02/04/2016

SUITE ANNONCÉE / 4 (et dernière)

1. D'un passé pourtant pas si lointain.JPG

D’un passé pourtant pas si lointain…

 

Suite Annoncée / 4

(et dernière)

 

2. cornucopia green.gif

 

Un cas extrême d’intégration réussie : Salomon Reinach

 

     S’il fallait caractériser du nom d’un seul homme la IIIe République, celui de Salomon  Reinach y suffirait sans doute.

 

3. reinach sépia.jpg

 

      Né le 29 août 1858 à Saint-Germain-en-Laye d’une famille juive d’Allemagne, Salomon eut deux frères : un aîné, Joseph, né en 1856, et un cadet, Théodore, en 1860.

      Les deux frères de Salomon allaient, contrairement à lui, faire des carrières politiques, devenir ce qui fut appelé des « juifs d’État ». Joseph, journaliste et secrétaire de Gambetta, fut député des Basses-Alpes et Théodore, juriste, archéologue, historien, mathématicien, philologue, numismate et musicologue, fut député de la Savoie et est aussi connu pour s’être fait construire, à Beaulieu-sur-Mer, une demeure « à la grecque » (dans le goût « début du XXe ») : la villa Kérylos, qui se visite encore.

      La manière dont les frères Reinach furent élevés et ce qui en résulta démontre a contrario la malfaisance de l’enseignement tel qu’il est conçu et pratiqué aujourd’hui. Rien qu’à ce titre, ils mériteraient notre attention, et c’est pourquoi il vaut la peine de s’attarder un instant sur leur histoire familiale.

 

   La famille Reinach

      Le premier ancêtre connu, Hans Mayer, était suisse, originaire du canton d’Argovie, qu’il quitta au XVIIIe siècle pour aller s’établir à Mayence et y prendre le nom de Reinach.

     Le grand-père, Joseph-Jacob, alla, lui, s’établir à Francfort-sur-le-Main comme marchand de produits agricoles et de bestiaux. En 1814, il eut des jumeaux, Herman et Adolf, qui se lancèrent ensemble dans le commerce international. C’est Herman, père de nos trois Reinach, qui allait devenir banquier multimillionnaire. Il commença par s’installer à Paris, après un séjour à Londres.

      [ N’oublions pas qu’en 1792, cédant à l’insistance de Robespierre, de Marat, de l’abbé Grégoire et de leurs partisans, la Convention avait aboli l’esclavage dans les colonies, et fait des juifs et des protestants des citoyens à part entière qu’ils n’étaient pas jusque là.]

     Herman avait donc une bonne raison de s’installer en France plutôt qu’ailleurs. Mais il était cependant persuadé qu’un homme de son époque, s’il voulait faire quelque chose de sa vie, devait parler au moins deux langues étrangères. Outre son allemand natal et son français d’adoption, il n’avait pas ménagé ses efforts, pendant son séjour à Londres, pour apprendre aussi l’anglais. Son frère et lui s’étaient acheté un manuel de correspondance commerciale dont ils avaient appris par cœur toutes les lettres, et ils avaient pris pour professeur de conversation leur cocher, dont ils payaient les leçons en pintes de bière.

      Homme très débrouillard, Herman n’était cependant pas que cela. C’était aussi un amoureux des Lumières, grand admirateur de Voltaire et de Rousseau, qui, en 1848, opterait résolument pour la République, mais qui – métier oblige – fréquenterait bien entendu la grande bourgeoisie d’affaires arrivée au pouvoir grâce à la Révolution sans être elle-même révolutionnaire pour un sou. Installé dans les beaux quartiers, il recevrait chez lui banquiers, industriels, patrons de presse et hommes politiques aussi bien qu’artistes et intellectuels, bref, tout ce qui comptait à Paris, de Thiers à Victor Hugo en passant par Michelet, Renan et tous les autres, plus quelques têtes couronnées d’ici et là.

      C’est dans ce milieu que les trois frères ont grandi.

      Le « phénomène Reinach » doit beaucoup aux qualités de selfmade man de Herman (à l’époque, on eût dit- en français - qu’il s’était « formé à l’école de la vie »). Sans renier sa judéité, il ne pratiquait aucune religion et avait des idées personnelles sur l’éducation des enfants. Il n’allait donc pas élever ses fils dans le judaïsme, suivant en cela sans le savoir les recommandations du Plan d’Éducation Nationale de Lepeletier de Saint-Fargeau, et pas trop non plus à l’école. Car, quand l’école ne répond pas à ce qu’on est en droit d’attendre d’elle, il faut faire le travail à sa place. Or, Herman se méfiait des lycées, qui étaient encore sous la coupe – militaire - de l’Empire, et il se désolait de voir que, surtout dans les petites classes, tant de temps était perdu en dictées, alors que les enfants maîtrisaient déjà l’orthographe. Et aussi, pourquoi donc les maîtres tenaient-ils tant à dicter leurs propres cours aux élèves, alors qu’il y en avait d’imprimés ? D’après lui, 1) les enfants gâtaient leur écriture en essayant de noter l’intégralité de ce qu’ils entendaient, 2) ils en oubliaient de réfléchir par eux-mêmes.

      Rien de passif, on le voit, chez le banquier en pleine ascension. Il eût fait beau voir qu’on lui interdise de garder ses enfants chez lui si l’école n’était pas à la hauteur ! Tout ceci le poussa – il en avait les moyens – à engager un précepteur pour faire la classe à ses fils. Ce fut Charles-Marie Laurent, un jeune homme « cultivé, consciencieux et d’un caractère agréable » qui n’avait, malheureusement, aucune autorité sur eux : « Il leur interdisait les mots grossiers, mais il ne parvenait pas à les empêcher de se battre. Tous d’une violence extrême, leur salle d’études était un véritable champ clos : quand le bruit de leurs luttes arrivait jusqu’à moi, je montais pour distribuer impartialement des taloches aux combattants, sans chercher à démêler le motif de leurs querelles. » Mais Charles-Marie avait deux passions : Victor Hugo et Vercingétorix, sur lequel il écrivait une tragédie. C’est ainsi que Joseph serait toute sa vie hugolâtre et que Salomon finirait conservateur en chef du Musée des Antiquités nationales.

      Suivant les convictions paternelles, tout le monde était polyglotte chez les Reinach. Mais… « Qui na pas fait plus que son père n’a rien fait », avait prétendu Léonard de Vinci, les trois fils de Herman apprirent donc aussi le latin et le grec, chose habituelle à l’époque pour quiconque entendait faire quelques études. Et, bien entendu, ils finirent par y aller, à l’école, et y devenir forts en thème. Ils se mirent même, sans le faire exprès, à y remporter tous les prix… qu’il eût peut-être été plus politique de ne pas monopoliser, mais comment le savoir. Ils étaient surdoués, et, pour leur père, ces prix étaient la preuve d’une intégration réussie à la société française.

      Au concours général, Salomon, puisque c’est lui qui nous intéresse, remporta non seulement six prix et dix accessits, mais se vit même – à seize ans ! – publier par Le Temps  (du 27 avril 1874). L’écolier y protestait contre la suppression du concours de géographie en classes de 3e et seconde, ce qui « inévitablement condamnait à l’oubli et à la décadence » une étude déjà négligée par la Sorbonne, et par là refermait l’horizon intellectuel de la jeunesse. « Certes, il est avant tout nécessaire à un homme de connaître la géographie de son pays, mais est-ce que le Français est condamné à demeurer toujours chez lui ? Industriellement, commercialement, militairement peut-être un jour, le Français sera appelé hors de la France ; il doit donc être instruit non seulement de la géographie de l’Europe, mais de celle de tous les pays où pourra se déployer son intelligence. » Certes, cela n’excluait pas les aventures coloniales, mais au moins n’était-ce pas hexagonocentriste.

      Quoi qu’il en soit, à une époque où le colonialisme, justement, était si fort à la mode, et où d’aucuns se mettaient à beaucoup parler de la « race » indo-européenne, de sa supposée supériorité sur les autres, d’aryanisme, du Diable et de sa mère, il valait mieux, si on n’en était pas, ne point remporter absolument tous les prix au concours général. Ainsi, c’est sans doute encore sans acrimonie mais tout juste, que les chansonniers montmartrois brocardaient « les frères Je Sais Tout ».

      Arrêtons-nous un bref instant pour considérer avec un serrement de cœur une époque de l’histoire de France où le bon peuple payait pour aller écouter chansonner les résultats aux concours des écoles.

 

2. cornucopia green.gif

 

   Débuts dans la vie

       En novembre 1876, Salomon entre premier rue d’Ulm. Cela lui vaut, suivant la tradition, le titre de « cacique ». Il a 18 ans et vient de passer ses vacances d’été à traduire l’Essai sur le libre arbitre d’Arthur Schopenhauer, qui paraîtra l’année suivante « pour la première fois en français ». Une onzième édition paraîtra en 1909, et c’est encore ce texte qui – on ne compte plus le nombre des rééditions – paraîtra en 1992, dans la « Petite bibliothèque » de Rivages Poche.

      Quelles sont les relations de Salomon Reinach avec le libre-arbitre ? Sacrément difficiles à distinguer. Celui qui a été élevé sans religion et qui se battra toute sa vie pour l’école laïque, va traverser, pendant ses études, une crise de mysticisme. Le phénomène est courant. Ce n’est pas J.B. Pouy qui nous contredira, ni les enfants de communistes qui fuguent pour faire, à pied, le pèlerinage de Compostelle. Ce qu’on peut dire, c’est que chez Salomon Reinach, le choix du rationalisme et une tendance au mysticisme très difficile à réprimer vont se faire la guerre ou se compléter, non seulement dans la vie mais dans l’œuvre.

       En 1880 – il a 22 ans -, il publie un Manuel de philologie classique, qui, comme il s’y attendait, sera violemment critiqué. Ses maîtres l’avaient mis en garde. Michel Bréal, par exemple : « Imprimez-le bien vite, dans un an, vous n’oseriez plus. » D’autres se scandalisent qu’il ose, justement à son âge, donner un avis sur ces choses. Mais, est-ce vraiment une question d’âge ? N’est-ce pas plutôt son caractère qui le pousse à nourrir « l’heureuse illusion d’une science naissante, qui prend pour horizon les bornes du connaissable » ? Illusion ? Oui, certes, il partage celle de son temps sur le pouvoir de la science à repousser toutes les bornes et à sanctifier ce qui, jusque là, ne l’était pas. On sait mieux aujourd’hui ce qu’il faut en penser. Mais l’ambition (et non l’illusion) de Reinach est de défricher une jungle différente, à savoir : TOUT apprendre (dans les bornes toujours reculées du connaissable) et TOUT transmettre. Au plus grand nombre. Même « aux jeunes filles ». C’est-à-dire aux femmes.

      Que ceux qui hausseraient aujourd’hui les épaules veuillent bien se rappeler que, moins de huit décennies plus tôt, M. Sylvain Maréchal, précurseur de l’anarchie et de la grève générale, avait « essayé de se rendre utile en publiant un Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes », et qu’en 1909 encore, M. Henri d’Almeras regretterait amèrement qu’on ne l’ait pas écouté. Quoi qu’il en soit, ce projet pédagogique, que Reinach va poursuivre sa vie durant, scandalisa fort les vieux messieurs en charge de dispenser le savoir dans une école où tout était fait par et pour les hommes, et seulement pour ceux d’une certaine classe. C’est évidemment, au contraire, son plus grand titre à notre attention.

      Reinach a connu très vite la grandeur et les limites du savoir. Se méfiant de ceux qui le maîtrisaient mal et cherchaient à le monnayer en pouvoir, il a voulu ruiner leurs ambitions. Dans la « préface intime » à son Manuel, il révèle que ce livre fut une machine de guerre. À notre avis, il ne se vantait pas.

      Rappelons brièvement, pour le situer, que Reinach est surtout connu comme archéologue et comme spécialiste de l’histoire des religions, mais qu’il fut bien plus que cela. Philologue, philosophe et passionné d’éducation, il sera si doué pour le dessin qu’il envisagera un moment de se consacrer à la peinture. Son œuvre, qui est immense, remplirait à elle seule une bibliothèque. « Elle témoigne d’une intelligence polymorphe, d’une érudition prodigieuse et d’une capacité de travail exceptionnelle. À l’École Normale déjà, Reinach forçait l’admiration ; il était une encyclopédie vivante. (…) On l’a présenté comme l’héritier de Diderot. On a comparé son activité à celle de Pic de la Mirandole. On a cité Voltaire et son domaine de Ferney pour évoquer les qualités de l’épistolier et l’hospitalité de son salon. » [1]

 

4. Photo-Salomon.jpg

Salomon Reinach vers 1900

 

      Il nous reste à évoquer, trop schématiquement pour être justes et trop longuement pour un simple post, la carrière et l’œuvre de l’« intégré ».

 

   Reinach l’Athénien

      Sa carrière d’archéologue commença par un séjour à Rome, où il fouilla les environs de la Domus aurea (le palais de Néron)                                     

5. phedre_domus dessin de salomon reinach.JPG

Dans la Domus aurea se trouvait un autre tableau [représentant Phèdre et Hippolyte, NdA], dont il ne subsiste une trace que dans un dessin de Salomon Reinach. On y reconnaît le schéma visible dans la composition de nombreux sarcophages.

 

      En mars 1880, à Naples, Reinach s’embarqua pour Le Pirée, où il fit la connaissance de Charles-Joseph Tissot, ministre de France à Athènes et grand antiquaire. « Je me présentai à Tissot. Il me revit à notre bibliothèque, et nous étions liés avant de nous connaître. Il m’a dit plus tard qu’il m’avait pris en affection parce qu’il me voyait une curiosité générale et que je paraissais désireux, à la différence des spécialistes, d’apprendre ce que je ne savais pas. » Mais, bientôt, Tissot reçut une autre affectation, celle d’ambassadeur extraordinaire à Constantinople. Cela ne lui laissa que peu de temps pour travailler à une Afrique romaine qu’il méditait depuis longtemps et qui jouerait plus tard un rôle important dans la vie de Reinach.

      Celui-ci se lança dans le travail en observant les règles que lui avait rappelées son ancien maître, Foucart : obligation absolue de renoncer aux travaux de compilation et d’abandonner toute idée de catalogues et d’index. Il faut dire que les catalogues et les index seront toujours en effet le péché mignon de Reinach. Il disait d’eux qu’ils permettaient « sinon de tout savoir, du moins de savoir où tout trouver ». Car il eut toujours en vue « ceux qui sont arrêtés au seuil d’études nouvelles moins par leur manque de connaissances premières que par l’ignorance des sources où la science se puise ». L’archéologie, cependant, se pratique sur  le terrain. Abandonnant provisoirement son rôle de justicier, il mit avec humour ses derniers écrits – des mélanges d’archéologie et d’histoire de l’art – sous la protection d’Amalthée.

6. Amalthée.gif

      « Amalthée n’est pas seulement le joli nom de la chèvre qui nourrit Jupiter enfant, en Crète, et fut récompensée de ses services par une place au ciel ; elle avait une corne qui, s’étant brisée par accident, devint par la faveur de son nourrisson, ce que l’on appelle une Corne d’abondance, ou corne d’Amalthée, remplie de toutes sorts de plantes, de fleurs, de fruits. La légende ne dit pas qu’ils fussent tous des meilleurs, mais du moins, il y en avait beaucoup et la provision s’en renouvelait à mesure qu’on se permettait d’y puiser. »[2]

      Il en alla de même pour les écrits de Salomon  Reinach.

      Au cours de sa campagne de fouilles, il tira du néant (en 1888) le Voyage en Orient de Philippe Le Bas. C’était là un lien de plus le rattachant au XVIIIe siècle et à la Révolution, Philippe Le Bas n’étant autre, en effet, que le fils unique du suicidé de Thermidor et l’auteur, entre beaucoup d’autres choses, d’un Dictionnaire encyclopédique de l’Histoire de France en 12 volumes, qui est encore très lisible (nous l’avons lu) et pas obsolète, même s’il y manque tout ce qui fut découvert après lui. Deux immenses savants, qui ne se sont pas connus, se sont ainsi croisés comme des bateaux dans la nuit.

      Nous ne détaillerons pas les multiples tâches et activités qui furent celles de l’helléniste en Grèce. Outre travailler sur les chantiers de fouilles, il acquit (marchanda) des terres cuites de Myrina « le disputant en grâce à celles de Tanagra », des fragments d’inscriptions, des médailles. Plusieurs de ses acquisitions rejoindront les collections du Louvre, pour lequel il se montrera toujours un généreux mécène.

      À propos de marbres historiés qu’il convoitait, il lui arriva de mentionner dans son carnet l’une ou l’autre anecdote. Comme celle-ci, par exemple : « Il y a quelques années, un protégé français nommé Valadour obtint un firman pour l’exploitation des marbres du Temple de Téos. Deux bombardes chargées de marbres quittèrent la petite scala de Sigadjik ; et quand Pottier et Hauvette vinrent l’an dernier à Téos, Baladour leur proposa de leur vendre ses marbres historiés. Depuis, Baladour a filé, laissant dans le pays 2.000 piastres de dettes et une réputation détestable. » Les marbres ne pouvaient pas être vendus et « Baladour » les avait vendus deux fois. Honte sur nous : cela nous a fait rire.

      Tout en fouillant et négociant des acquisitions, l’archéologue écrivait des articles pour La République française, dont un sur les écoles juives de Salonique. Mais une attaque de typhoïde le força bientôt à demander un congé. À la fin de l’année, il rentra en France et, à peine arrivé à Paris écrivit un article sur « La musique en Lorraine », projeta une histoire des arts musicaux et entreprit une Chronique d’Orient. Pendant les treize années qui allaient suivre, il rédigerait régulièrement un bulletin critique consacré à l’archéologie classique en Méditerranée. Mais Reinach l’Athénien, c’était fini. Dès le mois de novembre, il avait rejoint à Londres Tissot qui venait d’y être nommé ambassadeur et qui avait besoin de son aide. Il essayait en vain de mettre en forme son ambitieux travail sur l’Afrique romaine mais n’y arrivait pas : sa santé se dégradait. Il comptait sur Salomon pour l’aider.

 

Reinach l’Africain

      C’est donc une fois de plus à ses talents de compilateur, de dresseur de catalogues et d’index, bref d’organisateur intellectuel que son aîné fit appel. D’abord à Londres, puis en Tunisie. Reinach passa ainsi du secrétariat de Tissot à celui de la Commission archéologique en Tunisie, dont Tissot était le président. C’était l’époque où la République des Jules était en pleine effervescence coloniale. Deux ans plus tôt, par le traité de Bardo, la Tunisie était devenue un protectorat français.

      Sautons les péripéties dues à la santé déclinante de Tissot. Le 26 novembre (1883) Reinach partait pour Carthage. Il avait 25 ans et venait d’entreprendre la rédaction de… ses mémoires. De novembre à mai 1884, il allait poursuivre seul sa mission, en recevant par correspondance les instructions de Tissot. Il s’acquitterait aussi de diverses autres tâches, notamment pour l’Alliance Israélite Universelle, à laquelle il écrivait le 26 décembre 1883 (lettre à Isidore Loeb) : « J’ai l’honneur de vous transmettre un premier rapport sur la condition des écoles de l’Alliance en Tunisie. Je les ai visitées en compagnie de M. Ernest Babelon, conservateur au cabinet des médailles de Paris, et je me suis efforcé de recueillir à leur sujet des renseignements de sources diverses, propres à m’éclairer sur les services qu’elles rendent et les lacunes qu’elles présentent encore. » L’Alliance avait, en 1879, fondé un établissement secondaire à côté du collège musulman de Sadikki et du collège Saint-Louis de Carthage. Celui-ci était devenu, en 1882, le collège Saint-Charles, à l’initiative du cardinal Lavigerie. Reinach répondait à « deux questions importantes » : « la condition générale des Juifs en Tunisie et leur attitude à l’égard de l’Italie et de la France ». Il le faisait dans l’esprit de l’exposé qu’il avait publié dans La République française sur les écoles juives de Salonique : avec indépendance. Il heurtait ainsi de puissantes idées reçues, s’inquiétant du faible niveau de formation des rabbins souvent superstitieux dont il faisait un portrait peu flatteur, et s’étonnant en outre des robes des jeunes filles juives, qui les faisaient paraître pour ce qu’elles n’étaient pas.[3] Il concluait ainsi son rapport : « Les écoles de l’Alliance ont une rude concurrence à soutenir avec celles du collège Saint-Charles et les différentes écoles congréganistes dues à l’activité de  Mgr Lavigerie. »

      Cela dit, Salomon et le cardinal étaient dans les meilleurs termes, car Lavigerie, administrateur du vicariat apostolique de Tunis depuis 1881, privilégiait deux domaines qui lui étaient chers : l’éducation et l’archéologie. Il se préoccupait très fort de l’une et apportait autant qu’il le pouvait son soutien à l’autre en facilitant les fouilles. Pour ce qui était des écoles juives, Reinach s’en préoccupait dans une perspective où, à l’évidence, la formation intellectuelle l’emportait sur la question religieuse.

      De Paris, Tissot avait aussi demandé à Reinach de jouer un rôle dans l’« Association nationale pour la propagande de la langue française ». Celle-ci avait déjà attiré l’attention de Lavigerie, par ailleurs ami de Gambetta, dont Joseph était le secrétaire. On l’avait même sondé pour savoir s’il accepterait d’en être le secrétaire. Mais, peu soucieux de siéger aux côtés de Paul Berl, dont l’hostilité à l’Église ne faisait aucun doute, il avait décliné. Cependant, en janvier 1884, lorsque l’Alliance française fut définitivement organisée sous la présidence de Ferdinand de Lesseps, Lavigerie finit par accepter une des quatre vice-présidences.

 

7. Lavigerie par Bonnat.jpg

Le cardinal Lavigerie, peint par Bonnat. 1888

 

      Et voilà nos deux improbables compagnons, le Juif rationaliste et le futur évêque de Carthage, partis pour implanter de concert l’école laïque dans la toute fraîche colonie, pardon, dans le tout frais protectorat, pour ce qu’ils estimaient être le plus grand bien des Africains, qu’ils fussent juifs, musulmans ou chrétiens. Leurs intentions, à n’en pas douter, étaient pures, même si, ni l’un ni l’autre, ils ne se sont demandé ce qu’ils faisaient là au juste, à quel titre, avec quelle légitimité, ni ce qu’en pensaient les Tunisiens, que nul n’avait songé à consulter. Quoi qu’il en soit, ce ne fut pas du goût de l’Église, qui n’apprécia pas de voir un de ses prélats participer à une « machine de guerre du laïcisme », introduire en quelque sorte le Diable parmi ses ouailles.

      Monseigneur rentra dans le rang et Reinach rentra à Paris, où Tissot, agonisant, mourut le 2 juillet, ayant fait de lui son exécuteur testamentaire. Salomon Reinach, à son habitude, s’acquitta de manière exemplaire de la tâche qui lui avait été confiée. En 1885, paraissaient les Fastes de la province romaine d’Afrique, et, de 1884 à 1891, les trois volumes – dont un atlas – consacrés à la Géographie comparée de la province romaine d’Afrique. Seul, le dictionnaire berbère-français que Tissot avait entrepris pendant un séjour au Maroc, trop peu avancé pour être complété, ne vit jamais le jour.

      Pendant tout ce temps, Reinach avait continué à travailler à son Manuel de philologie, c’est-à-dire à améliorer et à compléter ce livre qui était « toute sa jeunesse », en une sorte de « commentaire perpétuel au texte et aux notes du premier volume ». Son ambition était claire et déclarée : il s’agissait de revendiquer « courageusement l’héritage de nos ancêtres, augmenté de l’héritage de nos pères, quitte à demander aux méthodes nouvelles, aux progrès de la pédagogie, le secret d ‘apprendre davantage en apprenant plus vite. »  Nos ancêtwes les Gaulois ? Pas loin. Et pourquoi pas ? (Salvador, tu nous manques !)

 

   Reinach et les antiquités nationales

      Ayant renoué avec la philologie, Reinach renoue aussi avec l’archéologie grecque. Il termine son Traité d’épigraphie écrit son premier « courrier de l’art antique » pour La Gazette des beaux-arts et rédige un Précis de grammaire latine, puis une Grammaire latine à l’usage des classes supérieures et des candidats à la licence ès lettres et aux agrégations, écrit pour le Bulletin de correspondance hellénique, un article sur « une synagogue juive à Phocée ». Il donne enfin, avec E. Pottier, un catalogue raisonné desTerres cuites et autres antiquités trouvées dans la nécropole de Myrina. Broutilles que tout cela, pour le stakhanoviste des catalogues et des index.

      C’est à ce moment qu’on lui offre un poste d’attaché au musée de Saint-Germain. S’ouvre alors à lui un nouveau domaine qui va le passionner : celui de la préhistoire et de la Gaule romaine.

      À son habitude, il poursuit en même temps d’autres activités.  Par exemple, à partir de 1887, il est membre du comité central de l’Alliance israélite et il sera l’un des fondateurs de la Jewish Colonization Association, dont nous avouons ne rien savoir. Il commença en même temps, y consacrant un temps et une patience infinis, la publication des articles et notices qui deviendraient plus tard les cinq volumes de Cultes, mythes et religions.

 

   Mais pas seulement.

      Nous n’avons rien dit de sa vie mondaine. En 1888, une série de circonstances allaient le conduire, d’un salon l’autre, à celui de Liane de Pougy et à la découverte des poésies de Pauline Tarn, alias Renée Vivien.

      Lors de son séjour en Grèce, il avait été amené, lors d’une escale de son bateau à l’île de Lesbos, à visiter avec le médecin du bord, « une malheureuse hydropique qui gisait depuis sept mois sans mouvements ». Il avait alors écrit dans son journal : « Peu s’en fallut que cette infortunée ne fût la première Lesbienne que je rencontrasse. À la tare des monstruosités morales restera attaché dans mon esprit le souvenir des monstruosités physiques ». Eh bien, il allait changer d’avis sur « les monstruosités morales » et s’intéresser, par le biais des poésies de la moderne Sapho, à ces dames et à leurs particularités.

      Le désir de voir un vase grec l’avait entraîné chez la femme de l’archéologue Ernest Beulé, qui avait fouillé en 1851 l’entrée de l’Acropole d’Athènes. Reinach raconte à Liane de Pougy : « J’y rencontre Charlotte Laissier, veuve depuis quelques mois et me lie avec elle. Cinq ans après, elle se remarie et devient Mme de la Redorte, nous restons liés. En 1910, alors que je refuse toute invitation, j’accepte pourtant un jour de dîner chez elle avec Mme de Brimont, je me lie avec elle. Quatre ans après, je la mène au Salon ; elle me cite des vers de Pauline, j’achète ses volumes et les dévore. Mme de B me mène chez Flossie [Natalie Barney], qui me révèle L’Idylle [L’Idylle saphique publiée par Liane de Pougy en 1901], je veux voir Ahnine [Liane de Pougy], je lui écris deux mots après l’avoir vue – et je reviens, on s’écrit, on ne cesse plus de s’écrire. Ainsi, remontant le cours des années et des hasards, c’est à un vase grec que je dois de vous connaître. Introducteur dont vous étiez digne, et qui me convient. »[4]

 

8. renee_vivien xxx.jpg

Renée Vivien habillée « à la Camille Desmoulins »

 

      Pour les curieux, Mme de Brimont était l’arrière-petite-nièce de Lamartine. Quant à Mme de la Redorte et son mari, ils figurent  dans un texte des Vrilles de la vigne, de Colette, « Printemps de la Riviera », qui sera retranché de l’édition définitive. Elle y évoque un séjour en 1906 à la villa Cessole, chez Renée Vivien. Les invités, parmi lesquels figurent Liane de Pougy, Jean Lorrain, Caroline Otero, Jeanne de Bellune, etc., sont présentés par leurs initiales :

      « On regarde beaucoup le couple de la R…, surtout la femme, cette joueuse enragée et riche, Mme de la R…, dont les petites mains sèches sèment et récoltent des poignées d’or et de précieux papiers sales… Ses mains gantées, son corsage, son chapeau, sa figure décolorée, tout est blanc. Elle ressemble à un oiseau pâle au bec busqué, et ses pâles yeux charment l’or… »[5]  

 

9. Colette chez le photgraphe.jpeg

Mais d’où vient que tant de femmes exceptionnelles eurent alors la rage de singer des hommes qui ne l’étaient pas ?

 

      Où finissent les mondanités et où commencent les occupations  savantes ? À partir de 1890 et pendant deux ans, puis de 1895 à 1902, Salomon Reinach allait suppléer Alexandre Bertrand à la chaire d’archéologie nationale à l’École du Louvre. C’est là qu’il donna, en 1899, une série de conférences sur la religion celtique. C’est là aussi qu’il parla pour la première fois de totem et de tabou, toutes choses qui se retrouveraient un jour dans Cultes, mythes et religion, après avoir fortement intéressé Sigmund Freud.

      On sous-estime souvent l’influence qu’eut Sparte sur l’imaginaire français. Depuis le milieu du XVIIIe siècle où les Oratoriens, soucieux d’arrêter l’hémorragie d’ouailles soit vers le protestantisme, soit vers l’Antiquité païenne ou l’athéisme, avaient eu recours à l’histoire ancienne, voire à l’historicisation des mythes pour inculquer à leurs élèves un certain nombre de vertus chrétiennes déguisées, Sparte, Athènes et Rome s’étaient emparées des esprits. On peut presque à coup sûr définir le rôle qu’allaient jouer dans l’histoire de France les uns et les autres, aux choix qu’ils faisaient de leurs modèles. Si, pour Robespierre, Sparte, ce fut Léonidas (« Étranger, va dire à Sparte qu’ici nous gisons, dociles à ses ordres. ») et si, pour Saint-Just, ce fut l’endroit où la brièveté du discours était loi (« Le prix d’éloquence sera donné au laconisme »), pour Salomon Reinach, c’est à Sparte que les filles et les garçons avaient jadis reçu la même éducation égalitaire. Il eut pour ambition d’initier aux choses de l’art et de la philosophie les jeunes filles, certes de bonne famille, il faut bien commencer quelque part et on n’imagine pas les porteuses de pain et les blanchisseuses au Louvre. Elles y seront invitées « avec leurs mamans », ce qui l’amènera à se dire « conférencier pour vieilles dames », sous-estimation s’il en fut.

      Mais Reinach ne fit pas que suppléer Alexandre Bertrand au Louvre, car c’est à lui aussi qu’il dut son poste d’attaché au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, dont il finirait conservateur en chef et dont il enrichirait considérablement les collections, y compris de ses deniers.

10. Alex. BERTAND.JPG

Il devait plus tard, à propos de « l’affaire », lui rendre hommage en rappelant que c’était pour Dreyfus que « ce Breton défenseur des vérités de 89 » était descendu « pour la première fois dans la lice à soixante-dix-sept ans ».

 

2. cornucopia green.gif

 

   Cultes, mythes et religions

      Sous ce titre ont été réunis cinq livres, eux-mêmes constitués d’essais et d’articles allant de cinq ou six à soixante pages, sur tous les sujets relatifs à l’histoire des peuples. Il suffit d’en énumérer les titres pour donner une idée de l’ampleur et de la diversité de l’entreprise. :

  • Totems et tabous
  • Celtica
  • Mythes et rituels en Grèce, à Rome et chez les Hébreux
  • Mythologie figurée
  • Christianisme, survivances et déviances

      Ce qui ressort de ces 1300 pages « choisies », c’est une curiosité inépuisable, une empathie inlassable pour « les autres » quels qu’ils soient. Car ce qu’avait entrepris Reinach, à travers l’art, l’archéologie, la mythologie, les coutumes patiemment glanées et décryptées, c’est l’histoire de ceux qui n’en ont pas : les classes inférieures, en effet, n’eurent jamais droit aux chroniques des historiens, celles d’Hérodote excepté. Pour elles, on dit « anthropologie ».

 

11. ane-d-or.jpg

 

      À partir de la Révolution et sûrement à cause d’elle, mettons à partir de Jacques-Antoine Dulaure (Des Divinités génératrices : ou du culte du Phallus chez les anciens et les modernes), un nombre grandissant de savants de tous les pays allaient de plus en plus s’intéresser à l’étude de ces classes inférieures dont l’histoire n’avait jamais été écrite parce qu’elle n’avait jamais intéressé personne, ou du moins personne sachant lire. Reinach ne fut pas le seul mais il fut l’un des premiers et un de ceux qui se trompèrent le moins dans leurs interprétations.

Quelques extraits :

http://psychanalyse-paris.com/-Cultes-Mythes-et-Religions...

 

2. cornucopia green.gif

 

   Orpheus, Histoire générale des religions

      … aurait dû être un manuel scolaire.

      L’État, entendant promouvoir l’instruction laïque, confia la tâche de le rédiger à un homme connu pour son hostilité envers le pouvoir de l’Église et son attachement à la laïcité. Il allait être déçu. L’auteur, pourtant, s’est acquitté de sa tâche de manière exemplaire. On peut même dire que rien, avant ou après ce livre, n’a été si conforme à l’esprit du Plan d’éducation nationale voté par la Convention le 13 août 1793 et jamais appliqué. On sait ce qu’il préconisait en matière de religion :

 

      « Jusqu'ici j'ai développé le système de diverses habitudes dont la réunion forme le complément d'un bon cours d'éducation; et cependant je n'ai pas encore prononcé le nom de cette habitude morale qui exerce une si souveraine influence sur toute la vie de l'homme; je veux dire, la religion : sur cette matière délicate, il est plus aisé d'exprimer ce qui est mieux que ce qui est possible.

C'est d'après le principe que l'enfance est destinée à recevoir l'impression salutaire de l'habitude, que je voudrais qu'à cet âge, il ne soit point parlé de religion, précisément parce que je n'aime point dans l'homme ce qu'il a toujours eu jusqu'à présent, une religion d'habitude.

Je regarde ce choix important comme devant être l'acte le plus réfléchi de la raison.

Je désirerais que, pendant le cours entier de l'institution publique, l'enfant ne reçût que les instructions de la morale universelle, et non les enseignements d'aucune croyance particulière.

Je désirerais que ce ne fût qu'à douze ans, lorsqu'il sera rentré dans la société, qu'il adoptât un culte avec réflexion. Il me semble qu'il ne devrait choisir que lorsqu'il pourrait juger. »

Michel Le Peletier – Plan d’éducation nationale (extrait)

 

      Or, Reinach, voulant mettre sous les yeux des jeunes gens ce qu’il leur convenait de savoir pour être en mesure de juger, s’est appliqué, dans son livre, à leur communiquer ce qui est sûr et rien d’autre.

      On peut regretter qu’un seul chapitre soit consacré aux « Celtes, Germains et Slaves » et un seul autre aux « Chinois, Japonais, Mongols, Finnois, Africains, Océaniens, Américains », alors que l’Islam et le Judaïsme ont droit à un chapitre chacun et le Christianisme à cinq, ce dont il s’est justifié en disant : « Ce n’est pas ma faute si l’histoire du christianisme se confond un peu, depuis deux mille ans, avec l’histoire universelle et si, en esquissant celle-là, j’ai été amené, dans une certaine mesure, à raconter brièvement celle-ci. » Cherchant ce qu’il y avait d’historique dans les livres sacrés du judaïsme et du christianisme (Ancien et Nouveau Testaments), sa conclusion est « à peu près rien ». Il va même jusqu’à recommander l’Essai sur les mœurs de Voltaire, avec lequel, pourtant, sur les religions, il n’est « pas d’accord ».

      Et pourtant, ce livre (à nos yeux) exemplaire lui sera refusé.

      Ce que n’avaient pas prévu les messieurs du Ministère, pour qui parler de religion, c’était surtout parler contre, prendre parti, mettre en garde, c’est que Reinach, tout en séparant l’historique du fabuleux, allait chercher, au contraire, ce qui, dans chaque croyance si lointaine et bizarre fût-elle, avait concouru à faire avancer la conscience humaine vers un plus haut degré de maturité. Il avait, pour cela, essayé de se mettre à la place des croyants. Mais ce genre de scrupules n’est pas le fort des cerveaux binaires. Alors que c’était là l’essence même de la laïcité. Hélas pour eux, les enfants des écoles allaient donc être endoctrinés à la nouvelle religion laïque.

      Il faut rappeler, car c’est un des nœuds de notre histoire récente à tous, que la IIIe République fut farouchement anticléricale et qu’elle avait fait sienne la conviction des philosophes du XVIIIe siècle, pour qui les religions – toutes les religions – avaient été créées par d’habiles gredins pour imposer leur loi aux crédules. Reinach, plus darwinien qu’eux, était sûr et avait démontré qu’il n’en était rien, conscient d’abord de l’abîme qu’il y a entre « morale » et « religion ». Que les religions soient toutes nées naturellement ne fait plus de doute aujourd’hui. Cette idée était tout simplement anathème aux yeux de ceux qui avaient lancé leurs hussards noirs à l’assaut de « l’obscurantisme ». Ils se sentirent floués.

      Ou du danger qu’il y a à essayer de s’intégrer à quelque chose de moins intelligent que vous…

      Ce livre plus que nécessaire, qui eut contre lui les juifs, les catholiques et les bouffeurs de curés, aurait-il aussi contre lui, aujourd’hui, les musulmans ? Probablement. Sauf ceux de très haute volée, de la trempe de Reinach...

 

2. cornucopia green.gif

 

      « De cet anticléricalisme va naître, il est vrai, une politique scolaire de grande qualité. Jules Ferry, un des très grands ministres de la IIIe République, mit en place un régime éducatif qui durera jusqu’en 1962.

12. école des garçons de danvilliers meuse 1er août 1899.JPG

L’école laïque, gratuite et obligatoire ne sera pas aussi laïciste qu’on a bien voulu le dire. C’est grâce à cette politique que va naître l’ascenseur social républicain, permettant aux fils d’ouvriers ou de paysans de sortir de leur condition et d’accéder aux plus hautes fonctions de l’État ou de l’économie. Il est vrai que le système n’était pas égalitariste, comme il l’est aujourd’hui. Les bourses étaient attribuées, à condition sociale égale, à ceux qui les méritaient, par leur travail et leurs résultats. C’était peut-être élitiste, mais c’était efficace.

      La IIIe République est le modèle d’une république jacobine : elle rejettera, de 1875 à 1940, toute politique de décentralisation que défendait, depuis 1850, la droite monarchiste ou libérale. Si l’on regarde les manuels d’histoire d’avant 1980, il est fait gloire à la IIIe République de sa politique coloniale. Il n’était point question alors de repentance. À l’actif de la IIIe République, l’intégration dans l’ensemble français de la Tunisie et du Maroc, de la plus grande partie de l’AOF, sauf le Sénégal, de la plus grande partie de l’AEF, sauf le Gabon, de Madagascar, du Cambodge, du Laos de l’Annam et du Tonkin, territoires pour lesquels la Chine reconnut notre souveraineté, par le traité de Tianjin, en 1885. Il est vrai, d’ailleurs, que la colonisation française, si elle fut généralement fort humaine, était fondée sur les principes définis par Jules Ferry. Pour lui, « les colonies sont le moyen de permettre l’accès à la civilisation de peuples étrangers à nos valeurs ». Pour lui encore « les colonies sont le moyen de placement des capitaux le plus avantageux… La fondation d’une colonie, c’est la fondation d’un débouché ». Malheureusement, la colonisation française ne fut guère efficace. Les investissements furent limités, et les infrastructures (routes et voies ferrées) de médiocre qualité. Au reste, en 1914 comme en 1938, le total des voies ferrées construites en AOF et en AEF représente un kilométrage plus faible que celui du seul Nigeria. Si la politique marocaine de Lyautey et de ses successeurs fut un grand succès, ce fut assez largement le cas en Indochine aussi et en Algérie. En Indochine, il faudrait souligner les efforts considérables faits (entre 1940 et 1945) par l’amiral Jean Decoux. En Algérie, le gouvernement de la République ne saura pas favoriser l’essor de l’agriculture et n’aura pas le courage de résister tant aux mollahs qu’aux colons, et n’instituera pas l’enseignement laïc et obligatoire que prévoyaient les lois Ferry. De surcroît l’anticléricalisme gouvernemental freina les efforts d’évangélisation des Pères Blancs, notamment en Kabylie. »

« Comme il l’est aujourd’hui »… On laisse aux monarchistes auteurs de ces lignes la responsabilité de leurs opinions.


 

2. cornucopia green.gif

 

   Reinach et l’Inquisition

      Si Reinach croyait à la naissance naturelle des religions, il n’en était pas moins profondément anticlérical, s’agissant de l’Église catholique et de ses abus de pouvoir, tant dans le passé que de son temps.

    C’est curieux, si on pense que cet homme a toute sa vie entretenu avec des quantités d’ecclésiastiques, savants il est vrai, les meilleures relations du monde, mais c’est ainsi.

