15/08/2012

Ils viennent chez nous...

1 - bateau de clandesrtins en méditerranée .jpg

Ils viennent chez nous... parce que nous sommes chez eux.

                                                                                                     Israël SHAMIR



Franchir des murs couverts de fils de fer barbelés, prendre la mer dans des embarcations impropres à la navigation ou voyager clandestinement dans des conteneurs sans air. Chaque jour, des réfugiés et des migrants risquent leur vie dans le monde entier - chaque jour - dans une quête désespérée pour trouver la sécurité ou des conditions de vie meilleures


 I.

Méditerranée, mer de honte

« Dans quelques semaines, des cohortes d'Européens aisés s'en iront barboter dans la Méditerranée, sans songer que dans la même eau, en face d'eux, sur l'autre rive, baignent des centaines de cadavres. » 

(Les gazettes)

C’était il y a trois ou quatre ans. Maintenant, c’est « des milliers de cadavres» qu’il faut dire. Ou des dizaines de milliers ? Ou ?...ou ?...

Une nuit, c'est un chavirage près des côtes qui noie des dizaines de ces errants; une autre, ce sont les femmes et les faibles que l'on jette par-dessus bord pour éviter le naufrage. Il ne manque que des pirates les pillant et les tuant pour que l'horreur soit complète. 

Mais ce n'est pas seulement contre les murailles des flots que se brisent ces embarcations, c'est aussi contre le mur d'airain de l'indifférence européenne.

 

RAPPELS


Pourquoi cet exode à grande échelle des Africains ?

Pour de multiples raisons, dont très peu sont imputables à la nature ou à eux-mêmes et presque toutes aux Européens.

Par « Européens», j'entends ceux qui sont responsables du génocide presque total des Amérindiens du Nord et de la traite parallèle des Africains; qui ont envahi et grandement dépeuplé l'Australie, la Nouvelle Zélande, les deux Canada, et colonisé une bonne partie du reste du monde.

Ces Européens américanisés, australianisés, neo-zélandisés, à qui s'ajoutent aujourd'hui quelques oligarchies d'Arabes dénaturés, qui ne vendent pas leurs compatriotes à la traite parce qu'ils préfèrent les opprimer eux-mêmes. Et, bien sûr, un débris de l'empire ottoman, dont on ne sait à quoi il joue et peut-être ne le sait-il pas lui-même. Sans oublier leur bras armé et balai d'apprentis sorciers : Israël.

Cela veut-il dire que « nous » réservons aux Africains le sort que nous nous efforçons depuis plus de soixante ans d'infliger aux Palestiniens, la disparition pure et simple ? Cela crève les yeux.

Citation Robespierre.jpg

On croyait bêtement qu'après le nettoyage ethnique de tout un continent, plus l'enlèvement et la traite de populations entières dont la moitié mourait en route, après, surtout, une Révolution qui avait quand même posé, pour l'avenir, quelques principes de morale publique, les Européens ne pourraient jamais recommencer et en aucun cas faire pire. Mais si, ils peuvent. La preuve :

 

EXODES

De la Libye, d'abord. En masses. Pour échapper aux amis tueurs de M. Bernard Henri Levy, qui les massacrent pour la couleur de leur peau, violent leurs femmes et leurs enfants, et bien sûr s'amusent à les torturer de toutes les manières possibles avant de les tuer pour les protéger de l'affreux Kadhafi qui leur aurait fait dieu sait quoi.

De Somalie, où la sécheresse pas vraiment combattue et même quelque peu aidée les décime, en commençant par les enfants.

De la Côte d'Ivoire, pour échapper aux soudards de M. Nicolas Sarkozy et maintenant de M. François Hollande, venus les « civiliser » à l'arme lourde.

De l'Afrique du Sud, où les violences xénophobes, sautant par-dessus la fin de l'apartheid, recommencent de plus belle.

Du Congo, pays qui, pour son malheur, regorge de richesses. Dont, par exemple, la cassitérite, nécessaire à la fabrication des téléphones cellulaires en train de remplacer l'alcool, le tabac et le hasch (« Allo, chuis dans le bus. Qu'est-ce qu'on mange ?» Plus de six millions de morts à ce jour, rien que dans ce pays, rien que pour ce joujou). On pourrait, bien sûr, la leur acheter, ce qui leur permettrait de vivre chez eux à l'aise. Mais vous n'y pensez pas ! Et nos marges bénéficiaires ? C'est tellement plus expédient de la leur voler en fomentant ici et là les guerres civiles qui les occuperont pendant que nous les pillons. Et, que voulez-vous, les gens n'aiment pas les guerres. Ils les fuient. De préférence dans les endroits où – pour l'instant – il n'y en a pas.

Des pays subsahariens, qui regorgent eux aussi de choses que nous convoitons, et il faut dire que les fines équipes au pouvoir dans le Maghreb ne se donnent pas beaucoup de mal pour les intercepter. Ah, on n'est plus servis.

De tous les pays, enfin, qui ont accès à la mer et/ou possèdent des lacs et des fleuves poissonneux. C'est vrai que les habitants pourraient y vivre de leur pêche et dieusait qu'ils s'en contenteraient. Mais la surpêche industrielle européenne a pris leur place, occupe leurs eaux et ne s'en va que lorsqu'il n'y a plus de poissons dedans. C'est suicidaire ? Tiens, on va les plaindre peut-être.

 

2 - modern-slavery.jpg

 

Alors, que font-ils, les pêcheurs de souche ? Ils vendent leurs chalutiers ou leurs pirogues pour caler temporairement leurs estomacs, et quand il n'y a plus rien à manger, ils s'embarquent. Pour les pays où, d'après ce qu'ils croient savoir, il n'y a ni guerre ni famine.

On pourrait allonger la liste à l'infini. L'imagination des prédateurs est sans bornes.

Et, bien entendu, il y a aussi cet autre prédateur : le sida. On pourrait l'enrayer, n'est-ce pas. Les médicaments existent. Mais ces ploucs n'ont pas de quoi nous les payer. On pourrait évidemment pratiquer une chose jadis connue sous le nom de « solidarité ». Mais vous n'y pensez pas ! Et nos marges bénéficiaires ?

 

3 - Exode.jpg

4 - Exode 2..jpg

5 - Exode 2.jpg

Subsahariens migrants_230570773.jpg

Force de travail subsaharienne en Libye, fuyant vers l'Algérie.

6 - Exode 3.jpg

Sur le chemin de l'exil

7 - Exode 5.jpg

Ils se cachaient bien, pourtant. Pas de chance, on les a trouvés.

Abdhamid, un clandestin palestinien rampe pour se dissimuler  sous un poids-lourd prenant le ferry à Calais pour l’Angleterre.jpg

Abdhamid, un clandestin palestinien, rampe pour se dissimuler sous un poids lourd

prenant le ferry à Calais pour l'Angleterre.

8- Libériens fuyant vers la Côte d'Ivoire - S'ils savaient  ç14477337_p.jpg

Libériens fuyant vers la Côte d'Ivoire. Ils ne savent pas encore...

9 - Les Ivoiriens au bord du gouffre - Au bord ? exode-cote-divoire.jpg

«Ivoiriens au bord du gouffre.» Au bord ?

10 - Eh oui, parfois on est seul - Libye encore.jpg

Eh oui, parfois on est seul pour fuir comme pour arriver. Libye encore.

 

12 - somalie-afrique-secheresse-exode-famine-malnutrition_scalewidth_630.jpg

 Somaliens fuyant la sécheresse et la famine.

13 - Car bien sûr, il y a aussi le sida - Les-femmes-fers-de-lance-de-la-lutte-contre-le-sida_article_main.jpg

Car, bien sûr, comme si les autres fléaux ne suffisaient pas, il y a aussi le sida.

14 - sida1.jpg

 

L'Afrique à 100% blanche, c'est pour quand ? Poussez pas, il faut d'abord nettoyer.

 

 

LES DAMNÉS DE LA MER


15 - plus de 50 migrants africains meurent déshydratés - méditerranée juillet 2012 -1342013587_pirogue.jpg

11 Juillet 2012 – Ils fuyaient Tripoli et les mercenaires béhachéliens. En majorité, c’étaient des Erythréens. Plus de 50 sont morts dans une errance de quinze jours. Un seul a survécu. Il est hospitalisé à Tunis, où l’ONU s’occupe de son cas. C’est peu pour compenser la résolution 1973.


16 - Naufrage.jpg

Cueillis à la faveur d'un naufrage. Eux aussi venaient de Libye.

 

17 - Méditerranée mer de honte -des-migrants-libyens-sont-secourus-pres-des-cotes-italiennes-apres-le-naufrage-de-leur-bateau-le-13-avril-2011.jpg

Au large de l’île italienne de Pantelleria, des sauveteurs aident des réfugiés qui ont fui la Libye et qu’un navire des forces de l’OTAN a refusé à plusieurs reprises de secourir. (Pour les protéger de Muammar Kadhafi.) Sur plusieurs centaines de ces malheureux, 370 seront sauvés par les garde-côtes italiens.

 

18 - Eux aussi fuient la Libye 2.jpg

Un autre naufrage au large de la Libye. Sur un bateau de 600 clandestins qui, surchargé, s’est renversé, plusieurs dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants, ont péri. Des navires marchands ont récupéré au moins douze corps.

19 - un-bateau-de-migrants-dans-le-port-de-lampedusa-le-10-avril-2011.jpg

Lampedusa : les cadavres de 25 migrants, morts par asphyxie, ont été retrouvés dans la salle des machines d’un bateau surchargé de réfugiés en provenance de la Libye. Il ne s’agit pas de chambres à gaz. La preuve : il y a 270 survivants

20 - E3ntre Libye et Lampedusa, voilà l'OTAN.jpg

 

Entre Libye et Lampedusa, la Méditerranée est un cimetière africain. Encore 61 migrants morts de faim et de soif après avoir été ignorés par un porte-avion et un hélicoptère de l’OTAN. L'Italie a réclamé une enquête. Gageons qu'elle aboutira.

 

21 - De Tunisie à Lampedusa .jpg

De Tunisie à Lampedusa.

22 - 7 morts (tchadiens) parmi les passagers d'un bateau de clandestins en route vers Malte - 7 mai 2012 .jpg

Sur ce bateau, à bord duquel 95 Tchadiens et Somaliens – hommes, femmes et enfants – tentaient d’atteindre l’île de Malte, sept sont morts de déshydratation et d’exposition au soleil. Leurs corps ont été jetés à la mer. Les 88 survivants, dont une femme enceinte, ont dû être hospitalisés.


23 - Sauvetage d'immigrés clandestins en méditerranée (Marine Nationale).jpg

Sauvetage d'immigrés clandestins par la Marine Nationale Française. Un coup on tue, un coup on sauve.

24 - Clandestins - article Figaro .jpg

 Île de Malte - 27 immigrants africains dont l’embarcation venait de couler ont eu juste le droit de s’accrocher à la passerelle circulaire de la cage à thons du chalutier le Badafel.

 Il a eu peur de « ces 27 grands gaillards, qui auraient pu - qui sait ? - prendre le contrôle de son chalutier ». Alors Charles Azzopardi, le capitaine du Badafel, a seulement permis à ces naufragés de s'accrocher à la passerelle circulaire de sa cage à thons, et il a prévenu les services de secours maltais. Qui ont refusé de les accueillir.

 Les malheureux ont pu être secourus par un avion et un navire de la marine italienne, qui se trouvaient dans les eaux internationales proches des eaux maltaises et libyennes pour tenter de retrouver une embarcation à la dérive au sud de Malte, avec 53 personnes à bord. Ces 53 clandestins n'ont jamais été retrouvés et c’est sur l’île italienne de Lampedusa que les 27 nouveaux naufragés ont finalement été débarqués et placés dans un camp.

25 - Asile et migration - .jpg

9 passeurs embarquent plus de 900 migrants - hommes, femmes et enfants - et les abandonnent en vue des côtes de Malte. Les gardes-côtes maltaises leur donnent des gilets de sauvetage et les escortent hors de leurs eaux territoriales. Ils arrivent en Italie où on les répartit dans des « centres de rétention » jusqu’à ce que… ?

26 - bateau_clandestins.1238497474.jpg

Ceux qui ne sont pas morts de soif ou d'insolation.

27 - L'agence des Nations Unies pour les réfugiés....jpg

28 - Les damnés de la mer.jpg

29 - fricains meurent de faim .jpg

30 - Clandestin à Mayotte.jpg

En vue de Mayotte

31 - Mayotte.jpg

 Mayotte

32 - Arrivo_di_clandestini_nel_mare_di_Lampedusa.jpg

Ah les liens privilégiés entre l'Union Européenne et le roi du Maroc !

C’est un canot pneumatique en tous points semblable à celui-ci, à bord duquel 70 immigrants tentaient de faire la traversée vers l’Espagne, que des soldats marocains ont délibérément fait couler.

 « Deux heures après le début de la traversée, un navire de la marine marocaine s’est approché et a mis à l’eau une embarcation rapide qui s’est mise contre le canot. Un des soldats a enfoncé légèrement un couteau dans le caoutchouc et nous a dit «maintenant allez vers l’Espagne si vous voulez », a confié à El Pais, Campos, un des survivants de cette attaque défiant toute légalité. « Nous avons essayé de mettre une rustine et nous avancions difficilement, mais je crois que nous y serions arrivés s’ils n’étaient pas revenus », ajoute Erik, un pêcheur nigérian de 31 ans, dont la femme et la fille de 3 ans ont péri noyées. Revenant à la charge, les soldats marocains avaient décidé d’aller jusqu’au bout de leur forfait. « Un soldat a commencé à nous menacer avec un couteau attaché à un bâton. Nous leur demandions qu’ils nous ramènent avec eux vers le Maroc parce qu’avec le canot dans cet état, il nous était presque impossible de continuer. Nous les suppliions qu’ils regardent nos enfants et nos bébés », témoigne encore Campos. Les yeux éplorés et innocents des enfants n’ont eu aucun effet sur le gradé marocain qui « a pris le couteau des mains du soldat et a donné quatre coups en différents endroits du canot, qui a coulé en quelques secondes. Tout le monde s’est mis à crier et à pleurer », rapporte El Pais. Une autre vedette marocaine est venue alors secourir ce qu'elle a pu des naufragés, tandis que, rapportent des témoins, « les soldats se disputaient sur la première vedette ». Le Maroc a voulu étouffer cette tragédie en transportant les survivants près des frontières algériennes. « Les survivants ont été transportés rapidement par les militaires marocains à Oujda, près de la frontière algérienne, dans l’intention de les obliger à rentrer en Algérie, comme ils l’ont déjà fait avec des milliers d’immigrants subsahariens », précise El Pais.

33 - clandestins_malte_centaines de disparus.jpg

Arrivée de clandestins rescapés à Malte. Des centaines de disparus.

34 - Lampedusa .jpg

Lampedusa.

35 - Lampedusa 6.jpg

Lampedusa

36 - Lampedusa bis.jpg

Lampedusa

37 - Somaliens. Tous morts.jpg

Lampedusa

Arrivée de quelques Somaliens rescapés. Tous les autres sont morts.

51 - 37 bis lampedusa 50 réfugiés libyens meurent de soif en mer.jpg

Lampedusa - Arrivée de réfugiés libyens.

38 - Même en hiver, même par tempêtes.jpg

Même en hiver. Même par tempêtes.

39 - Du Senegal en Espagne - 158 interpellations -.jpg

Du Sénégal en Espagne - 158 interpellations.

 

40 - Rafles au Maroc.jpg

Rafles au Maroc

41 - Malte .jpg

Malte.

 

42 - Forteresse Europe face au drame libyen....jpg

La forteresse Europe se torche de la tragédie libyenne.

«La forteresse Europe face au drame libyen qu’elle a causé :

Alors que les travailleurs immigrés subsahariens, nombreux dans la Grande Jamahiriya du colonel Kadhafi, figurent, comme tous les étrangers, parmi les cibles de premier plan de l'extermination en cours, l'Europe semble d'abord les considérer comme un fardeau, comme de possibles envahisseurs prêts à déferler en masse sur ses côtes»


Strange fishes

43 - Algesiras.jpg

Algésiras

44 - Au large des Canaries.jpg

Au large des Canaries.

45 - Ailleurs - échoué sur une plage.jpg

 Ailleurs. Là où la mer les rend.

46 - IL FAUT BIEN AUSSI.jpg

Il faut bien aussi que les oiseaux mangent.

47 - Iles Canaries, leurs plages, leurs cadavres?.jpg

Visitez les îles Canaries, leurs plages, leurs couchers de soleil, leurs cadavres.

 

48 - Deux survivants 400034966.jpg

 Deux rescapés.

49 - Un seul - canaries_jmedina_mai06s-b6eec.jpg

Un seul. Accueilli à bras ouverts.

50 - Choxc des civilisations - Ténériffe.jpg

Choc des civilisations.

 

52 - Al Amal - espoir en arabe, marqué en bleu sur ce navire .png

Al Amal, «espoir» en arabe.

 53 - Lampedusa Cimetière des batgeaux échoués .png

Cimetière de bateaux échoués à Lampedusa

 

55 - Besoin de légende ?.jpg

Besoin de légende ?

56- Lampedusa Calvaire -.jpg

Lampedusa - Un calvaire s'achève, un autre commence.


La suite à demain


Entretemps, en guise de commentaire - où puiser le courage d'épiloguer, d'ailleurs - j'ai retrouvé pour vous quelques réflexions, vieilles d'un an mais  sans une ride, d'un Martiniquais d'Allemagne, sur son excellent blog

Les Chroniques Berliniquaises

Les aventures palpitantes et véridiques d'un Martiniquais à Berlin

«L'EUROPE SE DÉCHAÎNE-GAINE»


*

Par ailleurs...

C'était avant-hier le 86e anniversaire du Commandant Fidel Castro, et notre webmaîtresse n'était pas là.

Qu'à cela ne tienne. Avec les carabiniers, certes, mais de tout coeur, nous lui présentons nos voeux et empruntons au Grand Soir les siens :

 

*

Fidel Castro est né le 13 août 1926. - Le Grand Soir fête son anniversaire à sa manière.

 

Castro 86 ans - 120813_qj8rg_fidel-castro_sn635.jpg

Fidel Castro : Intervention au quatrième congrès de la fédération latino-américaine des journalistes (FELAJ)

 OSVALDO SANTANA (République dominicaine). Comandante Fidel Castro, compañero, je ne vais pas citer de chiffres sur la dette dominicaine, et je voudrais seulement signaler un point qui me préoccupait déjà dans mon pays. Au moment de la négociation de l’accord avec le Fonds monétaire international (FMI), les forces de gauche demandaient la rupture des négociations, mais toutes les voies, toutes les solutions éventuelles indiquaient que, dans l’état actuel de la société dominicaine, c’était impossible. Ce qu’il fallait, c’était briser l’ordre. Et les forces dirigeantes nationales n’étaient pas en mesure de le faire. Nous étions dans une impasse, parce que les forces émergentes n’étaient pas non plus en mesure de répondre à ce qui était une réclamation généralisée : non aux négociations.

Lire la suite...

 



Mis en ligne le 15 août 2012 par Marie Mouillé



 

26/10/2011

La curée

Death ship of no port.JPG

Voyez, voyez la machin’ tourner,
Voyez, voyez la cervelle sauter,
Voyez, voyez les Rentiers trembler ;
(CHOEUR) :
Hourra, cornes-au-cul, vive le Père Ubu !



LA CURÉE

Résumé de ce qui précède...
... et conclusions tirées par quelques personnes honnêtes



Aujourd’hui que le but véritable de ces 216 jours de boucherie est atteint, tous se vantent d’avoir – eux et personne d’autre – occis Kadhafi. Les Français d’abord, qui claironnent leur part de « responsabilité » dans la (fermons les yeux et essayons de visualiser... la République Française imposant par le meurtre de masse la monarchie à une république et la shar’ia à un état laïc... waw !) liquidation d’un chef d’état prisonnier de guerre, suivis de près par les Américains, antériorité dans le génocide obligeant, eux-mêmes suivis par les Anglais, qui se targuent du rôle joué par leurs forces spéciales – vous savez, les fameux SAS -  qui ont, maintenant on peut le dire, « encadré sur place, à Syrte, les forces du Conseil National de Transition et organisé la coupure des voies de retraite possibles pour Kadhafi et ses hommes ». Pourquoi en douter ? Depuis la révolte des Cipayes et même avant, on les savait capables de tout. Bien placé aussi le Qatar, état arabe comme on sait, et démocrate à n’en plus pouvoir. Il n’y a pas jusqu’à l’Allemagne, qui ne revendique sa part du meurtre Mais pourquoi diantre l’Allemagne s’accuse-t-elle d’un crime qu’elle ne peut pas avoir commis ? Eh, c’est que l’heure de la curée est venue et qu’il importe d’avoir les mains tachées de sang si possible jusqu’aux aisselles, pour pouvoir revendiquer une part conséquente du gâteau. Sans oublier la cerise qui le surmonte : ces fameux 1.700.000 Euros promis à qui capturerait le gibier mort ou vif, car il n’y a pas de petits profits.

Et c’est bien « mort » qu’il le fallait. Claude Angeli explique pourquoi et comment en page 3 du Canard enchaîné de cette semaine :

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez

*

KADHAFI CONDAMNÉ À MORT PAR WASHINGTON ET PARIS
Claude Angeli.
Mercredi 26 octobre 2011

Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisée par un officier du CPCO, « traiter le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard? ».

Hypocrisie internationale.

À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugiés à Syrte, avec gardes corps et mercenaires (ou résistants Libyens). Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’« élimination physique » du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

« La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cour pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voir plus grave, ne sait-on jamais? ».

Le 20 octobre à 8 h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidés au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

Soupirs de satisfaction.

Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande, Allah Akbar, à pleins poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balle sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire, car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.


*


Or donc, puisque nous avons tous tué Muammar Kadhafi un peu plus et un peu mieux que les autres, comment avons-nous fait et qui nous départagera dans la course au butin ? Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, non ? Et les vainqueurs, c’est nous. Alors, allons-y Folleville.

L'évolution humaine.JPG

 


À vaincre sans péril,
On triomphe sans gloire.





Qui a vraiment tué Kadhafi ?
Ce « killer » de Las Vegas venu de Sicile.
par Manlio Dinucci
Il Manifesto – 22 octobre 2011


Manlio-Dinucci.jpg




The Telegraph : 

« Comment l’OTAN a poussé le raïs dans les mains des militaires islamistes de Misrata. »



Les images de Kadhafi lynché et tué par une foule féroce de miliciens ont été diffusées à l’échelle mondiale, pour démontrer qu’en Libye il s’est agi d’une rébellion populaire qui s’est terminée par le renversement de l’odieux dictateur. Version simpliste, appartenant aux puissantes « armes de distraction de masse » utilisées dans l’opération Protecteur Unifié.  Toute autre est la réalité qui vient au jour, comme le montre la reconstruction documentée des événements faite le 21 octobre par le quotidien britannique The Telegraph.

Après avoir joué un rôle clé dans la conquête de Tripoli, les agents de la Cia et du service secret britannique MI6, qui opèrent sur le terrain en Libye, se sont concentrés sur la chasse à Kadhafi, qui avait échappé aux bombardements massifs de l’OTAN. Tandis que les drones et autres avions espions, dotés des appareils les plus sophistiqués, survolaient jour et nuit la Libye, des forces spéciales étatsuniennes et britanniques passaient au crible la zone de Syrte, probable refuge de Kadhafi. Celui-ci a été obligé, ces dernières semaines, de rompre le silence téléphonique, en utilisant un portable peut-être de type satellitaire. La communication a été interceptée, confirmant sa présence dans la zone.

Quand un convoi de plusieurs dizaines de véhicules est sorti de la ville, il a immédiatement été repéré par les avions espions : un Rivet Joint étasunien (qui peut repérer l’objectif à 250 Kms de distance), un C160 Gabriel français et un Tornado Gr4 britannique. A ce moment là, un drone Predator étasunien, qui avait décollé de Sicile et télécommandé via satellite depuis une base proche de Las Vegas, a attaqué le convoi avec de nombreux missiles Hellfire. Même si cela n’est pas spécifié, il s’agit d’un des Predator MQ-9 Reaper déployés à Sigonella (Sicile), où se trouve le personnel affecté à l’approvisionnement et à la manutention, et conduits par un pilote et un spécialiste des senseurs, tous deux assis à leur console aux Etats-Unis, à plus de 10mille Kms de distance. Le Reaper, en mesure de transporter une charge guerrière d’une tonne et demi, est armé de 14 missiles Hellfire (« feu d’enfer ») à tête antichar, explosive à fragmentation ou thermobarique. Immédiatement après, le convoi a été frappé aussi par des chasseurs bombardiers français Mirage-2000 avec des bombes Paveway de 500 libbres et des munitions de précision Aasm (Armement Air-Sol Modulaire), elles aussi à guidage laser. Cette attaque a été décisive pour la capture de Kadhafi.

Ces faits démontrent que, en réalité, c’est l’OTAN qui a capturé Kadhafi, en le poussant dans les mains de miliciens musulmans de Misrata, animés d’une particulière haine à son égard. Et que c’est l’OTAN qui a vaincu cette guerre non seulement en larguant sur la Libye 40-50mille bombes en plus de 10mille missions d’attaque, afin d’ouvrir la voie aux « rebelles », mais en infiltrant en territoire libyen services secrets et forces spéciales pour réaliser et diriger les opérations de guerre. Le plan  -décidé à Washington, Londres et Paris- était d’éliminer Kadhafi, qui dans un procès public aurait pu révéler des vérités incommodes pour les gouvernements occidentaux. Il n’est donc pas exclu que parmi la foule de miliciens hurlants, derrière le « jeune homme au pistolet en or » à qui on attribue le meurtre de Kadhafi, il y avait bien plus d’experts killers de profession.


 Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Sources :

Il Manifesto :
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111022/manip2pg/02/manip2pz/312006/

AlterInfo :
http://www.alterinfo.net/Le-killer-de-Las-Vegas-venu-de-Sicile-Qui-a-vraiment-tue-Kadhafi_a65500.html


*

Tout le monde y va de son commentaire : triomphalisme d’une indécence rare, même par les temps qui courent, chez les médiaputes, indignation nauséeuse chez les autres... Dans cette dernière catégorie, tous les grands noms sont au rendez-vous. Nous n’en cueillerons que quelques-uns, il vous faudra, chers internautes, aller chercher ceux que nous n'avons pas pu embarquer, dans leurs endroits habituels. Commençons par une jeune femme qui a bien des choses à dire :





Lizzie Phelan : «La guerre contre la Libye est une guerre contre l'Afrique»

 

Lizzy Phelan à Tripoli.gif
De retour au Royaume-Uni, après plusieurs mois passés en Libye où elle a couvert les crimes de guerre de l’OTAN et les mensonges des médias atlantistes, la journaliste Lizzie Phelan continue de se battre pour la vérité et la justice, et pour le peuple libyen. Son témoignage ci-dessous est un exemple saisissant de son engagement.

Lizzie Phelan a passé ses derniers jours en Libye - où elle était correspondante de PressTV - prise au piège dans l’Hôtel Rixos avec Thierry Meyssan, Mahdi Nazemroaya et deux autres membres de l’équipe du Réseau Voltaire.

Wikipedia lui fait l’honneur de la censurer.


*


Sur la déchéance de l’Occident, Thierry Meyssan pose, à son habitude, le diagnostic sobre et précis qui s’imposait. Les faiblesses et les erreurs du bouc émissaire n’y sont pas omises. C’est ce qui ressemblera jamais le plus à la justice qui lui est due.


Le lynchage de Mouammar Kadhafi


par Thierry Meyssan

thierry-meyssan.jpg

La mort de Mouammar el-Kadhafi a été saluée par une explosion de joie dans les palais gouvernementaux occidentaux à défaut de l’être par le peuple libyen. Pour Thierry Meyssan, cet assassinat militairement inutile n’a pas été perpétré par l’Empire uniquement pour l’exemple, mais aussi pour déstructurer la société tribale libyenne.

Réseau Voltaire | Beyrouth (Liban) | 20 octobre 2011

Kadhafi mourant.jpg

Durant 42 ans, Mouammar el-Kadhafi a protégé son pays du
 colonialisme occidental. Il rejoint aujourd’hui Omar al-Mokhtar
 au panthéon des héros nationaux libyens.



Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché.

Le corps du « Guide » de la Grande Jamahiriya arabe socialiste n’a pas été conservé dans sa ville natale de Syrte, ni transporté à Tripoli, mais acheminé comme trophée par les Misrata dans la ville éponyme.

La tribu des Misrata, qui a longtemps hésité à choisir son camp et est quasi absente du CNT, aura finalement investi Tripoli après son bombardement par l’OTAN, et aura lynché Mouammar el-Kadhafi après le bombardement de son convoi par l’OTAN. Elle aura même transféré son corps dans sa ville pour marquer son triomphe. En juillet, le « Guide » aura maudit les Misrata, leur enjoignant de partir à Istanbul et Tel-Aviv, faisant allusion au fait que leur tribu est issue de juifs turcs convertis à l’islam.

Un flot de commentaires préparés à l’avance a été déversé instantanément par les médias atlantistes visant à diaboliser Mouammar el-Kadhafi et, de la sorte, à faire oublier les conditions barbares de sa mort.

Les principaux dirigeants de la Coalition ont salué la mort de leur ennemi comme marquant la fin de l’opération « Protecteur unifié ». Ce faisant, ils admettent implicitement que celle-ci ne visait pas à mettre en œuvre la Résolution 1973 du Conseil de sécurité, mais à renverser un régime politique et à en tuer le leader, alors même que l’assassinat d’un chef d’État en exercice est interdit en droit états-unien et universellement condamné.

De plus, le lynchage de Mouammar el-Kadhafi montre la volonté de l’OTAN de ne pas le déférer à la Cour pénale internationale qui n’aurait pas été plus en mesure de le condamner pour crime contre l’humanité que le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie ne put prouver la culpabilité de Slobodan Milosevic malgré deux ans de procès.

Dans le torrent de boue déversé par les médias atlantistes pour salir sa mémoire, reviennent en boucle des accusations mensongères, ce qui montre a contrario que ces médias disposent de peu d’éléments authentiques utilisables à charge.

Ainsi revient l’affaire de l’attentat contre la discothèque La Belle à Berlin (5 avril 1986, 3 morts), jadis utilisée comme prétexte par l’administration Reagan pour bombarder son palais et tuer sa fille (14 avril 1986, au moins 50 morts). À l’époque, le procureur allemand Detlev Mehlis (celui qui truquera deux décennies plus tard l’enquête sur l’assassinat de Rafik el-Hariri) s’appuya sur le témoignage de Mushad Eter pour accuser un diplomate libyen et son complice Mohammed Amairi. Cependant, la télévision allemande ZDF découvrira plus tard que Mushad Eter est un faux témoin et un vrai agent de la CIA, tandis que le poseur de bombe Mahammed Aamiri est un agent du Mossad [1].

Ou encore, l’affaire de l’attentat de Lockerbie (21 décembre 1988, 270 morts) : les enquêteurs identifièrent le propriétaire de la valise contenant la bombe et son retardateur sur la foi du témoignage d’un commerçant maltais qui avait vendu un pantalon se trouvant également dans la valise piégée. La justice écossaise mit alors en accusation deux agents libyens Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi et Al Amin Khalifa Fhimah et le Conseil de sécurité prit des sanctions contre la Libye. En définitive, pour obtenir la levée des sanctions, la Libye accepta d’extrader ses deux agents (le premier fut condamné à la prison à vie, le second fut innocenté) et de payer 2,7 milliards de dollars d’indemnités, tout en persistant à proclamer sa complète innocence. En définitive, en août 2005, un des chefs d’enquête écossais déclara que la pièce à conviction principale, le retardateur, avait été déposé sur les lieux par un agent de la CIA. Puis l’expert qui avait analysé le retardateur pour le tribunal admit l’avoir lui-même fabriqué avant que la CIA ne le dépose sur les lieux. Enfin, le commerçant maltais reconnu avoir été payé 2 millions de dollars pour porter un faux témoignage. Les autorités écossaises décidèrent de réviser le procès, mais l’état de santé d’Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi ne le permit pas.

L’actuelle campagne de désinformation comprend aussi un volet sur le train de vie décrit comme somptueux du défunt et sur le montant pharaonique de sa fortune cachée. Or, tous ceux qui ont approché Mouammar el-Kadhafi, ou simplement ceux qui ont visité sa maison familiale et sa résidence après leur bombardement peuvent attester qu’il vivait dans un environnement comparable à celui de la bourgeoisie de son pays, bien loin du bling bling de son ministre du Plan, Mahmoud Jibril. De même, aucun des États qui traquent la fortune cachée des Kadhafi depuis des mois n’a été en mesure de la trouver. Toutes les sommes significatives saisies appartenaient à l’État libyen et non à son « Guide ».

À l’inverse, les médias atlantistes n’évoquent pas le seul mandat d’arrêt international émis par Interpol contre Mouammar el-Kadhafi avant l’offensive de l’OTAN. Il était accusé par la Justice libanaise d’avoir fait disparaître l’imam Moussa Sadr et de ses accompagnateurs (1978). Cet oubli s’explique par le fait que l’enlèvement aurait été commandité par les États-Unis qui voulaient éliminer l’imam chiite avant de laisser l’ayatollah Rouhollah Khomeiny rentrer en Iran, de peur que Sadr n’étende au Liban l’influence du révolutionnaire iranien.

Les médias atlantistes n’évoquent pas non plus les critiques que des organisations de la Résistance anti-impérialiste et nous-mêmes avions formulées contre Mouammar el-Kadhafi : ses compromis récurrents avec Israël.

Pour ma part, je peux attester que, jusqu’à la bataille de Tripoli, le « Guide » a négocié avec des émissaires israéliens, espérant parvenir à acheter la protection de Tel-Aviv. Je dois aussi attester que, malgré mes critiques sur sa politique internationale, et le dossier complet à ce sujet que la DCRI française lui a aimablement communiqué à mon sujet en juillet dans l’espoir de me faire arrêter, Mouammar el-Kadhafi m’a accordé sa confiance et m’a demandé d’aider son pays à faire valoir ses droits aux Nations Unies [2] ; un comportement bien éloigné de celui d’un tyran.

Les médias atlantistes n’ont pas non plus cité les ingérences que j’ai condamnées de la Libye dans la vie politique française, notamment le financement illégal des campagnes électorales présidentielles de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal. Le « Guide » avait en effet autorisé son beau-frère Abdallah Senoussi à corrompre les deux principaux candidats en échange de la promesse de l’amnistier ou de faire pression sur la Justice française pour clore son dossier pénal [3].

Surtout, les médias atlantistes n’évoquent pas l’œuvre principale du « Guide » : le renversement de la monarchie fantoche imposée par les anglo-saxons, le renvoi des troupes étrangères, la nationalisation des hydrocarbures, la construction de la Man Made River (les plus importants travaux d’irrigation au monde), la redistribution de la rente pétrolière (il fit d’une des populations les plus pauvres du monde, la plus riche d’Afrique), l’asile généreux aux réfugiés Palestiniens et l’aide sans équivalent au développement du Tiers-monde (l’aide libyenne au développement était plus importante que celle de tous les États du G20 réunis).

La mort de Mouammar el-Kadhafi ne changera rien au plan international. L’événement important était la chute de Tripoli, bombardée et conquise par l’OTAN —certainement le pire crime de guerre de ce siècle—, suivie de l’entrée de la tribu des Misrata pour contrôler la capitale. Dans les semaines précédant la bataille de Tripoli, l’écrasante majorité des Libyens ont participé, vendredi après vendredi, à des manifestations anti-OTAN, anti-CNT et pro-Kadhafi. Désormais, leur pays est détruit et ils sont gouvernés par l’OTAN et ses fantoches du CNT.

La mort du Guide aura par contre un effet traumatique durable sur la société tribale libyenne. En faisant tuer le leader, l’OTAN a détruit l’incarnation du principe d’autorité. Il faudra des années et beaucoup de violences avant qu’un nouveau leader soit reconnu par l’ensemble des tribus, ou que le système tribal soit remplacé par un autre mode d’organisation sociale. En ce sens, la mort de Mouammar el-Kadhafi ouvre une période d’irakisation ou de somalisation de la Libye.

Thierry Meyssan


[1] Enquête du magazine Frontal, diffusée par la ZDF le 28 août 1998.

[2] Ce que j’ai fait à titre militant, sans rémunération aucune. Ndla

[3] Abdallah Senoussi avait été condamné par contumace en France pour l’attentat contre le DC-10 d’UTA (19 septembre 1989, 170 morts) durant la guerre du Tchad.


*

 

flageagle2.JPG

URUBU : nom africain du vautour américain




Le site Alter Info met en ligne un article à l’ironie grinçante du journaliste brésilien Pepe Escobar, paru dans l’Asia Times, et vous offre même, en prime, une chanson de Bernard Lavilliers. N.B. : Le sarcasme est quelquefois dans l'absence de guillemets.

Comment l’Occident a vaincu
en Libye


par Pepe Escobar, Asia Times (Hong Kong), 22 octobre 2011
traduit de l’anglais par Djazaïri

pepe-escobar.jpg

Les textes de Pepe Escobar sont souvent très intéressants, mais aussi difficiles à traduire, du moins pour moi. J’ai renoncé à plusieurs reprises à la traduction d’articles écrits par ce journaliste brésilien. Je me suis quand même décidé à traduire un se ses récents papiers parus dans Asia Times. Je suis pas vraiment satisfait du résultat, mais bon…

Dans cet article, Pepe Escobar revient sur la victoire de l’OTAN en Libye, une victoire que le président des Etats-Unis a d’ailleurs revendiquée comme telle, balayant ainsi toute idée saugrenue selon laquelle des «rebelles» auraient mis à bas le régime du colonel Kadhafi.

L’action de l’OTAN en Libye correspond en fait à un nouveau concept stratégique des Etats-Unis qui consiste à faire faire la partie visible du job par d’autres, en l’espèce les alliés incorporés dans l’OTAN et, dans des cas comme celui de la Libye, les monarchies démocratiques arabes.


(Lire la suite...)



Pour les vrais amateurs...

...un autre article de Pepe Escobar, où il réclame la mise en accusation de Nicolas Sarkozy et de David Cameron pour crimes contre l’humanité. (Repris par Planète Non Violence)  :
http://www.planetenonviolence.org/L-Iran-Le-Sun-Tzu-Et-La-Dominatrice-Pepe-Escobar_a2195.html




*




USA - Chicago (Illinois)

Rick Rozoff est diplomé en littérature européenne, journaliste et directeur de STOP NATO INTERNATIONAL. Il collabore aussi, régulièrement, comme auteur, à Global Research, à Voice of Russia  (émissions en anglais de Voix de la Russie) et au Réseau Voltaire .
 
Ceci est la transcription d’une interview donnée à Press TV

Rick_Rozoff.jpg


Libye :  Un meurtre brutal, gratuit –  Le Nouvel Ordre Mondial dans toute son évidente barbarie

Rick Rozoff

Le 22 octobre 2011.


« Un meurtre brutal, gratuit » John, Robles*

 

Kadhafi gisant.jpg


Comment allez-vous M. Rozoff ?

Je suis assez bouleversé par les nouvelles de ce matin – d’hier matin en ce qui vous concerne.

Ok, quelle est votre première impression ?

Celle du meurtre brutal et gratuit d’un homme de près de 70 ans, tué après avoir été capturé. Et si le but des 216 jours de bombardements était avant tout de le tuer, ce qui est manifestement le cas, avec les multiples bombardements de sa résidence à Tripoli, dont un seul a tué un de ses fils et trois de ses petits-enfants, il s’agit sans aucun doute d’un assassinat ciblé et je suppose que l’OTAN peut maintenant en revendiquer le succès. Ils ont eu ce qu’ils voulaient.

Le président Barak Obama a dit qu’il allait y avoir un retrait de Libye très bientôt, à votre avis, cela signifie-t-il que l’objectif a été atteint ?

Oui, il l’a été totalement. Changement de régime, prise de contrôle des plus importantes réserves de pétrole d’Afrique, incorporation de la Libye, jusque là seul pays nord-africain à n’être pas membre du soi-disant « Dialogue méditerranéen »  de l’OTAN dans ce qui est à présent, selon le secrétaire général Fogh Rasmussen, un partenariat militaire avec l’Alliance de l’Atlantique Nord...  Oui, dans tous les sens, leur objectif a été atteint. Et ce n’est certainement là rien qui soit susceptible de bénéficier au peuple libyen.

Vous ne voyez pas cela comme un acte de justice envers le peuple libyen opprimé ? Je veux dire qu’il y a des gens pour qui Kadhafi était un type terrible : il a tué des milliers de gens, donc il méritait de mourir.

Il y a juste tellement – comment dire – de bassesse, de délectation gratuite dans le meurtre de cet homme, né il y a 70 ans dans la ville même où il a été assassiné le 216e jour des bombardements de son pays par l’OTAN.

Tripoli italiana.jpg





Il est né sous l’occupation fasciste italienne et il est mort sous l’occupation de l’OTAN. On ne peut pas s’empêcher de faire le parallèle, d’autant que l’Italie a fourni certains des avions qui dévastent son pays depuis la mi-mars... depuis le 19 mars. S’il était le monstre qu’ils nous dépeignent, et j’invite vos auditeurs à aller voir sur le site de l’OTAN, les caricatures innommables qu’ils ont postées tous ces derniers jours, graffiti muraux et autres, qui le représentent de manière avilissante et diffamatoire, pour le déshumaniser au maximum avant de l’assassiner...

D’accord, j’ai vu à la télévision son corps nu traîné comme un morceau de barbaque, pardonnez-moi l’expression.

Oui. Après qu’ils l’aient amené à Misrata. C’est à vomir, un traitement barbare, et même pire que barbare, et qui prend place dans une longue série d’outrages similaires. Il en a été de même avec Slobodan Milosevic en Yougoslavie et avec Saddam Hussein en Irak, et il en va de même avec tout dirigeant d’un pays, qui refuse de s’aplatir. Je ne mets pas tous ces hommes dans le même panier. Reformulons la chose autrement. Tout dirigeant dont « le temps est venu », de l’avis des États-Unis et de l’OTAN, doit s’attendre à mourir. Hussein a été pendu. Kadhafi a été flingué. Considérant que Kadhafi était censé être – il ne l’était que nominalement, mais peu importe – le chef de l’état et même le chef des armées – et le bombardement de ses résidences privées, au prétexte qu’elles étaient des centres de commandement, prouve que l’OTAN le considérait bien comme dirigeant les forces armées – lorsqu’ils l’ont capturé jeudi, il était un prisonnier de guerre et, à ce titre, sous la protection de la Convention de Genève, au lieu de quoi on lui a tiré dans la tête et on l’a massacré. C’est là le nouveau régime qui vient d’être implanté en Libye, et quel que soit le verbiage de l’Occident à propos d’état de droit et de préoccupations humanitaires, ceci est l’image brute et nue de ses intentions véritables. Comme l'a été la mort de Slobodan Milosevic dans un cul-de-basse-fosse des Pays-Bas, où on lui a refusé les soins médicaux en Russie, et comme la grotesque pendaison de Saddam Hussein. C’est là l’image véridique du nouvel ordre mondial, un ordre mondial dans toute son évidente barbarie.

Que voulez-vous dire « on lui a refusé les soins médicaux en Russie » ?

La Russie a offert au TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, NdT) de faire venir Slobodan Milosevic à Moscou pour y suivre un traitement médical, mais son offre a été refusée et Milosevic est mort très peu de temps après. Il est même possible que les choses se soient passées de façon encore pire**.  Quoi qu’il en soit, l’image est très claire.

Est-ce que vous voyez un schéma, excusez-moi de vous interrompre. Est-ce que vous voyez un schéma répétitif - je suis sûr que oui - entre les cas Hussein, Ben Laden et maintenant Kadhafi ? Je veux dire, vous avez des pays, Hussein et Kadhafi par exemple, qui ont pratiquement stoppé leurs programmes d’armement. C’est à peu près sûr, Kadhafi coopérait avec les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, en permettant les vols de restitutions extraordinaires (« extraordinary renditions »)  vers la Libye. Et il avait arrêté ses programmes d’armement. Vous voyez là un schéma récurrent ?

Oui. Il y a très clairement un schéma, un mode opératoire, par lequel les États-Unis et l’OTAN se servent de quelqu’un à leurs propres fins, puis s’en débarrassent et le tuent. Slobodan Milosevic, à grand risque politique pour lui-même à l’intérieur de ce qui était à l’époque la République Fédérale de Yougoslavie, a joué un rôle actif dans les négociations visant à mettre fin aux hostilités armées en Bosnie, en remerciement de quoi son pays a été bombardé pendant 78 jours en 1999 par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, et lui-même ensuite jeté aux oubliettes pour y mourir.

Il avait passé un accord avec la CIA, je pense, on l’a su plus tard, et c’est assez de notoriété publique qu’il s’attendait à être protégé.

Je ne connais pas tous les détails là-dessus, mais au bout du compte, on se retrouve toujours avec des tas de cadavres et des chefs d’état assassinés. Rappelons-nous bien ceci : quoique n’étant que nominalement chef de l’État, Muammar Kadhafi a eu la carrière de dirigeant la plus longue au monde. Il a été le dernier lien personnel – depuis que Fidel Castro s’est retiré de la présidence de Cuba – entre les luttes de libération nationales d’après la Deuxième Guerre Mondiale et l’émergence de nouvelles nations pendant la Guerre Froide et l’après-Guerre Froide, dont l’issue a été l’OTAN, force de frappe militaire capable de renverser les gouvernements à volonté n’importe où dans le monde. L’OTAN se vante, sur son site web, d’avoir accompli, à ce jour, 26.000 missions aériennes au-dessus d’un pays de 6 millions d’habitants, dont plus de 9.000 étaient des « sorties de combat ». Ce monstre est déchaîné depuis vingt ans sur le monde, et la Libye ne sera pas le dernier pays à lui servir de cible. Vous pouvez en  être sûr.

Que croyez-vous qu’il va arriver maintenant ?

Je ne sais pas si la Libye sera en état de se relever. Les puissances occidentales ont poussé à des affrontements tribaux pour pouvoir renverser le gouvernement de Kadhafi, et croire qu’on peut, après cela, faire rentrer le génie dans la bouteille, est faire preuve de vraiment beaucoup d’optimisme ou de faux-culterie. Avec le chef militaire du CNT (Abdel Hakim Belhadj) qui est quelqu’un que les États-Unis ont incarcéré et interrogé (= torturé, NdT) dans le cadre de leur programme de « restitutions extraordinaires », ex-combattant en Afghanistan et ex-leader du soi-disant Groupe de Lutte Islamique de Libye, vous avez des éléments d’Al Qaeda et des séparatistes... ils ont semé dans le pays un véritable pandemonium, et maintenant ils prétendent qu’ils veulent stabiliser la Libye. Je ne vois rien se produire de ce genre. Tous comptes faits, avec sa prétendue « no-fly zone » et son intervention humanitaire, l’OTAN a clairement fait la guerre à un gouvernement pour le compte d’une faction insurgée. Point. C’était l'intention de départ, et l'entreprise a réussi.


Traduction Catherine L. pour
http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

Source : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27224


___________  

* Né en 1966 à Rio Piedras, Porto Rico, John Robles est, à ce jour, le seul citoyen US à qui ait été accordé l’asile politique en Russie. Il est journaliste et présente, sur La Voix de la Russie, le célèbre programme en langue anglaise Moscow Mailbox, qui répond aux questions des auditeurs du monde entier sur tout ce qui concerne l’URSS et la Russie.
 
** Me Vergès a déposé plainte pour meurtre par empoisonnement (NdT).


*


Et qu’en disent les gens honnêtes qui ne sont pas journalistes ?

Hugo Chavez :


Hugo Chavez réagit à la mort de Kadhafi ! par tawba2_974



*



L'OTAN est l'outil de répression "le plus perfide
de l'histoire" (Castro)

Dossier : Kadhafi annoncé mort

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez


LA HAVANE, 24 octobre - RIA Novosti

  
L'OTAN est l'outil de répression "le plus perfide de l'histoire de l'humanité" a déclaré le leader de la révolution cubaine Fidel Castro dans un article de la série "Réflexions" publié dans la presse officielle cubaine.

L'OTAN est devenu un instrument de répression "après que l'URSS, prétexte à la création de cette Alliance par les Etats-Unis, a cessé d'exister", a ajouté le leader cubain.

Le leader cubain a estimé que les objectifs criminels de l'Alliance se sont révélés en Serbie en 1999, lorsque "les pays de cette funeste organisation ont dépêché leurs troupes pour soutenir les séparatistes kosovars".

Le leader libyen déchu Mouammar Kadhafi "a été grièvement blessé par l'un des chasseurs-bombardiers les plus performants de l'OTAN", il "a été capturé vivant avant d'être tué par des gens armés par cette organisation militaire", a indiqué Fidel Castro, commentant les récents événements en Libye.

Le fait que le corps de Kadhafi ait été exposé "comme un trophée de guerre constitue une violation des principes les plus élémentaires de l'islam ainsi que des autres croyances religieuses de par le monde", a ajouté Fidel Castro.


Source : Ria Novosti (http://fr.rian.ru/world/20111024/191649593.html


 

OTAN.jpg


*


Mort de Kadhafi : des images "dégoûtantes"
(Poutine)

afrique,angeli,cameron,canard enchaîné,castro,charia,chavez,clinton,dinucci,escobar,kadhafi,le pen,libye,meyssan,nouvel ordre mondial,obama,otan,phelan,poutine,république française,rozoff,sarkozy        vez


Lors d'une intervention devant les membres du Front populaire, le premier ministre russe Vladimir Poutine s'est déclaré "révolté" par les images de la mort du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, diffusées par les médias, et par le traitement réservé à sa dépouille mortelle.


*


Ces braves gens ne savent pas de quoi ils parlent, et combien il est doux de renouer avec son passé mérovingien. Vous savez, celui de la reine Frédégonde et des écartèlements à quatre chevaux...


*



Kadhafi sodomisé par des rebelles
soutenus par l’OTAN

La vidéo montre le viol image par image (BRUTAL)



Une analyse semble confirmer qu’un combattant rebelle a sodomisé Kadhafi avec un couteau.

par Tracey Shelton


http://www.informationclearinghouse.info/article29508.htm


Traduction (C.L.) :

Global Post, 25 octobre 2011 – Syrte, Libye.

Une analyse de la vidéo obtenue par Global Post d’un combattant rebelle qui a filmé le moment où le colonel Kadhafi a été capturé, confirme qu’un autre combattant rebelle dont l’identité n’est pas connue a sodomisé l’ex-leader alors qu’on le traînaît hors de la canalisation où il avait trouvé refuge.

Une analyse image par image de cette vidéo exclusive de Global Post montre clairement le rebelle tentant d’introduire une espèce de bâton dans le rectum de Kadhafi.


Mise en garde

Ces images et ces vidéos ne doivent être vues
que par un public mature.

Mise en garde

*

 

petite libyenne.jpg
Une petite libyenne qui, on l’espère pour elle,
n’a au moins pas été sodomisée au couteau



*




Veni, vidi, etc. (suite et non fin) :

We came, we saw, he died, haha. (Hillary Clinton)

Traduction :
« Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ».


Ils se prennent tous pour Jules César. Z'ont oublié comment il a fini ?


*




Kill the poys and the luggage ! 'tis expressly
against the law of arms: 'tis as arrant a piece of
knavery, mark you now, as can be offer't; in your
conscience, now, is it not?

Shakespeare, Henry V


La vidéo qui suit ne prouve rien. Les pires dictateurs ont eu, eux aussi, une vie de famille. Même Franco, même Pinochet ont dû jouer avec leurs petits-enfants. Mais, outre qu’on n’a jamais vu aucun dictateur mourir les armes à la main en défendant ce qui restait de son peuple, la particularité de cette scène de famille-ci, c’est qu’aujourd’hui tous sont morts : les grands, les petits, les femmes, les chiens et les bagages.







*



À propos de vie de famille ( chacun la sienne) :

Sarko 2e bébé.jpg

Marine Le Pen a trouvé regrettable que Nicolas Sarkozy n’ait pas
donné à sa fille un prénom français



*


Ainsi, au nom du prophète pour les uns, de la  démocratie pour les autres, un homme de 70 ans, la moitié de sa famille et un bon paquet de leurs compatriotes ont été abattus comme des animaux de boucherie (je veux dire, avec la même sauvagerie routinière). C’était ce que voulait le capo Obama (dont l’assassinat ciblé semble être devenu un des passe-temps favoris) et qu’étaient prêts à faire pour lui ses féaux porte-flingues.

Dans la mesure où une seule personne était visée, c’est un assassinat qui a coûté cher (aux Libyens surtout, et aux contribuables d’un peu partout), aussi cher qu’écraser une mouche au marteau-pilon sur le nez de la Joconde. Mais le plaisir est sans prix, et le butin, d’ailleurs, vaut sans doute bien plus cher que la Joconde. À l’aune des valeurs de ces gens.

La pègre planétaire a été fidèle à elle-même. On n’en attendait rien d‘autre. Reste à savoir s’il est admissible de l’endurer sans la combattre et quand l’impuissance trop aisément acceptée devient de la complicité.

Que dire des exécuteurs ? Ce sont des prétendus croyants. De l’espèce de ceux qui ont ravagé l’Europe pendant plus de deux siècles, sans grandes différences de forme. Avec leurs cerveaux reptiliens d’infantiles fanatiques, ils ne pouvaient que haïr aveuglément un homme qui avait tenté, pendant plusieurs décennies, de rassembler sur la tête des siens le meilleur de deux mondes en train de s’affronter, s’imaginant avec raison qu’il était possible de les faire cohabiter. L’exécution en elle-même est d’une affligeante mais sempiternelle banalité : ils l’ont tourmenté pour se faire plaisir, l’ont achevé pour toucher leur salaire, et ont profané sa dépouille pour qu’il ne puisse « aller au ciel » (c’est vieux comme l’imbécillité humaine, demandez à Molière). Parce qu’il n’y a pas de petits profits (voir plus haut), certains ont filmé leur propre insurpassable dégradation, sûrs de trouver des acheteurs pour leurs immondices. Ils ne se sont pas trompés.

Quant au colonel Kadhafi, quelles qu’aient pu être ses erreurs – d’appréciation, de tactique ou de stratégie -  quelles qu’aient pu être même ses fautes, certaines apparemment graves, en matière de morale publique, il s’est, par la manière dont il a fait face à l’invasion de son pays et par sa fin, hissé au niveau des plus grands hommes d’état : de ceux qui remplissent jusqu’au bout le mandat que leur peuple leur a donné ou consenti, en mettant leur vie dans la balance.

 

kadhafi poster.jpg

Qu’il repose en paix.


*




C.L.

 

 

 

Post Scriptum : Ceci est notre avant-dernier post avant mise en sommeil temporaire de ce blog. Notre webmaîtresse Théroigne doit déménager - elle ne sait encore où ni quand, mais vite - et va avoir les bras pleins de caisses et de meubles démontés jusqu'à... on vous dira.



21/10/2011

Muammar Kadhafi 1942-2011

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

 

On nous faisait, Arbate, un fidèle rapport :
Rome en effet triomphe, et Mithridate est mort.
...
Ainsi ce roi qui seul a durant quarante ans,
Lassé tout ce que Rome eut de chefs importants,
Et qui dans l'Orient balançant la fortune,
Vengeait de tous les rois la querelle commune,
Meurt, et laisse après lui, pour venger son trépas,
Deux fils infortunés qui ne s'accordent pas.


*


Le sang du lion
et le festin des rats.


 
Tourne-toi, sinon mon poignard va glisser !


Syrte ou la Stalingrad du désert, aura résisté de tout son sang contre la barbarie céleste de l’OTAN et ses mercenaires indigènes.


Au milieu de ruines fumantes de la ville martyre, un lion est mort. Un lion qui, de son vivant comme dans son trépas, aura rendu sa fierté à sa patrie, à son peuple, à son continent et à tous les damnés de la terre.

Autour de son corps agonisant, tels des rats affamés, les barbares du CNT et de l’OTAN se sont disputés des lambeaux de sa noble chair.

« C’est nous qui l’avons achevé » clament les rats du Shape et de l’Elysée.

« Non, c’est nous. » rétorquent les rats indigènes.

Le corps lacéré de Kadhafi, c’est la Libye lacérée, donnée en pâture à l’OTAN et au CNT.

La Libye de Kadhafi était un pays fier. Ses citoyens ne devaient pas quémander l’aumône à la porte des seigneurs européens.

La Libye de Kadhafi était un pays prospère. Elle était l’Eldorado de toute l’Afrique. Un pays de cocagne assurant le plein emploi.

La Libye de Kadhafi était un pays paritaire. Les femmes étudiaient et réussissaient mieux que les hommes. Les femmes décidaient. Les femmes dirigeaient. Les femmes combattaient.

La Libye de Kadhafi était un pays généreux. Ecoles gratuites munies d’équipements les plus modernes. Hôpitaux gratuits ne manquant de rien. Cette Libye a entre autres, financé RASCOM 1, un satellite de télécommunications qui allait permettre à tous les Africains de téléphoner quasi gratuitement, eux qui payaient les tarifs téléphoniques les plus chers au monde. L’Europe avait été jusqu’à coloniser les réseaux de communication africains, forçant le continent à verser 500 millions de dollars par an pour le transit vocal des Africains sur ses satellites.

La Libye de Kadhafi était un pays solidaire. Dotée d’un ministère chargé de soutenir la révolution mondiale, cette Libye a accueilli à bras ouverts tous les résistants du monde, a financé d’innombrables mouvements de libération : Black Panthers, militants anti-Apartheid, résistants chiliens, salvadoriens, basques, irlandais, palestiniens, angolais. Habités par leurs fantasmes primaires, des journaleux européens ont rapporté que des snipers féminins des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) avaient été enrôlées par Kadhafi. Pure intoxe. En revanche, les guerriers du mouvement de libération du Sahara occidental, le Front Polisario, protégeaient bel et bien Tripoli de la barbarie de l’OTAN/CNT.

La Libye de Kadhafi a fait l’expérience de la démocratie directe. Kadhafi n’avait qu’un rôle symbolique, celui du vieux sage à la fois redouté et rassurant. La population était encouragée à débattre et à choisir sa destinée à travers les Comités populaires. Pas besoin de parlement ni de partis.

Hélas, la Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à faire vivre une démocratie durable. Les luttes personnelles ont pris le dessus sur les intérêts collectifs. Comme bien des révolutions, la Libye de Kadhafi a connu sa dégénérescence idéologique et son cortège de souffrances et d’injustices.

La Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à instaurer la concorde entre clans et tribus de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque.

La Libye de Kadhafi a cru que seule la force viendrait à bout des djihadistes endiablés d’Al Qaida, des opportunistes et des renégats pro-occidentaux.

La Libye de Kadhafi a tenté de briser son isolement international, pensant que les rats de l’Élysée, du 10 Downing Street, du Palais Chigi ou de la Maison Blanche viendraient manger dans sa main. Ces rats se sont en réalité sournoisement glissés dans la manche de sa tunique. Ils ont saisi l’occasion pour infiltrer son pays, le saboter, le ruiner et le pomper pour un siècle.

A présent, les rats d’Europe et les rats du CNT étanchent leur soif dans la crinière du lion.

Mais le lion s’est dérobé à leurs griffes pour rejoindre Lumumba et Sankara, les autres enfants martyrs de l’Afrique héroïque.

Buvez, hordes de lâches, buvez ! Que son sang brûle vos entrailles comme le Zaqqoum !

Pleurez patriotes libyens pleurez ! Que vos larmes engloutissent vos bourreaux et leurs armées !


Bahar Kimyongür*
21 octobre 2011

*Militant anti-impérialiste belge



 


Syrte libre !

Pour les micros-trottoirs (sans trottoirs) de joyeuses foules en délire :
écouter la RTBF.



muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

muammar kadhafi,mithridate,baharkimyongür,jean racine,libye,stalingrad,syrte,africom,otan,cnt,ku klux klan

 

« Les opérations ne s’arrêteront pas immédiatement » (l’OTAN) :
il reste des civils à protéger de Kadhafi.

 


Un petit pas pour l’Africom,
mais un grand pas (en arrière) pour l’humanité :
bientôt l’Afrique 100% blanche !



*


Bahar insulte les rats (je parle des vrais).

Courage, Africains, vous venez de renouer avec ça :

Ku Klux Klan.jpg



La preuve en videos :

http://www.informationclearinghouse.info/article29465.htm

 

 

Kadhafi - Latuff.gif

Qui se souvient du nom des vainqueurs de Mithridate ?

 

Mis en ligne le 21.10.2011 par Catherine

Tous les dessins sont de Latuff

 

 

 



16/10/2011

Contre-désinformation deux azimuts

 

exxonbeach.jpg

 

Contre-désinformation deux azimuts :

Blum - Stanechy

 

I.

 

  POURQUOI VOUS OFFRIR LE RAPPORT ANTI-EMPIRE
DE WILLIAM BLUM DU 28 JUILLET AVEC PLUS DE
DEUX MOIS DE RETARD ?
 

 

●   Parce que je n’ai pas pu le traduire plus vite.
●   Parce que j’ai pris du retard dans toutes mes activités à cause d’une bande de chats.
●   Parce que personne d’autre ne l’a fait (Le Grand Soir l’a sauté)

Mais aussi, mais surtout, parce que ce qu’écrit William Blum n’est pas à la merci de l’actualité et mérite, quel que soit le moment, attention et réflexion.

Les bombardements de la Libye, dont il dit qu’ils ont « dépassé les 78 jours de bombardements ininterrompus de la Yougoslavie », durent aujourd’hui depuis plus de six mois. Madame Juliette Boulet continue à déverser, sur les enfants Libyens qui restent, ses bombes écologiques (30.000 bombes, 60.000 morts – le temps de mettre ceci en ligne, ces chiffres seront obsolètes).

L’anniversaire de l’érection du mur de Berlin a bien été, comme prédit ici par William Blum, célébré à grand tintamarre et renfort de propagande, tandis que d’autres murs, autrement meurtriers, s’érigent un peu partout au gré de la férocité des puissants, mais c’est toujours celui-là et celui-là seul qui est « de la honte ».

Les États-Unis sont toujours en cessation virtuelle de paiement, mais n’en déclenchent pas moins une ruineuse guerre après l’autre aux frais de leurs contribuables (dont nous sommes).

Tous les états d’Europe sans exception continuent de se déshonorer en acceptant de jouer les massacreurs subalternes, faisant là où on leur dit de faire, comme des chiens bien dressés à qui on a appris quels caniveaux méritent leurs déjections et quels autres il convient de ne pas souiller.

Sont décrétés « dictateurs sanguinaires » les chefs des états que nous convoitons et qui se mêlent de nous résister (« nous » étant une façon courte de dire « nos maîtres »). D’ailleurs, ne nous résisteraient-ils pas que nous leur ferions la guerre quand même car il faut bien tester les armes nouvelles quelque part et sur la tête de quelqu’un, n’est-ce pas. Les dictateurs-pions-de-l’Occident-humanitaire, en revanche, peuvent impunément saigner à blanc leurs populations et même s’amuser à les torturer avec art et inventivité. Ce sont «nos amis », nos «alliés» de croisades droitsdelhommesques, et, entre complices, on se tient par la barbichette peut-être, mais sans trop tirer dessus. Ce jeu a des règles. Si, si.

Nos radios-télévisions nationales se déshonorent plus encore si c’était possible que nos gouvernements, la RTBF n’étant pas en reste, qui, outre ses méfaits usuels, vient de supprimer sous un prétexte cousu de cordes de navire Le Jeu des Dictionnaires et La Semaine Infernale, émissions radiophoniques familiales aimablement impertinentes, pour les remplacer par du sous-sous-sous-sous Ruquier(!)... Oh, ce n'est pas le Chili, ou alors un Chili soft. On n'a pas coupé les mains à Victor Jara (nous n'avons pas de Victor Jara). Mais quand même, une douzaine de Didier Porte et de Stéphane Guillon d'un seul coup, dont deux Flamands et une Suisse... De l'art d'éteindre les talents qui gênent.

Le calice jusqu’à la lie. Ne nous reste qu’à manger le verre.  Bon appétit à tous.




*

Bill-Blum-War-Of-Agression.jpg

 

 

 

Rapport Anti-Empire
William Blum

28 juillet 2011

 

 

 

Débat de rue sur la Libye

Le 9 juillet, j’ai participé à une manifestation devant la Maison Blanche, sur le thème «Arrêtez de bombarder la Libye ». La dernière fois que j’avais pris part à une manifestation de ce genre (contre les bombardements d’un pays étranger par les États-Unis, que la Maison Blanche vendait pour une « intervention humanitaire » comme elle le fait aujourd’hui), c’était en 1999, pendant les 78 jours de bombardement de la Serbie. À l’époque, j’étais allé à une ou deux de ces manifs et, les deux fois, je m’étais retrouvé à peu près le seul Américain. Les autres, peut-être deux douzaines de personnes, étaient presque tous des Serbes. L’intervention humanitauire est un grand argument de vente de l’impérialisme, surtout sur le marché américain. Les Américains ont désespérément besoin de retrouver leur croyance en la bonne foi des États-Unis, de se persuader que nous sommes toujours « les braves types».

Cette fois-ci, nous étions une centaine. Je ne sais pas s’il y avait des Libyens, mais il y avait en tout cas un élément nouveau : presque la moitié des manifestants étaient noirs. Et ils avaient des pancartes qui disaient « Arrêtez de bombarder l’Afrique ».

Stop-Bombing-Africa-press-conf-with-Cynthia-McKinney-Akbar-Muhammad-at-Rep.-John-Lewis-office-062911-by-African-Diaspora-in-USA.jpg

Autre élément nouveau : il y avait aussi des gens venus là pour soutenir le bombardement de la Libye. En face de nous, de l’autre côté de Pennsylvania Avenue, à une quarantaine de mètres, c’étaient en majorité des Libyens, habitant probablement dans le voisinage, qui n’avaient qu’éloges et amour pour les USA et l’OTAN. Leur thème était que Kadhafi était si mauvais qu’il valait mieux soutenir n’importe quoi pourvu qu'il s'en aille, même le bombardement quotidien de leur patrie, qui dépasse maintenant les 78 jours de la Serbie. J’ai bien sûr traversé la rue et me suis mis à discuter avec certains d’entre eux, leur disant : « je hais cet homme, là (et je montrais la Maison Blanche) autant que vous haïssez Kadhafi, mais croyez-vous que je devrais, pour m’en débarrasser, réclamer et soutenir le bombardement de Washington, la destruction des beaux monuments et des bâtiments de cette ville et la mise à mort des gens qui l’habitent ?

Aucun des Libyens n’a même essayé de me répondre. Ils se contentaient de ressasser leur vitriol anti-Kadhafi. « C’est une brute. » (Regardez la vidéo de CNN de la manifestation monstre de Tripoli, et vous verrez que leur opinion est loin d’être majoritaire dans leur pays d’origine !)

« Mais, » leur faisais-je remarquer, « au moins, chez vous, l’éducation et les soins médicaux sont garantis. C’est beaucoup plus que nous n’avons ici. Et la Libye a le standard de vie le plus élevé de toute la région, ou en tout cas elle l’avait avant les bombardements de l’OTAN et des États-Unis. Et si vous trouvez que Kadhafi est une brute, que dites-vous des autres dirigeants de la région, que Washington soutient depuis si longtemps ? »

Il y en a un qui m’a répondu que l’éducation était déjà gratuite sous le roi que Kadhafi a détrôné. Là-dessus j’étais plutôt sceptique, mais comme je n’étais pas absolument sûr que ce fût faux, je lui dis « Et alors ? Kadhafi ne l’a au moins pas supprimée, cette gratuité, comme l’ont fait chez eux, il y a quelques années, les dirigeants anglais. »

Un officier de police s’est alors matérialisé et m’a forcé à retourner de mon côté de l’avenue. Je suis sûr que si on avait pu le presser de questions, l’officier se serait justifié en disant qu’il avait fait cela pour empêcher un incident violent d’éclater. Sauf qu’il n’y a jamais eu aucun danger de cette sorte et que c’était juste un exemple ordinaire de la mentalité d’état policier américain : l’ordre et le contrôle passent avant les libertés civiles, avant n’importe quoi.

La plupart des Américains, s’ils avaient entendu ma discussion avec les Libyens, auraient probablement émis quelque remarque du genre « Oui mais, si grande que soit votre haine pour le Président, vous avez la possibilité de vous débarrasser de lui par une élection. Les Libyens ne peuvent pas en faire autant. » Et moi, je leur aurais répondu « C’est vrai, j’ai le droit de remplacer George Bush par Barak Obama. Quelle joie ! Aussi longtemps que nos élections seront presque exclusivement déterminées par l’argent, rien de significatif ne changera. »

Post Scriptum : Au milieu de toute la tristesse et de l’horreur qui entourent le massacre de Norvège, il ne faudrauit pas perdre de vue le fait que « la paisible petite Norvège » a participé au bombardement de la Yougoslavie en 1999, qu’elle a déployé des troupes en Irak, qu’elle a des troupes en Afghanistan et qu’elle a fourni des avions de guerre pour les bombardements de l’OTAN en Libye. Les enfants et les adolescents qui ont perdu la vie sous la machine à tuer de l’US/OTAN voulaient vivre jusqu’à l’âge adulte et même jusqu’à la vieillesse autant que ceux de Norvège, et nous, dans le monde, nous devons nous demander si le comportement du gouvernement norvégien, autant que celui des États-Unis et de l’OTAN, n’est pas un comportement « extrémiste ».


depleted_uranium_baby.jpg

                                       Les bébés de l’uranium appauvri (Irak)




*



Le mur de Berlin – Encore un mythe de la Guerre Froide

Les médias occidentaux vont bientôt emballer les moteurs de leur machine à propagande [C’est chose faite, notre retard nous a permis de le vérifier. NdCL] pour solenniser le 50e anniversaire de l’érection du mur de Berlin le 13 août 1961. Tous les clichés de la guerre froide sur le «Monde Libre» par opposition à la «Tyrannie Communiste» vont être redéployés et la fable « comment on en est arrivés au Mur » va nous être resservie en boucle ad nauseam : En 1961, les communistes de Berlin-Est ont construit un mur pour empêcher leurs citoyens opprimés de s’échapper vers Berlin-Ouest et la liberté. Pourquoi ? Mais parce que les cocos n’aiment pas que les gens soient libres et sachent «la vérité», voyons ! Quelle autre raison pourrait-il y avoir eue ?

Bon, eh bien, pour commencer, avant que le mur soit construit, des milliers d’Allemands de l’Est faisaient chaque jour la navette entre chez eux et l’Ouest pour aller travailler, et ils rentraient à l’Est le soir. Beaucoup d’autres allaient et venaient d’un Berlin à l’autre pour faire des courses ou pour d’autres raisons. Ils n’étaient donc pas retenus à l’Est contre leur volonté. Pourquoi, alors, le mur fut-il construit ? Pour deux raisons majeures :

1°)  L’Ouest était en train de miner l’Est par une vigoureuse campagne de recrutement à l’Est d’ouvriers qualifiés et de professionnels de haut niveau, qui avaient été éduqués et formés aux frais du gouvernement communiste. Ce débauchage massif finit par provoquer une sérieuse crise de main d’oeuvre et de production à l’Est. Pour preuve, on peut citer le New York Times, qui écrivait en 1963 : « Berlin-Ouest a économiquement souffert du mur en perdant quelques 60.000 ouvriers qualifiés qui, auparavant, faisaient quotidiennement la navette entre leur résidence à Berlin-Est et leur lieu de travail à Berlin-Ouest. » (1)

En 1999, USA Today rapportait : « Quand le mur de Berlin s’est écroulé (1989), les Allemands de l’Est ont imaginé une vie de liberté où les biens de consommation étaient abondants et où les difficultés économiques n’existaient pas. Dix ans plus tard, pas moins de 51% d’entre eux disaient qu’ils étaient plus heureux sous le communisme. » (2) Des sondages réalisés plus tôt auraient vraisemblablement donné un résultat supérieur à 51% pour exprimer ce sentiment, parce que, au cours de ces dix ans, beaucoup de ceux qui auraient pu se rappeler les temps communistes en Allemagne de l’Est avec nostalgie étaient morts, quoique, dix ans plus tard encore, soit en 2009, le Washington Post rapportait : «Les Allemands de l’Ouest commencent à en avoir marre de la tendance de leurs concitoyens de l’Est à patauger dans la nostalgie à propos de l’époque communiste. » (3)

C’est dans la période post-réunification qu’un nouveau proverbe populaire russe et est-allemand a fait son apparition : « Tout ce que les communistes disaient du communisme était faux, mais tout ce qu’ils disaient du capitalisme s’est avéré juste.» On notera aussi que la décision de 1949 de diviser l’Allemagne en deux états distincts, qui plantait le décor pour 40 ans de guerre froide, fut une décision américaine, pas soviétique. (4)

2°)  Pendant les années 50, les « guerriers froids » américains d’Allemagne de l’Ouest on mis sur pied une brutale campagne de sabotage et de subversion contre l’Allemagne de l’Est, destinée à mettre hors d’état la machine économique et administrative du pays. La CIA et d’autres services d’espionnage et militaires US ont recruté, équipé, entraîné et financé des individus et des groupes d’activistes allemands de l’Ouest et de l’Est, pour perpétrer des actes couvrant le spectre entier des malfaisances,  de la délinquance juvénile au terrorisme, n’importe quoi qui fût capable de rendre la vie difficile aux Allemands de l’Est et de diminuer leur soutien au gouvernement, n’importe quoi qui pût faire faire mauvaise figure aux cocos.

Ce fut une entreprise remarquable. Les États-Unis et leurs agents y ont utilisé les explosifs, les incendies criminels, les courts-circuits provoqués et toutes sortes d’autres méthodes pour endommager les centrales électriques, les chantiers navals, les canaux, les docks, les bâtiments publics, les stations-service, les transports publics, les ponts, etc. Ils ont fait dérailler des trains de marchandises, blessé très sérieusement des cheminots, incendié douze wagons d'un train de fret et détruit les tuyaux à air comprimé de tas d'autres pour les immobiliser, mis le feu à une fabrique de tuiles, poussé au ralentissement du travail dans les entreprises où ils le pouvaient, empoisonné 7.000 vaches d’une coopérative laitière, ajouté du savon dans le lait en poudre destiné aux écoles d’Allemagne de l’Est ; certains étaient en possession, lorsqu’ils furent arrêtés, de cantharide, au moyen de laquelle ils comptaient fabriquer des cigarettes empoisonnées, destinées à tuer des dirigeants de l’Allemagne de l’Est ; ils ont déclenché des bombes puantes pour interrompre des meetings politiques, tenté de perturber la Fête de la Jeunesse du Monde, qui s’est tenue à Berlin-Est, en envoyant de fausses invitations, de fausses promesses de logement et de repas gratuits, de fausses annulations de réservations, etc. ; ils ont attaqué des participants à l’explosif, aux bombes incendiaires et crevé des pneus à foison, fabriqué et distribué des quantités de fausses cartes de rationnement, pour semer la confusion, la pénurie et le mécontentement ; ils ont envoyé de faux avertissements-extraits de rôle et toutes sortes d’autres documents et directives gouvernementales pour provoquer la désorganisation et l’inefficacité dans les industries et les syndicats... tout cela et bien plus encore. (5)

Le Centre National Woodrow Wilson pour Intellectuels de Washington D.C., nid de conservateurs pro-guerre froide, dans un de ses documents de travail, Projet historique international pour la guerre froide (# 58, p.9) écrit : « La frontière de Berlin ouverte exposait le République Populaire d’Allemagne (de l’Est) à un espionnage et à une subversion massifs, comme le montrent les deux documents en annexe ; sa fermeture a donné à l’Est communiste une plus grande sécurité. »

Tout au long des années 50, l’Allemagne de l’Est et l’Union Soviétique n’ont cessé de déposer des plaintes auprès des ex-alliés occidentaux de l’URSS et auprès des Nations Unies, à propos d’actes de sabotage précis et d’activités d’espionnage, et elles ont demandé la fermeture des bureaux situés en Allemagne de l’Ouest qu’elles en estimaient responsables et dont elles fournissaient les noms et les adresses. Toutes leurs demandes et réclamations sont tombées dans des oreilles de sourds. Il était inévitable que l’Allermagne de l’Est commence à restreindre l’accès à son territoire à ce qui venait de l’Ouest et, finalement, à construire le fameux mur, dit « de la honte ». Pourtant, même après la construction du mur, il y eut une régulière quoique limitée émigration de l’Est vers l’Ouest. En 1984, par exemple, l’Allemagne de l’Est a autorisé le départ de 40.000 personnes. En 1985, les journaux d’Allemagne de l’Est ont fait état de 20.000 personnes qui s’étaient établies à l’Ouest et qui désiraient rentrer chez elles, revenues de leurs illusions sur le système capitaliste. Le gouvernement d’Allemagne de l’Est pour sa part, disait que 14.300 Allemands de l’Est étaient rentrés chez eux au cours des dix années précédentes.(6)

N’oublions pas non plus que l’Allemagne de l’Est est devenue communiste parce que Hitler, avec la bénédiction de l’Occident, l’avait utilisée comme un boulevard pour atteindre l’Union Soviétique et y éradiquer le bolchevisme pour toujours, et que les Soviétiques, dans les deux guerres mondiales, ont perdu 40 millions de personnes du fait que l’Occident se soit servi de ce boulevard pour envahir la Russie. Il ne devrait surprendre personne qu’après la Deuxième Guerre Mondiale, l’Union Soviétique ait été déterminée à fermer le boulevard.



Petit commentaire en images de ce blog :

Il y a murs et murs...




*


Veni, vidi...

Nous sommes venus, nous avons vu,
nous avons détruit, nous avons oublié.

soldats US e,n Afghanistan - un sur 8 sous prozac.jpeg



Résumé mis à jour du charmant bilan de la politique étrangère américaine.


Depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les États-Unis d’Amérique ont :

1. Tenté de renverser plus de 50 gouvernements, dont la plupart avaient  été        démocratiquement élus. 
2. Tenté de supprimer un mouvement populaire ou nationaliste dans 20 pays.
3.  Grossièrement interféré dans des élections démocratiques d’au moins 30 pays.
4.  Bombardé les populations  de plus de 30 pays
5.  Tenté d'assassiner plus de 50 dirigeants étrangers.

Au total : depuis 1945, les États-Unis ont effectué une ou plusieurs des actions ci-dessus, à une ou plusieurs reprises, dans les 69  pays suivants  (soit plus d'un tiers des pays de la planète) :

  • - Afghanistan
  • - Albanie
  • - Algérie
  • - Angola
  • - Australie
  • - Bolivie
  • - Bosnie
  • - Brésil
  • - Guyane Britannique (Guyana)
  • - Bulgarie
  • - Cambodge
  • - Tchad
  • - Chili
  • - Chine
  • - Colombie
  • - Congo ( et Zaïre)
  • - Costa Rica
  • - Cuba
  • - République dominicaine
  • - Timor oriental
  • - Équateur
  • - Égypte
  • - Salvador
  • - Fidji
  • - France
  • - Allemagne (Allemagne de l'est en sus)
  • - Ghana
  • - Grèce
  • - Grenade
  • - Guatemala
  • - Honduras
  • - Inde
  • - Indonésie
  • - Iran
  • - Irak
  • - Italie
  • - Jamaïque
  • - Japon
  • - Koweït
  • - Laos
  • - Liban
  • - Libye
  • - Mongolie
  • - Maroc
  • - Népal
  • - Nicaragua
  • - Corée du Nord
  • - Pakistan
  • - Palestine
  • - Panama
  • - Pérou
  • - Philippines
  • - Portugal
  • - Russie
  • - Seychelles
  • - Slovaquie
  • - Somalie
  • - Afrique du Sud
  • - Union soviétique
  • - Soudan
  • - Surinam
  • - Syrie
  • - Thaïlande
  • - Uruguay
  • - Venezuela
  • - Vietnam (plus Nord-Vietnam)
  • - Yémen (Yémen du Sud en sus)
  • - Yougoslavie

 

 Il y manque bien entendu la Belgique (voir Hugo Ghijsels, L'Enquête - 20 années de déstabilisation de la Belgique, Bruxelles, La Longue-Vue, 1990) et, depuis deux jours, l'Ouganda.

William Blum humoriste :

Question -  Pourquoi n'y a-t-il jamais de coup d'état à Washington ?

Réponse  -  Parce qu'il ne s'y trouve pas d'ambassade américaine





*

Carte mondiale des interventions armées US depuis la IIe Guerre Mondiale

interventions_map.png

 

*



Le monde occulte de l’économie

Quand vous lisez les nouvelles relatives aux problèmes économiques dans la presse, comme celles qui concernent la crise grecque ou le foutoir des prêts hypothécaires de Wall Street, vous sentez-vous quelquefois complètement largués par l’apparente complexité de ces choses que personne ne semble capable de débrouiller et d’expliquer à votre entière satisfaction en anglais (ou français) de tous les jours ? Eh bien, je ne puis  certainement pas tout vous expliquer, mais je sais que le problème n’est pas nécessairement que vous et moi soyons des analphabètes économiques. Le problème est souvent que les « experts » discutent de ces choses comme s’il y était question de règles et de lois inviolables, scientifiquement fondées, mathématiquement établies et rationnelles, alors qu’en fait une grande partie de ce qui se passe dans le monde réel de l’économie et dans l’arène des analyses d’«experts» de ce monde est, de manière significative, fondé sur des politiques partisanes, sur de l’idéologie, sur des gros titres de journaux, sur de la spéculation, de la manipulation, de la psychologie (voyez la complète absurdité des montées et des dégringolades quotidiennes du prix des actions !), des deals d’arrière-boutique passés entre puissants, pour ne rien dire du pouvoir excessif et de l’excessive confiance accordés à des agences de notation totalement corrompues et à des assureurs de toutes les variétés. Les agences comme Moody’s et Standard & Poor sont des rackets de protection (payez-nous des honoraires exorbitants ou nous vous collons une mauvaise note !) devant lesquelles les investisseurs et les gouvernements s’inclinent humblement, comme si leurs oukases résultaient d’analyses objectives impressionnantes.

Ensuite, il y a les exceptions faites pour que des pays puissants puissent se tirer d’affaire dans des situations où des pays moins puissants, comme la Grèce par exemple, ne sont pas autorisés à le faire, le tout étant présenté comme le résultat des lois sans appel de l’économie.

Et quand toutes les autres explications cessent par trop de paraître plausibles, les «experts» se rabattent sur « la loi de l’offre et de la demande ». Mais cette loi a été abolie depuis bien longtemps ! Essayez seulement d’expliquer le prix de l’essence en fonction de cette loi.

Il y a donc beaucoup de choses à étouffer, beaucoup de raisons pour lesquelles les joueurs du monde de la finance ne peuvent pas se montrer aussi transparents qu’ils devraient l’être, ni aussi francs que le public et les investisseurs peuvent s’imaginer qu’ils sont.

Prenez par exemple le déficit du budget U.S. à propos duquel nous entendons tant de propos alarmistes. Ce qu’on n’entend jamais dire, c’est que la période la plus prospère de l’histoire de l’Amérique a été celle des décennies qui ont suivi la Deuxième Guerre Mondiale – de 1946 à 1973. Et vous savez quoi ? Notre budget a été déficitaire pendant la plupart de ces années. À l’évidence, un tel déficit n’était pas un handicap suffisant à la croissance et à la prospérité grandissante des États-Unis, une prospérité, soit dit en passant, beaucoup plus partagée qu’elle ne l’est aujourd’hui. Mais on continue à nous bassiner avec le sacro-saint équilibre budgétaire. Cette « crise » et beaucoup d’autres sont typiquement surgonflées pour des raisons politiques. La « crise » actuelle du plafond de la dette en est un exemple. Paul Craig Roberts, qui fut Assistant Secrétaire au Trésor sous Reagan et qui est maintenant chroniqueur indépendant, se dit sûr que les États-Unis ne vont pas mettre la clé sous la porte, que le plafond de la dette soit relevé ou pas. Si Goldman Sachs est « trop gros pour faire faillite », sûrement le gouvernement des États-Unis l’est aussi.*

Dans les problèmes économiques dont les médias font leurs choux gras, tels que le plafond de la dette par exemple, une des clés occultées qui permettent de comprendre ce qui se passe est souvent la volonté cannibale des conservateurs de privatiser la sécurité sociale et les soins médicaux. Si vous comprenez cela, certaines choses deviennent beaucoup plus claires. Naomi Klein rappelle que « le pseudo-débat sur le plafond de la dette, c’est de la guerre des classes à l’état brut, faite par les super-riches à tous les autres, et il est plus que temps que les Américains sifflent la fin de la partie. »

Considérez aussi, par exemple, la valeur relative des monnaies internationales. Logiquement, raisonnablement, si la livre britannique est échangeable contre deux dollars, on devrait pouvoir acheter à Washington, pour 2 $, des marchandises et des services qui coûteraient 1 £ à Londres. Mais ceci, bien sûr, est, dans la vie réelle, une très infréquente exception à la règle. Car, au lieu de cela, dans des endroits appelés « exchanges » (bourses), à New York, à Chicago, à Londres, à Zürich, à Francfort, vous avez un paquet de types, incapables de faire quoi que ce soit de socialement utile, qui se mettent ensemble dans un grand local et qui, dans un méli-mélo cacophonique de voix stridentes, d’ordinateurs et d’une infinité de bouts de papier, décident de la valeur d’une livre, d’un baril de pétrole, d’un kilo de poitrine de porc ou de tas d’autres matières premières affectant notre vie de tous les jours. En vertu de quoi ces spéculateurs et ces parasites exercent-ils tant d’influence sur le monde réel, sur l’économie réelle, sur nos vies réelles ?

À vue de nez, camarades, en guise de solution universelle à nos maux économiques, rappelez-vous ceci : Nous continuerons à nous traîner de crise en crise dans un cycle sans fin, aussi longtemps que les grandes institutions financières n’auront pas été nationalisées ou placées, d’une ou d’autre façon, sous contrôle démocratique. Nous entendons beaucoup parler d’«austérité». Eh bien, il est temps que l’austérité rende visite aux super-riches. Il y a des millions (sic) de millionnaires et de milliardaires aux États-Unis et en Europe.  Alors que les gouvernements font faillite, les milliards de dollars de ces gens doivent être lourdement taxés ou confisqués pour mettre un terme à la souffrance sans fin des 95% d’autres, du reste de l’humanité. Mondieu, est-ce que je ne suis pas en train de tenir un discours (aarrgh) socialiste ?

 

Nationalize banks.jpg

____________
    
Notes

1. New York Times, 27 juin 1963, p. 12.
2. USA Today, 11 octobre 1999, p. 1.
3. Washington Post, 12 mai 2009 ; voir histoire similaire le 5 novembre 2009.
4. Carolyn Eisenberg, Drawing the Line : The American Decision to divide Germany 1944-1949 (1996) ; ou voir un compte-rendu de ce livre par Kai Bird dans The Nation, 16 décembre 1996.
5. Voir William Blum, Killing Hope : US Military and CIA Interventions Since World War II, p. 400, note 8, pour la liste des sources sur les détails des sabotages et de la subversion. (en français : Les guerres scélérates)
6. The Guardian, Londres, 7 mars 1985.
7. http://killinghope.org/essays6/othrow.htm
8. http://killinghope.org/bblum6/suppress.html
9. Voir le chapitre 18 de Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower (en français : L’État voyou) – ajoutez la Palestine en 2006 à la liste.
10.  http://killinghope.org/superogue/bomb.htm
11.  http://killinghope.org/bblum6/assass.htm

Cher William Blum, c’est peut-être ce qu’a dû penser Louis XVI à la veille des États-Généraux... Là aussi, il y avait assez d’argent pour sauver l’État. Mais là aussi, il était dans les mains qu’il ne fallait pas si on voulait le sauver tel qu’il était. Sans doute les États-Unis sont-ils « trop gros pour faire faillite », mais pas pour changer de mains... ni de régime... Une dictature militaire par exemple ? (NdCL)

 traduit par Catherine L.

pour http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

 

Source : http://killinghope.org/bblum6/aer96.html


*

 

 

 

II.

 




samedi 15 octobre 2011

Russie : Rififi chez les “Dissidents” …

Georges STANECHY

Je dédie ce billet au journaliste irakien Mountadir Al-Zaydi

D’incrédulité, ils en auraient laissé choir leurs fétiches.

Hercule Poirot, son lorgnon à cordelette… Colombo, son mégot de cigare… Nestor Burma, son chapeau cabossé… Maigret, tout comme Sherlock Holmes, sa pipe éteinte…

Ces maîtres de la logique, de l’esprit critique, aux patientes et méticuleuses déductions, n’auraient pu croire une seule seconde à la mise en scène macabre, emballée dans un scénario, histoire, roman, conte de sorcières, constructions charpentées de clichés. ”Narrative”, disent les anglophones.

Le tout repris en chœur, cadencé par le marteau-pilon de la propagande et de ses vecteurs : journaux, TV, communiqués de presse sortant d’innombrables horizons et tiroirs. Au même moment, dans tous les pays occidentaux. Colossale campagne médiatique aux océaniques moyens…

anna.jpg

Le corps de la victime, une femme de 48 ans, criblé de balles dans un ascenseur. En évidence. Un 7 octobre 2006, à Moscou : Anna Politkovskaïa.

Son exécution, s’agissant d’une “journaliste”, serait « liée à ses activités professionnelles », ont été les premières déclarations de son entourage. Evidemment, ce n’est pas pour son talent dans l’élaboration de la tarte aux pommes.… Litote, pour ne pas prononcer les mots : « crime politique ».

Concrètement : signature, histrionisme, d’un acte destiné moins à supprimer la personne qu’à intimider ou à faire du bruit. Sinon, c’est l’enlèvement discret avec, chaussé de béton, un plongeon dans un fleuve ou dans les vagues du haut d’une falaise. Quand ce n’est pas dans un bain d’acide. Pas de trace.

Assassinat, apparemment, commis par des professionnels.

Mais, bizarre…


Le Petit Poucet

Le Petit Poucet n’aurait pu mieux s’appliquer, semant les indices gros comme des camions…

S’assurer de la disparition de l’arme du crime est la priorité d’un assassin, même le plus amateur. Là, non. Probablement, délicate attention à l’égard des enquêteurs, elle était disposée à côté du corps : un pistolet Makarov 9 mm. Jusqu’aux douilles des balles éjectées après le tir, soigneusement laissées sur place : quatre douilles.

Provocation, peut-être… Laisser entendre que tout indice ne peut mener qu’à une impasse. Annoncer l’impossibilité de dénouer le faux-vrai du vrai-faux, de compléter le puzzle d’une enquête : cloisonnements étanches, impunités, complicités…

Fausses pistes, sûrement.

La théâtralisation, le mode opératoire, du crime rappellent celui dont fut victime, le courageux et magnifique militant des droits de l’homme et de l’autodétermination des peuples, Henri Curiel.

Abattu dans l’ascenseur de son immeuble, à Paris le 4 mai 1978. Egyptien juif de naissance, il s’était illustré dans la lutte contre l’autocratie du roi Farouk marionnette des britanniques en Egypte, le soutien à l’indépendance de l’Algérie, le combat anti-apartheid en Afrique du sud, et par sa solidarité indéfectible avec ce qu’on appelait alors les pays du Tiers-Monde dans leurs combats pour la liberté.

Ses assassins n’ont jamais été retrouvés, pas plus que l’arme et les douilles des balles du meurtre. Sa mort n’avait mobilisé aucun des médias de l’époque. Aucun gouvernement, aucun pays, aucune organisation internationale, aucune ONG… Personne ne s’autorisant à “sommer” la France de trouver les coupables, sauver la liberté d’expression, la démocratie, les droits de l’homme et tutti quanti. Il est vrai qu’il représentait le ’diable’ pour les gouvernements occidentaux, français tout particulièrement. (1)

Les enquêteurs, expérimentés dans les “crimes politiques”, affirment que trop d’évidences tuent « l’évidence ». Ne pas confondre l’hamburger de l’affiche sur l’abribus avec sa réalité servie dans l’emballage en carton recyclé… C’est toute la différence avec nos journalistes actuels, même dits « d’investigation ». Dans un coup tordu, multiplier les fausses pistes c’est renforcer une manipulation.

Deux mois jour pour jour après sa mort, le 7 décembre 2006, l’Institut International de la Presse (IPI) déclarait Anna Politkovskaïa : « 51e Héros de la liberté de la presse mondiale». Bel et nécessaire hommage. Assurément, condamner « l’assassinat politique » est une noble cause. Toutefois, de là à transfigurer la victime en icône de La Liberté demande un minimum de précaution. A-t-elle été effectivement assassinée pour ses articles, livres, investigations, déclarations ? Ou, pour un tout autre motif ?

Car, bizarre le profil de la victime… Tout autant que son cursus et son “milieu” professionnels.

« Dissidente russe », est-il répété à l’infini... Anna Politkovskaïa, son nom ne le laisse pas supposer de prime abord, était de nationalité américaine, née à New York, de parents diplomates membres de la délégation de l’Ukraine à l’ONU. Personne ne le dit, ni ne l’écrit. Pourquoi ? Peur d’être traité de « rouge-brun » par les coupe-jarrets à la solde de l’Empire, chargé du terrorisme intellectuel ?...

Mikha-l-Gorbatchev.jpg
Munie d’un diplôme d’une école de journalisme de Moscou, elle travaillait depuis 1999 pour le média russe : Novaïa Gazeta (La Nouvelle Gazette). Un trihebdomadaire avec son site, en russe et en anglais, dont le capital est détenu à 49 % par l’ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le milliardaire russe, ancien député de la Douma, Alexandre Lebedev. Les 51 % restants ? Mystère.


Les deux mêmes compères ont fondé, en septembre 2008, un parti microscopique à l’échelle de la Russie, copié-collé du fanatisme idéologique des milliardaires néoconservateurs US, joyeusement pro-atlantiste et bruyamment ultralibéral (“tout privatiser”, sous-entendu brader aux groupes étrangers, & bla-bla…) : le «Parti démocratique indépendant de Russie».

En conséquence, férocement opposé à la politique du gouvernement actuel refusant un «monde unipolaire», soucieuse du respect de l’indépendance et de la souveraineté du pays, spécialement quant à la préservation de ses richesses naturelles convoitées par les prédateurs internationaux. La Nouvelle Gazette (Novaïa Gazeta) servant de caisse de résonance, de relais de propagande, aux thèses de la paradisiaque “Globalisation Impériale”, dont la planète subit les ravages au quotidien. Expliquant pourquoi, malgré un actionnariat différent, entre Fox News (groupe Murdoch) et Novaïa Gazeta ce soit du pareil au même…

independent.jpg
Alexandre Lebedev, rappelons-le car les journalistes oublient toujours de le mentionner, est un richissime oligarque qui a édifié sa colossale fortune en peu de temps sous la présidence de Gorbatchev et d’Eltsine. À l’époque où la Russie partait en lambeaux, déchiquetée par les mafieux, politiciens corrompus et voyous de la finance, en cheville avec les multinationales. Avant que Poutine n’y mette un coup d’arrêt et ne redresse la situation.

Sa fortune (banques, compagnie aérienne [30 % d’Aeroflot], construction aéronautique [Ilyushin], gaz et pétrole, textile, tourisme, télécommunications, immobilier, transport urbain, chimie, médias, etc.) difficilement évaluable en milliards de dollars, le classe parmi les hommes les plus riches de Russie et d’Europe. Rien qu’en Grande-Bretagne, il contrôle quatre médias : Evening Standard, The Independent, The Independent on Sunday et i-newspaper(2)

Ce personnage soutenu par nos nomenklaturas, qui prétend porter le projet d’une Russie “démocratique”, jouant au ’Dissident en chef’ dans son pays, a été la vedette du Web le mois dernier (septembre 2011). Pour avoir violemment frappé publiquement, à coups de poing en plein visage, son interlocuteur sur un plateau de TV, oligarque comme lui, Sergei Polonsky. A “titre préventif”, a-t-il dit, pour ne pas être frappé par lui. La video a été vue des milliers de fois. La regarder donne un aperçu de ce qui attend la Russie si pareils énergumènes arrivaient au pouvoir… (3)

Anna Politkovskaïa était donc très liée aux réseaux de l’extrême-droite US, avec leurs “collabos” russes intégrés aux lobbies de l’armement et de l’énergie occidentaux. Implacablement russophobes, menaçants et hyperviolents, dès lors que le pays ou son gouvernement n’acceptent pas d’être inféodés à leurs intérêts et diktats.

Quel était, en ce cas, l’objectif de l’assassinat de cette “journaliste-dissidente” en plein cœur de Moscou ? Quels en étaient les exécutants, organisateurs, commanditaires ? A qui profite le crime ?

Après une difficile enquête aux multiples rebondissements, au terme de 5 ans de travail pour enfin y arriver, la solution émerge progressivement : en septembre-octobre 2011. Confirmant ce que tous les “observateurs ”, avertis ou impartiaux, savaient dès l’origine de l’affaire. Une réalité, évidemment, aux antipodes de ce que les médias de la désinformation dans nos pays n’avaient cessé de claironner, et qu’ils taisent hermétiquement à présent…

Poutine, Président de la Fédération de Russie au moment des faits, n’avait-il pas averti :

« La solution se trouve à Londres » ?...

Le Grand Méchant Loup

Comme par hasard, le meurtre d’Anna Politkovskaïa a eu lieu le jour de l’anniversaire de Poutine, né un 7 octobre 1952… Autre coïncidence : la veille de la visite officielle de Poutine en Allemagne…

Soulignant ainsi la perversité du personnage, par sa provocation dans la violence. Puisque ce fut, aussitôt, une des plus formidables campagnes médiatiques internationales destinées à diaboliser un Homme d’État détesté de nos oligarchies, et déstabiliser au passage la Russie. Poutine ne pouvait être que le commanditaire du forfait. Les exécutants ? Les tueurs de ses horribles services secrets…

bon anniversaire.jpg

Parmi les centaines de déclarations, retenons celle du porte-parole du ministère des affaires étrangères des USA, le jour même de l’évènement, Sean McCormack. Un concentré de l’hypocrisie et du cynisme manipulateurs des politiciens, dans chacun des termes employés :

« Les États-Unis sont choqués et profondément attristés par la nouvelle du meurtre brutal de la journaliste russe indépendante […] Les États-Unis demandent de toute urgence au gouvernement russe de mener une enquête immédiate et exhaustive afin de retrouver, poursuivre et juger tous les responsables de ce meurtre haineux. »

Le lendemain, au diapason des USA le temps de prendre les consignes, dans un document officiel, le Commissaire européen aux droits de l’homme Thomas Hammarberg, « triste et en colère », embouche le trombone de La Bonne Conscience de la caste technocratique de l’UE :

« Ce meurtre est le signal d’une crise majeure concernant la liberté d’expression et la sécurité des journalistes en Russie. »

Evidemment, les vertueuses ONG ont immédiatement embrayé. Sortant les violons de l’émotion et la sébile à subventions. Parmi les ténors de l’esbroufe qui ne se sont jamais préoccupés des journalistes et militants de la liberté torturés, assassinés, par des escadrons de la mort en Palestine, Gaza, Irak, Afghanistan, Amérique latine, Thaïlande, Philippines et ailleurs, dès lors qu’ils dénonçaient les exactions de l’Empire :

=> Amnesty International, de rage hurlant sa :

« … colère après le meurtre à Moscou d’Anna Politkovskaïa, visée en raison de son travail de journaliste. »

=> La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), flagellant le gouvernement Russe :

« Les autorités russes, doivent se conformer aux instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’Homme, afin de garantir en toutes circonstances les libertés d’expression et de la presse. »

=> Reporters Sans Frontières (RSF), l’illustrissime ONG accablée de chagrin (4) :

« Nous sommes abasourdis par cette nouvelle tragique… Les meurtres de nos confrères […] doivent faire réaliser à la communauté internationale à quel point il est urgent d’agir pour assurer la protection des reporters. »


Anna Politkovskaïa, cataloguée « dissidente russe » par le marketing informationnel occidental, avait été érigée en “star” des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Ses articles et livres récoltant une foison de distinctions, récompenses et prix. Attribués, évidemment, par les sponsors et animateurs du même circuit. (5)

Précisons le contexte : dans la boîte à outils de notre appareil de propagande, le label «dissident» est décerné non pas à « l’opposant » au régime ou gouvernement d’un Etat souverain étranger, mais à un « adepte inconditionnel » de l’idéologie et de la politique de l’Occident. Nuance notable…

Dans le cas contraire un « opposant », non seulement à son gouvernement mais “aussi” aux desseins d’asservissement de l’Empire sur son propre pays, est considéré comme un «conservateur», un « radical », dans le meilleur des cas. Dépasser la réticence, persévérer dans la résistance, est immédiatement se désigner dans une subtile gradation comme «rebelle», « insurgé ». Pire encore : « terroriste », réel ou supposé, peu importe, s’il s’agit d’une opposition au gouvernement inféodé à l’Empire.

On a même vu en Occident, mais on veille soigneusement à l’occulter, des « dissidents » autrefois fêtés, encensés, couverts de faveurs, gratifications et dollars, tomber en disgrâce dès qu’ils ont émis le moindre regard critique sur la réalité qu’ils avaient découverte dans ce qu’ils avaient cru être le “paradis de la liberté et de la justice”. Se fermant brutalement l’accès aux plateaux TV, radio, interviews complaisantes, avances d’éditeur et autres émoluments ou supports financiers, etc.

Ce fut le cas du « dissident cubain » Reinaldo Arenas, mort dans la misère et le manque de soins à New-York. Ou encore, du célèbre « dissident russe » Soljenitsyne, finalement dégoûté du matérialisme, de la violence et du cynisme de la société américaine, préférant quitter les USA pour retourner dans sa Russie natale…

Paradoxalement, en Russie, la notoriété d’Anna Politkovskaïa était “insignifiante”. Ce que n’a pas manqué de faire ressortir son gouvernement. Ne représentant aucun enjeu, encore moins pour Poutine au sommet de sa popularité. (6)

Sergueï Iastrjembski, délégué du Président Russe pour les relations avec l’UE, avait émis une remarque fondamentale que nos médias n’ont jamais pris la peine de diffuser et d’analyser, alors qu’elle donne la clé du contexte géopolitique de cet assassinat :

« Un nombre manifestement excessif de coïncidences, de morts retentissantes de personnes qui, de leur vivant, se sont positionnées en opposants au pouvoir russe en place, avec les manifestations internationales auxquelles participe le président de la Fédération de Russie est pour le moins inquiétant […]

On a l’impression d’être en présence d’une campagne bien orchestrée ou même de tout un plan de dénigrement continu de la Russie et de sa direction. » (7)

Oui, bizarre…

Sentiment diffus, prenant plus de consistance à la lecture des ouvrages de la victime. Car, j’ai lu les livres d’Anna Politkovskaïa et conseille de le faire pour se rendre à l’évidence, mesurer l’écart entre une image projetée, fabriquée, et la réalité…

Débats d’idées, investigations et recherches dans l’esprit critique et la suggestion constructive ? Analyses approfondies des dimensions et contraintes sociales, économiques, géographiques (37 fois la France en superficie…) ? Mises en perspective dans leur évolution historique et humaine (colossal changement institutionnel avec la chute du soviétisme...) ? Études de leur interaction avec celles des autres puissances, nations et peuples, voisins, concurrents, amicaux ou hostiles, pour ce siècle et le prochain ? Universalisme des droits de l’homme à la Henri Curiel, combattant tous azimuts les violations de la Dignité Humaine, quels que soient pays et continents ?

Non.

Ce ne sont que pamphlets, diatribes, déversant en cascade : clichés, approximations, rapprochements, raccourcis, amalgames, platitudes diffamatoires. Rhétorique de la propagande russophobe la plus primaire, dépeignant une Russie apocalyptique dirigée par un autocrate sanguinaire, diabolique, auquel un Staline n’arriverait pas à la cheville.

Une Russie fantasmée, dans l’incantation, prenant ses désirs pour la réalité. Le wishful thinking des Think Tanks de l’extrême-droite US, rêvant de la vassalisation de la Russie. Surtout, de la prédation de ses ressources et richesses naturelles. Avec une focalisation obsessionnelle, une diabolisation hystérique, une violence verbale haletante à l’encontre de la personne de Poutine. (8)

En France, c’est la bouillie que nous servent à grandes louches les « experts » de la Russie. À la Thierry Wolton, dont on peut citer un des ouvrages les plus emblématiques de grotesque dans le genre : Le KGB au pouvoir – Le Système Poutine. (9)

Ou encore, à la Hélène Carrère d’Encausse, concluant un de ses livres, La Russie Inachevée, par la formulation de la pensée magique :

« … ce que les Russes espèrent aujourd’hui voir surgir de leurs longues déceptions et de leurs efforts renouvelés, c’est l’achèvement d’une Russie civilisée rejoignant enfin et de manière définitive les grandes nations occidentales. » (10)

D’après nos propagandistes, en effet, une Russie en dehors de l’OTAN et de sa soumission à l’Empire, que souhaiteraient ses propres citoyens ou du moins une “élite” moderne et intelligente, n’est qu’un ramassis de sauvages, corrompus et violents, «un immense bordel».

Mépris halluciné, parfaitement résumé dans la quatrième de couverture du livre d’Emmanuel Carrère, le fils d’Hélène Carrère d’Encausse (dans la famille, du fait d’une ascendance familiale russe on se revendique « expert » de la Russie…), sortant actuellement sous les louanges béates de la critique médiatique et mondaine, Limonov :

 « … et, maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie… ». (11)

Vision dantesque, ténébreuse, eschatologique, d’une Russie au bord du gouffre, par une propagande hébétée d’obscurantisme, dont le prophétisme sectaire et imbécile imprégnait les dernières lignes de la conclusion de l’ultime ouvrage d’Anna Politkovskaïa, paru en France en septembre 2006, Douloureuse Russie :

« Une révolution orange n’est pas envisageable chez nous, pas plus que celle de la rose ou des tulipes. Notre révolution à nous sera rouge. De la couleur des communistes : de la couleur du sang. ». (12)

Pathétique…

Les oubliettes du Donjon Médiatique

La propagande n’a cessé d’accabler d’anathèmes et procès d’intention les autorités Russes accusées de vouloir bloquer l’enquête.

lajournalista1.1171228663.gif

Pure stupidité et mauvaise foi : elles n'y ont aucun intérêt.

C’est ainsi qu’on pouvait lire dans des médias de la désinformation, au 5 octobre 2011, des affirmations mettant en cause la passivité de la justice russe, alors que l’enquête venait de connaître une spectaculaire avancée :

« ’L’affaire Politkovskaïa’ n’a pas été élucidée. Le 19 février 2009, les inculpés du meurtre de la journaliste ont été acquittés. C’est un échec pour la justice, accompagné d’autres meurtres. » (13)

Une deuxième équipe d’enquêteurs doublant la première dans la discrétion, aidée des spécialistes du contre-espionnage, a réussi à démonter les rouages d’une complexité extrême de la machination.

L’organisateur de l’assassinat, Dmitry Pavlyuchenkov, est passé aux aveux. La nouvelle était publiée dès le 3 septembre 2011. (14) Piégé par son train de vie et mouvements de fonds suspects sur ses divers comptes bancaires. Reconnaissant devant la Cour de Justice à Moscou avoir fourni l’arme et les munitions, organisé et planifié l’attentat, recruté l’équipe de tueurs et affecté à chacun sa mission précise.

Evénement retentissant, complètement étouffé dans les médias occidentaux. Aux oubliettes…

Révélant les secrets des difficultés d’une enquête bourrée de fausse pistes : Dmitry Pavlyuchenkov, actuellement à la retraite, était un des plus hauts responsables de la police de Moscou avec rang de colonel, ancien responsable de la 4° division de la direction des recherches et investigations opérationnelles. Un des principaux responsables du dossier sur le meurtre d’Anna Politkovskaïa…

L’exécuteur, celui qui a tiré sur la victime, est Rustam Makhmudov. Il s’était caché en Belgique pendant 5 ans. C’est grâce aux repérages, aux renseignements, et à la traque de la police belge, en liaison avec la police russe, qu’il a pu être arrêté dès sa tentative de retourner dans la Fédération de Russie.

Le responsable du commando est un chef de clan mafieux, un des parrains du milieu de Moscou, Lom-Ali Gaitukaev. Actuellement emprisonné pour un autre meurtre, avec une peine d’une durée de 15 ans. Il était assisté sur ’le terrain’ par des tueurs professionnels du milieu de la criminalité moscovite : Rustam Makhmudov, un frère et un cousin de ce dernier.

Formidable première étape. L’important, à présent, étant de remonter aux commanditaires.

Avec prudence, mais certitude, l’un d’eux est quasi-officiellement connu depuis le 16 septembre 2011. Et, dans son ombre : les véritables donneurs d’ordre. Lom-Ali Gaitukaev avait mis au point les modalités financières et la programmation, en Ukraine, avec le “cerveau” de l’opération. C’est au cours de cette réunion que lui fut donné l’ordre, parmi ses instructions, “d’exécuter le contrat” le jour de l’anniversaire de Poutine… Négociant avec une personnalité qui ne peut pas mettre les pieds dans la Fédération de Russie. Il serait immédiatement arrêté.

Il s’agit de Boris Berezovsky. (15)

Un oligarque, dont la fortune en milliards de dollars générée dans les prévarications de l’ère Eltsine, est sous mandat d’arrêt international émis par les autorités russes depuis plusieurs années. Pour détournements et vols au détriment de plusieurs sociétés et actifs de la Fédération Russe. Il est aussi recherché par la justice brésilienne dans une affaire de blanchiment d’argent aux puissantes ramifications.

Refugié à Londres, malgré ces doubles mandats de recherche internationaux, russe et brésilien, il bénéficie de la protection des services spéciaux britanniques, très actifs dans la déstabilisation de la Russie, avec un statut de “réfugié politique”…

Fort de ses soutiens, considéré comme un de pires gangsters dans son pays, il n’hésite pas sous sa casquette de « dissident » à proclamer qu’il finance “la révolution” en Russie. La souhaitant sanglante, une guerre civile :

« J’appelle à la révolution et la révolution est toujours violente » (’I am calling for revolution and revolution is always violent’). (16)

Alors, pour ces individus sans foi ni loi, supprimer froidement une vie…

Mais, la vie d’une “journaliste-dissidente”, membre de son propre camp ? Pourquoi ?…

Sacrifice dans une partie d’échecs d’une pièce, tour, fou, ou cavalier, pour assurer un développement tactique ? Trop réducteur. Manque dans cette représentation du crime, la dimension du cannibalisme de la violence humaine, dans sa voracité démentielle, telle que la peignaient Goya ou Salvador Dali.

Anna Politkovskaïa est une Iphigénie contemporaine mise à mort par ses géniteurs, les “Grands Prêtres de la Désinformation”, sur la scène de ce Théâtre d’ombres, de mensonges, et de cynismes, qu’est la « guerre psychologique ».



_________    

(1) Lire le beau texte de Gilles Perrault sur Henri Curiel, publié dans Le Monde Diplomatique en 1998 : « Henri Curiel, Citoyen du Tiers-Monde »,  http://www.monde-diplomatique.fr/1998/04/PERRAULT/10239

(2) Ces fortunes titanesques, foudroyantes, ne peuvent se construire sans la complicité et “l’intéressement” des politiciens au pouvoir qui participent à la curée sous forme d’actionnariats occultes ou de mirobolantes commissions, via hommes de paille et sociétés-écrans domiciliées dans des paradis fiscaux…

(3)http://www.branchez-vous.com/info/actualite/2011/09/un_mi...

(4) Maxime Vivas, La face cachée de Reporters Sans Frontières – de la CIA aux faucons du Pentagone, Bruxelles, Aden,  novembre 2007.

(5) Notamment, les prix :

=> 2002 : Courage en journalisme de l’IWMF (International Women’s Media Foundation)

=> 2002 : Pen Club International

=> 2003 : Journalisme et Démocratie – Danemark - par l’OSCE

=> 2003 : Lettre Ulysses pour l’Art du Grand Reportage à Berlin

=> 2004 : Olof Palme pour les Droits de l’Homme

=> 2004 : Lectrices du magazine Elle (groupe Lagardère)

(6) Les sondages à la veille de l’événement, notamment ceux supervisés par l’université d’Aberdeen (Ecosse), démontraient un taux moyen de satisfaction de ses concitoyens, par rapport à son action, de 70%, en moyenne. Les Russes lui reconnaissant le mérite d’avoir sauvé le pays du naufrage…

(7) "Une campagne de dénigrement bien orchestrée est menée contre la Russie et sa direction", RIA Novosti, 24 novembre 2006,
http://fr.rian.ru/world/20061124/55970675.html

(8) Anna Politkovskaïa, La Russie selon Poutine, Buchet/Chastel, 2005.

(9) Thierry Wolton, Le KGB au pouvoir – Le Système Poutine, Buchet/Chastel, 2008.

(10) Hélène Carrère d’Encausse, La Russie Inachevée, Editions Fayard, 2000, p. 285.

(11) Emmanuel Carrère, Limonov, Editions P.O.L., septembre 2011, quatrième de couverture.

(12) Anna Politkovskaïa, Douloureuse Russie – Le journal d’une femme en colère, Buchet/Chastel, 2006, p. 403.

(13) « ’L’affaire Politkovskaïa’ n’a pas été élucidée », 5 octobre 2011,
http://www.terrafemina.com/societe/international/videos/685-novaya-gazeta.html

(14) « Main suspect in Politkovskaya case pleads guilty », 3 septembre 2011,
 http://rt.com/news/politkovskaya-murder-pavlyuchenk...

(15) « Investigators trace Politkovskaya killing to Berezovsky – report »,  16 septembre 2011, http://rt.com/politics/politkovskaya-fugitive-berezovsky-...

(16) Dmitry Peskov, « Fugitive billionaire has exposed his violent agenda : Berezovsky is the embodiment of ’robber capitalism’, and Britain should no longer harbour him after this outrage », The Guardian, lundi 16 avril 2007, http://www.guardian.co.


Source : À contre-courant - http://stanechy.over-blog.com/article-russie-rififi-chez-les-dissidents-86282147.html

 

*

 

Georges Stanechy, qui oppose très justement Henri Curiel à Anna Politkovskaia (et pas à l’avantage de cette dernière) aurait pu faire un autre parallèle avec l’élimination de l’Algérien Ali André Mécili, abattu dans des circonstances absolument identiques à celles de Politkovskaia, mais... à Paris, le 7 avril 1987, dans un hall d’immeuble, de trois balles dans la tête tirées à bout portant par un proxénète, exécuteur des basses oeuvres de la Sécurité Militaire algérienne et protégé de Charles Pasqua.  La ressemblance entre les deux victimes s’arrête là, car Mécili, fondateur de la revue Libre Algérie et avocat des déracinés – Palestiniens, Maghrébins, Iraniens, Kurdes, Zaïrois, Arméniens – n’avait rien d’un propagandiste à gages. La camarilla au pouvoir à Alger voulait sa peau d’homme trop intègre et la Ve République n’avait rien à refuser à son homologue maghrébine. Choses qui vont de soi, à un certain niveau de complicité.

Où étaient nos belles âmes droitsdelhommistes alors ? Où les Ménard’s boys de Reporters sans frontières ? Où les Amnesty International à chandelles ? Où les champions du Dalaï Lama et des pseudo-écrasés de la place Tien An Men ? Où nos brillants « journalistes d’investigation » de la 4e (ou 5e) Internationale et pourfendeurs de KGBs ? Ils ont si bien fait leur travail et clamé leur indignation que je vous parie ma tête, amis lecteurs de ce blog, que vous ne connaissiez pas son nom avant de le lire ici.



«Cet « homme qui a lutté pour ses idées jusqu’au bout et qui l’a payé de sa vie » est sans l’ombre d’un doute, aux yeux des potentats algériens – et leurs homologues français ne peuvent pas l’ignorer – l’opposant le plus redoutable, l’homme à abattre. Moins de six mois après qu’une clause secrète, dont furent porteurs Charles Pasqua et Robert Pandraud, d’accords déjà hautement secrets conclus entre le gouvernement de Jacques Chirac et la SM algérienne, et avec l’assentiment tacite de François Mitterrand, « un minable truand recruté par contrat se chargeait de faire taire définitivement Ali Mécili. »

Hocine Aït-Ahmed, L’affaire Mécili (La Découverte, 1989), cité par
 Lounis Aggoun, La colonie française en Algérie – 200 ans d’inavouable
(Demi-Lune, 2010)

 Catherine L.