/6/817.full.pdf )

f  Nouvelle brûlante : on a retrouvé un évangile apocryphe pastafarien dans la cave de l'écrivain surréaliste et grand maître de la pa(s)taphysique: feu le Verviétois André Blavier. Le texte était dissimulé sous deux caisses de Panzani. Béni soit le Monstre pour cette découverte ouvrant la voie à une béatification prochaine du Fou littéraire André Blavier, bientôt consacré Grand Aladin sur feuille de Lasagne volante !

(Source : Didier Kuckaertz, http://pastafrancophone.canalblog.com/,

(Facebook Belgian Branch) 

f  Suite à un rêve prémonitoire de Jacques Muselier, notre guide pastafarien pour la métropole lilloise, la branche francophone de la Sainte Eglise du Monstre Spaghetti Volant a pris une année sabbatique. Certains ont fait du jet-ski mais beaucoup d’entre nous ont simplement médité et essayé d’être en pleine communion avec l’univers. C’est apparemment ce que souhaitait Sa Vénérable Sainteté, dans le rêve, où il aurait notamment déclaré : « Jacques, tu dis à tout le monde de prendre une année de vacances ! »

(Source : http://www.magiciut.fr/?p=1921 )

f  La Sainte Eglise du MSV a décidé d’ouvrir une branche à Hollywood, pour convaincre les célébrités pastafariennes de faire leur coming out dans les medias, de façon à ce que les adolescents du monde entier s’intéressent un peu plus à notre belle religion. Depuis 2005, de plus en plus d’artistes se sont convertis au pastafarisme, mais jusqu’à aujourd’hui, beaucoup d’entre eux n’osaient pas en parler publiquement de peur d’être victimes de la pastaphobie régnant dans de nombreux medias. Brian Slick, le directeur de la branche de la Sainte Eglise du MSV à Hollywood, vient de nous informer qu’il a presque réussi à convaincre un acteur de premier plan (nous ne pouvons pas encore révéler son nom mais c’est du très gros calibre : pour vous donner un indice, on le surnomme « le Robert de Niro canadien ») de faire son coming out.

(Sources :

https://fr.foursquare.com/v/church-of-the-flying-spaghett...

et  http://www.venganza.org/2007/02/nick-the-missionary )

f  Une vidéo pastafarienne secrète en exclusivité :

(Suite au succès rencontré par l’interview de Tom Cruise où il explique sa dévotion à la Chiantologie, le célèbre pirate Ed Atkins a accordé lui aussi une interview consacrée au Pastafarisme, légèrement inspirée de la première :


 

 

*

Tolérance or not tolérance

?


Une controverse

A l’approche de la fête chrétienne de Noël, les American Atheists ne se contentent pas de faire campagne contre les arbres de Noël au milieu des villes, ils font aussi grande exhibition de panneaux routiers qui attaquent les croyances chrétiennes, genre « Vous savez bien que c’est du bidon » :

 

13 - C. O. - Rois mages.png

 

Notre prophète Bobby, au nom de la tolérance, préfère que nous cotisions pour ériger, le long des routes, des panneaux à la gloire de notre Monstre, où nous proclamons notre foi sans critiquer celle des autres. Il estime qu’avec les inquisitions, on sait où ça commence mais jamais où ça finit.

Des propositions qui lui ont été faites, il a retenu ces deux-ci :

 

14 - C. O. - Il a bouilli pour vos péchés .jpg

Il a bouilli pour vos péchés


15 - C. O. - Dernière cène.jpg

Mangez sa chair nouillicque, buvez sa sauce tomate

et répandez son amour

 

Mais il en a déjà reçu beaucoup d’autres intéressantes du genre « Essayez-nous »,  « Rejetez les faux dieux », « Nous avons confiance en Lui », etc.

 

16 - C. O. - Poster -.png

17 - C. O. - Rejetez les faux dieux -.jpg

18 - C. O. - in pasta we trust .jpg

Des membres de l’Eglise Pastafarienne de France lui ont fait deux autres propositions qui le laissent perplexe. Il faut dire qu’il ne connaît pas très bien les arcanes de la vie spirituelle de ce côté-ci de l’Atlantique.

19 - C. O. - MELUCHE .jpg

20 - C. O. - Hollande .jpg


Artistes inspirés, à vos crayons, à vos brosses ! Envoyez-lui les vôtres.


 

*

 Quelques liens utiles

 

Fédération pastafariste francophone

http://pastafrancophone.canalblog.com/

On y voit, quelque part, une video qui se présente ainsi : « Les agnostiques piratent le FSM ». Elle ne nous a pas amusés vraiment. D’ailleurs, qui a dit « Les agnostiques sont des athées honteux » ?

La Pasta à l’étranger :

http://pastafarismemars.canalblog.com/archives/2009/07/10/14369636.html

Pastafarisme marseillais

http://pastafarisme.canalblog.com/

Tres Sainte Eglise de Marseille du Culte Volantiste

https://sites.google.com/a/pastafarisme-marseille.com/pastafarisme-marseillais/

MSV obédience marseillaise :

http://pastafarismemars.canalblog.com/

Eglise Pastafarique de Suisse Romande

http://pastafari.wordpress.com/

Pastafaray – Culte réformé de la Pasta

http://pastafaray.wordpress.com/

FSM Letzebuerg

http://fsmlu.wordpress.com/

ÉGLISE PASTAFARIENNE BELGE RÉGULIÈRE ET AUTHENTIQUE

http://pasta.avk.org/dogme.html

Sainte Eglise du Monstre en Spaghetti Volant

http://sainteglisedumonstreenspaghettivolant.blogspot.be

Eglise Quebécoise du Monstre Spaghetti Volant

http://www.eqmsv.org/accueil.html

Notre religion vue par…

http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/pastafarisme/

 

 *

A propos de tolérance religieuse

Deux « frère de », pas aussi célèbres qu’ils le devraient,  se sont exprimés en pastafariens qui s’ignoraient :

 

22 - C. O. robjeune.jpg

Augustin Bon Robespierre,

dont c’était hier le 250e anniversaire de naissance,

 

Représentant en mission, il écrivait de Commune Affranchie (Franche Comté) au Comité de Sûreté Générale, le 8 ventôse, an II :

« Vous venez de lancer un mandat d’arrêt contre un républicain vraiment digne de ce nom. Franchise, énergie, désintéressement, probité, tel est le caractère du citoyen Viennot, apothicaire à Vesoul. Avec tant de vertus et de principes austères et républicains, il devait faire pâlir les intrigants et être dénoncé par les frippons. C’est ce qui est arrivé. La calomnie s’attache aux hommes les plus purs. Lorsqu’on ne renverse pas un morceau de bois croisé on est dénoncé comme contre-révolutionnaire ; il s’élève un système qui tend à faire perdre la confiance publique à ceux qui poussent tous les citoyens à la hauteur de la Révolution par la morale, qui proposent des actions utiles à la place des cris insensés des clabaudeurs qui paraissent sur la scène depuis peu de temps. J’ai vu des hommes qui n’ont d’autre moyen de soutenir ou d’avoir une réputation de révolutionnaire qu’en ne respectant plus ni lois ni principes. C’est cette classe d’hommes qui persécutent l’innocence et impriment la terreur à tout ce qui respire. »

Plus tard, toujours aux prises avec le même contre-révolutionnaire – le représentant Bernard (de Saintes) – persécutant les populations au nom de l’athéisme, il en est accusé lui-même et doit se défendre. Il le fait en dévoilant la conduite de son adversaire. Son long plaidoyer pourrait servir de vade mecum à tous ceux qui rencontrent, sur leur chemin, des « révolutionnaires » futurs tyrans, s’avançant masqués. On y trouve ce passage :

Au Comité de Sûreté Générale

Nice, 6 germinal an II

« Le règne des fripons me paraît terminé. Le supplice des nouveaux conjurés [les Hébertistes] ramènera la tranquillité et la paix dans les âmes inquiétées par les brigands. Apprenez, citoyens collègues, que les tyrans n’ont recruté leurs armées que par les extravagances commises envers le culte… Il y a tel département, tel district, telle commune que le désespoir vont vendéiser… Je n’ai pas suivi le système de ces hommes immoraux et pervers qui affectent le philosophisme pour ne point laisser voir qu’ils sont sans mœurs et sans vertus, qui abattent une croix pour que l’on ne s’occupe point de leurs dilapidations et de leurs crimes… J’ai fait adorer la Révolution, respecter et aimer la représentation du peuple. »

 

Source :

Correspondance de Maximilien et Augustin Robespierre,

recueillie et publiée par Georges Michon, Paris, Alcan, 1926

 

23 - C. O. - Raul-Castro .jpg

Raùl Modesto Castro Ruz

Président de la République de Cuba

(…) les dérives sectaires ont été lourdement condamnées par Raúl Castro. Il a ainsi publiquement dénoncé à la télévision certaines atteintes à la liberté religieuse dues à l’intolérance « encore enracinée dans la mentalité de nombreux dirigeants à tous les niveaux ». Il a évoqué le cas d’une femme, cadre du Parti communiste, au parcours exemplaire, qui a été écartée de ses fonctions, en février 2011, en raison de sa foi chrétienne et dont le salaire a été réduit de 40%, en violation de l’article 43 de la Constitution de 1976 qui interdit tout type de discrimination. Le président de la République a ainsi dénoncé « le mal occasionné à une famille cubaine par des attitudes basées sur une mentalité archaïque, alimentée par la simulation et l’opportunisme ». Rappelant que la personne victime de cette discrimination était née en 1953, date de l’attaque de la caserne Moncada par les partisans de Fidel Castro contre la dictature de Fulgencio Batista, Raúl Castro a tenu les propos suivants :

« Je ne suis pas allé au Moncada pour ça […]. J’ai évoqué cette affaire lors de la réunion du 30 juillet, qui marquait également le 54ème anniversaire de l’assassinat de Frank País et de son fidèle compagnon Raúl Pujol. J’ai connu Frank au Mexique, je l’ai revu dans la Sierra, et je ne me souviens pas avoir connu une âme aussi pure que la sienne, aussi courageuse, aussi révolutionnaire, aussi noble et modeste, et m’adressant à l’un des responsables de cette injustice qui a été commise, je lui ai dit : Frank croyait en Dieu et pratiquait sa religion, que je sache il n’avait jamais cessé de la pratiquer, qu’auriez-vous fait de Frank País ? »


Source :

Raùl Castro, le véritable dissident

Par Salim Lamrani

http://www.mondialisation.ca/raul-castro-le-veritable-dis...

[Salim Lamrani appelle « dissidence » ce qui n’est qu’exercice normal d’une responsabilité publique en démocratie. Le terme qu’il emploie dans son titre est donc, à nos yeux, impropre. ]

  

*

Intolérants par-ci, intolérants par-là,

athéistes ou christicoles…


Sur le mariage trans-genres ou même-genre, nous nous sommes déjà exprimés (c’est ici : v/ « Ecce homos » http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....). Pas de raison d’y revenir, on n’est pas un blog d’actualités. Mais nous nous permettons de piquer un de ses articles à Sébastien Fontenelle, parce qu’il y dit ce qu’on tait partout. Et nous en profitons pour lui reposer notre question : pourquoi toujours « mâme Dupont » et jamais « m’sieu Lajoie » ?

 

Sont-ce les mêmes ?

 

24 - C. O. - Sébastien Fontenelle .jpg

Sont-ce bien les mêmes ?

Sont-ce bien les mêmes, éditocrates et journaleux (É&J), confits dans leur dégueulasse «décomplexion», qui depuis tant d’années que nous ne les comptons plus (1) dispensent tous les quatre matins, pour mieux dresser leur following contre les musulman(e)s, d’indignés cours de laïcitisme ?

Sont-ce bien les mêmes, vertueux défenseurs de grands principes républicains, qui depuis le début de janvier (disons comme ça pour aller vite) font quotidiennement (ou presque) l’exégèse détaillée des hallucinés grognements homophobes  de la clique à Frigide B. ?

Non, je demande, parce que, t’as vu: tout d’un coup, leurs commentaires sont nettement (nettement) moins tranchants que dans les moments où ils fondent en meute (comme souvent font les chiens de chasse) sur l’islam.

Quand des mahométan(e)s ont, naguère, (très) timidement protesté contre les lois infectes qui les stigmatisaient ?

La meute, rappelle-toi, s’est lâchée comme jamais, ivre d’une phobie qu’elle n’assumait pas complètement (c’est pas toujours facile, quand on sert pas chez un marchand de flingues UMPiste, d’endosser qu’on hait son prochain) – et qu’elle dissimula donc sous le prétexte d’une ombrageuse mais nécessaire défense de «la laïcité»: ça fit même de chouettes sinécures pour toute une génération d’iconoclastes  glossateurs made in Charlie Hebdo (mais pas que).

Mais quand des cathos saturés de fonds publics dégueulent ces jours-ci par dizaines de milliers, du haut des tours de leurs évêchés, sur une loi qui permet enfin ce qui devrait aller de soi – le mariage pour tou(te)s -, et veulent mordre jusqu’au sang la main de l’État qui leur nourrit (notamment) l’école privée ?

Tout d’un coup les mêmes É&J sont beaucoup plus compréhensifs - et les voilà qui restituent, sans jamais s’irriter, les «arguments» débiles des curetons vindicatifs (et de leurs ouailles enrégimentées).

Et quand un ministre «socialiste» pointe finalement que les salles de classe subventionnées doivent être tenues à l’abri de cette propagande hallucinée ?

La presse dominante, défiltrée, aboie qu’il faut qu’il cesse de rallumer la guerre scolaire: tu fermes ta gueule, Vincent, et tu laisses dire et faire nos amis les monsignori  - ou sinon je te mets dans la face un édito de Bruno Jeudy.

Dans les pesées considérations que leur inspirent ces jours-ci les hurlements du troupeau qu’emmènent des cathos réacs mélangé(e)s de plusieurs volumes de fafs de base, les forgerons de l’opinion se montrent donc, en vérité, infiniment plus transigeants que dans leurs condamnations, toujours très fermes, et sans appel(s), des méchant(e)s-mahométan(e)s-qui-font-rien-qu’à-fouler-notre-élégante-laïcité: de là à conclure (sans trop s’en étonner, car ce n’est pas complètement neuf) que ces gens sont décidément de très toxiques tartufes ?

Il n’y a qu’un pas que, pour ma part, si tu permets (2), je m’empresse de franchir.

_______________  

(1) Depuis que l’un d’eux, par exemple, a montré qu’il pouvait publiquement – et tranquillement – revendiquer, sous le sceau de la liberté d’expression, d’être « un peu islamophobe », mâme Dupont - j’ai encore le droit de le dire, dans ce pays de bien-pensant(e)s, ou si Pierre Tevanian va me mettre dans le goulag ?

(2) De même, d’ailleurs, que si tu ne permets pas, puisque, comme je dis toujours, je suis chez moi, oui ou zut ?

Source :

http://www.bakchich.info/blogs/sebastien-fontenelle/sont-...

 

*

Pour ceux qui n’en ont pas encore assez, mais c’est pur vice de notre part:

http://sornettes.free.fr/spip.php?article190 (Blog Sornettes)

http://www.cai.org/fr/etudes-bibliques/monde-que-dieu-crea (Le monde que Dieu créa : quand ? comment ? Pourquoi les évolutionnistes ont tout faux.)

 

*

Nous ne sommes pas un blog d’actualités mais quand même :

20 janvier 2013

France : Interpellations au rassemblement parisien pour Georges Abdallah

150 personnes s’étaient réunies hier à Paris à l’appel du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Rapidement, alors qu’elles se mettaient en route vers le ministère de l’Intérieur, elles ont été encerclées par les forces de l’ordre. 46 personnes ont été interpellées et interrogées tandis qu’une 47ème était placée en garde à vue. Cette dernière a été relâchée après 18 heures en cellule avec une convocation au tribunal pour le 5 avril.

Merci Madam Nuland

Merci Manuel Valls

Ne vous plaignez pas, bonnes gens, vous avez voté. Plaignez-le, lui, d'être le plus ancien prisonnier politique d'Europe.

 

*

 

25 - C. O. - Livres - maison 2545_10.jpg


 

Livres

 

 

 

Puisque nous sommes dans les divinités, restons-y :

 

 

« Divin Steinfest »

 

Die Zeit


26 - C. 0. - Requins- Poche.gif


Celui-là n'est pas comme les autres...

Patrick Ledent

 

27 - C. O. - Steinfest Heinrich.jpgCelui-là n’est pas comme les autres, on s’en rend compte après trois pages. On s’en réjouit, mais on reste prudent : ça ne serait pas la première fois qu’un polar donne le change, le temps du démarrage, pour finalement nous laisser en plan quelques chapitres plus tard, avec une intrigue qui part en vrille, des personnages qui se cherchent et un style qui s’essouffle.

Heinrich STEINFEST évitera tout cela, quoique sans gloire : ce n’est pas de sa faute. Il ne voit pas le monde comme nous, ce qui lui simplifie honteusement la tâche. Tant qu’il se promène et raconte gentiment son histoire, sans tricher sur la lumière, sans faire le poirier pour trouver un angle de vue inédit et sans même se donner la peine d’habiller ses personnages, puisqu’ils paraissent naître avec un costume sur mesure, une personnalité qui donne le ton plus que le change et un irrésistible pouvoir de séduction. Tout a l’air terriblement fabriqué, mais l’absence de couture, de raccord ou d’effet nous incite à baisser la garde : nous resterions sans argument.

C’est dire qu’après cent pages, il n’est plus question d’atterrir. On se prend à soupeser ce qu’il reste à lire, comme on lorgne avec angoisse la jauge d’un réservoir, le degré de chargement d’une batterie ou les bûches dans la cheminée. D’autant que la traduction de l’allemand (Autriche) vers le français, par Corinna GEPNER (pour Gallimard, Folio Policier n° 637) est si réussie qu’elle se fait oublier.

L’inspecteur LUKASTIK, le héros de STEINFEST, n’écrase jamais ses cigarettes, puisqu’elles s’éteignent, n’obéit jamais aux ordres de ses supérieurs, puisqu’ils ont tort, prend le monde à rebours, puisqu’il s’obstine à courir sur son erre et ne cherche pas à plaire, puisqu’il se suffit. Le paradoxe n’atteint pas l’homme libre, aussi l’inspecteur est-il un personnage bourru mais empathique, ennuyeux mais captivant, de glace mais fondant, flegmatique mais autrichien.. Que la terre tourne autour de lui ne semble ni l’étonner ni l’enorgueillir, comme s’il avait conscience de n’être qu’un personnage de fiction et de jouir à ce titre de la sagesse, de la placidité et de la confiance qui tant nous font défaut. Et s’il s’entiche du philosophe Wittgenstein, c’est plus pour trouver un écho à ses certitudes qu’une réponse à ses questions.

Quant à l’histoire, ah, l’histoire ! C’est assurément là que le bât va blesser pour le lecteur qui resterait sur la défensive. Un cadavre amputé d’une jambe n’étonnera personne : ça s’est fait. Flottant dans une piscine, la chose s’est déjà vue. Sur le toit d’un immeuble viennois, c’est moins attendu. Que l’amputation soit le fait d’un requin d’eau douce, nous réjouira : enfin du nouveau ! Que le poisson ait déserté la piscine (délit de fuite ?), nous laissera perplexes : comment ? Qu’un quartier de la capitale abrite en ses caves un lac artificiel où barbotent des squales, nous mettra mal à l’aise : est-ce possible ? Que l’une des bestioles ait pris l’ascenseur jusqu’à la piscine, y ait boulotté son repas sans trop d’appétit, avant de redescendre à la cave et de replonger dans le lac, nous énervera : STEINFEST nous prendrait-il pour des cons ?

Sauf que… Sauf qu’en lisant le dénouement, on regrettera presque que ça ne soit pas tout à fait ça. Que tant qu’à faire, STEINFEST aurait dû… Qu’on était bien parti. Qu’on était prêt à avaler ça, avec la piscine, le lac et les requins. Que ça nous aurait changés des couleuvres… Parce qu’on se fout du loufoque, quand STEINFEST est en cuisine. Qu’il peut tout faire passer et nous faire tout digérer, en mitonnant ses enzymes.

La fiction, c’est moins de coller à la réalité que de rendre l’incroyable crédible, voire inévitable. STEINFEST l’a compris, pour le plus grand plaisir des rêveurs que nous voulons rester.

 

 

*

 

Et profitons-en pour vous donner quelques informations complémentaires :

 

Repères biographiques

Né en Australie en 1961, Heinrich Steinfest est d'origine autrichienne. Il grandit à Vienne puis s'installe à Stuttgart, où il vit aujourd'hui en tant que romancier et essayiste. Après avoir publié de petits récits inspirés par la science-fiction, il se lance dans le polar avec un succès grandissant, devenant quatre fois lauréat du Prix du Polar Allemand et d'autres prix (Prix du polar de Stuttgart, Meilleur polar de l'année pour le journal Die Zeit ou encore le prix Heimito-von-Dorerer qui récompense l'œuvre intégrale d'un auteur).
Avec un humour décapant et un grand sens littéraire, il développe des personnages farfelus, tels que l'inspecteur Lukastik - grand admirateur de Wittgenstein, mangeur de soupe et propriétaire d'une Ford Mustang or mat - ou Markus Cheng - qui n'a de Chinois que le nom, et vivote de son métier de détective privé.
Ont été traduits en français : Sale cabot ("Ein sturer Hund") en 2006, Requins d'eau douce ("Nervöse Fische") en 2011, et Le onzième pion ("Die feine Nase der Lilli Steinbeck") en 2012.

 

Autres titres du même auteur parus en français

 

28 - C. O. - sale-cabot.jpg
 



Heinrich Steinfest

Sale cabot

Traduction : Corinna Gepner

Paris, Phébus, 2006

 



Sale cabot

Un écrivain raté constate avec délice qu'il a au moins un lecteur, celui-là même qui emprunte, devant ses yeux, les exemplaires de ses trois romans qu'il a eu tant de mal à imposer à sa bibliothèque publique locale. Intrigué autant que ravi, il se met à pister l'homme, jusqu'à sa rencontre avec une femme étrange, du genre vamp, qui le raccompagne chez lui. Depuis l'immeuble d'en face, l'écrivain assiste alors à une scène effroyable : on tue son unique lecteur ! Lorsqu'il apprend qu'une erreur judiciaire est sur le point d'être commise, le malheureux homme de lettres fait appel au détective privé Markus Cheng. Ce Chinois manchot, plus habile de ses neurones et toujours accompagné par son chien Oreillard, se lance dans les rues de Stuttgart - la " plus grande banlieue d'Allemagne" - à la recherche de la coupable. A moins que de coupable, il n'y en ait pas qu'une et que la solution se trouve loin de cette ville... Avec un art consommé du récit à chausse-trapes, Steinfest nous mène au cœur de notre époque: il y fait nuit noire. Traduction Corinba Gepner.

Ajoutons que le délicieux Oreillard n'est pas un sale cabot du tout ! « Ein sturer Hund » pourrait même se traduire, avec un peu d'empathie, par « un chien philosophe ».

 

 29 - C. O. - Onzième pion.jpg

 


Heinrich Steinfest

Le onzième pion

Traduction : Corinna Gepner

Paris, Carnets Nord, 2012

416 pages

 



Le Onzième pion

Georg Stransky dîne tranquillement avec femme et enfant quand un étrange projectile perturbe ce moment de paix : une pomme, lancée par la fenêtre. Farce d'adolescent ? À première vue, mais au matin, Georg a disparu. Une mise en scène loin de surprendre Lilli Steinbeck, spécialiste des questions d'enlèvements, qui découvre que Stransky est le huitième à se volatiliser après avoir croqué la pomme. Cette inspectrice rousse et séduisante, dotée d'un nez difforme et d'un grand flair, célibataire et couche-tôt, se lance à la recherche de Stransky. Accompagnée d'un détective obèse rencontré à Athènes et d'un tueur à gages finlandais, Lilli Steinbeck va mettre les pieds dans une machination internationale. Un jeu d'échecs mortel où les dix pions sont des hommes. Si Lilli, élément perturbateur - onzième pion -, parvient à ramener le disparu dans son Allemagne natale, la partie sera terminée.

 

 

*

 Mis en ligne par Catherine, le 22 janvier 2013


 

 

 

 

 

 

26/12/2012

Bonne Année 2013 !

Bone année 2013 à nous et à nos débris spatiaux.jpg

 

Bonne Année 2013 !

Meilleurs voeux à nous tous et à nos déchets dans l’espace.

Catherine,

Kahem,

Marie,

Théroigne

et toute l'escadre.

00:29 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/12/2012

Depuis le palais Livadia...

1. Ivan Constantinovich Aivazovsky - View of Yalta (detail).jpg

Depuis le palais Livadia...

 

Quand nous avons quitté Israël Shamir, en octobre dernier, il se préparait à laisser le Vietnam et le Cambodge. Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous tous les ponts du monde, et M. Shamir a poursuivi sa tournée des grands ducs. Le voici présentement en Crimée, après un détour par le Bosphore dont nous vous dirons quelques mots plus loin.

En Crimée : plus précisément au palais Livadia, ex-résidence estivale des tsars.

 

2. LIVADIA - 602827_NTR728UDJ75ZCU8WFIX5VS4P11NKCR_p1050524_H115501_L.jpg


Ce que les moins de 40 ans ne savent sans doute pas et que les plus de 40 ans ont probablement oublié, c'est que le palais Livadia est un des plus célèbres du monde, car c'est là qu'en 1945 l'Europe a été partagée en deux « blocs », après moultes discussions et marchandages entre Franklin Delano Roosevelt et Winston Churchill d'une part, représentant le bloc anglo-saxon, et Joseph Staline d'autre part, représentant les vainqueurs d'Hitler et « alliés » de principe, qu'il avait importé si fort d'empêcher d'atteindre l'Atlantique.

 

4. usa_churchill_roosevelt_stalin_yalta_fev_1945.jpg


Bref, le palais Livadia se trouve à Yalta, les pieds dans la Mer Noire, et c'est la raison pour laquelle notre bateau d'aujourd'hui, est un détail du tableau monumental Vue de Yalta, d'Ivan Constantinovitch Aivazovsky.

Ce voyage était l'occasion, pour Israël Shamir et pour le professeur A.D. Hemming, de l'Université de Canterbury (Nouvelle Zélande), de revenir sur cette époque et de nous livrer un portrait revisité de Winston Churchill. Si vous avez été surpris par Pol Pot, vous le serez peut-être davantage encore par l'homme à l'éternel cigare, quoique pas nécessairement dans le même sens.

L'idée de se repencher sur ce moment de l'histoire, après la mise dans le domaine public (enfin ! enfin ! enfin!) des archives britanniques, vient du Pr. Hemming, qui est un passionné de ces choses. Les deux hommes se sont rendus ensemble in situ et ont signé ensemble, dans les colonnes de Counterpunch, le texte qui suit.

Une perspective depuis le palais Livadia

Israel Shamir et A.D. Hemming

J'avais eu du mal à conduire jusqu'au somptueux palais Livadia à la blancheur éclatante. Jadis résidence royale d'été édifiée par le dernier tsar de Russie, qui s'y rendait souvent, il se dresse en haut d'une pente assez raide, au milieu d'un parc spacieux qui descend jusqu'à la Mer Noire, au loin, et la route n'est pas rassurante du tout. Mais le détour en vaut la peine, car la vue est superbe, on embrasse toute la baie de Yalta, les quelques bateaux au port, et la mer reflétant les montagnes revêtues de pourpre automnale. J'avais donc tout le palais pour moi, lorsque je répondis à un appel depuis Washington, reçu en fait grâce au téléphone portable dans la chambre tapissée de chêne qui avait jadis été assignée à Roosevelt.

C'est dans ce palais que s'était tenue la conférence historique de Yalta en février 1945; la table circulaire autour de laquelle avaient pris place Franklin D. Roosevelt, Winston Churchill et Joseph Staline est toujours là; il s'y partagèrent le butin de la guerre et fixèrent l'ordre résultant de la Deuxième Guerre mondiale qui a tenu près d'un demi siècle. Mon guide «Lonely Planet» mentionne Livadia come le lieu où Staline a «fait reculer Churchill». Mais que s'était-il vraiment passé entre Staline et Churchill ? Nous savons que tout de suite après la guerre, dans son discours de Fulton, Churchill mit en route la Guerre froide, mais tout le monde ne sait pas que c'était là son second choix, car son premier choix avait été une guerre bien réelle contre la Russie soviétique, afin «d'imposer à la Russie la volonté des USA et de l'empire britannique» projet explicite.

Il y a des découvertes historiques qu'il faut rappeler constamment, parce quelles n'ont pas encore pénétré notre perception commune du monde. L'une des révélations de ce genre qui ne doit jamais être oubliée est l'histoire bien cachée de l'ultime tricherie prévue en 1945 : après quatre ans d'une guerre terrifiante, alors que les alliés venaient juste de battre Hitler, le premier ministre britannique Winston Churchill préparait une attaque surprise contre l'un d'eux, la Russie, en coalition avec les troupes nazies de la Wehrmacht allemande. L'assaut surprise contre les Russes aurait dû commencer tout près de Dresde le 1er juillet 1945.

Churchill essaya d'utiliser, outre 47 divisions britanniques et américaines, dix divisions allemandes de choc qu'il n'avait pas désarmées afin de pouvoir les renvoyer sur le front est pour attaquer les Russkoff. Churchill avait hâte de déclencher cet assaut sur l'armée de Moscou, sans déclaration de guerre, exactement comme l'avait fait, en toute perfidie, Hitler, en 1941. Sir Alan Brooke, officier à la tête de l'armée britannique dit de Churchill qu'il était «impatient de se jeter dans une nouvelle guerre».

Staline eut connaissance du plan, et cela confirma ses pires craintes quant aux intentions britanniques; cela lui fit renforcer sa main mise sur l'Europe orientale et contribua à le rendre encore plus implacable. Après mûre réflexion, le président Truman refusa de donner à Churchill son soutien : la guerre contre le Japon était loin d'être finie, la bombe atomique n'était pas encore opérationnelle, et il avait besoin de l'aide soviétique. (Peut-être Roosevelt aurait-il refusé plus rapidement, mais il était mort très peu de temps après Yalta). «L'opération impensable» avorta, fut archivée et dormit sur une étagère durant de longues années, jusqu'au jour où elle fut livrée au public en 1998. 

En mai 1945, les Britanniques se gardèrent donc de désactiver quelque 700.000 soldats allemands et officiers. Les Allemands rendirent leurs armes, mais celles-ci furent stockées, et non détruites, sur ordre explicite de Churchill, qui essaya de réarmer les Allemands et de les lâcher sur les Russes. Le gouverneur militaire britannique, Montgomery, tenta d'expliquer, dans ses Notes sur l'occupation de l'Allemagne, que les unités allemandes n'étaient pas dispersées parce que «ne nous ne savions pas où les mettre si on les relâchait dans la nature, et nous ne pouvions pas les surveiller s'ils se dispersaient». Pire encore : les Anglais n'auraient pas pu s'en servir comme de travailleurs esclaves et les affamer, s'ils étaient considérés prisonniers de guerre («ll aurait fallu les nourrir, ce qui voulait dire leur fournir des rations à grande échelle». ) Cette explication ne tient guère, mais dans une note manuscrite qu'il a laissée derrière lui, il donnait la vraie raison, qui était la pire de toutes : Churchill «m'a ordonné de ne pas détruire les armes des deux millions d'Allemands qui s'étaient rendus à Lunebourg Heath le 4 mai. Il faut tout garder, nous pourrions avoir à combattre les Russes avec une assistance allemande». 

L'histoire complète a été publiée par David Reynolds dans son étude sur la Seconde guerre mondiale (il avait remarqué que Churchill omettait ce chapitre dans ses Mémoires). Les documents originaux ont été publiés par les archives nationales britanniques et ont été plus ou moins repris sur le web, et transcrits sur l'excellent blog How it really was.

Mais l'histoire n'a pas encore atteint la conscience collective au même niveau que les accusations contre les Soviétiques, qui constituent une bonne part du décor de notre vision historique. Nous savons tous que Staline avait passé un accord avec Hitler avant la guerre, et qu'il a gardé l'Europe de l'Est sous contrôle après la guerre. Mais on ne nous donne pas le récit des circonstances de la chose. Même ceux qui ont entendu parler de «l'Opération Impensable» s'imaginent en général que c'est là juste un exemple de propagande staliniste.

C'est pourtant ce qui explique pourquoi Staline considérait Churchill, dans les années 1930, comme un ennemi encore plus implacable des Soviétiques que Hitler, et pourquoi il était prêt pour le pacte Molotov-Ribbentrop. Il comprenait Churchill mieux que beaucoup de ses contemporains, et il connaissait sa haine pathologique du communisme.

Déjà lorsqu'avait pris fin la Première Guerre mondiale, en novembre 1918, Churchill avait proposé une nouvelle politique : «Liquider les bolchos et caresser les Huns dans le sens du poil» (ces remarques sont citées par son hagiographe sir Martin Gilbert). En avril 1919, Churchill faisait allusion aux «objectifs infra-humains» des communistes de Moscou, et particulièrement aux «millions d'Asiatiques» de Trotski. La montée du fascisme ne changea rien à sa façon de penser. En 1937, alors que les lois de Nuremberg étaient déjà en place, il proclama à la Chambre des Communes: «je ne prétendrai pas que, si je devais choisir entre communisme et nazisme, je choisirais le communisme». Les communistes étaient des «babouins», mais Adolf Hitler en revanche «s'inscrirait dans l'histoire comme celui qui avait restauré l'honneur et la paix de l'esprit dans la grande nation germanique». En 1943, il suppliait Benito Mussolini d'arracher l'Italie aux communistes, et il a dit que «les grandes routes de Mussolini resteront comme un monument à la gloire de son pouvoir personnel et de son long règne». Cette remarque, il l'a gravée pour l'éternité en la casant dans le cinquième volume intitulé «L'anneau se referme» de son histoire en plusieurs tomes de la Seconde Guerre mondiale.

Churchill considérait le communisme comme un «complot juif», et son amour pour le sionisme était en partie fondé sur sa croyance que les sionistes sauraient extirper les idées communistes de la mentalité juive. En 1920, bien avant Henry Ford, il parlait du juif international : «cet élan parmi les juifs n'est pas nouveau. Depuis l'époque de Spartacus Weishaupt (1798) jusqu'à l'époque de Karl Marx, puis sa descendance chez Trotski (en Russie), Bela Kun (en Hongrie), Rosa Luxembourg (en Allemagne) et Emma Goldman (aux USA), cette conspiration mondiale pour en finir avec la civilisation et reconstruire la société sur la base d'un développement bloqué, qui a sa source dans une malignité envieuse, et un rêve impossible d'égalité, n'a pas cessé de croître. Ils sont devenus pratiquement les maîtres indisputés de cet énorme empire (la Russie)». Hitler ne faisait en somme que plagier Churchill…

Si Churchill avait pu suivre son idée, qui sait comment cela aurait fini, et combien d'autres personnes auraient été tuées ? L'Armée Rouge avait quatre fois plus de soldats et deux fois plus de tanks que les Anglais et les Américains réunis. Une armée entraînée sur les champs de bataille, bien équipée, et qui venait de prendre deux mois de repos. Il est probable que les Russes auraient été capables de refaire la geste de 1815 et de libérer la France, avec le soutien de son mouvement communiste puissant. Ou alors les Soviétiques auraient été repoussés jusque dans leurs frontières, et la Pologne aurait rejoint l'Otan en 1945 au lieu d'attendre 1995. Le président US fit échouer le plan de Churchill; Truman était bien l'assassin de masse d'Hiroshima, mais il n'était pas d'humeur suicidaire.

En 1945, Churchill redoutait que les Russes continuent leur marche vers l'ouest jusqu'en France et jusqu'à la Manche. Voilà l'explication du son «Opération Impensable». Pourtant, Joseph Staline était scrupuleusement droit, dans ses négociations avec l'Occident : non seulement il n'envoya pas ses tanks vers l'Ouest, mais il ne franchit jamais les lignes établies dans le palais Livadia par la conférence de Yalta en février 1945.

Il n'offrit pas de soutien aux communistes grecs qui étaient tout près de la victoire et qui auraient gagné, si les Britanniques n'étaient pas intervenus. Les Grecs supplièrent Staline de leur envoyer de l'aide, mais il leur répondit qu'il avait donné sa parole à Churchill : «les Russes auront 90% de pouvoir en Roumanie, les Britanniques 90% en Grèce, et ce sera 50/50 en Yougoslavie». Il n'aida pas non plus les communistes français, ni les italiens, et retira ses troupes d'Iran. Il était un allié de toute confiance, même avec des gens qui n'étaient absolument pas fiables. Ce n'était pas un adepte de la démocratie parlementaire, mais ses partenaires, les dirigeants anglo-américains, ne l'étaient pas non plus; ils acceptaient la démocratie seulement quand les résultats électoraux leur convenaient; ils empêchaient la victoire électorale des communistes par les armes, ils imposaient la victoire anti-communiste par les mêmes moyens.  

Ainsi donc la félonie de Churchill ne lui fut pas indispensable pour atteindre ses objectifs initiaux. Il est probable que les soldats anglais et américains n'auraient pas compris l'idée de combattre les Russes, pour la victoire desquels ils avaient prié à peine quelques semaines plus tôt, ces mêmes Russes qui les avaient sauvés alors que la contre-offensive allemande, dans les Ardennes, était sur le point de refouler leurs armées jusqu'à Dunkerque. Heureusement, cela ne déboucha pas sur un procès : le peuple anglais vota contre le vieux fauteur de guerres.

L'idée d'utiliser le potentiel militaire allemand et nazi contre les rouges ne disparut pas, cependant. Dans un morceau de bravoure au titre provocant, Comment les nazis ont gagné la guerre, Noam Chomsky a pu écrire ; «...le Département d'Etat et le renseignement britannique (...) prirent avec eux certains parmi les pires criminels nazis et les utilisèrent, tout d'abord en Europe. C'est ainsi que Klaus Barbie, le boucher de Lyon, fut récupéré par le renseignement US et remis au travail».

« Le général Reinhard Gehlen était le chef du renseignement militaire allemand sur le front de l'est. C'est là où se passaient les véritables crimes de guerre. Maintenant nous parlons d'Auschwitz et d'autres camps de la mort. Gehlen et son réseau d'espions et de terroristes furent rapidement récupérés par les services américains, et reprirent les mêmes rôles pour l'essentiel ».

C'était un coup de canif dans les accords de Yalta, parmi bien d'autres qu'allait commettre l'Occident.

« Recruter des criminels de guerre nazis et les sauver était très mal, mais imiter leurs activités était pire». « L'objectif des USA et de l'Angleterre », écrit encore Chomsky, « était de détruire la résistance anti-fasciste et de restaurer l'ordre traditionnel, essentiellement fasciste, celui du pouvoir ».

« En Corée, restaurer l'ordre traditionnel signifia faire périr environ 100.000 personnes à la fin des années 1940, avant que la guerre de Corée pût commencer. En Grèce, cela signifia briser la résistance antinazie et restaurer le pouvoir des collaborateurs du nazisme. Lorsque les troupes anglaises et américaines arrivèrent en Italie du sud, elles réinstallèrent tout bonnement l'ordre fasciste : celui des industriels. Mais le gros problème survint lorsqu'elles atteignirent le nord du pays, que la résistance italienne avait déjà libéré. La vie avait repris, l'industrie s'était remise à tourner. Nous avons dû démanteler tout cela et restaurer l'ancien pouvoir.»

« Ensuite nous (les Américains) avons travaillé à détruire le processus démocratique. La gauche allait visiblement gagner les élections : la résistance lui avait apporté beaucoup de prestige et l'ordre traditionnel conservateur était discrédité. Il n'était pas question que les USA tolèrent cela. Dès sa toute première réunion, en 1947, le National Security Council décida de suspendre toute aide alimentaire à l'Italie et d'utiliser tous les autres moyens de pression possibles pour saboter ces élections ».

« Mais que se serait-il passé si les communistes avaient gagné quand même ? Dans son premier rapport – NSC 1 -, le Conseil dressa ses plans pour y faire face : les USA déclareraient l'état d'urgence dans tout le pays, mettraient la Sixième Flotte en alerte dans la Méditerranée, et soutiendraient des activités paramilitaires chargées de renverser le gouvernement italien. C'est un patron qui a été réactivé dans beaucoup d'autres cas. Si vous observez bien la France, l'Allemagne, le Japon, pour ne citer qu'eux, vous verrez que l'histoire s'y est répétée à peu près de la même façon. »

Selon Chomsky, les USA et la Grande Bretagne ont toujours été en priorité hostiles au communisme. Les nazis ne venaient pour eux qu'au second rang des régimes détestés. Bien que le racisme soit aujourd'hui officiellement tabou, il n'y a aucune raison de penser que l'Allemagne nazie ait été beaucoup plus raciste que l'Angleterre ou les USA. Aux USA, le mariage entre noirs et blancs a été considéré comme illégal ou criminel jusqu'à une date très récente; le lynchage des noirs y était chose courante. Les Britanniques ont pratiqué le nettoyage ethnique dans le monde entier, de l'Irlande à l'Inde. L'URSS était le seul grand État non raciste, gouverné par (outre des Russes) des Géorgiens, des Juifs, des Arméniens et des Polonais. Les mariages mixtes y étaient encouragés, et une sorte de multiculturalisme était la doctrine opérationnelle. Mais ce qui était impardonnable, inadmissible, c'était son communisme. 

Même si Churchill n'a pas envoyé la Wehrmacht attaquer les Russes en 1945, le virage vers la Guerre froide a été loin de se faire sans effusion de sang. En Ukraine, les USA ont soutenu et armé les nationalistes pro-nazis pendant de nombreuses années. Et le bombardement d'Hiroshima au nucléaire peut lui-même être considéré, selon le New Scientist, comme le premier acte de la Guerre froide :

« La décision US de lâcher des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en 1945 fut conçue comme le coup d'envoi de la Guerre froide plutôt que comme le point d'orgue de la Seconde Guerre mondiale. C'est ce que disent deux historiens spécialistes du nucléaire, qui affirment détenir de nouvelles preuves pour étayer leur théorie. Selon eux, la décision de tuer plus de 200.000 personnes fut prise, il y a 60 ans, pour intimider l'Union soviétique, bien plus que pour venir à bout du Japon. Et le président US qui prit la décision, Harry Truman, fut sans conteste le coupable», ajoutent-ils. (Pour davantage de preuves qu'Hiroshima fut bombardée au nucléaire pour impressionner les Russes, voir ici.) 

Si c'est le cas, la guerre de l'OTAN de 1999 contre la Yougoslavie était l'une des dernières guerres contre ce qui restait du communisme; et ce que nous observons en ce moment en Syrie peut être vu comme un ultime coup de torchon, dans la mesure où le régime syrien est plus ou moins socialiste.

Cependant, je me dois de vous dire que, parmi les historiens russes modernes, cette théorie - selon laquelle les politiques occidentales sont totalement motivées par un violent anti-communisme idéologique - a été mise en doute et même niée, pour les excellentes raisons qu'à 60 miles de Livadia se trouve la forteresse de Sébastopol, où les forces unies britanniques et françaises ont tenté, dans les années 1850, de soumettre les Russes tsaristes, non communistes, et qu'en 2008, la baie de Yalta a reçu la visite de navires de guerre US, durant la confrontation entre la Géorgie pro-occidentale et la fort peu communiste Russie de Poutine.

Devrait-on expliquer cela par la lutte géopolitique pour occuper le centre (Heartland), comme le fait Mackinder, ou par le raisonnement théologique selon lequel la chrétienté orthodoxe est confrontée à une offensive des hérétiques ? ou encore par le concept chomskien du noyau contre la périphérie ? La réponse dépasse l'horizon de cet article.

Les Russes restent les Russes, qu'ils soient communistes, orthodoxes chrétiens ou un simple Etat de la périphérie qui ne se soumet pas au centre. Joseph Staline est l'homme qui en a eu, à une certaine époque, la charge : un homme dur, mais qui avait une dure tâche à accomplir, face à des gens durs. Le blanc palais de Livadia est particulièrement indiqué pour méditer sur ces événements historiques si lourds de conséquences. 

[Documentation et idée du professeur Hemming] Israël Shamir est actuellement en Crimée. On peut le joindre à l'adresse  adam@israelshamiur.net .

Traduction: Maria Poumier

Sources :

http://www.counterpunch.org/2012/11/30/a-view-from-livadi...

http://www.israelshamir.net/French/Livadia.htm



[ Le Pr. A.D. Hemming a commencé sa carrière de militant des causes progressistes au début des années 1960. C'est un chercheur, un poète, un journaliste, un historien, et il a commencé à user ses chaussures dans les manifestations pour les Droits civiques dans le sud des Etats-Unis, lorsqu'il était adolescent. - N.d.LGO]


*

Rien de tout ceci ne devrait nous surprendre, depuis les décennies que l'irremplaçable William Blum s'échine à nous le démontrer. C'est d'ailleurs sur son site Third World Traveler, qu'a paru le texte de Chomsky How the nazis won the war.

D'aucuns continuent à trouver que le socialisme dans un seul pays, défendu par Staline,  n'était pas vraiment une bonne idée, même en préférant l'efficacité aux principes, et à penser qu'il a joué, à Yalta et ensuite, le rôle d'un parfait jobard. Mais avait-il le choix, avec pas loin de trente millions de morts et un pays dévasté sur les bras ?

«Comprendre et ne pas juger» dit le camarade Simenon. C'est «comprendre» qui est diablement difficile.

Quant à Winston Churchill, qu'est-ce, en fait, une fois évacuées les propagandes de guerre ? Un aristocrate. Un aristocrate au sens – ô combien péjoratif – où l'entendaient les jacobins de la Première République : un représentant extrême de l'irréductible lutte des classes. Du genre à revenir de Coblence pour incendier les moissons.

De ses débuts à sa mort, le légendaire Sir Winston n'a jamais été rien d'autre et n'a jamais défendu d'autres intérêts que ceux de sa classe, c'est-à-dire de l'empire (bien plus que la reine elle-même et tous les Hanovre mis ensemble).

Que ce soit comme militaire – en Inde, au Soudan, en Afrique du Sud (2e guerre des Boers) – comme ministre du commerce, comme secrétaire du Home Office, autrement dit ministre de l'Intérieur ou comme chef à vie du Parti Conservateur, Churchill n'a jamais fait la guerre qu'aux pauvres. Aux «infra-humains», comme il l'a dit, aux sous-hommes.

Un épisode encore mal connu parce que mal étudié et surtout occulté de la lutte des classes à l'échelle européenne, prouve qu'en projetant d'attaquer son allié, Sir Winston était tout simplement fidèle à lui-même.

L'affaire de Sidney Street


Pour comprendre cet épisode de l'histoire d'Angleterre, il faut remonter jusqu'à la révolution balte de 1905.

Qui étaient les révolutionnaires ? Des juifs lettons. Pour la plupart anarchistes, même si quelques-uns appartenaient au Parti Démocratique Letton, à tendance marxisante. Ils avaient été victimes de pogroms, s'étaient organisés, puis soulevés. La police tzariste les avait réprimés avec une férocité rare même pour elle : ceux qui n'avaient pas été exécutés avaient eu à subir de si terribles bastonnades, que les rescapés s' étaient juré de ne pas retomber vivants – jamais ! - aux mains du pouvoir quel qu'il fût. Ceci est important pour comprendre ce qui allait se passer en Angleterre.

En 1910, il y avait dans ce pays et principalement dans l'East End de Londres, un certain nombre de ces vaincus en exil. Tous nommément connus des services secrets et répertoriés « anarchistes ».

De ces désespérés qui n'avaient littéralement plus rien à perdre, quelques-uns se mirent à pratiquer le cambriolage à main armée, tant pour subvenir à leurs besoins immédiats que pour aider les activités révolutionnaires de ceux restés au pays.

Le 16 décembre 1910, deux de ces hommes tentèrent de braquer une bijouterie, sise au 119 Houndsditch, dans la City. Mais quelqu'un les entendit, donna l'alerte et neuf policiers se pointèrent. A cette époque, les bobbies n'étaient pas armés, détail qu'ignoraient les Lettons. Aux premières sommations, ils tirèrent, abattant cinq policiers : trois morts et deux blessés. Un des Lettons aussi était mort, victime d'une erreur de tir d'un de ses camarades. Il s'appelait George Gardstein.

Le choc, dans la population, fut énorme, compte même non tenu de l'influence des journaux et autres moyens de semer la panique.

C'est là qu'intervient probablement Winston Churchill, car une décision dut bien être prise quelque part : Une chasse à l'anarchiste fut décrétée, préfigurant toutes les chasses aux « terroristes » d'aujourd'hui. Plus de 700 hommes, armés cette fois jusqu'aux dents (200 policiers et 500 militaires, principalement des Scotch Guards) furent déployés pour traquer deux hommes, réfugiés dans une maison de Sidney Street (n°100). Aucun des deux n'avait rien à voir avec le cambriolage qui avait mal tourné à Houndsditch, mais qu'importe, c'étaient des anarchistes. Ils s'appelaient Fritz Svaars et William Sokoloff.

Le siège de Sidney Street (dit aussi bataille de Stepney) se déroula le 3 janvier 1911, sous les yeux d'une foule considérable, de nombreux journalistes, reporters, caméramen des actualités cinématographiques et... de Winston Churchill. Il ne fut jamais question d'inviter les deux hommes à se rendre. Faute d'arriver à les déloger, même en leur tirant dessus des toits et de tous les bâtiments environnants, les assiégeants finirent par mettre le feu à l'immeuble où ils se trouvaient. Les deux assiégés retournèrent les tirs jusqu'à la dernière minute, de l'intérieur même du brasier. On retrouva leurs corps carbonisés.

Force était restée à l'empire, sinon à la loi, et on ne devait plus entendre parler de lutte des classes à Londres jusqu'en 1912, où eut lieu, dans ce même East End, la grande grève des tailleurs, qui fut le chant du cygne de l'anarchie londonienne d'origine balte.

Qu'était-il arrivé aux autres révolutionnaires en exil ? Avons-nous dit que les services secrets britanniques n'ignoraient rien de leurs identités et de leur localisation ? Mais alors, à quoi avait bien pu rimer le sanglant épisode du massacre à grand spectacle de deux hommes ? On sait que Winston Churchill a été présent sur les lieux presque du début à la fin. Des questions ont été posées, y compris par Lord Balfour, dont aucune n'a jamais reçu de réponse.

5. Churchill at Sydney Street siege -templa1.jpg
Siège de Sidney Street.

Winston Churchill est le premier des deux hommes en chapeau haut de forme.

 

De l'Inde à la Guerre Froide, en passant par le Soudan, le Transvaal, l'Irlande, Sidney Street, la Palestine, et aujourd'hui l'Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Syrie et l'Afrique pas encore sous la protection de la Chine, l'empire britannique et ses représentants de pointe, qu'ils s'appellent Churchill, Blair ou Cameron, n'ont jamais fait la guerre, répétons-le, qu'aux pauvres et à ceux qui, comme la Russie, même tzariste, ne se soumettent pas à leurs insatiables appétits.

Et Hitler ? Oh, Hitler, il n'avait qu'à ne pas se faire battre par Staline, tant pis pour lui !

 

 

*

 

Vers un rapprochement de la Grèce et de la Turquie ? Il serait temps !

 

Nous avons parlé du Bosphore et du détour qu'y a fait, apparemment à loisir, M. Shamir, en route pour la Crimée.

Il serait dommage de se priver des réflexions qu'il a tirées de cette visite. Laquelle avait été précédée d'une exhortation aux Turcs en général et à M. Erdogan en particulier : Cessez le feu ! Ne faites pas la guerre à la Syrie ! Rapprochez-vous plutôt des Grecs ! Et autres conseils de bon sens, que les Turcs ne demandent qu'à suivre mais que M. Erdogan n'écoutera pas, parce que celui que Zeus veut perdre...

Quoi qu'il en soit, voici ces deux textes passionnants qui traitent à la fois de l'actualité et de la Turquie :

 

The-Bosphorus.jpg

Cessez le feu les Turcs !

par Israël Adam Shamir

Dans la corrida qui se déroule au Moyen Orient, le moment de vérité se rapproche à grands pas. La Syrie d'Assad est le taureau blessé qui fonce lourdement dans l'arène, fatigué par une longue année de harcèlement. Les banderilles des moudjahidines sont fichées dans son échine déchirée. Le public, Européens, Américains, dirigeants du Golfe, s'égosillent : à mort, à mort, Assad ! Et le matador turc de faire un pas en avant, et de tirer son épée. Ses canons envoient des rafales mortelles sur les pentes syriennes, une tempête de feu et de plomb s'abat sur les collines. Erdogan se prépare à donner le coup de grâce à son voisin harassé.

 « Arrête, Erdogan, ne fais pas ça, laisse tomber ! » lui crient des milliers de Turcs qui manifestent contre cette guerre sanglante. La Syrie a été un bon voisin pour la Turquie: Assad n'a pas permis aux séparatistes kurdes d'ouvrir leur second front contre les Turcs, il leur a remis Ocalan, il n'a pas fait de la perte d'Antioche une cause nationale, il a maintenu l'armée israélienne au large, il a encaissé le choc de la guerre au Liban en soutenant les vaillants guerriers du Hezbollah. La Syrie, après Assad, sera bien pire pour la Turquie.

Si les janissaires d'Erdogan organisent une attaque par traîtrise contre la Syrie, et provoquent son effondrement, il s'ensuivra une tornade terrifiante qui s'abattra sur la Turquie aussi. L'inévitable massacre de Syriens chrétiens par les moudjahidines, avec le soutien de la Turquie, rappellera au monde les nombreux villages et bourgs chrétiens que les Turcs victorieux ont jadis écrasés et dépeuplés, et qui sont maintenant bien oubliés. Les fantômes des Arméniens et des Grecs massacrés se dresseront au dessus des ruelles de Smyrne et des rives de Van. Depuis la Syrie brisée, un Kurdistan définitif verra le jour, qui réduira la Turquie aux proportions que lui avait dévolues le Traité de Versailles.

Ce sont les Saoudiens qui seront les grands gagnants de la guerre, et non pas les Turcs. Le rêve du califat aura pour centre le Golfe, et non pas le Bosphore. De leurs propres mains, les Turcs sont en train de creuser leur défaite.

Les bonnes relations avec la Russie en souffriront gravement. La Russie a invité la Turquie à restreindre ses actions, et lui a rappelé la terrible responsabilité que doit endosser l'agresseur. La Russie veut que la Syrie trouve sa propre issue à la crise. La Russie est le plus grand partenaire commercial de la Turquie; des milliers d'ingénieurs turcs et de techniciens travaillent en Russie, des milliers de Russes passent leurs vacances en Turquie.

Et surtout, les relations entre la Russie et la Turquie sont importantes au-delà des considérations mercantiles. Ce sont deux grands pays, les deux héritiers de l'empire romain d'Orient, ou empire byzantin. Les Ottomans en ont hérité l'essentiel de leur territoire, plus tard morcelé en 1918; la Russie pour sa part héritait de son esprit et de sa foi, ses ramifications les plus importantes. Si l'on cherche à établir des symétries, il faut regarder du côté de l'empire romain d'Occident: son corps central, l'Europe de l'Ouest, a été fragmenté et se trouve en processus de réunification, et sa ramification la plus importante, ce sont les USA qui  ont hérité de son esprit impérial.

Les Russes et les Turcs sont très semblables; les Turcs sont « des Russes en shalvars », comme ils disent. Les deux nations ont traversé la modernisation et l'occidentalisation sans perdre leur identité propre. Les deux nations sont passées par un violent déni de leur foi entre les années 1920 et 1990, et ont redécouvert leurs pentes religieuses naturelles ensuite.

Les Russes voient les Turcs comme des humains égaux, et ils  sont en empathie avec eux. Le brillant historien russe Lev Goumilev a exalté la camaraderie des frères d'armes russes et turcs qui avaient su briser la vague des croisades occidentales des XIII° et XIV° siècles. A l'époque moderne, Lénine a donné un coup de main à Mustapha Kemal et  a renoncé à toutes les prétentions russes sur la Turquie vaincue, parce qu'il espérait que la Turquie reprendrait son rôle historique de protecteur de l'Orient. Les Russes et les Turcs doivent rester amis. Si les Russes disent à Erdogan « n'y va pas », il devrait  les écouter. Seulement c'est lui qui a abattu leur avion.

Les Russes ne sont pas obsédés par Bachar al-Assad, et il n'est pas non plus leur meilleur ami. Il est arrivé au pouvoir en 2000, mais sa première visite à Moscou n'a pas eu lieu avant 2005, car il frayait jusque là avec Paris et Londres. Le commerce de la Russie avec la Syrie n'est pas énorme, d'ailleurs. Le premier ministre israélien Netanyahu a promis au président Poutine de protéger les intérêts russes en Syrie  si les rebelles gagnent. Les Russes ne sont pas égoïstes; ils insistent sur une transformation pacifique, selon la volonté des Syriens, et s'opposent au viol de la Syrie qu'envisagent les Saoudiens et l'Occident.

Les relations de la Turquie avec l'Iran vont en souffrir. Pour l'Iran, la Syrie est un partenaire important, une fenêtre sur la Méditerranée. La victoire des forces pro-américaines en Syrie refermera cette fenêtre. Les Iraniens en voudront terriblement à la Turquie, ce n'est pas une bonne idée de saccager ces relations.

Le peuple turc ne veut pas de la guerre contre la Syrie; les généraux turcs eux-mêmes ne sont pas chauds pour qu'on lâche la meute. Seuls les pro-Otan occidentalisés, à l'intérieur de la classe dirigeante turque, veulent renverser le gouvernement légitime de Damas. Il y a d'autres Turcs qui se souviennent que la soumission envers les Occidentaux  n'a  jamais été le bon choix  pour la Turquie, ni pour la Russie.

Je comprends pourquoi les dirigeants turcs ont décidé de soutenir les rebelles il y a un an : ils se sont laissé égarer par la ritournelle commune du Golfe et de l'Ouest,  selon laquelle le gouvernement syrien allait s'effondrer très vite, et ils voulaient se retrouver du côté des gagnants. Mais après la bruyante campagne médiatique, la réalité s'est imposée, et elle a démenti les prophéties : malgré les milliards de dollars dépensés par le Qatar, les Saoudiens et les Occidentaux, malgré les tas d'armes amenés par la frontière turque, le régime d'Assad est resté solide, et jouit encore du soutien populaire.

C'est le moment de se ressaisir. Dans tous les jeux, il arrive un moment où il faut revoir ses positions, quand le joueur décide ne pas mettre sur la table sa bonne monnaie après avoir déjà perdu la mauvaise. Et le repositionnement a commencé, avec le mouvement des Turcs qui demandent des comptes, le bilan des pertes, que l'on arrête de soutenir les rebelles et qu'on essaye de restaurer la normalité avec un excellent mot d'ordre: «pas d'embrouilles avec les voisins». Le  New York Times a déjà rapporté il y a quelques jours une flambée annonciatrice du virage à 180° dans l'état d'esprit des Turcs : les gens sont déçus, à cause du flot de réfugiés, de l'avalanche de moudjahidines syriens sans foi ni loi, de la pagaille et du regain de la résistance kurde.

Les Turcs sont réputés pour leurs pirouettes intrépides. En 1940, ils étaient aux côtés de l'Allemagne, parce qu'ils étaient sûrs de la victoire du Reich, mais en 1944, ils ont compris que l'URSS était en train de gagner, et ils ont viré de bord. C'est le moment d'en faire autant, de revenir à la neutralité stricte, de cesser de soutenir les rebelles et de refermer la frontière: voilà ce que le peuple a expliqué au reporter du New York Times.

Mais les gens qui ont planifié la débâcle syrienne de l'autre côté de la mer,ont tiré des conclusions opposées de ce changement d'état d'esprit : ils ont décidé d'accélérer leurs opérations et ont provoqué les échanges de tirs d'artillerie. Nous ne savons pas qui a armé les mortiers dans les villages à la frontière turque; si c'est l'armée syrienne dans le feu de la bataille, ou les rebelles pour déclencher la guerre. Le quotidien turc Yurt a fait savoir que les tirs venaient d'engins de l'OTAN récemment fournis aux rebelles par les Turcs : « le gouvernement d'Erdogan a fourni les mortiers aux groupes armés (de l'Armée syrienne 'libre') en Syrie, qui ont bombardé la ville d'Akcakale », titrait-il. Les munitions étaient, selon la même source, des munitions de l'Otan, des 120 AE HE-TNT.

Même le New York Times a admis qu'on ignore qui est responsable de l'atterrissage des mortiers en Turquie. La chaîne allemande ZDF a annoncé que les tirs de mortier venaient de territoires contrôlés par des combattants de l'Armée syrienne « libre ». Un clip vidéo dérobé ajoute qu'ils ont reconnu leur responsabilité pour l'attaque d'Akcakale et le meurtre de cinq citoyens turcs.

Mais il se peut que les tirs soient partis des troupes gouvernementales, lorsqu'ils ont tiré sur les rebelles, et que les villageois turcs en aient été les victimes innocentes. Dans la mesure où les Turcs permettent aux rebelles d'opérer librement sur leur territoire, c'est tout à fait possible.

Mais ce n'est pas une raison pour déclencher la guerre. Souvenons-nous, en 2010, lorsque les Israéliens ont abattu, comme d'authentiques mafieux, neuf volontaires turcs désarmés à bord du Mavi Marmara. C'était un assassinat brutal en plein jour, et tout à a été filmé, aucun doute ne subsiste. Erdogan avait menacé d'envoyer la marine turque sur les rivages palestiniens et de délivrer Gaza par la force. Mais est-ce qu'il l'a fait? Que nenni. Le voici maintenant qui fait le brave face à la Syrie épuisée et dévastée; mais pourquoi n'a-t-il donc pas eu le courage de s'en prendre à Israël, comme les Syriens l'ont fait ?

Et maintenant les Israéliens espèrent qu'Erdogan va aider les rebelles à détruire la Syrie; ils ont demandé aux Turcs de coordonner des actions conjointes avec eux. De sorte qu'au lieu de punir Israël, Erdogan est en train de combler les désirs des Israéliens.

Je me rappelle un certain mois de février couvert de neige, à Istanbul, en 2003, lorsque j'étais venu pour argumenter contre le passage de l'armée US pour aller dévaster l'Irak. Je leur disais : « le vieux projet sioniste tenace est en train de se réaliser. D'abord l'Irak doit être réduit en cendres. Ensuite ce sera l'Iran, l'Arabie saoudite, la Syrie, puis tout ce qui constituait jadis l'empire ottoman jusqu'à ce que tous, avec les voisins, du Pakistan jusqu'à l'Afrique, soient  devenus zone d'influence pour les intérêts spéciaux d'Israël, zone dont la police sera confiée aux Turcs ». 

Ce plan, le général Sharon l'avait ébauché bien des années auparavant, puis il avait été reformulé par les néo-conservateurs sionistes Richard Perle et Douglas Feith en 1996, et il est maintenant mis à jour par le clan de Wolfowitz, les gens qui continuent à faire la politique étrangère des USA. Si tout cela est parachevé ce sera avec la connivence de la Turquie, de son gouvernement soi-disant islamique.

J'en suis désolé pour vous, mes amis. Vous étiez les bergers du Moyen Orient, et maintenant vous êtes passés dans le camp des loups. Vous étiez des meneurs d'hommes, et vous voici devenus les larbins de vos maîtres. Vous étiez les protecteurs de l'islam, et vous êtes sur le point de permettre la profanation de la Mosquée d'Al-Aqsa.

Ce que j'annonçais alors est devenu vérité; rien de bon n'est sorti de la guerre d'Irak. Et maintenant, je peux le redire : rien de bon de sortira de la guerre de Syrie.

Les histoires de massacres multipliés bien souvent ne sont que des histoires. Wikileaks a publié un rapport de Stratfor qui disait: « la plupart des affirmations les plus sérieuses de l'opposition syrienne se sont avérées de grossières exagérations, ou simplement des mensonge ». Et ce qui se passe sur le terrain n'est certainement pas pire que tout ce qui a pu être fait aux Kurdes en Turquie. Et les Turcs n'ont probablement pas envie du tout d'une intervention dite humanitaire dans leur pays.

Mon conseil : n'essayez pas d'abattre la Syrie, retournez à votre politique de neutralité stricte, cessez le feu et le soutien logistique aux rebelles. Laissez les Syriens régler leurs problèmes entre eux, sans intervention étrangère.

Traduction: Maria Poumier


Source : http://www.israelshamir.net/French/TurkSyrFR.htm

 

 

*

 

Vue sur le Bosphore

par Israël Adam Shamir

 

Shamir au Bosphore.jpg

Les cargos lourds, les bateaux de croisière, les transports de voyageurs et les ferries débordants de touristes longent la tour Maiden qui surgit de la roche noire baignée d'eaux translucides; ils se fraient énergiquement un chemin entre les mosquées dressées comme des montagnes sur la terre ferme, pour s'engager dans le Bosphore, cet énorme fleuve creusé par Dieu entre la Méditerranée et la Mer Noire. La Ville par excellence, l'une des plus grandes capitales de l'humanité de tous les temps, chevauche l'Europe et l'Asie depuis l'époque de l'empereur romain Constantin, qui y établit sa nouvelle Rome. C'était la plus grande ville au monde il y a mille ans, et elle reste imposante. Quinze millions de personnes y vivent, vingt millions y passent tous les ans. Son envergure explique l'étrange vision de l'historien russe hérétique Anatoli Fomenko, qui assurait que Jérusalem, Rome, Babylone, Moscou et Londres ne sont que des répliques déplacées de cette cité, l'empire originel.

Et malgré ses dimensions et son histoire, la ville est alerte, vibrante à son rythme propre, paisible, voire faussement modeste. Elle ne se sent pas surpeuplée, en dehors des points névralgiques. Les rues sont propres, les espaces verts sont soignés, les vilains marchés aux puces qui étaient apparus il y a quelques années sont partis ailleurs, les vieux bâtiments ont été ravalés, les palaces croulants ont été restaurés à grands frais. Le Bosphore aussi a été nettoyé, et les égouts ne s'y jettent plus, pour la première fois dans l'histoire. Des rocades modernes encerclent le centre et traversent les banlieues, mais sans faire intrusion dans les enceintes historiques.

Ancien siège du Califat, et maintenant celui d'un gouvernement islamique, la ville a trouvé son équilibre, entre foi et modernité. Les collèges soufis sont pleins, et des érudits y débattent de théologie, se plaisant à comparer Thomas d'Aquin et Grégoire Palamas avec Ibn Arabi et Ibn Tufayl. Les appels harmonieux des muezzins à la prière ne dérangent pas les clients des cafés qui sirotent leurs verres. Les filles sont libres d'arborer voiles ou minijupes, et pratiquent effectivement les deux options.

Plus important, le gouvernement ne souscrit pas à l'économie de marché débridée et a su éviter les excès néo-libéraux de ses voisins. Il y a beaucoup de cafés qui sont propriété de la municipalité, en particulier dans les jardins, et les prix y sont abordables, même dans les vieux palaces impériaux, où l'entrée est gratuite. On n'y sert pas d'alcool, et cela attire les familles avec enfants. En ville, les loyers sont contrôlés, si bien que les librairies y sont florissantes. L'emprise de la globalisation est aussi visible en Turquie qu'ailleurs, mais ici les gens pauvres reçoivent des aides tangibles en nature, tandis que les classes salariées accèdent à des crédits généreux. Les prix sont contrôlés, ce qui évite les hausses brutales, et la consommation voyante est découragée. Les riches sont riches, et les pauvres sont pauvres, mais les riches ne font pas d'ostentation, et les pauvres ne sont pas désespérés.

Les gens sont modestes, serviables et aimables, bien loin de la vision de la Turquie qu'offrait Midnight Express. Ils sont plutôt honnêtes et droits, et ne se mettent pas en avant. Pas très artistique, leur cuisine est comparable à celle des Britanniques. Si ce n'est pas là un grand compliment, c'est normal : les Turcs ont été des bâtisseurs d'empire, et les nations de ce genre ne sont en général pas des temples de la gourmandise. Les Français mangeaient trop bien, et leurs femmes étaient trop attirantes pour que leur empire puisse tenir longtemps.

Istanbul n'est pas la seule oasis de prospérité du pays, comme c'est souvent le cas pour les villes importantes hors d'Europe. J'ai traversé la Turquie de long en large, et partout j'ai constaté la modernisation effective durant ces dix dernières années. Les routes sont entretenues, les logements sont en bon état, les marchés sont pleins, les gens s'habillent bien, les villes ne sont ni crasseuses ni m'as-tu-vu, mais à jour. C'est une grande réussite du gouvernement islamiste modéré conduit par le premier ministre Erdogan.

La Turquie n'est plus à la traîne comme dans les années 1960-70. J'ai rencontré plusieurs immigrés turcs en Allemagne, qui m'ont dit que leurs parents avaient agi trop vite en prenant la décision de quitter leur pays pour l'Europe quarante ans plus tôt. Ils voudraient retourner en Turquie, où il ne leur serait pas facile de trouver du travail et de s'adapter au nouvel environnement, parce qu'ils ont été maltraités en Europe occidentale. Quoiqu'il en soit, il n'y a pas d'émigration massive à partir de la Turquie, le cauchemar de millions de Turcs s'installant en Europe s'est dissipé. Ils préféreraient rester chez eux, parce que les Turcs sont très fiers de leur pays.

Erdogan est populaire, vraiment charismatique, me disent les gens. Il a battu ses adversaires, et sa position aux commandes n'est pas disputée, pour de bonnes raisons : la Turquie s'en sort bien, merci pour elle. Le pays prospère, les revenus ont doublé, et le PNB a triplé (ils envisagent 10 milliards d'euros pour bientôt, c'est tout à fait remarquable). Le gouvernement Erdogan peut vraiment se féliciter de ses réalisations en Turquie. 

 

II.

Les Turcs ont surmonté le grand traumatisme du transfert, comme ils appellent les déportations de masse et les expulsions des années 1920. Les Grecs n'avaient pas été expulsés de la Ville, mais presque toutes les autres communautés chrétiennes de Turquie avaient été envoyées en Grèce, tandis que les musulmans de Grèce étaient déportés en Turquie ; ce fut un divorce violent et douloureux, entre deux communautés étroitement liées. Comme dans bien des divorces, les partenaires séparés, une femme intelligente et un mari solide, ont passé des années à s'adapter à leur nouvelle situation.

Ce sont les Grecs qui ont souffert le plus. Ils étaient répandus dans tout l'Empire et occupaient des positions centrales. Certains historiens turcs préfèrent appeler la période ottomane "empire gréco-turc". Les Grecs furent les grands vizirs de l'Empire, et ils ont fait la loi en Méditerranée depuis Alexandrie jusqu'à Damas en passant par Istanbul. Ils faisaient du commerce et de la poésie aux temps de la deuxième Rome exactement comme ils le faisaient sous la première. Brusquement, ils se sont retrouvés confinés dans une Grèce étriquée et provinciale où ils avaient du mal à trouver leur place. Kavafy, le poète alexandrin, avait le sentiment très fort que la petite Athènes ne se remettrait pas de la perte des grandes cités côtières. La crise grecque ne saurait se comprendre sans tenir compte de cette tranche d'histoire.

Les Turcs ont souffert tout autant. Traditionnellement, ils servaient dans l'armée et travaillaient la terre; sans les Grecs, le commerce et les productions locales déclinèrent, la militarisation s'emballa, le rationnement devint courant, la vie devint sordide et brutale, comme si leur culture avait pris la mer avec les Grecs. C'est seulement maintenant, bien des années plus tard, que les Turcs se sont remis, et les voilà bien en pleine forme.

Le gouvernement Erdogan est bon pour les communautés chrétiennes. Les gouvernements kémalistes précédents étaient furieusement anti-chrétiens, encore plus qu'ils n'étaient nationalistes et anti-islamiques. Ils avaient même déporté les Turcs Caramanlis, parce qu'ils étaient chrétiens. Ils avaient interdit la remise en état des églises restantes, et on ne pouvait plus faire venir de prêtres de l'étranger. Maintenant, les propriétés de l'Église sont restaurées, les prêtres sont autorisés à s'installer et à acquérir la nationalité turque.

Le gouvernement islamiste a permis aux Grecs et aux Arméniens qui avaient quitté le pays après les troubles et pogroms des années 1950 de revenir, de revendiquer leurs propriétés et de s'installer de nouveau en Turquie. Autrefois impensable, l'idée d'union avec la Grèce commence à être envisagée de nouveau.

Les Turcs ne sont pas les seuls à courtiser la belle Hellène; les Russes aussi voudraient s'en emparer, à titre de sœur dans le Christ, raptée par l'Occident, pour une étreinte dans l'union eurasienne. C'est ce qu'a déclaré Sergueï Glaziev, coordinateur du projet (qui inclut désormais le Bélarus, la Russie et le Khazakhstan) dans le cadre du Forum de Rhodes qui s'est tenu récemment, un rassemblement de la crème des Russes, des Asiatiques et des dissidents occidentaux [ dont Noam Chomsky, N.d.LGO ]. Les différentes offres ne sont pas exclusives : on peut imaginer un ménage à trois, un nouvel empire byzantin ressuscité. Le Khazakstan modérément musulman et turc est un vieil ami de la Turquie, c'est une alliance plausible. Si Frau Merkel donne un tour de vis de trop, la chose pourrait bien se faire.

En Grèce, la réévaluation de l'Empire avance aussi. Il y a des voix qui appellent à un retour sur le passé, à la reconnaissance des avantages pour les deux côtés, et à des avancées prudentes. Dimitri Kitsikis en fait partie, et j'en ai appris plus sur cette mouvance en me rendant à Athènes. L'interaction ne se limite pas au niveau pratique d'ailleurs. Dimanche dernier, je me suis rendu dans une église grecque modeste d'une banlieue d'Istanbul, et là j'ai rencontré un jeune prêtre grec, qui venait d'arriver de Grèce et qui maîtrisait déjà le turc, et, à ma grande surprise, j'y ai aussi rencontré quelques Turcs ethniques qui ont embrassé le christianisme orthodoxe et qui assistaient à ses messes. Les paroissiens leur souriaient gentiment en les entendant réciter le Notre Père en turc.

 

III.

Et toutes ces magnifiques réalisations, eux ils veulent les mettre en pièces, les dilapider, les évacuer. « Eux », c'est-à-dire le gouvernement turc, en train de comploter contre la Syrie. Ce serait catastrophique s'ils envoyaient leurs légions à Damas. Ce serait une erreur, mais elle serait encore compréhensible, parce que Damas et Alep font partie du passé turc, au même titre que Kiev et Riga pour les Russes, ou Vienne et le Tyrol pour les Allemands. Mais ce qu'ils font en ce moment est bien pire.

Les Turcs sont sur le point de rejouer le scénario afghan tel que l'a joué le Pakistan : ils amènent depuis tout le monde musulman les militants les plus fanatiques, leur fournissent des armes et les infiltrent par la frontière syrienne en les couvrant avec leur artillerie.

Il y a des rapports selon lesquels les jihadistes d'Al-Quaeda et les Talibans ont été transbordés du nord Waziristân au Pakistan jusqu'à la frontière turque avec la Syrie, par exemple sur un certain vol 709 de l'airbus turc le 10 septembre, sous les auspices de l'agence de renseignement turque, par le couloir aérien Karachi-Istanbul. Les 93 militants étaient originaires d'Arabie saoudite, du Koweït, du Yémen, du Pakistan, de l'Afghanistan, et comportaient un groupe d'Arabes résidant au Waziristân. Cette information n'a pas pu être vérifiée en toute indépendance, mais il y a beaucoup de données sur des jihadistes étrangers s'étant introduits en Syrie par la Turquie.

C'est exactement ce qu'a fait le Pakistan sous direction US dans les années 1980. A ce moment-là, l'Afghanistan avait un gouvernement laïque, les femmes travaillaient dans l'enseignement, les universités étaient pleines, on construisait des usines, et on n'entendait pas parler d'opium; le Pakistan s'en sortait bien aussi. Quelques années plus tard, l'Afghanistan a implosé dans une guerre civile (sous prétexte de « combat contre les infidèles communistes »), et le Pakistan a pris le même chemin. Après avoir dévasté l'Afghanistan, les combattants ont commencé à terroriser leur hôte pakistanais. Maintenant le Pakistan est l'un des pays les plus misérables du monde. Il a été dévoré par la calamité qu'il a lui-même nourri et exporté, par le jihadisme sans cervelle.

La maladie idéologique s'apparente à la guerre biologique. Vous espérez que vos voisins seront infectés par la peste que vous avez lâchée, mais vous pouvez être sûrs que votre population aussi l'attrapera. C'est pour cette raison que personne n'a entrepris de guerre biologique à grande échelle. Ce serait suicidaire. Et c'est l'équivalent de ce que le gouvernement turc est en train de faire maintenant. Il amène des jihadistes en Syrie, mais c'est juste une question de temps, les jihadistes vont se retourner contre la Turquie.

Je respecte les sentiments islamiques des turcs. Je les vois dans les mosquées, je connais leurs ordres soufis, et leur puissant attrait. Tant de Turcs se rassemblent à Konya, où ils vénèrent la mémoire de Roumi, le grand poète soufi, vénéré depuis Téhéran jusqu'à la Californie. Le gouvernement islamique a été une vraie réussite en Turquie. Pourquoi donc veulent-ils absolument suivre le chemin de perdition du Pakistan ?

Un essai de Ahmet Davutoglu, actuel ministre des Affaires étrangères et promoteur en chef de l'intervention turque en Syrie, répond à cette question. Il l'a rédigé alors qu'il était étudiant à l'université, il y a vingt ans environ, et une vieille connaissance qui faisait ses études avec lui s'en souvient bien. Ce qu'il avait écrit dans sa jeunesse, c'est que nous pouvons et devons nous entendre avec le diable, si nous estimons que c'est nécessaire.

A son avis, l'islam sunnite, tel qu'il se pratiquait dans l'empire sous le sultan Salim le Terrible et ses successeurs (l'islam qui postule une cassure irrémédiable entre le créateur et sa création), est non seulement la seule foi véridique, mais aussi une protection d'acier, une garantie de résultat. Un État guidé par cet islam-là ne peut pas mal agir. Car même les mauvais agissements d'un tel État seront retournés par le Tout- Puissant en effets positifs. C'est pour cette raison, écrivait-il, que l'empire turc avait pu survivre et faire la loi pendant 600 ans.

Voilà pourquoi, écrivait le jeune Davutoglu, la Turquie islamiste peut construire des alliances avec des partenaires puissants, et que ces puissances soient bonnes ou mauvaises n'importe nullement. Ce qui signifie que nous pouvons aller jusqu'à signer un pacte faustien avec le diable en personne, parce que nous  triompherons toujours grâce à nos croyances et avec l'aide du Tout-Puissant. L'Amérique est, certes, un Satan, pour Davutoglu, comme pour bien des musulmans, mais se sentant armé par sa philosophie douteuse, le voilà prêt à rejoindre Satan pour la gloire de la Turquie à venir. 

Se pourrait-il que cette lecture fort peu orthodoxe de l'islam ait été influencée par ses contacts avec les Yezidis, dont l'attitude face au Diable est pour le moins ambigüe, ou, plus probablement, avec les Dönmeh, les disciples de Sabbatai Zevi qui croyaient que tout est permis, et que le péché est le chemin le plus court vers le salut ? Ceux qui ont des croyances plus orthodoxes savent que toute personne qui pactise avec Satan en paiera le prix, parce que nul ne saurait souper avec le Diable : notre cuiller ne sera jamais assez longue.

Puis est venu le moment où la théologie douteuse d'Ahmet Davutoglu s'est faite politique douteuse. Les USA lui ont demandé d'amener des militants en Syrie, et il a obtempéré.

Mes amis turcs ont souligné qu'Erdogan personnellement ne souscrit pas à ces schémas théologiques, mais se laisse guider par des considérations pratiques. La question d'une alliance avec les USA et l'Otan a créé une cassure entre Erdogan et son maître de jadis Necmetin Erbakan. Erbakan était contre, mais Erdogan considérait qu'il n'y avait pas lieu de revenir en arrière. Erdogan a gagné la partie; une majorité de disciples d'Erbakan se sont ralliés à Erdogan, ils ont constitué le parti réformiste AK, sont arrivés au pouvoir il y a dix ans, et ont globalement réussi. La minorité a constitué la ligne dure (ou même islamiste révolutionnaire) du parti Saadet, qui n'a pas gagné dans les urnes, mais garde une influence certaine.

De façon inattendue, pour qui observe de l'extérieur, c'est la ligne dure du parti Saadet qui s'oppose fermement à l'aventure syrienne d'Erdogan et de Davutoglu. En dépit du fait que l'intervention en Syrie soit souvent décrite comme un « secours islamique aux musulmans massacrés », les dirigeants de Saadet la perçoivent comme un complot américain contre la Syrie ET la Turquie. Le parti Saadet a organisé de grosses manifestations contre l'intervention.

Peut-être que c'est le moment pour le premier ministre Erdogan d'écouter ses vieux camarades, de désavouer le flirt avec le diable contre la Syrie, et d'arrêter la machine de guerre avant qu'elle mette en pièces toutes les réussites dont il est en droit de s'enorgueillir. Le rêve d'amener la Syrie à une union plus étroite avec la Turquie peut encore se réaliser, mais cela ne se fera pas en lâchant les chiens de guerre.

Traduction: Maria Poumier

Source :  http://www.israelshamir.net/French/Bosphore.htm

 



*

Dernière minute :


Sur le point de fermer, nous trouvons ce dernier billet en provenance de Crimée.

Il y est question, bien sûr, de la Crimée et de ses habitants, mais aussi – beaucoup – des Palestiniens et des Tatars, de la Nakba des uns et de l'Awda des autres, de l'Armée Rouge, de Boukhara et de Samarkand, des nazis, du Comité Juif Antifasciste (JAC) et du lobby qui rata son coup, de Staline et de Molotov, de Beria et d'Averell Harriman, du complot des blouses blanches et même d'un plan Marshall qui faillit échoir à l'URSS. Sans compter quelques merveilleux paysages et autres Palais-Jardin des Khans pour mettre l'eau à la bouche, car la Crimée, ne l'oublions pas, c'est la Riviera russe.

Nous sommes prêts à parier notre dernière chemise que, quand vous aurez lu, vous admettrez que vous ne saviez rien de ce qu'y révèle l'inépuisable Shamir. Nous non plus... Eh, mais que voilà une excellente occasion de ne pas commencer l'année idiots !

 

Un automne en Crimée

par Israël Adam Shamir


J'adore cette contrée à la morte saison. Les touristes fatigants sont partis. Le nord est déjà sous la neige, mais ici en Crimée, l'automne se prolonge dans toute sa mûre beauté. Les forêts débordent de couleurs, du verdoiement au jaune évanescent, du violet au violent. Et les vignes déploient plus de rouges et de pourpres que microsoft n'en imaginera jamais. Des ruisseaux joueurs dévalent les pentes raides, depuis les plateaux âpres et nus, jusqu'à la mer profonde et placide, bondissant en cascades coquettes. Les routes qui sillonnent ces coteaux avec des virages impossibles sont vides, et les palaces que je visite partagent avec moi seul l'histoire unique de cette terre.

 

 

Autumn.jpg

 

Lire la suite...





*









Mis en ligne par Théroigne le 25.12.2012


23:01 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2012

Il était une fois un paradis...

 

 

1 - MAGRITTE - Les merveilles de la nature - 1953. jpg.jpg

 

« Il était une fois un paradis…


dont la construction remontait au temps où l'esprit planait sur les eaux. L'eau a fini par s'évaporer. C'est pourquoi les anges ont des ailes, sinon ils auraient des nageoires. »

Dans son Interlude n°2, Aline de Dieguez, avant de continuer sa remontée aux sources de tant de misères actuelles, livre à ceux que l’humour n’a pas déserté, sa version personnelle de la création du monde.

abstention,aliyah,asturies,chaos mondial,hugo chavez,crise syrienne,aline de dieguez,droit de grève,élection us,europeocentrisme,genèse,giuseppe,guerre des dieux,françois hollande,impérialisme,justice,mineurs,netanyahou,paradis,pseudo-démocratie,roi d’espagne,stalingrad,volgograd,vote,show électoral,sionisme,yahvé

Le véridique récit de la Genèse

Aline de Dieguez

 

Une terre est alors apparue.

Les plantes et les animaux y prospéraient dans une harmonie qui réjouissait la vue et la logique: petits soleils terrestres, melons mamelus et potirons bien ronds s'arrimaient au sol par de mignonnes vrilles, tandis que les prunes et les cerises se balançaient dans les hauteurs et piquetaient l'azur de taches écarlates. Tous les animaux cohabitaient fraternellement : la souris tirait les moustaches du chat, le loup et l'agneau se désaltéraient côte à côte le long d'une onde claire et l'éléphant soulevait très haut ses grosses pattes afin que les lézards qui paressaient au soleil eussent le temps de se réveiller et de se mettre à l'abri.

 Un jour, l'esprit chagrin et pisse-vinaigre qui administrait le verger décida de mettre de l'ordre dans cette luxuriance brouillonne et bon enfant. Ce coquin tendit un piège à deux bêtas qui baguenaudaient dans la clairière.

Lire la suite…

 

 

*

 

En guise de respiration entre l’interlude et la « pièce de résistance », plus tellement humoristique, nous vous offrons une petite Histoire de Yahvé en BD :

 

http://enutil.canalblog.com/archives/2011/04/25/20975707.html

 

Il semble que le dessinateur ait eu comme une prémonition de la suite.

 

*

2 bis - guerre des dieux - fantasy-fantastic-guerre-dieux-big.jpg


Aline de Dieguez


AUX SOURCES DU CHAOS MONDIAL ACTUEL

 

" La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source. " ( Edward Mandell HOUSE )

 

*

2ème Partie

Aux sources du sionisme

 

XIV – La guerre des dieux


A - L'enjeu du conflit

 S'il est avéré que les hommes marchentsur la terre, il n'est pas moins vrai qu'ils habitentdans la moyenne région de l'air. Est-ce en leur corps, est-ce hors de leur corps, ils ne savent? Dans un espace flottant, ni sur la terre ferme, ni dans l'infini, ils sont persuadés qu'ils cohabitent avec des personnages ni entièrement vaporeux, ni entièrement corporels et qu'ils appellent des dieux. Or, ces personnages aussi mystérieux qu'insaisissables sont les véritables maîtres de leur destin terrestre et, croient-ils, extra, infra et supra terrestre.

Longtemps, bien longtemps avant la célèbre "Guerre des deux roses" que connut l'Angleterre au XVe siècle, la Palestine, puis le monde occidental tout entier furent déchirés par une guerre autrement plus féroce et plus durable que le conflit qui opposa les partisans de deux prétendants au trône de nos voisins Grands Bretons et plus fertile en rebondissements que l'illustre "Guerre des fouaces" qui opposa, nous raconte François Rabelais dans son Gargantua,Picrochole à Grandgousier.

 Quant à la Guerre de cent ans, elle fait figure d'aimable plaisanterie à côté de la conflagration qui embrasa la planète durant deux millénaires. Je veux parler de la fabuleuse « Guerre des deux Célestes »

 

3 - Miniature-Mont-Athos-Jesus-priant-son-Pere.jpg

Jésus priant son Père – Miniature du Mont Athos

 

Lire la suite…

 

Où l’on apprendra que la tant vantée consubstantialité des « trois qui n’en font qu’un » fut surtout une guerre au finish entre un père et un fils, tous deux bien décidés à régner seuls.

 

 

*


Ah, si le « vieux barbu avec sa casserole sur la tête » (Vallès dixit), avait eu le sourire de Giuseppe !

 

Giuseppe - Les ailes du paradis

 


*

 Et dans le monde d’ici-bas, celui des infidèles et des sans-dieu, que se passe-t-il ?

 

Humanisme...

Droits de l'homme...

Droit de grève...

Justice...

Fariboles...

... mais les mineurs de fond sont-ils vraiment des hommes ?

Lu dans les gazettes :

 

5 _ journal.jpg

L'histoire se passe en 1948. Oui, je sais, c'est vieux, il y avait encore des mines en activité (se reporter pour info à l'article « Chiens écrasés » de Marcel Aymé dans notre post précédent). Les mineurs du Nord-Pas-de-Calais s'étaient mis en grève. Une grande grève. Pas pour de rire. Et pas sans de fortes raisons.

Le gouvernement de l'époque – du rad-soc Henri Queuille - dont le ministre de l'Intérieur, le Manuel Valls du temps, était le socialiste Jules Moch, décide de quoi ? De tirer dans le tas. Fusils, matraques, trois mille arrestations. Histoire de les mater. (Cela se passe deux ans avant que le socialiste belge Paul-Henri Spaak fasse tourner les canons contre ses propres électeurs et décrète que « la Belgique a besoin de monarchie comme de pain », ce qu'approuve des deux mains le généralissime Franco. Pardon, c'était une parenthèse.)

 Des centaines de grévistes, dont d'authentiques héros de la Résistance, sont condamnés à de la prison ferme « pour entrave à la liberté du travail », alors que le droit de grève est reconnu par une loi, mais bast ! Les Houillères du Nord-Pas-de-Calais s'empressent de les virer. Des gens à casier chez nous ? Ouak beurk, pas de ça Lisette ! Dans les conditions de cet immédiat après-guerre, être licencié de la sorte signifie plus de logement, plus de remboursements médicaux, plus d'école pour les gosses. Que faire ? S'expatrier ou crever la dèche pendant des années... dans une autre région de France, où on peut se joindre aux immigrés sous-payés qui arrivent d'Italie, de Pologne, etc. Et même là : liste noire. Car les « Houillères » ont le bras long.

Les années passent et, un beau jour, la retraite finit quand même par arriver. L'un de ces anciens condamnés – il s'appelle Georges Carbonnier - occupe ses loisirs à mettre à jour ses vieux papiers et une idée lui vient. Avec 17 de ses camarades, ils va voir Tiennot Grumbach, avocat réputé de la cause ouvrière et lui raconte leur calvaire.

Il y avait évidemment prescription (selon que vous serez puissant ou misérable, les prescriptions vous favoriseront tôt ou pas, et on ne vous dit rien des amnisties-demandez-aux-généraux-félons-de-l'OAS). L'avocat réussit à faire révoquer la prescription et réclame réparation à la justice. Motifs : licenciements abusifs et terrorisme d'Etat.

6 - Norbert gilmez - article_1610-LIL03-GILMEZ.jpgLa justice n'est pas pressée. Georges Carbonnier meurt en 2006. C'est un des autres qui doit se présenter à sa place à l'audience enfin fixée, en avril 2011, devant le tribunal de Versailles. Il s'appelle Norbert Gilmez. Il a 91 ans.

Cette cour d'appel déclare officiellement révoquée la prescription et vote aux dix-sept plaignants (c. à d. surtout à leur veuves et descendants puisque presque tous sont morts) quelques clopinettes de dommages et intérêts : 30.000 € chacun.

Un semblant de justice a enfin été rendue.

Euh... c'est compter sans dame Christine Lagarde, l'alors ministre de l'Economie du gouvernement Fillon, qui a sous sa tutelle les Charbonnages de France. Et que fait dame Lagarde ? Elle introduit un pourvoi en cassation contre la cassation..

Survient le changement de gouvernement. Les avocats des mineurs espèrent que la nouvelle majorité abandonnera ces nouvelles honteuses poursuites, au bout de 64 ans. Euh... eh bien, non. Prié de s'expliquer, le ministère de M. Pierre Moscovici n'a pas jugé utile de répondre du tout. Avec les manants, n'est-ce pas plus simple ?

Et ce 13 octobre 2012 :

La Cour de cassation vient d'annuler la condamnation contre les Charbonnages de France pour licenciements abusifs des mineurs grévistes de 1948 et 1952. La prescription levée l'an dernier par la cour d'appel de Versailles s'est ainsi brutalement rabattue sur les ex-mineurs.

Ce qui veut dire que les malheureux vont sans doute devoir rembourser les clopinettes et apprendre une bonne fois pour toutes, par le fait, comment les riches deviennent riches et comment ils le restent.

C'est que, voyez-vous, l'histoire est en train de se répéter dans les Asturies, le Leon, l'Aragon... et que les Prix Nobel de la Paix européens ne se mordent pas entre eux.

Nos excuses pour cette video en anglais – Youtube a supprimé toutes les videos relatives à ces événements en espagnol et en français.


*

Choses sérieuses ou prétendues telles :

 

On vote cette semaine aux U.S.A.

Pour élire ou réélire un grand timonier

 

Un citoyen US appelle ses compatriotes à s’abstenir. Il explique comment et pourquoi :

Voter pour la mort

par Linh Dinh

8 - linh_dinh-30.jpg

4 octobre 2012, "Information Clearing House"

Amérique, tu es devenue une  nation de complices et de défenseurs de la tyrannie et des meurtres de masse. Alors même que tu condamnes les nazis et les gardiens des goulags d’autrefois, tu célèbres tes propres mercenaires et bourreaux et tu minimises, voire glorifies, les crimes indicibles commis par tes fils et tes filles. Tant que tes soldats sont payés et que tes usines d’armement ronronnent, tu ne te soucies pas de savoir qui tu assassines.

Confortablement nichés dans leurs Luna Parks universitaires, tes intellectuels les plus en vue penchent légèrement à gauche ou à droite, mais jamais assez pour mettre en péril ce navire en feu, craignant trop de gâcher les cocktail-parties ou, dieu les en préserve, d’être révoqués de leurs postes. Des antipasti plein la bouche, ils sont experts dans l’art d’esquiver les sujets tels que la pléthore de crimes d'Israël, le 11 septembre 2001, la fausse mort de Ben Laden ou la Réserve Fédérale parasite et, à l’approche d’une nouvelle élection-mascarade, leur enthousiasme va aux candidats qui prônent les guerres illégales et les fraudes bancaires, puisque les unes comme les autres sont à leurs yeux des moindres maux.

Lors des cinq dernières élections, les vainqueurs l’ont emporté avec respectivement 52.9%, 50.7%, 47.9%, 49.2% et 43%  des votes populaires, ce qui dans aucun des cas n’a représenté un mandat écrasant, les finalistes de l’autre parti majoritaire arrivant bien souvent juste sur leurs talons, et depuis 2000, les devançant même par le nombre réel de voix, le système bipartite a confisqué notre vie publique et  nos porte-monnaie. Quant à nos sénateurs, seuls deux d’entre eux ne sont ni démocrates ni républicains. A partir de là, une élection aux Etats-Unis n’est plus qu’un référendum bidon en faveur de ce système profondément corrompu et meurtrier ; et, par le seul fait de voter, vous lui donnez le feu vert pour qu'il continue ses massacres et ses pillages. Tous les quatre ans, on nous amène par le bout du nez à cautionner  une guerre qui n’en finit pas et une corruption qui n'a pas de fond. Si nous nous montrons déçus, nos média abrutissants et laveurs de cerveaux sont là pour faire de nous des clones de ceux qui nous violent.

Le « Bon Vieux Parti » (républicain, NdK) flanque la frousse aux classes moyennes et supérieures en les menaçant : « Si vous ne votez pas pour nous, les Dems vous piqueront votre fric durement gagné pour le refiler à des parasites, des accros au crack et autres ratés de toutes sortes ! », tandis que dans le même temps les démocrates paniquent à leur tour les classes inférieures en les semonçant : « Si vous ne votez pas pour nous, les Reps laisseront pourrir vos culs à couches de retraités sous un pont, vous dormirez sur un bout de carton ! » mais, seigneur, seigneur, seigneur, tout ça est déjà en train de se passer, alors, motus sur les détails.

Il est dans l'ordre qu'au moment où notre bulletin de vote le plus important n'a pratiquement plus de signification,  on nous fourgue une myriade d’incitations à voter pour des tas de choses et de gens insignifiants, qui vont des balourds chantants aux bouffons dansants, en passant par les hypertrophiés aux anabolisants. Les Américains n’ont jamais autant ni aussi souvent voté pour rien.

Chaque parti dépeint l’autre comme le mal absolu, alors que tous deux sont prostitués jusqu'à la glotte à un complexe militaro-bancaire qui n'en finit pas de répandre le malheur et la destruction dans le monde entier, y compris ici. Tout en délocalisant vos emplois, il peut se faire qu'ils vous balancent un téléphone cellulaire gratuit ou vous permettent de vous marier avec un partenaire de votre sexe, mais, sérieusement, le temps n'est-il pas venu d’exiger que notre argent soit dépensé de manière responsable et dans notre intérêt ? Hélas, non : tout ce qu’il nous est pemis de faire, c'est mendier de misérables petites modifications sans portée, au lieu d'exiger et d’obtenir des changements véritables, et nous devons voter, et revoter encore, pour des menteurs et des criminels avérés, et espérer contre toute évidence que, cette fois, ils ne nous empaleront pas. Cela ne vous fait-il rien de sentir tous ces mensonges et ces trahisons vous sodomiser à sec ? Mais, le pire de tout, c'est que c'est vous-mêmes qui avez permis à cette chose de vous arriver, même si ce n'est que symboliquement, en votant comme vous l'avez fait pour l'un des deux partis de la guerre et de la corruption tous azimuts. Tout laisse penser qu'ils vont encore obtenir 99% de vos voix, et l'Amérique aura encore une fois soutenu en masse un programme ouvertement criminel, et le monde en sera une fois de plus atterré.

Avec sa dynamite de bande dessinée, le récent discours de Netanyahu à l'ONU rappelle Powell et son graphique bidon d'avant l’invasion de l’Irak, mais Bush, au moins, avait essayé de convaincre qu'une guerre était nécessaire, alors qu’Obama ne s’est même pas donné cette peine. Ignorant le Congrès et le peuple américain, il a simplement donné l’ordre de bombarder massivement la Lybie, crime qu'il a cyniquement qualifié d’«action militaire cinétique», déchaîné des frappes moindres contre la Somalie, le Yémen et le Pakistan, et envoyé en Syrie des terroristes mercenaires, tout cela sans aucune protestation notable de notre peuple anesthésié ni de notre intelligentsia rampante.

Abrutis par la propagande non-stop menée par nos media aux ordres dans cette maison (de fous) des miroirs, nous ne voyons pas et nous ne nous soucions pas de la manière dont les autres nous perçoivent, car, alors même que des protestations internationales s'élèvent, que nos drapeaux brûlent, que nos soldats sont tués par de prétendus alliés et que, sondage après sondage, nous apparaissons comme une des nations les plus méprisées sur la terre,  nous continuons de croire que nous sommes aimés et admirés de par le monde. Nos politiciens ne sont que trop heureux de flatter ce sentiment de vanité. Romney, «  Nous avons la responsabilité morale de maintenir l’Amérique au rang de la nation la plus forte sur terre, l’espoir de la terre, la cité brillante sur la colline. » Obama, « Ne soyez jamais contre les Etats-Unis. Les Etats-Unis ont été, et seront toujours, la seule nation indispensable aux affaires du monde. » Seuls des enfants peuvent croire en quoi que ce soit d'éternel, mais c’est ainsi que nos papas et nos mamans politiciens nous parlent aujourd’hui.

Ainsi, le monde sera une fois de plus atterré, comme le sera la postérité, à moins que nous ne puissions prouver que nous ne nous tenons pas tous derrière le criminel heureux. Déjà, presque la moitié des Américains ne donnent plus leur voix dans aucune élection, mais nous devons en faire une abstention volontaire, un signe de protestation clair et non pas un acte d’apathie. Le monde doit voir que les Américains ne sont pas tous aussi dérangés et hypnotisés que ceux qui votent avec allégresse pour un criminel après l’autre. Nous valons mieux que ça, alors prouvons-le. Imaginez des milliers d’entre nous dans des lieux publics, déclarant « PAS EN NOTRE NOM ! » Plus tôt nous pourrons divorcer d'avec notre gouvernement voyou, plus tôt nous pourrons nous en débarrasser. A défaut de mieux,  résister à cette farce électorale, c'est nous laver les mains, au moins partiellement, du sang innocent que l'on verse. C’est la seule décision morale.

Linh Dinh est un poète, auteur, traducteur et photographe vietnamo-américain né à Saïgon en 1963 et arrivé aux Etats-Unis en 1975. Il est l’auteur de deux livres de nouvelles, de cinq recueils de poèmes, et d'un roman qui vient juste de sortir, Love Like Hate. Il a traduit des poètes occidentaux en vietnamien et des poètes vietnamiens en anglais. Il témoigne de l'évolution de notre société en déclin par les photos qu’il publie très fréquemment sur son blog State of the Union.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article32649.htm

 

traduction de Kahem

pour Les Grosses Orchades

 

*

Analyse confirmée par Thierry Meyssan, toujours aussi lucide et parfaitement informé :

Show électoral aux Etats-Unis

 Au cours des 30 dernières années, aucune élection présidentielle US n’a marqué de changement dans la politique extérieure de Washington. Les décisions importantes ont toujours été prises en dehors de cette échéance. Il est tout à fait évident que le président est le maître d’œuvre d’une politique dont il n’est pas le décideur. L’impérialisme yankee sera t-il plus performant avec le sourire d’Obama ou avec celui de Romney ?

Lire la suite…


*

Et pendant qu’on y est, et parce que le sort des Syriens nous importe au moins autant que celui des citoyens US :

 

Les mauvais perdants de la crise syrienne

En 2010, la France a fait le choix de relancer sa politique coloniale. Cela l’a conduit à changer le régime en Côte d’Ivoire et en Libye, puis à essayer de la faire en Syrie. Mais face à l’échec de cette troisième opération, Paris se trouve emporté par les événements qu’il a provoqués. Après avoir armé et encadré des groupes terroristes en Syrie, la DGSE a frappé au cœur de la capitale libanaise.

Lire la suite…

 

*

Enfin, pour le cas où d’aucuns n’auraient pas compris en quoi tout ceci nous concerne, rien ne vaut un saut chez Jean-Pierre Dubois qui, sur son blog Le Petit Blanquiste, se fait un plaisir et un devoir de nous le rappeler :

 

9 - J.P. Dubois .jpeg

17 octobre 2012

Européocentrisme et impérialisme

Sans réalité géographique, « Occident » est un euphémisme utilisé pour désigner le bloc des pays capitalistes/impérialistes constitué des principales puissances européennes et de certaines de leurs extensions historiques : Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, etc.

Les peuples de ces pays, qui ne représentent qu'environ 20% de la population mondiale, ont le privilège de bénéficier du niveau de vie moyen le plus élevé de la planète.

Lire la suite…


 31 octobre 2012

Etats-Unis : Pseudo-démocratie et vraie idéologie

« Parce que l’armée reste dans les casernes et que la domination n’est pas totale, nous pouvons prétendre vivre en "démocratie" », observait Howard Zinn. [1]

« Son ouverture et sa souplesse rendent une telle société plus séduisante que bien d’autres, mais elles induisent également un type de contrôle bien plus efficace ».

Lire la suite…

 

*

 Vient de tomber, au moment où nous mettons en ligne :

 

Cercle des volontaires

 Bibi à l’Elysée : Juifs, « faites d’Israël, votre chez vous ». Un affront aux juifs, un affront à la République.

 

IN ACTUALITÉ, FRANCE, TRIBUNE / BY JONATHAN MOADAB / ON 1 NOVEMBRE 2012 AT 11 H 38 MIN /

10 - moadab-300x168.jpg


Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou, actuellement en visite en France, a exercé ses talents de VRP à l’Elysée pour l’Agence Juive. Il a en effet appelé les citoyens français juifs à partir en Israël pour en faire leur « chez eux ».(Voir la vidéo BFM)

Lire la suite…

 

*

« Jusques à quand nous les briseras-tu, François Normal, avec tes c…….s impérialistes étiquetées socialotes ? »

 

Questions d’Hugo Chavez au président  de la République (sic) Française…

 


 

« Il est espiègle le roi d’Espagne ! »

et quelques considérations du même sur l’Empire, en réponse à une improbable descendante de Newton, qui réussit le tour de force de faire la gueule pendant  20 minutes sans reprendre haleine.

 


*

 Pour prendre date :

 

Tous place Stalingrad à Paris le 2 février 2013, pour le 70ème anniversaire de la bataille !

Le rassemblement national avec représentation internationale aura lieu

SAMEDI 2 FÉVRIER 2013 à 15 h. 00

Place de la bataille de Stalingrad à Paris  

(métro Stalingrad)

avec prises de parole et dépôt de fleurs au monument des héros de Stalingrad.

 

Lire ici…

 

11 - Staline - Moscou .jpeg


Combien de temps avant que Volgograd retrouve son véritable nom ? Il est étonnant, vu leurs habitudes, que les bookmakers grands-bretons n’aient pas encore ouvert de paris là-dessus.

 

mis en ligne par Théroigne  le 1er novembre 2012.