      En 1900 parut l’œuvre d’un Américain, jugée par lui si importante qu’il avait tenu à la traduire lui-même en français : l’Histoire de l’Inquisition au Moyen Âge, de Henry Charles Lea.

      Dans la préface à son Orpheus, Reinach avait écrit :

      « Je ne pense pas que les persécutions des Bacchanales par le sénat romain, que celles du christianisme naissant par les empereurs, que les fureurs de l’Inquisition, que la Saint-Barthélemy et les dragonnades doivent être relatées avec froideur, comme des épisodes insignifiants de l’histoire. J’exècre ces meurtres juridiques, fruits maudits de l’esprit d’oppression et du fanatisme : je l’ai laissé voir. Il existe encore des enragés qui glorifient ces crimes et voudraient qu’on en continue la série ; s’ils disent du mal de mon livre, ils lui feront honneur. »

      C’est cette exécration de l’esprit d’oppression et du fanatisme qui forma son opinion sur l’Affaire Dreyfus dès l’instant où elle éclata, comme elle l’avait formée auparavant sur la mise à mort des Templiers, celles de Jeanne d’Arc et de Gilles de Rais.

 

13. Dreyfus à Rennes.jpg

 

      S’il vit immédiatement clair dans l’entreprise (son premier texte en défense du capitaine s’intitula d’ailleurs Clair comme le jour) son aspect purement raciste n’allait jamais vraiment lui apparaître et il resterait persuadé jusqu’à son dernier jour que tout cela n’avait été qu’un complot des Jésuites contre la République.

      Certes, on ne prête qu’aux riches, mais il y a quand même deux ou trois crimes que les soldats de saint Ignace n’ont pas commis. Le racisme ordinaire et généralisé ne s’était pas alors révélé dans toute sa hideur. Ni le chauvinisme se parant des plumes du nationalisme. Comment une intelligence à ce point supérieure pouvait-elle imaginer LA psychopathologie de l’inintelligence ? D’autres, plus tard, allaient la découvrir, mais Reinach, bienheureusement pour lui, serait mort - en 1932 - juste avant que se déchaîne la peste qui n’a pas cessé jusqu’à ce jour, même s’il lui faut de temps en temps changer d’objet pour se perpétuer.

      Signalons que, malgré ses inlassables efforts pour sauver Alfred Dreyfus, puis pour lui faire rendre justice après son acquittement, ce n’est pas lui qui en a écrit l’histoire, mais son frère Joseph, par ailleurs un des fondateurs de la Ligue des droits de l’homme, née à l’occasion de la célèbre « Affaire ».

 

2. cornucopia green.gif

 

   Gilles de Rais, Glozel et Saïtapharnès

      D’autres affaires ont marqué la carrière de Salomon Reinach. À commencer par celles de ses opinions à contre-courant.

      Dans sa lutte écrite contre les abus de pouvoir de l’Église, il n’avait pas sous-estimé les responsabilités de la couronne, tant dans l’affaire des Templiers que dans celle de Jeanne d’Arc, honteusement abandonnée à son sort par le monarque qui lui avait dû son élévation. Mais il s’est particulièrement passionné pour le cas de Gilles de Rais, dans lequel il vit un autre martyr des deux pouvoirs coalisés.

 

14. Procès Gilles.jpg

Procès de Gilles de Rais – Miniature vers 1530

 

      On ne peut pas attribuer à la persécution de Dreyfus celle qu’il vit dans le procès du maréchal, puisque son opinion sur ce point est bien antérieure. Toujours est-il qu’il a comme toujours passé en revue les pièces et scruté les textes, et qu’il en a tiré la conviction que l’ancien compagnon de Jeanne, grand aristocrate breton et richissime propriétaire de terres et de châteaux, était innocent des crimes dont il fut accusé. Sa thèse est que toute « l’Affaire » fut un coup monté et que la cupidité de nobles et de gens d’église en fut la cause. Cette conviction était si forte qu’il alla même jusqu’à  essayer d’obtenir de Charles Lea qu’il s’exprime plus nettement dans ce sens, chose que l’historien américain refusa de faire, estimant qu’il en avait assez dit. Salomon Reinach fit alors paraître un texte d’une trentaine de pages où il exposait sa thèse dans un certain détail. Il n’en démordit jamais et peut-être avait-il raison. On ne trouve plus qu’en ligne (voir plus bas) cette brochure épuisée depuis longtemps.

      En 1994, l’éminent médiéviste qu’était Jacques Heers a fait paraître « sa » version de l’histoire de Gilles. En gros, il estime que deux procès menés en parallèle, avec des dizaines d’enquêteurs et des centaines de témoins, n’ont pu être truqués, d’autant qu’il aurait été plus simple de liquider le trublion le soir au coin d’un bois. (On schématise.) Malheureusement, les procès du TPIY et de la CPI, pour n’invoquer que ceux-là, viennent de nous prouver le contraire, et même prouver, avec le cas Milosevic, qu’on peut à la fois truquer un procès et liquider un trublion tout en le faisant. La question reste donc ouverte. Salomon Reinach et Jacques Heers se sont basés sur les mêmes pièces. Ce sont leurs interprétations qui diffèrent et qui méritent au moins d’être comparées.

 

2. cornucopia green.gif

 

      Si l’affaire Glozel n’est pas sanglante, elle n’en est pas moins compliquée, on pourrait même dire compliquée à l’excès. Elle l’est même tellement que nous renonçons à la résumer ici.

      Sachez seulement que Glozel est un village où des agriculteurs firent, en 1924, des découvertes qui le rendirent aussitôt célèbre, car on y trouva, ensemble, des objets datant de l’âge du fer et d’autres datant du Moyen Âge (encore une fois, nous schématisons à l’excès). Il y eut des controverses, des commissions internationales, des appels à savants de partout, des procès. Il s’y mêla des intérêts sordides. La communauté des archéologues en fut divisée. Certains se déclarèrent pour l’authenticité des trouvailles, d’autres pour un trucage… qui ne fut jamais prouvé.

 

15. Reinach à Glozel.jpg

Salomon Reinach aux fouilles de Glozel en 1928

 

En 1926, Reinach, appelé à la rescousse, se prononça pour l’authenticité, de même d’ailleurs que l’abbé Henri Breuil. Ceux qui ne sont pas d’accord le lui reprochent encore.

Pour en savoir plus sur cette sombre affaire, voir ICI.

Ajoutons que Reinach a défendu sa thèse dans un livre intitulé Éphémérides de Glozel (Paris, Kra, 1928), dont Wikipedia a eu la bonne idée de mettre des extraits en ligne.

 

2. cornucopia green.gif

 

L’affaire de la tiare de Saïtapharnès concerne Salomon Reinach de façon plus personnelle.

 

16. Tiare.jpg


      Le 1er avril 1896, le Louvre fit savoir qu'il avait acheté une tiare d'or découverte en Crimée et ayant appartenu au roi scythe Saïtapharnès. Le musée avait acquis cette œuvre inestimable sur les conseils d'Albert Kaempfen (1826-1907), alors directeur des Musées nationaux et des archéologues Antoine Héron de Villefosse et Salomon Reinach. Une inscription grecque sur la tiare donnait à lire : « le conseil et les citoyens d'Olbia honorent le grand et invincible roi Saïtapharnès ». Pour les experts du Louvre, cette tiare confirmait un épisode datant de la fin du IIIe siècle ou du début du IIe siècle avant notre ère.

      Or, il s’agissait d’un faux.

     Deux ans auparavant, elle avait été commandée à un artisan juif d’Odessa, par deux commerçants qui lui avaient expliqué qu’il s’agissait d’un cadeau spécial qu’ils voulaient faire. L’orfèvre, Israël Rouchomovsky, avait reçu 7.000 francs pour son travail, qui les valait bien.

     Le fait est que les deux hommes d’affaires (des « Valadour  » ?), réussirent à vendre leur prétendu cadeau au musée du Louvre, pour la coquette somme de 200.000 francs-or. Que la transaction ait eu lieu un 1er avril ne semble pas avoir mis la moindre puce à l’oreille à cette brochette de savants.

      Tout aurait pu en rester là si un autre archéologue, l’Allemand Adolf Furtwängler, n’avait été pris de doutes. La tiare n’avait pas qu’un style mais plusieurs et elle manquait singulièrement de patine… Il s’ensuivit des discussions, dont le bruit parvint jusqu’à Odessa. L’orfèvre, peu soucieux d’être pris pour un faussaire, fit le voyage de Paris pour venir conter à qui de droit son affaire. On en voulut des preuves. Il les donna. Et le scandale éclata. Dépenser 200.000 francs-or de fonds publics pour un faux qui en avait coûté 7.000… Ha ha ha !

      Les chansonniers et les caricaturistes s’en donnèrent à cœur-joie. Le président Loubet fut représenté, tiare en tête, faisant des ronds de jambe au roi d’Italie. La tiare eut même les honneurs du Carnaval de Nice, où elle défila avec le cadre vide de la Joconde récemment volée. Mais pourquoi Salomon Reinach fut-il brocardé plus et plus longtemps que les autres, comme s’il eût été seul en cause ? Antisémitisme ? Il semble bien que oui. On n’ose penser à ce qu’eussent tiré de ces attaques frisant la diffamation voire la calomnie les zozos du CRIF ou de la LICRA… Reinach, qui était un homme honnête et bien élevé, but le calice jusqu’à la lie. Il s’était trompé, il s’était trompé.

 

17. tiare xxxxxxx.jpg

 

      Pour la petite histoire…

     L’orfèvre ne fut pas inquiété. Il reçut même une médaille d’or du Salon des arts décoratifs et s’installa à Paris, où il est mort en 1934.

      « L’authentique tiare de Saitapharnès » apparaît, avec Arsène Lupin, dans L’Aiguille creuse de Maurice Leblanc.

      Enfin, en 1997, un musée de Jérusalem l’a empruntée au Louvre pour l’exposer dans le cadre d’une rétrospective Rouchomovsky.

      Avouons que sa tiare était quand même bien belle et que, si elle n’est pas d’époque, elle aurait mérité de l’être.

 

2. cornucopia green.gif

 

   Reinach et l’éducation des jeunes filles

      Dans sa préface à Orpheus déjà citée, Salomon Reinach écrivait :

      « Comme j’ai la prétention et l’espoir de trouver autant de lectrices que de lecteurs, je me suis imposé une certaine réserve, surtout dans l’exposé des anciennes religions orientales. J’affirme aux mamans qu’elles peuvent donner ce livre à leurs filles, pour peu que la lumière de l’histoire ne les effraie pas. Les sacrifices que j’ai dû faire ne sont pas, à tout prendre bien regrettables ; mais si la bienveillance du public répond à mes efforts, je ferai paraître quelque jour une édition plus complète – pour les mamans. »

      On voit affleurer à cette occasion l’obsession du savant pour l’émancipation au moins spirituelle des femmes. Mais il se préoccupa tout autant de leur émancipation intellectuelle. C’est pourquoi, à partir de 1911, il se lança dans la rédaction et la publication de petits manuels destinés à faciliter aux jeunes filles l’étude du français d’abord, du latin et du grec ensuite, et enfin de l’histoire des philosophies. Sidonie et le français sans peine fut bientôt suivi de Cornélie ou le latin sans pleurs, puis d’Eulalie ou le grec sans larmes. En 1926, il faisait paraître le premier des trois volumes des Lettres à Zoé sur l’histoire des philosophies. Bien des femmes, mais aussi bien des hommes – jeunes et moins jeunes, voire universitaires – pourraient aujourd’hui revenir avec profit et sans honte à ces sources de Gai Savoir.

2. cornucopia green.gif

 

   Salomon Reinach et les Juifs

      Défenseur des droits des juifs mais aussi de leur culture, quoique son amour ne fût pas aveugle et que l’obscurantisme ne fut jamais son fait, Reinach accepta en 1886 la vice-présidence de l’Alliance israélite universelle, fonction qu’il remplit de son mieux jusqu’à ce qu’on l’obligeât d’en démissionner « pour violent antisionisme ».

      Nahum Goldman raconte :

      « Salomon Reinach et l’Association qu’il présidait, était violemment antisioniste[6] et ouvertement partisan de l’assimilation. Nos amis parisiens nous racontèrent un incident qui me révolta ; le savant juif Jacques Faitlovitch venait de découvrir les juifs Falachas en Abyssinie. Faitlovitch aurait rendu visite à Reinach pour lui parler de sa découverte et demander l’appui financier de l’Alliance pour continuer ses recherches chez les Falachas. Reinach l’aurait repoussé avec ces mots : “Ce que vous avez fait est un  malheur. Il y a de toute manière trop Juifs dans le monde. Nous n’avons pas besoin que de nouveaux Juifs nous donnent de nouveaux tracas.” Mon zèle juvénile fut choqué de ces paroles. De retour à Francfort, j’écrivis deux articles ayant pour titre : Salomon Reinach, un phénomène. Ces articles firent beaucoup parler d’eux. Ils étaient extrêmement agressifs et provoquèrent certaines réactions hostiles à Reinach. De graves discussions se produisirent au sein de l’Alliance et Reinach dut renoncer à ses fonctions de vice-président. »

      « Mon zèle juvénile » : Goldman avait alors seize ans.

 

18. Adolphe Crémieux par Lecomte du Nouy.jpg

Adolphe Crémieux, fondateur de l’Alliance

 

      L’Alliance avait été créée par des Juifs français, reconnaissants envers la France pour son processus d’émancipation entamé en l'an II [7]. Ils avaient décidé de venir en aide aux Juifs du monde en intervenant auprès des autorités politiques des pays où ils étaient encore persécutés, en réclamant pour eux l’égalité des droits, comme en France. Elle avait aussi développé un réseau scolaire visant à moderniser les Juifs d’Orient et à obtenir ainsi leur émancipation. Son objectif plus large était de répandre les bienfaits de la civilisation française dans le monde juif. Ses dirigeants étaient tous républicains et patriotes.

      L'Alliance allait surtout se faire connaître en ouvrant des écoles (aussi bien primaires que professionnelles) dans de nombreux pays, en particulier dans les pays musulmans d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ces écoles visaient à fournir une éducation « moderne », aux standards français, à la jeunesse juive locale, mais étaient aussi ouvertes aux non-juifs. Ainsi, en 1939, elle disposait d'une centaine d'écoles et d'environ 50.000 élèves, essentiellement dans le monde arabo-musulman. En raison de ce maillage important, les autorités françaises considéraient depuis les années 1920 l'Alliance comme un outil majeur de l'influence francophone dans le monde. 

      Ainsi : « …de nombreuses écoles populaires dans les pays des communautés orientales et en Palestine (écoles à Edirne et Izmir, écoles juives d’Istanbul transformées en établissements de l'Alliance, école professionnelle de Jérusalem en 1882). En 1911, plus de 35 % des enfants d'âge scolaire dans la population juive sont inscrits dans les écoles de l'Alliance. »

 

19.  1935 Jerusalem.JPG

École de filles de l’Alliance, Jérusalem, 1935

 

      Quel rôle ont joué l’American Jewish Committee et l’Anglo-Jewish Association dans l’adhésion de l’Alliance au projet sioniste en décembre 1945 ? C’est ce que nous ne savons pas.

      Salomon Reinach était mort depuis treize ans déjà, et la preuve fut faite que, là comme ailleurs, les intelligences supérieures n’avaient pas trouvé le moyen de se faire entendre des cerveaux binaires.

      Où en serait la Palestine aujourd’hui, si la politique de l’Alliance avait été poursuivie ?

      Où en serait le Proche Orient ?

      Où en serions-nous ?

 

2. cornucopia green.gif

 

      Au lendemain de sa mort, Robespierre dit de Lepeletier de Saint Fargeau, dont il allait défendre et faire adopter le Plan d’Éducation par l’Assemblée :

      « Lepeletier fut noble, Lepeletier occupait une place dans un de ces corps si puissants sous le despotisme, Lepeletier fut riche, et depuis la révolution, il fut constamment l’ami du peuple, le soutien de la liberté, et l’un des plus ardents fondateurs de la république. Sous ces trois rapports, Lepeletier fut un prodige. »

Convention, 21 janvier 1793

      Sans doute eût-il pu en dire autant de Salomon Reinach.

 

____________

  1. Hervé Duchêne, Salomon Reinach devant les hommes et les religions. Préface à Cultes, mythes et religions.
  2. Préface d’Amalthée, t. I. Paris, Leroux, 1929.
  3. Hervé Duchêne, op cit.
  4. Lettres à Liane de Pougy de Max Jacob et Salomon Reinach. Paris, Plon, 1980, p. 175.
  5. Colette, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p.1062.
  6. Elle le restera jusqu’en 1945.
  7. Le 16 Pluviôse an II, soit le 4 février 1794.

 

2. cornucopia green.gif

 

  


2. cornucopia green.gif

 

20. Le jeune Cicéron lisant.JPG

Dans le désordre et bien entendu sans rien d’exhaustif…

 

 21. Manuel de philologie classique.jpg

 

 

Salomon REINACH

Manuel de philologie classique

Paris, Hachette….

……  pages

 

 

 

 22. Cultes, mythes Bouquins.JPG

 

Salomon REINACH

Cultes, mythes et religions

Paris, Robert Laffont, 1996, 2000, etc.

Collection « Bouquins »,

1350 pages

 

 

 

Note de l’éditeur :

« Il n'y a d'intéressant sur la terre que les religions », notait Baudelaire dans ses journaux intimes. Salomon Reinach (1858-1932) fut de son avis, puisqu'il consacra sa vie entière à l'étude des cultes, des mythes, des croyances, des superstitions. De l'Antiquité gréco-latine à la Gaule gallo-romaine, rien n'échappait à sa curiosité. Et si les frères Goncourt, avec leurs manies de « bibeloteurs » furent à l'origine du musée Carnavalet, Salomon Reinach fut l'un des promoteurs du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, le musée qui nous renseigne le mieux sur nos origines lointaines, sur nos sources païennes et sur le début du christianisme en France. Salomon Reinach n'étudie pas seulement la manière dont ont été domestiqués nos animaux, il s'intéresse également aux coutumes de mariage de nos ancêtres, au totémisme druidique et à Vercingétorix, à la figure d'Orphée et aux vestales romaines, aux cathares et à Gilles de Rais, à Jeanne d'Arc et à l'Inquisition. Tous les aspects de la vie religieuse le fascinent. Durant des années, il a donné, à des revues plus ou moins savantes, des études extrêmement précises sur des points qui paraissent de détail mais qui sont révélateurs des grands problèmes fondamentaux.

 

 23. Orpheus - L'Harmattan.JPG

 

 

Salomon REINACH

ORPHEUS, Histoire générale des religions

Paris, L’Harmattan, 2002

Collection « Les introuvables »,

628 pages

 

 

 

Note de l’éditeur :

Pourtant résultat d'une commande ministérielle, Orpheus (1909) devait être refusé par l'Éducation Nationale, considérant que la présentation des religions comme un phénomène naturel allait à l'encontre de la morale commune. Sigmund Freud dans Totem et tabou se réfère constamment à cette œuvre. Orpheus ne cesse d'entretenir la curiosité, peut-être moins dans l'idée d'une exactitude historique que dans une perspective anthropologique.

 

 24. Apollo Hachette.jpg

 

 

Salomon REINACH

APOLLO, Histoire générale des arts plastiques

professée à l’École du Louvre

Paris, Hachette, 1904, 1952, etc.

352 pages

 

 

 

25. Epona.jpg

 

 

 

Salomon REINACH

Epona, la déesse gauloise des chevaux

Paris, Leroux, 1895 (reprint Chapitre.com)

70 pages

 

 

 

 

26. Origine des Aryens.jpg

 

 

 

Salomon REINACH

L’Origine des Aryens : histoire d’une controverse

Paris, E. Leroux 1892 (reprint Chapitre.com)

133 pages.

 

 

 

 

 27. bourignon.gif

 

 

Salomon REINACH

Antoinette Bourignon

Paris, Arbre d’Or, ……

……. Pages

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur cette mystique française très peu connue qui intéressa suffisamment Reinach pour qu’il l’exhume :

http://www.philosophe-inconnu.com/Livres/nouv_bourignon_a...

 

28. Histoire de l'Inquisition au Moyen-Age.JPG

 

 

Henry Charles LEA

Histoire de l’Inquisition au Moyen Âge

Traduit par Salomon REINACH
Paris, Laffont, 2005

Collection « Bouquins »

1504 pages

 

 

Note de l’éditeur

L’histoire d’une institution qui, loin d’être une aberration est au cœur même de l’Église. Une réflexion salutaire sur l’intolérance.

Plus que jamais, l’intolérance religieuse travaille nos sociétés ; plus que jamais les rapports entre les états et les églises font problème. Aussi, le grand livre de l’historien américain Henry Charles Lea (1825-1909), unique en son genre, garde-t-il une terrible valeur d’actualité. Il nous permet de comprendre pourquoi et comment, pendant des siècles, l’Église catholique a cru devoir réduire au silence, voire éradiquer ses dissidents. Dès le Moyen Âge, l’Église était devenue un pouvoir économique et politique de premier ordre. Et comme tous les pouvoirs, elle fondait une part de son empire sur des bases matérielles et prêtait le flanc à de nombreuses critiques exigeant le retour à la pureté du message évangélique. C’est pour combattre ces mouvements, dégénérant en hérésies, que les papes ont délégué leurs prédicateurs à travers toute l’Europe, en leur accordant des compétences de plus en plus étendues. Ainsi est née une institution qui, de plus en plus, s’est substituée aux pouvoirs locaux pour broyer toute résistance à ce qu’il faut bien appeler une « pensée unique ». Maîtrisant le latin comme l’allemand, l’espagnol comme l’italien, Henry Charles Lea a parcouru les archives de l’Europe tout entière afin de brosser un tableau complet de cette partie souvent refoulée de notre passé. Cette Histoire de l’Inquisition est aussi une histoire de la liberté de conscience. Qu’elle ait été traduite en français par Salomon Reinach à l’époque de l’affaire Dreyfus et des combats en faveur de la séparation de l’Église et de l’État montre à l’évidence que le combat des Lumières contre l’obscurantisme n’est jamais gagné définitivement.

 

 29. Gilles de Rais - Liège.png

 

Salomon REINACH

Gille de Rais

Extrait de la Revue de l’Université de Bruxelles

Liège, Imprimerie électro-mécanique La Meuse, 1904

…… pages

 

 

 

Le texte de ce livre se trouve en ligne ici :

http://www.histoiredelafolie.fr/psychiatrie-neurologie/gi...

 

30. Joseph. Aff. Dreyfus.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Joseph REINACH

Histoire de l’Affaire Dreyfus en deux volumes

avec une illustration en couleurs en couverture de chaque volume ; emboîtage orné d'une reproduction en couleurs.  

Paris, Robert Laffont, 2007

Collection « Bouquins »

2316 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

31. Sidonie Les introuvables.jpg

 

 

 

Salomon REINACH

SIDONIE ou le français sans peine

Paris, L’Harmattan, 1995.

Collection « Les introuvables »

(reprint de l’édition Hachette de 1911)

…. Pages

 

 

32. Cornélie - Les Introuvables.jpg

 

 

 

Salomon REINACH

CORNÉLIE ou le latin sans pleurs

Paris, L’Harmattan, 1995.

Collection « Les introuvables ».

186 pages

 

 

 

 

33. Eulalie, L'Harmattan.jpg

 

 

 

Salomon REINACH

EULALIE ou le grec sans larmes

Paris, L’Harmattan, 2000

Collection « Les introuvables »

196 pages

 

 

 

Note de l’éditeur :

Peut-on apprendre la grammaire française ou pire, celle de langues réputées mortes comme le latin ou le grec, en s'amusant ? Tel est le défi auquel s'est attelé Salomon Reinach au début du siècle, avec succès : à travers ces petits ouvrages drôles et bienveillants, pleins d'historiettes et d'anecdotes, ce sont toutes les chausse-trapes inamicales du français, du latin et du grec qui sont aplanies avec grâce et efficacité.

 

 34. lettres-a-zoe-les-philosophies-paiennes-salomon-reinach-279-MLA4674054098_072013-F.jpg

 

 

Salomon REINACH

LETTRES À ZOÉ sur l’histoire des philosophies

I – Les philosophies païennes

Paris, Hachette, 1926

185 pages

 

 

35. lettres-a-zoe-salomon-reinach-sur-l-histoir-des-phiosophie-19903-MLA20181058110_102014-F.jpg

 

 

Salomon REINACH

LETTRES À ZOÉ sur l’histoire des philosophies

II – De la scholastique à l’Encyclopédie

Paris, Hachette, 1926

….. pages

 

 

 

36. à Zoé - T. III De l'Encyclopédie à nos jours.jpg

 

 

Salomon REINACH

LETTRES À ZOÉ sur l’histoire des philosophies

T.III – De l’Encyclopédie à nos jours

Paris, Hachette, 1926

292 pages.

 

 

 

 

2. cornucopia green.gif

 

Notice sur Salomon & Théodore Reinach

Académie des Inscriptions et Belles Lettres

http://www.aibl.fr/membres/academiciens-depuis-1663/artic...

 

N.B. Les emprunts faits par ce post à M. Hervé Duchêne sont si nombreux que nous ne les avons pas mentionnés au coup par coup.

 

2. cornucopia green.gif

 

 

 

Mis en ligne le 2 avril 2016.

 

 

 

20:57 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/03/2016

ACTUALITÉS BELGES ET AUTRES (SUITE)

1. a pirate ship crashing into an Opera House xxx.JPG

 

Actualités belges (suite) et autres…..

 

2. Logo-Il-Fatto-essai3.jpg

Bruxelles au centre de la stratégie de la terreur, par G.Chiesa

Publié par Jean Levy sur canempêchepasnicolas- le 24 mars 2016

3. Métro Attentats_Bruxelles.jpg

Ce nouveau massacre à Bruxelles, avec des actions terroristes aussi coordonnées que sanguinaires, c’est-à-dire avec des bombes à forte puissance et non des kamikazes, ressemble fort à la poursuite d’un plan bien précis.

Mais de qui ? Et contre qui est-il dirigé ? Personne ne sait qui est le sancta santorum, le chef d’orchestre qui se cache derrière ce chaos, et donc, toutes les hypothèses sont aussi irrecevables les unes que les autres. Ceux qui avancent immédiatement l’hypothèse d’une "riposte" de Daesh à la capture du dernier terroriste survivant des attentats de Paris en novembre dernier ne font que se ridiculiser. Une petite frappe comme ce Salah, depuis longtemps sous la surveillance des services secrets,… impliqué par le passé dans le trafic de drogue et de prostituées dans la maison de passe dénommée "La Béguine" située dans le quartier de Molenbeek, et qui réussit à passer sans encombre au travers de 4 contrôles de police avant d’aller se réfugier dans ce même quartier où il a toujours vécu, ce type ne peut être pas le cerveau de quoi que ce soit. Ces attentats étaient prévus depuis longtemps, par je ne sais quel organe spécialisé dans la provocation de grande envergure.

Contre qui ? Ces bombes sont la continuation des attentats de Paris en 2015 : Charlie Hebdo et le Bataclan. Et aussi de ceux d’Ankara, contre les touristes allemands. Ils font également suite à la mise en scène de Cologne, et au fleuve de réfugiés qui nous inonde.

Procédons par ordre : ces attentats nous visent, nous, les peuples d’Europe. Le but est de réduire nos libertés, et notre capacité à répondre aux forfaits des puissants. En fait, le premier résultat sera, sans aucun doute, la suspension de toutes les garanties démocratiques. Ça a déjà commencé en France, et maintenant ce sera au tour de la Belgique. Et ensuite, avec quelques attentats supplémentaires, celui de l’Italie, si par hasard nous renâclions à entrer en guerre en Libye.

Mais nous, les Italiens, sommes probablement les plus difficiles à berner, car nous avons déjà connu la période des années de plomb et de la stratégie de la tension. Et cela nous a enseigné comment ne pas tomber dans le piège qui consiste à regarder le doigt plutôt que la Lune. Si on nous dit "Daesh", nous nous méfions. Il est possible que ce soit "aussi" Daesh, mais ce dernier est seulement l’instrument, le bras armé, mais certainement pas le cerveau. Ce sont là des bombes contre "l’Europe des Peuples", pour la transformer en annexe de l’Empire, et la pousser toute entière à la guerre, lui passer la muselière, même aux plus récalcitrants. L’avertissement vaut pour tous, pas seulement pour les Bruxellois. 

Qui est derrière tout ça ? Impossible de le savoir. Mais une chose est sure : les services secrets européens, tous sans exception, à plus ou moins grande échelle, ne sont que des filiales contaminées par d’autres services secrets. Ou plus probablement, par certains secteurs, certaines branches de services secrets étrangers. Rappelez-vous le superbe film prophétique de Sydney Pollack : "Les 3 jours du Condor".

C’est pour cette raison qu’ils ne trouvent, et ne trouveront, rien : ils ne sont pas en mesure d’enquêter efficacement. C’est pour ça que nous devons retrouver notre souveraineté, et changer ces gens. Changer ceux qui nous gouvernent, et qui mènent l’Europe droit dans le mur, avec des personnes nouvelles, moins lâches et plus visionnaires. Sinon ils nous cuiront à feu doux, avant de nous transformer en esclaves.

Giulietto Chiesa

Source : http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2016/03/bruxell...

Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr

 

4 Explosion 6.gif

 

La Turquie revendique le bain de sang de Bruxelles

Savvas Kalèdéridès – Réseau Voltaire (Athènes) - 24 mars 2016

 

Depuis six mois, la Turquie menace la France, la Belgique et l’Allemagne et les somme de l’aider à éliminer le mouvement de libération nationale kurde. Idéologiquement le régime de Recep Tayyip Erdoğan considère en effet que les Turcs sont une « race supérieure » et que les Kurdes doivent obéir ou être éliminés. La France, qui avait pris l’engagement d’aider la Turquie à résoudre la question kurde « sans porter atteinte à l’intégrité de son territoire » (c’est-à-dire en déplaçant les Kurdes turcs en Syrie), mais n’était plus en mesure de tenir sa promesse, fut la première touchée. La Belgique qui donne asile aux Kurdes, a été la seconde cible.

____________________________________________________________________

 

5.  Turquie revendique.jpg

 

Le quotidien {Star}, organe officieux du régime de Recep Tayyip Erdoğan, ouvre sa "une" du 22 mars 2016 (c’est-à-dire le matin même des attentats de Bruxelles) sous le titre « La Belgique État terroriste ». Le journal reproche à la Belgique d’avoir laissé des familles de victimes kurdes de la guerre civile manifester à Bruxelles pendant le sommet UE-Turquie.

Tout terroriste choisissant sa cible, veille à passer un message pour justifier son action. La plupart du temps c’est ce message qui intéresse les terroristes et non pas l’ampleur de la catastrophe que va provoquer leur acte terroriste.

De la sorte, ils parviennent à contourner l’exclusion dont ils font l’objet de la part des médias conventionnels, et se trouvent soudain au centre du débat, sous le feu des projecteurs.

Dans le cas des attentats terroristes de Bruxelles, il pourrait y avoir plusieurs messages, dont un lié à l’existence même de l’UE [1]. Cependant, le message central, qui n’a cessé d’être répété par le gouvernement turc, par des groupes étatiques et para-étatiques et par la presse turque, concernait le soutien de la Belgique et de l’UE à la cause kurde.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190897.html

 

6. Saavas.jpg

 

Brigadier de l’Armée de terre grecque. Il démissionna en 2000 après la capture du leader kurde Abdullah Öcalan par la CIA, le Mossad et le MIT turc. Il était alors en mission d’accompagnement à Nairobi (Kenya), pour le compte du Renseignement grec. Très populaire en Grèce et à Chypre, il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse géopolitique et dirige la maison d’édition Infognomon et le site internet InfognomonPolitics.

Voir ses autres articles sur Réseau Voltaire : Savvas Kalèdéridès

 

4 Explosion 6.gif

 

Moscou et Washington contre Ankara

Thierry MeyssanRéseau Voltaire (Damas)24 mars 2016

 

Le Levant est en pleine effervescence après la mise en application de l’accord russo-états-unien sur la paix en Syrie. Chaque acteur tente de tirer son épingle du jeu. Pourtant celui-ci n’est pas terminé. Moscou et Washington se préparent à déstabiliser le président Erdoğan.

 

7. Lavrov.jpg

Serguei Lavrov, qui a fêté son 66e anniversaire ce 21 mars 2016.

 

Les différents acteurs régionaux, constatant qu’ils ne parviendront pas à renverser la République arabe syrienne se cherchent de nouveaux objectifs, alors que l’Armée arabe syrienne se prépare à libérer Idlib, Alep et Palmyre.

Ainsi Israël intervient en sous-main pour provoquer une seconde guerre civile au Liban plutôt que de devoir affronter une nouvelle fois le Hezbollah. Simultanément, le président Reuven Rivlin s’est rendu, le 17 mars, à Moscou pour y présenter ses revendications (pas d’Iraniens à la frontière syro-israélienne et reconnaissance de l’annexion du Golan). Il s’est entendu répondre comme prévu que, dans le cadre d’un règlement régional de paix, la Russie peut aider à négocier avec les Iraniens. Quant au Golan, la question a été réglée depuis longtemps par le Conseil de sécurité. De son côté, Dore Gold est en Turquie. Il tente de voir comment utiliser le désarroi d’Ankara pour jouer la carte terroriste au Liban.

Lire la suite

Source : http://www.voltairenet.org/article190860.html

 

4 Explosion 6.gif

 

Ce n’est pas tout à fait ce que pense Israël Shamir, qui voit Moscou ET Téhéran se rabibocher de concert avec le Calife. L’avenir nous dira lequel s’est trompé.

 

La Russie prend congé

Israël Adam Shamirle 25 mars 2016

Entre la plume et l’enclume

 

8. Shamir - échecs.jpg

 

“Mission accomplished”: “pas si vite”, prévient Daech. Le monde a donc encore besoin d’intervention russe au Proche Orient si l’on veut arrêter les tueurs du désert. Heureusement, la Russie n’est pas si pressée de se retirer complètement. D’après mes sources en Syrie, le retrait promis est surtout une figure de style. Certains Russes s’en vont, d’autres restent.

Oui, je sais que nombre de nos collègues, des gens courtois de la presse libre, ont déjà expliqué et justifié la soudaine déclaration de Poutine. Ils ont écrit que Poutine avait dit en septembre que la campagne durerait jusqu’au printemps, et qu’un homme de parole comme lui devait honorer sa promesse. Que les Russes avaient fait tout ce qu’ils pouvaient ou devaient, qu’ils avaient bien rempli leur mission, ce qui est bizarre, car Daech et sa soeur jumelle Al Nosra continuent bel et bien de frapper. D’autres ont dit que les Russes ont eu bien raison de partir tant qu’ils le pouvaient, c’est-à-dire avant l’invasion turco-saoudienne de la Syrie. Les plumes hostiles à la Russie ont expliqué la décision de Poutine par la résistance tenace des djihadistes sur le terrain (al Nosra à Alep, Daech à Raqqa), tandis que les plus intrépides conspirationnistes avaient vent d’un ultimatum présenté par Mr Kerry et le president Erdogan à Poutine, disant : “file avant que nous fermions les détroits du Bosphore à tes navires”.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/102-quand-la-russie-prend-conge

 

 

4 Explosion 6.gif

 

INDE

Témoignage de sympathie pour les victimes de Bruxelles

 

<

 

Mercredi, sur une plage de Puri Beach, dans la ville orientale de Puri, un éminent artiste hindou, Sudarsan Pattnaik a réalisé une sculpture de sable en témoignage de sympathie pour les victimes des attaques de Bruxelles. La sculpture comportait des messages comme « condamnons le terrorisme » et « nous sommes avec Bruxelles » écrits dans un cœur peint aux couleurs belges, reposant sur des mains ouvertes.

Loin de nous l’idée de dédaigner des témoignages de sympathie. Quand ils ne feraient que réconforter les proches des victimes, ils seraient toujours les bienvenus… Mais nous nous demandons quand même ce qui peut pousser des gens, à l’autre bout de la terre, à se sentir aussi concernés par un événement devenu, hélas, d’une banalité extrême, dans un pays si obscur et si éloigné d’eux, comme cela a été le cas déjà après les attentats de Paris (toutes ces capitales en tricolore !), alors qu’on n’en a jamais vu pour la Syrie martyre, les brûlés vifs au chalumeau d’Odessa, l’Irak en pire état que l’Enfer de Dante, et on en passe.

Serait-ce que, n’importe où dans le monde, les gens sont désormais incapables de résister aux injonctions qu’ils reçoivent (par satellites ? télé ? internet ? réseaux sociaux ?). Sommes-nous des anormaux ou avons-nous raison d’être davantage effrayés par ces marques de sollicitude que par les explosions meurtrières ?

 Source : https://www.rt.com/in-motion/337037-sand-sculpture-victim...

4 Explosion 6.gif

Procès Karadzic : ce serait à hurler de rire si ce n’était pas si macabre

John Laughland – Arrêt sur Info 25 mars 2016

 

9. Karadzic xxx.jpg

L’ancien leader des Serbes bosniaques Radovan Karadzic (à droite) au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie en 2008

 

Une nouvelle condamnation du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie qui « ne s’attaque nullement aux vraies racines des problèmes ne pourra jamais contribuer à éviter de futures guerres », estime le chercheur John Laughland.

Quand l’ancien président yougoslave, Slobodan Milosevic, est décédé dans la prison du Tribunal pénal international à Scheveningen, près de La Haye, le 11 mars 2006, les médias se sont livrés à une véritable orgie de dénonciation du « bourreau de Balkans ». Ils l’ont fait en ne tenant compte d’aucune séance du procès, qui avait pourtant duré quatre ans et qui était en cours quand Milosevic est mort à cause d’une maladie du coeur que les juges ont refusée de faire soigner. Le procès aurait pu ne pas avoir eu lieu, tellement ils ont voulu vite refermer sa parenthèse. Leur méthode consistait à ressortir du placard toutes les vieilles histoires qu’ils avaient apprises au début des années quatre-vingt-dix, quand les guerres yougoslaves ont éclaté, à l’instar de la politique occidentale dictée par les Allemands et les Américains qui se sont concurrencés pour dénoncer les Serbes et pour aider, y compris militairement, les sécessionnistes d’abord croates et slovènes, ensuite islamo-bosniaques.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/proces-karadzic-ce-serait-a-hurler...

 

4 Explosion 6.gif

 

Et pour ne rien avoir laissé passer d’inexploré sur le « rapprochement » historique USA-Cuba…

Obama va à Cuba : la carotte et le bâton

Katrien De Muynck, Marc Vandepitte –– 22 mars 2016

 Investig’action

10. Obama-Cuba-.jpg

 

Début 2016, Obama surprenait amis et adversaires en leur annonçant qu'il se rendrait à Cuba. Il est ainsi le premier Président en fonction à faire escale dans l'île depuis la révolution de 1959. Cette visite augure-t-elle la fin des hostilités entre ennemis jurés ou n'est-elle que la énième opération de marketing du Président sortant ? Katrien Demuynck et Marc Vandepitte, qui connaissent bien Cuba, nous fournissent des explications.


« D’un côté, vous avez “Notre Amérique” où tous les peuples sont de même nature. Ils viennent d’un berceau identique ou équivalent, le mélange est le même. De l’autre côté, vous avez une Amérique qui n’est pas la nôtre, dont il vaut mieux ne pas réveiller l’hostilité. Ce serait déraisonnable et irréalisable. Mais sur la base d’une solide dignité et d’un amour-propre intelligent, il n’est pas impossible, il est même utile d’être amis. » (1)

José Martí

Pour comprendre la portée et le sens de la visite d’Obama, il est bon de partir du constat remarquable que Cuba, une île d’à peine 11 millions d’habitants, domine depuis des décennies la politique étrangère et même une partie de la politique intérieure de la plus grande superpuissance de tous les temps. D’où vient l’intérêt disproportionné pour un si petit pays et pourquoi cette obsession des onze derniers Présidents étatsuniens d’arriver à faire plier la révolution cubaine ? Pour répondre à cette question, nous allons faire un plongeon dans l’Histoire. Nous analyserons ensuite la position de Cuba vis-à-vis de son puissant voisin. Dans la troisième partie, nous évaluerons les motivations d’Obama ainsi que l’impact éventuel de sa visite.

Lire la suite…

Source : http://www.investigaction.net/Obama-va-a-Cuba-la-carotte-...

 

4 Explosion 6.gif

Là aussi !

Yémen : une marée humaine contre la guerre « civile »  pour le premier anniversaire de son déclenchement (PHOTOS, VIDÉOS)

RT en français 26 mars 2016

 

14. Yémen.jpg

 

Le 26 mars, des « dizaines de milliers » de manifestants ont défilé sous les bombes à Sanaa, réclamant la fin de la guerre civile et des frappes de la coalition saoudienne, qui ont tué des milliers de personnes dont de nombreux civils.

Selon les agences de presse, ils étaient des dizaines de milliers ; selon les réseaux sociaux, des millions. Quoiqu’il en soit, d’immenses vagues de manifestants ont déferlé dans les rues de la capitale yéménite pour dire non à la guerre qui gangrène le pays depuis maintenant un an.

« La fin du siège ! » pouvait-on entendre dans l’immense rassemblement où certains appelaient, sous le bruit des avions de la coalition, à « combattre l’agression saoudienne et ses agents jusqu’au dernier homme ».

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/18056-yemen-manifes...

 

4 Explosion 6.gif

 

La saga de Salah Lamrani, professeur de français suspendu sans examen par sa direction pour « radicalisation terroriste » supposée, prend des proportions telles qu’un jour – à supposer qu’elle se termine bien – elle devrait devenir un flamboyant roman picaresque français, ce qui est rare. En général, ils sont espagnols.

 

Un « terroriste » islamiste dans l’École de la République : Jour 19

 

 

Signez la pétition pour la réintégration de Salah Lamrani à son poste : http://www.tlaxcala-int.org/campagne.asp?reference=43

Ecrivez des courriels de protestation à Isabelle CHAZAL, DRH du Rectorat de Créteil (isabelle.chazal@ac-creteil.fr), et/ou envoyez vos témoignages à salah_lamrani [at] yahoo [point] fr 

 

Jeudi 24 mars, je ne suis arrivé devant le collège Romain Rolland qu’autour de 15h, et lorsque les élèves sont sortis à 15h20, un de mes élèves qui venait fièrement me serrer la main m’a dit d’un air espiègle : « Vous êtes arrivé tard aujourd’hui, vous avez fait la grasse mat’, hein ? » Ce qui est à la fois vrai et faux. Une analepse (ou flash-back).

Lire la suite…

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2016/03/un-terroriste-islam...

 

4 Explosion 6.gif

 

Dernière minute :

ISIS MASADA; SYRIAN ARMY POURS INTO PALMYRA; LIBERATES WHOLE AREAS IN CITY; ISIS FALLING APART

Ziad Fadel – Syrian Perspective 26 mars 2016

 

11. Ziad 1.jpg

 

On n’a pas le temps de vous traduire. Sachez seulement que si l’Armée Arabe Syrienne est entrée dans Palmyre avec 72 heures de retard sur ce qui était prévu, c’est parce que les troupes d’ISIS/DAECH en déroute avaient truffé les routes qui y conduisent de véhicules piégés, qu’il lui a fallu faire sauter d’abord.

 

12. Palmyre 2.jpg

 

Palmyre est entièrement libérée et  toutes les voies de ravitaillement des groupes « rebelles » seraient coupées, les enfermant dans un piège que l’auteur compare à la forteresse de Massada dans l’histoire juive ancienne.

 

13. Zénob ie.jpg

Pour lire l’article en anglais, c’est ici :

http://syrianperspective.com/2016/03/isis-masada-syrian-a...

 

4 Explosion 6.gif

 

 

 

Mis en ligne le 27 mars 2016

13:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2016

PENDANT QUE LES CLOCHES SONT À ROME

1. funny sheep sailing.JPG

 

Pendant que les cloches sont à Rome

« Les emmerdes volent en escadrilles »

                                                     Jacques CHIRAC

 

Avec deux jours de retard pour cause de déconnection indépendante de notre volonté. Avec nos excuses.

 

2. Cloches 2.gif

« Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique. »

Guy Debord

 

« Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude. »

Aldous Huxley

(Citations fauchées au Grand Soir)

 

2. Cloches 2.gif

 

Vous avez dit « pères fondateurs » ? Ah ha ha ha ha…

Georges Stanechy, retour de sa pause zen (il en prend beaucoup), fait comme tout le monde : il parle de Trump. Mais, pas comme tout le monde : il remonte aux sources.

 

Donald Trump : Notre Président…

Georges Stanechy – À contre-courant 20 mars 2016

 

« Toutes les idées, idéologies, concepts, sentiments, automatismes culturels qui, animant un individu, l'arrêtent sur le chemin qui le mène à l'espèce et le sécurisent par une appartenance à un groupe social, relèvent de la préhistoire de l'espèce humaine. »
Henri Laborit  (1)

 

3. Trump Hitler.jpg

 

A ne rien y comprendre !... 

Dépassant Poutine dans l'exécration, le dernier épouvantail médiatique à la mode, aux États-Unis : Donald Trump… 

Blanc bonnet...

Ce milliardaire, sans mandat de député ou de sénateur, ni fonction passée ou présente dans un parti ou un gouvernement, s’est porté candidat aux élections primaires pour obtenir l’investiture du « Parti Républicain » dans la perspective de la prochaine élection présidentielle de son pays.

D’après les sondages, il serait actuellement le candidat le mieux placé à la fois dans les primaires et même pour l’élection finale. Face à la candidate du « Parti Démocrate » : Hillary Clinton. (2)

Lire la suite…

Source : http://stanechy.over-blog.com/2016/03/donald-trump-notre-...

 

Mais où va-t-il les chercher, ces caricatures géniales ??!!

 

2. Cloches 2.gif

Giulietto Chiesa s’y est mis aussi… et il pose LA question qui nous concerne.

(Ne ratez surtout pas la petite video de Ted Cruz à la fin !)

 

<

 

TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO

Tous les démocrates « chics » italiens, du Parti démocrate, aux anciens partisans des manifestations, à la gauche écologique libertaire, en somme cet agglomérat de démocrates, presque tous plus ou moins consciemment va-t-guerre, auxquels s’est malheureusement associé l’humoriste Crozza, ont lancé une véritable campagne stratégique offensive contre Donald Trump, le fasciste. Et ils vénèrent déjà la « première femme présidente des USA », avec cette nouvelle opération de maquillage stratégique (après celle pour Obama) du "personnage emblématique américain". Peu importe que Mme Clinton soit une belliciste hystérique, amie de la nazie Victoria Nuland qui est auteure du coup d’État nazi en Ukraine. Qui s’en préoccupe ? Tout va bien. Bien sûr que Trump est imprésentable, c’est évident. Mais c’est malheureusement le « moins pire » des candidats républicains ! (rire jaune)

Jetez un oeil à cette vidéo de Mario Curio, son concurrent potentiel, si toutefois il y parvient, si l'appareil du parti républicain y parvient. Et posez-vous la question : quel genre de pays peut bien promouvoir ces cinglés au poste de Président ? C’est ça, la vraie question, et pas de savoir si Trump est fasciste ou pas. De toute façon, c’est un désastre ce type, aux plans éthique, moral, et même esthétique ou du spectacle. Et donc, la question qu’il faut se poser, selon moi, est celle-ci : comment peut-on être alliés, et même, colonisés, par un empire capable de propulser ces tarés, ces monstres, au poste de commandement de leur, et de notre destin. Et bon divertissement à tous. [+ courte vidéo effarante de Mario Curio]

Source : ilFattoQuotidiano.fr

Pourquoi Giulietto et Il fatto quotidiano appellent-ils Ted Cruz « Mario Curio » ? Mystère. Aurait-il une double vie ?

2. Cloches 2.gif

Pendant qu’on y est…

Les conseillers en politique étrangère de Ted Cruz

 

4. Ted Cruz.jpg

Le sénateur Ted Cruz, candidat à l’investiture présidentielle au sein du Parti républicain, a publié la liste de ses conseillers pour les questions de politique étrangère.

Lire la liste…

Source : http://www.voltairenet.org/article190846.html

 

2. Cloches 2.gif

L’Histoire sur le point de se répéter

Le suicide européen face à la Turquie

Thierry Meyssan  - Réseau Voltaire 21 mars 2016

 

En signant un accord — au demeurant illégal en droit international — avec la Turquie pour ralentir l’afflux de migrants, les dirigeants de l’Union européenne se sont engagés un peu plus dans un pacte avec le diable. Une grande partie des 3 milliards d’euros annuels alloués à Ankara servira à financer le soutien aux jihadistes et, par conséquent, à augmenter le nombre de migrants fuyant la guerre. Surtout, en abrogeant dans les prochains mois les visas avec la Turquie, les Européens instituent la libre-circulation entre les camps d’Al-Qaïda en Turquie et Bruxelles. En écrasant les peuples irakien et syrien sous l’oppression des jihadistes qu’ils financent indirectement et en abandonnant le peuple turc à la dictature du président Erdoğan, ils préparent les bases d’un très vaste affrontement dont ils seront les victimes.

 

5. Meyssan 1..jpg
Lors de la conférence de presse du 18 mars 2016, le président de l’Union européenne, Donald Tusk (un Polonais qui défend les intérêts de l’Allemagne), semblait tenter de calmer la fureur du président de la Commission, Jean-Claude Juncker (un Luxembourgeois qui défend les intérêts des États-Unis). Pour la plus grande joie d’un Premier ministre turc goguenard, Ahmet Davutoğlu.

 

« La démocratie est un tramway, on l’emprunte pour aller là où on veut aller et on en descend. »
Recep Tayyip Erdoğan (1996)

Le Conseil européen des 17 et 18 mars 2016 a adopté un plan visant à résoudre le problème posé par l’afflux massif de migrants en provenance de Turquie [1]. Les 28 chefs d’État et de gouvernement se sont soumis à toutes les demandes d’Ankara.

Nous avions déjà analysé la manière dont les États-Unis entendaient utiliser les événements du Proche-Orient pour affaiblir l’Union européenne [2]. Au début de l’actuelle crise des « réfugiés », nous avons été les premiers à observer à la fois que cet événement avait été délibérément provoqué et les problèmes insolubles qu’il allait poser [3]. Malheureusement, toutes nos analyses ont été vérifiées et nos positions ont été, depuis, largement adoptées par nos détracteurs d’alors.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190851.html

 

2. Cloches 2.gif

Au Brésil l’opposition de droite et d’extrême-droite a commencé un coup d’État

Les fomenteurs de coups d’état et de pseudo-révolutions connaissent bien la taille des cerveaux des meneurs d’opinions dans les sociétés occidentales. Ils savent qu’ils peuvent les faire bouger et les diriger dans la direction de leur choix avec n’importe quel sujet, pourvu que celui-ci soit saupoudré d’un peu de morale, même bancale. Ce n’est pas à ces fomenteurs de coups d’état qu’il faudrait s’en prendre. Leurs manœuvres ne sont, en fin de compte, que des demandes d’autorisation de déstabilisation d’un pays, et les autorisations leur sont accordées par l’adhésion de nos pseudo-intellectuels incapables de voir au-delà de leurs préceptes simplistes. RI  

 

6. Manif d'appui à Lula 1.jpg

Les images qu’on ne vous montrera pas : Manifestation de soutien à Roussef et Lula à Sao Paulo, le 18 mars 2016. Comme pour Kadhafi et Assad naguère ? Tout juste.

 

Ce qui se passe en Amérique latine sur fond de crise économique et d’assaut de la droite et de l’extrême-droite contre les gouvernements progressistes est extraordinairement complexe, il est regrettable que certains Français y compris communistes relaient les campagnes de la CIA et ne voient pas ce qui se joue réellement. Le gauchisme est décidément la maladie qui accompagne tous les opportunismes.

Au Brésil ! Plus d’un million de personnes ont envahi les rues dans les grandes villes à travers le Brésil pour défendre la démocratie et montrer son soutien à l’aile gauche de la présidente Dilma Rousseff et à l’ancien président Lula, en dénonçant la manière dont l’extrême-droite et l’opposition de droite, managée par les États-Unis et soutenue par la presse mondiale aux ordres mène une  campagne de diffamation et s’efforce de mettre en accusation Rousseff.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/au-bresil-lopposition-de-d...

 

2. Cloches 2.gif

« Révolution de couleur » à la brésilienne. Qui a peur de Dilma ?

Micheline Ladouceur – Mondialisation.ca 21 mars 2016

 

Les images, hélas, ne laissent aucun doute sur les gigantesques moyens dont disposent les putschistes grimés en révolutionnaires.

 

7. Manif-du-17-mars-2016-1024x768-1728x800_c.jpg

 

Les révolutions de couleur se suivent et ne se ressemblent pas, mais maintenant, on sait en reconnaitre une quand elle se présente. Et ce qui se passe au Brésil est une gigantesque révolution de couleur, débutée depuis déjà pas mal de temps. Echec après échec, divers scénarios ont été tentés depuis la tenue de la coupe du monde de Football dans ce pays, et les forces organisatrices du chaos ne lâchent toujours pas. Au XXI ème siècle, les coups d’état ne sont plus militaires qu’en dernier recours. Ils se font maintenant sous couvert de justice, avec des mouvements de foules organisés pour maintenir la pression. Mais cela reste des coups d’état.  RI

Lire et voir la suite…

Source : http://www.mondialisation.ca/revolution-de-couleur-a-la-b...

Via : http://reseauinternational.net/revolution-de-couleur-a-la...

 

2. Cloches 2.gif

Obama à Cuba

 

8. ObamaCuba.gif

Pour quoi y faire, à part semer quelques experts ès révolutions colorées ? Leur rendre Guantanamo après avoir renvoyé les prisonniers dans leurs foyers ? Lever le blocus ? On ne sait pas pourquoi, on n’arrive pas à y croire.

Ce qui est sûr, c’est que les Cubains auront droit à des discours sur la démocratie. Des leçons ? De la part des US ? Of course. Vous voulez parier ?

En attendant la suite…

À consulter en anglais : http://www.informationclearinghouse.info/article44480.htm 

Voir aussi en français :

http://www.mondialisation.ca/les-contradictions-de-barack...

 

2. Cloches 2.gif

La bague de Jeanne d’Arc

 

Cinq siècles chez les Anglais et maintenant au Puy du Fou : rien ne lui aura été épargné.

 

9. bague de jeanne d'arc.jpg

 

Mais on n’est pas sûrs que cette chose en fer ait vraiment appartenu à la Pucelle. Pour la vendre le plus cher possible, c’était en tout cas une bonne idée de le dire.

Voir les articles sur RT

https://francais.rt.com/france/17562-lanneau-attribue-jea...

 

2. Cloches 2.gif

Chez les Anglais toujours :

 

Un petit garçon qui avait dessiné un concombre dénoncé par ses instits pour « radicalisation »

(N’avons-nous pas connu ça l’an dernier ?)

 

10. Boy Cucumber.png

 

Le personnel d'une école maternelle britannique a menacé de signaler un garçon de 4 ans aux services de lutte contre l'extrémisme. Il a dessiné son père en train de couper un concombre, mais le personnel y a vu la fabrication d'une bombe artisanale.

La mère de l'enfant soupçonné a expliqué, citée par The Guardian, que son fils avait dessiné son père en train de couper un concombre. Mais le personnel de l'école ne l'a pas cru, y voyant plutôt la fabrication d'un engin explosif improvisé.

Pour prouver sa bonne foi, vendredi, la mère du garçon a montré au Guardian une séquence vidéo sur laquelle on peut voir son fils jouer sur le sol de la maison. Alors qu'on lui présente un concombre, lui demandant de dire ce que c'est, le petit garçon de quatre ans répond «A cooker-boom» [littéralement un «boom cuisiné, préparé»] au lieu de «a cucumber». En français, l'équivalent serai un «concom-boom», au lieu de «concombre».   

En fait, l'enfant n'arrivant pas à prononcer correctement le mot «concombre» et son dessin étant ni plus ni moins qu'un gribouillis approximatif, le personnel de l'école a décidé que l'enfant était en phase de radicalisation et évoquait la préparation artisanale d'une bombe.

Partagée entre l'envie de rire et le désespoir de voir son fils signalé à la brigade anti-terroriste, la mère de l'enfant a fini par raisonner le personnel de l'école maternelle qui, au début, ne la croyait pas.

«Quand je leur ai demandé s'ils trouvaient que j'avais une tête de terroriste, ils m'ont répondu que Jimmy Saville n'avait pas une tête de pédophile», a expliqué la mère abasourdie aux médias britanniques. 

Un porte-parole de l'école maternelle a expliqué sous couvert d'anonymat avoir simplement respecté la ligne de conduite imposée par les autorités et qui demande à ce que chaque cas suspect soit pris en compte et, si nécessaire, signalé aux autorités.

«Après avoir examiné le cas avec les autorités compétentes, nous avons décidé qu'un signalement de l'individu aux services de lutte contre la radicalisation et le terrorisme n'était pas nécessaire», a-t-il ajouté. Quant à la mère de l'enfant, qui n'en revient toujours pas, celle-ci regrette de «n'avoir reçu aucune excuse suite à ces accusations ridicules».

Si l'histoire peut faire sourire, elle n'est en fait que le reflet d'une réalité parfois absurde au Royaume-Uni, où les autorités prennent extrêmement au sérieux tout comportement «suspect» qui pourrait s'apparenter à la preuve qu'un enfant est en train de suivre un processus de radicalisation. Quitte à parfois aller un peu trop loin. Et la communauté musulmane en fait évidemment le plus souvent les frais.

L'année dernière, un collégien musulman a été scrupuleusement interrogé par des enquêteurs sur «ce qu'il pensait des activités de l'État islamique», après qu'il a évoqué en classe le sujet de l'activisme écologiste.

Les parents de l'adolescent de 14 ans ont lancé une action en justice contre l'établissement car leur fils, après s'être totalement refermé sur lui-même, a fini par leur avouer avoir été traumatisé par cette expérience et refuser suite à cette dernière, de prendre part à tout débat en classe, quel qu'il soit, car il «avait peur qu'on le soupçonne d'être un terroriste». 

Lire aussi : En Autriche, les femmes apprennent à repérer les premiers signes d’extrémisme chez les enfants

Source : https://francais.rt.com/international/17022-royaume-uni-d...

 

2. Cloches 2.gif

Peut-être ceci vous amusera-t-il.

Effrayant (dit AVIC) : un logiciel pour modifier les expressions faciales sur une vidéo en temps réel

 

11. Logiciel poutine.jpg

 

Les outils des futures manipulations sont déjà là, et tout sera désormais possible. Les retouches d’image par Photoshop et les techniques de montage des vidéos avaient déjà largement repoussé les limites des possibilités de manipulation. Avec l’arrivée de ce nouveau type de logiciels, il n’y aura plus de limites du tout. RI  

Réellement effrayant ! Comme l’explique un article de BFM High Tech, des membres de l’université de Stanford en collaboration avec des équipes de l’université allemande d’Erlangen-Nuremberg et de l’institut Max Planck à Leipzig ont mis au point un logiciel qui modifie en temps réel les expressions d’un visage, avec un résultat tellement réaliste qu’il en devient impossible de voir le trucage.

Dans l’exemple fourni, le logiciel a été testé avec Georges W. Bush, Vladimir Poutine ou encore Donald Trump, mais cela peut fonctionner avec n’importe quel visage. Dans l’avenir, comment saurez-vous qu’un candidat a bien tenu certains propos ? Quant aux experts du langage du corps, vont-ils pouvoir continuer à décrypter les expressions du visage afin de savoir si la personne en question ment ?

 


 

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/effrayant-un-logiciel-pour...

2. Cloches 2.gif

Tourisme en fauteuil

Vous n’avez jamais vu Sotchi et ses palmiers sous la neige ? La voilà, photographiée d’un drone :

 

 

2. Cloches 2.gif

Bruxelles, on n’était pas au courant !

 

Comme on vous l’a dit, on était déconnectés. Pas de web, pas de téléphone. Mais pas que. On n’a pas la télé, non plus. On n’écoute plus la radio (pour quoi faire ?) et on n’achète pas les merdias. Isolés. Quoi ?! Est-il possible d’ignorer des explosions en Belgique pendant deux jours quand on y habite ? Oui, bien sûr. Il suffit de crécher dans une zone dortoir de la banlieue ex-industrielle de Liège.

Notre réaction ? Tiens, M. Erdogan fait ce qu’il dit…

Il n’est pas le premier. Un autre aussi faisait toujours ce qu’il disait. Mein Kampf, tout ça. Si vous avez lu Thierry Meyssan ci-dessus, vous serez médiocrement surpris. Et par le P.M. turc et par les aigles qui nous gouvernent. Jugement téméraire ? Oui, peut-être. On a mauvais esprit.

Donc, pour nous résumer, non seulement ce post est en retard de deux jours, mais en plus, on a découvert l’actualité après vous. On se contentera donc de vous proposer ci-dessous, en addendum, ce qui vient de retenir notre attention dans l’immédiat. Encore une fois avec nos excuses.

 

Mis en ligne le 24 mars 2016 pour le 22.

 

11 bis. flèche bleue bas.gif

 

21:05 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BRUXELLES, ETC

12. pirates caribbean.jpg

 

Bruxelles, etc.

13. Explosion 6.gif

L’avons-nous assez dit lorsque nous – oui, NOUS – avons participé sans honte au dépeçage de la Yougoslavie pour le compte d’une puissance extra-européenne, qu’un jour ce crime sans circonstances atténuantes se payerait fort cher ? Le moment est arrivé.

Pas même besoin que les Yougoslaves y mettent les mains. La JUSTICE IMMANENTE se passe de concours.

Faut-il parler des autres pays à qui NOUS faisons EN CE MOMENT la guerre sans savoir pourquoi, ni pour qui, ni même où ils se trouvent ?

Pas nous qui décidons ? Qui ne dit mot consent.

 

13. Explosion 6.gif

Détails des attentats à Bruxelles

Valentin Vasilescu – Réseau International23 mars 2016

 

14. Zaventhem 22 mars.jpg

 

Deux explosions se sont produites le 22 Mars 2016 vers 8 heures au terminal de départ de l’aéroport de Zaventem, au nord-est de la capitale belge. Des vitres ont été brisées, des conduites d’eau ont éclatées et une partie du plafond de l’aéroport s’est écrasée. On a enregistré 13 morts et 35 blessés. Plus de dix autres personnes sont mortes à la suite d’explosions enregistrées une heure plus tard à la station de métro de Maelbeek dans le centre de Bruxelles, à proximité des bâtiments de l’UE.

Conformément à l’annexe 9 de la Convention (installations) de l’aviation civile faite à Chicago en 1944 et dont la Belgique fait partie, un aéroport ouvert au trafic international de passagers doit fournir deux flux distincts. Le flux des départs assure l’embarquement des passagers à bord des avions et le flux de sortie pour les passagers débarquant des avions. Le flux des départs a un dispositif de contrôle antiterroriste, ce qui double le volume d’activités, d’équipements et d’effectifs, par rapport au flux des arrivées où il est supposé que les passagers arrivant à destination ont déjà subi un contrôle anti-terroriste lors de l’embarquement à l’aéroport de départ.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/details-des-attentats-a-br...  

13. Explosion 6.gif

 

Le slogan « vos guerres, nos morts » est parfaitement adapté à la situation.

Solidarité avec le peuple belge

République sociale – Le Grand Soir 23 mars 2016

 

15. Aéroport Le Grand Soir.png

 

J’avais prévu de rédiger un article sur la visite de Barack Obama à Cuba, finalement cela attendra. Une fois de plus l’horreur frappe en plein coeur de l’Europe, chez nos voisins et amis belges.

Avant toute chose nous avons une pensée pour toute les victimes et leurs familles, nous sommes de tout coeur avec le peuple belge dans ce drame, comme nous étions solidaires, il y a peu, du peuple ivoirien, malien, syrien, libanais, turque, de notre peuple, tous victimes de la barbarie terroriste.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/solidarite-avec-le-peuple-bel...

 

13. Explosion 6.gif

 

Attentats de Bruxelles : non, monsieur le premier ministre !

Michel Collon – Investig’Action 24 mars 2016

 

16. Collon.jpg

 

Hier, comme tant de Bruxellois, j’ai passé des heures à vérifier où se trouvaient mes proches. Qui, par malchance, aurait pu se trouver dans ce métro maudit, que j’emprunte moi aussi chaque fois que je me rends au bureau d’Investig’Action ? Qui, par malchance, aurait pu se trouver près du Starbucks de l’aéroport, où j’ai l’habitude de prendre un thé en attendant le vol ? Recherches d’autant plus angoissantes que le réseau était évidemment saturé.

Lire la suite…

Source : http://www.investigaction.net/Attentats-de-Bruxelles-non....

Via : http://reseauinternational.net/attentats-de-bruxelles-non...

13. Explosion 6.gif

Une réaction syrienne à chaud que vous n’aurez peut-être pas vue :

Erdogan [4 Days Ago] Threatened Brussels with Terrorist Attacks

The real Syrian Free Press Network – 22 mars 2016

Four days ago, the Turkish President, Erdogan, threatened with terrorist attack and explosion if Turkey were not given 6 billion Euro in aid, and free Visa Access to Europe, he said: “I don’t see a reason why don’t explosion bombs in Brussels”. Today; explosions hit Brussels, Belgium and Erdogan demand more fund and money from EU.

 


Cliquer sur CC pour sous-titres anglais.

 

On vous traduit :

« Il y a quatre jours, le président turc Erdogan a menacé d’attaques terroristes et d’explosions si la Turquie ne recevait pas 6 milliards d’Euros d’aide et l’accès à l’Europe sans visa. Il a dit : “ Je ne vois aucune raison pour qu’il n’y ait pas de bombes et d’explosions à Bruxelles. ” Aujourd’hui, des explosions ont frappé Bruxelles, en Belgique et Erdogan exige davantage de fonds encore de l’Union Européenne. »

Source : https://syrianfreepress.wordpress.com/2016/03/22/erdogan-...

 

13. Explosion 6.gif

 

Reçu en toute dernière minute.

Certes, cela va sans dire. Mais mieux encore en le disant.

La peur interdit de penser

http://mai68.org/spip/spip.php?article10586

21. Pour votre sécurité.gif

Salut,

Je cite un extrait d'un texte de COCKBURN :

« Il y a une raison plus insidieuse de pourquoi les Européens ne font pas suffisamment la connexion entre les guerres au Moyen-Orient et la menace pour leur propre sécurité. Séparer les deux est dans l'intérêt des dirigeants politiques occidentaux, parce que cela signifie que le public ne voit pas que leurs politiques désastreuses en Irak, en Afghanistan, en Libye et au-delà a créé les conditions pour la montée d'Isis et de bandes terroristes auxquelles Salah Abdeslam appartenait. »

C'est faux ! Non seulement le public le voit très bien, mais les « intellectuels de gauche » le leur serinent depuis le 11 septembre 2001 ! Il y a même eu des élections en Espagne qui ont tourné autour de ça après l'attentat du 11 mars 2004 à Madrid.

Ce que le public a un peu moins l'occasion d'entendre dire, vu que c'est censuré partout, même par des sites internet soit-disant « progressistes », c'est par exemple la voie d'un Moqtada al-Sadr de Bagdad en train de dénoncer que les attentats sont commandités par l'occupant américain, ainsi que le rapporte Naomi Klein :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8044

Ce que le public n'entend jamais dire, non plus, même dans les journaux « progressistes », c'est que Hassan Nasrallah du Hezbollah libanais dénonce que l'EIIL (donc DAECH) est un instrument américain :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7805

Car alors tout le monde comprendrait que que tout ce que fait DAECH a été commandité par les services secrets occidentaux. Mais chut… Faut pas dire ça, sinon les gens comprendraient que les attentats de Bruxelles qui viennent d'avoir lieu ont été commandités par le pouvoir dans le but de tuer dans l'oeuf la contestation en France :

http://mai68.org/spip/spip.php?article10579

Et l'article dont le lien est ci-dessus doit être censuré par toutes et tous ; car, tout de même, contester le pouvoir à ce point-là est un peu trop extrémiste. Il vaut mieux se contenter d'une rengaine vieille de plus de vingt ans en la faisant passer pour moderne. Au moins, comme ça, on a un peu moins peur d'être classé comme « complotiste » par les services de l'État. Mais au fait, pourquoi donc les soit-disant « contestataires » tiennent-ils à tout prix à ce que lesdits services ne pensent pas trop de mal d'eux ?

Bien au contraire, dans son « do it », Jerry Rubin expliquait que les contestataires américains s'honoraient de leur convocation à la « Commission des activités anti-américaines ». Et ils comparaient la longueur de ce qu'on leur reprochait, et celui qui avait la plus longue avait gagné ! Mais autres temps autres moeurs, Aujourd'hui, c'est la peur qui vous gouverne ! Et, l'expérience m'oblige à le constater : la peur gouverne même les journaux qui veulent apparaître comme extrêmement contestataires. Mais la peur n'interdit pas seulement l'action, elle interdit aussi la pensée.

Bravo aux contestataires censeurs !

 do
http://mai68.org/spip

Remarque : On pourrait penser qu'on n'a à tenir aucun compte de la parole d'un Moqtada al-Sadr ou d'un Nasrallah, puisque ce sont des ennemis. Mais ce sont des ennemis de QUI, au juste ? Ce sont des ennemis de la classe dominante occidentale, de la bourgeoisie capitaliste et impérialiste ! Ce ne sont donc pas des ennemis du prolétariat occidental, et la parole d'un Moqtada al-Sadr ou d'un Nasrallah doit par conséquent parvenir à nos oreilles, surtout si nous prônons la lutte de classe !

 

13. Explosion 6.gif

 

Vous pouvez aussi consulter RT en français, généralement bien informé : 

https://francais.rt.com/international/17852-minute-silenc...

https://francais.rt.com/international/17866-israel--minis...

https://francais.rt.com/international/17866-israel--minis...

https://francais.rt.com/international/17866-israel--minis...

https://francais.rt.com/france/17869-attentat-bruxelles-h...

https://francais.rt.com/france/17869-attentat-bruxelles-h...

https://francais.rt.com/international/17891-terroristes-b...

https://francais.rt.com/international/17892-attentats-bru...

https://francais.rt.com/international/17894-alerte-bombe-...

https://francais.rt.com/france/17895-avocat-abdelslam-agr...

https://francais.rt.com/international/17912-belgique-demi...

 

Pourquoi en ajouter ? Vous en savez autant que nous et ceci n’est, comme aurait dit le Général, qu’une « péripétie ». Définitive pour les morts. Attendons les autres avec notre passivité coutumière, puisque nous avons pris l’habitude de laisser n’importe qui décider pour nous.

13. Explosion 6.gif

Etc.

 

Des nouvelles de là où il y a des hommes politiques…

 

Bravo Raúl !

Pas de ça entre nous : Raúl Castro repousse la tape sur l’épaule d’Obama

(Avec vidéo)

Sputniknews 23 mars 2016

17. Raul - Obama bras.jpg

Lors d’une conférence de presse à La Havane, le président américain Barack Obama a essayé de donner une tape sur l’épaule du président cubain Raul Castro. Son geste a été mal accueilli par le leader cubain, qui s’est empressé de le saisir par le poignet et de lever son bras en l’air.

Le 21 mars, après une rencontre au sommet de deux heures au palais de la Révolution de La Havane, les deux hommes ont lu des déclarations faisant état des avancées et des enjeux du rapprochement engagé fin 2014 entre les deux pays.

Lire la suite…

Source : https://fr.sputniknews.com/international/2016032210235852...

 

13. Explosion 6.gif

 

Notre sentiment pouvait grosso modo se résumer ainsi : s’ils acceptent de renouer avec les USA sans obtenir au préalable la levée de l’embargo et la restitution de Guantanamo, ils sont fous. S’ils n’ont pas, d’avance, pris les plus draconiennes mesures pour détecter et neutraliser les graines assurément OGM de « révolution colorée » qu’Obama vient semer chez eux, ils sont perdus. Et en plus, ils se feront donner des leçons sur les droits de l’homme.

 

En attendant de savoir, on vous propose une interview de Viktor Dedaj (Le Grand Soir) par Investig’Action :

 

« Le rapprochement est une victoire cubaine, une déculottée pour les États-Unis »

Viktor Dedaj – Le Grand Soir 20 mars 2016

Interview de Grégoire Lalieu pour Investig’Action

18. obama-in-cuba-cartoon-beeler.gif

Voilà un peu plus d’un an que Cuba et les Etats-Unis ont amorcé un rapprochement diplomatique historique après l’imposition d’un embargo sur la petite île des Caraïbes par Kennedy en 1962. Les deux pays ont même rouvert officiellement leurs ambassades respectives. La France aussi cherche à se rapprocher de l’île. Après une visite très médiatisée à Cuba en mai 2015, François Hollande a reçu Raul Castro à l’Elysée début de cette année. Comment expliquer ce revirement diplomatique à l’égard d’un gouvernement cubain longtemps diabolisé ? Si Barack Obama a affirmé vouloir changer de stratégie, poursuit-il les mêmes objectifs que ses prédécesseurs ? Quel impact ce rapprochement aura-t-il sur Cuba ? [InvestigAction]

Comment analysez-vous ce revirement diplomatique des États-Unis à l’égard de Cuba ?

Il faut d’abord relever que le New York Times avait préparé le terrain en décembre 2014 avec la publication de quatre éditoriaux presque consécutifs sur Cuba. C’est assez rare. Encore plus rare, ce faiseur d’opinions soulevait toute une série de questions sur la légitimité du blocus, l’efficacité de la politique US vers Cuba ou la nécessité d’un rapprochement diplomatique. Peu de temps après, Barack Obama annonçait sa volonté de changer les relations entre Washington et La Havane. Ce n’est pas anodin et met en lumière le rôle que peuvent jouer des médias comme le New York Times. Ils font semblant d’être des observateurs, mais en réalité ce sont de véritables acteurs de la scène politique. Ces médias mènent des opérations destinées à préparer l’opinion publique. Et s’ils sont capables de le faire pour une bonne cause, à savoir le rapprochement avec Cuba, nous savons qu’ils peuvent aussi le faire pour de moins nobles projets. Finalement, bon ou mauvais, ce rôle ne doit pas être tenu par la presse.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/le-rapprochement-est-une-vict...

Espérons que Viktor sait ce qu’il dit.

 

13. Explosion 6.gif

 

Barack Obama à La Havane : Fin de l’embargo sur Cuba

?

(le point d’interrogation est de nous)

RT en français – 21 mars 2016

 

19. Obama Cuba RT.jpg

 

Raúl Castro et Barack Obama se sont rencontrés à la Havane. C’est la première visite d’un dirigeant américain sur l’île en 88 ans. Selon Barack Obama, l’embargo contre Cuba, long de plusieurs décennies, touche à sa fin.

Les deux pays ont déjà conclu des accords pour rétablir le trafic postal et les vols commerciaux, a annoncé Raúl Castro. Ils ont aussi signé deux memoranda de compréhension sur l’environnement et navigation en mer. Les négociations sur la coopération agricole, la lutte contre le trafic de stupéfiants et les maladies comme Zika et le cancer.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/17619-barack-obama-...

Précisons quand même qu’Obama ne détient pas le pouvoir de s’engager à quoi que ce soit : tant pour l’embargo que pour Guantanamo, c’est le Congrès qui décide, c’est-à-dire un certain nombre de lobbies que personne ne contrôle.

20. Obama Castro cartoon.gif

13. Explosion 6.gif

 

Mis en ligne le 24 mars 2016.

 

 

 

 

 

20:16 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/03/2016

LIÈGE-RAMALLAH

1. - logo WBG 2..gif

 

LIÈGE-RAMALLAH

Invitation à tous et à toutes

Vous êtes cordialement invités à l'inauguration de la

« Quinzaine culturelle palestinienne »

Dans le cadre de son partenariat avec Ramallah, la Ville Liège et la commission locale d'appui au partenariat mettront à l'honneur la culture de Palestine du 19 au 30 mars 2016.

Au programme  : théâtre, cinéma-débat, danse, expositions, défilés, découvertes gastronomiques...

2.  - logo WBG Petit 2..gif

3. Affiche 19 30 mars 15zaine palestinienne LGE 1.jpg

4. AFFICHE 19 30 mars 15zaine LIEGE PROGRAMME.jpg

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif


Détail du programme

 

SAMEDI 19 MARS – de 11 h à 12 h

Contes et légendes de Palestine  par Anne-Lise Franssen, conteuse 

4020 Liège Ecole de coiffure et de bio-esthétique, rue Pitteurs, 16

Entrée libre sur réservation par courriel à info@ccapl.be

ou par téléphone au 04 342 78 84

https://www.facebook.com/events/463282350542964/

 

5. Contes de Palestine.jpg

Contes de Palestine

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

SAMEDI 19 MARS – 18 H  

Soirée d’inauguration  

« Quinzaine culturelle Palestinienne »

CITÉ MIROIR, Place Xavier Neujean, 22 à 4000 Liège Espace Francisco Ferrer

-          Prises de parole des autorités liégeoises et palestiniennes 

       (dont le Maire de Ramallah et l’ambassadeur de Palestine)

-          Concert de musique palestinienne par les élèves du Centre culturel arabe en Pays de Liège    

-          Défilé de robes traditionnelles palestiniennes

-          Défilé « Fashion for Peace » de Fadila Aalouchi.
-          Dabké avec le groupe Al-Karmel
   Entrée libre

 

6. Robes itionnelles.jpg

Robes traditionnelles palestiniennes

7. Fashion for peace.jpg

Fashion for peace

8. Dabke al Karmel.jpg

Le groupe Dabke al Karmel

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

DIMANCHE 20 MARS – de 10 h à 12 h

Atelier de cuisine palestinienne et dégustation

Centre Culturel Arabe en pays de Liège

Rue Henri Orban 1, 4030 Liège

Participation 10 € - Inscription obligatoire, tél. 0496 23 02 42

ou par e-mail à l’adresse : aldamirihamdan@hotmail.com

 

9. Cuisine 1.jpg

10. Cuisine 2.jpg

11. Cuisine 3.jpg

Cela devrait vous donner faim

et envie de vous mettre aux fourneaux.

 

Soyez curieux !

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

JEUDI 24 MARS – 20 h

Ciné-débat « Les 18 fugitives » d’Amer Shomali et Paul Cowan

Centre Culturel Arabe en pays de Liège

Rue Henri Orban 1, 4030 Liège 

Entrée libre

sur réservation par courriel à info@ccapl.be

ou par téléphone au 04 342 78 84

https://www.facebook.com/events/1670564216537363/

 

12. les 18 fugitives.jpg

 

Les 18 fugitives raconte un étonnant fait historique : la traque d’un troupeau de dix-huit vaches déclaré ennemi public numéro un par l’armée israélienne.

Résumé : En Palestine, même les vaches sont des militantes. Dans le quartier de Beit Sahour, durant la première Intifada, un groupe d’habitants décide de s’affranchir de la dépendance d’Israël en produisant ses propres produits laitiers.

Ils achètent 18 vaches. Ce qui n’est pas du goût de l’état israélien qui y voit une « menace pour sa sécurité ».

La suite à l’écran.

Un verre de thé à la menthe vous sera offert

après la projection

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

VENDREDI 25 MARS – 20 h

Théâtre « Terres Promises »

et exposition  « Regards du monde sur la Palestine »

Théâtre le Moderne, Rue Sainte-Walburge, 1, 4000 Liège

5€ en préventes, 8€ sur place - http://www.lemoderne.be/la-saison/274-terres-promises

Infos et réservation : www.lemoderne.be  ou tél. 04 225 13 14

 

13. Terres promises 2.jpg

L’histoire

1948 : création de l'état d'Israël

Sous la pression des milices sionistes et des militaires anglais, la population palestienne d'Haïfa est contrainte à l'exil. Dans la panique, Saïd et Safia laissent derrière eux leur fils Khaldoun âgé de quelques mois. Vingt ans plus tard, au lendemain de la guerre de 1967, Saïd et Safia ont la possibilité de revenir à Haïfa. Ils découvrent alors que leur ancienne maison est occupée par une juive d'origine polonaise. Leur fils Khaldoun, qu'elle a adopté, s'appelle désormais Dov et sert dans l'armée israélienne.

Cette quête du fils perdu réveille les souffrances du passé et amène Saïd à une évidence : le vol de la terre de Palestine devra un jour être reconnu. Une reconquête est-elle possible sans que résonne la voix des armes ?

Avec Saïd Bahaïd, Muriel Clairembourg, Anne Romain, Philippe Dumoulin, Soufian El Boubsi.

Écriture : Hamadi.

Mise en scène : Claudine Aert.

https://www.facebook.com/events/1035772603145713/

                                

2.  - logo WBG Petit 2..gif

SAMEDI 26 MARS – 18 H

« A la croisée des Cultures »

Souper-découverte à la Maison de la Laïcité d’Angleur

4031 Angleur, Place Andréa Jadoulle 14

-          Exposition d’artisanat

-          défilé de robes traditionnelles palestiniennes

-          exposition photo « Palestine aux pieds des murs »

-          Menu « délices de Palestine », 15€ / pers

Info et  réservation : angleur.laicite@gmail.com ou tél. 04 361 04 56 

14. A la croisée des cultures Palestine.jpg

https://www.facebook.com/events/1663923997192987/

 

15. Palestiniennes.jpg

Défilé de robes traditionnelles Palestiniennes

16. Artisanat.jpg

Exposition d’artisanat

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

MERCREDI 30 MARS – à 20 H

 

- Conférence de clôture -

 

« La culture palestinienne et son rôle dans l’édification d’une État palestinien indépendant », par Hassan Balawi, journaliste, écrivain,  membre de la Mission de Palestine en Belgique.

 

17. Hassan Balawi.jpg

CITÉ MIROIR, Place Xavier Neujean, 22 à 4000 Liège Espace Francisco Ferrer

Entrée libre 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

DU 19 AU 30 MARS

 

Exposition du peintre Michel Najjar

 

accessible gratuitement du 19 au 30 mars 2016
(Ouverture : lu-me-je-ve-sa-di de 10 à 18 h)
Musée Curtius, Rue Féronstrée, 136 à 4000 Liège Auditorium
Vernissage le 23 mars à 18 h

https://www.facebook.com/events/1299495340066757/

18. Michel-Najjar-150x150.jpg

« Michel Najjar a connu l’expulsion de sa ville natale d’Acca en 1948. Il a vécu dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban. Lorsqu’en 1982 Israël envahit le Liban, Michel est à Beyrouth. Comme membre de la section culturelle de l’OLP, il parcourt le monde. En 1983, il s’installe à Bruxelles. Opposé aux Accords d’Oslo de 1993, il poursuit le combat pour son peuple à travers la culture. En 1998, 50 ans après son expulsion, il a eu l’occasion de revisiter sa ville natale comme… Belge, puisque les Palestiniens expulsés en 1948 n’ont toujours pas le droit de retour. »

Interview de Michel Najjar, retraçant sa vie, depuis Haifa à Bruxelles.
Et à travers lui, une certaine histoire de la Palestine...

https://vimeo.com/12046982

19. Michel Najjar peinture 15zaine LIEGE xxx.gif

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

DU 19 AU 30 MARS

 

Exposition « Vie quotidienne en Palestine »

 

accessible gratuitement du 19 au 30 mars 2016

CITÉ MIROIR, Place Xavier Neujean, 22 à 4000 Liège 

Entrée libre

Quinzaine culturelle palestinienne organisée par : ABP- Liège ; CCAPL - asbl ; Communauté palestinienne en Belgique - asbl ; l’échevinat des relations culturelles et interculturelles de la ville de Liège ; CVDT - asbl ; Le monde des possibles -asbl ; In Cité Mondi – asbl, Le Moderne, La Cité Miroir, …

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

Ailleurs dans le monde

Amérique Latine la jamais tranquille

 

L’assassin de Chavez exfiltré vers les États-Unis.

 

Nous venons de recevoir ceci d’Atlas Alternatif :

0. Chavez.jpg

 

Venezuela : Nil Nikandrov accuse l'ex-chef des gardes du corps de Chavez Leamsy Villafaña Salazar, réfugié en Espagne après la mort du leader bolivarien, puis exfiltré vers les USA par un avion de la Drug Enforcement Administration, officiellement pour avoir dénoncé un cartel de la drogue lié au parti chaviste, d'être en fait l'auteur de l'assassinat du président.

Source : http://atlasalternatif.over-blog.com/2016/03/russie-syrie...

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

Brésil

‘Prime Minister’ Lula: The Brazilian game-changer

(Lula : le retour)

Pepe Escobar – RT 16 mars 2016

https://www.rt.com/op-edge/335834-lula-brazil-dilma-econo...

Dès que l’article paraît en français, on vous met le lien ici.

 

20. Dilma Lula.jpg

 

En attendant, résumons : Lula relève le gant, suite à l’attaque dont il vient d’être l’objet – mais en même temps que lui, le gouvernement brésilien et plusieurs autres d’Amérique Latine – de la part des forces réactionnaires pro-US (pléonasme).

Il serait sur le point de revenir aux affaires, dans le rôle de Premier ministre, d’un Premier ministre avec de très larges pouvoirs, et on parle même d’une possible candidature à la Présidence de la République en 2018.

L’article de Pepe Escobar analyse longuement sa carrière passée et survole les raisons des problèmes que rencontre aujourd’hui le gouvernement de Dilma Roussef.

À suivre, donc !

 

2.  - logo WBG Petit 2..gif

 

Mise en ligne le 17 mars 2016

 

16:20 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2016

T. LE DÉTONATEUR

1. Donald ship.jpeg

 

Et dire qu’on s’était juré de ne pas parler des élections américaines ! Mais on ne laisse pas passer un article d’entrefilets.com…

Et d’ailleurs, il y est question de nous aussi.

 

Trump le détonateur

Entrefilets.com7 mars 2016

 

2. animaatjes bommen-30552.gif

 

Aux États-Unis, le succès dévastateur du trublion Trump commence à faire sérieusement paniquer l’establishment. À Paris, la même panique saisit la caste dirigeante qui se voit désormais conspuée voire insultée dès qu’elle ose quitter ses palais. De part et d’autre de l’Atlantique, la machine à enfumer est en train de serrer. Les « sans-dents » se rebiffent et refusent même de marcher à la culpabilité. Dans leurs courriers des lecteurs comme dans leurs talk-shows tapissés de sourires hargneux, les gardiens du prêt-à-penser contemporain sont eux aussi renvoyés dans les cordes et découvrent, effarés, qu’en toute logique plus personne ne les distinguent plus de leurs maîtres. Le rejet de la caste dirigeante et de son clergé médiatique est partout massif, global, sans nuances. Alors Trump ? Elvis ? Le Pen ou Astérix for Président ? Oui, « n’importe qui sauf vous », ose la plèbe. Après on verra bien.


Déconstruction

Petit retour sur l’imposture

Durant des décennies, une sorte de « marxisme culturel » saupoudré de darwinisme économique a permis l’émergence d’une société libérale aussi inégalitaire qu’indécente.

La mécanique était bien huilée. Dans le Parti unique à deux têtes, le boulot de la gauche était de déconstruire le tissu social sous couvert de progrès sociétaux, de fabriquer un citoyen nomade atomisé, dressé à tout tolérer, tout accepter, tout aimer, à ne rien juger, rien condamner, réduit à la seule satisfaction compulsive de ses égoïsmes et de ses désirs.

Et ça a presque marché. Il aura suffi de profiter des vaches grasses pour le gaver, l’étourdir à coup de divertissements, de violence et de licence, de porno et de guerres aussi, de pain et de jeux donc, pour lui faire « aimer sa servitude ». Et pour satisfaire ses agaçantes aspirations verticales, on lui aura taillé une mac-religion sur mesures, flatteuse et pas chère, où il pouvait s’acheter, entre deux jouets technologiques nécessairement abrutissants, quelque supplément d’âme au grand bazar de l’humanisme libéral globalisé, lui permettant ici défendre le fox à poil dur, là des minorités de plus en plus improbables, là encore de défiler contre le Sida, le cancer ou l’herpès labial selon la mode, les trends, l’ennui du moment.

La droite, elle, était censée organiser l’exploitation efficace de cet homme nouveau enfin lobotomisé, enfin libéré donc, de tout et surtout de lui-même, cet homme mobile, servile, docile, asexué, plastique, malléable, corvéable et bien sûr jetable.

Et puis dans l’euphorie générale de la farce, on s’est vite aperçu que c’est la gauche, moins suspecte de conchier le peuple, qui pouvait le mieux rouler le prolo dans la farine libérale. Dont acte. Et pour calmer la grogne due à la trahison, il y avait toujours l’alternance. Tout allait donc bien dans « le meilleur des mondes ».


De Kim Jong-un au Chikungunya

Sauf qu’aux vaches grasses ont succédé les vaches maigres, puis les vaches rachitiques. D’abord sous la pression d’un capitalisme en mode turbo, pris de panique qu’il était de constater que la seule chose vraiment indépassable de son modèle était l’impasse et le chaos. L’autre mâchoire de la machine à appauvrir étant la voracité sans limites d’une hyper-classe désireuse de sauver ses meubles en teck, de se goinfrer de bonus le plus possible avant le grand effondrement.

L’internet aussi sera venu compliquer la donne, permettant à la société civile de s’émanciper, d’enfin pouvoir s’informer sans devoir ingurgiter la bouillie formatée des médias-menteurs du Système.

Alors bien sûr, dès les premiers hoquets de la machine, face aux premières mobilisations en réseau des indignés, le parti unique a rapidement tombé le masque et révélé son penchant naturel au totalitarisme, à coup de Patriot acts pondus à la chaîne de Washington à Paris, histoire de garder la main.

La gouvernance par la peur était en marche

Et là, tout aura été bon : de la lutte contre un terrorisme manufacturé au besoin, jusqu’aux menaces tour à tour iranienne ou russe ou chinoise, en passant par le Chikungunya, Kim Jong-un ou le Zika qu’importe : en matière d’ingénierie sociale, c’est d’instiller le bon dosage de peur dans le tissu social qui compte, d’où qu’elle vienne. L’objectif est de créer la tension qui permet de raccourcir la laisse, de resserrer le garrot pour garder les manettes, permettre au Système de perdurer dans son être et, accessoirement, à l’hyper-classe de prolonger l’orgasme et d’en ingurgiter encore et encore, jusqu’à la nausée, en attendant la mère de toutes les bulles.


Émancipation.

Dans cette guerre implacable de domination des peuples, la dissidence a désormais ses héros: les Assange et autres Snowden qui ont fait le choix du sacrifice, qui ont renoncé à leur confort, à leurs privilèges, à leur famille, à leur vie (voir et revoir le film Citizenfour), pour dénoncer l’avènement de ce système totalitaire.

Ce faisant, ils nous ont d’ailleurs montré quel pouvait être en temps de paix, si l’on ose dire, le vrai visage de l’héroïsme. Un désintéressement, un don de soi pour l’Autre qui a quelque chose de sidérant sous nos latitudes. Il faut en effet remonter aux champs de ces batailles d’antan pour retrouver ici pareille bravoure, à une époque où principes et valeurs n’avaient pas encore été réduits à l’abstraction vaseuse de cet humanisme libéral globalisé donc, et pouvaient dès lors dignement s’incarner jusqu’au trépas.

Dans le silence complice de son clergé médiatique, le Système néolibéral s’est alors déchaîné, resserrant son étreinte jusqu’au stalinisme en s’acharnant contre ces lanceurs d’alertes pour bien faire savoir à tous que dans le so called monde libre, la liberté a ses lignes rouges, infranchissables.
Pourtant le sacrifice, lorsqu’il est noble et sert une cause juste, entre naturellement en résonnance avec le cœur des autres. Et de voir ces héros persécutés par les seules capitales du vertueux Occident, du vertueux monde-libre, aura absolument tout dit, et à tous, de la boue sous le vernis.
L’indignation a redoublé.

Mais le sentiment d’impuissance aussi.


L’éveil

Car la machine était lancée, lâchée. Elle s’est mise à vouloir « traiter ceux qui n’était pas Charlie », à rééduquer la populace déviante, à lui apprendre à penser à coups d’interdiction de manifs, de livres ou de spectacles; à coups de surveillance globale, de lois d’exception ou d’urgence suspectes tant dans leurs fondements que dans leurs applications.

Avec pour valeur suprême de professer n’en avoir aucune sauf lorsqu'il s'agit de justifier des massacres; avec pour seul crédo la croissance éternelle et pour seule religion l’hystérie numérique et l’abolition de l’homme, notre fameux monde-libre s’est ainsi mis à ressembler à l’univers des romans de Philipp K. Dick, où triomphe une technologie malveillante et intrusive au service d’un pouvoir inquisiteur et manipulateur qui conduit, dans l’ombre, des guerres obscures et sanglantes « pour notre bien ».

Avant lui Orwell et Huxley avait également perçu la menace de cette dérive totalitaire. Le premier dans la vision d’une société écrasée par la surveillance et le mensonge permanent, le deuxième par celle d’une société vaincue et « amoureuse de sa servitude ».

Tous trois seraient effarés de constater que notre indépassable société libérale est une subtile combinaison de tous leurs cauchemars : surveillance totale; boucheries à l’extérieur ; mensonges permanents à l’intérieur; médias sous contrôle; disparition de la vie privée; contrôle de la pensée et guerre de tous contre tous.

Aujourd’hui la société civile, dont l’hyper-classe dominante ne célèbre le réveil que lorsque ses escroqueries fonctionnent, y voit pourtant plus clair. Tellement clair que le pouvoir est désormais contraint au terrorisme intellectuel et à la violence législative pour dominer, assurer ses arrières, pour continuer à se goinfrer, à augmenter ses marges, ses dividendes, pour faire de la graisse, encore et encore, pour ne rien céder, surtout pas à la lie, au peuple donc.

As usual, reducio ad Hitlerum

Ce rejet de la classe dirigeante et de son clergé médiatique, ce rejet du Système, ne pouvait que favoriser l’émergence d’électrons libres, de francs-tireurs. Et c’est là qu’aux États-Unis arrive un Trump avec ses énormes souliers. Ses outrances sur les Musulmans ou les Mexicains en font immédiatement une cible facile pour le clergé médiatique immédiatement mobilisé pour attaquer.

Et comme toujours, comme avec Khadafi, Poutine ou Bachar, c’est la vieille technique du reducio ad Hitlerium.

Officiellement pourtant, contrairement à Hillary Clinton, Trump s’engage à respecter l’accord avec les Iraniens ; contrairement à elle, il veut en finir avec les guerres extérieures de l’Empire ; contrairement à elle encore, il estime que les USA doivent retrouver une neutralité dans le conflit israélo-palestinien ; contrairement à Hillary Clinton toujours, il est prêt à tendre la main à Poutine.

Mais qu’importe. Les outrances du bonhomme sont une aubaine pour les tenants du Système alors même qu'en matière de racisme antimusulman, Bush et Obama auront fait bien pire en exterminant directement et indirectement plus d’un million et demi d’Irakiens, de Yéménites, de Libyens ou de Syriens. Et force est de constater qu’ils sont restés tout à fait fréquentables pour nos plumitifs-Système. Tout comme cette chère Hillary qui a largement soutenu toutes leurs boucheries et dont l’élection à la Présidence US en garantirait la poursuite.

C’est que le véritable crime de Trump est ailleurs. Il réside tout entier dans sa posture anti-Système, anti-establishment. Une posture qui trouve un écho phénoménal dans la population, d’où la panique complète de l’establishment washingtonien et la hargne de ses chiens de garde médiatiques.

Ceux qui votent Trump ne votent en réalité ni pour lui ni pour son programme, dont ils se moquent éperdument. Ils votent pour en finir avec le statuquo, en finir avec le Parti unique de l’escroquerie libérale éternelle et la perpétuation d’un Système qui conduit le monde, les sociétés et l’espèce humaine à la ruine.

Ceux qui votent Trump votent comme on déclenche un détonateur.
Après, on verra bien.

Mise en ligne par entrefilets.com, le 7 mars 2016

 

3. Attention on va déraper ---.gif

 

4. Détonateur VI.gif

 

Deux films et presque un troisième :

 

CITIZENFOUR

5. CITIZENFOUR - Affiche xxx.JPG

 

Bande de lancement sous-titrée en français :

 


Synopsis et détails

En 2013, Edward Snowden déclenche l’un des plus grands séismes politiques aux États-Unis en révélant des documents secret-défense de la NSA. Sous le nom le code « CITIZENFOUR », il contacte la documentariste américaine Laura Poitras. Elle part le rejoindre à Hong Kong et réalise en temps réel CITIZENFOUR, un document historique unique et un portrait intime d’Edward Snowden.

Distributeur : Haut et Court

Récompenses : 4 prix  

4. Détonateur VI.gif

 

MEDIASTAN

 

6. MEDIASTAN.jpg

 

Grâce au Cercle des Volontaires, enfin sous-titré en français, le film réalisé en 2013 par Johannes Wahlström, le fils suédois d’Israël Shamir (voir notre précédent post « Wikileaks trace sa route à l’est »), est maintenant accessible au public francophone.

 

Le film et ce qu’ils en disent :

L’équipe de WikiLeaks, par l’intermédiaire de Johannes Wahlström, a contacté le Cercle des Volontaires en novembre dernier pour nous demander la traduction française du documentaire « Mediastan ».

Depuis sa création en 2006 en Australie par ses fondateurs, dont le célèbre et charismatique Julian Assange, l’organisation médiatique connue sous le nom de WikiLeaks est devenue mondialement célèbre. Sa création d’une plateforme informatique anonyme et sécurisée de publication a permis de rendre publics plusieurs lots de milliers, de centaines de milliers et même de millions de documents officiels classés « confidentiels », dévoilant des crimes de corruption, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Que ce soit par les « Iraq War Logs », les « Afghan War Logs », le « Cablegate », les « Stratfor Files » ou encore les « Kissinger Files », les révélations de WikiLeaks, rendues possibles grâce aux lanceurs d’alerte qui ont osé se servir de la plateforme offerte par WikiLeaks (dans le cas des Kissinger Files, ces dossiers sont en fait accessibles à tout public mais leur regroupement et leur diffusion par WikiLeaks permet de donner un éclairage intéressant sur la diplomatie US en rapport avec Henry Kissinger), ont permis l’exposition de crimes d’états, de grandes entreprises et d’individus qui restent encore à ce jour impunis, comme par exemple avec la vidéo « Collateral Damage », montrant des militaires US tuant des civils de sang-froid en Irak.

Le film « Mediastan » concerne le « Cablegate », c’est-à-dire cette opération de WikiLeaks qui a consisté en la diffusion de quelques 250.000 câbles diplomatiques étasuniens, représentant l’ensemble des messages échangés entre le State Department US et 274 de ses Ambassades, Consulats et Représentations Diplomatiques à travers le monde, entre 1966 et 2010. En 2011 donc, une équipe de journalistes emmenée par le Suédois Johannes Wahlström a parcouru le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et l’Afghanistan pour y rencontrer et travailler avec des journalistes locaux sur le matériel récupéré par WikiLeaks et concernant leur pays. Certains passages se concentrant également sur le Royaume-Uni ou un partenariat avaient été conclus avec The Guardian, et aux USA, à New York, où celui-ci existait avec le New York Times.

Outre le contrôle sur les médias exercé par les autorités en Asie Centrale avec plus ou moins d’intensité, selon le degré dictatorial atteint dans les gouvernements de ces pays qui faisaient anciennement partie de l’Union Soviétique et, dans le cas de l’Afghanistan, par les autorités militaires US et le pouvoir coopté de Kaboul, le film nous apporte des éclaircissements subtils mais clairs et non moins forts sur les zones sombres où les médias grand public — « mainstream » — choisissent ce qui sera permis à la diffusion ou inversement, restera caché au public. Pour la première fois et officiellement – c’est à dire en accord avec ses producteurs dans le cadre de sa distribution — ce film a été sous-titré en français (par l’auteur de ces lignes) pour sa diffusion la plus large possible, dans la langue de Molière.

 


 

En ce début février 2016, Julian Assange semble — et nous l’espérons vivement — enfin s’engager sur la voie de l’issue de sa détention arbitraire dans l’Ambassade d’Équateur à Londres. En France le gouvernement Valls, appuyé par Cazeneuve et Urvoas, le tout nouveau Ministre de la Justice expert en législation limitant la liberté d’expression, entend apparemment sonner la chasse aux « sorcières conspirationnistes ». De cette perspective, ce film offre une source de réflexion et de compréhension du fait que les intérêts des possédants de ce monde, particulièrement en Occident où ils ont la haute main sur les institutions gouvernementales et médiatiques, divergent le plus souvent et de plus en plus radicalement de ceux des populations du monde. En outre, la poursuite de ces intérêts dépend, au moins en partie, de leur contrôle sur les médias d’information, comme le démontrent les problèmes qu’ont pu rencontrer les journalistes travaillant pour WikiLeaks au cours de leur périple.

WikiLeaks a dans le passé employé le slogan « Information wants to be free », c’est-à-dire « L’information veut être libre », car c’est dans sa nature… Tout comme la nôtre.

Lawrence Desforges

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/02/05/decouvrez-m...

4. Détonateur VI.gif

 

Un autre film consacré au célèbre lanceur d’alerte par Oliver Stone, est sur le point de sortir mais rencontre bien des résistances aux États-Unis. Qui s’en étonnera ? Les acteurs principaux en sont Joseph Gordon-Levitt et Shailene Woodley.

 

SNOWDEN

 

Edward Snowden bientôt au cinéma au grand dam du département d’État et du président américains

RT français – 12 mars 2016

 

7. snowden_joseph_gordon_levitt_h_2015.jpg

Joseph Gordon-Levitt dans « SNOWDEN »

 

L’avocat russe du lanceur d’alerte américain, Anatoli Koutcherena, dont le livre, Le Temps du poulpe, a servi de base au film qui sortira le 16 septembre, a raconté à RT les défis auxquels les producteurs du film avaient dû faire face.

Le thriller biographique, intitulé Snowden et réalisé par Oliver Stone, raconte l’histoire de l’ancien employé de la NSA qui a révélé au monde entier que l’agence américaine surveillait le monde entier. Mais ce tournage aura eu le mérite de démontrer que de filmer l’histoire du lanceur d’alerte Edward Snowden était bien plus facile à dire qu’à faire.

Tout d’abord, l’équipe de tournage a dû se débattre pour trouver les fonds nécessaires à la réalisation du film. Anatoli Koutcherena a expliqué à RT que les financiers potentiels leur avaient déclaré que les autorités américaines avaient qualifié ce film de « non désiré », les poussant à refuser de financer ce film « par défaut ».

« Dans l’ensemble, le film a été financé par l’Allemagne et la France tandis que les Américains ne s’y sont pas intéressés du tout. Certains gens riches et les grands studios américains ont refusé de nous financer en montrant les autorités du doigt et en déclarant qu’on leur avait dit que le financement de ce film était indésirable », a-t-il expliqué.

« Je ne peux qu’être d’accord avec Oliver Stone qui a déclaré que les Etats-Unis n’avaient rien à faire de films sur les défenseurs des droits de l’homme qui sont encore vivants. Les États-Unis préfèrent ceux qui sont déjà morts », a-t-il poursuivi.

L’avocat du lanceur d’alerte a aussi rappelé un incident déplaisant qui a eu lieu aux États-Unis et qui a poussé l’équipe à ne pas y tourner le film. « Notre équipe est arrivée dans un endroit où Edward Snowden aimait se trouver mais, en quelques instants, les services secrets nous ont entourés et les invectives ont fusé », a poursuivi Anatoli Koutcherena. Pour cette raison, on a décidé de tourner cette histoire en Allemagne et dans d’autres pays. « Ce n’a pas été une décision simple à prendre, car nous nous rendions compte qu’il serait difficile de faire un film sur Edward Snowden hors des États-Unis », a-t-il conclu.

D’après Anatoli Koutcherena, Oliver Stone lui a rendu visite à Moscou à huit reprises pour discuter de l’intrigue du film. Le metteur en scène l’a même encouragé à prendre part au tournage et à intervenir à chaque fois qu’il n’était pas d’accord avec ce qui se passait. Au point que l’avocat a rendu hommage à Oliver Stone en le traitant de « directeur unique » et d’« artiste audacieux ».

Edward Snowden a lui aussi été impliqué dans le tournage du film en conseillant Oliver Stone et en l’aidant à choisir les acteurs. Joseph Gorden-Levitt a décroché le rôle principal du film qui doit sortir le 16 septembre prochain.

Source : https://francais.rt.com/international/17037-edward-snowde...

 

4. Détonateur VI.gif

 

 

 

Mis en ligne le 16 mars 2016.

 

 

 

 

16:18 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/03/2016

AU COUP PAR COUP

1. Donald rock boat.gif

Au coup par coup

On avance en ce moment au coup par coup, un article ou deux à la fois, parce qu’on est en train de pédaler dans une copieuse semoule et qu’on ne peut pas être en même temps au four et au moulin. On essaie de relayer ce qui nous paraît essentiel sur le moment… en sautant par-dessus des choses très importantes. Nos excuses.

 

3. Fish 6.GIF

Ah, qu’on aimerait avoir des représentants de cette trempe ! On n’en a pas.

 

Al-Mouallem à De Mistura :
« Nous n’accepterons plus votre transgression de l’objectivité pour satisfaire telle ou telle partie »

lundi 14 mars 2016, par Comité Valmy

 

2. Wal_Mouallem_CP_12_mars_2016.png

 

 

Conférence de presse de M. Walid Al-Mouallem, vice-premier ministre et ministre syrien des Affaires étrangères et des Expatriés

 

 

Mes frères et sœurs,

Nous nous réjouissons de la présence parmi nous du Docteur Bachar al-Jaafari, chef de la délégation arabe syrienne, ainsi que des membres de cette délégation qui quittera demain [Dimanche 13 mars] pour Genève. Naturellement, que Dieu les protège, car leur mission est nationale.

Nous avons reçu une lettre de Stephan de Mistura nous informant que la date de sa réunion avec notre délégation, dans les locaux des Nations Unies, est fixée au lundi matin, 14 mars, et que la session débutera par cette première rencontre.

C’est une bonne chose, mais notre délégation ne répétera pas les erreurs de la session précédente, c’est-à-dire qu’elle ne restera pas à attendre, à Genève, l’arrivée des autres délégations au siège des Nations Unies plus de 24H avant d’entamer le dialogue.

Nous espérons que ce dialogue aura lieu avec la plus grande participation « des oppositions » conformément au mandat confié à M. de Mistura par le Conseil de sécurité et les communiqués de Vienne et Munich, notamment avec la participation des représentants de l’ « opposition nationale », lesquels n’ont pas élu domicile dans les hôtels cinq étoiles à l’étranger et ne sont pas tenus par des agendas étrangers. Raisons pour lesquelles nous espérons leur présence, d’autant plus que nulle opposition ne peut prétendre représenter, à elle seule, toutes les autres.

La semaine dernière a vu un flot de déclarations émanant de M. de Mistura, dont sa conférence de presse du 9 courant où il a précisé le programme de la session qui débutera donc le 14 mars, en disant qu’elle concernera le gouvernement, la Constitution, les élections parlementaires et présidentielles, lesquelles devront avoir lieu dans les 18 mois à partir de cette date.

Premièrement, les documents des Nations Unies n’accordent pas à M. de Mistura le droit de proposer l’ordre du jour des réunions, car c’est sur ce sujet que doivent s’entendre les interlocuteurs, le dialogue étant censé se dérouler entre Syriens et sous direction syrienne. Notre délégation est prête pour en discuter.

Ensuite, lorsque M. de Mistura parle de la Constitution, il sait que c’est au futur « gouvernement d’union nationale » d’en discuter et que c’est à lui de désigner le comité chargé de rédiger une nouvelle Constitution ou de modifier la Constitution actuelle, avant de la soumettre à l’approbation effective du peuple syrien par referendum.

L’autre point sur lequel je voudrais revernir concerne ce que M. de Mistura a déclaré à propos des élections dans les 18 mois à venir. S’agissant des élections parlementaires, elles sont prévues dans les textes des communiqués de Vienne et de la résolution du Conseil de sécurité. En revanche, nul n’a le droit, ni M. de Mistura, ni qui que ce soit d’autre, de parler des élections présidentielles. C’est un droit réservé exclusivement au peuple syrien et, par conséquent, je répète que ce qu’a déclaré M. de Mistura constitue une transgression à l’ensemble des textes des Nations Unies et des communiqués de Vienne et de Munich, lesquels précisent que c’est au peuple syrien de décider de l’avenir de la Syrie.

C’est pourquoi, je dis à M. de Mistura : « Dorénavant, nous refuserons que vous transgressiez l’objectivité pour satisfaire telle ou telle partie et que notre délégation rejettera toute tentative visant à mettre cette question des élections présidentielles à l’ordre du jour. Notre délégation n’est pas autorisée à le faire. Ce droit n’appartient qu’au peuple syrien et à lui seul ».

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6944

 

3. Fish 6.GIF

 

« C’est à vous, s’il vous plaît que ce discours s’adresse »…

 

4. Staffan_de_Mistura_September_2015_(21108901363).jpgStaffan de Mistura, est un diplomate suédois né à Stockholm en 1947, et naturalisé italien en 1999. (Mère suédoise, père italien originaire de Šibenik en Croatie).

En Italie, il a été ministre délégué aux Affaires étrangères pendant un mois en 2013, après avoir été secrétaire d’État depuis fin 2011.

C’est tout ce qu’on sait de lui, sauf que, en juillet 2014, Ban Ki-moon, secrétarire général de l’ONU, a annoncé l’avoir nommé « nouvel envoyé spécial chargé de la recherche d’une résolution pacifique au conflit en cours en Syrie ».

À quel titre ? Mais, ils vont les chercher où, tous ces gens ? Quelle est leur légitimité - en dehors du bon vouloir de M. Ban-ki-moon sélectionné de même - et quelles sont leurs compétences ? Ne faudrait-il pas qu’on s’en inquiète ?

 

3. Fish 6.GIF

 

Dernière minute, en lien étroit avec ce qui précède :

 

Réaction du SAKER à l’annonce du retrait des troupes russes de Syrie.

(En attendant la traduction de l’analyse complète par le Saker Francophone)

Poutine a accompli exactement ce qu’il avait annoncé dans l’interview accordée le 11 octobre à Vladimir Soloviev sur la chaîne TV Russia 1 : « Notre objectif est de stabiliser l’autorité (du gouvernement syrien, NdA) et de créer les conditions d’un compromis politique ».

La situation est stabilisée et les conditions qui devraient permettre un compromis politique sont établies. Elles le sont à temps pour que les négociations évoquées ci-dessus puissent commencer. Chose rien moins qu’admirable, dit le Saker, avec la très petite force d’intervention impliquée.

Il pense que Poutine donne ainsi aux Américains l’occasion de montrer ce qu’ils savent faire. Contre un Daech qui n’est de toute façon plus en état d’accomplir son but initial, lequel était de renverser le gouvernement légitime. Mais c’est peut-être aussi un piège… Si les USA veulent y aller « à pied », c’est-à-dire faire intervenir des troupes au so comme il en a été plusieurs fois question, le risque est grand, pour eux, de s’embourber dans une situation à l’afghane ou à l’irakienne : sans issue.

Donc : mission accomplished. Mais le Saker pense quand même que beaucoup de questions restent sans réponse. Car qu’en est-il de la partition de la Syrie, qui est le but poursuivi depuis toujours par Israël ? Les risques ne sont pas minces, là non plus, de voir les USA obtempérer docilement, surtout avec les néo-cons au pouvoir et pire encore si celui-ci échoit à Hillary. De jure, ils n’en ont pas le droit, mais de facto, ils pourraient tenter de le faire, s’assoyant une fois de plus sur les lois internationales. Avec la Turquie et l’Arabie Saoudite en renfort de Daech, le risque est exponentiel. Wait and see.

« La Russie a-t-elle quelque obligation morale d’empêcher un tel développement ? » demande encore le Saker. La réponse est : non. La Russie a rempli la tâche que la Syrie l’avait priée d’entreprendre.

Analysant finement la déclaration de retrait de Poutine (encore une fois, à voir en détail quand la traduction intégrale sera disponible) le Saker pense que les Russes, en se retirant, n’ont fermé la porte à rien, même pas à un retour dans le jeu si nécessaire. Ce que son expérience lui suggère, c’est qu’ils vont poursuivre leur aide sur le plan diplomatique. Maintenant qu’une « opposition modérée » a été créée et reconnue, M. Lavrov et les siens ne vont laisser passer aucune occasion de rappeler, toutes les fois et dans tous les lieux où ce sera utile, qu’il est impératif qu’un accord sérieux soit négocié entre les parties, à défaut de quoi la guerre devrait reprendre avec une intensité accrue. À bons entendeurs, salut.

Tout ceci est, très caricaturalement résumé, ce que nous avons compris.

Dernier mot : l’annonce du retrait par le RÉSEAU VOLTAIRE se termine sur une phrase qu’on ne trouve pas ailleurs : « La plupart des jihadistes originaires du Caucase ont été tués ». Gageons que, sans cela, l’armée russe serait encore en Syrie, quelque vaillante – et capable ! – que soit l’Armée Arabe Syrienne, et quelque confiance qu’on puisse faire à la détermination du gouvernement de M. Bachar Al-Assad.

c.l.

Source : http://thesaker.is/analysis-of-the-russian-military-pullo...

 

3. Fish 6.GIF

Un Shamir des grands jours.

Bénis soient Trump et son fanatisme !

Israël Adam Shamir – 14 mars 2016

Entre la plume et l’enclume

5. Fish kissing Trump.jpg

 

Il faudrait être un poisson taré pour se plaindre si quelqu’un disait : « je ne mange jamais de poisson et je n’ai pas l’intention de manger du poisson » - un poisson extrêmement stupide même - et pour le traiter de fanatique. « Quoi, il ne nous aime pas, nous les poissons ! ». Et pourtant c’est comme pour être à la hauteur du poisson le plus niais que nos amis musulmans donnent de la voix contre Donald Trump.

 

J’ai déjà dit du bien de Mr. Trump. Un de mes amis, musulman radical et Américain, a hurlé sur une liste de diffusion : « Comment, et ses remarques racistes sur les musulmans qui ressemblent à ce qui se disait des juifs il n’y a pas si longtemps ? Faudra-t-il accepter une chose pareille, sans compter ce qu’il dit, ce malade mental, sur les femmes en surpoids ? Comment laisser passer des choses pareilles ! »

Il faisait allusion à l’idée de Trump d’interdire aux musulmans d’émigrer aux US. C’est vrai que ça sonne mal, et ce n’est pas la première fois qu’on fait des rapprochements  avec les juifs.

Mais je vais vous dire : si Trump promettait d’interdire aux Russes, et non aux musulmans, d’émigrer aux US, ces âmes sensibles applaudiraient vigoureusement au lieu de le traiter de fanatique. S’il renvoyait chez eux tous les Russes qui sont arrivés là-bas depuis 1990, ils créeraient des boulevards et des avenues Donald Trump. Or, d'ores et déjà, voilà ce qui se passe :

1) L’émigration vers les US est un vrai problème pour la Russie, et pour toutes les autres nations d’ailleurs. Les spécialistes les mieux éduqués, les médecins et les ingénieurs, les techniciens quittent leur patrie et s’en vont offrir leur précieux capital humain aux US.

2) Pire encore, bien des Russes importants se préparent à partir pour les US, et tout ce qu’ils font en attendant, chez eux, c’est en fonction des intérêts US, au lieu d’agir pour le bien de leur propre pays.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/99-benis-soient-trump-et-son-...

Traduction : Maria Poumier.

3. Fish 6.GIF

 

Et pour qu’on ne dise pas qu’il n’y en a jamais que pour le même et que nous faisons du favoritisme entre les candidats…

 

Le mouvement illusoire de Bernie Sanders

Chris Hedges – Le Partage 22 février 2016

6. Bernie JPG.jpeg

 

Bernie Sanders, qui s’est attiré la sympathie de nombreux jeunes universitaires blancs, dans sa candidature à la présidence, prétend créer un mouvement et promet une révolution politique. Cette rhétorique n’est qu’une version mise à jour du « changement » promis en 2008 par la campagne de Barack Obama, et avant cela par la Coalition National Rainbow de Jesse Jackson. De telles campagnes électorales démocratiques, au mieux, élèvent la conscience politique. Mais elles n’engendrent ni mouvements ni révolutions. La campagne de Sanders ne sera pas différente.

Aucun mouvement ni aucune révolution politique ne se construiront au sein du parti démocrate. L’échec répété de la gauche états-unienne à comprendre la fourberie du jeu des élites politiques, fait d’elle une force politique stérile. L’histoire, après tout, devrait servir à quelque chose.

Les Démocrates, comme les Républicains, n’ont pas intérêt à mettre en place de véritables réformes. Ils sont liés au pouvoir corporatiste. Ils sont dans l’apparence, mais n’ont pas de substance. Ils parlent le langage de la démocratie, et même du réformisme libéral et du populisme, mais empêchent obstinément la réforme sur le financement des campagnes, et font la promotion d’un ensemble de politiques, dont les nouveaux accords commerciaux, qui dépossèdent affaiblissent les ouvriers. Ils truquent les élections, non seulement avec de l’argent, mais aussi avec des soit-disant superdélégués — plus de 700 délégués qui n’ont aucun compte à rendre, parmi plus de 4700 au congrès démocrate. Sanders a peut-être remporté 60% des voix au New Hampshire, mais il a fini avec moins de délégués d’état que Clinton. Un avant-goût de la campagne à venir.

Lire la suite…

Source : http://partage-le.com/2016/02/le-mouvement-illusoire-de-b...

 

7. chris_hedges-300x300.jpegArticle original publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 14 février 2016.
Christopher Lynn Hedges (né le 18 septembre 1956 à Saint-Johnsbury, au Vermont) est un journaliste et auteur américain. Récipiendaire d’un prix Pulitzer, Chris Hedges fut correspondant de guerre pour le New York Times pendant 15 ans. Reconnu pour ses articles d’analyse sociale et politique de la situation américaine, ses écrits paraissent maintenant dans la presse indépendante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a également enseigné aux universités Columbia et Princeton. Il est éditorialiste du lundi pour le site Truthdig.com
.

 

3. Fish 6.GIF

 

Il y en a un autre, plus dur, de Chris Floyd, qu’on n’a, hélas, pas le temps de vous traduire. Le voici, pour ceux qui veulent s’y coller en V.O.

 

No Bern Notice : The Imperial Myopia of Candidate Sanders

By Chris Floyd –ICH March 11, 2016

 

8. Berta_Cáceres.jpg.600x315_q90_crop-smart.jpg

 

March 11, 2016 "Information Clearing House" -  Does Bernie Sanders know what Hillary Clinton and Barack Obama did to Honduras? Does he care? Last week saw yet another savage murder of a Honduran activist for democracy -- one of hundreds such atrocities since Clinton and Obama blessed a brutal oligarchical coup there in 2009. But Sanders said nothing -- says nothing -- about this damning legacy of his opponent. It's an extraordinary omission by someone presenting himself as an alternative to the failed elitist policies of the past.

The only Sanders reference to Honduras that I've been able to find is some justified criticism of the draconian treatment of Honduran refugees by the Obama-Clinton team. But he never tied this back to why there has been a flood of Hondurans fleeing their country -- most of them children, sent on a perilous journey by desperate parents hoping to save them from the hellish conditions wrought by the coup. Political repression and rampant gangsterism -- including the abandonment of broad swathes of society to the ravages of poverty and gangs -- have driven the nation to its knees. Last week's murder of indigenous activist Berta Cáceres is but the latest bitter fruit of the Obama-Clinton betrayal of democracy.

Clinton -- with a heart as hard as that most adamantine of all elements, neoconium -- obviously doesn't care. (Although at least she has refrained from looking on the latest murder and crying, "We came, we couped, she died!") One assumes that Sanders, who over the years has opposed various American depredations in Latin America, might not be so sanguine. But as of this writing, a week has passed since Cáceres's murder without comment from Sanders. However, his Senate colleague from Vermont, Patrick Leahy, did condemn the killing -- and the wasteful, land-grab dam project that Cáceres opposed. Perhaps now that Leahy has provided some Establishment cover, Sanders could bestir himself for a word or two on the Cáceres case.

Read more…

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44417.htm

3. Fish 6.GIF

Et voilà, pendant qu’on y est, l’article de John Perkins dont parle Chris Floyd :

 

The Murder of Berta Cáceres

John Perry – The LRB BlogMarch 7, 2016

 

9. Coffin Berta.jpg

 

According to the campaign group Global Witness, 116 environmental activists were killed in 2014, a fifth more than the year before. Many of them were leaders of indigenous communities defending their land. The most dangerous place for environmental campaigners is Honduras, where 101 were reported killed between 2010 and 2014. The chief activist of the indigenous Lenca community, Berta Cáceres, a campaigner against dams and mining projects, told Global Witness that she led a ‘fugitive existence’ because of death threats. ‘They follow me,’ she said. ‘They threaten to kill me, to kidnap me, they threaten my family. This is what we face.’ She was awarded the 2015 Goldman Environmental Prize. Last Thursday she was murdered.

Read more…

Source : http://www.lrb.co.uk/blog/2016/03/07/john-perry/the-murde...

Rappelons que John Perkins est l’auteur de Confessions of an Economic Hitman (« Les confessions d’un assassin financier »)

 

3. Fish 6.GIF

 

Et pour ceux qui ont quand même envie de rire (mais en anglais et seulement sur les élections US) :

 

10. loser-fish.jpg

« J’aime les poissons qui ne se font pas prendre. Tu es un faible, un perdant. À la friture ! »

 

11. alamo1.jpg

« Devinez qui vient d’acheter le Mexique ? »

 

12. rise-of-trump.jpg

« Espèce de crétin, tout le monde te hait. Dégage ! »

 

13. alinsky-ed.jpg

« Regarde, il m’a pris mon rôle ! »

 

14. Thank you lord Jesus.jpg

Merci Seigneur Jésus, pour le président Trump.

 

3. Fish 6.GIF

 

 

Mis en ligne le 15 mars 2016.

 

 

 

 

 

14:23 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |