05/10/2017

D'ABORD ILS SONT VENUS POUR LES NAZIS ET LES PEDOPHILES - ADDENDA

1. Bateau Saker.jpg

 

« D’abord, ils sont venus pour les nazis et les pédophiles »

 

ADDENDA

 

Autre exemple de censure exercée par le secteur privé : Philip Giraldi, licencié en un quart d’heure sur simple coup de fil suite à un article mettant en cause Israël dans les guerres américaines, principalement au Moyen Orient. Ce n’est pas le premier. On se souvient de Stephen Walt, doyen de Harvard, licencié dans les mêmes conditions en 2006 lors de la parution de Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine [éd. traduite : La découverte (2007)].

Israël Shamir analyse ici la solution préconisée par Giraldi : interdire l’accès à la politique étrangère US aux juifs américains. Bien entendu, les juifs américains ont tous au moins deux nationalités, et ceux qui pèsent sur la politique US sont tous des néoconservateurs.

Du temps que l’Europe était constituée d’états souverains, quiconque était binational était tenu d’opter pour l’une de ses deux patries au moment de faire son service militaire. C’était logique : imaginez un binational franco-allemand en 1940… Mais beaucoup d’Israéliens son bi-tri ou quadrinationaux. Le problème est peut-être d’abord là. Et aussi dans le fait qu’ils prétendent en outre parler pour « tous les juifs » quels et où qu’ils soient.

Nous avons laissé les articles de Giraldi (ci-dessous) en anglais, par manque de temps et d’effectifs. Shamir, dans le sien (merci Maria Poumier), remet quelques pendules à l’heure. Sinon, où nos jeunes générations apprendraient-elles qui furent Ethel et Julius Rosenberg ? À l’école ?

Ajoutons que Shamir développe ici une idée bien intéressante, sans se douter sans doute qu’il l’emprunte à Robespierre : celle de la limitation des fortunes. Jeremy Corbyn songerait paraît-il à limiter… les salaires. C’est toujours ça. Et bien anglais.

 

2. François Demassieux.GIF

 

Les juifs et la guerre

Israël Adam Shamir 27 septembre 2017

Entre la plume et l’enclume

 

De temps à autre, on a un observateur qui remarque une action juive concertée, et qui en fait part pro bono publico. Soit c’est le fait que les Juifs soutiennent l’immigration du Tiers monde, soit que les Juifs combattent les monuments mémoriels, ou encore, plus récemment, que les Juifs font la promotion de la guerre contre l’Iran. Aussitôt ceux-ci ripostent avec une contre-attaque massive et véhémente, et rendent la vie très difficile à l’observateur trop bavard. Puis le sujet passe à un second plan, parce que chacun est échaudé, ou ne sait pas comment faire avancer le débat, mais le problème reste entier.

Voici un exemple récent de cette séquence, un article de Philip Giraldi paru sur Unz.com qui fait encore des vagues sur le web. Il a déroulé une liste de Juifs qui soutenaient l’invasion de l’Irak, et qui poussent maintenant les US à attaquer l’Iran :

« David Frum, Max Boot, Bill Kristol et Bret Stephens, Mark Dubowitz, Michael Ledeen… eh bien, euh, ils sont tous juifs, et la plupart d’entre eux se qualifieraient de néo-conservateurs. » [Le 21 septembre, Giraldi a été congédié par un simple coup de fil du American Conservative, organe où il écrivait depuis 14 ans, ndt].

Giraldi a proposé de tenir les Juifs hors des positions d’influence en matière de politique étrangère, de façon à préserver les US des guerres dont ils n’ont aucun besoin. Giraldi écrivait :

« Nous n’avons pas besoin d’une guerre avec l’Iran simplement parce que c’est Israël qui en veut une, et que quelques riches et puissant juifs américains sont heureux de nous la fournir clés en mains ».

De fait, le journal Ha aretz avait publié à l’époque, en avril 2003 :

« La guerre en Irak a été conçue par 23 intellectuels néo-conservateurs, la plupart juifs, qui poussent maintenant le président Bush à changer le cours de l’histoire. Deux d’entre eux, les journalistes William Kristol et Charles Krauthammer, disent que c’est possible. »

Moi aussi j’avais publié dans la même veine lors de l’invasion de l’Irak, et c’est une bonne chose de voir que cette thèse n’est pas morte mais ressurgit de temps à autre. On pourrait ajouter que ce sont les mêmes personnes qui poussent à un conflit avec la Russie, qui diabolisent Poutine et qui attaquent Trump, malgré le fait que notre bonhomme orange tente de combler leurs moindres désirs comme un vrai père Noël.

Tout à fait d’accord avec Giraldi sur la maladie, venons-en à la question du remède. Cela servirait-il à quelque chose de maintenir les Juifs à l’écart de la politique étrangère ? Les US avaient ils échappé aux guerres avant l’ascension des Juifs à la fin des années 1960 ? Avant cette époque-là, les Juifs n’étaient guère à des postes en vue, et n’étaient certainement pas sur-représentés dans l’establishment. Ethel et Julius Rosenberg, couple de juifs, avaient été grillés sur la chaise électrique en 1953, ce qui n’avait pas soulevé d’objections particulières. Mcarthy terrifiait les juifs. Le mot Holocauste n’était pas encore apparu, avant 1968. On tenait encore les juifs hors des clubs et des hautes strates de la politique. L’État d’Israël avait été menacé en 1956 par les US plutôt qu’assisté.

 

8. Rosenberg 4.jpg

Ethel et Julius Rosenberg, exécutés le 19 juin 1953 pour avoir prétendument livré à la Russie (déjà !) des secrets atomiques que l’espion Jonathan Pollard livra vraiment, plus tard, à Israël, et qui, lui, s’en tira, puisque, condamné à une peine d’emprisonnement à vie, il fut relâché le 20 novembre 2015.

 

Et pourtant, les US libres de Juifs avaient livré en Corée une terrible guerre de trois ans (1950-1953), au Viet-Nam (jusqu’en 1974), avaient envahi et provoqué le changement de régime au Guatemala et en Iran, avaient violemment interféré dans les élections en France et en Italie, et avaient livré la féroce Guerre froide contre l’URSS. Dans toutes ces campagnes, les juifs des US étaient dans le camp de la paix, et contre la guerre. Ils n’étaient nulle part au pouvoir lorsque les US avaient livré leurs guerres contre l’Espagne et le Mexique. Les US non juifs avaient organisé un coup d’État en Iran, et c’est le président Carter, ni juif ni pro-Israël, qui avait tenté d’envahir l’Iran. Les Juifs n’étaient pas impliqués dans la conquête de Panama, dans l’intervention au Nicaragua, dans l’opération sur l’île de la Grenade.

Peut-être parce que les juifs avaient quitté les théâtres de guerre d’Amérique latine pour le Moyen Orient. Une Amérique moins influencée par les juifs envahirait plutôt le Venezuela que l’Iran. Mais faut-il vraiment s’en réjouir ?

L’idée de corriger ou de canaliser une influence juive excessive est raisonnable, mais y parviendrait-on en maintenant Kristol et Krauthammer loin des médias (une excellente idée au demeurant) ?

La prééminence juive aux US est intrinsèque à la culture US et à ses traditions. C’est Karl Marx qui écrivait (dans La Question juive, en 1844) qu’en Amérique du Nord, « la domination pratique du judaïsme sur le monde chrétien s’est installée comme l’expression même de ce pays, son expression sans ambiguïté et normale. »

Il disait que tous les Yankees étaient des juifs, se conduisent comme des juifs, aspirent à être des juifs et se faisaient même circoncire comme les juifs. De sorte qu’il était naturel que les juifs pour de vrai réussissent mieux à se conduire en juifs que leurs voisins gentils. Werner Sombart ajoutait que les juifs étaient à la pointe de ce pays depuis le début de la conquête européenne, et qu’ils avaient créé le capitalisme de style américain avec la tournure qui leur convenait. Les juifs occupent les cimes en ce moment parce que l’Amérique est un produit construit et modelé pour les juifs, sur mesure, disait-il.

C’est cela qu’il faudrait corriger, et alors les scribes juifistes comme Krauthamers ne pourront plus s’en donner à cœur joie en nous précipitant dans les guerres. Cessez de souscrire au modèle de la réussite juive, et les juifs ne pourront plus peser sur le Sénat. Rendez chrétiens les US, selon l’enseignement du Christ, partagez le travail et la richesse, aspirez à servir Dieu et non Mammon, que les premiers soient les derniers et les derniers les premiers, aimez votre prochain et donc votre voisin : là le problème sera résolu.

Si c’est un commandement trop ambitieux, changeons de niveau. Chasser de leur piédestal les Ledeens et les Frum (et j’estime qu’ils méritent largement le goudron et les plumes) ne servira à rien tant que les juifs riches ne sont pas délestés de leur butin mal acquis. Sans la richesse juive excessive, il n’y aura plus d’incitation excessive des juifs à la guerre. Et dans la mesure où plus de la moitié de toute la richesse des US se trouve entre les mains de quelques juifs, libérer cette force aura un effet colossal pour améliorer l’existence de chaque Américain, et même de chaque personne sur terre.

Et pourquoi s’arrêter là ? Les super riches non juifs sont aussi juifs que n’importe quel juif. Ils partagent les mêmes aspirations. Arrachez-leur donc leurs avoirs. Qu’est-ce que ça peut nous faire, que Jeff Bezos soit juif par le sang ou par ses croyances, ou qu’il ne le soit pas ? Il se conduit comme un juif, et c’est suffisant. Etablissez un plafond pour la fortune, en contrepartie du salaire minimum. L’idée a fait son chemin : Jeremy Corbyn a déjà appelé à l’implantation du salaire maximum. Les impôts peuvent contribuer facilement en ce sens, dans la merveilleuse Suède des années 1950, la tranche d’impôt supérieure était taxée à 102%. On peut atteindre le même but d’une façon plus réjouissante en mettant « à poi » en place publique à Washington les hommes les plus riches pour le Mardi-Gras. Il ne faut pas que cela apparaisse comme une punition pour leurs excès de zèle, au contraire, c’est une assistance sur la voie de leur progrès spirituel. Trop de richesses emprisonnent l’esprit !

Ce serait excellent pour les juifs et pour tous ceux qui sont concernés par le problème : tant que la richesse juive moyenne aux US stagnait en dessous de la moyenne (c’est-à-dire aussi longtemps que les Juifs ont été moins riches que les Gentils), les juifs agissaient dans l’intérêt du peuple. Vers 1968-1970, ils ont commencé à devenir plus riches que tous les Américains, et voilà : ils ont cessé de se battre pour le bien commun.

Les juifs pourraient devenir une force positive à condition que leur tendance excessive à amasser des biens matériels soit verrouillée. C’est ce qui s'est passé en URSS : comme les juifs ne pouvaient pas faire d’argent, ils se sont mis à faire des sciences et ont travaillé au bien commun. Même les oligarques pourraient devenir de bons managers au lieu d’être un châtiment pesant sur la nuque de toute la société.

Ce n’est pas plus compliqué que de chasser Max Boot du business de l’écriture. Alors pourquoi se contenter d’un palliatif quand on peut viser la jugulaire ?

adam@israelshamir.net

Traduction: Maria POUMIER

Première publication : The Unz Review.

Source : http://plumenclume.org/blog/287-les-juifs-et-la-guerre

 

2. François Demassieux.GIF

 

America's Jews Are Driving America's Wars

Shouldn't they recuse themselves when dealing with the Middle East ?

Philip Giraldi – The Unz Review – September 19, 2017

 

5. GIRALDI.jpg

 

UPDATE : On the morning of September 21st Phil Giraldi was fired over the phone by The American Conservative, where he had been a regular contributor for fourteen years. He was told that “America’s Jews Are Driving America’s Wars” was unacceptable. The TAC management and board appear to have forgotten that the magazine was launched with an article by founder Pat Buchanan entitled “Whose War ?” which largely made the same claims that Giraldi made about the Jewish push for another war, in that case with Iraq. Buchanan was vilified and denounced as an anti-Semite by many of the same people who are now similarly attacking Giraldi.

I spoke recently at a conference on America’s war party where afterwards an elderly gentleman came up to me and asked, “Why doesn’t anyone ever speak honestly about the six-hundred-pound gorilla in the room? Nobody has mentioned Israel in this conference and we all know it’s American Jews with all their money and power who are supporting every war in the Middle East for Netanyahu? Shouldn’t we start calling them out and not letting them get away with it?”

Read more…

Source : http://www.unz.com/pgiraldi/americas-jews-are-driving-americas-wars/

 

2. François Demassieux.GIF

 

How I got fired

Exposing Jewish power in America has real consequences

Philip GiraldiThe Unz Review ­– October 3, 2017

 

6. GIRALDI AIPAC.jpg

 

Two weeks ago, I wrote for Unz.com an article entitled “America’s Jews Are Driving America’s Wars.” It sought to make several points concerning the consequences of Jewish political power vis-à-vis some aspects of U.S. foreign policy. It noted that some individual American Jews and organizations with close ties to Israel, whom I named and identified, are greatly disproportionately represented in the government, media, foundations, think tanks and lobbying that is part and parcel of the deliberations that lead to formulation of U.S. foreign policy in the Middle East. Inevitably, those policies are skewed to represent Israeli interests and do serious damage to genuine American equities in the region. This tilt should not necessarily surprise anyone who has been paying attention and was noted by Norman Glazer, among others, as long ago as 1976.

Read more…

Source : http://www.unz.com/pgiraldi/how-i-got-fired/

 

2. François Demassieux.GIF

 

Pendant qu’on y est, pourquoi se priver ?

 

A Crash Course on the True Causes of “Anti-Semitism”

The SakerThe Unz ReviewSeptember 28, 2017

 

7. Antisemite Saker.gif

This is a topic which has had so much written about it that you could fill an entire city library with books entirely dedicated to this topic. Marx took a shot at it. As did Sartre. There were, of course, also plenty of good books written on this topic, but rather than list them all, I want to suggest a few simple common sense points and then go to what I consider an authoritative explanation of this thing we call “antisemitism” and which, of course, has nothing to do with Semites.

So first, let’s dump this silly term and replace it by a simple and straightforward one : judeophobia. Just like any other phobia (say, for example, russophobia) the phobia of X is the 1) fear and/or hatred of X. Some people hate Jews, others fear them (think of the “fear of the Jews” in the Scripture), some do both. So judeophobia seems both logical and uncontroversial to me.

Read more…

Source : http://www.unz.com/tsaker/a-crash-course-on-the-true-causes-of-anti-semitism/

Vous devriez trouver cet article en français d’ici quelques jours sur le site du Saker Francophone.

 

2. François Demassieux.GIF

 

 

 

Mis en ligne le 5 octobre 2017

 

 

 

 

 

20:19 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/09/2017

LA BARBARIE COMMENCE SEULEMENT

1. Lovecraft - The White Ship 2.JPG

 

2. titre_manuel.GIF

3. Manuel de Diéguez.JPG

La barbarie commence seulement

 

C’est sous le titre La Barbarie commence seulement que j’ai publié en 1948 mon premier essai. J’avais vingt-six ans, mais la rédaction hâtive de cet ouvrage remontait à 1946. Qu’est-il arrivé soixante-dix ans plus tard de mon pessimisme juvénile ? Il est devenu évident, hélas, que, depuis les temps les plus reculés, c’est en caractères indélébiles que le sang grave au jour le jour le destin du monde.

 

4. Barbarie Avic.jpg

 

Mais l’image n’avait pas encore conquis l’ubiquité et l’instantanéité. Jamais on n’avait vu un Ministre des affaires étrangères et ancien Général brandir à la face du monde une fiole magique, dont le contenu était censé anéantir le globe terrestre. On n’avait pas encore vu un chef de la diplomatie de la plus puissante démocratie de la planète se féliciter de l’extermination, par une famine délibérément provoquée, d’un demi-million d’enfants irakiens. On n’avait pas encore vu un Premier ministre anglais, avocat de profession, entraîner sa patrie à se ruer sur l’Irak et sur la Libye, au nom des idéaux d’une démocratie universelle.

On n’avait pas encore vu le Président de l’État dominant, devenu un empire militaire, menacer officiellement un autre État – la Corée du Nord – d’une dévastation complète et de l’extermination de vingt-cinq millions d’habitants, prôner une guerre contre la Perse, instaurer une asphyxie totale du Venezuela et de Cuba, travailler tantôt secrètement, tantôt officiellement à un changement de régime en Syrie, en Russie et dans tous les États qui ne se soumettent pas à ses volontés et menacer de sanctions économiques la moitié de la planète.

Et maintenant, on s’étonne que la Corée du Nord, une vieille civilisation de plus de trois millénaires, constamment menacée par une démocratie de sauvages née il y a moins de trois siècles, redécouvre l’évidence que la bombe atomique permet à de petits États de tenir à distance des grandes puissances belliqueuses et jette à bas toute la mythologie classique de la dissuasion fondée sur « l’équilibre de la terreur » entre des Titans.

Qu’en est-il aujourd’hui d’une encre qui se révèle plus écarlate que jamais ? Le désarroi règne désormais parmi nos humanistes chevronnés, nos anthropologues patentés, notre classe dirigeante affolée. Comment persévérer à diriger un monde qui se révèle plus divisé que jamais entre les puissantes musculatures et les minuscules ossatures ? Comment retrouver l’humilité d’une raison qui va son chemin avec la rigueur du cogito cartésien et qui ferait à nouveau des audaces de la pensée logique le vrai maître de l’histoire et de la politique ?

M. Vladimir Poutine lui-même se voit contraint de feindre qu’il refuse fermement de jamais accorder le statut d’État nucléaire à la Corée du Nord, sinon il se verrait mis tacitement au ban du Comité des cinq membres du Conseil de sécurité de l’Onu, qui seuls disposent du droit de veto; mais dans le même temps, il se déclare persuadé que la Corée du Nord mangera de l’herbe plutôt que de se retrouver livrée aux exactions de la prétendue civilisation du Général Colin Powell, de Mme Madeleine Albright, de Tony Blair et des présidents Bush, Obama et Trump.

Déjà la France, la Russie et la Chine affichent leur accord sur ces fondements, déjà Emmanuel Macron s’est vu contraint d’accepter l’invitation de se rendre à Moscou à la barbe de Washington, déjà le courage solitaire de la pensée logique n’est autre que celui de la Corée du Nord, qui rappelle simplement de quel côté se trouve la barbarie moderne, celle des fétiches et des grigris de Washington. Le 20 septembre 2017, M. Macron n’a-t-il pas prononcé un discours énergique d’apparence et dans lequel il semblait dire crûment ses quatre vérités à l’empire américain. Mais pour l’instant aucun gouvernement français n’ose expliquer à la nation le sens et la portée des clauses du traité de Lisbonne. Un tel État échouera nécessairement à convaincre ses citoyens de la légitimité des États-Unis quand ils exigent de leurs vassaux une domestication perpétuelle.

C’est pourquoi vingt-quatre heures après son discours officiel à la tribune de l’ONU, le monde entier a vu le même Emmanuel Macron se pelotonner à nouveau piteusement au sein du troupeau des vassaux de l’empire et attaquer bille en tête les États que l’empire qualifie « d’ennemis de la démocratie« : la Corée du Nord, l’Iran, le Venezuela et la Syrie.

Remontons plus haut afin de mieux comprendre le véritable enjeu du conflit entre le vénal et le sacré. Pour cela, souvenons-nous du mythe du suaire de Turin que certains cardinaux eux-mêmes croyaient authentique. Et maintenant, imaginons qu’une Église romaine, forte d’une assurance de ce genre, déciderait de mettre cette relique aux enchères afin d’en retirer la somme la plus vertigineuse possible.

Un événement de même nature s’est produit avec le cambriolage de certains consulats et de propriétés diplomatiques de la Fédération de Russie aux États-Unis. Sous le couvert d’une opération politique, cette capitale des barbares de notre temps prétend maintenant réaliser une juteuse affaire immobilière: elle demande à la Russie de lui vendre à bas prix les biens sur lesquels elle a fait main basse. Le conflit entre le prétexte idéologique proclamé et la réalité vénale sous-jacente crève les yeux.

Une nation qui se veut au-dessus du droit international prétend aujourd’hui « sanctionner » tous les pays de la planète qui oseraient maintenir leurs liens commerciaux avec une Corée pestiférée, tout en se livrant au grotesque de demander aux deux principaux « sanctionnés » – la Chine et la Russie – de l’aider à affamer la nation rebelle. Sans parler des « sanctions » infligées au nom des « principes démocratiques » et qui se révèlent une forme maffieuse d’extorsion de fonds.

Telle est la fresque de l’histoire des sorciers et des sauvages qui s’étale aux yeux de Pyongyang. Quel panorama pour cette nation de voir se dérouler sous ses yeux le tapis rouge de la honte que devrait éprouver la civilisation occidentale dans laquelle Mme Madeleine Albright détient la palme d’or du cynisme et de la cruauté. Dans son essai intitulé Dieu, l’Amérique et le monde (2008) cette ancienne secrétaire d’État de l’empire américain avait obtenu de M. Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères de la France, une Introduction à la traduction française de cet essai monstrueux.

M. Védrine avait émis quelques réserves concernant la théologie globale des États-Unis, mais il s’était bien gardé d’évoquer, même en passant, le titanesque holocauste du demi-million d’enfants qui a fait définitivement de l’empire américain le Moloch de l’alliance de la barbarie avec la folie et de la stupidité avec la démence, comme le prouve la récente menace d’un Donald Trump déchaîné, d’exterminer vingt-cinq millions de Coréens, lors de son discours du 19 septembre 2017 à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU.

Voilà le spectacle de la simonie démocratique internationale que Pyongyang a sous les yeux et qu’il ne quitte pas un instant du regard. Lisons l’ouvrage de René Pommier intitulé Roland Barthes, grotesque de notre temps, grotesque de tous les temps (éd. Kimé 2017) qui vient de paraître. Il met en scène l’ouragan et le calme plat alternés de la raison qui rend existentiels les embarras de la raison en situation.

Nous sommes à un tournant crucial de la conscience d’elle-même d’une humanité appelée à devenir un peu plus pensante et qui, depuis vingt-cinq siècles, se pose la question: « Qui suis-je ? », tellement elle découvre que le sommet de la sagesse à conquérir serait une science de l’immensité de son ignorance d’elle-même. L’oracle de Delphes nous répète qu’il existe une différence immense entre la connaissance de notre ignorance à l’école tantôt de Socrate, tantôt de Descartes – car il n’est pas difficile de savoir si un arbre est planté à tel endroit ou non – mais c’est une tout autre affaire de savoir à partir de quel observatoire l’humanité parvient à se regarder elle-même de loin.

La Russie, la Chine et la France de demain conquerront-elles un regard de l’extérieur sur une espèce contrainte de se livrer à une mutation cérébrale inouïe – une mutation qui cherche désespérément son ancrage dans la postérité d’un oracle de Delphes prononcé il y a deux millénaires et demi ?

Source: http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024/tstmagic/decodage/barbarie_commence_seulement.htm

 

5. François Demassieux.GIF

 

Le résultat des élections allemandes est un désastre pour le président français Macron. Voici pourquoi.

Il est maintenant certain que l’Allemagne rejettera son plan de réformes de l’Union Européenne

Alexander Mercouris – TheDuran 25 septembre 2017

 

9. Merkel.jpg

 

Les élections allemandes, dont Merkel vient de sortir mortellement blessée, ont fait voler en éclats le consensus du soutien inconditionnel à la politique étrangère atlantiste de l’Allemagne et, pour l’Union Européenne, c’est un tremblement de terre politique. Il y a quelqu’un qui est enseveli sous les décombres : le nouveau président français Emmanuel Macron.

Macron s’est battu pour l’élection à la présidence de la République à un moment de désillusion grandissant en France envers l’U.E. Il a néanmoins mené campagne et l’a emporté, sur une plateforme paradoxale : « davantage d’Europe ». C’était admettre que les institutions de l’U.E. sont dysfonctionnelles et que la zone euro travaille contre les intérêts économiques de la France. C’était prétendre, cependant, que la solution du problème ne réside pas dans un retrait de la France de la zone euro ou de l’U.E., mais dans une réforme des institutions de l’U.E. et de l’eurozone, pour qu’elles soient rééquilibrées dans le sens de l’intérêt national de la France

À cette fin, Macron, au cours de sa campagne, a proposé quelques changements très ambitieux à la manière dont l’UE et la zone euro sont dirigées, bien qu’il soit resté vague sur les détails. Voici comment Reuters les résume :

 

« Macron a dit qu’il ferait des propositions sur une dizaine de questions incluant le renforcement de l’union économique et monétaire, l’augmentation de la défense européenne, le raffermissement de la politique migratoire et l’intensification d’une convergence sociale et fiscale à l’intérieur du bloc. »

 

De tout ceci, le plus important est sans conteste « le renforcement de l’union économique et budgétaire », la supposition la plus largement répandue étant que ce vers  quoi tend Macron, c’est l’établissement d’un ministère des Finances et d’un département du Trésor européens destinés à compléter la Banque Centrale Européenne sur le front fiscal.

Ce n’est évidemment pas là une simple politique de « plus d’Europe ». C’est l’expression très nette d’une volonté d’intégration accrue à l’UE, pour en faire davantage encore un « super État ».

Macron a toujours compris que ce très ambitieux projet exigeait le soutien de l’Allemagne et, après son accession à la présidence, la politique qu’il a poursuivie en France a eu pour but de gagner ce soutien.  En particulier, il a cherché à impressionner les conservateurs fiscaux en agissant pour réduire drastiquement le déficit budgétaire, et il a essayé aussi d’établir des réformes sur le marché du travail en s’alignant sur l’Allemagne, dans l’intention de rendre la main d’œuvre française, à l’instar de la main d’œuvre allemande, plus flexible.

Cette politique s’est avérée d’un coût politique élevé en France, où la popularité de Macron a plongé à une plus grande vitesse que celle d’aucun président depuis la création de la Ve République.

Outre l’impopularité prévisible des réformes du marché du travail sur la main d’œuvre française, il y a aussi la critique des experts, selon laquelle l’accent mis par Macron sur la réduction du déficit budgétaire retarde les réformes essentielles en matière d’impôts, ce qui est de la plus grande importance pour l’économie française. De plus, certains de ces experts mettent en garde contre le fait que l’insistance de Macron sur les coupures budgétaires et la réforme du marché du travail aura pour résultat, au moins à court terme, de réduire le taux de croissance de l’économie et pourrait aggraver les effets d’une future récession, ce qui ferait aussitôt s’envoler un taux de chômage déjà très élevé.

Du point de vue de Macron, ces risques valent la peine d’être pris si, sur la base de ses réformes intérieures, il arrive à persuader les Allemands d’accepter les réformes des institutions européennes et de la zone euro qu’il souhaite. Comme l’a expliqué de façon lapidaire un article de Politico publié le 17 septembre 2017 (c’est-à-dire avant les élections en Allemagne) :

 

« […] La priorité de Macron, c’est d’aider Merkel à l’aider. Le président français sait que ses propositions d’augmenter l’intégration dans la zone euro ne peuvent progresser que si le public allemand est persuadé que Merkel traite avec un partenaire sérieux, capable de gérer son propre budget. »

 

Toute cette stratégie, cependant, reposait sur la supposition que Merkel n’allait pas manquer de gagner les élections de dimanche de manière convaincante.

C’était là, bien sûr, une supposition partagée dans beaucoup d’endroits. La croyance néolibérale quasi universelle en Europe et en Amérique du Nord, avant les élections, était que le succès économique de l’Allemagne et le poids de l’histoire allemande rendraient impossible à un parti comme l’AfD d’opérer des percées significatives, et que la seule question en suspens de ces élections allemandes était la taille de la majorité de Merkel.

La confiance de Macron en cette issue se voit bien à sa décision de dérouler ses propositions de réformes de l’U.E. et de l’eurozone dans un discours du 26 septembre 2017*, deux jours après ce qui serait – il n’en doutait pas – la triomphante réélection de Merkel. À l’évidence, il comptait sur une Merkel en pleine popularité renouvelée, pour pouvoir rapidement faire progresser avec elle après les élections les réformes des institutions de l’U.E. et de l’eurozone qu’il voulait.

Ceci a toujours été une mauvaise stratégie. Comme Tsipras en Grèce, Macron faisait à mon avis l’erreur de prendre le langage conciliant de Merkel sur ses idées pour une assurance qu’elle finirait par s’y rallier. Dans la réalité, Merkel s’est toujours arrangée pour bloquer tout changement aux institutions de l’eurozone ou de l’U.E. qui ne servirait pas les intérêts les plus étroits de l’Allemagne ou qui pourrait prêter à controverse de la part de l’électorat conservateur allemand qui votait pour elle.

La question fondamentale est celle des transferts budgétaires d’Allemagne vers les autres membres de la zone euro. L’opinion des conservateurs allemands y a toujours été fortement opposée et, par conséquent Merkel.

Dans la pratique, les transferts budgétaires de l’Allemagne vers les autres membres de la zone euro ont toujours eu lieu en secret, pendant un certain temps sous la forme de renflouements des membres les plus faibles (d’abord et avant tout la Grèce), d’achats d’obligations de la Banque Centrale Européenne et de programmes d’injections monétaires [quantitative easing programmes, ndt].

Ces transferts ont déjà été controversés en Allemagne (les renflouements de la Grèce ont eu pour conséquence directe la création de l’AfD), mais ils y ont toujours été à contrecoeur comme étant le prix à payer pour maintenir l’eurozone en état de marche et parce qu’ils ont toujours été effectués d’une manière informelle et non avouée. À l’opposé, les réformes proposées par Macron – impliquant la création d’un ministère des Finances et d’un département du Trésor européens – menacent de rendre les transferts non seulement formels mais institutionnels. Tels quels, il a toujours été certain à mon avis que l’opinion conservatrice allemande s’y opposerait, comme s’y serait opposée en dernier ressort Merkel elle-même.

Quoi qu’il en soit la question est à présent purement théorique, parce que dans l’état de sévère affaiblissement où elle se trouve à ola suite des élections, Merkel ne serait pas, le voulût-elle, en mesure d’adhérer à la sorte de réformes qu’appelle Macron. L’AfD, qui a été créé pour s’opposer  aux renflouements, s’y opposerait avec véhémence, comme le fait apparemment le partenaire de coalition le plus probable de Merkel, le FDP, dont le leader, Christian Lindner, a déjà couvert de sarcasmes les propositions de Macron et fait savoir clairement que les transferts budgétaires sont, pour son parti, une « ligne dans le sable ».

En plus et au-delà des objections de l’AfD et du FDP, il est impensable que de nombreux membres conservateurs du CDU et du CSU soient prêts à accepter une institutionnalisation des transferts budgétaires qui les exposerait à une compétition accrue de l’AfD. 

Bien que Macron se prépare sans aucun doute à avancer et à annoncer ses propositions demain, il n’y a désormais plus aucune possibilité qu’elles soient jamais mises en œuvre, du moins dans la forme qu’il souhaite.

Inutile de dire que cela remet en question toute la logique du programme des réformes de Macron sur le plan intérieur, et , en fait, sa victoire à l’élection présidentielle sur la promesse de « plus d’Europe ». Puisque cela ne va pas arriver, du moins dans la forme qu’il voulait, il est difficile, maintenant, de voir à quoi lui-même rime.

Le système français rend pratiquement impossible la destitution d’un président en cours de mandat et Macron restera certainement en place jusqu’à son terme, quoique privé de sens et de but.

Entretemps, il semble que la France soit appelée à vivre avec une présidence faillie de plus, après celles de Sarkozy et de Hollande, et à une autre période de dérive.

_____________ 

* Nous n’avons pas le texte de ce discours prononcé à la Sorbonne.

Source : http://theduran.com/german-election-disaster-frances-macr...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

5. François Demassieux.GIF

« L’art de la guerre »

L’Otan rejette le désarmement nucléaire

Manlio DinucciRéseau Voltaire26 septembre 2017

Traduction Marie-Ange Patrizio

 

Aucune des puissances nucléaires n’a accepté de signer le nouveau Traité prohibant ce type d’armes. On peut évidemment comprendre l’inquiétude d’un désarmement unilatéral. Mais l’Otan, qui viole chaque jour le Traité précédent – celui sur la non-prolifération de ces armes – est allé beaucoup plus loin en affirmant que, sous sa responsabilité, les bombes atomiques sont un facteur de paix et qu’il n’est pas question qu’elle envisage de s’en priver.

 

6. L'OTAN rejette.jpg

 

Le lendemain du jour où le président Trump exposait aux Nations Unies un scénario de guerre nucléaire, menaçant de « détruire totalement la Corée du Nord », s’est ouverte aux Nations Unies, le 20 septembre, la signature du Traité sur la prohibition des armes nucléaires. Voté par une majorité de 122 États, il engage à ne pas produire ni posséder des armes nucléaires, à ne pas les utiliser ni menacer de les utiliser, à ne pas les transférer ni à les recevoir directement ou indirectement, avec l’objectif de leur totale élimination.

Lire la suite…

 

Source : http://www.voltairenet.org/article198085.htm

 

5. François Demassieux.GIF

 

Le « Kurdistan », dernière enceinte de protection pour l’impérialisme (les Peshmergas instrumentalisés)

Robert Bibeau – Les 7 du Québec 27 septembre 2017

 

7. Peshmergas-sinjar.jpg

 

La phase ascendante de l’impérialisme moderne.

Pendant la phase ascendante de l’impérialisme moderne (1776-1975), la plupart des luttes de « libération nationale » ont eu un caractère progressiste. Nous ne disons pas un caractère prolétarien révolutionnaire, mais bien un caractère « progressiste bourgeois », en ce sens que ces luttes d’émancipation des bourgeoisies nationales de leur tutelle politique colonialiste constituaient la plupart du temps des avancées pour ces bourgeoisies nationalistes qui, se « libérant » des reliquats des rapports de production féodaux en abolissant le servage paysan qui l’accompagne permettaient l’émergence du capitalisme commercial, parfois aussi la mécanisation de la production agricole et la prolétarisation des paysans, l’expansion urbaine, et l’industrialisation de l’exploitation des ressources naturelles au bénéfice du capital national et international dont ces bourgeoisies nationalistes ne cherchaient nullement à se libérer, même quand elles se prétendaient socialistes ou communistes.

Lire la suite…

Source : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-peshmergas-der...

 

5. François Demassieux.GIF

 

Mis en ligne le 28 septembre 2017.

 

 

 

 

 

20:48 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2017

Moi pas vouloir « speaker » globish

1. Bottle women in a boat x.JPG

« Veuillez avoir l’obligeance de tirer sur la chaînette après usage » – «  Please flush ».

Avis bilingue dans les toilettes de Montreal

 

Moi pas vouloir « speaker » globish

Ingrid Riocreux –  Causeur 11 septembre 2017

 

11. brighelli-.jpg

Jean-Paul Brighelli

 

Si l’on m’avait dit qu’un jour je rédigerais la recension d’un livre signé Brighelli, moi qui appartiens à la génération des « crétins »…

C’est le français qu’on assassine se lit avec plaisir : le souvenir de Du Bellay (Deffence et illustration de la langue françoyse, 1549) et de Rivarol (Discours sur l’universalité de la langue française, 1784) irrigue un texte qui allie le sérieux didactique de l’essai avec le mordant du pamphlet. Brighelli s’efface parfois pour donner à entendre ici un poème, là un extrait de roman ou une tirade, qu’il commente, qu’il dissèque, qu’il étudie avec autant de rigueur que d’humour, à vous donner le goût de la littérature. Son style est chatoyant et varié, ne répugnant pas à employer, où il s’impose, le subjonctif imparfait, ni le mot bas où il est sûr de faire effet, ni tel autre signe d’oralité bienvenu qui vient conférer au texte sa force expressive et confirme ce que l’on sent tellement : que l’auteur a mis tout son cœur dans cette défense du français qui est aussi (la casse du titre, intégralement en majuscules, autorise cette lecture), une défense du Français, le vrai, celui qui sait « affiner les mots comme on affine un fromage, et les offrir à déguster à ses amis ».

 

« Démissions scolaires »

C’est ma vie que raconte Brighelli quand il parle de ces « quelques millions d’enfants nés entre 1985 et 2017 », victimes de l’« effet Meirieu » et de l’idéologisation croissante de l’école. J’ai sans doute été plus épargnée que d’autres, parce que j’ai dû tomber sur quelques profs qui « continuaient à appliquer ce qu’ils savaient faire ».

Tout de même, j’ai subi un nombre considérable de « projets pédagogiques » débiles assortis de leurs heures perdues au CDI (perdues pour les apprentissages, pas pour les bons moments entre copines, cela va de soi). Le programme d’histoire-géo du CM2 qui allait « jusqu’à nos jours » s’est achevé pour moi avec Louis XIV, notre classe ayant été choisie pour participer au Parlement des Enfants (renseignez-vous sur cette ineptie chronophage), ce qui fut aussi l’occasion de mon premier passage à la radio et de ma première rencontre avec des journalistes. Je n’ai jamais entendu parler de Napoléon durant ma scolarité puisqu’il était au programme de quatrième et que je me trouvais dans cette classe en 1999, année de naissance de l’Euro. Toute l’année fut donc consacrée à des exposés, films, projets, rencontres, recherches au CDI, visites et interventions diverses en mode glorification enthousiaste, sur le thème de la monnaie unique. Napoléon était aussi au programme de seconde mais dans une perspective « problématisée et non narrative, reposant sur l’étude de documents », aussi n’en ai-je évidemment rien retenu. À un mois du bac de français, je confondais encore Voltaire et Verlaine, Malraux et Marot et n’avais, de manière générale, aucune notion d’histoire littéraire, les grands auteurs flottant en complet désordre dans un passé brumeux ; ce qui ne m’empêchait pas d’être abonnée aux félicitations du conseil de classe. « Ce n’est pas le niveau qui a baissé, ce sont les ambitions », dit fort bien Brighelli. Et cela oblige à des prouesses : l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle fut pour moi une divine surprise puisque l’arrêt momentané des cours, justifié par l’impératif de la lutte antifasciste, me permit de me plonger dans le Lagarde et Michard de mon père et d’ingurgiter en deux semaines ce que les enfants de son temps apprenaient en sept ans ! Ce Lagmich dont Brighelli dit qu’il lui paraissait naguère « franchement un peu limité » est, comme il le constate, devenu « un monument de résistance à la paupérisation culturelle ».

Mais j’ai eu une chance, énorme, outre celle d’avoir appris à lire dès la grande section de maternelle avec la plus pure méthode syllabique : c’est d’avoir des institutrices qui, sans échapper aux vogues et défauts de notre temps, étaient restées très attachées à l’enseignement de la langue, à l’ancienne. Je me souviens des exercices d’analyse (nature-genre-nombre-fonction, pour chaque mot d’une longue phrase) occupant des après-midis entiers ; j’aimais cela follement. Et les verbes à conjuguer à tous les temps de tous les modes, y compris le conditionnel passé deuxième forme. J’en redemandais. C’est de cela que sont privés les élèves d’aujourd’hui, et Brighelli donne à voir la triste condition de ces crétins fabriqués à la chaîne, et le sombre sort qui en découle pour notre pays et même, notre humanité.

C’est dramatique et grotesque à la fois : on rit en lisant les aberrations débitées par les IPR (inspecteurs pédagogiques régionaux) afin de convaincre les professeurs d’appliquer la réforme Belkacem. Et, malin, Brighelli signale qu’il peut « identifier nommément les auteurs de ces calembredaines ». Que quiconque mettrait en doute l’authenticité des citations se le tienne pour dit !

 

« Je plaide pour le français, mais je plaide aussi pour l’anglais »

Brighelli dénonce ce qu’il appelle la « trahison linguistique », qu’une citation de Valérie Pécresse, en épigraphe de chapitre donne à entendre sans ambiguïté : « oui, l’anglais nous a envahis, alors cessons de le considérer comme une langue étrangère ! » Mais, démontre Brighelli, ce n’est pas l’anglais qui nous a envahis, plutôt une espèce de sabir bâtard qui, combiné à la dégradation de l’orthographe et de la syntaxe, est en passe de faire ressembler notre langage à celui de Salvatore dans le Nom de la rose d’Umberto Eco !

Il fustige la tendance actuelle des distributeurs de films à ne plus traduire les titres, ou bien, ce qui est peut-être pire, à substituer au titre anglais original un titre en globish. Ainsi The Hangover devint-il Very Bad Trip et Wild Things, Sexcrimes. Il dénonce la réécriture simplifiée des romans d’Enyd Blyton, non seulement dans leur traduction française mais également dans leur version originale. Défense du français, le livre de Brighelli est aussi une déclaration d’amour à la langue de Shakespeare : dans ses pages, Corneille, Mallarmé et Flaubert côtoient James Joyce et Virginia Woolf.

 

Les patries en danger

Quelle agaçante schizophrénie que celle dont s’offusque Brighelli : l’hypocrisie de cette Europe obsédée par le retour à l’unité linguistique d’avant Babel, et qui prône dans le même temps le développement des langues régionales. Tout particularisme linguistique, des patois locaux au parler banlieue, devient ainsi digne d’être valorisé, pour peu qu’il ne soit pas national, pour peu, en réalité, que sa valorisation contribue à démembrer la nation. Diviser pour faire régner le globish. La tâche d’unification linguistique que s’était assignée la Révolution française est ainsi méthodiquement ruinée. J’ai récemment appris que j’avais quelques gènes en commun avec l’un des grammairiens qui ont collaboré à cette mission révolutionnaire. Je ne sais ce qui ferait le plus de peine à Etienne Molard, petit instituteur parti en croisade contre les régionalismes : découvrir que mon mari emploie « déprofiter », un « lyonnoissisme » par lui condamné dans son ouvrage de 1792, que mon père utilise « beurziller », un verbe qu’il n’aurait pas manqué de proscrire s’il eût été breton plutôt que lyonnais, ou bien s’apercevoir que tous les Français ont délaissé « stationnement » au profit de « parking », un mot qui n’est pas même anglais, rappelle Brighelli.

La langue de l’Europe, la langue de la paix, ce ne peut être le globish qui n’est la langue de personne. C’est la polyglossie (ou multilinguisme) qui suppose l’effort du mouvement vers l’autre.

 

L’humanité en péril

Rien n’est dispensable ni inutile dans le fonctionnement d’une langue, des combinaisons phoniques aux compositions syntaxiques en passant par son lexique. Elle a son génie propre : ce que la plupart des gens se contentent de dire sans trop y croire ni le comprendre, Brighelli le démontre, exemples à l’appui. Or, les programmes reposent sur l’idée que les enfants d’aujourd’hui sont nés plus stupides que ceux d’hier et ne seraient, par conséquent, plus en mesure d’apprendre ni de comprendre les subtilités de leur langue. Brighelli aurait pu dire un mot de la pénible atteinte à l’estime de soi qui en résulte : on vit mal quand on a l’impression d’avoir volé son bac et j’avoue éprouver des difficultés à donner du « cher collègue » à des professeurs qui disposaient sans doute, avant même de commencer à enseigner, d’une culture bien plus vaste que la mienne le sera jamais.

Parce que la langue articulée, conceptuelle et subtile est ce qui arrache l’homme à son animalité, négliger son enseignement est une catastrophe pour l’humanité. Brighelli prononce deux grands mots :

« Racisme ». « Pourquoi l’indigène n’aurait-il pas le droit d’apprend la langue qu’ont maîtrisée Senghor, Hampâté Bâ, Césaire ou Ben Jelloun, sinon parce qu’on le méprise foncièrement ? » Notre auteur va plus loin et accuse les pédagos de complicité objective dans la résurgence du djihad

« On comprend mieux, écrit-il, comment l’islam rigoriste, qui exige de connaître l’arabe classique, a développé ses arguments. Face à une langue française en lambeaux, l’islam wahhabite impose une langue rigoriste, donnée de surcroît comme divine », quand la nôtre est réduite à des « compétences langagières qui appartiennent davantage au verbiage incontrôlé qu’au bon usage ».

Et ce professeur de s’offusquer que l’on valorise la propension des élèves à « s’exprimer », fût-ce par le bavardage (un IPR fait l’éloge du « papotis » !), alors qu’il faudrait « se taire pour apprendre ».

« Fascisme ». Brighelli exhume la réforme de l’éducation accomplie par Mussolini en 1923, dont les principes rappellent furieusement ceux qui ont dicté nos récentes réformes :

« en finir avec l’austérité des enseignements traditionnels, expurger l’école de ses éléments dogmatiques et livresques, valoriser les activités récréatives pour laisser s’épanouir l’expression spontanée de chacun, privilégier l’enseignement fonctionnel destiné à faciliter l’insertion professionnelle ».

Déjà, « la haine de l’intelligence ». Et ce fut le philosophe communiste Gramsci qui protesta du caractère libérateur de l’école « désintéressée » et exigeante qui seule rend l’enfant capable d’apprendre à réfléchir afin de diriger sa vie de manière responsable et autonome.

 

« L’UMP condamne cet acte de barbarisme sans nom »

Cette phrase, placée en tête d’un chapitre, a été prononcée par Jean-François Copé après un attentat suicide en Afghanistan, qui a fait quatre morts et cinq blessés parmi les soldats français. Il faut croire que cet acte n’avait pas de nom, en effet, puisqu’on le réduit à une faute de langue. Mais la confusion lexicale de Jean-François Copé est intéressante car, de fait, l’appauvrissement du lexique, l’assèchement de la syntaxe, l’accumulation des barbarismes, des impropriétés et des trahisons linguistiques sont bien les signes d’un glissement vers la barbarie. Mais la nôtre. Et l’on pense au mot de Sternberger à propos des nazis : « Leur langue est leur barbarie et leur barbarie est leur barbarisme, car parler et penser ne font qu’un ». Tant il est vrai que la dégradation de la langue constitue un coup porté à la civilisation.

Qui osera dire que Brighelli exagère ? Conséquence directe de l’incapacité à mener le combat par les mots, la violence gangrène notre société. L’illettrisme galopant engendre des comportements agressifs. La loi du plus fort reprend ses droits. L’illettrisme n’est pas l’analphabétisme : est illettrée une personne qui, bien qu’ayant été scolarisée, demeure incapable de lire et d’écrire avec aisance. Obtiennent donc leur bac aujourd’hui, et parfois même avec mention, des gens qui sont, à proprement parler, des illettrés. L’illettrisme est une frustration. L’école qui le produit trahit sa mission, son engagement, la confiance des parents, la soif d’apprendre des petits. Elle engendre de la bestialité et, loin de permettre la fermeture des prisons comme le voulait Hugo, cette école causera bien des guerres. Freud disait que la civilisation avait commencé le jour où l’on avait substitué l’insulte à la pierre. Brighelli propose bien quelques solutions et semble fonder quelques espoirs dans la nomination de Jean-Michel Blanquer. N’étaient ces lueurs dans la nuit, son livre apparaîtrait fort comme la chronique d’un retour à l’âge de pierre.

Publié sur La voix de nos maîtres, sous le titre « Je voglio nicht speaker globish »

Source : http://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/je-voglio-nicht...

Via : https://www.causeur.fr/francais-assassine-jean-paul-brigh...

 

Les très nombreux commentaires suscités par cet article – et la question qu’il traite – non seulement méritent d’être lus mais de susciter un débat aussi vaste et approfondi que possible. C’est une question de survie.

12. RIOCREUX.jpg

Pendant qu’on y était, on a lu aussi, à propos du livre de l’auteur La langue des médias qu’on avait raté quand il est sorti :

Un décryptage acerbe de la presse et de son langage

0. freccia nera piccola x.GIF

http ://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2...

 

13. Apollon petit.JPG

 

M. Brighelli, également cinéphile, vient d’aggraver son cas avec ceci, qui ne traite qu’en apparence d’un autre sujet :

 

Sofia Coppola is a fraud

Jean-Paul Brighelli – « Bonnet d’âne » 9 septembre 2017

 

14. les-proies-affiche.jpg

 

Disons-le tout net pour commencer — et en finir : les Proies, le film de Sofia Coppola, est d’une nullité absolue. Pas un navet (ça peut être drôle, un navet, il y en a même pour lesquels on a une sorte de tendresse), mais un film de degré zéro, à partir duquel nous étalonnerons désormais le cinéma contemporain. Un zéro qui malheureusement multiplie parce que le réalisateur est une femme : c’est devenu un gage de qualité pour certains médias abonnés au politiquement correct — d’autant que pour se dédouaner devant de grotesques accusations de racisme, elle a déclaré avoir voulu faire un film sur les « genres ». Un zéro multiplicateur parce qu’elle est la fille d’un homme de génie, auquel je ne reprocherai pas d’avoir contribué à la naissance d’une buse : on n’est jamais trop responsable de ses enfants, et la mode actuelle consistant à promouvoir les « fils et filles de » n’est qu’une perversion typique de ces temps de crise où l’état-civil sert de passeport bien davantage que le talent. Curieux, quand on y pense, que tous ces progressistes qui exaltent la fille de son père croient au fond à une fatalité génétique à l’ancienne.

Alors, nul ?

Nul.

Savez-vous ce qu’est un chromo ? C’est une reproduction lithographique d’un paysage de carte postale. Le genre dont Flaubert se moque quand, se mettant dans le regard post-coïtal d’Emma, il écrit : « Les ombres du soir descendaient ; le soleil horizontal, passant entre les branches, lui éblouissait les yeux. Çà et là, tout autour d’elle, dans les feuilles ou par terre, des taches lumineuses tremblaient, comme si des colibris, en volant, eussent éparpillé leurs plumes. Le silence était partout ; quelque chose de doux semblait sortir des arbres ». Vous voyez le genre — mauvais genre. Pour y arriver, on est allé chercher un directeur photo français, Philippe Le Sourd — le même qui a filmé Gordes et Cucuron comme une collection de chromos dans l’un des plus mauvais films de Ridley Scott, Une grande année. Pour bobos du Luberon only.

Eh bien, le film de Sofia C*** (on est bien obligé de lui donner un prénom, puisque Coppola tout court, c’est son génie de père) est bourré de ces cartes postales à épingler sur le buffet de votre arrière-grand-mère. La réalisatrice s’est dit que son film se passant pendant la guerre de Sécession, elle devait copier les tableaux de Corot de cette période, style Mortefontaine, jeunes filles et bouquets d’arbres traversés de lumière.

Lire la suite…

Source : http://blog.causeur.fr/bonnetdane/sofia-coppola-is-a-frau...

 

N.B. On le savait depuis Marie-Antoinette.

 

13. Apollon petit.JPG

 

Et la guerre de l’art, on la livre quand ?

 

Est-il nécessaire de dire que les différents fléaux que déplore M. Brighelli font partie d’un tout ? Que l’anéantissement – je parle ici pour la France et la Belgique mais pas que – de toute forme d’éducation, que le meurtre de notre langue et notre gavage à coups de sucreries hollywoodiennes au cyanure ne sont que les diverses formes de ce que l’on nous a fait, que nous nous sommes laissé faire.

Sans remonter au déluge ni se prendre pompeusement au sérieux, on peut dire que la guerre froide, la vraie, a été bien plus une guerre à la sensibilité et à l’intelligence qu’à n’importe quoi d’autre, bombe atomique incluse. Que le but était de faire de tout un continent un animal docile, sans volonté, ni réactions, ni pulsions.

Si on veut introduire une chronologie, on peut dire que « Kennedy-Berlin-1963 » a été le pivotement vers l’irrémédiable, la pente savonneuse au bas de laquelle nous sommes, en même temps qu’un péan de victoire de nos vainqueurs des deux côtés de l'Atlantique. Mais la défaite avait commencé bien avant.

Votre servante n’a vu que deux films pendant la guerre (la IIe mondiale). Le premier était Les aventures du baron de Munchausen, merveilleux film de propagande nazie à la gloire de von Braun. L’autre s’appelait Petite princesse. Starring : Shirley Temple. À la gloire d’un héros du Transvaal je crois. Britannique. En Belgique occupée et en provenance directe de Hollywood. Dont trois grands vaincus allaient bientôt débarquer : Von Stroheim, Chaplin, Welles.

 

15. Anna Magnani.jpeg

 

Mais suis-je la seule à me souvenir aussi douloureusement de l’extraordinaire floraison du cinéma italien de l’immédiat après-guerre ? Et du français d’ailleurs ? Pendant dix ans, on a cru que cela allait durer toujours… Peu se souviennent encore de Nikolaï Tcherkassov en visite au TNP et du discours qu’il y fit en russe d’une des plus belles voix du monde*, Gérard Philippe alors au sommet de sa jeune gloire traduisant au fur et à mesure chacune des phrases du député de la Baltique. Et de Chaplin reçu à l’Opéra et au Théâtre-Français avec plus de faste que la reine d’Angleterre. Où est-il le temps où, entre deux cuites avec Dash Hammett, Lilian Hellman mettait Candide en opéra ? Nous n’avons pas, alors, manqué de nous indigner comme il se devait des méfaits du MacCarthysme, tout en absorbant avec délices ses bourdes sur la nullité de l’art soviétique, le ridicule du réalisme socialiste, le Bolchoi resté ringardement XIXe et la supériorité si évidente – si, si – du non figuratif, des Pollock, Warhol et consorts, sans parler de la musique « pop », « rock » and so on – Ah,Woodstock !... Ah, Wight !... L’avons-nous avalée avec assez d’enthousiasme la potion empoisonnée… Et l’ombre s’est étendue sur l’Europe. Voulue. Planifiée. Inexorable. Grâce à nous.

Dans les commentaires suscités par l’article d’Ingrid Riocreux ci-dessus, une internaute  écrit notamment :

 

«  Moi qui ai enseigné longtemps et vu beaucoup de réformes, je peux vous assurer qu’il a toujours été possible, quelle que fût « la réforme » en cours, d’enseigner la nature des mots et des propositions ainsi que leur fonction… ainsi que les grands classiques et qu’aucun inspecteur ne vous aurait sanctionné. C’étaient les professeurs les premiers à s’engouffrer dans des « réformes » ineptes. L’absence de bon sens et de culture fut toujours, dans l’E.N, la chose du monde la mieux partagée. (…) »

 

C’est maintenant que ceux qui dérangent se font arracher des rangs, comme nous avons pu le voir il y a peu avec l’affaire Salah Lamrani. Et pas même par le Pouvoir, qui n’a aucun besoin d’y mettre les mains, mais par des sous-fifres, soucieux de leur propre confort comme toujours. Reconnaissons-le : quand les « maths modernes » et le « français rénové » ont entamé leur progression de métastases, ils l’ont fait avec l’adhésion enthousiaste de ceux qui auraient dû savoir mieux et jouer les anticorps au risque de leur vie.

La vérité n’est pas toujours gaie à considérer. Tout de même, elle vaut mieux que n’importe quoi d’autre.

C’est alors qu’on a vu, au théâtre surtout mais aussi dans les films et dans la littérature, surgir la bien-pensance du politiquement correct. On a vu Théophile de Viau mis plus bas que terre par des « critiques » qui ne voulaient entendre parler que du Vietnam, partout et à toutes les sauces. Le propre des malfaisants est de savoir se servir des sentiments les plus sincères de leurs proies contre elles-mêmes. Se branler sur les souffrances des autres est alors devenu, et pour longtemps, le sport européen n°1. Même à l’Opéra ! Ça tombe bien. C’est là que je voulais en venir.

Sans autre raison qu’une Xième crise d’urticaire à la vue d’une vidéo de 2012 – ben, oui – celle de Jules César en Égypte, version Festival de Salzbourg, qui m’a rappelé une crise de foie de 2005 causée par David McVicar à Glyndebourne. Minces prétextes que des états d’âme personnels, mais c’est comme ça. L’actualité nous sortant par les trous de nez et par les oreilles, pourquoi pas ?

_______________  

* Les autres étant selon moi celle du polonais Mieczyslaw Voit et de Richard Burton dans ses bons jours.

 

13. Apollon petit.JPG

 

Haendel chez les freaks

ou

qui nous délivrera des metteurs en scène à ch… qui se prennent pour des innovateurs audacieux ?

Théroigne

 

Giulio Cesare in Egitto

Version Antonini – Festival de Salzbourg  2012

16. Bartoli affiche.jpg

On entend une symphonie. Le Parnasse s’ouvre et l’on voit la Vertu, sur son trône, entourée des neuf muses. – César : « Que vois-je ? Quand donc les dieux, dans un torrent de lumière, sont-ils descendus sur terre ? »

 

 

Tu l’as vu, mon gros symbole phallique ? Mieux vaut écouter sans regarder, mais si vous voulez regarder, c’est là :

0. freccia nera piccola x.GIF

https://www.youtube.com/watch?v=Nu9i5ExXazE

 

Quelques réactions d’internautes :

~ « Los regisseurs están arruinando lo más sagrado del drama musical ! »

~ « Registi imbelli e narcisi ....studiatevi il Torelli i Galli Bibbiena e lo Juvarra .... avete rotto con queste egocentriche regie del CAZZO !!!! » 

~ « La musique est superbe et les chanteurs si talentueux malgré une mise en scène à la con. Ecouter sans regarder est l'idéal. »

~ « Absolutely awful sets, an insult to Handel's music. Singing and orchestra good. »

~ « Beautiful music,beautiful singing, ugly dreadful production. I don't like to see opera taken out of context. »

~ « Jaroussky is dreadful in this. »

[Il n’est pas dreadful, il est victime de ses metteurs en scène. Imaginez un beau grand jeune homme, plutôt baraqué, d’une tête plus grand que sa mère (qui n’est pas petite) déguisé en écolier des années 20 : culottes courtes, chaussettes aux genoux et sandales à pattes. Histoire de l’achever, on lui fait jouer son Sesto craintif et velléitaire…]

 

19. Jaroussky Sesto.jpg

Sesto-Jaroussky jouant à se faire peur avec un serpent

 

C’est cette version qui m’a fait piquer une crise d’urticaire et de ras-le-bol à la fois. Celle où on voit Cécilia Bartoli s’élever dans les airs à cheval sur une fusée à la Tintin, pendant que le maître du monde lui tourne le dos mais la voit quand même grâce à des lunettes en 3 D.

Imaginez-vous Scholl, un peu ridicule mais touchant en soldat d’opérette chez les Danois ci-dessous, ici en costume trois-pièces bleu Union Européenne, avec, dans le fond, promis au dépeçage, un mannequin le représentant plus grand que nature, vêtu pareil, avec une chaîne d’huissier à étoiles autour du cou.

Mme Bartoli est petite et fut peut-être mince un jour. On l’a donc sanglée dans du cuir, assez pour la faire précéder d’un demi mètre par une poitrine en obusiers et suivre d’un autre demi-mètre par une croupe à l’avenant, qui s’agite beaucoup car on la fait se tortiller au petit bonheur la chance sur des cuissardes à talons aiguilles. Mais, dans sa première scène de séduction (où elle est censée s’être déguisée en Vertu entourée des Neuf Muses), elle est en balayeuse de rues du Caire, enfin, d’Alexandrie, voilée cela va sans dire et flanquée d’une vieille romanichelle plus mère maquerelle que nature : Nireno, joué par un homme bien sûr (Jochen Kowalski), qui s‘amuse comme un petit fou. Au moins lui, si pas nous. On dirait Michou à la fin de sa carrière.

Christophe Dumaux – en dreadlocks et tatoué des pieds à la tête – quoique bien mal dirigé se révèle acteur doué. Son Tolomeo existe. C’est le vrai sale gamin caractériel et immature, sexuellement indécis, mal dans sa peau, qui veut pour lui seul les joujoux de sa sœur-épouse. Quand il se déculotte pour la première fois, on n’est pas surpris par l’audace – on les a toutes vues - et c’est même en situation. Mais quand il le fait pour la quatrième fois et se masturbe avec un coussin, on finit par se lasser. Dommage qu’il n’ait pas eu le von Stroheim de La veuve joyeuse pour lui donner quelques indications…]

 

20. Christophe Dumaux Tolomeo.jpg

Tolomeo s’efforçant de provoquer sexuellement Cornélia

 

C’est dans ce lit où tout le monde passe que s’introduit, en liquette, au bout d’un strip-tease plus Feydau que nature, Scholl-César, pour y rejoindre sa technicienne de surface, laquelle s’est voilée d’un torchon pour l’occasion. Voir l’époux si discret de Tamara Halperin, en slip, tirer nerveusement sur son marcel – orné d’une couronne de lauriers il est vrai – est un spectacle trop triste pour qu’on ait le coeur d'en rire.

C’est de sous le matelas de ce même lit que Ruben Drole-Achilla, sort ensuite un fusil d’époque, baïonnette au canon, pour s’y coucher botté en le serrant dans ses bras, avant d’aller trahir le tyran qui l’a vexé.

Cornelia, ajoutée à son harem par Tolomeo, vient faire du ménage elle aussi, en tablier vert et gants de caoutchouc, également poursuivie comme on sait par les assiduités d’Achilla qui, ô surprise, a plus ou moins l’air d’un Égyptien, quoique suisse, et se révèle grand acteur dans le trio Cornelia-Achilla-Sesto du IIe acte (moment sublime au milieu d’une mer d’immondices).

Un des sommets de cette représentation si délicate est atteint lorsque Tolomeo, en pleine crise d’infantilisme pervers, finit par étriper le mannequin de son ennemi, en sort les tripes en guirlande, se les passe autour du cou et finit par en manger le cœur à belles dents. Cru of course. En se mettant de l'hémoglobine partout.

Pourtant, le meilleur est pour la fin, je veux dire pour la presqu'indécente caresse sonore du fameux duo « Caro » - « Bella ». Imaginez un piano demi-queue plus ou moins couleur bois de rose, autour duquel viennent s’agglutiner les personnages survivants (César et Curio en frac et nœud pap, Cleopâtre en combinaison courte noire, Louboutins et manteau doré à traîne, etc, etc., tous cotillons en tête, se repassant un joint et tirant sur des langues de belle-mère, la reine d’Égypte et la veuve éplorée du décapité se déhanchant sur des rythmes intérieurs (bamba ?) dont Haendel n’a jamais rien su. Bientôt rejoints par les morts relevés. Extase !

Tout le monde n’est pas Jérome Bosch, hélas.

Bref, MM. Patrice Caurier et Moshe Leiser sont des malfaiteurs de l’humanité, non moins que M. David McVicar avant eux. Et l’ovation que le public leur réserve à la fin ne fait qu’accroître leur culpabilité : faire applaudir la laideur et la vulgarité par un public sans méfiance est même le premier et le plus grand de leurs méfaits.

Pour la symbolique Occident-Moyen Orient-Pétrole, je passe la main.

 

Si vous voulez voir la version McVicar de Glyndebourne dont celle-ci n’est que le pâle remake (définition Brighelli), c’est là :

0. freccia nera piccola x.GIF

https://www.digitaltheatreplus.com/education/collections/...=

 

13. Apollon petit.JPG

 

« À regarder », je vous en ai quand même trouvé une (les actes 2 et 3) qui n’est pas exempte de l’insupportable militarisation à la mode depuis plus de soixante ans, mais croyez-le ou pas, c’est la moins pire de toutes.

 

On passera sur le premier acte, où Livia-Cléopâtre navigue entre Carmen et Bardot de La vérité. On a droit aussi, bien sûr, aux rangers et aux battle-dress, le contraire eût été trop beau.

Il faut voir l’immense Andreas Scholl en trouffion pataud, avec des épaulettes que même la grande–duchesse de Gérolstein n’en aurait pas voulu pour ses gardes ! Al Sissi avec une voix d’ange !… Cléopâtre, pour sa part, quoique nordique (Inger Dam Jensen), est une des meilleures qui se puissent concevoir : non seulement jolie, dotée d’un irrésistible sourire à fossettes, elle passe sans broncher d’une perruque à l’autre et finit par chanter chauve. À ravir. C’est aussi une comédienne accomplie, à l’aise dans tous les registres, de la commedia dell’arte à la tragédie en passant par Marivaux. Que demande le peuple ?

Bon. Certains aficionados n’ont pas apprécié que le metteur en scène (Francisco Negrin) fasse du jeune frère de Cléopâtre un Levantin libidineux en âge d’être son père, voire son grand-père. Cela donne certes à l’inceste ptolémaïque une saveur inattendue, mais une fois le parti pris avalé, il faut reconnaître que Christofer Robson s’amuse beaucoup et fignole son avatar aux petits oignons. Randi Stene est une Cornelia belle et racée. On ne comprend pas trop que Palle Knudsen-Achilla avec son physique impressionnant de héros wagnérien, ne réussisse pas à lui faire oublier son Pompée qui, si mes souvenirs sont exacts, n’était pas aussi sexy qu’elle le chante. Michael Maniaci est, comme le dit son admirateur ci-dessous, vocalement époustouflant et très crédible en Nireno, même chauve. La jeune Tuva Semmingen est d’une grande fraîcheur en Sesto, ce qui par les temps qui courent n’est vraiment pas à dédaigner. Et John Lundgren arrive à se faire remarquer en Curio, chose rare, surtout dans la scène très réussie du basculement d’Achilla.

Ce qui caractérise avant tout cette production, c’est son admirable direction d’acteurs. L’inverse absolu de Salzbourg. Et quelques heureuses trouvailles de mise en scène : ainsi, quand César, ivre d’admiration, titube devant le Parnasse qui se referme, c’est en compagnie d’un premier violon monté de la fosse (une dame à la chevelure pré-raphaélite en plus)  qu’il chante son fameux aria « Se in fiorito ameno prato ». Match au finish, pour violon et rossignol.

Enfin, il n’y a pas dans tout cela une once de vulgarité. Si je vous dis que c’est le moins pire.

 

Giulio Cesare in Egitto

Version danoise de Lars Ulrik Mortensen

Actes II & III


 

Les internautes :

~ « Excellent, great singing sets better in this part except the naff modern military outfits. »

~ « Of course Andras Scholl is amazing as Gulio Cesare...but what about Michael Maniaci with his incredible voice (Nireno) ? He isn't countertenor but natural castrato voice, perfect for this role. »

~ « Espléndido A. Schol en el rol de G. Cesare e igualando su nivel, el resto del elenco. Gran duelo entre el violin y la voz, de A. Schol. »

 

13. Apollon petit.JPG

 

Au diable l’avarice ! Sans raison particulière.

Pour le plaisir de partager avec ceux qui voudront : ma version préférée entre toutes.

 

César est ici la grande contralto serbe Marijana Mijanović, accessoirement un des plus beaux visages qui existent, mais vous ne le verrez pas car c’est une version audio, enregistrée en concert. Dans le rôle de Cléopâtre, lady Rattle soi-même, la mezzo-soprano tchèque Magdalena Kožená. Dans celui de Tolomeo, le contre-ténor US d’origine indienne Bejun Mehta, plus ou moins élève de papa pianiste, de maman violoniste et de tonton Zubin, chef. Tranquillement devenu, depuis, le meilleur contre-ténor du monde. Anne Sofie von Otter, ici bien plus convaincante en Sesto qu’en Cornélie à ramassette dans l’horreur de Salzbourg. C’est Charlotte Hellekant qui rend justice – et quelle ! - à la veuve de Pompée. Dans les quatre autres rôles, Alan Ewing, Pascal Bertin et Jean-Michel Ankaoua ne pourraient pas être meilleurs.

Quinze ans et pas une ride.

 

Giulio Cesare in Egitto

Version Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre

Enregistrée au Wiener Konzerthaus, Grosser Saal

Novembre 2002


 

Les internautes :

~ « Amazing »! »

~ « In my opinion, some of the most beautiful music on God's green earth... thank you maestro Handel... »

~ « Handel y unas buenas voces, la compañía ideal. GRACIAS. »

  

 

Parenthèse

Dans un roman de 1966 [Le masque d’Apollon], l’auteur anglais Mme Mary Renault raconte l’histoire d’un acteur tragique athénien du IVe siècle avant notre ère appelé Nikostratès.

Comme on le sait, les tragédiens jouaient masqués : montrer leur vrai visage en scène eût été pour eux comme se prostituer dans la rue. Ils étaient toujours trois ou quatre à se partager tous les rôles, changeant à chaque fois de masque, de voix et de costume, soutenus par un chœur et des figurants.

Au cours d’une tournée pas très fortunée, un vieux masque d’Apollon échoit à Nikostratès, merveilleusement sculpté dans du bois d’olivier, mais de facture archaïque : sévère, démodé, sa peinture écaillée. L’acteur s’y attache. Il sent dans les yeux vides une présence, quelque chose qui le pousse à révérer, à dresser à l’objet un autel sur sa table de chevet, entre une branche de laurier frais et une petite lampe.

 

17. Apollon grand.JPG

 

Un jour, sa troupe est invitée à jouer pour une conférence de paix qui se tient à Delphes. Les envoyés perses qui la financent optent pour Les Myrmidons, d’Eschyle. Nikostratès, « protagoniste », jouera donc Achille, mais il s’adjuge aussi le rôle d’Apollon qui, dans le prologue, apparaît dans les airs et prophétise. « On n’est pas à Delphes tous les jours », dit-il à son associé qui s’étonne. « Appelle ça mon service au dieu. » Et il fait venir un peintre pour lui demander de raviver son masque. L’autre, qui est un artiste aussi, tombe en arrêt devant ce qu’on lui présente et murmure, après un long silence : « À quoi devait ressembler le monde, quand les hommes avaient de pareilles certitudes ? ». Bon, d’accord, il le repeindra.

L’anecdote est celle-ci :

Nikostratès, sanglé d’un harnais, est hissé dans les airs au bout d’un filin. Un acteur déchu qui lui en veut et qu’il n’a pas vu depuis des lunes a trafiqué le filin pour « se venger » peu importe de quoi. Comme il commence à parler, sa cithare à la main gauche, pour mille huit cents personnes qui ne peuvent perdre un seul de ses soupirs, il sent que quelque chose d’anormal se passe. Une secousse. C’est l’un des quatre brins du filin qui vient de lâcher. Il comprend que, s’il ne fait rien, dans un instant il s’écrasera sur les dalles, trente pieds en contrebas. Mais, incapable de ridiculiser le dieu qu’il incarne en appelant à l’aide, il s’abandonne à sa volonté et continue. Un spectateur qui a vu s’écrie. Il lève la main droite pour le faire taire et dit « Nous sommes tous dans les mains des dieux ». L‘assistance retient son souffle, des petits chevriers du tout dernier rang à Dion de Syracuse et Platon assis au premier. Le silence est si énorme qu’on entend le vent agiter les oliviers en contrebas. Et quand, au bout d’une éternité d’angoisse, il achève son monologue, il sent le sol sous son pied : le machiniste, ruisselant de sueur, l’a fait descendre aussi doucement qu’il pouvait sans casser le dernier brin. Nikostratès a juste la présence d’esprit de couper son dernier vers « Et maintenant je m’envole vers l’Olympe » et tout est fini. On s’empare de lui. Il endosse le costume d’Achille et – heureusement qu’Achille boude ostensiblement pendant une bonne partie de l’acte – sort peu à peu de sa transe.

Quand le visiteur sicilien le félicite pour son courage et lui dit qu’il ne jouera plus jamais aussi bien, il répond, hébété : « C’est le dieu, pas moi. » Et est frappé par la foudre. Parce que c’est aussi un roman d’amour. Grec. Mais ceci est une autre histoire.

 

C’est comme ça que chante Marijana Mijanović : en danger de mort. À chaque fois. Que ce soit en représentation ou en concert, voire même en séance de travail, sans rien voir, ni personne, ni les instruments ni les murs. Seule avec son dieu. Comme le jaune et le blanc dans un œuf.

 

 

« Svena, uccidi, abbatti, atterra piaghe, morte, strage, guerra sempre in vita incontrerò. e tu padre, in me riposa, dietro, all'ombra generosa a momenti volerò »

Bajazet, Vivaldi


 

La voici, pour finir, dans la scène de la folie du Roland furieux, se ruant sur les notes assassines sans en esquiver une seule si meurtrières soient-elles, quand d’autres s’accorderaient le répit d’un parlando.

La mise en scène est nulle et la prise de son pas terrible, mais l’artiste est unique, incomparable.

 

« Ah, Medoro, Medoro… Ah ! Stigie larve »

Orlando, Haendel, Opera de Zurich, 2007

Martina Jankova (Angelica), Marijana Mijanović (Orlando)


 

Pour cette hébétude, je donnerais toutes les Bartoli du monde, en dépit de leur beau nez, de leur art du chant et de leurs performances d’athlète.

 

 

17 bis. Apollon de Gaza.jpg

L’Apollon de Gaza [Statue en bronze d’1,70 m découverte par un pêcheur en 2014.]

Ce sosie de Mme Mijanović a 2500 ans.

 

 

 

Mis en ligne le 25 septembre 2017

 

18. freccia nera grande x.GIF

22:12 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ADDENDUM

1. trump-ship-fools_large xx.JPG

 

ADDENDUM

 

2. petit hibou.JPG

 

Ah, c’est malin !

 

Le gang de Lucy Stein est entré dans Moscou

Israël Adam Shamir – 18 septembre 2017

Entre la plume et l’enclume

3. Khodor 1.gif

Est-ce que la Ligue des fans de Poutine peut gagner les élections municipales à New York? Pas de danger, marmonnerez-vous, à raison probablement. Et pourtant, la semaine dernière, aux élections municipales, les forces pro-US ont mis le grappin sur un tiers des sièges à Moscou. C’est un choc, étouffé par le silence des médias tant sur l’élection que sur ses résultats.

Normalement, je ne me mêle pas trop de la politique intérieure russe (tout le contraire pour ce qui relève des affaires  étrangères). C’est de la cuisine de clocher, opaque et nullement démocratique. Ceci est valable dans chaque pays que je connais, mais en Russie, il n’y a même pas de compétition. Les conseillers du Kremlin tentent de figer les résultats avec autant de subtilité que pour les primaires démocratiques sous le règne de Debbie Wasserman Schultz. Cette fois ils ont eu une idée brillante au premier abord ; ce serait super si très  peu de gens allaient voter, disons, seulement ceux qui seraient nécessaires pour valider l’élection. De la sorte, pas de frais de publicité, de publication de programmes, de couverture par la télé. Les gens étaient vaguement au courant qu’il y avait des élections municipales, mais l’affaire était si insignifiante que très peu de gens se sont dérangés pour voter : à peine plus de 10% des inscrits. Mais le subterfuge cynique a lamentablement échoué.

 À Moscou (la seule partie de la Russie qui compte) les trois grands partis d’opposition, les communistes, les nationalistes et les socialistes proches du Kremlin, ont été décimés. Leurs votes avaient été raflés par les libéraux pro-occidentaux, qui se décrivent eux-mêmes comme ceux qui « ont les bons gènes », « les bonnes têtes », à la « poignée de main franche », une série d’épithètes qui ont à voir, dans l’esprit des Russes, avec la judéité prospère, en quelque sorte, ou avec la nomenclature soviétique juivifiée. Les noms les plus connus  comportent Lucy Stein, une jeune journaliste juive relativement connue, qui montre des moulages de sa poitrine dans ses campagnes d’opinion et qui a filmé un montage ou l’on voit un petit garçon brutalisé par la police de Poutine. Autre personnage, Maxim Katz, jeune activiste juif qui a organisé la livraison bruyante des fleurs à l’endroit où Nemstov avait été assassiné, en touchant une commission juteuse, dit la rumeur.

Ces jeunes gens  (ils n’ont pas trente ans) étaient cornaqués par Dmitry Gudkov, membre  du parlement russe et fils d’un membre du parlement russe. Ça rappelle la chambre des Lords, mais Gudkov senior est un ex-colonel du KGB, un oligarque et le propriétaire d’une entreprise d’huissiers, tout à la fois, pedigree plutôt trivial. Les troupes de Gudkov avaient constitué une coalition avec Yabloko (la pomme, en russe) un parti libéral de quelque visibilité pendant les années Eltsine. Ils sont contre la politique de Poutine, pour la restitution de la Crimée à l’Ukraine et pour une alliance avec l’Ouest libéral. 

Les autres partis n’ont pas fait attention, tandis que les libéraux prenaient soin de se préparer pour ces élections négligées, et ils ont envoyé leurs votants aux urnes. Pour cela, ils avaient importé une technologie américaine, et l’un des assistants de Sanders, né en Russie, Vitali Shklyravor, qui était venu mettre au point ce qu’ils appelaient une « Uber politique », une application web pour que leurs candidats occupent le terrain et gagnent des votes. Et ils ont déployé des moyens bien plus importants que leurs concurrents.

C’était donc ça, la démocratie en action ? Voyons, c’était un exemple éclatant d’ingérence réelle dans des élections à l’étranger! Alors que les enquêtes du FBI n’ont toujours pas produit la moindre preuve tangible d’une interférence russe dans les élections US, et que l’audit de Facebook a révélé qu’il y avait eu injection de 150 000 dollars en campagnes publicitaires pour des entités pro-Kremlin entre 2015 et 2017, l’interférence US dans les récentes élections de Moscou a été vaste, puissante, et efficace. Les forces pro-US ont dépensé plus de soixante millions de dollars à Moscou seulement, selon les estimations les plus conservatrices, et probablement bien plus. Et ces fonds venaient de l’étranger.

L’idée d’une ingérence russe dans les élections US était flatteuse mais sotte. Les Russes ne jouent pas dans la même ligue en matière d'ingénierie politique. Les Américains maîtrisent la chose, s’étant entraînés dans un environnement concurrentiel. La seule chance pour les Russes d’avoir des élections honnêtes  était d’adopter une autre technologie américaine, autrement dit de livrer bataille contre l’interférence étrangère. Le Kremlin pouvait et aurait dû contrôler les voies d’accès de chaque opération du gang Stein-Katz, et agir avec la même rudesse que les Américains avec l'interférence russe imaginaire. Mais est-ce qu’ils auraient voulu le faire ? J’en doute. Ceux qui ont mal manœuvré dans les élections feront tout ce qu’ils peuvent pour étouffer la chose. Pas un média russe important ne s’en est fait l’écho, sur ordre direct du Kremlin.

 Nous avons des preuves de l’interférence US dans les élections russes : un aveu du coordinateur de Russie ouverte, une entité politique créée par Michael Khodorkovsky. Cet oligarque, jadis l’homme le plus riche de la Russie, a passé neuf ans derrière les barreaux en Russie pour évasion fiscale massive, escroqueries, crimes en bande organisée et complot pour commettre des meurtres, un vrai requin dans les eaux fangeuses des affaires et de la politique russe.

 M Khodokovsky était un agent d’influence américain depuis des années. Après avoir été pardonné par Poutine, il s’est installé à l’étranger et il est devenu le centre de la campagne clandestine pour un changement de régime en Russie. Avec d’autres oligarques exilés et recherchés, Nevzline, basé à Tel Aviv, et Chichvarkine, basé à Londres, Khodorkovsky achemine des fonds pour l’opposition pro occidentale en Russie. 

Sa coordinatrice Maria Baronova était jadis très proche de Khodorkovsky mais s’en est séparée il y a quelque temps. Sur sa page Facebook elle admet que « Gudkov et Katz sont le projet secret de Khodorkovsky » tandis que d’autres éléments de l’opposition constituent le projet public de Khodorkovsky. En d’autres termes, toute la campagne avait été organisée depuis Washnington, ou depuis Langley. 

Comme nous l’avons appris par les câbles du Département d’État publiés par Wikileaks, c’est dans les habitudes de la CIA pour orchestrer des changements de régime: au lieu d’envoyer de l’argent directement à l’opposition, ils emploient les oligarques comme intermédiaires. C’est le canal utilisé en Syrie depuis 2006, tout comme au Liban, et maintenant  cela s’applique à la Russie. 

Les gagnants des récentes élections municipales à Moscou n’étaient pas simplement les « bonnes têtes »  de la nomenclature, mais des agents stipendiés de l’État profond US. Ils ont mis en œuvre l’expérience US, et l’argent US. Elle est là, la vraie interférence, pleinement victorieuse, et les organisateurs s’en sont très bien tirés.

Le système politique post soviétique tel qu’organisé par les conseillers de Poutine devrait partager la responsabilité du désastre. Communistes, nationalistes de Zhirinovsky et socialistes de Mironov ont été domestiqués si efficacement qu’ils ont perdu toute espèce de culot, de volonté de pouvoir, de désir de victoire, et leurs électeurs de même. Les gens ne s’intéressent plus à eux. Le parti au pouvoir Russie Unie n’est guère en meilleur état : c’est un clone du CRSU inoffensif, le dernier   parti communiste soviétique qui avait été démantelé par Gorbatchev et Eltsine sans la moindre objection de la part de leurs millions d’affiliés. C’est un parti de gens qui veulent avoir le pouvoir et les privilèges afférents, c’est tout.

L’Ukraine avait été dirigée par un parti semblable, le Parti des régions. Dirigé par Victor Yanoukovitch, ce parti s’est effondré après le coup d’Etat, ses membres ont quitté le bateau qui sombrait aussi vite que possible. Russie unie prendra la fuite aussi, en cas de problème ; ils assisteront impuissants à l’entrée de Khodorkovsky au Kremlin, et ils applaudiront probablement. Les 70% de voix pour Russie Unie ne garantissent en rien leur soutien à la démarche indépendante de Poutine. Il vaudrait mieux pour Poutine s’appuyer sur des cadres en nombre plus réduit, mais fiables et dévoués à sa personne. Lénine disait : « un petit anchois vaut mieux qu’un gros cancrelat ». Cela vaut aussi pour d’autres pays, comme l’ont découvert Trump et Corbyn : ils ne peuvent absolument pas compter sur leurs grands partis. Ils feraient mieux de parier sur un petit parti solide constitué par leurs soutiens les plus fidèles. 

Les porte-paroles du Kremlin se veulent rassurants en soulignant les pouvoirs très limités des députés élus. Selon la loi, ils ne peuvent gérer que les affaires strictement municipales. Cependant, il n’est pas rare que des entités de ce genre accroissent leur pouvoir dans une situation révolutionnaire. En France, en 1789, le parlement élu devait être simplement un organe de conseil pour le monarque, mais il a rapidement confisqué tous les pouvoirs et tranché la tête au roi. En URSS, en 1991, le parlement de la Fédération russe avait très peu de droits, et il était sous la coupe du parlement soviétique, mais il s’est attribué tous les droits, et c’est lui qui a brisé l’URSS.

Oubliez Navalny. Il va peut-être falloir nous habituer à l’idée que le prochain président de la Russie s’appelle Maxime Katz, et que Lucy Stein soit son Premier ministre. À moins que Poutine gagne des points lors des prochaines

 

Pour joindre l'auteur: adam@israelshamir.net

Traduction : Maria Poumier

Première publication en anglais: The Unz Review.

Source : http://plumenclume.org/blog/284-le-gang-de-lucy-stein-est...

 

2. petit hibou.JPG

 

Justice civile à l’américaine

Ou des proportions que peut prendre un procès en divorce dans un pays où tous les moyens sont bons pour atteindre n’importe quelles fins

 

4. Justice.jpg

 

Vous l’a-t-on assez dit qu’on ne croit pas à la vertu des pétitions… Mais allez voir sur le site de Sayed et faites ce que vous pouvez, ce que votre conscience vous dicte. C’est Norman Finkelstein qui le demande.

 

Pétition en soutien à Norman Finkelstein contre des avocats-vautours

SIGNEZ CETTE PÉTITION MAINTENANT SVP !

FAITES RADIER MICHAEL CHETKOF ET ALLYSON BURGER DU BARREAU POUR PARJURE ET CHANTAGE !

 

Articles explicatifs de Norman Finkelstein :

Michael Chetkof, Allyson Burger : Arrêtez le chantage !

Michael Chetkof : Le déjeuner à 30 000 dollars (1)

Tract distribué par le Professeur Norman Finkelstein devant le bureau des « avocats-vautours », pour lequel il a été arrêté et a passé une nuit en prison

Lettre de Norman Finkelstein après sa libération

 

A venir :

 

Allyson Burger : l’outrecuidance monstrueuse d’une ânesse bâtée (2)

Michael Chetkof, Allyson Burger : nouveau rebondissement (3) 

Michael Chetkof et Allyson Burger : le duo draculéen de sangsues frappe encore

 

2. petit hibou.JPG

 

Lettre de Norman Finkelstein après sa remise en liberté

Suite à son action de tractage devant le bureau des avocats Michael Chetkof et Allyson Burger

 

5. finkelsteimurphy.jpg

 

Mille remerciements à tous ceux qui m’ont écrit et ont appelé la prison.

J’ai dû passer la nuit en prison mais je suis libre maintenant.

Une chose que j’ai découverte est que peu importe combien de fois vous êtes allé en prison, vous ne vous y habituez jamais.

Ce ne sont pas les menottes serrées ou le sol froid de la prison.

C’est l’humiliation et la dégradation, car les gardiens de prison vous traitent vraiment avec moins d’égards que si vous étiez des ordures sans valeur.

« Tourne-toi », « Penche-toi », « Écarte les jambes », « Ferme ta gueule, putain ».

Le système de justice américain dit que Vous êtes innocent jusqu’à ce que votre culpabilité soit prouvée.

Mais lorsque vous considérez le monde de bas en haut, c’est tout le contraire :

À partir du moment de l’arrestation, vous êtes traité comme si vous étiez coupable jusqu’à preuve de votre innocence.

Si vous êtes innocent jusqu’à ce que votre culpabilité ait été démontrée, pourquoi êtes-vous enfermés dans une cellule de prison infecte souvent pendant plus d’un jour avant même de voir un juge ?

En ce qui me concerne, A luta continua (La lutte continue).

Je n’abandonnerai pas mon ancien étudiant et ami proche, le docteur Baldeo.

Il est la proie d’un couple d’avocats matrimoniaux de Long Island (Michael Chetkof et Allyson Burger), qui piègent et soumettent au chantage les immigrants musulmans qui ont réussi.

A présent, une ordonnance de la Cour a été rendue contre moi, ce qui veut dire que je risque une longue peine de prison.

Mais si je le trahis à son heure de grand besoin, je trahirai tout ce que j’ai défendu durant ma vie.

Faites une petite prière pour le Dr Baldeo et moi.

Norman Finkelstein, le 8 septembre 2017

 

6. Norman_finkelstein.jpg

 

Pendant un an et quatre mois, j’ai été témoin de la crucifixion d’un homme.

C’était un ancien étudiant.

Un quart de siècle plus tard, c’est maintenant un ami de confiance.

Immigrant pauvre d’Amérique du Sud, il était commis d’entrepôt en journée et assistait à mes cours du soir.

Grâce à ses dons innés, et à force de travail acharné et d’une discipline surhumaine, il est finalement devenu pédiatre.

Mais il n’a jamais oublié d’où il venait.

Chaque année, il a mis de côté plusieurs semaines pour voyager dans le monde et se mettre bénévolement au service des pauvres et des démunis, les Damnés de la Terre.

Il m’a accompagné en Afrique du Sud, où il a traité des enfants orphelins atteints du Sida.

 

7.  Baldeo.JPG

 

Il m’a accompagné en Cisjordanie, où il a traité des enfants palestiniens blessés par balle par des soldats israéliens.

Il travaillait de 60 à 80 heures par semaine – oui, 60 à 80 heures ! – afin d’économiser de l’argent pour ses trois enfants.

Il voulait le meilleur pour eux : une vie libre des difficultés qu’il a dû supporter, car eux aussi, par la Grâce de D.eu, devinrent des médecins.

Il était sur le point d’atteindre les objectifs de sa vie : Guérir les malades et Nourrir ses enfants.

Mais en avril 2016, la catastrophe a frappé.

Il est tombé entre les griffes de deux avocats sans scrupules nommés Allyson Burger et Michael Chetkof.

Ils avaient tourné en cercle au-dessus de leur proie : de carrure chétive, il a la peau sombre, il est moitié musulman, et son anglais n’est pas parfait. La cible parfaite.

Ils ont ensuite fondu sur lui pour l’achever.

Ils ont inventé le Grand mensonge, selon lequel il aurait commis « d’innombrables » actes de « violence indescriptible » [contre son ex-épouse, prétendument révélés après 27 ans de mariage].

La preuve de cela ?

Aucune.

Aucune preuve photographique ou physique, aucune trace de plainte, aucun certificat médical, aucun affidavit de témoins oculaires.

Littéralement rien.

La peur et la douleur l’avaient mis hors de lui.

Cela m’a brisé le cœur.

J’ai promis de ne pas l’abandonner.

Comment aurais-je pu déserter un ami, un véritable saint, à son heure de grand besoin ?

Jour après jour, je me suis assis avec lui et ses avocats.

Jour après jour, je me suis rendu avec lui à la Cour.

Nuit après nuit, j’ai lu et relu le dossier de la Cour.

Mais je fus impuissant face au crime qui se déroulait.

Le duo de vautours assermentés ne cessait de s’évertuer à le compromettre et à le salir en trifouillant dans son passé.

Ils l’ont intimidé. Ils l’ont rudoyé. Ils l’ont harcelé. Ils l’ont secoué. 

Ils l’ont humilié. Ils l’ont dégradé. Et ils l’ont rabaissé plus bas que terre.

Sans relâche, sans merci, ils ont lacéré sa chair.

Le vendredi 4 août, il a succombé.

« Je n’en peux plus », murmura-t-il avec le sourire mortifié de la défaite.

Il a perdu sa maison et les économies de toute sa vie.

Cette nuit-là, il m’a appelé, sanglotant avec hystérie, brisé.

Je lui ai fait une promesse solennelle : cette horreur ne sera ni pardonnée, ni oubliée.

La vérité sera faite et les auteurs seront punis.

Advienne que pourra, je révélerai au monde comment il a été crucifié.

Étiez-vous là quand ils ont crucifié mon Seigneur ? Tremblez, tremblez, tremblez. [Gospel de Paul Robeson]

Maintenant, les Vautours le soumettent à un odieux chantage pour me faire taire.

Ils ont envoyé une lettre indiquant :

« Si votre ami continue sur cette voie, la boîte de Pandore sera ouverte et la publication du dossier de la Cour ne sera pas bénéfique au Dr Baldeo sur les plans personnel et professionnel » (voir ci-dessous).

Si vous êtes aussi scandalisé que moi par ces tactiques de chantage, je vous invite instamment à SIGNER ET PARTAGER CETTE PETITION et à contacter Allyson Burger et Michael Chetkof pour leur dire d’ARRETER LE CHANTAGE !

Voici leurs coordonnées :

Saltzman Chetkof et Rosenberg LLP

1-516-873-7200

mchetkof@scrllp.com

adburger@scrllp.com

 

Lire la lettre de chantage n° 1

Lire la lettre de chantage n° 2

 

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2017/

 

 2. petit hibou.JPG

France

 

On a reçu ça, et on s’en voudrait de ne pas relayer :

 

La « Fête de l'Huma » est devenue une fête « communiste » pour riches (et félons en tout genre) !

 

8. URSS.jpg

 

Nous y sommes allés le samedi 16 parce que nous voulions assister au débat organisé par VIKTOR DEDAJ (de Le Grand Soir) autour de Cuba. Il recevait l'Ambassadeur du Venezuela et celui de Cuba et, à notre surprise, avait invité un Tunisien faisant de l'anthropologie politique à Tunis.

Nous avions flairé une fois de plus la méta-hypocrisie de ce dernier en suspectant qu'à coup sûr, il allait venir chanter la « révolution du Jasmin » et sa mal-supposée convergence avec celle de Cuba…

Or, c'est dans ce « panneau » que sont tombés tant les BESANCENOT que les FAUSTO GIUDICE et tant d'autres « marxistes » de l'ancienne métropole de la Tutelle tunisienne.

Bref, nous voulions intervenir pour que l'Ambassadeur de Cuba comprenne qu'il allait être roulé dans la farine (1) par ces « révolutionnaires » tunisiens qui, en fait ont soutenu l'OTAN contre la Jamahiriya Libyenne à l'époque même où les FIDEL CASTRO, HUGO CHAVEZ et autres DANIEL ORTEGA leur donnaient des leçons de clairvoyance politique en dénonçant sans fard l'agression.

La Fête de l'Huma n'avait pas lieu à La Courneuve mais au Bourget. Nous avons donc marché à pied, beaucoup. Le lieu avait apparemment changé. Il y avait des policiers partout… Le public aussi avait changé et confirmait que cette fête de "communistes" est bien devenue une fête pour riches quand nous avons vu des hordes de jeunes gens plutôt "bobos" s'orienter vers le lieu de la fête.

Les seuls blousons noirs que nous avons aperçus étaient ceux qui vendaient des billets à la sauvette et ils avaient raison comme on s'en est vite rendu compte. En effet, ô surprise devant la Caisse, on nous annonça que l'entrée est à 40 EUROS ! « Forfait » ! Même pour une courte après-midi, comme nous en avions l'intention : 40 EUROS !

Résultat: on ne sait pas ce qui s'est passé mais on a économisé beaucoup d'argent...

L'Argent ne fait pas le Bonheur. Et, si le Plaisir dépend lui des choses, ce n'est pas le cas du Bonheur.

 

« Soyons réalistes. Exigeons l'impossible! » (Che).

 

____________  

 

 (1) Le Binôme MICHEL COLLON et LGS avaient, il y a 2 ans, organisé une conférence tripartite à Tunis qui était, à leur insu, sponsorisée par la racaille pro-OTAN, laquelle avait soutenu l'agression contre la Jamahiriya Libyenne. N'est-ce pas de l'hypocrisie politique, au sens anthropologique de l'invité tunisien à la Fête de l'Huma, que de chercher à se blanchir en venant dire qu'ils soutiennent la Révolution Cubaine ?

Ils ont même le culot de critiquer le "bourbier syrien" alors qu'ils avaient chanté sur le Mode Majeur sous la direction de l'intellectuel de l'OTAN IGNACIO RAMONET.

Note (bon à savoir) : Le journal « L'IMMONDE DIPLOMATIQUE », organe officieux de l'OTAN, est traduit officiellement en arabe à Tunis même.    

Référence citée : https://www.legrandsoir.info/paris-ce-que-l-039-experienc...

Source : Herboris. On aura compris qu’ils sont tunisiens.

 

 2. petit hibou.JPG 

USA

Non, ce n’est plus Salzbourg et ce n’est pas Haendel ! C’est du Kabuki, et encore Israel Shamir, qui s’est défoncé cette semaine, ou alors, c’est l’actualité…

 

Trump en acteur de Kabuki

Israël Shamir24 septembre 2017

Entre la plume et l’enclume

Ici via Arrêt sur Info

 

9. Trump + Kim.gif

Donald Trump s’est trompé, dans sa carrière. Son style flamboyant en aurait fait un acteur de Kabuki populaire et très aimé. Les Japonais aiment ce qu’ils appellent aragoto, littéralement un style de drame héroïque “business à la sauvage”, mettant en scène un énorme guerrier terrifiant maquillé en rouge et noir, avec un grand sabre. Le guerrier fait irruption sur la scène avec des cris stridents et tonitruants et il lance jusqu’au ciel son Shibaraku (« Attends un peu », ou mieux encore « Bas les armes, rends-toi ». Les fervents du Kabuki se souviendraient avec délices de la prestation de Trump à l’Assemblée générale de l’Onu, et cela pendant des années, si seulement il s’était produit au théâtre Kkabukiza de Tokyo.

Dans l’art japonais, il y aurait un rôle pour Kim, son adversaire, dans la pièce intitulée Tora-no-O, « La queue du tigre ». Il serait celui qui pose le pied sur la queue du tigre.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/trump-en-acteur-de-kabuki/

 

 2. petit hibou.JPG

 

Dernière minute :

Russie

 

Nicolas Maduro sera à Moscou début octobre pour participer à la semaine russe de l’énergie.

 

10. AlbaFist.gif

 

Est-ce en avant-garde de sa visite que l’Amérique Latine a envoyé à Moscou d’époustouflants danseurs ?

Il faudrait demander à Georges Stanechy :

 

Retour au Tango

http://stanechy.over-blog.com/2017/09/retour-en-tango.html

 

 2. petit hibou.JPG

 

 

 

Mis en ligne le 25 septembre 2017

 

 

 

 

20:39 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2017

L'OEIL ÉTAIT DANS LA TOMBE...

1. Ship of fools Loui Jover.JPG

 

L’œil était dans la tombe et regardait Caïn

(Apparemment, ils étaient plusieurs)

 

*

Saïf Al-Islam Kadhafi : « Je vengerai l’assassinat de mon père ! »

Lyes Khaldoun  – Algérie patriotique 17 septembre 2017

 

2. SAIF.jpg

Saïf Al-Islam Kadhafi

 

Par Sadek S. – Depuis sa sortie de prison, Saïf Al-Islam Kadhafi s’emploie à rassembler les preuves pour démontrer que le chaos dans lequel est plongée la Libye depuis 2011 est le résultat d’un complot ourdi depuis l’étranger et laver l’affront fait à sa famille. Pour y parvenir, il vient de s’offrir les services d’un avocat, Khaled Al-Zaïdi, qu’il a chargé spécialement d’enquêter sur la mort de son père et d’attaquer toute personne s’en prenant à lui ou à sa famille.

Khaled Al-Zaïdi affirme à ce propos que son client s’apprête à porter devant la justice libyenne et internationale une série d’affaires. « Nous possédons des documents irréfutables qui démontrent que certains pays arabes et occidentaux ont joué un rôle dans l’assassinat de Mouammar Kadhafi. Nous travaillons encore sur ces documents et nous irons devant la justice quand nous serons prêts », a-t-il affirmé.

En attendant de ficeler le dossier de l’assassinat de Mouammar Kadhafi, l’avocat Khaled Al-Zaïdi a été chargé de riposter aux attaques d’un membre de la Chambre des représentants qui s’en est pris violemment à Saïf Al-Islam. Khaled Al-Zaïdi a commencé par déposer une plainte au niveau du tribunal de Tobrouk. Une plainte qui a été acceptée, il y a quelques jours. Selon le texte de celle-ci, le parlementaire aurait diffamé Saïf Al-Islam en lançant à son égard de fausses accusations concernant l’obtention de son doctorat en économie à Londres.

Dans une interview accordée au quotidien britannique et diffusée le 6 mars 2011, le parlementaire avait déclaré, en effet, que « le doctorat obtenu par Saïf Al-Islam avait en réalité été écrit par des professeurs d’université de Benghazi, auprès de qui Saïf Al-Islam Kadhafi aurait passé commande ». L’avocat Khaled Al-Zaïdi affirme que la plainte exige la présence de l’accusé en personne au tribunal lors de la première séance du jugement qui aura lieu le 16 octobre prochain. « Pour le moment, aucune réaction n’a émané du parlementaire accusé », rapporte la presse libyenne.

Saïf Al-Islam est, rappelle-t-on, libre depuis le 9 juin dernier. Il était détenu depuis 2011 à Zintan par la Brigade Abou Bakr Al-Sadiq. Les groupes armés qui contrôlent Zintan sont opposés au Gouvernement libyen d’union nationale (GNA). Des groupes proches de l’ancien régime répètent depuis quelque temps que Saïf Al-Islam Kadhafi est le seul capable d’unifier et de stabiliser la Libye, qu’il pourrait même être candidat à une future élection. Mais le fils du leader déchu ne bénéficie pas de la même popularité partout. Quoi qu’il en soit, il entend bien continuer à exister et à faire entendre sa voix.

S. S.

Source : https ://www.algeriepatriotique.com/2017/09/16/kadha...

 

*

À propos d’un Caïn parlementaire

« Le doctorat de René Naba »

Herboris – par mail tel qu’on l’a reçu – 18 septembre 2017

 

3. Saif K..jpg

Saïf au temps de l’insouciance  : à l'Opéra de Vienne en 2006  –  Celui d’un destin politique est-il venu ?

 

SAÏF devrait aussi poursuivre le larron de la Foire à la Diffamation Mondiale, RENÉ NABA, copain d'un autre célèbre diffamateur (MEYSSAN) puisque, « avec le Temps, Va, Tout S'en Va » et on oublie déjà que :

- l'ex-Irrespondable du Desk « Monde Arabe » à l'Association Française de Prestitués, a cité, dans un célèbre livre et sur des sites qui ne se sont jamais excusés, ce canular au sujet du Doctorat de KADHAFI Fils.

Avec les Arabes, la diffamation est encore plus « permise », surtout quand ils sont attaqués par 42 états emmenés par l'OTAN…. Cocorico les Français qui écrivent et prétendent « ré-informer » !

Vous voyez, la première guerre à mener est celle contre la Diffamation, l'une des Armes de l'Impérialisme en son stade suprême. Et comme nous l'avons analysé dans nos colonnes, la Diffamation se termine tout le temps, quand ses auteurs ont été démasqués comme imposteurs, en insultes p-graphiques (l'autre tranchant de l'arme) : exactement comme dans les cafés parisiens.

******************

René NABA mis à nu derrière son « portrait total » de Kadhafi  :  http://www.tortillaconsal.com/albared/node/210 (article  par les Pdt - canal historique)

Voyez le « portrait total Kadhafi » en images, illustrant l'article de Naba : « portrait total - De fossoyeur de la cause nationale arabe à fossoyeur de son propre peuple » (7 mars 2011) http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=4152

Idem pour www.mondialisation.ca  

Méfiez-vous de ce qui brille. Toujours pas de Mea Culpa !

 

*

Révélation explosive : Sarkozy, Fillon et Juppé ont envoyé des terroristes au Mali

Fatiha Mez  – Algérie patriotique 17 septembre  2017

 

4. MALI.jpg

François Fillon, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. D. R.

 

Par Houari Achouri – Ce sont des révélations explosives que fait MarocLeaks, site électronique destiné au décryptage de l’actualité politique et économique du Maroc. Un article, extrêmement bien sourcé, écrit par Julie Amadis, rapporte les affirmations du capitaine Sékou Traoré, présenté comme « résistant aux djihadistes », selon lequel ce sont Sarkozy, Fillon, Juppé et le général Puga qui ont « envoyé les djihadistes attaquer le Mali avec la complicité du président Amadou Toumani Touré (ATT) ».

L’article commence par rappeler que « les terroristes MNLA et leurs homologues djihadistes (Ansar Dine, Aqmi) ont commencé à envahir le Mali le 17 janvier 2012 » et s’attache à expliquer comment « des terroristes ont pu envahir un Mali qui fait en superficie deux fois la France ». Pour cela, « il est indispensable de connaître quelles sont les forces derrières ces terroristes, autrement dit qui les a financé, qui leur a apporté une aide logistique et qui leur a donné des ordres ». D’après l’article, « la stratégie de la “Franceàfric ” a été de supprimer Kadhafi et d’utiliser l’arsenal militaire de l’ancien régime pour organiser la contre-révolution jihadiste dans les pays sous occupation militaire française ».

On apprend par MarocLeaks que, derrière cette stratégie, il y a Sarkozy, président français à l’époque, qui a mis «l’arsenal militaire de Kadhafi à la disposition de ces djihadistes pour combattre au Mali ». Ainsi, « la France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne… en contrepartie de son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad ».

L’auteur de l’article reprend une série de sources médiatiques pour revenir sur les péripéties de l’action terroriste au Mali. Il cite Baba Ahmed et Christophe Boisbouvier, qui détaillent dans Jeune Afrique les moyens que détiennent les djihadistes qui font face à l’armée malienne : « Des fusils d’assaut, des missiles (sol-sol et sol-air), des lance-roquettes multiples BM-21 et des mortiers, tout droit venus des arsenaux libyens. » Jeune Afrique ajoute : « Les rebelles, fait-on remarquer à Bamako, sont presque mieux équipés que nos soldats. Pas étonnant qu’il y ait des désertions. » D’après les enquêteurs de Jeune Afrique, le MNLA, présent dans les collines autour de Zakake, au nord de Kidal, « revendique un millier d’éléments » dont d’«anciens soldats de l’armée libyenne revenus au pays et emmenés par Mohamed Ag Najem, ex-colonel de Kadhafi ; ils seraient un peu moins de 400. Dans le nord du Mali, ils ont retrouvé les hommes d’Ag Bahanga ».

Julie Amadis reprend une enquête publiée mardi 30 juillet par le New York Times qui révèle que c’est « l’Europe qui finance une bonne partie des opérations d’Al-Qaïda ». Le quotidien américain évalue à « 105 millions de dollars (93 millions d’euros) le montant total des rançons remises aux diverses factions du groupe en échange de la libération de ressortissants enlevés ». La France, selon l’enquête, a versé le gros de ce montant : « 58 millions de dollars (43 millions d’euros) depuis 2008. » Pour la journaliste, le meurtre du capitaine Sékou Traoré est « la preuve de l’alliance entre les djihadistes et le président “franceàfric” malien Amadou Toumani Touré ». Il avait dans son bureau le téléphone satellitaire récupéré sur les djihadistes. La journaliste rapporte le témoignage d’un ami du capitaine : « C’est dans la journée du 20 janvier au matin que le téléphone satellitaire extorqué aux chefs rebelles sonne, au bout du fil c’était le président ATT qui appelle, mais il tombe sur le capitaine Traoré. C’est ce coup de fil gênant qui est à la base du massacre d’Aguel-Hoc du 24 janvier ».

Julie Amandis explique : « Si la France envoie les djihadistes au Mali, c’est parce qu’elle y a des intérêts colonialistes. » Elle reprend les propos de l’ancien chef du MNLA, Hama Ag Mahmoud, qui souligne l’essence de la guerre au Mali : « La France a pris les devants pour obliger le Mali à signer un accord de défense, ensuite s’octroyer des concessions minières et protéger celles qui existent déjà. »

Julie Amandis conclut : « Pendant que les amis djihadistes de la France attaquent le nord du Mali, la France fait croire à l’opinion publique qu’elle vient “libérer” le pays en attaquant par le sud. En fait, il ne s’agit que d’une même invasion avec des mercenaires différents. Il s’agit d’une invasion impérialiste installant des djihadistes au pouvoir pour protéger les plus grosses entreprises françaises. »

H. A.

Source : https://www.algeriepatriotique.com/2017/09/17/revelations...

 

*

À quoi jouent les Kurdes ?

(suite)

 

On a reçu ça de Résistance 71, merci à eux :

 

Les Kurdes ont été trahis, des dirigeants du PYD se sont manifestement vendus aux yankees en échange d'une « carrière » politique à la mafieux Barzani.

Meyssan et Abed, surtout Abed du reste, sont partiaux et ne peuvent pas être pris 100% au sérieux.

Le CD a été trahi de l'intérieur et c'est le peuple kurde qui paiera une fois de plus les pots cassés, comme quoi il ne faut jamais laisser les forces étatiques s'infiltrer. La situation et la conjoncture se prêtent à cet état de fait malheureusement...

Notre position sur l'affaire du Rojava :

 

0. freccia nera piccola x.GIF

https://resistance71.wordpress.com/2017/09/16/que-se-pass...

 

Fraternellement.

 

Voir aussi le commentaire de jbl1960 à notre post.

Et enfin, des 7 du Québec :

Avant Meyssan  et avant les autres  nous avions souligné  la malversation  des  patrons kurdes dans un article commenté :

0. freccia nera piccola x.GIF

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-national-...

 

Si on comprend bien, les Kurdes ont leurs Mahmoud Abbas.

Merci à tous.

 

*

Libye, Mali… et maintenant les Rohingyas !

Vous savez où c’est, vous ?

Pour ne pas mourir idiots…

 

Angle mort

Fernand Le Pic – ANTIPRESSE 17 septembre 2017

 

5. Arakan.JPG

Localisation de l’État d’Arakan (en rouge) à l’intérieur de la Birmanie

 

Le monde entier s’apitoie sur les Rohingyas, unanimement proclamés « peuple le plus persécuté de la planète » dans une concurrence pourtant rude. Mais on se garde bien d’évoquer les réalités historiques et géopolitiques qui ont conduit au drame actuel.

 

Petit rappel historique

Il y a environ 2500 ans, l’Inde du Nord (aujourd’hui le Népal) a vu naître le prince Sâkyamuni, futur Bouddha historique. Durant plus de 1000 ans, le « bouddhisme » (désignation européenne remontant au XVIIe siècle) s’était répandu pacifiquement dans toute l’Asie, y compris centrale, comme en témoignait la présence des Bouddhas géants de Bamian, dynamités à la veille des attentats du 11 septembre 2001 par les condisciples du mollah taliban Omar.

Avec les grandes vagues de conquêtes armées sarrasines puis musulmanes (jihad), le bouddhisme a été littéralement éradiqué de l’Inde. Les historiens indiens chiffrent le nombre des victimes tuées à l’arme blanche en dizaines de millions (cf. François Gautier, Un autre regard sur l’Inde, éditions du Tricorne, 1999). En fait, le jihad n’a jamais cessé dans cette région du monde. Ses habitants gardent une mémoire inquiète et continue du très lourd tribut qui s’annonce à chaque remontée en puissance de cette religion armée.

La région birmane, bouddhiste depuis 2300 ans, ne fait pas exception. Les derniers jihads locaux remontent à la seconde guerre mondiale et aux guerres d’indépendance (Inde, Bangladesh). Durant l’Empire, les Britanniques avaient installé en masse une population musulmane, provenant du Bengale, dans la région d’Arakan (Rakhine, d’où « Rohingya » en Bengali, terme que les musulmans ne commenceront d’ailleurs à utiliser que dans les années 1950).

En 1942, le général Archibald Wavel arma les Bengalis d’Arakan contre les Japonais déjà présents dans la région, dans le cadre d’une nouvelle stratégie de « Stay-behind » (résistance derrière les lignes), qui deviendra célèbre en Europe à l’occasion de la guerre froide. Mais, comme leur religion le leur impose, les Bengalis d’Arakan profitèrent de l’occasion pour étendre le « dar el islam » (territoire islamique) contre les mécréants birmans, majoritairement bouddhistes. Les « musulmans de l’Arakan » s’associèrent ensuite aux combats du Pakistan pour une sécession musulmane jusqu’aux terres birmanes. Déjà les Chittagong Hill tracts, à la frontière nord de la Birmanie, et peuplés majoritairement de bouddhistes, étaient islamisés de force, provoquant des exodes massifs vers l’Inde, qui se poursuivent actuellement et dont personne ne parle, bien entendu.

Alors le « Mujahid Party » d’Arakan exigea le 9 juin 1948, par la voix de son chef militaire Jaffar Kawal, que l’Arakan soit reconnu comme « le foyer national des musulmans de Birmanie », en ces termes :

« The area between the west bank of Kaladan River and the east bank of Naaf River must be recognized as the National Home of the Muslims in Burma ». (L’aire comprise entre la rive occidentale du Kaladan et la rive orientale du Naaf doit être reconnue comme foyer national des musulmans de Birmanie.)

Cet ultimatum, typique du jihad démographique, étant resté sans réponse, les jihadistes bengalis d’Arakan attaquèrent les villages bouddhistes, notamment autour de Maungdaw, avec le lot habituel de pillages, viols, incendies, enlèvements contre rançon, etc.

Un troisième jihad local fut déclenché lors de la guerre de sécession victorieuse du Pakistan oriental (qui deviendra le Bangladesh) contre le Pakistan occidental, en 1971. Les musulmans d’Arakan avaient pris parti au cri de “Pakistan Jindabad !” (Victoire au Pakistan) pour le Pakistan occidental, qui les avait formés et armés contre le Bangladesh. Leur défaite allait les obliger à se distinguer de leurs frères bengalis en se propulsant dorénavant comme « Rohingyas » et non plus « Bengalis d’Arakan ». Les armes qu’ils avaient accumulées allaient encore se retourner contre les mécréants Birmans. Les ci-devant Rohingya exigèrent à nouveau leur indépendance et la création de leur propre État, à l’issue d’un congrès pour la « Libération nationale Rohingya », tenu le 15 juillet 1972. Ils constituèrent dans la foulée divers groupes armés dont notamment la RSO (Rohingya Solidarity Organization), l’ARIF (Arakan Rohingya Islamic Front), le RPF (Rohingya Patriotic Front), RLO (Rohingya Liberation Organization) et l’IMA (Itihadul Mozahadin of Arakan).

Les évènements actuels s’inscrivent donc dans une implacable logique islamisante itérative, mais cette fois avec une aide internationale massive. Et cela n’a rien d’un hasard.

 

L’arrière-plan géostratégique

Dans ce millefeuille bien fourbi, on retrouve évidemment le « Deep state » américain, qui voit d’un mauvais œil l’influence tenace de la Chine sur le pays. Surtout depuis la mise en service, en 2013, des pipe-lines et gazoducs reliant la côte birmane, justement au beau milieu de la province d’Arakan, au Yunnan. Ils ne souhaitent pas non plus que les approvisionnements chinois soient facilités par le transport terrestre via la Birmanie, en comparaison du difficile et coûteux convoyage maritime via le détroit de Malacca. Ils s’agacent également de la coopération militaro-industrielle entre la junte birmane et la Corée du Nord. Ils vont donc activer leurs légions étrangères composées des pseudo-ONG habituelles, dont l’incontournable galaxie impériale de George Soros, toutes encadrées par des fonctionnaires chevronnés de la subversion clandestine.

À la veille de la nouvelle phase de jihad à laquelle nous assistons, en avril 2016 pour être précis, le géant californien Chevron mettait subitement en vente tous ses actifs birmans, dont ses 28,3% dans les gisements de gaz de Yadana («trésor» en birman), et de Sein en mer d’Andaman, opérés par le groupe Total depuis 2000, et surtout ses 99% du bloc d’exploration gazier «A5» dans le bassin de Rakhine, c’est-à-dire encore une fois l’Arakan.

C’est dans ce contexte qu’on verra arriver au pouvoir, en cette même année 2016, Aung San Suu Kyi, devenant « ministre de la présidence », c’est-à-dire l’équivalent d’un premier ministre mais sans compétence sur l’armée ni la police ni les gardes-frontières. Le Deep-state, s’émouvant de cette faiblesse, relancera la machine de guerre islamique au détour de quelques provocations très classiques, voyant des musulmans sous-armés attaquer des commissariats de police, et déclenchant la répression mécanique prévue. Les Rohingya passeront ainsi à l’état si envié de « peuple le plus persécuté de la planète », et de victime d’un « effroyable nettoyage ethnique », etc.

 

La machine de propagande se remet en marche

On aura recours à quelques célébrités sacerdotales, comme Barbet Schrœder partant filmer cet illustre moine bouddhiste extrémiste et nationaliste au péril de son confort bobo. Des dizaines d’experts indépendants, payés par on ne sait qui, mais instruisant tous à charge, justifieront en chœur les accusations les plus abominables contre les malfaisants sorciers bouddhistes islamophobes. Les agences de presse relaieront et les médias de grande surface écouleront la marchandise en promos spéciales et têtes de gondoles. Après quelques premières de couv bien trempées du Time magazine, du New York Times ou du Guardian, reprises en images par toutes les grandes chaînes tv et radio en prime time et commentées à saturation dans l’infosphère, la planète entière saura enfin qu’au bout du compte, les bouddhistes ne sont pas si pacifiques que cela et que leur violence exterminatrice pourrait même être pire que celle des jihadistes. Joli coup pour les islamistes qui neutralise définitivement le contre-exemple bouddhiste classique à leur jihad pathologique.

Il ne reste plus à l’ONU, à la Commission européenne et à la Maison-Blanche qu’à « s’inquiéter des exactions intolérables des moines » pour s’attendre à un jihad victimaire aussi légitime que le fut celui de l’UÇK en prélude à la création du Kosovo. Et tant pis pour les Bouddhistes qui avaient survécu depuis 2300 ans au jihad. Ils en ont bien assez profité comme ça et doivent laisser la place à « l’ôtre ».

En attendant ces prochaines nuits de cristal, Chevron n’a toujours pas vendu sa place. Au lieu de cela, le pétrolier subit la pression d’un groupe d’actionnaires pour intervenir contre le « génocide des Rohingyas ». Il s’agit du fond Halal Azzad (Azzad Asset Management) associé pour la circonstance au fonds américain des sœurs Ursulines (Ursuline Sisters of Tildonk), représenté par la sœur Valérie Heinonen, une activiste par profession.

C’est que le Vatican tout entier ne manquera pas une telle occasion de faire cause commune avec l’islam jihadiste, dès lors qu’il s’agit de convertir les idolâtres bouddhistes. Le pape François ne doute d’ailleurs pas une seconde de la victoire du monothéisme armé. Alors qu’il savourait son tour de force d’avoir finalement réussi à ouvrir une nonciature en Birmanie, en mai dernier, il félicita son invitée, Madame Aung San Suu Kyi, d’être « une bonne chrétienne », elle qui n’a nullement décidé d’abandonner le bouddhisme.

 

« Un iceberg de manipulation »

Reste que l’Arakan n’est pas le Kosovo et que la Chine ne lâchera pas la Birmanie. Elle vient de le faire savoir, au grand dam de ses alliés pakistanais, grands pourvoyeurs d’armement de tous les jihads. Pour obtenir son renoncement, il faudra ouvrir un conflit dont le scenario sera autrement plus complexe que le bombardement gagné d’avance de la pauvre Serbie par l’armada de l’OTAN. Madame Aung San Suu Kyi le sait parfaitement lorsqu’elle ose affirmer que l’opération en cours est comparable à un « iceberg de manipulation ». Les Saoudiens aussi, qui d’une main financent le jihad et de l’autre continuent de signer des contrats avec la Birmanie et la Chine, depuis 2011, pour exploiter le gaz birman, tandis que les émirats investissent, entre autres, dans les infrastructures routières et hôtelières de l’Arakan.

En revanche, côté occidental, l’unanimisme d’indignation antibouddhiste révèle toute la quantité de puissance transférée à l’islam. L’Europe est évidemment mûre pour que le pouvoir islamique s’officialise bientôt ici, et irrémédiablement, elle qui crache si aveuglément sur tous ceux qui s’y opposent comme ils peuvent depuis plus de mille ans, moines birmans en tête.

 

*

En août dernier, 93 Rohingyas hindous ont été massacrés par des terroristes islamistes rohingyas

Arrêt sur Info17 septembre 2017


 

Le nom « Rohingya » ne signifie pas celui d’une ethnie particulière mais d’une minorité parlant la langue bengali. Selon les critères communément accepté par les ethnologues une ethnie, correspond à un groupe d’humains parlant une langue spécifique donc nous pouvons affirmer sans risques que les Rohingyas sont d’ethnie bengali. L’ethnie bengali est majoritaire au Bengladesh et dans l’État du Bengale Occidental situé en Inde. Ces deux entités étatiques ont été séparée lors de l’indépendance de l’Inde en 1947, la majorité des Musulmans se retrouvant dans ce qui était alors le Pakistan Oriental et qui est devenu le Bengladesh suite à la guerre d’indépendance de 1971, tandis que la majorité des Bengalis de religion hindou se retrouvait dans ce qui est l’État indien du Bengale Occidental dont la capitale est Calcutta. Mais, bien évidemment, il était quasiment impossible de réunir les membres d’une même religion dans un même ensemble étatique en se contentant de tracer une ligne frontalière et aujourd’hui, tandis que le Bengale Occidental possède une importante minorité musulmane, le Bengladesh possède quant à lui une importante minorité hindoue.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/en-aout-dernier-93-rohingyas-hindo...

 

*

La déstabilisation du Myanmar : un plan américain pour créer un ‘Rohingyaland’, sorte de ‘Kosovo’ d’Asie du Sud-est

Andrew Korybko – Arrêt sur Info18 septembre 2017

 

6.  mitch mcconnell-official-senate-portrait_1600jpg.jpg

Mitch McConnell, un de ces braves Zuniens qui ne s’ingèrent jamais dans les affaires d’autres états et combattent partout – mais si, mais si – le terrorisme.

 

La mise en place d’un « Kosovo » asiatique

C’était trop tentant pour que les États-Unis puissent résister à la politisation d’une crise géopolitique aussi prometteuse ; comme prévu, ils ont trouvé le moyen d’intervenir diplomatiquement. Le leader de la majorité du Sénat, Mitch McConnell, s’est prononcé contre le gouvernement du Myanmar et a agrémenté sa déclaration avec des nuances fortes de « rhétorique d’intervention/ responsabilité humanitaire pour protéger » lorsqu’il a annoncé « qu’il était nécessaire que le gouvernement fasse tout son possible pour protéger les Rohingyas et assumer ses responsabilité vis-à-vis des membres d’un groupe minoritaire religieux qui souffre depuis longtemps et dont des milliers d’entre eux ont été forcés de partir en haute mer sur des navires improvisés et dangereux pour échapper à la persécution ». En affirmant que le gouvernement était responsable de ce qui arrivait aux Rohingyas à l’étranger (une affirmation absolument ridicule au niveau de n’importe quel Etat), McConnell a jeté de l’huile sur le feu. Ouvrant  la porte aux États-Unis pour renforcer potentiellement leur participation à la « médiation » de la situation dictant ainsi des « solutions » pour y mettre fin. En fait, le président Obama avait déjà établi un lien entre « la démocratisation » et la situation des Rohingyas par son gouvernement; et le Département d’État avait exigé qu’on leur donne la citoyenneté immédiatement. Les États-Unis poursuivent clairement des intérêts ultérieurs en utilisant la crise humanitaire comme couverture pour donner des sommations au Myanmar; mais quel est exactement leur finalité ?

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/la-destabilisation-du-myanmar-un-p...

 

*

Crise des « Rohingyas » : scénarios de conflit et propositions de réconciliation

Andrew Korybko – Arrêt sur Info 18 septembre 2017

 

7. rohingya-960x576.jpg

 

La crise des Rohingyas va sans doute empirer avant de s’apaiser, pouvant même aller jusqu’à provoquer une intervention internationale multilatérale, mais la seule solution globale réellement acceptable et viable qui reste au Myanmar afin d’éviter ce pire scénario possible est d’impliquer les Rohingyas d’une façon ou d’une autre dans les pourparlers de paix et de fédéralisation en cours de Panglong 2.0.

La crise des Rohingyas a pris le monde de court en l’espace de deux semaines, mais rien de ce qui s’est produit n’est une surprise pour ceux qui ont attentivement suivi la Guerre Civile au Myanmar. Le contexte de ce conflit est très complexe, et par conséquent l’auteur va référer le lecteur à certains de ses précédents articles publiés sur le sujet, pour se familiariser avec la situation dans son ensemble. Juin 2015 : « Le plan US pour un « Kosovo » d’Asie du Sud au « Rohingyaland » –  partie I et partie IIOctobre 2016 : « Étude par Pays de Guerre Hybride, le Myanmar »HistoireTransition Politique et GéostratégieContradictions Ethno-Régionales, et Prédiction de Scénarios. Septembre 2017 : « La Crise des Rohingyas au Myanmar : Réalité, Rumeurs et Ramifications »

Plutôt que de rabâcher la majeure partie de ce qui se trouve dans les documents précités, la présente analyse va se focaliser uniquement sur les scénarios de conflit au Myanmar et sur les possibilités les plus réalistes pour apporter la paix à ce pays déchiré par la guerre, qui constitueront la première et la deuxième partie de cette étude. La troisième et dernière partie évoquera ensuite les manières par lesquelles la Chine pourrait surpasser les défis d’application d’un plan de paix proposé pour le Myanmar, et ainsi jouer un rôle indispensable dans l’avancement du processus de résolution du conflit sur place.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/crise-des-rohingyas-scenarios-de-c...

 

*

Pour ceux qui aiment s’informer aux sources :

 

Le site web du Ministère de la Défense de la Fédération de Russie est désormais accessible en français

0. freccia nera piccola x.GIF

http://fr.mil.ru/fr/index.htm

 

8. Choigou-Poutine.jpg

Le plus célèbre bouddhiste que nous connaissions.

 

*

 

Mis en ligne le 19 septembre 2017

 

 

 

 

17:29 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2017

À QUOI JOUENT LES KURDES ?

1. Assyrian Coracle.jpg

 

À quoi jouent les Kurdes ?

 

Cela fait un bout de temps que nous nous posons la question. Nous en étions restés au PKK « marxiste-léniniste » luttant contre des dictateurs divers…

Ce qui est sûr, aujourd’hui, c’est qu’ils sont marxistes-léninistes comme on est, nous, Jean XXIII.

Notre science toute fraîche vient entièrement du Réseau Voltaire. Il conviendra de s’informer aussi ailleurs, mais c’est un début. La géopolitique n’en finit pas de redistribuer les cartes.

Ci-dessous donc, et sous bénéfice d’inventaire, un article « général » de Thierry Meyssan et un dossier plus pointu, en trois articles, de Sarah Abed.

 

2. Flag Assyria.gif

 

Les Brigades anarchistes de l’Otan

Thierry Meyssan

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 12 septembre 2017

 

Présenté en Occident comme la réalisation d’une sympathique utopie, le tout nouveau « Rojava » est en réalité un État colonial, voulu et organisé dans le sang par Washington. Il s’agit cette fois de chasser les populations du Nord de la Syrie et de les remplacer par des gens qui n’y sont pas nés. Pour réaliser ce nettoyage ethnique, le Pentagone et la CIA ont mobilisé des combattants dans les cercles d’extrême-gauche européens. Thierry Meyssan

 

3. Kurdes 1.jpg

En février 2016, le « Tsar anti-terroriste » de la Maison-Blanche, Brett McGurk, a été envoyé par le président Obama superviser la bataille d’Aïn al-Arab (Kobané). À cette occasion, il a été décoré par le YPG, dont la maison-mère —le PKK turc— est pourtant considérée par Washington comme « terroriste ».

 

« La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force ».
George Orwell, 1984
.

Dans les années 1980-90, la société kurde était extrêmement féodale et patriarcale. Elle était maintenue dans un fort sous-développement, ce qui poussa des kurdes à se soulever contre les dictatures militaires qui se succédèrent à Ankara [1].

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) était une organisation marxisme-léniniste, soutenue par l’Union soviétique, luttant contre les dictatures de généraux kémalistes, membres de l’Otan. Il libéra les femmes et rejoignit les combats progressistes. Avec l’aide d’Hafez el-Assad, il installa un camp de formation militaire dans la plaine libanaise de Bekaa, sous la protection de la Force de paix syrienne, jouxtant celui du FPLP palestinien.

Durant cette période, le PKK n’avait pas de mots assez durs contre « l’impérialisme américain ».

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197821.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

1/3

Les Kurdes, arme de déstabilisation  massive de Washington au Moyen-Orient

Sarah AbedRéseau Voltaire  – 1er septembre 2017

 

À l’instar du peuple palestinien, les Kurdes souhaitent accéder à leur autonomie. Cependant, depuis la dislocation de l’Empire ottoman, certains de leurs chefs ont préféré s’allier aux puissances impérialistes plutôt qu’aux États limitrophes. Ils ont — ainsi que leurs proches — trahi leur peuple en se mettant au service des puissances impérialistes, afin de déstabiliser le Moyen-Orient. Ils ont tenté de créer des États fantoches successivement en Iran, Iran et Syrie, c’est-à-dire dans des contrées où ils ont été auparavant accueillis et protégés. Sarah Abed nous raconte leur histoire.

 

4. Kurdes 2..jpg

En 1917, la création du Kurdistan, de l’Arménie et d’Israël a été l’un des objectifs de guerre du président états-unien Woodrow Wilson. Après avoir envoyé la Commission King-Craine pour vérifier l’emplacement exact des populations, il a proclamé le Kurdistan par la Conférence de Sèvres (1920), ici en rose sur la carte. La conférence a également reconnu la possibilité que la zone hachurée (actuellement en Irak) se joigne volontairement au Kurdistan par référendum. Cependant, cet État n’a jamais vu le jour et a été abrogé par la Conférence de Lausanne (1923). Seul ce territoire, et seulement celui-ci, peut être légitimement exigé par les Kurdes.

 

L’histoire du peuple kurde a longtemps suscité mystère et perplexité ; et l’on commence à trouver, seulement depuis peu, des articles qui abordent ce sujet dans les médias dominants. Depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis, et le conflit actuel en Syrie, le récit kurde a été « romancé » par les médias dominants et les politiciens états-uniens afin de cautionner leur politique interventionniste. Depuis l’invasion de la Syrie par les E.U, ces derniers et Israël ont soutenu un Kurdistan semi-autonome : Israël leur versant la somme de 3,84 milliards de dollars contre du pétrole, ce qui va dans l’intérêt, à la fois géopolitique et économique, des deux parties  [1].

En 2015, le Financial Times a rapporté que pas moins de 77 % de l’approvisionnement d’Israël en pétrole, dans les derniers mois, provenait du Kurdistan irakien, ce qui représente 19 millions de barils entre le début du mois de mai et le 11 août. Au cours de cette période, plus d’un tiers des exportations nord-irakiennes ont transité par voie maritime via le port turc de Ceyhan jusqu’en Israël, avec des transactions atteignant quasiment le milliard de dollars. Cet article s’appuyait sur, je cite, « des informations concernant les transactions commerciales, le trafic maritime notamment celui des pétroliers au moyen de satellites ».

Ces ventes, symbolisent la volonté d’émancipation de l’Irak du Nord ainsi que l’effilochement des liens entre Erbil et Bagdad ce qui ne fait que renforcer les craintes relatives à la volonté d’indépendance totale des Kurdes vis-à-vis de l’Irak.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197628.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

2/3

La « Kurdish Connection » : Les efforts d’Israël, de Daesh et des USA pour déstabiliser l’Iran

Sarah AbedRéseau Voltaire 3 septembre 2017

 

Sarah Abed poursuit son analyse du rôle de certaines organisations kurdes, abusivement mises en avant comme représentatives de la totalité des kurdes syriens, dans la guerre au Moyen-Orient élargi.

 

5. Kurdes 3.jpg

Pendant la Guerre Froide, le mollah Moustafa Barzani (le père de Massoud Barzani) s’est rapproché de Washington et du Shah d’Iran. Il est devenu un officier du Mossad. On le voit ici en Israël avec Abba Eban (ministre des Affaires étrangères) et le général Meir Amit (directeur du Mossad).

 

Les liens des Kurdes avec Israël

Les relations kurdo-israéliennes ont significativement mûri. Depuis les années 1960 au moins, Israël a épisodiquement fourni aux Kurdes une assistance sécuritaire et un entraînement militaire. Cela a principalement servi de diversion contre Saddam – en le gardant occupé alors qu’Israël menait deux guerres contre une coalition de ses voisins arabes – mais la compréhension mutuelle de leurs difficultés respectives a aussi nourri des affinités israélo-kurdes. Tout semble indiquer que cette coopération sécuritaire continue encore aujourd’hui. L’approvisionnement d’Israël en pétrole kurde bon marché ne montre pas seulement le renforcement des liens économiques mais aussi une main tendue à Erbil, à son budget famélique, laquelle suggère un pari stratégique sur les Kurdes dans une région en mutation.

D’après une étude récente de l’Université hébraïque [1], la population la plus proche des juifs d’un point de vue génétique pourrait être les Kurdes.

Les Kurdes sont alliés avec le pire ennemi de la Syrie – Israël – pour qui, incidemment, l’aspiration au Grand Israël s’accorde presque parfaitement avec les projets des Kurdes pour le « Kurdistan » [2]. Le plan pour un « Grand Israël » d’Oded Yinon, établit qu’il est impératif d’utiliser les Kurdes pour mieux diviser les pays voisins et ainsi contribuer à un plan de domination élargie [3]. Il est assez intéressant de voir que les Kurdes minimisent cette alliance en la considérant juste comme un pas supplémentaire vers la réalisation de leur but ultime, la création d’un Kurdistan autonome.

Tous les principaux groupes politiques kurdes dans la région ont des liens de longue date avec Israël. Tout cela est lié à de graves violences ethniques contre les Arabes, les Turkmènes et les Assyriens. Depuis le PKK en Turquie jusqu’au PYD et au YPG en Syrie, du PJAK en Iran au plus célèbre de tous, le régime mafieux Barzani-Talabani (GRK/Peshmerga) au nord de l’Iraq. Ainsi, on ne devrait pas être surpris qu’Erbil fournisse Daesh (l’Émirat islamique ou État islamique) en armes pour affaiblir le gouvernement iraquien à Bagdad [4]. Et quand on comprend qu’Erbil n’est rien de plus qu’un faux nez de Tel-Aviv en Iraq, le stratagème devient clair.

Israël a apparemment fourni au GRK des armes et de l’entraînement militaire avant même ses affrontements armés avec Daesh [5]. Côté stratégie économique, Israël a accordé un soutien vital au GRK en achetant du pétrole kurde en 2015, alors qu’aucun autre pays ne voulait le faire car Bagdad les menaçait de poursuites judiciaires. Le ministre des Ressources Naturelles du GRK, Ashti Hawrami, a même reconnu cet arrangement en disant que le pétrole kurde était souvent écoulé par Israël par souci de discrétion.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197676.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

3/3

Le mythe du « rebelle modéré » kurde

Sarah AbedRéseau Voltaire 9 septembre 2017

 

6. Kurdes 4.jpg

 

Dans cette troisième et dernière partie de son enquête consacrée au projet de création d’un État kurde en dehors du Kurdistan historique et au détriment des populations arabes et chrétiennes, Sarah Abed dresse un constat terrible. Cet article pourra sembler partial à certains de nos lecteurs. Cependant, tous les faits qui y sont rapportés sont authentiques et peuvent être facilement vérifiés.

 

Kurdes et Assyriens : des tensions anciennes toujours d’actualité

Une bonne partie de ce que les kurdes revendiquent comme étant spécifique à leur propre culture est en fait emprunté à des cultures plus anciennes, comme celle des Assyriens, des Arméniens et des Chaldéens. En fait, une grande partie, si ce n’est la totalité, du territoire à l’est de la Turquie que les kurdes revendiquent comme leur, a appartenu autrefois aux Arméniens. On comprend aisément, qu’ensuite, les Kurdes aient pu participer au génocide turc des Assyriens [1] et à celui des Arméniens en 1915 [2].

 

7. Kurdes 5.jpg

Un groupe d’hommes déterre les restes de victimes du génocide arménien de 1915, Deir ez-Zor, Syrie, 1938.

© Musée-Institut du Génocide Arménien

 

Également connu sous le nom de « Shato d’sayfo » ou l’« année de l’Épée », ce génocide a eu pour cible les chrétiens de l’Empire Ottoman au cours de la Première Guerre mondiale, principalement en 1915 [3], entraînant une réduction de la population assyrienne de 75%.

Sur la plaine de Ninive, au nord de l’Iraq, les Kurdes habitent dans des villes, comme Dohuk (anciennement appelée Nohadra par les Assyriens) mais ces villes ne sont devenues les « leurs » que depuis qu’ils s’y sont récemment installés.

Si l’on se base uniquement sur le critère de l’identité culturelle et une authenticité historique vieille de plusieurs milliers d’années, ces terres sont, et ont toujours été, uniquement assyriennes. Ces terres ont été essentiellement « offertes » aux kurdes au début des années 70, dans le but de détourner leur attention de la ville iraquienne de Kirkuk et ses alentours, terres riches en pétrole. À cette fin, il y a eu une migration massive kurde vers Dohu qui a entrainé le déplacement, parfois forcé, d’Assyriens dont les revendications semblaient bien plus légitimes, à la fois sur le plan juridique et historique.

C’est une tactique communément employé par les kurdes afin de tenter de légitimer leur « quête sacrée » à savoir la création d’un État — chose qui n’a jamais eu lieu dans l’histoire —. En définissant comme « Kurdistan » tout endroit où les kurdes ont été amenés à vivre à un moment donné, il semble suivre la maxime « La propriété : c’est neuf-dixième de la loi » qui peut être pertinente pour aider à déterminer une responsabilité juridique, mais pas pour l’attribution d’un territoire.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article197800.html

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

8. Assyrian_Monarch_1882.jpg

En haut : Coracle assyrien, ± 700 av. n. ère – Ci-dessus : l’Assyrian Monarch, 1882.

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

 

Tout arrive !... en Suisse.

 

JoeyStarr dévore Robespierre

 

Pour sa première expérience théâtrale, le comédien récite les grands textes de l’Assemblée. À découvrir jeudi à Pully.

 

10. Robespierre  Anniv.JPG

 

JoeyStarr récitant Victor Hugo ! S’il fallait une preuve que tout arrive, elle sera sur scène jeudi à l’Octogone de Pully, où Éloquence à l’Assemblée dépose le rappeur et comédien derrière son pupitre de tribun. Jérémie Lippmann a monté à Paris cette pièce qui a séduit la critique et secoué le public. Il s’en explique.

 

Le choix de ce thème ambitieux était-il lié à celui de l’orateur ?

Non, l’idée de départ était de faire revivre l’éloquence de quelques grands hommes et grandes femmes qui ont fait la France et l’Europe. A partir de là, on a cherché la personne pour interpréter ces textes. Et le nom de Didier (ndlr: Morville, le nom civil de JoeyStarr) nous a sauté à la figure.

Vous le connaissiez personnellement avant de lui demander ?

Pas du tout. Mais il était à mes yeux le genre d’artiste qui ne triche pas et joue dans la sincérité, la spontanéité, l’animalité. Et je pense que le jour où Victor Hugo ou Robespierre sont montés à la tribune, ils partageaient cette manière «physique» de s’exprimer. Ce n’était plus seulement une affaire de jolis mots.

Comment avez-vous convaincu JoeyStarr ?

J’espérais que le projet le titillerait. Je savais aussi qu’il voulait se lancer dans le théâtre mais qu’il avait refusé plusieurs projets. Il a accepté après avoir découvert les textes.

Le bad boy en rhéteur citoyen : vous savouriez d’avance le «coup» promo d’un contre-emploi.

Je n’ai évidemment pas pensé comme cela. Au contraire, produire cette pièce a été une belle galère car les gens me regardaient comme un fou. Mais bosser avec Didier fut un vrai bonheur d’écoute et d’échange. C’est un artiste — je pèse mes mots — et les artistes ne sont heureusement pas tous lisses. J’espère que cette aventure lui a donné envie de continuer. La scène, c’est sa vie, en musique ou en théâtre, il a le même incroyable charisme.

Comment avez-vous choisi parmi les milliers de textes prononcés à l’Assemblée ?

Nous avions en effet énormément de matériau. De nombreux discours ont été éliminés lors des répétitions, d’autres sont devenus une évidence. Je ne voulais pas monter une pièce «politique», mais avant tout faire revivre les mémoires, faire résonner à nouveau ces superbes textes. Avec Didier et Pierre Grillet, le coauteur, on a bossé en artisans, en élaguant parfois pour plus de fluidité.

Qu’avez-vous appris de cette plongée dans le verbe national ?

Je me suis surtout rendu compte à quel point le personnel politique actuel a perdu en qualité de discours. Tout ça manque de panache, et je ne vous parle même pas des fautes de syntaxe… Le dernier grand orateur était pour moi Robert Badinter. Aujourd’hui, on écrit des tweets. En réaction, se plonger dans un discours de Tocqueville ou de Lamartine est un régal.

En quoi un discours de Robespierre peut-il être accolé à celui de Simone Veil, deux cents ans plus tard ?

Ce qui les réunit, c’est la nécessité d’être dit ! On ne saute pas deux siècles, on reste sur la même énergie, la même implication vitale de s’engager au risque de son intégrité physique. Au lendemain de son discours à l’Assemblée, Robespierre était exécuté !

Quel fut votre challenge (grrr !) de mise en scène, dans un format si sobre ?

Mon boulot était justement que les gens ne voient pas la mise en scène et se sentent en proximité directe avec l’orateur et son texte. Du brut. À Paris, on a constaté des mouvements parmi les spectateurs : la force d’expression de Didier et la puissance des mots doivent déranger, créer de la tension.

Source : https://www.24heures.ch/culture/joeystarr-devore-robespie...

 

Le spectacle

 

9. Joey Starr.jpg

 

JoeyStarr félicité par Le Figaro : qui l’eût cru ? Le barbare des banlieues craint par la France bourgeoise, qui heurta le politiquement correct par le seul nom de son groupe de rap, Suprême NTM (pour Nique Ta Mère), qui chanta Paris sous les bombes avant de devenir un héros des pages faits divers pour drogues et violences domestiques, poursuit sa réhabilitation de comédien doué avec Éloquence à l’Assemblée, créé à Paris.

Au cœur de la République, pas moins! Lors de rares interviews, Didier Morville au civil, décrit comme un acte citoyen cette façon de plonger dans les grands discours du patrimoine politique et moral de la France, récitant seul en scène, avec sa voix d’ogre, des textes de Victor Hugo, de Simone Veil, de l’abbé Grégoire, d’Aimé Césaire, de Malraux ou de Robespierre.
Le « bad boy » avait déjà joué les flics dans l’excellent Polisse : le voilà qu’il se fait tribun, pour l’amour de malaxer la belle langue.

Victor Hugo (« L’époque où vous êtes est une époque riche et féconde; ce ne sont pas, Messieurs, les intelligences qui manquent, ce ne sont pas les grandes aptitudes; ce qui manque, c’est l’impulsion sympathique ») ou JoeyStarr (« Ce soir faut que ça brille, faut qu’on enquille, je veux du freestyle, je veux que tu stimules mon côté bestial »), deux manières d’appeler à l’action !

Pully, Octogone

jeudi 21 septembre (20h30)
Tél.: 021 721 36 20
Loc.: Fnac et aux guichets du théâtre  

www.theatre-octogone.ch

 

 

2. Flag Assyria.gif

 

 

Mis en ligne le 17 septembre 2017.

 

 

 

 

18:46 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/09/2017

L'EUROPE ALLEMANDE

1. Horribles cruautes des Huguenots en France 16e s.JPG

Horribles cruautez des Huguenots en France (gravure du XVIe siècle)

 

Autre interruption de nos vacances ± forcées…

 

2. titre_manuel.GIF

3. Manuel de Diéguez.JPG

 

L'Europe allemande

 

L'Occident qualifié de rationnel n'a aucune connaissance rationnelle de la nature et du poids des langues et des religions sur la mentalité des peuples et des nations.

 

4. Europe allemande.JPG

 

Tout laisse présager que l'Allemagne de demain voudra se présenter en moteur politique de l'Europe au détriment des intérêts à long terme de la France. Cependant, l'emprise, un demi-siècle durant, de Bonn la catholique sur l'histoire des Germains a occulté l'évidence que l'Europe en marche sera protestante. L'exemple le plus frappant est celui des conséquences en France et en Europe de la séparation entre l'Église et l'État en 1905. Un siècle plus tard, les deux tiers des Français ont cessé de croire en l'existence de l'un ou de l'autre des trois dieux uniques et réputé exercer un droit de vie et de mort sur leurs fidèles - Jahvé, Allah et le dieu des chrétiens censé se composer de trois « personnes ».

Mais rien de tel ne s'est produit dans le reste du continent : tout au contraire, l'Europe du Nord a basculé dans la forme spécifique du christianisme propre au protestantisme, qui scelle un pacte national et inébranlable entre l'État et le mythe chrétien d'un salut universel. C'est que les religions se définissent à l'école de leurs doctrines, mais se manifestent à l'écoute des tempéraments des peuples, donc au gré de l'étendue territoriale des nations, de la masse de leur population, de leur situation géographique, de leurs mœurs et de leur climat. Le protestantisme est la seule forme du christianisme censée progresser parallèlement aux victoires de la raison scientifique et philosophique de l'humanité.

En vérité, la psychologie protestante de l'Allemagne est partagée par ses satellites mentaux. Cette mentalité nous rappelle que la Hollande, la Norvège, la Suède, le Danemark, la Finlande, participent de l'esprit germanique et renforcent la puissance politique de l'Allemagne. C'est tout ce groupe d'États qui donne sa puissance économique à l'Europe allemande d'aujourd'hui. Leur esprit se révèle également le fondement de l'alliance du politique avec les technologies d'avant-garde. Il ne s'appuie plus sur l'affichage d’une empreinte doctrinale et catéchétique mais sur un esprit public compénétré d'une foi adossée au culte des identités nationales.

Aussi la première démarche exigée du comte de Montpezat à la suite de son mariage avec la reine du Danemark, fut-elle de se convertir au luthéranisme. Cette forme de christianisme est entièrement étrangère au centralisme sacerdotal de l'Église catholique romaine. Plus la catéchèse proprement dite devient floue et informulée, plus le sceau du nationalisme scelle le pacte entre l'identité nationale et le rite cultuel encore dominant.

Il est donc essentiel de tenter de comprendre la nature profonde de l'enracinement allemand et protestant que le luthéranisme imposera à l'Europe de demain.

En premier lieu, une vision stratégique plus étendue des vrais enjeux d'une politique européenne

Prenons l'exemple de la construction de deux grands travaux entrepris afin de relier la Suisse à l'Italie : le creusement du tunnel du Simplon dans le Valais et celui du Saint-Gothard à partir de Zurich. On y voit clairement la différence entre l'esprit catholique et l'esprit protestant : le canton catholique du Valais avait choisi un microscopique village, celui de Brigue, pour percer un modeste tunnel de dix-neuf kilomètres, qui aboutirait dans la petite ville italienne de Domodossola. Les travaux commencés en 1898 avec dix-huit ans de retard, ne s'étaient achevés qu'en 1921 avec la fin du percement du deuxième tube. Les quatre mille ouvriers du côté suisse et les dix mille du côté italien, avaient travaillé dans des conditions très dures, avec des piques et des pioches.

Un demi-siècle plus tard l'Allemagne protestante a étroitement piloté le creusement, à partir de Zurich, la capitale industrielle, commerciale et bancaire de l'Helvétie, du plus long tunnel du monde - certes dix-sept ans de travaux, mais cinquante sept kilomètres de long - afin de relier toute l'Europe du Nord, de l'Est et de l'Ouest avec le bassin méditerranéen à la vitesse des TGV actuels, qui franchissent cent kilomètres tous les quarts d'heure, c'est-à-dire cent soixante kilomètres de plus que les derniers avions à hélice de 1950.

La vision mondiale de l'avenir politique et économique du Vieux Monde témoigne d'un recul intellectuel et d'une distanciation anthropologique typiquement germaniques et protestantes. De plus, cette vision contraste avec le provincialisme de l'esprit romain dont l'universalisme se veut essentiellement doctrinal et sacerdotal. En revanche l'universalisme issu de la Réforme est branché sur des idéalités tantôt apaisantes, tantôt féroces et voraces : la Liberté, la Justice, le suffrage universel, le mythe démocratique dans son ensemble. Ces entités vocalisées sont destinées à devenir le moteur des nations et celui du combat contre les prêtrises à la fois locales et hyper divinisées.

On l'a compris encore tout récemment quand l'esprit protestant de l'Europe allemande a proclamé que le Président Trump avait « perdu la raison » à brandir bêtement l'apocalypse atomique face à une Corée du Nord qui avait suffisamment la tête sur les épaules pour simplement rappeler que Saddam Hussein et le colonel Khadafi seraient encore en vie s'ils s'étaient souvenu que la bombe atomique est fondée sur la dissuasion du faible au fort. Cette logique est plus rationnelle que celle de « l'équilibre de la terreur » entre les grandes puissances.

De toute façon, l'esprit de la Prusse d'aujourd'hui voit déjà clair comme le jour que l'Europe protestante est en marche depuis longtemps et que l'universalité politique de demain, qu'on le veuille ou non, se trouve entre les mains des Germains. L'adage « Lève-toi et marche » a changé de camp.

Puisse le recul anthropologique dont dispose le protestantisme allemand face à la politique et à l'histoire ne pas coûter trop cher aux Lettres et aux arts avec lesquels la religion catholique avait fini par faire alliance : Michel-Ange disputait la préséance au pape Jules II.

Le 15 septembre 2017

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

IRMA

 

CUBA. Irma (Insurgente)

Sergio Serrano – Le Grand Soir 12 septembre

 

6. Irma 1.jpg

 

Cette femme en furie qui sème la dévastation sur son passage, nous donne une leçon de politique pratique.

Elle nous annonce qu’elle se dirige vers Cuba et, de là, comme tout vulgaire boat-people, qu’elle mettra le cap sur La Floride pour aller y découvrir le rêve américain. Mais, oh, surprise ! : voici que le « rêve américain » est un cri déchirant : « Irma arrive, sauve qui peut ! ». Et tous les gens se précipitent au supermarché et se battent pour se disputer les vivres jusqu’à ce que le supermarché soit totalement dévalisé. Et les gens, dans leurs automobiles, évacuent les lieux et provoquent, par conséquent, des embouteillages monstres et les routes sont totalement bouchées. Et une pensée obsédante ronge les gens : est-ce que je suis bien à jour des cotisations de mon assurance ? 

Et les routes de l’Etat qui mènent vers le Nord de La Floride sont totalement bloquées.

La population de La Floride fuit Irma et, à cause de sa fuite, les pompes à essence sont à sec et les voies de communication sont bloquées par cette masse de véhicules. Et leur fuite, alimentée par un combustible d’origine fossile, garantit aux gens que d’autres ouragans viendront et qu’ils seront encore plus dévastateurs.

            Darwinisme social ; seul survit celui qui possède

A Cuba, petite île victime d’un blocus, mais solidaire, aussitôt des brigades de travailleurs sont constituées ; c’est la forme que prend la défense organisée de l’autre, du voisin, du frère ou de cette autre personne non connue personnellement. Les uns mettent à l’abri les vivres et les médicaments qui seront utiles à tous, d’autres s’occupent d’assurer le bon état des égouts et autres canaux d’évacuation pour limiter au maximum les inondations ; d’autres élaguent les arbres pour que les branches ne deviennent pas autant de projectiles assassins ; d’autres se chargent de conduire des gens à l’abri, dans des refuges et des installations militaires sûres. Face au danger, le collectif et le pluriel sont la réponse. La colère d’Irma trouve face à elle un peuple par l’amour et par le devoir réuni.

Avant de mourir, Irma aura appris que vaine est sa furie lorsque existe une muraille de cœurs qui s’unissent.

Sergio Serrano

tw : @Cubanamera

Source : https://www.legrandsoir.info/cuba-irma-insurgente.html

Source d’origine :  http://insurgente.org/irma/

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Irma, la France et l’ALBA…

Romain MIGUS – Le Grand Soir 12 septembre 2017

 

8. Irma 2.jpg

 

L'ouragan Irma vient de passer sur les Antilles avec son cortège de tragédie, de vies humaines emportées, et de celles qui devront se reconstruire dans la douleur et dans les pertes matérielles. Comme réponse politique à cette catastrophe naturelle, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a ordonné, le 10 septembre 2017, l´envoi d'aide humanitaire à Cuba, à Antigua-et-Barbuda ainsi qu'aux habitants de Saint Martin. Le ministre de l'intérieur vénézuélien, Nestor Reverol, a annoncé, depuis l'aéroport de Caracas, que ce don de 10 tonnes de vêtements, de matelas, d'eau potable, et d'aliments non périssables à la collectivité d'outre mer française, s'inscrivait “dans le cadre du respect mais aussi de la solidarité avec le peuple de Saint Martin” (1). Il a précisé que l'aide humanitaire serait acheminée via “un avion des Forces Armées vénézuéliennes et que cette initiative faisait partie de la coopération internationale dans le cadre de l´Alliance Bolivarienne des Peuples de notre Amérique (ALBA) » (2). 

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/irma-la-france-et-l-alba.html

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Du syndrome de Gilles de La Tourette aux vacances de M. Hulot

Théophraste R – Parlons (Inter) Net 12 septembre 2017

 

9. Irma 3.jpg

 

Le syndrome de Gilles de La Tourette se caractérise par des chapelets d’injures (« fainéant, illettré, alcoolique…  ») proférées sans raison et par des gestes involontaires, comme un mouvement méprisant de la main en disant « La France n’est pas réformable ».

Il ne doit pas être invoqué dans les cas d’un cri agacé non répétitif (« Casse-toi, pov’ con ») ou de l’abréviation populaire d’un mot (« matheux ») et surtout pas confondu avec le syndrome de Pinocchio qui affecte Nicolas Hulot, ministre de l’écologie et numéro 3 du gouvernement pour qui « L’État a fait tout ce qu’il pouvait faire » depuis que l’ouragan Irma a été annoncé.

Plaignons ensemble ce trop discret spécialiste du climat, victime d’une brutale crise d’aviophobie qui l’a empêché de s’envoler mardi 12 septembre vers l’île de Saint-Martin avec le président de la République et les indispensables ministres de l’Éducation et de la Santé.

Théophraste R. (Directeur de la thèse « Cynisme des gens qui ont réussi et extrémisme des gens qui ne sont rien »).

Source : https://www.legrandsoir.info/du-syndrome-de-gilles-de-la-...

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

Tout va très bien Madame IRMA... Le capitalisme, Jupiter et la propagande feront le reste !

BELAIR Philippe – Le Grand Soir 13 septembre 2017

 

10. Irma 4.jpg

 

«  Quelle sorte de vie publique est celle où la communication c’est-à-dire la manipulation ou la propagande remplace la controverse ? «  Philippe MEYER

Nous aurons peine à les entendre jubiler en secret de l’arrivée de l’ouragan IRMA sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Pilepoil pour faire oublier la grogne sociale qui monte contre l’arrogance et les prétentions de la classe possédante via des élus soumis. La plus grande victoire idéologique du néolibéralisme, jusqu’à nouvel ordre social, est d’avoir réussi à « déprogrammer » les expériences humaines pour les remplacer par le bourrage de crane permanent qu’est la propagande.

Mais d’abord et avant d’aller plus loin posons nous la question : A qui veut-on faire croire que les populations des Caraïbes ne connaissent pas ce qu’est un ouragan ? Il fût une époque où, tout comme les populations de l’hémisphère nord avant l’hiver, celles des Caraïbes savaient se préparer dès le mois de juin à ce que nous appelons l’hivernage – la saison des pluies qui est aussi celle des cyclones devenus ouragans depuis peu.

Le terme Ouragan est plus « globish » que cyclone puisqu’il dérive de l’anglais « Hurricane » qui lui même est un emprunt à la langue des Calinago, ces anciens habitants éliminés par la « découverte » des Amériques, « Ou Ri Can » qui était une divinité sensée nettoyer la terre de ses impuretés… Drôle de coïncidence dirait l’observateur.

Lire la suite…

Suite : https://www.legrandsoir.info/tout-va-tres-bien-madame-irm...

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Triple peine pour un peuple héroïque

Michel TAUPIN ­ – Le Grand Soir – 12 septembre 2017

 

11. Irma 5.jpg

 

En plus d’un blocus économique et financier criminel qu’ils combattent avec courage et détermination depuis le triomphe de la Révolution, Cuba et son peuple doivent faire face chaque année au déchainement destructeur des éléments qui, depuis quelques années, en raison du réchauffement de la planète (dont les pays riches sont en grande partie responsables), s’accentue et s’accélère. Si nous y ajoutons le scandale du black-out insupportable de la part des médias occidentaux et singulièrement français, sur les attaques du cyclone et les ravages qu’il a provoqués dans la presque totalité de l’Île, le triptyque est complet.

Ce petit pays volontaire et audacieux doit affronter les trois calamités à la fois. Il lui faut donc d’excellentes raisons et de solides convictions pour leur résister et les combattre victorieusement, tout en construisant, solitaire, une société socialiste où l’être humain est la priorité nationale.

Le peuple cubain qui, à l’exemple de Fidel, le charismatique commandant en chef de la Révolution, dont "la confiance absolue dans la victoire et la volonté de fer" étaient vissées au corps, sait "qu’il n’y a rien d’impossible". "Dans ces heures particulièrement difficiles" vient de proclamer l’autre héros de la Révolution, le chef de l’État Raoul Castro Ruz, "son héritage nous rend plus fort et nous unit". En effet, seul un peuple uni et déterminé, cultivé et solidaire, peut résister à une adversité aussi puissante et cruelle et la mettre en échec.

C’est pourquoi, alors que Cuba vient de subir pendant près de 72h, de Baracoa à Cardenas, les attaques destructrices d’un cyclone d’une violence inouïe, alors que son peuple est blessé dans sa chair (10 victimes recensées à ce jour), alors qu’il ne peut compter que sur lui-même pour relever le défi de la reconstruction, alors que son économie et son développement sont étranglés par un blocus étasunien génocidaire, je suis terriblement choqué que la plupart des médias organisent un silence assourdissant et consternant sur les souffrance que le peuple cubain endure. Ils ne s’apitoient, les misérables, que sur les malheurs des milliardaires de Floride ou de St Barth. Cuba n’existe pas ! Entre Key West et St Martin, la plus grande île des Caraïbes a été engloutie.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/triple-peine-pour-un-peuple-...

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

Et celui qui avait été le premier à réagir :

« Le cas Saint-Martin. Si tout s’effondre, vous serez seul. Désespérément seul ! »

L’édito de Charles SANNAT11 septembre 2017

 

12. Irma 6.JPG

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Vous avez sous les yeux l’incurie française, de ses “élites”, de ses “dirigeants”. Selon nos mamamouchis, il faut “vivre avec le terrorisme”, il faut aussi “vivre avec les cyclones”, il faut vivre avec tout ce qui ne va pas.

Malheur à ceux qui oseront dire que le service après-vente est nul quand on achète un produit “État français”.

Oui, l’État est déficient, et ce que vous voyez à Saint-Martin n’est pas exclusivement le fait de ce gouvernement fut-il celui en exercice. Ce qui se passe est la conséquence d’années de laxisme dans la totalité des domaines.

La sous-préfète en dessous de tout et dans tous ses états… de choc !

Alors tout part à vau-l’eau sur l’île de Saint-Martin, y compris la sous-préfète, exfiltrée selon certaines rumeurs, et officiellement en état de choc, car la “pauvrette” s’est un peu trouvée à l’étroit dans une pièce sombre de la Préfecture en pleine tourmente. Elle a mal digéré l’ouragan, ce que l’on peut comprendre, mais la “pauvrette” n’est pas la seule. Ils sont 35 000 Français à avoir eu de peur à très peur et en passant par toute la palette des couleurs de la trouille.

Lire la suite

Source : https://insolentiae.com/le-cas-saint-martin-si-tout-seffo...  

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

13. The Great Wave of Kanagawa by Tomoko Nagao.jpg

« La Grande vague de Kanagawa » de Hokusai, revisitée par Tomoko Nagao

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Cyclones non naturels ailleurs

Campagnes d’alertes aux attentats en Russie

RusRéinfo 13 septembre 2017

 

14. Alertes 1.jpg

 

Depuis plusieurs jours des alertes à la bombe sont faites aux 4 coins de Russie. Aujourd’hui une vingtaine d’alertes à Moscou ont entrainé l’évacuation de plus de 50.000 personnes de gares et centres commerciaux.

Deux hypothèses principales sont étudiées:

1- L’État Islamique, qui a récemment appelé à des attentats en Russie suite à sa débâcle en Syrie, veut submerger les forces de sécurité de fausses alertes en espérant qu’à la longue elles n’évacueront plus les cibles désignées « pour rien », puis frapperont réellement, espérant qu’une part des responsabilités concernant les victimes sera alors rejetée sur les forces de sécurité.

2- Ces campagnes sont faites pour déstabiliser le pays: Les évacuations provoquent des mécontentements, des retards dans les transports, et créent des problèmes de circulation en particulier a Moscou, ville totalement anarchique sur le plan de la circulation. Désorganiser le pays et faire monter le mécontentement des citoyens peut être un prélude à des opérations plus agressives :  manifestations, émeutes etc. Dans l’optique de la période électorale pour l’élection au Kremlin, ceci ne doit pas être négligé. Il est notoire que certains pays étrangers vont tout faire pour éviter un nouveau mandat de Vladimir Poutine.

Quel que soit le but de ces fausses alertes, elles mettent en cause des personnes dans plusieurs régions de Russie. Ce ne sont donc pas le fait de quelques crétins voulant simplement plaisanter, mais plutôt d’une organisation solidement implantée.

Selon un commentaire d’un membre des services spéciaux de la ville de Chelyabinsk sous couvert d’anonymat, les alertes à la bombe sont « toutes organisées à l’étranger ».

Villes concernées : Omsk Ryazan Chelyabinsk Ufa Stavropol Kopeisk Perm Novosibirsk Yekaterinburg Irkutsk Yakutsk Petropavlovsk-Kamchatsky Saratov Moscou etc

 

Places évacuées à Moscou: 50.000 personnes au total

 

15. Alertes 2.jpg

 

Mise à jour 14-09 midi (Moscou) : Hier à Moscou 70 places ont été évacuées, total 100.000 personnes.

Les appels sont faits par Internet, une adresse IP en Ukraine a été observée plusieurs fois (Mais il peut s’agir d’un proxy, donc aucune déduction pour le moment ne peut être faite).

Source : https://rusreinfo.ru/fr/2017/09/campagnes-dalertes-aux-at...

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

IRAK - SYRIE

Les soldats irakiens ont salué les civils de Mosoul avec des tortures – Les soldats syriens ont salué Deir-ez-Zor libérée les bras ouverts et avec compassion

Le programme politique baasiste non exclusif a aidé à sauver la Syrie du sort de l’Irak.

Adam Garrie – TheDuran 13 septembre 2017

 

16. assad_al_manar.jpg

 

Tandis que l’Armée Arabe Syrienne, flanquée des Forces Aériennes Russes et de spécialistes militaires continue à libérer Deir-ez-Zor, un des développements les plus intéressants de la situation est ce qui ne s’est pas produit.

Un peu plus tôt dans l’année, quand les forces irakiennes et celles des USA ont repris la ville de Mosoul à l’ISIS, ce qui s'ensuivit pour les innocents civils de la ville irakienne qui venait de connaître un long siège fut moins une libération que le remplacement du monstrueux ISIS par la brutalité des forces irakiennes.

 

 

Lors de la libération de Mosoul de l’occupation par l’ISIS, beaucoup de soldats irakiens ont été accusés d’avoir torturé des civils et même d’en avoir tué de sang-froid.

 


 

Quoiqu’il ne puisse y avoir aucune excuse pour un comportement qui viole toutes les lois internationales, ce à quoi on assiste en réalité, c’est qu’après des années de violences entre chi’ites et sunnites irakiens fomentées par l’occupation anglo-américaine du pays, la stratégie du « diviser pour régner » des envahisseurs a infligé une blessure profonde et durable à un pays qui, sous la règle baasiste avait été paisible et où on avait pu voir des chi’ites, des sunnites et des chrétiens participer ensemble au gouvernement et aux fonctions publiques.

Le gouvernement baasiste de Syrie fonctionne toujours selon ce principe d’ouverture. En Syrie, grâce à la direction très ferme du parti Baas socialiste arabe, les gens se pensent Syriens plutôt que membres d’une secte religieuse politiquement  chargée.

En Irak, ce n’est plus le cas. Après des années de brutales occupations politiques étrangères, qui ont vu marginaliser et abandonner les ex-baasistes sunnites, les régions à majorité sunnite de l’Irak sont devenues terrain fertile pour l’idéologie salafiste et pour Al-Qaeda, plus tard métamorphosé en ISIS.

Parce qu’ils avaient été ainsi marginalisés après 2003, certains sunnites se sont tournés vers Al-Qaeda comme vers le seul espoir d’améliorer leurs conditions de vie extrêmement mauvaises. Pourtant, les sunnites irakiens se sont dans leur majorité opposés à A-Qaeda, comme l’Irak l’avait fait sous la direction de son parti baasiste socialiste arabe. Ces civils innocents sont devenus des hommes, des femmes et des enfants sans patrie à l'intérieur de leur propre pays.

Ces gens se sont retrouvés entre l’enclume d’un gouvernement chi’ite à Bagdad et le marteau des seigneurs de guerre wahhabites extrémistes  dans leurs villes et leurs régions.

Ceci ne veut pas dire que le gouvernement irakien, qui compte en son sein beaucoup de nobles individus, soit en rien comparable à l’ISIS. ISIS est unique dans sa malfaisance, mais la marginalisation des sunnites dans les régions tenues par l’ISIS a été « récompensée » avec une perversité massive par les soldats irakiens, qui ont fait payer à la population sunnite tout entière le fléau de l’ISIS.

Le résultat est que les sunnites, qui ont d’abord souffert aux mains des Américains puis à celles de l’ISIS, ont souffert une troisième fois aux mains de leurs compatriotes irakiens.

Comme je l’avais dit précédemment dans TheDuran :

 

 « L’invasion illégale de l'Irak par l’Amérique et  la Grande Bretagne et leur occupation du pays en 2003 furent des désastres dont l’Irak ne s’est pas remis. Après que les envahisseurs impérialistes aient eu illégalement déposé le gouvernement légitime de l’Irak, les occupants ont conspiré pour priver de toute espèce de droit quiconque était par eux considéré comme lié à ce gouvernement, même lorsque, en réalité, ils n’étaient pas liés au gouvernement du tout.

Cela s’est rapidement mué en une technique du « diviser pour régner », au moyen de laquelle les impérialistes ont tenté de dresser sunnites et chi’ites les uns contre les autres, dans un pays où avaient toujours subsisté quelques tenions latentes, mais où les efforts souvent couronnés de succès du parti baasiste pour les minimiser avaient été couronnés de succès parce que le baasisme est une idéologie explicitement anti-sectaire tant en théorie qu’en pratique.

L’inepte soi-disant « processus de débaasification » entrepris par les occupants ne fut rien d’autre qu’un génocide des Irakiens sunnites. Pendant ce temps, les Irakiens chi’ites n’étaient pas moins enragés que les autres par la conquête éhontée de leur pays, même si c'était pour des raisons différentes. Pendant ce temps, les Irakiens chrétiens furent victimes d’un génocide total. Ceux qui réussirent à survivre s’enfuirent, très souvent vers la Syrie baasiste, où il furent accueillis sans hésitation par le gouvernement du président Bachar al-Assad. Même au cours des années de la présidence parfois pesante de Saddam Hussein, le gouvernement et la fonction publique d’Irak avaient vu des sunnites, des chi’ites et des chrétiens de toutes les principales obédiences occuper des postes d’importance et de distinction.

Les Irakiens sunnites furent en conséquence poussés vers toute idéologie, tout mouvement et finalement tout groupe susceptible de leur fournir l’un ou l’autre moyen de s’en sortir dans le nouvel Irak post-sunnite. Beaucoup de ces gens furent, pour la première fois de leur existence jadis laïque, poussés vers l’idéologie d’Al-Qaeda. Alors que les combattants d’Al-Qaeda inondaient un pays qui avait été, sous le parti Baas, un des endroits les plus hostiles à Al-Qaeda au monde, beaucoup de sunnites rejoignirent ses rangs, pour la triste raison que ses rangs étaient les seuls qui allaient encore vouloir d’eux.

Al-Qaeda en Irak était né. Plus tard, Al-Qaeda en Irak allait devenir l’État Islamique d’Irak. Peu de temps après, ses membres se sont mis à voir plus grand et ont tenté de devenir l’État Islamique d’Irak et du Levant. Celui-ci est devenu ensuite l’État Islamique d’Irak et de Syrie, et finalement, aujourd’hui, il s’appelle l’État Islamique tout court, bien qu’il continue à être désigné dans les pays anglophones par l’acronyme ISIS.

Le fait que les Irakiens sunnites soient toujours torturés, toujours associés à des terroristes même quand ils ne le sont pas au terrorisme et toujours considérés avec suspicion, signifie que le virus du « diviser pour régner » que les puissances impérialistes ont inoculé à une nation irakienne jadis unie, est toujours bien présent en Irak.

Aussi longtemps que les conditions qui ont permis à l’ISIS de prospérer seront présentes en Irak, la menace de l’ISIS, quel que soit le nom qu’il se donnera à l’avenir, continuera de hanter l’Irak.

La raison pour laquelle la situation syrienne est tellement plus encourageante, c’est que la situation en Syrie était très différente. En Syrie, le parti Baas est resté au pouvoir et a continué à unir la vaste majorité de la nation contre les sectarismes de toutes sortes. En Syrie, la majorité des combattants de l’ISIS et autres terroristes salafistes sont des combattants étrangers. En Irak, on pense que c’est aussi largement le cas, mais la différence est qu’en Irak, l’ISIS a bénéficié du fait que beaucoup de nationaux, au moins pendant un temps, ont cru qu’il était un moyen d’échapper à l’oppression tant des forces chi’ites militarisées que des forces barbares omniprésentes de l’impérialisme occidental.

En Irak, les citoyens sunnites ont eu beaucoup d’ennemis, ils ont été cernés de tous les côtés. L’ISIS a jeté de l’huile sur le feu des tensions à son propre pervers avantage. À l’opposé, en Syrie, l’identité syrienne de tous les citoyens n’a jamais pu leur être enlevée et le résultat est que le salafisme n’a jamais eu la moindre chance de sévir organiquement comme il l’a fait partiellement en Irak.

En Irak, l’ISIS a profité des cœurs brisés, des rêves brisés, des os brisés et des vies brisées. En Syrie, tout ce qu’il a pu faire, c’est profiter d’une frontière poreuse.

La situation en Irak n’est pas prometteuse. Ce ne sont pas seulement les Kurdes irakiens qui vont se séparer presque à coup sûr du reste du pays de manière formelle en ce mois de septembre, mais la division entre sunnites et chi’ites dans le pays est encore bien réelle, comme elle n’a cessé de l’être depuis l’invasion de 2003. Et ce n’est pas de bon augure pour l’unité irakienne. Au contraire, les vrais Syriens n’ont jamais été et ne sont pas divisés de cette façon.

Les sunnites irakiens vont se retrouver une fois de plus les mains vides. Les chi’ites irakiens voient à présent l’Iran comme leur seule sauvegarde, leur seule chance de se débarrasser de l’influence vénéneuse de l’occident impérialiste

L’Irak n’est pratiquement plus une nation et ne l’a pas été depuis 2003. Je doute qu’il en redevienne jamais une. Tandis que l’Iran reste un facteur de stabilisation dans la région et que la Syrie semble maintenant avoir maîtrisé la tempête, l’Irak commence à gagner la guerre contre l’ISIS à court terme. Mais l’Irak a perdu la guerre contre l’ISIS à long terme, une guerre inséparable du conflit déclenché par l’Amérique et la Grande Bretagne. »

 

À Deir-ez-Zor, ville à majorité sunnite qui vient d’être pendant trois ans assiégée par l’ISIS, l’histoire ne pourrait pas être plus différente. Des compatriotes syriens ont embrassé les soldats de l’Armée Arabe Syrienne et la Syrie, au coude à coude avec la Russie, a fourni aux citoyens de Deir-ez-Zor les vivres et les médicaments dont ils avaient tellement besoin.

Les photos qui suivent, de civils de Deir-ez-Zor accueillant un retour à la normalité, ne pourraient pas être plus différentes qu’elles ne le sont des images de la « libération » de Mosoul par l’Irak.

 

17. Syrie 2.jpg

18. Syrie 3.jpg

19. Syrie 4.jpg

21. Syrie 1.jpg

22. Syrie 7.jpg

23. Syrie 8.jpg

24. Syrie 9.jpg

 

Ce qui ressort de tout ceci, c’est que pendant que l’occupation occidentale faisait sombrer l’Irak dans un marécage empoisonné de sectarisme, le parti Baas socialiste arabe de Syrie a maintenu un gouvernement et armé des forces qui sont aussi pluri-religieuses que pluri-ethniques. L’accent mis sur l’unité nationale, sur le nationalisme arabe opposé à l’extrémisme religieux ou au néo-colonialisme, ainsi qu’une définition constitutionnelle précise de l’égalité entre tous les hommes et toutes les femmes, a permis à tous les peuples de Syrie d’être d’abord et par dessus tout des Syriens.

En Irak, ce n’est plus le cas et bien que des progrès soient en cours, les tortures que les civils sunnites ont subies aux mains des militaires irakiens sont révélatrices du fait qu’il reste un énorme travail à faire pour arracher l’Irak aux oubliettes où il a sombré depuis 2003.

En 2003, l’armée irakienne n’a pas résisté à l’invasion des USA et du Royaume Uni, mais l’Armée Arabe Syrienne, elle, a résisté sur de multiples fronts à des envahisseurs par procuration, qui avaient fait allégeance à des pays aussi divers que les États-Unis, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, Israël, la Grande Bretagne, la France, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne, tout comme elle a résisté aux militants séparatistes kurdes et aux extrémistes salafistes.

La Syrie a opposé à tout cela un front uni, guidée par l’idée implicite du baasisme.

Le baasisme a gagné parce que la Syrie a gagné, et de son côté la Syrie a gagné parce que le baasisme est resté le principe directeur du système politique et de la philosophie civique de la Syrie moderne.

Pour cette raison, s’il est sûr que la Syrie se remettra difficilement de ce conflit sur le plan matériel, elle a déjà, sur beaucoup d’autres plans, évité les écueils et les chausse-trapes qui sont la plaie de l’Irak depuis 2003.

Source : http://theduran.com/iraqi-soldiers-greeted-the-civilians-...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

25. Fête de l'Huma.JPG

 

 

 

Mis en ligne le 15 septembre 2017.

 

 

 

 

22:32 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/09/2017

RELAIS

1. Discovery in libyan waters.jpg

Brève interruption de nos vacances ± forcées :

 

RELAIS

 

Réunion de Présentation du Comité International de défense des droits du peuple libyen le 9 septembre 2017,
au théâtre de la Main d’Or de 13 heures à 18 heures

 

2. sarkosy traidore.jpg

 

COMMUNIQUÉ

Dans l’objectif de mobiliser le plus grand nombre  de spécialistes  et partisans de la défense des droits du peuple libyen  pour rendre justice au peuple opprimé et martyrisé, afin de l’aider à sortir de sa crise,  le comité international pour la défense des droits du peuple libyen a été créé en mois de septembre 2016. Pour poursuivre et réussir ses objectifs,  nous aurons l’occasion de nous rassembler le 09/09/2017 afin de présenter les statuts du comité et d’établir son programme de travail pour l’année 2017-2018.

 Notre réunion célébrera aussi le 47ème  anniversaire de la Révolution libyenne de 1969 et le 18ème anniversaire de la création de l’Union africaine le 09/09/1999.

 Nous aurons aussi l’occasion de créer un comité de soutien à Saif al Islam Kadhafi afin de dénoncer et  d’exiger l’annulation  de la décision  prise illégalement par le CPI contre lui. 

 

3. Saif.jpg

Saif al-Islam Kadhafi

 

Notre programme contient aussi un  exposé sur la situation des droits de l’homme en Libye.

L’humoriste Dieudonné M’Bala M’Bala qui soutient notre lutte, nous prête gratuitement  son théâtre.


Nous comptons sur votre présence et votre solidarité.

Théâtre de la Main d’Or

15, passage de Main d’Or

75011 Paris

m° Ledru Rollin

 

Sources :

http://lavoixdelalibye.com/2017/08/20/reunion-de-presenta...

https://tunisitri.wordpress.com/2016/10/05/constitution-d...

 

 

*

Force Ouvrière, le syndicat inventé par la CIA  

http://mai68.org/spip2/spip.php?article705

 

4. usa-bergeron.jpg

 

Extraits de Wikipedia sur Irving Brown, agent de la CIA :

Irving Brown, né en 1911 à New York, dans l'arrondissement du Bronx et mort en 1989 à Paris, est un syndicaliste américain membre de la Fédération américaine du travail, puis de l'American Federation of Labour - Congress of Industrials Organisations (AFL-CIO) qui joua un grand rôle en Europe de l'Ouest et en Afrique dans la lutte contre l'influence communiste au sein des syndicats. Il a simultanément mené une carrière d'agent de la CIA.

Il s'attache ensuite à affaiblir les mouvements communistes en France et obtient en 1947 d'André Bergeron et Léon Jouhaux qu'ils quittent la CGT et créent la Confédération générale du travail - Force ouvrière (CGT-FO).

 

Jacques-Marie Bourget : ces militants de la CGT qui ont choisi Hitler

Annie Lacroix-Riz vient de publier au Temps des Cerises « Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949 » où, sources à l'appui, elle dénonce ces militants de la CGT qui ont choisi Hitler et seront à l'origine de FO. Jacques-Marie Bourget nous en parle.

La mort du Code du travail ouvre la porte à la création de "syndicats" qui seront créés sur mesure pour satisfaire Macron Et Gattaz.

 

Michel ETIEVENT :

Nous sommes en 1947, nous venons de vivre (45-47) une période de conquis sociaux extraordinaires dans le sillage du CNR avec les ministres communistes, (sécu, statuts et avancées de toutes sortes, nationalisations, services publics). Il fallait évidemment briser cette formidable invention sociale, D'autant plus que la guerre froide pointe son nez. Comment ? Et bien en divisant le mouvement ouvrier. Et d'où va venir cette inspiration à la scission… des USA évidemment. Inspirée de Bruxelles par Irving Brown, le 18 décembre 1947, décision est prise par Jouhaux, Bothereau, Delamarre…de démissionner du bureau confédéral de la CGT.

Le 13 avril 1948, ils organisent le Congrès constitutif d'une nouvelle Confédération. La « CGT-Force ouvrière » est née. La scission est consommée.

En 1967 par ses ordonnances, De Gaulle casse le principal acquis de la Libération en instaurant dans les CA des caisses de sécu le paritarisme. Sous Ambroise Croizat : 3/4 des sièges étaient aux ouvriers, 1/4 aux patrons ; Avec de Gaulle ce sera, outre la suppression des élections, le rapport 50-50, Il suffira désormais d'un syndicat minoritaire (FO par exemple…) pour faire pencher la balance vers une gestion patronale et commencer le détricotage de l'œuvre du CNR et notre sécu

 

Force Ouvrière à la lumière des archives américaines :

Les relations entre Force ouvrière et le syndicalisme américain sont parfois évoquées mais restent encore relativement peu étudiées. Les archives de l'AFL-CIO, déposées au Centre George Meany (Silverspring, états-Unis), permettent un nouvel éclairage sur le sujet. Cet article présente aussi les principaux correspondants du département international de l'AFL—CIO au sein de FO de la Libération à la fin des années 1950.

 

Cliquer ici pour les articles complets et les commentaires :

0. freccia nera piccola x.GIF

http://mai68.org/spip2/spip.php?article705

 

Bien à vous,
do

http://mai68.org/spip2

 

*

 

 

Mis en ligne le 4 septembre 2017.

 

 

 

 

20:05 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/08/2017

SALAH HAMOURI EN « DÉTENTION ADMINISTRATIVE »

1. logo Womens Boat to Gaza GD.gif

 

Après la visite infructueuse de Benjamin Netanyahou à Vladimir Poutine, pour solliciter son aide contre la République Islamique d’Iran et le Liban…

 

4. Bibi-Poutine.jpg

« Malheureusement, je ne peux pas vous aider, là. »

 

 

2.  - logo WBG Petit 2  xx.GIF

 

Palestine : Salah Hamouri en « détention administrative »

 

L’ancien prisonnier franco-palestinien et militant pour les droits des prisonniers palestiniens Salah Hamouri a de nouveau été capturé par les forces d’occupation israéliennes lors d’un raid à son domicile à Jérusalem-Est dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 août 2017. Le 29 août dernier, Salah Hamouri a été placé en détention administrative, sans charge ni procès, pour une durée initiale de 6 mois (renouvelable à l’infini).

 

3. samidoun-salah-hamouri.png

 

Source : https://secoursrouge.org/Palestine-Salah-Hamouri-en-deten...

 

2.  - logo WBG Petit 2  xx.GIF

 

À Paris :

Une manifestation pour réclamer la libération de Salah Hamouri

 

CE SAMEDI 2 SEPTEMBRE

RASSEMBLEMENT DE 15 H À 18 H

PLACE SAINT-MICHEL

Métro Ligne 4 et RER C Saint-Michel

 

2.  - logo WBG Petit 2  xx.GIF

 

Et un communiqué du CAPJPO EuroPalestine :

 

Chères amies, Chers amis,

L’occupant israélien a mis les bouchées doubles cet été, tant en matière de colonisation que de répression et d’enfermement des Palestiniens.

Les Palestiniens de Gaza sous blocus sont dans le plus grand dénuement, sans électricité ni eau potable, et sans médicaments. Tous les jours des enfants et des adultes meurent à Gaza faute de traitement (cancer, dialyse, mucoviscidose…)

À Jérusalem-Est, non seulement Israël rase les maisons palestiniennes à tour de bras, mais tente de s’emparer du contrôle du 3ème lieu saint musulman, comme on l’a vu cet été avec ses provocations à la mosquée Al-Aqsa.

Tous les records d’emprisonnements ont également été battus, avec plus de 3800 arrestations et détentions de Palestiniens dans les geôles israéliennes, depuis le début de l’année.

Et parmi ces arrestations, celle de Salah Hamouri, militant et avocat franco-palestinien que nous connaissons bien, et qui vient d’être condamné à 6 mois de détention "administrative", c’est à dire sans inculpation ni procès.

Le dossier est vide ! Israël n’a pas réussi à coller un seul délit à Salah Hamouri, mais lui fait payer le fait qu’il continue à défendre la cause palestinienne, et notamment celle des prisonniers palestiniens, en tant qu’avocat au sein de l’association Addameer.

Salah Hamouri, qui a déjà été emprisonné sept longues années pour ses sympathies pour le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), aurait pu choisir le confort et une vie tranquille, en s’établissant en France, avec sa femme française, Elsa, et son enfant.

Mais ce militant de 32 ans en a décidé autrement. Il n’a pas voulu abandonner les siens et les 7 années d’incarcération n’ont pas entamé sa détermination à défendre les droits fondamentaux du peuple palestinien. Respect !

Alors, Israël ne cesse de le harceler : assigné à résidence à Jérusalem-Est, son épouse interdite de mettre les pieds en Palestine, et maintenant, depuis le 22 août, enlevé de nuit à son domicile et à nouveau emprisonné sans le moindre motif, de manière totalement illégale !

Il s’agit pour l’occupant israélien de faire un exemple de plus, en montrant à l’ensemble des Palestiniens ce qui les attend quand ils ne renoncent pas à leurs droits, quand ils osent soutenir que les Palestiniens sont des êtres humains comme les autres.

Nous ne resterons pas les bras croisés. Il faut que nos dirigeants, nos élus, ceux qui disent représenter tous les Français, exigent la libération de ce citoyen Français, qui mérite toute notre estime ! 

 

VENEZ NOMBREUX LE DIRE AVEC NOUS

CE SAMEDI 2 SEPTEMBRE

 

Les Palestiniens résistent. Nous devons les soutenir. L'enjeu est vital. Israël teste sur les Palestiniens les armes et les moyens de contrôle des populations. Promoteur du "choc des civilisations", il cherche la guerre à outrance partout dans le monde. Ceci est dangereux pour nous tous. C'est un problème majeur pour toute la société, pour l'avenir de nos enfants.

Merci d’organiser des rassemblements partout où vous vous trouvez. Pensez également à faire circuler largement la pétition président de la République : urgence humanitaire à GAZA : levée du BLOCUS ! qui permet de diffuser des informations vitales que les principaux médias se refusent à donner.

Et il est clair que le boycott de l’occupant israélien s’impose de manière croissante. L’intimidation et le chantage à l’antisémitisme ne peuvent arrêter son irrésistible ascension.

Nous saluons à ce propos l’occupation par nos amis britanniques de l’usine de production d’armement israélienne Elbit, obligée de fermer ses portes pendant 2 jours en juillet dernier. Située près de Birmingham, elle produit les missiles qui ont tué des milliers de personnes à Gaza à l’été 2014.

Cinq militants qui ont participé à cette occupation passent en procès le 13 septembre.

N’hésitez pas à leur envoyer un message de solidarité (Ecrire à adie_mormech@hotmail.com ) et à vous déplacer le 13 septembre à Birmingham, si vous le pouvez.

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine  

www.europalestine.com et info@europalestine.com pour nous contacter, avoir plus d’infos et vous joindre à nos actions !

 

 

2.  - logo WBG Petit 2  xx.GIF

 

 

 

Mis en ligne le 31 août 2017.

 

 

 

 

 

 

20:25 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/08/2017

IL SUFFIT QU'ON SE METTE AU VERT...

1. boat-to-bridge.jpg

 

Il suffit qu’on se mette au vert pour que tout le monde rentre !

Aujourd’hui : Manuel de Diéguez et Aymeric Monville

 

2. titre_manuel.GIF

3. Manuel de Diéguez.JPG

 

Le nouveau pont de la rivière Kwai

 

1 – Les chemins de la vassalité
2 – Les murs de notre prison politique et mentale
3 – Les fondations de notre prison

 

1 – Les chemins de la vassalité

Le XXe siècle aura donné naissance à une littérature attachée à porter un regard d’anthropologue, donc un regard de l’extérieur, sur un animal aveuglément rivé à son labeur. Le héros du roman de Pierre Boulle (1912-1994) – le colonel anglais Nicholson – illustre ce type de littérature d’une manière particulièrement frappante: son détachement avait été fait prisonnier des Japonais dans la jungle birmane. Après avoir résisté quelque temps aux ordres du chef du camp, il finit par prendre la tête de la construction d’un pont sur la rivière Kwaï, à seule fin de prouver à ses geôliers les compétences et les qualités exceptionnelles des soldats de Sa Majesté. Tout à l’accomplissement de sa tâche, il en oubliait la finalité : ce pont allait assurer le passage des troupes nipponnes.

On retrouve le même thème chez le romancier russe Alexandre Soljenitsyne dans son roman intitulé Une journée d’Ivan Denissovitch. Alors que les bagnards sont attelés à des tâches absurdes et inhumaines durant le terrible hiver de la steppe sibérienne, Ivan Denissovitch Choukhov s’y applique avec un zèle qui lui vaut les quolibets de ses compagnons et ne rentre que le dernier dans la baraque qui sert de dortoir aux prisonniers.

Le Colonel Nicholson et Ivan Denissovitch illustrent d’une manière exemplaire un mécanisme psychique universel. Telles de laborieuses fourmis ouvrières, les humains sont remplis d’une bonne volonté à la fois touchante et aveugle qui les pousse à réaliser à la perfection des tâches stupides et sans réfléchir au but poursuivi.

La construction d’un nouveau pont de la rivière Kwaï s’est poursuivie en France durant tout l’été: M. Emmanuel Macron avait invité M. Donald Trump à la fête nationale du 14 juillet afin, disaient les géopoliticiens ambitieux de paraître machiavéliens, d’acheter à la baisse un Président réputé en perdition, ce qui procurerait à la France un crédit diplomatique à monnayer au plus haut prix dès le mois de septembre. Mais M. Donald Trump a aussitôt tiré parti de ce calcul de néophyte pour demander à chaque pays de l’OTAN un tribut militaire supplémentaire d’un milliard d’euros, afin, prétendait-il, d’assurer leur « protectorat » , c’est-à-dire leur propre mise sous tutelle au profit du Pentagone et de l’OTAN.

Mme Merkel a quelque peu rechigné, mais que faire dès lors qu’à ses côtés, son puissant ministre des finances, M. Wolfgang Schäuble, suppliait Washington de persévérer à réprimer toute velléité de souveraineté du Vieux Continent ?

 

2 – Les murs de notre prison politique et mentale

Aujourd’hui, la construction de notre pont de la rivière Kwai se trouve quasiment achevée. Nous y avons mis un zèle stupéfiant. A l’instar d’Ivan Denissovitch, le bagnard de Soljenitsyne, nous continuons de construire, pierre par pierre, les murs de notre prison politique et mentale.

Ainsi, l’armée française porte exclusivement son attention sur une construction cérébrale qui lui permet d’éviter de se regarder dans le miroir du « connais-toi » socratique et de découvrir que ce miroir lui renvoie l’image du Colonel Nicholson. Son chef d’État-major, le Général Pierre de Villiers, avait protesté de ce que son budget avait été lourdement amputé par le ministre du Budget. Mais a-t-on entendu l’un des six cents généraux en activité ou l’un des cinq mille cinq cents généraux de la deuxième section, dénoncer le traité de Lisbonne qui place cette armée mexicaine de six mille cent généraux français sous la coupe de l’étranger ?

Le nouveau chef d’état major, François Lecointre, serait un guerrier héroïque: il aurait réussi à faire reculer un détachement serbe sur un pont, lors de la dernière guerre de Yougoslavie. Mais qui expliquera aux Français ce que le Colonel François Lecointre faisait en ex-Yougoslavie, sous commandement américain ?

Depuis la signature du traité de Lisbonne, toutes les opérations extérieures de l’armée française se font sous la houlette du Commandant suprême des forces alliées en Europe, le Général américain Curtis Scaparrotti.

Lorsqu’on relit les déclarations de Nicolas Sarkozy lors du retour effectif de la France dans le giron de l’OTAN, au cours du sommet qui s’est tenu à Strasbourg-Kehl les 3 et 4 avril 2009 en présence de Barack Obama, on demeure confondu par sa naïveté et sa vertigineuse sous information politique concernant la manière dont fonctionne un empire. « Nous sommes de la famille, nous sommes dans la famille », clamait-il. « L’Europe sera désormais un pilier encore plus important, plus fort de l’Alliance », ajoutait-il. Son insistance candide sur de prétendus « liens familiaux » entre les États-Unis et la France lui faisait croire que, tel l’enfant prodigue, la France bénéficierait d’un statut particulier au sein de de la vassalisation atlantique : « J’ai toujours été convaincu que les États-Unis et la France étaient de la même famille ».

Quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsqu’il se vit prier de prendre la place qui lui était assignée dans un groupe rangé par ordre alphabétique. Il fit des pieds et des mains et finit par obtenir de se tenir aux côtés du maître du monde Barack Obama, pour le temps de la photo officielle, puis il lui fut ordonné de s’installer à sa place de docile vassal, entre « Finland et Germany ».

La leçon n’a pas été retenue et lors du dernier G20 à Hambourg, on a vu M. Emmanuel Macron se coller aux basques du nouveau président des États-Unis.

Avec quelle délectation les généraux Jean-Paul Paloméros, Stéphane Abrial, ou Denis Mercier ont pris à tour de rôle une fonction ronflante, mais subalterne, dans le dispositif de l’OTAN à Norfolk aux États-Unis à compter du 10 septembre 2009, ou à Lisbonne pour le général Stolz, lorsque M. Nicolas Sarkozy a cru bon de trahir la politique du Général de Gaulle et d’enchaîner l’armée française au char de l’Amérique à laquelle l’OTAN sert le masque !

Les généraux obéissent sans états d’âme au pouvoir politique à tel endroit et à tel moment. Ils bombardent les cibles que l’OTAN leur demande de bombarder au nom de la « démocratie », « des droits de l’homme » ou de l’esprit messianique américain. Leurs exploits en Libye, en Irak, en Serbie, en Afghanistan et même en Syrie, ont transformé en un amas de ruines les pays qu’ils sont censés avoir « libérés ».

M. Hollande n’était-il pas prêt à vitrifier Damas avec nos Rafales déjà sur le tarmac, chargés de missiles jusqu’à la gueule et soutenus par notre petite frégate Chevalier Paul, noyée au milieu d’une armada de porte-avions américains ? Mais aucun de nos généraux n’a démissionné ou refusé d’exécuter sa « mission». Au grand dépit de M. Hollande, du Quai d’Orsay et des généraux français, seul un réflexe de bon sens du Congrès américain de l’époque a mis fin à cette mascarade.

 

3 – Les fondations de notre prison

 

4. Sarkozy OTAN.jpg

 

Or, un discours du 17 juin 2008 prononcé par M. Nicolas Sarkozy lors d’une réunion à la porte de Versailles et préparatoire à la reddition de la France ainsi qu’à son pelotonnement dans le giron de l’OTAN, le président français se vantait de ce que « nous pourrons rénover nos relations avec l’OTAN sans crainte pour notre indépendance et sans risque d’être entraînés dans une guerre, malgré nous ». Le 19 mars 2008, il prophétisait déjà avec l’assurance des néophytes « qu’aucune force française ne sera placée en permanence, en temps de paix, sous le commandement de l’OTAN ». L’histoire contemporaine a hélas apporté un sévère démenti à ces deux affirmations.

Mais les postes ronflants et les missions extérieures rapportent double solde, médailles et prestige. À quoi sert un général privé de guerre ?

Certes, les engagements se font sous l’autorité officielle du pouvoir politique. Mais faut-il participer sans rechigner aux guerres illégales de l’État américain sous prétexte que le traité de Lisbonne entré en vigueur le 1er décembre 2009 ficelle désormais la France et l’Europe entière à l’OTAN ?

Les soldats de carrière sont mus, comme tous les humains, par des intérêts de carrière. Ils désirent, à l’instar du bagnard Yvan Denissovitch dans son goulag sibérien, que le mur inutile soit bien fait et que le chef du camp soit content; ou comme le Colonel Nicholsson, qui souhaitait prouver à des Japonais qu’il méprisait, de quoi les Anglais sont capables.

Alors nos militaires se lamentent de l’état pitoyable de leurs outils : seul cinquante pour cent du matériel est disponible, la moitié des hélicoptères n’est pas en état de voler, cinquante pour cent des avions d’une base de l’armée de l’air sont dans un tel état de délabrement qu’ils servent de pièces de rechange aux appareils encore réparables et les stocks de munitions sont si limités que les entraînements en conditions réelles sont de plus en plus rares…

C’est pourquoi, si nos généraux cinq étoiles se risquaient à porter leur regard sur eux-mêmes, ils verraient clair comme le jour que leur dérobade les lie plus étroitement au joug du Pentagone que Gulliver par les mille liens des Lilliputiens. Ils se trouveraient alors empêchés de fixer leur regard sur la qualité et la quantité de leurs munitions, alors que le spectacle de cinq cents bases militaires américaines incrustées en Europe ne leur crève pas les yeux.

L’occupant et maître de l’OTAN se montre de plus en plus sûr de lui. Par nature et par définition, toute armée ressemble à un coureur cycliste le nez sur son guidon. Nos généraux du plus haut rang refusent les restrictions budgétaires tellement ils craignent de se trouver retardés dans la construction du pont de la rivière Kwaï qui les asservit à une puissance étrangère.

Il est d’ores et déjà devenu évident que la France ne sera pas l’instrument du gaullisme du XXIe siècle; il est d’ores et déjà devenu évident qu’elle demeurera inféodée au nouveau vichysme qu’on appelle maintenant l’atlantisme et que M. Sarkozy appelait la « famille occidentale ». Mais il n’est peut-être pas nécessaire « d’espérer pour entreprendre et de réussir pour persévérer ». Le « connais-toi » toi-même est en marche jusqu’au plus profond de l’asservissement.

Demain, un Général de Villiers aux yeux grands ouverts, refusera que des vassaux du Pentagone lui fassent une haie d’honneur.

La vocation d’un Président de la Ve République n’est pas seulement de traiter de problèmes locaux, contingents et propres au fonctionnement de la bureaucratie européenne, mais d’observer le destin du continent de Copernic à l’écoute et à l’école de l’américanisation du Vieux Monde. Cette attitude exige un regard et un jugement sur un Occident marginalisé par le messianisme pseudo édénique d’un royaume du dollar revêtu des apanages et des prérogatives d’une annonciation universelle du « Beau, du Juste et du Bien ». Il y faut un recul et une distanciation de la raison capables de circonscrire la vraie signification de la situation géopolitique actuelle


Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

5. mariane pince à linge.GIF

 

6. Librairie Tropiques.JPG

 

Un livre :

Les jolis grands hommes de gauche

Aymeric Monville – Delga 5 septembre 2017

 

Chers amis,

J'aurai l'immense plaisir de vous retrouver après cet été pour vous présenter mon dernier ouvrage (320 p.) Ce sera :

 

Ce mardi 5 septembre à 19h30,

à la librairie Tropiques,

63 rue Raymond Losserand - 75014 Paris

(Métro Pernetty).

Suivi d'un débat et d'un apéro comme il se doit.

 

Au plaisir de vous y retrouver.

Bien cordialement,

Aymeric Monville

 

6. Aymeric book.JPG

 

Onfray suggérant de bombarder Cuba ; Badiou nageant en pleine eurolâtrie bruxelloise ; Lordon promu porte-parole du mouvement Nuit Debout mais annonçant d’emblée que toutes les révolutions « sont belles parce qu’elles échouent » ; Michéa ne voyant dans l’antifascisme qu’un alibi « stalinien » ; Rancière se déclarant déçu dans ses doux « espoirs nés de l’effondrement de l’empire soviétique » pour mieux affirmer, blasé, que « la prise de pouvoir, nul ne sait aujourd’hui ce que ça veut dire » ; Todd qualifiant le communisme de pathologie pour mieux vanter les mérites dudit « hollandisme révolutionnaire »...

Le vieux rêve de la réaction, exclure les communistes de la communauté nationale (« communiste, pas français »), prend ici l’apparence de la bonne conscience « progressiste », ingénue. Mais si certains n’ont trouvé d’autre solution que de refaire le congrès de Tours à l’envers et de revenir au temps du grand Jaurès, ce n’est pas pour s’inspirer de son courageux combat pour la paix ; c’est pour mieux conjurer toute une époque : Octobre-17 et Stalingrad, la Résistance et le programme du CNR, l’antifascisme et l’anticolonialisme insufflés par le Komintern, et mieux se plonger ainsi la tête dans le sable. Pourront-ils encore longtemps « fuir l’histoire » ?

Rédigés sur une dizaine d’années, ces articles pianotent sur la gamme qui va de la polémique acerbe à la controverse argumentée, sans exclure parfois l’« exercice d’admiration » (Clouscard, Lukács et d’autres). Ils offrent un point de vue privilégié sur les débats qui agitent la gauche actuelle.

 

5. mariane pince à linge.GIF

 

Et on attend Lacroix-Riz sur le centenaire d’Octobre !

 

 

 

Mis en ligne le 29 août 2017

 

 

 

 

21:07 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |