04/10/2013

CULTURE-TURECUL

1. Loosing your marbles.jpg

Ce tableau ne s’intitule pas « L’origine du monde » ni « L’origine de la guerre » mais « Loosing your Marbles on the Ship of Fools »

 

CULTURE-TURECUL

ou

Le retour d’Alcibiade

 

«Telles étaient les populations grecques et barbares qui habitaient la Sicile. Telle était l'étendue du pays contre lequel les Athéniens s'apprêtaient à faire la guerre. En réalité, ils voulaient le soumettre entièrement, mais ils couvraient leurs intentions du spécieux prétexte de porter secours à des gens de leur race et antérieurement leurs alliés. »

Thucydide, Guerres du Péloponnèse (Livre VIe).

 

En l’an de grâce païenne ± 415 avant Qui-Vous-Savez, un scandale secoua de bon matin la population d’Athènes.

Que s’était-il passé ? En une seule nuit, tous les Hermès de la ville avaient été châtrés, certains, même, privés de leur nez.

Pour les enfants décervelés par les Éducations Nationales, précisons qu’un Hermès était une borne de forme quadrangulaire, surmontée de la tête du dieu des métamorphoses, des messages, du commerce, des voleurs, etc., et d’où se dressait fièrement un phallus en érection.

2. Hermès en bronze.JPG

                       Hermès en bronze

 

3. hermes-phallus.jpg

                                                                                             et en marbre

Les Athéniens vouaient au Trismégiste (Trois Fois Grand) non seulement leurs limites territoriales, mais aussi la fertilité de tous et de chacun, autrement dit la survie de l’espèce à laquelle ils appartenaient. Chaque famille avait le sien – somptueux ou modeste – dressé devant sa porte. La maisonnée mettait ainsi la capacité de reproduction du pater familias sous la protection du dieu qui, dans sa fonction de protecteur des jardins et de toute forme de fécondité dans la nature, allait jusqu’à s’appeler Priape.

4. Priape se pesant.jpg

Priape se pesant

Pompéi – Maison des Vetii

Qui avait bien pu commettre un tel sacrilège ?  La rumeur publique ne tarda pas à en accuser Alcibiade et quelques chitons dorés de sa bande. Elle vit, dans cet attentat, une provocation des oligarques et un signe avant-coureur de coup d’état contre le demos. En quoi elle ne se trompait pas.

Alcibiade, jeune, beau, né d’une famille riche et puissante, adopté par Périclès et amant occasionnel de Socrate quoique se partageant avec un égal bonheur entre ces dames (hétaïres) et ces messieurs, se croyait tout permis. Il méprisait le peuple et n’en faisait pas mystère. Vous avez dit arrogance ? 

Mais on ne s’attaque pas impunément à la foi des gens. Alcibiade était parti en mer avec la flotte (on était en pleine guerre du Péloponnèse). Il fut rappelé pour être jugé, mais faussa en route compagnie à son escorte et se réfugia chez les Spartiates. Il fut banni par contumace et, après une décennie de trahisons, finit assassiné par ceux en faveur desquels il avait renversé la démocratie athénienne. (Il a bonne mine Vladimir Poutine avec ses malheureux deux ans de cabane pour les Pussy Riot émules du bellâtre !)

On ne voudrait scandaliser personne, mais l’Hermès phallique était aussi sacré pour les Grecs que l’est la lampe du Saint-Sacrement pour les chrétiens ou la Pierre Noire de la Ka’aba pour les musulmans.

On (des historiens spécialistes de l’Antiquité) a voulu relativiser la profanation d’Alcibiade en la faisant passer pour une étourderie de jeunes sots après boire. L’un n’empêche pas l’autre mais les contemporains, eux, ne s’y sont pas trompés. Car le culte du phallus n’était pas seulement populaire, c’était surtout une survivance matriarcale, que le patriarcat en pleine ascension n’avait pu éradiquer.

Le message de ceux qui s’autoproclamaient « aristocrates » était clair, net et précis : «Nous voulons bien des privilèges que nous confère ce membre – le pouvoir absolu pour nous, les femmes au gynécée et les petits garçons pour notre récréation – mais nous ne voulons pas des servitudes qu’il implique, nous ne voulons pas être astreints à des performances « utiles à la société » dont nous nous contrefichons. Ils venaient d’entamer leur longue marche vers la brebis Dolly.

Tout l’art grec témoigne avec éclat de cette volonté de s’affranchir des obligations sexuelles liées à la nécessité de la reproduction : que ce soit dans la statuaire ou la poterie (puisque la peinture est perdue) ce ne sont partout que dieux surdimensionnés, qu’athlètes aux muscles hypertrophiés arborant tous, sans exception, des zizis d’enfants de dix ans, bistouquettes minuscules qui ne correspondent nullement à une esthétique particulière mais à une volonté politique.

5. Silène portant Dionysos.jpg

6. Amphore_panathénaïque.jpg

7. Hector.jpg

Qui a dit que l’histoire se répète ?

Rosa Llorens est allée voir une exposition au Musée d’Orsay. Elle raconte.

 

1er octobre 2013

Masculin/Masculin : y a-t-il encore une place pour les femmes dans la culture unigenre ?

8. Masculin-Masculin.jpgRosa LLORENS

Même si le musée d’Orsay annonce "un projet innovateur et très ambitieux", les critiques ne semblent pas enthousiastes : "une exposition confuse, parce que dépourvue de toute réflexion historique" (Le Monde), "L’homme nu en mal de sens" (Exponaute), "Dans ce festival de fesses, les oeuvres académiques, hélas, abondent" (Télérama).

La visite a de quoi, en effet, laisser perplexe ; mais on peut, derrière les déclarations affichées, y saisir quelques fils conducteurs, religieux, socio-historiques anti-féministes, qui confirment le rôle que joue aujourd’hui l’homosexualité en tant que nouveau chien de garde.

La première question qu’on se pose porte bien sûr sur le but d’une telle exposition : la présentation officielle insiste sur "les dimensions et les significations du nu masculin dans l’art". Est-ce vraiment une entrée féconde ? Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne parvient guère à englober de belles oeuvres ; elle aboutit plutôt à un musée des horreurs pompier, où on nous promène de Bouguereau et Flandrin aux kitschissimes Pierre et Gilles, et à une sorte de réalisme "homo-soviétique" avec Le Bain de Paul Camus et ses deux garçons nus dans une salle de bain, se lavant "après l’amour" (nous informe le commentaire).

Peut-on prendre au sérieux cette volonté pédagogique ? Difficile de s’imaginer conduisant une classe dans cette exposition ; du reste, on peut lire, avant une des dernières sections, un avertissement, assez discret, mais très pertinent : "Attention, certaines oeuvres présentées dans cette section de l’exposition sont susceptibles de heurter la sensibilité du jeune public." (Une visiteuse se félicitait de ne pas être venue avec son fils, ni, d’ailleurs, avec son mari).

Mais c’est toute l’exposition qui dément le prétexte pédagogique : comment s’interroger sur "les dimensions et significations...", etc, alors qu’elle suit une ligne de confusionnisme décidé, encadrant savamment un tableau religieux (le Christ après la déposition) par des corps d’éphèbes langoureux, ou quelques auto-portraits électriques d’Egon Schiele par des photos érotiques ? Nous sommes volontairement égarés le long d’"un parcours thématique aux intitulés interchangeables" (selon l’expression d’Exponaute).

Certains regrettent que l’exposition n’assume pas ce qui est sa véritable finalité : l’exaltation du corps masculin, vu dans le cadre d’un imaginaire homosexuel. Cependant, malgré un saupoudrage d’oeuvres strictement académiques (comme Les Baigneurs de Cézanne), cette orientation est évidente et trouve son "apothéose" dans les photos de grand format aux couleurs fluo de Pierre et Gilles et de David LaChapelle.

Cette exaltation produit-elle du moins des effets subversifs, comme elle voudrait le faire croire ? Les panneaux explicatifs évoquent une épopée dont l’enjeu serait la représentation sans voiles du sexe masculin ! cette lecture héroïque occulte des réalités plus sérieuses.

D’un bout à l’autre de l’exposition, s’affirme une volonté cynique de dégrader tout ce qui est religieux, commune aujourd’hui à toute l’industrie de la propagande (à commencer par la publicité). De chaque tableau religieux, on nous invite à ne retenir que la représentation de la (semi-)nudité masculine et à le considérer comme une préparation aux tableaux ou photos modernes ouvertement homo ; ainsi du thème de l’Ecce Homo, qui aboutit à l’Ecce Homo (version an 2000) de Kelinde Wiley, où un Noir dévoile tendrement un autre Noir qui regarde le spectateur : que peut-il bien avoir à nous dire ?

On sait que le thème du Saint Sébastien a souvent donné lieu à des tableaux ambigus, avec des martyrs trop beaux qui, selon une lecture psychanalytique, reçoivent avec volupté les flèches qui les blessent. Mais les peintres et photographes homo prennent cette lecture au pied de la lettre, et on voit, dans l’Ex-voto à saint Sébastien, d’Alfred Courmes, un jeune marin d’une esthétique Jean-Paul Gaultier, en béret à pompon, et marinière qui met en valeur ses fesses nues. Et on termine l’exposition sur une toile gigantesque, L’Ecole de Platon, de Jean Delville, où Platon est représenté comme un Christ entouré de 12 jolis disciples androgynes.

Mais le comble de l’odieux est atteint avec une des photos-tableaux vivants de LaChapelle : Wouldbe Martyr and 72 Virgins, où un beau Gulliver noir est ficelé par 72 poupées Barbies voilées, sur un sol jonché de pierres, de cocktails molotov et d’un bazooka : la prétendue transgression homosexuelle sert à reconduire les pires clichés de la presse bien-pensante, avec son association obsessionnelle entre Islam, violence et fanatisme (le terroriste dont la seule finalité serait de goûter au Paradis d’Allah !).

Malgré l’esthétisme de l’expo, le contexte socio-historique ne peut pas être occulté, sous peine d’ aboutir à l’apologie de comportements jugés "élégants" à l’époque symboliste mais qu’on doit aujourd’hui qualifier de criminels. On s’extasie sur le Jeune Homme au bord de la mer de Flandrin (1836) et la communion de l’homme et la nature qu’il traduirait ; mais, une section plus loin, on apprend que le tableau était devenu une icône dans "les cercles homosexuels de l’avant Première Guerre mondiale" ; on revient alors sur une photo de Wilhelm von Gloeden, Nu masculin à Taormine, qui représente un jeune berger en pagne, dans la même position foetale, et on comprend que ce photographe faisait partie de ces riches Européens du Nord qui allaient chercher dans les pays méridionaux et maghrébins des amours homosexuelles bon marché, tel Gide en Algérie. La décontextualisation esthétisante vise à nous faire oublier l’exploitation sexuelle des pays colonisés.

Dans la même veine, un critique qui trouve que l’expo ne va pas assez loin dans l’exhibition du sexe masculin et son activité, cite comme un exemple d’audace la danse érotique et le sexe enrubanné d’un jeune noir dans Paradis : Amour, d’U. Seidl ; mais il ne pense pas à le resituer dans le contexte de l’exploitation touristique, y compris sexuelle, du Kenya.

Mais, parmi tous les exclus de l’expo, il faut citer aussi les femmes : "du désir féminin, il n’est quasiment jamais question", remarque Exponaute ; en fait, les artistes femmes présentes ne font qu’aller dans le sens des fantasmes homoérotiques, de façon parfois encore plus crue (c’est en cela que consiste un certain porno-féminisme). Et cette absence va beaucoup plus loin : l’exposition nous enferme dans un univers d’où les femmes sont exclues, parce qu’on n’a plus besoin d’elles. Le dernier fil conducteur de l’expo semble être que les hommes les remplacent avantageusement dans tous les domaines.

Sur le plan esthétique, d’abord, un des panneaux explicatifs nous fait savoir, d’emblée, que le corps masculin, plus ferme et musclé, a l’avantage. Ce que confirme la photo Pin-up. Jennifer Miller as Marilyn Monroe, de Zoé Léonard, où un transsexuel s’étire voluptueusement sur un tissu rouge, montrant en effet des courbes dignes de Marylin ! De même, Pierre et Gilles remplacent le mythe de Léda (fécondée par un cygne) par celui de Ganymède, où le bel éphèbe câline son aigle.

Sur le plan sexuel et affectif, aussi, on voit les photos de couples masculin/masculin se multiplier. Mais on va plus loin : les hommes peuvent aussi remplacer les femmes dans leur fonction de maternité, et en tant que symboles de fécondité. Ainsi, George Platt Lymes montre, dans un montage-photo, une Deuxième naissance de Dionysos. Certes, c’est un thème mythologique, mais, tandis que, dans l’iconographie classique, Zeus garde toute sa majesté, ici, au moment où le petit Dionysos sort de sa cuisse, il se tord dans les douleurs de l’enfantement - fantasme homosexuel illustré, mais sur un mode grotesque, par Malaparte, dans La Peau.

On peut aussi citer le tableau de Lucian Freud : Parties de Leigh Bowery, sorte de réplique parodique à L’Origine du monde, où le sexe masculin remplace le sexe féminin. (Le thème est aussi décliné par une artiste, Orlan, où la même image est intitulée : L’Origine de la guerre, ce qui conduit à se demander jusqu’à quand on va continuer à iconiser ce tableau de Courbet, qui avait d’abord trouvé sa place dans un harem égyptien).

Curieuse présentation que celle de l’exposition, où le sous-titre savant et objectif - le nu masculin dans l’art- est contredit par l’enfermement et le prosélytisme du titre- Masculin / Masculin (l’exposition de Vienne qui a servi de modèle était plus directe : Nackte Männer, Hommes nus). La glorification du corps masculin y apparaît comme une cause héroïque à défendre : auprès d’elle toute culture et croyance religieuses deviennent dérisoires, et elle doit passer avant les luttes de libération des peuples. Enfin, en intégrant ce qu’il y a de plus contestable dans la vision de la femme (la réduction de la personne à un corps-objet érotique) et en s’annexant ses spécificités, elle exclut les femmes de façon radicale.

Rosa Llorens

URL de cet article 22698
http://www.legrandsoir.info/masculin-masculin-y-a-t-il-en...

 

*

Pendant qu’on y est…


L’AFFAIRE DU BANKSY DÉCOUPÉ. À QUI APPARTIENT LE STREET ART ?

9. Mural de Banksy  volé - à qui appartient le Street art.jpg

10. Banksy 2.jpg

NEWS NEWS NEWS Dans la nuit du 16 au 17 février 2013, un mural peint au nord de Londres par le célèbre peintre de rue Banksy  est découpé. Quelques jours plus tard, le morceau de mur peint réapparait dans une galerie de Miami, mis en vente pour 500,000 dollars. Les habitants du quartier manifestent, Banksy proteste, les galeristes affirment que l'oeuvre leur a été vendue par le propriétaire du mur. A qui appartient donc le "street art" ? Enquête (une version courte de cet article est parue dans Le Monde).

C’est un garçonnet pied nus, en chemise déchirée, cousant à la machine une guirlande de petits drapeaux anglais. Le pochoir s’appelle « Slave work », « travail d’esclave ». D’un mètre carré environ, il a été peint en juin 2012 sur un mur de Haringey, au Nord de Londres, pour se moquer des festivités du Jubilé de diamant de la Reine. Les médias anglais l’ont beaucoup montré. Son auteur est le plus fameux artiste de rue d’Angleterre, et le plus coté, l’invisible Banksy. On retrouve sa patte : de l’émotion, un humour noir, très politique.

Au cours du week-end du 16-17 février 2013, « Slave work » disparaît, découpé dans le mur, à la grande surprise des habitants. Quelques jours plus tard, il est mis aux enchères pour 500000 $ (375000 €) sur le catalogue de la salle de ventes, Fine Art Auctions Miami, aux Etats-Unis. Aussitôt, un élu de Haringey, Alan Strickland, écrit au Arts Council d’Angleterre, en charge de la promotion et la défense des artistes anglais, pour lui demander de s’opposer à la vente. Il lance sur tweeter la pétition Saveourbanksy (Sauvez notre Banksy) : « La communauté de Haringey estime que cette œuvre nous a été donnée gratuitement, et qu’elle doit la garder.»

Lire la suite…

Source : http://fredericjoignot.blog.lemonde.fr/2013/03/02/laffair...

 

*

11. Des films - TITRE.JPG

Mais – revenons-y – Rosa Llorens, critique d’art, est aussi notre critique de cinéma préférée. Que voilà une belle occasion de vous servir ses derniers délectables comptes-rendus.

Moisson de l’été

*

24 septembre 2013

Cinema Komunista : hommage à la Yougoslavie.

12. Cinéma Komunista.jpgRosa LLORENS

Deux films de mémoire sortent cette semaine : Cinema Komunisto, de Mila Turajlik et : Barcelone, avant que le temps ne l’efface, de Mirèia Ros. Tous deux auraient pu se référer, en sous-titre, au livre de G. Orwell, Hommage à la Catalogne.

Malheureusement, le deuxième se contente de dérouler les souvenirs de quelques grandes familles de la bourgeoisie industrielle et mécène de l’époque moderniste (fin XIXe-début XXe) ; il apporte certes des informations intéressantes et même amusantes, ainsi l’étymologie du mot "culé" (supporter du Barça) : le choix du terrain du nouveau stade, le futur Camp Nou, s’était porté sur un champ de choux, "col" en catalan ; "coler", amateur de choux, s’est ensuite déformé en culé, qui se prononce de la même façon. Mais c’est un film narcissique, et on a du mal à partager la nostalgie des auteurs (du film, et du roman qui l’a inspiré) qui semblent penser que la fin des grandes dynasties bourgeoises est la fin de Barcelone (pas la moindre allusion au projet de deuxième Renaissance catalane à travers la revendication de l’indépendance).

Au contraire, Cinema Komunisto est un hommage au peuple yougoslave et au projet fédérateur de la Yougoslavie. Avec l’histoire des studios Avala de Belgrade (qui rivalisaient avec Cinecittà), c’est toute l’histoire de la Yougoslavie (1945-1991) qui défile sous nos yeux, à travers les souvenirs d’un directeur d’Avala, un acteur idole du public yougoslave, Bata Zinojenovic, et, surtout, le projectionniste privé de Tito, Leka Konstantinovic, qui, pendant plus de 30 ans, lui a montré un film par jour.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/cinema-komunista-hommage-a-la...

 

*

5 août 2013

Offline : un Passé conjugué en flamand.

13. Offline - flamand.jpgRosa LLORENS

L’été est déprimant au cinéma : dans Journal intime, Nanni Moretti, resté à Rome, constate qu’il a le choix entre films d’horreur américains et pornos. Le Nouvel Observateur, lui, nous conseille les rééditions. Mais il y a plus stimulant : découvrir des "petits" films, plus visibles, maintenant que nous ne sommes plus assommés par de grosses campagnes de pub. Plutôt que Wolverine et autres loups-garous, vampires et amateurs de tronçonneuses américains, pourquoi ne pas aller voir du côté des voisins belges, tellement plus surprenants que les Persans en habits parisiens estampillés par les médias officiels ?

Que peut-on en effet trouver chez des Iraniens qui ont renié leur pays et qui ne tournent que pour le public européen et, plus spécialement, le Tout-Paris ? des clichés insipides comme de la world food, autour, par exemple, d’une famille recomposée suivant les canons du sociétalement correct.

Dans Offline, par contre, tout a la saveur du réel, l’accent du vrai : nous sommes à Gand (mais nous ne verrons pas de canaux, seulement des quartiers de grands ensembles), en territoire flamand ; Rudy est spécialisé dans la réparation de machines à laver, sa femme est coiffeuse, son meilleur ami, Rachid, un immigré francophone connu en prison, est chauffeur de taxi. Pas de familles recomposées ici : Rachid tient à la réussite de son mariage, dont sont nés trois garçons. Quant à la famille de Rudy, elle reste décomposée depuis sa condamnation à la prison : sa femme vit seule, dans le chagrin et la rancoeur, leur fille Vicky essaie de financer ses études (bien compromises) grâce à la messagerie rose, sous le pseudo de Sweetlips.

Lire la suite…


Source : http://www.legrandsoir.info/offline-un-passe-conjugue-en-...

 

* 

28 juin 2013

Diaz, les G8 et le vrai visage de la démocratie.

14. DIAZ.jpgRosa LLORENS

Après Piazza Fontana, de M.T. Giordana, Daniele Vicari vient encore illustrer avec force le genre du cinéma politique italien : bien que Diaz, Un crime d’Etat, concerne les terribles événements du G8 de Gênes en 2001, sa sortie pendant le récent G8 qui s’est tenu en Irlande lui redonnait une pleine actualité.

On peut sans doute faire des reproches au film (Vicari en a reçu aussi bien de la droite et de la police, que de l’extrême-gauche qui lui reproche de ne pas avoir assez parlé de son projet politique) ; mais on a trop besoin de ce type de film pour ne pas le saluer avec gratitude, alors que les medias traditionnels ne sont plus que bourrage de crâne, et en ces temps de trahison des clercs : dimanche dernier, l’inénarrable Michel Serres dissertait sur France-Info (à propos de récentes manifestations) sur Expertise ou Vérité et Opinion, suivant l’opposition scolastique entre Logos et Doxa (pont aux ânes de tout candidat au Bac de philo), pour conclure que les chiffres donnés par la police, relevant de l’Expertise, et donc de la Vérité, sont incontestables, tandis que ceux donnés par les organisateurs des manifestations, relevant de l’Opinion, ne devraient pas être cités (car les mettre en parallèle avec les premiers serait offusquer la Vérité).

Il ne reste donc, pour ouvrir de petites fenêtres sur la réalité, que le cinéma. Le G8 de Gênes a fait un mort, un jeune de 22 ans, Carlo Giuliano, tué d’une balle, mais aussi écrasé à deux reprises par un véhicule de la police. Ceci a marqué les esprits ; mais qui se souvient de la suite ? C’est de cette suite que traite le film.

Diaz s’ouvre sur une scène énigmatique (qu’on reverra plusieurs fois et qui ponctue la première partie du film) : un jeune lance une bouteille qui vient s’écraser à côté d’un véhicule de la police, selon une trajectoire qui se déroule au ralenti et à l’envers : c’est en effet le petit incident fatidique qui va aboutir à un déchaînement de violence policière. Après la mort de Giuliano, les autorités italiennes, voulant en finir avec les jeunes qui continuaient à tenir tête à la police, multipliaient les provocations, cherchant un prétexte : cette bouteille leur permet de se présenter comme menacées et d’utiliser un certain article de loi pour justifier une vaste opération, l’assaut de l’Ecole Diaz. Des centaines de policiers, de Gênes, mais aussi des renforts venus de plusieurs autres villes, attaquent pendant la nuit moins d’une centaine de jeunes anti-système qui dormaient dans le gymnase. La caméra, très mobile, nous plonge dans la violence, la confusion et la panique de cette nuit : elle suit l’irruption des hordes de policiers, les coups de matraques qui s’abattent sur garçons et filles indifféremment, mais aussi sur des médecins et des journalistes, la chasse à l’homme dans les étages de l’école, où on débusque de petits groupes de leurs précaires cachettes, et les mares de sang qui s’élargissent (d’où le sous-titre italien : Don’t clean up this blood) : et tout cela est scrupuleusement exact, il suffit de comparer le film aux vidéos tournées sur le vif.

Lire la suite...


Source : http://www.legrandsoir.info/diaz-les-g8-et-le-vrai-visage...

 

*

19 juin 2013

La Bataille du Chili, 40 ans après.

15. Bataille du Chili.jpgRosa LLORENS

Le 11 septembre 2013, il y aura 40 ans du coup d’État de Pinochet et de la mort d’Allende, mais c’est aussi les 40 ans du Coup d’État du 27 juin 2013 en Uruguay (petit pays dont on parle moins souvent mais où la dictature militaire a mené une répression plus sanglante, proportionnellement au nombre d’habitants, qu’en Argentine). Grâce à la Coordination "40 ans après", on a pu revoir au cinéma Action Christine La Bataille du Chili, de Patricio Guzman.

Le film, tourné pendant la présidence d’Allende, dans des conditions dramatiques, pourrait s’intituler Chronique d’un Coup d’État annoncé : effectivement, dès la victoire d’Allende aux élections de septembre 1970, les partis politiques de droite, les secteurs radicaux de l’armée et la CIA avaient mis au point la stratégie du chaos qui devait conduire au coup d’État.

La grande difficulté, pour l’équipe de tournage, dit P. Guzman, était le décalage entre le peu de moyens matériels (le film fut tourné grâce à la pellicule offerte par Chris Marker, et monté, après le coup d’État, à Cuba) et la masse d’événements et l’effervescence des années 70-73 : il fallait choisir et planifier ce qu’on allait couvrir ; les choix furent judicieux, puisqu’on suit le film dans l’angoisse, l’estomac noué, revivant les possibilités extraordinaires de cette période, tout en pensant aux tragédies humaines auxquelles elle a abouti ; mais on assiste aussi, au-delà du documentaire, à de grands moments de cinéma.

Les séquences font alterner trois groupes, trois centres de pouvoir : les ouvriers dans leurs usines, la droite parlementaire appuyée sur l’armée, et, entre les deux, Allende et le gouvernement d’Unité Populaire.

Face à la stratégie de tension et de sabotage de la part de la droite, Allende ne pouvait compter que sur le peuple : il a donc encouragé les ouvriers à s’organiser, ce qu’ils ont fait avec une détermination et une efficacité impressionnantes ; les usines passent entre les mains du peuple, constituant les nouveaux "cordones", où le travail est inséparable des actions de défense : on voit les ouvriers dresser des barricades et obliger la police mais aussi le gouvernement, qui voulait revenir sur ces nationalisations sauvages, à reculer.

Lire la suite…


Source : http://www.legrandsoir.info/la-bataille-du-chili-40-ans-a...

 

*

16. Rohani vs Bibi.jpg

Sans raison. Juste parce qu’elle nous fait rire.

 

*

Jean-Sébastien-Bach et Fats Waller

 

*

Mis en ligne le 6 septembre 2013.







22:09 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/09/2013

Espoirs brisés (suite au précédent)

1. To Gaza with love.jpg

 

Espoirs brisés

(Suite au précédent)

 

20 septembre 2013

Broken Hopes : superbe documentaire sur la fragmentation du territoire palestinien

20 ans après les accords d’Oslo…

En 1993, la signature des accords d’Oslo a suscité un immense espoir, celui de la reconnaissance de l’existence du peuple palestinien et de ses droits.
La poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin à Washington reste une image forte imprimée dans notre mémoire collective. Autrefois symbole de l’espoir de l’établissement d’une paix durable, cette rencontre historique est aujourd’hui synonyme d’échec pour la plupart des analystes et d’une grave régression sociale et économique pour les Palestiniens.

Le webdocumentaire

L’Agence VU’, Action contre la Faim et Darjeeling s’associent pour vous présenter BROKEN HOPES | Oslo’s legacy, une expérience documentaire de 20 minutes réalisée par le photographe Cédric Gerbehaye et la journaliste Eve Sabbagh en territoire palestinien occupé.

Alternant des séquences de voyage tournées grâce à un dispositif GoPro et des témoignages de Palestiniens et d’Israéliens, l’internaute est plongé dans un voyage interactif du Sud au Nord de la Cisjordanie. L’interface principale composée d’une carte dynamique et interactive vient apporter des éléments de compréhension en regard des séquences de voyage.

Source : http://www.legrandsoir.info/broken-hopes-superbe-document...

 

BANDE ANNONCE

 

Film à visionner ici : http://broken-hopes.fr/#

 

*

29 septembre 2013

Les plans israéliens en Cisjordanie ne laisseront pas grand chose aux Palestiniens (Znet)

2. PALESTINE partage.jpgNoam CHOMSKY

Les dialogues de paix qui commencent à Jérusalem se déroulent dans un cadre et sur la base de principes qui méritent qu’on y regarde de près.

L’un des principes de base c’est qu’il existe deux options : soit on parvient à un accord pour deux États, soit on ira inévitablement vers ce qui est la réalité – un État « de la mer au Jourdain », une issue qui représenterait « un risque immédiat de disparition de l’identité d’Israël comme État juif et démocratique », cela étant dû à ce qu’on appelle « le problème démographique », une future majorité palestinienne dans un État unique.

C’est Yuval Diskin, ancien agent du Shin Beth (les services de sécurité en Israël), qui a employé cette formule, mais ces idées font quasiment l’unanimité aussi bien chez les commentateurs politiques que chez les universitaires. Cela est toutefois très incomplet. Il existe en effet une troisième option, la plus réaliste : Israël continuera sa politique actuelle avec le soutien des États-Unis, soutien économique, militaire et diplomatique – bien que parfois accompagné de quelques mots de désapprobation.

Les objectifs politiques sont assez clairs. Leurs racines remontent à la guerre de 1967. Et ils ont été maintenus avec une détermination spéciale après les Accords d’Oslo de septembre 1993. Ces Accords avaient déterminé que Gaza et la Cisjordanie représentaient une entité territoriale indivisible. Israël et les États-Unis ont aussitôt fait en sorte de les diviser, ce qui signifie que quelle que soit l’autonomie que les Palestiniens obtiendraient en Cisjordanie ils resteraient coupés du monde extérieur.

L’étape suivante a été de créer une vaste zone appelée le Grand Jérusalem, incorporée à Israël, en tant que capitale – cela en violation directe des ordres du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette zone représente un obstacle de taille pour la construction d’une éventuelle entité palestinienne. Un corridor vers l’est de la nouveau Grand Jérusalem inclut la ville coloniale de Ma’aleh Adumim, fondée dans les années 1970, mais construite dans une grande mesure après les Accords d’Oslo. Elle représente quasiment une barrière de séparation à l’intérieur de la Cisjordanie.

Des corridors vers le nord – incluant d’autres villes coloniales – divisent ce qui resterait comme territoire sous contrôle palestinien – des « bantoustans », comme les appelle l’un des principaux architectes de cette politique, Ariel Sharon, en référence aux territoires qui en Afrique du Sud étaient réservés aux noirs durant l’apartheid.

Dans le même temps Israël continue de faire passer des territoires de son côté le long du « mur de séparation » qui coupe au travers de la Cisjordanie ; ainsi Israël saisit des terres arables et des ressources en eau, ainsi que des villages palestiniens. Cela inclut aussi des blocs de colonies qui « resteront partie intégrante d’Israël quelque soit l’accord de paix qui adviendra » ; c’est que qu’avait affirmé le porte-parole du gouvernement israélien, Mark Regev, lorsque les négociations en cours ont été annoncées.

La Cour internationale de justice (CIJ) a déclaré que tout cela est illégal ; le Conseil de sécurité de l’ONU avait d’ailleurs déjà déclaré que toutes les colonies sont illégales. Les États-Unis s’étaient ralliés au reste du monde et avaient accepté cette décision durant les premiers temps de l’occupation. Mais sous Ronald Reagan, cette position a été modifiée, parce que considérée « néfaste pour la paix », et Barack Obama l’a encore plus affaiblie, puisqu’il a considéré « qu’elle n’aide pas à la paix ».

Israël a aussi nettoyé la vallée du Jourdain de Palestiniens, y a établi des colonies juives, y a creusé des puits, et prépare donc l’intégration de la région à Israël.

Cela achèvera d’isoler toute future entité palestinienne en Cisjordanie. Dans le même temps d’énormes projets d’infrastructures à travers toute la Cisjordanie – excluant les Palestiniens – font avancer l’intégration à Israël, avec une probable annexion à la clé.

Les espaces qu’Israël saisit seront quasiment libres d’Arabes. Il n’y aura plus de « problème démographique », ou de droits civiques, ou de lutte anti-apartheid, contrairement à ce que beaucoup de défenseurs des droits des Palestiniens prévoient dans un État unique.

Il reste des questions. Avant l’ère Obama les présidents États-uniens avaient interdit à Israël de construire des colonies dans la zone E1 – une zone en dispute qu’Israël espère développer. Cela achèverait de séparer le Grand Jérusalem des zones sous contrôle palestinien. Ce qui va se passer là demeure incertain.

Alors que les négociations s’ouvraient, Israël a clairement affirmé ses intentions et a annoncé de nouvelles constructions à Jérusalem-Est et dans diverses colonies. La liste des colonies constituant des « priorités nationales » a été augmentée. Les constructions sont encouragées, avec des incitations à la clé pour les colons juifs.

Obama a clairement fait connaître ses intentions en désignant Martin Indyk comme chef des négociateurs ; il est issu du lobby pro-israélien. Il aura comme proche collaborateur le conseiller présidentiel Dennis Ross. Ce dernier part du principe qu’Israël a des « besoins », lesquels sont bien plus importants que les desiderata des Palestiniens.

Ces évolutions nous mènent à un deuxième principe de base : les Palestiniens ont entravé le processus de paix en imposant des pré-conditions. En réalité ce sont les États-Unis et Israël qui imposent d’importantes pré-conditions. La première pré-condition c’est que le processus doit rester sous le contrôle des États-Unis, alors qu’ils sont participant actif au conflit, du côté israélien, et non pas un « honnête médiateur ». La deuxième pré-condition c’est que la colonisation doit pouvoir se poursuivre.

Il existe un immense consensus international en soutien à la solution à deux États, sur les frontières internationalement reconnues, peut-être avec « des ajustements mineurs et réciproques » sur la ligne du cessez-le-feu de l’année 1949. Ce sont les mots qu’employait la diplomatie états-unienne à une époque plus ancienne. Ce consensus inclut les États arabes et l’Organisation de la conférence islamique (et donc l’Iran). Depuis 1976 les États-Unis et Israël font opposition à cette position consensuelle. En 1976 les États-Unis avaient opposé leur veto à une résolution basée sur ce consensus et qui avait été proposée par l’Égypte, la Jordanie et la Syrie.

Cette longue histoire de refus se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Le plus récent veto états-unien au Conseil de sécurité de l’ONU concernant le territoire palestinien remonte à février 2011. Il s’agissait d’une résolution qui était en principe conforme à la position officielle des États-Unis – la fin de l’expansion des colonies illégales israéliennes. Et l’histoire du refus va bien au-delà du Conseil de sécurité de l’ONU.

Erronée aussi est la question de savoir si le premier ministre israélien, faucon, accepterait un « État palestinien ». En fait son administration a été la première à admettre cette possibilité lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1996, après Yitzhak Rabin et Shimon Peres, qui eux rejetaient cette option. David Bar Ilan expliquait que certaines zones seraient laissées aux Palestiniens, et que s’ils voulaient les appeler « un État » Israël ne s’y opposerait pas – ils pourraient aussi bien les appeler « poulet frit ».

Ce commentaire reflète l’attitude de la coalition États-Unis-Israël quant aux droits des Palestiniens. Dans la région il y a un grand scepticisme au sujet de la réactivation actuelle du « processus de paix » par Washington. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Noam Chomsky

Source : http://www.zcommunications.org/israels-west-bank-plans-wi...

Traduction : Numancia Martinez Poggi

URL de cet article 22683

*

29 septembre 2013

La "Conférence de paix" occulte la destruction de la Palestine.

Jacques BUDE

3. Destruction Palestine.jpg

 « Mettre fin aux spéculations sur les mirages de la fin de l’occupation et les chimères quant à la création d’un État palestinien au moyen des négociations, alors que ces tentatives ont échoué de manière cinglante. … L’expérience de vingt années de négociations avec l’entité sioniste prouve que celle-ci, par sa composition, sa nature, son comportement raciste de colonisation et de haine et sa politique ne montre aucune disposition pour une paix véritable qui garantisse au minimum les droits nationaux de notre peuple. … La colonisation s’est poursuivie pendant ces vingt ans de négociations et s’est multipliée par trois, voire par quatre. Tandis que la judaïsation de Jérusalem se propage inexorablement. » (Marwan Barghouti, mars 2012)

À de rares exceptions près, les initiatives internationales visant à mettre fin au conflit entre Israéliens et Palestiniens considèrent que le dialogue de paix – négociations sans intervention extérieure - est le seul moyen d’atteindre cet objectif. Cette vision des choses est également largement répandue au niveau du sens commun.

Pourtant les ’conférences de paix’ entre Israéliens et Palestiniens - Madrid (1991), Oslo I (1993-1994), Oslo II (1995), Wye River (1998), Charm El-Cheikh (1999), Camp David (2000), Taba (2001), Charm El-Cheikh (2005), Jérusalem (2006), Annapolis (2007) – n’ont ni réalisé ni même contribué à la paix. Ces ’dialogues de paix’ n’ont ni interrompu, ni même ralenti la colonisation de peuplement et la confiscation des terres dans les territoires occupés en 1967. Ils n’ont pas empêché l’État d’Israël de poursuivre, voire d’accélérer l’installation d’Israéliens juifs dans les territoires occupés - aujourd’hui plus de 500000, soit un Israélien juif sur 10 -, l’implantation de colonies fortifiées, la confiscation et le nettoyage ethnique de terres palestiniennes.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/la-conference-de-paix-occulte...

*

Agenda belgo-palestinien 23 09 2013-1.pdf

 

*

Mais à quoi bon lésiner…

Passons de Palestine en Iran, ce n’est pas loin : Pour ceux qui se sont laissé vendre la fable du président Rohani se rapprochant des États-Unis, rien de tel que le texte intégral – même en traduction rapide - de son discours à l’ONU. Nous y voyons, nous, le maintien d’une position ferme autant que justifiée, en même temps qu’une impeccable leçon de morale politique dans la droite ligne de Mahmoud Ahmadinejad. (À faire copier cent fois chaque jour par MM. Laurent Fabius et Guy Verhofstadt. Et à la main, pas en copié-collé !)


29 septembre 2013

Le discours du président iranien Rohani à l’AG de l’ONU (Texte intégral)

4. Rohani.jpeg 

Grâce au nom de Dieu, le Tout-miséricordieux, le Très-miséricordieux

Louange au Seigneur des deux mondes, paix et bénédictions divines au grand Messager et aux Gens de la demeure

 

M. le Président, M. le Secrétaire général ! Mesdames et Messieurs !

Au début, je tiens à présenter mes sincères félicitations à l’occasion du choix de Son Excellence à la présidence de l’Assemblée générale de l’Onu et saluer le travail inlassable de M. Ban Ki-moon.

M. le Président ! Notre monde est empli de crainte et d’espoir : crainte de la guerre et des hostilités à l’échelle régionale et internationale ; crainte du clash meurtrier des identités confessionnelle, ethnique et nationale ; crainte de l’institutionnalisation de la violence et de l’extrémisme, crainte de la pauvreté et des discriminations humiliantes, crainte de l’anéantissement des ressources vitales, crainte de la négligence de l’honneur et des droits de l’homme, crainte de l’ignorance de l’éthique.

En revanche, il y a aussi de nouveaux espoirs face à ces craintes : l’espoir en l’accueil favorable des populations et des élites du monde entier à la devise « oui à la paix et non à la guerre » ; l’espoir à la préférence du dialogue à la lutte, de la modération à l’excès.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/le-discours-du-president-iran...

5. Retour triomphal rtbf.be.jpg

À l’aéroport de Téhéran :  retour triomphal de Hassan Rohani,

après sa semaine new yorkaise.

 

 

*

Et chose promise chose due :

 

Nigel Kennedy et Moustapha (quinze ans) :

Melody in the Wind - Dernière nuit des Proms 2013

 

 

 

*

 

 

Mis en ligne le 29 septembre 2013

21:06 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/09/2013

PALESTINE ENCORE ET TOUJOURS

1. END OCCUPATION.jpg

 

PALESTINE ENCORE ET TOUJOURS

 

APPEL AU SECOURS DES PALESTINIENS

STOP AU BLOCUS DE GAZA !

STOP À L’OCCUPATION ET AUX PERSÉCUTIONS ISRAÉLIENNES !


2. Over again.jpg


RASSEMBLEMENTS CE SAMEDI :

 

Chères amies, Chers amis,

Notre mobilisation s'impose face à la terrible aggravation de la situation en Palestine, qu'il s'agisse de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza, dans le silence le plus complet de nos gouvernants et de la plupart de nos médias... sauf quand il y a des soldats israéliens tués, alors qu'ils occupent illégalement des territoires qui ne leur appartiennent pas.

A Gaza, l'étau se resserre de manière dramatique sur 1,8 million de femmes d'hommes et d'enfants, avec l'aide des militaires égyptiens, qui forment désormais un tandem avec Israël, pour priver la population de nourriture, de soins, de carburant, d'eau potable.

La destruction par l'armée égyptienne de 95 % des tunnels, qui permettaient de continuer à survivre, a des répercussions dramatiques : 

- Plus de transports faute d'essence. Les universités de Gaza annoncent qu’elles vont fermer leurs portes, puisque les étudiants n'ont plus de moyens de transport pour s'y rendre.

- L'électricité, déjà rationnée à 8 h, est désormais passée à 4 h par jour. Les appareils, qui assurent la survie de malades, tombent en panne dans les hôpitaux. 

- Les eaux sales remontent à la surface dans les rues et ne peuvent plus être épurées faute d'alimentation des pompes. Les risques d'épidémies se rapprochent.

(Lire le témoignage d’Amir Hassan :

http://www.europalestine.com/spip.php?article8617 )


Et le monde se tait devant cette catastrophe humanitaire !

En Cisjordanie, dont Jérusalem-Est, la colonisation ne cesse de s'intensifier.

  • Des villages entiers sont détruits, et des dizaines de milliers de Bédouins expulsés.
  • Quand des diplomates veulent leur apporter de l'aide, l'armée israélienne les brutalise, comme dans le cas de l'attachée culturelle du Consulat de France à Jérusalem, la semaine dernière.
  • Les lieux de culte des Palestiniens, et notamment la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, sont régulièrement attaqués.
  • Les colons et les soldats israéliens agressent en permanence les Palestiniens.
  • Le gouvernement d'extrême-droite vole les terres et l'eau, emprisonne et torture à tour de bras, hommes, femmes et enfants, tout en prétendant s'engager dans des « pourparlers de paix ».

Ainsi 5 enfants d'un village proche d'Hébron sont incarcérés en Israël, accusés, sans la moindre preuve, d'avoir jeté des pierres sur une route empruntée par des colons. 

Ils doivent passer devant un tribunal militaire au début octobre et risquent 25 ans de prison ! 

Ces derniers jours, après que deux soldats de l'armée d'occupation israélienne ont été tués sur les terres palestiniennes où ils n'ont rien à faire, les représailles ne se sont pas fait attendre. Ainsi à Hébron, ville palestinienne, 5000 soldats ont été dépêchés pour martyriser davantage encore la population.

3. chiens.jpg

4. Chien policier.jpg

Ils circulent dans les rues avec des mégaphones et des chiens, obligeant toutes les personnes de sexe masculin à partir de l'âge de 18 ans à sortir de leur maison et à se regrouper sur des places où ils doivent rester les mains en l'air, dans des positions douloureuses, jusqu'à ce qu'ils soient interrogés.

Une centaine ont été arrêtés en 24 heures. 

Le bouclage de la ville est total. Les ambulances n'ont pas le droit de transporter les malades ni les femmes enceintes à l'hôpital.

Israël a construit un mur, soi-disant de séparation, pour soi-disant protéger sa population. Pourquoi y a-t-il plus de 600.000 colons et des dizaines de milliers de soldats israéliens qui sont du côté PALESTINIEN de ce mur ?

5. Mur - roberto-grossi.JPG

                       NOUS VOUS APPELONS À ORGANISER DES RASSEMBLEMENTS DE PROTESTATION DANS TOUTES LES VILLES POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE TOUS LES PALESTINIENS, ENFERMÉS DANS LEURS VILLES, DANS DES PRISONS OU DANS LA BANDE DE GAZA !

A PARIS, NOUS VOUS ATTENDONS :

CE SAMEDI 28 SEPTEMBRE 

DE 14 H A 17 H 

À BEAUBOURG, PLACE EDMOND MICHELET 

M° CHATELET-LES HALLES OU RAMBUTEAU

Rassemblement à l’initiative de CAPJPO-EuroPalestine, Droits Devant, Enfants de Palestine, Nanterre Palestine, PIR (vous pouvez ajouter votre signature à celle de ces premières associations).

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine

Plus d’infos sur  http://www.europalestine.com

6. gaza-occupation.jpg


*

« Riez, » disait notre grand-mère, « la grimace est plus belle. »

 

Syrie : Sept « Israéliens » participeront au démantèlement des armes chimiques !!!!

mercredi, 25 septembre 2013 18 :55

IRIB-L’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) va enrôler sept Israéliens dans l’équipe chargée de démanteler l’armement chimique syrien, selon une source proche du secrétariat technique de l’OIAC.

«En fonction de l’accord russo-américain lié à cette affaire et au mode d’action de l’organisation, celle-ci peut demander l’aide d’experts israéliens, quoiqu’Israël n’est pas membre dans l’organisation, à condition de détenir d’autres nationalités qu’il est permis d’admettre sur le sol syrien», rapporte la source.

Sept experts israéliens sur les neuf qui ont été contactés ont exprimé leur disposition à adhérer à l’équipe qui devrait se rendre en Syrie. Ils détiennent aussi, respectivement, les nationalités allemande, russe, biélorusse, ukrainienne, française et canadienne.

Ils ont été contactés à la demande du canadien Scott Cairns, le vice-président de la Commission d’enquête dans «le massacre de Ghouta» et du directeur général de l’organisation, l’ambassadeur turc Ahmad Azomjo.

Le premier, qui travaille dans l'inspection des armes chimiques depuis une dizaine d'années, est un chercheur et un entraîneur militaire du Centre de recherche et de développement pour la défense. Il serait détenteur de la nationalité israélienne. Quant au Turc, il avait été consul à Alep au début des années 80. Entre 1999 et 2002, il a occupé le poste d'ambassadeur de Turquie en «Israël», puis auprès de l'Otan entre 2002 et 2004.

Cinq des sept Israéliens travaillent pour l’Institut israélien de recherches biologiques, chargé d’études chimiques et biologiques défensives et militaires, directement lié au Premier ministre. Cet Institut aurait été créé pour développer les produits nécessaires à la guerre biologique et chimique et pour assurer la défense contre de telles armes. On y développerait, entre autres, des dizaines d’espèces de microbes dangereux comme l’anthrax, des produits de guerre chimique et des poisons complexes, c’est l’un des instituts les plus secrets au monde. Les deux autres Israéliens travaillent respectivement en Europe et au Canada.

La source proche du secrétariat technique de l’OIAC dit s’attendre à ce que le cours des inspections soit entaché de scandales pires que ce qui s'était passé en Irak, où les agents des services de renseignements américains et israéliens récoltaient des informations pour le compte de leurs pays et non pour celui des Nations Unies ! «Certains avaient même pollué des armes irakiennes traditionnelles avec des produits chimiques interdits, armes qu'ils ont par la suite apportées avec eux pour fabriquer le chef d'accusation contre le gouvernement irakien, sous prétexte qu'il occultait des armes chimiques».

Un certain nombre d'agents israéliens de cet institut en question étaient parvenus l'été dernier à s'infiltrer, via la frontière turque, vers les usines militaires situées dans la localité de Safira au nord d'Alep, grâce à l'aide des services de renseignements turcs et du chef du Conseil militaire d'Alep, le colonel déserteur Abdel Jabbar Akidi, selon cette même source.

7 bis. Armes chimiques.jpg

 Source : http ://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/276312...

.

*

Un conflit religieux, la Saint-Barthélemy des musulmans égyptiens ?

Allons, allons !

 

24 septembre 2013

 

Égypte : Carnage et Saccage.

.par Georges Stanéchy – sur À contre-courant

N.B. : Ce billet, dans sa première partie, a été publié le 27 août 2013. Complété, par apports successifs depuis, il est remis en ligne dans son intégralité.

Texte long pour un blog, peut-être. En réaction, dérisoire certes, à l’intense lavage de cerveau que nous inflige notre industrie de la désinformation.
Pour ne pas oublier, au-delà des ravages actuels en Syrie et ailleurs, que l’Egypte vient d’être plongée à nouveau, à la suite du coup d’Etat de juillet dernier organisé par l’Occident, dans un des régimes dictatoriaux les plus sauvages de notre planète.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

« Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi ! »

« Si nous voulons que rien ne change, il faut que tout change ! »

Guiseppe Tomasi di Lampedusa – Le Guépard (1)

8. egypt-massacre.gif

L’hystérie

Méticuleusement et puissamment orchestrée par nos industriels de la désinformation sur fond de gaz toxiques en Syrie, répandus par on ne sait trop qui, tuant on ne sait trop combien. Avec des vidéos de victimes "gazées", diffusées sur Internet la veille de l’évènement…

Seule certitude : les mercenaires de l’OTAN, résidus des cuves de la délinquance de ses pays membres "recyclés" en "libérateurs" des peuples, s’illustrant sur place depuis de nombreux mois en rapines et massacres en tous genres, ne figurent pas parmi les victimes…

Les cris d’horreur de La Bonne Conscience de nos menteurs professionnels, complices des pires crimes de guerre, politiciens et médias confits de cynisme et de corruption poussant le monde au bord du précipice d’une guerre mondiale, sont si couinants que carnages et saccages organisés en Egypte par les militaires, à la suite du récent coup d’Etat, en sont pratiquement oubliés.

Morsi, président de la "République Egyptienne" depuis un an, vient de se faire renverser par la soldatesque aux ordres de l’Occident. C’est vrai : il n’était pas Allende, même si le général Al Sissi, patron du gang des putschistes, est pire que Pinochet.

Un bain de sang. (2) Plus de mille morts officiellement, officieusement on parle du triple, des blessés par milliers. Après avoir mitraillé des manifestants pacifiques, certains brûlés vifs par des grenades au phosphore, qui avaient eu le tort de refuser le fait accompli. Le reste suit, inévitablement : emprisonnements arbitraires, enlèvements, tortures, par dizaines de milliers. Exécutions sommaires d’opposants par centaines.

Oui. Aujourd’hui, nous sommes tous : Egyptiens.

Mais, à quoi bon s’émouvoir ?... Nous serine la propagande, aux poches bourrées d’argent saoudien. Utilisant son instrument favori, le marteau-pilon de la diabolisation : "mieux vaut une bonne dictature au pouvoir que des islamistes". Entre méchants comment, et pourquoi, faire la différence ?... D’autant qu’ils sont interchangeables et installés au pouvoir par les mêmes donneurs d’ordre.

De quoi perdre effectivement le nord dans ce brouillard de fausses informations, et perpétuel lavage de cerveau. Pourtant, loin de sa complexité apparente, le schéma de déroulement des évènements répond à une logique tout aussi simple qu’implacable…

Lire la suite…

Tous les lecteurs de Georges Stanechy ne sont pas forcément d’accord avec ses analyses, ou pas entièrement. Or, ce sont souvent des amis, d’où le ton inhabituellement civil qui règne dans sa rubrique « commentaires ». Il importe donc non seulement de lire ses articles toujours passionnants, mais aussi les échanges de vues qui les suivent.

Nous nous permettons de rappeler que notre propre conviction en ce qui concerne les guerres dites « de religion » est et reste qu’aucune guerre n’a jamais eu pour cause réelle des motifs religieux et jamais non plus les motifs allégués ; qu’au contraire toutes, sans exception, ont eu pour causes exclusives les deux sempiternels motifs : volonté de puissance (on dit aussi soif de pouvoir) et rapacité (c. à d. volonté d’accaparement), même s’il a souvent été trouvé commode de fanatiser quelques hordes d’exécutants en leur délivrant des « messages » de dieux divers ou des prétentions morales.

Non, la Saint Barthélemy française n’a pas eu la défense du catholicisme pour cause ! Non, la France n’a pas déclaré la guerre à l’Autriche en 1792 pour apporter la Liberté, l’Égalité et la Fraternité aux peuples d’Europe. Non, Napoléon n’est pas entré dans Moscou pour libérer les Russes des Tsars ! Non, aucun peuple n’en a jamais colonisé un autre pour lui apporter les bienfaits de la civilisation !

Pour avoir un joli tableau (romancé) de la façon dont ces choses-là fonctionnent, on peut lire, avec le regard plus clair que donne la distance dans le temps, le « polar historique » de M. Jean d’Aillon, Nostradamus et le dragon de Raphaël(Le Masque, Labyrinthes 2005).

 

*

La « non intervention » U.S. en Égypte :

Les activistes du « printemps arabe » et le lobby pro-israélien

Ahmed Bensaada

26 septembre 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Lorsqu’Israa Abdel Fattah sortit de la prison d’El Kanater, cette soirée du 23 avril 2008, elle n’en croyait pas ses yeux. Elle était finalement libre après 18 jours d’emprisonnement. Vêtue de la version féminine de l’uniforme des prisonniers égyptiens, une sorte de drap blanc couvrant le corps et les cheveux, la mine défaite et les yeux hagards derrière ses lunettes métalliques, elle chercha avidement un visage familier. Elle traversa la grille de métal et, apercevant sa mère, se mit à courir en sa direction. Elle se jeta à son cou et la serra si fort dans ses bras qu’on eût dit que les deux corps n’en formaient plus qu’un. La ferme accolade déclencha une longue crise de sanglots chez la fille que la mère chercha, non sans peine, à endiguer avec de pathétiques consolations. Retransmise à la télévision nationale, cette scène a ému toute l’Égypte et le mythe de la « Facebook Girl » était né.

9. israa abd el fatah.jpegIl faut dire que la mère avait remué ciel et terre pour la libération de sa fille. En effet, deux jours plus tôt, elle avait payé une annonce publiée par le quotidien Al-Masry Al-Youm implorant « le cœur de monsieur le Président de la république, monsieur Hosni Moubarak, le cœur de madame Suzanne Moubarak et le cœur de monsieur le Ministre de l’intérieur, M. Habib El Adli » de libérer sa fille [1]. Elle déclara elle-même à la caméra, entre deux hoquètements, que si elle avait su que son action la mènerait dans une geôle, elle n’aurait rien entrepris.

Mais qu’avait-elle fait de si répréhensible pour avoir mérité l’emprisonnement, attiré l’attention des médias et provoqué une levée de boucliers de la part d’organisations de défense des libertés ? 

Lire la suite…

Source : http://www.michelcollon.info/Les-activistes-du-printemps-arabe.html

 

*

Dernière minute :

Cuba et le Timor Oriental

 

Vendredi 27 septembre 2013

Le président du Timor Oriental à Cuba

Frédéric Delorca – Atlasaltern

Le président du Timor Oriental (Timor Leste), Taur Matan Ruark (un ancien cadre de la guérilla Fatilin, bras armé du Fretilin marxiste jusqu'à la fin de la guerre froide), est arrivé hier à Cuba pour remercier ce pays pour l'aide qu'il apporte au sien. Pays victime en décembre 1975, de terribles massacres, commis par l'armée indonésienne avec la bénédiction des Etats-Unis et dans le silence des grands médias de l'époque, sauf quelques esprits libres comme Noam Chomsky, le Timor oriental a obtenu l'indépendance en 1999 après qu'un tiers de sa population eurent péri sous l'occupation indonésienne.

Eloigné des grands enjeux géostratégiques et des préoccupations occidentales, il bénéficie encore d'une aide cubaine remarquable en matière médicale. Ainsi que l'a reconnu le Guardian le 25 juin 2012, en 1999 il n'y avait plus que 70 généralistes et un chirurgien pour 1 million d'habitants. Grâce à l'envoi de 165 médecins et infirmiers cubains qui encadrent un millier de médecins locaux, le pays compte aujourd'hui six hôpitaux et 200 cliniques rurales. 11 400 vies ont été sauvées en 5 ans entre 2003 et 2008 selon un rapport de Aid Watch Report Australie. 500 médecins du Timor sont sortis de l'université cubaine en novembre dernier. Le programme cubain finance 70 % des dépenses de santé du pays.  

Cuba avait été en 1975 un des premiers pays à reconnaître le gouvernement du Fretilin après la décolonisation par le Portugal. La coopération médicale entre Cuba et le Timor oriental a débuté en 2003, peu de temps après la fin de l'administration provisoire du pays par l'ONU.

F. Delorca

Voir la vidéo ici.

Source :

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-le-president-du-timor-oriental-a-cuba-120283296.html

 

*

Cordes palestiniennes

 


Les quatre saisons du prêtre roux. Interprété par Nigel Kennedy, violon, avec les « Cordes de Palestine » du Conservatoire National de Musique Edward Saïd et des membres de son propre « Orchestre de Vie ».

Autant le dire, nous sommes ici des admirateurs inconditionnels de Nigel Kennedy. La preuve, c’est que nous avons décidé de vous offrir une de ses interprétations à la fin de chacun de nos posts, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

 

 

*

Mis en ligne le 28.9.2013




23:47 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2013

Le bonheur est (toujours) une idée neuve en Europe

1. BLOG - DEBORD -  set-them-free.JPG

« Le bonheur est (toujours) une idée neuve en Europe »

et, certes,

« Les morts de génie travaillent »

 

mais ils sont souvent si dangereux savez-vous qu’il faut savoir les neutraliser, soit en les calomniant, soit en les célébrant.

À propos de papiers, la France vient de nous gratifier de deux pantomimes édifiantes, illustrant presque simultanément cette alternative.

Celle d’abord, des « papiers Robespierre » jaillis de leur bi-séculaire oubliette, que l’État (resté mitterandien, de branche thaïlandaise) s’est assez fait tirer les basques pour « acheter » au nom de la Nation, à condition toutefois qu’un certain nombre de cochons de contribuables mettent doublement la main au gousset pour aider un peu. Les temps sont durs.

Celle, ensuite, des papiers (et autres objets) Debord, sur lesquels le même État ou à peu près s’est jeté, afin que, surtout, l’université de Yale ne les ait pas.

Dans toute société marchande digne de ce nom, un achat se rentabilise. Les reliques de celui qui l’a mise à nu au point de l’écorcher vive viennent donc d’être montrées au public dont elles sont le patrimoine, contre beaux et bons assignats.

2. ane reliques diocese gap embr!un.jpg

Guy Debord. Un art de la guerre

Exposition - du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013 - à la BNF – TGB  François-Mitterrand / Grande Galerie

Avec le soutien de….

3. Louis_Roederer_Cristal_Champagne.jpg

…grand mécène de la culture.

Et de quelques autres, car tout est grand à Lilliput. Quel Swift ou quel Bosch n’eût-il pas fallu pour peindre de telles noces ?

Bref,

Ceci est désormais du passé, mais pourquoi ne pas succomber comme tous nos contemporains à la manie des anniversaires, et le faire à notre manière - habituelle - en retard ou en avance ?

Le 30 novembre prochain, donc, il y aura 19 ans que Guy Debord a passé l’arme à gauche.

Or, s’il est vrai que les morts de génie travaillent, il arrive en outre que certains causent. Parole de fantôme ! Nous sommes allés chez ceux qui les entendent chuchoter… grattent le vélin et rapportent ce qu’ils ont entendu.


*

Carmina Sovietica
par Guy Debord


The time is out of joint : O cursed spite,

That ever I was born to set it right

Shakespeare, Hamlet

 

Ein Gespenst geht um in Europa –

das Gespenst des Kommunismus.

Marx, Manifeste communiste


La Sphère bat comme un tambour aux doigts de l'Atlante qui la porte sur ses épaules. Elle retentit de l'écho des tombes dont sont faits les grains de sa peau. La voix des morts clame à ses oreilles : « Entendez-vous encore le cri de Dante : L'amour meut le soleil et les autres étoiles ? Mais d'où vient-il que les vivants contemplent jour et nuit le ciel sans apercevoir plus qu'un faux plafond constellé d'astres artificiels et d'un lustre jetable en guise de soleil ? D'où leur est venu ce plancher de bitume qui dérobe aux regards des mortels toute voyance des abîmes où nous leur faisons signe ? »

Le bunker de la Valeur passerait pour un monde si n'émettait quelque objection contre pareille outrecuidance la Parole d'un Titan bien placé pour le connaître sur le bout des doigts – mieux que les puces numériques organisant ses fonctions digitales. Je vis alors que j'en faisais partie depuis près de vingt ans, de ces défunts dont le De Profundis faisait résonner le tambour terrestre pour inspirer la mélopée d'Atlas. N’introduit-elle pas au plus profond des sept mers comme au septième ciel, grâce à l’Œil imaginal ? Celui qui autorise  une conteuse orientale à transférer les ruines de Bagdad, Le Caire et Damas vers cette île occidentale. J’ai reçu d’elle ce qui m’a fait défaut toute mon existence : une aptitude à lier vie et mort, nuit et jour, songe et réalité. Raison pourquoi dès l’année de ta naissance – 1951 – il me fallut proclamer : « Je ne referai pas le voyage d’Orphée »

Par la grâce de Shéhérazade, puisse donc te parvenir cette Confession..

 

La plateforme de notre hébergeur étant en ce moment ce qu’elle est (nulle), franchement, il vaut mieux…

Lire la suite…

sur le site où nous l’avons pris : l’

Ensphéropédie d’Anatole Atlas

À la source : http://www.spherisme.be/


Ce texte, sous le titre Confession de Guy Debord, est à paraître aux éditions La Muette : http://lamuette.be/confession-de-Guy-Debord.html


*

 

4. BLOG - DEBORD The art of military strategy.gif

 

LIVRES

 

Saint-Just

  • ·     Œuvres Complètes, édition établie par Michèle Duval, volume relié (Champ Libre-Gérard Lebovici 1984)
  • ·     Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 2004, 1248 p., édition établie par Anne Kupiec et Miguel Abensour, précédé de "Lire Saint-Just" par Miguel Abensour.

 

Guy Debord

 

Écrits

  • Hurlements en faveur de Sade (synopsis), revue Ion, avril 1952 (Rééd. Jean-Paul Rocher, 1999).
  • Rapport sur la construction des situations, Internationale lettriste, 1957 ; Mille et une Nuits, 1999. Également dans Documents relatifs à la fondation de l'Internationale situationniste (1948-1957), Allia, 1985.
  • Contre le cinéma, scénarios des trois premiers films de Debord illustrés par des images des films, édité et préfacé par Asger Jorn, Institut scandinave de vandalisme comparé, Aarhus, Danemark, 1964.
  • Le Déclin et la chute de l'économie spectaculaire-marchande, brochure parue anonymement en 1965 et dans IS en 1966 au sujet des émeutes des Noirs à Los Angeles. Debord la fera rééditer en 1993 suite à de nouvelles émeutes (Les Belles Lettres, 1993).
  • Le Point d'explosion de l'idéologie en Chine, brochure contredisant les intellectuels français acquis à Mao Zedong. Ce texte fut également publié dans l'IS en 1967.
  • La Société du spectacle, Buchet-Chastel, 1967 ; Champ libre, 1971 ; Gallimard, 1992.
  • Œuvres cinématographiques complètes, Champ libre, 1978 ; Gallimard, 1994.
  • Préface à la quatrième édition italienne de « La Société du spectacle », Champ libre, 1979 ; Gallimard, 1992.
  • Considérations sur l’assassinat de Gérard Lebovici, éditions Gérard Lebovici, 1985 ; Gallimard, 1993.
  • Commentaires sur la société du spectacle, éditions Gérard Lebovici, 1988 ; Gallimard, 1992.
  • Panégyrique, tome premier, éditions Gérard Lebovici, 1989 ; Gallimard, 1993.
  • In girum imus nocte et consumimur igni. Édition critique, éditions Gérard Lebovici, 1990 ; Gallimard, 1999.
  • « Cette mauvaise réputation… », Gallimard, 1993.
  • Des contrats, Le temps qu'il fait, 1995.
  • Panégyrique, tome second, Arthème Fayard, 1997.
  • La planète malade, Gallimard, 2004.
  • Tous les livres de Guy Debord ainsi que des textes inédits ont été réunis en un volume d'Œuvres, Gallimard, collection Quarto, 2006.
  • Enregistrements magnétiques (1952-1961), Gallimard, 2010.

 

Œuvres en collaboration

  • Fin de Copenhague, avec Asger Jorn, Bauhaus Imaginiste, Copenhague, 1957 ; Allia, 1986.
  • Mémoires avec Asger Jorn, Internationale situationniste, Copenhague, 1958 ; Les Belles Lettres, 1993 ; Allia, 2004.

Second livre de Jorn et Debord après Fin de Copenhague et également imprimé par Permild et Rosengreen, mais avec un tirage moins restreint. Debord apporta un soin méticuleux pour rassembler les " éléments préfabriqués ". Dans un exemplaire lui ayant appartenu où il a porté l'indication des sources des détournements, il précise que l'ouvrage a été composé dans l'hiver 57-58, imprimé à Copenhague vers l'automne de 1958, en dépit de la mention imprimée " 1959 ". " Tous les livres et journaux ici utilisés ont paru, au plus tard, en 1957, et généralement avant ". La réédition de 1993 par les Belles Lettres fut tirée à 2300 exemplaires.

  • Internationale Situationniste, (12 numéros parus entre 1958 et 1969). Réédition en un volume chez Van Gennep, 1970 ; Champ libre, 1975 ; Arthème Fayard, 1997.
  • Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations, avec René Viénet, Raoul Vaneigem, Mustapha Khayati et René Riesel, Gallimard, 1968 ; Gallimard, 1998.
  • La Véritable Scission dans l’Internationale - circulaire publique de l'Internationale Situationniste, avec Gianfranco Sanguinetti, Champ libre, 1972 ; Arthème Fayard,
  • Potlatch (1954-1957), éditions Gérard Lebovici, 1985 ; Allia, 1996 ; Gallimard, Folio, 1996. Les vingt-neuf bulletins de la revue sont également reproduits dans Documents relatifs à la fondation de l'Internationale situationniste (1948-1957), Allia, 1985.
  • 1998.

Debord est en fait l'auteur unique de ce livre.

  • Coordination des groupes autonomes d'Espagne, Appels de la prison de Ségovie, Champ Libre, 1980.

Debord est l'auteur de la lettre Aux libertaires placée dans le premier chapitre.

Debord a créé ce jeu dans les années 1950.


Correspondance

  • Correspondance, huit volumes parus, Arthème Fayard, 1999-2010.
  • Le marquis de Sade a des yeux de fille, Arthème Fayard, 2004.
  • Éditions Champ Libre, Correspondance en deux volumes, Champ Libre, 1978 et 1981.

Nombreuses lettres de Debord.

Retiré de la vente suite à la décision de la 14e chambre de la cour d'appel de Paris à la demande d'Alice Debord, reconnue désormais seule ayant droit de l'œuvre de Guy Debord.


Textes traduits par Guy Debord

  • Censor (pseudonyme de Gianfranco Sanguinetti), Véridique Rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie, traduit de l'italien, Champ Libre, 1976 ; éditions Ivrea.
  • Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937 par un « Incontrôlé » de la Colonne de fer, traduit de l'espagnol avec Alice Becker-Ho, édition bilingue, Champ Libre, 1979. Ce texte figure dans le volume d'Œuvres édité par Gallimard dans la collection Quarto en 2006. [lire en ligne]en brochure
  • Jorge Manrique, Stances sur la mort de son père, traduites du castillan avec une note de présentation, édition bilingue, Champ Libre, 1980 ; éd. Le Temps qu'il fait, 1996.
  • Federico García Lorca, traduction en 1988 du poème « La Mariée infidèle » (in Œuvres, coll. Quarto, Gallimard, 2006 et aussi in Correspondance, volume 7, Fayard, 2008). Cette traduction a été initialement publiée en 2004 dans le recueil Trois arbres ils ont abattus aux éditions William Blake & Co.

 

Et ne chipotons pas

Films


Jeux

 

Chansons

Debord a détourné les textes de deux chansons (La Java des Bons-Enfants et Chant des journées de mai) ainsi que les notices historiques qui accompagnent les neuf chansons du disque101.


Textes en ligne

On peut retrouver de nombreux textes situationnistes ici.  

 

[ Merci Wikipedia.]

 

Jean-Louis Lippert

- Pleine lune sur l'existence du jeune bougre, Messidor, Paris, 1990

- Mamiwata, Talus d'approche, Mons, 1994

- Dialogue des oiseaux du phare - Maïak I, Luce Wilquin, Avin, 1998

- Confession d'un homme en trop - Maïak II, Luce Wilquin, Avin, 1999

- L'Affaire du Satan de Stan, Talus d'approche, Mons, 2000

- Tango tabou de l'Ombu - tohu bohu, Luce Wilquin, Avin, 2002

- Tombeau de l'aède - César contre Césaire, Luce Wilquin, Avin, 2005 (lien externe vers ces livres).

- Hors l'enclos sous le joug, Sphère Convulsiviste, 11 septembre 2011

- Ajiaco, Miroir Sphérique, novembre-décembre 2011, juin 2012

 

Anatole Atlas

- Manuscrits de la Mère-Rouge, Sphère Convulsiviste, 1985

- Autopsie du XXe siècle, Sphère Convulsiviste, 1986

- Transe pour retrouver le sens du devenir, Sphère Convulsiviste, 1987

- L'au-delà est là, Sphère Convulsiviste, 1988

- Mémoire du Temps, Sphère Convulsiviste, 1990

- De la Belgique - Phénoménologie de l'absence d'esprit, Luce Wilquin, Avin, 2000. (lien externe vers ce livre).

- Global Viewpoint - Le point de vue d'Homère sur la face cachée du Monde, Maelström, Bruxelles, 2003

- Encyclique des nuages caraïbes, Maelström, Bruxelles, 2005. Bookleg #8 disponible à la librairie maelström.

et un extrait est disponible en PDF (lien externe).

 

Juan-Luis De Loyola

 - Fragments pour que noblesse oblige - adresse aux fistons de Tonton, Luce Wilquin, Avin, 2001


Un monstre pour une idée neuve 


5. ajiaco.jpg




Bruxelles, Miroir Sphérique, 2012

724 pages au format A4

Jaquette en vrai cuir de l’Atlas

Prix 99 € - Se vend chez

Tropismes Libraires

11, Galerie des Princes - Bruxelles

02 512 88 52

info@tropismes.com




 

Un spectre hante la littérature : le spectre de l'aède. Il est le refoulé d'une ère prosaïque interdisant que soit traduit en chant le poème du monde. Sa mélopée depuis la guerre de Troie, dans un miroir sphérique, offre une vision globale dont s'élucident les trompe-l'oeil du dernier demi-siècle.

Seuls guidèrent sa descente aux abîmes des songes qui ne se font pas les yeux fermés. Transfuge des deux rives en flagrant délit d'exil où qu'il soit, l'aède Anatole Atlas accomplit ici le plus beau de ses rêves : celui d'un homme qui réinvente l'univers au-delà de la mort.

En lui la voix de Lazare s'unit à celle d'Orphée pour actualiser le voyage d'Osiris.

Ici la parole s'empare donc d'Eve, d'Eurydice et d'Isis : ange-démon, fée-sorcière, oiseau-serpent des origines dont la transe ne conjure pas tous les sortilèges du dragon quand celui-ci vêt armure d'archange au sommet de la capitale d'Europe.

Quelles noces unissent-elles ces forces antagoniques pour emmurer l'humanité dans une géhenne d'images édéniques ? Orpailleur du temps dont les pépites illuminent un livre écrit de siècle en siècle, l'aède nous distille une alchimique sémiologie de la cosmopolis. Oeuvre allégorique, parabole pure, sa cosmythologie se veut, contre toutes les formes d'empoisonnement psychique, une hiérophanie de l'image dialectique.

Mais, d'avoir épousé tous les espoirs déçus des vaincus de l'Histoire, qui plus que lui doit-il supporter la violence de l'échec ? Jusqu'après la mort il demeure fidèle à cette étoile rouge dont il fut chevalier servant toute sa vie, contre l'unique opinion mondiale.

Témoin oculaire de l'avenir non moins que visionnaire du passé, l'aède annonce de longue date aux vivants que le paradis du mythe s'ouvrira dès lors qu'ils habiteront historiquement leur monde.

Car la nostalgie de l'unité perdue rejoint l'utopie d'une sphère commune à tous.

Ne s'en faut-il pas d'un regard pour que s'évanouisse le cirque des idoles en la fausse lumière projetée par les miradors de la tour Panoptic ?

L'aède est un miroir de la révolution qui vient.

Mais il nous conte aussi la plus étrange histoire d'amour jamais imaginée dans un roman. Amour, Révolution, Création : ARC faisant jaillir dans une cinquième dimension - celle du rêve et de la mémoire - une flèche vers l'ailleurs qui permet au lecteur lui-même de conjurer son propre évanouissement dans la mort.

Peut-être un espace-temps vertigineux s'ouvrira-t-il à celui-ci. Peut-être s'avisera-t-il du fait que les multiples censures frappent l'oeuvre de l'aède (aventure d'une écriture autant qu'écriture d'une aventure), comme expérience des limites où se joue le destin de la parole humaine, éclairent la dimension politique de toute vraie littérature.

Peut-être découvrira-t-il que nul n'est innocent du crime narré dans cet AJIACO.

Présentation de l'auteur

[ Rien de commun avec les petits marquis auto-édités clamant leur persécution sur tous les plateaux d’étranges lucarnes. Car il ne suffit pas de savoir écrire… encore faut-il avoir quelque chose à dire. C’est ce « quelque chose » qui fait non pas la persécution mais l’ostracisme.]

 

*

Souvenir de 1978…

Un film sans Depardieu, mais avec Guy Debord

 

Passager des grosses Orchades,

6. Atlante fils de mère folle.jpg

Un Atlante fils de Mère-Folle

 

... a mis ceci en ligne le 22 septembre 2013.

 

 

 

17:42 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2013

CHURCHIL - POUTINE, Pas vraiment une même conception de la morale publique

1. flotte russe méditerranée.jpg

Fendant les flots :

http://cdn.rt.com/files/news/20/6c/00/00/843847_smetlivy_...

la flotte russe, portée à dix bâtiments, présente en Méditerranée, principalement le long des côtes syriennes. Pour plus de détails sur sa très intéressante composition, voir l’article de Georges Stanechy, sur À contre courant :

Syrie – Bérézina Obamhollandesque…

 

*

  CHURCHILL – POUTINE

Pas vraiment une même conception de la morale publique

Dès 1919, Winston Churchill a pratiqué l’ « ingérence humanitaire » en Russie à coups d’armes chimiques. Il s’en allait, chez eux, avant qu’ils existent, combattre les soviétiques. Qui avaient bien d’autres chats à fouetter que l’Angleterre, mais dont la seule existence aurait pu donner des idées – malsaines à son avis – au peuple anglais, voire aux autres. C’est, déjà,  à la tête d’une coalition qu’il y allait. Laquelle comprenait, déjà, la France et quelques autres. Ensuite, il y eut Hitler, qui ne fut pas fichu d’achever le travail…

Aujourd’hui, Vladimir Poutine s’ingère à son tour : en s’adressant au peuple américain par-dessus la tête de Barack Obama. Et ne voilà-t-il pas que le pape, SS. François le Ier, fait de même, en écrivant non au « maître du monde » en titre mais à Vladimir Poutine, ignorant l’autre lui aussi. Chacun sa méthode. Celles-ci, en bonne logique, devraient faire moins de morts.

2. pape-francois.jpg


* 

12 septembre 2013

Un appel à la prudence de Russie (The New York Times)

Vladimir V. Poutine

3. Vladimir-Poutine-contre Arabie Saoudite.jpg

Les récents événements autours de la Syrie m’ont incité à parler directement au peuple américain et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire au moment d’une communication insuffisante entre nos sociétés.

Les relations entre nous sont passées par différentes étapes. Nous étions les uns contre les autres pendant la guerre froide. Mais nous avons aussi été des alliés un temps, et avons vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a ensuite été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise jamais.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/un-appel-a-la-prudence-de-rus...

 

*

Poutine endosse le rôle de leader mondial

Par Paul Craig Roberts

12 septembre 2013 – Information Clearing House

4. craig-roberts et chatons.JPG

L’article de Poutine, dans le New York Times du 11 septembre, en a fait couiner d’aucuns comme des gorets qu’on égorge. Les gorets couinants dont je parle sont exactement ce que vous pensiez qu’ils seraient : ceux dont l’ordre du jour et les profits devaient énormément bénéficier d’une attaque de la Syrie par le régime STASI d’obama.

[ Ce n’est pas nous, c’est P.C. Roberts qui écrit, tout au long de cet article « obama » sans majuscule. Nous respectons sa graphie, qui ne peut être involontaire. NdCL ]

Font partie des gorets égorgés les blogueurs de Human Rights Watch, qui ont tout à fait l’air d’être financés par quelque poche secrète ou caisse noire de la CIA. Reste-t-il une seule institution qui n’ait pas été corrompue par l’argent de Washington ?

Notez bien que la raison pour laquelle Poutine est critiqué, c’est qu’il a empêché le régime obama d’attaquer la Syrie et de massacrer des Syriens sans nombre au nom des droits de l’homme. Les gorets couinants sont outrés de ce que leur guerre ait été bloquée. Ils se réjouissaient tellement, voyez-vous, de ces meurtres en masses dont ils avaient escompté qu’ils feraient avancer leurs projets et leurs profits.

Les contempteurs de Poutine sont intellectuellement trop nuls pour se rendre compte que son article brillant et profondément humain fait de lui le leader du monde libre et le défenseur des lois, tout en révélant obama pour ce qu’il est : le chef d’un gouvernement voyou, sans foi ni loi, irresponsable, voué aux mensonges et aux crimes de guerre.

Poutine est un homme diplomate et prudent, il a fait montre de beaucoup de retenue dans sa critique du discours par lequel obama a tenté, le 10 septembre,  de justifier l’illégalité de Washington, en la qualifiant d’« exceptionnalisme américain ». Obama, s’efforçant de relever son régime criminel en le tirant par les cheveux vers des hauteurs morales, prétend que la politique du gouvernement U.S. est « ce qui fait l’Amérique différente. Est ce qui fait que nous sommes exceptionnels ».

Ce qu’obama a dit aux Américains est exactement ce que Hitler a dit aux Allemands. Les Russes, qui ont supporté plus que quiconque au monde le poids de la machine de guerre allemande, savent à quel point il est dangereux d’encourager un peuple à se croire exceptionnel, non assujettis aux lois, aux Conventions de Genève, au Conseil de Sécurité de l’ONU et à quelque préoccupation humaine que ce soit envers les autres. Poutine a rappelé à obama que « Dieu nous a tous créés égaux ».

Si Poutine avait voulu remettre obama à sa place comme il le mérite, il aurait pu dire : « obama a raison de prétendre que la politique U.S. est ce qui rend les U.S.A. exceptionnels. Les U.S.A. sont le seul pays au monde qui ait attaqué 8 pays en 12 ans, assassinant et dépouillant des millions de musulmans sur la base de mensonges. Ce n’est pas là un exceptionnalisme dont il y ait lieu de se vanter. » 

Il n’y a pas de comparaison possible entre Poutine et les crétins de bas étage que les Américains portent aux plus hautes fonctions. Cela dit, il serait mal inspiré de les sous-estimer. Il leur a fait observer avec raison que les militants dont Washington fait l’élevage au Moyen-Orient constituent un problème très préoccupant, dans la mesure où ils finiront par rentrer dans leurs pays et les déstabiliseront eux aussi, comme ont fait les extrémistes utilisés par les États-Unis en Libye, quand ils se sont déplacés au Mali.

La déstabilisation d’autres pays est précisément l’objectif principal des guerres de Washington au Moyen-Orient. Washington veut que la radicalisation des musulmans peopage toutes sortes de conflits dans les populations musulmanes de Russie et de Chine. La machine de propagande de Washington fera alors de ces terroristes des « combattants de la liberté contre les gouvernements russes et chinois ‘oppressifs’ » et se servira de Human Rights Watch et d’autres organisations pénétrées et corrompues par Washington pour dénoncer la Russie et la Chine qui auront – bien sûr ! – commis des crimes de guerre contre les combattants de la liberté. Il ne fait aucun doute que des attaques aux armes chimiques seront alors orchestrées, comme cela vient d’être le cas en Syrie.

Si les états-marionnettes de l’OTA N se réveillaient avant qu'ils soit trop tard, les fauteurs de guerre de Washington pourraient être isolés et une IIIe Guerre Mondiale serait épargnée à l’humanité.

Paul Craig Roberts a été Secrétaire-Adjoint au Trésor pour la Politique Économique (de l’administration Reagan) et éditorialiste au Wall Street Journal. Il a été chroniqueur pour Business Week, pour Scripps Howard News Service et pour Creator Syndicate. Il a occupé de nombreux postes universitaires. Ses interventions sur Internet sont suivies dans le monde entier et son dernier livre The Failure of Laissez-Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West, Clarity Press, Inc., est maintenant disponible. http://www.claritypress.com/RobertsCapitalism.html

Il en existe deux versions consultables en ligne : l’une chez Barnes & Noble, l’autre sur Amazon.

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article36216.htm

Traduction Catherine L. pour Les grosses orchades

 

 

*

Si l’initiative n’était venue de la Russie, nous n’aurions pas travaillé en vue de la signature de la « Convention sur l’interdiction des armes chimiques »

Par Bachar al-Assad  

6. Assad interview.jpg

Entretien accordé par le Président Bachar Al-Assad à Russia 24

13 septembre 2013 – Réseau international

Russia 24 : Monsieur le Président, je vous remercie d’avoir accordé cet entretien à Russia 24. Pourquoi la Syrie a-t-elle accepté, si vite, l’ « Initiative russe » et donc de soumettre ses armes chimiques au contrôle international ?

La Syrie a soumis, il y a plus d’une dizaine d’années, une proposition à l’Organisation des Nations Unies ayant pour but de débarrasser le Moyen-Orient des armes de destruction massive [ADM]. Ceci parce que c’est une région instable… une « région de guerres » depuis des décennies, voire des siècles… la vider de toutes les armes non conventionnelles contribuerait à la stabiliser. À l’époque, les États-Unis avaient fait obstacle à cette proposition. C’est donc pour nous « un principe » de ne pas croire que les armes de destruction massive au Moyen-Orient soient une chose positive. Nous pensons tout à fait le contraire dans la mesure où nous cherchons depuis toujours la stabilité et la paix. Ceci est le premier aspect.

Lire la suite

Source : http://avicennesy.wordpress.com/2013/09/13/syrie-si-linit...


 

*

Nigel Farage étrille les « militaristes extrémistes » au cours du débat de l’Union Européenne sur la Syrie 

Parlement européen, Strasbourg – 11 septembre 2013

Intervenant : Nigel Farage, Membre du Parlement britannique, chef du Parti Indépendance du Royaume-Uni (UKIP), co-président du groupe Europe pour la Liberté et la Démocratie (EFD) au Parlement européen.

Transcription

Je représente un groupe qui est opposé à une action militaire en Syrie. Nous nous y opposons non parce que nous sommes pacifistes. Nous nous y opposons non parce que nous nous fichons des horreurs qui s’y passent.

Nous nous y opposons parce qu’à notre avis, il y a eu foutrement peu de réflexion dans cette affaire.

L’idée que les rebelles sont plus ou moins les bons et qu’Assad et les siens sont les méchants est une simplification à outrance, alors que nous savons qu’Al Qaeda est présent de manière significative dans ces groupes rebelles.

Et, bien sûr, nous avons déjà vu tout ceci avant. Une série sans fin d’aventures militaires en une dizaine d'années, dont une au moins – je veux parler de celle d’Afghanistan – dure encore sans avoir jamais atteint un seul de ses objectifs d’origine.

J’ai commencé à me faire du mauvais sang quand les Américains nous ont dit qu’il s’agissait de punir Assad, pour nous parler une semaine plus tard, d’un changement de régime, position qui est celle, je le sais, de la noble baronne.

Nous pensons qu’aller balancer sur la Syrie un millier de missiles de croisière a toutes les chances de rendre une situation instable pire qu’elle n’est déjà.

Mais, bien sûr, baronne Ashton, vous, vous ne courez aucun risque, parce que, tout en étant la femme politique la mieux payée du monde, vous avez la chance d’occuper une fonction qui n’en est pas une, vu que l’Union européenne, heureusement, n’a pas encore de politique étrangère, en conséquence de quoi ce que nous venons de voir aux Communes, il y a quinze jours, c’est la démocratie d’un état-nation qui s’est levée pour dire quelque chose.

Et le résultat direct de ce vote à la Chambre des Communes, c’est que nous ne sommes pas partis en guerre contre la Syrie, que nous sommes entrés dans une période de négociations et qu’Assad a une chance de nous faire savoir s’il est un « bon » ou un « mauvais ».

Je ne sais pas comment tout ceci va tourner, mais au moins, M. Verhofstadt, il y a une chance de paix. Je sais que vous représentez la classe politique qui croit qu’une influence mondiale ne peut s’obtenir que par des bombardements. Eh bien, heureusement, à l’opposé des Européens extrémistes comme vous-même, la démocratie britannique a prouvé que, grâce au parlement d’un état-nation, nous avons véritablement amené les gens à se remettre à penser.

Monsieur le Président, je dois dire, en tant que membre siégeant ici depuis 14 ans, que si les vues que je représente ont été qualifiées d’extrémistes, vous pouvez voir aujourd’hui des extrémistes militaristes. Merci.

7. Ashton & Van Rompuy.png

La baronne Ashton (travailliste), représentante de l’U.E. pour les affaires étrangères et  qui confond Lituanie et Bulgarie, en compagnie d’Herman van Rompuy.

8. Guy Verhofstadt et Daniel Cohn Bendit.jpg

L’ex-Premier Ministre belge Guy Verhofstadt – ici avec Daniel Cohn Bendit – qui a lancé à l’eurosceptique Nigel Farage, lors d’un débat sur le budget de l’U.E. : « Le plus grand gaspillage de l’U.E., c’est votre salaire ! ».

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article36212.htm

 Traduction Catherine L. pour Les grosses orchades


*

« Je suis historien avant d’être chrétien. Ce qui m’intéresse, ce sont les faits, la manière dont les choses se sont réellement passées. »

Leopold von Ranke

 

Soyons historiens : 

L’utilisation scandaleuse des armes chimiques par Winston Churchill


Giles Milton, The Guardian
Dimanche 1er sepembre 2013


L’utilisation d’armes chimiques en Syrie a scandalisé le monde. On oublie un peu vite que la Grande Bretagne en a utilisé et que Winston Churchill en a été un très chaud partisan.

9. Winston-Churchill-speaking 1916.jpg

Winston Churchill, parlant à la manufacture de munitions de Ponders End, en 1916

Le secret était primordial. L’État-major général impérial savait qu’il y aurait eu scandale s’il avait été révélé que le gouvernement avait l’intention d’utiliser son stock caché d’armes chimiques. Mais Winston Churchill, alors Secrétaire d’État à la guerre, balaya ses préoccupations. Partisan de longue date de l’usage des armes chimiques, il était déterminé à les employer contre les bolcheviques russes. Au cours de l’été 1919, soit 94 ans avant leur usage dévastateur en Syrie, Churchill a planifié et exécuté une offensive chimique prolongée contre le nord de la Russie.


Les Britanniques n’étaient pas étrangers à l’utilisation des armes chimiques. Pendant la troisième bataille de Gaza, le général Edmund Allenby avait tiré 10.000 munitions de gaz asphyxiant sur les positions ennemies, n’obtenant qu’un effet limité. Mais, dans les derniers mois de la Première Guerre Mondiale, des scientifiques, aux laboratoires nationaux de Porton (Wiltshire) avaient réussi à développer une arme  infiniment plus dévastatrice : le « M Device » top secret, qui était un obus explosif contenant un gaz hautement toxique, appelé diphénylamine chloropsine. Le préposé à son développement, le major-général Charles Foulkes, l’a appelé « l’arme chimique la plus efficace jamais inventée ».


Les essais, à Porton, portaient à croire qu’il s’agissait en effet d’une arme terrible. Des vomissements incontrôlables, de la toux avec crachements de sang et une fatigue instantanée absolument incapacitante en étaient les réactions les plus communes. Le chef suprême de la production d’armements chimiques, Sir Keith Price, était persuadé que son utilisation ne pouvait manquer de conduire à un effondrement rapide du régime bolchevique. « Si on arrivait à frapper une seule fois les rouges au gaz, on ne trouverait plus de bolchos de ce côté-ci de Vologda ». Le cabinet était hostile à l’utilisation de telles armes, à la grande irritation de Churchill. Il voulait d’ailleurs utiliser aussi le « M Device » contre les tribus révoltées du nord de l’Inde. « Je suis tout à fait favorable à l’usage de gaz empoisonné contre les tribus non civilisées » déclarait-il dans un mémorandum secret. Il critiquait ses collègues pour leur sensiblerie, déclarant que «les objections du Bureau Indien à l’utilisation de gaz contre les tribus de natifs sont insensées. Le gaz est une arme plus miséricordieuse que les obus hautement explosifs, et elle oblige un ennemi à accepter une décision avec moins de pertes en vies que tout autre instrument de guerre ».


Il terminait son mémo sur une note d’humour noir particulièrement déplacée : « Pourquoi un artilleur britannique n’aurait-il pas le droit de faire éternuer un natif ? » demandait-il. « C’est bébête ! »


La quantité stupéfiante de 50.000 « M Devices » fut acheminée vers la Russie. Les attaques aériennes anglaises qui devaient larguer ces obus commencèrent le 27 août 1919, prenant pour cible le village d’Emtsa, à 193 kms au sud d’Arkhangelsk. On vit les soldats bolcheviques se débander en panique devant la masse verte qui les avalait. Ceux qui étaient pris dans le nuage vomissaient du sang puis tombaient inconscients.


Les attaques se poursuivirent pendant tout le mois de septembre, contre beaucoup de villages tenus par les bolcheviques : Chunova, Vikhtova, Pocha, Chorga, Tavoigor et Zapolki. Néanmoins, ces armes s’avérèrent moins efficaces que Churchill ne l’avait espéré, en partie à cause de l’humidité due à la saison. À la fin de septembre, les attaques furent interrompues puis cessèrent. Deux semaines plus tard, les armes non utilisées furent immergées dans la mer Blanche. Elles y sont encore, par 73 mètres de fond.

10. Arkhangelsk_real.jpg

SOURCE : http://www.theguardian.com/world/shortcuts/2013/sep/01/winston-churchill-shocking-use-chemical-weapons

 Traduction CatherineL. pour Les grosses orchades


 

*

 

12 septembre 2013

Décès brutal de Jacques Richaud

Jacques Richaud, ex-neurochirurgien au CHU de Toulouse, collaborateur et ami du Grand Soir (où il a publié 77 articles d’une intelligence fulgurante), est brutalement décédé à l’âge de 67 ans.

Sa compagne et sa fille nous ont annoncé la nouvelle par un courriel : « Nous avons la tristesse de vous informer que Jacques Richaud est brutalement décédé le lundi 9 septembre, quelques heures après vous avoir envoyé l’article sur Lone Ranger, sur lequel il avait passé la nuit et qui lui tenait à coeur depuis plusieurs jours voire semaines...

Nous n’aurons donc plus la chance de lire ses textes de "veilleur" attentif et endurant... Entourons-le et prenons le relais de sa réflexion documentée et référencée ».

Lire la suite

Source :  http://www.legrandsoir.info/deces-brutal-de-jacques-richa...

Les derniers articles de « Theophraste R. » sur Le Grand Soir :

11. Oeillet rouge.JPG

 

*

12. film-logo.JPG

Cinéma

The Lone Ranger

13. the-lone-ranger-johnny-depp et armie-hammer.jpg

Il se trouve que le dernier article de Jacques Richaud, alias Théophraste R., traitait de cinéma. Le voici :


Un ‘flop’ à Hollywood, et pas des moindres !

‘The Lone Ranger’… Une gifle que l’Amérique ne veut pas recevoir !

Jacques RICHAUD 

11 septembre 2013

Ce sont les studios Disney qui ont produit le spectacle monumental, ‘blockbuster’ au très large budget dirigé par Gore Verbinski assisté de Jerry Bruckeimer. Deux ‘valeurs sûres’ au palmarès impressionnant, dont la trilogie ‘Pirates des caraïbes’ (2003, 2006,2007) avec Johnny Depp, également acteur principal de ‘The Lone Ranger’. Un Johnny Depp qui en ‘Captain Jack Sparrow’ avait réjoui des millions de petits et grands en attente de divertissement et d’exotisme et empli les caisses de la production.

Tous les atouts semblaient réunis et la sortie éclatante du film au soir du 3 juillet 2013, veille de la fête Nationale aux États-Unis, laissait prévoir un ‘événement’ avec ‘The Lone Ranger’ jamais remis à l’écran depuis trente ans (1) … Ce fut un tir à boulets rouges et un désaveu cinglant de la critique du pays !

Alors que s’est il passé ? Pas un ‘ratage’ cinématographique : le western est somptueux, tourné dans six États étasuniens et pour une large part dans les déserts du Nouveau Mexique, avec tout l’éclat du genre. L’interprétation est magistrale, avec les outrances et les éclats auxquels nous a habitué Johnny Depp, dans le rôle principal de l’Indien ‘Tonto’. Les cascades et effets spéciaux dépassent souvent le ‘déjà vu’ dans le genre, de façon flamboyante… Alors ?

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/the-lone-ranger-une-gifle-que...

 



 

*

In memoriam

11 septembre 1973 – 11 septembre 2013

Estadio Nacional - Santiago du Chili

14. People light candles gates National Stadium Santiago Sept. 11th.jpg


*

Mis en ligne le 15.9.2013

19:50 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2013

QUE FAIRE ?

  


 

Atoll de Bikini

Premiers essais thermo-nucléaires sous-marins

« Baker’s Shot » - 26 juillet 1946

On a fait beaucoup mieux depuis

3. Goats_on_deck_of_ship_before_atom_bomb_detonation-SPL.jpg

Deux chèvres-cobayes attachées sur le pont d’un navire, juste avant l’explosion

 

*

« Si l’on permet le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, la dévastation sera si considérable que les Internationalistes en arriveront à prétendre que seul un Gouvernement Mondial soutenu par une force de police internationale permettra de résoudre les différents problèmes nationaux et internationaux, rendant impossible de nouvelles guerres. Cet argument paraîtra logique à de nombreuses personnes… »

(J. Lombard, historien dans La face cachée de l’histoire moderne, p. 553)

*

Enfin ! Après 10 ans de recherches, les armes de destruction massive irakiennes ont finalement été retrouvées en Syrie ! (1)

4. William Blum.jpg

William BLUM

Rapport Anti-Empire du 3 septembre 2013.

Le Secrétaire d’Etat John Kerry : « Il ne fait aucun doute que Saddam al-Assad a franchi la ligne rouge... Pardon, j’ai dit « Saddam » ? » (1)

Un drone US a pris une photo du Mollah Omar en train de rouler en mobylette dans les rues de Damas (1)

Alors où en sommes-nous alors que les États-Unis envisagent toujours une attaque contre la Syrie et maintiennent cinq navires de guerre équipés de missiles dans l’est de la Méditerranée ?

- 9 % seulement des Américains soutiennent une intervention militaire des Etats-Unis en Syrie (2)

- 11 % des Britanniques soutiennent une intervention militaire de la Grande-Bretagne : le chiffre est monté à 25 % à l’annonce d’une attaque chimique. (3)

- Le Premier Ministre Britannique David Cameron a perdu un vote au Parlement le 29 Août sur une intervention militaire en Syrie par 285 voix contre et 272 pour.

- 64 % des Français s’opposent à une intervention de l’armée française. (4) « Avant d’agir, il faut des preuves » a déclaré un porte-parole du gouvernement français. (5)

- De hauts gradés de l’armée US, certains à la retraite et d’autres en poste, remettent en cause le recours à la force militaire et laissent entendre que la Maison Blanche manque d’une stratégie cohérente. « Si l’administration est hésitante sur le bien-fondé de renverser ou affaiblir le dirigeant syrien, préparant ainsi l’entrée à Damas des rebelles islamistes intégristes, disent-ils, l’objectif militaire de lancer des frappes sur des cibles militaires d’Assad est pour le moins ambiguë. » (6)

- Le Président Obama n’a pas l’autorisation des Nations Unies pour une intervention. (Au mois de février, une vague d’attentats à Damas a provoqué 100 morts et 250 blessés ; tout indique qu’il s’agit de l’oeuvre des terroristes islamistes. Les États-Unis ont opposé leur veto à une résolution Russe condamnant les attaques et présentée au Conseil de Sécurité).

- Aucun des 28 membres de l’OTAN n’a proposé une alliance avec les États-Unis pour attaquer la Syrie. Le secrétaire générale de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen a déclaré qu’il ne voyait « aucun rôle de l’OTAN dans une réaction internationale contre le régime (syrien). » (7)

- La Ligue Arabe n’a pas publiquement apporté son soutien à une action militaire US en Syrie ; idem en ce qui concerne des acteurs clés dans la région, l’Arabie Saoudite et le Qatar, préoccupés par une éventuelle réaction de l’opinion devant un soutien ouvert à une intervention US. (8)

- Il n’est même pas certain qu’il s’agissait d’une véritable attaque chimique. D’où viennent les accusations ? Les États-Unis ? Les rebelles d’al-Qaeda ? Et si une attaque a bien eu lieu, qu’est-ce qui prouve que l’auteur est bien le gouvernement Syrien ?

5. Obama Syrie Gaz.jpg

Le régime Assad a accusé les rebelles, et publié une vidéo montrant une grotte avec de présumées armes chimiques et affirme par ailleurs avoir capturé des rebelles en possession de gaz sarin. Quels que soient les auteurs, pourquoi, à l’ère des caméras omniprésentes, ne voit-on aucune photo de gens portant des masques à gaz ? L’équipe d’inspection de l’ONU avait initialement été envoyée pour enquêter sur des accusations antérieures d’usages d’armes chimiques : deux accusations formulées par les rebelles et une par le gouvernement.

- Les États-Unis insistent que la Syrie a refusé d’autoriser aux enquêteurs de l’ONU l’accès au site de l’attaque. Cependant, la demande de l’ONU a été faire la samedi 24 août ; le gouvernement syrien a donné son accord le lendemain. (9)

- En rejetant les accusations que la Syrie aurait utilisé du gaz mortel, les officiels Russes ont argumenté que les rebelles avaient des motifs évidents : provoquer une attaque occidentale contre les forces syriennes ; tandis qu’Assad avait toutes les raisons de s’abstenir d’une action qui provoquerait une intervention internationale au moment même où ses forces étaient en train de gagner la guerre et les rebelles de perdre de plus en plus du soutien à cause de leur comportement sauvage et ultra-cruel.

6. Colin Powell ADM.jpg

- Le Président George W. Bush a trompé le monde sur les Armes de Destruction Massive en Irak, mais le dossier bidon de Bush contenait au moins des détails vérifiables, contrairement au dossier de l’administration Obama publié le 29 août sur une attaque chimique lancée par la Syrie – aucune citation directe, aucune photo, aucune source identifiée, rien que du « faites nous confiance », fait remarquer Robert Parry, journaliste intrépide à Washington.

Donc, à la lumière de tout ce qui précède, le choix qu’Obama doit faire – en tant qu’être humain doué de raison – est évident, bien-sûr. N’est-ce pas ? Is it not ? Nicht Wahr ? Larguez les Bombes !

Surtout ne pas manquer la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/enfin-apres-10-ans-de-recherc...

7. Dedaj-Vivas.jpg

Viktor Dedaj (chapeau) et Maxime Vivas (collier), du Grand Soir.

Si vous avez lu tout à fait jusqu’au bout, vous savez pourquoi ils sont là.

 

*

Ce n’est un secret pour personne que M. George Galloway, membre du Parlement britannique pour la circonscription de Bradford West, qui l’a élu en 2012, au 1er tour, avec 56% des voix, est, lui aussi, farouchement opposé à cette guerre. Il vient de le redire avec la dernière énergie en séance publique :


George GALLOWAY :

« Qui êtes-vous pour vous permettre de déclarer la guerre à la Syrie ? »

 

Selon George Galloway, donc, et comme le rappelle William Blum, 89% des Anglais sont opposés à cette guerre. Selon Alex Jones, et comme le rappelle William Blum, 91% des citoyens US le sont aussi. En outre, ce ne sont pas seulement les vétérans mais des pans entiers de l’armée (des armées) US qui y sont également hostiles et le disent de plus en plus :

http://www.infowars.com/military-revolt-against-obamas-at...

Quelques manifestations contre la guerre

Et une manifestation d’un autre genre, mais pleine de dangers…

8. Navires russes Syrie.jpg

*

IMPEACH OBAMA & C° !

 

Les Républicains y tiennent, mais pour de tout autres raisons (la guerre, eux, en général, ils sont pour..). Une de leurs raisons : l’attentat de Benghazi. Dans une conférence de presse donnée pour se justifier, BHO a même versé une larme (sur l’ambassadeur trucidé). Si on regarde bien la photo, on la voit. Les crocodiles aussi pleurent, mais pour d’autres raisons, quoique… (ils pleurent en mangeant leurs proies, parce que leurs glandes lacrymales et leurs glandes salivaires sont raccordées au même circuit). Pas si différent, finalement.

Une procédure de destitution contre Obama?

DECRYPTAGE - Le président américain est dans la tourmente depuis qu'une série d'affaires ont été révélées ces derniers jours. L'opposition républicaine s'est emparée de ces sujets et commence à envisager l'"impeachment", une procédure de destitution.

9. Obama larme.jpg

(Cétait dans le JDD. Vous la voyez la larme ?)

Barack Obama: vers la destitution ?

avic (Réseau International), le 28 août 2013

10. Stop WW III.jpg

Alors qu’une intervention militaire se prépare contre la Syrie, aux États-Unis, de plus en plus de voix s’élèvent pour exiger la destitution de Barack Obama.

L’affaire de Benghazi, la politique d’assassinats ciblés par drones, les écoutes de la NSA, le départ en guerre contre la Libye et demain la guerre qui s’annonce contre la Syrie, les sujets ne manquent pas pour destituer un président qui est à la dérive.

En tout cas, le sujet est sur la table comme le rappellent les mises en garde du sénateur républicain Tom Coburn de l’Oklahoma, qui ont provoqué une avalanche de commentaires dans toute la presse américaine.

Lire la suite...

Source : http://avicennesy.wordpress.com/2013/08/28/barack-obama-vers-la-destitution/

Syrie : la marche d’Obama vers sa destitution

0. SP.jpgLa rédaction

samedi 31 août 2013

Après le vote historique du Parlement britannique jeudi, où les députés ont rejeté à 285 voix contre 272 la participation militaire de la Grande-Bretagne à une guerre en Syrie, le président-prix-nobel-de-la-paix Barack Obama se retrouve bien isolé (abstraction faite du pathétique soutien que lui apporte le président français François Hollande et certains financiers de Wall Street et de la City) dans sa détermination à « punir le régime syrien ».

Non seulement le Premier ministre britannique David Cameron s’est-il vu opposer le refus du Parlement anglais à ses plans de guerre, il a été de plus obligé de donner aux députés l’assurance que son gouvernement n’utiliserait pas la Prérogative royale lui permettant de déclarer la guerre sans l’assentiment du Parlement. En réponse à une question du chef de l’opposition Ed Miliband à ce sujet, Cameron a déclaré :

Lire la suite…

Source : http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article...

*

Comité République Canada

Obama Impeachment / Destitution d’Obama

News / Brèves

International Law Expert Boyle : Impeach Obama on September 9

3 September 2013

(EIRNS)—In a statement released to EIR News Service on September 2, 2013, Professor Francis Boyle said, ``I think we have to play jujitsu with Obama. He wants Congress to vote for war on September 9. Instead of playing his game, we should call for Congress to impeach him on September 9—immediately, which they can do. That will send a shot across his bow now.’’

Boyle, who is a professor at the University of Illinois College of Law, was interviewed live on Sept. 1 on a Chicago WLUW-FM broadcast called the Logic Consortium. The show is hosted by a former law student of Boyle’s, Jake Briskman. The entire show can be heard at http://www.logicconsortium.org/Syria.mp3

Boyle, and another guest on the same show, University of Illinois History Professor Kenneth M. Cuno thoroughly debunked Obama Administration claims on the Syria situation

Lire la suite…

Articles

(tous en anglais)

http://comiterepubliquecanada.ca/mot10.html

*

Impeach Obama – A national imperative

est un article que Stephen Lendman a fait paraître le 11 février dernier sur son blog. Il réapparaît aujourd’hui, repris par divers sites U.S.

Le voici (en anglais, nos excuses) :

11. impeach-obama-1a.jpg

Do it now before it's too late!

America's Declaration of Independence states :

"(W)hen a long train of abuses and usurpations, pursuing invariably the same Object evinces a design to reduce them under absolute Despotism, (it's the right of the people, it's) their duty, to throw off such Government, and to provide new Guards for their future security."

Straightaway as president, Obama violated his sacred trust. He betrayed his constituents. He's a serial liar. He broke every major promise made. He serves illegitimately. 

He institutionalized tyranny. He's a war criminal multiple times over. He's guilty of high crimes and misdemeanors.

He menaces humanity. He's heading America for WW III. He wants America's social contract destroyed. He wants millions impoverished, unemployed, left hungry and homeless. He's beholden to powerful monied interests that own him.

He spurns fundamental civil and human rights. He mocks democratic values. He's contemptuous of essential needs.

Law Professor Francis Boyle is unequivocal. He told Progressive Radio News Hour listeners he should be impeached. He urged House Republicans to so. 

Lire la suite…

http://sjlendman.blogspot.be/2013/02/impeach-obama-nation...

Il y revient le 4 septembre :

Impeach Obama Now !

Source :http://www.indybay.org/newsitems/2013/09/04/18742674.php

Il serait injuste, cependant, de ne destituer qu’Obama, comme s’il était le seul homme de paille à se mal conduire. La liste de ceux qui se doivent de partager son ignominie est longue et variée. Il conviendrait peut-être de la dresser sans tarder. Mais, dans la pratique, pour y arriver…

Que faire ?

A-t-on essayé :

-      la grève générale au finish (producteurs de tout poil, il doit bien en rester quelques-uns de non délocalisés, services publics et privés, fonctionnaires d’État et de communautés locales, employés de banques, clergés divers c’est le moment d’être oecuméniques, enseignants et enseignés, ordre des architectes, Comédie Française, etc. etc. etc. etc. etc.) ?

-      la grève de l’impôt (et si on le versait, pour qu’il ne se perde pas, sur un compte bloqué… dans une banque par exemple de l’UNASUR, hein ?) ?

-      la grève du « devoir électoral » (si les 91% d’électeurs US et les 89% de Grands-Bretons s’abstenaient… vous parlez d’une claque !) ?

-      la mise hors la loi, par ce moyen-là et par d’autres, des commis infidèles (Théophraste R. dit « ordures » mais on peut aussi parler comme Robespierre) ; qui y sont déjà, en fait, de leur propre volonté ?

-      La mise au ban familiale de ceux qui s’engagent parmi les envahisseurs : actions en destitution de paternité (ou de maternité, car il y a aussi des tueuses mercenaires), actions en divorce, etc., sans même parler de la solution Lysistrata (dans l’autre sens on dit comment ?) ?

-      L’enrôlement dans la cohorte des jeûneurs du pape  (http://www.egaliteetreconciliation.fr/Syrie-l-appel-du-pa... ) ? On est chez des mécréants, ici, chez des qui ne croient pas aux prières, mais imaginez les chrétiens à genoux comme des musulmans, dans les rues d’un peu partout et pas seulement place Saint Pierre ? Imaginez des processions comme dans le temps avec enfants de chœur, pétales de roses et encensoirs ? Enfin, c’est juste une suggestion parmi d’autres.

-        

*

Pour mémoire :

 

Hiroshima

6 août 1945 – 75.000 morts sur le coup – beaucoup plus ensuite à peu près 250.000, et ce n’est pas fini.

http://www.anglonautes.com/history/hist_us_20_ww2_hiroshi...

http://fottus.com/fotos-historicas/fotos-historicas-de-hi...

http://www.documentingreality.com/forum/f149/hiroshima-vi...

12. hiroshima 68 ans plus tard- 1.png

13. Hiroshima- 2.jpg

14. Hiroshima - 3.jpeg

15. Hiroshima 4.gif

16. irradié Hhiroshima - 5.jpg

Nagasaki

9 août 1945 – 75.000 morts du premier coup là aussi – la proportion habituelle ensuite, et les séquelles.

17. baby nagasaki - 1.jpg

Bébé né après la guerre à Nagasaki

18. bébé nagasaki 2.jpg

Idem. Fallujah n'était donc pas une première..

 

Vietnam

« Guerre du Viêt Nam » ou « Deuxième guerre d’Indochine », la guerre américaine (7 mai 1954 – 30 avril 1975) succédant à la guerre française.

3.5 millions de jeunes conscrits américains envoyés au casse-pipe

8.744.000 militaires en tout.

58.000 tués côté U.S. – 5 millions côté Vietnam du Nord

(1 million de combattants et 4 millions de civils)


My Laï – 15 mars 1968  – Qui se souvient ?

Nobels, rogues and Mia

US WAR CRIMES from VIETNAM to OBAMA

Failings and Crimes of Australian Governments


19. war history ph.1.jpg

20. Vietnam ph. 2.jpg

21. Vietnam ph.3.jpg

22. Vietnam ph. 4.jpg

23. vietnam- ph 5.jpg

24. Vietnam ph.6 Saigon-18.jpg

25. woman captured vietnam ph.7.jpg

                Elle n'était même pas voilée, pourtant !

26. Pas de l'eau, du feu.  ph 8.jpg Non, pas de l'eau : du feu. Tanks Sherman lance-flammes. Récoltes, villages, villageois : waouf !

28. The-United-States-My-Lai-Massacre ph. 10.jpg

                           Non, pas Oradour-sur-Glane...

29. My Laï ph. 11.jpg

                                                                                                     ... My Laï !

30. VictimOfWhitePhosphorus Vietnam ph. 12.jpg

Phosphore.

31. Quelques effets de l'agent orange - ph. 13.jpg

                    Là, c'est l'agent orange.

32. ph. 14 Effets de l'agent orange sur enfants nés -  après la guerre.jpg

                                                                                                                  Là aussi.

Les manifestations qui n'ont eu aucun effet

(les manifestations n'en ont jamais).

Ils se sont défoncés pourtant.

33. Vietnam_War_protesters ph. 15.jpg

34. n'a pas marché - ph.16.JPG

35. vietnam war protesters - ph.17.jpeg

                             Oui, déjà les militaires...

37. Hanoï Jane - ph.19.jpg

                                                                                  Vous en souvenez-vous ? «Hanoï Jane»0,


Ce qui a marché peut-être...

(mis à part l'inusable héroïsme du peuple Vietnamien)

... les jeunes recrues qui se sont mis à attaquer leurs officiers à la grenade.

Techniquement : «mutineries». D'où les armées aujourd'hui totalement mercenaires. Comme au XVIe siècle.

36. War is hell ph.18.jpg

 

La torture. Comme au Moyen Âge. Ici, celle de l'eau.

38. WaterTorture Vietnam - ph. 20.jpg

39. Supplice de l'eau - Vietnam ph. 21.jpg

40. Nus face à d'australiens héros - ph.22.jpg

Des gamins impubères, face à d'australiens «héros». Déjà.

Plus assez de bushmen à massacrer sans doute.

41. Vietnam - just a ditch ph.23-1.jpg

                                                                                                       Juste un fossé.

42. Vietnam ph. 24.jpg

                                    Juste une rue.

43. Vietnam ph. 25.jpg

                                                                         Juste une vieille femme et des cadavres jaunes.

En cours : Afghanistan, Irak, Syrie…

Palestine

44. Une salle de classe en Palestine visitée par israël.jpg

Juste une salle de classe à Gaza

45. Phosphore blanc sur Gaza.jpg

Juste un peu de phosphore blanc pour l’éclairer

 

Hiroshima, Nagasaki , Vietnam, Palestine, Afghanistan, Irak, Syrie… petits échantillons de rien du tout : la liste de William BLUM est infiniment plus longue et tous les pays qu’il cite ont subi et combattu le même genre d’horreurs, dans l’indifférence générale de ceux qui n’étaient pas concernés. Croient-ils.

 

46. For the Love of God Money.jpg


*

Hier, mercredi 4 septembre) le Comité des Affaires Étrangères du Congrès U.S. a autorisé l’usage de la force militaire contre la Syrie, après une plaidoirie de quatre heures de John Kerry, de Chuck Hagel et du général Dempsey.

Les « femmes pour la paix » de CODEPINK, qui étaient présentes, ont protesté verbalement, avec des pancartes et de la manière qu’on voit ici, pour dire à ces ord, pardon, qu’ils ont du sang sur les mains.

47. Kerry Codepink.jpg

Leur fondatrice, Medea Benjamin, a été arrêtée. Une fois de plus.

Le pâle hypocrite « Secrétaire d’État » a osé dégoiser qu’il avait éprouvé les mêmes sentiments qu’elle jadis. Please don’t vomit in the taxi !

[ Mais qu’est-ce qu’attend S.S. François I pour excommunier ce soi-disant catholique, qui fait assassiner ses coreligionnaires – prêtres et évêques inclus – par des qui se disent musulmans ? ]

*

Sur le site d’Alex Jones

Dix attaques aux armes chimiques dont Washington ne veut pas que vous parliez  ( + photos) :

http://www.infowars.com/10-chemical-weapons-attacks-washington-doesnt-want-you-to-talk-about/

*

Quelques précisions en français sur le n° 5 de cette liste :

00. gaz-toxique.png

L’Armée américaine a secrètement pulvérisé des substances radioactives sur St-Louis

Les États-Unis ont mené des expériences militaires top-secrètes sur les citoyens de la ville de Saint-Louis, dans le Missouri, ainsi que dans d’autres grandes villes américaines, et cela pendant des années, les exposant volontairement à des composés radioactifs.

 

 

Lire la suite…

Source : http://lejournaldusiecle.com/2013/09/06/larmee-americaine...

 

*

Dernière minute :

Interviewé par le Cercle des Volontaires,

Jean Bricmont analyse l’ingérence de la France, des États-Unis et d’Israël en Syrie

par Raphaël "JahRaph" Berland5 septembre 2013 à 18 h 27 min /

Jean Bricmont, professeur de physique à l’Université Catholique de Louvain en Belgique, écrivain, et spécialiste de la critique de l’ingérence, répond aux questions du Cercle des Volontaires, à propos de la Syrie, et de l’ingérence étrangère dans ce pays. En particulier, l’ingérence occidentale est évoquée : celle de la France, des États-Unis, et d’Israël. Il est donc question des relations entre ces trois puissances, des différents réseaux d’influence, ainsi que des conséquences d’un bombardement de la Syrie.

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/09/05/jean-bricmo...


*

Le Brésil annule ses préparatifs pour la visite de la présidente Roussef aux États-Unis

Published time: September 05, 2013 13:33
Edited time: September 05, 2013 14:12

48. brazil-cancels-us-trip.si.jpg

Source : http://rt.com/news/brazil-cancels-us-trip-454/

Le Congrès peut encore voter « Non » sur l’attaque de la Syrie

Published time: September 05, 2013 15:44
Edited time: September 05, 2013 16:37

49. Congress may vote NO.jpg

Source : http://rt.com/usa/congress-syria-vote-no-466/

À quelle sauce serons-nous mangés ?

 

*

Mensonges

« Les mensonges de Kerry sont pathétiques ».

(Vladimir Poutine, ces jours-ci.)

 

Telling It Like It Is

Putin Calls Kerry a Liar on Syria

By David Jackson

September 05, 2013 "Information Clearing House - "USA TODAY" - Things aren't exactly warming up between the Obama administration and Vladimir Putin, even as President Obama arrives in St. Petersburg for the G-20 summit.

Putin called Obama’s Secretary of State John Kerry a liar over Kerry's testimony this week before Congress.

Voir la suite…

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article36117.htm

50. Castro 2012.jpeg

Le mensonge tarifé

(Quelques réflexions du compañero Fidel)

De graves événements sur le point de survenir me poussent à prendre la plume. À notre époque, tous les dix ou quinze ans, notre espèce court des dangers de disparition réels. Ni Obama ni personne d’autre ne pourrait garantir qu’il n’en soit ainsi. Je le dis par réalisme, car seule la vérité pourra nous offrir un peu plus de bien-être et un souffle d’espoir. En matière de connaissances, nous sommes devenus majeurs, et nous n’avons pas le droit de leurrer autrui ni de nous leurrer nous-mêmes.

L’immense majorité de l’opinion publique connaît assez bien le nouveau danger qui frappe à nos portes.

Il ne s’agit pas seulement du fait que les missiles de croisière soient braqués sur des objectifs militaires en Syrie, mais que le peuple de ce courageux pays arabe, situé au cœur même d’une région habitée par plus d’un milliard de musulmans, dont l’esprit de lutte est proverbial, ait déclaré qu’il résistera jusqu’à son dernier souffle à toute attaque.

Tout le monde sait que Bachar Al-Assad n’était pas un homme public. Il a fait des études de médecine et il s’est spécialisé en ophtalmologie en 1988. Il a joué un rôle politique à la mort de son père Hafez Al-Assad en 2000 et a assumé son poste à la mort accidentelle d’un de ses frères.

Tous les membres de l’OTAN sont des alliés inconditionnels des États-Unis, ainsi que quelques pays pétroliers dans ce Moyen-Orient qui assure une grande part de la production mondiale de combustibles d’origine végétale que la Nature a accumulés tout au long de milliards d’années. En revanche, la production d’énergie provenant de la fusion nucléaire de particules d’hydrogène tardera au moins soixante ans. Entretemps, les gaz à effet de serre continueront de s’accumuler à un rythme accéléré, par suite d’énormes investissements en technologies et en équipements.

On affirme par ailleurs que nombre de fonctions confiées aujourd’hui à la police, telles que les contraventions et d’autres, seront réalisées par des robots en 2040, dans à peine vingt-sept ans. Les lecteurs peuvent-ils s’imaginer combien il sera difficile de discuter avec un robot capable de faire des millions d’opérations par minute ?

Voilà quelques heures à peine, lundi 26 août, des dépêches d’agence de presse bien connues pour les services sophistiqués qu’elles rendent aux Etats-Unis se sont attachées à divulguer la nouvelle qu’Edward Snowden avait dû s’établir en Russie parce que Cuba avait cédé aux pressions de Washington.

J’ignore si quelqu’un, quelque part, a dit quelque chose ou non à Snowden, car ce n’est pas ma fonction. Je me contente de lire autant que je peux des nouvelles, des opinions et des livres publiés dans le monde. J’admire le courage et la justesse des déclarations de Snowden qui a, de mon point de vue, rendu un grand service au monde en révélant la politique malhonnête jusqu’à l’écœurement du puissant Empire qui ment et trompe tout le monde. En revanche, je ne suis pas d’accord pour que quelqu’un, quels que soient ses mérites, parle au nom de Cuba.

Mensonge tarifé.

Qui l’affirme ? Le journal russe Kommersant. Quel est ce torchon ? Selon l’agence Reuters, ce journal cite des sources proches du département d’État U.S. :

« La raison en est que Cuba a fait savoir au dernier moment aux autorités qu’elles devaient empêcher Snowden de monter à bord du vol d’Aeroflot. »

« Selon ce journal, […] Snowden a passé un ou deux jours au consulat russe de Hong Kong pour faire connaître son intention de se rendre en Amérique latine via Moscou ».

Si je voulais, je pourrais parler de ces questions que je connais bien.

J’ai observé aujourd’hui avec un intérêt spécial la visite du président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro, à bord du navire amiral du détachement naval russe arrivé dans ce pays, après avoir fait escale à La Havane et au Nicaragua. Plusieurs vues m’ont impressionné. Entre autres, l’ampleur des mouvements de ses nombreux radars capables de contrôler les activités opérationnelles du bâtiment en toute circonstance.

Nous avons étudié par ailleurs les activités de ce journal mercenaire, Kommersant. À son époque, il fut l’un des médias les plus pervers au service de l’extrême droite contre-révolutionnaire, ravie aujourd’hui de voir le gouvernement conservateur et laquais de Londres expédier ses bombardiers à sa base aérienne de Chypre afin qu’il soient prêts à larguer leurs bombes sur les forces patriotiques de l’héroïque Syrie, tandis qu’en Egypte, connue comme le cœur du monde arabe, des milliers de personnes sont assassinées par les auteurs d’un coup d’État éhonté.

C’est dans cette atmosphère que les moyens navals et aériens de l’Empire et de ses alliés s’apprêtent à organiser un génocide contre les peuples arabes.

Par ailleurs, il est tout à fait clair que les États-Unis tenteront toujours d’exercer des pressions sur Cuba, comme ils le font sur l’ONU et sur toute institution publique ou privée du monde. C’est là une des caractéristiques de leurs administrations, et on ne saurait en attendre autre chose. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas en vain que l’on résiste depuis cinquante-quatre ans – et tout le temps qu’il faudra – et que l’on se défend inlassablement face au blocus économique criminel du puissant Empire.

Notre principal défaut est de n’avoir pas été capables d’en apprendre bien plus bien plus vite.

        Fidel Castro Ruz

27 août 2013

20 h 34

 

*

« Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président américain d’après guerre aurait été pendu. »

Noam Chomsky

53. nooses on sale.jpg

If the Nuremberg Laws Were Applied...

By Noam Chomsky
                                                            A Lecture at St. Michael's College, 1990


September 05, 2013 "
Information Clearing House - - If the Nuremberg laws were applied, then every post-war American president would have been hanged. By violation of the Nuremberg laws I mean the same kind of crimes for which people were hanged in Nuremberg. And Nuremberg means Nuremberg and Tokyo. So first of all you've got to think back as to what people were hanged for at Nuremberg and Tokyo. And once you think back, the question doesn't even require a moment's waste of time. For example, one general at the Tokyo trials, which were the worst, General Yamashita, was hanged on the grounds that troops in the Philippines, which were technically under his command (though it was so late in the war that he had no contact with them -- had carried out atrocities, so he was hanged. Well, try that one out and you've already wiped out everybody.

Voir la suite…

Source : http://www.informationclearinghouse.info/article36110.htm

 

*

51. Vive la France - Liberté Egalité Fraternité.jpg

Modèle français de l’impeachment.

Art. 14 – Le peuple est le souverain ; le gouvernement est son ouvrage et sa propriété ; les fonctionnaires publics sont ses commis.

Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement et révoquer ses mandataires.

……..

Art. 19 – Dans tout état libre, la loi doit surtout défendre la liberté publique et individuelle contre l’autorité de ceux qui gouvernent.

Toute institution qui ne suppose pas le peuple bon et le magistrat corruptible est vicieuse.

……..

Art. 29 – Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Art. 30 – Quand la garantie sociale manque à un citoyen, il rentre dans le droit naturel de défendre lui-même tous ses droits.

Art. 31 – Dans l’un et l’autre cas, assujettir à des formes légales la résistance à l’oppression, est le dernier raffinement de la tyrannie.

Art. 32 – Les fonctions publiques ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs publics.

Art. 33 – Les délits des mandataires du peuple doivent être sévèrement et facilement punis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

Art. 34 – Le peuple a le droit de connaître toutes les opérations de ses mandataires ; ils doivent lui rendre un compte fidèle de leur gestion, et subir son jugement avec respect.

Maximilien ROBESPIERRE

Droits et devoirs de l’homme et du citoyen

21 avril 1793

52. Un coquelicot.jpg

(N.B. « Liberté, Égalité, Fraternité », c’est de lui aussi.)

 

 

 

Mis en ligne le 7 septembre 2013

13:05 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/09/2013

DEUX NAISSANCES

 

1. BLOG DEUX NAISSANCES art-work-by-Banksy-on-the-Thekla-Social-entertainment-boat-central-Bristol-England.jpg

Quelques nouvelles brèves de la fin du monde

Le rôle d’Israël dans l’annonce de l’attaque contre la Syrie

(Réseau Voltaire) - Selon le site internet du magazine Foreign Policy du 28 août 2013, la NSA aurait intercepté les communications entre le chef de l’unité syrienne des armes chimiques et un haut responsable du ministère syrien de la Défense. Ce dernier était paniqué après l’attaque chimique ayant coûté la vie à 1 429 personnes [1].

Cette information, largement diffusée par la presse atlantiste, a contribué à accroître la certitude affichée par les États occidentaux en la culpabilité de la Syrie.

Lire la suite...

Source : http://www.voltairenet.org/article179982.html

2. gaz-toxique.png

L’administration Obama valide une intox israélienne

Le ministre de la Défense Chuck Hagel, le secrétaire d’État John Kerry, la conseillère de sécurité nationale Susan Rice et le directeur national du Renseignement James Clapper ont tenu une réunion à huis clos sur la Syrie avec des leaders du Congrès, jeudi 29 août 2013.

Selon le représentant Elliot Engel, qui préside la minorité démocrate à la Commission des Affaires étrangères, l’administration Obama a confirmé l’interception de communication du gouvernement syrien attestant sa responsabilité dans les attaques chimiques du 21 août, telle que révélée par Foreign Policy.

Or, ces « interceptions » sont en réalité d’origine israélienne [1].

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article179986.html

2. gaz-toxique.png

Damas – Armes chimiques : L’Offensive de l’AAS dans le Goutha du 21 août filmée par ANNA News

 

Les reporters d'ANNA News [ site ] dont j'ai l'honneur de diffuser les images de manière régulière sur ce blogue viennent de publier un nouveau reportage sur l'offensive de l' AAS au moment ou le Mainstream diffusait la nouvelle d'une prétendue attaque chimique. [par Bachar el-Assad, NdGO]

Lire la suite…

 

Source : http://zebrastationpolaire.over-blog.com/

 

2. gaz-toxique.png

Résumé :

1)          Israël lance un canular quelque peu intéressé.

2)          Les USA, comme d’hab, avalent tout et foncent.

3)          Les caniches franco-anglo-UE suivent en jappant « Guerre à Assad, l’homme au sarin entre les dents ! »

4)          Moscou a des preuves que c’est faux.

5)          Zut !... On avait crié à l’incendiaire avant d’allumer soi-même l’incendie. Mauvais timing.

3. Fabius sariné.jpg

Comment, c’est  faux ?

La preuve que c’est vrai : un défenseur de la démocratie, n’écoutant que son courage, s’est rendu sur les lieux  et  s’y est fait honteusement sariner.


 Et maintenant, on fait quoi ?

On refait Hiroshima ?

On refait Nagasaki ?

On refait Dresde ?

On refait Fallujah ?

On refait Gaza, encore et encore ?

On refait la Berezina ? (Aïe !)

On refait Stalingrad ? (Ouille, ouille, ouille !)

0. usa-china-russia-syria-war.jpg

Plaisanterie mise à part, ce n’est pas bien de gazer les gens.

(L’a-ton assez reproché à feu Adolf !)

 

*

Et bousiller le patrimoine génétique de toute l’humanité, vous appelez ça comment ?

Bof !

3 bis. Uncle Sam wants you dead.jpeg

Deux naissances : Une arrivée dorée et un leg empoisonné

par Felicity ARBUTHNOT

posté le 13 août 2013 sur Salade de pissenlits

 

« … la guerre, à notre époque, est toujours une guerre contre des innocents, une guerre contre des enfants. »

Howard Zinn (1922-2010).

Le 22 juillet, deux bébés sont nés, dans des mondes très différents. Le prince Georges Aklexander Louis, fils du prince William de Grande Bretagne et de sa femme Catherine, est arrivé, dans l’aile Lindo à 5.000 £ la nuit de l’Hôpital Saint Mary de Londres, pesant ses 3,800 kgs de pleine santé.

4. kate & baby.jpg

Selon le site web de l’hôpital :

L’aile Lindo offre des chambres de luxe et des suites conçues pour vous fournir confort et intimité pendant votre séjour. Chaque chambre possède la télévision par satellite relayant les principales chaînes internationales, une radio, un coffre fort, un téléphone de chevet et un frigo. Vous et vos visiteurs avez accès à l’Internet et votre quotidien préféré est distribué chaque matin dans votre chambre pendant la durée de votre séjour. Des articles de toilette vous sont également fournis.

En outre :

Une carte des vins très complète est mise à votre disposition, pour le cas où vous auriez envie de porter un toast au champagne à la santé de votre nouveau-né.

À deux pas, se trouvent aussi quelques-uns des équipements et des spécialistes les plus performants du monde, de manière à pouvoir faire face à tout instant à des complications éventuelles

5. royal_baby_celebrations_london_1.jpg

Pour marquer cette naissance, la musique des Scots Guards a joué à Buckingham Palace, les fontaines de Trafalgar Square ont été éclairées en bleu pendant six jours et la Troupe Royale d’Artillerie à Cheval ainsi que l’Honorable Compagnie des Artilleurs ont tiré, à elles deux, quarante et un coups de canon [en réalité cent trois, NdGO]. Rompant avec des siècles d’habitude comprenant les décennies précédentes, ils n’ont, au moins, cette fois tué personne.

Le même jour, à un univers de distance, à Fallujah, Irak, empoisonné par des armes chargées d’uranium, chimiquement et radiologiquement toxiques, et de phosphore blanc – sans compter d’autres « armes exotiques » encore non identifiées – un petit Humam est né, citoyen d’une ville bombardée sans relâche en 1991 et, de nouveau, lors de deux autres décimations inhumainement criminelles, en 2004.

Le petit Humam est venu au monde avec une malformation cardiaque, la rétrognathie, l’omphalocèle et la polydactylie des membres supérieurs et inférieurs. Dans la rétrognathie, la mandibule inférieure occupe une position anormale. L’omphalocèle est une anomalie qui se développe pendant la formation du fœtus : certains des organes anormaux saillent par une ouverture dans les muscles abdominaux de la région du nombril. La polydactylie est la présence de doigts supplémentaires aux mains ou aux pieds. Dans le cas de Humam, les deux.

Humam veut dire « brave, noble, généreux ».

Le Dr. Chris Busby, qui a fait partie du Comité de surveillance sur l’uranium appauvri du Ministère anglais de la Défense et qui est aujourd’hui professeur invité du département des Sciences Biomédicales de l’Université d’Ulster, s’est livré à des études approfondies à Fallujah. Il a soumis à de multiples tests les parents :

« … d’enfants atteints de malformations congénitales, et mesuré les concentrations de 52 éléments dans les cheveux des mères et des pères. Nous avons aussi testé les sols, l’eau des rivières et l’eau potable. Nous avons utilisé une technique très puissante (spectroscopie de masse) appelée ICPMS, et la seule substance que nous ayons trouvée qui puisse expliquer les niveaux élevés de dommages génétiques est l’uranium radioactif. » (i)

On a beaucoup et à bon droit fait état d’uranium appauvri (DU) en Irak, en 1991 et pendant la décennie au moins qu’ont encore duré les bombardements illégaux du pays par les USA et le Royaume-Uni, et de nouveau pendant les attaques de 2003 et les suivantes. Mais, dit Burdy :

« Curieusement, ce n’était pas de l’uranium appauvri. C’était de l’uranium légèrement enrichi, de l’espèce utilisée dans les réacteurs nucléaires et les bombes atomiques. Nous en avons trouvé dans les cheveux et dans les sols. Nous avons concentré les sols chimiquement* de façon qu’il ne puisse y avoir d’erreur. Les résultats ont montré de l’uranium légèrement enrichi synthétique – fabriqué par l'homme. »

Cet uranium enrichi a été trouvé à Fallujah dans le sol, dans l’eau et dans les cheveux des parents dont les bébés avaient des malformations.

Se référant aux bombardements de 2004, quasi comparables à ceux de Dresde en 1945, Busby se dit convaincu du rapport de cause à effet entre les cancers, les difformités et les armes à l’uranium :

«L’uranium est excrété dans les cheveux, et les cheveux poussent à une vitesse connue : d’un centimètre par mois. Nous avons obtenu des échantillons de cheveux très longs… et nous avons mesuré la présence d’uranium sur toute leur longueur, ce qui nous a fourni des niveaux historiques remontant jusqu’à 2005. Chez une femme dont les cheveux avaient 80 cm de longueur, la concentration d’uranium augmentait nettement à mesure qu’on se rapprochait des pointes, démontrant une exposition très haute dans le passé (et) “l’uranium était synthétique, c’était de l’uranium enrichi ”. »

Busby croit que :

« …ces résultats prouvent l’existence d’une nouvelle arme secrète à l’uranium. Nous avons découvert des brevets US concernant des ogives téléguidées à charge creuse thermobarique, dans lesquelles de l’uranium est utilisé… pour accroître leur effet… »

Son équipe a aussi :

« ...enquêté sur les cratères de bombes laissés au Liban, en 2006, par les attaques israéliennes, et nous en avons trouvé une qui était radiocative et contenait de l’uranium enrichi. Nous avons encore trouvé de l’uranium enrichi dans les filtres à air de voitures au Liban et à Gaza. D’autres (équipes) ont trouvé des preuves de son utilisation en Afghanistan et, apparemment, aussi dans les Balkans… découvertes étonnantes, dont les répercussions planétaires sont incommensurables.

Le Dr Busby affirme :

« Il est clair que les militaires disposent d’une forme ou l’autre d’arme secrète à l’uranium enrichi. Cette arme provoque et dissémine des maux terrifiants – cancers et malformations de toutes sortes – empoisonnant le patrimoine génétique de populations entières. C’est un crime de guerre, un crime contre l’humanité, et il doit faire l’objet d’une enquête sans complaisance.

« Ce matériel est en train de contaminer lentement la planète. Il empoisonne le patrimoine génétique de l’humanité entière, il est responsable de l’explosion du nombre des cancers, des malformations congénitales, des avortements et de la stérilité. Comme il y a de fortes chances pour qu’il ait aussi été utilisé en Libye, attendons de voir quels niveaux de cancers et de maladies congénitales vont y être décelés. » (C’est moi qui souligne. NdFA)

Par ailleurs, le rapport du Dr. Busby, établi en collaboration avec Malak Hamdan et Entesar Ariabi, montre un taux de 80 morts-nés sur 1000 naissances à Fallujah. Dans la Jordanie voisine, il est de 17/1000.

Robert Fisk décrit une visite qu’il a faite l’an dernier à l’hôpital de Fallujah :

« Les images s’affichent sur un écran à un des étages supérieurs de l’hôpital de Fallujah. Et soudain, le bureau de Nadhem Shokr al-Hadidi devient une petite chambre des horreurs. Un bébé avec une bouche énormément déformée. Un enfant avec une anomalie de la moelle épinière (des parties de l’épine dorsale saillant du corps). Un bébé avec un seul œil terrible, immensément cyclopéen. Un autre bébé avec seulement la moitié d’une tête, mort-né comme les autres… Un minuscule enfant avec un demi bras droit, pas de jambe gauche et pas d’organes génitaux… Un autre bébé avec une seule jambe et une tête de quatre fois la taille du reste de son corps. » (ii)

Une obstétricienne britannique s’est débrouillée pour collecter les 79.000 £ nécessaires à l’achat d’un scanner destiné à détecter les malformations congénitales. «Pourquoi, demande-t-elle, le Ministère de la Santé irakien ne fait-il pas procéder à une enquête en règle sur l’épidémie de malformations natales à Fallujah ?»

La réponse est assurément : parce que sa cause évidente – les armes utilisées par les États-Unis – serait mise en évidence et que le gouvernement irakien doit aux États-Unis son existence et ses entreprises accumulatrices de mega-bénéfices.

(Ô ironie, le Ministère de la Santé, sous Saddam Hussein, a remué des montagnes – dans les conditions d’une difficulté sans égale de l’embargo – pour collecter des statistiques dans tout le pays, et a fait pression sur les organisations internationales concernées pour qu’elles enquêtent sur les cancers et les malformations… sans résultat.)

Le Dr. Samira Allani parle de « la fréquence en hausse (des malformations congénitales) qui est alarmante ». « Les malformations cardiaques à la naissance », dit un des articles de recherche dont elle est l’auteur, « ont atteint en 2010 des niveaux sans précédent ». Les naissances d’enfants morts-nés et prématurés continuent leur spirale ascendante.

Et Fallujah n’a même pas l’équipement de laboratoire qu'il faudrait pour traiter les infections fœtales guérissables.

Mais ceci est un phénomène qui affecte la totalité du pays depuis les bombardements de 1991, et qui se multiplie simplement de façon exponentielle.

Dans la ville sainte de Najav, au sud du pays, dit le Dr. Sundus Nsaif :

« …après le début de la guerre d’Irak, les taux de cancers, de leucémie et de malformations à la naissance ont grimpé de façon dramatique. C’est dans les zones qui ont subi les attaques par les Américains que l’augmentation est la plus importante. Quand on visite les hôpitaux de la région, on s’aperçoit que le cancer y est plus commun que la grippe ». (iii)

Le Dr. Nsaif, commentant les très fortes pressions exercées par le gouvernement pour que ce problème ne soit pas abordé, estime que la raison est sans doute qu’il ne veut pas embarrasser les forces de la coalition. Embarras ou pas, les implications d’une réclamation en dommages et intérêts pourraient être une première mondiale en matière de volume des compensations potentielles, partout où ce genre d’armement a été utilisé.

À Bassorah, on rapporte que les malformations à la naissance ont été multipliées par dix-sept en moins d’une décennie après l’invasion de 2003, et, comme à Fallujah, plus de la moitié des bébés conçus depuis lors sont « nés avec des malformations cardiaques».

« Le Pentagone et les Nations Unies estiment que les forces étatsuniennes et anglaises ont utilisé de 1100 à 2200 tonnes d’obus perforants faits d’uranium appauvri au cours de leurs attaques contre l’Irak pendant les seuls mois de mars et avril 2003. Il n’est bien sûr pas fait mention d’uranium enrichi. Cela s’ajoute aux 900 tonnes déversées en 1991, aux bombardements « illégaux » [les guillemets sont de nous, NdGO]  ainsi qu’à ceux qui ont pilonné Fallujah de mars à décembre 2011, quand les forces US sont sorties furtivement de leurs champs de massacre, à la faveur de l’obscurité. »

La mise en garde, après 1991, de rien de moins que l’Agence pour l’Énergie atomique du Royaume –Uni ne doit jamais être oubliée : « Si cinquante tonnes de poussière du résiduel (uranium appauvri) sont laissées dans la région, il y aura quelque chose comme cinquante millions de morts par cancer d’ici la fin du siècle » (2000). L’horreur supplémentaire de l’uranium enrichi n’était, selon toute apparence, pas encore un facteur connu à ce moment-là.

Il ajoute qu’en novembre 2006 :

« Le British Medical Journal a publié un article intitulé “l’OMS a supprimé les preuves sur les effets de l’uranium appauvri, affirme un expert”. L’article estimait que les rapports antérieurs de l’OMS étaient entachés de nullité pour cause d’omission d’un compte-rendu véritable sur la génotoxicité de l’uranium appauvri.

« De plus, des révélations récentes de Hans von Sponeck, ex-Assistant du Secrétaire-Général des Nations Unies, donnent à penser que l’OMS est l’objet de pressions de la part de ses états membres.

« M. von Sponeck a dit, par exemple, que “le gouvernement US a tenté d’empêcher l’OMS d’enquêter dans les régions du sud de l’Irak, où de l’uranium appauvri a été  utilisé et a causé de très sérieux dommages à la santé du vivant et à l’environnement en général”.»

Nous nous trouvons, c’est certain, en présence d’une vaste opération de dissimulation des effets de ces armements. Comme l’a écrit Mozhgan Savabieasfahani :

« Le rapport conjoint de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du Ministère de la Santé, sur les cancers et les malformations à la naissance en Irak, aurait dû être rendu public en novembre 2012. Sa date de parution a été plusieurs fois reportée et aucune nouvelle date n’a été fixée à ce jour. » (iv)

Cependant « le douloureux fardeau des cancers et des malformations congénitales continue de briser le dos du peuple irakien », écrit-il dans un article où il attire l’attention sur le fait que 54 universitaires éminents de toute une série de pays ont écrit à l’OMS pour exiger que le rapport soit enfin publié.

En outre, pour ajouter de l’essence au feu radioactif, certains rapports font état de ce que le dernier rapport en date de l’OMS ne mentionne même pas l’uranium appauvri (et l’uranium enrichi moins encore !). On ne peut qu'attendre en rongeant son frein. L’OMS, cela va sans dire, est une extension de l’ONU. Lisez des États-Unis.

Une des premières personnes arrêtées en Irak en 2003, sous la prétention inepte qu’elle faisait partie des « criminels les plus recherchés » fut le Dr. Huda Ammash, doyenne de l’université de Bagdad, biologiste environnementale de réputation internationale, qui avait obtenu son doctorat PhD à l’université du Missouri.

Elle avait fait des recherches poussées et publié des articles sur les effets de l’uranium appauvri et d’autres polluants après la guerre de 1991, invoquant les traités internationaux qui mettent clairement hors la loi de telles armes et insistant sur le fait que l’uranium de ces munitions n’était pas « appauvri » mais est constitué de « résidus radioactifs », conclusions étayées de faits très détaillés et irréfutables, établis avec soin, scientifiquement et sans complaisance. « Ce qu’on appelle uranium appauvri est radiologiquement et chimiquement toxique pour l’être humain et pour les autres formes de vie. » (v) Elle était à l’évidence en avance sur tout et tous.

Sa contribution au livre largement acclamé (sauf en français…) Iraq Under Siege – the Deadly Impact of Sanctions and War (Pluto Press 2000, réédité en 2003) était un cri d’alarme sur l’Armageddon environnemental infligé à l’Irak par les armes toxiques de 1991.

Dans son introduction, on pouvait lire :

« La guerre du Golfe a pris fin en 1991 mais les destructions massives qu’elle a entraînées ne sont pas finies. Une catastrophe sans précédent, résultant d’un mélange d’expositions radiologiques, chimiques et électromagnétiques, continue à provoquer des séquelles substantielles à la santé et à l’environnement… la majeure partie de l’Irak a été métamorphosée en une décharge polluante et radioactive. »

Le bruit causé par son livre a fait d’elle une femme marquée. Elle a été l’une des toutes premières personnes arrêtées lors de l’invasion de l’Irak, épinglée par l’obscène désinformation US sous le sobriquet de « Dr. Anthrax », elle est restée emprisonnée sans charges et sans jugement jusqu’en 2005.

6 bis. Huda Ammash avant-après.jpg

Le Dr. Huda Ammash : Avant – Après

Robert Fisk, dans son article cité plus haut, s’écrie : « C’en est vraiment trop ! Ces photos sont trop épouvantables. On ne peut tout simplement pas les publier.» [ Voir celles que nous avons publiées dans notre article "Sanctions" le 8 avril dernier :  http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2013/04/08/sanctions.html NdGO ] Et il parle du chagrin des parents, dont beaucoup ont voulu lui parler pour que le monde sache.

 

7. bébé urabnium 1.jpg

8. bébé uranium 2.jpg










Deux bébés à l’uranium, Fallujah

9. ranan-youssef-arafat.jpg

Ce qui reste d’une petite fille de 3 ans (phosphore blanc), Gaza.

Les faits, les photos devraient être en première page de tous les journaux de la planète,, jusqu’à ce que ces armes immondes soient mises effectivement hors la loi. Le calvaire de l’Irak est et sera répété partout où elles seront utilisées.

Elles sont les nouveaux Hiroshima et Nagasaki, et leur fardeau génétique sera imposé aux générations futures pour sans doute des millénaires.

Si le rapport de l’OMS voit jamais le jour, il ne sera d’aucune utilité au petit Humam, ni à d’innombrables autres bébés.

La naissance a été « very emotional » a dit la femme du prince William, Catherine, parlant de celle du prince George Alexander Louis. Imaginez-vous à la place de la mère de Humam ou de n’importe quelle autre mère irakienne, qui ne peut pas savoir de quelles horreurs sa précieuse progéniture va être accablée.

Le petit prince est béni et couvert de tous les dons depuis le jour de sa naissance. D’innombrables enfants d’Irak et de tous les endroits où ces armes ont été utilisées seront maudits depuis le jour de leur naissance et pour toujours.

Ironiquement, le père du petit prince et son oncle Harry font partie des forces armées du Royaume-Uni, partenaire dans le crime des États-Unis et coresponsables de ces horreurs.

__________________

Notes

i. http://rt.com/news/uranium-birth-defects-fallujah-729/

ii. http://www.independent.co.uk/voices/commentators/fisk/rob...

iii. http://www.countercurrents.org/cc230713B.htm

iv. http://www.globalresearch.ca/rise-of-cancers-and-birth-de...

v. http://www.commondreams.org/views05/1220-31.htm

Voir aussi : « Le Pentagone reconnaît avoir utilisé du phosphore blanc contre les Irakiens à Fallujah ».

http://www.democracynow.org/2005/11/17/pentagon_reverses_...

[ On peut, sans risquer d’être contredits ajouter qu’Israël en a utilisé contre les Palestiniens, à diverses reprises, et que le général Al Sissi vient très probablement de faire de même sur une partie de son propre peuple.]

Et voir :

From Iraq, A Tragic Reminder to Prosecute the War Criminals by John Pilger

Heather Wokusch: Under the Radar Revisited: May 2013

Depleted Uranium: The BBC’s John Simpson does a hatchet job on Fallujah’s genetically damaged children by William Bowles

“The Crime of the Century”: Napalm Use in Iraq by Felicity Arbuthnot

Every Building in Baghdad that Falls, Crushed and Broken to the Ground…. by Felicity Arbuthnot

Dahr Jamail Returns to Iraq to Find Rampant Torture and a Failed State Living in “Utter Devastation” + Epidemic of Birth Defects, Cancers

Dennis Kyne: Depleted Uranium (DU) and Very Sick Soldiers and the Cover-Up

____________________  

*   Le radio isotope peut être chimiquement séparé de l’échantillon irradié, concentré et expédié aux laboratoires pour examen. (NdGO)

Source :

http://dandelionsalad.wordpress.com/2013/08/13/two-births...

 

Traduction de Catherine L. pour Les Grosses Orchades

 

10. US-UE.JPG

La terre, en tournant sur son axe, produit des vents. Ces vents finissent tôt ou tard par répandre sur toute sa surface les substances radioactives déversées ici ou là. Ce qui signifie que les propres enfants de ceux qui, depuis des décennies bombardent ou ont bombardé l’Afghanistan, Gaza, l’Iran, la Yougoslavie, le Liban, l’Irak, le Pakistan, la Libye et la Syrie, sans parler de plusieurs pays d’Afrique, finiront par en être contaminés sans remède. Leur patrimoine génétique aura été modifié comme celui des victimes de leurs parents .

 

*

Cet article devait être suivi de son « pendant » haïtien, car il semble qu’Amelia Duarte de la Rosa ait hélas péché par excès d’optimisme. Vu l’obésité de ce post, ce sera pour un prochain coup.

 

*

 

Syrian Father Reunited With Toddler Son He Believed Was Killed In Chemical Attacks

(Un père syrien retrouve son fils qu’il avait cru tué par l’attaque au gaz.)

 

 

N’y a-t-il pas lieu d’être fiers de l’usage qui est fait de nos impôts ? Car c’est bien à provoquer ce genre d’angoisses qu’ils servent, non ?

 

*

28 août 2013

Remarques mesurées sur ces ordures qui nous gouvernent

par Théophraste R., Le Grand Soir

(Nous voulions donner notre avis, mais puisque Théophraste l’a fait et que c’est le même..)

11. foursome.gif

12. kerry-bibi-peres.jpg

13. Valls Hollande gaz.PNG

14. Fabius cornu.JPG

15. Bernard_Kouchner_Kosovo_1999.jpg








16. bhl_botul_if_you_dont_come_to_democracy_it_will_come_to_you.jpg

« Croyez-moi, je n'aime pas ça ! »

( Ils n'y sont pas tous, vous pouvez ajouter les vôtres... )

Ouf... j’ai bien cru qu’on allait terminer l’année sans une nouvelle « guerre humanitaire » (vous savez, celle où les bombes ne tuent que les méchants).

Mais c’était sans compter sur la détermination de nos dirigeants. Une détermination sans faille. Qui ne se manifeste que pour faire la guerre, moins lorsqu’il s’agit de combattre le chômage, ou de taxer les transactions financières, ou de lutter contre les paradis fiscaux, ou (liste trop longue). Pour faire la guerre, par contre, ils trouvent toujours l’argent, le temps, la détermination et l’énergie nécessaires. C’est d’ailleurs à peu près la seule chose qu’ils réussissent - et encore. C’est dire.

Mais bon, le show sera spectaculaire et les rédactions bruisseront d’excitation à suivre une nouvelle guerre. Ouais ! Une de plus ! Parce que la France, môssieur, est un pays de tradition.

Et lorsque je qualifie certains dirigeants occidentaux d’ordures, on me dit que j’exagère. Si je demande en quoi j’exagère, on me répond « ce n’est pas un vocabulaire à employer ». Autrement dit, j’ai raison sur le fond mais tort sur la forme. OK, ça me va.

« Ordures », donc.

Théophraste R.

Ne jouons plus sur les mots, svp

Source : http://www.legrandsoir.info/remarques-mesurees-sur-ces-or...

 

*

La Droite aussi (aussi ?) dit NON

 Elle le dit comme la vraie gauche non représentée : Sans restrictions déshonorantes

17. non_imperialisme_syrie.png

Voir le site : http://la-dissidence.org/2013/08/28/non-a-lingerence-atla...


*

Puisqu’on ne peut les affronter tous à la fois, prenons-les un par un, en commençant par le va-t-en guerre en chef.


Boycott culturel d’Israël


18. Roger Waters 1.jpeg




28 août 2013

Roger Waters appelle les musiciens Rock and Roll à s’engager dans le boycott culturel d’Israël



19. Nigel Kennedy.jpeg




(et soutient Nigel Kennedy, censuré par la BBC, sur requête d’une baronne, pour avoir fait de même - NdGO)

 


Roger Waters

À mes collègues du Rock and Roll

Le 18 août 2013, Varsovie.

Lors de la récente édition des « Concerts Promenade» au Royal Albert Hall à Londres, Nigel Kennedy, violoniste britannique virtuose, a mentionné la politique d’apartheid d’Israël.

Rien de bien nouveau, vous pensez.

Et puis une certaine baronne Deech a contesté cette affirmation et demandé à la BBC de censurer la performance de Kennedy en coupant sa déclaration. La baronne Deech n’a fourni aucune preuve pour étayer son argument et pourtant la BBC, supposée être une chaine politiquement neutre, a accepté sa requête, nous jouant un tour Orwellien.

Bon ! Il est temps pour moi de m’insurger à nouveau, au côté de mon frère Nigel Kennedy.

Et d’ailleurs, Nigel, bravo.

(Lire ci-dessous la déclaration officielle au nom de Nigel Kennedy)

S’ensuit donc cette lettre, dont j’ai repris la rédaction en juillet dernier.

25 juillet 2013

À mes collègues du Rock and Roll,

Lire la suite…


 

Musique !

Roger Waters Tour 2013 – The Wall live

20. Waters pig star david.jpg

Le cochon de la discorde, pour cause d’étoile de David. Il porte aussi d’autres emblèmes comme croix gammée, croix chrétienne, faucille et marteau, etc., mais c’est seulement celui-là qui compte.

Bande annonce de la tournée

 

Photos à 360° du spectacle

http://www.rogerwaterstours.com/index.php/view-amazing-360-degree-photos-of-the-wall-performance-by-roger-waters/#.Uh5IxH_VuR4

Pour le concert intégral, à Werchter, Rome, Padoue, Vienne, Prague, Varsovie, Istanbul, etc., voyez Youtube.


21. olivier-arrosage.jpg

Nigel Kennedy & les Palestine Strings

Si vous croyez connaître Le Printemps de Vivaldi, allez donc l’écouter, joué par Nigel Kennedy et les Palestine Strings, sur le site de Gilad Atzmon.

C’est là :

http://www.gilad.co.uk/writings/nigel-kennedy-palestine-strings-at-the-prom-must-watch.html

 Incidemment : il faut aussi cliquer sur « I salute the BBC (not) » et sur « Gilad Atzmon on HardTalk BBC Persia (French) ». Il est toujours impressionnant de voir à l’œuvre un esprit clair, lucide et moralement rigoureux.


*

LIVRES

Et autres écrits

 

 23. Abattoir 5.jpg

Kurt Vonnegut Jr

Abattoir 5 ou La croisade des enfants

Seuil, Paris, dernière réédition 2009

Collection Points (poche)

192 pages


 

24. De la destruction.jpg



W .G. Sebald

De la destruction comme élément de l'histoire naturelle

trad. de l'allemand par Patrick Charbonneau

Actes Sud, 2004

160 pages

 


25. Günther Grass.jpg


Günther Grass

Ce qui doit être dit

Poème paru dans le Süddeutsches Zeitung, inédit en français.

Einstagsflieges (? = Éphémères )

Recueil de 87 poèmes, dont un à la gloire de Mordechai Vanunu. - Inédit en français

Et tout le reste de son œuvre sans modération

(voir la liste sur Wikipedia)

À lire en ligne :

Le scandale des armes à l’uranium appauvri

Par un auteur belge inconnu de nous.

Préface de Hubert Verbeke

Internationalnews – Dossier Gaza articles et vidéos.


*

Ajoutons-y notre contribution à l’information mécréante :

Posté par Information Clearing House

In Case You Missed It

The Zionist Plan for the Middle East

Translated and edited by Israel Shahak

To survive, Israel must 1) become an imperial regional power, and 2) must effect the division of the whole area into small states by the dissolution of all existing Arab states. Small here will depend on the ethnic or sectarian composition of each state.

Autrement dit : Pour survivre, Israël doit 1) devenir un pouvoir régional impérialiste, et 2) diviser toute la région en petits états, par la dissolution de tous les états arabes existants. « Petits », ici, dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque état.

Lire la suite en anglais…

Dont voici la traduction en français :

Israël SHAHAK

Oded Yinon : Plan de remodelage du Proche Orient (1982)

Lire la suite…


*

Et afin de ne pas faire de jaloux, nous avons gardé pour la fin une très jolie galerie de portraits : ceux des « amis de François Hollande », comme on les appelle sur certains sites :

Qui est vraiment l’opposition syrienne ? Qui la finance ? Qui sont ses représentants ?

Les médias ne sont pas très curieux lorsqu’il s’agit du mouvement d’opposition syrienne. Examinons donc leurs origines et leurs connexions politiques.

C’est un cauchemar qui se déroule à travers toute la Syrie, dans les maisons d’Al-Heffa, de Homs et les rues de Houla. Et nous savons tous comment l’histoire se termine : des milliers de soldats et de civils tués, des villes et des familles détruites, et le président Assad battu à mort dans un fossé. C’est l’histoire de la guerre syrienne.

Mais il y a une autre histoire à raconter. Un conte moins sanglant, mais néanmoins important. Il s’agit d’une histoire au sujet des conteurs : les portes-paroles, les "experts de la Syrie", les "militants de la démocratie". Ceux qui nous font l’état des lieux. Ces personnes qui "pressent" ,"avertissent" et "appellent à l’action".

Lire la suite…

Source : http://lejournaldusiecle.com/2012/07/23/qui-est-vraiment-lopposition-syrienne-qui-la-finance-qui-sont-ses-representants/?blogsub=confirming#blog_subscription-2 

 

*

26. medicos-cubanos-veja.gif

 Feliz Cumpleaños (avec les carabiniers) Comandante !

 

*

 

Mis en ligne par Marie le 1er septembre 2013.

15:53 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |