07/10/2015

SOLIDARITÉ SYRIE SOUVERAINE

1. Moskva.jpg

 Le croiseur russe Moskva : il change la donne dans la crise syrienne.

 

Avant tout :

3. vladimir putin.jpg

 

Bon Anniversaire Monsieur le Président !

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Guerre-éclair de Poutine en Syrie

Axe Russie-Iran-Hezbollah et vassalisation toujours plus humiliante pour la France
 
Mike Whitney – Sayed Hasan -2 octobre 2015

Traduction Salah Lamrani


[Cet article exagère l'impact direct des frappes aériennes sur le développement du conflit : ce n'est pas tant l'aviation russe que les forces au sol conjointes de l'Armée Arabe Syrienne, du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution Islamique, redoutables mais certes pas impitoyables, qui feront le gros-oeuvre, et il est peu probable qu'elles soient rejointes par l'infanterie russe, même si Ramzan Kadyrov a exprimé le souhait d'envoyer des forces tchétchènes contre l'Etat Islamique ; la Russie a bel et bien joué un rôle décisif dans la préservation de la Syrie par son soutien militaire et diplomatique, et c'est indubitablement une victoire pour Vladimir Poutine, qui enterre définitivement les rêves de conquête des Etats-Unis et de leurs vassaux et fait la preuve de l'imposture de leur guerre contre le terrorisme.]

 

4. isis.jpg

 

[...] Mardi [29 septembre], Barack Obama a [essayé de] planter un couteau dans le dos de Poutine. Voyez Reuters :

« Dans les prochains jours, la France discutera avec ses partenaires une proposition de la Turquie et de membres de l’opposition syrienne pour une zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie, a déclaré le Président français François Hollande lundi [28 septembre]. (...)

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius « examinera dans les prochains jours ce qu’en pourrait être la ligne de démarcation, comment cette zone pourrait être sécurisée et ce qu’en pensent nos partenaires », a déclaré Hollande aux journalistes en marge de l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies. (...)

Hollande a soutenu qu’une telle proposition pourrait éventuellement être entérinée par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui ‘donnerait une légitimité internationale à ce qui se passe dans cette zone.’ »

Hollande est un menteur et une marionnette. Il sait bien que le Conseil de sécurité n’approuvera jamais une zone d’exclusion aérienne. La Russie et la Chine l’ont déjà affirmé. Et ils ont également expliqué pourquoi ils y étaient opposés : c’est parce qu’ils ne veulent pas d’un autre État en déliquescence comme la Libye sur les bras, ce qui s’est produit la dernière fois que les États-Unis et l’OTAN ont imposé une zone d’exclusion aérienne.

Lire la suite…

Source fr : http://sayed7asan.blogspot.fr/2015/10/guerre-eclair-de-po...

Sources en  :http://www.counterpunch.org/2015/10/01/putins-blitz-leave...,

http://www.counterpunch.org/2015/10/02/putins-lightning-w...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Solidarité Syrie souveraine

Comité Valmy

 

5. Syrie souveraine.JPG

 

Comment la Russie a pris note du plan américain pour une zone d’exclusion aérienne en Syrie

 Daniel Fielding – Russia Insider 7 octobre 2015

Traduction : Comité Valmy

Davantage d’informations confirme que le déploiement russe visait autant à éviter un plan américain d’imposition d’une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie - provoquant un changement de régime - qu’à vaincre l’État islamique.de régime - qu’à vaincre l’État islamique.

La réaction outrancière de l’OTAN à une violation mineure de l’espace aérien turc par un avion russe révèle le point crucial du déploiement militaire russe.

L’Occident a perdu le contrôle du ciel de la Syrie.

Quand j’ai discuté initialement de la composition des avions russes en Syrie j’ai dit que les quatre avions de chasse SU30 devaient fournir la couverture aérienne de la force de frappe.

J’ai aussi pensé que les six SU34s n’étaient pas vraiment nécessaires, et qu’ils étaient là pour être testés dans un environnement de combat.

J’avais raison pour les SU30 ; je me suis trompé sur les SU34.

J’ai négligé le fait que tout en étant un redoutable bombardier de combat et d’attaque au sol, le SU34 est aussi un excellent combattant aérien. En cela, il diffère fondamentalement du SU24, qu’il remplace.

Le total combiné des dix SU30 et SU34 représente pour les Russes un groupe de défense aérienne fantastique. Alors que le SU34 n’est pas un combattant aussi puissant que le SU30 ultra maniable, il est supérieur aux F16 qui composent le gros de l’armée de l’air turque, et est du niveau des F15 et F16 de l’armée de l’air israélienne.

Ceci est important parce que, comme le montre l’incident à la frontière turque, le groupe d’attaque russe mène des frappes aériennes dans les zones proches des frontières turques et israéliennes, là où l’armée de l’air syrienne n’avait pas encore osé aller par peur d’intervention des forces aériennes turques et israéliennes.

Lire la suite...

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6409

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Aujourdh'hui

Des navires de guerre russes attaquent les positions de Daech en Syrie à partir de la Mer Caspienne

 

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Diplomatie française : improvisations, revirements et amateurisme…

Richarde Labévière – Comité Valmy28 septembre 2015

 

6. fabius_battu_en_Syrie.jpg

 

Quelques semaines avant l’élection de François Hollande, un groupe de hauts fonctionnaires français signait une tribune dans un quotidien parisien1, appelant à rompre avec les postures médiatiques de Nicolas Sarkozy. Commentant les propositions du candidat socialiste, ce collectif écrivait : « on ne voit pas encore les axes structurants d’une politique réfléchie. Sans tabous ni autocensure, la première des préoccupations reste la non-prolifération nucléaire et le dossier iranien, mais aussi et peut-être davantage le Pakistan, ainsi que le réarmement d’autres puissances. Quelle est la meilleure politique au regard de nos intérêts ? Est-ce pertinent de soutenir Israël quelles que soient les extrémités où l’on risque de nous entraîner ? Quelles leçons tire-t-on de l’expédition libyenne – guerre déclenchée au nom des droits humains – dont on ne connaît toujours pas le bilan des victimes, ni l’ampleur des effets déstabilisateurs dans la sous-région sahélienne, sans parler de l’évolution inquiétante des libertés civiles et politiques ? Et que penser de la politique de gribouille sur la Syrie, pouvant déboucher sur une militarisation accrue de la crise ? L’appel au changement de régime est-il légitime, surtout lorsqu’il est porté par des pays comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite ? Ne reproduit-on pas ici les erreurs commises par les Américains et les Britanniques en Irak ? Cela ne ressemble-t-il pas à un vieux remugle de néo-colonialisme ? Quant à l’Afghanistan, il restera à dresser un bilan de notre engagement militaire. Ces questions rompent avec le politiquement correct dominant. Il faut cesser de se gargariser des grands discours ridicules sur notre « diplomatie universelle » et de nier béatement le déclin de la France dans le monde. Il est temps d’élaborer une doctrine de redressement, fondée sur des analyses géostratégiques tenant compte de la réalité, de nos moyens d’agir, de nos intérêts ainsi que de ceux de nos voisins européens, méditerranéens et africains ».

Lire la suite…

Source : http://prochetmoyen-orient.ch/lenvers-des-cartes-du-28-se...

Via : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6377

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Il faut tenir la France à bonne distance de la guerre syrienne

M K Bhadrakumar - Indian Punchline –6 octobre 2015

Comité Valmy

 

7. Trio.png

Jusqu’où iront-ils dans leur imbécilité criminelle ?

 

Il n’y a pas le moindre signe de malaise à Washington ni dans aucune capitale occidentale sur le fait que, dimanche dernier, la France ait lancé ses premières frappes aériennes en Syrie. Ce fut un moment poignant. N’oubliez que la France a « créé » avec la Grande-Bretagne, la Syrie moderne.

Utiliser la violence contre sa progéniture n’est pas inhabituel pour la France – elle n’arrête pas de le faire en Afrique - néanmoins elle a manifesté, dans ce cas précis, une insensibilité particulièrement répugnante, compte tenu de la honte qui entoure encore le pacte Sykes-Picot. (Le centenaire de ce chapitre honteux de l’histoire coloniale de l’Europe tombe en mai prochain.)

Ce que la France vient de faire est répréhensible pour une autre raison. Elle est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies qui a le droit de veto, et elle a violé l’intégrité territoriale d’un pays membre de l’ONU sans même prendre la peine de le consulter. Les interventions françaises à l’étranger sont dénuées de principes et de moralité. La Libye est le dernier exemple d’un pays qu’elle a envahi et détruit, ainsi que son gouvernement établi, et elle s’est ensuite tout simplement lavée les mains du chaos qu’elle a laissé derrière elle.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6398

 

2. Paper boat sign.GIF

Reste du monde

Les médias occidentaux meurent, voici pourquoi.

Tony Cartalucci – NEO -ICH – 29 septembre 2015

Traduction : Diane, Le Saker francophone

 

8. Seymour Hersh.jpeg

Seymour Hersh

 

Seymour Hersh a pris beaucoup de risques au cours de ses décennies de journalisme. C’est un vrai journaliste, qui a été attaqué, calomnié et boudé par tous les camps simplement parce qu’il semble résister à prendre parti. 

Quand il a enquêté sur les atrocités états-uniennes au Vietnam, il a d’abord été attaqué et dénoncé comme un traître, ou pire. A ce moment-là, la vérité et Hersh étaient justifiés et l’importance de ce qu’il réalisait en tant que journaliste, informer le public tout en servant à contrôler et à maintenir un équilibre contre les intérêts spéciaux du pouvoir en place, a été reconnue par un prix Pulitzer.

 

En 2007, quand il a décrit les projets de l’administration d’alors, celle de Bush, visant à utiliser les Frères musulmans et des groupes militants liés à al-Qaïda pour renverser le gouvernement syrien – dont le résultat se joue aujourd’hui – le New Yorker a volontiers accepté son travail comme un message dont il pensait qu’il aurait un écho auprès du public progressiste.

Mais ensuite, en 2013, lorsque Hersh a fourni une information contredisant le récit occidental officiel à propos d’une attaque chimique dans la banlieue de Damas, le New Yorker a décidé de ne pas la publier. Au lieu de cela, son article, Whose Sarin? [Le sarin de qui ?] a été publié par la London Review of Books.

L’histoire de Hersh fournissant cette information au public et comment les médias occidentaux ont tenté d’abord de la détourner puis de l’enterrer, avant de tenter de discréditer à la fois l’article et Hersh lui-même, est une expérience en laboratoire sur les médias occidentaux en train de mourir.

Le dernier clou du cercueil

L’article de Hersh abordait en détail les méthodes avec lesquelles les dirigeants occidentaux manipulaient intentionnellement ou même fabriquaient carrément des renseignements pour justifier une intervention armée en Syrie – étrangement semblable aux mensonges racontés pour justifier l’invasion et l’occupation de l’Irak et l’escalade de la guerre au Vietnam après l’incident du golfe du Tonkin.

L’article n’a pas fait que démolir le récit officiel, il a aussi contribué à entraver le peu d’élan restant en faveur d’une agression militaire occidentale contre la Syrie, basée sur les mensonges propagés par les États-Unis et leurs alliés à propos de l’attaque chimique.

Dans l’article de Hersh qui a suivi, The Red Line and the Rat Line [La ligne rouge et la ligne occulte], également publié par la London Review of Books, il a révélé des informations dénonçant non seulement d’autres mensonges des États-Unis et de leurs alliés, mais il a suggéré que la Turquie, membre de l’Otan, et le proche allié des États-Unis, l’Arabie saoudite, pourraient avoir joué un rôle en approvisionnant les responsables de l’attaque aux

Si les articles de Hersh atteignaient une plus large audience et répandaient l’idée d’un Occident capable de concevoir, de réaliser puis de tenter d’exploiter un crime contre l’humanité pour justifier une guerre élargie, injuste, alors la politique étrangère occidentale serait irrévocablement mise à mal et commencerait peut-être à se défaire.

Faire confiance à d’autres sources

Les méthodes pour diffuser des médias occidentaux de plus en plus discrédités et suscitant la méfiance sont devenues très créatives. Avec l’arrivée d’internet et des réseaux sociaux, des tentatives de produire des contenus viraux et des sources apparemment externes pour faire revenir le public qui se détourne en masse des médias dominants ont effectivement fait l’objet d’un document politique complet rédigé par l’ancien administrateur du Service de l’information et des réglementations de la Maison Blanche, Cass Sunstein. Le document a été présenté dans un article du magazine Salon intitulé Obama confidant’s spine-chilling proposal [La proposition terrifiante de l’homme de confiance d’Obama], qui précisait (les passages en gras ont été soulignés par moi) :/

Sunstein recommande que l’infiltration furtive du gouvernement soit assurée par l’envoi d’agents spécialisés en la matière « dans les forums de discussion, les réseaux sociaux en ligne ou même dans des groupes réels ». Il propose aussi que le gouvernement effectue des versements secrets à ce qu’on appelle des voix indépendantes crédibles pour renforcer les messages du gouvernement (partant du principe que ceux qui ne croient pas les sources gouvernementales seront plus enclins à écouter ceux qui apparaissent comme des indépendants tout en agissant secrètement pour le compte du gouvernement).

Ce seraient eux – qui sont principalement des menteurs financés par le gouvernement – vers lesquels l’Occident se tournerait dans une tentative d’enterrer Hersh et les vestiges du véritable journalisme occidental avec lui.

Les voix indépendantes crédibles

L’employé du gouvernement au chômage, domicilié au Royaume-Uni, Eliot Higgins a ouvert et tenu un blog populaire sur internet rassemblant des photos et des vidéos du conflit syrien. Des journalistes et des analystes de tous les horizons utilisaient cette ressource comme une sorte d’« encyclopédie pour temps de guerre ». Alors que Higgins ne possédait aucune qualification ou antécédent spécifiques en matière de guerre, de géopolitique ou d’armement, il disposait de beaucoup de temps. Dans ce temps, il était en mesure de rechercher et de répertorier soigneusement les médias sur son blog.

Il n’a cependant pas fallu beaucoup de temps avant que les médias occidentaux s’adressent à lui pour lui proposer le rôle de « voix indépendante crédible ». Qu’Eliot Higgins ait reçu des « paiements secrets » à cette époque ou non, il est évident aujourd’hui qu’il a été à la fois approché et recherché par ceux qui étaient prêts à le payer pour ses services et qu’à partir de là, son travail a été résolument biaisé et malhonnête.

Higgins était alimenté par son propre « expert en armement », Dan Kaszeta, propriétaire ou associé de nombreuses sociétés de « consulting » douteuses. Depuis le début, Higgins et Kaszeta ont tous deux soutenu le narratif occidental selon lequel le gouvernement syrien était responsable de l’usage de munitions remplies d’agents neurotoxiques, exactement sous le nez des inspecteurs de l’ONU à Damas.

En utilisant ce qu’ils appelaient tous deux des renseignements provenant de « sources librement accessibles » – visionner des vidéos sur YouTube et regarder Google Earth – ils ont affirmé que le type d’obus et d’agent neurotoxique utilisé ne pouvait avoir été déployé que par le gouvernement syrien.

Hersh a contesté cette affirmation dans deux de ses articles et dans de nouvelles interviews, soulignant que les missiles étaient sommaires et auraient tout aussi bien pu être de fabrication artisanale, tandis que la production d’agents neurotoxiques – certainement l’œuvre d’un agent étatique – aurait pu avoir été réalisée soit en Turquie soit en Arabie saoudite ou avec l’aide de l’un ou l’autre de ces pays, puis qu’ils auraient été utilisés par des militants en Syrie.

À ce jour, la conclusion officielle de l’ONU est qu’il y a une «preuve claire et convaincante» que des missiles contenant des agents neurotoxiques ont été lancés dans la banlieue de Damas – ne portant aucune accusation ni indication sur la provenance des missiles ou des agents neurotoxiques.

Higgins et Kaszeta, mis en vedettes dans le London Guardian et Foreign Policy Magazine, ont attaqué directement les affirmations de Hersh en citant des vidéos de YouTube et des rapports de l’ONU comme preuves que le gouvernement syrien possédait le type de missiles utilisé dans l’attaque et le type d’agent neurotoxique contenu dans les fusées – omettant une question très importante : et si l’attaque avait été conçue pour avoir l’air d’être l’œuvre du gouvernement syrien?

En réalité, tout ce que Higgins et Kaszeta ont prouvé, c’est que celui qui a commis l’attentat – conçu uniquement pour fournir aux États-Unis et à leurs alliés une justification pour une intervention armée directe – a consacré beaucoup de temps et d’efforts pour faire apparaître l’attentat comme si c’était le gouvernement syrien qui l’avait perpétré. Ils fondent toute leur argumentation sur l’affirmation que l’Occident ne fabriquerait pas – pour une raison quelconque – une attaque dans le but de justifier une guerre qu’ils cherchaient à mener mais pour laquelle ils manquaient de toute justification.

Parallèlement, la réfutation de Higgins et Kaszeta était un réquisitoire cinglant non seulement contre Hersh mais contre le journalisme traditionnel en général. Brian Whitaker, du London Guardian, a écrit un article intitulé « Investigating chemical weapons in Syria – Seymour Hersh and Brown Moses go head to head » [Enquête sur les armes chimiques en Syrie – Seymour Hersh et Brown Moses face à face], affirmant (c’est moi qui souligne en gras) :

Tout en cherchant à relancer le débat à suspense sur les armes chimiques, l’article de Hersh a révélé involontairement beaucoup de choses sur le journalisme d’investigation, actuellement en mutation. Hersh est de la vieille école. Il opère dans un monde de contacts restreints – souvent des sources anonymes bien placées fuitant des bribes d’information autour desquelles il construit un article qui conteste les idées reçues.

Le style de journalisme de Hersh a certainement sa place, mais à l’âge d’internet il se réduit – comme le montre constamment le travail basé sur le web de Higgins et d’autres.

C’est un thème que Higgins lui-même a ensuite développé à nouveau dans l’espace qui lui était offert par le magazine Foreign Policy – que le journalisme traditionnel fondé sur de véritables sources est out, et que l’armée des voix indépendantes crédibles stipendiées est in.

Justification à postériori

 

9. Sarin.jpg

 

Un accord conclu par les Russes qui a entraîné le retrait du pays de la totalité des stocks d’armes chimiques de la Syrie sous le contrôle des Nations unies signifie qu’il n’y a plus ni armes chimiques à utiliser par le gouvernement syrien (ou à en être accusé), ni armes chimiques abandonnées à voler et à utiliser par les terroristes qui combattent le gouvernement syrien.

Pourtant maintenant, le long de la frontière turque – le pays dont Hersh a suggéré qu’il était derrière l’attaque au gaz de 2013 –, on dit que des terroristes de ce que l’on appelle « État islamique » (ISIS) emploient des armes chimiques.

Les premiers rapports signalent l’usage de gaz moutarde – un agent qui provoque des cloques sur la peau. Comme les agents neurotoxiques, la production et l’usage de ces armes nécessitent des ressources étatiques.

Les médias occidentaux, dans le but d’expliquer comment ISIS a acquis ces armes, ont commencé à échafauder des théories selon lesquelles les armes de la Syrie qui étaient sorties du pays avaient fini d’une manière ou d’une autre dans les mains d’ISIS. La présence d’armes chimiques dans le nord de la Syrie et en Irak indique, exactement comme Hersh l’a suggéré, que de telles armes sont passées aux terroristes opérant en Syrie à partir de la Turquie ou de l’Arabie saoudite, ou des deux.

Avec ce développement récent, littéralement, les mensonges répandus pendant des années par Higgins et Kaszeta ont été mis en évidence, donnat raison au vétéranprimé du journalisme Seymour Hersh et justifiant les méthodes traditionnelles du métier qu’il a utilisées pour tirer ses conclusions. Cela démasque aussi l’armée de voix indépendantes crédibles de Sunstein comme une nouvelle facette dans la chambre d’écho des mensonges des médias occidentaux discrédités et suscitant aujourd’hui une profonde méfiance.

Lorsqu’on a demandé leur avis à Higgins et Kaszeta sur l’identité du pourvoyeur d’ISIS en armes chimiques, Kaszeta a répondu : « Des hommes-lézards ». Higgins a refusé de commenter. Lorsqu’on lui a demandé s’il s avaient l’intention de présenter des excuses à Hersh, Kaszeta aurait répondu, sans explication : « Hersh me doit des excuses, maintenant, tirez-vous, minable sac à merde.»

On pourrait s’attendre à un degré plus élevé de professionnalisme et de débat civilisé de la part d’ « experts » régulièrement consultés par les médias occidentaux non seulement à propos du conflit en Syrie mais aussi en Ukraine, où Eliot Higgins apporte maintenant sa « voix crédible indépendante » au désastre du MH17. Cependant, quoiqu’employé par les think tanks occidentaux et les agences de consultants, Higgins ne possède plus de voix « indépendante » et, du fait de ses mensonges intentionnels et persistants à propos de la Syrie, il ne possède plus non plus de voix « crédible ».

L’expérience ratée de Sunstein

L’usage d’armes chimiques n’a jamais été un moyen efficace de faire la guerre. Au-delà de leurs effets psychologiques, les armes conventionnelles ont prouvé qu’elles étaient des moyens largement supérieurs pour mener et gagner une guerre.

Durant les huit années meurtrières de la guerre entre l’Irak et l’Iran, les armes chimiques étaient utilisées, y compris des agents neurotoxiques. Pourtant, un document produit par le Corps des Marines états-uniennes, intitulé « Lessons Learned : The Iran-Iraq War », sous « Appendix B : Chemical Weapons », a révélé que moins de 2% à 3% de la totalité des victimes étaient dus aux armes chimiques. Le rapport concluait que même l’usage d’armes chimiques à large échelle offrait peu d’avantages à chaque camp et suggérait que les attaques menées avec de telles armes nécessitaient une météorologie presque parfaite et des conditions géographiques spécifiques pour apporter un bénéfice même limité. À plus petite échelle, l’usage d’armes chimiques serait tactiquement et stratégiquement inutile – à moins bien sûr qu’elles soient utilisées comme moyen de compromettre votre ennemi et de justifier une guerre plus vaste.

De même, abattre un avion civil au dessus de l’Ukraine n’apporte aucun bénéfice aux parties en conflit, à moins évidemment que cela n’intervienne pour compromettre ses ennemis et justifier une guerre plus vaste. Discerner cela est un produit de la pensée critique – celle qui a amené, en tout premier lieu, les gens à s’éloigner des médias occidentaux. La croyance erronée de Sunstein que, d’une manière ou d’une autre, ceux qui s’éloignaient des médias occidentaux étaient aussi faciles à berner que ceux qui les regardent encore est la raison pour laquelle les gens comme Higgins se sont retrouvés chassés des médias indépendants et avec lui, plus profondément, les gens du système qui l’ont choisi et utilisé.

Quant à Hersh, il prouve que se consacrer à la vérité lorsque c’est impopulaire est un petit prix à payer pour conserver sa dignité. Le ridicule et les accusations de ceux qui sont dénués de dignité disparaissent, mais la vérité est éternelle. Lorsque la vérité que Hersh a dévoilée sous les mensonges a finalement éclaté aux yeux de tous, la révélation a montré ce que valent les gens comme Higgins et Kaszeta.

Une fois les masques de leur légitimité et de leur professionnalisme arrachés, ils ont été réduits à des versions vulgaires, miniatures, du système en décomposition qui les a créés. Sans réaliser que leur intronisation comme « consultants » réside dans le déclin de ceux qui les ont embauchés, non en raison de leur talent, mais à cause de leur disposition à faire ce que refusent les gens dignes, et ils continueront probablement leur sale boulot. Mais de même que les organes de presse qui avaient, à l’origine, désespérément besoin de leurs « voix indépendantes crédibles » seront de moins en moins nombreux, il y aura de moins en moins de gens pour les écouter et les lire.

Tony Cartalucci vit à Bangkok, il est chercheur en sciences politiques et rédacteur, en particulier pour le magazine New Eastern Outlook.

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

Source : http://lesakerfrancophone.net/les-medias-occidentaux-meur...

Source en : http://journal-neo.org/2015/09/28/the-western-media-is-dy...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Et la Palestine dans tout ça ?

 

Roger Waters à Bon Jovi : « Vous êtes solidaires avec le colon qui a brûlé le bébé »

 

10. Roger Waters.jpg

Roger Waters marchant le long du mur de séparation en Cisjordanie en 2009

 

Roger Waters, guitariste des Pink Floyd, est notamment connu pour son engagement antisioniste. Dans une lettre ouverte publiée sur le site Salon.com, il s’adresse au groupe de pop Bon Jovi, qui a choisi de se produire à Tel Aviv le 3 octobre. RI

 

Chers Jon Bon Jovi, David Bryan, et Tico Torres,

 

J’ai, par le passé, souvent écrit des lettres détaillées, et même convaincantes, à des collègues de l’industrie musicale, afin de les encourager à ne pas soutenir les politiques d’apartheid du gouvernement israélien en venant se produire en Israël. Ayant lu les commentaires de la semaine dernière de Jon dans le Yedioth Ahronoth, je ne perdrais pas mon temps à faire des parallèles avec l’Apartheid d’Afrique du Sud et le positionnement moral que de nombreux artistes avaient alors tenu, et que des milliers tiennent aujourd’hui face aux décennies d’oppression israélienne des Palestiniens.

Les dés sont donc jetés, vous êtes déterminés à faire votre concert à Tel Aviv le 3 octobre. Vous prenez position

Vous êtes solidaires

Avec le colon qui a brûlé le bébé

Avec le conducteur du bulldozer qui a écrasé Rachel Corrie

Avec le soldat qui a réduit le pied du joueur de foot en morceaux

Avec le marin qui a bombardé les enfants sur la plage

Avec le sniper qui a tué l’enfant au tee-shirt vert

Et celui qui a vidé son chargeur sur la fille de 13 ans

Et le Ministre de la Justice qui a appelé au génocide

Vous aviez une chance de vous tenir

Du côté de la justice

Avec le pilote qui a refusé de bombarder des camps de réfugiés

Avec l’adolescent qui a préféré faire 8 ans de prison plutôt que son service militaire

Avec le prisonnier qui a jeûné 266 jours jusqu’à sa libération

Avec le médecin interdit d’entrée pour avoir sauvé des vies

Avec le fermier abattu en manifestant près du mur de séparation

Avec l’enfant sans jambes grandissant dans les décombres

Et les 550 autres qui ne grandiront pas du tout

A cause des missiles et des obus de chars et des balles que nous avons envoyés

Les morts ne peuvent vous rappeler les crimes que vous avez ignorés. Mais, de peur que nous oubliions, «Rester silencieux et indifférent est le plus grand crime de tous».

Roger Waters

 

Source : http://francais.rt.com/international/7757-roger-waters-bo...

 

 

 

Mis en ligne le 7 octobre 1015

 

 

 

23:09 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/10/2015

MONDO CANE - Points sur les i

1. Paper boat.GIF

Par intérim (quater)

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Points sur les i :

Yemen, Assad, Poutine, Pape, Tsipras, Corbyn, Sanders, Iglesias

 

Fulvio Grimaldi – Mondo Cane 28 septembre 2015

 

3. Apocalisse.jpg

 

« Que valent 5 millions de dollars, quand j’ai l’amour de huit millions de Cubains ? »

(Teofilo Stevenson, boxeur cubain, trois fois médaillé d’or olympique, lorsqu’on lui offrit cette somme pour devenir professionnel aux États-Unis et rencontrer Mohammed Ali.)

 

« Dix morts sur peu de milliers de personnes, pour avoir essayé de passer les frontières blindées de l’Angleterre. Patrouilles, barbelés, etc. Mais on est là au coeur de la démocratie européenne, pas chez de quelconques nazis hongrois. Quelques centaines de Syriens et la frontière du Danemark fermée, avec une police qui avait l’ordre d’ARRÊTER tout journaliste assez téméraire pour vouloir documenter l’événement par l’image. Mais on est là chez la très civilisée Europe du Nord, pas chez les nazis hongrois, couillons en plus, puisqu’ils laissent la presse tout filmer sans la moindre censure. »

(Luca)

 

« Le Parti Communiste Cubain demande à ses militants d’aller à la messe et de se porter au-devant du pape François pour l’accueillir, comme s’il s’agissait d’un des devoirs du Parti. Je ne suis pas d’accord. Aller à la messe ? Non. Nous avons ici la liberté de culte et je ne suis pas croyante. Je n’ai donc pas à y aller. »

(Aleida Guevara, fille du Che)

 

« L’Argentine de Bergoglio a été dans une grande mesure complice de l’assassinat et de la disparition de plus de 30.000 Argentins. Je ne sais pas où était alors le pape. Ni ce qu’il faisait. Je l’ignore. »

(Aleida Guevara, fille du Che)

 

Un printemps véritable

Pendant ce temps, dans un monde auquel les fumées d’encens des thuriféraires de Bergoglio ont brouillé la vue et l’entendement, un autre pays arabe disparaît de la carte et du concert des nations. Vingt millions de Yéménites, sans nourriture et sans eau, grâce au blocus humanitaire de la coalition emmenée par les Saoud et parraînée par l’Occident, sont depuis le mois de mars soumis à un ouragan de bombes larguées d’avions US et téléguidées par la technologie israélienne. Si on abuse quelquefois du terme « génocide », ce n’est pas ici le cas. Sur un pays qui, d’abord, avec une révolution de masse contre le tyran pro-US Saleh et, ensuite, avec la révolte armée de sa population chi’ite (Houthi) à laquelle se sont joints l’armée et de vastes secteurs progressistes sunnites, contre le clone du premier, Hadi, la coalition nécrophage Atlantico-du-Golfe déchaîne sa boulimie de mort.

 

4. yemen macerie.jpg

 

J’ai vécu deux ans dans ce pays pauvre mais resté l’Arabie Heureuse qu’avaient connue les  Romains. Bien que déchiré par des coups d’État et des séparatismes, évidemment manigancés par l’Arabie Saoudite en parfaite complicité avec USrael pour éviter que ce pays, à cheval sur la Mer Rouge, la Corne de l’Afrique et le Détroit d’Ormuz puisse compromettre si peu que ce soit leur contrôle massif sur le trafic du pétrole et de toutes les marchandises du monde, la vie s’écoulait, la nation résistait. Au point d’avoir même produit une insurrection – un printemps véritable celui-là, laïc, populaire, yéménite – qui, une fois balayés les proconsuls de l’impérialisme et de la Vendée wahhabite, avait réussi à libérer toute le pays, de Sanaa jusqu’à Aden. Seuls étaient restés à s’y opposer les groupes terroristes d’Al Qaeda, préventivement installés par ceux  qui les avaient déjà inoculés à la Lybie, à l’Irak, à la Syrie, au Nigeria, et qui avaient pour tâche de fournir aux drones assassins des USA le prétexte dont ils avaient besoin pour frapper les infrastructures vitales du peuple insurgé sous la conduite du parti révolutionnaire anti-impérialiste Ansarullah.

En quelques semaines, à cheval sur 2014 et 2015, la révolution avait éliminé de la scène les mercenaires d’AQAP (Al Qaida in the Arabic Peninsula) et avait conquis le pays, du nord de Marib jusqu’à la ramification sud-est de Hadramaout, de la Mer Rouge au Golfe d’Aden. Pour le Yémen s’ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire, à l’enseigne de l’émancipation, de l’autodétermination, de la souveraineté populaire. Cauchemar pour ceux qui avaient vu, dans ce territoire situé entre deux continents et deux mers, entre deux détroits, Bab el Mandeb et Ormuz, la clé d’une domination géopolitique pas seulement régionale. Et le feu vert a été donné aux vassaux feudataires du Golfe, patrons de pays gouvernés par des familles dominantes et peuplés d’esclaves, pour lesquels un Yémen démocratique, de citoyens libres aux racines millénaires, constituait une aberration au potentiel de contagion terrifiant.

 

5. saudi isis xxxx.gif

Sept mois de bombardements stratégiques n’ont pourtant pas suffi à l’aviation, aux armements et aux renseignements fournis par l’Occident et par Israël (d’après l’ONU, fin septembre, les victimes presque toutes civiles – femmes et enfants qui n’ont pas eu la chance de bénéficier de la miséricorde déversée par les braves Européens sur les enfants de réfugiés – frisait les 6.000), ni le criminel blocus naval qui est allé jusqu’à interdire la fourniture de produits humanitaires de base tels qu’eau, vivres, médicaments. Les navires iraniens et irakiens qui les amenaient ont été interdits de passage et contraints de s’en retourner, tout en fournissant le prétexte idéal pour rafraîchir la propagande selon laquelle la révolution populaire était un complot iranien visant à étendre « l’arc chi’ite ». Al Qaeda à peine évaporé, est arrivée l’infanterie de l’impérialisme, ISIS, dotée, elle, de bien d’autres moyens en hommes, en armes et en règles d’engagement. C’est alors qu’ont commencé les massacres et les atrocités, les explosions dans les mosquées avec des centaines de morts ; en somme, accomplissement de la mission que les commanditaires ont confiée à leurs tueurs à gages de l’État Islamique, dans l’espoir que la terreur finira par faire flancher la population dans son soutien à la Résistance, plus que n’ont pu le faire les bombes, la faim et la soif.

Je repense aux temps où j’ai vécu au Yémen, à la gentillesse chaleureuse et souriante de ses habitants, à leur amicale et toujours prompte hospitalité, à leur préférence toute arabe pour la vie en commun, à leur amour plein d’attention pour les enfants, à la ferveur intellectuelle des jeunes, je revois leurs fantastiques, leurs fabuleuses habitations verticales, inchangées depuis des millénaires, en briques de boue archisolides, décorées jusqu’à des hauteurs vertigineuses par des fantasmagories de chaux blanche, percées ça et là de lampes de verre multicolores aux fenêtres. Je me rappelle les musées et les sites archéologiques sans égaux dans la région, remontant au 1er millénaire avant le Christ, autrement dit à la civilisation des Sabéens. Cette richesse infinie et inégalable, d’un peuple incontaminé qui, aidé par de généreuses expéditions archéologiques, avait su en prendre soin et la conserver avec expertise et amour, n’existe plus. Pulvérisée par ces Saoudiens, aussi parvenus vulgaires qu’ignorants cavernicoles, ramassés par les Britanniques dans des caravansérails, munis d’une couronne et mis là, à servir de doublure au colonialisme. Caricatures de la dépravation dynastique anglaise, garants des prédations communes et de l’oblitération commune des droits de l’homme.

 

6. vieille-ville-de-sanaa.jpg

 

On a bien pu entendre, en Occident, quelques pleunicheries sans grand souffle sur l’annihilation de la mémoire des peuples à Palmyre, à Nimrod, à Ninive, sur la dévastation et sur les vols - organisés par les USA - au Musée National et à la Bibliothèque Nationale de Bagdad. Mais sur l’assassinat du Yémen, y compris par l’annihilation de sa culture, de son histoire, de son identité, à peine a-t-on vu se soulever un rare sourcil. Et pourtant, les commanditaires sont toujours les mêmes, et toujours les mêmes les exécutants mercenaires. Et toujours identique le but. Celui des conquistadores, quand, outre se livrer à des génocides, ils réduisaient en miettes à coups de canon les œuvres héritées des temps anciens des peuples natifs. C’est peut-être là le trait dominant le plus fort et le plus létal de l’impérialisme, sa fin eschatologique. Priver les terres dont il s’empare de leurs présences historiques, humaines (et voilà les vidages appelés migrations, avec le bonus impérialiste de déstabiliser les lieux d’arrivée) et testimoniales, celles qui donnent leurs noms à des mondes et à des peuples, leur conscience de soi et leur survivance dans le temps, ce par quoi on contribue à l’histoire humaine, parce que sans nom, on n’est personne, même pour soi. Extirper les racines qui soutiennent et alimentent la plante, qui en favorisent la continuité et l’expansion. D’un arbre coupé peuvent naître des rejets. À un arbre déraciné ne restent que le dessèchement ou la putréfaction. Les classes dirigeantes de l’Occident le savent et en usent. C’est ainsi que le culte monothéiste de Mammon célèbre ses rites.

Restons dans le monde arabe. À Tripoli, ils se sont inventé un chef passeur (non, celui-là ne s’appelle pas OTAN, ce ne serait qu’un subalterne), Salah al Maskhout, et il semblerait qu’ils aient même inventé son exécution, par quatre pistoleros équipés d’armes et de munitions par l’ambassade des États-Unis. Mais… des commandos italiens qui auraient effacé « avec une efficacité et une précision incroyable » ses gardes du corps malgré leur supériorité en nombre et en armes ? Ces détails rendent invraisemblable l’attribution de ce haut fait à des forces spéciales de notre cafouilleux pays. Nous sommes celles d’Abou Omar, nous autres. Sans un escadron de la CIA pour nous épauler, nous ne sommes capables de rien combiner. Sauf, bien sûr, quelques massacres d’État, mais même là, nous obéissons aux ordres de services secrets de l’extérieur et d’en haut de l’échelle, voyez Gladio. Et il y a encore autre chose qui fait douter d’une paternité italienne. Les passeurs sont les manoeuvres des trafiquants, et les trafiquants sont les tours-opérateurs qui dirigent le business militaire et civil des migrations de masses. Gare à ceux qui mettent des bâtons dans les roues à ce business et à la géopolitique qui l’utilise, et pas uniquement pour ce que rapporte le racket. Car il a surtout pour but de disséminer aux quatre vents les populations, de répandre du sel sur leurs territoires et, par la même occasion, de molester autant que possible quelque allié (l’U.E ?) qui se croirait trop autorisé à la ramener.

Tu parles que les sous-fifres de la Pinotti (1) et de Gentiloni (2), pourraient avoir seulement imaginé de gêner cette stratégie rémunératrice. Sans compter qu’il n’est pas vraiment de notre ressort d’irriter les Frères musulmans qui gèrent les embarcadères sur leur côte et dont le chef, Nuri Abou Sahmain, se qualifie ouvertement d’ami du boss supposé occis (mais qui a, depuis, téléphoné pour demander ce qui, putain, se passe) et qui est soutenu par de puissants investisseurs en Italie comme le Qatar.

 

7. Usa terroristi xxxx.gif

 

À propos de molestés, une petite info intrigante :  les Kurdes du PYD (3), ceux de Kobané, si chers à tous les braves gens qui tiennent à occulter la vraie grande lutte quadriennale du peuple syrien, et, donc, absolument crédibles,  nous révèlent que le réfugié, molesté avec son petit gosse dans les bras par la garce hongroise, et, du coup, devenu l’idole des miséricordieux et le bénéficiaire d’offres d’asile en provenance de la moitié du monde, a un nom : Osama Abdul Mohsen . Et qui est cet Osama ? Oh, rien qu’un terroriste d’Al Nosra, la formation d’Al Qaeda qui se partage, avec l’ISIS, la charge et l’honneur de violer et de massacrer les femmes et les enfants syriens pour le compte de l’OTAN. Les Kurdes révèlent que l’individu originaire de la ville de Tel Abyad fait partie de la bande terroriste depuis au moins 2011, qu’il a combattu les Kurdes à Amoudeh et à Sari Kani, et qu’il a pris la fuite quand le PYD a conquis la zone. Il se serait rendu coupable d’atrocités à l’encontre de civils ; alors qu’il était entraîneur d’une équipe de foot, il aurait, en 2010, causé des troubles qui se seraient soldés par l’assassinat de 50 Kurdes, et, sur sa page facebook, on peut voir des tas de photos qui le montrent en milicien, se livrant à des bravades avec ses compères. C’est à se demander qui peut l’avoir envoyé en Europe et pour quoi faire, s’il est une rara flor ou s’il fait partie d’une mission occupée à préparer quelque False Flag dans nos parages. À Madrid, Cristiano Ronaldo l’a pris dans ses bras (The Free Syrian Press, 21 septembre 2015).

 

8. cristiano-solidaridad.png_552193590.png

Ronaldo 2e et Osama Abdul Mohsen 4e à partir de la gauche.

 

Syrie, le piège de Poutine

Excellentes nouvelles de Syrie. Je dois dire avant tout que, si on peut aujourd’hui allumer un cierge d’action de grâces pour la Syrie martyrisée et résistante, c’est surtout à près de cinq années d’une lutte fantastique sous la direction d’Assad et du Baas qu’on le doit. Peuple dont j’ai rendu compte des sentiments, de l’amour qu’il porte à son président, et de sa détermination, dans le film Armageddon sur le chemin de Damas. Peuple  qui, déjà, dans ses trois guerres précédentes contre Israël, avait montré sa valeur. À l’évidence, la Russie de Poutine – et non celle de Medvedev, qui a laissé anéantir la Libye – a joué et joue un rôle décisif. N’eût été Moscou, les hordes otanesques auraient depuis longtemps dégringolé du ciel pour apporter leur concours aux bandes de brigands mercenaires qui constituent leur infanterie dans tout le Moyen Orient et qui, en cinq ans, n’ont pas été capables de l’emporter sur les Forces Armées Nationales et sur les milices populaires (qui ne sont pas seulement chi’ites, ni en Syrie ni en Irak, comme voudraient le faire croire les chroniques du « manifesto »(4), fidèle à la vulgate de la guerre civile confessionnelle : l’armée et les forces populaires d’autodéfense comptent dans leurs rangs toutes les confessions présentes dans les deux pays).

Au cours des dernières semaines, face à l’intervention terrestre ventilée de la coalition occidentale - anticipée par les Turcs, qui avaient, pour cette raison créé une zone tampon le long de la frontière syrienne - Poutine s’est manifesté sur deux fronts.

Sur le front diplomatique, il a enrôlé dans des dialogues, pour une composition politique du conflit, les diverses parties en cause, avec des rencontres directes entre le ministre des Affaires étrangères Lavrov et les gouvernants du Golfe, jusqu’à celle avec un Obama mis en graves difficultés par la faillite successive de toutes ses options, la dernière étant celle qui a tenté de ressusciter la fameuse force rebelle modérée, qui s’est conclue par le racolage de quatre pelés en Syrie, aussitôt passés avec armes et bagages aux alqaedistes d’Al-Nosra. Il a affirmé de façon péremptoire et en accord avec l’Iran, clouant ainsi le bec à tous les corbeaux, les nôtres inclus, qui faisaient courir le bruit d’un abandon russe d’Assad, qu’aucune solution à la crise n’était possible sans le président légitime de la Syrie et que la seule force qui se soit montrée efficace contre le terrorisme djihadiste était l’armée syrienne. Il a réaffirmé l’évidence éclatante que la guerre que les USA et leurs alliés du Golfe prétendent faire à l’ISIS n’est qu’un simulacre qui, s’il eût été une vraie guerre, aurait pu écraser les terroristes en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, rien qu’en cessant tout simplement de les armer et de les ravitailler.

 

9. Obama innesca isis.jpg

 

Pendant qu’Obama, Netanyahou et consorts se débattaient dans leurs contradictions paralysantes, écartelés entre leur utilisation, contre Assad, de djihadistes importés de partout et leur identification-condamnation des mêmes en tant que menace apocalyptique pour l’Occident, Poutine s’est manifesté sur le front militaire. À Lattaquié arrivent des moyens et des armements avancés, destinés à renforcer le déploiement gouvernemental, tandis que les ports et les aéroports de la côte sont mis en état de recevoir les avions et les troupes de Moscou. S’il est vrai qu’en Occident on veut combattre le terrorisme djihadiste, fait savoir Poutine, nous voilà, nous sommes prêts. En moins de deux, le carcinome qui épouvante si fort la « communauté internationale » et auquel tentent d’échapper les foules qui envahissent l’Europe, peut être éradiqué. Pour la seconde fois, comme après le False Flag des prétendues armes chimiques d’Assad - désamorcé par lui en apportant les preuves qu’il s’agissait d’opérations sous mandat turc et en faisant livrer la totalité de l’arsenal chimique syrien - le président Poutine sauve la Syrie de l’holocauste planifié par le monstre tricéphale OTAN-Israël-Golfe. Et le blocus eurasiatique organisé par Moscou et Pékin montre que la Chine lui donne un coup de main. Comme l’a révélé Igor Morozov, président du Comité pour les Affaires étrangères de la Fédération de Russie, c’est du 25 septembre que date la décision chinoise de participer à la lutte contre l’ISIS. Une flotte chinoise composée de porte-avions et de croiseurs est entrée en Méditerranée.

Comme tout se tient au Moyen Orient, Moscou, en parallèle, met sur pied à Bagdad une coordination pour la sécurité, le renseignement et les opérations de défense contre l’ISIS, réunissant l’Irak, la Russie, l’Iran et la Syrie. L’intention déclarée, selon le Premier ministre irakien Al Abadi, est de « suivre et contrôler les mouvements des bandes terroristes et d’en détruire le potentiel militaire ». Concrètement, la manœuvre semble indiquer un engagement ultérieur de l’Iran, et notamment des brigades Al Quds, aux côtés de l’armée de Bagdad et des milices populaires chi’ites-sunnites, avec fourniture d’armes et de moyens russes, y compris des avions de combat. Ils devraient remplacer ceux que les USA ont commencé à refuser à l’Irak, lorsque les rapports entre Washington et Bagdad se sont détériorés, suite aux nombreuses accusations portées par les Irakiens à propos des parachutages par les USA d’armes et de ravitaillement aux unités de l’ISIS.

En provenance des capitales qui, jusqu’à présent, avaient soutenu, par des mercenaires et un consensus politique, la volonté d’élimination d’Assad et d’équarissage de la Syrie, commencent à s’élever quelques voix quant à la possibilité d’envisager leur maintien, au moins pour une « phase de transition » (très bien, et alors ce seront les Syriens qui décideront, comme ils l’ont déjà fait de façon répétée). À Cameron, le parlement britannique a refusé son autorisation d’intervention (négligeant évidemment l’obstinée présence sur le terrain des têtes de cuir SAS). À Berlin, dont les positions comptent plus que n’importe quelles autres, on a dit haut et clair qu’il n’était pas question de participer à une attaque contre la Syrie. Et même à Rome, d’un Renzi internationalement sans importance : pas question. Seul un homoncule, un authentique quaquaraquà (5), le président français Hollande, croit prendre tout le monde de vitesse et à rebours en dégaînant ses quatre Rafales. Evidemment, l’ISIS écrabouillé par la sous-ventrière de l’OTAN n’est rien d’autre que l’habituelle simagrée. Hollande est le seul qui insiste encore pour glapir après Assad. Mais si sa grandeur au rabais a pu faire jouer ses petits muscles colonialistes en Côte d’Ivoire, en Libye, au Mali et alentours, ici, ce sont les grands qui décident.

 

9. terrorista di Obama xxxx.gif

 

Apocalypse biblique ?

Après des années au cours desquelles l’Occident, Israël et des gangsters locaux ont utilisé tous les moyens imaginables pour saigner à blanc et dépeupler la Syrie et l’Irak, les deux peuples sont encore sur pied. Et leurs alliés sont puissants et agissent puissamment. Est-il concevable qu’Obama tente une fuite en avant belliciste et se risque, dans le ciel de Bagdad et celui de Damas, à la conflagration universelle définitive ? Celle qu’invoquent les apocalyptiques, pour qui la bible est un manuel d’instruction ? Dans le but d’entrer dans l’histoire, à deux pas de la fin de son mandat, comme celui qui a provoqué l’ultime guerre mondiale ? Ces gens sont des psychopathes, d’accord, au service de psychopathes encore plus décérébrés qu’eux, mais quand même peut-être capables de faire quelques calculs comparatifs entre les coûts et les bénéfices, du moins espérons-le.

Il y avait d’autres choses à dire. Mais, pour beaucoup, ceci est déjà trop long. Je me limite à quelques derniers télégrammes.

 

Pape-Cuba-USA

Sur le pape et Cuba, la fille du Che (voir ci-dessus) a dit, pour l’essentiel, ce qui s’est passé dans l’île, depuis  que trois pontifes et un président des USA ont réussi à lui mettre une laisse. Merveilleuse mais pas étonnante parce que récurrente, l’unanimité des orgasmes de gauche comme de droite qui ont accueilli les généralités bien-pensantes que Bergoglio a déversées à pleines mains de La Havane à Washington, entre la cour d’un renégat de la révolution et celle d’un criminel de sept guerres et de terrorismes sans nombre. Il a condamné la peine de mort ? Bien, bravo, merci. Énoncé par le chef d’une organisation qui, tout au long des siècles, a liquidé et fait liquider plus de gens à elle toute seule que toutes les autres mises ensemble, ce n’est pas mal. En attendant, ce qui compte au-delà des blablabla carressants, c’est l’Amérique latine, déjà en cours de guévarisation, qu’il importe de restituer au catholibéralisme de la doctrine sociale de l’Église. Moins d’État et plus d’écoles, d’hôpitaux, de médias catholiquement privés. Raùl a déjà dit oui. Obama et les Américains en ont été tout émus.

 

Volkswagen, quelle surprise !

Avez-vous noté le timing du coup mortel porté à l’Allemagne avec la seringue au curare enfoncée dans son cœur industriel ? À la Foire de Francfort, Merkel exhortait l’industrie automobile allemande aux grandes entreprises impérialistes. Peut-être avec le concours des excellents cadres syriens récemment accueillis. Peut-être au grand dam ultérieur de la précieuse hégémonie automobile US. Et de un. Et de deux, plus important encore, Merkel venait de déclarer que pour ce qui était de participer à la guerre contre la Syrie, elle n’y pensait même pas et que, sur l’Ukraine, elle s’en tenait aux accords de Minsk. Autant dire du sel sur les plaies ouvertes dans la carcasse de l’impérialisme par l’offensive militaire et diplomatique russe.

Le fait est que, comme il s’est avéré, tout le monde était au courant de l’arnaque au gaz asphyxiant. Berlin, Washington, Bruxelles. Greenpeace l’avait dénoncée en 2013, les médias en avaient parlé. Le fait est que d’arnaque et d’empoisonnement collectif, les gouvernements et les constructeurs automobiles en vivent. Tous. Il suffit de penser à la blague des filtres Diesel italiens, qui bloquent les grosses particules mais qui, en les brûlant, répandent dans l’atmosphère des microparticules infiniments plus nuisibles. Mortelles.

Qu’on se rappelle cette investigatrice intègre, Gabanelli (6), qui ayant exaspéré l’hétérodoxe Di Pietro (7) avec un reportage plein de faussetés et de calomnies, a servi au pouvoir multinational le plat bien plus juteux de l’ENI (8). Des pots de vin à l’Algérie ! Vous pouvez parier votre TFR (9) qu’il n’y a pas de société pétrolière au monde qui ne graisse pas la patte aux gouvernements dont elle escompte qu’ils lui donneront accès à leurs gisements. Mais l’ENI travaillait en grand, que ce soit avec les Arabes (sur base de quasi monopole en Libye et en Algérie) ou avec les Russes. Partenaire de Gazprom et patronne des gisements sibériens, elle construisait avec les Russes le gazoduc South Stream, qui allait liquider les Américains. Puante, d’accord. Il suffit de penser au Val d’Agri et aux foreuses en Basilicate. Mais un peu trop nationaliste. Gros mot. Gabanelli y a pensé, et la tête de Scaroni a sauté.

 

Tsipras, bourreau sanctifié

Il semble que la phénoménologie Tsipras se multiplie. Vous voyez ce brave homme de Sanders (10), candidat démocrate à la présidence US qui devance la gorgone Hillary avec des promesses de justice sociale et de paix ? Un de ses sycophantes de par ici a mentionné la conférence où, pris à partie par quelqu’un qui lui reprochait sa solidarité avec Israël, il a répondu « Ça suffit. La ferme ! ». Et quelqu’un vous a-t-il informé de ce que l’autre encore plus brave homme, Corbyn, a fulminé sur « le tyran Assad, qu’il faut oblitérer » ? Ou encore, vous a-t-on rapporté que Pablo Iglesias, de Podemos, vient d’exprimer toute sa solidarité avec ce martyr de la démocratie vénézuélienne, Leopoldo Lopez, autre brave homme qui, après avoir soutenu le coup d’État contre Chavez en 2001, s’est rebellé contre le Vénézuela de Maduro par des pogroms terroristes confiés aux soins de bandes fascistes (43 morts et des centaines de blessés) ainsi que des sabotages économiques, et qui s’est fait injustement condamner à de la prison par le dictateur héritier de Chavez ? Comparé à l’autre idole, Tsipras, tout ceci n’est rien.

10. Tsipras Troia xxxx.gif

Je suis fatigué de parler de ce personnage, exécuteur testamentaire de son peuple. Mais je suis encore plus fatigué de parler des coryphées qui continuent à lui tresser des couronnes de laurier et à s’en aller en procession, psalmodier leurs neuvaines et leurs péans. Cet homme est une tache sur l’histoire trimillénaire d’un peuple qui a percé, avec la lumière de la raison et de la beauté, l’obscurité des superstitions et des tyrannies, qui se nourrissent toutes de superstition. À peine a-t-il gagné une élection par le vieux truc du rapprochement avec les dissidents et, grâce à l’abstention d’un Grec sur deux, soit la perte d’un tiers des votes, et, donc, un consensus d’à peine 20%,  que le « manifesto » l’a salué en première page par ce feu d’artifice en gigantographie : « BIEN, BRAVO, TRIS ».

Où le « bien », j’imagine, salue la manière dont il a roulé ceux qui n’avaient pas envie de jeter leur pays aux poubelles, mais qui étaient nés de la veille. Le « bravo » doit avoir été suggéré par le lobby désormais hégémonique dans le journal, pour le féliciter de s’être coalisé et d’avoir renouvelé les embrassades, les effusions et les alliances avec Kammenos, chef du parti de la droite extrême, à peine rentré de Tel Aviv où il venait de confirmer sa conjonction idéologique, matérielle et militaire avec le frère Netanyahou.

Le chef de « la seule démocratie du Moyen-Orient » peut désormais compter, pour assurer la promotion militaire de la civilisation sioniste élue, sur la totalité du territoire grec et toutes ses armées. Celles, justement, qui, grâce aux bons soins allemands, ont précipité le pays dans l’abîme d’une dette insondable, qui à son tour prendra soin, grâce à Tsipras, de ses obsèques. Tout cela n’arrive pas à ébranler la foi de ceux qui avaient déjà offert, au Tsipras encore en devenir, le maximum de compréhension, lorsqu’il jurait fidélité à l’OTAN et à l’UE, et nommait la madame Bilderberg, Spinelli (11), chef de l’analogue entourloupe italienne (heureusement éteinte). Pour convoquer ses ouailles aux réjouissances en l’honneur de celui qui a passé aux Grecs un nœud coulant pire encore que celui qu’ils avaient rejeté en masse par le référendum, le « manifesto » a usé de ses pages comme de trompettes du jugement. Et, du fond de leurs tombeaux ont surgi les Marco Revelli, les Guido Viale, les Norme Rangieri, les Burgio et toutes les têtes d’œuf de la « vraie et unique gauche » (12), un peu abrutie, parce qu’épuisée par la tâche fastidieuse de rehisser sempiternellement, à l’instar de Sisyphe, le rocher qui, régulièrement, lui retombe sur la tête. Et tous, avec une parfaite cohérence, d’applaudir en standing ovation, le rocher dégringolé sur la tête de la Grèce.

_________________  

(1Roberta Pinotti, ministre de la Défense dans le gouvernement Renzi, depuis 2014.

(2Paolo Gentiloni Silveri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du gouvernement Renzi, depuis 2014.   

(3Le PYD (Parti de l’Union Démocratique), est un parti kurde syrien, qui a combattu les troupes gouvernementales et l’ALS pendant la guerre civile, et qui revendique le contrôle du Kurdistan moyen en Syrie.

(4) il manifesto, quotidien communiste italien, qu’à lire Grimaldi on peut comparer à L’Humanité de Pierre Laurent.

(5) Pas d’équivalent en français. Mince, alors ! En anglais : « a worthless man »,  « a blabbermouth », « a fool », « a gadabout », « a weathercock », « a quack ».

(6) Milena Gabanelli, journaliste italienne, dont l’émission, « Report », passe depuis 1997 sur RAI3.

(7) Antonio Di Pietro, magistrat et homme politique italien. Magistrat, il a participé à l’opération mains propres. Homme politique, il est le fondateur du mouvement Italie des valeurs, qui est membre du parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs. Cependant, il est allié électoralement aux partis du centre-gauche comme L’Olivier et Unione.  Ancien ministre du gouvernement Prodi. Il est aussi un des rares à avoir réclamé la démission de Berlusconi.

(8)  http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/corruption/eni_nouveau_scandale.htm

(9)  En Italie, le traitement de fin de rapport (TFR), versé au salarié lors de la rupture du contrat de travail, correspond à la partie du salaire mise de côté chaque année et gardée par l'employeur. Depuis le 1er janvier 2007, les salariés peuvent choisir de destiner ce TFR à un fonds de retraite complémentaire.

(10Bernie Sanders, candidat à l’investiture démocrate pour l’élction présidentielle, est le premier candidat US à se déclarer socialiste, ou plutôt « socialiste démocrate ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernie_Sanders

(11) Barbara Spinelli, journaliste italienne qui s’était portée candidate, en 2014, aux élections européennes, sur la liste L’autre Europe avec Tsipras. En mai 2015, elle a quitté L’Autre Europe toujours avec Tsipras, mais a souhaité conserver son mandat, sous une nouvelle étiquette. https://fr.wikipedia.org/wiki/Barbara_Spinelli

(12) Pas la peine de chercher qui ils sont. Il suffit de les remplacer par les nôtres, Laurent et Mélenchon en tête, et de remplacer il manifesto par L’Humanité, mais aussi par….et par… (à compléter sur les pointillés).

Source : http://fulviogrimaldi.blogspot.be/2015/09/puntini-sugli-i...

Traduction c.l.

2. Paper boat sign.GIF

 

Armageddon sulla via di Damasco

(hélas non sous-titré en français)

 

 

2. Paper boat sign.GIF

 

 

Comment on peut du moins essayer de fabriquer des citoyens adultes :

Iran : des délinquants condamnés à la lecture en alternative à l’emprisonnement !

12. Livres-texte.jpg

 

C’est ce que l’on pourrait appeler un enseignement adapté pour tous, y compris pour les délinquants. Ça, ce serait une vraie réforme, touchant à la fois l’Education Nationale, la Justice et la Culture. Ils sont forts, ces Iraniens ! Madame Najat Vallaud-Belkacem devrait s’en inspirer. RI

 

Une condamnation spéciale a eu lieu en Iran puisque plusieurs criminels de droit commun ont écopé d’une peine plutôt inattendue : acheter des livres puis les lire, au lieu d’effectuer une peine de prison. Il s’agit d’une manœuvre rendue possible par le biais de récentes modifications de la loi iranienne.

En Iran, la peine de mort est en vigueur et ce pays se classe même second juste derrière la Chine en nombre d’exécutions par habitants. Et pourtant, c’est bien là-bas qu’un jugement inédit a été ordonné. Une récente révision de la législation du pays permet en effet aux juges de proposer des alternatives à l’emprisonnement.

Pour Qasem Naqizadeh, juge iranien, il s’agit d’éviter « l’impact physique et psychologique irréversible » qu’une peine de prison peut engendrer sur les détenus ainsi qu’à leur famille, comme le rapporte l’agence de presse iranienne IRNA. Le juge Naqizadeh se poste en pionnier d’une telle application qui s’adresse principalement aux condamnés dont le casier demeure vierge. À leur disposition, une liste d’ouvrages « grand public » intègre également une sélection de livres scientifiques plus modernes.

« Les livres ont été sélectionnés afin que tous les condamnés puissent en faire usage, et ce, qu’importent leur niveau de lecture, leurs connaissances ou leurs âges » selon Qasem Naqizadeh.

Au-delà de la lecture des ouvrages, la sentence intègre également la rédaction de résumés exhaustifs servant de preuve. En effet, les condamnés doivent obligatoirement les fournir au juge. De plus, une dimension spirituelle est présente : les condamnés doivent inclure dans leurs résumés la retranscription de l’un des hadiths (recueil des communications orales attribuées au prophète Mahomet). Enfin, une fois la peine effectuée, les condamnés sont chargés d’offrir leurs ouvrages à une prison locale, sous forme de don.

Yohan Demeure

Sources : 8e ÉtageActua Litté

http://citizenpost.fr/2015/09/iran-delinquants-condamnes-...

Notre source : http://reseauinternational.net/iran-des-delinquants-conda...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Seïf el Islam Kadhafi, le retour…

Réseau International –22 septembre 2015

 

13. Seïf-el-Islam-Kadhafi.jpg

 

Le Conseil suprême des tribus libyennes s’est réuni dans le sud de la Libye et a nommé le fils du colonel Kadhafi, Seïf el Islam, comme représentant légal !

Le Conseil suprême des tribus libyennes s’est réuni dans le sud de la Libye le 14 septembre dernier. Très grosse surprise : c’est le fils du colonel Kadhafi, Seïf el Islam, qui en a été nommé le représentant légal ! Capturé en 2011 et depuis retenu par les milices de Zenten (alliées de Tobrouk), Seïf el Islam, qui est en réalité libre de ses mouvements, a été condamné cet été à mort par un tribunal de Tripoli qui réclame en vain son “extradition” vers la capitale.

Des tribus hors jeu

Sa nomination comme représentant légal marque un tournant important dans la vie des tribus. En effet, de nombreux chefs y ont longtemps été opposés et sa nomination se négociait sec dans les coulisses du Conseil depuis deux ans. Un bémol toutefois : ni le gouvernement officiel de Tobrouk ni celui clandestin de Tripoli n’intègre à ce jour les tribus libyennes dans le jeu politique. Une aberration imposée par l’Occident en 2011 tant la Libye est d’abord un pays tribal.

Sources :

http://reseauinternational.net/seif-el-islam-kadhafi-le-r...

http://mondafrique.com/lire/decryptages/2015/09/21/seif-e...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Le tragique et honorable héritage de Muammar Gaddhafi

Françoise Petidemange - Réseau International4 octobre 2015

 

14. Tripoli avanbt la guerre.jpg

Tripoli avant la guerre

 

Alors qu’il est question d’un retour de Saïf al-Islam Gaddhafi dans la vie politique et économique de la Libye, voici les faits historiques auxquels il va devoir faire face…

Muammar Gaddhafi n’a pas fait la Révolution du 1er Septembre 1969 tout seul. Ils étaient douze amis, pour la plupart issus de milieux pauvres, plus une centaine de civils et de militaires. Cette Révolution a été appelée “La Révolution blanche” parce qu’elle avait eu lieu sans effusion de sang (ce qui est rare dans l’histoire du monde). Contrairement à ce qui a été maintes fois dit… c’est le peuple libyen qui, au début des années 80, a accordé à Muammar Gaddhafi le titre de Guide révolutionnaire.

Lire la suite… 

Source : http://reseauinternational.net/le-tragique-et-honorable-h...

  

2. Paper boat sign.GIF

 

 

15. ban n ière films xxxx.gif

 

 

Le cauchemar au Soudan du Sud :

« Nous venons en amis » - le film

Rosa LlorensSaker francophone 19 septembre 2015

16. Enfant soudanais.jpg

 

Après Le Cauchemar de Darwin en 2006, Hubert Sauper continue son voyage autour du Nil blanc : de Tanzanie (où se trouve le fameux Lac Victoria sinistré par l’élevage des perches du Nil), il passe, un peu plus au nord, au Soudan du Sud, pour poursuivre sa dénonciation des effets meurtriers de la mondialisation.

Hubert Sauper est aujourd’hui une référence en matière de documentaires (et l’on pourrait être fiers que, comme Peter Handke, il ait choisi la France pour y vivre), aussi les critiques sont-elles en général positives. Une note discordante, toutefois, celle de Vincent Malausa qui nous assène «5 raisons de fuir cette supercherie»! On se demande quelle corde sensible du trio infernal propriétaire de L’Obs (Bergé-Niel-Pigasse) ce film a pu toucher…

Cependant, d’autres critiques, apparemment positifs, cherchent à désamorcer le film en restant dans des généralités humanistes, déplorant les crimes sans nommer les coupables : ainsi, abusdeciné conclut qu’une fois de plus on voit que «notre monde ne tourne pas rond». Ou bien, si on est parfois plus précis, on ne nomme qu’un des coupables ; L’Obs accuse Sauper de tout mettre sur le même plan, «le témoignage cynique d’un Chinois, la parole humiliée d’un chef de village victime d’une entreprise de spoliation ou le grognement d’un chien enragé venu mordre la caméra». Mais c’est Malausa qui aplatit tout : sa phrase semble attribuer tous les méfaits au Chinois cynique, alors que c’est une grande société US qui spolie le village, et que le chien n’est pas enragé, mais dressé à défendre la propriété de deux colons venus du Texas.

La Croix, par contre, fait une critique mitigée, positive sur le fond du film, négative sur la forme : «Glaçant, puissant, [le film] laisse cependant le spectateur démuni, par manque de contextualisation.» Mais il corrige lui-même sa critique en concluant : «Par sa force, ce documentaire pousse cependant son spectateur à s’informer et approfondir le sujet par lui-même.»

C’est ce que j’ai fait, et j’ai trouvé sur Francetv info une interview de Sauper qui explique la forme choisie. L’Obs lui reproche son manque de sérieux, son côté Tintin au Soudan, son petit avion biplace nommé Sputnik (avec lequel il a voyagé de Bourgogne jusqu’au Soudan du Sud) ; mais Sauper explique qu’il l’a conçu exprès «pour avoir l’air inoffensif et ridicule», et pouvoir circuler sans susciter de méfiance dans un pays en guerre et interdit aux journalistes (et en effet les chefs de guerre s’amusent à tripoter son avion-jouet). C’est ainsi, conclut Francetv, qu’il utilise «le burlesque au nom de la dénonciation».

Ainsi donc, le spectateur est plongé in medias res, et en manque de repères : ce n’est pas la faute de Sauper, mais des médias qui, après avoir diabolisé le Soudan dirigé par le musulman Omar el-Béchir, évidemment criminel contre l’humanité, et nous avoir apitoyés en faveur des Chrétiens du Sud persécutés, ont abandonné brutalement le sujet, une fois la partition acquise, en 2011.

Sauper prend le relais, et atterrit dans le Soudan du Sud, sans doute en 2013, nous faisant découvrir le pays à sa suite, à ras de terre : et là, bien sûr, les contes de fées ou de sorcières du récit médiatique s’évanouissent. Il commence par un nom, bien connu, mais que j’aurais été incapable de situer sur une carte : Fachoda. Le fameux incident de Fachoda, et les malheurs du Soudan, s’expliquent par sa situation géographique, au croisement d’une ligne horizontale, française, qui va du Congo à Djibouti, et d’une ligne verticale, anglaise, qui va de la Tanzanie à l’Égypte. Cela explique aussi la férocité avec laquelle les Anglais ont réprimé la révolte du Mahdi en 1885 (rappelez-vous – Jules Verne? –, les rebelles attachés à la gueule des canons et pulvérisés ; et Wikipédia note qu’après la bataille d’Omdurman, où les mahdistes furent écrasés, en 1899, «personne ne s’interrogera sur le fait que presque aucun des 16 000 Soudanais blessés ne survécut»). Mais depuis, les rivalités anglo-françaises ont été remplacées par la rivalité entre les USA et la Chine.

Depuis l’indépendance, en 1956, le Nord musulman et le Sud chrétien sont en conflit ; les USA l’ont attisé de façon à aboutir à la partition (malgré le principe établi par l’OUA de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation) [voir là-dessus diploweb.com] ; et, comme il est logique, la Constitution du nouveau Soudan du Sud ne reconnaît qu’une langue officielle : l’anglais, parlé par 3% à 5% de la population. Les droits de l’homme et la démocratie l’ont donc emporté, contre le criminel Omar el-Béchir?

Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France au Soudan, interrogé par France 24, constate que la politique des USA au Soudan suit deux axes : le pétrole et les intérêts d’Israël. En 2008, le ministre israélien de la sécurité INTÉRIEURE déclarait : «Nous devons faire de sorte que le Soudan soit constamment préoccupé par ses problèmes intérieurs.» En effet, le Soudan, État africain musulman, pourrait jouer un rôle-clé pour unifier les pays qui soutiennent les Palestiniens. Quant au pétrole, 75% des gisements se trouvent dans le Soudan du Sud. Mais les infrastructures (raffineries, pipelines) sont au Nord. En outre, la production est perturbée par une nouvelle guerre civile, qui a éclaté en 2013, entre Sudistes, le président, l’homme au chapeau de cow boy, Salva Kiir, catholique, et son vice-président, presbytérien. Depuis, le pays est le théâtre d’exactions effroyables (femmes et enfants violés, mutilés, torturés, massacrés, la routine habituelle, est-on tenté d’ajouter, comme au Congo Kinshasa voisin, lui aussi maudit par la richesse de son sous-sol.

Revenons au film, qui n’éclaire cette réalité catastrophique que de façon ponctuelle (et on lui en est reconnaissant). Il commence par mettre en cause les Chinois, très investis au Soudan depuis que, en 1993, les USA l’ont fermé aux Européens en le déclarant État voyou : les travailleurs chinois semblent peu intéressés par les indigènes, certes ; mais cela a un avantage : ils se contentent, pragmatiquement, d’extraire autant de pétrole qu’ils peuvent.

Du côté US, par contre, le tableau devient ubuesque. En attendant de mettre en place leurs infrastructures pétrolières, les États-uniens commencent par forer le cerveau des Soudanais, avec toute la force de frappe de leur soft power, depuis Hollywood (George Clooney) jusqu’aux évangélistes. Une dame de charité, caricature de l’Américaine (type : Nancy Reagan), nous invite à partager son scandale : en dehors du poste US, on trouve encore des enfants qui vont tout nus! Et une scène hallucinante la montre enfilant de grosses chaussettes et des sandales en plastique à de jeunes enfants en pleurs, qui, ainsi harnachés, ne peuvent plus marcher. Le pasteur, lui, endoctrine les Africains : «Quand je prie, je prie comme Jésus», «ce que je veux, c’est ce que veut Jésus», et il n’oublie pas de citer sa Holy Bible : «Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front». Et, en effet, l’image suivante montre des Noirs cassant des roches au marteau, et des femmes les réduisant en cailloux. Un responsable US vient inaugurer des installations électriques, proclamant : «Nous vous apportons la lumière, au propre et au figuré»; l’image suivante montre le nuage de poussière noire permanent produit par le traitement des tonnes de pierres cassées par les Africains.

Mais le comble de l’ignominie est atteint par le couple de colons texans qui raconte, tout sourires (le comportement des indigènes est si ridicule!) que lorsqu’ils ont enclos le terrain où ils ont construit leur maison, les Noirs se sont plaints, car leurs chèvres avaient l’habitude de brouter là ; mais depuis, «ils se sont fait une raison».

Il semble que L’Obs ne critique le confusionnisme de Sauper que parce que, justement, il est trop net ; à travers le film, sans qu’il ait besoin de condamnations indignées, on voit à l’œuvre la palestinisation du Soudan du Sud : l’expulsion des habitants du pays par des colons qui se sentent chez eux («le climat est le même qu’au Texas») et qui n’ont aucun doute sur leur droit à cette nouvelle Terre promise.

Rosa Llorens est normalienne, agrégée de lettres classiques et professeure de lettres en classe préparatoire.

Source :http://lesakerfrancophone.net/nous-venons-en-amis-le-film...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

 

Mis en ligne par Intérim le 5 octobre 2015

 

 

 

14:45 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2015

PAR INTERIM (TER)

1. Paper boat.GIF

Par interim (ter)

[ Merci à Interim de relayer l’essentiel pendant la pause. LGO]

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Enfin quelqu’un qui n’emploie pas le mot « élite » là où il n’a que faire !  « Hyper classe apatride » convient en revanche si bien.

On vous avait déjà parlé des analyses de ce site. 

entrefilets.com

On y revient. Elles sont à lire plutôt deux fois qu’une. Voici les dernières.

 

La crise des migrants comme révélateur d’infamies

3. Al-Aqsa.jpg


16/09/2015 Tout simplement ahurissant. Tout ce qui touche à la crise migratoire qui submerge l’Europe aujourd’hui est ahurissant. Ses causes et les responsabilités qui vont avec d’abord, systématiquement passées sous silence par les medias-Système. Le cynisme absolu du Kaiser européen Merkel ensuite, qui après avoir jeté sans état d’âme le peuple grec aux ordures du capitalisme triomphant, tente de se faire passer pour un Robin-des-bois alors qu’elle dégouline d’arrière-pensées intéressées. Enfin, la gestion désastreuse d’une crise hautement prévisible pourtant, par une Europe qui oscille entre le droit-de-l’hommisme débilitant des salons parisiens côté Ouest, et une furieuse envie de tirer dans le tas côté Est. La crise des migrants comme révélateur d’infamies en somme.

 

L’État-voyou israélien à la manœuvre

Il y a d’abord les 70 ans de l’interminable massacre de la Palestine par l’Etat-voyou israélien. Une humiliation permanente durant laquelle, tout au long de sept longues décennies, l’entité sioniste a bénéficié non seulement d’une impunité totale mais d’un soutien inconditionnel du Bloc atlantiste dans son affirmation sous-jacente que les musulmans et les arabes en général, et les Palestiniens en particulier, étaient des sous-hommes (untermensch). Or ces septante ans d’injustice institutionnalisée et avalisée par l’ONU ont été l’un des principaux facteurs d’instabilité au Moyen-Orient. Ces sept décennies de meurtres, de massacres, de pillages, de torture et d’apartheid infligés à l’ombre de la Mosquée Al-Aqsa ont largement nourri le fondamentalisme islamiste des coupeurs de têtes de Daesh, Al-Qaïda et al-Nosra qui poussent aujourd’hui des populations entières à l’exode.

Lire la suite…

Source : http://www.entrefilets.com/la_crise_des_migrants_revelate... 

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Le 11 Septembre, journée des merdias et de la propagande d’État

 

4. Tour frappée.jpg

 

11/09/2015 Histoire de marquer le jour anniversaire de 14 ans d'enfumage médiatique destinés à imposer la plus invraisemblable des fables jamais pondue pour étouffer un false-flag, entrefilets vous renvoie à sa page dédiée, ainsi qu’à cette vidéo humoristique qui renferme plus de vérités que vous n’en trouverez jamais dans tous les articles et reportages de la presse-Système traitant du sujet. En prime, un petit débat organisé par des pilotes français qui posent de bonnes questionsEt enfin, en guise de dessert, encore et toujours le cas du troisième gratte-ciel (WTC7) abattu par les 2 avions (eh oui) qui constitue la preuve la plus flagrante de la supercherie, sauf pour Le Monde, Libé, Canal+ ou Arte bien sûr..

 

2. Paper boat sign.GIF

 

On se permet d’ajouter, à ce qui précède un récent article de Wikistrike [N. d’Interim] :

Et si on vous disait qu’aucun avion n’a jamais frappé les tours de Manhattan ?

 

 

 

Lire l'article...

Source : http://www.wikistrike.com/2015/09/11-09-world-trade-cente...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Suite des articles d’entrefilets.com

L’Empire US et la possibilité d’un épilogue

 

5. bad dog.jpg


13/08/2015 C’est tout à fait extraordinaire. Au moment où chacun se félicite de la signature de l’Accord sur le nucléaire iranien, Obama himself nous avertit qu’en fait tout cela pourrait bien se terminer par une guerre. En cause? La crise d’hystérie qui saisit le grand hôpital psychiatrique washingtonien et son appendice israélien (ou est-ce l’inverse?) depuis sa signature. Sous la poussée de néocons et de sionistes majoritaires au Congrès US, celui-ci pourrait en effet rejeter l’Accord d’ici au 20 septembre prochain, ce qui «laisserait l’administration américaine face à une seule option, nous dit BHO, une autre guerre au Moyen-Orient». Oui mais voilà, dans la configuration actuelle avec une UE exsangue et encagée dans la Guerre Froide 2.0 déjà imposée par Washington, les États-Unis risquent de se retrouver forts dépourvus lorsque le moment de partir au front sera venu. Possibilité d’un épilogue.

 

Panique à tous les étages

« Un rejet de l’accord par le Congrès laisserait toute une administration américaine absolument déterminée à empêcher l’Iran de se doter d’une arme nucléaire face à une seule option: une autre guerre au Moyen-Orient. Je ne dis pas cela pour être provocateur. C’est un fait.»

Dans son discours prononcé le 5 août à l’American University de Washington (2), Barak Hussein Obama a renoncé pour une fois aux effets de manches pour aller right to the point, comme on aime dire là-bas, ajoutant que si le Congrès «tue cet accord, la crédibilité de l'Amérique comme leader diplomatique, la crédibilité de l'Amérique comme ancre du système international seraient perdues».

Il a aussi évoqué la position intenable dans laquelle se trouveraient les USA face à des alliés européens qui sont désormais obsédés à l’idée de faire enfin du fric sur ce nouveau marché prometteur qu’est l’Iran et ses 80 millions d’habitants. Et que donc il n’y aurait aucune chance pour qu’ils y renoncent et acceptent de revenir au régime des sanctions pour satisfaire les caprices washingtoniens. Les USA seraient donc seuls, terriblement seuls.

Lire la suite…

Source : http://www.entrefilets.com/Empire_US_la_possibilite_d_un_...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Daesh/EI, miroir de notre infamie

6. us war on terror xxx.gif


11/08/2015 Sa vertueuse tentative de «remodelage du Moyen-Orient» ayant, comme prévu, accouché du monstrueux incendie que l’on sait, le Bloc atlantiste occidental est contraint de s’adapter pour tirer encore profit du chaos. L’allié saoudien ayant perdu de sa superbe (trop mouillé dans le terrorisme, plus assez de pétrole, en passe d’être submergé par Daesh/EI) l’idée lui est donc venue de réhabiliter l’Iran, pourtant ennemi juré de l'Occident triomphant depuis 35 ans. Même le chiisme tant méprisé de ses ayatollahs se voit tout à coup paré de toutes les vertus au détriment du sunnisme marchand des Saoud, soudain tombé en disgrâce. Du statut de dangereux fanatiques, les Iraniens sont ainsi en train de passer à celui d’«Occidentaux de l’Orient» (SIC), pour reprendre une prétentieuse formule que Régis Debray pensait sans doute flatteuse. Sauf qu’à y regarder de plus près, le Bloc atlantiste est largement plus proche, idéologiquement parlant, de la barbarie de Daesh/EI que de la finesse d’esprit des Iraniens. Tentative de décryptage.

 

Les poncifs

«Si force était un jour de se convertir à Mahomet, je n’hésiterais pas faute de mieux à embrasser le chiisme.» L’affirmation de Régis Debray a récemment donné lieu à un petit débat sur la question des différences entre sunnisme et chiisme en islam, durant l’émission historiquement Show (1) [minute 23:51]. L’occasion de confirmer qu’en matière d’islam, les clichés ont la peau dure.

Régis Debray  « (…) A tout prendre, c’est vrai, les Iraniens me semblent un peu les Occidentaux, au fond de l’Orient… Bien sûr, bien sûr, parce qu’ils admettent l’image d’abord, y compris celle du Prophète, parce qu’ils admettent le féminin, parce qu’ils admettent l’interprétation et la discussion… Autrement dit... Écoutez, j’ai rencontré des Frères Musulmans, des sommités des Frères Musulmans, je n’ai pas réussi à établir un dialogue avec eux, ils m’ont fait un prêche, ils ont voulu m’endoctriner… Quand je parle avec des chiites, j’ai l’impression qu’une dialectique est possible, eux-mêmes sont rompus à la dialectique … Et donc on se retrouve en terrain familier. » Étrange, non, vu d’ici ?« Et le choix qu’on a fait de s’allier à l’Arabie qui est le pays le plus moyenâgeux et le plus réactionnaire du monde, nous République laïque, et de rejeter l’Iran, ou la Perse, du côté du diable, m’a toujours laissé perplexe. Ah, ça peut s’expliquer par la balance des comptes, d’accord, mais alors qu’on ne vienne pas nous parler ensuite droits de l’homme ou bien, ou bien … parler histoire, car historiquement nous avons beaucoup plus à faire avec l’Iran qu’avec l’Arabie Saoudite. »

Jean-François Colosimo «C’est exact que nous sommes à contre-courant de l’histoire et à contre-courant d’une certaine intelligence française qu’a toujours eue notre diplomatie...»

Lire la suite…

Source : http://www.entrefilets.com/Daesh_EI_miroir_de_notre_infam...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Le Système-zombie et la crise migratoire

 

7. Ship about to fall in hole.jpeg


06/08/2015 - On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et c’est là toute l’histoire de la modernité occidentale et de son libéralisme triomphant. Ainsi, le Marché et le Droit étaient censés venir à bout de l’Histoire et de ses guerres par l’avènement d’une humanité nouvelle sans autre aspiration que la réalisation des désirs particuliers de chacun. L’échec est total. Non seulement la modernité occidentale à la sauce libérale conduit le monde à la ruine; non seulement elle organise méthodiquement la guerre de tous contre tous dans une tentative désespérée de faire cohabiter tous les égoïsmes concurrents; non seulement elle réussit le tour de force de multiplier les conflits locaux ou régionaux et de paver la voie au retour des grandes guerres qu’elle prétendait éviter; mais elle exige aussi d’être adorée et considérée comme un modèle de vertu indépassable, glissant dès lors inexorablement vers ce totalitarisme dont elle se croyait également l’antidote. La faillite est donc complète, parfaite et pour tout dire exemplaire. Pourtant, cette modernité pervertie, cet empire libéral mondialisé devenu «Système», aligne une puissance de feu telle désormais qu’il ne peut même plus s’effondrer naturellement. Reste dès lors une sorte d’empire déjà mort mais incapable de mourir tout à fait en même temps, un Système-zombie en somme, croulant sous le poids des crises qu’il engendre, qu’elles soient écologique, géopolitique, économique ou, comme aujourd’hui, migratoire.

 

Des responsabilités clairement établies

Si nous avons ratissé large dans ce paragraphe introductif, c’est que nous avons cette manie, que nos lecteurs connaissent bien, de toujours vouloir replacer chaque crise qui survient dans la vérité de sa situation globale. C’est-à-dire celle du lent naufrage de notre Hyper-Titanic, de l’impossible agonie de cette contre-civilisation dont l’effondrement au ralenti se manifeste par la multiplication infinie de crises toujours plus insolubles.

En l’espèce, la crise de la migration qui fait de la Méditerranée l’épouvantable cimetière que l’on sait, avec plus de 2000 migrants noyés en six mois, ne doit donc rien au hasard. Ses causes sont clairement identifiées pour avoir été orchestrées par ceux-là même qui en déplorent si bruyamment les effets aujourd’hui et qui, pourtant, s’ingénient à répéter leurs erreurs, si tant est que l’on puisse raisonnablement parler d’erreurs là où la persévérance dans l’«erreur» justement, finit tout de même par ressembler furieusement à une stratégie.

Le président tchèque Milos Zeman a quant à lui clairement désigné les responsables en rappelant récemment que « les États-Unis et les pays européens qui ont participé à des interventions militaires en Irak, Syrie et Libye sont coupables de l'afflux actuel des migrants en Europe » (1). C’est-à-dire les folles activités guerrières du Bloc atlantiste, porte-drapeau et porte-flingue de notre modernité pervertie, et que nous dénonçons inlassablement ici.

Lire la suite…

Source : http://www.entrefilets.com/Le_Systeme-zombie_et_la_crise_...

 

2. Paper boat sign.GIF

Et vous pouvez continuer sur le site.

http://www.entrefilets.com/

2. Paper boat sign.GIF

 

Idem pour le

Comité Valmy

 

L’Occident pleure d’un œil sur le sort des réfugiés et les vise avec une arme de l’autre – Bachar Al-Assad

Interview de Bachar al-Assad à Russia Today

Texte intégral et vidéo en français.

Dimanche 20 septembre 2015 - par Comité Valmy

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6337

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Crise migratoire - Jacob Zuma, le président sud-africain, accuse les puissances de l’OTAN
Par Christine Abdelkrim-Delanne

Dimanche 20 septembre 2015 – sur Comité Valmy

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6340

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Mensonge du pouvoir PS et des médias : le flot qui submerge l’Europe ne fuit pas les villes syriennes mais des camps d’hébergement situés en Turquie…

Qui a ouvert volontairement ceux-ci et pourquoi ?

Par Jean Lévy

Dimanche 20 septembre 2015 – par Comité Valmy

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6316

 

2. Paper boat sign.GIF

  

Voir les autres articles sur le site.

http://www.comite-valmy.org/

2. Paper boat sign.GIF

Idem pour :

Entre la plume et l’enclume

 

En 2005, Israël Adam Shamir annonçait la vague de réfugiés qui déstabilise l'Europe en ce moment, et ce qui nous attend maintenant :

« Les Américains et les Anglais ayant prévu de transformer leur Croisade initiale en une longue guerre “contre le terrorisme”, il y aura de plus en plus de réfugiés, jusqu’à ce que, finalement, le tissu social de l’Europe, très fragile, se déchire et finisse par être détruit. L’Europe sera envahie, comme l’Empire romain en son temps, et elle sera confrontée à un choix cornélien, affreux : instaurer un régime d’apartheid et de discrimination, ou perdre son identité.

L’Europe est-elle vouée à être la victime collatérale de la furie américaine, comme le badaud innocent, pris au milieu d’un échange de tirs dans la grand’rue, entre le saloon et le bureau du télégraphe, comme on le voit dans les westerns ? Pour ma part, je considère que l’Europe est plutôt la cible désignée de l’offensive, non seulement annoncé : entamée.

Ce n’est certainement pas ce que le Monsieur tout-le-monde souhaite, aux États-Unis, mais on ne lui demande pas son avis.... »

 

8. You lied .jpg

 

La vague de réfugiés, quelle est la vraie cible

par Israël Adam Shamir16 septembre 2015

La vague de réfugiés est en marche. La vraie cible de l’offensive anglo-américaine est l’Europe, trop prospère et égalitaire pour l’Empire des Râpe-tout.

En Marche.

Au début de l’automne, quand mûrissent les grenades, j’aime aller visiter les ruines du village palestinien - détruit - de Saffuriéh. Ce village, qui a vu naître la mère de la Vierge Marie, conserve son église Sainte-Anne, bâtie par les Croisés. Il y a deux mille ans, c’était une ville importante, nommée Sephoris : elle avait refusé de se plier aux Zélotes juifs, demeurant loyale à l’Empire romain. Elle offrit un refuge confortable à l’homme qui a réinventé le judaïsme après son effondrement, le rabbin Judah le Prince, ainsi qu’à de nombreux sages chrétiens et nobles romains. Le village qui lui avait succédé traversa les vicissitudes de l’histoire, jusqu’au raid de l’armée israélienne, en 1948, qui entraîna sa destruction. Ses habitants perdirent tous leurs biens et se retrouvèrent dans des camps de réfugiés ou à la périphérie de Nazareth, toute proche. Les vergers du village détruit ont survécu, blottis dans les vallées, produisant chaque année des grenades plantureuses, lourdes, les branches pliant sous leur poids, grenades qui finissent par éclater sur l’arbre, car il n’y a plus personne pour les cueillir. Les habitants de la colonie juive construite près des ruines de Saffuriéh se moquent comme de leur première chemise des grenadiers et des paysans qui les ont plantés. Dans ce royaume de désolation, au milieu des arbres croulant sous les fruits rubiconds, on peut trouver aussi une mosaïque romaine à la facture parfaite, à tel point qu’on l’appelle la Mona Lisa de Galilée. Ses myriades de petits carreaux vernissés, aux nuances infiniment variées, composent un visage altier, au nez droit, une coiffure sophistiquée et des lèvres charnues, le tout encadré par des feuilles d’acanthe.  

 

9. Sephoris 2 Mona Lisa.jpg

 

Cette mosaïque me rappelle, chaque fois que je la contemple, la beauté de notre monde, ce délicieux puzzle de petites villes, de prairies verdoyantes, de mégapoles complexes, de châteaux et de villas, de rivières et de fleuves, d’églises et de mosquées : chaque tesselle de cette mosaïque est belle, précieuse et parfaite. J’en ai vu des quantités et toutes me plaisent. Les îlots rocheux émergeant à peine de la transparence de la mer baltique, d’où des petits blondinets font des signes de la main aux bateaux quittant la jetée. La France Profonde de Conque, un minuscule hameau du Massif Central, sur le vieux chemin du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, avec son petit ruisseau qui babille en contournant la colline, ses toits de lauze, ses rues pavées il y a mille ans. Les églises russes, aux dômes tarabiscotés, s’élevant à la verticale des herbes hautes qui longent la rivière Okay, et au pied desquelles des jeunes filles, dans leurs châles fleuris, écoutent un choeur. Les belles voix des jeunes femmes de Suzhou, auxquelles répond l’écho de la cour de la pagode, parmi un lacis de canaux comme on n’en voit qu’en Chine du sud. Les maisons baroques des cigariers de Trinidad, et la prestance des Cubains qui dansent dans ses rues. Les corps oeuvres-d’art, recouverts de tatouages, des Masai, autour d’un feu, dans la savane du Serengeti. Ce monde est magnifique, et les peuples qui l’habitent sont bons.

Lire la suite…

Source :http://plumenclume.org/blog/38-la-vague-de-refugies-quell...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Réseau International

 

10. Sky News.jpg

 

Sky News découvre un « Manuel » pour migrants vers l’Europe

 

 

Avec ce manuel, les migrants sont pris en main de A à Z, mieux que dans un voyage organisé, avec agences de départ et d’arrivée, comité d’accueil, site internet, hotline, et tout. Dommage qu le programme actuel ne concerne que les détenteurs de passeports syriens, qu’ils soient Syriens ou non. Par « humanisme », les ONG qui éditent le manuel du parfait migrant devraient commencer à penser aux pauvres Yéménites abandonnés à leur sort. Il serait possible d’organiser une filière qui passerait par la Mer Rouge. Mais peut-être que le Yémen n’est pas au programme RI

 

***

Le « Manuel » contient des cartes, des conseils et les numéros de téléphone des organisations qui pourraient aider les réfugiés à accomplir la périlleuse traversée.

Les réfugiés se dirigeant vers la Grèce sur des embarcations de fortune sont dotés d’un « manuel des migrants » rempli de conseils, de cartes, de numéros de téléphone et d’astuces concernant leur traversée vers l’Europe.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/sky-news-decouvre-un-manue...

 

2. Paper boat sign.GIF

 

Et les affaires étant les affaires :

 Turquie : le commerce des gilets de sauvetage bat son plein chez les vendeurs de kebabs

 

 

2. Paper boat sign.GIF

 

 

 

Mis en ligne par Interim le 21 septembre 2015.

 

 

 

 

 

18:50 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2015

PAR INTERIM (BIS)

1. Paper boat.gif

Par interim (bis)

 

2. Dieu te voit.gif

 

Aline de Diéguez

 

Dieu par lui-même

ou

 Le Pouvoir dans ses oeuvres

 

« Je suis celui qui suis ».[1] Ainsi parle le Tout-Puissant.

Cette perle stylistique, lovée sur elle-même comme un retour de boomerang, exprime la quintessence du politique. Elle offre la définition la plus concise et la plus parfaite qui soit du Pouvoir.

Le Pouvoir EST, tout simplement. Il EST CELUI QUI EST et n'a nul besoin de précision, de justification ou d'explication. Le Pouvoir s'expérimente. Il est là, sans frein, ni entrave si ce n'est celui de sa survie, de sa maintenance ou de sa progression. Le Pouvoir est englobant, dictatorial. Il ne connaît ni scrupules ni repentirs. Telle une colonie de termites suivant sa reine, le Pouvoir avance, se répand dans tout l'espace disponible, aveugle à ce qui n'est pas lui, insensible aux destructions, aux drames ou aux souffrances qu'il provoque. Il enjambe les lois dites universelles établies en d'autres temps et impose les siennes propres par la force. Il se diffuse comme comme une nappe d'huile sur l'océan. Tant qu'il ne se cogne pas contre un autre Pouvoir, il progresse, impérial.

Le Pouvoir politique est un reflet du Pouvoir Absolu auquel le Job symbolique a été confronté. Pour des raisons économiques, financières, psychologiques, il arrive qu'un Etat émerge du lot et réussisse à dominer la politique mondiale.

Telle est la situation politique qui prévaut de nos jours. En effet, grâce aux conséquences mirobolantes de la martingale financière qu'un groupe de banquiers astucieux a réussi à imposer la veille de Noël de l'an de grâce 1913, les Etats-Unis sont devenus, au fil des décennies, l'Etat "exceptionnel", l'empire militarisé exceptionnellement puissant et exceptionnellement nocif dont le monde subit jour après jour les effets calamiteux.

Depuis la mort de l'idéologie marxiste, LE POUVOIR est incarné par l'empire américain. Seul il dispose, pour quelque temps encore, des armes financières qui lui permettent d'imposer sa législation intérieure au monde entier. En conséquence, il s'adjuge le Pouvoir divin de sanctionner les Etats qui s'avisent de résister à son expansion.

voir: Aux sources de l'escroquerie de la Réserve Fédérale - Le machiavélisme des hécatonchires de la finance internationale
Du Système de la Réserve fédérale au camp de concentration de Gaza : Le rôle d'une éminence grise: le Colonel House
La véridique histoire de l'empire américain, Il était une fois Picrocholand

Il m'a semblé éclairant de montrer à quel point le Pouvoir absolu d'une divinité - à partir du seul texte dans lequel le Dieu s'exprime lui-même - et le Pouvoir politique d'un Etat qui se comporte d'une manière impériale, répondent à des règles communes.

*

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/inter...

 

 

2. Paper boat sign.gif

 

Du même auteur

(quand on s’en prend à Dieu, il ne faut pas s’étonner qu’il vous arrive des choses) :

 

Aline de Diéguez

 

Comment j'ai perdu la moitié de ma dernière courgette …snif

 

Alors qu'à la vêprée mon garde du corps et moi-même nous déambulions nonchalamment par les compites et quadrivies de nos Etats, un soudain péril alerta mon fidèle compagnon.

Il marqua un arrêt, puis, oreilles couchées, moustaches dressées et corps aplati, il entreprit de faire face au danger. Tel un nageur glissant dans l'onde bleue, il se faufilait entre les pissenlits fièrement dressés, les trèfles tremblottants et les graminées hirsutes de la verte savane .

J'observais la scène, le cœur battant.

D'un brusque coup de rein mon vaillant serviteur fut sur l'ennemi.

 

semimi.jpg

 

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/inter...

 

2. Paper boat sign.gif

 

Réfugiés

 

Comment se fait-il que sur des milliers d’heures d’antenne, et autant de tonnes d’encre sur la question des réfugiés, personne ne s’avise d’exiger l’application du droit international concernant le droit au retour des réfugiés palestiniens dans leur pays ?

 

Réfugiés palestiniens.jpg

 

Nous sommes bien entendu partisans de l’accueil de tous les réfugiés et migrants dans nos pays.

Pas seulement par humanisme, mais parce que nos gouvernements sont responsables de la détresse de ces personnes, dont les pays ont été ravagés et appauvris depuis des siècles par notre pillage, nos invasions, les frontières tracées artificiellement dans le sang, les dictateurs placés et maintenus au pouvoir dans différents continents, le chaos qui a été intentionnellement créé au Moyen-orient, comme en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

Nos gouvernements sont également responsables de la tragédie du peuple palestinien, dont ils ont donné la terre sans son consentement, et en bafouant leurs engagements.

Il y a de très nombreux Palestiniens parmi les réfugiés, dont ceux qui arrivent de Syrie, qui veulent rentrer dans leur pays, la Palestine.

Israël les en empêche, en toute illégalité, malgré la résolution 194 de l’ONU* qui stipule le droit au retour pour les réfugiés palestiniens.

Qu’attendent ceux qui dissertent sur les difficultés qu’ils auraient à accueillir des réfugiés pour tenir leurs engagements et exiger de leur ami et allié israélien qu’il applique la loi ?

Nous vous appelons à participer très nombreux à :

 

UN GRAND RASSEMBLEMENT ET SPECTACLE DE RUE À PARIS

CE SAMEDI 19 SEPTEMBRE

DE 15 H À 18 H

PLACE DE LA ROTONDE (MÉTRO JAURÈS)

 

Lire la suite…

Source : http://www.europalestine.com/

 

2. Paper boat sign.gif

 

« … parce que nos gouvernements sont responsables de la détresse de ces personnes… »

Pour mémoire :

Si j'en crois le célèbre tableau du peintre Jacques-Louis David (1748 - 1825) exposé au musée du Louvre et dont le titre un peu long, est « La République essayant de sauver les armes du pouvoir des mains des prédateurs afin de les remettre au peuple qui n'en a rien à cirer », j'en déduis que le peuple espère plutôt un sauveur qu'il n'est prêt à tenter de se sauver lui même.

La République essayant.jpg

Voir la suite…


Source : http://ampelosophisme.over-blog.com/

 

L’ampélosophe ou philosophe de bistrot s’appelle Dominique, est bordelais mâtiné de grec et anime le blog Ampélosophisme (textes et dessins).

On n’est pas d’accord avec lui sur tout (par exemple Charb, Charlie Hebdo ou certaines affirmations du Capitalisme paradoxant, une tartuferie n’étant pas une utopie) mais les bistrots sont souvent des auberges espagnoles… À chacun de voir. 

 

2. Paper boat sign.gif

 

On vous en reparle plus tard :

 

Berlin – 24 octobre

Conférence internationale

sur la souveraineté allemande

 

7. Banner_neu-702x336.jpg

 

Jürgen Elsässer

Ron Paul, John Laughland, F. William Engdahl, Willy Wimmer + des hommes politiques européens et des journalistes de Russia Insider

 


 

Source en allemand : https://www.compact-online.de/freiheit-fuer-deutschland/

Source en anglais : http://russia-insider.com/en/ri-recommends-german-soverei...

 

2. Paper boat sign.gif

 

 

Mis en ligne par Intérim le 17 septembre 2015

 

 

 

13:41 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2015

PAR INTERIM

1. Paper boat.gif

 

Par intérim

Où M. Frédéric Lordon, interviewé par M. François Bonnet, rappelle la primauté du politique sur l’économique, et rappelle aussi, en passant, que le fonctionnement d’une démocratie réelle repose sur des règles appelées principes.

 

Pour une autre Europe

 


 

 

2. Paper boat sign.gif

 

Sur le même sujet, quoi qu’il y paraisse à première vue. En provenance du Saker francophone :

 

Le désespérant désert de l’esprit

Adam – Club Orlov1er septembre 2015

 

3. frontier_house.jpg

 

 «... L'agonie et l'extase d'être une nation, d'être un peuple, forçant son destin dans le temps, indépendamment du lieu où se situe la capitale et du nom de la dynastie assise sur le trône, tout cela n'a pas encore eu lieu dans la confusion des immigrés et des descendants d'immigrés en Amérique du Nord.» Adam

 

J’ai grandi dans une petite ville de moins de 1 500 habitants dans l’ouest du Montana. C’est une terre d’une beauté naturelle à couper le souffle, et pendant 18 ans, j’ai vécu dans la même maison dans une forme de perfection bucolique. Nous étions fiers de vivre à 150 km du feu rouge le plus proche. Je souris en imaginant que beaucoup de jeunes villageois sur toute la planète partagent une forme de parenté imposée par les lois des petites collectivités et des grandes montagnes.

 

C’était ma maison et ils étaient mon peuple, mais après avoir voyagé, m’être éduqué et avoir vécu ailleurs pendant 13 ans, je peux voir ce qu’est réellement l’étrange accident de l’histoire d’une petite ville d’Amérique, un résidu abandonné à la lisière qui a bougé et s’est ratatiné. Ceci est le compte rendu d’un correspondant embarqué [embedded : référence aux journalistes de la Guerre du Golfe qui accompagnaient, et n’étaient informés que par les unités combattantes de l’armée US, NdT] pendant 18 ans à des centaines de kilomètres derrière les lignes de front de la frontière américaine.

 

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.net/le-desert-hurlant-de-lesprit/

 

4. Barb wire.jpg

 

Cet article, publié sur « Club Orlov », n’est pas de Dmitry Orlov lui-même, mais d’un « auteur-invité » : Adam.

D’une importance inhabituelle, il l’est doublement par les 24 commentaires qu’il a générés, dont pas un seul n’est médiocre.

On ne peut hélas les lire que dans leur langue d’origine… (car comment demander au traducteur de se coltiner aussi cette réflexion chorale). Que ceux qui le peuvent n’y manquent pas.

C’est ici :

http://cluborlov.blogspot.fr/2015/09/the-howling-wilderne...

 

5. frontier shooting.jpg

 

« Leur manière de vivre disparaîtra dès que la bureaucratie d’un gouvernement déterminé à les aider leur fera défaut. »

« C’est vrai que le rêve américain est profondément égoïste et que ce n’est pas différent de l’Europe. Pour moi, la faute en revient aux églises occidentales, catholiques et protestantes, avec leur obsession du salut individuel et que la foule des damnés aille se faire voir. Si on peut être heureux dans un tel schéma, à quoi sert la générosité ? »

 

Comme le dit fort justement ce lecteur de Club Orlov, « ce n’est pas différent de l’Europe ». Car, en effet, ce qui motive tous les mouvements séparatistes, passés ou actuels – Écosse, Bretagne, Catalogne, Flandre, Italie du Nord, Tchéquie et Slovaquie, etc. – c’est une pulsion infantile « profondément égoïste ». Oui, il faut reconstruire ce qui a été détruit, à commencer par la Yougoslavie. Et ensuite… tout le reste.

2. Paper boat sign.gif

 

6. No war on Syria.jpeg

 

Mercredi 16 septembre à 17 h.00

Stop de oorlog in Syrië - Stop à la guerre en Syrie

Manifestation publique organisée par

Intal Globalize Solidarity

 

Waar : Ministerie van Defensie, kruispunt Regentlaan-Lambermontstraat (Metro Troon), 1000 Brussel
Où : Ministère de la Défense, Boulevard du Régent-Rue Lambermont (Métro Trone), 1000 Bruxelles

 

Organisatie/Organisateurs : intal, Vrede vzw, CSO, Belgische en Internationale Coalitie 'stop uranium wapens', Comac, The Brussells Tribunal, Vredesactie vzw, MCP, Pimpampoentje, Vrouwen in 't Zwart Leuven ...

 

CONTACT: gmo@intal.be

 

2. Paper boat sign.gif

 

Mis en ligne par Intérim le 14 septembre 2015

 

 

 

 

 

17:00 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2015

L'EUROPE MISE À NU (SUITE)

1. Clara Castagné Richard pommier.JPG

 

L’EUROPE mise à nu (suite)

ou

Que faire contre le gang des manipulateurs ?

 

Ce post fait suite au précédent. Il en est le prolongement, ou, si on veut, l’envers de la médaille. Toujours pas de gaîté de cœur mais parce qu’il y a une sorte d’urgence.

Résumé : nous nous sommes fait avoir en maijuin 68, nous nous sommes fait avoir par Syriza ; ne récidivons pas avec le « Maidan » européen.

Les réfugiés déferlent. Qui sont-ils, d’où viennent-ils,  pourquoi viennent-ils et pourquoi maintenant ? Pourquoi les merdias, tout à coup, s’en préoccupent-ils, alors qu’ils se désintéressent depuis bientôt trois décennies de leur sort, de leurs innombrables morts ?

Nous avons fauché des débuts de réponses du côté de chez RÉSEAU INTERNATIONAL, COMITÉ VALMY et SILVIA CATTORI, principalement. Tout est à lire. Après, il faut aussi voir ailleurs et réfléchir.

 

2. François Demassieux.GIF

 

Et les centaines d’autres, qui se sont noyés avant, personne ne les a vus ?

Le bébé providentiel

 

3. bébé providentiel.jpg

 

Quel que soit l’évènement, si BHL s’en mêle, c’est que ça sent le soufre. Si, en plus, il y a une volonté acharnée du monde des médias de nous tirer des larmes, ce n’est même plus suspect, c’est la certitude qu’il y a une stratégie derrière. Quand BHL et les médias se mobilisent avec tant de cœur et une synchronisation aussi parfaite, c’est qu’ils sont en mission. Rappelons-nous les enfants squelettiques du Biafra dans les années 60-70, quand la France voulait mobiliser l’opinion pour s’accaparer une partie du pétrole nigérian. Rappelons-nous encore les nourrissons Koweïtiens massacrés dans leurs couveuses par les soldats Irakiens, ou encore ces corps alignés d’enfants Syriens gazés pour faire porter le chapeau à Bachar Al Assad et son gouvernement.

 

4. BOTUL AVIC.jpg

 

Les exemples ne manquent pas et c’est systématiquement le même processus de manipulation des émotions qui est utilisé. Qu’est-ce qui fait que ça marche à tous les coups ? La peur de paraitre inhumain, ou d’être en « dysharmonie » avec les autres ?

Dans l’affaire des migrants, nous venons de passer une phase stratégique cruciale, celle de l’utilisation du pauvre petit enfant innocent. L’avantage de cette stratégie, c’est que tout résistant peut être lynché, car l’enfant devient « L’ENFANT » qui doit faire tout oublier, y compris les autres enfants écrabouillés par les bombes de l’OTAN en Libye, ou froidement massacrés par les terroristes en Syrie. Même les deux enfants morts le même jour à Paris dans un incendie criminel ne comptent pas. Cet ENFANT, comble de cynisme, porte un nom qui n’en est pas un, ou plutôt qui est tout un symbole : Aylan Kurdi, c’est à dire Aylan le Kurde. C’est facile à retenir et les Européens ont une certaine sympathie pour les Kurdes.

 

5. bébé - 2.jpg

 

A croire que les centaines de milliers de plages qui bordent les centaines de milliers de kilomètres des côtes grecques et turques, et leurs innombrables îles, ne sont plus sillonnées que par des sauveteurs turcs et grecs qui ne se baladent jamais sans être accompagnés de leur photographe attitré. Ainsi, quand ils trouvent le corps d’un petit enfant, leur premier geste le plus urgent n’est pas de vérifier que l’enfant est encore en vie pour, éventuellement lui porter secours, mais de dire au photographe de prendre des clichés qui pourront réveiller la conscience des plus récalcitrants des Européens face à la tragédie des migrants. C’est bien connu, une bonne image arrache plus de larmes que les faits.

 

6. bébé 3.jpg

 

Ensuite, et ensuite seulement, le sauveteur fera son boulot de sauveteur qui, dans le cas de l’enfant trouvé sur la plage de Bodrum en Turquie, consistait essentiellement à prendre dans ses bras un cadavre encore tout frais, ni rigide, ni cyanosé (peut-être était-il encore sauvable pendant les prises de vue ?). Encore un ou deux clichés avec l’enfant dans les bras, histoire d’insister un peu plus sur la nécessaire prise de conscience des Européens. Ce genre de photos a déjà fait ses preuves, Bernard Kouchner avec son sac de riz pourrait nous en parler.

Que sont devenus les Erythréens ? Personne n’en parle plus. Peut-être était-ce une stratégie entrant dans le plan global ? Peut-être voulait-on faire peur aux Européens avec une supposée invasion d’Africains, pour mieux faire accepter des migrants Moyen-Orientaux ? Qui sait ? Les médias disent que les nouveaux migrants viennent de Syrie. Mais sait-on qui ils sont vraiment ? Bizarrement ils semblent tous arriver via la Turquie, qui n’est pas un pays en guerre, ayant probablement transité par des camps de réfugiés contrôlés par les rebelles, quel que soit le nom qu’on leur donne. Pour quelle mission ont-ils été envoyés en Europe, avec le soutien des BHL et ses compagnons habituels ? Nous ne tarderons pas à le savoir. Il suffit juste d’attendre.

AVIC– Réseau International

Source :  http://reseauinternational.net/le-bebe-providentiel/

 

2. François Demassieux.GIF

 

Lire aussi, reçu en dernière minute, sur le même sujet :

L’immonde instrumentalisation d’un cadavre d’enfant

Sur : http://arretsurinfo.ch/limmonde-instrumentalisation-dun-c...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Des choses que l’on sait beaucoup moins à propos de l’énorme vague migratoire en Europe.

Valentin Vasilescu – R.I. 1er septembre 2015

 

7. gates-of-eur4400-1728x800_c.jpg

 

L’exode de Libyens, Syriens et Irakiens de ces derniers jours, rappelle l’époque des grandes migrations au début du Xe siècle en Europe, à travers les frontières maritimes de l’Espagne, la Grèce et l’Italie, puis la traversée des frontières de la Macédoine, la Serbie et la Hongrie, à destination de l’Allemagne, l’Autriche et la Suède. Personne ne peut arrêter cette immense vague de centaines de milliers d’immigrés qui submerge l’Europe, probablement parce qu’il s’agit d’une opération bien organisée par quelqu’un qui aurait un objectif de politique étrangère, en générant une crise humanitaire, avec à la clé la perte de vies de personnes innocentes

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/des-choses-que-lon-sait-be...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Coup double : retirer de Syrie des citoyens en âge de combattre... ou l’immigration comme outil pour désarmer la Syrie souveraine.

 

Syrie : Que nous prépare l’Occident
après sa guerre destructrice et son terrorisme ?

 Moustapha Al-Mikdad - Al-Thawra [Syrie] 31 août 2015

8. l_Union_europeenne.jpg

 

Les épisodes de la conspiration du bloc occidental contre la Syrie ne sont pas encore épuisés, chaque jour nous amenant son lot de détails inattendus.

Malgré les dispositions très claires [du côté syrien] en faveur du « processus politique » et le souci international de parvenir à ladite « solution politique », abstraction faite de la situation sur le terrain, les cellules des Renseignements occidentaux continuent à fabriquer de nouveaux épisodes dont l’impact sera probablement encore plus grave que celui des groupes terroristes qu’ils nous ont expédiés des quatre coins du monde.

Lire la suite…

Sources : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6286

 

2. François Demassieux.GIF

 

Si peu de familles, c’est vrai... et tant de jeunes gens en âge et en état de combattre autour de Bachar al-Assad ! Bizarre, bizarre… vous avez dit bizarre ?...

L’arme migratoire
et le Maïdan européen

Karine Bechet-Golovko – Russie Politics2 septembre 2015

9. arme_migratoire1.jpg

 

En regardant les images diffusées en boucle sur le blocage de la gare de Budapest débordée par des "réfugiés" syriens ou d’ailleurs, personne n’a vérifié, une idée s’impose : ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants.

Hier, une action de protestation a été organisée par des migrants-manifestants à Budapest : ils voulaient aller en Allemagne et le scandaient. Après avoir résisté comme ils ont pu, les autorités ont laissé passer la masse vers l’Allemagne, qui n’a pas manifesté une joie particulière.

Régardez bien ces deux vidéos, la première vient de la chaîne russe Canal 5 et la seconde de Euronews.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6293

 

Si on vous dit qu’ils « entrent » par la Macédoine et la Turquie… qu’ils se déversent de préférence chez les peuples soucieux de prendre leurs distances avec l’U.E. et l’OTAN (Hongrie, Serbie, Tchécoslovaquie, Autriche, Grèce, Italie…) et que, tandis qu’« on » nous fait frissonner à coups de passeurs-trafiquants de chair humaine qu'ils doivent engraisser, des ONG leur donnent de l’argent pour qu’ils émigrent… Ah, la belle bleue !... Ah, la belle rouge !...

2. François Demassieux.GIF

 

On n’en finit pas de voir tout le monde se demander, à propos de Vladimir Poutine, de l’Iran et de Bachar : « le lâcheront ?... ne le lâcheront pas ? ». Sami Kleib retourne la question.

 

Sami Kleib : Et si Bachar Al- Assad abandonnait l’Iran et la Russie ?

 

10. Sami Kleib.jpg

 

Depuis le début de la guerre en Syrie, les analystes posent la question, à laquelle ils ont fini de croire dur comme fer, à force de la répéter : l’Iran et la Russie abandonneraient-t-ils le président Bachar al-Assad ?

Et si Bachar Al Assad abandonnait l’Iran et la Russie ?

Depuis le début de la guerre en Syrie, les analystes posent la question, à laquelle ils ont fini de croire dur comme fer, à force de la répéter : l’Iran et la Russie abandonneraient-t-ils le président Bachar al-Assad ? Bachar al-Assad est revenu pour la millième fois, notamment dans son dernier interview avec notre collègue Amr Nassef, d’Elmanar, pour confirmer la solidité des relations avec les deux pays.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6281

 

2. François Demassieux.GIF

 

Avec la bénédiction de MM. Fabius et Hollande ?

 

Paris : Le drapeau des djihadistes en Syrie flottait lors du rassemblement en soutien aux réfugiés

 

10 bis. partis-syrie-2.jpg

 

Lors du rassemblement du 5 septembre à Paris, réclamant « l’accueil des réfugiés et le respect de la dignité humaine de tous les migrants »,  nous avons été fort surpris de voir flotter des drapeaux à trois étoiles, emblème des groupes djihadistes en Syrie, et de l’opposition au gouvernement Assad alignée sur les puissances engagées à déstabiliser la Syrie. Une déstabilisation qui a très largement provoqué la fuite de millions de Syriens.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/paris-le-drapeau-des-djihadistes-e...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Si vous ne lisez dans votre vie qu’un seul article sur le terrorisme, lisez celui-là.

Terrorisme de la misère, misère du terrorisme !

Comité Valmy -31 août 2015

11. Fabius_EIIL_Irak-2.png

Al-Qaïda : terroriste en France, alliée en Syrie

 

Le terrorisme, l’un des plus vieux métiers du monde, a toujours été source d’innombrables malentendus. Échappant à toute définition universelle stable, ce phénomène demeure une manifestation foncièrement politique, dans ses émergences et ses passages à l’acte comme dans les anticipations et les ripostes qui lui sont opposées. Et, comme toutes les grandes questions historiques, le terrorisme donne systématiquement lieu à des interprétations contradictoires.

Exemple : le rôle de Robespierre dans la Terreur a été amplifié à cause du discours, resté célèbre, qu’il prononça à la Convention le 25 décembre 1793 : « le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République ; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder (…) Le gouvernement révolutionnaire doit au bon citoyen toute la protection nationale ; il ne doit aux ennemis du Peuple que la mort. Ces notions suffisent pour expliquer l’origine et la nature des lois que nous appelons révolutionnaires (…). Si le gouvernement révolutionnaire doit être plus actif dans sa marche et plus libre dans ses mouvements que le gouvernement ordinaire, en est-il moins juste et moins légitime ? Non ; il est appuyé sur la plus sainte de toutes les lois : le salut du Peuple ». Robespierre, qui fût le premier à dénoncer les excès hébertistes, n’évoque ici que les moyens contraints, voire légitimes, de défense des acquis de la Révolution, loin des égarements sanguinaires que bien des idéologues, tels que François Furet (pour n’en nommer qu’un), ont voulu lui prêter afin de réduire à néant la portée politique de son action.

Lire la suite…

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6289

 

2. François Demassieux.GIF

 

Rawète, comme on dit par ici, ce qui signifie 13e œuf à la douzaine (les auditeurs de Matin Première peuvent sauter) :

 

SYRIE : REPORTAGE exceptionnel à Damas (RTBF - radio)

Comité Valmy5 septembre 2015

12. carte_syrie2_diablo.jpg

12 bis. logo_la_premiere.png

RADIO TÉLÉVISION BELGE (RTBF) : Reportage exceptionnel de Françoise Wallemacq et Patrice Hardy en Syrie. Le contraste entre la capitale Damas et une grande partie du pays y est saisissant.

POUR ÉCOUTER LE REPORTAGE
CLIQUEZ ICI

 

13. syrie_premiere1.jpg

14. syrie_premiere2.jpg

15. syrie_premiere3.jpg

16. syrie_premiere4.jpg

17. syrie_premiere5.jpg

18. syrie_premiere6.jpg

19. syrie_premiere7.jpg

20. syrie_premiere8.jpg

Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6300

 

2. François Demassieux.GIF

 

En prime (petites choses trouvées ailleurs)

BOTUL au Kurdistan

(Ils ont du souci à se faire)

RT en français5 septembre 2015

 

21. Botul au Kurdistan.jpg

 

Quand BHL pose et s'expose au Kurdistan, c'est toute la toile qui explose... de rire

Il est partout BHL, partout où la-démocratie-et-la-lutte-contre-la-barbarie réclament son aide précieuse. Dernièrement, il était au Kurdistan et l'a fait savoir au monde entier via twitter... à la grande joie des internautes.

BHL a encore mouillé sa coûteuse chemise blanche (sur mesure et à 150 euros pièce, tout de même) pour aller soutenir une autre cause, celle des combattants kurdes contre Daech. Sur son compte twitter, on peut voir le philosophe germanopratin poser fièrement aux côtés des Peshmergas. 

Lire la suite…

Source :  http://francais.rt.com/france/6366-bhl-kurdistan-twitter

 

2. François Demassieux.GIF

 

Pas par intérêt pour l’oiseau qui ne nous fait pas rire… Petit coup de chapeau en passant, à l’Agence Info-Libre, qui fait du si bon travail.

 

Histoire de BHL – Partie I

 


 

Histoire de BHL – Partie 2

 


 

2. François Demassieux.GIF

 

Et un peu d’art pour finir :

Les arrêts de bus soviétiques photographiés par un Canadien

 

22. Arrêt bus.jpg

 

Ces abris, édifiés du temps de l’Union soviétique et destinés aux gens qui attendent les transports publics, sont devenus une source d’inspiration inépuisable pour le photographe canadien Christopher Herwig.

Les arrêts de bus peuvent parfois se transformer en ce qu’il appelle des «Beaux-Arts publics». . 

 Lire et surtout VOIR la suite…

Source : http://francais.rt.com/international/6517-arrets-bus-sovi...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Pour suivre ce qui se passe actuellement au Yémen, en Syrie, au Liban, et savoir à quelle sauce nous serons mangés, voir :

http://sayed7asan.blogspot.be/

http://www.almanar.com.lb/french/main.php

http://reseauinternational.net/

http://www.comite-valmy.org/

http://www.legrandsoir.info/

http://arretsurinfo.ch/

http://www.voltairenet.org/

http://www.alterinfo.net/

http://www.les-crises.fr/

http://lesakerfrancophone.net/

et quelques autres qui nous pardonneront.

 

2. François Demassieux.GIF

 

BLOG EN PAUSE JUSQU’À NOUVEL ORDRE

 

Mis en ligne le 6 septembre 2015

 

 

 

 

20:41 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2015

L'EUROPE MISE À NU PAR SES PRÉTENDANTS, MÊME

1. abduction_of_Europe_by_Sprazzo.JPG

Pourqoi faut-il que les gens se fassent virer de chez eux en grands nombres juste quand on est au lit avec la crève et qu’on voudrait bien y rester ?

Heureusement qu’on est à la retraite, sinon, on devrait se faire porter pâle plus longtemps au boulot.

Au quoi ?

Ah, c’est vrai.

 

2. François Demassieux.GIF

 

L’Europe mise à nu par ses prétendants, même

 

3. Europa - Refugees xxx.gif

 

2. François Demassieux.GIF

Marquage de migrants: Prague contraint de s'expliquer

Sputnik.fr3 septembre 2015

4. Marquage.jpg

Le ministère tchèque des Affaires étrangères a déclaré que les migrants ont été numérotés pour « empêcher que des enfants se perdent ».

Des militants humanitaires tchèques ont dénoncé les actions des policiers ayant inscrit des numéros sur les mains de migrants interpellés à bord d'un train en provenance de l'Autriche et de la Hongrie.

Ce procédé rappelle inévitablement celui utilisé par les nazis pour identifier les prisonniers des camps de concentration. L'avocate de la Ligue tchèque des droits de l'Homme Zuzana Candigliota a déclaré qu'« aucune loi n'autorise à marquer les gens de cette manière ».

Lire la suite…

Source : http://fr.sputniknews.com/international/20150903/10179503...

Commentaires 

Une éructation parmi tant d’autres.

On l’a relevée parce que c’est là qu’on est. Notre ville.

Et qu’en regardant les gens se battre pour monter dans les trains, on se revoit en 1940. Juste comme ça. Pareil.



  

Michel Loncin ·

Université de Liège

Il FAUT les MARQUER ... que cela offre une analogie avec "l'Etoile Jaune" ou pas !!! Trève de "sentiments "droits-de-l'hommiste IMBECILE : parmi ces masses, il y a ASSUREMENT des CONSPIRATEURS et des TERRORISTES islamistes ANTI CHRETIENS !!!

 

 

2. François Demassieux.GIF

 

Et si au lieu de brailler sur les effets, on se préoccupait des causes ?

Pourquoi et par la faute de qui ces gens doivent-ils s’enfuir de chez eux avec ce qu’ils ont sur le dos ?

?

2. François Demassieux.GIF

 

Pour résumer les choses, la situation  créée par « les Occidentaux » au Moyen Orient empire de jour en jour. Depuis 25 ans. C’était prévu. Par les aigles de Washington. Qui s’en fichent puisque ce n’est pas chez eux. Ni la guerre ni les réfugiés. C’était prévu par les sous-aigles de Bruxelles, qui ne pouvaient pas ignorer les conséquences de ces infâmes croisades pour leur continent mais qui n’ont pas osé dire « non » à l’ignoble aventure. Il y en a même – chez les suppositoires verts – qui veulent y aller encore plus fort. Y compris en marchant sur le corps des chrétiens dont ils se foutent quand ce sont les chrétiens des autres mais qu’ils se mettent à invoquer tout à coup, quand des hordes de malheureux déferlent dans leur basse-cour.

 

5. zaatari_syrian refugee_camp in Jordan.jpg

Camp de réfugiés Syriens de Zaatari, Jordanie. Il y a deux ans.

Musulmans, chrétiens, coptes, alaouites, sansdieu, qui vivaient en paix, jusqu’à nous et notre lâcheté crasse.

 

Or donc, hier ou avant-hier, des centaines de ces pauvres, en gare de Budapest, ont essayé de prendre un train pour l’Autriche. Leur but : atteindre l’Allemagne. Pour les Allemands au chômage, ce n’est pas l’Eldorado, mais pour eux, si : pas de bombes, pas d’égorgements, pas d’enfants rôtis à la broche, etc. etc.

Au départ, il était prévu que les Hongrois laissent faire. Laissent passer. Et puis, tout à coup, contr’ordre. Venu d’où. Quelle question ! Bref, interdiction de monter dans les trains et le seul qui, archi-bondé, se dirigeait déjà vers la frontière autrichienne, est arrêté en rase campagne, à hauteur de Bicske, où se trouve un camp. De concentration. Dont on sait quand on y entre mais jamais quand on en sort, rappelez-vous. Les malheureux qu’on veut faire descendre, qu’on tente de diriger vers les barbelés, renâclent, tentent de se sauver. Quelques douzaines y réussissent. D’autres remontent de force dans le train. C’est le chaos absolu. Prévu. À Washington. Et accepté. Par les gros bras dompteurs de Grèce. Quant à vous, bonnes gens, démerdez-vous. On ne récolte jamais que ce qu’on a semé.

 

6. Bicske - migrants.jpg

2. François Demassieux.GIF

Viktor Orban à Bruxelles :

Les réfugiés sont « un problème allemand » et  « l’U.E. est incapable de contrôler la situation »

RT –3 septembre 2015

 

 

Selon RT, M. Viktor Orban, Premier ministre de Hongrie, est venu à Bruxelles pour dire à ces Messieurs-Dames ce qu’il pensait d’eux et les avertir de deux ou trois choses, notamment celle-ci : les autorités de Budapest sont en train de mettre sur pied un paquet de mesures destinées à empêcher les foules de réfugiés de passer leurs frontières. Ses compatriotes, a-t-il dit, sont paniqués, parce qu’ils voient bien que l’Union Européenne ne contrôle plus rien du tout. (Si elle a jamais contrôlé quelque chose).

 

 

 « Nous, Hongrois, sommes pleins de peur, et les peuples d’Europe sont pleins de peur, parce qu’ils voient que les dirigeants de l’Europe, et parmi eux des Premiers ministres, sont incapables de contrôler la situation. »

 « Je suis venu ici pour informer le président (Martin Schulz) que la Hongrie fait tout ce qui est possible pour maintenir l’ordre. Nous sommes, en ce moment, au Parlement hongrois, en train de mettre sur pied des mesures régulatoires. Contraints et forcés, nous allons élever une barrière physique. Tout cela va créer une nouvelle situation en Hongrie et en Europe à partir du 15 septembre. Nous avons une semaine pour nous y préparer. »

 

 

Dans une interview accordée au Frankfurt Allgemeine Zeitung, M. Orban a défendu la décision d’ériger une barrière le long de sa frontière avec la Serbie, en disant : « Nous ne faisons pas ça par plaisir, mais parce que c’est nécessaire. »

Source : http://www.rt.com/news/314191-hungary-pm-refugee-crisis/

 

Sauf si nous comprenons de travers les paroles du Premier ministre hongrois et ce qui est en train de se passer, l’Union Européenne n’existe plus vraiment. Un peu comme le roi Louis XVI après Varennes. Les frontières de Schengen ont volé en éclats et la Hongrie est le premier pays à reprendre ses billes. Combien de temps vont-« ils » encore réussir à faire semblant ?

2. François Demassieux.GIF

 

Cela dit, y a-t-il le feu au lac ? Oui, peut-être, mais c’est loin d’être la première fois. L’Europe a vécu ce genre d’invasion des douzaines de fois dans son histoire. C’est même ainsi qu’elle s’est peuplée, qu’elle s’est faite, et la « culture européenne » dont tant d’ignorants se targuent, ne fut rien d’autre que le résultat de ces inondations successives de peuples de toutes origines qui lui ont servi d’alluvions. Nos aïeux furent d’abord des envahisseurs ou des réfugiés comme les autres. Si on avait le temps, on pourrait vous en donner des poignées d’exemples.

Le problème particulier à l’Europe d’aujourd’hui est double : premièrement, le chômage qui l’accable ne lui permet pas d’accueillir cette main d’œuvre fraîche et ce sang neuf à bras ouverts comme elle le devrait, mais cette situation n’est pas sa faute à elle (la main d’œuvre en surnombre) ; deuxièmement, l’Europe n’a plus de culture à défendre contre les supposées hordes musulmanes. La culture européenne est morte, de la main des Européens eux-mêmes, dans les années 50. Rappelez-vous le Plan Marshall, Hollywood, la peinture abstraite, le Coca Cola, le pidgin au lieu du français, la musique pour remplacer les révolutions… Et maintenant les cours de masturbation à l’école, les garçons forcés (sinon, mauvaise note) de s’habiller en filles et les filles en garçons, les femmes bientôt forcées de louer leur ventre à des amateurs étrangers de petits Français, ou Belges, ou Grand-Bretons. Le sort de Palmyre vous navre… Vous avez vu Paris ? Pas Daech : Pompidou. La CIA et Gladio ont bon dos, et certes, ils ont fait ce qu’ils ont pu pour démolir l’Europe. Leur grande trouvaille a été de la laisser le faire elle-même. Les peuples du Moyen-Orient peuvent déferler tant qu’ils veulent, des Portes de Fer à la Pointe du Raz : il n’y a plus rien à détruire que des ruines.

Rose.

2. François Demassieux.GIF

 

Et pourtant, ici et là, quelque chose surnage…

Allemands, encore un effort !

Peut-être votre exemple nous donnera-t-il le courage de vous imiter.

 

Allemagne : Manifestation pro-réfugiés à Heidenau malgré l’interdiction de la Cour d’appel

8. Heidenau 1.jpg

Plus de 300 activistes en faveur de l’accueil des réfugiés sont descendus dans les rues de la ville allemande d’Heidenau le 28 août pour exprimer leur soutien aux réfugiés nouvellement arrivés dans la ville.

Les manifestants en faveur des demandeurs d’asile, réunis après la tenue d’une fête de bienvenue aux réfugiés, brandissaient des pancartes condamnant le modèle capitaliste et scandaient des slogans tels que « Il n’y a pas de place pour la propagande nazie ici » et « Affirmons-le haut et clair, les réfugiés sont les bienvenus ici ».

 


 

Une forte présence policière s’est déployée pour surveiller cette manifestation de dernière minute. Cependant, aucune information sur les incidents n’a été rapportée par les autorités au cours du rassemblement vendredi soir, cette action étant restée pacifique.

Le rassemblement intervient après la décision la Cour d'appel de Saxe d’interdire la tenue de toute manifestation au cours du week-end à Heidenau. Cette mesure prise afin d’éviter que de nouveaux troubles n’éclatent a été vivement critiquée par le tribunal administratif de Dresde qui l’a même qualifiée d’«illégale».

 

La justice allemande rétablit en appel l'interdiction de manifester à #Heidenau ce week-end

9. Heidenau 2.jpg

Quant à la «fête de bienvenue aux réfugiés», elle a été initialement interdite par les autorités locales mais le tribunal de Dresde en première instance, a autorisé son déroulement juste quelques heures avant le début de celle-ci, ce qui a donné aux organisateurs peu de temps pour tout préparer.

Source : http://francais.rt.com/international

 

2. François Demassieux.GIF

 

 

Manifestation jubilante de jeunes pro-réfugiés, venus de Dresde à Heidenau

 

Samedi dernier, après avoir participé à une manifestation de solidarité avec les réfugiés à Dresde, quelques centaines de jeunes ont sauté dans le train pour Heidenau et fait, à leur arrivée, une nouvelle manifestation aux abords du nouveau refuge instauré par la ville.

Ils ont dansé et chanté aux portes des anciens magasins Praktiker, transformés en abri de fortune pour les réfugiés. Cet asile, controversé, avait subi plusieurs attaques de groupes d’extrême-droite les jours précédents.

L’Allemagne s’apprête à recevoir 800.000 demandeurs d’asile cette année, quatre fois plus qu’en 2014.

 


 

Source : http://www.rt.com/in-motion/313872-germany-pro-refugee-pr...

 

2. François Demassieux.GIF

 

LEIPZIG

Des pro-réfugiés s’opposent à une manifestation anti-islamique

 

Quelque 2.000 personnes sont sorties dans les rues de Leipzig lundi, pour s’opposer à une manifestation de LEDIGA, une ramification du mouvement d’extrême-droite PEGIDA (Patriotes Européens contre L’Islamisation de l’Occident). Ils brandissaient des pancartes disant « Réfugiés : Bienvenue ! » et « Leipzig, courage ! »

Dans le centre de la ville, 150 membres de LEGIDA se livraient à leur démonstration hebdomadaire, agitant des drapeaux allemands et des signes anti-musulmans.

Il n’y a pas eu d’affrontement entre les deux groupes

 


 

Mais la police anti-émeutes a quand même fini par bastonner les anti-LEGIDA.

Peut-être la police anti-émeutes est-elle pro-LEGIDA… Et ses maîtres ?

 


 

2. François Demassieux.GIF

 

MUNICH

Accueil de réfugiés en provenance de Vienne.

RT – 31 août 2015

Trois trains transportant des centaines de réfugiés sont arrivés ce lundi (31 août) à Munich en provenance de Vienne. Les réfugiés ont été reçus chaleureusement par de très nombreux habitants de la ville, venus avec pancartes et bannières les accueillir, les embrasser et leur offrir à boire et à manger.

 


 

Source : https://ruptly.tv/vod/view/33757/germany-hundreds-of-refu... 

 

2. François Demassieux.GIF

 

VIENNE

20.000 personnes se rassemblent pour soutenir les migrants

RT.com Intl1er septembre 2015

10. Austrians 1.jpg

 

Environ 20.000 personnes ont défilé à Vienne, lundi, pour montrer leur soutien aux nombres de plus en plus grands de réfugiés arrivant dans la capitale de l’Autriche. Les manifestants portaient des pancartes et des bannières disant « Bienvenue aux réfugiés » et « Personne n’est illégal ». Les manifestants de tous âges se sont regroupés à la gare de Westbahnhof et la manifestation s’est déroulée tandis qu’un service était célébré à la cathédrale Saint-Étienne, en mémoire des 71 personnes trouvées mortes dans un camion abandonné la semaine dernière.

Source : https://www.rt.com/in-motion/313989-massive-rally-migrant...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Des milliers de manifestants à Vienne contre les mauvais traitements infligés aux migrants.

RTÊ.ie News31 août 2015

11. Vienne IRL.jpg

 

20.000 personnes ont occupé le centre de la capitale autrichienne, pour protester contre le traitement indigne réservé aux réfugiés en provenance du Moyen Orient. Les manifestants se sont rendus à la Westbahnhof, où un train transportant des centaines de demandeurs d’asile était attendu, en provenance de Budapest, après avoir été immobilisé pendant plusieurs heures à la frontière entre la Hongrie et l’Autriche. L’événement s’est déroulé après la découverte des corps de 71 réfugiés (59 hommes, 8 femmes et quatre enfants) dans un camion abandonné près de la frontière hongroise la semaine dernière.

 

12. Vienne 2.jpg

 

Au cours de la messe célébrée à leur mémoire, dans la cathédrale Saint-Étienne, le cardinal-archevêque de Vienne, Mgr. Christoph Schoenborn, a dit « Nous en avons assez ! Assez des morts, des souffrances et des persécutions ! »

 

 

 

Mais, auparavant, le ministre de l’Intérieur autrichien avait déclaré que le pays renforçait les contrôles à ses frontières orientales. Ces contrôles ont permis de découvrir 200 demandeurs d’asile et d’arrêter 5 passeurs.

La ministre de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, a dit que ces contrôles n’étaient pas des contrôles frontaliers classiques. « Nous n’agissons pas en violation des accords de Schengen » a-t-elle assuré, ajoutant : « Nous maintiendrons ces contrôles à tous nos postes-frontières principaux, pendant une période indéterminée et fouillerons tous les véhicules susceptibles de cacher des personnes victimes de trafic ». [Car sans passeurs, pas de réfugiés, c’est sûr. NdT]

En conséquence des fouilles, l’autoroute principale reliant la Hongrie a l’Autriche a été bloquée, ce matin,  par un bouchon de 30 kms. Simultanément, la même chose s’est produite sur l’autoroute secondaire M1.

Au cours des trois derniers jours, la police a arrêté 8.792 migrants qui passaient la frontière de la Hongrie en provenance de Serbie. La police hongroise a annoncé avoir arrêté un  cinquième suspect dans l’affaire de la mort des 71 personnes abandonnées dans un camion [de transport de poulets. NdT]

Pendant ce temps, l’Union Européenne a convoqué une réunion d’urgence des dirigeants de l’Union.  De leur côté, les ministres de l’Intérieur se rencontreront à Bruxelles le 14 septembre, pour décider des mesures à prendre.

L’appel à une réunion des 28 états membres fait suite à une demande conjointe de l’Allemagne, de la France et de la Grande Bretagne.

L’Allemagne nie que des trains spéciaux amènent des migrants de Hongrie en Allemagne.

Steffen Seibert, porte-parole d’Angela Merkel a été ferme sur ce point et précisé : « Les gens qui arrivent en Hongrie doivent y rester et y faire leur demande d’asile. »

Eh bien, ils ne veulent pas, et M. Orban non plus.

Andras Giro-Szasz (Hongrie) a rappelé que, selon la règlementation de Schengen, les réfugiés ne peuvent quitter la Hongrie qu’avec des papiers en règle et un visa du pays de destination. Or, l’attitude équivoque de l’Allemagne à l’égard des réfugiés syriens a fait naître chez eux de faux espoirs. « Il est temps que l’Allemagne clarifie sa position légale. » a-t-il conclu.

Rien qu’au cours de la semaine dernière, 10.000 personnes sont entrées en Hongrie en provenance de Serbie. Elles ne veulent pas rester en Hongrie, elles veulent aller en Allemagne. Mais l’Allemagne…

 

13. VIENNE 3.jpg

Les autorités hongroises ont commencé à ériger une barrière de 4 mètres de haut le long de leur frontière avec la Serbie.

14. VIENNE 4.jpg

 

L’Union Européenne discute des moyens de rationaliser le processus d’arrivée des migrants et de faire face d’une façon plus unifiée à cet afflux.

La Grande Bretagne, l’Allemagne et la France ont demandé que soient établis des centres de rétention où les arrivants puissent être enregistrés et leurs empreintes prises lors de leur arrivée en Europe et que ces centres se trouvent à des endroits précis d’Italie et de Grèce.

 

15. VIENNE 5.jpg

 

La Grèce et l’Italie, et d’autres pays méditerranéens se débattent avec un afflux de réfugiés qui a dépassé, depuis le début de l’année, les 340.000.

Des milliers de gens fuient chaque jour la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et d’autres pays dévastés par la guerre, le terrorisme et la misère, dans ce que les officiels estiment être le pire flux migratoire depuis la Deuxième guerre mondiale.

Source :  http://www.rtê.ie/news/2015/0831/724605-refugees-migrants/   (Irlande)

 

2. François Demassieux.GIF

 

BERLIN

Colocations avec des migrants, une association allemande débordée par les offres

RT.fr2 septembre 2015

 

16. Colocation.jpg

 

Sur le modèle de la plateforme communautaire «AirBnB», qui met en relation avec des globe-trotters des habitants désireux de louer des chambres, de jeunes allemands ont créé un service similaire visant à héberger à la maison... des migrants.

L'association, qui s'appelle Refugees Welcome, est basée à Berlin. Et depuis quelques jours son site est littéralement débordé. En effet, déjà plus de 780 Allemands se sont portés volontaires pour recevoir chez eux des réfugiés, et une trentaine ont effectivement été accueillis chez l'habitant. Une idée généreuse qui commence à faire son chemin en Europe.

Lire la suite…

Source : http://francais.rt.com/international/6382-colocations-ave...

 

2. François Demassieux.GIF

 

CUBA

n’envoie pas des GI’s empirer les catastrophes naturelles

 

Elle n’envoie pas des tanks, des missiles, des drones, des bombardiers... Elle n’agresse personne et ne refoule pas les gens à ses frontières… Elle envoie des médecins, des infirmier(e)s, des équipes de secours, des médicaments... Elle développe l’instruction, la médecine, la culture, le sport, aide la jeunesse, la recherche scientifique, elle prône la solidarité, la fraternité et la paix dans le Monde.

 

17. isla roja.gif

 

Cuba envoie une brigade médicale à Dominique pour assister les victimes de la tempête tropicale Erika

 

La Havane, 31 Août 2015. (ACN) Une brigade de neuf médecins, six infirmières et épidémiologistes, trois ingénieurs de la construction et deux de l'Union électrique sont partis à Dominique pour assister les victimes de la tempête tropicale Erika.

Cuba a également envoyé  1,2 tonne de médicaments, de fournitures et de matériel à usage unique pour les soins d'assistance.

 Le Dr. Norberto Ramos, chef de la mission médicale a déclaré qu’en seulement douze heures une brigade a pu être formée, qui assistera la population des zones endommagées par la tempête tropicale.

Toujours selon le Dr. Ramos, la brigade est  composée de spécialistes rentrés cette année de la lutte contre le virus Ebola en Afrique de l'Ouest, ainsi que des tremblements de terre au Chili et au Népal.

Les sauveteurs de Dominique, depuis dimanche, essaient d’atteindre plusieurs communautés, isolées par les inondations et les glissements de terrain après le passage d'Erika, qui a laissé 20 morts et plus de 50 disparus.

Une autre équipe de médecins est à pied d'oeuvre, en Équateur, où les volcans Cotopaxi et Tungurahua (5.897 et 5.020 mètres d’altitude), situés à moins d’une centaine de kilomètres l’un de l’autre, montrent depuis plusieurs jours une recrudescence inquiétante de leur activité.

Source : http://cubaetameriquelatine.skynetblogs.be/archive/2015/0...

 

2. François Demassieux.GIF

 

Chez les sépulcres blanchis

 

Ukraine : J’aime Valentina Lisitsa

…et je ne volerai plus sur KLM

Slobodan Despot – Causeur 1er septembre 2015

 

18. valentina-lisitsa-ukraine1.jpg

 

La célèbre pianiste d’origine ukrainienne Valentina Lisitsa a été bannie des programmes de divertissement à bord de KLM à la suite de la plainte d’une nationaliste ukrainienne agissant sous un nom d’emprunt. Sa dénonciatrice, Inna Thorn (Platonova), s’est par la suite vantée de son exploit sur le site de l’Euromaidan.

La compagnie néerlandaise a donc biffé Lisitsa sans même la contacter. On peut lire ici le communiqué hypocrite des relations publiques de KLM, rappelant que la compagnie “porte encore le deuil des innombrables vies innocentes perdues à bord du vol MH17″, sous-entendant que Valentina Lisitsa, en allant se produire à Donetsk et en soutenant les rebelles du Donbass, a du même coup glorifié ou approuvé les meurtriers du vol MH17, où ont péri de nombreux citoyens hollandais.

Lire la suite…

Source : http://www.causeur.fr/ukraine-kllm-valentina-lisitsa-3437...

 


 

2. François Demassieux.GIF

 

PÉKIN

C’est aujourd’hui – 3 septembre – que la Chine célébrait le 70e anniversaire de la fin de sa Deuxième guerre mondiale

Par une parade militaire

qui n’a rien eu à envier à celle de Moscou

 


 

Bien sûr MM. Poutine et Choïgou étaient là. Et M. Maduro. Ainsi qu’une trentaine d’autres chefs d’États. Les Japonais avaient décliné l’invitation. De même que tous les Occidentaux, trop occupés à refouler les réfugiés causés par leurs guerres, à ramasser les bébés noyés sur leurs plages et à mettre sur pied une armée pour… faire la chasse aux trafiquants d’êtres humains (les passeurs). Vous avez dit sépulcres blanchis ? Nous ? On n’a rien dit du tout.

Ils ont eu grand tort de ne pas faire le voyage, car ils auraient vu bien des choses intéressantes :

2400 choristes chanter plus de 30 hymnes

Des militaires défiler comme à Moscou (12.000)

Des chars sur la Place Tien An Men…

Pour tout dire, un défilé de matériel lourd de derrière les fagots, dont 80% n’avait jamais été vu en public.

Deux cents avions, des hélicoptères…

Et, entre autres curiosités, le transporteur de missiles nucléaires anti-aérien Gong-Feng 21 D, lequel est actuellement le seul missile balistique au monde capable d’atteindre une cible mouvante en mer.

Mais aussi le missile nucléaire Dong-Feng 26, projectile interdit en Russie et aux USA, en vertu d’un accord bilatéral qui ne concerne pas la Chine. Et la chose en question est capable d’atteindre la base de GUAM, ce qui lui vaut le nom de GUAM-KILLER. Voilà.

On ne vous raconte pas le reste.

Photos et reportage en direct par RT – Ici :

http://www.rt.com/news/314176-china-military-parade-wwii/

 

 

2. François Demassieux.GIF

Mais qu’est-ce qu’elle vient faire là, celle-là ?

 

 

 

 

Mis en ligne le 4 septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

20:55 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |