13/03/2016

SEIGNEUR, PROTÉGEZ-NOUS DE NOS AMIS

 

1. Al_Wassitty_al_fouratieh.JPG

Seigneur, protégez-nous de nos amis.

Nos ennemis, on s’en charge.

(La sagesse des nations)

 

3. Croissant 4.gif

 

Pour ceux qui ne sont pas au courant des faits :

Kamel Daoud est un citoyen algérien – écrivain et journaliste - qui a écrit des choses jugées provocatrices sur le salafisme. Il est menacé de mort. Normal. Quiconque met en cause l’action temporelle – voire le dogme – d’une religion réclamant le pouvoir à l’intérieur d’un état se met en danger. S’il s’en prend à la frange la plus extrémiste et incontrôlable des gardiens du dogme, il n’a plus qu’à compter ses abattis.

Un imam du lieu, estimant que « si la charia avait force de loi en Algérie », Daoud serait passible de mort « pour apostasie et hérésie », a lancé sur lui une fatwa. L’écrivain a déposé plainte.

Précédant de bien loin l’Islam, l’histoire de l’Occident chrétien est riche en événements de ce genre. Dolet s’en est retrouvé brûlé vif, Thomas More décapité, Des Périers suicidé. Grâce au ciel, Voltaire et Diderot sont morts dans leur lit.

Nouveauté dans le cas présent : quelques gesticulateurs germanopratins apportent leur soutien au libre-penseur, comme la corde fait au pendu, « en revendiquant crânement leur islamophobie ». Qui croient-ils surprendre ?

Souhaitons à Kamel Daoud de mourir dans son lit aussi vieux que Voltaire et aux musulmans de régler leurs problèmes spirituels en adultes. Cela nous changera agréablement.

 

3. Croissant 4.gif

 

Bruno Guigue ne s’exprime pas souvent. Jamais pour ne rien dire. Ses interventions se passent de commentaires. Aujourd’hui, il a ce post pour lui tout seul.

 

Les faux amis de Kamel Daoud

Bruno Guigue – Arrêt sur Info 11 mars 2016

 

2. kamel-daoud.jpg

 

Ce n’est pas nouveau : en ces temps troublés, l’islamophobie a le vent en poupe. Dans une tribune publiée par le « Huffington Post » le 27 février 2016, l’universitaire Renée Fregosi affirme ainsi que « pour aborder la critique de l’islamisme, il faut accepter crânement d’être islamophobe comme l’a fait courageusement Elisabeth Badinter ». Entendons bien le propos, au demeurant parfaitement explicite : il faudrait se revendiquer « islamophobe » pour avoir le droit de critiquer « l’islamisme ». A supposer que le sens du terme « islamophobe » soit celui du dictionnaire, il faudrait donc admettre, comme une évidence, que « l’hostilité à l’égard de la religion musulmane », exemplaire sur le plan moral, serait aussi le meilleur antidote à l’islamisme. Déclarer sa répulsion pour une religion millénaire et ses millions de fidèles serait non seulement une attitude élevée à la dignité d’un parangon de vertu, voire l’archétype du courage philosophique, mais elle serait en outre la meilleure réponse à l’intolérance et au sectarisme.

Ce faisant, on semble avoir oublié que la « phobia », en grec, désigne la haine. Si la judéophobie, par exemple, est inacceptable, c’est parce qu’elle jette le discrédit sur une catégorie d’êtres humains voués à la détestation universelle en raison d’une origine jugée impure. C’est parce qu’elle englobe dans une réprobation indistincte des individus assignés à une malfaisance intrinsèque. Avec l’islamophobie, à leur tour, les musulmans se voient coller sur la peau, comme une étiquette infamante, l’appartenance à une communauté religieuse dont l’influence délétère irait de soi. Violent par nature, liberticide par essence, l’islam serait passible comme tel d’une condamnation en bloc. Or, dans les deux cas, cette attitude a un nom : la haine interconfessionnelle. Elle a une longue histoire, intimement liée à l’aventure tumultueuse des relations entre l’Orient et l’Occident, des origines du christianisme aux ultimes secousses de l’ère post-coloniale.

Pour les islamophobes, le jugement est donc sans appel : l’islam constituerait la matrice originelle des intolérances et des cruautés dont notre époque offre le triste spectacle. L’un des derniers épisodes de ce procès fait à l’islam en tant que tel, c’est incontestablement ce qu’il faut bien appeler « l’affaire Kamel Daoud ». Ainsi, pour nombre des ses défenseurs occidentaux, les critiques multiples dont il a été l’objet ne relèveraient pas du débat d’idées, mais de l’anathème religieux. A ceux qui font remarquer que la « misère sexuelle » diagnostiquée par l’auteur n’est pas universellement partagée dans le monde musulman, et qu’il procède de ce fait à une essentialisation péjorative de « l’islam », on prête d’emblée une mentalité d’inquisiteurs, qui seraient coupables d’avoir lancé une « fatwa laïque ». Et tout se passe comme si on ne pouvait critiquer les idées de cet auteur sans encourir l’accusation d’être un « islamo-gauchiste », une sorte de « commissaire politique » reconverti dans la persécution des intellectuels laïques.

Qu’il pose des questions redoutables sur le rapport des hommes et des femmes dans certains milieux de tradition musulmane est pourtant une évidence. A cet égard, ses tribunes ont le mérite de mettre les pieds dans le plat, de pousser les musulmans et les non-musulmans à l’interrogation critique du diagnostic posé. Elles interrogent des habitudes sociales et des valeurs instituées dont on ne voit pas pourquoi elles échapperaient, a priori, à la critique de la raison. Mais cette vertu critique et heuristique des écrits de Daoud est malheureusement passée au second plan : ses partisans et ses adversaires ont tout fait, dans une sorte de connivence implicite, pour que le débat sur l’essentiel n’ait pas lieu. Le moins qu’on puisse dire, à propos de cette polémique, c’est que l’islam y est devenu l’enjeu d’une confrontation où une mauvaise foi symétrique s’est évertuée à dissoudre les repères de la discussion rationnelle.

Car les adversaires de Kamel Daoud, comme ses partisans, n’ont pas manqué à leur tour d’ambiguïté. Il en va ainsi lorsque des universitaires français lui reprochent d’écrire dans la langue de Molière, comme si l’écrivain algérien devait, au risque de les décevoir, se conformer à l’idée qu’ils se font de son appartenance culturelle. Et il est frappant, d’ailleurs, que les remontrances intellectuelles adressées à l’intéressé, quittant rarement le registre de l’invocation abstraite, fassent si peu de place à la sociologie. D’où ce paradoxe d’une critique totalement « a-sociologique » adressée à une pensée dont le penchant à la généralisation hâtive méritait, pour le moins, une déconstruction en règle.

Sur un autre registre, situé à mille lieux du précédent, les islamistes déclarés ne furent pas non plus en reste. Fidèles à eux-mêmes, ils ont accusé Kamel Daoud de blasphème et justifié a priori, par leur outrance verbale, une violence haineuse dont tant d’intellectuels payèrent le prix dans les pays du Maghreb. Dans cette affaire, la pensée islamiste révéla une fois de plus son versant négatif, polluant le débat de références prétendument incontestables et d’affirmations dogmatiques assénées en guise d’arguments, comme si leur seule énonciation devait provoquer, dans une sorte de stupeur, l’assentiment général.

On peut donc comprendre que Kamel Daoud ait reçu, à l’inverse, de si nombreux témoignages de solidarité. Qu’un intellectuel soit condamné à mort par un prédicateur salafiste suffit à le rendre sympathique, car le libre exercice de la pensée vaudra toujours mille fois plus que la soumission à une prétendue sacralité interprétée à sa façon par une autorité autoproclamée. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a plusieurs façons de défendre Kamel Daoud, y compris sans adhérer à certaines de ses thèses. Et le paradoxe, c’est que certains de ses amis déclarés, malheureusement pour lui, pourraient à l’usage se révéler de véritables « faux amis » : lorsque Elisabeth Badinter et ses émules répondent à l’accusation d’islamophobie en l’endossant « crânement », sans sourciller, elles contribuent à noyer le propos de l’écrivain dans une rhétorique perverse qui n’est pas la sienne.

Dire que l’on doive passer par la case « islamophobie » pour légitimer une attitude critique à l’égard de la religion musulmane, en effet, n’a aucun sens. Non pas parce qu’il serait illicite de proférer cette critique, mais précisément pour la raison inverse : parce qu’affirmer son islamophobie vide aussitôt de sa substance toute attitude rationnelle et critique à l’égard de l’islam. Que dirait-on, par exemple, de l’attitude critique à l’égard du judaïsme de la part d’un intellectuel qui, proclamant sa judéophobie, ferait de la haine des juifs le préalable à toute critique de cette religion ? Ce que l’on pourrait formuler ainsi : lorsque l’objet du débat fait l’objet d’une haine explicite, il est clair que le débat risque de devenir sans objet.

Parce qu’Elisabeth Badinter et ses émules sont ouvertement islamophobes, ils contribuent ainsi à l’étouffement du débat sur l’islam que Kamel Daoud entendait susciter de manière provocatrice. Et il y a quelque chose de stupéfiant dans cette revendication de l’islamophobie comme si elle valait certificat d’héroïsme. Mais il y a pire. En reconduisant frauduleusement la critique légitime de l’islam dans l’ornière de l’islamophobie vulgaire, les faux amis de l’écrivain algérien se livrent à une autre supercherie. Car c’est au nom de la lutte contre « l’islamisme radical » que ces charlatans, à les croire, entendent promouvoir l’islamophobie. Ultime et consternant tour de passe-passe : l’équation posée entre l’islam et l’islamisme permettrait ainsi de boucler la boucle. Si les islamistes radicaux vouent Kamel Daoud aux flammes de l’enfer, n’est-ce point la preuve que le ver est dans le fruit, que l’islam lui-même est coupable de cet anathème, que toute dissociation entre l’islam comme religion et l’islamisme comme idéologie est illusoire ?

Or cette thèse a causé suffisamment de tort aux musulmans pour que les islamophobes ne puissent résister à la tentation de la réitérer, inlassablement, comme pour lui donner la force d’une évidence mortifère. Et l’on devra répéter, une fois encore, ce qu’ils font semblant d’ignorer, à savoir que l’immense majorité des victimes de l’islamisme radical est musulmane, que le djihadisme contemporain n’aurait jamais exercé ses méfaits s’il n’avait bénéficié de la complicité occidentale, et que les soldats qui le combattent au prix de lourds sacrifices, de la Syrie à la Tunisie, sont essentiellement musulmans. Revendiquer la haine islamophobe pour mieux lutter contre la haine djihadiste, une telle absurdité n’est possible qu’en occultant le fait générateur de cette gémellité : haine pour haine, l’une n’est que la figure inversée de l’autre, et ces deux haines sont jumelles. Gageons que les islamistes radicaux qui veulent tuer Daoud ne le tueront pas, car la vie de l’esprit est plus forte que ce désir de meurtre. Mais on lui souhaite aussi de savoir bien se garder de ses faux amis.

Source : http://arretsurinfo.ch/les-faux-amis-de-kamel-daoud/

 

3. Croissant 4.gif

 

Kamel Daoud est un écrivain et journaliste algérien d’expression française, né à Mesra, wilaya de Mostaganem, en 1970. À la suite de sa plainte, la justice algérienne a rendu son verdict le 8 mars 2016 : l’imam Abdelfattah Hamadache Zeraoui est condamné à six mois de prison dont trois ferme et à 450 € d’amende.


4. bruno_guigue4.jpgBruno Guigue est un haut fonctionnaire, essayiste et politologue français né à Toulouse en 1962.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’ENA. Professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire et chargé de cours en relations internationales dans l’enseignement supérieur. Il est l’auteur de cinq ouvrages et d’une soixantaine d’articles.

Il écrit régulièrement dans la prestigieuse revue catholique ÉTVDES, fondée par les Pères jésuites en 1859, sur les sites Internet « Oumma.com » et « Arrêt sur Info », dans les revues Présence africaine, Raison présente, Res publica, et dans Revue internationale et stratégique (iris-france.org)

Le 20 mars 2008, Bruno Guigue, sous-préfet de Saintes (Charente Maritime), est arbitrairement démis de ses fonctions par décision de Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur, à la suite d’un article publié à titre privé et sans rapport avec ses fonctions officielles, sur Oumma.com.

Il introduit un recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d’État, mais, malgré le soutien actif de plusieurs associations, dont l’Union Juive pour La Paix, sa requête a été rejetée.

La sénatrice Esther Benbassa a vu dans le licenciement de Bruno Guigue « le signe de l’impossibilité de conduire un authentique débat dans notre pays et de l’influence des groupes de pression communautaires auprès des instances gouvernementales ».

 

3. Croissant 4.gif

Post Scriptum :

Rappelons que l’« affaire Bruno Guigue » est en train de se répéter en Seine-Saint-Denis, au niveau cette fois de l’enseignement secondaire, au détriment de Salah Lamrani, jeune professeur de français en début de carrière, suspendu pour quatre mois (et qui sera sans doute licencié ensuite) par décision non moins arbitraire d’une directrice et d’un sous-directeur d’école. Procédure de contestation en cours.


 

 

 

 

Mis en ligne le 13 mars 2016.

 

 

 

 

 

18:08 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2016

PÈRE GARDEZ-VOUS À DROITE; PÈRE, GARDEZ-VOUS À GAUCHE !

 1. Miraculous_Draught_of_Fishes-Bassano.jpg

 

« Père, gardez-vous à droite ; père, gardez-vous à gauche !... »

Mais réussirez-vous aussi à marcher sur les eaux ?

 

2. Fish 5.gif

On vous propose aujourd’hui deux articles de gens qui ne sont pas de notre côté de la barricade. Parce qu’ils traitent des deux problèmes qui nous paraissent les plus urgents et les plus importants du monde : l’éducation – la fin des guerres de prédation US et assimilés. Les deux auteurs, en outre, s’en prennent vertement à la pourriture des médias qui servent de véhicule - pas qu'en Suisse et en Amérique - à l’analphabétisme forcé et aux guerres. Pour ces trois raisons, ce qu’ils avaient à dire nous intéresse.

Le premier article est de Slobodan DESPOT et vient d’ANTIPRESSE. Nous vous en avons déjà parlé. N.B. : On trouve, dans le même n° 14 du dimanche 6 mars, un texte très important de l’écrivain allemand Botho STRAUSS : La disparition de la civilisation allemande, qui ne concerne pas que les Allemands. Comme il y a des limites à l’enjambement des copyrights, on ne vous le met pas sous les lunettes. Si vous voulez le lire, abonnez-vous, c’est gratuit, même s’ils acceptent les dons.

Le second est de Justin RAIMONDO qu’on ne présente plus (en tout cas chez nous). Les autres : qu’ils aillent voir à la fin de l’article. Rappelons-leur quand même que l’auteur est un libertarien conservateur US, partisan de l’isolationnisme de son pays et très décidément anti-guerre.

 

2. Fish 5.gif

Le délit de sale gueule médiatique tel qu’on le pratique

Slobodan Despot – Antipresse 6 mars 2016

 

3.  monster.jpg

 

Introduction

Le 1er mars 2016, le conseiller d'État (ministre du gouvernement) Oskar Freysinger, chef du département de la Formation et de la Sécurité du Valais, présentait une brochure bilingue contenant dix thèses sur l'école, très brièvement explicitées. La plupart des médias ont correctement informé sur cette initiative peu ordinaire en Suisse. D'autres en ont profité pour alimenter leur campagne de dénigrement systématique à l'égard de Freysinger, par ailleurs seul ministre UDC dans les gouvernements de Suisse romande. Levons d'emblée toute ambiguïté : en tant que conseiller de communication (sur mandat externe) du chef du DFS, j'ai participé à l'élaboration de ces thèses, dont le but était de définir une plate-forme philosophique stable et universellement acceptable pour la mission de l'école et tenter de mettre fin à l'expérimentation permanente dont des générations d'élèves sont les otages. L'élaboration de ce texte simple et bref a nécessité des mois de réflexion et de concertation ouverte avec les responsables de l'enseignement. Le ministre lui-même a été professeur d'allemand pendant 28 ans. Voir ce travail scrupuleux ravalé par le quotidien cantonal à une simple opération de « com » cachant d'hypothétiques attaques contre l'école et les enseignants m'a obligé à réagir contre une dérive médiatique dont cette illustration locale est particulièrement probante.

D'autres exemples de manipulations et d'occultations du même journal sont disponibles sur oskaretvous.ch, le blog-journal de bord du conseiller d'Etat Freysinger.

Ce n'est pas ès-fonctions que j'ai écrit cette lettre au rédacteur en chef du Nouvelliste, mais en tant que lecteur et ancien collaborateur de ce journal (par ailleurs repris depuis peu par le groupe Hersant). Les sources sont au fond de la lettre.

*

A M. Vincent Fragnière, rédacteur en chef, Le Nouvelliste, Sion

Mon cher Vincent,

Je t’aurais écrit ce qui suit même sans le mandat que j’accomplis auprès du DFS. Il s’agit d’une prise de position personnelle et humaine.

Avant-hier, ta collaboratrice Christine Savioz a passé une heure à écouter le conseiller d’État exposer ses convictions sur l’école dans un seul but : trouver la manière de les travestir et de les dénigrer. L’enseignement est un métier qu’Oskar Freysinger connaît bien et qu’il a pratiqué avec enthousiasme et succès. Traiter ainsi un engagement réfléchi et sincère, c’est lui pisser sur les bottes. Non professionnellement, ni politiquement, mais humainement.

Dans son commentaire, Christine Savioz érige la suspicion en analyse et la supputation en information. Cela se résume à : « Pour le moment, pas de quoi fouetter un chat, mais ce n’est qu’une tactique. Qui sait quelle entourloupe il nous prépare ! » Avant même que ces thèses aient commencé de circuler, on met en garde le public, non contre leur contenu, décrété anodin, mais contre ce qu’elles pourraient éventuellement cacher.

C’est ce qui s’appelle du délit de sale gueule, proclamé et assumé. Vous affichez dès la « une » votre ironie à l’égard de cet homme, de son travail, de ses idées. Je n’ai jamais vu dans les médias formellement non militants cette forme de malveillance systématique. Vous accordez la même place à cette réflexion stratégique sur l’école qu’à l’ouverture, (quelques pages plus loin) d’une cafétéria à la Médiathèque de Martigny par le service de la Culture. Sauf qu’ici, c’est pour louer, et là pour dénigrer.

Je ne compare même pas cet éreintage au reportage fouillé du Walliser Bote du même jour, comme nous le faisons parfois. Il n’est qu’à lire le bref article du 24 Heures de ce matin, froidement équitable, pour comprendre le degré de suspicion que vous mettez dans tout ce qui touche à Oskar Freysinger. La « méthode paranoïaque-critique » est une invention de Salvador Dalì, mais il ne la destinait pas aux journalistes.

L’école est l’un des enjeux clefs pour une société. Les têtes que nous formons aujourd’hui assureront (ou non) nos retraites demain. Nous voyons quotidiennement et partout les ravages d’une école-laboratoire, d’une école fluctuant au gré des modes qui utilise des générations d’enfants comme cobayes. Dire « non » à cela, rappeler que 2 et 2 font 4, ce n’est pas « enfoncer des portes ouvertes », c’est afficher une volonté explicite d’enrayer la dérive. Faire lire des classiques, apprendre des poèmes, c’est faire participer les enfants à la culture universelle, les monter sur l’épaule d’un géant (comme il fut dit hier), plutôt que de les laisser croupir dans le marécage pédagogiste qui réinvente la roue toutes les années. La catastrophe pédagogique que subit le monde industrialisé est au moins aussi lourde de conséquences que la catastrophe écologique.

Mais tout cela ne vous intéresse pas. Ce qui vous intéresse, ce sont les combines, les échos, les rumeurs, les opinions. Une classe du cycle d’orientation aurait plus fidèlement traduit l’enjeu et l’ambiance — détendue et ouverte — de cette conférence que votre journaliste professionnelle !

Votre hostilité à l’égard du conseiller d’État Freysinger n’a d’égale que la déférence avec laquelle vous traitez les affaires de certains de ses collègues. Que Freysinger ait fait passer au Grand Conseil tous ses projets malgré sa position minoritaire n’est jamais relevé. Qu’il ait réussi à économiser dix millions par an dans son département depuis son arrivée est simplement occulté. Il a fallu que le magazine Bilan s’y mette pour qu’on ait pour la première fois un aperçu circonstancié de sa gestion. Pour le Nouvelliste, ce qu’il fait ne compte pas. La seule chose qui compte, ce sont les (mauvaises) intentions qu’on lui prête et le sillage de médisances qu’il laisse sur son passage.

La haine rend plus bête que la bêtise elle-même et vous avez ostensiblement sacrifié les critères déontologiques du journalisme à votre parti pris, faisant du Nouvelliste un outil de règlement de comptes de plus en plus prévisible. Je n’ai même pas besoin de l’inclure dans ma revue de presse quotidienne, et je ne suis pas le seul. On vous lit pour le sport et les morts. Votre réflexion de fond sur les affaires du monde, vous la pompez dans les journaux français. Vous n’êtes pas un vecteur d’information, ni un remorqueur d’opinion, vous n’êtes qu’une télécabine sans pilote qui ne connaît que la descente.

A ce train-là, vous êtes bien partis pour n’être plus, bientôt, qu’un support publicitaire assorti de poncifs pavloviens. Salive pour le commerce. Salive pour les gentils sportifs et les chanteuses sympa. Salive pour l’humanitaire, le solidaire, l’associatif. Grognements contre les idées qui dépassent. Contre les idées tout court, puisqu’une idée qui ne dépasse plus cesse d’être une idée.

Continue ainsi, Vincent ! Écarte ce message comme l’exagération d’un type orienté. Je m’en fiche ! Je connais l’histoire de ce journal, je lis ses archives. Ce qu’il avait de pire jadis, sa partialité politicienne, n’a été qu’aggravé, bien que sous d’autres drapeaux. Ce qu’il avait de meilleur, la curiosité, le caractère, la franchise et le style, en a été arraché comme de la mauvaise herbe. La table rase intellectuelle entreprise sous ta responsabilité est l’équivalent d’une correction du Rhône qui se réduirait à un robinet. A quoi bon vous lire encore, à quoi bon protester ? Vos excès alliés à vos manquements auront bientôt raison de la crédibilité qui vous reste.

Bon travail !

Slobodan Despot

Sources :

 

 

 

4. Sale gueule médias.gif

 

 

2. Fish 5.gif

Le lion et les moutons

Pourquoi ils haïssent Trump

Justin Raimondo – Antiwar.com 1er mars 2016

 

5.  Fagaré 2.jpg

Le village de Fagaré, où s’est déroulé l’épisode évoqué par Raimondo

 

Le 14 juin 1918, un jeune soldat italien de 19 ans du nom de Bernardo Vicario, a reçu de son commandant, Carlo Rigoli, l’ordre d’accomplir une curieuse tâche. En sous-nombre et sous-armées, les forces italiennes allaient être bientôt la cible d’un furieux pilonnage, ce qui signifierait la mort pour la plupart d’entre eux. Rigoli n’en doutait pas, et c’est pourquoi il ordonna au jeune Bernardo d’écrire sur le mur restant d’une maison détruite du village où ils se terraient :

Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.

Rigoli périt dans la bataille, mais le jeune Bernardo vécut pour raconter l’histoire. Et voilà que, presque cent ans plus tard, un type qui cherchait par quel moyen il pourrait salir le candidat présidentiel du Parti Républicain, Donald Trump, tomba sur cette citation et l’attribua à Benito Mussolini.

Un reporter de Gawker, le célèbre site de commérages qui a été poursuivi pour diffamation plus de fois que je ne me soucie d’en découvrir, a mis en ligne un compte Twitter parodique intitulé « Il Duce », et ce reporter, un certain Ashley Feinberg, a tweeté la-citation-qui-n’était-pas-de-Mussolini à Trump, qui l’a aussitôt retweetée. Peu de temps après, Trump s’est trouvé en présence du reporter Chuck Todd, qui a voulu savoir pourquoi il avait retweeté quelque chose qu’avait dit Mussolini.Trump ne s’est pas dégonflé. « C’est une belle citation », a-t-il dit avec raison.

Ce refus et le contenu même de la citation soulignent pourquoi il est en train de gagner et pourquoi la campagne hystérique de calomnies qui les vise, lui et ses positions, est en train de rater dans les grandes largeurs.

Mais pourquoi ? Pourquoi le haïssent-ils avec tant de férocité ? Les accusations de « racisme » et la manière dont il s’exprime, sans aucun égard pour les raffinements mondains des classes supérieures, n’expliquent pas l’intensité de la haine que lui portent la meute des journalistes mainstream et la clique de Washington. Après tout, peu de temps après que Trump ait soulevé la question de savoir s’il fallait laisser entrer des musulmans aux États-Unis, la Chambre des Représentants a adopté un projet de loi, soutenu par le libertarien Rand Paul, comme par la plupart des Républicains et des Démocrates, rendant autant dire impossible aux immigrants de s’installer ici. Il exige aussi, de ceux qui ont visité l’Irak, la Syrie ou l’Iran, ou qui ont une double-citoyenneté avec un de ces pays, qu’ils demandent un visa avant de venir aux États-Unis… Pourtant, on n’en a pas beaucoup entendu parler.

Donc, d’où vient tout ce vitriol. David Stockman met le doigt dessus :

 

« Assurément, il y a pas mal de choses moches, superficielles et stupides dans la plateforme électorale de Trump, si on peut l’appeler ainsi, ou son éloquence d’électron libre pour être plus exact. On y revient plus loin, mais, à la base du succès qu’il remporte, il y a deux propositions qui sèment la terreur chez les Républicains d’Imperial city.

« À savoir qu’il finance lui-même sa campagne et que l’Amérique est en train de faire de mauvaises affaires partout dans le monde.

« La première de ces propositions dit explicitement aux légions des lobbyistes de K street d’aller se faire voir, ce qui représente un danger mortel pour les rackets de la collecte de fonds, qui sont l’élément vital du GOP. Et alors que les « mauvaises affaires » dans le monde concernent surtout NAFTA et nos 500 milliards de dette envers la Chine, ce dont il s’agit en réalité, c'est d’une attaque de l’Empire américain.

« Les Américains sont malades et fatigués à mort des guerres d’intervention et d’occupation des néo-cons à la Lindsay Graham/John McCain/George W. Bush, et ils en ont plus qu’assez des fardeaux fiscaux massifs que leur valent nos alliances dépassées mais toujours reconduites, nos bases militaires avancées, nos appareillages de sécurité et nos aides économiques. Ils sont particulièrement exaspérés par l’énorme coût permanent de notre engagement dans les reliques de la Guerre Froide tels que l’OTAN, le stationnement de troupes en Corée du Sud et le traité de défense avec les incorrigibles Japonais, qui ne se gênent pas pour truquer leurs règles commerciales contre les exportations américaines.

« Pour abréger, le Donald est en train d’exploiter l’impulsion nationaliste/isolationniste qui vient de très loin chez l’homme de la rue, excédé autant qu’économiquement précarisé. Il est assez malin pour l’articuler avec la grandiloquence de ce qui peut passer pour du protectionnisme commercial brut. Pourtant, si Pat Buchanan devait ré-écrire ses discours, ils seraient plus érudits et plus explicites sur la folie de l’Empire américain, mais le message serait le même. »

 

Tout ça était clairement visible pendant le débat du GOP de Houston, et cependant, la signification n’en a pas été perçue au milieu de tout le cinéma. Pour commencer, jetez un coup d’œil à cet échange entre le modérateur Wolf Blitzer, ex-employé de l’AIPAC et Trump.

 

« BLITZER : Vous avez dit ceci à propos du conflit en cours entre les Israéliens et les Palestiniens – je vous cite : « Laissez-moi être une espèce de type neutre. Je ne tiens pas à dure à qui c’est la faute, ça ne sert à rien. »

« TRUMP : Juste.

« BLITZER : Voici ma question. Comment pouvez-vous rester neutre, alors que les États-Unis considèrent Israël comme leur allié le plus proche au Moyen-Orient ?

« TRUMP : Eh bien, premièrement, je ne crois pas qu’ils le sont sous le président Obama, parce que je pense qu’il a traité Israël horriblement, d’accord ? Je pense qu’il a traité Israël horriblement. J’ai été grand organisateur de la parade sur la Ve Avenue, il y a quelques années, pour le « Jour d’Israël ». J’ai des liens très forts avec Israël. J’ai reçu la décoration de l’Arbre de Vie et la plupart des autres que donne Israël.

« Comme Président, cependant, il n’y a rien que je ne ferais plus volontiers qu’apporter la paix à Israël et à ses voisins en général. Et je pense que ça ne sert à rien de dire qu’il y a un bon et un mauvais.

« Possible que je ne réussisse pas à faire ce que je veux. C’est sans doute la négociation la plus difficile à conduire de n’importe où dans le monde. O.K. ? Mais ça ne sert à rien que je me mette à dire que je suis pro-israélien, vraiment pro-israélien, plus pro-israélien que n’importe qui sur ce plateau. Ça ne sert à rien de commencer à rabaisser les voisins, parce que, moi, je voudrais vraiment faire quelque chose pour négocier une paix, en fin de compte, pour Israël et pour ses voisins.

« Et je ne peux pas faire ça non plus… comme négociateur, je ne peux pas faire ça… si je prends parti. »

 

Ceci n’est rien moins que remarquable, surtout si on se souvient du débat Mitt Romney-Barack Obama, où tous les deux ne savaient quoi faire de plus que l’autre pour prouver leur loyauté superlative envers Israël et leur refus d’admettre qu’il puisse même y avoir deux parties dans cette affaire. Marco Rubio s’est scandalisé d’un étalage de bon sens à ce point inhabituel et s’est lancé dans une de ses usuelles robo-réponses, répétant mot pour mot quelque éditorial probablement lu dans Commentary ou dans le Weekly Standard. Et c’est là qu’il a dit quelque chose de remarquablement stupide : « Les Palestiniens ne sont pas une affaire immobilière, Donald. »

Il a sans doute voulu dire par là que régler le conflit Israël-Palestine n’était pas la même chose que traiter une affaire immobilière… Mais le fait est que c’est exactement de ça qu’il s’agit, d’une affaire immobilière qui a mal tourné. C’est de terrain qu’il est question. Et il faudra une sacrée dose de bonne foi et de science du marchandage pour en finir avec cet abcès purulent. Mais c’est là quelque chose que Rubio ne peut pas admettre, parce que ses bailleurs de fonds ne le lui permettront pas. En bonne créature de Washington l’Impériale, où Israël a toujours raison et où les Palestiniens ont toujours tort, Rubio ne peut pas se permettre de dire ni même de penser cela.

 

6.  Rubio_Braman_Miami_Schools_ap_img.jpg

Rubio et un de ses bailleurs de fonds, Braman, à Tahiti.

 

Autre exemple illustrant pourquoi Trump a provoqué l’ire de la classe politique en réfutant l’accusation mensongère de Rubio, selon laquelle il n’aurait pas changé de position en août 2011 et ne se serait pas prononcé publiquement contre l’intervention en Libye et le déclenchement d’une nouvelle guerre en Syrie – qu’il a toutes les deux dénoncées en termes sans équivoque – Trump a dit ceci :

 

« Si ces politiciens avaient pris un jour de congé pour aller à la plage, et si nous avions Saddam Hussein et Khadafi aux commandes, au lieu d’avoir du terrorisme partout, nous serions… au moins ils tuaient les terroristes, non ?

« Et je ne suis pas en train de dire qu’ils étaient bien, parce qu’ils ne l’étaient pas, ils ne l’étaient vraiment pas, mais nous ne savons pas ce qui nous attend à la place. Regardez la Libye aujourd’hui… ISIS - pendant que nous sommes ici en train de parler - est en train de voler leur pétrole. En ce moment même, pendant que nous parlons. C’est un foutoir total.

« Il aurait mieux valu pour nous que les politiciens prennent un jour de congé au lieu de partir en guerre. »

 

J’ai souligné ceci parce que cette phrase résume succinctement non seulement la politique étrangère de Trump, mais également la critique des vingt dernières années par Trump. Et pour rendre les choses encore plus effrayantes pour le Parti de la Guerre, il veut que nous arrêtions de nous mêler de faire la police dans le monde pour nous occuper de ce dont il est urgent qu’on s’occupe :

 

« Nous ne pouvons pas continuer à défendre tous ces pays, le Japon, l’Allemagne, la Corée du Sud. On commande des télévisions, on commande pratiquement n’importe quoi, c’est de ces pays que tout vient. Que ce soit une Mercédès-Benz ou un climatiseur, c’est de là que ça vient. Ils se font des fortunes. L’Arabie Saoudite… nous défendons l’Arabie Saoudite. Avant. Avant que le pétrole baisse… maintenant, ils gagnent moins, mais ils gagnent quand même énormément… ils se faisaient un milliard de dollars par jour.

« Nous défendons tous ces pays pour la peau. Vous parlez de budgets. Il faut que nous commencions à nous faire rembourser pour nos services militaires à tous ces pays. »

 

Trump a appelé à retirer les troupes d’Europe, où elles sont stationnée depuis la fin de la IIe Guerre Mondiale : ces pays sont riches, estime-t-il, et doivent commencer à se défendre eux-mêmes. Il demande aussi ce qu’ils ont à redouter de la Russie de Poutine, déclarant qu’il pourrait s’entendre avec le président russe, impliquant par là qu’eux aussi pourraient s’entendre avec lui.

En fait, Trump remet en question toute nouvelle incursion US dans des régions où ils n’ont rien à faire : en Syrie, où il se demande pourquoi nous finançons des « rebelles » et « nous ne savons même pas qui ils sont » ; en Ukraine, qu’il dédaigne comme un trou perdu où nous n’avons pas d’intérêts ; et en Libye, où il rappelle le chaos semé par Hillary, et nous nous préparons à remettre ça.

Trump représente une menace mortelle pour le haut commandement du Parti de la Guerre – les néoconservateurs qui nous ont entraînés à coups de mensonges dans la guerre d’Irak et ont été dénoncés par lui pour cela. Ces gens sont le principal élément-moteur idéologiquement engagé à maintenir les prétentions impériales de Washington, alors que nous nous enfonçons de plus en plus profondément dans la banqueroute. Ce sont eux qui sont derrière les violentes campagnes de calomnies qui font de Trump l’égal de Mussolini, de Hitler, de David Duke et du Diable lui-même. Ils voient qu’ils sont en train de perdre le contrôle du GOP – leur voie d’accès au pouvoir – et ils réagissent comme les rats acculés qu’ils sont.

Si Trump obtenait la nomination républicaine, les néocons sont finis comme force politique viable à droite. C’est pour cela que National Review a consacré un numéro entier au thème « Contre Trump ». C’est pour cela que les alliés des néo-cons dans les médias sont partis en guerre contre lui à pleins tubes. C’est pour cela que les néocons comme Robert Kagan déclarent ouvertement qu’ils soutiendront Hillary Clinton, tandis que d’autres, y compris le réseau, qui fut libertarien, des organisations subventionnées par Charles et David Koch, financent une campagne « Stop Trump ». On avance même l’idée (peu praticable) de présenter un candidat d’un troisième parti pour prendre des voix à Trump.

Les rats convergent en couinant des torrents d’insultes et recourent aux tactiques les plus voyantes de la démonisation, dans le but de garder leur pain beurré sur la table. Et pourtant, ça aussi se retournera contre eux, comme toutes les autres tentatives d’arrêter Trump se sont retournées contre eux. Parce que les gens en ont assez. Ils sont au-delà de la colère… en fait, ils sont heureux ! Fous de joie au spectacle de la classe politique en déroute… et déterminés à la faire courir encore plus vite.

J’ai entendu dire que Trump porte un gilet pare-balles et qu’il le fait depuis des années. Si j’étais lui, je ferais attention à ma tête, et je regarderais souvent dans mon dos.

Je ne veux pas dire par là que j’apporte un iota de soutien politique à Trump, et Antiwar.com ne soutient aucun candidat à aucun poste. Point. Le texte de Stockman évoqué ci-dessus décrit certains des pièges du Trumpisme, et je suis entièrement d’accord avec ce qu’il dit, mais ce n’est pas ce dont je veux parler ici. 

Mon boulot est d’analyser les événements en cours : au lieu de reprendre ce que tout le monde dit avec des mots différents, mon but est de voir ce qu’il y a derrière les gros titres et derrière la pensée grégaire, de façon que mes lecteurs puissent non seulement comprendre ce qui se passe dans le monde, mais puissent aussi se faire une idée de ce qu’il y a moyen de tenter pour y changer quelque chose. Si Trump s’assurait la nomination, le chemin serait pavé pour transformer le GOP, de Parti de la Guerre Perpétuelle en parti qui honore l’isolationniste oublié depuis si longtemps que fut le sénateur Robert A. Taft, celui qu’on avait pris l’habitude d’appeler « Mr. Republican ». Et si Trump remportait réellement la Maison Blanche, le complexe militaro-industriel serait fini, de même que les « mondialistes », qui tiennent le haut du pavé dans tous les cercles de la politique étrangère à Washington. Quoique Trump ne soit pas un libertarien, l’effet d’un tel bouleversement dans le domaine de la politique étrangère serait objectivement de mettre fin à la domination du pouvoir fédéral sur nos vies, tout d’abord en nous sauvant de la banqueroute et en libérant des ressources pour le secteur privé, et ensuite, en réduisant le retour de flamme qui a généré le pouvoir des terroristes.

Ne vous faites pas d’illusions : les huiles du GOP n’ont pas peur que Trump soit battu par Hillary. Ils ont peur qu’il la batte.

 

7. criminal-party of one.jpg

 

Trump, en dépit de son approche brute et de ses contradictions, représente un soulèvement populaire contre l’Empire et contre ceux qui profitent de notre politique impérialiste. C’est pourquoi la classe politique le hait et a fait vœu de le détruire.

J’ai commencé en vous racontant l’histoire du lion et des moutons, et je conclurai avec la bonne nouvelle que les moutons, entraînés par le lion, commencent à s’en prendre à leurs bergers.

 

Justin Raimondo est le rédacteur en chef d’Antiwar.com et agrégé supérieur à l’Institut Randolph Bourne. Il collabore à The American Conservative et il tient une colonne mensuelle dans Chronicles. Il est l’auteur de Reclaiming the American Right : The Lost Legacy of the Conservative Movement [Center for Libertarian Studies, 1993; Intercollegiate Studies Institute, 2000], et de An Enemy of the State: The Life of Murray N. Rothbard [Prometheus Books, 2000], inédits en français.

Source : http://original.antiwar.com/justin/2016/02/28/the-lion-an...

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Dernières nouvelles :

Deux légendes vivantes viennent de déclarer soutenir la candidature de Trump : Jon Voight et l’activiste noir des droits civiques Charles Evers (93 ans).

 

2. Fish 5.gif

L’étrange fortune d’une phrase

 

L’histoire n’est pas aussi simple que le dit Raimondo, car la phrase a vraiment été dite par Mussolini aussi, quoiqu’après avoir suivi un très long parcours.

La phrase d’origine – où il est question d’un tigre et non d’un lion – aurait été prononcée par le sultan de Mysore, Tippoo Sahib, dit aussi Tippoo Sultan (1749-1799). Tippoo Sahib fut un des principaux opposants à l’installation du pouvoir britannique en Inde et mourut d’ailleurs, le 4 mai 1799, en affrontant les troupes du duc de Wellington. Il a laissé la réputation d’un homme très cruel et fasciné par le tigre, qu’il avait pris pour emblème de son état, ce qui lui a valu d’être surnommé « le tigre de Mysore ».

 

8. tipu sahib.jpg

 

C’est Alexander Beaston (1758 – 1830), aide de camp du général Harris – A view of the Origin and Conduct of the War whith Tippoo Sultaun.- qui mentionne pour la première fois, dans ses mémoires, la phrase prononcée devant lui.

Elle est rapportée par Jean-François Michaud – Histoire des progrès et de la chute de l’empire de Mysore sous les règnes d’Hyder-Aly et Tippoo Sahib (vol. II, Paris, chez Giguet & Cie, 1801) en ces termes :

« l’ambition de Tippoo-Saïb l’entraînoit sans cesse vers la guerre : on lui avoit souvent entendu dire qu’il aimoit mieux vivre deux jours comme un tigre, que deux cents ans comme un mouton. Il avoit adopté pour emblême de son empire, et comme une espèce d’armoirie parlant, la forme d’un tigre royal, dont la tête et le manteau tacheté formoient le principal ornement de son trône » (p. 15).

Elle est reprise, presque à l’identique, par Auguste Barchou de Penhoën – Histoire de l’Inde anglaise. (Paris et Leipzig, chez Jules Renouard, 1841) :

« Tippoo ne supportait qu’avec peine le repos; il aimait passionnément la guerre. Empruntant une comparaison à son animal favori, on l’entendait dire quelquefois : “Mieux vaut vivre deux jours comme un tigre que deux cents ans comme un mouton” » (p. 43).

C’est dans un autre texte en français que le lion prend, pour la première fois, la place du tigre.

L’Italien Francesco Domenico Guerrazzi, dans une lettre à Giuseppe Mazzini (in Memorie, Livorno, Poligrafia italiana, 1848, p. 32), évoquant son père, dit :

«Degli uomini moderni stimò Napoleone fino al Consolato, e Tipoo-Saib, e questo, perché lesse che intorno al gradino del Trono aveva fatto disporre gemme a modo di caratteri, i quali suonavano in questa sentenza: Meglio vale vivere un giorno come un lione, che cento anni come una pecora !»

Ce qui signifie que son père n’avait estimé que deux hommes, Napoléon jusqu’au Consulat et Tippoo Sahib. Celui-ci, « parce qu’il avait lu qu’il avait fait inscrire en pierres précieuses sur les marches de son trône : Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton ».

On le voit, les temps ont diminué de moitié et le tigre est devenu lion.

C’est un an plus tard qu’on le trouve, ce lion, pour la première fois en français, chez Giuseppe Angelo De Gubernatis, rendant compte de l’ouvrage ci-dessus : Chronique italienne. Francesco Domenico Guerrazzi, (in « Bibliothèque universelle et Revue suisse, a. LXXVIII, to. XLVIII [1873], pp. 550-565, la phrase est à la p. 552)

Après cela, on la suit, prononcée ou écrite par une quantité de militaires italiens, du Risorgimento à la Première Guerre mondiale - en passant par Gramsci, qui la commente dans ses Cahiers de prison - jusqu’à ce que Mussolin enfin, grand communicant s’il en fut, la découvre et en fasse un des slogans du fascisme italien.

 

9.  E meglio Mussolini.JPG

 

En somme : IL DUCE 2016  a pour tâche de salir des personnes publiques X, Y ou Z (ou Trump). Dans ce but, il a collecté des phrases du Duce, qu’il a traduites en anglais et répandu en les attribuant à Trump. Il s’agit d’un journaliste comme il y en a tant, qui ne se préoccupe ni de rigueur intellectuelle ni d’éthique journalistique. Il est payé pour abîmer l’image d’une personne publique et le choix des moyens lui est laissé, pourvu qu’il y arrive. L’idée d’attribuer des slogans fascistes à Trump ne pouvait que le tenter. En faire revendiquer au moins un par Trump en personne était la chantilly qu’appelait le gâteau et a dû lui valoir peut-être même une prime. Mission accomplished.

 

10. Donald-Trump-vs-Benito-Mussolini-1-320x181.GIF

 C’est comme ça qu’on fait.

 

Trump, lui, l’a retwittée sans se rendre compte qu’il pouvait s’agir d’une provocation, parce que cette phrase, qui est plutôt belle, correspond probablement à sa manière de sentir.

Et Raimondo a raison : qu’il ne se soit ni excusé ni dédit a tourné à la confusion du diffamateur à gages et des clabaudeurs.

Pour être nous-mêmes honnêtes, signalons que nous avons trouvé toutes nos mirifiques informations sur un site de pinailleurs italiens :

http://cortmic.myblog.it/giorno-leone-cento-anni-pecora/

 

Étrange fortune, vraiment, d’une phrase qui accompagne depuis plus de deux siècles toutes les violences, et qui, apparemment, continue.

 2. Fish 5.gif

Guerres en cours :

 

Qui utilise les réfugiés comme arme pour diviser l’Europe ?

kn – Réseau International – 9 mars 2016

 

12. poutine-réfugiés-20160309-1728x800_c.jpg

 

Le 14 février le journal allemand « Frankfurter Allgemeine Zeitung » titrait : « Poutine utilise les réfugiés comme arme ».

Le « FAZ » cite ici ce que le sénateur américain John McCain avait dit la semaine précédente lors de la « conférence de Munich sur la sécurité ». Le « FAZ » écrit : « Pour le partisan de la ligne dure qu’est John McCain, Poutine n’a qu’un seul but : diviser l’Occident. » Il est révélateur que le multimilliardaire américain George Soros a utilisé presque les mêmes mots que McCain sur son site internet « project-syndicate.org » le 10 février, donc deux jours avant le début de la conférence de Munich sur la sécurité.

Soros écrit ce qui suit : « Le but actuel de Poutine, c’est d’accélérer la dissolution de l’UE, et le meilleur moyen pour y parvenir, c’est de l’inonder avec des réfugiés. ». Selon Soros, c’est la Russie qui provoque les énormes flux de réfugiés, parce qu’elle effectue sans cesse selon lui des attaques aériennes contre la population civile en Syrie. Evaluons maintenant les accusations de McCain et Soros contre Poutine.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/qui-utilise-les-refugies-c...

  2. Fish 5.gif

Lula et les BRICS pris dans une lutte à mort

Pepe Escobar – L’Empire du chaos 9 mars 2016

 

13. Luis Inacio Lula da Silva.jpg

L’ancien président du Brésil Luis Inacio Lula da Silva

 

« BRICS » est l'acronyme le plus obscène pour l'axe Washington/Wall Street, et cela pour une bonne raison : la consolidation des BRICS est le seul projet organique de portée mondiale qui a le potentiel de faire dérailler l'emprise de l'empire exceptionnaliste sur ce que l'on appelle la « communauté internationale ».

Il n'est donc pas surprenant que les trois puissances clés des BRICS aient subi, depuis un certain temps, des attaques simultanées sur de nombreux fronts. Concernant la Russie, tout tourne autour de l'Ukraine et de la Syrie, la guerre des prix pétroliers, la curieuse attaque hostile contre le rouble et la diabolisation systématique de l'« agression russe ». Quant à la Chine, tout est lié à l'« agression chinoise » dans la mer de Chine méridionale et au raid (raté) contre la bourse de Shanghai/Shenzhen. Le Brésil est le maillon le plus faible de ces trois puissances clés émergentes. Fin 2014, il était déjà manifeste que la meute habituelle porterait sans retenue tous les coups possibles pour déstabiliser la septième économie mondiale, avec pour objectif un bon vieux changement de régime au moyen d'un méchant cocktail d'impasse politique (« l'ingouvernabilité ») poussant l'économie à s'enliser.

Parmi la quantité de raisons justifiant cette attaque, on retrouve : la consolidation de la banque de développement des BRICS ; l'initiative concertée des BRICS de commercer dans leurs propres devises, en contournant le dollar US et visant à une nouvelle devise de réserve mondiale pour le remplacer ; la construction d'un câble sous-marin de télécommunication en fibre optique entre le Brésil et l'Europe, ainsi que le câble des BRICS reliant l'Amérique du Sud à l'Asie de l'Est - tous deux contournant la mainmise des États-Unis.

Et par-dessus tout, comme d'habitude, il y a le saint des saints - lié à l'ardent désir de l'Empire exceptionnaliste de privatiser l'immense richesse naturelle du Brésil. Une fois encore, tout est question de pétrole.

Lire la suite…

Source : https://www.rt.com/op-edge/334904-brazil-brics-lula-econo...

Via : http://questionscritiques.free.fr/edito/Pepe_Escobar/Lula...

  2. Fish 5.gif

Quelques brèves non sans intérêt :

 

L’Europe, poursuivant sa trajectoire d’auto-destitution servile…

 

Le hacker Guccifer, qui a révélé les e-mails meurtriers de Hillary Clinton extradé vers les États-Unis

 

14. Guccifer.jpg

Marcel Lazar Lehel escorté par des policiers masqués, lors de son arrestation à Bucarest en 2014.

 

Après la Belgique, qui a innové en extradant un de ses nationaux – Ali Aarass - vers le Maroc et en essayant d’en extrader un autre – Bahar Kimyongür – vers la Turquie d’Erdogan, la Roumanie s’y met, en extradant vers les États-Unis, son national Marcel Lazar Lehal.

Cet homme de 42 ans, connu comme hacker sous le pseudoyme de Guccifer, qui a rendus publics des e-mails de célébrités diverses, s’est rendu lui-même célèbre en publiant un e-mail qui contenait des œuvres de George W. Bush peintre (oui, comme Hitler) dont un auto-portrait dans sa baignoire.

Il a aussi hacké et publié des e-mails de gens comme Leonardo di Caprio, Steve Martin et Mariel Hemingway, ainsi que des échanges entre l’ex-Secrétaire d’État Colin Powell et Corina Cretu (une Roumaine, parlementaire européenne), cette dernière le priant de démentir qu’ils aient eu une liaison. Mais surtout, Lehel est celui qui a révélé l’usage impropre d’un compte e-mail privé par Hillary Clinton, alors qu’elle était Secrétaire d’État, affaire sur laquelle enquête en ce moment même le FBI.

En mars 2013, le hacker a fait parvenir à divers organes de presse, dont RT, les quatre mémos envoyés par Clinton à son ex-conseiller politique Sidney Blumenthal. Les mémos contiennent des informations concernant les attaques du 11 septembre 2012 sur la mission diplomatique US de Benghazi (Libye), ainsi que sur la crise des otages d’In Amenas (Algérie) en janvier 2013.

Une plainte a été déposée contre Lehel par le ministère de la Justice US en 2014, pour fraude par voie électronique, accès non autorisé à un ordinateur protégé, traque en ligne, vol aggravé d’identité et obstruction à la justice.

En 2014, une cour roumaine l’a condamné à 4 ans de prison pour piratage, pour s’être introduit dans les comptes publics de l’État « dans le but d’obtenir des données confidentielles », et pour n’avoir pas respecté sa liberté conditionnelle. Il est en train de purger 3 ans de prison supplémentaires pour d’autres délits de piratage. Après son extradition aux USA, il est prévu qu’il revienne finir de purger cette sentence dans son pays.

Lehel, citoyen roumain, qui signe aussi Petite Fumée, en plus de Guccifer, est un chauffeur de taxi au chômage et un représentant en couleurs. Il dit qu’il a eu accès aux e-mails qu’il a pîratés en utilisant des méthodes d’ingénierie sociale, qui impliquent de deviner les réponses aux questions posées par les barrières de sécurité protégeant les comptes.

« Je ne m’oppose pas (à mon extradition). Je vais aux États-Unis pour me battre. Je sais ce que j’ai fait, et pour moi ça va. » a déclaré Guccifer en février au The Smoking Gun, où il a publié beaucoup des documents qu’il avait piratés.

Selon The Register, les procureurs disent que Lehel souffre d’un « besoin compulsif d’être célèbre ».

Et les procureurs jugent les accusés avant les procès, dans les « medias ». Routine.

c.l.

Source : https://www.rt.com/usa/334846-romanian-hacker-guccifer-ex...

 2. Fish 5.gif

Le réfugié politique turc Erdal Gökoglu n’est pas dangereux. Il est en danger.

Bahar Kimyongür – Investig’Action 7 mars 2016

 

15. Erdal Goköglu.jpg

 

Erdal Gökoglu, réfugié turc reconnu en Belgique depuis 2007 a été arrêté le 24 janvier dernier à la frontière germano-polonaise à hauteur de Slubice (Francfort-sur-l'Oder) alors qu'il se rendait au mariage de l'un de ses amis à Wroclaw.

Il est menacé d’extradition vers la Turquie sur base d’un mandat d’arrêt international émis par le 4e Chambre de la Cour d’assises d’Istanbul pour son appartenance présumée au mouvement marxiste illégal DHKP-C.

Son dossier turc est ridiculement vide. Erdal est en effet accusé d’avoir sermonné dans les locaux d’une revue étudiante (Ülkemizde Gençlik) à Istanbul, en octobre 2001, un jeune qui trompait sa petite amie avec une autre fille.

Le fait de parler à un jeune menant une double vie sentimentale a fait d’Erdal un leader du DHKP-C !

Erdal Gökoglu a été incarcéré entre juin 1995 et juillet 2001 alors qu’il était étudiant en architecture.

Il a survécu à plusieurs opérations militaires dans les prisons turques. C’est un véritable miraculé.

Lire la suite…

 

Source : http://www.investigaction.net/Le-refugie-politique-turc-E...

Voir aussi :

http://www.secoursrouge.org/Pologne-Belgique-L-affaire-Er...

 2. Fish 5.gif

Des nouvelles de chez Tsipras :

 

Grèce : Athena Tsakalos et Evi Statiri interdites d’entrée à leur propre procès

 

16. Prison Evi Statiri.jpg

« Liberté pour Evi Statiri ! » dans la cour de Koridallos le 25/09/2015

 

Dans l’affaire de la "tentative d’évasion des Cellules de Feu", les autorités grecques ont prouvé à plusieurs reprises qu’elles ne craignaient pas le ridicule. Dernier exemple en date : Athena Tsakalos et Evi Statiri ne peuvent légalement pas se présenter à leur propre procès. Pour la troisième fois, au début de la journée au tribunal, lorsque le juge appelle les deux femmes (parentes de prisonniers de la Conspiration des Cellules de Feu), les avocats de la défense doivent expliquer que les deux femmes sont en liberté conditionnelle. La condition pour Athena est de ne pas quitter son domicile situé sur l’île de Salamine tandis que Evi ne peut s’éloigner à plus d’1km du sien.

Christos et Gerasimos Tsakalos (dont Athena est la mère et Evi est la compagne du second) tous deux accusés dans le procès refusent de laisser le procès commencer dans ces conditions ridicules.

Source : http://www.secoursrouge.org/Grece-Athena-Tsakalos-et-Evi-...

 2. Fish 5.gif

On a sauté la Journée de la Femme, zut ! Réparons.

 

Ève, une divine erreur ?

En guise de préface à :

17. Latines, couverture.jpg

Latines, belles et rebelles

Hernando CALVO OSPINA

Paris, Le temps des cerises, 2015

 

Et Dieu créa l’homme « à son image », dit la mythologie catholique dans la Bible. C’est-à-dire qu’il le créa homme et parfait. Et il l’appela Adam.

Le voyant si esseulé dans l’immensité du Paradis, il prit une de ses côtes et en façonna un être au physique quelque peu différent du sien. Il lui dit que c’était une femme et qu’elle s’appelait Ève. Dieu avait dans l’idée de donner à sa photocopie terrestre quelqu’un qui le distrairait, lui ferait la conversation. Le Tout-Puissant ne trouvait pas distingué que sa créature passe son temps à dresser perroquets, chiens, chimpanzés ou tous autres animaux qui déambulaient là-bas.

Dieu avertit Adam et sa côte qu’ils pourraient profiter de tout et goûter à tout, sauf à un fruit qui leur était interdit. Dieu savait qu’Adam ne lui désobéirait jamais. Mais avec Ève, c’était une autre histoire, car il ne l’avait pas faite « à son image ». Elle était simplement humaine et donc, imparfaite. Dieu, malgré son « infinie connaissance » du futur, n’avait pas prévu ce qui allait se passer au Paradis.

Ève arriva dans ce monde, heureuse, jouissant de tout…

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/latines-belles-et-rebelles.html

 

2. Fish 5.gif

 

Modeste contribution des GROSSES ORCHADES à l’éclaircissement du foutoir causé par « la femelle » :

D’abord, c’est qui, Ève ? C’est la Déesse-Mère des Hébreux d’avant que les pères de famille gardiens de chèvres dans le Sinaï raflent le pouvoir aux mères. Elle s’appelait IEVOA, son nom étant formé des six voyelles nécessaires à tout langage humain. Un jour, pour bien marquer leur désormais suprématie, les pépés ont « expulsé la femelle » en virant les voyelles de l’alphabet, raison pour laquelle l’hébreu n’en a pas, et c’est ainsi que leur dieu-père s’appelle YHWH, au prix d’une tricherie par emprunt subreptice aux Grecs (au moins aussi misogynes qu’eux).

Quant à la fameuse côte d’Adam… on ne résiste pas au plaisir de vous raconter son histoire. Qui vient, elle aussi, de Sumer, tout comme celle, originelle, d’Abel et Caïn que nous vous contâmes il y a peu.

Chapitre extrait d’un livre inédit consacré à notre déesse des Ardennes (on est allés la chercher loin).

 

« Petite cosmogonie (sumérienne) portative »

À l’origine était Nammu, la Mer Primordiale, qui « donna naisance au ciel et à la terre ».

Ces enfants, An, le ciel mâle, et Ki, la terre femelle, engendrèrent un fils, Enlil, l’air. Division des cellules oblige : An s’emporta en l’air et Enlil emporta sa mère. C’est de l’union d’Enlil et de sa mère que naquit l’univers organisé.

Les Sumériens se représentaient ainsi les quatre divinités cosmiques Eau – Ciel – Terre – Air :

 

18. Cosmologie Sumer.jpg

Entre le Ciel et l’Enfer, la Terre émergeant de l’Océan Terrestre.

 

La terre était un disque plat entouré du « Fleuve Océan » encore cher à Homère des millénaires plus tard (soit, pour les Sumériens, la Mer méditerranée et le Golfe persique). Cette terre et le demi-globe formant le ciel ne faisaient d’abord qu’une seule montagne « Ciel-Terre ». Quant aux mystérieux Enfers où se rendaient les morts, ils étaient en quelque sorte, sous la terre, l’envers du ciel.

Mais ceci est une cosmogonie tardive déjà rationalisée, une cosmogonie-théogonie des temps patriarcaux, telle que de patients sumérologues ont pu la déduire des tablettes cunéiformes déchiffrées à ce jour.

Il ne nous est pas trop malaisé, partant de là, de reconstituer la « personnalité » de la Triple Mère des origines, présente absolument chez tous les peuples :

 

Nammu – la Mer-Mère vierge ;

Inanna, la Mère-Ciel future Ishtar, qui deviendra avec le temps la seule planète Vénus, mais qui aura été d’abord Nanna-la-Lune (masculinisée, précisément par les Sumériens, en dieu-lune Nanna).

Ki, la Terre-Mère (Ereshkigal dans ses profondeurs infernales).

 

Plus tard, la Divine s’appellera Ninhursag, « Grande Déesse Mère ».

Avec son fils Enki, dieu de l’eau (les patriarcaux étant déjà passés par là), elle accouchera sans douleur de trois générations de déesses, chaque génération recopulant avec le même Enki.

Mais Ninhursag a aussi fait pousser à Dilmun, « Terre Brillante » (c’est le « premier patron » du Paradis), les huit sortes de plantes.

Qui dit « Paradis » dit « perdu ». Le Péché Originel nous vient donc, comme l’Histoire, de Sumer : il est commis par Enki (tout seul !), qui dévore les huit plantes créées par sa mère-amante. En conséquence de quoi il est affligé de toutes sortes de maux. Véritable Harbougna (1), il a mal partout : au vit, à la mâchoire, à une dent, à la bouche, au bras, en deux ou trois autres endroits et… à une côte.

Ninhursag, bonne fille-mère, accouche alors – toujours sans douleur – de petites déesses et de petits dieux chargés chacun de soigner une des parties endommagées de leur père. Il y a là, soeurs cadettes des déeses Ninmu et Ninkurta, dont nous ne savons pas grand-chose, les déesses-médecine Ninsutu, Ninkusi, Nazi (personne n’est parfait) Azimua et Ninti ; les dieux-médicaments Abu, Nintulla, Enstag, et sûrement on en passe.

C’est ainsi que la déesse Ninti (Nin, « Dame », Ti, « de la Côte » et « de la Vie ») est spécialement créée pour guérir la côte paternelle.

Dans la Bible patriarcale, en vertu de la loi des vases communicants, cette petite Déesse-Côte et Dame-qui-fait-Vivre deviendra « Ève, Mère de Tous les Vivants », née de la côte (mortelle) d’Adam, par un de ces tours de passe-passe chers aux révisionnistes mâles. Et les mauvais esprits - qui se seraient demandé pourquoi diable Dieu Omnipotent, capable de créer toutes choses ex-nihilo, aurait eu besoin d’une côte humaine pour créer la Phâme en sous-traitance – ont ainsi la réponse à leur impertinente question : parce que l’homonymie sumérienne entre côte et vie n’existe pas en hébreu, et que, dans ces cas-là, rien ne vaut l’arbitraire.

Mais ne quittons pas l’Olympe sumérien sans faire la connaissance de trois autres filles de Ninhursag :

 

Nanshe, déesse de l’Ordre Juste, « qui juge les humains au premier jour de l’année ».

Ashnan, déesse du grain, dite « vierge bienveillante ».

Nidaba, déesse de la sagesse et de l’écriture.                      

 

Ces gentes dames nous confirment l’origine femelle du droit, de la culture des céréales et de l’alphabet. Ainsi que des révolutions, car 

 

Pour préparer un lieu où seront détruits les puissants,

Pour livrer les puissants aux faibles,

Nanshe scrute le coeur des gens. (2)

 

Mine de rien, nous avons là, en germe, « les derniers qui seront les premiers » de la Bible, et son « aimez-vous les uns les autres ».

Peut-être aussi la dictature du prolétariat, chère à ce grand mystique de Karl Marx.

 

_________________  

(1)       Personnage bien connu du folklore wallon, dont pas un millimètre carré de chair ou d’os n’est indemne, et qui passe sa vie à s’en plaindre.

(2)       Hymne à Nanshe, Tablettes de Nippur.

  2. Fish 5.gif

Pour faire reculer une société jusqu’avant l’âge de la pierre et ravaler ses femmes un rang au-dessous des bêtes, comment fait-on ? On demande à la CIA. Voir, sur Réseau International, l’article de Julie Lévêque. Surtout ne ratez pas les photos :

http://reseauinternational.net/de-lafghanistan-a-la-syrie...

 

2. Fish 5.gif

Dernière minute

Reçu au moment de mettre en ligne :

 

France - 9 mars 2016 - Grève partout, même à la télé (vidéos) 

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article10499... 

 

NE NOUS REGARDEZ PAS ! REJOIGNEZ-NOUS !

 

    Bonjour à toutes et à tous,

 Il y a des grèves et des mouvements de contestation un peu partout en France sur tout un tas de sujets concernant aussi bien les jeunes que les vieux, les ouvriers que les paysans, les chômeurs que les actifs, etc. Dans toutes ces luttes l'ennemi est le même : le pouvoir. C'est pourquoi toutes ces luttes, y compris celle contre l'aéroport de Nôtre-Dame-des-Landes, doivent s'unir dans une même coordination.

 Ce n'est pas en faisant une manif par mois, ni même une par semaine, que l'on gagnera ! Pour gagner, il faut qu'une énorme quantité de gens soient en grève tous les jours, 24 heures sur 24, et en manifestant massivement chaque jour le plus longtemps possible dans tous les centre-villes afin de tout bloquer !

Dans l'article ci-dessous, je propose les vidéos essentielles des infos du 9 mars 2016 au sujet de la mobilisation :

http://mai68.org/spip/spip.php?article10499

Bien à vous,

do

http://mai68.org/spip

QU'EST-CE QU'UNE COORDINATION ? 

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

Comment a-t-on fait pour gagner contre le CPE en 2006 ?

http://mai68.org/spip/spip.php?article6

APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE SAUVAGE TOTALE ET ILLIMITÉE :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7132

(Grève générale mode d'emploi) 

NE NOUS REGARDEZ PAS ! REJOIGNEZ-NOUS !

 

 

 

« En groupe en ligue en procession
En bannière en slip en veston
Il est temps que je le confesse
A pied à cheval et en voiture
Avec des gros des p’tits des durs
Je suis de ceux qui manifestent
Avec leurs gueules de travers
Leurs fins de mois qui sonnent clair
Les uns me trouvent tous les vices
Avec leur teint calamiteux
Leurs fins de mois qui sonnent creux
D’autres trouvent
que c’est justice…
 »

 

 

2. Fish 5.gif

Mis en ligne le 10 mars 2016.

 

 

 

 

 

 

18:42 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2016

TOUT VA TRÈS BIEN, MADAME LA MARQUISE

1. Against TPP.gif

 

Tout va très bien, Madame la Marquise

 

*

 

On vient de recevoir ceci.

Comme on pense pareil, ça nous évite d’avoir à l’écrire.

 

Un plan antiterroriste visant à protéger la bourgeoisie contre le prolétariat

 

2. Antiterr. France.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous,

La bourgeoisie est terrorisée par la révolte prolétarienne et paysanne qui monte, qui monte, qui monte ; aussi, améliore-t-elle le matériel de ses bandes armées et augmente-t-elle le nombre de leurs membres.

Pour la classe dominante, tout membre de la classe dominée est un terroriste potentiel, puisqu'elle en a peur ! Les terroristes ce sont les salariés, les ouvriers et les paysans en révolte. Les terroristes, c'est nous !

Mais, la bourgeoisie ne peut pas nous l'avouer comme ça. Aussi, après l'avoir commandité elle-même dans ce but, la bourgeoisie prend-elle excuse du terrorisme islamiste afin d'augmenter quantitativement et qualitativement ses forces armées.

Mais, prenons-en bien conscience : c'est contre nous que les bandes armées du pouvoir se préparent à la guerre. En effet, si le nouveau matériel qu'elles recevront ne servira à rien contre le prétendu "terrorisme islamiste" ; par contre, il sera très efficace contre la révolte de la population.

Source : http://mai68.org/spip/spip.php?article10430...

 

*

De même source, on avait reçu ceci juste avant :

 

Myriam el Khomri – 1er mars 2016

Des dizaines de millions de travailleurs doivent se sacrifier
pour que cette pauvre fille sorte le plus vite possible de l'hôpital !

 

3. El Khomri.JPG
 

Myriam el-Khomri est la digne fille de François Mitterrand

 

Bonjour à toutes et à tous,

En 1992, c'était le référendum de Maastricht pour faire accepter l'Euro. Mais les gens n'en voulaient pas malgré la propagande massive de tous les principaux médias en sa faveur. Aussi, pour que ça passe quand même, Mitterrand a trouvé le truc : il s'est fait opérer de la prostate pile une semaine avant le référendum afin de se faire plaindre. Ce pauvre Mitterrand qui est à l'hôpital, quand même, on peut bien aller voter "Oui" à son référendum, se sont dit quelques âmes sensibles. Ça a marché. L'Euro a été approuvé. De justesse, mais approuvé quand même. Et depuis, c'est la merde !

Aujourd'hui, c'est de la contre-réforme signée par Myriam al-Khomri que nous ne voulons pas. Aussi, en digne fille spirituelle de François Mitterrand, la Myriam nous refait le coup de l'hôpital. Parait-il qu'à cause de nous, comme nous ne voulons pas de sa réforme scélérate, elle en est tombée malade, et ce, au point de devoir être hospitalisée !

Le message subliminal de la télé, aujourd'hui, c'est donc que des dizaines de millions de travailleurs doivent se sacrifier, en acceptant la destruction du droit du travail, afin que cette pauvre Myriam sorte le plus vite possible de l'hôpital !

Bien à vous,

 

Lire la suite…

Source : http://mai68.org/spip/spip.php?article10433

 

*

4. A la tâche à la hache.jpg

Nous, ce qu’on en dit…

*

Mais la riposte s’organise

 

5. La riposte syndicale s'organise contre la lo El Khomri.JPG

 

La pétition contre le projet de loi El Khomri dépasse le million de signatures

« Qui a signé ? » demande BFMTV Pourquoi cette question ?

 

Le projet de loi El Khomri sur la réforme du droit du travail a dépassé le cap d'un million de signatures deux semaines après son lancement, battant tous les records en France. Dans les faits quelques clics suffisent pour signer la pétition, une... ou plusieurs fois. Pourtant, les fraudes sont rares assure le site hébergeur, Change.org.

"Nous sommes vraiment sur un mouvement réel, confirme le directeur de Change.org en France, Benjamin des Gachons. Nous n'avons constaté aucun mouvement de fraude de grande ampleur".

C'est "un phénomène viral tout à fait inédit" qui repose sur "le fait que c'est très rapidement passé d'une pétition à un véritable mouvement". Résultat: un succès inédit, rapide et massif qui rassemble au-delà des signataires des militants politiques ou syndicaux. 

Une carte des signataires a aussi été publiée dimanche par Le Parisien. On y observe que les contestataires sont concentrés autour des principaux centres urbains (Rennes et Nantes à l'ouest, Bordeaux sur la face atlantique, Toulouse au sud, un arc reliant Montpellier à Grenoble au sud-est) et Paris.

 

Mais le mot « fraude » a quand même été insinué, n’est-ce pas ? Quant au Parisien, qu’entend-il par « contestataires » et de quoi se mêle-t-il au juste ? De police bénévole ? Ah, les braves gens !

Quoi qu’il en soit, pour lui faire dépasser les 2 et même les 3 millions, c’est ici :

 

Loi Travail : non, merci !

Le projet de réforme du droit du travail présenté par Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière. Mobilisons-nous !

 

Je signe la pétition       Je rejoins la page Facebook


Voir la carte des rassemblements

 

Pour lire la suite, c’est là :

http://loitravail.lol/

 

*

 

Et pendant qu’on y est on y revient :

Pour la dénonciation par la France du traité de l’Atlantique Nord et le retrait de ses Armées du commandement intégré
Appel pluraliste (pétition)

dimanche 6 mars 2016, par Comité Valmy

6. otan_danger.jpg

Le 21 mai 2015 à l’Assemblée Nationale, lors du colloque intitulé « La France peut-elle retrouver une diplomatie indépendante », un ancien ambassadeur de France et ancien secrétaire général du Quai d’Orsay a déclaré que l’OTAN n’aurait pas dû survivre à la disparition de l’URSS et à la dissolution du Pacte de Varsovie.

Les initiateurs du présent appel de sensibilités républicaines et patriotiques diverses, ayant dans le passé, approuvé ou non l’existence de l’OTAN affirment unanimement, qu’en effet aujourd’hui, cette organisation n’a plus de raison d’être.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6031

 

Sans compter le TTIP !

*

Solidaires des « 8 de Goodyear »

Jacques Kmieciak – Investig’Action 7 mars 2016

7. goodyear4.png

 

Ils étaient 250 environ dernièrement à Rouvroy (Pas-de-Calais) pour accueillir en héros Mickaël Wamen. L'ex-délégué CGT à l'usine Goodyear d'Amiens, vient d'être condamné, comme sept autres ex-salariés du géant américain du pneumatique, à 24 mois de prison (dont neuf ferme) et aussi à cinq ans de mise à l'épreuve, pour la séquestration de deux cadres de l'entreprise. Une action menée dans le cadre du bras de fer qui a, sept ans durant, opposé les travailleurs à la multinationale. Celle-ci a finalement fermé son usine de la Somme en janvier 2014, avec à la clé 1.100 licenciements !

Lire la suite…

Source : http://www.investigaction.net/Solidaires-des-8-de-Goodyea...

 

*

Ce vers quoi on va ?

Triste tropisme

Pierre LEVY – LGS 3 mars 2016

8. Triste tropisme.gif

Quand les peuples et les citoyens sont vent debout, une partie de ladite « gauche de la gauche » accourt, pathétique, pour sauver l’« idée européenne »...

Il faut démocratiser l’Europe. Face au danger de retour en arrière chauvin vers le cocon illusoire des Etats-nations, convoquons une convention qui donnerait à celle-ci une véritable constitution d’ici 2025. Qui vient d’énoncer ces conseils aussi originaux que lumineux ? Jean-Claude Juncker ? Mario Draghi ? Angela Merkel ? Ou bien Valéry Giscard d’Estaing, dans un fulgurant retour sur la scène européenne ?

C’est en réalité Yanis Varoufakis qui propose ces perspectives d’avenir. L’ancien ministre grec des Finances, qui fut un temps présenté comme « à la gauche » d’Alexis Tsipras, a mis en scène sa réapparition, à Berlin, le 9 février. Avec un objectif : créer un mouvement transeuropéen porteur d’un « Plan B » (encore un – à ce stade, il s’agit au bas mot d’un plan T !) pour une « autre Europe ». De nombreux « intellectuels de gauche » issus de différents pays étaient venus participer au show de celui qui fut docker au port du Pirée, pardon, professeur d’économie à l’université de Sydney, puis conseiller (2004-2006) du chef du Pasok, George Papandréou.

Pour ce qu’on en sait, cette étrange initiative a laissé de marbre les agriculteurs grecs acculés (comme leurs collègues français), tout comme les sidérurgistes britanniques ou les chômeurs espagnols. Elle retient cependant l’attention pour deux raisons : le moment choisi, et l’état d’esprit d’une certaine « gauche de la gauche » qu’elle traduit.

Le moment ? Il est marqué par une conjonction de crises majeures qui plonge la plupart des dirigeants européens dans un désarroi profond. On a déjà cité ici le président de la Commission évoquant « le bord de l’abîme » ou Michel Barnier s’effrayant d’une possible « dislocation ». Tentent-ils d’imaginer « le pire » pour espérer mieux le conjurer ?

Toujours est-il que Le Monde (09/02/16) vient de consacrer une pleine page à ce début de panique. Sa correspondante à Bruxelles rapporte ainsi la « supplique » désespérée du président de l’europarlement en direction des médias : « il faut que vous nous aidiez à remobiliser le camp des Oui à l’Europe, on ne l’entend plus ». Et notre consœur de décrire les dirigeants européens comme « tétanisés par l’impopularité de ‘leur’ Union » : « quoi qu’ils disent, les opinions publiques ne suivent plus. Les référendums sur l’Europe se succèdent et se ressemblent : après les Non grec et danois en 2015, ce sont les Non néerlandais (en avril) et surtout britannique qu’ils redoutent. L’Europe libérale, démocratique, ouverte, plus personne ne semble vouloir l’"acheter" ».

Elle poursuit en citant l’euro-fanatique Alain Lamassoure (LR) : « avouons qu’on est dans le pot au noir, l’heure est très grave ». Et se fait l’écho de différents diplomates dont l’un confie : « on a l’impression qu’il n’y a plus rien hormis les égoïsmes nationaux ». Pour un autre, « avant, à chaque crise, on se disait qu’on allait rebondir ; aujourd’hui, on est submergés ». Du reste, une réunion (sans précédent) des six « membres fondateurs » de l’ex-CEE a été fébrilement convoquée, qui a solennellement appelé à « renforcer la cohésion de l’UE »...

Crise des migrants, crise de l’euro, et maintenant perspective de Brexit : jamais les élites européennes n’auront été aussi chahutées. Bref, conclut la rédactrice du Monde : « les rêves fédéralistes ? Envolés ».

Envolés ? Pas pour tout le monde, apparemment, puisque quelques responsables politiques résistent encore et toujours... au rejet populaire de l’intégration communautaire. Pathétique : quand les familles fondatrices de « l’aventure européenne » (chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates) se désespèrent de leur propre impuissance, quand les peuples et les citoyens sont de plus en plus nombreux à comprendre la nocivité de l’Europe, c’est ladite (par antiphrase) « gauche de la gauche », ou du moins une partie d’entre elle, qui accourt et se présente en sauveuse de l’idée européenne – celle-là même qui a été inventée et mise en œuvre, six décennies durant, par les représentants des grands capitaux et autres multinationales...

Comme si un étrange et triste tropisme poussait certaines figures de la « gauche radicale » à se porter volontaire pour faire le sale boulot – le syndrome Tsipras, en quelque sorte, prêt à tous les renoncements pour peu que cela puisse préserver l’Europe.

Dans les salons bruxellois très privés, on sourit sans doute de cet attendrissant zèle des néophytes. Riez bien, messieurs. Car la suite pourrait vous être moins drôle.

Éditorial paru dans l’édition du 25/02/16 du mensuel Ruptures
Information et abonnements :
http://www.ruptures-presse.fr

Source : http://www.legrandsoir.info/triste-tropisme.html

 

*

5 mars

De la neige à Moscou pour le 63e anniversaire de la mort de Staline

 

 

*

Et tout le monde a raté le centenaire de l’exécution de Joe Hill à Salt Lake City, le 18 novembre dernier. Les derniers des derniers, c’est nous !

 

Joe Hill, in memoriam

Fausto Giudice – LGS 6 mars 2016

 

10. Joe HILL OOO.jpeg

 

Nous sommes impardonnables : nous avons raté le centenaire de l’exécution de Joe Hill, le 19 novembre 1915, à Salt Lake City. Comme Malcolm X, Patrice Lumumba, Che Guevara ou Thomas Sankara, il est mort, assassiné par l’ennemi de classe, à moins de 40 ans, exactement à 36 ans, fusillé par un peloton d’exécution. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire et je m’en vais donc raconter cette page épique, tragique et sanglante de l’histoire de la classe ouvrière des Amériques, ces hommes et ces femmes qui avaient fui la vieille Europe à la recherche du paradis sur terre et tombèrent dans l’enfer du capitalisme le plus meurtrier de l’histoire.

Un enfant du fer

Joel Emmanuel Hägglund est né le 7 octobre 1879 à Gävle, dans le centre de la Suède, une région appelée le Gästrikland, terre du fer et de la chaux, qui ont été exploités depuis le XIVème siècle. Son père Olof, fils de paysan, est conducteur de locomotive sur la ligne Gävle-Falun. La famille est religieuse – waldenströmienne, c’est-à-dire appartenant à l’Église missionnaire suédoise, une scission de l’Église luthérienne officielle créée par un pasteur excommunié, PP Waldenström, fort active dans les milieux ouvriers, attirés par son accent mis sur la liberté individuelle – et musicale. Joel apprend très tôt à jouer du violon, du banjo, de la guitare, du piano, de l’harmonica et sur l’orgue construite par son père ; il commence à composer des chansons, inspirées des psaumes chantés par les adolescentes de l’Armée du Salut, dans les jupes desquelles il est tout le temps fourré.

 

10. Famille Hill.png

La veuve Hägglund et ses six enfants vers 1890

 

La situation de la famille change dramatiquement avec la mort du père en 1887, à 41 ans, lors d’une opération suite à un accident du travail lors d’une fausse manœuvre. Entraîné par une locomotive, Olof souffrit d’hémorragies internes pendant un an avant d’être opéré et de ne pas se réveiller de l’anesthésie. La mère, dont la pension de veuve des chemins de fer est bien maigre – 225 couronnes par an, soit le quart d’un revenu ouvrier de l’époque, et les six enfants en vie (sur les neuf qu’elle a eus) doivent se retrousser les manches et la machine à tisser fabriquée par Olof tourne à plein régime. Certains soirs, il n’y a rien à manger et les enfants se couchent dans le froid glacial de l’hiver, ventre vide et mitaines aux mains, faute de chauffage.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/joe-hill-in-memoriam.html

 


 

*

Sanctions et contre-sanctions

La Russie aujourd’hui 4 mars 2016

11. Take sanctions.gif

Inutile de rappeler l’enchaînement des sanctions décidées par les américains contre la Russie, et appliquées par les européens également. Elles ont généré une riposte de la Russie qui à son tour a frappé les européens de « sanctions » essentiellement sur le plan des importations de produits alimentaires.

Le résultat: Développement rapide de la production intérieur Russe (On produit maintenant ici des fromages valant largement certains fromages français par exemple), entrée massive de nouveaux importateurs étrangers en Russie (On trouve maintenant des aliments en provenance d’Amérique du sud, d’Israël, d’Iran, de Syrie, Serbie etc), et pour les européens une chute sévère de leurs exportations entrainant la faillite de nombreux producteurs et un mécontentement croissant dans le monde agricole.

Aujourd’hui l’Europe semble avoir enfin compris que suivre aveuglement les ordres des américains ne leur rapporte que des inconvénients, et l’Allemagne et la France en particulier parlent de « lever les sanctions » contre la Russie.

C’est ainsi que par exemple le ministre français de l’économie, Emmanuel Macron, a indiqué hier vouloir lever ces « sanctions ». Le but est simple : En levant les sanctions contre la Russie, il espère la réciprocité : Que la Russie cesse d’interdire les produits agricoles français. Ceci, dans son esprit du moins, favorisera le monde agricole français… et calmera les plus virulents, dans un contexte ou l’impopularité du président François Hollande bat des records jamais atteints dans le pays.

Ceci est sans nul doute un très mauvais calcul:

Lire la suite…

Source : https://jeanfouche.wordpress.com/2016/03/04/sanctions-et-...

 

*

 

Mais il n’y a pas que les sanctions, dans la vie, il y a aussi les guerres. Qui n’a pas sa bombinette ?

 

Le Proche-Orient nucléarisé !

Thierry MeyssanRéseau Voltaire 7 mars 2016

 

Pendant que l’Occident faisait pression sur l’Iran pour qu’il abandonne son programme nucléaire civil, les Saoud achetaient la bombe atomique à Israël ou au Pakistan. Désormais, à la surprise générale, le Proche-Orient est devenu une zone nucléarisée, dominée par Israël et l’Arabie saoudite.

 

12. Meyssan 1..jpg

 

En 1979, Israël terminait la mise au point de sa bombe atomique, en collaboration avec le régime d’apartheid sud-africain. L’État hébreu n’a jamais signé le Traité de non-prolifération et a toujours évité de répondre aux questions relatives à son programme nucléaire.

Depuis 1980, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté chaque année par consensus une résolution appelant à faire du Proche-Orient une zone exempte de toute arme nucléaire. Cette résolution visait à encourager Israël à renoncer à sa bombe et à prévenir que d’autres États ne se lancent dans une course aux armements.

L’Iran du Shah disposait également d’un programme nucléaire militaire, mais celui-ci n’a été poursuivi que de manière marginale après la révolution de 1979 du fait de la guerre imposée par l’Irak (1980-88). Cependant, ce n’est qu’à la fin de celle-ci que l’ayatollah Rouhollah Khomeini s’opposa aux armes de destruction massive et prohiba par conséquent la fabrication, la détention et l’usage de l’arme atomique.

Commencèrent alors les négociations pour la restitution des 1,180 milliards de dollars d’investissement iranien dans le complexe Eurodif d’enrichissement d’uranium. Cependant, rien ne fut jamais résolu. Ainsi, lors de la dissolution d’Eurodif, en 2010, la République islamique détenait toujours 10 % du capital. Il est probable qu’elle porte aujourd’hui une part de la Société d’enrichissement du Tricastin.

De 2003 à 2005, les négociations relatives au contentieux nucléaire sont présidées, côté iranien, par cheikh Hassan Rohani, un religieux proche des présidents Rafsandjani et Khatami. Les Européens exigent au passage que l’Iran démantèle ses filières d’enseignement de physique nucléaire de manière à être certains qu’il ne puisse pas relancer son programme militaire.

Cependant, lorsque Mahmoud Ahmadinejad — un partisan de la relance de la Révolution khomeiniste — arrive au pouvoir, il rejette l’accord négocié par cheikh Rohani et le limoge. Il relance l’enseignement de la physique nucléaire et lance un programme de recherche visant, notamment, à trouver un procédé de production électrique à partir de la fusion et non de la fission comme le font actuellement les États-Unis, la Russie, la France, la Chine et le Japon.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190596.html

 

*

Les choses vont très mal en Amérique Latine, soumise à une gigantesque offensive, sur tous les fronts à la fois, des forces de l’argent et de la guerre. Mais il y a des Vénézuéliens qui ne se laissent pas abattre :

 

5 mars

 

Pour le troisième anniversaire de sa mort, les habitants de Caracas offrent à Hugo Chavez une manif à roulettes

 

(De l’hôpital militaire où il est mort à l’Académie militaire d’où il était parti.)

 


 

Ils en ont profité pour marquer leur soutien à Nicolas Maduro.

 

*

Il n’y a pas de petits rackets

(Histoire belge)

 

13. Chatgriffe d'honneur.jpeg

 

Quand on voit un « élu » local sourire avantageusement dans les merdias et annoncer une bonne nouvelle à ceux qui nourrissent les chats errants, on se dit que, tiens, tout arrive et qu’avec seulement 50 ans de retard, les communes plus ou moins bruxelloises de Forest, d’Ixelles et de Schaerbeek s’aligent enfin sur les endroits civilisés tels que le XXe arrondissement de Paris (Père Lachaise) et quelques autres grandes villes de France, de Navarre et d’ailleurs. Bref, on se prépare à lire – c’est si peu courant – une information réconfortante du genre : la commune de XYZ prend à sa charge une partie de la nourriture distribuée aux bestioles SDF, autorise l’installation d’abris ici ou là sur son territoire, voire les fournit… pourquoi pas ?

Eh ouiche ! On est en Belgique, rappelez-vous. La bonne nouvelle en question, c’est que les nourrisseurs de chats vont bientôt avoir le droit de s’adonner à leur coupable activité, à condition, pardon ! aux conditions qu’ils se feront d’abord encarter - comme des belles de nuit ? oui, plus ou moins - et observeront des r ègles…

Donc, entendons-nous bien : nourrir les chats que des beaufs ont abandonnés et qui crèvent la dalle est un délit. Passible d’une amende de 125 € à la première infraction. On ne vous dit pas la récidive… Si vous voulez l’éviter, c’est très simple : allez vous inscrire, retirer votre passe, vous faire attacher un bracelet au pied ou ce qui se trouvera, pour qu’« on » puisse contrôler vos allées et venues. Il en sera distribué une trentaine maxi. Tout ce qui dépassera : au gnouf.

Ah, et oui : très fiers d’eux, les dits édiles annoncent que les nourrisseurs auront le droit plus ou moins obligatoire de choper les matous et de les faire castrer, afin que reste limitée la population féline de leur proprette circonscription. Ils seront remboursés des frais vétérinaires - vétérinaires et prix fixés – par leur mairie, qui sera elle-même renflouée de 50% de cet investissement par l’État, c’est-à-dire par les contribuables nourrisseurs. Vous suivez ?

Ils sont très fiers d’eux, savez-vous, et le font savoir aux gazettes, avec leiurs photos à l’appui. C’est quand qu’il y a des élections ? Ceux-là sont, paraît-il, écolos.

Mère Michel.

http://restodeschats.e-monsite.com/pages/lois-sur-les-cha...

http://www.micetto.com/histoire/Les-chats-du-Pere-Lachaise

http://adelemorizot.canalblog.com/archives/2015/12/22/331...

Il n’y a pas qu’en Belgique que les gens sont nuls mais que d’autres gens sont formidables : Aidez Lorraine ! http://www.clicanimaux.com/collecte-2570-sos-pour-129-cha...

 

*

Crimée

Trois nouveau-nés au zoo de Yalta

Deux tigresses de l’Amour ont donné naissance à trois tigreaux, qui se portent bien, merci, même s’il y en a un qui a le nez qui coule, c’est normal à cet âge

 

 

 Si RT se fout des internautes, cliquer ici :

https://www.rt.com/in-motion/334804-amur-tiger-cubs-crimea/

 

Un des bébés tigres a été abandonné par sa mère, mais il a été adopté par sa tante. Ils ont le même père, qui habite avec les deux mères. Comme l’adoptive n’a pas assez de lait pour les trois, il y en a un que leurs humains nourrissent au biberon.

Ces tigres rarissimes, qui doivent beaucoup à Vladimir Poutine, sont des espèces de rescapés. Jadis répandus dans toute la Russie orientale, ils avaient pratiquement disparu dans les années 1940, principalement à cause de la guerre.

Mais, de 40 individus qu’ils étaient, ils sont aujourd’hui passés à 500. Bon vent.

Source : https://www.rt.com/in-motion/334804-amur-tiger-cubs-crimea/

 

*

 

Pas la Ve de Beethoven ! Mais moins pénible que du rap. Avantage collatéral : fait maigrir le DJ pour pas cher s’il souffre de surpoids.

 

2000 billes pour une boîte à musique révolutionnaire

 

 

Martin Molin, un musicien suédois, a créé un instrument en bois insolite destiné au DJ’s qui peut jouer des mélodies complexes grâce à des billes principalement. Il lui a fallu 14 mois pour le mettre au point.

Le musicien Martin Molin est parvenu à réunir en un seul des instruments de musique classiques et contemporains pour créer un nouvel instrument qui ressemble de très près à une très grosse boîte à musique. Mais une boîte à haute complication composée de 3 000 pièces détachées artisanales et de 2 000 billes métalliques susceptible de produire des mélodies étonnantes.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/16679-suedois-a-cre...

 

*

 

Mis en ligne le 7 mars 2016.

 

 

 

 

22:49 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/03/2016

CIRQUE ÉLECTORAL U.S. - CONTORSIONS EUROPÉENNES

1. European Export by Rainer Ehrt.JPG

 

CIRQUE ÉLECTORAL U.S.

&

CONTORSIONS EUROPÉENNES

 

Commençons par ce qui n’est pas une contorsion mais plutôt un remous populaire :

 

Des dizaines de milliers d’Anglais dans les rues pour la plus grande manif Anti-TRIDENT depuis des décennies

 

2. Scottish National Party Leader & Scot's 1st minister Nicola Sturgeon.jpg

 

 

 

TRIDENT est un programme dit « de dissuasion nucléaire » britannique, contre lequel la population de Grande Bretagne s’est plusieurs fois prononcée en masse [250.000 personnes à Londres en octobre 1980, 300.000 à Glasgow en 1983].

La Campagne pour le désarmement nucléaire réclame, depuis 1957, le désarmement nucléaire unilatéral du Royaume Uni.

Voir l’historique – depuis 1952 – ICI.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arsenal_nucl%C3%A9aire_du_R...

 

David Cameron signe des accords de fourniture d’armes à l’Arabie Saoudite…

Mais le Parlement Européen vote l’embargo sur ces ventes.

Que vont faire Cameron et ses compères ?

 

 

Nicola Sturgeon (Écosse) et Caroline Lucas (Pays de Galles) étaient présentes

 

Corbyn aux manifestants : Moi Premier ministre, la Grande Bretagne sera « sans arsenal nucléaire ».

Chiche !

 

Résumé :

 

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi 28 février à Londres pour protester contre le renouvellement du programme de dissuasion nucléaire britannique. Les leaders de gauche, Jeremy Corbyn pour l’opposition travailliste et la Première ministre d’Ecosse, Nicola Sturgeon étaient présents.

Le programme s’appelle Trident, référence à Poséidon le dieu de la mer. Car il s’agit de la flotte nucléaire stratégique du Royaume-Uni, composée de quatre sous-marins nucléaires lanceurs de missiles. Les bâtiments sont basés en Ecosse à Faslane, d’où la présence à la manifestation de la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon.

Quatre vieux sous-marins composent la flotte que le Premier ministre David Cameron aimerait bien remplacer par des « Successor » au début des années 2030. Mais la facture est salée : près de 39 milliards d’euros. Le coût faramineux d’un armement que certains jugent dépassé, a bien sûr mobilisé la gauche du pays.

Souvenirs, souvenirs

Jeremy Corbyn, le leader du Labour, avait 16 ans quand il a rejoint les rangs de la campagne pour le désarmement nucléaire (CND). Il y a 50 ans de ça…

 

http://www.theguardian.com/world/video/2016/feb/27/jeremy...

 

Pour autant, les Travaillistes ne parlent pas d’une seule voix sur ce dossier. Ainsi Lord Hutton a déclaré sur BBC Radio 4 : «Si nous voulons conserver notre pays en sécurité, choisir le chemin du désarmement unilatéral est une chose totalement stupide.»

Des arguments bien classiques, entendus des milliers de fois durant la guerre froide des deux côtés de la Manche !

Autre argument tout aussi classique qui explique l’adhésion au programme Trident de  certains travaillistes : l’emploi. « Il y a des milliers d’emplois qui en dépendent » a déclaré Paul Kenny le secrétaire général du puissant syndicat GMB. « Il y a près de 50 sites au Royaume-Uni où la vie des familles dépend des contrats de Défense ».


Le Parti national écossais (NSP) a lui beaucoup moins d’états d’âme. La flotte basée à Faslane est plutôt jugée comme une présence encombrante, tant pour la fibre nationaliste que pour l’aspect écologique. Majoritairement la gauche écossaise est contre le nucléaire militaire.

La très forte mobilisation constatée samedi à Trafalgar Square prouve que le nucléaire militaire reste une préoccupation dans le pays. Leanne Wood, la dirigeante du parti nationaliste gallois résume le dossier. « Quand le recours à la banque alimentaire est au sommet, que le fossé entre riches et pauvres n’a jamais été aussi grand, que le NHS (système de santé) a besoin de toujours plus de moyens, c’est une honte de dépenser des milliards pour des armes dont personne ne veut et que personne n’utilisera. »

LGO, d’après http://geopolis.francetvinfo.fr/londres-des-milliers-de-m...

Voir aussi : https://francais.rt.com/international/16410-londres-manif...

 

Ah, l’emploi ! sempiternelle excuse… Infoutus de créer des emplois utiles, mais toujours partants pour fabriquer – et vendre à n’importe qui – des engins de mort. Problème N°1 de l’Europe depuis bien avant la IIe Guerre mondiale.

 

*

Et pendant ce temps-là…

La course est finie : Histoire des installations spatiales US – en images

 

4. . Abandoned in Place.jpg

Roland Miller est en mission sur les sites abandonnés de la course à l’espace US. Il a photographié des rampes de lancement, des dortoirs et des installations de recherche un peu partout ans le pays.

Certains de ces sites d’ailleurs n’existent plus ou se trouvent dans des bases militaires protégées interdites au public.

Son livre Abandoned in Place sera publié ce mois-ci par les presses de l’Université du Nouveau Mexique.

Voir les photos ici :

http://www.theguardian.com/books/gallery/2016/feb/24/amer...

 

*

TRUMP ou CLINTON ?

 

Ex-Directeur de la CIA : L’armée pourrait refuser de suivre les ordres de Trump s’il est élu président

Peter Holley – ICH – Washington Post 29.2.2016

5. Hayden.jpeg

 

L’ex-chef de la CIA Michael Hayden croit qu’il existe une possibilité légitime pour que l’armée américaine refuse d’obéir aux ordres de Donald Trump, si jamais le candidat Républicain en tête était élu président et décidait de tenir quelques unes de ses promesses de campagne.

Hayden, qui a aussi dirigé la NSA de 1999 à 2005, a fait cette déclaration provocante vendredi dernier, lors de son passage à l’émission « En temps réel avec Bill Maher », sur HCO. Trump, frais émoulu d’une série de victoires aux primaires, doit encore gagner l’investiture de son parti, mais Hayden estime que la rhétorique du candidat soulève déjà des questions perturbantes.

« Je serais terriblement préoccupé, si un président Trump se mettait à gouverner d’une façon qui soit en rapport avec le langage dont le candidat Trump a usé dans sa campagne », a dit Hayden, pendant son interview chez Maher.

Au début du mois, Trump avait dit à une communauté de retraités de Caroline du Sud qu’il soutenait la torture par l’eau et d’autres techniques d’interrogation « parce que la torture marche » quand il est question de faire cracher à des terroristes des informations vitales.

Considérant le supplice de l’eau comme de la « torture », l’administration du président Obama a mis fin à son emploi pendant son premier mandat. Les partisans de cette pratique controversée, comme l’a noté Jenna Johnson, du Washington Post, évitent de le qualifier de torture, ce qui violerait diverses lois et quelques traités internationaux. Trump, cependant, n’a pas seulement promis de rétablir le supplice de l’eau, mais d’adopter d’autres méthodes d’interrogatoires « bien pires » et « bien plus dures ».

« Ne me dites pas que ça ne marche pas – la torture marche ! » a dit Trump aux retraités de Sun City. « Okay, bonnes gens ? La torture – vous savez, la moitié de ces types disent : “la torture ne marche pas”. Croyez-moi, ça marche. Okay ? »

Trump a également dit, en de multiples occasions, que les États-Unis devraient tuer les autres membres des familles de terroristes.

« Ça fera réfléchir les gens. Parce qu’ils se fichent un peu de leur vie. Mais ils ne se fichent pas du tout, croyez-moi, de celles de leurs familles » a dit Trump, au cours d’un débat entre candidats républicains en décembre.

Politifact a fait remarquer que prendre pour cibles des membres des familles de terroristes était interdit par la Convention de Genève.

Lors de sa participation à « Temps réel », Hayden a cité l’intention de Trumpde tuer les membres des familles de terroristes comme une de ses déclarations les campagne les plus préoccupantes.

« Ça ne vous est même jamais venu à l’esprit, à vous, n’est-ce pas ? » a demandé Maher.

« Dieu, non ! » a répondu Hayden. « Laissez-moi vous donner un mot de la fin : S’il donnait un tel ordre une fois au gouvernement, les forces armées américaines refuseraient d’agir. »

« C’est une affirmation considérable, Monsieur », dit Maher.

« Il est interdit d’obéir à un ordre illégal » a ajouté Hayden. « Ce serait violer toutes les lois internationales sur les conflits armés. »

« Vous nous avez donné une forte raison de ne pas voter Trump : il y aurait un coup d’État dans ce pays » a plaisanté Maher.

Hayden a alors dit qu’il ne voulait pas dire par là que l’armée provoquerait un coup d’État.

« Je pense que c’est un coup d’État que vous l’ayez dit » a jouté Maher.

 

 

 

*

Peter Holley est un reporter attaché au Washington Post. On peut le joindre à peter.holley@washpost.com

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44331.htm

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

Donald Trump serait conseillé par le général Flynn

Réseau Voltaire 27 février 2016

 

6. Général Flynn.jpg

 

Selon Reuters [1], le général Michael T. Flynn, ancien directeur de la DIA, conseillerait le candidat Donald Trump en matière de politique internationale.

  1. Trump, connu pour ses déclarations fracassantes, s’est abstenu de déclarations à l’emporte-pièce sur les questions de politique étrangère. Il a qualifié le président Poutine d’homme « très respecté ».

Le général Flynn a tenté, en 2012, de faire obstacle au projet de la Maison-Blanche de jouer la carte Daech en Irak et en Syrie. Il avait été brutalement admis à la retraite en août 2014. Le 10 décembre 2015, il participait à Moscou, au côté du président Poutine, aux célébrations de l’anniversaire de Russia Today.

________________________

[1]Trump being advised by ex-U.S. Lieutenant General who favors closer Russia ties”, Mark Hosenball & Steve Holland, Reuters, February 26, 2016.

Source : http://www.voltairenet.org/article190480.html

 

 

*

 

Ce qui précède veut dire qu’il y a lutte entre les factions au pouvoir : qu’une partie de l’armée U.S. soutient le complexe militaro-industriel dont Clinton est la candidate et qu’une partie au moins de cette armée n’en veut pas. Qui l’emportera ?

Et surtout, comment TRUMP survivra-t-il à sa victoire éventuelle ?

Vous croyez qu’on plaisante ?

 

*

Chomsky : Donald Trump est en train de gagner parce que l’Amérique blanche est en train de mourir

Matt Ferner – ICH – Huffington Post 29.2.2016

 

Noam Chomsky dit que l’ascension de Trump est due en partie à des sentiments profondément enracinés et potentiellement fatals de peur et de colère.

 

7. Chomsky.jpg

 

Noam Chomsky dit que l’ascension de Donald Trump dans la politique américaine est en partie alimentée par une peur et un désespoir très profonds, qui pourraient être causés par une croissance alarmante du taux de mortalité chez les blancs pauvres sous-éduqués.

« Il trouve à l’évidence un l’écho dans des sentiments très profonds de colère, de peur, de frustration et de désespoir, probablement dans des parties de la population dont le taux de mortalité est en train d’augmenter, chose inouïe en dehors des guerres et des catastrophes naturelles » a dit Chomsky au Huffington Post, dans une interview de jeudi dernier.

La montée de Trump comme candidat républicain, en tête de la course à la présidence a fait l’effet d’un choc à beaucoup d’Américains, d’un bout à l’autre du spectre politique. Le grandiloquent démagogue milliardaire vient de remporter trois des quatre états primaires et vient en tête dans les sondages, à la fois au niveau national et dans les primaires encore à courir.. Il semble à présent sur le point de prendre une avance irrattrapable sur les autres candidats dans les semaines qui viennent, avec un programme de haine et de vitriol dont la cible sont les femmes, les Latinos, les musulmans et les autres minorités.

Une légion de blancs sous-éduqués de la classe ouvrière a alimenté l’ascension de Trump. Et tandis que beaucoup disent que le nabab des affaires est en train de capitaliser sur leurs peurs à propos du déclin de la suprématie blanche aux États-Unis, Chomsky dit que d’autres forces existentielles sont peut-être en jeu. 

L’espérance de vie n’a pas cessé de croître avec le temps. Et, grâce, en particulier, aux avancées dans la protection de la santé, énormément de gens dans le monde vivent désormais plus longtemps. Il y a évidemment des exceptions, à cause des guerres et des catastrophes naturelles par exemple. Mais ce qui arrive en ce moment aux Etats-Unis, dit-il, est « très différent ».

Malgré de grandes richesses et une médecine moderne, les États-Unis ont un niveau d’espérance de vie plus bas que bien d’autres pays. Et, quoique le niveau moyen ait monté récemment, les gains n’ont pas été répartis de façon égale. Les Américains les plus riches vivent actuellement plus longtemps, mais les plus pauvres vivent de moins en moins longtemps.

Ceux qui en sont particulièrement affectés sont les Américains blancs, mâles, sous-éduqués, d’âge moyen. Alors que les Américains d’autres tranches d’âge et d’autres groupes ethniques vivent plus longtemps qu’ils ne l’ont jamais fait auparavant, cette tranche de la population meurt de plus en plus tôt.

Une étude sur la question a révélé que le taux de mortalité grandissant de cette partie de la population n’est pas dû aux causes habituelles de décès de tant d’Américains, comme le diabète et les maladies cardio-vasculaires, mais à une épidémie de suicides, de maladies du foie dues à l’abus d’alcool, à des overdoses d’héroïne et à des opiacés obtenus sur ordonnances.

« Aucune guerre, aucune catastrophe », dit Chomsky, « n’a provoqué la hausse du taux de mortalité qui affecte cette couche de population, c'est juste l’impact, sur une génération, des politiques suivies, qui l’ont laissée en colère, sans espoir, et frustrée, provoquant son comportement auto-destructeur. »

Ça pourrait expliquer le succès de Trump, pense-t-il.

Dans une interview accordée à Alternet cette semaine, Chomsky a comparé la pauvreté qu’affrontent actuellement beaucoup d’Américains, aux conditions qui furent celles d’une autre génération : celle de la Grande Dépression.

« C’est intéressant de faire la comparaison avec la situation des années 30, dont je suis assez vieux pour me souvenir. » dit-il. « Objectivement, la pauvreté et la souffrance étaient beaucoup plus grandes. Pourtant, même chez les ouvriers les plus pauvres et les chômeurs, il y avait un sentiment d’espoir qui fait complètement défaut aujourd’hui. »

Chomsky attribue une partie de cet espoir du temps de la Dépression, à la croissance d’un mouvement ouvrier agressif et à l’existence d’organisations politiques indépendantes du « mainstream ».

Aujourd’hui, il dit qu’en revanche, l’état d’esprit est très différent, chez les Américains profondément affectés par la pauvreté.

 

8. Immigrants-Cartoon.gif

 

« Ils sont en train de s’enfoncer dans l’impuissance, le désespoir et la colère, et ne dirigent pas leur rancœur contre les institutions qui sont les agents de dissolution de leurs vies, mais contre ceux qui en sont encore plus qu’eux les victimes » ajoute-t-il. « Les signes sont familiers, et ils évoquent des souvenirs de montée du fascisme en Europe. »

*

Matt Ferner est reporter national au Huffington Post. Il a été auparavant le rédacteur en chef du HuffPost Denver.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44327.htm

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

Contorsions sanglantes…

Orwell, bienvenue en France – Encore !

Finian Cunningham – ICH – SCF 29 .2.2016

 

9. elizabeth-marine-lepen-hollande.gif

 

La France est aux prises avec une guerre secrète en Libye, en violation flagrante de toutes les lois internationales. Mais informer sur ce crime est un délit ! Bienvenue dans le monde orwellien de l’État français.

Une information du quotidien français Le Monde vient, cette semaine, de soulever un peu le couvercle qui pèse sur les opérations clandestines en train de se dérouler dans ce pays d’Afrique du Nord. Elle a révélé que des forces spéciales françaises étaient engagées dans des missions secrètes, consistant à faciliter des frappes aériennes contre « le groupe terroriste État Islamique ».

Selon Le Monde, a mission a été autorisée par le président François Hollande. Les forces spéciales ont été déployées en vue d’une « action discrète » pour préparer les frappes contre des cibles islamiques.

Aussitôt, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est abattu sur le journal comme une tonne de briques, arguant du fait qu’il peut avoir « compromis» la sécurité de l’État.

La chaîne d’information d’État, France 24, a cité un porte-parole de Le Drian, qui a déclaré : « Quand des opérations secrètes ont lieu, ce qui compte, c’est qu’elles ne soient pas révélées, dans l’intérêt des hommes et des opérations ».

Ou, pour dire les choses avec plus d’exactitude : quand des violations illégales et criminelles de la souveraineté d’un autre pays et des lois internationales sont en cours, ce qui compte, c’est qu’elles ne soient pas révélées au public. Sinon, les auteurs de ces crimes risquent d’être pris pour ce qu’ils sont : les agents criminels d’un état-voyou. Pas étonnant que Monsieur Le Drian ait été photographié avec un air moins amène que d’habitude.

Les retombées pourraient s’avérer sérieuses pour Le Monde ou pour tout autre organe de presse qui reprendrait l’information. Le gouvernement français dit qu’il est en train d’enquêter pour savoir s’il y a eu fuite d’éléments relevant du « secret défense », les infractions en cette matière pouvant valoir à leurs auteurs jusqu’à 3 mois de prison ferme et des amendes allant jusqu’à 45.000 € (50.000 $).

Soyons clairs. Des agents et des forces d’élite français, appartenant aux services secrets de l’État (DGSE), sont présents en Libye et y coordonnent des frappes aériennes contre des cibles jihadistes, rapporte Le Monde. Cependant, informer sur ce viol des lois parrainé par l’État est potentiellement « un délit », d’après ceux qui sont responsables du délit bien plus grand de violation de la souveraineté d’un pays.

L’intention de dissuader par voie d’intimidation toute forme de journalisme indépendant est ici indiscutable. « Le gouvernement commet des crimes. Vous n’en parlez pas ! » est apparemment le mot d’ordre.

Le Monde n’est pas le seul organe de presse à traiter d’une nouvelle escalade occidentale de la guerre en Libye. La semaine dernière, le New York Times a révélé que des forces spéciales américaines, britanniques, françaises et italiennes étaient engagées dans des opérations en Libye. Faut-il rappeler que ces forces combinées n’ont aucun mandat légal pour intervenir ? Il n’y a aucun mandat d’aucune sorte de l’ONU les autorisant, et il n’y a aucune autorité digne de ce nom en Libye pour les approuver. Ceci n’est que du brigandage absolu à vaste échelle.

 

10. Not a crime act of war.JPG

Meuh, non, s’pas un crime… c’est un acte de guerre.

 

Depuis que les USA et d’autres forces de l’OTAN ont massivement bombardé la Libye pendant sept mois en 2011, provoquant la mort de 30.000 Libyens et le renversement du gouvernement de Muammar al-Kadhafi, suivi de son meurtre par des jihadistes au service de l’OTAN, le pays est dans un état de chaos indescriptible, déchiré par toutes sortes de milices en conflit.

Toute autorité centrale qui aurait pu exister en Libye a été pulvérisée par l’OTAN. Le gouvernement français, principalement sous l’ex-président Sarkozy, porte une énorme responsabilité pour avoir transformé une Libye jadis prospère en un état abjectement démembré.

Depuis lors, les Américains et leurs alliés occidentaux ont eu la faculté de bombarder la Libye à volonté. En novembre, une frappe aérienne US a tué un commandant de l’État Islamique, Abou Nabil, dans l’est du pays. La semaine dernière, une autre frappe aérienne US a touché un prétendu camp d’entraînement de l’IS à Sabathra, à l’ouest de Tripoli, tuant plus de 40 personnes.

À la suite de cette dernière frappe, le soi-disant « gouvernement d’union nationale » de Libye, basé à Tunis, que les puissances occidentales ont tenté de bricoler, a lui-même condamné cette action comme violation de la souveraineté libyenne.

Les puissances de l’OTAN ont détruit de fond en comble la souveraineté libyenne, et pourtant, même la coquille vide de semblant de gouvernement soutenu par l’occident élève des objections devant leur nouvelle ingérence militaire.

 

11. Libye-après-Sarko Round I.JPG

La Libye après Sarko – Ce n’était que le 1er round

 

C’est orwellien au-delà de toute expression ! Un état bombardé, un état détruit, un chaos jihadiste, et revoilà l’Occident bombardant des prétendus groupes terroristes, pour soi-disant combattre les forces qu’il a lui-même installées dans un état-fantôme où il n’y a aucune autorité nationale pour s’y opposer, parce que l’OTAN a oblitéré toute espèce d’autorité, et quand un organe de presse informe sur cette dernière contorsion en criminalité d’État, on le menace d’une enquête pour « compromission de secret-défense ».

Il n’y a aucune autre manière de qualifier ceci. La France, avec ses complices occidentaux entraînés par les États-Unis, s’enfonce dans un fascisme sans nuance. Le brigandage est la norme. Bombarder des pays est devenu un droit divin pré-établi. Et si quelqu’un a la témérité d’en parler, les poursuites se déchaînent.

Mais pourquoi nous en étonner ? La France a embrassé le fascisme il y a 75 ans, quand l’État de Vichy est devenu le collaborateur de l’Allemagne nazie et de son programme génocidaire. Des dizaines de milliers de citoyens français ont été alors fourrés dans des trains, par leur gouvernement français, pour aller se faire exterminer dans des camps de la mort fascistes.

Aujourd’hui, sous le prétexte de « combattre le terrorisme » - un terrorisme que Paris a fomenté en Libye et en Syrie – les autorités françaises imposent un état d’urgence à leurs citoyens. Le président français François Hollande et son strident Premier ministre Valls déclarent que « la France est en guerre » contre le groupe terroriste État Islamique – un réseau que la France a contribué à créer en toute illégalité pour qu’il renverse les gouvernements de la Libye et de la Syrie.

Les « pouvoirs spéciaux » que s’est adjugé l’État français ont permis que des milliers de foyers français soient pillés sans mandat au cours des derniers mois, suite aux attaques terroristes de Paris le 13 novembre. Les gouvernants français se donnent à eux-mêmes des pouvoirs fascistes contre des citoyens français, à propos d’un retour de flamme terroriste – retour de flamme dont ils sont eux-mêmes largement responsables, par le brigandage international auquel ils se livrent pour commencer.

Et voilà que les sponsors du terrorisme qui a assassiné la Libye se donnent aujourd’hui carte blanche pour retourner en Libye, au prétexte de « lutter contre le terrorisme » - ils retournent y marauder et la rebombarder avec des forces spéciales.

Prenons un peu de recul et voyons la chose pour ce qu’elle est. Nous sommes ici dans le brigandage gratuit, le fascisme et la perdition. Ceux-là mêmes qui, au gouvernement, devraient être tenus pour responsables et poursuivis pour crimes internationaux, se permettent de commettre davantage encore de ces crimes sous leur propre règle auto-référente. Et quand le public devrait savoir tout cela, pour qu’il ne le sache pas, les voyous au pouvoir vomissent leurs fallacieuses invocations auto-justifiantes à la « sécurité nationale » et menacent d’emprisonner les « violateurs ».

Les prétentions françaises à la « liberté de parole » et aux « droitsdelhomme » sont si gonflées de vent. Ah, si gonflées ! En attendant, l’histoire méprisable de la bien réelle participation à des crimes fascistes est si négligée. Ah, si négligée ! Et jetée aux oubliettes. Mais nous devrions savoir pourquoi il en est ainsi. Parce que la même classe dominante française est une fois de plus en train d’embrasser les ombres viles du passé.

Orwell, bienvenue – encore ! [ En français dans le texte. NdT.]

 

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44337.htm

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

 

Confirmation, s’il en fallait…

 

L’art de la guerre

Le drone Italie vers la Libye

Manlio Dinucci – Il manifesto 1er mars 2016

Traduction Marie-Ange Patrizio

12. Gentiloni droni.jpg

Gentiloni : l’uso delle basi italiane per i droni non è il preludio di un intervento - Ha ha !

 

Jouant le rôle d’État souverain, le gouvernement Renzi a « autorisé au cas par cas » le départ de drones armés USA de Sigonella (Sicile) vers la Libye et au-delà. On sait qu’en 2011 déjà ce fut un drone Predator Reaper, décollé de Sigonella et télécommandé depuis Las Vegas, qui attaqua en Libye le convoi dans lequel se trouvait Kadhafi, en le poussant dans les mains des miliciens de Misrata. 

   L’Italie entre ainsi dans la liste officielle des bases des drones étasuniens d’attaque, sous contrôle exclusif du Pentagone, avec des pays comme l’Afghanistan, l’Ethiopie, le Niger, l’Arabie Saoudite et la Turquie. Le ministre des affaires étrangères Gentiloni, précisant que « l’utilisation des bases ne requiert pas une communication spécifique au parlement », assure que cela « n’est pas un prélude à une intervention militaire » en Libye. Alors qu’en réalité l’intervention a déjà commencé : des forces spéciales étasuniennes, britanniques et françaises -confirment le Telegraph et Le Monde- sont en train d’opérer secrètement en Libye.

  Depuis le hub aéroportuaire de Pise, limitrophe à la base étasunienne de Camp Darby, décollent en continu des avions de transport C-130 (probablement aussi étasuniens), transportant des matériaux militaires dans les bases méridionales et peut-être aussi dans quelque base en Afrique du Nord. 

  Dans la base d’Istres, en France (Bouches-du-Rhône), sont arrivés des avions étasuniens KC-135 pour l’approvisionnement en vol des chasseurs-bombardiers français. L’opération n’est pas dirigée seulement vers la Libye. Istres est la base de l’ «opération Barkhane », que la France conduit avec 3mille militaires en Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Fasso. 

  Dans cette même zone et au Nigéria opèrent les USA avec des forces spéciales et une base de drones au Cameroun. Toujours selon la motivation officielle de combattre l’Isis et ses alliés. En même temps l’Otan a déployé en mer Egée le Second groupe naval permanent, sous commandement allemand, et des avions radar Awacs (centres de commandement volants pour la gestion du champ de bataille), avec la motivation officielle de « soutenir la réponse à la crise des réfugiés » (provoquée par les guerres USA/Otan contre la Libye et la Syrie). 

  A cette opération s’est ajoutée la « Dynamic Manta 2016 », exercice Otan en mer Ionienne et dans le Canal de Sicile avec des forces aéronavales d’USA, France, Grande-Bretagne, Espagne, Grèce, Turquie et Italie, qui a fourni les bases de Catane, Augusta et Sigonella.  

  Ainsi se prépare « l’opération de peacekeeping sous conduite italienne » qui, sous prétexte de les libérer de l’Isis, vise à occuper les zones côtières de la Libye économiquement et stratégiquement les plus importantes. 

  Il ne manque que « l’invitation », qui pourra être faite par un fantomatique gouvernement libyen. Pour l’intervention en Libye, c’est Hillary Clinton qui est en train de faire pression : candidate à la présidence, qui -écrit le New York Times dans un long service- a « l’approche la plus agressive envers les crises internationales ». C’est elle en 2011 qui persuada Obama de rompre les atermoiements. «Le Président signa un document secret, qui autorisait une opération secrète en Libye et la fourniture d’armes aux rebelles », tandis que le Département d’Etat dirigé par Clinton les reconnaissait comme « gouvernement légitime de la Libye ». Les armes, y compris des missiles anti-char Tow et des radar anti-batterie, furent envoyés par les USA et d’autres pays occidentaux à Bengazi et dans certains aéroports. En même temps l’Otan sous commandement étasunien effectuait l’attaque aéronavale, avec des dizaines de milliers de bombes et missiles, en démantelant de l’extérieur et de l’intérieur l’Etat libyen. 

 Quand en octobre 2011 Kadhafi fut tué, Clinton hurla de joie avec un « Wow ! », en s’exclamant « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ». Nous ne savons pas quel condottiere elle citera pour la seconde guerre en Libye. Nous savons, cependant, qui nous télécommande.

Edition de mardi 1er mars 2016 de il manifesto

Source : http://ilmanifesto.info/il-drone-italia-verso-la-libia/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


*

Oui, mais huer ne suffit pas !

 

Des vidéos à rendre fous les lecteurs de Libé (du Monde aussi).

Théophraste R. – LGS 29.2.2016

13. VIDEOS LGS.jpg

 

Certes, on pourra commenter à loisir ces vidéos, chercher la faille, la mise en scène, « mais quand même, quand même, merde ! » comme ajoute Manuel Valls (quand il dit qu’il aime sa femme et donc Israël).

Dans l’une, se déplace le président de la « patrie des droits de l’homme », entouré de tant de gardes du corps qu’on ne peut l’apercevoir, tandis que la foule le hue, le conspue, le siffle, l’insulte en réclamant sa démission.

ici

Dans l’autre, Raul Castro, entouré de trois personnes (dont son petit-fils, qui est son garde du corps), arpente une rue d’une grande ville cubaine. Il est reconnu, acclamé, la foule grossit, il discute avec elle. Plus loin, on aperçoit des hommes en uniformes. L’armée ! Ce sont des combattants de la campagne contre le virus Zika.

ici et, en prime : ici

Ne montrez pas ces vidéos à vos amis lecteurs de la presse libre (sic) française s’ils sont solfériniens et cardiaques.

Théophraste R. (Bacardi n’est pas un rhum cubain, mais étatsunien. Faites suivre).

 

Source : http://www.legrandsoir.info/des-videos-a-rendre-fous-les-...

 

*

Moscou, rempart contre les jihadistes

Thierry Meyssan - Réseau Voltaire 29.2.2016

 

Depuis 2012, Moscou tente de rallier les Occidentaux à sa cause : défendre la civilisation contre le jihadisme, comme jadis le monde s’était uni contre le nazisme. Pour cela, il a d’abord dissocié la Maison-Blanche des combattants qu’il considère comme « jihadistes » et que les États-Unis désignent comme « rebelles ». Il tente aujourd’hui d’isoler la Turquie. Loin d’être un épiphénomène diplomatique, la cessation des hostilités en Syrie marque un retournement de situation. Washington vient d’admettre qu’il n’y a pas —ou plus— de groupes armés « modérés ».

14. Manif - Damas.jpg

Manifestation devant l’ambassade de Russie à Damas

 

C’est à tort que nous analysons la politique russe d’un point de vue arabe ou occidental. La Russie a sa propre vision des jihadistes qu’elle connaît depuis 1978, lorsqu’ils vinrent porter main forte aux pachtounes afghans contre le gouvernement communiste de Kaboul.

Vladimir Poutine a personnellement combattu les jihadistes du Caucase, notamment l’Émirat islamique d’Itchkérie (seconde guerre de Tchétchénie 1999-2000), et les a vaincus. À l’époque, les arabes se disaient solidaires des musulmans russes et ne comprenaient pas ce qui se passait là-bas, tandis que les Occidentaux, après la dissolution de l’Union soviétique, applaudissaient tous ceux qui tentaient de poursuivre le mouvement en disloquant la Russie. Pourtant, sur le terrain, il n’y a avait aucune différence entre l’Émirat d’hier et le Califat d’aujourd’hui. On appliquait la charia et on coupait les têtes de la même manière à Grozny qu’on le fait à Rakka.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190464.html

 

*

Vous vous souvenez du Mavi Marmara ?

 

15. Mavi Marmara.jpg

Et de ses neuf morts turcs ?

16. Shooting mavi marmara.JPG

17. Mavi Marmara morts.JPG

Il y avait de bien drôles d’oiseaux à bord… Qu’Israël devait connaître… Peut-être même avaient-ils rendez-vous…

 

Comment la Turquie soutient les jihadistes

Thierry MeyssanRéseau Voltaire 22 février 2016

La Russie a posé la question de l’avenir de la Turquie en remettant au Conseil de sécurité un rapport de renseignement sur les activités de soutien de ce pays aux jihadistes. Le document comprend une dizaine de révélations mettant en cause les agissements du MIT. Le problème est que chacune des opérations citées renvoie à d’autres opérations dans lesquelles les mêmes acteurs ont œuvré avec les États-Unis ou leurs alliés contre la Russie. Ces renseignements s’ajoutent à ceux déjà disponibles sur les liens personnels du président Erdoğan avec le banquier d’Al-Qaïda et sur le recel par son fils du pétrole volé par Daesh.

 

18. docu Réseau Voltaire.jpg

 

La Russie a remis aux membres du Conseil de sécurité de l’Onu un rapport de renseignement sur les activités de la Turquie en faveur des jihadistes opérant en Syrie [1]. Ce document livre une dizaine de faits qui, chacun, viole une ou plusieurs résolutions du Conseil.

Ce faisant, la Russie place le Conseil devant ses responsabilités et, par extension, plusieurs autres organisations inter-gouvernementales. En droit, le Conseil devrait demander les preuves correspondantes à ces assertions et convoquer la Turquie pour explications. Dans le cas où la culpabilité de la Turquie serait établie, il devrait décider des sanctions à prendre sous le chapitre VII de la Charte, c’est-à-dire en recourant à la force. De leur côté, l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord et l’Organisation de la coopération islamique devraient exclure de leurs rangs cet État-voyou, tandis que l’Union européenne devrait cesser les négociations d’adhésion.

Cependant, une lecture attentive du rapport de renseignement russe montre que les faits allégués sont susceptibles d’ouvrir bien d’autres dossiers et de mettre en cause d’autres puissances. De sorte qu’il est plus probable que l’on ne discutera pas publiquement ce rapport, mais que l’on négociera à huis clos l’avenir de la Turquie.

Le cas Mahdi Al-Harati

Né en Libye, en 1973, Mahdi al-Harati a émigré en Irlande et y a fondé une famille.

En mai 2010, il se trouve à bord du Mavi Marmara, le navire amiral de la « Flottille de la liberté », organisée par l’ONG turque IHH, pour livrer de l’aide humanitaire à Gaza. Les bateaux sont piratés en haute mer par l’armée israélienne, provoquant un scandale international. Les passagers sont enlevés par Tsahal, séquestrés en Israël, puis finalement libérés [2]. Le Premier ministre d’alors, Recep Tayyip Erdoğan, se rend dans un hôpital pour réconforter les militants blessés. Son cabinet diffuse une photographie où l’on voit l’un d’entre eux l’embrasser comme son père. Il s’agirait d’un turco-irlandais, El Mehdi El Hamid El Hamdi, en réalité, le libyo-irlandais Mahdi al-Harati.

 

19. Mahdi Al-Harati.jpg

 

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190350.html

 

*

Viktor Orban de Hongrie dit que George Soros est en train de détruire l’Europe

Matthew Allen – Russia Insider 28 février 2016

 

Le Premier ministre de Hongrie, qui a comme on sait la langue bien pendue, dit que le milliardaire « activiste » George Soros se sert de l’actuelle crise des réfugiés pour s’attaquer au style de vie traditionnel des Européens.

 

20. Soros.jpg

 

Le milliardaire « promoteur de la démocratie » et authentique sac à pus George Soros, utilise toutes les occasions d’accuser Poutine de créer de toutes pièces – par magie – la crise des réfugiés syriens, dans le cadre de son prétendu « plan de maître » pour déstabiliser l’Europe. Mais tout le monde ne gobe pas sans piper les boniments de George.

Car c’est Soros lui-même que le Premier ministre de Hongrie, Viktor Orban, accuse de provoquer et d’exploiter cette crise.

Le Premier ministre vient de s’emporter violemment contre le milliardaire, pour le soutien qu’il a exprimé à l’égard des réfugiés du Moyen Orient en route vers l’Europe, l’accusant de saper délibérément la stabilité du continent.

On est forcés d’admirer l’attitude je-le-dis-comme-je-le-pense d’Orban, qui ne se fait certainement pas des amis à Bruxelles.

« [Soros] est peut-être l’exemple le plus abouti de ceux qui soutiennent tout ce qui peut affaiblir les états-nations, soutiennent activement tout ce qui peut saper le mode de vie traditionnel de l’Europe », a dit Orban, interviewé par la station de radio Kossuth, selon Bloomberg. « Ceux qui vont manifester pour soutenir les immigrants ne se rendent pas compte qu’en faisant cela, ils soutiennent surtout (et font partie du) réseau international de trafiquants de clandestins ». Il se pourrait qu’Orban fasse ici allusion à quelque chose d’un peu plus sinistre que Soros se contentant juste de « préconiser » l’ouverture des portes de l’Europe aux flots d’immigrants. Car, d’après l’Agence européenne de renseignements sur la criminalité (EUROPOL), « au moins 10.000 enfants réfugiés non accompagnés auraient disparu après être arrivés en Europe. On craint que la plupart d’entre eux soient tombés dans les mains du trafic organisé d’êtres humains », en termes clairs soient maintenant des esclaves tout court ou sexuels qu’on ne retrouvera pas.

Nous, on ne dit rien. On dit juste que Soros est une ordure.

L’Europe, à vous de jouer !

 

21. ENFANTS-MIGRANTS-DISPARUS-large570.jpg

Des Julie et Melissa par paquets

 

Source : http://russia-insider.com/en/politics/hungarys-orban-says...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Viktor Orban ne raconte pas d’histoires :

http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/31/10000-enfants-mig...

https://www.rtbf.be/info/dossier/drames-de-la-migration-l...

 

 

*

Mis en ligne le 1er mars 2016.

 

 

 

 

 

01:08 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/02/2016

ON PEUT COGNER, CHEF ? - Bis, ter, quater, ad lib.

1. bateau-livre 15.JPG

 

On peut cogner, chef ?

Bis, ter, quater, ad lib…

 

On y revient, parce que « l’affaire » Salah Lamrani est si exemplaire qu’elle oblige même les aveugles volontaires à s’apercevoir de l’état des lieux. Parce qu’elle dépasse désormais les frontières hexagonales et provoque des réactions à l’étranger.

Ce que Manuel de Diéguez se tue à prêcher depuis des lustres dans un désert très peuplé se révèle être tout à coup la fable universelle.

« La France sans destin » ? Elle en aurait un si elle le voulait. Si le Souverain se rappelait qu’il l’est et agissait en conséquence. À moins qu’il considère comme « la France » les quelques polichinelles qui trottinent, la langue pendante, sur les talons du malheureux qui se croit encore le président des États-Unis.

Voyez les pontifes US, éberlués, contempler l’ascension de Donald Trump et le resurgissement de la lutte des classes ! Voyez leurs intellectuels recommencer à citer Karl Marx… Car de l’un comme de l’autre côté de l’Atlantique, la conjuration des médiocres est la même.

Mais n’oubliez pas que, dans la sentine où nous sommes descendus, les embryons de notre espèce font aujourd’hui l’objet de ce que Montaigne appelait « la mercadence et la trafique », et que c’est intolérable (= À NE PAS TOLÉRER). LGO.

 

2. mariane pince à linge.gif

 

La France, l’État policier et l’intellectuel

Victimisation au pays de Voltaire

Catherine Shakdam – Epictimes - 16 février 2016

 

On dit que le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions. Dans le cas de l’état d’urgence français, c’est le chemin de la liberté qui est jonché de bâillons et de chaînes. Pour un enseignant en particulier : M. Salah Lamrani a appris ce qu’il en coûte de vouloir parler « en français ».

 

3. Salah + feuille.png

 

La France n’en finit pas de projeter cette aura de fermeté démocratique qu’elle affectionne : elle donne des leçons au monde sur la façon dont les pays doivent se comporter et se gouverner, et elle le fait en raison de l’histoire hautement colorée d’une République qui représenterait la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, alors qu’en réalité, elle est en train de devenir le tyran même contre lequel elle met les autres en garde.

État policier se cachant sous le vernis de la sainteté démocratique occidentale, la France est véritablement un état raciste et intolérant, visant au contrôle total, politique, social, économique et intellectuel… On n’y peut pas non plus ignorer la sphère religieuse. Au pays de Voltaire, il n’est pas bon de prononcer ouvertement le mot Dieu ; mieux vaut nier son existence et sacrifier plutôt sur l’autel de la « laïcité ».

Alors que la France a un jour été synonyme de liberté, l’État français jongle à présent avec des libertés sélectives. Paris est même très activement occupé à réduire autant que faire se peut les quelques droits dont les civils sont encore autorisés à jouir. Ah, qu’elle est belle, la Marianne d’aujourd’hui ! Ah, qu’elle est forte, la Ve République !

Que reste-t-il à dire d’un État qui persécute ses intellectuels et ses enseignants ? Que reste-t-il à dire d’un système qui pratique la chasse aux sorcières et le terrorisme intellectuel, en s’acharnant sur ceux qui osent ne pas être d’accord avec l’establishment ?

Est-ce que le diktat intellectuel n’est pas la marque même de la dictature ? La France a-t-elle donc perdu toute sa fierté républicaine et son identité, pour soumettre ainsi à des manœuvres de basse police ses enseignants les plus fervents, au nom du conformisme politique ?

 

4. Salah + classe.jpg

 

En février 2016, M. Salah Lamrani, qui enseigne la littérature française en région parisienne, dans un collège de la Seine Saint-Denis, a été injustement et illégalement suspendu de ses fonctions pour quatre mois, sous le fantasmagorique prétexte qu’il aurait des « tendances radicales ».

M. Lamrani, dont le dossier professionnel ne présente pas l’ombre de la moindre tache, illustre ici à son corps défendant la descente de la France dans le fascisme ultra-chauvin – au sens nouveau que la France doit se montrer puritaine et absolue dans la revendication de ses valeurs – même si cela signifie… surtout si cela signifie réduire au silence ceux qui osent vivre le pluralisme comme un droit divin.

Tout a pourtant commencé avec l’amour d’un professeur pour l’écriture et avec sa passion pour la langue française… Et voilà qu’une tradition qui a fait cadeau au monde de gens comme Jean-Jacques Rousseau, Emile Zola et Charles Baudelaire, s’est aujourd’hui réveillée tyran, interdisant toutes pensées, mots et philosophies, brandissant la peur et la répression pour mieux brutaliser les prétendus dissidents, qu’elle ne veut pas seulement réduits au silence mais politiquement uniformisés.

Penseur libre, M. Lamrani s’est retrouvé en conflit avec un directeur d’école étroit d’esprit, à la fois produit et outil du « système », pour avoir osé exprimer son opinion sur des choses telles que la politique en général et la politique étrangère en particulier sur son blog personnel, c’est-à-dire en dehors de la sphère dont son établissement puisse revendiquer le contrôle à son égard. Cela ne l’a pas empêché d’être sanctionné.

Lamrani conteste ouvertement l’état d’urgence en France. Il a même osé affirmer qu’à son avis, la Russie et l’Iran sont deux pays qui se plient rigoureusement aux lois internationales en résistant à Daech en Syrie. Opinion qui lui a valu d’être comparé à ces mercenaires hétéroclites dont les lames sanguinolentes n’inspirent que répulsion et dégoût.

Dans une interview qu’il m’a accordée le 14 février, M. Lamrani m’a expliqué comment ses ennuis sont venus de l’implacable autoritarisme dont les dirigeants de son école ont fait preuve à son égard.

« J’ai été suspendu sans que la moindre enquête ait été diligentée et en dépit du fait que je me sois plaint du harcèlement moral auquel m’a soumis la direction de mon école, qui n’approuve pas mes activités de syndicaliste et de blogueur et qui m’a publiquement accusé d’être un dangereux terroriste. »

Par les temps qui courent, il ne faut absolument pas que de telles plaintes soient prises à la légère, ne fût-ce que pour les suites dramatiques qui en résultent – au moins en ce qui concerne la sécurité personnelle et la liberté de M. Lamrani.

Les « crimes » de M. Lamrani ont consisté à dénoncer la répression d’État, et à exprimer des vérités politiques personnelles, à partir d’une tribune qui était la sienne, en dehors des heures de classe et sans la moindre incidence sur son travail d’enseignant.

Parce qu’une directrice - une certaine Mme Khadija Bot - s’est imaginée dans le rôle de gardienne du sérail, bref, s’est auto-désignée porte-parole en chef de l’Éducation Nationale, la vie et l’avenir d’un homme sont aujourd’hui menacés. Parce qu’une personne détenant une petite parcelle d’autorité a choisi de calomnier et de diffamer pour affirmer son « pouvoir », un professeur de valeur a été mis au ban de sa communauté de travail et a été [courageusement ? NdT] évité par ses collègues. Sans la moindre bribe de preuve et sans que les autorités de tutelle daignent ouvrir une enquête sur son prétendu « radicalisme », un homme a été dépouillé de sa dignité professionnelle.

C’est cela le véritable état d’urgence de la France. Comment elle traite ses nationaux, comment elle entend régler leur compte au libre-examen et à la probité intellectuelle. La France a beaucoup à apprendre au monde en matière de totalitarisme.

Mais si M. Lamrani a perdu une bataille contre l’establishment, il n’accepte pas sa défaite. Il est tout à fait déterminé au contraire à démasquer le système qui attente à sa liberté et qui a essayé de le réduire au silence, afin que d’autres apprennent à parler sans entraves.

Jean Jaurès n’a-t-il pas dit :

 «  …tous nous sommes exposés à oublier qu'avant tout nous sommes des hommes, c'est-à-dire des consciences à la fois autonomes et éphémères, perdues dans un univers immense plein de mystères ; et nous sommes exposés à oublier la portée de la vie et à négliger d'en chercher le sens ; nous sommes exposés à méconnaître les vrais biens, le calme du cœur, la sérénité de l'esprit. » ?

 Essayer de les atteindre, n’est-ce pas cela la révolution ?

 

Source : http://www.epictimes.com/catherineshakdam/2016/02/france-...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades.

 

2. mariane pince à linge.gif

On n’y croit pas mais on les signe quand même

Pour la réintégration immédiate de Salah Lamrani à son poste d’enseignant

Dernières signatures

Liste des signataires

Pour signer cliquer ici

 

Source : http://tlaxcala-int.org/campagne.asp?reference=43

 

2. mariane pince à linge.gif

Ce que les pontifes ne pigent pas à propos de Trump

La lutte des classes est en marche, et les médias petit-bourgeois ne savent à quel saint se vouer.

 

Charles Hugh Smith - 24 février 2016

Information Clearing House - Of Two Minds

 

5. TRUMP xxx.jpeg

 

Le ponte bourgeois typique des médias mainstream ne sait plus à quel saint se vouer :  l’ascension de Donald Trump lui flanque la pétoche. Le ponte typique [on peut dire aussi pontife, grosse légume, mandarin, caïd, analyste-présent -partout, etc. NdT] est un membre de la petite bourgeoisie qui a zéro contact avec la classe laborieuse, sauf pour dire « hello » au mécanicien de son garage ou à son garçon-coiffeur.

Le pontife de base a un sens démesuré de sa propre sagacité parce qu’il a réussi à faire son trou à l’université ou dans les médias, car, vous en conviendrez, on n’invite pas quelqu’un à parler dans les radios et les télés, pour déclarer « je n’y comprends rien ».

Leur incapacité à saisir la raison du succès de Trump révèle justement leur manque absolu de clairvoyance et de compréhension du monde réel hors- médias, hors-Wall Street et hors-DC.

Le pontife MSM de base compare Trump aux politicards qu’il connaît et trouve qu’il lui manque quelque chose. Il n’est pas Roosevelt ni Reagan, n’est-ce-pas, disent-ils en faisant la moue.

Les pontifes sont outrés du succès de la candidature de Trump, parce que, selon leur vision à œillères du paysage politico-économique, il ne devrait pas avoir de succès par conséquent, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans l’univers.

Le plumitif standard petit-bourgeois des médias se sent à l’aise avec le stéréotype du politicien conventionnel : Bill le Mielleux (« Slick Willy ») et son « Je partage votre douleur » de maire de petite ville passé dans la cour des grands, vous n’avez qu’à voir ; Lady (Hillary) Macbeth, ambitieuse et fourbe, pareil ;

Lady Macbeth « a étouffé en elle tous les instincts compassionnels, maternels et féminins, pour leur préférer l’ambition, l’absence de scrupules et la poursuite maniaque du pouvoir ».

le crétin de cirque – et un sobriquet pour tout le monde ! – George W. Bush, fin de race au sourire idiot d’une dynastie moribonde, c’est la même chose ; l’idéaliste insider-outsider Bernie Sanders, que les injustices dérangent mais qui n’est pas vraiment disposé à s’en prendre aux cartels préférés du Parti Démocrate, ne sort pas du lot ; et la foule des perdants qui grimpent sous la pluie à l’assaut de la colline, dans l’espoir qu’un éclair d’orage politique électrisera leurs campagnes de « moi-aussi »… jugez par vous-mêmes.

Trump ne colle à aucun stéréotype d’aucune des campagnes récentes, c’est pourquoi les pontifes lui ont collé l’étiquette de démagogue et de populiste à l’égo surdimensionné mais sans programme « réel » - autrement dit, à leurs yeux, un candidat qui aurait dû être grillé dans les deux premières semaines de campagne.

Ils n’y pigent rien, et la raison pour laquelle ils n’y pigent rien, c’est qu’ils sont enracinés dans leur classe de technocrates petit-bourgeois, qui aspire à faire partie des cliques corrompues du pouvoir centralisé. Le pontife sert à redorer leur crédibilité avec ses habituels diplômes petit-bourgeois de pacotille d’universités « respectées », ses livres publiés par des éditeurs newyorkais « respectés » et les postes qu’il occupe dans des sociétés de bienfaisance « respectées » quoique maquerelles, fondées par des pillards mille fois coupables et administrées par leur progéniture dilettante.

Les relations de ces « experts » avec la classe laborieuse ressemblent à celles qu’ils entretiennent avec la Chine : ils sont allés une fois à Shanghaï, évidemment dans un hôtel de luxe, et ils se sont fait promener par des caïds du lieu dans des bars et des cafés tape-à-l’œil. Satisfaits de leur toute fraîche et profonde connaissance de la Chine, ils rentrent chez eux pleins d’aperçus pénétrants sur une nation qu’ils n’ont jamais vue ; ce qu’ils ont vu, c’est la version chinoise de la « visite de Hollywood », sans même se douter que, derrière, il y a un pays réel.

Les médias petit-bourgeois, si facile à impressionner avec du « respectable » institutionnel et autres fabrications de la classe dominante, rabaissent les prolétaires supporters de Trump en les décrétant lumpemprolétariat, classe que Marx décrivait ainsi :

« … des roués ruinés n'ayant ni ressources ni origine connues… […] les rebuts et laissés pour compte de toutes les classes sociales, vagabonds, soldats renvoyés de l'armée, échappés des casernes et des bagnes, escrocs, voleurs à la roulotte, saltimbanques, escamoteurs et pickpockets, joueurs, maquereaux, patrons de bordels, portefaix, écrivassiers, joueurs d'orgue de barbarie, chiffonniers, soulographes sordides, rémouleurs, rétameurs, mendiants, en un mot toute cette masse errante, fluctuante et allant de ci-de là que les Français appellent « la bohème »

Plutôt que la classe laborieuse, ces lignes décrivent à la perfection la classe politique des États-Unis.

Ce que les pontifes des médias à œillères ne voient pas, c’est que leur classe de Républicrates de country-clubs si contente d’elle-même et leurs ersatz de « Je partage votre douleur » Démopublicains sont les véritables ennemis de tout progrès, car ce que les supporters de Trump ont compris, et que la classe des technocrates de l’alpinisme social s’obstine à ne pas comprendre, c’est que la seule manière de progresser, de là où nous sommes, c’est de flanquer bas les institutions pour privilégiés, que la classe des technocrates défend et dont elle aspire à faire partie.

Voilà pourquoi les médias sont autant les ennemis de classe de la classe laborieuse que l’association incestueuse, corrompue et corruptrice d’escrocs, d’imposteurs, d’apparatchiks, de lobbyistes/tenanciers de bordels et d’arnaqueurs qui peuplent Washington D.C.

Les pontifes technocrates grattent leurs occiputs bien élevés et se demandent pourquoi les enthousiastes de Trump voteraient pour un gosse de riche grandiloquent. Laissez-moi vous aider, petits pontifes éberlués : Trump se pointe comme un plombier qui a gagné le gros lot : il a une belle (2e, 3e, 4e peu importe) femme (immigrée), il dit ce qu’il pense sans se préoccuper de savoir qui s’en offense, et il ne s’embarrasse pas non plus de broutilles telles qu’un programme bien léché tenant compte de tous les groupes démographiques-clés.

Trump dit aux gens qu’il n’a pas besoin de leur argent, mais des millions de dollars lui arrivent en petites contributions de campagne.

Beaucoup, dans la classe ouvrière, avaient soutenu G.W. Bush, mais, depuis, ils ont compris qu’il les avait roulés, eux et la nation. Résultat : la campagne à 100 millions de Jeb Bush fait un flop.

La même classe avait soutenu Bill le Mielleux, parce que c’était un type d’homme qu’elle connaissait bien : homme à femmes, charmeur de serpents, homme de ressources huileux pour la classe friquée, prêt à tout à tout moment. Bill le Mielleux était infatigable, suant, pourri d’ambition, un type sur qui on n’avait pas d’illusions à se faire, mais aussi un type qui avait d’énormes rêves et qui se défonçait pour les atteindre.

Sa femme, en revanche, est aussi fausse qu’un billet de 3 dollars, incapable d’ironie ou de honte, un caméléon égocentrique qui change d’accent, de vêtements ou de langage selon ceux qu’elle veut circonvenir, une technocrate du droit, qui ne croit en rien qu’à son propre droit au pouvoir et à sa volonté de le prendre.

Les supporters de Trump sont à 100% décidés à voter pour lui et ne changeront pas d’avis ; ceux de Hillary, pas tellement. Si les troupes de choc des « élites » du parti Démocrate réussissent à empêcher la nomination de Bernie Sanders par quelque tour de passe-passe de super-délégués, les supporters de Sanders ne voteront pas pour Lady Macbeth.

Car ce que les supporters de Trump et de Sanders partagent, c’est la conviction que le statu quo qu’Hillary représente – les jets privés et les 200.000 dollars la prise de parole – n’a jamais servi à rien à personne qu’aux « élites » et à leur domesticité technocrate, et qu’il faut que les centres de pouvoir soient complètement perturbés, si on veut que quelque chose change.

La lutte des classes est en marche et les médias petit-bourgeois ne savent à quel saint se vouer.

 

6. Trump in crosshairs.jpg

Ne savent à quel saint se vouer ? C’est qui, le saint patron des snipers ?

 

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades


Source : http://www.informationclearinghouse.info/article44295.htm

 

7. statue doigt.JPG

(C’est un doigt d’honneur)

 

8. manuel.GIF

9. fond_manuel.jpg

Une France sans destin

 

1 - La labilité et la fixité des dieux
2 - La fonction oraculaire du Capitole
3 - Une Europe de poupées de son
4 - La capitulation de l'Europe

 

1 - La labilité et la fixité des dieux

Les biographes de la mort sont aux aguets : ils savent, eux, que la politique ressortit à l'art oratoire, ils savent, eux, que la vraie voix des nations est celle de leur destin et une France sans destin est une France sans voix. Pour comprendre comment les nations se donnent un élan, un souffle, un destin à l'écoute de leur voix, il faut remonter le cours du temps.

Il était une fois un paradis sur terre auquel un fleuve divin apportait chaque année la manne de son limon fertile. Il suffisait d'ensemencer régulièrement le déversement de cette corne d'abondance pour nourrir non seulement la population, mais pour transporter chaque année jusqu'aux bouches du Tibre le blé de l'annone aux citoyens romains. Les esprits tranquilles, mais aussi les plus endormis, se félicitaient de ce qu'un Dieu aussi ponctuel et tranquille transformât la nature en une boîte de Pandore des félicités.

Mais d'autres s'inquiétaient d'un Dieu aussi mécanique et qui transformait l'univers en une clepsydre sans surprises. Ils se disaient que ce Dieu trop paisible ne présentait pas une garantie de durée suffisante, tellement le destin est capricieux et tumultueux par nature. Il fallait, pensaient-ils, planter dans le désert des masses de pierres colossales dont la solidité cautionnerait la bienveillance du Nil. Et puis, comment l'ordre pacifique des saisons, comment la seule bénévolence des jours conduiraient-ils la dépouille mortelle des Pharaons vers leur éternité? De gigantesques pyramides ont accompagné la labilité de leurs cadavres parfumés vers leur immortalité. Les nations ont besoin de titanesques agrippements de leur quotidienneté à la matière inébranlable de leurs symboles.

2 - La fonction oraculaire du Capitole

De l'autre côté de la Méditerranée, c'était le Capitole qui servait d'emblème et de forteresse à l'éternité de l'empire romain. Othon, dont les troupes venaient d'assassiner le vieux Galba et son successeur désigné, le vertueux Pison, s'était suicidé en se précipitant sur son épée au spectacle du désastre auquel il conduisait l'empire. Le goinfre Vitellius, à la tête des légions de Germanie, courait vers Rome et le feu avait été mis au Capitole. Il s'agissait d'un malheur plus irréparable qu'une bataille perdue. Vespasien arrivait du Moyen-Orient à bride abattue, où il laissait à son fils Titus l'ultime écrasement des Juifs qui refusaient de payer le tribut et de placer la statue de l'empereur dans leur temple.

Mais Vespasien eut beau reconstruire le Capitole et organiser de longues journées de purification de l'empire, jamais ce monument n'a retrouvé la plénitude de sa fonction sacrale. Puis les chrétiens commencèrent de faire entendre leurs voix: que valaient, disaient-ils, des dieux condamnés à se faire écouter dans le gosier stupide des oies du Capitole ? Saint Ambroise fera enlever la statue de la Victoire qui trônait depuis des siècles dans l'enceinte du Sénat. On sait que la réponse de Symmaque figure dans toutes les chrestomathies, tellement elle répond aujourd'hui encore à la question de savoir si les dieux ressortissent à des floraisons culturelles ou si la vérité coule de leur bouche.

3 - Une Europe de poupées de son

Où sont, de nos jours le Sphinx, le Capitole, la muraille de Chine de l'Europe? Où sont les symboles de l'unité européenne? Qui peut se reconnaître dans la tour de Babel du Parlement de Strasbourg ou dans une Commission de Bruxelles accrochée aux basques de l'Amérique?

Pendant quarante neuf ans, l'Allemagne avait été scindée entre le régime capitaliste à l'ouest et une économie fondée sur le messianisme d'une utopie économique à l'est. En 1989, un miracle s'était produit : l'effondrement du mur de Berlin, avait réuni les deux Allemagne et redonné à la patrie ressoudée Berlin pour capitale et la porte de Brandebourg pour symbole de son unité ressuscitée. Mais, à la tête d'une Allemagne qui avait été dirigée durant un demi-siècle à partir d'une petite ville de province se trouvait désormais une ridicule petite confiturière dont la cervelle ne contenait pas un milligramme d'esprit national et de fierté patriotique.

Et quel symbole de la Germanie rassemblée, cette fille d'un prédicateur protestant avait-elle donné à l'Europe et à sa propre nation ? Au nom de la religion nouvelle des droits de l'homme, il fallait recevoir à bras ouverts des centaines de milliers de jeunes et vigoureux musulmans envoyés par la Turquie dans le même esprit, osait-elle clamer, que celui qui avait présidé aux embrassades entre les Allemands de l'Est et de l'Ouest, dans l'euphorie de leurs retrouvailles en 1989. Ce n'étaient plus seulement l'Allemagne et la France qui n'avaient plus de destin. Faute de signaux porteurs de leur voix, c'était l'Europe entière qui avait perdu ses lieux de mémoire. Mais ces nations n'étaient plus branchées sur la religion.

Que dire, en revanche, d'un culte idéologique des droits de l'homme plaqués sur les terres de la Pologne? Un pape polonais, Jean-Paul II, avait reconverti le christianisme à la sacralisation de la terre, un pape polonais baisait le sol des nations, un pape polonais avait réconcilié le culte extra-terrestre des chrétiens avec le génie du lieu des dieux des Romains, un pape polonais avait libéré sa patrie à christianiser le sol de toutes les patries.

Et voici que la nouvelle religion dite des droits de l'homme et orchestrée par les bureaucrates de Bruxelles téléguidés par Washington tentait d'imposer à la Pologne de recevoir des masses de musulmans, le Coran à la main, au nom d'une humanité ennemie de la singularité des peuples et des nations, puisque le mythe de l'égalité entre tous les hommes les rendait maintenant tous semblables et les privait tous de leur identité nationale.

4 - La capitulation de l'Europe

Mais déjà l'Europe sans destin et sans voix, déjà l'Europe privée de personnage en chair et en os, déjà l'Europe réduite à une démocratie bananière au service des intérêts de Washington et à des républiques sorties des studios de Hollywood, déjà l'Europe réelle se taisait dans l'attente de ses retrouvailles avec la parole des peuples et des nations.

Et maintenant, dans un accord soi-disant « équilibré », l'Angleterre obtient de « superviser » les « institutions financières et les marchés », afin de « préserver la stabilité » des bourses européennes. Et maintenant l'alliance renforcée de Washington et de Londres interdit en fait à l'Europe de jamais se donner une armée. Et maintenant, il est précisé que si, par impossible, une Europe éparpillée tentait de se doter d'une armée de bric et de broc, jamais l'Angleterre n'en fera partie, non plus que d'une monnaie commune, ce qui donne toute sa portée à l'euthanasie de l'Europe et à l'assassinat du gaullisme que j'évoquais dans mes textes précédents.

Voir : L'assassinat du gaullisme , 5 février 2016
L'euthanasie de la France , 29 janvier 2016

Après qu'il eut été démontré que l'Angleterre ressoudée à Washington a obtenu des dérogations capitales et même des privilèges financiers exorbitants, le Président Hollande osait déclarer : « Mais en même temps, ce sont les mêmes règles qui s'appliquent partout en Europe et qui continueront de s'appliquer. Il n'y a pas de dérogation, il n'y a pas de spécificité (…) ce sont les mêmes règles, c'est ce à quoi j'ai veillé particulièrement. »

Et il poursuivait benoîtement, afin d'endormir d'avance les critiques : « Il ne faut pas donner le sentiment que l'Europe, c'est un 'self service'. Il peut y avoir une Europe différenciée, il ne peut pas y avoir une Europe où chaque État vient prendre ce qu'il veut. »

Or, c'est précisément ce que l'Angleterre vient d'obtenir : un self-service qui lui permettra de « superviser », c'est-à-dire de dominer. Les Européens endormis viennent de laisser la City prendre le contrôle des institutions financières de l'Union européenne. David Cameron avait donc bien raison de claironner son succès tout en tentant de ménager les susceptibilités des vaincus : « Je suis convaincu que nous serons plus forts, plus en sécurité et en meilleure posture à l'intérieur d'une Union européenne réformée ».

Or, le lendemain, la Une du Nouvel Obs sur Internet a purement et simplement ignoré cet « accord » pseudo « équilibré » et France Inter s'est contenté de se féliciter de son « existence » mais en évitant soigneusement d'en donner le contenu. Il ne reste plus aux citoyens français qu'à consulter les informations réelles données par le site Sputnik International.

L'entreprise de camouflage est en bonne voie.

Dans le même temps, l'Assemblée nationale et le Sénat censés exprimer la souveraineté de la nation par la voix du suffrage universel n'osent engager un débat de fond, ni sur les causes réelles et inguérissables du chômage, ni sur la souveraineté d'une nation qui se voit interdire par Washington de livrer des navires de guerre à une Russie ressentie comme une rivale de l'empire du dollar.

Et voici qu'une armée mythologique et dirigée par un général américain, commande seule une Europe à jamais privée de destin. Comment la France retrouverait-elle un avenir, comment sortirait-elle du sépulcre, comment la France prononcerait-elle du moins son oraison funèbre dans l'attente de sa résurrection ? Le Tino Rossi hoquetant des roucoulades télévisuelles d'une démocratie bananière qu'on appelait la France du temps de sa souveraineté, ne se jouera pas longtemps de la fierté naturelle des Gaulois.

Le 26 février 2016

 

11. france-faillite xxx.gif

 

 

Puisqu’on y est, complétons le tableau :

 

Le 14 mars, échéance décisive

 

« La pratique de la GPA est d’une gravité particulière. Elle consacre l’exploitation des femmes et leur mise sous domination par des commanditaires. La GPA viole également gravement les droits de l’enfant, programmé pour être délibérément abandonné et coupé de celle qui l’a porté. La souffrance de certains couples confrontés à l’infertilité ne doit pas faire oublier qu’il s’agit d’une maltraitance originelle qu’aucune régulation ne peut réparerIl n’y a pas de GPA “éthique ”», ni de droit à l’enfant. La seule réponse à apporter au niveau international est l’interdiction universelle de la gestation pour autrui, comme le sont déjà mondialement le clonage ou la traite d’êtres humains ».

D’ailleurs, une prise de conscience de la gravité des enjeux liés à la GPA se confirme. En décembre 2015, le Parlement européen a condamné à une forte majorité toute pratique de la GPA. En Suède, un rapport gouvernemental sur la maternité de substitution ou GPA, remis au Parlement le 25 février, en appelle à la consécration de l’interdiction de toute pratique de gestation pour autrui dans ce pays. Plusieurs pays sont également en train de revoir leur législation pour interdire cette pratique, en commençant par refuser son recours à des étrangers : c’est le cas de l’Inde, de la Thaïlande ou encore du Népal. Ces pays apportent la preuve concrète que les législations (y compris l’absence d’interdiction explicite légale) peuvent être revues quand elles s’avèrent injustes.

Comment se mobiliser ?

Urgent : avant le 14 mars :

  • Signer et faire signer la pétition de No Maternity traffic demandant l’abolition de la GPA. Cette pétition sera remise au président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe très prochainement.
  • Participer à la manifestation du mardi 15 mars 2016, à Paris. Rendez-vous de 8h30 à 9h30 devant le Bureau du Conseil de l’Europe, 55 avenue Kleber Paris  16ème (Métro Boissière) . L’objectif est de demander aux députés de la Commission des questions sociales, réunis ce jour-là pour examiner le texte, d’interdire la pratique de la GPA sous toutes ses formes.

 

12. Affaire de femmes.gif

 

 

La pétition

13 no-maternity-traffic  xxx.jpg

Signez la pétition !

La gestation pour autrui (GPA) viole gravement les droits et la dignité des femmes et des enfants :

  • la GPA est un contrat en vue de la conception, de la gestation, de l’abandon et de la remise d’un enfant à un ou plusieurs commanditaires ;
  • elle instrumentalise une femme employée pour porter et abandonner un enfant, elle contribue au commerce des gamètes (trafic d’ovocytes) ;
  • elle porte gravement atteinte à  l’intérêt supérieur de l’enfant, qui est réduit à un objet et dont la filiation est volontairement éclatée entre les fournisseurs de gamètes, la mère porteuse et le ou les commanditaires ;
  • elle transforme la procréation en activité techno-industrielle.

Cette pétition sera transmise au Bureau du Conseil de l’Europe

 

14. industrie-GPA2.gif

 

Pour ceux – ou celles – qui n’auraient pas compris :

 

https://www.youtube.com/watch?v=WaClWPTgDe0

 

14. industrie-GPA2.gif

Sans oublier ceci :

http://www.leretourauxsources.com/index.php/marchandiser-...

Source : http://www.plumenclume.org

 

14. industrie-GPA2.gif

 

 

 

Mis en ligne le 27 février 2016

 

 

19:00 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2016

FRANCHEMENT, DE QUOI SE PLAINT-ON ?

1. Icarus airship.JPG

 

Les bonnes nouvelles pleuvent… Franchement, de quoi se plaint-on ?

Russie

Sergueï Choïgou à Téhéran

Visite surprise en Iran du ministre russe de la Défense

 

2. Choigou - Rohani.jpg

 

On ne peut s’empêcher de noter l’enchainement rapide des évènements au Moyen-Orient. Visite du patron de l’Armée Russe à Téhéran, annonce d’un accord Kremlin-Maison Blanche par Poutine lui-même, suivie quelques heures après par l’annonce par Bachar Al Assad de la tenue des élections législatives en Syrie dans quelques semaines. Ça laisse à peine le temps aux pays ennemis de la Syrie de concocter des plans B, C ou D. Cela signifie qu’il y a un camp qui maitrise le jeu et qui sait parfaitement où il va, laissant aux uns et aux autres des portes de sortie honorables. RI

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a effectué ce dimanche 21 février une visite surprise à Téhéran. Il a rencontré le président Hassan Rohani pour parler notamment de la coopération militaire bilatérale et de la crise syrienne.

Selon la présidence iranienne, le ministre russe de la Défense a remis au président Hassan Rohani un message spécial du président Poutine, mais le contenu du message n’a pas été révélé.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/visite-surprise-en-iran-du...

 

*

A la veille d’une troisième guerre mondiale ?

Leonid Kalachnikov - Svobodnaia Pressa – 23 février 2016

 

3. Leonid Kalachnikov.jpg

 

Leonid Kalachnikov est député communiste et premier vice-président du Comité de la Douma pour les affaires internationales. Il est ici interviewé par Svobodnaia Pressa, journal moscovite en ligne.

Les programmes de nouvelles en Russie sont dans une large mesure consacrés aux crises, conflits et guerres dans le monde. Et d’ailleurs pas seulement en Russie, mais aussi dans de nombreux pays. Chez nous, on réfléchit aux moyens de réduire l’impact des sanctions, comment protéger nos intérêts nationaux. En Europe, la propagande atteint un tel niveau qu’on se croirait en période d’avant-guerre. Aux États-Unis, l’un des principaux thèmes de la campagne électorale, ce sont les relations avec notre pays.

Tout cela suggère que le monde est en train de changer, et pas dans le bon sens. Les relations sur la scène internationale sont exacerbées, il y a toujours de nouveaux facteurs, qui ne font qu’ajouter à l’incertitude. Par conséquent, il est impératif que notre politique étrangère soit équilibrée, raisonnable.

Mais est-ce vraiment le cas? Nos chaînes publiques disent que la Russie a obtenu de grands succès dans différents domaines. L’un de ceux qui ne partagent pas ce point de vue optimiste est le premier vice-président en charge des affaires internationales à la Douma, Leonid Kalachnikov. Et nous avons décidé de demander à ce dernier quelle devrait être notre politique étrangère. SP

 

« SP »: – Leonid Ivanovitch, à votre avis, dans quelle mesure la politique étrangère de la Russie aujourd’hui est-elle adaptée?

– Je pense que la Russie commence enfin à comprendre quelles doivent être ses priorités en matière de politique étrangère, à faire ce à quoi nous appelions depuis de nombreuses années. Je puis vous parler de mon expérience personnelle : je suis le premier adjoint du Président du Comité de la Douma pour les affaires internationales. A l’époque où Medvedev était président, le seul groupe parlementaire qui s’est prononcé, par exemple, contre l’invasion de la Libye c’étaient les communistes. Tous les autres qui ont honte aujourd’hui d’en parler, y compris « Russie unie», ils ont tous voté la décision sur la Libye. Je suis intervenu à la tribune de la Douma d’Etat, en disant: « Que faites-vous, M. Medvedev? On ne peut pas faire une chose pareille. « J’étais contre, et notre groupe aussi était contre le traité START 2 sur la réduction des armes stratégiques. Non pas parce que je ne veux pas d’une réduction des armes en tant que telle. Mais parce que pour la première fois Medvedev a renoncé à lier la défense antimissile et START. Ce qui inévitablement, comme nous l’avons dit, devait conduire à l’installation en Europe de systèmes anti-missiles. Et c’est ce qui est arrivé, grâce à Obama. Bush ne l’a pas fait, personne ne l’a fait même pas Bush, qui est sorti du traité anti-missile. Et c’est Obama qui l’a fait, parce que nous lui avons laissé la voie libre.

Lire la suite…

Traduction Marianne Dunlop

Sources : http://kprf.ru/dep/gosduma/activities/152010.html

http://svpressa.ru/politic/article/142780/

Via : http://arretsurinfo.ch/a-la-veille-dune-troisieme-guerre-...

 

*

« Ce n’est plus ici le lieu ni le temps du respect humain»

(Saint-Just)

 

Vous ne la connaissez probablement pas. Mais il serait étonnant que vous n’en entendiez pas parler de plus en plus.

 

Maria Zakharova : « Nous n’avons plus le temps de jouer. Les terroristes sont parmi nous. »

 

4. mariazakharova.jpg

 

Interview exceptionnelle du porte-parole du MID (Ministère russe des Affaires étrangères). Sous-titrée en français.

Quand on se souvient que Maria Zakharova parle au nom de la Russie, on se rend compte que Vladimir Poutine doit considérer la situation comme extrêmement sérieuse.

Autre chose : il n’y a pas, dans cet échange, l’ombre de langue de bois. Zakharova dit clairement et sans détour ce que les officiels russes se sont toujours interdit de prononcer, tant ils privilégient les voies diplomatiques aux affrontements, qu’ils soient armés ou verbaux.

Mais cette fois, comme dit la dame : « Plus le temps de jouer ! »

 

 

Source : https://jeanfouche.wordpress.com/2016/02/23/russie-interv...

 

 

*

Pologne

Un Maïdan à Varsovie ?

Konrad Stachnio – Les crises. fr 23 février 2016

 

5. Varsovie 1.jpg

 

N’importe quel observateur des événements se déroulant actuellement en Pologne pourrait avoir l’impression que nous avons affaire à une violation sans précédent des droits de l’homme et à l’instauration d’un régime totalitaire par le gouvernement récemment désigné et mené par le parti Loi et Justice (PiS) ; celui-ci a décidé, malgré un populisme de résistance, d’instaurer quelque chose de l’ordre des politiques de Victor Orbán. L’idée que la Pologne s’enfonce dans le totalitarisme peut être vue dans la propagande distillée au public par les chaînes de télévision telles que CNN. Parallèlement à cela, une partie de la prétendue opposition, chassée du pouvoir lors de récentes élections démocratiques, appelle au lancement de protestations dans le style de Maïdan à Varsovie et essaie de contester le gouvernement élu démocratiquement. Il va sans dire que tout cela pourrait prêter à sourire ironiquement – à première vue, on dirait bien que les membres de l’establishment, évincés de la politique, des affaires et des médias, sortent de leurs voitures de luxe et descendent dans la rue pour appeler à un remake de Maïdan. Agir ainsi, bien évidemment sous la bannière de “la restauration de la démocratie”, peut être interprété comme une tentative de reprise de pouvoir de leur part. Ces appels à la création d’un Maïdan en Pologne et à l’intervention de l’Union européenne afin de “restaurer la démocratie” sont diffusés sur des ondes très porteuses en ce qui concerne l’Union européenne et l’Allemagne.

Pour nous faire une meilleure idée de tous les sujets qui précèdent, je me suis entretenu avec Witold Gadowski, journaliste d’investigation primé et ancien directeur de TVP. [TVP Info est une chaîne de télévision d’information en continu polonaise, NdT]

Lire la suite…

Source : http://www.les-crises.fr/un-maidan-a-varsovie-par-konrad-...

 

 

*

France

 

Fabius s’en va. Trop tard ?

Le mensonge, la nausée et les sanctions

Michel Raimbaud – Réseau Voltaire 23 février 2016

 

6. raimbaud_michel xxx.jpg

 

Ancien ambassadeur de France, ayant été en poste en Syrie, Michel Rimbaud dénonce l’horreur des sanctions occidentales contre le peuple syrien. Selon lui, il convient de mettre un terme dès aujourd’hui à la politique barbare qu’a incarné Laurent Fabius.

Le pire ministre des affaires étrangères jamais offert à la France a déguerpi. Il laisse derrière lui une diplomatie ruinée, décrédibilisée et démoralisée : seraient-ils les meilleurs de la planète, nos diplomates ne peuvent faire de miracles lorsqu’ils sont amenés à ne défendre que des dossiers indéfendables, qui les placent systématiquement du mauvais côté de l’Histoire. C’est là que le bât blesse.

Le départ d’un ministre aussi étranger aux affaires étrangères, qui ne se réveillait qu’au nom de Bachar al Assad, ne fera guère pleurer que lui-même et ses complices. Mais les optimistes inoxydables, inondés d’espoir l’espace d’un adieu, devraient se méfier : si le pire n’est jamais sûr, le meilleur l’est encore moins.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190404.html

 

*

Pas grave. Ils reconstruiront le Bataclan et tout sera dit. Si on les paie, naturellement...

Le géant du ciment Lafarge a-t-il acheté du pétrole syrien à Daech ?

 

À la suite de ses récentes opérations victorieuses sur le terrain, l’armée syrienne aurait découvert, parmi d’autres documents saisis, des contrats d’achats exclusifs à Daech, par la société franco-suisse du ciment et du béton Lafarge, du pétrole volé à la nation syrienne.

 

7. petrole-isis.jpg

Du travail pour Mme Lacroix-Riz !

Source : https://www.facebook.com/rebelliousasquatch/posts/1015395...

 

*

Quel débouché progressiste ? Ne surtout pas la calmer !!!

 

La colère devient explosive en France ! Quel débouché progressiste lui donner ?

Léon Landini Pierre Pranchère Georges Gastaud Antoine Manessis Annette Mateu Vincent Flament J.-P. Hemmen, Jo Hernandez, etc.

Déclaration du secrétariat national du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

23 février 2016

 

8. air-france-compressions_sn635.jpg

 

Goodyear, Air-France, Alsthom, EDF, SNCF, collèges, fonctionnaires... mais aussi taxis, éleveurs, médecins,

LA COLÈRE DEVIENT EXPLOSIVE EN FRANCE ! QUEL DÉBOUCHÉ PROGRESSISTE LUI DONNER ?

Ce sont d’abord les ouvriers CGT qui, à Goodyear, à Air-France, chez Ford, à la SNCM, appellent le monde du travail à la contre-offensive. Assez courbé la tête devant les Marie-Antoinette arrogantes du MEDEF qui, sous les encouragements de Bruxelles, de Valls et de Sarkozy, veulent araser le produire en France, faire place nette à la finance, privatiser les services publics, humilier les chômeurs de longue durée et démolir les indemnités chômage, repousser la retraite à « pas d’âge », démolir les statuts publics, la Sécu et le Code du travail, diminuer les salaires tout en allongeant le temps de travail, obtenir toujours plus de cadeaux fiscaux pour les très riches pendant que le monde du travail, actifs, retraités, chômeurs, étudiants, est écrasé et humilié : en un mot, le grand capital et son Etat veulent aggraver l’exploitation capitaliste sur tous les terrains. On le voit dans l’industrie automobile dont les patrons, après avoir bénéficié d’énormes subventions d’État, ferment des lignes de production du Pas-de-Calais à Poissy pour mieux délocaliser. On le voit à Alsthom qui, après avoir été démantelé et vendu pour une bouchée de pain au capital américain, annonce des suppressions de postes massives...

Mais les courageux syndicalistes de lutte qui ont commis le « crime » d’arracher une chemise patronale ou de séquestrer des spécialistes ès licenciement du grand patronat ne s’en laissent plus compter : chez Goodyear, chez Conti, on a compris ce que cache le « dialogue social » vanté par les dirigeants jaunes de la CFDT et l’on sait d’expérience que la seule voie gagnante est celle du syndicalisme de classe et de masse.

Lire la suite…

Source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/la-co...

Via : http://www.legrandsoir.info/la-colere-devient-explosive-e...

 

*

Arabie

 

Faut-il vous faire un dessin ?

Alarme rouge nucléaire

par Manlio Dinucci – Réseau Voltaire23 février 2016

Attention : l’Arabie saoudite, bien que signataire du Traité de non-prolifération des armes nucléaires, vient en violation de sa signature d’acquérir des bombes atomiques auprès du Pakistan.

 


 

« Nous avons des bombes nucléaires » : c’est ce qu’a déclaré le 19 février à Russia Today l’analyste politique saoudien Daham al-Anzi, de fait porte-parole de Riyad, en le répétant sur une autre chaîne arabe. L’Arabie Saoudite avait déjà déclaré [1] son intention d’acquérir des armes nucléaires au Pakistan (qui n’est pas adhérent au Traité de non-prolifération), dont elle finance 60 % du programme nucléaire militaire. Maintenant, par l’intermédiaire d’al-Anzi, elle fait savoir qu’elle a commencé à les acheter il y a deux ans. Bien entendu, selon Riyad, pour affronter la « menace iranienne » au Yémen, en Irak et en Syrie, où « la Russie aide Assad ». C’est-à-dire, où la Russie aide le gouvernement syrien à libérer le pays de Daesh (État islamique) et autres formations terroristes, financées et armées par l’Arabie Saoudite dans le cadre de la stratégie USA/Otan.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article190414.html

 

*

Palestine

Chic, encore une avancée démocratique !

Gaza sert de laboratoire à la destruction des tunnels de la frontière américano-mexicaine

Rania Khalek – Arrêt sur info23 février 2016

Traduction : Dominique Muselet

9. gaza.jpg

Les Israéliens installent des systèmes de forage le long de la frontière avec la bande de Gaza, pour perfectionner leur technologie de détection des tunnels. Jim HollanderEPA/Newscom

 

Israël, non content d’étouffer Gaza par le ciel, la mer et la terre, étend son blocus sous terre avec un nouveau système anti- tunnels.

Le gouvernement étasunien finance le projet à hauteur de 120 millions de dollars, avec l’espoir d’installer la même technologie à la frontière américaine avec le Mexique.

Le système anti-tunnel fait partie des efforts du Premier ministre Benjamin Netanyahou pour transformer Israël en une gigantesque forteresse.

La semaine dernière, lors d’une tournée d’inspection du mur qu’Israël est en train de construire à sa frontière avec la Jordanie, Netanyahou a annoncé son projet de murer complètement Israël pour que les Palestiniens et les Arabes des pays voisins, qu’il a comparé à des animaux, ne puissent plus entrer.

« Étant donné notre environnement, nous sommes obligés de nous protéger contre les bêtes sauvages » en entourant « tout l’État d’Israël d’une clôture, d’une barrière, » a-t-il dit.

[Et n’a pas dit un mot du gaz qu’il veut voler aux Gazaouis. Chut ! NdGO]

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/gaza-sert-de-laboratoire-a-la-dest...

 

*

Mais à quoi bon lésiner ? Lire aussi :

Les armes israéliennes alimentent des atrocités en Afrique

http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=16154

 

*

Syrie

Si, si !

Drôle qu’on ne vous en parle pas…

 

Pentagon Stunned As Thousands Of Chinese Troops Enter ISIS War

Sean Adl-TabatabaiNews World

Et pourtant, c’est annoncé par le Kremlin depuis le 28 décembre…

 

10. china-ISIS-war-650x350.jpg

 

Annoncé quoi ?

Que 5.000 soldats chinois d’élite allaient être envoyés dans la zone de guerre du Levant pour aider la Russie à combattre ISIS (ISIL, DAECH ou ce que vous voudrez). C’est cela qui a « horrifié » le Pentagone. À force de faire semblant d’être horrifiés, un jour les faux-culs les plus aguerris courent le risque de l’être pour de bon, car tant crie-t-on au loup qu’il vient.

Pour nous résumer, ces forces spéciales, appelées « Tigres de Sibérie » et celles appelées « Tigres de nuit » ont reçu, du Congrès de Peuple Chinois (NPC) l’autorisation de se déployer, après que la Chine ait voté sa première loi anti-terroriste autorisant l’Armée Populaire à participer à des missions anti-terroristes en dehors de ses frontières.

Ce qui est capital aux yeux de la Chine, c’est la menace jugée « grave » que font courir à sa sécurité nationale à la fois l’État Islamique (voir plus haut) et les services secrets turcs (MIT). M. Seymour M. Hersh, spécialiste US ès affaires militaires maintes fois primé, a clairement mis en garde contre ce péril, dans la véritable bombe que fut son dernier article, où il disait notamment :

 

« Moustapha a également abordé la Chine, un allié d’Assad qui a apparemment prévu plus de 30 milliards de dollars pour la reconstruction de la Syrie après la guerre. La Chine, est également, préoccupée par l’État islamique. “La Chine considère la crise syrienne selon trois perspectives”, dit-il : “la législation et la légitimité internationale ; le positionnement stratégique mondial ; et les activités des djihadistes Ouighours, dans la province de l’extrême ouest du Xianjiang.”

Cette dernière est frontalière de huit pays — la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde — et du point de vue de la Chine, sert de lieu de passage au terrorisme mondial et à son introduction au sein de la Chine.

Beaucoup de combattants Ouighours en Syrie sont connus pour être membres du Mouvement islamique du Turkestan oriental — une organisation séparatiste souvent violente qui cherche à installer un État islamiste ouighour dans le Xinjiang.

“ Le fait qu’ils aient été aidés par le Renseignement turc pour passer de Chine en Syrie en traversant par la Turquie a provoqué une énorme tension entre les services de renseignement chinois et turcs” affirme Moustapha. “ La Chine est préoccupée par le fait que le rôle de la Turquie dans le soutien aux combattants ouighours en Syrie pourrait à l’avenir s’étendre au soutien des projets de la Turquie dans le Xianjiang.” »

 

Bien que la presse corporatiste de propagande US continue à occulter cet article de Hersh pour que le public américain n’en soit pas informé, 2015 est quand même devenue l’année où la Russie a étalé au grand jour la vraie nature des pouvoirs occidentaux barbares – de leur conspiration criminelle pour provoquer un changement de régime en Syrie à leurs agressions envers le Yémen, l’Iran, la Russie, la Chine et tout pays qui ne se soumet pas à leur domination – et où elle a fait voir au monde que la pseudo-lutte contre l’État islamique des régimes soumis à celui d’Obama n’a été que poudre aux yeux.

Et cependant que tous les tenants du régime d’Obama se bousculent à qui inventera de nouveaux mensonges pour les servir au peuple américain à propos de cette guerre, il ne s’est trouvé qu’une seule personne - la congressiste Tulsi Gabbard – pour avertir ce même public US que non seulement le régime d’Obama lui ment, mais qu’il est bien capable de déclencher la IIIe Guerre mondiale par inadvertance. ( ?!?! NdT).

Faisant écho aux craintes de la congressiste Gabbard, le milliardaire George Soros a cru devoir avertir le régime d’Obama que la Chine pourrait bien se servir de la guerre au Moyen Orient « pour masquer ses croissants problèmes économiques » et que « si l’escalade allait jusqu’à l’affrontement militaire avec un allié des États-Unis, comme par exemple la Turquie ou le Japon, il n’est pas exagéré de dire que nous serions sur le seuil de la IIIe Guerre mondiale. »

Ainsi, tandis que l’envoyé spécial de Vladimir Poutine, Alexandre Lavrentyev, continue à visiter et à informer diverses nations du Moyen Orient de son alliance encore plus étroite avec la Chine contre la Turquie et l’État islamique, le Président de la Fédération de Russie se prépare aussi au pire. C’est pourquoi le District Militaire Occidental, équipé de systèmes ballistiques tactiques Iskander–M a été mis en état d’alerte il y a quelques heures.

Source : http://yournewswire.com/pentagon-stunned-as-thousands-of-...

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

 

Les Russes sont rapides

Israël Shamir – Entre la plume et l’enclume 24 février 2016

 

11.. Moscow.jpg

 

Autour des stations de métro centrales, à Moscou, on dirait Alep après un raid aérien. Des ruines, des carcasses de bâtiments, des pelleteuses charriant les gravats. Ce n’est pas une attaque terroriste, c’est la démolition programmée de centaines de petites et plus grandes baraques édifiées en dépit des lois d’urbanisme, tout autour des stations de métro dans les années 90, quand la loi était élastique et facile à tourner avec du liquide. La plus grande, la Pyramide, au-dessus de la station Pouchkinskaïa, est tombée cette semaine. Les agents municipaux ont rapidement évacué les décombres, sous le regard incrédule des ex-propriétaires.

Ils ont été surpris par l’offensive de la municipalité contre les bidonvilles illégaux ; certains ont continué à faire leurs petites affaires jusqu’à la dernière minute. Ils ont reçu un avis de démolition il y a quelques mois, mais ils ne s’attendaient pas à ce que le décret soit concrètement appliqué. Ils étaient persuadés qu’il serait invalidé à la dernière minute. Ce qui n’a pas eu lieu, et des centaines d’immeubles sont tombés en une nuit.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/95-les-russes-sont-rapides

 

*

Angleterre

 

Comme quoi les Grand-Bretons ne sont pas tous nuls…

 

Le métro de Londres envahi par une campagne sauvage dénonçant l'apartheid israélien

 

12. Metro Londres.jpg

 

Afin de marquer le douzième anniversaire de la «Semaine de l'apartheid», les activistes du mouvement Boycott Désinvestissement Sanctions ont placardé 500 affiches choc dans le métro londonien, entraînant la colère des supporters de lÉtat juif.

Une affiche mentionne la vision biaisée de la BBC concernant le conflit israélo-palestinien. Sur le visuel, on peut lire une citation émanant d’un ancien correspondant de la chaîne de télévision britannique au Moyen-Orient, Tim Llewellyn : «Nous nous sommes habitués au fait que, dans une salle de rédaction de la BBC, une vie israélienne a une valeur infiniment plus grande que celle des Palestiniens».

Une autre, intitulée «L’apartheid est génial», dénonce le fait que «plus de cent entreprises britannique ont fourni du matériel militaire à Israël, ont profité de l’apartheid israélien et contribué à la punition collective militarisée des Palestiniens».

Le troisième visuel dénonce l’implication de la société britannico-danoise G4S dans les prisons israéliennes, ou encore les checkpoints en territoires occupés. Selon l’affiche, « plus de cinq cent enfants sont détenus dans des prisons G4S chaque année », cellules dans lesquelles les Palestiniens seraient sujets à « des agressions sexuelles, et de la torture afin d’obtenir des aveux ».

Mais Tel Aviv a donné un coup de fil au maire de Londres, et tout est rentré dans l’ordre.

La compagnie de gestion du métro de Londres, TFL, a affirmé que cette campagne n’avait pas été autorisée et qu’elle représentait un «acte de vandalisme». Les employés du métro s’emploieraient actuellement à les retirer.

Cette campagne a fait des remous jusqu’en Israël. A Jérusalem, Yair Lapid, un politicien israélien centriste a affirmé avoir été à l’origine de la suppression des affiches, après avoir téléphoné au maire de Londres Boris Johnson pour se plaindre : «Comme le gouvernement israélien, comme d’habitude, n’a rien fait, j’ai parlé à Johnson, un grand ami d’Israël, et lui ai expliqué que l’Etat d’Israël ne tolérerait pas de tels actes» a-t-il affirmé.

Mais Benjamin Netanyahou a démenti, affirmant qu’il avait demandé à Dore Gold, un diplomate israélien se trouvant à Londres, de transmettre la requête aux autorités britanniques concernant ces affiches. «Quiconque dit que nous n’agissons pas ne dit pas la vérité» a déclaré le Premier ministre israélien.

Mesures anti-BDS envisagées. Comme en France ?

Le Royaume-Uni s'apprête à mettre en place des mesures anti-BDS. Les institutions qui reçoivent la majorité de leurs financements du gouvernement se verront interdire de participer à des campagnes politiques, visant à encourager à ne pas acheter certains produits. La seule exception pourrait être un boycott national initié par le gouvernement lui-même.

Le mouvement de boycott des produits israéliens fabriqués dans les territoires palestiniens occupés, appelé «Boycott Désinvestissement Sanctions» vise à faire pression sur Israël afin de mettre un terme aux violations des droits de l’homme contre les Palestiniens. Créé en 2005, Israël s’y oppose depuis avec vigueur. La France, ainsi que les États-Unis, au niveau local, ont déjà adopté des arsenaux législatifs visant à réprimer les partisans du boycott.

Source : https://francais.rt.com/international/16108-metro-londres...

À lire aussi : https://francais.rt.com/international/14989-campagne-boycott-bds-visant-israel .

 

*

Irak – Norvège

Si, si aussi !

Et en plus, c’est dans le Guardian.

 

Une famille de réfugiés irakiens retrouve son chat !

John Domokos, Fred McConnell and Ekaterina Ochagavia, theguardian.com 19 février 2016

 

Kunkush le chat était le 7e membre d’une famille de six personnes : une mère et ses cinq enfants.

Quand ils durent fuir l’invasion américaine, il ne fut pas question de le laisser en arrière et tous s’embarquèrent à grand danger pour l’Europe.

Quand ils atteignirent une île grecque où débarquèrent 100.000 personnes ce mois-là, Kunkush s’affola et se perdit. Sa famille essaya bien de le chercher mais reçut l’ordre d’avancer.

Quand Kunkush fut finalement repéré dans un village des environs, la famille n’était plus là, et c’est un vétérinaire du lieu qui le soigna et le rebaptisa – sans savoir – Dias (qui veut dire Zeus en grec).

Jusqu’au jour où des amis des bêtes et des gens l’emmenèrent à Berlin et, de là, continuèrent, pendant deux mois, à rechercher ses humains.

Qui viennent enfin d’être retrouvés en Norvège, où Kunkush leur a été ramené.

 


 

Kunkush a eu plus de chance que des dizaines de milliers d’enfants.

 

Source : http://www.theguardian.com/world/video/2016/feb/19/refuge...

 

 

*

 

 

Mis en ligne le 24 février 2016.

 

 

 

 

 

20:36 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/02/2016

SUITE ANNONCÉE / 3

1. the world's end.JPG

Suite annoncée / 3

 

2. deux chouettes.GIF

In Memoriam

 

3. Camilo_Torres.jpg

 

(Padre) Camillo Torres Restrepo

Mort au combat, dans les rangs de la guérilla colombienne, le 15 février 1966, à l’âge de 37 ans.

 

2. deux chouettes.GIF

 

4. manuel.GIF

5. fond_manuel.jpg

Israël sous les feux de la rampe

 

1 - Un nouveau regard sur le peuple élu
2 - Les religions à l'heure de la pensée rationnelle
3 - Au service de l'étranger ou au service de l'Etat-nation ?
4 - Une anthropologie des trois monothéismes
5 - Comment habiter deux mondes aujourd'hui ?
6 - Un monde sans destin

 

1 - Un nouveau regard sur le "peuple élu"

Dans son analyse du 23 décembre 2015, le Saker écrit: "La relation entre la Russie et Israël et, même avant cela, entre Juifs et Russes, mériterait un livre entier. En fait, Alexandre Soljenitsyne l'a écrit, ce livre. Il s'appelle Deux siècles ensemble, mais parce que les sionistes tiennent les médias anglo-saxons à la gorge d'une poigne de fer, il n'a pas encore été traduit en anglais. Qu'un auteur acclamé par le monde entier et qui a eu le prix Nobel de littérature ne puisse pas faire traduire son livre parce que ce qu'il contient pourrait saper la fable officielle sur les relations russo-juives en général et sur le rôle joué par les Juifs dans la politique russe du XXe siècle en particulier, est une démonstration en soi. De quelle autre preuve de la subordination de l'ex-empire britannique aux sionistes a-t-on besoin? " (Poutine et Israël - une relation complexe et à multiples couches, The Saker - Saker.Is - 23 décembre 2015, trad. Catherine Lieutenant)

Avec toute la communauté scientifique de son temps, Descartes jugeait acquises les évidences de l'astronomie de Copernic et de Galilée, mais il s'était résigné à renoncer à la publication de son Système du monde parce que l'Eglise de son temps avait subitement durci à nouveau le combat entre l'astronomie mythologique de la Genèse et l'héliocentrisme. Toute la chrétienté se sentait contrainte de revenir à l'erreur de perspective qui commande la gigantesque erreur de perspective du système de Ptolémée. De même Jean de la Fontaine avait publié une fable intitulée Un animal dans la lune qui illustrait discrètement la pertinence des découvertes de Copernic et de Galilée, mais il n'avait pas osé prendre appui sur la solidité du témoignage de la raison et de la logique face aux représentations magiques des textes sacrés.

De nos jours, les verrous que la théologie mettait à la connaissance scientifique ont sauté, mais nous sommes condamnés à nous colleter à l'infini avec des moyens finis, ce qui n'est pas moins absurde que de soumettre la recherche astronomique au verdict de la Bible. En revanche, un champ immense s'ouvrirait à la connaissance de la psychophysiologie des religions des nations et des peuples si un autre interdit, aussi catégorique que les verdicts de "Dieu", ne s'opposait aux progrès de la connaissance des ultimes secrets du genre humain, à savoir l'interdiction d'analyser la psychologie du peuple juif depuis la destruction de Jérusalem par Titus et Vespasien.

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

2. deux chouettes.GIF

 

Et parce que Manuel de Diéguez dicte plus vite que son ombre et que nous sommes en retard :

Examen de conscience d’un candidat idéal à la Maison Blanche

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

 

2. deux chouettes.GIF

 

Sniper, le Golem du XXIème siècle

 

6. Gilad.jpg

Gilad Atzmon جيلاد أتزمون گيلاد آتزمون

Traduit par  Eve Harguindey

 

Dans la tradition juive le Golem est un robot créé par les Juifs pour servir le peuple élu et ses intérêts tribaux.

 

7. Golem.jpgL'histoire de Golem la plus connue est celle de Rabbi Juda Loew ben Bezalel, appelé le Maharal de Prague (1513 -1609). On raconte que le Maharal avait créé un Golem d'argile pour protéger les Juifs des accusations de crimes de sang et pour les aider à satisfaire les exigences du travail physique.

Le Golem a pris le chemin d'Israël. À présent, les Palestiniens sont habitués à être surveillés en permanence par un essaim de Golem israéliens volants ou "drones casher".
On a appris hier que l'Organisation sioniste mondiale (WZO/OSM) a investi dans un nouveau cyber-Golem conçu pour nous espionner tous. Sniper, le nouveau Golem, va scanner la toile en utilisant un nouvel algorithme, à la recherche de contenus anti-juifs. Le nouveau Golem va rechercher certains mots-clés dans différentes langues. Une équipe de membres de la WZO surveillera les résultats et réagira immédiatement. Lorsqu'un délinquant sera détecté, la WZO alertera soit les autorités du pays concerné soit, alternativement, enverra un Golem volant pour traquer le haïsseur de juifs suspecté.

Le Golem Sniper « va créer la dissuasion », disent les entrepreneurs à l'origine du projet, « il ne sera plus si facile de publier un statut (sur les réseaux sociaux) appelant à assassiner les Juifs ».

 

8. Gilad espanol.jpg

La version en espagnol de Sniper

 

Dans mes années d'activité comme écrivain et chercheur, je n'ai jamais rencontré un seul «statut» appelant à « assassiner des Juifs.» Cela semble être une manifestation grave de Syndrome de stress pré-traumatique collectif juif (PRE TSD) frôlant la psychose.

Le nouveau Golem sera lancé dimanche, lors d'une conférence de la WZO sur la lutte contre l'antisémitisme à l'ère moderne, à laquelle assisteront l'ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon et le président de la Knesset Yuli Edelstein. Bref, si vous avez prévu de publier un «statut assassin», dépêchez-vous, vous n'avez plus que trois jours.

 

9. Gilad drones golem.jpg

Un choix de Golems volants

 

Source: http://www.gilad.co.uk/writings/2016/2/3/meet-the-new-sni...

Via : http://azls.blogspot.be/2016/02/sniper-le-golem-du-xxieme...

 

 

2. deux chouettes.GIF

 

Mais pourquoi diable l’ont-ils

dit aux Russes ?

 

Un diplomate russe lance une bombe : les États-Unis s’attendaient à ce qu’ISIS s’empare de Damas en octobre dernier.

Alexandre Mercouris - Russia Insider

17 février 2016, par Comité Valmy

 

10. Alexander_Yakovenko.jpg

Alexander Yakovenko

 

Dans un article paru dans un journal britannique l’ambassadeur de Russie au Royaume-Uni révèle que les puissances occidentales ont informé les Russes qu’ISIS capturerait Damas dès que les États-Unis auraient proclamé une zone d’exclusion aérienne.

Alexander Yakovenko, l’ambassadeur de Russie en Grande-Bretagne, a lancé une sorte de bombe lundi, bien que celle ci soit passée totalement inaperçue.

Dans un article de l’édition imprimée du London Evening Standard qui défendait la politique russe en Syrie, il a fait la révélation extraordinaire suivante :
« L’été dernier, nos partenaires occidentaux nous ont dit qu’en octobre Damas serait pris par l’IS (i.e. l’Etat islamique - AM). Nous ne savons pas ce qu’ils avaient l’intention de faire par la suite. Probablement, ils auraient fini par peindre les extrémistes en blanc et les auraient acceptés comme un état sunnite à cheval sur l’Irak et la Syrie ".

L’été - lorsque ces conversations entre les puissances occidentales et les Russes ont soi-disant eu lieu - a été le moment où les États-Unis étaient en discussion avec la Turquie et la Jordanie au sujet de la création d’une zone d’exclusion aérienne et de refuges sûrs en Syrie.

J’ai discuté dans cet article comment l’expression « zone d’exclusion aérienne » est aujourd’hui un simple

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6863

 

2. deux chouettes.GIF

 

11. logo comaguer  x.GIF

http://comaguer.over-blog.com

Bulletin n°305 – semaine 07 – 2016

 

12. Munich Y L 2015.jpg

 

Connaissez-vous les « Munich Young Leaders » ?

 

Pareille appellation évoque inévitablement les « YOUNG LEADERS » ces personnages prometteurs que ce soit dans le domaine politique, dans le domaine économique ou dans le domaine culturel et médiatique qui sont sélectionnés chaque année depuis 40 ans par la FRENCH AMERICAN FOUNDATION à condition toutefois que, citoyens français ou étasuniens, ils soient dans toutes leurs activités de fidèles soutiens de l’alliance entre la France et les États-Unis, alliance aujourd’hui scellée dans l’OTAN mais que les fondateurs de la FRENCH AMERICAN FOUNDATION, les présidents Giscard d’Estaing et Gerald Ford ont voulu inscrire dans le passé plus lointain du soutien de la France – monarchiste - à l’indépendance des États-Unis. (Voir le livre de Domenico Moro « Le groupe de Bilderberg, l’ ‘’élite’’ du pouvoir mondial. » (Editions Delga -2015)

Ce système de sélection interne à la classe capitaliste dominante a fait école.

En 2004, Klaus Schwab, fondateur et organisateur du fameux forum de Davos lance les « YOUNG GLOBAL LEADERS », réseau international qui regroupe plus de 70 nationalités et qui est destiné à regrouper chaque année au « DAVOS d’été » les éléments les plus prometteurs de la fraction dirigeante du capitalisme transnational. Mais le système est trop récent pour avoir produit des grands leaders mondialement connus. Les français y sont peu représentés et s’y retrouvent plutôt des héritiers : Yannick Bolloré, fils de Vincent, Gabriel Naouri, fils de Jean Charles, PDG de CASINO ou Pierre Kosciusko-Morizet, PDG de Price Minister, frère de NKM et petit-fils de l’ambassadeur.

Nouveau venu en 2010 dans ce type de regroupement les « MUNICH YOUNG LEADERS ». La CONFERENCE POUR LA SECURITE COLLECTIVE EN EUROPE qui l’a créé est l’équivalent en matière de relations internationales et de guerre du forum de Davos. Elle rassemble chaque année à Munich dans les premiers jours de Février le gratin européen et étasunien dans ces domaines : ministres de la défense et des affaires étrangères, dirigeants de l’OTAN, généraux, fabricants d’armes, banquiers, journalistes spécialisés et dirigeants de think tanks spécialisés. Nombre d’invités l’ont été ou le seront également par le groupe de Bilderberg ou par la Commission Trilatérale.

Mais la particularité du recrutement des MUNICH YOUNG LEADERS -près de 200 membres aujourd’hui - est que, bien qu’organisé par une fondation privée, il est en pratique piloté par le ministère des affaires étrangères allemand et organisé dans les pays concernés par les ambassades d’Allemagne. Beaucoup plus sélectif que les YOUNG GLOBAL LEADERS il ne recrute que trois personnes par pays cible. Les MUNICH YOUNG LEADERS se réunissent entre eux une fois l’an et sont invités à assister à deux forums internationaux thématiques organisés par l’INTERNATIONAL INSTITUT FOR STRATEGIC STUDIES de Londres, celui de Singapour « SHANGRI–LA DIALOGUE » et le « MANAMA DIALOGUE » au Bahreïn. Ce manifeste ainsi une volonté politique claire de la RFA de structurer principalement sur le continent eurasiatique une zone d’influence stratégique autonome par rapport aux deux structures à domination étasunienne : le groupe de Bilderberg et la commission Trilatérale.

Cette volonté allemande est là pour rappeler une nouvelle fois que la classe dirigeante allemande, privée par la défaite de 1945 et la charte de l’ONU qui lui interdit l’accès au Conseil de Sécurité de l’ONU et à l’arme atomique d’un rôle prééminent dans la conduite des affaires mondiales, avance à pas comptés mais avec persévérance dans la conquête de ce rôle.

La destruction de la RDA- remarquablement décrite par Vladimiro Giacché dans son livre « Le second anschluss - l’annexion de la RDA » (Editions Delga – 2015) - et la brutale mise au pas de la Grèce en 2015 sont des illustrations concrètes de cette politique.

 

Portraits de famille

13. Roth 2015.jpg

Ken Roth, Administrateur des MYL, ici en 2015

14. Dr Ng Eng Hen - Singapour.jpg

Dr. Ng Eng Hen, Ministre de la Défense de Singapour

Sans oublier les incontournables :

15. munich-young-leaders-540x304.jpg

John Mc Cain

16. Yats - treffen_munich_young_leaders.jpg

Yatseniouk

Et, bien entendu :

17. Thomas de Maizière.jpg

Thomas de Maizières, qui, comme son nom ne l’indique pas, est allemand et même ministre de la Défense d’Allemagne.

Sans compter les :

         Victoria Nuland

         Amos Gilad

 Wolfgang Schäuble

         Radoslaw Sikorski

         Wolfgang Ischinger

         Herman Gref, qui en dépit de son nom allemand est russe (Sberbank)

  Ruslan Pukhov (autre 5e colonne russe)

Et toute une variété de princes jordaniens, saoudiens, qataris, bahreinis, et autres Chinois de Singapour.

2. deux chouettes.GIF

 

Site des Munich Young Leaders : Si vous cliquez sur « portraits », vous les aurez tous, un par un, avec leurs pays d’origine : http://www.munich-young-leaders.org/

Prochaine sauterie : du 30 juin au 2 juillet, à Varsovie.

 

2. deux chouettes.GIF

 

« En marge de la conférence », dit Sputnik (en-dehors ?), Sergei Lavrov a rencontré John Kerry.

Pour évoquer les pourparlers de paix fantômes ?

http://sputniknews.com/europe/20160211/1034583887/lavrov-...

 

2. deux chouettes.GIF

 

Au moment de mettre en ligne, nous recevons ceci de Marie-Ange Patrizio :

Bonjour,

Je joins à ce bulletin de comaguer (comité Comprendre et agir contre la guerre, Marseille) le lien pour la page de couverture et présentation du livre de Vladimiro Giacché, que j’ai traduit l’an dernier pour les Éditions Delga :

LE SECOND ANSCHLUSS. L’Annexion de la RDA.

« La réunification de l’Allemagne. Un des plus beaux succès de l’Europe issue de la chute du mur de Berlin ? La réalité est bien différente.
25 ans après, la distance entre les deux parties de l’Allemagne continue à s’accentuer, malgré les transferts d’argent public du gouvernement fédéral et de l’Europe. Fort d’une recherche scrupuleuse et des témoignages des principaux acteurs, l’auteur montre comment la réunification a signifié la complète désindustrialisation de l’Allemagne de l’Est, la perte de millions de postes de travail, et une émigration vers l’ouest qui dépeuple des villes entières.

Le patrimoine économique du pays le plus prospère du bloc de l’Est a ainsi été dilapidé, spolié, saccagé, au prétexte d’une intégration à l’idéologie libérale dominante.

Après les ravages que cette même politique aveugle cause aux pays du Sud de l’Europe et au nôtre également, force est de constater que l’histoire de cette union qui divise parle également à notre présent ».

http://editionsdelga.fr/portfolio/vladimiro-giacche-le-se... 

m-a

 

2. deux chouettes.GIF

 

 

« Global Bloody Blueberry Blues »

ou

Myrtilles « globales » et salaire ouvrier

Fausto Giudice – Basta ! 20 janvier 2016


Au départ de cet article, il y a un fait divers. Sur la route R-86, à l'aube du 9 janvier 2016, dans la région de l'Araucanie chilienne, un minibus se crashe. Le chauffeur et neuf des dix passagers, dont deux mineurs de 17 ans, sont tués. La seule survivante, grièvement blessée, a aussi 17 ans. Les victimes sont des cueilleurs de myrtilles, ce que dans le Chili post-moderne et gringoïsé, on appelle « berries » (de l'anglais blueberry, myrtille ou, en français canadien, « bleuets »). En cherchant des illustrations pour accompagner l'article du président de la CGT chilienne sur les dessous de « l'accident », je découvre un monde. Et ce que je découvre me laisse pantois. Voici donc l'histoire de la blueberry, un petit fruit aux dimensions mondiales, emblème sinistre de la globalisation.

18. Myrtilles sanglantes xxxx.gif

 

Depuis une dizaine d'années, la myrtille cultivée a pris la place de la myrtille sauvage, plus petite, plus goûteuse, plus rare, plus difficile à cueillir, donc plus chère, donc « pas rentable ». La myrtille sauvage est un ingrédient traditionnel des pays du nord, du Canada à la Sibérie, en passant par l'Angleterre et la Hollande et des régions montagneuses tempérées à froides, comme les Pyrénées ou les Vosges. Les Anglais, les Yankees et Canadiens en ont généralement au moins un pot de confiture ou de gelée dans leur frigo et sur leur table de petit déjeuner, et tout skieur de fond suédois a dans son sac à dos un paquet de Blåbärssoppa, soupe de myrtilles instantanée en poudre, pour compenser son effort physique, qu'il fera bouillir sur son feu de camp une fois dressée sa tente pour la nuit ou sur le gaz du refuge.

La myrtille a, paraît-il, des vertus anti-oxydantes magiques, censées prévenir le cancer. À tel point que des chercheurs britanniques travaillent sur une « tomate violette », génétiquement modifiée, qu'ils cultivent sous serre au Canada, où on est moins regardant sur les OGM que dans la Vieille Europe. Ils ont injecté dans ces tomates des protéines qui sont à l'origine des pigments bleu-noirs des myrtilles, les anthocyanes. Des études menées sur des souches de souris particulièrement promptes à développer certains types de cancers ont montré une extension de leur durée de vie de 30% si on leur administrait du jus de ces tomates. Mais il n'est pas évident que les vertus anti-oxydantes prêtées à ces pigments puissent perdurer longtemps. Des chercheurs de l'université d'État de l'Ohio ont montré en 2013 dans une étude que les anthocyanes étaient très rapidement dégradés par la salive.

Quoi qu'il en soit, la myrtille et ses anthocyanes sont devenus une source de business et de profit dans tout le monde riche. L'agrobusiness s'est donc emparé de ce produit. La production mondiale a au moins triplé en 10 ans, passant, selon les sources à un volume entre 200.000 et 500.000 tonnes. Principaux producteurs et exportateurs : les USA et le Chili, suivis par l'Argentine, le Pérou, l'Uruguay, l'Afrique du sud et…la Chine. Mais tout le monde est en train de s'y mettre, du Maroc à l'Espagne. Le site chinois de vente en ligne Alibaba propose des containers de 10 tonnes à des prix défiant toute concurrence de myrtilles dont l'origine n'est pas précisée, mais provenant sans doute d'Amérique du sud.

Le grand avantage du Chili et des autres pays de l'hémisphère Sud est qu'ils peuvent produire des fruits à contre-saison, lorsque c'est l'hiver en Europe et en Amérique du nord. Et qu'évidemment, leurs frais de production – à commencer par les salaires – sont très « avantageux ». Enfin, les myrtilles se conservent bien au froid – entre 3 et 4 semaines – se prêtent à la congélation, à la lyophilisation et mettent du goût et de la couleur aussi bien dans les yaourts que dans les tartes, les müeslis et…les gels-douche ou les shampoings, sans oublier toute une flopée d'alicaments et autres panacées universelles. Que demander de plus…

Si vous achetez une barquette de 125 g. de myrtilles « fraîches » au supermarché le plus proche de chez vous en Europe, qui a beaucoup de chances d'être une enseigne Carrefour, vous aurez à débourser 5,99 €, ce qui met le prix du kilo à 47,92 € [mais, vu la concurrence féroce entre hypermarchés, j'en ai trouvé à 2,99 € au SuperU de Sainte-Ménehould, ce qui met le kilo à 23,92 €]. Carrefour a acheté ses stocks de myrtilles au grossiste à environ 18 € le kg. Le prix de vente en gros du Marché d'intérêt national de Rungis était en moyenne de 23 € le kilo en novembre 2015. Si ces myrtilles venaient du Chili, les producteurs chiliens les ont vendues pour un prix moyen de 10 € le kilo. Sur ces 10 €, le coût salarial pour la récolte aura été de 0,45 € par kilo. Le client de Carrefour donne donc 5% de ce qu'il paie, 0,34€, au travailleur chilien qui a cueilli ces myrtilles, « génétiquement améliorées », comme on dit élégamment.

Voici une annonce d'offre d'emploi de récolteurs par une ferme de production de myrtilles d'Osorno au Chili.

19. Personal cosecha.JPG

Salaire promis : 700 pesos, soit 0,85 € par cageot vert de 2 kg. Un bon récolteur pourra en une douzaine d'heures de travail quotidien récolter environ 25 cageots, soit 50 kg et gagner dans les 20.000 pesos, soit 25 €. Le salaire minimum légal au Chili est actuellement de 250.000 pesos, 315 €. Les saisonniers de la myrtille n'y arriveront pas, vu qu'ils travaillent rarement un mois plein de suite.

Alors qu'en Argentine, deuxième producteur de myrtilles du sous-continent après le Chili, syndicats et employeurs se sont accordés en juin dernier sur une augmentation de salaires de 28% pour les cueilleurs de « berries », au Chili, les salaires ne bougent pas.

20. carte myrtilles.gif

Elles sont cultivées partout

 

Les plantations de myrtilles commencent à produire dans leur troisième année, atteignant des volumes de 6 à 12 tonnes de fruits par hectare. Les variétés plantées sont issues d'espèces sélectionnées par l'agrobusiness US. Les maladies et parasites auxquels les arbustes sont sujets sont tous l'objet de traitements chimiques « efficaces », qui ont permis d'éliminer progressivement les obstacles à l'importation que représentaient les règlements sanitaires de tel ou tel pays. Par exemple, l'importation de myrtilles argentines et chiliennes aux USA est conditionnée à un traitement obligatoire au bromure de méthyle ou bromométhane, un gaz réfrigérant toxique à effet de serre puissant et interdit par le Protocole de Montréal de 1987, mais pour lequel les USA ont, bien sûr, obtenu une dérogation. Il s'agit d'empêcher l'entrée dans le territoire yankee d'un migrant indésirable, la Ceratis capitata, la Mouche méditerranéenne.

Quelles conclusions tirer de tout ça ? C'est simple : abstenez-vous d'acheter et de bouffer ces myrtilles de merde, vous vous en porterez mieux, physiquement et moralement. Et quand vous tomberez sur des animations de promotion des myrtilles chiliennes dans votre supermarché, allez donc interpeller l'animateur pour lui demander s'il se rend compte des conneries qu'il raconte. On annonce une première campagne de promotion fin janvier dans quatre Monoprix et quatre Auchan en France. Les exportateurs chiliens ont confié cette campagne à l'agence Bokooplus, spécialisée dans les fruits et légumes provenant des plantations esclavagistes, des avocats mexicains aux ananas philippins et hawaïens de Dole en passant par les avocats israéliens d'Agrexco, sans oublier les kiwis néo-zélandais, bref tout ce dont vous n'avez pas besoin pour vivre bien et vieux. Si vous vivez dans une région où il en pousse, allez donc à la cueillette aux myrtilles sauvages, brimbelles ou bleuets, en respectant les règlements en vigueur, notamment dans les parcs naturels comme celui des Ballons des Vosges, dans l'est de la France (cueillette autorisée du 15 juillet au 15 décembre pour une consommation familiale, soit 2 kg par jour par personne).

BOYCOTT !

21. Boycott Myrtilles 1.jpg

Source : http://azls.blogspot.be/2016/01/global-bloody-blueberry-b...

 

2. deux chouettes.GIF

 

Pour les curieux, les masochistes ou les deux…

 

Un AIPAC – et même deux – dans l’Antiquité

Réflexion oiseuse des Grosses Orchades, sur celle ci-dessus de Manuel de Diéguez

 

« Le “peuple juif” est-il le seul à se livrer à cette scission entre ses songes sacrés et ses conquêtes sur la planète entière, ou bien existe-t-il une spécificité de ce peuple dont la connaissance nous livrerait la clé des ultimes secrets du simianthrope ? »…

 

…se demande-t-il.

Oui, c’est vrai : le peuple « juif » (hébreu, khazar ou les deux) est-il le seul à avoir « perdu sa terre » et à s’être installé en maître sur une (ou des) autre(s) ?

Laissons de côté le fait que, pour nous, ni l’un ni l’autre n’a perdu sa terre, mais que les deux furent toujours atteints de bougeotte aigüe. Et admettons le postulat de la perte. Est-il le seul à s’être « lové dans ses patries adoptives [pour en devenir] le chef » ? La réponse est : non, il n'est pas le seul. Et ce précédent historique mérite à notre avis un petit rappel.

L’histoire commence au ± XIIIe siècle avant l’ère chrétienne, dans un pays d’Asie Mineure appelé Lydie.

Pour diverses raisons, les Lydiens étaient affreusement riches. Les cours d’eau qui descendaient de leur mont Tmolos, entre autres le Pactole, charriaient des paillettes d’or arrachées à ses gisements. Mais ils n’avaient pas que des mines d’or. Ils en avaient aussi d’électrum, d’argent, d’onyx, de mica, etc. En outre, placés comme ils l’étaient, ils contrôlaient la route commerciale entre le bassin méditerranéen et l’Asie, faisaient payer des droits de passage, des droits de douane sur les marchandises, etc. Les Grecs leur attribuaient l’invention de la monnaie. Ce sont eux en tout cas qui avaient les premiers remplacé le troc direct entre producteurs et consommateurs par le commerce de détail exercé par des intermédiaires ; sans doute ont-ils aussi exercé en premier le métier d’aubergiste, leurs caravansérails servant à la fois d’auberges et de boutiques. Bref : naissance du commerce de type capitaliste.

 

23. carte_lydie.gif

Lydie et territoires annexés au temps de Crésus

 

C’est Hérodote qui, le premier, a parlé d’eux :

 

« La Lydie ne possède guère de merveilles dignes d’être notées, comme en ont d’autres régions, sauf les paillettes d’or qui proviennent du Tmolos. […] Les mœurs des Lydiens sont en général semblables à celles des Grecs, sauf qu’ils prostituent leurs enfants de sexe féminin. Les premiers à notre connaissance, ils ont frappé une monnaie d’or et d’argent, et, les premiers, ils se sont faits revendeurs.

24. statère de Crésus.gif

      Statère d’or de Crésus

D’après eux, ils seraient aussi les inventeurs des jeux en usage dans leur pays et en Grèce : ils les auraient inventés au temps où ils colonisèrent la Tyrrhénie, et voici comment : sous le règne d’Atys, fils de Manès, il y eut une grande famine dans toute la Lydie. Les Lydiens l’endurèrent patiemment d’abord, puis, comme elle ne cessait pas, ils cherchèrent quelques dérivatifs et chacun s’y ingénia de son côté. C’est alors, disent-ils, qu’on inventa les dés, les osselets, les balles et les jeux de toute espèce, sauf le tric-trac ; de ce jeu-là, ils ne revendiquent pas l’invention. Voici comment ils les employaient pour lutter contre la faim : un jour sur deux, ils passaient tout leur temps à jouer, pour ne pas penser à la nourriture ; le jour suivant, ils mangeaient et s’abstenaient de jouer. Ils vécurent ainsi pendant dix-huit ans. Mais le fléau, loin de cesser, s’aggravait encore : alors le roi répartit tout son peuple en deux groupes, et le sort désigna celui des deux qui resterait dans le pays, tandis que l’autre s’expatrierait. Il demeura lui-même à la tête du groupe désigné pour rester, et donna pour chef aux émigrants son fils, qui s’appelait Tyrrhénos. Les Lydiens bannis par le sort descendirent à Smyrne, se firent des vaisseaux qu’ils chargèrent de tous leurs biens, et partirent à la recherche d’une terre qui pût les nourrir ; ils longèrent bien des rivages jusqu’au jour où ils arrivèrent en Ombrie, où ils fondèrent des villes et où ils demeurent encore aujourd’hui [en ± 440 avant l’ère chrétienne, NdA]. Mais ils quittèrent leur nom de Lydiens pour prendre celui du fils de leur roi, qui était à leur tête ; ils prirent, d’après lui, leur nom de Tyrrhéniens. »

L’Enquête, I, 93.

 

« Ces Tyrrhéniens sont les Étrusques, et selon la tradition grecque, leur migration se serait produite au cours du XIIIe siècles avant J.-C., les données actuelles de l’archéologie et de la linguistique semblent confirmer l’origine lydienne des Étrusques », dit la très savante Mme Andrée Barguet, traductrice d’Hérodote.

Les Romains les appelaient « Etrusci » ou « Tusci » et les Grecs les nommaient « Τυρρηνοί » (Tyrrhēnoi, c’est-à-dire Tyrrhéniens ou Tyrsènes, nom qui a été donné à la mer des côtes occidentales de l'Italie), mais si l'on en croit Denys d'Halicarnasse ils s'appelaient eux-mêmes « Rasenna » ou, par syncope, « rasna ».

Pourquoi l’Ombrie ? À cause des mines de fer dont elle était pleine. Car les mines, ils s’y connaissaient. Ils y fondèrent douze villes, liées par des pactes : la Dodécapole. Selon la légende, Tyrrhenos leur donna pour chef unique un nommé Tarcon, né avec les cheveux blancs et plein d’une sagesse précoce. [Notons-le en passant : Tarcon deviendra, dans le Nouveau Testament, Jésus enfant enseignant les docteurs.]

En fait, chaque ville avait à sa tête un seul homme nommé « lucumon » issu d’une des deux ou trois familles de propriétaires qui concentraient dans leurs mains tous les pouvoirs : civil, militaire et spirituel. Familles qui rendaient la justice, dirigeaient la vie publique, détenaient et manipulaient l’argent, armaient les navires de guerre ou de commerce, conduisaient les armées, contrôlaient le culte des dieux et, devins, prononçaient les augures : ils lisaient l’avenir ou la volonté des divinités dans les foudres, le vol des oiseaux et le foie des moutons. Plus tard, ils le firent dans des « livres de la Sybille » de leur fabrication. Leurs sentences étaient sans appel.

On a beaucoup discuté sur ce qu’était un lucumon. Un roi ? Un calife ? Un caïd ? Un chef ? Disons un oligarque. Entre autres choses, ils sont les inventeurs du fascisme et de ses symboles.

 

25. Fascio etrusco.gif

Fascio étrusque

Inventions qui ne tomberont pas, à Rome, dans des oreilles de sourds.

 

26. Fasci romani.png

Fasci romains

 

Ils sont aussi les continuateurs du capitalisme monétaire né dans leur Lydie d’origine, dont ils ont fini par infester le monde (pas seuls, il est vrai, le nombre de leurs disciples n’ayant cessé de croître de façon exponentielle).

Les douze lucumons se réunissaient de temps en temps pour discuter des affaires publiques et en décider.

Que firent ces immigrés (la moitié d’un peuple quand même, qu’on n’entendit jamais se dire en guise de salut « L’an prochain à Sardes »), une fois installé en prototype de société fasciste ? Ils fabriquèrent (ils le font toujours) les plus belles chaussures du monde, exploitèrent les mines de fer d’un âge qui ne faisait que commencer, mines qu’exploiterait encore après eux Mussolini, produisirent des vins exquis (la Gaule leur doit ses tout premiers pieds de vigne), des armes et des casseroles en bronze, des bijoux somptueux (orientaux, c’est tout dire). Dans une architecture en harmonie avec le paysage, ils construisirent des aqueducs qui servent encore et produisirent, en terre cuite, en bronze ou en peinture à fresque, quelques-unes des œuvres d’art les plus sublimes jamais produites par l’humanité.

 

27. Aplu.jpg

28. Voltumnae.jpeg

29. Etru - Hermès.jpg

30. cavaliers-etrusques-au-repoussé.jpg

Ces ancêtres de la Joconde tenaient à sourire même en mourant sous le pas des chevaux

 

Ils construisirent des flottes et se firent grands exportateurs de leurs produits, donc devinrent ou continuèrent à être incroyablement riches.

Jusqu’au jour où… ils se retrouvèrent encerclés par les comptoirs (lisez « colonies ») des Grecs et des Phéniciens.

 

31. Grèce-Phénicie.jpg

 

Ce qu’ils firent ? Exactement ce qu’Israël « encerclé » (inévitable aussi quand on s’enkyste au milieu des autres) voudrait faire à l’Iran : ils s’attaquèrent à Rome, dont le port d’Ostie était leur seule voie d’accès possible au reste du monde méditerranéen.

Et tombèrent sur un os.

Les bouseux (lisez « agriculteurs ») romains non seulement ne se laissèrent pas envahir, mais renversèrent la vapeur en mettant le siège devant la première à leur portée des douze villes. Qui tomba sans même combattre. Puis devant chacune des autres, qui tombèrent de même. Effondrement complet et définitif de la puissance étrusque.

Que s’était-il passé ?

Ce qu’apprend à qui sait la lire la légende de Tarpeia, à savoir : que la piétaille toscane, traitée en quantité négligeable, méprisée, privée de tous droits, n’avait pas vu l’intérêt de se battre pour ses maîtres. Esclave pour esclave, l’être d’eux ou des Romains, quelle différence ? Qu’ils se battent entre eux ! Et elle avait remis les clés de ses villes aux envahisseurs. Elle s’était même, auparavant, du moins en partie (les Volsques du Latium) battue aux côtés des Romains, lors de la tentative d’invasion en sens inverse. Épisodes bien oubliés de la lutte des classes…

Qu’advint-il alors des lucumons et de leurs « 20 familles » ? Ils abandonnèrent leurs terres avec ce qu’il y avait dessus et passèrent à Rome avec armes, bagages, immenses richesses et dons superlatifs pour la manipulation, la fabrication de faux et la science des augures.

De ce jour, c’est par eux que Rome fut gouvernée en sous-main, y compris sous César, Auguste et Tibère, jusqu’à sa chute. AIPAC Number One.

 

Sous-commentaire encore plus oiseux

Un casse-tête qui continue à se poser aux savants est la « langue » de ce peuple, dont la civilisation brillante a disparu du jour au lendemain sans laisser une seule page de littérature, et donc jamais déchiffrée depuis.

Ce mystère n’en est évidemment pas un : quand la tête n’a rien à dire aux pieds, il n’y a pas d’expression, parce que pas de communication du tout. Tombée la puissance, engloutie la mémoire.

Pourtant… après des siècles sous le talon de fer de Rome, des siècles d’invasions barbares (Celtes, Goths, Ostrogoths, Wisigoths, etc.), et malgré les occupations françaises, espagnoles et autrichiennes, suivies de l’ultime chevauchée de Pilleur Ier, la piétaille toscane a prouvé que le génie, c’était elle qui l’avait, prouvant ainsi du même coup que son identité, mise entre parenthèses par la chute de ses chefs, n’avait jamais disparu : Dante, c’est elle. Machiavel, c’est elle aussi. Cimabue, Giotto, Filippino et Filippo Lippi, Botticelli, Vasari, Lorenzetti, Masaccio, Bronzino, Andrea del Sarto, Pollaiuolo, Donatello, Verrocchio, les della Robbia, Ghirlandaio, Pisanello, Léonard de Vinci, Piero della Francesca, Uccello, Gozzoli, Cellini, Dolci, Brunelleschi et Modigliani, c’est encore elle. Comptons pour rien quatorze papes ! De Michel Ange à Philippe, la famille Buonarroti a donné, à chaque génération, au moins un littérateur d’envergure… mais Vespucci et Verrazzano, c’est toujours elle. Galileo Galilei et son fils Vincent. Marsile Ficin. Veracini et Vestris. Veneziano et Betti. L’Arétin, Carducci, Papini, Malaparte, Dacia Maraini, Federico Fellini, Franco Zeffirelli, Mario Monicelli, Pier Paolo Pasolini - l’Étrusque absolu ! - et Dario Fo, c’est encore et toujours elle, de même que Gino Bartali, Rolando Panerai, Ettore Bastianini Mario del Monaco et même Andrea Boccelli, quoique, aussi, Licio Gelli et Oriana Fallacci, car personne n’est parfait. Sans compter ceux qu’on oublie ou qu’on ne connaît pas. Et on ne vous dit rien pour ne pas abuser des rois et des reines actuels du polar toscan, qui ne ressemblent à personne.

 

Qu’en fut-il de ceux qui étaient restés au pays, sur les bords du fleuve Pactole ?

Ils continuèrent à s’enrichir par habitude. Tant et si bien qu’ils eurent pour roi, au VIe siècle avant nous, celui dont le nom est synonyme d’incalculable fortune : Crésus.

 

32. Crésus Claufe vignon 1629 Beaux Arts Tours.jpg

Crésus, par Claude Vignon – 1629 – Musée des Beaux-Arts de Tours

 

Comme il arrive souvent, Crésus ne sut pas se contenter de ce qu’il avait. Fut pris de la folie des grandeurs. Se mit à conquérir les pays voisins. Ne sut pas s’arrêter à temps. S’en prit à la Perse. Tomba sur Cyrus le Grand, c’est-à-dire sur un os lui aussi. Bref, se fit battre à plates coutures.

 

33. cyrusthegreat.jpg

Cyrus le Grand

Pourquoi Cyrus, au lieu de faire étrangler le vaincu dans un cachot souterrain comme on l’eût fait à Rome (mais les Romains non plus ne le firent pas aux Étrusques !) ? Nul ne le sait. Il court là-dessus des légendes élaborées après coup. Ce qu’il faut retenir, parce qu’il s’agit d’un fait historique, c’est que Cyrus invita Crésus à sa cour et le prit pour conseiller. Ce qu’il fut, gouvernant la Perse en sous-main, jusqu’à la mort du Grand Roi et même après. AIPAC Number Two.

Ainsi donc, un même peuple a, quasi simultanément, adopté dans les mêmes circonstances le même comportement de coucou aux deux extrémités du Monde (alors) Connu.

Qu’en sera-t-il d’Israël au moment de la reddition des comptes ? La même chose, à parier sans risques. Les lucumons pseudo-hébreux s’en iront, avec armes, bagages, savoir-faire et immenses richesses, nicher ailleurs, Washington, Paris et Londres étant laissés à leur sort de coquilles vides. Ailleurs, où ? Oooh… Montréal, Moscou, Sydney, Melbourne, Sao Paulo ou… Pékin, pourquoi pas ? Ils ne se contenteront peut-être pas d’un seul nid, mais abandonneront aux rétributions, sans le moindre état d’âme, un déchet de cinq à six millions d’Israéliens. Bof, ce ne sera pas la première fois. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs n’est-ce pas.

Et peut-être qu’alors Gilad Atzmon sera ministre de la Musique en Palestine. C’est la grâce qu’on lui (qu’on leur) souhaite.

Théroigne.

 

2. deux chouettes.GIF

 

 

 

Avec près d’une semaine de retard parce qu’Hygie nous snobe,

Mis en ligne le 20 février 2016.

 

 

 

 

16:09 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |