03/09/2012

Révolutions colorées... Gay Prides... et coetera

1.JPG

Révolutions colorées en cagoules... Abusives Gay Prides... et coetera

 

Par Catherine L.

 

Notre précédent post nous ayant valu off line deux commentaires et une question, nous allons, pour une fois, au lieu de vous parler de livres, y répondre ici.

On nous a dit « vos positions sont quand même extrémistes » ; on nous a demandé « êtes-vous homophobes comme The Saker ? » et on nous a dit encore « deux ans de prison pour du pipi-caca, tu admettras que c'est lourd ».

Réponse 1 :

Nous ne voyons pas en quoi rappeler que deux et deux font quatre serait de l'extrémisme. Nous n'inventons RIEN. En revanche, l'auto-aveuglement poussé si loin est bien, lui, une forme d'extrémisme dans le déni. Et il est vrai que les CAUSES de cette cécité volontaire – lâcheté crasse et servitude enthousiaste – nous déplaisent à l'extrême. Nous répugnent pour tout dire. Tout le monde n'est pas obligé d'avoir du courage. Nous n'en avons pas plus que d'autres. Pourquoi ne pas l'admettre au lieu de jouer les Tartufes déguisés en autruches ?

Réponse 2 :

Les Grosses Orchades ne peuvent répondre pour The Saker, que nous avons découvert en même temps que vous. Nous avons lu les papiers auxquels ses liens conduisaient et n'y avons rien vu d'homophobe. Je vais y revenir.

Réponse 3 :

Pour les deux ans de cabane clamés excessifs sanctionnant une manifestation estimée artistique doublée ou non d'une protestation politique, j'y viens tout de suite.

 

Mises au point

 

Pussy Riot boat.jpg

Ôtez les couleurs et vous avez le Ku Klux Klan

 

Pourquoi « doublées ou non » ? Parce que le single du désormais tube (qui se vend très bien, merci) et la video qui a fait le buzz sur la toile ne rendent pas compte de l'événement réel. Parce que les deux ont été fabriqués après coup par les services londoniens du Département d'Etat (US) et les journalistes z-indépendants du Guardian. Après ajout de quelques détails nouveaux : les attaques contre Poutine, par exemple, qui n'ont jamais été proférées dans la cathédrale du Christ Sauveur. Vous savez, avec Photoshop et du son digital, on arrive à faire des trucs pas mal, de nos jours. Et, bien sûr,  les « artistes » n'ont été arrêtées et inculpées qu'après que ces deux intéressants artefacts aient inondé l'Internet. Parce que les offenses faites aux croyants ont aussi offensé les impies (comment peut-on être à ce point per russe ?)

Contrairement aux militants de l'indignation sélective, je n'ai pas, une seule seconde, cru à la version des faits véhiculée par les vieux chevaux de retour de la propagande d'égout. Paranoïaque et complotiste comme je suis, j'y ai vu la main du frai de Goebbels lançant une attaque en règle, planifiée et concertée, contre l'Eglise orthodoxe russe, dans la foulée de celle qui a fait rage ces dernières années contre l'Eglise catholique et apparemment pour les mêmes motifs (je veux dire dans le même but). Manoeuvre à laquelle « on » a ajouté des attaques ad hominem contre Poutine. Pour rentabiliser au maximum la mise de fonds, certes, mais aussi, bien, sûr, pour punir les Russes de s'être mis dans le chemin de nos caprices en Syrie. De quoi se mêlent-ils ces multipolaires ?!

[ Loin de nous l'idée de semer la zizanie chez les croyants, mais, vous avez remarqué ?... Plein de pédophiles chez les cathos... Plein de corrompus chez les orthodoxes... Que des terroristes chez les coraniques... et chez les luthériens, calvinistes, anglicans, piétistes, baptistes, anabaptistes, quakers, unitariens, méthodistes, presbytériens, pères pèlerins, frères moraves, témoins de Jéhovah, scientologues, mormons et adventistes du 7e jour ? RIEN, nada de nada, pas la moindre main baladeuse, pas le plus petit billet vert égaré dans une poche prêcheuse... Tudieu, que de vertu ! Et on s'étonne qu'ils veuillent nous faire la leçon ? Ceci était une parenthèse. ]

Les leçons de vertu, donc, outre la prière punk susdite, ont encore pris ces formes :

 

Cut crosses 223882_404115896322949_437970927_n.jpg

Appel à destruction de monuments publics

(et les Russes n'ont qu'à parler anglais comme tout le monde)

 

Bien entendu suivi d'effet. Ce qui énerve à Marseille  :

Safia Lebdi, élue de la République Française du groupe EELV, cautionne les actes de profanation des FEMEN

Il est temps que les élu(e)s de la République rendent des comptes  non seulement pour leurs actes mais aussi pour leur prises de position !

A force de permettre qu'ils soutiennent l'insoutenable  nous autorisons une impunité qui amènera les débordements les plus sectaires sur notre territoire et qui peut à terme menacer notre sécurité nationale .

Lire la suite...

 

Enfin, pendant qu'on y était, car à quoi bon lésiner :

 

 Appel au meurtre -546561_406382009429671_85079561_n.jpg

Appel au meurtre par voie d'affiches

 

Egalement suivi d'effet, même si on se contente, pour l'instant, de cibles lambda  (on notera que l'assassin est au moins bilingue) :

Vendredi 31 août 2012

Russie-Kazan : Ils ont commencé à tuer pour Pussy Riot ! MAJ

Le pire qui était à craindre en Russie est arrivé. Comme je l'avais annoncé, citant l'archiprêtre Vsevolod Chaplin, une réponse faible ou une absence de réponse des autorités Russes aux actes de profanation commis contre les symboles religieux orthodoxes après l'annonce du verdict du jugement des Pussy-Riot allait entraîner une montée en puissance de la violence anti-orthodoxe et se terminer par des meurtres.

Lire la suite...

Notre avis :

L'Eglise byzantine et celle de Rome sont assez grandes pour se défendre toutes seules, et, ici, on est athées. Nous n'allons donc pas nous croiser pour libérer le tombeau du Christ ni prétendre que les religions organisées sont des ramassis de petits saints. Mais les manifestations d'intolérance nous gênent, d'où qu'elles viennent et où qu'elles aillent. Surtout si elles sont déchaînées par la fine fleur des oppresseurs, au nom des femmes et de la liberté d'expression.

« Des oppresseurs » ? Croit-on sérieusement qu'un tel pandémonium puisse être le fait de trois pauvres gourdasses, qui déployaient depuis des mois de grotesques efforts pour se faire arrêter sans jamais y être parvenues ? Manipulées, certes, et pas qu'un peu. Mais je ne partage pas à leur égard la compassion de Paul Craig Roberts : « Mon coeur va vers les trois femmes russes qui forment l'orchestre de rock Pussy Riot. Elles ont été brutalement trompées et utilisées par les ONG aux gages de Washington, qui se sont infiltrées partout en Russie. On a chargé les Pussy Riot d'une mission qui était clairement de bafouer les lois en vigueur.»

Moins naïve ou moins généreuse que lui, je n'arrive pas à voir ces femmes comme des victimes : accepter de l'argent ou toute autre forme de gratification d'une puissance étrangère en train d'encercler votre pays pour l'aider à subvertir son intégrité est un crime de haute trahison. En d'autres temps et en d'autres lieux, les trois sottes auraient eu droit à la corde, au mur ou à la guillotine, sans que personne songe à moufter.

Notre post n'a fait le parallèle qu'avec Assange et Manning parce qu'il s'était imposé à l'auteur du billet, mais nous aurions pu en faire un autre. C'est Georges Stanechy qui s'y est collé sur son excellentissime blog A contre courant.

dieudonné-chrisactu.jpgCombien d'années y a-t-il en effet que Dieudonné peut être - et est - interdit d'exercer son art (oui, son art, vous n'êtes pas obligé d'aimer, il ne vient pas l'exercer chez vous de force) par le premier affairiste ou politicard venu, sans jamais avoir été condamné à quoi que ce soit, pour quoi que ce soit par aucun tribunal ? Et qu'ont fait pendant tout ce temps nos champions de la liberté d'expression ? Tenu leurs manteaux aux lapideurs pour qu'ils aient les mains plus libres ? L'ineffable Filipetti fait grand cas de « l'insolence de leurs vingt ans » (elles en ont trente), et si Dieudonné n'a plus ses vingt ans, il a des enfants à nourrir et à élever, qui se débrouilleront comme ils pourront avec un père empêché de gagner sa vie pendant beaucoup plus de deux ans parce que ses opinions déplaisent aux puissants et à leurs roquets.

Il n'y a pas pires esclaves que ceux qui se font croire qu'ils sont libres, dit Goethe. Et il y a des gens qui se croient en démocratie parce qu'on leur permet d'aller brailler dans la rue des slogans qui servent les intérêts de leurs maîtres. Qu'ils essaient donc de manifester une seule fois en faveur de quelque chose qui leur déplaît pour voir...

Samedi 18 août 2012

« Pussy Riot » & Propagande de Caniveau...

Georges Stanechy - A contre-courant

 

« Les mots, dans le monde où nous vivons, sont souvent employés pour déformer, dissimuler, ou manipuler, le sens qu’ils sont censés véhiculer… C’est devenu un langage de mensonges.

Ces mensonges peuvent atteindre une telle force persuasive, envahissante, que le menteur lui-même est convaincu de dire la vérité. »Harold Pinter

Une « prière Punk »

Je  me délecte, en cette période estivale, des feuilletons médiatiques. Mieux que « Plus Belle la Vie », contempler « Plus Belle l’Imbécillité », pour rester poli : quel régal ! Le record dans le genre : l’hystérie collective de tous nos médias s’emparant de l’affaire “Pussy Riot” en Russie…

Ce groupe de Rock-Punk, composé de trois femmes russes, vient d’être jugé pour délit d’incitation à la haine religieuse, atteinte à l’ordre public et aux institutions de l’Etat, provocation à l’émeute, insulte au chef de l’Etat, dégradation d’édifice, violence physique sur personnes et autres délits qualifiés de « hooliganisme ».

 Lire la suite...

 

*

 

Je m'en voudrais de passer sous silence le papier, intrépide et informé comme toujours, qu'Israël Shamir a consacré à l'affaire.

Pour ceux qui débarquent dans ce blog, je rappelle qu'Israël Adam SHAMIR est un écrivain et journaliste qui a la double nationalité russe et israélienne ; qu'il vit en Russie et retourne quelquefois dire bonjour en Palestine; qu'il s'est converti au christianisme orthodoxe à peu près quand Mordechai Vanunu s'est converti au catholicisme,  et qu'il dénonçait déjà les menées de ces petites mains de la CIA au mois de janvier 2012. Sa foi le regarde, ce n'est pas notre affaire, mais ses opinions, ses analyses et ses prises de position politiques nous intéressent au plus haut point. On ne perd jamais son temps à le lire, et je recommande en passant, aux internautes curieux de la vie en Fédération de Russie, ses autres articles traduits en français. On va sur : http://www.israelshamir.net/, on clique sur « Français» dans la colonne des langues et on les a tous. Pour le machin du jour, c'est là :


Mégères non apprivoisées : les "Pussy Riots"

 par Israël Adam Shamir

 

Devki.jpg

Elles n'ont jamais rien produit, mais sont universellement admirées; vous n'en voudriez sûrement pas chez vous, mais vous voulez absolument qu'elles fassent la loi chez vos adversaires, et qu'ils les adorent. Vous voulez que je vous fasse un dessin ? Elles ont choisi un nom qu'on ne peut pas répéter en société, nous les appellerons par leurs initiales, les PR, et on ne saurait nier qu'elles aient du talent pour les relations publiques.  Mais de quoi s'agit-il ? Ce n'est pas un groupe de rock ou des punk. Un journaliste anglais s'en étonnait : elles n'ont jamais produit un air, une chanson, un graffitti, rien, nada de nada, nothing at all. Alors comment peut-on  les qualifier d'artistes ? Question délicate pour leurs supporteurs, mais ils s'en tirent élégamment : c'est le Département d'État US, réputé pour son amour de l'art, qui a payé pour leur premier et unique single, fabriqué par The Guardian à partir de quelques images et bruitages.

 Lire la suite...

Enfin, comme il était prévisible, les «chanteuses» à un seul single ont déjà fait des émules. En Allemagne. Et l'Eglise d'Allemagne a riposté. S'agit-il, se demande Philippe Grasset, d'un phénomène spontané de mimétisme, d'une sorte de mode qui saisirait les esprits faibles ? Il n'en croit rien. Nous non plus. Saluons en passant ce blog très informé, aux analyses toujours pointues. C'est là :

 

25/8/2012 - Bloc-Notes

Qu’est-ce que l’Allemagne va faire de son Pussy Riot ?

Autour du procès et de la condamnation des trois jeunes femmes russes du groupe Pussy Riot, il y a eu de nombreuses “actions” du domaine dans le monde extrêmement civilisé du bloc BAO, en signe de solidarité et d’activisme postmoderniste. Ce fut le cas dans la cathédrale de Cologne (voir Russia Today, le 20 août 2012), où trois jeunes gens, – deux du sexe masculin et un du sexe féminin, – accomplirent une performance équivalente à celle des Pussy Riot en février. Les trois personnes ont été arrêtées et inculpées.

Lire la suite...

Et pendant que vous serez dans le Bloc-Notes de DeDefensa.org, ne ratez pas les aventures de l'inénarrable Laurent Fabius chez les Turcs. Ce serait dommage :

 

Hillary, Hague & Fabius, le nouveau groupe Pussy Riot

Il faut le noter avec une certaine préoccupation : les éminences diplomatiques de nos puissances tutélaires du bloc BAO commencent à laisser planer quelques inquiétudes sur leurs comportements. C’est assez remarquable parce que l’habitude des choses nous a accoutumés à la mesure, la politesse, le self-control, l’habileté au compromis, éventuellement l’élégance de ces maîtres de la diplomatie. Ils ont dans leur lignée des noms honorables et fameux, les Vergennes, Talleyrand, Tocqueville, Jobert, les Wellington, Palmerston, Anthony Eden, les Thomas Jefferson, Marshall, Acheson, – que du beau linge, et qui savait diablement se tenir… Qu’est-ce qui leur prend ?

Lire la suite...

[ «Bloc BAO = Bloc Atlantiste Occidentaliste, soit USA, Royaume Uni, France, Israël, les deux Canadas, Australie, Nouvelle Zelande, et, bien entendu, le reste de l'Union Européenne. ]

[ Extrait de citation de Webster Griffin Tarpley – PressTV.com - sur la déclaration de Fabius : « C'est un langage que nous n'avons pas entendu en Europe depuis l'ère fasciste. C'est le langage d'une dictature fasciste, et, bon, Fabius n'est pas encore tout à fait ça, mais (...) il va dans cette direction. » ]

 

Ce n'est pas notre faute si l'actuel gouvernement français n'en rate pas une... Ceci n'était pas prévu dans nos Mises au point.

 

24.08.2012

La Dissidence française

Lettre ouverte à Cécile Duflot : « Que diriez-vous d'assumer ? »

par Vincent VAUCLIN,

 

Duflot bis -4641016-6946248.jpg

Madame la Ministre,

Ce jeudi 23 Août 2012, vous avez risiblement honoré votre fonction en posant avec une cagoule et une petite ardoise arborant fièrement ce message éminemment subversif “Free Pussy Riots”.

Votre soutien à un groupe de “féministes punk” est en effet ridiculement essentiel. Les “Pussy Riots” se sont illustrées par la profanation de la Cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou.

Dénonçant “l’autoritarisme russe”, vous ne réalisez sans doute pas la portée nocive de ce geste qui, en vertu de la Loi Française, aurait pu être puni de 10 ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende.

En tant qu’écologiste, il vous semble également naturel de soutenir ce groupe, dont l’une des membres s’illustra notamment par l’introduction d’un poulet mort dans son vagin : le respect de la vie animale vous semble ici accessoire.

Votre soutien à ce groupe de dégénérées, tombant simplement sous le coup du droit commun russe, est d’autant plus indécent que vous assumez la fonction de Ministre du Logement.

Lire la suite...

Source :

http://la-dissidence.org/2012/08/24/lettre-ouverte-a-cecile-duflot-que-diriez-vous-dassumer/

*


Ecce homos


Pour nos lecteurs non anglophones, The Saker, parlant de « lobby homo » renvoyait à un de ses articles, consacré à la décision récente des autorités russes d'interdire l'organisation de Gay Prides sur le territoire de la Fédération pour les cent ans à venir.

Gay-pride-parade-fairy.jpgIl en jubilait, se promettant d'assister à une levée de boucliers gratinée de la part des missionnaires de la démocratie bien-pensante, chose qui, évidemment, n'a pas manqué de se produire : Human Rights First vient de condamner la Russie.

The Saker n'aime pas les Gay Prides. Nous non plus. Ses raisons, il les expose avec force et clarté. L'échange d'opinions qui suit son article est au moins aussi intéressant, mettant aux prises, entre autres et outre lui-même, un croyant musulman et un homosexuel athée. Les arguments des uns et des autres valent certainement qu'on les prenne en compte. Je me contenterai, ici, pour mes lecteurs sourcilleux d'avancer autant que possible les miens.

Oui, la Gay Pride me gêne, comme me gênerait une Hétéro-Pride. Pourquoi ? Parce que, sous ses airs libertaires, c'est une manifestation d'intolérance et un abus de pouvoir.

The Saker et ses hôtes s'empoignent – courtoisement mais pas à fleurets mouchetés – sur le point de savoir si l'homosexualité est innée ou acquise, si elle est dans votre ADN ou s'il s'agit d'un virus, et si les sociétés ont ou non raison de la réprimer. Débat qui fera encore couler beaucoup d'encre, j'en ai peur, mais qui n'est pas notre sujet de préoccupation, ni celle, à mon sens, des autorités russes. Interdire l'organisation des Gay Prides n'est pas interdire l'homosexualité.

Gay pride Paris -45681441_gay_praid_2009_095.jpgInnée ou acquise? Quel intérêt quand les jeux sont faits ? Ceux qui appartiennent à cette tranche de la société doivent vivre avec leur particularité et trouver, dans cette société, leur place. A droits égaux. Que les homosexuels, mâles ou femelles, puissent vivre sans être persécutés, puissent cohabiter, tester, hériter entre eux s'ils le souhaitent, sont des droits fondamentaux que nul n'a le droit de leur contester. Mais qu'est-ce que vivre en société , sinon essayer d'y jouir d'un maximum de liberté sans que ce soit au détriment de la liberté des autres ? Et c'est là que le bât blesse.

Que des homosexuels exhibent leurs préférences sexuelles dans la rue n'est pas un crime. C'est un manque de savoir-vivre et une manifestation d'intolérance. Une Gay Pride est aussi offensante que le serait une Hétéro-Pride, une Sadic-Pride ou une Pedomaniac Pride. La sexualité est affaire intime. Exhiber sa libido sur la voie publique peut offenser les autres, y compris les homosexuels non-exhibitionnistes.

The Saker y voit une démarche fascisante. Sans aller jusque là (surtout dans les intentions) il faut reconnaître qu'imposer ses préférences – ou le spectacle de ses préférences – à ceux qui n'en ont que faire est une manifestation de pouvoir. Abusif. Et infantile, par définition.

On peut regretter que les autorités russes aient dû légiférer pour pallier le manque d'auto-discipline et de savoir-vivre d'une partie de leurs compatriotes. Mais les autorités russes ne sont pas redevables de leur administration du pays qu'aux seuls homosexuels et sont, en outre, confrontées à des attaques venant de toutes parts, dont le but (revendiqué!) est de subvertir et de dissoudre la société russe. L'organisation de Gay Prides est un des moyens utilisés pour y parvenir, même si ceux qui veulent s'y livrer n'en sont pas conscients. Dans la mesure où ce genre de festivités non spontanées ne se produit que dans des sociétés en décomposition, un gouvernement démocratique n'a pas seulement le droit mais le devoir de s'y opposer. Et tant mieux si les personnes concernées comprennent son souci et consentent de bon gré à vivre leur sexualité dans leur chambre à coucher ou tous autres endroits discrets.

Cette occasion est aussi bonne qu'une autre de nous rappeler deux ou trois choses. Pas de panique ! Il ne s'agit que de résumer les derniers dix mille ans d'histoire.

Avant l'Histoire, justement, il y eut le matriarcat ou « tout le pouvoir aux mères de famille » (ce que contestait feu Georges Dumézil mais ses fantasmes sont son affaire). Un jour, les pères se révoltèrent contre cet état de choses effectivement oppressif et injuste, qui les infantilisait. Cependant, au lieu de réclamer leur part de droits et de responsabilités, et précisément parce qu'ils étaient infantiles, ils prirent le pouvoir. Ce qui se traduisit presque partout par l'enfermement et l'infantilisation forcée des femmes. Les filles devinrent propriété et objets de troc des pères, utilisables à merci pour accroître et affermir leur pouvoir. Les fils, rivaux potentiels dès la puberté, ne furent pas mieux lotis. Infantilisés eux aussi et autorisés à sortir de cet état de dépendance absolue uniquement pour aller combattre – et si possible se faire tuer – dans les guerres fomentées par les pères, dans le but sempiternel d'accroître et de renforcer leur dit pouvoir. Depuis l'existence, même embryonnaire, du patriarcat (« tout le pouvoir aux pères de famille »), la volonté de puissance et la cupidité ont régi les sociétés des pères, lesquels ont hélas conservé leur infantilisme d'origine, tout en l'imposant à femmes, filles et fils. L'infantilisme est LA plaie cardinale du genre humain et le responsable de 90% de ses misères.

Mais les homosexuels ?

N'avaient pas été mieux lotis sous le matriarcat, les mères, pas plus que les pères, n'ayant eu que faire de non-reproducteurs.

De tout temps persécutés à peu près partout.

Sauf chez les Grecs il est vrai, où l'homosexualité masculine fut même institutionnalisée. Mais pas son libre choix. Puisqu'elle fut imposée au contraire, à tous les mâles mineurs d'âge sans distinction. Mais en fait, ce n'est pas l'homosexualité qui fut imposée mais la bisexualité : les femmes au gynécée, à obligatoirement engrosser pour assurer la descendance, et les petits garçons, pour le soulagement et la bagatelle. But hautement politique : ne laisser aucune ombre de possibilité aux femmes de jouer un rôle actif dans la société en tenant, par exemple, l'un ou l'autre mâle par les couilles. Qui contrôle la sexualité contrôle la société. Aujourd'hui comme dans la Grèce antique.

Au point d'explosion démographique où nous sommes arrivés, alors que les oligarchies occidentales songent à supprimer par des moyens divers une partie de l'espèce humaine (qui continue à manger alors qu'elle ne leur sert plus à rien), alors que les si-peu-démocrates-Chinois (ah, la la) légifèrent pour interdire plus d'un enfant par famille, on pourrait penser que le moment est venu de laisser les homosexuels enfin vivre leur vie sans brimades.

The Saker dit qu'aux USA, la décision de dépénaliser l'homosexualité « fut une décision politique née d'un rapport de forces » (c'est vrai) et « sans fondement scientifique » (la science n'a rien à voir dans l'affaire, puisqu'il s'agit d'affect et que l'affect humain est aussi bien connu de la science que le sous-sol d'Aldébaran).

Quelle a été et quelle est encore l'arme absolue du patriarcat pour pérenniser son pouvoir ? L'institution du mariage. Qu'il soit monogamique ou polygamique. C'est pourquoi on peut s'étonner que les homosexuels, au moment où le rapport de forces leur devient favorable, loin de diagnostiquer correctement et de combattre la cause première de leurs malheurs, réclament assez sottement le droit de se marier. Le beau Barak Obama, ratissant  jusque dans les coins, vient de le leur accorder.

Certes, les homosexuels n'ont pas à s'attaquer, seuls, aux tares des sociétés dans lesquelles ils vivent, mais l'instinct de conservation le plus élémentaire aurait dû les inciter à un peu moins de panurgisme et d'obéissance aveugle aux diktats du dernier avatar du patriarcat. Gay Prides indeed !

La permissivité, à l'égard de tout ce qui a été si longtemps réprimé est partiellement inévitable (rapport de forces changé par la démographie galopante et la décadence) et partiellement voulue par les oligarchies occidentales, dont le pouvoir ne peut se maintenir que par la dislocation du tissu social des contrées qu'elles veulent à leur botte. D'où l'organisation, forcée s'il le faut, de Gay Prides et de Pussy Riots.

Sofia - Bulgarie - 2 -CDC51AED728B6AE479FC952C38682.jpg

Sofia, Bulgarie - Monuments aux morts soviétiques et bulgares de la IIe Guerre Mondiale

sofia bulgarie - 9CE910A66268D85EB7EE6982B96536.jpg


A ce propos, deux mots de conclusion sur la Russie, puisque la Russie vient de faire savoir qu'elle ne voulait pas de la dislocation de son tissu social. Les attaques portées à sa cohésion, sous des formes de moins en moins camouflées, ont eu le résultat – imprévu pour les initiateurs – de resserrer les rangs, y compris ceux de l'opposition, autour du gouvernement de Vladimir Poutine. (On entend d'ici la meute de service aboyer au nationalisme).

Pour ceux qui sont bouchés à l'émeri :

Vladimir Poutine et son gouvernement ont été élus, à une majorité importante des voix, dans des conditions de régularité que nous pouvons leur envier, par une population de 143 millions de personnes. Ces gens ont des lois et n'en déplaise aux hystériques laveurs de cerveaux de l'Occident, la Fédération de Russie est une démocratie. Comme toute démocratie, elle a une opposition. Elle en a même plusieurs. Il est hautement réjouissant que les tarés apprentis sorciers de l'Empire, avec leurs chiffons à trous sur la tête, aient réussi ce que la bonne volonté de l'équipe au pouvoir n'avait pu faire jusque là : rassembler même l'opposition autour d'elle. Evidemment pas l'opposition milliardaire. Mais, par exemple, l'opposition communiste et son chef, Guennadi Ziouganov, principal rival de Vladimir Poutine aux dernières élections présidentielles. (Eh oui, en Russie comme en Italie, il y a des communistes qui vont à la Messe). Et, bien entendu, le vieux Soljénitsine, qui a vu l'Amérique et qui en est revenu.

Poutine & Soljenitzine en 2007.jpg

Réaction naturelle d'une nation digne de ce nom.

Salut et fraternité à elle.

Bref, après les tentes oranges, la révolution (oufti!) des roses et les bandeaux verts censés purger le monde de l'abominable Ahmadinedjad, voici les balaclavas multicolores. Quels trésors d'invention ! On résiste mal à l'envie d'ouvrir des paris. Ce sera quelle couleur pour Chavez ? Et pour Correa ? Pour Castro, ça, on sait déjà : couleur foire de cochons.

Oh, pardon.

*

Saint Petersbourg : V. Poutine payant de sa personne à une collecte de fonds pour les enfants cancéreux.

(Ce n'est pas une prière, ni punk, c'est juste du Louis Armstrong, et l'accent n'est pas terrible.)

*

Ce blog est comme les opéras de Richard Wagner : quand on croit que c'est fini, il y en a encore . Quelques articles exceptionnels, à lire pour ne pas mourir idiots :

Analyse de la situation en Syrie

Alain CHOUET

alain chouet - arton17546-00c61.jpg

Invité de l’Association Régionale Nice Côte d’Azur de l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale) le 27 juin 2012, Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, reconnu bien au delà de l’Hexagone pour son expertise du monde arabo-musulman, livre ici une vision intéressante et décapante.

Lire la suite...

*

30 août 2012

Conspirationnisme : la paille et la poutre

Frederic LORDON

(des économistes atterrés – atterres.org)

frederic lordon - redim_proportionnel_photo.jpg

Le peuple est bête et méchant, le peuple est obtus. Au mieux il pense mal, le plus souvent il délire. Son délire le plus caractéristique a un nom : conspirationnisme. Le conspirationnisme est une malédiction. Pardon : c’est une bénédiction. C’est la bénédiction des élites qui ne manquent pas une occasion de renvoyer le peuple à son enfer intellectuel, à son irrémédiable minorité. Que le peuple soit mineur, c’est très bien ainsi. Surtout qu’il veille à continuer d’en produire les signes, l’élite ne s’en sent que mieux fondée à penser et gouverner à sa place.

Pour une pensée non complotiste des complots (quand ils existent)

Lire la suite...

*

30 août 2012

Postmodernisme ? (Znet)

Noam CHOMSKY

Noam-Chomsky.jpg

Récemment Z a reçu des questions à propos de la pertinence et de la portée éventuelle de ce qui est appelé postmodernisme. Nous avons dans le passé – lorsque c’était un sujet plus d’actualité, ou qui en tout cas semblait l’être – publié plusieurs essais, et même des débats sur le sujet. On peut facilement les trouver sur ZNet. Mais nous sommes tombés par hasard sur une reproduction de la longue réponse que Chomsky avait donnée sur ces questions dans un forum. Nous l’avons trouvée assez bien, et nous avons estimé qu’elle peut être publiée. Le texte ci-dessous avait été mis en ligne en novembre 1995, nous avons juste éliminé les noms des personnes qui interrogeaient Chomsky.

Il me semble que le débat avait commencé quand Mike et moi, avec peut-être d’autres personnes, avions été accusés de n’avoir point de théorie, et donc de ne pas pouvoir expliquer pourquoi les choses sont comme elles sont. Nous devions donc nous tourner vers la « théorie » et la « philosophie », ou « les constructions philosophiques », ou ce genre de choses, pour remédier à cette déficience et pouvoir comprendre ce qui se passe dans le monde, et pour agir. Ma réponse a toujours été de réitérer ce que j’avais écrit il y a trente-cinq ans*, longtemps avant l’éruption du « postmodernisme » dans la littérature : « S’il existe un corps de théorie, testé, vérifié, qui s’applique aux relations internationales ou à la résolution des conflits internationaux, voire même des conflits internes, son existence reste un secret bien gardé », malgré beaucoup de « prétentions pseudo-scientifiques ».

Lire la suite...

*

Les trois suivants sont une dénonciation, très documentée et argumentée du rôle honteux joué par Amnesty International, Human Rights Watch et Chatham House (car il n'y a pas que l'ONU), dans la fabrication du consentement à la mise à sac du monde. Le Grand Soir a choisi de traduire celui de Diana Johnstone. Les deux autres sont en anglais. Sorry.

TUESDAY, AUGUST 21, 2012

Amnesty International is US State Department Propaganda

Amnesty run by US State Department representatives, funded by convicted financial criminals, and threatens real human rights advocacy worldwide.

by Tony Cartalucci

Amnesty_PussyRiot.jpg

Image: From Amnesty International USA's website, « Free Pussy Riot. » « Help Amnesty International send a truckload of balaclavas to Putin. » This childish stunt smacks of US State Department-funded Gene Sharp antics - and meshes directly with the US State Department's goal of undermining the Russian government via its troupe of US-funded « opposition activists » including "Pussy Riot" . That Amnesty is supporting the US State Department's agenda should be no surprise, it is run literally by the US State Department's Deputy Assistant Secretary for International Organizations, Suzanne Nossel.

Lire la suite...

Ce texte, traduit en français, vient de paraître sur le blog Résistance 71 :

Allez, on vous l'ajoute :

Droits de l’Homme et hypocrisie :

Amnesty International comme agence de propagande du ministère des affaires étrangères américain…

A lire en parallèle l'article de Paul Craig Roberts sur la diabolisation de Poutine et la corruption des organisations de défense des droits de l’Homme comme Amnesty International. L’éveil et la poussée de démystification salvatrice semblent opérer de concert…

Résistance 71 –

Amnesty International est une agence de propagande du ministère des affaires étrangères U.S.

Amnesty est dirigée par des représentants du ministère des affaires étrangères états-unien, est financée par des criminels financiers condamnés et menace la véritable défense des droits de l’Homme partout dans le monde.

 par Tony Cartalucci

le 21 Août 2012,

Souvent considérée à tort par beaucoup comme étant la quintessence sur la question des droits de l’Homme dans le monde, cela pourra choquer certains d’apprendre qu’Amnesty International n’est en fait qu’un des plus grands obstacles à la véritable cause et défense des droits de l’Homme sur cette planète.

Lire la suite...

*

Institute for Political Economy

Pussy Riot, The Unfortunate Dupes of Amerikan Hegemony ~ Paul Craig Roberts

3Craig Roberts -895089-5860183.jpg

August 22, 2012

My heart goes out to the three Russian women who comprise the Russian rock band, Pussy Riot. They were brutally deceived and used by the Washington-financed NGOs that have infiltrated Russia. Pussy Riot was sent on a mission that was clearly illegal under statutory law.

Lire la suite...

*

31 août 2012

Pussy Riot et Amnesty International : Le déclin de la protestation politique (Counterpunch)

Diana JOHNSTONE

Pussy - Johnstone -arton17587-2b2a8.jpgIl était une fois une organisation appelée Amnesty International qui se consacrait à la défense des prisonniers de conscience partout dans le monde. Son action était guidée par deux principes qui ont contribué à son succès : la neutralité et la discrétion. Dans le contexte de la Guerre Froide, Amnesty International à ses débuts prenait soin d’équilibrer ses campagnes en faveur des prisonniers entre les trois régions idéologiques : l’Occident capitaliste, l’Est communiste et les pays en voie de développement du Sud. Les campagnes étaient discrètes, évitant les polémiques idéologiques et se concentrant sur les conditions physiques et juridiques des prisonniers. Leur objectif n’était pas de se servir des prisonniers comme d’une excuse pour s’épancher contre un gouvernement « ennemi », mais de convaincre les gouvernements de cesser toute persécution contre des dissidents non-violents. L’organisation réussit à exercer une influence civilisatrice universelle.

Lire la suite...

*

Découvrir, en l'espace de trois jours, ce qu'avaient à nous dire Chouet et Lordon, mais aussi ce que nous disent Cartalucci, Craig Roberts et Johnstone, interdit de désespérer.


Fluctuat Nec Mergitur


Catherine L.

Le 3 septembre 2012






24/08/2012

Pussy Riot vs. Julian Assange

La Nef des fous - Vladimir VERESCHAGIN.jpg

« On n’a pas le droit

de scandaliser les croyants »

Marat

 

Pussy Riot vs. Julian Assange, à chacun son bon et son méchant.

 

par The Saker

17 août 2012 – Information Clearing House

Deux cas très médiatisés de liberté d’expression font l’actualité ces jours-ci : le verdict dans le procès des Pussy Riot à Moscou et l’octroi, par l’Equateur, de l’asile politique à Julian Assange. Je pourrais dire que les deux cas sont, de bien des façons, sinon similaires, du moins comparables. Après tout, nous avons, dans les deux cas des gens qui ont décroché de l’université, qui ont bafoué les lois d’un pouvoir de première grandeur, et dans les deux cas, les protagonistes sont devenus une espèce de symbole de la résistance au pouvoir de l’Etat et au droit à la libre expression. Mais il y a aussi, entre les deux, des différences considérables, je dirais même cruciales, qui justifieraient tout autant qu’on les considère non comme similaires mais comme aux antipodes l’un de l’autre.

 C’est la raison pour laquelle, afin de clarifier la question dans mon esprit, j’ai décidé de dresser un petit tableau, dans lequel je compare les cas Pussy Riot et Julian Assange. Ce n’est évidemment pas une comparaison exhaustive. Il faut plutôt y voir une sorte de rapide évaluation, comme j’aurais pu la griffonner sur une nappe de restaurant.

 

 

Pussy Riot

Assange

 

 

Origine

Russe

Australienne

Protagonistes

Collectif d’anonymes

Personne individuelle

Délit

Appel à la haine prouvé

http://www.youtube.com/watch?y=ALS92big4TY

 

Prétendue relation sexuelle sans protection.

Prétendu espionnage

 

Motif idéologique

Arracher Poutine du pouvoir.

Féminisme de 3e génération.

Homosexualité.

Société ouverte.

Anti-guerre.

Information libre.

Presse libre.

 

Tactique de défense

Déni de responsabilité.

Revendication de responsabilité.

 

Légalité

Aligné sur la loi des medias dominants :

http://mercouris.wordpress.com/2012/08/07/pussy-riot-2/

 

Application de dispositions légales sans précédent.

Soutiens

Gouvernements occidentaux.

Elites occidentales.

Elites russes.

Gouvernement russe.

Opinion publique mondiale.

Elites occidentales.

 

Activités passées

Groupe d’organisation de « happenings » VOINA

 

http://kaifolog.ru/2010/08/27/poshto-pizdili-kuru-22-foto...

 

http://plucer.livejournal.com/281211.html?nojs=1

 

 

Pirate informatique et promoteur de logiciels libres.

Education

Décroché de l’université

 

Décroché de l’université

 

Entre nous soit dit, quand je considère ce tableau, je me demande encore comment un « groupe de jeu collectif » russe (c’est ce qu’ils prétendent être) comme Pussy Riot a pu devenir, en un instant, le méga-héros de tant de personnages publics. Vous pensez que j’exagère ? Jetez donc un œil à cette liste, que j’ai trouvée sur Wikipedia :

Kate Nash, Red Hot Chili Peppers, Sting, Peter Gabriel, Cornershop, Faith No More, Alex Kapranos of Franz Ferdinand, Neil Tennant des Pet Shop Boys, Patti Smith, The Beastie Boys, Refused, Zola Jesus, Die Antwoord, Jarvis Cocker, Pete Townshend, The Joy Formidable, Peaches, Madonna, Genesis, Tegan and Sara, Johnny Marr, Courtney Love, Iiro Rantala, Propagandhi, Anti-Flag, Rise Against, Corinne Bailey Rae, Peter Hammill, Kathleen Hanna, Björk, Paul McCartney, Yoko Ono, l’acteur britannique Stephen Fry, le maire de Reykjavik Jon Gnarr et Warren Kinsella. Une lettre de soutien de 120 membres du parlement allemand, le Bundestag, a été envoyée à l’ambassadeur de Russie en Allemagne, Vladimir Grinin. La lettre qualifie le procès fait à ces femmes de « disproportionné et draconien ». Le 9 août 2012, 400 supporteurs des Pussy Riot ont défilé à Berlin en portant des cagoules colorées, dans un show de soutien au groupe.

A ceci, il faut ajouter la couverture intensive, disons même franchement délirante, du procès des Pussy Riot par les medias dominants occidentaux. Bizarre, non ? Cela pourrait-il être dû à la qualité de l’« interprétation musicale » en elle-même (appelée « prière punk ») ? Eh bien, jugez-en par vous-mêmes :

 


Pour apprécier pleinement leur talent d’artistes, voici la traduction des paroles :


Vierge Marie, Chasse Poutine,

Chasse ! Chasse Poutine !

Soutane noire, épaulettes dorées

Tous les paroissiens rampent et se prosternent

Le fantôme de la liberté est au ciel

La gay-pride est envoyée en Sibérie, dans les chaînes.

Le chef du KGB est leur saint patron

Il conduit les protestataires en prison sous escorte.

Pour ne pas offenser les grenouilles de bénitier

Les femmes doivent enfanter et aimer

Sainte merde, merde, merde du Seigneur !

Sainte merde, merde, merde du Seigneur 

Sainte Vierge Marie, deviens féministe,

Deviens féministe, Deviens féministe

L’Eglise encense les dictateurs pourris

Les porteurs de croix font la procession en limousines noires

A l’école, tu te farciras un  prof prêcheur

Vas-y – apporte lui de l’argent !

Le Patriarche Gundyaev croit en Poutine.

Salope, tu ferais mieux de croire en Dieu.

La ceinture de la Vierge ne remplace pas les manifs

De protestation contre notre Marie-toujours-Vierge !

Vierge Marie, Chasse Poutine,

Chasse ! Chasse Poutine. »


Alors qu’on ne peut pas ne pas être d’accord avec certaines des idées contenues dans cette tirade (le Patriarcat de Moscou est en effet à la fois corrompu et totalement contrôlé par le Kremlin, et le Patriarche Gudyaev est un vaurien et un escroc de la pire espèce), il est évident pour moi que l’intention réelle de cette mascarade n’est pas de dénoncer des abus mais de réussir à provoquer un effet de choc maximal. En fait, le collectif Pussy Riot n’est rien d’autre que le dernier reconditionnement de l’infâme groupe de jeu « Voïna » (« guerre » en russe), qui s’est rendu tristement célèbre par l’organisation de happenings du genre orgies publiques dans des musées, séances de masturbation au poulet surgelé dans des supermarchés, provocations débiles de policiers médusés dans des commissariats, etc. etc. Vous croyez peut-être que je plaisante ? Eh bien, non. Et pour vous le prouver, j’inclus (avec répugnance et dans un format délibérément petit), une ou deux photos de ces «événements » dans le présent post. Et si vous trouvez que j’exagère, vous pouvez cliquer sur les liens qui suivent, montrant ces nauséeuses photos agrandies [Nous allons nous contenter de celles-là. NdCL ].

http://kaifolog.ru/2010/08/27/poshto-pizdili-kuru-22-foto...

http://plucer.livejournal.com/281211.html?nojs=1  *

Si le premier de ces événements prétendait être une forme de déclaration d’opinion sur celui qui était alors le président Medvedev, le second – intitulé « pourquoi le poulet fut foutu » et «histoire de comment le con nourrit la guerre » - ne comportait même pas le plus vague des messages.

Il est plutôt évident que ces dames, qu’on les emballe sous l’étiquette Pussy Riot ou Voïna, n’ont d’autre message et d’autre but que d’offenser, de dégoûter ou de choquer. Leur seul et unique trait de génie a été d’ajouter à leur répertoire habituel centré sur le sexe, un message anti-Poutine et anti-Religion Orthodoxe. Là, elles ont vraiment décroché le canard, puisque cela leur a valu, en l’espace d’une seule nuit, le statut d’héroïnes en Occident. Et ceci, à son tour, en dit bien plus long sur l’Occident que sur ces femmes sexuellement frustrées et pour tout dire détraquées.

En effet, tandis que les élites occidentales s’alignent derrière les Pussy Riot, un pays occidental présumé civilisé - le Royaume Uni pour ne pas le nommer - se comporte comme un régime nazi de bande dessinée en envoyant des lettres de menaces à un pays souverain, l’Equateur.

« Vous devez être conscient qu'il existe un fondement juridique au Royaume-Uni dans la Loi sur les locaux diplomatiques et consulaires qui nous permet de prendre des mesures pour arrêter M. Assange dans les locaux actuels de l'ambassade.

Nous espérons vivement ne pas en arriver là, mais si vous ne pouvez pas résoudre le problème de la présence de M. Assange dans vos locaux, c'est une voie qui nous est ouverte.

Nous devons rappeler que nous considérons que l'utilisation continue des locaux diplomatiques de cette manière est incompatible avec la CVRD (Convention de Vienne sur les relations diplomatiques) et insoutenable, et que nous avons déjà été clairs avec vous sur les conséquences graves pour nos relations diplomatiques. »

N’en déplaise au verbiage diplomatique dans lequel on s’efforce de l’emballer, ce n’est là qu’une vulgaire lettre de chantage digne de truands. De plus, et comme je l’ai déjà mentionné dans mes commentaires d’hier, il n’existe absolument aucun précédent, dans toute l’histoire récente, du genre de comportement adopté par le Royaume-Uni. En fait, TOUT, dans cette affaire, est un exercice sans fin de distorsion et de viol des lois, dans le seul but de persécuter Assange : de la ridicule allégation de sexe non protégé à la Notice Rouge d’Interpol et du refus catégorique des procureurs suédois d’interroger Assange en Angleterre au refus britannique de lui donner des garanties de non-extradition, pour finir par les menaces britanniques d’investir par la force l’ambassade d’Equateur dans leur pays, tout cela est, je le répète, absolument sans précédent.

Une fois encore, comparez cela au procès des Pussy Riot à Moscou, qui se classe tout à fait dans la norme, et même bien moins sévère que ce qui est considéré comme la norme dans la plupart des pays occidentaux (voyez cette excellente et très détaillée analyse juridique d’Alexander Mercouris pour davantage d’information).

Il est vrai que ce qui est au centre du débat, dans les deux cas, est la liberté d’expression.Peu importe que l’expression (le discours) soit politique ou défende un noble idéal, ou qu’il soit utilisé pour offenser, insulter ou choquer. Le discours est du discours malgré tout. Cependant, comment se fait-il que les élites occidentales ne soutiennent pas toutes les formes d’incitation à la haine comme elles soutiennent celle des Pussy Riot ? Est-ce que quelqu’un va sérieusement prétendre que si ces dames avaient organisé leur représentation dans, mettons, une synagogue française, les élites occidentales se seraient mobilisées en leur faveur ? Tout le monde sait bien que non. Alors, à quoi joue-t-on ici ?

En outre, le discours n’est pas la même chose que l’opinion. Si – du moins en théorie - les sociétés occidentales ne limitent pas l’expression d’opinions, elles limitent toutes la liberté de parole, ne fût-ce que pour des raisons de sécurité nationale, de répression d’incitation à la haine, de respect des lois en vigueur, etc.

Alors, finissons-en avec les conneries et dissipons toute confusion : le soutien des Occidentaux aux Pussy Riot n’est pas dû à leur opinion sur Poutine ou sur le Patriarcat de Moscou (de telles opinions peuvent être - et sont - couramment exprimées en Russie), et n’est pas dû non plus à un quelconque soutien de principe à la liberté de parole, que l’Ouest limite tout autant (et même bien plus que ne le fait la Russie à mon avis).

La triste vérité est que le soutien de l’Occident aux Pussy Riot n’est en réalité rien d’autre qu’une expression de plus de sa haine rabique de tout ce qui est russe ou russe orthodoxe. Et si cela implique la transformation d’une bande de femmes dérangées en étendard de la liberté, allons-y ! Et si cela implique aussi qu’on détourne le regard de l’obscène et outrageuse persécution d’un très réel héros comme Julian Assange [pour ne rien dire de Bradley Manning, NdCL ] par l’empire US et ses vassaux, allons-y aussi !

Paradoxalement, les Pussy Riot sont un parfait exemple de ce que l’Ouest représente, de même que Julian Assange est devenu le symbole de ce que la Russie – et toutes les autres nations de la terre qui refusent de se soumettre à l’empire US – représentent.

J’y vois une sorte de justice poétique, une forme de karma pour tout dire. L’Occident moderne, post-chrétien, païen et cupide, avec son arrogance et son hypocrisie sans bornes, a sombré dans l’idéologie guerrière de caniveau, soutenant ouvertement les tordus et les psychopathes et persécutant tout ce qui est noble et courageux. Je trouve aussi parfaitement beau qu’un petit pays comme l’Equateur ait osé ce dont les pays d’Europe si présomptueux et abusivement fiers d’eux-mêmes n’ont jamais été capables : faire preuve de vrai courage, de dignité et de respect de soi.


correa_morales_chavez.jpg


En vérité : à chacun ses héros et ses méchants.

En guise d’épilogue provisoire :

Donc, les Pussy Riot se sont pris deux ans de prison. J’aurais préféré qu’on les condamne à cinq ans de travaux d’utilité publique (vous savez, à faire quelque chose de réellement productif pour leurs compatriotes), mais une telle sentence aurait aussitôt donné lieu à un nouveau cirque médiatique. Je suppose donc que le juge a pris la décision qu’il fallait.

Pour ce qui est d’Assange, son avenir dépendra du courage (ou du manque de) des autres pays d’Amérique Latine. L’Equateur ne peut pas, seul, triompher dans un bras de fer avec le Caniche de l’Oncle Sam, mais si cette affaire polarise suffisamment l’opinion publique en Amérique Latine, le sentiment d’outrage qui en résultera pourrait entraîner des conséquences économiques pour le Royaume Uni, qui pourraient bien à leur tour le forcer à trouver quelque solution civilisée et mutuellement acceptable à cette situation embarrassante. Il serait souhaitable aussi que la Russie et la Chine fassent entendre leur voix, mais je ne retiens pas trop mon souffle là-dessus, ces deux-là n’étant pas spécialement connus pour leur altruisme.

Encore une chose :

Je présente mes excuses à quiconque se sentirait offensé par les photos d’une vulgarité rare que j’ai mises en ligne. Premièrement, j’estime que nous sommes tous des adultes, mais plus encore, et tout comme je l’ai fait dans mes deux articles sur le « lobby homo » ( ici et ici ) j’ai le sentiment qu’il est important de montrer les choses comme elles sont dans la réalité et non par rapport à un concept abstrait. Discuter de diversité sexuelle ou de liberté d’expression est une chose, voir un homme à moitié nu ave des plumes dans le derrière ou une femme s’introduisant publiquement un poulet dans le vagin en est une autre. Une réalité obscène, dégoûtante et pathologique doit être montrée pour ce qu’elle est, pas pour ce que d’aucuns veulent qu’elle soit.

The Saker

P.S. Pour rire un bon coup, ne ratez pas la couverture du verdict de Moscou par la BBC.

PPS. Voici, pendant qu’on y est, la version ukrainienne du soutien aux Pussy Riot par le groupe féministe Femen. Vous y verrez la blonde Inna Shevchenko en boxer rouge et seins à l’air, abattre à la tronçonneuse une croix de bois catholique érigée au centre de Kiev.


 

 

[ La police ukrainienne recherche activement la gente Shevchenko pour lui réclamer des comptes. Le tarif, en Ukraine, pour ce genre de plaisanterie, est de cinq ans. Ce qui est bénin, si vous voulez l’avis du chevalier de la Barre. NdCL ]

Source : http://www.vineyardsaker.blogspot.be/2012/08/pussy-riot-v...

Via : http://www.informationclearinghouse.info/article32225.htm

 Traduction Catherine L.

 pour http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs....

__________________  

* Comme les Grosses Orchades s’adressent à un public d’adultes - et d’enfants qui passent tous les jours devant des kiosques à journaux, nous y ajoutons les liens-videos de ces manifestations artistiques :

http://www.youtube.com/watch?playnext=1&index=0&feature=&v=796-g_NQobA&list (imaginons les sarkocops à la place du keuf russe)

http://www.viddler.com/v/a2e3854 (vous entendez Tzara et Mouna se retourner dans leurs tombes ?)

http://www.viddler.com/v/f7f0f529  ( ??? )

et, ah, le poulet !

http://nataly-lenskaya.livejournal.com/348825.html


 

*

 

Ne reculant devant aucun sacrifice, nous ajoutons, aux informations de l’auteur sur les personnalités qui se sont mobilisées en soutien aux Pussy Riot, quelques précisions hexagonales et belgeoises.

Commençons par les nôtres, il y en a moins :

« A Bruxelles, une cinquantaine de personnes se sont réunies devant l’ambassade de Russie pour protester contre le verdict du tribunal de Moscou, à l’appel d’Amnesty International. On y remarquait, entre autres, la présence de l’échevin Henri Simons.»

Ali Aarass, tu aurais dû te faire punk et violer ta femme en public avec un balai de chiotte, Amnesty International se serait intéressé à toi !

Autres soutiens francophones:

Pussy Riot reçoit le soutien de Bernard Henri Lévy. Parmi les personnalités politiques françaises, deux ont réagi sur Twitter : Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement français, a déclaré que « l’impertinence ne devrait jamais amener en prison» et Jean-Luc Mélenchon a écrit : «Condamnation aberrante des Pussy Riots… Néocapitalisme & Église orthodoxe : deux faces d'un même obscurantisme funeste à la démocratie» . Par ailleurs, le 17 août 2012, un article de Libération titrait « Les artistes français aphones », regrettant que, « mis à part une pâle pétition, le milieu culturel ne réagit pas à l’affaire ».

Tout ça sur Wikipedia qui n’est pas aussi bien informé qu’on le pense.

Complétons sa fiche :

Du site Zebra Station Polaire :

Kulturkampf - Socialisme et barbarie : Voici ce que soutient Aurélie Filippetti !

Aurelie-Filippetti_galleryphoto_portrait_std.jpg

"Je suis consternée, je considère que cette sentence est absolument disproportionnée. C'est un verdict d'un autre âge pour une Russie que l'on croyait sur le chemin d'une évolution démocratique. C'est véritablement la liberté d'expression de ces jeunes femmes et la liberté artistique - qui passe par le droit de chacun d'exercer une dose de provocation et qui est intrinsèquement lié à la création, à la musique et surtout à la jeunesse - qui a été bafouée et piétinée aujourd'hui",

"Je regrette profondément cette décision et cette peine manifestement démesurée, à l'encontre de trois jeunes femmes qui ont l'insolence de leurs vingt ans et le goût de la provocation qui caractérise la musique punk"

 Source : http://zebrastationpolaire.over-blog.com/

 Du même :

Russie - Pussy Riot : la manifestation de soutien tourne court à Marseille – MAJ

Euh, c’est-à-dire qu’ils y furent une trentaine et se firent embarquer par les pandores.

Christian Poitevin.jpg

Christian Poitevin, poète et ancien adjoint à la culture de Robert Vigouroux, n'en revenant pas d'être embarqué au commissariat.

Motif : porter des cagoules sur la voie publique, c’est interdit.

Et pour brailler des vieux tubes d’Eddy Mitchell sur des paroles d’Hillary Clinton à Notre Dame ou dans une synagogue, ce serait combien ?

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/a-marseille-le...

Mais à Paris il y avait bien davantage de moyens et… tous les militants du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste). Nous sommes sauvés !


Pour rappel.

Aux belles âmes pas du tout vénales d’Amnesty International :

Il y a dans les prisons US un jeune homme qui y est entré à 21 ans. Il va en avoir 24 et n’a toujours pas été jugé. Ses crimes ? Avoir transmis à Julian Assange, selon le mouchard qui l’a dénoncé, des cables diplomatiques US dont la publication embarrasse son pays en montrant trop crûment son vrai visage, mais surtout avoir rendu publique une vidéo qui montre des soldats US s’amusant à mitrailler des civils en Irak, dont des enfants et deux journalistes de l’agence Reuters. La vidéo a fait le tour du monde. Elle ne met pas du tout en péril la sécurité des Etats-Unis comme ceux-ci le prétendent, mais seulement leur image.

Ce qu’endure 24 heures sur 24 ce garçon depuis 821 jours ferait pâlir Torquemada, mais n’empêche nullement Amnesty International et les partisans du droit à l’insolence de dormir sur leurs deux oreilles et de digérer leur foie gras.

Brad Manning .jpeg

Bradley Manning au moment de son arrestation

Bradley Manning.jpg

Après quelques gâteries Obamaesques

 

Bradley Manning est un idéaliste qu’une indignation trop violente a poussé à prendre des risques. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à se faire punk et surfer comme tout le monde sur les vagues du conformisme.

L’objet du délit :

«Meurtres collatéraux par hélicoptère US en Irak»


 

Pendant que les bobos décadents exhibent leurs miches sur les trottoirs et adoptent la cagoule colorée – du dernier chic ma chère ! -, aux USA, moins d’une semaine après que les Occupy Oakland aient fait voler ses vitres en éclats, des habitants de la ville occupent le bureau de campagne d’Obama au nom de Bradley Manning.

MANNING44_kanhema_8162012-600x450.jpg

 
On voit ici Emma Cape, debout sur le propre bureau du candidat,  réclamer la libération du jeune militaire :

« Les soldats qui s’opposent à ces guerres illégales ont vu  arrêter Bradley Manning et ils le voient maltraiter depuis plus de deux ans. Beaucoup de gens avaient cru qu’Obama président abolirait la torture. Nous sommes là pour lui réclamer des comptes, pour  envoyer des fax à tous ses bureaux de campagne et pour exiger des réponses. »

 

Removing the fog - 498911.jpg.indyscaled.jpg


Bradley Manning-Julian Assange, même combat

 

dont shoot the messenger 498913.jpg.indyscaled.jpg


Pour ce qui est du soutien latino-américain à l’Equateur, The Saker aurait tort de se faire du souci :

20 août 2012

Affaire Wikileaks / Assange

COMAGUER

Julien Assange, citoyen australien créateur de Wikileaks, est poursuivi par la justice suédoise. Il a en effet été accusé par deux citoyennes suédoises d’avoir eu avec elles des rapports sexuels non protégés et la justice suédoise veut l’interroger à ce sujet avant d’éventuellement l’inculper. Mais il redoute de se rendre en Suède pour subir ces interrogatoires car il craint que la Suède ne le livre aux Etats-Unis (il y a des précédents) où il serait là poursuivi pour trahison en raison de la divulgation de nombreuses dépêches diplomatiques qu’il a piraté sur les sites officiels du Département d’Etat. Il risquerait alors la peine de mort.

Après un long séjour au Royaume Uni, il a senti le filet se resserrer autour de lui et a trouvé refuge à l’ambassade d’Equateur à Londres le 19 Juin 2012.

Lire la suite…

 *

 

Les nations sud-américaines soutiennent le droit souverain de l’Équateur à accorder l'asile à Julian Assange et dénoncent les menaces proférées par le Royaume-Uni

Déclaration de l'UNASUR en soutien à la République d’Équateur


UNASUR Equateur - Amerique Sud 02.jpg

Ce dimanche, les ministres des Affaires étrangères de l'Union des nations sud-américaines (Unasur), ont décidé de soutenir le gouvernement souverain de Rafael Correa, dans la décision prise par le pays d'offrir l'asile diplomatique à Julian Assange et ont exprimé leur opposition aux menaces du gouvernement de Royaume-Uni contre l'ambassade d’Équateur à Londres.

Le secrétaire général de l'UNASUR Ali Rodriguez a lu la déclaration du bloc régional qui comprend 7 points :

1 – Une expression de sa solidarité et de son soutien au gouvernement de la République d’Équateur face aux menaces de violation de sa mission diplomatique ;

2 – Une réaffirmation du droit souverain des États à accorder l'asile ;

3 – Une condamnation énergique de la menace d'un recours à la force entre États tout comme la réaffirmation de la validité des principes consacrés dans le droit international, le respect de la souveraineté et l'application à la lettre des traités internationaux ;

4 – La réaffirmation du principe fondamental de l'inviolabilité des locaux des missions diplomatiques et bureaux consulaires et des obligations des États hôtes, conformément à ce qui a été instauré par la Convention de Vienne de 1961 sur les Relations diplomatiques et par la Convention de Vienne de 1963 sur les Relations consulaires ;

5 – La réaffirmation du principe du droit international en vertu duquel il n'est pas possible d'invoquer le droit national afin de ne pas conformer à une obligation de nature internationale, comme cela est inscrit dans l'article 27 de la Convention de Vienne sur le Droit des traités de 1969 ;

6 – La réaffirmation de la validité des concepts de l'asile et du réfugié pour protéger les droits humains des personnes qui considèrent que leur vie ou leur intégrité physique se trouve menacée ;

7 – Un appel aux parties en présence à poursuivre le dialogue et la négociation directe à la recherche d'une solution mutuellement acceptable au regard du droit international ;

Déclaration signée à Guyaquil, en Equateur par les douze pays membres de l'UNASUR : l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, Guyana, l'Equateur, l'Uruguay, le Paraguay, le Pérou, le Surinam et le Venezuela.

 

*

Déclaration de soutien de l’ALBA

au droit souverain de l’Équateur d'accorder l'asile diplomatique au citoyen Julian Assange

 

Alba - Equateur Amerique Sud 03.jpg

Déclaration du IX ème Conseil politique extraordinaire de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), sur l'inviolabilité de la mission diplomatique de l’Équateur à Londres, et de soutien à son droit souverain d'accorder l'asile diplomatique au citoyen Julian Assange.

Les menaces proférées par le gouvernement du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, qui laisse ouverte la possibilité d'une entrée illégale dans l'Ambassade d’Équateur à Londres pour arrêter Julian Assange, constituent des actes d'intimidation qui portent atteinte à l’intégrité territoriale de la République d’ Equateur

Le gouvernement de l'Equateur a exercé son droit souverain en accordant l'asile diplomatique au citoyen Julian Assange, qui l'a demandé, se sentant menacé dans ses droits humains et civiques.

Le concept d'asile diplomatique est prévu par de nombreuses conventions, traités et autres instruments internationaux, appliqués en conformité avec les principes du Droit international.

L’Équateur a agi dans le plus strict respect des normes du Droit international, et tout acte hostile du Gouvernement du Royaume-Uni signifierait une remise en cause inacceptable de sa souveraineté, par lequel le monde civilisé connaîtrait un recul vers un état de barbarie et d’irrationalité.

Les arguments livrés par le gouvernement du Royaume-Uni, invoquant des normes du Droit interne auxquels les traités internationaux ne peuvent se subordonner, sont en contradiction avec ses obligations internationales, et aux décisions précédentes de ce même gouvernement, ce qui révèle dans ses agissements une politique du deux poids deux mesures.

Conscients de la nécessité d'épuiser tous les recours diplomatiques pour sortir de la situation actuelle, à la lumière de la protection et de l'asile accordé par le gouvernement d’Équateur au citoyen Julian Assange, en faisant en sorte que prévalent la souveraineté, la libre détermination des nations et le respect du droit international:

Déclaration :

1 – Nous rejetons les menaces d'intimidation proférées par les porte-paroles du gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne comme violant les principes de souveraineté et d'intégrité territoriale des nations, et des principes du Droit international ;

2 – Nous réaffirmons notre soutien catégorique au droit souverain du gouvernement d’Équateur d'accorder l'asile diplomatique au citoyen Julian Assange ;

3 – Nous exprimons notre rejet de la position du Royaume-Uni qui cherche à résoudre ses conflits avec les nations du monde entier, en particulier celles d'Amérique latine et des Caraibes, par des méthodes contraires au droit international ;

4 – Nous soutenons l'appel lancé par l'Union sud-américain des nations (UNASUR) à débattre sur la position hostile exprimée par le gouvernement du Royaume-Uni envers le gouvernement de la République d’Équateur, et à fixer une position claire de soutien à l’Équateur ;

5 – Nous estimons qu'il est important de faire avancer l'idée d'un grand débat à l'ONU sur l’inviolabilité des bâtiments diplomatiques et le respect plein et entier de la part de tous les États des principes du droit international ;

6 – Nous mettons en garde le gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne sur les graves répercussions que déclencherait, dans le monde entier, une violation directe de l'intégrité territoriale de la République d’Équateur à Londres ;

7 – Nous lançons un appel à tous les gouvernements du monde, aux mouvements sociaux, aux intellectuels, afin qu'ils s'opposent à cette nouvelle tentative du gouvernement britannique d'imposer par la force sa volonté à des nations souveraines ;

8 – Nous nous engageons à faire le maximum pour accorder à cette déclaration la diffusion et la publicité la plus large possible .

Déclaration signée par les 9 pays membres de l’ALBA :  `

Antigua-et-Barbuda, Cuba, la Bolivie, la Dominique, l’Equateur, le Honduras, le Nicaragua, le Venezuela, Saint-Vincent-et-les-Grenadines,.

L’ALBA compte 4 pays observateurs :

Haïti, L’Iran, la Russie, l’Uruguay.

 

*

 

Déclaration de Julian Assange, à l’Ambassade d’Equateur à Londres.

Julian ASSANGE

 

 

 

Je suis ici parce que je ne peux pas être avec vous. Merci d’être venus. Merci pour votre obstination et votre générosité d’âme.

Mercredi soir, après qu’une menace ait été envoyée à cette ambassade et que la police ait assailli le bâtiment, vous êtes venus en pleine nuit pour veiller sur lui, et vos yeux sont devenus les yeux du monde entier.

Lire la suite…

 

Source du texte :

http://www.legrandsoir.info/declaration-de-julian-assange...

 

Aux dernières nouvelles :

 Le juge Garzon va diriger l’équipe de défense de Julian Assange

 

baltasar-garzon-avocat-de-julian-assange-sort-_807675.jpg

LONDRES — Le célèbre juge espagnol Baltasar Garzon va diriger l’équipe de défense du site internet WikiLeaks et de son fondateur Julian Assange, a annoncé mardi le site.

Le juge a récemment rencontré Julian Assange pour définir une nouvelle stratégie de défense, selon un communiqué publié par Wikileaks.

Cette nouvelle stratégie vise à "défendre à la fois Wikileaks et Julian Assange contre les abus de procédure existants et exposer les actions arbitraires, extrajudiciaires du système financier international" contre le site et son fondateur, selon la même source.

Le magistrat espagnol va également s’employer à "montrer comment des procédures secrètes américaines contre Julian Assange et Wikileaks ont compromis et contaminé d’autres procédures légales, dont la procédure d’extradition contre M. Assange", ajoute le texte.

Réfugié depuis le 19 juin à l’ambassade d’Equateur à Londres afin d’échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé, M. Assange, qui clame son innocence, a réclamé l’asile politique au pays latino-américain.

Le fondateur de WikiLeaks redoute d’être transféré dans un second temps aux Etats-Unis et d’y être condamné à la peine capitale pour espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

Baltasar Garzon a été condamné en février à onze ans d’interdiction d’exercer après avoir ordonné des écoutes, en violation des droits de la défense, dans une enquête sur un réseau de corruption qui avait éclaboussé en 2009 la droite espagnole.

Cette décision a foudroyé la carrière du magistrat, célèbre pour avoir fait arrêter l’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998 à Londres et avoir traqué les atteintes aux droits de l’Homme.

Source :

http://www.legrandsoir.info/+le-juge-garzon-va-diriger-l-equipe-de-defense-de-julian-assange+.html


Pour les hispanophones 

qui veulent en savoir plus sur la politique suivie par l’Equateur :

 

Rafael Correa Delgado 4.jpg

 

Blog de Rafael Correa Delgado  http://economiaenbicicleta.informatica.gob.ec/  

 

***

 

 

Posté le 24 août 2012 par Catherine L.

sous La Nef des fous de Vladimir VERESCHAGIN