07/04/2017

UNE BONNE NOUVELLE...

1. ghost ship stranded - bay of the dead.JPG

 

Une bonne nouvelle et une kyrielle de très mauvaises

 

2 bis. Ecuador.gif

 

Coup dur pour la « fin de cycle » en Équateur

Maurice Lemoine – Le Grand Soir 5 avril 2017

 

3. Lenin Moreno.jpg

Lenín  Moreno, nouveau président de l’Équateur

 

Dimanche 2 avril, les près de 13 millions d’électeurs du pays andin devaient décider qui, du candidat de gauche Lenín Moreno (en illustration) ou du néolibéral Guillermo Lasso, succédera à Rafael Correa, représentant du « socialisme du XXIe siècle » au pouvoir depuis 2007. En élisant le candidat d’Alianza País, le parti du président sortant, avec 51,16 % des voix, dans un contexte économique particulièrement difficile, les Équatoriens ont exprimé le souhait de poursuivre la « révolution citoyenne ».

Chronique d’une campagne dont le résultat a une énorme signification tant pour l’Équateur que pour l’ensemble de l’Amérique latine.

 

Le 3 janvier 2017, depuis Miami où il réside, le cubano-américain Carlos Alberto Montaner, journaliste d’extrême droite président de l’Interamerican Institute for Democracy (IID), « alertait » les citoyens équatoriens, au nom de son organisation, sur l’erreur que constituerait le fait de voter, lors des élections du 19 février 2017, pour Alianza País (Alliance pays, AP), parti (du président Rafael Correa) « qui a soutenu les pires tyrannies de notre continent (…) en alliance avec les gouvernements néopopulistes du Socialisme du XXIe siècle [1] ». Peu de temps auparavant, le 5 décembre 2016, l’« analyste politique » français Marc Saint-Upéry faisait de son côté circuler sur les réseaux sociaux, au nom d’un positionnement « de gauche » autoproclamé, l’un des articles dans lesquels, d’une façon obsessionnelle pour ne pas dire pathologique, il dénonce « la soi-disant “Révolution citoyenne” » instaurée depuis 2007 – de victoire électorale en victoire électorale, tout de même ! – par Correa : « A l’exception du parti au pouvoir, Alianza País – lui-même grande machine à recycler les caciques régionaux de droite et à caser footballeurs, reines de beauté et saltimbanques télévisuels – , toutes les organisations et mouvements de la gauche équatorienne, de la social-démocratie aux maoïstes en passant par les indigènes, les féministes, les écologistes et les syndicats ouvriers, sont unis dans une alliance électorale contre Correa et son régime, et dénoncent le modèle autoritaire de modernisation capitaliste et de “restauration conservatrice” qu’il promeut. »

Comme le démontra, dès le 19 février, le premier tour d’un scrutin auquel, pour la première fois depuis une décennie Correa ne se présentait pas, l’un et l’autre ne se sont montrés ni vraiment convaincants ni particulièrement pertinents. Alors que le candidat d’Alianza País [2] Lenín Moreno arrivait en tête (39,36 %) et devançait d’un million de voix son principal adversaire de droite, le banquier et ex-ministre Guillermo Lasso (28,11 %), la supposée « vaste opposition de gauche », emmenée par l’ex-général puis maire de Quito Paco Moncayo, devra se contenter d’un modeste 6,72 %. AP s’assure la majorité à l’Assemblée en y faisant élire, dans le cadre du mode de scrutin national, soixante-quatorze députés sur cent trente-sept et parachève cette victoire en remportant le référendum sur l’interdiction faite aux fonctionnaires et aux élus de détenir des avoirs dans un paradis fiscal (54,97 % de « oui »). En vertu de ce « pacte éthique », ceux qui, se trouvant dans cette situation, refuseront de rapatrier leur argent seront déchus de leur poste. Une perspective en rien secondaire : « D’après les chiffres auxquels nous avons accès, confie le ministre des Affaires étrangères Guillaume Long, environ 30 % de notre PIB, c’est-à-dire 30 milliards de dollars, seraient cachés dans ces paradis fiscaux. »

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/coup-dur-pour-la-fin-de-cycl...

 

2 bis. Ecuador.gif

 

Équateur : victoire de Moreno. Son rival, le banquier de droite (?!) Guillermo Lasso exige un recomptage des voix : http://www.lavoixdunord.fr/142628/article/2017-04-02/equa...

 

2 bis. Ecuador.gif

 

Équateur : Lenín Moreno demande à son adversaire battu de perdre « avec dignité » : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_equateur-moreno-dem...

 

2 bis. Ecuador.gif

 

Ambassade d’Équateur à Londres : Julian Assange « invite cordialement » Lasso à quitter le pays dans les trente jours, avec ou sans ses millions offshore : https://fr.sputniknews.com/international/2017040310307309...

 

4. Lasso.jpeg

 

2. Ruban noir.GIF

 

Une nouvelle triste, qu’on ne veut pas croire définitive

 

À nos chers et fidèles lecteurs

Silvia Cattori – Arrêt sur Info4 avril 2017

 

5. Silvia-à-la-Moukata-2-1a.jpg

 

Vous suivez régulièrement Arrêt sur Info depuis l’été 2014. Par vos visites, vos articles, vos traductions, vos conseils, vos dons, vous avez grandement contribué à son développement et rayonnement.

Nous vous sommes infiniment redevables.

Vous avez partagé vos impressions, vos doutes, vos espoirs…

Vous avez subi avec bienveillance les périodes où le site – mis à l’épreuve par les attaques de robots (malveillants?) – ralentissait ou devenait par moment inaccessible à nombre d’entre-vous.

Vous êtes aujourd’hui en attente de savoir pourquoi il n’y a plus eu de nouveaux articles sur Arrêt sur Info depuis le 25 mars.

L’administration du site, son développement exponentiel, son animation permanente, tout cela a été réalisé de façon autonome, par l’abnégation et l’engagement bénévole de Silvia Cattori. Elle n’est plus en mesure de continuer d’assumer la lourde charge que représente la gestion d’un site aussi important.

Quoi qu’il en soit, Arrêt sur Info demeure accessible.

Dans la perspective d’une formule qui assure la pérennité du site, votre avis et vos suggestions, nous seront précieux.

Silvia Cattori | 4 avril 2017

Source : http://arretsurinfo.ch/a-nos-chers-et-fideles-lecteurs/

 

Oui, Silvia Cattori s’arrête. C’est une vraie défaite, une de celles qu’on ne se fait pas infliger par l’ennemi mais qu’on s’inflige à soi-même.

Qu’une femme de l’âge et des états de service de Silvia ait eu à tenir seule, à bout de bras, un site de réinformation aussi essentiel, aussi nécessaire qu’A.S.I. et que, ses forces la trahissant, elle soit contrainte de s’arrêter, est une sévère défaite.

Qu’il ne se soit pas trouvé, sur les quelque 85 millions de francophones que nous sommes en Europe une poignée de gens jeunes, suffisamment motivés pour lui consacrer sur une certaine distance quelques heures de leur temps, assurer la maintenance technologique de son site, lui traduire à temps quelques informations vraies susceptibles de fermer leur clapet aux décérébreurs, est consternant à constater.

Ce n’est pourtant pas pour son avenir qu’elle s’est donné tant de mal – son avenir est derrière elle – mais pour le leur. Tant pis. Surtout pour eux.

 

2. Ruban noir.GIF

 

Quant aux autres mauvaises nouvelles, elles sont sanglantes. Qui en sera surpris ? Mais commençons par le commencement :

 

Le 3 avril, M. Israël Shamir a sorti, sur The Unz Review, un article où il conseillait en gros de ne pas croire trop facilement tout ce que la presse commerciale raconte et de ne pas désespérer trop vite de Donald Trump.
Le temps, pour ce papier, d’être traduit et de paraître en français (3 jours maxi) et la face du monde avait changé, M. Trump lui-même ayant opéré un virage en épingle à cheveux et fait bombarder la Syrie, tandis que son « courageux soutien », M. Devin Nunes, chef de la House Intelligence Committee, celui-là même qui avait osé poursuivre Israël en justice sur l’affaire de l’USS Liberty, était forcé (nous disons bien forcé) de remettre sa démission, sous des prétextes spécieux du style « si ce n’est toi, c’est donc ton frère » liés aux prétendues collusions entre assistants de Trump et fonctionnaires soviét russes, dont le monde entier sait qu’il s’agit de fabrications éhontées cousues non de fil blanc mais de cordes de navire.

 

Redoutable perspicacité de Donald Trump

Israel Shamir  – Réseau International 7 avril 2017

 

6. EERIE PRESCIENCE TRUMP.jpg

 

Si le président Trump disait « Le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest », il ne fait aucun doute que le New York Times éclaterait d’un rire sarcastique et prétendrait que le plouc ignorant devenu président grâce à l’interférence de Poutine le Tueur, n’est même pas au courant des avancées pas-si-récentes-que-ça de l’astronomie qui rendent son affirmation si absurde. Il n’y a pas eu à ce jour une seule déclaration, pas le moindre Twit de Trump dont les mass médias ne se soient gaussés et dont ils n’aient fait un sujet de raillerie.

Pourtant, au fil du temps, on apprend que Trump sait des choses que les autres ne savent pas ou n’osent pas dire. Voici trois déclarations de Trump qui ont commencé par susciter l’incrédulité et l’indignation, pour s’avérer, plus tard, parfaitement vraies.

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/redoutable-perspicacite-de-donald-trump/

 

2. Ruban noir.GIF

 

Les faits, on les connaît

  • Lundi 2 avril : Russie – attentat à la bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg. Une deuxième bombe est désamorcée à temps dans une autre station du même réseau. Les photos des deux coupables » circulent d’un bout du monde à l’autre : un vivant « qu’on recherche » et un mort « qui était trop près de la bombe pour être innocent ». En fin de compte, ils ne sont coupables ni l’un ni l’autre, mais la vie de l’un est foutue et celle de l’autre terminée et en même temps salie. Bof. Al Jazeera et facebook célèbrent les résultats de l’attentat. (https://rusreinfo.ru/fr/2017/04/sur-al-jazeera-et-faceboo... )

 

  • Mardi 4 avril : à Khan Cheikhoun, Syrie, près de 100 morts dans une prétendue « attaque aux gaz toxiques » « le régime est pointé du doigt » disent les merdias (vous m’étonnez René). Il est plus que probable qu’un missile – de quelque provenance qu’il soit – ait frappé un stock de gaz toxiques importés de Turquie par les terroristes. Netanyahou, justement indigné, a téléphoné à M. Poutine exigeant que le régime de M. Assad soit puni comme il le mérite, car « il n’y a aucune, absolument aucune excuse pour justifier l’attaque délibérée de civils et surtout d’enfants, avec des armes chimiques à la fois cruelles et illégales »M. Jacques-Marie Bourget (voir plus bas) est tout à fait du même avis. Alors, où est le problème ? Quoi qu’il en soit, M. Poutine a « rembarré M. Netanyahou sur ses accusations sans fondement ». (https://francais.rt.com/international/36464-vladimir-pout...)

 

 

  • Jeudi 6 avril : Russie – à Rostov-sur-le-Don, explosion d’un engin piégé près d’une école : une lampe de poche abandonnée sur le seuil pour que des enfants l’y trouvent ; c’est un balayeur qui la ramasse et qui finit sans mains à l'hôpital. (https://fr.sputniknews.com/russie/201704061030768611-expl... )

 

 

 

 

Nous sommes vendredi…

Énorme campagne d’intoxe de la grosse cavalerie merdiatique braillant que c’est Poutine lui-même qui s’envoie des colis piégés pour faire sauter autant qu’il peut de ses électeurs et que tout ça, ce sont des « false flags ». Il faut dire que l’affirmation a de quoi impressionner, venant de pareils orfèvres en la matière. Mais ils admettent honnêtement que l’attaque aux gaz, ce n’est pas lui, c’est Assad. Of course. Et enfin, il est fortement question d’attaquer (préemptivement, comme Saddam) la Corée du Nord, qui doit savoir pourquoi.

Du coup, l’article d’Israël Shamir a l'air d’arriver comme un cheveu sur la soupe. Et RusRéinfo de titrer même « Trump la girouette » (https://rusreinfo.ru/fr/2017/04/la-girouette-trump/ ).

Mais les choses ne sont jamais aussi simples que cela.

Ce qui devrait frapper même les enfants en bas âge, c’est que le président Trump n’a AUCUN pouvoir.

Rappelons-nous ce qui était une évidence criante pendant la campagne électorale et qui n’a pas changé :

Les États-Unis sont la proie de factions qui s’affrontent dans une lutte à mort pour le pouvoir.

La principale de ces factions, qui vient de jouir pendant des décennies d’un pouvoir absolu et indiscuté, est constituée d’une part – sûrement très importante – de l’Armée US, du complexe militaro-industriel, de celui de l’agro-alimentaire, de celui de la chimie (BigPharma pour les intimes), de la Silicon Valley, du cartel des Sept Sœurs du pétrole, de la Bible Belt, de l'AIPAC et de Wall Street (n’avons-nous oublié personne ?).

La plus importante des factions qui lui contestent ce pouvoir comprend elle aussi une partie X  l’Armée US (c’est la grande inconnue) et le reste de l’industrie, démantelée par les délocalisations massives de l’autre bande.

Cette faction, beaucoup moins puissante que l’autre, vient néanmoins de réussir à faire élire Donald Trump sur un « programme » qui l’arrange (arrêt des hostilités avec la Russie et des guerres au moins au Moyen Orient, qui rapportent trop à leurs rivaux et leur coûtent à eux trop cher ; à la nation, n’en parlons pas).

Mais que peut un président, fût-il élu avec 75 ou 80% des voix, si, lorsqu’il donne un ordre, personne ne l’exécute ? Or, c’est ce qui est visiblement en train de se produire, parce que ceux qui étaient aux manettes dans tout l’appareil de l’État refusent de les lâcher et qu’il n’y a personne d’assez fort en face pour les y forcer. Se rend-on bien compte que Barack Obama est en état de mutinerie ouverte et que dans un pays normalement gouverné il aurait déjà été arrêté et exécuté ?

Mais pourquoi le président Trump paraît-il brûler aujourd’hui ce qu’il a adoré hier, ou l’inverse ? Pourquoi ne dit-il pas la vérité au pays, n’appelle-t-il pas le peuple américain à se soulever contre ses tyrans ?

Peut-être d’abord pour rester en vie.

Peut-être parce que, contre toutes les apparences, il dispose d’un plan B…

Mais aussi, assurément, pour sauver la face. Pas la sienne, celle des USA. Pour ne pas offrir au monde le visage d’une Amérique en pièces.

Or, l’Amérique est en pièces, et rien ne pourra faire qu’elle se reconstitue. Mais certaines des pièces disposent encore d’une infinie capacité de nuisance. Au dedans et au dehors.

Ce que nous voyons se dérouler depuis quelques jours, ce sont les sauvages coups de griffes et de dents de la bête aux abois, ou, si on préfère, du cancer en phase terminale qui ronge l’Amérique et dont les métastases couvrent déjà l’Europe.

Il est probable que l’Amérique ne soit plus en état de produire les anticorps qui pourraient l’éradiquer, le combattre, ou même simplement le freiner.

Quelle résistance possible ?

Filons une autre métaphore.  Le cancer US ressemble à un de ces serial killers qui, se voyant sur le point d’être démasqué et mis hors d’état de nuire par Hercule Poirot, se dit que liquider Hercule Poirot devrait écarter tout problème et qui s’y emploie sans perdre de temps.

Hercule Poirot, dans cette affaire, c’est l’axe Téhéran–Moscou–Pékin.

Il a été depuis longtemps décrété par le serial killer qu’il fallait, pour le tirer définitivement d’affaire, qu’une guerre d’extermination ait lieu entre la Russie et l’Europe. Et qu’après avoir assisté au carnage – de ses îles Caïman ou Moustique – il n’ait plus qu’à venir balayer les débris et s’emparer du sous-sol de l'Atlantique à l'Oural. D’une pierre trois coups : il y a quand même trop d’humains sur la terre ; saigner tout un continent émonderait déjà notablement le jardin.

Y a-t-il un semblant ou un début de résistance en Europe ? Oui, mais seulement à l’Est, où M. Vucic, désagréablement pro-russe, vient d’être élu président au premier tour avec 55,1% des voix (on ne sait pas où en sont les Roumains) et où le parlement hongrois délibère en ce moment même d'ordonner la fermeture de l’université de George Soros à Budapest.

M. Soros a déjà mis ses troupes dans les rues pour l’en empêcher. De jeunes, les troupes, manipulables à l’infini. L’essentiel a été fait, depuis 70 ans, pour qu’il n’y ait plus nulle part d’éducation digne de ce nom, avec ou sans le concours des Églises. Seule, la Russie s’est reprise après avoir été touchée.

Pour le reste, prions mes frères que Vlad l’Empaleur garde son sang-froid et le contrôle de ses nerfs : c’est tout ce qui nous sépare de cet anéantissement programmé.

[Par « Vlad », nous voulons dire le gouvernement russe, l’armée russe, la société civile et le peuple russes, comme d’hab.]

 

2. Ruban noir.GIF

 

Une voix discordante à l’Ouest :

 

Peter Ford, ex-ambassadeur UK en Syrie : « Assad n'est pas l'auteur des attaques chimiques »

Peter Ford, interviewé par Sky News5 avril 2017

Traduit et sous-titré par SayedAsan

 


 

Transcription : 


Peter Ford : Il faut se demander à qui profite (le crime). Clairement, ce n'est pas le régime syrien ou les Russes qui en bénéficient, et je considère comme hautement improbable l'hypothèse que l'un ou l'autre soient derrière tout ça.

Il y a plusieurs possibilités. 

La première, c'est que tout ça soit des fake news, les images, les vidéos, les informations viennent toutes de sources de l'opposition, et non de journalistes indépendants crédibles.

 

7. Image Salah.jpg

 

Il est également possible que les images montrent les suites d'un bombardement qui aurait frappé un dépôt djihadiste de munitions chimiques. Nous savons de source sûre que les djihadistes stockaient des armes chimiques dans des écoles à Alep-Est car elles ont été vues ensuite par des journalistes occidentaux. C'est une autre possibilité.

Lire la suite…

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2017/04/peter-ford-ex-ambas...

 

2. Ruban noir.GIF

 

Sur le front des pays où on n'attaque pas les civils et les enfants à coups d'armes cruelles et illégales...

 

Ce que Jacques-Marie Bourget n’a pas pu dire au rassemblement du Châtelet ce samedi

(Et encore bravo à Mme Hidalgo et aux « élites » parasitaires en général)

 

8. Bourget.jpg

 

Bloqué par le cordon de sécurité de la police malgré sa carte de presse, le journaliste Jacques-Marie Bourget a été empêché de nous rejoindre samedi lors du rassemblement organisé pour saluer la résistance palestinienne à l’occupation, et réclamer des sanctions contre Israël. Nous publions donc ci-dessous le discours qu’il comptait faire, et dont prendront ainsi connaissance nos milliers de lecteurs.

Les organisateurs de la manifestation anti-apartheid de samedi.

 

« Puisque Madame Hidalgo, sa concurrente Kosciusko Morizet, et le CRIF ignorent le sens du mot liberté, il faut bien tenter de le leur faire comprendre. Je suis ici pour la défendre, cette liberté. La défendre puisqu’elle est piétinée, massacrée en Palestine. La défendre puisque ici, à Paris – et c’est incroyable –la liberté aussi est une peau de chagrin, c’est le cas de le dire.

Je suis ici, comme je l’ai fait pour d’autres combats, pour défendre le droit international, la liberté donc, la justice. Pour défendre la vie contre la mort, contre les assassinats, les missiles et les bombes. Si faire cela c’est être « pro palestinien », nous devrions l’être tous dès le berceau. C’est un devoir et un honneur. C’est parce que depuis près d’un siècle la Palestine subit sans relâche crimes et injustice, spoliation des terres et des droits, que le sort fait par Israël à la Palestine résume cette infamie.

Ainsi, madame Hidalgo, madame Kosciusko Morizet, une organisation confessionnelle, le CRIF, entendent imposer en France une loi qui viendrait interdire tout soutien à la Palestine ! Où sommes-nous ?

Lire la suite…

Source : http://www.europalestine.com/spip.php?article12849

 

2. Ruban noir.GIF

 

Et parce qu’il y a quand même des élections en cours en France…

 

« La France, vous connaissez ? » interview du vénérable professeur Melang Chang

 

Vidéo sous-titrée en français

 

 

 

2. Ruban noir.GIF

 

Mis en ligne le 7 avril 2017.

 

 

 

 

 

22:45 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2017

LA GUERRE PROPRE FAITE À LA RUSSIE

1. Iranian-Navy-.jpg

Explication de nos bateaux d’aujourd’hui à la fin de ce post

 

La guerre propre faite à la Russie

 

2.  Explosion.GIF

 

Il paraît de plus en plus probable que MM. Soros, McCain and C° aient décidé d’attaquer la Russie une fois de plus par l’angle tchétchène, dans le but d’obtenir le « regime change » dont ils rêvent avant les élections présidentielles de 2018 et une prévisible reconduction du mandat de M. Poutine. Mais…

 

3.  Je suis SP.jpg

Réaction d’un internaute US sur un réseau social dès l’annonce de l’explosion

 

4. I stand with.jpg

Aussitôt suivie d’une autre.

 

5. get.jpeg

D’une autre encore…

Et de multiples variantes de :

 

6. Pray for St Petersburg.jpg

 

Les peuples seraient-ils en guerre contre leurs « élites » ? On dirait que certains d’entre eux en prennent le chemin…

 

2.  Explosion.GIF

 

L’exilé le plus célèbre du monde s’est exprimé, lui aussi, sur un réseau social :

 

Montrez les morts, pas le criminel

Alexandre Tarachenkov – Interpress. AFP 3 avril 2017

 

7. Ed Sbnowden.jpg

 

Le lanceur d’alerte Edward Snowden a été le premier à manifester sa sympathie en présentant ses condoléances aux habitants de Saint Petersbourg après l’attentat à la bombe qui a tué 11 personnes et en a blessé 65 y compris des enfants.

Dans plusieurs messages, Snowden a pressé les médias russes de « se préoccuper des victimes d’abord » et de leurs familles, ajoutant qu’ils devraient montrer plutôt « ce qu’il (le terrorisme) coûte et non le criminel ».

« Les terroristes ont manqué leur but quand les médias s’occupent des victimes et non du coupable. Montrez le prix du terrorisme et pas le criminel. »

« Le terrorisme, comme l’incendie volontaire, le meurtre et le vol, existe depuis toujours. Ce n’est pas quelque chose de nouveau et ceux qui s’y livrent ne sont pas des “cerveaux”, ce sont des criminels ».

« Le terrorisme ne peut pas plus être vaincu par les armes que le vol. Il ne peut être anéanti qu’en faisant avorter les buts qu’il poursuit. »

 

2.  Explosion.GIF

 

Il commentait les toutes premières annonces :

 

Attentat à St.Petersbourg

RusRéinfo 3 avril 2017

 

8. Attentat - 1.jpg

 

Attentat aujourd’hui dans le métro à Saint-Pétersbourg, un engin « artisanal » composé d’explosifs et de morceaux de métaux divers a explosé. Bilan actuel : 9 morts et plus de 50 blesses dont une dizaine grièvement. Des enfants sont parmi les victimes.

 

9. Attentat 2.jpg

 

Un second engin qui n’a pas explosé a été découvert et neutralisé par les artificiers.

Selon un communiqué du NAK (Comité National Anti-Terroriste), l’auteur de l’attentat a été filmé par les caméras de surveillance du métro et devrait être identifié dans les heures à venir (Photo en début de l’article)

A noter que cet attentat intervient alors que le Président Poutine est en déplacement à Saint-Pétersbourg.

Source : https ://rusreinfo.ru/fr/2017/04/attentat-a-st-peter...

 

2.  Explosion.GIF

 

Vous avez dit minable ?

 

Hommage à Saint-Pétersbourg : Tel-Aviv illuminée aux couleurs de la Russie, mais ni Berlin ni Paris

(Les ordres n’étaient pas arrivés)

RT en français – 3 avril 2017

 

10. Illumination Tel Aviv meilleure.jpg

 

La mairie de Tel-Aviv, contrairement à la porte de Brandebourg ou à la tour Eiffel, a été illuminée aux couleurs du drapeau russe.

La mairie de Tel-Aviv s'est parée le 3 avril des couleurs de la Russie après l'explosion à Saint-Pétersbourg. Mais Berlin n'a pas répété l'hommage qu'il avait rendu aux morts de la la tuerie d'Orlando et la mairie de Paris s'est aussi pour le moment abstenue.

Après l'attentat meurtrier du métro de Saint-Pétersbourg, comme il est d'usage de le faire en pareilles circonstances dans de nombreuses villes du monde, Tel-Aviv a illuminé l'un de ses bâtiments principaux – en l'occurrence son hôtel de ville – aux couleurs de la Russie. Un geste symbolique destiné à exprimer la solidarité de l'État israélien envers les victimes, leurs proches et le peuple russe.

Le maire de Tel-Aviv, Ron Huldai, a par ailleurs publié un message de solidarité avec la Russie sur son compte Twitter, associant le drapeau israélien et le drapeau russe.

Toutefois, tous les pays n'ont pas réagi de la même manière. En Allemagne, où la porte de Brandebourg avait pourtant revêtu les couleurs des drapeaux français, belge, turc ou britannique après les différents attentats ayant touché Paris, Nice, Bruxelles, Istanboul et Londres, le sénat de la ville a fait savoir que le drapeau russe ne serait pas mis à l'honneur. « Berlin et Saint-Pétersbourg ne sont pas des villes jumelles », a expliqué un porte-parole de la municipalité.

Pourtant, si Berlin est certes jumelée avec Paris, elle ne l'est pas avec Nice. Par ailleurs, après l'attaque meurtrière perpétrée dans une boîte de nuit homosexuelle d'Orlando, aux États-Unis, la porte de Brandebourg avait été allumée aux couleurs de l'arc-en-ciel, comme l'étendard de la communauté gay – un détail qui n'a pas échappé à certains internautes. « Orlando n'est pas une ville jumelle de Berlin et ça n'a gêné personne », note un utilisateur de Twitter.

D'autres anonymes ont d'ailleurs tenu à partager des images du monument emblématique de la capitale allemande, retouchées pour l'occasion, afin d'y inclure les couleurs du drapeau russe. Puisque les autorités ne le font pas, « le peuple allemand le fait, est aux côtés de la Russie, prie pour St. Pétersbourg », écrit un internaute.

 

11. Porte de Brandebourg.jpg

 

À Paris, où la tour Eiffel est régulièrement illuminée pour rendre hommages à différents pays, notamment après des attaques terroristes, tel n'a pas été le cas après l'attentat de ce 3 avril perpétré à Saint-Pétersbourg. Certains, sur internet, s'étonnaient d'ailleurs de voir le monument « scintiller comme à l'ordinaire ».

La mairie de Paris n'a pas encore communiqué de raison à cette absence d'illumination ou d'extinction, même si elle a exprimé ses condoléances aux victimes de l'explosion de Saint-Pétersbourg qui a fait 14 morts et 61 blessés, plus tôt dans la journée.

Une vague de témoignages de solidarité et de compassion s'est néanmoins levée dans le monde entier.

Source : https://francais.rt.com/international/36197-hommage-saint...

 

2.  Explosion.GIF

Quant aux merdias…

 

Si le président Trump s’est exclamé « Terrible. Terrible thing. Happening all over the world. Absolutely a terrible thing », mots qui se passent de traduction, et s’il s’est entretenu avec Vladimir Poutine pour lui présenter ses condoléances, les médias occidentaux n’ont pas été aussi frappés d’horreur que lui…

CNN par exemple, fidèle à son ignoble coutume, s’est empressé de déclarer qu’il s’agissait d’une « vengeance, en rétorsion des crimes commis par la Russie en Syrie ». Et le Washington Times n’a pas voulu être en reste :

 

Zakharova épingle les faux clichés du Washington Times après l’explosion de St-Pétersbourg

Rédaction – Sputnik France 3 avril 2017

 

12. Zakharova - Sputnik.jpg

 

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a pointé du doigt le Washington Times, qui a utilisé des clichés pris lors du meeting du 26 mars pour accompagner les informations concernant l’explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg.

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova ne pouvait pas laisser passer l’« erreur » commise par le Washington Times. La « surprise » de la diplomate a été provoquée par le fait que le quotidien a utilisé des clichés pris lors du meeting [de l’opposition Navalny, nde] du 26 mars pour illustrer ses informations sur l'explosion survenue dans le métro de Saint-Pétersbourg.

« Le Washington Times illustre l'information sur l'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg d’un cliché pris lors du meeting du 26 mars. Nous avons contacté les correspondants de cette feuille et espérons qu'il ne s'agit pas d'une distorsion délibérée des faits pour propager une information tendancieuse », a écrit Maria Zakharova sur son compte Facebook.

 

13. Capture d'écran Zakharova.jpg

 

Communication  complétée une heure plus tard : « PS: après notre question, la photo a été corrigée »

Source : https://fr.sputniknews.com/russie/201704031030738437-pete...

 

Oh qu’en termes polis ces choses-là sont dites…

 

2.  Explosion.GIF

 

Mais ce n’est pas tout. Quelques réactions glanées chez les Décodex d’ici et là :

 

Analyse en béton armé sur Saint- Pétersbourg : « Poutine poserait des bombes à clous chez sa propre mère »

(affirme une timbrée à qui vous pouvez faire confiance)

Riley Waggaman – Russia Insider 3 avril 2017

 

14. LouiseMensch.jpg

 

C’est Poutine qui a posé lui-même une bombe à clous dans sa ville natale, exactement comme il a tranché la gorge à Churkin, estime une Anglaise un peu perturbée, que cite néanmoins gravement le New York Times.

Une vraie perle.

Louise Mensch, donzelle au cerveau en pudding, connue dans la bonne société comme « la petite chérie de Russia Insider », vient d’offrir à ses fans une éloquente et prévisible analyse-Twitter de la tragédie de Saint Pétersbourg.

Poutine y est-il impliqué ? Oui.

Poutine y fait-il exploser des gens pour « servir ses propres intérêts », comme un vrai traître de Batman ? Oui.

Poutine y fait-il aussi exploser le cœur de Churkin à distance ? Bien sûr.

Mesdames et Messieurs : Louise Mensch.

Elle est trop cinglée même pour le Moscow Times (nos excuses au Moscow Times), mais pas pour le New York Times.

Soit dit en passant, c’est nous qui avons écrit sa biographie-Twitter :

 

15. putin-mensch.jpg

 

Béni soit son petit cœur.

 

Source : http ://russia-insider.com/en/putin-bombed-st-peters...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2.  Explosion.GIF

 

Les journalistes « sérieux » accusent bien entendu Poutine de l’attaque de Saint-Pétersbourg

(Allez, ne faite pas semblant d’être surpris !)

Rudy Panko – Russia Insider 3 avril 2017

 

16.  Poutine Fancy journalist.jpeg

 

Que faut-il pour devenir un chroniqueur chic au Middle East Eye [« L’œil du Moyen Orient », ndt] ?

Apparemment, juste un compte Twitter et au moins un doigt, de main ou de pied, pour pianoter sur son iPhone 6666/SatanBook Pro.

Vous croyez qu’on dit ça pour rire ? Vous vous trompez lourdement.

C.J.Werleman, « journaliste » au Middle East Eye, est quelqu’un de très sérieux – il a même un de ces trucs bleus à côté de son nom sur Twitter – avec des idées très sérieuses.

 « Ça ne gênerait pas Poutine d’organiser lui-même l’attaque terroriste de St. Pétersbourg. Une popularité déclinante, une opposition croissante. Et c’est un voyou ! »

Le chroniqueur du New York Post, John Podhoretz, trouve pour sa part « intéressant que cette bombe explose juste après les manifestations ».

Sky News :

« Notre rédacteur diplomatique Dominic Waghorn dit que l’explosion de St. Pétersbourg pourrait bien être utilisée pour justifier des mesures plus sévères à l’encontre des protestataires ».

Pour citer Anatoly Karlin : « Réaction normale aux attaques terroristes en Russie. Les Occidentaux essaient d’accuser Poutine, pendant qu’il essaie de ne pas accuser l’Islam, exactement comme les Occidentaux. »

Rien de neuf.

Source : http://russia-insider.com/en/politics/serious-journalists...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2.  Explosion.GIF

 

Mais pourquoi se priver de Newsweek ?

Poutine est secrètement derrière chaque attaque terroriste en Russie, révèle Newsweek

(Quand les historiens du futur en seront à étudier 2017, il ne leur restera qu’à se jeter sur la boisson.)

Matthew Allen – Russia Insider 4 avril 2017

 

17. Poutine oreille.png

 

C’est Newsweek qui décroche le canard.

Oui, nous n’ignorons pas que la BBC et d’autres bastions du journalisme responsable se sont déclarés en faveur de théories de la conspiration un peu allumées selon lesquelles Poutine serait « capable de poser des bombes à clous chez sa propre mère pour consolider son pouvoir » (voir plus haut).

Mais c’est Newsweek qui remporte la palme de la connerie en branche. Il n’y a pas matière à discussion, c’est un fait.

Ne ratez pas la Vidéo lauréate du Prix Pulitzer que Newsweek a magistralement réalisée :

 

18. Kasparov.png

(= Chronologie du terrorisme en Russie sous Vladimir Poutine.Vladimir Poutine dit que l’attaque à la bombe de Saint-Pétersbourg pourrait être un acte terroriste. L’ex-champion d’échecs Gary Kasparov suggère que le moment choisi n’était pas une coïncidence.)

 

La partie la plus croquignolette du bidule, c’est la bande musicale que Newsweek a choisie pour accompagner son incroyable prouesse en journalisme internet. Ayez soin de bien brancher votre stéréo pour jouir au maximum de ce grand moment d’écoute.

Newsweek fournit alors à son lectorat-légume (des gens bourrés d’OxyContin coincés dans la salle d’attente du dentiste) une liste longue comme le bras d’actes commis contre la Russie, accompagnée d’une dénonciation du meilleur aloi :

 

Poutine a souvent réagi à ce genre d’incidents en augmentant les pouvoirs de la présidence et les compétences des services de renseignement.

 

Pour votre gouverne, voici quelques-unes des attaques terroristes secrètement dirigées par Poutine ou dont il a « profité » selon Newsweek :

 

Décembre 2013 : Deux attentats-suicide consécutifs ont tué au moins 30 personnes dans la ville de Volgograd, quelques semaines avant que le pays se prépare à héberger les Jeux Olympiques d’hiver 2014.

Octobre 2015 : Dans une attaque revendiquée plus tard par ISIS, un Airbus russe A321 a explosé en vol après avoir décollé d’Égypte, tuant 224 personnes.

Décembre 2016 : Un vol russe à destination de la Syrie s’est écrasé dans la Mer Noire, près de Sotchi, tuant les 92 passagers. Un certain nombre de ces passagers étaient des membres  du Chœur de l’Armée Rouge qui devaient donner un concert de Nouvel An en syrie. Alors qu’aucun signe d’explosif n’a été retrouvé, une cause terroriste n’a pas été écartée par les autorités et une enquête a été diligentée.

 

Ouaaais ! Poutine est ceinture noire de judo et faire exploser les Chœurs de l’Armée Rouge est un coup d’échecs à 11 dimensions bien connu.

Quand les historiens du futur en seront à étudier 2017, ils ne leur restera qu’à se jeter sur la boisson.

Source : http://russia-insider.com/en/politics/putin-behind-every-...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2.  Explosion.GIF

 

ATTAQUES TERRORISTES

Poutine : Des décennies de lutte contre l’« État Islamique » [Vidéo]

                                       Fort Russ3 avril 2017

Traduit du russe par Inessa Sinchougova

 

19. Peace Poutine Kadyrov.JPG

À la lumière de l’attaque terroriste d’aujourd’hui, il est important de rappeler la gravité de l’expérience russe en matière de terrorisme international subventionné par l’étranger.

Le public occidental s’imagine volontiers que  l’« État Islamique » a surgi du néant de façon spontanée, et seulement depuis quelques années. Il n’en est rien. Cela a été un élément délibéré de la stratégie politique étrangère depuis des décennies.

Non sans ironie, peu de pays, mis à part ceux du Moyen Orient, sont plus habitués aux cruautés de l’« État Islamique que la Russie, qui a dû affronter deux guerres civiles dans le Caucase du  Nord, dans les années 1990. Le bain de sang ne s’est pas arrêté là, puisque des attaques terroristes ont ensanglanté des villes russes tout au long des années 2000, y compris la crapuleuse prise d’otages dans une école de Beslan en 2014.

Ce qui est particulièrement scandaleux dans tout cela, c’est de voir les médias occidentaux s’appliquer généralement à justifier la cruauté des terroristes envers des civils, en accusant le « régime de Poutine » d’en être la cause, par les atrocités qu’il leur fait d’après eux subir.

Dans la compilation de vidéos qui suit, Poutine explique comment il interprète le programme fondamentaliste, son financement et les buts réels qu’il poursuit.

La campagne russe de 2015 en Syrie s’est déroulée au moment ou un « Califat » s’y formait. Elle n’a été que la poursuite d’une lutte très sanglante contre cette forme nouvelle de fascisme.

Vidéo de 23:10’ sous-titrée en anglais

(Désolés pour les francophones)


 

Source : http://www.fort-russ.com/2017/04/terror-attack-putins-dec...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2.  Explosion.GIF

 

Vous les avez sans doute déjà vues :

 

Premières images de l'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (VIDÉOS)

RT en français3 avril 2017

 

20. Premières images.jpg

 

Les premières images de l'explosion à la station de métro Sennaïa Plochtchad à Saint-Pétersbourg ont filtré, montrant l'intervention des secours dans une station envahie par la fumée et la poussière.

Les premières images témoignent du chaos régnant dans la station Sennaïa Plochtchad, à Saint-Pétersbourg, après l'explosion d'une charge artisanale selon les autorités : voitures de métro éventrées, victimes au sol ainsi que traces de sang. Dans une vidéo on peut entendre crier : « Y a-t-il des enfants ? » Une autre personne : « Appelez les secours ! »

Lire/Voir la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/36122-explosion-dan...

 

2.  Explosion.GIF

 

La gratuité des transports publics saluée à Saint-Pétersbourg après l'explosion dans le métro

RT en français3 avril 2017

 

21. Gratuité transports 1.jpg

Saint-Pétersbourg, après l'explosion survenue le 3 avril dans le métro

 

Suite à la fermeture du métro après l'explosion du 3 avril, la vie s'organise à Saint-Pétersebourg. Les transports publics ont été rendus gratuits, tandis que les sociétés privées de transport et les particuliers font preuve de solidarité.

Toutes les stations de métro de Saint-Pétersbourg ont été fermées le 3 avril après l'explosion qui s'est produite dans une rame du métro, alors que le train approchait de la station Sennaïa Plochtchad. Le bilan provisoire fait état de 11 morts et de 47 blessés. [Le bilan s’est alourdi depuis, nde]

En semaine, ce sont près de deux millions de voyages qui sont effectués en moyenne chaque jour sur le réseau du métro pétersbourgeois. Afin d'éviter la paralysie de la ville et pour compenser la fermeture du métro, les autorités municipales ont mis en place un système de transport d'urgence avec des autobus circulant sur les trajets habituels des lignes de métro. De plus, l'ensemble des transports publics urbains ont été rendus gratuits pour le reste de la journée. 

Lire la suite…

Source :  https://francais.rt.com/international/36186-gratuite-tran...

 

2.  Explosion.GIF

 

Hier en fin d’après-midi, les Moscovites ont commencé à déposer des fleurs au mémorial de la ville-héroïne Léningrad, en mémoire des victimes de l’explosion.

 

22. A Moscou.jpg

 

2.  Explosion.GIF

 

Les autorités de Saint-Pétersbourg ont décrété trois jours de deuil pour rendre hommage aux victimes.

 

23. Trois jours de deuil.jpg

 

2.  Explosion.GIF

 

Nos bateaux d’aujourd’hui

Désolés, Israël, mais l’Iran a reçu le feu vert pour établir une base navale en Syrie

Rédaction – Russia Insider 13 mars 2017

 

Selon nos informations, Téhéran a reçu la permission de créer une base navale en Syrie. On n’attend plus que la confirmation officielle.

 

24. Iran Navy Warships.jpg

L’aile maritime des Gardiens de la Révolution

 

Le président syrien Bachar al-Assad a approuvé la création d’une base navale à proximité de la base aérienne de Hmeymim utilisée par les forces russes en Syrie.

Citant des sources syriennes, la Nezavisimaya Gazeta affirme que des accords relatifs à la création d’une base navale iranienne en Syrie ont déjà été pris.

 

Le président syrien Bachar al-Assad a donné son feu vert au déploiement d’une base navale à proximité de la base aérienne de Hmeymim, utilisée par les Forces Aériennes Russes pour conduire leurs opérations contre l’« État Islamique » (groupe terroriste mis hors la loi en Russie), rapportent certains médias citant des sources syriennes.

 

Il n’y a pas encore eu de confirmation officielle de ces bruits, mais la question a été soulevée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, lors de ses récentes discussions avec le président russe Vladimir Poutine, écrit encore la Nezavisimaya Gazeta. Commentant le résultat de sa rencontre avec le dirigeant russe, Netanyahou a déclaré aux reporters que les efforts de Téhéran pour s’assurer une présence permanente en Syrie avaient été le motif principal de sa visite à Moscou.

Bien qu’on ne sache pas encore exactement sur quoi les parties se sont mises d’accord, on peut estimer sans risque de se tromper que, sans le consentement tacite de Moscou, Assad n’aurait certainement pas approuvé les plans de Téhéran.

Mohammed Bagheri, chef d’État-Major Général iranien, avait déclaré il y a quelque temps que la marine iranienne pourrait bientôt avoir besoin de bases nouvelles en Syrie et au Yémen. À l’époque, cette déclaration avait été considérée comme  de la simple propagande, mais il semble que la situation ait changé, maintenant que l’Iran est un des alliés principaux de Damas dans sa lutte contre les extrémistes de l’I.S.

« Si des troupes régulières iraniennes prennent part aux opérations militaires en Syrie, Assad gagnera » a affirmé l’expert militaire [lieutenant-général] Youri Netkachev. « C’est un scénario très audacieux. Les États-Unis, Israël et les pays membres de l’OTAN – y compris la Turquie qui est formellement considérée comme l’alliée de l’Iran dans le processus de paix organisé dans le cadre d’Astana – s’y opposeront vigoureusement », a-t-il ajouté.

Dans le même temps, le politologue et expert sur l’Iran Vladimir Sazhin a dit de son côté que Téhéran pourrait se mettre à jouer un rôle plus significatif  dans la garantie de la capacité de défense syrienne. « Selon les déclarations officielles, l’Iran n’a envoyé en Syrie que des conseillers militaires et des instructeurs. Cependant, selon des informations officieuses, les Forces Armées Iraniennes – et au premier chef les Gardiens de la Révolution – participent aux combats dans ce pays. Les forces iraniennes en Syrie ont fait beaucoup pour sauver le régime d’Assad, mais elles pourraient faire plus encore » a souligné l’expert avec force.

Il ne nous reste qu’à attendre la confirmation d’Assad.

Netanyahou risque d’en avoir une attaque.

 

Source : http://russia-insider.com/en/sorry-israel-iran-gets-green...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2.  Explosion.GIF

 

La guerre est une chose sérieuse

 

Le Pentagone, qui accuse l’Iran de livrer des armes aux rebelles kényans, a publié en 2015 cette photo d’un destroyer lourd iranien déployant le signe international de l'irrespect, alors qu’il croisait un navire US au large du Kénya.

 

25. iran navy.png

 

Source : http://www.trapshooters.com/threads/iranian-navy-threat.2...    

 

 

2.  Explosion.GIF

 

Mis en ligne le 4 avril 2017

 

 

 

 

20:58 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2017

UN MESSAGE DE SERGUEÏ LAVROV

1. Poisson d'avril.jpg

Poisson d’avril

 

En ce2. Poisson - crise.gif

Un Message de Sergueï Lavrov :

« Offrez-vous les services de hackers russes »

 

3. Lavrov laughing.jpg

 

« Bonjour, vous êtes à l'ambassade de Russie. Si vous souhaitez réserver un appel d'un diplomate russe à vos concurrents politiques, appuyez sur le bouton un. Pour utiliser les services des hackers russes, appuyez sur le bouton deux. Pour les questions d'ingérence dans une élection — cliquez sur trois et attendez le début de la campagne électorale. »

 

Tel est le message que vous pouvez recevoir aujourd’hui si vous appelez le ministère russe des Affaires étrangères, lequel persiste et signe en publiant l’enregistrement de son répondeur automatique sur Facebook, et en l’offrant gracieusement aux missions diplomatiques russes à l’étranger.

Sachez ainsi que la diplomatie russe, ne reculant devant aucun sacrifice, vous offre généreusement, en ce début de mois d’avril, ses meilleurs pirates et diplomates pour gâcher la réputation de vos concurrents politiques.

N’hésitez pas : aujourd’hui, la « Main du Kremlin », c’est gratuit !

 

https://www.facebook.com/MIDRussia/videos/1008139769285464/

 

Et le répondeur de conclure honnêtement, en russe et en anglais :

« Afin d'améliorer la qualité de nos services, toutes les conversations sont enregistrées ».

À la bonne vôtre !

Source : https://fr.sputniknews.com/russie/201704011030714558-mini...

 

4. Fish.GIF

 

 

Mis en ligne le 1er avril 2017.

 

 

 

 

 

17:36 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/03/2017

DU TARTUFFISME SACERDOTAL AU TARTUFFISME JUDICIAIRE

1. Silver dollar x.JPG

 

2. titre_manuel.GIF

3. Manuel de Diéguez.JPG

 

Du tartuffisme sacerdotal au tartuffisme judiciaire

 

De tous temps, en tous lieux et sous tous les régimes, l'appareil judiciaire s'est mis au service de l'État du moment. Monarchique sous la monarchie, louis-philippard sous la Restauration, anti-dreyfusard du temps de l'affaire Dreyfus, ennemi de la Commune à l'heure des « Communards », unanime dans son sermon d'obéissance à Vichy. La spécificité du tartuffisme judiciaire d'aujourd'hui tient au fait qu'il intervient directement dans la volonté de porter à l'Élysée un jeune homme de trente-huit ans, introduit par Jacques Attali dans le groupe Rothschild, où il a exercé la fonction centrale de banquier d'investissement, autrement dit, de banquier d'affaires.

La fortune totale du groupe Rothschild est estimée à quelque cent cinquante millions de milliards de dollars. J'ai bien dit cent cinquante millions de milliards de dollars, c'est-à-dire quinze suivi de seize zéros. C'est rappeler que ce groupe est le vrai maître du marché français, européen et même mondial. A ce titre, il est devenu l'actionnaire majoritaire de quatre-vingt dix pour cent des banques centrales de toutes les nations du globe terrestre.

Si l'on se souvient que Georges Pompidou, ex-banquier d'affaires lui aussi du même groupe Rothschild, avait imposé à la France l'interdiction d'emprunter à sa banque centrale et l'avait contrainte à se donner le « marché » pour créancier exclusif, on comprend que le paiement des seuls intérêts de la dette de la France auprès des banques privées soit rapidement devenu le tribut ou le bât du déficit budgétaire annuel de la nation.

Depuis le 3 janvier 1973, date de la loi « Pompidou- Rothschild » la France a payé plus de mille cinq cents milliards d'euros d'intérêts aux banques privées. Le service de la dette est devenu le budget le plus considérable du pays: il dépasse celui de l'éducation nationale et de tous les autres ministères réunis. Il représente plus de quarante cinq milliards d'euros par an pour le seul paiement des intérêts. Michel Rocard déclarait en décembre 2012 sur Europe1 que sans cette loi notre dette se situerait à un niveau « bénin », de « 16 ou 17 % du PIB ». Actuellement, la dette de la France frôle les cent pour cent de la production totale de l'année.

Quelle était, en 1973, l'argumentation, sinon conjointe, du moins parallèle, du groupe Rothschild et de l'Elysée ? Il serait absurde de soupçonner Georges Pompidou d'avoir fait passer les seuls intérêts des banques avant ceux de la France. Georges Pompidou était un vrai gaulliste et un érudit. Passionné de grec, quel aurait été son destin s'il était entré à l'école normale supérieure dont les portes lui étaient grandes ouvertes ? Mais il n'a pas renoncé à sa vocation littéraire : au cours de son mandat il a publié une anthologie de la poésie française d'une sûreté de goût exceptionnelle. Mais, à l'instar des banquiers du groupe Rothschild, il savait que tous les États sont tentés de dépenser davantage qu'ils ne gagnent.

Depuis que l'art de frapper monnaie s'est confondu avec celui de fabriquer de la monnaie fiduciaire, la prodigalité des États n'a plus connu de bornes. Du coup, leur tentation est devenue irrésistible de vaporiser leurs dettes par l'inflation afin de rembourser leurs créanciers en monnaie de singe. Sous l'occupation, le franc français était demeuré relativement stable. Mais, sitôt la guerre terminée, on a vu notre monnaie se dévaluer sur le modèle des assignats de la Révolution et ruiner les épargnants.

En 1958, à l'heure du retour au pouvoir du Général de Gaulle, la monnaie française avait perdu quatre-vingt dix-neuf pour cent de sa valeur face au franc suisse. En rétablissant la parité entre le franc français et le franc suisse et en créant ce qu'on appelait le franc fort, le Général de Gaulle était si peu parvenu à rétablir durablement la parité entre les deux monnaies sur le marché des changes, qu'il avait suffi de quelques années pour retrouver la tradition de la chute du franc gaulois dans l'abîme. Du temps où le Premier Ministre de M. Giscard d'Estaing s'appelait Raymond Barre, l'inflation française s'élevait à quatorze pour cent par an.

Aussi Georges Pompidou croyait-il sincèrement qu'à contraindre l'État à emprunter sur le marché, il porterait un coup décisif aux États dépensiers. Il se souvenait surtout de ce qu'entre 1945 et 1958, plusieurs centaines de milliers de petits épargnants français avaient été ruinés par la fonte de la monnaie nationale et pour avoir souscrit des emprunts d'État qu'on leur disait gagés par l'or de la banque de France. Et c'était cette blessure profonde qu'il fallait tenter, disait-il, de cicatriser.

Or aujourd'hui, la banque centrale européenne se trouve dirigée par M. Draghi, ancien banquier d'investissement de la banque américaine Goldman Sachs. Que signifie l'envoi récent et en avant-garde d'un José Barroso, ancien Président de la Commission européenne de Bruxelles, à titre de caution du caractère soi-disant européen de la banque, alors que Barroso n'a jamais été qu'un agent déguisé du Pentagone et un fidèle exécutant des volontés de l'empire militaire mondial qu'on appelle les États-Unis ?

M. Draghi jette sur le marché dix-sept milliards d'euros papier par semaine, sous le prétexte d'une politique d'investissement, dont personne n'a vu la couleur.

En réalité, grâce au fruit de la planche à billets électronique, le but de l'opération était, à l'image de ce que font la Banque d'Angleterre et la Réserve fédérale américaine, de racheter des titres obligataires, c'est-à-dire des bons du Trésor et divers titres d'entreprises irrécupérables appelés « titres pourris ». M. Draghi espérait par cette opération à destination des banques privées, « débloquer les circuits du crédit », c'est-à-dire les inciter à se montrer plus dynamiques dans la distribution de crédits aux entreprises.

Mais l'objectif des banques privées est autre. Trop heureuses de se débarrasser de leurs titres toxiques, elles se montrent encore plus frileuses dans l'attribution de crédits, si bien que le marasme économique perdure. Les banques, une fois de plus, sont les seules bénéficiaires de la politique dite de quantitave easing (QE), ce que la langue de Molière traduit par « laxisme monétaire ». Les banques ne sont intéressées que par leurs propres bénéfices.

La Suisse, à laquelle on ne fera pas prendre des vessies pour des lanternes, a aussitôt compris que l'histoire de la République de Weimar allait reprendre son cours, a décidé sur l'heure de renoncer au taux de change fixe qu'elle avait accepté d'établir avec l'euro. Sa monnaie s'est immédiatement trouvée revalorisée de plus de vingt pour cent.

On voit quel péril la banque centrale européenne actuelle fait courir à l'euro en renforçant momentanément par contre coup le pouvoir du dollar sur le plan international : aussi l'Allemagne est-elle allée jusqu'à menacer M. Draghi de lui intenter un procès. Naturellement, cette menace s'est tout de suite ensablée, parce que Mme Merkel ne saurait à la fois se présenter en apôtre de l'américanisation de l'Europe et en défenderesse de la solidité de l'euro comme monnaie de réserve.

L'euro dévalué rejoint la catastrophe financière prévisible contre laquelle la loi Pompidou-Rothschild de 1973 était censée lutter. Car à l'heure où l'euro sera devenu une monnaie aussi fictive que le deutschemark sous la République de Weimar, à l'heure où l'euro papier rivalisera, si je puis dire, avec un dollar papier, tout le monde comprendra que l'euro se trouvera réduit au rang des assignats. L'euro aura seulement permis à tous les grands et petits commerçants de France et de Navarre de confondre dans les esprits un euro avec un franc, ce qui a conduit, par exemple à augmenter le prix des pommes de terre de mille trois cents pour cent.

Le mythe d'un euro fort était censé créer une identité européenne. Grâce à l'euro surgirait par miracle une identité commune, donc un patriotisme européen. Or, déjà l'extrême gauche allemande descend dans la rue afin de défendre l'alliance future du parti avec les identités nationales renaissantes partout en Europe.

A l'origine, la double nationalité franco-suisse se trouvait pratiquement seule en lice, tellement elle demeurait inoffensive pour tout le monde. Mais même les petits pays d'Amérique centrale refusaient farouchement toute bi-nationalité de leurs ressortissants. On comprend qu'à l'heure où des millions d'Algériens et de Marocains en France et des millions de Turcs en Allemagne considèrent seulement la France ou l'Allemagne comme un ajout secondaire à leur nationalité originelle, comme l'a rappelé récemment l'actuelle Ministre de l'éducation nationale, Mme Vallaud Belkacem, l'unité psychologique des nations se trouve pratiquement anéantie. Ainsi, Mme Vallaud Belkacem a déclaré qu'elle se sentait marocaine, mais qu'elle était en France pour faire carrière.

Du reste, M. Erdogan a déjà appelé les Turcs d'Europe à porter à cinq enfants au minimum la fécondité des femmes turques sur le continent européen afin de modifier la définition même des identités nationales.

Le Président Donald Trump avait rappelé avant son élection, que l'Europe ne sera jamais une nation, mais seulement une société anonyme présidée par un conseil d'administration, donc livrée à l'anonymat et à l'irresponsabilité d'une bureaucratie dépourvue de toute autonomie politique réelle.

C'est dans ce contexte que la gigantesque hallucination collective et la bénédiction judiciaire de la candidature à l'élection présidentielle d'un Emmanuel Macron, ancien élève des Jésuites, armé d'un slogan digne d'un gentil scoutisme – « En marche » - prennent tout leur sens. Car aussi longtemps que le principe de la présence militaire éternelle des États-Unis en Europe ira de soi, tout ce théâtre de pseudo « marcheurs » nous rappellera l'opéra Aida de Verdi, dans lequel une troupe piétinante chante en chœur et à tue-tête: « Marchons, marchons ».

Le 31 mars 2017.

 

4. solde public france.JPG

 

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024...

 

0. Dollar death.jpg

 

Comment on s’y prend ailleurs…

La Russie se prépare à sortir du système bancaire international

 

La Russie a une alternative déjà en place pour le cas où elle serait coupée de SWIFT ­ – et d’éventuelles difficultés à court terme seraient à coup sûr suivies de gains à long terme.

Matthew Allen  – Russia Insider 24 mars 2017

 

6. Russia split.jpg

 

Bien que le système alternatif à SWIFT de la Russie ne soit pas encore tout à fait fonctionnel, elle est assurée d’en sortir gagnante sur le long terme.

Selon un rapport récent, la Russie a développé avec succès et mis en œuvre une alternative pour le cas où elle serait exclue du système bancaire international.

Si l’on tient compte des sanctions occidentales, la plus grande vulnérabilité de la Russie réside dans son secteur bancaire

Si la Russie s’en tient au statu quo, il n’y a pas grand-chose qu’on puisse faire pour y remédier. Mais, très peu de temps après l’annonce des sanctions en 2014, à Moscou, on  s’est préparée au pire cas de figure, qui serait que la Russie soit coupée du système des Télécommunications Interbanques Internationales (SWIFT).

Pour le profane, SWIFT permet les transferts internationaux rapides et (supposés) sûrs.

Deux questions se posent, à propos de la « coupure » de la Russie d’avec SWIFT : 1) Peut-elle se produire ? et 2) La Russie y est-elle préparée ?

En ce qui concerne la première question : en réalité, les caniches européens de Washington se rendent compte que couper la Russie de SWIFT serait un désastre. En 2015, le décideur de la Banque Centrale Européenne, Ewald Nowotny, « a mis en garde contre une expulsion des banques russes du système de transferts de SWIFT, qui avait été envisagée comme aggravation des sanctions contre Moscou »

Selon Nowotny :

 

Une telle décision « nous paraît très problématique, parce qu’elle pourrait saper la confiance dans ce système » a dit le gouverneur de la Banque Centrale d’Autriche aux journalistes qui l’interrogeaient à Bruxelles après qu’il y ait rencontré le commissaire européen Pierre Moscovici.

.

Ceci n’a évidemment pas empêché l’Europe et Washington de menacer de débrancher la prise du SWIFT

Nous ne nous faisons aucune illusion sur les stratégies géopolitiques européennes et américaines, mais cela étant dit, nous ne sommes guère enclins à croire que Washington s’enhardirait jusqu’à couper l’accès du SWIFT à la Russie.

S’ils le font cependant, les choses pourraient devenir vraiment intéressantes. Et ceci nous amène à notre seconde question : la Russie y est-elle préparée ?

À court terme, certainement pas. Mais sur le long terme, ce pourrait être une des meilleures choses susceptibles d’arriver à la Russie et à toutes les autres nations qui en ont assez des manigances économiques et militaires de Washington.

Selon un récent reportage :

 

Si la Société des Télécommunications  Financières Interbanques Mondiales (SWIFT) cesse ses activités en Russie, le système bancaire du pays ne fera pas faillite, estime le gouverneur de la Banque Centrale Russe Elvira Nabiullina. La Russie a une solution de rechange.

 « Il y a eu des menaces de nous couper du SWIFT. Nous avons fini de mettre au point notre propre système de paiement, et si quelque chose se produit, toutes les opérations au format SWIFT fonctionneront à l’intérieur du pays. Nous avons créé une alternative » a dit Nabiullina lors d’une rencontre, mercredi, avec le président Poutine.

Elle a ajouté que 90% des ATMs en Russie sont prêts à accepter le système de paiement MIR, qui est une version russe de Visa et de MasterCard.

Le quotidien Izvestia rapporte que, depuis janvier 2016, 330 banques ont déjà été connectées au système alternatif de transfert des messages  financiers (SPFS).

 

Cela dit, le système alternatif est loin d’être pleinement fonctionnel. « Il ne marche pas entre 9 h. du soir et 5 h. du matin, heures de Moscou, et il coûte jusqu’à 5 centimes [d’€ ?] par transfert de message, ce qui est considéré comme coûteux ».

Si on prend la Crimée comme example (les banques occidentales refusent de transférer des paiements en monnaies étrangères en provenance de Crimée via le système SWIFT), il y aurait de nombreux maux de têtes qui pourraient durer assez longtemps.

Mais comme Naked Capitalism l’a écrit en novembre 2014 :

 

Configurer un canal de paiements en-dehors de SWIFT pourrait aider la Russie à mettre sur pied un système financier à l’usage de tous ceux qui ne veulent plus être assujettis aux diktats US..

Les banques qui ont fait des affaires avec l’Iran, avant et après les sanctions SWIFT, ont été frappées de sanctions pour blanchiment d’argent. Les paiements étaient effectués en dollars et compensés par les branches new-yorkaises de ces banques, ce qui les mettait sous le coup des lois US.

Toutes les transactions en dollars entre banques sont réglées à la fin de chaque jour ouvrable à New York ; les systèmes de paiement interbanques dépendent en définitive du soutien d’une banque centrale, et beaucoup de paiements importants roulent sur le système interbanques de la Fed, Fedwire.

[...]

En outre, il semble qu’il y ait des entreprises en Europe, qui ne tiennent pas vraiment à se plier aux sanctions US contre la Russie, parce qu’elles font du tort à leurs affaires. On ne sait pas au juste combien d’entre elles seraient prêtes à prendre le maquis et à défier les sanctions, mais des transactions opérées via un système de paiement contrôlé par la Russie seraient beaucoup moins faciles à détecter que via SWIFT.

En d’autres termes cette mesure a pour but de réduire la portée de cette habitude qui consiste à utiliser la domination du dollar dans les paiements comme une arme. Dans quelle mesure les Russes sont-ils capables de lancer rapidement un système assez robuste ? C’est là une question dont nous n’avons pas la réponse, mais ce serait une mesure défensive, voire offensive, de bon sens. Elle pourrait même avoir des prolongements à long terme, si d’autres pays que les États-Unis ne rendent pas heureux décidaient de l’utiliser pour des raisons pratiques ou politiques.

 

Il est certain que tout ce que gagnerait Washington à court terme en coupant la Russie du SWIFT se solderait, en fin de compte, par un bénéfice économique et stratégique pour Moscou.

Nous le savons parce que toute tentative d’appliquer des « sanctions » à la Russie a eu ce genre de résultats.

Source : http://russia-insider.com/en/ready-anything-russia-develo...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades.

 

0. Dollar death.jpg

 

Et que se passe-t-il d’autre en Russie ?…

Rohani à Moscou : un pas de plus dans la coopération antiterroriste entre la Russie et l’Iran

Rédaction – RT en français 29 mars 2017

 

7. Poutine-Rohani.jpg

 

Le président iranien a rendu visite à son homologue russe Vladimir Poutine, le 28 mars. Une occasion pour les deux chefs d'État de réaffirmer leur engagement commun contre le terrorisme et de discuter des mesures concrètes à adopter.

La lutte contre le terrorisme a été au cœur de la visite, le 28 mars, du chef d’État iranien Hassan Rohani à Moscou.

« C’est une lutte que nous allons poursuivre jusqu’à ce que les actions terroristes cessent dans tout [le Moyen-Orient] », a déclaré le président iranien lors de la conférence de presse qui suivait la rencontre avec Vladimir Poutine.

De son côté, le président russe a souligné que les actions conjointes de Moscou et Téhéran avaient très largement contribué à l’établissement du régime de cessez-le-feu en Syrie. « [Nous] considérons qu'il est d'une importance cruciale de continuer à renforcer la coopération dans le combat contre le terrorisme international. La Russie et l’Iran concertent leurs actions en vue de la liquidation de Daesh et du Front al-Nosra [devenu Fatah al-Sham], et font tout pour favoriser le règlement de la crise syrienne », a aussi noté Vladimir Poutine.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/international/35946-rouhani-mosco...

 

0. Dollar death.jpg

 

Dette de l’Ukraine ou dettes ukrainiennes ?

Européens, à vos poches !

Nouvelle « agréable » pour Porochenko à Malte : l'UE octroiera 600 Millions d’euros à Kiev

Rédaction – Sputnik International 30 mars 2017

 

8. Poro.jpg

 

Le Président ukrainien Piotr Porochenko a fait état des résultats fructueux de ses rencontres antérieures avec le Président de la Commission européenne Jean-Claude Junker et des commissaires européens : une tranche d'aide d'un montant de 600 millions d'euros va arriver avant le 7 avril.

Une aide financière d'un montant de 600 millions d'euros sera versée la semaine prochaine sur les comptes de l'État ukrainien, a fait savoir le Président de ce pays, Piotr Porochenko.

« Suite à la rencontre avec Jean-Claude Junker [Président de la Commission européenne] et des commissaires européens, il m'est très agréable de vous communiquer que la semaine prochaine, entre le 3 et le 7 avril, sera versée la tranche de 600 millions d'euros d'aide macrofinancière », a déclaré Piotr Porochenko devant les journalistes.

 

Lire la suite…

Source : https://fr.sputniknews.com/international/2017033010306911...

 

0. Dollar death.jpg

Mais…

Kiev doit honorer sa dette de 3 milliards de dollars envers Moscou, estime Londres

Rédaction – RT en français 30 mars 2017

 

9. Dette Ukraine Londres.jpg

 

À Londres, la justice a donné tort à Kiev après avoir examiné une plainte de la Russie contre l’Ukraine suite au refus exprimé en 2015 par Kiev de rembourser un prêt de 3 milliards de dollars, consenti en 2013 par l'État russe.

La Haute Cour de justice de Londres a déclaré le 29 mars que l'Ukraine ne disposait pas d'arguments lui permettant de justifier le non-remboursement d'une dette de près de 3 milliards de dollars (2,76 milliards d'euros) contractée auprès de la Russie en 2013. 

Il s'agit d'un coup dur pour Kiev. La Haute Cour de justice a en effet rejeté la justification ukrainienne selon laquelle le non-remboursement de cette dette correspondait à une mesure dirigée contre « l'ingérence russe » en Ukraine.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/economie/35999-haute-cour-londres...

 

0. Dollar death.jpg

 

Là où l’on appelle les sanctions par leur nom « crimes de guerre » et les embargos par le leur « crimes contre l’humanité »

 

CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)

Jacques-François Bonaldi – Le Grand Soir 23 mars 2017

 

10. Livre Bonaldi.jpg

 

365 JOURS APRÈS

Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – et diablement plus importantes – que plus personne ne s’en souvient. Entre la Révolution cubaine et Washington, rien n’a guère changé pour l’essentiel, le rétablissement des relations diplomatiques ne s’étant traduit que par des retouches de maquillage, par un ravalement de façade, le contentieux essentiel, le problème de fond – autrement dit, celui qui découle de la volonté de la Maison-Blanche de se débarrasser de ce qu’elle a en sainte horreur : une Révolution, à plus forte quand celle-ci campe à ses portes et que, par-dessus le marché, elle s’entête à parler de socialisme – n’ayant pas été modifié d’un iota…

Ironie de l’histoire, le premier président noir, un personnage atypique donc, a été remplacé par un suprématiste blanc, qui incarne les États-Unis profonds, et le pire de ce pays ! Pour l’instant, hormis des allusions très peu originales aux « droits de l’homme » et à sa volonté d’obtenir des « concessions », ce qui ne l’est pas non plus, le sinistre imbécile qui parade à la Maison-Blanche a d’autres chats à fouetter que la Révolution cubaine – même s’il rêve assurément de le faire au propre et au figuré – et n’a encore rien tenté ni pour ni contre.

J’aurais voulu que ce livre voie le jour plus tôt (je l’avais bouclé fin juillet dernier), mais le sort et les éditeurs en ont voulu autrement. Je remercie Le Grand Soir de le porter sur les fonts baptismaux, même si c’est avec un peu de retard. J’espère en tout cas que son texte passera sans trop de mal l’épreuve des rides et que le lecteur y trouvera chaussure à son pied et provende à son esprit, puisque je me suis efforcé d’aller au-delà de l’épiphénomène Obama pour offrir une certaine substantifique moelle au sujet de la Révolution cubaine. Le lecteur dira si j’y ai réussi.

Jacques-François Bonaldi
Mardi 22 mars 2017

Pour contact avec l’auteur :
jadorise [chez] gmail.com ou jacques.bonaldi [chez] esti.cu

 

LIVRE TÉLÉCHARGEABLE PAR LE LIEN CI-DESSOUS :

CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis - Jacques-François BONALDI

PDF 2.6 Mo

Source : https://www.legrandsoir.info/cuba-ou-l-intelligence-polit...

 

0. Dollar death.jpg

 

À découvrir pendant qu’on y est :

 

11. Logo Cuba Coop.gif

 

La lettre électronique Hebdo de Cubacoopération

Vous pouvez la voir et vous y abonner ici : http://cubacoop.org/

 

0. Dollar death.jpg

 

« Quand deux pauvres s’entr’aident le bon dieu sourit » dit un proverbe

Association La Réunion-Cuba : Rapprocher nos deux peuples

Salim Lamrani – Saint-Denis 23 mars 2017

 

12. Salim et Ary Yée.jpg

Salim Lamrani (g) et Ary Yée Chong-Tchi-Kan (dr.)

 

L’association La Réunion-Cuba a vu le jour en octobre 2016 de la fédération de plusieurs volontés sensibles à la promotion du rapprochement entre le peuple réunionnais et le peuple cubain, qui partagent ensemble un socle de valeurs communes de fraternité, de générosité et d’entraide. Par son internationalisme, Cuba a toujours fait preuve d’une solidarité sans failles avec les peuples du Sud, tendant une main fraternelle à ceux qui luttaient pour leur dignité. De leur côté, les Réunionnais, dans leur ensemble, ont montré leur attachement à la souveraineté des peuples et à la justice sociale.

Cette structure a pour but de contribuer à une meilleure connaissance de la réalité cubaine à La Réunion et, réciproquement, de la réalité réunionnaise à Cuba, par le développement d’échanges académiques, culturels, économiques, scientifiques, techniques et sportifs.

L’association a tenu sa première rencontre scientifique le 28 février 2017 à la Maison de l’Amérique latine à Paris avec l’organisation de la journée d’études « Cuba aujourd’hui : défis et perspectives », qui a réuni 115 personnes et qui a compté avec les contributions de Jean-Pierre Bel, ancien Président du Sénat et actuel Envoyé personnel du Président de la République en Amérique latine, d’Héctor Igarza, Ambassadeur de Cuba en France, de Jean Mendelson, ancien Ambassadeur de France à Cuba et de Stéphane Witkowski, Président du Conseil d’orientation stratégique de l’Institut des hautes études sur l’Amérique latine. Vous trouverez le lien vidéo ci-après :

 

https://www.youtube.com/watch? v=ddSFAcUrE4Y

 

Nous avons également établi un dialogue avec le Ministère cubain de l’Éducation afin de mettre en place un module expérimental du programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo » dans la commune de Sainte-Suzanne.

Plusieurs personnalités sont intervenues par téléphone ou ont envoyé un message écrit à l’occasion de la présentation de l’association aux Réunionnaises et aux Réunionnais le 22 mars 2017 à la Brasserie de la Gare du Nord :

Message de Jean-Pierre Bel (Ancien Président du Sénat et actuel Envoyé personnel du Président de la République en Amérique latine) : « Je me réjouis de cette initiative qui permet de rapprocher deux îles. C’est une excellente chose pour La Réunion et pour Cuba. Il est important de maintenir des liens entre nos deux pays, y compris dans les territoires d’outre-mer ».

Message d’Héctor Igarza (Ambassadeur de Cuba en France) : « C’est vraiment une grande et belle surprise d’apprendre, qu’aujourd’hui, à La Réunion, nous assistons à la naissance d’une association qui unit nos deux îles sœurs. Ce sera une façon de rapprocher nos deux peuples, malgré la distance géographique, et de renforcer les liens d’amitié. C’est une excellente initiative qui va cimenter des relations durables. Je vous félicite et je vous assure que nous, ici, à Paris, à notre ambassade, ferons tout pour que perdure cette amitié. Je remercie tous les amis de l’association La Réunion-Cuba.

Message de Dulce María Buergo (Ambassadrice de Cuba auprès de l’UNESCO à Paris) : « Je suis très heureuse d’apprendre que des Réunionnaises et des Réunionnais s’unissent pour exprimer leur solidarité et leur soutien à Cuba. La relation entre les peuples est très importante pour nous. Quand Cuba n’avait pas de relations avec la majorité des pays d’Amérique latine et du monde en raison de la politique imposée par les États-Unis, c’est l’amitié et la solidarité des peuples avec notre pays qui a fait obstacle aux projets de l’impérialisme d’isoler Cuba. Aujourd’hui, c’est la politique des États-Unis vis-à-vis de notre île qui est désormais isolée. C’est également l’amitié entre les peuples qui transmettra le message nécessaire pour mettre fin au blocus économique dont Cuba souffre depuis plus d’un demi-siècle. Je vous remercie sincèrement et je puis vous assurer que Cuba sera également à vos côtés. Vive la solidarité entre les peuples !

Message de Nancy Morejón (Poétesse cubaine francophone et francophile, ancienne Présidente de l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba et Docteur Honoris Causa de l’Université de Cergy-Pontoise) : « Je me trouve actuellement aux États-Unis pour un cycle de conférences. Je suis ravie d’apprendre l’existence d’une association d’amitié La Réunion-Cuba. Je vous transmets toutes mes félicitations. Je suis navrée de rater le pot de l’amitié. Aussi, je vous serais reconnaissante de bien vouloir trinquer à ma santé ».

Message de François-Michel Lambert (député et Vice-président du Groupe d’amitié parlementaire France-Cuba de l’Assemblée nationale) : Je vous remercie de votre invitation et je parlerai donc en tant que Vice-président du Groupe d’amitié France-Cuba de l’Assemblée nationale. Je suis né à Cuba car mes parents s’y sont rendus dans le cadre d’une coopération dans le domaine agricole, menée par René Dumont. Il y a un lien très fort entre la France et Cuba. J’ai un attachement particulier au codéveloppement et je suis heureux d’apprendre que des personnes se mobilisent pour renforcer les liens entre La Réunion et Cuba. Chacun peut apporter à l’autre. Vous avez une responsabilité particulière dans le renforcement du codéveloppement qui est gagnant-gagnant et nous comptons sur vous pour démontrer la pertinence de cette approche basée sur l’intelligence partagée.

Pour adhérer à l’association, il suffit de renvoyer rempli le bulletin ci-dessous à l’adresse indiquée, accompagné de la cotisation

Salim Lamrani (Président)

Ary Yée-Chong-Tchi-Kan (Sécrétaire)

 

ASSOCIATION LA RÉUNION-CUBA

13. Drapeaux Réunion Cuba.JPG

“La Patrie, c’est l’Humanité”

José Martí

 

BULLETIN D’ADHÉSION 2017

 

NOM :………………………………………………………………………………………

PRÉNOM :…………………………………………………………………………………

ADRESSE (facultatif) :………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

TELEPHONE (facultatif) :…………………………………….

COURRIEL : ………………………………………………….

 

Adhésion classique : 10€     –      Adhésion de soutien : au-delà de 10€

Libeller le chèque à l’ordre de : Association La Réunion-Cuba à renvoyer à :

Salim Lamrani, Association La Réunion-Cuba, 5 rue Gaston Defferre, 97490 Sainte-Clotilde

 

Contacts :   Salim Lamrani (Président) lamranisalim@yahoo.fr

                    Ary Yée-Chong-Tchi-Kan (Secrétaire) ary.yctk@gmail.com

 

Et ne faisons pas les choses à moitié :

 

14. Fidel héros des déshérités.jpg

 

 

Salim Lamrani

Fidel Castro, héros des déshérités,

Paris, Editions Estrella, 2016

 

 

 

 

0. Dollar death.jpg

 

En provenance d’Investig’action et toujours chez les Tartufes…

 

Un racisme post-colonial

Pierre Tevanian – Saïd Bouamama – 30 mars 2017

 

15. Mac.jpg

 

À l’heure où toute la droite française se scandalise de la reconnaissance, par un candidat à l’élection présidentielle, de l’évident caractère criminel de la colonisation, une reconnaissance pourtant assortie immédiatement d’un « oui mais », à l’heure aussi où les violences policières commises majoritairement contre des descendants de colonisés parviennent enfin sur le devant de la scène médiatique et politique, à l’heure enfin où le vocabulaire colonial le plus caractérisé – et le plus ostensiblement injurieux – refait surface sur cette même scène (le mot bamboula, proféré régulièrement lors des contrôles d’identité, étant assumé comme « convenable » par un syndicaliste policier, et comme « affectueux » par un magistrat hyper-médiatique), il nous a paru utile de revenir sur le passé colonial de la France, et surtout sur l’héritage qu’il a laissé. Un héritage qui pèse lourd, précisément, en termes de racismes et de violences policières.

Lire la suite…

Source  http://www.investigaction.net/un-racisme-post-colonial/

 

0. Dollar death.jpg

 

 

 

Mis en ligne le 31 mars 2017

 

 

 

 

16:44 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2017

GLANES DU JOUR

1. Dobsky Ship of Fools.JPG

 « Qui prend place dans la Nef des Fous navigue en riant vers l’enfer. »

 

Glanes du jour

(que des horreurs, mais vous vous en doutiez)

 

2. index 2.gif

 

Opération Mossoul : un massacre moyenâgeux

Stephen Lendman – I.C.H. 27 mars 2017

 


Vidéo ajoutée à cet article par ICH.

ATTENTION ! Une opération systématique de camouflage est en cours

 

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, l’a décrit en ces termes des semaines après qu’aient commencé, en octobre dernier, les bombardements terroristes conduits par les USA et les opérations terrestres irakiennes, mais longtemps avant les pires horreurs actuelles.

Les opérations orchestrées par les USA se déroulent « sous un total embargo de l’information » a expliqué Zakharova.

Rien n’a été fait pour protéger, évacuer ou aider en quelque façon que ce soit les civils.

Livrés à eux-mêmes, ils sont exposés à tous les dangers, sans aucune aide humanitaire ou autre, et sans la moindre considération pour leur sauvegarde et leur sécurité, depuis le mois d’octobre dernier.

Des centaines de milliers de personnes sont prises au piège dans la ville. Celles qui tentent d’en sortir risquent leur vie pour le faire, aussi menacées par les bombardements terroristes US que par les tirs au sol des combattants d’ISIS.

Dans la bataille pour Alep, la Russie et la Syrie avaient établi des couloirs humanitaires, et ce, sans être le moins du monde aidées par l’ONU ni par d’autres pays.

Elles se sont donné beaucoup de mal pour éviter qu’il y ait des victimes civiles. C’est d’ailleurs pourquoi la libération totale de la ville a pris si longtemps.

Moscou a cessé ses opérations aériennes en octobre 2016, dans le but, justement, de protéger les civils, longtemps avant que la bataille d’Alep pût être gagnée fin décembre.

Les médias occidentaux et autres alignés ont scandaleusement fait passer une libération héroïque digne d’être comparée à celle de Léningrad pour une agression criminelle.

Leur silence est aujourd’hui assourdissant sur le viol et la destruction de Mossoul. Leurs comptes-rendus parlent sans vergogne de « libération ». Et ils n’ont pas un seul mot pour le tapis de bombes terroristes US et le massacre en masse. Le camouflage soigneusement orchestré de la réalité se poursuit comme si de rien n’était.

Aucune sorte d’aide n’a été apportée aux malheureux civils réduits au désespoir, livrés sans défense à tous les dangers. En plusieurs mois de combats, il est de plus en plus évident que des milliers d’entre eux ont été tués, d’innombrables autres blessés et des centaines de milliers déplacés, pris qu’ils étaient entre les bombardements US sauvages et les tirs d’artillerie au sol.

À de très rares exceptions près, les médias occidentaux se rendent, par leur silence, complices de ces crimes contre l’humanité. Le 23 mars, l’Independent de Londres, citant des sources médiatiques locales, a rapporté que jeudi dernier les frappes aériennes sur Mossoul avaient causé « 230 » morts civiles.

« Un correspondant de Rudaw, agence de presse kurde opérant dans le nord de l’Irak, nous a dit que 137 personnes, presque toutes civiles, avaient été tuées quand un missile a frappé un seul immeuble d’al-Jadida, dans la partie ouest de la ville. »

« Un certain nombre d’autres ont été tués dans le voisinage immédiat. Certains des morts étaient entrés dans les maisons qui ont été frappées pour y chercher refuge, selon le journaliste kurde Hevidar Ahmed, s’exprimant en direct du lieu du massacre. »

RT a rendu compte de 130 civils massacrés en une seule nuit à Mossoul par les bombardements US. Mais le nombre des morts pourrait être beaucoup plus élevé. Des corps sont en train d’être dégagés des décombres, tâche très lente et ardue.

Selon un témoin oculaire local :

« … tout le voisinage s’enfuyait, à cause des missiles qui frappaient… les gens étaient venus se réfugier ici. »

« Je ne savais pas si c’était un abri ou  non. Je ne savais pas que nous ne pouvions pas y venir. Toute ma famille est à l’intérieur. Ils sont 27. Nous avons réussi à en dégager un et je ne sais rien des autres. Oui, il était mort. »

Ce sont les civils qui souffrent le plus dans toutes les guerres. Le mépris pour leur agonie et leurs souffrances, ici à Mossoul et sur d’autres théâtres de guerres US, ne fait qu’aggraver leur désespoir.

Survivre est un combat de tous les jours. Beaucoup d’entre eux n’y arrivent pas. Les autres resteront marqués à vie.

3. Stephen Lendman.jpeg

Stephen Lendman est un chercheur et journaliste politique US né à Boston, Massachusetts en 1934. Il est diplomé de Harvard. Il collabore régulièrement à Global Research.ca. Il vit à Chicago et y anime une émission de radio sur The Progressive Radio Network. Il est aussi l’auteur de plusieurs livres : Banker Occupation :  Waging Financial War On Humanity,” “How Wall Street Fleeces America :  Privatized Banking, Government Collusion and Class War,”, The Iraq Quagmire : The Price of Imperial Arrogance.. Le dernier en date est “Flashpoint in Ukraine : How the US Drive for Hegemony Risks WW III.” (http://www.claritypress.com/LendmanIII.html).

On peut le joindre sur son blog : lendmanstephen@sbcglobal.net

Source : http://www.informationclearinghouse.info/46740.htm

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

2. index 2.gif

 

Révolution qui se voudrait verte en cours en Russie

L’art de la guerre

Navalny démocrate made in USA

Manlio Dinucci – Il Manifesto28 mars 2017

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

4. alexei-navalny-010.jpg

 

 Un policier défonce la porte de la maison avec un mini bélier, l’autre entre en braquant son pistolet et crible de balles l’homme qui, réveillé en sursaut, a attrapé une batte de base-ball, pendant que d’autres policiers pointent leurs pistolets sur un enfant qui a les mains en l’air : scènes d’ordinaire violence « légale » aux Etats-Unis, documentées il y a une semaine avec des images vidéos par le New York Times, qui parle de « sillage de sang » provoqué par ces « perquisitions » effectuées par des ex militaires recrutés dans la police, avec les mêmes techniques que les ratissages en Afghanistan ou en Irak.

  Tout cela, nos grands médias ne nous le montrent pas : ces mêmes médias qui mettent en première page la police russe qui arrête Alexei Navalny à Moscou pour manifestation non autorisée. « Un affront aux valeurs démocratiques fondamentales », d’après le Département d’état USA qui réclame fermement son relâchement immédiat et celui d’autres personnes arrêtées. Federica Mogherini aussi, haute-représentante de la politique étrangère de l’Ue, condamne le gouvernement russe parce qu’il « empêche l’exercice des libertés fondamentales d’expression, d’association et assemblée pacifique ». Tous unis, donc, dans la nouvelle campagne lancée contre la Russie avec les tons typiques de la guerre froide, en soutien du nouveau paladin des « valeurs démocratiques ».

  Qui est Alexei Navalny ? Comme on peut lire dans son profil officiel, il a été formé à l’université étasunienne de Yale en tant que « fellow » (membre sélectionné ) du « Greenberg World Fellows Program », un programme créé en 2002 pour lequel sont sélectionnés chaque année à l’échelle mondiale à peine 16 personnes avec des caractéristiques propres à en faire des « leaders globaux ».  Ils font partie d’un réseau de « leaders engagés globalement pour faire du monde un endroit meilleur », composé actuellement de 291 fellows de 87 pays, en contact les uns avec les autres et tous reliés au centre étasunien de Yale.

  Navalny est en même temps co-fondateur du mouvement « Alternative démocratique », un des bénéficiaires de la National Endowment for Democracy (Ned), puissante « fondation privée à but non lucratif » étasunienne qui avec des fonds fournis y compris par le Congrès finance, ouvertement ou en sous-main, des milliers d’organisations non-gouvernementales dans plus de 90 pays pour « faire avancer la démocratie ». La Ned, une des succursales de la Cia pour les opérations secrètes, a été et est particulièrement active en Ukraine. Elle y a soutenu (selon ce qu’elle écrit) « la Révolution de Maïdan qui a abattu un gouvernement corrompu qui empêchait la démocratie ». Avec pour résultat que, avec le putsch de Place Maïdan, a été installé à Kiev un gouvernement encore plus corrompu, dont le caractère démocratique est représenté par les néo-nazis qui y occupent des positions clé.

  En Russie, où ont été interdites les activités des « organisations non-gouvernementales indésirables », la Ned n’a pas pour autant cessé sa campagne contre le gouvernement russe, accusé de mener une politique étrangère agressive pour soumettre à sa sphère d’influence tous les états faisant autrefois partie de l’Urss. Accusation qui sert de base à la stratégie USA/Otan contre la Russie. La technique, désormais consolidée, est celle des « révolutions oranges » : s’appuyer sur des cas vrais ou inventés de corruption et sur d’autres causes de mécontentement pour fomenter une rébellion anti-gouvernementale, de façon à affaiblir l’Etat de l’intérieur pendant que de l’extérieur s’accroit sur lui la pression militaire, politique et économique. Dans ce cadre s’insère l’activité d’Alexei Navalny, qui s’est spécialisé à Yale comme avocat défenseur des faibles face aux abus des puissants.

Edition de mardi 28 mars 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/navalny-un-democratico-made-in-usa/  

 

2. index 2.gif

 

Révolution noire en Guyane (où il y a sûrement aussi des peaux-rouges)

Guyane

Les 500 frères sont les pires ennemis du mouvement de contestation

Do – Vive la Révolution 29 mars 2017

http://mai68.org/spip2/spip.php?article97

 

5. Guyane.jpg

 

    Bonjour à toutes et à tous, 

La télé  fait une énorme la publicité aux 500 frères, soit-disant non-violents, afin de pousser le mouvement de contestation guyanais à les accepter comme dirigeants du mouvement. Ainsi, ils pourront calmer celui-ci, et le détourner de son vrai but, et donc le vaincre. 

Les 500 frères sont d'ailleurs essentiellement des membres de la sécurité. Et ils sont des flics et leurs ennemis sont les « délinquants », c'est-à-dire les plus pauvres. Les 500 frères réclament plus de flics.

A-t-on déjà vu une révolution ou un mouvement de contestation de gauche réclamer plus de flics et lutter contre les « délinquants » ? NON ! Pour nous, les délinquants, ce sont les capitalistes, les exploiteurs du prolétariat, ceux qui mettent les prolos dans une misère telle que pour survivre et nourrir leurs enfants, il leur devient nécessaire de « voler », c'est-à-dire de devenir des « délinquants ».

La télé donne essentiellement la parole à celles ou ceux qui se plaignent des « délinquants », c'est-à-dire à la petite bourgeoisie. Mais les « délinquants », c'est-à-dire les plus pauvres, c'est eux qui feront la révolution, si révolution il doit y avoir. Et ils trouveront devant eux les 500 frères qui, cette fois-ci, seront armés avec la bénédiction de l'État.

Les 500 frères sont les pires ennemis du mouvement de contestation

    Bien à vous,
    do
    28 mars 2017

    http://mai68.org/sp

 

2. index 2.gif

 

Ah, que ce mot fleure le bon vieux temps !...

 

Barbouzerie franco-israélienne contre Damas

ou

Quand le MOSSAD infiltre la DGSE

Luc Michel 28 mars 2017

Avec The Times of Israël Le MondePCN-SPO/

 

6. Barbouzes.jpg

 

Le Mossad aurait tenté de recruter des agents français !

Plongée dans une opération de barbouzes françaises (dont Squarcini, dit « le squale », le chef espion de Sarkozy) et israéliennes, qui tous complotent contre le gouvernement de Damas. « 

La CIA et son homologue allemand, le BND, sont aussi dans la boucle » (dixit Le Monde). Non on n’est pas dans « les Barbouzes », le film des Années 60 de Lautner. Mais dans la réalité du Renseignement occidental d’aujourd’hui…

« Des espions israéliens travaillant sur un ingénieur syrien à Paris ont tiré parti de leurs étroites relations avec leurs homologues français pour tenter d’infiltrer la DGSI », confirme le TIMES OF ISRAEL, qui cite aussi Le Monde (Paris). La tristement célèbre agence d’espionnage israélienne, le Mossad, « aurait tenté d’infiltrer son homologue français et de recruter des agents doubles au sein des agences d’espionnage françaises », selon un article explosif du quotidien français Le Monde.

Dimanche, le journal a publié des informations sur un rapport interne de la Direction générale de la sécurité interne (DGSI), l’agence d’espionnage intérieur de France, « dans lequel il est allégué que des agents des deux services travaillant sur une opération commune lancée en 2010 pour collecter des informations sur les capacités en armes de destruction massive de la Syrie ont développé des relations inappropriées et non autorisées » (sic). Ces relations ont été découvertes par une autre agence d’espionnage française, chargée de garder un œil sur les agents du Mossad travaillant à Paris.

 

DES BARBOUZES QUI CIBLENT DAMAS …

Un ingénieur syrien connaissant soi-disant « l’arsenal d’armes chimiques et de missiles balistiques de Bashar el-Assad » (resic) avait été fait venir et « travaillé par les Israéliens pour être une source de renseignements ». « L’ingénieur était également proche de la fille d’un cadre important du régime d’Assad », nous dit-on encore. « L’arrivée de l’ingénieur en France a eu lieu, selon Le Monde, après deux ans d’efforts du Mossad qui travaillait avec une source à Damas pour convaincre l’ingénieur de tenter de nouveaux horizons et de lancer une entreprise d’import-export à Paris ». « Un agent israélien, prétendant être un homme d’affaires d’origine italienne, a fourni à l’ingénieur syrien des contacts commerciaux et des conseils tout en obtenant de lui des informations, a indiqué Le Monde, pendant que les agences françaises ont clandestinement facilité les procédures de visa et lui ont ouvert d’autres portes dans le monde des affaires. Les agents français ont également fourni un soutien logistique et une surveillance ».

 

OPÉRATION « RATAFIA » COMMUNE AUX MOSSAD - DGSE – DGSI

Pendant leur opération commune, qui a duré plusieurs années, le Mossad, la DGSE et la DGSI ont découvert des informations cruciales au sujet des fabricants, des sous-traitants et des intermédiaires travaillant avec la Syrie en France et en Europe. « Des renseignements ont également été obtenus sur le programme d’armes chimiques d’Assad ». « Les informations obtenues par les Israéliens et transmises aux Français et aux Allemands ont entraîné l’Union européenne à geler en 2011 les avoirs du Centre syrien d’étude et de recherche scientifique (CERS), responsable du développement et de la production des armes chimiques ».

Selon Le Monde, pendant toute l’opération, intitulée « Ratafia », « les agents israéliens ont tiré parti de leurs rapports étroits avec leurs homologues français pour tenter de les recruter, en utilisant de l’argent et de coûteux cadeaux ». « Un agent français a été repéré au domicile du chef du Mossad à Paris pour un dîner de Shabbat. Il n’est identifié que par ses initiales, D.K. Par la suite, cet agent n’a pas signalé à ses supérieurs qu’après un voyage approuvé à Dubaï, il s’était rendu en Israël avec sa famille pour rencontrer des agents israéliens à Jérusalem ».

Ces échanges non autorisés ont été découverts par une branche de la DGSI. « Après que la DGSI a porté plainte auprès du Mossad en France, plusieurs agents français, dont D.K., ont vu leur autorisation sécuritaire révoquer et ont été transférés à d’autres postes, et plusieurs employés de l’ambassade israélienne à Paris sont partis ». L’ancien directeur de l’agence entre 2007 et 2012, Bernard Squarcini, est considéré comme un suspect dans cette affaire.

* Lire sur le Times of Israël :

http://fr.timesofisrael.com/le-mossad-aurait-tente-de-rec...

* Lire sur Le Monde :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/03/25/le-mossa...

Source : LUC MICHEL (lucmichel.net@gmail.com)

 

2. index 2.gif

 

On se fout de François Fillon, qu’il se démerde, mais ceci mérite d’être lu pour le principe.

 

À 8h30 sur France-Inter, vous êtes présumé coupable

Le massacre des innocents

Régis de Castelnau – Causeur – 29 mars 2017

 

7. patrick-cohen-france-inter-justice-640x400.jpg

Patrick Cohen, août 2015.

 

J’ai entendu il y a quelques années dans un spectacle une réplique de Madeleine Proust, qui m’avait frappé par sa pertinence. Le personnage créé par Laurence Sémonin artiste franc-comtoise nous disait : « Il vaut mieux mourir le soir que le matin, parce qu’on en apprend tous les jours ». J’y ai repensé, hier, en écoutant l’émission de Patrick Cohen sur France Inter à 8h30. Sur le thème « la présidentielles et les affaires », Patrick Cohen recevait deux cadors de la profession de journaliste–enquêteurs–chroniqueurs juridiques et judiciaires etc. Laurent Valdiguié rédacteur en chef au JDD, et Matthieu Aron, directeur adjoint de la rédaction de l’Obs. Du beau linge, ayant longtemps officié sur le terrain des affaires judiciaires.

Les Droits de l’Homme c’était mieux avant

Ayant commencé mes études de droit il y a 49 ans, et les ayant poursuivies tout au long de ma carrière, d’avocat et d’enseignant, je pensais être au point. Eh bien pas du tout, j’ai constaté que tout était à refaire en écoutant Matthieu Aron :

« Je vais dire une chose qui va choquer. On parle beaucoup de présomption d’innocence et c’est bien entendu quelque chose qu’on va tous respecter. [Mais] il faut quand même arrêter un instant. Quand un juge d’instruction met en examen une personne, ça s’appelle une présomption de culpabilité, ça signifie qu’un juge à un moment donné… »

– Patrick Cohen (lui coupe la parole pour poser une question) : « vous voulez dire pour l’opinion ? »

– Matthieu Aron riposte : « non, non, pas pour l’opinion, pour le droit ! »

Eh bien dites donc, moi qui pensais que le principe de la présomption d’innocence prévue par tous les systèmes judiciaires des pays civilisés, inscrite dans toutes les Déclarations des Droits de l’Homme, de la Française à l’Universelle en passant par la Convention européenne, j’avais tout faux. Je croyais naïvement que depuis le Droit Romain, la personne poursuivie était réputée innocente jusqu’à ce qu’une décision judiciaire définitive rendue par un juge impartial, prononce sa culpabilité. Que la preuve de celle-ci était à la seule charge de l’accusation, que le doute profitait à l’accusé. Je croyais que la MEE comme on l’appelle dans le jargon professionnel était destinée en fait à protéger la personne poursuivie en lui permettant d’intervenir avec ses avocats dans un débat contradictoire et loyal permettant d’élaborer une vérité judiciaire, appréciée au final par le juge du fond. Seul moyen de prendre une décision légitime revêtue de l’autorité de la chose jugée au nom du peuple français.

Les nouveaux-maîtres : les journalistes du service public

Eh bien j’avais tout faux. En France, les nouveaux maîtres, c’est-à-dire les journalistes qui officient sur le service public vous expliquent que la mise en examen vaut déclaration de présomption de culpabilité. Que postérieurement à celle-ci, il appartient au présumé coupable d’apporter la preuve de son innocence. Et qu’il est donc inutile pour les juges d’instruction d’instruire à charge ou à décharge, ce que d’ailleurs ils ne faisaient déjà plus guère au Pôle financier.

Comment un barbarisme juridique aussi infect peut-il être prononcé par un journaliste aguerri sur un média du service public à une heure de grande écoute, sans que Patrick Cohen ne réagisse, pas plus que Laurent Valdiguié. Ignorance crasse qui en dirait long sur leur niveau ou volonté délibérée dans l’ivresse du lynchage médiatico-judiciaire de François Fillon, de continuer à raconter n’importe quoi ? D’ailleurs, Patrick Cohen, à qui il ne reste pas la moindre nanoparticule de conscience professionnelle revendique le barbarisme totalitaire.

Malheureusement, les deux choses se combinent, le trio déplorable de ce matin, tout à sa propagande sans frein pour l’avènement de Macron, rejoint Edwy Plenel qui avait lui aussi inventé un nouveau concept juridique, celui d’« innocent–coupable » pour qualifier Éric Woerth innocenté par le juge du fond à Bordeaux.

Ces gens-là sont devenus fous.

Source : http://www.causeur.fr/france-inter-presomption-innocence-...

 

2. index 2.gif

 

Et revoilà petit Micron

Macron : Un cadeau de 14 milliards d’euros à Patrick Drahi en échange d’une campagne de matraquage médiatique…

Citoyen-Veilleur – ZE Journal – 25 mars 2017

 

8. Macron-Drahi.jpg

 

Patrick Drahi est un milliardaire patron du groupe Altice (Numéricable/SFR/SFR Médias). Il contrôle un groupe de médias puissant (BFM TV/RMC/L’express/Libération).

Patrick Drahi est un homme d’affaires et entrepreneur franco maroco israélien, né le 20 août 1963 à Casablanca. Il réside en Suisse depuis 1999.

Il est le président-fondateur du consortium luxembourgeois Altice, une multinationale spécialisée dans les télécommunications et les réseaux câblés qui est cotée à la bourse d’Amsterdam.

Il est propriétaire d’une holding personnelle, Next Limited Partnership, immatriculée à Guernesey, laquelle est l’actionnaire majoritaire d’Altice.

Altice est le principal actionnaire de l’opérateur français SFR Group de Virgin Mobile de l’opérateur israélien Hot, mais aussi Portugal Telecom, Orange Dominicana et l’américain Suddenlink.

SFR Group est propriétaire des médias Libération et L’Express. En 2015, selon le magazine Forbes, son patrimoine serait évalué à 14 milliards d’euros, ramené en 2016, pour cause d’endettement record, à 9 milliards d’euros. (Le Nouvel-Obs)

Source Wikipédia

Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euro à ses actionnaires. 

Macron a floué l’État français car il a choisi un groupe qui paye très peu d’impôts en France.

Montebourg craignait que le rachat de SFR par Altice ne se traduise par une gigantesque évasion fiscale.

En 2014, Montebourg éreinte Drahi alors qu’il est ministre. Des enquêtes fiscales sont alors diligentées par Bercy et ses déclarations ci-dessous sont sans ambiguïté.

« Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France.

Nous avons des questions fiscales à lui poser ! ».

Par ailleurs Drahi fera le plus grand plan social de 2016 en licenciant 5000 personnes chez SFR 

Pour remercier Macron, Drahi a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et a organisé un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente.

Lire la suite…

Source : http://citoyenveilleur.canalblog.com/archives/2017/03/05/...

Via : http://www.zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/12448

 

2. index 2.gif

 

Dernière minute !

PARIS

Manif d’appel aux sanctions

0. freccia nera piccola x.GIF

Changement de lieu : Tous au rassemblement le samedi 1er avril à 14H Place du Châtelet

 

Merci à toutes et à tous de noter que le lieu de notre rassemblement de ce samedi 1er avril a changé. Nous ne nous rassemblerons pas Place Edmond Michelet, mais Place du Châtelet, à quelques centaines de mètres de l’endroit initial.

 

2. index 2.gif


Mis en ligne le 29 mars 2017

Notre bateau d’aujourd’hui : Carl Dobsky, Ship of fools

 

 

 

 

18:56 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/03/2017

EN DIRECT DU LAC BAÏKAL

1. Photo d'Evgeny Ryazhev - il y a 4 jours.jpg

 

En direct du lac Baïkal

 

Aujourd’hui, nous relayons à peu près totalement l’ANTIPRESSE n° 69 du 26 mars 2017. Nous l’avons déjà dit, certaines des idées de Slobodan Despot et de ses collaborateurs sont aux antipodes des nôtres. Mais, si « la République n’a rien à échanger avec ses ennemis que du plomb », elle peut toujours – et nous aussi – échanger des idées avec ceux (amis ? ennemis ?) qui en ont. Encore faut-il qu’ils en aient. Ici, c’est le cas et nos lecteurs sont des adultes.

 

2. Fish 7.GIF

 

ANTIPRESSE n° 69 – 26 mars 2017

 

Note aux lecteurs

Comme je l’ai annoncé, la rédaction de l’Antipresse est délocalisée. ce numéro ainsi que les deux ou trois suivants sont rédigés des bords du lac Baïkal, où l’on prend inévitablement de la distance avec le brouhaha ordinaire.

Il fait beau et froid. Le lac est recouvert d’une épaisse couche de glace, nulle lumière n’est visible, la nuit, sur des dizaines de kilomètres de côtes. Ce lieu magique et quasi-désert est en même temps la plus grande réserve d’eau douce de la planète. Dans les décennies à venir, il est appelé à devenir le nombril du monde.

Dès le prochain Antipresse, j’évoquerai plus en détail le but et les circonstances de ce séjour.

Slobodan Despot

 

Dans ce numéro

2. Fish 7.GIF

 

Nous nous permettrons, en notre qualité de lecteurs abonnés à ANTIPRESSE de déplorer que les articles de la « Main courante », dès qu’ils sont ouverts, soient aussitôt recouverts d’un formulaire invitant à… s’abonner et empêchant la lecture de leur contenu. Dysfonctionnement ? Astuce ? Mystère, mais mystère énervant. L.G.O.

 2. Fish 7.GIF

 

NOUVELLEAKS par Slobodan Despot

 

Âme qui vive ?

 

Qu’est-ce que l’irruption des pitres dans la vie publique nous apprend sur nous-mêmes ?

Nous Européens n’aurons bientôt plus les moyens de regarder la réalité en face. Tout s’évertue à nous en ôter l’envie. Les politiques et les médias veillent comme dans Molière à mettre des noms convenables sur les laideurs qui choquent — voire à escamoter celles-ci lorsqu’elles deviennent proprement innommables.

Sans qu’on s’en soit aperçu, des taxations infamantes — «fachosphère», «extrême droite» — sont désormais appliquées à des gens qu’on ne peut associer ni de près ni de loin à ces idées radicales. De gauche, de droite ou de nulle part surgissent de nouveaux «pestiférés» dont ni les propos, ni le langage, ni les opinions, ni la manière d’être ne peuvent être qualifiés d’extrêmes — pour peu que les mots aient encore un sens. Leur seul tort, le plus souvent, est de ne pas prendre pour argent comptant les aberrations et les simplifications de la rumeur dominante. Exercer son discernement, vouloir attirer l’attention sur le fond des problèmes est devenu en soi, et a priori, un motif de disqualification.

 

Le règne de la peur

Dans ce fossé grandissant entre la réalité vécue et ses représentations obligées tâtonne et s’égare la population ordinaire, celle qui travaille et qui vote. Elle tâtonne, parce qu’elle a perdu certains repères essentiels d’une vie en société. La confiance dans les médias est au plus bas, les écoles produisent des ignares et de futurs chômeurs, les politiques s’illustrent par leur conformisme et leur indécision et les certitudes qu’on croyait immuables concernant la famille, la communauté nationale, l’éducation ou l’identité sexuelle sont dénigrées avec une hargne effarante. Les règles de vie ne procèdent plus d’expériences transmises, mais de définitions imposées. Le dressage a remplacé l’éducation.

Cela dit, tout va bien. Nous le disons et nous le répéterons jusqu’à ce que le mal frappe à notre porte et s’invite dans notre cuisine. Nous le répétons encore lorsqu’il a profané notre chambre à coucher. Nous ne le pensons pas, bien entendu, mais n’osons même plus nous avouer ce que nous pensons. Et encore moins le dire. Où le dire? Dans des meetings? Mais les directions des partis écoutent-elles la base? Dans les réseaux sociaux, cette procrastinante agglomération de solitudes? Même plus: ce dernier exutoire est lui-même en train de se corseter et de se censurer. Les délits verbaux et les propos «discriminants» sont plus sévèrement punis, au travail et dans la vie publique, que des actes criminels et la mémoire infinie de l’internet garde trace de toutes nos frasques à l’attention des éventuels employeurs à venir. Nous ne nous en sommes pas aperçus, mais nous sommes ligotés. Et les anomalies de 2016 — contre-information russe, Brexit, Trump — ont eu pour premier effet concret un sensible resserrement de la camisole.

 

Le temps des pitres

L’union de la peur et de l’absurde engendre l’apathie. D’où l’émergence de la «PRAF-attitude» dont parle Brice Teinturier («Plus rien à faire, plus rien à foutre». La vraie crise de la démocratie, voir le Cannibale lecteur d’Antipresse 68). De fait, le premier parti dans les démocraties modernes est celui de l’abstention.

L’apathie a une sœur jumelle: la dérision. D’où l’irruption sur la scène politique de figures qui annoncent la négation de la politique elle-même. Voici, en France, le Macron®, la logomachine publicitaire projetée sur les planches. Voici en Italie Beppe Grillo, qui brouilla suffisamment les cartes pour soulever une lame de fond — avant de se rallier spectaculairement au système.

Et voici maintenant que la Serbie s’apprête à élire son président. Alors que le premier ministre actuel, Vučić, s’est illustré par son activisme et son méthodique accaparement du pouvoir, il se retrouve contesté par un Borat de province qui aurait poussé la farce jusqu’à véritablement se porter candidat. Ce sympathique provocateur s’est inventé un nom de famille ridicule (Preletačević = «Survoleur»), se fait appeler «Le Blanc» parce qu’il s’habille toujours de blanc et réduit sa communication à un slogan sans aucun contenu: Samo jako!, autrement dit: «Allons-y fort!» Il revendique une attitude «cool», dénonce la «nervosité» du pouvoir et prétend rassembler tous les mécontents sans idée ni cause. Il se définit comme la voix de cette «société civile» qui ne veut plus se reconnaître dans aucun parti car les partis, désormais, incarnent la magouille et la corruption. En quelques semaines, ce pur mouvement («en marche!» pourrait aussi être sa devise!) sans aucun programme est devenu le principal concurrent de l’homme fort du pays.

Est-ce un rebelle ou un pantin, un Coluche inconnu ou un produit de marketing? Les deux sont possibles, encore qu’on l’a vu avec les têtes d’Otpor, le noyau de la «révolution colorée» serbe qui fit tomber Milošević. Peut-être se moque-t-il même d’eux, de ces théoriciens de la «reprise non-violente du pouvoir». Peut-être — mais il est en train de pousser leur propre stratégie de la «société civile en marche» dans des raffinements inattendus.

Le ras-le-bol, la privation de parole et la déception nous font en effet oublier une vérité fondamentale: c’est qu’il y a un régime pire que celui des institutions incapables et corrompues. C’est le régime qui suit l’effondrement des institutions, autrement dit le règne du chaos. La montée des pitres nous venge et nous soulage, mais elle sape en même temps les fondements mêmes de l’ordre où nous vivons. En Serbie, en Ukraine, des guerres civiles ont commencé dans la liesse festive et la satire. Elles n’ont débouché sur aucun progrès notable, sinon celui du pouvoir des mafias et du grand capital globalisé. Les pitres sont le papier à mouches qui attire et qui fixe des énergies susceptibles de mettre en péril de système — si elles s’unissaient autour d’un projet plutôt que d’un rejet.

Mais comment élaborer aujourd’hui un projet? Les projets impliquent la confiance et l’audace. Or nous sommes atomisés, éparpillés, méfiants. Or la peur grégaire est devenue la tonalité de fond de l’existence dans les pays qui ont jadis inventé la démocratie et les droits de l’individu. L’absurde est devenu le moyen d’expression de cette peur. La liberté d’expression n’est plus qu’un luxe incongru et la démocratie, un rite. L’Europe se meurt par les deux bouts: à la fois par l’ineptie des institutions et par l’effondrement des personnalités individuelles. Les deux sont du reste liés par la vieille loi alchimique: ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Aucun projet politique, quel qu’il soit, n’a la moindre chance de réussir s’il ne s’accompagne d’une reconstruction des personnalités. En commençant par redéfinir le sens de l’existence et de la vie en communauté — deux questions auxquelles l’islam fournit des réponses sommaires mais efficaces.

Face à cette concurrence établie sur nos terres, les «outils» de la politique et du droit apparaissent dérisoires. Nous nous évertuons à imposer des lois-cadres à notre existence sans oser dire ce qu’elle est à nos yeux. Nous sommes devenus frêles et timorés, reléguant l’essentiel dans les allusions. Lorsque ce rapport sera inversé, que l’essentiel sera explicite et que le fond se remettra à dicter la forme, nous aurons retrouvé notre âme. Tout le reste est pitrerie.

 

2. Fish 7.GIF

 

CANNIBALE LECTEUR de Pascal Vandenberghe

 

Éloge de la bêtise

 

Pourquoi ne faut-il pas confondre bêtise et sottise ?

Denis Grozdanovitch fait preuve d’une modestie exemplaire dans l’introduction du Génie de la bêtise (Grasset, 2017) en présentant son livre comme une «flânerie dilettante». Flânerie, certes. Mais dilettante, cela se discute! Sans doute son passé de sportif (tennis, squash et courte paume) reconverti à la philosophie (et au jeu d’échecs) n’est pas étranger à ce regard qu’il porte sur lui-même.

Car si le livre commence et finit par des anecdotes et histoires personnelles (de son enfance pour commencer le livre à un passé récent pour le conclure), son essai sur la bêtise fourmille de références, de citations et de considérations qui montrent sa grande culture et sa connaissance approfondie de ce sujet universel.

Mais attention: il ne faut pas confondre bêtise et sottise. Cette nuance d’importance apparaît dès l’exergue du livre, avec cette citation de Madame de Staël: « La différence que j’établirais entre la bêtise et la sottise est que les bêtes (animales ou humaines) s’accommodent assez docilement des lois de la nature, tandis que les sots prétendent toujours les dominer. »

Partant de cette distinction, si la bêtise, dans le sens que lui donne Madame de Staël, c’est-à-dire une bêtise « naturelle », et par là même susceptible de toucher chacun à tout moment[1], est reconnue et revendiquée par Denis Grozdanovitch, la sottise en revanche, qui trouve quant à elle ses origines dans l’intellectualisme excessif et/ou la conceptualisation abusive, y est vilipendée sans égards.

Ce livre est à la fois une promenade littéraire érudite et colorée, et une réflexion sur notre «modernité»: d’un côté c’est une plaidoirie pour le common sense (ou common decency) prôné notamment par George Orwell, Denis Grozdanovitch s’inspirant fortement de l’écrivain italien Raffaelle La Capria, et en particulier de son livre La mouche dans la bouteille: Éloge du sens commun (Climats, 2005) : « Le sens commun signifie, pour moi, se sentir partie intégrante d’un monde naturel, mais non emprunté ou imité, et encore moins imposé. […] Il signifie s’adresser au plus grand nombre, et pas seulement à ceux qui possèdent l’outillage conceptuel adéquat. Il signifie enfin le sens de la mesure et de la limite, qui après tout sont des prérogatives de la civilisation à laquelle j’appartiens. »

De l’autre, c’est un réquisitoire contre l’intellectualisme excessif : les exemples et situations ne manquent pas, on s’en doute! L’une des sources de référence de l’auteur, outre ses propres expériences et lectures, est ici L’Encyclopédie de la stupidité de Matthijs van Boxsel (« Petite Bibliothèque Payot», 2010), dont le leitmotiv est que nul n’est suffisamment intelligent pour comprendre sa propre stupidité, et qui affirme péremptoirement que «la stupidité est la condition du progrès intellectue l ».

Plus loin, Denis Grozdanovitch retrouve par hasard son ancien prof de maths, et reprend avec lui la discussion engagée alors qu’il était encore son élève: « Mon cher Grozda, […] nous sommes conduits tout droit vers un impérialisme totalitaire de la bêtise à travers le pouvoir des médias qui nous inoculent, insidieusement, passez-moi l’expression, le virus de la connerie réglementaire. Oui, ce que je vois se profiler est que la propagande des États souverains [2] sera bientôt tellement prépondérante que nul ne pourra plus échapper au formatage de la stupidité institutionnelle, ce sera même physiquement dangereux pour ceux qui prétendront y résister. Les quelques énergumènes qui s’y essaieront seront traqués, emprisonnés et remis médicalement au pas. »

Littérature et réflexion, donc: un double plaisir que nous offre ici Denis Grozdanovitch, comme une promenade en forêt, qui permet tout à la fois de sentir et entendre la nature en cheminant sur les sentiers, presque sans s’en rendre compte (métaphore de la littérature), et de se laisser porter par sa propre pensée, libre, détachée et éthérée (métaphore de la philosophie).

On Regrettera toutefois que l’éditeur n’ait pas jugé utile de fournir, en début ou en fin d’ouvrage, la liste des ouvrages déjà publiés de cet auteur prolifique – une bonne dizaine –, parmi lesquels nous citerons le premier, Petit traité de désinvolture (José Corti, 2002, « Points Seuil », 2005), mais aussi L’Art difficile de ne presque rien faire (Denoël, 2009, « Folio », 2010) et enfin, dans le genre romanesque, La secrète mélancolie des marionnettes (L’Olivier, 2011). Un auteur aux multiples talents, chantre de la lenteur aux accents poétiques.

Une touche personnelle pour finir: m’est revenu en lisant ce livre le texte d’une chanson de Claude Nougaro, Il faut tourner la page, et en particulier ce passage:

« Il faut tourner la page

Redevenir tout simple

Comme ces âmes saintes

Qui disent dans leurs yeux

Mieux

Que toutes les facondes

Des redresseurs de monde

Des faussaires de

Dieu »

Et comme je suis dans un bon jour, voici le lien pour l’écouter « en vrai », en entier, et en « live ». Fermez les yeux et écoutez !

______________    

NOTES

[1] «Tout homme est bête à ses heures de la même façon que tout homme est mortel » : cette citation de Jean-Paul Sartre ouvre le chapitre consacré par Denis Grozdanovitch à L’idiot de la famille, ce gigantesque essai inachevé (mais qui occupe malgré tout trois gros volumes, totalisant près de 3.000 pages !) que Sartre consacra à Flaubert, chez qui la bêtise est au cœur de l’œuvre, en particulier dans Bouvard et Pécuchet.

[2] Cette discussion remonte certainement à plusieurs années. Ce ne sont sans doute plus, de nos jours, les «États souverains» – et qui le sont d’ailleurs de moins en moins, en tout cas dans nos contrées – qui représentent un tel risque (ou une telle réalité, même).

 

2. Fish 7.GIF

 

ENFUMAGES par Fernand Le Pic

 

Emmanuel Macron ou la xyloglossie 2.0

 

Et si la rhétorique vide du golden boy était entièrement pompée dans le lexique de la pub bancaire?

Des millions de Français ont regardé le débat télévisé réunissant cinq des onze candidats à la présidentielle.

Ils ont tous constaté la vacuité du verbe de l’un d’eux : Emmanuel Macron. Et pourtant, des sondages flatteurs le plaçaient en tête pour sa force de conviction. Comment peut-on absorber la promesse de diriger la France dans un tel néant verbal ? Comment réussit-on à placer des contradicteurs aussi chevronnés dans une orbite sémantique aussi lâche ? Seule Marine Le Pen a osé extraire ce constat de la torpeur ambiante. Est-ce seulement parce qu’il est jeune qu’une majorité de Français avale ses incantations fictives comme des sucreries ? Qu’elle se pâme de ses périphrases comme la poésie d’une nouvelle fonction Smartphone ? Qu’elle adule une pensée absente de sa parole et qui se tapirait dans un faciès enjôleur ? Macron serait-il un thaumaturge 2.0 lorsqu’il lance ses « je vous aime » contrefaisants d’un vieux tube de Julien Clerc ?

Le fait est qu’il « passe ». Nous sommes allés en chercher la raison dans la construction de son format publicitaire, au sens propre du terme.

On sait que Macron s’est entouré d’agences de publicité spécialisées dans la grande consommation et l’e-commerce pour organiser sa communication politique.

Les premières s’adressent à la fameuse « ménagère moins de 50 », mais comme madame Macron n’est déjà plus dans la cible et que lui-même n’y est pas encore, les standards les plus récents de la com en ligne ont prévalu.

C’est Adrien Taquet, cofondateur de l’agence « Jésus et Gabriel », déjà tout un symbole, qui aurait trouvé le nom du parti politique de Macron en forme de slogan « En Marche ! ». Dans les casernes, le terme appartient plutôt au vocabulaire des adjudants, ce n’est donc pas là qu’on trouvera la source d’inspiration. Certains y voient la traduction française de « Move on », un contretorpilleur déguisé en ONG appartenant à la flotte de George Soros. C’est possible, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Pourquoi ne pas fouiner dans l’univers de référence bancaire de Macron ? Surprise, son agence a manifestement pompé le dernier slogan de « Soon », la banque en ligne d’Axa. Une banque résolument de son temps, dont l’offre est « 100% mobile, sans conditions de revenus, idéale pour les jeunes ! », dont la signature publicitaire depuis 2013 n’est autre que : « La révolution bancaire en marche ! ».

Autre point commun avec la banque d’Axa, le mode de développement. Ils appellent cela le mode « lean start-up », c’est-à-dire exprimer des convictions très générales avec force, dont les fonctionnalités sont construites progressivement et de façon itérative avec les utilisateurs. Exactement comme le mode d’accouchement du « programme » de Macron.

Le destin du jeune énarque et gendre idéal (sa propre épouse ne s’y est pas trompée), est donc bien le premier cas pratique de lancement d’un produit politique « en mode lean start-up ». On comprend beaucoup mieux pourquoi, dans l’opération phénoménale de R&D qu’a été son passage à Bercy comme ministre de l’économie, on lui ait aussi ajouté l’appli « ministre du numérique ».

On ne s’étonne pas non plus que le site de promotion de campagne de Macron propose le paiement en ligne. Peut-être que s’il est élu, il en fera même un service bancaire ?

Nous commençons à comprendre pourquoi quelqu’un qui ne dit rien et dont les promesses politiques ne reposent sur aucune démonstration réelle peut ainsi séduire une telle proportion d’admirateurs dans le monde merveilleux et paradisiaque des sondés. Macron n’est évidemment plus un homme politique, c’est totalement ringard. C’est aussi dépassé que « culture française », ce plat cuisiné qu’on gardera peut-être encore congelé pour un en-cas. Macron est simplement un produit-geek lancé sur le marché pour impacter le code source du hardware sociétal, façon drag and drop.

Son verbiage n’est pas de la langue de bois mais du format compressé ZIP et tant pis pour ceux qui n’ont pas le plug-in de décompression.

Mais tout ce travail n’est pas que du fait des agences de com. Comme tout corps spongieux en politique, Macron s’est imbibé tout seul du langage bancaire, que d’ailleurs, il « assume pleinement ». Le « bon sens près de chez vous », il le laisse à Fillon. Lui qui est d’accord sur tout et avec tout le monde, c’est plutôt « le pouvoir de dire oui » du Crédit Lyonnais, même si à l’époque de cette pub, il n’était pas encore né. A « l’autre façon d’être une banque », il substitue l’autre façon d’être candidat, « parce que le monde bouge » comme dirait le CIC. Et lorsque Fortuneo déclare « j’aime ma banque » il assène qu’il aime son public qui applaudit en phase avec les ordres envoyés par « chat », par ses metteurs en scène. Il ne se cache de rien, les voix des Français le captivent, comme autrefois la BNP qui osait : « Votre argent m’intéresse ». Même la presse s’est installée dans le registre « investissez dans la réussite » comme le slogan d’HSBC, pour pousser à voter Macron.

S’il est élu, il pourra dire « Aujourd’hui je l’ai fait » et remercier ING Bank.

 

2. Fish 7.GIF


Le désinvité de la semaine

 

Albert Caraco : « Arpenter notre évidence » (2e partie)

 

J’ai évoqué brièvement, dans Antipresse 67, la vie et les idées d’un des vrais auteurs maudits du XXe siècle.

Voici un deuxième choix de textes tiré de son Bréviaire. Cela commence par «Nos intellectuels ne savent que jouer, et nos spirituels ne savent que mentir. Aucun ne songe à repenser le monde…» — Et cela finit par: «Nous aimons mieux l’irréparable que la survie dans un avortement recommencé.» Entre ce début et cette fin, pas une phrase qui ne heurte nos idées reçues de plein fouet !

*

Le Bréviaire du Chaos est la quintessence et la synthèse de sa pensée dans sa forme la plus prophétique et la plus brutale. Ce choix d’extraits touche à ses grands sujets: suicide environnemental, illusions menant à la guerre, abrutissement collectif, mensonge des religions, salut par le matriarcat. Et, par-dessus tout: nécessité de revenir à la pensée sans entraves et aux évidences premières.

Slobodan Despot

 

2. Fish 7.GIF

 

Main courante

TECHNOLOGIE | Cercle magique contre autopilote

CASQUES BLANCS | Al-Qaïda remercie ses «guerriers cachés»!

CIA | L’article que «Historia» préférerait ne pas avoir publié

SUISSE | Bourrage d’urnes en Valais?

MEDIAS | Polony.tv, un bol d’air dans le PAF

MANIPULATION | Quand Obama «remplace», Trump «vire»

M…! | La tortueuse histoire du mot de Cambronne

log.antipresse.net, le monde à livre ouvert !

 

2. Fish 7.GIF

 

La bêtise, soeur jumelle de l’intelligence

Et laissez-moi encore vous dire pour la mille et unième fois ce qui est évident depuis des siècles : que le philosophe sera toujours ridicule !

Et bête ! Mais d’un bête ! Car enfin, la bêtise n’est rien d’autre que la sœur jumelle de l’intelligence et s’épanouit en fleurissant non pas sur le terreau vierge de l’intelligence, mais bien sur la glèbe féconde arrosée de la septième sueur des penseurs et des sages…

Et je souscris à la croyance commune qui voit dans les penseurs les plus profonds les fournisseurs de la plus solide des bêtises. […] Étrange ce gauchissement de toute formule sitôt qu’elle est confrontée avec la vie. Si grande soit-elle, une philosophie, plus elle est proche de la vie, plus son ridicule — par une sorte de feinte, de cabriole démoniaque — s’affirme considérable : on met alors droit dans le mille et il a nom « bêtise ». C’est avec effroi qu’on s’aperçoit que plus c’est sérieux, moins c’est sérieux !

— Witold Gombrowicz, Journal.

 

2. Fish 7.GIF

Lac Baïkal

Puisqu’on y est, tiens…

 

3. Petit bateau Lac Baikal.JPG

 

4. Fish-Skeleton.gif

 

Vous reprendrez bien une tasse de ciguë ?

 

C’est en anglais, c’est écolo et ça fait peur :

 

5. L'Algue Spirogyra envahit le lac (contamination fécale).JPG

Le lac Baïkal est envahi par l’algue Spirogyra, synonyme de contamination fécale

 

6. rives du lac baikal.JPG

Les rives du lac où la pollution « se voit »…

 

http://havacuppahemlock1.blogspot.be/2015/08/russias-lake...

 

4. Fish-Skeleton.gif

 

7. BAIKAL Mer sacrée.JPG

20% de la réserve d’eau douce du monde entier se trouve ici, et… elle n’est plus buvable.

 

8. Carcasse d'animal lac baikal fourrure sur la queue.JPG

Une étrange créature aquatique échouée sur le bord du lac Baïkal – Très gros dauphin, disent certains, mais… les dauphins n’ont pas la queue poilue, alors quoi ?

 

9. Phoques d'eau douce photo de Sergey Gabdurakhmanov.JPG

Phoques d’eau douce en sursis – Photo de Sergey Gabdurakhmanov

 

http://siberiantimes.com/other/others/news/n0287-identity...

 

 

4. Fish-Skeleton.gif

 

On peut toujours essayer de dessaler l’eau de mer pour la boire. Sauf que… l’eau de toutes les mers est, elle aussi, polluée.

Question : les Russes ont-ils une idée pour assainir leur lac ?

Les frais de recherche et de mise en œuvre de l’assainissement du Baïkal n’incombent-ils pas à toute la planète ?

Au lieu de leur faire la guerre pour satisfaire les caprices des McCain et des Soros…

 

10. Ancienne sculpture immergée lac baikal.JPG

Ancienne sculpture immergée – Trésors de l’humanité – Lac Baïkal

 

4. Fish-Skeleton.gif

 

Il n’y a pas que les lacs au monde, il y a aussi les volcans et tout ce qui va avec…

 

Surprise ! Les scientifiques ne s’y attendaient pas…

Un volcan du Kamchatka entre en éruption, pour la première fois depuis 250 ans

 

Il s’est manifesté pour la dernière fois en 1769

 

 « C’est une totale surprise pour nous. Nous continuons à le tenir à l’œil et nous analyserons les dangers possibles au fur et à mesure que les informations nous parviendront » a déclaré à l’agence TASS Olga Girina de l’Équipe Spéciale de Réaction aux Éruptions Volcaniques du Kamchatka (KVERT)

Le volcan a commencé à cracher des cendres vendredi soir jusqu’’à 7.000 mètres de haut, et elles auraient pu recouvrir la ville de Severo Kurislsk, située sur l’île de Paramushir.

Les experts croient que le danger est passé, bien que le code orange reste activé en ce qui concerne les risques encourus par l’aviation.

Le volcan Kambalny a 2.156 mètres de haut et il se trouve au sud du Kamchatka. Il est entré en activité pour la dernière fois sous le règne de l’impératrice Catherine II, en 1769.

Il se trouve à peu près 300 volcans sur le territoire de la péninsule du Kamchatka, dont 29 en activité. En décembre dernier, le volcan Shiveluch – qui se trouve au nord du Kamchatka – est entré en éruption et a craché des cendres jusqu’à 11.000 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Source : https://www.rt.com/viral/382331-volcano-eruption-russia-k...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

11. Volcano.gif

 

De la foudre au volcanisme, l'environnement préhistorique et les fresques de la grotte Chauvet Pont-d'Arc

 

Frédéric LAVACHERY

Pôle Haroun Tazieff  en Vivarais-Velay, les Ouches, 43430 Chaudeyrolles

frederic.lavachery@tazieff.fr

 

12. chauvet.jpg

 

Le 10 mai prochain, Frédéric Lavachery est invité à faire une communication au deuxième Symposium international sur la foudre et les phénomènes orageux :

https://www.labofoudre.com/symposium-2017/

 

Alors que les scientifiques français en charge de la grotte Chauvet comme ceux qui s'occupent de la géologie et du volcanisme dans l'Hexagone ne veulent pas en entendre parler, le comité scientifique du programme de ce symposium a considéré que cette recherche devait être portée à la connaissance de la communauté scientifique internationale. Ils ont donc fait une entorse à leur propre règlement en invitant un non-scientifique à rendre compte de ses recherches. 

Ci-dessous en avant-première, résumé de cette communication :

 

11. Volcano.gif

 

Le mont Mézenc, haut lieu de la néotectonique et du volcanisme dans l'environnement des grottes préhistoriques des gorges de l'Ardèche (France), est-il le siège d'un « paysage de la foudre » qui, à l'instar du volcanisme actif, a pu marquer la cosmogonie au Paléolithique supérieur ?

La découverte, en mai 2015, par l'interprétation du panneau du Mégacéros de la grotte Chauvet-Pont d'Arc, d'un épisode éruptif hydrogazeux survenu il y a environ 35 000 ans au lac d'Issarlès, confirme l'intérêt d'une approche de l'art paléolithique par l'examen du rapport de l'homme à son environnement.

La contemporanéité de l'art de Chauvet et de l'activité volcanique du Vivarais et du Velay oriental, constatée en juin 2013, ouvre une série d'interrogations sur le rapport de l'homme au paysage, notamment en ce qui concerne les événements telluriques, astronomiques et atmosphériques dont il est le siège.

Il est frappant que les grottes habitées ou ornées des gorges de l'Ardèche soient situées à la charnière géologique de la roche plutonique ou volcanique et de la roche sédimentaire. L'homme de l'âge de la pierre, artisan de ce matériau premier de la culture humaine, aurait-il pu rester insensible à ce contraste ? A cinq lieues de la grotte Chauvet, il aura pu observer la roche du feu coiffer celle de l'eau : le basalte du plateau du Coiron est littéralement posé sur les sédiments marins. Le basalte, Neandertal et Cro-Magnon l'ont vu sortir des entrailles de la Terre, notamment dans l'axe volcano-tectonique NO-SE qui structure la morphologie du paysage d'Ardèche et de Haute-Loire. La formation de la pierre par l'eau, ils l'ont observée aussi bien par le dépôt de la calcite dans les grottes que par l'activité des fontaines pétrifiantes en zones de volcanisme actif. 

Dans la grotte Chauvet, une fresque présente un lion dont l'œil est formé par un coquillage. On trouve des coquillages dans le calcaire affleurant sous le basalte du Coiron mais aussi dans la sépulture paléolithique d'un enfant, découverte dans la grotte du Figuier (gorges de l'Ardèche).

On peut raisonnablement émettre l'hypothèse que les artisans de la pierre au Paléolithique ne confondaient pas les caractéristiques d'une pierre générée par le feu avec celui d'une pierre engendrée par l'eau. La formation de la carte mentale du territoire par les artisans préhistoriques a pu intégrer la distribution des roches selon une classification pierre du feu / pierre de l'eau. Cette distribution répondant à des données morphologiques du paysage, c'est la configuration même du paysage et sa qualification au regard de critères naturalistes qui devient une source de maîtrise de l'espace.

Le phénomène éruptif figure à l'évidence parmi les marqueurs majeurs du paysage tant au plan structurel qu'événementiel, tant au plan de la prévention des risques que de la formation d'une cosmogonie Terre-Ciel. On voit immédiatement que la pertinence d'une recherche sur le paysage fugace et permanent de la foudre est une hypothèse à travailler au même titre que celle du paysage volcanique, pour la paléoanthropologie.

La recherche des éruptions contemporaines de l'occupation de la grotte Chauvet est en cours depuis 2013. Dans un futur proche, des études en collaboration avec des organismes de recherches partenaires, portant sur la typologie et les caractéristiques des orages dans le périmètre d'arpentage des artistes du site préhistorique de Chauvet, permettront d’affiner nos hypothèses.

La première campagne de terrain portera sur le sommet de l'axe volcano-tectonique qui conduit naturellement aux gorges de l'Ardèche. L'axe NO-SE siège des éruptions au long de la Préhistoire est aussi celui du couchant au solstice d'été, à quelques degrés près selon les variations astronomiques. Coïncidence qui a pu également entrer dans la cosmogonie des artisans et artistes de Chauvet. Cette hypothèse mobilise la curiosité pour tout ce qui a trait aux relations que la Terre et le Ciel peuvent entretenir par le feu dans l'imaginaire humain : embrasement des cieux par le soleil couchant, par l'éruption volcanique ou par la foudre.

 

Participants


Dr. Raymond Piccoli, (président du comité/Committee chair)Laboratoire de Recherche sur la Foudre, unité de recherche Pégase (France).

Pr. Pascal ANDRE, Clermont-Auvergne University, Laboratoire de Physique de Clermont, LPC+ (France).
Pr. Vladimir Bychkov, Academician, Russian Academy of Natural Sciences, President of Russian Committee on Ball Lightning (Russia).
Dr. Laurent Caumon, SAMU 15, Henri Mondor Hospital, Aurillac (France).

Dr. Marie-Agnès Courty, CNRS, Laboratoire PROMES, UPR 8521, Perpignan (France).

Dr. Régis Darques, CNRS, UMR 5281, Montpellier (France).
Pr. Geert Dijkhuis, President International Committee of Ball Lightning, Mathematics Dpt, Eindhoven University of Tech. (R), Convectron N.V (The Netherlands).

Pr. Philip Papaelias, Department of Astrophysics, Astronomy and Mechanics, National University of Athens (Greece).
Pr. Mikhail Shmatov, Ioffe Physical Technical Institute, Russian Academy of Sciences (Russia).
Pr. Karl Stephan, Departement of Technology, Texas State University (USA).

Pr. Hui-Chun WU, Institute for Fusion Theory and Simulation (IFTS) and Department of Physics, Zhejiang University, Hangzhou (China).

 

 

11. Volcano.gif

 

Palestine

(Non, pas question de s’arrêter)

14. Barbelés Palestine Naji_al-Ali_.gif

 

Séparation du CRIF et de l’État

TOUS AU RASSEMBLEMENT À BEAUBOURG

SAMEDI 1er AVRIL À 14 H !

 

15. mandela_rectangulaire-9-49a46.jpg

 

Merci à toutes et à tous de noter que malgré les pressions exercées par le CRIF, NKM, l’ambassadrice d’Israël & Co... nous nous rassemblerons le samedi 1er avril à 14 H à Beaubourg, pour dénoncer le régime colonial de l’occupant, et pour exiger des sanctions, en lieu et place de la collaboration actuelle du gouvernement avec l’apartheid israélien.

Lire la suite…

Source : http://www.europalestine.com/spip.php?article12779

 

14. Barbelés Palestine Naji_al-Ali_.gif

 

Les BDS qui font vraiment mal :

 

L'Iran sanctionne 15 sociétés américaines pour soutien à Israël et au terrorisme

France Révolution26 mars 2017

 

16. Iran flags.jpg

 

L'Iran a décidé de sanctionner des sociétés américaines pour le soutien qu'elles apportent à Israël et aux «actions terroristes» de l'État hébreu, a rapporté l'agence de presse officielle de la République islamique.

D'après l'agence de presse officielle iranienne Irna, Téhéran a décidé le 26 mars de décréter des sanctions contre quinze entreprises américaines, en raison de leur soutien à Israël et «aux actions terroristes de ce régime».

Cette décision, qui est largement symbolique puisque ces sociétés ne font pas d'affaires avec l'Iran, intervient deux jours après que les États-Unis ont pris des sanctions contre 30 sociétés et individus de dix pays étrangers accusés d'avoir collaboré avec le programme d'armement de l'Iran.

Selon les informations diffusées par Irna, «toute transaction est interdite avec les sociétés [visées], leurs biens seront saisis et leurs responsables ne pourront pas obtenir de visa» de la part des autorités iraniennes.

Parmi les entreprises en question, figurent la compagnie United Technologies dont la branche de défense est accusée de vendre des hélicoptères à Israël, ITT Corporation, active dans 100 pays et spécialisée dans les composants industriels, ou encore Bushmaster Firearms International, qui fabrique des armes à feu. La compagnie Re/Max Real Estate est aussi accusée par Téhéran « d'acheter et de vendre des logements dans les colonies situées dans les territoires occupés» palestiniens ».

 

Vives tensions entre Washington et Téhéran

Cette annonce intervient alors que le ton ne cesse de monter entre Téhéran et Washington depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump. Ce dernier a dénoncé à plusieurs reprises l'accord conclu à l'été 2016 sur le programme nucléaire iranien.

Ces sanctions iraniennes sont aussi «une réaction» aux sanctions américaines imposées en février après un test de missile par Téhéran, précise encore Irna.

En outre, le Congrès américain prépare en ce moment une nouvelle loi qui qualifiera les Gardiens de la révolution, le corps d'élite de l'armée iranienne, de «groupe terroriste». Les Gardiens de la révolution sont notamment chargés du programme balistique de l'Iran mais possèdent aussi des sociétés présentes dans différents secteurs économiques du pays, dont celui de l'énergie.

A l'inverse, le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement iranien, Allaeddine Boroujerdi, a déclaré le 25 mars qu'une loi sera présentée début avril pour qualifier l'armée américaine et les services de renseignements de ce pays de «groupes terroristes», rapporte le site de la télévision d'État.

Source : http://france-revolution-investigative-reporter.over-blog...

14. Barbelés Palestine Naji_al-Ali_.gif

 

Élections dans l’Hexagone

 

18. Alfredf le pingouin 4.JPG

 

Et puisque petit Micron il y a...

Devant une salle à moitié vide, le curieux meeting d'Emmanuel Macron à la Réunion

RT 26 mars 2017

 

17. Macron à la Réunion.jpg

 

Le candidat d’« En Marche ! » a-t-il vu trop grand ? Face à la faible mobilisation pour son meeting à la Réunion, il l’a transformé en une séance de questions-réponses avec l’assistance… ce qui n’a pas empêché nombre d’entre eux de quitter la salle.

Emmanuel Macron était samedi 25 mars en déplacement sur l’île de la Réunion, où il devait tenir un meeting devant 4 500 personnes. Son équipe de campagne avait peut-être surestimé l’intérêt des Réunionnais pour le candidat d’En Marche ! : le Petit stade de l’Est, à Saint-Denis, était à moitié vide. 

Invectivé dès le début de son discours par un homme du public, le candidat l’a finalement invité à venir le rejoindre sur scène… avant d’en faire de même avec nombre d’autres personnes, raconte Le Parisien. Se sont alors succédées les interventions imprévues du public. « Ce qui devait être un meeting s’est transformé en rencontres », a résumé le candidat à la fin de la séance.

Lire la suite…

Source : https://francais.rt.com/france/35834-devant-salle-moitie-...

 

18. Alfredf le pingouin 4.JPG

 

Macron est tellement ignare qu'il en est au point de croire... que la Guyane est une île ! (vidéo 21'')

 

Do – Vive la Révolution !26 mars 2017

 

Enregistré sur France 3 le 26 mars 2017 après 19h30

 

Il sait même pas ce qu'est la Guyane, mais il veut diriger la France !

 

19. Guyane-2.gifLa Guyane, ça existe ?
La Guyane, c'est quoi ?
La Guyane, c'est une île ?
Et elle est où, cette île ?
En France ?
Cayenne, c'était quoi ?
Et Kourou, ques'aco ?
Et les fusées françaises,
elles décollaient d'où ?

 

Les fusées Ariane ne peuvent plus décoller depuis la lutte des Guyanais.

 

20. Guyane 3.gif

 

Soutien total à la grève générale en Guyane ! 

En soutien à la grève de Guyane, faisons comme eux, bloquons les routes de toute la France, grève générale sauvage totale et illimitée partout ! Empêchons les élections présidentielles ! Remplaçons les présidentielles par la révolution qui supprime l'exploitation de l'homme par l'homme !

Bien à vous,

do

Macron veut qu'on se calme, énervons-nous : Vive la lutte de classe !

Source : http://mai68.org/spip2/spip.php?article89

 

18. Alfredf le pingouin 4.JPG

 

Parlons (Inter) Net

Connaître de l’intérieur les Instituts de sondage et comprendre comment ils enfument

Théophraste R. – Le Grand Soir26 mars 2017

 

21. Sondage 1.jpg

 

En politique, une prophétie auto-réalisatrice est une prédiction sans fondement, mais récurrente, énoncée par les Instituts de sondage, reprise par les observateurs politiques, par les politologues afin de forger des opinions et de modifier les votes.

Par exemple, si Macron est au sommet et Mélenchon en-bas (ou trop bas), des millions de Français vont opter pour le banquier Macron (idole du MEDEF) afin de battre Marine Le Pen. Par suite, les sondages à venir vont confirmer cette tendance qui sera devenue une possible vérité. Le bulletin de vote aura été choisi par les sondeurs.

La résistance du peuple aux choix dictés par les Instituts de sondages, via les médias, relève de l’héroïsme. Mais les « erreurs » des sondeurs dans les élections politiques risquant de discréditer leurs autres sondages (commerciaux…), elles ne peuvent se multiplier ou se prolonger ou tomber dans la démesure (bizness is bizness).

Pour en savoir plus, pour savoir tout, regardez ICI cette vidéo ludique et pédagogique.

Théophraste R. (Sondeur parodique : « Êtes-vous pour des reculs sociaux que Macron appelle réformes ou pour l’abrogation de la loi El Khomri comme le veut Mélenchon ? »).

N.B. Si vous n’avez rien appris par ce billet, merci de le diffuser à ceux qui pourraient s’y instruire.

Source : https://www.legrandsoir.info/connaitre-de-l-interieur-les...

 

18. Alfredf le pingouin 4.JPG

 

Un dessinateur satirique qui a de la suite dans les idées et connaît ses classiques…

 

22. Stoll MACRON_en_marche_2017.jpg

 

23. Stoll Macron Attali.jpg

 

24. Stoll Macron Delanoe.jpg

 

Certains préféreront la méthode Coué :

25. Slurp - oeuf_macron_gifle valls.gif

 

18. Alfredf le pingouin 4.JPG

 

 

 

Mis en ligne le 27 mars 2017

 

 

 

 

23:07 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2017

QUELQUEFOIS LES RETOURS EN ARRIÈRE...

1. Nauf. du PS.JPG

 

Quelquefois les retours en arrière sont plus brûlants que l’actualité

 

PALESTINE

On n’en aura fini que quand justice sera faite

 

2. Justice.GIF

Uri Avnery normalise la dépossession des Palestiniens

Jeffrey BlankfortArrêt sur Info 20 mars 2017

 

Une lectrice n’ayant trouvé aucun texte d’Uri Avnery dans les archives d’Arrêt sur Info – parmi les nombreux auteurs qui traitent d’Israël-Palestine – nous demande pourquoi ? La réponse à cette question est explicitée dans cette lettre adressée à Avnery par le journaliste américain Jeffrey Blankfort, et dont nous partageons entièrement l’analyse. [1]. [ASI]

 

3. uri-avnery.jpg

Uri Avnery

 

­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­______________________________________________________________________________________________________________

Préambule du traducteur

Récemment [en 2009, ndlr], Uri Avnery, dirigeant du Gush Shalom (Bloc de la Paix, ndt) et « coqueluche » des sionistes de gauche a décidé d’ajouter son grain de sel à l’appel palestinien au boycott d’Israël, pour dénoncer fermement ledit boycott. Jeff Blankfort, écrivain, journaliste et animateur radio, l’interpelle, pour la énième fois.

______________________________________________________________________________________________________________

 

4. Jeffrey Blankfort 2..jpg

Jeff Blankfort – 5 septembre 2009

 

Hello Uri,

Je viens de lire ta réaction à certaines critiques soulevées par ton opposition au boycottage d’Israël. Ayant pris conscience il y a bien longtemps des limites de ton militantisme et de ta vision du monde, cela ne m’a nullement étonné. Tu as manifestement investi trop de temps et trop d’énergie, depuis tant d’années, dans la normalisation de la dépossession des Palestiniens de leur patrie par Israël pour reconnaître l’injustice qui fut non seulement inhérente à la création de l’État d’Israël, mais qui lui fut même nécessaire.

Le passage du temps n’efface en rien cette injustice et peu importe le nombre de fois où toi et d’autres vous invoquerez l’Holocauste nazi. Le dé de la création d’un État juif en chassant les Palestiniens de leurs maisons et de leurs villages avait déjà été jeté bien des années avant qu’Hitler ne parvînt au pouvoir, si bien que la question de l’hitlérisme ne saurait trouver de place dans ce débat.

Les arguments contre la création d’un État juif en Palestine, soulevées par des juifs antisionistes et non sionistes, remontant aux premières années du siècle dernier, étaient bien connus, et tous ont apporté la preuve de leur exactitude. Il n’est donc nullement étonnant que la légitimité d’Israël n’ait été reconnue ni par les Palestiniens ni par les autres peuples du Moyen-Orient.

De fait, les sionistes en avaient fait la publicité dans le monde entier, avec fierté, le présentant comme une entreprise de colonisation de peuplement… jusqu’à ce qu’une telle terminologie soit passée de mode. Le fait qu’Israël ait été créé en des temps où le reste du monde était engagé dans une période de décolonisation fut une garantie supplémentaire, s’il en était besoin, de son rejet. Sans l’influence de ses groopies aux États-Unis et en Europe, et sans les armes qui s’y déversèrent afin de le soutenir, Israël, à l’instar de l’Algérie française, n’aurait été rien d’autre qu’un bref épisode aberrant de l’Histoire (il convient de noter, à cet égard, que c’est le soutien d’Israël au régime colonialiste français contre la Résistance algérienne qui amena la France à être le principal fournisseur d’armes d’Israël, jusqu’à un certain joli mois de mai 1967…)

Tu sais aussi pertinemment qu’afin de maintenir Israël en tant que Sparte du Moyen-Orient, le « lobby pro-israélien » tient depuis longtemps le Congrès des « États-Unis, étranglant le peu de ce qui restait de la démocratie américaine. Tu ne te rappelles pas d’avoir décrit la manière dont un président américain après l’autre a tenté de résoudre le conflit israélo-palestinien et dont chacun d’entre eux fut contraint, par Le Lobby, de se retirer du champ de bataille, la queue entre les jambes ? Et qu’après chacune de leurs défaites, le vol de la terre palestinienne et la croissance des colonies continuaient ? Qui en a payé le prix, à ton avis ?

Comme tu l’as sans doute deviné, je suis contre l’existence de l’État d’Israël ou de tout État juif, quel qu’en fût le nom, fondé sur la notion qu’un juif originaire de n’importe où dans le monde a plus que le droit de vivre dans ce que l’immense majorité du monde connaissait et reconnaissait comme étant la Palestine qu’un Arabe palestinien né dans ce pays ou que les membres de sa famille. Si la situation actuelle n’est ni immorale, ni raciste, alors nous devons trouver à ces adjectifs une nouvelle définition. Mais toi, apparemment, tu ne le penses pas ; tu rejettes les opinions de ceux qui sont de cet avis. (La notion selon laquelle Israël ou n’importe quel pays puisse être la patrie d’une personne qui n’y est pas née et qui ne connaît aucun proche qui y soit né n’est qu’un exemple supplémentaire d’à quel point les sionistes ont déformé le langage afin de tenter de justifier l’injustifiable). Ton échec à trouver un argument allant à l’encontre de l’idée d’un État unique devient patent, quand tu écris que les Français et les Allemands ne se sont pas mis d’accord pour vivre ensemble. Tu crois vraiment que l’on puisse faire la moindre comparaison entre les deux situations ? Les Français seraient donc en train d’occuper l’Allemagne ? Ou vice-versa ? Et l’on ne m’aurait rien dit ??

Je ne cesserai sans doute jamais d’être scié par tes efforts irréfragables visant à séparer les colons de ceux des juifs qui vivent à l’intérieur de la Ligne Verte, comme si la majorité des habitants d’Israël proprement dit n’étaient pas responsables de l’élection d’une série de tueurs professionnels en tant que leurs Premiers ministres, année après année, qui ont, tous, augmenté et agrandi les colonies. Il n’y a eu aucun sondage d’opinion des Israéliens (je les ai tous consultés) depuis 1988, au début de la première Intifada, dont la moitié des répondants n’aient pas appelé à l’épuration ethnique des Palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Il y avait beaucoup de colons, en 1988 ? Soyons sérieux…

Dans ta belle démocratie, tout juif ou toute juive valide, à l’exception des hassidim, a joué le rôle d’un occupant en Cisjordanie ou à Gaza tout au long des quarante-deux années écoulées. Ce sont des innocents ? Hier, j’ai regardé, sur Al-Jazeera, des soldats israéliens en train de tirer des grenades lacrymogènes et un liquide vert nauséabond contre des Palestiniens non-violents qui manifestaient contre le mur d’acier qui coupe leur terres à Ni’ilin, après quoi ces soldats ont pris pour cible le reporter d’Al-Jazeera. Attend-on de nous que nous soutenions ces jeunes malfrats en uniforme israélien ? Ceux qui les haïssent devraient être condamnés, et non pas les malfrats et ceux qui envoient ces types là-bas ?

Tu utilises le mot ‘paix’ à tout bout de champ, mais chez toi, le mot ‘justice’ ne risque pas de s’user ! C’est ce qui vous distingue, toi et tes potes sionistes, des Palestiniens et de ceux qui les soutiennent sincèrement. L’occupation dérange ta conscience, ton sentiment d’identité, en ta qualité d’Israélien, mais jusqu’à quelle point affecte-t-elle ta vie ? Mettre un terme à l’occupation, de quelque façon que ce soit, t’apportera la tranquillité de l’esprit et le temps de finir tes mémoires. Eh bien, là, maintenant, essaie, si tu le peux, d’imaginer que tu es dans la peau d’un Palestinien, qui a été soumis à l’arbitraire d’un squatter israélien toute sa vie. Rechercherais-tu simplement la paix, l’absence de ce squatter israélien, ou rechercherais-tu et exigerais-tu que justice soit faite ?

Ta conclusion ne fait que traduire ta confusion. Tu écris que tu veux qu’ « Israël soit un État appartenant à tous ses citoyens, sans distinction d’origine ethnique, de sexe, de religion ou de langue ; avec des droits entièrement égaux pour tous », et pourtant tu supposes qu’il y aura « une majorité hébraïsante », qui permettra à ses « citoyens arabophones… de chérir leurs liens étroits avec leurs frères et leurs sœurs palestiniens… ». S’il n’y a plus de distinction entre un citoyen et un autre, entre un juif et un Arabe, alors comment peux-tu imaginer que la majorité continuera à être hébraïsante ?

Ou bien alors, peut-être envisages-tu la possibilité que la population arabe palestinienne d’Israël, qui est d’ores et déjà largement bilingue arabe-hébreu deviendra la majorité, ce qui ferait qu’Israël, dès lors, ne serait plus un État juif ?

Si tel est le bien cas, il y a peut-être encore un peu d’espoir, en ce qui te concerne ?

Jeff Blankfort – 5 septembre 2009

Article original: http://dissidentvoice.org/2009/09/on-rationalizing-israel...

Traduction : Marcel Charbonnier

[1] Sur le blog de l’Association France Palestine Solidarité on trouve 736 articles d’Avnery à ce jour http://www.france-palestine.org/spip.php?page=recherche&a...

Source: http://arretsurinfo.ch/uri-avnery-normalise-la-depossessi...

 

 

2. Justice.GIF

 

Les pétitions volent bas dans le 4e Arrdt de Paris.

 

L’histoire de Giuseppe

(et de quelques autres dans la foulée)

 

Giuseppe, disent certains, « ouvre une fenêtre sur la liberté d’agir dans cette société où tout ce qui n’est pas encore obligatoire est devenu strictement interdit ». Qui ne serait d’accord ?

 

 Nous vous avions parlé, en novembre 2012 (« Il était une fois un  paradis »), de Giuseppe Belvedere, ce septuagénaire ami des pigeons qui, dans le 4e arrondissement de Paris, ayant perdu son logement, s’était retrouvé sans abri, dormait dans va voiture, mais n’en avait pas pour autant abandonné ses protégés. Nous avions même mis en ligne une petite vidéo le montrant dans son activité quotidienne et aux prises avec un environnement humain tantôt solidaire, tantôt amusé et tantôt pas bienveillant du tout

Nous espérions que, depuis lors, de bonnes âmes auraient réussi à lui faire retrouver un gîte, même inconfortable, même précaire, mais nous nous trompions. C’est le contraire qui s’est produit, et Giuseppe, aux dernières nouvelles, se serait plutôt fait tabasser par de courageux inconnus que sa présence dans la rue dérange. Mieux – c’est-à-dire pire – : il serait même en butte aux attentions redoutables de la police.

C’est pourquoi nous reprenons ici son histoire, en remontant un peu en arrière, oui, comme Jeffrey Blankfort le fait pour la Palestine. L’injustice a partout le même mufle.

Il faut dire qu’en cette période d’élection, un certain nombre de sites de droite se sont emparés de l’histoire de Giuseppe pour stigmatiser les autorités socialistes qui, depuis plus de six ans, le pourchassent et le persécutent. Peu importe qu’à leur place, les forces de droite eussent sans doute fait la même chose. Les élus PS sont impliqués dans cette honteuse saga jusqu’au cou. Qu’ils assument.

Voici l’appel qui circule, nous le prenons ici chez Voxnr :

 

2. Justice.GIF

 

Les oiseaux de la colère

Giorgio DamianiVoxnr  16 mars 2017

 

5. Les oiseaux de la colère.jpg

 

Giuseppe BELVEDERE, âgé de 72 ans, a été mis à la rue par la mairie socialiste du 4ème arrondissement de Paris en 2010. Depuis, il vit dans une camionnette stationnée dans le quartier de saint Merri. Une histoire sur fond d’intrigue politique, de comportements étranges et de faux témoignages en plein Beaubourg !

Harcèlement policier orchestré par la mairie, agression, violence, maltraitance sont le quotidien de Giuseppe.

Comment une histoire pareille est-elle possible ? Un prétexte fallacieux pour l’expulser de chez lui : il nourrissait les pigeons de la place Pompidou… mais pas chez lui comme certains ont pu le prétendre lors de son procès. Un appartement sans doute convoité… Par qui ? Il habitait rue Saint Martin avec un loyer à moins de 100 € depuis près de 40 ans….

Des personnes formant aujourd’hui un réseau se sont réunis sur Facebook pour lui porter secours « les amis de Giuseppe ».

 

*

Quelqu’un que nous ne connaissons pas vient de lui consacrer un livre dont nous ne savons rien mais que présente M. Giorgio Damiani.

 

6. les-oiseaux couverture.jpg

 

Marie-Simone POUBLON

Les oiseaux de la colère

Éd. Dualpha – 15.05.2016

Collection : Vérités pour l’Histoire

210 pages

 

 

EXTRAIT

L’urgence pour nous, soutien de ce vieil homme, consiste à essayer de trouver des solutions à une situation inextricable car il ne pourra pas se sortir de ce mauvais pas sans aide.

Mais il n’acceptera cette aide qu’à certaines conditions.

La France pays des droits de l’homme, de liberté, d’égalité et de fraternité ne peut pas laisser un homme de 70 ans à la rue complétement démuni et sans force, sans envisager de réparer cette humiliation

Quels monstres serions-nous si nous ne l’aidions pas ?

Il est de notre devoir d’agir. (Chapitre 1)

Lire la suite…

Source : http://www.voxnr.com/8669/les-oiseaux-de-la-colere

 

2. Justice.GIF

 

Il y a longtemps, c’est vrai, que s’est formée une association de fait appelée Les amis de Giuseppe, qui le soutient, qui tente de lui porter secours contre ses ennemis, qui l’a de nombreuses fois filmé (voir ci-dessous), et qui, à présent, fait circuler une pétition censée ameuter l’opinion publique. Il serait peut-être temps, en effet, de cesser de juste regarder… avant qu’il meure.

Nous ne pouvons pas faire moins que reproduire leur appel :

 

Paris : Halte à la maltraitance d'un vieil homme, Giuseppe

Les amis de Giuseppe  –  Pétition ouverte le 6 mars 2017

 

7. Giuseppe Belvedere.jpeg

 

À l'attention de la Mairie du 4e arrondissement de Paris, du Conseil de Quartier de Saint-Merri, de la Fédération du 3977 contre la maltraitance :

 

Tous ceux qui ont du cœur connaissent Giuseppe B., qui en 2005, traumatisé par le massacre des pigeons organisé par la mairie Place Beaubourg, a décidé de prendre leur cause en défense. Avant que les pigeons ne soient considérés depuis quelques années comme des nuisibles, ils ont rendu à la France, sa liberté au côté des soldats.

Giuseppe a été expulsé par la mairie de Paris 4 en 2010 alors qu’il ne croyait pas possible qu’une mairie socialiste puisse commettre un tel acte de cruauté. Il avait 65 ans. Mais ceci a été fait sans aucun ménagement et surtout sans solution de relogement comme l’imposerait la loi d’aujourd’hui. À 72 ans, il vit dans un camion dont les roues sont vandalisées à chaque fois qu’il les change, il est affaibli par la maladie qu’il a développée depuis qu’il est à la rue.

La vie de Giuseppe est gravement malmenée par les habitants du 4e arrondissement.

Les commerçants et habitants ont déjà réussi à le faire interner à deux reprises à l'hôpital Sainte Marie. Si la folie de Giuseppe revient à nourrir les oiseaux contre vents et marées, mérite-t-il l'enfermement, la violence de l'exclusion, l'acharnement à le faire disparaître ?

Sont-ils donc médecins spécialistes de la santé mentale pour oser poser un diagnostic et un traitement : l'enfermement ? Bien évidemment, non ! Seulement, ils ne veulent plus de Giuseppe et peu leurs importe qu'il soit à « l'asile », en prison, ou ...

Après l'avoir fait expulser de son domicile, lui avoir mis des contraventions d'un montant de 13.000 euros, l'avoir agressé plus de 50 fois de façon extrêmement violente, ils veulent le parquer à l'hôpital psychiatrique au milieu de personnes psychotiques, dépressives... alors qu'il ne demande rien d'autre que le droit de vivre sa vie et de continuer à soigner des oiseaux qui ont faim.

La haine de certains habitants du quartier fait qu’il est en danger de mort après toutes ces agressions. Il s’est fait notamment blesser par un chien d’attaque en octobre 2016 ; blessure qui continue d’engendrer des complications sur son état de santé, de plus en plus préoccupant. Giuseppe a porté plainte. Pour l’instant il n’y a eu aucune suite. L’agresseur court encore.

La vie dans la rue, les agressions verbales et physiques, les dégradations volontaires portées à ses véhicules-abris et les menaces de fourrière chaque semaine, le tuent petit à petit.

Il est soigné pour le cœur. Encore aujourd’hui, à l’heure où nous décidons de mettre en ligne cette pétition, les services municipaux le guettent alors qu’il est alité dans son camion avec une infection proche de la gangrène suite à la morsure du chien d’attaque. Quelques riverains haineux lui envoient encore la police alors qu’il essaie de se réchauffer dans sa camionnette-maison.

Une dame place Pompidou dirige sur ses yeux un laser au risque de lui faire perdre la vue. Que feriez-vous à 72 ans avec 580 euros de pension, aucune solution de logement, des pneus constamment vandalisés ? Tous ceux qui sont dans la haine vont réussir à le tuer.

Qu’importe ce qu’il fait, que l’on soit d’accord ou non avec son combat contre le massacre des pigeons dans les villes, il y a d’autres solutions. Les élus de la mairie de Paris 4 devraient (car ce sont des personnes comme dit Giuseppe « qui ont fait des études ») utiliser leur tête positivement et non pas pour détruire.

Giuseppe est photographié par les touristes qui eux observent le spectacle des oiseaux qui volent autour de lui.

Non, Giuseppe n’est pas fou. Il est fatigué par la haine… qui va le conduire dans une tombe.

Sauvons Giuseppe de la mort.

Signons ensemble cette pétition pour que la haine ne triomphe pas.

Cet homme n’est pas un ennemi, c’est un amoureux de la vie !

 

Donc, pour signer (même si les pétitions ne servent jamais à rien), C’EST LÀ

 

2. Justice.GIF

 

Mais il serait temps que les habitants du IVe et les autres apprennent sur le tas ce que signifient les mots « démocratie directe ». On peut déjà leur dire que les pétitions n’y entrent pas pour grand-chose.

 

On ne sait pas, nous, mais instaurer des tournées-popotes pour l’aider dans ses distributions, qu’il n’y aille plus jamais seul, jusqu’à ce que la bourgeoisie versaillaise ait cédé… C’est la même, vous savez. Ou l’emmener se faire soigner chez le Pr Oberlin… C’est le même combat, vous savez. Organiser discrètement des tours de garde, de jour et de nuit, à proximité de son camion. Ce n’est pas sorcier, vous savez. Juste une question d’organisation et de (bonne) volonté.

 

Et voici les vidéos d’amateurs qu’au fil des ans « Les amis de Giuseppe » ont réalisées et mises en ligne. Elles sont de quelques minutes (deux d’une heure). Les notes sont des réalisateurs.

Privez-vous d’un peu d’abrutissement télévisé et regardez-les. Giuseppe a des choses à dire qui valent la peine d’être écoutées.

 

2. Justice.GIF

 

Les ailes du paradis  –  14:07’

 

17 septembre 2012

Voici un film de 14 minutes réalisé dans une certaine urgence. L'urgence de Giuseppe qui se voit aujourd'hui harcelé et qui après avoir été expulsé de son appartement, risque d'être expulsé de son quartier. Ce film tente de donner à voir et à entendre l'humanité de cet homme, les raisons de son engagement à accomplir la mission qu'il s'est donné quel que soient les obstacles qui se dressent sur sa route. Ce film vous fera entendre le positionnement des habitants, des passants, des commerçants, ainsi que la vision de Giuseppe sur notre monde.

 

 

8. pigeon.gif

 

La guerre des mondes  –  8:14’

 

13 nov. 2012

Ceci est une vidéo montrant à la fois le quotidien de Giuseppe et lui donnant l'occasion de s'exprimer sur les obstacles rencontrés, les obstacles humains souvent, il nous dira sa conception de la vie, évoquera son regard sur les enfants... Giuseppe est membre de la société protectrice des oiseaux des villes, la SPOV. C'est dans ce cadre qu'il nourrit et soigne les oiseaux de Beaubourg, ceci a pourtant entrainé son expulsion de son logement en 2010. Son troisième hiver à la rue s'inaugure, alors que le froid arrive. Partageons, dénonçons ce que vit Giuseppe et sa mise au ban de la société pour un crime qui n'en est pas un : nourrir les oiseaux.

 


 

8. pigeon.gif

 

Pétition pour laisser sa voiture-abri à Giuseppe Belvedere  –  6:37’

 

4 janvier 2013

Mis à la rue parce qu'il donnait à manger aux pigeons, Giuseppe Belvedere est aujourd'hui clairement menacé de se voir supprimer sa voiture, son dernier abri. Signez nombreux cette pétition : http://www.causes.com/actions/1721779... [Déjà des pétitions ! NdGO]

 


 

8. pigeon.gif

 

Le crépuscule des oiseaux  –  13:18’

13 février 2013

Dans ce quartier du centre de Paris, autour de ce grand centre d'art contemporain qu'est Beaubourg, on tue les oiseaux, les moineaux, les pigeons. Un homme lutte.
Un film, « le crépuscule des oiseaux » vous présente la vérité, la vérité de cette lutte contre la mort d'une espèce, de cette lutte contre l'acharnement des habitants, des autorités contre ces oiseaux.

Deux camps s'affrontent, celui de ces hommes et femmes qui pensent que la nature n'a pas ses droits dans le quartier aseptisé du Marais, et Giuseppe qui tente chaque jour de préserver la vie sous toutes ses formes. Vous verrez dans ce film combien la lutte est acharnée, sans fin et violente. Giuseppe vous fera part de ses difficultés, de ses incompréhensions, de ses colères. Des thèmes existentiels forts et universels seront abordés par notre ami.

 


 

8. pigeon.gif

 

Le camion de l’espoir  –  3:37’

 

24 février 2013

Je voudrais vous présenter Sisco, qui est une preuve, une de plus, des belles rencontres qu'aura permis la page http://facebook.com/Les.amis.de.Giuseppe.
Au delà du bien fait à Giuseppe, elle aura permis le baume au coeur que représente la belle action que nous venons de mener ensemble.

Sisco est venu faire des étagères dans le camion de Giuseppe. Cet homme aussi serviable que sympathique, nous a confié s'être pour une fois senti vraiment utile. Il était très touché de ne pas seulement aménager un cadre de vie plus agréable mais sentir que son travail est utile à la survie d'un être.

 Il a travaillé sous la neige, dans la rue afin que Giuseppe puisse revenir a son camion recharger ses sacs de nourriture pour les oiseaux.

Nous nous permettons de mettre un lien vers son site car il est rare de trouver un bricoleur artiste, proche des gens, doué et dévoué, qui plus est à Paris. https://www.facebook.com/Espace.KORTO...

La plupart des riverains étaient indifférents. Certains ont fait la moue, une tête en somme très signifiante venant dire leur intolérance. Un peu comme ce voisin qui est sorti l'autre soir pour nous asséner: « Après la voiture, le camion et à quand le semi remorque ?! »; Charmant et tellement altruiste, pas méchant, pas intolérant, pas nombriliste pour un sou... Mais un sou est un sou, et Giuseppe risque de faire fuir les clients friqués.

Le froid revient a Paris. Mais grâce au camion, grâce au chauffage, aux étagères et à la générosité de tous, Giuseppe est heureux, vraiment heureux. Il ne manque plus que les oiseaux soient eux aussi respectés, que la ville et que les hommes cessent de les mettre à mort. Arrêtons  de tuer les oiseaux et Giuseppe aura gagné son combat.

 


 

8. pigeon.gif

 

Des ailes sans voler  –  3:15’

 

6 juin 2013

La bonne Maire de Paris Delanoë a expulsé abusivement le mauvais Père de famille Giuseppe, car il donnait à manger aux pigeons. Qui sera le prochain pigeon ?
Réalisation : je DOIGT changer le monde CLIC & partager - page facebook : les amis de Giuseppe. Partager est un acte de soutien et de résistance.

 


 

8. pigeon.gif

 

Giuseppe résistant – 5:36’

 

10 juin 2013

Giuseppe résiste, à la rue, contre l’injustice de la mairie de Paris.

Rencontre entre Giuseppe et le député belge Laurent Louis. [Laurent Louis qui, depuis, est à la rue aussi ou peu s’en faut. Mais qui aura entretemps appris des choses. NdGO]

Réalisation : Je DOIGT changer le monde clic & partager- rejoins la page facebook les amis de Giuseppe.

 


 

8. pigeon.gif

 

Papa, où t’es ? – 59’51’

 

2 juillet 2013

Il est ici papa.

Le mauvais père de famille – GIUSEPPE

Giuseppe dit avoir été expulsé abusivement de son logement par la Mairie de Paris, parce qu’il nourrissait les pigeons. Ça fait trois ans qu'il est à la rue et continue à nourrir les pigeons devant son ancien logement, devant Beaubourg.

« Un oiseau né en cage pense que voler est une maladie » Jodorowski A.

 


 

8. pigeon.gif

Les anges ne meurent pas  –  25:23’

 

23 septembre 2013

Ce film vous présente Giuseppe, cet homme qui sans relâche nourrit et soigne les pigeons dans le 4e arrondissement de Paris, aux alentours de Beaubourg et ce, depuis de nombreuses années. Il y exprimera à la fois les raisons de son combat, ce combat qui vise à ce que les oiseaux puissent vivre, même à Paris, même si un certain nombre d'habitants et d'élus souhaitent les éradiquer. Vous y entendrez également les opposants à Giuseppe, ceux qui ne veulent, ne peuvent comprendre cette mission qu'il s'est assignée depuis tant d'années.

« Les anges ne meurent pas », ni Giuseppe, à la rue depuis 3 ans , ni les oiseaux qui ont trouvé en Giuseppe le gardien de leur vie. Espérons qu'au delà de la survie de ces pigeons, des moineaux, de la survie de Giuseppe qui évolue au milieu d'une agressivité ambiante que le film tente de transmettre, un jour, pourront cohabiter homme et animal, êtres vivants différents, dans le respect les uns des autres.

 


 

8. pigeon.gif

 

Et pourtant, ils l’ont fait  – 10:21’

 

19 mars 2014

Voici une vidéo qui vous montre un moment émouvant de la vie de Giuseppe. Ses enfants sont venus de Calabre pour le voir. Son fils ne l'avait pas revu depuis plusieurs années. On y perçoit l'amour qui les lie mais aussi les incompréhensions, les transmissions. Giuseppe est un homme, un père, un protecteur et un missionnaire.

 

 

 

8. pigeon.gif

 

La fête des pères, Giuseppe à la rue vs/ le maire de Paris Bertrand Delanoë  –  59:30’

 

19 mars 2014

Giuseppe le mauvais père de famille, pensionné et malade, expulsé de son logement car il nourrissait les oiseaux VS le bon Maire de Paris Delanoë. Une guerre invisible a lieu tous les jours autour du Centre Pompidou, Musée National d'Art Contemporain (Beaubourg). L'amour de la vie contre l'amour du pouvoir. La différence contre l'indifférence. La reconnaissance contre le mépris. La fête des pères contre l'absence de Maires.

 


 

8. pigeon.gif

 

Hypocrisie, démagogie, imposture  –  3:46’

 

23 mars 2014

J'ai interviewé Giuseppe à sa demande devant les affiches des élections municipales. Il témoigne devant les candidats à la mairie de Paris sur sa situation. Il ne s'agit pas d'exprimer une quelconque orientation politique, ou de faire passer des idées politiques. Il s'agit simplement du témoignage de Giuseppe sur ce qui lui est arrivé et pour lequel il demande sans relâche réparation. Giuseppe tient à dire à ces candidats tout sourire que l'on a injustement mis un homme à la rue parce qu'il nourrissait ces oiseaux tant haï: les pigeons.

 


 

8. pigeon.gif

 

Giuseppe, la mauvaise herbe du Marais – 3:55’

 

11 avril 2014

Giuseppe Belvedere ne fait pas l'unanimité dans le quartier Beaubourg qui s'aseptise de jour en jour...

Mais on ne l'en délogera pas si facilement, et c'est la liberté et la volonté chevillées au corps qu'il continue sa tâche et veille sur les pigeons. Giuseppe raconte son histoire et interroge sur ce que la société laisse comme espace de liberté dès qu'on sort de son modèle normé et commercial. Son histoire évoque aussi la transformation des quartiers populaires de Paris et ses conséquences sociales. Quant à cette pratique un peu particulière de « nourrissage de pigeons », au-delà des polémiques entre salubrité et défenses des animaux, elle révèle un besoin de se sentir utile quand une société décrète qu'on ne l'est plus...

 


 

8. pigeon.gif

 

L’odyssée de Giuseppe  –  2:28’

 

8 septembre 2014

Voici une vidéo qui montre le genre d’attaque dont est victime quotidiennement Giuseppe Belvedere. Il est à la rue depuis maintenant 4 ans, expulsé de son logement par la mairie de Paris parce qu'il nourrit les pigeons dans le 4e arrondissement de Paris. Depuis plusieurs semaines, des habitants le visent avec des bouteilles d'eau pleine depuis le 4me étage d'un immeuble haussmannien. Projectiles d’un demi kilo, 1 kg, 1kg et demi qui lui tombent sur le dos, la tête, qui pourraient le tuer. Des passants pourraient également être victimes de ces bombes artisanales qui visent à débarrasser le quartier de Giuseppe, parce que d’aucuns n’y supportent pas qu’il nourrisse les oiseaux.

C'est parfaitement inhumain et inadmissible. Nous savons que le quartier ne veut pas de Giuseppe, ni les habitants, ni les commerçants, ni la mairie. Nous sommes là et soutenons Giuseppe, car nous ne voulons pas de cette humanité-là qui sait que tuer l'autre, le différent, le gêneur.

Pour en savoir plus sur Giuseppe Belvedere, rendez-vous sur https://www.facebook.com/Les.amis.de....

 


 

8. pigeon.gif

 

Giuseppe, l’homme qui vaut des millions de vues – 4:24’

 

15 avril 2015

« Giuseppe était locataire dans un appartement de la mairie de Paris, payait son loyer tous les mois avec sa retraite. Mais l'administration a récupéré le logement et mis dehors Giuseppe. Depuis, part dignité, le Calabrais refuse toute aide d'urgence : foyers, repas etc... Le vieil homme au dos courbé ne veut pas plier l'échine. S'il en est là aujourd'hui, c'est probablement parce qu'il ne s'intègre pas dans le paysage branché de Beaubourg et qu'il nourrit les pigeons, l'animal le plus détesté de ces Parisiens. L'homme se bat armé d'une vieille pancarte qu'il trimballe avec son caddie. Cette vidéo est là, comme les autres, pour le sortir de l'ombre de sa camionette, son seul refuge. Partagez svp... ». Diane.

 


 

8. pigeon.gif

 

Je suis Giuseppe  –  5:22’

 

5 mai 2015

Même commentaire de Diane que ci-dessus.

 


 

8. pigeon.gif

 

Rien ne rend plus aveugle que ce que l'on voit uniquement avec les yeux  –  2:41’

 

29 décembre 2015

Même commentaire de Diane que ci-dessus, et  

Sa seule demande : « Partagez...que mon histoire fasse le tour du monde pour que ce qui m'est arrivé n'arrive à plus personne. »

 


 

8. pigeon.gif

 

Les pigeons de Beaubourg  –  2:06’

 

 

6 mars 2016

« Giuseppe ne s’intéressait pas spécialement aux pigeons, jusqu'à ce qu'il apprenne que la mairie voulait les exterminer. Alors, il s'est mis à les nourrir. La mairie l'a prévenu : s'il continuait, on lui supprimerait son logement à loyer modéré. Mais il a continué, et on l’a jeté à la rue. »

 


 

8. pigeon.gif

 

Puisque c’est un délit désormais de nourrir les pigeons (pas qu’à Beaubourg), Giuseppe paie ses amendes – tant par mois, à une mairie qui les gaze. Coût : ± 6 € par pigeon gazé. Ainsi, qu’il le veuille ou non, c’est avec l’argent de Giuseppe qu’on extermine ses protégés. Belle métaphore du monde comme il va.

 

LIENS

https://blogs.mediapart.fr/edition/sans-abris-sdf-exclus/...

https://credopigeons.wordpress.com/2016/10/16/sos-pour-gi...

 

2. Justice.GIF

 

Ceux qui s’occupent de l’un s’occupent aussi des autres

 

Mineurs isolés étrangers : quand l’investigation prend le pas sur la protection

Entraides citoyennes  20 novembre 2016

 

0. Mineurs-isolés-étrangers.jpg

 

20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant.

Pour rappel :

Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE, Assemblée Générale des Nations Unies, 20 novembre 1989) article 20 §1 :

« Tout enfant qui est temporairement ou définitivement privé de son milieu familial, ou qui dans son propre intérêt ne peut être laissé dans ce milieu, a droit à une protection et une aide spéciale de l’État. »

Observation générale n°6 du 1er septembre 2005 relative à l’article 2 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant :

« Les obligations qui incombent à un État en vertu de la Convention s’appliquent à l’intérieur de ses frontières, y compris à l’égard des enfants qui passent sous sa juridiction en tentant de pénétrer sur son territoire. La jouissance des droits énoncés dans la Convention n’est donc pas limitée aux enfants de l’État partie et doit dès lors impérativement, sauf indication contraire expresse de la Convention, être accessible à tous les enfants – y compris les enfants demandeurs d’asile, réfugiés ou migrants – sans considération de leur nationalité, de leur statut au regard de l’immigration ou de leur apatridie. »

 

8h du matin, il fait froid, A. a rendez-vous pour une évaluation sociale à la Mission d’Accueil des Mineurs Isolés Étrangers du Conseil Général de l’Essonne qui permettra de déterminer s’il est ou non un mineur non accompagné (anciennement isolé étranger) et qui déclenchera ou non une prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Il a peur. Il ne sait pas exactement où il se rend ni trop pourquoi il s’y rend. Il croit venir demander l’asile. Mais il a déjà demandé l’asile à Paris dit-il. Non, il s’est rendu au Dispositif d’Évaluation des Mineurs Isolés Étrangers géré par la Croix-Rouge où il s’est vu notifié d’un refus. Il n’a pas compris. Évidemment, il n’a pas compris, pourquoi devrait-il raconter son histoire pour prouver qu’il est mineur, ça n’a pas de sens… À vrai dire, plus rien n’a de sens, tout ce qui lui importe désormais c’est d’obtenir un toit et de pouvoir manger à sa faim, après avoir passé plusieurs jours à errer dans les rues de Paris. 

A. a 15 ans, il arrive d’Afghanistan, seul. Il a quitté sa famille, sa maison, sa ville, son enfance, il a traversé mers et montagnes, voyagé à pied, en train, en bus ou caché à l’arrière d’un camion pour venir se réfugier en France. Ses raisons, elles nous importent peu, son histoire, elle nous regarde peu, ce qui compte aujourd’hui à cet instant c’est qu’il a 15 ans et qu’il est seul. Il a tout laissé derrière lui, tout ce qui constituait sa vie, pour une autre qu’on lui a promis bien meilleure mais qui tarde à se montrer. Ils sont nombreux, semblables à A., pour qui l’espoir, vendu au prix fort, s’est transformé en cauchemar. Ils déambulent, se laissent porter par les évènements, sans laisser de traces visibles, tant, qu’ils deviennent presque invisibles. Pourquoi ? Parce qu’il faut prouver son âge, il faut prouver l’isolement, la vulnérabilité, il faut rentrer dans une case dont les contours semblent insaisissables.

Lire la suite…

Source : http://entraides-citoyennes.org/mineurs-isoles-etrangers-...

 

2. Justice.GIF

 

Ceci est vieux de plusieurs mois. Rappelons qu’au moment de la grande vague migratoire de l’an dernier en provenance de l’Est, plus de dix-mille enfants ont disparu quasi du jour au lendemain après avoir été enregistrés par les polices de l’espace Schengen.

Où sont-ils ? Dans quelles mains ?

Sont-ils gazés comme les pigeons, vermine indésirable ?

Ceci n’est qu’un écho en passant. Le problème est énorme et s’en accomoder passivement est indigne.

Site à suivre en tout cas :

 

10. Logo x.GIF

 

Aide inconditionnelle aux sans-abris, sdf et exclus

http://entraides-citoyennes.org/

 

2. Justice.GIF

 

« Dispositif d’évaluation »

 

Le citoyen lambda sait-il bien ce que ces mots signifient ?

Il en a été question ici-même, il y a peu, à propos d’un livre de M. Günter Grass (Toute une histoire), qui a vu cette invention à l’œuvre dans son pays au moment de la « réunification » des deux Allemagnes, ceux d’Allemagne de l’Est ayant été, selon lui, systématiquement « évalués pour être dévalués ». Invention néfaste, donc, par quelque bout qu’on la prenne.

Ce qu’il ne précise pas dans son livre, c’est que les évaluateurs (pour lui « occidentaux ») étaient en l’occurrence la BERD, alors présidée par M. Jacques Attali, modeste inventeur de la chose.

 

11. ATTALI Tri sélecteur.jpeg

73 à présent et mentor de Petit Micron

 

Pour une fois, nous empruntons quelque chose au Monde Diplomatique

Juger les juges

Qui évaluera Jacques Attali ?

par Louis Pinto 

 

 

 

Lévaluation se présente comme une technologie avancée permettant de rompre avec un passé routinier. Elle débouche sur une cartographie où tout le monde est identifié, situé et, le cas échéant, exhibé au regard public, de l’opérateur sur écran d’ordinateur jusqu’aux ministres, en passant par les professeurs, les chercheurs, les policiers. A chacun selon ses mérites… Avec de la bonne foi et de l’ingéniosité, on peut parvenir à des standards indiscutables : il y a des patrons qui « créent de la valeur pour l’actionnaire », des vendeurs qui vendent, des universités, des lycées plus demandés que d’autres, et, enfin, des « perdants » qui perdent de l’argent.

Mais que mesure-t-on vraiment ? Tant qu’on ne s’interroge pas sur la fabrication des critères d’évaluation, on risque de consacrer de fausses évidences : la réussite prouverait de la valeur, laquelle s’exprime dans la performance. La tautologie (celui qui réussit est ipso facto le meilleur) prend la forme trompeuse d’une proposition dotée de contenu.

Pour mieux comprendre ce qu’il en est, on peut s’essayer à l’exercice auquel nous invite ce pousse-au-crime qu’est Jacques Attali : évaluons Jacques lui-même (appelons-le ainsi pour garantir l’anonymat et l’équité), auteur du récent rapport Attali (1), qui prône, entre bien d’autres choses, un usage intensif et extensif des procédures d’évaluation (2). Une telle idée ne lui serait assurément jamais venue, tant la certitude de se voir mis au premier rang aurait froissé la modestie d’une personnalité louée par M. Nicolas Sarkozy autant que par Mme Ségolène Royal. Mais essayons...

Jacques s’est lancé, comme éternel ancien petit génie sorti de Polytechnique, dans toutes sortes d’occupations politiques, économiques, intellectuelles et autres. Faut-il évoquer le rôle de l’ancien conseiller du président Mitterrand dans l’émancipation des couches populaires, le renforcement politique du Parti socialiste, ou, au contraire, son rôle dans le tournant de la rigueur de 1983, l’abandon des dogmes à coloration étatiste, dirigiste, marxiste ? D’emblée, nous voilà arrêtés par une difficulté préliminaire : selon ce qu’il tient pour un mérite ou pour un défaut, l’évaluateur se voit renvoyé vers l’archaïsme d’une gauche attardée à la défense des classes populaires ou vers un modernisme sans droite ni gauche qui ne connaît que les « challenges » de la compétition économique. Comment choisir ? Ou plutôt : comment ne pas voir ce qu’il faut choisir si l’on connaît un tant soit peu d’économie et d’anglais ?

Au passage, un autre présupposé serait à élucider : la constance politique est-elle vraiment une vertu, ne serait-elle pas plutôt un symptôme de blocage ? Là aussi, le choix révèle le point de vue : d’un côté, ceux qui s’entêtent dans la fidélité à des principes robustes ; de l’autre, ceux qui apprécient la mobilité, l’ouverture, le changement. Comment hésiter ?

Peut-être sera-t-il plus aisé d’évaluer notre grand évaluateur sur le terrain d’excellence de l’évaluation, celui de la gestion économique. Entre autres fonctions, Jacques a présidé la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), créée en 1990 pour hâter l’immersion des pays de l’Est dans le grand bain de l’économie de marché. On remarquera trois choses : la nomination fut moins liée aux talents de banquier du candidat qu’à la capacité du président François Mitterrand de l’imposer à ce poste ; le bilan a été controversé ; apparemment soucieux de son confort propre autant que du développement des pays de l’Est, Jacques a dû démissionner en 1993. Dans de telles affaires, la réussite ne peut se décider à la façon d’un résultat sportif. L’évaluateur évalué et malmené pourrait s’interroger sur les recours dont dispose un évalué de rang modeste face à ce qu’il tient pour des erreurs de jugement.

Quant aux sociétés de conseil fondées par la suite, comme Attali & A, faut-il imputer leurs bénéfices au génie entrepreneurial du patron ou bien à son impressionnant réseau de relations tissé à l’Elysée ? Ce qui conduit à se prononcer sur la question de savoir si le capital relationnel doit être pris en compte, ou non, dans l’évaluation de l’action d’un dirigeant, quitte à estimer que ce pourrait bien être là son seul mérite.

Que dire de Maître Jacques le penseur, auteur d’innombrables livres sur des sujets les plus divers ? Là aussi, on peut osciller entre des options opposées selon que l’on prend l’auteur pour un esprit brillant et universel ou pour un peintre du dimanche non dénué de toupet. Comment trancher ? Par exemple, en envoyant son livre sur Marx aux meilleures universités américaines, celles du classement de Shangaï, qui fascine notre postulant à l’évaluation, pour être jugé par les spécialistes « incontestés » du marxisme (3). On mesurerait alors la part de l’originalité, de la profondeur et celle du délayage, de la deuxième main, du plagiat (cela a été affirmé) et du faux-semblant. Puis on demandera à ces experts s’ils recruteraient un tel chercheur pour quatre ans, davantage – ou pas du tout.

Supposons maintenant que Jacques ne soit pas le meilleur dans tous ces domaines. A quel type de sanctions se trouverait-il exposé ? Il y a des seuils dans l’espace social où les profits varient sans être jamais négatifs. Le capital dont dispose une « personnalité » tient à la force sociale que lui assurent ses liens à des milieux économiques, patronaux, politiques, médiatiques. Par exemple, un livre signé de pareille plume étant presque toujours salué comme un « événement » par la presse « unanime », on voit mal ce qu’il faudrait faire pour démériter. Le propre d’une telle personnalité est d’échapper à la mesure objective, ou, si l’on préfère, de ne connaître que des mesures sur mesure.

Une illustration intéressante de nos jours est donnée par la fonction de maître-d’œuvre de rapports officiels (MM. Alain Minc, Edouard Balladur, Michel Camdessus, etc.) commandés par le pouvoir politique pour mettre en forme des « recommandations » déjà présentes en pointillé dans la lettre de mission. Les personnalités concernées apparaissent d’autant plus « indépendantes » qu’elles combinent les figures indéfinies du « sage » et de l’« expert ». Qui évaluera une telle combinaison ? Réponse : le pouvoir politique.

Si Jacques Attali (levons l’anonymat) n’est pas un cas particulièrement original, il présente toutefois le mérite de révéler le contraste entre l’avidité à évaluer les autres et le traitement de faveur réservé à ses propres performances. Il suggère aussi des questions plus générales. Qu’est-ce qu’un patron ou un homme d’Etat performant et créatif ? Dans leur autoévaluation, les groupes dominants sont toujours portés à faire valoir des qualités personnelles impondérables et, simultanément, à assujettir les membres des groupes les plus modestes à des exigences strictes de mesure (adresse, rapidité, docilité et/ou initiative…).

Qui sera juge des juges ?, se demandait Pierre Bourdieu face aux dérisoires palmarès d’intellectuels publiés par la presse. Les luttes pour les classements sont une dimension essentielle des luttes sociales. A vouloir l’ignorer, on contribue à naturaliser les verdicts des dominants. Les « meilleurs » sont présumés être les plus intelligents, les plus courageux et peut-être – qui sait ? – les plus doués génétiquement.

Si l’on ne peut s’abandonner à l’utopie d’une absence de classement, du moins serait-il avisé de réfléchir aux conditions dans lesquelles l’évaluation peut échapper à l’arbitraire des relations de force. Dans des disciplines scientifiques où existe un savoir contrôlé, validé, la seule source d’évaluation légitime est celle des pairs. Ce n’est pas un président d’université, un journaliste, ou un « expert » qui décidera qui est bon mathématicien, c’est un mathématicien. Dans d’autres univers exposés au conflit et au débat, des critères univoques seraient irrecevables. Si toute mesure enferme des présupposés politiques, on peut les expliciter. Des économistes ont ainsi proposé des solutions de rechange aux indicateurs dominants en évaluant les politiques au moyen de critères qui rendent compte de la santé des individus, des inégalités sociales, etc.

« Ou on est bon ou on n’est pas bon » : mieux vaut ne pas s’en tenir à cet adage de décideur, tellement sommaire qu’il n’est pas aisé, on l’a vu, de l’appliquer à Attali, même si l’on a une petite idée.

Louis Pinto

Directeur de recherche. Auteur, entre autres, de La Vocation et le Métier de philosophe. Pour une sociologie de la philosophie dans la France contemporaine, Seuil, Paris, 2007.

Source : http://www.monde-diplomatique.fr/2008/04/PINTO/15817

 

2. Justice.GIF

 

Mis en ligne le 23 mars 2017

 

 

 

 

17:52 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |