01/06/2015

Où il va être question de puissances d'argent, de Cause Première et du maréchal Staline

1. Staline 1.jpg

Où il va être question de puissances d’argent, de Cause Première et du maréchal Staline

 

Commençons par le commencement et par des excuses. Dans notre dernier post, nous avons publié un article intitulé Nouvel Ordre Mondial : les pères fondateurs, relayé du Cercle des Volontaires, dans lequel nous avons tellement confiance qu’il nous arrive de lui emprunter, sur la foi du titre, des choses que nous lisons seulement après. Ce fut le cas. Notre coulpe. Toc.Toc.Toc. Non que l’article en question mente sur les faits. Ils ne sont hélas que trop avérés, les auteurs ayant fait un sérieux travail de recherche.

Ce qui nous a fait tiquer a posteriori, ce sont les sociétés secrètes, le complot des puissants, la volonté délibérée avec un plan et tout de s’emparer de la domination du monde - comme Hitler planifia son Reich de mille ans - des malfaisances financières et anglo-saxonnes (pléonasme ?).

Il nous semble que plus tôt on arrêtera de se faire frissonner à coups de plans secrets, de satanistes, d’Illuminati et de Franc-macs au triangle entre les dents, plus vite on sortira d’infantilisme. Comme si c’était à de machiavéliques croquemitaines à cornes et à pieds fourchus que nous devions nos malheurs et non à notre propre volonté de tout subir et au-delà !

Les oligarchies procèdent ainsi, depuis 3.000 ans au moins qu’on les connaît en Europe occidentale ; elles n’ont jamais fait autre chose, sans qu’il leur soit besoin de se concerter secrètement et de comploter en rasant les murs, car – et c’est même leur seule faiblesse – elles ne savent pas faire autre chose.

Pouvez-vous imaginer un groupe d’humains décidés à dominer tout ce qui bouge et à s’emparer de tout ce qui lui a tapé dans l’oeil, qui n’évitera pas, jusqu’à la dernière minute, de le laisser savoir à ceux qui doivent en faire les frais ? Ne le feriez-vous pas vous-mêmes si vous étiez à leur place ? Il ne s’agit pas de plans fignolés mais d’une manière d’être. Et tellement prévisible ! Depuis que l’oligarchie étrusque s’en est prise à un village encore sans nom qu’elle allait appeler Rome… Depuis qu’elle a fabriqué de faux livres sibyllins pour diriger en sous-main la politique de l’urbs victorieuse, une fois que ce village, en se défendant, eut mis à bas les douze villes de sa puissante Dodécapole… Depuis que, les livres sibyllins n’impressionnant plus personne et le prolétariat (oui, le mot existait) cosmopolite ayant commencé à s’organiser, le lucumonat (les « 200 familles » de l’époque) eût fabriqué un Nouveau Testament et sans doute des « lettres de saint Paul » pour aller avec, c’est-à-dire inventé un christianisme dont il lui suffit alors de prendre la tête en même temps qu’il s’emparait des dépouilles de l’Empire, rien n’a changé. Une oligarchie a chassé l’autre. Et toutes ont eu, dans leur manche, le même atout indéboulonnable, le même allié imbattable : leurs victimes. Leurs victimes consentantes. Et il en sera ainsi tant que la caryatide ne répondra pas au souhait de Victor Hugo et ne remuera pas au moins un peu une épaule pour faire tomber la sempiternelle vermine qui n’en finit pas de festoier sur sa tête.

C’était juste une petite mise au point que nous n’aurions pu éluder sans nous faire très mal voir de notre conscience.

Ils disent « NOM », elle dit « CHAOS ».

Encore un Scriptum : il est question, dans ce même article, de la création de la Réserve Fédérale US : la FED. Nous aurions dû, si nous n’avions été en-dessous de tout, rappeler que nous avons publié en son temps - de même qu’AlterinfoNet, que les Moutons enragés et que pas mal d’autres - l’étude magistrale que lui a consacré Aline de Dieguez. Une étude qu’il faut lire, relire et méditer pour bien comprendre comment ces choses-là fonctionnent. Toujours.
 

La revoilà pour mémoire :

Les aventures mirobolantes de l'Empereur Picrochole II
au Pays des Mille et une Nuits

Aline de Diéguez

Chapitre XIV : Aux sources de l'escroquerie de la Réserve Fédérale -
Le machiavélisme des hécatonchires* de la finance internationale

* Du grec hekaton, cent et cheir, la main. Hécatonchire : qui a cent mains.(1)

2. dieu dollar.jpg

" Que peuvent les lois, là où seul l'argent est roi ? " Pétrone
" Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. "
L'industriel Henry Ford.

*

On parle ici et là de «  finance de marché », d' « ingénierie financière de Wall Street » de « non-coïncidence de l'intérêt des parties », de « dysfonctionnements structurels de la finance dérégulée » du « rôle des monnaies », comme si les opérations financières étaient mues par un petit moteur intérieur, se déroulaient dans la stratosphère et n'étaient pas connectées à la politique des États.

J'ai voulu montrer que derrière le théâtre d'ombres du vocabulaire abscons de spécialistes, des mains bien réelles s'activent dans les coulisses, les mains avides des hécatonchires de la finance internationale. Derrière les chiffres, les graphiques et les abstractions, une poignée d'hommes en chair et en os agissent. Leurs cerveaux échafaudent les plans par lesquels ils défendent avec ténacité, et de génération en génération, des intérêts privés au détriment des intérêts des nations.

Lire la suite

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/picro...

Et pour bien se persuader que c’est toujours et partout pareil, on pourra, sans risquer de perdre son temps, écouter ou réécouter ceci dans la foulée :

Napoléon et la création de la banque dite « de France »

par Henri Guillemin

 

*

Quelqu’un d’autre, qui dit « CHAOS »

3. EF xxx.jpg

entrefilets.com est animé par un seul journaliste qui ne dit pas son nom et n’écrit plus dans les journaux puisqu’il n’y a plus que des torchons. C’est ici qu’il officie : sur la toile, avec un très grand talent.Jugez-en et n’oubliez pas l’adresse.  

N.B. L’auteur écrit vite et ne se relit pas. Il laisse subsister des coquilles, qu’il faut rectifier en lisant. La pertinence des analyses mérite cet effort.

 

Du flash totalitaire français au stroboscope US

4. Bouncing_ball_strobe_edit.jpg

22/05/2015 - On dirait une accélération filmée au ralenti. En vision panoramique, on voit la multiplication exponentielle des crises qui agitent la scène géopolitique mondiale. Et si l’on zoome sur une crise ou sur l’autre, on observe que toutes, absolument toutes, s’aggravent et s’amplifient par la grâce d’une lente mécanique de pourrissement quasi automatique. Moteur de ce désordre globalisé : un Système atlantiste en décomposition qui, comme pris dans des sables mouvants, précipite sa disparition d’autant plus vite qu’il s’agite en tous sens. C’est que l’effondrement de sa contre-civilisation se fracasse désormais à la fois contre la montée en puissance des pays émergents ; et contre le mur des contradictions de son modèle néolibéral. Comme attendu, le Système atlantiste cherche dès lors à persévérer dans son être par la guerre à l’extérieur (1), et la dérive totalitaire à l’intérieur. Et là, du «flash» français au stroboscope US, les choses se précisent.

Lire la suite…

Source :

http://www.entrefilets.com/Du%20flash%20totalitaire%20fra...

 

*

À moins qu’encore le « Chaos »…

 

Ah, la Cause Première !

 

A-t-elle assez fait couler d’encre philosophique, et avait-elle assez fait s’entrechoquer les neurones de l’erectus avant même que l’encre existe ! Déjà, nos ancêtres Cro-Magnon et Neandertal, peut-être même ensemble (on en cause), l’ont traquée, la cherchant d’abord dans les pierres, blanches, percées, noires, tombées du ciel. La cherchant ensuite dans les insectes, puis dans les plantes, ensuite dans les animaux, depuis toujours dans les astres et, bien sûr, dans les éléments. Finissant par inventer qu’Elle nous avait faits à son image, c’est-à-dire allant, les présomptueux, jusqu’à l’imaginer à leur ressemblance. Mais pour ce qui est de la connaître… En fin de compte, d’étranges animaux appelés « philosophes » l’ont cherchée derrière les mots, dans des abstractions où Elle a persisté à cultiver l’art de se dérober. Ces téméraires-là se sont, en Europe, appelés Platon, Descartes, Kant, Hume (on vous passe Aristote et Saint Augustin). Il fut un temps où ils étaient une sorte de lumière du monde. On croyait qu’il n’y avait plus qu’à continuer sur leurs traces pour la trouver un jour, et, après Elle, on n’aurait plus eu qu’à se mettre à chercher la Cause Avant-Première, car il doit forcément y en avoir une. Mais voilà que la belle aventure tourne court et que leur continent, au lieu d’aller de l’avant, s’enfonce dans les ténèbres. « Quel est l’avenir de la philosophie en Europe ? » se demande leur successeur d’aujourd’hui. C’est là qu’il se souvient de ce que, seule entre les oiseaux, l’aténé noctua prend son vol quand il fait noir… et n’est-elle pas l’oiseau de la sagesse ?

 

5. vol de chevêche bannière.PNG

6. manuel de dieguez.GIF

7. cheveche.d.athena.jfna.gif

L'avenir de la philosophie européenne 1

 

A Catherine Lieutenant, ces quelques pas
en direction du "fondement abyssal"

 

1 - L'oiseau de Minerve et le crépuscule de l'Europe

2 - L'annonciation platonicienne

3 - Descartes

4 - Kant

5 - Les premiers pas de l'anthropologie critique

6 - Un catalyseur suspect

 

1 - L'oiseau de Minerve et le crépuscule de l'Europe

On dit que l'oiseau de Minerve ne prend son vol qu'au crépuscule des civilisations, on soutient que les ailes de la mort des Etats attendent l'heure du déclin ou de l'effacement des hommes d'épée et des rois de l'action, parce qu'alors seulement il est permis aux fécondateurs de la mémoire des grands trépassés de féconder leur postérité intellectuelle. Comment le flambeau de la réflexion passe-t-il des mains des bâtisseurs à celles des peseurs de nos cellules grises, comment l'histoire passe-t-elle du tranchant des glaives au tranchant de la dialectique? Il s'agit d'apprendre sur le fil du rasoir si la civilisation européenne se trouve d'ores et déjà dans une situation suffisamment crépusculaire pour faciliter l'envol - toujours et nécessairement tardif - d'une pensée lourde des catastrophes de la lucidité? Mais il se trouve que, depuis Aristote, la science des civilisations mourantes s'est toujours régénérée à l'écoute d'une réinterprétation révolutionnaire de leurs funérailles et d'une mise en évidence de la signification secrète de leur descente au sépulcre.

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

Et, pour rappel :

Dans la section « Les défis de l’Europe » :

 

V.   La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ? Le cercueil de l’Europe, 22 mai 201

IV. La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ? Les carences méthodologiques de la science historique contemporaine,15 mai 2015.

III. La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ? De  l’abaissement à la trahison, 8 mai 2015.

II.  La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ? Les prouesses de la fiole  magique, 1er mai 2015.

I.   La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ? 24 avril 2015

 

*

8. Clio.jpeg

 

Ce qui suit date d’octobre dernier. Et alors ? Nous ne l’avions pas vu passer. Que l’histoire comme la justice aille lentement, qu’importe, pourvu qu’elle aille sûrement :

 

Khrouchtchev a menti

Grover Furr – Le Grand Soir1er octbre 2014

9. XXe Congrès N.K..jpg

 

Ce pourrait être le titre accrocheur d’un article paru dans le mensuel à diffusion militante d’un petit groupe marxiste-léniniste peu connu, mais il s’agit de tout autre chose. Un ouvrage de 410 pages d’un historien étasunien ignoré en France puisqu’aucun de ses ouvrages n’a jusqu’à ce jour été traduit en français.

Son nom : GROVER FURR. Ce jeune homme de 70 ans est professeur à l’université de Montclar dans l’État du New-Jersey, il écrit et publie en anglais et en russe et ses domaines de recherche sont : la littérature anglaise du Moyen-âge, l’histoire de l’URSS et l’histoire du mouvement communiste.

Formé à l’université de Princeton, une des plus prestigieuses des États-Unis, il est considéré par DAVID HOROWITZ, (ancien communiste étasunien qui a quitté le Parti après le rapport Khrouchtchev, est passé à la nouvelle gauche et a fini dans le camp des néoconservateurs) comme un des universitaires étasuniens les plus dangereux. Pas étonnant que les grandes maisons d’édition U.S. ne lui ouvrent pas leurs catalogues. Il n’a trouvé là-bas qu’un petit éditeur militant dans l’Ohio ERYTHROS PRESS AND MEDIA.

Ses ouvrages en russe sont vendus par PENGUIN BOOKS à Moscou mais ne sont pas annoncés sur les sites étasunien et anglais de ce puissant groupe éditorial au rayonnement mondial !

 

10. grover furr.jpg
Un Mathiez US ?

Son site Internet en anglais est nourri de très nombreux articles qu’il continue à écrire sur ses sujets de travail.

Ses principaux livres publiés en anglais

  • Sur Staline et Khrouchtchev : Khrouchtchev a menti, (2011).
  • Sur Kirov : Le meurtre de Kirov, (2013).
  • D’autres ouvrages ont été publiés ailleurs, ainsi directement en Turquie un livre sur l’affrontement politique entre Staline et Trotski : Stalin ve Demokrasi - Trotskiy ve Naziler. Istanbul : Yazilama, 2012 (Staline et la démocratie - Trotski et les nazis)

KHRUSHCHEV LIED a déjà été traduit en de nombreuses langues : espagnol, galicien, vietnamien, turc …

La traduction française de ce livre vient de sortir aux éditions Delga.

Khrouchtchev a menti dans son fameux rapport secret au XX° congrès du PCUS en 1956 qui a bouleversé le mouvement communiste international car aucune des affirmations de ce discours ne résiste au travail scrupuleux et nourri d’années de travail de GROVER FURR sur les archives.

Nous publions un court extrait de la conclusion du livre sans reproduire le très important appareil de notes qui accompagne chaque page de l’ouvrage simplement pour donner envie de lire ce livre qui bouleverse l’historiographie occidentale en vigueur.

Comaguer

http://comaguer.over-blog.com
Bulletin n° 273 - semaine 38 - 2014

 

=================================================================

 

Extrait du Chapitre 12 – Traduction COMAGUER

Conclusion : L’héritage persistant de la tromperie de Khrouchtchev

Pendant des décennies, il a été admis que Khrouchtchev avait attaqué Staline pour les raisons qu’il a mises en avant dans le « discours secret ». Mais maintenant que nous avons établi que les accusations de Khrouchtchev, ou ses « révélations » contre Staline dans ce discours sont fausses, la question se pose avec encore plus de force : Que s’est-il vraiment passé ?

Pourquoi Khrouchtchev a-t-il attaqué Staline ?

Pourquoi Khrouchtchev a-t-il attaqué Staline ? Quelles étaient ses motivations réelles ? Les raisons qu’il a mises en avant ne peuvent pas être les vraies. Les ’révélations’ de Khrouchtchev sont fausses, et Khrouchtchev soit le savait (dans la plupart des cas), soit ne s’en souciait pas.

Khrouchtchev avait certaines raisons réelles, mais c’est précisément celles sur lesquelles il est resté silencieux dans son discours lors du 20e Congrès du Parti à ce sujet, et d’ailleurs, pour le reste de son existence. En d’autres termes, ’derrière’ le « discours » connu dans le monde il y en a un second, un véritable « discours secret » - celui qui est resté ’secret’, non prononcé. Mon but est de soulever cette question plutôt que d’y répondre. Je mentionnerai simplement quelques possibilités et des questions qui nécessitent un complément d’enquête, certaines évidentes, d’autres moins.

Khrouchtchev voulait certainement éviter que qui que ce soit s’intéresse à son propre rôle dans les répressions de masse injustifiées des années 1930 en déplaçant la faute sur Staline et en lançant des ’réhabilitations’. Il a probablement supposé que les « réhabilitations » le rendraient populaire dans de larges secteurs de l’élite du Parti, sans se soucier de savoir si ces « réhabilités » avaient été ou non coupables. Peut-être même imaginait-il, à Moscou et en Ukraine, où sa réputation d’organisateur des répressions fut bien méritée et largement connue, qu’en rejetant la responsabilité sur le défunt Staline tout en innocentant les réprimés et leurs familles survivantes (ce qui était tout aussi important), il atténuerait l’animosité que beaucoup devaient avoir contre lui.

(Note du traducteur : l’actualité invite à souligner que la décision d’intégrer la Crimée à l’Ukraine fut une décision inattendue prise par le seul Khrouchtchev qui l’imposa sans débat)

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/khrouchtchev-a-menti.html

11. Staline.jpg

À la suite de cet extrait du livre de Furr, Comaguer a l’excellente idée d’ajouter un texte rédigé par Joseph Staline un an avant sa mort, texte intitulé « les problèmes économiques du socialisme en URSS », d’une actualité qu’on peut dire brûlante, où il est notamment question :

5. De la désagrégation du marché mondial unique et de l’aggravation de la crise du système capitaliste mondial, et

6. De l’inévitabilité des guerres entre pays capitalistes

Oui, oui. Et on vous répète :1952.

*

Comme tout cela se passe aux États-Unis, on trouve, sur le net, un blog intitulé :

Help stop Grover Furr

Montclair State's Grover Furr praises Stalin

12. Stop GF.jpg

http://stopgroverfurr.blogspot.be/2012/12/help-stop-profe...

qu’on doit à l’initiative d’un de ses élèves.

 

*

Nous avons par ailleurs déniché, pour les anglophones, deux essais de Grover Furr que nous n’avons pas encore lus :

Stalin and the Struggle for Democratic Reform - Part One

http://clogic.eserver.org/2005/furr.html

Stalin and the Struggle for Democratic Reform-Part Two

http://clogic.eserver.org/2005/furr2.html

 

*

Est-ce à dire que le Pr. Furr réhabilite le petit père des peuples et fait de lui un ange privé d’ailes ? On n’en sait rien, mais on en doute. Ce qu’il fait apparemment, c’est remettre les compteurs à zéro.

Car il y a deux sortes de révisionnisme en histoire

1) celui qui remet en cause les idées reçues, y compris celles qu'on a eues, parce que « seule la vérité est révolutionnaire ».

2) celui qui tente d’imposer comme vrai un mythe fabriqué de toutes pièces, généralement par esprit partisan.

Le premier est de l’histoire, le second de la manipulation.

Il y a aussi ceux qui pensent en file indienne, c’est-à-dire qui se copient et se répètent les uns les autres sans rien examiner. Ils peuvent bien s’appeler « historiens ». On n’est pas obligé de les croire.

L’ironie des dieux veut que ce sondage du puits censé en faire sortir, à poil si possible, son illustre locataire, nous vienne d’un endroit aussi improbable que Montclair, New Jersey, et d’un homme qui enseigne la littérature anglaise du Moyen-âge. Mais pourquoi pas ? L’esprit souffle où il veut.

Quoi qu’il en soit : quiconque a lu sans a priori, des décennies après les faits et sans connaître aucun des acteurs de la pièce, le Rapport de Nikita Khrouchtchev au XXe Congrès du PCUS, sait qu’il ne contient que du vent, du creux, des affirmations que rien n’étaie. Mais qu’il a dû servir à quelque chose, probablement d’arme ou de projectile dans une lutte pour le pouvoir. De sonde peut-être ou de filet, pour ramener à soi un  maximum d’indécis du ventre ou du marais, comme il fut dit chez nous jadis. Quiconque a un peu étudié l'histoire des hommes sait qu'on ne gouverne pas innocemment et jamais seul. Pas plus Staline qu'un autre.

Ce qui vient de commencer, c’est le procès de Nikita Khrouchtchev et la véritable histoire, on l’espère, de l’URSS, indépendante de l’officielle russe et de l’officieuse occidentale. Nous sommes prêts à parier que les travaux du Pr. Furr soulèveront d’abord beaucoup plus de questions qu’ils n’apporteront de réponses, mais cela ne devrait déranger que les sots et/ou les malintentionnés. 

Ce qui est sûr, c’est que Comaguer et Le Grand Soir ont donné aux historiens manqués et aux indécrottables curieux que nous sommes une furieuse envie de lire Grover Furr.

 

13. K  a menti.jpg

 

 

Grover Furr

Khrouchtchev a menti

Préface de Domenico Losurdo

Éditions Delga – Septembre 2014

441 pages

 

 

 14. kirov.jpg

 

Grover Furr

The murder of Sergei Kirov

History, Scholarship and the Anti-Stalin Paradigm

Erythrós Press and Media, LLC

434 pages - En anglais.

 

 

Note de l’éditeur : http://www.erythrospress.com/store/kirov.htm

 

En résumé : Leonid Nikolaev fut-il un assassin isolé agissant pour des motifs personnels et Staline se servit-il du meurtre de Kirov pour « monter un coup » contre des ennemis réels ou imaginaires et les faire exécuter ou l’arrestation de Nikolaev fut-elle un élément-clé qui permit la découverte de la grande conspiration – « droitière » - de Zinoviev contre la Russie soviétique ?

 

Pour les curieux :

Un entretien avec le Pr. Furr

 (interviewé par Carl Miller)

 C’est en français :

 http://www.northstarcompass.org/french/nscfr62/furr...

 

*

On sait peu que deux des plus importants écrivains belges du XXe siècle ont été d’indéfectibles partisans de Staline et qu’aucun des deux n’a été membre, jamais, d’aucun parti. L’un était picard et surréaliste, l’autre, liégeois et pataphysicien.  Voici le Picard.

15. myopie_intelligente_1.jpg

16. Scut myope.jpg

La myopie rend-elle plus intelligent ?

 

Louis SCUTENAIRE, 1905-1987             

Mes inscriptions

(Nous les avons glanées dans plusieurs volumes)

 

Je ne suis ni surréaliste ni poète ni Belge

Honte à celui qui inventa le pardon.

Donnez votre surplus au pauvre pour que le riche puisse le lui prendre et guérissez les lépreux pour qu'ils retournent à l'usine.

Je ne plie le genou devant rien ni personne : j’ai de l’arthrose.

Dans notre monde occidental, à l'heure d'aujourd'hui, l'à peu près seul métier propre est la pratique du hold-up.

Une fois peut être la première d'une coutume.

En cas d'épidémie il faut tuer tout le monde pour qu'elle ne se propage.

Populaces, j'écris pour vous.                                                            

Pendant qu'on l'égorgeait elle criait d'une façon désagréable.

C'est toujours dans le désert que l'on casse sa bouteille d'eau

Ne donnez pas votre sang à la Croix-Rouge, il pourrait guérir votre ennemi ou votre maître malade. Ne faites l'aumône qu'au miséreux de votre choix.

Je pense trop de mal des gens pour en médire.

Les femmes sont beaucoup plus faciles à vivre que les hommes.

Hélas ! Non, les prétendues vérités révélées par les religions ne sont pas absurdes : sottes seulement.

La femme aime l'amour : une Marie-salope, une nymphomane.

L'homme : un joyeux luron, un vert-galant.

à voir la bêtise fleurir dans le regard des gens on se réjouit de ce que la poudre ait été inventée avant eux.

En pays d'Occident tenir la délinquance professionnelle pour un chancre rongeur de l'organisme capitaliste.

Le chômage est déplaisant parce qu'il n'est pas tout à fait généralisé.

Le 2 avril 1974, quand Georges Pompidou se présenta à la porte du Paradis (il n'y a plus d'Enfer), il fut accueilli par une délégation conduite par Bontems, Buffet et Marcovitch.

La liberté de la presse est un moyen d'oppression du lecteur.

En morale, il y a toujours mieux à faire.

L'instruction obligatoire est un meilleur moyen d'abrutissement des foules que le maintien dans l'ignorance.

à six heures du matin, le 29 juin 1905, quand je suis né, la Belle Époque a été supprimée.

Pourquoi faut-il que cette crapule d'Henri IV fût un écrivain admirable et bon ménager de son royaume ?

Dans les nuages, des palais de nacre.

La religion est une fatigante solution de paresse.

Dans mon image d'Épinal, la haute couronne de Geneviève de Brabant est un manque dans l'écorce du chêne.

Lui aussi le rossignol se répète.

Mon érudition me permet cent larcins que ma conscience ennoblit.

Littérature d'aujourd'hui, végétation parasite grimpée sur les cadavres des vieux arbres pour essayer de peupler l'espace. 

La Paloma, film de Schmid, est aussi nébuleux et sublime que l'oeuvre de Novalis. 

Ceux qui pratiquent un sport dangereux en amateurs et se cassent la figure n'ont pas volé ce qui leur arrive et le secours officiel devrait leur être refusé : il faut que la jactance trouve en elle-même son châtiment ou sa grâce.

La nuit est la paupière du ciel.

Le seul bon conseil : ne t'y fie point.

Obligés de plaire ou déplaire pour vivre : les pauvres.

Une foi est coutume.

Générosité, soeur de l'indifférence.

L'ouvrier n'est ni humilié ni asservi par la machine mais par le propriétaire de celle-ci.

Je ne suis pas un tyran, je vous laisse trancher de ce qui ne m'intéresse pas.

Le ci-devant Paul-Louis Courier de Méré, sous la Révolution regrettant les rois, sous l'Empire la Révolution et sous la Restauration l'Empire jusqu'à y laisser sa peau, est un grand écrivain attachant.

La plus grande sottise que les Belges aient commise - et le Diable sait s'ils en commirent - est la révolution de 1830.

Ah ! vivre assez vieux pour admirer le jour où les fauvettes chercheront - et trouveront - le moyen de décimer la horde humaine, celui où les pigeons mettront le point d'arrêt à l'ovulation de la horde susdite, celui où renards et blaireaux l'enfumeront dans ses tanières !

La logique est un godemichet, la dialectique un vit.

J'ai trop d'ambition pour en avoir.

La gastronomie me soulève le coeur autant que la religion.

Le monde est tel que je le vois, a dit Schopenhauer en quelques centaines de pages.

Si les pays riches, au lieu de dispenser leur aide financière aux dirigeants du tiers-monde, en faisaient bénéficier le peuple, je ne donnerais pas gros de leur avenir.

Les jeunes, avec leurs idées à la noix que nous avions à leur âge ! Et leur arrogance imbécile que nous n'avions pas !

La liberté de la presse est celle d'une bande de voyous ignares. Et que dire de la censure !

Je comprends sans peine que son moi déplaisait à Blaise Pascal.

Assimiler Staline aux dictateurs de droite est confondre piqûre de sérum et morsure de serpent.

On n'est pas riche innocemment. Répétons-le sans cesse et le (re)répétons.

« Le monde est fait d'imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauver une société absurde. » (Jean Yanne).

L'homme reproche au mouton d'avoir l'esprit grégaire.                           

Importe beaucoup moins la construction d'un monde nouveau que la destruction du monde actuel.

Malgré ou à cause de mes énormes principes, je suis sans préjugé.

Ils ont secoué la barque si fort qu'elle est retombée d'aplomb.

Il y a des révolutionnaires qui ne sont pas révoltés, et vice versa.

Le charlatanisme des guérisseurs n'a d'égal que l'ignorance des docteurs.

Affubler le Picard de Belgique du nom de Wallon revient à dire d'un membre de l'IRA provisoire qu'il est anglais.

Je ne crois pas que personne ait écrit autant de platitudes qu'André Malraux. Souhaitons que ce fût consciemment.

La lune, mère des mois.

On ne s'ennuie pas quand on a des soucis.

S'il m'arrive quelque chose de pas déplaisant, je me dis presque toujours : «C'est peut-être pour la dernière fois».

Pendant que Barthes, Sollers, Foucault, Blanchot et Cie s'échi­nent ennuyeux à chercher les lois inexistantes des sémiologie, sémantique, linguistique, l'éboueur de Bafoulabé, le terrassier de Tizi-Ozou, l'aromatique de Papeete, le touriste de Mannheim, Frédéric Dard, le rieur de Mayotte, le boucher de La Nouvelle Orléans, le savetier de la place du Combat et l'auteur des blagues du Petit Farceur recréent la langue.

La poésie devient presque aussi intolérable que la musique et le football.

Je suis un poète macaronique.

Quand un malheur vous frappe, les religions veulent que vous remerciiez le ciel de ne pas vous en avoir infligé un plus grand.

Précautions ou pas, vous êtes tout de même fichus, mes frères !

Une paix bien beurrée enfonce dans l'ornière cent fois mieux que la guerre à fracas.

Quand un critique me bafoue je ris de me voir si bête en ce miroir.

L'égalité : exactement les mêmes moyens à l'usage et à la disposition de chacun pour une fin commune.

En pays capitaliste les manifestations folkloriques sont des actes contrerévolutionnaires.

Il faut soigner les bêtes atteintes de la rage, non les assassiner.

La sottise humaine : c'est presque toujours des guerres que sort le progrès.

La vieillesse merveilleuse autant qu'affreuse des personnes intelli­gentes.

Chère autruche, comme je vous comprends.

Spartacus n'avait lu ni Marx ni Engels et pourtant il a été vaincu.

Il ne s'agit pas de convaincre mais de vaincre.

Anarchiste au point de vous autoriser à ne pas l'être.

Pour les intellectuels de gauche, étaler leur science des théories est faire la révolution.

Le pouvoir n'est pas au bout de la pensée.

…le siècle épouvanté de n'avoir pas connu que la vie triomphait dans cette voix banale.

Mieux vaut couper le cou à l'innocent qu'épargner le coupable.

On déteste moins la police par sympathie avec les délinquants que par horreur des autorités qui l'utilisent.

La sublimation du vice est aussi déplaisante que celle de la vertu.

Les taureaux ne sont pas les seuls à combattre la cape et non le matador.

Agrandir et améliorer les cages est le contraire de les abolir.

Le plus répugnant spectacle qui me fut infligé ces temps-ci est le discours de Malraux, devant la cathédrale de Chartres, célé­brant le trentième anniversaire de la capitulation allemande le 8 mai 1945.

Chaque livre d'histoire en se fermant fait le même bruit : «abrutis».

Le terrorisme capitaliste.

Le grand style : «Elle a un frère qui a l'honneur d'être un peu fou par la tête». (Tallemant des Réaux).

Les réformistes jettent des os au chien dangereux.

Les vrais salauds ne sont pas les professionnels du crime, ce sont les journalistes, les écrivains qui parlent d'eux en les affublant de leurs certitudes et turpitudes personnelles.

Vouloir le socialisme dans la liberté est vouloir se faire pendre un jour par quelque Pinochet.

Le despotisme et la crainte sont nécessaires à la réussite du communisme. Qui prétend le contraire - s'il fait ou fit profession de révolutionnarisme - est justifiable de la corde.

Frères maristes, à l'histoire bourrée d'atrocités sexuelles, Jésuites de forfaitures intellectuelles et sociales, Dominicains d'horreurs fidéistes, Bénédictins de sottises monumentales, Séculiers de tyrannie multiséculaire, Franciscains d'ordure, rapine, mendicité, Cisterciens de spoliation, Bollandistes de fables idiotes, vous tous criminels, exploiteurs, voleurs, faussaires, menteurs, stupides, aucun châtiment ne pourrait être assez lourd pour vous faire expier vos turpitudes.

Qui porte le nom d'un guillotiné baisse la tête pour un rien.

La trop longue agonie du capitalisme expirant.

Une famille royale est pareille à une équipe de football : elle compte des gens de toutes les nations qui sont bien payés et que la foule imbécile acclame.

Mes inscriptions sont une rivière de Californie, il faut tamiser des tonnes de sable et de gravier pour trouver quelques pépites, voire des paillettes. Remarquez sable et gravier ne sont pas matières inutiles.

La musique pop est révolutionnaire, mon vieux Marc Moulin : elle vient de faire son entrée à Radio-Vatican.

La grève, qui fut à l'origine un moyen magnifique aux mains des véritables travailleurs, est devenue la triste monnaie de tout un chacun.

Ils osent prescrire la peine de mort dans leur code et n'ont pas le front de l'appliquer.

Crapuleux Danton, qui conseille à Desmoulins de publier dans son journal Le Vieux Cordelier un article prônant la création d'un «Comité de Clémence».

Quand on est mort on n'est plus malade.

Tout misanthrope que je sois j'aime les hommes, et c'est pourquoi ils m'agacent tant.

Il faut que chacun soit porté au pinacle, ou bien personne.

Les communistes italiens sont italiens. Les néo-fascistes italiens font partie d'une internationale.

Assassinant Trotski, les États-Unis faisaient coup double.

Arriver à faire du bien commun autre chose qu'un poncif.

Ce n'est pas tout d'avoir du génie, il faut encore savoir que cela n'a pas d'importance.

Les pauvres petits corps douillets, les pauvres petites cervelles amorties, les pauvres petits coeurs glaireux qui prêchent la douceur, crochus des doigts, prunelles crevées et prêts à tout pour défendre leur propre chemise sale.

Celles de François Villon et de Guillaume Apollinaire mises à part, je préfère les poésies de Pierre Dupont à celles de tous les autres écrivains français.

Le vent fait trembler la pluie.

La pensée est consolante d'avoir vécu au temps de Bonnot et à celui de Baader. Et de Lénine, Staline, Mao.

Les libertés démocratiques : des os jetés à des chiens.

Comme tant d'autres mes inscriptions sont aussi l'histoire de l'usure d'une tête.

Pour n'être pas englouti par le marécage bourgeois qui me cerne de toutes parts, je n'ai besoin d'aucunes drogues, pas plus des spirituelles que des autres. Asocial, inadapté, instable, manquant de volonté, discipline, ambition, esquivant mes responsabilités, je trouve en moi les armes convenables.

L'humour souvent révèle un état pitoyable de l'humoriste.

Chamfort : morte la bête, vif le venin.

Les coupables des «erreurs» du bolchevisme sont les pays capitalistes.

Mieux vaut être nymphomane que frigide.

Les maux psychosomatiques sont les révoltes des impuissants.

Je suis mon seul refuge

Donner la vie est aussi coupable que l'ôter.

Dire que ces vieilles punaises ignorantes et stupides, à vulve ou à verge, ont toute liberté pour décider de l'avenir de l'imbécile jeunesse !

Les petits ennuis ne sont pas un bon entraînement pour les grands.

L'homme n'est bon, cher Rousseau, ignorant de l'orthographe.

Traduire en russe les trois cents pages de L'agonie de la Russie blanche et les faire apprendre par coeur aux dissidents de l'U.R.S.S.

En démocratie occidentale, on jouit de la liberté à condition de ne pas en user.

Rusées, les classes possédantes ont réussi à faire tourner à leur profit les activités qu'elles tentaient de réprimer jadis avec férocité.

Dans la sotte espérance de garder leurs six arpents, ils donnent leur voix aux valets de ceux qui ont cent mille bonniers.

Pitié n'est pas un mot révolutionnaire.

Le geste auguste du chômeur.

Ne laisse pas faire à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse.

Les intellectuels dits de gauche aiment mieux tanner leurs amis que leurs ennemis. C'est moins dangereux et ça laisse des chances pour l'avenir.

Les intellectuels de gauche ou qui le furent tiennent la Révolution pour un tigre dont les taches seraient mal réparties ou qui aurait quelques puces.

Trop émotif et trop peu sentimental pour vivre comme je l'entendrais.

Cent fois de ton marteau frappe ce clou : dévaliser le riche n'est pas voler, tuer les puissants n'est pas un crime.

Pour garder les yeux bien ouverts sur l'actualité immédiate, une commission de citoyens intègres vient de se former qui enquêtera sur les circonstances de la captivité du cardinal La Balue.

Qui se dit ni de gauche ni de droite est de droite.

La seule espèce animale qu'il ne convient pas de protéger est l'humaine.

Tel qui se laisse exploiter me hérisse autant que son exploiteur.

Ce qui m'horrifie le plus dans l'homme est sa bonne conscience.

La solution n'est pas de rendre la vie plus douce au pauvre mais impossible au riche.

Que maudits soient à jamais les Grecs qui détruisirent Ilion.

Je ne pardonnerai jamais X pour le mal qu'il me fit. D'ailleurs, ne m'en eût-il pas fait, je ne lui pardonnerais même pas son existence.

Quand je déteste un peuple, c'est toujours celui au milieu duquel je suis au moment où je déteste.

C'est à ma langue picarde que je dois ma concision.

Si la Révolution ne se fait pas c'est parce que les révolution­naires sont des incapables.

Ce qui me déplaît chez Marx et ses disciples - ainsi que chez la plupart de leurs ennemis - est la primauté qu'ils accordent à l'homme.

Staline vous dit merde.

Comment leur pauvre estomac digérerait-il mon riche brouet ?

J'ai renoncé depuis longtemps à faire entendre quoi que ce soit à qui que ce soit. Je laisse aux avenirs la peine de me donner raison.

La Vierge apparaît souvent dans une grotte ou un vallon et le Christ sur un pic. Oh! Freud ! Freud ! Freud !

La femme donne plus facilement le plaisir à l'homme que celui-ci à celle-là.

«Les droits de l'homme», de conquête révolutionnaire est devenu slogan réactionnaire.

Après avoir interdit le sport cynégétique sous peine de mort, il baptisa «Allée des chasseurs» une longue avenue jalonnée de potences auxquelles il faisait pendre les délinquants.

Encore une ou deux bévues comme celle du Docteur Fleming, et nous voilà partis pour neuf ou dix siècles de vie.

Staline fut assassiné lorsque ses «amis» s'aperçurent de ce qu'il se préparait à passer du socialisme au communisme.

L'angoisse est un luxe, l'inquiétude une triste nécessité.

La question se pose toujours de savoir si Valéry, Nougé, Paulhan, qui s'en prenaient aux mots, s'en prirent aussi aux choses.

Tout se passe dans l'éternité à la même seconde.

La révolution est un moment admirable de folie, la réaction un moment innommable de bêtise, le conservatisme une morne éternité d'ennui.

Le football est une laide mêlée de brutes bruyamment applaudie par des abrutis.

Ce qui motive les foudres des censeurs d'Histoire d'O est qu'elle est aux neuf dixièmes vraie, les impliquant eux et leurs maîtres.

Je ne signerais un appel contre la peine de mort que s'il incluait les plantes et les bêtes

Un bon poète est aussi utile à l'État qu'un bon joueur de quilles.

Je déteste le romantisme qui magnifie les mots et le prosaïsme qui réduit les émois.

« Parlons tout juste alors selon le simple usage. » (Coleridge).

Le secret d'amuser est celui de tout dire.

Sinon la plus agréable, la guerre civile est la plus propre et la plus justifiée des guerres.

Mon coeur se trouble à la pensée de ces bourriques humaines qui jettent leurs déchets à la poubelle au lieu de les offrir aux oiseaux et autres bêtes errantes.

L'utilisation dans les lettres et la conversation de l'argot et du langage populaire est une des formes de la démagogie.

Tous les Césars sont de Carnaval.

N’accusez pas de crime la femme qui se débarrasse d'un homme.

Les derniers soubresauts du capitalisme sont hideux, misé­rables, comme l'est la naissance difficile de son remplaçant.

Chéri-Bibi, cet homme bon, brave, robuste et criminel par fatalité, qui prenait les vessies pour des lanternes, me fait invinciblement penser aux masses occidentales.

« Nous aurons besoin d'assassins. » (Gaston Leroux).

Qui sème la liberté récolte l'injustice.

On ne vole aux riches que ce qu'ils prirent aux pauvres.

On entoure d'une sorte de culte, de tabous à relents sentimentaux, la vie des enfants, lesquels devenus grands on tue de travail, à la guerre ou d'ennui.

Les pires criminels en matière politique sont les modérés parce que les plus bêtes et les plus hypocrites.

Assurés de leur grande science et de leur bonne conscience, les blancs projettent leur propre malfaisance dans leurs jugements sur les peuples qu'ils opprimèrent et gangrenèrent au cours des siècles.

De moins en moins attiré par les images, de plus en plus exaspéré par la musique et la chansonnette, de plus en plus intéressé par les écrits de toutes sortes.

Par ses ouvrages, s'il montre ce qu'il est, l'écrivain montre plus encore ce qu'il aurait bien voulu être.

Le vrai révolutionnaire déteste l'aventure.

Qu'importe le papier pourvu qu'on ait le texte.

Ne comptez pas sur moi pour faire la différence entre la violence politique et la violence «crapuleuse» lorsque l'une et l'autre ont pour effet de desserrer la corde qui nous étrangle.

Avec un mouvement de houppelande, Gide a écrit : «Le plus grand poète français est Victor Hugo, hélas !». Deux erreurs.

Ces nations, les États-Unis, la Grande Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et autres scandinaves, qui, pour des raisons sordides, ont commis plus de massacres anciens ou tout frais qu'il n'y a de glace aux deux pôles, vilipendent, le miel en gueule et le doigt sur la gâchette, des romantiques ou des maladroits ou des naïfs de qui les péchés s'expliquent.

Remplacer la démocratie par le fascisme est remplacer un ulcère par un phlegmon.

Vieux farceur d'Arnold Toynbee qui, avec d'autres mots, répète ce que disait déjà ce vieux fumiste d'Aristote.

Les attentats appelés aveugles et lâches par les gens qui se croient de bien comportent des risques énormes pour leurs auteurs qui savent à qui ils s'en prennent et à quoi. Les qualifier de minables comme le fait le si brillant prince Poniatowski n'est pas plus sérieux car il n'est jamais bas ni mesquin de manifester n'importe comment sa révolte.

 

*

Les dernières :

1980-1987

 

La liberté de la presse n’est pas celle des journalistes mais celle de ceux qui les stipendient.

Neuf fois sur dix, le travailleur est un idiot crapuleux, le patron une crapule idiote.

J’en veux aux hommes pour l’assassinat qu’ils perpètrent contre les étourneaux, leur souhaitant de subir un même sort, jusqu’au moins la huitième génération.

La mise au point de la troisième guerre mondiale par les Yankees et leurs valets jaunes, blancs et noirs est un complot fort transparent. Ils sont allés jusqu’à rallumer le traditionnel brûlot de la Vistule qui a déjà fait tant de mal aux conquérants et aux aborigènes. Ils ont choisi pour boutefeu un petit moustachu aussi plein  de lui-même qu’un autre – un peintre autrichien – qu’ils avaient aidé à déclencher voilà quarante ans le deuxième conflit. Ils ont fait assassiner un saint homme, un des très rares personnages supportables de la ribambelle des évêques de Rome. Et le remplacèrent par une remuante fripouille, Sarmate comme par hasard. Souhaitons que cette sanglante et infantile mise en scène vole en éclats face au redoutable sens des échecs reconnu aux Tartares.

La sottise a remplacé la misère, le mensonge fourbe les supplices, un confort médiocre le besoin, la procession en mandolines et panneaux l’émeute, la prédiction morose la terreur,  la chanson de charme le chant du peuple, le vol hypocrite l’attaque à main armée, pour le plus grand profit des exploiteurs. Cela se nomme le progrès.

« Le sommeil du malheureux c’est encore du malheur. » – Frédéric Dard.

Mes intellectuels révolutionnaires blâment ce qui se passe à l’Est, moi ce qui se passe à l’Ouest.

Les gens heureux sont de grands coupables.

Comprendrai-je un jour comment George Orwell, s’en prenant au monde entier, arrive à se concilier tout un chacun ?

Ils disent que les bêtes n’ont ni intelligence, ni âme, ni conscience. Si c’est vrai, les bêtes ont de la chance.

Ne jugez pas, contentez-vous de ne pas comprendre.

Le Yankee lit le Washington Post, le Français Le Monde, l’Anglais le Times, l’Allemand Die Welt, le Belge Le Soir, le Soviétique est analphabète.

(Extrait des quotidiens ci-dessus.)

Et aussi : le Yankee se gorge de hamburgers et de bourbon, le Français d’andouille et de vin, l’Anglais de pudding et de porter, l’Allemand de delikatessen et de bière, le Belge de pommes fritres et de lambic, le Soviétique lèche les murs de son isba.

Les grandes valeurs souvent sont invoquées par les grands voleurs.

Aucun parti politique n’a connu autant de traîtres, de renégats que le parti communiste. Il est vrai que passer du communisme à l’anti-communisme rapporte et que le contraire coûte.

Quand je notai jadis que la solitude et la surdité étaient les plus grands des biens j’oubliai d’ajouter qu’elles étaient source de maints tracas et chagrins.

Tom Gutt me dit : « Le virus est l’expression contemporaine de l’ignorance médicale ». Formule qui m’enchante car j’en recherchais une depuis longtemps.

Un dicton anglais affirme : « À brebis tondue, Dieu mesure le vent ». Allons donc !

Les pays « libres » préparent la guerre comme on joue à cache-tampon et l’U.R.S.S. les contre comme au jeu d’échecs.

Il est un mot dont j’ignore le singulier mais dont je connais trop bien le pluriel, c’est « ennui ».

Les crétinisants voyages.

La puissance du communisme se mesure à la quantité (et à la qualité ?) des sarcasmes, calomnies,  menaces dont on l’accable.

Tandis que la débilité du libéralisme s’évalue par la profondeur, la puanteur du bourbier dans lequel nos vies traînent.

Je n’avais guère d’estime pour Louis Aragon malgré mon admiration pour son œuvre jusqu’à « Hourra l’Oural », le voyant comme le Clément Grindor de son « Le Libertinage ». Mais la ruée des chacals, des vautours et des fouille-merde sur sa dépouille me pousserait à le défendre.

Staline tuait tout le monde, même les moustiques et les blattes dans son bureau.

Je n’ai pas de preuve, j’ai mieux : la certitude.

Le pauvre trouve toujours quelque chose dans sa poche : la main du riche.

« C’était beaucoup mieux du temps de Lilith », pensait Adam au milieu du Paradis terrestre.

Le parlementarisme démocratique n’est pas un moyen de gouvernement, c’est une escroquerie.

Il ne s’agit pas de rire, on est sur la Terre.

Même s’il n’existe pas, le Bon Dieu a raté sa création.

Si on ne me lit plus dans mille ans, on aura tort.

 

*

 17. Scut Inscrip. 1943-44.jpg

 

 

 

Mes inscriptions 1943-1944

Allia – 2e édition – 2007

250 pages

 

 

 

18. Scut Inscr. 1945-1960.jpg

 

 

 

Mes inscriptions 1945-1963

Allia – 1998

298 pages

 

 

 Anecdote : ce deuxième volume n’a pas été publié, comme le premier, par Gallimard, car l’auteur a catégoriquement refusé que l’on en retire cette entrée : « Le critique est presque toujours celui qui ne sait distinguer le con d’une fraîche jeune fille du trou du cul d’un vieux monsieur. »

19. Scut - Inscr. 1974-1980.jpeg

 

 

Mes inscriptions 1974-1980

Le Pré aux Clercs 1983

261 pages

 

 

 

20. Scut. Inscriptions 1980-87.jpg

 

 

Mes inscriptions 1980-87

(†15 août 1987)

Brassa – 1990

148 pages

 

 

 

21. Fusil du boucher.jpg

 

 

Le Fusil du boucher

 « sorte de mini-Inscriptions »

Temps mêlés 1974

 

 

 

*

 

 

Mis en ligne le 31 mai 2015

 

 

 

22:22 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

SINON, TOUT VA POUR LE MIEUX A BORD DU TITANIC

1. iceberg-ship.JPG

 

Sinon, tout va pour le mieux à bord du Titanic

Fête des mères

2. ourse blanche et petit.jpg

 

Nos vœux de l’an dernier renouvelés :

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2014/05/24/fete-des-meres-8197062.html

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2014/05/24/fete-des-meres-2-pas-de-raison-8197061.html

http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2014/05/24/fete-des-meres-3-8197032.html

 

Une lettre de Maria Poumier :

Bonne fête les mères de bât !

 

2015 : dans le monde entier, des femmes se font violer par des conspirateurs masqués, en blouse bleue ou verte, bien payés, et ce jusqu’à l’os, afin que leur organisme accepte de porter le bébé et les rêves de toute puissance de dératés riches du monde entier. On appelle cette nouvelle criminalité la gpa, ou « grossesse pour argent » (Farida Belghoul, celle qui a, entre autres, les mots justes).

On les appelle des mères porteuses ; nous disons des mères de bât, de mères de somme, les nées de la dernière pluie, qui n’ont pas encore pris la mesure de leur dégradation,  les bafouées hors compétition, statutairement et par définition. Nous les appelons les mères porteuses de tous les péchés du monde moderne, par procuration et malédiction.

Dans le monde entier, des proxénètes prospectent les nouvelles mines d’or : des femmes pauvres pouvant faire état de leur aptitude à la maternité. Les « équipes médicales » vont les prendre en main, les enfermer, les bourrer d’hormones et de produits visant à tuer leur système immunitaire, afin qu’il héberge une petite vie, arrachée par les mêmes procédés sanguinaires à d’autres femmes, dites « donneuses d’ovocytes », ovocytes violés dans une éprouvette par des vestiges congelés de sperme issus de la masturbation à froid d’un homme quelconque, mais certainement amputé de la cervelle et du cœur.

Fin de l’aventure : nos misérables mères partielles, tronçonnées, écartelées, rongées d’avance par des cancers progammés,  seront éventrées, par césarienne, on leur extirpera en vitesse le fruit de leurs entrailles, pour le livrer aux acheteurs pressés d’en finir. Et après, dehors, circulez, les voilà, vos bifetons promis, et maintenant dégagez !

C’est le sort de 80 Indiennes, immigrées plus ou moins légales au Népal, qui portaient les projets  d’israélos gays, dont le gouvernement s’est mobilisé pour sauver les nouveaux-nés ou non encore livrés, mais dûment commandés : il fallait sauver à tout prix cette chair d’élection ; il fallait les faire passer avant tous les Népalais déracinés et abattus par le séisme, et bien sûr laisser sur le carreau les  dépecées vivantes.

Voir :   http://www.israelvalley.com/news/2015/04/25/46426/seisme-...

Dans le monde entier, des proxos ignobles recrutent des acheteurs à prix d’or pour leur « nouveau produit » monstrueux, fabriqué par des engrossées jetables en cdd de neuf mois.

La clientèle inclut les vendus des médias qui feront passer la pub pour le nouveau business en douce, sous couvert d’infos ou de débats « sociétaux ».

La clientèle inclut les législateurs qui adorent les dessous chics et les dessous de table.

La clientèle inclut les ministres qui ont été installées précisément là pour faciliter les choses aux dits maquereaux : chez nous, Taubira, Vallaud Belkacem, les fusibles, qui seront un jour remplacées par d’autres femmes encore plus faciles, très faciles à convaincre de faire le sale boulot sous l’étendard du « droit », de « l’égalité », du « féminisme », de la « lutte contre les discriminations ».

La clientèle inclut les couples tourmentés par leur stérilité, à qui personne n’a dit à temps qu’il faut faire des gosses à vingt ans, et non pas à quarante, que les premiers conçus ne doivent jamais être avortés parce que ce seront les bébés les plus vigoureux, et ceux qui donneront un sens à la vie de leurs parents, aussi étourdis soient-ils au moment de leur « bêtise », comme ils disent.

La clientèle inclut ces couples muets de honte et de remords et de regrets et de souffrance, abasourdis de découvrir que les soi-disant médecins spécialistes vont les rançonner sans pitié, les balader longuement, en prenant soin de les torturer savamment « pour leur bonheur de futurs parents » (taux de réussite de la pma : 15% !), avant de les expédier dans leurs propres « cliniques de fertilité » situées dans les pays frontaliers qui autorisent ce qui chez nous est interdit, ce qui d’ailleurs, soit dit en passant, est bien pratique, fiscalement parlant.

La clientèle inclut des homosexualistes complices du délire de toute puissance de marchands froids, qui leur apprennent à idolâtrer leur propre jeunesse, et à l’imaginer éternelle, et à assouvir toutes leurs angoisses par l’achat de nouveautés high tech, dont des bébés à croquer. Si bien qu’ils ne conçoivent d’autre sens à leur vie que de se faire encore plus plaisir que les autres, et d’ériger leur narcissisme-cannibalisme en absolu, en norme, sommet de la liberté pour eux, mise au pas et bâillon serré pour les autres, sous peine des foudres des gens de loi de l’Occident moisi.

 

0. brainwashing or brainsmearing.jpg

La clientèle inclut les femmelettes qui laissent s’étioler et mourir en elles la part bien animale, bien saignante, bien hurlante, qui veut qu’elles soient sur terre pour transmettre la vie quoi qu’il en coûte. Elles ignorent ou veulent ignorer l’instinct maternel, elles ignorent ou veulent ignorer que c’est leur devoir à elles d’éduquer les mâles capricieux, lubriques, tyranniques, utopistes, de les ramener à la nature et à la raison.

La clientèle inclut les féministes stupides qui  nous mènent au suicide collectif en répétant fièrement que leur corps leur appartient. Et leurs âmes ? Et nos âmes, elles devraient donc appartenir à Satan ?

La clientèle inclut ces grands cerveaux régnants qui voudraient bien reprendre tout le pouvoir sur Dieu, sur leur descendance, sur leurs harems, sur le monde, en mettant le grappin sur la capacité d’invention des uns, et l’appétit sans fond de boniments des autres.

La clientèle inclut tous ceux qui veulent oublier qu’ils ont eu des parents qui ont eu des parents, bref des milliers de générations acharnées à tenter d’être des pères et des mères, à qui ils doivent la vie, malgré toutes leurs faiblesses et les accidents de la vie.

La clientèle inclut … tous ceux qui ne se battent pas pour faire interdire dans le monde entier la fabrication des enfants par le pognon des labos, pour le pognon des proxos, pour le malheur des femmes et des enfants, et des vrais hommes. Signez au moins ici 

 

http://www.stopsurrogacynow.com/the-statement/statement-f...

 

Les juges suisses viennent de refuser d’entériner le fait accompli devant lequel notre ministre de la justice veut nous faire plier la nuque : les enfants nés de mères porteuses en violation des lois du pays des parents acheteurs garderont la nationalité de leur mère sacrifiée :  http://www.aleteia.org/fr/societe/actualites/gpa-la-suiss... 

 

Notre Post Scriptum :

 

3. Votre mère a-t-elle.jpg

 

*

Sus aux Russes !

 

1945 – Opération Unthinkable, naissance de la Guerre Froide

Yuriy Rubtsovstrategic-culture  – 25 mai 2015

 

4. Yuriy Rubtsov.jpg

Yuriy Rubtsov. Professeur à l’Université militaire du ministère russe de la Défense.

 

À la fin de mai 1945, Josef Staline a ordonné au Maréchal Georgy Zhukov de quitter l’Allemagne et de venir à Moscou. Il était préoccupé par les actions des alliés britanniques. Staline a déclaré que les forces soviétiques désarmaient les Allemands et les envoyaient dans les camps de prisonniers tandis que les Britanniques ne le faisaient pas. Au contraire, ils ont coopéré avec les troupes allemandes pour qu’elles maintiennent leurs capacités de combat.

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.net/1945-operation-unthinkable-...

 

*

9 mai 2015

Une réponse (pas piquée des vers) aux éternels culpabilisateurs de la Russie et de ses alliés

 

Alexandre Tchatchia, vice-président de l'Académie géorgienne des relations sociales et nationales, nous fait ici part de sa réponse aux accusateurs contemporains de la Russie et des Russes eux-mêmes.

Commentaire de Vincent Parlier, qui met en ligne :

« Selon le climat ambiant que l'UE tend à installer (cf. dernières propositions aux parlements et suggestions de Donald Tusk), les Russes devraient se repentir devant l'Europe, pratiquer des purges et on ne sait quoi encore, pendant que l'UE et les USA continueraient leur invasion de l'Est à coups de  révolutions bidon, de vraies guerres par procuration, de coups d’État fabriqués, de soutien explicite à factions néonazies et on en passe, tout en pleurnichant hypocritement sur les affreux crimes nazis des années 40.

Tchatchia apporte à tout cela une réponse aussi cinglante que méritée, assumant l'histoire de son pays et de la Russie comme le ferait tout autre patriote de tout autre pays, sans forcément idéaliser l'URSS, même s'il prône le rapprochement et la coopération des pays de l'espace post-soviétique. Et pourquoi donc n'en aurait-il pas le droit ? Les Russes nous ont-ils empêchés de construire l'UE de crainte d’un retour du bonapartisme ? »

 

 

*

Et voilà que le pape s’y met !

 

Pope Francis Is The World’s Most Influential Agent of Ukrainian Nationalism

Andrew Korybko – The Saker30 avril 2015

(« Le pape François est, au niveau mondial, le plus important agent d’influence du nationalisme ukrainien. »)

 

Andrew Korybko est né, a grandi et fait ses études aux États-Unis. Il a choisi de s’installer de façon permanente en Russie à l’été 2013. Il poursuit ses études à l’Institut d’État pour les Relations Internationales de Moscou et travaille, en qualité d’analyste politique et de journaliste pour Sputnik.  Ses centres d’intérêt principaux sont les Stratégies US envers l’Eurasie, les révolutions colorées et la guerre non-conventionnelle, mais il s’intéresse aussi à la géopolitique de l’Afrique et de l’Amérique latine.

Cet article est en anglais (hélas non traduit). On vous résume :

Lorsque nous sommes tombés sur ce texte, précédé d’un avant-propos du Saker US, nous avons d’abord cru, de sa part, à une manifestation de sectarisme orthodoxe vieux-croyant, nous demandant pourquoi diantre s’en prendre au pape François de ses positions sur l’Ukraine, alors qu’à notre connaissance, jamais personne n’est parti en guerre contre la politique archi-réactionnaire tous azimuts et même meurtrière de son prédécesseur Jean-Paul II ? Car, qui pourra jamais oublier que les escadrons de la mort à la solde des USA qui ont massacré pendant ses 27 ans de pontificat, en Amérique latine, ecclésiastiques de tous rangs et simples ouailles, l’ont fait avec sa bénédiction ? Pour ne rien dire des centaines de milliers de jeunes gens, de jeunes femmes et d’enfants des pays de l’Est jetés dans les griffes du proxénétisme international, snuff movies inclus, après la si sainte « chute du mur ». Donc, pourquoi François I, qui s’est rendu en Palestine, qui a éconduit Yatseniouk, etc ?

 

5. Yatsenyuk.jpg

Mais nous avons lu, par acquit de conscience.

L’auteur reproche à ce pape d’avoir, à plusieurs reprises, avant et après son élection, y compris dans un livre, déploré « les trois plus grands génocides du XXe siècle : le massacre des Arméniens par l’Empire Ottoman, celui des Juifs d’Europe par l’Allemagne nazie et celui des Ukrainiens, en 1932-33 par l’URSS ». Cette troisième branche de son affirmation est un mensonge. Certes, elle représente la position officielle du Vatican depuis au moins Wojtyla, mais ce n’est pas une raison pour continuer à tromper le monde et ses propres fidèles.

Un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’une population ou d’une partie d’une population en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales. Or, si les deux premiers correspondent à la définition, il n’en est rien pour le troisième. Cela est suffisamment et depuis assez longtemps documenté. L’Union soviétique a connu, en 1932, non seulement des récoltes désastreuses et des conditions météorologiques catastrophiques, mais s’en sont mêlé, en plus, les cafouillages et les volontés de puissance de révolutionnaires anxieux d’imposer un modèle théorique peu adapté à des paysans déjà confrontés à des réalités insoutenables. Les responsabilités, multiples et lourdes, s’ajoutèrent au fatum. Le résultat de ce cocktail tragique fut la mort, par famine, de millions de personnes. L’hécatombe, cependant, ne fut pas volontaire et ne toucha pas que l’Ukraine, elle faucha aussi les paysans qui vivaient le long de la Volga et les montagnards de l’Oural ; la Sibérie occidentale fut, de son  côté, durement frappée, de même que le Kazakhstan et le Nord-Caucase.

Si attribuer cette kyrielle de malheurs à la volonté d’extermination d’un peuple ciblé par le caprice d’un seul homme ne saurait nous étonner de la part des bourreurs de crânes à gages de la néo-connerie US, des héritiers de Stepan Bandera, du Secteur Droit, des couples Nuland-Kagan, Appelbaum-Sikorski et des tutti quanti Brzezinski, il n’en saurait aller de même d’un guide spirituel, présumé infaillible, responsable de ses actes devant un milliard de fidèles a qui on a enseigné que leur Dieu détestait le mensonge et que s’y livrer, c’était l’offenser.

Pour Korybko, le pape François, en mettant ses pas dans ceux de Jean-Paul II, n’essaie pas seulement de rafler des fidèles à l’Église orthodoxe, il a – politiquement - choisi son camp et se ligue avec l’Empire occidental en déclin, dans la guerre non déclarée mais sauvage qu’il livre à la Russie. Son choix l’assimile non seulement à Jean-Paul II, mais au Dalaï Lama, tous deux connus pour avoir été les exécuteurs de basses-œuvres  d’USRAHELL & C°, l’un pour le plus grand tort de l’Europe de l’Est, l’autre pour celui de la Chine.

Nous ne sommes pas chrétiens. Cette controverse, en théorie, ne nous regarde pas. Mais elle regarde ceux qui le sont, au nom de qui se perpètrent ces choses. Il nous semble qu’ils peuvent – et doivent – demander des comptes à leur pasteur, comme l’eussent fait, s’ils n’étaient morts, les Bernanos, les Mauriac et les Guillemin.

Tiens, on se demande ce qu’en pense le catholique Thierry Meyssan.

Voir, sur le sujet de l’Holodomor, Mme Annie Lacroix-Riz :

http://www.northstarcompass.org/french/nscfr66/holodomor....

 

Nos lecteurs anglophones peuvent lire ici l’article intégral de Korybko :

Foreword by the Saker :

Today it is my very real pleasure to present to you an outstanding analysis of the role of the Latin Church in modern Ukraine.  In the past, I have written about the role of the Vatican in the creation of the Ukraine and the development of Ukrainian nationalism (see here and here), but what Andrew Korybko does here is look at the modern role of the Papacy in the Ukraine.  I now want to address an issue which, I believes, must be clarified:

I have been accused by some readers of being “anti-Catholic” or of refusing to “let let bygones be bygones”.  This is incorrect and I want to clarify my position about that once and for all.

Read more…

Source : http://thesaker.is/pope-francis-is-the-worlds-most-influe...

 

*

Enfin des hommes ! Il y avait longtemps qu’on n’en avait pas vu. Et on ne dit pas ça parce qu’ils se battent.

Des hommes au grand cœur

Erwan Castel – Novorossia.vision30 mai 2015

6. gens polis.png

Les « gens polis » de Novorossiya

En 2014, alors que l’Ukraine implosait sous le choc du Maïdan, les régions russophones du pays refusant légitimement le coup d’état constitutionnel orchestré par les USA faisaient appel au droit sacré des peuples à disposer d’eux mêmes pour se protéger de la folie ethnocentrée et violente des nouveaux maîtres de Kiev. D’Odessa à Kharkov, l’inquiétude des populations ostracisées par les putschistes se transforma rapidement en manifestations de protestation puis en revendication fédéraliste.

La première région à basculer dans la rébellion fut la Crimée, protégée par la présence légale des Forces Armées russes de la Flotte de la Mer Noire basée dans la péninsule. Dès le référendum organisé et annoncé début mars 2014, les unités militaires russes se sont déployées dans la péninsule pour protéger la population et prévenir les réactions violentes d’une dictature ethnocentrée de plus en plus menaçante.

L’aventure des « gens polis » commence…

Lire la suite…

Source : http://novorossia.vision/fr/des-hommes-au-grand-coeur/

Via : http://reseauinternational.net/des-hommes-au-grand-coeur/

 

(N.B. L’auteur se réfère à Ernst Jünger et à Dominique Venner, mais ne soyons pas sectaires. L’esprit souffle où il veut.)

 

7. milicien chat.jpg

Et la brigade des chats, elle s’appelle comment ?

 

*

Ha-ha !

 

Médias allemands : 89 responsables européens interdits de séjour en Russie

8. Passeports no visa.jpg

 

Certains médias occidentaux font état d'une liste de 89 responsables politiques, diplomates et experts militaires interdits de séjour en Russie en réponse aux sanctions décrétées par l'Occident contre des hommes d'affaires et des personnalités politiques russes.

Le quotidien allemand Die Welt rapporte, citant les autorités belges et néerlandaises, que cette liste aurait été remise jeudi à plusieurs ambassades européennes.

[Les seuls qu’on connaisse sont Cohn Bendit et Botul. Lequel vient, en plus, de se faire réentarter (8e fois ?) par Godin, à l'exposition Félicien Rops de Namur. C'est sa semaine à l'échancré... NdGO]

Lire la suite...

Source : http://fr.sputniknews.com/international/20150530/10163357...

 

*

Bref survol de l’actualité et de nos lectures de la semaine

Tout va très mal partout

 

SYRIE

On n’a même pas le courage de commenter. Ce qu’on ressent ? La même chose qu’à l’assassinat de Che Guevara, voilà qui ne nous rajeunit pas. On se contentera aujourd’hui de vous passer ce qu’en disent Thierry Meyssan et Sylvia Cattori, en attendant Hassan Nasrallah.

 

La chute de Palmyre renverse l’équilibre géopolitique au Levant

par Thierry Meyssan

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 25 mai 2015

 

La situation s’est considérablement aggravée au Levant avec la coupure par l’Émirat islamique de l’antique « route de la soie », c’est-à-dire du passage de l’Iran à la Méditerranée. Il n’existe que deux options possibles : soit par Deir ez-Zor et Alep, soit par Palmyre et Damas. Le premier chemin est coupé depuis début 2013, le second vient de l’être. La chute de Palmyre aura donc des conséquences considérables sur l’ensemble de l’équilibre régional.

 

9. Carte Palmyre.jpg

 

La presse occidentale consacre ces jours-ci ses « unes » à la Syrie ; une situation que l’on n’a pas connue depuis deux ans, lors de l’affaire des bombardements chimiques de la ghouta et du projet d’intervention de l’Otan. Les journalistes s’inquiètent de la progression de l’Émirat islamique et de la possible destruction de la ville antique de Palmyre.

Pourtant, rares sont ceux qui connaissent l’histoire de la reine Zénobie…

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187679.html

 

*

Palmyre

10. Palmyre.gif

 

*

Syrie: des soldats racontent leur fuite de Jisr al-Choughour

 

Blessé au ventre, le soldat Mohammad Assaf a feint la mort pour échapper aux combattants d’Al-Qaïda qui ont pris l’hôpital de Jisr al-Choughour en Syrie où il s’était barricadé avec des dizaines de compagnons d’armes. Durée: 01:05

AFP Video le 27/05/2015 à 12:08

Voir la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/palmyre/

 

*

L’ultime cri de colère de l’archevêque d’Alep

 

Mgr Jeanbart, de retour des États-Unis, est consterné par les ravages des derniers bombardements sur son archevêché. Son appel avec tant de « permettez-moi… »  sonne comme un long cri de détresse avant l’irréparable.

 

10 bis. Alep.jpg

 

« Permettez-moi de me plaindre… Permettez-moi d’avoir beaucoup d’amertume… de hausser la voix… de crier ma colère… »

Lire la suite...

Source : http://arretsurinfo.ch/syrie-lultime-cri-de-colere-de-lar...

 

Décidément, Laurent Fabius a raison : ils font vraiment du bon boulot en Syrie, nos amis d’ISIS/Daesh & C°.

On ne vous parle pas des enfants, parce qu’on est des petites natures et qu’on a l’estomac pas assez bien accroché. Nos excuses.

 

*

Une guerre entre Israël et le Hezbollah cet été ? De quoi changer la donne des pourparlers avec l’Iran.

 

11. manif soutien liban.jpg

 

Certains signes semblent indiquer qu’Israël sera à nouveau en guerre cet été. Cette fois-ci non pas contre le Hamas à Gaza mais contre le Hezbollah au Liban. Cette guerre pourrait ne pas résulter seulement d’un débordement du conflit syrien ou des tensions perpétuelles entre Israël et le Hezbollah. Le facteur décisif semble être un calcul de la part d’Israël selon lequel une guerre orientera de manière définitive l’intérêt du Congrès américain contre la conclusion imminente d’un accord avec l’Iran. Un accord qui, selon les critiques, risque d’accroître l’influence de l’Iran dans la région, y compris son soutien au Hezbollah.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/une-guerre-entre-israel-et-le-hezb...

 

*

FIFA

On vous épargne le vaudevillodrame à rebondissements, vous avez dû en entendre parler plus que nous. D’où il ressort que « L’Occident » remet ça, comme à Pékin avant les J.O., comme à Sotchi pour les mêmes raisons. Les grandes manœuvres « anti-corruption » (sic) visent cette fois à saboter la Coupe du Monde de foot de 2018 en Russie et de, peut-être, qui sait, dans la foulée, réussir à – enfin !!! – dégommer Poutine. Qui ne tente rien n’a rien. Ils tentent. Les principaux accusateurs de Blatter ? Israël et… McCain. Simultanément, il s’est passé des choses, dont ne vous ont pas forcément parlé vos merdias préférés, et on comprend pourquoi Israël est monté au front de l’anti-corruption bidon…

 

Le congrès de la FIFA : des manifestants exigent l’expulsion de l’État juif raciste.

 

Des protestataires ont brièvement interrompu le congrès de la FIFA ce vendredi, alors que le conseil d’administration du football au niveau mondial se prépare à voter sur l’expulsion d’Israël de l’organisation.

12. FIFA MANIF.jpg

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/le-congres-de-la-fifa-des-manifest...

 

*

En France et en Belgique, les BDS s’y étaient collés dès le mois d’avril :

 

Source : http://bds-belgium.be/expulsion-disrael-de-la-fifa

On vous passe, pour ne pas vous démoraliser, les commentaires des internautes hexagonaux et belgeois (« assez de corâneries » « hors du foot les terroristes », etc.) À notre avis, on n’est pas sortis de l’auberge. Les Palestiniens, pauvres gens, non plus…

 

D’ailleurs :

Palestinians drop FIFA suspension demand

Jibril Rajoub cancels vote on suspending Israel from football association at last minute following frantic negotiations; vote to form inspections committee to resolve complaints passes 165-18

Source : http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4662770,00.html

Ce qui veut dire que Jibril Rajoub est passé sous la table et a annulé le vote sur l’expulsion d’Israël qu’il avait lui-même réclamé.

Pourquoi ? Çaaa…

*

À quoi bon se gêner ? Nos amis américains nous couvrent.

L’ex-président géorgien en fuite nommé gouverneur de la région d’Odessa en Ukraine

13. saakachvili.jpg

Le cabinet des ministres d’Ukraine a désigné l’ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili, comme gouverneur de la région d’Odessa, même si le nom de ce dernier figure sur une liste internationale de personnes recherchées dans son propre pays.

Lire la suite…

Source : http://francais.rt.com/international/2769-saalashvili-nom...

Quand on vous le disait :

14. McCain -Saakachvili.jpg

McCain entre dans l’équipe de Saakachvili et conseillera Kiev sur les réformes à mener dans le pays.

Source : http://francais.rt.com/international/2367-mccain-ukraine-...

Chic !

Les Ukrainiens ne sont plus gouvernés que par des nazis et des étrangers. Nazis.

 

*

Pour les chapeaux :

Turquie

15. Erdogan.jpg

Istanboul, Recep Tayyip Erdogan et son épouse assistent à une cérémonie marquant le 562e anniversaire de la conquête de Byzance-Constantinople par l’Empire ottoman.

 

*

Espagne

Elle rejoint la Grèce.    

Barcelone, épicentre du changement

Esther Vivas – Le Grand Soir26 mai 2015

18. Barcelone.jpg

Ce « sí se puede » – « oui, c’est possible » – qui, des mois durant, a résonné sur les places et dans les rues suite à l’inoubliable Printemps Indigné de 2011 arrive aujourd’hui comme un tremblement de terre dans les institutions, ce qui était inimaginable alors. La victoire de Barcelona en Comú – Barcelone en Commun – à Barcelone, avec Ada Colau en tête de liste, a fait voler en éclat l’échiquier politique.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/barcelone-epicentre-du-change...

 

*

Grèce

 

MM. Tsipras et Varoufakis ont dit « Plutôt la faillite que le déshonneur ».

La Troïka a choisi de jouer les Thatcher c/ Bobby Sands.

Et nous ? On regarde.

Il reste quatre jours.

Athènes se débat contre une asphyxie orchestrée

Rosa Moussaoui – L’Humanité21 mai 2015

19. Euro-Grèce.jpg

 

À court de liquidités, l’exécutif grec pourrait faire défaut sur les prochaines échéances au FMI. Les créanciers exigent toujours de Tsipras qu’il tourne le dos à ses engagements électoraux.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/athenes-se-debat-contre-une-a...

 

*

« Il n’y a aucune probabilité que le gouvernement grec fasse marche arrière sur la question des salaires et des retraites ».

Discours prononcé lors du colloque organisé par The Economist

Alexis Tsipras – Le Grand Soir 21 mai 2015

20. Tsipras.jpg

Amies et amis,

Mesdames et Messieurs,

Je remercie les organisateurs du colloque pour leur aimable invitation. C’est, en effet, la quatrième fois que j’ai l’occasion de parler de cette tribune, mais la première fois en qualité de Premier ministre.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/discours-prononce-lors-du-col...

 

 

*

France

 

Cannes 2015 – La Loi du marché : la déshumanisation des travailleurs

[Et le triomphe de Vincent Lindon]

Rosa Llorens 28 mai 2015

16. La loi du marché.jpg

C’est la bonne surprise qu’on attendait dans le cinéma français, un film de qualité (comme La Dilettante ou Quand la mer monte) qui émeut ou séduit et qui marche, sans grosse campagne publicitaire (avant d’être récompensé à Cannes, il avait déjà fait 200 000 entrées).

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.net/cannes-2015-la-loi-du-march...

 

*

Celle sur le renseignement commence à porter ses fruits

On vient de voir surgir ceci, qui se passe de commentaires :

http://antisemites.net

Bien entendu, faire circuler les noms, les adresses et les numéros de téléphone des personnes qu’on veut envoyer à Auschwitz tombe sous le coup des lois régissant la protection de la vie privée. Voulons-nous parier que les vertueux membres du Ku Klux Klan à la française ne seront pas inquiétés ?

*

Tiens, pour ne pas rester sur une note nauséeuse : en cherchant  des infos sur « Khrouchtchev » et « XXe Congrès », on a trouvé, dieuseulsaitcomment, un truc vieux d’un an, où Lambert Wilson se prend une verte engueulade à propos de la Marseillaise. Allez, on vous la balance. Pas de raison spéciale. Juste pour le plaisir. L’endroit s’appelle Cultural Gang Bang.

 

21. bannière 68, Salopes.jpg

 16 mai 2014

Réponse des sangs impurs

22. Merde à Lambert Wilson.jpg


Je suis comme beaucoup de gens, j’aime Lambert Wilson. Il est ce qu’on est convenu d’appeler un grand acteur, c’est-à-dire que son registre est très large, son style bien identifié, et sa carrière remarquable. A un très bon niveau il est capable de danser, de chanter, d’être drôle ou tragique, sérieux ou léger. Il est l’héritier d’une certaine école et d’un certain style de comédiens très français, dont le charme personnel renforce encore le métier, pourtant solide. Tout ceci ne l’empêche nullement de dire d’énormes conneries.

Il vient de donner son avis sur la Marseillaise, vous savez, le chant qui servait d’hymne national quand ce pays était encore une nation. Comme la Taubira déclenche de justes reproches suite à son refus de chanter la Marseillaise (que même des citoyens aussi peu concernés que les footballeurs entonnent désormais), chacun en profite pour donner son avis sur un sujet qui s’en passerait très bien. Et selon Lambert, la Marseillaise est un chant « raciste et xénophobe ». Il précise que sa musique en est « fantastique », mais que ses paroles sont « d’un autre temps », et qu’on devrait bien sûr en changer.

Pour les gens modernes, tout ce qui est d’un autre temps devrait être changé. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît. Quand Louis Schweitzer et sa Halde recommandaient de cesser d’apprendre Ronsard aux enfants (« Mignonne, allons voir si la rose »), poème de l’amour et du temps qui passe, parce que la vision qu’il donne « des séniors » est d’un autre temps (authentique), il disait la même chose que Lambert Wilson. Éradiquer le passé. Le dégraisser, l’essorer de tout ce qui n’entre pas dans les canons impeccables de notre époque glorieuse.

N’étant ni adepte ni coutumier des grands mots, j’hésite à faire une comparaison entre l’avis de ces petites personnes et les exemples dictatoriaux du siècle précédent… mais je me lance quand même : quand Staline ou Mao faisaient gommer les silhouettes de personnages devenus indésirables sur les photos, que faisaient-ils d’autre qu’éradiquer le passé ? Que de supprimer ce qui était devenu « d’un autre temps » selon eux, à effacer, à oublier ? Leurs objectifs politiques étaient certes différents, mais leur vision de ce que devait être leur présent était bien la même : le présent doit être ce qu’on veut qu’il soit, quitte à trancher à la hache dans l’héritage qu’il a reçu du passé pour ne garder que ce qui sert nos intérêts, nos goûts, nos croyances immédiates.

Quand on évoque les paroles de la Marseillaise, on parle du premier couplet et surtout du refrain. Personne ou presque ne connaît la suite, elle n’est quasi jamais chantée et n’a pas d’importance. On ne chante jamais « Quoi ces cohortes étrangères ! Feraient la loi dans nos foyers ! », et si on le faisait, cent mille imbéciles s’indigneraient dans l’heure au nom de la lutte contre la xénophobie et de l’esprit de Bruxelles ! On ne chante jamais « Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n'y seront plus, Nous y trouverons leur poussière, Et la trace de leurs vertus! », qui pourrait rappeler un temps où l’on ne considérait pas ceux qui nous ont précédés comme des ploucs méritant l’oubli et la révision systématiques. On ne chante jamais « Français, en guerriers magnanimes, Portez ou retenez vos coups! », qui démontrerait que le chant n’est pas un appel à se conduire en barbare.

Ce qui gêne Wilson et tant d’autres, c’est le refrain de l’hymne, c’est la mention du « sang impur ». La Marseillaise a-t-elle été écrite en faisant référence à une race, à un sang ? Non, tout le monde le sait. Tout le monde sait que le « sang impur », c’est la réponse aux nobles prétendant avoir justement « le sang pur ». Le « sang impur », c’est celui des révolutionnaires eux-mêmes, prêts à le verser dans leurs sillons pour faire germer la liberté. C’est un appel au sacrifice patriotique, pas à l'assassinat racial, connard ! Tout le monde devrait le savoir, même un acteur, même (à l’extrême rigueur) un chanteur de variétés ! Tout le monde sait qu’il s’agit d’un chant guerrier (on va répandre du sang, oui, bande de canailles, et on est prêt à donner le nôtre !) qui glorifie le combat de la liberté naissante. Notre époque bourgeoise n’a certes plus besoin de cela pour user et abuser d’une liberté qu’elle croit tombée toute cuite dans nos assiettes. Mais la réalité, c’est qu’il a fallu des guerres, de la violence, des coupages de têtes, des massacres pour qu’elle fasse pleuvoir ses généreux bienfaits sur les cons. Les mêmes cons qui aujourd’hui, veulent éradiquer jusqu’au souvenir des luttes. Ils sont comme des obèses qui voudraient qu’on réduise la hauteur des trottoirs parce que leur poids les empêche de lever leur gros pied de quinze centimètres. Incapables de s’imaginer eux-mêmes au combat, ils veulent qu’on fasse comme si le combat n’existait pas, et n’avait jamais existé. Prétendre que le « sang impur » de la Marseillaise a quelque chose de commun avec la « pureté de la race », avec un racisme biologique, c’est être non seulement un hypocrite, un menteur et un gogo, mais c’est aussi montrer son ignorance crasse de l’Histoire : la notion de race humaine n’existait pas au temps de la Révolution.

Ce qui dérange Wilson, c’est aussi le remarquable « aux armes, citoyens ! », l’admirable mot d’ordre annonciateur d’étripages. Aux armes, citoyens, oui, il faudrait le chanter mais aussi se souvenir que c’est une chose possible, que le peuple peut se lever et emporter tout, les experts européistes, les fidèles de la rigueur pour les autres, les professionnels de l’entubage, les lobbyistes sortis d’école, les patrons de banque et leurs employés politiques, les ministres indignes, tout ! Rien n'est démodé ni dépassé dans le refrain qui incite à la violence ceux qui n'ont rien d'autre à opposer au malheur, mais un type qui déroule une carrière couronnée par la reconnaissance et la fortune ne peut pas s'en douter...

A intervalles réguliers, diverses grandes gueules viennent nous donner leur opinion sur la Marseillaise, toujours pour se plaindre de sa violence. A les en croire, un chant guerrier devrait sans doute prôner la tolérance, la mesure, le souci de l’autre et la réconciliation des tapettes. La violence, pourtant, nous n’en avons pas fini avec elle. Elle s’est transformée, elle a rebattu les cartes. La violence moderne est celle du droit, du pouvoir et de l’argent. La violence dite « ordinaire », celle qui est à la portée de tous, est moins présente qu’il y a un siècle, quoi qu’en pensent les gens qui réclament toujours plus de caméras de surveillance. Dans ce domaine aussi, les élites ont gagné. La violence physique du péquin moyen est combattue partout, elle est moralement condamnée, elle est étouffée avant d’avoir pu s’exprimer, tandis que la violence de celui qui « gagne » est mise au pinacle des valeurs modernes. La violence de la conquête de marchés, la violence de la mise au chômage « des effectifs non-conformes avec les exigences d’une rentabilité attractive », la violence de la publicité, qui s’infiltre jusque dans le berceau pour faire le catéchisme nouveau aux nourrissons. On veut exterminer la violence du chasseur et celle du torero, celle du mari violent et de l’ado imbécile, mais on s’accommode des drones, de la surveillance généralisée, du pouvoir nucléaire et de la mainmise financière sur le destin de millions d’hommes. On se bat comme un con pour lutter contre la brutale Marseillaise (quelle dérision, putain !) mais on ne voit rien à redire à la férocité réelle de nos vies, faite d’insécurité sociale, d’insécurité culturelle et morale, de divorces, de procès, de procédures, de normes proliférantes, d’isolement affectif, de trahisons politiques, de manipulation, d’essoufflement psychologique, de pollution fondamentale, de barbarie hi-tech, de fuite en avant morbide et de recul de civilisation.

La franchise de la violence physique, la noblesse de l’égorgement pratiqué en commun, voilà qui soulève le cœur des partisans modernes de l’esclavage des mères porteuses et de l’euthanasie des vieillards.


Évidemment, on peut penser qu’un chant de guerre ne devrait pas être l’hymne national. Mais dans ce cas, ne cherchons pas à changer les paroles d’un chant qui est une pièce d’Histoire.

Comme à chaque fois, il suffit de prendre le contre-pied de l’opinion moralement admise pour tomber juste. S’il fallait changer quoi que ce soit à l’hymne national (pure hypothèse), ce serait très éventuellement sa musique. Serge Gainsbourg ne s’y était pas trompé en son temps, en faisant sautiller l’hymne sur un reggae bigrement efficace, sans en changer une ligne. Mais Serge Gainsbourg, c’était encore une certaine tenue, une certaine culture, la France d’avant…

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.
 
Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las! las! ses beautés laissé choir !
 
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
 
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vôtre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Lire la suite ...

Source : http://www.culturalgangbang.com/2014/05/reponse-des-sangs-impurs.html

La page ne s'ouvrant pas quoi qu'on fasse, on vous l'a reproduite in extenso. Vive la technologie !

Et, pour le cas où vous y prendriez goût, voici leur dernière entrée. C’est à propos d’un livre, qui parle de ce que nous devons aux hécatonchires exposés  plus haut par Aline de Dieguez.

Le futur est parmi nous

http://www.culturalgangbang.com/2015/05/le-monde-en-restr...

 

 

*

Belgique

 

Comme il a avoué, pendons-le sans l’empaler : 

Le chef du service de renseignement belge avoue qu’il a menti sur des attentats pour faire approuver PRISM

 

17. gl.  eddy testelmans.jpg

 

Eddy Testelmans, le patron du service de renseignement militaire, a donné une fausse information en 2013 sur trois attentats qui auraient été déjoués grâce aux services de renseignement américains (NSA). Il n’en était finalement rien, lit-on mercredi dans De Tijd.

Afin de démontrer l’utilité du travail de la NSA, Eddy Testelmans aurait souligné, lors d’une interview au magazine MO* en 2013, que trois attentats avaient été déjoués grâce aux informations provenant de la NSA. « Dans trois cas, en effet, un possible acte terroriste a été déjoué sur la base d’une info dont nous pouvons supposer qu’elle venait directement du système Prism (le programme d’espionnage controversé de la NSA). Si la NSA ne nous avait pas relayé l’info, nous n’en aurions rien su », avait-il dit.

Lire la suite…

Source : http://www.les-crises.fr/le-chef-du-service-de-renseignem...

 

*

Pour le reste des affreusetés, prière de consulter la lettre d’information hebdomadaire de Secours Rouge-Belgique, qui recense aussi celles perpétrées ailleurs 

23. Secours Rouge bannière.JPG

C‘est là : http://www.secoursrouge.org/spip.php?page=newsletter

On vous recommande particulièrement le conseiller communal NVA (chauvins flamands) de Denderleeuw, qui a attaqué à coups de chaise une manif de pompiers réclamant une nouvelle caserne. Mais toutes ne sont pas aussi drôles.

 

 

*

Bruxelles

Quand c’est la fête à Matonge, même les pandores s’y mettent !

(Matonge, c’est le Congo à la Porte de Namur)

 

 

*

Pas d’âge pour le beatbox

(Là, c’est à deux pas de la Grand-Place)

Gaffe à l’arthrose quand même…

 

 


*

 

Mis en ligne le 31 mai 2015.

 

 

 

 

17:41 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/05/2015

Quand les nouvelles sont mauvaises, est-ce le moment de baisser les bras ?

1. Mission accomplishedAndrew Levine.JPG

 

Quand les nouvelles sont mauvaises, est-ce le moment de baisser les bras ?

 

Mauvaises nouvelles ?

1. Nième révolution colorée en cours en Macédoine.

2. Invasion armée de la Syrie par les USA, au motif prétendu de poursuivre leurs propres hommes de main.

3. Le Pakistan en plein marchandage pour vendre sa bombe atomique à l’Arabie Saoudite, en vue d’attaquer l’Iran bras dessus bras dessous avec Israël.

4. Le Venezuela menace les États-Unis, qui ont très peur.

5. Les Palestiniens se mettent à faire des festivals de cinéma.

6. Daesh fait table rase à Baalbek. Vous aimiez ces ruines ? Tant pis pour vous.

7. Vladimir Poutine raconte des choses à faire dresser les cheveux sur les têtes.

Cela dit, il y en a parfois qui sont drôles…

Détail :

 

*

 

La guerre du gaz s’étend en Europe

Échec du coup d’État US en Macédoine

par Thierry Meyssan

La Macédoine vient de placer hors d’état de nuire un groupe armé dont elle surveillait les commanditaires depuis au moins huit mois. Elle a prévenu ainsi une nouvelle tentative de coup d’État, planifiée par Washington pour le 17 mai. Il s’agissait d’élargir à la Macédoine le chaos déjà installé en Ukraine de manière à prévenir le passage d’un gazoduc russe vers l’Union européenne.

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 13 mai 2015

Italiano  Español  ελληνικά  Português  فارسى 

 

2. Nikola Gruevski.jpg

Le Premier ministre macédonien, Nikola Gruevski, annonce la fin de l’assaut contre les terroristes.

 

L'affaire Kumanavo

La police macédonienne a lancé, le 9 mai 2015, à l’aube, une opération pour arrêter un groupe armé qui s’était infiltré dans le pays et qu’elle soupçonnait de préparer divers attentats.

La police avait évacué la population civile avant de donner l’assaut.

 

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187566.html

 

*

Mais, dimanche (le 17) :

Une cinquantaine de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Skopje, pour réclamer la démission du gouvernement.

Il semble donc que Washington, l’OTAN et tutti quanti tiennent absolument à leur Nième révolution colorée et soient prêts à mettre le paquet pour y parvenir. Une bi-colore cette fois ?

 

 

Cependant…

« On ne se rend pas ! » : des milliers de Macédoniens sont dans la rue pour soutenir leur gouvernement

 

3. Macédoine 19 mai.jpg

 

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés pour afficher leur soutien au Premier ministre macédonien lundi suite aux manifestations antigouvernementales, qui, selon les partisans de Gruevski, sont financées par l’étranger.

 


Le Premier ministre Nikola Gruevski lui-même a assisté à cette manifestation, en déclarant aux participants qu’il n’accéderait pas aux demandes de ses adversaires de démissionner et a répondu en les accusant de corruption et d’être soutenus par des services de renseignement étrangers.

Lire la suite…

Source : http://francais.rt.com/international/2469-manifestation-m...

 

On en est là. À suivre. Et tous nos vœux.

 

*

Notre commentaire : Dans son dernier billet, Dmitry Orlov ne s’était donc pas trompé en désignant la Macédoine comme prochaine cible US

 

Le talon d’Achille de l’Amérique

Dmitry Orlov

4. Orlov talon d'Achille.jpg

12 mai 2015

 

Samedi dernier, un énorme défilé de la victoire a eu lieu à Moscou commémorant le 70ème anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie face à l’Armée rouge et l’érection du drapeau soviétique au sommet du Reichstag à Berlin. Il y avait quelques aspects inhabituels à ce défilé, que je tiens à souligner, car ils entrent en conflit avec le récit officiel de la propagande occidentale.

D’abord, il n’y avait pas que les troupes russes qui défilaient : les troupes de dix autres nations y ont pris part, y compris la garde d’honneur chinoise et un contingent de grenadiers de l’Inde. Des dignitaires de ces nations étaient présents dans les tribunes, et le président chinois Xi Jinping et son épouse étaient assis à côté du président Vladimir Poutine, qui, dans son discours au début de la parade, a mis en garde contre les tentatives de créer un monde unipolaire, des mots forts qui visait carrément les États-Unis et leurs alliés occidentaux.

Lire la suite…

Source : http://cluborlov.blogspot.fr/2015/05/americas-achilles-he...

Traduction : Hervé pour : Le Saker francophone.

 

*

Human Rights Watch et troupes US main dans la main contre la Syrie…

« Les États-Unis ne considèrent pas pour le moment un éventuel envoi de troupes au sol en Irak et en Syrie pour combattre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) », a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest.

(Défense de rire)

« Cela ne répond pas aux intérêts de la sécurités nationale des États-Unis. Cela ne contribuera pas non plus à la mise en œuvre de notre stratégie. Qui plus est, l'administration irakienne ne l'accepte pas », a déclaré M. Earnest devant les journalistes, à Washington.

 

Lire l’article…

Source : http://fr.sputniknews.com/international/20141213/20321756...

 

 

 

*

Des troupes terrestres US tuent un dirigeant de Daesh en Syrie (opération spéciale)

CitizenKane.fr – (La Rédaction) -17 mai 2015

 

Les forces d’opérations spéciales américaines ont tué un commandant de Daesh lors d’un raid terrestre dans l’est de la Syrie durant la nuit de vendredi (15 mai) au samedi (16 mai) : cette opération peut-elle entraîner une présence américaine terrestre en Syrie ou en Irak ?

5. Opération-contre-Abu-Sayyaf-300x161.jpg

Opération contre Abu Sayyaf

 

Des commandos US en Syrie contre Daesh

Alors que Daesh continue ses massacres en Irak et d’avancer en Syrie, imposant des revers sévères et que les experts n’avaient pas prévu au dictateur alaouite Bachar el Assad, notamment en prenant la ville antique de Palmyre, dans le même temps des forces spéciales terrestres américaines auraient tué le commandant de Daesh identifié par son nom de guerre Abou Sayyaf. Ce dernier aurait été tué selon CNN dans un échange de tirs lourds après avoir résisté à sa capture selon un communiqué du secrétaire américain à la Défense Ash Carter. Sa femme aurait été capturée. L’opération de terrain a été menée par la Force Delta selon des sources proches de la mission. Environ deux douzaines de commandos étaient engagés, selon les sources. Ils faisaient partie d’une force multi-branche d’environ 100 personnes selon CNN.

Lire la suite…

Source : 

Citizen Kane aujourd’hui s’écrit CNN. À prendre donc avec les pincettes qui s’imposent, sauf pour les faits : des troupes US ont bien pénétré en Syrie, sous prétexte d’éliminer « un dirigeant de Daesh ». Filmées en direct par CNN. (Fôtes d’ortaugraphe d’origine)

http://edition.cnn.com/2015/05/16/middleeast/syria-isis-us-raid/  

 

Et pendant ce temps-là :

Syrie : le régime repousse Daesh du nord de Palmyre

par Le Vif-L’Express.be– 16 mai 2015

(Il faut excuser le merdium belge, qui ne sait pas que l’Armée nationale  syrienne ne s’appelle pas « régime ».)

Les forces du régime syrien ont chassé dimanche les djihadistes de l'Etat islamique (EI) du nord de la ville antique de Palmyre, a affirmé un haut responsable syrien, moins de 24 heures après la prise de contrôle de cette zone par l'organisation extrémiste.

 

6. Baalbek.jpg

Les ruines romaines de Baalbek, dans la ville de Palmyre, évacuée en mars dernier suite aux menaces sécuritaires à la frontière syrienne.

 

« L'attaque de l'EI a été avortée et les djihadistes ont été chassés des périphéries nord et Est de Tadmor (nom de Palmyre en arabe) », a affirmé à l'AFP Talal Barazi, le gouverneur de Homs, province du centre de la Syrie dont fait partie cette ville vieille plus de 2.000 ans.

Barazi a indiqué en outre que l'armée avait repris une série de sites stratégiques, dont des collines, des barrages et la tour de la radio et télévision de Palmyre, dans le nord-ouest de la ville.

Lire la suite…

Source : http://www.levif.be/actualite/international/syrie-le-regi...

À peine avons-nous mis ceci en ligne que d’autres très mauvaises nouvelles arrivent : l’EI est rentré dans Palmyre.

Selon certaines sources, Baalbek a cessé d’exister.

0. eclair.GIF

Mise au point - 24 mai : Toutes nos excuses aux lecteurs que nous avons abusés en relayant un article du Vif-L’Express. Cela nous apprendra à toucher aux merdia mainstream ! Car non contents d’être des bourreurs de crânes à gages, ils mentent aussi (peut-être pas exprès) sur la géographie. Si Palmyre (ex-Hadrianopolis) est bien en Syrie, Baalbek (ex-Heliopolis) est depuis toujours et reste au Liban. Les ruines romaines de Palmyre risquent fort d’avoir fait ou de faire les frais de la bataille en cours. Celles de Baalbek sont sous contrôle du Hezbollah.

Aux dernières nouvelles, hélas, Daesh a bien pris Palmyre et 400 vies syriennes, principalement des femmes et des enfants.

 

*

Les fausses preuves d’HRW de l’usage de barils d’explosif par l’Armée arabe syrienne

___________________________________________________________________________________________________

Réseau Voltaire| 18 mai 2015

Español 

7. Kenneth-Roth.jpg

Kenneth Roth de HRW en train de mentir comme un arracheur de dents

Human Rights Watch, une association états-unienne de défense des Droits de l’homme financée à hauteur de 100 millions de dollars par le spéculateur George Soros, a multiplié les communiqués et les rapports accusant l’Armée arabe syrienne d’utiliser des barils d’explosifs contre sa propre population civile.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187629.html

 

*

21 mai 2015

L’ambassade de Russie à Damas attaquée au mortier

 

8. russia-embassy-syria-shelling.si.jpg

 

Par des « terroristes islamistes » cela va sans dire. D’ailleurs, l’ONU a « condamné cet acte de terrorisme ». De quoi se plaint-on ?

Un mort, trois blessés. Des soldats syriens bien sûr.

 

*

Hassan Nasrallah : Scénario catastrophe pour la Syrie de Bachar al-Assad ?

par sayed7asanLe 13 mai 2015

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 5 mai 2015. (VOSTFR)

Dans ce discours, Hassan Nasrallah présente la chute d'Idleb et de Jisr al-Choughour entre les mains des groupuscules terroristes comme de simples revers locaux qui ne doivent pas occulter les avancées majeures de l'Armée Arabe Syrienne. Il dénonce les annonces de chute prochaine du régime comme la suite de la guerre médiatique et psychologique menée depuis quatre ans contre la Syrie, et il réaffirme le soutien de l'Iran, de la Russie et du Hezbollah à la Syrie.

 


 

Transcription 

Troisièmement, en ce qui concerne la Syrie. Je vais parler de manière très franche et explicite sur certains points.

Dernièrement, et après la chute de la ville de Jisr Al-Choughour, dans la province d’Idlib, entre les mains des groupes terroristes, nous avons assisté – les Syriens, les Libanais et l’ensemble de la région – à une véritable vague de slogans et d’allégations, à tout un tapage médiatique sur les chaînes TV, les différents médias, des déclarations, articles, nouvelles ainsi que sur les réseaux sociaux.

Lire la suite…

Source :http://sayed7asan.blogspot.be/2015/05/hassan-nasrallah-sc...

 

*

Arabie Saoudite

84e décapitation en 2015, soit autant que pendant toute l’année 2014

 

9. Exécution 84e.jpg

 

Un Pakistanais a été décapité dimanche dans la ville de Jedda. Pour trafic de drogue.

Iftikhar Mohammed Anayat a été jugé coupable d’avoir « tenté d’introduire de l’héroïne en Arabie Saoudite, dissimulée dans des ballons contenus dans son estomac ».

Cette exécution a suivi d’un jour celle d’une servante indonésienne, Kami Bt Medi Tarsim, accusée d’avoir causé la mort d’un enfant de 4 ans, fils de son employeur, en dépit du fait que la présumée coupable ait été reconnue malade mentale.

Depuis l’accession au trône du roi Salman, suite à la disparition de son prédécesseur le roi Abdullah, en janvier dernier, le nombre des exécutions capitales – y compris de ressortissants étrangers – a grimpé en flèche. Celle de dimanche est la 84e depuis le début de l’année.

Amnesty International commence à s’inquiéter, d’autant que la moitié des 87 exécutions de l’année dernière, ne sanctionnaient pas des crimes de sang.

Source : http://rt.com/news/259445-saudi-arabia-beheading-execution/

 

*

Arabie Saoudite : Ryiad cherche bourreaux, débutants acceptés

Jeune Afrique –19 mai 2015

 

L'Arabie saoudite vient de publier une offre d'emploi pour trouver huit bourreaux, dont la mission principale consistera à assurer les exécutions par décapitation. Depuis le début de l'année 2015, le royaume a déjà procédé à 85 exécutions.

Les candidats au poste devront avoir le cœur bien accroché. L'Arabie saoudite a publié lundi 18 mai une offre d'emploi tout à fait particulière, destinée à recruter huit bourreaux.

Lire la suite…

Source : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150519143733/

 

*

Les Saoudiens sont en train d’acheter aux Pakistanais leur bombe atomique

par Judah Ari Gross – ICH – Times of Israël18 mai 2015

 

10. Salman Saoud.jpg

Le roi Salman ben Abdul-Aziz en train de prononcer son premier discours, suite à la mort du roi Abdullah, le 23 janvier 2015 à Riyad, Arabie Saoudite.

 

Voir l’article en anglais…

Sources :

http://www.informationclearinghouse.info/article41890.html

http://www.timesofisrael.com/report-saudis-may-purchase-p...

 

En bref…

« Pour les Saoudiens, le moment est venu », a dit – officieusement – un ancien fonctionnaire du département de la Défense US. Il existe, de longue date,un accord dans ce sens entre les deux pays, et la maison de Saoud a décidé qu’il était temps de le concrétiser.

Les USA – toujours selon le même informateur – « ne pensent pas qu’il y ait déjà eu transfert d’armes nucléaires », mais, en règle générale, « les Saoudiens parlent sérieusement et font ce qu’ils disent ».

On sait que les tensions se sont aggravées entre l’Iran et la monarchie saoudienne,  depuis que celle-ci bombarde sauvagement les Houthis du Yémen, que soutient la République islamique.

Le roi Salman a entamé son règne en fanfare, non seulement en triplant, sur le plan intérieur, le nombre des exécutions capitales, mais en faisant, à l’extérieur, à Barack Obama, l’affront de refuser son invitation au sommet des 13 et 14 de ce mois à Camp David, entre les USA et le Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Contrairement à la presse américaine, la Maison Blanche a annoncé que le refus du roi saoudien et d’autres monarques à sa suite n’était pas perçu par l’administration présidentielle comme une offense. [D’ici qu’ils aillent critiquer sa politique devant le Congrès et qu’elle ne s’en formalise pas… NdA]

A la veille, donc, du sommet en question, l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe « se sont dits préoccupés par la montée de l'autorité de l'Iran dans la région et par l'éventualité de l'annulation des sanctions internationales qui pèsent sur lui ». Les Arabes considèrent les milliards de dollars que la levée des sanctions rapporterait à Téhéran comme une menace tout aussi importante que l'obtention par cette puissance chiite de l'arme nucléaire. Les représentants du Golfe ont même demandé à Washington de leur fournir des garanties écrites de l'aide des USA en cas de conflit armé avec l'Iran, mais cette demande a été rejetée. Par conséquent, « il est peu probable qu'après le sommet arabo-américain les relations entre ses participants s'améliorent ».

Décryptons :

Depuis plus de trente ans, non seulement les États-Unis et Israël, mais aussi l’Union Européenne, appliquent à l’Iran des « sanctions » (qui ne sont pas des sanctions mais des actes de guerre visant avant tout les populations civiles). Ce blocus économique effrayant – que connaissent bien les Cubains – a coûté jusqu’ici à l’Iran des centaines de milliards de dollars et beaucoup de morts parmi les plus vulnérables. C’est ce que veulent voir se perpétuer les Saoudiens, les Pakistanais, Israël et quelques autres.

Le prétexte invoqué est, cela va de soi, « la peur de voir l’Iran se doter de l’arme atomique », bien que chacun sache que l’Iran n’en a pas et n’en veut pas. [Hélas ! Car ce serait la seule façon sûre d’empêcher les fous pervers de se servir des leurs. NdA]

0. nuke-alert-iran-cartoon.JPG

Or, voilà que les États-Unis semblent vouloir desserrer leur mortelle étreinte, du moins en apparence, et se préparer même, dirait-on, à lever quelque peu le pied dans leur guerre non déclarée mais sauvage contre la Russie. Avec la sincérité qu’on devine.

À quoi ce virage en cours est-il dû ? À la volonté de s’en prendre à la Chine avant qu’il soit trop tard pour le faire et parce que les USA ont déjà leurs deux pieds sur beaucoup de nuques, alors que leur déclin s’accélère. On ne peut pas être partout…

Les pétromonarchies – et Israël – qui n’existent que portés à bout de bras par leurs sponsors US, mais qui peuvent du jour au lendemain disparaître en cas de relâchement de ce soutien, n’ont depuis toujours qu’une idée en tête : faire attaquer l’Iran par les USA ou leurs vassaux, si possible au nucléaire. Or, non seulement le Pakistan dispose de la bombe, mais Israël est, de son côté, un des états les plus armés du monde en bombinettes à neutrons. À ces deux puissances ultra-belliqueuses va s’en ajouter une troisième.

On peut donc considérer le maître du wahhabisme de choc et celui de l’État juif comme le dernier couple à la mode, et augurer qu’ils vont se livrer de plus en plus gaiement et sans entraves à leur hobby commun : bombarder des populations civiles sans défense.

Faut-il vous faire un dessin ?

0. VANUNU.jpg

On espère qu’il va bien, Vanunu ! Enfin, aussi bien que possible...

 

catherine l.

 

Et d’après :

http://fr.sputniknews.com/presse/20150514/1016073235.html 

http://www.lemonde.fr/proche-orient/visuel/2013/11/21/plu...

 

Incontournable sur ces matières, le blog très informé de Georges Stanechy IRAN, Analyses et perspectives : http://stanechiran.over-blog.com/ 

 

*

Panique aux États-Unis : le Venezuela est à moins de 4.600 kms !

 

13.  lightning-.gif

Washington fabrique un dossier contre Caracas

Réseau Voltaire| 21 mai 2015 

 

11. Maduro et.jpg

Les États-Unis qui ont déclaré que le Venezuela constitue une « menace » pour leur sécurité nationale [1] et ont adopté des sanctions unilatérales contre certains de ses dirigeants [2] sont en train de fabriquer leurs arguments.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187669.html

 

 

13.  lightning-.gif

Les médias sont des armes de destruction massive

Théophraste R. – Le Grand Soir19 mai 2015

 

12. Médias destruction massive.jpg

 

1- Des élections législatives auront lieu en septembre 2015 au Venezuela et le pouvoir en place risque fort de les gagner (encore !).

2- Obama assure que le Venezuela constitue une menace méritant que soit décrété l’État d’urgence aux USA.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/les-medias-sont-des-armes-de-...

 

*

Palestine

Jérusalem : L’équipe de télévision RT-UK attaquée par la police israélienne

 

 

Simultanément : raid d’IDF contre les bureaux de RT à Ramallah.

Lire l’article en anglais…

Source : http://rt.com/news/259441-israeli-police-attack-reporters/

 

*

 

1er Festival du Film de GAZA

 

14. Gaza film festival.jpg

« Comme du sang versé ». Le tout premier Festival du Film de Gaza de l’histoire a déroulé son tapis rouge au milieu des ruines.

 

Dans la partie est de Gaza, au milieu des décombres et des souvenirs de la guerre, un  tapis rouge a été déroulé, pour un festival du film consacré aux droits de l’homme. L’événement a eu lieu au milieu des ruines, dans le quartier de Shujaiyeh, où quelque cent Palestiniens ont trouvé la mort dans la guerre de l’an dernier.

Le Festival cinématographique des droits humains Karama (« Dignité » en arabe) était le tout premier de l’histoire de Gaza, et l’endroit choisi était « le lieu idéal » pour un événement de ce genre », selon son organisateur Saul Aburamadan.

« En cherchant un endroit où projeter les films, nous sommes arrivés à Shujaiyeh, dans la partie orientale de Gaza, dont la plus grande partie n’était plus que ruines. Nous nous sommes trouvés à côté de la mosquée détruite, entourés de foyers détruits dans toutes les directions, et il nous est apparu que c’était l’endroit tout indiqué pour tenir un festival du film consacré aux droits humains » a-t-il déclaré à +072 Magazine.

Un tapis rouge a même été déroulé au milieu des ruines. Mais, au lieu d’accueillir des VIPs et des stars en robes de grands couturiers, il a offert une passerelle à tout le monde et à n’importe qui, transmettant ainsi un message significatif.

« Nous avons installé les 70 mètres de tapis le long d’un chemin qui conduisait à l’endroit où nous comptions projeter les films, un chemin qui n’est bordé, de part et d’autre, que de foyers détruits, et nous avons invité les habitants à fouler ce tapis pour venir voir nos films, ce qui était notre façon de leur dire à quel point chacun d’eux est important. »

15. Gaza 2..jpg

Mais le tapis était là aussi pour rappeler que la guerre de l’été dernier a coûté la vie à 2.200 Palestiniens, presque tous des civils, et à 73 Israéliens.

« Pour nous, le rouge est avant tout la couleur du sang versé ici en si grandes quantités. Le sang de femmes, d’hommes et d’enfants » a précisé Aburamadan.

Une centaine de Palestiniens sont morts rien que dans ce quartier de Shujaiyeh. Et treize Israéliens.

Des centaines d’habitants ont assisté à la séance d’ouverture du festival, en compagnie d’autres venus de tous les coins de Gaza.

15 bis Gaza 3.JPG

Des centaines d’habitants ont assisté à l’ouverture du festival, avec d’autres venus de tous les coins de Gaza.

 

Des photos de l’événement, au cours duquel ont été projetés de nombreux films documentaires, montrent à quel point l’assistance a été nombreuse. Le moindre siège disponible était occupé et beaucoup de spectateurs n’avaient trouvé place, debout, que sur les monticules de gravats. Certaines photos montrent même des spectateurs assistant aux projections des fenêtres de leurs maisons.

Aburamadan a fait remarquer que ce dispositif était quelque chose de très rare à Gaza, où il n’a pas existé le moindre cinéma depuis la première Intifada.

« Il était 9h30 du soir et l’endroit était en pleine lumière. Vous devez comprendre que Shujaiyeh a vécu les huit derniers mois dans l’obscurité. Toutes les infrastructures ont été détruites. Les gens vivent, le soir, à la lumière de chandelles. Ce festival a ramené la normalité pour un moment. Il a ramené l’éclairage. »

Le Festival du film des Droits humains Karama s’est déroulé, en plein air, du 12 au 14 mai. Il a consisté en 180 films venus de pays comprenant la Syrie, l’Irak, l’Égypte, la Jordanie et la Russie. Vingt-huit ont été projetés pendant ces trois jours.

 

Le « Tapis rouge » du Festival du film des droits humains Karama

 

Source : http://rt.com/news/258953-gaza-film-festival-war/

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

We are the Waaar 

Lady Pesc dans le chœur de l’Otan

par Manlio Dinucci

 

C’est un mauvais rêve. Lors du sommet de l’Otan en Turquie, le commandeur Philip Breedlove a invité les ministres des Affaires étrangères à chanter avec lui « We Are the World ». Cette mascarade était d’autant plus pénible que l’œuvre avait été composée pour collecter des fonds afin de vaincre la famine en Éthiopie (1984-85) ; un terrible épisode de la Guerre froide.

Réseau Voltaire – 21 mai 2015

­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­______________________________________________

Italiano  Español 

 

Moment de détente, lors du sommet des ministres des Affaires étrangères de l’Otan (Antalya, Turquie, les 13 et 14 mai 2015). Le commandeur Philip Breedlove (à gauche) entonne « We Are the World » avec ses invités.

 

Federica Mogherini, la « Lady Pesc » [1] qui représente la politique étrangère de l’Union européenne, prise bras dessous bras dessus par le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, chante « We are the world » (la chanson de Michael Jackson) avec lui et les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance. Sur cette scène emblématique (voir la vidéo ci-dessus) s’est conclu en Turquie le sommet de l’Otan, auquel Mogherini a eu l’honneur d’être invitée.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187672.html

 

À part tuer du monde, c’est ça qu’ils font avec nos impôts ?

 

P.S. Le Saker Francophone rapproche cette édifiante scène de bringue d’une autre, cinématographique : celle de la nuit des longs couteaux, dans Les Damnés de Visconti. Plût au ciel ! En attendant, ne boudons pas le plaisir de revoir brièvement Dirk Bogarde et Helmut Berger. Souvenirs, souvenirs…

 

 

*

Points d’histoire

16. Clio 1..jpeg

(pour un été qui s’annonce pluvieux)

 

Ce n’est pas court, mais Engdahl ne parle jamais pour faire du vent.

Et si Poutine dit la vérité ?

F. William Engdahl – ICH – NEO17 mai 2015

 

17. Poutine docu Russe.jpg

 

Le 26 avril, le président russe Vladimir Poutine est apparu dans un documentaire sur Rossiya 1, principale chaîne de la télévision nationale. L’émission portait sur les derniers événements dont l’annexion de la Crimée, le coup d’état américain en Ukraine et l’état général des relations avec l’Europe et les États-Unis. Il a parlé ouvertement. Et, au beau milieu de son discours, l’ancien chef du KGB a lâché une véritable bombe politique connue des services secrets russes depuis une vingtaine d’années. 

Poutine a déclaré tout à coup qu’à son avis l’Occident ne serait content que lorsque la Russie serait affaiblie au point d’implorer l’aide de l’Ouest, chose que le tempérament russe n’est guère disposé à faire. Puis, le président russe a, pour la première fois en public, parlé d’une chose que les services secrets connaissent depuis près de vingt ans sans avoir jamais rien laissé transpirer. Très probablement dans l’espoir de relations un peu plus normalisées entre la Russie et les États-Unis.

 Poutine a déclaré que la terreur  du début des années 1990 en Tchétchénie et dans le Caucase russe était activement soutenue par la CIA et les services secrets de l’Ouest dans le but délibéré d’affaiblir la Russie. Il a ajouté, sans donner de détails, que les services secrets du FSB étaient en possession de documents sur le rôle caché des États-Unis.

Ce à quoi Poutine, grand professionnel du renseignement, a fait allusion, j’en ai les preuves détaillées venant de sources non-russes. Cela a de grosses implications de révéler au monde entier le programme que les cercles d’influence à Washington ont caché pendant si longtemps. Ce programme avait pour but de détruire la Russie en tant qu’état souverain, incluait le coup d’état néo-nazi en Ukraine et une grave guerre de sanctions financières contre Moscou. Ce qui va suivre est tiré de mon livre Amerikas’Heilige Krieg.[1]

Lire la suite…

Sources d’origine :

http://journal-neo.org/2015/05/15/what-if-putin-is-tellin...

http ://www.informationclearinghouse.info/article418...

Traductions

Christine Malgorn, pour  Arrêt sur Info

Hervé Kergourlay pour Le Saker francophone


*

Ah, les méchants !

La Russie stoppe le transit de livraisons militaires de l’OTAN vers l’Afghanistan

 

18. OTAN CORRIDOR.jpg

 

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a révoqué le décret qui permettait à l’équipement militaire venant de l’OTAN à destination de l’Afghanistan de traverser le territoire russe.

Selon le document officiel signé par Medvedev et publié lundi, toutes les décisions précédentes sur le transit des livraisons de l’OTAN à l’Afghanistan sont pour le moment annulées.

Lire la suite…

Source : http://francais.rt.com/international/2457-russie-stoppe-t...

 

*

Et ceci est encore plus long, mais…

La connaissance du passé est une arme contre les méfaits du présent et de l’avenir

16. Clio 1..jpeg

 

Nouvel Ordre Mondial : Les pères fondateurs

 

19.  nouvel-ordre-mondial.jpg

par Gerry Docherty etJim MacGregor, le 26 avril 2015

Le Cercle des Volontaires18 mai 2015

Note du traducteur : L’article qui suit offre une perspective historique sur de nombreux événements survenus loin des yeux du public des années qu’il évoque – de 1891 à 1914 – mais ayant eu pour conséquence le déclenchement de la Première Guerre Mondiale, puis, par extension, de la Deuxième. Les conséquences de ces événements secrets se retrouvent dans l’émergence de la Guerre Froide et même d’une grande partie des troubles que nous connaissons à l’heure actuelle. Il est presque exclusivement centré sur les ambitions impérialistes du Royaume-Uni et des USA, et donc ne peut suffire à expliquer la totalité des problèmes de notre époque : d’autres nations ont eu des tentations impériales et les ont encore; chaque pays, en particulier ceux qui ont eu le plus d’impact sur l’histoire récente, doit faire un perpétuel examen de ses objectifs et de ses ambitions. M’enfin comme dirait l’autre, moi je dis ça je dis rien… Will Summer.

Les élites riches et puissantes ont toujours rêvé du contrôle du monde. Les ambitieux Romains, Attila le Hun, les grands Califes Musulmans de l’Espagne médiévale, les Moghols en Inde ont tous exercé une influence considérable sur diverses régions du monde, au cours de périodes d’expansion historiquement reconnues.

Tantôt tribale, parfois nationale ou encore religieuse, souvent dynastique, leur réussite a façonné des époques mais n’a, dans les faits, jamais été d’une portée planétaire avant le vingtième siècle. Dès lors, alors que la primauté de l’Empire Britannique était menacée par d’autres nations en plein essor, dont l’Allemagne en particulier, un groupe d’hommes puissants et déterminés a fait un choix aux conséquences phénoménales afin que des actions concrètes soit entreprises pour garantir leur domination – ainsi que celle de la « race » britannique – sur tout le monde civilisé. Ce choix a évolué, à partir de cette minuscule cabale triée sur le volet, pour devenir un monstre qui est peut-être déjà hors de contrôle.

Lors d’un après-midi hivernal de février 1891, trois hommes s’engagèrent à Londres dans une conversation intense. De cette conversation allaient découler des conséquences de la plus grande importance pour l’Empire britannique, et pour le monde entier en général.

Ainsi commence le livre du Professeur Carroll Quigley, The Anglo-American Establishment. Cela peut ressembler à un roman de John Le Carré, mais il ne s’agit pas d’une fiction d’espionnage. Les trois fervents impérialistes britanniques qui se sont rencontrés à Londres ce jour-là, Cecil Rhodes, William Stead et Lord Esher, ont vite été rejoints par Lord Rothschild, Lord Salisbury, Lord Rosebery et Lord Milner, des hommes que la puissance financière, politique et administrative les avaient détachés du sort du commun des mortels. Certains de ces noms peuvent ne pas vous être familiers, mais c’est là une marque de l’entière réussite de ce groupe. Dès le départ ils ont mis l’accent sur le secret, ont agi en secret et se sont assuré que les traces de leur influence se fassent gommer de l’histoire. Ils croyaient que les hommes blancs de lignée anglo-saxonne siégeaient tout en haut de la hiérarchie raciale et que c’était justifié; en outre, ils comprenaient très bien la menace pressante venant d’une Allemagne en plein essor dont l’économie moderne bourgeonnante commençait à menacer l’hégémonie britannique sur la scène mondiale.

Lire la suite…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/05/18/nouvel-ordre-mondial-peres-fondateurs/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+CercleDesVolontaires+%28Cercle+des+Volontaires%29

 

*

Abbottabad - 2011

 

16. Clio 1..jpeg

 

L’assassinat d’Oussama Ben Laden

 

L’Histoire n’en finit pas de repasser les plats, quelquefois réchauffés.

Ceci est encore plus long que tout le reste mis ensemble, mais ceux qui feront du saute-mouton mourront idiots.

 

Seymour Hersch soulève un tollé avec son récit de l’assassinat prémédité d’un Ben Laden malade et prisonnier des Pakistanais aux frais des Saoudiens. Une banale histoire d’informateur payé. Une histoire encore plus banale de généraux soumis à chantage et trahis. Une histoire de plus en plus banale d’un président des États-Unis cafouillant à mort et essayant de rattraper une bourde par un mensonge et ce mensonge par plusieurs autres.

Le Grand Soir a publié le très long article de Hersch en quatre parties. Et l’a fait suivre d’un autre, repris de Moon of Alamaba, qui explique pourquoi il sort aujourd’hui.

20. Seymour Hersch.jpg

Seymour Hersch

I. http://www.legrandsoir.info/l-assassinat-d-oussama-ben-la...

II. http://www.legrandsoir.info/l-assassinat-d-oussama-ben-la...

III. http://www.legrandsoir.info/l-assassinat-d-oussama-ben-la...

IV. http://www.legrandsoir.info/l-assassinat-d-oussama-ben-la...

 

21. Prison d'Oussama.jpg

La prison de Ben Laden à Abbottabad

V. http://www.legrandsoir.info/pourquoi-l-article-de-hersh-s...

 

*

 

Pour terminer sur une note moins austère :

 

Take us with you Scotland

22. Bingo Moon.jpeg small.gif

« Prenez-nous avec vous, l’Écosse »

 

Dans le Nord de l’Angleterre, des milliers de personnes ont signé une pétition demandant que leur région soit rattachée à l’Écosse, quand celle-ci deviendra indépendante.

Comme la Crimée, alors ? Ben, oui… plus ou moins.

 

Ciel, la dame Nicola, PM d’Ecosse est un clone d’Angela ! En plus jeune il est vrai.

 

« Les débats, à Westminster, deviennent de plus en plus inintéressants pour le nord du pays », dit la pétition en ligne adressée au gouvernement du Royaume Uni, sur le site change.org/

 « Qu’il soit permis au nord de l’Angleterre de se séparer du Royaume Uni et de s’unir à l’Écosse », enjoint le document, qui a été signé, jusqu’ici, par 35.000 personnes.

 

Message Twitter d’un des signataires

« Le Yorkshire a des collines, de jolies côtes et de la bruyère. Le réalignement national est la solution évidente pour aller de l’avant. »


« Les villes du nord ont beaucoup plus d’affinités avec leurs homologues écossaises comme Édimbourg et Glasgow qu’avec les idéologies du sud entièrement centré sur Londres » insiste la pétition.

Le hashtag(#) « Prenez-nous avec vous l’Écosse », qui est apparu la semaine dernière sur Twitter a été retwitté plus de 25.000 fois.

 

23. Carte d'Angleterre.jpg

La prochaine frontière entre l’Écosse et l’Angleterre ?

 

Un autre :

« Ne pourrait-on pas infléchir un peu la ligne pour inclure Stoke svp ? Ici non plus on n’a pas envie de rester avec le sud tory ! »

 

Une réponse écossaise :

« J’accepterais volontiers l’Angleterre du nord dans ma bonne vieille Écosse. Plus on est de fous plus on rit. »

 

Le document estime que le nord de l’Angleterre « devrait s’unir à l’Écosse indépendante et reprendre le contrôle de son propre destin ».

 « Nous, gens du nord, exigeons que, dans le cas où l’Écosse deviendrait indépendante, la frontière entre l’Angleterre et la nouvelle Écosse soit tracée entre la rivière Dee et le Humber. »

 

24. YES - NO.jpg

 

Source : http://rt.com/uk/259205-uk-scotland-join-petition/

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

*

À lire

Sur la frontière anglo-écossaise

et ses redoutables pillards

 

 25. Steel bonnets 1.jpg

George MacDonald Fraser

The Steel Bonnets : The Story of the Anglo-Scottish Border Reivers

Pan Books – 1971

362 pages + illustrations + cartes

 

 

 [ Se trouve d’occasion à moins d’1 € ici :

http://www.fantasticfiction.co.uk/f/george-macdonald-fras... ]

On regrette, mais il y a 45 ans que c’est inédit en français.

 

43. casque plume.gif

 

Pour ceux qui croiraient que Daesh, c’est nouveau :

« If Jesus Christ were amongst them, they would deceive him, » it was said of the plunders, raiders, and outlaws who terrorized the Anglo-Scottish Border for over 300 years. Theirs is an almost forgotten chapter of British history, preserved largely in folktales and ballads. It is the story of the notorious raiding families - Armstrongs, Elliots, Grahams, Johnstones, Maxwells, Scotts, Kerrs, Nixons, and others - of the outlaw bands and broken men, and the fierce battles of English and Scottish armies across the Marches. The Steel Bonnets tells their true story in its historical context : how the reivers ran their raids and operated their system of blackmail and terrorism, and how the March Wardens, enforcing the unique Border law, fought the great lawless community. A superb work of scholarship and a spellbinding narrative.

 

Explication pour les non-anglophones :

Le sujet des « Bonnets de fer » est l’histoire des 36 familles qui, pendant trois cents ans, ont terrorisé, pillé, torturé et massacré les deux côtés de la frontière entre l’Écosse et l’Angleterre.

Il ne s’agissait que très accessoirement d’hostilité entre Écossais et Anglais, car il arrivait aux uns et aux autres de s’allier avec ceux d’en face contre ceux de leurs propres clans. S’ajoutaient à cela les mariages inter-tribaux, car l’attraction entre les sexes fait fi des autres contingences. Rien n’était sacré, ni gens ni bêtes ni biens, et ouvrir le ventre d’une femme enceinte, fût-elle de vos proches, n’était pas aussi rare qu’on pourrait le croire.

Le pire sort qui pouvait échoir à un haut fonctionnaire, dans l’un comme dans l’autre royaume, était d’être envoyé « gouverner » la frontière.

Les familles en question s’appelaient Armstrong, Elliot, Graham, Johnstone, Maxwell, Scott, Kerr, Nixon… entre autres.

Cela a duré de la fin du Moyen-Âge jusqu’à la mort d’Elisabeth 1ère. Lorsque Jacques VI d’Écosse lui a succédé en devenant aussi Jacques 1er d’Angleterre et d’Irlande, la frontière a disparu et l’abcès de fixation a pu être vidé : un énorme coup de filet a ramassé les reivers, qui ont été jetés dans des bateaux et expédiés en Amérique. Ils ont fini par y tenir le haut du pavé.

 

Extrait de la préface de George MacDonald Fraser, en 1969 :

« Lors de sa cérémonie d’investiture, le président Richard Nixon est apparu flanqué de Lyndon Johnson et de Billy Graham. Pour quiconque est un peu familier de l’histoire de la Frontière, c’était une de ces coïncidences historiques qui vous envoient un petit frisson dans le dos. À ce moment-là, c’est-à-dire à des centaines de milliers de miles et à des siècles de distance des Terres Discutables, les fils se rejoignaient pour former une fois encore un écheveau ; les descendants de trois notables tribus de la Frontière anglo-écossaise, qui avaient vécu et qui s’étaient battues à quelques lieues les unes des autres au temps d’Elisabeth, se tenaient debout, côte à côte, et il n’était pas besoin d’un très gros effort d’imagination pour remplacer les costumes trois-pièces par des pourpoints de cuir bouilli, des plastrons et des dossières. Seul un commentateur politique aurait pu avoir assez peu de tact pour étendre la ressemblance avec les pillards de la frontière au-delà de l’aspect physique. Mais, là, elle était frappante. (…)

Les Britanniques et leurs parents d’Amérique et du Commonwealth se considèrent comme des gens civilisés et voient leurs ancêtres comme appartenant à un lointain passé. Le passé est quelquefois très proche ; entre nous et ces aïeux des présidents Nixon et Johnson, de Billy Graham et de T.S. Eliot, de Sir Alec Douglas Home et du premier homme sur la lune, il n’y a pas tant de générations que cela.

 

26. Steel Bonnets 2 (1989).jpg

 

 

 

 

 

Réédition Harper Collins (9 Mars 1989)

428 pages

 

 

 

 

27. SteelBonnets 3..jpg

 

 

 

 

Réédition Skyhorse Publishing (17 juillet 2008)

Broché et Kindle

384 pages

 

 

 

Pour les bibliophiles :

 28. Barrie & Jenkins.jpg

 

 

L’édition originale : Barrie & Jenkins – 1969

se trouve encore d’occasion à des prix variant entre 100 et 400 US$.

 

 

 

 

À lire si on veut :

http://en.wikipedia.org/wiki/March_law_%28Anglo-Scottish_border%29

http://en.wikipedia.org/wiki/Anglo-Scottish_border#/media/File:Failte_Scottish.jpg

http://www.ramshornstudio.com/maxwell_3.htm

 

43. casque plume.gif

 

Du même auteur :

29. Flashman Fr.1.jpg

 

 

 

Flashman, hussard de sa majesté

Archipel – 2004

350 pages

 

 

 

 

 

30. Flashman 2.jpeg

 

 

 

 

Flashman, le prisonnier de Bismarck

Archipel – 2004

349 pages

 

 

 

 

La série Flashman – histoire satirique de l’Empire britannique écrite par un Écossais - est constituée de 12 volumes, dont dix n’ont jamais été traduits en français, malgré leur succès phénoménal. Qu’est-ce qu’un directeur de collection ? Ah, il ne faut pas nous demander, on ne sait pas.

 

Flashman (1969)

Publié en français sous le titre Flashman, Paris, Calmann-Lévy, 1971 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 4736, 1976 ; réédition de la même traduction sous le titre Flashman : Hussard de Sa Majesté, Paris, L'Archipel, 2004

Royal Flash (1970)

Publié en français sous le titre Flash royal, Paris, Calmann-Lévy, 1972

Publié en français dans une nouvelle traduction sous le titre Flashman : Le Prisonnier de Bismarck, Paris, L'Archipel, 2004

Flash for Freedom ! (1971)

Flashman at the Charge (1973)

Flashman in the Great Game (1975)

Flashman's Lady (1977)

Flashman and the Redskins (1982)

Flashman and the Dragon (1985)

Flashman and the Mountain of Light (1990)

Flashman and the Angel of the Lord (1994)

Flashman and the Tiger (1999)

Flashman on the March (2005)

 

 

31. Flashman 1 EN.jpg

 

32. Royal Flash 2..JPG

 

 

33. FlashForFreedom - 3.jpg

 

34. At the charge 4..jpeg

 

 

35. I n the great game 5..jpg

 

 

36. Flashman's Lady - 6..jpg

 

 

37. FlashmanAndTheRedskins 7..jpg

 

 

38. F.& the Dragon 8..jpg

 

 

39. FlashmanAndTheMountainOfLight- 9..jpg

 

40. Angel of the Lord - 10.jpg

 

 

41. And the Tiger - 11..jpg

 

 

42. F. on the March.jpg

 

 

 

Deux mots pour les francophones :

Harry Flashman, héros de la série, est né d’un classique anglais de littérature pour la jeunesse – Tom Brown’s schooldays – où l’auteur victorien, Thomas Hughes, raconte ses années d’école. Un des personnages secondaires du livre est la non moins classique petite brute qui tourmente ses camarades, les vole, les bat, leur fait du chantage et finit par se faire expulser pour alcoolisme.

L’idée – géniale – de MacDonald Fraser est d’avoir imaginé la suite de la vie du mauvais sujet, pour faire de lui l’incarnation de l’Empire britannique, détail dont on ne semble pas trop conscient Outre-Manche, où les adeptes du politiquement correct lui font volontiers des reproches au premier degré.

Or donc, Harry Flashman, arrivé à l’âge pas du tout respectable dans son cas de 90 ans, écrit ses mémoires sans une once de regret ni de remords, en les parsemant de notes historiques de bas de pages d’une grande exactitude, parce que l’auteur véritable de cette Clara Gazul d’un nouveau genre est lui-même imbattable dans ce domaine. Et l’ensemble de ce qui est, dans le fond, un acte d’accusation sanglant fait rire, parce que… humour écossais oblige.

Flashman boit comme un trou, s’approprie ce qu’il convoite, à commencer par la maîtresse de son père, les femmes, les filles, les amantes, voire les esclaves des autres ensuite. Il collectionne les citations, les honneurs et les médailles par fraude, mensonge, tricherie, trahisons, lâchetés en tous genres et on en passe. Alors qu’il fuit le danger comme la peste, il n’arrête pas d’être envoyé dans les endroits les plus chauds du monde à cause de sa réputation usurpée d’héroïsme et se débrouille bien sûr pour survivre à la première Guerre d’Afghanistan, à la Charge de la Brigade Légère, à la Mutinerie des Cipayes, à Isandhlwana, à Little Big Horn, à la Révolte des Taïping, au Siège de Khartoum et à une douzaine d’autres de ces massacres qui ont fait la grandeur de l’Empire.

 

44. GeorgeMacdonaldFraser.jpg

George MacDonald Fraser

1925 – 2008



 

*

 

Mis en ligne le 23 mai 2015

 

 

 

 

15:14 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2015

ET VOILÀ POURQUOI VOTRE FILLE EST MUETTE

1. Flotte russe du Pacifique.jpg

Flotte russe du Pacifique

 

« Un État qui fut libre d’abord, comme la Grèce avant Philippe de Macédoine, qui perd ensuite sa liberté, comme la Grèce la perdit sous ce prince, fera de vains efforts pour la reconquérir ; le principe n’est plus ; la lui rendît-on même comme la politique romaine la rendit aux Grecs, l’offrit à Cappadoce pour affaiblir Mithridate, et comme la politique de Sylla la voulut rendre à Rome elle-même, c’est inutilement ; les âmes ont perdu leur moelle, si je puis ainsi parler, et ne sont plus assez vigoureuses pour se nourrir de liberté ; elles en aiment encore le nom, la souhaitent comme l’aisance et l’impunité, et n’en connaissent plus la vertu.

Saint-Just

Et voilà pourquoi votre fille est muette

et pourquoi votre « président », pas plus que ceux - présidents ou rois - des autres  pays d’Europe, n’a hésité à offenser gravement un grand peuple de 145 millions d’âmes et même davantage, puisque ce chef d’œuvre de pleutrerie collective insulte aussi les peuples qui faisaient, lors de la IIe Guerre mondiale, partie de l’URSS et qui, sous quelque dénomination que ce soit, sont morts avec les Russes en combattant l’ennemi commun. L’ennemi qui nous occupait depuis cinq ans. L’ennemi avec lequel d’aucuns, par chez nous, avaient allègrement « kollaboré ». Ces d’aucuns dont M. le Président Hollande et ses semblables ont pris la suite, oserons-nous dire « sans désemparer » ?

C’est là quelque chose que nous avions compris, ici, depuis longtemps, exactement depuis que nous avions vu défiler, en 1939, M. Paul-Henri Spaak, secrétaire général du PS belge, fusil brisé en bandoulière, en tête de la classe ouvrière de son pays et que nous l’avions revu, après la boucherie, non pas défiler mais parader en secrétaire général de l’OTAN. Et c’est dire si nous n’avons pas été surpris davantage quand un autre secrétaire général du PS et Premier ministre nous a annoncé la bouche en cœur un deuxième plan Marshall. Comme si le premier n’avait pas suffi.

M. Manuel de Dieguez, à qui nous avons consacré un de nos précédents posts, poursuivant sa réflexion sur les causes et les circonstances de notre déchéance – car on a les gouvernements qu’on mérite – écrit au Président de l’Assemblée Nationale française (ne cherchez pas, c’est Bartolone) une lettre qui ne sera pas lue par ceux auxquels elle s’adresse mais le sera, nous l’espérons, par ceux qu’elle concerne bien davantage : nous tous.

Cette lettre fait, avec raison, grand cas du dernier marathon en démocratie directe du président Poutine. Grand cas aussi en fait Thierry Meyssan, qui l’analyse avec sa lucidité habituelle. Vous trouverez  la réflexion philosophique et la réflexion politique plus bas dans ce post.

Rappelons aussi, puisque nous sommes en bonne compagnie, que le gouvernement Grec, qui est dans la situation la plus précaire du continent mais qui est aussi le plus intransigeant sur les principes, a refusé de s’aligner sur les laquais, quoi qu’il doive lui en coûter. Les Grecs ont le gouvernement qu’ils méritent.

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

70e anniversaire de la victoire sur le IIIe Reich

(8/9 mai )

du soulèvement de Sétif

(8 mai)

&

Bicentenaire de Waterloo

(19-20 juin)

 

Nous ne connaissons pas de compte-rendu, côté allemand, (peut-être cela existe-t-il) des cinq ans de guerre qui s’achevèrent sur l’entrée des Soviétiques à Berlin.

Mais, à notre grand amusement (si on peut dire), le bicentenaire de la défaite de Napoléon à Waterloo provoque – principalement semble-t-il en Belgique - une espèce d’hystérie bonapartiste qu’on pourrait à la rigueur comprendre en Corse, voire (quoique) en France, à laquelle nous n’avons pas l’intention de nous associer. Nous ne nous sommes pas enrichis à vendre du drap et des armes à l’aigle pour ses campagnes de brigandages ; en revanche, nous avons laissé beaucoup de petits paysans « levés » de force, dans les eaux glacées de la Bérézina. C’est pourquoi l’idée nous est venue de faire d’une pierre deux coups et d’offrir, en cadeau d’anniversaire, aux vainqueurs d’Hitler, le récit de la bataille de Bolchoï-Strakhov et celui du passage de la rivière au si joli nom. Ces récits, nous les avons trouvés sur un site consacré à l’irréprochable (autant qu’un militaire conquérant puisse l’être) général Desaix.

 

3. Waterloo 18 juin 1815.jpg

Waterloo – 18 juin 1815

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

« Au bout du compte, qu’est-ce que tout ceci m’a coûté ? 300.000 hommes et encore, il y avait beaucoup d’Allemands là-dedans. »

Napoléon Bonaparte, à Narbonne, au retour de la Bérézina.

 

4. Napoléon fuyant.jpg

 

« Eh bien, le brigand est donc parti ! – Oui, il vient de partir à l’instant. Il nous a déjà fait le coup en Égypte. » Étonné de cette expression de brigand, j’appris avec surprise par la suite de la conversation qu’il s’agissait de Napoléon. Peu de temps après, l’armée fut instruite officiellement de ce départ.

(René Bourgeois, chirurgien-major du régiment Dauphin-Cuirassier)

2. Aigle au chapeau.gif

« Wittgenstein a sauvé Saint-Petersbourg, mon mari a sauvé la Russie, et l’Amiral Tchitchagov a sauvé Napoléon ».

Yekaterina Bibikov, princesse Koutouzov 

5. smolensky.jpg

Yekaterina Iljinishna Koutousov-Smolensky

par Mme Vigée-Lebrun

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Bérézina. La bataille de Bolchoï-Strakhov

6. Grognards.jpg

   Où sont les grands, les intrépides soldats de la Grande Armée ?… la neige des steppes russes a gardé le secret de leur mystérieuse sépulture… ils dorment!… leur lance gît à leur coté, leur bon cheval repose étendu à leurs pieds, la faim a tué le coursier comme le froid a saisi le cavalier. Tous ont subi patiemment leur destinée, tous sont tombés sur le chemin de la retraite comme une longue suite de victimes, tous ont subi la même destinée : la mort les a enveloppés à la fois.

Lire la suite…

Source : http://desaix.unblog.fr/2007/09/30/bolchoi-stakhov-une-ba...

Au moins Adolf Hitler se fit-il sauter la cervelle au milieu du peuple dont sa démence avait causé la perte. Valait-il plus cher que « le brigand » ? Pour cette raison, la réponse est oui.

 

2. Aigle au chapeau.gif

Sur le même site :

Napoléon – Mise au point

(Extraits du Napoléon tel quel d’Henri Guillemin)

7. Aigle au chapeau ter.gif

NAPOLÉON EN ITALIE 

Le 21 septembre 1794, un nouveau représentant, Turreau de Linières, avait été désigné pour les fonctions de commissaire auprès de l’armée d’Italie. Turreau vient de se marier et cette nomination lui permet d’offrir à sa jeune épouse (Félicité, 24 ans, la fille d’un chirurgien de Versailles ) un voyage de noces sur la Côte d’Azur. Il arrive, et Bonaparte entreprend aussitôt auprès de Mme Turreau la campagne séductrice « à l’intention du mari » qu’il a déjà menée auprès de Mmes Carteaux et Ricord et qu’il reprendra plus tard auprès de Mme Carnot.  On ne se battait plus, sur les Alpes, et la charmante jeune femme s’en désolait, elle qui s’était attendue, frétillante, à voir de loin « parler la poudre ».  Afin de calmer sa déception, Bonaparte organise pour elle un petit spectacle de massacre. « Il en coûta la vie à quatre ou cinq soldats », pas plus, racontera-t-il, bonhomme, à Bertrand, au mois d’octobre 1818. Dans le Mémorial de Sainte-Hélène, Napoléon dit de Turreau: « Représentant à l’armée de Nice, assez insignifiant. »

Lire la suite…

Source : http://desaix.unblog.fr/2007/09/30/napoleon-mise-au-point/

 

2. Aigle au chapeau.gif

À lire pour ne pas mourir idiots :

Napoléon, grand criminel et idole

Extraits d’Henri Guillemin encore, mais aussi de Georges BLOND (La Grande Armée), de l’Allemand Joachim Kennicht, des Belges Georges Jacquemin et Bril Martin, de Claude RIBBE (Le crime de Napoléon), etc.

http://napoleon-grand-criminel.skynetblogs.be/

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

8.Deux films.JPG

 

9. Le chien le général et les oiseaux.jpg

 

 

 

Le chien, le général et les oiseaux

Dessin animé [dvd 0831]

Durée : 1h15min.

Année de production : 2003

Réalisateur : Francis Nielsen

Voix : Philippe Noiret

 

 

Un jeune général russe – c’était Koutouzov ! - a jadis sacrifié des oiseaux pour brûler Moscou et sauver son pays envahi par Napoléon. Désormais à la retraite, il n’arrive pas à trouver le repos, hanté par le souvenir des oiseaux en flammes et attaqué chaque jour par tous les volatiles de Saint-Pétersbourg. Heureusement, le hasard met sur sa route un chien extraordinaire, qu’il adopte et baptise Bonaparte en souvenir de l’ennemi de sa jeunesse, et qui va l’aider à transformer ses cauchemars en utopies. Ensemble, ils vont mener une bataille originale mais délicate. En effet, un jour, tous les chiens de la ville quittent leurs maîtres pour se rassembler sur la rivière gelée en signe de protestation et pour obtenir la libération de tous les oiseaux en cage. Mais le printemps approche, la couche de glace menace de rompre et les chiens risquent de se noyer. C'est au général de venir à leur secours...

 

Bande annonce

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

10. Guerre et paix français.gif

 

 

Guerre et paix

Film soviétique de Sergueï Bondartchouk, 1967

d’après le roman de Leon Tolstoi

Durée 6h42’

« Oscar du meilleur film étranger 1968 »

Acteurs : Nikolai TcherkassovLioudmila SavelievaSergueï BondartchoukViatcheslav Tikhonov

Date de sortie : 25 avril 2005

Coffret de 5 DVD

Audio : Dolby Digital, Russe Dolby Digital

Vidéo : Format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté 2.20, Format DVD-9, film en couleurs.

Sous-titres : français.

 Pour en savoir plus :

http://journalcinephilelyon.com/2012/04/05/guerre-et-paix-de-serge-bondartchouk-1967/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_et_Paix_%28film,_1967%29

 




 

2. Aigle au chapeau.gif

 

11. UN LIVRE xxxxx.JPG
 

 12. Esprit_revolution.gif

 

 Saint-Just

L’esprit de la révolution

suivi de

Fragments sur les institutions

10/18 – 2003

202 pages

 

 

 

Pour jeunes lecteurs « à partir de 15 ans », comme on dit chez les marchands de livres. Quiconque en a 20 devrait l’avoir lu. À 26, celui qui l’a écrit était mort et avait changé la face du monde.

“Les malheureux sont les puissances de la terre ; ils ont le droit de parler en maîtres aux gouvernements qui les négligent”

“Osez ! ce mot renferme toute la politique de notre révolution.”

“Il n'y a que ceux qui sont dans les batailles qui les gagnent.”

“Ceux qui font des révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau.”

13. CIT. St JUST.JPG

“Un peuple est libre quand il ne peut être opprimé ni conquis, égal, quand il est souverain, juste, quand il est réglé par des lois.”

14. Deuxième citation Saint-Just.JPG

“Pour établir dans la république l’égalité naturelle, il faut partager les terres et réprimer l’industrie.”                            

“La servitude consiste à dépendre de lois injustes ; la liberté de lois raisonnables.”

“La force ne fait ni raison ni droit ; mais il est peut-être impossible de s'en passer, pour faire respecter le droit et la raison...”

“[...] celui-là seul a des droits dans notre patrie, qui a coopéré à l'affranchir.”

“Je ne suis d'aucune faction ; je les combattrai toutes.”

“Je méprise la poussière qui me compose et qui vous parle. On pourra persécuter et faire mourir cette poussière ! Mais je défie qu'on m'arrache cette vie indépendante que je me suis donnée dans les siècles et dans les cieux.”

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

 « Chaos mondial actuel »

(suite)

2. Aigle au chapeau.gif

15. manuel.gif

La vassalisation américaine de l’Europe est-elle réversible ?

16. LOTAN-outil-de-limpérialisme-américain-fauteur-de-guerre-et-de-vassalisation-de-lEurope....jpg

Partie II – Les prouesses de la fiole magique – 1er mai 2015

Partie III – De l’abaissement à la trahison – 8 mai 2015

 

Extrait de la lettre à Claude Bartolone (partie III),

qui se propose d’imposer aux Français le vote obligatoire, avec amendes à la clé en cas de désobéissance :

(…)

Bien plus : est-ce demander aux Français d'accomplir leur devoir civique avec la compétence que le monde réclame de l'électorat d'aujourd'hui, alors que le candidat de droite, de gauche ou du centre qui se présente à leurs suffrages se dérobe à la question posée par Socrate, qui voudrait savoir quelle science des batailles le vote populaire attend du vote populaire et le corps électoral du corps électoral. Car, vous n'ignorez pas qu'au cours de son dialogue annuel avec des centaines de milliers de citoyens russes qui lui posent tantôt des questions focales, tantôt teintées d'humour, M. Vladimir Poutine a visé le vrai totem. Qu'a répondu ce chasseur, tenu par un aréopage planétaire de connaisseurs et pour la troisième année consécutive, pour l'archer le plus puissant, le plus compétent et le plus expérimenté du monde, qu'a répondu, je vous le demande, cet oracle à une citoyenne qui lui demandait candidement pourquoi, le 9 mai, les principaux dirigeants européens ne viendront pas, comme chaque année, célébrer à Moscou la victoire de 1945 de la Russie sur le nazisme ? Vous a-t-on informé de ce que M. Poutine lui a répondu crûment ? « Ces dirigeants-là n'ont pas pris leur décision de leur propre autorité et sur les planches de leur théâtre à eux : ils se sont pliés à l'interdiction vigoureuse que Washington a adressée à leur nation d'assister à notre cérémonie traditionnelle sur la Place Rouge. » La flèche pouvait-elle mieux se planter au cœur de la cible?  

(…)

2. Aigle au chapeau.gif

 

Ligne directe avec Vladimir Poutine

par Thierry Meyssan

Les autorités russes publient peu de documents sur leur vision du monde. Aussi l’émission « Ligne directe » avec Vladimir Poutine offre-t-elle une occasion rare d’évaluer l’évolution de la perception des choses par Moscou. Au-delà de la performance du président, qui a répondu durant 4 heures aux questions de ses concitoyens, on retiendra que la Russie semble renoncer à régulariser ses relations avec les États-Unis et se préparer à un long isolement de l’Occident.

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 4 mai 2015 

______________________________________________________________________________________________________

Deutsch  Português  italiano  فارسى  ελληνικά  русский  Español  Nederlands 

 

17. Poutine DEMO.jpg

Alors que le président Obama évite de répondre aux questions de ses concitoyens et n’intervient en public qu’en lisant des prompteurs, le président Poutine a improvisé une longue séance de questions-réponses avec son peuple.

 

Le 16 avril dernier, Vladimir Poutine s’est livré à un invraisemblable exercice : répondre durant quatre heures d’affilée aux questions de ses compatriotes, en direct sur trois chaînes de télévision et trois stations de radio. Les organisateurs ont reçu durant l’émission plus de 3 millions d’appels téléphoniques et ont posé 74 questions au président [1].

Même si certaines questions étaient manifestement préparées, d’autres étaient improvisées. Les réactions de Vladimir Poutine exposent nettement sa pensée.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187450.html

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Au philosophe de 92 ans bien décidé à ne mourir que le plus tard possible et sur sa barricade comme à l’exilé qui va fêter dans huit jours, loin de sa patrie, son 58e anniversaire, nous adressons notre gratitude et nos souhaits de longue vie et d'indéfectible courage. Ils sont la vraie France, celle que le monde entier respecte, et dont fait partie aussi Mme Ariane Walter, laquelle est montée au créneau cette semaine pour dire deux mots à l’imposteur qui se fait passer pour son président et présenter, au nom des siens, ses fraternelles salutations à celui de la Fédération de Russie.

Ariane Walter à MM. Poutine et Hollande au sujet du 9 mai à Moscou…

 

18. Ariane W..jpgCette vidéo commence par un lapsus magistral : je parle, en effet, de la commémoration de la victoire de la… troisième guerre mondiale ! Quand je m’en suis aperçue, je me suis dit, évidemment, que je devais tout recommencer. Mais cette vidéo avait été trop lourde, émotivement, à réaliser pour que je puisse envisager de la refaire mécaniquement. Par ailleurs, l’émotion finale, spontanée, dans la seconde version, ne l’aurait plus été. 

Puis je me suis dit que ce lapsus avait un sens. Que l’absence de Hollande et des chefs de l’Otan à cette commémoration avait une signification terrible qui nous portait vers ces mots que nous entendons de plus en plus souvent : « troisième guerre mondiale ». Que cette crainte qu’ils inspirent était tellement en moi, en nous, qu’au moment de parler de victoire, le fait de dire « troisième guerre mondiale » avait été une sorte d’exorcisme. Alors, je l’ai laissé…

 

Lire la suite…

Lettre à M. Poutine

Lettre à M. Hollande

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2015/05/07/ariane-walter-a-mm...

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Le « Jour de la Victoire » ne fut pas seulement celui de la reddition sans conditions des nazis aux Soviétiques, que l’on prit pour un happy end et que l’on célèbre à juste titre aujourd’hui, il fut aussi celui du soulèvement de Sétif, premier acte de la Guerre d’Algérie, une guerre d’indépendance nationale qui allait durer 17 ans et faire couler des fleuves de sang, infliger des tortures sans nom et ruiner un nombre incalculable de vies. Gilberto Lopez y Rivas le rappelle, et bien d’autres choses encore.

N’oublions pas, enfin, que les Espagnols ne furent pas, eux, de la fête, mais continuèrent, dans l’indifférence générale des touristes amateurs de plages, à subir plus de 30 ans encore de fascisme : jusqu’à la mort de Francisco Franco en 1975.

8 Mai : La victoire sur le fascisme, 70 ans après

19. Gilberto Lopez.jpg

Gilberto López y Rivas

Ce 8 mai marque le 70ème anniversaire de la victoire des peuples du monde sur le fascisme et le nazisme, et en particulier la victoire du peuple soviétique sur l'Allemagne, décisive dans cette geste  historique. Dans les conditions politiques, économiques et sociales actuelles sur le plan mondial, cet anniversaire revêt une signification particulière, étant donné les menaces constantes contre la paix représentées par le capitalisme collectif, US en tête, et la possibilité réelle d'un nouveau conflit militaire de dimensions planétaires, qui serait le dernier auquel l'humanité se livrerait.

20. Char nazi.gif


La Seconde Guerre mondiale n'a pas pour seuls responsables les fascistes allemands, italiens et japonais, qui, souhaitant un nouveau partage du monde, déchaînèrent la tragédie guerrière la plus terrible de l'histoire; il est également nécessaire de souligner la responsabilité manifeste des impérialistes anglais, US et français dans le déclenchement de la guerre. Leurs gouvernements avaient encouragé et autorisé le réarmement de l'Allemagne. Ils occultèrent la croissance rapide de ses forces armées et invoquèrent une prétendue neutralité face aux agressions fascistes contre l'Éthiopie en 1935, l'Espagne en 1936, l'Autriche et la Tchécoslovaquie en 1938 et la Pologne en 1939.

Lire la suite…

Source : http://tlaxcala-int.org/article.asp?reference=14624

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Moscou 9 mai 2015

À bons entendeurs, salut !

Avertissement en forme de célébrations

 

Discours de Vladimir Poutine en ouverture de la parade militaire sur la Place Rouge, à l'occasion du 70e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique de 1941 à 1945. VOSTF

 

 

Traduction, sous-titres et transcription  : http://www.sayed7asan.blogspot.fr 

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/49438

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Où l’on voit le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, qui est bouddhiste, se signer avant de prendre la tête de la Parade de la Victoire…

 

Vidéo RT intégrale, en russe, de la parade militaire de ce 9 mai sur la Place Rouge - qui a été retransmise en direct et commentée en français par Sputnik France - à laquelle ont pris part, outre les armes russes, des bataillons venus d’Arménie, d’Azerbaïdjan, du Belarus, du Kazakhstan, du Kyrgyzstan, du Tajikistan, de l’Inde, de la Mongolie, de la Serbie et de la Chine, en présence de 26 chefs d’États d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine.



2. Aigle au chapeau.gif

 

Quinze autres parades se sont déroulées dans d’autres villes de Russie, navales dans ses ports.

À Severomorsk et à Mourmansk, par exemple, près du Cercle Arctique.

 

 

Mais aussi dans les hostiles états baltes, comme ici, à Tallinn, Estonie, où des vétérans de la guerre ont déposé des fleurs au pied du soldat de bronze, dont le déplacement a provoqué naguère de si fortes controverses

 

 

Même à Kiev, où on n’a pas pu empêcher que des milliers se rendent à l’Arche de l’Amitié entre les Peuples. C’est le seul endroit où on n’ait vu aucun ancien drapeau soviétique : ils y sont interdits.

 

 

À Donetsk aussi, bien sûr, où ce sont les troupes actuellement engagées dans la guerre de résistance qui ont défilé, les commandants en exercice conduisant eux-mêmes les véhicules blindés. Pendant qu'ils y étaient, ils en ont profité pour inaugurer un nouvel hymne national.

 

 

Marche du

« Régiment Immortel »

 

Ce même jour, des foules ont marché dans toute la Russie pour honorer les vétérans de la Grande Guerre patriotique. Ils étaient 250.000 à Moscou, dont Vladimir Poutine, qui a défilé en portant le portrait de son père.

 

 

Source : http://rt.com/news/257145-immortal-regiment-ww2-worldwide/

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Feux d’artifice

Dans vingt-six villes, avec de fortes canonnades réservées à celles qui ont subi des pertes particulièrement lourdes, comme Volgograd et Sébastopol.

À Léningrad et à Moscou, ce sont des canons rescapés de la guerre qui ont été remis en service pour les tirer. Un des plus beaux a sans conteste été  celui de Moscou. Un paysage unique au monde s’y est obligeamment prêté.

 


 

Comme l’écrit le Saker, ce jour est un tournant décisif dans l’histoire de la Russie. Voir demain ou après sur le Saker francophone.

Pouvons-nous ajouter que c’est un tournant décisif aussi dans l’histoire de l’Inde. La décision du président Mukherjee d’être présent à Moscou est de celles qui ne peuvent qu’avoir d’énormes conséquences.

 

2. Aigle au chapeau.gif

 

Et, ça y est, les Loups de la Nuit sont arrivés à Berlin !

Un tribunal de Berlin a annulé mercredi la décision de la police allemande de refouler à la frontière les motards russes qui voulaient se rendre dans la capitale allemande le 9 mai pour rendre hommage aux soldats soviétiques morts pendant la Seconde guerre mondiale.

 

21. maillet entier.jpg

 

Selon le tribunal, les raisons invoquées par la police allemande ne sont pas valables. Un détenteur d'un visa Schengen peut se voir interdire l'entrée seulement s'il constitue une menace à l'ordre public, à la sécurité intérieure ou aux relations internationales d'un État membre, mais ce n'est pas le cas des personnes en cause.

Le club de motards a lancé le 25 avril, ce  rallye qui devait passer par Minsk, Brest, Wroclaw, Brno, Bratislava, Vienne, Munich, Prague, Torgau et Karlshorst.

En cours de route, les bikers ont rendu hommage à la mémoire des victimes des camps de concentration et aux soldats soviétiques morts pour la libération des villes européennes des troupes nazies. Ils ont été chaleureusement accueillis par les motards slovaques et autrichiens. Mais les autorités de plusieurs pays européens dont la Pologne se sont opposées à leur passage, malgré le caractère pacifique du rallye.

 

22. Bikers.jpg

23. Russes à Berlin.jpg

24. Russes à B. xxx.jpg

25. Motards.jpg

26. Motards Staline.jpg

 

27. Bikers 2 xx.gif

 

Avec les compliments de deux héros des classes dangereuses tombés au combat.

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 9 mai 2015.

 

 

 

 

 

02:17 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2015

SORTIR DE L'OTAN

1. NATO - OTAN Blog.jpg

Sortir de l’OTAN

 

2. italy_lc.gif


Pour que l’Italie sorte de l’Otan

Une campagne se déroule actuellement en Italie pour que le pays sorte de l’Otan et retrouve sa souveraineté. Bien que vous ne soyez pas Italiens, vous êtes invité à y participer.

Réseau Voltaire International | Rome (Italie) | 26 avril 2015 

___________________________________________________________________________________________________________

italiano 

3. No GUERRA.jpg

 

Les promoteurs de la campagne pour que l’Italie sorte de l’Otan ont exposé les raisons de leur initiative mardi 21 avril, lors d’une conférence de presse dans la salle Isma du Sénat, à Rome.

Sont intervenus à la rencontre, présidée par Vincenzo Brandi, la sénatrice Paola De Pin, les journalistes Manlio Dinucci, Fulvio Grimaldi, Giulietto Chiesa, Père Alex Zanotelli, l’historien Franco Cardini et l’universitaire Massimo Zucchetti (intervention enregistrée).

La campagne « No Guerra/No Nato » a commencé avec le recueil d’adhésions à la pétition « Faire sortir l’Italie du système de guerre/Respecter l’article 11 de la Constitution » [1], avec notamment parmi les premiers signataires le Prix Nobel Dario Fo, le magistrat Ferdinando Imposimato, le journaliste Gianni Minà, le dessinateur Vauro Senesi, les philosophes Gianni Vattimo et Domenico Losurdo, le philologue Luciano Canfora, le journaliste Antonio Mazzeo, l’essayiste Francesco Gesualdi, le syndicaliste Giorgio Cremaschi et le musicien David Riondino.

Lire la suite ET SIGNER !...

Source : http://www.voltairenet.org/article187412.html

4. noeud st georges.gif

Ils veulent 100.000 signatures. Il en faut des millions. Mieux : il faut que les autres pays d’Europe lancent leurs propres campagnes sur le modèle italien et que toutes soient réunies, qu'enfin l'Europe existe. Il faut que les signataires soient décidés à démettre de leurs fonctions les élus – et, a fortiori, les non-élus – qui s’opposeraient à la volonté de leurs populations respectives, sous le prétexte irrecevable qu’ils ont des obligations envers l’OTAN parce que l’OTAN les a achetés, eux, leur déloyauté nationale et leur conscience ou ce qui leur en tient lieu. Qu’on nous pardonne d’être aussi directs mais ce n’est ici ni le temps ni le lieu du respect humain. La seule garantie qu’a l’Europe de ne pas être tôt ou tard détruite au nucléaire, dans une guerre qui ne la concerne pas, est de sortir de cette association de malfaiteurs, dont les mains ruissellent du sang de populations innocentes. Il est inutile d’espérer échapper à leur sort à coups de lâchetés répétées.

 

4. noeud st georges.gif

 

Voici ce que la soumission à l’OTAN nous réserve

Cette vidéo historique en couleurs – document unique – a été filmée à Berlin en juillet 1945

 

 

Vidéo prise par Konstantin von zur Muehlen, fondateur, en 2001, de Chronos Media, qui dispose de documents historiques inédits – environ 7 millions de mètres de pellicule – datant, pour certains, d’un siècle.

 

4. noeud st georges.gif

 

Pour compenser le manque à gagner de ses mistraux pas livrés, Fanfan fourgue des Rafales (24) aux patrons de Daesh.

Avec le Tout-Paris amoureux du Qatar...

Hollande enterre les Droits de l’Homme à Doha

Jacques-Marie Bourget – LGS –4 mai 2015

 

5. Rafale.jpg

 

Ainsi donc, François Hollande, accompagné de son chambellan Fabius, a signé au Qatar la vente de vingt-quatre avions « Rafale ». Après avoir discrètement bu sa honte, sourire commercial aux lèvres, le Président normal s’en va honorer une dictature, la relevant par son geste au rang des États fréquentables.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/hollande-enterre-les-droits-d...

On a bien le droit de choisir ses clients, m…. !

 

4. noeud st georges.gif

 

Que le courage soit contagieux !

 

6. Le courage est contagieux.jpg

Berlin Alexanderplatz

Inauguration de la

Statue de la Trinité des lanceurs d’alerte

Snowden-Assange-Manning

œuvre du sculpteur italien Davide Dormino

 

 

L’artiste a représenté les trois jeunes gens debout sur des chaises, à côté d’une quatrième chaise vide, à la disposition de qui se sentira le courage de les imiter.

 

4. noeud st georges.gif

 

Meuh non, les merdias ne sont pas jaloux des Charlie Hebdo !

 

7. Poutine croquemitaine.jpg

 

4. noeud st georges.gif

 

La loi Gayssot n’est pas applicable à tout le monde …

 

8. Rambo vainqueur.jpg

 

4. noeud st georges.gif

 

Tandis que l’offensive à la Goebbels (« C’est nous qu’on a gagné la guerre et pas eux, na ! ») continue :

L’encerclement de la Russie va bon train

L’encerclement de la Russie est en train de se former selon le programme de l’OTAN, qui utilise les accords de paix de Minsk pour armer le continent européen ou pour l’occuper de ses troupes. En Pologne, en Allemagne, en Ukraine, en Lettonie, en Estonie, en Lituanie, les États-Unis envoient des troupes et des blindés.

 

9.La R. veut la G..jpg


L’envoi de véhicules blindés anglais, avec des soldats anglais et américains, est effectif en Ukraine. Sur tous ces anciens territoires du bloc de l’Est, des soldats américains se montrent fièrement. Ce week-end, des colonnes de véhicules blindés américains ont été filmées en Roumanie et les médias qui ne peuvent éviter de mentionner ces déploiements de troupes les attribuent à « la menace russe » !

 


C’est le site roumain http://www.claboomedia.ro/ qui a signalé l’important mouvement de troupes américaines de ce week-end, richement filmé par drone au-dessus de la gare de la ville de Medgidia. Le film permet de voir des centaines de véhicules, transporteurs de troupes, blindés, même des véhicules avec la Croix-Rouge, donc des véhicules sanitaires, sur des plate-formes de trains. Qui dit sanitaires dit préparation à des affrontements. Ou alors ces véhicules de guerre avec la Croix-Rouge peinte sur le camouflage ne sont là que pour rassurer la chair à canon potentielle…

 

 

Pologne.

Les États-Unis ont annoncé sur leur site officiel des forces armées, DoD News, le lancement d’exercices avec le missile Patriot. Cet essai aura lieu avec le 3e bataillon de l’armée de l’air polonais en charge des missiles, a annoncé le colonel Steve Warren. L’exercice va inclure plus de 100 soldats américains et 30 véhicules sur le territoire polonais. Warren affirme que l’exercice fait partie des manœuvres « Operation Atlantic Resolve », opérations menées selon les dires de Warren pour réassurer les alliés sur la menace russe. Warren ajoute, « cette action répond à la décision de la Russie de soutenir les rebelles dans le Donbass et pour répondre à l’annexion de la Crimée il y a un an ».

Comme nous pouvons le voir le droit international ne doit correspondre qu’aux critères américains et les citoyens du Donbass qui ont par la force des choses pris les armes pour protéger leur vie contre des massacres sont considérés comme des rebelle c.a.d des terroristes.

Lettonie


Le 9 mars nous signalions le débarquement de plus de 100 chars US à Riga. Des sources viennent nous confirmer que ces blindés sont transportés par train (voir les images). Il est évident que des actions de provocation se mettent en place pour attaquer la Russie.

Allemagne

Au port de Bremerhaven le bateau US Liberty Ship, celui qui a débarqué des chars Abraham à Riga, a aussi débarqué des engins identiques sur le sol allemand. Cela semble correspondre à l’annonce faite par la ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, sur l’établissement d’une garnison internationale de chars en Allemagne. Et le fait est que, ce 13 mars, des chars américains ont été vus faisant mouvement en direction de Grafenwöhr.

10. Bremenhaven.jpg

« Les Américains augmentent leur présence », écrit le média local d’Oberpfalz. « à cause du conflit en Ukraine et des tensions qui en résultent avec la Russie. Les États-Unis consolident leur présence en Europe. Une partie des 800 chars américains doivent être stationnés à Grafenwöhr », annonce le même média qui explique aussi, « cela est la première consolidation militaire américaine en Allemagne depuis 25 ans. »


Source : http://leschroniquesderorschach.blogspot.be/2015/03/les-u...

 

On peut aussi consulter :

http://www.n3ws.info/2015/03/concentration-de-troupes-ame...

Ainsi que :

 http://francais.rt.com/lemonde/1224-convoi-militaire-amer...

 

4. noeud st georges.gif

 

Il y en a d’autres. Qui en veut ?

 

L’OTAN  en Pologne, aux frontières de la Russie

 

 

4. noeud st georges.gif

 

Meuh non, ils ne sont pas prêts à déchaîner l’enfer sur l’Europe.

Là, ils visent juste l’Ukraine orientale.

 

 

4. noeud st georges.gif

 

Euh… la Russie prévient l’OTAN qu’elle a des armes aussi.

(Oui, nous sommes entre les deux et en dessous, mais comme ça, on verra mieux.)

 

 

4. noeud st georges.gif

 

Ne lésinons pas

On vous présente l’hélicoptère d’attaque russe KA52 Alligator

 

 

4. noeud st georges.gif

 

« Rawète »… pour amateurs éclairés seulement

 

 

 

4. noeud st georges.gif

 

La France, qui n’a pas froid aux yeux, participera aux provocations militaires en Pologne

 

La France va déployer 15 chars Leclerc en Pologne dans le cadre des mesures de «réassurance» des pays d’Europe orientale mises en place par l’Otan sur fond de crise ukrainienne, a annoncé jeudi le porte-parole des armées.

Au total, quelque 300 militaires français s’installeront à partir du lundi 20 avril à Drawsko Pomorskie, dans l’ouest de la Pologne. « Ils seront à 100% de leurs capacités à compter du 25 avril et resteront sur place environ sept semaines », a précisé le colonel Gilles Jaron. Ils participeront à une «série d’entraînements bilatéraux avec la Pologne ainsi que multilatéraux», incluant pour l’un d’entre eux l’armée américaine, a-t-il précisé. Outre les chars Leclerc, pilier des forces blindées françaises, les militaires seront équipés de quatre VBCI (véhicule blindé de combat d’infanterie -engins tout-terrain à huit roues) et de capacités de génie pour «pouvoir ouvrir ou piéger des itinéraires».

Sources: http://novorossia.vision/fr/la-france-participera-aux-pro...

http://www.atlasinfo.fr/Crise-ukrainienne-la-France-va-de...

 

4. noeud st georges.gif

 

Ce qu’en pense Emir Kusturica

 

11. Kustu.jpg

 

Le célèbre cinéaste* et musicien serbe, à qui tout ce remue-ménage rappelle de bien vilaines choses, a été récemment interviewé par L’Humanité-Dimanche et par – oufti ! - levif.be

 

HD. Que vous inspirent les événements en Ukraine ?

E. K. La guerre humanitaire est en fait une légalisation de la guerre. Wall Street dépend de la guerre. La valeur psychologique d’une action dépend de la manière dont vous êtes agressif dans certaines parties du monde. Plusieurs guerres, de tailles réduites, se déroulent un peu partout à travers la planète. Désormais, l’option des conflits de basse intensité apparaît épuisée. Et l’Ukraine marque un tournant.

La Russie n’accepte plus son encerclement avec l’élargissement continu de l’OTAN. L’idéologue américain Zbigniew Brzezinski a largement écrit sur « l’enjeu eurasien », capital à ses yeux, à savoir la maîtrise et la colonisation de la Russie et de l’espace ex-soviétique. L’Ukraine est donc une première étape vers ce démantèlement imaginé par Brzezinski.

Lire la suite…

 

* Deux Palmes d’or à Cannes.

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/2015/02/21/emir-kusturica-ses...

 

4. noeud st georges.gif

 

La Russie attaquée par le twerk

 

Après les Pussy Riots et les Brigandes, le « sexe faible » continue de monter en première ligne. Question : envoyé par qui ?

Certes, en France, les Brigandes, vitrine de charme de l’extrême-droite s’avançant masquée, se tortillent sans choquer grand monde ni hélas rappeler Plissetskaia, tout en chantonnant mollement des choses qui ne mangent pas de pain du genre « s’il vous plaît laissez la Russie tranquille ». Ce n’est pas là-dessus qu’elles sont en première ligne et elles ont l’habileté de ne pas se déguiser en harpies.

Celles qui montent au front pas masquées, c’est qui, alors ?

 

12. memorial-1.si.jpg

 

Un groupe de cinq ou six Russes de 16-25 ans, à la dégaine de femen habillées, qui viennent de se livrer à des contorsions légèrement (à l’aune d’aujourd’hui) obscènes en un lieu sacré pour les Russes : un Mémorial aux morts de la IIe Guerre mondiale. Provoc évidente (il n’y a pas que le Prophète qui trinque). Un peu, si vous voulez, comme quand Cohn Bendit s’en allait pisser sur la flamme du Soldat Inconnu (ou si notre mémoire flanche ? Si elle ne flanche pas, c’était – tiens… – le 7 mai 1968).

 

 

Il paraît que c’est du twerk. Comme il est de règle, sinon où serait l’intérêt, elles se sont fait filmer dans leurs œuvres et la vidéo a été lâchée sur le net.

Bon, on vous passe les détails. Le maire de Novorossiysk, endroit où la chose s’est produite, a été alerté par un nombre non négligeable d’internautes écoeurés, et les artistes chorégraphiques ont reçu la visite de la maréchaussée. Trois des donzelles vont passer quinze jours au trou pour hooliganisme, une qui n’a pas seize ans, passe entre les gouttes, mais pas sa mère, qui a reçu un blâme pour la façon dont elle élève sa progéniture, et les autorités municipales ont ordonné une enquête pour déterminer qui sont les responsables des institutions fréquentées par les « danseuses » et qui, éventuellement, les a incitées à se livrer à cette profanation.

Le mémorial Malaya Zemlya, achevé en 1982, commémore la bataille de libération de Novorossiysk de l’occupation allemande en 1943. « Chaque pouce carré de ce sol a été inondé de sang, c’est inconvenant » a dit Viktoriya Dikaya, attachée de presse du département de l’Éducation de la ville, qui a le sens de la litote.

Source : http://rt.com/news/253049-twerking-novorossiysk-women-pri...

 

4. noeud st georges.gif

 

Mais le twerk semble d’un bon rendement et, là, ce ne sont pas des jeunes femmes mais des gamines pré-pubères qui y sont allées un peu fort.

 

« Winnie l’Ourson pue ! » Une vidéo scabreuse d’écolières russes envahit le net. Les autorités enquêtent.

 

13. Winnie.jpeg

14. Poo Bear.jpg

 

Des mineures d’une école de danse russe ont élevé le twerk à un niveau d’inventivité pas encore atteint, en l’agrémentant d’une apparition de Winnie l’Ourson armé d’un pot de miel. C’était en janvier. « Travail » de fin  d’études. L’expression crue d’une sexualité débridée n’est pas vraiment courante en Russie. Avec leur Winnie l’Ourson et les abeilles, les gamines ont mis le paquet. Elles ou… qui ? La police enquête, les écoles n’étant pas censées être des bordels.

 


 

Quelle sous-maîtresse (d’école !) a eu ainsi l’idée d’appâter sa clientèle ? Certains parents ont été horrifiés. À d’autres, on a demandé pourquoi ils ne l’étaient pas. Quant aux enseignant(e)s, il y en a qui doivent passer de sales quarts d’heures.

Car, si les gamines n’y ont pas vu malice, les auteurs de l’idée, de la chorégraphie, des costumes (une trouvaille, les slips orange transparents !), et autres responsables pourraient difficilement évoquer leur parfaite innocence. La vidéo ci-dessus, en russe, est toujours, au moment où nous mettons en ligne, activée. Les autres ont disparu (pour des raisons de « droits d’auteur ») après avoir été vues près de deux millions de fois… Mission accomplished. Disons-le tout net : ceux qui voient dans cet innocent délassement la main de la Ve colonne ou d’une quelconque ONG ne sont que de vils complotistes.

Ah La Philosophie dans le boudoir et la merveilleuse Elisabeth Wiener pas beaucoup plus vieille qui débutait…  Ah le fou-rire irrépressible de Jean Poiret… Souvenirs, souvenirs ! Mais, là, tout était dans le texte et les spectateurs étaient tous adultes.

Source : http://rt.com/news/249585-twerking-bees-children-russia/

 

15. abeille xxx.gif

 

Peut-être les fans US de la chose ont-ils, mine de rien, trouvé le remède imparable à la constipation. Sinon, prenez-vous-en à Youtube.

 


 

15. abeille xxx.gif

 

Les récents incendies de forêt de Tchernobyl auraient pu – et peut-être l’ont-ils fait – redémarrer la radioactivité. L’héroïsme de ceux qui les ont combattus au péril de leur vie vient de limiter les dégâts.

Les Russes sont bien élevés. Ils ne vont pas dire que quelqu’un a allumé ce feu pour leur nuire même si ce sont des Ukrainiens ou des Biélorusses qui ont écopé d’abord.

 

 

4. noeud st georges.gif

 

Tout le monde n’a pas la mémoire courte

Normandie-Niemen : le doyen des vétérans mis à l’honneur par la Renaissance française


À 96 ans, le doyen des anciens combattants de l’escadron Normandie-Niemen Ivan Moltchanov a reçu la médaille d’or de la Renaissance française le 29 janvier à son domicile à Moscou. La cérémonie en images.

 

 

 

Le régiment d’aviation Normandie-Niemen est la seule unité de combat étrangère à s’être battue, lors de la Seconde Guerre mondiale, sur le territoire soviétique. En 1942, le général De Gaulle a proposé à Moscou d’envoyer des pilotes français en URSS et le maréchal Staline a accepté. Le 4 décembre 1942, dans la ville d’Ivanovo, à 300 km au nord-est de Moscou, fut créée l’escadrille aérienne française. Les pilotes la baptisèrent « Normandie ». Au palmarès du régiment franco-russe : 5249 vols, 869 combats aériens et 273 victoires en tout, de mars 1943 à avril 1945.

La Renaissance française a été créée par Raymond Poincaré, président de la République, en 1915, en pleine guerre 14-18, dans les zones occupées d’Alsace-Lorraine. Après la guerre, la Renaissance française a pris un aspect culturel qui s’exprime dans la devise : culture-solidarité-francophonie. Elle s’est répandue en France et dans le monde entier avec pour objectif de distinguer les mérites, promouvoir la culture française, la langue française et le savoir-faire français. Elle est représentée en France et dans le monde entier par les délégations. La délégation de la Fédération de Russie a été créée en 2010. La présidente d’honneur actuelle de la Renaissance française est Mme Simone Veil.

Source : http://www.lecourrierderussie.com/2015/02/normandie-nieme...

 

16. cocardeminuscule.gif

 

«Normandie-Niemen» : un passé oublié

 

17. normandia-neman-Dubrovka-1728x800_c.jpg

 

En 2012, le régiment d’aviation « Normandie-Niemen » a eu 70 ans. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’escadron français qui a combattu aux côtés des pilotes soviétiques est devenu le symbole de l’amitié franco-russe. Qu’est-ce que ce symbole signifie aujourd’hui ? Et qui conserve la mémoire du « Normandie-Niemen » ?

Lire la suite…

 

Source :  http://www.lecourrierderussie.com/2012/06/normandie-nieme...

 

16. cocardeminuscule.gif

 

Un peu d’histoire :

 

Le Régiment de chasse « Normandie-Niemen »

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_unite/normandie.html

 

4. noeud st georges.gif

 

9 mai à Moscou

 

Ils n’iront pas. Sauf peut-être les Grecs, qui sont des téméraires.

Madame Merkel ira le lendemain, déposer une gerbe au soldat inconnu, mais surtout pas assister au défilé des armes qui se fourbissent pour accueillir son Allemagne, si jamais elle revient en fantassin d’un Empire trop croulant pour se battre lui-même. Il est vrai que venir célébrer sa propre défaite passée avec, devant les yeux, la prochaine en perspective, ce ne doit pas être gai.  On compatit.

Entretemps, il lui a fallu créer vite fait un club de motards pour faire la pièce aux Loups de la nuit russes, proches de Vladimir Poutine, qui avaient l’idée saugrenue de vouloir rouler jusqu’à Berlin déposer une gerbe sur la tombe du soldat inconnu soviétique tombé là en 1945.

 

18. Poutine à un rallye de motards.jpg

Heureusement les caniches de garde de plusieurs états limitrophes ont interdit le passage aux chevelus de la Fédération, en invoquant des motifs crapuleusement faux (pas de visas en règle…).

Sauvée par le gong ! (« Encore un instant, Monsieur le bourreau… »)

 

Les loups de la nuit, avec Vladimir en guest star

 

On n’a pas de photo des Hell’s Angelas M.C.

 

4. noeud st georges.gif

 

19. Steinmeier Tie St. Geogesµ.jpg

Mais, M. Steinmeier, c’est quoi votre cravate ? Du défaitisme européen ? De la fraternisation avec l’ennemi ?

 

4. noeud st georges.gif

 

Intifada US

 

Ce qui se passe actuellement aux États-Unis ressemble de façon inquiétante aux prémisses de la Commune de Paris : provocations de plus en plus agressives envers les humiliés et les offensés, pour obtenir d’eux un sursaut de révolte qui permette de les noyer dans un grand bain de sang. Nous souhaitons très fort nous tromper.

 

Baltimore – Freddie Gray - Manifs

 


 

4. noeud st georges.gif

 

Sayed Ali Khamenei sur la répression des Noirs aux États-Unis

(VOSTTFR)

Dans un discours adressé aux officiers supérieurs des forces de l'ordre, le 26 avril dernier, Sayed Ali Khamenei a rappelé les devoirs et prérogatives de la police d'un État de droit. Ces principes élémentaires sont particulièrement pertinents pour le public occidental, dont les policiers ont depuis longtemps déjà un rôle de répression bien plus que de protection, comme on peut le voir dans n'importe quel rapport d'Amnesty International : atteintes aux libertés fondamentales, discriminations, violences policières, « bavures  » et impunité systémiques sont des constantes pour la France, l'Europe et l'ensemble du monde dit «  démocratique ». Sayed Ali Khamenei a notamment fait référence aux événements de Baltimore et aux violences et discriminations dont sont toujours victimes les Noirs aux États-Unis. 

Lire la suite

 

 

Source et transcription : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/04/sayed-ali-khamenei-...

 

4. noeud st georges.gif

Routines

 

Un jour comme un autre à Hébron

 

 

 

À 6 heures du matin, un jour de cette semaine, Rami Rajabi, un gamin de six ans sur le chemin de l’école, se trouvant à une vingtaine de mètres du « checkpoint 29 » d’al-Khalil, a eu l’idée téméraire de lancer quelques cailloux contre le machin.

Comme il s’éloignait en direction de son école, trois soldats israéliens ont débouché d’une ruelle et lui ont empoigné le bras, l’entaînant vers… on ne sait pas (eux non plus peut-être). Terreur du mioche qui s‘est ms à appeler sa mère en piaillant.

Au bout d’une vingtaine de minutes, les gens du voisinage, accourus au bruit, ont obtenu que les soldats, se sachant filmés – m… à la technologie ! -  acceptent de relâcher leur prisonnier, qu’un ami de sa famille s’est empressé de ramener chez lui.

Pour cette fois, plus de peur que de mal.

 

4. noeud st georges.gif

 

Des réparations de guerre à la Grèce ?

Joachim Gauck, président de la République d’Allemagne est pour et le dit.

 

20. Gauck fond noir.jpeg

C'est une prise de position inattendue. Dans un entretien au quotidien Süddeutsche Zeitung du samedi 2 mai, le président allemand, Joachim Gauck, a fait savoir qu'il était favorable à ce que son pays paye les réparations de guerre réclamées depuis des années par la Grèce

Lire la suite…

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/02/allemagne-reparat...

Évidemment, le président de la République, en Allemagne, n’a aucun pouvoir exécutif. Sa fonction consiste à contresigner les lois décidées par d’autres. Et justement, les autres, eux, sont contre. Dommage pour les Grecs.

 

4. noeud st georges.gif

 

Qui se ressemble s’assemble :

Lancement de Charlie Hebdo à Kiev

 

21. Charlie à Kiev.jpg

Confidence du « boss » de Charlie, François Anland :

 

« Vous ne le croirez pas, nous lançons une version de Charlie en Ukraine. C’est une ex-république de l’Union Soviétique, aujourd’hui en guerre avec la Russie. » (…) « Bien sûr, ils veulent avant tout écrire sur Poutine. Mais si, en Ukraine, la situation est telle que les politiciens s’enc… les uns les autres, le magazine a toutes les chances de faire une longue et brillante carrière. »

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas parlé de s’enc… à Charlie.

22. Charlie Kiev Couv..jpeg

Grands seigneurs, les parrains ont offert la première Une

 

Source : http://fortruss.blogspot.be/2015/05/charlie-hebdo-is-laun...

 

4. noeud st georges.gif

 

Nos excuses pour le voisinage.

Avis de tempête sur le Mouvement des Non Alignés

Le Mouvement des Non Alignés (MNA), à l’origine duquel on trouva Tito de Yougoslavie, Nasser d’Egypte, Nkrumah du Ghana, Nehru de l’Inde, Sukarno d’Indonésie, Bandanaraïke du Sri Lanka, bientôt rejoints par Fidel Castro de Cuba et bien d’autres personnalités progressistes du tiers-monde, constitua en 1961 un événement international bouleversant la donne d’une époque, celle d’après-guerre dominée par les blocs. Le mouvement des indépendances bousculait l’ordre des choses !

 

23. collage_MNA_BAF-F_.jpg

 

Après le triomphe de la Révolution cubaine, Ernesto Che Guevara, son émissaire auprès de ces pays entrés en résistance, chercha auprès d’eux les alliances et les solidarités nécessaires afin de poursuivre la lutte qui avait conduit à une défaite historique de l’impérialisme US en Amérique Latine(1). En 1979, dans la foulée, le MNA dans sa « Déclaration de La Havane » rappela utilement et clairement que le Mouvement devait promouvoir le combat contre l’impérialisme, le colonialisme, le néo-colonialisme, le racisme, contre toutes les formes d’agression étrangère, de domination, d’interférence, d’hégémonie. Le MNA devait agir pour garantir l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité. Cette vision et ces principes constituaient une rupture avec ce qui caractérisait les relations internationales à cette époque. Pour ces pays, ils sont 120 aujourd’hui plus 17 pays observateurs, lutter pour le nouvel ordre économique international, le désarmement et la paix étaient au centre de leur démarche. Presque 55 ans après, ces objectifs demeurent plus que jamais d’actualité.

Lire la suite…

Source : http://www.lapenseelibre.org/

Via : http://www.michelcollon.info/Avis-de-tempete-sur-le-Mouve...

 

24. Ribbon-of-St bis.gif

LIVRE

 

25. Todd couv.jpg

 

 

 

Emmanuel Todd

Qui est Charlie ?

Sociologie d’une crise religieuse.

Seuil – 7 mai 2015

252 pages

 

 

Note de l’éditeur : Qui sommes-nous vraiment, nous qui avons affiché une telle détermination dans le refus de la violence aveugle et notre foi dans la République le 11 janvier dernier ? La cartographie et la sociologie des trois à quatre millions de marcheurs parisiens et provinciaux réservent bien des surprises. Car, si Charlie revendique des valeurs libérales et républicaines, les classes moyennes réelles qui marchèrent en ce jour d’indignation avaient aussi en tête un tout autre programme, bien éloigné de l’idéal proclamé. Leurs valeurs profondes évoquaient plutôt les moments tristes de notre histoire nationale : conservatisme, égoïsme, domination, inégalité. La France doit-elle vraiment continuer de maltraiter sa jeunesse, rejeter à la périphérie de ses villes les enfants d’immigrés, reléguer au fond de ses départements ses classes populaires, diaboliser l’islam, nourrir un antisémitisme de plus en plus menaçant ? Identifier les forces anthropologiques, religieuses, économiques et politiques qui nous ont menés au bord du gouffre, indiquer les voies difficiles, incertaines, mais possibles d’un retour à la véritable République, telle est l’ambition qui anime ce livre.

Emmanuel Todd est historien et anthropologue. Il a notamment publié Le Destin des immigrés (Seuil, 1994 et "Points Essais", 1997), Le Rendez-vous des civilisations (Seuil/République des idées, 2007, avec Y. Courbage), Après la démocratie (Gallimard, 2008) et Le Mystère français (Seuil/République des idées, 2013, avec H. Le Bras).

Il y a quelques jours, le site Réseau international, relayant Le libre penseur et Bibliobs, a publié l’essentiel d’un entretien accordé par Emmanuel Todd à L’Obs.

 

Emmanuel Todd qualifie le 11 janvier d’imposture

26. Emanuel-Todd01-1728x800_c.jpg

 

« Qui est Charlie ? », dernier ouvrage d’Emmanuel Todd dont la sortie est prévue le 7 mai prochain, promet d’alimenter des discussions passionnées autour de cet événement historique, au sens de sa singularité. L’analyse qu’en fait cet historien libre et rationnel est aux antipodes du discours politico-médiatique ambiant qui fait des Zemmour, Welbek et consorts de piètres intellectuels au sens du dénuement total de tout sentiment de noblesse, incitateurs de haine et fomenteurs de troubles, voire de guerre civile. Les noms de ces derniers resteront gravés à jamais dans le marbre de l’ignominie.

Quatre mois après les manifestations post-attentats, l’historien et démographe Emmanuel Todd publie un livre-réquisitoire contre une France pétrie de bonne conscience, qui a fait sécession de son monde populaire. Entretien coup de poing.

Lire la suite…

Sources :

http://reseauinternational.net/emmanuel-todd-qualifie-le-...

http://www.lelibrepenseur.org/2015/04/29/emmanuel-todd-qu...

http://bibliobs.nouvelobs.com

 

4. noeud st georges.gif

 

 

Mis en ligne le 7 mai 2015

 

 

 

 

17:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/05/2015

IN MEMORIAM : ODESSA - EREVAN

1. Rumbo_a_Costanza_1.jpg

 

IN MEMORIAM

 

2. noeud st georges.gif

 

Odessa : 2 mai 2014

3. Odessa 2 mai 2014.jpg

 

[ de Vyatsky ( http://vyatsky.livejournal.com/1661026.html), traduit par Kristina Rus]

 

Mieux vaut préciser : Dans les Saint Barthélemy post-modernes, « brûlé vif » veut dire au chalumeau. « Asphyxié » veut dire enfermé dans un incendie et mort avant d’avoir flambé. « Abattu » veut dire flingué d’une ou plusieurs balles, sans autres sévices. « Défenestré » veut dire  jeté par la fenêtre et achevé au sol. « Battu à mort » veut dire battu à mort.

 

Leurs visages

 

4. Odessa 1.jpg

Vadim Papura. J’ai été défenestré.

 

5. Odessa 2.jpg

Kristina Bezhanitskaya. J’ai été battue à mort.

 

6. Odessa 3.jpg

Alexander Prijmak. J’ai été asphyxié.

 

7. Odessa 4.jpg

Alexander Zhulkov. J’ai été abattu.

 

8. Odessa 5.jpg

Gennady Petrov. J’ai été abattu.

 

9. Odessa 6.jpg

Andre Brazhevsky. J’ai sauté par la fenêtre et, au sol, j’ai été battu à mort.

 

10. Odessa 7.jpg

Vadim Negaturov. Je suis mort de mes brûlures.

 

11. Odessa 8.jpg

Irina Yakovenko. J’ai été étranglée.

 

12. Odessa 9.jpg

Vladimir Brygar. J’ai été abattu. 

 

13. 0dessa 10.jpg

Yevgeny Mitchik. J’ai été asphyxié.

 

14. Odessa 11.jpg

Svetlana Pikalova. J’ai été asphyxiée.

 

15. Odessa 12.jpg

Vladimir Novitsky. J’ai été brûlé vif.

 

16. Odessa 13.jpg

Igor Zayats. J’ai sauté d’une fenêtre.

 

17. Odessa 14.jpg

Nina Lomakhina. J’ai été asphyxiée.

 

18. Odessa 15.jpg

Gennady Kushnarev. J’ai été abattu

 

19. Odessa 16.jpg

Gennady Kovriga. J’ai été battu à mort.

 

20. Odessa 17.jpg

Viktor Bullakh. J’ai été blessé par balles, jeté par la fenêtre et, ensuite, battu à mort.

 

21. Odessa 18.jpg

Viktor Gunn. J’ai été brûlé vif.

 

22. Odessa 19.jpg

Anatoly Khalin. J’ai été défenestré.

 

23. Odessa 20.jpg

Anna Populyakh. J’ai été brûlée vive.

 

24. Odessa 21.jpg

Mikhail Sherbinin. J’ai été abattu et brûlé vif.

 

25. Odessa 22.jpg

Vyacheslav Markin. J’ai sauté par la fenêtre. 

 

26. Odessa 23.jpg

Dmitry Nikityuk. J’ai été asphyxié.

 

27. Odessa 24.jpg

Maksim Nikitenko. J’ai été battu et jeté au bas d’escaliers. 

 

28. Odessa 25.jpg

Petr Kair. J’ai été brûlé vif.

 

29. Odessa 26.jpg

Sergey Mishin. J’ai été brûlé vif.

 

30. Odessa 27.jpg

Yevgeny Losinsky. J’ai été abattu.

 

31. Odessa 28.jpg

Alexander Konanov. J’ai été asphyxié.

 

32. Odessa 29.jpg

Alexey Balaban. J’ai été abattu.

 

33. Odessa 30.jpg

Yury Karasev. J’ai été brûlé vif.

 

34. Odessa 31.jpg

Sergey Kostyukhin. J’ai été brûlé vif.

 

35. Odessa 32.jpg

Ivan Milev. J’ai été asphyxié.

 

36. Odessa 33.jpg

Nikolay Yavorsky. J’ai été abattu.

 

37. Odessa 34.jpg

Igor Lukas. J’ai été asphyxié. 

 

38. Odessa 35.jpg

Andre Gnatenko. J’ai été asphyxié. 

 

39. Odessa 36.jpg

Leonid Berezovsky. J’ai été brûlé vif.

 

40. Odessa 37.jpg

Igor Ostorozhnyuk. J’ai sauté par la fenêtre pour échapper au feu, et j’ai été battu à mort.

 

41. Odessa 38.jpg

Anna Verenikina. J’ai été asphyxiée.

 

42. Odessa 39.jpg

Alexander Sadovnichiy. J’ai été brûlé vif. 

 

43. Odessa 40.jpg

Viktor Polevoy. Je suis mort de mes brûlures.

 

Source : http://fortruss.blogspot.be/2015/05/the-faces-of-odessa-m...

 

« Merci MMmes Nuland & Clinton, merci M. Obama, merci M. Van Rompuy, merci MM. Hollande et Cameron, merci Mme Merkel et tous les autres. Merci à ceux que vous représentez.

On sait que vous étiez occupés à nous protéger des Russes et qu’on ne peut pas être partout. »

 

2. noeud st georges.gif

 

44. A bord du Cilicia.jpg

Commémorations du massacre des Arméniens

 

45. Coeur arménien.gif

 

Le 24 avril 1915 commençait le génocide arménien

qui allait durer jusqu’en 1923

 

 

 

45. Coeur arménien.gif

 

 

45. Coeur arménien.gif

 

Alep : De quelle couleur es-tu ?

Mouna Alno-Nakhal – Comité Valmy 3 mai 2015

46. Le_jardin_public_d_Alep.jpg

ALEP : Jardin public du Centre ville

À Alep, pour dire « comment vas-tu ? », on dit « chlonak » au masculin singulier et nous vous épargnerons toutes les déclinaisons terminales de ce terme, selon que l’on parle au masculin ou au féminin, au singulier ou au pluriel de deux ou plus. Un mot qui ne vient pas de l’arabe, mais sans doute du Syriaque ou d’une langue parlée depuis un passé encore plus lointain, qui vous demande, en guise de salut à n’importe quelle heure du jour et de la nuit : « de quelle couleur es-tu ? ».

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5915

 

45. Coeur arménien.gif

 

 Importante mise à jour historique :

La Turquie d’aujourd’hui poursuit le génocide arménien

par Thierry Meyssan

 

Le monde vient de commémorer le centenaire du génocide des non-musulmans de Turquie. Cependant, contrairement aux idées reçues, ce crime a débuté avec les massacres hamidiens de 1894-95 ordonnés par le sultan Abdülhamid II, a continué à une très grande ampleur avec les massacres de 1915 à 1923 planifiés par les Jeunes Turcs, et se perpétue aujourd’hui avec les massacres de Deir ez-Zor et Kessab organisés par Recep Tayyip Erdoğan. Depuis 120 ans, des pouvoirs turcs successifs massacrent les non-musulmans dans l’indifférence générale afin de constituer une nation homogène.

 

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 26 avril 2015 

___________________________________________________________________

ελληνικά  Español  عربي  Deutsch

 

47. Aznavour - POUTine.jpg

Une dame, Charles Aznavour, Vladimir Poutine et ...?

 

 

Dans cet article, je ne traiterai pas de la question des réparations, qui me semble polluer le débat, mais uniquement de la manière dont nous devons nous opposer aux crimes contre l’Humanité. J’emploierai le terme génocide au sens original que lui avait donné Raphaël Lemkin de « destruction d’une nation ou d’un groupe ethnique » [1]

 

 

Le centenaire du génocide des non-musulmans de Turquie a donné lieu à un festival d’hypocrisie. Tandis que quelques États célébraient la mémoire des victimes à Erevan, d’autres se révélaient sans honte.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187368.html

 

45. Coeur arménien.gif

48. Nouvelles d'Arménie magazine abonnez-vous.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelles d’Arménie Magazine

Abonnez-vous :

http://www.armenews.com/Abonnement.php3

 

45. Coeur arménien.gif

À bord du Cilicia, sur le lac Sevan (Arménie)

http://www.continents-insolites.com/les-pepites/detail-pepites/id/46/pId/7

45. Coeur arménien.gif

 

Il y a aussi les génocides à venir, sous toutes leurs formes.

Message de la FAPEC

Bonjour, 

 La FAPEC (Fédération Autonome des Parents Engagés et Courageux) aimerait vous présenter le documentaire Le Fruit de nos Entrailles

Cette production de 60 minutes porte sur le marché de la stérilité, de l'industrie de la procréation artificielle et de la GPA. Elle prend clairement parti, faits et arguments à l'appui, contre la marchandisation des enfants. 

Le documentaire est à visionner en ligne ici :

 


 

45. Coeur arménien.gif

 

Réminiscences d’un  paradis perdu

1996

« En réalité, le professeur Vonderbrügge, que j’assaille depuis un certain temps de mes questions de profane, avait l’intention de m’écrire pour cette année quelque chose qui eût trait à la génétique, des données concernant les brebis jumelles clonées Megan et Morag (la brebis écossaise Dolly n’étant née d’une mère porteuse que l’année suivante), mais le professeur s’excusa en invoquant un voyage à Heidellberg : spécialiste qu’on s’arrachait de toutes parts, il était obligé d’assister dans cette ville au congrès mondial des chercheurs sur le génome, car, me dit-il, il ne s’agissait pas seulement là-bas de brebis clonées, mais, du point de vue de la bioéthique, surtout de notre avenir, dont on distingue dès à présent que de plus en plus il se passera de pères.

Pour remplacer, je parlerai donc de moi, ou plutôt de mes trois filles et de moi, leur père plus que putatif, et du voyage que nous avons entrepris ensemble peu avant Pâques et qui ne fut pas pauvre en surprises, tout en se déroulant tout à fait conformément à nos humeurs et désirs. Laura, Helene et Nele m’ont été données par trois mères qui, si on les considère extérieurement – d’un regard plein d’affection -, sont radicalement différentes et, si jamais elles s’étaient parlées, seraient aussi en contradiction que possible ; en revanche, leurs filles tombèrent vite d’accord sur le but du voyage auquel les invitait leur père : on partirait pour l’Italie ! On me permit de suggérer Florence et l’Ombrie, ce que je fis – je l’avoue – pour des raisons sentimentales : c’est là que, voilà des dizaines d’années (pendant l’été 51 exactement), j’étais allé en auto-stop. À l’époque, mon sac à dos contenant couchage, chemise de rechange, bloc à dessin et boîte d’aquarelle était léger, et chaque champ d’oliviers, chaque citron mûrissant sur l’arbre me paraissait digne d’ébahissement. Cette fois, je voyageais avec les filles et, sans mères, elles voyageaient avec moi. (Ute, qui n’a pas eu de filles mais uniquement des fils, m’avait donné congé avec un regard sceptique.) Laura, qui est l’aînée et la mère rarement souriante (ou alors timidement) de trois enfants, s’était occupée popur nous de retenir les hôtels et, à partir de Florence, la voiture de location. Helene, élève encore impatiente d’un cours d’art dramatique, savait déjà prendre des attitudes théâtrales devant des fontaines, sur des escaliers de marbre ou contre des colonnes antiques. Nele soupçonnait sans doute que ce voyage lui offrait l’ultime occasion de donner la main à Papa. Elle pouvait ainsi prendre à la légère les tribulations imminentes et laisser à Laura le soin de la persuader sororalement de passer tout de même le bac – ne fût-ce que par défi envers ce lycée débile. Toutes trois, dans les raides escaliers de Pérouse, en escaladant Assise ou Orvieto, prenaient soin d’un père dont les jambes à chaque pas accusaient toute la fumée produite depuis des décennies. J’étais contraint de faire des pauses et de veiller à ce qu’elles coïncidassent  avec quelque objet remarquable : ici un portail, là une façade dont le délabrement revêtait des teintes particulièrement intenses, parfois une simple vitrine débordant de chaussures.

Je me montrais moins économe de tabac que de leçons, devant tout cet art qui invitait partout au commentaire, que ce fût d’abord aux Offices, puis devant la façade de la cathédrale d’Orvieto ou dans les églises inférieure et supérieure d’Assise, encore intactes en 1996 ; c’étaient bien plutôt mes filles qui étaient pour moi la plus vivante des leçons, car dès que je les voyais ndevant un Botticelli, un Fra Angelico, devant des fresques et des tableaux où des maîtres italiens avaient représenté des femmes dans leur grâce, souvent par trois groupées, échelonnées, alignées, de face, de dos ou de profil, je voyais Laura, Helene, Nele refléter ces vierges, ces anges, ces allégories printanières, je les voyais, tantôt en grâces, tantôt en dévotes recueillies, tantôt encore, avec une verve gestuelle, se tenir immobiles ou bien danser, passer de gauche à droite ou bien se rejoindre devant les tableaux, comme si elles étaient elles-mêmes de la main de Botticelli, de Ghirlandaio, de Fra Angelico ou (à Assise) de Giotto. Sauf au moment où elles s’éparpillaient, partout m’était offert un, ballet.

Observant avec recul, le père se voyait ainsi fêté. Mais à peine de retour à Pérouse, où nous nous étions logés, j’eus l’impression, en parcourant avec mes filles côtes et descentes le long des remparts étrusques de la ville, que le père souverain que j’étais encore l’instant d’avant était maintenant surveillé à travers les fissures de la muraille étroitement jointoyée, qu’un regard massif me tombait dessus, que les trois mères si différentes étaient à l’affût et s’accordaient – à mon sujet – pour s’inquiéter, se demandant si tout se passait comme il faut, si je ne favorisais pas l’une des filles, si je m’efforçais bien sans trêve de compenser d’anciennes négligences, bref si j’étais à la hauteur de mes devoirs de père. Les jours suivants, j’évitai cette poreuse muraille de facture sévèrement étrusque. Et puis arriva Pâques avec ses carillons. Nous arpentâmes le corso comme si nous sortions de la messe : Laura à mon bras, Nele me donnant la main, et Helene devant nous se mettant en scène. Puis nous partîmes en voiture dans la campagne. Et moi, paternellement prévoyant que j’avais été, je cachai dans les racines noueuses, pleines de nids et de cavités rugueuses, d’un champ d’oliviers qui nous avait invités à pique-niquer non pas vraiment des œufs de Pâques, mais des surprises choisies : biscuits aux amandes, sachets pleins de cèpes séchés, basilic réduit en pâte, bocaux d’olives, de câpres et d’anchois, et tout ce que l’Italie peut encore offrir de succulent. Tandis que je m’affairais entre les arbres, les filles durent regarder fixement le paysage.

Ensuite, ce fut l’enfance qui continuait ou qu’on rattrapait. Elles cherchèrent toutes trois les cachettes de Papa et parurent en être heureuses, quoique Helene prétendît qu’entre les racines où elle venait de trouver  un sachet de lavande il y avait un nid de serpents, sûrement venimeux, qui Dieu merci avaient filé.

Aussitôt me revint à l’esprit le matriarcat coalisé des trois mères nichées dans les vestiges étrusques. Mais ensuite, comme nous rentrions en passant devant des affiches électorales faisant campagne pour un requin des médias ou pour ses alliés fascistes, mais aussi pour une alliance centre-gauche sous le signe de l’olivier, nous vîmes de loin puis de plus près, un troupeau de moutons où, suivant le bélier, des brebis défilaient avec leur agneau de Pâques et se montraient d’une insouciance on ne peut plus moutonnière, comme s’il ne devait jamais y avoir de brebis clonées nommées Megan et Morag, comme s’il ne fallait pas compter de sitôt sur une Dolly sans père, comme si les géniteurs pouvaient encore être utiles dans l’avenir…

Günter Grass, Mon siècle, 1996.

 

49. Brebis-agneau.jpg

 

45. Coeur arménien.gif

1er mai à Bruxelles

Un comité d’accueil pour Christiane Taubira, invitée par le PS belge

 

50. Taubira.jpg

Quatre arrestations.

45. Coeur arménien.gif

Message de Mumia Abou Jamal

 

51. mumia_abu-jamal_0920.jpg

 

Mumia Abu Jamal, qui est encore très faible et souffre toujours beaucoup, a pu envoyer ce court message d’une minute hier pour remercier ses nombreux soutiens.

Cliquez ici pour l’écouter en anglais.

À lire, hélas en anglais aussi : http://www.workers.org/articles/2015/04/22/mumia-abu-jamal-international-pressure-blocks-execution-by-neglect/

On peut écrire à l’institutrice d’origine péruvienne Marylin Zuniga et à ses élèves, pour les féliciter de leur courage civil.

 

52. I wish.jpg

Marylin Zuniga a été, sur requête de la police, suspendue de ses fonctions pour avoir laissé ses élèves écrire des cartes de « Prompt rétablissement » à Mumia Abu Jamal.

 

45. Coeur arménien.gif

Mis en ligne le 6 mai 2015

 

 

 

 

22:47 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2015

LE COMBAT DE LA RAISON

1. Stultifera navis serie What never was.JPG

Au moment où les philosophes de bac à sable se mettent à jacasser de sacré, en gavant les foules éberluées des pires lieux communs et platitudes pour nef des fous, il est bon de savoir ce qu’ont à en dire les vrais philosophes, même s’il faut, pour les comprendre quand on ne les connaît pas, faire un petit effort pour s’accoutumer à leurs métaphores. Le jeu vaut largement la chandelle, croyez-en ceux qui ont essayé.

Il est surtout primordial de savoir ce qu’ils ont à nous dire de la Raison, cette pauvre déesse aux outrages, qu’il est si à la mode de violenter-berner-vilipender sous prétexte de post-modernisme et de liberté des marchés.

Puisque les fous nous ont enfermés dans l’asile et sont partis avec la clé, il urge de secouer nos barreaux, de les desceller, d’enfoncer les portes blindées, de creuser des tunnels d’abbé Faria, n’importe quoi, mais DE L’AIR !

 

Manuel de Dieguez

Le combat de la raison

 

2. fond_manuel.jpg

 

J'achève cette semaine les quinze textes que j'avais annoncés le 9 janvier et que j'ai consacrés à un examen anthropologique de la science anthropologique moderne. Qu'en est-il de l'ignorance de la politique qui frappe les chefs d'État sous informés des progrès de la connaissance anthropologique des croyances religieuses ? Leur retard intellectuel sur les sciences humaines d'aujourd'hui condamne-t-il l'Europe à l'impuissance face à l'expansion nouvelle du sacré sur cette planète ? Le décalage entre les victoires de la science et l'ignorance de toute la classe dirigeante européenne deviendra-t-il aussi tragique qu'entre l'Église du Moyen-Age et l'astronomie de Copernic ?

Quoi qu'il en soit, le révélateur que fut l'attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo se place à ce point au cœur de la géopolitique et de l'histoire contemporaines que, dès la semaine prochaine, je pourrai faire le point de l'histoire de l'Europe à l'heure où, après soixante-dix ans d'expansion de leur mythe de la Liberté, les États-Unis sont parvenus à briser l'unification de l'Europe en engageant le Vieux Monde pour longtemps dans une guerre économique contre la Russie.

A la lecture de mon texte du 24 avril, nous verrons plus clairement la justesse de la phrase de Socrate qui disait que l'ignorance était la source de tous les maux.

 

1 - Les métamorphoses de Dieu, 9 janvier 2015


2 - Le sacré semi animal
, 16 janvier 2015


3 - Les étapes d'une errance
, 23 janvier 2015


4 - Le Dieu sanglant de la Liberté , 30 janvier 2015


5 - Le Dieu Liberté en majesté + L'ombre géante de la Grèce , 6 février 2015


6 - Trois monothéismes traumatisants
, 13 février 2015

 
7 - Le sang des dieux et le nôtre
, 20 février 2015


8 - Nos tributs au Dieu Liberté
, 27 février 2015


9 - Esquisse d'une histoire de l'ignorance
, 6 mars 2015


10 - La France et sa cervelle
, 13 mars 2015


11 - L'abaissement des peuples
, 20 mars 2015


12 - L'Europe des rats et des ragondins
, 27 mars 2015


13 - L'humiliation et la honte de l'Europe américaine
, 3 avril 2015

 
14 - La République des peureux et des tremblants , 10 avril 2015

 
15 - Les religions, miroirs de l'art de gouverner
, 17 avril 2015

 

3. athena xxxx.jpg

 

Et voilà, on est « la semaine prochaine » :

 

La vassalisation américaine de l'Europe est-elle réversible ?

24 avril 2015

2 bis. Sisyphe.gif

Pour la première fois de sa longue histoire, le continent européen se sera soumis aux ordres qu'un maître du dehors lui aura ordonné d'exécuter. Puis cette fraction du monde, autrefois prestigieuse, est montée pieds et poings liés sur la scène de sa démission internationale afin de se conformer point par point aux volontés d'un empire étranger. Un asservissement aussi spectaculaire ….

 Suite …

http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

3. athena xxxx.jpg

 

On peut lire (ou relire) aussi :

 

« L’empire américain s’est déjà effondré »

Une interview de Manuel de Dieguez par l’ambassade d’Iran

le 17 mars 2007

 

4. Chute de l'empire.JPG

L'ambassade d'Iran : Vous avez publié une vingtaine d'ouvrages chez les plus grands éditeurs, de nombreux articles dans les colonnes du Monde et quelque quatre-vingts articles de revue. Au lendemain de l'attentat du 11 septembre 2001, vous avez décidé de vous exprimer sur internet, convaincu que ce mode de communication ne manquerait pas de sceller une alliance d'un type nouveau entre la réflexion de fond du philosophe et l'actualité politique la plus brûlante. Vous y mettez une passion intellectuelle qui illustre, à vos yeux, les brèches que seul internet sera en mesure d'ouvrir à la réflexion anthropologique sur la politique de demain. Vous soutenez que le cerveau de notre espèce se trouvant scindé entre le réel et des mondes oniriques, il s'agit d'apprendre à interpréter en anthropologue cette dichotomie fondatrice du sacré. Vous êtes également co-fondateur de l'Encyclopedia Universalis, dont vous avez orienté la philosophie des sciences dans une direction aujourd'hui partagée par les analystes des fondements inconsciemment théologiques de la physique classique. Votre anthropologie critique éclaire les fondements psychologiques de la notion de " théorie de la nature ". Pouvez-vous nous expliquer cela d'une manière accessible au grand public?

Lire ici…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

3. athena xxxx.jpg

 

5. LIVRES - Parthénon bannière.JPG

 

Manuel de Dieguez

 

 6. Barbarie.JPG

 

 

La barbarie commence seulement

Ed. du Triolet, 1948

? pages

 

 

 

 

7. De-L-absurde-Precede-D-une-Lettre-A-Albert-Camus-Livre-ancien-933515059_ML.jpg

 

 

De l’absurde, essai sur le nihilisme.

Précédé d’une lettre à Albert Camus

Éd du Triolet, 1948

188 pages

 

 

 

 

8. L'écrivain et son langage.jpg

 

 

L’écrivain et son langage

Gallimard, 1960

350 pages

 

 

 

 

9. Rabelais.jpg

 

 

 

Rabelais

Seuil, 1960

188 p

 

 

 

 

10. Chateaubr'iand.jpg

 

 

 

Chateaubriand ou le poète face à l’histoire

Plon, 1963

 

 

 

 

 

 

11. De l'idolâtrie.jpg

 

 

 

De l’idolâtrie. Discours aux clercs et aux derviches.

Gallimard, 1969

 

 

 

 

 

 

12. la caverne.jpg

 

 

 

La caverne

Gallimard, 1974

1100 pages

 

 

 

 

 

13. Mythe rationnel de l'Occident.jpg

 

 

 

Le mythe rationnel de l’Occident

PUF -  1980

111 pages

 

 

 

 

 

14. L'idole monothéiste.jpg

 

 

 

L’idole monothéiste

PUF, 1981

 

 

 

 

 

 

À propos de L’idole monothéiste :

La lucidité prophétique de Manuel de Diéguez

Un regard incisif sur le fondement des religions.

Il est des livres qui dispensent une pensée toute faite et d'autres, beaucoup plus rares, qui stimulent le lecteur et l'incitent à penser par lui-même : tels sont ceux de Manuel de Diéguez, philosophe exigeant, solitaire et résolument non conformiste.

Lire la suite…

Source : http://www.oocities.org/dieguezmd/articles/810522mondeliv...

 

15. Et l'homme créa son Dieu.jpeg

 

 

 

Et l’homme créa son Dieu

Fayard, 1984

332 pages

 

 

 

 

 

16. Jésus.jpg

 

 

 

Jésus

Fayard, 1985

 

 

 

 

 

 

17. Histoire intelligence Ideocritique.jpg

 

 

 

Une histoire de l’intelligence. Idéocritique

Fayard, 1986

 

 

 

 

 

18. Essai sur l'universalité de la France.jpeg

 

 

Essai sur l’universalité de la France

Albin Michel, 1991

312 pages

 

 

 

 

 

19. Le cerveau.jpg

 

 

 

Collectif sous la direction de Manuel de Dieguez

Le cerveau

Jérôme Millon, 1993

217 pages

 

 

 

Depuis septembre 2001, Manuel de Dieguez n’a plus rien publié que sur Internet, confiant dans la gratuité de ce moyen de communication nouveau pour assurer une plus grande et plus libre circulation des idées à travers générations, classes, races, religions et philosophies, garant non du choc mais de l’enrichissement mutuel des civilisations.

Recommandons-le et recommandons-nous à la déesse WI-FI.

 

3. athena xxxx.jpg

 

Jane Ellen Harrison

 

20. Prolegomena.jpg

 

 

Prolegomena to the study of Greek religion

Reprint (inédit en français)

Nabu Press, 5 mars 2010

716 pages

 

 

 

21. Themis.jpg

 

 

Themis : A study of the social origins of Greek religion

Reprint (inédit en français)

Cambridge University Press, 2010

604 pages

 

 

 

 

3. athena xxxx.jpg

 

Patrick Rödel

 

 22. Spinoza le masque.jpg

 

 

Spinoza, le masque de la sagesse

Climats, 1997

140 pages

 

 

 

 

23. Pour solde de tout compte.jpg

 

 

 

Pour solde de tous comptes : Notes acerbes sur la philosophie française du XXe siècle

Édition du Passant (Poche), 2000

 

 

 

 

 

Revue Le passant ordinaire

http://www.passant-ordinaire.com/auteurs/auteur_57.asp

 

24. Hommage à.jpeg

 

 

 

Hommage à Florentino Esteban dit Paco

et autres nouvelles

Confluences, février 2015

160 pages

 

 

 

Vient de sortir :

 25. Papiers Rödel XXX .jpg

 

Les petits papiers d’Henri Guillemin

Utovie – Avril 2015

240 pages

 

 

 

 

On ne choisit pas sa famille.

Patrick Rödel, philosophe et écrivain, se trouve être le neveu d’Henri Guillemin. Ce qui ne fut pas toujours facile à vivre…

Le portrait qu’il nous donne ici de cet oncle parfois encombrant, est sans complaisance. Impertinent, parfois, sans doute. Irrévérencieux ? Juste ce qu’il faut : pas mécontent le neveu de prendre l’oncle en défaut sur une déclinaison latine !

Mais toujours respectueux, d’un respect fraternel teinté d’humour, jusque dans les petits arrangements qu’on prend avec son histoire et de la trace qu’on veut laisser au-delà des célèbres petits papiers de l’historien.

« Voici venu le moment d’apurer mes comptes avec lui, de dresser le bilan de ce que je lui dois et de ce que je lui reproche, de ce que j’admire en lui et de ce qui, chez lui, me déçoit… ». P.R.

 

Où l’on apprend que la correspondance Guillemin-Mauriac restera, pour le demi-siècle qui vient, interdite aux chercheurs… Arbitraire des familles, enfers pavés de bonnes intentions…

Saint-Just avait souhaité que les enfants fussent enlevés à leurs parents dès l’âge de trois ans pour être élevés par la République. Il n’a pas eu le temps de souhaiter que la propriété intellectuelle des citoyens soit « jointe au patrimoine de la nation » trois ans après leur mort. Nous le faisons à sa place.

 

3. athena xxxx.jpg

 

En modeste hommage des Grosses Orchades à Manuel de Dieguez, court extrait d’un ouvrage non publié et sans grand intérêt, juste pour le plaisir de lui offrir la plus ancienne image connue de pesée des âmes (et des vies).

 

la kÈre est une destinÉe

 

Dans l’Iliade, les Kères jouent encore un autre rôle : celui de destinées. On peut même dire qu’elles en jouent deux, puisqu’elles y sont les destinées des corps mais aussi des âmes.

Ainsi, quand Achille « eut poursuivi trois fois Hector autour des murs de Troie, Zeus, fatigué, suspendit ses balances d’or et y déposa deux Kères, destins de mort, terrasseuses d’hommes ».

Cette pesée des Kères, dite kerostasia, est la « pesée des destins de mort », mais il est intéressant de savoir qu’elle réapparaît sous le nom de psychostasia, « pesée des âmes ».

Dans une pièce perdue d’Eschyle racontée par Plutarque se produisait une situation analogue, où il n’était plus question d’Achille et Hector, mais d’Achille et Memnon. À la représentation, les spectateurs pouvaient voir, de chaque côté de la balance, les mères des héros, Thétis et éos, priant pour leurs fils. Zeus et sa suite apparaissaient dans les airs, suspendus à une grue, et le public ne s’y trompait pas, car il voyait clairement dans les balances, que le futur vaincu, Memnon, avait une Kère noire et ridée, tandis que celle d’Achille était brillante et juvénile. Cette scène de kérostase (ou de psychostase) apparaît aussi sur des vases peints.

26. Pesée des âmes xxx 50.gif

Sur celui-ci (il est au British Museum), ce n’est pas Zeus mais Hermès qui tient la balance. Dans chacun des plateaux se trouve la Kère ou eiddon d’un des deux combattants. Ce lekytos à figures noires est la source la plus ancienne qui nous parle de kérostase.

 

Mes lecteurs auront aussi fait le rapprochement qui s’impose avec les nombreuses pesées d’âmes de l’art égyptien par le dieu-chien Anubis, en présence d’Osiris, dieu des morts, un des plateaux de la balance étant toujours occupé par la déesse-plume Maat.

On peut ajouter encore qu’Hésiode attribue aux Kères le rôle qu’Homère adjuge aux Erinyes, celui de destinées vengeresses. En les nommant Clotho, Lachesis et Atropos, il les assimile même aux Parques. Ainsi dit-il, dans Les Traveaux et les jours : « C’est alors que l’étoile du chien monte et brille au milieu du jour, pendant un court instant, sur les têtes des hommes nourris par les Kères », l’idée étant que chaque homme abrite en son sein une Kère, une chose qui le nourrit, et qui en le nourrissant le tue. Il est « nourri par la vie, pour la mort qui l’attend au bout ». La fonction de la Kère-Destinée est ainsi très clairement double : l’allusion aux Parques est on ne peut plus précise sur ce point.

 

C. L. Arduinna ou La Bête du Staneux fut-elle pour quelque chose dans le Congrès de Polleur ? (avec emprunts éhontés à Jane Ellen Harrison Prolegomena to the study of Greek religion, Cambridge, 1903.)

 

3. athena xxxx.jpg

 

Et la déesse Midum, ennemie d’Athéna, vous connaissez ?

 

27. iraq-war-life-magazine.jpg

 

La pérennité des tyrannies et l’entêtement des servitudes volontaires incarnés sous un même uniforme : Inquisition capitaliste néo-conservatrice en Iraq au nom de la déesse Midum (Main Invisible Du Marché), qu’on appelle aussi I-Hô-Them, divinité des vertus de cruauté et d’avidité. Les maîtres de ces esclaves leur ont affirmé que Midum était de leur côté. Sur cette photo, on voit les esclaves, en habits sacerdotaux, en contemplation devant Midum. Ils affirment avec conviction ne pas voir la déesse, ce qui démontre hors de tout doute, à leurs yeux, qu’elle existe bel et bien puisqu’elle est invisible – contrairement à la torture à laquelle ils se livrent et à laquelle ils soumettent les Iraqiens, qui, elle, est devenue visible – et pour cette raison, n’existe pas. Les fidèles de Midum ont conservé le symbole de la Crosse – mais l’ont cependant hornée (pardon : ornée) d’un impressionnant et long doigt universel visible, apparemment inspiré de l’Index : le Doigt Canon. Leur devise : Fais ce que Doigt. C’est majeur. Il y aurait un lien occulte entre cette devise et le pas de marche militaire dit « pas de lois ».

Source : http ://electrodes-h-sinclair-502.com/2009/06/19/la-...

 

Ne désespérons pas… les Grecs s’en occupent !

 

3. athena xxxx.jpg

 

Curiosité :

 

Des Pussy Riots hexagonales soft

 

43. Brigandes-1024x597.jpg


ou

Quand Les Actes des Apôtres se déguisent pour de rire en Comité de Salut Public

ou

Quand E&R, les Antifaspronazis et la Chouannerie new look font de la propagande...

 

... pour Moscou et Washington à la fois (c’est pas beau de bouffer à tous les râteliers), il y a forcément une des deux capitales qui est baisée.

 

42. loup-vengeur-masque.gif

http://www.lecomitedesalutpublic.com/laissez-vivre-la-rus...

42. loup-vengeur-masque.gif

http://www.lecomitedesalutpublic.com/la-loge-des-jacobins/

 

Bref, si Alexander Sobyanin a raison, il jette ses roubles remontés par les fenêtres, Volodia (c’est pas beau de prendre les Français pour des cruches, il y en a qui ne le sont pas).

 

44. Loup-agneau.jpg

 

Suggestion des Grosses Orchades :

Et si elles épousaient Fred Vargas ? Le mariage même-genre polygamique, on n’a pas encore essayé…

Elle est moche ? On sait, chéries, on sait. Mais Hillary et Madonna sont hors de prix. Et elles aussi sont moches.

 

3. athena xxxx.jpg

À part ça :

 

Les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent…

Quelques images qui valent des tonnes de mots.

KIEV : Trois journalistes assassinés en un jour. Rien dans les merdias. Aucun ne s’appelait Charlie.

 

28. Ukraine - Trois journalistes tués en ujn jour.png

 

Le mur de la MÉditerranÉe ou assassinat institutionnel de masse de l’Union Européenne :

 

29.  Assassinat industriel de masse de l'UE.jpg

 

31. Afrique-USA-UE.jpg

 

We have a dream…

32. Europe en Méditerranée.jpg

On a fauché tout ça à Michel Collon et à ses lecteurs.

http://www.michelcollon.info/

 

3. athena xxxx.jpg

 

Mais les humiliÉs et les offensÉs ne sont pas du genre À baisser les bras

Soumis à l’embargo de l’occupant, des pêcheurs de Gaza inventent le moyen de leur survie !

 

34. GAZA pêcheurs 1.jpg

 

Ces jeunes pêcheurs de Gaza, n’ayant aucun moyen de remplacer leurs barques de pêche détruites, ont eu l’idée de s’en fabriquer avec des bouteilles en plastique de récup. Leur ingéniosité devrait leur permettre de ramener à nouveau un peu de poisson pour nourrir leurs familles.

Nécessité, déesse-mère des inventions.

 

35. bouteille plastique.gif

Assemblage des bouteilles

36. Gaza 2.jpg

On met la barque de fortune à la mer.

37. Gaza 3.jpg

Et… ça flotte !

38. Gaza 4.jpg

 

Bon vent !

39. Gaza 5.jpg

 

3. athena xxxx.jpg

 

L’actualité n’en finissant pas d’inventer des choses qui n’ont rien à voir avec la raison, que faire d’autre qu’en rendre compte ?

 

La Force « arabe » de Défense commune

par Thierry Meyssan

De nombreux États et personnalités qui avaient pris position au début de la guerre du Yémen se sont ravisés. Se gardant de se positionner automatiquement selon le clivage sunnites/chiites, ils appellent au cessez-le-feu et à une solution politique. Derrière cette guerre inutile se cache en effet le projet de création d’un Otan arabe… sous commandement israélien.

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 20 avril 2015 

_____________________________________________________________________________________________________________

italiano  Deutsch  Português  Español  فارسى  русский

 

33. Nabil el-Arabi.jpg

Nabil el-Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe, tente d’expliquer le projet de Force « arabe » de Défense commune.

 

 

Dans sa Doctrine de Sécurité nationale, publiée le 6 février 2015, le président Obama écrivait : « Une stabilité à long terme [au Moyen-Orient et en Afrique du Nord] requiert plus que l’usage et la présence de Forces militaires états-uniennes. Elle exige des partenaires qui soient capables de se défendre par eux-mêmes. C’est pourquoi nous investissons dans la capacité d’Israël, de la Jordanie et de nos partenaires du Golfe de décourager une agression tout en maintenant notre engagement indéfectible à la sécurité d’Israël, y compris par son avance militaire qualitative » [1].

La lecture attentive du document ne laisse aucun doute. La stratégie du Pentagone consiste à créer une version moderne du Pacte de Bagdad, un Otan arabe, de manière à pouvoir retirer ses forces militaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et les repositionner en Extrême-Orient (le « pivot » contre la Chine).

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article187351.html

 

3. athena xxxx.jpg

 

Les relations secrètes entre la France et la Syrie

Réseau Voltaire International | 20 avril 2015 

_____________________________________________________________________________________________________________

Español  Deutsch

 

40. Assad-Pujadas.jpg

Qui a du goût pour les interviouveurs mal élevés (arrogants, grossiers et surtout inconscients) peut cliquer sur le lien.

 

Dans un entretien avec la télévision publique française, France2, qui sera diffusé le 20 avril à 20h, le président Bachar el-Assad évoque les relations secrètes actuelles entre son pays, la République arabe syrienne, et la France.

Au cours des dernières semaines, des signaux contradictoires ont été émis qui attestent de divisions au sein de l’Exécutif :

• Un émissaire français s’est rendu à Damas sous le contrôle du président François Hollande. Il y a été reçu par le chef des services secrets, le général Ali Mamelouk.

• Le gouvernement français, dirigé par Manuel Valls, a vendu pour plusieurs millions d’euros de marchandises à la Syrie bien qu’il ait décrété un embargo contre cet État.

• Dans le même temps, l’Élysée et le Quai d’Orsay continuent activement de soutenir
- al-Qaïda en Syrie (le Front al-Nosra)—y compris par des fournitures d’armes et la présence de conseillers militaires—, alors même que la France a fait inscrire cette structure sur la liste des organisations terroristes des Nations unies ;
- les Frères musulmans, une société secrète qui travaille pour la CIA depuis 1953 et a déjà tenté de renverser la République arabe syrienne en 1982.

En 2010, la France et le Royaume-Uni ont préparé pour le compte des États-Unis les événements qui furent médiatisés comme une « révolte populaire » contre la République arabe syrienne et justifièrent aux yeux des opinions publiques occidentales et du Golfe quatre années de guerre. La France et le Royaume-uni portent ainsi la responsabilité première dans un conflit international qui a déjà fait plus de 80 000 morts parmi l’Armée arabe syrienne (soit plus que les guerres livrées par Israël) et plus de 140 000 morts parmi les civils.

Source : http://www.voltairenet.org/article187381.html

 

3. athena xxxx.jpg

 

 

41. Heureux 1er Mai GIF.gif

quand même aux survivants temporaires !

 

 

 

Mis en ligne le 26  avril 2015

 

 

 

 

 

 

 

16:46 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2015

LOUONS MAINTENANT LES GRANDS HOMMES

1. bombardement d'Alicante 1938.JPG

 

Louons maintenant les grands hommes

 

 Pour mémoire :

Let us now praise famous men est un livre de James Agee, écrivain et de Walker Evans, photographe. Leur titre est une citation de Siracide, aussi appelé Ben Sira, ou encore L’Ecclésiaste, qui disait « Et maintenant, celébrons les grands hommes glorieux qui nous ont engendrés ».

 USA 1936. Grande Dépression. New Deal. F.D. Roosevelt veut que l’on enquête sur les populations les plus pauvres du pays et sur le moyen de les aider. Le magazine Fortune commande ce travail à plusieurs journalistes et photographes. Seuls, Agee et Evans feront de cette enquête une œuvre. Les « hommes » dont il est question sont trois familles de métayers blancs du Sud profond et le livre témoigne de leur extrême misère. Fortune ne le publiera pas. Nous lui empruntons son titre.

 Pour en savoir plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louons_maintenant_les_grands_hommes

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Notre post d’aujourd’hui n’a d’autre but que de célébrer de grands écrivains qui viennent de nous quitter et les 27 millions de martyrs soviétiques à qui nous devons d’avoir été libérés du nazisme allemand, si pas du nazisme tout court.

 

3. Félicitations Russie 9 mai.JPG

Comme on le sait, les maîtres néocons US n’ont eu qu’à tirer un coup sur la laisse pour que, ne reculant devant aucune bassesse, les gouvernements caniches d’Europe fassent savoir à celui de la Fédération de Russie qu’ils n’assisteraient pas, merci, aux célébrations du 70e Anniversaire de la Victoire de l’URSS et un peu des Alliés sur le IIIe Reich.

Cette insulte a au moins le mérite de ne plus laisser subsister aucun doute sur la vérité historique la plus massivement occultée, à savoir, que le but réel de la IIIe Guerre mondiale a bien été de détruire l’URSS et de s’emparer de tout ce qu’elle représentait : territoires, richesses, populations d’esclaves potentiels, après avoir préemptivement détruit tout ce qui tendait à l’égalité-fraternité en Espagne, et qu’Adolf Hitler, Benito Mussolini et leurs troupes ne furent jamais que le bras armé de ces bourgeoisies du capital baptisées en leur temps, par Philippe Buonarroti, « Parti de l’égoïsme ». Quiconque en doute encore doit se référer sans tarder à Mme Annie Lacroix-Riz, à MM. Jacques Pauwels, Henri Guillemin et aux quelques autres, très rares, que clamer la vérité dans le désert n’a pas rebutés.

 

Répondre au mépris à l’égard du Jour de la Victoire.

Mikhaïl Vassilievitch Demourine – IA Regnum 8 avril 2015

 

4. Répondre au mépris.jpg

 

Celui qui écrit ces lignes est un homme politique, un publiciste et un diplomate de formation. Il est le premier fonctionnaire russe à qui l’Union Européenne ait appliqué des « sanctions » (en droit international : agression, acte de guerre.) en matière de visa, en 2004  Il a quitté le service diplomatique en 2005, en désaccord avec ce qu’il estimait être l’inconséquence de la politique de la Russie envers les pays baltes.  Il développe ici un propos mesuré mais très ferme et argumenté, au sujet des (scandaleuses) réactions occidentales à l’invitation de participer aux cérémonies du 70e anniversaire du Jour de la Victoire.

Il faut répondre, dit-il, aux dirigeants étrangers qui ont décliné l’invitation de participer à la célébration du Jour de la Victoire, en excluant de cette dernière leurs ambassadeurs à Moscou.

Cela va sans dire et mieux encore en le disant.

Le problème qui s’est fait jour autour de l’invitation des représentants étrangers aux cérémonies consacrées au 70e anniversaire du Jour de la Victoire a engendré une situation idiote, aux relents mauvais. Alors que je travaillais au Ministère des Affaires étrangères, je me suis prononcé, en 2004, contre l’invitation généralisée des Européens au soixantième anniversaire. Pour quelle raison devrions-nous en effet amener sur la Place Rouge, en cette journée pour nous chérie et sainte entre toutes, ceux qui sont incapables de prendre conscience, ni par l’esprit ni par le cœur, de la signification qu’elle revêt à nos yeux, et plus encore, qui raillent notre fête, que nous célébrons pour honorer les exploits et les sacrifices de nos pères et grands-pères ? Je pense que dans le meilleur des cas, quelques milliers d’Européens seulement, ou même quelques centaines, comprennent que pour le peuple de l’Union Soviétique, la Victoire ne fut pas tant triomphe (bien que triomphe elle fut évidemment aussi) que salut. Nos pertes furent immenses, particulièrement en ce qui concerne les simples citoyens civils exterminés au cours de l’invasion allemande. Ces pertes ne sont pas comparables à celles subies, disons par les Pays-Bas, où elles équivalaient à zéro en cas de non-résistance. Dans les régions concernées, ce furent jusqu’à 80% de nos concitoyens qui furent éliminés, comme en disposait le plan «Ost».

 

5. Combattante URSS.JPG

 

Ceux qui subirent l’occupation allemande en Europe de l’Est et du Sud-est (mais non pas, évidemment, ceux qui la vécurent en qualité d’auxiliaires des occupants) ainsi que leurs enfants, sont les seuls à comprendre de façon adéquate ce qui s’est produit, tant chez eux, que dans la partie européenne de l’URSS au cours des années de la Seconde Guerre Mondiale. La mémoire humaine a  la propriété de s’effriter. Mais c’est de manière intentionnelle qu’au cours des dernières décennies, la juste compréhension du sens de cette guerre a été lessivée jusqu’à disparaître des cerveaux européens.

Ce qui s’est produit récemment en République Tchèque est significatif à cet égard. Le Président Zeman s’est élevé contre le diktat américain non seulement de par le caractère humiliant de ce dernier pour le dirigeant d’un État souverain, mais, j’en suis convaincu, parce qu’il a voulu prendre position au sujet de l’objet de ce diktat. Pour le Premier Ministre tchèque Sobotki, beaucoup plus jeune, une telle prise de position officielle sur les plans historique, politique et culturel prend une valeur nettement moins importante.

Tous les politiciens étrangers qui ont décliné l’invitation des autorités de Russie pour le 9 mai l’ont fait sur la base d’une discipline proaméricaine, mais aussi compte tenu de leurs situations spécifiques respectives. Celle de Varsovie est caractérisée par une haine séculaire vis-à-vis de Moscou, liée à la perte de nombreuses possibilités historiques du fait de sa tendance destructrice à envisager sa liberté comme étant en premier lieu la liberté de porter préjudice à la Russie. Que la Pologne étudie donc l’histoire. Qu’elle apprenne que chaque fois qu’elle a pris part à une coalition contre la Russie, et d’autant plus lorsqu’elle en a été l’initiatrice, elle a récolté une défaite historique. Mais tout cela ne lui vient pas à l’esprit.

Quant à ceux qui jouent aujourd’hui un rôle de premier plan dans les pays baltes, leur revanchisme pronazi ordinaire les incite à fonder leur «idée nationale» sur les exploits non pas de ceux qui libérèrent l’Europe du nazisme, mais de ceux qui furent les ennemis de l’Armée Rouge et qui se noyèrent ignominieusement dans l’oubli avec leurs maîtres hitlériens.

Pour l’élite du «petit frère» bulgare, c’est devenu une triste règle historique que de se retrouver à chaque moment critique de l’histoire au côté des ennemis de ceux qui les libérèrent du joug ottoman.

La haine secrète des Anglo-saxons à l’égard de Moscou provient de ce qu’au milieu du siècle dernier, elle fut non seulement la plus puissante sur les plans militaire et économique, mais qu’elle déjoua leurs projets politiques, dès l’entrée en guerre, et jusqu’à la fin de celle-ci, ce qui pour leur morgue «d’arbitre du monde», fut doublement insupportable.

Pour ce qui concerne l’Occident dans sa globalité, il faut évidemment être doté d’un courage intellectuel et moral certain pour admettre l’idée que les Européens s’avérèrent incapables de venir à bout par eux-mêmes du phénomène du national-totalitarisme, qui a grandi sur le sol européen et s’est nourri des sucs de ce dernier, et non de ceux de qui d’autre que ce fut. Il en va de même pour qu’ils admettent que la tâche fut menée à bien par ceux qu’ils considéraient appartenir à une «civilisation» largement inférieure à la leur. Au sein du Vieux Monde, et outre Atlantique, il y eut des politiciens dotés d’un pareil courage, et qui voulaient vraiment se débarrasser de la répugnante peste hitlérienne. Nous les connaissons. Nous nous souvenons d’eux. Mais aujourd’hui ce sont les descendants politiques et spirituels de ceux pour qui cette peste n’était pas du tout repoussante qui ont pris le dessus. En tous cas, elle était acceptable dans la mesure où elle contribuait à résoudre enfin le soi-disant «problème Russie», ce monstre incompréhensible, immense, qui faisait face à l’Europe et refusait on ne sait pourquoi de se soumettre à elle. Aujourd’hui, ils recherchent une nouvelle peste du même genre, pour «remettre la Russie à sa place».

Revenons maintenant à nos invités étrangers à la cérémonie du 9 mai. Comme je l’ai déjà dit, il eut mieux valu ne pas les convier, comme firent, en admettant de rares exceptions,  nos pères, qui portèrent cette guère sur leurs épaules. Ils comprenaient clairement qui devait participer à leur célébration. Nous devrions préserver cette tradition et nous en tenir à l’échange de délégations officielles à cette occasion, et seulement dans les cas où existe un intérêt mutuel. Mais une fois l’invitation lancée, donnons-y suite sérieusement. Ne réduisons pas cela à une occasion de se montrer, mais soulignons clairement une solidarité à l’égard du sacrifice et de l’exploit des vainqueurs du mal le plus effrayant qui ait jamais paru sur notre planète. Laissons pour l’opinion publique des pays respectifs de messieurs les dirigeants étrangers, le verbiage selon lequel bien sûr nous reconnaissons «la part» de la Russie dans l’écrasement du nazisme, mais non, nous n’irons pas à Moscou car nous n’approuvons pas la position du pouvoir russe quant à la situation en Ukraine. Car on ne peut s’y tromper longuement ; pour les gens sains d’esprit, il est évident que dans le Sud-est de l’Ukraine se déroule une lutte pareille à celle que menèrent les peuples de l’URSS entre 1941 et 1945. Ceux qui mènent ce combat le font dans le but de pouvoir déterminer leur propre destin, et ils luttent contre ceux qui, s’appuyant sur le soutien de l’Occident, veulent supprimer ce droit et imposer leur propre volonté. Et exterminer ceux qui ne seront pas d’accord.

Que proposerais-je donc de faire vis-à-vis de ces pays dont les dirigeants déclinent sur la base de motifs politiques, l’invitation à participer aux cérémonies de commémoration du Jour de la Victoire à Moscou ? Interdire à leur ambassadeur de participer à ces cérémonies. Vous voulez être à cheval sur les principes ? Et bien nous le serons jusqu’au bout ! Pourquoi ferions-nous preuve de respect à l’égard de ceux qui ne respectent pas ce qui pour nous est sacré ? Ne plus inviter les représentants de tels pays aux cérémonies va tout simplement de soi. Jusqu’à ce qu’ils en fassent eux-mêmes la demande. Il viendra un temps où la Russie sera forte. Alors ils demanderont !

Mais si les ambassadeurs de ces pays sont admis à ces cérémonies, la situation n’en deviendra que plus perverse : on crache sur nous, nous nous essuyons et nous sourions. La ligne de front politique et idéologique traverse aujourd’hui la question du sens de la Victoire du peuple Soviétique lors de la Grande Guerre Patriotique contre l’Allemagne nazie et ses alliés. «Fraterniser» par-delà cette ligne de front est inacceptable. Sinon, la chute nous attend.

Source :  http://reseauinternational.net/repondre-au-mepris-a-legar...

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Parade de la Victoire Moscou 1945 - Парад Победы

 

Ceci est l’original de la bande d’actualités filmée à Moscou le 9 mai 1945, sans « re-mastering ».  Si vous la visionnez en entier, au bout de 7 minutes 50’ et de 19 minutes 50’ environ, vous verrez les drapeaux pris à l’ennemi avec leur croix gammée, l’emblème bien connu, qui est resté, aujourd’hui, celui des nazis ukrainiens (et des nazies ukrainiennes, n’oublions pas les jolies femmes qui posent pour Elle).

Puis, à la minute 34, lorsque, après le défilé au son de « Stenka Razine », ils jettent les drapeaux par terre, on revoit le sigle à nouveau utilisé aujourd’hui en notre nom par notre Pravy sektor et nos bataillons privés d’Ukraine.

 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

« Le gÉnie, le gÉant, le gÊneur »

« L’INCOMMODE TÉMOIN DU XXe siècle »…

 

6. Grass et tambour.jpeg

 

Le 21 mars dernier, en compagnie de Grita Löbsack, épouse de son traducteur espagnol Miguel Saenz, qui allait lui servir d’interprète, un journaliste d’El Païs s’est rendu à Lübeck, dans la maison où vivaient Günter Grass et son épouse Ute.

Les visiteurs furent reçus avec des douceurs sucrées faites maison, d’après une recette laissée par le premier mari d’Ute, récemment venu lui aussi en visite. Ils avaient apporté avec eux un jambon serrano, dont Grass s’était aussitôt mis à « jouer », lui trouvant la forme d’une mandoline italienne. Il était allègre, attentif au monde comme jamais et plein de projets, tels que par exemple retourner au Cercle des Beaux-Arts de Madrid exposer ses dernières œuvres. Il devait s’aider d’un respirateur mais continuait de fumer la pipe. Quelques jours plus tard, une pneumonie l’envoya à l’hôpital, et c’est elle qui eut le dernier mot.

 

Günter Grass : « La douleur est la cause principale qui me fait travailler et créer. »

 

Transcription de l’interview inédite accordée par l’écrivain allemand au journal espagnol El Païs, en sa maison de Lübeck, le 21 mars dernier.

 

7 bis.-ecrivain-allemand-gunter-grass-le-21 mars 2015.jpg

 

Question : En tant qu’être humain, que vous apporte l’écriture quotidienne de poèmes ?

Réponse : Mon premier livre est sorti dans les années 50 et ce fut un livre de poésie avec des dessins. Ce n’est que plus tard que j’ai commencé à écrire un roman : Le tambour. À cette époque, je vivais à Berlin où j’étudiais la sculpture. J’écrivais un roman, et quand je l’achevais, il me fallait changer de moyen d’expression. À ce moment-là, c’était la poésie, parce que je me rendais compte que, en m’identifiant à tant de personnages de mes romans, je m’éloignais de moi-même. Et je voulais y revenir et aussi me mesurer à moi-même, en quelque sorte.

Q : Et vous dessiniez.

R : Quand j’avais dessiné pendant longtemps, il me fallait revenir aux mots, à la poésie. Il me fallait revenir à la rencontre de moi-même et aussi du lieu où je me trouvais, parce que toute mon activité antérieure m’avait éloigné de moi.

Q : Que trouvez-vous, quand vous revenez à vous-même ?

R : Dans les années 50 et 60, j’ai dû me mettre à porter des lunettes, et j’ai écrit un poème où j’y faisais allusion. Dans ce poème, je dis que tout est plus précis mais… en oblique, que les impuretés se voient avec plus de netteté. Et avec les années qui passent aussi, je me rends compte des progrès de l’âge, d’une certaine fatigue des matériaux du corps, et qu’il faut recourir à un atelier de réparation. En même temps, j’acquiers la conscience de ce que tout est « fini », a des limites.

Q : Vous avez toujours eu cette impression, même dans votre jeunesse ?

R : Pour moi, cela a été très clair très vite, parce que, philosophiquement, je n’étais pas sous l’influence de Heidegger mais de Camus. C'est-à-dire que nous vivons maintenant et, maintenant, nous avons la possibilité de faire quelque chose de notre vie. C’est Le mythe de Sisyphe, que j’ai découvert après la guerre. Au fil des années, je me suis rendu compte que nous avons la possibilité de nous auto-détruire, chose qui auparavant n’existait pas, on disait que c’était la Nature qui causait les famines, les sécheresses, toutes choses dont la responsabilité ne nous incombait pas. Pour la première fois, nous sommes responsables, nous avons la possibilité et la capacité de nous annihiler et nous ne faisons rien pour que le monde échappe à ce péril. À côté de la misère sociale qu’il y a maintenant partout, voilà que nous avons le problème du changement climatique, dont nous ne tenons même pas compte des conséquences. On organise une réunion après l’autre et la problématique reste la même : on ne fait rien

Q : Et les problèmes augmentent.

R : On doit y ajouter le problème de la surpopulation. Tout ça mis ensemble me fait me rendre compte de ce que les choses sont limitées, de ce que nous ne disposons pas d’un temps indéfini, Si on tient compte de la durée d’existence de notre planète, il nous faut reconnaître que nous sommes des invités qui y passons un temps très court et déterminé, et que la seule chose que nous allons laisser derrière nous est une poubelle à ordures atomique… Dans les années 70 et 80, j’ai écrit deux romans épiques, Le turbot et La ratte : la capacité de l’homme à s’autodétruire est reflétée par ces romans.

Q : Il n’y a pas un seul de vos livres de prose qui n’aille au centre de votre propre vie, depuis Le tambour jusqu’à Pelures d’oignon ou En crabe… La fiction vous sert à raconter votre réalité intérieure…

R : Oui, et c’est pourquoi je tiens à dire que ce nouveau livre qui va sortir en automne est fait de textes brefs dans lesquels je veux montrer la relation intense qu’il y a entre la prose et la poésie. Normalement, les germanistes séparent les genres. Moi, je veux les voir réunis, parce que je crois qu’ils sont liés : les frontières entre la prose et la poésie, pour moi, ne sont pas définies, elles sont fluctuantes.

Q : Cette association vous permet de mieux dire ce qui vous arrive ?

R : De ma mère, j’ai hérité deux talents : pour moi, ça n’a jamais été un problème de laisser une chose pour m’adonner à une autre… Je veux dire que j’ai deux talents et qu’avec beaucoup de travail, je dois les développer et essayer de m’exprimer en me servant des deux. Choisir entre une chose et une autre n’a jamais été une alternative mais un enrichissement. Par exemple, si j’écrivais pendant longtemps, j’avais la sensation que la sculpture me ferait beaucoup de bien, parce qu’elle exprimait quelque chose de tous les côtés à la fois, quelque chose qui était dans l’espace. Beaucoup de mes poèmes commencent par un dessin : quand l’idée d’une métaphore me vient, je la concrétise sur le papier, et tout de suite, j’en fais un dessin, pour voir si elle tiendra la route ou pas. En composant Trouvailles pour gens qui ne lisent pas [117 aquarelles et 131 poèmes courts, à notre connaissance inédit en français, NdT], je peignais des aquarelles et, avant même qu’elles soient sèches, je commençais à écrire des poèmes de quatre ou cinq lignes. C’est un bon exemple de la manière dont les disciplines (peinture, écriture) se mélangent et s’enrichissent mutuellement.

 

8. Grass Clairefontaine Luxembourg.jpeg

2005 - Vernissage d’une exposition de ses dessins (Luxembourg, Galerie Clairefontaine)

 

Q : Humainement, que signifie le travail, pour vous ?

R : Vous avez lu mes livres, et vous savez, comme je l’ai dit dans Pelures d’oignon, qu’à seize ans, j’ai survécu par pur hasard, qu’en trois ou quatre semaines de temps, pendant la guerre, j’ai eu cinq ou six fois l’occasion de mourir comme tant d’autres de mon âge. J’en ai encore conscience aujourd’hui. Travailler le plus possible m’aide à me prouver à moi-même que j’ai survécu, que  j’existe et que je continue à vivre, que je suis vivant.

Q : Tout à l’heure, vous avez mentionné Camus. L’œuvre de Camus est une explication ou une expiation de la douleur, une recherche de la survie à travers la littérature. Camus, vous l’appréciez pour cette même attitude ?

R : L’essai sur le mythe de Sisyphe décrit le travail : ce qui est horrible, c’est de soulever le rocher en sachant que cela ne sert à rien, puisqu’il va quand même retomber ; cependant, Sisyphe n’a d’autre possibilité que de le soulever, puisque, s’il ne le fait pas, il sera sans fonction. Camus termine cet essai en disant qu’on peut considérer que Sisyphe était un homme heureux… Pour moi, c’était très important, c’était une nouvelle interprétation du mythe réellement passionnante ; toute la cause, au fond, est dans la douleur. Chaque personne a sa propre situation, et je me suis rendu compte que non seulement je pouvais m’exprimer artistiquement, mais que je devais traiter des thèmes déterminés : celui de ma jeunesse et de la capitulation sans conditions de l’Allemagne, avec la destruction totale de toutes ses maisons mais aussi l’effondrement total de ses habitants.

Q : Une histoire de douleur.

R : Pendant toute ma vie et jusqu’à ce jour, c’est toujours la même chose. Et ce qui est incroyable, c’est que l’histoire de l’Allemagne est une histoire sans fin, parce que l’Holocauste et le génocide sont des crimes horribles ; ils sont une histoire qui ne finit jamais. Nous le voyons bien aujourd’hui en Grèce : une fois de plus, nous sommes confrontés aux problèmes des horreurs causées par les soldats allemands pendant l’occupation… Cette histoire nous suit et nous suit encore… C’est pourquoi j’en reviens une fois de plus au thème de la douleur de Camus : la douleur est la cause principale qui me fait travailler et créer.

Q : Camus a cette phrase : « la belle chaleur qui régnait sur mon enfance m’a privé de tout ressentiment » [L’envers et l’endroit, Préface. NdT]. Votre enfance à vous a-t-elle aussi été capitale pour le développement ultérieur de votre œuvre littéraire ?

R : Dans Pelures d’oignon, il y a une nécrologie de ma mère. Elle est morte d’un cancer à 57 ans. J’étais retourné voir mes parents et ma sœur deux ans après la guerre. Ma mère, ils l’avaient expulsée de Dantzig. Quand je l’ai revue, c’était une femme brisée et vieille…. Quand j’étais petit, je lui racontais beaucoup d’histoires qui sortaient de mon imagination, et l’imagination des enfants est très fertile. Elle disait : « Mensonges d’enfant ». Mais, dans le fond, ces mensonges lui plaisaient. Je lui disais toujours que, quand je serais majeur et que j’aurais de l’argent, je l’emmènerais dans des pays merveilleux et tout ça… Mais comme elle est morte si tôt, je n’ai jamais pu lui prouver que je disais la vérité… Jamais je n’ai rien pu faire pour elle… Elle a été malheureuse quand je lui ai dit que je voulais devenir artiste, mon père y était complètement opposé, mais elle m’a toujours soutenu, et moi, j’ai été malheureux pour elle. Aujourd’hui encore, je suis malheureux de n’avoir rien pu faire pour elle de ce que je lui avais promis. J’ai un complexe maternel prononcé : je ne suis jamais allé chez le psychiatre et c’est la source de toute ma créativité.

Q : Vous dites que, dans Pelures d’oignons, vous racontez l’histoire d’un jeune homme (vous) qui aurait pu mourir et disparaître. Ce n’est pas arrivé, vous êtes là. Mais, d’une certaine manière, est-ce que cette guerre ne vous a pas blessé pour toujours, vous et votre génération ?

R : Sûrement, oui. Nous avons tous été marqués par la IIe Guerre mondiale. Et ses effets les plus terribles sont ceux à long terme… qui n’en finissent pas. C’est pourquoi ma génération est plus attentive aux problèmes du présent, puisqu’il semble que nous nous dirigions vers une IIIe Guerre mondiale sans pouvoir dire comment elle a commencé. La IIe Guerre mondiale a commencé par l’entrée de l’Allemagne en Pologne, mais, au fond, elle avait déjà commencé avec la Guerre d’Espagne. Pour l’Allemagne, l’Italie, l’URSS et les autres, la Guerre Civile espagnole fut l’occasion de tester leurs armes dans un conflit concret. Lorsqu’elle s’est achevée, en 1939, a commencé la IIe Guerre Mondiale. En 1936, le Japon avait commencé par entrer en Mandchourie, puis, de là, en Chine, et on sait quels horribles massacres se sont perpétrés… sans compter qu’il y avait encore d’autres foyers de guerre en Asie… Aujourd’hui, nous avons, d’une part, l’Ukraine, dont la situation ne s’améliore en aucune manière ; en Israël et en Palestine, c’est tout le temps pire ; le désastre que les Américains nous ont laissé en Irak, les atrocités de l’Armée Islamique et le problème de la Syrie, où les gens continuent à se battre même s’ils ont disparu des informations… Il y a la guerre partout, nous risquons de commettre à nouveau les erreurs du passé, dès que nous serons entrés comme des somnambules dans une IIIe Guerre mondiale.

Q : Vous avez écrit Mon siècle sur le XXe siècle et ses méfaits. Ce XXIe siècle prolonge les méfaits et le fanatisme est un lieu commun. Est-il la méchanceté humaine du XXIe siècle ?

R : J’en doute. Je ne dis pas du tout que celui-ci est bon et que celui-là est mauvais, ce serait par trop simplifier les choses… Bush a été un problème… Bush parlait du mal et il ne faisait rien pour y trouver une solution : il conduisait au manichéisme, au blanc et noir…  Ce qu’il faut faire, c’est se rappeler les origines de cette histoire. Par exemple, que s’est-il passé après la Ière Guerre mondiale ? L’empire ottoman s’est effondré, on a morcelé les Balkans et le pétrole est devenu primordial. L’Irak, auparavant, n’existait pas, il a été inventé de toutes pièces par les puissances coloniales victorieuses… La Palestine est devenue un protectorat anglais, de même que la Syrie est devenue un protectorat français. Et l’Holocauste a généré le problème palestinien. Tout cela, au fond, n’a été qu’annexions de territoires et, jusqu’au jour d’aujourd’hui, tous les problèmes sont nés de l’attitude des vainqueurs de la Ière Guerre mondiale.

Q : Peut-on espérer que l’homme sera meilleur au XXIe siècle ? Il semble régresser, et vous, en prédisant la IIIe Guerre mondiale, semblez voir l’avenir avec pessimisme.

R : Ce n’est pas du pessimisme. Je me base sur l’expérience et sur les fautes que nous avons commises, quelque chose qu’on peut vérifier historiquement, c’est pourquoi je doute que l’homme s’améliore. Que l’homme soit capable d’apprendre des erreurs du passé est une autre chose. Par exemple, regardons le conflit avec la Russie. Depuis l’effondrement de l’URSS, qui fut un désastre, sont apparus Eltsine et Poutine ! Après quoi sont venus Poutine et Poutine ! Poutine a surgi en 88 et en 90, quand tout s’écroulait, quand en dépit de tous les engagements occidentaux, l’OTAN l’encerclait de plus en plus près. Or, il y a des traumatismes russes, depuis Napoléon et depuis la IIe Guerre mondiale et les 27 millions de morts qu’y causèrent les Allemands, et voilà qu’ils se retrouvent à nouveau encerclés par l’ennemi. Je ne dis pas que ce qu’ils ont fait en Crimée se justifie, c’est injustifiable, mais il faut les comprendre, et c’est ce que nous devons absolument faire : comprendre la Russie.

Q : Et nous ne la comprenons pas.

R : Nous avons perdu la capacité de comprendre les erreurs que nous avons commises depuis 1989. Après la chute de l’URSS, le Pacte de Varsovie s’est dissout, mais l’OTAN a continué imperturbablement, comme si rien ne s’était passé. Il n’y a eu aucune tentative sérieuse pour créer une nouvelle alliance de sécurité incluant la Russie, et ce sont là des échecs terribles. On promet à l’Ukraine qu’elle fera partie de l’Union européenne et qu’ensuite, elle entrera dans l’OTAN. C’est logique, c’est normal que la Russie réagisse avec nervosité. Toutes les réactions de Poutine ont des causes et, puisqu’en Europe, nous avons pris l’habitude de collaborer économiquement et financièrement, il aurait fallu que nous suivions aussi une politique extérieure commune. Malheureusement, nous dépendons beaucoup trop des désirs des Américains, et les États-Unis sont loin de nous et de ce que nous devrons faire. Si les Républicains arrivent au pouvoir, il y aura une nouvelle course aux armements, et il y aura une fois de plus un ennemi terriblement menaçant aux portes de la Russie.

Q : Vous avez créé beaucoup de métaphores. Celle qui a le plus marqué est celle d’Oskar Matzerath. On a l’impression que ce personnage, qui ne voulait pas grandir ni se mêler au monde adulte, refuserait de grandir aujourd’hui aussi…

R : La différence entre le XXe et le XXIe siècles est que le XXe a été caractérisé par ses idéologies, et pas seulement par le fascisme italien, le national-socialisme allemand et le communisme, mais aussi par l’american way of life et par le capitalisme dominant. La seule de toutes ces idéologies qui soit restée est celle du capitalisme et le capitalisme est capable de changer. Cependant, le capitalisme est en train de se détruire : toutes ces quantités irrationnelles d’argent qui passent par le monde entier et qui n’ont rien à voir avec l’économie réelle. Cette irrationnalité n’était pas aussi marquée au XXe siècle. Oskar serait aujourd’hui une personne différente et il lui faudrait luttrer contre des résistances différentes. De plus, il serait plongé dans des milieux complètement différents. Au XXe siècle, Oskar provenait d’un milieu prolétaire et petit-bourgeois et c’est à cela qu’il devait réagir. Aujourd’hui, il serait un computer freak, un hacker ou quelque chose de ce genre, et il lui faudrait vaincre d’autres résistances.

Q : Avez-vous été Oskar Matzenrath ?

R : Non, moi j’ai poursuivi ma croissance.

Q : Vous auriez aimé l’être ?

R : Non, au fond, non. Je ne suis pas semblable à Oskar. Ce qui se passe, c’est que le personnage d’Oskar a des racines picaresques, il joue le rôle d’une espèce de miroir, avec une loupe capable d’allumer un incendie, capable par ailleurs d’exprimer l’infantilisme du XXe siècle, dont je n’ai pas eu envie d’être ni envie de me défendre.

Q : Vous travaillez  sous des gravures de Goya. Que vous apporte Goya ?

R : Je travaille en effet sous une série d’eaux-fortes de Goya. Chaque fois que j’atteins un anniversaire important, de ceux qui se terminent par un 0 ou un 5, ma femme m’en offre un, s’il s’en trouve encore sur le marché. Pour moi, c’est comme la mesure de l’artiste, le critère de la vérité. C’est d’une imagination impressionnante, la manière dont il illustre la démence de ce monde ! J’ai plusieurs des Caprichos, de ceux qui montrent qu’il était contre l’Inquisition et la démence de l’Église catholique d’une part, et pour la vie comme elle est, de l’autre… Goya est, pour moi, le grand exemple, celui qui me donne la mesure de ce qui est bien ou mal.

Source :http://cultura.elpais.com/cultura/2015/04/13/actualidad/1428918239_167030.html

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

N.B. - On peut discuter plusieurs des affirmations de Günter Grass. Ce n’est pas à nous de le faire. Grass est un artiste multiforme digne de la Renaissance, il n’est pas un politique ni un historien. Il se trompe (selon nous) sur des faits, lorsque c’est sa conscience allemande qui parle, lorsqu’un sens catholique du péché obscurcit à ses yeux des réalités qui sont sans ambiguïté à ceux des mécréants.

 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Un entretien de Günter Grass avec Pierre Bourdieu

(2012 ?)

 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Si on vous demandait quel grand homme incarne, plus que quiconque, Barcelone, peut-être diriez-vous Gaudi. Nous répondrions sans hésiter Ledesma. Il vient de mourir, le 2 mars dernier, comme nous l’avons signalé dans notre post précédent. Il avait dix ans au début de la Guerre d’Espagne. Il en est indissociable. Son œuvre aussi.

 

Francisco González Ledesma

 

9. Ledesma 2.jpg

 

Un hommage de Laherrère (Actu du noir) :

https://actudunoir.wordpress.com/2015/03/02/mort-de-francisco-gonzalez-ledesma/

 

Pour mémoire, une page d’histoire au hasard :

Un épisode peu glorieux, les accords Bérard/Jordana : une trahison

http://www.24-aout 1944.org/IMG/pdf/les_accord_honteux_berard_jordana_.pdf

 

Une autre plus honorable, hélas privée :

François Mauriac et l’Espagne

http://temoignagechretien.fr/articles/international/lheure-du-choix

Jean Lacouture : http://francois-mauriac.aquitaine.fr/h_engage/htm/contenu/espagne/engage05.htm

  

10. refugies-espagnols - 1.jpg

11. Refugies_espagnols - 2.jpeg

12. réfugiés espagnols 1939 - 3.jpg

« Les voilà, vos terroristes ! »

(François Mauriac, 1939 - Prix Nobel de littérature en 1952)

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Eduardo Galeano: « Peu de Palestine reste. Pas à pas, Israël l’efface de la carte »

 

13. Galeano.jpg

 

Eduardo Galeano, l’écrivain sensible, l’homme attachant n’est plus. Il s’est éteint trop vite, trop tôt, le 13 avril, alors qu’il n’avait que 74 ans. Nous lui rendons hommage en publiant un texte qu’il avait dédié à la Palestine. [ASI]

Pour se justifier, le terrorisme de l’État fabrique des terroristes : il sème de la haine et récolte des alibis. Tout indique que cette boucherie de Gaza, qui selon ses auteurs veut en finir avec les terroristes, réussira à les multiplier. Depuis 1948, les Palestiniens vivent condamnés à l’humiliation perpétuelle. Ils ne peuvent même respirer sans permission. Ils ont perdu leur patrie, leurs terres, leur eau, leur liberté, leur tout. Ils n’ont même pas le droit de choisir leurs gouvernants. Quand ils votent pour celui pour lequel ils ne doivent pas voter, ils sont punis. Gaza est punie. C’est devenu une souricière sans sortie, depuis que le Hamas a proprement gagné les élections en 2006. Quelque chose de semblable était arrivée en 1932, quand le Parti Communiste a triomphé aux élections d’El Salvador.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/eduardo-galeano-peu-de-pal...

 

Vivir sin medio

 

 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Et parce que Raúl Castro est encore, lui, bien en vie (touchons du bois !) et qu’il vient de dire de vive voix, brièvement (50 minutes) mais décisivement, ce que Galeano avait écrit dans Les veines ouvertes de l’Amérique latine, nous lui donnons ici la parole, d’autant plus volontiers que ce remarquable discours a été prononcé, le 11 avril dernier, en présence de Barack Obama, au Sommet des Amériques, le premier auquel il ait été permis à Cuba d’assister.

Soit dit en passant : en a-t-on fait des supputations, quand une espèce de dégel a été annoncé entre l’île et le puissant voisin… C’en était fait des Cubains… les USA avaient enfin triomphé… ils allaient se farcir les imprudents castristes en deux coups de cuillère à pot… etc. etc. La seule hypothèse à laquelle personne apparemment n’a songé, c’est que les USA ont été contraints de réintégrer les Cubains, par les autres pays d’Amérique latine.

 

Discours de M. Raúl Castro Ruz, président de la République socialiste de Cuba,  au VIIème Sommet des Amériques, Panama, le 11 Avril 2015.

 

14. Raùl Castro.jpg

 

Il était temps que je parle devant vous au nom de Cuba. On m’avait informé au départ que je devais parler huit minutes. Alors j’ai fait un gros effort, aidé de mon ministre des Relations extérieures, pour ramener mon discours à ce temps de parole. Mais comme vous me devez six Sommets, ceux d’où nous avons été exclus (rires et applaudissements), j’ai demandé au président Varela, juste avant d’entrer dans cette magnifique salle, de me céder quelques minutes de plus. Surtout après avoir écouté tant de discours si intéressants. Je ne parle pas seulement de celui du président Obama, mais aussi de celui du président équatorien Rafael Correa, de celui de la présidente Dilma Rousseff, et d’autres. Sans plus de préambules, je commencerai donc.

Cher Juan Carlos Varela, président de la République du Panama ;

Chers présidents et présidentes, chers et chères Premiers ministres ;

Chers invités,

Je tiens tout d’abord à exprimer ma solidarité à la présidente Bachelet et au peuple chilien pour les catastrophes naturelles qu’ils sont en train de souffrir.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/discours-de-m-raul-castro-ruz...

 

En vivo :

 


 

2. etoile-polaire.GIF

 

 

15. Livres.jpeg

Livres

(oui, chez Günter Grass, les rattes lisent)

 

Günter GRASS : bien sûr, il faut TOUT lire.

2. etoile-polaire.GIF

 

 

Francisco González LEDESMA : bien sûr, il faut TOUT lire aussi, en commençant par les écrits post-franquistes parus chez l’excellent éditeur français (il en reste quelques-uns) L’ATALANTE, à Nantes, mais il faut lire aussi les autres, les Méndez, etc.

          Voir ci-dessous, tout en bas (à vos roulettes), la Postface à Los Napoleones qu’il a écrite pour ses lecteurs français, lors de la réédition de 2001.

2. etoile-polaire.GIF

 

 

Eduardo GALEANO : bien sûr, il faut TOUT lire, à commencer par :

 

 16. galeano les veines.jpg

 

 

Les veines ouvertes de l’Amérique latine

Plon – Terres humaines – 1998

447 pages

Réédité en Poche (Pocket) - 2001.

 

 

 

 

 17. Mémoire du feu.jpg

 

 

 

Mémoire du feu : Les naissances ; Les visages et les masques ; Le siècle du vent - (Une histoire populaire de l’Amérique latine)

Lux – 2013 – 990 pages

 

 

 

 

 

18. Livre des étreintes.jpeg

 

 

 

 Le livre des étreintes

Lux – 2012 – 250 pages

 

 

 

 

« Système de la dissociation : On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Ton prochain n’est ni ton frère ni ton amant. Ton prochain est un concurrent, un ennemi, un obstacle à franchir ou une chose à utiliser. Le système qui ne donne pas à manger, ne donne pas non plus à aimer : nombreux sont ceux qu’il prive de pain, mais plus nombreux encore sont ceux qu’il condamne à une famine d’étreintes. »

Non sans ressemblance avec les Trouvailles pour gens qui ne lisent pas de Grass : Textes courts, précédés de dessins de l’auteur.

Voir, sur Babelio, le commentaire de mariecesttout 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

François MAURIAC : au pif, dans une production foisonnante, diverse et longue…

 

19. Mauriac - Journal et mémoires politiques.jpg

 

 

 

Journal – Mémoires politiques

R. Laffont/Bouquins – 2008

1138 pages

 

 

 

 « D'un charnier à un autre charnier, l'humanité n'apprend rien, ne retient rien. La nouvelle guerre est toujours plus stupide, la moins excusable. Nous y courons les yeux ouverts» (Article paru dans Le Temps, 27 mai 1938).

 

2. etoile-polaire.GIF

 

Georges BERNANOS : « Il faut le lire, absolument ! » (Henri Guillemin).

 

20. Bernanos - Cimetières.jpg

 

 

Les grands cimetières sous la lune

Points – 2014

329 pages

 

 

 

 

Sur ce pamphlet, voir Simone Weil et Albert Camus

Avant celui-là – en 1931 – il avait écrit :

 

21. La grande peur.jpg

 

 

 

La Grande Peur des bien-pensants

Le Livre de Poche – 1998

414 pages

 

 

 

 

 

2. etoile-polaire.GIF

 

George ORWELL sur la Guerre d’Espagne, où il fut :

 

 22. ORWELL - Catalogne.jpg

 

 

 

Hommage à la Catalogne : 1936-1937

10/18 – 1999 + Rééd.

293 pages

 

 

 

 

 « Texte fondateur qui préfigure en partie les visions dramatiques du monde totalitaire de 1984, Hommage à la Catalogne est autant un reportage qu'une réflexion sur la guerre d'Espagne. Engagé aux côtés des républicains, Orwell voit dans la trahison des communistes les conséquences du jeu politique stalinien. Il en découlera la prise de conscience d'un nécessaire engagement... »

 

2. etoile-polaire.GIF

 

 

23. Ledesma 3.jpeg

Francisco González Ledesma

Postface (autobiographique) de l’auteur À l’Édition française de LOS NAPOLEONES

24. Los Napoleones.jpg